X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 28 Jan 2012 - 20:19

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis son escapade dans la Salle des dangers avec Erïka mais William avait toujours un peu mal au dos même si la majorité des bleus s'était plutôt bien résorbée. Malgré son inquiétude, Amy ne lui avait pas posé trop de questions, voyant qu'il évitait de trop en parler. Il devait reconnaitre qu'elle devinait toujours très bien de quoi il souhaitait parler ou non. Elle le connaissait trop bien pour ça. L'esprit apaisé, il avait retrouvé le moral et ne pensait plus trop à la Salle des dangers pour l'instant. S'il devait y retourner, ce ne serait pas par sa simple décision ou envie. Il imaginait que les membres du personnel l'avaient à l'oeil désormais, surveillant qu'il tenait bien parole et ne parlait de cette fameuse salle à personne. Même si on l'y avait forcé, il n'aurait rien dit. Une parole est une parole et de toute façon, il ne tenait pas à ce qu'un nouvel incident arrive, entrainant des élèves peut-être moins préparés qu'eux dans un environnement mortel. Enfin préparés... c'était vite dit. Mais la plupart des élèves ne maitrisaient que très peu leurs dons et faire un tour dans la Salle des dangers détraquée aurait été synonyme de mort. Sans doute Forge l'avait réparée pour de bon cette fois.

N'aimant pas rester sans rien faire, Will s'était levé tôt, indisposé par la position qu'il devait prendre pour dormir à cause de son dos. Le manoir était calme, les élèves étant généralement encore en train de dormir, surtout en fin de semaine. Le rouquin se dirigea vers la cuisine et prit un déjeuner consistant, accompagné de quelques élèves assis à une table un peu plus loin. Appréciant la compagnie, il s'installa avec eux et fit connaissance. Il ne connaissait que peu de monde au sein de l'Institut. A vrai dire il n'y était pas depuis très longtemps et il y avait peu de personnes de son âge. La plupart des élèves étaient bien plus jeunes que lui même si cela ne l'empêchait pas de se lier d'amitié avec. Cela lui rappelait les courtes années qu'il avait passé au collège. Contrairement à ici, il n'avait que peu d'amis à cette époque. Probablement moins social qu'actuellement. Depuis qu'il avait dû vivre dans la rue, il avait envie d'aider tout le monde, s'étant rendu compte que seul, on s'en sortait difficilement et la vie n'avait pas la même saveur. Les humains qui connaissaient son pouvoir le haïssaient suffisament comme ça, il ne tenait pas à ce qu'entre semblable, ce soit la même chose.

Alors qu'il quittait la table pour aller prendre l'air une fois son déjeuner terminé, le groupe d'élèves lui proposa de se joindre à eux pour un match de basket. Difficile de refuser une telle proposition. Le basket était le sport préféré du mutant et il n'avait pas eu l'occasion de le pratiquer avec des partenaires depuis un long moment. Il espérait ne pas être trop rouillé. S'entrainer seul était une chose, mais jouer avec des adversaires en était une autre. Will suivit le groupe d'élèves et la partie commença. Prit par le jeu, il oublia vite la douleur qu'il ressentait de temps à autre au niveau du dos et profita du match.

La partie se termina au bout d'une bonne heure et malgré le froid hivernal, les rayons du soleil lui donnaient suffisament chaud, sans oublier qu'il remuait beaucoup. A la fin du match, il était en nage et frissonna lorsqu'une bourrasque plaqua son t-shirt humide contre sa peau, accentuant la fraicheur du vent. Il salua le groupe d'élève et retourna à sa chambre. Les draps défaits et le silence qui y régnait prouvait qu'Amy n'était plus là. Sans doute était-elle partie prendre son déjeuner. Sans se poser plus de questions, Will retira ses vêtements sales, les jeta en boule dans un coin -il les laverait plus tard- et prit une longue douche chaude. Le chaud faisait du bien à ses bleus et le détendait. Il songea qu'il était temps qu'il trouve du travail et se maudit d'avoir oublié de demander au professeur. Le moment aurait peut-être été mal choisi ceci dit.

Des coups résonnèrent à la porte. Will arrêta la douche et s'essuya tranquillement avant de réaliser qu'on venait de frapper. Il avait imaginé qu'il s'agissait d'Amy qui revenait au départ. Mais pourquoi cette dernière frapperait pour entrer dans sa propre chambre ? Ca n'avait pas de sens. Qui pouvait bien venir les voir cependant ? Il enfila rapidement un pantalon et se dépêcha d'aller ouvrir, ne désirant pas faire attendre la personne trop longtemps.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 28 Jan 2012 - 21:39

“I need an alarm system in my house
So I know when people are creeping about
These people are freaking me out (these days)”

Erïka se réveilla en sursaut. En sueur, après une nuit agitée où elle s’était retournée d’un côté, puis de l’autre, s’enroulant inconsciemment dans une couverture, en jetant une autre au sol. L’oreiller maintenant au pied du lit, la tête posée contre le matelas, l’adolescente se redressa vivement, haletante, cherchant son souffle. Le soleil lui avait fait honneur de sa présence. Ses rayons transperçaient les épais rideaux, tentant d’éclairer la pièce. Quelle heure était-il ? La mutante observa sa radio, lu l’heure, sans vraiment l’assimiler. Elle l’oublia quelques secondes plus tard, alors qu’elle se laissait mollement tomber sur le dos. Encore des cauchemars. Aura-t-elle la paix, un jour ? Elle craignait que ce ne soit pas le cas. Maintenant, quelques années avaient passées, mais elle était tout aussi hantée par ses craintes, ses démons intérieurs, son enfance. Elle n’en pouvait plus, n’arrivant pas à s’y habituer.

Fermant les yeux, tentant de se concentrer sur sa respiration, l’adolescente réussis à descendre de son lit, une dizaine de minutes plus tard. Retirant son débardeur, qui lui collait un peu trop à la peau à son goût, Erïka s’engouffra dans la salle de bain. Elle n’en sortie qu’une demi-heure plus tard, après une longue douche pendant laquelle elle était restée perdue dans ses pensées. Enroulée dans une chaude serviette, la jeune fille se glissa dans sa chambre pour y prendre des vêtements propres. En fouillant dans sa commode, elle constatait qu’elle n’avait pratiquement plus rien pour se vêtir. Se penchant pour attraper son jean de la veille, reposant sur le sol, elle l’observa afin de s’assurer qu’il était toujours aussi propre que la veille. Qu’avait-elle fait ? Rien du tout, si ce n’était que de lire quelques bouquins en souhaitant que la journée se termine rapidement. Ce pantalon fera l’affaire. Le jetant sur le lit, elle attrapa des sous-vêtements qu’elle enfila, laissant choir sa serviette à ses pieds. Tentant d’ajuster son soutien-gorge, l’adolescente jugea qu’il serait également temps qu’elle en achète des nouveaux. Voyons voir… de nouveaux pantalons, de nouveaux sous-vêtements… pourquoi pas quelques chandails ? Son pull noir avait été déchiré et tâché de sang le soir où on avait tenté de la kidnappée.

Observant Istina, posée sur son bureau de travail, la mutante s’approcha de la cage et l’ouvrit, prenant délicatement la petite bête dans ses mains. Elle la déposa sur son lit, lui laissant ainsi l’occasion de se dégourdir les pattes. Pendant ce temps, Erïka s’affaira à trouver un chandail adéquat. Le temps semblait frais et, sachant que sa grand-mère l’avait invité à manger chez elle ce soir, valait mieux qu’elle porte quelque chose d’un peu plus chaud. Cependant, elle n’avait que des t-shirts, tous ses chandails étant sales. Optant pour ce petit haut, s’attachant autour de son cou, épousant parfaitement ses formes, qu’elle ne portait que trop rarement, elle enfila une veste afin de ne pas attraper froid. S’assurant qu’Istina n’allait pas chuter en bas de son lit, Erïka s’éclipsa dans la salle de bain afin de se brosser les dents et de sécher sa chevelure blonde. Le teint pâle, elle ressemblait à un fantôme. Ses légères cernes n’aidaient en rien. Elle les maquilla alors, usant de ce fond de teint prenant la poussière dans sa pharmacie, ainsi qu’un crayon contour des yeux dont elle en appliqua une bonne quantité sur ses paupières, ainsi qu’une mince ligne sous ses grands yeux bleus, elle était un peu plus satisfaite de son apparence, pour une fois qu’elle s’en souciait.

L’envie de sortir, seule, en ville, ne lui plaisait pas. Elle devait, à la base, se rendre directement de l’institut au domicile de sa grand-mère, en taxi, mais songeait de plus en plus à passer par le centre commercial, tout d’abord. Peut-être qu’Amy souhaitait l’accompagner ? Elle n’avait pas vu la jeune femme depuis un moment, déjà. À moins qu’elle ne demande à Will de l’accompagner ? Elle se voyait mal lui faire cette proposition, mais savait qu’elle n’aura rien à craindre en sa compagnie. Il savait, en partie, ce qu’elle avait vécu. Il comprenait que la ville était un endroit très dangereux pour elle et qu’elle ne pouvait s’y promener seule sans risque. Mais quel garçon accepterait d’accompagner une fille dans les boutiques ? Très peu.
Jetant ses couvertures sur son lit, Erïka rechercha son cochon d’inde qu’elle avait maintenant perdu sous la tonne de tissus. Lorsqu’elle retrouva sa petite Istina, ce qui ne fut pas bien long en suivant ses couinements, la mutante la pris doucement dans ses bras, posa un baiser sur sa petite tête et la mena à sa cage. Y déposant la petite bête, l’adolescente songea qu’elle aura besoin d’eau et de nourriture pour survivre toute la journée sans elle. Remplissant ce qui lui servait d’abreuvoir avec de l’eau fraîche, elle déposa également de la nourriture dans un coin de la cage. Souhaitant une bonne journée à Istina avant d’attraper son sac et son manteau, la jeune fille enfila ses bottes et sortit de la pièce… pour y rentrer quelques secondes plus tard. Elle tira l’un des rideaux afin que la lumière puisse pénétrer dans la pièce. Ce sera bien moins déprimant pour la petite bête. Cette fois-ci, Erïka sortit de la pièce et verrouilla la porte, se dirigeant vers la chambre d’Amy et Will.

Toquant à la porte, Erïka ne s’était toujours pas décidée à savoir à qui elle pourrait demander de l’accompagner. Elle opta donc pour un système bien simple : s’ils étaient tous deux dans leur chambre, elle leur offrira de la suivre. S’il n’y avait que l’un ou l’autre, elle invitera la personne présente. Elle s’entendait bien avec le couple, mais était plus porter à se confier à Will, étrangement. Serait-ce les derniers événements s’étant produit dans la salle des dangers qui auraient créé un certain lien d’amitié entre eux ? Elle ne saurait le dire.

La porte s’ouvrit, découvrant un Will torse nu. L’adolescente ne s’attarda qu’un court moment sur son corps, observant une certaine cicatrice qu’il lui avait déjà montré, auparavant. Puis, elle plongea son regard dans le sien, comme elle le faisait habituellement lorsqu’elle s’adressait à quelqu’un. Amy ne semblait pas dans la chambre. À moins qu’elle ne soit dans la salle de bain ? Si c’était le cas, elle aurait probablement demandé qui était à la porte, non ?


-« Ça te dirait de m’accompagner au centre commercial ? J’ai des courses à faire. »

La russe allait droit au but, sans même le saluer. Elle ne se força pas pour sourire, sa mauvaise humeur matinale ne lui étant pas encore passée. Ce serait hypocrite d’afficher un grand sourire alors qu’elle n’avait tout simplement pas l’envie, ni l’humeur, de le faire. Ne se gênant pas pour entrer dans la chambre, puisque la porte était suffisamment ouverte pour qu’elle puisse pénétrer dans la pièce sans problème, la jeune fille pris place sur le lit, sagement assisse sur le lit, son sac à ses côtés. Pas question de rester dans l’encadrement de la porte indéfiniment. Observant davantage la pièce, Erïka constata qu’Amy ne s’y trouvait pas. Tant pis, elle la verra bien une autre fois. Croisant les jambes, l’adolescente songeait à proposer au rouquin de rester avec elle pour la soirée, chez sa grand-mère. Ainsi, elle ne sera pas coincée dans cet appartement lui rappelant de mauvais souvenirs, devant endurer le copain d’Anieta qu’elle ne pouvait tout simplement pas sentir. C’était probablement réciproque même si ce dernier tentait de le cacher.

-« Je vais manger chez ma grand-mère ce soir. T’aura qu’à venir avec moi, ce sera sympa. »

Depuis longtemps, Anieta McGowen souhaitait rencontrer les personnes qui faisaient partie de la vie d’Erïka, à l’institut. Elle connaissait Emma ainsi que Charles, ses professeurs, mais elle n’avait jamais rencontré d’autres étudiants. Pourtant, sa petite fille lui avait bien parlé d’Amy, une fois. L’adolescente avait également parlé de Bobby et de John, dans le temps où elle trainait avec eux. Erïka n’avait plus reparlé de Pyro depuis que ce dernier avait quitté l’institut pour rejoindre la Confrérie. Encore aujourd’hui, elle avait un peu de mal à accepter le fait qu’il soit parti. Enfin, elle ne pouvait rien changer à sa décision. Quoi qu’il en soit, sa grand-mère sera terriblement heureuse de savoir qu’Erïka lui présentera finalement l’un de ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Sam 28 Jan 2012 - 23:02

En ouvrant la porte, Will ne s'était pas attendu à tomber nez à nez avec Erïka. Pourtant, elle était bien la seule susceptible d'aller les voir Amy et lui, en dehors d'Emma. Sans doute passait-elle chercher Amy pour aller s'occuper un peu toutes les deux. Le rouquin n'avait pas revu Erïka depuis l'histoire de la Salle des dangers. Même s'il l'avait aperçu de temps à autre dans le manoir ou à l'extérieur, il n'avait pas eu l'opportunité d'aller lui parler. Peut-être aurait-il dû passer la voir, connaissant l'emplacement de sa chambre, mais il imaginait qu'elle préférait rester seule quelques temps. La russe n'était pas quelqu'un qui se confiait facilement et il se doutait que si elle avait voulu en parler, elle serait venue les voir Amy ou lui. C'était peut-être pour ça qu'elle était là d'ailleurs. Cette fois, aucun sourire, même léger, ne planait sur le visage de l'étudiante. Elle n'avait pas l'air de très bonne humeur mais Will la salua par un sourire une fois la surprise passée.

"Salut Rika. Content d'te voir."

Elle ignora ses salutations et entra directement dans le vif du sujet, l'invitant à l'accompagner au centre commercial. Ne s'étant pas attendu à une telle question, le rouquin haussa des sourcils étonnés. L'avait-elle confondu avec Amy ? Aucun risque... Elle le fixait droit dans les yeux, il lui avait parlé et on ne pouvait pas dire que Will avait quoique ce soit de commun avec l'italienne à part la couleur des yeux. Pourquoi lui demandait-elle ça à lui dans ce cas ? Faire les courses était généralement quelque chose qui se faisait entre filles, surtout dans un grand centre commercial. Celui qui était situé en ville était immense et quand le borgne avait eu l'occasion d'y faire un tour, il avait vu pas mal de groupes de jeunes femmes faire des emplettes. Celles-ci semblaient joyeuses, presque hystériques, en se promenant entre elles, passant d'un magasin à un autre. Will n'avait jamais bien compris l'intérêt qu'avaient les femmes à faire les boutiques. Pour lui, les courses se contentaient d'achat rapide de vêtements mais surtout de nourriture. Il fallait dire que vivre dans la rue n'offrait pas d'opportunités d'avoir suffisament d'argent pour aller le dépenser dans un centre commercial. Erïka cherchait-elle Amy et, voyant qu'elle n'était pas présente, se rabattait sur William ? Beaucoup de questions défilèrent en très peu de temps dans l'esprit du mutant, cherchant une raison valable à une telle demande.

Il n'eut pas le temps de répondre. La russe passa devant lui et pénétra dans la chambre, s'installant sur le lit tranquillement, suivie du regard par un Will de plus en plus étonné. Il n'avait pas songé à la faire entrer mais cette dernière ne s'était pas génée pour le faire d'elle-même. La surprise passée, il referma la porte. Inutile de la laisser grande ouverte, surtout qu'il était à moitié habillé. L'adolescente lui confia qu'elle devait souper chez sa grand-mère le soir même et l'invita par la même occasion à venir, ajoutant même que cela lui ferait plaisir. C'était en tout cas ce qu'il avait cru comprendre. Même s'il pensait commencer à connaitre un minimum la russe, il se demandait parfois si un décodeur n'était pas fourni avec, histoire de ne pas comprendre de travers les signaux qu'elle envoyait. Will se rapprocha d'elle, poussa ses affaires sales du bout du pieds et ouvrit le tiroir de la table de nuit. Quelques dollars y trainaient, mais rien de faramineux. Tant pis, une sortie ne lui ferait pas de mal et une invitation à souper ne se refusait pas ! Il se demanda néanmoins pourquoi elle ne faisait pas ça plutôt avec Amy. Mais si elle lui demandait à lui, elle devait avoir une bonne raison.


"Avec plaisir. J'ai dû aller deux fois en huit ans dans un centre commercial alors ce s'ra l'occasion d'y retourner. T'sais déjà c'que tu veux acheter ?"

Will songea au souper prévu. C'était chez la grand-mère d'Erïka qu'il ne connaissait pas encore. Il estima qu'il était préférable qu'il soit un minimum présentable, histoire de ne pas faire honte à la jeune femme. Il espérait pouvoir se tenir bien ou au moins correctement, ce qui n'était, en revanche, pas gagné. Chassez le naturel, il revient au galop !

"Si t'as faim, j'ai pris quelques fruits d'la cuisine. Sont dans l'tiroir, t'as qu'à t'servir." fit-il en ouvrant la commode, regardant quel haut il pourrait bien enfiler

Finalement il opta pour la chemise noire de son père qu'il avait conservé depuis leur voyage à Philadelphie. Elle irait bien avec le jean qu'il avait mit peu avant. Il l'enfila rapidement sans prendre la peine de fermer les derniers boutons du haut et retourna un instant dans la salle de bain s'arranger un peu mieux. Il remit son cache-oeil en place et refit son apparition dans la chambre peu après. Il y avait bien réfléchit, il se voyait mal débarquer chez quelqu'un qu'il ne connaissait pas, les mains dans les poches. Surtout une femme. La grand-mère d'une amie qui plus est. Même si ce n'était pas elle qui l'avait invité, il désirait tout de même lui offrir un petit quelque chose
.

"Elle aime les fleurs ta grand-mère ?" demanda t-il en enfilant sa nouvelle veste qu'il avait réussi à acheter grâce à quelques dollars trouvés dans les poches de personnes qu'il avait croisé dans la rue

Il enfila ses chaussures et griphonna quelques mots sur un morceau de papier, expliquant à Amy la raison de son absence, entre autre. Il aurait souhaité qu'elle vienne avec eux mais il ignorait où elle se trouvait et ne pouvait passer la matinée à la chercher. Erïka était peut-être pressée.


