X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Sam 13 Oct 2012 - 19:55

Ne désirant pas le tuer à la tâche, Emma accordait de temps à autre des jours de congés forcés à William. Forcés car si elle ne lui imposait pas, il travaillerait sept jours sur sept et aussi longtemps que son corps le lui permettait. Plus il travaillait, plus il gagnait d'argent et de l'argent il en avait justement besoin pour ses différents projets. Sa motivation le poussait donc à travailler autant que possible sans tenir compte de son état de fatigue. Prétextant ne rien avoir à lui donner à faire pour la journée, la dirigeante de la Frost Company l'avait donc envoyé profiter de sa journée et s'absenta aussitôt, le privant ainsi de travail. Voyant bien qu'il était inutile d'insister, Will en avait profité pour faire une grasse matinée histoire de recharger ses batteries. Heureusement, il n'avait jamais besoin de dormir vraiment beaucoup et à peine réveillé, il était allé retrouver Amy et Erïka pour passer la journée avec elle.

Une journée sans travail était finalement bien agréable, permettant de lui changer les idées. Amy ayant dû s'absenter, Will était resté avec Erïka qui n'était pas avec Bobby. Où était-il d'ailleurs ? Probablement en cours. Quoiqu'il en était, le rouquin ne posa pas la question, bien heureux de pouvoir profiter un peu de sa soeur. Depuis qu'elle était en couple, il la voyait moins. Il ne le lui reprochait pas, évidement, bien heureux qu'elle se soit enfin ouverte aux autres. Après tout, c'était surtout parce qu'il travaillait beaucoup qu'il passait moins de temps avec. A bien y réfléchir, peut-être travaillait-il trop ? Gagner de l'argent était une chose mais si à cause de ça il perdait de vu ceux qu'il aimait, ce n'était peut-être pas si bien que ça. Trouver un juste milieu était peut-être davantage une meilleure idée. Il fallait qu'il y songe. Mais pour le moment, il voulait juste profiter de ses proches, rien d'autre.

Seulement, ce genre de moment passait toujours trop vite. Après avoir fait les quatre cents coups comme à leur habitude, les deux mutants s'étaient séparés. Will avait besoin de se changer après avoir été recouvert de peinture par une russe à l'identité ne faisait aucun doute. Le terme "art plastique" prenait tout son sens avec eux, leur imagination aidant bien à leur faire faire n'importe quoi, du moment qu'ils s'amusaient. Et le rouquin n'était pas du genre à reprocher à sa petite soeur de l'avoir tartiné de gouache. Après tout, elle le lui rappelait assez souvent... il était une tartine. Seulement, la peinture tâchant, le borgne avait opté pour aller mettre ses vêtements à laver avant que la peinture ne pénètre dans les tissus, les rendant inlavables.

Désormais changé et propre comme un sous neuf, Will descendait les marches du manoir pour rejoindre le rez-de-chaussée et retrouver Erïka afin de continuer de profiter de la journée. Sauf qu'à cet étage, aucune trace de la russe. Etait-elle montée elle aussi ? Non, il l'aurait vue en passant. Peut-être était-elle dans sa chambre alors ? Il valait mieux qu'il aille vérifier puisqu'elle ne semblait être présente dans aucune pièce avoisinnante. Tournant sur lui-même, le rouquin allait remonter lorsqu'il l'aperçue à travers une fenêtre, dehors, en train... de fumer ? Une tige blanche de courte longueur dépassait de ses lèvres bien qu'aucune fumée ne s'en échappait.

Will s'arrêta, surpris. Il savait qu'Erïka fumait puisque c'était plus ou moins à cause de ça qu'ils s'étaient rencontrés. Seulement, ces derniers temps elle avait stoppé sa consommation, préférant arrêter ce vice tant qu'il en était temps. Elle avait même donné au rouquin les paquets qui lui restaient afin qu'il les donne à Amy, fumant elle aussi. Même s'il avait eu l'opportunité à plusieurs reprises de s'y mettre, Will n'avait jamais voulu fumer. Déjà parce que cela coûtait cher, trop cher, et aussi et surtout parce que c'était mortel à long terme. Ayant suffisament de problèmes de santé comme ça dans la rue, il ne désirait pas s'en rajouter. Toutefois, il ne jugeait pas l'italienne sur ce point. Si elle voulait fumer, c'était elle qui voyait et elle n'avait pas fait mine de vouloir arrêter pour le moment contrairement à la russe. Mais alors, pourquoi en avait-elle une à la bouche là ?

Puisqu'elle n'était pas encore allumée, Will se dépêcha de sortir et de rejoindre la jeune femme. Celle-ci était justement en train de sortir un petit objet de sa poche à l'aide de sa main libre, l'autre étant occupée par le paquet. Sans doute un briquet. Avant qu'elle n'ait le temps de l'allumer, Will se mit à courir pour atteindre rapidement sa hauteur, lui arrachant ce qu'elle tenait dans les mains. Après tout, il était voleur, pickpocket et subtiliser ainsi des objets n'avait aucun secret pour lui. Paquet et briquet en sa possession, le rouquin continua sa course qu'il avait ralentie juste assez pour les attraper, prenant de la vitesse. Ainsi, il espérait bien éviter à sa soeur une rechute dans l'univers de ce poison en tube. Si elle avait arrêté, ce n'était pas pour s'y remettre quelques temps après. C'était sans doute dur mais elle devait lutter ! Et si pour ça il devait la priver, il le ferait. C'était même exactement ce qu'il faisait. Il lui restait bien une cigarette à la bouche mais sans feu, c'était bien inutile.

Contournant le bâtiment principal pour essayer de semer sa poursuivante, Will approcha du garage. Mais au lieu de continuer à courir, il ralentit avant de stopper pour de bon. Devant lui, une moto bleue foncée venait d'arriver. Il savait à qui il appartenait, d'autant plus qu'il était aux commandes. Mais ce qui l'intriguait était le passager casqué qui l'accompagnait. Ou plutôt, la passagère, vu sa corpulence, rapidement confirmée par la présence d'une poitrine plutôt fournie. Bobby était avec une autre femme ? Erïka le savait-elle ? Perplexe, la première réaction de Will fut de froncer les sourcils. S'il collait un peu trop une autre fille, ça allait mal se passer, très mal se passer. Faire de la peine à sa soeur était la pire chose qu'il pouvait faire. Néanmoins, il avait le bénéfice du doute. Après tout, il ne faisait peut-être que la ramener ici. Bobby était quelqu'un de serviable sous ses airs froids et distants.

Le rouquin se rappela d'ailleurs que la russe en question lui courait après et qu'elle n'allait pas tarder à le percuter s'il ne bougeait pas. Il fallait qu'il plaque son butin ! S'avançant de quelques pas, Will déposa les objets de son méfait entre les mains de Bobby qui venait à peine de descendre de sa moto sans prêter attention pour le moment à celle qui avait encore un casque sur la tête
.

"Garde ça, planque les, elle doit pas les récupérer !"

Une fois débarassé, le rouquin mit ses mains dans ses poches et fit comme si de rien n'était. Il s'intéressa un peu plus à la passagère... qu'il ne connaissait pas maintenant qu'elle était à visage découvert. Une résidente ? Son visage lui était parfaitement inconnu pourtant. Quoiqu'il en soit, si Bobby l'avait amené ici, c'était forcément une mutante. Lui ne ferait pas l'erreur de ramener un humain sur ces lieux, pas comme certaines... Will adressa un sourire à la jeune femme, évitant de trop la détailler pour ne pas paraitre impoli. Presqu'aussitôt, il lui tendit la main.

"Salut ! On s'connait pas je crois bien... Moi c'est William. T'es une amie à Bobby ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 14 Oct 2012 - 5:55

La journée avait commencée de très bonne heure pour Erïka. Elle s’était réveillée avant le lever du soleil, puis était descendue à la cuisine afin de manger un peu. Les cours avaient recommencés depuis quelques temps pour elle, ce qui lui offrait une nouvelle occupation. Il fallait dire que sans Will, elle avait un peu trop de temps libre. Bien qu’elle passait beaucoup de temps avec Bobby, son petit ami, elle n’était pas toujours collée à lui et se retrouvait parfois seule, lisant un bouquin ou visionnant un film. La reprise des cours lui donna la motivation nécessaire pour se remettre à l’étude des langues. Après l’italien, elle s’attaquait à l’espagnol. Entre temps, elle donnait également des cours de russe à Will, lorsqu’elle avait l’occasion de le voir. D’ailleurs, ce dernier travaillait énormément. La jeune fille le voyait de moins en moins souvent et était légèrement attristée de ne pouvoir profiter de sa présence comme avant. Cependant, aujourd’hui, elle aura le bonheur de passer du temps avec lui.

Après un cours qui ne dura que deux heures, l’adolescente se retrouva libre de faire ce qu’elle voulait. Elle était heureuse d’avoir son après-midi de libre et comptait en profiter pour aller voir Amy. Elle aimait bien passer du temps avec elle. Peut-être sera-t-elle partante pour une balade à l’extérieur ? Il faisait si beau, si chaud. Pourtant, en temps normal, à cette époque de l’année, il faisait plutôt frisquet. Autant en profiter pendant qu’il en était encore temps. Laissant ses cartables ainsi que sa veste dans sa chambre, l’adolescente partie à la recherche d’Amy. Elle ne s’était certainement pas attendue à ce que Will vienne les rejoindre, un peu plus tard. Cette agréable surprise illumina la journée d’Erïka, heureuse de pouvoir profiter de la présence de son frère. Ils passèrent du bon temps ensemble avant qu’Amy ne doivent les quitter pour se rendre autre part. Cela laissait Erïka et Will seuls.

Toujours prêts à faire des bêtises, les deux amis ne se gênèrent pas pour faire un peu d’art, bien qu’une partie de la peinture se posa principalement sur Will, devenu, à nouveau, une tartine vivante. Bien entendu, le rouquin n’en voulait pas à sa sœur qui s’amusait grandement de la situation. Il alla simplement se changer afin de ne pas rester couvert de tâches de différentes couleurs. Pendant ce temps, que pouvait bien faire Erïka ? Après un instant de réflexion, elle monta rapidement à l’étage et alla récupérer le paquet de cigarette et le briquet qu’elle avait dissimulé dans son sac. Puis, elle sorti à l’extérieur. Il y a près d’une semaine, elle avait sombré de nouveau dans le vice. Elle fumait de nouveau. C’était plus fort qu’elle. Depuis un moment, elle n’avait pas osé le dire à Will, ni à qui que ce soit d’autre mis à part son frère jumeau, Alexïs, mais un grand stress l’envahissait continuellement. C’était pour cela qu’elle avait recommencé. C’était ainsi qu’elle se calmait. Si elle avait réussis, pendant quelques mois, à cesser complètement sa consommation, elle n’avait pu résister plus longtemps. Il était très difficile de se débarrasser d’une telle habitude. C’était sa cinquième tentative qui s’était soldée par un échec. Bien qu’il y ait eu amélioration, ce n’était pas suffisant. Un jour, peut-être, réussira-t-elle ?

Attendant Will, à l’extérieur, paquet à la main, la jeune fille en profita pour glisser une cigarette entre ses lèvres. Elle n’avait pas vu son frère récemment et ce dernier ne savait pas qu’elle avait recommencé à fumer. Que dira-t-il lorsqu’il la verra ainsi ? Elle n’en savait rien, mais pensait bien qu’il la laissera faire. Après tout, il savait bien qu’elle fumait. Lorsqu’ils s’étaient rencontrés, pour la première fois, l’adolescente avait une cigarette coincée entre les lèvres. Il ne sera pas étonné. Elle en était persuadée.

Ce qu’elle ne savait pas, était que Will l’avait bel et bien repérée, cigarette entre les lèvres, alors qu’elle s’apprêtait à y porter son briquet dans le but de l’allumer. Le rouquin avait soudainement surgit auprès d’elle, lui confisquant habillement paquet et briquet sans qu’elle ne puisse l’arrêter. Mais que faisait-il ? La jeune fille se demanda s’il s’agissait d’un nouveau jeu. Elle était toujours partante pour s’amuser avec lui. Elle n’allait certainement pas le laisser s’enfuir avec son butin ! Attrapant sa cigarette entre ses doigts, Erïka se lança à la poursuite du voleur. Pas question de le laisser se sauver si facilement ! Il allait voir qu’elle savait très bien se débrouiller lorsqu’il était question de course poursuite !

Il ne fallait jamais sous-estimer Erïka. Elle était plus en forme qu’elle ne le semblait. Elle s’entrainait beaucoup et pas seulement à la boxe comme certains pourraient le croire. Elle avait la chance de recevoir les entrainements spéciaux d’Emma Frost. Avec le temps, même si c’était difficile, éprouvant, elle s’en sortait toujours plus forte. La jeune fille profitait du temps qu’elle pouvait passer dans la salle des dangers et tentait de retenir certaines leçons de ses entrainements. Elle avait, d’ailleurs, améliorer ses capacités au combat. Elle avait de quoi être fière.
Quoi qu’il en soit, la russe devait récupérer ce que lui avait subtilisé Will. Elle accéléra le pas dans le but de la rattraper. Il contournait le grand manoir en espérant la semer. Cependant, Erïka tentait de minimaliser la distance entre eux, ce qui était plutôt difficile. Il avait eu l’effet de surprise en sa faveur. Il avait réussis à prendre de l’avance. Elle ne craignait pas de le voir s’échapper pour autant.

Lorsqu’elle arriva près du garage, l’adolescente pu percevoir le ronronnement d’une moto. Elle l’entendait très bien, comme si elle se trouvait à ses côtés. Accélérant le pas, courant encore plus vite, elle parcouru la distance la séparant du garage. Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle ralenti et se stoppa finalement, observant la moto devant elle. C’était celle de Bobby, il n’y avait aucun doute là-dessus. Heureuse de savoir que son copain était, à présent à l’institut, elle songeait à lui demander s’il désirait passer la soirée avec Will et elle. À moins qu’il ne soit occupé ? Occupé avec la femme qui se tenait derrière lui, sur la moto…

Erïka ne sut ce qui s’était passé à l’intérieur d’elle à cet instant précis. Son cœur n’avait fait qu’un bond dans sa poitrine, battant à la chamade. Cependant, il ne lui apportait pas ce bonheur auquel il la faisait goûter lorsqu’elle se trouvait auprès de Bobby. Au contraire. Elle avait mal. Étrangement, elle ne se sentait plus très bien, comme si un grand malaise avait décidé de se poser en elle, déréglant toutes ses émotions. Elle regardait Bobby, puis la femme, sans bouger. Baissant les yeux sur la cigarette qu’elle avait entre les doigts, l’adolescente se rendait compte qu’elle en avait davantage besoin que ce qu’elle croyait. Elle avait besoin de se calmer, de réfléchir. Qui était cette femme ? Pourquoi était-elle avec Bobby ? Était-elle de l’institut ? Quel lien entretenaient-ils ? Détournant le regard d’elle avant que l’envie de lui sauter à la gorge de lui prenne, Erïka posa les yeux sur son petit ami avant de faire quelques pas en sa direction, devant aussi froide que la glace. Elle ne savait pas qui était cette fille près de lui, mais une chose était certaine : la russe la détestait déjà. Elle ne la connaissait pas et n’avait pas très envie de savoir ce qu’elle fichait ici. L’adolescente se sentait menacée par cette femme. Elle avait peur d’elle. Elle avait peur de ce qu’elle pouvait faire. Allait-elle lui voler celui qu’elle aimait ? Allait-il la quitter pour cette femme qui, il fallait bien l’avouer, était magnifique. Comment rivaliser avec une belle femme au visage parfait, aux traits bien dessinés, à cette longue chevelure sombre faisant ressortir ses grands yeux, et à cette poitrine bien généreuse qui devait faire baver plus d’un homme ? Impossible. Tout simplement, impossible. Erïka n’avouera jamais être jalouse de sa beauté. Elle devait avoir bien des hommes à ses pieds… et espérait fortement que le sien ne fasse pas partie du lot. Manquait-elle de confiance à Bobby ? Elle répondrait probablement que non, qu’elle lui faisait confiance… mais qu’il en était autrement pour cette femme inconnue. Que penser d’elle ?

Il s’agissait de l’éternelle question que se posait sans cesse l’adolescente. Que devait-elle faire ? Sauter sur Bobby pour l’embrasser passionnément et, ainsi, lui montrer qu’il était pris ? Non. Ce n’était pas son genre. Alors, ne rien faire ? C’était impossible. Erïka avait besoin de bouger, de faire quelque chose, sinon elle allait exploser. Elle avait du mal à comprendre ce qu’elle vivait, pourquoi elle avait soudainement peur de perdre Bobby. Elle se sentait menacée alors qu’il n’y avait aucune raison pour que ce soit le cas. Elle était paranoïaque et imaginait les pires scénarios. Elle craignait simplement d’être trahie, de souffrir. Au fil du temps, au fil des jours, elle s’était davantage attachée à Bobby. Elle ne voulait pas le perdre. Elle ne voulait pas qu’une autre fille lui vole. Que faire s’il ne l’aimait plus ? Il avait eu tant de copines, alors une de plus, une de moins… Mais pourtant, il n’était pas ce genre de garçon. Elle savait qu’il n’était pas ainsi. Alors pourquoi avait-elle peur ? Elle n’avait aucune raison de douter de lui, de craindre cette femme… Et si le problème venait plutôt d’elle-même ?

Erïka avait l’impression que le temps avait considérablement ralentit. Tant de pensées avaient fait irruption dans son esprit alors qu’elle marchait vers Bobby. Elle n’avait fait que quelques pas, son action ayant duré de brèves secondes, mais cela lui avait semblé être une éternité. Sans un mot elle enlaça Bobby. Elle désirait sentir sa peau glacée contre elle. Elle avait besoin de se rassurer. Pendant cette courte étreinte, elle leva les yeux vers Will. Elle lui implorait silencieusement de la rassurer, de lui dire qu’elle était folle et qu’elle se tourmentait pour un rien.
Se concentrant sur Bobby, s’imprégnant de son parfum, de sa température corporelle qui faisait frémir la peau nue de l’adolescente, vêtue d’un simple débardeur, elle tentait de se redonner confiance en elle. Puis, alors qu’elle relâchait son étreinte, elle lui murmura quelques mots que personne d’autre ne pouvait comprendre. Elle s’exprimait en français et savait très bien que Bobby comprenait cette langue. Pour lui avoir donné quelques cours et l’avoir vu se débrouiller à merveille, elle pouvait être assurée qu’il comprenne le message.


-« Tu m’as manqué. » Murmura-t-elle sincèrement avant de s’éloigner de lui.

Portant un bref regard de glace à la femme qui avait accompagné son petit ami jusqu’à l’institut, Erïka se demandait toujours comme réagir en sa présence. L’indifférence valait mieux. Elle se transforma en un véritable robot, cachant habillement ses émotions comme elle savait si bien le faire. Seul une petite lueur dans son regard la trahissait, révélant ainsi ses doutes, son manque de confiance en elle. Le remarquera-t-elle ? Non. Elle ne verra rien. L’adolescente était persuadée qu’on ne pouvait pas lire à travers elle.

Tenant toujours sa cigarette entre ses doigts, la jeune fille laissa un regard réprobateur à son frère, qui devait avoir sur lui son briquet, ainsi que son paquet de cigarette. Où les avait-il cachés ? Ce n’était pas le moment de jouer à cela avec elle. Elle désirait fumer. Elle en avait besoin. Son corps lui réclamait ce doux poison, bien qu’il soit nocif pour elle. Ce n’était pas son frère, peu importe ses intentions, qui allait lui en empêcher.


-« Will, il est passé où, mon briquet ? » lui demanda-t-elle d’une voix neutre.

Où était passé la joie ? Envolée. Erïka redevenait cette jeune fille glaciale qu’elle présentait aux autres. Ainsi, elle se protégeait de la douleur. Ainsi, elle se croyait protégée. Elle se dissimulait derrière sa carapace en sachant qu’il sera impossible de la franchir. Rares étaient les personnes qui avaient réussis à le faire et ça n’avait pas été sans efforts. Tant que cette inconnue sera là, la russe refusait de se présenter à elle sous son vrai jour. Elle ne lui portait plus un seul regarde, ne lui adressait aucune parole. Elle ignora jusqu’à son existence. C’était mieux ainsi. Lorsqu’elle pourra enfin fumer sa cigarette, les choses seront peut-être différentes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 14 Oct 2012 - 13:07

La journée avait débutée comme n'importe quelle autre journée normale. Cassie s'était réveillée ce matin par la grâce du volume trop élevé de la radio du voisin, ce qui lui avait valu de finir sa nuit l'oreiller plaqué sur la tête, afin de réduire autant que possible l'infernal vacarme. Pas très efficace comme méthode quand même. Maudissant donc intérieurement l'occupant de l'appartement mitoyen, la jeune femme avait fini par se lever et coller les écouteurs de son baladeur dans ses oreilles, en espérant que cela soit suffisant pour couvrir l'immonde musique qui filtrait à travers les murs. Heureusement cela avait fini par s'arrêter, mais trop tard pour que Cassandra retourne se coucher. À défaut, elle s'était occupée comme elle avait pu, se lavant, s'habillant, mangeant, mettant un peu d'ordre dans son studio et finissant par se poser avec un bon bouquin en attendant que le temps passe, avant de partir travailler. Jusque là, rien d'anormal. C'était une routine à laquelle elle s'était habituée. Rien n'aurait pu lui faire soupçonner que cette journée serait différente.

Sur son lieu de travail, tout s'était passé comme d'habitude. Elle avait pris les commandes, elle avait servi, elle avait discuté avec ses collègues, elle avait offert à tour de bras son faux sourire enjoué, qui contrastait avec ses yeux noirs et sempiternellement impassible. Sourire ainsi était devenu machinal, automatique. C'était une illusion comme elle savait si bien les créer, sauf qu'elle était beaucoup plus réelle que les chimères sortant tout droit de son esprit et qu'elle matérialisait à souhait. Qu'importait de toute manière ? Le plus important était qu'elle arrive à gagner sa vie, rien d'autre. Elle entretenait un minimum de relations sociales avec ses collègues, se montrant aimable mais sans plus, ne laissant filtrer ses émotions que très rarement. Comme quand elle avait fait semblant d'écouter jacasser une autre fille qui était juste rentrée d'un voyage où elle était allée rendre visite à sa famille et qui vantait la beauté du paysage à grand renfort de photos qui passaient entre les mains de qui voulaient les voir.

Une famille... Cassandra n'avait, au fond, aucune idée de quoi il s'agissait réellement. Tout comme la ribambelle de gamins avec lesquels elle avait grandi, à l'orphelinat, exceptés ceux qui avaient fini en famille d'accueil. Elle aussi avait eu droit à ça, mais à chaque fois elle avait été ramenée à l'établissement. N'ayant jamais pu supporter toutes ces familles déjà formées, se sentant plus intruse qu'autre chose, elle s'était amusée à les effrayer avec des illusions, une fois qu'elle avait cerné leurs points faibles. Invariablement, on l'avait renvoyée à la case départ qu'elle n'avait plus quitté, après ces infructueuses tentatives de placement. La seule famille que Cassie souhaitait connaître était celle qui l'avait laissée à la porte de l'orphelinat avec pour seul bagage son propre prénom. Pas de nom de famille, pas de date ni de lieu de naissance... elle était une étrangère, à la fois pour les autres et pour elle-même. Elle n'avait donc pas eu d'autre choix que de se construire seule.

Elle avait fini par abandonner la conversation en voyant un autre client rentrer dans le pub. Un jeune homme aux yeux bleus et aux cheveux presque de la même couleur. Cassandra avait rejoué ce même petite manège, faux sourire, commande et service. C'est là que la routine de la journée avait basculée, sous le couvert d'une drôle d'odeur qui émanait de la cuisine. Et pour cause : celle-ci avait pris feu. La jeune femme aurait évacué la salle comme tous les autres, si elle n'avait pas vu son dernier client s'engouffrer par la porte d'où sortait la fumée. Aurait-elle du ne rien faire, le laisser continuer et sortir du pub pour rejoindre le reste des gens qui regardaient avec des yeux ronds l'intérieur du bâtiment ?

Mais si elle ne l'avait pas fait... Cassie n'aurait jamais rien appris.

Suivant donc le jeune homme qu'elle prenait pour le dernier des inconscients dans la pièce où le brasier avait pris naissance, elle l'avait vu accomplir ses prodiges. Le feu était devenu glace sous sa main. Cassandra lui avait alors demandé comment il avait fait ça, il avait du prendre peur à ce moment. Peur qu'elle l'ait vu faire, peur que son secret ait été dévoilé aux yeux d'une personne normale. Sauf que la jeune femme n'était pas plus normale que lui. Et tandis qu'il avait cherché à s'enfuir par la rue de derrière, elle l'avait suivi, tentant le tout pour le tout et lui expliquant ce qu'elle -même pouvait faire, dévoilant pour la première fois sciemment ses capacités au regard d'un autre, afin de gagner son confiance et qu'il lui explique pourquoi ils pouvaient faire toutes ces choses.
Ça aurait pu être une journée normale. Ce n'était pas le cas.

