X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Mar 18 Juin 2013 - 5:18

Il y avait des journées où ça n’allait pas bien. Par exemple, il y a une semaine de cela, Erïka broyait du noir dans son coin sans parler à qui que ce soit de ce qui lui arrivait. Elle était malade, avait une tête de zombie, et inquiétait ses proches avec son air dépressif.
Il y avait des journées, comme celle-ci, ponctuées de rires et de plaisanteries, qui redonnait la joie de vivre à l’adolescente. Maintenant que Bobby était de retour, tout allait mieux. Elle était heureuse de pouvoir de nouveau l’approcher, le serrer dans ses bras, l’embrasser et faire bien autre chose que vous pouvez très bien vous imaginez seuls, bande de pervers.

Terminé l’air de zombie. Erïka était en pleine santé. Elle n’était plus malade. Ses cernes avaient disparues, elle dormait bien mieux depuis quelques temps. Elle se maquillait bien plus légèrement, dessinant des traits minces et discrets autour de ses magnifiques yeux azurés. Elle s’habillait toujours aussi sobrement, cela n’avait pas changé. Il faisait chaud et elle avait opté pour un simple débardeur noir ainsi qu’un short assortie.

C’était le début de l’après-midi. Assise sur son lit, la jeune femme discutait avec son amie Irina. Visiblement, à les voir s’éclaffer, elles devaient bien s’amuser. En effet. Erïka écoutait les histoires délirantes de son amie. Elle était plus jeune qu’elle, mais elle n’avait pas toujours eut la vie simple. Elle avait essayé plusieurs types de drogues avant de cesser complétement d’en consommer, ou presque. Parfois, ses expériences l’avaient menée à vivre des histoires pas très drôles, mais également des moments très cocasses qu’elle ne se gênait pas pour raconter.  

De fil en aiguille, elles étaient passées de ces petits partages d’aventures et de mésaventures personnels à quelques confidences. Erïka ne parlait pas beaucoup d’elle. Il y avait des sujets qu’elle évitait soigneusement. Elle n’avait pas besoin de faire dériver la conversation, Irina le faisait très bien toute seule. Elle parlait à présent d’Alexïs. La jeune femme adorait entendre l’évolution de la relation entre son frère et cette fille. Qui sait, peut-être seront-ils un couple, un jour ? Erïka serait ravie de voir son frère sortir avec une fille géniale et pleine de vie comme Irina.


-« Tu imagines, on serait des belles-sœurs. »
-« Oh yeah, baby ! Ça va rocker dans les partys de famille ! En plus j’aurais un bro’ roux ! Il a l’air d’un pirate ton frangin, c’est top ! »
-« Ne lui dis pas ça, si ça trouve il va se vexer… ou ne pas te prendre au sérieux. A bien y penser, je crois qu’on ne peut pas te prendre au sérieux. »
-« Je peux être très sérieuse quand je veux, tu sauras ! Avec Alexïs, on s’est tapé un documentaire sur la délinquance et on a parlé de ça sérieusement. Je te le jure ! »
-« Il t’a supplié de regarder ça avec lui ou quoi ? »
-« Non, pas du tout ! C’est moi qui voulais l’regarder. Quoi de mieux qu’une délinquante comme moi pour comprendre les délinquants ? C’est ça que je veux faire de ma vie. J’ai eu d’la chance d’atterrir dans ce palace et de pouvoir me goinfrer dans les gâteaux plutôt que de passer mes journées en plein trip. C’est pas quelque chose qui est donné à tout l’monde. Moi je veux aider les gens. J’les comprends, moi. »
-« Tu n’as pas l’air si délinquante, maintenant. T’as plutôt l’air d’une adolescente qui vit ses expériences et qui n’aime pas l’autorité… »
-« Avant je l’étais. J’avais pas un rond, je piquais des trucs, je sortais avec des mecs pour qu’ils me paient de la cam. J’te raconterais, un jour. »

Le jour n’était pas tout de suite venu car la porte de la chambre s’ouvrit. Il n’y avait que certaines personnes qui y entraient sans frapper. Soit c’était William qui souhaitait passer l’après-midi avec elle, ce qui était peu probable étant donné qu’il était au travail. Soit il s’agissait de Bobby. Il n’avait pas cours cet après-midi ? Le dernier choix restait Cassandra. D’ailleurs, lorsque cette dernière entra dans la pièce, Irina l’observa attentivement avant de prendre la parole.

-« Yo poupée ! C’est toi la p’tite nouvelle de l’institut ? T’es canon. Hey, Erï, pourquoi tu m’as pas dit que ta coloc’ était canon ? »
-« Parce que j’en ai rien à foutre qu’elle le soit ou non. »
-« Roh ! T’es pas marrante ! Allez, je me présente. Moi c’est Irina, la nana qui roule de pelles à son frère et qui finira p’t-être par devenir la belle-sœur de la blondasse. Tiens, d’ailleurs, j’y pense, faut que je file. Je vais mater un film au cinoche avec Alexïs. Putain, j’sais pas d’où il tire son fric, mais il insiste toujours pour payer lorsqu’on sort. Cette fois, il me f’ra pas le coup, j’vais lui piquer son portefeuille avant d’arriver au guichet. J’suis douée pour ça. »
-« Vous allez voir quoi ? Un film à l’eau de rose ? »
-« Oh que non ! The Purge, que ça s’appelle. Crois-moi, ça va saigner, poupée ! »
-« Quoi ?! Il refuse de voir ce genre de film avec moi ! »
-« Ahah ! Je suis trop forte ! »

Elle attrapa le paquet de petit gâteau qu’elle grignotait et quitta le lit sur lequel elle était assise. Elle s’approcha de Cassandra. Cependant, au lieu de sortir, elle s’arrêta devant elle. C’était toujours sympa de rencontrer les nouvelles. Irina n’avait pas vraiment la langue dans sa poche et disait les choses telles qu’elles étaient. Cependant, à la différence d’Erïka, elle savait parfois faire preuve de tact lorsqu’il le fallait.
Quoi qu’il en soit, la jeune fille ne comptait pas quitter sans échanger quelques mots avec Cassandra.


-« Je savais que ta tête me disais quelque chose. T’es la nana que mon pote et moi on a vu dans le hall, l’autre jour. Il te trouve vraiment canon. Si ça te dit de prendre une bière avec nous, t’viendras cogner à ma porte, au bout du couloir. Et t’amènera la blondasse si t’as envie. Oh et, en passant, t’as des beaux soutifs, poupée. »

L’air de rien, Irina quitta la chambre, laissant les deux colocataires seules. Il serait peut-être temps d’expliquer à Cassandra cette histoire de soutien-gorge. En fait, suivant l’idée de Will, elle avait décidé de s’amuser un peu. Alors que l’un des soutien-gorge de sa colocataire trainait, ayant chuté d’elle-ne-savait-où pour se retrouver au sol, Erïka décida de s’en servir pour faire une belle photographie, alors qu’elle s’amusait avec ses cochons d’inde. D’ailleurs, ceux-ci avaient regagnés leur cage depuis un bon moment. Irina était arrivée alors que les petits animaux avaient le sous-vêtement sur la tête.
Quoi qu’il en soit, Erïka, étrangement souriante, se leva afin de montrer la photographie qu’elle avait prise grâce à son téléphone.


-« Fais gaffe à tes fringues qui trainent. Ça peut donner des photos aussi mignonnes que ça. Ça ne bat pas Pee-Chai qui s’est coincé dans l’une de tes culottes. Attend, je te montre. »

Elle lui montra la seconde photo. Cassandra allait-elle bien réagir à cela ? Erïka ne la voyait pas vraiment se mettre en colère. Elle était plutôt habituée à la voir froide et distante. Elle n’allait pas s’en plaindre. Vivre avec quelqu’un d’aussi énergique que Sunny aurait tôt fait de la rendre folle. Elle préférait le calme de sa colocataire. Il fallait seulement espérer que les choses continuent de bien se dérouler, ce qui n’était peut-être pas gagné.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Ven 22 Nov 2013 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Dim 23 Juin 2013 - 0:29


Cassandra poussa un soupir de soulagement. Elle retira son tablier, le travail était terminé pour aujourd'hui, et elle n'aurait normalement pas à revenir ce soir pour remplacer telle serveuse ou telle danseuse. Ce qui lui laissait le temps d'étudier tout l'après-midi et la soirée. Elle avait à présent moins de temps libre qu'auparavant, mais au moins elle ne s'ennuyait plus autant. Attrapant son sac, elle quitta donc le Stonedge en évitant soigneusement le barman et prit la direction de l'Institut. Durant le trajet jusqu'à l'établissement, la jeune femme savoura sa solitude, enfermée dans sa bulle de musique. À présent qu'elle vivait en colocation avec Erïka, elle n'était plus aussi souvent seule qu'avant. Au moins, depuis une bonne semaine, la blonde était en bien meilleure forme qu'au début de leur colocation. Sans doute que cela allait bien mieux avec Bobby, qu'en savait-elle. Au moins l'ambiance n'était plus aussi morne, même si le silence était souvent de rigueur.

Mais aujourd'hui ça n'était pas le cas. Elle n'y avait pas fait attention sur le coup, mais des rires s'entendaient de l'autre côté de la cloison. Ce n'est qu'en entrant dans la chambre que Cassandra s'en rendit compte. Refermant la porte, elle constata que sa colocataire n'était pas la seule présente dans la pièce. Cassie manifesta sa surprise avec un léger haussement de sourcils, sans se départir de la neutralité de ses traits. Il y avait une autre jeune fille présente, brune au style un peu gothique et punk. Cette dernière l'interpella d'ailleurs d'une façon assez étrange. « Poupée » ? En guise de réponse, elle se contenta d'une inclinaison de la tête, qui pouvait passer pour un salut.



    « Enchantée, j'suis Cassandra. Belle-sœur d'Erïka ? J'te souhaite bien du courage. »



Ne se préoccupant pas plus de leur conversation, la serveuse alla déposer ses affaires sur son lit, histoire de s'en débarrasser, de même que sa veste. Elle attrapa ensuite un de ses livres de cours dont elle savait qu'elle devait travailler les dernières leçons auxquelles elle avait assistée, mais avant de s'installer sur le matelas, elle se retrouva nez à nez avec la dénommée Irina qui justement prenait congé des deux colocataires. Ce qu'elle lui dit l'étonna un peu, mais lui montrait également qu'elle n'était pas passée inaperçue au sein de l'Institut. Elle avait même déjà tapé dans l’œil de quelqu'un, vu ce que disait la punk. Qu'importait, elle n'était pas intéressée et ne montra aucun intérêt aux dires d'Irina sur ce sujet. Mais l'invitation faisait plaisir quand même.


    « Merci, j'y penserais... que... pardon ?! »


Qu'est-ce que c'était que cette histoire de soutien-gorges ? La neutralité de la jeune femme en prit un coup, vivement surprise par cette déclaration carrément inattendue. D'où est-ce qu'elle pouvait dire que les sous-vêtements de Cassandra étaient sexy ? La jeune femme regarda son lit. Non, aucun vêtement ne traînait. Oui, elle était bordélique, parce qu'elle en avait pris l'habitude quand elle avait commencé à vivre seule, mais autrefois elle prenait un soin tout particulier à ranger ses affaires. Ce fut au tour d'Erïka de se lever, son téléphone à la main. Bizarrement, elle souriait, et pour Cassandra, cela ne présageait rien de bon.


    « T'as une explication ? »


Les sourcils froncés, Cassie attendit les explications de sa camarade. Dommage qu'elle n'ait pas eu un miroir face à elle, pour pouvoir constater que son visage passait par toutes les couleurs. Laissant tomber ses livres sur sa couette, la danseuse regarda les photos prises par la blonde, et qui concernaient ses cochons d'Inde ainsi qu'un de ses soutien-gorges et une de ses petites culottes. Cassandra serra les poings. Comment avait-elle osé ? Pour la première fois depuis longtemps, une véritable expression de colère assombrit sa figure.


    « Non mais je rêve ! T'as rien de mieux à faire ? Tu peux pas prendre tes propres fringues pour faire des photos ?! »


Cassandra était réellement en colère. Erïka l'avait accueillie tellement froidement, sans qu'elle puisse comprendre pourquoi, et maintenant elle s'autorisait à prendre des photos bizarres avec ses affaires. Elle se moquait littéralement d'elle. Le spectre des années à l'orphelinat semblait revenir hanter la danseuse. D'un geste vif, elle pointa le téléphone de la blonde.


    « J'en reviens pas que t'aies fait ça. Ça te plairait que je prenne tes sous-vêtements en photo pour que je les montre à des gens que tu connais pas ? T'as intérêt à les effacer ! »


Erïka venait de faire une belle chute dans l'estime de Cassandra. Elle qui pensait qu'elles pourraient éventuellement devenir de bonnes camarades, force lui était de constater à quel point elle s'était trompée. Encore une fois, pensait-elle, elle était tombée sur une personne qui n'allait lui faire que du mal. La colère aveuglait son jugement, mais cela montrait aussi à quel point elle se sentait blessée.


    « Sûr que maintenant, je ferais gaffe à mes affaires. Je vais reprendre ma bonne vieille habitude de les enfermer... » dit-elle pour elle-même.


Quel dommage. Erïka allait devoir faire un bel effort si elle voulait rattraper cela, ce qui n'était pas gagné d'avance. Cassandra voulut reprendre ses livres sur son lit, mais elle soupira. Comment allait-elle pouvoir se concentrer pour réviser maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Dim 23 Juin 2013 - 4:28

Partager sa chambre avec Erïka n’était pas de tout repos. La pauvre Cassandra allait rapidement rencontrer la véritable personnalité de sa colocataire. Elle n’était pas au bout de ses peines. À peine entrée dans la chambre, elle faisait la rencontre d’Irina. Pas gênée, cette dernière s’adresse présenta à la jeune femme… à sa façon. Elle affirmait être la peut-être future belle-sœur d’Erïka. Comment ça, bonne chance ? L’adolescente était-elle si pénible que cela ? En fait, si. Au moins, le courant passait bien. C’était plutôt Will qui sera à plaindre si les deux filles s’alliaient contre lui pour lui jouer des tours.
Quoi qu’il en soit, une fois que les présentations furent faites, Cassandra regagna tranquillement son lit. Elle n’allait pas avoir l’occasion de se reposer ou de s’adonner à une quelconque activité personnelle car Irina vint aussitôt à sa rencontre afin de la complimenter, affirmant qu’elle ne laissait pas certaines personnes indifférentes. Si la réaction de Cassandra était tout à fait banale, au départ, son visage changea aussitôt de teinte lorsque l’adolescente évoqua ses sous-vêtements. Quelques secondes plus tard, Irina avait quitté la pièce.
 
L’ambiance était tendue. Enfin, du côté de Cassandra. Erïka, elle, faisait comme si rien n’était. Sa colocataire n’avait qu’à pas laisser trainer ses fringues, c’est tout. Déjà, la jeune femme faisait des efforts pour éviter de laisser ses livres de cours trainer sur le sol ou bien ses vêtements s’entasser un peu partout dans la pièce. Si ses cochons d’inde quittaient leur cage et allaient se perdre dans ses affaires, c’était son problème. Par contre, s’ils s’empêtraient dans les fringues de Cassandra, qui trainaient sur le sol, c’était une autre histoire. Puisque cette dernière demandait des explications, Erïka le lui en fournit.


-« Tes fringues trainaient sur le sol. Je les ai foutues dans ton panier à linge. Tu peux constater toi-même du résultat, la dernière fois que j’ai sortis mes cochons d’inde de leur cage ils ont fait une drôle de découverte. »
 
Pour mieux expliquer les informations, elle montra les photographies, prises avec son téléphone, à sa colocataire. Cela ne semblait pas lui plaire, loin de là. Elle était rouge de colère. Elle avait raison de se sentir ainsi. Après tout, c’était le genre de photos dont on préférait se passer. Cependant, Erïka semblait n’en avoir rien à faire. Le visage neutre, elle se contentait de feindre l’indifférence. Ce n’était pas si mal, elles avaient réussi à passer une semaine avant de se disputer. Les choses seront-elles toujours ainsi ? Difficile à prévoir. Erïka avait un sacré caractère et savait se montrer très chiante lorsqu’elle le voulait.
 
Colérique, Cassandra se mit à engueuler sa colocataire, lui demandant comment elle avait osé prendre ses vêtements pour s’amuser à faire des photos avec son cochon d’inde. Ne pouvait-elle pas prendre les siens ? À cela, Erïka avait une réponse toute simple qui n’allait certainement pas plaire à la jeune femme. On pouvait déjà sentir le début de la prochaine guerre mondiale.

 
-« Pourquoi prendre les miens ? Ce sont les tiens qui trainent. »
 
Les choses n’allaient certainement pas s’arrêter là. Pas maintenant. Cassandra était hors d’elle. C’était la première fois qu’Erïka la voyait ainsi. Elle porta un mince regard à la brune avant d’effacer les photos de son téléphone. De toute façon, elle avait une mémoire afin de se souvenir de ce genre de chose. Elle prit bien soin de montrer à sa colocataire qu’elle effaçait les fichiers. Peut-être que cela calmera un minimum sa colère, qui sait ?
 
-« Pourquoi je serais gênée de mes sous-vêtements ? Ce sont des fringues comme d’autres, je m’en fiche un peu, en fait. Si peut te rassurer, je ne toucherais plus à tes affaires et si tes sous-vêtements trainent sur le sol alors que je suis avec une autre personne dans cette pièce, ils y resteront. Maintenant, les photos sont effacées. »
 
Erïka se leva et se dirigea vers sa partie de la chambre. Elle déposa son téléphone dans son sac. Elle n’allait pas rester ici avec cette ambiance. Enfin, même avant leur dispute l’atmosphère de cette pièce n’avait jamais été très chaleureuse. Il fallait dire que la jeune femme n’était pas très sociable. Cela avait été bien pire avec l’absence de Bobby dans sa vie. Maintenant, il était de retour, elle avait repris du poil de la bête.
 
En entendant Cassandra parler pour elle-même, l’adolescente réalisa qu’il y avait certaines choses qu’elle n’avait jamais dites à sa colocataire. En fait, il valait peut-être mieux mettre certaines choses au clair afin qu’elles évitent de se disputer à tout moment. Se retournant vers Cassandra, Erïka réfléchit rapidement à ce qu’elle allait dire avant de prendre la parole sur un ton calme.

 
-« Tu sais quoi ? On va s’établir des règles. Déjà, pas la peine d’enfermer tes trucs, je n’ai aucune raison d’y toucher. Si tes affaires trainent de mon côté de chambre, je me chargerais de les remettre du tiens et il en va de même dans le cas inverse. Peut-être qu’avec des règles, tout ira mieux. Je ne laisserais plus mes cochons d’inde se perdre dans la pièce, ça va éviter qu’ils reviennent empêtré dans on-ne-sait-quoi. »
 
Il valait mieux qu’elle lui parle de son don. Si jamais Cassandra décidait de parler dans son dos en murmurant, pensant qu’elle n’entendrait rien, cela ne fera que créer des disputes inutiles. Autant l’insulter en pleine face, c’était déjà moins pire. Quoi qu’il en soit, il valait mieux qu’elle révèle sa seconde mutation. Parlant de mutant, autant évoquer Bobby. Puisqu’il était son petit ami, il arrivait qu’il se passe certaines choses d’ordre intime. Pas question que Cassandra entre dans la chambre au mauvais moment. C’était tout à fait valable pour le cas inverse. La vie sexuelle de sa colocataire ne l’intéressait pas du tout.

-« Ensuite, faut que je te dise un truc. J’ai une seconde mutation. J’entends tout. Absolument tout. Évite de murmurer des trucs que je ne suis pas censée entendre. D’ailleurs, parlant de trucs que je ne veux absolument pas entendre… Si tu décides de coucher avec quelqu’un dans cette pièce, verrouille la porte. J’éviterais alors d’entrer. Je n’ai pas envie de te surprendre en pleine action et je suppose que c’est réciproque. J’ai de la chance, Bobby ne partage pas sa chambre, lui. Alors si on a quelque chose à faire, ce ne sera pas ici. Au fait, y’a des capotes sur mon bureau, au besoin. Maintenant, si tu as quelque chose à dire, ne te gêne pas. »
 
Erïka, tout en écoutant sa colocataire parler, pénétra dans la salle de bain et attrapa sa brosse à cheveux. Elle arrangea sa franche et brossa sa crinière blonde avant de quitter la pièce. On pouvait dire que la jeune femme avait changé avec le temps. Avant, elle aurait complétement ignoré Cassandra. Elle lui aurait à peine adressé deux mots, n’aurait jamais touché à ses affaires et aurait vu en elle une présence indésirable. Maintenant, les choses n’étaient plus ainsi. Elle avait évolué, les choses avaient changées. Elle s’ouvrait un peu plus aux autres. Si elle était capable de s’entendre avec certains élèves de l’institut, des personnes avec qui elle n’aurait jamais cru tisser des liens un jour, pourquoi ne le pourrait-elle pas avec Cassandra ? Erïka avait fait une connerie. Elle assumait pleinement et ne regrettait pas ce qu’elle avait fait. À quoi bon s’apitoyer et regretter quelque chose qui faisait partie du passé ? Il valait mieux aller de l’avant.
 
