X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Mar 7 Mai 2013 - 1:32

Quelle heure était-il ? Le soleil était déjà levé depuis longtemps. La température était très agréable, propice à des activités extérieurs. De nombreux résidents semblaient profiter du grand terrain de l’institut afin de s’amuser. Certains avaient même décidé de faire un tour dans la piscine alors que l’eau devait être glacée. Les couloirs étaient déserts, personne ne souhaitait rester enfermé lors d’une si belle journée. Personne sauf Erïka.

La jeune fille observa son réveil matin. C’était l’après-midi. Déjà ? Sa chambre plongée dans la pénombre ne lui avait pas laissé penser cela. Elle se souvient d’avoir fermé les yeux alors qu’elle cherchait désespérément à s’endormir dans les environs de six heures du matin. Elle avait passé sa nuit éveillée. N’ayant pas trouvé le sommeil, elle était allée faire un tour dans la chambre de Bobby afin de réalisé qu’il dormait paisiblement. Elle n’avait pas voulu le déranger, la température était tellement basse dans la pièce qu’elle n’aurait jamais pu y mettre un pied sans le perdre. Elle était donc retournée dans sa chambre et avait regardé autour d’elle avant de trouver ce qui pourrait occuper sa nuit : son lecteur DVD portatif. Elle se l’était acheté il y a moins d’un mois afin de regarder tranquillement ses films sans avoir à supporter les allées et venues incessantes des résidents qui passaient dans le salon pendant qu’elle regardait la télévision. Elle pouvait maintenant rester dans sa chambre et profiter du calme et du silence. Trois films plus tard, elle tenta de s’endormir. Visiblement, ça avait réussis.

Sa santé s’était également améliorée. Elle était un peu moins grippée qu’il y a quelques jours. Il fallait dire que William avait bien pris soin d’elle. Maintenant, elle se sentait bien mieux. Erïka quitta son lit et traina les pieds jusqu’à la salle de bain où elle prit la peine de prendre une longue douche revigorante. Lorsqu’elle retrouva sa chambre, par la suite, elle enfila des vêtements légers. Une jupe courte et un ample chandail noir dont l’une des manches courtes glissait de son épaule afin de dévoiler la bretelle de son soutien-gorge. Afin de masquer son allure de zombie, elle maquilla ses yeux au crayon noir. En se regardant dans la glace, elle constata que c’était pire, en fait. N’ayant pas envie de retirer son maquillage, la jeune fille descendit lentement jusqu’à la cuisine et s’empara d’un muffin avant de retourner dans sa chambre. Elle regarda l’heure. Il était pratiquement quinze heures. Le professeur Xavier devrait arriver d’une seconde à l’autre.

Erïka mangeait son muffin d’un geste là, regardant une série télévisée qu’elle avait commencé il y a quelques temps. Cependant, elle ne put regarder la moitié de l’épisode avant que des coups retentissent à la porte. La jeune fille referma son lecteur DVD et le laissa choir sur le lit avant de se lever. Elle jeta, au passage, le papier de son muffin à la poubelle.
La jeune fille ouvrit la porte pour y découvrir le professeur Xavier en compagnie de Cassandra, une jeune femme qu’Erïka avait rencontré l’été dernier. Elle n’avait pas vraiment changée, physiquement, depuis le temps. L’adolescente peina à faire un sourire.


-« Bonjour, Erïka. Comme nous en avons discuté cette semaine, Cassandra sera, dès à présent, ta nouvelle colocataire. Je compte sur toi pour qu’elle se sente comme chez elle. Sur ce, pardonnez-moi, mais je dois m’absenter. Bonne journée à vous deux. »

Erïka regarda le professeur s’éloigner avant d’ouvrir la porte de sa chambre afin de laisser passer Cassandra. Elle la referma lorsque la jeune femme fut dans la chambre. L’adolescente rejoignit son lit et s’y assit, laissant la nouvelle venue s’installer à son aise. Elle n’avait pas très envie de discuter et elle se contenta plutôt de se moucher discrètement. Ce qu’elle avait hâte de se débarrasser de cette grippe… Après avoir jeté son mouchoir, elle s’étendit sur son lit et observa attentivement les faits et geste de sa nouvelle colocataire.

-« Si tu veux ranger tes fringues, tu as un placard juste pour toi. Et fait gaffe à toujours fermer la porte, Istina à tendance à se cacher n’importe où quand je la sors de sa cage. »

Parlant d’Istina, cette dernière dormait encore dans sa cage. Erïka la laissa faire. Elle n’allait pas la réveiller alors qu’elle venait de trouver le sommeil. La jeune fille se retourna dans son lit et attrapa son téléphone. Elle envoya un énième message à son petit ami, espérant qu’il pourra lui répondre à un moment ou à un autre. C’était son seul moyen de communiquer avec lui puisqu’elle peinait à mettre les pieds dans sa chambre. La jeune fille ne savait plus comment agir face à cette situation. Elle savait encore moins comment agir alors qu’elle avait maintenant une colocataire dans sa chambre. Elle était habituée à la solitude, cette chambre était son refuge. Malgré tout, elle avait fini par accepter la proposition du professeur Xavier de laisser Cassandra s’installer dans sa chambre. Maintenant, elle allait devoir si habituer.

-« T’as mis longtemps avant de te décider à venir nous rejoindre. » Laissa échapper la jeune fille en posant son téléphone sur sa table de chevet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Mar 7 Mai 2013 - 22:18

Plus moyen de dormir. C'est en soupirant d'énervement que Cassandra finit par se lever, jugeant inutile qu'elle reste un instant de plus dans son lit à chercher vainement le sommeil qui s'était enfui trop tôt à son goût. Jetant un coup d’œil circulaire à sa chambre, elle se dit qu'elle ferait mieux de s'activer. Ses bagages ne se plieraient pas tout seuls. Histoire de bien se réveiller cependant, elle prit une bonne douche qui lui éclaircit les idées et lui permit de terminer sa valise dans un meilleur état d'esprit. Elle avait tellement réfléchi ces derniers mois, plus question de revenir en arrière. À présent et pour un temps donné, elle vivrait à l'Institut Xavier.

Mais elle ne pouvait pas nier qu'elle avait une certaine anxiété. Tout ce qu'elle espérait, c'est que cela se passe mieux qu'à l'orphelinat, qu'elle avait quitté dès qu'elle avait gagné de quoi vivre. C'était une des raisons qui l'avaient freinée dans sa prise de décision, malgré qu'elle savait que tous là-bas étaient des mutants comme elle. Elle avait déjà constaté qu'ils étaient ouverts d'esprit... enfin, pas tous. Cassandra n'avait pas oublié Erïka et son drôle de comportement, comme si sa simple présence lui avait porté du tort. L'illusionniste soupira. Après une année passée à New York, à se faire de nouvelles connaissances, à vivre différemment, son caractère s'était un peu amélioré. Elle était plus vivante, souriait plus facilement, même si elle restait méfiante la plupart du temps. Est-ce qu'en entrant à l'Institut elle allait retrouver cette froideur de laquelle elle ne s'était jamais vraiment départie à l'orphelinat ? Le temps le lui dirait...

La jeune femme boucla sa valise. Elle n'emportait pas grand-chose : outre le nécessaire, elle n'avait pris avec elle que quelques-uns de ses livres préférés. Tout le reste restait son appartement. De toute façon, si elle avait oublié quelque chose, elle pourrait toujours y revenir. En fin de matinée, tout son appartement était correctement rangé et nettoyé. Ne bossant pas aujourd'hui, c'était ce qu'elle avait trouvé de mieux pour tuer le temps et penser à autre chose. Au moins, quand elle reviendrait, elle ne trouverait pas son logement dans un désordre pas possible.

Midi passa, puis les premières minutes de l'après-midi s'égrenèrent lentement. C'est vers quatorze heures que Cassie jeta sa veste sur ses épaules, prit son sac et sa valise, et quitta son studio pour aller prendre les transports en commun. La voiture attendrait... elle ne risquait pas d'en avoir besoin pour le moment, comme l'Institut était plus près de son lieu de travail que le quartier où se trouvait son appartement. Tout le trajet durant, elle replongea dans ses souvenirs d'enfance, si différents et si semblables à la fois, teintés d'une certaine monotonie, et dotés d'une telle carence en émotions positives. Pourvu que ça ne soit pas pareil... au moins cette fois, si cela se passait mal, elle aurait un endroit où rentrer chez elle. Encore une fois, elle invoqua les points positifs à son intégration. Elle se demanda si c'était le genre de sentiment qu'éprouverait un enfant lors d'une rentrée scolaire... plus ou moins, ça devait s'y rapprocher.

Arrivée à l'Institut, elle se dirigea vers le hall d'entrée, qu'elle examina d'un air curieux. Elle n'était pas passée par là la dernière fois, avec le trio qui l'avait accueillie la première fois. Elle déposa sa valise à ses pieds et attendit patiemment, adossée à un mur, qu'on vienne la chercher. Cela ne se fit pas tant attendre. Un bruit particulier de chaise roulante précéda l'arrivée du professeur Xavier dans le champ de vision de Cassandra. Cette dernière le salua quand il s'approcha, et le suivit dans les étages quand il l'y invita. Il parlait avec cordialité, et la jeune femme faisait de son mieux pour l'être tout autant, cachant son angoisse sous son masque de neutralité habituel. Son masque cependant se brisa un instant quand Xavier lui expliqua qu'elle allait être la colocataire d'Erïka. On parlait bien de la petite blonde qui l'avait accueillie d'une manière on ne peut plus glaciale ? Bon elles s'étaient mieux entendues sur la fin de journée pour taquiner William... comment cela se passerait-il à présent ? Quand ils arrivèrent tous deux au niveau de la porte de la chambre, le professeur toqua le battant, laissant bientôt apparaître...

S'étaient-ils trompés de pièce ? La jeune femme qui ouvrit la porte n'avait pas grand chose à voir avec celle que Cassandra avait rencontré quelques mois plus tôt. Enfin, à bien y regarder, c'était bien elle... mais elle était vraiment dans un sale état. Peu fraîche, les traits de khôl entourant ses yeux et son nez rouge n'arrangeaient pas vraiment le tableau. Elle était littéralement zombifiée. Cassie répondit à son mince sourire de la même manière, laissant simplement le professeur dire quelques mots avant qu'il ne s'en aille, après les avoir saluées.

    « Merci professeur. »


Quand il se fut éloigné, un drôle de silence s'installa. Toutefois, Erïka ne laissa pas la brune à la porte et se décala pour la laisser passer, refermant la porte derrière elle. Cassandra se doutait que cela ne devait pas lui faire grand plaisir de partager sa chambre, à fortiori avec une personne qu'elle n'appréciait pas dès le départ... il faudrait faire avec. La blonde allait vite se rendre compte que Cassandra n'était pas une colocataire bien embêtante... le silence se prolongeait, et plutôt que de rester plantée comme un piquet, la jeune femme déposa sa valise sur le lit à droite de la pièce et l'ouvrit. C'est à ce moment-là qu'Erïka éleva la voix, après s'être mouchée. Elle devait donc bien être malade... ou alors une mauvaise nouvelle lui était tombée dessus. Mais Cassie ne posa pas de question ; ça ne la regardait pas, n'est-ce pas ?

    « Ah, d'accord. Je ferais attention. C'est du genre à se faufiler de partout ces petites bêtes. »


Des banalités. Que dire de plus ? Cassandra ouvrit le placard vide et commença à ranger ses affaires ; ses vêtements sur les étagères, les chaussures en bas... il ne lui restait plus qu'à disposer ses dernières affaires et ses livres, quand elle entendit la question d'Erïka. Oui, elle avait mis bien longtemps...

    « C'est vrai... j'ai eu des choses à faire entre-temps. Et j'avais besoin de réfléch... »


Elle s'interrompit, surprise de sentir quelque chose bouger entre ses pieds. Regardant au sol avec un hoquet de surprise, elle aperçut un petit animal noir et blanc qui zigzaguait entre ses pieds. Posant ses affaires sur le lit, Cassie se baissa et attrapa la petite boule de poils aventurière. Il se révéla que c'était un cochon d'Inde comme Istina, mais celui-ci ressemblait étrangement à une moufette...

    « Hé bien, je croyais qu'il n'y avait que dans la forêt que l'on trouvait des moufettes ! Essaya-t-elle de plaisanter avec le sourire. Un nouveau petit compagnon ? Comment il s'appelle ? »


Ce disant, elle ramena le petit cochon d'Inde entre ses bras avant de s'approcher d'Erïka, estimant qu'elle allait lui demander de le lui rendre sur le champ. Bien que restant assez distante, méfiante et neutre, Cassandra voulait faire preuve de bonne volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Mer 8 Mai 2013 - 2:56

Erïka n’avait jamais été quelqu’un de très sociable. Elle préférait rester avec son petit cercle d’amis plutôt que de chercher à s’en faire de nouveaux. Cependant, avec le temps, et surtout grâce à William, elle avait appris à faire de nouvelles connaissances et à s’ouvrir aux autres. C’était ainsi qu’elle découvrit finalement qu’elle adorait enseigner. Elle ne faisait que donner quelques cours particuliers aux élèves qui éprouvaient des difficultés en langue. Elle avait commencé par apprendre le russe à Will, puis aider Bobby en français pour finalement rencontrer d’autres élèves à qui elle apprenait d’autres langues. En échange, ceux-ci lui apprenaient bien plus qu’elle n’aurait pu le croire.

Bien qu’Erïka ait commencé à socialiser davantage avec les résidents de l’institut, elle n’était pas d’humeur à parler à qui que ce soit, ces derniers temps. La condition de son petit ami l’inquiétait toujours et elle ne cessait d’y penser. Cela faisait maintenant quelques jours qu’elle s’efforçait de ne pas aller le voir sous peine de voir sa santé se détériorer. Elle arrivait finalement à se débarrasser de sa grippe et il valait mieux qu’elle continue à travailler là-dessus pour les jours à venir. Elle tombait rarement malade, mais ces temps-ci elle avait eu droit à une véritable panoplie de virus qui l’avaient affaiblie, tour à tour. Elle n’en pouvait plus d’être malade et de devoir se moucher régulièrement, de se bourrer de médicament et de ne plus arriver à trouver le sommeil. Tous ses devoirs trainaient encore sur son bureau, elle devait se motiver à les terminer si elle ne voulait pas voir ses notes chuter. Cependant, la motivation n’y était pas.

Aujourd’hui, elle avait encore moins la tête à faire des devoirs. Sa nouvelle colocataire débarquait aujourd’hui et elle se devait de l’accueillir un peu plus chaleureusement que lors de leur première rencontre. Erïka ne pensait plus à la crise de jalousie qu’elle avait faite en voyant son petit ami ramener une jolie morue aux formes appétissantes. En fait, elle ne voulait pas avouer qu’elle avait pu être jalouse de cette femme alors que son petit ami n’y avait même pas porté un regard. Il était seulement gentil avec elle. C’était une mutante, tout comme eux. Maintenant, elle aménageait à l’institut et Erïka devait se faire à l’idée que sa chambre sera enfin occupée par une seconde personne.

Maquillée comme un zombie, ce qui n’aidait en rien son teint blafard, la jeune fille alla ouvrir la porte lorsqu’elle entendit toquer. Elle salua brièvement le professeur Xavier qui menait Cassandra jusqu’à sa nouvelle chambre. Il n’avait pas besoin de poser de questions sur la tête que tirait la jeune fille, il connaissait parfaitement le problème. Il était l’un des rares qui était au courant de l’état de Bobby. Quelques instants plus tard, le professeur s’éclipsa, laissant ainsi les deux mutants ensemble. Erïka s’effaça afin de laisser Cassandra entrer dans la pièce. Après avoir refermé la porte, la jeune fille retourna s’installer sur son lit. Elle n’avait pas envie de socialiser, mais elle allait faire des efforts pour que Cassandra s’adapte un minimum… si elle ne se rendormait pas avant.

Erïka se contenta de prévenir la nouvelle venue au sujet des possibles cachettes que pouvaient dénicher ses cochons d’inde. Dès qu’ils quittaient leur cage, ils se baladaient un peu partout. Enfin, c’était surtout le cas d’Istina. Will avait offert un second cochon d’inde à sa petite sœur. Il était si mignon avec sa fourrure noir et blanche. D’ailleurs, il était où ? Il était peut-être caché dans un coin de la cage, dans le petit abri que la jeune fille leur avait installé afin qu’il puisse avoir un minimum de calme pour dormir lorsqu’il faisait toujours. La petite bête avait bien socialisé avec Istina, mais elle était terriblement craintive à l’idée de se balader sur le lit de l’adolescente lorsqu’elle l’y déposait. Elle ne s’attendait donc pas à une soudaine fuite de sa part. Après tout, ces petites bêtes avaient peur de l’inconnu.

Échangeant des banalités sans grande valeur avec Cassandra, la jeune fille lui fit remarquer qu’elle avait pris bien du temps avant d’intégrer l’institut. Ce n’était pas le genre décision qui se prenait du jour au lendemain, habituellement. Malgré que, dans le cas d’Erïka, c’était une question de survie et elle n’avait pas hésité bien longtemps avant de prendre sa décision. Au final, elle ne regrettait rien. Espérons que ce sera également le cas de Cassandra.

Cette dernière s’interrompit soudainement et fixa le sol où quelque chose semblait grouiller à ses pieds. Erïka se redressa pour constater que la jeune femme soulevait délicatement son cochon d’inde. Comment était-il arrivé là ? Elle avait bien fermé la cage après les avoir nourrit ce matin… ou pas. L’adolescente se leva et constata qu’elle avait mal refermé la porte de la cage. Istina roupillait toujours dans un coin, l’air de rien. C’était le nouveau venu qui avait décidé de jouer les grands explorateurs. Erïka ne savait pas comment il s’était retrouvé là, mais elle espérait seulement qu’il n’avait rien de cassé.

Cassandra évoqua la ressemblance de la petite bête avec les moufettes. Bon, d’accord, Erïka adorait les moufettes. Bien qu’elle prétendait savoir les reconnaitre, elle les confondait souvent avec des petits chats inoffensifs. Son choix avait peut-être découragé certaines personnes, mais pour sa part, la jeune fille adorait le pelage noir et blanc de son animal de compagnie. Il était tellement mignon ! Une vraie petite boule de poil terriblement photogénique qui avait su faire sourire Anieta lorsqu’Erïka lui en avait envoyé une photo.


-« Il a peut-être l’air d’une moufette, mais il n’en a pas l’odeur. » Elle prit délicatement son animal dans ses mains et en sentit la fourrure. Où est-ce qu’il avait trainé, lui ? « Beurk, finalement il sent vraiment mauvais. T’as trainé où toi ? Va falloir que je te lave ce soir…» Fit la jeune fille en s’adressant à l’animal.

Elle le conserva dans ses bras, caressant doucement sa fourrure. Cassandra était curieuse de connaitre son petit nom. Ah ! Le fameux nom… La seule personne qui avait compris ce qu’il signifiait était Maylee, une jeune Thaïlandaise à qui elle donnait quelques leçons d’anglais. En échange, cette dernière lui avait appris la base de sa langue natale. Erïka n’était pas très douée, pour l’instant, mais ça ne saurait tarder. Quoi qu’il en soit, le fameux nom sonnait étrangement aux oreilles de certaines personnes, mais sa signification était très importante aux yeux de l’adolescente.


