X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 1:37

La chambre d’Erïka n’était en rien personnalisée. Il en était de même pour celle de l’institut, qu’elle trouvait bien jolie. Mis à part ses affaires, rien ne pourrait porter à croire qu’elle dormait dans cet appartement. Elle avait déjà autorisé sa grand-mère à entreposer des objets dans la pièce, si elle le désirait. Il était plutôt rare qu’elle y mette les pieds, à présent. Quelques boites en carton s’entassaient dans un coin. La porte de la garde-robe était ouverte, présentant encore des boites renfermant divers articles qui ne servaient à rien dans le quotidien d’Anieta. Le déménagement était pour bientôt.

-"T'sais qui c'est l'invité mystère ? Alexïs ?"

L’adolescente se tourna vers Will. Elle avait oublié de lui préciser ce problème. Enfin, problème… appelons le plutôt Germain. C’était l’homme avec qui Anieta poursuivait sa vie. Certes, elle avait aimé plus que tout Frederick McGowen, mais de longues années après son décès, elle devait se remettre à vivre. C’est là que commença son idylle avec Germain, ancien collègue son défunt mari. Il avait toujours été présent pour elle et leur relation avait dépassé un certain stade, pour le plus grand malheur de la petite russe qui ne supportait pas cet homme. Il détestait les jeunes. Il détestait le caractère d’Erïka et entre eux deux, les disputes et débats animés éclataient bien souvent. C’était en partie pour ça que la jeune fille avait demandé à Will de l’accompagner. Elle ne voulait pas rester seule face à cet individu. Au moins, avec quelqu’un pour faire la discussion, elle oubliera peut-être la présence du vieil homme. Mais était-ce vraiment son caractère qui déplaisait à l’adolescente ? Elle ne voulait l’admettre, mais elle n’avait jamais accepté que cet homme puisse remplacer son grand-père auprès d’Anieta.

-« J’aimerais bien, mais non. C’est… Germain. » Elle prononça son nom avec une pointe de dégout dans la voix. « C’est le… le petit copain de ma grand-mère… »

Retirant sa veste et la jeta sur le lit, dévoilant ses épaules ainsi que ses bras nus, la jeune fille se mit à fouiller son bureau. De nombreux papier qui n’y étaient pas auparavant, étaient cachés au fond d’un certain tiroir. Pourtant, elle avait complètement vidé le meuble avant de partir pour l’institut. C’était donc Anieta qui y avait placé certaines choses. La découverte de son acte de naissance, censé être brûlé depuis qu’elle avait changé d’identité, se trouvait à présent dans ses mains. Pourquoi l’avait-elle gardé ? Erïka souhaitait se départir de ce qui la reliait à sa vie d’avant. Son acte de naissance où l’on pouvait clairement lire « Kathleen Rosalye McGowen » en faisait partie. Elle déposa le papier, face contre le bois du bureau, afin de poursuivre ses investigations dans le tas de feuilles reposant dans le tiroir. Elle trouva des manuels d’utilisations de certains appareils ménagers, quelques lettres écrites de ses amis de la Russie, ainsi que des cartes de vœux. Décidemment, elle n’avait fait que jeter tout ce qu’elle conservait dans ce tiroir sans trier quoi que ce soit ! Trouvant cette fameuse photographie où elle posait avec Alexïs, elle la tendit à Will avait qu’il puisse l’observer. Il ne tarda pas à commenter cette image où les jumeaux ne devait avoir plus de huit ans.

-"C'est une chouette photo. On a vraiment du mal à vous dissocier tous les deux. Si on mettait une perruque à Alex' j'crois que j'arriverai pas à vous r'connaitre. Quoique... t'as des arguments qu'il a pas."

-«Il fut un temps où Alexïs avait les cheveux longs. C’était pratiquement impossible de nous reconnaitre. Dès qu’il a pu, il les a fait couper. Même après, certaines personnes trouvaient le moyen de nous confondre. Heureusement que j’avais mes arguments ! » Elle laissa échappé un petit et bref rire à sa dernière phrase, fouillant encore ce fichus tiroir.

-"Vous avez beaucoup d'chance... J'espère d'tout coeur qu'vous serez toujours aussi unis..."

Will avait soufflé ces mots dont elle n’en comprit que la moitié. Elle le laissa regarder la photo, trop occupée à découvrir un certificat de naissance au nom de « Nathanaël Alexander McGowen ». Elle le posa, comme l’autre, sur le bureau. Valait mieux qu’elle les fasse flamber. Alexïs croyait également que ces documents n’existaient plus, elle préférait régler ça par elle-même, sans que personne ne soit au courant. Alors qu’elle mettait la main sur une nouvelle photographie où elle posait avec son grand-père. Elle était assise sur ses genoux, le vieil homme étant lui-même assis sur une chaise, alors qu’Alexïs était derrière lui, accroché à son cou, sa petite tête posée sur son épaule. Elle retourna l’image derrière laquelle il était inscrit : « Frederick, Rose & Nathan à la campagne, été 2000 ». Alors, au moment où cette photo avait été prise, les jumeaux venaient d’atteindre leur septième année de vie, si elle calculait bien. Will la sortie de ses pensées, lui posant une question.

-"Alex' a pas d'chambre ? Il vivait pas ici ?"

-« Il n’a jamais vraiment vécu ici. Il s’est trouvé un travail et est partit en appartement avec l’une de ses collègues. On habitait la maison, sur la photo, avant.»

Entendant Anieta l’appeler depuis la cuisine, l’adolescente posa la photo sur le bureau et s’éclipsa un court instant hors de la pièce, faisant signe à Will qu’elle revenait dans un instant. Elle se rendit à la cuisine où elle aida sa grand-mère à sortir une poêle coincée au fond d’une étroite armoire avant de retourner à sa chambre. Elle devait se dépêcher à ranger tout ce qu’elle avait sorti du bureau avant que quelqu’un ne tombe dessus. Elle s’occupera de détruire les documents plus tard.

-« Le repas sera prêt dans dix minutes» annonça-t-elle en entrant dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 2:47

Will avait du mal lorsque les termes "Grand-mère" et "petit copain" étaient dans la même phrase. Il s'imaginait un garçon de son âge fréquenter Anieta. Il se doutait bien que ce n'était pas le cas mais trouvait le terme fort mal choisi, trop jeune. Néanmoins ce n'était pas ce qu'il remarqua le plus. Ce qui attira son attention était le dégout évident avec lequel Erïka prononçait son nom. Il n'y avait pas besoin d'être devin pour savoir qu'elle ne l'aimait pas. Par contre, il ignorait pour quelle raison. Lui faisait-il du mal ? A moins que ce ne soit à sa grand-mère ? Malgré sa gentillesse, Will doutait qu'Anieta soit du genre à se laisser faire, tout comme Erïka. Il devait donc y avoir une autre explication. Le plus simple était de demander plutôt que de se faire des noeuds au cerveau.

"T'as pas l'air d'le porter dans ton coeur. C'est un sale con ?" demanda t-il, curieux

Maintenant au moins l'invité mystère n'était plus mystère. Will n'allait pas faire la fine bouche, il n'était qu'un invité, ne connaissait pas encore ce type et était déjà bien content de pouvoir manger un bon plat maison. Il espérait seulement que l'homme ne gâcherait pas la soirée. La journée s'était plutôt bien déroulée et avait donné le sourire à Erïka. Le rouquin tenait à ce qu'elle passe également une bonne soirée, mais cela semblait être déjà plus difficile. Tant pis, il fera de son mieux pour lui changer les idées, quitte à paraitre un peu malpoli. Will était patient mais il n'appréciait pas les cons. Il n'était pas certain d'arriver à supporter l'homme toute la soirée si celui-ci était désagréable avec Erïka. Même si la jeune femme n'avait pas besoin de lui pour se défendre, il ne se gènerait pas pour manifester son mécontentement. Il espérait néanmoins ne pas devoir en arriver là et que la soirée serait bonne, comme convenu.

Heureusement, la russe ne prit pas mal la remarque potache qu'avait fait Will par rapport à la photo. Son humour laissait parfois à désirer mais il ne pouvait s'empêcher de faire des remarques amusés sur ce qu'il voyait. Après tout, il n'y avait rien de méchant et Erïka semblait avoir cerné son sens de l'humour. Ou tout du moins, elle le supportait. Néanmoins, au petit rire qu'elle émit, il constata que cela ne la laissait pas tout à fait indifférente
.

"Bon bah il a plus qu'à s'laisser pousser la moustache ! Là y aura plus d'erreur possible !" répondit-il en souriant, amusé

Will était clairement jaloux de la relation qu'avec Erïka avec son frère. Mais il prenait sur lui et essayait de ne pas y penser. Malheureusement, des souvenirs lui revenaient en mémoire, ne l'aidant pas à penser à autre chose. L'époque où Zoey et lui étaient inséparables était révolue depuis longtemps. Il avait caressé pendant longtemps l'espoir qu'elle soit comme lui. Mais non. Il était seul. Il pensa à la seule photo qu'il possédait dorénavant. Il s'agissait d'Amy et lui à Philadelphie. Ce souvenir lui mit du baume et coeur et il oublia la peine qu'il éprouvait en pensant à sa soeur.

De son côté, Erïka continuait sa fouille du bureau comme si elle découvrait pour la première fois son contenu. C'était sa chambre pourtant non ? Sans doute Anieta y avait rangé un peu tout et n'importe quoi maintenant que la jeune femme vivait à l'Institut. Will avait repéré certains cartons et des affaires rangées d'une curieuse façon. Un futur déménagement peut-être ? Il reposa les yeux sur la russe qui visiblement s'affairait à trier des documents. Elle en retourna certains dont on ne voyait plus que le dos vierge. Curieux. Elle le faisait vraiment délibérément, ce qui laissait penser qu'elle ne voulait pas que le rouquin puisse voir leur contenu. De toute façon, il ne serait pas allé fouiller dans ses affaires. C'était chez elle, c'était ses papiers. Il n'était personne pour oser se méler de ce qui ne le regardait pas. Aussi, il se concentra sur la photo, ne regardant que de loin ce qu'elle faisait. Il finit par la lui rendre et vint se poser près d'elle, appuyé contre le bureau. Erïka lui dévoila qu'Alexïs n'avait jamais vraiment vécu dans cet appartement, ce qui expliquait l'absence de chambre ou de lit supplémentaire. Wil reposa les yeux sur la photo pour regarder la maison que la russe venait d'évoquer. Ca avait l'air d'être une belle époque pour tous. Dommage que tout ait été gâché par la connerie d'une seule personne
.

"J'comprend mieux. Mais maint'nant qu'vous vous êtes retrouvés, ça lui dirait pas d'venir à l'Institut ? Ca l'empêcherait pas d'continuer ses études."

Will remarqua que la jeune femme avait sorti une autre photo de son tiroir sans fond. Placé où il était, le rouquin ne la voyait pas bien, tourné dans le mauvais sens. Il n'eut pas tellement l'occasion d'essayer de regarder sans se dévisser la tête car la russe la posa presque aussitôt sur le meuble. Anieta venait de l'appeler et Erïka s'éclipsa sans attendre, laissant Will avec lui-même. Il tendit la main pour attraper le cliché qui venait d'être posé et le fit tourner dans ses doigts pour l'avoir dans le bon sens. Erïka et Alexïs -en tout cas il supposait que c'était eux- se trouvaient en compagnie d'un vieil homme. L'image était mignonne à souhait et arracha un sourire au rouquin. Lorsqu'Erïka avait retourné la photo, Will avait cru voir une écriture au dos et il la retourna donc pour voir ce qui était indiqué. « Frederick, Rose & Nathan à la campagne, été 2000 ». Si la date correspondait plutôt bien avec l'âge des deux adolescents, il ne comprenait pas d'où sortaient les noms. Pourtant, ils ressemblaient comme deux gouttes d'eau aux enfants de l'autre photos représentant Erïka et son frère. Will tourna de nouveau la photo, observa les personnes présentes dessus et regarda encore l'inscription. Si ce n'était pas eux, qui était ce ? Il y avait quelque chose qui clochait dans ce document mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il n'eut pas le temps d'y penser plus longtemps, Erïka revint dans la pièce, annonçant que le repas était presque prêt.

"Hmm... Vous êtes pas jumeaux mais quadruplés en fait ? Vous les avez planqués où les deux autres ? Vous êtes fabriqués en série ?" demanda t-il soudainement en lui montrant la photo pour qu'elle comprenne de quoi il parlait

Il ne pensa pas un seul instant que c'était le genre de choses qu'il devait continuer d'ignorer, ne voyant pas quel mal il y avait à demander une explication à un phénomène étrange. Soit la personne qui avait écrit au dos s'était trompée, soit... soit il y avait sûrement une bonne raison. Autant Frédérick et Nathan lui étaient des prénoms inconnus, autant Rose l'était moins. Rose... Rosy... C'était ainsi qu'Anieta avait nommé Erïka à plusieurs reprises. Un seconde prénom peut-être ? Le mutant reposa la photo sur le bureau puis se redressa, souriant
.

"Ca tombe bien, j'ai la méga dalle ! J'espère qu'on a bien bossé et qu'ça va être bon !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 5:37

-"T'as pas l'air d'le porter dans ton coeur. C'est un sale con ?"

Un sale con ? Erïka pourrait bien dire ça, quoi que le seul fait d’être entré dans la vie de sa grand-mère faisait de lui un connard. Leurs personnalités s’entrechoquaient. Elle, tête brûlée qui disait et faisait ce qui lui plaisait sans tenir compte des autres. Lui, leader et ancien chef de la police qui aimait avoir les choses sous son contrôle. Malheureusement pour lui, il était impossible de garder Erïka sous contrôle. Elle était impulsive, sauvage, ne se laissant pas domptée si facilement. Elle ne l’aimait pas, mais avait du mal à en donner des raisons concrètes.

-« Je ne l’aime pas, c’est tout. »

Heureusement, grâce à cette fameuse photographie qu’Erïka avait retrouvée, ils avaient pu changer de sujet. Nombreuses étaient les photos prises durant leur enfance. C’était Anieta qui possédait tous les albums, sûrement emballés dans l’une des boites présentes dans cette pièce. Il y avait bien des moments dont elle ne se souvenait pas, lui étant racontés par sa grand-mère. Elle avait toujours eut une bonne mémoire. Dommage qu’elle n’ait jamais rencontré son père biologique. Ainsi, elle aurait pu lui décrire. La russe souhaitait rencontrer cet homme, savoir à quoi il ressemblait. Jamais elle n’avait vu de photos ou bien quoi que ce soit du genre. Elle possédait un nom, un métier, un grade, rien de plus. Sergent dans l’armée Russe. Voilà qui était Sergeï Davidoff. L’adolescente était persuadée qu’en faisant un effort, elle pourrait trouver un numéro de téléphone lui permettant d’entrer en contact avec lui. Quoi qu’il en était, le moment n’était pas venu de penser à ses origines, mais bien à Alexïs.

-"J'comprend mieux. Mais maint'nant qu'vous vous êtes retrouvés, ça lui dirait pas d'venir à l'Institut ? Ca l'empêcherait pas d'continuer ses études."

-« J’en sais rien. Je pourrais toujours lui en glisser un mot. Ce serait bien de le revoir, comme avant. Enfin quelqu’un qui pourra squatter ma chambre. J’aurais un médecin à domicile. » Fit-elle avec un petit ton plaisantin.

S’étant absentée pour quelques minutes, Erïka s’était dépêchée de revenir dans sa chambre. Elle voulait à tout prix dissimuler les documents sur son ancienne identité. Elle savait que Will ne fouillerait pas ses affaires, mais ne voulait pas prendre de risques. S’il ne semblait pas avoir touché aux actes de naissance, il avait bien lu l’inscription derrière la deuxième photographie qu’il lui désigna.

-"Hmm... Vous êtes pas jumeaux mais quadruplés en fait ? Vous les avez planqués où les deux autres ? Vous êtes fabriqués en série ?"

-« Disons qu’ils n’existent plus, désormais. Nous ne sommes que deux : Alexïs et moi. »

Elle s’approcha du bureau, attrapant les deux certificats de naissance qu’elle plia de nombreuses fois avant de les glisser dans la poche de sa veste, sur le lit. Elle les brûlera une fois à l’institut. Alors que Will se réjouissait de l’heure du repas approchant, Erïka, elle, avait la tête ailleurs. Elle attrapa les deux photographies. Rangeant la seconde dans le tiroir, elle observa le dos de la photo où Anieta avait soigneusement noté quelques renseignements sur le dos de l’image. Elle avait cette manie de tout noter pour ne pas oublier le lieu, les personnes, l’événement, tout ce que la photo ne pouvait pas nous dire avec exactitude, parfois. Cette fois-ci, elle y lisait : « Kathleen et Nathanaël devant la maison familiale. 24 Août 2001 ». L’écriture était différente et la jeune fille détermina qu’il devait s’agir de celle de son grand-père. Avoir tant de prénoms pouvait en mélanger certains, mais il suffisait d’en avoir l’habitude et le tour était joué. Et puis, la jeune fille ne se servait jamais de son second prénom, étant plutôt un hommage fait à son grand-père. L’adolescente déposa la photographie dans le tiroir, rangea quelques papiers et referma le tout.

-« Décidément, faut que ma grand-mère fasse le ménage de sa paperasse. » fit-elle en regagnant la porte de sa chambre. « Tu me suis ? On va s’installer à la table. »

Alors qu’elle était dans le couloir, la mutante entendit quelqu’un cogner à la porte. Anieta lui demanda d’aller ouvrir, ce qu’Erïka n’eut pas le choix de faire. Déverrouillant la porte, elle l’ouvrit pour faire entrer ce fameux Germain. Il salua l’adolescente qui ne répondit pas. Il ne se gêna pas pour lui faire part de sa grande impolitesse. Silencieuse, la jeune fille se contenta de fermer la porte derrière lui et la verrouiller. Sur le point de la politesse, il avait bien raison. Erïka ne faisait pas bonne impression. Se dirigeant à la cuisine avec Will, elle s’installa à la table.

-« On reçoit les pirates à diner ce soir ? » Fit le dénommé Germain en plaisantant, lorsqu'il vit Will, alors qu’il posait son manteau sur un crochet avant d’aller embrasser Anieta sur la joue.

-« William est notre invité ce soir, alors évite de trop le taquiner. » répondit la vieille femme avec douceur, toujours ce léger sourire flottant sur ses lèvres. Elle retourna à la cuisine afin de servir le repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 11:31

Ca pour ne pas l'aimer, Erïka n'avait pas besoin de le confirmer, cela se voyait. Et connaissant le caractère de la russe, ce devait être réciproque. Will espérait que leur différent quelqu'il soit ne plombe pas trop la soirée. Et si malheureusement les choses tournaient mal, il essaierait de lui changer les idées, même s'il n'était pas certain de réussir. N'étant pas chez lui, il restera poli afin de ne se mettre personne à dos, mais il n'était pas certain d'arriver à le rester si ce Germain était trop désagréabele avec Erïka. Néanmoins, cela les regardait et il ne désirait pas s'en méler, sauf si c'était le seul moyen pour que la soirée ne tombe pas à l'eau.

"On peut pas aimer tout l'monde." ajouta le mutant pour cloturer la conversation à ce sujet

Puisqu'Alexïs était lui aussi un mutant, il pouvait rejoindre l'Institut. D'ailleurs William se demanda quel était le critère d'acceptation pour vivre là-bas. Car s'il n'y en avait pas, il n'allait pas tarder à y avoir une véritable armée de mutants au sein du manoir. Ils étaient déjà nombreux mais les murs du manoir n'étaient pas non plus extensibles. Pourtant, lorsqu'Emma avait proposé à Amy et lui de venir y habiter, il n'avait pas constaté une quelconque condition. Etrange. Tant d'altruisme était rare. Néanmoins s'il y avait de la place pour tous, il y avait de la place pour Alexïs. Et même si Erïka avait maintenant quelques amis, Will supposait qu'elle serait nettement plus rassurée d'avoir son frère à ses côtés. Puisqu'ils avaient l'air d'avoir vécu une bonne partie de leur vie séparés, c'était l'occasion ou jamais de vivre de nouveau ensemble
.

"Et puis comme ça on pourra faire deux équipes pour les batailles d'boules de neige !" répondit-il en riant, imaginant le résultat que cela pourrait donner

A son retour de la cuisine, Erïka répondit assez évasivement à la question mais au moins elle ne s'énerva pas. Rose et Nathan n'existaient plus ? Seulement Erïka et Alexïs ? Will reposa les yeux un court instant sur la photo désormais posée sur le bureau. Aucun doute, c'était les mêmes enfants que sur l'autre cliché, il s'agissait donc bien des jumeaux. Pourtant les noms ne correspondaient pas. Pourquoi avoir changé de nom en cours de route ? Will laissa son imagination vagabonder et estima que cela devait avoir un rapport avec la secte... A moins que ce ne soit une façon comme une autre d'effacer un passé trop douloureux
.

"C'est cool, il reste qu'les meilleurs. D'toute façon j'préfère Rika, ça t'va mieux. C'est dommage, on aurait pu faire trois équipes pour les batailles d'boules de neige !" fit-il en souriant

Peu importe son nom ou qu'elle en ait changé. Il y a certaines choses dont on préférait ne pas parler. Will n'était pas du genre à insister et à la forcer à lui expliquer pourquoi ils ne portaient plus les mêmes noms qu'à cette époque. Si un jour elle avait envie d'aborder le sujet, elle était assez grande pour le décider toute seule sans que cela ne lui soit imposé par quelqu'un. Qu'elle s'appelle Erïka, Rose ou autre, ça n'avait que peu d'importance au final. C'était le passé et ce qui importait était le moment présent. Il la connaissait en tant qu'Erïka et continuerait à l'appeler ainsi. Cela ne servait à rien de remuer un passé révolu juste par curiosité. Puisque les documents semblaient confidentiels, il évita de regarder ce que faisait la russe afin de ne rien lire de compromettant qui lui aurait donné envie de poser des questions
.

