X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Jeu 21 Nov 2013 - 21:49

Il était assez tard. Erïka était très fatiguée ce soir-là et avait profité de l’absence de Cassandra pour se coucher très tôt. Elle dormait donc paisiblement depuis des heures. Rien ne semblait être en mesure de pouvoir la déranger dans son profond sommeil. Enfin, c’était ce qu’on pouvait croire. Les mauvais rêves l’habitaient peu à peu, la plongeaient dans un monde très près de la réalité. Elle ne pouvait fuir. La seule solution était de mourir.

Coincée, dans ce songe cauchemardesque, Erïka était persuadée de faire face à ses pires peurs. Pourquoi avait-elle regardé ce film, en début de soirée ? L’histoire était intéressante, le scénario d’horreur arrivait à la plonger dans l’univers gore du long-métrage. Alors qu’il restait trente petites minutes et que les protagonistes faisaient maintenant face à une secte sataniste, pourquoi n’avait-elle pas quitté l’écran des yeux ? Pourquoi ne s’était-elle pas bouché les oreilles ? Elle avait regardé pendant cinq longues minutes ce qui se passait à l’écran, tentant vainement de se convaincre qu’elle pouvait passer par-dessus cela. Elle savait qu’il s’agissait d’une oeuvre de fiction, que rien n’était réel. Pourtant, cela ne faisait que lui rappelé que les pires choses pouvaient se produire dans la réalité, également.

Seule, sans la moindre personne pour lui tendre la main, Erïka tentait de fuir, de combattre le mal la pourchassant. Cependant, cela était vain. Peu importe où elle trouvait refuge, il ne fallait pas beaucoup de temps pour qu’elle soit de nouveau menacée. La jeune femme s’agitait dans son sommeil. Elle remuait, jetant à demi ses couvertures sur le sol. Elle n’avait pas conscience que tout ce qu’elle vivait n’était qu’un terrible rêve. Elle fuyait, encore et encore.

Finalement, elle fut attrapée. Le mal la tenait, allait la faire souffrir. La mort se rapprochait. Elle allait disparaitre sous peu, ne devenir qu’un corps meurtris et sans vie. Elle se débattait davantage, furieusement, avant de pousser un ultime cri de détresse. Un cri qui franchit réellement ses lèvres et résonna dans la pièce vide qu’était sa chambre.

Lorsque le songe prit finalement fin, quelques secondes plus tard, Erïka ouvrit les yeux. Elle se redressa vivement, regarda autour d’elle, dans la pénombre. La jeune femme n’avait pas tout à fait repris contact avec la réalité. Durant son sommeil, de chaudes larmes avaient inondées ses joues. Sa respiration avait pris un tout nouveau rythme, s’accélérant à cause du stress, de la peur et la panique qui envahissait tout son corps. Nerveuse, effrayée, la jeune femme replia ses jambes vers elle. Elle posa sa tête contre ses genoux, n’osant pas regarder ce qu’il y avait autour d’elle. Elle avait peur de voir ce qui l’entourait, de constater que tout était réel.

Peu à peu, le contact avec la réalité ce faisait. La présence de danger la quittait. Enfin, c’était ce qu’elle croyait. Un simple bruit, quelques petits sons qui s’élevèrent doucement à ses oreilles la mirent en alerte. Elle paniqua. Elle posa sa main contre ses lèvres afin de ne pas faire de bruit alors qu’elle sanglotait. Figée, elle n’osait rien faire. Elle avait peur. Elle souhaitait simplement que sa crise d’angoisse passe. Cependant, impossible tant et aussi longtemps que ce vilain songe sera en train de la hanter…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Sam 23 Nov 2013 - 2:58

Cassandra était fatiguée. Elle l'était toujours en revenant de son travail, mais ce soir-là c'était multiplié par trois, puisqu'elle n'avait fait quasiment que danser. Il n'était pas rare que plusieurs filles se désistent le soir même... et le travail restait le même pour moins de personnel. Résultat, Cassie n'arrêtait pas. Emmitouflée chaudement dans son écharpe, rentrant à l'institut, elle n'aspirait plus qu'à prendre une bonne douche relaxante et à se glisser entre ses draps pour se laisser aller dans les bras de Morphée.

Vu qu'il était tard, elle tenta de faire le moins de bruit possible, comme toujours. Retirant ses chaussures, c'est pieds nus qu'elle monta à l'étage des dortoirs et rentra dans la chambre qu'elle partageait avec Erïka. Pour une fois, la pièce était complètement obscure, signe que la petite blonde n'était pas devant son lecteur DVD à regarder un énième film par insomnie. Dans l'obscurité, Cassie distingua quelques mouvements provenant du lit de sa colocataire, mais ne comprit pas tout de suite que son sommeil était agité. Pour le moment, elle s'employait juste à déposer ses affaires en silence et à se glisser dans la salle de bains, fermant doucement la porte.

L'eau qui coulait risquait peut-être de réveiller Erïka, mais tant pis, la danseuse avait vraiment besoin de se glisser sous une douche chaude. Un soupir de satisfaction s'échappa de sa gorge une fois qu'elle sentit l'eau détendre ses muscles engourdis par le froid et l'effort de la soirée. Elle resta un long moment dans la cabine, savourant la sensation de réchauffement, jouant un peu avec l'eau à se créer quelques mondes aquatiques remplis de poissons colorés, d'épaves, de coraux et de sable tapissant de profondes abysses. Il n'y avait pas d'heure pour l'imagination après tout.

Vint le moment de quitter la douche. Cassandra enfila le débardeur et le jogging qui lui servaient de pyjama, tressa ses longs cheveux noirs et sortit de la salle de bains, ne faisant plus très attention au bruit qu'elle faisait. Toutefois, elle n'en faisait pas assez pour ne pas distinguer de drôles de petits bruits qui retentissaient dans la chambre. Intriguée, la jeune femme s'arrêta, retint sa respiration et écouta. Cela provenait du lit d'Erïka. Dans l'obscurité, tout semblait amplifié, et à fortiori le bruit. Il était impossible de ne pas remarquer la respiration rapide et irrégulière de sa colocataire. N'allumant pas la lumière pour ne pas éblouir la blonde, Cassie s'avança dans la pièce.

    « Erïka... ? » murmura-t-elle.


Pas de réponse. Mais un nouveau bruit se fit entendre, un peu étrange, comme une bouffée d'air qu'on laisse s'échapper contre son gré. Ses yeux s'étant habitués au noir, Cassandra put finalement distinguer la silhouette d'Erïka, assise sur son lit, mais elle ne put pas en revanche remarquer les larmes qui inondaient les joues de la jeune fille.

