X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sortie de filles [Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Lun 19 Aoû 2013 - 20:31

Erïka s’était levée tôt ce matin. Elle n’arrivait plus à dormir. Prenant soin à ne pas réveiller sa colocataire, toujours assoupie, elle quitta la chambre. Elle marchait à pas de loup dans les couloirs afin de rejoindre la cuisine. Elle se fit deux toasts qu’elle mangea lentement. Elle avait du temps à tuer, de toute façon. Une fois son déjeuner terminé, elle alla s’installer devant la télévision. Elle finit par s’endormir devant les chaines ennuyeuses qui diffusaient des émissions totalement dénuées de sens. Lorsqu’elle se réveilla, il lui fallut un moment pour réaliser qu’elle ne se trouvait pas dans sa chambre. Il faisait déjà jour, les rayons du soleil perçaient à travers les rideaux. La jeune femme se redressa lentement. Elle regarda autour d’elle avant de s’étirer longuement. Il était temps de retrouver sa chambre.

Lorsqu’elle pénétra dans sa chambre, elle entendit la sonnerie de son téléphone. Qui osait l’appeler à cette heure-ci ? Elle se dépêcha de répondre avant de s’enfermer dans la salle de bain pour discuter calmement. Sa sœur, à l’autre bout du fil, avait déjà appelé deux fois avant d’obtenir une réponse. Elle reprochait à Erïka ne pas avoir son téléphone près d’elle le matin et lui demandait ce qu’elle pouvait bien faire pour ne pas lui répondre. Elles s’obstinèrent, comme d’habitude, avant que la jeune femme change totalement de sujet. Elle lui proposait une journée entre filles. Sérieusement ? Erïka n’était pas le genre de personne à aimer courir les boutiques pendant  une journée entière. Cependant, sa sœur n’acceptait aucun refus. Elle proposait même à l’adolescente d’amener une amie. Qui voudrait bien l’accompagner à cette heure-ci ? Peut-être la femme se trouvant dans la pièce d’à côté. Elle raccrocha et quitta la salle de bain.


-« Bon matin, petite marmotte. J’espère que tu n’as rien de prévu aujourd’hui car on sort. Ma sœur a envie d’une journée entre filles. Pas question que je reste toute seule avec elle. Alors je lui ai dit que tu viendrais avec moi. L’idée d’avoir une femme sexy avec qui parler de fringue lui a bien plus. Parlant de fringues… »

Lorsqu’Eleonnora se décidait à faire le ménage de sa garde-robe, elle pouvait se débarrasser d’un nombre incalculable de vêtements. Il fallait seulement savoir à qui les donner, par la suite. Puisque sa petite sœur ne faisait pas la même taille qu’elle, surtout au niveau de la poitrine, elle devait trouver quelqu’un d’autre. Si cela n’arrivait pas, elle allait voir les œuvres de charité. Après avoir brièvement rencontré Cassandra, la jeune femme avait déterminé qu’elle serait idéale pour porter ses anciens vêtements, dont certains d’entre eux n’avaient jamais été revêtis plus d’une fois. Donc, lorsqu’elle avait vu sa jeune sœur, une semaine plus tôt, elle lui avait donné un sac énorme et terriblement lourd de vêtements à donner à sa colocataire. Bien entendu, elle s’était servie de son don pour transporter le sac. Erïka eut du mal à le monter au second étage puis à le ranger dans sa penderie. Elle l’avait oublié depuis le temps.

L’adolescente ouvrit la porte de sa garde-robe et tira le sac sur le plancher. Ce n’était pas si grave s’il finissait par déchirer. Elle le hissa tant bien que mal sur le lit de sa colocataire, qu’importe qu’elle y soit encore ou non. Maintenant, elle n’avait qu’à s’en occuper. Ce qu’elle ne voulait pas, elle n’avait qu’à le donner à quelqu’un d’autre. Dans le pire des cas, si elle ne savait pas quoi en faire, l’adolescente filera le tout à Sunny. Elle adorait retaper d’anciens vêtements.

-« C’est pour toi. Ma sœur à fait le ménage de sa garde-robe. Elle cherchait quelqu’un à qui filer ses anciennes fringues. La majorité ont à peine été portées. Amuse-toi bien. »

Pendant ce temps, l’adolescente alla se préparer. Il faisait chaud, aujourd’hui. Elle allait éviter de porter une paire de jeans. Puisqu’elle ne faisait pas de moto et que sa sœur venait la prendre à l’institut, elle allait en profiter. Elle enfila un short noir puis un t-shirt de même couleur. Cela remplaçait bien le jogging et le débardeur qu’elle portait en guise de pyjama. L’adolescente chercha une paire de chaussette, puis changea d’avis après quelques secondes. Elle décida de laisser tomber les baskets pour mettre une paire de sandales toute simple, sans talons. C’était plus confortable par ce temps.

Maintenant, il était temps de nourrir ses petits animaux de compagnie. Elle s’approcha de la cage de ses cochons d’inde et leur donna toute la nourriture nécessaire pour cette longue journée. Elle remplit également leur abreuvoir afin qu’ils ne manquent pas d’eau. Attrapant Pee-Chai, l’adolescente retira quelques morceaux de paille coincés dans sa fourrure. Elle laissa Istina dormir et s’éloigna de la cage avec son animal. Elle le posa à ses côtés, sur son lit, puis vérifia qu’elle avait tout dans son sac. Portefeuille, téléphone, ipod, écouteurs, aspirine, arme à feu… Tout semblait y être. Elle referma son sac et se coucha sur son lit. Elle attrapa Pee-Chai et le déposa sur sa poitrine avant de caresser sa douce fourrure.

-« Alors, tu as trouvé ton bonheur dans ce que ma sœur t’a filé ? »


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Dim 9 Mar 2014 - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Lun 19 Aoû 2013 - 22:34

Arrivée sur le palier des dortoirs, Cassandra s'arrêta. Elle posa son sac et retira rapidement ses escarpins, qui faisaient un peu trop de bruit quand elle marchait avec sur le plancher. Vu l'heure qu'il était, les résidents de l'institut n'avaient vraiment pas besoin d'un réveil aussi désagréable. Ses deux chaussures en main et son sac dans l'autre, Cassie se glissa silencieusement dans le couloir et les escaliers, jusqu'à la chambre qu'elle partageait avec Erïka. Elle entra le plus doucement possible dans la pièce. Pour une fois, la petite blonde semblait dormir, et la brune ne voulait pas déranger son sommeil. Posant ses affaires par terre, la danseuse se dévêtit, enfila un simple débardeur qui lui servait de pyjama et se glissa sous ses draps, s'endormant très vite. La soirée avait été en effet plutôt épuisante, elle avait dansé de longues heures durant. Mais sachant que le lendemain serait pour elle un rare jour de repos, elle comptait bien en profiter pour lézarder un peu...

Les bras passés sous l'oreiller, la joue posée dessus, la jeune femme poussa un soupir d'aise. Elle était bien là, au chaud, comme dans un cocon protecteur. Il y avait même une paire d'yeux dorés qui semblaient lui sourire... ou pas. En fait, il n'y avait pas d'yeux, c'était juste un rêve. Interrompu par une sonnerie suffisamment forte pour réveiller Cassandra. Elle redressa un peu un peu la tête, et reconnut à la sonnerie le portable de sa colocataire. Mais la musique perdurait sans discontinuer.

    « Erïkaaa, téléphoooone... » appela-t-elle sans trop de conviction.


Mais la sonnerie ne s'arrêtait pas. Quel correspondant entêté ! En grognant un peu, Cassandra plaqua l'oreiller sur sa tête afin d'assourdir un peu le bruit et de reprendre le fil de son rêve. C'était quoi déjà ? Ah oui, les yeux de Samuel... c'était qu'il lui manquait mine de rien. Elle adorait passer du temps et plaisanter avec lui. Finalement la blonde rentra dans la pièce et s'empara du téléphone avant de s'enfermer dans la salle de bains. Le silence était enfin revenu. Soupirant, Cassie recala l'oreiller sous sa joue, mais elle ne dormait ni ne rêvait plus à présent. C'était simplement du glandage. Interrompu cette fois-ci par la petite blonde avec qui la brune partageait la chambre. Leurs rapports s'étaient nettement amélioré, pour qu'Erïka l'appelle ainsi. Cassandra redressa la tête et étouffa un bâillement en écoutant sa colocataire.

    « Heureusement que j'bosse pas aujourd'hui alors. Ta sœur doit avoir une sacrée envie de sortir pour te harceler ainsi au téléphone. Maintenant je connais le refrain de ta sonnerie par cœur. »


La danseuse se redressa sur son lit et s'étira, finissant de se réveiller. Une bonne douche ne pourrait lui faire que du bien, mais ce n'était pas pour tout de suite. Erïka s'était éloignée vers son armoire en parlant de vêtements. Trop occupée à bâiller, Cassie avait perdu le fil de la conversation, mais quand elle rouvrit les yeux, ses sourcils se haussèrent en voyant l'énorme sac que venait de poser la petite blonde sur son lit.

    « Euh... c'est quoi, au juste ? »


Cassandra attrapa le premier truc qui dépassait du sac, rempli à en être presque déchiré. Il s'agissait d'un top couleur argent, plutôt joli. Elle écouta l'explication de sa colocataire, haussa les sourcils et regarda de nouveau le contenu du sac.

    « Wouaw... on dirait l'entièreté d'une garde-robe. C'est sympathique à elle en tout cas. »


Puisqu'elle disposait d'un peu de temps, Cassie regarda avec curiosité les différents vêtements que le sac contenait. Ils étaient tous pour ainsi dire neufs. Mais c'était dommage ! Est-ce qu'ils n'allaient plus à Eleonnora ? La serveuse n'avait vu la sœur d'Erïka qu'une seule fois, mais elle avait semblé être du même gabarit que Cassandra, y compris au niveau poitrine... la jeune femme décida d'essayer le haut argenté ; il lui allait plutôt bien, en plus d'être très joli, comme elle alla se regarder dans le miroir. Mais quand elle le retira, l'étiquette attira son attention. Guess... c'était pas une marque connue ça ? Intriguée, Cassie alla regarder les autres vêtements. Dolce&Gabbana... Nina Ricci... Dior... Chanel ?!

    « Euh... Erïka, est-ce que ta sœur ne se serait pas trompée par hasard ? Ce sont tous des vêtements de marque... et j'imagine qu'ils lui vont encore non ? J'ai cru voir qu'on avait la même taille à peu près... en tout cas, ils sont très jolis. Je regarderais le reste après. »


Il y avait encore beaucoup de tri à faire, mais une douche était plus urgente de l'avis de Cassie. Elle attrapa donc quelques vêtements et alla s'enfermer à son tour dans la salle de bains. Une fois lavée, habillée et coiffée, elle revint dans la chambre et se retrouva de nouveau confrontée au gros sac. Il fallait bien deux bonnes heures pour tout trier...

    « Il y a de beaux vêtements c'est sûr, mais... attends c'est pas possible, j'veux dire, c'est de la marque et pas n'importe laquelle ! Elle a du se tromper ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 20 Aoû 2013 - 6:02

La journée d’Erïka sera bien remplie, aujourd’hui. Elle comptait la passer en compagnie de sa sœur. Cela signifiait donc un déjeuner dans son restaurant préféré, des heures et des heures de shopping et, si elle n’avait pas de chance, un passage chez la coiffeuse ou la manucure. Puisque la chevelure de l’adolescente avait subi une petite coupe, question de la rafraichir, elle n’allait peut-être pas passer sous les coups de ciseau. Enfin, quoi qu’il en soit, cela ne changeait rien au fait qu’elle allait passer une très longue journée. C’est pour cela qu’elle décida de demander à sa colocataire de l’accompagner. Et puis, Eleonnora pourra jouer à la poupée avec un modèle aux mêmes formes qu’elle.

Les journées, les semaines s’étaient écoulées depuis que Cassandra avait aménagé à l’institut. La relation entre les deux jeunes femmes s’était améliorée. Elles cohabitaient parfaitement ensemble. Tout allait bien. Elles ne se disputaient pas vraiment, elles n’étaient pas très souvent dans la chambre au même moment. Elles se permettaient maintenant de se taquiner gentiment. Deviendraient-elles amies, par hasard ? Les choses évoluaient bien, alors on pouvait considérer le début d’une belle relation d’amitié.

Il y avait des matins, comme celui-ci, où l’une réveillait accidentellement l’autre. Cette fois-ci, par contre, ce n’était pas de la faute d’Erïka, mais plutôt de sa sœur. Elle avait fait au moins quatre appels avant que l’adolescente ne soit présente pour décrocher l’appareil. Maintenant, Cassandra connaissait la sonnerie attribuée à Eleonnora par cœur.


-« Quand ma sœur veut quelque chose, elle fait tout pour l’obtenir. Quand tu la connaitras davantage, tu découvriras que cette sonnerie lui va à ravir. »

Eleonnora était ainsi. Elle appelait sa sœur jusqu’à ce que cette dernière daigne décrocher. Lorsque c’était fait, elle tentait de la convaincre de passer du temps avec elle. Comme Erïka avait son caractère, la jeune femme devait parfois accepter que les choses ne se déroulaient pas comme elle le prévoyait.
Quoi qu’il en soit, l’adolescente n’allait pas rester plantée devant son téléphone pendant des heures. Elle le lança dans son sac et se dirigea vers sa garde-robe, bougeant légèrement comme si elle dansait sur le rythme d’une musique imaginaire. Elle fredonnait les paroles du refrain à voix basse
.

-« She's a maneater, make you buy cars, make you cut cards, make you fall real hard in love. »


L’adolescente attrapa un gros et lourd sac dans son placard. Elle le traina jusqu’au lit de Cassandra avant de l’y poser. Maintenant, elle n’avait qu’à se débrouiller avec. La jeune femme se demanda ce que c’était, mais Erïka lui donna rapidement des réponses. Il s’agissait simplement de ce dont Eleonnora se débarrassait. On aurait pu croire que cela représentait sa garde-robe au grand complet, mais ce n’était pas le cas. Elle avait encore plus de vêtements dans sa penderie. En fait, Erïka était persuadée de pouvoir aménager une chambre au grand complet dans ce qui lui servait de garde-robe.


-« Ça c’est une petite partie de sa garde-robe. Si tu verrais tous les vêtements qu’elle a, tu hallucinerais. »

L’adolescente laissa sa colocataire regarder le sac. Pendant ce temps, elle échangeait son pyjama contre des vêtements de jour, confortables et pratiques pour affronter cette chaude journée. Au bout d’une petite minute, Cassandra lui posa une question concernant le sac de vêtements. Elle était surprise de voir autant de morceau greffés et portant des marques connues. Eleonnora n’allait tout de même pas donner des vêtements valant une petite fortune, non ? Certains d’entre eux valaient dans les trois chiffres ! Elle voulait être certaine qu’il n’y avait pas une erreur quelque part.

-« Si. Ils lui font encore. La nouvelle saison arrive, elle fait le tri dans sa garde-robe et s’achète les nouveaux vêtements tendances. C’est comme ça avec elle. À chaque saison le cycle se répète. Elle se débarrasse de ce qu’elle n’aime plus, puis achète d’autres vêtements à la mode. Si j’avais eu plus de poitrine elle m’aurait tout refilé. Je remercie mes seins d’être ce qu’ils sont parce que je ne porte pas du tout ce genre de fringues.»


La jeune femme délaissa finalement le sac pour aller prendre une douche. Pendant ce temps, Erïka faisait mumuse avec son cochon d’inde. Elle aimait bien les cajoler et leur donner de l’attention lorsqu’elle en avait l’occasion. Ils étaient si mignons ! Lorsque Cassandra quitta la salle de bain, l’adolescente était toujours occupée à prendre soin de Pee-Chai. De nouveau confrontée au sac de vêtement, la jeune femme demanda encore à sa colocataire si Eleonnora ne s’était pas trompée. Elle ne pouvait pas donner autant de vêtements valant si cher, non ?

-« Elle ne s’est pas trompée. Elle donne vraiment tout ça. Ma sœur ne porte que des vêtements de marque. »

La jeune femme se redressa et déposa son cochon d’inde dans sa cage. Il était temps pour lui de rejoindre Istina et de se reposer. Une fois la cage bien refermée, Erïka attrapa son sac et le glissa à son épaule. Elle consulta son téléphone. Il y a deux minutes sa sœur lui avait envoyé un message pour annoncer son arrivée. Il était temps d’y aller.

-« Ma sœur est là. Quand tu vas la voir, tu vas comprendre qu’elle n’aime pas que les vêtements de marque. »

Quittant la chambre, Erïka regagna le hall de l’institut. Par les grandes baies vitrées, elle pouvait voir le beau temps. La journée allait être belle. Poussant la porte, l’adolescente sorti à l’extérieur et s’avança près du portail. Eleonnora était garée non loin. Elle discutait avec quelques résidents, faisant la belle devant eux, comme à son habitude. Cependant, lorsqu’elle vit sa sœur, elle prit congé de ses admirateurs pour la saluer d’un signe de la main. Elle savait que les signes d’affections n’étaient pas son genre. La serrer dans ses bras serait du suicide. Par contre, lorsque Cassandra arriva à sa hauteur, elle la salua et lui fit la bise.


-« Salut, Cassandra. Je suis contente de te voir. Tu vas voir, on va passer une superbe journée. J’espère que tu as faim car on va déjeuner dans l’un des meilleurs restaurants de cette ville. »

Erïka était déjà montée dans la voiture, sur le siège passager. Eleonnora ne tarda pas à s’installer au volant de sa magnifique voiture de luxe. Il s’agissait d’un magnifique modèle d’un noir pur et sans imperfection qui était entretenu avec soin. La jeune femme replaça sa robe aux couleurs de l’armée. Elle lui arrivait aux genoux, mais l’arrière formait une légère traine qui lui arrivait aux chevilles. La robe se nouait autour de son cou, laissant ses épaules dénudées. Elle portait de magnifiques et longues boucles d’oreilles où pendait une magnifique plume noire en guise d’accessoire. Comme toujours, elle s’était coiffée avec soin, sa chevelure ondulée tombant sur ses épaules.

La jeune femme démarra et se rendit à destination sans trop de mal. Elle connaissait le chemin par cœur. Une fois arrivée, elle coupa le moteur et descendit du véhicule. Son sac en main, elle pénétra à l’intérieur du restaurant, suivit de sa sœur. Ce restaurant faisait les meilleurs déjeuners de cette ville. Les deux sœurs avaient amené William ici pour son anniversaire. Maintenant, Cassandra allait pouvoir découvrir cet endroit où mangeaient souvent les deux sœurs. Le trio fut installé en peu de temps à une table. Les sœurs n’ouvrirent pas le menu, sachant déjà ce qu’elles allaient prendre.


-« Alors, Cassandra, parle-moi un peu de toi. Tu étudies à l’institut, toi aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 20 Aoû 2013 - 23:16


Cassandra avait bien dormi. Elle était rentrée tard, avait été réveillée par la sonnerie du portable de sa colocataire, mais elle n'en était pas moins fraîche et dispo. Une bonne douche et elle serait parfaitement réveillée. De plus, il semblait que le programme de la journée ait été déjà planifié. Erïka venait d'engager sa colocataire à l'accompagner à une séance de shopping avec Eleonnora, la grande sœur de la blonde. Et au vu des nombreuses anecdotes dont lui avait déjà fait part Erïka... ça promettait. Au moins, l'ambiance serait sympathique ; Erïka et Cassie s'entendaient en effet de mieux en mieux, preuve en était qu'Erïka appelait même sa colocataire « petite marmotte ».  Quelques temps encore et peut-être deviendraient-elles amies. C'était bizarre pour Cassandra. Ça faisait des années qu'elle n'avait pas eu une amie.