-« Will me l’a acheté pour me remonter le moral. Istina est heureuse d’avoir un nouvel ami, elle me demande moins d’attention depuis. Il s’appelle Pee-Chai. C’est Thaïlandais. »

La jeune fille s’assit sur son lit avec son animal. Au passage, elle attrapa un plat, posé sur son bureau, dans lequel elle y rangeait toujours des légumes frais. Après avoir déposé Pee-Chai devant elle, la jeune fille ouvrit le plat et en sortit une petite feuille de laitue qu’elle posa sur le matelas. Délaissant le plat qu’elle posa à ses côtés, elle leva la tête vers la cage afin de constater le réveil d’Istina. Avec sa super ouïe, elle n’avait aucun mal à entendre les petits couinements de la bête.

-« Tu peux amener Istina ici ? » Demanda-t-elle à Cassandra.

Pendant ce temps, la jeune fille tentait de retirer les petits moutons de poussière posés dans la fourrure de son cochon d’inde. Il avait vraiment besoin d’être lavé. Prise d’un élan de motivation, l’adolescente se leva et amena Pee-Chai dans la salle de bain où elle le déposa dans l’évier. Elle allait lui donner un petit bain, ayant l’habitude de ça.


-« Je vais lui donner son bain. Fais gaffe à Istina, elle est du genre à s’enfuir dès qu’on tourne le dos. Tu peux toujours essayer de la distraire avec des morceaux de piment vert, elle adore ça. »

Le bain ne fut pas très long, l’adolescente était habituée de s’occuper ainsi de ses cochons d’inde. Elle enveloppa Pee-Chai dans un petit linge afin de le sécher, puis regagna sa chambre. Elle le déposa sur le lit, là où il put retrouver sa compagne. Pendant ce temps, l’adolescente en profita pour nettoyer la cage. Elle devait changer l’eau, ajouter du foin et un petit mélange de granulés qu’ils adoraient et tout nettoyer afin qu’ils puissent avoir un environnement propre. Pendant ce temps, elle décida de faire un peu la discussion. Peut-être que cela lui changera les idées et lui évitera de trop penser.

-« Tu comptes suivre des cours à l’institut ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Mer 8 Mai 2013 - 23:25

Cassandra avait fini par prendre sa décision, après avoir longuement hésité. Elle vivrait désormais pour un certain à l'Institut Xavier, espérant qu'elle pourrait y développer son don et apprendre de nouvelles choses, développer ses connaissances. Elle n'était jamais réticente à apprendre davantage de choses, peu importait le domaine. Plus on en sait, et plus on peut se débrouiller par soi-même, pas vrai ? Et puis faire connaissance avec des mutants de l'Institut ne lui ferait pas de mal, comme elle l'avait fait avec quelques membres de la Confrérie. Sa seule angoisse était de retomber dans le même genre de vie qu'elle avait quand elle était à l'orphelinat.

Ce qui n'arrangea pas son anxiété fut le fait d'apprendre qu'elle allait partager une chambre avec Erïka. Si ça avait été avec n'importe quelle autre inconnue de l'établissement, pourquoi pas. Mais les antécédents qu'elle avait avec la petite blonde n'étaient pas des plus agréables. Elle se préparait déjà à devoir garder sempiternellement son masque de neutralité alors qu'elle commençait tout juste à sourire plus facilement. Son malaise ne l'aidait pas vraiment à voir les choses du bon côté. Sans doute cela irait-il mieux quand elle se serait posé... si Erïka ne l'accueillait pas aussi froidement que la dernière fois. Après tout, la journée s'était plutôt bien terminée, comme elles s'étaient alliées contre les garçons ? Cela dit, Cassandra préférait ne pas se faire d'illusions.

Quand elle ouvrit la porte, la russe était dans un état qui faisait peine à voir. Elle était pâle et son maquillage sombre ne faisait que renforcer la blancheur maladive de sa peau. Non, elle n'était vraiment pas en forme, mais Cassie ne chercha pas à savoir à quoi était due cette si mauvaise mine. Elle était à peu près sûre qu'elle se ferait remballer. C'est donc dans le silence qu'elle entra dans la chambre et déposa sa valise sur son lit, l'ouvrant pour commencer à ranger ses affaires tout en écoutant les propos d'Erïka qui la prévenait des vadrouilles de son cochon d'Inde, Istina. Cassandra essayait d'imaginer sa réaction si elle découvrait un jour une boule de poils dans une de ses chaussures ou entre deux de ses T-shirts. De toute manière, elle ne risquait pas de laisser son placard ouvert. À l'orphelinat, elle en était presque venue à mettre ses affaires sous clé pour pas qu'on ne les lui vole. Elle espérait toutefois qu'elle n'ait pas à en arriver là avec Erïka...

Par ailleurs, elle expliqua brièvement pourquoi elle avait mis tellement de temps à décider d'entrer à l'Institut. Elle ne dit pas tout, évidemment. Pourquoi étaler à la blonde tout son passé et les doutes qui l'avaient freinée dans sa prise de décision. De toute manière, elle ne put aller jusqu'au bout de son explication simpliste, comme quelque chose bougeait entre ses pieds qui attira son attention. Laissant tomber sa pile de livres sur sa couette, elle entreprit de prendre précautionneusement la petite boule de poils qui s'était nichée à ses pieds. Elle était noire et blanche et ressemblait à une moufette, bien que ça n'en était pas une. Cassie s'approcha d'Erïka pour lui tendre son nouveau petit cochon d'Inde, lui demandant au passage comment il s'appelait.

La blonde prit l'animal dans ses bras et sentit un peu sa fourrure. À sa tête, son odeur ne devait pas se situer bien loin de celles des moufettes... l'heure du bain sonnait pour lui. Puis Erïka lui donna le nom du petit animal et lui expliqua que c'était William qui le lui avait acheté pour lui remonter le moral. Vraiment ? Cassandra eut un gros doute sur l'effet bénéfique de l'action. Elle n'avait pas vraiment l'air d'avoir le moral très haut. Sans doute que le problème était trop récent et trop grave pour être si vite effacé.

    « C'est mignon, ça sonne joliment. Ça a une signification particulière ? »


Il était loin d'être dans les habitudes de Cassandra de poser ainsi des questions, mais si elle ne le faisait pas, ce n'était pas la blonde qui en poserait et vu son état, elle ne semblait pas prête à faire des efforts. L'illusionniste prenait donc sur elle ; les efforts finiraient par payer et peut-être qu'ainsi, les deux jeunes femmes s'entendraient pas trop mal assez vite. Erïka, ayant pris Pee-Chai dans ses bras, entreprit de le nourrir avec de la laitue qu'elle gardait dans un plat. Pendant ce temps, Cassandra avait fini de ranger toutes ses affaires et alla caler sa valise vide et refermer en haut de l'armoire, où ça ne gênerait pas le passage. Ayant terminé, elle se tourna vers la blonde qui lui demanda de sortir Istina de sa cage.

    « Toujours pas de ''s'il te plaît'' ? » commenta-t-elle avec un demi-sourire, ne disant pas ça méchamment. Ce n'était qu'un clin d’œil à leur précédente rencontre.


Se dirigeant vers la cage d'Istina, Cassandra ne la prit pas tout de suite dans ses mains, laissant le temps au petit animal de s'habituer à sa présence. Quand ses couinements se firent un peu moins effrayés, la jeune femme entreprit de la sortir de sa cage, toujours avec précaution. Il ne fallait pas qu'elle lui échappe des mains pour se mettre à gambader de partout. La petite blonde décréta ensuite que Pee-Chai avait vraiment besoin d'un bain, et pendant cette séance de toilette, Cassandra s'occupa de l'autre petit animal qu'elle avait déposé sur le lit pour lui donner de quoi manger. Gardant un œil sur la boule de poils, l'illusionniste dénicha le piment vert et en donna de petits morceaux à Istina, qui se tint tranquille un moment, occupée à grignoter le légume. Quand Erïka revint de la salle de bains, elle déposa Pee-Chai enveloppé tel un petit hot-dog sur le lit et entreprit de nettoyer sa cage. N'ayant rien d'autre à faire, Cassie surveilla les deux petites bêtes, jusqu'à ce que la russe élève de nouveau la voix.

    « Oui, quelques-uns. Et puis j'aimerais développer mon don, dans la mesure du possible. Il y a des limites à l'autodidaxie... »


Cassandra songeait à la science, à la génétique. Peut-être qu'elle comprendrait un peu mieux comment ils étaient devenus mutants. Et puis pourquoi des cours de musique aussi. Le piano lui manquait. Bien sûr, tout cela se ferait en parallèle de son travail. Elle n'allait pas chômer... Pee-Chai sortit doucement de sa serviette pour se diriger vers le reste de laitue qu'il grignotait tout à l'heure. Attrapant le tissu, Cassie lui sécha doucement les poils. Elles étaient vraiment mignonnes ces petites bêtes.

    « Besoin d'un coup de main ? Proposa-t-elle en se tournant vers Erïka. Ça fait longtemps que tu es à l'Institut toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Jeu 9 Mai 2013 - 2:18

Erïka accordait toujours une signification particulière aux prénoms, dont aux siens. Miraslova signifiait « guerrière » dans sa langue natale. Son grand-père lui aurait bien donné ce prénom car il trouvait que cela lui collait à merveille. Il n’avait pas tort. Elle était une femme forte, une véritable combattante. C’était en son honneur qu’elle avait décidé d’avoir un second prénom comme celui-ci. Lorsqu’elle avait choisi le prénom de son cochon d’inde, elle avait encore une fois opté pour quelque chose qui représentait beaucoup à ses yeux. Istina signifiait tout simplement « vérité ».
Maintenant qu’elle avait une seconde boule de poil dans sa vie, elle avait dû lui trouver un nom. Elle n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour savoir comment elle allait le nom. Pee-Chai. C’était en l’honneur de Will qu’elle l’avait ainsi nommé. Il était toujours là pour elle, toujours prêt à se sacrifier pour qu’elle se sente mieux, quitte à attraper la grippe également. Il était génial et il méritait qu’elle lui rende ainsi hommage.

La jeune fille leva les yeux vers Cassandra afin de lui répondre. La première fois qu’elle avait mis les pieds dans l’institut, elle avait eu l’occasion de rencontrer Istina. Maintenant, elle allait devoir supporter la présence d’une seconde boule de poil dans leur chambre. Ils ne faisaient pas beaucoup de bruit. C’était parce qu’Erïka entendait très bien qu’elle n’avait aucun mal à savoir quand est-ce que les petites bêtes étaient réveillées et s’amusaient dans leur cage.


-« Ça signifie « grand frère ». »

Erïka s’installa à son aise avec sa petite bête. Elle en profita pour demander à Cassandra de sortir Istina de sa cage, l’empêchant ainsi de se lever. Afin de la taquiner, cette dernière lui demanda s’il n’y avait pas un s’il vous plait qui venait à sa phrase. Pour toute réponse, l’adolescente soupira. Elle n’était pas du genre à être si polie avec les gens sauf si elle le voulait vraiment. Elle demandait quelque chose et puis voilà. Ce n’était pas un ordre comme la dernière fois. La jeune femme allait devoir s’y faire, Erïka était comme ça.

-« Va falloir que tu t’y fasse. Je ne distribue pas mes « s’il-vous-plait » et mes « merci » comme des bonbons à l’Halloween. »

Laissant finalement Istina aux grands soins de Cassandra, l’adolescente se leva et alla laver la petite bête aux allures de moufette aventureuse. Elle fut bientôt propre et pu retourner sur le lit, bien emmitouflée dans une toute petite serviette. Elle le laissa grignoter pendant qu’elle nettoyait sa cage et changeait les bols de nourriture ainsi que leur abreuvoir. Elle prenait grand soin d’eux et faisait en sorte qu’ils vivent dans d’excellentes conditions. Elle ne voulait pas qu’ils tombent malade parce qu’elle les négligeait. Déjà, depuis qu’ils étaient deux, elle avait bien moins d’attention à donner à Istina. Ces petites bêtes vivaient habituellement à plusieurs. Pendant qu’elle terminait son nettoyage et remplissait de nouveau leur cage de foin, l’adolescente questionna Cassandra sur ce qu’elle comptait faire maintenant qu’elle avait l’occasion de suivre des cours à l’institut. Cette dernière souhaitait surtout développer son don.

-« On est tous là pour ça. Rien ne t’empêche de suivre des cours de… de tout en fait. Il y a tellement de choix. Certaines personnes obtiennent leur diplôme sans mettre les pieds dans une école normale. Il doit bien y avoir quelque chose autre que ton pouvoir qui t’intéresse. »

Cassandra lui proposa un peu d’aide pour le nettoyage de la cage. Comme Erïka avançait assez rapidement, surtout par habitude de le faire, elle n’avait pas besoin de coup de main. De toute façon, elle avait toujours eut pour habitude de se débrouiller seule. Avec le temps, elle était arrivée à demander de l’aide à ses proches lorsqu’elle en avait réellement besoin. Avec les autres, elle restait aussi têtue qu’une mule… malgré que la mule était plus accommodable qu’elle, parfois.

-« Ça va aller, j’ai pratiquement terminé. Voilà. Je vais donner un bain à Istin… Roooh ! Bordel ! Sale perverse, qu’est-ce que tu fais ? T’es pire que ma sœur espèce de boule de poil. Allez, au bain ! »

Elle laissa échapper un soupire exaspérée en s’approchant d’Istina. Cette dernière venait de glisser la tête sous la jupe de Cassandra, là où il valait mieux éviter de s’aventurer. Avant que la boule de poil n’aille plus loin, la jeune fille l’attrapa et l’amena avec elle dans la salle de bain. Elle laissa la porte ouverte le temps de lui donner un bain. Ce n’était pas parce qu’elle était dans une autre pièce qu’elle s’empêcha de discuter avec Cassandra.

-« Quand je te disais que ces bêtes se glissent partout… »

Une fois Istina propre, elle l’enroula dans la petite serviette qu’elle avait utilisée pour Pee-Chai. Maintenant, la petite coquine pouvait retrouver le confort de son lit et continuer à grignoter des légumes si elle en avait envie. L’adolescente pris également place sur le lit. Il était assez grand pour tous. Jusqu’à présent, l’atmosphère s’était assez bien détendue malgré le manque d’expression d’Erïka qui parlait toujours d’une voix neutre et fatiguée. Elle n’avait pas été épargnée ces derniers temps, mais elle regagnait peu à peu du poil de la bête si on oubliait ce qui la tracassait. D’ailleurs, elle n’avait pas vraiment eu le temps de penser à tout cela depuis l’arrivée de Cassandra. Elle aura encore moins le temps de le faire maintenant. Des coups frénétiques retentirent contre la porte ce qui arracha un soupire agacé à Erïka. La voix surexitée derrière la porte était tout à fait reconnaissable.

-« Rika-Sempai ! Rika-Sempai ! Riiiiiika-Sempaaaai ! »

Erïka se leva, et se dirigea vers la porte qu’elle ouvrit d’un coup sec. Devant elle, se trouvait une adolescente un peu plus jeune qu’elle. Surexcitée, elle sautillait pratiquement sur place. Elle était vêtue d’un short court ainsi que d’un amoncellement de chandails qu’elle avait probablement découpés et cousus ensemble pour donner une espèce de courtepointe artistique qu’elle portait avec fierté. Il ne fallait pas s’étonner, Mindy était une jeune fille très créative. Sa chevelure blonde avait légèrement raccourcie depuis la dernière fois où Erïka l’avait vue. Elle portait la coupe garçonne à merveille et pour la mettre en valeur elle portait une passe pour les cheveux sur laquelle se dressaient deux oreilles félines.

-« Je ne suis pas sourde, Sunny, pas la peine de gueuler comme ça. Tu vas traumatiser ma nouvelle coloc’. »

-« Rika-Sempai ! C’est génial ! C’est absolument génial ! Je vais participer à un concours dans une convention ! Il faut que je fasse le plus beau le plus magnifique des cosplays. Tu sais c’est quoi le plus beau ? Dis ! Dis! Dis ! Tu le sais ? Il va y avoir une designer japonaise à la convention. Une vraie que parle vraiment le japonais. Alors il faut que je sois trop au top pour l’impressionner ! Tu imagines ? Je vais rencontrer une icône de la mode nippone ! Tiens, ça ce sont mes devoirs. Il m’en faut d’autre. Il m’en faut plein. Il faut que j’apprenne vite. Et il faut que je fasse mon cosplay… Oh my… je crois qu’il me faut de la dentelle, il me manque de la dentelle, il en faut beaucoup et il faut des jupons et…. Ah ! Une nouvelle mutante ! »

Aussitôt, Sunny entra dans la chambre sans invitation. Elle sautillait presque jusqu’à Cassandra. S’en attendre, elle attrapa sa main et la serra dans un grand élan de joie. Pendant ce temps, Erïka tentait de se remettre de la petite voix aigüe que prenait parfois la jeune fille lorsqu’elle était trop énervée. Elle marcha lentement jusqu’à son bureau et déposa les feuilles sur sa pile de devoir avant de fouiller un peu dans un cartable. Elle attrapa quelques feuilles, assez pour occuper Sunny pendant un bon moment, au moins le temps qu’elle se rétablisse complétement de son rhume. Cette petite boule d’énergie de s’arrêtait jamais, surtout lors des belles journées comme celle-ci. Pendant que la jeune fille regardait les feuilles qu’elle avait en main, elle laissait Cassandra subir la super bonne humeur de son élève.

-« Moi c’est Mindy, mais appelle moi Sunny ! Parce que je suis rayonnante, comme un soleil ! Et toi, tu es qui ? Tu es ici depuis longtemps ? Toi aussi tu es une élève de Rika-Sempai ? Tu étudies en quoi ? C’est quoi ton pouvoir ? Moi c’est de faire de la lumière, parce que je suis un vrai petit soleil ! Hihihi ! Dis, tu voudrais qu’on fasse connaissance ? J’adore rencontrer des gens. On pourrait faire plein d’activités ensemble ! Tu aimes quoi ? Moi j’aime la couture et le Japon. Les japonais sont tellement beaaaaux ! »

-« Allez miss Sunshine, voilà ta prochaine leçon. Maintenant file faire ça, t’es loin d’être bilingue. On verra comment a évolué ta prononciation quand j’irais mieux. »

-« Génial, Rika-Sempai ! Arigato ! Arigato ! Promis, je vais bien apprendre mes leçons. Mais avant… » Elle se figea l’espace de quelques secondes comme si une soudaine pensée venait d’accaparer son esprit. « … de la crinoline, de la dentelle. Les jupons ! Je dois faire mes jupons ! Kyaaaaaaa ! »

-« Refait ce cri et je te jette par la fenêtre, Sunny. Ait pitié pour mes oreilles. » Lâcha Erïka, totalement découragée par son élève.

-« Gomenasai ! J’arrête, c’est promis. Il faut que j’y aille. Ravie de t’avoir rencontrée. On se reverra, c’est promis. On ira prendre une glace ensemble. Ou mieux, manger des ramens ! Je sais faire des ramens comme dans les restaurants, c’est trooop bon ! Et des bentô. On ira faire un pique-nique et je ferais des bentôs trop kawaïïï ! Tu vas adorer, j’en suis sûre. » Elle se jeta dans les bras de Cassandra pour lui faire un câlin avant de regagner la porte en sautillant. « Sayonnara ! »

Sunny referma la porte derrière elle, laissant les deux mutantes seules dans la chambre. Erïka ne se soucia plus de son élève, habituée à ce genre de réaction de sa part. Elle était trop amorphe pour s’enthousiasmer un minimum pour elle. Il fallait qu’elle repose ses pauvres oreilles qui venaient d’être violées par ses cris aigues. Erïka se tourna vers Cassandra. Cette dernière venait de rencontrer la fille la plus sociable et la plus énergique de tout l’institut. Elle devait être plus que troublée, c’était certain.