-« Je te propose un truc. J’ai des courses à faire, en ville. Je t’amène avec moi, on fait les boutiques et je t’invite au restaurant. Celui que tu veux, ne pense pas à l’argent, c'est moi qui paie Je ne suis pas douée avec les gens et si on veut éviter de se sauter à la gorge à tout moment, on devrait commencer par apprendre à se connaitre. Autant commencer tout de suite. T’en dis quoi ? »

C’était tout un effort de la part d’Erïka. Elle voulait bien faire en sorte de s’entendre avec Cassandra. Elle espérait simplement que cette dernière acceptera sa proposition. Si William et Bobby arrivaient à s’entendre avec elle, pourquoi Erïka n’y arriverait pas ? Il devait y avoir une raison pour laquelle il l’appréciait et elle en avait eu un aperçu lors de sa première visite à l’institut. Il fallait simplement prendre le temps d’apprendre à se connaitre. 


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Dim 23 Juin 2013 - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Dim 23 Juin 2013 - 20:00


Il était rare que Cassandra se mette vraiment en colère, mais cela n'était pas non plus impossible. La preuve en était en ce moment-même, alors qu'elle déchargeait son courroux sur sa colocataire. Mais Erïka l'avait mérité, selon elle. Franchement, quelle idée de prendre en photo ses animaux coincés dans des sous-vêtements qui n'étaient même pas les siens ! Alors oui, bien sûr, Cassandra n'était pas totalement innocente, vu à quel point elle pouvait être bordélique. Mais la blague de sa colocataire ne lui avait pas du tout plu. Le pire sans doute, était qu'Erïka gardait un air de « j'en ai strictement rien à foutre que tu sois en colère ». Cela n'arrangeait donc en rien l'humeur de la danseuse, surtout qu'elle répliquait qu'elle n'avait pas de raison d'utiliser ses propres vêtements puisque ce n'était pas eux qui traînaient.


    « Très bien, je reconnais que j'ai mes torts. Mais pour autant c'est pas une excuse ! Il me viendrait jamais à l'idée de faire ça avec tes propres vêtements ! »


Cassandra demanda instamment à sa colocataire de supprimer ces photos. Elle était en colère, mais aussi, elle se sentait mal. Pour plusieurs raisons. La première, parce qu'elle était blessée de l'attitude de la blonde, qu'elle était persuadée qu'elle n'avait fait que se moquer d'elle. Et aussitôt, elle s'assimilait à ces horribles gamins de l'orphelinat qui n'avaient jamais arrêté de la tourmenter. La seconde, parce que aussi coléreuse était-elle en ce moment, elle détestait les disputes. Comme la plupart des gens d'ailleurs, mais si c'était la seule manière de se faire respecter, alors elle n'y allait pas de main morte. Pourtant, la jeune femme avait espéré que ça irait en s'améliorant. À présent, la petite confiance qu'elle avait mise en Erïka avait drastiquement diminué.

Au moins, la blonde ne fit pas de difficultés en supprimant immédiatement les photos comme le lui avait dit Cassie. Cette dernière se sentit un peu mieux, mais rageuse, même si ses sourcils étaient toujours froncés. Elle prit une profonde inspiration en vérifiant les fichiers d'Erïka, qui voulait lui prouver sa bonne foi en ayant bel et bien retiré les photos. Mais elle eut une drôle de réponse. Vraiment, elle s'en fichait de savoir que d'autres avaient vu ses sous-vêtements ? Dans ce cas, tant mieux pour elle. Après tout, il était peu probable qu'elle ait vécu les mêmes expériences que Cassie, qui lui faisaient maintenant redouter le fait que quelqu'un d'autre touche à ses affaires.


    « Tant mieux pour toi dans ce cas. Ça me va comme ça, maintenant c'est à mon tour de faire gaffe à mes affaires. »


Quelle ambiance exécrable il régnait maintenant dans la pièce ! Mais Cassandra n'en avait rien à faire. Elle prévoyait déjà de reprendre les habitudes qu'elle avait adopté à l'orphelinat, à savoir planquer toutes ses affaires pour que plus personne n'y touche. On n'était jamais trop prudent, pas vrai ? Mais pour Cassie, cela représentait un échec : elle pensait maintenant ne plus pouvoir faire confiance à Erïka, de quelque manière que ce soit. Elle murmura donc pour elle-même qu'elle allait reprendre ses habitudes, un peu à regret. Avait-elle eu raison de venir à l'Institut ? À présent qu'elle était un peu calmée, elle se rendit compte que la colère lui avait fait adopté un comportement un peu abusif. La blonde lui avait fait une mauvaise blague, mais au moins elle n'avait pas compliqué les choses. Ramassant ses livres de cours pour les ranger, car elle savait qu'elle ne pourrait plus réviser maintenant, elle se retrouva une nouvelle fois nez à nez avec sa colocataire. Elle avait quelque chose à lui dire ? Reprenant un air aussi neutre que possible, Cassandra l'écouta. Établir des règles paraissait être une bonne solution afin qu'elles puissent vivre toutes les deux le plus harmonieusement possible.


    « Très bien, on fait comme ça. Je ferais quand même attention de ne plus être aussi bordélique. Au moins Istina et Pee-Chai pourront gambader tranquillement sans se retrouver sous des flashs d'appareils photo. »


Le ton de la jeune femme montrait bien qu'elle s'était calmée et qu'elle était disposée à faire des efforts pour qu'elles puissent vivre sans toujours se tomber dessus et s'engueuler. Mais Erïka n'avait pas terminé de parler. Elle avait une autre information à divulguer à sa colocataire, information à laquelle Cassandra ne s'attendait pas : elle disposait d'une seconde mutation. Et vu la mutation, c'était bon à savoir.


    « Je vois. Ne t'en fais pas, je ne suis pas du genre à cracher sur le dos des autres, alors à moins que j'ai quelque chose à te reprocher ou si l'envie me prend de t'insulter copieusement, j'attendrais de te faire face. La suite de son discours fit hausser les sourcils à Cassandra. Ça me paraissait tellement évident que je pensais qu'on devrait aborder ce sujet. Il y a peu de chances que j'ramène un homme ici mais sois tranquille, je n'ai pas envie non plus que tu nous interrompes. Merci pour l'indication, mais au risque de faire dégringoler ta jolie pile de livres de ton bureau, je ne pense pas y toucher. J'en ai aussi de toute manière. »


Comme quoi il n'y avait pas que Cassie qui était bordélique. Y avait-il quelque chose d'autre à rajouter ? Pas pour le moment lui semblait-il. Au moins, la blonde l'écoutait et ne l'ignorait pas royalement. De plus, par l'instauration de ces règles, elle prouvait sa bonne volonté de vivre en harmonie avec Cassandra. Cette dernière ne l'avait-elle pas mal jugée au final ? À présent que sa colère était retombée, la danseuse supposait que leur colocation se déroulait un peu mieux à l'avenir. La brune termina de ranger la partie de sa chambre, renvoyant les vêtements dans le placard et les livres sur les étagères. Mais les plans pour l'après-midi allaient changer à présent qu'Erïka faisait une proposition .

La serveuse était stupéfaite. Non pas que la proposition de sa colocataire la dérangeait, mais elle était surprise qu'elle l'invite comme cela. Où était passé la jeune blonde associable au possible et qui ignorait royalement les gens qui n'étaient pas proches d'elle ? Elle était clairement plus ouverte qu'autrefois, à moins que cela ne soit aussi en rapport avec le fait que cela allait bien entre Bobby et elle. Ce qui était tant mieux, après tout, avoir un zombie pour colocataire n'était pas franchement réjouissant à la longue.


    « Hé bien, j'en dis que c'est une bonne idée. Mais je te laisse le choix du resto, je ne connais pas suffisamment la ville pour pouvoir en indiquer un bon. En tout cas je suis partante, laisse-moi juste le temps de me préparer. »


Allant à son tour dans la salle de bains, Cassandra prit le temps de se recoiffer. Pas besoin de refaire son maquillage puisqu'elle n'en avait pas ce jour-là. Peu de temps après, elle attrapa de nouveau son sac et rejoignit Erïka qui l'attendait dans l'embrasure de la porte.


    « Je dois avouer que je suis étonnée. Je ne m'attendais pas à une telle invitation de ta part. J'suis remontée dans ton estime ou bien ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Lun 24 Juin 2013 - 3:49

Erïka était le genre de fille qui se mettait facilement en colère. Normalement, dans une dispute, elle faisait toujours en sorte d’hausser le ton et d’avoir le dernier mot. Cette fois, ce n’était pas le cas. Elle avait passé une bonne journée et elle se sentait bien. Plutôt que de se mettre en colère contre Cassandra car cette dernière lui criait dessus, elle feignait plutôt l’indifférence. Elle ne voyait pas pourquoi se mettre à crier. Blasée, elle attendait plutôt que sa colocataire cesse de parler pour accéder à sa demande et effacer les fameuses photographies qu’elle avait prises. Maintenant que cela était fait, était-il possible de passer à autre chose ? Il n’y avait pas de raison de se disputer plus longtemps.
 
-« Alors, dans ce cas, arrête de m’engueuler, ramasse tes affaires, puis on en reparle plus. »
 
La jeune femme se leva et s’éloigna, regagnant sa partie de la chambre. Réfléchissant à ce qui venait de se produire, elle prit la décision d’instaurer des règles, dans cette chambre. Ainsi, ce sera mieux pour toutes les deux et cela leur évitera de s’engueuler de nouveau pour des riens. Pour l’instant, Cassandra semblait réceptive et acceptait les premières règles énumérées par l’adolescente. C’était un bon début.
 
-« Mes cochons d’inde ne gambaderont plus n’importe où. Ils resteront de mon côté. Si un jour il te vient à l’esprit d’adopter un animal, n’en choisis pas un qui aime dévorer les rongeurs. »
 
Les règles suivantes furent ensuite abordées. Puisqu’Erïka sortait avec Bobby et qu’il leur arrivait, en tant que couple, de se retrouver en toute intimité, il fallait parler de ce sujet. Elle n’avait pas envie que Cassandra débarque au mauvais moment dans cette chambre. C’était donc décidé, pour l’une comme pour l’autre, que si elles désiraient faire des choses perverses, elles devaient verrouiller la porte. Et, surtout, faire ça de leur côté de chambre. Nul doute qu’il n’y aura pas de problème à ce niveau. Depuis quelques mois, Erïka avait commencé à marquer son territoire dans la chambre de Bobby. Elle avait laissé des vêtements dans sa chambre, quelques bouquins et DVD, ainsi que du maquillage. Certaines de ses affaires étaient fichues à cause de la glace dont elles avaient été longtemps recouvertes, mais ce n’était pas très important. Ce n’était que des objets. Le plus important était qu’elle avait retrouvé Bobby.
 
-« Alors, c’est réglé. Ne te gêne surtout pas pour me dire ce que tu penses en pleine face, je me ferais une plaisir de te le retourner, au besoin. Bon, d’accord, mon bureau n’est pas très en ordre, je m’en occuperais plus tard, avant que la pile ne s’effondre. Enfin, l’important est qu’on s’entende sur ces règles. Ces temps-ci, je ne dors pas dans cette pièce alors dis-toi que ça sera bien simple. »
 
Erïka était passée à la salle de bain afin de se recoiffer un peu. Elle préparait maintenant ses affaires afin de sortir. Elle avait quelques courses à faire en ville. Tant qu’à y être, elle proposa à Cassandra de l’accompagner. C’était une proposition qui ne reviendra pas bien souvent. C’était rare que l’adolescente décide de faire preuve de bonne volonté et de faire un effort pour socialiser. Au moins, si sa colocation n’était pas un échec, elle n’aura pas à chercher des raisons pour éviter cette pièce. Déjà, l’ambiance était tendue depuis l’arrivée de la mutante. Il fallait dire qu’Erïka était en plein dans une période pas très facile à vivre au moment de son arrivée. Puisque les choses allaient mieux et qu’elle savait que son petit ami allait bien, qu’il pouvait reprendre une vie normale, elle recommençait à reprendre son train de vie quotidien dans la bonne humeur.
 
-« Dans ce cas, j’espère que t’aimes le poisson, je connais un bon restaurant de sushis. J’y ai amené Sunny, une fois. Je n’ai jamais vu cette fille manger autant. On aurait dit qu’elle avait quatre estomacs. Tu vas adorer l’endroit, c’est calme et, au moins, tout est frais. »
 
Elle laissa Cassandra se préparer. Pendant ce temps, elle s’assurait d’avoir ses clés, son portefeuille, son arme à feu trainant toujours au fond de son sac et son téléphone. Puisque l’important était là, il ne lui restait plus qu’à enfiler sa veste de moto. Rien de plus confortable que ce truc pour conduire sur les routes de New-York. Puisqu’elle était prête, Erïka attendit sa colocataire à la porte. Elle espérait qu’elle n’en ait pas pour très longtemps. Son vœu fut exaucé. Quelques instants plus tard, Cassandra ramassait ses affaires, prête à partir.
 
Alors qu’elles quittaient la chambre, la mutante demanda à Erïka la raison d’une telle invitation au restaurant. De sa part, cela paraissait étonnant. Il fallait l’avouer, cela n’était pas dans les habitudes de l’adolescente. Cette dernière n’avait pas vraiment de raison particulière. Elle faisait simplement preuve de bonne volonté en tentant d’apprendre à connaitre sa nouvelle colocataire plutôt que de faire comme si elle n’existait pas.

 
-« Si on veut éviter de transformer cette pièce en champ de bataille, autant commencer à sympathiser tout de suite. Si mon petit ami et mon frère t’apprécient, il doit y avoir une raison. J’aimerais bien la découvrir. »
 
La jeune femme se dirigea vers le garage. La moto était garée à sa place habituelle. Tant mieux. Erïka s’éclipsa dans une petite pièce adjacente au garage et en revint, quelques secondes plus tard, avec deux casques. Celui de Bobby et le sien. Elle fila se dernier à Cassandra. Il lui fera sûrement. Celui de son petit ami était un peu grand, mais il allait faire l’affaire. C’était mieux que de ne pas en porter. Non pas uniquement par soucis de sécurité, mais surtout pour ne pas se faire chier avec la police.
Sans un mot, Erïka glissa son sac en bandoulière et prit place sur la moto. Lorsque Cassandra y fut installée, elle démarra doucement et quitta le garage. Le trajet jusqu’à la ville semblait parfois long et ennuyeux. Avec le temps et l’habitude, la jeune femme avait fini par s’y faire. La distance à parcourir lui semblait bien moins longue à chaque fois.
 
Une fois en ville, Erïka prit la direction du centre commercial. Elle avait de la chance. Lorsqu’elle y arriva, elle constata qu’il n’y avait pas une foule de voiture dans le stationnement. Elle prit soin de se garer à proximité d’une entrée du bâtiment puis coupa le moteur. Lorsque Cassandra quitta le véhicule, elle l’imita. Il était temps d’aller faire un tour à l’intérieur. Elle retira son casque, le tenant d’une main.

 
-« Évite d’abîmer mon casque, j’y tiens. » Fit-elle simplement avant de passer les portes du bâtiment. « Il y a une boutique dans laquelle tu veux aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 29 Juin 2013 - 0:18

L'illusionniste n'aimait pas les disputes, comme la plupart des gens. Mais c'était souvent le seul moyen de se faire entendre et de se faire respecter. Après tout, la jeune femme avait vite appris à délaisser le calme et la diplomatie dans les cas critiques. Bon certes, à ce moment précis il ne s'agissait pas d'un cas extrême, et Cassandra avait plus écouté sa colère et sa surprise que sa raison. C'est pour cela qu'Erïka se retrouva sous le courroux de la brune. Et puis, autant dire les choses tout de suite et le plus clairement possible afin qu'il n'y ait pas de quiproquos. Une fois que tout se fut éclairci, Erïka fit remarquer à sa colocataire qu'à présent elle pouvait cesser de l'engueuler. Mais la petite blonde n'allait sans doute pas avoir le dernier mot.

    « Tu le méritais. Affaire classée. »


Cela dit, Cassie ramassa ses dernières affaires qui traînaient, se promettant à haute voix de reprendre sa bonne vieille habitude de fermer son placard afin qu'il n'y ait plus de souci. Cela impliquait malheureusement qu'elle ne ferait plus confiance à sa colocataire à l'avenir, même si elle n'avait eu aucune mauvaise intention en lui jouant son tour. Mais Erïka avait une bien meilleure idée à proposer, et qui était tout simplement d'établir des règles afin que toutes les deux puissent vivre en harmonie et sans toujours se crêper le chignon. Les règles que la blonde proposait convenait aussi bien à elle qu'à sa colocataire, et cette dernière accepta donc le contrat. Chacune gérerait sa moitié de chambre en aidant quelques fois l'autre à remettre les affaires en place. C'était un bon deal, après tout chacune des deux avaient besoin d'un espace vital sans que la deuxième ne la dérange. Ainsi les petits cochons d'Inde d'Erïka continueraient de gambader tranquillement du côté de leur propriétaire sans qu'il n'y ait lus de risques qu'ils se prennent les pattes dans un soutien-gorge de la brune...

    « Pas de souci. Je doute que les lapins ou les chiots n'avalent les cochons d'Inde tout crus. »


Et puis, il était peu probable que Cassandra adopte sous peu un animal. Peut-être plus tard, quand elle aurait quitté l'Institut. Elle avait largement le temps d'y penser. Et puis d'autres règles plus importantes devaient être discutées, surtout celles concernant leurs vies intimes respectives. Là encore le terrain d'entente fut facile à trouver, après tout elles se basaient sur la logique et le respect de la colocataire, en plus de l'absence de désir de tomber au plus mauvais moment... chacune avait le droit de faire ses affaires sans que l'autre doive en être informée. De même, plutôt que de laisser en suspens une discussion, elles se mirent d'accord pour dire immédiatement ce qui n'allait pas, quitte à balancer des insultes si cela était nécessaire. Nul doute que l'une et l'autre auraient du répondant à ce niveau-là...

    « Alors il ne devrait pas y avoir de problèmes si on les respecte bien toutes les deux. Très bien, je note. Je ne m'étonnerais pas que tu sois moins présente. »


Au moins, ça irait pendant un bon bout de temps, surtout si elles risquaient de moins se croiser. Une fois la discussion terminée, Cassandra entreprit de ranger entièrement son côté, projetant de travailler un peu ses cours cet après-midi là. Mais Erïka fit une proposition étonnante, venant d'elle : elle demanda à Cassie de l'accompagner en ville faire du shopping. Venant d'elle, c'était une vraie preuve de sa volonté de se sociabiliser avec la brune. Cette dernière, d'abord un peu prise au dépourvue, finit par accepter, laissant le choix du resto à la blonde, qui connaissait bien mieux la ville qu'elle. Elle prit donc le temps de se préparer avant d'attraper ses affaires et de suivre Erïka hors de l'Institut. Elle en profita pour lui demander à ce moment la raison d'une telle invitation, et la blonde n'y alla pas par quatre chemins. Elle souhaitait donc vraiment sympathiser avec sa colocataire, jugeant que si son frère et son petit ami l'appréciaient, alors il n'y avait pas de raison pour qu'elle-même la déteste.