Bobby, alias Iceberg, lui avait donc expliqué ce qu'ils étaient, des mutants. Des humains avec un gène évolué, qui les plaçaient donc à un stade supérieur de l'évolution. Cassandra l'avait écouté, découvrant ainsi qu'il existait beaucoup d'autres personnes qui étaient dotées de pouvoirs comme les leurs. Contrairement donc à ce qu'elle pensait depuis la première fois que son don s'était manifesté, à l'âge de douze ans, elle n'était pas seule.Elle n'osait presque pas y croire. La discussion avait continué, sur les mutants, leur ostracisme, les dons différents et sur la manière dont chacun des deux vivaient avec son pouvoir. Bobby avait pu apprendre à maîtrise le sien grâce à un mentor, tandis que Cassie lui apprenait qu'elle l'avait développé seule, agrémentant ses explications d'une démonstration. La conversation aurait pu durer encore si les secours ne les avaient pas interrompus. À la demande d'Iceberg, Cassandra ne révéla rien de ce qui s'était réellement passé, ce qui de toute façon n'était pas dans ses intentions. Elle-même n'avait jamais révélé à qui que ce soit son pouvoir, pourquoi le ferait-elle avec celui du jeune homme ?

Mais que faire maintenant qu'ils étaient tous les deux ressortis du pub et s'étaient éloignés ? Fallait-il retourner à ses occupations comme si rien ne s'était passé ? Pour Cassie en tout cas, ce n'était pas possible. Quand elle demanda à Bobby s'il allait partir, le sens caché de la question était limpide. Que devait-elle faire maintenant ? À quoi cela lui servait-il de connaître l'existence des mutants si elle devait de nouveau se retrouver seule ? D'autant plus maintenant qu'elle nourrissait là l'espoir de pouvoir retrouver la trace de ses parents avec cette nouvelle donnée. Bien qu'elle essayait de ne pas y penser, c'était plus fort qu'elle et elle savait que ce n'était pas bon. Car si elle se faisait des illusions, cela ferait mal, très mal. C'était contradictoire chez elle ; elle aimait les chimères, les rêves, ce qui n'appartenait pas à la réalité. Mais les faux espoirs étaient pareils à une illusion trop réelle, à laquelle on a envie de croire. Et c'était plus douloureux que n'importe quoi.

Cassandra n'avait hésité que l'espace d'une fraction de seconde. Suivant le jeune homme jusqu'à sa moto, elle grimpa derrière lui, le casque sur la tête, tandis qu'il démarrait et qu'ils filaient à présent dans les rues de New York, en direction de l'institut Xavier dont Bobby avait parlé. Les mains accrochées au véhicule, le visage dissimulé sous la visière et de toute manière hors du champ de vision d'Iceberg, la jeune femme tentait tant bien que mal de démêler le flots d'émotions diverses qui s'était emparé d'elle. Bien sûr, elle était contente d'apprendre qu'elle n'était pas seule, même si elle ne le montrait pas forcément, mais sa joie se trouvait un peu entravée par un autre sentiment, qu'elle analysa comme étant de l'angoisse. C'est cela, de l'angoisse, le même genre d'angoisse qui l'avait étreinte quand elle avait quitté l'orphelinat pour vivre par elle-même à New York. Cassie avait peur de l'inconnu. Elle fut tentée l'espace d'un instant de noyer son anxiété dans un océan de chimères, mais elle s'abstint. On ne pouvait pas toujours fuir la réalité, il fallait savoir faire face et se battre. Aussi la jeune femme laissa-t-elle la main de fer de la peur étreindre son cœur à mesure qu'ils s'approchaient de leur destination. Une école pour surdoués avait dit Bobby... ça n'en avait pas l'air, on aurait plutôt dit une vaste résidence appartenant à quelqu'un de bien riche.

Le jeune homme arrêta sa moto devant un garage et en descendit, bientôt imité par Cassie. Au même moment, alors qu'elle n'avait pas encore enlevé son casque une autre personne avait surgi de derrière un mur, courant comme si elle échappait à quelque chose ou quelqu'un. Enfin, il, en l'occurrence, puisqu'il s'agissait d'un jeune homme aux cheveux roux. D'ailleurs ce dernier vint remettre à Bobby quelque chose qu'elle ne vit pas, mais qui apparemment devait rester cachée aux yeux de quelqu'un d'autre. Peut-être à ceux de la jeune femme qui venait d'arriver par le même chemin que le rouquin, tout sourire. Sauf qu'au lieu de s'approcher comme l'avait fait le rouquin, elle resta à une certaine distance, regardant tour à tour le mutant de glace et Cassandra, avec un air, non pas surpris, mais plutôt fermé, la joie qui se lisait sur son visage ayant disparue.

Que faire ? Pour commencer, la jeune illusionniste retira le casque qu'elle portait encore et le déposa sur le siège qu'elle venait de quitter, regardant ensuite les deux nouveaux venus. Si elle les avait croisés dans la rue à tout hasard, jamais elle ne se serait doutés qu'ils étaient des mutants. Bobby lui avait bien précisé que ceux dont la mutation était visible, physique, se cachaient, mais ces deux personnes là étaient tout à fait normales. À part peut-être le jeune homme qui portait un cache-œil, ce n'était pas après tout le genre d'élément très courant. D'ailleurs, ce fut le premier à s'adresser à Cassie, souriant et lui tendant la main, se présentant sous le nom de William. Elle la serra brièvement, essayant de sourire à son tour, légèrement.

    « Enchantée, je m'appelle Cassandra. Hm, amie, c'est un grand mot... on vient juste de se rencontrer. »


Tandis que l'adolescente blonde qui avait suivi le dénommé William saluait Bobby dans une langue qu'elle ne comprit pas, Cassie se demandait de quoi ils étaient capables. De faire voler le choses ? De manipuler un élément ? Elle croisa le regard de la blonde, clignant des yeux d'incompréhension à son regard de glace, tandis qu'elle étreignait fortement Iceberg. Ils devaient sûrement être ensemble. Mais qu'est-ce qui lui valait donc une telle froideur ? Pourtant, derrière ce regard noir, la jeune femme crut discerner un espèce de mal-être, un manque de confiance, avant qu'elle ne détourne finalement ses yeux qui se posèrent cette fois sur le rouquin, ignorant royalement Cassandra et réclamant auprès de William son briquet. Pour quoi faire ? L'illusionniste aperçut alors entre les doigts de l'adolescente une cigarette, puis machinalement tourna la tête vers les mains de Bobby. C'était peut-être ça que le jeune homme roux avait fourré dans ses paumes avant de s'éloigner d'Iceberg l'air de rien.

Cassie ne sut quoi dire pour dissiper le malaise, ne comprenant pas d'où il venait. Son visage était aussi impassible qu'à l'ordinaire, mais ses doigts fortement noués autour de la bandoulière de son sac trahissait son anxiété. Iceberg lui avait dit que les mutants formaient une grande famille. Ce n'est que maintenant que l'idée lui venait qu'elle ne serait peut-être pas la bienvenue, quoi qu'il en disait. Vu la manière dont cela commençait, à vrai dire, elle se posait des questions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mar 30 Oct 2012 - 15:53

Iceberg savait depuis longtemps que les mutants existaient et qu'ils étaient nombreux. Si au départ il avait simplement eu peur de lui-même et de ses capacités qu'il ne contrôlait absolument pas, la simple présence du professeur Xavier et de Scott Summers inversa rapidement la tendance. Il avait pris en main presque aussitôt et se considérait chanceux, comparé à de très nombreux mutants qui devaient vivre leur mutation seuls, se cachant du regard des autres, devant mentir à ceux qu'ils croisaient pour ne pas dévoiler leur véritable nature. Bobby n'avait jamais vraiment eu ce problème puisqu'il vivait entouré de mutants mais il avait bien dû y faire face un jour tout de même. Rien qu'avec ses parents, la situation avait été difficile. Et lorsqu'il sortait, il devait faire semblant, ne dévoiler sa mutation à personne afin de ne pas créer de panique. Heureusement maintenant, il se contrôlait et il n'y avait plus eu de problèmes à signaler depuis des années, évitant toute catastrophe.

Seulement, lorsqu'il avait été face à un incendie dans le pub où il s'était arrêté, Bobby n'avait pas pu rester les bras croisés alors qu'il pouvait clairement y faire quelque chose. Profitant de l'évacuation des clients et autres membres du personnel, il s'était faufilé dans la cuisine, point de départ du feu, et avait usé de son don pour éviter que l'endroit ne soit entièrement ravagé et ne fasse de blessés. Il ne s'était pas attendu à être pris sur le fait et plutôt que de devoir s'expliquer, il avait pris la fuite un peu comme un voleur. Manque de chance, il s'était retrouvé bloqué au fond d'une ruelle et n'eut pas le temps d'user à nouveau de son don pour se sortir de là : le témoin l'avait rattrapé. C'était une jeune femme d'à peu près son âge, peut-être un peu plus âgée, qui ne lui avait pas laissé le temps de dire quoi que ce soit, le plongeant aussitôt dans des illusions plus vraies que nature. Ainsi, elle espérait le convaincre de ne plus fuir et de l'écouter, qu'elle était comme lui.

Cela avait plutôt bien fonctionné puisqu'aussitôt Bobby avait vu les choses sous un angle bien différent. C'était une mutante, elle ne pouvait donc que le comprendre et ne comptait pas révéler ce secret. Cependant au cours de la discussion, celle qui se présenta comme étant Cassandra lui confia qu'il était le premier être comme elle, qu'elle croisait. Elle ignorait l'existence des mutants et s'était longtemps crûe seule, n'ayant personne à qui partager ce secret, pas même de parents. Bobby tenta de lui expliquer du mieux qu'il pu leur origine et ce qu'ils étaient vraiment. Ils furent néanmoins interrompus par l'arrivée des secours, les obligeant à bouger loin de la scène de l'incendie. Même si il était l'heure des adieux, ce ne fut pas le cas. Cassandra n'avait pas l'air de vouloir rester seule maintenant qu'elle en savait un peu plus et Bobby n'avait pas le coeur de l'abandonner là avec la tête encore pleine de questions. Puisqu'il comptait rentrer à l'institut, il lui proposa alors de venir avec lui. Elle ne serait pas indésirable puisqu'elle était une mutante et là-bas, elle pourrait rencontrer le professeur Xavier qui saurait sans doute lui apporter des réponses. La proposition fut acceptée et ils montèrent tous deux en moto pour se rendre à l'institut.

Bobby avait conduis rapidement mais prudemment, laissant son casque à la jeune femme. Il n'avait pas eut besoin de réguler la température de son corps au maximum pour ne pas dégager trop de froid puisque Cassandra ne s'était pas collée à lui mais il l'avait tout de même grandement augmentée afin que le trajet ne lui soit pas désagréable. Il n'y avait qu'Erïka qui appréciait un tel froid, la plupart des gens préférant la chaleur. Heureusement, le trajet fut de courte durée, évitant ainsi un trop long contact entre eux. A peine Bobby eut il posé le pieds à terre qu'il vit un rouquin bien connu se diriger vers lui avant de stopper net une fois devant, lui collant entre les mains un paquet de cigarettes ainsi qu'un briquet tout en lui précisant de les dissimuler aux yeux d'une personne dont il ignorait l'identité encore. Elle ? Qui était donc cette personne ? Les possibilités étaient multiples, Bobby ne connaissant pas les origines de cette demande de cachette soudaine. Sans réfléchir, il fourra le tout dans la poche arrière de son pantalon, un peu prit au dépourvu.

- Qui ne doit pas les récupérer ?

William avait remarqué sans nul doute Cassandra qui venait à son tour de descendre de la moto, retirant le casque pour le déposer sur le siège. Il se présenta d'ailleurs, demandant par la même occasion si elle était amie avec celui qui l'avait ramenée, ce qu'elle nia, apportant une précision en plus de son nom. Bobby hocha la tête pour confirmer la chose.

- On s'est rencontrés tout à fait par hasard. C'est une mutante comme nous, elle ignorait encore qu'elle n'était pas seule. Je pense que le professeur Xavier pourrait l'éclairer davantage que moi.

Une tête blonde avait fait son apparition au coin du bâtiment, suivant le même chemin que William même si elle s'était stoppée entre temps, les regardant. Si Bobby ne l'avait pas vue au départ, les yeux focalisés sur le rouquin, il la remarqua aussitôt qu'elle fit quelques pas dans leur direction, un léger sourire se dessinant alors sur son visage auparavant impassible. Mais l'attitude de la russe était étrange. Elle avait l'air hésitante, incertaine, avançant lentement, aucun sourire présent sur son visage à elle.

*Elle a l'air contrariée... C'est forcèment elle que Will essayait de fuir, est ce que c'est pour cette raison ? Mais si c'est le cas, ça veut dire qu'elle fume ? Est ce que ça a un rapport avec son attitude ?*

Bobby ne savait pas trop à quoi s'attendre, ignorant d'ailleurs que sa petite amie fumait. Il la regardait alors s'avancer jusqu'à ce qu'elle soit suffisament proche de lui pour l'étreindre. Aussitôt, il referma ses bras autour d'elle, lui rendant son calin. Même si elle n'avait pas l'air dans son assiette, il était content de la voir et de constater qu'elle ne fuyait pas sa présence. Mieux encore, elle lui affirma, en français, qu'il lui avait manqué, ce qui agrandit son sourire. Bobby profita de leur proximité pour l'embrasser sur les lèvres avant qu'elle ne se recule trop, pas gêné par la présence de ceux qui étaient avec eux. C'était sa façon à lui de lui répondre qu'à lui aussi, elle avait manqué.

Malgré tout, elle ne semblait pas de meilleure humeure, plus distante qu'à son habitude, comme si quelque chose la dérangeait. Pas une seconde Bobby ne pensa que c'était lié à la présence de Cassandra, puisqu'elle n'avait rien à se reprocher et lui non plus, l'ayant simplement amené à un endroit où elle aurait des réponses. Ce n'est que lorsqu'Erïka demanda alors à Will où était son briquet que Bobby remarqua la cigarette qu'elle tenait entre ses doigts. C'était donc bien à elle qu'appartenait ce que lui avait donné le rouquin. Pourquoi voulait-il l'empêcher de fumer ? Pour sa santé ? Pour l'embêter ? Bobby savait que le borgne était taquin et l'une comme l'autre option était tout à fait possible. Seulement vu l'air qu'affichait Erïka, il valait mieux ne pas la priver de quoi que ce soit. C'était elle qui prenait les risques, c'était à elle d'assumer et non pas à eux de l'en empêcher. Fouillant dans sa poche arrière, Bobby en sortit le paquet de cigarettes ainsi que le briquet qu'il tendit alors à sa petite amie.

- Tiens, c'est moi qui les ai.

Le briquet lui rappelait Pyro. Moins longtemps il le conserverait mieux il se porterait, d'autant plus qu'il accédait à une requête de celle qu'il aimait. C'était clairement mieux ainsi. Erïka n'avait pas pris la peine de se présenter mais cela n'étonnait pas particulièrement Bobby, habitué de la froideur de la russe bien qu'elle s'était plus ouverte dernièrement. Ainsi, il préféra faire les présentations lui-même.

- Erïka, je te présente Cassandra, on s'est rencontrés tout à l'heure en ville. Comme je le disais à Will, elle vient tout juste d'apprendre l'existence des mutants, en étant elle même une. Cassandra, je te présente Erïka, ma petite amie. Et d'ailleurs pour ne faire attendre personne, je vais aller voir si le professeur est disponible pour te recevoir. Je reviens !

Sur ces mots, il fit volte-face et entra dans le garage pour emprunter la porte du fond menant à l'intérieur du manoir.
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mar 30 Oct 2012 - 23:26

Will tenait énormément à Erïka et la dernière chose qu'il souhaitait était qu'il lui arrive malheur. Le rouquin était d'une nature protectrice envers ceux à qui il tenait et la russe en faisait partie. Il l'était peut-être même parfois trop, ayant tendance à la sur-protection, même lorsque ce n'était pas la peine. Cela avait déjà été le cas lorsqu'il avait retrouvé un autre garçon que lui dans sa chambre. Elle qui n'avait que très peu d'amis, c'était plutôt quelque chose de surprenant et comme tout ce qui était nouveau, Will craignait que ce soit quelque chose de mauvais pour elle. Elle s'ouvrait, c'était une bonne chose mais que faire face à de potentielles déceptions ? Le risque était là et le rouquin ne voulait pas que, maintenant qu'elle redevenait ce qu'elle était par le passé, elle souffre de nouveau parce qu'elle n'avait pas été assez prudente. Avec le temps, Will relativisait mais quelque chose n'avait jamais changé. Même lorsqu'ils n'étaient pas amis, il l'avait à plusieurs reprises protégée, prenant les coups à sa place. Aujourd'hui encore, il le faisait dès qu'il en avait l'occasion, mais il y avait certaines choses qu'il ne pouvait pas prendre à sa place. Fumer en faisait parti.

Même s'il savait qu'elle fumait, cela faisait maintenant un long moment qu'il ne l'avait pas vu avec une cigarette à la bouche, persuadé qu'elle avait arrêté. C'est avec surprise qu'il constata qu'il n'en était rien. Ou alors son arrêt n'avait pas fait long feu. Fumer était mauvais pour la santé, ce n'était pas un secret et Will estimait qu'il valait mieux que la russe ne touche plus à cette drogue malsaine. Beaucoup de gens fumaient, dont Amy et il savait qu'il ne pourrait pas les empêcher, que c'était leur volonté. Mais qui ne tentait rien n'avait rien, non ? A vrai dire, alors qu'il courait vers sa petite soeur pour lui voler ses biens, c'était plus dans l'optique de jouer que de vraiment l'empêcher de faire ce qu'elle voulait. Mais si cela pouvait l'en dissuader alors c'était tant mieux.

Leur course les amena à retrouver Bobby, accompagné d'une jeune femme qu'il ramenait visiblement de la ville. Will donna ce qu'il avait volé à Bobby qui les dissimula dans une poche sans même comprendre le pourquoi du comment. Toutefois, il interrogea le rouquin, demandant qui donc ne devait pas mettre la main dessus. Will ne savait pas s'il continuerait de jouer le jeu s'il apprenait qui avait été volé de la sorte. C'était sa petite amie après tout et il avait déjà démontré à plusieurs reprises qu'il était toujours de son côté. Et la solidarité masculine alors ?! Will supposa qu'avec un argument, il y avait plus de chances qu'il accepte la demande
.

"C'est à Rika mais c'est pour son bien !" précisa t-il en mettant son index devant sa bouche comme pour lui faire signe de ne plus aborder le sujet, la russe n'allant pas tarder à arriver

Puisque le briquet et le paquet de clopes étaient cachés, Will pu s'intéresser à la jeune femme qui accompagnait Bobby, pour l'instant impassible. Il ne l'avait jamais vu auparavant, elle n'était pas de l'Institut, c'était certain. Que venait-elle faire ici alors ? Plutôt que de l'assommer de questions ou de la dévisager, Will préféra se présenter et demander quel lien unissait ces deux là. C'était plus poli et surtout plus discret. Cassandra -c'était son nom- expliqua alors qu'ils n'étaient pas amis, venant juste de se rencontrer, ce qui attisa la curiosité du rouquin et le rassura en même temps. Il y avait peu de risques que Bobby fasse quoique ce soit avec une parfaite étrangère. Non ? Mais pourquoi était-elle ici ? Bobby compléta alors l'information, précisant qu'il s'agissait d'une mutante comme l'avait supposé le borgne. Il se reconnu dans la description qu'il fit. Lui aussi avait longtemps cru qu'Amy et lui étaient seuls, n'ayant rencontré des mutants qu'un an auparavant. C'était plutôt récent
.

"Enchanté Cassandra ! Bah Bobby a dû t'le dire mais ici on est tous mutants. Plus b'soin d'te planquer ! Puis t'sais, j'étais comme toi avant, j'pensais pas qu'y en avait d'autres ! Ca soulage quand on sait qu'en fait, y en a plein d'aut', non ? Ici, t'peux être toi-même, plus besoin d'jouer aux humains. L'professeur Xavier est un chic type, t'verra. L'a une drôle de tronche mais il t'renseignera à coup sûr !" répondit-il en souriant

Puis ce fut au tour d'Erïka de faire son entrée en scène. Placée dans le dos du rouquin, ce dernier ne vit pas tout de suite qu'elle observait la scène, restée un peu en arrière. Il ne l'aperçu vraiment que lorsqu'elle le dépassa pour prendre Bobby dans ses bras. Elle n'avait même pas cherché à attaquer Will par surprise ou à lui faire regretter sa petite blague. Elle avançait tel un fantôme qui avait perdu toute joie de vivre. Le rouquin haussa un sourcil interrogateur mais ne fit pas de commentaire. Qu'est-ce qu'il lui prenait soudainement pour avoir abandonné ainsi la poursuite ? A côté et à demie tournée vers lui, Will pu constater le regard qu'elle lui lançait, comme si elle l'interrogeait en silence. Que redoutait-elle ? Etait-ce la présence de cette étrangère qui la mettait dans cet état ? Après tout, si Will avait soupçonné Bobby d'une quelconque tricherie, pourquoi celle qui était sa partenaire n'y aurait pas pensé ? Oui, c'était ça. C'était un regard plein de doutes qui ternissait le regard auparavant pétillant de la russe. Will secoua presque imperceptiblement la tête avec un sourire, comme pour lui dire qu'il n'y avait pas à s'inquiéter, que tout allait bien. Elle avait besoin d'être rassurée, c'était certain.

Réfugiée dans les bras de son copain, elle finit néanmoins par s'en écarter mais resta aussi froide et distante. Encore un peu et on aurait presque pu dire que l'ancienne Erïka était de retour. Elle n'eut même pas un mot pour Cassandra, agissant comme si elle n'existait pas. Aucun doute, c'était bien après elle qu'elle en avait. Pourtant, la jeune femme n'avait rien à se reprocher. Quel accueil... L'adolescente était à présent tournée vers Will, lui réclamant son briquet. Il leva les mains pour lui montrer qu'il n'avait rien, non sans un sourire en coin. Mais puisqu'il savait qu'il ne pouvait pas lui mentir, il ne prit pas la parole, se contentant de hausser les épaules comme pour dire "J'sais pas !". Malheureusement ce petit jeu fut de courte durée puisque Bobby redonna presque aussitôt les objets à sa propriétaire
.

"Rooooooh m'allez, t'es pas joueur Bob' ! Fallait la laisser chercher un peu ! Avec un peu d'chance elle t'aurait tripoté en plus, haha !" fit-il en riant, amusé

Ce n'était bien sûr pas une incitation à la débauche puisqu'il était persuadé que cette seule remarque ne ferait que les gêner tous les deux. C'était aussi une façon de détendre l'atmosphère et il espérait que cela ne fasse pas l'effet inverse. Bobby prit la peine de présenter Cassandra et Erïka, sans doute une manoeuvre pour les rapprocher un minimum et que cet air glacial que l'on ressentait prenne fin. Pour une fois, ce n'était pas la faute du mutant glacé. Il enchaina cependant en précisant qu'il partait chercher le professeur Xavier. Will voulait lui poser quelques questions et lui parler d'homme à homme. Seulement il ne voulait pas laisser les deux filles seules, craignant le résultat. La solution était toute trouvée
.

"Attends moi Bob', j'viens avec toi !" lança t-il en se dédoublant

Son clone rattrapa Bobby et fit la route avec lui tandis que l'original restait avec les filles. Ce dernier se tourna vers Cassandra. La pauvre devait se sentir mal tombée alors qu'elle n'y était pour rien. La jalousie, il n'y avait rien de pire. Mais Will comprenait Erïka, lui aussi extrêmement jaloux
.

"Ca t'dit d'faire l'tour du propriétaire pendant qu'Bob' et moi on va voir l'professeur ? C'est plutôt grand alors ça va prendre un moment ! Puis si tu dois rester parmi nous, autant commencer à t'familiariser ! T'en dis quoi ? Partante ? J'fais l'guide touristique et là on a notre traductrice attitrée !" fit-il en désignant Erïka du pouce "T'es américaine ?"

Pendant ce temps, le clone suivait Bobby, profitant de l'absence des filles pour lui poser quelques questions afin de s'assurer que tout allait bien.

"Tu sais, j'crois qu'Rika est jalouse. C't'une belle fille, tu l'as rencontrée où ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Jeu 1 Nov 2012 - 2:18

« Ce n'est qu'une larme, juste un reste du passé
Dont je m'éloigne, mais qui ne cesse de me hanter
Ce n'est qu'une lame, qui entaille mes pensées
Je retrouve mon âme, ton regard me donne envie d'avancer. »

La jalousie n’était jamais une bonne chose. C’était plutôt néfaste, peu importe la situation, mais ce l’était tout particulièrement dans la vie un couple. Pourtant, c’était le genre de sentiment par lequel certaines personnes passaient, un jour ou l’autre. Erïka était jalouse, bien qu’elle ne pourrait jamais l’avouer. Elle n’avait jamais ressentis cela, auparavant, et ne savait comment réagir face à cela. Elle n’était pas du genre à faire comme si tout allait bien alors que ce n’était pas le cas. Elle se sentait mal et cela n’était pas causé que par la jalousie. À l’intérieur d’elle, tout était en désordre, ne sachant plus où donner de la tête dans cet amalgame d’émotions qui se bousculaient. Will était toujours là pour lui redonner le moral, il tentait de la faire rire, de faire naitre un joli sourire sur ses lèvres. Jusqu’à présent, il n’avait eu aucun mal à la rendre heureuse, surtout en cette belle journée. Cependant, quelque chose venait ternir sa joie. L’arrivée de cette femme. L’adolescente ne connaissait ni son nom, ni la raison de sa venue ici et elle s’en fichait. Et si elle connaissait toute l’histoire, peut-être ne serait-elle pas aussi inquiète face à sa présence ?