    « Désolée si je t'ai réveillée. »


Silence. Cassandra crut un instant qu'Erïka était mécontente et qu'elle se contentait de la fermer. Mais ça ne collait, elle faisait toujours un bruit bizarre. Intriguée, la serveuse s'avança jusqu'à son lit et alluma la petite lampe de chevet qui se trouvait juste au-dessus, histoire d'y voir un peu plus clair sans pour autant éclairer toute la pièce. Une fois que la lumière fut, elle put se retourner vers sa colocataire.

    « Hé, tu fais la gueule ou quoi ? Pourquoi tu.... mais, hey ! Erïka ! »


Elle venait enfin de remarquer que quelque chose n'allait pas. La blonde était recroquevillée sur elle-même dans son lit, comme en proie à une terreur sans nom. Inquiète soudainement, Cassandra s'approcha d'elle, tendant la main pour la poser sur son épaule. Qu'Erïka se trouve dans un tel état n'était clairement pas quelque chose de normal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Sam 23 Nov 2013 - 17:45

"We are healing
But it’s killing us inside
Can we take a chance?
When faith and fear collide"

Endormie, Erïka était plus qu’impuissante face à ce qui se déroulait dans son esprit. Elle vivait son songe en croyant dur comme faire qu’il s’agissait de la réalité. Rien ne pouvait l’en faire sortir, sauf son propre esprit. Celui-ci pris la peine de bien l’effrayer, de lui donner un avant-goût de ce à quoi un probable futur pouvait ressembler. Elle ne voulait pas être attrapée, elle refusait de mourir. Pourtant, dans une telle situation ou plus rien n’était possible, elle cherchait vainement à mettre fin à ses jours.

Puis, ce fut le réveil. Un réveil en sueur, en panique, où les larmes ne cessaient d’inonder son pauvre visage apeurée. Erïka avait besoin de temps pour reprendre le contrôle d’elle-même et revenir à la réalité. Elle devait se dire que tout cela n’était rien de plus qu’un vilain cauchemar. Elle allait s’en remettre, elle le faisait toujours. Cependant, il lui fallait du temps. Cette nuit, personne ne dormait à ses côtés. Personne pour la protéger ou prendre soin d’elle. La jeune femme était seule et se dérouillerait par elle-même, trouverait le moyen de se rassurer toute seule.

Les jambes repliées contre elle, Erïka refusait de lever la tête. Elle avait peur de ce qu’il pourrait y avoir dans sa chambre. Elle entendait du bruit, ce qui la terrorisait davantage. Elle sanglotait le plus silencieusement possible, tentant d’étouffer le bruit de ses pleurs, sa main plaquée contre ses lèvres. Elle se calmait peu à peu. Au bout d’un moment, sa main vint se poser contre ses jambes. Elle commençait à aller mieux. Cependant, dès que la voix de Cassandra résonna, elle repensa à ce qu’elle venait de rêver, à tout ce qui y était lié. Sa respiration s’accéléra de nouveau. Pourtant, la jeune femme n’avait rien dit de si terrible.

Bientôt, une faible lumière éclaira une partie de la pièce. Erïka savait qu’elle était là, mais la distinguait bien mal, la tête plongée contre ses genoux. Devait-elle attraper ses couvertures et s’y cacher, même si elle mourrait de chaud ? Son amie ne devait pas la voir ainsi. Pourtant, Erïka ne bougeait pas, comme si elle était figée. Au moment où une main toucha doucement son épaule, elle sursauta, poussa un tout petit cri contre son gré et bougea soudainement. Elle déplia les jambes, se tourna vers la sa colocataire, le visage baigné de larmes. Son cœur battait tellement fort qu’elle avait l’impression qu’il allait défoncer sa poitrine.

Reconnaissant Cassandra, la jeune femme se jeta carrément dans ses bras. Elle avait besoin de cette présence rassurante pour la ramener à la réalité. Elle se laissa aller à ses sanglots, sachant très bien qu’il était totalement inutile qu’elle les retienne plus longtemps. Ils ne disparaitront pas soudainement. Cependant, après un petit moment à sangloter, Erïka commença à se calmer. Elle tremblait, frissonnait toujours, mais elle était en mesure de parler d’une voix faible, presque étouffée.


-« Dé…solée… Retourne dormir… je… ça va passer… C’est juste… »

Elle ne termina pas sa phrase. Erïka s’éloigna de sa colocataire pour se laisser tomber mollement sur le matelas, la tête sur un oreiller. Ses yeux étaient rougis par les larmes. Elle regardait dans la direction de Cassandra, mais elle n’était pas vraiment dans son champ de vision. Elle ne comptait pas se rendormir, sachant qu’elle reverrait aussitôt toutes ses images dans son esprit. Par contre, elle comptait bien attendre que sa colocataire soit endormie pour sortir à pas de loup de la pièce.

Prenant une grande inspiration alors qu’un nouveau sanglot souhaitant s’exprimer, la jeune femme tenta de revenir totalement à la réalité. Elle avait peur, mais elle ne voulait pas le montrer. Pourtant, son corps le faisait à la sa place. Erïka avait besoin d’aide, mais elle n’en demandait aucune. Bien que les cauchemars se faisaient bien plus rares pour elle, ils n’en étaient pas moins violents, perturbants, effrayants. Ils faisaient ressortir toutes les plus grandes peurs de la jeune femme. Face à tout cela elle était seule, désarmée et faible.


-« Je vais m’en remettre…. Va dormir… » Fit-elle pour chasser Cassandra.

Une part d’elle, orgueilleuse et forte, ne souhaitait pas d’aide. Il valait mieux que Cassandra retourne dormir. Tout cela finira par passer, comme toujours. Cependant, une autre part, plus timide et faible, qui représentait à quel point Erïka avait été brisée par son passé et qu’elle toujours hanté par la peur de devoir affronter de nouveau ses démons, montrait à quel point elle ne pouvait s’en sortir seule. Elle devait se faire une raison. Elle devait accepter d’avoir des précieux amis prêts à la soutenir, quoi qu’il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Lun 25 Nov 2013 - 2:56


Habituellement, Erïka ne dormait que très peu. Il était déjà arrivé que, au cours de la nuit, Cassandra se réveille pour une certaine raison, et qu'elle aperçoive sa colocataire qui regardait un film sur son lecteur DVD  ou lisait un livre à la lueur de sa petite lampe de chevet. Aussi cette nuit, en rentrant, constatant qu'Erïka dormait plus ou moins bien, Cassie avait fait en sorte de ne pas la réveiller, bien qu'elle ressente un besoin urgent de prendre une douche délassante. La serveuse ne se gêna donc pas pour rester un long moment sous l'eau, histoire de se mettre en bonne condition pour dormir.