"J'suis prêt, on y va quand tu veux."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 29 Jan 2012 - 0:12

Rika. Toujours ce surnom. Maintenant, c’était officiel, Will ne cessera de la nommer ainsi. Si elle avait du mal avec les surnoms, habituellement, elle aimait bien celui-ci. Elle n’avait pas reçu de surnom depuis bien longtemps, se contentant des « Mira » de son frère ou bien des « Rosy » de sa grand-mère. Si le premier lui faisait penser à un nom de chien, et elle avait déjà connu un chien se nommant ainsi, le second était tout simplement ridicule. Jamais, après de très nombreuses années, elle n’avait réussis à s’y faire. Peut-être qu’un jour, avec bien de la chance, elle appréciera ce surnom… ou pas.

-"Avec plaisir. J'ai dû aller deux fois en huit ans dans un centre commercial alors ce s'ra l'occasion d'y retourner. T'sais déjà c'que tu veux acheter ?"

Will accepta son invitation, faisant naitre un mince sourire sur les lèvres d’Erïka. Ce rictus disparu bien rapidement, laissant place à son indifférence habituelle. Elle ne sera pas seule à faire les emplettes, aujourd’hui. Ayant trop d’orgueil pour abandonner son idée dans l’éventualité où Will aurait refusé et ne voulant pas montrer qu’elle était désespérée en parcourant l’institut à la recherche d’Amy, Erïka aurait probablement eu l’idée saugrenue et suicidaire d’aller en ville en solitaire. Que pouvait-il arriver dans un centre d’achat bondé ? Tout plein de choses, mais elle préférait ne pas y penser. Erïka était une jeune fille compliquée, remplie de contradiction. Impossible de la comprendre parfaitement. En fait, était-il seulement possible de savoir comment elle fonctionnait ? Ça restait à voir…

-« Des vêtements. Il semblerait que ce soit la nouvelle mode que les miens soient troués ou tâchés de sang. »

Will lui proposa des fruits. L’adolescente fut bien tenter d’accepter sa proposition. Même si, en ce moment, elle se sentait plutôt nauséeuse, elle se dit que ça ne lui fera pas de tort d’avoir de la nourriture à porter de main. Attrapant une pomme dans le tiroir, elle la glissa dans son sac. Au moins, cela pourra combler un petit creux au besoin. Elle leva la tête vers le rouquin lorsque se dernier posa une question au sujet de sa grand-mère.

-"Elle aime les fleurs ta grand-mère ?"

La mutante allait lui demander pourquoi il posait cette question. Question stupide, réponse stupide. C’était peut-être parce qu’il désirait lui offrir des fleurs. Pour quelle raison le ferait-il ? Il ne la connaissait pas, après tout. C’était peut-être pour cette raison, en fait. N’étant pas habituée à ce genre de politesse lorsqu’elle allait chez quelqu’un, étant donné qu’elle n’avait jamais été au domicile d’une quelconque personne hormis chez Anieta, l’adolescente n’avait pas fait le lien.

-« Je crois bien que si. Elle n’est pas très difficile. Un rien lui fait plaisir. »

Anieta était une femme avec un très grand cœur. Elle préférait donner que recevoir. Elle avait tenté d’inculquer cette notion à ses petits-enfants. Erïka devait bien avouer qu’elle avait réussis. Alexïs souhaitait passer sa vie à se dévouer aux autres, à les aider, sans rien demander en retour. Il faisait cela parce que ça le rendait heureux, rien de plus. Du côté d’Erïka, c’était un peu différent. Elle n’était plus très axée sur la notion de partage, mais adorait donner sans rien recevoir en retour. Après tout, lorsqu’elle frappait quelqu’un à plusieurs reprises, cela lui faisait bien plaisir que de rien obtenir en retour. Elle évitait ainsi que son visage soit victime d’une quelconque blessure.

-"J'suis prêt, on y va quand tu veux."

Enfin chaussé et entièrement habillé, Will était prêt à quitter l’institut. Erïka posa ses pieds au sol et attrapa son téléphone portable. Alors qu’elle sortait de la chambre, elle appela un taxi. Pas question de marcher jusqu’au centre commercial. Après un court appel qui dura moins d’une minute, l’adolescente glissa son téléphone dans la poche de son jean et parcouru les couloirs, descendit les escaliers, jusqu’à l’extérieur. Si elle n’aurait pas ces légers maux de cœur, la jeune fille n’aurait pas hésité à s’allumer une cigarette. Elle s’abstient, pour l’instant. L’air frais d’une matinée hivernale était le meilleur remède pour l’aider à se sentir mieux.

Lorsqu’elle franchit le portail de l’institut, Erïka ressentit un léger stress. Cependant, sachant que Will était avec elle, qu’elle était armée et prête à se battre s’il le fallait, elle se sentait un peu mieux, plus en sécurité. Se penchant pour ramasser de la neige au sol, elle fit une boule de neige bien ronde. Ses mains étaient glacées, dégoulinante d’eau, mais elle ne s’en soucia pas, bien trop occupée à terminer sa tâche avant de lancer le projectile sur Will. C’était devenu sa nouvelle activité lorsqu’elle se retrouvait à l’extérieur en sa compagnie. Cette fois-ci, elle ne put retenir un sourire amusé.


-« Tu veux toujours ta vengeance de ma vengeance ? Prépare-toi à combattre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 29 Jan 2012 - 2:45

Will avait donné un surnom à Erïka sans vraiment y faire attention. C'était plus un diminutif léger qu'un surnom à vrai dire, mais c'était sa façon à lui de montrer qu'il tenait à quelqu'un. La russe n'avait jamais rebondit dessus et ne s'était jamais plaint d'une telle appellation, laissant penser au mutant que ça ne la dérangeait pas. Désormais, l'appeler par son prénom en entier allait être rare. Après tout, lui-même était très rarement appelé par son prénom complet alors pourquoi pas les autres ! Cela ne changeait rien au fait que la jeune femme avait royalement ignoré sa salutation, entrant dans le vif du sujet. Will ne lui en tint pas rigueur, connaissant le caractère particulier de la russe qui n'était pas du genre à se forcer si elle n'était pas d'humeur. A sa mine, il était clair que la journée n'avait pas bien commencée mais le mutant estima qu'il valait mieux éviter de lui poser la question.

Le rouquin ne remarqua pas le sourire, même léger, d'Erïka, occupé à se changer. Au moins, il était clair que la russe ne se méfiait plus de lui, installée dans sa chambre et lui demandant de l'accompagner quelque part. Cette réflexion fit sourire le mutant, touché par cette attention, même involontaire. Il considérait l'adolescente comme une amie mais ne savait pas trop si l'inverse était vrai. Elle était plutôt avare en démonstration d'affection mais lorsqu'elle en donnait, c'était sincère et précieux. Tant pis pour l'absence d'Amy. Etre seul avec l'adolescente lui permettrait peut-être de mieux la connaitre, surtout s'il rencontrait un membre de sa famille.

Erïka lui répondit qu'elle désirait acheter des vêtements. La remarque suivante rappela au rouquin leur petite excursion dans la salle des dangers. L'adolescente n'avait plus l'air de trop souffrir de sa blessure à la cuisse mais son pantalon, lui, était devenu inutilisable. En ce qui concernait les autres vêtements, Will n'était pas au courant, mais vu les menaces qui pesaient sur les frêles épaules de la jeune femme, il supposa que c'était devenu monnaie courante d'être blessée.

"Ah mais tout à fait. J'm'y suis mis y a pas longtemps aussi. Ca fait classe j'trouve. Très rebelle dans l'style. Mais bon l'hiver, les trous, c'est pas cool, on a pas trop b'soin d'aérations. J'en profiterai pour m'racheter des gants tant qu'on y est. Parce que juste un seul, ça fait pas rebelle, ça fait con."

La grand-mère d'Erïka n'était pas difficile, c'était une bonne chose. Will ne savait pas trop quoi offrir mais supposait qu'une femme aimerait des fleurs, même s'il trouvait ça un peu cliché. C'était l'intention qui compte comme on le disait souvent. Il n'avait pas été invité chez quique ce soit depuis de très longues années. De plus, il s'agissait d'une invitation à manger, ce qui motiva davantage le rouquin. Même si depuis qu'ils étaient ici, ils avaient de la nourriture à volonté, rien ne valait les bons plats maison. Le borgne saliva rien qu'en y pensant. N'étant pas prévu à la base pour le repas, il espérait que son arrivée ne dérangerait pas la vieille femme et il comptait bien se faire pardonner en apportant un cadeau. Vu le peu d'argent qu'il possédait, ça n'allait pas être un bouquet très coûteux, mais tant pis, il l'accompagnerait d'un grand sourire pour compenser.

"Cool, j'acheterai ça alors. Ce s'ra pas énorme mais y aura d'quoi tenir dans un vase. J'espère."

Will se demanda qui Erïka pouvait bien appeler. Une autre personne de prévue ? Prévenait-elle sa grand-mère ? Il eut rapidement la réponse vu ce qu'elle disait. Un taxi. Bonne idée ! Le centre commercial n'était pas à côté et il doutait que la russe désire traverser la ville à pieds, surtout depuis qu'elle avait croisé sa génitrice. Peut-être était-ce d'ailleurs pour cette raison qu'elle lui avait demandé de l'accompagner. Parce que seule, elle n'était pas rassurée.

Erïka sorti de la chambre, imitée par Will qui la suivit jusqu'à l'extérieur. L'air frais lui fit du bien après la douche chaude qu'il avait prit. Une fois les grilles passées, le rouquin s'arrêta non loin de la russe, tournant la tête vers la route pour regarder si le taxi arrivait. Il vit l'adolescente se pencher mais ne fit pas attention à ce qu'elle faisait, imaginant qu'elle relaçait peut-être ses chaussures. Ce n'est que lorsqu'un projectile glacé s'écrasa sur son visage qu'il réalisa. Tout d'abord surpris, il sursauta puis esquissa un sourire en coin amusé. Décidement, cette vengeance n'était pas prête de finir !


"Ce n'sera pas une vengeance... mais une victoire écrasante cette fois ! Attend un peu, ma revanche sera terrrrrrrrrrible !" fit-il en riant

Le mutant se pencha, ramassa un peu de neige pour en faire une boule qu'il lança rapidement dans la direction de la russe avant de se pencher de nouveau pour en récolter dans la main et se diriger vers elle. Si elle ne bougeait pas très vite, elle risquait d'avoir soudainement très froid. Le taxi pouvait bien attendre un peu. Puisque l'étudiante était réceptive à cette façon de s'amuser, Will n'allait certainement pas laisser passer cette occasion. Au moins, elle avait retrouvé sa bonne humeur et le rouquin comptait bien faire en sorte qu'elle la garde toute la journée.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 29 Jan 2012 - 18:16

L’hiver, la neige. C’était son élément. Elle était née dans un pays aux hivers mordants. Elle donnerait tout pour y retourner et découvrir ce magnifique pays dont elle s’imaginait être de toute beauté. Souvent, Erïka s’était demandé quelle aurait été sa vie si sa mère n’avait jamais quitté la Russie. Si son père avait été présent. Sergueï. Son père. Elle n’avait jamais oublié son prénom, ni même l’idée de le retrouver. Elle souhaitait le rencontrer, savoir qui il était. Était-il un père aimant ou préférait-il la guerre à ses propres enfants ? Était-il, tout comme elle, un mutant, ou bien un simple humain ? Tant de questions, mais impossible d’obtenir des réponses. Reprendre ses recherches au sujet de son paternel pourra peut-être lui changer les idées et oublier ses idées noires ? À moins que cette balle de neige volant dangereusement vers elle ne le fasse avant…

Erïka fit quelques pas sur le côté, évitant ainsi le projectile. Cependant, Will n’allait pas s’arrêter là, ce qui n’était pas pour déplaire à l’adolescente. S’il y avait bien une chose qui pouvait amuser les deux mutants, c’était bien une guerre de boules de neige. N’ayant pas fait ça depuis longtemps, pratiquant cette activité avec Alexïs lorsqu’ils étaient encore gamin, elle était ravie de s’y remettre pour un petit moment. Reculant sans osé regarder par-dessus son épaule afin de vérifier qu’un obstacle se trouvait sur son chemin, de peur que le rouquin en profite pour attaquer, Erïka cherchait à s’armer de neige afin de préparer sa riposte.

-"Ce n'sera pas une vengeance... mais une victoire écrasante cette fois ! Attend un peu, ma revanche sera terrrrrrrrrrible !"

-« C’est ce qu’on va voir. »

L’espace d’une seconde, Erïka regarda quelque chose au sol, son pied ayant cogné quelque chose, probablement une pierre dissimulée par la neige. Ces quelques secondes d’inattention lui valurent une balle de neige en pleine tête. Sa chevelure, qu’elle avait soigneusement séchée une heure plus tôt, était en partie trempée par cette neige fondante. Tant pis. C’était à son tour de se venger maintenant. Est-ce que cette guerre se terminera un jour ? Probablement pas avant la victoire d’Erïka, cette dernière comptant se battre jusqu’au bout.

Se penchant rapidement pour attraper de la neige avant d’encaisser d’autres projectiles, la mutante se déplaça rapidement, cherchant à devenir une cible plus difficile. Elle tenta d’atteindre Will avec quelques boules de neige avant de s’arrêter soudainement. Le taxi était là. Elle entendait ses pneus sur l’épaisse neige couvrant la chaussée. Cependant, avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, de la neige s’abattit sur son visage. Passant une main rapide sur sa face, l’adolescente pris la parole.


-« Le taxi est arrivé. »

Cependant, il n’y avait aucun véhicule à l’horizon. Pourtant, Erïka l’avait bel et bien entendu. L’avantage d’être à l’institut lorsque son pouvoir se déclenchait était qu’elle n’avait pas à supporter le boucan de la ville. Elle n’arrivait pas à entendre ce qui se passait là-bas et c’était tant mieux. Ce matin, tout était calme à l’extérieur. Elle n’arrivait pas à entendre ce qui se passait à l’intérieur du manoir, si ce n’était que des quelques étudiants dans le hall, discutant calmement.

Quelques secondes plus tard, un véhicule s’arrêta à leur hauteur. C’était bien le taxi qu’elle avait entendu arriver. Entrant dans le véhicule, s’installant sur la banquette arrière, elle ne tarda pas à claquer la porte, annonçant par la même occasion leur destination au chauffeur. Bouclant sa ceinture, Erïka observa le décor se mettre lentement en mouvement. Ils quittaient l’institut pour la ville. Légèrement stressée, l’adolescente ferma les yeux. Faire le vide dans sa tête, c’était ce qu’elle devait faire. Elle décida de se concentrer sur les achats qu’elle comptait faire, aujourd’hui.

Au bout d’un moment, l’adolescente se retrouva à lutter afin de ne pas s’endormir. Cette balade était un peu trop calme. Elle fut bien tenter d’écouter de la musique afin de ne pas s’endormir, mais sachant qu’ils étaient pratiquement arrivés elle préféra sortir son portefeuille afin de payer le chauffeur. Lorsque ce dernier les déposa, elle lui donna son argent ainsi qu’un pourboire avant de sortir du taxi. Le portefeuille étant de retour dans le sac de l’adolescente, cette dernière franchit les portes du centre commercial.


-« T’as de la chance, je ne suis pas du genre à parcourir toutes les boutiques une à une. Tiens, allons dans celle-là, il y a des soldes. »

Enfin, il y avait des soldes partout. L’endroit était bondé. Erïka tenta de ne pas montrer cette angoisse qui subsistait en elle, tentant de la combattre intérieurement. Elle souhaitait passer une belle journée sans craindre quoi que ce soit. Qu’est-ce qui pouvait bien se passer dans une grande boutique pour adolescents ? Rien. Rien du tout. Entrant dans le magasin, la jeune fille ne tarda pas à trouver ce qu’elle cherchait : des jeans. Elle fouilla le rayon pour trouver un modèle pas troué. Si elle avait souhaité avoir des trous dans ses pantalons, elle aurait gardé la paire qu’elle portait dans la salle des dangers. Trouvant finalement un modèle conventionnel de jean, de couleur noire, l’adolescente s’affaira à trouver la bonne taille. Quelques paires de pantalon en main, elle se promena devant les étalages avant de repérer un chandail qui lui plaisait bien. Trop petite, elle n’arrivait pas à l’atteindre, le cintre était accroché bien trop haut pour elle. Elle n’osa pas demander d’aide à Will, préférant passer son chemin et s’attarder sur d’autres modèles après avoir vainement essayer d’attraper le morceau désiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Dim 29 Jan 2012 - 21:48

Puisque c'était elle qui avait ouvert les hostilités, Erïka esquiva sans problème la première boule de neige que Will envoya dans sa direction. L'effet de surprise n'avait été que pour le rouquin qui n'avait pas pensé une seconde qu'elle relancerait la bataille. Mais maintenant qu'il savait à quoi s'attendre, il n'allait pas lui laisser le privilège de gagner. Si pendant leur combat à mains nues, il l'avait plus ou moins laissée faire, il ne voulait pas la laisser gagner cette fois-ci. Quel intérêt s'il se contentait de jouer les cibles humaines après tout ? Répliquer était plus amusant et permettait de prolonger la bataille. Bataille qui allait être sans fin vu qu'aucun des deux mutants ne voulait laisser la victoire à l'autre.

Profitant de l'attention d'Erïka sur la première boule de neige, Will avança dans sa direction, neige à la main pour attaquer sur deux fronts. En usant de son pouvoir, il pourrait gagner facilement, mais ils étaient dehors et il était préférable de ne pas faire étalage de son don devant de potenciels témoins. De plus, c'était injuste envers la russe qui n'avait pas de pouvoir équivalent pour riposter. Mais il n'avait pas besoin de ça pour s'amuser. Même perdre semblait amusant tant l'ambiance entre eux était bonne. Erïka reculait, perdant du temps pour éviter l'assault de William et finit par baisser le regard sur quelque chose qu'elle percuta. C'était l'occasion rêvée pour attaquer et Will ne laissa pas passer l'opportunité.


"C'est d'jà tout vu !"

Il lança une deuxième boule de neige qui fit mouche, s'écrasant dans les cheveux blonds de la russe. Elle ne se laissa pas abattre pour autant et se pencha pour contre-attaquer. Will ne comptait pas lui laisser cette chance et ramassa à son tour des munitions neigeuses, prêt à les lui envoyer. Cependant, il fut plus lent qu'elle et Erïka lui envoya plusieurs boules dont une l'atteignit en plein torse. Un peu de neige entra à l'intérieur de sa chemise, n'ayant pas fermé sa veste.

"Aaaaaaaah c'est g'lé !!!!" fit-il en se secouant dans tous les sens pour retirer la neige intruse

Pas démonté pour autant, il se rua sur un monticule de neige près de lui, fit une boule rapide et la projeta avec force sur l'adolescente qui la prit en pleine face. Etrangement, elle s'était arrêtée, comme si quelque chose avait attiré son attention. Grave erreur ! Elle annonça que le taxi était arrivé. Will n'avait rien entendu mais, prit par le jeu, supposa qu'il n'avait pas été suffisament attentif. Il tourna la tête à côté d'eux mais ne vit aucune trace d'un taxi quelconque. Il plissa les yeux dans la direction de la russe, commençant à croire qu'il s'agissait là d'une ruse de sa part pour détourner son attention. Néanmoins, elle n'était plus au jeu et observait la rue avec attention. Finalement, peu de temps après, le taxi arriva. Will se souvint alors du second pouvoir de son amie et comprit alors pourquoi elle avait anticipé son arrivée.

