X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Ven 6 Déc 2013 - 21:03

-« Oh putain… C’est une maison ou un hôtel de luxe ce truc ? »

Le soleil brillait avec force dans le ciel dégagé lorsque la voiture d’Eleonnora se gara devant la maison qu’elle avait récemment acquise, à Miami. Elle y avait invité sa sœur ainsi que la colocataire de cette dernière à passer deux semaines sous le chaud soleil d’une ville sans hiver. Le temps s’était rafraichit à New-York, la jeune femme avait même cru voir quelques flocons tomber du ciel. L’hiver, la neige approchaient et si elle pouvait s’en éloigner pendant un moment, elle n’allait pas s’en priver.

Erïka avait tout à faire raison sur un point : la nouvelle maison de l’ainée des Davidoff ressemblait plutôt à un véritable palace qu’à une simple maison où elle comptait y passer ses vacances, quelques semaines par années. Eleonnora adorait le luxe et, surtout, les grands endroits. Elle ne supportait pas se sentir coincée dans des pièces trop petites. Rien de mieux que de grandes espaces ouverts et accueillants pour faire disparaitre sa claustrophobie.

Ravie de pouvoir se dégourdir les jambes, la jeune femme quitta son véhicule. Elle avait hâte de montrer sa demeure aux filles. Les vacances qu’elles allaient passer ici seront fantastique, c’était certain. Elle avait, d’ailleurs, pensé à tout un tas de choses qu’elles pourront faire au cours de ces deux semaines afin de ne pas s’ennuyer. Contournant sa voiture afin de se rendre au coffre, elle fit un petit détour pour passer près du côté passager et ainsi enlacer la femme de sa vie. Evelynn allait-elle aimer cette maison ? Trouvera-t-elle qu’elle était trop grande et luxueuse à son goût ? Sûrement. Eleonnora s’attendait à cela. Par contre, peu importe ce qu’elle dira, sa bonne humeur restera présente. La jeune femme était tellement heureuse à cet instant.


-« Alors, ma chérie, elle te plait notre maison ? »

Ce n’était pas « sa » maison, mais bien « leur » magnifique palace où elles allaient pouvoir se reposer, passer du temps ensemble loin de cette ville monotone et sombre qu’était New-York. Eleonnora considérait que ce qui était à elle appartenait également à sa compagne. Donc, par conséquent, la maison était sienne. Cela, Evelynn ne l’acceptera certainement pas. Elle était comme ça, elle avait besoin de peu pour être heureuse et ça c’était beaucoup trop gros.
Par contre, elle devrait se faire à l’idée qu’elle avait signé le document qui la déclarait officiellement la copropriétaire de cette maison. Elle ne s’en souvenait peut-être plus, mais Eleonnora, si. Elle avait surtout oublié de lui préciser que le document concernait la maison. Elle devrait arrêter de faire volontairement ce genre d’oubli pour obtenir ce qu’elle désirait. Un jour, peut-être.

Erïka quitta le siège arrière de l’automobile afin de sortir sa valise du coffre. Elle la posa au sol avant de laisser échapper un long soupire. Il faisait chaud, trop chaud. Elle ne supportera jamais cela pendant deux longues semaines. Si elle avait été très enthousiaste à l’idée de sortir de New-York et voyager un peu, elle regrettait à présent d’être dans un État si étouffant. Comment pouvait-on survivre par une telle température ? Heureusement, pendant toute la durée du voyage Erïka avait pu profiter de l’air climatisé dans le véhicule. Maintenant qu’elle l’avait quitté, elle se sentait écrasée par le soleil. C’était infernal. Elle avait déjà hâte de rentrer dans la maison.


-« Tu ne regrettes pas d’avoir dû supporter ma sœur pendant ces vingt dernières heures, j’espère ? » Demanda-t-elle à Cassandra. « Apparemment qu’elle a prévu tout un tas de trucs pour nous. J’espère que ça inclut l’air climatisé sinon je m’exile au Pôle Nord. »

Eleonnora vint aider les filles à prendre leurs valises puis referma le coffre dans la voiture. Sans dissimuler sa hâte et sa grande joie, elle marcha jusqu’à la porte principale, les talons de ses escarpins claquant contre la pierre qui formait un chemin menant au porche. Elle attrapa ses clés, puis déverrouilla la porte, savourant ce moment.

-« Prête pour deux semaines paradisiaques, les filles ? » Demanda-t-elle avant d’ouvrir la porte.

Elles purent découvrir le grand hall, décoré avec classe, qui rappelait ces demeures que l’on voyait habituellement dans les films. Erïka posa sa valise à l’intérieur, ragea intérieurement parce qu’il faisait terriblement chaud, encore plus qu’à l’extérieur. Cependant, Eleonnora avait prévu le coup. Elle fit quelques pas dans la maison et s’approcha d’une petite console qui contrôlait l’air climatisé. Bientôt, il fera frais, ce qui pourra contenter cette petite peste.


-« C’est… ça pue la richesse et la noblesse ici. » Fit Erïka qui ne cacha pas son émerveillement face à la grande salle de séjour se trouvant un peu plus loin, devant elle.

Elle pénétra dans la grande pièce, parsemée de baies vitrées. Elle avait une vue magnifique sur la cours arrière, tout simplement gigantesque, où il y avait même un grand palmier. Un palmier ! C’était la première fois qu’elle en voyait un vrai. Il surplombait la grande piscine. Elle souhaitait tant si jeter, même habillée si elle en avait envie !


-« Tu n’as pas encore vu le bateau que papa m’a acheté pour mon anniversaire ! Il est au port, on pourra y faire un tour tout à l’heure, si vous le souhaitez ! »

Eleonnora était tellement heureuse d’être ainsi en ce moment. Même si Erïka ronchonnait un peu à cause de la chaleur, elle aimait également l’endroit. Il fallait simplement espérer que ce soit le cas pour les deux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Lun 9 Déc 2013 - 19:30

-« Oh putain… C’est une maison ou un hôtel de luxe ce truc ? »

-Un… un peu des deux j’imagine…

Autant Evelynn aimait la chaleur et le soleil, autant cette maison était tout le contraire de sa propre personnalité. Bien qu’elle avait vu quelques photos des lieux, elle ne pouvait pas s’attendre à ce que cet… cet hôtel soit aussi immense et aussi ravissant. Même si l’artiste se sentait souvent mal à l’aise devant tant de luxure, elle ne pouvait nier que ce qu’elle voyait la laissant complètement sans voix.

Au moins purent-elles descendre rapidement de la voiture, alors qu’Eleonnora se stationnait doucement devant la maison de rêve de Miami. Evelynn descendit, appréciait la caresse du soleil sur sa peau. Elle qui avait toujours froid, elle était servie ! Peut-être même réussirait-elle à dormir sans sa compagne… pas qu’elle en ait envie évidemment, mais bon… Nora était capable de dormir en étoile parfois. Cependant, comme Evelynn avait besoin de la chaleur de sa douce… elle restait avec elle, essayant de s’emboiter avec l’étoile de mer russe du mieux possible pour ne pas tomber d’un côté ou l’autre du lit.

Dès qu’elle fut à l’extérieur, la jeune femme s’étira longuement, repliant au maximum ses genoux pour les soulager du voyage, puis ses bras. Penchant la tête de chaque côté, elle fit craquer son cou, puis se pencha, touchant le bout de ses orteils avec ses doigts. Elle resta ainsi quelques secondes avant de se redresser, le corps réveillé par ces étirements rapides. Un instant plus tard, Nora vint l’enlacer. Souriante, l’artiste se laissa faire, croisant ses doigts ensemble dans le dos de sa douce.


-« Alors, ma chérie, elle te plait notre maison ? »

-… J’en dis la même chose que pour les photos que tu m’as montrées : C’est trop grand. Tu n’as pas besoin d’avoir… d’avoir quelque chose d’aussi immense… mais je dois admettre que… c’est superbe. J’ai hâte de voir l’intérieur de ta maison de vacances.

Et non, l’artiste n’avait toujours pas cédé. Elle continuait de dire que la maison qu’elle s’était procurée lui appartenait. Dans sa tête, ce n’était pas « sa » maison à elle. Combien de temps lui avait-il fallu avant qu’elle n’accepte de dire « notre » loft pour leur résidence primaire ? Des mois, des années même, alors la pluie serait multicolore le jour où elle dirait « notre » maison de vacances.

Ouvrant la portière pour Cassandra, elle se dirigea elle aussi ensuite vers le coffre pour saisir sa propre valise. Elle n’avait pas amené grand-chose, et un sac-à-dos aurait suffi, mais Nora était passée par là, et son petit sac s’était transformé en valise pleine de vêtements à la mode, faits pour affronter ce genre de température sans mourir au bout de quelques pas. Luttant pour sortir sa valise du coffre, elle se tourna vers Cassie, lui demandant doucement :


-Euh… tu pourrais me donner un coup de main je… euh… je crois qu’elle est coincée…

Coincée… ou juste trop lourde bien sûr, mais l’artiste ne voulait pas l’avouer. Si Nora avait rempli la valise de vêtements en tout genre, c’était à Evelynn de l’assumer. Elle aurait sans doute pu argumenter, comme le lui conseillait souvent sa belle-sœur, mais sa compagne avait très souvent le dernier mot malgré tout. Une fois la valise sortie du véhicule, Evelynn entreprit de la traîner au sol jusqu’à l’entrée, ce qui ne fut pas facile, mais elle finit par se rendre jusqu’à un endroit assez plat qui lui permit de profiter des petites roulettes de la valise. Laissant Eleonnora déverrouiller la porte, puis Erika entrer, l’artiste fit rouler sa valise à l’intérieur avant d’enfin jeter un coup d’œil sur ce qu’il y avait dans la maison. Elle ne fut pas déçue du tout.

-« Prête pour deux semaines paradisiaques, les filles ? »

-Oh oui… ça… j’en avais bien besoin.

En riant, elle se retourna vers Erika et Cassie et ajouta :

-Si vous me voyez au soleil… sans bouger pendant des heures, ne vous inquiétez pas ! Je ne suis pas morte, juste… beaucoup trop bien!

-« C’est… ça pue la richesse et la noblesse ici. »

La cadette n’avait pas tort. Toute cette opulence, c’était le contraire de l’artiste. Elle qui vivait de peu et qui subsistait avec un petit salaire, une maison de ce genre n’était certainement pas accessible. Pourtant, grâce à sa douce, elle mettait les pieds dans une résidence de vacances splendides, avec vue sur la plage.

-« Tu n’as pas encore vu le bateau que papa m’a acheté pour mon anniversaire ! Il est au port, on pourra y faire un tour tout à l’heure, si vous le souhaitez ! »

-Je veux bien ! Surtout s’il fait soleil ! Ça… ça n’a pas l’air de… de vouloir s’ennuager en tout cas.

Heureuse, l’artiste laissa sa valise en place et courut à l’étage, curieuse de voir les salles qu’il y avait. Elle fit ainsi le tour des salles avant de revenir en bas.

-C’est… encore mieux en haut ! Venez voir !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 10 Déc 2013 - 2:37

Le soleil était sacrément aveuglant. Rien à voir avec la grisaille de New York. C'était comme un deuxième été. En descendant de la voiture (Evelynn lui avait gentiment ouvert la portière), Cassandra cligna des yeux, aveuglée par l'astre solaire et aussi parce qu'elle avait piqué un somme dans le véhicule. Une vingtaine d'heures de voyage, ça assommait ! Elles s'étaient passées le volant à tour de rôle, ce qui fait que chacune avait pu se reposer.

Arrivées à destination donc, Cassie apprécia la chaleur du soleil sur son visage, ne se tournant pas tout de suite vers la maison dans laquelle elle, Erïka, Eleonnora et Evelynn allaient passer les deux semaines à venir. Ce n'est que quand elle entendit la réflexion de sa colocataire que l'illusionniste se retourna et découvrit... le palace – et encore c'était un euphémisme. Cassandra resta bouche bée. La beauté du bâtiment égalait certaines de ses créations chimériques. Et ça n'était pas peu dire !