En sortant, elle entendit des bruits étranges. Erïka devait être réveillée, et Cassie s'excusa donc, ne sachant pas si tout le bruit qu'elle avait fait y était pour quelque chose. Mais le silence de sa colocataire était étrange. La connaissant un peu mieux maintenant, elle savait qu'Erïka n'aurait pas laissé passer l'occasion d'envoyer une vanne à la brune. Aussi, Cassandra s'inquiéta pour le petite blonde, d'autant plus qu'elle émettait des sons étranges. Ayant allumé la petite lampe de chevet de son lit, la danseuse se tourna vers sa camarade et constata alors l'état dans lequel elle se trouvait. Interpellée, Cassie s'approcha doucement d'Erïka et... la russe se jeta carrément dans les bras de la danseuse.

Cassie était interloquée. Il devait vraiment se passer quelque chose de grave pour qu'Erïka agisse de la sorte. La laissant pleurer, elle la serra doucement dans ses bras et frotta lentement son dos, en un geste de réconfort qui ne lui était pas habituel. Elles restèrent un petit moment comme cela, le silence uniquement perturbé par les sanglots de la petite blonde. Puis, cette dernière finit par retrouver l'usage de la parole. Elle commença à expliquer quelque chose, mais s'arrêta et se tut.


    « C'est juste... quoi ? » l'encouragea Cassandra.


Elle ne continua pas. Erïka reposa sa tête sur son oreiller, comme vidée de tout. Cette crise de larmes avait du la fatiguer, bien sûr, mais quelle en était donc la cause ? C'était ce que Cassie ne comprenait. Et contrairement à quelques mois auparavant où elle aurait laissé la blonde à sa tristesse, elle ne voulait pas faire comme si rien ne s'était passé. Elle voulait savoir, comprendre, aider... son amie. Parce que oui, maintenant, Erïka était son amie.

Elle laissa Erïka prendre son temps. Au bout d'un petit moment de silence finalement, la blonde demanda à sa colocataire d'aller s'endormir, mais Cassie secoua la tête. Hors de question qu'elle aille se reposer alors que sa coloc' était dans un état pareil. Pour bien marquer qu'elle ne partirait pas de sitôt, Cassandra s'installa jambes en tailleur sur le matelas d'Erïka.


    « Bien sûr. Je vais aller dormir et faire comme si rien ne s'était passé alors qu'il est clair que tu ne vas pas bien. Manque de chance, t'es tombée sur la mauvaise personne. »


C'était avec une voix douce néanmoins, moins brutale que si Erïka lui avait parlé plus durement. La danseuse regarda un petit instant sa camarade puis reprit doucement la parole.


    « Erïka, qu'est-ce qui s'est passé ? Pas la peine de me congédier encore une fois, je bougerais pas d'ici tant que tu n'auras pas parlé ou que tu ne te sois pas rendormie. S'il le faut, je reste éveillée toute la nuit pour vérifier que tu dors. »


Cassandra en était tout à fait capable. Ce serait la toute première fois... mais il y avait un début à tout pas vrai ? Puis, pour apaiser un peu Erïka, Cassie fit fleurir tout autour d'elle des fleurs bleues glacées, comme pour former autour d'elle un cocon réconfortant, connaissant son amour du froid, de la neige et de la glace. La lueur bleutée qui émanait de l'illusion était source de sérénité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Mar 26 Nov 2013 - 3:57

Erïka dormait rarement le temps d’une nuit complète. La jeune femme souffrait d’insomnie, mais refusait de prendre des médicaments. Elle avait trop peur que les somnifères l’empêchent de se réveiller en cas de problème. Elle préférait encore passer des nuits de deux ou trois heures, elle n’avait besoin de rien de plus pour être en forme le lendemain matin, en général.
Il y a également des nuits où son sommeil était troublé par des terribles cauchemars. Avec le temps, c’était de plus en plus rare, heureusement. Elle arrivait peu à peu à mettre le passé derrière elle et ne plus y penser. Cependant, des événements comme ceux qu’elle avait vécus ne pouvaient disparaitre totalement. Elle était traumatisée, elle peinait à s’en remettre, mais elle continuait d’avancer jour après jour et tentait d’oublier.

Ce soir, après avoir visionné un film qui avait ravivé en elle de douloureux souvenirs, la jeune femme se retrouvait coincée dans un effrayant songe qu’elle prenait pour la réalité. Elle paniquait, même à son réveil elle avait du mal à réaliser que tout ce à quoi elle avait rêvé ne s’était jamais produit. Elle était en sécurité.

Recroquevillée sur elle-même, la jeune femme pleurait silencieusement. Cependant, Cassandra le remarqua et ne tarda pas à s’approcha d’elle. Elle posa doucement sa main sur l’épaule d’Erïka, ce qui la fit sursauter. Cette dernière ne tarda pas à se jeter dans les bras de son amie, en quête de réconfort. Elle laissa aller ses sanglots, évacuant toutes les émotions qui l’habitaient actuellement.

Ce ne fut qu’une fois calmée qu’elle arriva à prendre la parole. Ne parlant pas très fois, d’une voix douce, elle tentait d’expliquer à Cassandra ce qui se passait. C’était juste un cauchemar. Rien de plus. Par contre, elle ne termina jamais sa phrase. Elle se redressa et secoua doucement la tête. Elle ne prit pas la peine de répondre à son amie avant de se coucher sur le matelas, tête sur l’oreiller. Elle lui dit plutôt de retourner se coucher. Ça allait finir par passer.

Par contre, Cassandra pouvait se montrer assez têtue lorsqu’elle le souhaitait. Plutôt que de retourner à son lit, elle prit place sur celui d’Erïka. Cette dernière se redressa et l’observa. Elle passa une main sur son visage afin d’essuyer les larmes sur ses joues. Assise en tailleur, la jeune femme n’osait pas regarder sa colocataire. Elle détestait se réveiller ainsi, en panique. Elle détestait encore plus lorsque quelqu’un en était témoin.

