X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Dim 19 Aoû 2012 - 17:58

Comme chaque semaine, Bobby attendait impatiemment la fin des cours pour se rendre à la salle de gym qu'il fréquentait en ville. Ce n'était pas la plus grande salle, de loin pas, mais c'était justement pour ça qu'il avait choisi celle-ci. Il ne voulait pas forcément fréquenter les meilleurs ni avoir le meilleur coach possible dans une salle noire de monde. Il voulait juste pouvoir s'entrainer à son rythme, tranquillement, sans être dérangé par qui que ce soit. Il avait pris des cours au départ avec un entraineur à la retraite puis celui ci avait arrêté, estimant que cela suffisait pour quelqu'un qui ne faisait pas de matchs. Bobby poursuivait cependant son entrainement hebdomadairement, venant à la salle lorsqu'il le pouvait. Même si il n'avait pas spécialement besoin de pratique ce sport, il en avait tout simplement envie. Aussi bien pour se maintenir physiquement que pour son propre plaisir.

Étant parti de l'Institut en fin de matinée, il avait passé tout l'après midi en salle à martyriser tour à tour un sac de frappe et une poire. Après ces longues heures d'exercices, sentant qu'il commençait à ressentir une douce fatigue, Bobby estima qu'il était temps pour lui d'arrêter là. Même si la salle n'était pas grande, elle était équipée de douches et d'un vestiaire. Le mutant s'y rendit pour prendre une douche glacée. Il ne sentait pas la fraicheur de l'eau, la trouvant à température ambiante alors qu'elle était pourtant au minimum. Avec son pouvoir, il pouvait au moins faire des économies d'eau chaude. Une fois délassé, il se changea pour remettre une tenue de ville, rangeant ses vêtements sales dans un petit sac avant d'attraper son casque qui trainait sur le sol.

Alors qu'il allait grimper sur sa moto pour retourner à l'Institut, son estomac le rappela à l'ordre. Il n'avait rien mangé à part tôt en matinée et après tous ces efforts, son corps réclamait pitance. Seulement il n'avait pas pensé à prendre quoique ce soit au cas où il aurait un petit creux, n'ayant sur lui qu'une bouteille d'eau qu'il avait déjà intégralement bue. Il balaya la rue du regard à la recherche d'un restaurant ou d'une échoppe qui pourrait satisfaire son appétit. Il repéra un pub ouvert et se décida pour s'y rendre. Il n'y ferait sûrement pas un repas de roi mais il ne tenait pas non plus à mettre deux heures à manger, préférant rentrer le plus tôt possible. Un pub faisait parfaitement l'affaire. Il ne connaissait pas celui ci, c'était l'occasion de s'y rendre et de connaitre l'endroit.

S'approchant de l'entrée, Bobby constata qu'il y avait assez peu de monde à cette heure là. C'était parfait. En jetant un œil sur la vitrine, il remarqua que l'on pouvait manger et boire et que la liste des plats proposés n'était pas si courte qu'il l'aurait cru. Il poussa donc la porte, sac sur l'épaule, casque à la main et fit quelques pas pour regarder l'intérieur. Il se trouva une place dans un coin de la salle, vers le fond. Déposant ses affaires sur la banquette, il attrapa le menu en plastique qui trainait sur la table. Bien qu'il avait bu une grande bouteille, il avait encore soif et chercha en premier lieu la liste des boissons. Puisqu'il n'avait pas l'âge légal, il ne s'attarda pas sur l'alcool. De toute façon, cela ne désaltérait pas vraiment. Il survola le reste des boissons et opta pour une limonade.

Le temps qu'il porte son regard sur la page des plats, une serveuse s'approcha de lui pour lui demander ce qu'il désirait. Bobby leva les yeux du menu pour la regarder. C'était une belle jeune femme, sûrement un peu plus âgée que lui mais pas de beaucoup. C'était sans doute pour elle un travail d'étudiant. Puisqu'il ne risquait pas de deviner juste en la regardant, il détourna son attention d'elle pour la reporter sur le menu. Il savait ce qu'il voulait boire mais pas encore ce qu'il allait manger.

- Bonjour. En boisson j'aimerai une limonade, une grande si possible. Et en plat...

Il hésita. Il y avait trop de plats qui lui faisaient envie. L'embarras du choix. Sauf qu'il ne restait plus le choix, juste l'embarras. Ne sachant pas quoi prendre, Bobby replia le menu et le posa sur la table, tournant la tête vers la serveuse, faisant un léger sourire.

- Je vous laisse décider. Je ne suis pas difficile alors n'importe quel plat fera l'affaire. Surprenez moi.
.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Lun 20 Aoû 2012 - 0:06

Cassie releva la tête et étira les muscles de son cou, qui s'étaient raidis sous l'immobilité. Voilà deux bonnes heures qu'elle avait le nez plongé dans son bouquin – un de ces bons romans bien captivant qui vous transporte dans un tout autre monde et dont vous n'arrivez pas à détacher vos yeux. Seule la douleur qu'elle ressentait dans la nuque l'avait obligée à s'arracher de l'océan de mots dans lequel elle s'était totalement immergée ; et heureusement, puisqu'elle pensa à ce moment à regarder l'heure qu'il était et se rendit compte qu'il ne lui restait guère plus beaucoup de temps avant de se rendre à son travail. C'est avec regret donc qu'elle corna la page où elle avait arrêté sa lecture, et rangea dans un coin de sa tête toutes les nouvelles visions qu'elle avait imaginées au fur et à mesure qu'elle avançait dans l'histoire. De la même manière qu'il faut boire et manger pour vivre, elle alimentait son imagination avec des livres, de la musique, n'importe quoi enfin qui lui donnait matière à rêver.

Veste et sac sur les épaules, elle quitta son studio et traversa une partie du quartier à pied, où la quasi majorité des murs étaient recouverts de tags et de graffitis en tout genre. C'était un décor tout à fait répandu dans le Bronx, et qu'on retrouvait aussi dans le Queens, le district dans lequel se trouvait le pub où travaillait Cassandra. Mais malgré toutes ces couleurs, il était difficile d'ignorer le gris du béton sur lequel elles étaient étalées. La réalité aussi était truffée d'illusions, en tout genre.
Dans le métro qui l'emmenait dans la station la plus proche du pub, la jeune femme regardait sans le voir le paysage qui défilait sous ses yeux par la fenêtre. Ses pensées qui vagabondaient jusqu'alors librement finirent par se fixer sur un sujet auquel elle essayait pourtant de songer le moins souvent possible, à savoir ses interrogations concernant ses origines, sa famille qu'elle n'avait jamais connue, et son véritable nom qu'elle ne connaîtrait sans doute jamais. Non pas qu'elle n'ait jamais voulu effectuer la moindre rechercher, mais elle n'avait aucun début de piste sur lequel se baser. Elle ne connaissait même pas sa véritable date de naissance. Tout ce qu'elle possédait d' « authentique » était un morceau de papier sur lequel était écrit son prénom, c'est tout. Elle n'avait jamais pu récupérer la moindre information supplémentaire la concernant elle ou son entourage. Sentant l'angoisse qui commençait à monter dans ses entrailles et qui menaçait de la faire flancher, Cassie réprima une énième fois toutes ces questions dans un coin de sa tête et revint à la réalité.

La jeune brune sortit de la station d'arrivée et en quelques minutes arriva finalement à son lieu de travail. C'était un pub assez quelconque, mais qu'importait après tout ; du moment que cela lui procurait de quoi vivre, elle n'avait pas à se plaindre. Et ses collègues étaient plutôt sympas avec elle. D'ailleurs, à son arrivée, elle les gratifia même d'un petit sourire accompagné d'un salut lancé à la cantonade. Tenue réglementaire passée, cheveux attachés, Cassie prit enfin son service et se rendit en salle. Étant donné l'heure – fin de l'après-midi – il n'y avait guère beaucoup de monde, mais un jeune homme venait quand même de passer les portes de l'établissement pour aller s'asseoir à une table au fond de la salle. Lui laissant le temps de prendre connaissance de la carte, Cassandra prit un peu de temps pour échanger des banalités avec une de ses collègues, un peu plus âgée qu'elle. Cassie l'aimait bien, elle était toujours prête à raconter pleins de choses, même si ça finissait parfois par virer au monologue pur et simple. Aussi, après quelques minutes, la brune finit par prendre congé de sa collègue pour se diriger vers le jeune homme, qui semblait être légèrement plus jeune qu'elle. Il arborait des cheveux bruns colorés à plusieurs endroits d'un joli bleu clair, originalité que remarqua Cassie mais qui ne la surprit pas plus que cela. Elle en avait vu d'autres.

    « Bonjour ! Vous avez fait votre choix ? »


C'était dit avec un léger sourire, factice néanmoins, pour des « besoins relationnels ». Au début elle se contentait juste de rester la plus impassible possible, avec un visage de marbre, mais il fallait croire que cela ne plaisait pas spécialement ni aux clients ni au patron qui lui avait fait la remarque. Alors elle avait appris à étirer machinalement ses lèvres, bien qu'il n'y ait aucune émotion qui se cachât derrière cette mobilisation de muscles faciaux. Il n'y avait pas spécialement besoin d'un don particulier pour créer des illusions non plus.

Bloc-note en main, elle nota ce qu'avait choisi le garçon, à savoir une limonade, ponctuant d'un hochement de tête la quantité qu'il désirait, et attendit qu'il décide ce qu'il souhaitait manger. Mais à son grand étonnement il reposa les feuillets plastifiés sur la table et lui demanda de choisir à sa place. La surprise put se lire l'espace d'une seconde sur le visage de la jeune femme, mais elle tâcha de vite reprendre contenance.