    « Woah... »


C'était grand. Genre, graaaand. Cassie observa la grande bâtisse claire et à l'allure chaleureuse et accueillante... et luxueuse au possible. Après quelques instants, elle alla sortir à son tour sa valise du large coffre de la voiture. La jeune femme avait rempli son sac de tous ses vêtements d'été – ce qui était bien peu de choses. Des T-shirts, quelques shorts, jupes d'été... à New York, il faisait le plus souvent froid, et Cassandra possédait surtout des vêtements d'hiver. Elle n'avait même pas de maillot de bain. Mais ça viendrait, elle aurait bien le temps de passer dans une supérette pour acheter un quelconque maillot. Elle ne voulait pas rater l'occasion de se baigner dans l'océan !

Erïka, quant à elle, semblait déjà mourir de fatigue et de chaud. Elle appartenait décidément au pays du froid ! Sans doute survivrait-elle avec une bonne climatisation – sinon elle ne serait sans doute pas venue. Souriante, Cassie tapota l'épaule de son amie comme pour lui donner du courage sous ce soleil de plomb. Elle secoua la tête doucement.

    « Non ça allait, on a bien chanté en plus ! Vingt heures c'est long, mais ça paraîtrait encore plus long dans la solitude ! T'en fais pas, tu vas bientôt l'avoir ta clim' ! Ajouta Cassie en riant. Tu sais ce qu'elle a prévu ? Pas une nouvelle inauguration de boîte de nuit j'espère ! » plaisanta-t-elle.


Elle se tourna ensuite vers Evelynn, laquelle rencontrait des difficultés avec sa valise restée coincée dans le coffre. Enfin, coincée... Evy n'était pas dotée de beaucoup de muscles ! Une fois que tout fut sorti, toutes les quatre se dirigèrent vers l'entrée... qui était immense. Tout était blanc et clair dedans, ce qui accentuait l'effet de largeur et d'espace.

    « Ça tu l'as dit, Nora ! » fit Cassie d'un air enthousiaste.


Evelynn les prévint de ne pas s'inquiéter si elles la voyaient sans bouger au soleil, c'était qu'elle y serait beaucoup trop bien ! Le rire de la serveuse fit écho à celui de l'artiste, elles allaient passer un bon moment ici, sans aucun doute ! Mais Erïka avait raison. La sensation qu'on devait avoir en se retrouvant dans Versailles ou dans le Taj Mahal ne devait pas différer de celle qu'on avait en entrant ici !

    « Tu as prévu un endroit où aller avec ton bateau Nora ? L'Europe, c'est loin ! » fit Cassie en souriant.


Comme Evelynn les appelait pour visiter l'étage, Cassandra suivit son conseil et découvrit par lesz fenêtres le fameux océan qui les séparaient du Vieux Monde. La jeune femme ouvrit la porte et s'élança sur le balcon, toute excitée !

    « J'ai trop envie d'aller me baigner ! Ça vous dit maintenant, les filles ?! Ah mais... ajouta-t-elle en se rappelant qui lui manquait quelque chose d'essentiel, à moins d'aller faire un petit tour dans la ville maintenant ? Erïka, oublie pas ton chapeau ! » fit-elle pour taquiner sa colocataire et amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 10 Déc 2013 - 7:52

Enfin, voilà Miami. La chaleur, les robes courtes, la mer et les supers soirées. Rien de mieux pour faire plaisir à Eleonnora. Elle avait été si impatiente d’arriver à sa nouvelle maison ! La nuit avant le départ, elle se coucha bien plus tôt qu’à son habitude, comme un enfant qui souhaitait que le temps passe plus rapidement jusqu’au matin de Noël. En pleine forme et aidée par de nombreux cafés, elle avait conduit pendant de très longues heures. Parfois, elle avait laissé le volant à sa petite sœur, qui apprenait à chauffer une automobile. Elle s’était améliorée avec le temps. Par contre, elle pestait toujours autant contre les taxis et n’hésitait pas à abuser du klaxon contre eux. Heureusement, il y avait Evelynn pour la remplacer. Il y avait également Cassandra pour prendre la relève. Au moins, elles, elles savaient conduire sans leur défoncer les oreilles à coup de klaxon.

Une fois devant sa maison, Eleonnora ne put s’empêcher de sourire. Elle était si belle ! Maintenant, elle allait pouvoir en profiter un maximum en compagnie de ses proches. La jeune femme s’approcha de sa compagne afin de l’enlacer. Elle espérait que cette maison lui plaisait également. Les trucs luxueux ce n’était pas vraiment dans ses goûts. Les trucs trop grands non plus. Pourtant, c’était mieux qu’une toute petite maison bien close où on manquait d’espace, non ? Au moins, l’apparence semblait lui plaire. Elle était la seule à avoir vu quelques photographies de la maison. Elle savait donc à quoi s’attendre, en partie.


-« Notre maison. Ce n’est pas seulement la mienne. Et tu sais à quel point j’adore les grands espaces aéré ! Et puis, il y a de la place pour que tu puisses dessiner le décor extérieur depuis la mezzanine. Tu vas voir, tu vas adorer. »

Pendant ce temps, Erïka sortait sa valise du coffre de la voiture. Elle se plaignait déjà de la chaleur. Elle regrettait l’hiver, bien que le beau temps se faisait rare à New-York, ces derniers temps. La jeune femme soupira, confia à sa colocataire à quel point le froid lui manquait. Elle souhaitait pouvoir se détendre à l’air climatisé sous peu. Bien qu’elle sortait justement de la voiture, dont l’intérieur dégageait encore une certaine fraicheur, elle n’avait qu’une seule envie : y retourner. Il fallait dire que le soleil ne faisait pas que réchauffer doucement sa peau de porcelaine : il la brûlait et l’étouffait.
Outre le fait de passer du temps à l’air climatisé, les filles allaient pouvoir faire tout un tas de choses pendant deux semaines. Cassandra se demandait d’ailleurs ce que l’ainée des Davidoff pouvait avoir prévu. Erïka n’en savait que peu. Par contre, elle pouvait tout de suite révéler quel était le programme de la journée. Ce qu’elle ne savait pas était que sa grande sœur ne lui avait pas tout dit sur ce qui était prévu. Il y avait certaines surprises pour ce soir. D’ailleurs, cela devait expliquer pourquoi la jeune femme avait amené deux valises avec elle, sans compter celle d’Evelynn. Heureusement que le coffre de la voiture était grand.


-« Je sais qu’elle a prévu de visiter la ville, aujourd’hui. Elle va sûrement proposer de faire les boutiques par la même occasion. Sinon, il est question d’une soirée tranquille, donc pas de club ! Il faudra quand même s’attendre à y aller dans les jours à venir. Avec elle, ce ne serait pas étonnant. »

Bientôt, le quatuor pu entrer dans la maison. Eleonnora présenta fièrement sa nouvelle acquisition, avec le sourire. Les vacances pouvaient débuter ! Erïka trouvait que cette maison était bien trop luxueuse, bien que jolie. Elles pouvaient pratiquement se perdre à l’intérieur tant elle était grande. La jeune femme était habituée à l’institut, où résidait des centaines de jeunes mutants, mais là, c’était totalement différent. Elles n’étaient que quatre dans cette grande maison.

Evelynn savait déjà ce qu’elle allait faire d’une partie de ses vacances : griller au soleil. C’était quelque chose d’absolument inenvisageable pour Erïka. Il était certain qu’à un moment où à un autre, elle tente de vérifier que sa belle-sœur était toujours vivante. Après tout, le soleil pouvait être tellement dangereux ! Elle pourrait perdre connaissance à cause de la chaleur qu’il dégageait.


-« J’ai amené de la crème solaire pour tout le monde. Et aussi de la lotion hydratante pour la peau. Et tout ce qu’il faut pour pouvoir avoir un très joli bronzage. Tu vas voir, tu seras magnifique après ton passage au soleil, Evelynn. Par contre, évite les lunettes si tu comptes faire une sieste. Il faut éviter les vilaines démarcations. » Fit Eleonnora. Elle ajouta un petit commentaire à l’intention de sa sœur. « Je ne peux malheureusement rien faire pour les petits vampires. »
-« Ça tombe bien, je ne compte pas me reposer sous le soleil. Par contre, j’espère que ta piscine est à l’image de cette maison. »

Toute fière de son récent cadeau d’anniversaire, Eleonnora proposa de faire un tour sur son nouveau bateau. Il se trouvait au port, situé à une vingtaine de minutes de marche de la maison. Elles pourront y faire un tour et ramener l’embarcation ici-même. L’arrière de la propriété donnait sur la mer. La jeune femme avait donc un quai auquel elle pouvait amarrer le bateau. Si elle regardait bien la carte de la ville qu’elle avait acheté, quelques jours plus tôt, elle pourra trouver comment se rendre aisément jusqu’à destination. Au cours des deux prochaines semaines, elles pourront se balader où bon leur semblait, par la suite.

-« Pour commencer, on va ramener le bateau ici. Il y a un quai qui fait partie de la propriété. L’Europe, ce sera pour une autre fois. D’ailleurs, ça serait sympa d’aller en France, un jour, non ? »
-« Je vote pour l’Allemagne, plutôt. » Fit Erïka.
-« Pourquoi pas l’Espagne, alors ? »
-« ¿Habla español? »
-« Rooh ! Ça va madame je-parle-sept-langues-couramment. Celle de ton copain ne compte pas ! »
-« C’est huit. Et je suis sûre que l’économie peut compter comme une autre langue tant le langage et les termes sont difficiles à apprendre et retenir. »


Evelynn monta à l’étage et ne tarda pas à appeler ses amies, toute excitée. Erïka comprenait pourquoi. La vue était magnifique depuis la mezzanine. Le soleil projetait ses rayons à travers les grandes baies vitrées. L’eau de la mer était calme, reposait doucement dans son lit. On avait vu sur toute la cours arrière de la propriété d’Eleonnora. Erïka ne tarda pas à rejoindre son amie sur le balcon. Il faisait chaud, mais la légère brise fraiche qui effleurait sa peau était des plus agréables. La piscine était grande, très grande. Ça donnait envie d’y plonger. L’eau était claire, propre, comme si quelqu’un l’avait entretenue pendant un bon moment avant qu’elles n’arrivent ici.

Cassandra semblait avoir la même envie qu’elle : se baigner. Cependant, elle proposa tout de même un petit tour dans la ville. Eleonnora s’anima aussitôt. Elle adorait l’idée ! Tout d’abord, elles devaient porter leurs affaires jusqu’à leurs chambres respectives.


-« Bonne idée ! On pourra faire les boutiques par la même occasion. Avant, je vais vous montrer vos chambres. Evelynn et moi avons la plus grande, bien sûr. »

Elle ne tarda pas à s’approcher de la rambarde de la mezzanine, qui donnait également une vue sur le hall d’entrée. La jeune femme usa de son don pour faire léviter les valises jusqu’à l’étage. Les bagages se posèrent en douceur sur le parquet. Eleonnora fit déplacer les siennes, ainsi que celle d’Evelynn, dans le couloir, là où se trouvaient les chambres. Elle ouvrit la première porte pour laisser sa compagne découvrir une très grande pièce où trônait un lit absolument gigantesque, bien plus grand que celui qu’elles avaient dans leur loft. Tout était décoré avec goût. Il y avait un grand miroir au-dessus d’une coiffeuse ainsi que de grandes commodes qui n’attendaient que leurs vêtements. Les chambres des deux autres femmes étaient décorées de façon similaire, mais étaient beaucoup plus petites. Ils n’y avaient ni canapé, ni télévision à écran plat dans les leurs.