"L'avantage quand on vit dans la rue, c'est qu'on a pas d'paperasse ! Ou alors si on en a, ben... Ca finit vite comme combustible pour l'feu." fit-il remarquer en voyant que les documents qu'avait trouvé la russe semblaient quelque peu compromettants

Will suivit la mutante qui se dirigeait vers la cuisine, ravi -surtout son estomac- d'enfin passer à table. Il la suivit donc dans le couloir tandis que des coups résonnaient contre la porte d'entrée. Sûrement le Germain dont il avait été question plus tôt. Will allait proposer d'aller ouvrir mais Erïka le devança. Après tout, il n'était pas chez lui. Le mutant l'observa, le détaillant du regard. Celui-ci salua une Erïka qui semblait ne pas le voir, ignorant tout ce qu'il pouvait bien lui dire. Will attendit que l'homme s'approche de la cuisine avant de s'installer à son tour.


"Bonsoir m'sieur." lança t-il poliment

Si Anieta n'avait rien dit à ce sujet, Germain, lui, ne se gêna pas pour faire une remarque à propos du cache-oeil que portait le rouquin. Will n'aimait pas trop qu'on aborde le sujet, surtout si c'était pour s'en moquer. Cela n'avait pour lui rien de drôle et lui rappelait des souvenirs qu'il préférait oublier. Malheureusement, c'était un détail de son physique qui était loin de passer inaperçu et qui, fatalement, était sujet à remarques. Puisqu'il n'était pas chez lui, qu'il n'était qu'un invité, et qu'il n'avait pas envie que la soirée ne se passe mal, il préféra le prendre sur le ton de la plaisanterie, souriant
.

"Ohohoh" fit-il à la manière des pirates que l'on voyait dans les histoires "Désolé, j'ai pas am'né de bouteille de rhum, mon perroquet s'est barré avec. Sale bête." ajouta t-il en imitant une mimique digne d'un corsaire des mers suite à la remarque de Germain

Il prit place à côté d'Erïka tandis qu'Anieta demanda à l'homme qui venait d'arriver de ne pas trop le taquiner. Will aurait préféré qu'il évite de faire des remarques à la russe plutôt qu'à lui. Mais il n'était pas à la place du vieux et ne pouvait qu'espérer que la soirée se passe bien.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 14:57

-"C'est cool, il reste qu'les meilleurs. D'toute façon j'préfère Rika, ça t'va mieux. C'est dommage, on aurait pu faire trois équipes pour les batailles d'boules de neige !"

Les meilleurs ? S’il disait ça, c’était bien parce qu’il n’avait jamais connu celle qu’Erïka était auparavant. Elle avait gardé contact avec peu de personnes de son ancienne vie, pour ne pas dire personne. Il n’y avait qu’Anieta pour confirmer le changement d’attitude de la russe. Bien des gens lui rapprochait son agressivité, son impulsivité, mais ils n’avaient aucune idée l’origine de cette colère inexpliquée. Inutile de lui demander, elle ne répondra jamais à la question. Ce que Will ne savait pas, c’était qu’il entrait inconsciemment avec une part de ce qu’elle était avant. Joyeuse, souriante, tout simplement plaisante, mais avec ce petit caractère de mule qu’on lui reconnaissait bien. L’adolescente avait toujours considéré Kathleen et Erïka comme deux personnes distinctes : l’une représentait le passé, l’autre l’avenir.

-"L'avantage quand on vit dans la rue, c'est qu'on a pas d'paperasse ! Ou alors si on en a, ben... Ça finit vite comme combustible pour l'feu."

Elle fut tentée de lui répondre que ces deux morts l’étaient psychiquement ou bien quelque chose du genre, mais s’abstient. Elle préférait rester silencieuse sur le sujet, pour l’instant. Bien qu’il en sache énormément sur elle, il y avait certaines choses qu’elle ne voulait pas assumer, comme le fait d’avoir porté un nom choisis par sa mère. Les papiers de naissance bien rangés dans sa veste, elle laissa son vêtement dans la chambre, ayant trop chaud pour le remettre sur ses épaules.

-« Je suis prête à te les fournir comme combustible n’importe quand. »

Elle s’éclipsa hors de la pièce et alla ouvrir à l’amoureux de sa grand-mère, bien qu’elle ait été tentée de le laisser poireauté un bon moment derrière la porte. Elle regagna la table, s’y installant silencieusement alors que le vieil homme sortait déjà ses plaisanteries sur tout et n’importe quoi. C’était bien que Will ne s’en offusquait pas et réponde avec cet humour dont il faisait souvent preuve. Si, habituellement, l’adolescente s’éclipsait dès qu’elle avait terminé son assiette, elle espérait que le rouquin ne soit pas trop lent lorsqu’il mangeait. Elle n’avait pas envie de l’attendre une éternité.

Anieta ne tarda pas à leur servir le repas alors que Germain s’installait à la table. Une bonne odeur viande et de légumes sautés avait envahis la pièce et donnait faim à la russe qui ne tarda pas à entamer son assiette dès que son aïeule fut installée à la table. Cette dernière leur lança un « Bon appétit » auquel elle évita de répondre, la bouche pleine de légumes. Le repas se déroulait en silence jusqu’à ce qu’Anieta n’entame une discussion avec Germain au sujet de certaines de leurs connaissances. C’était le moment des potins, quoi. Erïka ramena sa chevelure blonde devant l’une de ses épaules afin qu’elle ne traine pas trop dans son assiette et avalait bouchée par bouchée sans dire le moindre mot. Elle s’arrêta au bout d’un petit moment. Maintenant la soif se fit sentir. Elle se tourna vers Will.


-« Tu veux quelque chose à boire ? » lui demanda-t-elle avant de se lever.

Se dirigeant vers le réfrigérateur, elle attrapa deux verres dans une armoire, au passage, avant d’ouvrir la porte de l’électroménager. Attrapant la pinte de lait, elle revint à la table et posa les items devant Will et elle, se servant en premier. Elle laissa l’homme mettre la quantité de breuvage qu’il désirait.


-« Tu n’en propose pas aux autres ? » Fit Germain en l’observant.
-« Ta deux jambes, non ? Alors lève-toi. » Répondit-elle aussitôt avant de prendre une longue gorgée de sa boisson.
-« J’ai acheté une bouteille de vin, ce matin. Je vais aller la chercher. » Annonça Anieta en se levant. Elle ne tarda pas à revenir avec deux coupes ainsi que la bouteille.

Erïka se remit silencieusement à manger alors que le vieil homme radotait ses histoires d’enfance et racontait de nombreuses histoires sur son ancien travail. N’écoutant que d’une oreille, ne parlant pas, la jeune fille avait pratiquement terminé son assiette. Elle songea à ce qu’elle pourra faire, une fois sortie de table. Les activités n’étaient pas bien nombreuses ici et elle décida qu’elle s’installerait dans le salon. Il devait bien y avoir un jeu de carte dans le coin…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Ven 3 Fév 2012 - 16:59

Effectivement, Will affirmait sans les avoir connu avant que les jumeaux étaient mieux maintenant qu'avant. C'était bien évidement impossible à savoir pour lui, puisqu'il ne les connaissait que depuis quelques bonnes semaines à peine. Peut-être étaient-ils très différents avant, mais il s'en moquait. Il les appréciait tels qu'ils étaient avec leurs qualités et leurs défauts. C'était Erïka qui était son amie et non Kathleen, Rose ou une autre représentation ancienne de la jeune femme. Le passé était le passé, il était inutile de revenir dessus. Puisqu'elle ne répondait pas à ce qu'il disait pour tenter de lui arracher un sourire, il n'insista pas sur le sujet. Elle préférait sûrement oublier ces clichés et ne plus parler du passé. Rangeant un peu trop soigneusement les papiers qu'elle avait sorti, la russe répliqua qu'elle était prête à le laisser les brûler. Sans doute des souvenirs compromettants ou tout simplement dérangeants à ses yeux. Même si rien ne pouvait effacer le passé, détruit des souvenirs matériels était une façon comme une autre d'essayer de faire comme s'ils n'avaient jamais existé. C'était peine perdue mais cela soulagerait peut-être la jeune femme. Il se souvenait alors que lui aussi avait brûlé des choses qu'il voulait voir disparaitre. Peu après leur retour à l'Institut, Amy et lui étaient allés dans le parc du manoir et avaient fait brûler leurs vêtements tâchés du sang de Ronald Anderson. Destruction de preuves mais aussi tentative de destruction des souvenirs qui les accompagnaient. Même si il n'y avait désormais plus de preuves contre le couple, les souvenirs étaient toujours ancrés en eux. Et même s'ils n'y pensaient pas, c'était le genre de chose qui ne disparaitrait jamais.

"Quitte à les brûler, autant s'en servir pour allumer un feu d'camp ! Faudra qu'on s'fasse ça un soir. J'apporterai des marshmalows et on les f'ra griller au bout d'une pique de bois ! C'trop bon. Enfin j'espère qu'on peut faire des feux dans l'parc..." proposa t-il, réfléchissant à la façon dont il allait se procurer les fameuses guimauves

Maintenant qu'ils étaient en compagnie du couple, Will espérait qu'il n'y aurait pas d'effusion verbale entre Germain et Erïka. A peine arrivé, ce dernier ne manqua pas de faire une remarque sur l'absence d'un des yeux du rouquin mais celui-ci ne s'en offusqua pas. Après tout, se fâcher ne ferait pas revenir son oeil, mieux valait l'accepter et en rire. Ce n'était que quelques heures à passer avec le vieil homme et cela ne valait pas le coup de s'embrouiller avec. Autant que tout se déroule bien !

Le repas fut servi, dégageant un succulent arôme qui réveilla l'estomac de William, lui rappelant à quel point il avait faim. Il attendit patiemment que tout le monde fut servi avant de répondre au "bon appétit" et de se mettre enfin à manger. Will était du genre à engloutir son assiette en oubliant de respirer entre chaque bouchée, comme si il avait peur que quelqu'un ne lui vole sa nourriture s'il ne se dépêchait pas. C'était une mauvaise habitude qu'il avait conservé depuis qu'il avait vécu dans la rue mais ça ne l'empêcha pas de profiter de la saveur des aliments
.

"Ah la vache, c'que c'est bon !" laissa t-il échapper en reprenant enfin son souffle "On a bien travaillé !" ajouta t-il en souriant aux deux femmes "Vous cuisinez super bien m'dame. T'en as d'la chance Rika !"

Will laissa Anieta et Germain se raconter des anecdotes, préférant ne pas trop intervenir pour ne pas se mêler de ce qui ne le regardait pas, même s'il laissait échapper un petit commentaire de temps à autre. Erïka lui proposa de boire quelque chose et il accepta d'un mouvement de tête, couplé à un sourire.

"J'veux bien oui s'il te plait." répondit-il sans préciser la boisson qu'il désirait

Le mutant n'était pas difficile question nourriture et boisson, tout lui allait. Et puisqu'il ne voulait pas être chiant et demander quelque chose que risquait de ne pas contenir le frigo, il laissa la décision à la russe. Elle rapporta deux verres ainsi qu'une pinte de lait. Will attendit qu'elle se serve et se remplit un bon verre de lait, le buvant cul-sec avant de laisser échapper un soupir de satisfaction. Germain et Erïka échangèrent quelques mots peu plaisants, interrompus fort heureusement par Anieta qui se leva pour aller chercher deux nouveaux verres ainsi que la bouteille de vin dont elle parlait. Will regarda la bouteille sans oser en demander. Il avait l'habitude de boire de l'alcool et le tenait plutôt bien. Dans la rue, une telle boisson permettait d'avoir chaud même s'il préférait ne pas en abuser. Il n'était donc pas contre un verre de vin, l'appréciant davantage au lait. Laissant l'homme raconter des vieilles histoires qu'il n'écouta pas, Will se leva pour rincer son verre et le rapporter à table. Ce n'était pas que les histoires ne l'intéressaient pas mais elles lui rappelaient l'ancien travail de son père, et par extension, ce dernier. Aucun souvenir agréable en perspective. Finalement, il attendit que l'homme termine son histoire pour demander à Anieta la permission d'avoir un peu de vin
.

"Est-ce que j'pourrai avoir un p'tit verre de vin s'il vous plait, m'dame ?"
"Les jeunes boivent de l'alcool de plus en plus tôt maintenant..."
constata Germain en regardant le borgne
"Ben j'ai 23 ans... C'pas si jeune qu'ça. Et puis y a pas d'âge pour apprécier un bon crû !"

Malgré le ronchonnage de Germain, Anieta eut le gentillesse de servir William qui la remercia d'un sourire. Il termina son assiette puis entama le verre de vin en silence, patientant que tout le monde ait fini. Erïka se leva finalement de table dès qu'elle eut terminée son assiette et se dirigea vers le salon. Will se leva à son tour, débarassa leurs deux assiettes et les déposa à côté de l'évier. Il préférait laisser le couple tranquille plutôt que de jouer les intrus.

"Faites pas la vaisselle sans moi hein !" fit-il à l'attention d'Anieta avant de rejoindre la russe

Will se laissa tomber dans le canapé et se redressa aussitôt après avoir senti quelque chose de dur, camouflé sous un coussin d'ornement. Il fouilla en dessous et en sortit un cellulaire. Probablement celui qu'Anieta avait perdu
.

"Ah bah te voilà, p'tit fugitif !" fit-il en le posant sur la table

Erïka de son côté, dénicha un jeu de cartes. Cela faisait une éternité que le rouquin n'y avait plus joué. Il connaissait pas mal de mode de jeux mais ce qu'il aimait surtout avec les cartes c'était faire des tours de magie. Quand il était plus jeune, il s'amusait souvent à en faire pour sa soeur qui adorait ça. Il espérait ne pas avoir perdu la main et demanda à la jeune femme si elle voulait bien lui laisser le paquet un instant. Le jeu en main, il mélangea les cartes et la fit en choisir 4 sans les lui montrer. Il les mélangea de nouveau et par un habile tour de passe-passe dont il ne révélera pas le secret, les retrouva sans difficulté
.

"Tadaaaaam. Super Will a encore frappé ! T'veux jouer à aut' chose peut-être ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 2:17

-"Ah la vache, c'que c'est bon ! On a bien travaillé ! Vous cuisinez super bien m'dame. T'en as d'la chance Rika !"

Will semblait apprécier ce repas tout autant qu’elle, si ce n’était plus. La bouche pleine, la jeune fille resta silencieuse, avalant quelques morceaux de brocoli sauté avant de répondre quelque chose. Elle en avait de la chance d’avoir Anieta. Elle le savait très bien. C’était une personne précieuse, d’une grande importance à ses yeux. Même si elle la voyait de moins en moins souvent, elle était toujours aussi heureuse de la revoir. C’était une femme douce et compréhensive qui avait su l’accepter pour ce qu’elle était. Cependant, le rouquin ne parlait sûrement pas de cela, mais plutôt du repas. Il avait également raison sur ce point. La vieille dame était une excellente cuisinière qui n’hésitait pas à partager ses connaissances avec ses proches.

-« Je te remercie William. Mais, tu sais un repas fais avec attention avec des proches est toujours bien meilleur. Je pourrais te donner la recette, si tu le souhaite. » Dit Anieta avant de prendre une autre bouchée du repas.
-« Je te mets au défi de refaire cette recette. Amy et moi on sera les gouteuses » Ajouta Erïka.

Buvant son verre de lait, elle laissa Will se servir lui-même. Cependant, il ne tarda pas à poser un œil sur la bouteille d’alcool. Erïka n’aimait pas le goût du vin et ne se manifesta pas pour en réclamer une coupe, même si elle n’avait pas l’âge légal d’en boire. Elle avait, cependant, un certain goût pour la vodka qu’elle s’amusait à mélanger avec divers jus pour lui donner meilleur goût. Rares étaient les fois où elle en avait pris, mais à chaque fois elle en avait profité.


-"Est-ce que j'pourrai avoir un p'tit verre de vin s'il vous plait, m'dame ?"
-"Les jeunes boivent de l'alcool de plus en plus tôt maintenant..." Erïka soupira en entendant ce commentaire inutile.
-"Ben j'ai 23 ans... C'pas si jeune qu'ça. Et puis y a pas d'âge pour apprécier un bon cru !"

La jeune fille s’étouffa pratiquement avec sa gorgée de lait lorsque Will dit son âge. Il était si vieux que ça ? Elle lui donnait à peine une vingtaine d’années, tout comme Amy. La russe, elle, avait simplement dix-sept ans. Si cela donnait un certain écart entre les deux mutants, elle n’en avait jamais pris compte. Son âge ne changeait en rien la façon dont elle le voyait, mais nota cette information dans un coin de sa tête pour le jour où elle souhaitera acheter de l’alcool.

-« Appelle-moi Anieta, mon garçon. Ça me permet de penser que je suis encore jeune. » Fit la vieille femme en riant. Elle se leva afin d’aller chercher une coupe pour Will. Elle lui versa un peu de vin et posa la bouteille sur la table au cas où il en désirerait d’autre.

-« Dis donc, t’es plus tout jeune toi ! » Commenta la jeune fille. « Il y a autre chose que je devrais savoir, tant qu’on y est ? »

Si elle avait cru rester silencieuse toute la durée du repas, elle s’était bien trompée. Elle avait bien fait d’amener Will avec elle. Il rendait cette soirée bien plus agréable et lui permettait de se détendre un peu, oubliant ses problèmes. Terminant son repas en quelques bouchées, la jeune fille se leva, se dirigeant au salon sans un mot. Le rouquin allait probablement la suivre. En fait, c’est ce qu’il fit après avoir déposé les deux assiettes aux côtés de l’évier, Erïka ayant oublié de prendre la sienne.

-"Faites pas la vaisselle sans moi hein !"

-« Si l’envie te prend, je ne serais pas contre. » Plaisanta Anieta. « Rosy sera ravie de t’aider n’est-ce pas ? »

Erïka n’eut pas trop le choix de répondre par l’affirmative. Elle pouvait bien faire ça pour sa grand-mère, ce n’était pas si catastrophique que de laver la vaisselle. Et puis, elle ne le fera pas seule, elle aura son esclave à ces côtés. À cette pensée, un mince sourire se posa sur ses lèvres avant de disparaitre aussitôt. Bien qu’elle se trouvait dans l’autre pièce, elle pouvait entendre la discussion des personnes âgées, ce qui l’agaçait un peu. Elle n’avait pas le choix de s’y faire. Fouillant dans un petit meuble, aux côtés du canapé, sur lequel était posé une lampe de chevet ainsi qu’un énième cadre représentant les jumeaux en compagnie de leurs grands-parents – Anieta adorait la photographie et ne se gênait pas pour afficher ses meilleurs clichés un peu partout dans la pièce – la jeune fille ne sortit un paquet de carte qu’elle retira de son emballage.

-"Ah bah te voilà, p'tit fugitif !"

La russe se tourna vers Will afin de l’observer. Eh bien, sa grand-mère allait être contente ! D’ailleurs, d’où elle était, Anieta pu constater que le jeune homme avait fait une merveilleuse trouvaille. Elle se leva, quittant son assiette pratiquement vide, afin de récupérer le téléphone. Son visage s’illumina d’un joli sourire.

-« Merci William ! Je suis tellement distraire, parfois. Je passe mon temps à le perdre. Sans toi, je l’aurais encore cherché longtemps. Ça te vaudra une seconde part de gâteau. » Fit-elle en riant avant de retourner à la cuisine, terminer son repas.

S’installant sur le canapé, Erïka brassa les cartes de son jeu. Will lui demanda alors s’il pouvait le prendre. Elle lui laissa, curieuse. Qu’allait-il faire ? Avait-il un jeu en tête ? En fait, c’était bien plus intéressant que ça. Il lui proposait un tour de passe-passe. Lui demandant de piger quatre cartes, elle s’exécuta. Puis, elle dû les remettre dans le paquet. D’une façon inexplicable, le mutant retrouva les mêmes cartes qu’elle avait en main, quelques instants plus tôt. Légèrement impressionnée par la manœuvre, elle se demandait comment il faisait ça. Il devait bien y avoir un truc ! Pour l’encourager, Erïka tapa doucement dans ses mains, comme pour l’applaudir.


-"Tadaaaaam. Super Will a encore frappé ! T'veux jouer à aut' chose peut-être ?"

-« T’en connais beaucoup des tours comme ça ? Je veux savoir comment tu fais ! »

Elle redevenait cette gamine qui s’émerveillait avec tout ce qu’elle découvrait. Elle ne cachait plus ses émotions comme elle le faisait si souvent, démontrant ce qu’elle ressentait, exprimant ce qu’elle désirait. Erïka redevenait cette autre partie d’elle qu’elle cachait si souvent aux yeux des autres. Certes, elle n’avait pas abandonné son sale caractère, mais elle montrait qu’elle pouvait être une adolescente bien ordinaire avec des sentiments, comme tout le monde. Ce n’était pas volontaire. En fait, cela lui venait tout seul. Elle ne se priva pas de s’amuser de ces petits tours de magie dont elle ne comprenait pas la mécanique. Pourtant, tous les petits tours avaient leurs trucs !