    « Ça se tient. Comme ça j'en apprendrais un peu plus sur toi également. Tu n'es sans doute pas qu'une tête de mule frigide. »


Direction le garage, où se trouvait une moto bleue qui n'était pas inconnue de Cassandra. En effet, si elle se rappelait bien, c'était le véhicule de Bobby, avec lequel il l'avait ramenée la toute première fois. Elle attrapa le casque de moto que la blonde lui tendit et l'enfila sur sa tête avant de monter à l'arrière de la moto. Erïka ayant fait de même, elles purent bientôt partir toutes les deux en direction du centre ville. Le voyage ne fut pas très long, moins en tout cas que si elles avaient pris les transports en commun. Une fois arrivées au centre commercial, elles quittèrent la moto et entrèrent dans le bâtiment. Cassandra ne répondit rien à Erïka, se contentant de garder fermement le casque dans sa main. Elle n'avait pas pour habitude d'abîmer quoi que ce soit. En tout cas, une fois à l'intérieur, Cassie jeta un œil autour d'elle avant de pointer une boutique de chaussures non loin d'elles.

    « Tiens, on peut commencer par là. Il y a toujours des trucs sympas. »


Les deux jeunes femmes entrèrent dans le magasin et commencèrent à regarder les articles exposés. Cassandra avait l'habitude de porter des talons, ce qui augmentait sa taille entre 5 et 8 bons centimètres. Et apparemment ça n'était pas le cas d'Erïka, qui portait le plus souvent des baskets ou parfois des sandales plates, en tout cas si elle se fiait à ce qu'elle avait déjà vu.

    « Tu portes des talons parfois ? Fit-elle en choisissant une paire d'escarpins noirs tous simples et pas trop hauts. Elle les lui tendit ensuite. C'est élégant et ça va avec tout. Ça te dit d'essayer ? Bon c'est sûr qu'il y a peu de chances qu'on puisse dépasser William avec des talons, sauf si on y associe des échasses... » fit-elle avec un demi-sourire, attendant le consentement de sa colocataire.


Ce n'était peut-être pas le meilleur trait de caractère que Cassandra lui présentait là. L'importance relative de l'apparence. Mais pouvait-on s'attendre à autre chose de la part d'une illusionniste qui souhaitait que ses chimères soient réelles ? Et puis de toute manière il n'y avait aucun mal à apprécier l'élégance, et surtout cela n'était pas son seul trait de caractère. Erïka avait encore bien d'autres choses à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 6 Juil 2013 - 6:56

Erïka aimait avoir le dernier mot. Pas question de le laisser à quelqu’un d’autre. Cassandra était peut-être furieuse contre elle, mais ce n’était pas une raison pour la laisser clore cette discussion. Elle avait peut-être raison, mais la jeune femme s’en fichait. Elle allait clore cette discussion, bien qu’il n’y avait plus grand-chose à en dire. Tous les moyens étaient bons pour qu’elle conclue leur première dispute entre colocataires. C’était une question d’orgueil, rien de plus.  

-« Si tu le dis. »

C’était court, net et totalement inutile. Au moins, cette petite dispute était réellement close. Des règles avaient été établies afin de faciliter les choses entre les deux jaunes femmes. Chacune s’occupait de son côté de chambre, ne touchant qu’aux affaires de l’autres si elles se retrouvaient sur leur partie de la pièce. Ainsi, les choses étaient claires. Erïka n’allait plus laisser ses cochons d’inde se balader partout dans la pièce. Elle adorait les animaux. Si elle prendrait la peine d’écouter ses envies, elle aurait une véritable animalerie dans sa chambre. Elle n’était pas contre le fait que Cassandra décide d’adopter un animal, un jour. La seule condition était que l’animal en question ne soit pas friand de rongeurs. Elle tenait à ses petites bêtes.

-« Adopte ce que tu veux tant que ça ne mange pas les cochons d’inde et que ce soit discrets. Des lapins, ce serait mignon. Si c’est un serpent, je te jure que je m’en sers pour m’en faire des bottes. »

Elle n’aimait pas trop ce genre de reptile. Et puis, pas question de laisser un tel prédateur près de ses animaux de compagnie. Pour l’instant, ils étaient toujours sains et saufs dans leur cage. Erïka leur avait déjà donné tout ce dont ils avaient besoin pour la journée. Puisqu’elle s’absentait pour une durée indéterminée, il valait mieux qu’elle s’assurer que tout irait bien.
Cassandra ne sera pas là pour les surveiller, non plus. Déjà, ce n’était pas son job. Ensuite, elle venait avec elle. Il était temps de faire connaissance. Au moins, si elles arrivaient à s’entendre un minimum au cours de cette journée, leur colocation pourra peut-être se trouver être plus agréable. Les apparences étaient bien souvent trompeuses. Déjà, Erïka n’était pas frigide. Par contre, Cassandra pourrait concurrencer les plus grands glaciers de ce monde. Il était temps de mettre fin aux préjugés.


-« Moi ? Frigide ? C’est que tu ne t’es pas vue, toi. Même Bobby ne pourrait pas faire plus glacial que toi. T’es un congélo sur deux pattes. »

Il était maintenant temps de quitter l’institut. Erïka conduisit la moto jusqu’à bon port. Le restaurant allait attendre encore, la jeune femme n’avait pas très faim. Et puis, il fallait en profiter avant la fermeture des boutiques. Il n’y en avait que quelques-unes qui lui plaisaient. Elle comptait bien y faire un tour lorsqu’elle passera devant. Pour l’instant, elle suivit Cassandra à l’intérieur d’un magasin de chaussures. Encore et toujours des chaussures. Elle en avait trois nouvelles paires depuis la semaine dernière, cadeau de sa demi-sœur. La différence était que les souliers de cette boutique coutaient trois fois moins cher.

Alors qu’elles regardaient les étalages de chaussures, Cassandra lui demanda si elle portait des talons, avant de lui en montrer une paire. Pitié, qu’elle ne commence pas à lui parler des biens fait des talons aiguilles sur sa petite personne. Eleonnora passait son temps à lui répéter qu’elle était petite et qu’elle devait porter ce genre de chaussures pour être plus grande et que cela lui serait bénéfique pour blablabla. La jeune femme n’avait jamais eu le courage d’écouter jusqu’au bout, en fait. Erïka secoua légèrement la tête.


-« Je vais m’en passer. J’ai déjà assez d’une sœur qui m’en achète à des prix faramineux dans l’espoir que je grandisse un peu. Il faut dire qu’elle est pratiquement aussi grande que Will, elle. Je préfère les bonnes vieilles chaussures plates. Celles sur lesquelles on a de l’équilibre, surtout lorsqu’on se bat. Les échasses, c’est pas mon truc. »

Elle offrit un petit sourire à Cassandra avant de continuer à faire le tour de la boutique. Là, elle tomba en amour. Devant elle, au fond de cette grande boutique, se trouvait une magnifique paire de bottes. Il ne s’agissait pas de ce genre de bottes que l’on portait en hiver. En fait, ces bottes étaient parfaites pour faire de la moto. Erïka s’en approcha et les observa. Elles étaient jolies, pas trop longues, et leur talon était peu élevé et plutôt large ce qui assurait une certaine stabilité. Elle en attrapa une et l’observa sous toutes ses coutures. Il y avait une fermeture éclair sur le côté intérieur de la botte, ce qui permettait de les retirer facilement et d’éviter de jouer avec les longs lacets se croisant sur le devant. La jeune femme décida de les essayer. Elle trouva rapidement la boite contenant cette paire à sa pointure. Assise sur un petit banc, elle enfila les deux bottes. Colle elle le pensait, elles n’étaient pas conçues pour affronter les grands hivers. Elles n’étaient pas chaudes et étouffantes. C’était ce qui lui fallait. Elle marcha quelques pas, puis regarda le résultat dans un miroir. L’adolescente s’approcha de sa colocataire afin de les lui montrer. Elles étaient parfaites.

-« Hey, Cassandra, tu veux voir mon style ? Eh bien, voilà. Elles sont magnifiques, non ? »

Peu importe ce qu’en disait la jeune femme, Erïka était bien décidée à les acheter. Après les avoir rangés dans leur boite d’origine, elle enfila ses propres chaussures. Elle se dirigea, par la suite, vers le comptoir caisse afin de payer ses achats. Puisqu’elle n’avait pas d’argent dans son portefeuille, elle décida de payer avec sa carte de crédit. Puisqu’elle en avait une, autant l’utilisé. Eleonnora avait fait en sorte de lui en obtenir une. D’ailleurs, cette dernière lui devait de l’argent. Il y a quelques semaines, Erïka était passée prendre sa voiture au garage. Avant de partir, elle avait été obligée de payer la note. Sa sœur lui devait donc une belle somme d’argent dont elle pourra se servir pour rembourser son compte de crédit lorsqu’elle en recevra la facture. Une fois les achats terminés, la jeune femme attrapa le sac contenant son achat.

Maintenant, où aller ? L’adolescente avait une petite idée. Il n’y avait pas beaucoup de boutiques dans lesquelles elle passait du temps. En fait, il y avait deux choses qu’elle adorait : les livres et les films. Quoi de mieux que d’entrer dans une librairie ? Et puis, si elle se fiait aux bouquins que possédait Cassandra, elle devait également aimer cela, non ?


-« Ça te dirait que l’on fasse un tour à la librairie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 13 Juil 2013 - 17:16

À bien y réfléchir, il valait mieux que les deux colocataires n'aient pas beaucoup de disputes dans les temps à venir ; parce qu'elles n'en finiraient jamais. Cassandra avait bien compris qu'Erïka aimait avoir le dernier mot, sa dernière réplique était totalement inutile mais elle faisait seulement office de conclusion à cette discussion. Manque de chance, Cassie n'était pas non plus du genre à lâcher le morceau. Pas question que la blonde ait le dernier mot alors qu'elle était en tort !

    « Bien. »


Ayant terminé de ranger ses affaires, elle discuta avec Erïka des règles à établir afin qu'elles puissent vivre en harmonie et sans toujours se crêper le chignon. C'était nécessaire après tout, car Cassie ne souhaitait pas qu'une nouvelle situation du même genre se reproduise. Ainsi, les cochons d'Inde de la blonde ne viendrait plus se promener dans la chambre du côté de l'illusionniste, et ils ne se prendraient plus les pattes dans un éventuel sous-vêtement qui traînerait – ce qui ne risquait plus d'arriver à l'avenir. La jeune femme allait reprendre de bonnes habitudes. Par contre, l'adoption d'un animal de compagnie ne serait sans doute pas pour aujourd'hui. Ce n'était pourtant pas l'envie qui manquait à Cassandra. Elle aimait bien les animaux. Plus jeune alors qu'elle était encore à l'orphelinat, elle avait voulu recueillir un pauvre petit chien abandonné, un mignon bébé labrador. Malheureusement, le règlement de l'établissement ne permettait pas aux enfants d'avoir un animal. Le chiot avait donc été déposé au refuge animalier, à la grande tristesse de la petite fille.

    « Ça ne risque pas. Je n'aime pas les serpents. »


Maintenant que les règles étaient établies, il était temps de faire plus ample connaissance, comme le lui proposait Erïka. Cassie n'était pas contre, loin de là. Il ne fallait pas s'arrêter aux seules apparences qui, concernant sa colocataire, la présentaient comme une vraie tête de mule glaciale au possible. Bien entendu, l'illusionniste n'était pas en reste, et Erïka n'y alla pas de main morte pour dire ce qu'elle pensait du côté frigide de la jeune femme brune.

    « Tu plaisantes ? C'est toi qui ne t'es pas vue. On aurait du te prendre en photo le jour où j'suis arrivée à l'Institut. Tes yeux descendaient en dessous du zéro absolu. De quoi défier les lois de la physique, et Iceberg par la même occasion tiens. Vous avez jamais pensé à faire un concours ? »


Suite à ce très sympathique échange de basses températures, elles purent prendre la direction du centre-ville. Cassandra se laissait guider par Erïka, cette dernière connaissait bien mieux qu'elle New York. Le shopping débuta avec la visite d'un magasin de chaussures. L'illusionniste aimait bien les talons et était habituée à en porter, ce qui ne semblait pas être le cas de sa colocataire. C'est pour cela qu'elle lui tendit une paire de talons pas trop hauts, histoire de la tenter de les essayer, mais elle refusa, et Cassie n'insista pas, les reposant ensuite.

    « Ah, tu as une sœur ? C'est peut-être sa manière de prendre soin de toi ? Je me demande si elle est aussi têtue que toi... fit-elle en souriant à demi. Mais dis-moi, tu es une reine de la castagne ou quoi ? À t'entendre, on pourrait croire qu'un combat va te tomber dessus à chaque coin de rue... cela dit, je respecte. Je marquerais d'une croix blanche le jour où je te verrais avec des talons pareils. »


Laissant Erïka s'éloigner dans les rayons, Cassie continua à regarder de son côté. Des baskets à talons attirèrent son attention, elle les essaya. Elles étaient drôlement confortables en plus d'être originales et élégantes. Son choix s'arrêta donc sur cette paire, qu'elle rangea dans la boîte avant de retrouver Erïka qui l'avait interpellée. Cette dernière essayait justement des bottes à lacets plutôt jolies.

    « Elles sont pas mal du tout, c'est vrai. »


Elles purent passer en caisse ensuite, chacune leur tour. Une fois sorties de la boutique, elles avaient maintenant l'embarras du choix. Mais pour l'heure, c'était à Erïka de choisir la prochaine destination. Elle proposa donc la librairie, ce qui n'était pas pour déplaire à Cassandra, puisqu'elle lisait énormément aussi.

    « Ça me va. C'est par là ? »


Elle suivit Erïka dans les allées du centre commercial jusqu'à ce qu'elles arrivent à la boutique. Il n'y avait pas énormément de monde, ce qui était parfait. L'ambiance de la librairie était calme, c'était le genre d'atmosphère où l'on pouvait passer des heures et des heures à lire.

    « Tu lis quels genres de livres ? Romans historiques, bandes dessinées, science-fiction ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 20 Juil 2013 - 15:44

Erïka devait faire des efforts afin de bien s’entendre avec sa colocataire, sans quoi la guerre éclatera dans leur chambre. Ce n’était pas si facile à dire qu’à faire. Il fallait prendre certaines choses en considération. Les deux jeunes femmes avaient chacune leur caractère et savaient se tenir tête. Elles avaient également cette manie de  vouloir obtenir le dernier mot d’une discussion enflammée. Cela n’avait pas de fin. Erïka n’était pas prête d’abandonner et prenait un malin plaisir à toujours répondre à Cassandra lorsque cette dernière croyait finalement obtenir le dernier mot.

-« Parfait. »

Est-ce que cela aura finalement une fin ? Difficile à dire. Ni l’une, ni l’autre, ne souhaitait abandonner. Au moins, elles acceptaient de laisser tomber les armes afin de discuter plus calmement. En établissant des règles au sujet de leur colocation elles se dirigeaient vers une meilleure entente. Déjà, Erïka comptait s’occuper comme il se doit de ses petits cochons d’inde. Ils resteront en cage la majorité du temps. Si Cassandra décidait d’adopter un animal de compagnie, elle ne sera pas contre l’idée. La seule condition était que ce ne soit pas un serpent ou autre animal se nourrissant de petits rongeurs. Heureusement pour elle, sa colocataire n’aimait pas plus les serpents qu’elle.

On aurait pu croire que tout irait mieux, à présent. Cependant, c’était bien loin d’être le cas. Bien qu’elles aient décidé de faire plus amples connaissances, les jeunes femmes ne cessaient de s’envoyer des piques et des insultes plus ou moins camouflées au visage. Le débat portait maintenant sur la frigidité dont elles faisaient preuve l’une et l’autre. Autant dire que ce petit combat verbal ne prendra jamais fin.


-« Bobby est hors concours. Il a un pouvoir lié avec la glace. Par contre, de nous deux, c’est toi la plus frigide. Le jour de ton arrivée, j’étais malade, ce n’est pas la même chose. »

Elles profitèrent du trajet en moto pour se taire. Ainsi, cela allait éviter d’autres débats. Cependant, la discussion repris son cours une fois au centre commercial. Les femmes commencèrent leurs emplettes dans une boutique de chaussure. Bien évidemment, ce n’était pas Erïka qui avait proposé d’y entrer. Elle passait assez de temps dans ce genre d’endroit avec sa sœur. Elle aurait pu se passer d’une énième visite, mais n’allait pas se plaindre. Au moins, Cassandra devait être plus agréable que ça sœur lorsqu’il était question de shopping.

-« Oui, une demi-sœur en fait. Plus âgée. Elle a une façon… particulière de s’occuper de ses proches. Disons que c’est le genre de fille qui dépense sans compter. Elle a offert une voiture à Will pour son anniversaire. C’est normal pour elle… Enfin… » Elle n’avait pas très envie de s’éterniser sur le cas de sa sœur. « Si tu savais à quel point…. Je passais mon temps à me battre, avant. Je suis douée pour attirer les ennuis alors je préfère être en position de les affronter. »

Sur ce, l’adolescente s’éloigna afin d’essayer une magnifique paire de botte qui lui faisait de l’œil. Elle était tout ce dont elle avait envie. Erïka voulait les acquérir. Avant tout, elle prit la peine de les essayer afin d’être certaine de son choix. Il ne fallut que quelques secondes pour qu’elle se décide à faire son achat. Avant tout, elle montra son choix à Cassandra. Cela lui donnera une idée de ce qu’elle aimait porter.

Les deux jeunes femmes payèrent leurs achats avant de quitter la boutique. Où aller, maintenant ? Erïka avait sa petite idée. Pas question de faire les boutiques de vêtements, pour l’instant. Elle souhaitait passer à la librairie. Il y a longtemps qu’elle n’avait pas eu l’occasion d’acheter un bon bouquin. Elle n’en avait plus à lire alors autant en profiter pour en acquérir quelques-uns.  Elle montra le chemin à Cassandra.


-« Je lis surtout des histoires policières, qu’elles soient fictives ou relatant des faits réels. J’aime bien le fantastique aussi. Tout dépend de mon humeur. Toi ? »

Une fois devant la boutique, l’adolescente ne se fit pas prier pour entrer. Elle savait déjà où elle souhaitait aller. Une idée germait dans sa tête depuis un moment. Elle avait finalement l’argent pour voyager où elle le désirait. Autant en profiter. Dans la section concernant les voyages, l’adolescente cherchait un bouquin sur une destination bien particulière. Malheureusement, elle ne trouvait pas ce qu’elle cherchait. Après avoir parcouru le rayon, elle décida d’aller voir ailleurs. Il lui sera toujours possible de commander le bouquin de son choix plus tard.

Erïka se dirigea vers les autres rayons et s’arrêta devant celui présentant des romans étrangers. Il y en avait toujours peu, mais au fur et à mesure qu’elle arrivait à lire d’autres langues, ses choix se multipliaient. Aujourd’hui, elle opta pour un bouquin en français, écrit par l’une de ses romancières préférées. Puisqu’il n’y avait rien d’autre qui l’intéressait, elle continua sa marche à travers les rayons. Elle n’arrivait pas à trouver quelque chose de bien intéressant, aujourd’hui. Ses pas la mena donc jusqu’à Cassandra.


-« Tu as trouvé quelque chose d’intéressant ? Ce livre-là est pas mal. Je l’ai, si tu veux le lire.»

La jeune femme étira le bras afin de s’emparer d’un roman relatant l’une des nombreuses enquêtes de Nikky Heat, l’héroïne d’une série de livres policiers. Erïka les avait tous lu. Elle attendait toujours la sortie du prochain livre. Elle avait bien hâte de le voir sur les rayons. En attendant, elle pouvait toujours se contenter du livre qu’elle avait en main. Elle décida de passer à la caisse afin de le payer, puis glissa son achat dans le sac où étaient rangées ses bottes. Il ne restait plus qu’attendre Cassandra avant de passer à la prochaine destination. Elle attendit avec autant de patience dont elle pouvait faire preuve que sa colocataire ait terminé ses emplettes.

-« Tu veux aller dans une autre boutique ? À moins que tu ais envie d’aller au restaurant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Dim 21 Juil 2013 - 22:03


Toujours garder son calme. Ou en tout cas, le plus souvent possible. Cassandra avait certes cédé à la colère en voyant ce qu'avait fait sa colocataire avec ses vêtements qui traînaient, mais elle s'était vite calmée. À présent la lutte résidait ailleurs ; c'était à celle qui obtiendrait le dernier mot. Mais cette fois, loin de s'énerver à nouveau, l'illusionniste prenait presque plaisir à répondre sans cesse à la petite blonde qui n'en démordait pas. Après tout, toutes les deux avaient du caractère, et pour Cassie il n'était pas question de laisser Erïka remporter la « bataille » si facilement. C'est donc presque en souriant que la brune en rajouta une nouvelle couche.