Peu à peu, Erïka avait repris contact avec la réalité. Elle ne se sentait pas mieux pour autant, mais elle comprenait qu’elle n’était pas en danger, actuellement. Cela la soulageait, dans un sens. Cassandra était avec elle et seule cette présence arrivait à l’apaiser légèrement. Le cauchemar était terminé, bien qu’il ravivait de terribles souvenirs. Il fallait du temps à Erïka pour retrouver son calme habituel.

-« C’est vrai… t’es aussi têtue que moi… »

Elle tenta d’esquiver un mince sourire avant d’essuyer une larme au coin de son œil. Elle détestait se sentir comme ça. Par contre, après voir pleurer, elle ne pouvait nier qu’elle se sentait un peu plus libre, en quelque sorte, comme si un fardeau venait de la quitter.

-« C’était qu’un cauchemar… Enfin… J’avais l’impression que c’était la réalité. La peur, je la sentais comme si j’y étais vraiment. Je fuyais, mais c’est impossible. On ne peut pas fuir ça. On ne peut pas s’en échapper si facilement, pas même dans la réalité. Peu importe ce que je fais, c’est là. Je ne peux pas me rendormir, c’est impossible. Je vais revoir encore et encore ces mêmes images. Je ne peux plus les supporter. J’en peux plus… »

Elle soupira doucement, regardant à peine Cassandra dans les yeux. À chaque fois qu’elle faisait un terrible cauchemar comme celui-là, elle remettait tout un tas de choses en question, elle se demandait ce qu’elle devrait faire pour que tout cela cesse. Jamais elle n’irait voir un psychologue. De toute façon, si elle voulait parler, elle savait que Miss Frost ou que le professeur Xavier seraient prêts à l’écouter. Ce qu’il fallait à Erïka était la fin de cette histoire. Il fallait qu’elle sache que ce cauchemar était terminé pour elle, mais pour bien d’autre. Elle devait mettre fin à tout cela. Comment ? Ce drame s’était produit il y a des années. Elle ne pouvait rien y faire maintenant, elle en était certaine. Et puis, est-ce que les policiers allaient vraiment écouter son histoire ? Est-ce que son frère accepterait de l’aider pour faire entendre la vérité ? Elle n’en savait rien. Elle préférait rester dans son petit cocon qu’était l’institut. Elle était en sécurité, elle avait des amis, des gens sur qui compter.

Cassandra créa une douce et apaisante illusion. Des fleurs glacées parsemèrent le matelas, les couvertures. La glace… Rien de tel pour faire plaisir à Erïka. La jeune femme adorait l’hiver, la neige, et cela lui rappelait de merveilleux souvenirs. Elle sourit. Tristement. Doucement, elle effleura l’une des fleurs. Elles étaient jolies.


-« Magnifique… » Souffla-t-elle doucement.

Doucement, la jeune femme releva la tête, observa la pièce. Elle ne voyait rien de plus que ces jolies fleurs près d’elle. Cela lui suffisait. Elle n’avait pas besoin d’un château de glace, en ce moment. Il lui fallait seulement la compagnie d’une amie et cette douce et rassurante illusion qui lui rappelait celui qu’elle aimait. Lui offrira-t-il des fleurs de glace, un jour ? Elle en serait tellement heureuse.

-« Tu pourrais tirer les rideaux ? »

Avant d’aller se coucher, la jeune femme n’avait pas tiré les rideaux. Maintenant, elle avait peur de se lever et de s’approcher de la fenêtre. Elle préférait en rester éloigner. Elle ne voulait pas regarder à travers et y découvrir quelque chose d’horrible. Elle était un peu paranoïaque dans ces moments-là. Elle préférait rester dans son lit, comme si c’était un endroit où rien ni personne ne pouvait attendre. Elle pouvait lire, regarder des films pendant toute la nuit si elle le voulait, mais elle ne quittait pas ce petit îlot.

-« Je ne t’ai pas réveillée, au moins ? Je me souviens avoir crié, dans mon cauchemar… mais je ne sais pas si je l’ai vraiment fait ou non. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Mar 3 Déc 2013 - 0:10

Déjà qu'Erïka avait le sommeil fragile, les cauchemars n'étaient pas pour arranger sa situation. Cependant, c'était la première fois que Cassie voyait sa colocataire dans un tel état de désespoir et de tristesse. Elle pleurait littéralement sur l'épaule de la brune. Une crise de larmes salutaire, qui lui fit du bien. Les larmes étaient un bon moyen d'évacuation, quoique vraiment exceptionnel chez la petite blonde. D'ailleurs, cette dernière ne tarda pas à se reprendre et voulut même congédier la danseuse, affirmant que tout allait bien et qu'elle pouvait retourner dormir. C'était prendre Cassandra pour une idiote et oublier à quel point elle pouvait être aussi têtue que la blonde. Cassie s'installa sur le lit d'Erïka, invitant cette dernière à parler de ce qui n'allait pas. C'était ça que faisait les amis, pas vrai ?

Erïka raconta son cauchemar. Une chose qu'elle fuyait aussi bien dans la réalité que dans ses songes. Cassie l'écouta. Ce devait être quelque chose qui l'avait durement éprouvée pour que cela continue de la poursuivre. À l'entendre c'était quelque chose qui s'était déroulé longtemps auparavant. Quoiqu'il en soit, la brune comprenait le sentiment de sa colocataire. Parfois, il est impossible de fuir un mauvais souvenir. Il est là, en vous, il fait partie de vous. Il fait ce que vous êtes aujourd'hui.

Cassandra pouvait écouter, mais réconforter avec des mots, ce n'était pas son truc. Elle était trop maladroite pour cela. Pour autant, elle ne resta pas à ne rien faire. Utilisant son don et ce qu'elle savait qu'Erïka aimait, elle fit doucement fleurir des fleurs de glace autour de la petite blonde. Certes, elles ne remplaceraient pas la réconfortante présence qu'Iceberg aurait pour elle, mais au moins elle savait que la vue de sculptures de glace pouvait lui faire un peu de bien. Jackpot, car Erïka, après avoir observé un peu les fleurs, releva doucement la tête, ce qu'elle n'avait pas osé faire jusque là.

    - Ça va aller, Erïka. T'es pas toute seule.


Acquiesçant, Cassie se releva du lit de sa colocataire et alla tirer les rideaux. La lumière de la lune était aveuglante et baignait une toute petite partie de la chambre des deux filles. Quand le tissu masqua complètement la fenêtre, la seule source de lumière provenait de la petite lampe allumée par Cassandra. Ceci étant fait, la danseuse laissa tranquillement sa colocataire assise sur son lit et alla s'installer dans son propre lit, face à elle néanmoins.