-« Tu veux que je te montre un jeu auquel je jouais avec des amis durant mon enfance ? » demanda-t-elle, soudainement, au bout d’un moment, se sentant retomber dans cette si belle époque de sa jeunesse. Ainsi, elle pourra également en apprendre un peu plus sur Will.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 3:27

Manger un vrai repas avait été pour Will quelque chose de très rare pendant de nombreuses années. Mais manger un vrai repas dans une atmosphère familiale l'avait été encore plus. Même si il ne faisait pas parti de la famille, même si Germain n'appréciait pas les jeunes, même si Erïka ne supportait pas le vieil homme, quelque chose se dégageait de ce repas convivial. En plus d'être bon, le repas se passait agréablement bien malgré les quelques remarques de l'ancien policier. S'il voulait être ronchon, tant pis pour lui, ce n'était pas ce qui allait gâcher la satisfaction du rouquin. Il n'avait pas besoin de grand chose pour être heureux. Etre au chaud, avoir à manger et être avec des amis. C'était les trois éléments essentiels dont il avait besoin. Il regrettait néanmoins l'absence d'Amy. Celle-ci aurait été bien heureuse de partager ce moment avec eux. Will était certain qu'Anieta aurait apprécié la jeune femme. Et même Germain n'aurait pu rester insensible face à la gentillesse de l'italienne.

"Vous avez bien raison, c'pas mon estomac qui dira l'contraire ! Et j'veux bien la recette, comme ça j'pourrai m'entrainer jusqu'à c'que ce soit mangeable. Parce que j'suis pas convaincu d'faire aussi bien tout seul. Merci m'dame !"

Erïka le mit au défi de reproduire la recette et se proposait comme juge ainsi qu'Amy. Un défi. Comment le mutant pouvait-il refuser ? Joueur de nature, il l'était d'autant plus lorsqu'il s'agissait d'un pari. Qui disait défi disait gage pour l'un ou l'autre camp. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres du rouquin qui tourna la tête vers la russe, tendant la paume de sa main vers elle.

"Défi accepté ! Vous en resterez bouche-bée ! Qu'est-ce qu'on parie, hmm ? Si j'réussi, vous m'ferez l'dessert. Ca t'va ?" proposa t-il, amusé

Le rouquin s'imaginait déjà en train de retourner toute la cuisine de l'Institut pour mettre la main sur chaque ingrédient dont il aurait besoin. Ca allait être difficile s'il avait du monde dans les pattes mais interdire l'accès à la cuisine allait être compliqué voire impossible. Tant pis, il trouverait un moyen, il devait gagner. Il voulait gagner ! Jusqu'ici il n'avait fait que découper les légumes de la recette mais il se sentait capable de s'occuper de tout. En tout cas il avait bon espoir. Ce n'était pas en doutant qu'il allait y arriver de toute façon !

Ravi de pouvoir sirotter un verre de vin, Will sursauta presque lorsqu'Erïka manqua de s'étouffer avec son lait. Avait-elle avalé de travers ou avait-elle entendu quelque chose qui l'avait choquée ? N'ayant rien entendu d'étonnant, Will pensa qu'elle avait juste bu trop vite. Sa grand-mère proposa au mutant de l'appeler par son prénom, prétextant qu'elle se sentirait ainsi plus jeune. Ce n'était pas plus mal, Will n'était pas un fan des appelations officielles du genre de "madame" ou "monsieur". C'était plus poli certes, mais tellement plus impersonnel
.

"C'est noté. On est vieux que si on croit qu'on l'est. Et vous avez plus d'énergie que certaines personnes d'mon âge, déjà fatiguées d'avoir si peu vécu." répondit-il en souriant, trouvant qu'Anieta avait une fraicheur qui faisait défaut à pas mal de personnes

Erïka fit une drôle de remarque à propos de l'âge du rouquin et celui-ci tourna la tête vers elle, tout d'abord intrigué puis amusé
.

"Dis donc, t'moque pas d'mon âge avancé tu veux ?" fit-il en souriant en coin, se penchant légèrement vers la russe pour lui donner une petite pichenette sur le bras "Que veux tu savoir d'autre, p'tite curieuse ? J'viens d'Philadelphie, j'ai une soeur qu'a deux ans d'moins qu'moi, j'vis avec Amy d'puis cinq ans, j'sais parler italien mais j'ai un accent méga ridicule et si tu veux tout savoir dans deux mois j'aurai 24 ans." ajouta t-il enfin assez rapidement, ayant dit ce qui lui passait par la tête

Will n'avait rien de spécial à cacher, cependant, il y a certains sujets qu'il préférait éviter. Néanmoins, cela ne le dérangeait pas de les aborder rapidement, sans trop s'y attarder. Ne sachant pas trop ce que la russe voulait savoir -si c'était sincère-, le rouquin arrêta là l'énumération des quelques détails qui faisaient sa vie. Si elle avait des questions, il y répondrait, cela ne le gênait pas mais il n'avait pas pensé un instant que cela l'intéresserait. Sa demande était d'ailleurs sans doute pûrement réthorique.

Au fil du temps, Will avait presque oublié comment on faisait les tâches ménagères. Déjà chez lui, il était rare qu'il les fasse. Mais pour une fois qu'il pouvait se rendre utile et qu'il avait l'occasion de la faire, il se proposa. C'était aussi une façon supplémentaire de remercier Anieta pour le repas. Même s'ils ne les utilisaient que peu, il n'en avait pas oublié les bonnes manières. La vieille femme accepta son offre et inclua même Erïka dans le lot
.

"J'suis sûr que j'laverai ma part de vaisselle plus vite qu'toi." lança t-il comme s'il s'agissait d'un jeu tandis qu'il suivait la jeune femme dans le salon

Tout à fait par hasard, Will -ou plutôt son derrière- avait retrouvé le téléphone perdu de la vieille dame, provoquant le bonheur de celle-ci. Vu sa réaction, elle devait vraiment y tenir ou l'avoir cherché longtemps sans résultat. Mais tout ce qui accapara l'attention du mutant était la promesse d'une seconde part de gateau. Le mot magique ! Il n'y avait même pas encore goûté mais il était déjà ravi d'avoir le droit à une seconde part
.

"Si l'gateau est à la hauteur du reste du r'pas, j'veux bien vous r'trouver c'que vous voulez ! Vous avez pas perdu aut' chose par hasard, hmm ?" demanda t-il en riant

Maintenant installé à la table du salon en compagnie d'Erïka, Will lui fit une démonstration d'un tour de magie dont il se souvenait. Il ne s'était pas attendu à une telle réaction de sa part. En fait, sur le moment, elle lui rappela sa soeur. Elle avait le même air émerveillé et curieux qu'avait Zoey à l'époque où il pratiquait ces tours de passe-passe avec elle. Mais venant d'Erïka, c'était plutôt étonnant. En fait, elle était bien loin de cette fille qu'elle s'évertuait à montrer aux autres, froide, distante et intransigeante. Même si d'un côté, c'était une facette de sa personnalité, elle possédait néanmoins un autre côté beaucoup plus attachant. Motivé par sa réaction, Will eut envie de continuer
.

"J'en connais quelques uns ouais. Super Will n'révèle pas ses secrets comme ça ! Sinon y a plus d'magie ! Allez j't'en montre un autre pour la peine." répondit-il en ramassant les cartes et en les mélangeant de nouveau

Cette fois, il s'agissait d'une histoire racontée en se servant des cartes pourvues de figures. Au fur et à mesure de l'histoire, le rouquin déposait les cartes sur la table, parfois les unes sur les autres. Erïka avait l'occasion de voir quelles cartes défilaient et quelles cartes étaient mise à l'écart. Pourtant, à la fin de l'histoire, les cartes sensées avoir disparues réapparurent comme par enchantement sur les figures royales. Comme elle lui avait demandé, il lui expliqua comment il avait procédé, lui révélant les secrets de ce tour mais de ce tour uniquement !

La mutante proposa à son tour de lui montrer un jeu auquel elle jouait pendant son enfance. Will ramassa les cartes, les remis en paquet puis les lui tendit
.

"Un peu que j'veux ! Ca étendra un peu mon répertoire comme ça ! Ca peut s'jouer à combien ? Faut toutes les cartes ?" demanda t-il en souriant, pressé de voir de quoi il s'agissait, posant plein de questions sans même savoir encore de quoi il s'agissait

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 7:53

« I just wanna live
Don't really care about the things that they say
Don't really care about what happens to me
I just wanna live »

-"Défi accepté ! Vous en resterez bouche-bée ! Qu'est-ce qu'on parie, hmm ? Si j'réussi, vous m'ferez l'dessert. Ça t'va ?"

Certains défis étaient bien intéressants car il permettait à une ou plusieurs personnes de surpasser leurs limites et, parfois, de s’amuser. Dans ce cas-ci, Will allait pouvoir apprendre à cuisiner autre chose que des omelettes. Pas qu’elles n’étaient pas délicieuses, mais l’homme devait bien savoir cuisiner autre chose. Erïka ne s’attendait pas à ce que ce défi devienne un véritable pari. Pourquoi pas ? Elle n’avait rien à perdre. Avec de la chance, les compétences en cuisine de l’homme allait la faire gagner et elle n’aura pas à confectionner un quelconque dessert. Cela ne lui dérangeait pas que de se mettre derrière les fourneaux. Et puis, avec Amy à ses côtés, ce sera bien amusant. Tendant la main afin de serrer celle de Will, l’adolescente accepta le pari.

-« Pari accepté. On va bien voir si t’es doué pour faire autre chose que des omelettes. »

Surprise de savoir Will aussi vieux, Erïka plaisantant en lui demandant s’il avait autre chose à lui révéler. Il en connaissait beaucoup sur elle, mais de son côté, elle ne savait rien de lui. Ce qu’elle savait consistait à peu de choses : il était en couple avec Amy, avait vécu dans la rue, était un mutant, plaisantait souvent, n’était pas un grand chef cuisinier, était un majeur et bien plus vieux qu’elle. Elle ne s’attendait pas à ce que le concerner lui dévoile quelques détails sur sa personne. Après tout, chacun avait sa vie privée ainsi que ses secrets.

-"Dis donc, t'moque pas d'mon âge avancé tu veux ? Que veux-tu savoir d'autre, p'tite curieuse ? J'viens d'Philadelphie, j'ai une soeur qu'a deux ans d'moins qu'moi, j'vis avec Amy d'puis cinq ans, j'sais parler italien mais j'ai un accent méga ridicule et si tu veux tout savoir dans deux mois j'aurai 24 ans."

-« Alors, dans deux mois je pourrais te traiter de fossile. » Fit-elle avec un sourire amusé. « Maintenant que je sais que tu parles italien, je ne te lâcherais pas. Je veux attendre ton accent, il doit ne pas être si affreux. Et puis, tu vas pouvoir m’apprendre des mots. Comment on dit déjà ? Non so… quasi niente. »

Elle-même avait un accent dans cette langue. Lorsqu’elle disait quelques mots en français, c’était bien pire. Erïka avait toujours eu de la facilité pour apprendre une langue comme une autre. Cependant, c’était parfois difficile de parler lorsque l’on avait un accent. Parfois, la russe avait tendance à rouler ses R sans s’en rendre compte. Il y avait, également, quelques mots qu’elle n’arrivait jamais à prononcer adéquatement, donnant une espèce de ramassis de syllabes étranges et incompréhensibles. Elle maitriser le Russe, l’Anglais et l’Allemand aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, mais pour ce qui était du Français, elle ne pouvait se défaire son accent ni écrire un texte sans faire de nombreuses fautes de conjugaison. Maintenant, elle s’était mise à l’italien. C’était une belle langue, plus jolie que l’espagnol à ses yeux. Elle cherchait constamment à apprendre. Cependant, pour l’instant, les seules choses qu’elle était en mesure de dire étaient « Bonjour », « Bonne nuit », « Je ne comprends pas » et « Je ne sais pratiquement rien ». Elle devait élargir son vocabulaire. Plus tard, elle souhaitait s’attaquer au japonais.

Dans le salon, l’atmosphère était bien plus détendue et plus joyeuse qu’à la table. Anieta semblait apprécier Will, ce qui faisait plaisir à Erïka. Il était l’une des rares personnes de son entourage à avoir rencontré sa grand-mère. Dommage qu’Amy n’ait pu être là. Il était pratiquement certain que la vieille femme serait tombée sous son charme, son humour, sa douceur. Si la russe appréciait sa compagnie, c’était pour plusieurs raisons. Avec elle, le silence n’était ni pesant, ni oppressant. Il était là, tout simplement. Pas besoin de parler, de dire quoi que ce soit. Enfin, c’était ce qu’Erïka ressentait de son côté. Il était, également, plaisant de discuter avec la mutante. Auprès d’elle, comme auprès de Will, elle se sentait, parfois, redevenir une adolescente ordinaire, sans les problèmes occupant sans cesse son esprit.


-"Si l'gateau est à la hauteur du reste du r'pas, j'veux bien vous r'trouver c'que vous voulez ! Vous avez pas perdu aut' chose par hasard, hmm ?"

-« Je ne crois pas, mais je crois savoir à qui faire appel lorsque je déménagerais. »

Une fois qu’Anieta fut retournée à la cuisine, laissant les deux mutants seuls, Erïka put s’extasier devant les divers tours de magie de Will. Certaines choses lui échappaient. Ces tours étaient-ils infaillibles ? Était-ce la chance qui avait fait en sorte qu’il tire les quatre cartes qu’elle avait pigées, quelques secondes auparavant ? Ayant plus d’un tour dans son sac, le rouquin présenta un nouveau tour à l’adolescente lui présenta, cette-fois, une histoire avec les diverses cartes possédant un figure. Suivant avec attention, la jeune fille ne put comprendre les astuces sans les explications de son ami. Elle tenta de mémoriser chaque détail afin d’arriver à refaire ce tour un jour. Elle doutait y arriver, mais elle pourra toujours se pratiquer, ce n’était pas le temps qui lui manquait à l’institut.
Souhaitant changer d’activité, elle proposa à Will un petit jeu auquel elle avait déjà joué à maintes reprises avec ses amis ainsi que son frère. C’était bien plus amusant lorsque l’on ne connaissait pas tellement la personne. Avec de la chance, aucun des deux n’abordera par mégarde des sujets pouvant se révéler délicat.


-"Un peu que j'veux ! Ca étendra un peu mon répertoire comme ça ! Ça peut s'jouer à combien ? Faut toutes les cartes ?"


-« Pas de cartes. » Fit-elle en lui prenant le paquet des mains et le posant sur la table basse du salon. Elle se réinstalla sur le canapé, s’agenouillant. « Alors, il faut que tu me montres tes mains, comme ça. » Fit-elle en montrant ses deux mains, paumes tournées vers elle, levées et positionnées devant elle. « C’est très simple. Tu dis quelque chose que tu n’as jamais fait. Si je l’ai déjà fait, je dois baisser un doigt. » Elle baissa son index afin de lui montrer l’exemple. « Je commence, tu vas voir, c’est simple. Alors… je n’ai jamais voyagé au Canada. Alors, si tu as déjà voyagé là-bas, tu baisses un doigt. C’est à ton tour. »

C’était amusant, mais un peu plus complexe de jouer à plusieurs. Il y avait diverses variantes de ce petit jeu, mais ne connaissait que la version enfantine. Malgré tout, cela pouvait se révéler étonnement amusant. Le temps d’une soirée, elle n’était plus cette jeune femme froide et indifférente aux tendances agressives que tous connaissaient sous le nom d’Erïka. Au contraire, elle était cette jeune fille énergique et expressive que certaines personnes avaient connue sous le nom de Kathleen. Au fond, cette part d’elle, elle ne l’avait jamais perdue. Elle était simplement enfouie, dissimulée, n’attendant que le moment adéquat pour s’exprimer. Rares étaient les fois où il était possible de la voir ainsi et il fallait en profiter au maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 12:21

Erïka relevait le défi. Parfait ! Will comptait bien le réussir et profiter d'un bon dessert qu'il n'aurait pas besoin de cuisiner. Il ignorait si la russe était douée en cuisine mais ça ne le dérangeait pas. Amy l'était même si elle n'avait pu lui faire que quelques plats jusqu'à présent. Le but étant surtout de s'amuser, il ne leur en tiendrait pas rigueur si le dessert n'était pas à la hauteur de ses espérances. Et puis, c'était en s'entrainant qu'on apprenait, ça ne pouvait pas être une mauvaise chose.

"Héhé, j'pourrai t'étonner !" répliqua t-il, amusé

Will n'avait jamais vraiment parlé de lui. Amy était de loin celle qui en savait le plus. Si le mutant avait appris surtout par hasard une bonne partie du passé de la russe, elle ne connaissait absolument pas le sien. Il n'avait jamais tellement eu l'occasion d'aborder le sujet et ressasser les vieux souvenirs n'était pas sa tasse de thé. Il y avait toujours plusieurs éléments dont il avait honte mais maintenant, il était prêt à les révéler, plus confiance grâce à l'italienne. Même la perte de son oeil ne lui posait plus vraiment de problème depuis qu'il en avait parlé à l'italienne. Il se rendait compte que raconter ce genre de choses à quelqu'un, surtout quelqu'un de confiance, permettait de relativiser les choses et de mieux les accepter. Encore fallait-il que la personne en question ne vous traite pas ensuite de monstre, sinon cela compliquait légèrement les choses.

L'adolescente le taquina de nouveau sur son âge et il en déduisit que c'était cette information qui l'avait étonnée un peu plus tôt. Will se moquait bien d'être plus âgé qu'elle. Il n'avait jamais vraiment compris pourquoi les gens s'évertuaient à ne fréquenter que des gens de leur âge, comme si les plus jeunes ou les plus vieux étaient incapables de les comprendre ou de partager des choses avec eux
.

"Hé, j'suis encore bien conservé pour mon âge !" fit-il en riant avant d'ajouter "Tu pourra traiter Amy d'antiquité alors puisqu'elle a qu'un an d'moins qu'moi !"

Maintenant que la russe savait qu'il parlait italien, elle souhaitait l'entendre parler. Pas juste par curiosité d'entendre son accent désastreux mais surtout parce qu'elle voulait en apprendre des mots. Presque bilingue grâce à Amy, il le comprenait parfaitement sans toutefois le parler relativement bien. Déjà, il massacrait sa propre langue natale, mangeant la moitié des mots ce qui le rendait compliqué à comprendre parfois. Mais appliquer sa façon de parler à une autre langue était encore pire. Néanmoins, Amy lui avait dit qu'il se débrouillait plutôt bien mais il la soupçonnait d'être trop gentille avec sa maitrise de la langue. Lui-même avait appris à l'italienne l'anglais. Enfin, son anglais à lui. Résultat, elle parlait exactement comme lui, ce qui n'était pas toujours des plus heureux dans la bouche d'une jeune femme. Quelques fois, des mots anglais lui échappaient et elle les remplaçait par des mots italiens. Cela lui donnait un petit côté touchant que Will adorait.

"Viens pas t'plaindre si j'te fais grincer des dents à cause de mon accent alors hein ! N'empêche, j'vois qu'tu connais d'jà quelques mots, c'est un bon début ! Bientôt ce s'ra plus la peine de dire cette phrase, t'en saura bien plus. Tu d'vrais demander à Amy d't'apprendre, elle en s'rai ravie. Allez, instant traduction, à ton avis, qu'est-ce que j'dis ?" répondit-il avant de se râcler la gorge et d'enchainer en italien, ne prononçant pas trop vite les mots et prenant la peine d'articuler pour une fois "Mi scusi, dove sono i bagni, bella donzella ?"

C'était surtout pour lui faire entendre son accent plus qu'autre chose. A vrai dire, il pensait pouvoir répondre lui-même à la question sans avoir besoin de la russe. Puisqu'elle lui avait fait visiter l'appartement, il en déduisit que la seule porte qu'ils n'avaient pas franchi était l'emplacement des toilettes. Mais c'était plus drôle de demander ainsi et il se demandait si elle saurait lui répondre ou en tout cas comprendre au moins ce qu'il avait dit.

"Entre nous, ça m'arrang'rai qu'tu trouves avant qu'on parte !" ajouta t-il en riant même s'il n'avait pas besoin de sa réponse pour y aller

Ayant retrouvé le téléphone sauvage, Anieta avait promis à Will une seconde part de gateau. Voilà une femme qui avait compris comment rendre un homme heureux. En lui remplissant l'estomac ! Alors qu'il plaisantait à ce propos, la vieille femme évoqua son déménagement et le fait qu'elle ferait peut-être appel à lui pour ça. Will n'avait jamais fait de déménagement de sa vie, mais il imaginait que ce ne devait pas être bien compliqué. De toute façon, avec ou sans récompense à la clé, il se serait porté volontaire pour aider la grand-mère d'Erïka si elle avait besoin
.

"Hé ben mon dos, mes deux bras et mon estomac, on s'ra là si besoin, Anieta !" répliqua t-il d'un air amusé

Il se demanda, l'espace d'un instant, pourquoi elle déménageait. Voulait-elle se rapprocher du centre-ville ? Ou de l'Institut ? Souhaitait-elle emménager dans un appartement plus grand ? Ou plus petit ? Si ça se trouve, elle voulait juste habiter avec Germain. Peu importe la raison à vrai dire, Will s'en moquait. Si elle avait besoin d'un coup de main, il viendrait sans poser de questions. Puisque la vieille femme possédait un téléphone portable ainsi que le numéro d'Erïka, il imaginait qu'elle lui enverrait un message pour la prévenir de le prévenir. Ca devenait compliqué de faire de la russe son messager personnel. Un de ces quatre, il faudrait qu'il s'achète un téléphone portable. Mais ce n'était pas la priorité pour le moment !

Attendant patiemment qu'Erïka explique les règles de son jeu, Will s'installa sur le canapé, assis en travers, tourné vers elle. Il fut étonné que le jeu ne nécessite pas de cartes. Il l'écouta donc attentivement, mimant ses gestes afin d'être certain de comprendre. Le but était effectivement très simple et il ne semblait pas y avoir de gagnants/perdants. Un simple jeu d'échange au final. C'était amusant mais Will espérait ne rien dire de contrariant pour la russe. Maintenant qu'elle s'était détendue, il était hors de question de lui faire se rappeler de choses désagréables. Difficile de savoir à l'avance, alors le mutant se lança, disait ce qui lui passait par la tête après avoir répondu à la phrase de la jeune femme
.