-« Alors, Erïka tu as la pièce juste en face et Cassandra celle à sa gauche. J’espère que vous allez adorer. Alors, Evelynn, tu en penses quoi de notre chambre ? »

Pendant ce temps, Erïka entra dans la sienne. C’était aussi grand que la pièce qu’elle avait à l’institut, mais pour elle seule. Elle déposa sa valise sur le lit et décida de l’ouvrir afin de vider un peu son contenu dans la commode. Le temps qu’Eleonnora soit prête à partir, ça pouvait être long. Lorsqu’elle fut prête à partir, elle troqua son débardeur noir, qu’elle portait depuis leur départ de New-York, contre une robe d’été légère et ample qui mettait en valeur sa poitrine ainsi qu’une partie de sa taille. Comme elle ne moulait pas vraiment ses fesses, on ne pouvait deviner qu’elle avait conservé son short. Attrapant une ombrelle noire, que Sunny lui avait gentiment prêtée avant son départ, Erïka quitta sa chambre. Elle avait son sac à main sur l’épaule et attendait les filles.

Eleonnora en avait également profité pour se changer. Elle opta également pour une robe courte qui la mettait en valeur. Comme d’habitude, en fait. Elle attrapa son sac à main et vérifia qu’elle avait tout à l’intérieur avant de quitter la pièce. Il ne manquait plus qu’Evelynn et Cassandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Lun 16 Déc 2013 - 22:55

-Notre maison. Ce n’est pas seulement la mienne. Et tu sais à quel point j’adore les grands espaces aéré ! Et puis, il y a de la place pour que tu puisses dessiner le décor extérieur depuis la mezzanine. Tu vas voir, tu vas adorer.

-… Tu sais que je vais continuer de dire que c’est ta maison n’est-ce pas ?

Espiègle, elle l’embrassa avant qu’elle ne puisse ajouter quoi que ce soit, puis se défit de son emprise pour se diriger vers le coffre alors que les deux autres femmes avançaient vers la maison. Elle dut tout de même demander à Cassandra un coup de main pour sortir sa propre valise, après quoi elles purent toutes entrer dans la grande et magnifique maison de Miami. La chaleur, même à l’intérieur, était forte, mais pour l’artiste qui avait toujours froid, c’était l’idéal.

-J’ai amené de la crème solaire pour tout le monde. Et aussi de la lotion hydratante pour la peau. Et tout ce qu’il faut pour pouvoir avoir un très joli bronzage. Tu vas voir, tu seras magnifique après ton passage au soleil, Evelynn. Par contre, évite les lunettes si tu comptes faire une sieste. Il faut éviter les vilaines démarcations. Je ne peux malheureusement rien faire pour les petits vampires.

-Ça tombe bien, je ne compte pas me reposer sous le soleil. Par contre, j’espère que ta piscine est à l’image de cette maison.

-Vu la grandeur de la maison, il doit même y avoir une barboteuse à côté de la piscine pour les bébés, imagina l’artiste en riant.

« Tu as prévu un endroit où aller avec ton bateau Nora ? L'Europe, c'est loin ! »
-« Pour commencer, on va ramener le bateau ici. Il y a un quai qui fait partie de la propriété. L’Europe, ce sera pour une autre fois. D’ailleurs, ça serait sympa d’aller en France, un jour, non ? »
-« Je vote pour l’Allemagne, plutôt. » Fit Erïka.
-« Pourquoi pas l’Espagne, alors ? »
-« ¿Habla español? »
-« Rooh ! Ça va madame je-parle-sept-langues-couramment. Celle de ton copain ne compte pas ! »
-« C’est huit. Et je suis sûre que l’économie peut compter comme une autre langue tant le langage et les termes sont difficiles à apprendre et retenir. »

L’artiste n’avait même pas le temps de placer une ligne lorsque les deux filles commençaient à argumenter ainsi. L’idée d’une balade en bateau lui plaisait bien, mais elle savait que si les vagues étaient trop fortes, elle pouvait avoir des maux de cœur. Ça allait dépendre des jours sans doute, et surtout du vent.  Avec Nora comme pilote, difficile de prévoir le genre de balade qu’elle allait leur offrir.

La prochaine étape était les étages ! Évidemment, une maison à plat ne pouvait pas convenir à la diablesse blonde, il fallait absolument que le luxe se ressente sur chacun des niveaux. Grimpant rapidement les escaliers, Evelynn invita les filles à venir voir à quoi pouvait ressembler l’intérieur de cet étage, en particulier la vue qu’elles avaient. L’eau de la piscine avait l’air fort invitante vue d’ici.


-J'ai trop envie d'aller me baigner ! Ça vous dit maintenant, les filles ?! Ah mais... à moins d'aller faire un petit tour dans la ville maintenant ? Erïka, oublie pas ton chapeau !


-« Bonne idée ! On pourra faire les boutiques par la même occasion. Avant, je vais vous montrer vos chambres. Evelynn et moi avons la plus grande, bien sûr. »

-J’avoue que la baignade me plairait plus que de faire les magasins. On est pas venu ici pour faire la même chose qu’on fait toujours à New-York ou m’enfin… qu’Eleonnora fait toujours…

Laissant le don de télékinésie de sa compagne s’occuper des valises sans qu’ils n’aient à faire le moindre effort, l’artiste se dirigea vers la partie « chambre » de cette luxueuse maison, suivie des valises flottantes. Suivant le mouvement de sa valise qui semblait avoir choisi une chambre, elle entra, et se retrouva devant un lit gigantesque. Sa première réaction ? Se jeter dedans bien sûr ! Elle se dépêcha de se rouler sur les couvertures, appréciant le doux tissu sous ses mains.

-« Alors, Erïka tu as la pièce juste en face et Cassandra celle à sa gauche. J’espère que vous allez adorer. Alors, Evelynn, tu en penses quoi de notre chambre ? »

Avec un sourire, Evelynn se releva, s’accrochant au cou de sa dulcinée pour l’amener avec elle dans le lit, la faisant tomber sur l’artiste.

-Comme pour toute la maison : Beaucoup trop grande ! On pourrait être une bonne dizaine dans ce lit et avoir assez de place pour tous dormir en étoile !

Ne se gênant pas pour profiter de ce rapprochement alors que les autres filles vidaient leur valise, l’artiste embrassa et cajola sa compagne, cherchant à gagner un peu de temps avant qu’elles ne se décident toutes à aller magasiner. Oh, Evelynn n’était pas faite pour marcher longtemps et essayer trente tenues par magasins ! Elle aimait ses vêtements usés et laids, c’était tout ! Malheureusement, sa dulcinée ne tarda pas à se relever pour enfiler une robe courte qui fit baver Evy. Fouillant dans son énorme valise, elle finit par tomber sur une robe d’été un peu plus longue que celle de sa compagne, dans des tons de mauves, laissant ses épaules couvertes uniquement par de fines bretelles.

-J’espère qu’on en a pas pour très longtemps… J’ai envie de profiter du soleil moi !

Toujours un peu taquine, elle fit semblant de bouder un peu avant de la prendre dans ses bras pour l’embrasser à nouveau.

-Merci beaucoup pour ce voyage Nora… ça va être… magnifique.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Jeu 26 Déc 2013 - 2:50


Bonne nouvelle, l'escapade ensoleillée du quatuor se limiterait aux États-Unis. Pas de voyage prévu jusqu'en Europe pour le moment, c'était le genre d'aventure qui se préparait longuement à l'avance, du moins du point de vue de Cassie. De toute manière, que ce soit ici ou là-bas, l'important était de profiter du soleil et de la chaleur, qui avaient complètement déserté New York à cette époque de l'année. Toutefois, faire trempette dans l'océan n'était pas l'unique activité prévue pour les deux semaines qui viendraient. Erïka révéla que sa grande sœur avait en effet prévu des sorties en ville. Le contraire aurait étonné la serveuse.


    « Qu'y a-t-il à visiter à Miami ? Je suis plutôt en géographie, alors bon... tant mieux pour la soirée tranquille, on aura largement besoin de se reposer après ce voyage! »


Et au moins, ce n'était pas l'espace qui leur manquerait dans la maison d'Eleonnora... c'était aussi spacieux et lumineux qu'un musée. En fait, la maison en elle-même ressemblait à un musée, tant tout était clair, impeccable, luxueux. Comment imaginez que des gens pouvaient vraiment vivre ici ? Ç'allait pourtant être le cas durant les deux semaines à venir. Mais elles n'allaient pas jouer les ermites ici. Evelynn prévoyait déjà de longues heures de bronzette. Il fallait espérer qu'elle ne deviendrait pas brune comme un toast grillé si elle s'endormait en plein soleil, mais Eleonnora avait déjà prévu de quoi éviter les coups de soleil. Erïka disait déjà ne pas en avoir besoin, puisqu'elle ne s'exposerait pas au soleil.

Quoiqu'il en soit, depuis l'étage, la vue était magnifique. Et la piscine assez grande pour convenir à la colocataire de Cassandra. Cette eau qui s'étendait en dessous d'elles, ainsi qu'à l'horizon, donnait terriblement envie à l'illusionniste de s'y jeter et de se laisser couler dans des abysses imaginaires. Mais avant ça, un tour en ville s'imposait, de même que la visite du reste de la maison. Tout sourire et motivée par la sortie prochaine, Nora indiqua les chambres de chacune. Entrant dans la sienne, Casse découvrit une pièce de la taille de la chambre qu'elle partageait à l'institut avec Erïka, à la différence qu'elle avait tout l'espace pour elle. Le désordre n'allait pas tarder à régner...

Il commença en effet quand la jeune femme déballa sa valise et qu'elle jeta pêle-mêle les vêtements à la recherche de quelque chose pour se changer. Exit le jean long et la veste, bonjour le short et le T-shirt extra large. Par contre, sa besace, elle, ne changeait pas. Et se la jetant sur l'épaule, elle ne tarda pas à rejoindre Erïka qui attendait déjà dans le couloir.


    « Tu sais que le noir, ça attire la chaleur ? Je dis ça, je dis rien... mais si ça va pas, on te jette à l'eau. Sans que ça soit une tentative de meurtre, promis ! »


Erïka avait toujours du noir sur elle. Cassandra était sûre que du blanc lui irait parfaitement bien, mais restait à la convaincre d'en porter. Cela, en revanche, c'était Nora qui était la plus à même d'y arriver... était-ce dans ses projets à tout hasard ?


    « Allez Evy, on attend plus que toi ! Tu peux pas résister plus longtemps à l'appel du soleil ! » clama Cassandra, un grand sourire sur le visage.


Qu'il faisait bon de sourire.

Spoiler:
 


Dernière édition par Cassandra Farrell le Sam 4 Jan 2014 - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Ven 27 Déc 2013 - 2:21

Eleonnora allait à Miami pour le soleil, la plage, l’ambiance et les clubs. Erïka, elle, voyageait par soif de découvertes, d’aventures et pour enrichir sa culture personnelle. Elles avaient donc des buts différents en venant ici. Il était clair qu’elles n’allaient pas passer leurs journées ensemble. Après tout, elles étaient ici pour deux semaines. Pendant que l’une sera en train de parfaire son bronzage avec une grande attention, l’autre sera enfermée à l’air climatisé pour découvrir cette ville. Musées, expositions, tout intéressait Erïka. Cependant, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pourrait trouver de ce genre ici. Elle avait entendu parler de quelques activités çà et là, mais elle allait devoir se renseigner davantage. Au moins, sa colocataire semblait tout autant ignorer qu’elle ce qu’elles allaient bien pouvoir faire de leur temps libre.