    - Non, je venais juste de rentrer et de prendre une douche, rassure-toi. Tu as fait quelques bruits bizarres oui, mais tu n'as pas vraiment hurlé.


Un petit bruit provint du sol, non loin du lit d'Erïka. En vérité, il s'agissait de la cage de Pee-Chai. À l'intérieur, le cochon d'Inde ne dormait visiblement pas, contrairement à Istina. Tant qu'à faire, peut-être pourrait-il aider Erïka. Cassie offrit un petit sourire à sa colocataire avant de se diriger vers la cage de l'animal et de l'en sortir avec douceur.

    - Je crois qu'il y a un de tes petits amis qui aimerait te réconforter aussi.


Doucement, Cassie déposa Pee-Chai devant Erïka. Elle la laissa un instant prendre le contact avec son animal de compagnie avant de reprendre encore une fois la parole.

    - Ça fait longtemps que tu as ces cauchemars ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Mar 3 Déc 2013 - 4:41

La solitude avait, pendant très longtemps, été la seule et unique amie d’Erïka. Elles se connaissaient bien toutes les deux. Elles avaient partagé de nombreux moments de peur, de souffrance, de pleurs. Depuis quelques années, l’adolescente l’avait totalement délaissée pour ses véritables amis. Ceux qui pouvaient l’aider, la soutenir, la consoler et la réconforter. Elle n’était plus seule. Au contraire, elle était entourée de personnes qui tenaient à elle et souhaitaient simplement son bonheur. Que demander de mieux ? Lorsque la panique prenait de l’ampleur et qu’elle sentait tout son corps trembler sous l’emprise de la peur, elle était heureuse de se retrouver auprès d’une personne à qui elle tenait. Elle était soulagée de savoir qu’il y avait des gens qui prenaient soin d’elle lorsque les choses n’allaient pas. Cela lui permettait de reprendre peu à peu le contrôle d’elle-même et de réaliser à quel point elle était forte. Bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé.

Après avoir pleuré dans les bras de Cassandra, laissant toutes ses émotions surgir et évacuer son corps dans de longs sanglots. Elle se sentait mieux, par la suite. C’était toujours soulageant de pouvoir pleurer un bon coup sans se sentir jugé par qui que ce soit. Doucement, Erïka respira, tenta de se ressaisir. L’illusion que créa sa colocataire lui permis de se changer davantage les idées. Lorsque cette dernière accepta également de se lever afin de tirer les rideaux de la fenêtre, la jeune femme ne fut que davantage soulagée. Elle se sentait mieux. Cependant, la peur de retrouver le sommeil et de revivre son cauchemar était toujours présente. Elle devait trouver autre chose pour se changer les idées en espérant que le temps passe vite. L’aube semblait si loin !

Heureusement que Cassandra était là. Son sommeil n’avait pas été troublé par la crise d’angoisse de la jeune femme. Elle était déjà réveillée, venant tout juste de rentrer du boulot. Ça devait être pour cette raison qu’elle ne semblait pas à moitié endormie comme une personne qui aurait pu être tirée des bras de Morphée.
Soulagée de ne pas avoir hurlé dans son sommeil comme elle croyait l’avoir fait, Erïka se demandait tout de même ce qu’elle avait pu faire. Elle avait sûrement murmuré des trucs incompréhensibles, comme cela lui arrivait parfois. Elle ne pouvait pas le savoir, à vrai dire. Il était parfois difficile de distinguer la réalité du songe.


-« J’ai sûrement murmurée des conneries, un truc dans le genre. Je ne sais jamais ce qui est réel ou ce qui ne l’est pas dans ce genre de situation... Au moins je t’ai pas réveillée, c’est déjà ça.»

Cassandra s’était installée sur son propre lit et continuait de discuter avec elle. Cependant, au bout d’une petite minute ou deux, elle se leva et se dirigea vers le bureau d’Erïka. Cette dernière la suivait des yeux. Elle la vit ouvrir la cage de ses cochons d’inde, prendre Pee-Chai dans ses mains, puis refermer la cage avant d’amener le petit animal auprès de sa propriétaire. La jeune femme le déposa avec attention sur le matelas. Erïka esquissa un petit sourire. Elle caressa doucement la fourrure de son cochon d’inde avant de le prendre dans ses bras. Rien de tel pour se sentir mieux que l’amour d’un petit animal. La jeune femme lui donnait beaucoup d’affection, elle le dorlotait, le gratouillait doucement. Ce qu’elle pouvait adorer ses cochons d’indes. Ils étaient très importants pour elle. Une véritable source de joie et de réconfort.

Cassandra prit de nouveau la parole afin de lui demander si ses cauchemars duraient depuis longtemps. Devait-elle compter le temps qu’elle avait passé emprisonnée dans une secte de satanistes ou non ? Elle y était entrée vers l’âge de douze ans. Elle en avait présentement dix-neuf et souvenait toujours de ce qu’elle avait vécu comme si c’était hier. Elle avait réussis à reprendre une vie quasi-normale vers l’âge de quinze ans. Les cauchemars ne l’avaient pas lâchée depuis. Ils étaient moins fréquents avec le temps, mais tout aussi effrayants. Réfléchissant pendant quelques secondes, Erïka leva finalement la tête vers Cassandra avant de répondre.


-« Disons que ça doit bien faire six ans… Enfin, ce n’est pas si important. C’est de plus en plus rare que ça m’arrive. »

La jeune femme se coucha doucement sur son lit, Pee-Chai posé sur son ventre. Elle le sentait bouger, la piétiner très légèrement avec ses petites pattes. Il était plutôt calme, ce qui était rare de sa part. Erïka n’allait pas s’en plaindre.
Alors qu’elle était confortablement installée, son esprit réfléchissait à tout un tas de choses. Passant du coq à l’âne, elle réalisa bien rapidement qu’elle souhaitait demander quelque chose à sa colocataire. Eleonnora avait appelé sa petite sœur, il y a quelques jours, pour lui proposer un séjour à Miami Beach, là où elle avait acheté une maison. Elle comptait y passer près de deux semaines en compagnie d’Evelynn. Elle avait proposé à Erïka d’amener quelqu’un avec elle, de préférence une femme. Ainsi, elles allaient pouvoir passer de véritables vacances entre femmes à faire tout ce que les filles dans les films faisaient lorsqu’elles étaient en soirée. La jeune femme voyait déjà les soirées manucures et pédicure arriver, mais elle avait tout de même accepté. Il ne restait plus qu’à en parler à sa colocataire, qui connaissait sa sœur ainsi que sa belle-sœur.
Erïka attrapa Pee-Chai dans ses mains et se redressa avant de le poser sur le matelas.