"Hé ben heureus'ment qu'j'ai mes encore mes dix doigts !" fit-il en riant avant de prendre un air concentré, les mains dans la position adéquate "J'ai jamais mis les pieds hors des Etats-Unis, donc non. Hmmm alors... J'ai jamais été dans un parc d'attraction. Ouais j'te jure ! Jamais ! J'irai bien un jour... Ca a l'air chouette... Et toi alors ?"

Les questions risquaient de s'enchainer assez vite et il réfléchissait déjà aux futures qu'il allait poser. Il y avait plein de choses qu'il n'avait jamais faites mais aussi d'autres qui n'étaient pas habituel de faire dans une vie "normale". Ce jeu devait être d'autant plus amusant à plusieurs, c'était un bon moyen de mieux connaitre les autres.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 16:58

L’âge n’avait pas d’importance aux yeux d’Erïka… Enfin, seulement lorsqu’elle désirait acheter quelque chose d’interdis aux mineurs comme de l’alcool. Sinon, elle se fichait tout autant de l’âge que de l’apparence d’une personne. Elle découvrait peu à peu ce que c’était que de voir au-delà de la première impression et d’apprendre à connaitre quelqu’un. Elle commençait à se faire de véritables amis, ce qui ne lui était jamais vraiment arrivé avant. Solitaire une partie du temps, à l’école elle trainait souvent avec Alexïs et ses amis qui sont devenus ses amis à elle aussi avec le temps. Maintenant, c’était totalement différent de l’école primaire et c’était parfait ainsi.

Bien curieuse d’entendre Will parler dans une autre langue, elle prêta l’oreille afin d’écouter attentivement ses paroles. Qu’allait-il lui dire ? Un truc super complexe dans le but de voir sa réaction ? Cependant, il fit comme dans la majorité des cas où l’on demandait à une personne de parler une langue étrangère, il y alla d’une phrase simple qu’elle ne comprit qu’à moitié. Côté accent, elle entendu pire. C’était tout de même amusant à entendre. Il détachait chacun de ses mots afin qu’elle puisse les comprendre.


-"Viens pas t'plaindre si j'te fais grincer des dents à cause de mon accent alors hein ! N'empêche, j'vois qu'tu connais d'jà quelques mots, c'est un bon début ! Bientôt ce s'ra plus la peine de dire cette phrase, t'en saura bien plus. Tu d'vrais demander à Amy d't'apprendre, elle en s'rai ravie. Allez, instant traduction, à ton avis, qu'est-ce que j'dis ? Mi scusi, dove sono i bagni, bella donzella ?"

-« Là, c’est certain que du vient de me traiter de belle donzelle. C’est ce qui est plaisant de cette langue, quelque fois je peux faire le rapprochement entre différents mots. Alors, tu as dit… Excusez-moi et… je suis totalement larguée. J’en ai aucune idée. Je finirais par trouver ! »

C’était difficile pour son orgueil de ne pas arriver à trouver le sens de cette phrase. Si elle avait décodé le début ainsi que la fin, lui reste lui était totalement inconnu. Comment y comprendre quelque chose ? Ne connaissant pas les mots employés, elle tentait toujours de faire le rapprochement avec les autres langues qu’elle connaissait, particulièrement le français. Sans succès. Elle laissait tomber pour le moment, mais il était sûr et certain qu’elle allait se pencher sur cette fameuse phrase… si elle s’en souvenait toujours.

Déjà, alors qu’elle montrait son jeu à Will, elle avait totalement oublié ces mots en italien. Elle tentait de trouver quelque chose qu’elle n’avait jamais fait avant que son tour n’arrive. Cependant, c’était bien plus difficile à faire qu’elle ne le pensait. Puis, le rouquin donna un fait sur lui.


-"J'ai jamais mis les pieds hors des Etats-Unis, donc non. Hmmm alors... J'ai jamais été dans un parc d'attraction. Ouais j'te jure ! Jamais ! J'irai bien un jour... Ça a l'air chouette... Et toi alors ?"

-« Jamais ? Eh bien, va falloir que t’essaie ça un jour ! C’est pas donné d’entrer là, mais ça en vaut la peine quand tu y passes une journée complète. » Elle baissa son petit doigt de la main droite. « J’y suis déjà allé quelques fois avec Alexïs et mes grands-parents. Je voulais toujours faire les manèges pour les plus grands, mais je n’avais jamais la taille requise. »

Elle sourit, tenta de trouver quelque chose. Elle aurait pu continuer en parlant de ces manèges qu’elle n’avait jamais pu faire, mais elle désirait changer de sujet. Non pas que c’était quelque chose de gênant, mais ce n’était pas amusant s’il restait toujours autour de mêmes sujets. Elle pouvait toujours parler de quelque chose qu’elle n’avait jamais fait dans sa jeunesse, mais rien ne lui venait à l’esprit. De quoi pouvait-elle bien parler ? Elle contournait tant de zones d’ombres marquant les tristes événements de son passé qu’elle réduisait énormément son choix. Malgré tout, elle se risqua à dire la seule chose qui lui passait par la tête.

-« Je n’ai jamais campé dans une tente. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 19:35

A la tête concentrée que fit Erïka, Will constata qu'elle était en train d'essayer de comprendre ce qu'il venait de dire en italien. Le début et la fin de sa phrase n'étaient pas bien difficile à comprendre mais la russe fit une légère erreur de traduction concernant un mot, ce qui provoqua l'hilarité de Will. Il était facile de confondre certains mots que l'on croyait "transparents" et qui au final n'avait pas tout à fait la même signification. Il ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Elle comprenait déjà bien mieux que lui l'italien à ce stade de connaissances. A sa place, il aurait été incapable de comprendre. Il se souvenait de sa rencontre avec Amy. A l'époque, elle ne parlait pas un mot d'anglais et ils avaient eu du mal à se comprendre. Ce qu'on disait était vrai, on apprenait bien plus vite une langue lorsque l'on séjournait dans le pays en question. Cela valait tous les cours du monde. Mais à défaut, l'italienne ferait un très bon professeur. Bien meilleur que William.

"Ca veut dire belle demoiselle pas donzelle ! J'te laisse chercher, p't'être que tu trouvera juste par déduction." répondit-il entre deux rires "J'te rassure, t'es bien meilleure en italien que Scum. Lui il croit qu'mozzarella ça veut dire fromage !" ajouta t-il en riant de plus belle

Apprendre une langue donnait parfois de drôles de situations lorsque l'on confondait des mots. Will aurait très bien pu expliquer le sens de sa phrase à la russe mais c'était plus amusant de la laisser chercher, surtout qu'elle semblait se prêter au jeu. Il était prêt à lui donner un indice mais sans lui révéler précisement de quoi retournait sa question. L'apprentissage était comme une sorte de jeu après tout.

Maintenant il était concentré sur l'explication du jeu de l'adolescente. Rien de bien compliqué. Ce qui était difficile était de ne pas tomber sur un sujet épineux. Mais même s'il connaissait une partie des sujets à éviter, certains points restaient obscurs et pourraient très bien arriver dans la conversation par erreur. Le mutant prit donc son temps pour poser sa question. Il avait toujours rêvé d'aller dans un parc d'attraction mais n'en avait jamais eu l'occasion. Il avait bien été à une sorte de fête foraine en compagnie d'Amy, mais c'était bien différent d'un véritable parc sédentaire.

Erïka fit part de son expérience et baissa l'un de ses doigts. Elle évoqua le prix, pas donné, pour accéder à un tel parc. C'était cher ? Will pensait que ça ne coûtait que quelques dollars. Un peu déçu, il garda l'information dans un coin de sa tête pour s'en souvenir si jamais il comptait y aller un jour. Mieux valait économiser avant. La russe raconta une courte anecdote, précisant qu'elle voulait toujours faire les manèges qui n'étaient pas de son âge. Cela n'étonnait pas le rouquin. Il imaginait bien l'étudiante en train de taper du pied pour se rendre sur une grande montagne russe que même les plus téméraires hésitaient à affronter. Mais ce qui interpela surtout le mutant, c'était la remarque qu'elle fit à propos de sa taille. Il ne put s'empêcher de faire un commentaire
.

"Ah parce que tu l'as, maint'nant, la taille requise ?" fit-il en riant, la taquinant sur sa petite taille

Ce n'était vraiment pas méchant. Après tout, la russe n'était pas si petite que ça, elle était presque dans la moyenne. Mais à côté du rouquin, elle paraissait d'autant plus petite. Qu'elle fasse un ou deux mètres n'avait pas d'importance, ça ne changeait pas qui elle était. Et puis Will trouvait que sa taille lui correspondait plutôt bien
.

"L'prend pas mal, hein ! Amy est à peine plus grande qu'toi. T'es très bien comme t'es ! Néanmoins j'trouve dommage qu'un truc indépendant d'notre volonté nous empêche d'pouvoir accéder à certaines choses ou pas." ajouta t-il en souriant

Ce fut au tour de la russe de dire sa phrase. Elle n'avait jamais été camper ? Will, lui, avait été un fidèle adepte du camping. Dormant toutes les nuits dans une tente durant trente jours, on pouvait dire qu'il avait l'habitude. Il se souvint que son père les emmenait, sa soeur et lui, à la campagne et qu'ils passaient leurs vacances à vivre autour de leur tente. Y dormir n'avait été qu'une activité parmi une autre. C'était un bon souvenir même si, quelque part, cela lui faisait un peu de peine
.

"Vivre dans la rue sous un bout d'tissu tendu en guise de tente, ça compte ?" demanda t-il d'un air amusé "J'déconne. J'ai d'jà campé plein d'fois oui. Chaque été, pendant les vacance scolaires, j'partais un mois chez mes grands-parents avec ma soeur et on campait dans leur jardin. On s'prenait pour des aventuriers et on vivait à la dure. C'était vraiment chouette. Tu d'vrais essayer une fois ! Genre se faire un weekend en forêt. En espérant qu'il pleuve pas ! Evite l'hiver en tout cas !" répondit-il finalement

C'était maintenant à son tour de dire quelque chose. Il y avait une multitude de sujets mais lequel choisir ? Qu'est-ce qu'il n'avait jamais fait mais que la russe était susceptible d'avoir fait, elle ? Quelques idées lui venaient, mais il avait déjà les réponses, ce qui n'avait aucun intérêt
.

"J'ai jamais eu de diplome. Pas un seul. Même pas un p'tit truc. Pas même le brevet de premier secours ! J'ai jamais fini mes études et j'ai jamais rien passé qui m'aurait valu un diplome. Et toi ? Tu dois bien en avoir au moins un, non ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 22:44

La taille d’Erïka ne lui avait jamais posé de problèmes. Elle n’était pas complexée parce qu’elle se trouvait à peine plus petite que d’autres femmes. Tout était proportionnel chez elle, que ce soit sa poitrine ou bien son tour de taille. Si on considérait, quelques années plus tôt, qu’elle était aussi maigre qu’une anorexique au régime, la peau sur les os, elle était parfaitement normale, à présent. Son apparence lui donnait certains avantages. Déjà, pas besoin de se casser la tête dans les boutiques de vêtements, pas mal tout ce qu’elle essayait lui faisait. Ensuite, côté combat, le fait que quelqu’un la croit faible et ménage ses coups lui donnait l’occasion de lui prouver le contraire et de frapper fort, le surprenant et obtenant un certain avantage sur lui.

-"Ah parce que tu l'as, maint'nant, la taille requise ?"

Ne s’attendant pas à une telle réplique, Erïka le fixa avec un petit air outré se mélangeant avec le sourire qu’elle avait aux lèvres. Il avait osé dire qu’elle était petite ? Elle tapa Will sur le bras avec la paume ouverte de sa main. Ce n’était pas un coup très fort, mais il signifiait seulement « te moque pas de moi ». L’adolescente était de si bonne humeur qu’elle ne pouvait pas se fâcher contre Will pour cette réplique. En fait, pouvait-elle mal prendre les plaisanteries d’un ami ? Tout était une question d’humeur avec elle.

-« Non mais oh ! Je me fais traiter de naine par une grande asperge ou quoi ? » Fit-elle en tentant de garder son sérieux. Son sourire la trahissait.

-"L'prend pas mal, hein ! Amy est à peine plus grande qu'toi. T'es très bien comme t'es ! Néanmoins j'trouve dommage qu'un truc indépendant d'notre volonté nous empêche d'pouvoir accéder à certaines choses ou pas."

-« Alors on va fonder la communauté des naines anonymes et on va renverser ces gens qui décident des grandeurs réglementaires pour les manèges ! »

Erïka avait, à son tour, annoncé quelque chose qu’elle n’avait jamais fait. Du camping, elle en avait fait, même si elle préférait nommer ça de la survie en forêt. Jamais elle n’avait eu de tente. À la limite, elle avait dormit sous un abri fait de branches d’arbres et de feuillage afin de se protéger de la pluie et du froid. C’était une dure épreuve dont elle s’était sortie plus forte. L’adolescente ne se plaindra pas le jour où on la trainera en camping, cela ne pouvant être pire que ce qu’elle avait vécu cette longue semaine-là. Elle savait, en quelque sorte, ce qu’avait pu vivre Amy et Will dans la rue. Une fois arrivée à New-York, les jumeaux avaient dû faire bien du chemin pour retrouver la maison qu’habitait leur grand-mère à cette époque. Ils n’avaient passé qu’une seule nuit dans ces rues sombres et effrayantes et cela lui avait suffi. Elle ne pouvait imaginer les nombreuses années où le rouquin s’était battu pour ne pas se faire dévorer par ce milieu cruel et hostile.

-"Vivre dans la rue sous un bout d'tissu tendu en guise de tente, ça compte ? J'déconne. J'ai d'jà campé plein d'fois oui. Chaque été, pendant les vacances scolaires, j'partais un mois chez mes grands-parents avec ma soeur et on campait dans leur jardin. On s'prenait pour des aventuriers et on vivait à la dure. C'était vraiment chouette. Tu d'vrais essayé une fois ! Genre se faire un weekend en forêt. En espérant qu'il pleuve pas ! Évite l'hiver en tout cas !"

-« Ça devait le bon temps, je suppose. Vous viviez dans le jardin, mais rentriez chasser la boite de biscuit sauvage dès l’heure de la collation? » Elle fut amusée par les images parvenant à son esprit de Will et d’une sœur lui ressemblant presque autant parcourir discrètement la cuisine pour y voler la boite de biscuits, ni vus, ni connus. « Tu sais, j’ai dit que je n’ai jamais fait de camping dans une tente, pas sans. On a qu’à squatter le boisé de l’institut, je suis certaine qu’on pourra convaincre mam’zelle Frost que c’est un entrainement spécial pour les élèves qui ont soif d’aventure ! Si ça se trouve on va nous prendre pour des cinglés. »

La jeune fille ne se souciait pas de l’opinion des autres. Les seules personnes qui pouvaient faire une différence chez elle étaient celles qu’elle portait dans son estime ou à qui elle offrait une grande confiance. C’était ces rares personnes qui pouvaient l’empêcher de faire des conneries alors que, tête de mule, elle ne reculait pas devant certaines situations dangereuses.
Elle n’avait rien contre une séance de camping, mais refusait de se retrouver dans une quelconque forêt inconnue où le danger pouvait surgir à tout moment. Elle préférait rester au sein de l’institut. Avec Amy et Will, l’activité allait tout de même être amusante. À cette pensée, Erïka avait bien hâte de revoir la mutante. Il y avait un bon moment qu’elle n’avait pas passé du temps avec elle. Quoi qu’elle puisse en dire, Erïka s’était attachée à Amy et sa présence était aussi rassurante que celle de son compagnon.


-"J'ai jamais eu de diplôme. Pas un seul. Même pas un p'tit truc. Pas même le brevet de premier secours ! J'ai jamais fini mes études et j'ai jamais rien passé qui m'aurait valu un diplôme. Et toi ? Tu dois bien en avoir au moins un, non ?"

-« Le primaire, ça compte ? J’ai pris du retard dans mes études, mais je compte bien faire l’université. Avec de la chance, je n’aurais pas besoin de quitter l’institut pour ça. »

Erïka baissa un deuxième doigt. Le seul diplôme ou plutôt le seul niveau d’étude qu’elle avait complété était le primaire. S’il existait toujours de tels papiers datant de cette époque, et elle espérait que ce ne soit pas le cas, elle les brûlerait, comme tout le reste. Elle se demanda pourquoi le rouquin n’avait pas pu terminer ses études. Certes, il avait été à la rue, mais elle imaginait mal un enfant de douze ans se retrouver dans ce milieu hostile. C’était possible et la jeune fille songea que ce devait être le cas, n’en parlant pas davantage.

C’était maintenant à son tour de dire quelque chose. Cherchant dans son esprit un petit truc qu’elle pourrait lui révéler, de nombreux sujets passèrent à son esprit avant qu’elle ne se décide à parler. Elle voulait trouver le moyen de faire disparaitre les doigts de Will de sa vue. Après tout, c’était bien le but du jeu, non ?


-« Je n’ai jamais été à Philadelphie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 1:11

Même si Will aimait bien taquiner les gens, il comprenait que certaines choses ne faisaient pas rire. Tout le monde n'acceptait pas toujours leurs caractéristiques physiques ou ce qui les rendaient différents. Lui même n'appréciait pas tellement qu'on aborde le fait qu'il était borgne et il aurait donc parfaitement compris que la russe prenne mal sa remarque. Cependant, elle ne le fit pas. Même si elle le frappa gentiment, elle répliqua avec humour, traitant au passage le mutant de grande asperge, ce qui prolongea le rire du rouquin. En effet, Will avait très longtemps été petit. Au collège, cela lui avait valu pas mal de moqueries et étant impulsif, il avait passé le plus clair de son temps à se battre pour montrer que la taille ne faisait pas tout. Sauf qu'à l'époque, il n'avait pas la force qu'il avait actuellement et se faisait souvent battre. Il savait ce que c'était de se faire traiter de nabot, de minus et autres appellations du genre. Ce n'était donc pas son intention de fâcher la mutante. Il désirait simplement répliquer à ce qu'elle avait dit avec humour.

"C'pas moi qui l'ai dit hein ! Tu t'traites de naine toute seule !" fit-il en riant de plus belle "J'vais t'dire un secret. Jusqu'à mes 15 ans, j'étais tout p'tit. Plus p'tit qu'toi au même âge. J'ai grandi d'un coup. A croire qu'on m'a passé dans une essoreuse !"

Car la russe avait raison, physiquement il était plutôt proche de l'asperge, grand et mince. Il lui aurait été difficile d'être gros en vivant dans la rue. Son quotidien était parsemé de combats et manger était un luxe qu'il n'arrivait pas à combler tous les jours. Néanmoins il avait développé une certaine musculature qui l'empêchait de ressembler à un anorexique. Maintenant qu'il était à l'Institut, il allait pouvoir se remplumer un peu plus.
Erïka ajouta une remarque supplémentaire qui amusa le mutant. Décidement, l'adolescente était pleine d'humour, ce qu'elle cachait plutôt bien en temps normal. Will s'amusait comme un petit fou
.

"Ouais, bonne idée ! Faites les marcher sur les g'noux toute la journée pour qu'ils s'rendent compte !" ajouta t-il pour appuyer ce qu'elle disait

Maintenant qu'ils parlaient de camping, Will se revoyait à cette époque. C'était le temps où tout allait bien avec sa famille, où il n'était pas mutant et où rien ne semblait pouvoir bouleverser son quotidien. C'était effectivement le bon temps. En une journée tout avait finalement basculé. Ca ne servait à rien de regretter le passé, c'était de toute façon révolu. Sa vie était désormais toute autre. Et elle ne lui déplaisait pas. Il avait trouvé des amis, une nouvelle vie, des alliés, des opportunités et surtout la femme de sa vie. Une bonne évolution exigeait parfois des sacrifices.
Là encore, Erïka répliqua à sa réponse avec humour. Will finissait par avoir les larmes aux yeux à force de rire
.

"Non mais on avait une super technique de chasse. D'abord on l'encerclait discrètement. Et PAF on lui tombait d'ssus quand elle avait l'dos tourné ! Parfois on d'vait se battre. C'est que c'est farouche une boite d'biscuits ! J'ai failli perdre un doigt comme ça !" répondit-il en riant

Finalement, la russe avait déjà fait du camping. D'où la précision de dormir sous une tente dans la phrase qu'elle avait énoncée. Elle n'était pas contre l'idée de faire du camping tous ensemble, proposant même d'utiliser les bois qui entouraient l'Institut pour ça. Will se moquait bien du fait qu'ils pourraient passer pour des cinglés. Si les gens étaient trop coincés pour comprendre, tant pis pour eux ! De toute façon, si ça regardait quelqu'un, c'était le trio et juste eux
.

"Attend, c'est un super projet ! J'vois pas pourquoi Emma accepterait pas ! Survivre une semaine en terrain hostile ! Enfin hostile... Ca compte les fourmis et les moineaux ?" fit-il, amusé

Erïka comptait faire l'université. Will l'enviait quelque peu. Vivre dans la rue n'avait pas été un atout pour continuer ses études. A l'époque, il avait voulu faire des études de droit pour devenir avocat. Défendre les autres était quelque chose qui lui tenait à coeur. Malheureusement il n'avait jamais pu accomplir son rêve et il savait maintenant qu'il ne le ferait jamais. Tant pis, il avait d'autres projets en tête
.

"On va dire qu'ça compte. Ca a l'air chouette l'université, j't'envie. Tu m'racontera quand t'ira ? J'pense que tu peux continuer d'résider à l'Institut malgré tout. Enfin, j'espère. L'endroit s'rait bien triste sans toi."

La russe baissa un deuxième doigt. Will, pour le moment, n'en avait qu'un seul de baissé. Ils pouvaient encore lancer pas mal de questions avant de venir à bout de tous leurs doigts. Le rouquin la regarda, à moitié appuyé contre le dossier du canapé, attendant qu'elle trouve quelque chose. Finalement, la phrase vint. Une drôle de phrase. Une phrase qui sentait bon la triche.