Erïka grimpa à l'arrière, imitée par Will qui s'installa à côté d'elle, ne désirant pas spécialement être à côté du chauffeur. Le trajet fut en grande partie silencieux. Pour une fois le chauffeur ne racontait pas sa vie, il n'y avait pas de musique et Will était captivé par le décor blanc qui défilait sous leurs yeux. Il finit par tourner la tête vers l'étudiante qui semblait somnoler un peu
.

"C'est cool un taxi. J'ai l'impression d'être une personne importante qu'on amène quelqu'part. Ca doit être sympa d'conduire n'empêche... P't'être que j'apprendrai un jour."

Peu de temps après, ils arrivèrent au fameux centre commercial. Erïka paya le taxi et ils descendirent du véhicule. Erïka répondit alors qu'elle n'était pas du genre à s'arrêter à toutes les boutiques, ce qui n'était pas plus mal. Même si, au final, cela ne dérangeait pas vraiment William. Il avait l'impression d'être une personne normale au milieu de tous ces gens et faire les courses était pour lui, une activité qu'il n'avait eu que peu l'occasion de faire. Erïka se dirigea vers une boutique, suivie de Will. Il y avait pas mal de monde mais au moins ils ne risquaient pas d'être importunés par des gens menaçants. Le rouquin se contentait de suivre la mutante, jetant à peine un oeil aux différents articles présents dans le magasin. Possédant très peu d'argent, il ne voulait pas avoir soudainement envie d'acheter quelque chose. Il devait garder l'argent pour acheter les fleurs pour la grand-mère d'Erïka. Le reste n'avait que peu d'importance, il avait peu de vêtements mais cela lui suffisait.

Une paire de gants attira néanmoins son regard et il s'arrêta pour y jeter un oeil. Il fallait qu'il en rachète, vu qu'il n'en possédait plus qu'un seul. Puisqu'ils ne coutaient que quelques dollars, il allait sûrement les prendre. Il les garda en main et tourna la tête, cherchant Erïka du regard. Il l'aperçue, en train d'essayer d'attraper un chandail, exposé trop haut pour sa taille. Après un moment, elle laissa tomber et passa à autre chose. Will haussa un sourcil. Pourquoi ne lui avait-elle pas demander de l'aider ? Il était bien plus grand qu'elle et il lui suffisait de tendre le bras pour atteindre l'objet de ses désirs. Pourtant, la russe n'en fit rien. Fierté mal placée ? Vu le caractère de l'étudiante, il était fort possible qu'elle refuse toute aide, ce qui, pour elle, aurait été une preuve de faiblesse
.

*Sacrée Rika... Quand comprendras-tu que demander un coup de main n'est pas un signe de faiblesse ?*

Sans un mot, Will se dirigea vers le chandail tant convoité et l'attrapa. Il rejoignit Erïka qui lui tournait le dos et posa le chandail sur son épaule.

"Tiens, j'espère qu'c'est ta taille. J'suis sûr qu'il t'ira bien." fit-il avec un sourire

Ignorant si la jeune femme comptait acheter tous les vêtements ou juste les essayer auparavant, William se contenta de la suivre, histoire de ne pas la perdre de vue dans la foule. Il remarqua un panneau indiquant l'emplacement des cabines d'essayage et tapota sur l'épaule de son amie pour attirer son attention.


"S'tu veux essayer c'que t'as pris, y a les cabines là bas." expliqua t-il en désignant l'endroit de l'index

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 30 Jan 2012 - 4:16

Erïka aimait les balades en voiture ou bien en autobus. Elle ne conduisait pas, et ne savait pas conduire, ce qui lui permettait de pouvoir rester sagement assise à regarder défiler les diverses rues de la ville. Elle laissait son esprit vagabonder, tentant de ne penser à rien, de maitriser son don. Les yeux fermés, un court moment, elle se concentra uniquement sur la chanson émanant de la radio du véhicule. Respirant profondément, elle laissa cette musique l’envahir jusqu’à la dernier note. Si elle avait un peu plus de facilité pour contrôler son ouïe, il était plus difficile pour elle de déclencher son don que de le stopper. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, elle étouffa un léger bâillement. Un peu plus et elle s’endormait.

-"C'est cool un taxi. J'ai l'impression d'être une personne importante qu'on amène quelqu'part. Ça doit être sympa d'conduire n'empêche... P't'être que j'apprendrai un jour."

-« On aura qu’à prendre les motoneiges qui dorment dans le garage, un jour. Ce sera un bon début. »

L’adolescente n’était pas certaine de pouvoir emprunter un véhicule, comme ça, sans autorisation. Cependant, ce n’était pas cela qui allait l’arrêter. À ce qu’elle savait, les motoneiges n’appartenaient à personne et les clés ne trainaient jamais bien loin. Elle avait déjà vu des étudiants s’amuser à conduire ces véhicules durant l’hiver. N’ayant aucune idée de la façon de conduire ces engins, elle allait apprendre en même temps que Will. La dernière fois qu’elle avait été un volant d’un véhicule, c’était avec Kurt, l’été dernier, alors qu’ils avaient « emprunté » la décapotable de Scott. Ce dernier n’avait jamais su qui l’avait utilisé pour conduire sur le terrain de l’institut, tâchant de boue la carrosserie fraichement nettoyée. Valait mieux pour elle qu’il ne le découvre jamais.

Au centre commercial, la jeune fille pouvait oublier ses problèmes en tout genre et se concentrer sur une seule chose : ces pantalons en similicuir qui la faisait craquer. Attrapant une paire, elle s’affaira à trouver sa taille dans un étalage de chandail, jusqu’à ce qu’un vêtement atterrisse soudainement sur son épaule. Elle leva la tête, se retourna légèrement pour apercevoir Will. Alors, il l’avait vu se débattre avec ce morceau de linge placé en hauteur ? Au vu de ses paroles, il semblerait bien que si.


-"Tiens, j'espère qu'c'est ta taille. J'suis sûr qu'il t'ira bien."

La mutante hocha la tête, un léger sourire aux lèvres. Rares étaient les fois où elle prononçait le mot « merci ». Elle ne s’en servait jamais pour montrer sa gratitude aux gens lorsqu’ils faisaient un petit geste pour elle, comme venait de le faire Will. Ce mot, employé un peu trop souvent pour un rien, représentait bien plus pour elle. Il était rare, mais toujours sincère. Prenant le chandail en main, Erïka vérifia la taille afin de s’assurer que c’était la bonne. En plein dans le mille ! La jeune fille sélectionna deux autres chandails, qu’elle rajouta à la pile posée sur son bras gauche, avant de jeter un coup d’œil aux autres étalages du magasin. Elle avait pas mal de vêtements et il serait peut-être temps de les essayer. Will lui indiqua où se trouvait les cabines et elle s’y dirigea d’un bon pas. Malgré les nombreuses personnes présentes dans le magasin, elle ne tarda pas à obtenir une petite cabine afin de se changer.
Retirant son jean ainsi que son chandail, l’adolescente essaya ses vêtements deux par deux. Du noir avec du noir, elle ne pouvait pas rater les combinaisons. Lançant les vêtements qu’elle ne prenait pas dans un coin de la cabine, déposant sur un crochet ceux qu’elle conservait, il lui fallut dix bonnes minutes avant d’en finir avec l’essayage. Elle enfila de nouveau les vêtements qu’elle portait à son arrivée et sortit de la cabine. Donnant à la vendeuse ce qu’elle ne gardait pas, l’adolescente chercha Will des yeux avant de le rejoindre, trois pantalons ainsi que deux chandails en main.


-« Tu as trouvé quelque chose, de ton côté ? » lui demanda-t-elle en se mettant à la fin de la courte file devant la caisse.

Lorsque se fut son tour de payer, Erïka déposa ses vêtements sur le comptoir et fouilla dans son sac pour y trouver son portefeuille, le gardant en grande partie fermé afin d’éviter que son arme ne soit trop exposée. Ayant mis la main sur ce qu’elle cherchait, l’adolescente tendis l’argent à la caissière, récupéra sa monnaie, rangeant son portefeuille et s’empara de son sac afin de laisser Will payer ses achats à son tour.

Une fois hors du magasin, l’adolescente attrapa la pomme, dans son sac, et croqua à pleine dent dans ce fruit juteux. L’appétit lui revenait peu à peu. Observant les différentes boutiques devant lesquelles elle passait sans s’arrêter, évitant les individus qui ne regardaient pas où ils mettaient les pieds, la jeune fille se tourna vers Will, au bout d’un moment.


-« Tu veux aller quelque part ? Il y a de tout ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Lun 30 Jan 2012 - 14:17

Pendant le trajet en taxi, Erïka mentionna l'existence de motoneiges dans le garage de l'Institut. Will se demanda comment elle pouvait bien savoir une telle chose mais en déduit que depuis le temps qu'elle y était, elle avait bien dû explorer tous les endroits possibles et inimaginables. Après tout, elle connaissait même la salle des dangers, alors pourquoi pas des motoneiges ? L'idée était tentante et même s'il supposa qu'ils n'avaient probablement pas l'autorisation de les utiliser, il n'avait pas envie de laisser passer l'occasion. C'était l'hiver après tout. Et quelle était l'utilité d'un tel engin si il restait dans un garage à prendre la poussière. William savait qu'à eux deux, ils redonneraient vie à ces engins hivernaux. Un sourire amusé étira ses lèvres en imaginant ce que la conduite de tels véhicules pouvaient bien donner. A une époque lointaine, il avait fait un peu de moto cross et se demandait si la sensation était la même ou si ça n'avait rien à voir.

"Mais dis donc, t'es pleine d'bonnes idées Rika !"

Même si pour quelqu'un d'autre, les idées de la russe auraient pu paraitre téméraires ou interdites, Will, lui, trouvait ça très intéressant. Même si, lors de leur passage dans la salle des dangers, il ignorait qu'ils n'en avaient pas le droit, en ce qui concernait les motoneiges il était presque certain que c'était également le cas. Pourtant, cela ne le fit pas douter ou changer d'avis. C'était une bonne idée. L'interdiction avait quelque chose de savoureux et même s'il ne voulait pas paraitre irrespectueux, il était fortement tenté d'essayer les engins dont parlait l'étudiante. A ce rythme là, Erïka et lui allaient faire les 400 coups ensemble, si celle-ci ne les avait pas déjà fait auparavant.

Maintenant qu'ils étaient dans le centre commercial, Will attendait que la russe finisse sa sélection de vêtements. Elle en avait déjà un bon paquet et il venait de lui en rajouter un. Même si elle ne le remercia pas, le léger sourire qu'elle fit suffit au rouquin. Il n'attendait pas d'elle qu'elle lui dise merci ou qu'elle lui saute au cou, il s'en fichait. Après tout, il n'avait rien fait de spécial, juste tendre le bras pour saisir un bout de tissu. L'effort ne méritait clairement pas des applaudissements. Il lui rendit son sourire et continua de la suivre à travers le magasin. L'adolescente savait apparement ce qu'elle voulait et ne perdit pas son temps à regarder tous les vêtements présents dans le magasin comme l'auraient fait d'autres filles de son âge. Maintenant qu'elle avait terminé sa sélection, Erïka se dirigea vers les cabines et s'engouffra dans l'une d'elle dès qu'elle fut libre. Will s'appuya contre un mur en attendant qu'elle ait fini, en profitant pour essayer les gants qu'il avait trouvé. C'était sa taille, c'était parfait. Quelques minutes plus tard, la russe sortit des cabines et le rejoignit avec une quantité de vêtements beaucoup moins importante que lorsqu'elle y était entrée. Son choix étant fait, elle se dirigea vers une caisse, lui demandant s'il avait trouvé quelque chose pour lui
.

"Oh ouais j'ai trouvé ça." fit-il en lui montrant les gants qu'il tenait à la main "J'ai pas r'gardé l'reste à vrai dire."

Il estimait que cela ne servait à rien de regarder des choses qu'il ne pourrait de toute façon pas acheter. Trouver un travail ne lui avait jamais paru autant nécessaire qu'à l'heure actuelle. Il fallait qu'il parle à Emma. L'achat de vêtements attendrait, ce n'était pas le plus important. Même s'il aurait pu utiliser tout l'argent qu'il possédait, il préféra le conserver pour prendre des fleurs pour la grand-mère d'Erïka. C'était la moindre des choses. Après tout, il n'avait pas tellement besoin de vêtements. Will fut tenter de voler quelques porte-feuilles qui trainaient dans les poches des gens qu'ils croisaient mais ne voulait pas impliquer la jeune femme. Même s'il était plutôt doué à ce petit jeu et qu'il avait peu de risques de se faire prendre, il ne voulait pas le faire en la présence d'Erïka. Tant pis, il était temps qu'il se range de toute façon. Il regarda les vêtements qu'avait acheté la russe et se mit à sourire.

"J'me disais... on est sacrément ringards hein. R'garde nous, on a pas un trou dans nos fringues !" fit-il en riant, repensant à leurs piles réciproques de vêtements troués ou tâchés de sang

Une fois à l'extérieur du magasin, William jeta un oeil autour d'eux, observant les divers magasins alentours qui entraient dans son champ de vision. Il devait bien y avoir un fleuriste dans le coin tout de même ! Erïka ne s'arrêta pas et Will lui emboita le pas, passant en revue les différents magasins qu'ils croisaient. Elle lui demanda soudainement s'il avait envie de voir un magasin en particulier. Tout en continuant de regarder les magasins devant lesquels ils passaient, Will réfléchit. Non, il n'avait pas d'envie particulière. Quand bien même, il n'avait pas d'argent et trouvait inutile de se donner l'envie d'obtenir quelque chose qui resterait au final dans le stock du magasin. Il ouvrit la bouche pour répondre lorsqu'un magasin attira son attention. Il s'y dirigea aussitôt, parcourant les quelques pas qui le séparait de la vitrine. Il s'agissait d'un bijoutier dont la vitrine proposait de belles choses. Will ne portait aucun bijou à part ses boucles d'oreilles mais ce n'était pas pour lui qu'il regardait.

A Philadelphie, il avait offert un bracelet en argent à Amy, acheté grâce à l'argent trouvé chez ses parents. Une soixantaine de dollars avaient suffit pour acquérir l'objet mais ce n'était plus les bracelets qu'il regardait. Il passa en revue un étalage de bagues diverses et haussa les sourcils à chaque fois un peu plus en voyant les prix. Maintenant qu'ils n'étaient plus à la rue, Amy pouvait porter sans soucis des choses précieuses sans risquer qu'on désire les lui voler à chaque intersection. Malheureusement, cette catégorie d'objets coûtaient excessivement cher, surtout aux yeux du mutant.


"Faut définitiv'ment que j'me trouve un boulot. Ou alors j'vais devoir vendre un rein ou j'sais pas quoi !" fit-il tout haut alors qu'il se parlait à lui-même

Il se détourna de la vitrine. Au moins il savait à peu près le prix que cela coûtait. Il se tourna vers Erïka pour lui répondre puis chercha du regard le magasin désiré.


"Non, rien d'particulier. Enfin si, un fleuriste ! D'toute façon j'ai pas d'argent pour le reste. Tu sais où y en a un ?" demanda t-il, ne voyant aucun magasin dans le périmètre

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mar 31 Jan 2012 - 4:48

« It's getting hectic everywhere that I go
They wont leave me alone
There's things they all wanna know »

Contrairement à Erïka, qui avait acheté plusieurs morceaux de vêtement, Will n’avait pris qu’une simple paire de gants. La jeune fille se souvint de la plaie béante traversant la main de l’homme lorsque celui-ci reçu une balle à sa place, quelques temps plus tôt. Son gant était fichu, mais ce n’avait pas été le plus important. La plaie devait être soignée rapidement et, par chance, ce soir-là, la russe découvrit qu’elle possédait un véritable guérisseur dans sa famille. Une bonne partie de la plaie ayant été soignée, l’adolescente se dit que le temps avait arrangé les choses pour ce qui était du reste de la plaie. Will ne s’en plaignait pas et elle en était ravie.

-"J'me disais... on est sacrément ringards hein. R'garde nous, on a pas un trou dans nos fringues !"

-« Nous on n’est pas paresseux, on les fait nous-même nos trous ! » fit l’adolescente en passant sa main sur quelques paires de jeans troués selon la nouvelle mode, étalés sur une table, avant de sortir du magasin. « En plus, on risque nos vies pour ça… »

Mode ou pas, un vêtement était un vêtement. Lorsqu’il y avait de gros rabais, elle ne se souciait pas du fait que son jeans soit le nouveau modèle super populaire ou bien qu’une vedette porte le même. Tout ce qui importait, était le prix. L’adolescente ne s’occupait pas autant de son apparence que dans sa jeunesse. Son passage à la secte où elle changeait très peu souvent de vêtements et prenait aussi souvent des douches lui avait permis de voir, bien plus tard lorsqu’elle fut de retour à New-York, qu’elle n’avait besoin que de quelques petites choses pour être heureuse. Le strict minimum suffisait… enfin, si l’achat de cigarettes comptait dans le minimum, on pouvait dire que c’était le cas.

L’adolescente avait quelques achats à faire, avant d’avoir terminé sa séance de magasinage. Elle s’était procuré la majorité des articles dont elle avait besoin. Profitant du fait qu’elle était au centre commercial, elle allait se permettre de faire un tour à la librairie, question d’avoir quelques bons bouquins qui l’occuperont durant ces longues journées à l’institut où elle n’avait le cœur à rien. Will, lui, avait terminé sa séance d’achat, ne s’étant procuré que sa paire de gant. Cependant, cela ne l’empêchait pas de contempler les bijoux présents dans une vitrine. Cherchait-il quelque chose à offrir à Amy ?


-"Faut définitiv'ment que j'me trouve un boulot. Ou alors j'vais devoir vendre un rein ou j'sais pas quoi !"

-« Achète un bijou dans une boutique d’accessoires, comme tout le monde. »

Elle ne voyait pas l’intérêt de posséder un accessoire de si grande valeur. Erïka ne portait jamais de bijoux, sauf en certaines occasions où elle mettait les rares accessoires du genre qu’elle possédait. Étant du genre bagarreuse, il serait bien fâcheux qu’elle voit l’un de ses bijoux arrachés ou bien brisés au cours de l’affrontement. De plus, elle évitait de se prendre la tête avec les potentiels voleurs qui pourraient tenter de la braquer alors qu’elle marchait tranquillement dans la rue. L’adolescente avait bien assez de problèmes comme ça.

-"Non, rien d'particulier. Enfin si, un fleuriste ! D'toute façon j'ai pas d'argent pour le reste. Tu sais où y en a un ?"