-« J’en ai aucune idée. Selon Nora, il parait qu’on peut aller voir les dauphins. On verra bien, on a tout notre temps. Aujourd’hui, j’aimerais seulement profiter de l’air climatisé encore un peu. »

Malheureusement, le souhait d’Erïka ne sera pas exaucé. En effet, sa sœur avait déjà des projets pour cette première journée à Miami. Sans aucun étonnement, elle découvrit qu’il était temps de faire un tour dans les boutiques. Au moins, elle pouvait compter sur le soutien de sa belle-sœur. Cette dernière affirma qu’elles n’étaient pas ici pour faire uniquement du shopping, comme Eleonnora faisait toujours. La principale concernée protesta.

-« Je ne fais pas que du shopping ! Je vais chez la manucure, je fais les courses, je sors, je rencontre des gens et je fais tout pour que ma chère Evelynn ait une vie de rêve. »

Peu de temps après, les femmes visitèrent chacune leur chambre. Erïka et Cassandra avaient d’immenses pièces pour elles seules alors que le jeune couple partageait un endroit bien plus grand. Trop grand. Nul doute qu’Eleonnora n’allait pas se gêner pour remplir les placards à sa guise. Fière de présenter la pièce qu’elle allait partager avec Evelynn, elle lui demanda ce qu’elle en pensait. La décoration restait sobre, discrète, pas trop tape à l’œil. La pièce était grande, aérée et leur laissait amplement d’espace pour circuler. En fait, cela était exactement à l’image de la maison en entier.

-« Tu sais, un lit si grand pour nous deux peut être pratique quand on veut faire des galipettes… » Fit-elle avec une petite moue coquine.

Elle embrassa tendrement sa compagne avant d’aller se changer. Rien de mieux qu’une petite robe d’été pour se sentir à l’aise par une telle température. Visiblement, Evelynn ne trouvait pas son idée si idiote puisqu’elle se changea également. Opter pour une robe un peu plus longue qui la mettait en valeur était un excellent choix. Par contre, elle semblait avoir hâte de porter quelque chose de plus approprié pour vaquer à une autre activité comme profiter d’un bain de soleil.


-« Ne t’en fais pas, ma chérie. On va faire un tour dans les alentours, puis on revient ici. Tu pourras faire ce que tu veux et, ce soir, nous allons avoir une véritable soirée de filles. »

Quelques instants plus tard, sa compagne venait vers elle pour l’embrasser. Ce fut avec passion qu’Eleonnora lui rendit son baiser. Elle l’attira contre elle, glissant une main dans son dos. Elle ne la libéra qu’au moment où sa douce rompu la magie afin de la remercier pour ce merveilleux voyage.

-« Ça me fait plaisir. L’important est que ça te rende heureuse. »

Pendant ce temps, Erïka avait terminé la visite de sa chambre. Elle en avait profité pour troquer son débardeur contre une petite robe noire qui camouflait ses shorts. Ombrelle en main, elle décida de l’ouvrir qu’au moment où elle mettra les pieds à l’extérieur. Dans le couloir, elle attendait que les femmes soient prêtes à partir. Cassandra fut la première à venir la rejoindre. Elle ne tarda pas à commenter la tenue de la jeune femme. Le noir attirait le soleil. Ce n’était probablement pas le choix le plus judicieux à faire par une telle température. Elle allait tout simplement fondre au soleil. Si elle commençait à se sentir mal, sa colocataire allait la jeter dans la piscine, mais sans la noyer bien entendu ! Face à ce petit commentaire qui rappelait une conversation antérieur, Erïka sourit.

-« Si on ne traine pas pendant des heures, je crois bien pouvoir m’en sortir. De toute façon, je ne porte que du noir alors… »

Lorsqu’Evelynn et Eleonnora vinrent les rejoindre, elles se dirigèrent toutes vers l’entrée principale. Erïka profita le plus longtemps possible de l’air climatisé avant que sa sœur ne la fasse sortir pour fermer et verrouiller la porte d’entrée. Elle avait décidé de ne pas prendre sa voiture. Dix minutes de marche suffisaient pour se rendre dans un quartier un peu plus animé. Erïka ouvrit son ombrelle en dentelle noire et s’en servit pour se protéger un minimum du soleil. Sa sœur ne tarda pas à le remarquer.

-« Mais qu’est-ce que tu fais avec un parapluie ? »
-« C’est une ombrelle. Pour ton information, j’essaie de ne pas brûler sur place. »

Dix minutes plus tard, elles arrivèrent à un boulevard longé par de nombreuses boutiques. Elles commencèrent donc par là. Erïka proposa d’entrer dans la première boutique qui lui tomba dans l’œil. C’était une boutique de vêtements féminins, il y avait des soldes et elle pouvait sentir l’air climatisé lui chatouiller la peau à chaque fois qu’un client ouvrait la porte. Il ne fallut que deux pas pour qu’elles s’y rendent. Fermant son ombrelle, elle y entra et commença à faire le tour, pensant que tout le monde la suivait. Eleonnora, concentrée sur autre chose, ne la remarqua pas. Elle se retourna, chercha sa sœur du regard.

-« Où est passée cette sale peste, encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 31 Déc 2013 - 19:09

-« Je ne fais pas que du shopping ! Je vais chez la manucure, je fais les courses, je sors, je rencontre des gens et je fais tout pour que ma chère Evelynn ait une vie de rêve. »

Evelynn soupira. Évidemment, elle aurait dû le voir venir. Elle ne faisait pas que magasiner évidemment, elle se faisait faire des massages professionnels, des pédicures, des soins régénérateurs pour la peau et tout ce qu’il y avait de hors de prix et qui lui permettait de rester magnifique en tout temps. Elle n’en avait pas besoin, Evy le lui disait souvent, mais Nora appréciait avoir des gens qui s’occupaient d’elle. Il n’y avait qu’à regarder le nombre de produits qu’il y avait sous la douche : deux bouteilles suffisaient à l’artiste, le shampoing et le revitalisant, mais pour Nora, il devait y en avoir une bonne trentaine.

Même si les deux femmes différaient de par leur parcours et leur personnalité, jamais Evelynn n’aurait pu espérer se retrouver avec quelqu’un d’aussi parfait et d’aussi dévouée que sa compagne. L’artiste ne voulait pas en abuser, mais elle savait très bien que Nora ferait tout ce qu’elle pourrait pour lui faire plaisir. Rien n’était trop cher, rien n’était inaccessible, et elle avait tout son temps pour lui faire plaisir. Evy aurait pu lui demander un aller-retour sur la lune, sa compagne se serait empressée de trouver une façon de lui offrir un tel voyage.

Visitant donc leur chambre, l’artiste ne se gêna pas pour commenter sur la taille du lit, qui était assez énorme pour qu’elles dorment toutes les deux en étoile sans même se toucher. Ce n’était évidemment pas le but d’un lit d’une telle grandeur, Eleonnora le lui confirma aussitôt :


-« Tu sais, un lit si grand pour nous deux peut être pratique quand on veut faire des galipettes… »

-Hum… j’imagine très bien… hihihi.

Même si Evelynn essayait d’être sensuelle et sexy comme sa compagne, ses gestes parfois trop hésitant ou maladroits rendaient ses tentatives de « séduction » un peu inefficace. Au moins Nora comprenait rapidement lorsqu’Evy désirait avoir toute son attention, et s’empêchait de rire lorsque l’artiste faisait une gaffe. Avec le nombre de petites tenues que la belle blonde lui avait offert, ne pas les porter serait une insulte envers Nora. L’artiste en avait amené plusieurs justement pour lui sauter dessus. Comme le temps n’était pas encore aux galipettes, Evelynn se plaignit, affirmant que le magasinage, elles pouvaient le faire n’importe quand à New-York, mais à Miami, il valait mieux profiter de la plage.

-« Ne t’en fais pas, ma chérie. On va faire un tour dans les alentours, puis on revient ici. Tu pourras faire ce que tu veux et, ce soir, nous allons avoir une véritable soirée de filles. »

-Une soirée de filles ? Attends qu’est-ce que tu as prévue ? Non ne me dis rien… je… hum… je veux avoir la surprise.

Même si ça faisait tout de même peur à l’artiste, si Nora prévoyait des surprises, elle n’allait pas tout gâcher en lui demandant en quoi ça consistait. Elle n’avait sans doute pas prévu une séance de torture… quoique sa demi-sœur le verrait peut-être de cette façon. Erïka et elle ne se ressemblaient pas du tout. Evelynn avait plus de points commun avec sa belle-sœur que les deux blondes en fait, tant dans leur caractère que dans leur façon de voir l’argent et la richesse.

-« Ça me fait plaisir. L’important est que ça te rende heureuse. »

« Allez Evy, on attend plus que toi ! Tu peux pas résister plus longtemps à l'appel du soleil ! »

-Mais je peux résister longtemps à l’appel du magasinage !

Grognant, faussement offusquée, elle finit par se relever, vêtue d’une tenue plus appropriée à la température, puis se dirigea avec sa dulcinée vers le couloir où elles rejoignirent Cassandra et Erïka. Un baiser avant de passer la porte et le tour était joué, elle était de nouveau de bon humeur. Les deux autres voyageuses étaient déjà prête, le quatuor put donc partir rapidement pour aller faire le tour des magasins. Malheureusement, les règles de l’esthétique avaient été violés, et Nora ne pouvait pas le permettre, et commenta dès qu’elle aperçut l’ombrelle de sa demi-sœur.

-« Mais qu’est-ce que tu fais avec un parapluie ? »
-« C’est une ombrelle. Pour ton information, j’essaie de ne pas brûler sur place. »

Poussant un nouveau soupir, Evelynn secoua la tête doucement de gauche à droite. Ce n’était pas comme si les deux femmes allaient se sauter à la gorge, mais elles se « piquaient » souvent ainsi. Tant qu’elles s’arrêtaient là… Se retournant vers Cassie, elle lui glissa subtilement :

-Tu crois qu’un jour elles vont être d’accord sur… au moins une chose ?

Une dizaine de minutes plus tard, elles se retrouvaient dans un quartier animé, Evelynn et Nora en avant, main dans la main, et les deux colocataires derrière elles. Alors que l’artiste était dans sa bulle, un peu ailleurs, elle secoua la tête lorsqu’elle entendit de nouveau la voix de sa compagne.

-« Où est passée cette sale peste, encore ? »

-Hein ?

Evelynn se retourna aussi, sans apercevoir l’ombrelle d’Erïka où que ce soit. Pourtant, repérer le parapluie noir qui dépassant des autres têtes était assez simple et rapide. Se retournant vers Cassie, elle lui demanda :

-Euh… elle a fait demi-tour sans nous le dire ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 7 Jan 2014 - 0:43

Pensiez-vous qu'après une vingtaine d'heures de voyage, le quatuor avait envie de se reposer ? Si c'était le cas d'Erïka qui voulait surtout profiter de l'air climatisé, il n'en allait pas de même pour les trois autres filles. Eleonnora planifiait déjà les activités du reste de l'après-midi et de la soirée, Evelynn attendait avec impatience de se faire dorer au soleil, quant à Cassandra, elle avait très envie de voir enfin l'Océan et de plonger dedans. Mais cela nécessitait quelques préparatifs avant, et pour une fois cela s'accordait bien avec ce qu'avait prévu Eleonnora.

    « Des dauphins ?! Ça promet ! Rassure-toi, tu ne fondras pas au moindre rayon de soleil. Et puis il y a de l'air climatisé dans tous les établissements maintenant, tu ne devrais pas trop souffrir de la chaleur si Nora a effectivement prévu du magasinage. »


Comme l'on pouvait s'y attendre de la part de l'aînée blonde. Cassie commençait à la connaître un minimum à présent, et celle-ci protesta vigoureusement que son temps libre ne se limitait pas qu'au shopping, mais également à tout un tas d'activités visant à s'entretenir, se socialiser et répondre aux moindres désirs d'Evelynn. Voilà qui élargissait un peu mieux le panel de distractions de la jeune femme – quoique ce n'était complètement du goût de l'artiste qui soupira un peu. Cassie lui lança un sourire encourageant.