-« Va falloir t’y habituer, elle est toujours comme ça. Sauf les jours de pluie. Ce n’est pas possible d’y échapper. Malgré ses airs d’otaku surexcitée, elle est sympa. Très sympa. Tu verras par toi-même, elle ne te lâchera pas, la prochaine fois. »

La jeune fille rejoignit son lit afin de s’occuper de ses cochons d’inde. Ils étaient où, d’ailleurs ? Erïka soupira. Pas possible de les laisser deux secondes sans qu’ils ne se sauvent comme des voleurs. Il fallait maintenant les retrouver et ils pouvaient être n’importe où. Ils n’avaient pas pu rejoindre la porte. De toute façon, Sunny était tellement énergique qu’ils avaient dû s’éloigner d’elle à la vitesse de l’éclair. Ils devaient être cachés pas très loin.

-« Devine qui est-ce qui manque à l’appelle. Ils sont deux, ils sont rapides et ils ont terriblement peur de Sunny. »

L’adolescente s’agenouilla aussitôt et se mit à fouiller sa chambre de fond en comble en espérant rattraper les petites bêtes poilues. La jeune fille venait tout juste de les laver, elle n’avait pas envie qu’ils aillent se salir n’importe où. Au moins, si Cassandra n’était pas trop traumatisée, elle pourra l’aider à mettre la main sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Jeu 9 Mai 2013 - 18:56

Cassandra faisait de son mieux pour tenter d'établir la conversation avec Erïka, preuve qu'elle avait changé ces derniers temps. Aurait-elle intégré l'Institut plusieurs mois auparavant qu'elle ne se serait même pas donnée la peine de faire autant d'efforts, quitte à laisser planer un silence de mort pendant des heures. En soi, le silence ne la gênait. Mais quitte à vivre pendant un temps avec la petite blonde ainsi que les autres élèves de l'Institut, autant démarrer sur de bonnes bases – et en ce qui concernait la russe, de meilleures bases que lors de leur première rencontre. À choisir, la jeune femme préférait éviter de retenter l'expérience de l'orphelinat ; une seule fois suffisait.
Elle orienta donc le sujet sur les deux petits animaux de compagnie de la jeune fille, demandant le nom du petit dernier arrivé ; une jolie boule de poils noire et blanche. Erïka l'avait baptisé Pee-Chai, qui signifiait ''grand-frère''. Joli hommage à William qui lui avait acheté le petit cochon d'Inde. Cassie eut un léger sourire. Il n'y avait nul besoin de rajouter autre chose, le petit nom de l'animal prenait tout son sens.

Comme Erïka lui demandait d'amener Istina sur sa couette, la brune essaya de plaisanter un peu en lui faisant remarquer que ses questions manquaient cruellement de ''s'il te plaît''. Mais contrairement à la dernière fois, il n'y avait aucun ton de reproche dans ses propos. Après tout, sa demande ne sonnait pas comme un ordre ; mais c'est simplement que Cassandra attachait de l'importance à la politesse. Pour toute réponse, la blonde eut un soupir et lui expliqua qu'il ne fallait pas qu'elle s'attende à ce qu'elle use des formules de politesse à tout va.

    « Dommage, c'est mon cas. Au moins ça rétablira un équilibre. »


Hé oui, il n'y avait pas que la russe qui était têtue ! De toute manière, peu importait le caractère de sa colocataire, Cassandra n'allait pas modifier son comportement pour son bon plaisir. Elle faisait des efforts c'était déjà pas mal. Pendant que Pee-Chai prenait un bain bien mérité avoir être parti en vadrouille dans la pièce, l'illusionniste s'occupa avec Istina, laquelle grignotait des petits morceaux de légumes. Au moins, elle ne s'enfuyait pas de partout comme ça. La jeune femme entreprit de sécher également le petit deuxième pendant que sa maîtresse nettoyait sa cage. Elle demanda également à sa nouvelle colocataire si elle comptait suivre des cours, ce à quoi elle répondit par l'affirmative, mais sans entrer dans les détails. Elle expliqua seulement qu'elle souhaitait développer son don, mais Erïka lui signala qu'il n'y avait pas que cela qu'elle pouvait apprendre dans l'établissement. Cassie laissa passer un petit silence, avant de reprendre la parole.

    « Il y a des tas de choses qui m'intéressent. La science, par exemple, ou plus exactement la génétique. J'aimerais bien apprendre comment nous sommes arrivés ici. Et puis il y a aussi la danse, le chant, la musique, le dessin... tout ce qui touche à l'art. On ne développe jamais assez ce qu'on sait faire. Qu'est-ce que tu suis comme cours, toi ? Des langues seulement ou tu fais aussi autre chose ? »


La règle du donnant-donnant. C'était toujours ça. Une information contre une autre, en l'occurrence. Cassandra n'avait pas oublié que William lui avait dit qu'Erïka parlait pas moins de six langues. Elle avait pris une belle lancée, alors sans doute avait-elle continué là-dessus. L'illusionniste proposa son aide à la blonde qui nettoyait la cage de Pee-Chai, mais cette dernière refusa, comme elle venait juste de la terminer. Mais la brune ne prêta pas attention à toute la phrase de sa camarade, comme elle venait juste de sentir quelque chose bouger contre sa jambe. Et pour cause, Istina venait tout juste de passer sa tête sous la jupe de Cassie.

    « Hélà, boule de poils ! Accès interdit ! » fit-elle en attrapant doucement Istina pour la retirer de sous sa jupe.


Erïka s'empara de son cochon d'Inde ; à son tour de prendre un bain ! Cassandra quant à elle reprit sa surveillance de Pee-Chai, lequel avait encore les poils un peu humides. Mais cela ne le dérangeait dans sa dégustation de laitue qu'il n'avait pas interrompu. La blonde revint sur la capacité de ses petits animaux à se glisser partout. Il y avait des limites... Cela ne dérangeait pas Cassie qu'ils se mettent à vadrouiller entre ses vêtements, mais à condition qu'elle ne les porte pas déjà sur elle !

    « Je vois ça. Ils ne sortent pas de leur cage la nuit j'espère ? J'aimerais pas trop me réveiller avec un cochon d'Inde dans mon pyjama... »


Elle imaginait déjà le tableau d'ici tiens. Après le réveil-crise cardiaque de la radio, découvrez la nouvelle douce sonnerie du matin : les cris de votre colocataire en pleine recherche du cochon d'Inde aventurier perdu entre les plis de ses vêtements! Réveil serein garanti... ou pas.
Quoiqu'il en soit, le bain d'Istina achevé, les deux petits animaux reprirent leur place sur la couette, de même qu'Erïka. Les deux jeunes femmes surveillaient ainsi les deux cochons d'Inde, qui pour le moment ne s'aventuraient pas trop jusqu'aux limites du lit, restant là où la nourriture était éparpillée.

    « En tout cas, ils sont vraiment mignons. » commenta Cassandra, un sourire aux lèvres.


Même si elle n'en avait pas, la jeune femme appréciait les petits animaux. Les lapins, les oiseaux, les hamsters... peut-être choisirait-elle d'en avoir un un jour, qui savait. Puis le calme de la pièce fut soudainement brisé par un enchaînement de cris surexcités qui venait de derrière la porte. Il s'agissait en plus de mots qui étaient incompréhensibles à l'oreille de l'illusionniste. ''Sempai'' ? C'était quoi ça, une nouvelle marque de croquettes pour cochon d'Inde ? Erïka se leva, comme résignée, et alla ouvrir la porte à une jeune fille blonde qui sautillait comme une puce tant elle était excitée. Comme d'habitude, face à un visage inconnu, Cassandra reprit son masque de neutralité, quoiqu'il ne resta pas longtemps. Elle était plutôt surprise de voir une telle apparition, aussi... énergique. Elle était diamétralement opposée à Erïka et ses traits de zombie. La dénommée Sunny enchaîna sur un monologue débité de manière tellement rapide que Cassandra crut plusieurs fois perdre le fil. La russe quant à elle semblait avoir abandonné d'entrée de jeu. Elle se contenta simplement de prendre les feuilles que lui tendait Sunny et de les déposer sur son bureau, en en préparant d'autres. Entre temps, la nouvelle venue blablatait à propos de convention, de tissu et de Japon, mais Cassandra était intriguée par son serre-tête oreille de chat... c'est vrai que ça se faisait au Japon ce genre de choses. C'était original, mais il était rare de voir des gens déambuler avec ce genre d'accessoire.

Puis tout à coup, Sunny s'aperçut de la présence de Cassandra. Sans trop savoir pourquoi, cette dernière ressentit une sueur glacée lui parcourir la colonne vertébrale. Avant même qu'elle n'ait pu réagir ou même ouvrir la bouche, la petite blonde était déjà à sa hauteur et lui avait pris la main et la serrait avec vigueur. Décontenancée, Cassie fit de même. Elle était éblouissante cette jeune femme, et vraiment débordante d'énergie. Sunny – ou Mindy, de son vrai prénom – recommença à monologuer à la vitesse de la lumière. Cassie était vraiment perdue. De sa main libre, elle tenta de freiner le flot de paroles déversé par la jeune fille.

    « Héééé, doucement ! Doucement ! Je m'appelle Cassandra, et je viens tout juste d'arriver... alors je ne suis l'élève de personne encore pour le moment. Je, je crée des illusions... et euh... »


Non là, vraiment, Cassandra abandonnait. Elle n'arrivait pas à suivre le débit de propos de Sunny. Erïka venait de terminer de remplir des feuilles qu'elle tendit à son élève, laquelle apprenait visiblement le japonais. La remise des devoirs cependant ne fit qu'accentuer l'excitation de Mindy, qui soudainement fit une pause. Cassandra se redressa, pensant que le répit était enfin arrivé. Mal lui en prit de penser ainsi. Quelques instants après, ses tympans avaient comme disparus à cause du cri perçant de la jeune fille.

    « La vache... mes oreilles... »


Cassie avait mal à la tête maintenant. Mais ce n'était rien en comparaison de ce qui lui arriva ensuite. Après un énième monologue de la part de Sunny, celle-ci se prépara à s'en aller... mais pas sans avoir sauté au coup de l'illusionniste, geste qui l'acheva complètement. Ce n'était pas le genre de contacts auquel elle était habituée, il fallait bien l'avouer... pour le coup, la jeune femme fut incapable de réagir, et resta comme tétanisée même après le départ de Mindy. Quel silence quand elle partit ! Maintenant il fallait que l'illusionniste reprenne ses esprits, et ce n'est pas les propos d'Erïka qui l'aidèrent beaucoup...

    « Je... je doute pas qu'elle soit sympathique... mais elle est vraiment très sociable, et j'ai pas l'habitude d'un comportement aussi joyeux, si je me suis pas habituée avant. Comment elle me lâchera pas ? »


Sunny devait être quelqu'un de vraiment joyeux et sociable, mais il fallait qu'elle modère sa bonne humeur. Bon, là elle venait d'avoir une excellente nouvelle à priori, alors elle comprenait. Mais si elle était tout le temps comme ça... wouaw. Ayant repris finalement ses esprits, ce fut pour entendre la russe déclarer que les deux petits cochons d'Inde, effrayés par Mindy, avaient pris la poudre d'escampette. Ils redoutaient en effet la petite blonde, et vu la tornade qu'elle représentait à elle toute seule, Cassandra n'en était pas vraiment surprise. Se relevant donc, elle se mit à chercher les petites boules de poils avec leur maîtresse.

    « Ils ont une cachette préférée, un endroit où ils vont systématiquement ? »


Regardant par terre et sous les deux lits, elle constata qu'il n'y avait rien. Se redressant alors, elle jeta un coup d’œil circulaire à la pièce et repéra le premier petit animal, qui avait élu domicile dans une des chaussures de Cassandra qui étaient restées à côté de son armoire.

    « En voilà déjà un ! Allez, viens là... »


Doucement, elle sortit Pee-Chai de sa chaussure. Le pauvre petit était tout tremblant de peur. Ne restait plus qu'à trouver Istina maintenant. Mais malgré leurs recherches, le cochon d'Inde était introuvable. Il ne se trouvait même pas dans la salle de bains. C'est alors que les yeux de Cassandra se posèrent sur la porte de la chambre...

    « Dis-moi... tout le temps que Sunny était là, la porte est restée entrouverte, pas vrai... ? »


Mauvaise nouvelle ça. Isitina avait pu prendre la poudre d'escampette par là. Tendant Pee-Chai à sa propriétaire, Cassandra sortit de la pièce et inspecta le couloir vide. Ou presque. À l'autre bout à droite, une petite forme se mouvait par terre, une petit boule de poil couleur caramel qui tourna bientôt à gauche.

    « Mince, elle est au bout du couloir, j'vais aller la chercher !» fit-elle à Erïka avant d'y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Ven 10 Mai 2013 - 2:12

Erïka était une adolescente curieuse, bien qu’elle ne le montrait pas ouvertement. Elle adorait les nouvelles expériences et était toujours tentée par le fait d’essayer quelque chose de nouveau. C’était formidable que l’institut puisse offrir tant de cours variés à ses résidents. Ainsi, en plus de poursuivre ses études afin d’obtenir son diplôme, la jeune fille pouvait tenter de s’intéresser à autre chose. Elle avait déjà essayé de faire de l’art avec Amy. Cependant, Erïka était loin d’être douée en la matière, surtout à côté de son amie. Elle préféra arrêter et se concentrer sur ses autres cours. Puisqu’elle avait pris du retard dans ses études, la jeune fille n’avait pas trop le choix que de prendre certains cours qui ne l’intéressait pas forcément. C’était enrichissant, dans un certain sens, mais elle n’appréciait pas forcément de faire ses devoirs de sciences. Heureusement que Bobby était là pour l’aider. Ça se voyait bien qu’il était absent de sa vie depuis un petit moment. Les résultats de la jeune fille avaient recommencé à chuter graduellement. Au moins, elle se rattrapait avec les cours de langue dans lesquels elle excellait. Qu’est-ce que Cassandra allait faire à l’institut ? Allait-elle prendre des cours dans un domaine en particulier ?

-« Je termine mes études générales. Je dois me taper des cours de science, de math, ce genre de matière auxquelles je ne pige rien. En fait, c’est… c’est Bobby qui m’aide à réussir. J’ai tenté les cours d’économie. Ne fais jamais cette erreur. Bientôt je ne vais suivre que des cours de langue. Si tu veux faire de l’art, peut-être que je pourrais te présenter ma meilleure amie, elle est très douée…. »

La jeune fille baissa les yeux vers la cage de ses cochons d’inde. Elle ne voulait pas trop parler de Bobby depuis ce qui lui était arrivé. Elle avait du mal à supporter cette séparation temporaire qui hantait ses journées. Elle pouvait passer une journée complète sans le voir, sans lui parler, mais pas dans ces circonstances. Elle savait qu’il était enfermé dans sa chambre, ne désirant pas en sortir sous peine de congeler l’institut au grand complet. Elle n’aimait pas cela. Elle ne pouvait même plus aller le voir.
Erïka tenta de reprendre ses esprits et de penser à autre chose. Ce n’était pas le moment de morfondre, surtout pas devant sa nouvelle colocataire. Elle prêta plutôt attention à sa petite perverse d’Istina qui s’était glissée sous la jupe de cette dernière. C’était tellement curieuse, parfois, ces petites bêtes. Elles adoraient explorer sa chambre et tout ce qui s’y trouvait. La jeune alla lui donner un bain afin qu’elle soit aussi propre que Pee-Chai. Ses cochons d’inde avaient le don de se salir en se glissant n’importe où.


-« Ils ne sortent pas, en général je referme bien leur cage. Ils ont seulement tendance à vouloir jouer les explorateurs lorsqu’ils en sortent. »

Une fois de retour dans la pièce, elle la redéposa sur le lit. Elle s’approcha de son petit ami contre qui elle s’installa afin de lui voler son morceau de laitue. Istina n’avait pas encore compris certaines notions du partage… Au moins, ils restaient ensemble et ne tentaient pas de s’enfuir sous le regard bienveillant de leur maitresse. Les petites bêtes ne pourront jamais échapper à la vigilance de deux mutantes. Enfin, c’était ce qu’elles croyaient. L’arrivée inattendue d’une autre résidente allait troubler la quiétude de cette pièce.

Des coups frénétiques résonnèrent contre la porte. Erïka se leva et alla ouvrir. Elle savait déjà qu’elle allait y retrouver une Sunny énergique, de bonne humeur et encore plus surexcitée qu’à son habitude. Elle venait faire part de ses bonnes nouvelles à la jeune fille avant de lui remettre les devoirs qu’elle avait remplis avec attention. Elle avait besoin d’apprendre davantage et bien plus rapidement. Habituée à ce genre de comportement, l’adolescente ne s’étonnait même plus. Elle n’avait pas l’énergie pour se réjouir et partager la joie de Sunny. Ça lui reviendra peut-être d’ici quelques jours. En attendant, elle se contentait de fouiller l’un de ses cartables afin d’en sortir quelques feuilles sur lesquels elle avait déjà écrit des exercices pour son élève.

Soudainement, Sunny réalisa qu’Erïka avait une nouvelle colocataire et s’empressa d’aller se présenter. La jeune fille ne manqua aucunement la réaction de Cassandra face à cette véritable boule d’énergie. Elle esquissa un petit sourire amusé qui disparut bien rapidement. La mutante avait visiblement du mal à comprendre tout ce que pouvait déblatérer Sunny en aussi peu de temps. Elle allait devoir s’y faire, elle était toujours comme ça. En attendant, elle tentait de freiner le rythme de ses paroles effrénées afin d’y répondre. Elle se présenta et révéla quel était son don.


-« Des illusions ? Mais c’est trop méga chouette ! Dis, tu voudras me montrer, un jour ? Tu pourrais me faire apparaitre les Vocaloids ? Ils sont trop géniaux ! Tu imagines si je pouvais chanter avec Miku ? Ce serait fantastique ! Un vrai rêve ! Elles chantent tes illusions ? Est-ce qu’elles sont vraies ? Je peux y toucher ? Si tu me montre ton pouvoir, je te montrerais le mien. Il est trop génial ! »

Erïka confia le nouveau devoir à son élève en espérant que cela pourrait la calmer. Cependant, elle semblait plutôt se perdre dans son esprit avant de réaliser qu’elle avait des jupons à faire. Elle s’écria d’une petite voix aigüe qui viola les tympans des deux mutantes. Heureusement, la jeune fille comptait quitter la pièce. Avant tout, elle salua énergiquement Cassandra avant de lui faire un gros câlin plein d’affection. Cassandra semblait en être troublée. L’adolescente comprenait parfaitement, elle avait eu la même réaction la première fois. Les contacts physiques ce n’était pas trop sa tasse de thé. Une fois que la porte se referma derrière elle, le silence envahi la chambre. Les oreilles d’Erïka étaient soulagées. Ce que cette fille pouvait être énergique. Un petit sourire vint de nouveau effleurer les lèvres de la russe alors qu’elle expliquai à Cassandra qu’elle allait devoir s’habituer à cette véritable boule d’énergie.