    « Mais tout à fait. »


Qu'allait-elle faire après ça ? Abandonner ? Pas si sûr.en tout cas, ça promettait pour la suite. Après avoir établi des règles de base pour que leur vie en colocation se déroule sans anicroches et sans risquer de devenir d'une seconde à l'autre la Troisième Guerre Mondiale, les deux jeunes femmes se préparèrent à sortie en ville, suite à une proposition d'Erïka qui n'avait pas manqué d'étonner l'illusionniste. Au moins, cela leur permettrait de se connaître davantage. De plus, il y avait pas mal de préjugés à écarter... Erïka prétendait en effet que Cassandra était d'une frigidité colossale, mais c'était bien la preuve que la blonde ne s'était pas regardée dans un miroir le jour de l'arrivée de l'illusionniste.


    « Belle excuse. Mais ça reste à démontrer, parce que je n'ai pas souvenir que tu avais le moindre symptôme. Quoiqu'il en soit, je ne suis pas frigide ; juste neutre, c'est loin d'être pareil. »


Au moins, le trajet jusqu'au centre-ville leur permettait de la fermer et d'épargner leur salive, car nul doute que le débat aurait continué sans fin. Deux filles avec un fort caractère... elles allaient devoir se modérer toutes les deux, et ça n'allait pas être si facile. En tout cas, le shopping débuta par un petit tour dans une boutique de chaussures, où Cassie apprit la haine de sa colocataire pour les talons hauts. Et semblait-il que la grande sœur de cette dernière n'était pas étrangère à ce dégoût.


    « Woah. Je vois. Au moins, on peut pas dire qu'elle n'est pas généreuse. » Le temps qu'Erïka termine sa phrase, elle regarda le long de l'étagère à chaussures, puis ramena son attention sur la blonde. « Oh. Je comprends mieux. »


Jamais Cassandra ne se serait doutée qu'Erïka était une reine de la baston. Mais elle se rappela qu'elle faisait de la boxe et qu'elle aimait les sports de combat ; ça n'était évidemment pas sans lien. La jeune femme aurait voulu interroger davantage la blonde, mais cette dernière s'était éloignée pour aller voir d'autres chaussures. De son côté, la brune ne mit pas longtemps à faire son choix et à aller payer sa paire en caisse. Après cela, ne leur restait plus qu'à ressortir de la boutique, laissant à Erïka le choix de leur prochaine destination. Elle proposa la librairie et Cassandra n'eut rien à redire, puisque c'était le genre de magasin qu'elle fréquentait beaucoup aussi. En chemin vers l'établissement, la jeune femme en profita pour demander à sa colocataire le type d'ouvrage qu'elle lisait.


    « Je lis du fantastique en grande majorité. Mais après je lis aussi un peu de tout, du moment que l'histoire a une bonne accroche. »


Laissant Erïka aller de son côté, Cassandra inspecta les différents livres que proposait la boutique. Après un long moment à examiner les quatrièmes de couverture de plusieurs d'entre eux, la jeune femme tomba sur un ouvrage de Stephen King, intitulé « The Mist ». Connaissant le genre de l'auteur, Cassie n'était pas certaine que le livre pourrait répondre à ses attentes, mais le synopsis qu'elle lut à l'arrière du livre lui parut assez intéressant. Calant le livre sous son bras, elle en regarda d'autres, mais aucun ne l'intéressa autant que celui qu'elle avait choisi. Quand Erïka revint vers elle et lui montra un ouvrage en particulier, l'illusionniste hocha la tête.


    « D'accord ; ça a l'air intéressant, je te l'emprunterais peut-être. »


Passage en caisse pour les deux jeunes femmes, et elle purent ressortir à nouveau dans les allées du centre commercial. C'était au tour de Cassie de décider de la destination, mais elle n'avait pas vraiment d'idées. Et puis elle devait bien avouer que son ventre commençait à gronder.


    « Je vote pour la deuxième option, à moins que tu ne veuilles aller voir un autre magasin avant. »


Mais ça n'était apparemment pas le cas, aussi l'illusionniste suivit sa colocataire au restaurant qu'elle avait prévu, et qui servait des spécialités japonaises. En attendant qu'elles soient installées, Cassandra en profita pour interroger encore Erïka.


    « Tu es à l'Institut depuis longtemps ? Où est-ce que tu étais avant ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Lun 22 Juil 2013 - 0:07

Erïka avait cette manie de toujours vouloir le dernier mot. Encore une fois, elle ne se gênait pas pour répondre à sa colocataire. S’amusait-elle de ce petit jeu ? L’adolescente, elle, s’en régalait. Elle ne comptait pas abandonner tout de suite. Elle devait résister encore un peu. Si Cassandra n’abandonnait pas, elle n’aura qu’à mettre fin à ce petit affrontement verbal. Elle ne pouvait pas continuer ainsi jusqu’à la nuit des temps, après tout.

-« Exactement. »

Au moins, l’adolescente avait accepté d’abandonner le débat sur la frigidité de Cassandra. Cela aussi pouvait s’éterniser. Il valait mieux qu’elle cesse tout de suite. La toute première fois que Cassandra avait posé les pieds sur le terrain de l’institut, Erïka s’était montré très froide et distante avec elle. Jamais elle n’avait révélé que c’était une question de jalousie. Elle préférait garder cela pour elle, bien que quelques personnes étaient tout de même au courant de cette histoire. La seconde fois que la jeune femme pénétra dans le manoir, le comportement d’Erïka était différent. Elle était malade, triste, déprimée. Heureusement, les choses avaient tôt fait de s’arranger pour elle. Au moins, elle ne traitait plus Cassandra comme un intrus.

La jeune femme décida de clore cette discussion sur les paroles de Cassandra afin de se concentrer sur le trajet menant jusqu’au centre commercial. Elle n’avait pas pris d’oreillettes et ne pouvait pas communiquer avec sa passagère. C’était bien mieux ainsi. Erïka n’avait pas réalisé qu’elle s’était légèrement mépris dans les paroles de la jeune femme. Lorsqu’elle avait parlé de son arrivée à l’institut, elle parlait du jour où Bobby l’y avait amené pour la toute première fois. L’adolescente, elle, voyait les choses autrement et supposait que la jeune femme avait fait référence à la journée où elle était finalement entrée à l’institut en tant que résidence. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas très grave. La discussion était derrière elles, de toute façon.

Une fois au centre commercial, les jeunes femmes décidèrent de commencer leurs emplettes dans une boutique de chaussure. Erïka regardait les différents modèles présentés, mais n’en voyait aucun de son goût. Elle n’aimait pas les talons aiguilles, même si la paire que venait de lui montrer Cassandra n’était pas si moche que cela. L’adolescente expliqua que sa grande sœur avait tendance à essayer de la transformer en femme avec les petites robes courtes et les talons aussi hauts que des échasses. Au moins, on pouvait dire qu’Eleonnora s’occupait d’elle. Elle avait seulement une façon particulière de le faire.


-« Elle est très généreuse. Parfois un peu trop. C’est le genre de fille… qui est tout le contraire de moi, en fait. Le genre qui aime m’amener de force chez la manucure. » Fit-elle en montrant l’une de ses mains. Les faux ongles qu’elle portait étaient magnifiques, mais encombrant.

Allant faire un tour vers le fond de la boutique, Erïka découvrit une paire de botte de son goût. Elle comptait bien repartir avec elle aujourd’hui. Après les avoir essayés, elle alla payer son achat. Cassandra avait également déniché quelque chose, il semblerait. Une fois sorties de la boutique, Erïka proposa de se rendre à la librairie. Elle adorait ce genre de boutique. Puisque Cassandra aimait également l’idée, elles s’y dirigèrent. Sur le chemin, elles discutèrent littérature, cherchant à connaitre les goûts de l’une et de l’autre. Si l’adolescente penchait plutôt vers les histoires policières parfois gores, sa colocataire préférait les récits fantastiques. En était-il ainsi pour les films, également ? La jeune femme adorait regarder des films en tout genre. Elle en achetait beaucoup, tout genre confondu, bien qu’elle avait ses préférences.


-« Et pour les films, c’est pareil ? »

Une fois dans la boutique, les jeunes femmes se séparèrent afin de regarder les différents rayons. Erïka trouva un livre à son goût  et n’hésita pas à le prendre. Lorsqu’elle eut terminé son petit tour de la boutique, elle décida de rejoindre sa colocataire. Cette dernière observait un étalage de livres. L’adolescente attrapa l’un des bouquins qui s’y trouvait et le lui montra. Elle le possédait et l’avait déjà lu. Si jamais la jeune femme souhaitait le lui emprunter, elle n’y voyait pas de problème.

Après avoir payé leurs achats, les jeunes femmes quittèrent la boutique. Deux choix s’offraient à elle : continuer leur séance de shopping ou se rendre au restaurant. C’était Cassandra qui devait prendre la décision. De toute façon, si cela ne plaisait pas à Erïka, cette dernière n’allait pas se gêner pour le faire savoir. Heureusement, elles semblaient être sur la même longueur d’onde. Il était temps d’aller au restaurant. De toute façon, il n’y avait rien d’autre de bien intéressant dans ce centre commercial.


-« Je n’ai pas envie de voir d’autres boutiques. Allons au restaurant. Il y a une entrée via le centre commercial, je crois. »

Erïka ne s’était pas trompée. Il y avait la possibilité d’entrer dans l’établissement sans avoir à passer par l’extérieur. Alors qu’elles attendaient qu’un employé vienne leur assigner une table, Cassandre posa quelques questions à l’adolescente. Depuis combien de temps était-elle à l’institut ? Elle ne s’en souvenait plus exactement. Elle y était entrée l’été de ses seize ans. Maintenant qu’elle en avait pratiquement dix-neuf, elle pouvait facilement faire le compte.

-« Ça fait trois ans que je suis à l’institut. Le temps passe vite. J’habitais chez ma grand-mère, avant. »

L’hôtesse de l’établissement vint à leur rencontre et leur assigna une table près de la grande baie vitrée. Erïka s’y installa, déposant ses sacs à côté de sa chaise. Cependant, quelques instants plus tard, elle se leva. Elle venait d’apercevoir Alexïs. Que faisait-il ici ? Mangeait-il avec Irina ? Il semblerait que non. Il n’avait pas l’air accompagné. Le jeune homme, qui l’avait aperçu, se dirigea en sa direction. Erïka fit quelques pas vers lui. Une fois à sa hauteur, elle l’étreignit.

-« Salut toi ! Tu fiches quoi ici ? Tu avais un rendez-vous galant ? »
-« Si diner avec ma sœur est considéré comme étant rendez-vous galant, tu possèdes une bien étrange vision de ce concept. »
-« Sérieusement, Nora est avec toi ? »
-« Elle vient de sortir, à l’instant. Nous allons poursuivre la soirée devant la dernière saison de Beauté Désespérées. »
-« … Je suis très heureuse de ne pas vous accompagner, dans ce cas. »

Alexïs porta son regard sur Cassandra, installée quelques pas plus loin. IL ne la connaissait pas. Il ne l’avait jamais rencontrée auparavant. Était-ce une amie d’Erïka ou une simple connaissance ?

-« Tu manges avec une amie ce soir ? »
-« Ma coloc’. Elle a aménagé dans ma chambre à l’institut il n’y a pas longtemps. Je t’en ai parlé, l’autre jour, tu t’en souviens ? »
-« Ne serait-ce pas la jeune femme dont tu étais jalouse…? »

Erïka posa sa main sur la bouche de son frère. Ne pouvait-il pas se taire ? Heureusement qu’il n’était pas du genre à parler très fort. Avec beaucoup de chance, Cassandra n’avait rien entendu. L’adolescente préférait taire et oublier cette histoire. Avec le temps, elle était devenue bien plus confiante et elle savait bien que Bobby ne la quittera jamais pour une autre femme. Elle en était persuadée. Elle l’aimait et elle savait que ses sentiments étaient réciproques. Elle avait une confiance totale en lui.

Lorsqu’elle retira doucement sa main, tentant de faire comme si rien n’était, Erïka n’osa pas regarder Cassandra. Pour cela, elle devait se retourner légèrement et elle préférait éviter de croiser son regard. Heureusement, Alexïs changea de sujet. Enfin… Il alla surtout se présenter à la jeune femme. Il lui tandis la main et se présenta en bonne et due forme.


-« Bonsoir. Je me prénomme Alexïs. Je suis le frère jumeau d’Erïka. Je suis ravi de vous rencontrer. Je ne cacherais pas qu’elle m’a parlé de vous. Cassandra, est-ce bien cela ? »

-« Tu pourrais peut-être commencer par la tutoyer. Elle a peut-être l’air plus vieille, mais ce n’est pas une croulante non plus. »

Avec un léger sourire, Erïka s’approcha de la table et se posta aux côtés de son frère. Ce dernier ne pouvait rester plus longtemps puisqu’Eleonnora l’attendait à l’extérieur.

-« Pardonnez-moi, je dois m’éclipser. Notre sœur m’attend à l’extérieur. Bon repas à toutes les deux. »

Il s’éloigna, laissant de nouveau les deux mutantes ensemble. Il était temps de s’installer et de commander à manger, il semblerait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Mar 23 Juil 2013 - 18:42

Ça n'allait pas se terminer si facilement. Cassandra s'amusait beaucoup à renvoyer la balle à son interlocutrice, mais il n'y avait rien à faire, ce serait elle et elle seule qui aurait le dernier mot. Et elle ne manquait pas de vocabulaire pour répondre à Erïka. Mais vu la façon dont les deux filles étaient entêtées, cela pouvait prendre encore beaucoup de temps.

    « Tout à fait. »


Erïka en tout cas semblait avoir accepté le fait que Cassie n'était pas une femme frigide ; cette dernière lui avait fourni suffisamment d'explications, à savoir qu'elle se contentait seulement de garder un air neutre face au monde. Mais elle ne s'étala pas sur les raisons pour lesquelles elle agissait de cette manière ; cela, elle n'avait pas besoin de le savoir, du moins pas pour le moment. Mais quoiqu'il en était, le fait que l'une et l'autre soient frigides ou non ne pouvaient uniquement s'expliquer par des mots. Cela se démontrerait avec le temps ; il fallait bien avouer que les circonstances de leur rencontre n'avaient pas aidées à réchauffer l'atmosphère – seuls William et Bobby y étaient parvenus. En tout cas, la discussion était close pour le moment, et ce n'était pas avec les casques sur la tête qu'elles pouvaient communiquer alors qu'elles se rendaient en ville en moto.

Le shopping débuta calmement, les jeunes femmes s'étant mises d'accord de manière tacite pour choisir tour à tour dans quelle boutique aller. C'est donc pendant qu'elles regardaient des chaussures que Cassandra apprit que sa colocataire avait une demi-sœur, et qui selon Erïka, était tout son contraire. D'après sa description, l'illusionniste comprit qu'à l'inverse de la blonde, c'était une personne qui devait bien aimer les talons aiguilles... en tout cas, la petite blonde avait récemment subi la « générosité » de sa sœur, à en croire ses mains bien manucurées. Les emplettes de chaussures se terminèrent avec un achat chacune, avant qu'elles ne se dirigent vers la librairie, Erïka ayant fait son choix. Sur le chemin, elles cherchèrent à en apprendre plus sur les goûts littéraires de chacune des deux.

    « Oui, aussi. Je regarde et j'aime de tout, tant que l'histoire est bien ficelée. Et toi ? J'ai vu que tu as une quantité de DVD. »


Là encore, ce n'était pas des caractéristiques que l'on découvrait en une seule après-midi, d'autant qu'elles étaient sujet à changements. Quoiqu'il en soit, les deux colocataires firent une fois encore leurs emplettes chacune de leur côté, Erïka s'étant éloignée du côté des romans en langue étrangère, et Cassandra s'étant approchée de l'étagère des livres en anglais. Heureusement, elle était assez fournie, et la jeune femme trouva son bonheur ; il en était apparemment du même pour la petite blonde, qui avait terminé ses recherches avant l'illusionniste. Encore quelques instants et elles étaient passées toutes les deux à la caisse, avant de quitter la librairie. Il commençait à se faire assez tard, aussi le moment était venu de manger, plutôt que de continuer à déambuler dans les allées du centre commercial. Cela allait également à Erïka, et la brune la suivit à l'entrée du restaurant du côté du centre.

Il fallait attendre un peu avant qu'on ne leur assigne une table, aussi Cassandra jugea le moment opportun pour poser quelques questions à Erïka non pas sur ses goûts mais plutôt sur son passé, à savoir donc l'endroit où elle était avant d'intégrer l'institut. Elle n'y était sûrement pas née. Quoiqu'il en soit, la blonde eut un petit instant de silence, faisant sans doute le compte de ses années passées là-bas. Au total, elle y était depuis trois années. Cela faisait un bon moment

Cassandra n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit à sa colocataire, puisqu'une hôtesse vint les chercher pour les installer à une table, assez bien exposée. Elles prirent chacune le temps de poser leurs affaires et leurs vestes sur le dossier de leurs chaises, mais la discussion ne reprit pas immédiatement après. En effet, Erïka se releva peu après, ayant l'air d'avoir aperçu quelqu'un de sa connaissance. C'était bien le cas ; se dirigeant vers le garçon qui s'était rapprochée d'elle, tous deux s'étreignirent. Cassie dut attendre qu'ils se séparent pour se rendre compte à quel point le jeune homme ressemblait à sa colocataire. Mais jugeant que ça ne la regardait pas, la jeune femme se retourna, attendant patiemment que la petite blonde revienne s'installer. Mais vu l'heure le restaurant n'était pas très rempli, et la jeune femme pouvait donc entendre la conversation de sa camarade ; après tout ils n'était pas postés très loin, à peine à deux pas de la table. Ils parlaient de sœur, de soirée, à laquelle Erïka sembla contente de ne pas participer. En revanche la suite de la conversation se dirigea sur elle, que le jeune homme prenait pour une amie de la blonde. Cette dernière avait apparemment déjà parler d'elle au jeune homme, mais c'est sa réponse à lui qui fit ouvrir grand les yeux à Cassandra.

Ainsi donc, Erïka avait été jalouse de Cassie ? L'illusionniste se demanda si elle n'avait pas mal entendu. À vrai dire, elle n'en croyait pas ses oreilles. Est-ce que c'était ça, la raison pour laquelle la jeune femme avait été si froide avec dès le début ? Cassandra se rappelait pourtant très bien leur avoir précisé, à elle et William, le jour de son arrivée, qu'elle avait croisé Bobby dans le bar incendié. Alors pourquoi donc parler de jalousie ? La brune reprit bien vite ses esprits cependant ; voilà une chose qu'elle allait devoir mettre au clair avec sa colocataire.

Entendant des bruits de pas, elle se retourna pour constater que le garçon s'était approché et lui tendait la main. Cassandra, polie, se mit debout et lui serra la main, affichant un léger sourire sur son visage sempiternellement neutre. Son nom était donc Alexïs, et il n'était rien de moins que le frère jumeau d'Erïka ; maintenant qu'elle les avait face à elle (et même si Erïka détournait étrangement le regard), Cassandra put constater à quel point ils étaient semblables.

    « Enchantée, Alexïs, et oui c'est bien ça. Dommage que je ne puisse pas en dire autant de toi, ta sœur et moi, on commence à peine à se connaître. En tout cas merci, Erïka, je pense pouvoir encore échapper au déambulateur pendant un bon demi-siècle. » ajouta la jeune femme avec un sourire.


Cassandra n'était pas forcément douée pour faire de l'humour, mais elle se débrouillait un peu quand même. Et puis l'atmosphère était assez détendue, c'était le moment d'en profiter... ou pas, puisque Alexïs ne tarda pas à prendre congé des deux jeunes femmes.

    « Merci, bonne soirée à toi. »


Était-ce le moment de parler avec Erïka maintenant ? La conversation allait être animée... mais non, pas encore, une autre blonde s'approcha d'elles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Ven 26 Juil 2013 - 6:10

C’était bien beau cette guerre pour savoir qui allait avoir le dernier mot, mais cela n’allait pas se terminer de sitôt. Quelqu’un devait y mettre un terme. Qui ? Là était la question. Erïka décida de laisser la victoire à sa colocataire, bien que cela représentait un dur coup à son orgueil. Elle avait mieux à faire, pour l’instant, que de passer l’après-midi à se battre pour une connerie de ce genre. Elle laissa planer le silence, signifiant ainsi à Cassandra qu’elle ne comptait pas répliquer davantage.