"Peuh ! C'est déloyal ça ! Evidement qu'j'y suis d'jà allé, j'suis né là bas ! J'y ai vécu jusqu'à mes 15 ans avant que..." fit-il avant de s'interrompre

*Avant que je ne me découvre des pouvoirs, que ma soeur me rejette et que mon père m'envoie chez les dingues pour le restant de mes jours.*

"Enfin bref. Quand j'y r'tournerai, si j'y r'tourne, j'te rapporterai un cheesesteak ! C'est la spécialité d'là-bas. Enfin il risque d'êt' un peu froid d'ici que j'le ramène."

C'était maintenant à son tour de lancer une phrase. Puisque la russe avait triché, il n'allait pas se priver pour en faire autant. Baissant un deuxième doigt, il se mit à réfléchir sur ce qu'il pourrait dire d'évident pour l'adolescente. Plein de choses lui venaient en tête, mais la plupart étaient sujètes à des points sensibles. Finalement, il trouva quelque chose qui ne poserait aucun problème.

"Je n'ai jamais eu d'animaux d'compagnie. Non, jamais. Même pas un poisson rouge. Ma soeur est allergie aux poils d'animaux en tout genre alors elle les fuit comme la peste. Du coup ben... on s'en est passé. Et toi ma chère Rika ? Hmm ? Une boule de poils à l'horizon ?" fit-il en souriant en coin, sachant parfaitement à l'avance la réponse qu'elle était obligée de fournir

La guerre des doigts ne faisait que commencer !

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 5:19

-"C'pas moi qui l'ai dit hein ! Tu t'traites de naine toute seule ! J'vais t'dire un secret. Jusqu'à mes 15 ans, j'étais tout p'tit. Plus p'tit qu'toi au même âge. J'ai grandi d'un coup. A croire qu'on m'a passé dans une essoreuse !"

-« Alexïs se ferait un plaisir de te dire avec des termes scientifiques que tu as eu une poussée de croissance ! Mais fais gaffe, c’est pas pour rien que l’humain a inventé les talons hauts. »

Erïka en talon hauts ? C’était bien possible. Oubliez ces fichus chaussures aux talons aiguilles passant facilement dans les trous de canalisation. L’adolescente portait, parfois, de véritables chaussures la faisant paraitre plus grande de quelques centimètres. Un talon suffisamment large pour qu’elle puisse garder son équilibre, courir et se battre au besoin était requis. Elle n’en possédait qu’une seule paire, ce qui était nettement suffisant. Un jour, elle les portera en la présence de Will. Elle aura l’air moins petite à ses côtés. Et puis, pour faire la cuisine et atteindre les hautes tablettes dans les armoires, c’était toujours utile.

Tout au long de la soirée, de nombreuses idées marrantes, des idées de projets et d’activité parvenaient à l’esprit de l’adolescente. En sortant d’ici, elle en aura oublié la moitié. Le rouquin semblait bien s’amuser avec ce côté joyeux que possédait Erïka. Malheureusement pour lui, il devra faire avec son indifférence et son sale caractère lorsqu’ils seront de nouveau à l’institut. Elle ne cessera probablement jamais d’afficher cet air de je-m’en-foutisme, étant devenu un mécanisme de défense qu’elle avait bien du mal à retirer par elle-même.


-"Non mais on avait une super technique de chasse. D'abord on l'encerclait discrètement. Et PAF on lui tombait d'ssus quand elle avait l'dos tourné ! Parfois on d'vait se battre. C'est que c'est farouche une boite d'biscuits ! J'ai failli perdre un doigt comme ça !"

Erïka ne put s’empêcher de rire en imaginant la scène. Elle n’était pas habituée de rigoler autant, ce qui commençait à se faire sentir au niveau de sa mâchoire. Malgré tout, elle n’arrivait pas à s’arrêter. Will avait déjà un œil en moins, alors perdre un doigt en plus… C’était sans parler de sa malédiction lorsqu’il se trouvait avec l’adolescente : il finissait toujours par se faire tirer dessus. La première fois, il n’était même pas la cible, mais il n’a pas hésité à se prendre une balle pour la sauver. Ce geste, même si cela n’avait pas paru chez la jeune fille, l’avait touchée. Elle aurait pu prendre la balle, malgré la douleur et le risque de mort que cela aurait occasionné. Elle n’avait jamais demandé au rouquin d’être blessé à sa place. Malgré tout, elle lui en était reconnaissance. Ce n’était pas parce qu’elle était habituée à la souffrance physique qu’elle devait encore voir son corps meurtris par de douloureuses blessures…

-"Attend, c'est un super projet ! J'vois pas pourquoi Emma accepterait pas ! Survivre une semaine en terrain hostile ! Enfin hostile... Ça compte les fourmis et les moineaux ?"

-« N’oublie surtout pas les petits insectes grouillants dans la terre. Il y a des lièvres, parfois, dans le coin. On aura l’occasion de se faire un diner, quoi qu’un lièvre à trois ça ne sera pas suffisant…»

Manger des animaux de la nature sauvage, Erïka savait ce que c’était. Elle avait fait de la chasse avec son grand-père, durant sa jeunesse. Puis, lorsqu’elle avait vécu en forêt, elle avait tué des animaux pour que son frère et elle puissent se nourrir. À présent, comme auparavant, elle ne tuait de pauvres bête qu’en cas de nécessité absolue. Pas question d’achever un animal pour le plaisir. Sa mort devait servir à quelque chose. Au fil des années, sans même s’en rendre compte, l’adolescente avait cessé de manger de la viande, se contentant de légumes la majorité du temps. Cependant, si quelqu’un lui cuisinait de la viande, elle n’allait jamais refuser le plat.

L’adolescente devait songer à l’avenir. Bientôt, elle devra s’inscrire dans une université, ce qui n’était pas donné. Heureusement pour elle, il lui restait encore du temps pour penser à tout cela, ayant du retard dans ses études. La jeune fille aimerait bien suivre l’université par correspondance afin de rester au sein de l’institut ou bien avoir cours dans le manoir. Cependant, elle doutait qu’un quelconque mutant ne soit professeur de langue spécialisé en traduction. Erïka devait sérieusement songer à se trouver un travail et obtenir son permis de conduire afin de pouvoir se déplacer en ville.


-"On va dire qu'ça compte. Ça a l'air chouette l'université, j't'envie. Tu m'racontera quand t'ira ? J'pense que tu peux continuer d'résider à l'Institut malgré tout. Enfin, j'espère. L'endroit s'rait bien triste sans toi."

-« Je le crois aussi. Il y a des gens de tous les âges à l’institut, même des vieux fossiles bien plus anciens que toi. Tu sais, si ça t’intéresse tant que ça l’école, t’a qu’à demander au professeur Xavier de suivre les cours comme tout le monde. T’obtiendra au moins un diplôme comme ça. »

C’était au tour de révéler quelque chose qu’elle n’avait jamais fait. Faute d’inspiration sur le moment, elle se décida à annoncer qu’elle n’était jamais allée à Philadelphie, lieu de naissance de Will. Cela l’obligeait donc à baisser un doigt. Elle savait qu’elle venait d’ouvrir les hostilités et qu’il allait certainement trouver des choses qu’elle avait déjà réalisées. C’était l’avantage qu’il avait de la connaitre un peu.

-"Peuh ! C'est déloyal ça ! Évidement qu'j'y suis d'jà allé, j'suis né là-bas ! J'y ai vécu jusqu'à mes 15 ans avant que..."

Will s’arrêta soudainement de parler. Avant que quoi ? L’adolescente n’était pas stupide, c’était bien l’air de quelqu’un qui avait un secret à cacher. Que c’était-il passé à ses quinze ans ? Il s’était retrouvé à la rue ? Erïka était bien consciente qu’elle n’était pas la seule à avoir une vie totalement rose. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui avait pu se produire dans la vie de l’homme à ce moment-là. Le bien peu qu’elle savait lui portait à croire que c’était le début de sa vie de misère dans les rues de la ville, mais si c’était bien le cas, il lui aurait dit, non ?

-"Enfin bref. Quand j'y r'tournerai, si j'y r'tourne, j'te rapporterai un cheesesteak ! C'est la spécialité d'là-bas. Enfin il risque d'êt' un peu froid d'ici que j'le ramène."

Il avait changé de sujet, signe qu’il ne voulait pas en parler. Erïka se tue, pour l’instant, laissant l’occasion à Will d’enchainer avec une autre affirmation à son sujet. Cependant, l’adolescente pensait encore à ce qui avait pu se produire dans la vie du rouquin. Elle tentera une approche afin d’en savoir plus. Dans le pire des cas, il restera muet face au sujet et la jeune fille n’aura pas d’autres choix que d’abandonner l’idée de le questionner. Elle savait ce que c’était que de ne pas vouloir révéler certaines choses. Si Will n’avait pas poussé plus loin le sujet des « quadruplé » elle en fera de même en ce qui concernait son enfance.

-"Je n'ai jamais eu d'animaux d'compagnie. Non, jamais. Même pas un poisson rouge. Ma soeur est allergique aux poils d'animaux en tout genre alors elle les fuit comme la peste. Du coup ben... on s'en est passé. Et toi ma chère Rika ? Hmm ? Une boule de poils à l'horizon ?"

-« Tu veux jouer à ce jeu-là, hein ? Je suppose que tu connais déjà Istina pour être passé près de l’envoyer balader d’un coup de pied. » Elle baissa un doigt. « Maintenant, à moi. Je n’ai jamais eu de problèmes, durant ma jeunesse, à Philadelphie. »

Elle fixa Will dans les yeux. Ou plutôt, son œil valide. Elle attendait une quelconque réaction de sa part. Son sourire avait disparu de son visage, n’étant plus de circonstance en ce moment. Elle avait probablement jeté un froid sur le jeu, sur la discussion, sur la si belle ambiance régnant dans la pièce. Tout cela, elle en avait conscience. Mais si ça lui permettait de savoir…

Anieta fit irruption dans la pièce, annonçant aux deux mutants qu’elle allait servir le gâteau qu’elle avait acheté en guise de dessert. Elle ne tarda pas de rejoindre la cuisine où elle sortit les assiettes ainsi que les ustensiles, sans parler de la pâtisserie elle-même. Coupant des parts et en servant à tout le monde avant même que les deux jeunes soient en cuisine, elle les attendit pour manger. Le gâteau à la mousse au chocolat allait certainement plaire à Will. Erïka avait déjà eu l’occasion d’en gouter un semblable et cela lui avait bien plus. C’était sucré à souhait. L’adolescente se leva finalement du canapé afin de regagner sa place à la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 12:57

"Des talons ? Des s'melles compensées tu veux dire ?" rectifia t-il en souriant en coin, amusé

Puisqu'Erïka semblait bien le prendre, Will prit le risque d'en rajouter un peu, sans toutefois dépasser les bornes. Il saisissait toutes les perches qu'elle lui tendait, ne ratant pas une occasion de sortir une plaisanterie. Supposant que le changement de comportement de la jeune femme ne durerait pas indéfiniment, il sautait sur l'occasion. Il s'amusait déjà bien en temps normal avec la Erïka qu'il avait l'habitude de cotoyer mais il devait reconnaitre que là, il en profitait comme jamais.

Will avait toujours eu une imagination débordante en ce qui concernait les projets à plusieurs personnes. Tout était toujours plus amusant à plusieurs. Dans la rue, il n'avait pas tellement eu l'opportunité de pouvoir finaliser un seul de ses projets, mais maintenant qu'il n'y vivait plus, il allait enfin pouvoir le faire. Mieux, il avait trouvé les partenaires dont il avait besoin et qui semblaient tout aussi intéressés que lui. Enfin, au moins Erïka. Il en parlerait aux autres plus tard. La liste des choses à faire s'agrandissait à chaque instant et il se demandait quand est-ce qu'il allait bien pouvoir faire tout ça. Puisqu'il ne travaillait pas encore, il fallait qu'il en profite pour mettre à exécution ces fameux projets avant d'être prit de court.

Même si la plupart du temps, ses blagues laissaient la russe indifférente ou peu expressive, cette fois-ci, elle ne se gênait pas pour rire franchement. Là, ce soir, on aurait dit une adolescente toute à fait ordinaire, qui n'avait pas un passé difficile à cacher et qui s'interdisait d'avoir toute relation amicale avec quique ce soit. C'était une autre Erïka. Peut-être celle qu'elle était avant ? Peu importe. Pour William, ce n'était pas important. Il l'avait connue froide, distante et agressive. Mais en prenant la peine de la connaitre un peu, il avait découvert qu'elle n'était pas que ça. Que c'était juste sa façon de se défendre, de se protéger. Chacun avait sa méthode et il ne pouvait pas la lui reprocher. Après tout, ça ne l'empêchait pas de passer de très bons moments avec elle. Alors si elle voulait se revêtir de son caractère habituel, ça ne changerait rien pour le rouquin. Ce n'était pas ça qui allait l'empêcher de plaisanter
.

"Des lièvres ? Des lièvres ?! Et personne fait rien ? Mais c'est super dang'reux ce bois ! J'sais pas si j'suis prêt pour ça en fin d'compte... Des lièvres quand même... C'est au moins... grand comme ça !" fit-il en espaçant ses mains plus que nécessaire, désignant plus un gros chien que la taille d'un lapin

Vivre en pleine nature ne le dérangeait absolument pas. Il imaginait que c'était même sans doute mieux que de vivre en pleine ville, au milieu de toute une population qui n'en avait rien à faire de vous voir crever sur le trottoir. La ville était de loin plus hostile que la forêt. Les animaux sauvages étaient remplacés par les voitures et les passants. La ville était grande, avec son lot de sans abris, de gangs en tout genre, de junkies, de dealers, de trafiquants... Si les animaux se tenaient généralement loin de l'Homme, le laissant tranquille même s'il était sur leur territoire, en ville c'était différent. Si vous aviez le malheur de vous endormir au mauvais endroit, il était fort possible qu'une personne mal intentionnée vienne vous dépouiller du peu de choses que vous possédiez... ou pire. L'être humain était un animal. Non, il était bien pire que ça. Vivre au milieu des animaux -en tout cas ceux de la forêt- semblait déjà bien moins dangereux.

Erïka précisa qu'il pouvait très bien demander à suivre des cours à l'Institut. Will ne s'imaginait pas trop dans une salle de cours. Il ne savait pas s'il serait capable d'y remettre les pieds. C'était loin derrière lui et même s'il avait toujours l'envie d'apprendre, il ne savait pas s'il deviendrait un bon élève. Le meilleur moyen de savoir était encore de tester. C'était sûr, il ne ferait pas les études dont il avait tant rêvé, mais au moins cela lui permettrait de s'instruire un peu
.

"J'pourrai t'jours demander, ouais. Ca coûte rien. Puis, tant qu'à vivre dans une école, autant qu'j'en profite ! J'me demande qui sont les profs..." fit-il en repensant à Ororo, se demandant quel rôle elle tenait au sein de l'Institut

De retour au jeu, Erïka répondit ce à quoi Will s'attendait. Forcément qu'il connaissait Istina ! C'était bien pour cette raison qu'il avait lancé cette phrase. C'était un point gagné d'avance, tout comme l'avait fait la russe. Elle enchaina aussitôt par une nouvelle phrase. Ne s'y attendant pas, le mutant arrêta de rire soudainement, regardant Erïka d'un air surpris.

Qu'est-ce que c'était que cette phrase ? Elle était bien trop précise pour être innocente et elle faisait référence à la précédente phrase que la jeune femme avait énoncé. Etait-ce une façon de lui demander de continuer la phrase qu'il avait interrompue ? De lui révéler à son tour une partie de son passé ? Will en connaissait déjà beaucoup sur Erïka, mais elle, ne savait pas grand chose. Il hésita, pas certain de vouloir en parler. C'était peut-être mieux ainsi après tout. Rien n'effacerait ce qu'il avait vécu et puis, le partager avec l'étudiante n'était pas si dérangeant que ça. Elle avait été plutôt compréhensive jusque là. C'était à son tour de connaitre un peu ce qu'il avait vécu auparavant
.

"Hmm... Moi si, comme tu dois t'en douter. Jusqu'à mes 15 ans, tout s'déroulait bien, enfin si on oublie l'fait qu'ma scolarité fut un peu chaotique. Et puis un jour qu'était pas fait comme un autre ben... j'suis d'venu spécial. S'tu vois c'que j'veux dire. J'étais super proche de ma soeur, on partageait tout alors j'lui en ai parlé. Ce fut l'erreur d'ma vie. Elle en a parlé à mon père et ils en ont déduis que j'étais dingue car j'avais vraiment pas l'air de mentir et que j'insistais. Comme j'pouvais pas leur montrer que c'que j'disais était vrai, ils ont pas cherché plus loin. Ma famille m'a r'jeté et mon père m'a envoyé dans..." s'interrompit-il pour choisir ses mots "Dans un endroit où on enferme les gens qu'on considère comme ayant un grave problème là." fit-il en désignant sa tête, la tapotant du bout de l'index "J'y suis resté de longs mois... J'saurai pas dire combien exactement. J'ignore combien d'fois ils m'ont drogués pour que j'me calme parce que j'étais un peu virulent. J'estimais qu'j'avais rien à foutre là bas, qu'j'étais pas dingue, que j'disais la vérité... J'ai même terminé plusieurs fois en isol'ment, enfermé dans l'noir total, attaché. J'ai fini par m'échapper. Mais j'voulais pas qu'ils me cherchent, j'voulais pas qu'ça r'commence alors j'suis parti l'plus loin qu'j'ai pu. J'ai fait du stop et au final m'voilà arrivé à New York. J'y vis depuis, mais ça, t'as dû l'deviner toute seule."

A peine eut-il fini sa phrase qu'Anieta fit irruption dans le salon, annonçant que le dessert allait être servi. Will espérait qu'elle n'avait rien entendu. Il avait parlé suffisament bas exprès pour que seule Erïka puisse l'entendre, mais, plongé dans son récit, il n'avait pas entendu la vieille femme approcher. L'évocation du gateau chassa un peu le passé qu'il venait d'évoquer et lui fit retrouver un semblant de sourire. Deux parts l'attendaient ! Will se leva et emboita le pas à Erïka, s'installant à sa place. Il attendit que tout le monde soit assis et servi avant d'entamer sa part. Le gateau était aussi bon que beau et après quelques bouchées, le rouquin ne pu s'empêcher de faire partager sa satisfaction.

"Et sinon, vous avez pas envisagé d'ouvrir un restaurant, Anieta ? Non parce que j'serai vot' premier client !" fit-il avant de savourer une nouvelle bouchée, le sourire revenu sur ses lèvres

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 18:03

-"Des lièvres ? Des lièvres ?! Et personne fait rien ? Mais c'est super dang'reux ce bois ! J'sais pas si j'suis prêt pour ça en fin d'compte... Des lièvres quand même... C'est au moins... grand comme ça !"

Erïka n’en pouvait plus de rire. Elle en avait mal au ventre. Ne se laissant pas tomber sur l’accoudoir derrière elle, la jeune fille laissa le côté de son corps basculé contre le dossier du canapé. C’était bien plus confortable ainsi. Plus le rouquin en ajoutait, plus elle riait. Elle ne pouvait plus s’arrêter. Elle n’arrivait pas à répliquer quoi que ce soit, n’étant pas en mesure de retrouver un minimum de sérieux. Finalement, après une longue minute à glousser en cherchant à arrêter une nouvelle vague de rire, la russe fut en mesure de poursuivre le jeu.

En parlant de cours, il était certain qu’il fallait aborder le sujet des professeurs. Will était nouveau au sein de l’institut, c’était bien normal qu’il ne connaissait pas ces gens qui y enseignaient. Cependant, sans même le savoir, il avait déjà rencontré deux institutrices de cet établissement. Sûrement ne s’en doutait-il pas. Erïka, elle-même, n’était pas certaine de connaitre tous les enseignants, mais elle lui en nomma quelques-uns.


-"J'pourrai t'jours demander, ouais. Ça coûte rien. Puis, tant qu'à vivre dans une école, autant qu'j'en profite ! J'me demande qui sont les profs..."

-« Emma. Crois-le ou non, elle enseigne. Ororo aussi, d’ailleurs. J’éviterais ses cours à ta place… Kurt donne des cours de… humm… » À force de parler Allemand avec lui, elle en oubliait le titre de son cours en anglais. « … art dramatique, je crois. Il y a également Scott et… Piotr. Il est prof d’art.» Elle avait prononcé ce prénom avec un petit accent Russe.

Finalement, Will répondit aux nombreuses interrogations d’Erïka au sujet de son passé. S’il lui disait maintenant, c’était peut-être parce qu’il lui faisait suffisamment confiance pour ça, non ? Elle écouta attentivement la moindre de ses paroles, se redressant légèrement. Elle nota qu’il n’osait prononcer les mots « hôpital psychiatrique ». Cela lui rappela cette simulation dans la salle des dangers. Ils étaient dans une prison pour mutant, même si certaines choses laissaient croire à pire que ça. Visiblement, ce n’était pas tous les parents qui osaient passer par-dessus les différences de leur enfant. L’adolescente songea à sa mère qui, si elle apprenait qu’elle était différente, la ferait immédiatement brûler sur le bucher. Will avait-il déjà tenté de renouer avec sa famille et de leur expliquer qu’il n’était pas un monstre, mais un être humain né différent ?