    « Eh bien... d'accord ! Je reviens tout de suite. »


Elle réfléchit à toute vitesse en se rendant aux cuisines. Arrivant au niveau du comptoir elle fit passer le mot au cuisinier de préparer un mac&cheese au légumes. C'était le genre de plat que la grand majorité des gens appréciait, alors elle espérait ne pas se tromper et que cela le « surprendrait » suffisamment. En attendant elle se rendit au bar et prépara la limonade qu'il avait commandé avant d'aller la lui porter et de débarrasser d'autres tables sur lesquelles demeuraient encore des verres et des tasses vidées de leurs contenus. Quelques minutes après, le plat était prêt et elle le porta au jeune homme en lui souhaitant un bon appétit. Elle enchaîna son travail avec d'autres clients qui commençaient à affluer. La routine quoi. Qui se trouva aujourd'hui être brisée par une curieuse odeur de brûlé, trop forte pour être le résultat d'un plat que le cuisinier aurait oublié sur le feu. Et comme pour confirmer ses doutes, une employée surgit des cuisines et se mit à crier à l'incendie.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Lun 20 Aoû 2012 - 21:27

Bobby n'était pas quelqu'un de contrariant. Il s'adaptait assez facilement aux autres personnes, si bien qu'il se mettait très rarement dans les ennuis. Grâce à ça, on ne faisait pas souvent attention à lui et ce n'était pas pour lui déplaire. Moins on s'intéressait à lui, mieux il se portait. La plupart des gens avait tendance à tout vouloir connaitre des autres et même si il n'avait rien à cacher, il tenait à sa petite tranquillité et à ne pas devoir dépendre de qui que ce soit. Vivre à l'Institut était une bonne chose car il permettait au mutant de vivre sa vie un peu comme il l'entendait. Il avait bien évidemment des cours à suivre et certaines contraintes mais il avait globalement beaucoup de temps libre pour faire ce qu'il voulait. C'était d'ailleurs pour cela qu'il se permettait de se rendre jusqu'en ville pour s'entrainer à l'une des nombreuses salles de sport plutôt que d'utiliser celle du manoir. C'était l'une des raisons en tout cas. Cela lui permettait aussi de faire un peu de moto, activité qu'il appréciait tout particulièrement.

Mais avant de reprendre son véhicule pour rentrer au bercail, Bobby préféra se rendre dans un pub pour grignoter quelque chose. A l'Institut, il y avait toujours de quoi manger étant donné que les résidents étaient nombreux mais la plupart du temps, chacun devait se débrouiller pour se faire son propre repas. Bobby n'avait pas envie de se mettre aux fourneaux après les efforts de la journée. Pour une fois il pouvait se faire plaisir en mangeant quelque chose qu'une autre personne aurait préparé. De toute façon, il avait trop faim pour atteindre d'arriver jusqu'à la cuisine du manoir. Il était en ville, non loin d'endroits de restaurations. Pourquoi donc s'en priverait il ?

Il avait repéré un pub assez vide de monde, ce qui était exactement ce qu'il cherchait. Pénétrant à l'intérieur, il avait repéré une place dans le fond de l'établissement et s'y était installé. Il avait l'embarras du choix question place mais tant qu'à faire, plus il était vers le fond et moins les gens viendraient près de lui. Normalement...
Désormais installé, il feuilletait le menu à la recherche de ce qu'il allait pouvoir manger lorsqu'une serveuse vint s'adresser à lui pour voir ce qu'il désirait. Il l'observa quelques secondes, le temps de la saluer et de lui annoncer la boisson qu'il voulait. Quelque chose semblait lui faire écho sans qu'il n'arrive à voir quoi. Ce n'est que lorsqu'elle s'éloigna qu'il s'en rendit compte. Son sourire était creux. Il avait l'impression de voir le sien. Bobby souriait très peu et lorsqu'il le faisait c'était généralement pour faire plaisir à quelqu'un ou pour ne froisser personne. Rares étaient ses sourires sincères, bien que dernièrement, quelque chose avait changé la donne. Sans doute que voir tout un tas d'étrangers toute la journée devait être usant et qu'arborer ce sourire automatique était une habitude ancrée en la serveuse.

Le seul moment où elle change d'expression fut lorsque Bobby lui demanda de choisir le plat à sa place. Il n'avait aucune envie particulière et comme elle devait savoir ce que commandait majoritairement les clients, il la laissa décider. Cela sembla l'étonner, probablement pas habituée à ce genre de demande mais elle accepta tout de même et repartie vers les cuisines. Bobby regarda par la fenêtre, observant la circulation. Le seul problème lorsqu'il s'agissait de manger était toujours l'attente. Le mutant adorait cuisiner et cela ne le dérangeait pas de passer le temps qu'il fallait pour que son repas soit à son goût. Mais lorsque l'on était au restaurant, il était difficile de donner une approximation quant à la durée de l'attente. Cela dépendait du monde, du cuisinier mais surtout du plat désiré.

Fort heureusement, il n'eut pas trop à attendre et fut rapidement servi. Il avait déjà eu sa boisson assez vite mais il l'avait déjà intégralement bue. Parfois, il avait un peu l'impression d'être comme un chameau lorsqu'il faisait chaud comme ces derniers jours. Lorsqu'il buvait, c'était beaucoup. Il remercia la serveuse et s'attarda sur le plat qu'elle lui avait apporté. C'était le genre de plat qu'il n'avait pas l'habitude de manger et il était satisfait de pouvoir le goûter. Piquant un morceau, il l'approcha de sa bouche et fronça les sourcils. Il sentait le brûlé. C'était étrange puisque le plat ne présentait aucune trace noire. Bobby renifla son morceau puis leva la tête. Non, ce n'était pas son plat qui sentait le brûlé, c'était autre chose. Tournant la tête, il chercha la source de cette odeur désagréable.

Il ne tarda pas à la trouver lorsqu'un employé ouvrit la porte menant aux cuisines, laissant s'échapper une épaisse fumée odorante tout en criant qu'il y avait le feu. C'était le meilleur moyen de créer un mouvement de foule, de panique et c'est effectivement ce qu'il se produisit. Heureusement, puisqu'il n'y avait pas grand monde, les gens sortirent rapidement, clients comme employés. Seul Bobby hésita sur la marche à suivre. Si il aurait dû suivre le troupeau, il ne voulait pas partir alors qu'il avait la possibilité d'arrêter les choses avant qu'elles n'empirent.

Partant en sens inverse, il se décida finalement à se rendre aux cuisines, couvrant son nez et sa bouche du maillot qu'il avait utilisé pour s'entrainer. Mieux valait sentir la sueur plutôt que la fumée toxique. Il faisait une chaleur horrible à l'intérieur et les flammes commençaient à s'étendre un peu à tout le mobilier, grimpant jusqu'au plafond. Heureusement, le feu était encore assez regroupé. Bobby tendit les mains vers les flammes et projeta autant de particules de glace qu'il le pouvait. Cependant cela ne servait à rien si il n'éteignait pas la source du feu. En suivant les flammes, il repéra la gazinière de laquelle s'échappait davantage de flammes. Il visa plus précieusement cet endroit et il n'eut besoin que de quelques secondes pour faire disparaitre les flammes, laissant à la place un manteau blanc, comme s'il avait neigé à l'intérieur.

Puisqu'il n'y avait plus de danger, Bobby fit demi tour pour repartir mais se stoppa. Et si il y avait quelqu'un de coincé dans cette pièce ? Il ferait mieux de vérifier, au cas où. Bien qu'il n'y avait plus de feu, la fumée toxique était encore présente et même si les secours arriveraient sûrement bientôt, c'était dangereux de rester dans cette pièce. Seulement, si il faisait ça, il risquait de tomber nez à nez avec quelqu'un, ici ou dehors et il devrait alors s'expliquer. Il n'avait aucune envie de dire d'où venait la glace. Mais la vie d'une personne était plus importante encore. Tant pis, il devait en avoir le cœur net. S'avançant dans la cuisine, il chercha si il y avait quelqu'un.

- Hé, il y a quelqu'un ?! Répondez !

.
[Je te laisse choisir si tu étais à l'intérieur ou à l'extérieur, tu as le choix Wink Ce que je veux dire c'est que ce n'est pas parce qu'il cherche quelqu'un dans la cuisine que toi ou une autre personne s'y trouve forcément !]
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Mar 21 Aoû 2012 - 17:15

Cassandra s'accommodait très bien de son travail, du moment que cela lui permettait de vivre comme il faut. La seule chose avec laquelle elle avait toujours un peu de mal était d'aborder les gens, de leur parler. Non pas qu'elle était misanthrope, mais elle n'était pas non plus spécialement à l'aise question relationnel. Heureusement son travail ne nécessitait pas de déployer énormément de diplomatie. Cassie savait rester polie, c'était le principal, tout ce qu'il fallait faire de plus, c'était sourire machinalement. C'est donc comme à son habitude qu'elle se dirigea vers le nouveau client qui avait pris place au fond de la salle et qu'elle prit sa commande... disons particulière. Ce n'était pas tous les jours que des gens vous demandent de choisir à leur place – après tout, ce n'était pas comme si vous connaissiez leurs goûts. Mais bon, passé l'instant de surprise, elle se reprit et se dirigea vers les cuisines où elle fit préparer un plat assez populaire, après quoi elle porta au jeune homme le reste de sa commande.