Quoiqu'il en soit, il était largement temps de délaisser les longs vêtements pour des habits plus légers et dans lesquels elles ne mourraient pas de chaud. Mauvaise pioche pour Erïka en tout cas qui, comme à son habitude, était entièrement vêtue de noir et portait même une ombrelle noire. Ce qui ne risquait pas d'arranger les choses ni d'amoindrir le danger qu'elle tombe dans les pommes. Si sa colocataire le lui signala, la petite blonde fit une moue désintéressée. Cassandra ne la verrait sans doute pas de sitôt habillée d'une autre couleur que du sombre. Et tandis que les deux sœurs se disputaient une énième fois, Cassandra haussa les épaules d'un air désabusé en réponse à Evelynn, mais agrémenté d'un sourire en coin.

    « Va savoir. Au moins, on sait déjà qu'elles sont d'accord sur leur couleur de cheveux, c'est déjà pas mal ! » fit-elle sur le ton de la plaisanterie.


Le quatuor fut bientôt réuni, et elles purent partir toutes les quatre déambuler dans les allées ensoleillées et pleines de monde de Miami, au grand dam d'Erïka qui aurait encore bien profité de l'air climatisé. Cassie quant à elle jouissait pleinement du climat et de la chaleur. Ça changeait radicalement de la grisaille de New York et ça n'était pas plus mal. Dix minutes plus tard donc, elles étaient toutes dans l'allée des magasins, et tandis qu'Erïka se dirigeait déjà vers une petite boutique de vêtements et autres bric-à-brac, Eleonnora et Evelynn continuaient leur chemin. Cassie était la seule ayant été encore vigilante à la « fugue » de sa coloc'.

    « Elle est entrée là-dedans, fit Cassie en indiquant la petite boutique. D'ailleurs, il s'y trouve ce que je cherche. Vous venez deux minutes ? Les autres boutiques vont pas s'envoler. »


Et l'illusionniste de se diriger vers le petit magasin, elle y retrouva bien vite sa camarade de chambrée qui... profitait tout simplement de l'air climatisé. Elle ne s'était même pas avancée dans la boutique, se contentant simplement de profiter du courant d'air provoqué par les battements de la porte.

    « Ton record actuel de résistance au soleil est actuellement de dix minutes et 23 secondes. Je suis certaine que tu peux faire mieux que ça. » ajouta-t-elle avant d'aller jeter un œil dans la boutique.


Elle finit vite par dénicher ce dont elle avait besoin, à savoir un maillot de bain. Son choix se porta vite sur un deux-pièces noir avec des cercles argentés. Puis alors qu'elle se dirigeait vers la caisse, un autre objet attira son attention, un ballon de beach volley. Et pourquoi pas après tout ? Lorsqu'elle revint de la caisse et retrouva ses amies, Cassandra déclara :

    « Les filles, je vous réquisitionne pour quelques parties de beach volley. Et les excuses du type je-ne-veux-pas-me-casser-un-ongle sont d'emblée refusées ! » ajouta-t-elle en riant, s'adressant insidieusement à Eleonnora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 14 Jan 2014 - 19:03

“Hey, what a beautiful day
All I need is a taste
Nothing but a good time
Sippin' on sunshine”

Les divergences d’opinions et de goûts pouvaient mener à des discussions, des débats et, dans le cas des sœurs Davidoff, des disputes. Elles passaient leur temps à se chamailler pour un oui ou pour un non, l’important étant simplement d’avoir le dernier mot. C’était une vraie guerre qui ne cessera probablement jamais. Malheureusement pour elles, Cassandre et Evelynn allaient assister à de nombreuses scènes de ce genre où les deux sœurs critiquaient les goûts de l’autre.

Le bon côté est que les choses finissaient toujours par se calmer. La disparition d’Erïka en était la cause. Eleonnora cherchait sa petite sœur du regard, pestant contre elle. Qu’avait-elle encore fait ? Où était-elle passée ? Evelynn suggéra le fait qu’elle avait peut-être fait demi-tour sans le dire à qui que ce soit. Le pire était qu’elle en serait bien capable.

-« Je ne serais même pas étonnée. Elle doit être en train de téléphoner à son copain en lui suppliant de venir lui construire un igloo où quelque chose du genre. »

En fait, Eleonnora avait tout faux. Cassandra avait retrouvé son amie dans une boutique et ne tarda pas à y entrer. De toute façon, elle avait besoin d’y faire un tour. Elle comptait bien en profiter. La jeune femme entra dans la boutique afin d’y retrouver Erïka. Cette dernière avait refermé son ombrelle et profitait, à présent, de l’air climatisé de la boutique. Elle avait jeté quelques regards aux maillots de bain ainsi qu’aux accessoires de plage, mais sans plus. Elle n’était intéressée par le courant d’air frais qui lui caressait la peau.

Cassandra ne se gêna pas pour signaler à son amie qu’elle n’avait pas fait long feu sous le soleil. Cette dernière grimaça. Il lui faudra beaucoup de volonté si elle souhaitait battre son record personnel. Pour l’instant, rien n’était gagné. `

-« Tu ne comprends pas. Il ne fait pas que chaud. Il fait humide. C’est l’enfer, j’ai l’impression d’être dans un putain de sauna. Jamais je ne vais survivre à ça. Une fois de retour à la maison, je me jette dans la piscine. On éclaboussera Evelynn, par la même occasion, question qu’elle ne prenne pas feu pendant qu’elle se fait griller. »

Cassandra se dirigea vers certains étalages de la boutique, tandis qu’Eleonnora venait enfin les rejoindre. Plutôt que de rejoindre sa petite sœur, elle fit le tour de la boutique. Elle ne trouva rien de son goût et attendit donc avec impatience que Cassandra ait terminé ses achats. Cette dernière avait décidé qu’elles allaient devoir faire une partie de beach volley avec le ballon qu’elle venait tout juste d’acheter. Pas question d’y échapper. Eleonnora était partante. Elle n’avait pas trop peur pour ses ongles et ne remarqua pas que le commentaire de Cassandra s’adressait tout particulièrement à elle.

-« Ce n’est pas moi qui a peur de m’abimer les ongles. J’ai toujours eut des faux ongles de qualité. Il le faut bien, après tout, je n’ai pas envie de m’en casser un lorsque je vais m’entrainer au gym. »

Sur ces paroles, elle quitta la boutique d’un pas léger. La jeune femme avait hâte de découvrir les autres boutiques du coin. Elle ne voyait pas le temps passer, achetant dans un magasin, puis dans un autre, dépensant sans trop compter. Erïka ne savait pas ce qui l’agaçait le plus : marcher sous le chaud soleil de Miami ou attendre sa sœur qui essayait une énième paire de talons aiguilles ?

Après ce long après-midi, la jeune femme eut le plaisir de retrouver la maison de sa sœur. Il ne lui fallut que quelques minutes pour se mettre en maillot de bain, puis se jeter dans la piscine. La journée se poursuivit doucement, les filles semblaient s’amuser. Eleonnora prenait plaisir à photographier tout le monde, surtout Evelynn en train de bronzer, grâce à son téléphone.

La soirée arriva finalement. D’ici une heure le soleil allait tomber sur la ville. Erïka était allée se doucher à la sortie de la piscine afin de retirer l’affreuse odeur de chlore sur sa peau et dans sa chevelure. Elle enfila un short ainsi qu’un t-shirt propres avant de retrouver les filles à l’étage inférieur. Eleonnora avait commandé des sushis, ne se privant pas de ses petites habitudes. Elle avait tout installé sur la table basse de la salle de séjour. Autour de cette dernière, des coussins avaient été disposés afin qu’elles puissent s’assoir confortablement. Une bouteille de vin et des coupes les attendaient également. Erïka ne tarda pas à s’assoir sur les coussins et attraper une paire de baguettes.


-« J’ai tellement faim ! Nager, ça ouvre l’appétit. »
-« Moi aussi j’ai faim, mais si j’avais le choix, c’est une jolie femme que je dévorerais. » Fit Eleonnora avec une pointe d’humour.
-« À la place d’Evelynn, je choisirais les sushis plutôt que toi. Le poisson frais, c’est meilleur. » Plaisanta sa petite sœur avant de se tourner vers Evelynn. « Alors, tu prends le poisson cru ou la morue pas fraiche ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Lun 20 Jan 2014 - 20:26

« Va savoir. Au moins, on sait déjà qu'elles sont d'accord sur leur couleur de cheveux, c'est déjà pas mal ! »

-C’est… c’est probablement le seul sujet sur lequel ils vont s’entendre du voyage j’ai l’impression, ajouta l’artiste en poussant un soupir supplémentaire.

Evelynn et Erika s’entendaient plutôt bien. Certes, leur relation n’avait pas commencé de la meilleure façon possible, mais elle s’était améliorée depuis le temps, à une vitesse bien plus rapide que la relation blonde/blonde. En effet, le côté plus passif d’Evelynn, même s’il semblait désespérer sa belle-sœur parfois, avait rendu ce rapprochement bien plus simple que les éternelles engueulades qu’Erika et Nora vivaient ensemble. De toute façon, il était difficile de rester en colère bien longtemps contre la brunette, même si on s’appelait Erika Davidoff et qu’on avait un caractère de mule…

Elles quittèrent tous ensembles la résidence Davidoff avant d’aller explorer les rues de Miami. Le soleil réchauffait la peau pâle de la mutante de la peur, mais ça ne l’empêchait pas d’aller chercher un peu de chaleur supplémentaire auprès de sa dulcinée. Du couple, Evelynn était la malchanceuse qui vivait toujours dans le froid. C’était sans doute une conséquence de son don, mais elle ne le contrôlait pas assez encore pour éliminer cette fraicheur qu’elle créait. Au moins, depuis qu’elle suivait ses cours avec Charles Xavier et Emma Frost, elle n’avait plus peur de le déclencher sur sa dulcinée ou quiconque lui était chère.

Déconnectée de la réalité, il lui fallu une bonne claque mentale, à savoir une disparition, pour tirer Evelynn de sa bulle. Ce fut lorsque Nora commença à chercher sa demi-sœur, qui semblait s’être volatilisée. La brunette émit l’hypothèse qu’elle était peut-être rentrée à la maison.


- Je ne serais même pas étonnée. Elle doit être en train de téléphoner à son copain en lui suppliant de venir lui construire un igloo où quelque chose du genre.

« Elle est entrée là-dedans. D'ailleurs, il s'y trouve ce que je cherche. Vous venez deux minutes ? Les autres boutiques vont pas s'envoler. »

L’artiste n’étant pas très difficile, elle hocha la tête avant d’entrer, suivant Cassandra et sa dulcinée à l’intérieur de la boutique. Elle aperçut bien vite Erïka qui se faisait « bronzer » (elle avait fermé son ombrelle après tout) à l’air climatisée. Passant à côté des colocataires, elle ne saisit que la fin de leur conversation, soit :

-… éclaboussera Evelynn, par la même occasion, question qu’elle ne prenne pas feu pendant qu’elle se fait griller.

-Hein ? Mais euh non je vais pas prendre feu ! Pas besoin de… de de de m’éclabousser !... Oh… oh c’était une blague… oh pardon… je ne l’avais pas comprise…

Les mains jointes devant elle, l’artiste baissa la tête un instant, pensant avoir offusqué sa belle-sœur en ne comprenant pas sa blague. Bien vite cependant, le regard de la petite blonde lui fit comprendre qu’elle se trompait, et Evelynn répondit avec un petit rire gênée avant de retourner se cacher près de sa compagne.

-Je crois… que j’ai mal compris un truc…

Mais elle n’ajouta rien, préférant oublier ce qui venait de se passer et, si possible, faire disparaître le rouge de ses joues. Heureusement, Cassandra lui offrit une chance d’oublier son malaise, avec un ballon de volleyball de plage.