-« Elle adore faire la connaissance des nouveaux mutants. C’est certain qu’elle va t’aborder si elle te croise de nouveau. J’espère que tu aimes manger japonais. »

Une fois la tempête Sunny passée, il fallait maintenant réparer les dommages collatéraux. Les cochons d’inde avaient pris la poudre d’escampette. Aussitôt, Erïka se mis à les chercher et Cassandra vint lui donner un coup de main. Ils pouvaient être n’importe où dans cette grande pièce. À deux, elles auront bien plus de chance de les retrouver. La jeune femme la questionna sur les endroits où ils avaient l’habitude de se cacher.


-« Sous ma bibliothèque. C’est la cachette préférée d’Istina…. Merde ! Elle n’y est pas, ni sous le bureau. Pee-Chai n’a pas vraiment de cachette, il n’est ici que depuis quelques jours. »

Cassandra venait de mettre la main sur Pee-Chai. Aussitôt, l’adolescente se redressa et alla récupérer la pauvre petite bête qu’elle déposa dans sa cage. Elle prit bien soin de fermer la porte afin qu’il ne puisse plus s’échapper. Il ne manquait plus qu’Istina. Sa maitresse se remis aussitôt à la recherche du petit animal, mais il se trouvait nulle part. Ce fut à ce moment que Cassandra évoqua une intéressante théorie qui inquiéta néanmoins sa colocataire.

-« Merde… Il faut la retrouver avant qu’elle ne se perde dans l’institut. »

Cassandra ouvrit la porte afin de vérifier et remarqua qu’Istina se trouvait bel et bien dans le couloir. Aussitôt, Erïka sortit de la chambre à sa suite, claquant la porte derrière elle. D’un pas rapide, elle alla rejoindre sa colocataire qui avait réussis à récupérer la petite fugueuse à temps. Erïka s’en empara, quelques secondes plus tard, la calant dans ses bras. Visiblement, Istina grelottait de froid. La pauvre… La raison était plutôt évidente aux yeux de sa maitresse. Ils se trouvaient à proximité de la chambre de Bobby d’où émanait un froid polaire. Il ne valait mieux pas rester dans les parages trop longtemps. La température qui se dégageait de la pièce était minime comparativement à ce que l’on pouvait y ressentir à l’intérieur. En fait, l’adolescente ne voulait pas parler de ce qui se passait à Cassandra. Elle préférait retourner à sa chambre et y déposer Istina dans sa cage. Elle prit également soin de ranger les légumes qu’ils n’avaient pas mangé dans le plat posé sur son lit avant de le poser sur le bureau. Parlant de nourriture, le muffin qu’Erïka avait grignoté n’avait pas réussis à combler son appétit pour bien longtemps.

-« Je vais à la cuisine. Tu viens ? SI on croise Sunny, je te protégerais, promis. » Fit l’adolescente avec un léger sourire taquin.

L’adolescente quitta la pièce et rejoignit la cuisine. Elle fouilla le réfrigérateur à la recherche de quelque chose d’intéressant à manger, mais rien ne lui venait à l’esprit. Elle n’avait pas vraiment envie de se forcer à cuisiner quoi que ce soit. Elle décida donc de prendre une pizza congelée qu’elle glissa dans le four. Il ne lui restait plus qu’à attendre. Pendant ce temps, elle s’empara d’une bouteille d’eau dans le réfrigérateur.

Lorsque la pizza fut prête, elle la déposa dans une grande assiette et la coupa en plusieurs pointes avant de s’installer à la table. Elle était trop paresseuse pour remonter à l’étage. Elle préférait rester dans la cuisine, puisqu’il n’y avait pas d’autres résidents. Pour une fois qu’elle pouvait profiter du calme de la pièce en pleine journée, elle allait savourer ce moment. Comme Cassandra l’avait rejointe, Erïka lui indiqua la pizza afin qu’elle ne se gêne pas pour se servir. La jeune fille n’arrivera jamais à manger tout cela seule.


-« T’en veux ? Elle est excellente » Fit-elle en s’emparant d’une pointe. « Alors, tu as visité l'institut avec le professeur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Ven 10 Mai 2013 - 22:24

Du fait que Cassandra avait terminé ses études il y a déjà quelques années, ce n'était guère le côté scolaire de l'Institut Xavier qui l'intéressait ; à vrai dire elle avait déjà son diplôme, mais pour autant elle ne rechignerait pas à suivre quelques cours afin d'approfondir ses connaissances. La biologie était une matière intéressante à ses yeux, qui aidait à comprendre la vie, la génétique. Et la volonté de savoir comment le gène mutant était apparu la motivait à s'inscrire aux cours de ce domaine. En dehors de cela, elle avait un attrait particulier pour tout ce qui avait rapport à l'art, aussi comptait-elle prendre des cours dans différentes matières liées à cela. Mais il fallait qu'elle tienne compte également de son temps de travail, qu'elle ne comptait pas laisser tomber. Elle ne risquait plus de s'ennuyer... Erïka quant à elle terminait ses études générales, mais comptait bien continuer dans l'étude des langues, quand elle se serait débarrassée des sciences qu'elle n'aimait guère.

    « C'est moche, mais faut bien avoir des bases en tout ça. L'économie me tente absolument pas, je ne risque pas d'essayer. Et ma foi, je ne suis pas contre. Il faudra que je ramène mon matériel... » ajouta-t-elle à part, constatant qu'elle avait oublié cela.


Discutant ainsi avec sa colocataire, Cassandra ne prit pas garde tout de suite à la tentative d'Istina de se glisser sous sa jupe.Elle l'en empêcha cependant avant que l'animal ne progresse davantage, et Erïka le prit bientôt dans ses mains pour lui donner un bain à son tour, Pee-Chai étant déjà tout propre. Continuant ainsi à parler avec la blonde, elle lui demanda si ses cochons d'Inde avaient l'habitude de se balader aussi la nuit. Quel réveil de folie si d'aventure un des petits animaux se retrouvaient entre les draps d'une des deux filles ! Mais Erïka la rassura : elle avait l'habitude de bien refermer leur cage. Au moins, elle veillait bien sur eux. Ayant ramené la petite boule de poils propre auprès de son ami, la tranquillité revint ainsi que le silence... mais ni l'une ni l'autre ne durèrent bien longtemps.

L'intrusion soudaine d'une véritable tornade d'énergie rompit le calme de la pièce. Une jeune fille blonde qui venait sans doute d'avoir une excellente nouvelle assaillit brutalement Erïka avec une flopée de propos que Cassandra peina à comprendre. La russe semblait à la fois habituée et découragée par l'attitude de la fille qui se révélait être son élève de japonais. Elle était venue afin de lui demander d'autres exercices, glissant ça et là des idées de couture et des noms de tissus, jusqu'à ce qu'elle se rende compte de la présence de l'illusionniste. Cette dernière eut droit à son tour à a noyade de mots, tentant vainement de calmer Mindy pour répondre tranquillement à ses questions et mieux comprendre ce qu'elle disait. Quand elle arriva tant bien que mal à calmer la jeune fille, Cassie se présenta et mentionna en quoi consistait son don. Grave, très grave erreur.

Loin de la laisser finir, cette dernière information enchanta davantage Sunny qui repartit dans un babillage pas possible, posant mille et une questions que Cassandra comprenait à peine, mais qui devait avoir un lien avec le Japon... Voca... quoi ? Miku ? Est-ce que c'était une personnalité connue asiatique ? Cassie n'était pas très au fait de la culture asiatique, si ce n'était des mangas. Elle avait lu quelques séries mais elle n'avait jamais été jusqu'à s'intéresser au reste de la culture japonaise, tout simplement parce qu'elle n'y avait jamais vraiment songé. L'Europe l'attrayait plus, en réalité.

    « Si... si tu veux... mais je pense que ça attendra le moment où tu seras un peu plus calme ! »


Elle était vraiment intenable ! Seule l'intervention d'Erïka réussit à détourner l'attention de Sunny sur l'illusionniste, qui en fut soulagée. Enfin, pas pour très longtemps, puisque la jeune fille se mit à pousser un véritable cri de joie, mais tellement aigue qu'il en perça les tympans des deux colocataires. Cassandra apposa ses mains sur ses oreilles douloureuses, ce qui fit qu'elle fut incapable de rendre son étreinte à Sunny avant qu'elle parte. En tout cas, même avec les mains libres, il aurait été difficile pour la brune de l'entourer de ses bras, tant elle était estomaquée par cette facilité relationnelle dont faisait preuve Mindy. La mutant mettait toujours du temps avant de se rapprocher de quelqu'un, à moins que cette personne en particulier ne lui plaise réellement. En tout cas elle avait déjà rencontré cette situation. Mais pour le moment, Cassie n'y pensait pas, occupée à reprendre ses esprits. La démonstration d'affection de Sunny l'avait vraiment traumatisée, et puis ce n'était pas tous les jours qu'on croisait une personnalité aussi débordante d'énergie. Quoiqu'il en soit, une fois que la jeune fille eut quitté la pièce, le silence revint subitement. Quel calme ! Cassandra en avait besoin pour reprendre ses moyens. L'air amusé, Erïka la prévint que la jeune blonde était toujours comme et qu'elle devrait s'y habituer pour la prochaine fois qu'elle la rencontrerait.

    « J'espère qu'elle est un peu moins excitée que maintenant habituellement... je n'ai jamais mangé japonais cela dit. Encore une personne qui va m'en apprendre beaucoup. »


Mais pour le moment, il fallait remettre la main sur les petits cochons d'Inde qui avaient profité de la tornade que Sunny représentait à elle seule pour se cacher. Si Pee-Chai fut facile à retrouver, comme il s'était logé dans une des chaussures de Cassie, Istina fut bien plus dure à localiser. Et pour cause : comme la porte de la chambre était restée ouverte, le petit animal avait pu s'enfuir par l'interstice. La théorie de Cassandra se confirma quand cette dernière, jetant un œil dehors, repéra la petite boule de poils au détour du couloir près de l'escalier. L'illusionniste alla la chercher, ayant juste le temps de la soulever du sol avant qu'elle ne passe la première marche et qu'Erïka la reprit entre ses mains. Puis soudainement, la brune eut un énorme frisson qui fit trembler tout son corps. L'instant d'après, ses bras l'entouraient étroitement, pour se protéger du froid glacial qui régnait dans cette partie du couloir.

    « Pourquoi il fait si froid... ? »


La question ne s'adressait pas spécialement à Erïka, mais Cassie s'interrogeait. Y avait-il une armée de frigos quelque part pour générer un tel froid alors qu'un grand soleil brillait dehors et répandait de douces vagues de chaleur ? En tout cas, elle préféra ne pas s'éterniser et rejoignit sa colocataire qui s'était empressée de remettre Istina en lieu sûr. Mais elles ne restèrent pas longtemps dans la chambre, Erïka proposant d'aller à la cuisine, et promettant même de protéger sa camarade d'une éventuelle nouvelle attaque de Sunny. Cela fit sourire brièvement l'illusionniste.

    « C'est aimable à toi, je te suis. »


Elle la suivit donc jusqu'à la pièce voulue, notant au passage le chemin pour s'y rendre. Elle ne connaissait pas encore les locaux de l'Institut, autant retenir dès maintenant où les différents couloirs et escaliers aboutissaient. Mais quasiment arrivées à la cuisine, Cassie eut un temps.

    « Ah zut, j'ai oublié un truc... je reviens de suite. »


La jeune femme fit demi-tour et remonta à sa nouvelle chambre. Quand elle y entra, elle attrapa son sac resté sur le lit et en retira son téléphone portable. Ouvrant le clapet, elle se mit à rédiger un texto destiné à un certain espagnol, voulant prendre de ses nouvelles et l'informant au passage qu'elle avait intégré l'Institut. Ceci étant fait, elle emporta son téléphone et sortit de la pièce qu'elle prit soin de refermer derrière elle, avant de rejoindre Erïka à la cuisine. Cette dernière avait choisi de préparer une pizza surgelée, qui trônait maintenant sur la table, découpée en plusieurs morceaux. La russe lui fit signe de se servir, ce dont la jeune femme ne se priva pas.

    « Merci. Bolognaise ? J'adore ça. » Elle dégusta sa part tranquillement, et avala sa bouchée avant de répondre à sa camarade. « Pas encore non. Il m'a juste amenée à ta chambre. Ça te gênerait de me faire visiter ? Si t'as le temps bien sûr. J'imagine que l'Institut a une grande superficie... Enfin, au moins j'ai déjà pu visiter la piscine lors de ma dernière visite. » dit-elle avec un sourire.


Terminant sa part, elle attendit qu'Erïka ait terminé de manger à son tour pour la suivre à l'extérieur. La visite commencerait par les terrains externes. Au cours de leur marche, pour ne pas laisser le silence s'installer trop longtemps, Cassandra posa de nouvelles questions.

    « Comment vont William et Bobby ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Sam 11 Mai 2013 - 4:55

Erïka était le genre de fille à vouloir tout essayer. Cela lui venait de sa grand-mère qui l’inscrivait à chaque été à des cours de son choix. Elle avait fait du karaté, du ballet, du dessin, de la natation et tout un tas d’activités de ce genre. À l’institut, elle avait une panoplie de choix qui s’offrait à elle. Cependant, elle préférait s’en tenir à sa passion pour les langues. Elle n’était pas douée en art. Elle ne connaissait aucun instrument de musique, ne savait pas peindre ou dessiner quoi que ce soit qui pouvait réellement ressembler à quelque chose et n’avait pas envie de faire partie d’un groupe de chant. Elle savait chanter, sans pour autant être la meilleure qui soit. Pour l’anniversaire de son frère, elle avait fait un petit numéro rien que pour lui, poussée par sa sœur qui connaissait ses compétences en la matière. SI un jour elle changeait d’avis, les cours seront toujours là. Cassandra, elle, serait bien tenter par quelques cours d’art. C’est pourquoi la jeune fille lui proposait de lui présenter Amy, un jour. Elles arriveront peut-être à s’entendre. L’italienne était douée pour se rapprocher des personnes frigides. Cependant, avant de pouvoir peindre et dessiner à sa guise, la nouvelle venue avait besoin de récupérer son matériel. L’adolescente fit un petit sourire.

-« Ton matériel ? Tu n’as pas vu la salle d’art toi. Tu n’auras pas besoin de tes affaires, crois-moi. »

Cassandra pourra visiter l’endroit en temps et lieu. Pour l’instant, elle devait plutôt superviser les cochons d’inde d’Erïka pendant que cette dernière s’occupait de nettoyer leur cage et de leur donner tour à tour un bain. Cela ne leur faisait jamais de tort. Au contraire, ils sentaient tout bon par la suite. Il fallait seulement prendre la peine de s’en occuper un peu. La jeune fille était douée pour cela. Elle donnait beaucoup d’amour à ses cochons d’inde. C’était ses amis, ceux qui étaient avec elle, dans cette pièce, le jour comme la nuit. Il savait la réconforter par leur présence.
Par contre, il y avait des moments où c’était elle qui devait les cajoler et les apaiser. Ces pauvres petites bêtes craignaient l’inconnu. Elles étaient tétanisées à la vue de Sunny qui, débordante d’énergie, ne les avait même pas remarqués. C’était peut-être mieux ainsi.

Mindy était le genre de fille positive qui voyait toujours le bon côté des choses dans la vie. Elle était possédée d’une joie de vivre sans pareil et profitait de chaque moment qui se présentait à elle. Erïka et elle arrivaient à s’entendre malgré cette différence de comportement. Il fallait seulement savoir s’y habituer. Une fois que l’on comprenait quel genre de fille elle était, c’était bien plus simple de prévoir ses réactions parfois un peu trop excessives. Quoi qu’il en soit, cette adolescente était bien trop énergique et affectueuse pour Cassandra qui n’était pas habituée à ce genre de démonstration. Heureusement, elle n’eut pas à supporter la présence de Sunny bien longtemps puisque cette dernière fila s’occuper de ses jupons à la vitesse de l’éclair. Maintenant, il y avait trop pauvres traumatisés à rassurer, dans cette pièce. Cassandra était une grande fille, elle arrivera à s’auto réconforter.


-« Ne t’en fais pas, c’est possible d’avoir une conversation censée avec elle. Elle a parfois tendance à être trop… trop quoi. Tu verras bien par toi-même, un jour. »

Pour les cochons d’inde, cela était une toute autre histoire. Ils avaient fuient cet ouragan à la vitesse de l’éclair. Pas question de rester dans les parages ! Les deux mutantes devaient partir à leur recherche. Pour eux, pas question de croiser de nouveau Sunny. Ils en avaient entendu et vu assez, cela leur avait suffis. Si Pee-Chai avait opté pour la chaussure de Cassandra afin de se mettre à l’abri, ce n’était pas le cas d’Istina. Elle avait préféré s’éloigner de cette chambre le plus rapidement possible. Ce fut Cassandra qui la retrouva dans le couloir. Aussitôt, elle alla la récupérer, suivit d’Erïka. Cette dernière cajola sa petite bête qui tremblait de froid. C’était parfaitement compréhensible puisqu’elle se trouvait tout près de la chambre de Bobby. Un peu de glace dépassait sous la porte. Malheureusement, il ne contrôlait toujours pas son pouvoir. La jeune fille tourna les talons et se dirigea vers sa chambre alors que sa colocataire se demandait d’où pouvait provenir une telle température polaire. Elle se demandait pourquoi il faisait si froid, mais Erïka préféra éviter de répondre à cette question.

-« Ça vient de cette chambre. » Se contenta-t-elle de dire.

Une fois dans sa chambre, elle déposa Istina dans sa cage et s’assura qu’elle ne pourrait en sortir. Maintenant, elle n’avait plus à se soucier de ses petits fugueurs. La jeune fille allait donc en profiter pour manger un peu. Elle proposa à Cassandra de la suivre jusqu’à la cuisine. Cependant, alors qu’elles avaient parcouru pratiquement toute la distance les séparant de la cuisine, la mutante réalisa qu’elle avait oublié un truc et regagna sa nouvelle chambre. Pendant ce temps, Erïka en profita pour mettre une pizza dans le four. Elle attendit impatiemment qu’elle soit cuite avant de la déposer dans une grande assiette et de s’installer à la table. Sa colocataire ne tarda pas à venir la rejoindre pour partager ce repas. La pizza sembla lui plaire.

Erïka questionna la jeune femme. Avait-elle eut l’occasion de visiter l’institut ? Sauf ce qu’elle avait eu l’occasion de voir lors de sa première visite, elle ne connaissait en rien les nombreux couloirs de l’établissement. La jeune fille pouvait lui faire visiter le manoir, cela ne lui posait aucun problème. Ce n’était pas comme si elle avait quelque chose à faire de sa journée.


-« J’ai la tête de quelqu’un d’occuper ? Je te ferais visiter le terrain de l’institut. Ne t’en fais pas, on ne va pas approcher la piscine. Je t’amènerais à la salle d’art, lorsqu’on reviendra à l’intérieur. Et, le plus important, la chambre de Will. C’est une bonne chose à savoir si on veut lui jouer de sales coups. »

Une fois la pizza terminée, Erïka lava l’assiette et la rangea dans une armoire avant de faire signa à Cassandra de la suivre. Elles sortirent à l’extérieur. Passant pas très loin de la piscine, la jeune fille préféra lui montrer le grand terrain de l’institut en passant par le garage. Au cours de leur balade, la jeune fille lui demanda des nouvelles de Will et Bobby. Erïka hésita à parler de ce dernier. Elle n’avait pas vraiment discuté avec qui que ce soit de ce qui lui était arrivé, sauf avec Will.