De jeune fille énergique, elle passa à véritable zombie. Erïka était perdue, elle ne savait pas ce qui se passait, elle ne savait pas quoi penser de l’arrivée de cette jolie femme. Devait-elle l’accueillir ou la rejeter ? En cas de doute, l’adolescente préférait se refermer complétement. Elle devint encore plus glaciale qu’Icerberg, si cela était possible. Alors qu’elle avançait vers ce dernier, tout un tas de scénarios se bousculaient dans sa tête. Et si cette femme tentait de lui voler son petit ami ? Elle était très jolie, possédait un certain charme malgré l’absence de sourire sur son délicat visage. Elle pouvait facilement obtenir le garçon qu’elle désirait. À côté, Erïka n’était qu’une petite blondasse, mignonne, mais sans plus. Elle n’avait pas le meilleur des caractères, se battait souvent à la moindre provocation, se fermait à tous et semblait indifférente à ce qui se passait autour d’elle. Elle ne voyait que ses défauts, les amplifiaient, certaine qu’ils la mèneront à sa perte, qu’à cause de cela, sa relation amoureuse était foutue. Peut-être était-elle trop paranoïaque ?

En réalité, la jeune fille était une personne brisée. Trahie par la vie, par des personnes qui lui étaient chères. Elle cachait son manque de confiance en elle derrière toute cette négativité et rejetait les autres par peur d’être de nouveau blessée. Elle aimait Bobby et profitait des moments passés avec lui sans penser au futur. Si elle n’y pensait pas, c’était par peur d’y voir une fin. Alors, elle tentait de camoufler ses craintes et reprenait peu à peu confiance à chaque jour. Il l’aimait, elle en était certaine. Elle avait confiance en lui, mais pas en les autres. Et si elle lui racontait ? Il comprendra, non ? Encore faudrait-il qu’elle ose parler de son lourd secret qu’elle tentait vainement d’enterrer. À chaque fois qu’elle en parlait, c’était si difficile, elle ne pouvait supporter de revoir ces mêmes images traumatisantes, ressentir à nouveau cette souffrance autant physique que psychologique. Valait mieux qu’elle oublie cette idée. De toute façon, tout cela prendra bientôt fin.

Étreignant son petit ami, Erïka se contenta de lui dire, dans une langue que seul eux pouvait comprendre présentement, qu’il lui avait manqué. Ses bras avait quelque chose de réconfortant. Le froid qu’il dégageait la calmait légèrement, mais n’arrivait pas à effacer son inquiétude. Elle tourna la tête vers Will afin d’avoir une réponse silencieuse à sa question. Ce dernier se contenta de secouer la tête avec le sourire. Un léger rictus étira alors les lèvres d’Erïka avant de disparaitre aussitôt. Elle s’était fait des histoires, elle s’était créé des peurs pour rien, alors. Malgré tout, elle ne se sentait pas mieux pour autant. On ne peut faire disparaitre la jalousie d’une femme aussi facilement…

Ayant une confiance aveugle envers son frère, elle ne pouvait que le croire. Lorsque Bobby posa ses lèvres glacées sur les siennes, la jeune fille fut davantage rassurée. Si elle s’était écoutée, elle aurait probablement prolongé ce baiser. Ses doutes s’envolaient tous, peu à peu, et elle réalisait à quel point c’était stupide de croire, ne serait-ce qu’une seconde, qu’il aurait pu la quitter pour cette femme. Bobby semblait tenir à elle, chacune de ses paroles étaient sincères depuis le début. Et pourtant, elle avait peur qu’il finisse par se lasser d’elle et la quitte. Avec de la chance et beaucoup de temps, son insécurité finira par disparaitre…

S’éloignant de son petit ami, l’adolescente se tourna vers Will afin de lui réclamer les objets qu’il lui avait dérobés. Elle n’avait plus vraiment envie de jouer et désirait ardemment se griller une cigarette. C’était dans des moments comme celui-ci où elle n’avait pas de briquet en main qu’elle regrettait la présence de John. Il pouvait bien avoir tous les défauts du monde, mais il avait cette qualité d’être un briquet vivant, bien souvent à sa disposition pour allumer ses cigarettes. Auparavant, c’était la tâche qu’elle lui donnait, lorsqu’elle trainait avec lui. Maintenant qu’il n’était plus là, elle avait tenté d’arrêter de fumer à quelques reprises, mais sans succès. Encore une fois, elle avait cédé au vice et recommençait, échouant son cinquième essai. Meilleure chance la prochaine fois.


- « Tiens, c'est moi qui les ai. »
-« Rooooooh m'allez, t'es pas joueur Bob' ! Fallait la laisser chercher un peu ! Avec un peu d'chance elle t'aurait tripoté en plus, haha ! »
-« Réfléchis-y deux petites secondes, Will. En frère poule que tu es, veux-tu réellement savoir que je tripote Bobby ? Je me ferais un plaisir de le faire… en ton absence, bien sûr. »

Bien entendu, Erïka plaisantait, bien qu’à son air sérieux cela ne paraissait pas. Ses joues rosirent légèrement à l’idée de tripoter son petit ami. Elle chassa les images un peu trop explicites de son esprit, ce n’était pas le moment de penser à cela. Elle se doutait bien que Will n’allait pas rester indifférent à cette réplique. Il se comportait parfois avec elle comme un papa poule, ce qu’elle avait toujours trouvé mignon, et non très envahissant. Il savait se mêler de ses affaires lorsqu’il le fallait. D’ailleurs, une autre preuve démontrant qu’il la couvait, était la tentative de l’empêcher de fumer.

Ce fut Bobby qui lui donna son briquet ainsi que son paquet de cigarette. Will ayant les mains vides, il était clair qu’il avait tout dissimulé quelque part. L’adolescente glissa sa cigarette entre ses lèvres avant de prendre ses biens. Elle alluma bien rapidement sa clope avant de ranger son paquet et son briquet dans la poche arrière de son pantalon, puis elle en tira une longue bouffée. Elle évita de souffler la fumer sur qui que ce soit, ne voulant incommoder personne. Ce que ça lui faisait du bien de fumer ! Elle tentait de se détendre à chaque bouffée nocive qu’elle inspirait. Elle se demandait, d’ailleurs, comment elle avait pu arrêter de fumer durant ces derniers mois. Et puis, peu importe, l’important était qu’elle se sente un peu mieux. Par contre, elle ne pourra certainement plus embrasser Bobby avant de s’être brossé les dents ou avoir avaler un bonbon à la menthe…

Ce dernier s’occupa de faire les présentations entre les deux jeunes femmes. Après tout, ce n’était certainement pas Erïka qui allait faire les premiers pas, il le savait bien. Cette dernière fut présentée comme étant la petite amie de Bobby, chose qui lui plut. Au moins, les choses étaient claires sur ce point. Il avait également présenté Cassandra – tel était le nom de la jeune femme – comme étant une connaissance tout juste rencontrée en ville qui venait tout juste d’apprendre l’existence des mutants. C’était donc la première fois qu’elle rencontrait des personnes semblables à elle. Eh bien, elle n’était pas tombée sur la bonne mutante pour sympathiser. Elle finira bien par comprendre qu’Erïka agissait de cette façon avec la majorité des gens.

Bobby s’éclipsa afin d’aller retrouver le professeur Xavier. Erïka fut bien tentée de le fuir en sa compagnie, mais Will fut plus rapide, faisant apparaitre son clone qui entra dans l’institut avec son petit ami. Au passage, quelque chose agressa ses oreilles. Ce n’était pas la voix de Will, mais plutôt l’appellation qu’il utilisa, pour une deuxième fois, envers Bobby. Bob ? Mais quel surnom merdique. Elle détestait cela. Elle jeta un regard qui voulait tout dire sur son appréciation de ce surnom ridicule à son frère. Elle resta, malgré tout, silencieuse, se contentant de fumer.


-« Ça t'dit d'faire l'tour du propriétaire pendant qu'Bob' et moi on va voir l'professeur ? C'est plutôt grand alors ça va prendre un moment ! Puis si tu dois rester parmi nous, autant commencer à t'familiariser ! T'en dis quoi ? Partante ? J'fais l'guide touristique et là on a notre traductrice attitrée ! T'es américaine ? »


Alors, puisqu’elle semblait n’avoir pas d’autres choix, Erïka décida d’assister Will. Elle prit les devants du groupe et traversa le garage afin de pénétrer dans l’institut. Juste avant de franchir le seuil de la porte, elle éteignit sa cigarette contre un mur puis la lança dans une poubelle à proximité. S’avançant dans l’un des couloirs de l’institut, elle devançait les deux mutants jusqu’à ce qu’elle passe devant les salles de classe et s’y arrête. Elle se retourna vers ceux qui la suivaient et attendit qu’ils soient à sa hauteur avant de reprendre sa marche, aux côtés de Will. Puis, contre toute attente, la jeune fille s’adressa à la dénommée Cassandra. On ne pourra pas dire qu'elle ne fait pas preuve d'un peu de bonne volonté, maintenant.

-« Comme ça... c'est la première fois que tu rencontres des personnes comme nous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Ven 2 Nov 2012 - 1:08

À leur arrivée devant les grilles de l'institut Xavier et tandis qu'Iceberg et Cassandra descendaient de la moto du jeune homme, l'illusionniste contemplait l'établissement d'un air assez songeur sous la visière du casque que Bobby lui avait prêté pour le voyage, qui s'était révélé assez rapide. À quoi s'était-elle attendue ? À une bâtisse semblable à l'orphelinat dans lequel elle avait grandi ? En fait, c'était là sa seule référence, mais l'un et l'autre n'avaient vraiment rien à voir. Il semblait faire bon vivre dans cet institut pour les mutants, mieux en tout cas qu'à l'hospice où elle avait passé les dix-huit premières années de sa vie – si ce chiffre était plus ou moins juste. La jeune femme finit par enlever son casque alors qu'un rouquin, apparu subitement de derrière un mur, « accueillait » les deux jeunes gens et fourrait dans les mains de Bobby un paquet de cigarettes et un briquet, affirmant qu'une dénommée Rika ne devait pas mettre la main dessus. Le mutant de glace cacha le tout dans une poche de son pantalon, au moment où une jeune fille blonde faisait son apparition à son tour, son sourire s'évanouissant à la vue des deux nouveaux venus pour faire place à une attitude beaucoup plus calme et froide. Cassie ne comprit pas tout de suite ce revirement de comportement, mais elle ne s'attarda guère dessus, puisque le rouquin s'était tourné vers elle pour se présenter et lui demander son nom et le type de relation qu'elle avait avec Bobby. Elle affirma qu'ils venaient juste de se rencontrer, et le mutant confirma ses dires en y apportant quelques précisions sur les raisons de sa présence à l'Institut.

Cassandra dut ensuite se concentrer sur les propos du dénommé William. Il avait en effet tendance à mâcher ses mots, ce qui le rendait assez incompréhensible à certains moments. Mais dans l'ensemble, elle comprit bien qu'il lui assurait qu'ici elle pourrait être elle-même et ne plus se cacher comme elle l'avait fait jusqu'à présent. Quoique cela ne l'avait jamais dérangée, puisqu'elle avait toujours gardé secret l'existence de son don et de ses illusions... Iceberg était la seule exception pour l'instant mais il avait bien fallu qu'elle se dévoile un minimum pour gagner sa confiance et qu'il veuille bien lui parler et répondre à ses questions, sans quoi elle ne serait pas ici à l'heure qu'il était. Elle hocha doucement la tête au discours du rouquin.

    « C'est ce que j'ai cru comprendre. Je pensais pas... qu'il y en avait autant d'autres. Alors oui, c'est un soulagement. J'espère qu'il me donnera des réponses... »


Son sourire, aussi léger était-il, ne s'était pas effacé. Le rouquin semblait être de ceux qui savaient mettre les gens à l'aise... contrairement à sa camarade blonde qui s'était lentement approchée, aussi silencieuse qu'un fantôme, le visage désert de tout sourire ou même de toute émotion. Elle n'en dévoila qu'une seule alors qu'elle jetait brièvement un regard de glace à la jeune illusionniste, qui ne comprenait pas ce qui lui valait une telle hostilité. Elle ne dit rien cependant, puisque après tout elle n'était fautive de rien... du moins c'était ce qu'elle pensait. Pourquoi ses yeux bleus s'étaient-ils remplis de doute alors qu'elle portait son attention sur son camarade roux cette fois ? Et pourquoi ce dernier bougeait légèrement la tête comme pour lui dire « ne t'en fais pas » ?

Quoiqu'il en soit, Cassie garda le silence pendant que Bobby et la jeune femme s'enlaçaient et s'échangeaient un baiser. Ils formaient un couple mignon... l'adolescente finit cependant par s'éloigner du mutant de glace pour réclamer à William son briquet, histoire de pouvoir allumer la cigarette qu'elle tenait entre ses doigts fins. Cassandra regarda machinalement vers Iceberg puisque c'était lui qui détenait l'objet en question, pendant que le rouquin faisait mine de ne pas savoir où se trouvait ce qu'elle cherchait. Cependant le jeune homme qui avait guidé Cassie mit bientôt fin à la plaisanterie, tirant de sa poche l'étui et le briquet qu'il tendit bientôt à sa petite amie, à la plus grande déception de William qui aurait sans doute voulu que ce petit jeu dure plus longtemps. Il lança même une remarque destinée sans doute à détendre l'atmosphère, ce qui sembla apparemment marcher puisque la petite blonde se décida à retrouver la parole pour répondre à son... frère ? La jeune femme les regarda tour à tour, cherchant une ressemblance entre eux qu'elle ne trouva pas.

    « Vous êtes frère et sœur ? » demanda-t-elle doucement, toujours aussi impassible.


La fraternité, Cassandra n'avait aucune idée de ce que c'était. Ou plutôt si, mais ça ne relevait pas de son expérience personnelle. Elle se rappelait juste des rares fratries qui étaient passées par l'orphelinat. Même si elle n'avait jamais beaucoup parlé aux gens là-bas, elle avait souvent analysé les diverses relations qu'elles entretenaient. Entre frères et sœurs... c'était bizarre, de son avis. Il y avait autant de place pour la chamaillerie, les disputes et les taquineries qu'il y en avait pour la complicité, la solidarité et une certaine forme d'amour. À priori, ça ressemblait à ce que partageait Will et la jeune fille. Ne s'amusaient-ils pas avant qu'Iceberg et elle-même ne débarquent ? En tout cas, ils avaient l'air d'être très proches. Sans doute se connaissaient-ils depuis un bon moment.

Maintenant que l'adolescente pouvait enfin fumer tranquillement sa cigarette, Bobby en profita pour terminer les présentations, ce que la blonde ne voulait visiblement pas faire. Et bien qu'elle n'eut à son encontre aucune réaction, se contentant de tirer sur son petit rouleau de tabac, ce ne fut pas le cas de Cassandra qui inclina légèrement la tête dans sa direction, silencieusement néanmoins. Elle avait bien compris que, pour une raison ou une autre, la jeune fille prénommée Erïka ne l'appréciait guère. Voilà qui commençait bien... mais l'illusionniste ne s'en formalisa pas. La petite blonde n'était pas la première qui lui témoignait de l'hostilité et elle ne serait sûrement pas la dernière. En ce qui la concernait, Cassie se garda de tout jugement sur elle. Bien que son attitude soit à l'image de son accueil, c'est-à-dire glaciale, l'adolescente ne lui avait rien fait... pas encore. À voir maintenant si elle allait se décider à faire des efforts, celui de Cassandra reposant d'abord sur sa politesse.

Iceberg ne s'attarda pas auprès d'eux, leur signalant qu'il allait de ce pas voir si le professeur Xavier était disponible pour recevoir la jeune mutant fraîchement débarquée. Quand William annonça qu'il allait accompagner Bobby, Cassandra pensa qu'elle devrait rester en la froide compagnie d'Erïka... charmante perspective. Ou pas. Se regarder dans le blanc des yeux dans une atmosphère glaciale n'était pas vraiment encourageant. Pourtant ce n'est pas ce qui passa. Les yeux de Cassie s'arrondirent sous la surprise quand elle vit le rouquin se dédoubler devant elle, l'un s'éclipsant avec Bobby et l'autre demeurant avec elles. En voilà un qui démolissait à lui tout seul l'adage « ne pas pouvoir être à deux endroits différents à la fois ».

    « Woah... pratique. »


Elle se retint cependant de poser des questions sur la façon dont fonctionnait son don ; voyait-il les deux scènes en même temps, recevait-il les informations simultanément ? Cassie était curieuse mais elle garda tout de même le silence, laissant la parole au William qui était resté avec elles et qui lui proposait de lui faire visiter l'institut en attendant. Quand il évoqua la possibilité qu'elle reste avec eux, la jeune femme tourna légèrement les yeux vers Erïka. Elle resterait peut-être... si les autres mutants ne se comportaient pas de la même manière avec elle. Elle était assez résistante, mais ce genre d'hostilité à vrai dire, elle en avait soupé. Enfin, pour le moment en tout cas, elle n'était pas contre le fait de voir dans quel environnement étaient regroupés les mutants, en attendant d'avoir ses réponses. Elle acquiesça donc à l'attention de William.

    « Ça me va, c'est sympa. Oui je suis américaine, je comprends que l'anglais... »


Erïka, traductrice attitrée ? Combien de langues parlait-elle ? Quoiqu'il en soit, il était probable qu'elle ne soit guère utile de ce côté-là, Cassie ne parlant en effet aucune autre langue. Et quand bien même ça n'aurait pas été le cas, elle doutait fortement que la jeune blonde se serait prêtée à ce rôle de traductrice... étant donné que son comportement glacial n'avait pas disparu. En tout cas, elle suivit les deux mutants à l'intérieur, l'adolescente les devançant de loin sur un court trajet, avant enfin de se stopper pour les attendre et marcher ensuite à leur hauteur. Et une nouvelle fois, Cassandra fut surprise d'entendre la voix d'Erïka qui cette fois... s'adressait à elle. Se tournant vers la petite blonde, l'illusionniste hocha doucement la tête.

    « Oui. Je savais pas que d'autres gens pouvaient faire des choses extraordinaires, ni que ça résultait d'une mutation... »


Mutation... ce terme la laissait vraiment songeuse. Qui disait mutation disait génétique. L'espoir de Cassandra d'avoir là une nouvelle piste pour retrouver ses parents se manifesta de nouveau. Cela ne la rendait pas joyeuse, mais plutôt fébrile. Elle pourrait bientôt poser ses questions au professeur qui l'accueillerait. Pourvu que cette fois, elle ne soit pas déçue...

    « Ça fait longtemps... que cet établissement existe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Sam 10 Nov 2012 - 16:11

Bobby n'arrivait pas toujours à comprendre William. Non pas à cause de sa façon de parler un peu chaotique et parfois carrément incompréhensible, mais surtout parce qu'il passait sans cesse du coq à l'âne. Pour le suivre, il fallait probablement lire dans ses pensées ou quelque chose du genre. A force, Bobby s'était habitué et ne cherchait plus vraiment à comprendre les raisons de son comportement, se contentant simplement de répondre à ses demandes. C'est d'ailleurs ce qui arriva à peine eut il posé le pied hors de sa moto. Le rouquin s'était précipité vers lui pour lui demander de camoufler paquet de cigarettes et briquet loin de leur propriétaire qui lui était pour l'heure encore inconnu. Bobby posa tout de même la question et Will ne lui cacha pas qu'il s'agissait tout simplement d'Erïka, laissant le mutant un peu surpris de cette révélation. Erïka fumait donc ? A bien y réfléchir, il avait déjà dû la voir une fois avec une cigarette à la main mais cela avait été plutôt rare. Probablement fumait elle dans son coin, ne s'affichant pas en train de s'adonner à ce genre d'activité. Qu'y avait il de mal à fumer après tout ? Will devait sans doute jouer. Confisquer tout ça ne devait être qu'une façon pour lui d'embêter sa soeur, il n'était pas du genre à empêcher quelqu'un de faire ce qu'il voulait... même si il était du genre grand frère ultra protecteur par moment.

- Pour son bien, mmh... Comme la fois où tu lui as brisé le coeur en lui confisquant le petit chaton qu'elle avait trouvé et avec lequel elle jouait ?

Et comme à son habitude, il changea rapidement de sujet, ne s'occupant plus du tout des cigarettes maintenant qu'il avait repéré la jeune femme que Bobby avait ramené avec lui. Si il la regarda d'un air intrigué voir suspicieux au départ, son attitude changea soudainement, devenant amicale. Bobby les laissa se présenter avant d'intervenir pour mettre les choses au clair. Au moins avec le rouquin, Cassandra ne risquait pas de se sentir mal à l'aise vu la façon dont il présentait les choses.
Ce fut au tour d'Erïka d'arriver, prenant son temps pour se déplacer comme si elle le faisait contre son gré. Pourtant, elle vint se loger dans les bras d'Iceberg et lui murmura même qu'il lui avait manqué. Pourtant, malgré son attitude affectueuse, son visage était fermé et ses déplacements comme automatisés et non naturels. Etait ce le manque de nicotine qui la rendait ainsi ? Comme toute bonne plaisanterie avait une fin, Bobby rendit son bien à sa petite amie lorsqu'elle le demanda à William qui faisait comme si il ne savait pas. Ce geste fit d'ailleurs râler le rouquin qui en rajouta une couche en lui faisant part de l'avantage qu'il aurait eu à continuer de dissimuler les objets d'Erïka. Cette simple pensée fit légèrement sourire Bobby. Ils n'avaient pas besoin de ça pour se toucher mais l'idée ne manquait pas de charme. La russe répliqua aussitôt d'une façon à laquelle son frère ne devait pas s'attendre. C'était un peu l'arroseur arrosé.

- Et qui te dis que je ne fume pas moi ? Et que du coup, je ne vais pas devoir la fouiller pour lui emprunter son paquet par la suite, mmh ?

Rajouter un peu d'huile sur le feu n'était pas dans les habitudes de Bobby mais depuis qu'il connaissait le rouquin, il prenait un malin plaisir à entrer dans son jeu et à le retourner contre lui. Ce n'était pas par méchanceté, bien au contraire, c'était plutôt amusant pour tout le monde au final. Cassandra ne s'attarda pas sur les détails charnels mais plutôt sur celui qui sautait aux yeux... ou plutôt qui brillait par son absence. Il n'y avait clairement aucune ressemblance entre Erïka et William. Chose qui s'expliquait très facilement mais Bobby préféra les laisser l'expliquer eux-mêmes. Cela ne le regardait pas après tout même si il connaissait la vérité à ce sujet.

Puisque Cassandra était là pour avoir des réponses, Bobby prit les devants et plutôt que de la faire patienter trop longtemps, il expliqua qu'il allait voir si le professeur Xavier était disponible pour la recevoir. C'était le but de sa visite après tout, non ? Sans attendre de confirmation, il tourna les talons, laissant la jeune femme en bonne compagnie. Il ne s'était pas attendu à ce que le rouquin désire le suivre, ni à ce qu'il l'appelle par un surnom pas spécialement classe. A dire vrai, il n'allait rien faire de bien intéressant, sa présence n'était donc pas très utile. Mais puisqu'il pouvait se dédoubler et être à deux endroits à la fois, c'était peut-être simplement pour s'entrainer. Il eut toute fois la réponse assez vite : il l'accompagnait pour lui poser des questions sur Cassandra. Mais ce qui étonna le plus Bobby, c'était le fait qu'Erïka soit jalouse. Surpris, il se stoppa une fois dans le couloir du manoir, se tournant vers Will.

- Jalouse ? Erïka est jalouse ? Tu plaisantes ?

Mais à regarder l'expression du rouquin, il n'avait pas vraiment l'air de plaisanter. A bien y réfléchir, elle avait eu un comportement assez étrange en leur présence, bien plus froide qu'à son habitude même si elle n'avait pas rejeté Bobby. Etait ce donc du à la présence de Cassandra ? Il n'y avait aucune raison, ils ne se connaissaient que depuis une heure environ et il n'avait fait que la ramener à l'Institut. Tromper Erïka ne viendrait même pas à l'esprit de Bobby malgré le fait que Cassandra soit une belle femme. Lentement, Bobby secoua la tête puis soupira.