Comme il n'y avait guère beaucoup de monde, le plat fut rapidement cuit et servi, et les autres commandes vite remplies. Les quelques employés qui officiaient en cette fin d'après-midi discutaient pour la plupart, réunis derrière le comptoir, détendus, quelques-uns fumant des clopes. Cassandra n'aimait pas vraiment ça ; la fumée lui piquait le nez et la gorge, et elle ne voyait pas l'intérêt qu'il y avait à fumer, à part s’autodétruire les poumons et la santé à long terme. Pour autant, cela ne lui gâchait pas le plaisir de discuter avec eux, mais il fallait avouer qu'à un moment elle n'avait plus envie que de sortir respirer de l'air frais plutôt que l'odeur du tabac. Mais chose étrange, la fumée avait aujourd'hui une autre saveur, pire que celle qu'elle avait l'habitude de humer. Et pour cause, elle ne venait pas des taffes de ses collègues, mais de la cuisine, d'où s'échappa une employée qui lança l'alerte à l'incendie, suivie d'un épais nuage de fumée noir qui ne présageait rien de bon.

Crier ainsi au feu n'était pas la meilleure chose à faire pour que l'évacuation se fasse dans le calme. Encore heureux qu'il n'y avait pas beaucoup de monde, et même si tout le monde se précipita en même temps sur la sortie, il n'y eut pas de dégâts. Enfin... presque tout le monde. Au dernier moment le jeune homme que Cassie avait servi un peu plus tôt s'engouffra de nouveau dans l'établissement. La jeune femme le héla, qu'est-ce qui lui prenait ?! Elle hésita un instant, puis finit par se décider de ramener cet inconscient à l'air libre ; à moins qu'il n'ait oublié ses affaires dans la salle principale, il reviendrait vite.
Pourtant, quand elle rentra de nouveau dans le bâtiment, elle put constater à travers l'épaisse fumée que la silhouette aux cheveux bleutés ne se dirigeait non pas vers le fond de la salle mais bien vers les cuisines. Avait-il perdu la raison ? Qu'est-ce qui le poussait à se rendre au cœur du sinistre ? Cassandra tenta à nouveau de l'appeler mais la rumeur étouffa son cri, d'autant que sa gorge commençait à la piquer fortement. Chopant un pichet d'eau resté sur une table, se débarrassant de son tablier, elle humidifia le tissu et se le plaqua sur la bouche et le nez avant de rentrer à son tour dans les cuisines pour récupérer cet inconscient jeune homme.

La fumée et la chaleur étaient insupportables. Cassie parvint à localiser les flammes, qui ne s'étaient pas encore répandues dans toute la cuisine. Chose étonnante qui attira le regard de la jeune brune, ce fut une étrange sculpture glacée. Plus encore que le fait qu'elle n'ait pas l'air de fondre avec cette chaleur, c'est qu'elle avait la forme d'une gerbe de flammes... La jeune femme resta quelques secondes bloquée sur cette vision, avant de relever les yeux... pour constater que les flammes avaient disparues. Ou du moins, elle ne les voyait plus lécher les meubles ni le plafond de là où elle était. Elle n'avait pourtant pas entendu l'utilisation d'un extincteur. Bougeant de sa place, elle s'avança au fond de la pièce, là où le feu avait pris l'origine. C'est là qu'elle vit le jeune homme baisser les mains, alors qu'il n'y avait plus en face de lui qu'une épaisseur blanche comme neige... plus aucune trace des flammes. Cassandra était tout à fait abasourdie ; et tandis que le garçon se mettait à héler pour savoir si quelqu'un d'autre était resté bloqué dans la pièce ravagée par le feu, la jeune femme retira son tablier humide de sa bouche et, en guise de réponse, lui demanda :

    « Co... comment vous avez fait ça ? »


Incroyable. Cassie attendit impatiemment la réponse du jeune homme. Elle n'avait pas rêvé, il avait bel et bien éteint le feu rien qu'en étendant les mains. Qu'est-ce que ça signifiait ? Avait-il un don, comme elle ? Ce serait bien la première fois qu'elle croisait quelqu'un capable d'une telle chose...
.
[J'ai fait au mieux, j'espère que ça paraît assez cohérent! Si y'a le moindre problème fais m'en part et je changerais ! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Dim 26 Aoû 2012 - 16:43

Les mutants n'étaient pas si différent des humains, c'était en tout cas l'avis de Bobby. Même si les humains étaient bien incapables de faire ce que pouvaient faire les mutants, ils partaient tous de la même base : l'humanité. Même si ils avaient certains avantages, même si leurs dons leur octroyaient force et puissance et qu'ils pourraient sans aucun doute battre les humains si une guerre éclatait, il ne fallait pas oublier qu'ils partageaient tous le même monde. Pourquoi ne pas cohabiter comme ils le faisaient jusqu'à présent ? L'humanité n'était pas au courant de leur existence mais Bobby était certain que lorsque ce serait le cas, les choses changeraient. Et il doutait que ce soit en bien.

Ainsi, il faisait tout pour éviter de se servir de ses pouvoirs en public. Il fallait dire qu'il était plutôt voyant, que ce soit lié directement à son pouvoir ou à la couleur de ses yeux qui se mettaient à briller légèrement lorsqu'il l'utilisait. Beaucoup de mutants pouvaient faire usage de leur don en toute discrétion mais c'était loin d'être le cas de tous. Au moins à l'Institut Xavier, ils pouvaient vivre comme ils l'entendaient sans se poser de questions, loin des regards des humains et surtout des médias. Sous le couvert d'une école pour surdoués, les mutants pouvaient y apprendre à maitriser leurs dons, encadrés par de puissants mutants. Si cela venait à se faire savoir, ils pouvaient dire adieu à leur tranquillité, c'était certain.

Pourtant, alors qu'il allait tranquillement manger, assis sur la banquette d'un pub, un évènement le fit changer d'avis sur la question. Un incendie s'était déclenché dans la cuisine de l'établissement, provoquant un mouvement de panique de la part des employés et de la clientèle. Si tout le monde se dépêcha d'évacuer, ce ne fut pas le cas de Bobby qui hésitait sur la marche à suivre. Devait-il prendre le risque d'utiliser ses pouvoirs pour éviter que le feu ne se propage trop ou bien devait il faire comme tout le monde et vite sortir de là ? Puisqu'il en avait l'opportunité, il se voyait mal faire semblant de passer à côté. Si quelqu'un était coincé, en danger à l'intérieur de la cuisine, jamais il ne se pardonnerait de ne rien avoir fait alors qu'il le pouvait.

Retournant vers le fond du pub, Bobby se dirigea vers la cuisine où il utilisa son pouvoir pour éteindre le feu, déployant de la glace un peu partout. Maintenant que le danger était écarté, il se mit à chercher si il y avait une victime ou quelqu'un qui aurait besoin d'aide. A peine eut il haussé la voix pour demander si il y avait quelqu'un qu'une voix hésitante lui répondit, provenant de derrière lui. Aussitôt, Bobby se retourna, plantant ses yeux bleus encore vifs à cause de l'utilisation récente de son pouvoir dans ceux de la jeune femme. Elle l'avait vu. Et lui n'avait pas vu qu'il avait été suivi. Mais se serait il abstenu pour autant tout en sachant qu'il avait une spectatrice ? Le feu devait être arrêté et il était convaincu qu'il avait fait la meilleure chose à faire. Par contre, il ne savait pas quoi répondre. La personne en face de lui ne semblait pas blessée, c'était déjà un soulagement. Malgré tout, Bobby se sentait pris au piège, coincé. Il ne pouvait pas nier qu'il n'y était pour rien, c'était trop tard. Mais il ne pouvait pas non plus lui dire ce qu'il était. Il ne voulait pas avoir à s'expliquer devant qui que ce soit, ne désirant pas qu'enfle une rumeur. D'un geste de la main, il effleura la glace qui se trouvait non loin de lui pour la faire disparaitre, tombant en morceaux sur le sol. Tournant la tête, il remarqua une porte qui donnait sur l'extérieur. Il pourrait s'enfuir par là... Si elle était déverrouillée...

- Je... Je suis désolé...

Ce n'était pas qu'il désirait réellement s'enfuir, il n'avait rien commis de répréhensible après tout, mais il préférait prendre la fuite et disparaitre dans la nature. Aussitôt, il se pressa de rejoindre la porte qu'il avait repéré, la poussant en sentant un grand soulagement lorsqu'il la vit s'ouvrir sans résistance. Maintenant qu'il était dehors, il ne devait pas non plus trainer. Il ne voulait pas qu'on le suive, désirant disparaitre comme si il n'avait jamais été là. Malheureusement il n'était ni invisible ni passe-muraille et il devait se contenter de fuir à pieds, désirant faire le tour du bâtiment pour aller récupérer sa moto garée plus loin. Il avait oublié son casque mais ce n'était que le cadet de ses soucis. Courant à travers la ruelle, il se stoppa lorsqu'il arriva devant une grande grille. Il essaya de l'ouvrir mais elle était fermée, lui bloquant le passage. Finalement, il était coincé et si il voulait sortir, il lui faudrait sans doute utiliser ses pouvoirs encore une fois. Il n'était plus à ça près désormais. Il était tout de même loin de se douter que la personne qui l'avait surpris était comme lui, une mutante...
.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Lun 27 Aoû 2012 - 2:30

Jamais, au grand jamais Cassie n'avait révélé à qui que ce soit ce dont elle était capable, pas même aux personnes qui avaient été les plus proches d'elles. Les seuls qui avaient pu « profiter » de son don, soit l'avaient subi inconsciemment alors qu'elle en recherchait les limites, soit avait ressenti une terreur si violente qu'ils avaient cessé de s'en prendre à la fillette de l'époque qu'ils ne cessaient de tourmenter. Après ça, ils n'avaient plus cherché à lui causer du tort, et n'avaient pas non plus parlé de ce qu'ils avaient vu. Après tout, qui les croiraient ? C'était le même raisonnement qui avait fait garder le secret à Cassandra. Certes, elle appréciait de pouvoir rendre ses rêves réels durant un certain moment limité, mais le fait de ne pouvoir en parler à personne sous peine d'être prise pour une folle, la faisait se sentir bien seule. La plupart du temps elle n'utilisait ce don que pour elle-même, matérialisant autour d'elle des mondes inexistants, toutes sortes de choses qui n'appartenaient pas au monde réel. Et il lui arrivait aussi de s'en servir pour se protéger dans la rue, ou simplement se rendre invisible à une personne à laquelle elle ne souhaitait pas parler. Toutes sortes d'utilisations étaient possibles.