-« Will va très bien. Il doit sûrement être au boulot en ce moment. Il travaille pour Miss Frost. Tu ne pourras pas la rater, dans les couloirs. Elle est grande, blonde, habillée en blanc. Et… et si je te montrais la salle d’art ? »

Évitant ainsi le sujet concernant son petit ami, la jeune fille entraina Cassandra à l’intérieur de l’institut grâce à la première porte sur son chemin. Après avoir traversé un long couloir, elle pénétra dans une pièce totalement déserte où chevalets, tables à dessin, peintures et crayons en tout genre se côtoyaient. C’était un véritable paradis pour ceux qui adoraient l’art tout comme Amy.

-« Je t’avais bien dis que tu n’avais pas besoin de matériel. »

Erïka alla s’assoir sur un tabouret, laissant ainsi le temps à la nouvelle venue de faire le tour de la pièce et de découvrir ce qui s’y cachait. Elles n’étaient pas très pressées, ayant encore la soirée devant elles. Lorsque Cassandra sembla avoir terminé son exploration, la jeune fille se leva et lui fit signe de la suivre. Elle comptait lui faire découvrir d’autres pièces tout aussi intéressantes à ses yeux. Dans le couloir, elles passèrent devant plusieurs salles de classe que l’adolescente évoqua brièvement. Puis, elle se stoppa dans un couloir adjacent avant de pénétrer dans la salle de sport. Encore une fois, c’était désert. Il fallait dire qu’à l’heure actuelle, la majorité des résidents étaient tous partis manger.

-« C’est la salle de sport. Il y a tout ce qu’un gym en ville peut nous offrir et encore plus. Tu t’entraines ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Dim 12 Mai 2013 - 17:25

Cassandra adorait l'art, tout ce qui avait attrait à la création, l'expression. Ce qu'elle ne parvenait pas à exprimer à travers ses mots ou son visage qui était la grande majorité du temps parfaitement impassible, elle le couchait sur le papier, ou le transformait en une mélodie, ou encore le faisait passer à travers les mouvements harmonieux de la danse. Mieux encore, la nature lui avait don d'une capacité de création autrement plus belle. C'est en ce sens qu'elle se servait parfois de ses illusions. Bien qu'elles n'existaient pas vraiment, la jeune femme pouvait faire de belles choses. Cependant, cela ne lui avait pas donné le talent inné des arts plastiques. Comme chacun, elle avait besoin d'entraînement. Elle se disait déjà qu'il lui faudrait récupérer tout son matériel resté chez elle, mais sa colocataire la démentit rapidement. Nul besoin de ses crayons : il existait à l'Institut toute une salle réservée à cet effet. C'était plutôt une bonne nouvelle, et Cassie se promettait déjà d'y mettre rapidement les pieds. Une autre question la titillait cependant.

    « Dans ce cas j'ai hâte de voir ça. Il y a une salle de musique aussi ? »


Si elle devait bien regretter quelque chose après son départ de l'orphelinat, c'était le piano. Cela faisait plusieurs années qu'elle n'en avait plus joué, même si le terme n'était pas vraiment adapté. Elle avait seulement appris des morceaux de musique par cœur, et n'était en rien une virtuose en la matière. Mais tout de même, cela lui manquait.
Enfin, cela attendrait bien. Pour le moment, elle faisait connaissance avec les petits animaux de compagnie d'Erïka, Istina et Pee-Chai. Il était l'heure pour ces deux petits de prendre leur bain, et pendant que la blonde s'occupait d'un, la danseuse surveillait l'autre et le distrayait avec des légumes. C'était un tableau calme et serein en apparence, mais il restait tout de même une certaine tension en l'air, quoique l'ambiance était tout de même bien moins glaciale que lors de leur première rencontre.

Cette tranquillité toutefois ne dura pas. Une tornade d'énergie et de bonne humeur fit irruption dans la chambre, et qui portait le nom de Mindy. Son surnom de Sunny lui allait comme un gant. Non seulement parce qu'elle était blonde comme les blés, mais aussi vive, active et débordante de vie. Cassandra n'était pas habituée à autant de bonne humeur, et dut subir les questions qui s'enchaînaient à la vitesse de la lumière de la jeune femme. Elle ne put même pas répondre à toutes, ni les lui retourner. Elle avait un tel débit de paroles qu'il était impossible de l'arrêter, malgré ses tentatives. L'excitation n'y était pas pour rien bien entendu. Un cri perçant et un soudain câlin rempli d'affection acheva définitivement l'illusionniste. Elle ne prenait jamais quelqu'un dans ses bras après tout, sauf exception. Heureusement, cela ne dura pas longtemps, et Sunny disparut aussi vite qu'elle était venue, avec de nouveaux exercices de japonais dictés par Erïka. Cette dernière tenta de rassurer la brune sur le fait qu'elle finirait par s'habituer à Mindy. Elle pouvait être bien plus calme que cela... surtout les jours de pluie, apparemment.

En tout cas, Cassandra n'était pas la seule que la visite éclair de Sunny avait perturbée. Les deux cochons d'Inde s'étaient cachés eux aussi de la tempête. Au terme de leurs recherches, les deux jeunes femmes découvrirent Pee-Chai terré dans une chaussure de la brune, mais Istina manquait toujours à l'appel. C'est en se rappelant que la porte était restée ouverte un moment que Cassie eut l'idée de regarder à l'extérieur. Elle fit bien : la petit animal se trouvait en haut des escaliers, et la danseuse alla le rattraper avant qu'il ne le dégringole. Quoiqu'il aurait sans doute eut du mal. En effet, la petite boule de poils était frigorifiée, de même que l'illusionniste. Une fois qu'elle eut remis Istina à sa propriétaire, elle se frotta vigoureusement les bras, se demandant à haute vois d'où venait ce froid polaire. Erïka indiqua une porte de chambre, précisant alors l'origine de la température glaciaire. Baissant les yeux, Cassie remarqua qu'une couche de glace se trouvait dans l'interstice, dégageant un léger brouillard blanc. Que se passait-il donc dans cette pièce ? L'illusionniste se souvint alors que Bobby manipulait la glace ; est-ce que c'était son œuvre ? Pour le moment, elle préférait s'éloigner de cette zone de froid intense et s'épargner de nouveaux violents frissons.

Une fois que les deux petits animaux furent en sécurité dans leur cage, Erïka décréta qu'il était de grignoter quelque chose. Suivant la russe jusqu'à la cuisine, un détail important lui revint en tête et elle s'excusa auprès de sa colocataire avant de repartir vers la chambre. Attrapant son portable resté dans son sac, elle envoya un message à Samuel, pour le prévenir qu'elle avait finalement intégré l'Institut. Comme ils en avaient parlé, autant qu'il soit au courant. Gardant son téléphone avec elle, Cassandra redescendit rapidement et rejoignit sa colocataire, laquelle avait fait cuire une pizza et en dégustait à présent une pointe. La bonne odeur lui ayant ouvert l'appétit, la serveuse prit une part entre ses mains et la mangea doucement tout en discutant avec la russe. Cette dernière lui demandait si elle avait déjà visité l'Institut, ce à quoi elle répondit négativement. Mais peut-être que la blonde pouvait lui faire visiter ? De ce qu'elle disait, elle n'était occupée à rien.

    « Je crois qu'on ferait bien d'éviter le bassin cette fois. C'est sympa en tout cas. Hmm... j'imagine qu'il en fait aussi dans notre chambre ? J'espère qu'on a pas encore inventé les mines explosives de peinture... »


Aidant Erïka à la fin du repas à remettre la pièce en ordre, elle la suivit à l'extérieur. Longeant l'allée, la blonde indiqua les principaux terrains à la danseuse, tout en se dirigeant vers le garage, où trônaient plusieurs véhicules, notamment la moto bleue de Bobby que Cassandra reconnut. D'ailleurs, il sembla à cette dernière que c'était le bon moment pour demander des nouvelles des deux garçons. Aussi, alors qu'elles rentraient dans l'établissement, elle lui posa la question, mais elle n'eut de réponses que concernant William, lequel allait très bien. Lui aussi travaillait, pour une certaine Miss Frost qui ne devait pas passer inaperçue. En revanche, Erïka évita soigneusement de parler de Iceberg. Pour quelle raison ? Est-ce que ça n'allait pas bien ? Ça avait peut-être un rapport avec la mine de zombie qu'arborait la jeune fille. Mais en découvrant la salle d'art, les questions de la brune se volatilisèrent pour un temps. Son visage s'anima un peu tandis qu'elle découvrait tout ce que la pièce renfermait en terme de fournitures artistiques. Elle passa un long moment à regarder les peintures, les crayons, les papiers mis à disposition.

    « C'est génial... » murmura-t-elle.


Elle allait en passer du temps ici... mais en attendant il y avait bien d'autres salles à découvrir. Suivant toujours Erïka, cette dernière lui présenta rapidement les quelques salles de cours devant lesquelles elles passèrent, et ce jusqu'à ce qu'elles arrivent à la salle de sport. Elle était vaste, avec un local à ballons tout au fond et des paniers de basket aux deux extrémités du gymnase. Décidément, on trouvait de tout à l'Institut.

    « Pas vraiment. Ça fait un moment que je ne fais plus de sport, mais je... »


Elle fut interrompue par la sonnerie de son portable qui lui indiquait qu'elle avait reçu un message. Plus particulièrement, une réponse de son camarade espagnol, qui lui signifiait qu'ils risquaient de se croiser bientôt. Déclaration étonnante, mais qui eut pour effet de réellement faire sourire Cassandra. Pour elle, c'était une très bonne nouvelle. Sur les traits de son visage, on pouvait maintenant voir du plaisir, expression qui demeura même quand elle rangea son cellulaire.

    « Euh, je disais... ah oui. Je fais de la danse. Mais peut-être que je vais reprendre un peu le sport. Le basket, ce n'est pas mal. Tu as un sport préféré ? »


La visite continua ainsi, la blonde lui montrant des salles de classe, jusqu'à ce qu'elles arrivent à un auditorium. Autrement dit, une salle de musique. Là encore, on y trouvait de nombreux instruments : harpe, flûtes, il y avait même un synthétiseur et une batterie dans un coin. Mais le plus beau et celui sur lequel Cassandra s'attarda était le superbe piano noir. Entrant dans la salle avec la blonde, elle se dirigea vers l'instrument et souleva doucement le couvercle pour caresser les touches.

    « Ça aussi, ça fait longtemps... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Dim 19 Mai 2013 - 3:45

L’institut Xavier était un véritable paradis pour les mutants souhaitant apprendre tout en se sachant en sécurité, loin des humains. Personne n’était jugé, les résidents pouvaient bien faire ce qu’ils voulaient. Danse, chant, musique, sport, science, géographie, littérature, il y avait des cours pour tous les goûts. Il fallait en profiter, car ce n’était pas donné à tout le monde de vivre dans un tel manoir qui offrait un tel confort et une telle possibilité d’apprentissage. Maintenant que Cassandra venait de rejoindre les leurs, elle pouvait goûter au plaisir de vivre dans ce lieu reculé, loin de la ville. Elle n’était pas obligée de se mêler aux autres, Erïka avait toujours fait en sorte d’éviter les contacts avec les autres étudiants. Il n’en tenait qu’à elle si elle désirait socialiser et se faire des amis. Peu importe son choix, il y aura toujours quelqu’un pour l’accepter et souhaiter devenir son ami.

-« Oui, la salle de musique est assez sympa… Enfin, quand il n’y a pas des résidents qui décident de jouer au groupe de métal amateur. C’est carrément un viol auditif, leur truc. »

Ce ne fut qu’une fois à la cuisine, alors qu’elles étaient toutes deux installées devant une bonne pizza, que Cassandra osa demander à Erïka s’il était possible qu’elle lui fasse visiter l’institut. Elle n’avait pu le faire, lors de sa dernière visite. Malgré que… elle avait pu profiter d’une assez bonne vue sur la piscine. Cependant, aujourd’hui, ce n’était pas au programme. Et puis, il faisait encore un peu frais pour se baigner. Seul les plus courageux osaient y aller. C’était bien parce qu’ils faisaient chaud.

S’il y avait un endroit important que la nouvelle venue devait connaitre, c’était bien la chambre de William. Afin de pouvoir lui jouer des tours, il fallait qu’elle sache où il passait ses nuits. Par contre, l’adolescente pensera à la prévenir du fait qu’il n’était pas seul à résider dans sa chambre. Cela lui évitera ainsi de jouer un mauvais tour à Amy par erreur. Quoi qu’il en soit, Cassandra pouvait se considérer chanceuse : il était rare que Will fasse des sales coups dans leur chambre. Elle pourra donc dormir sur ses deux oreilles.


-« Ne t’en fais pas, il est rare qu’il tente de me piéger dans notre chambre. Tu peux dormir tranquille. »

Lorsque la pizza fut terminée, Erïka guida sa nouvelle colocataire à l’extérieur de l’institut. Il était temps de faire un peu le tour du grand terrain où de nombreux résidents s’amusaient, discutaient, se baladaient et profitaient du beau temps. Ils n’y restèrent que le temps de voir ce qu’il y avait à voir. Le reste, Cassandra le découvrira par elle-même. L’adolescente traina sa colocataire à l’intérieur du bâtiment afin de lui montrer les pièces qui l’intéressaient vraiment. Tout d’abords, elles s’arrêtèrent à la salle d’art. Les seules fois où Erïka y avait mis les pieds, c’était lorsqu’elle était en compagnie d’Amy. Lorsque sa meilleure amie n’était pas là, la mutante n’avait aucune raison de s’y rendre.
Pendant que Cassandra faisait le tour de la pièce, l’adolescente regardait distraitement autour d’elle. Il n’y avait pas grand-chose à voir, mis à part quelques toiles assez jolies, bien qu’incomplètes, que certains étudiants avaient peintes.

Une fois que la mutante eut visité la pièce, la visite pu se poursuivre. Erïka s’avança dans le couloir et ne s’arrêta complétement qu’au moment où elle atteignit la salle de sport. Cet endroit-là, elle le connaissait par cœur. Elle y passait son temps afin de s’entrainer. Cependant, depuis ces deux dernières semaines, elle n’avait plus trop le moral à ça. Elle retrouvera la motivation de retourner s’entrainer lorsqu’elle ne sera plus malade. Peut-être qu’un petit entrainement de boxe pourra lui permettre d’évacuer ses émotions.

La jeune fille demanda à sa colocataire si elle pratiquait un sport quelconque. Cette dernière entama une réponse, affirmant qu’il y avait longtemps qu’elle n’avait pas fait de sport, avant de s’arrêter soudainement au milieu de sa phrase. Elle posa son regard sur son téléphone portable, y lisant probablement un message. Pendant ce temps, Erïka resta adossée dans l’encadrement de la porte, les bras croisés. Elle attendait que Cassandra reprenne la parole. Lorsqu’elle le fit, quelques secondes plus tard, ce ne fut pas sans lui offrir un magnifique sourire. Nul doute que cela ne s’adressait pas à elle. Le message qu’elle avait reçu lui avait probablement fait plaisir, cela se voyait.
Quoi qu’il en soit, la conversation repris lorsque Cassandra la questionna à son tour, si elle aimait pratiquer un sport en particulier. Tout en s’éloignant lentement de la pièce, Erïka répondit à la question.


-« Je fais de la boxe. L’un des seuls sports qui m’intéressent vraiment. »

Alors que la visite de l’institut de poursuivait, l’adolescente ne put s’empêcher de faire un commentaire au sujet du sourire qu’abordait sa colocataire. C’était peut-être le message qu’elle avait reçu sur son téléphone qui l’avait fait ainsi sourire. Après tout, est-ce qu’il pourrait y avoir une autre raison ? Pas vraiment. Enfin, peu importe la raison, cela ne concernait pas vraiment Erïka. Ce n’était pas de ses affaires, de toute façon.

-« Tu sais que t’as un sourire idiot étampé sur le visage ? »

Bon, pour Erïka et la délicatesse, on repassera. Elle n’était pas méchante. Elle parlait d’une voix calme, douce, mais était assez crue dans ses paroles, pas trop gênée par le fait de parler un peu trop directement à sa colocataire. Il y avait des façons de parler avec bien plus de tact. Visiblement, l’adolescente devait ignorer l’existence de ce mot. Espérons que Cassandra ait appris à connaitre cet aspect de sa nouvelle colocataire, car elle allait devoir s’y faire, qu’elle le veuille ou non.

Leur visite les mena à l’auditorium. Erïka y avait rarement mis les pieds. Elle n’avait pas vraiment joué d’un instrument de musique dans son enfance et ne savait pas du tout lire une partition. Elle se contenta de s’assoir sur un tabouret alors que Cassandra s’intéressait particulièrement au grand piano de la pièce. La jeune fille l’observa silencieusement. Ce ne fut qu’après une longue minute de silence qu’elle décida d’ouvrir la bouche. Au moins, cette fois-ci, elle posait une question polie et pertinente.


-« Tu sais en jouer ? »

Lorsque leur visite de l’auditorium fut terminée, Erïka pris la direction de l’étage et traversa quelques couloirs où se situaient principalement des chambres. Elle s’arrêta devant l’une d’elle et la désigna à la jeune femme sans toutefois oser ouvrir la porte. Après tout, qui sait si Amy n’était pas dans la pièce ? De toute façon, même si la chambre était vide, Erïka ne comptait pas y entrer sans autorisation. Elle respectait l’intimité et la vie privée du couple de mutant. Elle préférait se contenter d’expliquer à Cassandra quel était cette pièce.

-« Ça c’est la chambre de Will et de sa fiancée, Amy. Si un jour tu veux l’embêter, tu sais où le trouver. »

Une fois cette petite visite achevée, la jeune fille retourna à sa chambre. À peine eut-elle mis les pieds dans la pièce qu’elle bondit se jeta sur son lit. Elle roula légèrement sur le matelas et étira son bras afin d’attraper le téléphone posé sur sa table de chevet. Elle regarda si elle avait reçu des messages. Combien en avait-elle envoyé à Bobby afin de lui rappeler à quel point elle avait hâte de le voir ? En combien de langues lui avait-elle écrit qu’elle l’aimait ? Elle ne saurait dire. Elle savait bien qu’il ne pouvait toucher à son téléphone, rester dans sa chambre. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de lui écrire. Elle avait hâte de pouvoir de nouveau le prendre dans ses bras. Un jour, tout ce cauchemar prendra fin. Tout ira mieux. Elle en était persuadée.
Malheureusement pour l’adolescente, le seul appel qu’elle avait reçu en absence était de la part de sa grande sœur. Devait-elle la rappeler maintenant ? Et puis, pourquoi pas ? Erïka quitta son lit et décida de s’enfermer dans la salle de bain le temps de rappeler Eleonnora. Cette dernière ne décrocha pas. Eh bien, dans ce cas, elle n’aura qu’à lui téléphoner de nouveau. L’adolescente avait bien d’autres choses à faire, comme dormir et broyer du noir. Elle était douée pour ça. De retour dans la chambre, la jeune fille se coucha sur son lit et fixa le plafond. Elle en oublia presque la présence de Cassandra.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Ven 24 Mai 2013 - 23:56

Théoriquement, Cassandra avait terminé l'école. Elle avait un diplôme en poche et travaillait pour subvenir à ses besoins, c'était l'essentiel. Mais elle n'était cependant pas réfractaire au fait de reprendre des cours ; cela ne pouvait qu'améliorer ses connaissances et lui en faire acquérir de nouvelles, et plus particulièrement sur le sujet des mutants. Elle craignait seulement d'être retombée dans le même genre d'école qu'avait été l'orphelinat où elle avait grandi. Se heurter de nouveau à des gens qui la jugeraient, la blesseraient, lui voudraient du mal sans la connaître était une expérience qu'elle ne souhaitait pas renouveler. Malgré tout, la jeune femme avait décidé de tenter le coup, sachant qu'en cas de problème, rien ne pourrait l'empêcher de partir. Elle était libre après tout.