Très proche d’Alexïs, la jeune fille ne pouvait imaginer que celui-ci la trahisse un jour. Cependant, il semblerait que même les duos les plus solidaires puissent se poignarder dans le dos. Elle pouvait imaginer la souffrance de Will d’avoir été blessé par celle à qui il faisait confiance, à qui il avait osé parler de son don. Comment pouvait-on faire ça à son propre frère ? Heureusement pour la sœur du rouquin, elle n’était pas à la place de ce dernier. Si cela avait été le cas, elle n’aurait pas hésité à se venger. Cependant, le désir de vengeance d’Erïka se tournait vers bien d’autres personnes. Emma lui avait bien dit qu’il n’y avait rien de bon à être animé par ce sentiment, qu’il y avait d’autres solutions que la mort pour ceux qui avaient fait de sa vie un enfer.
Will était passé par-dessus, selon elle, toutes ces épreuves du passé et croquait dans la vie. Enfin, plus joyeux que lui, c’était impossible. Son sourire ainsi que son humour étaient terriblement contagieux.

Interrompus par Anieta, leur annonçant que le dessert était sur la table, la jeune fille attendit son départ avant de se lever. Elle fit quelques pas dans la pièce avant de se retourner, tombant nez à nez avec Will qui la suivait. Elle ne prenait pas les gens en pitié. Cependant, elle était en mesure de comprendre leur tristesse, leur sentiment de trahison ou de colère. C’étaient des émotions qu’elle avait ressenti et ressentait toujours.


-« Parfois, faut voir le bon côté des choses : si tout cela ne serait jamais arrivé, je serais encore en train de broyer du noir dans mon coin. C’est grâce à toi que je m’amuse ce soir. »

Aussitôt dit, elle tourna les talons. Elle n’attendait pas de réponses à ses paroles. S’installant à la table, la jeune fille attrapa sa fourchette et entama sa part de gâteau dès que Will fut assis. Un peu de chocolat de temps à autre ne faisait pas de mal. Erïka engloutit rapidement sa part et s’en servit une autre, plus mince, ainsi qu’un autre verre de lait. Ça donnait soif de manger quelque chose d’aussi sucré ! Restant silencieuse et profitant de l’absence de Germain, enfermé dans les toilettes pour un petit moment, elle écouta la discussion entre Will et sa grand-mère.

-"Et sinon, vous avez pas envisagé d'ouvrir un restaurant, Anieta ? Non parce que j'serai vot' premier client !"

-« C’est une bonne idée, mais je préfère cuisiner pour les gens de mon entourage. D’ailleurs, tu es le bienvenu ici, William, tu peux revenir quand tu veux. Il me fera plaisir de te montrer quelques recettes que tu pourras cuisiner avec Rosy, pendant votre temps libre à l’institut. »

Erïka se leva et déposa son assiette dans l’évier dans lequel elle fit couler de l’eau chaude. Ajoutant du savon, elle se préparait à nettoyer la vaisselle, prenant de l’avance sur Will. Elle déposa quelques assiettes dans l’eau savonneuse et se mit à les laver avec un petit linge trainant dans l’évier.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Mar 4 Déc 2012 - 2:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 19:48

Le rire d'Erïka était contagieux et William se mit à rire de sa propre bêtise. Finalement, son petit jeu était amusant. En plus d'en apprendre un peu sur la personne avec qui l'on jouait, cela forçait à réfléchir sur son propre passé, à chercher ce qu'on avait jamais fait. C'était facile de tricher lorsque l'on connaissait un minimum la personne et la russe ne s'en était pas privée. Mais ce n'était pas grave, ça restait amusant et puis le but n'était pas de gagner ou de perdre. Will avait fait certaines suppositions à propos de l'étudiante mais c'était quelque peu trompé en ce qui s'agissait de son orientation scolaire. Il avait été persuadé qu'elle avait fait pas mal d'études ou en tout cas qu'elle possédait plusieurs diplomes. Lorsqu'elle répondit, il se rendit compte qu'à cause de cette histoire de secte, elle n'avait probablement pas trop eu l'occasion d'avoir elle aussi une scolarité normale. Comme ils riaient et s'amusaient beaucoup, le mutant avait quelque peu oublié les détails de leurs vies, profitant de l'instant présent. Etait-ce si mal d'occulter un passé qui n'avait pas apporté que de bonnes choses ?

Puisqu'ils parlaient de cours, Erïka répondit à l'interrogation de Will en ce qui concernait les professeurs de l'Institut. La russe y résidait depuis bien plus longtemps que lui et devait bien connaitre un minimum les membres du personnel. Elle évoqua Emma, que Will connaissait et appréciait plutôt bien. Elle était professeur alors ? Il avait simplement pensé qu'elle était co-directrice ou quelque chose de ce style. Il avait du mal à l'imaginer donner un cours. Un cours de quoi d'ailleurs ? Le mutant observa un instant l'étudiante et se demanda si ce n'était pas avec Emma qu'elle avait prit des cours de froideur et d'éloignement des autres. Car il fallait bien le reconnaitre, la reine blanche était loin d'être un exemple de sociabilité. Froide, distante, elle parlait très peu d'elle. Finalement, Erïka et elle se ressemblait beaucoup. Enfin, jusqu'à présent car Will avait découvert une toute autre Erïka, surtout ce soir. Il se souvint néanmoins qu'Emma lui avait révélé certaines choses à son sujet. Comme quoi, même les gens les plus froids était capables d'échanger avec les autres.

Erïka parla ensuite d'Ororo. Qui diable était donc Ororo ? Pourquoi éviter les cours ? Qui était Kurt ? Et Scott ? Et... le type au prénom imprononçable ? A part Emma, Will n'en connaissait aucun. Sans doute les avait-il croisés à un moment ou à un autre sans savoir de qui il s'agissait. Néanmoins, maintenant qu'il avait connaissance de leurs noms, il se souviendrait de qui il s'agit si jamais il les croisait par hasard. Il retenait surtout -enfin essayait- de retenir le nom de Piotr, le professeur d'art. Sans doute qu'Amy aimerait le rencontrer
.

"J'me demande bien c'qu'elle enseigne Emma. Ca doit être cool d'l'avoir comme prof, j'l'aime bien. Mais j'crois qu'ça m'ferait bizarre. On a presque l'même âge je crois. Quant aux autres, inconnus au bataillon. J'm'incrusterai dans chaque cours, pour voir un peu d'quoi il s'agit. Ca peut pas faire d'mal à mes neurones d'toute façon !"

Puisqu'il avait une nouvelle vie désormais, il était temps de ne plus tenir compte de l'ancienne. Non pas qu'il reniait son passé, mais il estimait que cela ne servait à rien de s'appitoyer. Il avait été rejeté par sa famille, il en avait trouvé une autre à l'Institut. Il avait perdu la relation avec sa soeur, il avait trouvé mieux que ça, grâce à Amy. Il avait perdu un oeil mais gagné des amis. Il avait vécu à la rue mais avait maintenant un toit. Finalement, tous les mauvais côtés avaient été compensés. Alors pourquoi s'en plaindre ? Même si cela ne restait pas plaisant à évoquer, au moins il n'était plus triste. Plus trop en tout cas. Au final, en parler à quelqu'un d'autre qu'Amy lui faisait du bien. C'était une façon de se confier un peu à Erïka et de la faire entrer dans sa vie. Ce n'était pas si mal. Et même si la question l'avait surpris, il était content d'en avoir parlé. Comme quoi la russe s'intéressait un peu à lui malgré ses airs indifférents la plupart du temps.

Tandis qu'il se levait pour rejoindre la cuisine, Will manqua de percuter Erïka qui s'était arrêtée et retournée vers lui. Il se stoppa et la regarda d'un air intrigué, se demandant bien pourquoi elle avait stoppé là. Elle lui fit alors une remarque qui le toucha beaucoup. En plus de lui remonter le moral, elle avouait apprécier sa présence. Et cerise sur le gateau, elle avait raison. Si tout ces éléments de son passé n'étaient pas arrivés, jamais il n'aurait été à la rue, jamais il n'aurait rencontré Amy, jamais il ne se serait alors énervé tout seul, jamais il n'aurait percuté Erïka, jamais ils ne se seraient rencontrés et jamais le couple n'aurait mit les pieds à l'Institut. Comme quoi, un malheur pouvait apporter de bonnes choses. Il suffisait d'être patient
.

"T'as raison. Je n'm'en plains pas. J'suis heureux d'être ton ami, Rika." répondit-il doucement tandis qu'il suivait la russe jusqu'à la table

Le dessert était fabuleux. Will aurait pu manger tout le gateau à lui tout seul, quitte à être malade toute la nuit. C'était pour lui tout simplement comme un rêve éveillé et il appréciait de plus en plus cette journée passé en compagnie de l'adolescente. Sa grand-mère était une femme charmante en plus d'être une excellente cuisinière. Mieux que ça, elle fit une proposition à Will et l'invita à revenir quand il le souhaitait. Le mutant haussa des sourcils étonnés. Lui ? Le bienvenu ? Ayant été pendant de longues années un rebut, une bête noire, un paria, voilà qu'on le traitait comme une personne normale. Non, mieux encore, presque comme un membre de la famille. Ce n'était sans doute pas le but recherché, mais Will s'en moquait bien. Il était tout simplement heureux qu'on lui accorde de l'attention et de la considération
.

"Avec grand plaisir Anieta. C'est très gentil d'votre part, j'apprécie. J'hésiterai pas à passer vous voir quand j'en aurai l'occasion. D'toute façon, j'compte bien vous aider à déménager alors sûr qu'on va s'revoir !" répondit-il avec un grand sourire avant d'engloutir le dernier morceau de son assiette puis de pousser un soupir de satisfaction "Voilà. J'peux mourir maint'nant !" ajouta t-il en se tapotant l'estomac d'un air ravi

Erïka profita de la conversation pour ramasser ses couverts et aller les laver. Will remarqua son absence et plissa les yeux avant de débarasser les couverts sales qu'il restait et qui n'était pas utilisés. Il se planta à côté de la russe et lui donna un léger coup de hanche pour la pousser gentiment
.

"Hep hep hep, j't'ai vue ! Fais moi une place, vile tricheuse !" fit-il en déposant les couverts qu'il tenait dans l'évier

Il n'avait pas oublié le "pari" qu'ils avaient fait à propos de la vaisselle. Laver des couverts n'était pas passionnant mais Will avait toujours un prétexte pour s'amuser. Maintenant qu'il était devant l'évier, il en profita pour commencer à nettoyer la vaisselle qu'il venait d'y déposer. Puisqu'Erïka était plus ou moins en compétition avec lui, il n'allait pas se priver pour la destabiliser gentiment, histoire de ne pas casser de vaisselle. Ayant les mains mouillées, il les sortit de l'eau et en projeta les gouttes sur elle d'un mouvement de main, lui mouillant légèrement le visage. Il reprit sa vaisselle aussitôt, comme si de rien n'était, sifflotant d'un air innocent.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 6 Fév 2012 - 4:41

Tous les trois dans la cuisine, sans malaise, sans dispute, seulement de la joie. Erïka se sentait tout simplement bien. Elle respirait la joie, la bonne humeur. Faisant la vaisselle avec ce sentiment de légèreté, qu’elle n’avait pas ressenti depuis des lustres, elle fut soudainement éjectée de l’endroit où elle se tenait par un coup de hanche de la part de Will. L’adolescente, pas très lourde, fit quelques pas sur le côté en tentant de garder son équilibre. Il était bien simple de la pousser, elle était projetée d’un côté ou de l’autre dans l’immédiat.

-"Hep hep hep, j't'ai vue ! Fais-moi une place, vile tricheuse !"

-« J’étais là avant toi alors tu vas devoir attendre ton tour, Willy. »

C’était sorti tout seul, elle ne s’en était même pas aperçue. C’était un petit surnom, comme ça, bien innocent. Il l’appelait bien Rika, alors elle pouvait se permettre de le nommer Willy, même si ce n’était pas très joli à ses yeux. L’adolescente donna, à son tour, un coup de hanche afin de pousser l’homme, ce qui n’eut aucun effet. Finalement, elle mit tout son poids pour le bouger sur le côté et ainsi prendre un peu plus de place devant l’évier. Ayant perdu le seul torchon qui servait à la vaisselle dans l’eau, elle devait mettre la main dessus avant lui. Cependant, Will lui envoya de l’eau au visage, la forçant à fermer les yeux pour ne pas en recevoir. Grimaçant, elle essuya l’assiette qu’elle avait en main avant de la ranger dans une armoire. Avec le linge pratiquement sec qu’elle tenait, la jeune fille se hissa sur la pointe des pieds afin de le jeter sur la tête du rouquin et lui obstruer la vue. Elle en profita pour lui voler le torchon et prendre un peu plus de place afin devant l’évier, lavant rapidement quelques assiettes qu’elle posa sur le comptoir.

-« Tu veux jouer à ça ? Prepare to fight ! »

Tentant de garder Will à distance le plus longtemps possible, la jeune fille lavait les ustensiles à la vitesse de l’éclair. Cependant, elle ne pouvait terminer sa corvée sans que le rouquin trouve un nouveau moyen de la mettre à l’écart. Dans de tels cas, elle rangeait les assiettes, préparant silencieusement sa vengeance. Pas question de se laisser faire ! C’était bien la première fois que faire une telle tâche ménagère prenait des allures de jeu aux yeux de l’adolescente. Ce n’était plus la corvée ennuyeuse qu’elle devait effectuer afin d’aider sa grand-mère, mais un combat avec un ami afin de savoir qui lavera le plus de vaisselle.

Une fois cette tâche terminée, Erïka alla retrouver le confort du canapé, au salon, où discutaient Germain et Anieta. Cette dernière faisait son au revoir à l’homme, devant quitter pour une quelconque raison que l’adolescente n’écouta pas. C’était un véritable plaisir de se retrouver, à présent, en compagnie de sa grand-mère et de son ami. La soirée sera d’autant plus agréable pour tout le monde. Enfin, surtout pour les jeunes.
Après avoir verrouillé la porte de l’appartement derrière son amoureux, Anieta se laissa tomber dans le seul fauteuil de la pièce après avoir déposé les sacs d’Erïka au sol. Lorsque Will fut bien installé sur le canapé, la vieille femme décida d’engager la conversation afin d’apprendre à connaitre davantage le jeune homme. Après tout, elle en savait si peu. Elle voulait savoir qui il était, quelles étaient ses origines. Elle n’avait pas besoin d’en savoir énormément, l’important pour elle était ce qu’il était présentement et non ce qu’il avait été ou avait fait. Le passé ne l’intéressait pas autant que l’instant présent. Comment avait-il pu s’approcher et dompter l’animal sauvage et blessé par la vie qu’était devenue sa petite fille ? Avec ses nombreuses années de vie et d’expérience, elle savait bien qu’il était impossible d’obliger quelqu’un à parler de lui-même s’il ne le désirait pas. Le meilleur moyen était de discuter, de partager des anecdotes ainsi que des souvenirs, rien de plus. Erïka était d’ailleurs la preuve vivante qu’il était impossible de forcer une personne à prendre la parole. Cependant, ce soir, elle était tout simplement rayonnante, magnifique, comme dans son enfance. Se levant et se dirigeant vers la bibliothèque trônant à l’autre bout de la pièce, Anieta attrapa un gros et lourd album qu’elle transporta jusqu’à son fauteuil avant de s’y rassoir et de le poser sur ses genoux.


-« J’ai toujours aimé la photographie. D’ailleurs, j’ai des tas d’albums remplis d’images, allant de mes jeunes années à la naissance des jumeaux, jusqu’à présent. J’aime bien les regarder, de temps à autre, en me rappelant le bon vieux temps. Tu possèdes des photos de ton enfance, William ? Tiens, regarde celle-là. »

Elle ouvrit l’album et tourna quelques pages avant de s’arrêter et sortir l’une des photographies de la petite pochette transparente la protégeant. Elle la tendit à Will avec un sourire. Erïka se pencha vers lui afin d’observer, également, la photo. Elle était si jeune, tout comme Alexïs. Elle se souvenait de la maison de campagne que ses grands-parents empruntaient parfois à de bons amis afin d’y passer quelques jours d’été avec les enfants.

Spoiler:
 

-« Je me souviens, un jour, comme les bons petits explorateurs qu’ils étaient, ils avaient décidé de jouer derrière notre maison de campagne. Ils devaient avoir 7 ou 8 ans à l’époque. Ils avaient trouvé un mignon petit chaton dans les buissons et voulaient s’amuser avec. Nous avons eu toute une surprise que nous les avons vu rentrer à la course et en panique. Ce petit chaton était en fait une moufette. Je ne te dis pas le nombre de bains qu’ils ont pris. »

Elle ria en se remémorant cette histoire. Erïka, elle se mordit la lèvre inférieure, gênée par ce genre d’histoire. Elle était jeune et stupide dans le temps. Elle fonçait tête baissée dans diverses aventures sans se soucier des conséquences. En fait, cela n’avait pas vraiment changé avec les années…

-« Tu es vraiment obligée de raconter ça, babushka ? Je vais finir par perdre toute ma crédibilité si ça continue… »

-« Je suis certaine que William à des histoires de même genre à partager avec nous. N’est-ce pas ? Nous serions ravies de t’entendre. » Fit Anieta à l’adresse de Will, l’écoutant attentivement.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Lun 6 Fév 2012 - 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 6 Fév 2012 - 14:04

Les corvées n'avaient rien de motivant. Ce n'était pas pour rien qu'on les appelait ainsi. Mais en leur donnant des allures de jeu, cela devenait tout de suite moins fastidieux et on ne voyait plus le temps passer. Les diverses tâches ménagères n'avaient jamais déranger Will, aidant à l'époque sa mère dès qu'elle en avait besoin. Néanmoins, Zoey détestait devoir les faire. A cause de ça, Will faisait toujours en sorte de transformer ces activités en jeu, pour faire oublier ce côté ennuyeux. Même si maintenant il n'avait plus vraiment l'occasion d'en faire, il n'avait pas perdu cette habitude et en profitait pour l'appliquer avec Erïka. Faire la vaisselle n'avait pas eu l'air de l'enchanter lorsqu'Anieta lui demanda un peu plus tôt. Mais désormais, elle semblait s'être prise au jeu.

Will n'eut aucun mal à la pousser, même sans y mettre de force. Elle n'était ni très grande ni très lourde. Le mutant était presque certain qu'il aurait pu la soulever avec un seul bras. Il faudrait qu'il vérifie un jour, juste pour savoir. Pour l'heure, Erïka répliqua qu'elle était là la première, terminant sa phrase par un surnom. Willy ? Il détestait cette appellation. Généralement, les gens qui le surnommaient ainsi le faisait pour se moquer de lui. Ceux qui continuaient à l'appeler ainsi étaient ses anciens camarades de classe, comme Steeve. Même si ce n'était qu'un surnom, pour lui, ça n'avait rien d'amical, au contraire. Pourtant, la russe ne semblait pas penser à mal. Après tout, elle ignorait qu'il n'aimait pas qu'on l'appelle de cette façon. Comment aurait-elle pu le savoir ? Et puis donner un surnom à quelqu'un, même ridicule, n'était pas forcément un gage de méchanceté. Généralement, c'est qu'on connaissait bien la personne ou du moins qu'on l'appréciait suffisament pour ça. Lui-même aimait bien donner des surnoms. Scum lui en avait bien fourni un autre, alors pourquoi pas la russe ? Finalement, même cela lui écorchait les oreilles, il était plutôt content
.

"Qui va à la chasse, perd sa place !" répliqua t-il, amusé, sachant très bien que c'était lui qui l'avait poussé et non elle qui était partie

Erïka donna un coup de hanche au rouquin pour le faire bouger, ce qui n'eut absolumen aucun effet à part le faire rire. C'était assez drôle de la voir essayer de le pousser. Il en aurait presque perdu l'équilibre, mais pas à cause de la poussée... à cause du fait qu'il riait à gorge déployée en la voyant faire. Du coup, elle parvint tout de même à le faire bouger, récupérant plus ou moins sa place. Pour se venger, Will lui projeta un peu d'eau au visage. Etrangement, elle ne répliqua pas, essuyant l'assiette qu'elle tenait dans les mains avant de la ranger. Will en profita pour continuer à laver la vaisselle dans l'évier jusqu'à ce que quelque chose obstrue soudainement sa vue
.

"Hé !!! Qui c'est qu'a éteint la lumière !?" marmonna t-il sous le torchon, surpris

C'était bien joué de la part d'Erïka qui en profita pour lui piquer sa place et laver plusieurs couverts. Les hostilités étaient ouvertes, la russe n'avait pas l'intention de baisser les bras. Tant mieux, le mutant n'aimait pas lorsque c'était trop facile. Il attrapa le torchon pour le retirer de son visage et le posa sur son épaule, regardant l'adolescente laver la vaisselle plus vite que son ombre. Il fallait qu'il trouve une solution ! Se dirigeant vers la fenêtre non loin, il y jeta un oeil puis interpela Erïka
.

"Oh r'garde, ce s'rait pas Alex' dehors ?" fit-il aussi innocement que possible

Ca n'avait pas l'air de marcher des masses puisque la russe ne bougea pas. Evidement, sa ruse n'était pas des plus subtiles mais ce n'était pas non plus le but. Will retourna près d'Erïka qui allait finir par se faire une entorse au poignet à force de laver si rapidement les couverts. Le rouquin patienta sagement derrière elle, attendant un court laps de temps où elle n'avait plus rien en main. Pile à ce moment là, il en profita, se penchant vers elle pour la chatouiller, ne risquant ainsi pas de casser de la vaisselle si jamais elle avait eu la mauvaise idée de la lacher sur le coup. C'était petit, c'était fourbe, mais il n'y avait pas de règles après tout ! Après plusieurs longues secondes de torture où il en profita pour la faire bouger de là où elle se trouvait, Will prit sa place et poursuivit la vaisselle au même rythme que la jeune femme avait pris. Finalement, après plusieurs échanges de place, la vaisselle fut terminée. Malgré le temps perdu quand ils se chamaillaient, la corvée avait été plutôt rapide et ils ne s'étaient pas ennuyés.