-« Tu sais ce qui me ferait vraiment plaisir ? Que tu prennes congé de ton travail pour les deux dernières semaines de novembre… Ce qui veut dire, pour dans deux semaines. Ma sœur s’est achetée une maison de vacances à Miami et elle nous y invite à séjourner avec Evelynn et elle. Depuis qu’elle a reçu un yatch pour son anniversaire, elle ne cesse de parler de sa hâte d’y aller. Ça te plairait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Jeu 5 Déc 2013 - 23:29

La solitude, ce n'était pas toujours marrant. Pour autant, elle pouvait être aussi synonyme de sécurité, comme ç'avait été le cas pour Cassie. La jeune femme s'était longtemps réfugiée derrière elle, par choix. Elle ne l'avais jamais regretté. Ça faisait partie de son histoire, de ce qu'elle était. Mais des fois, c'en était pesant. Il y avait eu certaines occasions où Cassie aurait souhaité avoir quelqu'un à ses côtés. Or, c'était précisément ce qu'il fallait à Erïka aujourd'hui. La danseuse n'était pas certaine de faire l'affaire, mais qu'importait ? Elle ne voulait pas laisser sa colocataire dans cet état de tristesse.

Après avoir fait usage de son don et servi d'accoudoir à Erïka pour qu'elle puisse verser ses larmes, la petite blonde semblait aller un peu mieux. Au moins, un sourire, pâle et mince, commençait à se dessiner sur ses lèvres. Il devint un peu plus franc une fois que la lumière de la lune fut totalement dissimulée par les rideaux. Les ténèbres pouvaient être réconfortantes. Cassie se mit ensuite à rassurer sa colocataire : elle ne dormait pas quand Erïka avait fait son cauchemar, et assura à la petite blonde qu'elle n'avait pas crié.

    « Je sais pas. Rien de compréhensible. Et t'en fais pas, je viens juste de rentrer. »


Cassie cherchait encore autre chose qui pourrait réconforter Erïka. Elle n'eut pas à chercher bien loin : Pee-Chai s'agitait dans sa cage, aussi la danseuse sortit le petit animal et alla le déposer en face de sa propriétaire, qui arbora un encore plus joli sourire cette fois. La petite blonde aimait ses petits animaux, aussi pouvaient-ils sans doute réconforter la jeune femme d'une meilleure manière que Cassandra. Cette dernière laissa planer un petit moment le silence avant de reprendre la parole, pour demander à sa colocataire si ses cauchemars duraient depuis longtemps. Six ans, rien que ça.

    « Je vois. Heureusement que ça se fait rare. C'est à cause de ces cauchemars que tu es insomniaque ? J'espère pour toi que ça finira par s'estomper au cours du temps... »


Erïka en avait-elle déjà parlé à quelqu'un ? Forcément une personne en qui elle avait confiance. Cassie n'en était pas certaine, mais elle faisait bien ce qu'elle voulait. C'était à elle de décider ce qui était le mieux pour elle, de juger si parler de ses cauchemars l'aiderait à passer outre un jour ou l'autre. Laissant la blonde s'occuper de son petit animal, Cassie s'allongea sur son lit, ne se glissant pas tout de suite sous les couvertures. Relevant les jambes, elle les croisa, le regard rivé au plafond, respirant calmement. La douche l'avait délassée mais lui avait aussi redonné un semblant d'énergie. Aussi, le sommeil ne viendrait pas tout de suite.

Puis la russe reprit la parole, et Cassandra se tourna vers elle. Elle avait quelque chose à lui demander. Pourquoi le fait que Cassie prenne des congés dans son boulot lui ferait plaisir ? La serveuse fut d'abord étonnée d'entendre cela, ne comprenant pas où voulait en venir la petite blonde. Mais cette dernière lui expliqua bientôt pourquoi : il s'agirait de partir quelques semaines à Miami. Miami ! Alors que Cassandra n'était jamais allée plus au Sud que Richmond, là où elle avait grandi ! Un peu prise au dépourvue, Cassie se redressa pour faire face à Erïka.

    « Hé bien... pourquoi pas, je devrais pas avoir de difficultés. Je verrais ça avec la patronne. Ça me plairait bien oui, il doit faire bien plus chaud qu'ici... » Les températures avaient sacrément baissées ces derniers temps. « Et toi, ça te plairait aussi ? Tu préfères le froid non ? Je me demande si tu fondrais si on te laissait trop longtemps au soleil... » plaisanta Cassie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Lun 9 Déc 2013 - 1:00

Insomnie. Cela faisait partie de la vie d’Erïka. Ce mot, elle ne le connaissait trop bien. Elle savait également ce que cela représentait : une nuit sans sommeil et une longue journée éprouvante une fois le soleil levé. Que ce soit à cause de ses cauchemars, parce qu’elle avait des travaux scolaires à terminer rapidement ou bien car elle était trop préoccupée et se tracassait avec de nombreux problèmes survenant dans sa vie, le résultat était le même : elle ne trouvait pas le sommeil. Elle savait que ce soir, c’était ce qui l’attendait. Elle n’allait pas être en mesure de se rendormir. Hors de question d’essayer et de faire un nouveau cauchemar. Elle préférait rester éveillée.

Six ans. Cela faisant maintenant six ans qu’Erïka vivait une situation de ce genre. Cela la déprimait. C’était d’autant plus triste de réaliser qu’il y a près de quatre ou cinq ans ses cauchemars étaient bels et bien réels et qu’ils faisaient partie de son quotidien. Maintenant, tout cela était terminé. Elle devait seulement arriver à surmonter complètement ce traumatisme. Ce n’était pas aisé. Elle faisait des efforts jour après jour. Heureusement, elle avait de précieux amis pour la soutenir et simplement lui faire sentir qu’elle n’était plus seule.

Cassandra faisait partie de ces personnes. Elle ne savait rien du tout de ce que l’adolescente pouvait vivre. Elle ne pouvait se douter que ses cauchemars venaient d’une situation traumatisante, qu’il s’agissait du genre d’événement que l’on ne voyait que dans les films d’épouvante. Il valait mieux qu’elle l’ignore. Elle espérait simplement, pour sa colocataire, que les cauchemars cessent un jour. Erïka, elle, avait abandonné depuis longtemps. Lorsque Cassandra lui demanda si son insomnie était due à ses mauvais songes, la jeune femme hocha doucement la tête.