-« Aucune idée. On finira bien par trouver. T’es pas obligé de lui acheter quelque chose, tu sais. Crois-moi, ta seule présence va la ravir. »

Avançant toujours, grignotant sa pomme, l’adolescente observait les individus défilants devant les boutiques, parfois avec les mains vides, parfois encombrés par de nombreux sacs. Puis, la jeune fille s’arrêta soudainement. Fixant un objet ayant attiré son regard. Il était là, devant ses yeux. Elle n’arrivait pas à le croire. Que faisait-il en vitrine ? Elle n’en savait rien. Mais elle savait une chose : il lui fallait à tout prix ce roman. Détachant les yeux de la librairie, la jeune fille chercha Will, un court moment, avant de le reconnaitre par sa chevelure rousse. Avec tous ces gens, il était simple de se perdre de vue.

-« Je sais pas pour toi, mais moi j’entre dans cette boutique, que tu me suives ou non. »

Elle entra, sans plus attendre, attrapant le bouquin tant convoité reposant parmi tant d’autre sur un petit étalage. Erïka adorait la lecture. Cela lui permettait de s’éclipser, dans un autre univers, et d’oublier tous les soucis de sa vie, le temps de la lecture. Depuis qu’elle avait découvert l’écrivain, Richard Castle, l’adolescente ne pouvait plus se passer de ses romans, tout comme sa série télévisée dont elle se passait, parfois, les épisodes en boucle lorsqu’elle était chez sa grand-mère. Serrant le bouquin contre elle, un sourire aux lèvres, la jeune fille se réjouissait déjà de connaitre les prochaines aventures de Nikki Heat. Oubliant momentanément Will, elle se décida à lire la quatrième de couverture avec grand attention. Si certaines personnes croyaient qu’Erïka était insensible, il fallait la voir lire les œuvres de Castle pour s’apercevoir que c’était faux. Dérangez-la durant sa lecture et elle vous mordra !

S’engouffrant dans la boutique, la jeune fille décida de faire le tour du magasin. Avec de la chance, elle trouvera le rayon des langues étrangères et leurs trop petite sélection de romans en tout genre. Elle était pratiquement certaine de ne rien trouver en Russe. Cependant, avec beaucoup de chance, elle tombera peut-être sur des livres en français. Si, côté écriture, elle avait énormément de mal avec cette langue, elle la maitrisait un peu plus à l’oral. Plantée devant le rayon des livres, elle observa avec attention ceux qui étaient devant ses yeux, attrapant ceux qui retenaient son attention pour en lire la quatrième de couverture. Allait-elle trouver un nouveau livre pour faire son bonheur ? Peut-être bien…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mar 31 Jan 2012 - 13:05

Will hésita un moment à enfiler sa nouvelle paire de gants ou non. Il regarda le dos de sa main anciennement blessée, toujours marquée par une cicatrice plus ou moins ronde. Heureusement qu'Alexïs avait pu le soigner en grande partie car sans lui, sa main n'aurait probablement jamais guérie ou il aurait gardé des séquelles. William pouvait désormais bouger la main comme si rien ne s'était passé. Néanmoins, le port de gants ne convenait pas tellement avec la tenue qu'il portait et il décida de les ranger dans la poche arrière de son jean. Bien qu'il se moquait de la façon dont il était habillé, puisqu'il avait fait un effort vestimentaire aujourd'hui, autant ne pas le gacher. S'il avait dû accompagner simplement Erïka faire des courses, il ne se serait pas posé de questions. Mais puisqu'ils allaient ensuite chez la grand-mère de celle-ci, il préférait être présentable un minimum. Will n'était pas exactement le genre de personne que l'on présentait à sa famille. Il parlait mal, n'était pas spécialement poli et portait de multiples cicatrices plus ou moins visibles. De plus, même si on ne pouvait pas le deviner au premier coup d'oeil, c'était un voleur. Sans argent pour vivre, il fallait bien qu'il en trouve quelque part et n'hésitait pas à voler de l'argent à quique ce soit s'il en avait besoin. Néanmoins, il ne volait que des inconnus et le faisait toujours discrétement, pour ne pas avoir à menacer la personne. Il savait bien que la personne volée n'avait rien demandée, mais il fallait bien qu'il vive, lui aussi. Habillé comme il l'était, il avait presque l'air de quelqu'un de normal mais au final, ce n'était que de la poudre aux yeux.

La réplique d'Erïka fit rire William, même si d'un certain côté ce n'était pas forcément drôle. C'était surtout vrai. C'était en risquant leurs vies que leurs vêtements devenaient inutilisables. Le rouquin s'en moquait bien, ce n'était qu'un bout de tissu. Il pouvait bien continuer de porter les vêtements abimés, mais préférait éviter maintenant qu'il logeait à l'Institut. Dans la rue, il n'avait pas le choix. Ne possédant généralement que les vêtements qu'il portait sur lui, il ne pouvait en changer que s'il en volait quelque part. Alors la mode était pour lui quelque chose de très curieux. Il ne comprenait pas pourquoi les gens voulaient tous porter la même chose ou avoir le même style. Qui avait instauré cette règle qui dictait aux gens la façon de se vêtir ? Les vêtements étaient là pour protéger, pour tenir chaud et pour être pratiques. En dehors de ça, quel intérêt ? La mode restait définitivement quelque chose d'obscur pour le mutant. Il trouvait Amy jolie, quoiqu'elle porte. Même un sac à patate n'aurait pu aténuer la beauté de la jeune femme. Mais les autres femmes semblaient omnubilées par le fait de porter tel ou tel vêtement. Tant mieux pour elles. Erïka avait également l'air de s'en moquer. Bien qu'elle soit toujours présentable et propre sur elle, elle portait généralement des vêtements sobres. Et vu ce qu'elle venait d'acheter, ce n'était pas prêt de changer. Enfin quelqu'un qui avait comprit !


"Hé, ça a d'autant plus d'valeur ! En fait... On devrait lancer not' ligne de vêtements. On f'rait un tabac j'suis sûr !" ajouta t-il en riant

La russe proposa au mutant de plutôt acheter un bijou dans une boutique d'accessoires. Elle n'avait pas tort, c'était sûrement bien moins cher mais ce n'était pas le but recherché. Will se moquait du prix -enfin, façon de parler- il voulait une véritable bague et non un accessoire en plastique y ressemblant. Il ne comptait pas l'utiliser tout de suite et avait donc le temps d'acheter le bijou mais il savait qu'il en aurait vite besoin. Au moins maintenant il savait la moyenne du prix d'un tel bijou. Ca n'avait l'air de rien comme ça mais un simple anneau quelque peu serti coûtait une fortune aux yeux du rouquin. Heureusement, il n'avait pas de dépenses à faire en dehors de ça. Il ne payait ni loyer ni charges ni la nourriture. C'était l'occasion rêvée pour acquérir l'objet convoité. Mais même sans dépenses, il n'avait pas d'argent. Un travail était donc nécessaire. De plus, il en aurait de toute façon besoin pour son projet final.


"Merci pour l'conseil mais non merci. C'pas un accessoire dont j'ai b'soin mais d'une vraie bague. J'sais bien qu'elle s'en moquerait, qu'même si c'était pas une vraie, elle s'rait contente mais... non j'veux faire ça bien. Maint'nant qu'on est plus dans la rue, j'dois pas céder à la facilité. J'connais l'prix au moins, j'économis'rai quand j'aurai un travail et l'tour sera joué !"

Erïka n'avait pas l'air de comprendre pourquoi et ce n'était pas plus mal. Ainsi, elle évitera de gaffer si jamais elle ne parlait à Amy. En tout cas, Will espérait qu'elle tiendrait sa langue, ne voulant pas que la surprise tombe à l'eau. Il s'éloigna de la vitrine et suivit Erïka qui avait reprit sa marche. Elle lui certifia qu'il n'était pas obligé d'acheter quoique ce soit à sa grand-mère, que sa seule présence suffirait. William haussa un sourcil interrogatif. Sa seule présence va la ravir ? Mais elle ne le connaissait même pas ! Un sinistre inconnu qui n'a pas l'air des plus recommandables s'incruste chez vous, mange à votre table et ça vous fait plaisir ? Mais quel genre de personne était donc cette femme ? Will avait un peu de mal à y croire et même si Erïka disait vrai -ce dont il était sûr- il ne comptait pas arriver les mains dans les poches. Généralement, le mutant se moquait bien de la façon dont il se comportait avec les inconnus, mais là il s'agissait d'un membre de la famille d'Erïka. Un membre qui ne voulait pas sa peau et à qui elle tenait. Raison de plus pour ne pas avoir l'air d'un clochard pour une fois.

"Elle a l'air d'êt' spéciale ta grand-mère. J'ai hâte d'la rencontrer. Et si mon argent peut être utilisé pour la r'mercier d'un bon repas, ben j'vais pas hésiter. Surtout que.. bah c'est ta grand-mère quoi. Elle le mérite !" répondit-il, pas certain qu'il soit très clair dans ses propos

Will suivait Erïka, ralentissant devant certaines boutiques, cherchant toujours un fleuriste même s'il ne comptait pas acheter le bouquet tout de suite. Puisqu'ils avaient encore un peu de temps devant eux, il était inutile de se balader avec des fleurs pendant 107 ans. Ce serait le dernier achat à faire. D'autant plus que cela garantirait des fleurs plus fraiches. Erïka le sortit de sa rêverie en lui indiquant qu'elle se rendait dans la librairie, qu'il la suivre ou non. Il haussa les sourcils, pas certain de comprendre ce qu'elle entendait par là. Cette boutique semblait vraiment intéresser la russe et Will cru comprendre qu'il était là surtout pour la rassurer par une présence amicale au milieu de ce troupeau d'inconnus. Peu importe les raisons, il lui emboita le pas. Il était venu pour elle après tout. Il l'observa un court instant en train de feuilleter un livre comme s'il s'agissait d'une merveille. Cela arracha un léger sourire au mutant, amusé de voir une Erïka d'habitude si froide et dure s'extasier devant un objet de papier. Elle devait vraiment apprécier la lecture. Pour ne pas la déranger, il resta à l'entrée du magasin, appuyé contre un mur, gardant les yeux sur elle. Même si elle ne risquait rien, il préférait ne pas la quitter des yeux.

La lecture n'avait jamais vraiment intéressée William. C'était surtout car depuis qu'il n'était plus au collègue, il n'avait plus eu l'occasion de lire un livre. Dans la rue, on avait rarement l'opportunité de pouvoir passer du temps à lire. Car encore fallait-il posséder un livre. Et posséder un tel bien était plutôt rare dans les rues de New York. Quand bien même, il aurait tout de suite été échangé contre de la nourriture. Aucun intérêt donc.

Voyant que la russe prenait son temps, Will balaya le magasin du regard puis se décida à explorer le magasin. Ca l'occuperait. Il y avait différentes zones pour différents types de livres. Il y avait même un espace pour les plus jeunes, aux murs colorés et aux accessoires qui rappelaient une chambre d'enfant. Il s'y arrêta et remarqua qu'un enfant était installé à une petite table en train de lire un livre ouvert devant lui. Ou en tout cas d'essayer de lire, car à voir la tête qu'il faisait, il devait avoir du mal à en comprendre le sens. Will s'approcha et s'accoupit à côté de lui pour regarder, demandant à l'enfant ce qu'il lisait. L'enfant le regarda d'un air étonné puis lui montra la couverture de son livre. Suivie une petite discussion sur le sujet et le mutant aida ensuite l'enfant à lire les mots qu'il ne comprennait pas, intervenant au minimum pour le laisser chercher un peu tout seul. Au moins, il avait trouvé une occupation en attendant qu'Erïka termine ses emplettes dans cette boutique.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 2:06

Les bijoux en or étaient, certes, très jolis, mais leurs prix étaient également élevés. Pourquoi payer si cher pour quelque chose qu’il était possible d’avoir, en qualité inférieur, bien moins cher ? La notion d’amour, Erïka ne la connaissait pas. Elle ne comprenait donc pas le fait d’offrir un objet si cher à la personne aimée. Était-il nécessaire de faire des cadeaux pour prouver son amour ? Les petits gestes quotidiens ne semblaient plus suffire dans ce monde matérialiste. Pour elle, cet argent, au lieu de s’en servir afin d’acheter un seul collier, pouvait être mieux investis, comme dans une quelconque sortie ou bien un dîner aux chandelles dans un bon restaurant. Étant donné que cela ne la concernait pas, la russe laissa le rouquin à ses réflexions sur le prix des bijoux. Après tout, s’il dépensait autant, c’était bien son portefeuille qui allait le détester et non celui de l’adolescente.

Dans la librairie, l’adolescente cherchait certains bouquins à se mettre sous la dent. De préférence, elle les voulait dans une langue étrangère afin de s’exercer à la lecture dans une autre langue. Cependant, ce n’était pas simple à trouver. Valait mieux qu’elle se contente des livres présents à la bibliothèque de l’institut. Peut-être qu’il y en avait de nouveaux, depuis le temps ? Avec des élèves provenant de diverses parties du globe, parlant différentes langues, il était bien normal que la bibliothèque possède de nombreux ouvrages n’étant pas écrits en anglais. Déposant, sur une étagère, le roman qu’elle tenait en main, croquant la pomme qu’elle tenait dans l’autre, Erïka parcouru rapidement quelques romans lui semblant intéressants. Après avoir passé cinq bonnes minutes à lire la quatrième de couverture de l’un d’eux, en français, l’adolescente décida de se procurer le bouquin. Avec de la chance, l’histoire sera captivante et elle sera en mesure de bien la comprendre, contrairement au dernier livre du genre qu’elle avait terminé de peine et de misère.

Ses deux livres en mains, Erïka s’éloigna du rayon à la recherche d’une tête rousse. Il n’y avait pas des tonnes de roux dans le magasin, elle finira bien par trouver celui qu’elle cherchait. Déjà, Will était assez grand. Soit, les étagères étaient trop hautes et l’empêchait de bien voir, soit elle était trop petite… ou bien l’homme piquait un petit roupillon dans l’une des rangées. Cette troisième option était peu probable, mais ce serait bien amusant de le réveiller, si tel était le cas. Finalement, passant devant le rayon jeunesse, la jeune fille trouva celui qu’elle cherchait. Assis à une table, lisant un livre imagé avec un enfant, Will ne semblait pas avoir remarqué sa présence. Elle s’approcha donc, croquant de nouveau dans son fruit.

Son regard dériva de l’homme pour se poser sur le petit garçon. C’était un bambin bien innocent, profitant de sa petite vie sans soucis, cela se voyait très bien. Erïka avait côtoyé de nombreux enfants, inexpressif, frappés par les horreurs de la vie, mais vivant dans ce quotidien comme si cela était normal. C’était lorsqu’elle apercevait un enfant respirant la joie qu’elle repensait à ces pauvres gamins qui n’avait pas la même chance. Rire était un trop grand luxe dans cette secte. Parfois, la russe souhaitait retomber en enfance, alors que son grand-père était toujours vivant. Elle n’avait peut-être pas eu de figure paternelle, mais papy McGowen avait su remplir ce rôle à la perfection et comblait le vide que lui avait laissé Sergeï Davidoff. À cette époque, tout allait bien pour elle, ainsi que pour son frère. Ils étaient pratiquement inséparables, malgré leurs goûts bien différents. Si Alexïs cuisinait des petits gâteaux avec Anieta, Erïka, elle, s’adonnait à la chasse, restant derrière son grand-père à l’observer attentivement. Leur mère travaillait beaucoup, certes, mais ils avaient passé de bons moments avec elle, tout de même. Cependant, sa haine envers sa génitrice était si forte qu’elle ne pouvait supporter de revoir ces images de joies et de bonheur.


-« Tu fais partie de ces personnes qui ont absolument besoin d’images pour comprendre ce qu’ils lisent ? » Fit-elle en tentant de plaisanter. « Je vais à la caisse. Prend ça, c’est encombrant. »

Embêtée par son sac de vêtement pendant à son poignet gauche, l’adolescente le jeta à Will, lui laissant le soin de s’en occuper pendant qu’elle se rendait à la caisse. Déposant ses livres au comptoir, elle chercha, dans le sac qu’elle portait en bandoulière, son portefeuille afin de payer ses achats. Une fois tout cela terminé, elle se retrouva avec un nouveau sac en main, qu’elle tendit à Will afin qu’il le porte. Ainsi, cela lui donnait l’occasion de terminer sa pomme et de ranger ce foutu portefeuille qu’elle devait sans cesse sortir de son sac.

-« Je dois faire un tour dans une autre boutique. T’aura qu’à chercher un magasin de fleurs, pendant ce temps, si t’en a envie. »

Entrant dans un ascenseur dont les portes étaient ouvertes, afin de descendre à l’étage inférieur, Erïka termina sa pomme. Elle jeta le trognon lorsqu’elle passa près d’une poubelle, à la sortie de cette petite pièce métallique. Tout ce qu’il lui fallait, à présent, était des sous-vêtements. Cependant, elle ne comptait pas trainer Will dans une boutique de lingerie féminine. Elle était méchante, mais pas à ce point ! De toute façon, elle ne se voyait pas chercher un soutien-gorge alors qu’un homme l’observait. Valait mieux qu’elle le chasse pendant une dizaine de minutes. Arrivée devant la boutique, elle s’arrêta. Il y avait de nombreuses boutiques, sans parler des restaurants, à proximité. Il n’avait qu’à faire un tour. Pendant ce temps, elle s’occupera de ses derniers achats, lui laissant le soin de porter les sacs qu’elle lui avait déjà remis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 13:45

Erïka n'avait pas l'air d'avoir compris de quoi Will parlait, ce qui n'était pas plus mal. Ainsi, il n'aurait pas besoin de lui dire précisemment quelles étaient ses intentions et elle ne risquerait pas de tout dévoiler à Amy. William était tout sauf matérialiste. A force de vivre dans la rue, il savait mieux que personne que les choses les plus précieuses ne sont pas matérielles. Il était heureux d'avoir maintenant un toit au dessus de la tête, mais s'il l'avait fallu, il aurait pu rester dans la rue, tant qu'Amy était avec lui. Il savait également que l'italienne n'était pas plus matérialiste que lui, mais il y a certaines choses qu'on ne fait pas les mains vides. Le rouquin fit une estimation rapide de l'argent dont il aurait besoin. Des vêtements, un diner dans un grand restaurant, la bague... La facture devenait vite astronomique. Il était d'autant plus motivé à trouver un travail, surtout qu'il n'avait pas d'autres dépenses à faire.

Will ne vit pas le temps passer, discutant avec l'enfant qui lisait son livre. Le mutant avait toujours adoré les enfants sans trop savoir pourquoi. Sans doute parce qu'ils étaient à ses yeux des êtres purs, sans tact, qui disaient les choses comme elles venaient. Certains prenaient ça pour de la méchanceté, lui prenait ça comme de l'innocence. Occupé à dicter certains mots à l'enfant, Will ne remarqua pas l'arrivée d'Erïka. Ce n'est que lorsque celle-ci ouvrit enfin la bouche qu'il leva la tête vers elle. Elle fit une remarque qui aurait pu passer pour une moquerie mais Will comprit qu'elle n'essayait que de plaisanter. Ce n'était pas lui qui risquait de le lui reprocher, appréciant qu'elle se déride enfin.