Néanmoins, cela ne l'avait pas tant aidé à se forger une identité. Pourquoi pouvait-elle faire ce genre de choses et pas les autres ? Pourquoi était-elle si différente ? C'était déjà dur de supporter le fait qu'elle ignore ses origines et son nom, mais de savoir en plus que les autres enfants n'étaient pas ses semblables... alors quand elle vit le jeune homme figer les flammes dans un cocon de glace et stopper par la même l'incendie, un espoir muet s'empara d'elle, ainsi qu'une vive surprise. Ça alors. De plus, quand elle lui demanda comment il avait accompli cela, le jeune homme se tourna vers elle avec stupeur, lui dévoilant ses prunelles qui avaient viré à un bleu glacial, comme pour accompagner le courant froid qui lui avait permis de geler le feu.

L'inconnu avait l'air stupéfait, et même désolé, comme s'il regrettait que Cassie l'ait pris sur le fait. En soi, c'était tout à fait compréhensible. La jeune femme aurait ressenti probablement la même chose. Mais avant même qu'elle n'ait pu ouvrir de nouveau la bouche, le jeune homme brisa la glace en morceaux qui éclatèrent violemment sur le sol en chutant, et balbutiant des excuses qui n'avaient pourtant pas lieu d'être, se précipita vers la porte de service et sortit en trombe des cuisines. La petite serveuse n'eut même pas le temps de lui demander d'attendre.

Que faire ? Retourner au dehors avec les clients et les employés qui s'étaient échappés ? Ou suivre le jeune homme aux cheveux bleus, qui devait sans doute détenir quelques réponses à ses questions ? Cassandra n'hésita qu'une fraction de seconde avant de se lancer à la poursuite du geleur de feu. Il était méfiant, ce qui était normal après tout. Elle devait lui expliquer qu'elle aussi pouvait des choses qui sortaient de l'ordinaire. Peut-être que comme ça, il voudrait bien l'écouter.

Au dehors, elle le retrouva bloqué par une grille qui condamnait la ruelle sur laquelle débouchait la porte des cuisines. N'attendant pas qu'il trouve un moyen de s'échapper définitivement, elle courut vers lui et s'arrêta à quelques mètres.

    « Attendez ! S'il vous plaît... »


Reprenant rapidement son souffle, elle enchaîna avant même que le jeune homme ne puisse lui dire d'aller se faire voir ou quoique ce soit d'autre. Le problème maintenant était de parvenir à expliquer ce qu'elle savait créer, chose dont elle n'avait absolument jamais parlé jusque là...

    « Expliquez-moi... je peux créer des choses. Enfin, pas comme vous... je veux dire, j'arrive à créer des illusions... »


C'était plutôt mal parti. Comment le convaincre qu'elle ne racontait pas des sottises ? Le seul moyen qu'elle trouva, c'était de lui faire une démonstration. Avançant de nouveau de quelques pas afin qu'elle puisse englober le geleur dans son périmètre d'action, Cassandra laissa libre cours à son don.
Certes, elle n'avait pas besoin de déployer toute son imagination pour cela. Les visions qu'elle fit partager au jeune homme avaient pour simple but de changer le décor autour d'eux. Aussi matérialisa-t-elle tour à tour une tempête de neige ; un champ de bataille, comme on pourrait en voir sur d'anciennes photos des deux guerres mondiales ; une forêt luxuriante, digne de celle de l'Amazonie ; un volcan en éruption, des coulées de lave...
Cassie s'arrêta là, jugeant que cela devrait être suffisant pour le convaincre. Maintenant, elle n'attendait plus que son verdict.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Mer 29 Aoû 2012 - 13:09

Bien qu'il venait de s'enfuir des cuisines et qu'il courait à présent dans la ruelle qui entourait le pub, Bobby était certain d'avoir fait le bon choix. Même si il s'était fait prendre, il était persuadé qu'éteindre le feu restait la meilleure option possible. Il avait des pouvoirs, autant s'en servir. Ce n'était pas comme si il avait fait quelque chose de mal ou qu'il avait utilisé son don à des fins personnelles et dangereuses pour autrui. Il avait espéré ne pas se faire prendre sur le fait mais c'était malheureusement trop tard : une jeune femme avait été témoin de ses capacités. Et même si elle n'avait vu que la glace sans le voir utiliser son don, il était impossible de lui dire que ce n'était pas lui car ses yeux parlaient pour lui. Au moins le pub n'avait pas tellement eu le temps de s'embraser et personne n'était blessé, en théorie. Il pouvait donc fuir, n'ayant aucune explication à donner à qui que ce soit. Il espérait simplement que cette histoire ne ferait pas la une des journaux du lendemain. Ce n'était pas tous les jours qu'un incendie était éteint grâce à de la glace venue de nulle part.

Malheureusement, le destin s'en mêla et fit en sorte que la clôture qui séparait Bobby de l'incognito était fermée. Ne pensant pas qu'il avait été suivi, il s'apprêtait donc à devoir utiliser ses pouvoirs ou bien à escalader à mains nues le grillage, pesant le pour et le contre rapidement. Mais pas assez pour avoir le temps de s'échapper avant que la jeune femme qui l'avait surpris ne le rattrape. Lorsqu'elle lui adressa la parole, il se retourna vivement, comme un animal pris au piège, surpris qu'elle l'ait suivi. Après tout, après ce qu'elle avait vu, la curiosité l'avait sans doute emporté sur la peur. Il fallait dire que Bobby n'était pas très menaçant en apparence ni même d'un point de vue de caractère. Personne ne l'avait encore jamais vu en colère mais ce n'était pas pour autant qu'il ne pouvait pas l'être.

Méfiant, il observa la jeune femme face à lui. Elle n'avait pas l'air de vouloir lâcher le morceau et désirait obtenir des réponses à propos de ce qu'elle avait vu. C'était difficile de le lui reprocher, n'importe qui aurait sans doute fait la même chose. Ou se serait enfuit en criant au monstre. D'un certain côté, Bobby n'était pas mécontent que ce soit l'autre option que la jeune femme eut choisi. Le mutant n'eut pas le temps de répondre, même si il en avait eu l'envie. La fille face à lui enchaina aussitôt, lui révélant d'étranges choses. Elle évoquait des illusions qu'elle pouvait créer et semblait vouloir obtenir des explications. Bobby était un peu perdu, ne sachant pas trop ce qu'il devait comprendre. Si elle était comme lui, pourquoi était elle si surprise de l'avoir vu utiliser son don ? Puis le mutant dû avouer que tous ses semblables n'étaient pas forcément au courant de leur existence. Malgré leur nombre grandissant, beaucoup d'entre eux vivaient seuls, dans le silence, dissimulant leur don aux yeux des autres. C'était compréhensible et la jeune femme faisait certainement partie de cette catégorie de personne vu sa façon de réagir.

Lorsqu'elle avança d'un pas, Bobby ne bougea pas. Il n'était pas spécialement sur la défensive mais il restait méfiant. Même si elle était comme lui, une mutante, cela n'en faisait pas forcément quelqu'un de bienveillant. De plus, les mutants aux pouvoirs psychiques étaient souvent bien dangereux, pouvant parfois rendre fous ceux sur qui ils utilisaient leurs pouvoirs. S'approchant de lui, la jeune femme s'arrêta à quelques pas. Puis, le décor changea sous les yeux incrédules de Bobby. Il connaissait beaucoup de pouvoirs différents mais il n'avait jamais connu d'illusionniste et ce qui défilait sous ses yeux l'étonnait. C'était criant de vérité, il avait vraiment l'impression d'y être. Lorsque l'illusion disparut, il tourna les yeux vers celle qui se tenait non loin de lui.

- Je n'aurai pas imaginé que vous étiez une mutante vous aussi, à cause de votre réaction. Je suis désolé de vous avoir faussé compagnie, mais vous comprenez, je ne tenais pas à ce que ça se sache. Comment expliquer à quelqu'un de normal que je suis capable de manipuler la glace ? Dans l'imagination des gens, nous n'existons que dans les contes pour enfants. Ou dans les films d'horreur, au choix. Quelque part, je suis soulagé que ce soit vous qui m'ayez vu. Comme ça, ça ne fera pas un scandale. Je suis content de voir que certains mutants s'adaptent bien et peuvent cohabiter avec les humains, c'est encourageant. Oh, j'en oublie les bonnes manières, je suis Bobby. Parfois on m'appelle Iceberg mais vous devez vous douter pourquoi.

Même si il ne souriait pas, Iceberg parlait d'un ton aimable, presque chaleureux, maintenant qu'il était soulagé, connaissant la nature de la personne qui l'avait surpris. Tendant la main vers la jeune femme, il attendit qu'elle fasse de même pour la lui serrer, ne prolongeant pas trop la poignée de main car il savait que la majorité des gens n'appréciaient pas le contact de sa peau froide. Bobby jeta un œil vers l'autre bout de la ruelle pour voir si d'autres personnes arrivaient. Ce n'était pas encore le cas, ainsi le mutant supposa qu'il pouvait s'attarder un peu pour discuter avec la mutante. Reposant les yeux sur elle, il s'adossa à l'un des murs de la ruelle.