-« Ça fait longtemps que j’ai cessé d’espérer. »

Elle continua de jouer avec son cochon d’inde, les pensées défilant, se succédant les unes aux autres. Bientôt, elle se remémora qu’elle devait demander quelque chose à sa colocataire. Levant les yeux vers elle, elle lui demanda si elle pouvait prendre congé à son travail pour une durée de deux semaines. Eleonnora se rendait à Miami en compagnie d’Evelynn et proposait aux filles de venir avec elle. Erïka était enchantée par l’idée de sortir un peu de la ville, d’en découvrir une autre. Elle espérait que sa colocataire soit d’accord pour l’accompagner. Une sortie de filles, rien de mieux pour décompresser et oublier un peu les cours.

La jeune femme lui rappela, d’ailleurs, qu’il faisait chaud à Miami. Erïka allait-elle fondre si on la laissait trop longtemps sous un chaud et étouffant soleil ? Probablement. Il fallait absolument que la maison de sa sœur soit dotée d’air climatisé. Avec de la chance, ce sera le cas. De toute façon, vu le prix qu’elle avait dû payer, elle était pratiquement assurée d’avoir tout ce dont elle rêvait pour survivre à des chaudes températures.


-« Merde… j’y avais pas pensé… Oui, je vais probablement fondre. Ou perdre connaissance s’il fait trop chaud. Au moins, je me console en me disant que la maison sera climatisée. Et qu’il y a une piscine. Elle est très grande, apparemment. On pourra s’y prélasser à longueur de journée. Nora a prévu qu’on sorte, en soirée, alors je te conseille de t’amener des tenues qui auront son approbation si tu ne veux pas te voir forcée de faire le tour des boutiques jusqu’à ce que tu ais les fringues parfaites pour l’occasion. »

Erïka regarda Pee-Chai, caressa sa fourrure du bout de l’index. Il se laissait faire, bien tranquille. Pendant son absence, elle allait devoir charger quelqu’un de s’occuper de lui ainsi qu’Istina. Elle avait déjà une personne en tête, qui pourra se charger avec joie de s’en occuper. Maylee avait toujours adoré ces petites bêtes. Elle était douce et attentionnée, nul doute qu’elle pourra les nourrir et s’en occuper pendant son absence. Et puis, elle pouvait poser la cage dans sa chambre. Le seul risque était que sa colocataire les traumatise à vie. La colocataire en question se nommait Sunny. Pauvres cochons d’inde…

-« Je suis contente que tu viennes avec nous. Ça va être sympa. » Fit-elle avec un léger et sincère sourire.

La jeune femme roula doucement sur son lit afin d’attraper Pee-Chai, qui avait décidé de faire une balade. À moins qu’il n’ait déjà la mauvaise impression qu’il allait passer un dur séjour d’ici deux semaines. Si Erïka l’empêcha de chuter en bas du lit, elle ne put éviter que ce ne soit son cas. Elle tomba lourdement sur le dos, sur le sol. Elle ferma les yeux sous le choc, restant étendue.

-« Putain ! Ça fait maaaaal. Saleté de plancher. » Se plaignit-elle.

Elle se redressa doucement, frottant sa tête. Elle s’assit sur le sol le temps de reprendre ses esprits. Elle remarqua, d’ailleurs, une feuille sur le sol, en grande partie dissimulée sous sa commode. Elle s’étira et l’attrapa avant de tenter de déchiffrer ce qui y était écrit.


-« Hey ! J’ai retrouvé mon devoir d’économie. »

Dépoussiérant légèrement la feuille, Erïka se leva et alla la poser sur son bureau. Elle en profita également pour prendre Pee-Chai et le déposer dans sa cage. Du sommeil ne ferait pas de tort à cette petite bête énergique et affectueuse. Une fois la cage bien refermée – elle s’assura deux fois que c’était bel et bien le cas – elle retourna s’assoir sur son lit.

-« D’ailleurs, j’y pense, tu as pris des cours à l’institut, finalement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Mar 24 Déc 2013 - 0:56

Voilà qui expliquait tout. Pourquoi Erïka dormait si peu. Pourquoi elle passait plus sa nuit à regarder des DVD qu'à se laisser aller dans les bras de Morphée. Parce que oui, si ce qui était censé être une période de repos devenait un épouvantable cauchemar, on faisait son possible pour y échapper. Cassandra comprenait mieux à présent pourquoi sa colocataire était une insomniaque de haut niveau. Et ce n'était même pas faute d'avoir fait des efforts. Elle avait depuis longtemps cessé le combats contre les mauvais songes et s'en sortait à présent du mieux qu'elle pouvait. Plus besoin d'espérer puisque ça ne servait à rien.

Cassandra, même sans être une experte en matière de consolation et de réconfort, essaya de trouver le moyen de changer un peu les idées de la petite blonde, en se basant sur ce qu'elle savait qu'elle aimait. L'hiver, les flocons de neige, la glace... et ses animaux de compagnie. Istina dormait, aussi ce fut Pee-Chai qui servit à distraire sa maîtresse. Laissant tranquillement Erïka s'amuser avec son petit animal, Cassie vaqua à ses occupations, jusqu'à ce que sa colocataire lui parle d'un projet qui semblait très prometteur. La seule chose que devait faire Cassie était de prendre des congés, pour qu'elles puissent partir à quatre à Miami. La serveuse plaisanta sur la capacité de sa colocataire de résister à la chaleur, sachant qu'elle préférait de loin la froidure de l'hiver.

    « Bon au moins, au saura quoi faire si tu t'écroules. On te portera toutes les trois pour te jeter dans la piscine ! » plaisanta-t-elle. « Tu dis ça, mais... je suis sûre que même avec des valises bourrées de vêtements sur lesquels elle aurait apposé son sceau d'approbation, on sera quand même bonnes pour des séances shopping. »


C'était tout Eleonnora ça. Erïka n'avait pas menti quand elle avait décrit à sa colocataire comment était sa grande sœur. Quoiqu'il en soit, ça ne devrait pas poser de problème. Cassandra verrait tout cela demain avec sa patronne. En attendant, elle alla s'allonger sur son lit, soupirant de soulagement de mettre son dos au repos. Cassie tourna de nouveau la tête vers Erïka, souriant doucement à son tour, mais très sincèrement.

    « Moi aussi. Merci de l'avoir proposé. Ce sera la première fois que je vais dans le Sud. »


Choppant un livre et le lisant en attendant que le sommeil revienne. Ça ne serait pas pour tout de suite... Erïka venait de s'écraser comme une crêpe sur le sol, pestant contre le sol en bois. Cassie eut un sourire, plus de peur que de mal, mais elle ouvrit en revanche de grands yeux quand Erïka s'écria qu'elle avait retrouvé un devoir sous son lit.