Au moins, il y avait certains points sur lesquelles elles arrivaient à s’entendre. Par exemple, sur le cinéma. Erïka avait des goûts bien particuliers et adorait ces films très peu connus qui étaient terriblement difficiles à dénicher. Cependant, elle pouvait regarder n’importe quel genre de film, à quelques exceptions près. Cassandra avait noté la grande collection de DVDs qui composaient la bibliothèque de l’adolescente. Elle en achetait beaucoup, bien souvent des séries télévisées.

-« J’adore les films moins connus, ceux qui ont une histoire qui sort des sentiers battus et qui savent comment surprendre le téléspectateur jusqu’à la fin. Il n’y a que les films d’horreur que je regarde seulement pour l’ambiance angoissante et gore qu’on y retrouve. Ce genre de film est tellement prévisible. »

Les deux femmes avaient décidé de s’arrêter à la librairie afin de poursuivre leurs emplettes. Encore une fois, elles semblaient avoir trouvé leur bonheur et repartirent avec de nouveaux achats. Maintenant, il était temps d’aller manger. C’était sur un commun accord qu’elles allèrent au restaurant de sushis. Elles attendirent un petit moment avant d’être assignées à une table près d’une fenêtre.

Peu de temps après s’être assises, Erïka se leva. Elle venait d’apercevoir son frère jumeau. Que faisait-il ici ? Elle n’hésita pas à lui demander lorsqu’elle fut à sa hauteur. Visiblement, leur sœur avait également eut l’idée de manger de sushis, ce soir. D’ailleurs, cette dernière attendait à l’extérieur. Alexïs ne pouvait donc pas s’éterniser. Il en profitait tout de même pour échanger quelques mots avec sa jumelle. Il ne la voyait que trop rarement. Il discuta un peu de tout et de rien avant de parler de Cassandra. Erïka se contenta de dire qu’elle lui avait expliqué ce qui en était avec elle, au téléphone, quelques temps plus tôt. Cela n’empêcha pas le jeune homme de faire une grosse gaffe en parlant trop. Ne pouvait-il pas se taire au sujet de la jalousie de sa sœur ? Cette dernière avait finalement réussis à comprendre que cette femme ne toucherait pas à Bobby et que, de toute façon, il était fidèle. Elle avait douté, comme cela arrivait à tout le monde. Elle avait eu peur, mais ses craintes avaient finalement été apaisées.

Évitant soigneusement de croiser le regard de Cassandra, la jeune femme laissa son frère se présenter à cette dernière. Il était bien plus sociable qu’elle et adorait faire de nouvelles connaissances. Il faisait preuve de politesse, comme toujours. Au moins, Cassandra semblait se dérider et se présenta à son tour à Alexïs. Ils discutèrent un peu ensemble alors qu’Erïka se faisait un peu plus effacée.


-« Elle ne parle pas beaucoup en temps normal, mais avec de la chance nous aurons l'occasion de faire plus ample connaissance. Je passe, parfois, à l’institut afin de visiter quelques personnes. Je serais ravi de vous y croiser. »

Comme Alexïs devait rapidement retrouver sa sœur, il souhaita une bonne soirée aux colocataires. Cependant, alors qu’il allait s’éloigner, il vit Eleonnora entrer dans l’établissement. Visiblement, il l’avait fait attendre un peu trop longtemps à son goût. Il la laissa approcher. Elle était perchée sur une paire de talon aiguilles qui s’agençait à la robe noire et moulante qu’elle portait. Il n’y avait rien de trop beau pour elle lorsqu’elle décidait de sortir au restaurant. Un magnifique collier d’or ornait son cou alors que deux bracelets cliquetaient à son poignet. Sa chevelure dorée, légèrement ondulée, tombait en cascade sur ses épaules nues. Elle tenait un petit sac à main doré dans ses mains. Quelques secondes plus tard, Eleonnora arriva aux côtés d’Alexïs et observa chaque personne à tour de rôle. Elle s’attarda tout d’abord sur sa sœur.

-« Mimi ! Comme je suis heureuse de te voir. Je me demandais ce qui pouvait tant retarder Alexïs. Tu as décidé de passer une soirée romantique avec ton petit ami ? » Son regard se posa sur Cassandra. « Ou une jolie jeune femme… »

-« Tu m’affuble encore une fois de ce surnom ridicule et je t’égorge. » Fit Erïka en soupirant. Cependant, Eleonnora l’ignorait royalement afin de se présenter à Cassandra. Comme à son habitude, lorsqu’elle rencontrait quelqu’un, elle lui fit la bise.

-« Bonjour. Je suis Eleonnora, la grande sœur de cette petite peste. Tu es une amie ? J’espère qu’elle n’est pas trop chiante… »
-« Hey ho, je suis là. »
-« Ah, oui, c’est vrai. » Fit Eleonnora en se tournant vers elle, un sourire provocateur sur les lèvres. « Tu as de la chance, Alexïs et moi avons tout un programme prévu pour ce soir. Nous allons vous laisser tranquille. Je t’appelle dans quelques jours. Il faut absolument que je t’amène chez ma coiffeuse. Il va falloir couper tes pointes et refaire ta frange. »
-« Trop aimable. Je peux m’en passer, tu sais. »
-« Non, c’est un viol visuel, il faut faire quelque chose à ce sujet. Enfin… Alexïs, tu me suis ? »
-« Oui. Bonne soirée les filles. »
-« Amusez-vous bien toutes les deux. »

Sur ce, Eleonnora s’éloigna aux côtés de son frère. Erïka poussa un long soupire, après les avoir salué. Elle regagna sa place en face de Cassandra puis s’attarda sur le menu. Elle avait déjà une bonne idée de ce qu’elle allait manger. Elle prenait pratiquement la même chose à chaque fois qu’elle venait dans ce restaurant. Peu à peu, elle délaissa le menu pour observer  une mèche de ses cheveux. Ses pointes n’étaient pas si abîmées que ça. Et puis, sa frange était très bien comme cela. Elle avait laissé ses cheveux poussé. Alors qu’elle avait une frange bien droite au-dessus des yeux, auparavant, elle la coiffait maintenant du côté gauche de son visage afin qu’elle tombe en une seule mèche devant son œil. Depuis quelques temps, elle avait remarqué qu’elle était suffisamment longue pour la glisser derrière son oreille. Il était peut-être temps de la faire couper, en fait. C’était étonnant de voir à quel point sa chevelure pouvait pousser rapidement. Trop occupée à se dire qu’Eleonnora avait tort à propos de ses cheveux, l’adolescente ne prêtait plus vraiment d’attention à Cassandra. La pauvre, elle venait de faire face au trio de Davidoff s’en y être préparée. Heureusement pour elle, elle n’avait pas parlé trop longtemps à Eleonnora. Au moins, cette rencontre aura eu du bon. Avec de la chance, elle se concentrera dessus et oubliera la petite gaffe qu’avait fait Alexïs, un peu plus tôt. Enfin, si elle avait entendu quelque chose de leur discussion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Ven 26 Juil 2013 - 23:50


Après plusieurs discussions en apparence sympathique entre les deux jeunes femmes mais qui montrait clairement à quel point elles étaient toutes les deux entêtées, elles purent se mettre en route vers le centre-ville et commencer réellement à discuter de leurs préférences en matière de chaussures, de livres et de films. C'était un bon début. Après tout, elles ne se connaîtraient pas sur le bout des doigts en une seule après-midi, loin de là. Il fallait du temps pour connaître quelqu'un, et cela pouvait parfois prendre des années. Au moins, Erïka comme Cassandra étaient disposées à mieux s'entendre, et cela commençait par un échange sur ce qu'elles aimaient de mieux en terme de loisirs. La blonde, par exemple, faisait l'apologie des films qui n'étaient pas très connus, et aux histoires originales. Il était vrai qu'en regardant de plus près les DVD de sa colocataire, Cassie s'étaient rendue compte que beaucoup d'entre eux étaient des films très peu connus.


    « Si tu en as que tu recommandes, je serais contente d'en voir. Ça me changerait un peu de ces grands films hollywoodiens. Par contre je suis pas très films d'horreur... j'en regarde un que si j'ai un oreiller derrière lequel me cacher. » fit la jeune femme en tentant de glisser de l'humour dans sa phrase.


C'est discutant de ce sujet qu'elles s'engouffrèrent dans la librairie, y demeurant le temps pour chacune d'y trouver ce qu'elle cherchait. Mais elles n'y restèrent cependant pas des heures : l'heure du repas approchait et toutes deux se mirent d'accord pour aller manger japonais. Vu l'heure, elles n'attendirent pas beaucoup avant d'être installées.

Pourtant, Erïka se releva bientôt, ayant aperçu quelqu'un de sa connaissance sans doute. Comme les deux personnes étaient près d'elle, Cassandra put capter quelques bribes de conversation, notamment un élément qui la surprit au plus haut point. Voilà un point intéressant qu'elle se promettait d'aborder avec sa colocataire... autant jouer franc jeu après tout. Peu de temps après, l'illusionniste se leva et salua le dénommé Alexïs, frère jumeau d'Erïka. Il avait une manière de parler vraiment très polie. Souriant à son tour, Cassandra n'eut même la peine de se présenter à son tour, la petite blonde ayant de toute manière déjà parlé d'elle à son frère. En revanche, l'inverse était faux : Cassie n'avait encore jamais entendu que sa colocataire avait un frère jumeau. Quoiqu'il en soit, ce dernier passait de temps à autre à l'institut, ce qui laissait des chances qu'ils se recroisent. La jeune femme y vit également un autre indice : lui aussi devait être mutant.


    « Hé bien j'espère qu'on se recroisera bientôt dans ce cas. »


Alexïs aurait du prendre congé à ce moment-là, mais une deuxième personne s'était avancée, aussi blonde que les jumeaux mais toutefois plus âgée qu'eux... et elle était l'exact opposé d'Erïka dans son apparence. Cassandra se douta de son identité mais ne dit rien tandis qu'elle saluait Erïka d'un joli petit surnom, très mignon. L'illusionniste eut un sourire involontaire avec la réaction que cela engendra chez sa colocataire, mais reprit vite son sérieux quand le regard de la grande blonde se tourna vers elle. Cassie s'était attendue à une poignée de mains de la part de la grande sœur, et non pas à une bise et fut donc légèrement perturbée. Mais elle se reprit vite.


    « Enchantée, je m'appelle Cassandra. »


S'ensuivit une conversation entre les deux sœurs, et Cassie put voir exactement ce que voulait dire sa colocataire quand elles étaient au magasin de chaussures. Eleonnora, du nom de la grande sœur, était attentive à son apparence ainsi qu'à celle d'Erïka, au plus grand déplaisir apparent de cette dernière. Quand leur conversation prit fin, tous se saluèrent et reprirent leur programme de la soirée. Pour les deux élèves de l'institut, il s'agissait maintenant de regarder la carte. Cassandra choisit rapidement ce qu'elle aimerait manger, et aller reprendre la parole pour s'adresser à sa colocataire, mais elle se retint au dernier moment. En effet, la petite blonde examinait minutieusement une mèche de ses cheveux dorés. L'illusionniste fit un effort pour ne pas rire. Sa colocataire pouvait bien dire qu'elle se fichait de ce que disait sa sœur, son attitude à ce moment prouvait tout de même le contraire.


    « Je n'ai aucune idée de l'état de tes cheveux et encore moins de tes pointes – et je n'ai pas l'intention d'aller vérifier – mais c'est vrai que les rafraîchir de temps en temps leur fait du bien. Surtout si tu veux les laisser pousser. »


C'était dit sur un ton cordial et serein, d'une voix tout à fait calme. Erïka pouvait faire ce qu'elle voulait de ce conseil. Toutefois ce n'était pas ce sujet qui intéressait particulièrement Cassie. Lisant distraitement l'envers de la carte, elle attendit un petit peu avant de reprendre la parole. Il y avait pas mal de questions qui se bousculaient dans sa tête, et elles avaient encore un peu de temps avant qu'on ne vienne prendre leur commande.


    « En tout cas, je comprends mieux ce que tu voulais dire à propos de ta sœur tout à l'heure. Elle et Alexïs ont l'air sympathiques. Est-ce qu'ils sont tous les deux, disons... comme nous ? »


Elle avait vaguement entendu parler que toute une fratrie ne possédait pas forcément le gène X. La curiosité de la jeune femme refaisait surface. Si le frère et la sœur d'Erïka étaient bel et bien mutants, l'illusionniste se demandait en quoi consistaient leurs dons.


    « Au fait, continua-t-elle d'un ton désinvolte, j'ai entendu ta discussion avec ton frère, vous étiez juste derrière moi... de quoi est-ce que tu étais – ou es encore, je ne sais pas – jalouse ? »


La demande était faite sur un ton de douceur et de calme, un ton qui engageait son interlocutrice à la confidence, il n'y avait aucun reproche dans la voix de Cassandra. Elles avaient fait la paix, non ? Ou est-ce que ce n'était que factice ? Quoiqu'il en soit, la brune ne désirait qu'une seule chose : comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 27 Juil 2013 - 4:10

Erïka n’avait croisé que très peu sa colocataire, ces derniers temps. Lorsqu’elles étaient dans la même pièce, elles s’occupaient chacune de leur côté. Le jour où Cassandra avait aménagé à l’institut, elles avaient véritablement passé du temps ensemble. Mis à part aujourd’hui, cela avait été le seul moment où elles avaient eu l’occasion de se connaitre davantage. Encore là, elles ne pourront tout apprendre de l’autre en quelques heures. Cela prenait du temps. Jusqu’à présent, elles avaient réussis à se trouver quelques points en commun. Par exemple, elles partageaient certains goûts en matière de littérature et de cinéma.

Contrairement à sa colocataire, Cassandra n’aimait pas vraiment les films d’horreur. Elle préférait se cacher derrière un oreiller plutôt que d’affronter les éléments effrayants de ces longs métrages. Erïka connaissait un autre résident qui se comportait ainsi. Cependant, il avait tendance à crier comme une véritable petite fille. L’adolescente se moquait de lui depuis ce moment. Elle n’avait pas vraiment répété le fait qu’il criait très aigu lorsqu’il avait peur. De toute façon, qui est-ce qui serait intéressé par cela ? Personne. Erïka ne voyait pas l’utilité de divulguer cette information.

-« Ce ne doit pas être si terrible. Il y a un mec, à l’institut, avec qui je regardais un film d’horreur, une fois. Je n’ai jamais entendu de tels cris de fillettes. Même Sunny ne crie pas aussi aigu, crois-moi. Si tu veux, je te prêterais des DVD. Tant que tu ne quittes pas la chambre tu peux emprunter le lecteur.»

Afin de conclure cette séance de magasinage, les jeunes femmes allèrent dans un restaurant de sushis. À peine installées, Erïka croisa son frère jumeau. Elle se leva afin de le saluer et de discuter un peu avec lui. Le jeune homme ne tarda pas à se présenter à Cassandra. Il était ravi de faire sa connaissance. Cependant, il ne pouvait discuter avec elle plus longtemps. Il devait rejoindre Eleonnora à l’extérieur avant qu’elle ne perde patience.

Contre toute attente, Eleonnora pénétra dans le restaurant afin de le rejoindre. Elle se demandait ce qui prenait autant de temps. Lorsqu’elle aperçut Erïka, elle comprit. Heureuse de voir sa petite sœur, elle la salua. Quelques secondes plus tard, elle remarqua la présence de Cassandra. Tout sourire, la jeune femme lui fit la bise. Elle se demandait ce que sa petite sœur pouvait faire en compagnie d’une belle femme. Elles étaient amies ? Il était clair qu’elle allait lui poser des questions à ce sujet lorsqu’elles seront toutes les deux. Ce n’était pas dans les habitudes d’Erïka de se tenir avec des gens et de socialiser.

-« Cassandra ? Un joli prénom pour une très jolie femme. En passant, j’adore tes chaussures. Elles te vont à ravir.»

Après leur petite conversation, Eleonnora s’éloigna en compagnie d’Alexïs. Ils avaient des plans pour la soirée. Les deux jeunes femmes, quant à elles, s’installèrent à la table afin de consulter le menu. Erïka savait déjà ce qu’elle allait prendre. Il ne restait plus qu’à attendre que Cassandra ait fait son choix. Pendant ce temps, elle regardait une mèche de ses cheveux. Sa sœur n’avait pas tout à fait tort, ses points commençaient à s’abimer. Ce n’était pas pour autant qu’elle allait lui laisser avoir raison. Hors de question !
Même Cassandra lui conseillait de faire couper légèrement ses cheveux afin de leur permettre de pousser davantage. L’adolescente poussa un petit soupire avant de laisser tomber sa mèche. Elle leva les yeux vers sa colocataire.

-« Je déteste lui donner raison. J’essayerais de couper mes pointes moi-même. Je n’ai pas envie d’aller chez la coiffeuse. Ma sœur a tendance à prendre davantage soin de mon apparence que moi. Enfin, il n’y a qu’à la voir pour comprendre. Elle est belle et elle passe des heures à se préparer pour être à son avantage chaque matin. »

Elle reposa les yeux sur le menu, en tourna une page puis leva de nouveau les yeux vers Cassandra. Cette dernière lui posa une nouvelle question. C’était au sujet de son frère et sa sœur. Elle se demandait s’ils étaient des mutants, tout comme elles. Et oui. La famille Davidoff, à quelques exceptions près, était constituée de mutants. Leur père était très fier des dons que possédaient ses enfants et il ne le cachait pas. Il était tout aussi fier d’apprendre que sa plus jeune fille sortait également avec un mutant. Sans être extrémiste, Sergeï Davidoff se voyait avec une certaine supériorité face aux humains normaux. Il faisait, lui et sa famille, partie de l’évolution. Ils étaient puissants, riches et influents dans ce monde.

-« Oui, ils le sont. Mon frère étudie la médecine à l’université. Je crois que tu vas arriver à faire le lien avec ce qu’il est. »

Erïka regarda par-dessus son épaule à la recherche d’un serveur. Elle désirait passer commande. Cependant, Cassandra s’adressa à elle, ce qui attira son attention. La jeune femme parlait de la conversation qui s’était déroulée quelques minutes plus tôt avec Alexïs. Elle avait cru entendre qu’Erïka était jalouse. Elle ne savait pas trop de quoi ou de qui, mais elle était curieuse de connaitre la réponse. L’adolescente fixa la table, en pleine réflexion. Devait-elle lui dire ? Cette histoire était du passé.
Relevant les yeux vers Cassandra, Erïka décida de parler. C’était à cause de cette histoire idiote que tout avait mal commencé entre elles. Même si l’adolescente ne souhaitait pas nécessairement en parler, elle décida d’être franche. Après, elles pourront tirer un trait sur tout cela.

-« De toi. Ça faisait peu de temps que je sortais avec Bobby lorsque je t’ai vue arriver avec lui, sur sa moto. Je ne le voyais pas souvent avec d’autres personnes alors le voir ramener une belle femme… C’était plus fort que moi. C’était ma façon de ma façon de me protéger… je ne fais pas confiance aux autres. Autant je pouvais facilement le croire s’il disait qu’il m’aimait, autant je ne pouvais pas croire la parole d’une inconnue. J’ai toujours été méfiante envers les autres. Voilà. Depuis le temps, je ne suis plus jalouse. En fait, c’était stupide et j’aurais préféré que mon frère sache se la fermer un peu. »

Peu de temps après, un serveur vint prendre leur commande. Lorsqu’il reparti, les femmes purent reprendre leur conversation. Erïka souhaitait changer complétement de sujet. Pourquoi parler d’elle ? Et si sa colocataire lui disait ce qu’elle faisait lorsqu’elle s’absentait de l’institut ? Bien que cela ne concernait pas l’adolescente, elle ne pouvait s’empêcher d’être curieuse. Quel était son travail ? Elle ne l’avait jamais dit, jusqu’à présent.

-« Allez, changeons de sujet. Parle-moi de toi. T’as un job, non ? Tu ne m’en a jamais parlé. » Fit-elle avant de prendre une gorgée de son verre d’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Jeu 1 Aoû 2013 - 23:49


Apprendre à connaître quelqu'un commençait, la plupart du temps, par un échange de centres d'intérêts, par des découvertes de points communs. Si les choses avaient plutôt mal commencées entre Erïka et Cassandra, c'était à présent le moment d'y remédier, puisque les deux jeunes femmes avaient fini par s'habituer l'une à l'autre, bien qu'elles n'aient encore jamais eu depuis l'installation de l'illusionniste à l'institut l'occasion de passer véritablement du temps ensemble. Mais maintenant que c'était le cas, il fallait en profiter. Elles échangeaient à présent sur le genre de film que l'une et l'autre préféraient, et Cassie avoua l'angoisse qui se manifestait en elle quand elle était en train de regarder un film d'horreur ; elle se cachait alors volontiers les yeux derrière un coussin quelconque. C'était assez paradoxal en fait, car les éléments terrifiants qu'elle piochait dans ce genre de film d'épouvante lui servait d'« ingrédient » pour ses propres illusions. Dans un film, c'était plutôt l'effet de surprise qui la rendait anxieuse. La vue du sang, le gore, la mort, la rendaient mal à l'aise mais ne l'effrayaient pas au point de s'enfuir de la pièce en hurlant. Quand même quoi.