- Je n'aurais pas cru qu'elle... serait jalouse d'une fille que je ne connais même pas. Mais je comprends mieux son comportement maintenant. Oui, Cassandra est une belle fille mais je t'assure qu'elle ne m'intéresse pas puisque j'ai déjà une petite amie. J'aime Erïka, tu devrais le savoir, Will. Ca ne me viendrait même pas à l'esprit de la tromper, elle est tout ce qu'il me faut. *petit silence* Je l'ai rencontré dans le pub où elle bossait. Il y a eu un incendie, j'ai... utilisé mes pouvoirs pour l'éteindre et elle m'a vue.
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 11 Nov 2012 - 0:52

Se débarassant des objets de son méfait, Will comptait sur Bobby pour dissimuler le tout. Il savait que c'était risqué de donner ça au petit ami d'Erïka, susceptible de lui rendre plutôt que de jouer le jeu, mais c'était un risque à prendre. Pour être sûr de son coup, Will insista sur le fait que c'était pour son bien qu'il faisait ça, n'ayant pas besoin de préciser que fumer nuisait à la santé, ça coulait de source. Bobby ne fut pas contrariant, cachant les objets, mais ne put retenir un commentaire, évoquant une ancienne anecdote datant plusieurs semaines. Erïka jouait alors avec une petite moufette à l'orée du bois de l'Institut. Ayant repéré l'animal, Will s'en était emparé pour la remettre en lieu sûr, loin de sa soeur avant qu'il n'arrive un drame odorant. Comment pouvait-elle encore confondre un chat avec une moufette ? Décidément, certaines choses ne changeaient pas.

"D'abord c'était une putain d'moufette, pas un chat ! C'pas d'ma faute si elle les confond ! Elle a d'sacrés antécédents dans l'domaine, j'te l'dis !"

En voyant Bobby en compagnie d'une jeune femme autre qu'Erïka, jolie comme tout, Will s'était aussitôt fait un film. Ce n'était pas comme s'ils discutaient simplement comme le ferait n'importe qui, non, il venait carrément de la ramener avec lui, à l'aide de sa moto, amenant une étrangère à l'Institut. Le rouquin ne savait pas trop quoi penser sur le coup, mi suspicieux, mi surpris. Mais à bien y réfléchir, que faisait-il de mal à part rendre service ? Lui-même aurait sans doute fait la même chose à sa place bien qu'il ignorait encore ce que venait faire la demoiselle ici. Jamais auparavant il ne l'avait vue et supposa donc qu'il s'agissait d'une nouvelle venue... fraichement amenée par Bobby. Une de ses connaissances peut-être ? Will ne connaissait pas tellement Bobby au final, ne le fréquentant que depuis qu'il était en couple avec sa soeur. Mais il savait qu'il avait déjà été plusieurs fois en couple auparavant... ce qui signifiait que malgré son air froid, il s'y connaissait plutôt bien en gent féminine. Quoique d'un certain côté il n'avait jamais vraiment su en garder une bien longtemps apparement. Peut-être à cause du froid naturel qu'il dégageait ? Difficile à dire. En tout cas, Will fut méfiant mais sans preuve, il pouvait bien lui accorder le bénéfice du doute. Et puis ce n'était pas une façon d'accueillir une nouvelle venue !

Oubliant qu'il était coursé par la russe qui n'allait pas tarder à arriver, Will se présenta à la dénommée Cassie, une simple connaissance de Bobby qui précisa les choses. Le borgne ne put que s'identifier à elle, comprenant parfaitement ce qu'elle avait pu ressentir jusqu'à présent. C'était un véritable soulagement de savoir que l'on était pas seul. Lorsqu'il eut découvert les pouvoirs d'Amy, Will avait alors compris qu'il existait très certainement d'autres gens aux mêmes capacités. C'était cette fois au tour de Cassandra d'en avoir confirmation
.

"Faut dire qu'la plupart l'cache bien alors... difficile pour nous d'nous rend' compte qu'on est pas seuls. Maintenant, t'sais qu'tu seras plus jamais seule ! J'sais pas si l'professeur t'donnera les réponses qu'tu cherches mais en tout cas, sache qu't'es la bienv'nue ici !"

Erïka fit son entrée, plutôt remarquée malgré le fait qu'elle agissait comme si elle n'était pas vraiment présente. Sa froideur avait refait surface sans raison, laissant Will perplexe face à ce radical changement de comportement. Il fit rapidement le lien avec Cassandra lorsqu'il vit le regard que lui lançait la russe. Il y avait clairement de la jalousie dans l'air et Cassandra était une menace potentielle. Un sacré potentiel en fait. Erïka n'ayant jamais été en couple avant Bobby, il était naturel qu'elle craigne de le perdre et visualise donc la jeune femme comme un danger qui éloignerait celui qu'elle aimait d'elle. Will s'était également mépris mais il avait vite réalisé son erreur en en parlant avec les deux mutants. Lorsqu'Erïka jeta un oeil vers lui, il fit en sorte de la rassurer sans avoir besoin d'ouvrir la bouche. Juste en se regardant, ils se comprenaient, pas besoin de mots.

Préférant passer à autre chose, Erïka réclama ce qui lui appartenait alors que Will feignait d'ignorer où se trouvaient les objets. Bobby lui, ne joua pas le jeu et lui rendit aussitôt, provoquant chez Will une déception dont il fit part à tout le monde, ajoutant un soupçon de taquinerie pour mettre le couple mal à l'aise. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'était la réaction d'Erïka. Plutôt que de s'offusquer ou de rougir, elle entre à son tour dans le jeu en lui certifiant qu'elle n'avait pas besoin de raison pour le faire et que d'ailleurs elle comptait bien le faire... mais sans spectateur. Will écarquilla l'oeil, stupéfait. Bobby en rajouta une couche, évoquant un possible tripotage de sa soeur dans un futur proche. Le rouquin ne savait même plus quoi répondre, ouvrant et fermant la bouche par intermitence sans qu'aucun son n'en sorte. Finalement, il secoua la tête, prenant une moue dégoutée
.

"Ah nan merci, j'veux pas savoir ! Faites donc c'que vous voulez mais épargnez mes chastes oreilles et oeil ! Puis c'pas d'votre âge d'toute façon !"

Cassandra ne s'était pas attardé sur l'essentiel de l'échange mais plutôt sur un détail en particulier. Elle semblait ne pas croire une seconde qu'Erïka et Will étaient frères et soeurs. Et pour cause. Ils ne l'étaient pas vraiment dans le sens premier du terme, mais leur relation était tout comme. Ca, Cassandra ne pouvait le deviner juste en les regardant. Elle méritait une petite explication. Will savait qu'Erïka n'aimait pas étaler sa vie devant la première venue, surtout pas une pseudo rivale, mais en mettant les choses au clair, cela éviterait d'éventuels futurs quiproquos.

"Oui et non. Comme t'as dû l'remarquer, on s'ressemble pas vraiment. Et pour cause, on a aucun lien d'sang ni aucun réel lien familial. M'enfin, Rika et moi, on a pas b'soin d'ça pour être proches. Elle est une des personnes les plus chères à mon coeur, j'l'adore et j'veille sur elle autant qu'possible. P't'être même trop parfois." répondit-il en riant à demi "Enfin bref, on a partagé beaucoup d'choses, on s'ressemble plus qu'on n'pourrait l'penser. J'la considère comme ma p'tite soeur et j'me fiche bien d'pas partager son sang. J'partage avec elle quelqu'chose d'beaucoup plus précieux qu'ça." ajouta t-il en s'approchant d'Erïka pour l'embrasser sur le haut du crâne

Will savait qu'Erïka n'aimait pas les démonstrations d'affections en public mais c'était pour appuyer ses dires. Et puis, n'avait-elle pas déjà eut un élan d'affection pour Bobby juste avant ? C'était peut-être davantage pour mettre les points sur les i avec Cassandra mais le rouquin s'en fichait, il ne comptait pas cacher ou diminuer son attachement pour la russe malgré son sale caractère.

Bobby commença à s'éloigner du groupe en précisant qu'il allait chercher le professeur Xavier et Will en profita pour se dédoubler afin de l'accompagner sans pour autant laisser les filles seules. Vu l'ambiance entre elles, mieux valait éviter un quelconque problème. Erïka était parfois imprévisible, surtout lorsqu'elle revêtait son armure. Cassandra sembla surprise de le voir faire. Même si elle était mutante, elle ignorait sans doute les capacités des autres. D'ailleurs, une question brûlait les lèvres du rouquin
.

"Ouais hein ? J'peux faire deux trucs à la fois, ça change la vie ! Et toi, c'quoi ton don ?"

D'un côté, il restait avec elles, en profitant pour essayer de réchauffer l'ambiance, éparpillant quelques petites blagues pour détendre l'atmosphère. Mais contre toute attente, Erïka lui adressa également la parole, semblant s'intéresser à elle malgré tout. Will était agréablement surpris et offrit un large sourire à Erïka, content de voir qu'elle faisait un effort. A ce rythme là, l'accueil glacial de la russe ne serait bientôt plus qu'un mauvais souvenir.

"Ici, y a un peu d'toutes les nationalités mais tout l'monde cause anglais ou presque. Rika parle cinq langues ! Bientôt six ! Moi deux mais à ma façon." fit-il en riant, se moquant de lui-même "L'Institut j'sais pas d'puis quand il est là... Ca fait qu'un an qu'j'y suis. Mais à mon avis les mutants ça date pas d'hier. L'évolution prend parfois son temps. Au moins on a un endroit pour s'planquer et vivre comme on l'entend. Ca t'dit d'passer par la case cuisine si t'as faim ? Sinon on rentre direct pour faire l'tour des lieux ! Enfin on va éviter les bois, y a des moufettes qui y trainent, y parait !" fit-il d'un air taquin en regardant sa soeur

D'un autre côté, il accompagnait Bobby dans le but de lui parler en tête à tête et d'obtenir des informations. Le rouquin en profita pour avertir son ami qu'Erïka éprouvait de la jalousie vis à vis de Cassandra, chose que Bobby ne sembla pas comprendre. Il n'en revenait tout simplement pas
.

"Oh non, j'plaisante pas, pas là d'ssus, tu sais combien j'tiens à ma soeur." précisa t-il pour mettre les choses au clair

Bobby s'était arrêté au milieu du couloir mais par chance ils étaient seuls, pouvant continuer leur conversation. Il lui assura qu'il aimait Erïka et n'avait aucune intention de la tromper, que cela ne lui était même pas venu à l'esprit. Au fond, tout ça Will le savait déjà mais l'entendre de vive voix le rassurait davantage. Lui aussi avait besoin de réponses
.

"J'sais, Bob'. Tu sais, t'es l'premier copain d'Rika, c'est normal qu'elle ait peur d'te perdre. Elle a d'jà été plusieurs fois trahie par l'passé, elle est un peu comme un animal blessé, t'vois ? Elle s'imagine t'jours le pire et a b'soin d'être souvent rassurée. Ca finira par lui passer avec l'temps. Tout ça c'est encore frais alors elle panique un peu. C'pas en toi qu'elle a pas confiance, c'est en les aut'. Mais bon, êt' jalouse, c'est une belle preuve d'amour aussi, t'crois pas ?" répondit-il avec un léger sourire

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mar 13 Nov 2012 - 22:29

Il y avait certains moments, dans la vie, où Erïka était bien plus désagréable qu’à l’accoutumée. Lorsque le besoin de nicotine se faisait ressentir et qu’elle ne pouvait pas fumer, elle devenait plus chiante que tout. Lorsqu’elle se décidait à arrêter de fumer, c’était encore pire, la jeune fille luttant contre ce besoin que réclamait son corps. Il fallait éviter de la contrarier, sans quoi les minutes suivantes ne seraient pas très belles à voir. Même si elle savait se montrer davantage agréable avec le temps, elle n’en restait pas moins chiante lorsque quelque chose l’embêtait un peu trop à son gout. En ce moment, le petit jeu de son frère commençait à lui tomber sur les nerfs. En fait, sûrement n’aurait-elle jamais croisée la nouvelle venue qu’elle ne se serait pas sentie aussi énervée face à la disparition de son paquet de cigarettes. Après tout, avec Will, tout était un jeu amusant, non ?
Cependant, la situation actuelle n’avait rien d’amusant pour l’adolescente. Elle ressentait le besoin de fumer, elle tombait sur une pure inconnue qui revenait d’une balade en moto avec son petit ami et craignait que cette dernière tenter de séduire celui qu’elle aimait, sans parler de cet amalgame d’émotions qu’elle ressentait déjà avant de tomber sur cette scène. Avait-elle réellement besoin que la jalousie soit de la partie ?

Will aimait bien plaisanter sur tout. Encore une fois, il fit une remarque qui se voulait taquine, marrante, mais qui lui fut retournée en plein visage par Erïka, qui était loin d’avoir envie de rire, actuellement.


- « Et qui te dis que je ne fume pas moi ? Et que du coup, je ne vais pas devoir la fouiller pour lui emprunter son paquet par la suite, mmh ? »
-« Ah nan merci, j'veux pas savoir ! Faites donc c'que vous voulez mais épargnez mes chastes oreilles et oeil ! Puis c'pas d'votre âge d'toute façon ! »
-« Fouille-moi quand tu veux. » Fit-elle à Bobby. Un léger sourire déforma ses lèvres l’espace d’une seconde avant qu’elle ne se tourne vers Will. « Pas de notre âge ? Non mais oh, techniquement, je suis majeure dans mon pays. Si t’insiste, j’y déménage illico pour pouvoir toucher Bobby en paix. De toute façon, qu’est-ce qui te dis que ce n’est pas déjà fais ? »

Jamais elle ne posa un regard sur la quatrième personne présente. Elle ne connaissait pas cette femme. Peut-être serait-il judicieux d’apprendre à la connaitre davantage avant de décider qu’elle la détestait ? Cependant, Erïka était loin d’être douée pour ce qui était des relations interpersonnelles. Elle n’aimait pas cette inconnue. Elle ne lui faisait pas confiance. Tout ce qu’elle jeune femme pouvait dire, pouvait faire, embêtait l’adolescente au plus haut point. Lorsqu’elle demanda si Will et elle était frère et sœur, la russe fronça les sourcils. N’était-ce pas évident !? En fait, non…

Will donna les explications quant au lien qui l’unissait à Erïka. Cette dernière resta silencieuse, n’ayant pas envie de prendre part à ce que racontait son frère. En quoi cela concernait les autres, d’ailleurs ? Peu importe ce que les autres pouvaient penser, il n’y avait que l’opinion de peu de gens qui comptait aux yeux de la russe. Bien que les paroles de Will lui faisaient chaud au cœur, la jeune fille n’affichait aucune émotion. Elle se contenta seulement de faire une petite moue avant de tirer une bouffée de sa cigarette lorsqu’il l’embrassa sur le haut du crâne. Était-il obligé de faire cela devant cette femme ? Les marques d’affection en publique n’était pas sa tasse de thé. Encore moins lorsqu’elle n’était pas d’humeur.

Bobby fila rapidement à l’intérieur de l’institut, suivit du clone de Will. Elle restait alors avec la copie originale de son frère et la nouvelle venue. L’ambiance promettait d’être chouette… Menant la tête du groupe, l’adolescente entra à l’intérieur du manoir. Elle ne faisait pas vraiment visiter l’endroit à la dénommée Cassandra, se contentant plutôt de marcher silencieusement dans les couloirs. Cependant, la jeune fille s’arrêta au bout d’un moment, afin de laisser le temps aux mutants de la rattraper. Puis, avançant plus lentement, afin de rester à leur hauteur, elle décida de questionner Cassandra, question d’apprendre à la connaitre davantage et de découvrir si elle devait bel et bien se méfier d’elle. Après tout, cette dernière ne connaissait pas son donc, ce qui donnait un grand avantage à Erïka.


-« Oui. Je savais pas que d'autres gens pouvaient faire des choses extraordinaires, ni que ça résultait d'une mutation... »

-« Ça surprend tout le monde au début… Si tu tombes sur des mecs bleus dans les couloirs, c’est normal. Certaines personnes ont un physique particulier par ici.»

Restant silencieuse, par la suite, elle se contenta d’écouter la conversation entre Cassandra et Will. Lorsque ce dernier parla de moufette, la jeune fille tenta de lui donner un léger coup de coude dans les côtes, question de répondre silencieusement à sa plaisanterie. Ce n’était pas de sa faute si les bébés moufettes ressemblaient à de jolis chatons ! Jamais elle n’arrivait à les distinguer, ce n’était pas de sa faute !

Leur marche les mena à la cuisine où la jeune fille décida de s’arrêter afin de fouiller le réfrigérateur. Elle s’empara d’une pomme dans laquelle elle croqua, comme si rien n’était, laissant Will proposer quelque chose à Cassandra si l’envie lui en prenait. Pour sa part, la jeune fille restait silencieuse, plongée dans ses réflexions.

*BAMF*

L’adolescente sursauta lorsqu’une boule de poil bleu apparu à ses côtés. Kurt. Décidément, ça lui plaisait de lui faire ce coup ! À chaque fois, il arrivait à lui faire peur. Rigolant, le mutant se dirigea vers le garde-manger, échangeant quelques mots en allemand avec l’adolescente qui lui répondait, tout naturellement. Il lui demandait ce qu’elle faisait, si elle allait bien, ce genre de questions banales qu’elle lui retournait poliment. À peine avait-elle dévoilé qu’elle accompagnait Will le temps de faire visiter l’institut à une nouvelle qu’il la coupa au milieu de sa phrase. Il s’excusa, affirmant que Jean était en train de l’engueuler mentalement car il n’était toujours pas dans la salle des dangers, qu’il était en retard. Sans prévenir, il se téléporta, non sans avoir apporté un sac de biscuit avec lui. Aussitôt qu’il disparut, la jeune fille croqua dans sa pomme, de nouveau silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 18 Nov 2012 - 15:54

Une fois n'était pas coutume, Cassandra était angoissée. Elle qui savait faire abstraction de ses émotions, les cachant sempiternellement derrière un masque impassibilité, sentait son anxiété gagner du terrain à mesure que la discussion suivait son cours. Et malgré la sympathie des deux garçons s'amusant à dissimuler un paquet de cigarettes, qui réussit à la calmer un peu, elle reprit de plus belle à l'arrivée de la troisième personne, en l'occurrence une jeune femme blonde. Ce n'était pas tant son apparition qui provoquait chez Cassie une telle agitation intérieure, mais plutôt l'attitude que la jeune fille manifesta envers elle. Elles ne se connaissaient ni d'Ève ni d'Adam... alors pourquoi un tel regard glacial ? Parce qu'elle était une étrangère ? L'illusionniste resta de marbre face à la blonde, son angoisse retombant peu à peu pour ne laisser qu'un vide froid à l'intérieur d'elle. Si c'était comme ça... elle se contenta donc de rester polie envers les trois membres de l'Institut, écoutant distraitement la conversation qu'ils échangeaient. Elle était clairement en dehors de la conversation, sauf quand William s'adressait à elle pour lui assurer qu'elle était la bienvenue. Cela en revanche, elle n'en était pas certaine, malgré les propos du rouquin... Les laissant à leurs affaires, la jeune femme regarda autour d'elle, n'attardant pas son regard sur quoi que ce soit de particulier, attendant juste qu'ils aient terminé. L'idée l'effleura qu'elle pouvait les laisser, pouvant simplement demander à Iceberg le chemin pour se retrouver dans l'établissement et aller voir le directeur seule... jusqu'à ce qu'un élément dans leur conversation attira son attention. Bien qu'elle se doutait déjà de la réponse, Cassandra demanda aux deux nouveaux venus s'ils étaient vraiment frère et sœur... ce qui lui valut un regard peu amène de la petite blonde. C'était quoi son problème, sérieusement ? L'illusionniste se garda de lui balancer une remarque, préférant écouter plus les explications de William. En voilà un au moins qui avait le sens de l'accueil et de la sympathie.

    « Je vois... » fit-elle en inclinant légèrement la tête.


Iceberg ne s'attarda pas auprès d'eux et rentra bientôt dans le bâtiment dans l'optique d'aller prévenir le professeur Xavier. Le rouquin l'accompagna... et resta en même temps avec elles, puisqu'il se dédoubla sous les yeux étonnés de Cassandra. Quel don incroyable ! Tout autant que celui de Bobby, et elle commenta doucement le pouvoir du rouquin, le qualifiant de pratique, mais se retint bien de lui poser des tas de questions sur son fonctionnement. En revanche elle se figea légèrement quand William lui demanda ce qu'elle-même pouvait faire. Comment réagir ? Elle n'avait pas hésité à montrer ses capacités à Iceberg, mais la situation l'avait exigé, elle avait voulu le mettre en confiance... Cassie décida donc de ne le révéler qu'oralement.

    « Je... crée des illusions. »


Hm... tant qu'à faire, autant aller jusqu'au bout... Cassie baissa doucement la tête et se concentra pour faire surgir autour d'eux un paysage imaginaire et changeant. Tour à tour, ce fut un désert aride, une plage bordant une mer tumultueuse, une pluie torrentielle qui devint bientôt une pluie de feu... elle stoppa soudainement le tout, jugeant que cela était amplement suffisant. Une fois que cela fut fait, elle suivit les deux jeunes gens à l'intérieur de l'Institut pour une petit visite proposée par le rouquin, tandis que la dénommée Erïka marchait quelques mètres devant eux, sans doute dans le but de goûter un peu de solitude. Cassandra ne s'en formalisa pas... en revanche, elle fut très surprise d'entendre la blonde finir par s'adresser à elle, voulant qu'elle lui confirme son ignorance de l'existence des mutants avant sa rencontre avec Iceberg. Elle lui donna en retour une étrange information, mais se souvenant des propos de Bobby, elle acquiesça.

    « C'est ce que j'ai cru comprendre... »


Des mecs bleus... Cassandra se dit qu'elle risquait d'être encore plus étonnée. Elle se tourna vers William qui avait repris la parole, lui assurant que la quasi-totalité des gens à l'Institut parlait l'anglais. L'illusionniste ne connaissant aucune autre langue, c'était tant mieux...

    «  Je vois... hm, pourquoi pas ? Je vous suis. Ah ? Des... moufettes ? »


Sans doute une blague que partageait William et Erïka, comme elle remarqua leurs regards entendus. Elle les suivit donc dans la cuisine, regardant les lieux avec une curiosité polie, quand un bruit et une apparition soudaine lui arrachèrent un hoquet de stupeur. En effet, un homme... hé bien, bleu, comme en avait parlé la jeune femme blonde, était apparu de nulle part au beau milieu de la cuisine, et échangeait des paroles avec la jeune fille, dans une autre langue encore inconnue de Cassandra. Elle posa une main sur son buste, sentant son cœur s'affoler contre sa cage thoracique, hypertension provoquée par cette arrivée inattendue. La téléportation s'ajouta donc à la liste de pouvoirs existants. C'était vraiment extraordinaire... quand il fut reparti, elle reprit la parole.

    « C'était... surprenant. C'était de lui que tu parlais ? » dit-elle à l'adresse d'Erïka.


Chacune, tour à tour, faisait un effort pour parler. Pourquoi briser la chaîne ? Surtout que de la part de Cassandra, ça relevait presque de l'exploit, puisque d'habitude elle s'en tenait à ce qu'elle voyait et ne posait pas vraiment de questions, ne se mêlant jamais vraiment aux autres. Mais maintenant qu'elle découvrait une autre partie de la réalité... elle avait soif d'informations, bien qu'elle restait aussi calme que possible en apparence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Ven 23 Nov 2012 - 16:19

William, le grand frère protecteur, celui qui protégeait Erïka de tout ce qui pourrait de près ou de loin lui porter préjudice. Mais il se montrait parfois trop protecteur, voyant la moindre petite chose comme une menace. La simple présence de Bobby aux côtés de la russe lui avait déjà semblé être de trop la première fois qu'ils s'étaient rencontrés. Cette fois, le rouquin tentait de protéger sa petite soeur des dangers de la cigarette. C'était louable dans un sens, mais il ne pouvait pas non plus l'empêcher de faire ce qu'elle voulait. Même si il la privait, Bobby était persuadé qu'elle trouverait un moyen de fumer si c'était ce qu'elle avait décidé. Au final tout cela ressemblait plutôt à un jeu entre eux, comme bien souvent. Ne sachant pas trop quoi en penser, le mutant de glace joua le jeu, pour le moment. Mais si elle réclamait ce qui lui appartenait, il ne lui cacherait pas plus longtemps. Pour prouver à William qu'il allait parfois trop loin, Bobby lui rappela une anecdote, insistant volontairement sur le fait qu'il lui avait fait de la peine bien que tout cela n'était qu'une taquinerie. Le rouquin répliqua aussitôt qu'il n'avait fait que lui rendre service au final, Erïka confondant chat et moufette. Bobby savait qu'il avait raison, se souvenant d'une drôle d'anecdote à ce sujet.

- Bah, peu importe, non ? Si ça lui fait plaisir, pourquoi l'en priver ?

C'était aussi une façon de lui faire relativiser les choses. Sa soeur n'était plus une gamine et même si Bobby comprenait son but, il trouvait que la protéger de tout n'était pas non plus lui rendre service. D'ailleurs elle venait d'apparaitre, s'approchant doucement d'eux pour étreindre son petit ami qui le lui rendit, en profitant pour l'embrasser, content de la voir. Mais cela n'avait pas l'air d'être son cas même si elle avouait qu'il lui avait manqué. Quelque chose dans l'attitude de la jeune femme prouvait qu'elle était contrariée. Vraiment contrariée. Depuis qu'ils sortaient ensemble, il ne l'avait jamais vu réagir ainsi. Elle était toujours plus froide en compagnie d'une autre personne, moins proche d'elle, mais à ce point, c'était une première. Bobby observa rapidement William pour voir si ce dernier, connaissant très bien Erïka, s'étonnait aussi de sa réaction. Son attitude assez neutre n'aidait pas tellement Iceberg qui préféra ne pas se formaliser. Peut-être était-elle juste de mauvaise humeur, voilà tout.