Quoiqu'il en soit, il était pour la brune de se réveiller. À présent, elle avait la sonnerie du téléphone d'Erïka dans la tête ; sa sœur n'avait pas arrêté d'essayer de la contacter, ce qu'elle avait au final réussi à faire. Mais il allait falloir que Cassie écoute en boucle une de ses musiques pour chasser celle de la sonnerie, surtout qu'en plus la petite blonde se mit à fredonner les mêmes paroles. Pendant ce temps, Cassandra se frotta les yeux et bâilla, sortant définitivement du sommeil. Un poids vint bientôt se faire sentir cependant sur les draps du lit de la jeune femme, et cette dernière ouvrit les yeux. Erïka venait de déposer un énorme sac sur son matelas. Questionnant sa colocataire, l'illusionniste apprit bientôt qu'il s'agissait de vêtements qu'Eleonnora ne voulait plus et qu'elle donnait. Il y avait vraiment beaucoup, de quoi remplir une garde-robe de l'avis de la brune. Mais Erïka la détrompa vite – ce qu'elle voyait n'était qu'une fraction de tous les vêtements qu'elle avait. Ce n'était déjà pas mal. Cassandra imagina donc une pièce entière consacrée aux vêtements de la sœur de sa colocataire. Elle ne devait pas être loin de la vérité.


    « Hé bah dis donc... »


Curieuse, la jeune femme essaya donc le premier vêtement qui lui tomba sous la main. Un très joli top argent, l'air neuf, de bonne qualité. Cassandra s'étonna, s'il lui allait, il devait aller à Eleonnora aussi non ? De plus, un autre élément attira son attention : la marque du vêtement, qui n'était pas de la gnognotte. Regardant les autres vêtements, Cassie constata qu'ils étaient tous de marques connues. Elle en vint la conclusion que tout ça ne pouvait être qu'une erreur, mais une fois encore elle se trompait. Aux explications d'Erïka, elle ouvrit de grands yeux étonnés.


    « Wouah... il y a en pour beaucoup d'argent pourtant. Et puis il y a beaucoup de chouettes vêtements... mais peut-être qu'avec un bonnet rembourré tu pourrais en mettre, tu ne penses pas ? » lança-t-elle en souriant à sa colocataire.


Sur cette petit plaisanterie, Cassandra attrapa plusieurs de ses vêtements à elle et s'enferma dans la salle de bains, prenant une longue douche tout en fredonnant ses airs préférés, pour oublier un peu la sonnerie qui l'avait réveillée. Une fois prête, elle sortit de la salle de bains, le sac lui était complètement sorti de l'esprit et elle y était de nouveau confrontée. Elle ne pouvait pas croire qu'Eleonnora pouvait donner autant de vêtements de marque et reposa donc la question à Erïka.


    « Ça alors. Mais elle fait quoi comme travail ta sœur ? »


Elle devait être très bien payée pour pouvoir s'acheter uniquement des habits griffés. Quoiqu'il en soit, le tri attendrait. Cassandra termina de s'habiller rapidement et attrapa son sac avant de sortir de la pièce, suivant Erïka. D'après ses dires, Eleonnora les attendait déjà devant l'institut. Elle ne mentait. La sœur de la blonde discutait avec plusieurs membres de l'institut, et ne les quitta qu'au moment où elle vit Erïka et sa colocataire. Comme la dernière fois, l'aînée salua l'illusionniste en lui faisant la bise.


    « Bonjour, Eleonnora, le plaisir est partagé. J'ai hâte de voir ça ! Où nous emmènes-tu ? »


Cassandra grimpa à l'arrière d'une... et bien, d'une superbe automobile noire, à faire pâlir d'envie bien des gens. La jeune femme se sentait presque intruse, elle n'avait jamais vu une telle voiture que dans des magazines ou derrière des vitrines ultra-protégées. La route ne fut pas longue vers le centre-ville et le restaurant dont avait parlé Eleonnora. C'était un endroit chic et confortable à la fois, et les trois filles furent bientôt installées à une table, dans un joli décor. À peine Cassandra avait-elle posé son sac qu'Eleonnora la questionna.


    « Oui, mais ça ne fait pas longtemps, quelques mois tout au plus. Tu y étais élève toi aussi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 27 Aoû 2013 - 2:26

Erïka n’était pas très loquace lorsqu’il était temps de parler d’elle. Elle se contentait des détails généraux, ces choses que n’importe qui pouvait apprendre sur elle. Elle parlait rarement de sa famille et lorsqu’elle le faisait, elle se contentait d’évoquer les membres importants à sa vie. Elle gardait le secret sur la fortune que possédait son père et, surtout, de l’argent de poche qu’il lui donnait à chaque mois. Après tout, cela ne concernait personne.

Même si elle était en colocation avec Cassandra depuis un moment, cette dernière était loin de tout savoir sur elle. Elle avait déjà rencontré sa demi-sœur, une fois, et cette journée s’annonçait très prometteuse. La jeune femme allait en apprendre beaucoup sur les sœurs Davidoff. Il fallait dire qu’Eleonnora ne se cachait pas vraiment d’être l’héritière d’un homme plein aux as. Ses vêtements à la mode, valant une petite fortune, en témoignait. Elle ne portait que de la marque et de la qualité. Bien sûr, ce qui était étonnant résidait dans le fait que la jeune femme n’hésitait pas à tout donner lorsqu’elle changeait de garde-robe. Si Erïka aurait eu la même poitrine qu’elle, nul doute qu’elle lui aurait filé tous ces vêtements.


-« Sérieusement ? J’ai l’air d’une fille qui a besoin de porter un soutien-gorge rembourré ? Mes seins sont parfaits comme ils sont. Et puis, puisque je ne peux pas porter ses vêtements, ma sœur a décidé de refaire ma garde-robe. Je n’ai pas besoin de la sienne en plus. »

L’ambiance était détendue dans la pièce. Les deux femmes souriaient tout en vacant à leurs occupations, chacune de leur côté. Cassandra alla prendre sa douche pendant qu’Erïka s’amusait avec son cochon d’inde. Elle s’en occupa avec attention jusqu’au retour de sa colocataire. Cette dernière était toujours intriguée par les mystères entourant ce sac de vêtements. Quel métier faisait Eleonnora pour avoir autant d’argent à jeter par les fenêtres ? Erïka ne le savait pas. Elle savait depuis le début que sa sœur mentait lorsqu’il était question de son travail. Cependant, lorsque l’adolescente l’avait finalement confrontée à ce sujet, elle n’avait jamais donné de réponse. Cela restait toujours un sujet à ne pas évoquer. Avec le temps, Erïka fini par se demander si sa sœur n’était pas une espionne du FBI, un agent secret qui se faisait appeler à tout moment de la journée et qui poussait sa sœur à la laisser tomber dès qu’elle recevait un mystérieux coup de fil. Si elle aurait eu un autre travail, elle aurait dit la vérité, non ? Quoi qu’il en soit, la jeune femme comptait obtenir une réponse un jour, même si ce jour n’était pas prêt d’arriver.

-« Elle travaille pour la compagnie de notre père. »

Que pouvait-elle dire d’autre ? Rien. Elle n’avait que cette réponse à fournir. Elle ne connaissait pas la vérité. Elle préférait s’abstenir d’aller dans les détails. Il valait mieux qu’elle passe à un autre sujet. Sa sœur lui donna cette occasion en lui envoyant un message texte. Elle attendait leur arrivée. Il était donc temps pour les jeunes femmes de ramasser leurs affaires et de quitter leur chambre. Elles rejoignirent Eleonnora à l’extérieur. Cette dernière était heureuse de les voir et salua Cassandra chaleureusement. Cette dernière demanda où est-ce qu’elles allaient.

-« Dans l’un des meilleurs restaurants de la ville. »
-« L’un des meilleurs ou l’un des plus couteux ? » Demanda l’adolescente, afin de taquiner sa sœur, avant de s’engouffrer dans la voiture.

Le trajet jusqu’au restaurant fut bien calme. Une fois dans l’établissement, les jeunes femmes furent conduites à une table. Elles s’installèrent. Erïka ne jeta aucun regard au menu, elle savait déjà ce qu’elle allait prendre. Il en était de même pour sa sœur. Elles venaient régulièrement dans ce restaurant. Afin de ne pas laisser le silence planer autour de cette table, Eleonnora questionna Cassandra afin de savoir si elle était résidente à l’institut depuis longtemps. Ce n’était pas le cas. La jeune femme lui retourna la question.


-« Non, je n’ai jamais étudié là. Je suis au pays depuis près de cinq ans. J’ai fait mes études en Russie, dans les établissements les plus réputés qui soient. »
-« Et voilà… c’est parti… » Soupira Erïka. « Serveur ! » Fit-elle en voyant un employé passer pas très loin de leur table.

Ainsi, elle évitait d’entendre pour la énième fois la vie complète de sa sœur. Elle n’avait pas trop envie de devoir supporter cela. Pour Cassandra, ce serait plutôt un moyen de mieux connaitre la jeune femme. Peu importe, Erïka souhaitait changer de sujet plutôt que d’entendre d’incessants radotages. Lorsque le serveur eut pris les commandes, il s’éloigna. Lorsqu’i revint, quelques minutes plus tard, ce fut pour déposer les boissons sur la table. Erïka sirotait son smoothie pendant qu’Eleonnora mettait du sucre dans son café.

-« Qu’est-ce que t’as prévu pour la journée, Sestra ? » Demanda l’adolescente.
-« On va aller dans un spa ! »
-« Heu… quoi ? »
-« Oui ! Une vraie journée de filles. Cet après-midi, on va se faire dorloter. Manucure, massage, masque de beauté, la totale ! Mais avant, on va aller acheter de nouvelles tenues. On va être de vraies bombes pour ce soir. »
-« Ce soir… ? »
-« C’est une surprise, je n’en dis pas plus. Alors, Cassandra, partante pour une journée de détente entre filles ? »

Eleonnora était très heureuse et sa sœur ne savait pas si elle devait l’être tout autant. Elle n’était pas certaine de vouloir laisser des inconnues s’occuper d’elle. Pour la manucure, ça pouvait passer, mais pour le massage ? Elle détestait les contacts physiques avec des inconnus. Elle n’était pas certaine que l’idée d’Eleonnora était la meilleure qui soit. Devait-elle lui dire que cela ne lui plaisait pas ou devait-elle se taire et se laisser faire ? De toute façon, sa sœur n’acceptera jamais un refus. Elle fera tout pour la convaincre d’accepter.

Les assiettes arrivèrent, ce qui sortit l’adolescente de ses pensées. Elle ne tarda pas à gouter à son plat. Eleonnora, elle, continua de questionner Cassandra afin d’en savoir davantage sur elle. La prochaine question concernait le métier de la jeune femme. Travaillait-elle ? Ce n’était pas tous les résidents qui avaient un emploi, à ce qu’elle savait. Par exemple, sa sœur préférait se concentrer sur ses études afin de devenir professeure plutôt que d’obtenir un boulot en ville.


-« Dis-moi, Cassandra, tu fais quoi dans la vie, mis à part les études ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 30 Aoû 2013 - 1:04

Voilà plusieurs mois déjà que Cassandra avait intégré l'institut Xavier et partageait une chambre en colocation avec Erïka. Si leur rencontre ne s'était pas très bien passée, l'on pouvait dire que la situation s'était nettement améliorée. Il avait seulement fallu mettre de côté les idées fausses que l'une se faisait sur l'autre. À présent, l'atmosphère était bien plus détendue dans leur pièce commune, elles n'hésitaient plus à se taquiner l'une l'autre - pas au point non plus de jouer à nouveau avec les vêtements de l'autre, n'est-ce pas - bref, tout cela se passait pour le mieux. Toutefois, bien qu'elles aient échangés des éléments sur elles-même pour qu'elles puissent mieux se connaître, il y avait nombre de choses qu'elles n'avaient pas révélé. Du côté de Cassie, cette dernière n'avait jamais dit à sa colocataire d'où elle venait. Ce n'était de toute manière pas un sujet qu'elles abordaient, alors inutile d'en parler. Néanmoins, ces petits secrets n'avaient aucune influence sur leur bonne relation de camaraderie - pas autant en tout cas que la sonnerie de téléphone de la blonde qui extirpa la danseuse de son sommeil. Un peu plus et peut-être que l'illusionniste aurait jeté le téléphone par la fenêtre, acte qui aurait sans doute déclenché le premier acte de l'Apocalypse.

De retour dans le monde réel en tout cas, Cassandra bâilla maintes fois avant qu'un élément n'attire son attention. Erïka avait déposé sur son matelas un énorme sac rempli de vêtements qui avaient appartenus à Eleonnora et dont cette dernière souhaitait se débarrasser. Vu la taille, ils devaient sans doute aller à la danseuse, mais qu'en était-il de la blonde ? Cassie s'autorisa une petite blague, suggérant à Erïka de porter des soutiens-gorge rembourrés, ce qui lui permettrait de pouvoir enfiler certains vêtements laissés par sa soeur sans non plus flotter dedans. La blonde répondit de manière sérieuse mais légère à la fois; elle n'était pas froissée de la farce de la brune.

    "Héhé, ça te donnerait plus de rondeurs, simplement. Elle t'a traîné dans les magasins de force ? Au moins, elle ne peut pas te forcer à porter ce qu'elle veut."


Laissant seule sa colocataire, Cassandra alla prendre une bonne douche pour finir de se réveiller. Quand elle revint, elle fut de nouveau confrontée au gros sac rempli de vêtements de marque. Dans quelle branche travaillait donc la soeur d'Erïka pour pouvoir se payer uniquement des habits de cette qualité ? À tout hasard, elle posa la question à sa colocataire. Elle devait bien le savoir non ? La réponse fut toute simple: Eleonnora était embauchée dans l'entreprise de leur père. Cassie n'insista pas davantage. Peut-être que leur géniteur était un PDG d'une société extrêmement connu,qui savait. Mais n'étant pas dans le caractère de la jeune femme de poser des tonnes de questions, elle laissa s'arrêter là cette discussion. Le tri des vêtements ne se ferait pas aujourd'hui; il fallait beaucoup de temps pour cela, et du temps justement, elle n'en disposait pas aujourd'hui. Peu de temps après, les deux filles rejoignirent l'aînée de la blonde, qui leur annonça qu'elle les emmenait au restaurant. Cassie sourit à la discussion des deux blondes, puis les suivit dans la voiture.

Il ne leur fallut pas énormément de temps pour rejoindre le centre-ville. Une fois arrivées dans le restaurant que l'aînée avait prévu, cette dernière posa aussitôt des questions, la première portant sur le temps qu'elle avait déjà passé à l'institut. Court, il fallait bienle dire. Curieuse de savoir si Eleonnora y avait aussi fait ses étaudes, Cassandra lui posa la question, mais elle se solda par une négation. La grande blonde avait en effet étudié en Russie. Voilà qui était loin, et Cassie haussa un peu les sourcils.

    "Ah je comprends. Mais pourquoi la Russie particulièrement ? C'est très loin..."


Tandis qu'Eleonnora expliquait - énumérait presque - les établissements qu'elle avait côtoyé, Erïka s'était désintéressée de la conversation, et avait hélé le serveur qui prit leur commande. Peu de temps après, Cassandra sirotait son jus de fruits tout en écoutant poliment Eleonnora qui bavardait incessamment sur sa vie en Russie. La danseuse avait droit à une autobiographie complète - un contraste total avec la petite soeur qui était plutôt du genre taciturne sur le sujet de son passé.

Lorsque le long récit fut terminé, Erïka prit la parole pour demander ce qu'avait prévu son aînée. Celle-ci annonça qu'elles allaient se rendre dans un spa. Cassie haussa un sourcil,c'était quoi exactement un spa ? La réponse fusa sans qu'elle ait eu besoin de demander. En somme, il s'agissait d'un salon de beauté. Mais ce n'était pas la seule surprise qu'elle réservait. La destination du soir était inconnue, mais elle allait apparemment nécessiter une tenue spéciale qu'elles acquerreraient bientôt. Abasourdie, Cassandra avait du mal à maintenir sur son visage son air neutre habituel.

    "Oh euh, hé bien... je dois te dire que ce sera plutôt une journée découverte pour moi. Mais oui, je suis partante."


Auraient-elles d'ailleurs le temps de tout faire tenir en une demi-journée ? Eleonnora avait peut-être vu trop gros. Toutefois Cassandra était curieuse. À part le coiffeur où elle se rendait tous les six mois, elle n'avait jamais mis les pieds dans un autre salon. Quant aux vêtements, elle se contentait de ce qui était joli, confortable et qui rentrait dans son budget. Elle espérait qu'Eleonnora ne ferait pas de folies... mais c'était oublier ce que lui avait dit Erïka à son propos.

Tandis que leurs plats arrivaient, Eleonnora continua à poser des questions à l'illusionniste, notamment sur ce qu'elle faisait en dehors de ses études. Une seule chose pour la jeune femme: son travail, voire même son double travail. Cassandra était au départ une simple serveuse,mais le Stonedge, le bar où elle était employée, faisait aussi des spectacles de danse le soir. L'occasion pour la jeune femme de pratiquer un art qu'elle avait appris plus jeune et dont elle pouvait, par ce biais, en faire une partie de son métier. Toutefois, hors de question de laisser planer le moindre doute, et de réitérer l'erreur qu'elle avait fait avec Erïka.

    "Je travaille dans un bar. Je suis serveuse mais je cumule avec un poste de danseuse - mais attention, je ne fais pas de strip-tease. Erïka me l'a déjà demandé, j'ai compris qu'il valait mieux préciser." fit-elle en lançant un regard complice à sa colocataire. "Et toi, en dehors de ton travail et du shopping, tu fais autre chose ? Une activité peut-être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 30 Aoû 2013 - 19:49

Erïka ne souhaitait pas coller à ces modèles de magasines ou d’affiches publicitaires que l’on pouvait voir dans les rues. Elle n’avait pas besoin d’artifices pour se trouver belle. Sa sœur, elle, misait tout sur l’apparence. Pourtant, elle était une très jolie femme. Elle pourrait se balader dans des fringues passées mode et sans maquillage qu’elle serait tout aussi populaire auprès de la gente masculine. Chacun ses goûts. Erïka était loin de partager celui des vêtements de luxe. Cependant, il était difficile de refuser quelque chose à Eleonnora. Cela menait souvent à des disputes, des débats et, parfois, à des concours d’insultes. Elles souhaitaient toujours avoir le dernier mot. Au final, l’adolescente tentait de faire en sorte de ne pas faire dépenser sa demi-sœur. Elle refusait les vêtements qu’elle lui achetait. Cependant, elles finissaient toujours par se retrouver dans sa penderie. Elle ne les portait pas. Ou presque… Elle n’avouera jamais que sa sœur pouvait, parfois, avoir du goût en matière de vêtements. Quoi qu’il en soit, c’était une bonne chose qu’Eleonnora n’ait pas réussir à se vêtir selon ses désirs. De toute façon, ce serait peine perdue.

-« Heureusement qu’elle ne me force pas à les porter. Je les laisse seulement s’entasser dans mon placard. Ce qu’elle aime plus que les robes trop révélatrices c’est la lingerie. J’en ai tellement qu’il y a des morceaux que je n’ai jamais porté. C’est pas comme si j’en mettais à tous les soirs, faut dire. D’ailleurs, il y a probablement de la lingerie dans le sac. »

Eleonnora faisait preuve, une fois de plus, de son supposé bon goût. Vêtue élégamment, voyageant à bord d’une voiture de luxe qui frôlait la perfection et déjeunant dans un restaurant prisé de la ville, elle ne cachait pas le fait qu’elle avait de l’argent à jeter par les fenêtres. Lorsqu’elle expliqua à Cassandra qu’elle avait étudiée dans les meilleures écoles de Russie, cette dernière trouva que c’était très éloigné comme destination pour des études. Après tout, il y avait également de bonnes écoles aux États-Unis.

-« Non, pas du tout. Je suis originaire de Moscow, en Russie, tout comme la peste qui me sert de sœur. J’y ai donc fait toutes mes études. Lorsque j’ai quitté l’école privée, après avoir reçu mon diplôme… Je devais avoir seize ans à l’époque. Je suis entrée dans l’armée et j’y suis restée pendant quelques années. C’est lorsque je l’ai quittée que j’ai aménagé ici. »

N’ayant pas envie d’entendre Eleonnora raconter davantage sa vie, Erïka appela le serveur. Ce dernier pris les commandes et revint quelques minutes à leur table afin de leur apporter leurs breuvages. L’adolescente n’avait jamais vraiment parlé de sa famille, de ses origines, de son passé, avec sa colocataire. Il s’agissait d’informations qu’elle ne divulguait pas au premier venu. Il lui avait fallu bien du temps pour s’ouvrir à son petit ami sur sa famille et son enfance. Il lui en faudra tout autant, et même plus, pour arriver à en parler à sa colocataire. Si elles se rapprochaient et devenaient de très bonnes amies, cela se produira peut-être.