    « Déjà que je trouvais les cris de Sunny à la limite de l'ultrason... mais merci. Rassure-toi, je suis pas du genre à violer les oreilles des autres en hurlant. »


La suite des événements se déroula au restaurant de sushis, mais la conversation ne reprit pas tout de suite entre les deux jeunes femmes. En effet, Cassandra eut le plaisir de rencontrer toute la fratrie de sa colocataire ; d'abord son frère jumeau, puis sa demi-sœur. Tous les deux étaient aussi blonds que leur sœur. L'illusionniste les salua donc tous, puis regarda ses chaussures sur lesquelles Eleonnora venait de la complimenter.


    « Oh, merci beaucoup. »


Tous les deux avaient à première vue l'air sympathique. Même Erïka semblait moins « frigide » en la présence de sa fratrie. Cette dernière cependant ne tarda pas à prendre congé, puisqu'ils avaient planifié leur soirée et ne voulait pas se mettre trop en retard. C'est donc dans un silence relatif que les deux jeunes femmes se rassirent et parcoururent du regard leurs menus. Le trouble d'Erïka cependant était palpable. Elle regardait même ses cheveux et en examinait les pointes, repensant certainement à ce qu'avait dit sa grande sœur. Un rien amusée, Cassandra lui fit une petite remarque, qui n'avait rien de méchant, et qui était plus un conseil qu'autre chose. Après, elle en faisait ce qu'elle voulait.


    « Tu n'as pas tort. Avec la description que tu m'as faite d'elle, je comprends mieux ce que tu voulais dire à son propos. Mais c'est vrai, elle est jolie et il serait dommage qu'elle ne se mette pas à son avantage. Vous vous ressemblez beaucoup, toutes les deux. Ça explique peut-être le fait qu'elle s'occupe tant de toi. »


Cassandra se demandait si Eleonnora n'allait pas chercher à rendre Erïka comme elle. Il n'y avait rien de mal à prendre soin de sa sœur – c'était en tout cas ce que pensait la brune – mais elle était contente aussi de voir que sa colocataire ne se laissait pas facilement faire. Ce n'était pas le genre de personne qui se laisser ballotter par la volonté d'une personne ou d'une autre. Elle n'était pas une marionnette.

Toutefois, Cassie se demandait si tous les trois se ressemblaient plus qu'au niveau physique. Est-ce que Eleonnora et Alexïs étaient également des mutants ? L'illusionniste posa directement la question à sa colocataire, qui lui répondit par l'affirmative. Erïka lui donna même un indice sur la mutation de son frère. La jeune femme eut un instant d'incompréhension, avant de comprendre les paroles de la petite blonde.


    « Il a des talents de guérisseur ? Ça doit être drôlement pratique ! Un don très intéressant. Et ta sœur ? »


La petite blonde voulait passer commander, mais Cassandra avait une dernière demande à lui adresser, la plus intéressante. Elle avait relevé un élément très intéressant dans la conversation qu'elle avait surprise entre les jumeaux, et elle souhaitait donc mettre les choses au clair au plus vite. À quoi donc était du la jalousie d'Erïka, évoquée par son frère ? La réponse ne tarda. L'heure des aveux était arrivée. Cassie écouta le discours d'Erïka, mais non sans surprise, comme le démontra la manière dont s'arqua ses sourcils.


    « D'accord... tout s'explique maintenant. Contrairement à toi, je suis contente que ton frère l'ait dit et que j'ai pu l'entendre. Au moins les choses sont claires à présent. J'dois dire quand même que je suis surprise. Quand on est arrivés, on avait pourtant précisé qu'on venait tout juste de se rencontrer et dans des circonstances très particulières. En tout cas je suis contente de voir que c'est fini. »


Bientôt leur commande fut prise et il ne leur resta plus qu'à patienter en attendant qu'on leur serve les plats. En attendant elles avaient encore le temps de discuter, mais Erïka orienta la conversation dans un tout autre sens. Elle voulait savoir en effet le métier de sa colocataire. Même si elles vivaient ensemble depuis un certain temps, Cassandra n'avait encore jamais révélé son job à la petite blonde. Servant de l'eau dans les deux verres sur la table, la brune avala une gorgée d'eau avant de se mettre à parler... en même temps que sa colocataire d'ailleurs. Le fait de boire lui avait permit de réfléchir très rapidement à quoi dire. Oh bien sûr, elle serait honnête, ça ne faisait aucun doute... mais devait-elle tout dire ou seulement la moitié ? Elle décida qu'elle pouvait faire confiance à Erïka au moins sur ce point.


    « Rien de très passionnant. Je suis serveuse et danseuse dans un bar. Ça explique pourquoi t'as du m'entendre rentrer assez tard le soir – ou même tôt le matin... »


Cassie reprit une gorgée d'eau. Elle se demanda si Erïka se souvenait avoir aperçu un de ses corsets lorsqu'elle avait installé ses affaires dans son armoire, le jour de son installation à l'Institut. L'arrivée de leurs plats interrompit momentanément la discussion, et après avoir remercié le serveur, Cassandra souhaita un bon appétit à sa colocataire.


    « Tu sais ce que tu aimerais faire comme job après l'institut ? Professeur ? Avec toutes les langues que tu connais, tu dois avoir du savoir à redistribuer... »


Cela étant dit, Cassandra porta en bouche son premier maki. C'était drôlement bon ces bouchées de riz et de poisson cru...


Dernière édition par Cassandra Farrell le Lun 19 Aoû 2013 - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Jeu 15 Aoû 2013 - 23:17

Lorsqu’on regardait les enfants Davidoff, on voyait tout de suite l’air de famille entre eux. Ils se ressemblaient tant qu’on pourrait pratiquement croire à des triplés. Les mêmes cheveux d’un blond éclatant, les mêmes grands yeux d’un bleu océanique et ces mêmes traits qu’ils tenaient tous de leur père. Cependant, il suffisait de leur adresser la parole pour découvrir qu’ils avaient tous leur propre caractère, bien différent les uns des autres. Cassandra venait tout juste de le découvrir.

Heureusement pour elle, elle n’eut pas à supporter le trio trop longtemps. Elle serait peut-être devenue folle en leur compagnie. Déjà, Eleonnora et Erïka passait le temps à se disputer. Même si l’adolescente prétendait ne pas se soucier de ce que lui disait sa sœur, elle démontrait un certain intérêt pour ses remarques. Alors que sa grande sœur et son frère jumeau quittaient le restaurant, Erïka observait une mèche de ses cheveux. Ils n’étaient pas si abîmés, non ? Elle n’avait jamais fait attention à cela. C’était bien vrai qu’elle n’avait pas été chez la coiffeuse depuis un bon moment, mais elle n’avait jamais jugé cela nécessaire.

Cassandra alla également de son petit conseil concernant les cheveux de l’adolescente. Au moins, elle, elle ne lui reprochait pas l’état de la chevelure. Elle serait bien mal placée pour cela, de toute façon. Au moins, après avoir vu Eleonnora, elle pouvait mieux comprendre ce que voulait dire Erïka à son sujet. Elles se ressemblaient peut-être, mais elles étaient loin de posséder la même personnalité.

-« Ça lui plait de jouer à la poupée avec moi. Elle veut me transformer en sa jumelle. Elle devrait plutôt faire subir ça à Alexïs, si ça se trouve il se laisserait faire… »

D’ailleurs, quel était le don d’Alexïs ? Erïka l’expliqua à Cassandra, restant assez vague dans ses propos. La jeune femme allait pouvoir déduire la réponse par elle-même. Il valait toujours mieux éviter de parler de pouvoirs mutants dans un endroit public. On ne sait jamais, il y a parfois des oreilles indiscrètes qui trainent. Lorsque Cassandra lui demanda quel était le don d’Eleonnora, la jeune femme se pencha davantage au-dessus de la table afin de parler à voix basse.

-« Le don d’Alexïs est très pratique. Il fait de vrais miracles. On ne peut pas en dire autant de ma sœur. Elle est télékinésie. Jusqu’à présent, les seules fois où je l’ai vu se servir de son don était pour se coiffer et se maquiller en même temps pendant qu’elle envoie des SMS. »

Chacun avait sa propre façon d’utiliser ses pouvoirs. Tout dépendait de la personne qui le possédait. Eleonnora cédait facilement à la paresse, Alexïs voulait faire le bien partout… et elle ? Que faisait-elle ? Elle se contentait de vivre avec ses pouvoirs. Que pouvait-elle faire d’autre ? Même si elle ne pouvait rien faire de particulier avec ses dons, cela influençait la façon dont elle se comportait. Elle ne le réalisait pas, mais le simple fait de savoir si quelqu’un lui mentait ou non changeait sa façon de voir les gens et l’aidait à savoir à qui elle pouvait faire réellement confiance. Elle se montrait toujours méfiante envers les gens. Elle ne pouvait faire confiance à ceux qu’elle ne connaissait pas, même s’ils avaient de bonnes intentions à son égard. Cassandra avait fait les frais de cette méfiante. L’adolescente s’était tout de suite braquée, refusant de se rapprocher de cette femme. Elle l’avait vue comme une rivale, une ennemie dont elle devait se méfier. Il lui avait fallu un moment pour relativiser les choses.

Maintenant, les deux jeunes femmes pouvaient s’expliquer sur la jalousie dont avait fait preuve Erïka. Elle aurait préféré ne jamais avoir à en parler, mais puisque le sujet était sur le tapis, autant l’affronter. Cassandra lui expliqua qu’elle n’avait pas compris ce qui s’était produit lorsqu’elle avait mis les pieds à l’institut pour la première fois. En connaissant la vraie raison qui avait suscité le comportement froid et peu aimable d’Erïka, elle pouvait enfin mettre les choses au clair. Elle avait rencontré Bobby dans des circonstances particulières. Elle avait découvert qu’il possédait un don, tout comme elle. Elle n’avait jamais été intéressée par lui.


-« Tu as dit ça ? Je ne devais pas t’écouter à ce moment-là. C’est du passé. Je sais que tu ne me voleras pas celui que j’aime. Une chance, car celle qui tentera de le faire va se retrouver sur un lit d’hôpital. »


Erïka ne se rendrait probablement jamais jusque-là, mais elle en serait bien capable. Lorsqu’il était question d’une personne à qui elle tenait, elle était prête à tout. Elle agissait souvent sans penser, se fiant seulement à son instinct. Cela pouvait se révéler tout aussi dangereux pour elle que pour les autres. Que ferait-elle si une autre femme tentait de lui voler son petit copain ? Elle n’en savait rien. Elle l’enverrait promener, probablement. Elle lui ferait comprendre qu’il ne valait mieux pas y toucher. En venir aux mains ? Seulement si c’était l’autre qui entamait le combat.

Les femmes passèrent commande. Il ne restait plus qu’à attendre l’arrivée de leur repas. La conversation changea totalement de sens. Erïka cessa de parler d’elle ou de sa famille. Elle voulait en savoir plus sur sa colocataire. Elle lui demanda, par pure curiosité, quel était son métier. L’adolescente avait cru comprendre qu’elle travaillait de soir ou de nuit, mais n’avait jamais saisie ce qu’elle pouvait bien faire. Elle ne lui avait jamais posé la question. Maintenant, c’était le moment où jamais.

Travaillait-elle dans un entrepôt ? Tenait-elle un bar ? Non. Elle était serveuse. Et danseuse. Cette partie retint davantage l’attention de l’adolescente. Elle était strip-teaseuse dans un bar de vieux pervers, un truc de ce genre, ou quoi ? Erïka l’observa en haussant les sourcils. Cassandra était une belle femme. Visiblement, elle se servait de ses atouts pour gagner sa vie. C’était un métier comme un autre…

-« Quoi ? Attend, t’es strip-teaseuse ? Genre tu passes ta soirée à te dessaper pour satisfaire de vieux pervers en manque ? »

Erïka avait du mal à croire que Cassandra puisse avoir ce genre de travail. Elle n’avait pas l’air de ce genre de fille… Mais qui en avait l’air ? Les apparences étaient bien trompeuses. Le repas arriva, interrompant les pensées d’Erïka. La jeune femme se concentra plutôt sur son assiette. Elle souhaita un bref « bon appétit » à sa colocataire avant d’attraper un sushi avec ses baguettes. Elle ne parlait plus vraiment se contentant de manger. Ce fut Cassandra qui poursuivit la conversation sur un tout autre sujet : les projets futurs d’Erïka.

-« Je compter rester à l’institut et y enseigner. J’aimerais bien voyager, aussi. C’est sympa de connaitre d’autres langues, mais c’est toujours mieux de les mettre en pratique sur le terrain. Après, je verrais au jour le jour ce que l’avenir me réserve. Tu comptes rester longtemps à l’institut ? »

Lorsque le repas fut terminé, Erïka demanda la note au serveur. Elle consulta le prix avant d’attraper son portefeuille. Elle sorti quelques billets pour payer le repas et laisser un bon pourboire avant de le refermer et le ranger. Elle donna l’argent au serveur. Ramassant ses affaires, elle enfila sa veste de moto et attrapa son casque. Elle fit signe à Cassandra de la suivre à l’extérieur.

-« Je vais avoir besoin de mes deux mains pour conduire. Tu peux tenir mon sac d’achats ? »

Elle leva les yeux vers sa colocataire puis poussa un soupire.

-« S’il te plait chère colocataire. »
Un bref sourire parcouru ses lèvres avant qu’elle n’enfile son casque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Lun 19 Aoû 2013 - 18:38

La rencontre inattendue du frère et de la sœur d'Erïka s'était au final révélée très instructive pour Cassandra. Non seulement la jeune femme comprenait mieux la description qu'elle avait faite un peu plus tôt de sa sœur, mais elle avait également saisi au vol une information capitale qui expliquait le comportement de sa colocataire à son encontre lors de leur première rencontre. Quoiqu'il en soit, elle put constater à quel point le discours était enflammé entre les deux sœurs. Mais une fois que les deux autres blonds s'en furent allés, l'illusionniste constata qu'Erïka n'était pas restée totalement sourde aux remarques de sa sœur. Preuve en était qu'à présent, elle inspectait minutieusement les pointes de ses longs cheveux blonds, un geste qui fit sourire légèrement Cassandra. Elle lui donna également un conseil ou deux, elle pouvait en faire ce qu'elle en voulait, mais l'illusionniste ayant elle-même de longs cheveux, elle savait de quoi elle parlait.

    « J'ai vu ça. J'imagine que si elle n'avait pas été occupée ce soir elle t'aurait traînée immédiatement chez un coiffeur non ? Ton frère se laisserait vraiment faire comme une poupée ? Ce n'est pas très sympathique pour lui. »


La discussion dériva ensuite sur les capacités d'Alexïs et Eleonnora. Le premier avait des talents de guérisseur, la deuxième un don de télékinésie. Tous les deux étaient des pouvoirs particulièrement utiles et incroyables, même si cela restait encore à prouver pour ce qui était d'Eleonnora. Apparemment elle ne se servait de son don que pour des choses assez futiles.

    « Ça reste un don très pratique. Ce que tu ne peux pas soulever à la force des bras, tu peux le faire avec celle de ton esprit – enfin, si tant qu'elle en soit capable, maintenant, ou dans le futur... et puis c'est comme avoir plus de deux bras aussi. »


Quoiqu'il en était, les trois frère et sœurs avaient vraiment des pouvoirs utiles – même Erïka ; et pourtant cette dernière n'en avait pas fait l'apologie auprès de sa colocataire. Pourtant, savoir déceler les mensonges était une capacité extraordinaire, qui permettait de mieux repérer ceux et celles qui méritaient ou non sa confiance ; beaucoup de gens se couperaient volontiers la main droite en échange d'un tel pouvoir, ou d'un autre semblable à celui des deux autres blonds. Cassandra en prenait peu à peu conscience : beaucoup d'humains seraient prêts à tuer pour obtenir de tels dons. Mais restait à voir la manière dont ils s'en serviraient... serait-ce pour faciliter leur quotidien, à la manière d'Eleonnora, de venir en aide aux gens, comme Alexïs, ou à des fins moins honorables ? Qui savait...

En tout cas, Erïka, grâce à son don, avait pu constater que sa colocataire était une personne honnête, même si elle ne s'en était pas rendue compte tout de suite. Preuve en était de sa conduite envers elle lors de leur première rencontre. C'était le moment idéal pour mettre sur le tapis ce que l'illusionniste avait capté de la conversation entre les jumeaux. Il fallait qu'elle comprenne d'où venait la jalousie d'Erïka, et une fois l'explication fournie, la danseuse ne put cacher son étonnement. Après tout, elle avait bien expliqué les circonstances de sa rencontre avec Bobby, le petit ami de la blonde.

    « Ça ne m'étonne pas tant que ça. Tu aurais même pu geler Bobby avec tes yeux, ce jour-là. Mais c'est vrai, c'est terminé. De toute manière je préfère les hommes bruns, ajouta-t-elle avec un léger sourire. J'espère que ça n'arrivera pas en tout cas. »


Oui, elle espérait bien pour sa colocataire qu'elle n'aurait jamais de problèmes de cœur. C'était vraiment le genre de choses dont on avait pas besoin, Cassie était bien placée pour le savoir. On se sentait blessé, perdu, déprimé, bref, très mal. La danseuse ne souhaitait pas que cela arrive à Erïka. Mais il y avait peu de chances, elle avait bien vu que Bobby et la petite blonde s'aimaient, il n'y avait donc pas besoin de s'inquiéter pour eux.

La discussion s'orienta ensuite vers un tout autre sujet. Maintenant, c'était au tour de l'illusionniste de parler d'elle. Pour commencer, la blonde lui demanda quel était son métier. Elle avait bien remarqué que la brune rentrait des fois très tard, voire même aux aurores. Elle lui révéla donc qu'elle était danseuse et serveuse dans un bar. Cette information fit hausser les sourcils à Erïka. Était-ce donc si surprenant ? Il fallait ce qu'il fallait pour gagner sa vie. Cassie était travailleuse, cumuler deux jobs ne lui faisaient pas peur. En revanche, elle ne s'était pas attendue à ce que sa colocataire lui demande si elle faisait du strip-tease. La réaction de l'illusionniste ne se fit pas attendre. Surprise, elle regarda avec des yeux ronds la petite blonde. Elle n'était pas une dépravée quand même ! Elle bossait dur pour gagner sa vie, mais elle avait le sens de la dignité.

    « Non mais ça va pas ? Je danse, c'est tout. Et le premier qui a les mains baladeuses se retrouve dehors en moins de temps qu'il en faut pour le dire ! »


Elle aurait aimé ajouté que ce même pervers s'en sortait avec son poing dans sa figure, mais la jeune femme ne savait pas se battre. Elle maniait seulement une arme à feu, et ce n'était pas le genre d'objet à dégainer au beau milieu d'un bar. Leurs commandes arrivèrent ensuite, et après s'être souhaité un bon appétit, elles purent savourer de délicieux sushis. En ayant déjà mangé deux, Cassie demanda alors à la petite blonde ce qu'elle comptait faire plus tard.

    « Ce serait pas mal, voir du pays C'est vrai que c'est une bonne manière de mettre en pratique. Tiens, au fait, est-ce que tu connais l'espagnol ? Si c'est le cas, j'aimerais que tu m'apprennes, si c'est possible bien sûr. »


Cassie marqua un temps d'arrêt à la question d'Erïka. Combien de temps resterait-elle ? À vrai dire, elle n'en avait aucune idée... elle s'était fixée sur une année, mais elle voulait d'abord voir le professeur Xavier et lui poser une question capitale, ce qu'elle n'avait pas pu faire encore. Pour le reste... elle devait avouer qu'elle se sentait plutôt bien à l'institut, contre toute attente. Rien à voir avec l'orphelinat d'autrefois.