Erïka réclama ses biens et si Will fit comme si il n'était au courant de rien, Bobby cessa de jouer le jeu, lui rendant ce qui lui appartenait devant l'air déçu du rouquin. Prenant la défense de sa petite amie, Bobby prétexta qu'il pouvait possiblement la fouiller afin de trouver de quoi fumer, dans l'hypothèse où il fumerait. Will s'offusqua probablement pour rire, déclarant qu'il ne voulait rien savoir de ce qu'il se passait entre les deux jeunes gens. Mais ni lui ni Bobby ne s'attendaient à la déclaration suivante de la part de la russe. Le sourire, même léger qu'elle offrit à Bobby était tout ce qu'il y avait de plus sincère, preuve qu'elle ne plaisantait pas en disant ça, qu'elle était sérieuse. Cela le surprit sur le moment mais il esquissa à son tour un sourire. Se montrait il trop patient avec elle en ce qui concernait ce côté là de leur relation ? Ce n'était pas vraiment le moment de parler de ça mais la russe enchaina, s'adressant cette fois à son frère. Elle n'avait pas tort dans ce qu'elle disait, de toute façon cela ne regardait qu'eux. Le pauvre William qui ne faisait que plaisanter se retrouvait bien eu.

- Tu es toi même en couple, Will, non ? Et je crois que ta petite amie fume elle aussi.

Sans doute cela clôturerait l'affaire, c'était en tout cas ce qu'Iceberg espérait. Cassandra s'étonna d'entendre que le rouquin et la blonde étaient frère et soeur mais William se chargea de lui expliquer l'affaire. Sans nul doute, ils étaient aussi proches que deux enfants d'un même couple, comme si ils se connaissaient depuis très longtemps. Bobby savait qu'ils ne se fréquentaient que depuis un an environ, pas plus, mais leur proximité était étonnante. Ils étaient si complices que bien souvent, un regard entre eux suffisait à ce qu'ils se comprennent. Au moins, les choses étaient dites même si la tête que faisait Erïka pouvait laisser penser le contraire. Elle n'avait pas l'air d'apprécier le témoignage d'affection du rouquin, chose plutôt stupéfiante. Jamais Bobby ne l'avait vu faire la fine bouche devant un geste affectueux de la part de celui qu'elle considérait comme son frère. Au moins elle n'avait pas réagit de la sorte lorsque Bobby l'avait embrassé à son arrivée.

Il n'oubliait pas la raison première de sa présence ici. Il était certes rentré où il habitait mais c'était surtout pour y mener Cassandra afin que le professeur Xavier réponde à ses questions et la guide. Plutôt que de la faire attendre plus longtemps, Bobby s'excusa et s'éloigna du groupe pour aller chercher le professeur. Will ou en tout cas un des Will l'accompagna, commençant à lui poser de nombreuses questions une fois suffisamment loin des autres. Là, le rouquin lui annonça une chose à laquelle il ne s'attendait pas du tout : le comportement d'Erïka était du à la jalousie. Bobby ne comprenait pas pourquoi, n'ayant rien fait qui aurait pu la rendre jalouse. Il cru même sur le moment que Will plaisantait mais celui ci lui affirma qu'il n'en était rien. Si il y avait bien une chose que le mutant de glace ne pouvait remettre en question, c'était bien l'attachement du rouquin pour sa soeur. Il hocha simplement la tête pour confirmer le tout mais ne voyait toujours pas où était le problème.

A bien y réfléchir, elle ne pouvait qu'être jalouse de la présence de Cassandra. Après tout, Bobby ne faisait de la moto qu'avec Erïka en temps normal mais là il n'avait pas eu le choix. La pauvre serveuse n'y était pour rien du tout, juste au mauvais endroit au mauvais moment. La russe se méprenait et Bobby l'expliqua à William. Il ne désirait pas avoir ce grand frère protecteur sur le dos alors qu'il n'avait rien fait pour le mériter. Pourtant, Will ne semblait pas lui reprocher quoi que ce soit, affirmant qu'il savait qu'il n'y avait aucun problème, expliquant que c'était Erïka qui avait simplement trop peur et aucune confiance en les autres. Bobby comprenait maintenant, n'ayant pas vu les choses sous cet angle. Tout ce dont elle avait besoin au final, c'était d'être rassurée. Will avait raison, c'était une preuve d'amour néanmoins mais Bobby se demandait quelles étaient les trahisons qu'avait subies la jeune femme.

- Je vois... Je comprend. Je ne voulais pas lui faire de la peine ou qu'elle doute seulement. Je vais essayer de la rassurer, elle n'a vraiment pas à s'inquiéter pour ça.

Puisque c'était dit, le mutant reprit sa route pour se diriger vers le bureau du professeur, frappant à sa porte. Pas de réponse. Sans doute était-il en cours à l'heure qu'il était.

- Je vais retourner avec les autres, tu restes là pour guetter son retour ?
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Sam 24 Nov 2012 - 14:04

Bobby était vraiment terre à terre. Un peu trop pour Will sans doute mais cela importait peu celui-ci. Erïka et lui partageait beaucoup de souvenirs ensemble et il faisait tout pour qu'elle s'amuse et profite de cette vie tranquille qu'elle méritait bien. Mais il lui arrivait parfois de lui faire de la peine sans vraiment le vouloir, comme le jour où il l'avait séparée d'une moufette qu'elle avait confondu avec un chat. Connaissant ses antécédents en la matière, il voulait simplement éviter qu'elle n'ait à nouveau une désagréable surprise. Oh bien sûr cela lui aurait fait un nouveau souvenir honteux à dissimuler, que Will se serait empressé de raconter à Amy ou Anieta, mais il valait tout de même mieux l'éviter si possible. Si elle avait ramené l'animal dans le manoir, cela aurait sans doute été pire. Prévoyant, Will avait donc récupéré l'animal pour lui rendre sa liberté avant qu'il n'y ait un problème. Bobby n'était pas présent ce jour là mais il était au courant et fit une remarque à ce sujet. D'un certain côté, il n'avait pas tort et le rouquin ne su plus trop quoi répondre.

"C'est vrai mais... Bon si ça t'plait de devoir la gérer après, laisse la donc faire c'qu'elle veut." soupira t-il en haussant les épaules

Il s'intéressa rapidement à la jeune femme présente avec lui, préférant passer à autre chose. Les présentations faites, les craintes du rouquin s'estompèrent et il fut ravi de rencontrer une nouvelle mutante qui, comme lui auparavant, c'était longtemps cru seule dans son cas. La conversation fut de courte durée car l'arrivée d'Erïka donna à l'atmosphère un côté soudainement glacial. Will la savait distante avec les inconnus... mais pas à ce point ! Jamais il ne l'avait vu si antipathique envers une personne qu'elle n'avait jamais vue. A moins qu'elle la connaissait déjà ? Non, sans doute pas. Elle ne jouait d'ailleurs plus, réclamant son briquet pour enfin pouvoir fumer, oubliant complétement leur petit jeu.

Et là, ce fut le drame. Will ne pensait pas à mal en volant à Erïka ses cigarettes, voulant simplement s'amuser à défaut de pouvoir l'empêcher de se faire du mal en fumant. Il avait bêtement compter sur le petit ami de cette dernière pour l'aider dans sa tâche mais fut rapidement trahi. Bobby rendit son bien à Erïka et le rouquin s'en plaignit, juste pour rire. Seulement tout cela ne faisait pas rire Erïka qui répliqua à son tour, mettant le rouquin devant le fait accompli. C'était le genre de chose qu'il préférait ne pas savoir. L'ignorance ne faisait pas de mal parfois. Surpris de l'aplomb soudain de sa soeur, le rouquin, la regarda avec un oeil écarquillé. Elle n'avait pas l'air de plaisanter. Visiblement elle n'était pas d'humeur à rire tout court alors qu'il n'y avait aucune raison. Etait-ce une façon de lui dire qu'il se mêlait de ce qui ne le regardait pas alors qu'il ne faisait que plaisanter ? Puisque c'était comme ça...

Will hocha légèrement la tête puis s'approcha de sa soeur pour la prendre dans ses bras
.

"Pardonne moi p'tite soeur, j'voulais pas t'énerver ! Faites donc c'que vous voulez tant qu't'es heureuse, c'tout c'qui m'importe." fit-il en l'étreignant avant de la lâcher, se retournant prestement vers Bobby et Cassandra

Face à eux, il leur montra rapidement ce qu'il tenait à la main. Le paquet de cigarette qu'elle avait rangé dans sa poche un peu plus tôt. Ayant vécu dans la rue de longues années, Will avait développé un talent certain de pickpocket, bon moyen de trouver de l'argent rapidement. Et même s'il ne vivait plus dans la rue, il savait toujours comment s'y prendre. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas pratiqué mais il venait de prouver qu'il s'en sortait toujours aussi bien. Ni vu ni connu pour le moment, sa vengeance était faite ! Il fourra rapidement le paquet dans une des multiples poches avant de son pantalon, feignant de se baisser pour faire ses lacets. Bobby vint au secours à la fois de Will et Erïka en reprenant la parole. Il était vrai qu'Amy fumait et le rouquin n'en faisait pas tout un plat pour autant
.

"C'est vrai, elle fume. C'était un d'ses rares plaisirs quand on vivait dans la rue alors ça m'est jamais v'nu à l'esprit d'l'en priver. Mais j'taquinais juste Rika !" se défendit-il

Cassandra s'étonna du peu de ressemblance entre Erïka et Will mais ce dernier lui expliqua les raisons de leur lien familial officieux. Il ne se priva pas d'ailleurs d'une nouvelle marque d'affection à son égard, sans arrière pensée cette fois. Cela ne sembla pas plaire à la russe qui grimaça, chose qu'elle ne faisait jamais dans ces conditions en temps normal. A croire que la présence de Cassandra la mettait vraiment dans une humeur de chien. Will comprenait d'où venait le problème et il voulait la rassurer, qu'elle se détende et ne se sente plus agressée par une simple présence. Ainsi, la pauvre Cassandra n'aurait plus non plus à subir les humeurs de l'adolescente. Se dédoublant, il accompagna Bobby surtout dans le but de le questionner. Surprise de le voir soudainement à deux endroits à la fois, la nouvelle venue fit une remarque à voix haute, faisant la fierté du rouquin qui lui demanda alors quel était le sien, de pouvoir. Elle avoua timidement pouvoir créer des illusions et fit une rapide démonstration de son talent. Le rouquin regarda autour de lui d'un air émerveillé
.

"Wow ! Sensas' ! Super impressionnant !! C'était super réaliste ! Mais par contre, c'était plutôt triste comme illusions. Y t'arrive jamais d'faire des trucs plus doux, agréables ? J'suis sûr qu'tu peux ! En tout cas tu l'maîtrises d'jà bien !"

Proposant une visite guidée, Will entraina les deux filles avec lui pour se diriger vers l'intérieur. Erïka fit l'ultime effort d'adresser la parole à Cassandra... et ce n'était pas pour l'insulter ! Le rouquin lui offrit un sourire fier, espérant que l'effort durerait. C'était en bonne voie ! Jusqu'à présent elle n'avait fait que marcher en tête, quelques mètres devant eux comme si elle ne les accompagnait pas. Will lui indiquait les différents endroits du manoir au fur et à mesure qu'ils avançaient. Tantôt une salle de dessin, tantôt une salle de repos. L'endroit était grand, il y avait de quoi faire. Pour le moment, le borgne indiqua qu'il valait mieux éviter l'extérieur, prétendant être envahi par les moufettes, phrase uniquement destinée à taquiner Erïka. Et cela fonctionna plutôt bien vu le coup de coude qui s'en suivit. Plutôt que de lui faire mal, cela fit rire le rouquin qui se frottait mollement l'endroit frappé. Cassandra ne comprenait pas de quoi il était question alors il préféra le préciser.

"A vrai dire, y a plein d'animaux dans les bois d'l'Institut, rien d'dangereux, rassure toi ! Mais les moufettes... c't'une autre histoire ! Rika est une sacrée dompteuse, pas vrai ?" lança t-il à l'adresse de sa soeur avec un sourire taquin

Arrivés dans la cuisine, Will mit le nez dans le frigo, faisant l'inventaire de ce qu'il restait lorsque Kurt apparu soudainement. Ses apparitions surprenaient toujours, si soudaines, si rapides... Et ses départs l'étaient tout autant. Will eut tout juste le temps de le saluer qu'il était déjà reparti. Il laissa Erïka répondre à ce sujet puisque c'était à elle que Cassandra posait une question. Et puisqu'elles se parlaient enfin, pas question de les casser dans leur élan
.

"Y a d'quoi faire des crêpes, ça vous dit ? Vu qu'on a l'temps, le professeur est sans doute en cours, il est pas dans son bureau, bah... autant en profiter ! Tout l'monde aime les crêpes en plus !" fit-il avant de sortir la tête du frigo, le refermant "Pas vrai ?"

Il savait bien sûr ce qu'il en était à propos du professeur car son autre lui le découvrait avec Bobby. Pratique de pouvoir relier les informations entre ses deux corps. Bobby était quant à lui perturbé par l'annonce du rouquin, lui expliquant que sa petite amie n'était pas juste soupe au lait mais faisait bel et bien une crise de jalousie. Le mutant de glace sembla le comprendre et assura ses bonnes intentions à Will qui, malgré tout, ne doutait pas de lui. Il était plein de bonne volonté alors pourquoi la ferait-il souffrir volontairement ?

"Ta présence suffira j'pense. J'compte sur toi en tout cas ! Oh et les autres sont à la cuisine." précisa t-il

Il hocha la tête puis patienta, le dos appuyé contre le mur juste à côté de la porte du bureau du professeur. Il n'y avait plus qu'à attendre pendant que Bobby rejoignait la cuisine.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 25 Nov 2012 - 1:05

« Baby pardonne-moi si je fais un faux pas
Tu sais j'aimerais tellement te dire ce que veut mon cœur
Et je retrouverais les mots »

Erïka démontrait souvent cette attitude froide et agressive afin que personne ne s’approche d’elle. Elle était un animal sauvage lâchée dans une jungle où régnait la loi du plus fort. Elle devait se battre afin de se protéger des autres. Elle prenait également soin de ses proches, refusant qu’il leur arrive quoi que ce soit. Actuellement, une inconnue était présente, se tenant debout, près du trio. Bobby l’avait amenée à l’institut afin qu’elle rencontre le professeur Xavier. D’où la connaissait-il ? Qui était-elle ? C’était une très belle femme et Erïka n’appréciait pas cela. Elle était jalouse, il fallait bien avouer. Cela pouvait arriver à n’importe qui et la jeune fille finira par passer à travers sa crise. Ce n’était pas qu’elle ne faisait pas confiance à son petit ami, mais plutôt qu’elle ne faisait pas du tout confiance à cette belle inconnue. Et si elle tentait de lui voler celui qu’elle aimait ? Hors de question ! Pas question qu’elle laisse de nouveau une personne lui gâcher la vie qu’elle menait actuellement. Ne pouvait-elle pas connaitre un peu de répit ? Elle désirait seulement goûter le bonheur et non se le faire retirer à la première occasion. C‘est pourquoi elle restera sur ses gardes, jusqu’à ce que celle qu’elle considérait comme une menace ne le soit plus, à ses yeux.

La jeune fille avait besoin de fumer afin de se détendre. Elle demanda à Will de lui rendre son paquet de cigarette ainsi que son briquet. En fait, c’était Bobby qui avait ces items, actuellement. Il le lui rendit, sans plus attendre. Ainsi, Erïka pu s’allumer bien rapidement une cigarette. Elle n’avait plus envie de jouer. Elle s’était automatiquement refermée, se coupant de contacts avec qui que ce soit. Sauf Bobby. Comme un animal sauvage, elle devait bien défendre ce qu’elle considérait comme son territoire. Comme elle n’était pas une bête, pas question de lever la patte et tout cela comme un chien. Non, elle comptait plutôt garder une certaine proximité avec son petit ami. Peut-être exagérait-elle ? Peut-être était-elle trop réactive à la présence d’une simple inconnue ? En ce moment, elle ne le réalisait pas. Cependant, lorsqu’elle aura l’occasion de réfléchir à son attitude, elle finira probablement par réaliser certaines choses.

Will s’excusa auprès d’elle de lui avoir volé ses cigarettes. Il vint même la serrer dans ses bras. Cependant, plutôt que de lui retourner son étreinte, la jeune fille resta immobile. Elle attendit patiemment que son frère la lâche avant de continuer à fumer sa cigarette en toute quiétude. Lui souhaita d’être heureuse, c’était tout ce qui comptait. Ce qu’elle ne savait pas, c’était que l’on venait de lui voler subtilement et habillement son paquet de cigarette. Cela ne sera pas très beau à voir lorsqu’elle s’en rendra compte.
Il se défendit des paroles de Bobby en affirmant qu’il ne faisait que taquiner sa petite sœur. Il ne désirait pas être méchant avec elle, ni même la blesser. Ça, la jeune fille le savait bien. Jamais Will ne lui avait fait du mal volontairement. Au contraire, il était terriblement adorable, attentionné, prenant soin d’elle et faisant tout en son pouvoir pour qu’elle puisse rire et sourire. Il était un grand frère formidable, le meilleur qu’il soit. Elle ne savait pas ce qu’elle serait devenu sans sa présence, son arrivée dans sa vie. Grâce à lui, elle avait retrouvé le sourire, la joie de vivre qui l’animait autrefois. Il était un véritable ange gardien. Peut-être, un jour, elle lui dira à quel point elle l’aimait et était reconnaissante qu’il eut décidé d’apprendre à la connaitre et de ne pas la repousser parce qu’elle possédait un caractère de merde.

Will porta son attention sur la nouvelle venue, Cassandra. Pourquoi s’intéressait-il à elle ? Pourquoi lui parlait-il ? Ne voulait-il pas aller voir ailleurs, en sa compagnie ? Mais d’un autre côté, il la laissait tranquille. Elle pouvait enfin fumer en paix. Quelles contradictions… Au final, les questions de son frère menèrent Cassandra à leur dévoiler son pouvoir et leur faire également une brève démonstration. Le paysage changea rapidement, à la plus grande surprise d’Erïka. Elle observait le changement de décor, visiblement impressionnée. Un peu plus et elle se serait cru dans cet univers tumultueux et chaotique. Lorsque les illusions disparurent, l’adolescente tenta de camoufler un mélange d’étonnement et d’admiration pour ce magnifique pouvoir. Elle créait de si belles choses, mais ô combien tristes et dramatiques. Représentait-elle ce qu’elle ressentait actuellement ? Et si cette Cassandra et elle-même étaient perdues dans ce même flot d’émotions ? Et si elles étaient plus semblables que ce qu’Erïka pouvait croire. Qu’avaient-elles en commun mis à part ce qu’elles semblaient ressentir actuellement ? Peut-être devrait-elle apprendre à le découvrir et lui laisser une chance ? Le professeur Xavier lui avait si souvent répété de ne jamais se fier à la première impression que donnait une personne. Après tout, n’était-elle pas un excellent exemple d’une personne semblant froide et agressive, mais qui était en fait quelqu’un de génial qui méritait d’être connu. Devait-elle donner une chance à Cassandra ? Et si cette femme n’était pas une personne digne de confiance et n’était rien de plus qu’une voleuse d’homme ? La seule façon de le savoir était de lui parler et d’apprendre à la connaitre. Elle devait faire cet effort si elle voulait répondre aux nombreuses questions qu’elle se posait. Et si elle passait à côté d’une personne merveilleuse ? Après tout, cela aurait pu être le cas avec Amy, si elle l’avait carrément envoyée balader le jour de leur rencontre, si elle aurait refusé tout contact avec elle lorsqu’Emma Frost l’avait invitée à partager sa chambre à l’institut. Peut-être qu’en fait, ça valait le coup d’essayer. Pourquoi ne pas tenter de connaitre cette femme ? Et si elle était seule, dans ce monde d’humain, à la recherche d’un peu de compréhension ? Si elle s’ouvrait un peu, Erïka se rendra peut-être compte qu’elle rejetait une personne qui, au contraire, pourrait devenir son amie.

Le trio de mutant entra à l’intérieur du manoir. Plongée de ses réflexions, la jeune femme se questionnait sur de nombreuses choses, mais surtout sur la nouvelle venue. Ce fut pour assouvir son désir de connaissance qu’elle s’arrêta à côté de son frère afin de reprendre sa marche à leurs côtés. Elle fit un effort pour s’adresser à Cassandra d’un ton neutre. Apprendre à connaitre les gens, ce n’était pas vraiment son fort, mais elle pouvait toujours tenter l’expérience. Cependant, c’était Will qui animait la majorité de la conversation. C’était bien ainsi, car ce n’était pas les deux mutantes qui allaient être en mesure d’entretenir une véritable discussion.
Le sujet dériva sur les moufettes et le rouquin ne se gênait pas pour taquiner sa sœur à ce sujet. La pauvre Cassandra de comprenait rien à leurs histoires. C’était peut-être mieux ainsi, non ?


-« A vrai dire, y a plein d'animaux dans les bois d'l'Institut, rien d'dangereux, rassure toi ! Mais les moufettes... c't'une autre histoire ! Rika est une sacrée dompteuse, pas vrai ? »

-« Oh que si… Et puisque tu sembles tellement impressionné par mes dons, je te montrerais comment je compte faire pour en dissimuler une sous ton lit. »

Les mutants se rendirent dans la cuisine et la jeune femme en profita pour se prendre une petite collation. Alors qu’elle mangeait tranquillement, Kurt apparu soudainement à ses côtés, la faisant ainsi sursauter. Il était de passage, le temps de prendre une boite de biscuits dans le garde-manger. Puis, il se téléporta en vitesse.
La jeune fille se tourna vers Will et Cassandra. Elle constata la surprise de cette dernière. Elle s’y fera probablement. Kurt avait cette habitude de se téléporter un peu partout. Même si elle sursautait à chaque fois qu’il apparaissait à ses côtés, elle s’y était habituée.


-« C'était... surprenant. C'était de lui que tu parlais ? »

-« Oui. Il est sympa, mais il a cette tendance à apparaitre sans prévenir. On finit par s’y faire. C’est pas la seule boule de poil bleu du coin, par contre. Y’a aussi le professeur McCoy. »

Puis, Will attendit que le silence soit de nouveau présent pour leur demander si elles n’avaient pas envie de manger quelque chose. L’idée de déguster de bonnes crêpes lui plaisait bien et elle hocha aussitôt la tête pour approuver cette proposition. La pomme qu’elle était en train de manger de comblera probablement pas son appétit. Autant en profiter. Comme Will leur expliquait que le professeur Xavier n’était pas à son bureau, cela signifiait que Bobby allait venir les rejoindre. Quoi de mieux ? Personne n’avait intérêt à s’assoir à côté de lui à la table ! Elle avait besoin de sentir sa présence à ses côtés afin de se rassurer, de se convaincre que tout allait bien et qu’elle s’était fait de fausses idées.

-« Je vais t’aider à les faire. » Fit la jeune fille en s’approchant d’une armoire pour en tirer un bol de métal dans lequel elle pourra mélanger les ingrédients. « Attrape une poêle dans l’armoire du bas » Fit-elle à l’adresse de Cassie, sans même lui lancer un regard, pointant simplement la dite armoire du pied.

Terminant sa pomme en quelques bouchées, elle jeta la partie immangeable à la poubelle. Puis, elle s’affaira à aider Will, lui mesurant certains ingrédients dans une tasse avant de les lui donner afin qu’il mélange le tout dans le grand bol de métal. Elle était encore un peu sur les nerfs, mais commençait à se sentir un peu plus détendue, s’habituant peu à peu à la présence de la nouvelle venue bien qu’elle ne lui adressait que rarement la parole.

Lorsque Bobby entra dans la cuisine, Erïka était en train de nettoyer le peu de farine qu’elle avait renversé sur le comptoir. Comme ses mains en étaient couvertes et qu’il n’y avait rien pour qu’elle puisse se les essuyer, elle opta pour son cher ami la tartine. Passant discrètement derrière Will, elle posa les deux mains dans son dos et les essuya rapidement, comme si rien n’était, avec un petit sourire amusé. Elle s’éloigna, par la suite, afin de retrouver son petit ami devant lequel elle se planta. Avait-il remarqué son comportement, un peu plus tôt ? Fort probablement. Allait-il lui en toucher un mot ? Sûrement pas maintenant. S’il avait remarqué que quelque chose clochait, elle devait s’attendre à une discussion. Pour l’instant, l’adolescente devait se concentrer sur les crêpes, sur Will qui allait se venger, c’était certain, et la nouvelle venue à qui elle devrait peut-être adresser la parole. Mais pour lui dire quoi ? En fait, ce dernier point ne sera pas pour tout de suite, finalement.