"Comme ça tu saura quoi m'offrir pour mon anniversaire." répliqua t-il, amusé

Elle devait bien se douter qu'il n'était pas le genre de personne qu'elle décrivait et n'insista donc pas, ne cherchant pas à s'en défendre. Quitte à lire quelque chose, il préférait lire une bonne bande dessinée qu'un livre. Plus par habitude qu'autre chose sans doute. Will salua l'enfant puis se redressa. A peine eut-il retrouvé sa stature normale qu'Erïka lui jeta son sac qui contenait les achats précédents. Il l'attrapa et la regarda se diriger vers la caisse, s'inclinant légèrement, tel un serviteur
.

"Oui madaaaaame, bien madaaaaame." fit-il d'un air exagéré

Quelqu'un d'autre aurait sûrement eu l'impression d'être traité comme un esclave -même si quelque part c'était un peu le cas !- mais Will n'en fit rien. Il attendait justement qu'elle commence à être chargée pour lui proposer de l'aider à porter ses sacs. Connaissant le caractère de la jeune femme, il ne lui avait rien proposé jusqu'à présent, se doutant qu'une telle demande lui ferait peut-être croire qu'elle paraissait avoir besoin d'aide. Et Dieu sait que la russe détestait donner cette impression. De plus, qu'elle lui confie ainsi ses affaires était pour lui, une sorte de marque de confiance. Ce qui se confirma lorsqu'elle lui tendit un nouveau sac contenant cette fois les livres qu'elle venait d'acheter. Vu la façon dont elle avait considéré les livres, nul doute qu'elle y tenait beaucoup. Et elle n'aurait sans doute pas confié tout ça au premier venu. Le rouquin se contenta de sourire en prenant le deuxième sac.


"On s'ra pas v'nu pour rien au moins. Etape suivante ?" demanda t-il en sortant de la librairie

Visiblement, la russe savait déjà où aller pour ses prochains achats. Etonnament, elle proposa à Will d'aller chercher un fleuriste pendant ce temps. Ne voulait-elle plus qu'il l'accompagne ? Peut-être des achats plus personnels en vue... Il était inutile de poser la question et le rouquin la suivit néanmoins pour voir où elle se rendait afin de pouvoir la retrouver plus tard. S'ils se séparaient, autant se donner un point de rendez-vous, car vu le monde alentour, ils risquaient fort de se perdre pendant un certain temps. Le mutant n'ayant pas de téléphone portable, cela ne faciliterait pas non plus les choses. Quelques minutes après, l'adolescente s'arrêta devant une boutique. Will comprit alors soudainement pourquoi elle ne tenait pas à ce qu'il reste dans les parages. Ca tombait plutôt bien, il n'avait aucune envie de rentrer là dedans
.

"J'pars à la r'cherche des fleurs. Si j'reviens pas, c'est que j'suis dans l'champ d'à côté." fit-il en souriant, amusé, sachant pertinament qu'il ne risquait pas de trouver un champ dans les environs de New York "J'te retrouve ici, j'espère n'pas en avoir pour longtemps." ajouta t-il avant de reprendre sa route, toujours chargé par les sacs que lui avait donné la russe

Will regarda tous les magasins devant lesquels il passait pour pouvoir se repérer une fois qu'il devrait faire le trajet inverse. Le centre commercial était plutôt linéaire et il n'y avait pas trop de raisons de se perdre, mais il ne voulait pas prendre le risque, ne désirant pas faire poireauter Erïka trop longtemps. Finalement, quelques magasins plus loin, Will aperçu des bouquets et diverses fleurs en pot qui ornaient la deventure d'un magasin. Il se dirigea vers la boutique puis s'arrêta devant, observant les différents choix qui lui étaient proposés. Ramenant les deux sacs dans la même main, il fouilla dans sa poche et en sortit les quelques dollars qu'il possédait. Un vendeur s'approcha de lui, lui demandant ce qu'il désirait. Le rouquin hésita un instant, ne sachant pas trop quel type de fleurs la grand-mère d'Erïka aimait, puis se rappela les paroles de cette dernière : <> Finalement, il se décida pour un mélange de plusieurs fleurs colorées, réunies dans un même bouquet. L'effet était plutôt joli. Au moment de payer, Will se rendit compte qu'il lui restait deux dollars. Il remarqua que le fleuriste vendait des roses à l'unité pour le prix d'un dollar et en profita pour en prendre deux, une rouge et une blanche, chacune emballée dans un petit plastique protecteur, tout comme le bouquet.

Ses achats terminés, il retourna, quelque peu encombré, en arrière. Aucune blonde en vue devant la boutique de lingerie, il supposa donc qu'elle n'avait pas encore terminé. Puisqu'il ne lui restait qu'à patienter, Will s'installa sur un petit banc en face du magasin, histoire de ne pas perdre de vue l'étudiante si jamais elle sortait. Il évita soigneusement de ne pas regarder la vitrine de la boutique, ne voulant pas imaginer Amy portant l'un des articles proposés dans la vitrine. Erïka sorti quelques minutes après, le cherchant des yeux. Le mutant se leva et la rejoignit
.

"T'as trouvé ton bonheur ?" demanda t-il en constatant qu'elle tenait un nouveau sac

Il rabattit le bras qui tenait les courses contre lui, afin de tenir le bouquet et la rose rouge et lui tendit la rose blanche de l'autre main
.

"Tiens, c'pour toi." fit-il en souriant

Will ne savait pas du tout si la russe aimait les fleurs ou non, mais supposait que toutes les femmes les aimaient. C'était un peu cliché, mais c'était en tout cas l'impression qu'il en avait. Il avait choisi la rouge pour Amy à qui il l'offrirait plus tard, et la blanche pour l'adolescente. Il trouvait que le blanc lui allait bien, surtout parce qu'il était synonyme de pureté. Et puisqu'elle détectait les mensonges, on pouvait dire que cela lui correspondait plutôt bien.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 15:20

-"J'pars à la r'cherche des fleurs. Si j'reviens pas, c'est que j'suis dans l'champ d'à côté. J'te retrouve ici, j'espère n'pas en avoir pour longtemps."

Cela convenait parfaitement à Erïka, qui entra dans la boutique sans plus tarder. Elle n’avait pas pensé, un bref instant, au fait qu’elle se retrouvait maintenant seule dans un énorme centre commercial. Cependant, même si une légère crainte s’immisçait dans son esprit, elle se savait armée et, surtout, dans une boutique de lingerie féminine. Quel homme tenterait un kidnapping dans ce magasin rempli de femme ? Le seul fait d’y entrer en solitaire, lorsque l’on était un homme, était louche. Soit il cherchait un cadeau à faire à sa petite amie, soit c’était un pervers. Il n’y avait pas d’autres options possibles.

Faisant rapidement un premier tour de la boutique, me souhaitant pas dépenser des sommes astronomiques pour un simple soutien-gorge, elle profita de la section réservée aux soldes. Elle n’était pas bien difficile en matière de sous-vêtements. Peu importe la couleur, personne ne les verra, de toute façon. L’important était qu’ils fassent le travail pour lequel ils avaient été conçus. Plusieurs articles en main, l’adolescente alla essayer ses soutiens-gorge afin de s’assurer qu’ils étaient de la bonne taille. À son grand bonheur, c’était le cas de la majorité d’entre-deux. Se mettant à la fin de la file, à la caisse, Erîka soupira. À la vitesse où les femmes payaient et les caissières faisaient leur boulot, cela risquait d’être long. Très long.

Elle en profita pour prendre son téléphone portable, resté dans la poche de son pantalon, et envoyer un court SMS à sa grand-mère afin de la prévenir qu’il y aura une personne de plus à la table, ce soir. Parfois, Anieta préparait le repas avant son arrivée et il serait fâcheux qu’il n’y en a pas suffisamment pour tous. La majorité du temps, la russe cuisinait avec sa grand-mère. Avec le temps, elle avait été obligée de savoir préparer certains plats, même si elle restait bien plus douée pour couper de simples légumes, ayant cette vilaine manie de les couper en cubes parfaits.
Glissant de nouveau le téléphone dans sa poche, alors que la file avançait finalement, l’adolescente se demanda si elle obtiendra une réponse de sa grand-mère. Elle découvrait peu à peu la technologie, ce qui pouvait être très drôle, parfois. Si elle savait lire un SMS, en envoyer un, c’était tout un travail. Cependant, elle lui répondait toujours, l’appelant si elle n’avait pas la force de se battre avec son clavier. À moins qu’il ne soit éteint ? Tant pis, Erïka passa à la caisse, renonçant à lui téléphoner. Ça lui fera une surprise, dans le cas où elle ne prendrait pas son message.

Payant ses achats, la mutante sortit finalement de la boutique, un nouveau sac en main. Elle chercha Will du regard. Était-il de retour ? À moins qu’il ne se soit perdu à travers la jungle d’animaux sauvages que représentaient les New-Yorkais ? Erïkale repéra finalement. Au vu de ce qu’il avait dans les mains, il semblait avoir trouvé le fleuriste. Elle alla le retrouver.


-"T'as trouvé ton bonheur ?"

-« Il semblerait que ce soit le cas. Ne soit pas tenté de regarder à l’intérieur. De toute façon, t’a sûrement des sous-vêtements plus intéressants à matter ailleurs… » Fit-elle, en référence à Amy. Erïka n’était pas douée pour l’humour et, parfois, il était difficile de savoir si elle plaisantait ou non.

-"Tiens, c'pour toi."

Erïka observa la rose blanche que lui tendait Will sans, toutefois, y toucher. Il lui offrait une fleur, là ? Pourquoi ? Elle ne comprenait pas, troublée par ce geste dont elle n’avait pas l’habitude. Se décidant, après quelques secondes, à prendre la fleur, protégée par le petit emballage transparent qui lui permettait de l’observer plus attentivement. C’était une jolie fleur, Erïka l’adorait. Une rose. Rose… ainsi on l’appelait parfois, dans une époque lointaine. Elle leva les yeux vers le rouquin, un petit sourire heureux sur ses lèvres. Il ne pouvait pas comprendre le lien entre cette fleur et elle-même et c’était bien mieux ainsi. Elle ne comprenait toujours pas le geste de Will, de lui offrir cette fleur. Elle remarqua qu’il en avait une seconde en main. Comptait-il l’offrir avec le bouquet ou bien le conservait-il pour quelqu’un d’autre ? Quoi qu’il en soit, l’adolescente retrouva, un bref moment, ce magnifique sourire, un peu gêné dû au fait qu’elle n’arrivait pas à trouver quelque chose à dire, qu’elle n’avait pas porté sur ses lèvres depuis bien longtemps.

-« Merci. »

C’était un mot simple, mais il voulait tout dire. Elle ne disait que peu de fois, mais lorsqu’elle le disait, c’était qu’elle le pensait vraiment. Se mettant en marche, passant devant certaines boutiques qu’elle ne regarda même pas, la jeune fille ne put résister à l’envie de questionner le rouquin.

-« Pourquoi m’offrir une fleur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 16:16

A peine sortie de la boutique, Erïka répondit à la question de Will, enchainant sur une remarque à propos du contenu du magasin. Elle plaisantait sûrement mais elle avait en tout cas raison. Déjà, il n'avait aucune envie de regarder à l'intérieur. Et ensuite, il avait effectivement d'autres sous-vêtements à regarder autre part. Sur Amy par exemple. Bien que, dans son esprit, elle n'en portait pas, se remémorant leur retour à l'Institut. Il chassa bien vite cette pensée en répondant sur le ton de la plaisanterie.

"En même temps, j'vois pas l'intérêt d'regarder des sous-vêtements si y a personne dedans. Mais t'as raison, j'ai bien mieux à r'garder !"

Maintenant qu'il lui tendait la fleur, il attendait qu'elle s'en saisisse. Erïka regarda la rose d'un air perplexe sans oser tout de suite la prendre. Probablement ne s'y attendait-elle pas. Will ne bougea pas, attendant patiemment. La russe finit par s'en saisir et l'observa de plus près. Le rouquin attendait un verdict, espérant qu'elle ne la lui jette pas au visage. Il ignorait complétement si l'adolescente appréciait les fleurs et surtout si elle apprécierait que ce soit lui qui lui offre. Ce n'était pas grand chose, juste une rose blanche entourée d'un plastique protecteur qui réfléchissait les lumières des magasins alentour. Ca n'avait pas non plus une quelconque signification. C'était la façon que Will avait de vouloir faire plaisir à quelqu'un. Il se doutait bien que la russe n'avait besoin de rien, pouvant subvenir toute seule à ses besoins. Mais une petite attention faisait généralement plaisir aux gens et il espérait bien faire plaisir à Erïka.

Celle ci finit par lui offrir un merci sincère, souligné d'un beau sourire. Même si elle n'avait rien dit, cela se voyait qu'elle appréciait le présent. Néanmoins, Will savait bien qu'un merci de la part de l'étudiante n'était pas anodin. Ils étaient suffisament rares pour être notés. Si elle le disait, c'était que cela la touchait réellement et le rouquin lui rendit son sourire, content qu'elle accepte son cadeau. Ce n'était peut-être pas grand chose mais il ne regretta pas une seule seconde de l'avoir fait en voyant un tel sourire illuminer le visage de la russe. Il fallait dire ce qui était, Erïka était mignonne. Le seul souci était qu'elle adoptait toujours une attitude si froide qui durcissait ses traits. Un seul sourire la rendait tellement plus vivante que l'on avait l'impression de voir une autre personne. Tout le contraire d'Amy. L'italienne, elle, souriait constamment, ne se laissant que rarement abattre. Will ne se priva pas pour lui faire la remarque, sans aucune arrière pensée. Il disait toujours ce qu'il pensait que cela plaise ou non.


"Ravi qu'ça te plaise. T'as un sourire magnifique, tu l'sais ça ?" fit-il en souriant

Erïka se remit en marche et Will l'accompagna, repositionnant ses bras convenablement pour porter les sacs et les fleurs sans les écraser. Ils marchèrent en silence jusqu'à ce que la mutante se décide de poser une question. Will fut surpris, ne s'attendant pas à ce qu'elle lui demande ça. Fallait-il une raison pour offrir quelque chose aux gens ? La rose qu'il avait acheté pour Amy n'avait pas non plus de raisons particulières d'être offerte. Ce n'était pas une offrande en attente de quelque chose en retour. Non. C'était une façon comme une autre de montrer son affection
.

"Pour t'faire plaisir. J'me suis dit qu't'aimais p't'être les fleurs toi aussi. Puisque j'étais chez l'fleuriste et qu'il m'restait quelques dollars, j'ai pensé que ça t'plairait peut-être. L'argent c'fait pour être dépensé d'toute façon. Mais si j'peux l'dépenser d'une belle façon, c'est d'autant mieux. Et puis j'trouve qu'une rose blanche ça t'correspond plutôt bien, tu trouves pas ?"

Will constata que la russe ne lui avait pas refilé le dernier sac de courses qu'elle tenait. Sans doute ne voulait-elle pas lui confier un sac plein de sous-vêtements. Plein de ses sous-vêtements. Ce n'était sûrement pas bien lourd de toute façon. Aussi, il ne lui demanda pas et se contenta de la suivre. Si elle en avait assez de trimbaler le sac, elle finirait bien par le lui donner.

"T'as encore des courses à faire ? Que j'sache si j'dois aller m'ach'ter un 3eme bras !" demanda t-il en riant, pas sérieux pour un sous

Le mutant n'était pas du genre à se plaindre. Au contraire, il aimait bien rendre service, surtout aux gens qu'il appréciait. Il ne voulait donc pas que la russe pense une seconde qu'il en avait marre de porter ses courses et teinta sa remarque d'humour. Il était prêt à continuer de la suivre tant qu'elle le voudrait. Après tout, il avait accepté de l'accompagner. Et tout ça valait bien un bon repas, même s'il l'aurait tout de même accompagnée sans ça, appréciant de passer du temps avec elle
.

"C'est vers où chez ta grand-mère d'ailleurs ? On peut y aller à pieds ou faut r'prendre un taxi ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 19:47

-"Ravi qu'ça te plaise. T'as un sourire magnifique, tu l'sais ça ?"

Mais c’est quoi ce genre de commentaires ? Il lui offre une rose et ensuite il lui dit qu’elle a un beau sourire. Quelque chose de louche se tramait, selon Erïka. C’était pas normal qu’on lui fasse des compliments. Pourtant, les paroles de Will étaient sincères, elle ne pouvait en douter. C’était seulement… troublant. Elle qui avait subi de nombreuses années d’insultes, de violence psychologique, elle avait du mal avec les paroles gentilles à son égard. En fait, elle craignait toujours que cela ne soit qu’une fourberie, un moyen de lui faire baisser sa garde. Visiblement, elle ne faisait pas totalement confiance à Will. Avec le temps, cela viendra. Avec Erïka, il fallait faire preuve de patience, d’énormément de patience afin d’obtenir ne serait-ce qu’un morceau de confiance.

-« Ça c’est toi qui le dis, hein. Un sourire c’est un sourire quoi. »

Blanc. La couleur de la pureté. La couleur de la vérité, innocente, honnête. Ce n’était pas la première fois que la jeune fille était comparée à cette couleur. Cependant, cette dernière n’affichera jamais dans cette couleur éclatante. Elle préférait ce qui était sombre, ce qui contrastait avec le blond de sa chevelure. Elle n’avait plus qu’à se teindre pour ressembler à une gothique. Si elle décidait de se vêtir de blanc, elle ressemblerait un peu trop à Emma Frost. Déjà, elle avait entendu certaines personnes, dont Scum, penser qu’elles étaient sœurs… Étaient-elles si semblables sur le plan physique ?

L’attention de Will ne la laissa pas indifférente. Il avait réussis à lui mettre le sourire aux lèvres. Ce fut à ce moment qu’elle réalisa ce que c’était que de revenir à une vie normale. Elle était heureuse, ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. C’était une bonne chose pour son moral. Le professeur Xavier avait bien raison lorsqu’il lui avait dit de socialiser avec les autres élèves, lui assurant que cela lui permettra de changer ses idées et de l’aider à sortir de ces ténèbres dans lesquels elle s’enfonçait toujours plus chaque jour. Erïka était heureuse d’être en compagnie du rouquin. Elle s’amusait bien, tout comme avec Amy. Par contre, à la différence de l’italienne, l’homme lui rappelait son frère, du temps où il ne parlait pas de manière ultra-polie.


-"T'as encore des courses à faire ? Que j'sache si j'dois aller m'ach'ter un 3eme bras !"

-« T’en fais pas, j’en ai terminé pour longtemps… Enfin, aussi longtemps que mes vêtements ne seront pas troués. »

Observant ses sacs dans les bras de Will, elle songea à les récupérer. Cependant, son esprit fut occupé par une autre pensée : boire. S’arrêtant à un petit kiosque vendant des boissons composées de véritables fruits, qui étaient broyés sous ses yeux, elle passa commande. C’était son dernier achat de la journée.

-"C'est vers où chez ta grand-mère d'ailleurs ? On peut y aller à pieds ou faut r'prendre un taxi ?"

-« Je refuse de marcher jusqu’à chez elle. Il y a des taxis à l’extérieur, on a qu’à en prendre un. »

Payant son breuvage et l’observant lors de sa préparation, l’adolescente tenta de se souvenir par quelle sortie elle devait passer afin de trouver l’emplacement des nombreux taxis. Une fois sa boisson en main, elle désigna une direction à Will, trop occupée à aspirer son mélange de fruits. C’était un smoothie comme elle les aimait. Marchant silencieusement, elle proposa à Will de goûter. Elle n’était pas dédaigneuse. Enfant, elle partageait bien des choses avec Alexïs, allant du verre de lait à la barre de chocolat.