    « Je ne sais pas... je vois ça également au jour le jour. Il faut que je voie le professeur Xavier de toute manière. Après ça, je verrais... »


Le repas se termina, et peu de temps après les deux jeunes femmes se retrouvèrent dehors. Cassandra remercia Erïka pour le repas, songeant qu'elle l'inviterait une prochaine fois. Quand elles furent toutes les deux à hauteur de la moto, Erïka tendit son sac à Cassie. Elle comprit parfaitement pourquoi, mais ce qui la surprit agréablement fut le « s'il te plaît » prononcé par la petite blonde. La danseuse haussa les sourcils, mais un sourire vint bientôt éclairer son visage.

    « Avec plaisir, ma chère colocataire. » dit-elle avant de mettre son casque et de prendre le sac dans ses mains.


Le retour à l'institut se fit sans encombres. Une fois la moto bien à l'abri dans le garage, les deux jeunes femmes ressortirent et prirent le chemin vers les dortoirs. Mais il faisait encore bon dehors, et il aurait été dommage de ne pas en profiter. Cela dit Erïka était peut-être fatiguée, mais rien ne coûtait de demander.

    « Il fait encore doux, ça te dit qu'on aille se poser un peu à l'ombre d'un arbre ? Sauf si tu es fatiguée, c'est toi qui voit. »


Il est vrai qu'Erïka se disait insomniaque... en ce cas peut-être accepterait-elle de rester encore un peu dehors pour discuter plutôt que de retourner déjà dans la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Mar 20 Aoû 2013 - 21:10

Alexïs était un jeune homme adorable qui avait parfois du mal à refuser quelque chose. Sa sœur jumelle le savait bien et elle avait toujours fais en sorte de garder un œil sur lui afin qu’on ne tente pas de le manipuler. Cependant, ils avaient pris des chemins différents et ne se voyaient plus très souvent. C’était bien difficile de veiller sur lui dans un tel cas. Maintenant, Eleonnora était là pour garder un œil bienveillant sur lui. Cependant, il lui arrivait parfois d’en profiter et de jouer à la poupée avec lui, le trimballant dans diverses boutiques où elle lui faisait essayer tout ce qui lui tombait sous la main. Elle finissait bien souvent par lui acheter de nouveaux vêtements, suite à cela.

-« En fait ma sœur traite tout le monde comme des poupées. C’est du suicide de faire les boutiques avec elle. Mon frère est doux et gentil il a du mal à refuser certains choses, parfois. Enfin, tu me sauves d’une visite chez le coiffeur et je ne vais pas m’en plaindre. »

Erïka était une jolie jeune femme, mais elle ne prenait pas soin d’elle comme sa sœur le faisait. Elle n’en avait rien à faire de son apparence. Elle souhaitait seulement se sentir elle-même, bien dans sa peau. Sa colocataire était tout aussi jolie. Elle ne semblait pas superficielle, bien qu’elle prenait soin de son apparence. À moins qu’elle ait simplement de la chance d’avoir une belle peau et aucun bouton sur son visage ? Prenait-elle soin d’elle pour bien paraitre lorsqu’elle allait au travail ? Après tout, les filles qui travaillaient dans les bars avaient généralement une apparence de rêve. Surtout en ce qui concernait les danseuses. Cassandra ne tarda pas à corriger la jeune fille qui crut à tort qu’elle était strip-teaseuse. Elle dansait, rien de plus.


-« Danser dans un bar peu porter à confusion. Tu aurais très bien pu te dessaper pour de l’argent. Au moins, tu as assez de dignité pour ne pas te laisser tripoter par n’importe qui. Pourquoi tu fais ce travail, au fait ? »

Le repas fut servi et les deux jeunes femmes changèrent de sujet. Erïka parla brièvement de ce qu’elle souhaitait faire dans le futur. Il n’était pas question pour elle de quitter l’institut. Il s’agissait de sa maison. Elle était attachée à cet endroit et tenait. Elle ne se voyait pas quitter le manoir pour aller vivre dans une petite maison dans la ville. Elle voulait enseigner à des jeunes qui n’étaient pas humains, qui se sentaient peut-être perdus, troublés, blessés, apeurés par le monde extérieur. Elle souhaitait les aider comme elle le pouvait. Pour commencer, si elle pouvait aider certains résidents à réussir leurs cours de langue, cela lui convenait parfaitement.


-« Si tu veux l’apprendre l‘espagnol, je n’ai aucun problème à te l’enseigner. Par contre, je suis loin d’être reposante comme prof. Tu as déjà des bases ? »


Une fois le repas terminé, les jeunes femmes quittèrent le restaurant. Elles rejoignirent la moto. Cependant, Erïka ne pouvait pas conduire avec son sac d’achat. Elle le tendit à Cassandra, lui demandant avec une politesse qui ne lui ressemblait pas de le conserver le temps de leur balade.

Une fois de retour à l’institut, après une balade sans encombre, l’adolescente gara le véhicule dans le garage. Avant de le quitter, elle alla ranger les casques dans la petite pièce adjacente, comme ça son habitude. Elle attrapa son sac et les deux femmes se dirigèrent vers leur chambre. Cassandra lui demanda si elle aimerait bien se reposer à l’extérieur, à l’ombre, plutôt que de rester dans la chambre. C’était une bonne idée.


-« Pourquoi pas ? On a qu’à déposer nos affaires puis à y aller. On pourrait se promener dans le boisé, c’est calme, habituellement. »

Tout d’abord, elles allaient déposer leurs sacs. Erïka entra dans la chambre et laissa toutes ses affaires sur son lit. Elle n’avait besoin de rien, pas même de son téléphone. Elle attrapa seulement une cigarette et son briquet. Elle avait encore du mal à cesser de fumer. Elle ne faisait que réduire sa consommation progressivement… depuis six mois.

-« Faut vraiment que je me débarrasse de cette habitude. » Fit-elle en soupirant. « Tu viens ? »

Une fois à l’extérieur, elle alluma sa cigarette. Elle montra le boisé, situé un peu plus loin, à sa colocataire. C’était calme et à l’ombre. Rien de tel pour digérer leur repas en paix. Les jeunes femmes marchèrent tranquillement près des arbres. Ici, le soleil ne leur tapait pas sur la tête.

-« Tu aimes bien l’institut jusqu’à présent ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Ven 23 Aoû 2013 - 0:03

Cassandra avait découvert, par le plus grand des hasards, le frère et la sœur de sa colocataire. Aussi blonds qu'elle, ils ne possédaient cependant pas le même caractère. Alexïs avait l'air doux, et les deux sœurs se chamaillaient, preuve qu'elles n'avaient pas toujours les mêmes avis. Néanmoins on ne pouvait nier qu'ils se ressemblaient énormément, au niveau physique. Erïka était en fait une sorte de modèle réduit d'Eleonnora. Pas étonnant alors que cette dernière veuille pouponner sa petite sœur au point de la faire la ressembler à elle. Mais Erïka ne se laissait visiblement pas faire, alors l'aînée se rabattait sur son petit frère, le traitant donc comme une poupée.

    « Ou alors il faut savoir être endurant. Cela se voit, ton frère a un air très calme que vous ne partagez pas vraiment avec lui, toutes les deux. Et pas de quoi, ce n'était pas vraiment prévu. »


La discussion s'orienta ensuite sur Cassandra et plus particulièrement sur son travail. La jeune femme avait l'habitude de donner des informations sans toutefois approfondir ce qu'elle voulait dire ou préciser certaines choses. Il n'était donc au final pas très étonnant de voir la surprise d'Erïka quand Cassie lui annonça qu'elle était serveuse et danseuse dans un bar. La blonde s'était tout de suite figurée sa colocataire faisant du pole dancing devant de vieux pervers et allant même jusqu'à faire du strip-tease. Mais l'illusionniste la détrompa très vite. Elle n'était pas à ce point dénuée de dignité et d'amour-propre pour aller se dévêtir devant les yeux d'inconnus aux mains excessivement baladeuses.

    « Je le conçois. J'aurais du me montrer plus explicite. Quoiqu'il en soit ce n'est pas le cas, je préfère encore changer totalement de métier plutôt que de faire ça. Et pourquoi ce travail, hm... hé bien, j'ai commencé à bosser à 16 ans, pour partir le plus vite possible de ma ville. J'ai commencé avec un boulot de serveuse et ma foi, je n'ai jamais changé. Je n'ai pas de diplôme plus élevé que le bac pour faire un truc, disons ''supérieur''. »


Tandis qu'elles se régalaient de sushis, Cassandra demanda ce qu'Erïka voulait faire dans le futur. Elle ne voulait pas quitter l'institut, le considérant comme sa propre maison, et souhaitait même décrocher un poste d'enseignant afin de distribuer aux élèves tout son savoir à propos des langues. Il est vrai qu'elle en parlait bien 6 au moins. Cette information fit germer une idée dans la tête de la danseuse, qui la soumit aussitôt à sa colocataire. Elle ne savait pas si cette dernière serait d'accord pour lui enseigner l'espagnol, mais pour sa plus grande joie, Erïka répondit qu'elle acceptait.

    « Ça, je n'en doute pas. Et puis c'est tant mieux, c'est un trait de caractère qu'il vaut mieux avoir quand on veut être prof. Et non, je n'ai aucune base. Pour tout te dire je ne parle que l'anglais, toutes les autres langues me sont inconnues. »


Cassandra n'aimait pas manquer à ce point de savoirs. C'était le moment d'y remédier. Ayant quitter le restaurant, il était l'heure de retourner à l'institut. La danseuse accepta avec le sourire de tenir le sac de sa colocataire, agréablement surprise d'entendre un « s'il te plaît » tout droit sorti de sa bouche. Le retour à l'école ne prit pas énormément de temps, et Cassie proposa à Erïka de rester encore un peu dehors pour discuter et profiter de la douceur de l'atmosphère. Elles n'avaient plus qu'à monter déposer leurs affaires et se rendre dans le boisé. Si Cassandra laissa tout ce qu'elle avait sur sa commode, Erïka emporta quant à elle de quoi fumer.

    « Ça demande du temps, mais si tu as diminué ta consommation ça devrait être de plus en plus facile. »


Elle suivit ensuite la petite blonde vers le boisé qu'elle avait montré du doigt. Il avait l'air d'y faire bon. Obéissant à une envie, Cassandra retira ses chaussures et se promena nu-pieds dans l'herbe, faisant tout de même attention où elle marchait. Elle aimait bien sentir l'herbe qui la chatouillait. Ses escarpins en main, elle répondit à sa colocataire.

    « Oui, j'aime beaucoup. Tout le monde est accueillant. »


Cassie laissa sa phrase en suspens, avant de la continuer. Autant qu'elle dise ce qu'elle pense jusqu'au bout, pas vrai ?

    « En fait, je suis soulagée. En entrant ici, je m'attendais à être rejetée, comme avant. Il m'a fallu un peu de temps pour voir que ce n'était pas le cas, au contraire. Alors du coup... je suis contente d'être venue ici. »


La jeune femme repéra un gros chêne un peu plus loin, au pied duquel toutes les deux pouvaient s'asseoir l'une à côté de l'autre. L'endroit était idéal pour papoter et apprendre à faire connaissance.

    « Comment est-ce que tu as découvert l'institut ? Est-ce que tu connaissais déjà l'existence des mutants à cette époque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Jeu 29 Aoû 2013 - 23:57

Aussi loin qu’elle se souvienne, Erïka avait toujours vécu à New-York. Bien sûr, elle savait que les deux premières années de sa vie elle les avait passé en Russie. Cependant, elle était bien trop jeune à l’époque. Elle n’avait plus aucun souvenir de cela. Cette ville dans laquelle elle résidait, elle ne considérait pas qu’elle était sienne, pas plus qu’une autre. Sa seule maison, ce seul endroit auquel son cœur appartenait était l’institut Xavier. La vie dans la grande ville n’était pas faite pour elle. Elle préférait être en retrait, loin des gens. La tranquillité, la présence rassurante de la grande forêt protectrice était bien plus agréable. Elle ne se voyait pas vivre ailleurs que dans le manoir d’ailleurs. À une époque, elle avait souhaité retourner en Russie et y vivre. Par contre, il y avait trop de choses qui la retenaient sur ce continent, à présent. Hors de question de quitter le pays. Sa famille était ici, tout comme les gens à qui elle tenait.

Cassandra avait également quitté sa ville natale pour New-York. Cependant, elles n’avaient probablement pas les mêmes raisons d’être ici. Serveuse, la jeune femme avait poursuivi ce métier dans la grande ville. Après tout, elle avait de l’expérience en la matière. C’était ce qu’elle expliquait à sa colocataire.


-« Tu viens d’où ? »

Ce n’était pas tout le monde qui souhaitait parler de ce genre de chose. Parfois, un changement de ville était une raison de commencer un nouveau chapitre de la vie. Pour Erïka, aménager à l’institut avait marqué le début d’une nouvelle histoire. Elle pouvait oublier le passé. La jeune femme ne comptait plus quitter cet endroit sécuritaire. Elle souhaitait devenir professeur et enseigner dans ce grand manoir. Elle voulait aider des élèves, tenter de les soutenir dans les pires moments de leur vie. Elle souhaitait également leur apprendre, leur enseigner. Il n’y avait rien de mieux que le partage de connaissance. Pour l’instant, elle s’en sortait bien en aidant certains élèves qui avaient du mal avec leurs cours de langue. Maintenant, Cassandra lui demandait quelques leçons d’espagnol. Elle n’avait aucune base dans cette langue, ni dans aucune autre que l’anglais. Il allait falloir débuter par la base.

-« Dommage. Il va falloir commencer par la base de tout. Quand j’ai appris l’espagnol, je savais déjà écrire et communiquer en français. Comme il y a des ressemblances entre les deux langues, ça a facilité mon apprentissage. Ce n’est pas très grave, je n’aurais aucun mal à t’apprendre. Par contre, si tu as un accent de merde, ce n’est pas mon problème. »

Après ce repas au restaurant, les jeunes femmes regagnèrent leur chambre à l’institut. C’était toujours un bonheur de rentrer chez soi. Erïka se sentait toujours mieux entre les murs sécurisants du manoir. Afin de ne pas terminer tout de suite cette soirée en vacant leurs occupations chacune dans leur coin, Cassandra proposa de sortir un peu à l’extérieur. L’adolescente accepta. Elle attrapa une cigarette ainsi que son briquet puis suivit sa colocataire dans le jardin. Elle devait vraiment arrêter cette mauvaise habitude.

-« J’ai peut-être réduit ma consommation, mais il en suffit de peu pour que je reprenne le rythme d’avant. Même quand j’arrive à arrêter pendant un moment, je fini toujours par en fumer une. Ça me détend. »

Elles marchèrent vers le boisé à la recherche d’un coin tranquille pour s’installer et se reposer. Erïka en profita pour demander à la jeune femme si elle aimait l’institut. Elle était arrivée depuis peu et ne semblait pas se plaindre de la vie au manoir. En effet, elle aimait bien l’endroit. Cependant, elle avait craint de subir le rejet et les moqueries des autres résidents, comme cela lui était arrivé par le passé. L’adolescente supposa que Cassandra avait subi cela à l’école, comme l’une de ses amies.

-« Les choses sont différentes ici, c’est ce qui est bien. Tu n’es pas la seule à être passée par là, à avoir eu des craintes avant ton arrivée. Sunny m’a raconté brièvement comment était sa vie avant d’arriver ici. Elle était rejetée et intimidée par les autres, à l’école. C’était rendu grave au point qu’elle tombait peu à peu en dépression. Tout ça parce qu’elle était différente. Heureusement pour elle, son arrivée à l’institut à tout changé pour le mieux. Ici, on se comprend tous. Même s’il y a des tensions entre certains d’entre nous, on finit toujours par s’entraider lorsque quelqu’un s’en prend à l’un des notre. »

L’adolescente savait de quoi elle parlait. En arrivant ici, elle était plutôt solitaire et agressive. Lorsqu’on venait l’enquiquiner ne serait-ce qu’un peu, elle réagissait au quart de tour. Maintenant, les choses avaient évoluées. Elle était plus douce, plus patience. Elle ne réagissait plus aussi violement qu’avant. Elle apprenait à socialiser et se faire des amis, bien que cela prennait du temps. Il y avait même un élève qui passait son temps à l’embêter, qui ne l’aimait pas trop, - et cela était réciproque – qui avait fini par lui donner un coup de main, un jour, alors qu’elle avait eu des ennuis avec un mec lors d’une sortie de classe. Il n’avait pas hésité à dégager le gêneur. Ils avaient discuté. Ils avaient fini par faire leur travail de classe ensemble, bien que cela n’avait pas été leur propre décision. Maintenant, ils s’embêtaient Lorsqu’il était temps de défendre les leurs, les membres de l’institut étaient prêts à se battre. Ils étaient une grande famille où chaque personne était acceptée pour ce qu’elle était.

Les jeunes femmes s’installèrent sous un gros chêne. Erïka posa son dos contre l’arbre, les jambes croisées et entendues devant elle. Elle prenait soin de souffler sa fumée dans la direction opposée à Cassandra. Ce sera toujours moins accommodant pour elle comme cela.
Elle lui demanda comment elle avait découvert l’institut et les mutants.


-« Je ne savais rien de tout ça avant de rencontrer le professeur Xavier. J’avais toujours des migraines, je pensais mes journées à avaler des aspirines en espérant que ça passe. Parfois, ça me clouait au lit pour la journée. Mon don déconnait beaucoup à l’époque, surtout lorsque je sortais en ville, là où il y avait beaucoup de monde. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Il m’a tout expliqué. Il m’a offert de résider à l’institut et j’ai fini par accepter. Ça a changé ma vie. Au début je ne parlais à personne. Je devenais folle au moindre petit mensonge. Grâce au professeur j’ai appris à maitriser mon don, d’une certaine façon. Les migraines ont diminuées à force que je l’exerce. J’ai commencé à rencontrer des résidents. J’ai connu Bobby. Avec le temps et les années j’ai beaucoup changé. J’ai développé ma seconde mutation. Un véritable enfer lorsqu’elle se déclenche aléatoirement. On peut dire que c’est pas mal ça. »

Elle avait changé, elle pouvait le constater. Elle n’était plus la même qu’avant. La jeune femme aimait ce qu’elle était devenue. Elle ne voulait pas revenir dans le passé. Elle avait passé beaucoup de temps à broyer du noir. Maintenant, elle souriait à la vie et à son futur. Elle avait des amis sur qui compter, sa propre famille pour l’épauler et un petit ami formidable à qui elle tenait plus que tout. Sa vie était fantastique. Pour l’instant.

-« Comment tu as découvert ton pouvoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Sam 31 Aoû 2013 - 0:53

Cassandra était une fille de nulle part. Elle ignorait où elle était née, quel était son véritable nom de famille, qui étaient ses parents. Elle avait grandi dans un orphelinat, et aucun très bon souvenir n'y était vraiment rattaché – en tout cas, pas aux élèves qui l'avaient fréquentés, si ce n'était quelques enfants qui n'avaient pas fait de mal à Cassandra. Mais ceux-là avaient rapidement trouvé une famille d'accueil. Cassandra, bien qu'elle ait été placée à plusieurs reprises, avait toujours été renvoyée à l'orphelinat, car les couples qui l'accueillait finissaient toujours par la trouver étrange.C'était l'excuse habituelle bien sûr. Jamais aucun d'eux n'avait avoué avoir eu des visions bizarres dès que la petite fille était arrivée sous leur toit. Cassie en fait ne s'était trouvée bien nulle part. Ni en famille d'adoption, ni à l'orphelinat. C'est uniquement quand elle avait quitté la Virginie pour s'installer à New York qu'elle avait vraiment commencé à vivre.

À présent, sa colocataire lui posait la question. Comment répondrait-elle ? Cassandra n'avait pas très envie de détailler cette partie de son passé. Du moins, pas maintenant, alors qu'elle ne connaissait pas encore bien Erïka et que l'atmosphère entre elles n'étaient pas des plus détendues. Un autre jour peut-être.

    « De Virginie. Un peu plus au sud de Richmond. »


Cela suffirait pour le moment. De toute manière, elle ne voulait pas plus en parler, c'était une chose qui appartenait au passé et qui n'avait plus aucun sens pour elle. Elle se focalisait maintenant sur le présent... ou presque. Elle n'avait pas abandonné ses recherches sur ses parents biologiques. Son espoir de les trouver un jour s'amenuisait au fil du temps, mais elle ne flanchait pas facilement. Elle n'avait pas encore pu parler avec le professeur Xavier et elle ne saurait trop tarder. Quoiqu'il en soit, elle avait aussi sa vie à mener, entre son boulot et ses études, et ses nouvelles connaissances, ses nouvelles camaraderies. Pour une fois, Cassie goûtait véritablement à la vie.