Il était temps de passer à autre chose. Erïka orienta la conversation dans un autre sens en demandant à sa sœur ce qu’elle avait prévu pour la journée. Elle ne savait pas si faire les boutiques et se faire dorloter toute la journée était une bonne chose. Ce n’était pas son genre d’activité lorsqu’elle sortait. Bien évidemment, avec Eleonnora, faire du shopping ne signifiait pas acheter le coffret de la nouvelle saison de The Walking Dead. Elle ne savait pas à quoi s’attendre. Elle allait voir en temps et lieu. Pour l’instant, elle allait devoir empêcher sa sœur de jouer à la poupée avec elle et lui acheter une nouvelle robe. Cassandra, elle, n’aura peut-être pas de chance. Elle allait sûrement se faire avoir puisqu’elle connaissait peu Eleonnora. Elle allait avoir de nouveaux vêtements à ajouter à ceux qui reposaient sur son lit. Rien ne pourra la sauver de ce triste sort.


-« Tu vois, Mimi, ton amie est partante. »
-« Je t’ai déjà dit que m’appeler comme ça était passible de peine de mort ? »
-« Oui, mais ce ne m’inquiète pas. Tu es comme le chihuahua de Paris Hilton. Tu aboies, mais tu ne mords pas très fort. »
-« Va te faire… »
-« Ça veut dire que tu n’as jamais été dans un salon de beauté, Cassandra ? Il va absolument falloir remédier à ça ! Pourtant, une belle femme comme toi doit avoir l’habitude de prendre soin d’elle, non ? »

Découragée, Erïka soupira. Eleonnora, elle poursuivait la conversation. Elle finit, à force de parler, par changer de sujet. La jeune femme se demandait quel était le métier de Cassandra. L’adolescente avait bien hâte d’entendre la réponse de cette dernière. La dernière fois, elle avait cru, à tort, que sa colocataire était strip-teaseuse. Il fallait dire qu’elle n’avait pas été très claire et que ses propos pouvaient porter à confusion. Cassandra expliqua donc, en précisant qu’elle ne se dévêtissait devant personne, qu’elle travaillait comme danseuse, mais également comme serveuse, dans un bar. Erïka sourit à sa colocataire à l’entente de cette précision.

-« C’est génial ! J’étais danseuse et même chanteuse dans un cabaret, il y a quelques années. Où travailles-tu ? Je connais tous les endroits où faire la fête dans cette ville. Si ça se trouve, je suis déjà allée dans le bar où tu travailles. »

Cassandra demanda à la jeune femme ce qu’elle faisait de son temps libre. Pendant ce temps, Erïka mangeait son assiette avec appétit. Elle écoutait sa sœur parler, se doutant bien des réponses qu’elle allait fournir à la jeune femme. Eleonnora pris quelques secondes pour réfléchir avant de répondre. Après tout, elle travaillait beaucoup. Si Cassandra ne posait pas de question sur son travail, ce devait être parce qu’Erïka lui en avait déjà parlé. Avait-elle fait comme tout le monde en disant qu’elle travaillait pour la compagnie de leur père ? L’adolescente savait que ce n’était pas la vérité, mais elle ne connaissait la véritable réponse, heureusement. De toute façon, cela était clair entre les deux sœurs : Erïka ne devait pas parler de ses doutes à qui que ce soit.

-« Je travaille beaucoup alors je fais peu d’activité. Voyons voir… Gym, sexe, manucure, sorties dans les bars, sexe, karaoké… »
-« T’as dis sexe deux fois, sale perverse. »
-« Tu as un problème avec le fait que j’ai une vie sexuelle active ? »
-« Non, tant que tu ne m’en raconte pas les détails. »
-« Ne t’en fais pas, je garde ça pour William. D’ailleurs, j’ai complétement oublié de lui raconter un truc ! »

Tout en mangeant, elle envoya un SMS à William au sujet d’on-ne-sait-quoi. Erïka ne voulait pas savoir. Elle continua de manger. Lorsque le repas se termina, Eleonnora s’éclipsa pour aller à la salle de bain. Elle allait probablement en profiter pour refaire son maquillage. Entre temps, le serveur vint leur porter leurs factures. Erïka lui demanda de tout mettre sur une seule et même note. Quand Eleonnora invitait, elle payait toujours. Cependant, comme elle était à la salle de bain, la jeune femme allait le faire à sa place. Elle n’était pas habituée à ce que l’on paie tout pour elle. Elle glissa quelques billets, comptant le montant de la commande et le pourboire, dans le carnet contenant l’addition et donna le tout au serveur. Lorsqu’Eleonnora revint, Erïka était déjà prête à partir.

-« Je vais payer et on pourra y aller. »
-« Trop tard, je l’ai déjà fait. »
-« D’habitude c’est moi qui paie le repas. »
-« Je sais. Prend ça pour une revanche. Je t’avais dit de ne pas m’acheter cette robe, l’autre jour. »
-« Mais elle t’allait si bien ! »
-« C’est pas mon problème. Compte-toi chanceuse, ça te fera plus d’argent pour t’acheter une nouvelle robe. »
-« Quoi ? Tu plaisantes ? Mes robes valent au moins le double de ce repas, voir même le triple. »

Erïka soupira et monta dans la voiture de sa sœur. Cette dernière conduisit jusqu’au centre-ville où elle eut un peu de mal à trouver un espace de parking. Lorsqu’elle arriva finalement à se garer, les jeunes femmes quittèrent le véhicule. Eleonnora ouvrit la marche et pénétra dans une grande boutique aux magnifiques baies vitrées qui montraient le contenu de la boutique. Tout était calme à l’intérieur. L’endroit était élégant, chic, démontrant bien que seuls les riches pouvaient se vêtir ici. Il y avait tout un tas de vêtements, allant des tailleurs sobres et professionnels aux robes de cocktails et de soirée.

-« J’ai l’air de porter ce genre de fringue ? » Fit Erïka.
-« Tu ne t’habilleras certainement pas comme ça pour ce soir. » Répondit sa sœur en lui désignant les habits qu’elle portait.

Eleonnora attrapa le bras de Cassandra et l’entraina doucement avec elle. Elle jeta à peine un regard aux vêtements qu’elle attrapa déjà une robe, puis une seconde, et une troisième, qu’elle confia à la jeune femme. Les vêtements étaient fait pour les soirées et les cocktails. Rien de trop long et de trop chic. Les jeunes femmes devaient simplement être belles et élégantes. Elle l’incita, par la suite, à en faire l’essayage.


-« Essaie ça. C’est pile dans ta palette de couleur, ça va faire ressortir son teint. Tu me montre le tout. Il faut que tu sois parfaite, ce soir. »

Lorsqu’elle voulu s’occuper d’Erïka, elle vit celle-ci s’enfermer dans une cabine d’essayage. Avait-elle une robe en main ? Que faisait-elle ? Pour le savoir, elle allait devoir attendre. Eleonnora en profita donc pour faire le tour des étalages, cherchant maintenant des escarpins qui iront à merveille avec les futures tenues de ses magnifiques poupées. Comment ces dernières arriveront-elle à survivre à cette journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Jeu 5 Sep 2013 - 23:35


La beauté ne passait pas uniquement par l'apparence. Certes c'était une part importante, mais cela ne faisait pas tout, il y avait également le caractère, la manière de traiter ses semblables. Mais il est des humeurs qui ne sont pas faciles à modifier. Aussi, certains se rabattaient sur l'apparence, un paramètre qu'ils pouvaient entièrement contrôler. À première vue, Eleonnora semblait faire partie de cette catégorie, mais Cassandra ne la connaissait pas et ne pouvait donc simplement pas juger. Mais à voir le tas de vêtements, il était évident que la blonde ne ménageait pas ses efforts pour être bien habillée. Ni son argent par ailleurs, ce qui étonna grandement l'illusionniste. Donner des habits de marque après les avoir si peu porté n'était pas quelque chose de très courant... par ailleurs, Erïka était aussi en quelque sorte « victime » de sa grande sœur, qui s'était mise en tête de recomposer entièrement la garde robe de sa cadette. Celle-ci néanmoins n'avait jamais changé sa manière de s'habiller. Elle précisa également que sa sœur aimait beaucoup la lingerie et qu'il devait donc y en avoir dans le sac. Mais ça n'était pas le moment de tout défaire, les deux colocataires étaient justement attendues par la grande sœur qui venait les chercher toutes les deux.

C'était le moment ou jamais de mieux connaître cette fameuse Eleonnora d'ailleurs. Une fois que les deux filles eurent quitté leur chambre et rejoint l'entrée de l'institut, la grande blonde les emmena aussitôt en ville pour déjeuner. Un moment propice à la discussion ; par ailleurs, Eleonnora ne se gêna pas pour poser ses premières questions à Cassandra, cette dernière les lui retournant après y avoir répondu. C'est ainsi qu'elle apprit que les deux sœurs étaient en fait de nationalité russe et que l'aînée avait fait ses études dans de prestigieuses écoles russes, avant d'intégrer l'armée. Une information qui étonna fortement la danseuse. Eleonnora, cette femme si soignée, avait donc été une militaire ? Les apparences étaient décidément trompeuses.


    « L'armée ? Hé bien, je n'aurais jamais cru ça. Tu y es restée longtemps ? Il y a peu de femmes qui rejoignent les rangs des militaires. »


Sirotant son jus de fruit, Cassandra continuait d'écouter l'aînée, tandis qu'Erïka semblait s'être détachée complètement de la conversation. Évidemment, elle n'avait pas besoin d'écouter les dires de sa sœur, elle devait déjà bien les connaître. D'autant plus que la manière de s'exprimer d'Eleonnora était assez... comment dire, narcissique ? La jeune femme se vantait ouvertement, c'était certain. Mais Cassie s'en fichait bien, elle écoutait simplement et poliment ce que la blonde avait à raconter. De ce côté-là, les deux sœurs ne se ressemblaient pas vraiment. Nora était aussi loquace qu'Erïka était taciturne, notamment sur son passé. Mais Cassandra ne l'avait jamais embêtée là-dessus. Elle ne voulait rien révéler, c'était son problème.

Cette dernière recentra d'ailleurs la conversation sur les heures à venir et sur ce que Eleonnora avait prévu. Cassandra crut avoir mal entendu. Qu'allaient-elles faire à la société protectrice des animaux ? Ah non, en fait, elle se trompait vraiment, ça n'avait rien à voir. Mais tout de même, pourquoi aller en salon de beauté ? À vrai dire, Cassandra n'y avait jamais mis les pieds et s'en passait bien, elle prenait soin d'elle-même toute seule. Elle avait l'air aussi surprise qu'Erïka mais toutefois, elle n'était pas contre tenter l'expérience. Elle ne se doutait absolument pas de ce qui les attendait...


    « Bah, j'ai tout ce qu'il me faut chez moi. » fit la jeune femme en haussant les épaules.


La conversation changea une nouvelle fois de direction, pour revenir sur le métier de l'illusionniste. Cette dernière révéla donc qu'elle était serveuse et danseuse, mais n'omit pas cette fois de préciser qu'il ne s'agissait pas de strip-tease, lançant un regard complice à sa colocataire. Cette dernière lui sourit en retour. Elle non plus n'avait pas oublié le moment où elle avait cru que sa camarade de chambrée se déshabillait en dansant pour gagner sa vie. Mais non, Cassie n'était pas comme ça ; elle avait sa dignité et elle y tenait. Elle apprit d'ailleurs qu'Eleonnora avait elle-même été danseuse dans un cabaret. Décidément, cette femme touchait à tout ! Néanmoins, l'illusionniste eut un rire bref avant de répondre à la blonde.


    « Oulà, ça m'étonnerait. Le bar où je travaille n'est pas situé dans les meilleurs quartiers de la ville. Il s'appelle le Stonedge. »


D'ailleurs, cela encouragea Cassandra à demander à Eleonnora quelles étaient ses activités. Elles étaient assez variées... amusée, elle écouta les deux sœurs se chamailler gentiment. Erïka avait de bien jolis surnoms pour sa grande sœur, mais cette dernière s'en moquait. Se rappelant d'ailleurs d'un détail important concernant son activité sexuelle, elle s'empressa visiblement de le communiquer à William via un texto. Pourquoi à William d'ailleurs ? Il devait en entendre de bien croustillantes tiens. La conversation continua tranquillement tout le long du repas, puis à la fin de celui-ci ce fut Erïka qui régla la note pendant qu'Eleonnora était aux toilettes. S'ensuivit une discussion entre les deux sœurs, qui avait un air de règlement de comptes. Cassandra avait remercié Erïka, et écouta la pseudo-dispute des deux sœurs, avec le sentiment qu'elles ne venaient pas vraiment du même monde...

Elle suivit les deux blondes et en peu de temps, elles arrivèrent à leur prochaine destination : le centre-ville. Cassandra avait encore bien du mal à se repérer dans New York – être ici depuis deux ans ne signifiait pas qu'elle connaissait tous les quartiers par cœur, loin de là – mais c'était sans doute l'une des artères les plus fréquentées de la Grosse Pomme. Suivant les deux jeunes femmes, Cassandra regardait autour d'elle dans la rue, mais quand ses yeux revinrent devant elle, elle constata que les deux russes avaient disparues. Et pour cause, elle venait de tourner à droite pour entrer dans un grand magasin, aux vitrines... hé bien, quasiment vides. Il n'y avait guère que trois mannequins, vêtus de superbes vêtements cependant.

Cassie suivit ses deux camarades, consciente qu'elle était on ne peut plus intruse dans ce genre de boutique. Elle ne s'arrêtait même jamais devant ce genre de magasin, la plupart de temps parce que les vêtements étaient moches – ainsi en allait la mode – et parce que qu'elle n'aurait jamais assez d'un an de salaire pour se payer ne serait-ce qu'une robe de marque. Et puis pourquoi faire d'ailleurs ? Elle ne sortait pas tant que cela. Elle étudiait et elle travaillait, basta. Les quelques sorties qu'elle se permettait ne nécessitaient absolument pas de robe de soirée.

Pourtant, c'était précisément dans une boutique qui vendait ce genre de vêtements qu'elle se trouvait. Et pas n'importe quels vêtements ! Ils étaient griffés, comme tous les vêtements qu'elle avait découvert dans le sac que lui avait laissé Erïka. Regardant les rangées de robes devant elle, Cassandra ne put retenir un hoquet de surprise en sentant que son bras s'était fait happé par la main d'Eleonnora. Cette dernière ne tarda pas à lui mettre trois robes dans les bras avant de la mener vers les cabines d'essayage, l'incitant à les essayer toutes les trois. Bon, essayer ne ferait pas grand mal... en revanche, une fois qu'elle fut dans la cabine et qu'elle examina les vêtements, Cassie haussa les sourcils. Voilà qui était... original. La première robe était bicolore jaune et crème et asymétrique, coupée droite. Ça, ce n'était clairement pas dans sa palette de couleurs, comme disait Eleonnora. Cassandra ne portait quasiment que des vêtements sombres, parfois un peu de blanc mais c'était tout. Le jaune, ça n'était clairement pas pour elle.

La deuxième robe n'était pas vraiment mieux. Déjà, la matière était... bizarre. Un peu comme celle de ces manteaux de grand-mère à carreaux, vous savez ? Absolument pas agréable au toucher, et sa couleur rose flashy n'était pas non plus du meilleur goût. Encore une fois, la jeune femme passa son tour.
La dernière robe en revanche... était jolie. Blanche, mi-cuisses, froncée à la taille avec une ceinture de dentelle, le dos entièrement en dentelle. Le décolleté était assez généreux par contre... Cassandra pouvait-elle ressortir de la cabine en prétextant avoir tout essayé et dire que cela ne lui allait pas ? Elle sourit en pensant à la réaction d'Erïka qui entendrait ce mensonge... faisant un effort, la danseuse se déshabilla et opta pour la robe blanche, qui était de loin la plus jolie de toutes. Elle ne lui allait plutôt pas mal à vrai dire... le tissu était agréable au toucher.

Cassandra entendit alors quelqu'un entrer dans la cabine d'à côté, reconnaissant les pas d'Erïka. La boutique étant vide à part la vendeuse et le trio, il était facile de reconnaître que c'était sa colocataire qui était entrée. Cassie attrapa les rideaux des deux cabines afin de les soulever en même temps et de ne faire qu'un seul rideau, pour pouvoir parler avec sa colocataire. Cette dernière n'avait pris aucun vêtement avec elle. Se cachait-elle de sa sœur ? Peut-être bien.


    « Eleonnora a une drôle de théorie sur la palette des couleurs. Il neigera en enfer le jour où je m'habillerais en rose flashy, plaisanta-t-elle. Dis voir, j'ai une question. Pourquoi est-ce qu'elle te surnomme Mimi ? »


Elle put discuter ainsi à voix basse avec sa camarade avant que les pas d'Eleonnora ne trahissent son retour près des cabines. Cassandra ressortit donc de sa cabine, toujours vêtue de la robe blanche. Elle tourna un peu sur elle-même pour que la blonde puisse voir, et une fois qu'elle revint face à elle, Cassandra enchaîna, sur un ton très calme :


    « Je n'essayerais pas les deux autres. Je les trouve très laides et il est hors de question que je mette du rose. Celle-ci est la plus jolie, de loin. »


Cassie et sa franchise habituelle.Elle disait toujours ce qu'elle pensait, et Eleonnora ne la forcerait certainement pas à mettre des vêtements qui ne lui plaisaient pas le moins du monde.

[La robe: ici ♥]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 6 Sep 2013 - 18:49

Eleonnora n’était pas le genre de femme qui savait se battre. Enfin, c’était ce que l’on pensait d’elle. Elle n’avait pas l’air de se salir pour faire le sale boulot. Pourtant, si on lui demandait de courser un criminel, quitte à casser ses talons, salir et déchirer ses vêtements de marque, elle le ferait. Elle n’avait pas peur de se battre non plus. Cela surprenait chaque personne qui croisait sa route. Après tout, comment une femme si raffinée et si élégante pouvait avoir fait partie des forces armées de Russie ?

Cassandra était donc surprise d’entendre une telle chose. C’était peu commun d’avoir des femmes militaires, bien qu’il y en avait de plus en plus avec le temps. Pourtant, c’était la pure vérité. Bien qu’elle n’avait jamais vraiment expliqué pourquoi elle avait quitté les rangs de l’armée, la jeune femme n’était jamais avare de paroles sur son passé là-bas.


-« Oui, je sais, c’est très surprenant, surtout en Russie. Si tu savais comment c’est un milieu difficile… l’intimidation est partout, c’est pas croyable. J’avais de la chance, mon père était Général de Brigade, à l’époque. Il ne fallait pas me toucher sinon les conséquences allaient être terribles. Et puis, de toute façon, je n’avais aucun mal à me débarrasser des enquiquineurs par moi-même. J’ai fini par être respectée par bon nombre de soldats. Plus de la moitié d’entre eux devaient fantasmer sur moi, en plus. Enfin, je n’y suis restée que trois ans. »

Changeant de sujet, elle posa davantage de questions à Cassandra afin d’apprendre à la connaitre. Elle découvrit ainsi que la jeune femme était serveuse dans un petit bar pas très classe de la ville. Que faisait-elle dans un endroit aussi miteux que le Stonedge ? Elle était jolie, elle avait un corps aux formes généreuses, elle pouvait facilement se trouver un emploi dans n’importe quel autre bar de cette ville.

-« Toi aussi tu travailles dans ce vieux bar miteux ? J’ai rencontré un mec qui y travaille, une fois. Lui, je peux comprendre. Il est très charmant, mais il ressemble à une nana. Mais toi… Tu es une vraie bombe, tu pourrais travailler n’importe où. »

Afin de mettre la jeune femme en valeur pour leur sortie de ce soir, Eleonnora l’amena dans l’une de ses boutiques favorites. Elle était déterminée à trouver une tenue digne de ce nom, à la nouvelle mode, pour la jeune femme. Après un rapide tour de la nouvelle collection, elle sélectionna quelques tenues et les confia à Cassandra avant de l’envoyer dans une cabine d’essayage. Le temps qu’elle fasse cela, sa petite sœur avait eu le temps de s’éclipser. Où était-elle ? Avait-elle déjà trouvé une tenue de son goût ? La jeune femme décida de se chercher une nouvelle robe, quelque chose de joli et de bon goût, pas comme ce qu’elle avait confié à Cassandra. Certes, les tenues allaient sûrement lui aller, mais elles étaient loin de convenir au teint de porcelaine d’Eleonnora. Et puis, elle s’était déjà acheté une robe rose il y a deux semaines.
Pendant ce temps, Erïka était installée dans la cabine voisine à celle de Cassandra. Elle avait attrapé la première robe pas très chère et de son goût qu’elle avait vus avant de s’installer dans la cabine. Elle posa son sac sur le vêtement, lui-même posé sur un petit banc. Aurait-elle le courage d’essayer la tenue ? Ses pensées furent interrompues par Cassandra. Elle tentait de discuter subtilement avec elle, dissimulée derrière les rideaux des cabines. L’adolescente sourit et se prêta au jeu.