Si cela s'était d'abord très mal annoncé, comme elle allait partager la chambre d'Erïka, la petite blonde qui n'avait pas apprécié sa dernière intrusion à l'Institut, cela allait en s'améliorant. Discutant du mieux possible avec sa nouvelle colocataire, cette dernière lui apprit qu'il était possible de suivre de nombreuses matières dans l'établissement, qui était en particulier doté d'une salle d'art et une autre de musique. Une bonne occasion pour l'illusionniste de se remettre à la musique, comme elle n'en faisait plus depuis déjà quelques années. Mais encore fallait-il qu'elle soit vide et qu'il n'y ait pas quelqu'un d'autre pour y jouer du pseudo métal, comme disait Erïka.

    « Hé ben, ça promet... »


En attendant, il était largement temps pour Cassandra de découvrir le reste de l'Institut qu'elle n'avait pas pu voir lors de sa dernière visite. Aussi la petite blonde accepta de lui montrer les principales pièces de l'établissement, et plus particulièrement la chambre où dormait William, pour qu'elles puissent à l'avenir lui jouer des tours. Mais cette pièce viendrait après. Pour le moment, il y avait surtout les salles de cours à repérer. Même si Cassie ne savait pas encore exactement quels cours elle allait suivre, elle avait bien une petite idée et elle n'aimerait pas se perdre dès son premier jour d'études. La jeune femme demanda à sa colocataire si William avait aussi l'habitude de lui faire des blagues dans sa chambre. Il serait dommage qu'elle tombe sur un piège du rouquin alors qu'il était destiné à sa petite sœur. Mais d'après Erïka, cela était plutôt rare.

La visite débuta donc à l'extérieur, où la blonde montra rapidement le grand terrain de l'école. Il y avait beaucoup de monde ; les premiers rayons de soleil étaient attirants. Mais cette partie de l'établissement n'était pas la plus importante, elles revinrent bientôt à l'intérieur pour voir les principales pièces. La première fut la salle de dessin, qui contenait tout ce qu'il fallait pour peindre. Cassandra se disait un peu plus tôt qu'elle allait avoir besoin de ses crayons, mais vu ce qui se trouvait dans cette pièce, son matériel allait pouvoir rester chez elle. La salle était même décorée de plusieurs créations d'élèves, qui en disaient long sur le talent dont disposaient leurs auteurs. Une fois qu'elles furent sorties de la pièce, la prochaine étape fut le gymnase. Même si l'illusionniste n'était pas une grande fan de sport, elle aimait parfois se défouler quand la danse et la création n'étaient plus suffisantes pour évacuer son trop plein d'énergie.

Erïka en profita pour demander à la brune si elle pratiquait un sport. Honnête, la jeune femme lui expliqua que ça n'était pas vraiment le cas, mais elle fut interrompue dans son explication par la sonnerie de son téléphone, qui lui signalait qu'elle avait reçu un message. La réponse à son texto précédant lui fit plaisir, raison pour laquelle un sourire vint naître sur son visage alors que la situation actuelle ne s'y prêtait pas particulièrement. Même après avoir rangé son mobile, son expression ravie, même si elle la modérait à présent, resta présente sur sa figure, tandis qu'elle terminait d'expliquer à la blonde qu'elle pourrait bien se remettre au basket, même s'il s'agissait d'un sport collectif... mais rien ne l'empêchait de faire des paniers toute seule. C'était ensuite au tour d'Erïka de lui révéler si elle pratiquait un sport, et la réponse étonna un peu Cassandra sur le coup. De la boxe ? Vraiment ? Elle n'aurait pas pensé qu'elle faisait un sport de combat. D'un autre côté, elle ne connaissait encore que trop peu sa colocataire. Sans doute n'était-elle donc pas au bout de ses surprises la concernant.

    « Oh, je vois. C'est un bon moyen d'apprendre à se défendre. Tu es plus tournée vers les sports de combat si je comprends bien ? »


La visite continua, quoique Cassandra était un peu moins attentive qu'au début. À vrai dire, elle souriait toujours. La perspective de revoir bientôt son ami l'enchantait, surtout si rapidement après son entrée à l'Institut, qui constituait encore un territoire inconnu. La présence de Samuel, même si elle allait sans doute être brève, constituerait un point de repère temporaire. En tout cas, la joie de Cassie n'avait pas échappée à l’œil de sa colocataire, qui lui fit bientôt remarquer qu'elle souriait bêtement. Cette remarque fit émerger la jeune femme de ses pensées et lui fit aussi perdre son sourire. Quoi ? Essayait-elle de se moquer d'elle ? Mais non, Erïka n'avait pas l'air bravache et supérieur de ce genre de personne qui provoque les autres et les regarde de haut. Sa voix était calme et son attitude n'avait pas changée. Ses propos en revanche tranchaient bizarrement avec le reste de son comportement. Relâchant un peu ses muscles qui s'étaient raidis sous la méfiance, Cassie reprit son air neutre et sa voix calme.

    « Ce n'est pas souvent le cas. » fit-elle doucement.


La jeune femme était encore bien trop sur la défensive, faisant toujours le parallèle entre ici et l'orphelinat. Il allait falloir qu'elle se réhabitue à vivre en colocation. Certes, sa méfiance serait toujours de mise, puisqu'elle avait toujours vécu ainsi, en restant sur ses gardes, à l'affût du moindre événement qui pourrait lui causer du tort. Il allait lui falloir du temps pour donner sa chance aux résidents de l'Institut... enfin, elle ne devait pas oublier que ce n'était pas son principal objectif. Si elle se faisait des alliés, tant mieux. Sinon, tant pis. Les chemins se croisent, les liens ne se nouent pas toujours.

Vint alors la visite de l'auditorium. Cassandra entra dans la pièce et regarda autour d'elle, tous les instruments disposés en arc de cercle. Le plus beau était bien entendu le piano noir aux touches brillantes, que Cassie caressa doucement après avoir soulevé le couvercle. Déjà, elle se rappelait des mélodies qu'elle avait l'habitude de jouer autrefois. Elle revoyait ses mains virevolter sur le clavier, avec légèreté et dextérité. Elle laissa le souvenir de la musique l'emporter un instant, jusqu'à ce qu'Erïka prenne la parole. La danseuse se tourna vers elle, souriant bien plus calmement cette fois.

    « Un peu. J'ai hâte de pouvoir rejouer. »


Elle ferma doucement le couvercle du piano et se dirigea vers la sortie pour rejoindre sa collègue qui était restée dans l'encadrement. La dernière partie de la visite consistait à rejoindre l'étage des chambres, et en passant devant une des portes, Erïka indiqua qu'il s'agissait là de la chambre de William ainsi que de sa petite amie. Ainsi, Cassie saurait où trouver le rouquin à l'avenir, quoiqu'elle doutait de venir souvent le déranger, et encore moins pour lui faire une farce. Au fond, la jeune fille était sérieuse, à moins de se retrouver embarquée dans une situation drôle où là, elle se donnait à fond. En dehors de cela, neutralité et débrouillardise étaient ses atouts.

Le retour à la chambre se fit en silence. Erïka vaqua à ses occupations, et Cassandra aux siennes. Cette dernière attrapa un livre et commença à le lire, ne sachant que faire d'autre. Pour le moment, rester tranquille et lire lui paraissait un bon moyen de passer le temps. Pas de risque que sa colocataire la dérange. Cette dernière alla bientôt d'ailleurs passer un coup de fil dans la salle de bains, comme elle la vit partir avec son portable. Mais il n'y eut aucune communication, et la blonde revint bientôt s'allonger sur son lit.

La danseuse leva les yeux de son roman et observa la blonde. Que lui arrivait-il donc ? Elle était bien loin de la jeune fille qui s'éclatait avec son petit ami et son frère comme elle l'avait vue plusieurs mois auparavant. Erïka était littéralement zombifiée, à tel point que l'atmosphère de la pièce en était devenue lourde. Cela devait sans doute aussi être du au manque de communication des deux jeunes femmes, mais passons. Refermant son livre, Cassandra leva les yeux sur sa colocataire. Elle avait une hypothèse.

    « C'est à cause de Bobby que tu es dans cet état ? Elle laissa passer un silence puis reprit. Tu ne m'as pas parlée de lui tout à l'heure et tu restes scotchée à ton téléphone. Loin de moi l'idée de me mêler de tes affaires, mais j'ai du mal à reconnaître la fille que j'ai croisé il y a quelques mois et qui, même malgré son accueil glacial, faisait bonne figure avec William et Iceberg. »


Il y avait de grandes chances pour que la blonde l'envoie balader, ou ne lui réponde tout simplement pas. C'était libre à elle, bien entendu, mais Cassandra aurait aimé pouvoir mettre une raison sur l'état de sa colocataire. Elle avait déjà vu des filles avoir de mauvaises passades quand elle était adolescente, et le comportement de la jeune femme était en soi assez parlant. Après tout, l'illusionniste était observatrice. Poussant un petit soupir, une autre idée vint en tête à Cassandra. Et avec un peu de chance, si Erïka se laissait prendre au jeu, cela pourrait lui faire oublier ses problèmes, quoiqu'ils étaient.

    « Au fait, j'y pense. En quoi consiste ta mutation ? Tu es la seule à ne pas me l'avoir dit. Tu connais déjà la mienne pas vrai ? »


Ce disant, elle fit apparaître à la place de la porte-fenêtre de la chambre, une grande fenêtre illusoire aux rideaux dansant doucement au gré du vent. Par les vitres ouvertes, une envolée d'oiseaux blancs se mit à tournoyer dans la pièce dans un gracieux ballet. Quelques plumes fantomatiques tombèrent même sur les lits des deux jeunes femmes, et la mutant fit aussi se poser quelques-unes des créatures près de la blonde ou même sur sa propre main. Ses chimères. Son moyen de réconfort depuis tant d'années. Erïka pouvait-elle y être sensible également ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Sam 1 Juin 2013 - 21:02

Erïka connaissait l’institut par cœur. Depuis le temps qu’elle y résidait, elle y avait visité les moindres recoins, qu’elle connaissait comme sa poche. Impossible pour elle de se perdre dans le vaste manoir. Cependant, ce n’était pas le cas de Cassandra. C’est pourquoi l’adolescente pris le temps de lui montrer certaines pièces, certains endroits où elle pourra toujours se retrouver si elle en avait envie. Après la salle d’art et les salles de classe, les deux mutantes s’arrêtèrent devant la vaste salle de sport. C’était l’endroit parfait pour se remettre en forme. La jeune fille adorait s’y rendre, surtout lorsqu’il n’y avait personne. Ainsi, elle pouvait se défouler tranquillement, évacuant toutes ses émotions négatives. Parfois, elle s’y rendait en compagnie de Bobby. Cependant, ces temps-ci il n’était pas vraiment en état de faire quoi que ce soit…
Cassandra lui demanda si elle était plutôt tournée vers les sports de combat. La jeune fille lui répondit par l’affirmative, hochant légèrement la tête.


-« Oui. Au moins, si je m’entraine, ça sert à quelque chose. C’est fou ce que ça défoule ce truc… »

Elle termina cette visite de la salle de sport afin de montrer l’auditorium à la jeune femme. Cet endroit semblait bien lui plaire. Elle s’installa bien rapidement devant le piano. Elle devait aimer cet instrument et peut-être même en jouer. Malgré tout, cet air neutre restait toujours gravé sur son visage. Il fallait dire que le commentaire que lui avait fait Erïka, un peu plus tôt, sur son sourire niais, ne lui avait probablement pas plus. Quoi qu’il en soit, la jeune fille n’y porta pas trop attention. Elle était un peu comme elle, toujours à garder cet air froid et distant avec les autres, ne laissant passer aucune émotion. Au moins, lorsqu’elle répondit à la question de l’adolescente, Cassandra, sourit légèrement. Elle n’avait pas complétement perdu sa bonne humeur. Arrivera-t-elle à contaminer Erïka par son sourire ?

Afin de clore la visite, l’adolescente montra à sa nouvelle colocataire la chambre de William. D’un coup qu’elle avait envie de passer le voir, elle savait maintenant où le trouvait. Il travaillait, la majorité du temps, mais il était possible de le trouver dans les parages en soirée. Une fois cette petite visite faite, Erïka désira retrouver sa chambre et s’y rendit sans demander à sa colocataire ce qu’elle en pensait. Elle n’avait plus très envie de se balader dans les couloirs de l’institut. Elle préféra attraper son téléphone et vérifier si elle n’avait pas reçu des messages en son absence. Elle devait cesser d’espérer une réponse de Bobby à ses nombreux SMS. Son téléphone devait être congelé depuis bien longtemps, c’était inutile de lui écrire. Pourtant, elle s’ennuyait de lui et ne résistait pas à l’envie de lui envoyer des messages. Peut-être devrait-elle retourner le voir ? Elle y allait bien moins souvent, ces temps-ci, son corps malade arrivant bien mal à supporter les basses températures.

L’adolescente n’avait pas reçu de message de son petit ami. Cependant, elle avait un appel en absence de sa demi-sœur. Qu’est-ce qu’elle voulait celle-là ? Elle espérait que ce ne soit pas de trainer dans un centre commercial et faire des emplettes toute la journée. C’était le job d’Alexïs de faire ça avec elle. Erïka n’aimait pas le même type de boutique que sa sœur et supportait encore moins de l’entendre se vanter de sa beauté à longueur de journée. Malgré tout, la jeune fille alla s’enfermer dans la salle de bain afin de téléphoner à sa sœur. Cependant, puisqu’il n’y avait aucune réponse à l’autre bout du fil, elle raccrocha. Elle quitta la pièce afin de s’installer de nouveau sur son lit. Elle n’aimait pas cette atmosphère qui régnait dans la pièce, mais ne faisait rien pour y remédier. Il n’y avait plus moyen de broyer du noir en paix, maintenant.

Elle avait encore moins l’occasion de se morfondre avec Cassandra qui désirait socialiser avec elle. Enfin, si tel était le but de la manœuvre, c’était raté. Parler de Bobby était probablement la pire chose qu’elle aurait pu faire. C’était un sujet sensible pour l’adolescente. Elle n’arrivait plus à approcher celui qu’elle aimait depuis des semaines et craignait de ne plus jamais pouvoir le faire. Elle s’ennuyait terriblement de lui. Elle tentait de passer le voir, mais dans l’environnement où il était enfermé, la température était tellement basse que le corps de l’adolescente avait du mal à résister à l’hypothermie. Elle était faible, elle n’arrivait pas à rester à ses côtés. Chaque jour qui passait lui faisait peu à peu perdre espoir. Elle avait bien du mal à supporter cette séparation temporaire et ne pouvait rien faire pour changer la situation.


-« Je… Ce n’est pas… Tout finira par aller mieux… » Elle baissa légèrement la tête, prononçant plutôt ces paroles pour elle-même que pour Cassandra. « Je ne veux pas en parler. »

Elle leva brièvement les yeux vers la jeune femme avant de les baisser sur son téléphone, qu’elle laissa tomber sur le matelas. D’ailleurs, elle ne tarda pas à s’y laisser tomber également, alors que Cassandra lui demandait quel était sa mutation. Ah ! Comment Erïka détestait parler de son don, surtout ces derniers temps. Elle avait le pouvoir mutant le plus inutile de tout cet institut. À quoi cela lui était utile de détecter les mensonges ? Elle ne pouvait pas approcher son petit ami pour autant. Cela la rendait folle.

-« J’ai le don le plus inutile de tous les temps… » Fit-elle d’une voix morne. « Je détecte les mensonges. »

Elle se redressa lorsque Cassandra utilisa son don. Elle observa la fenêtre se transformer afin de lui montrer un tout autre paysage que celui de la cours de l’institut. Soudainement, de nombreux oiseaux pénétrèrent dans la pièce et tournoyèrent en-dessous du plafond dans un gracieux ballet. Ils étaient magnifiques. Quelques plumes tombèrent tout près de l’adolescente qui les observa silencieusement. Elle vint pour en prendre une avant de se souvenir que ce n’était que des illusions. Elle la caressa du bout des doigts avant de relever les yeux vers les oiseaux. Quelques oiseaux vinrent se poser tout près de l’adolescente. Elle ne pouvait les caresser ou bien les prendre contre elle, mais elle pouvait les observer. Ils étaient jolis. Magnifiques. Un léger sourire se mit à naitre sur les lèvres d’Erïka. Quelques secondes plus tard, elle leva la tête vers Cassandra.

-« Tu serais capable de transformer la pièce en château de glace ? »

Elle adorait la glace. Cela lui rappelait Bobby. Autant une telle demande allait la ravir, autant elle allait se sentir encore plus seule et déprimée. Elle s’ennuyait de lui. Elle voulait le voir auprès d’elle à travers une douce et réconfortante illusion de glace. Lentement, Erïka se leva et alla chercher Pee-Chai. Istina dormait. Une fois le petit cochon d’inde dans ses bras, elle se réinstalla sur le lit, près des oiseaux, et caressa la fourrure de son petit animal. Elle ne comptait pas le laisser se sauver, cette fois. Elle avait seulement besoin de cette petite boule de réconfort afin de la rassurer, de lui redonner confiance.

-« Tu as quelqu’un dans ta vie ? » Demanda l’adolescente.

Elle ne réalisa que trop tard son erreur. Cette question, elle l’avait posée dans sa tête. Enfin, c’était ce qu’elle croyait. Elle se demandait seulement si Cassandra était en couple ou si elle avait une fréquentation. Après tout, peut-être pouvait-elle comprendre la peine que l’on ressentait lorsqu’une force hors de notre contrôle venait créer une barrière entre deux personnes qui s’aimaient. Malheureusement, la jeune fille ne pouvait résister au froid, ni même annuler les effets du pouvoir de Bobby. Elle devait vivre avec cette situation en sachant qu’il faisait tout pour que les choses redeviennent normales. C’était difficile, elle tentait de ne pas lui mettre de poids supplémentaires sur les épaules, mais elle souffrait de tout cela. Elle pouvait bien ignorer le rhume, la grippe, tout ce qu’elle attrapait parce qu’elle prenait froid, mais elle ne pouvait ignorer cette absence douloureuse qui la rongeait de l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Sam 8 Juin 2013 - 18:13

Cassandra n'était pas vraiment une grande fan de sport, mais cela ne voulait pas dire qu'elle n'aimait pas se défouler. Elle y parvenait à travers la danse, et elle ne rechignait jamais à marcher même si cela était pour un long moment. D'un autre côté, elle n'était pas forcément contre le fait de faire quelques paniers toute seule ou même un peu de natation, mais cela ne perdurait jamais. C'était toujours une fois de temps en temps. Quant aux sports d'équipe, c'était la partie la plus délicate. Elle en avait gardé de bien mauvais souvenirs du temps de sa scolarité. Autant simplifier les choses : 99% du temps, elle se défoulait seule, c'était tout. Du côté d'Erïka, elle avait arrêté son intérêt sur un type de sport en particulier, ceux qui s'apparentaient au combat. C'était sûr qu'au moins, ça servait à quelque chose de savoir décocher une bonne droite en cas d'agression. L'idée de s'essayer un jour à cette occupation effleura l'esprit de Cassandra. Elle se la garda dans un coin de sa tête.