-« Ce truc-là est divin. Il vaut bien son prix. »

Attachant son manteau, la jeune fille franchis la série de portes menant à l’extérieur. La brise était fraiche, mais très agréable, affleurant sa peau blanchâtre dans une caresse. S’approchant d’un taxi, l’adolescente se pencha vers la fenêtre du côté passager afin d’échanger quelques mots avec le chauffeur. Montant dans le véhicule, sur la banquette arrière, elle laissa Will en faire autant, bouclant sa ceinture. Les voilà en route pour une soirée tranquille au domicile d’Anieta McGowen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 21:15

Malgré la sincérité des paroles de Will, Erïka répondit d'un air détaché, ne voyant pas en quoi son sourire était différent d'un autre. Pourtant, le mutant trouvait que tout le monde avait une façon différente de sourire. Sourire était une façon comme une autre d'exprimer son bonheur et le rouquin était content de voir que l'étudiante passait apparemment une bonne journée, même si celle-ci avait mal commencée.

Will n'était pas avare en compliment lorsque quelque chose retenait son attention. Et comme il avait pour habitude de dire tout ce qui lui passait par la tête, il avait tendance à pointer du doigt les défauts des gens, mais surtout leurs qualités, ce qui généralement les mettait mal à l'aise. Erïka n'avait pas l'air mal à l'aise juste... méfiante. Comme si elle ne croyait pas à ce qu'il disait. Mais elle n'afficha cette expression que peu de temps, conservant un léger sourire malgré tout
.

"Oh mais oui, c'mon point d'vue hein. Mais j'suis sûr qu'd'autres personnes s'raient bien d'accord avec moi si elles avaient l'occaz' d'le voir. Il a d'autant plus d'valeur qu'il est rare. J'trouve qu'ça t'rend rayonnante, c'est tout." expliqua t-il en hochant la tête comme pour appuyer ses dires

La russe ne répondit pas à sa comparaison avec la fleur, marchant en silence. Pourtant, William trouvait qu'il y avait une certaine similarité. En ce qui concernait la fleur déjà. Elle attirait l'oeil mais, pourvue d'épines, pouvait vous blesser à tout moment. A ne pas prendre à la légère donc. Il valait mieux ne pas baisser sa garde face à elle, prête à mordre à tout bout de champ. Pourtant, lorsqu'elle le voulait, Erïka était douce et gentille. Le blanc avait toujours été synonyme de pureté, de franchise. Et Will ne voyait pas qui mieux que la russe pouvait le représenter. Mais puisque l'adolescente ne répondait pas, il était inutile de revenir sur le sujet. Le but du cadeau avait été atteint, il lui avait fait plaisir.

Erïka précisa que les courses étaient terminées, ce qui n'était pas pour déplaire au mutant. Non pas qu'il n'appréciait pas faire les courses avec elle mais il commençait à avoir vraiment faim et il avait vu bien assez de gens pour la journée. Depuis qu'ils vivaient au manoir, Amy et lui avaient enfin trouvé un semblant d'intimité, ce qu'ils n'avaient jamais eu en vivant dans la rue. Et voir tant de gens à la minute ne lui manquait vraiment pas
.

"F'sons en sorte d'pas faire d'trous dedans alors. Et si jamais tu dois r'tourner en ach'ter, j'me porte volontaire pour t'aider à porter l'tout."

C'était sa façon à lui de lui dire qu'il serait content de retourner au centre commercial avec elle si une autre occasion se présentait. Ainsi, il avait l'impression d'être une personne tout à fait normale, accompagnant une amie faire des courses. Quoi de plus banal ? Il n'avait cependant pas eu cette opportunité depuis... aussi longtemps qu'il arrivait à se souvenir.

Erïka se dirigea vers un kiosque qui vendait de curieuses boissons. Will, intrigué, regarda de quoi il s'agissait. Des fruits étaient coupés puis mixés avant d'être servis. On aurait dit un jus de fruit... mais en différent. Le rouquin ignorait ce qu'était un smoothie, s'étant toujours cantonné à l'eau et aux sodas, voire à l'alcool quand il en avait l'occasion. La russe reprit sa marche, indiquant par la même occasion à Will la direction a emprunter. Il n'était pas mécontent de prendre un taxi, se voyant mal se trimbaler tous les sacs sur plusieurs kilomètres. En cours de route, Erïka tendit son verre à Will. Elle ne prit pas la peine de parler mais le mutant n'avait pas besoin de mots pour comprendre. Se penchant, il goûta au fameux smoothie dont l'adolescente fit bientôt l'éloge.


"J'en avais jamais bu avant, c'est curieux comme texture... Mais j'aime bien, c'est frais ! Ca m'change de l'eau d'la fontaine de Central Park !" répondit-il, la remerciant d'un sourire

Une fois dehors, Will ne fut pas mécontent que des taxis se trouvaient déjà sur place. Le vent était vraiment froid et comme il n'avait pas attaché sa veste, sentant la grande différence de température entre l'intérieur du centre commercial et l'extérieur. Il suivit Erïka qui s'engouffra dans un des véhicules, posant les sacs entre eux, conservant les fleurs dans les mains. En regardant la rose rouge, il ne put s'empêcher de sourire bêtement en imaginant à l'avance la réaction d'Amy lorsqu'il lui offrirait.

Le trajet fut en grande partie silencieux jusqu'à ce que le taxi passe par une rue que Will connaissait bien. Il se pencha vers Erïka, lui désignant quelque chose de son côté de la fenêtre.


"R'garde, ça c'est la lav'rie automatique où on dormait quelques fois. Y avait toujours quelques cents qui trainaient dans les machines à laver, c'était un bonus ! Et ici, c'est l'bar à Duncan où on a mangé avec d'aut..." fit-il avant de s'interrompre, réalisant qu'ils n'étaient pas seuls "Enfin avec Scum et Adam. Y a un espèce d'abruti qui a bien failli gâcher l'repas d'ailleurs."

Au fil de la circulation, Will remarqua un café bien particulier. C'était ici qu'il avait invité Erïka à boire quelque chose pour se faire pardonner de lui avoir crier dessus. Il tendit aussitôt le doigt dans la direction du bâtiment.

"Hé, tu t'rappelles d'ce café ?" demanda t-il bien qu'il se doutait de la réponse

Le taxi s'éloigna un peu du centre ville et pénétra dans un quartier résidentiel bien plus tranquille. Il n'y avait quasiment que des immeubles à perte de vue. Le véhicule se stoppa près d'un trottoir, laissant aux deux mutants l'occasion de descendre. Will récupéra les sacs ainsi que les fleurs et attendit que la russe règle la note. Il la suivit ensuite à l'intérieur d'un hall d'immeuble. En passant devant les boites aux lettres, il regarda les différents noms. Aucun n'avait une sonorité russe et, bien qu'il ignorait le nom de famille d'Erïka, essaya de deviner qui était sa grand-mère. L'étudiante grimpa les escaliers, aussitôt imitée par Will qui ne voulait pas qu'elle le sème en cours de route, si près du but ! Ils montèrent plusieurs étages et s'arrêtèrent devant le seuil d'un des appartements. Le rouquin n'avait pas tellement d'appréhension, Erïka ayant dressé un portrait de sa grand-mère plutôt gentil, mais il était quelque peu tendu. Sans doute par peur de faire mauvaise impression. En temps normal, il s'en moquait bien, mais il ne voulait pas faire honte à son amie.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 22:40

« Look out better play it safe you'll never know what hard times will come your way
We say where we're coming from
We've already seen the worst that life can bring »

Rayonnante. L’était-elle réellement ? Pourtant, c’était bien ce qu’affirmait Will. Lorsqu’elle souriait, elle était bien plus jolie. Erïka, elle, ne voyait que ses cernes, son air fantomatique dès qu’elle croisait son reflet dans la glace. Elle n’était en rien rayonnante. Depuis longtemps, ce petit éclat de malice et de joie brillant dans son regard avait disparu. Pourquoi ne se laissait-elle pas la chance de vivre, revenant toujours aux points négatifs d’une chose ? Ne pouvait-elle pas accepter un simple compliment dit avec gentillesse et innocence ? Elle le devait. Cette aura négative qu’elle trainait sans cesse avec elle faisait fuir bien des gens, ce qui était le but recherché. Cependant, elle devait faire attention à ne pas éloigner ces personnes qui tenait à elle, ces gens qui avaient de l’importance à ses yeux.

Dans le taxi, la jeune fille ne put s’empêcher de regarder par la fenêtre afin de laisser son esprit vagabonder. C’était toujours ainsi lors des transports de ce genre. Elle n’avait jamais envie de parler, préférant imaginer tout un tas de choses en fixant inlassablement le décor en mouvement. Si Will respectait son mutisme et en faisait de même, il lui fit signe de regarder par la fenêtre, au bout d’un moment, lui pointant le bar de Duncan.


-"R'garde, ça c'est la lav'rie automatique où on dormait quelques fois. Y avait toujours quelques cents qui trainaient dans les machines à laver, c'était un bonus ! Et ici, c'est l'bar à Duncan où on a mangé avec d'aut... Enfin avec Scum et Adam. Y a un espèce d'abruti qui a bien failli gâcher l'repas d'ailleurs."

Si l’adolescente n’avait aucune idée de qui était ce fameux Adam, ne se doutant pas qu’elle le connaissait sous une fausse identité, elle savait qui était Duncan et Scum. Alors, Will les connaissait ? Ce que le monde pouvait être petit ! La jeune fille imaginait le lézard qu’était Scum dans un pub irlandais. C’était assez amusant de l’imaginer dévorer la nourriture que Duncan pouvait lui apporter, discutant comme si rien n’était avec les autres mutants. À ce moment, le bar devait être vide, sinon il n’aurait jamais eu l’occasion de s’y rendre. Enfin, ne connaissant pas l’histoire, Erïka y allait de supposition en suppositions.

-« Tu connais Scum et Duncan ? Le monde est petit… Je suis déjà passé au pub, il y a longtemps… On m’a dit qu’il en était propriétaire, maintenant. Il faut que je repasse le voir un de ses jours. Il y a un moment que je n’ai pas vu Scum, également. Faut dire que je sors rarement… »

Plus loin, sur leur trajet, ils croisèrent un petit café bien banal que Will lui désigna. L’adolescente profita du fait que le chauffeur était arrêté à un feu de circulation pour se pencher du côté du rouquin et ainsi mieux observer l’endroit qu’il désignait.

-"Hé, tu t'rappelles d'ce café ?"

-« Oui, je m’en souviens. Ce jour-là, y’a Miss Flocon de Neige qui m’a trainée en ville pour que je récupère un truc et m’a jeter dans le quartier sans un mot. Après, j’ai rencontré Amy et tu m’as foncé dessus comme un con. Je l’ai pas oublié. »

Elle ne disait pas ça avec son ton neutre, habituelle. Il y avait un petit quelque chose dans sa voix. Ce n’était pas de la nostalgie, mais simplement un ton léger, détaché. Elle n’en voulait plus à Will de l’avoir bousculé, cela remontait à tellement longtemps qu’elle avait fini par ne plus être frustrée. Après quelques heures elle avait même oublié ce détail, c’était concentré sur autre chose. C’était dans ce temps-là, alors que la neige ne s’était toujours pas abattue sur la ville, que la seconde mutation de l’adolescente avait commencé à se manifester, peu à peu. Elle ne saurait dire quand est-ce que cela avait débuté, mais se souvenait que c’était à cette époque.

Une fois devant l’immeuble de sa grand-mère, l’adolescente paya le chauffeur, lui laissant du pourboire par la même occasion. Elle vint pour attraper ses sacs, mais se rendit compte que Will les avaient tous amenés avec lui. Tant pis. Elle sortit du véhicule et claqua la portière. Tenant sa boisson d’une main, elle cherchait ses clés de l’autre. Lorsqu’elle les trouva enfin, elle put déverrouiller la porte menant à l’intérieur de la bâtisse. Montant des escaliers qui eurent tôt fait de l’épuiser, la jeune fille rangea ses clés en s’arrêtant devant une porte. Elle joua avec la poignée avant de cogner à la porte. Depuis la tentative de kidnapping visant Erïka, Anieta McGowen avait pris l’habitude de toujours verrouiller sa porte et de vérifier, grâce à un œil magique, qui était derrière avant de l’ouvrir. En reconnaissant sa petite fille, elle ne tarda pas à déverrouiller sa porte et l’ouvrir afin de pouvoir la serrer dans ses bras avec tendresse. D’ailleurs, Erïka n’hésita pas à lui rendre sa chaleureuse étreinte.


-« Je suis contente de te voir, ma petite Rosy ! Tu n’as pas eu d’ennuis durant le trajet ? »

Rosy. Voilà quelque chose qui allait entacher sa crédibilité. La première personne, hormis sa grand-mère qui l’appelait ainsi depuis son enfance, qui osait la nommer ainsi allait le regretter. Ce surnom, elle ne l’aimait pas. Cependant, elle arrivait à se passer de commentaires à ce sujet, ne voulant pas blesser Anieta. Une habitude était difficile à perdre, bien souvent. Maintenant, elle souhaitait que Will ne pose pas de question et évite les commentaires sur ce surnom ridicule. Elle n’aurait pas pu l’appeler Rose, comme le faisais certaines personnes auparavant ?

-« Il n’y a pas eu de problème, t’en fais pas. Je suis contente de te voir, Babushka. J’ai amené un ami. Je suppose que tu n’as pas reçu mon message… »
-« J’ai perdu mon téléphone portable dans l’appartement. Je ne le trouve plus, malheureusement. Mais je suis ravie que tu aies amené ton ami avec toi. » Elle observa Will, le détaillant rapidement du regard, ne se souciant pas de son apparence. « Puis-je connaitre ton nom, jeune homme ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Mer 1 Fév 2012 - 23:39

Will savait bien qu'Erïka aimait être tranquille, qu'on lui fiche la paix et qu'on ne l'importune pas trop à parler quand ce n'était pas nécessaire. Mais le mutant était comme ça et il ne pouvait s'empêcher de faire des commentaires lorsqu'il voyait certaines choses. En l'occurence, il s'agissait du bar de Duncan, endroit où Amy et lui avaient mangé gratuitement et rencontrés pour la première fois d'autres mutants. La soirée avait failli tourner au drame à cause de l'intervention de Pyro mais tout c'était bien fini. Will ne s'attendait pas à ce qu'Erïka connaisse les noms évoqués et il la regarda en haussant des sourcils étonnés. Comme elle le disait, le monde était petit. Les mutants avaient l'air nombreux et pourtant, la russe et lui connaissaient les mêmes. Le rouquin avait vécu 8 ans dans la cité et n'en avait pourtant jamais entendu parler avant. Curieux.

"Ouais j'les connais. Duncan nous a offert l'repas, c'était cool d'sa part ! La soirée s'passait bien jusqu'à ce qu'un couillon pyromane nous menace. Final'ment, on est resté avec Scum, il nous a même invité à dormir chez lui. C'était... sympa. Spécial mais sympa !" répondit-il en se rappelant leur nuit dans les égouts "Bah écoute, si ça t'branche, on s'fera une sortie au bar de Duncan Amy toi et moi. Et si j'me débrouille bien, p't'être que j'arriverai à faire venir Scum. C'toujours plus sympa d'sortir à plusieurs. A toi aussi Scum a trouvé un p'tit nom ?"

En très peu de temps, le couple s'était fait pas mal d'amis. Un cercle qui s'agrandissait rapidement et qui, apparement, n'était pas prêt de s'arrêter. Will se demanda ce que devenait les mutants qu'ils avaient rencontrés ce soir là. Autant il se moquait éperdument de Pyro et de sa stupide copine, autant il s'intéressait à Duncan et surtout Scum. Adam l'avait laissé indifférent. Un type qui travaillait pour le gouvernement ne lui donnait pas spécialement envie de lui faire confiance. Scum avait une apparence très particulière mais Will l'avait vite oublié. C'était le plus sympathique de la bande et son naturel était touchant. Le rouquin était bien tenté de rencontrer Duncan à nouveau, n'ayant pas spécialement eu le temps de discuter avec à cause des membres de la Confrérie.

Puis plus loin, lorsqu'ils passèrent à côté du café, Erïka affirma se souvenir de ce moment. Encore perturbé par sa nuit à l'hotel avec Amy, Will avait insulté la pauvre Erïka qui n'avait rien demandé. Et malgré l'altercation avec Magneto, c'était grâce à ce jour qu'Amy et lui vivaient désormais à l'Institut
.

"Ha ha, c'est vrai, j'regardai pas où j'allais, j'étais super en colère contre moi même et c'est toi qu'a pris ! Mais bon tant mieux dans un sens. Grâce à ça, on s'est rencontrés ! Moi j'trouve que c'est un bon souv'nir malgré tout."

Un impact. Des insultes. Une bagarre pour savoir qui allait frapper Magneto. Définitivement, leur rencontre avait vraiment mal commencée. Mais le mutant était content du résultat et de voir que malgré son caractère, la russe avait fini par l'accepter. Plus ou moins. Mais cela importait peu au rouquin, cela lui suffisait. Aujourd'hui, il allait manger chez un membre de sa famille. C'était un sacré pas en avant !

Arrivés devant la porte de l'appartement, Will attendait en silence. La porte était verrouillée et il leur fallait donc attendre qu'on vienne leur ouvrir. Puisqu'Erïka n'avait toujours évoqué que sa grand-mère, le mutant supposa qu'elle vivait seule ou que son grand-père était décédé. Ce fut en effet une dame âgée -mais pas trop- qui vint ouvrir la porte. L'étreinte entre les deux femmes était touchante et Will resta silencieux pour les laisser profiter en paix. Cependant, quelque chose interpela le rouquin. Rosy ? Qu'est-ce que c'était que ce nom ? Quel rapport avec Erïka ? Will avait beau cherché, il ne voyait pas comment de "Erïka" on pouvait arriver à "Rosy". Sans doute un détail qui lui échappait. Une histoire de famille ou autre. Mais il ne pu s'empêcher de repenser à la comparaison avec la rose. Définitivement, c'était plutôt vrai. Estimant que ça ne le regardait pas, il ne posa pas la question et ne comptait pas la poser plus tard. De toute façon, il préférait de loin le surnom qu'il lui avait trouvé.

Erïka échangea quelques mots avec sa grand-mère et celui-ci haussa des sourcils surpris lorsqu'elle le présenta comme un ami. Alors elle le considérait comme tel ? Il se mit à sourire, touché. Finalement, la russe ne semblait pas si indifférente que ça au temps passé ensemble. Anieta se tourna enfin vers lui, lui demandant son nom. Will inclina légèrement la tête à défaut de tendre la main, toutes deux occupées par les sacs et le bouquet de fleurs
.