« Les filles, je vous réquisitionne pour quelques parties de beach volley. Et les excuses du type je-ne-veux-pas-me-casser-un-ongle sont d'emblée refusées ! »

-« Ce n’est pas moi qui a peur de m’abimer les ongles. J’ai toujours eut des faux ongles de qualité. Il le faut bien, après tout, je n’ai pas envie de m’en casser un lorsque je vais m’entrainer au gym. »

-Je veux bien oui… mais attendez-vous à recevoir le ballon souvent derrière la tête !

Les talents sportifs d’Evelynn étaient quasi inexistants en fait, mais bon, le pire qui pouvait arriver, c’était une petite bosse sur la tête, du sable sur le corps et de l’eau plein les yeux. Il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Souriante, Evelynn n’acheta rien et suivit le groupuscule dans les nombreux magasins sans se plaindre, appréciait à chaque sortie la caresse du soleil sur sa peau claire.

L’après-midi passa à une vitesse folle, le soleil et la piscine faisant bon ménage. Evelynn passa une grande partie de son temps à se détendre, installée sur une chaise longue, laissant le soleil faire son travail. Bien sûr, elle ne se gêna pas pour rejoindre les filles dans la piscine, riant avec eux, détendue pour l’une des rares fois de sa vie, mais elle passa une grande partie de son temps à se faire bronzer ou à taquiner sa dulcinée. Évidemment, son agilité légendaire ne la sauva pas, plus d’une fois, à une chute dans la piscine, mais c’est en riant, l’eau plein les narines, qu’elle ressortait pour se sécher au soleil.

Après une telle journée, la douche fut nécessaire, et c’est débarassée du chlore qu’elle rejoignit les filles autour de la table basse pour leur repas. Elle avait enfilée dans la foulée un jogging un peu trop serré à son goût, ses joggings larges ayant mystérieusement disparu, ainsi qu’une camisole violette où l’on distinguait un violon fait de couleurs plus vives bleuâtres. S’installant sur l’un des coussins, à la droite de sa dulcinée, elle se craqua les doigts et la nuque, puis tous les os qui voulaient bien faire l’agréable « Cric ». Une fois ce petit rituel terminée, elle ramena son attention sur Erïka et Nora, et évidemment, elle manqua la partie importante de la conversation, ne captant au final uniquement :


-… d’Evelynn, je choisirais les sushis plutôt que toi. Le poisson frais, c’est meilleur. Alors, tu prends le poisson cru ou la morue pas fraiche ? »

-Mais… mais Nora ne commanderait pas de morue pas fraîche ! Il n’y en a pas autour de la table ci ?

Regardant à droite à gauche autour du repas pendant une seconde, elle s’arrêta lorsqu’elle constata qu’elles la regardaient toutes. Penchant la tête de côté, un peu incertaine, elle demanda :

-Euh… qu’est-ce que j’ai dit ?[/color]

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Jeu 6 Fév 2014 - 23:31

Erïka n'avait décidément pas une grande résistance au soleil. Elle n'était pas en sucre bien sûr, mais Cassie commença à se demander si elle n'avait pas de la glace dans l'ADN. Ce qui devait être à moitié vrai après tout, vu les origines russes de sa blonde de colocataire. Quoiqu'il en soit, elle avait tenu jusqu'à présent une dizaine de minutes sous le soleil, et il s'agissait de battre ce record.

    « Tu trouves pas que tu exagères ? Enfin, je suis d'accord pour le plongeon et l'extinction des feux... » fit Cassandra.


La jeune femme sourit à Evelynn qui s'emmêlait les pinceaux et effectua ses achats et programma d'ailleurs une partie de beach-volley, en insistant pour que tout le monde participe et que personne n'invente des prétextes fallacieux pour y échapper. Eleonnora n'était pas contre et Evelynn les prévenait déjà des mauvais coups qui tomberaient sans doute.

Ainsi continua l'après-midi, à écumer les boutiques à la guise de l'aînée du groupe. Cassandra se demanda combien exactement Nora disposait de placards pour y ranger chacun de ses talons aiguilles. Elle était à peu près certaine qu'elle avait de bonnes chances de figurer dans le livre des records rien que pour ça... quoiqu'il en soit, c'était toujours l'occasion pour discuter avec Evelynn et Erïka (quand la grande russe n'en kidnappait pas une pour lui faire essayer telle ou telle paire).

Vint enfin le moment de rentrer à la maison. Cassandra prit le temps de se changer contrairement à sa coloc' qui plongea en quatrième vitesse dans le bassin, comme si sa vie en dépendait ou que ses cheveux avaient pris feu. Note pour plus tard : planquer tous les vêtements noirs d'Erïka et les remplacer par du blanc. Rien que du blanc. Cassie se promit d'en toucher un mot à Nora et sa compagne. Cela pouvait constituer une belle farce à faire à la petite blonde.

L'illusionniste profita à son tour de la tiédeur de l'eau, jusqu'à la tombée du jour. En sortant de l'eau, elle tressa ses cheveux humides et se sécha rapidement avant de se rhabiller et de suivre ses amies à l'intérieur. Encore une fois, Nora et Erïka se disputèrent à propos de poisson autour du plat de sushis. Mais le plus drôle, ce fut quand Evy attrapa la conversation en plein vol et qu'elle demanda s'il n'y avait pas de morue pas fraîche dans la pièce. Il y eut un petit silence après lequel Evelynn se demanda ce qu'elle avait dit, puis Cassandra éclata alors de rire.

    « Je sais pas toi Evelynn, mais moi je vois deux morues blondes pas fraîches dans cette pièce ! » fit Cassandra entre deux éclats de rire.


Non mais c'est vrai : il n'y avait qu'à regarder les cernes qui commençaient gentiment à se dessiner sous leurs yeux, aussi abondamment maquillés fussent-ils. Une bonne nuit de sommeil leur ferait du bien à toutes!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 11 Fév 2014 - 2:42

Erïka pouvait se montrer très désagréable au naturel. Lorsqu’il faisait terriblement chaud, comme aujourd’hui, elle devenait irritable, faisait preuve de mauvaise foi et se plaignait jusqu’à ce qu’elle puisse se cacher à l’air climatisé ou bien se jeter dans une piscine. Malheureusement, Eleonnora, Evelynn et Cassandra en faisait les frais. Cette dernière tentait malgré tout de résonner sa colocataire, lui faire comprendre que les choses n’étaient pas aussi terrible que cela. Certes, il faisait chaud, mais si elle y mettait de la bonne volonté elle ne le remarquera même plus. Il fallait seulement qu’elle accepte d’y mettre du sien plutôt que de se plaindre et réclamer mentalement la présence de son petit ami. Elle avait survécu à de telles chaleurs pendant des années avant de le connaitre, elle pouvait bien faire un effort et vivre sans lui pour les deux semaines à venir.

Si faire les boutiques avec Eleonnora pouvait parfois se montrer infernal, c’était encore pire sous le chaud soleil de Miami. Erïka n’avait toujours pas réussis à faire preuve de bonne volonté. Elle se plaignait, mais mentalement, marchant silencieusement aux côtés de ses amies, son ombrelle protégeant sa tête du soleil. La jeune femme ne savait pas si elle préférait marcher à l’extérieur ou attendre que sa sœur ait terminé ses courses dans les nombreuses boutiques visitées. L’après-midi lui sembla, par moment, filer à la vitesse d’une tortue unijambiste. Finalement, lorsqu’elles arrivèrent au manoir – cet endroit était trop grand et luxueux pour porter le nom de maison – Erïka alla se changer. Il ne lui fallut que quelques minutes pour se retrouver en maillot de bain, nageant dans la grande piscine.

Lorsque l’heure du repas arriva, les filles se retrouvèrent toutes autour de la table basse, assises confortablement sur des coussins. Sur la table, trônait un énorme plateau de sushis ainsi qu’une bouteille de vin. Il était temps de se servir. Ayant faim après avoir nagé pendant plus qu’une heure, Erïka ne tarda pas à attraper des sushis avec ses baguettes et les déposer dans son assiette. Bien sûr, elle n’allait certainement pas manger sans s’engueuler avec sa sœur. Comme d’habitude, les sœurs Davidoff se jetait des piquent, embêtait l’autre en y prenant un malin plaisir. Evelynn fut bientôt inclus dans cette conversation, contre son gré. La pauvre ne semblait pas avoir suivi ce qu’elles avaient dit. Elle se demandait s’il n’y avait pas de morue pas fraiche autour de cette table, affirmant que jamais au grand jamais sa compagne oserait en commander pour le repas. Cela provoqua l’hilarité de Cassandra, qui était restée muette jusqu’à présent, ainsi que d’Erïka. Le sourire aux lèvres, Eleonnora préférait se taire pour ne pas que sa compagne ne soit davantage gênée par sa bêtise. Déjà que tous les regards étaient tournés vers elle…

Au final, Cassandra révéla la réponse à la question d’Evelynn. Il n’y avait pas une, mais bien deux morues pas fraiches autour de la table. Pas question qu’elle s’en sorte comme ça en traitant Erïka de poisson ! Cette dernière comptait bien se venger. Elle attrapa un coussin du canapé et frappa légèrement son bras avec avant de le reposer sur le sol.


-« C’est drôle, parce que je viens d’en découvrir une troisième. »

Elles commencèrent à manger. Erïka avait faim et dévora avec appétit bien plus de sushis qu’elle croyait pouvoir manger en temps normal. Pour accompagner le repas, il y avait du vin, qu’elle but doucement. Eleonnora lui en avait tellement fait boire, par le passé, que ce soit du rouge, du rosé ou bien du blanc. Elle était fière d’avoir trouvé quelque chose qui plaisait à sa petite sœur. C’était peut-être l’un des meilleurs, selon elle, mais également l’un des plus chers. Elle ne lui avait toujours pas révélé le prix de la bouteille et il valait mieux que cela reste ainsi.

Après le repas, Erïka aida à débarrasser la table. Bientôt, ce ne fut plus le plateau de sushi, à présent vide, ainsi que la vaisselle qui ornait la table, mais bien des bouteilles d’alcool et des verres à shooter. Il ne fallait pas être un génie pour découvrir quel genre de soirée sa sœur leur avait préparée. Alors que la jeune femme allait retourner s’assoir, sa sœur s’approcha d’elle et lui mit un sac dans les mains. Elle fit de même avec Evelynn et Cassandra.


-« Oh non… t’es pas sérieuse ? » Fit Erïka en regardant dans le sac.
-« Ne fait pas la rabat-joie, ça va être amusant. On va se faire une véritable soirée de filles, comme dans les films ! »
-« Et ça inclus que je porte ça ? »
-« J’aurais bien pu t’acheter mieux, mais comme tu n’as pas de seins, les choix étaient restreints. »
-« Sale garce. »
-« Moi aussi je t’adore petite sœur. » Répondit Eleonnora en amorçant une approche pour câliner Erïka. Cette dernière se sauva et alla s’enfermer dans sa chambre avant d’être attrapée. « Bon, allez, les filles, allez mettre vos tenues, plus vite que ça. »

Lorsqu’elle fut assurée que les filles étaient toutes occupées à se changer, Eleonnora alla faire de même. Elle quitta sa chambre avec une longue robe de nuit en satin d’un rouge éclatant. De minces bretelles passaient sur ses épaules afin de bien soutenir la robe qui présentait un décolleté invitant. Afin de bien s’agencer avec cela, la jeune femme avait acheté un peignoir fait du même matériel, de la même couleur. Elle fut d’ailleurs la première à se retrouver dans le salon, bientôt suivit par sa sœur qui entra dans la pièce d’un pas hésitant.