-« Ma sœur a des goûts… particuliers… Enfin, la mode c’est vraiment moche et comme elle suit la mode ça donne des horreurs. J’ai dû chopper l’une des seules robes qui a l’air d’avoir du sens… dans l’étalage en solde. » Fit-elle en montrant le morceau de tissu qui dépassait très légèrement de sous son sac. « Il faut que je sois motivée à l’essayer, maintenant. »

S’il y a bien une chose que Cassandra ne savait pas à son sujet, c’était son deuxième prénom. Elle l’utilisait bien peu souvent, il fallait dire. C’était quelque chose de naturel dans sa famille de posséder un second prénom, mais peu de gens connaissaient celui-ci.

-« C’est parce qu’elle a découvert que ça m’énervait encore plus que lorsqu’elle m’appelle Miraslova. »

En entendant les pas d’Eleonnora, l’adolescente laissa tomber son rideau et décida d’essayer sa robe pendant que sa sœur observait celle que portait Cassandra. La jeune femme refusait d’essayer les autres robes qu’elle trouvait absolument laides. Il était hors de question de les mettre. Eleonnora ne sembla pas s’en offusquer.

-« T’as beau être sexy, c’est clair que tu n’as pas le goût des grands designers en matière de tendances. Enfin, cette robe te va à merveille, il faut bien l’avouer. Un peu de couleur ne te ferait pas de tort, par contre. »

Elle délaissa Cassandra afin d’aller voir ce que faisait sa petite sœur. Sans prévenir, elle tira le rideau. Erïka était en train de fermer la fermeture éclair derrière son dos. Elle se retourna vivement vers sa sœur et l’envoya promener en russe. Sortant de la cabine, quelques secondes plus tard, elle montra la robe qu’elle avait essayée aux deux femmes. Elle était bleue, sans manches. Elle arrivait légèrement au-dessus de ses genoux, dévoilant ainsi ses jambes. Elle était simple et c’était ce qu’adorait Erïka. Elle n’avait pas besoin de quelque chose de flamboyant pour être bien. Malgré qu’elle ne sera jamais plus confortable que dans une paire de short…

-« Bon, alors, tu me fais tes commentaires, que j’aille me changer ? »
-« Pourquoi tu choisis toujours du bleu ? C’est pour aller avec les cheveux de ton copain. »
-« Va te faire foutre. Je vais me changer. » Fit-elle en entrant dans la cabine et tirant le rideau.
-« Pourquoi tu n’essaies pas de porter du blanc ? »
-« Le jour où je mettrais du blanc, il pleuvra des grenouilles… Cassandra, ne lui donne surtout pas raison ! De toute façon, t’as plus de goût qu’elle. »Fit-elle en sachant parfaitement que sa colocataire avait le pouvoir d'exaucer ses paroles.
-« Ppff.. Je n’y crois pas trop. » Fit Eleonnora avant de filer dans une cabine pour essayer une robe.

Une fois l’essayage terminé, Eleonnora attrapa la robe de Cassandra, vola celle des mains de sa petite sœur et amena la sienne à la caisse pour payer le tout. Filant le sac d’achat à sa sœur, elle quitta la boutique avec classe. Erïka soupira. Elle se pencha vers sa colocataire et parla à voix basse.


-« Tu vois pourquoi je ne voulais pas être seule avec elle ? C’est toujours comme ça. Si elle sort quelque part, elle paie tout. Elle adore montrer qu’elle a de l’argent cette sale bourgeoise. » Elle soupira. « Au moins c’est gentil de sa part… »

À l’extérieur, elles ne regagnèrent pas la voiture. Eleonnora leur fit signe de la suivre jusqu’au salon de beauté. Ça allait être prometteur. Pour commencer, elles allaient passer par la manucure. Elles furent accueillit sur place par une réceptionniste qui les mena devant un petit bureau. Chacune d’entre elles prirent place sur une chaise, devant l’un des bureaux de la pièce, là où une employée allait s’occuper de leurs ongles.

-« Tu devrais te faire poser des faux ongles, comme la dernière fois, Mimi. »
-« Tu es folle ? J’ai cru mourir en essayant de faire de la boxe avec ces trucs. Je vais me contenter de… les faire vernir, tiens. Je n’arrive pas à croire que je fais ça… »
-« Interdiction de les vernir en noir. Ça n’irait pas avec ta robe. »
-« Comme si j’en avais quelque chose à foutre. Toi, Cassie, tu vas en faire quoi de tes ongles ? »

C’était la première fois qu’elle surnommait ainsi sa colocataire. C’était naturel, elle n’avait pas réfléchis. L’appeler par son prénom devenait long, par moment. Ce surnom était bien plus court. Une preuve de plus que leur relation s’était améliorée et qu’elles s’entendaient davantage. La jeune femme le dénotera-t-elle ? Probablement. À moins qu’elle ne soit trop concentrer sur son choix de manucure ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 10 Sep 2013 - 23:55

En à peine quelques heures, Cassandra en avait appris davantage sur Eleonnora que sur Erïka avec qui elle vivait depuis déjà plusieurs mois. L'illusionniste voyait à présent parfaitement les différences de caractère qui existaient entre les deux sœurs. Toutefois elle n'était pas non plus au bout de ses surprises. Apprendre qu'Eleonnora, cette jeune femme accro à la mode, avait passé quelques années dans l'armée russe, étonna la brune. Ce n'était pas vraiment un milieu pour les femmes, et encore moins pour cette sulfureuse blonde qui attachait beaucoup d'importance à l'apparence. Toutefois, cela signifiait également qu'elle n'avait pas rien dans la tête.

Puis le sujet changea, et Cassandra révéla son métier. Ou plutôt double métier, ainsi que le nom du bar où elle travaillait. Elle doutait fortement qu'Eleonnora ou même Erïka le connaisse, se trouvant dans un quartier vraiment craignos. Mais contre toute attente, l'aînée reconnut le Stonedge, mentionnant même une personne y travaillant. D'après la description, Cassandra le reconnut tout de suite. Ryan, évidemment... ça n'étonnait même pas la serveuse qu'il ait tenter d'approcher la très belle blonde.

    « Le plus grand coureur de jupons que la Terre ait jamais porté. Bah, fit-elle en haussant les épaules, tant que je gagne ma vie, ça me suffit. Mais je chercherais bientôt ailleurs, le quartier n'est pas franchement recommandable... »


Rien à voir en tout cas, avec le quartier où les entraîna Eleonnora après le repas. Cassie ne se sentait clairement pas à sa place. Les boutiques de vêtements de marque qui dépassaient la centaine de dollars pour un simple top, très peu pour elle, surtout que la plupart des habits étaient vraiment moches. Mais Eleonnora mit tout de même entre les mains de la jeune femme trois robes qu'elle lui enjoignit d'essayer dans la cabine la plus proche. Deux des robes étaient d'une laideur incroyable, la troisième était de loin la plus élégante, et c'est sur celle-ci que se porta le choix de l'illusionniste – en plus, c'était la moins chère. Cassandra pouvait presque se la payer, mais ça engloutirait une bonne partie de son budget. Elle allait devoir y réfléchir, mais pour le moment, elle admirait son reflet dans le miroir.

Quand elle entendit sa colocataire passer à côté et s'enfermer dans la cabine voisine, Cassandra en profita pour discuter avec elle. Elle mentionna les goûts douteux de sa grande sœur, mais elle voulait surtout lui demander ce qui lui valait de se faire appeler « Mimi ».

    « Haha, bien joué. Je pense que ça devrait t'aller, surtout avec les yeux que tu as. Allez, courage ! Miraslova ? C'est ton deuxième prénom c'est ça ? »


Drôle de prénom, mais il sonnait bien. Il devait être russe sans aucun doute. Puis des bruits de pas indiquèrent le retour d'Eleonnora, Cassandra sortit de sa cabine afin de montrer la robe à la blonde et lui dire sans détour que les deux autres qu'elle lui avait choisies étaient laides comme pas possible.

    « Je n'ai pas besoin d'avoir le goût de ces designers pour savoir m'habiller. Quant aux couleurs, je privilégie les sombres. Jamais pu mettre de rose. En tout cas merci Eleonnora. »


Cassandra ne retourna pas tout de suite se changer, comme Erïka terminait de mettre sa propre robe. En fait, elle n'avait pas tout à fait fini quand Eleonnora tira le rideau, et l'aînée se fit expulser sans ménagement de la cabine. Quelques temps plus tard cependant, Erïka en ressortit vêtue de sa petite robe bleue. Elle lui allait vraiment bien, et Cassie leva les deux pouces vers elle, derrière Eleonnora qui ne voyait rien, pour lui signifier qu'elle avait fait un bon choix. Elle rit doucement à la pseudo-dispute des deux sœurs, mais ne répondit rien aux propos d'Erïka. Elle, en blanc ? L'illusionniste ne l'avait jamais vue vêtue de cette couleur, elle s'habillait toujours toute en noire.

Cassie retourna se changer, conservant la robe blanche sur son bras et rangeant les deux autres. Elle jeta encore un coup d’œil aux autres vêtements, par pure curiosité, mais ils étaient soit exorbitants, soit d'une laideur à en vomir. La jeune femme regarda de nouveau la petite robe blanche qu'elle tenait. Prendre, ne pas prendre ? Elle n'eut pas vraiment l'occasion de tergiverser car Eleonnora attrapa le vêtement, ainsi que la robe de sa petite sœur et possédant déjà la sienne pour aller payer les trois. Puis, confiant le sac à Erïka, l'aînée sortit de la boutique en entraînant les deux jeunes femmes. Dans la rue, sa colocataire en profita pour glisser deux mots à Cassandra, lui montrant ce qui l'énervait dans ce genre de situation. C'est vrai que ce n'était pas le meilleur moyen de mettre les gens à l'aise.

    « C'est généreux de sa part, mais c'est vrai que c'est... pas vraiment discret. Au moins on peut pas lui reprocher de pas profiter de la vie. »


Direction le salon de beauté cette fois, encore un endroit où Cassandra n'avait jamais mis les pieds. Journée découverte j'vous dis. Encore une fois, les deux sœurs discutaient de la manière dont elles allaient demander à ce qu'on s'occupe de leurs ongles, Eleonnora interdisant à sa sœur de les faire peindre en noir, cette dernière demandant ce qu'allait faire sa colocataire. Cassandra releva la tête, un peu surprise par la manière dont l'avait appelée la russe ; par son surnom, Cassie. C'était bien la première fois. Elle eut un petit sourire pour sa camarade. Elle avait bien changé d'attitude depuis le premier jour...

    « Je ne sais pas... un simple vernis transparent, ça suffit non ? »


Elle avait les ongles raisonnablement longs et taillés en ovale. Elle ne mettait pas spécialement de fantaisie dessus, déjà qu'elle ne portait jamais aucun bijou. Mais elle ne voulait pas d'un résultat farfelu, ni de faux ongles qui pourraient la gêner plus qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 17 Sep 2013 - 2:55

Avec Erïka, on pouvait s’attendre à tout. Lorsqu’elle se trouvait dans une boutique avec sa grande sœur, une simple séance de shopping pouvait devenir un véritable jeu. Comme maintenant. Plutôt que de se faire inonder de tenues aussi moches et chères les unes que les autres, elle attrapa le premier truc qui lui passait sous la main avant de s’enfermer dans une cabine d’essayage. Justement, Cassandra se trouvait dans celle d’à côté. Quoi de mieux pour partager quelques confidences derrière les rideaux ?

-« Oui, c’est mon second prénom. Ça fait plus russe qu’Erïka, non ? »

Pendant que Cassandra montrait la robe qu’elle avait essayée à Eleonnora, l’adolescente enfila la sienne. Une robe bleue, simple, comme elle les aimait. Lorsqu’elle la montra aux filles, elle eut droit à divers commentaires. Les premiers, francs et provocateurs de la part de sa sœur, les seconds, silencieux mais approbateurs de Cassandra. C’était décidé, elle allait acheter cette robe. Elle devrait plutôt dire qu’elle laissait sa sœur payer. Comme toujours. En sortant de la boutique, la jeune femme se pencha vers Cassandra pour lui faire part de cette manie qu’avec Eleonnora de toujours tout payer. On finissait par s’y faire, à la longue.

Après avoir dépensé dans des vêtements, la jeune femme comptait bien payer la manucure et tout dont elle avait envie au salon de beauté. Installée confortablement sur un siège, elle s’apprêtait à se faire poser de faux ongles. Cassandra, elle, pensait qu’un simple vernis transparent pourrait faire l’affaire. Pas avec la jeune femme.


-« Laisse-toi aller. Du vernis transparent c’est trop commun. Laisse les professionnelles faire leur travail, tu ne regretteras rien. De toute façon, tu n’as rien à payer alors ne regarde par les prix. »

Erïka, elle, se contenta de faire poser un vernis d’un bleu électrique, l’une de ses couleurs favorites. À la fin de la séance, ses ongles étaient parfaitement limés et semblaient avoir reçu la pose de faux ongles, mais en plus court, évidement. Eleonnora était également fière du résultat de sa manucure. Il était temps de passer à l’étape suivante. Une fois que leurs vernis furent secs, les jeunes femmes se dirigèrent à un autre étage du bâtiment. Il était temps d’aller se détendre un peu. Elles avaient encore du temps devant elles avant le repas de ce soir.

-« On va où comme ça ? »
-« Juste là. Ça va nous faire du bien de papoter entre filles dans un bon bain chaud. »
-« Heu… Quoi ? »
-« Ils ont des bains d’eau chaude intérieurs ici. C’est un peu comme les sources thermales au Japon, mais en beaucoup moins bien. »

Eleonnora pénétra dans les vestiaires vides. Elle attrapa une serviette au passage avant d’aller se changer… ou se dévêtir derrière un rideau. Erïka observa Cassandra. Elle n’était pas certaine de vouloir prendre un bain complétement nue avec sa sœur et sa colocataire. Il n’y avait que son petit ami qui avait un tel privilège et c’était parfait ainsi. Cependant, sous l’insistance d’Eleonnora, elle finit par céder afin de lui faire plaisir. L’adolescente alla se changer, mais ne comptait pas retirer sa serviette. Sa sœur vint lui attacher les cheveux en chignon dès qu’elle quitta la cabine. Elle fit de même à Cassandra avant même qu’elle ne se change.

-« Je vous attends dans le bain, les filles. » Fit la jeune femme avant de partir.

Il n’y avait personne d’autre dans la pièce. Eleonnora occupa donc l’un des grands bains d’eau chaude. Elle retira complétement sa serviette, n’étant pas gênée de se glisser nue dans l’eau. Elle attendit patiemment que sa sœur et sa colocataire viennent la rejoindre, réfléchissant à la soirée de ce soir. Pendant ce temps, Erïka était restée avec son amie.


-« J’arrive pas à croire que je vais entrer dans ce truc. » Elle attrapa une seconde serviette. « Pas question que je retire ma serviette. » Soudainement, elle réalisa quelque chose.

Erïka se jeta presque sur son sac. Elle fouilla à l’intérieur pour y chercher un objet précieux, quelque chose qui lui tenait à cœur. Elle récupéra, dans une petite poche secrète de son sac, le bracelet en or blanc qu’elle avait reçu en cadeau. Depuis que son petit ami le lui avait offert, elle ne le quittait jamais. Ou presque. Elle l’avait retiré la veille au soir pour s’entrainer à la boxe. Elle avait eu peur de l’abimer. Elle avait passé une partie de la journée actuelle à se demander ce qui pouvait bien lui manquer, ce qu’elle avait pu oublier. Elle sentait que quelque chose lui avait échappé et elle venait de le réaliser. Elle ferma le casier dans lequel ses affaires étaient entassées. Maintenant qu’elle avait son bracelet autour du poignet, elle pouvait aller n’importe où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mer 18 Sep 2013 - 23:15

Qui a dit que shopping rimait avec silence ? Bon okay, Cassandra n'était pas toujours des plus bavardes, mais ça s'améliorait avec le temps. Et puis, depuis quelques mois à présent, elle s'entendait de mieux en mieux avec Erïka avec qui elle tenait des conversations plus intéressantes et sans qu'elle n'ait envie de l'insulter mentalement. Parce que oui, ça lui était arrivée au début. Maintenant, ça ne le lui faisait plus. Elle était même presque complice avec elle, surtout avec cette sortie où l'aînée de sa colocataire, Eleonnora, leur en faisait voir des vertes et des pas mûres en leur faisant essayer des robes à la pointe de la mode et totalement moches. Derrière les rideaux, elles pouvaient discuter en tout tranquillité et sans risque de la grande blonde ne les entende. D'ailleurs, elle devait être occupée à dénicher d'autres robes de soirée. Cassandra en profita donc pour demander la signification du surnom « Mimi » que lui avait octroyé sa grande sœur. Elle apprit donc que le deuxième prénom d'Erïka était « Miraslova », qui sonnait bien russe, comme disait la petite blonde.

    « Carrément. »


Cassandra montra la robe blanche à Eleonnora, puis fit un discret signe d'approbation à Erïka pour la jolie robe bleue qu'elle avait pris pour l'essayer. Elle était bien plus belle que les autres robes du magasin. Une fois qu'elles se furent de nouveau changées, Eleonnora s'empara des vêtements et passa à la caisse, payant également les robes de sa sœur et sa colocataire. Erïka mit en avant le fait que son aînée faisait toujours cela, ce qui pouvait être très chiant. Cassie, elle, trouvait ça plutôt gênant. Et elle n'avait pas fini de l'être.

La suite du programme constituait en une visite à l'institut de beauté. Clairement le genre d'endroit où Cassandra n'avait jamais mis les pieds. Elle n'en voyait pas vraiment l'intérêt à vrai dire, elle s'occupait bien d'elle-même et ça lui suffisait. Une manucure, c'était vraiment indispensable ? Pas vraiment, mais avec Eleonnora, impossible d'y échapper. Alors la jeune femme voulut opter pour un truc très simple... trop simple au goût de la blonde. Se laisser faire, d'accord, mais pas trop non plus. Refusant de se faire poser des faux ongles, la danseuse finit tout de même avec une manucure simple et élégante. Ses ongles étaient limés à l'ovale et peints de couleur blanche. Rien de très sophistiqué. En tout cas, tout cela était loin d'être terminé.

Après la séance, elles montèrent à l'étage supérieur pour... prendre un bain. Comme au Japon, selon Eleonnora. Cassandra tiqua. Est-ce que c'était des bains communs ? La jeune femme n'avait jamais été très à l'aise avec ça, à cause de ses antécédents à l'orphelinat. Les sorties piscine étaient devenus des calvaires, tant et si bien qu'elle avait fini par laisser sa place. La dernière fois qu'elle avait partagé son intimité avait été avec Samuel et le contexte avait été bien différent. Pourrait-elle partager un bain avec les deux sœurs ? Rien n'était moins certain... peut-être pourrait-elle garder sa serviette autour d'elle. Là ça pourrait être jouable.

Elle échangea un regard avec Erïka. Apparemment, elle n'était pas très emballée par l'idée non plus. Cassie se sentit un peu moins seule. Alors, prenant une serviette aussi, elle s'isola dans une cabine et ôta ses vêtements, s'enroulant bien vite dans la grande serviette blanche avant de ressortir. Elle eut un hoquet de surprise en sentant une paire de mains dans ses cheveux – celles d'Eleonnora, qui nouait les longs cheveux noirs de la danseuse en un chignon lâche.

    « Euh... d'accord. »


La grande blonde s'éloigna, et Cassie resta avec Erïka, qui grommelait contre ce qui allait se dérouler. Apparemment, elle avait eu la même idée que la brune, à savoir ne pas enlever sa serviette une fois plongée dans l'eau. Au moment où elle allait se diriger vers le bassin, elle vit sa colocataire revenir en arrière et chercher quelque chose dans son sac. Quelques instants après, elle se redressa, avec un bracelet au poignet droit.