- Si j'ai tout compris... vous n'avez jamais vu d'autre mutant auparavant ? Vous ignorez ce que nous sommes ? Votre don est impressionnant en tous cas. Ca fait combien d'années qu'il s'est réveillé ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Ven 31 Aoû 2012 - 21:38

La jeune femme comprenait tout à fait bien la réaction du manieur de glace qui, après avoir éteint le feu de la manière la plus incroyable qui soit, s'était fait prendre sur le fait par Cassandra et avait cherché à s'enfuir au plus vite. Elle-même aurait sans doute fait la même chose si, par hasard, elle avait accidentellement impliqué une personne lambda dans une de ses illusions. Mais Cassie, plutôt que de laisser tranquille le jeune homme, préféra le suivre à l'arrière du bâtiment, où il se trouva que sa fuite était entravée par une haute grille. La serveuse profita de cet obstacle pour stopper la course du fuyard, lui demandant d'attendre et surtout de lui donner des explications.

Le jeune homme daigna se retourner, la méfiance se lisait aisément sur son visage. Cassandra passa outre, elle avait réellement besoin de réponses. Mais évidemment, il n'allait pas tout lui balancer sans savoir à qui il s'adressait. Elle tenta donc de mettre des mots sur ce qu'elle était capable de faire, mais elle se rendit vite compte, à l'air un peu paumé de son interlocuteur, que ses propos étaient tout sauf clairs. Ne lui restait donc qu'une solution, qui serait beaucoup plus parlante. Prenant son courage à deux mains, elle s'avança doucement vers lui, et lui fut reconnaissante de ne pas esquisser un mouvement de recul. Une fois qu'elle l'eut inclu dans son cercle d'action, elle enchaîna les illusions, qui n'étaient rien de plus que des changements de décor.

Cela sembla suffire à l'inconnu. Sa vision se fit plus lointaine à mesure qu'il prenait conscience des nouveaux paysages qui se dessinaient devant lui. Cassie fut soulagée de voir que cela l'avait convaincu. Elle ne prolongea pas plus longtemps ses illusions, et bientôt le sol en feu s'effaça pour rendre sa place au goudron de l'impasse derrière le bar sauvé de l'incendie. Elle écouta avec attention les explications que lui fournit le jeune homme, dont elle apprit bientôt qu'il s'appelait Bobby, surnommé Iceberg. L'origine de ce pseudonyme était évidente. Elle avait suivi au mieux ses propos, pourtant plusieurs termes l'avaient interpellée, et elle espérait que Bobby allait pouvoir l'éclairer un peu plus.

    « Je comprends bien, ne vous en faites pas. C'est vrai qu'on ne croise pas tous les jours une personne capable de faire des trucs pareils. Moi c'est Cassandra. »


Le comportement de son interlocuteur avait changé tout à fait. Même si son visage demeurait impassible, son ton était beaucoup plus sympathique, et il semblait bien moins méfiant maintenant que la jeune femme avait réussi à le mettre en confiance. Cassie lui serra volontiers la main, qu'elle trouva bien plus froide que sa propre peau. Enfin, il n'y avait sans doute pas à s'étonner. Bobby, s'adossant un des murs tagués, lui posa à son tour des questions, mais l’illusionniste en avait encore beaucoup à lui poser.

    « Je comprends pas... pourquoi ce terme « mutant » ? Tout ça... c'est génétique ?»


Le « tout ça » évoquait bien sûr ces dons incroyables qu'ils possédaient tous deux. Une idée germa dans son esprit, si tout ça était bel et bien d'origine génétique, peut-être y avait-il une chance pour que ses propres parents soient eux aussi des mutants... ou peut-être pas. Elle choisit de ne pas s'enliser pour le moment dans sa douleur et revint à l'instant présent pour répondre aux interrogations d'Iceberg.

    « Vous êtes le premier que je croise qui peut faire des choses extraordinaires. En fait, je n'ai jamais parlé de ça autour de moi, et j'ignorais que d'autres gens avaient des dons aussi. Je ne me suis pas vraiment posée la question non plus... alors non, je ne sais pas ce qu'est un mutant. Votre pouvoir aussi est incroyable. Ça fait une dizaine d'années, je crois, que je peux créer des illusions... »


Cassie avait d'habitude du mal à parler autant. Après tout, elle se contentait la plupart de temps de garder le silence, ne parlant jamais pour rien. Mais la surprise de découvrir qu'il en existait d'autres comme elle semblait avoir endormi son côté taciturne pour le moment. Et les questions affluaient dans sa tête.

    « Il... il y en a beaucoup ? Des mutants ? Et vous avez parlé de cohabitation avec les humains... pourquoi ce terme, « cohabitation » ? On est pas humains nous-même ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Mer 5 Sep 2012 - 15:29

Maintenant qu'il était coincé au fond de la ruelle à la grille fermée, Bobby n'avait d'autre choix que de faire face à sa poursuivante. Il aurait pu utiliser son pouvoir pour s'échapper mais craignait que cela soit trop visible si jamais un badaud passait par là. En ce qui concernait la jeune femme, il pouvait bien faire de nouveau usage de son pouvoir puisqu'elle en avait déjà été témoin. Cependant il n'en eut pas le temps, celle qui le suivait été là et lui demandait d'attendre. Bobby imaginait à l'avance ce qu'elle allait lui demander. Comment avait il fait ça ? Qui était il ? Pourquoi s'enfuyait il de la sorte ? Ce genre de choses... Mais plutôt que de poser des questions, la jeune femme lui fit une révélation inattendue. Elle disait elle aussi être une mutante, en tout cas d'après les quelques éléments qu'elle donna à Iceberg. Il en eut vite la confirmation lorsqu'elle utilisa son pouvoir pour faire défiler sous les yeux étonnés du mutant différents paysages criants de réalisme. Elle était donc comme lui.

Bobby se sentit stupide de s'être enfuit de la sorte alors qu'il était face à une mutante mais comment aurait il pu le deviner simplement en la regardant ? Elle ne faisait pas partit de ce type de mutant dont la mutation sautait aux yeux. On aurait dit une humaine tout ce qu'il y avait de plus ordinaire et cela facilitait sûrement sa vie en cohabitation avec les humains. Vu son étonnement, elle devait également faire parti de ces mutants qui s'ignoraient, ceux qui ne savaient pas ce qu'ils étaient exactement et qui n'avaient pas connaissance de l'existence d'autres personnes dans leur genre. Ses réactions trahissaient cet état, surtout qu'elle avait l'air de ne rien savoir à ce propos. Bobby s'excusa de l'avoir fuit, expliquant qu'il l'avait prise pour une humaine et qu'il ne tenait pas à ce que quelqu'un en sache trop sur lui et son pouvoir. C'était le genre de nouvelle qui faisait désordre en une d'un journal. Un jour, l'humanité serait au courant. Un jour. Et Bobby ne tenait pas à être le point de départ de tout cela.

La jeune femme se présenta sous le nom de Cassandra et ne semblait pas le moins du monde offusquée par le comportement de Bobby. Maintenant qu'il était rassuré sur l'identité de son interlocutrice, le mutant s'était détendu et se montrait plus chaleureux... à sa façon en tout cas. Puisque la jeune femme lui serrait la main en retour, il en déduisit que malgré les brèves explications de Bobby, elle le croyait et était même plutôt contente de croiser un semblable. Savoir que l'on était pas seul à être différent était quelque chose de profondément rassurant. Bobby en savait quelque chose. Toutefois, le terme mutant semblait inconnu à Cassandra. Rien d'étonnant pour quelqu'un qui ne semblait jamais en avoir croisé d'autres. Appuyé contre le mur, Bobby chercha les mots pour tenter d'être le plus clair possible. Il n'était pas le professeur Charles Xavier mais il allait tenter de lui expliquer dans quelle situation ils étaient.

- Content de vous rencontrer Cassandra même si mon comportement aurait pu faire croire à l'inverse. Et oui nous sommes ce que nous appelons des mutants car nos dons ne tombent pas du ciel, c'est effectivement génétique. Nous avons développé un gène, le gène X, qui nous différencie des autres humains. C'est vrai que nous sommes humains à la base mais ce gène change tout. Il nous donne des capacités hors du commun, différentes selon les personnes. De ce fait... nous pouvons dire que nous sommes une sorte d'évolution de l'Homme... nous sommes similaires mais ce gène étrange fait de nous des mutants.

Difficile d'en dire plus. Bien que Bobby s'était renseigné un maximum, il ne saurait dire pourquoi certaines personnes le possédaient et d'autres non. Tous les parents d'enfants mutants ne l'étaient pas forcément. Il y avait bien eu un patient zéro de toute façon et donc un commencement à partir de rien. Pour preuve, la famille de Bobby ne comptait qu'un seul mutant : lui-même. C'était d'ailleurs le plus gros souci qu'il rencontrait actuellement. Le rejet des siens lui faisait encore mal rien que d'y penser. Son seul tort était d'avoir un gène différent. Fondamentalement cela ne changeait pas grand chose mais du point de vue de ses parents, c'était déjà trop. Sans doute auraient ils été moins regardants si il avait fait de la prison ou quelque chose du genre. Sauf que pour la mutation, Bobby n'y pouvait absoluement rien, il ne l'avait pas choisie. Personne ne l'avait désirée.

Cassandra avouait ne jamais avoir parlé de son don à qui que ce soit. C'était sans doute le lot de tous les mutants. Comment parler de ce genre de capacité sans que l'on ne les prenne pour des monstres ou des fous ? On avait beau dire que les Hommes étaient de grands rêveurs, ils n'en restaient pas moins très terre à terre et croyaient difficilement à ce genre de "miracle". Bobby s'était fait une raison et n'utilisait jamais son don en dehors de l'Institut. Ou presque jamais.