N'ayant plus rien à faire dans la cuisine, ils retournèrent vers le salon. Repus et satisfait de cette longue journée, Will s'étala sur le canapé, les mains croisées derrière la tête. Germain allait visiblement partir, ce qui n'était pas plus mal. Il avait été le seul à ne pas tellement profiter de la soirée. Au moins, il avait eu Anieta. Le mutant lança un "Au r'voir m'sieur" qui passa sans doute inaperçu, mais ce n'était pas une raison pour ne pas être poli. Will n'avait rien contre lui et même s'il n'appréciait pas son attitude, il le faisait plus pour Anieta que pour le vieil homme. C'était qu'elle semblait y tenir, pour le plus grand malheure d'Erïka.

Une fois l'ancien policier parti, l'atmosphère semblait d'un coup plus détendue. Anieta partie chercher un énorme album avant de revenir s'asseoir sur le fauteuil non loin du canapé. Que contenait donc cet album ? Will ne tarda pas à le découvrir. Les gens âgés adoraient conserver des photos la plupart du temps. Surtout de leurs petits enfants. Mais cet album-ci contenait bien plus que ça. Il contenait presque toute la vie de la vieille femme. Le regarder, c'était un peu comme revivre sa vie au rythme de ses souvenirs, incrustés sur des clichés. Anieta en profita pour demander au borgne s'il possédait lui aussi des photos de son enfance. L'espace d'un instant, il en perdit le sourire. Comme tout le monde, il en avait possédé. Vivant dans la rue, il n'avait bien évidement pas pu en conserver une seule, n'en ayant pas eu l'occasion auparavant à cause de son passé tumultueux avec sa famille. Il se souvint de son retour à Philadelphie pendant l'absence de ses parents. Il avait alors trouvé une photo de famille sur laquelle il était censé se trouver mais dont il était absent, la partie où il était représenté ayant été tout simplement arrachée. C'était bel et bien la preuve qu'il n'existait plus au yeux de sa famille. Il imaginait donc que toutes les photos de lui avaient subis le même sort
.

"Non, j'en ai pas. J'suis même pas certain qu'il en existe encore. La seule photo qu'j'ai, c'est une assez récente où j'suis avec Amy, enfin la personne avec qui j'vis. Mais ça m'suffit amplement. J'suis pas certain d'vouloir m'souvenir du passé." répondit-il en haussant légèrement les épaules

La vieille femme lui tendit alors une photo qu'il attrapa délicatement du bout des doigts avant de la ramener devant lui pour la regarder. Elle réprésentait Erïka et Alexïs. Ou Rose et Nathan. C'était sûrement d'ailleurs leurs noms à l'époque mais Will ne fit aucune remarque à ce sujet. C'était visiblement la "bonne époque", celle où tout allait encore bien pour eux. Ils avaient l'air heureux sur la photo et Will devait l'avouer, ils étaient mignons comme tout. Néanmoins il était très difficile voire impossible de les différencier, de visage.En observant la photo, le sourire lui revint. Il se tourna vers la russe, la regardant d'un air amusé
.

"Vous vous êtes jamais amusés à échanger vos fringues un jour ? Enfin à l'époque où vous aviez la même longueur d'cheveux. Personne vous aurait r'connus, ça aurait été marrant !"

Anieta révéla alors une petite anecdote en référence à la photo. Will imaginant la scène au fur et à mesure, aidé par les images que montrait la photo. Entre le cliché et le récit, c'était comme si il y était ! L'histoire débutait tout à fait normalement, mais la chute était inattendue et William éclata de rire.

"Pouhahahahaha ! Excellent ! Hé ben ça promet pour l'camping ! Va pas nous adopter un ours en croyant qu'il s'agit d'une peluche géante hein !" fit-il en se tapant la cuisse de la main tellement il riait, imaginant la scène

Même si elle riait aussi, Erïka rappela à sa grand-mère qu'elle n'était pas obligée de raconter ce genre de choses. Sans doute avait-elle peur qu'elle en raconte une autre. Will lui, n'attendait que ça
.

"Rassure toi... J'le raconterai à personne ! Enfin... Ca dépend, tu payes combien, hmm ?" lança t-il à la russe en souriant avant de se remettre à rire, preuve qu'il n'était pas sérieux en demandant ça

Anieta demanda alors au mutant quelque chose à laquelle il ne s'attendait pas. Elle voulait qu'il raconte un élément de son passé similaire ? Une anecdote du même accabit ? Oh des conneries il en avait faite et pas qu'un peu. Mais laquelle raconter sans se remémorer de mauvais souvenirs ?

"Un jour, oh j'devais pas être bien plus vieux qu'vous sur cette photo, j'jouais avec mon avion télécommandé dans l'jardin. J'venais d'l'avoir pour mon anniversaire, il était tout neuf, j'étais super content ! Mais j'savais pas encore très bien le manier, c'est plus dur qu'ça en a l'air ! Et ben l'avion a fini par atterrir dans un des arbres du voisin. J'aimais pas trop l'voisin et c'était réciproque. J'étais un sale gosse faut dire. Du coup, au lieu d'sonner pour lui demander si j'pouvais le récupérer, j'me suis introduit dans son jardin et j'suis grimpé à l'arbre. Un vrai p'tit singe ! J'ai récupérer mon avion et j'allais descendre... quand j'ai r'marqué quelque chose au bas de l'arbre. L'chien du voisin me r'gardait avec ses p'tits yeux vicieux, m'observant comme si j'étais un écureuil, prêt à m'réceptionner si j'osais poser le pied au sol. Vu que j'bougeais plus, il s'est mit à aboyer. J'avais peur d'ce chien et j'suis resté coincé dans l'arbre pendant deux heures, jusqu'à ce que quelqu'un en ai marre d'entendre le chien et s'décide à aller voir ce qu'il se passait. Ah ouais, j'ai oublié d'préciser... l'chien, c'était un caniche nain. J'aurai pu l'dégager d'un coup d'pied mais j'étais pas très courageux à c't'époque et il m'foutait vraiment les jetons ! Pas très glorieux, hein ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 6 Fév 2012 - 19:26

Erïka avait appris à cacher ses émotions avec le temps. Ne plus pleurer, ne plus rire, ne plus sourire, peu importe la situation. Cependant, là, elle ne s’était jamais préparée mentalement à ce qui allait suivre. Will avait tenté certains trucs pour la faire bouger de l’évier. Il avait notamment tenté de lui faire croire qu’Alexïs était à l’extérieur. Impossible. À cette heure, il devait travailler, la jeune fille en était persuadée. Elle ne bougea pas de sa place, ne croyant pas du tout aux paroles de son ami. Ainsi, elle put laver un peu plus de vaisselle avant que ce dernier ne trouve une solution pour l’éloigner de là : la chatouiller. Aussitôt, elle ne put s’empêcher de rire, tentant d’échapper à l’homme. Attrapant le linge qui servait à essuyer la vaisselle, l’adolescente cherchait à frapper Will, ce qui était plutôt infructueux. Finalement, elle battit en retraite pour un moment. Par contre, elle n’avait pas dit son dernier mot. Leur petit affrontement se poursuivit jusqu’à ce que tout soit nettoyé et ranger.

Dans le salon, l’ambiance était aussi légère que dans la cuisine. Anieta avait son gros album photo posé sur les genoux et s’amusait à recenser de vieux souvenirs concernant les jumeaux. Elle demanda également à Will de participer en leur racontant quelques petites anecdotes. Visiblement, il ne semblait plus posséder des photos de son enfance, et ne souhaitait pas s’attarder sur le sujet, mais il avait toujours sa mémoire afin de leur faire partager de meilleurs souvenirs. À quoi bon s’encombrer de nombreuses images alors que les souvenirs étaient là ? C’était, peut-être, par peur de les oublier…


-"Vous vous êtes jamais amusés à échanger vos fringues un jour ? Enfin à l'époque où vous aviez la même longueur d'cheveux. Personne vous aurait r'connus, ça aurait été marrant !"

-« Quand il s’ennuyait de sa sœur, Alex portait ses robes et l’imitait. C’était assez amusant à voir. » Répondit Anieta en riant.

Erïka pouffa de rire, imaginant Alexïs avoir fait une telle chose un jour. Elle n’avait jamais été au courant ! Cela le rendait d’autant plus adorable, mais également extrêmement comique. L’adolescente, cependant, avant elle aussi des souvenirs d’enfance qu’elle ne souhaitait pas particulièrement partager, trop honteux pour elle. Lorsqu’elle était gamine, son ignorance et son innocence lui avaient joué de bien mauvais tours.


-"Pouhahahahaha ! Excellent ! Hé ben ça promet pour l'camping ! Va pas nous adopter un ours en croyant qu'il s'agit d'une peluche géante hein !"

-« Non mais elle avait vachement l’air d’un chaton cette moufette ! J’en avais jamais approché avant, je pouvais pas savoir. » Tenta-t-elle de se défendre en essayant de ne pas être contaminée par le rire de Will.

-"Rassure toi... J'le raconterai à personne ! Enfin... Ca dépend, tu payes combien, hmm ?"

-« Je finirais bien par avoir quelque chose sur toi à raconter, moi aussi, tu vas voir ! Tu dis quelque chose et j'en ferais de même. » Fit-elle en plaisantant à son tour.

Ce fut autour de Will de raconter l’une de ses histoires d’enfance, à la demande d’Anieta. Après un court moment de réflexion, le rouquin se lança. Erïka écouta attentivement son récit, cherchant à prévoir la fin. Sans succès. Elle fut surprise de découvrir qu’il avait eu peur d’un caniche, ce qui la fit d’autant plus rigoler. Elle bascula sur le dos, atterrissant sur la surface moelleuse du canapé, cherchant son souffle. Anieta riait également, trouvant cette histoire forte amusante. Elle tourna quelques pages de son album avant de sortir une nouvelle photographie, rangeant celle que Will tenait en main un peu plus tôt.


-« T’a vraiment eu peur d’un caniche ? Toi ? Ahaha ! Elle est bonne celle-là ! » Fit Erïka en se redressant. « Tu es certain d’être prêt pour la nature sauvage ? Tu sais, les écureuils sont plus agressifs qu’ils en ont l’air. »

Spoiler:
 

Erïka observa cette nouvelle photo, où son frère et elle dormaient paisiblement, l’un contre l’autre. Ils étaient tout simplement adorables. Elle ne se souvenait pas pourquoi elle était déguisée en Pokémon, par contre. C’était probablement une soirée d’Halloween où ils s’étaient ainsi costumé pour le plaisir. D’ailleurs, elle n’avait pas tort, Anieta leur expliquant quand elle avait été prise.

-« C’était le soir d’Halloween. Les enfants étaient terriblement fatigués et se sont endormis dans le même lit. En fait, ils dormaient toujours ensemble. On a aménagé leurs chambres dans deux pièces distinctes lorsqu’ils étaient plus âgés et Erïka allait toujours rejoindre son frère, la nuit. Elle refusait de dormir toute seule. Je n’ai jamais compris pourquoi, d’ailleurs… Elle se plaignait toujours qu’Alex volait la couverture et occupait tout l’espace, la collant contre le mur. »

La jeune fille avait un vague souvenir de cette époque, mais sans plus. Elle était toujours scotchée à Alexïs et vice versa. Avec lui, elle se sentait en sécurité. Ce devait être réciproque étant donné qu’il se cachait derrière elle lorsqu’il était embêté, laissant la russe donner une bonne leçon aux enquiquineurs. Ce n’était pas parce que les garçons ne frappaient pas les filles que les filles ne pouvaient pas frapper.

-« Tu étais aussi proche de ta sœur, avant ? » Demanda délicatement Erïka à son ami. « Vous vous ressembliez beaucoup ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 6 Fév 2012 - 20:37

La bataille pour la vaisselle avait fait rage mais le combat prit fin lorsque tous les couverts furent nettoyés. Les deux mutants avaient redoublés d'imagination pour déjouer les pièges de l'autre et réussir au final à laver le plus de vaisselle. Finalement, c'était assez difficile de dire qui avait gagné puisque les places s'étaient inversées tout le long. Mais le résultat était là, tout était propre et les combattants, eux, était ravis. C'était un des côtés que Will appréciait chez Erïka, ce côté combattif qui la poussait à ne jamais se laisser faire quoiqu'il arrive. Même pour un jeu, il savait très bien qu'elle n'était pas du genre à abandonner ou à le laisser gagner, ce qui prolongeait le temps de jeu. Néanmoins, il était temps de faire une trève puisque le but était atteint.

Pendant le visionnage des photos, Will eut à nouveau l'occasion de taquiner Erïka, ce dont il ne se priva pas. Les anecdotes étaient plus comiques les unes que les autres et cela lui permettait d'en apprendre davantage sur elle. Anieta n'était pas avare de détails croustillants qui provoquaient l'hilarité du jeune homme. Lui aussi, quand il était plus jeune, avait fait les quatre cents coups. Il ne s'était pas beaucoup plus assagie mais avait heureusement gagné en mâturité avec le temps. Si cela ne se voyait pas toujours, il savait néanmoins quand faire preuve de sang froid et de réflection même si ce n'était pas l'attitude qu'il privilégiait. Il avait conservé ce côté enfantin qui le faisait tout tourner en dérision, préférant voir dans chaque chose quelque chose de drôle.

Soudainement, Anieta révéla un secret à propos d'Alexïs alors que Will évoquait la ressemblance des jumeaux. Alexïs avait porté les robes d'Erïka et l'imitait ? Mentalement, Will visualisa la scène mais en l'imaginant avec le Alex' actuel, celui qu'il connaissait. L'imaginer vêtu d'une robe fit rire davantage le mutant. Erïka se mit à rire aussi, visiblement pas au courant d'une telle chose
.

"Ahahaha ! Sacré Alex' ! Roooh c'est malin maint'nant si j'le revois, j'vais pas pouvoir m'empêcher d'rigoler ! L'pauvre ! Faut définitiv'ment qu'il s'laisse pousser la moustache !" répondit-il entre deux rires

Tout ce que racontait Anieta était très drôle aux yeux de Will. Et pas seulement puisqu'Erïka en riait elle aussi. Néanmoins, elle protesta légèrement, signifiant qu'elle risquait de perdre toute crédibilité. C'était déjà trop tard. Surtout qu'elle tenta de se justifier, ce qui était d'autant plus drôle
.

"Non mais tu sais c'est pas grave Rika. Si j'avais su, j't'aurai pris un bouquin sur les animaux à la librairie. Tu sais, avec des images pour bien comprendre à quoi ça ressemble !" fit-il en réponse à la justification de la russe, lui tapotant l'épaule en riant

Puisque l'aùbiance générale était de rire, il n'allait pas se priver. Il se doutait bien que la russe ne prendrait pas mal ses taquineries, surtout qu'il n'en pensait pas un mot. Au contraire, il trouvait les histoires touchantes voire adorables. Lorsque l'on était enfant, on avait une toute autre vision des choses et cela donnait parfois des situations rigolotes. Moins pour les enfants sur le coup, mais se les remémorer en faisait toujours de bons souvenirs. Même si l'on se sentait un peu ridicule sur le coup. C'était en tout cas ce qu'avait ressentit Will en racontant ce moment de son enfance. Mais en voyant l'adolescente et Anieta rire de bon coeur, il ne put s'empêcher de rire lui aussi. Le passé était ce qu'il était et les enfants possédaient cette innocence qui faisait d'eux des êtres exceptionnels. Mieux valait en rire !


"Gnagnagna ! Mais il f'sait super peur avec ses p'tites dents pointues et ses yeux de fou ! J'te jure ! Il était flippant !" se justifia t-il à son tour avant d'ajouter "Non mais en fait, j'propose qu'on campe dans nos chambres. Sous une tente mais dans nos chambres ! L'extérieur nous réussit pas !"

Will rendit la photo à Anieta qui la rangea avec les autres avant de lui en tendre une autre. Si la première photo était mignonne, celle-ci l'était encore plus. Les jumeaux étaient vraiment adorables, on avait envie de les prendre dans les bras. Il ne put s'empêcher de remarquer les costumes qu'ils portaient. Etrange comme pyjama mais pourquoi pas ? Anieta expliqua alors la raison de la tenue qu'ils portaient. Le rouquin regarda la photo avec un sourire attendri avant d'observer la russe du coin de l'oeil.

"Go Rika ! Attaque éclair !" lança t-il soudain en tendant l'index dans la direction d'un ennemi invisible tout en regardant son amie avant de se mettre à rire

Alors comme ça Erïka n'aimait pas dormir seule ? Will l'imaginait petite, traversant la maison la nuit jusqu'à rejoindre la chambre de son frère et se glisser dans son lit. Si la scène était touchante, il s'imaginait bien qu'elle ne risquait plus de le faire désormais. Puisqu'ils vivaient à des endroits différents, Erïka était bien obligée de dormir seule. Cependant, le rouquin savait qu'elle avait un second lit dans sa chambre puisqu'Amy avait été y dormir. D'ailleurs elle ne lui avait jamais parlé de cette fameuse nuit mais il en avait déduit que tout s'était bien passé. Il était loin du compte et ignorait tout des crises qu'elle faisait parfois, ne les pensant que diurnes
.

"Bah, j'peux pas lui r'procher d'pas aimer dormir seule. Moi-même j'dors jamais seul. Enfin j'ai pas dormi seul d'puis cinq ans et... j'avoue qu'ça me manquerait vachement ! Même si l'autre prend toute la place et tout, c'est une habitude dont on a du mal à s'défaire. D'ailleurs maint'nant qu'on a un grand lit Amy et moi ben... on en utilise qu'une p'tite partie. Disons qu'ça a quelque chose d'rassurant en plus d'la chaleur qu'ça procure ! Vous êtes vraiment trop mignons en tout cas." expliqua t-il, surtout pour Erïka qui connaissait Amy contrairement à Anieta

Le mutant puisa dans sa mémoire pour chercher à nouveau un moment marquant de son passé. Difficile de choisir parmi le lot de bêtises qu'il avait pu faire. Il n'en était pas très fier mais puisqu'on en était au temps des confidences, il laissa tomber sa pseudo fierté et partagea ses souvenirs avec les deux femmes
.

"Une fois, pour la fête des pères, j'avais pas d'idée d'cadeau pour le mien. J'avais plus d'argent d'poche pour lui acheter un cadeau parce que j'avais été puni à cause d'une bêtise. Du coup, j'me suis dit que j'allais lui en fabriquer un ! Des dessins il en avait d'jà plein alors j'voulais un truc plus... original. J'ai pris une de ses cravates et j'ai dessiné d'ssus. J'l'ai découpé sur certains côtés pour faire d'belles formes ! Et j'lui ai offert le résultat. Ca m'a valu un coup d'pieds aux fesses et d'monter dans ma chambre aussitôt. C'était la cravate qu'il portait pour son travail. Comme quoi même les bonnes intentions donnent parfois d'mauvais résultats !" raconta t-il à son tour en se souvenant de la soirée en question

Erïka lui posa une question en rapport avec sa soeur. Les jumeaux, eux, avaient été très proches et l'étaient toujours, contrairement à Zoey et lui. De retour sur un sujet qui fache, Will ne su pas trop quoi répondre sur le coup. Parler de sa soeur était toujours douloureux, mais il fallait bien qu'il s'y fasse. Ce n'était pas en évitant d'en parler que les choses allaient changer. Il redonna la photo à Anieta et se calla contre le dossier du canapé.

"On l'a été, oui. On était inséparables, on était toujours ensemble. J'aime beaucoup ma soeur, elle est comme une partie d'moi. J'me souviens que j'passais mon temps à empêcher les autres de s'approcher d'elle pour une raison ou une autre. On était pas jumeaux mais on s'ressemblait pas mal. D'ailleurs aujourd'hui encore, on s'ressemble. Moins mais ça s'voit qu'on est d'la même famille quoi. On tient tous les deux d'notre mère, roux avec les yeux verts. On a fait pas mal de conneries tous les deux. Une fois, on était seuls à la maison, notre père était au boulot et notre mère s'était absentée faire les courses. Comme elle faisait t'jours toutes les tâches ménagères toute seule, pour une fois, on a voulu l'aider. On a prit les produits ménagers qu'on a trouvé et on a nettoyé toute la maison avec. Sauf qu'c'était pas les bons et que... bah on a ruiné l'parquet et abimé les meubles. C'était l'bon vieux temps. On était l'genre de gamins dont personne n'aurait voulu. Enfin j'imagine qu'avec mon absence, la maison a r'trouvé son calme et sa sérénité."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mar 7 Fév 2012 - 6:56

"Gnagnagna ! Mais il f'sait super peur avec ses p'tites dents pointues et ses yeux de fou ! J'te jure ! Il était flippant ! Non mais en fait, j'propose qu'on campe dans nos chambres. Sous une tente mais dans nos chambres ! L'extérieur nous réussit pas !"

Erïka ne riait que davantage aux paroles de Will. Il avait bien raison, la nature n’était pas faite pour eux. Ils avaient chacun eu leurs expériences dans la rue, dans la forêt, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Si Will plaisantait au sujet de camping intérieur, l’adolescente adorait cette idée. Elle voulait tenter l’expérience, se remémorer son enfance, alors qu’Alexïs et elle construisait des cabanes avec les coussins du canapé ainsi que de nombreuses couvertures. Ayant un lit de libre dans sa chambre, la jeune fille pourrait proposer d’y installer une tente, d’en improviser une avec les matelas et couvertures à disposition. Avec Amy et Will, c’était de la rigolade garantis.

Observant la photographie où elle portait un mignon petit costume de Pikachu, l’adolescente se remémora ces soirées d’Halloween où, impatients de récolter des friandises, elle se préparait avec grande attention, choisissant toujours un costume s’agençant avec celui de son frère. Même lors des journées les plus ordinaires, ils s’amusaient à se déguiser pour le plaisir. Les jumeaux avaient beaucoup d’imagination et créait des histoires abracadabrantes où ils étaient les héros. Pas question pour Erïka d’être la demoiselle en détresse ! Si elle se trouvait être la princesse, c’était une princesse guerrière, rien de plus !