    « Joli. » fit Cassie avant d'aller dans le bassin avec sa colocataire.


La brune elle ne s'encombrait jamais de bijoux. Elle se sentait bien plus libre ainsi. Les seuls bijoux qu'elle avait était une paire de boucles d'oreilles toutes simples, des petites boules de métal. S'approchant de l'eau, la danseuse entra dans le bassin, sans ôter sa serviette, et replia ses genoux contre elle, soupirant d'aise.

    « Woah, ça fait du bien... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Dim 22 Sep 2013 - 5:11

Erïka n’était pas gênée de se retrouver en sous-vêtement devant sa colocataire. Après tout, elle était également une femme, leur corps était fait sur la même base. Elle était encore moins gênée de se retrouver nue devant son petit ami. Il devait connaitre son corps par cœur, maintenant. Cependant, elle n’aimait pas l’idée de se retrouver totalement nue dans un bain public. C’était hors de question. Elle n’était pas aussi fière d’exhiber son corps comme le faisait sa demi-sœur. Après avoir échangé un regard peu rassuré avec Cassandra, l’adolescente attrapa finalement une serviette et s’enferma dans une cabine.

Eleonnora fut la première à quitter sa cabine. Elle avait fait de sa magnifique chevelure un simple chignon. Elle n’avait pas envie de les mouiller. Elle fit de même avec sa jeune sœur. Elle avait une chevelure tout aussi épaisse et soyeuse qu’elle. Dès que Cassandra quitta sa cabine, serviette autour de la taille, elle ne put échapper à un tel traitement. Eleonnora s’approcha d’elle et, à l’aide d’un troisième élastique qu’elle avait tiré de son sac à main, elle attacha les cheveux de la jeune femme. Ce soir, elle allait la coiffer comme il se doit. Elle allait être magnifique.


-« Il ne faut pas mouiller tes cheveux. »

Eleonnora s’éloigna par la suite. Elle rejoignit les bains, retira sa serviette, puis pénétra nue dans l’eau. Elle posa son dos contre la paroi et profita de ce moment de calme et de paix. Il n’y avait personne d’autre dans les environs et cela lui plaisait. Elle avait envie d’être tranquille.
Pendant ce temps, Erïka cherchait frénétiquement son bracelet dans son sac. Elle fut rassurée dès qu’elle le mit à son poignet. Elle se sentait mieux. Elle avait tellement peur de le perdre ou de l’abimer. Les seuls moments où elle le retirait étaient pour s’entrainer. Refermant le casier dans lequel elle avait posé ses affaires, elle se tourna vers Cassandra. Elle était prête à y aller. Au passage, elle attrapa une seconde serviette. Hors de question de retirer ce morceau de tissus une fois dans le bain.

Cassandra complimenta, au passage, le bracelet qu’elle portait. Aussitôt, Erïka sourit. Elle le trouvait toujours aussi magnifique. Elle n’était pas du genre à se vanter comme sa sœur, mais elle était assez fière de porter ce bijou. Une fois arrivée dans la salle des bains, elle suivit Cassandra dans l’eau brûlante. C’était agréable. Ce fut à ce moment-là qu’Eleonnora remarqua son bracelet. Elle se déplaça doucement dans l’eau avant d’attraper son poignet. Elle n’était pas gênée du tout du fait que l’on puisse observer ses seins, légèrement sortis de l’eau. Elle regarda le bijou sous tous ses angles avant de prendre la parole.


-« Je croyais que tu n’aimais pas les bijoux. Ce bracelet est très joli et ce n’est pas de la camelote en solde. Tu as du payer une fortune pour ce truc… à moins que… nooon ! Sérieusement ? On te l’a offert ? »
-« Bien deviné, Sherlock. Maintenant, tu arrêtes de montrer tes seins à tout le monde ? »
-« Qu’est-ce qu’ils ont mes seins ? Ils sont parfaits ! Et puis, il n’y a personne d’autre ici. Vous devriez retirer vos serviettes. »
-« Non. Pas question. Je garde la mienne. Si tu n’étais pas ma sœur, je verrais ça comme une invitation à me faire mater. »
-« De toute façon, je préfère les brunes. » Elle leva la tête vers Cassandra. « Je les ai toujours trouvé plus sexy. Chacun ses goûts, après tout. Mais ne t’en fais pas, tu ne m’intéresse pas, j’ai déjà quelqu’un dans ma vie. »

Sur ces mots, elle retourna s’installer à sa place, profitant de ce grand bain chaud. Il était temps de révéler aux filles ce que sera la suite de leur journée. Enfin, elle n’allait tout de même pas trop en dire. Elle allait simplement se contenter de parler de ce qui allait suivre ce bain. Elle avait quelques idées en tête, mais elles étaient bien trop nombreuses et le temps leur manquait pour tout faire. Il fallait faire un choix.

-« Pour la suite des choses, j’ai quelques idées. À vous de décider ce que vous souhaitez faire. Une séance de massothérapie, ça vous dit ? Sinon, je pensais que l’on pourrait passer chez la coiffeuse ou bien s’offrir une séance de pédicure ou se faire faire un facial. Puisqu’on n’aura pas le temps de tout faire, il faut se décider. Avant de rentrer à mon loft, il faut absolument aller acheter des escarpins qui iront avec vos robes. »
-« Je refuse que quelqu’un me touche. »
-« Sale frigide. Ça ne m’étonne pas de toi. Tu en penses quoi, Cassandra ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mar 24 Sep 2013 - 23:44

Cassandra n'avait pas honte de son corps. Elle se savait jolie, et se mettait souvent en valeur, notamment lorsqu'elle devait danser. Elle était bien faite, simplement, ce qui lui faisait avoir un certain succès auprès de la gent masculine. Cependant, elle ne faisait pas attention à ces personnes qui étaient loin d'êtres délicates... se faire qualifier de « bonne », franchement, elle ne le prenait pas pour un compliment, plutôt pour une insulte. Depuis qu'elle était à New York, il n'y avait qu'un seul homme entre les bras duquel elle avait fini – un mutant comme elle et qui, contrairement aux autres hommes qui la mataient, ne l'avait pas prise pour un objet.

Cependant, ce n'était pas parce qu'elle n'avait pas honte d'elle-même qu'elle allait accepter de se dénuder devant sa colocataire et sa grande sœur. En sortant de la cabine de change, étroitement enveloppée dans une serviette, Cassie ne comptait pas s'en débarrasser de sitôt, même une fois dans le bain. Elle se sécherait avec une autre serviette. Tandis qu'elle maintenait fermement sa serviette contre elle, Eleonnora s'approcha derrière elle pour nouer ses cheveux en un chignon lâche, un geste qui fit sursauter la jeune femme. Elle n'avait pas l'habitude qu'on touche ses cheveux ainsi. Elle inclina la tête pour remercier Eleonnora avant qu'elle ne s'en aille vers le bassin.

Erïka, quant à elle, n'était pas encore tout à fait prête à se plonger dans l'eau. Elle cherchait vivement quelque chose dans son sac à dos, et mit bientôt la main dessus. Il s'agissait d'un joli bracelet, de couleur clair, ce qui étonna un peu Cassandra car elle n'avait jamais vu Erïka porter de bijoux et encore moins d'une clarté pareille. La jeune fille était plus à même de porter des vêtements et des accessoires sombres. Mais le bracelet était très joli, et la serveuse ne se priva pas de complimenter la petite blonde à son propos, ce qui la fit sourire. Une réaction assez inattendue.

Quelques instants plus tard, elles avaient toutes les deux rejoint la grande russe dans le bain. Celle-ci avait ôté sa serviette, mais Cassandra et Erïka gardèrent les leurs. Cela ne les empêcha pas de savourer la chaleur de l'eau, Cassie la première. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas pris un bain comme ça et en profita pour se détendre, s'adossant à la paroi, les genoux repliés contre elle. Eleonnora quant à elle, nullement gênée par sa nudité, se déplaça dans l'eau pour venir à hauteur de sa petite sœur et examiner le bijou qu'elle portait à son poignet. Une véritable expertise... qui en vint à la déduction exacte que ce bracelet était un cadeau. Sûrement de Bobby, qui cela pouvait-il être d'autre ?

Cassandra refusa elle aussi d'enlever sa serviette. La remarque d'Eleonnora l'étonna cependant. Elle préférait les brunes ? Il semblait à la danseuse que cela sous-entendait quelque chose d'autre.

    « J'en suis ravie pour toi. Mais... à ce que je viens de comprendre, tu es attirée par les femmes ? Je ne m'y attendais pas. Ce sont les hommes qui doivent être sacrément déçus... »


En effet, la russe était une très belle femme, et elle avait du faire chavirer bon nombre de cœurs chez les hommes. S'appuyant plus confortablement contre la paroi, Cassandra se laissa aller dans l'eau, encore un peu plus profondément, jusqu'à ce que l'eau atteigne presque ses épaules. C'est à ce moment qu'Eleonnora reprit une fois encore, pour dévoiler la suite du programme... qui se révéla être un choix entre plusieurs activités aussi saugrenues les unes que les autres. Enfin non, pas le coiffeur à vrai dire, c'était la seule qui parlait à Cassandra, bien qu'elle n'ait pas vraiment envie d'y passer. Ses cheveux étaient longs et très bien ainsi, elle n'avait aucune envie de les couper ou quoi que ce soit d'autre. Quant au reste... fouah. Se faire masser... ça pouvait être sympa mais est-ce qu'elle apprécierait ça ? Rien n'était moins sûr.

    « Euh, hé bien... les massages, je ne suis pas vraiment fan, alors heum... je suis pas tellement pour. Et sinon... c'est quoi exactement un « facial » ? Dis comme ça, ça fait penser à une espèce d'opération de torture ou je ne sais quoi... »


Ça se voyait vraiment que Cassandra ne s'y connaissait pas en soins cosmétiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 27 Sep 2013 - 19:48

Lorsqu’Erïka parlait de sa soeur, elle évoquait très rarement son homosexualité. Quelle importance ? Cela aurait peut-être changé quelque chose dans le contexte actuel. Après tout, elles étaient toutes trois pratiquement nues dans un bain commun. Bien qu’Eleonnora n’allait certainement pas mâter le corps de sa sœur, elle aurait peut-être laissé ses yeux faire une petite balade sur celui de Cassandra. Elle était une très belle femme, après tout. Elle n’avait rien à envier aux autres femmes, sans parler du fait qu’elle tombait pile poil dans le type de femme de la russe.

Comme à chaque fois qu’Eleonnora révélait à quelqu’un qu’elle aimait les femmes, on lui disait que c’était bien dommage pour la gente masculine. Habituellement, les hommes étaient déçus de découvrir qu’ils ne pourront jamais l’amener dans leur lit. Bien entendu, la jeune femme n’en avait rien à faire. Elle avait Evelynn et ne voyait qu’elle. Bien qu’il lui arrivait parfois d’observer de belles femmes, rien n’était comparable aux regards qu’elle laissait à sa compagne. Elle en était amoureuse. Rien ne pourrait l’éloigner de la femme qu’elle aimait. Elle y tenait plus que tout et personne ne pouvait rivaliser avec elle.

-« Je sais, mais ils finissent par s’en remettre un jour ou l’autre. Je ne suis intéressée que par la femme avec qui je partage ma vie. Même si tu es une femme absolument magnifique, je n’ai aucune vue sur toi et je n’en aurais jamais. Tu peux donc retirer ta serviette sans gêne. »

Elle aperçut le regard à la fois blasé et désespéré de sa sœur.

-« Quoi ? »
-« À chaque fois que je crois que tu ne peux pas me décourager davantage, tu arrives toujours à me surprendre. »

L’adolescente soupira. Sa sœur poursuivit la discussion comme si rien n’était. Elle avait l’amabilité de laisser les femmes choisir la suite du programme. De toute façon, qu’elles souhaitaient aller chez le coiffeur ou non, elles n’y échapperont pas. Il s’agissait en fait d’un faux choix. Si ce n’était pas un professionnel qui s’occupait de leurs cheveux, c’était elle qui le ferait. Cela, elle se gardait bien de leur dire, pour l’instant.

Erïka refusait catégoriquement qu’on la touche. Cassandra s’était rangée de son côté. Donc, pas de massage. Dommage, les massothérapeutes de ce salon de beautés étaient particulièrement belles et très douées pour leur métier. Pourquoi ne pas opter pour un facial, alors ? Rien de mieux qu’un masque de beauté pour se sentir jeune et jolie. Cependant, Cassandra ne savait pas ce que c’était. Elle pensait à une façon de torturer les gens, quelque chose dans le genre. Eleonnora se mit à rire.

-« Tu ne t’es jamais fait faire de masque de beauté ? Tu rates quelque chose, ça détend. »
-« Plutôt mourir que d’avoir des concombres sur les yeux. »
-« Ça te ferait du bien. À force de froncer les sourcils comme ça, tu vas avoir des rides. »
-« À force de me faire des commentaires de ce genre, tu vas avoir un œil au beurre noir. »

Eleonnora rit de nouveau. Elle ne croyait pas vraiment aux menaces de sa sœur. Elle était aussi inoffensive qu’un chaton, à ses yeux. Certes, elle savait se battre, mais jamais elle ne pourrait égaler son niveau. Erïka soupira, se glissa un peu plus dans l’eau chaude.

Après le bain, les filles allèrent se changer, Erïka troqua sa serviette pour celle qui était sèche avant de filer dans une cabine. Lorsqu’elle fut bien sèche et habillée, elle attendit sa sœur et Cassandra avant de quitter l’institut de beauté. Les activités que proposaient Eleonnora ne leur disaient rien. Il était donc temps de passer à l’achat de chaussures. Pas question de sortir ce soir sans avoir les escarpins adéquats aux tenues achetées un peu plus tôt. La jeune femme les guida donc sur la rue jusqu’à une boutique de chaussures à proximité. Elle y entra et, aussitôt, se mit à la recherche de ce qu’elle désirait. Elle repéra celles qui allaient aller avec la tenue de Cassandra. Des escarpins aussi blancs que sa robe. Elle lui demanda sa pointure avant de lui mettre une boite dans les mains. Connaissait déjà celle d’Erïka, elle n’eut pas besoin de lui demander pour revenir avec une paire de talons à sa pointure. Pendant qu’elles essayaient le tout, Eleonnora téléphona à l’une de ses restaurants de sushis préféré afin de faire livrer une grosse commande à son loft.

-« Je vais encore me casser la gueule sur ces trucs, c’est assuré. » Confia Erïka à sa colocataire.

Par contre, puisque la pointure était la bonne, Eleonnora acheta les escarpins de sa sœur et de Cassandra. Elles devaient rentrer au loft. Comme il y avait des embouteillages à cette heure-ci, la route allait être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 27 Sep 2013 - 21:05

Evy était morte de fatigue…

La journée précédente avait été… au mieux longue, et au pire chiante. Le travail redondant qu’elle faisait à la bibliothèque commençait à la peser bien plus qu’elle ne l’aurait cru. Quittant enfin son bureau de travail, elle avait rejoint sa magnifique moto et avait fait d’un trajet de quinze minutes un arrêt long et inutile de près d’une heure. Pourquoi un tel arrêt ? Pour un fichu panneau « stop » bien dissimulé derrière un buisson quelconque qui lui avait valu une contravention. L’artiste savait qu’elle pouvait sans doute le protester, mais aurait-elle le courage d’aller en cour pour ça ? Aucune idée…

Tout ça pour dire qu’à son arrivée dans le loft, l’idée de se coucher lui avait effleuré l’esprit, mais elle voulait avant tout oublier cette mauvaise journée. Ne sachant pas où était sa compagne, elle avait simplement kidnappé une bouteille de vodka et s’était dirigé dans le placard qui faisait maintenant office de passage entre ce loft et son atelier de peinture. Avant de s’endormir, elle voulait se changer les idées un minimum, arrêter de penser à ce stupide policier et à cette affreuse journée. Et c’est ce qu’elle fit : devant une toile, elle commença à imaginer, à rêvasser à ce qu’elle pourrait y peindre. L’inspiration était ce qu’elle était, parfois il lui fallait plus de temps avant de finalement s’attaquer aux pinceaux, mais elle finissait toujours par pondre quelque chose.




L’œuvre, faite presque entièrement de noir, représentait une jeune femme aux prises avec ses démons internes. Evelynn pensait à elle lorsqu’elle la dessinait, revivant chacune des peurs que son don avait accumulées. Elle en connaissait maintenant plus que quiconque, elle en était certaine. Après tout, elle avait découvert des peurs dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Par chance, elle avait pu trouver de l’aide, et elle espérait vraiment que le professeur Xavier pourrait l’aider à ne plus faire de crises. Faire la toile au crayon à mine, sans trop peser, lui prit une bonne partie de la nuit, et lorsqu’elle commença à appliquer le noir avec ses pinceaux, il était déjà très tôt. Le temps qu’elle finisse enfin de représenter ce qu’elle voulait, le soleil était levé… et l’artiste était épuisée. S’affalant dans le canapé de son atelier, laissé là par Nora pour qu’elle puisse s’asseoir ou se coucher lorsqu’elle ferait son modère, Evelynn se coucha doucement… et s’endormit presqu’aussitôt.  

Alors qu’elle s’attendait à passer sa journée de congé ainsi couchée, dans les bras de Morphée, un son incessant d’abeille électronique se fit entendre, à de nombreuses reprises. Ouvrant les yeux bien malgré elle, Evy se dirigea vers l’intercom, grommelant à chacun de ses pas, et appuya sur le bouton pour permettre à l’abruti la réveillant de monter. Quelques instants plus tard, un livreur se présenta devant elle avec un plateau de sushi, visiblement ravi de sa voir ainsi. Ainsi ? La jeune femme fatiguée ne se rendait pas compte qu’elle ne portait qu’une tenue de nuit légèrement provocatrice, et se dirigea, tel un zombie, vers son portefeuille. Elle saisit quelques billets et les mit dans les mains de l’homme avant de refermer la porte. Se rendant dans le salon, elle déposa le tout sur la table et se servit un morceau, avant de réfléchir un instant, une moitié de sushi à la main (trop paresseuse pour utiliser des baguettes) :


*Quand est-ce que j’ai commandé des sushis ?*

Ses neurones se réveillèrent doucement à leur tour et elle commença à se rendre compte de sa presque nudité. Attrapant un coussin sur le fauteuil, elle s’en servit pour se cacher, avant de réaliser quelques secondes plus tard qu’elle était seule chez elle. Réfléchissant, elle finit par comprendre que la commande de sushis devait venir de Nora… et que le livreur avait de bonnes raisons de sourire. Devenant rouge, elle se secoua la tête, ses cheveux emmêlés restant devant ses yeux, et tenta de faire tenir ses cheveux rebelles derrière sa tête. Ce ne fut pas un succès resplendissant, mais au moins pouvait-elle voir ce qu’elle mangeait.

Sachant que sa compagne revenait sans doute bientôt, elle se leva le temps d’aller chercher une robe de chambre, trop paresseuse pour s’habiller. Se recouchant sur le sofa, elle prit quelques bouchées encore une fois de l’immense plateau qu’avait fait livrer sa dulcinée. Une chance qu’elle avait fait un versement dans le compte bancaire de la bibliothécaire, sinon un tel plat à un tel prix aurait été la seule nourriture de l’artiste pour plusieurs jours…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Dim 29 Sep 2013 - 18:12


Cassandra n'aurait jamais pensé qu'Eleonnora était lesbienne. Pourtant c'était bel et bien le cas, elle l'avouait elle-même. C'était une information qui avait du décevoir bien des hommes, car la russe était en effet une femme très séduisante. Elle avait fait l'armée, n'est-ce pas ? Elle avait du peupler les rêves de bon nombre de soldats... mais le plus important était qu'elle soit heureuse avec la femme avec qui elle partageait sa vie. Argumentant le fait qu'elle aimait sa petite amie, Eleonnora rassura donc Cassandra sur le fait qu'elle n'avait aucune vue sur elle et l'enjoignait donc à retirer sa serviette. Bien tenté, mais elle n'allait pas céder pour autant. Cassie resserra donc son rectangle de tissu autour d'elle.