- Vous ne l'avez jamais dit à vos parents ? Une dizaine d'années ? Mmh, généralement les pouvoirs se développent vers la puberté donc ce n'est pas très étonnant. Cela dit pour quelqu'un qui n'a jamais parlé de son don à quelqu'un et qui n'a pas pu être aiguillée à ce propos... je trouve que vous le maîtrisez plutôt bien. Enfin du peu que j'ai pu voir. On aurait effectivement dit des illusions. Vous vous êtes entrainée ?

La plupart des mutants isolés ne contrôlaient pas bien leur pouvoir ou le rejettait carrément. Ils en devenaient même dangereux. Cela n'avait pas l'air d'être le cas de Cassandra mais mieux valait rester méfiant, un accident était vite arrivé, surtout involontairement. Bobby contrôlait plutôt bien son don depuis qu'il était à l'Institut Xavier et n'avait jamais vraiment eu de problème hormis le jour où il avait congelé son agresseur. Quoi qu'il en soit, la jeune femme semblait avoir beaucoup de questions, ce qui n'était pas vraiment étonnant puisque Bobby était le seul mutant à part elle à croiser sa route. En tout cas de mutant visible. Car nulle doute qu'elle avait déjà croisé d'autres semblables sans le savoir. La plupart des dons étaient faciles à camoufler mais tout le monde n'avait pas cette chance.

- J'ai dit cohabitation car c'est le terme qui me semble le mieux convenir. A vrai dire... l'humanité ignore notre existence et il vaut mieux qu'elle l'ignore le plus longtemps possible. Imaginez ce qu'il se passerait si la population apprenait du jour au lendemain que des gens dotés de capacités surhumaines vivaient parmi eux. Il y aurait sans doute discrimination, crainte, émeutes... Difficile à prévoir mais ce ne sera pas sans conséquences. Quelque part, on représente sûrement un danger à leurs yeux. Les gens ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas. C'est pour ça que l'on se regroupe lorsqu'on le peut. Ensemble, nous n'avons pas à nous cacher. Votre mutation n'a pas l'air de vous avoir posé de problèmes jusqu'à présent, non ?

Bobby leva la tête en entendant du bruit provenir de la cuisine qu'ils avaient quitté peu avant. Les secours étaient sans doute là. Ils allaient voir la porte ouverte et viendraient voir par ici, c'était certain. Ils allaient devoir expliquer leur présence ici. Bobby ne voulait pas qu'ils découvrent quoi que ce soit. Il y avait peu de chance puisqu'il avait fait disparaitre les preuves. Seule restait Cassandra, qui connaissait la vérité.

- Puis je vous demander un service ? Pourriez vous... ne rien dire de ce que vous avez vu dans la cuisine ? Je n'aime pas mentir mais il en va de notre survie, je ne tiens pas à ce que cela se sache. S'il vous plait.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Lun 10 Sep 2012 - 21:44

Rendre réelles ou presque des choses qui n'appartiennent qu'à l'imaginaire, voilà ce pour quoi était douée Cassandra. Et c'était cette capacité qui, jusqu'à aujourd'hui, l'avait aidée à supporter la réalité, l'angoisse de l'ignorance, bref, à avancer dans la vie. Tant qu'elle pouvait se réfugier dans l'illusion, oublier un moment qui elle était – ou plutôt, qui elle n'était pas – tout allait bien. Et voilà que se servant de son don, elle espérait que le jeune homme qui commandait à la glace allait pouvoir répondre à ses questions, à condition bien sûr qu'elle l'ait convaincu auparavant. C'était sans doute la meilleur chose à faire plutôt que de se perdre dans des explications qui n'auraient eu ni queue ni tête. Après tout Cassie n'était pas très bavarde et il lui arrivait que les mots lui manquent, l'empêchant ainsi de décrire précisément sa pensée. Alors son imagination parlerait pour elle.

Et visiblement, ça marcha. Les présentations furent rapides, et laissèrent bientôt la place aux questions. Le jeune homme avait certes gardé un visage sans sourire, de la même façon que Cassandra s'efforçait toujours de rester aussi impassible que possible, mais son attitude méfiante disparut bientôt, aussitôt que les illusions de la jeune femme se furent évanouies. Le dénommé Bobby s'excusa pour son comportement, mais Cassie comprenait bien et ne lui en voulait donc pas. Comme il le disait, il l'avait prise pour une humaine. Et au premier abord, la jeune femme également n'avait pu se douter qu'elle avait à faire à un semblable. Un mutant, comme il disait. Drôle de terme. Ce fut d'ailleurs sa première question. Comme elle s'en doutait vu le propos, l'origine de ces aptitudes était d'ordre génétique. Un seul petit gène les séparaient du reste de l'humanité. Comme quoi, l'évolution ne tenait pas à grand chose.

    « Ravie, de même. Je comprends... enfin, je crois. Vous avez l'air d'en savoir beaucoup... »


Cassandra se sentit fébrile. Quelle étrange découverte... Ayant toujours été relativement seule, elle ne s'était jamais posée la question quant à l'existence d'autres comme elle, ni cherché à en savoir plus. C'est pourtant ce qu'elle aurait du faire, maintenant qu'elle y réfléchissait... surtout qu'à présent, elle sentait un vague espoir flotter en elle, selon lequel elle tenait peut-être là une piste qui pourrait la conduire à sa famille qu'elle n'avait jamais connu. Quoique... c'était loin d'être gagné. Elle expliqua à Bobby qu'elle n'avait jamais mentionné son don à qui que ce soit. D'une part parce qu'elle ne souhaitait pas qu'on la prenne pour une folle, et d'autre part, parce qu'elle n'avais jamais eu réellement confiance en qui que ce soit.

    « Je n'ai pas de parents... je ne les ai jamais connus. »


Selon lui, les pouvoirs des mutants commençaient à apparaître vers la puberté. Cassandra se rappelant qu'ils s'étaient manifestés vers l'âge estimé de douze ans, cela correspondait donc.

    « Oui. Je l'ai beaucoup testé, j'ai cherché à définir mes limites, mes capacités. Je me suis entraînée sur les autres, à leur insu. Et sur moi également. C'est ce que vous avez fait aussi non ? »


Car outre les illusions de décor, Cassie pouvait détourner ses facultés et les utiliser sur elle-même pour se rendre invisible ou se donner une autre apparence. Tant que sa cible se trouvait dans son périmètre d'action, elle pouvait lui faire voir ce que bon lui semblait. La jeune femme continua sur sa lancée de questions, auxquelles Iceberg répondit du mieux qu'il put, notamment sur ce qu'il appelait la cohabitation. Évidemment, vu comme ça... Cassie pensa qu'elle avait au final bien fait de ne jamais en parler à personne. Le jeune homme n'avait sans doute pas tort quant au fait que la révélation de l'existence de personnes aux pouvoirs surnaturels engendrerait plus de complications et de malheurs qu'autre chose.

    « Regrouper... il y en tant que ça ? Hm, non, je n'ai jamais eu de problème par rapport à ça. J'aurais du ? Qu'en est-il de vous ? »


Cassandra n'avait en effet jamais eu de complexe quant à son don. Après tout, cela faisait partie d'elle, il la définissait. C'était même une des seules choses qui lui tenait un peu lieu d'identité.
Les bruits qui se firent entendre au niveau des cuisines la firent revenir à la réalité. La discussion avec Bobby lui avait presque fait oublier l'incendie et l'arrivée des secours qui devaient sans doute être à l'origine du vacarme qui leur était parvenu. D'ailleurs, le mutant lui demanda de ne rien dire quant à ce qui s'était passé, préférant passer sous silence son rôle dans l'extinction du feu. Cassandra ne pouvait que comprendre ce qui le motivait à ne rien dire.

    « Vous en faites pas. Je n'ai pas l'intention de le crier sur les toits. »


Il fallut en revanche réfléchir à toute vitesse pour trouver une raison qui leur valait de se retrouver ici. Cassie n'eut pas à chercher très loin. Une fois que les pompiers les trouvèrent dans l'arrière-cour, elle leur expliqua qu'elle-même et le garçon avaient emprunté l'issue de secours la plus proche. Bon, ce n'était pas exact, mais ça passait plus ou moins. Ils furent évacués au dehors, quittant ainsi la ruelle pour rejoindre l'avenue plus fréquentée, où plusieurs dizaines de personnes observaient les secouristes accomplis leurs boulots. Une fois que les deux jeunes gens furent enfin libérés, ils s'éloignèrent de l'établissement. Cassandra voulut continuer à discuter avec son semblable, mais ne sut quoi dire au juste. Tout ce qu'elle trouva fut :

    « Vous allez partir ? »


Question idiote, forcément qu'il allait partir. Mais ce n'était pas ce sens là que la jeune femme voulait donner à sa question. Maintenant qu'Iceberg lui avait appris tout cela, il était devenu une sorte de repère. La première personne « comme elle » qu'elle rencontrait. Sauf qu'à présent, elle ne savait plus trop ce qu'elle devait faire au juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Dim 16 Sep 2012 - 15:02

Vivre à l'Institut Xavier était un sacré luxe lorsque l'on y repensait. Tout y était fourni : cours, soutien, apprentissage, nourriture, hébergement, activités... C'était comme un centre de vacances à long terme. Bobby se demandait parfois ce qu'il serait devenu s'il n'avait pas rencontré le professeur Xavier. Grâce à lui, il avait pu se contrôler et apprendre à maîtriser son pouvoir afin de reprendre confiance en lui. L'Institut était devenu son refuge lorsque sa famille avait vu d'un mauvais oeil sa mutation, le renvoyant de chez lui. Etait ce plus mal de vivre au manoir entouré de semblables ? Certainement pas. Eux ne le jugeaient pas même si Bobby n'était pas friand de trop de contacts sociaux. Il ne rejetait jamais la présence des autres bien qu'il n'allait jamais vers eux, pas vraiment des plus démonstratifs. Pourtant, il était quelqu'un sur qui l'on pouvait compter, toujours prêt à donner un coup de main à ceux qui le lui demandaient. Mais pour le savoir, encore fallait-il le connaitre et assez peu de personnes sautaient le pas. Ce n'était pas plus mal. Ainsi, il évitait de nouvelles mauvaises surprises qui se termineraient possiblement en trahison comme l'avait fait John alias Pyro. L'Institut était plus calme depuis que ce fauteur de troubles était partit, mais cela laissait un arrière-goût amer à Iceberg. Son pouvoir finirait par le détruire un jour s'il continuait comme ça... à moins qu'il ne fasse brûler la ville sur un coup de tête un jour.