Mais outre les activités sportives auxquelles on pouvait s'adonner dans le gymnase, il y avait aussi celles artistiques. Dans l'auditorium où l'avait amenée la blonde, Cassie se figea devant le piano, la tête remplie de vieilles mélodies qu'elle avait l'habitude de jouer. Cette réminiscence fit naître sur ses lèvres un léger sourire, abandonnant un peu son expression neutre qu'elle gardait sempiternellement. Il fallait dire que le message reçu précédemment l'avait mise de bonne humeur. Pour le coup, elle se sentait bien mieux que quelques moments plus tôt, alors qu'elle franchissait le seuil de l'Institut. La visite se conclut par un petit détour par la chambre de William et de sa fiancée, et les deux jeunes femmes retournèrent à leur chambre mutuelle.

Ayant déjà rangé ses quelques affaires dans l'armoire que lui avait attribuée Erïka, Cassandra s'empara d'un livre et se plongea dans ses lignes pendant que la blonde vaquait à ses occupations. À moitié dans sa lecture et à moitié observant sa nouvelle colocataire, l'illusionniste se douta bien que quelque chose n'allait pas, et qui cette fois n'avait rien à voir avec sa présence. Il suffisait de voir la manière dont la jeune fille gardait les yeux rivés sur l'écran de son portable. Après une tentative d'appel ratée confirmée par l'absence de conversation, la blonde revint se vautrer sur son lit, l'air plus blasé que jamais. Cassandra referma son livre et le posa à côté d'elle. Elle n'avait pas envie de s'immiscer dans les affaires d'Erïka, et n'en était pas encore au stade de vouloir se lier véritablement d'amitié avec elle, mais elle ne pouvait pas vraiment la laisser se morfondre de la sorte encore longtemps. Lui changer un minimum les idées pouvait s'avérer pas mal. Cependant, elle demanda tout de même la raison de son état, évoquant une hypothèse concernant Bobby. Apparemment, elle avait visé juste, et s'en tirait à plutôt bon compte puisque Erïka se contenta juste de lui dire qu'elle ne voulait pas en parler plutôt que de lui jeter un regard glacial. Au moins, Cassie était fixée sur la raison de son état, et n'insista pas plus que cela. Que pouvait-elle faire de toute manière ? Il n'y avait qu'à espérer pour la petite blonde que cela irait vite mieux pour elle et Iceberg. En attendant, changement de sujet, l'illusionniste demanda à sa colocataire la nature de son don. Cette dernière le trouvait inutile, à l'inverse de l'avis de Cassandra.

    « Inutile ? Tu exagères non ? Au moins tu sais en qui tu peux avoir confiance. Ce n'est pas négligeable. »


Ce n'était que son opinion, mais au moins elle savait maintenant ce dont était capable la blonde. Quant à elle, elle savait déjà ce que pouvait faire Cassandra. D'ailleurs, elle utilisa bientôt ses illusions, autant pour faire changer les idées de sa colocataire que pour se plonger, un moment durant, dans une jolie scène chimérique. Elle se concentra pour donner vie à une envolée d'oiseaux blancs qui évoluèrent dans la chambre dans un gracieux ballet. La colombe blanche symbolisait la paix et la sérénité ; et en effet, Erïka semblait légèrement déridée face à cette vision. Elle en eut même un petit sourire. C'était une belle amélioration, même si elle n'était sans doute que temporaire. Puis la blonde eut une requête. Cassie n'était pas certaine si cela lui ferait du bien. La glace était l'élément de Bobby, cela la rendrait-elle plus joyeuse ou plus triste encore ? Impossible de le savoir sans avoir essayé.

    « Ça peut se faire. »


Ce disant, les oiseaux s'évanouirent lentement dans le néant, et Cassandra se concentra à nouveau. Le paysage n'apparut pas tout d'un coup, mais au contraire se construisit lentement. Les murs se recouvrirent de glace, devenant ainsi lisses et brillants, les facettes polies comme des miroirs. La pièce sembla s'agrandir, le plafond disparut pour réapparaître bien plus haut, couvert de stalactites. Un long pendule semblant fait de cristal se balançait lentement au-dessus de leur tête. Purement esthétique : comment croire que le temps passe dans ce genre de paysage figé dans le froid ? Tout le long des murs, l'on pouvait apercevoir des ouvertures, des chemins et des ponts. Le bleu prédominait, mais il y avait d'autres couleurs au sol. Des fleurs épanouies et emprisonnées dans la glace longeaient le chemin sinueux et enneigé. Cassie eut un demi-sourire en rouvrant les yeux, contemplant son œuvre. Une véritable tour de glace. Mais il y avait encore tant à améliorer. Aurait-elle eu la capacité à créer le sifflement du vent qu'elle ne se serait pas faite prier.

    « Pour le froid, on repassera. » commenta-t-elle à moitié amusée.


Tandis qu'Erïka caressait son cochon d'Inde et contemplait les façades de cristal, Cassie peaufinait son illusion, rendant telle façade plus abrupte, faisant jaillir des bouquets de fleurs glacées, taillant des rochers pour leur donner l'apparence de diamants, gravant des symboles dans la glace. Tout était permis, la jeune femme laissait libre cours à sa créativité, d'autant qu'au moins cela semblait changer les idées à sa colocataire... puis cette dernière eut une question à laquelle ne s'attendait pas l'illusionniste. Étonnée, elle redressa la tête pour regarde Erïka, avant de secouer doucement la tête.

    « Non, pas vraiment. Rien de sérieux. »


C'était à son avis les mots les plus justes pour qualifier ce qui s'était passé avec Samuel. Puis elle chercha la raison d'une telle question de la part de la blonde. Elle devait être vraiment affectée par l'absence de Bobby, quelle que soit la raison qui l'expliquait. Erïka espérait-elle que Cassandra la comprendrait ? Manque de chance. La danseuse n'avait jamais vraiment aimé qui que ce soit. Et tous ceux auxquels elle s'était attachée avait fini par la décevoir, leur faisant perdre l'affection qu'elle leur portait, aussi n'éprouvait-elle pas vraiment de regrets. Ses amis avaient tôt fait de l'oublier, son ancien et seul petit ami avait vite été voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Cassie n'était certes pas insensible à la tristesse d'Erïka, mais elle ne pouvait pas non plus dire qu'elle la comprenait entièrement.

    « Je ne sais pas quoi te dire, à part de ne pas baisser les bras. Garde confiance, jusqu'à ce que tout s'arrange. »


L'idée de faire apparaître une vision fantomatique de Bobby aux côtés d'Erïka effleura l'esprit de la danseuse, mais elle la repoussa bien vite. Cela ne pouvait que lui faire du mal et elle avait loin d'en avoir besoin. Elle-même se sentait la plupart du temps triste, à chaque fois qu'elle tentait de modeler les visages qu'avaient pu avoir ses parents. Mieux valait éviter une nouvelle souffrance à la petite blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Dim 9 Juin 2013 - 7:45

Erïka avait souvent maudit son don. Alors qu’elle ne le maitrisait pas, au tout début, elle souhaitait simplement s’en débarrasser. Puis, lorsqu’elle s’installa à l’institut, elle s’habitua peu à peu à la présence de son pouvoir, lui trouvant finalement une utilité. Elle l’aimait bien, au final. Cependant, il y avait toujours des moments où elle se trouvait impuissante. Certaines personnes pouvaient créer des choses merveilleuses, d’autres pouvaient se défendre lorsqu’ils étaient en danger. Elle, elle n’était bonne à rien. C’était en s’entrainant qu’elle pouvait devenir plus forte. Sans cela, elle n’était rien. Depuis plus de deux semaines, elle se sentait totalement inutile. Elle était impuissante face à une situation qui l’affectait bien plus qu’elle ne l’aurait cru. Elle réalisait à quel point le corps humain était fragile. Erïka avait tout fait pour rester aux côtés de son petit ami alors qu’il ne vivait pas une situation des plus simples avec la perte de contrôle de son pouvoir. Elle n’y arrivait pas. Elle était tombée malade à deux reprises, incapable de supporter la température qu’il dégageait. Pourtant, elle ne pouvait s’en vouloir. Elle était humaine et peu de gens pouvaient supporter un tel froid. Malgré tout, c’était plus fort qu’elle. Elle se sentait inutile. Elle se sentait impuissante. Elle maudissait son corps bien trop humain à son goût. Pourquoi ne pouvait-elle pas résister au froid ? Elle ne cessait de se le demander. Pourtant, c’était bien inutile de se lamenter. Jamais elle n’aura se pouvoir, elle devait s’y faire.

Il y avait des bons côtés au pouvoir d’Erïka. Il fallait simplement le lui rappeler. Ce n’était pas si simple que cela, cependant. Cassandra tentait de lui présenter ces bons côtés. Elle avait raison. La jeune fille pouvait savoir à qui faire confiance. Elle était la reine de la vérité, celle qui pouvait détecter tous les odieux mensonges parvenant à ses fins tympans. C’était excellent pour faire de l’infiltration ou bien pour tenter d’obtenir des informations. Si un jour elle devenait X-Men, qui sait si elle ne sera pas envoyer sur le terrain afin de récupérer des informations sur des mutants ou même dans des organisations anti-mutant qu’ils devront combattre d’une façon ou d’une autre. Elle ne pouvait prévoir le futur. Cependant, elle finira par découvrir à quel point son don est précieux. Elle ne devait pas douter d’elle. Elle devait être forte, comme elle l’avait toujours été.


-« C’est peut-être un avantage, mais ça n’empêche pas que… J’aimerais avoir un autre don, parfois. »

Afin de remonter le moral à sa colocataire, Cassandra décida d’utiliser son don, créant ainsi de magnifiques chimères. Erïka leva les yeux, observant ainsi les majestueux oiseaux qui virevoltaient dans les airs. C’était un beau spectacle qui lui arracha un petit sourire. Pee-Chai dans ses bras, elle caressait doucement sa petite tête afin de le rassurer. Il n’y avait rien à craindre. Au contraire, elle se sentait apaisée parce qu’elle voyait présentement.

Soudainement, la jeune fille fit une demande spéciale à Cassandra. Elle voulait un château de glace. Cela lui rappellera Bobby. Ce n’était pas la meilleure chose à faire, mais la jeune femme s’exécuta. Aussitôt, un magnifique palace de glace prit forme autour d’elle. C’était tout simplement incroyable. Peu à peu, chaque petit détail se créait afin de rendre ce château encore plus réaliste. Erïka était émerveillée par une telle beauté. C’était tout simplement incroyable. Il ne faisait peut-être pas froid, comme le disait Cassandra, mais cela importait peu. Pendant quelques secondes, l’adolescente sentit sa gorge se nouer. Elle qui aimait tant le froid, la neige, la glace, l’hiver… En ce moment elle souhaitait que tout ce froid n’existe pas. Pourquoi la neige n’était-elle pas chaude ? Pourquoi ne pouvait-elle pas supporter ces basses températures ? Ce n’était pas le temps de pleurer, pas devant sa colocataire. Erïka devait se montrer forte alors qu’elle tentait de sourire face à ce sublime paysage. Cassandra possédait un don incroyable. À chaque seconde qui s’écoulait, un petit détail changeait dans la pièce. Elle faisait poussée des fleurs par-ci, taillait la pierre par-là. C’était à couper le souffle.

Alors qu’elle contemplait ce chef-d’œuvre, une question s’échappa des lèvres de l’adolescente. Elle demanda à sa colocataire si elle avait quelqu’un dans sa vie. Peut-être pourrait-elle comprendre la peine qu’elle ressentait ? Pourtant, Erïka n’était pas le genre de personne qui aimait confier ses sentiments. Jamais elle ne le fera directement. Elle préférait rester vague sur le sujet.
Quoi qu’il en soit, Cassandra répondit qu’elle n’avait rien de bien sérieux côté cœur. Avait-elle déjà connu l’amour ? Après tout, elle semblait froide et frigide, peu encline à s’ouvrir rapidement aux autres. Elles se ressemblaient beaucoup, en fait.

Erïka ne savait pas si sa colocataire tentait de lui remonter le moral en lui assurant que tout allait s’arranger, mais cela ne fonctionnait pas vraiment. La jeune fille se leva et déposa Pee-Chai dans sa cage. Elle la referma soigneusement afin qu’il ne s’échappe pas. Il était temps pour lui de dormir. Peut-être qu’Erïka devrait faire de même… Non. Elle était insomniaque. Elle pensait à tant de choses à la fois… Impossible de trouver le sommeil sans un peu de paix d’esprit. Elle regardait ce décor de glace autour d’elle. Cela lui rappelait trop Bobby. Si, au début, cela lui avait rendu le sourire, elle était maintenant au stade de la déprime.


-« Je ne sais même pas si cela pourra s’arranger, un jour… »

Alors qu’une larme perlait au coin de son œil avant de glisser le long de sa joue, Erïka s’éloigna de la cage. Elle avait besoin de retrouver sa salle de bain ou, du moins, une boite de mouchoir. Enfin, ça c’était s’il en restait encore. Elle en avait vidé au moins cinq depuis qu’elle avait attrapé son premier rhume. Ce ne sera sûrement pas le dernier. À présent, la jeune fille ne voulait plus voir cette illusion. Elle souhaitait la voir disparaitre. Elle souhaitait tout oublier et seulement fermer les yeux. Elle voulait trouver le sommeil.

-« Fais disparaitre tout ça… s’il te plait… »

Lorsque la jeune fille découvrit la porte de la salle de bain, elle s’engouffra dans la pièce et ferma la porte derrière elle. Attrapant la boite de mouchoir, elle prit la peine d’essuyer quelques larmes et de se moucher avant de retourner à la chambre. Maintenant qu’elle était certaine de ne pas fondre en larme, elle alla retrouver son lit. Attrapant son lecteur DVD portatif, elle le posa sur ses jambes avant d’installer un oreiller entre son dos et le mur, à la tête de son lit. Elle avait envie de regarder un film, cela la détendra peut-être. Elle regarda à l’intérieur du lecteur pour constater qu’il n’y avait rien. Poussant un petit soupire agacé, elle se leva et attrapa un DVD sur le bureau. Sunny le lui avait prêté, l’ayant convaincu de le regarder. La jeune fille glissa le disque dans le lecteur avant de lever les yeux vers Cassandra.

-« Hey, ramène tes fesses, on va regarder un film. »

Elle ne quitta pas Cassandra des yeux jusqu’à ce qu’elle accepte de s’installer à ses côtés. Elle lui confia le boitier sur lequel elle pouvait lire « Final Fantasy VII Advent Children ». Selon Sunny, ça en valait largement la peine. Puisqu’Erïka n’avait que ça à faire, autant le regarder tout de suite. Sa colocataire aimait-elle les films d’animations japonais ? Peu importe.

-« Tu connais ? C’est Sunny qui me l’a prêté. Elle a vraiment insisté pour que je le regarde. Il parait que ce film est un véritable bijou pour les yeux. Prête ? »

L’adolescente sélectionna les options de langue. Apparemment, elles n’avaient le choix qu’entre japonais et… japonais. Autant le laisser dans sa langue originale. Heureusement, elle pouvait mettre les sous-titres en anglais afin d’aider à l’écouter. La jeune fille aura ainsi l’occasion de pratiquer un peu cette langue qu’elle tentait d’apprendre de son mieux. Ce n’était pas très simple, mais elle était persévérante. Elle aimait ce qu’elle faisait.

À présent, il fallait espérer que Cassandra aime ce genre de film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Dim 9 Juin 2013 - 22:05

Il existait une multitude de mutations, qui allait de la maîtrise des éléments aux dons bien plus « psychiques ». C'était le cas de celui de Cassandra ou encore de celui d'Erïka, que la brune venait juste d'apprendre. Détecter les mensonges était de l'avis de la danseuse un don extrêmement utile. De cette manière, il était bien plus aisé de savoir à qui l'on pouvait réellement faire confiance, et cela était quelque chose d'inestimable. Malheureusement, les possesseurs de certains voyaient quelques fois les choses sous de mauvais angles. Ainsi, Erïka jugeait que ses capacités étaient inutiles. Mais tout cela dépendait du contexte. Dans certaines situations délicates, discerner les mensonges ne servaient à rien mais ce n'était pas pour autant qu'il fallait dénigrer un pareil don. Cassandra fit donc en sorte de rappeler les avantages d'une telle capacité à sa propriétaire, surtout qu'elle semblait être particulièrement sensible au fait de pouvoir croire en les gens qui l'entouraient. La blonde reconnut les avantages de son don, mais elle avoua tout de même son regret de ne pas avoir, quelques fois, une autre mutation.

    « Je comprends. On a tous du ressentir ça une fois dans la vie. Mais il arrivera sans doute un jour où tu seras heureuse d'avoir ce don-là et pas un autre. »


Cassandra de son côté ne regrettait pas de pouvoir créer des illusions. Elles lui permettaient de songer à autre chose, de se perdre dans des mondes irréels, de s'éloigner de la réalité qui souvent lui plombait sérieusement le moral. Aussi, voyant l'état dans lequel se trouvait sa colocataire, fit-elle apparaître une envolée d'oiseaux blancs, douce chimère qui ne pouvait prêter qu'à l'apaisement. Et cela marcha, vu le sourire d'Erïka. Cette dernière eut même une demande particulière à l'encontre de Cassie. La danseuse était disposée à changer son illusion, ce qu'elle ne tarda pas à faire.

Créer de toute pièce un paysage inédit n'était pas chose facile et ne se construisait pas non plus en une fraction de seconde. C'est pourquoi la tour de glace imaginée par Cassandra se bâtit en douceur, d'abord de manière assez schématique, puis la jeune femme s'amusa à préciser les détails, rajoutant de la couleur, des symboles, de la lumière, de l'ombre, du réalisme enfin à cette illusion glacée. Ainsi, la demande d'Erïka était exaucée. Mais pourtant, cette dernière semblait partagée ; sans doute cela lui rappelait trop Bobby. Cassandra n'avait pas oublié que le jeune homme avait la capacité de créer et de manipuler la glace. La serveuse eut même l'espace d'un instant l'idée de créer une réplique fidèle du mutant de glace auprès de la blonde qui soupirait après l'absence de son petit ami, mais elle ne s'exécuta pas. C'était une mauvaise idée, qui n'allait pas améliorer le moral d'Erïka, celui-ci étant déjà bien assez bas. Elle se contenta de continuer à détailler sa chimère, jusqu'à ce que sa colocataire lui pose une question à laquelle elle ne s'attendait pas. Cassandra répondit du mieux qu'elle put. Non, elle n'avait aucune relation sérieuse en ce moment, la seule qu'elle avait jamais eu s'était soldée par une assez pénible rupture. Quant à Samuel qu'elle fréquentait depuis quelques mois, il était impossible de dire que c'était sérieux, même si l'espagnol était bien loin de la laisser indifférente.

La danseuse changea de sujet comme elle put, mais elle était la première à reconnaître qu'elle n'était pas la meilleure question consolation. Preuve en fut qu'Erïka doutait que les choses allaient s'arranger un jour. Cassandra ignorait exactement la nature du problème, mais ne posa pas d'autres questions à sa colocataire. Après tout, elle avait bien précisé qu'elle ne voulait pas en parler. La danseuse n'insista pas, ne voyant pas ce qu'elle pouvait faire pour sa camarade mutante. En revanche, elle ne tarda pas à faire disparaître le château de glace, comme elle le lui demandait, ajoutant de plus à sa requête le tout premier « s'il te plaît » qu'elle n'avait jamais entendu de sa part. La pièce redevint normale en quelques secondes, et Cassie reprit de nouveau son roman qui était resté à côté d'elle, pendant qu'Erïka allait dans la salle de bains. À entendre le fait qu'elle se mouchait, la jeune femme se douta que l'illusion l'avait affectée bien plus qu'il ne paraissait. Elle ne fit aucun commentaire quand la blonde revint et s'empara de son lecteur, la danseuse était toujours plongée dans sa lecture. Elle ne redressa la tête que quand sa colocataire la héla pour regarder un film.