'William, madame. Ami d'Rika à plein temps et esclave à mi temps." fit-il en riant à moitié, amusé par la situation "Enchanté d'vous connaitre. J'suis content d'rencontrer d'la famille à Rika. T'nez, c'est pour vous. J'espère qu'elles vous plaisent." ajouta t-il en souriant, tendant le bouquet de fleurs à la vieille femme

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 2:09

"Ouais j'les connais. Duncan nous a offert l'repas, c'était cool d'sa part ! La soirée s'passait bien jusqu'à ce qu'un couillon pyromane nous menace. Final'ment, on est resté avec Scum, il nous a même invité à dormir chez lui. C'était... sympa. Spécial mais sympa ! Bah écoute, si ça t'branche, on s'fera une sortie au bar de Duncan Amy toi et moi. Et si j'me débrouille bien, p't'être que j'arriverai à faire venir Scum. C'toujours plus sympa d'sortir à plusieurs. A toi aussi Scum a trouvé un p'tit nom ?"

Un « couillon pyromane ». John, qu’avais-tu fais cette fois-là ? Pourquoi devait-il faire chier tout le monde à chaque fois qu’il se rendait quelque part ? Depuis qu’il était à la Confrérie, il était différent. Quelque chose avait changé et les avait éloignés. Peut-être était-ce Erïka qui était différente, à présent, et non Pyro ? Quoi qu’il en soit, tout semblait s’être terminé sans trop de problèmes, ce qui était bien ainsi.

La proposition de Will intéressait la russe, qui n’était pas sortie depuis bien longtemps. Mis à part quelques petites exceptions, elle était restée cloitrée à l’institut, fuyant le monde extérieur. En compagnie du couple, elle se sentira bien plus en sécurité. Sachant que l’on avait pas hésité à l’aborder dans le pub la première fois, elle n’allait pas faire l’erreur d’y aller en solitaire cette fois-ci. Et puis, la soirée sera toujours plus agréable en bonne compagnie.


-« Ouais, il m’en a trouvé un le jour de notre rencontre. Verity. C’est très joli et représentatif. C’est quoi qu’il t’a trouvé ? »

Au domicile d’Anieta, l’adolescente laissa Will se présenter. Elle jugeait qu’il était en mesure de le faire par lui-même. Après tout, il n’était pas un enfant, étant bien plus âgé qu’elle. D’ailleurs, cette différence d’âge ne l’avait jamais embêté. Sans même savoir combien d’années il avait de plus qu’elle, elle pensait qu’il devait être son aîné de deux ou trois années.

-« William, madame. Ami d'Rika à plein temps et esclave à mi-temps. Enchanté d'vous connaitre. J'suis content d'rencontrer d'la famille à Rika. T'nez, c'est pour vous. J'espère qu'elles vous plaisent. »

-« C’est pas ma faute si t’es un homme soumis. J’aurais bien pu te noyer sous les sacs si je l’avais voulu, tu m’aurais laissée faire. » Répondit l’adolescente avec un air amusé. Si Will lui avait remis ses sacs, elle les aurait pris. L’idée de départ étant qu’il les lui tienne le temps qu’elle puisse payer ses achats sans être encombrée. Cependant, il ne s’en plaignait pas, préférant plaisanter. Son sens de l’humour plaisait de plus en plus à la russe, avec le temps.

Anieta fut touchée par l’attention de Will, cela se lisait sur son visage. Prenant délicatement le bouquet de fleur, elle le remercia avec un grand sourire. Déjà ravie de rencontrer l’un des amis d’Erïka, elle n’en était que plus heureuse avec ce joli présent. La femme n’était pas du genre à juger les gens dès le premier regard. Certes, certaines pensées lui traversaient la tête, notamment des questions sur le port de son cache-œil, mais ne dit rien, se contentant de sourire pour masquer ses interrogations. Elle était bien placée pour savoir ce que c’était que d’avoir certains secrets. Ses petits enfants en portaient, d’ailleurs, un bien lourd sur leurs frêles épaules.


-« Je te remercie, William. Tu n’étais pas obligé, tu sais, mais ça me fais très plaisir. Allez, entrez-vous deux. Je vais mettre les fleurs dans un vase. »

Laissant entrer les deux jeunes, la vieille femme referma la porte derrière eux. Erïka en profita pour poser son verre, pratiquement vide, à ses pieds, afin de retirer son manteau qu’elle posa sur un crochet, près de la porte, prévu à cet effet. Puis, elle retira ses bottes, posant ses pieds sur le plancher sec. Lorsqu’ils entraient dans l’appartement, ils débouchaient dans une partie du salon, à leur gauche. À leur droite, se trouvait la cuisine. Puis, devant eux, un long couloir où quelques portes closes ne permettaient pas de savoir quel genre de pièce s’y trouvaient. Déposant son smoothies sur la table, dans la cuisine, l’adolescente vint aider Will à se débarrasser des sacs, prenant ses achats et les déposant sur un fauteuil, près d’elle. Il avait maintenant l’occasion de découvrir cet endroit où elle vivait. La prochaine fois qu’il l’accompagnera chez Anieta, dans l’éventualité où elle l’inviterait de nouveau, ce ne sera pas dans cet appartement, par contre. Suite au drame s’étant récemment produit, la vieille femme avait décidé de déménager, à quelques rues de là. Ainsi, Erïka cessera, elle aussi, de revoir ces affreux souvenirs.

Elle n’avait pas mis les pieds ici depuis le drame. En fixant le fond du couloir, elle pouvait constater que le grand miroir, se trouvant auparavant au mur, n’y était plus. Elle se souvient y avoir été projetée, des morceaux de verre s’incrustant dans sa peau. Elle se souvenait également d’en avoir attrapé un morceau pour poignarder son agresseur. Avançant lentement, elle revoyait les scènes, une à une. Ses doigts effleuraient les murs nettoyés avec un produit suffisamment fort pour faire disparaitre le sang. S’arrêtant devant la première porte, à sa gauche, la jeune fille l’ouvrit doucement. Ce n’était plus la même porte, la dernière ayant été défoncée. En entrant dans cette pièce, personne ne pouvait savoir qu’elle s’y était réfugiée afin de fuir, cherchant désespérément de l’aide. Plongée dans ses douloureux souvenirs, l’adolescente fixa la pièce, sans un mot, restant debout, dans le couloir.

Anieta, qui avait déposé les fleurs dans un grand vase remplis d’eau, posé sur la table, s’approcha de Will afin de l’inviter à la cuisine. Elle était ravie d’avoir deux personnes pour l’aider à concocter le repas de ce soir. Ayant remarqué l’attitude de sa petite fille, elle préférait guider l’homme à la cuisine, là où elle pourrait faire plus ample connaissance avec lui. Elle-même avait eu du mal à se remettre de cette soirée mouvementée où elle aurait pu être tuée par sa propre fille. Elle comprenait le besoin d’Erïka de ré-apprivoiser le lieu du drame.


-« Dis-moi, William, es-tu doué en cuisine ? Rosy et moi avons l’habitude de préparer le repas ensemble. Si le cœur t’en dit, je te propose de nous donner un coup de main. »

Anieta lui présenta les divers légumes posés sur la table. Sortant deux couteaux ainsi que deux planches à découper qu’elle déposa près de la nourriture, elle invita Will à s’assoir. Erïka, selon elle, n’allait pas tarder à les rejoindre.

-« Tu vis, toi aussi, à l'institut ? » demanda la vieille femme en fouillant dans le réfrigérateur.

Erïka, elle, finit par sortir de sa transe. Elle respira profondément avant de regagner le salon. Elle ne devait plus penser à cela. Pas ce soir. Elle devait être forte et passer par-dessus cette épreuve. Comme l’avait dit Emma, la nuit du drame, ces individus essayaient de la briser, de lui faire du mal, de la torturer mentalement. Ils cherchaient à conserver un certain contrôle sur elle, dont elle devait se défaire une bonne fois pour toute. L’adolescente pris la rose blanche, qu’elle avait posé sur le fauteuil, et la mena à la cuisine, jetant l’emballage aux poubelles, elle déposa la fleur dans le vase, au milieu de toute les autres. Elle ne tarda pas à s’assoir en face de Will, après s’être lavé les mains dans l'évier de la cuisine.


-« Vous ne parlez pas de moi, j’espère ? » Demanda l’adolescente en attrapant une pomme de terre à éplucher.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 12:29

Will aimait bien les surnoms. Il trouvait que c'était une façon plus personnelle d'appeler quelqu'un, de montrer une certaine proximité avec la personne. Cependant, certaines personnes n'attendaient pas d'être proches pour trouver des surnoms idiots aux gens. Scum, lui, voyait les gens comme de véritables pouvoirs vivants et leur offrait donc un surnom à la hauteur de leur don. Si Will trouvait que ceux qu'il lui avait trouvé correspondaient plutôt bien, il constata que celui d'Erïka lui allait comme un gant. Intérieurement, il imagina quel nom le reptile aurait bien pu donner à Pyro. Allummette ? Cauchemar des pompiers ? Tête brûlée ? Will, lui, aurait trouvé des noms plus appropriés pour le pyromane tels que : Pauv' con, abruti, casse-couille, tête de cul ou encore plein d'autres appellations sympathiques. Il détestait ce type, ce mutant qui avait osé menacer Amy. Mieux valait qu'ils ne se croisent pas de nouveau. Mais quelque chose disait au rouquin que l'inverse risquait pourtant de se produire.

"Oui effectiv'ment. Moi il m'en a trouvé deux parce qu'il trouvait qu'le premier f'sait trop minus. Gemini. Ca veut dire jumeaux. Et Feux croisés."

Maintenant qu'ils étaient sur le seuil de l'appartement, la conversation avait changé. Déjà parce qu'ils saluaient leur hôtesse mais aussi parce que parler d'autres mutants en présence d'une autre personne n'était peut-être pas une bonne idée, même sans les évoquer clairement, comme ils l'avaient fait dans le taxi. Will ignorait si la grand-mère d'Erïka était au courant des pouvoirs de sa petite fille ou si elle même en étant un. Il supposa que non, puisque même Alexïs avait ignoré le pouvoir de sa soeur pendant longtemps et réciproquement. Mieux valait éviter le sujet.

"Oui maîtresssssse." répondit-il en s'inclinant exagérement avant de se mettre à rire à la réplique de la russe "Faut bien que j'serve à quelque chose, hein !" ajouta t-il, n'ayant quant à lui rien eu de plus à porter qu'une paire de gants

Will aimait rendre service, surtout à ses amis et même s'il avait eu ses propres achats, aurait porté les affaires de la russe sans ronchonner. Il ne faisait la remarque que pour plaisanter, n'y accordant vraiment aucune importance. Et la plaisanterie fonctionnait plutôt bien vu la réplique de l'adolescente. Sa répartie lui plaisait.

Anieta prit le bouquet de fleurs des mains d'un Will pas mécontent de récupérer une partie de mobilité, ayant désormais une main libre, tenant les courses et la rose restante dans l'autre main. Elle le remercia puis les invita à entrer, ce qu'il fit sans se faire prier, laissant Erïka entrer la première
.

"Oh, c'est la moindre des choses, m'dame. Surtout qu'j'étais pas prévu au m'nu !"

Le rouquin déposa les sacs au sol puis retira sa veste qu'il accrocha à côté de celle d'Erïka. Il coinça la rose rouge dans l'une des poches de sa veste pour qu'il ne l'oublie pas en repartant, puis retira ses chaussures. Il ramassa les sacs afin de ne pas les laisser en plein milieu de l'entrée puis suivi Erïka dans l'appartement. A peine arrivés dans la cuisine, la russe vint le débarasser des sacs, les posant un peu plus loin.

"Wouhou, affranchi !!" fit-il soudainement en riant, comme si les sacs étaient un boulet de prisonnier, faisant de lui un esclave

Maintenant qu'il était à l'intérieur, il en profita pour observer l'appartement. Un vrai appartement. A soi. C'était chouette. Un jour, il en aurait un qu'il partagerait avec Amy. Mais pour l'instant, leur simple chambre au manoir avait déjà des airs de paradis. Il tourna la tête vers Erïka pour lui poser une question mais constata que celle-ci fixait le couloir d'une étrange façon. Puis, elle s'y dirigea, un peu comme un zombie, ne semblant plus faire attention à ce qui l'entourait. Will resta silencieux. Il avait voulu lui demander si elle avait vécu ici et si oui combien de temps. Même s'il connaissait une partie de son passé, il en ignorait bien des détails. Et même s'il était curieux, il savait bien que personne n'aimait ressasser le passé. Peut-être la russe revoyait-elle des souvenirs d'un temps passé ici ? Que certains objets lui remémoraient de vieilles histoires ? Will se demanda si sa grand-mère était impliquée dans l'histoire de la secte ou non. Quoiqu'il en était, la russe lui faisait confiance.

Anieta fit sortir le rouquin de ses pensées et quitta Erïka du regard pour le poser sur la vieille femme. Il la suivit dans la cuisine tandis qu'elle lui proposait de les aider à cuisiner. Will n'était pas spécialement doué en cuisine. A vrai dire, il n'avait jamais tellement eu l'occasion de s'entrainer mais cuisiner lui plaisait bien. Il remarqua les couteaux posés sur la table, prévu pour découper les légumes. Il se nettoya les mains puis prit place sur l'une des chaises et se saisit d'un couteau qu'il fit habillement tournoyer entre ses doigts
.

"A vrai dire j'sais pas trop. J'ai jamais trop eu l'occasion d'cuisiner mais j'serai ravi d'donner un coup d'main. Par contre, j'suis doué avec ça !" fit-il en désignant le couteau avant d'attraper une planche, quelques légèmes et de commencer à les découper rapidement "J'ai cuisiné pour Rika une fois ! Elle s'en est pas plaint alors j'espère qu'cette fois non plus. J'vais faire d'mon mieux !" ajouta t-il en souriant

Elle lui demanda ensuite s'il vivait lui aussi à l'Institut. Que savait-elle exactement de l'Institut ? Que devait-il répondre au juste ? Il ne voulait surtout pas mentir mais l'entière vérité n'était pas forcément très bonne à raconter. Tant pis, il allait répondre le strict minimum, quitte à devoir dire qu'il vivait dans la rue peu de temps auparavant. Ce n'était pas très glorieux mais au moins, il n'avait pas honte de ce qu'il était
.

"Oui mais pas d'puis longtemps. Ca doit faire un bon mois j'dirai, quelque chose comme ça. J'connais Rika d'puis un peu plus longtemps, on s'est rencontrés dans la rue. Ou plutôt percutés devrais-je dire..." fit-il en riant légèrement, repensant à la dispute qui s'en était suivie

Will n'eut pas le temps d'en dire plus, Erïka vint enfin se joindre à eux, s'installant en face de William. Indirectement, ils avaient parlé d'elle. Même si Anieta n'avait pas posé de questions à son sujet, Will l'avait inclus automatiquement dans sa réponse. Il la regarda un court instant puis reprit son découpage de légumes
.

"On peut rien t'cacher hein. J'racontais à ta grand-mère comme t'étais casse-pied et vraiment pas sympa." fit-il en souriant en coin, ne le pensant pas une seconde

C'était peut-être pourtant ce que pensait la plupart des gens mais pas Will. Il appréciait vraiment Erïka malgré son caractère et ce fut donc un mensonge qu'il prononça. Il ne s'en rendit compte qu'une fois dit et fit un sourire désolé à la mutante en se souvenant, trop tard, de son pouvoir
.

"Désolé..." murmura t-il, à peine audible, pour que seule la russe l'entende

Il espérait qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur, n'ayant menti que pour la taquiner. Assis tous les trois dans la cuisine à préparer le repas, Will avait l'impression de retomber en enfance, lorsque sa soeur et lui aidaient leur mère à cuisiner. Un léger sourire nostalgique étira ses lèvres. Un retour à une vie normale ? Il l'espérait bien en tout cas.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 17:49

Ce n’était pas toujours simple d’oublier. Elle se souvenait de nombreuses choses dont elle aurait préféré oublier l’existence. Elles étaient là, dans sa mémoire, Erïka devait s’y faire. Grâce à Emma ainsi qu’au professeur Xavier, elle tentait de gérer sa peur de la secte afin de la faire disparaitre entièrement, un jour. Ce n’était pas simple, sa crise de panique de l’autre soir, alors qu’elle était en voiture avec son frère et le rouquin en était la preuve. La tentative de kidnapping était encore trop récente dans son esprit pour qu’elle puisse s’en détacher complètement. Revoyant les images, scène après scène, l’adolescente était plongée dans ses souvenirs, tentant d’y faire face. Elle cacha sa main, légèrement tremblante, dans la poche de son jean avant de se tourner vers le miroir du couloir, ou plutôt, l’endroit où il était placé auparavant. Elle ne se préoccupait pas de la discussion entre Will et Anieta.

-"A vrai dire j'sais pas trop. J'ai jamais trop eu l'occasion d'cuisiner mais j'serai ravi d'donner un coup d'main. Par contre, j'suis doué avec ça ! J'ai cuisiné pour Rika une fois ! Elle s'en est pas plaint alors j'espère qu'cette fois non plus. J'vais faire d'mon mieux !

-« Fais attention, même les professionnels peuvent se blesser » fit Anieta alors qu’elle observait Will avec le couteau, le sourire aux lèvres.

Il était assez grand pour savoir ce qu’il faisait, mais un accident était si vite arrivé… C’était son instinct maternel qui l’avait poussé à dire ça. Elle n’avait pas réussis à protéger sa fille de ceux qui l’on manipulé. Elle s’en est longtemps voulu. Cela lui avait brisé le cœur lorsqu’Angela, sa fille, était partie avec les enfants. Cette fameuse journée où quelqu’un sonna à la porte, à une heure inattendue fut un véritable soulagement pour elle. Elle avait retrouvé ses petits-enfants. Ils étaient dans un sale état, ce qui l’avait immédiatement inquiétée, mais ils étaient là, bien vivant. Cependant, si sa relation avec Alexïs n’avait pas tant changé, mis à part le fait qu’il avait demandé à obtenir le plus d’indépendance possible en se trouvant un travail, un logement, un véhicule, avec Erïka tout avait changé. Elle était devenue plus distance, ne parlait plus et si elle le faisait c’était pour jeter des bêtises à la tête de quelqu’un ou ronchonner. Malgré tout, au fil des mois, elle avait réussis à lui redonner, momentanément, le sourire. Sa petite Rosy, autrefois si joyeuse, devenait une femme qu’elle ne reconnaissait plus. Elle redécouvrait cette nouvelle enfant se nommait à présent Erïka.


-« Elle n’est pas très difficile côté nourriture. Si tu ne brûles rien, elle ne te le jettera pas au visage. » Continua-t-elle sur un ton amusé.

Lorsqu’elle demanda à Will s’il vivait à l’institut, elle ne pensa pas un seul instant au fait qu’il avait pu vivre dans la rue. Anieta pour elle, rencontrer quelqu’un dans la rue signifiait surtout qu’ils s’étaient croisés, par hasard, dans une quelconque situation et qu’ils avaient finis par s’entendre. D’un certain sens, elle n’était pas très loin de la vérité. Même si leur relation avait mal débuté, ils avaient fini par s’entendre au fil du temps.


-"Oui mais pas d'puis longtemps. Ça doit faire un bon mois j'dirai, quelque chose comme ça. J'connais Rika d'puis un peu plus longtemps, on s'est rencontrés dans la rue. Ou plutôt percutés devrais-je dire..."