-« Tu sais que je ne porte que ce genre de tenue en présence de mon copain ? »
-« On est entre fille, ne t’en fais pas pour ça. On lui enverra des photos, si tu insistes. »
-« Ce n’est pas ça que je veux dire. » Répondit Erïka en soupirant. « Pas question que je retire mon peignoir. »
-« Si tu insistes, mais tu finiras par avoir chaud à un moment ou à un autre, comme je te connais. »
-« Va te faire voir. »

Erïka retourna s’assoir sur ses confortables coussins, à sa place. Sous son court peignoir noir, elle portait un baby-doll de couleur turquoise, qui n’étouffait pas son corps par une coupe trop serrée. Elle se sentait légère et avait parfois l’impression qu’il lui manquait un short ou quelque chose du genre en raison de la longueur du vêtement. Il lui arrivait aux cuisses, masquant à peine ses fesses. Bien qu’elle portait un sous-vêtement noir en dessous, elle n’avait pas envie d’en faire profiter tout le monde. En fait, elle aurait dû mettre son propre pyjama plutôt que de se retrouver avec cette tenue au léger décolleté qui se terminait par une magnifique boucle de satin.

Cassandra n’avait pas été épargnée non plus. Eleonnora lui avait choisi une tenue qui pourrait la charmer et l’inciter à l’enfiler. En plus d’un délicat peignoir violet, le même modèle que celui porté par Erïka, elle avait eu droit à une courte nuisette violette, tout ce qu’il y avait de plus simple. Sous sa poitrine, un léger ruban de dentelle venait décorer l’avant du vêtement. Puisqu’elle avait une forte poitrine, Eleonnora n’avait pu s’empêcher de lui acheter une tenue qui la mettait en valeur.

Il ne restait plus qu’Evelynn. Elle avait eu droit à quelque chose de moins révélateur. Elle était plutôt timide et ne souhaitait sûrement pas se faire remarquer autant que les autres filles. Bien sûr, elles passaient leur soirée à quatre, mais cela ne l’empêchera certainement pas de se sentir mal à l’aise. Elle avait donc la chance de porter une robe de nuit d’un magnifique vert clair, couvrant ses cuisses jusqu’à ses genoux. Une fente sur le côté droit du vêtement montait néanmoins jusqu’à la mi-cuisse. Le décolleté était léger et ne mettait pas trop en avant sa poitrine. Au contraire, ses seins étaient pratiquement complètement couverts. Elle avait également un peignoir, blanc celui-ci, tout comme les autres. En fait, autant dire qu’Eleonnora avait pris toutes les couleurs disponible de peignoir afin qu’elle en a toute un différent. Maintenant, il fallait attendre les filles. Eleonnora avait déjà hâte qu’elles soient de retour pour débuter sa parfaite soirée de fille, comme on en voyait tant dans les films !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Mar 11 Fév 2014 - 19:52

« Je sais pas toi Evelynn, mais moi je vois deux morues blondes pas fraîches dans cette pièce ! »

-Où ça ? J’aime pas les poissons !

L’artiste avait peur de tout, et le simple fait d’imaginer une carpe lui frôler la jambe était suffisant pour la faire frissonner d’inconfort. Elle pensait que Cassandra parlait d’un aquarium dans l’une des pièces de la villa d’Eleonnora, sans jamais comprendre l’allusion comique de la chose. Evy était ainsi, il ne fallait pas lui parler en image ou essayer de faire des jeux de mots, encore moins faire des métaphores. Il lui fallut un peu de temps, et l’aide de sa belle-sœur, avant de comprendre de quoi Cassandra parlait.

-« C’est drôle, parce que je viens d’en découvrir une troisième. »

Une illumination tomba sur Evelynn qui comprit enfin de qui parlait les filles, et elle ne se gêna pas pour rire avec elles. Au moins, la blague était sur quelqu’un d’autre cette fois, sur plusieurs autres. Elle était la seule épargnée. Se tournant vers Eleonnora, elle lui murmura doucement, au creux de l’oreille :

-Tu n’es pas une morue t’en fais pas…m’enfin…

Avant d’ajouter quelque chose, elle se releva, s’éclipsant dans la cuisine pour éviter la réaction de Nora. Elle revint un instant plus tard, une bouteille de plus à la main pour remplacer celle qui était déjà sur la table. Elle ne se gêna pas pour resservir les filles, puis se réinstalla près de sa dulcinée, les deux mains dans le repas encore une fois. Elle aussi avait très faim, et c’est sans problème que les quatre femmes passèrent au travers du repas commandé par la belle blonde.

Alors que la table était débarrassée, Evelynn se coucha sur le fauteuil un instant, cherchant à respirer et à faire de la place dans son ventre. Elle n’eut malheureusement pas le loisir de s’attarder dans son confort, car la table se remplissait à vue d’œil de bouteilles d’alcool. Elle allait émettre un commentaire, mais en fut empêché par un sac qui lui arrivait dans les bras. Curieuse, l’artiste se redressa, s’appuya contre le dossier de son fauteuil à nouveau, puis fouilla dans le sac, se demandant à quoi sa dulcinée avait bien pu penser. Heureusement, la discussion entre elles l’aiguilla quelque peu sur ce qu’elle allait trouver dans ce fameux sac.


« Bon, allez, les filles, allez mettre vos tenues, plus vite que ça. »

-Chef oui chef !

L’artiste se redressa, en faisant un clin d’œil rieur à sa compagne, avant de déposer un baiser sur sa joue et de disparaître dans sa chambre, impatiente de voir ce que sa compagne lui avait acheté. Évidemment, il ne lui vint pas à l’idée que Nora aurait pu faire quelque chose du genre robe sexy ou presque déshabillé. Elle s’attendait à… un pyjama ! Une robe de chambre en laine ou quelque chose de… bref de cachant ! Lorsqu’elle découvrit ce que contenait le sac, elle cligna des yeux à de nombreuses reprises, puis les essuya, et regarda à nouveau ce qui était étendu sur le lit. Elle n’avait pas fait ça ! C’était… c’était… tout sauf elle ! Evelynn souleva la robe, ne sachant pas trop quoi en penser, ne sachant pas comment réagir. Elle était magnifique… et douce… mais ça n’empêchait pas que ça ne correspondait pas du tout à son propre style !

Evelynn soupira bruyamment, s’installant sur le lit, puis commença à retirer ses vêtements. Lentement, elle enfila la robe qu’elle s’était fait offrir, mais la fente sur le côté de sa jambe montait définitivement trop haut à son goût. Elle n’avait pas vraiment le choix de toute façon, c’était ça ou être limitée à faire des pas de deux centimètres. Au moins, elle avait un peignoir, et contrairement à la cadette des Davidoff, elle avait toujours froid. Elle allait pouvoir le garder autour d’elle pendant qu’elles prendraient un verre.

Ressortant après les sœurs Davidoff, elle rata une partie de leur dispute, mais ne put s’empêcher de les trouver toutes les deux magnifiques. Evelynn ne put que rougir lorsqu’elle s’imagina ce que lui réservait Nora sous son peignoir rouge vif. Erïka semblait mal à l’aise, et Evelynn se dirigea donc naturellement vers elle, en oubliant presque son propre malaise.


-Ne t’en fais pas… essaie de ne pas être gênée… Dans une tenue comme ça, tu ne peux pas faire plus patate que moi… pas que tu ne fasses patate du tout… au contraire je suis certaine que… enfin que tu es jolie et tout et… euh… oh la ferme…

Soupirant devant sa difficulté à dire ce qu’elle pensait, elle se retourna vers sa compagne, et vint la prendre dans ses bras.

-Je suis nulle…

Puis, regardant autour d’elles, l’artiste demanda :

-Où est Cassandra ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Dim 16 Fév 2014 - 17:04

Cassandra ne s'était pas gênée pour faire une farce à ses deux camarades blondes, les comparant à des morues plus très fraîches. D'une parce qu'elles pouvaient parfois VRAIMENT se comporter comme des morues – surtout entre elles – et de deux parce que les marques de la fatigue pouvaient tout de même se lire sur leurs visages, bien qu'elles restaient légères. Toutefois, elle se prit tout de même un coup de coussin de sa colocataire qui à son tour la traita à son tour de poisson. Pauvre Evelynn... alors qu'elle venait d'avouer détester ces créatures aquatiques, la voilà qui était entourée de trois de leur représentants !

Ça n'empêcha pas cependant le repas de bien se passer. Il y avait bien assez de sushis pour tout le monde et leurs appétits furent largement comblés. Il y avait aussi une assez conséquente quantité d'alcool, tant même que Cassandra doutait qu'elles finissent chacune des bouteilles présentes sur la table basse. Il y allait en avoir au moins qui risquait de finir ivre morte avant la fin de la soirée. Soirée dont Cassie commença à discerner le genre, vu tous les shooters alignés autour du plat japonais.

Au moins, elles n'aurait à grimper qu'un seul étage pour se coucher et non pas à traverser la ville cette fois.

Toutefois, ce n'était pas la seule surprise qui les attendait. S'absentant un instant, Eleonnora revint très vite chargée de quatre sacs ; un pour chacune d'elle. Jetant un regard interrogateur à sa coloc', elle eut la même réaction qu'elle en découvrant ce que renfermait le paquet.

    « Nora... sérieusement ? »


Pas le temps d'en discuter plus sérieusement, il était temps de se changer. Même Erïka ne protesta pas plus que cela.
Cassandra monta dans sa chambre, défaisant sa tresse au passage puisque ses cheveux avaient séché. Lâchant le sac sur le lit, elle attrapa sa brosse et démêla sa tignasse noire, prenant son temps. Tant pis si elle était la dernière à descendre. Cassie n'était pas certaine d'avoir envie de mettre ces vêtements.
La jeune femme attrapa son portable, lut ses messages. Tomba sur un numéro qui n'avait plus donné signe de vie depuis plusieurs mois, malgré de nombreux textos. Un soupir, la danseuse ferma le clapet du téléphone et le jeta à son tour sur le lit, ricochant contre le papier du sac. Elle sortit de ce contenant la nuisette et le peignoir d'une délicate couleur améthyste.
Nora pouvait parfois avoir bon goût. Demi-sourire de la jeune femme, qui finit par passer les légers vêtements. Au final, elle avait déjà porté pire. Et au moins, c'était confortable, malgré l'important décolleté. Elle enfila ensuite le peignoir et le ferma soigneusement, avant de ressortir de sa chambre, l'esprit un peu ailleurs. Et si...

Pieds nus, elle descendit silencieusement les marches, captant des bribes de conversation de ses amies. Elles étaient déjà toutes les trois en bas, comme Evelynn demandait à haute voix où elle était. Approchant de l'encadrement de la porte, l'intéressée répondit elle-même.

    « Je suis là. Bravo, Nora, je dois dire que pour une fois, tu as su faire une démonstration de bon goût ! » fit-elle avec un sourire calme, donnant ainsi le change sur son réel état d'esprit. « D'ailleurs, cela vous va très bien à toutes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Lun 17 Fév 2014 - 4:41

"Hey, what a beautiful day
All I need is a taste
And it tastes so good
Nothing but a good time
A good time
Sippin' on sunshine"

Parfois, avec certaines personnes, on se sentait tout simplement à l’aise. C’est comme s’il n’y avait pas de tabou. On pouvait dire n’importe quoi, parler de tout et de rien, rire des pires conneries qui soient sans même se sentir jugé. Eleonnora se sentait ainsi. Elle était avec une amie, une sœur, un amour et elle sentait qu’elle pouvait leur faire confiance. Certes, elle ne pouvait pas tout dire, surtout pas au sujet de son boulot, mais si on oubliait cela, elle avait l’impression d’avoir de véritables confidentes autour d’elle.