-« On fait des crêpes. Tu as faim ? » Demanda-t-elle à son petit ami d’une voix douce qui se voulait naturelle. À cette demande, elle tenta d'y ajouter un petit sourire sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 25 Nov 2012 - 20:53

Silencieuse, Cassie regardait les personnes autour d'elle interagir, n'ouvrant la bouche que pour se présenter au rouquin et lui préciser le mince lien qu'il y avait entre elle et Bobby. Si tant est que l'on pouvait appeler cela un lien. Ce dernier apporta quelques précisions sur les circonstances de leur rencontre, et la discussion s'acheva là alors qu'une jeune femme blonde venait les rejoindre tous les trois, petit fantôme sans sourire et au regard de glace, destiné néanmoins à Cassandra. Était-ce la confiscation de son paquet de cigarettes, passé des mains de William à celles d'Iceberg qui les avait planqué dans sa poche qui la rendait si maussade ? Pas sûr... la serveuse sentait bien qu'il y avait quelque chose d'autre derrière ce comportement glacial. Pourtant, elle n'avait rien fait, pas même ouvert la bouche. Encore eut-elle prononcé des propos mal venus à l'encontre de la blonde qu'une telle attitude aurait été compréhensible, mais ça n'était même pas le cas – de toute manière, Cassie ne s'exprimait jamais aussi insolemment, à moins que la situation ne s'y prête. Taciturne donc, elle les écouta parler de choses et d'autres qui ne la concernait pas et dont elle n'avait même jamais entendu parler. Normal, puisqu'il s'agissait de plusieurs anecdotes relatives à des chats, des moufettes, des cigarettes et Dieu sait encore quoi d'autre. L'illusionniste aurait pu s'ennuyer fermement si elle n'y avait pas eu toutes ces questions qu'elle se posait quant à la contrariété de la jeune fille. Ce même motif la fit penser à écourter là sa présence parmi et à demander à Bobby où elle pourrait trouver le directeur de l'établissement afin d'y aller de son propre chef et de ne plus avoir à subir ce drôle d'ostracisme. N'en avait-elle pas suffisamment souffert par le passé ? Il y avait tout de même une sacrée différence entre choisir la solitude et supporter l'ignorance des autres.

Elle allait donc demander son chemin à Iceberg et s'apprêter à les planter quand un détail de leur conversation attira son attention. Frère et sœur, vraiment ? La voix dénuée de toute émotion, elle demanda confirmation, ce qui lui valut un nouveau regard glacial de la dénommée Erïka, ce que Cassie ignora royalement, écoutant plutôt les explications de Will qui lui décrivait comment ils en étaient arrivés à avoir une telle relation. La jeune femme hocha la tête pour le remercier de sa réponse, remarquant que la blonde tirait une moue pas possible au témoignage d'affection de son « frère ». Était-ce à tout hasard une gamine en pleine crise d'adolescence retardée ? Cassandra se posa la question l'espace d'un instant, avant de tout laisser tomber et de se décider à demander à Bobby par où elle devait passer pour rejoindre le bureau du professeur Xavier... sauf qu'elle se fit devancer par le jeune homme lui-même, qui ne tarda pas à les planter là.

Super. Elle allait donc devoir continuer à subir la présence d'Erïka, d'autant plus que William se proposa pour accompagner Bobby. Elle s'attendit donc à ce qu'elles restent seules toutes les deux, mais ce ne fut guère le cas, puisque sous ses yeux étonnés, le rouquin se dédoubla, son clone allant rejoindre le mutant de glace. Impressionnée, Cassandra qualifia doucement le pouvoir du rouquin de pratique. Et à propos de pouvoir, il ne tarda pas à demander en quoi consistait celui de la jeune femme. Assez réticente, elle finit par dire de quoi il s'agissait, avant d'en faire une démonstration, différente de celle qu'elle avait faite à Iceberg. En revanche, elle ne s'était pas attendue à ce que ses illusions soient qualifiées de tristes. Certes, elles l'étaient. La plupart l'était, et l'avait toujours été. Ses chimères joyeuses en revanche, elle ne les montrait jamais à qui que ce soit, et ne l'avait de toute manière jamais fait. Elles étaient pour elle sa petite bulle de paradis, un sanctuaire de refuge qu'elle conservait précieusement dans sa mémoire et qu'elle n'avait l'intention de montrer à personne. Toutefois, elle répondit à Will, esquissant un bref sourire sans joie.

    « Merci. Oui, je peux projeter tout ce que je veux, bien que j'aimerais pouvoir les rendre plus réalistes encore. »


Elle tourna doucement la tête vers Erïka, qui arborait cette fois une drôle de tête, loin cependant de sa moue glaciale qu'elle affichait depuis tout à l'heure, preuve qu'elle n'était pas à ce point insensible. Avait-elle gagné quelques points dans l'estime de la jeune blonde ? Hmm... mieux valait ne pas se faire trop d'illusions à ce sujet justement. Cassie eut un instant la pensée amère que les mutants pouvaient bien ressembler beaucoup aux humains en matière de mépris et de rejet... ainsi que d'utilisation des autres. Avait-elle bien fait de dévoiler ainsi son pouvoir ? Ne risquaient-ils pas lui demander de s'en servir pour eux-mêmes ? Si ce devait être le cas, l'illusionniste refuserait, tout simplement. Elle ne retomberait pas plusieurs fois dans le même piège, se faire utiliser de la sorte alors que les autres n'avaient aucune estime pour elle. La seule chose qu'elle demandait était le respect. L'authenticité. Était-ce donc si dur et si rare de posséder ces valeurs ? Pour Cassandra, elles étaient essentielles. Quoiqu'il en soit, il n'y eut pas d'autres démonstrations, et elle accepta volontiers la visite guidée que lui proposait William. Erïka quant à elle se contenta de les devancer et de marcher un moment seule, moment durant lequel le rouquin lui indiquait les différentes salles devant lesquelles ils passaient. L'Institut portait bien son nom. Arriva alors l'instant tout à fait inattendu où la jeune blonde adressa pour la première fois quelques mots à Cassie, qui lui répondit calmement et honnêtement, l'une et l'autre faisant des efforts tour à tour. La discussion dériva ensuite sur un sujet qui, une fois de plus, ne concernait pas la jeune femme. Sans doute une vieille blague que partageait le frère et la sœur à propos des moufettes. L'un comme l'autre savait bien user de la répartie. Une nouvelle fois, la serveuse se tut, jusqu'à ce qu'ils arrivent à la cuisine.

Cassandra eut un énorme sursaut de surprise en voyant un homme bleu, comme lui en avait parlé la blonde, apparaître de nulle part dans la cuisine, se contentant de les saluer rapidement avant de discuter avec Erïka, disparaissant ensuite aussi vite et soudainement qu'il était venu. Elle demanda confirmation à la jeune fille, qui lui précisa qu'il n'était pas le seul à arborer cette originale couleur de peau et qu'il y en avait un autre qui partageait cette caractéristique, un professeur même. Cassie hocha la tête, aussi bien pour marquer le fait qu'elle avait compris que pour remercier son interlocutrice. Une fois le silence revenu, William reprit la parole, annonçant qu'il y avait de quoi faire des crêpes et que le professeur n'était pas dans son bureau, ce qui fit hausser légèrement les sourcils à la serveuse.

    « Comment tu le sais... ? Oh, c'est grâce à ton clone ? »


Elle acquiesça également à sa proposition de faire des crêpes. Cassandra aimait énormément les choses sucrées, comme le chocolat. Une chance qu'elle puisse en manger comme elle voulait sans prendre un gramme. Posant son sac dans un coin qui ne dérangerait personne, elle se redressa et se rapprocha, prête à les aider au besoin. Erïka, sans lui jeter le moindre regard, lui ordonna presque de prendre un ustensile dans l'armoire. Ce n'était pas la demande qui la choquait, mais plutôt le ton et le manque de politesse avec lequel cela avait été dit. Et Cassie ne se fit pas prier pour le lui faire remarquer.

    « On dit ''s'il te plaît''. » lui dit-elle avant de se pencher vers le meuble en question et d'en sortir la poêle à crêpes après quelques recherches.


Aucune trace de froideur dans ses propos, seulement dits d'une voix très calme. Mais tout de même. À moins qu'elle n'ait jamais bénéficié de la plus élémentaire éducation, ce n'était pas bien compliqué d'être polie. Qu'elle ne l'aime pas pour une raison X ou Y, ce que Cassie n'avait toujours pas compris d'ailleurs, soit. On ne pouvait pas inspirer de la sympathie à tout le monde. Mais de là à ne pas avoir droit au plus basique des respects, la jeune femme ne l'acceptait pas. Et quoique lui rétorque la petite blonde, l'illusionniste n'avait pas peur de lui faire face. Posant ensuite la poêle sur la plaque de cuisson, elle aida de son mieux les deux cuisiniers jusqu'à l'arrivée de Bobby. À son entrée, Erïka s'essuya doucement les mains pleines de farine... sur le T-shirt du rouquin. S'en était-il rendu compte ? Une fois que l'adolescente se fut rapprochée de son petit ami, la serveuse en glissa deux mots à William.

    « Tu as de la farine sur le dos. »


Ne s'attardant pas auprès de lui, elle prit les quelques assiettes de sorties et vint les disposer sur la table, pensive. Quand pourrait-elle parler au professeur et obtenir les réponses à ses questions ? Elle n'osait pas se le dire directement, mais il était bien possible qu'il soit son dernier espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mer 5 Déc 2012 - 16:19

A entendre William parler, on aurait dit qu'il évoquait un enfant à problème dont les parents se disputaient l'éducation. L'un prônait la préservation de l'enfant et l'autre préférait le laisser se blesser pour qu'il apprenne de lui-même. Difficile de dire lequel des deux côtés avait raison. Sans doute qu'un juste milieu était une meilleure idée mais ce n'était pas tellement le moment d'avoir un débat à ce sujet, surtout que l'intéressée n'allait sans doute pas tarder à montrer le bout de son nez. Mieux valait clore la discussion avant ça.

- Si elle en éprouve le besoin, ce n'est sans doute pas pour rien. Mais je sais que tu fais ça pour elle.

Erïka arriva peu après et démontra une attitude froide et distante qu'elle n'avait encore jamais eu avec eux jusque là. Bobby ne comprit pas pourquoi elle réagissait comme ça, se demandant si le petit jeu du rouquin ne l'avait pas contrariée plus qu'il ne le pensait. Si c'était ça, mieux valait stopper là les frais et lui rendre ce qu'elle voulait. Ce n'était pas en la privant de la sorte qu'elle allait retrouver le sourire, que ce soit pour son bien ou non. Will ayant confié les objets subtilisés à Bobby, celui ci les rendit aussitôt à sa petite amie qui ne sembla même pas étonnée qu'ils aient changés de mains. Etrangement, Erïka semblait bouder Will, restant froide à ses marques d'affection alors qu'en temps normale elle les lui rendait avec plaisir. Bobby quant à lui avait eu droit à un câlin et même à un baiser même si l'attitude de la russe différait un peu de d'habitude. En voulait elle réellement à son frère pour ce qu'il avait fait ? Maintenant qu'elle pouvait fumer, elle allait sans doute se détendre et retrouver un peu de bonne humeur. William essaya de se rattraper mais cela ne semblait pas fonctionner mieux, laissant Erïka toujours aussi silencieuse et distante. Mieux valait la laisser tranquille pour le moment.

Bobby estima qu'il était temps d'aller trouver le professeur Xavier afin que Cassandra obtienne les réponses qu'elle était venue chercher. Le rouquin décida de l'accompagner, se dédoublant pour également pouvoir rester avec les filles. Le mutant de glace ne comprit pas tout de suite l'intérêt d'y aller à deux mais il réalisa rapidement la raison de la présence de Will avec lui : il voulait lui parler seul à seul d'un souci concernant Erïka. Pour le coup, Bobby lui en devait une. Jamais il n'aurait réalisé par lui-même que sa petite amie était simplement jalouse de la présence de Cassandra, ayant mis sa mauvaise humeur sur le compte du manque de tabac. Il était complétement à côté de la plaque et remercia le rouquin pour lui avoir dit. Will assura que la simple présence du mutant suffirait à calmer Erïka mais Bobby n'en était pas si sûr. Puisque le professeur n'était pas là, il retourna avec les autres, laissant le clone faire le planton devant la porte du bureau vide pour le moment. Son don de dédoublement lui permit de prévenir Bobby que les autres étaient d'ailleurs dans la cuisine. Sans plus attendre, il s'y rendit.

A son arrivée, le trio était déjà en pleine activité, préparant quelque chose à manger. Erïka fut la première à le remarquer et s'avança aussitôt vers lui. Bobby en profita pour l'embrasser sur la joue avant de reporter son attention sur les autres. C'était donc des crêpes qu'ils préparaient ? En arrivant, il avait vu la russe s'essuyer sur le tee-shirt de son frère et il devinait déjà une future riposte. Ces deux là passaient leur temps à se chamailler d'une façon ou d'une autre. Bobby avait effectivement faim, n'ayant pas tellement pu profiter de son repas au pub, écourté par l'arrivée des flammes.

- Pas tellement... Te manger en entrée m'ouvrirait davantage l'appétit ! Je plaisante, je meurs de faim, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de manger avant. Je peux vous aider à faire quelque chose ?

Ne désirant pas titiller de nouveau la jalousie d'Erïka, Bobby concentrait son attention sur elle. D'un certain côté, il voulait parler à Cassandra, ne pas être distant avec elle, l'aider à trouver les réponses qu'elle cherchait. Mais il supposait que si il lui accordait trop d'attention, l'attitude de la russe ne serait que pire. Regardant dans la direction de Cassandra, il lui adressa un sourire désolé lorsqu'elle leva la tête vers lui.

- Le professeur est absent pour le moment mais Will est resté devant sa porte, comme ça il nous préviendra lors de son retour. Ca ne te pose pas de problèmes d'attendre un peu, Cassandra ?

Aussitôt la réponse obtenu, il reposa les yeux sur Erïka pour lui sourire.

- Vous voulez un peu de glace pour accompagner les crêpes ?
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Jeu 6 Déc 2012 - 13:34

Will et Bobby aurait pu avoir cette discussion des heures durant, chacun aurait campé sur ses positions et l'issue aurait de toute façon été la même. Au moins, le mutant considérait que ce que faisait le rouquin était pour le bien de sa soeur, c'était déjà ça. Jamais Will ne se serait de toute façon permis de faire quelque chose contre Erïka. Il oeuvrait justement pour l'inverse. Il lui avait fallu du temps pour l'apprivoiser mais désormais ils étaient comme les doigts de la main et la jeune fille pouvait profiter enfin d'une nouvelle vie. Tout allait parfaitement bien. En tout cas jusqu'à aujourd'hui. Plutôt que de se réjouir du retour de son petit copain, voilà qu'elle faisait la gueule. Il ne fallu pas longtemps à Will pour deviner quelle était la source d'une si soudaine mauvaise humeur alors qu'ils s'amusaient bien quelques secondes auparavant. L'arrivée de Cassandra venait de changer la donne. La pauvre n'y était pour rien, elle était juste trop près d'Iceberg. Ce dernier n'avait pas l'air de comprendre le problème et après une courte analyse, le rouquin essaya de rassurer silencieusement sa soeur. Pourtant, son comportement ne changea pas des masses. Ce fut d'autant pire lorsque Bobby s'absenta pour aller voir le professeur Xavier. Will en profita pour se dédoubler et l'accompagner, restant également en compagnie des filles.

Puisque Cassandra s'étonna de son pouvoir, il lui demanda aussitôt le sien, curieux de connaitre tous les pouvoirs mutants. Plutôt que de longues explications compliquées, elle fit usage de son don pour le leur dévoiler. C'était impressionnant, mais ce qui frappa le plus Will, c'était la tristesse des décors. Il y avait foules de détails, on aurait vraiment dit la réalité... mais c'était plutôt sombre, limite déprimant. Projeter ce genre d'illusions provenait sans doute du subconscient de l'utilisateur. Cassandra était-elle le genre de personne qui n'avait rien dans sa vie qui permettait de mettre un peu de couleurs et de vie dans tout ça ? Plutôt que de lui poser cette question indiscrète, le rouquin opta pour une autre, demandant si elle pouvait faire autre chose. Elle répondit par l'affirmative mais n'en fit pas pour autant la démonstration cette fois. Sans doute n'avait-elle pas envie de s'éterniser sur le sujet
.

"Bah avec d'l'entrain'ment, moi j'dis qu'tu pourrais sans problème ! C'est d'jà super bien comme ça, on s'y croirait ! Justement ici on apprend à dév'lopper nos pouvoirs, entre autre. Ca t'dirait pas d'rester un peu pour t'améliorer ? Sûr qu'le prof pourrait t'aider !"

Une telle proposition allait sans doute énerver Erïka mais Will n'allait pas changer son comportement parce que sa soeur faisait une crise de jalousie déplacée et sans réelle raison. En se comportant normalement, le rouquin espérait qu'Erïka finisse par faire de même et se détende. Plus facile à dire qu'à faire... Pour changer d'ambiance, Will décida de changer d'endroit pour faciliter les choses. Une petite visite guidée improvisée débuta alors, le rouquin détaillant les lieux à la nouvelle venue tandis que la russe jouait les asociales un peu plus loin. Elle adressa néanmoins la parole à la nouvelle, ce qui fit plaisir à Will, en profitant pour taquiner sa soeur. Mais cette dernière ne se laissait pas faire, comme d'habitude.

"T'os'rais pas. D'toute façon, j'la repérerais rapid'ment à l'odeur... Ca pue ces machins là ! Tu devrais l'savoir, à force d'expérimenter la chose..." fit-il remarquer en riant

Pendant ce temps, le clône discutait avec Bobby, lui expliquant les raisons du comportement d'Erïka. Maintenant qu'il avait compris, il allait pouvoir rejoindre le petit groupe sans commettre de gaffes, abandonnant son poste devant la porte close du professeur Xavier puisque le clone était là pour s'en charger. Ce dernier s'appuya contre le mur, les bras croisés, et observait ceux qui passaient dans le coin, demandant parfois si quelqu'un avait vu le professeur, histoire de ne pas attendre 107 ans et s'épuiser pour rien. Heureusement désormais il pouvait tenir une journée entière.

L'autre groupe avait justement rejoint la cuisine et s'apprêtait à préparer des crêpes après la courte apparition de Kurt. Ce phénomène avait permis à Cassandra et Erïka de s'adresser à nouveau la parole et le rouquin les laissa faire, profitant de cette accalmie pour sortir de quoi faire la préparation. Erïka abandonna cependant bien vite la jeune femme et se proposa pour aider son frère. Un peu maladroitement, elle demanda son aide à Cassandra, histoire de l'y intégrer. C'était du moins ce qu'espérait Will, supposait que son "ordre" était une simple demande mal formulée. Avec Erïka, il fallait s'attendre à tout. Cassandra répliqua, histoire de dire qu'elle n'était pas son chien, mais s'exécuta quand même. Will lui offrit un grand sourire, comme pour compenser le manque de politesse de sa soeur. Inutile de dire quelque chose, cela ne ferait que rajouter de l'huile sur le feu...

Bobby fit son entrée mais Will ne se retourna pas pour le saluer. Après tout, il venait de le quitter quelques secondes plus tôt. Il continua donc la préparation de la pâte et ne stoppa même pas lorsqu'il sentit de petites mains se saisir de son tshirt pour s'y essuyer. Difficile d'ignorer qui était le fautif... Will fit comme s'il n'avait rien senti et continua la préparation, songeant à sa future vengeance. Cassandra se pencha vers lui pour tout de même lui dire que de la farine était mystérieusement apparue dans son dos. Le rouquin redressa la tête et la hocha légèrement, remerciant Cassandra
.

"Oh ? J'me d'mande bien comment c'est arrivé là..." fit-il en retirant son tshirt presque aussitôt

S'approchant de quelques pas d'Erïka qui lui tournait le dos, discutant avec Bobby, Will prit son vêtement et le claqua d'un geste vif contre le derrière de sa soeur. Il ne risquait pas de lui faire mal mais le choc la ferait réagir, c'était certain. Aussitôt qu'elle fut retournée, Will secoua son tshirt pour retirer la farine avant de le remettre
.

"Oh pardon, j't'avais pas vue ! Fallait que j'le secoue ! D'la farine était soudain'ment apparue dessus !" expliqua t-il avec un léger sourire en coin

Mais sa vengeance n'était pas terminée. Loin de là. La pâte étant terminée, il ne restait plus qu'à la faire cuire. Will expliqua à Bobby qu'il n'avait plus tellement besoin d'aide mais hocha la tête en ce qui concernait les glaces. Restait à voir si les autres étaient également emballées par l'idée. Le rouquin posa la poêle sur le feu et glissa un peu de pâte dedans puis la tendit à Cassandra
.

"T'es sans doute meilleure en cuisine que moi ! Tu fais les premières, j'prends le relai ensuite, d'acc ?" proposa t-il en souriant

Puisqu'elle était occupée et que les deux tourtereaux l'étaient aussi, Will en profita pour sortir les différents accompagnements. Sucre, confiture, sirop d'érable... Nutella. En voyant ce pot, le rouquin eut une idée lumineuse. La russe ne faisant plus attention à lui -elle devait sans doute croire que la vengeance était passée- Will en profita pour glisser ses doigts dans le pot. Index et majeurs de chaque main imprégnés de pâte à tartiner, le rouquin s'approcha du dos de sa soeur et passa rapidement ses bras devant elle, lui peignant de jolies peintures de guerre façon indienne sur les joues à l'aide du Nutella. Même s'il n'avait pas réagit sur le coup, Will avait parfaitement entendu ce que Bobby avait dit à Erïka un peu plus tôt...


"Voilà, comme ça t'aura une raison d'la croquer, elle sera bien meilleure ! Bon appétit !" lança t-il avant de s'éloigner promptement, se léchant les doigts, retournant voir Cassandra comme si de rien n'était

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Sam 8 Déc 2012 - 22:46

Erïka avait un sale caractère, c’était indéniable. Elle se fichait bien de faire du mal aux autres par son attitude. Elle était ainsi, il fallait l’accepter. Cependant, en grande partie grâce à Will, elle avait appris à être plus douce, à se montrer plus ouverte et sociable face aux autres. Elle n’imposait plus son attitude merdique au premier venu et prenait la peine d’apprendre à connaitre les autres avant de les rejeter. Par contre, cela ne signifiait pas qu’elle adoptait toujours cette attitude. Cet instant même en était la preuve. Elle s’adressait à peine à Cassandra, ne cherchant pas particulièrement à socialiser amicalement. Elle tenait à savoir quelle genre de fille elle était, porter par un sentiment de jalousie qui l’envahissait avec force.

Mangeant tranquillement une pomme dans la cuisine, la jeune fille ne causait pas de tort, pour une fois. Au moins, lorsqu’elle mangeait, elle se taisait, c’était déjà une bonne chose et cela évitait à quiconque de supporter ses sales paroles. Cependant, lorsque Kurt apparu dans la cuisine, l’adolescente cessa de grignoter sa collation afin de discuter un peu avec lui, en allemand. Puis, le mutant disparu aussi rapidement qu’il était apparu. Il était doué pour les passages éclairs. L’adolescente reporta alors son attention sur sa pomme qu’elle mangea avec appétit.

Lorsque Will eu la formidable idée de faire des crêpes, Erïka décida de l’aider. Elle adorait faire la cuisine en sa compagnie. Et puis, qui sait, peut-être que cela lui permettra de se détendre un peu. Elle n’était toujours pas certaine d’apprécier Cassandra, mais pouvait bien faire l’effort de l’inclure à la conception de la recette. Cependant, sa demande semblait plutôt être un ordre. Aux yeux de l’adolescente, il n’y avait pas tant de différence. Elle disait simplement à la nouvelle venue de prendre une poêle dans l’armoire. Elle ne lui avait même pas jeté un seul regard, concentrée sur la préparation du mélange à crêpe.
Tout aurait pu bien se passer si Cassandra n’aurait pas répliqué. Pourquoi avait-elle répliqué ? Maintenant, Erïka était partagée entre l’envie de lui répondre, à son tour, et celle de se taire. Que devait-elle faire ? Elle désirait toujours avoir le dernier mot peu importe la situation. Cependant, il serait peut-être plus judicieux de se taire afin de ne pas envenimer les choses. Et si cette jeune femme était comme elle, possédant un caractère de merde, optant pour une attitude détachée face au reste du monde ? Et si elles étaient plus semblables qu’elles ne le pensaient ? Si c’était bel et bien le cas, ça allait faire des flammèches. Avec de la chance, l’incendie sera évité.

Plutôt que de répondre, comme elle était sur le point de le faire, la jeune fille décida de se taire et s’attarda sur le mélange à crêpe. Elle faisait de très gros efforts, espérant que cela portera fruit. Et puis, dès que le professeur s’occupera de la femme, elle pourra rester en compagnie de Will et Bobby. Tout ira pour le mieux, ce n’était qu’une question de temps.
C’était sans parler de l’absence du professeur Xavier. Cela signifiait que Cassandra allait rester avec eux pour un temps indéterminé. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que ça devait arriver à elle ? Manque de chance, Erïka devait continuer de la supporter. Ça ira probablement mieux pendant le repas. Elle balancera des morceaux de crêpe à Will pour se détendre. Elle n’aura qu’à faire en sorte de s’éclipser après avoir mangé et se trouvera une quelconque occupation pour faire passer rapidement le reste de la journée. Boxe ? Lecture ? Travaux scolaires ? Elle avait l’embarras du choix.