Il fallait à présent choisir la suite du programme. Eleonnora leur présenta quatre choix, mais Cassandra eut l'étrange impression qu'au fond, il était déjà décidé. En tout cas, pas question de passer par la case massage. Cassandra n'en était pas friande, pas plus que sa colocataire d'ailleurs qui elle, refusait de se laisser toucher de la sorte. D'ailleurs, le « facial » n'était pas non plus très attrayant. C'était quoi ça, une séance de torture particulièrement douloureuse ? L'ignorance de la danseuse fit néanmoins rire la blonde. Mais Cassie était tout de même d'accord avec Erïka : se retrouver avec des concombres sur les yeux, ce n'était pas top...


    « Alors on va passer là dessus aussi... »


Après tout, elles n'étaient pas obligées, n'est-ce pas ? Elles étaient déjà bien détendues comme cela ! Après un long moment passé dans l'eau chaude, le trio finit par en ressortir, les serviettes de Cassie et Erïka dégoulinantes et saturées. Rapidement, Cassie passa sa serviette sèche autour d'elle et enleva celle du dessous qui était trempée, évitant ainsi de se dénuder. Elle termina de se sécher une fois dans sa cabine, bien contente que ses cheveux n'aient pas pris l'eau. Ils auraient mis un temps fou à sécher. Une fois qu'elle fut sèche et rhabillée, la serveuse sortit de sa cabine et n'eut plus qu'à suivre les deux sœurs pour sortir du salon de beauté. Mine de rien, le bain lui avait fait du bien... elle se sentait bien plus détendue que d'habitude.

Néanmoins la séance shopping n'était pas terminée. Maintenant, il fallait trouver les chaussures... mais était-ce vraiment obligatoire ? Cassie était certaine que parmi les chaussures qu'elles avaient, elle et Erïka, il y aurait bien une paire qui irait bien avec leurs robes, non ? Mais Eleonnora ne voulait rien savoir, et les entraîna donc dans une nouvelle boutique. Distraitement, Cassandra regarda les étalages, mais fut arrachée de sa contemplation par la russe qui lui demanda sa pointure. À peine lui eut-elle répondu qu'Eleonnora lui fourra une boîte dans les mains avant de s'occuper de sa petite sœur. Plus qu'à essayer donc... s'asseyant sur un banc, la jeune femme retira ses sandales et enfila les escarpins blancs. Heureusement qu'elle était habituée à porter des talons... ceux-ci étaient particulièrement hauts, mais elle n'eut pas trop de problème pour marcher avec. Revenant vers le banc pour les changer de nouveau, sa colocataire prédit sa future chute avec les talons que lui avait choisi sa sœur ; cette dernière était à présent au téléphone. Cassie eut un rire un peu désabusé.


    « Si tu tombes, j'essaierais de te retenir par un bras... essaye de pas tomber sur moi hein ? »


Et démontrant une fois encore sa rapidité, Eleonnora subtilisa les boîtes une fois que les filles eurent rangé leurs chaussures dedans, et passa à la caisse. Cassandra comprenait mieux à présent pourquoi Erïka redoutait les sorties shopping avec sa sœur. C'était quand même un peu marathonien... promis, la prochaine fois qu'elles sortiraient, ce ne serait pas dans un centre commercial ni dans les quartiers huppés qui vendaient un t-shirt à un prix exorbitant ! À présent il était temps de rentrer au loft d'Eleonnora, en attendant la soirée, mais il y avait pas mal d'embouteillages. Quoi de plus normal à cette heure-ci, où les gens quittaient le bureau ?

Quoiqu'il en soit, une bonne demi-heure plus tard, elles finirent par arriver dans le quartier où résidait Eleonnora. Quartier chic, immeuble chic... Cassandra aurait jamais pensé mettre un jour les pieds dans ce genre d'endroit. Une fois montées à l'étage adéquat, la russe ouvrit la porte et entra, suivit de sa petite sœur et de la colocataire de cette dernière. L'entrée frappa Cassandra par le nombre incroyable de tableaux qui s'y trouvait. Beaucoup représentaient d'ailleurs la jeune femme. Avançant vers le salon, Cassie retira sa veste.


    « Tu as beaucoup de tableaux dis donc, c'est... oh ? »


L'appartement – gigantesque – n'était pas vide en fait... quelqu'un était couché sur le canapé, piochant dans un énorme plat garni de sushis. Mais ce n'est pas tant cela qui surprit la danseuse, c'est plutôt la personne en elle-même, qu'elle reconnaissait aisément malgré sa coiffure en vrac.


    « Ça alors ! Salut Evelynn ! »


Cassandra la salua avec le sourire, contente de tomber sur une connaissance. Elle n'aurait pas pensé que c'était elle la petite amie d'Eleonnora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Lun 30 Sep 2013 - 3:40

Erïka était loin d’être aussi féminine que sa grande soeur. Elle ne portait que peu souvent du maquillage – et la majorité du temps il s’agissait de crayon noir qu’elle passait négligemment autour de ses yeux -, elle privilégiait ces tenues confortables et simples à celles qui pouvaient la mettre en valeur et elle ne portait jamais de talons aiguilles. Enfin, presque. Avec sa sœur, elle devait s’y habituer. Pas question de sortir sans les bonnes chaussures. Comme Erïka n’était pas aussi grande qu’elle, cette dernière l’obligeait à gagner quelques centimètres. C’était impossible de gagner contre elle. Elle était tellement tenace que l’adolescente finissait toujours par laisser tomber sous peine de devenir folle.

Elle se retrouvait dans une boutique de chaussures, encore une fois. Au moins, elle était accompagnée de Cassandra. Cette dernière allait l’aider à passer cette dure épreuve qui était de s’habituer à une nouvelle paire de talons. Elle allait devoir la rattraper si l’adolescente chutait par mégarde.


-« Tu as l’air plus confortable que le plancher alors ne t’étonne pas si je juge que ta tentative de me retenir n’est pas suffisante et qu'il vaut mieux que je m'étale sur toi. »

Après avoir fait un sourire complice à la jeune femme, Erïka déposa les escarpins dans leur boite. Elle chaussa de nouveau ses sandales confortables. Elle laissa sa sœur payer les achats, pendant ce temps. Une fois cela fait, il était temps de rentrer au loft. C’était sans compter les embouteillages…

Qu’est-ce qui était plus chiant que d’être coincé dans la circulation ? Être au beau milieu des embouteillages de Manhattan, coincée dans la même voiture qu’Eleonnora. Il fallait supporter son flot de paroles inutiles sur de futiles histoires de sa vie, sa musique, ses commentaires sur les chauffards qui passaient près de son véhicule et, justement, les éloges de ce dernier. Quel ne fut pas le soulagement d’Erïka de quitter le grand boulevard pour se retrouver sur une rue un peu moins achalandée qui mena à l’immeuble ou vivait sa sœur. Il n’y avait pas plus beau, bien entretenu et luxueux que cela en ville. Elle avait un loft qui en ferait baver n’importe qui. Il était décoré avec goût, rangé avec soin et témoignait de cette manie qu’avait Eleonnora de toujours se présenter à son avantage.

La seule tâche dans le décor se prénommait Evelynn et était affalée sur le canapé. Elle ne collait pas du tout avec le reste du loft. Ce n’était pas plus grave. En fait, Erïka aimait cela. Voilà une femme qui n’avait pas changé ses habitudes malgré le monde luxueux qui l’entourait. Cassandra fit d’ailleurs un commentaire sur les nombreuses toiles qui décoraient les murs. Elles représentaient pratiquement toutes Eleonnora. C’était à ce moment qu’on réalisait à quel point son narcissisme n’avait d’égal que les talents de peintre d’Evelynn.

La jeune femme s’était interrompue en reconnaissant Evelynn. Elles s’étaient déjà rencontrées auparavant ? Eh bien, on pouvait dire que le monde était petit. Les femmes se saluèrent alors qu’Eleonnora s’approcha de sa compagne. Cette dernière avait décidé de manger les sushis fraichement livrés. Ne s’en souciant que très peu, la jeune femme se pencha et embrassa tendrement sa compagne dès qu’elle eut avalé sa bouchée de sushi.


-« Je suis contente de te voir ma chérie. » Elle se redressa et s’éloigna pour déposer son sac à main ainsi que les sacs d’achat dans sa chambre.

Erïka décida de se faire une place sur le canapé, s’y installa à son aise malgré qu’Evelynn s’y trouvait. Elle prit garde à ne pas s’assoir sur elle avant d’attraper un petit maki dans le plateau de nourriture. Elle le mangea d’une bouchée. Lorsqu’elle n’eut plus la bouche pleine, elle prit la parole.


-« Salut, belle-sœur. Quoi de neuf ? T’as l’air d’avoir la tête dans le cul. »¸

L’adolescente fit signe à Cassandra de venir s’assoir avec elles tandis qu’Eleonnora revenait dans la pièce. Elle se rendit à la cuisine et chercha une bouteille de vin dans son cellier. Lorsqu’elle l’eut en main, elle tenta de la déboucher pendant qu’elle se servait de son don pour mettre la table et faire l’éviter le plateau de sushi tout au centre. Elle laissa la bouteille débouchée servir un peu de vin dans chaque coupe avant de se poser près du plateau. L’air de rien, la jeune femme s’installa à la table.

-« Vous venez, les filles ? Si on veut avoir le temps d’être prête à l’heure, il faut se mettre à la table tout de suite. J’espère que vous aimez le vin, celui-ci est le meilleur qui soit pour accompagner des sushis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Lun 30 Sep 2013 - 17:28

Toujours en train de manger quelques sushis, bien installés, couchée sur le canapé, Evy profitait de ce petit moment de tranquillité. Ça ne durait pas longtemps, le plateau de poisson n’étant que le prélude à la présence de son énergique compagne. Au moins signifiait-elle son arrivée par une offrande… c’était un bon début. Pourtant, alors que la porte s’ouvrait, ce ne fut pas sa dulcinée qui parla la première, mais bien une femme qu’elle avait trouvée fort jolie à une exposition d’art… et qui avait eu la malchance de connaître sa malédiction.

« Ça alors ! Salut Evelynn ! »

Avalant de travers avec la surprise, Evelynn toussota un peu avant de lever la tête un minimum. Elle était toujours aussi fatiguée, mais la surprise lui donnait un peu d’énergie. Levant paresseusement la main pour lui faire signe, elle répondit simplement :

-Cassandra ? Mais… mais qu’est-ce que tu fais ici ?

Après l’illusioniste, ce fut à sa belle-sœur d’entrer dans le loft. Mais qu’est-ce qui se passait ? Bon, Nora et ses sacs de magasinage, ce n’était pas surprenant, mais qu’est-ce que Riri et Cassie faisaient ici ? Elle n’eut pas le temps de poser la question, ni même d’avaler convenablement sa bouchée que sa dulcinée vint quérir un doux baiser. Evelynn ne s’empêcha pas d’en redemander… avant de réaliser les témoins qui les regardaient. Rougissant, elle s’éloigna du visage de Nora en se cachant dans le côté de sa robe de chambre, un petit rire nerveux s’échappant de ses lèvres.

-« Je suis contente de te voir ma chérie. »

-Tu… tu m’as manqué Nora… j’ai eu une journée exécrable hier alors… sois gentille !

Alors qu’Erïka approchait, la jeune femme ne réalisa pas tout de suite où elle se dirigeait, et ce ne fut que lorsque ses fesses furent à quelques centimètres de ses jambes qu’Evelynn les retira, s’installant de façon plus convenable dans le grand canapé. Cela permettait aussi à Cassie d’y prendre place si elle le désirait. La cervelle d’Evy faisait toujours de grands dodos dans les bras de Morphée, elle ne comprenait toujours pas ce que Cassie faisait ici.

-« Salut, belle-sœur. Quoi de neuf ? T’as l’air d’avoir la tête dans le cul. »

-C’est le cas… Pas grand-chose de neuf, je dormais et des sushis sont arrivés ici… Et vous… qu’est-ce que vous faites ici ? Je veux dire euh… toi je vois bien, mais… Cassie euh… ne prends pas ça mal mais… tu connaissais Nora ?

Elle faisait fausse route, mais pour l’instant c’était la seule réponse que son cerveau endormi arrivait à formuler. Alors qu’elle approchait sa main du plateau à sushi pour en prendre un autre, celui-ci s’envola et quitta le salon pour se poser sur la table de la cuisine. Ouvrant grand les yeux, l’artiste allait dire quelque chose pour prévenir sa compagne qu’il y avait une humaine parmi eux… avant de réaliser que… et bien non en fait ? La panique sur son visage disparut aussi rapidement qu’elle était apparu, et, souriante, elle se tourna vers les deux femmes qui étaient installés à ses côtés.

-J’avais oublié que… qu’on avait tous une… une mutation.

Le mot « malédiction » avait brûlé ses lèvres, mais elle avait vu le professeur une fois déjà, où il avait examiné le don d’Evelynn sous tous ses angles sans en être affecté. Pour elle, c’était toute une évolution. Qui aurait cru que sa belle-soeur mutante connaissait quelqu’un en mesure de résister à l’affreux don d’Evy ? Voulant en savoir plus sur la raison qui les poussait à être toutes ici, elle ouvrit la bouche pour prononcer quelques mots supplémentaires, mais Nora la coupa lorsqu’elle leur dit :

-« Vous venez, les filles ? Si on veut avoir le temps d’être prête à l’heure, il faut se mettre à la table tout de suite. J’espère que vous aimez le vin, celui-ci est le meilleur qui soit pour accompagner des sushis. »

-Prête à temps ? Qu’est-ce que vous manigancez toutes ?

L’artiste se leva tout de même et se dirigea vers le plateau de sushi, s’installant près de sa compagne, une main nonchalamment posé sur la cuisse de celle-ci sous la table. Dans son état de fatigue, les baguettes étaient une étape de trop, et c’est sans gêne qu’elle attaqua le repas à main nue. Son estomac gargouillait, l’appétit revenant peu à peu alors que son corps se réveillait lui aussi. Une fois Cassandra et Erïka assise à table avec elles, elle prit une gorgée de vin… délicieux, qu’elle connaissait bien, avant de lever son verre.

-Vous trinquez les filles ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Mer 2 Oct 2013 - 22:25

Les talons hauts, l'apanage des femmes. Enfin, pas toutes. Erïka n'était clairement pas le genre de fille à déambuler sur 5 centimètres supplémentaires de hauteur, préférant largement les chaussures plates avec lesquelles on ne risquait pas de tomber. Cassandra était abonnée aux deux, talons ou rien, ça ne la gênait pas. Toutefois, entendant sa colocataire grommeler à propos de ces chaussures fraîchement achetées par sa sœur aînée, elle lui promit d'essayer de la rattraper si elle devait se ramasser sur le sol. La petite blonde lui répondit de manière espiègle, avec un sourire complice. Le genre de geste qu'elle n'aurait jamais eu pour la brune quelques semaines auparavant. Étirant un coin de sa bouche, Cassie la taquina.

    « Si je ne roule pas sur le côté avant ! Je suis certaine que le plancher adorerait recevoir tes baisers. »


Les emplettes étaient belles et bien terminées cette fois. L'heure était venue de retourner non pas à l'Institut mais au loft d'Eleonnora. Malheureusement, les artères principales de la ville étaient saturées, la circulation était dense à cause de l'heure qui sonnait la fin de la journée de travail. C'était très ennuyeux, vraiment. La musique allumée, l'aînée des deux blondes bavardait – voire même déblatérait un monologue – parlant surtout d'elle-même, de fringues et des chauffards qui les entouraient. Ces derniers d'ailleurs ne se gênaient pas pour siffler la très belle femme au volant ; Cassie devait lui reconnaître cette qualité ; à la manière dont elle attirait le regard des hommes, Erïka et elle-même étaient tranquilles. Malheureusement, la décapotable de Nora ne permettait pas à la danseuse de se créer une illusion, même au creux de sa main. C'était prendre le risque de dévoiler son don à qui regarderait à l'arrière de la voiture. Elle n'eut donc d'autre choix que de prendre son mal en patience et de rêver en laissant traîner son regard sur les buildings de Manhattan.

Justement, Manhattan. C'était dans ce quartier de Big Apple que résidait Eleonnora, et franchement ce n'était pas étonnant. Elle avait largement les moyens de vivre dans ce quartier chic. Mais en entrant dans l'appartement, quelle ne fut sa surprise de découvrir Evelynn à demi-allongée dans le sofa ! C'était donc l'artiste qui était la petite amie d'Eleonnora ? Apparemment oui, vu la manière dont la blonde la salua. Avec un sourire, Cassie la salua à son tour, contente de voir qu'elle allait bien apparemment... c'était sans compter sur sa tête de déterrée. On aurait dit qu'elle n'avait pas dormi de la nuit.

La brune était tout aussi étonnée de voir la danseuse ici. Le monde était vraiment petit. Tandis qu'Erïka s'approchait du sofa et y prenait place en prenant des nouvelles de sa « belle-sœur », Cassandra s'approcha à son tour et s'installa, comme Evelynn lui faisait une place à elle aussi. Elle était bien en droit de se demander ce que faisait la serveuse ici. Non pas qu'elle connaissait Nora réellement, cela dit...

    « Non, on s'était déjà rencontrées une fois, mais c'est parce qu'Erïka a voulu m'emmener avec elles que j'ai pu faire sa connaissance. Ta belle-sœur ferait une parfaite kidnappeuse... » ajouta-t-elle avec un sourire complice pour sa colocataire.


Evelynn se pencha pour prendre un nouveau sushi dans le plateau, quand ce dernier décolla de la table basse et se mit à flotter doucement jusqu'à la table, où le couvert se disposait tout seul... c'est à ce moment que Cassandra se rappela en quoi consistait la mutation d'Eleonnora. Admirative, elle regarda les objets voler et se déposer en douceur à l'endroit juste. Elle était toujours heureuse de découvrir les mutations des autres. Evelynn avait raison : il n'y avait ici que des mutantes, elles pouvaient parler librement en toute sérénité. Eleonnora les invita ensuite à s'installer, leur rappelant le temps qui passait, ce qui posa question à Evelynn.

    « Bonne question. Eleonnora veut nous emmener quelque part, va savoir où. Elle n'a pas lâché un seul indice de toute la journée. »


Qu'avait donc prévu la grande blonde ? Dans quel endroit les emmenait-elle qui requiert de porter une apparence irréprochable ? Ce serait à découvrir dans quelques heures. En attendant, elles pouvaient apaiser la faim qui commençait à les tirailler. Le shopping, ça creuse ! Mais avant ça, Cassie attrapa son verre de vin et l'entrechoqua à celui d'Evelynn et des deux blondes.

    « Santé ! Alors Eleonnora, tu ne veux toujours pas nous dire où tu comptes nous emmener ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 4 Oct 2013 - 4:48

On pouvait dire que tout allait bien mieux entre Cassandra et Erïka depuis quelques temps. Elles avaient remplacé les insultes et les répliques de morues par des taquineries bien innocentes. Elles apprenaient à connaitre le sens de l’humour de l’une et de l’autre. Cette sortie avec l’aînée des Davidoff leur faisait le plus grand bien. Magasiner dans les boutiques chics et se détendre à l’institut de beauté ne faisaient pas partie de leur quotidien, mais cela leur permettait de se rapprocher davantage.

En essayant des chaussures, Erïka affirmait qu’elle ne ferait pas long feu avant de chuter. Elle n’avait pas l’habitude des talons aiguilles. Comme sa colocataire se proposait pour la rattraper en cas de problème, l’adolescente en profita pour plaisanter un peu. C’était toujours mieux de l’avoir pour coussin que le plancher. Cependant, cette dernière préférait nettement mieux la laisser embrasser le parquet. Comme c’était gentil…


-« La seule chose, ou plutôt la seule personne que j’embrasserais sera mon petit ami. Les planchers ne sont pas très attirants et ont une hygiène très reprochable. »

Après cette courte séance de shopping, Eleonnora annonça qu’il était temps de rentrer. À l’institut ? Non, pas du tout. Toute cette journée démontrait bien que la jeune femme avait quelque chose derrière la tête. Sa petite sœur la connaissait suffisamment pour cela. Par contre, impossible de savoir de quoi il s’agissait. Erïka avait quelques doutes qu’elle tentait d’oublier. Elle ne voulait même pas y penser. Elle n’en parla à personne et se laissa conduire jusqu’au loft de sa sœur. La route fut longue, surtout à cause des embouteillages. Ce fut un réel plaisir d’apercevoir l’immeuble où résidait Eleonnora. Il n’y avait rien de plus luxueux dans toute la ville. Cela témoignait bien de la richesse de la jeune femme. Elle ne le cachait pas vraiment, contrairement à sa cadette. Cette dernière ne pouvait pas se vanter d’être si riche que cela, de toute façon.