En tout cas, ce n'était pas la faute de John si le pub dans lequel Bobby s'était installé avait pris feu. Une erreur en cuisine probablement. Le mutant n'en savait rien. Mais à cause de l'utilisation de son pouvoir pour éteindre l'incendie, il avait attiré l'attention d'une jeune femme qui l'avait suivi alors qu'il tentait de s'enfuir afin de ne pas avoir à s'expliquer. Par le plus grand des hasards, il s'était avéré que sa poursuivante était également une mutante qui ne cherchait d'autre que des explications et des renseignements sur ceux qui étaient comme elle. Bobby se sentait rassuré et la pression qu'il avait ressentie disparue rapidement. Cependant, il n'avait jamais eu à expliquer ce genre de choses à quelqu'un puisqu'il avait toujours vécu au manoir, entouré de mutants, depuis que ses pouvoirs s'étaient réveillés. Jamais il n'avait donc eu à tenir une discussion à ce propos avec un semblable puisque c'était le professeur Xavier qui s'en chargeait la plupart du temps.

Bobby tenta donc de se souvenir de tout ce que le professeur lui avait dit à ce sujet afin de le répéter correctement à Cassandra. Heureusement, des cours leur étaient dispensés sur ce thème afin que tous les élèves sachent d'où ils venaient et ce qui les différenciaient des humains. Le professeur était un très bon orateur et il était facile de comprendre ce qu'il disait, même à propos d'un sujet compliqué. Bobby n'avait pas ce talent mais essayait d'être le plus concis possible sans pour autant trop partir dans les détails soporifiques et trop pointus. Le but n'était pas de donner à Cassandra l'envie de fuir ou de se désintéresser d'un sujet qui semblait pourtant la tenir à coeur. Bobby ne pouvait que la comprendre.

- On est tous passés par là à un moment ou à un autre je pense. J'en sais beaucoup car quelqu'un a pris le temps de tout m'expliquer. Je suis conscient d'avoir eu de la chance car beaucoup de mutants sont dans l'ignorance en ce qui les concerne. Comme vous, sans vouloir vous vexer. Mais il n'est jamais trop tard pour savoir. Si vous avez d'autres questions, je ferai de mon mieux pour y répondre, mais j'espère que je ne vous embrouille pas trop...

Bien que ce soit une affaire de génétique, il était courant que des parents "normaux" aient un ou des enfants mutants. C'était le genre de choses qui ne se décidait pas et qui s'imposait de lui-même. Cette différence creusait des écarts entre membres de la même famille, Bobby le savait bien pour l'avoir vécu et il espérait que Cassandra n'ait pas subit la même chose. Il tâta donc le terrain en évoquant sa famille mais il se sentit mal à l'aise lorsque la jeune femme lui révéla qu'elle ne connaissait même pas ses parents. Il ne pouvait pas deviner mais il se doutait bien que c'était un sujet à éviter. Au moins, on ne pouvait pas dire que ses parents l'avaient abandonnée à cause de ses pouvoirs puisque ceux-ci ne se développaient que rarement avant la puberté.

- Je suis désolé Cassandra, j'ignorais. Je sais que ce n'est pas vraiment un lot de consolation mais d'un certain côté, nous les mutants sommes un peu comme une grande famille. On a tous quelque chose en commun, c'est ce qui nous lie.

Cassandra disait s'être entrainé à maîtriser son pouvoir, ce qui n'était pas vraiment étonnant. Bobby en avait eu la preuve après la petite démonstration qu'elle lui avait fait pour le convaincre de l'écouter. Ce qui était plus étonnant sans l'être complétement était le fait qu'elle se soit entrainé sur d'autres personnes. Cela aurait pu être dangereux mais pouvait on le lui reprocher vraiment ? Iceberg avait bien faillit tuer quelqu'un en utilisant son pouvoir involontairement après tout. Sans maîtrise, ils n'étaient rien et pour ça, il fallait s'entrainer. Bobby se demanda d'ailleurs jusqu'à quel point Cassandra avait développé son don.

- Disons que j'ai eu la chance de tomber sur les bonnes personnes qui m'ont appris à me servir de mon pouvoir sans blesser qui que ce soit. Je n'ai jamais été vraiment seul pour faire face à ça. Sans eux, il est fort possible que j'aurai pu devenir une catastrophe ambulante. Alors je me suis pas mal entrainé, pas vraiment dans le but de devenir plus fort mais surtout pour ne pas blesser mon entourage. La glace est plus dangereuse qu'elle en a l'air. Et vos illusions elles... peuvent devenir plus "réelles" ?

Question un peu paradoxale mais avec les pouvoirs, il fallait s'attendre à tout. Les humains victimes de ces illusions devaient avoir eu de sacrées frayeurs. C'était d'ailleurs pour cela que les mutants se cachaient plus ou moins pour la plupart. La cohabitation avec les humains n'était pas toujours aisée, la peur l'emportant sur le bon sens. L'inconnu effraie, c'était comme ça. Bobby se trouvait chanceux d'être un mutant dont le pouvoir n'était pas visible... ou presque. Certains mutants devenus hybrides ou difformes étaient forcés de se cacher, de s'isoler. Il n'y avait rien de pire. Cassandra semblait ne jamais avoir eu de souci par rapport à son pouvoir, ce qui n'était pas vraiment étonnant. Après tout, difficile de savoir qu'il s'agissait d'illusions puisqu'elles se voulaient réelles et de là à en savoir l'origine... Néanmoins, Bobby n'avait pas vraiment envie de parler de sa propre expérience familiale. Personne n'était au courant à part le professeur Xavier et c'était très bien comme ça.

- On en découvre tous les jours de nouveaux, nous sommes vraiment nombreux. Il y a beaucoup de mutants qui s'ignorent aussi. J'ai eu quelques soucis par le passé oui, mais c'est comme ça, on ne peut pas refaire le monde. Nous avons la chance d'être des mutants au physique humain mais ce n'est pas le cas de tous. Certains ont des traits animaux prononcés ou des déformations physiques et il leur est difficile de passer inaperçu. Du coup, ils se cachent...

Vu le bruit qui provenait de la cuisine, des personnes n'allaient pas tarder à arriver vers eux. Les secours étaient là bien qu'ils n'avaient plus grand chose à faire et cela allait interrompre leur petite discussion. Mieux valait éviter de parler de ça en public ou même d'évoquer ce qu'il s'était passé dans le pub. Bobby demanda à Cassandra de ne rien dire de ce qu'il s'était produit et elle accepta, à son plus grand soulagement. Il n'aimait pas mentir de la sorte mais c'était pour se protéger. Les humains n'étaient pas prêts à connaitre l'existence des mutants.

- Merci, j'apprécie.

La serveuse expliqua ce qu'ils faisaient ici aux secours et ils ne tardèrent pas à être évacués. Bobby profita de son rapide passage à l'intérieur du pub pour récupérer son casque et son sac qu'il avait abandonné sur le siège qu'il occupait peu avant. Une fois dehors, ils retrouvèrent leur liberté rapidement et s'éloignèrent de la foule. Ce petit incident était clos mais la discussion l'était elle pour autant ? Bobby n'avait pas évoqué l'Institut Xavier volontairement. Mieux valait éviter l'accès à n'importe qui. C'était un havre de paix et il fallait qu'il le reste le plus longtemps possible. Le professeur Xavier n'était pas très regardant à qui y entrait et qui en sortait du moment qu'il s'agissait d'un mutant. Il laissait sa chance à tous, comme toujours. Peut-être que Cassandra avait le droit d'être au courant ? Maintenant qu'elle avait mentit pour le couvrir, il lui devait bien ça. La jeune femme lui demanda s'il allait partir. Elle sous-entendait probablement qu'ils allaient se quitter là et qu'elle resterait de nouveau seule, comme avant. Bobby pesa rapidement le pour et le contre et se décida finalement.

- L'Institut Charles Xavier, une école pour surdoués, ça vous parle ? Ca c'est la version officielle. Officieusement, c'est en fait une école pour mutants où l'on apprend à maîtriser nos dons. C'est là que je vis depuis plusieurs années. Là bas, nous sommes tous des mutants, c'est comme une sorte d'internat si vous préférez. C'est le professeur Xavier qui m'a appris tout ce que je sais et je pense qu'il pourrait vous renseigner davantage sur tout ça.

Bobby tendit la main vers Cassandra, comme une invitation. Ce n'était qu'une proposition afin qu'elle en sache un peu plus sur eux et leur condition. Rien ne l'obligeait à accepter, ils pouvaient très bien en rester là.