Oubliant Cassandra à la minute où Bobby entra dans la pièce, Erïka ne se gêna pas pour essuyer ses mains pleines de farine sur le t-shirt de son frère avant de retrouver son petit ami. S’il s’était rendu compte de sa petite crise de jalousie, il allait probablement lui en parler à un moment ou à un autre afin de savoir ce qui l’avait provoqué. Parfois, la jeune fille était difficile à comprendre, comme à ce moment même. C’était seulement parce qu’elle avait vu une jolie femme en compagnie de Bobby qu’elle avait craint que certaines choses se produisent. Elle ne faisait pas confiance aux autres et craignaient qu’un jour ou l’autre, quelqu’un ose lui voler son petit ami et ainsi faire disparaitre tout ce bonheur qu’il lui apportait jour après jour.

Bobby embrassa Erïka sur la joue. Si cette dernière avait refusé les marques d’affection de Will, un peu plus tôt, elle acceptait les siennes sans broncher. La jeune fille demanda à son petit ami s’il avait faim. Ce dernier lui répondit en plaisantant qu’il adorerait la manger, ce qui fit légèrement sourire Erïka. Déjà, elle commençait à être de meilleure humeur. Avec de la chance, les deux hommes arriveront à la faire rire comme avant, malgré la présence de Cassandra. D’ailleurs, Will commençait déjà à s’atteler à la tâche, se vengeant du geste qu’avait posé sa sœur, quelques instants plus tôt. Entre eux, c’était une éternelle question de vengeance qui ne sera pas prête de se terminer de sitôt. L’adolescente se retourna immédiatement, après avoir sursauté lorsque le t-shirt claqua ses fesses. Elle n’eut pas le temps de répondre à Bobby et oublie même sa question. À présent, son attention n’était portée que sur une seule et unique personne : Will. Elle allait se venger au moment où il s’y attendra le moins. Décidant de ne pas lui donner davantage d’attention pour le moment, élaborant un plan pour assouvir sa vengeance, Erïka se retourna vers Bobby qui lui adressait la parole. Des glaces ? Quelle bonne idée ! Elle adorait les glaces.


-« J’adore tes glaces ! Je suis partante ! » Fit-elle sans se douter de ce qui allait bientôt se produire.

Sans prévenir, Will surgit derrière elle afin de lui appliquer du Nutella sur le visage. Elle avait maintenant deux bandes chocolatées de chaque côté du visage. Cela lui rappela la fois où elle lui avait fait des moustaches de chat alors qu’il dormait. S’il voulait jouer à ce jeu-là, il allait bien vite réaliser qu’elle était très sournoise et, surtout, diabolique.


-« Voilà, comme ça t'aura une raison d'la croquer, elle sera bien meilleure ! Bon appétit ! »

-« Tu penses pouvoir t’en sortir comme ça !? Prépare la guerre! » Lança la jeune fille avant de passer son index sur l’une de ses joues afin d’essuyer une partie du Nutella qu’elle gouta.

La jeune fille alla sa nettoyer le visage avec un linge qu’elle passa sous l’eau. Elle pensait en avoir retiré la majeure partie, c’était déjà ça de gagné. Elle s’occupa de mettre la table pendant que les autres étaient occupés à cuisiner. Lorsque tous les couverts ainsi que sirop et autres ingrédients à mettre sur les crêpes furent posés sur la table, l’adolescente se retourna vers Will, qui lui faisait dos. Il était temps de se venger. Elle attrapa la cane de crème fouetté et en déposa dans sa main. Puis, elle s’approcha lentement de Will et lorsqu’elle eu l’occasion de lui faire face, elle posa sa main sur son visage, étalant la crème fouetté. Il avait déjà tenté de lui faire ce coup-ci. Cependant, la grande différence était qu’elle, elle avait réussis.


-« Oups, je n’avais pas vu que ton visage était là. » Fit-elle d’un faux air innocent avant de s’éloignant, attrapant une serviette à main afin de se débarrasser de la crème fouetté.

Ce n’était que le tout début, elle n’avait pas terminé avec lui. Cependant, pour l’instant, il était temps de manger. C’est pourquoi elle s’installa à la table, prenant soin d’être assise aux côtés de son petit ami. Elle faisait comme si rien n’était, préparant la suite de sa chère vengeance. Alors qu’elle s’occupait de garnir sa crêpe, la jeune fille lançait de temps à autre de un regard à Will. Puis, alors qu’elle mangeait, tenant sa fourchette d’une main, elle saisit son téléphone portable, dans la poche de son jean et parcourait rapidement son répertoire de sons et sonneries, faisant en sorte de ne pas attirer l’attention. Comme son téléphone était dissimulé sous la table, personne ne pouvait le voir. Lorsqu’elle trouva le son désiré, Erïka appuya sur un bouton afin de faire jouer la sélection, qui se résumait en un aboiement de caniche. Elle savait que c’était une bonne idée d’avoir téléchargé ce truc afin de faire peur à Will, un jour ou l’autre. Glissant son téléphone dans sa poche, la jeune fille continua à manger comme si rien n’était.


-« Je crois que quelqu’un a fait entrer un caniche à l’intérieur.» Fit-elle entre deux bouchées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Lun 10 Déc 2012 - 0:23

Cassie faisait tout ce qu'elle voulait avec ses illusions. Si elle n'avait montré que de tristes tableaux à William et Erïka, c'était parce qu'elle ne voulait leur montrer que cela. C'était commun, pas très original... rien à voir avec sa bulle de rêves aux mille et une fantaisies. Alors oui, c'était de sombres images qu'elle leur donnait, mais elle n'avait guère la tête à projeter d'heureuses scènes ensoleillées ou de choses dans ce genre. Le souci cependant restait toujours le même : même si au niveau visuel l'illusion frôlait la perfection, ce n'était pas le cas au niveau des autres sens. Aussi quand le rouquin lui évoqua la possibilité de développer ses pouvoirs à l'Institut et lui proposa d'y rester un temps, Cassandra resta songeuse un instant. Cela vaudrait la peine... même de côtoyer l'adolescente blonde, si cela pouvait l'aider à avancer.

    « Je... hm, j'y songerais. J'en parlerais avec le professeur. »


Elle les suivit ensuite tous deux dans les couloirs de l'Institut, les laissant discuter entre eux, même si Erïka avait fait l'effort de lui adresser la parole, la suite du dialogue ne les concernait qu'eux-deux, puisqu'ils parlaient d'anecdotes qu'ils avaient partagé. De nature taciturne, cela ne dérangea pas outre-mesure la jeune femme, qui se contentait de regarder un peu autour d'elle jusqu'à ce qu'ils arrivent la cuisine. Après la rapide intervention d'un mutant bleu apparu soudainement au milieu de la pièce et reparti comme il était venu, ce qui avait amené les deux jeunes femmes à se parler de nouveau brièvement, le rouquin proposa qu'ils se mettent à faire des crêpes. Tout se passait bien jusqu'à que la blonde « ordonne » à l'illusionniste de sortir un ustensile, ton qui ne fit pas plaisir à la jeune femme et qui ne se priva pas de le lui faire remarquer. Elle fit un très mince sourire à William en guise de réponse. Elle n'en voulait pas spécialement à Erïka, mieux valait laisser couler tout ça mais sans non plus se laisser marcher sur les pieds.

Iceberg fit alors son entrée dans la cuisine, et fut accueilli aussitôt par sa petite amie, qui prit soin d'essuyer ses mains pleines de farine sur le haut de William. Cassandra lui en fit doucement la réflexion avant de déposer les assiettes sur la table. Le rouquin s'en était bien sûr rendu compte, Erïka n'ayant pas été très discrète quant à son geste. Elle leva les yeux vers Bobby quand ce dernier s'adressa à elle, lui apprenant que le professeur Xavier était absent et que le double du rouquin était resté près de son bureau pour guetter son retour. Cachée derrière son masque d'impassibilité, Cassie réprima sa déception et hocha doucement la tête, répondant calmement.

    « Non, ça ira, je l'attendrais. Merci. » fit-elle à l'adresse de Bobby ainsi que de William.


Juste après, un claquement se fit entendre, qui attira l'attention de tous : le rouquin qui avait retiré son t-shirt l'avait abattu sur le derrière d'Erïka, en débarassant ainsi la farine qui s'y trouvait, accompagnant son geste d'un petit commentaire ironique. La jeune serveuse avait haussé les sourcils d'étonnement, non pas pour le « claquage » mais à cause de la vision qu'offrait son torse nu : en l'occurrence, il était bien foutu et surtout recouvert de cicatrices, la plus impressionnante étant cette grande marque de brûlure au niveau de l'aine... que lui était-il donc arrivé ? Intriguée, elle leva cependant vite les yeux afin de ne pas se montrer impolie en attardant trop son regard sur le corps de William, agréable à regarder, et bientôt de nouveau recouvert de toute manière. Elle revint sur Iceberg et hocha doucement la tête à sa proposition de glace. Elle était désœuvrée maintenant... mais plus pour longtemps, puisque le borgne lui passa bientôt la poêle où s'étalait déjà un peu de pâte à crêpes.

    « Ça marche, je m'en occupe. » fit-elle avec un petit sourire et prenant le manche de la poêle qu'elle garda au-dessus du feu.


Elle fit attention quand elle les jeta en l'air pour les retourner, habile à cet exercice, ne se retournant que quand elle entendit un commentaire du rouquin, s'apercevant qu'il avait étalé de la pâte à tartiner sur le visage de sa petite sœur. Revenant à sa poêle, Cassandra eut un sourire, invisible aux autres. C'était le genre de blague qui l'amusait vraiment, innocente et presque enfantine. La jeune femme n'était au final pas si insensible qu'elle le laissait paraître. Mais elle ne monra pas pour autant son sourire aux trois autres, estimant que ça ne la regardait pas de toute manière. Elle déposa les premières crêpes sur une assiette qu'elle amena sur la table ensuite.

Un nouveau sourire vint naître sur son visage qu'elle ne put cacher cette fois, réprimant seulement un rire en mettant sa main devant sa bouche. Et pour cause : l'adolescente blonde venait de se venger en étalant sur le visage du rouquin de la crème fouettée. Le résultat était du plus bel effet, et Cassie eut du mal à retrouver son sérieux. D'un côté, elle avait envie de se laisser aller à l'hilarité que provoquaient en elle de telles gamineries. D'un autre, elle n'osait pas, par timidité, parce qu'elle n'avait pas envie de s'attirer de nouveaux regards noirs... parce qu'elle était à l'écart. Cuisant encore quelques crêpes, elle les apporta sur la table après avoir éteint le feu et avant de s'installer avec les autres, s'asseyant à côté de Will.

    « Bon appétit. » dit-elle doucement.


Écoutant les autres discuter, la jeune femme étala un peu de crème chantilly sur son rond de pâte cuite et commença à la déguster, jusqu'au moment où un aboiement se fit entendre. À priori il ne venait de nulle part, mais cela eut un drôle d'effet sur le rouquin. Ne voyant aucun animal alentour – à supposer qu'il y en ait un... à l'oreille, l'aboiement avait l'air d'être enregistré – Cassandra sourit et ferma une seconde les yeux, créant avec l'aide de sa mémoire... hé bien un caniche, puisqu'Erïka en parlait. Blanc comme neige, le petit chien irréel grimpa bientôt sur la table, sans renverser quoi que ce soit puisqu'il était aussi intangible qu'un fantôme, bien que visuellement il semblait être consistant. Il s'assit ensuite au milieu des assiettes, sage comme une image, ce qu'il était quelque part.

    « En effet... » fit-elle en réponse à Erïka.


Comme elle pouvait ici utiliser son don à son bon vouloir, elle n'allait sûrement pas s'en priver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mar 18 Déc 2012 - 17:17

Bobby avait été en couple à de nombreuses reprises malgré son jeune âge, multipliant les conquêtes, si l'on pouvait appeler ça comme ça. Pourtant, à le voir on aurait du mal à déterminer qu'il ait si souvent été en couple tant il se tient distant à l'égard des autres. Mais il avait toujours eu plus de facilités avec les filles sans trop savoir pourquoi. Même si il n'était pas très expressif à ce point de vue là, il n'avait jamais refusé d'être en couple, trouvant comme un refuge lorsqu'il était dans une relation avec quelqu'un. C'était assez paradoxal pour lui. Il faisait toujours en sorte d'être isolé alors qu'au final il ne se sentait bien qu'en présence de quelqu'un, d'une personne avec qui il pourrait partager diverses choses, en qui il aurait confiance. Mais ses relations n'avaient jamais durées très longtemps, cela ne collait jamais vraiment très bien, il y avait toujours un petit quelque chose qui n'allait pas. Un manque... de naturel ou quelque chose dans ce goût là.

Pourtant, depuis qu'il était en couple avec Erïka, tout se passait pour le mieux. Ils s'entendaient déjà bien par le passé et les choses évoluaient positivement, leur permettant de passer de nombreux moments juste à deux sans qu'il n'y ait de malaise, de problème, sans compromis. Bobby se sentait bien avec elle, il se sentait même un peu plus vivant et s'ouvrait davantage aux autres. C'était peut-être dû à la présence de son envahissant grand-frère mais Bobby l'appréciait. C'était pour cette raison qu'il n'avait pas rechigné à l'aider dans sa tentative de dissimulation de paquet de cigarettes et briquet, ne pensant pas un seul instant que ce simple geste pourrait déclencher la colère de sa petite amie.

Il ne réalisa que plus tard que cette soudaine froideur chez Erïka n'était pas dû à ça mais à toute autre chose. C'est William qui le lui fit réaliser tandis qu'il l'accompagnait vers le bureau du professeur. Au moins désormais il savait à quoi s'en tenir, n'ayant pas réalisé plus tôt que sa petite amie aurait pu être jalouse de la belle jeune femme qu'était Cassandra. Il voulait remédier à ça et lui montrer qu'elle n'avait vraiment pas à s'en faire. Bobby était quelqu'un de fidèle et il était sincèrement amoureux de sa petite amie. Puisque le professeur Xavier était absent, il abandonna là le clone du rouquin et se rendit vers la cuisine pour rejoindre les autres.

Là, il eut droit à un drôle de spectacle. Les trois comparses avaient l'air de préparer quelque chose à manger. Jusque là, tout était normal. Il fut content de voir Erïka venir à sa rencontre pour lui demander si il avait faim. Juste avant, celle ci avait soigneusement essuyé ses mains sur le dos de son frère qui n'avait étrangement pas réagi. C'était parce qu'il comptait prendre son temps pour se venger, Bobby le voyait bien à présent. Néanmoins il ne voyait pas pourquoi il avait retiré son t-shirt. Il ne le comprit que lorsque le vêtement claqua sur le derrière d'Erïka qui se retourna vivement vers le coupable qui prétextait qu'il ne l'avait pas vu. Tout cela était bien sûr faux mais ce n'était pas comme si il essayait de le cacher. Rien qu'à voir son expression ravie de gamin qui venait de faire une bêtise, tout portait à croire qu'il l'avait pleinement fait exprès... Ce qui était le cas. Bobby se contenta de sourire, pas spécialement vexé qu'il ait ainsi levé la main sur sa petite amie. C'était toujours un jeu entre eux, pourquoi serait-il intervenu ? Erïka savait très bien se défendre de toute façon et Bobby savait qu'elle finirait par se venger de ce coup en traitre, d'une manière ou d'une autre.

Will s'était éloigné et Bobby pu reprendre sa conversation avec Erïka comme si rien ne s'était passé, proposant alors de faire quelques glaces. Souriant, le mutant allait répondre qu'il allait s'y mettre tout de suite lorsque le rouquin refit son apparition, dessinant de drôles de marques sur les joues de la russe. Cette fois, elle répliqua, évoquant carrément une guerre à venir. Manger tranquille semblait donc compromis. Erïka s'essuya plus ou moins et Bobby se pencha vers elle pour l'aider, l'embrassant sur l'une des marques.

- Tu as raison Will, elle ne me semble que d'autant plus appétissante ainsi.

Passant doucement son doigt sur sa joue barbouillée de pâte à tartiner, Bobby en retira une partie et lécha ce qui lui restait sur le doigt. Préférant ne pas trop faire étalage de leur vie privée en public, il cessa là ses allusions et se dirigea vers les placards et le frigo pour prendre de quoi faire une glace. Il opta pour le parfum vanille. Tout le monde aimait ça et puis cela changeait de celle au chocolat qu'ils avaient déjà eu l'occasion de manger à plusieurs reprises chez Anieta. Il ne s'occupa donc plus du duo chamailleur et se mit à faire la glace sans prêter attention à ce qu'il se passait à côté. Une fois la glace prête, il fut à moitié surprit de voir William le visage barbouillé de crème fouettée. La vengeance avait sonné, c'était certain. Mais resterait il les bras croisés pour sa part ? Sans doute pas. Il lança un regard à Cassandra, secouant légèrement la tête comme pour lui dire "C'est toujours comme ça, ce n'est rien". Il s'approcha d'ailleurs d'elle avant de poser la barquette de glace sur la table.

- Attention à ne pas prendre de dommages collatéraux, c'est devenu une zone à risques ici.

Il prit place autour de la table et tout le monde fit de même. Prenant une crêpe, il y mit un peu de confiture puis ajouta une boule de glace avant de commencer à manger, ayant pris soin de souhaiter un bon appétit à tout le monde. Malgré la guerre, l'ambiance se voilait conviviale. Quelle serait la prochaine action du rouquin ? Un aboiement se fit soudainement entendre et instinctivement Bobby regarda autour de lui. En fait, c'était un drôle d'aboiement, comme si il n'était pas naturel. Mais on aurait pu s'y tromper. Will avait l'air de paniquer et Bobby se demandait ce qu'il avait soudainement. Et là, un caniche blanc sauta sur la table, comme venu de nulle part. Bobby en lâcha sa fourchette, stupéfait. D'où sortait il ? On aurait dit qu'il était apparu... comme par magie. Mais aucune d'eux ne savait faire ça. A bien y réfléchir, Bobby se souvint du pouvoir de Cassandra. C'était sans doute elle qui était à l'origine de cette création. Le chien ne faisait rien de mal. Comment l'aurait il pu ? Il n'était qu'une illusion. Pourtant, il semblait faire son petit effet sur William... Bobby remarqua qu'Erïka tenait, dissimulé sous la table, son téléphone. Voilà d'où provenait le son. Les filles s'étaient alliées ? Impressionnant. Pour les aider, le mutant comptait jouer le jeu.

- Salut toi. D'où tu sors ? T'es mignon. Il a dû échapper à la surveillance de son maître sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Jeu 20 Déc 2012 - 14:20

Will était parfois comme un enfant, adorant découvrir de nouvelles choses, curieux de tout. En l’occurrence, depuis qu'il était mutant et qu'il savait ce qu'il était ainsi que le fait qu'il était loin d'être seul, il adorait découvrir les pouvoirs des autres. Il demandait donc toujours quel était celui des mutants qu'il venait juste de rencontrer, comme c'était le cas pour Cassandra. Après tout, quel mal à ça ? Ils étaient tous mutants et n'avaient plus de raisons de cacher ce qu'ils étaient. Pas entre eux en tout cas. Lorsque la mutante fit une petite démonstration, Will aurait voulu que cela dure plus longtemps tant c'était impressionnant. Mais d'un autre côté, ce qu'elle dévoilait était si morne, si triste, qu'on avait qu'une envie, c'était que cela s'arrête rapidement. Peut-être que tout ça n'était que le reflet des sentiments de l'utilisatrice, difficile à dire. Elle n'en dévoila pas davantage et Will ne pu que faire des suppositions. De toute façon, elle était simplement là pour voir le professeur donc il était inutile de l'embêter avec ça. Cela signifiait peut-être qu'elle allait résider avec eux... Si tel était le cas, il aurait à nouveau l'occasion de le lui demander donc.

Finalement, leur premier escale dans la visite de l'Institut fut la cuisine. Là-bas, Will décida de faire des crêpes. C'était convivial et puis tout le monde pouvait manger. Qui n'aimait pas ça ? Le rouquin essaya de faire en sorte que les deux filles mettent la main à la pâte et espérait qu'elles s'entendraient bien. Il y avait bien quelques piques envoyées de temps à autre mais aucune guerre en vue pour le moment. L'ambiance était toujours un peu tendue mais Will comptait bien y remédier. L'arrivée de Bobby facilita les choses...

Se vengeant du geste d'Erïka, Will fut satisfait de voir l'air surpris de la russe. Néanmoins elle ne fit aucune réflexion sur le sujet et à part le dévisager, elle ne fit rien d'autre, se retournant aussitôt vers son copain qui proposait des glaces. Le borgne hocha la tête à cette demande pour signifier que lui aussi était intéressé. Néanmoins, mentalement, il préparait déjà un autre plan pour enquiquiner davantage sa soeur. S'emparant d'un pot de Nutella, il y trempa les doigts et s'approcha d'Erïka pour lui peindre en vitesse des marques de guerre sur les joues. Cette fois, il avait déclenché l'apocalypse et il s'en réjouissait d'avance. Si elle répliquait, c'était qu'elle allait mieux et qu'elle laissait sa mauvaise humeur de côté. Mission accomplie !


"J'vois qu'toi tu l'as d'jà préparée, la guerre... T'as d'jà les peintures !" fit-il en pouffant, se rinçant les doigts après son méfait

Et une taquinerie de plus qui ne ferait que renforcer l'idée de revanche de la jeune femme. Oui, il aimait jouer avec le feu, sachant bien qu'ils ne faisaient que s'amuser. Il ne rebondit néanmoins pas sur la réflexion de Bobby pour une fois. Déjà parce que c'était lui qui l'y avait incité et aussi parce que pendant ce temps, il s'occupait d'Erïka. Se détournant néanmoins de sa victime, Will s'approcha de Cassandra pour voir où elle en était avec les crêpes et si elle voulait un coup de main. Elle était l'invitée après tout, pas question qu'elle fasse tout ! Il l'aida de son mieux mais lorsqu'il se retourna, quelque chose vint le percuter en plein visage. C'était mou, léger, ça sentait le sucre... De la crème fouettée ? Il en avait plein le visage, ne voyait même plus où il allait. Erïka prétendit qu'elle n'avait pas vu que son visage était là, sonnant comme une étrange réplique à ce qu'il avait dit avec son tshirt. D'un air princier, Will s'essuya le visage d'un geste lent de la main, plissant l'oeil en la fixant.


"J'me disais bien que t'avais des problèmes de vue... Tu m'aurais pas confondu avec une tartine par hasard hmm ?" fit-il en s'essuyant mais en laissant la crème le long de sa mâchoire, ce qui formait une sorte de barbe blanche "J'ai toujours l'air d'un vieux clochard comme ça hmm ? J'ai pas un air d'père noël ?"

Il faisait bien sûr référence au petit surnom qu'elle lui donnait de temps à autre ainsi qu'à un moment privé qu'ils avaient eu tous les deux. Les autres ne comprendraient pas mais ce n'était pas tellement un problème. Will s'essuya le visage avec un peu d'eau et lorsqu'il fut certain qu'il n'avait plus rien, il s'installa à la table avec les autres. Cassandra souriait, preuve que tout ceci l'avait amusée. C'était déjà un bon point. Souhaitant un bon appétit, Will se servit et commença à manger avec appétit lorsqu'un son soudain le figea. Fourchette suspendue, il entendit un aboiement strident. Un chien ici ? Cela pouvait être n'importe quel chien mais Erïka précisa aussitôt qu'il s'agissait d'un caniche, ce qui eut pour réaction de faire se retourner Will prestement. Il le cherchait des yeux mais nulle trace d'un quelconque animal. L'aboiement était pourtant proche... Pas très à l'aise, le rouquin se retourna pour faire de nouveau face à son assiette et essayer d'oublier le chien lorsqu'il tomba presque nez à nez avec. Un caniche blanc trônait sur la table comme si c'était là sa place naturelle.

La réaction de Will ne se fit pas attendre. A peine l'avait-il vu qu'il s'était jeté en arrière. En fait, il était plutôt tombé de sa chaise à cause de son mouvement de surprise. Mais il ne s'arrêta pas là. Une fois au sol, il se mit à reculer rapidement en rampant en arrière jusqu'à ce qu'il atteigne le mur, stoppant net sa course. Pendant ce temps, son clone ne resta pas inactif. Puisqu'il se voyait lui-même en "danger", il traversa les couloirs en courant, quittant son poste, volant à la rescousse de l'autre Will. Ce dernier était partagé entre deux sentiments : la peur et l'envie de remédier au problème rapidement. Comme il s'était dédoublé, chacun des deux rouquins réagissait différemment. Le clone coupa par le garage pour rejoindre la cuisine, c'était plus court. Il fit donc le tour par l'extérieur et passa non loin du terrain de sport. Des jeunes jouaient au base-ball. Will fit un petit crochet pour s'emparer d'une des battes puis retourna à l'intérieur, direction la cuisine. Arrivé dans la pièce, "arme" serrée dans ses mains, il s'apprêtait à sauter sur le caniche pour lui régler son compte, se positionnant devant l'autre Will.


"J'vais t'éclater, salop'rie !"