-"Go Rika ! Attaque éclair !"

-« Pika, Pika…chuuuuuuuuuuu ! » Répondit-elle avec une petite voix aigüe.

Anieta évoqua le fait qu’Erïka n’avait jamais supporté dormir sans son frère. C’était bien vrai. Cela la sécurisait. Elle se sentait bien à ses côtés. Un fort lien les unissait depuis la naissance. C’était bien plus fort qu’un simple lien entre frère et sœur : ils étaient jumeaux. À présent, elle dormait loin de lui et avait pris l’habitude d’occuper la totalité de son lit, bougeant beaucoup durant son sommeil. Parfois, lors de certaines nuits d’angoisse, la mutante souhaitait plus que tout revoir son frère, le sentir près d’elle, afin de se sentir en sécurité.


-"Bah, j'peux pas lui r'procher d'pas aimer dormir seule. Moi-même j'dors jamais seul. Enfin j'ai pas dormi seul d'puis cinq ans et... j'avoue qu'ça me manquerait vachement ! Même si l'autre prend toute la place et tout, c'est une habitude dont on a du mal à s'défaire. D'ailleurs maint'nant qu'on a un grand lit Amy et moi ben... on en utilise qu'une p'tite partie. Disons qu'ça a quelque chose d'rassurant en plus d'la chaleur qu'ça procure ! Vous êtes vraiment trop mignons en tout cas."

Il était bien difficile de changer des habitudes gardées depuis bien des années. Will la comprenait sur ce point. Il est bien vrai que dans la rue la température n’était pas toujours agréable, surtout la nuit. Cet été, ils allaient mourir de chaud à l’institut et songeront peut-être à dormir chacun de leur côté. N’ayant jamais supporté les grandes chaleurs, Erïka dormait les fenêtres ouvertes, sans couvertures. Si elle le désirait vraiment, elle sortirait se baigner, au milieu de la nuit, dans la grande piscine de l’institut afin de se rafraichir.

-« Amy, c’est bien ta compagne, n’est-ce pas ? » Demanda Anieta afin de bien comprendre de qui il était question. « Comment est-elle ? »

-« Je te la présenterais, la prochaine fois. Tu vas l’adorer. » Ajouta Erïka.

Will raconta l’une des bêtises qu’il avait faites, dans sa jeunesse. Il était bien vrai que les enfants, lorsqu’ils désiraient faire plaisir à quelqu’un, ne pensait pas toujours à leurs gestes, s’ils faisaient quelque chose de mal ou non. C’était dans des situations du genre que l’on apprenait énormément, même si ce n’était jamais très plaisant de se faire gronder. Question engueulade, Erïka s’y connaissait bien. Personne n’appréciait qu’elle se batte dans la cours de récréation. Cela n’arrivait pas si souvent, mais il n’y avait pas un mois sans petit combat entre enfants, dont la russe faisait bien souvent partie. Lorsqu’elle se blessait, c’était bien souvent Alexïs qui l’accompagnait au bureau du professeur pour qu’elle soit soignée, quand il ne lui ramenait pas un pansement.


-« Mais c’était qu’une cravate ! C’est bien connu que les hommes en ont toujours une panoplie dans leur placard. »

L’homme poursuivit en parlant de sa sœur. Étrangement, Erïka pouvait percevoir certaines ressemblances entre son ami et elle. Si, de son côté, Will défendait sa sœur, L’adolescente avait fait de même avec son frère. Ils avaient l’esprit protecteur, apparemment. C’était fou le nombre de points en commun qu’ils avaient, alors que rien ne semblait les lier. Après tout, il suffisait de regarder le rouquin, respirant la joie de vivre, pour comprendre qu’il n’avait pas du tout le même caractère que la blondinette violente et colérique. Cependant, il fallait savoir voir au-delà des apparences, ce qui n’était pas toujours facile.

-« Tant pis pour eux, moi je dis. Maintenant que nous t’avons à l’institut, ils peuvent bien aller se faire voir. Ils ne savent pas ce qu’ils ont perdu. »


L’adolescente observa sa grand-mère refermer l’album après y avoir rangé la photographie. Replaçant le gros livre à sa place, dans la bibliothèque, elle se tourna vers les deux amis. La jeune fille se doutait de ce qu’elle allait dire. Elle jeta un œil à l’horloge de la pièce pour constater qu’il commençait à se faire tard. S’ils s’attardaient encore un peu plus chez Anieta, ils allaient arriver tardivement à l’institut.

-« Je sais que nous nous amusons bien, mais il est grand temps pour vous de retrouver l’institut. Je serais bien venue vous reconduire, mais j’ai bien peur d’avoir un accident. Avec les années, j’évite de conduire le soir. Je vais vous payer le taxi. »

Elle se retira, allant dans la cuisine pour passer un coup de téléphone. Se levant, Erïka se dirigea silencieusement dans sa chambre. Enfin, la pièce qui lui servait de chambre. Elle y attrapa la veste posée sur le lit, de laquelle tombèrent les fameux papiers qu’elle y avait caché. Les pliants davantage avant de les glisser dans la poche de son jeans, la jeune fille quitta la pièce pour y retrouver le salon. Enfilant son vêtement, elle se réinstalla sur le canapé sachant que le taxi ne sera pas présent avant un petit moment.

-« Rosy, est-ce que tu vas amener le gâteau à l’institut ? Je ne crois pas avoir le bec assez sucré pour le terminer seule. »

-« Will va se faire un plaisir de s’en débarrasser, n’est-ce pas ? » Fit-elle en se dirigeant vers la cuisine pour y prendre le gâteau, bien conservé dans un grand plat, mais également la rose qu’elle déposa dans un long et mince vase ramassant la poussière sur une étagère.


[J'espère que le poste est cohérent et te conviens, je suis vraiment dans les vapes en ce moment x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mar 7 Fév 2012 - 13:13

[T'inquiètes Wink]


Même s'il vivait désormais dans un endroit qui n'était pas vraiment chez lui, avec des règles à respecter et une façon de se tenir, Will avait du mal à rester en place. Ce n'était pas qu'il n'éprouvait aucun respect pour l'endroit et ceux qui y vivaient mais il estimait que ce n'était pas une raison pour se priver de vivre selon son choix. Après tout, il n'avait forcé personne à les accepter Amy et lui. Il s'imaginait déjà installer des sortes de tentes dans les chambres, et tant pis si cela dérangeait quelqu'un ! Ils ne feraient rien de mal, juste s'amuser un peu. Ce n'était pas comme si ils allaient vandaliser les locaux. De plus, Will tenait à l'endroit maintenant qu'il y vivait et ne comptait pas tout gâcher. Tant pis s'il se faisait engueuler par la suite, il assumerait ses idées pour le moins originales. Il s'imaginait déjà le trio dormir -ou en tout cas essayer-, sous une tente dans une même chambre. Il était presque certain de ne pas dormir de la nuit, à raconter des histoires qui font peur ou à faire semblant d'être vraiment dans une forêt. L'idée ne manquait pas de charme et il comptait bien la mettre à exécution un de ces quatre.

Le costume de pokémon que portait les jumeaux leur donnait assurément un côté adorable. Will ayant toujours aimé les enfants, il ne pouvait que les trouver mignons, surtout endormis de la sorte. Ils avaient l'air tellement liés, si paisibles, loin des malheurs qu'ils avaient actuellement. Sans doute regrettaient-ils cette époque heureuse de leur vie. Mais on ne choisissait pas toujours comment elle évoluait, cette vie. Malgré tout, Erïka semblait profiter de la soirée, ayant momentanement oublié le poids qu'elle portait sur les épaules. Ce n'était pas plus mal. Will la taquina à propos de son déguisement et fit comme si elle le portait toujours. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle réplique sur le même ton, jouant le jeu. Son imitation du pokémon fit rire le rouquin de plus belle
.

"Quel talent ! On sent que y a de l'entrainement derrière ! Bon par contre, pour le lancer d'éclair, c'pas encore ça. J'me trouve une casquette et j't'entraine !" fit-il en riant, faisant référence au héros dresseur de pokémons dont il avait oublié le nom

Will n'avait jamais dormi sans Amy depuis qu'ils se connaissaient. Au départ habitué à dormir seul dans un coin, Will avait laissé Amy dormir contre lui, pas très rassurée de devoir dormir dans la rue ou dans des endroits pas toujours très sûrs. Depuis, ils avaient gardé cette habitude, même maintenant qu'ils ne craignaient rien dans l'Institut et possédaient un lit bien assez large pour prendre leurs aises. Anieta demanda à juste titre qui était Amy, même si elle semblait avoir compris de qui il s'agissait, demandant par la même occasion comment était l'italienne. Will ouvrit la bouche pour répondre mais Erïka fut plus rapide, proposant même de la lui présenter une prochaine fois. Le mutant était content de voir la considération que la russe portait à Amy et ne l'était pas moins de constater que la vieille femme s'y intéressait
.

"Ouais, c'est ça, c'est bien elle. J'pourrai en parler des heures, c'est une question difficile qu'vous m'posez là ! Elle a à peu près mon âge, c'est une femme adorable avec le coeur sur la main. Elle déborde d'imagination, c'est un réel enchant'ment que d'partager du temps avec elle. Enfin, l'mieux, ce s'rait que vous la rencontriez pour vous faire vot' propre idée. En tout cas, j'serai ravi d'venir avec elle vous rendre une p'tite visite la prochaine fois. Faudra qu'on s'organise ça, Rika." termina t-il en se tournant vers la russe

L'histoire qu'il avait raconté à propos de la fête des pères, il s'en souvenait très bien. Il n'avait jamais été très proche de son père mais depuis ce jour là, l'éloignement n'avait été que plus fort. Plein de bonnes intentions, Will faisait souvent des bêtises sans savoir que c'était mal. Mais son père était intransigeant et la tendresse n'était pas sa tasse de thé
.

"Ouais c'est vrai, il en avait plusieurs. Mais celle là f'sait parti d'son uniforme et il en avait qu'une seule et unique. J'ai mal choisi ! Bah, d'toute façon, il sait pas c'qu'il perd, c'était super joli ! Un vrai chef d'oeuvre. J'aurai dû l'exposer au lieu d'lui offrir tiens. Tsss !" expliqua t-il pour préciser en quoi cette cravate était spéciale

La remarque que fit Erïka surpris le mutant. En dehors d'Amy, personne ne lui avait jamais dit une telle chose. Il était généralement plutôt considéré comme un parasite que comme quelqu'un que les gens étaient contents d'avoir. La plupart des gens s'arrêtaient au simple mot "sans abri", ne cherchant pas spécialement à le connaitre par la suite. En fin de compte, la russe n'avait pas spécialement cherché à le connaitre non plus. Mais à force de se fréquenter, des liens s'étaient créés et avaient fini par la rendre un peu plus curieuse à son sujet. Rien qu'au cours de cette soirée, elle lui avait demandé plusieurs choses le concernant et pour une fois, il les raconta sans rechigner. De son côté, il avait également découvert une autre Erïka, joyeuse, pleine d'humour et très agréable. Comme quoi, s'arrêter à ce que l'on voyait était une erreur. Les gens cachaient parfois très bien leur jeu. C'était en tout cas une des rares fois où il se sentait accepté quelque part
.

"Merci Rika, vraiment." fit-il en souriant, profitant qu'il soit plus grand qu'elle même assis pour se pencher et l'embrasser sur le haut du crâne "Mais maint'nant, va falloir m'supporter pendant loooooongtemps !" ajouta t-il avec un sourire en coin

L'album refermé et rangé était comme une sorte de signal. La journée avait été longue et la soirée encore plus. Il devait être tard et le chemin jusqu'à l'Institut était long. Anieta proposa de leur payer un taxi et parti dans la cuisine pour en appeler un. Erïka se dirigea vers sa chambre et Will en profita pour rassembler les sacs de la russe vers la sortie afin de ne rien oublier, les déposant à côté de leurs chaussures. Ignorant combien de temps il fallait attendre, Will resta debout dans le salon, appuyé contre le dossier du canapé. Le gateau était visiblement du voyage et Erïka en profita pour faire une remarque à ce sujet. Ce n'était pas le mutant qui allait bouder le dessert, en effet !


"Oh faudra pas m'le dire deux fois ! On aura qu'à l'partager avec Amy. Elle adore l'chocolat. Et puis comme ça, ça lui donnera un p'tit avant goût de c'qui l'attendra quand elle viendra ici." proposa t-il

Les deux femmes ayant peut-être des choses personnelles à se dire, Will anticipa et se dirigea vers la vieille femme
.

"Ravi d'vous avoir rencontré Anieta. Merci d'votre accueil et d'votre gentillesse, j'ai vraiment passé une très bonne soirée. Et vous êtes une excellente cuisinière ! Comptez sur moi pour vot' déménag'ment, vous n'aurez qu'à faire passer l'message à Rika pour la date, comme ça elle m'le dira. J'espère vous r'voir rapid'ment en tout cas. Prenez soin d'vous d'ici là. Et merci encore !" fit-il avec un large sourire

Les aux revoirs terminés, Will se dirigea vers la porte, se chaussa puis enfila sa veste dont il récupéra la rose accrochée à l'un de ses poches. Puisque la russe avait déjà les bras encombrés et qu'il était là pour ça, le mutant prit tous les sacs de courses et ouvrit la porte, s'arrêtant avant de sortir
.

"J't'attend dehors Rika, prend ton temps. Oh et j'ai pris les sacs donc les cherche pas partout. A bientôt Anieta !" lança t-il, déjà à moitié sur le seuil

Il fit un signe de la main et referma doucement la porte derrière lui. Même s'il ne s'était pas senti de trop à aucun moment de la soirée, il estimait qu'un peu de temps en privé ne pouvait pas faire de mal aux deux femmes. Et même si elles n'avaient rien de spécial à se dire, ça ne changeait pas grand chose. Descendant tranquillement les escaliers, Will passa en revue le contenu de la journée. Et quelle journée ! Il ne s'était pas ennuyé une seconde et avait appris beaucoup de choses. Si seulement toutes les journées pouvaient être comme ça...

Arrivé dans le hall, il remarqua à travers la vitre que le taxi venait d'arriver. Il sorti et se dirigea jusqu'à la voiture, échangeant quelques mots avec le chauffeur. Le mutant se dirigea vers l'arrière du véhicule et déposa les sacs dans le coffre, les calant dans un coin pour qu'ils ne se renversent pas. Cependant, il conserva la rose, ne voulant pas qu'elle se retrouve écrasée. Puisqu'Erïka transportait déjà des choses, inutile de s'encombrer avec tout un tas de sacs sur la banquette arrière. Il ne manquait d'ailleurs plus qu'elle. Will attendit, appuyé contre la voiture. Lorsqu'il la vit sortir du hall, il ouvrit la porte arrière pour la laisser entrer dans le taxi
.

"Si mad'moiselle veut bien s'donner la peine..." fit-il en souriant, la laissant grimper avant de refermer la portière et de faire le tour du véhicule pour se poser à son tour sur la banquette arrière.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 25
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mar 7 Fév 2012 - 16:50

Erïka serait plus que ravie de compter Amy parmi eux pour un prochain repas. Anieta était loin d’être contre cette idée, bien heureuse de voir sa petite fille partager du bon temps avec des amis. Les connaitre était tout simplement un bonheur. Vu la personnalité agréable et plein d’humour de Will, elle n’avait pas de mal à croire qu’Amy était tout aussi formidable que semblait la décrire son compagnon. Elle songeait déjà à une date future qui pourrait coller dans son horaire et qui conviendrait aux jeunes. Après tout, avec les cours, elle ne pouvait se permettre de les kidnapper au milieu d’une semaine. Elle allait leur laisser un peu de temps pour reprendre l’école avant de les inviter de nouveau. Peut-être pourrait-elle joindre son petit-fils, étant donné que Will semblait déjà la connaitre. La soirée ne sera que plus amusante.

"Merci Rika, vraiment. Mais maint'nant, va falloir m'supporter pendant loooooongtemps !"

Erïka avait dit ce qu’elle pensait vraiment, sans trop réfléchir. Si sa famille l’avait rejeté, c’était qu’ils n’étaient pas suffisamment tolérants et ne portait pas assez d’amour pour leur fils malgré la différence. Ils pouvaient tous allé se faire foutre, l’adolescente ne pouvait supporter les personnes de ce genre. Heureusement, sa génitrice n’était pas au courant de ses pouvoirs, ces derniers se dissimulant très bien, d’ailleurs. Si cela avait été le cas, elle aurait été abattue sauvagement comme une pauvre bête sans défense.

Prête à le supporter ? Elle le faisait déjà sans aucun problème ! Elle adorait la compagnie de Will et ce semblait être réciproque. La jeune fille ne souhaitait qu’une amitié durable, ne souhaitant pas voir tous ces bons moments faire partie du passé et d’apercevoir un futur sans rires. Lorsque le rouquin l’embrassa sur le haut du crâne, Erïka ne réalisa pas immédiatement son geste. Elle qui évitait les instinctivement les contacts avec les autres, elle n’avait pas prévu cet action. Ses joues s’enflammèrent immédiatement, devenant d’une légère couleur rosée, donnant de la couleur à sa peau cadavérique. Il avait réussis à la faire rougir, mais elle n’en perdit pas son sourire pour autant. Heureusement, Anieta décida de mettre fin à la soirée. En fait, le seul point positif pour Erïka était qu’elle puisse s’absenter afin que personne ne remarque qu’elle rougissait. Pendant ce temps, Anieta s’affairait dans la cuisine et proposait aux jeunes de ramener le gâteau.


-"Oh faudra pas m'le dire deux fois ! On aura qu'à l'partager avec Amy. Elle adore l'chocolat. Et puis comme ça, ça lui donnera un p'tit avant-goût de c'qui l'attendra quand elle viendra ici."

-« On pourra toujours aller la voir si elle ne dort pas. » Proposa Erïka.

Allant chercher quelques effets dans la salle de bain – ou plutôt prendre le pot d’aspirine qu’elle aurait oublié la dernière fois – l’adolescente s’éclipsa, laissant Will et Anieta ensemble, dans la cuisine. Cette dernière tandis une feuille de papier pliée en quatre sur laquelle était notée étape par étape la recette qu’elle avait cuisiné ce soir. Ainsi, l’homme pourra s’exercer à la réussir.

-"Ravi d'vous avoir rencontré Anieta. Merci d'votre accueil et d'votre gentillesse, j'ai vraiment passé une très bonne soirée. Et vous êtes une excellente cuisinière ! Comptez sur moi pour vot' déménag'ment, vous n'aurez qu'à faire passer l'message à Rika pour la date, comme ça elle m'le dira. J'espère vous r'voir rapid'ment en tout cas. Prenez soin d'vous d'ici là. Et merci encore !"

-« Je suis également ravie de t’avoir rencontré, William. Je tiens à te remercier de tout mon cœur d’être là pour Rose et de lui redonner le sourire. J’ai l’impression de revoir l’ombre de ce qu’elle était auparavant. C’est grâce à toi. Prend soin de toi et, surtout ne mange pas trop de gâteau ! J’ai bien hâte de te revoir avec cette chère Amy. »

Lorsqu’Erïka revint dans la pièce, Will, sacs en main, annonça qu’il l’attendait dans le hall, lui laissant dire au revoir à sa grand-mère. Enfilant son manteau, son sac qu’elle plaça en bandoulière comme à son habitude, ses bottes, et attrapant le vase contenant la rose, la jeune fille serra son aïeule dans ses bras.

-« J’ai passé une merveilleuse soirée. Ça fait tellement longtemps que ça ne m’était pas arrivé. »

-« J’ai été contente de te revoir et de passer un bon moment comme ça. Je t’appellerais bientôt, ma chérie. Fais attention à toi sur le retour. »

-« Ne t’en fais pas, j’ai un garde du corps ! » Fit-elle en parlant de Will.

Souhaitant une bonne soirée à sa grand-mère, Erïka se dirigea vers les escaliers qu’elle descendit rapidement avant de retrouver le hall. Will était déjà en train de charger les sacs dans le taxi. L’adolescente ne les fit pas attendre et sorti à l’extérieur. L’air glacial d’un soir hivernal s’engouffra dans son manteau ouvert, ce qui fit frissonner la jeune fille qui ne tarda pas à entrer dans le véhicule, le rouquin lui ouvrant la porte tel un gentleman.


-"Si mad'moiselle veut bien s'donner la peine..."

Une fois assise, elle boucla sa ceinture de sécurité et attendit que Will soit installé avant d’indiquer un chemin rapide au chauffeur pour qu’il puisse rejoindre l’institut en peu de temps. Le véhicule se mit en route. Erïka observait la rose trônant dans son délicat vase avec un léger sourire. Elle se tourna vers Will.

-« Cette soirée était sympa. C’est l’une des rares fois de ma vie où je me sentais… normale. Une véritable adolescente, quoi. Je suis heureuse que tu sois venu. La prochaine fois, j’aimerais bien qu’Amy nous accompagne. Je ferais en sorte que nous soyons que nous trois, en compagnie de ma grand-mère. C’est sûr et certain qu’elle va l’adorer. Déjà, tu as fait une très belle impression auprès d’elle. »

Se plongeant dans ses pensées, regardant par la fenêtre, la jeune fille était tout simplement heureuse. La soirée ne pouvait être plus belle. La Lune était même au rendez-vous, ce soir. Rien de mal ne pouvait arriver. Pour ce soir, il n’y aura que de la joie. Enfin, Erïka pourra s’endormir l’esprit en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]
» 2.08 - Une Longue Journée
» Discussion après une longue journée [Alexander]
» Après une longue journée de dur labeur... [PV]
» Une très longue journée en compagnie d'un noble [Bya & Azu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Chambres :: Chambre de William et Amy-