Une fois à l’intérieur du loft, Erïka remarqua que le livreur de sushis était déjà passé. Evelynn, qu’elle failli ne pas reconnaitre à cause de sa tête de zombie, était en train de manger sans gêne, affalée sur le canapé. Visiblement, cette dernière réalisa avec étonnement que Cassandra était également dans la pièce. Elles se connaissaient donc ? On pouvait dire que c’était un drôle de hasard. Au moins, le repas n’en sera que plus agréable.

Eleonnora s’approcha de sa compagne et l’embrassa tendrement. Elle lui avait manqué aujourd’hui. C’était réciproque. Evelynn lui demanda d’ailleurs d’être gentille car la journée de la veille n’avait pas été de tout repos. La jeune femme lui sourit tendrement. Elle comptait faire de son mieux pour lui faire passer une excellente soirée et lui faire oublier tout cela.


-« Ne t’en fais pas, je serais gentille. Tu veux me parler de ce qui ne va pas ? »

Suite à cela, elle alla déposer tous les sacs dans sa chambre. Il était temps de s’occuper du repas. L’habillage se fera plus tard. Pendant ce temps, Erïka s’installa sans gêne sur le canapé, forçant sa belle-sœur à occuper moins d’espace. Cassandra ne tarda pas à la suivre. Il était temps d’obtenir quelques explications. Pour commencer, que se passait-il de nouveau dans la vie d’Evelynn ? C’était une question bien banale à laquelle la jeune femme répondit bien simplement. Elle dormait et soudainement le livreur de sushi vint cogner à la porte. Maintenant, c’était à son tour d’avoir des réponses. Cassandra et Eleonnora se connaissaient ? En fait, la danseuse expliqua qu’elles s’étaient rencontrées grâce à Erïka. C’était cette dernière qui, grâce à ses talents de kidnappeuse, l’avait entrainée dans cette folle journée de shopping. L’adolescente lui rendit son sourire complice avant de prendre la parole à son tour.

-« On partage la même chambre à l’institut. Ça rend le kidnapping plus facile. Il suffit d’une bonne sonnerie de téléphone pour la tirer de son sommeil et c’est gagné. »

Ayant placé à la table, Eleonnora invitait les femmes à venir la rejoindre pour partager le plateau de sushis. Elle rappela qu’elles n’avaient pas toute la soirée, au passage. Evelynn se demanda aussitôt ce qui se tramait. Cependant, personne ne pouvait leur répondre sauf l’organisatrice de cette journée. Bien évidemment, cette dernière refusait de lâcher la moindre petite information. Elle préférait conserver la surprise jusqu’au dernier moment. Fière, la jeune femme fit un grand sourire avant de déposer quelques sushis dans son assiette. Erïka faisait de même, maniant les baguettes avec dextérité.
Evelynn leva son verre de vin afin de trinquer. Erïka ne tarda pas à la suivre, tout comme Eleonnora et Cassandra. Elles entrechoquèrent leurs verres.


-« Santé. »

Erïka but le peu de vin de sa coupe d’un seul trait. Elle toussa légèrement dans son coude avant de reposer la coupe sur la table. Ce truc était vraiment dégoutant. Elle n’aimait pas le goût du vin. Aussitôt, elle attrapa un sushi qu’elle trempa dans la mayonnaise épicée avant de le manger. Le goût allait balayer celui de l’alcool. Pendant ce temps, Cassandra essayait de soutirer quelques informations quant aux projets de la soirée.

-« Je ne veux pas gâcher la surprise tout de suite. Vous le découvrirez en temps et lieu. Ce sera une magnifique soirée, c’est tout ce que je peux dire. »

Après le repas, Eleonnora envoya la vaisselle dans l’évier. Elle termina sa coupe de vin avant de se lever. Erïka, ayant trop mangé, décida de se poser sur le canapé et de regarder le bulletin de nouvelles à la télévision. Il n’y avait rien de mieux à faire, pour l’instant, de toute façon. Digérer était sa seule priorité, pour l’instant. Sa sœur, quant à elle, entraina sa compagne dans leur chambre conjugale. Elle referma la porte puis retira la robe et les chaussures qu’elle portait. Elle changeait jusqu’à ses sous-vêtements pour qu’ils conviennent à la tenue qu’elle comptait porter pour la soirée.

Elle enfila une robe courte qui ne moulait pas trop ses formes. Elle était plutôt ample dans le bas. Par contre, une légère ceinture dorée venait d’attacher autour de sa taille, serrant le tissu contre elle. Elle était mise en valeur par la couleur sombre du vêtement. Le décolleté mettait sa poitrine en valeur sans trop en montrer. Rien de plus chic et attirant. Les large brettelles du léger tissu couvraient ses épaules. Elle glissa une chaine en or autour de son cou et troqua ses boucles d’oreilles pour quelque chose d’assorti. Elle daigna finalement expliquer à Evelynn ce qu’elle avait en tête.


-« L’une de mes connaissances va ouvrir un club réservé à la haute société. Il inaugure ce soir. Comme je suis sur la liste d’invités et que je peux amener quelques personnes avec moi, je me suis dit que ce serait une occasion de s’amuser. Tu veux te joindre à nous. » Elle s’approcha d’Evelynn, l’enlaça et l’embrassa dans le cou avant de remonter vers son oreiller pour lui souffler quelques mots. « Je serais tellement heureuse que tu sois là, ce soir. Tu seras la plus belle des femmes à cette soirée. » Elle lui sourit. « Et interdiction de le répéter aux filles, surtout à ma soeur. Ce sera une surprise pour elles. »

Pendant ce temps, les filles étaient installées sur le canapé. Elles regardaient la télévision. Enfin, ce fut avant qu’Eleonnora débarque, fasse signe à Cassandra de la suivre et de s’assoir à la table. Quelques instants plus tard, du maquillage, des peignes, des brosses et des miroirs se posèrent sur le meuble. Il était temps de se préparer. Erïka n’allait pas y échapper non plus. Elle s’installa devant un miroir.


-« Évite les traits grossiers sous tes yeux. Ça te donne l’air d’un raton laveur et c’est tout sauf sexy. » Fit sa grande sœur. « Ne bouge pas, Cassandra. Je vais te coiffer. Tu préfères avoir les cheveux qui tombent sur tes épaules ou en coiffure haute ? Je suis certaine que les aplatir donnerait un merveilleux résultat. »

La séance de torture avait débuté…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Ven 4 Oct 2013 - 18:02

Les neurones d’Evy devaient être restés dans les bras de Morphée, parce qu’elle n’arrivait pas à faire de lien dans sa tête entre Cassandra et Eleonnora. Elle leur posa d’ailleurs la question, mais peut-être qu’au final, une neurone ou deux devaient s’être éveillés, puisqu’il n’y avait pas de lien entre les deux femmes. C’était plutôt entre la cadette et la serveuse que le lien paraissait plus évident… ce que Cassie lui confima un instant plus tard en répondant à sa question :

« Non, on s'était déjà rencontrées une fois, mais c'est parce qu'Erïka a voulu m'emmener avec elles que j'ai pu faire sa connaissance. Ta belle-sœur ferait une parfaite kidnappeuse... »

-« On partage la même chambre à l’institut. Ça rend le kidnapping plus facile. Il suffit d’une bonne sonnerie de téléphone pour la tirer de son sommeil et c’est gagné. »

-Ah… ah bon ah je… je comprends. Désolé j’ai un peu mal dormi… ou pas dormi… il est quelle heure d’ailleurs ?

Un rapide coup d’œil sur son cellulaire l’informa qu’il était temps de souper, mais dans sa tête la fatigue était encore fort présente. Elle avait dû dormir quoi… trois heures au total ? Et pas forcément dans une position des plus confortables. S’étirait quelque peu, elle tenta de se secouer la tête, faire bouger le sang dans son corps, mais tout ce qu’elle y gagna, ce fut un étourdissement mineur et encore plus de cheveux dans les yeux.

-« Ne t’en fais pas, je serais gentille. Tu veux me parler de ce qui ne va pas ? »

La tête de zombie n’était pas une réponse suffisante ? Tournant son visage… ou plutôt la masse de cheveux qui le recouvrait vers Nora, Evelynn soupira, faisant virevolter quelques mèches au passage. Est-ce qu’elle voulait vraiment lui raconter la mauvaise journée qu’elle avait passée ? Ainsi que la mauvaise nuit ? Pas vraiment à bien y penser.

-Non non ça va… mais me changer les idées me feraient du bien… beaucoup de bien.

Elle ne savait pas qu’en disant ses quelques mots, elle s’engageait dans une soirée bien particulière. Alors qu’elle tendait la main vers le plateau à sushis, celui-ci s’envola pour atterrir sur la table, en parfaite position. Maugréant, Evelynn s’approcha de la table en dégageant au mieux ses cheveux rebelles de son visage et s’installa auprès de sa dulcinée. Alors que la bouteille de vin remplissait seule les quatre verres, Evy se mit à espérer que son verre soit bien plein… mais elle fut déçue. Elle se resservirait, c’était certain. L’alcool allait lui faire le plus grand bien ! Evy leur demanda ce qu’ils allaient faire de leur soirée.

« Bonne question. Eleonnora veut nous emmener quelque part, va savoir où. Elle n'a pas lâché un seul indice de toute la journée. »

-C’est dangereux ça… faites gaffes…

Avec un petit rire coquin, l’artiste trinqua avec ses interlocutrices avant de prendre une grande gorgée de vin. Nora s’y connaissait bien, et c’était vrai que le produit se mélangeait agréablement bien avec les sushis qu’ils allaient avaler. Alors que Cassie posait encore une fois la question fatidique à la grande Russe, celle-ci se contenta de répondre évasivement :
-« Santé. »

« Santé ! Alors Eleonnora, tu ne veux toujours pas nous dire où tu comptes nous emmener ? »

-« Je ne veux pas gâcher la surprise tout de suite. Vous le découvrirez en temps et lieu. Ce sera une magnifique soirée, c’est tout ce que je peux dire. »

Evelynn ne se mêla pas de cette conversation, trop concentrée sur son estomac qui grondait et les sushis devant ses yeux. Sa compagne lui ayant déposé quelques morceaux dans son assiette, ils n’y restèrent pas très longtemps. La gêne qui l’habitait bien souvent avait quitté Evelynn pour le moment.. Était-ce dû à la fatigue, ou simplement à tout ce temps passé près de Nora qui commençait à faire effet ? Peut-être y avait-il aussi un lien avec la présence rassurante… et un peu violente de sa belle-sœur ? Ou alors son amie aussi fan d’art qu’elle qui lui permettait d’être plus à l’aise ? Elle-même ne l’expliquait pas… et mangeait à sa faim !

Lorsqu’elle sentit son ventre sur le point d’exploser, elle s’arrêta, laissant le don si pratique de sa compagne débarrasser la table. La suivant ensuite docilement dans leur chambre commune, elle se lança sur le lit, trop contente de pouvoir se reposer. Elle ne fermait qu’un œil cependant, car de l’autre elle regardait un fort agréable spectacle. Malheureusement ce spectacle de pouvait pas durer longtemps, et, joueuse, l’artiste attrapa la robe que Nora avait choisi, obligeant la grande blonde à se retourner vers elle pour aller la chercher. Souriante, elle lui lança la robe et ferma les yeux une fois de plus… avant de sentir d’incessants baisers dans son cou. Chatouilleuse, Evy fit son maximum pour rester ainsi, appréciant les caresses, mais à certains moments, elle penchait la tête pour bloquer Nora. C’était plus fort qu’elle, ça chatouillait ! L’agente du SHIELD en profita pour lui raconter la suite des évènements.

-« L’une de mes connaissances va ouvrir un club réservé à la haute société. Il inaugure ce soir. Comme je suis sur la liste d’invités et que je peux amener quelques personnes avec moi, je me suis dit que ce serait une occasion de s’amuser. Tu veux te joindre à nous. Je serais tellement heureuse que tu sois là, ce soir. Tu seras la plus belle des femmes à cette soirée. Et interdiction de le répéter aux filles, surtout à ma soeur. Ce sera une surprise pour elles.

-Le genre de surprise qu’elle cherche à éviter non ? Je te rappelle qu’elle sort avec un p… un individu qui n’a pas l’air d’aller dans ce genre de soirée ! T’es certaine que ça va lui faire plaisir ? J’veux dire… même moi je suis un peu euh… tu m’as regardé ? J’ai l’air d’avoir été frappé par la foudre !

Ses cheveux étaient un désastre, la fatigue paraissait de façon évidente sur son visage et… et depuis quand Evelynn s’intéressait à ce genre de détails ? Eleonnora commençait à déteindre sur elle, c’était alarmant ! Secouant la tête, elle fit une nouvelle tentative de dissuasion :

-Je veux dire… tu crois que j’ai ma place parmi ces gens ? J’vais surtout faire tâche…

Nora ne semblait pas de cet avis, mais l’artiste, toujours couchée sur le dos, doutait encore d’elle-même. Ce n’était pas prêt de changer. Cela ne l’empêcha pas, une fois sa dulcinée chiquement vêtue, de l’admirer sous tous les angles. Elle était splendide. Ce genre de luxe lui allait comme un gant, alors qu’Evy, avec une robe et des talons hauts, ressemblait plus à une madame Patate. Suivant tout de même sa compagne à l’extérieur, elle s’installa sur le canapé près de Riri jusqu’à ce qu’elle aussi ne sorte miroir et maquillage. Faisant une moue, Evy lui dit simplement :

-Riri t’es pas obligée… t’es ravissante comme ça je trouve.

-« Évite les traits grossiers sous tes yeux. Ça te donne l’air d’un raton laveur et c’est tout sauf sexy. Ne bouge pas, Cassandra. Je vais te coiffer. Tu préfères avoir les cheveux qui tombent sur tes épaules ou en coiffure haute ? Je suis certaine que les aplatir donnerait un merveilleux résultat. »

Evy se retourna vers Nora, l’air de dire : « De quoi j’me mêle ! », mais bon, son regard, qui se voulait sévère, donnait plus l’air d’un chien battu avec ses cheveux emmêlés. L’artiste posa la main sur l’épaule de Riri, l’encourageant par ce petit geste à passer outre ce commentaire. Le tact ne faisait vraiment pas partie des gênes qui étaient transmis dans leur famille. Se levant pendant qu’elles se préparaient, l’artiste laissa échapper un simple :

-Douche !

Avant de s’éclipser dans la salle de bain du loft, vérouillant la porte derrière elle. Au moins, elle aurait l,air un peu plus présentable… quoiqu’elle n’aurait sans doute pas dit non à la chaude présence de sa compagne… Dommage qu’elle soit déjà prête à sortir… Evelynn se dévêtit et se glissa sous la douche, laissant l’eau chaude couler le long de son corps, et constata avec agacement que… son shampoing acheté à veille à un dollars avait disparu, et qu’elle devait une nouvelle fois lire toutes les étiquettes de tous les produits pour trouver un simple shampoing…

-Nora arrête de jeter mon shampoing !

Elle ignorait si, au travers de la porte, sa compagne l’entendrait, mais qu’importe, ce petit cri du cœur lui fit du bien.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Dim 6 Oct 2013 - 15:51

Il s'était accompli un petit miracle entre Cassandra et Erïka. Finies les disputes, les insultes, les piques et autres propos désagréables. À présent qu'elles avaient appris à mieux se connaître, tout allait pour le mieux entre les deux colocataires de l'institut, au point de se soutenir dans la terrible épreuve que leur infligeait Eleonnora et qui était loin de se terminer. Toutefois, dire que ça n'avait été que de la torture c'était exagéré. Le passage à l'institut de beauté les avaient beaucoup détendues toutes les trois, et cela leur avait permis de bavarder à leur aise, et donc de se connaître encore davantage.

Maintenant, Cassandra promettait à Erïka de la rattraper si elle venait à chuter à cause de ses talons, mais n'était pas non plus prête à la laisser s'écrouler sur elle pour lui éviter d'atterrir sur le plancher. La générosité de la brune avait quand même ses limites, mais tout cela était dit sur un ton complice et taquin.

    « Attention, tu vas rendre le plancher jaloux. Mais je suis d'accord avec toi, et certaine que Bobby serait ravi de devoir te rattraper si tu tombais. Cela dit je te fais confiance, tu n'as certainement pas besoin de porter des talons pour cela. »


Hé non, vous rêvez pas, Cassandra venait bel et bien de complimenter Erïka. C'était bien caché derrière ses mots, mais c'était quand même quelque chose. Une fois la séance de shopping définitivement terminée, l'heure sonna de rentrer... non pas à l'institut, mais à l'appartement d'Eleonnora. La journée était loin d'être terminée, et Dieu savait ce que l'aînée blonde avait en tête pour la soirée. Elle n'avait laissé filtrer aucun indice... advienne donc que pourrait. La route fut longue à cause des bouchons, et ce fut avec soulagement que le trio rentra dans le luxueux loft de la russe... qui n'était pas si vide que cela.

Cassandra fut vraiment surprise de découvrir Evelynn dans le canapé, en train de déguster des sushis provenant d'un énorme plateau posé sur la table basse. C'était donc elle la petite amie d'Eleonnora ? Elle ne s'y était pas attendue du tout, mais la surprise était agréable. Au moins, elle n'était pas confrontée à un nouveau visage inconnu et l'atmosphère ne serait pas tendue. Pendant que Cassie et Erïka s'installaient, Eleonnora salua sa compagne et prit de ses nouvelles. Apparemment, la journée n'avait pas été géniale pour l'artiste. Elle avait dormi et avait été réveillée par le livreur de sushis. Quant à expliquer le pourquoi du comment du fait que Cassandra et Nora se connaissaient, c'était très simple, puisque c'était grâce à Erïka, que Cassie traita gentiment de kidnappeuse. Si ça se trouve, si Erïka ne l'avait pas emmenée avec elle, la danseuse aurait passé une journée tranquille à l'institut. La petite blonde apporta des détails supplémentaires à l'égard d'Evelynn, pour qu'elle comprenne mieux la situation.

    « Insistante, la sonnerie, précisons. »


Maintenant, ce qu'elles allaient faire de la soirée, seule Nora le savait. Mais Evelynn vit comme un mauvais présage le silence de la russe. C'était rassurant tiens ! Une fois le plateau de sushis transporté par télékinésie sur la table et les verres de vin pareillement remplis, les quatre filles trinquèrent, et Cassandra en profita pour poser la question fatidique à Eleonnora, mais cette dernière ne voulut rien révéler, pour ne pas gâcher la surprise.

Après le repas qui s'était avéré délicieux, Eleonnora et Evelynn vaquèrent à leurs occupations tandis que la plus jeune s'était assise dans le canapé pour regarder les actualités. Cassie la rejoignit et regarda distraitement les informations. Il valait toujours mieux se tenir au courant, bien qu'au final il n'y avait pas grand chose d'intéressant ce soir là.
Puis Eleonnora et sa compagne revinrent, la blonde avec une panoplie de brosses, de pinces, de pinceaux et de maquillage. Cassandra était à peu près certaine qu'il y en avait assez pour repeindre la totalité du salon. Elle vint s'asseoir là où le lui indiquait Eleonnora, bien consciente qu'elle n'allait pas échapper à la séance de torture... euh, de coiffure. Mais avant cela, la grande sœur déconseilla à sa cadette de se repasser trop fortement les yeux au crayon noirs. Ses propos n'étaient pas très flatteurs.

    « Ça ne fait pas raton-laveur, mais plutôt petit panda. Bien plus mignon. Il ne te manquerait que les petites oreilles noires. » fit-elle d'un ton taquin à sa colocataire.


Une manière comme une autre de lui signaler qu'elle la soutenait. Après tout, elle se maquillait bien comme elle voulait non ? Apparemment pas sous le toit d'Eleonnora, et c'était la même règle pour la coiffure. Toutefois, la russe demanda son avis à la danseuse avant de faire quoi que ce soit.