Si personne ne l'arrêtait, il allait sans doute exploser la table à coups de batte puisque le chient n'était qu'une illusion. Mais ça, il ne l'avait pas encore réalisé...

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Sam 22 Déc 2012 - 1:28

Erïka refusait d’accorder la victoire à William, peu importe la situation. C’était pourquoi leur combat de plaisanteries ne cessait jamais. Ils se vengeaient toujours l’un de l’autre. Il n’y avait pas de place pour la défaite. En fait, il s’agissait plutôt d’une histoire amusante, pour eux. Ils n’étaient pas sérieux dans ce qu’ils faisaient, optant toujours pour des tours rigolos et, surtout malins. Ils innovaient à tous les coups, mais au vu de leur imagination, ne manqueront jamais d’idées afin d’embêter l’autre.

Alors qu’elle ne portait son attention qu’à Bobby, Erïka ne se méfia pas de son frère, s’approchant discrètement d’elle. Il lui claqua les fesses avec son chandail. Pas question de laisser passer ce geste sans se venger ! Cependant, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il récidive en lui étendant du Nutella sur le visage. Il voulait jouer à cela ? Elle aussi elle pouvait se montrer aussi diabolique.

Will affirmait qu’elle était appétissante et Bobby ne tarda pas à le confirmer, posant ses lèvres sur la joue de l’adolescente, là où il y avait du chocolat. La jeune fille se contenta de tourner la tête vers son petit copain afin de lui faire un clin d’œil. Au moins, elle semblait toujours être la plus belle à ses yeux. Elle en était ravie. Elle avait eu si peur qu’il préfère le charme de Cassandra. Quel charme ? Elle n’en savait rien, mais elle était jolie et c’était cela qu’elle avait craints. Elle n’avait jamais été en couple auparavant, elle ne savait pas trop comment agir et elle ne savait pas non plus comment Bobby avait été avec ses précédentes petites amies. Elle était certaine qu’il n’avait jamais été méchant, elle ne le voyait pas ainsi. Elle refusait de croire qu’il était infidèle également. Cependant, elle craignait qu’une fille sortie de nulle part tente de lui voler celui qu’elle aimait. Comme un animal sauvage cherchant à protéger ceux qui lui étaient chers, elle était prête à attaquer s’il le fallait. Pas question de laisser qui que ce soit briser cette vie de joie et de bonheur qu’elle avait fait en sorte de se construire. N’avait-elle pas suffisamment souffert ?

Essuyant ce qui restait de Nutella sur son visage, la jeune femme réfléchissait déjà à sa prochaine vengeance. Pas question de laisser Will avoir le dessus sur elle. Elle allait lui montrer qu’elle pouvait également le surprendre. Déjà, elle commença par lui étaler de la crème fouetté sur le visage, prétextant ne pas avoir vu qu’il était là. Il pensait probablement que cela s’arrêterait ainsi, mais il se trompait royalement. Elle avait prévu quelque chose pour la suite. Une douce vengeance bien amusante…


-« J'me disais bien que t'avais des problèmes de vue... Tu m'aurais pas confondu avec une tartine par hasard hmm ? J'ai toujours l'air d'un vieux clochard comme ça hmm ? J'ai pas un air d'père noël ? »

-« C’est vrai que tu as l’air d’une tartine. Je dirais même, une vieille tartine clocharde. Tu devrais songer à retirer ta barbe, ça ne te vas pas du tout, l’ancêtre. »

Elle s’éloigna en riant intérieurement. S’installant à la table aux côtés de son petit ami, elle se servit aussitôt que les crêpes furent prêtes. Elle ne se gêna pas pour garnir sa crêpe et se servit une bonne dose de crème glacée au passage. Elle adorait les glaces de Bobby et en profitait lorsqu’elle en avait à porter de main, quitte à avoir légèrement mal au ventre par la suite. C’était délicieux, autant en déguster autant qu’elle le pouvait. Elle jeta un regard autour de la table afin de constater que tout le monde était bien occupé avec sa propre assiette. Parfait. Elle pouvait mettre son plan à exécution.

Son téléphone cellulaire était dissimulé sous la table. Elle cherchait un son qu’elle avait téléchargé il n’y a pas si longtemps de cela afin de faire une blague à son frère. C’était le moment idéal. Elle fit jouer l’aboiement d’un caniche qui résonna dans la pièce. La réaction de Will fut instantanée. Il tomba en bas de sa chaise et recula rapidement contre le mur, cherchant à éviter la petite bête qui montait sur la table. Un véritable caniche ? D’où sortait-il ? Elle jeta un regard à Cassandra, qui semblait jouer le jeu, un léger sourire sur les lèvres. Cela fit davantage sourire Erïka alors que son petit ami entrait également dans le jeu, s’adressant à l’animal. Visiblement, cela ne faisait pas sourire Will. La jeune fille elle, commençait à avoir du mal à retenir son rire. Quelques secondes plus tard, elle s’esclaffa. Elle ne se serait pas attendue à une si vive réaction. Ce n’était qu’un adorable petit caniche ! Il n’avait rien de dangereux. Il était trop mignon pour être aussi diabolique que le chien ayant terrorisé son frère lorsqu’il était plus jeune.

Contre toute attente, le clone de Will pénétra dans la cuisine, batte de baseball en main, prêt à régler le compte du caniche. Il s’était positionné devant le rouquin original afin de le protéger. Pas question qu’il fasse de mal à cet animal, même illusoire ! Aussitôt, Erïka se leva et se plaça entre le clone et la table, essuyant une larme de rire du revers du doigt. Elle lui montra son téléphone avant de refaire joué l’aboiement afin de lui prouver que c’était de sa faute. Par la suite, elle le rangea dans sa poche.


-« Calme-toi, Will ! Ce n’est qu’une illusion. Il ne va pas te faire de mal ! Je n’aurais jamais cru que tu réagisses comme ça, ton réaction valait un million ! »

Elle se retourna vers Cassandra afin qu’elle confirme qu’il s’agissait d’une simple illusion. Après tout, qu’est-ce qu’un véritable caniche ferait dans l’institut ? Elle espérait que cela calmerait Will, qui semblait secoué par la présence du petit chien. Pour sa part, la jeune fille avait ri comme jamais. Elle avait laissé tomber son armure afin de profiter de ce moment, malgré la présence de Cassandra. Finalement, elle n’était peut-être pas la connasse qu’elle croyait qu’elle était. Au contraire, elle semblait plein de malice. Au plus grand étonnement de tous, Erïka lui adressa la parole en souriant. C’était la première fois depuis l’arrivée de la jeune femme à l’institut.

-« Trop fort le coup du chien sur la table ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Dim 23 Déc 2012 - 18:13

N'ayant jamais eu à révéler à qui que ce soit auparavant son don, Cassandra avait un peu de mal à définir clairement ce dont elle pouvait être capable. Oh bien sûr, c'étaient des illusions, mais pour elle ça avait une signification tellement plus profonde, que ce seul et simple mot n'était pas suffisant pour décrire son pouvoir de la manière la plus complète possible. C'était... ''ses'' mondes, ''ses'' innombrables irréalités qu'elle se faisait une joie de faire vivre autour d'elle l'espace de quelques instants. De ces chimères particulières cependant, elle n'en fit aucunement démonstration aux autres mutants : c'était trop personnel. Aussi pour leur dévoiler l'étendue de ses capacités se limita-t-elle à quelques tableaux qui pouvaient bien être réels, ajoutant ça et là un peu de fantaisie afin de bien délimiter la frontière entre ce qu'elle projetait et ce qui existait vraiment. Le spectacle ne s'éternisa pas, après cela Cassie suivit William et Erïka à l'intérieur de l'Institut, se dirigeant ainsi vers la cuisine de l'établissement.

En chemin, la jeune femme étudia un peu les différents caractères de ses deux accompagnants. À première vue, elle avait pensé que le rouquin était aussi drôle et sympathique que la blondinette était froide et distante – du moins, envers elle. Mais à mesure qu'elle les écoutait discuter sans prendre trop partie à la conversation, Cassandra comprit qu'Erïka n'était pas si glaciale qu'elle voulait bien le laisser paraître. Avec son frère en tout cas, répartie et échange de piques allaient bon train. Conclusion, sa mauvaise humeur devait être due à la présence de l'illusionniste, ce qui fit que cette dernière ne pouvait qu'attendre avec impatience de rencontrer le professeur Xavier afin de ne plus devoir supporter ces regards fusilleurs. Elle ne se laissait cependant pas démonter, gardant avec fermeté un visage impassible. Elle regrettait simplement de trouver ce genre d'attitude chez les mutants et non pas seulement chez les humains...

Arrivés à la cuisine et après avoir aperçu un autre mutant capable de se téléporter, Cassie mit la main à la pâte afin d'aider les deux autres jeunes gens à faire des crêpes. Rappelant une seule fois à l'ordre Erïka qui ne s'adressait pas à elle très agréablement, aucune huile ne fut jetée sur le feu puisque Bobby revint à ce moment-là. La blonde joua un tour à son frère qui le lui rendit très vite, claquant sur elle son T-shirt plein de farine afin de l'en débarrasser. Pendant ce temps-là, l'illusionniste manipulait la poêle, jetant de temps à autre un coup d'œil au trio, ne pouvant retenir de légers sourires qu'elle dissimulait cependant. Elle concentra sur son ustensile, jetant avec agilité les disques de pâte cuite en l'air afin de les retourner. William revint ensuite vers elle afin de lui donner un coup de main, mais une drôle de surprise l'attendit quand il se retourna : il reçut une belle quantité de crème fouettée sur le visage. Cassandra ne put retenir un rire, avant de plaquer sa main sur sa bouche. Laissant le borgne s'essuyer un peu le visage et s'expliquer avec sa petite sœur qui lui avait tartiné le visage, elle posa l'assiette de crêpes sur la table, regardant Iceberg avec un sourire.

    « Je vois ça... j'essayerais de me planquer sous la table si y'a trop de danger. » fit-elle pour plaisanter.


Une fois que William et Erïka se furent débarbouillés, ils purent s'installer tous les quatre pour manger, Bobby ayant préparé des glaces en plus. Garnissant sa crêpe et commençant à la manger lentement, elle entendit tout à coup un aboiement. Un chien était-il donc entré dans le bâtiment ? Ça n'avait pas l'air d'alerter les autres... sauf William qui, quand Erïka parla de caniche, se retourna vivement, comment pour s'assurer que l'animal n'était pas derrière lui. Ne comprenant pas tout de suite la réaction du rouquin, Cassie se prit au jeu cette fois, faisant apparaître du néant un caniche tout blanc qui grimpa prestement sur la table, intangible. Bobby marcha dans la plaisanterie, tandis qu'Erïka éclatait de rire à la réaction de Will. Ce dernier, surpris par la présence du chien fantomatique sur la table, était carrément tombé de sa chaise et avait reculé jusqu'au mur comme pour éviter que le caniche ne lui saute dessus. À l'instar de sa créatrice qui se demandait pourquoi le borgne réagissait si violemment, le petit animal pencha doucement la tête sur le côté, très sage. Cassandra quant à elle se leva et fit mine de s'avancer vers William.

    « Euh, William... ? Ça ne va... »


Non, visiblement, ça n'allait pas. Soudain, le clone du rouquin fit irruption dans la cuisine, une batte de base-ball à la main et la leva en l'air face au caniche, prêt à accomplir ses dires, à savoir l' « éclater ». Se redressant, elle regarda la scène avec une surprise grandissante. La blague tournait plutôt mal... Erïka se jeta devant le clone armé en affirmant que c'était une illusion et que le chien n'existait pas, ce qui était vrai. En fait, Iceberg et sa petite amie étaient les seuls à avoir compris que le caniche n'était qu'une chimère créée par l'illusionniste. William était-il donc si effrayé par l'animal qu'il ne s'en soit pas rendu compte ? Quoiqu'il en soit, il était temps de mettre fin à la taquinerie. Erïka montra son téléphone d'où s'élevait encore les aboiements enregistrés, et Cassandra fit disparaître son illusion dans des volutes blancs. Contrairement à la petite sœur qui en pleurait de rire, la brune était désolée. S'adressant à William sans vraiment le regarder, elle se sentait un peu mal à présent.

    « Pardon... je pensais pas que ça te ferait cet effet-là... je voulais pas t'effrayer. »


C'était vrai. Pour une fois que ses illusions ne lui servaient pas uniquement qu'à se défendre, à terroriser ses agresseurs, mais à seulement faire une plaisanterie, voilà qu'elle avait mis à mal le jeune homme qui depuis le début avait fait de son mieux pour l'aider, lui parler, la mettre à l'aise... En tout cas, la blonde et Iceberg étaient totalement déridés... à tel point qu'Erïka sourit à Cassie, ayant fortement apprécié la prestation du petit caniche blanc. Surprise, la serveuse haussa les sourcils en regardant la blonde. Elle tenta de lui rendre son sourire, mais celui-ci s'affadit vite cependant.

    « J'suis vraiment désolée... »


Le mal-être regagnait du terrain chez la jeune femme. Que devait-elle faire ? Les laisser tranquilles ? Reprendre son sac et aller attendre devant le bureau du professeur Xavier ? C'était sans doute ce qu'elle pouvait faire de mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Ven 28 Déc 2012 - 13:04

Décidément, ces deux là ne prenaient jamais de pause. Erïka et William redoublaient d'imagination lorsqu'il s'agissait de se jouer des mauvais tours, ne cessant jamais de se venger de la vengeance déjà en cours. C'était sans fin. Mais au moins, cela avait l'air de changer les idées à la jeune femme, à nouveau souriante et visiblement très intéressée par cette petite guerre amicale. Ses craintes étaient sans doute derrière elle mais Bobby préférait ne pas crier victoire trop tôt. Tant que Cassandra serait parmi eux, il supposait que la russe ne serait pas tout à fait rassurée. Il ne devait donc pas relâcher sa vigilance et continuer de montrer à Erïka qu'il n'avait d'yeux que pour elle. Ce n'était pas bien difficile, il lui suffisait juste d'agir naturellement. De plus, William semblait l'aider plus ou moins dans cette tâche, ne faisant pas de commentaires outrés sur ce qu'ils pouvaient se dire qui aurait eu un double sens. Erïka fit même un clin d'oeil à Bobby à la suite de sa remarque, ce qui était plutôt encourageant. L'ambiance était au beau fixe, il fallait que cela reste ainsi.

Plutôt que de rester cette fois les bras croisés, la jeune femme se mit à l'attaque, projetant de la crème fouettée sur visage de son frère. Cette fois au moins, Bobby n'était pas sur la trajectoire. Il préféra d'ailleurs s'éloigner avant de prendre des dommages collatéraux et préparer la glace qu'il avait promise, rejoignant Cassandra. Il ne manqua pas de la prévenir de faire attention même si au final il n'y avait rien de très dangereux. Un peu de nourriture n'avait jamais tué personne. La jeune femme prétendit se cacher sous la table si jamais la zone devenait trop dangereuse à son goût. Bobby hocha la tête avec un demi sourire.

- Tu me laissera une petite place si ça dégénère ? Pour avoir déjà pris des dommages collatéraux, je préfère anticiper cette fois.

Puisque tout était prêt, Bobby s'installa à table avec Cassandra, attendant que les deux zouaves les rejoignent. Tout le monde souriait cette fois, c'était une bonne chose et il fallait que cela dure. Au moins leur invitée devait se sentir un peu plus à l'aise désormais, puisque l'accueil glacial d'Erïka n'était plus qu'un mauvais souvenir. Le mutant de glace voulu en toucher un mot à Cassandra pour qu'elle ne se fasse pas de fausses idées mais estimait que ce n'était pas le moment. Il ne voulait pas attiser la jalousie de sa petite amie. Mangeant donc en compagnie des autres, il fut surpris de voir la réaction de Will lorsqu'un aboiement se fit soudainement entendre. On aurait dit qu'il avait peur. Sa façon de se retourner et de regarder autour de lui d'un air inquiet ne faisait que renforcer cette impression. Pourtant, ce n'était qu'un simple aboiement.

En tout cas jusqu'à ce qu'un caniche apparaisse soudainement pour grimper sur la table. Puisqu'il s'était retourné, il n'avait pas pu voir qu'il venait d'apparaitre. C'était sans aucun doute Cassandra qui en était à l'origine vu les caractéristiques de son pouvoir. Il semblait réel, c'était incroyable. Bobby joua le jeu avec les filles, afin de donner plus de réalisme à cette simple illusion. Mais aucun d'entre eux ne s'attendait à voir une telle réaction de la part du rouquin. Il s'était carrément propulsé hors de sa chaise, tombant à la renverse dès qu'il avait vu le chien. C'était comme si il était vraiment effrayé. Ce n'était pourtant qu'un chien... et une illusion surtout. Mais William semblait l'ignorer et réagissait avec virulence. L'arrivée de son clone ne fit que confirmer la chose. Celui ci était armé d'une batte de base ball et menaçait de s'en prendre au chien. Il avait l'air on ne peut plus sérieux... Erïka avait calmé son rire et s'était levée, se dirigeant vers le clone pour le rassurer et le calmer, dévoilant la supercherie. Mais vu l'état de stress dans lequel était le jeune homme, il valait mieux qu'elle reste prudente. Un coup était vite arrivé, la peur rendait parfois idiot. Bobby supposait néanmoins que le rouquin ne ferait aucun mal à sa soeur, même sous le coup de la peur.

Tournant les yeux vers Cassandra, il remarqua qu'elle semblait désolée. Elle le disait d'ailleurs mais tout dans son attitude prouvait qu'elle regrettait ce qu'il venait de se passer. Sans doute ne s'attendait elle pas à une telle réaction de sa part, souhaitant simplement s'amuser avec eux. Elle ne pouvait pas deviner, Bobby aurait fait la même erreur qu'elle. Se levant et s'approchant d'elle, il posa la main sur son épaule.

- Tu ne pouvais pas deviner, Cassandra. Même moi je l'ignorais. Il n'y a pas mort d'homme, tout va bien. C'est juste une petite frayeur mais elle n'était pas réelle. Et puis on peut dire que tes illusions sont vraiment très réussies. Pas vrai, Will ?

Bobby tourna la tête vers le rouquin pour chercher sa confirmation. Il ne fallait pas qu'il s'en prenne à elle à cause d'une simple blague. Il était peut-être impulsif mais il n'était pas idiot et encore moins méchant. Mais il était possible que la peur le rende agressif. Bobby espérait que ce ne serait pas le cas et qu'il relativiserait.
Revenir en haut Aller en bas
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   Mar 8 Jan 2013 - 20:35

Will détestait les ambiances tendues où le moindre mot pouvait être mal interprété. Il préférait nettement entendre des rires, voir des sourires et sentir qu'il pouvait blaguer sans risquer qu'une personne le prenne mal. Connaissant plutôt bien Erïka, le rouquin savait qu'il valait mieux la laisser un peu tranquille histoire qu'elle marmonne un peu dans son coin. Quand elle était de cette humeur, rien ne semblait pouvoir la distraire, ressassant sans arrêt ce qui la tourmentait. Ainsi, Will s'était davantage préoccupé de la nouvelle venue, Cassandra. A présent que les choses avaient été mises au clair avec Bobby et qu'Erïka semblait s'ouvrir peu à peu, faisant l'effort d'adresser la parole à celle qu'elle voyait comme une menace, tout avait l'air d'aller mieux. Pour confirmer le tout, rien ne valait un bon repas tous ensemble. Chacun mit la main à la pâte, surtout Will qui s'empressa d'aller enquiquiner sa soeur. Si elle ne répliquait pas, c'était qu'elle était vraiment d'une sale humeur.

Mais à la différence de ce qu'il avait prévu, la jeune femme ne répliqua pas, se contentant de râler avant de s'intéresser à nouveau à son petit ami. Ne baissant pas les bras pour autant, il revint à la charge, mettant les bouchées double. Cela fonctionna à merveille puisque peu après, ce fut au tour de la russe de se venger en tartinant le visage de son frère de crème fouettée. Le plan était un succès. Le rouquin ne se laissa pas faire pour autant, répliquant uniquement verbalement pour le moment. La vengeance viendrait plus tard. Pas question de gâcher davantage de nourriture sinon ils n'allaient plus rien avoir à mettre sur les crêpes ! Ce que disait la russe amusa le borgne, lui rappelant d'anciennes conversations qu'eux seuls pouvaient comprendre.


"Dommage, Amy est pas là pour manger ma... enfin raser ma barbe. T'es trop jeune pour apprécier les vrais hommes, c'est tout. Sans rancune Bobby !" lança t-il avec un petit rire

Il ne critiquait en rien le mutant de glace, c'était simplement pour taquiner Erïka. Une fois rincé, il prit place à table et les mutants se rassemblèrent pour déguster crêpes et glace maison. Tout se déroulait bien, l'ambiance était devenue bon enfant, ce qui tranchait avec la précédente. Mais tout changea lorsqu'un aboiement se fit entendre. Will n'était plus du tout tranquille, surtout lorsqu'un caniche apparu soudainement sur la table, devant le rouquin. N'ayant pas compris qu'il s'agissait d'une mauvaise blague de ceux qui l'entouraient, le rouquin paniqua complètement, en tombant de sa chaise. A peine fut-il éloigné que son clone arriva à son tour, batte de baseball à la main, prêt à faire un malheur. Will n'avait même pas prêté attention à Cassandra qui s'inquiétait de sa réaction.

Erïka s'était levée pour l'en empêcher, se positionnant entre le clone armé et le caniche. Elle... riait ? Will ne trouvait pas ça drôle du tout et se demandait pourquoi elle tenait tant à protéger cette erreur de la nature. Elle dévoila alors son téléphone portable... d'où provenait l'aboiement qu'il avait entendu un peu plus tôt. Maintenant qu'il le constatait, c'était vrai que le cri de l'animal avait quelque chose de peu naturel. Mais sur le coup, il n'y avait pas fait attention. Le clone fronça les sourcils, laissant sa batte en suspend. Elle expliqua alors que ce n'était qu'une simple blague. Pour confirmation, le caniche disparu dans un léger nuage de fumée, prouvant sa nature de chimère. Will se calma un peu malgré les battements de son coeur encore rapides. Il ne trouvait pas ça spécialement drôle comme plaisanterie même s'il était assez ouvert sur le sujet. Se moquer d'une peur n'était pas très malin.

Le clone baissa finalement son arme et l'autre Will se remit sur pieds, dévisageant les spectateurs de la pièce. Il s'attarda sur Cassandra qui était la seule à ne pas sourire. A vrai dire, elle avait l'air désolée, comme si elle se sentait coupable. Forcément, sans son illusion le rouquin n'aurait pas ainsi paniqué ! Bobby s'approcha du groupe et affirma que la mutante ne pouvait pas deviner, prenant le borgne à parti. Il avait raison. Elle n'avait fait que suivre l'idée d'Erïka sans penser que la réaction du rouquin serait si violente. Du coup, il se calma davantage, apaisant sa colère qui montait en lui. Elle n'y pouvait rien, elle avait juste voulu s'intégrer davantage. Et cela avait fonctionné car Erïka la félicitait même. C'était inespéré. Si Will se mettait en colère, il ficherait tout par terre. S'approchant de Cassandra, il lui mit une pichenette sur le front en guise de punition avant de sourire.


"Désolée de ?" demanda t-il avant de secouer légèrement la tête "Tes illusions sont on n'peut plus réelles. J'vais me méfier si y a une seconde personne aussi diabolique qu'ma soeur maint'nant !" ajouta t-il avec un léger rire

Ainsi, il espérait rassurer Cassandra et qu'elle comprenne qu'il ne lui en voulait pas. Elle n'était pas celle qui avait préparé ce coup foireux après tout et ne méritait pas d'être fustigée. En revanche, la russe méritait une bonne correction pour lui avoir fait ainsi peur volontairement, sachant très bien qu'il avait peur de ces chiens. Will se retourna vers Erïka, perdant toute trace de sourire. Lentement, il s'approcha d'elle.


"Toi par contre... Espèce de p'tite morue..." commença t-il

Puis, une fois que le clone était à proximité, le véritable Will qui était dos à la jeune femme se baissa soudainement et l'attrapa dans ses bras sans prévenir, profitant de la diversion. Sans attendre davantage, il ouvrit la porte de derrière à l'aide d'un coup de pied et se précipita dehors, courant le long de l'allée et se dirigeant vers l'emplacement de la piscine.


"R'tourne dans ton élément naturel !!" lança t-il avant de se jeter à l'eau avec elle, la tenant toujours fermement dans ses bras

Il aurait tout aussi bien pu la lancer seulement elle mais cela aurait été moins drôle. Ainsi, il pouvait l'arroser, l'éclabousser et essayer de lui faire boire la tasse. L'eau était relativement fraiche. Il fallait dire qu'il ne faisait pas non plus une chaleur à crever dehors. Mais au moins, il n'y avait personne d'autre dans la piscine.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un accueil mitigé [Will/Riri/Iceberg/Cassie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'envie de la revoir || [Pv Cassie ]
» CASSIE FEMELLE X CANICHE 8 ANS BETHUNE (62) - ADOPTEE
» Image sur l'accueil
» La gestion du Centre d'accueil de Carrefour a des religieux
» Le début des ennuis [PV Cassie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: L'Extérieur-