    « Tu planques souvent tes devoirs sous ton lit ? Hm, oui, j'ai pris biologie... c'est intéressant. Et je pense que je vais bientôt m'inscrire en littérature aussi. J'aimerais aussi faire du dessin et de la musique... mais ça attendra un peu je crois. »


C'était bizarre de parler d'avenir. Même pour des choses aussi insignifiantes que ça. Cassandra ne tarda plus à reposer son livre, comme elle sentait la fatigue revenir.

    « Si y'a le moindre souci, hésite pas à me réveiller, d'accord ? Même si c'est juste parce que tu t'es cogné le bide sur le coin de la table... à demain, Rïka. »


Un « bonne nuit » aurait été une mauvaise idée, de même qu'un « dors bien », car la petite blonde n'allait sûrement pas se rendormir. Lui souriant une dernière fois, Cassandra ferma les yeux et se laissa aller au sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   Mar 24 Déc 2013 - 7:52

Si on devait demander à Erïka quelle serait sa destination vacance rêvée, ce ne serait certainement pas un endroit se situant dans le Sud du globe terrestre. Il y faisait trop chaud et elle détestait cela. Elle préférait nettement mieux s’emmitoufler dans un pull confortable et profiter des joies de l’hiver. C’est pourquoi Miami ne sera jamais l’une de ses destinations favorites. Pourtant, cela ne l’avait pas empêché d’accepter l’invitation de sa sœur. Elles passeront du temps ensemble et s’amuseront bien, surtout en compagnie d’Evelynn et Cassandra. Il fallait seulement qu’elle arrive à se convaincre qu’il ne fera pas si chaud que cela, une fois là-bas. Lorsque la jeune femme disait qu’elle avait ses limites quant à la tolérance des hautes températures, elle ne plaisantait pas. Elle avait toujours été plus sensible face au soleil. Il lui arrivait parfois de faire des insolations ou de tout simplement perdre connaissance. Par contre, Cassandra était là pour l’aider en cas de problème. Elle avait la solution idéale : la jeter dans la piscine. Soudainement, l’étudiante n’était plus certaine que ce soit une bonne idée de perdre connaissance auprès de son amie.

-« Tu veux me noyer, c’est ça ? » Répondit-elle sur le même ton de plaisanterie. « Il est clair qu’avec ma sœur, on ne peut jamais échapper au shopping. Un peu au moins espérer ne pas finir dans un institut de beauté, cette fois. »

Erïka pouvait s’attendre à tout venant de sa sœur. Elle avait donc décidé de laisser aller les choses et de voir comment elles iront. Elle espérait simplement ne pas avoir à passer ses journées sur la plage. Elle préférait être dans la piscine ou bien à l’air climatisé. Si elle le pouvait, elle voulait visiter la ville, les musées, trouver quelque chose d’enrichissant à faire. Par contre, y avait-il quelque chose de culturellement enrichissant à visiter ? Elle n’en savait rien. Cependant, elle comptait bien faire sa petite recherche à ce sujet. Elle n’y était jamais allée auparavant. Cassandra non plus. D’ailleurs, elle la remercia pour l’invitation. Erïka fit un mince sourire.

-« Tu veux que je te dise ? Ce sera  la première fois que j’y vais, moi aussi. »

Sans le faire exprès, Erïka tomba en bas de son lit. Elle s’écrasa comme une merde sur le parquet froid. La bonne nouvelle, dans tout cela, était qu’elle venait de retrouver son devoir d’économie. Il avait glissé, un soir, sous sa commode, lorsqu’elle avait balancé toutes ses affaires en bas de son lit pour y faire de la place. Le bon côté était qu’il était en partie complété. Le mauvais était qu’elle avait fini par l’oublier et qu’elle devait le remettre très bientôt. Elle avait intérêt à le remplir dans les jours à venir, peut-être même ce soir. Elle n’allait plus fermer l’œil de la nuit, de toute façon. Tout en se relevant et s’installant de nouveau sur son lit, la jeune femme demanda à sa colocataire si elle avait finalement choisi des cours à l’institut.

-« Je perds rarement mes devoir comme ça, mais c’est un travail d’économie alors il est clair qu’inconsciemment je voulais m’en débarrasser. Ne prend jamais ce cours, crois-moi, c’est pas une bonne idée. Je connais quelqu’un qui prend des cours de dessin, si jamais ça t’intéresse. Tu auras une idée du genre de choses qu’on peut y apprendre. »

Visiblement fatiguée, Cassandra se prépara à dormir. Erïka allait donc la laisser tranquille. Elle avait un devoir d’économie à terminer, de toute façon. La jeune femme attrapa donc la feuille en question, quelques bouquins ainsi qu’une trousse à crayons. Elle pourra revenir dans la chambre lorsqu’elle sera certaine que sa colocataire sera bien assoupie. Ainsi, elle ne la dérangera pas trop. Décidant de rester pieds nu, l’étudiante attrapa simplement une veste. Elle n’avait besoin de rien de plus.

Au moindre problème, elle pouvait toujours réveiller Cassandra. Cette dernière le lui proposait, elle était là pour l’aider. Doucement, Erïka secoua la tête. Elle allait s’en sortir.


-« Ne t’en fais pas. Je reviendrais dans quelques heures pour ne pas trop te déranger. J’ai encore un travail d’économie à terminer. À demain. »

Sur ce, elle quitta silencieusement la pièce. Elle ne dormira peut-être pas pour le reste de la nuit, mais elle pouvait se consoler en se disant que tout ce temps n’était pas perdu. Elle allait le consacrer à comprendre l’économie. Une vague de motivation semblait la submerger peu à peu. Sa conversation avec Cassandra lui avait remonté le moral et, maintenant, elle pouvait se dire qu’elle avait une amie sur qui compter. La jeune femme ne lui posait pas trop de question, elle savait rester calme et prendre ses distances lorsqu’il le fallait. Elle était la personne idéale pour cohabiter avec Erïka, en fait. Plus le temps s’écoulait, mieux elles s’entendaient. Elles allaient probablement devenir de grandes amies. Bien plus qu’elles ne pouvaient l’imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Terreur Nocturne [Cassandra Farrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Terreur Nocturne (with Nathan Loyson) [FINI]
» Sortie de filles [Cassandra Farrell]
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Dortoirs-