    « J'aime mieux avoir les cheveux lâchés. Légèrement ondulés à la rigueur. Je préfère ne pas les attacher de quelque manière que ce soit, je ne supporte pas ça. »


Ou alors très difficilement. Des fois, elle était bien obligé de les attacher pour travailler, mais elle les relâchait dès que ce n'était plus nécessaire. Elle laissa donc faire la blonde, espérant qu'elle tiendrait compte de ses préférences, pendant qu'Evelynn alla prendre une douche. Un cri retentit bientôt à travers la porte, qui parlait de shampoing. Pauvre Evy... en attendant Cassie examina le maquillage. Il y en avait beaucoup... trop. Pour sa part, un simple coup d'eyeliner et de khôl, et ça allait. Et encore, ça, c'était quand il fallait monter sur scène ! Le reste du temps, elle faisait très bien sans.

    « Dis-moi, Eleonnora... j'espère que tu ne vas pas non plus me peinturlurer le visage ? »


Elle l'espérait vraiment... elle n'était pas pour Nora ce qu'était une toile pour Evelynn quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Dim 6 Oct 2013 - 21:34

Un moment miraculeux venait de se produire. Cassandra avait complimenté sa colocataire. Il fallait absolument faire un X sur le calendrier. Est-ce que cela se produira trop rarement ou, au contraire, deviendra plus fréquent, à l’avenir ? Seul le temps pouvait le dire. Pour l’instant, Erïka souriait, bien heureuse de partager ce petit moment de complicité avec sa colocataire. Leur relation s’améliorait de plus en plus et elle souhaitait sincèrement que cela se poursuive dans cette voie.

Une fois chez Eleonnora, aucun doute que les choses allaient continuer de se dérouler à merveille. Puisque tout le monde semblait connaitre et bien s’entendre avec Evelynn, l’ambiance n’en sera que plus joyeuse. Par contre, cette dernière semblait totalement déboussolée, n’ayant que très peu dormi. Elle s’était d’ailleurs fait réveiller par le livreur de sushis. N’ayant aucune idée de l’heure qu’il était, elle le demanda aux jeunes femmes. Erïka sortit son téléphone cellulaire de la poche de son jeans et y consulta l’heure inscrite à l’écran.


-« Il est près de 17 heures. »

C’était donc l’heure de manger. Toutes attablées, les jeunes femmes trinquèrent avant de goûter les délicieux sushis qu’avait commandés Eleonnora. Rien de mieux après une longue journée de shopping. Le bain qu’elles avaient pris à l’institut de beauté les avait détendues et cela allait sûrement leur être bénéfique pour affronter la soirée qui s’en venait. Personne mis à part Eleonnora ne savait ce qu’elle avait prévu. Elle refusait de dire quoi que ce soit à ce sujet. Il fallait donc s’attendre au pire.

Après le repas, Erïka s’installa devant la télévision et fut bientôt rejoint par sa colocataire. Elles regardaient le bulletin d’information, rien de bien passionnant. Pendant ce temps, Eleonnora avait amené sa compagne dans sa chambre le temps de se changer et d’expliquer ce qu’elle comptait faire de la soirée. Cependant, c’était sans côté le petit côté joueur d’Evelynn qui décida de lui voler sa robe. Aussitôt, la jeune femme la retrouva sur le lit afin de récupérer son vêtement. Elle en profita pour embrasser tendrement sa compagne. Elle glissa une main sous son chandail afin de caresser doucement son ventre, sa poitrine… avant de s’arrêter. Elle se redressa. Ce n’était pas le temps de se laisser aller à la tentation. Eleonnora se leva et enfila sa robe tout en expliquant à Evelynn en quoi consistait leur soirée. Elle lui précisa de ne rien dire à sa sœur sinon elle refusera catégoriquement de sortir.

-« Un jour, Erïka me remerciera de ce que je fais pour elle. Son nouveau statut implique qu’elle se montre un peu et qu’elle socialise. C’est comme ça qu’elle se fera des contacts et qu’elle gagnera en popularité. Qu’importe que ce soit le genre de son copain ou non. Aujourd’hui, il n’est pas là. Ça me fera un cas de moins à arranger. Les apparences c’est super important pour ces gens superficiels. Toi, ma chérie, tu es magnifique, peu importe de quoi tu as l’air. »

Evelynn n’était pas certaine que sa place était parmi le cercle très prisé de la haute société. Elle ne venait pas de ce milieu, n’y avait jamais vécu contrairement à sa compagne. Cette dernière souhaitait la rassurer. Il n’y avait pas de craintes à avoir, jamais elle ne lui demandera de se tenir avec ces gens ou de s’en faire des amis. Elle lui proposait seulement de se joindre à elle lors des soirées de ce genre.

-« Tu es la femme la plus géniale de ce monde. Ils sont trop snobs et trop… ce sont eux qui font tâche à côté de toi. Et puis, dis-toi que tu ne peux pas être plus tâche que ma sœur dans ce genre d’endroit. »

Eleonnora quitta sa chambre peu de temps après. Il était temps de s’occuper des filles. Elle avait déposé tout un tas de brosses, de fers, de maquillage et de miroirs. Elle décida de s’occuper de Cassandra en premier. Erïka, elle, était censée se maquiller. Evelynn lui confia qu’elle n’était pas obligée de faire cela, qu’elle était magnifique au naturel. Cette dernière lui sourit. C’était très gentil de sa part. Cependant, Eleonnora vint y mettre son grain de sel en lui demanda d’éviter les yeux de raton laveur car c’était tout sauf esthétique. L’adolescente soupira alors que Cassandra vint à sa rescousse.

-« C’est vrai que les pandas sont mignons. Oh ! Je crois que Sunny en a. À toi, on pourrait te mettre des petites oreilles de chat. »

Evelynn, pendant ce temps, faisait des gros yeux à Eleonnora l’air de lui dire que ce n’était pas très gentil de dire de telles choses à sa petite sœur. Enfin, c’était tellement raté que la jeune femme ne vit rien. Elle sourit à sa compagne et posa un baiser sur ses lèvres.

-« Tu es tellement adorable quand tu me fais ces yeux-là. »

Evelynn décida d’aller prendre sa douche. Cela laissait le temps à la jeune femme de s’occuper des cheveux de Cassandra. Sa chevelure était plutôt plate, ondulant légèrement dans le bas. Comme elle ne souhaitait pas voir ses cheveux être attachés, Eleonnora décida de les frisés et de les laisser tomber sur ses épaules. C’était bien mieux que sa première idée qui était de les aplatir. Elle attrapa un fer et l’alluma afin qu’il chauffe. Pendant ce temps, elle démêlait cette épaisse tignasse d’ébène à l’aide d’une brosse. Elle était douce et prenait bien soin à ne pas lui faire mal. Au bout de quelques minutes, elle demanda à sa sœur de s’arrêter dans son maquillage alors qu’elle tentait de se tracer de minces lignes sous les yeux. À l’aide de son don, Eleonnora fit voler le crayon noir qui vint faire de légers traits autour de ses yeux avant de laisser sa place au mascara, puis au fard à paupière. Une fois cela fait, elle termina ce qu’elle était en train de faire afin d’attraper son fer.

Erïka entendit parfaitement bien les paroles d’Evelynn depuis la salle de bain. Eleonnora lui volait vraiment son shampooing bon marché ? Et puis, pourquoi sa compagne en achetait s’il y en avait déjà toute une collection dans la salle de bain ? Eleonnora ne se gêna pas pour répondre à sa compagne.


-« Pourquoi tu achètes du shampooing bon marché quand il y en a toute une collection de qualité ici ?! »

La jeune femme entrepris de bien friser les cheveux de Cassandra, ce qui fut très long car elle en avait assez épais. Grâce à son autre fer et à son don super utile, elle put faire subir le même sort à Erïka, qui n’était pas certaine d’être en sécurité avec cet appareil dans ses cheveux.

-« M’approche pas avec ce truc. La dernière fois tu m’as cramé l’oreille ! »
-« Si tu avais cessé de gigoter, ça ne serait pas arrivé. Et si tu enfilais ce collier que j’ai mis sur la table, il va aller à merveille avec ta robe. »

Erïka soupira et s’exécuta. Le collier était plutôt de son goût, chic et discret. Cassandra demanda si elle allait également devoir passer par l’étape du maquillage. Eleonnora sourit. Qu’est-ce qu’elle croyait ? Elle devait être magnifique pour ce soir. Elle tapera dans l’œil de bien des hommes. Peut-être ne repartira-t-elle pas seule, qui sait ?

-« Tu vas passer par la case maquillage, toi aussi. Ne t’en fais pas, ce ne sera rien d’extravagant. Je vais mettre ton regard en valeur et ça ne prendra que quelques minutes. »

Elle posa son fer sur la table. Les cheveux de Cassandra étaient tous frisés à la perfection. Cependant, cela ne lui allait pas très bien. Eleonnora attrapa un peigne et s’amusa avec chaque boucle pour modifier le résultat. Au final, les boucles tombaient gracieusement sur ses épaules. Plus haut, au niveau de sa tête, ses cheveux étaient légèrement ondulés, mais donnait du volume à la chevelure. Ce n’était pas si mal. Attrapant un crayon noir, elle fit relever la tête la jeune femme vers elle. Elle traça de légers traits autour de ses yeux, puis attrapa ses pinceaux et maquilla doucement ses yeux avec le fard, créant un dégradé du noir au blanc. Cela allait mettre son regard en valeur. Comme promis, la tâche ne pris que quelques minutes et restera intacte sous le reste de la soirée.

-« Voilà. Tu es magnifique. Tu devrais aller te changer, maintenant. Surtout, fait attention à tes yeux. Attend ! Fais-moi un beau sourire. » Elle attrapa son téléphone et photographia la jeune femme avant de lui montrer le résultat. « Regarde comme tu es belle. »

Eleonnora s’occupa par la suite d’Erïka, qui était déjà en train de s’emmêler dans ses boucles. Après quelques coups de peigne, sa chevelure était également ondulée, faisant de jolies et gracieuses vagues blondes. Elle attrapa un autre fer afin de lisser sa frange et de la maintenir en place avec une bonne dose de fixatif. Dès que ce fut fait, Erïka ne tarda pas à se sauver, entrainant son amie par le bras. Elles allèrent s’enfermer dans la chambre où étaient leurs vêtements.

-« Oh bordel. Quand elle fait ça, elle me fait vraiment flipper. Je sens le truc de gosse de riches à des kilomètres à la ronde. Elle m’arrange toujours comme ça quand on va rencontrer des gens. »

Dès qu’Evelynn quitta la douche, Eleonnora s’approcha d’elle, l’obligea à s’assoir à la table et lui sécha les cheveux. Au bout de quelques minutes, elle lui laissa le sèche-cheveux en main afin de se maquiller. Sans plus attendre, une fois l’appareil posé, Evelynn eut droit au fer à friser. Elle allait avoir les cheveux vraiment bouclés, contrairement à Cassandra. Sa franche sera lissée avec soin, mais de sorte à lui laisser du volume. Après le maquillage, simple et discret, il ne restait plus que la robe. Eleonnora entra sans gêne dans sa chambre, puis dans son immense garde-robe afin d’en sorte une robe noire s’attachant autour du coup et couvrant la poitrine. Par contre, le dos était en partie dénudé. Vu la taille d’Evelynn, la robe allait bien mouler ses formes et lui arriver aux genoux.

-« Ça fait déjà une heure et demi qu’on se prépare, vous imaginez ? Il faut que l’on parte d’ici quinze minutes. Dépêchez-vous les filles. Evelynn, chérie, essaie cette robe, elle t’ira à ravir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   Lun 7 Oct 2013 - 17:19

« Insistante, la sonnerie, précisons. »

-De la part d’Erïka… je ne suis pas surprise… du tout.

La version zombie d’Evy adressa un sourire moqueur à sa belle-sœur avant de pousser un bâillement des plus anti-Nora : Pas chic, pas beau, pas sexy. Elle le dissimula derrière son poignet, puis se demanda à quel moment de la journée étaient-elles rendues. Sa notion du temps était nulle pour le moment, son réveil brutal n’aidant en rien à ce qu’elle remette de l’ordre dans sa tête. Heureusement, sa belle-sœur put lui confirmer que l’après-midi touchait à sa fin, et que la soirée débutait :

-« Il est près de 17 heures. »

Elle devait avoir dormi… un total de 3 ou 4 heures tout au plus. Au moins, sa dernière toile était presque terminée, et même si les sentiments qui l’animaient au moment de la faire étaient fort négatifs, elle était tout de même fière du résultat.

Le repas de sushi terminé, son estomac plein au point d’exploser, la jeune femme quitta la table et suivit docilement Nora dans leur chambre commune, se jetant sans gêne dans le lit. Joueuse, elle en profita pour voler la robe de Nora, mais la réaction de celle-ci ne se fit pas attendre : aussitôt elle la rejoignit sur le lit, en profitant pour reprendre son bien et caresser sans gêne le corps d’Evy. Les frissons qui la parcoururent lui arrachèrent un soupir de plaisir, mais les cajoleries ne durèrent qu’un instant, et Nora se retrouva debout, en train de se vêtir de la robe qu’elle venait de reprendre. Evelynn lui fit une petite moue boudeuse, mais elle disparut bien vite lorsque Nora lui expliqua la suite des évènements. Une réunion de riches, évidemment, le genre de réunion qui avait toujours mise l’artiste fort mal à l’aise. Pourtant sa première réaction fut de dire à sa compagne que la principale intéressée, sa belle-sœur, risquait de ne pas aimer un tel moment.

-« Un jour, Erïka me remerciera de ce que je fais pour elle. Son nouveau statut implique qu’elle se montre un peu et qu’elle socialise. C’est comme ça qu’elle se fera des contacts et qu’elle gagnera en popularité. Qu’importe que ce soit le genre de son copain ou non. Aujourd’hui, il n’est pas là. Ça me fera un cas de moins à arranger. Les apparences c’est super important pour ces gens superficiels. Toi, ma chérie, tu es magnifique, peu importe de quoi tu as l’air. »

-Je ne suis pas certaine qu’elle tienne vraiment à gagner en popularité ou en contact…

Ceci étant dit, la réaction suivante d’Evelynn fut bien plus rationnelle et logique… enfin, correspondait bien plus à sa personnalité : qu’allait-elle faire, elle, dans une telle rencontre/party/gala /bal ? Elle n’avait rien à faire là, son sac-à-main contenait plus de factures que de billets verts, et surtout, elle allait faire tâche dans un endroit de luxe ! Nora pouvait porter des haillons et avoir l’air au mieux de sa forme, presque resplendissante, alors que l’artiste, dans une robe de soirée, semblait souvent mal dans sa peau, hésitante et maladroite. Eleonnora s’empressa de la rassurer :

-« Tu es la femme la plus géniale de ce monde. Ils sont trop snobs et trop… ce sont eux qui font tâche à côté de toi. Et puis, dis-toi que tu ne peux pas être plus tâche que ma sœur dans ce genre d’endroit. »

L’artiste allait riposter, ajouter quelque chose, et, la bouche ouverte quelques instants, elle chercha vainement les mots… puis abandonna. Elle n’était pas d’accord avec sa compagne : après tout, Nora et Riri se ressemblaient beaucoup, et toutes les deux, des femmes blondes aux yeux bleus avec un corps bien proportionnée, pouvaient sans problème endosser les tenues les plus chics et sembler à leur place. À côté d’elle, Evy ne pouvait pas espérer faire bonne figure. Toutefois, peu importe ce qu’elle dirait, Nora aurait le dernier mot, et c’est surtout pour ça que l’artiste abdiqua, préférant sortir de la chambre en même temps qu’elle, se dirigeant vers son meilleur ami : le canapé.

D’ailleurs, lorsqu’elle vit sa belle-sœur sortir son maquillage, l’artiste ne put s’empêcher de lui dire qu’au naturel elle était magnifique. C’était sans compter sur l’intervention de sa compagne qui lui affirma que les traits qu’elle dessinait sous ses yeux étaient horribles. L’artiste aurait bien voulu fusiller Eleonnora du regard, mais avec ses cheveux en batail et son air de gamine, elle avait l’air de tout sauf sérieuse.

« Ça ne fait pas raton-laveur, mais plutôt petit panda. Bien plus mignon. Il ne te manquerait que les petites oreilles noires. »

-« C’est vrai que les pandas sont mignons. Oh ! Je crois que Sunny en a. À toi, on pourrait te mettre des petites oreilles de chat. »

Sunny ? Probablement quelqu’un de l’institut. Evelynn ne pouvait pas comprendre, mais par contre, lorsqu’elle imagina Erika avec des petites oreilles de panda et Cassandra avec des oreilles de chat, son air… déjà pas vraiment sérieux devint encore plus ridicule. La chanteuse de cabaret s’empressa de se rendre près de l’artiste et déposa un doux baiser sur ses lèvres, ajoutant :

-« Tu es tellement adorable quand tu me fais ces yeux-là. »

-C’est pas le but figure toi…

Mais sa compagne n’en avait sans doute rien à faire, et c’est avec joie qu’Evelynn évita toutes les discussions maquillages/coiffures en s’éclipsant dans la salle de bain. Ça lui ferait le plus grand bien, mais un détail la dérangea tout de même : Où diable était son shampoing ? Accusant aussitôt Nora au travers des murs, la réponse ne se fit pas attendre très longtemps :

-« Pourquoi tu achètes du shampooing bon marché quand il y en a toute une collection de qualité ici ?! »

-Parce que passer vingt-cinq minutes à chercher le mot « Shampoing » sur toutes les bouteilles m’énerve !

Bien évidemment, sous l’eau et derrière une porte, son ton, qui se voulait menaçant, ne devait pas paraître si imposant, mais peu importe, ce cri du cœur lui avait fait du bien. Poussant un soupir de plus, tentant vainement de dégager ses cheveux son visage, la jeune femme entreprit la longue et difficile tâche de chercher une bouteille où le mot « shampoing » serait visible, mais entre les « extrait d’huile de karité » et « essences de vanilles du Pacifique », ce n’était pas une simple tâche.

Une fois la douche terminée, la jeune femme s’essuya rapidement, puis reprit sa robe de chambre avant de retourner dans la salle principale, où Nora l’attendait de pied ferme. Sachant qu’elle n’avait aucune chance d’échapper au même traitement que les filles, elle s’installa sur un banc et commença à sécher ses cheveux. Les cosmétiques étant bien plus du rayon de Nora que de l’artiste, elle se laissa faire lorsqu’elle aperçut le fer à friser. En fait, elle ferma les yeux et rêva pendant quelques instants qu’elle retrouvait son sublimissime lit, mais sans succès, de toute façon, Nora avait besoin qu’elle les ouvre pour appliquer le maquillage. Alors qu’elle s’éclipsait dans leur chambre, Evelynn regarda son reflet dans le miroir, et dût admettre que Nora avait fait un travail spectaculaire. Le rouge monta à ses joues, et ce ne fut qu’au retour d’Eleonnora qu’il disparut.

-« Ça fait déjà une heure et demi qu’on se prépare, vous imaginez ? Il faut que l’on parte d’ici quinze minutes. Dépêchez-vous les filles. Evelynn, chérie, essaie cette robe, elle t’ira à ravir. »

-D’accord… donne-moi un instant.

Mais hors de question qu’elle se change ici, avec Riri et Cassandra qui pouvaient arriver d’une seconde à l’autre. S’éclipsant dans la salle de bain, elle essaya la robe et dut admettre qu’elle était for t jolie, le devant ne dévoilant pas trop de choses. Evelynn n’était pas du genre à mettre sa poitrine en évidence, préférant se dissimuler sous d’énormes chandails de laine, et Nora semblait l’avoir compris. Ce n’est que lorsqu’elle remarqua le dos en grande partie nue qu’elle rougit. Ses joues semblaient s’enflammer, et elle chercha un moment si un morceau de tissu ne s’était pas défait de la robe. Elle abdiqua encore une fois, car la robe était ainsi faite. Sortant de la salle de bain, elle s’approcha de Nora en gardant son dos collé contre les murs.

-C’est… Nora il n’y a rien dans le dos ! Je ne vais pas me promener avec ça toute une soirée tout le monde va regarder !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie de filles [Cassandra Farrell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sortie de filles [Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sortie de filles [Cassandra Farrell]
» Sortie entre filles ou confessions intimes ? || Devis & Enoria.
» Sortie entre filles [ Feat Anna ]
» Une sortie entre filles [PV : Kagura M.]
» Cassandra Vernon [Malkavian]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-