Après avoir vu des tas de films dans sa vie, la jeune femme avait parfois souhaité vivre certaines situation amusantes, cocasses, qui se produisaient dans les longs métrages. Elle avait toujours voulu passer une soirée avec des amies. Une véritable soirée de filles où on prenait soin des unes et des autres, où on buvait autant qu’on le pouvait et où on se racontait des petits secrets ainsi que des anecdotes amusantes, le tout dans des tenues légères et confortables. Elle voulait vraiment que ça fonctionne. Elle fut heureuse qu’après le repas, Evelynn ne proteste pas lorsqu’elle lui donna un sac de lingerie qu’elle devait aller enfiler de ce pas. Erïka s’obstina avec elle, comme toujours, mais elle partit se changer. Si elle avait vraiment décidé de ne pas porter ce que sa sœur lui aurait offert, elle aurait tout simplement refusé sans revenir sur sa position. Pourquoi ne l’avait-elle pas fait ? Parce qu’elle souhaitait faire plaisir à sa sœur. Elle voyait que cela la rendait heureuse. Et puis, ce n’était qu’une innocente tenue. Elles allaient passer une soirée entre filles. Pour être franche, Erïka devait s’avouer qu’elle n’avait jamais vécu ce genre de soirée, dans sa jeunesse, où elle invitait des amies à dormir chez elle. Elle n’avait jamais eu le don de se faire des amis, il fallait dire. Et puis, il n’y avait pas que ça…

Cassandra reçu également un sac de la part d’Eleonnora. Elle regarda le contenu et réalisa que la tenue que la jeune femme souhaitait lui faire porter ne ressemblait pas du tout à une vieille jaquette de grand-mère. Pourtant, son amie était vraiment sérieuse. Elles étaient jeunes et belles, pourquoi ne pas en profiter ? Il n’y avait rien de mal à mettre son corps en valeur. Et puis, elles étaient entre femmes, elles allaient tous porter le même genre de vêtement et aucun livreur de pizza n’allait venir sonner à la porte comme dans les mauvais scénarios de films pornographiques.

Eleonnora s’approcha de la jeune femme et posa ses mains sur ses épaules, le sourire aux lèvres. Cassandra était une belle femme, il fallait qu’elle sache se mettre davantage en valeur. Elle savait faire tourner les têtes et attirer le regard des hommes, la jeune femme l’avait constaté à de multiples reprises. Elle ne devait pas complexer ou se sentir gênée de porter une telle tenue. Elle sera ravissante. Bon, pas autant qu’Evelynn, mais elle sera tout de même belle.


-« Allez, fais un effort. Tu vas voir, ça va te faire à merveille. Tu es magnifique, il faut te mettre en valeur, même si on est qu’entre filles. Et puis, tu vas voir, ce genre de tenue est très confortable. »

Elle sourit à la jeune femme puis alla sa changer à son tour. Elle fut la première à revenir dans la grande pièce, suivie d’Erïka. Sa petite sœur était plutôt du genre à porter des tenues confortables et non trop révélatrices. Elle avait fermé son peignoir de satin et ne comptait pas le retirer de sitôt. Elle se contenta de s’installer confortablement à sa place, devant la tonne d’alcool qui trônait sur la table basse.

Evelynn vint bientôt rejoindre les deux sœurs. Elle s’approcha d’Erïka pour lui glisser quelques mots, affirmant qu’elle était très jolie et qu’elle n’avait pas à être gênée. Elle n’avait pas l’air d’une patate dans sa tenue. Enfin, c’était ce que la jeune femme avait tenté de lui dire, mais elle s’emmêla les pinceaux et s’ordonna de la fermer, ce qui provoqua un petit rire amusé chez Erïka.


-« J’ai compris ce que tu voulais dire, ne t’en fais pas. Je sais que je suis jolie, mais ce n’est pas une raison de me balader à moitié à poil. Tu n’as pas l’air d’une patate, toi non plus. Ais confiance. Si tu aurais été moche dans des fringues qui ne te vont pas du tout, je te l’aurais dit plus tôt. » Elle lui fit un gentil sourire.

Peu de temps après, Evelynn alla se blottir dans les bras de sa compagne, qui s’était assise sur un tas de coussins. Eleonnora l’accueillit à bras ouvert et l’embrassa sur le front. Est-ce qu’un jour sa compagne arrivera à avoir davantage confiance en elle-même ?


-« Tu n’es pas nulle. Tu es maladroite et c’est très mignon. » Lui répondit sa douce.

Au moment où Evelynn demanda où se trouvait Cassandra, cette dernière fit son apparition, bien couverte par son peignoir. Elle non plus n’avait pas envie de s’exhiber dans sa nuisette, visiblement. Elle félicita Eleonnora pour son bon goût et son choix de tenues. Elle en profita également pour complimenter la tenue de ses amies.


-« J’ai toujours bon goût. C’est vous qui ne pouvez pas le comprendre. » Fit Eleonnora. « Et si tu nous montrais ta tenue, Cassandra ? »

Eleonnora usa de son don pour défaire la ceinture du peignoir et ainsi révéler la nuisette qu’elle portait. Elle fit cela, au même moment, pour Erïka et Evelynn, avant de retirer son propre peignoir. Elle n’était pas gênée de montrer ses formes.

-« Refait ça encore et je te pends avec ma ceinture. » Fit Erïka en refermant son peignoir.
-« Ce que t’es susceptible, c’est fou. Bon, allez les filles, on va s’amuser. J’ai un jeu pour vous. On a tous des shooter devant nous. On affirme avoir fait un truc. Ceux qui ne l’ont pas fait doivent boire un coup. Après, c’est à celle d’à côté de poser une affirmation sur elle. Ça va être marrant ! »

Elle attrapa une bouteille d’alcool et se servit un shooter, puis en versa dans les autres. Avant de commencer la partie, elles devaient être prêtes. Maintenant, il ne lui restait plus qu’à trouver quelque chose à dire. Elle fouilla dans son esprit à la recherche d’intéressant à dire. Puis, finalement, elle se tourna vers sa sœur.

-« Commence, Erïka. »
-« Pourquoi moi ? Raaah. Bon, voyons voir… Je… Je suis déjà allée en Russie. »
-« Tu n’es jamais allée en Russie, à ce que je sache ! »
-« J'y suis née, connasse. Pourquoi j’aurais la nationalité, sinon ? »
-« Bon, d’accord. Les filles, buvez. C’est à mon tour. »

Eleonnora trouva finalement quelque chose à affirmer. C’était anodin, mais ça commençait bien la partie. Au fil du jeu, elles allaient toutes se connaitre davantage. C’était la partie la plus amusante.

-« Je chante sous la douche. »

Erïka pris une grande inspiration puis bu son shooter d’un trait. Elle s’étouffa sur le coup, toussa un peu, puis se remit du goût affreux de sa boisson. Pas question d’en reprendre. La jeune femme attrapa une bouteille de Snapp’s aux pêches et en remplis son petit verre. Au moins, prochaine fois qu’elle devra boire, ce sera moins dégoutant.

-« C’est à Evelynn. » Fit Eleonnora en se tournant vers sa compagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   Lun 17 Fév 2014 - 20:12

« Je suis là. Bravo, Nora, je dois dire que pour une fois, tu as su faire une démonstration de bon goût ! D'ailleurs, cela vous va très bien à toutes. »

-Elle a toujours bon goût ma compagne ! Même si les prix ne sont pas dans ses critères de sélections…

Nora achetait tout ce qu’elle voulait, quand elle le voulait, et il n’y avait pas grand-chose qui la ferait changer. Même si elle désirait qu’Evelynn fasse la même chose, elle n’était pas d’accord. Tout d’abord, elle n’avait pas les fonds pour le faire, et de toute façon, elle n’avait pas ce désir si fort qui semblait animer sa compagne d’acheter toutes les tenues de toutes les modes. Evelynn se tenta au compliment envers sa belle-sœur, mais rien n’y fit, elle se retrouva sans le vouloir à l’insulter. Se réfugiant dans les bras de sa dulcinée, elle attendit que le rouge de ses joues disparaisse… ce qui prenait toujours beaucoup trop de temps pour rien. Au moins, Erïka semblait avoir compris le message.

-« J’ai compris ce que tu voulais dire, ne t’en fais pas. Je sais que je suis jolie, mais ce n’est pas une raison de me balader à moitié à poil. Tu n’as pas l’air d’une patate, toi non plus. Ais confiance. Si tu aurais été moche dans des fringues qui ne te vont pas du tout, je te l’aurais dit plus tôt. »

-« Tu n’es pas nulle. Tu es maladroite et c’est très mignon. »

Evelynn répondit en se cachant un peu plus la tête dans le cou de sa compagne, mais rapidement elle dut quitter sa cachette lorsque Nora leur parla de son jeu d’alcool.

Elles étaient maintenant toutes les quatre autour de la table maintenant remplies de shooter de différents mélanges et alcools. Evelynn regardait tout ça, et dans ses yeux on pouvait lire qu’elle avait un peu peur. L’alcool et elle ne faisaient pas bon ménage, et son niveau de tolérance était très bas. Allait-elle pouvoir tenir toute une soirée avec Eleonnora et Cassandra ? Elle ne savait pas à quel point sa belle-sœur pouvait boire sans se rouler par terre, mais elle était sans doute capable de tenir quelques verres… ce qui n’était pas le cas de la brunette. Oh misère…


-« J’ai toujours bon goût. C’est vous qui ne pouvez pas le comprendre. Et si tu nous montrais ta tenue, Cassandra ? »

-Wow Cassandra tu es… wow tu es superbe !

Le regard d’Evelynn s’était porté vers Cassandra et sur sa magnifique tenue maintenant dévoilée. Elle ne réalisa même pas que son propre peignoir venait de se défaire et que sa robe de soirée était maintenant visible. Elle le remarqua uniquement lorsqu’Erika ajouta quelque chose en refermant brusquement son peignoir.  Evelynn pencha la tête et tout son sang monta dans son visage, transformant celui-ci pour lui donner une ravissante couleur rouge tomate. Elle écouta les règles du jeu en rattachant furieusement son peignoir, mais lorsqu’elle leva les yeux vers sa dulcinée, sa colère disparut aussitôt. C’était une blague, une boutade, et Evelynn n’avait pas à se fâcher contre elle pour une plaisanterie. C’était à Evy d’être plus à l’aise… m’enfin… un peu.

-Nora, avertis moi à l’avance la prochaine fois veux-tu ?!

Cela ne l’empêcha pas de s’installer à ses côtés pour écouter les règles du jeu, et ensuite pour voir Erika chercher une question à poser. Évidemment, celle-ci ne laissait pas des marges de possibilités, et le résultat était évident. Evy et Cassandra allaient assurément boire. La brunette s’enfila un shooter quelconque, et s’étouffa aussitôt. Elle était tombée sur de la vodka, sans doute de la même force que celles du pays natal de sa compagne. Elle ferait plus attention la prochaine fois. À la deuxième question, l’artiste attendit pour regarder la réaction des autres.

-« Je chante sous la douche. »

-Je t’entends toujours chanter… et non je ne chante pas moi ! Hors de question que quelqu’un entende ma voix de canasson avec Nora qui chante comme une déesse à côté !

Evelynn dut cependant boire une deuxième gorgée, et le second shooter fut légèrement moins alcoolisé, plus sucré. Elle avait cependant déjà chaud, et elle commença à défaire la ceinture de son peignoir avant de se souvenir de ce qu’il y avait en-dessous. Elle cessa aussitôt son mouvement, mais elle desserra le haut quelque peu, question de laisser l’air circuler.

-« C’est à Evelynn. »

-Euh… moi euh… hum… tiens on va voir si vous avez des secrets les filles : j’ai déjà embrassé une autre femme.

Elle fit un petit clin d’œil à sa dulcinée avant de retourner la tête vers sa belle-sœur et Cassandra. Est-ce que l’une d’entre elles avaient eu une histoire coquine lors d’une soirée débridée par l’alcool ? C’est ce qu’elles allaient savoir.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Miami, nous voici ! [PV Evelynn Jones & Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» nous voici réuni !
» Evelynn Jones
» Nous voici 40 rugissants!!
» "Papi Forge" Nous voici ! [RP SOLO]
» Les belles-soeurs [PV Evelynn Jones]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: Autour du Monde :: Le reste des Etats-Unis-