    « J'arrive. »


Terminant son paragraphe, Cassandra corna la page de son livre et vint s'installer à côté d'Erïka, laquelle avait déjà mis le disque dans son lecteur DVD installé sur ses jambes. Cassie en profita pour regarder le boîtier du film que la blonde venait de lui passer. « Final Fantasy VII Advent Children ». Sept ? Il y avait donc eu déjà six autres films avant celui-là ? Mais en regardant de plus près le synopsis à l'arrière de la boîte, la jeune femme apprit que ce film d'animation était tiré d'un jeu vidéo ayant fait un tabac.

    « Non pas du tout. Je suis pas très au fait de la culture japonaise ni des jeux vidéos. Vas-y lance le film. »


Le film commença donc, en japonais sous-titré anglais heureusement. Cassandra ne comprenait pas un traître mot de cette langue asiatique, heureusement la trame de l'histoire pouvait être suivies grâce aux sous-titres. Déjà, la petite phrase de début du film était plutôt accrocheuse. ''À tous ceux qui ont aimé ce monde, et les compagnons qu'ils s'y sont fait, nous vous dédions ces retrouvailles.'' Cela laissait présager que l'univers dans lequel elles allaient se plonger était prometteur. Une petite scène racontée par une vois de petite fille résuma ce qu'il semblait s'être passé dans le jeu vidéo, puis le film débuta enfin. L'intrigue était assez intéressante, les personnages bien représentés et surtout la magie était présente, preuve en était du moment où le jeune homme aux cheveux blancs et mi-longs invoqua un dragon dans le ciel de Midgar.

    « Il est pas mal du tout ce film. Ça me donne envie de connaître le jeu dont il est tiré. En plus, le héros, Cloud, me fait drôlement penser à toi. En plus d'être blond, il n'est pas du genre à dévoiler ses sentiments au grand jour. » fit-elle remarquer, amusée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Mer 12 Juin 2013 - 9:13

Il y avait des moments, comme celui-là, où Erïka doutait d’elle. Elle ne savait plus quoi faire, ni quoi penser. Elle se détestait pour certaines choses, s’en reprochait d’autres et n’arrivait plus à avoir confiance en elle. Dans la situation actuelle, on pouvait dire qu’elle était totalement désespérée devant ses capacités physiques, mais également ses dons. Elle voulait simplement être auprès de son petit ami. Elle voulait l’aider, l’encourager, le faire sourire alors que ces derniers-temps n’avaient pas été simples pour lui. L’adolescente aimerait être en mesure de rester bien plus longtemps que quelques minutes auprès de lui sans avoir l’impression qu’elle allait tombée en hypothermie. Elle souhaitait être en mesure de lui être réellement utile, mais ce n’était pas possible. Elle ne pouvait qu’espérer que la situation se règle un jour ou l’autre.
Cassandra lui affirmait qu’un jour, elle sera heureuse d’avoir son pouvoir actuel. Elle ne le voyait peut-être pas pour l’instant, mais ce fameux jour viendra. Peut-être que la jeune femme avait raison.


-« J’espère que ce jour viendra, alors. »

Afin de remonter le moral de l’adolescente, Cassandra décida d’user de son don afin de faire apparaitre de magnifiques oiseaux dans la chambre. Elle ne tarda pas à changer son illusion pour celle d’un grand et majestueux château de glace afin de répondre à la demande de sa colocataire. Peu à peu, les éléments du décor se mettaient en place. Le paysage se sculptait peu à peu. C’était incroyable. Magnifique. L’adolescente se rappelait ainsi les merveilleuses créations de glace que lui faisait parfois son petit ami. Elle était à la fois heureuse et triste devant cette illusion. Autant cela lui rappelait d’excellents souvenirs qui lui faisaient chaud au cœur, autant elle se rappelait que la glace faisait maintenant obstacle à leur relation. Des sentiments contradictoires s’affrontaient en son for intérieur. Elle ne savait plus quoi penser, ni même ce qu’elle devait ressentir présentement.

Au final, elle demanda à sa colocataire de faire disparaitre l’illusion alors qu’elle allait s’enfermer dans la salle de bain pour se moucher. Lorsqu’elle en ressortie, l’adolescente retrouva son lit douillet. Elle s’y installa confortablement et s’empara de son lecteur DVD portatif. Sunny lui avait prêté un film, il y a quelques temps, et Erïka n’avait jamais eu l’occasion de le regarder. Elle profita donc du moment présent pour le faire. Au passage, elle demanda à Cassandra si elle désirait écouter le film avec elle. Enfin, c’était plutôt une sorte d’ordre déguisé plutôt qu’une demande, mais le but était surtout de proposer à la jeune femme de se joindre à elle.

Lorsque Cassandra fut installée, l’adolescente lui passa le boitier du film afin de se faire une idée de ce qu’elles allaient regarder. Visiblement, la jeune femme connaissait bien peu le domaine l’animation japonaise. Elle avait de la chance, elle allait pouvoir visionner l’un des meilleurs films qui soit, selon Sunny. Erïka ne s’y connaissait que peu en animation, mais elle était une amatrice du cinéma d’horreur japonais. Elle avait quelques films, ses préférés, en sa possession. Rien de plus.

Quoi qu’il en soit, il était temps de lancer le film. La qualité des graphiques et de l’animation était à couper le souffle. Rapidement, l’adolescente se fit aspirer dans l’histoire, suivant avec intérêt les aventures des personnages principaux du film. La musique était magnifique, créant une ambiance toute particulière à cet univers imaginaire. C’était, décidément, l’un des plus beaux films de ce genre qui lui avait été donné de voir. Elle fut un peu déçue lorsqu’il prit fin. Déjà ? Elle n’avait pas vu le temps passé. Elle avait été aspirée dans ce monde chimérique et cette histoire particulièrement bien ficelée.

Ce film avait donné envie à Cassandra de connaitre le fameux jeu vidéo d’où était tiré ce film. Pour ça, elle n’avait qu’à demander à la fan numéro un du Japon. Elle possédait de nombreux jeux vidéo et s’installaient parfois dans l’une des pièces de l’institut pourvue d’une console et d’une télévision afin de s’y amuser un peu. Elle ajouta que le héros du film lui rappelait Erïka. Cette dernière ne comprenait pas. Il était blond, et puis ? Selon Cassandra, Cloud était une personne qui refoulait ses sentiments et n’en parlait à personne. Un peu comme la russe. Elle n’avait pas tort sur ce point.


-« Si tu veux y jouer, demande à Sunny, elle a les jeux de la saga. Je te montrerais où est sa chambre, demain. À moins qu’elle ne t’a un peu trop traumatisée ? Tu trouves que je cache mes sentiments ? Ma tête de zombie ne veut pas tout dire sur ce que je ressens ? »


Erïka rangea le DVD dans son boitier et le déposa sur sa table de chevet avant de déposer son lecteur sur le sol. Elle le rangera demain. Quittant son lit, elle se dirigea vers la fenêtre, puis l’ouvrit. Le paysage extérieur était toujours plus magnifique la nuit, alors que la lune brillait dans le ciel étoilé. Elle attrapa son paquet de cigarette et son briquet, posé sur le bureau. Elle ne tarda pas à s’en allumer une avant de reposer le tout sur le meuble. Cigarette entre les doigts, elle se contentait de regarder à l’extérieur.

-« Ne t’en fais pas, quand je fume j’ouvre toujours les fenêtres. Ça évite que l’odeur ne s’incruste trop. Tu fumes ? »

Malheureusement, une cigarette, ça se fumait trop rapidement à son goût. Elle ne tarda pas à écraser son mégot sur le rebord de la fenêtre avant de le jeter à l’extérieur. Elle laissa la fenêtre à demi ouverte afin de laisser aérer la pièce. L’adolescente ne tarda pas à laisser échapper un bâillement alors qu’elle retrouvait de nouveau son lit. Elle était encore fatiguée ? Pourtant, il n’était pas si tard comparativement à l’heure où elle se couchait habituellement.

-« J’espère que t’as le sommeil lourd parce que je suis insomniaque, généralement. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Sam 15 Juin 2013 - 20:26

Cassandra avait une façon bien particulière de se remonter le moral, à travers ses chimères. Et apparemment cela marchait aussi plus ou moins avec Erïka. C'était malheureusement à double tranchant. Ce n'était qu'un réconfort temporaire, qui durait jusqu'à ce que l'on se rappelle que tout ce qui nous entourait était irréel. La blonde s'en aperçut rapidement elle aussi, quand elle demanda à Cassie de créer un château de glace. Puisant dans sa créativité, la jeune femme bâtit un superbe palais aux reflets bleutés, sculptant petit à petit des détails qui faisaient tout le réalisme de l'illusion. Mais sa colocataire, se rendant bien vite compte que tout cela était vain, lui demandant de tout arrêter, ce que fit Cassandra. À la réflexion, le pouvoir de la brune était un peu à l'opposé de celui de la blonde. Qu'étaient donc ces illusions, sinon des mensonges ? La jeune femme, qui pourtant était une fervente partisane de l'honnêteté et de la vérité, en avait pleinement conscience. Mais elle vivait parfaitement bien avec ce paradoxe. N'aurait-elle jamais eu le pouvoir de se créer des mondes chimériques, qu'elle ne savait pas de quelle manière elle s'en serait sortie.

Elle fit donc disparaître le château de glace et reprit sa lecture, pendant qu'Erïka s'affairait dans la salle de bains. Elle faisait vraiment peine à voir. D'habitude insensible, Cassandra ne pouvait nier qu'elle s'inquiétait un peu pour elle, aussi surprenant cela puisse-t-il paraître. Mais elle ne le montrait pas, comme toujours. N'ajoutant rien de plus, elle retourna à sa lecture. Elle avait encore bien le temps avant d'aller travailler. Mais ce temps libre allait être utilisé pour une toute autre activité imprévue.

Elle rejoignit donc Erïka qui avait le lecteur DVD sur ses genoux et s'installa à côté d'elle, examinant le boîtier du film. En fait, c'était plus un film d'animation japonaise. Cassie n'était pas très au fait de cette culture en particulier, mais elle ne pouvait pas dire que le film ne lui plaisait pas. C'était une histoire fantastique, pleine de magie et vraiment captivante. L'illusionniste ne regrettait pas de l'avoir visionné. À présent elle avait même envie de découvrir le jeux dont était tiré le film. Erïka expliqua que Sunny, qui lui avait prêté le DVD, possédait tous les jeux de la saga, et proposa à Cassandra de lui montrer sa chambre ultérieurement, pour qu'elles puissent en discuter.

    « Passée la crise cardiaque de la première rencontre, on s'y fait. Ça me va, tu me diras où la trouver. Quant à ta tête de zombie, je dirais que je ne faisais pas allusion à ça, même si c'est drôlement réussi. Je pensais plutôt qu'en temps normal tu es impassible et tu ne dis pas tes sentiments texto. Je ne pense pas être tellement dans le tort, n'est-ce pas ? »


Cassandra se releva ensuite, rendant le boîtier à Erïka qui rangea le film. Elle jeta un œil à l'heure, à une pendule accrochée au mur. Elle avait encore un petit peu de temps, mais il fallait qu'elle rassemble ses affaires. Retournant à son placard, elle chercha dans ses affaires de quoi s'habiller si jamais elle devait passer sur scène. Elle attrapa un corset argenté et le mit dans son sac, ainsi qu'un short noir. Ce devait être suffisant, et puis il y avait des chances pour qu'elle n'assure que le service ce soir là. Il était rare qu'elle soit appelée à danser en semaine. Elle referma ensuite la fermeture éclair de son sac puis se tourna vers Erïka qui fumait une clope devant la fenêtre. Au moins elle avait du savoir-vivre.

    « Tant mieux. Mais je te préviens, si ça sent trop la clope un jour, j'asperge la pièce de désodorisant à la framboise, fit-elle avec une pointe d'humour et un demi-sourire. Non je ne fume pas. Comme drogue je préfère encore le chocolat. »


Se rasseyant sur son lit, la jeune femme remit ses chaussures et se redressa. Le temps de se préparer, Erïka avait terminé sa cigarette. Heureusement que la fenêtre était ouverte et que l'odeur s'en allait avec l'air extérieur. Ce n'était pas une senteur très agréable. Cassie se redressa et regarda de nouveau Erïka. Elle était insomniaque ? Carrément ?

    « Ne t'en fais pas pour moi, je m'endors facilement. Tu es insomniaque ? Tu n'as jamais essayé de prendre des traitements pour dormir ? »


Il était pour elle l'heure de partir. Attrapant sa veste et son sac, elle accrocha ce dernier à son épaule et s'adressa encore une fois à sa nouvelle colocataire. Elle allait devoir se faire aux horaires de la brune, qui n'étaient pas toujours facile. Il arrivait qu'elle rentrer au petit matin, comme cela risquait d'être le cas aujourd'hui.

    « Je dois aller travailler, je risque de rentrer très tard. T'as beau être insomniaque, je ferais en sorte de ne pas faire de bruit pour autant. Alors je te dis à demain, Erïka. Passe une aussi bonne soirée que possible. »


Ce disant, elle lui adressa un dernier sourire – minuscule – avant de franchir et de quitter l'Institut pour rejoindre le centre-ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   Dim 23 Juin 2013 - 7:35

Avec le temps, Erïka avait su s’entourer de plusieurs personnes qui lui étaient chères. Elle tenait à elle et souhaitait que leurs liens d’amitiés ne se ternissent jamais. Elle avait également connues certaines personnes, à l’institut, avec qui elle aimait bien trainer, parfois. Peu à peu, elle se rapprochait des gens et apprenait à les apprécier pour ce qu’ils étaient, qualités comme défaut. Elle avait fait un véritable pas en avant en commençant à socialiser. Maintenant, il y avait même une personne qui partageait sa chambre. Pourrait-elle s’accommoder du fait d’avoir une personne dans la même pièce qu’elle jour et nuit ? Cela restait à voir. Pour l’instant, les choses se passaient plutôt bien.
 
Cassandra ne semblait pas très difficile à vivre. Les choses devraient bien se passer, normalement. Elle avait déjà rencontré une autre élève de l’institut et ce ne sera sûrement pas la dernière qui croisera son chemin. Aux premiers abords, la jeune femme ne semblait pas très sociable. Peut-être avec un peu d’aide et une personne aussi énergique que Sunny les choses iront mieux. Avec elle, impossible d’être mal à l’aise. Enfin, si, un peu… Mais elle n’était pas méchante. Au contraire, sa joie de vivre était contagieuse. Cassandra finira bien par le découvrir peu à peu. L’adolescente était très épuisante, passant son temps à enchainer des flots de paroles et à s’agiter, mais elle était de très bonne compagnie. Elle arrivait toujours à trouver le petit mot qui remontait le moral. En ce moment, on pouvait dire qu’Erïka ne l’avait pas trop. Même en temps normal, elle ne parlait pas beaucoup de ses sentiments. Elle gardait cela pour elle et, parfois, s’ouvrait à ceux qui lui étaient vraiment proches.


-« On sera d’accord pour dire que ce n’est pas toujours bon de trop en dire sur soi. Je n’aime pas parler de moi et encore moins dire ce que je ressens. Parfois, l’impassibilité est la seule façon de se protéger. »
 
Puisque le film était terminé, Erïka en profita pour s’installer à la fenêtre et fumer un peu. Cela avait le don de la détendre. Lorsqu’elle était triste, frustrée ou même en colère, il lui fallait fumer pour se sentir mieux. Elle n’avait jamais réussis à combattre cette dépendance. Un jour, elle arrêtera pour de bon. En attendant, ce jour n’était pas venu et elle en profitait.
Pendant ce temps, Cassandra fouillait dans son placard. Un regard discret en sa direction permis à Erïka de voir ce qu’elle sortait. Un corset, vraiment ? Elle n’était tout de même pas comme sa sœur qui en avait une véritable collection ? Cependant, cela n’avait pas trop l’air du genre de Cassandra, si elle se fiait à l’attitude qu’elle employait toujours. C’était une bonne chose. Que faisait-elle avec ce genre de vêtement ? Elle devait probablement se préparer à sortir, un truc dans le genre. Étrangement, Erïka ne la voyait pas draguer dans un bar ou faire quelque chose de ce style.
 
Néanmoins, Erïka décida de ne pas poser de question à ce sujet. Sa colocataire pouvait bien faire ce qu’elle voulait. La conversation tourna plutôt autour des conséquences de la dépendance de la russe. Pas question de parler d’ennui de santé. Il était question de ce que Cassandra comptait faire si la chambre empestait la cigarette, un jour. Pas question de la laisser polluer l’air ambiant avec du désodorisant à la framboise.

 
-« Je vais éviter que tu en arrives là. Si tu le fais, un jour, opte pour un truc qui sent le chocolat. Au moins, le respirer ne fera pas grossir. »
 
Terminant sa cigarette et jetant le mégot éteint à l’extérieur, la jeune femme se retourna vers sa colocataire. Elle lui expliqua qu’elle était insomniaque. Il ne fallait donc pas s’étonner de la voir debout au beau milieu de la nuit, cherchant quelque chose à faire pour ne pas trop s’ennuyer. Elle pourrait régler ce problème en essayant de prendre des médicaments, mais elle refusait. Elle avait déjà pensé à cette solution, mais à l’époque elle consommait une grande quantité de médicament pour calmer ses migraines. Mélanger les pilules n’était pas une bonne idée. Et puis, il y avait une autre raison pour laquelle elle refusait d’être sous l’effet de ces médicaments. Elle avait peur de ce qui pourrait se produire pendant son sommeil. Et si on tentait de lui faire du mal ? Et si on la kidnappait ? Et si l’institut était attaqué comme cela avait déjà été le cas ? Elle craignait de ne pas se réveiller. Elle préférait encore passé des nuits blanches à tenter de trouver le sommeil. Au moins, au moindre bruit, elle pouvait ouvrir l’œil et s’assurer qu’elle était toujours en sécurité.
 
-« Je n’aime pas trop ça. Je préfère encore passer la nuit debout. »
 
Cassandra attrapa ses affaires, visiblement prête à sortir. Où allait-elle comme ça ? Erïka n’en avait aucune idée, mais elle pouvait au moins se dire qu’elle allait être tranquille ce soir. Autant profiter de chaque moment de solitude puisqu’elle le pouvait. Avec la présence de Cassandra dans cette chambre, elle ne pourra plus se retrouver seule lorsqu’elle le désirait. C’était les désavantages de la colocation.
 
Il était maintenant temps pour Cassandra de quitter l’institut. Elle allait travailler. À cette heure-ci ? Quel genre de métier exerçait-elle ? La jeune femme ne lui demanda pas. Elle se contenta de lui souhaitait, à son tour, de passer une bonne soirée. Avec de la chance, elle se sera assoupie avant que sa colocataire ne soit de retour.

 
-« J’essayerais. Passe une bonne soirée, toi aussi. »
 
Lorsque la porte se referma, Erïka se laissa tomber sur son lit. Une autre nuit à chercher le sommeil. Une autre nuit à espérer revoir celui qu’elle aimait. Parfois, il était difficile de garder espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvelle Colocation [PV Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouvelle colocation [PV: Lucas
» Sortie de filles [Cassandra Farrell]
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Dortoirs-