Le talent d'Erïka en langue lui rappela soudainement quelque chose, et elle demanda à sa colocataire si elle ne pouvait pas lui enseigner l'espagnol. La blonde accepta, Cassie précisant qu'elle n'avait absolument aucune base en aucune autre langue étrangère. Elle parlait uniquement l'anglais, ce qui n'allait pas faciliter les choses. Elle partait tout simplement de zéro, mais elle comptait bien faire les efforts nécessaires pour parvenir à son but.

    « Je ne m'en fais pas pour l'accent. Quand il faut faire des efforts, je ne suis pas avare. En tout cas, merci Erïka. »


Elles rentrèrent ensuite à l'institut, tandis que la nuit tombait. Mais l'air était encore doux et Cassandra proposa à sa colocataire d'aller faire un tour dans le boisé, après qu'elles aient déposé leurs affaires dans leur chambre commune. Erïka ne put résister à emporter une cigarette et son briquet avec elle. Elle avouait avoir du mal à arrêter, bien que sa consommation ait diminué. C'était un bon pas déjà.

    « Au moins, tu ne fumes pas comme un pompier. »


Arrivées au boisé, Cassandra ôta ses chaussures pour pouvoir marcher pieds nus sur l'herbe, qui lui chatouillait la plante des pieds. C'était une sensation agréable. Le parfum du bois et de l'herbe était apaisant, bref, le cadre était parfait pour discuter encore un peu avec la petite blonde. Cette dernière en profita pour lui demander ce qu'elle pensait de l'institut. D'abord évasive, l'illusionniste se fit plus sincère en évoquant son soulagement de n'avoir pas été rejetée, au contraire. Elle avait été bien accueillie – sauf exception * tousse * – et elle avait pu se faire une place dans cette école où il n'y avait que des mutants. Résultat ? Cassandra souriait plus souvent et était beaucoup plus sociable qu'avant. Elle pouvait enfin croire en des gens qui lui ressemblaient.

Les deux étudiantes s'installèrent au pied d'un gros chêne, et c'est là que Cassandra demanda à sa colocataire comment elle avait découvert l'institut. S'ensuivit alors de la part de la petite blonde toute une explication sur la découverte de ses pouvoirs, qui s'étaient manifestés par des migraines. Mais l'histoire avait évolué dans le bon sens. Elle aussi Erïka, avait trouvé sa place. Il lui avait fallu du temps, mais maintenant, elle considérait l'institut comme sa maison.

À son tour la blonde demanda à la danseuse comment elle avait découvert son don d'illusion. Cassie restait un petit moment silencieuse, cherchant ses mots. Il allait donc lui falloir révéler où elle avait passé ses premières années de vie, finalement...

    « Je t'ai dit que je venais de Virginie. La vérité, c'est que j'ai grandi dans un orphelinat, depuis tout bébé. Il n'y avait, je pense, que des enfants humains. Ces derniers... ne m'aimaient pas tellement. Je ne sais pas trop pourquoi, peut-être qu'ils sentaient que j'étais différente, pourtant je ne causais pas spécialement de problème. Ils s'en prenaient souvent à moi, volant mes affaires, m'insultant... j'essayais de faire comme s'ils n'existaient pas. Un jour, ça a été de trop. Je suis allée m'enfermer dans ma chambre... et j'ai souhaité très fort de partir. Partir ailleurs, là où ils ne pourraient pas m'atteindre, là où ils ne pourraient pas me faire de mal. Quand j'ai relevé les yeux, le décor de ma chambre avait changé. C'était l'exacte réplique d'une pièce que j'avais imaginé en lisant un roman. À partir de ce moment, mon don a été mon pouvoir de défense. Je terrifiais les enfants qui s'en prenaient à moi, et ils ne venaient plus me tourmenter. Je dévorais des livres pour cultiver mon imagination, et je m'entraînais pour rendre mes chimères les plus réelles possibles. Je faisais des tests sur des enfants pour connaître les limites de mon pouvoir... bref, je ne tournais plus qu'autour de ça. »


Cassandra s'était adossée au chêne en racontant cette histoire à sa colocataire. Se remémorer cette victoire lui faisait un peu de bien, mais par-dessus tout, elle se souvenait la raison pour laquelle elle aimait tant ses chimères. Elles étaient son refuge dans les temps difficiles, son sanctuaire, son échappatoire. Avec un mince sourire, elle se tourna vers Erïka. Le soleil s'était à présent complètement couché, il était temps d'aller dormir, bientôt.

    « On rentre ? Il commence à faire froid maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Ven 6 Sep 2013 - 3:16

Erïka ne parlait pas beaucoup d’elle, de son passé. Il était très difficile de lui faire avouer certains éléments de son enfance. Habituellement, lorsqu’un tel sujet était évoquer, elle se braquait et refusait de répondre à quoi que ce soit. Sa vie débutait au moment où elle entra à l’institut. Cela avait représenté un nouveau départ, une nouvelle vie pour elle. Maintenant, elle ne se voyait plus quitter New York. Il était impossible pour elle de concevoir une autre vie que celle qu’elle avait actuellement.

Elle ne connaissait pas Cassandra depuis longtemps. Elle ne pouvait lui faire confiance si facilement. Par contre, elle pouvait toujours répondre à sa question. Elle voulait le faire. Il n’y avait aucun secret concernant la découverte de son pouvoir, ou presque. Elle ne révélera jamais dans quelles circonstances il avait commencé à se manifester, mais elle pouvait raconter le calvaire qu’elle avait subi à cause de ce don, avant l’arrivée du professeur Xavier dans sa vie.

C’est ce qu’elle fit. Elle lui raconta son histoire. Il n’y avait rien de bien extraordinaire à raconter. Elle avait souvent eut des migraines. Elle avait du mal à parler aux autres, à s’intégrer. Elle ne précisa jamais que ce n’était pas spécialement à cause de son don. Au contraire, celui-ci lui permettait de savoir à qui faire confiance, de découvrir qui était honnête envers elle. La jeune femme termina son court récit et demanda à Cassandra de raconter le sien.

Originaire de Virginie, Cassandra n’avait jamais connu ses parents. Elle venait d’un orphelinat qui lui avait laissé de mauvais souvenirs. C’était le genre de vie qu’on ne souhaitait jamais à un enfant. Être balloté de familles en familles, se retrouver avec tout un tas de gamins qui n’avaient jamais demandé à être abandonnés. Elle n’avait pas eu la meilleure des enfances, mais peut-être qu’il aurait pu lui arriver pire si elle avait vécu avec ses parents. Après tout, on ne peut jamais choisir ceux qui nous élèvent. Certaines personnes comme Erïka et son frère n’avaient pas eu de chance et c’étaient retrouvé avec une mère droguée qui ne pensait qu’à elle-même. Même Eleonnora qui était d’un grand narcissisme ne pensait pas tant à elle en comparaison.

Le don de Cassandra pouvait être considéré comme une bénédiction. Grâce à celui-ci, elle avait réussis à s’évader dans un autre univers. Ainsi, elle avait pu se protéger des autres. Elle avait trouvé la façon de se sentir bien, de s’éloigner des autres et d’oublier les tourments qui lui faisaient vivre. Elle avait réussis à faire disparaitre ceux qui l’intimidaient de sa vie. Elle n’avait eu qu’à se servir de son pouvoir afin de les effrayer. Depuis, elle avait fait en sorte de s’entrainer à améliorer ses illusions, à faire en sorte que son don soit plus puissant.

Erïka comprenait maintenant pourquoi sa colocataire parlait de reprendre ses bonnes vieilles habitudes, ce matin. Elle n’avait pas de craintes à avoir avec elle. L’adolescente n’était pas du genre à voler les affaires des autres. De toute façon, elle avait largement les moyens de s’acheter ses propres affaires. Par contre, pour les insultes, elle ne pouvait rien garantir.

La jeune femme venait de comprendre beaucoup de choses sur sa colocataire. Le passé pouvait en révéler bien plus que ce que l’on pouvait raconter à son sujet. Était-ce à cause de son passage à l’orphelinat que Cassandra avait tant attendu avant de rejoindre l’institut ? Était-ce par peur de se faire de nouveau embêtée qu’elle était si frigide ? Erïka ne pouvait que la comprendre à ce sujet.


-« Je comprends pourquoi tu as cette attitude-là, maintenant. C’est le genre de chose que personne ne veut vivre et pourtant… Au moins tu t’en es bien sortie. Tu as passé à travers ça et tu n’auras plus à le revivre. Pas ici, en tout cas. Personne ne mérite d’être ainsi intimidé. Tu as bien fait de les effrayer. Ils le méritaient.»

Erïka souffla une fumée toxique à l’opposé de sa colocataire. Sa cigarette était pratiquement terminée. Longtemps, l’adolescente avait regretté d’avoir connu sa mère. Encire aujourd’hui, c’était le cas. Elle aurait préféré la voir morte et n’être élevée que par ses grands-parents. Son père, elle ne s’en souciait pas trop. Il avait été absent pendant les dix-huit premières années de sa vie. Elle pouvait encore s’en passer. Elle pouvait se passer de son argent également. Le fait qu’il habite en Russie lui faisait parfois oublier qu’elle possédait véritablement un père. Il n’était pas souvent là, bien qu’il tentait de passer du temps avec elle et son frère dès qu’il était au pays.

-« Tu n’as peut-être pas eu de parents, mais dis-toi que c’est sûrement une bonne chose. Vaut mieux être orpheline que d’avoir des parents qui craignent à mort. »

Cassandra proposa de rentrer. Il commençait à faire froid. Erïka, elle, savourait les petites brises glaciales qui effleuraient sa peau et emportait la fumée émanant de sa cigarette. Elle aurait pu rester plus longtemps à l’extérieur. Le soir, tout était plus calme. Les résidents étaient rentrés à l’intérieur et elle pouvait profiter de la beauté de la nature. Elle avait toujours aimé marcher en forêt, même la nuit. Cela ne lui faisait pas peur. Elle y voyait un refuse rassurant. Elle était en territoire connu.

-« Tu trouves qu’il fait froid ? On est bien, c’est tranquille et il ne fait pas trop chaud, mais bon… Rentrons. »

L’adolescente se leva et suivit sa colocataire jusqu’à l’intérieur. Avant d’entrer, elle jeta son mégot dans l’endroit prévu à cet effet. Elle regagna sa chambre. Une fois dans la pièce, elle se jeta sur son lit. Par la suite, elle posa ses sacs sur le sol. Elle n’était jamais mieux que dans son lit.

-« Tu travailles ce soir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Jeu 12 Sep 2013 - 15:10


On a tous une histoire, plus ou moins belle à raconter, si toutefois on acceptait de la révéler. On pouvait même choisir le début. C'est ce que fit Erïka, qui raconta la sienne à partir de la découverte de son don, de l'intervention du professeur Xavier et de son intégration à l'institut. C'est comme cela qu'elle le présenta à Cassandra, du moins. Elle ne parla pas de l' "avant", sans doute qu'elle ne le souhaitait pas. Cassie n'insista pas, c'était son choix.

Mais elle, pour comprendre toute son histoire, avait besoin de la raconter en partant de bien plus tôt, même s'il lui manquait le tout début, qui était commun à tous les autres gens. Ayant grandie orpheline, sans parents, Cassie raconta ses jeunes années, l'avant et l'après découverte de son pouvoir d'illusions. C'était nécessaire pour comprendre bien des choses. Elles s'étaient bien décidées à se connaître davantage, non ? Alors la brune faisait des efforts.

Erïka dit alors qu'elle comprenait mieux son attitude. Pourquoi elle était tellement en retrait, froide, neutre, pourquoi elle avait hésité à entrer à l'institut, pourquoi elle avait décrété qu'elle planquerait ses affaires. Mais la blonde voyait les choses d'une autre manière également. Si elle considérai que Cassie n'avait pas eu une enfance heureuse, elle trouva qu'elle s'en était plutôt bien sortie en effrayant ses anciens camarades. Ils n'avaient eu que ce qu'ils méritaient.


    "Je sais pas. On n'est jamais à l'abri de revivre le même problème, surtout avec les humains. Avec tout ça, tout ce que j'ai retenu d'eux, c'est leur méchanceté et leur égoïsme. Mais oui je m'en suis sortie quand même; gare à ceux qui me chercheraient encore des noises. Au moins, ce genre de situation, ça forge le caractère."


Peut-être qu'Erïka avait connu ça aussi, dans d'autres conditions cependant. Elle avait vraiment un sale caractère après tout, et elle n'avait pas la langue émoussée ni dans sa poche. Ainsi, elle dit même que Cassandra avait eu une certaine "chance" de ne pas connaître ses parents. Qui donc avaient-ils été ? Peut-être auraient-ils été nuls en tant que géniteurs. Mais Cassandra n'était pas d'accord avec cela, même s'il y avait sans doute du vrai dans les propos de sa colocataire. Même si elle ne savait pas comment auraient été ses parents, il lui manquait la connaissance de ses origines, ce qui pour elle n'était pas rien.


    "Je ne suis pas d'accord. J'aurais préféré avoir des parents craignos ou pas, plutôt que de ne pas connaître mon nom ni savoir d'où je viens. J'ai l'impression qu'il me manque un truc essentiel..."


Cassandra s'arrêta là. Inutile d'en rajouter, sa colocataire devait avoir compris le fond de sa pensée. Se redressant, la brune frissonna un peu. Avec le soleil couchant, l'air s'était nettement refroidi, aussi proposa-t-elle à la blonde de rentrer. Celle-ci n'était pas forcément pour, car elle se sentait bien dans la fraîcheur de la soirée. Cassandra lui fit un léger sourire.


    "C'est sûr, avec Iceberg, tu dois apprécier le froid."


Elles rentrèrent tout de même après qu'Erïka ait jeté son mégot, et elles remontèrent à l'étage de leur chambre commune. Une fois à l'intérieur, Erïka se jeta sur son lit, et Cassie répondit négativement à sa question, en secouant la tête, pendant qu'elle rangeait ses achats dans son armoire.


    "Non, par contre je suis de service toute la journée demain."


En rangeant ses affaires, elle tomba sur quelques-uns des DVD qu'elle avait amené de chez elle. Pourquoi ne pas finir cette soirée sur une petite séance de cinéma ? À ce qu'elle avait compris on pouvait regarder des DVD dans le salon commun, il fallait juste espérer que la place ne soit pas déjà prise. Sortant le coffret, Cassie le montra à Erïka.


    "Je ne sais pas si tu l'as déjà vu... mais ça te dirait une soirée ciné ? Si tu as d'autres films et que tu ne veux pas voir celui-là, je suis preneuse quand même. On pourrait s'installer en bas s'il n'y a personne."


Peut-être que si elle refusait, elle montrerait à la brune un de ses films peu connus qu'elle collectionnait. Cassandra n'était pas contre. La relation de bonne camaraderie commençait à s'installer, maintenant il fallait l'entretenir. Au moins, elles termineraient la soirée sur une note sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   Lun 23 Sep 2013 - 4:43

Erïka était fière de ses origines russe. Cependant, elle ne pouvait pas dire qu’elle était tout aussi fière de ses géniteurs. Sa mère… ce n’était même pas la peine d’en parler. Son père, quant à lui, même s’il faisait des efforts pour entrer dans sa vie, n’était pas tout à fait un modèle. Il avait beau passé pour un homme riche, respectable et irréprochable, elle n’y croyait pas trop. Il tentait de lui faire connaitre ce monde dans lequel il vivait et il avait élevé sa première fille, mais Erïka n’y était pas à l’aise. Ce monde n’était pas pour elle. Elle se fichait de l’argent que lui donnait son père. Ce qu’elle souhaitait, c’était une véritable présence paternelle. Visiblement, cela n’était pas tout à fait possible. Autant ne pas avoir de parent, cela valait mieux.

Cassandra n’était pas d’accord avec elle. Orpheline, elle n’avait jamais eu l’occasion de connaitre ses parents. Elle voyait donc les choses d’un autre œil. Elle aimerait connaitre ses origines, savoir d’où elle vient. Est-ce que cela sera possible, un jour ? Erïka se disait qu’elle avait probablement essayé de les retrouver. Elle ne posa pas de question sur le sujet, par contre. Elle n’avait pas envie de s’embarquer dans une discussion sur la famille. Elles avaient toutes deux une opinion différente et les choses ne changeront probablement jamais à ce sujet.

L’air était frais et Cassandra souhaitait rentrer à l’intérieur. Erïka ne comprenait pas. Elle se sentait parfaitement bien. La nature était son truc. Elle adorait passer du temps à l’extérieur, en particulier l’hiver. Lorsqu’elle était gamine, elle passait son temps à jouer dans la neige avec son frère jumeau. Par contre, elle préférait rester à l’air climatisé lors des grandes chaleurs de la période estivale. Elle avait l’impression de fondre comme de la neige lorsqu’elle se retrouvait sous les chauds rayons du soleil. Autant dire que son adoration pour la période hivernale collait parfaitement avec le pouvoir de son petit ami. Sa colocataire lui fit d’ailleurs remarquée qu’il n’était pas étonnant qu’elle adore les températures plus fraiches.

-« Si j’avais détesté le froid, je crois que notre relation n’aurait jamais tenu le coup. J’adore passer du temps à l’extérieur. Depuis que je suis gamine, je passe mes journées d’hiver à jouer dans la neige. Pas étonnant que j’adore être avec lui, même s’il est aussi froid qu’un pingouin. »

Une fois à l’intérieur, elles regagnèrent leur chambre. Erïka se jeta sur son lit, bien heureuse de le retrouver. Après une journée comme celle-ci, il n’y avait rien de mieux qu’un peu de repos. Cependant, elle ne sentait pas la fatigue. Elle pouvait rester éveillée encore longtemps. Si l’insomnie était de la partie, elle pouvait passer la nuit debout. Cassandra ne travaillait pas ce soir et allait probablement se coucher à une heure décente afin d’être en pleine forme pour son quart de travail du lendemain. Ses horaires variaient beaucoup. Ne pouvait-elle pas obtenir quelque chose de bien plus stable ? Cela ne devait pas être toujours simple, surtout pour prévoir des sorties et ce genre de chose. Heureusement, Erïka n’avait pas à s’encombrer de ce genre de chose. Elle ne voulait pas dépendre de l’argent de son père, mais elle devait bien avouer que cela l’arrangeait de ne pas avoir à travailler. Elle serait incapable de supporter des clients toute la journée. Elle préférait se concentrer sur sa future carrière de professeur. Il lui fallait encore acquérir de nombreuses compétences avant de pouvoir être en mesure d’obtenir un boulot. Elle ne voulait pas enseigner n’importe où. Elle souhaitait être institutrice à l’institut, nulle part ailleurs. Elle comptait bien y arriver un jour. Elle avait tellement changé depuis son arrivée au manoir. Elle était certaine d’arriver à atteindre son rêve. Le fait que le professeur Xavier l’encourage à poursuivre dans cette voie et à faire des efforts ne faisait que renforcer sa motivation. Aider des élèves en difficulté lui prouvait également qu’elle aimait cela et qu’elle souhaitait continuer ainsi.

La voix de Cassandra la tira soudainement de ses pensées. Elle lui proposait une soirée cinéma. L’adolescente se redressa et observa les films qu’elle possédait. Elle en pointa un du doigt. Celui-là lui semblait bien sympa de par sa pochette. Le titre lui disait vaguement quelque chose, elle avait probablement dû en entendre parler quelque part. Ce film sera parfait. Tant que cela ne parlait pas de secte, elle était toujours partante.

-« Ce film-là à l’air sympa. Je suis partante ! Tu mets le film et je vais préparer du popcorn.»

Cette journée n’avait peut-être pas commencé du bon pied, mais elle se terminait en beauté. Peu à peu, les deux jeunes femmes commençaient à s’apprivoiser, se comprendre, s’accepter. Il allait leur en falloir du temps avant de devenir des amies. Entre temps, tout était possible. Cependant, si elles faisaient en sorte d’entretenir leur lien actuel, nul doute qu’elles finiront par devenir de très bonnes amies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est temps de faire connaissance [PV Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» il est temps de faire croire en la magie [terminer]
» Il est temps de faire parler de soi.
» Sortie de filles [Cassandra Farrell]
» Il faut choisir dans la vie entre gagner de l'argent et le dépenser : on n'a pas le temps de faire les deux.
» Première missions sans Sensei, il est temps de faire nos preuves.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Dortoirs-