-« Le professeur Xavier est un homme formidable. Il se dévoue à ses élèves et les aide à s’accepter tel qu’ils sont. Je trouve que c’est un homme charmant. J’espère que la vie à son institut te plait. » Puis, elle imagina Erïka et Will se foncer dedans, comme dans les films. Elle ne devait pas avoir été si agressive avec lui si elle n’avait pas réussis à le faire fuir. « Quelques fois, ce sont les rencontres les plus hasardeuses qui crées les plus beaux liens d’amitié. Quand j’ai connu mon défunt mari, c’était dû à un coup du hasard, également. Il ne se sentait pas très bien et en cherchant à se garer sur la route, il a foncé dans ma voiture alors que je venais de me garer. Plus tard, nous avons pu rire de cette situation. »

Anieta se remémorait de bons souvenirs lorsqu’Erïka pénétra dans la cuisine. Elle semblait toujours préoccupée par quelque chose, mais tentait de ne pas le laisser paraitre. Elle le laissa plaisanter avec Will pendant qu’elle préparait la viande pour le repas. Bien que le rouquin plaisantait, un mensonge restait un mensonge. Même s’il était innocent, sans mauvaises intentions, il avait fait ciller les oreilles de l’adolescente qui grimaça. Elle jeta un bref regard noir à l’homme qui s’excusa, se rendant compte de sa faute. Être totalement honnête dans ses propos, même lorsqu’il était question de plaisanterie, était extrêmement difficile. Parfois, Erïka elle-même songeait à opter pour le mensonge dans de rares situations, pour diverses raisons qu’elle jugeait justifiées. Cependant, rien de justifiait le mensonge, peu importe ses raisons.

-« Ne t’en fais pas, on ne disait rien de méchant. » Assura Anieta. Elle marqua une pause avant de poursuivre. « Lorsque vous aurez terminé de couper les légumes, tu pourrais lui faire visiter l’appartement, Erïka, non ? » Elle n’appelait pas souvent sa fille ainsi, mais avec l’invité qui était parmi eux, elle tentait d’éviter une surdose de surnom, en ayant quelques-uns en banque lorsqu’elle appelait sa petite fille.

Coupant ses légumes à grand vitesse, comme elle en avait eu l’habitude, la jeune fille acquiesça silencieusement. Elle n’avait pas spécialement envie de retourner dans le couloir où elle avait assassiné un homme, mais si c’était pour masquer les apparences et ré-apprivoiser ce lieu qu’elle avait déjà considérer comme refuge, pourquoi pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 18:42

Will prit note de la remarque d'Anieta. Même s'il détestait qu'on lui dise quoi faire, il savait bien que ça n'avait pas été l'intention de la vieille dame. Elle avait raison, n'importe qui pouvait se blesser, personne n'était à l'abri d'un geste malheureux, pas même quelqu'un qui s'entrainait chaque jour. Pourtant, Will ne s'était jamais blessé avec sa propre arme. Il ne l'utilisait pas à tout bout de champ non plus, mais lorsqu'il se battait avec, le couteau devenait comme une extension de sa propre main. Question d'habitude sans doute. C'était là le piège. A force de trop s'habituer, la vigilance s'endort et on a d'autant plus de risques de se blesser. Sauf que là, il n'était pas question de se battre mais de découper des légumes. Et ça, il n'en avait pas l'habitude. De plus, ne voulant pas faire n'importe quoi et gâcher la nourriture, il prenait son temps afin de faire ça bien malgré sa dextérité.

"J'vais faire attention. J'ai p't'être un oeil en moins mais j'tiens à conserver tous mes doigts !" fit-il d'un air amusé, coupant les légumes de son mieux

"Si tu ne brûles rien, elle ne te le jettera pas au visage". Jeter au visage ? Carrément ? C'était sans doute une façon d'exagérer car il imaginait mal Erïka, malgré son caractère, balancer de la nourriture au visage de sa grand-mère sous prétexte que c'était brûlé. Après des années passées à fouiller des poubelles et à manger des détritus, Will savait mieux que personne combien la nourriture pouvait être précieuse. Il ne mangeait jamais plus que nécessaire malgré qu'il en ait maintenant à volonté, se nourrissant juste quand il avait faim. Et là justement, il avait faim. Couper les légumes lui donnait l'eau à la bouche et il espérait que la préparation ne serait pas très longue, prêt à manger les fleurs s'il le fallait. Mais puisqu'il n'était pas chez lui et qu'il voulait bien se comporter pour une fois, il ne dit rien à ce sujet, attendant patiemment l'heure du repas, espérant que son estomac ne le trahirait pas en se manifestant sous la forme d'un gargouillement bruyant
.

"Moi j'gache pas la nourriture ! Si elle m'la jette au visage, autant qu'elle vise ma bouche dans c'cas ! J'sais c'que c'est qu'd'avoir faim." répondit-il sur le ton de la plaisanterie même si dans le fond il était sérieux

Will fut étonné d'entendre qu'Anieta connaissait le professeur Xavier. Pourtant en tant que membre de la famille d'Erïka, ce n'était pas si étonnant que ça. Mais le rouquin fut intrigué. Connaissait-elle les mutants ? Etait-ce ce qu'elle entendait par "les aide à s’accepter tel qu’ils sont" ? Difficile à dire sans plus d'indications. Tant qu'il n'en était pas certain, Will préféra ne pas aborder ce sujet et rester évasif à propos de l'Institut. Elle lui demanda si la vie là-bas lui plaisait. Un peu qu'elle lui plaisait ! Passer de la rue à un immense manoir était un immense pas en avant. Même en rêve il n'avait osé l'imaginer. Et en plus, au sein de l'établissement, il ne se sentait pas comme un monstre au milieu des humains. Là-bas tout le monde était mutant
.

"J'ai pas trop eu l'occasion d'discuter avec l'professeur Xavier j'dois dire. Mais de c'que j'ai vu, l'encadrement est vraiment top oui. J'ignorai qu'un tel établissement existait, c'était un pur hasard. Dans un sens, j'le dois un peu à Rika car c'est grâce à not' rencontre si j'y vis maint'nant. J'adore la vie là bas, ça m'change tell'ment d'avant ! Incomparable ! Maint'nant j'ai plus qu'à y trouver un travail et ce s'ra vraiment parfait."

Anieta ajouta une petite annecdote à propos des liens qui pouvaient se créer à partir d'une simple rencontre de rue. Elle n'avait pas tort, on ne savait jamais sur qui on pouvait bien tomber. C'était bien de cette façon là qu'il avait rencontré Amy, tout à fait par hasard, sur les docks. Il n'y avait qu'à voir comment cela s'était terminé.

"Désolé pour vot' mari. J'ai aussi rencontré ma future femme dans la rue, complét'ment par hasard, alors j'veux bien vous croire ! Quant à notre rencontre à Rika et moi, on en rigole désormais. Même si on a faillit s'taper d'ssus, maint'nant on est amis. Elle a son caractère hein, mais elle mérite qu'on lui accorde du temps. C'est une chouette fille."

Will regretta d'avoir menti, même pour plaisanter. Ne mentant jamais en temps normal, il n'avait voulu que simplement taquiner l'adolescente. Au regard qu'elle lui lança, elle n'avait visiblement pas apprécié la blague. C'était désormais un sourire désolé qu'affichait le rouquin, ne désirant pas se fâcher avec la russe pour si peu. C'était sa façon à lui de lui montrer qu'il ne pensait aucun mal d'elle. C'était raté. Mais il se demanda si c'était la simple raison à la soudaine froideur qu'elle affichait. Etait-ce à cause des souvenirs que lui renvoyait l'appartement ? Difficile de savoir à moins d'être dans la tête de l'adolescente. Et Dieu sait que pour lui tirer les vers du nez, il fallait se lever tôt !

Anieta confirma qu'ils ne disaient rien de méchant sur elle et proposa à Erïka de faire visiter l'endroit au mutant. Une fois seuls, il aurait ainsi l'occasion de s'excuser, au cas où la russe n'avait pas entendu ce qu'il avait dit à la suite de son mensonge.
William termina de couper les légumes à sa disposition et les posa dans le plat prévu à cette effet
.

"Dis donc... tu maîtrises, Rika !" fit-il en la voyant couper les légumes comme un grand chef cuisinier

Curieux de nature, Will aimait bien visiter chaque lieu qu'il ne connaissait pas. En plus, avec un peu de chance, il en apprendrait plus sur le passé d'Erïka sans avoir à poser de questions. Il se leva pour se rincer les mains et laver le couteau dont il s'était servi
.

"Vous voulez que j'mette la table avant qu'on parte en exploration ?" proposa t-il, tant qu'il était debout et près de la vaisselle

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 21:57

-"Moi j'gache pas la nourriture ! Si elle m'la jette au visage, autant qu'elle vise ma bouche dans c'cas ! J'sais c'que c'est qu'd'avoir faim."

Anieta se mit à rire. Elle aimait bien le sens de l’humour dont William faisait preuve depuis son arrivée. Jusqu’à présent, on pouvait dire qu’il faisait très bonne impression. Elle se fichait de son apparence, n’ayant jamais porté un véritable regard là-dessus. Bien qu’elle-même soit très soignée et toujours vêtue avec élégance, elle ne critiquait pas les autres. Peut-être que l’homme était né avec un œil aveugle ? À moins qu’il n’ait été victime d’un accident ? Il y a des sujets que les gens ne préfèrent pas aborder. Chacun avait ses secrets et elle ne s’aventurera pas sur ce terrain miné en parlant de son œil. Après tout, était-ce si important ?

L’homme évoqua sa future femme, ce qui surprit Anieta. Certes, il était plus vieux qu’Erïka, mais elle le trouvait bien jeune pour s’engager dans une telle promesse d’amour éternel. Bien des couples mariés divorçaient de nos jours et elle souhaitait à ce jeune homme de ne pas se retrouver dans une telle situation un jour. S’il songeait à épouser celle qu’il aimait, William devait vraiment tenir à elle.


-« Je te souhaite tous mes vœux de bonheur, William. »

Retournons à la petite russe pas commode. Cette dernière s’affairait à couper rapidement ses légumes. Elle avait pris l’habitude d’effectuer cette tâche avec une grande rapidité. L’important était de conserver la moindre partie mangeable de chacun des légumes. Au passage, elle attrapa un morceau de carotte et le mangea. Avec le temps, elle mangeait de moins en moins de viande, devenant un véritable cochon d’inde à grignoter sans cesse le même type d’aliment.

-"Dis donc... tu maîtrises, Rika !
-« C’est l’habitude. »

Erïka ayant terminé de couper ses légumes, tout comme Will. Elle posa le couteau ainsi que sa planche de travail dans l’évier. La cuisine semblait si petite maintenant qu’ils y étaient tous les trois. Anieta accepta la proposition de Will, lui demandant de prendre quatre couverts. Erïka, elle, se lava les mains en silence avant de l’aider à placer les ustensiles. Une fois sa tâche terminée, elle se dirigea au salon, y attendant Will. Elle en profita pour fouiller le tiroir principal du meuble télé. L’adolescente s’empara de quelques coffrets DVDs qu’Anieta lui avait proposé d’amener avec elle à l’institut, le jour où elle l’avait invité à dîner. Les trois premières saisons de sa série favorite en main, la jeune fille rangea le tout dans son sac afin de ne pas les oublier. Son regard s’arrêta sur l’un des nombreux cadres présents dans la pièce. La majorité des photographies qui y étaient affichées la représentait, son frère et elle. Ils lui rappelaient cette époque où tout était parfait.

« Je te fais visiter ? » Fit-elle avant de se mettre en marche sans attendre la réponse de Will.

Elle ouvrit la première porte, à sa gauche, lui présentant ainsi la salle de bain. Puis, elle ne tarda pas à lui montrer sa chambre, seule autre pièce intéressante mis à part la chambre d’Anieta, située un peu plus loin. La décoration était simple. Autant dire qu’elle avait toujours été la même. Il y avait un lit, une table de chevet, une commode ainsi qu’un bureau. Rien de plus. C’était tout ce dont Erïka avait besoin. Il lui restait très peu d’affaires en ce lieu, ayant pratiquement déménagé tous ses effets personnels à l’institut. La jeune fille, par pure curiosité, ouvrit le tiroir de l’un de ses bureaux, se disant qu’elle pourrait rapporter quelques affaires de plus avec elle au manoir. Elle en sortit quelques feuilles de papier, dont son certificat de naissance sur lequel était inscrit en grosse lettre son véritable nom. Sa grand-mère ne l’avait pas brûlé, comme elle le lui avait demandé ? Il semblerait qu’elle devait le faire elle-même. Déposant le recto de la feuille contre la surface de son bureau, elle observa les autres documents se trouvant dans le tiroir, tombant sur une vieille photographie où Alexïs et elle souriaient, devant l’ancienne maison qu’ils avaient habité avec leurs grands-parents ainsi que leur mère. Elle tendit le cliché à Will pour que ce dernier n’ai pas la mauvaise idée de poser les yeux sur les autres papiers.


-« C’est Alexïs et moi, quand on étaient enfants. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   Jeu 2 Fév 2012 - 22:56

Will ne comprit pas tout de suite pourquoi Anieta lui souhaitait ses voeux de bonheur, pas très au fait des traditions de mariage. Il ne s'était même pas rendu compte de ce qu'il disait. C'était une mauvaise habitude qu'il avait là de parler plus vite qu'il ne pensait. Il réalisa qu'il tenait vraiment à ce qu'Amy devienne sa femme. Mais lorsque la grand-mère d'Erïka lui souhaita ses voeux, il douta. Et si l'italienne ne voulait pas ? Il aurait l'air malin. Il n'avait aucune garantie qu'elle accepte de passer le restant de sa vie avec lui. Après tout, il n'avait pas un sous et n'était pas vraiment ce que l'on pouvait qualifier de prince charmant ou même de compagnon modèle. Il savait qu'Amy aimait être avec lui mais jusqu'à quel point ? De toute façon, le meilleur moyen de le savoir était de se lancer. Quelque soit la réponse, il serait ainsi fixé. Lui, savait ce qu'il désirait, c'était déjà ça.

"Merci m'dame, j'espère qu'vous me porterez chance parce que j'sais pas du tout si elle va accepter." fit-il avec un demi sourire géné

Erïka ne parlait plus beaucoup. Où était passé sa bonne humeur ? Pourtant dans la maison d'une parente visiblement proche, la russe semblait avoir revêtue sa peau d'ours mal léché, ne parlant que si c'était nécessaire. Que s'était-il donc passé dans sa tête pour qu'il y ait un tel changement. Will l'observa discrètement tandis qu'il coupait les légumes, manquant de s'entailler un doigt. Elle devait souvent aider Anieta à préparer le repas, vu la dextérité dont elle faisait preuve.

Maintenant que le découpage de légumes était terminé, Will proposa de mettre la table, tant qu'il y était. Anieta accepta, lui demandant de mettre 4 couverts. Quatre ? Erïka, Anieta et lui. Non, ça faisait trois. Qui était le quatrième ? Sûrement pas le grand-père puisqu'il était décédé. Alexïs peut-être ? Erïka le lui aurait dit puisqu'il le connaissait. Sans doute un invité surprise. Il préféra ne pas paraitre impoli en demandant et cala la question dans un coin de sa tête pour la poser plus tard à la russe, au cas où elle aurait une petite idée. Will appréciait la grand-mère de l'adolescente. Elle lui donnait l'impression qu'il aurait pu lui raconter n'importe quoi et qu'elle ne l'aurait pas jugé. En général, les gens avaient tendance à regarder Will de travers, à le dévisager. Que ce soit à cause de la façon dont il parlait ou tout simplement à cause de son apparance. Bien qu'il s'en moquait, il fut touché de voir qu'Anieta n'en faisait rien. L'espace d'un instant, elle lui rappela sa mère. Il avait envie de la revoir mais le souvenir de son cauchemar lui rappela vivement qu'il valait mieux éviter.

Maintenant que la table était mise grâce à l'aide d'Erïka, Will retourna dans le salon avec elle. Toujours en silence, elle fouilla dans un meuble et en sortit des affaires. Finalement, la russe rompit le silence et lui posa une question avant de s'éloigner sans attendre de réponse. Quelque chose ne tournait pas rond mais Will ignorait ce dont il pouvait bien s'agir
.

"Avec plaisir." répondit-il tout de même

L'appartement n'était pas très grand et ils en firent vite le tour. Will jeta un oeil un peu plus curieux à la chambre d'Erïka. Il s'attendait à un peu plus de décoration, de personnalisation. C'était plutôt sobre. Peut-être parce qu'elle avait tout ramené dans sa chambre à l'Institut ? Le rouquin n'y était jamais entré et ne pouvait donc que le supposer
.

"T'sais qui c'est l'invité mystère ? Alexïs ?" demanda t-il enfin au bout d'un moment en regardant par la fenêtre au cas où il apercevrait quelqu'un

L'étudiante fouillait les tiroirs de son bureau et Will la laissa faire en paix. Elle n'avait pas besoin que quelqu'un supervise ces moindres gestes. Néanmoins, elle lui tendit une photo, représentant son frère et elle. Will observa la photo. Ils avaient l'air heureux dessus, souriants, comme si rien ne leur était encore tombé dessus. Le cliché avait dû être prit avant les problèmes avec la secte, c'était certain
.

"C'est une chouette photo. On a vraiment du mal à vous dissocier tous les deux. Si on mettait une perruque à Alex' j'crois que j'arriverai pas à vous r'connaitre." fit-il en riant "Quoique... t'as des arguments qu'il a pas." ajouta t-il en riant de plus belle, espérant qu'elle ne le frappe pas pour avoir oser cette petite remarque pas bien méchante

Le rouquin n'arrivait pas à détacher son regard de la photo. Il se voyait à la place d'Alex' et voyait sa soeur à la place d'Erïka. Pourquoi les choses n'étaient plus si simples ? Au moins, malgré leurs problèmes, les jumeaux étaient toujours unis même s'ils se voyaient moins. Et même si leur mère désirait maintenant les voir morts, ils avaient toujours de la famille sur qui compter. Ce qui n'était pas le cas de Will. Il ressentit une pointe de jalousie et reposa la photo sur le bureau, doucement. Il ne riait plus, il affichait maintenant un air triste, nostalgique
.

"Vous avez beaucoup d'chance... J'espère d'tout coeur qu'vous serez toujours aussi unis..." fit-il à voix basse, comme s'il pensait tout haut

Il balaya de nouveau la chambre du regard. Il n'y avait qu'un lit. Où dormait donc Alexïs lorsqu'il vivait ici ? Avait-il seulement vécu ici ? Il n'avait même pas de chambre. Will avait supposé qu'il avait la même que sa soeur mais visiblement ce n'était pas le cas. Cela ne le regardait pas, mais sa curiosité le poussa tout de même à demander
.

"Alex' a pas d'chambre ? Il vivait pas ici ?" finit-il par demander, espérant qu'il ne s'aventurait pas sur un terrain épineux, ne désirant pas faire revivre à la russe des évènements pénibles

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]
» 2.08 - Une Longue Journée
» Discussion après une longue journée [Alexander]
» Après une longue journée de dur labeur... [PV]
» Journée d'intégration ! [Bizutage][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Chambres :: Chambre de William et Amy-