- Venez avec moi si vous voulez, ça ne vous engage à rien. Je vous y amène et je vous ramènerai ensuite, c'est promis.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Jeu 27 Sep 2012 - 23:53

Cassandra n'avait jamais été très heureuse, ni spécialement malheureuse. Elle ne souffrait guère de la solitude, n'ayant jamais eu le loisir de connaître autre chose que cela. Les quelques camarades qu'elle s'était faite durant l'enfance ne l'avaient pas marquée plus que ça, ni n'étaient restés proches très longtemps de toute manière. C'est qu'à leurs yeux elle avait du paraître souvent bizarre. Bah, tant pis après tout, ce n'était pas comme si elle s'était toujours préoccupée de l'image qu'elle renvoyait aux gens. Elle était juste elle, tenait à l'identité qu'elle s'était forgée malgré les importantes lacunes de son existence, et c'était tout ce qui comptait. Le reste était secondaire. C'était sans compter sur les changements qui pouvaient survenir à tout moment ; et en l’occurrence, il venait de s'en produire un important, avec la découverte des mutants. Il y avait solitude et solitude, et Cassie venait tout juste d'apprendre qu'elle n'était pas la seule à être dotée d'aptitudes bizarres. Bien sûr, au début elle avait été surprise, angoissée à l'idée de pouvoir matérialiser tout ce que contenait sa pensée... mais le temps aidant, elle avait fini par accepter ce qu'elle était. Et le taire à tous les gens autour d'elle avait joué en sa faveur. Si elle avait eu le malheur de le révéler, nul doute qu'on l'aurait prise pour une folle ou qu'elle aurait été ostracisée. Elle ne réclamait certes aucune amitié, mais il est difficile de vivre sans un minimum de relations sociales.

Quoiqu'il en soit, aussi fâcheux qu'ait été cet incendie rapidement maîtrisé et éteint par le dénommé Bobby, il avait permis à la jeune femme de faire une sacrée découverte. Et après l'avoir convaincu qu'elle était bel et bien une mutante, en lui montrant ce dont elle était capable, le jeune homme avait bien voulu répondre à ses questions, aussi clairement que possible bien que la petite serveuse avait l'impression d'être un peu dans le brouillard. Tout cela était nouveau et mettre de l'ordre dans ses idées n'était pas des plus aisé, mais elle faisait de son mieux pour comprendre tout ce qu'Iceberg lui dit à propos des mutants, des pouvoirs, d'où ils venaient.

    « Hé bien je suis chanceuse d'être tombée sur vous en tout cas. C'est... enfin, c'est un peu un soulagement de voir qu'on est pas tout seul, et qu'il y a des gens qui peuvent expliquer un peu ce que nous sommes... »


Comme toujours, Cassie avait du mal à mettre des mots sur ses sentiments, ses émotions. À vrai dire elle était un peu partagée entre la joie et les doutes. Maintenant qu'elle savait qu'il existait d'autres mutants, y avait-il la moindre petite chance pour qu'elle puisse retrouver son hypothétique famille, si elle vivait encore ? Mais la jeune femme se faisait sans doute des illusions, bien différentes et plus cruelles encore que celles qu'elle savait créer. Quand le jeune homme lui demanda si elle avait parlé de son don à ses parents, elle lui répondit sans détour qu'elle ne les avait connu.

    « Vous en faites pas. Y'a pas vraiment de consolation qui tienne, je ne sais pas ce qu'est une famille. Mais j'suis contente d'en faire partie d'une, de la vôtre... même si c'était à mon insu jusqu'à présent. »


Quand la discussion dériva sur leurs pouvoirs, la jeune femme lui expliqua la manière dont elle avait développé le réalisme de ses illusions, à savoir sur d'autres personnes et sans qu'elles s'en aperçoivent. Jamais Cassandra n'avait pensé mal agir : en soi, ses capacités n'étaient guère dangereuses. Ses illusions n'affectaient nullement les autres, ou elle-même, physiquement parlant. Les seuls dégâts qu'elle pouvait éventuellement causer étaient mentaux, pour un peu que quelqu'un ne prenne une illusion pour la réalité, et qu'à force elle finisse par virer à la folie... mais ça n'avait jamais été jusque là, et Cassie doutait fortement que cela arrive un jour.

    « C'est tant mieux pour vous alors, que vous ayez pu avoir un guide. Et visiblement ça a marché, vous auriez pu sauver des vies si quelqu'un avait été en danger là-dedans. » fit-elle en montrant du pouce la porte de la cuisine par-dessus son épaule.


Bobby avait l'air d'être une bonne personne. Comme il venait de lui expliquer, c'était plus dans l'intérêt des autres que dans le sien qu'il s'était entraîné et avait appris à maîtriser son pouvoir. Quand à son tour il lui demanda jusqu'où allait le potentiel de ses chimères, Cassie prit pour exemple un feu de bois qu'elle fit naître au sol, entre eux deux. Elle s'accroupit pour se mettre à hauteur des flammes.

    « À vous de juger. Visiblement, ce feu pourrait être réel... mais il lui manque des tas de choses. Le crépitement des braises, l'odeur du brûlé, la chaleur... les dégâts qu'il peut causer, ajouta-t-elle en tendant son bras au cœur du brasier et l'en ressortant indemne. Je ne peux affecter apparemment que la vue, les autres sens me sont impossibles à atteindre. Mais même si c'était le cas, une illusion reste une illusion, quand bien même la frontière avec le réel peut être bien fine. »


Elle se releva et fit disparaître le feu aussi rapidement qu'elle l'avait créé. Même si à première vue, la création d'illusions devait sembler être un pouvoir bien inoffensif, comment le laissait supposer l'utilisation qu'en faisait Cassandra, il pouvait se révéler aussi extrêmement utile pour manipuler les gens par exemple, ou se fondre dans l'environnement quand la serveuse appliquait son pouvoir sur elle-même. Il y avait toutes sortes d'utilisations possibles, pour peu que l'on sache jouer de cette frontière entre rêve et réalité. Et à entendre les dires d'Iceberg concernant certains mutants qui possédaient des caractéristiques animales bien visibles comme preuve de leur mutation, Cassie n'était guère mécontente d'avoir un don « invisible » aux yeux du reste du monde. Pour ces personnes-là, la vie ne devait pas être facile du tout...

    « Je vois... s'ils se cachent, alors je suppose que c'est normal que je n'en ai rencontré aucun autre auparavant... mais l'important maintenant c'est que vous puissiez bien vivre avec. »


La discussion fut interrompue par l'arrivée des secours qui ne tardèrent à surgir dans la ruelle. Cassie respecta le souhait de Bobby qui ne voulait pas révéler ce qui s'était réellement passé, et avec la conversation qu'ils venaient d'avoir, ce n'était guère difficile à comprendre, aussi la jeune femme servit-elle une excuse bidon aux pompiers pour expliquer leur présence à tous deux dans l'arrière-cour, après lui avoir fait un très bref sourire en réponse à son remerciement. Tous repassèrent par l'intérieur du pub, la jeune femme récupérant sa besace au passage. Tandis qu'ils s'éloignaient de l'établissement, elle se dit qu'elle devrait se mettre au plus tôt à la recherche d'un nouveau boulot. L'établissement n'avait certes pas cramé jusqu'à ses fondations, mais la partie la plus important était endommagée et il allait sûrement fermer pour un bon moment. Or Cassie ne pouvait se permettre de rester sans job. Et quand elle demanda au jeune homme s'il allait partir, elle ne put s'empêcher d'éprouver une sorte de regret, car cela signifierait sans doute que tout s'arrêterait là. Elle connaissait maintenant l'existence d'autres mutants, mais sans en connaître réellement aucun, cela lui faisait une belle jambe au final. Bobby sembla réfléchir un moment avant d'adresser de nouveau la parole à la petite serveuse. Un établissement uniquement dédié aux mutants, rien que ça ! Cette nouvelle information estomaqua un peu la jeune femme. Un internat pour mutants déguisé en école pour surdoués... astucieux. Elle regarda un instant la main tendue de Bobby, et sa proposition de l'emmener à cet institut pour voir de ses propres yeux ce qu'il en était, et peut-être même bénéficier des explications du dénommé professeur Xavier. Et finalement, elle ne tarda pas à faire son choix et à marquer sa décision en joignant sa main à celle, glacée, du jeune homme.

    « C'est d'accord, je vous suis. Je veux savoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Ven 5 Oct 2012 - 12:28

Bobby ne regrettait pas d'avoir éteint l'incendie du pub même s'il avait au départ hésité. Grâce à cela, il avait réduit les dommages possibles et personne n'avait été blessé. Mais le plus important était surtout qu'il avait fait la rencontre d'une mutante. Si au départ il la fuyait, ne désirant pas lui révéler ce qu'il était parce qu'il la prenait pour une humaine comme les autres, il avait rapidement été convaincu du contraire lorsqu'elle avait fait étalage de son don devant lui. Bobby était quelqu'un qui ne se droguait pas et qui ne buvait pas lorsqu'il s'entrainait, question de logique. Il était donc impossible que ces visions soient le fruit d'une quelconque hallucination passagère de sa part. De plus, la jeune femme lui expliqua qu'elle était capable de produire des illusions. C'était logique en fin de compte. Les mutants avaient vraiment des capacités sidérantes.

Content de tomber sur un semblable, Iceberg prit le temps de lui expliquer de son mieux qui ils étaient. Ce n'était pas évident d'être clair et précis à la fois, il y avait tant à dire... Néanmoins la discussion lui permettait d'en apprendre un peu plus sur Cassandra. Celle ci semblait soulagée d'obtenir quelques explications et n'était pas avare en questions. Il fallait dire que vu son âge et le début de sa mutation, cela devait faire un moment qu'elle devait s'en poser. Savoir qu'enfin on était plus seul était un véritable soulagement, Bobby le savait bien.

- Chanceuse, je ne sais pas, je ne suis pas le mieux qualifié pour ça mais j'espère que ça vous éclaire un peu. Mais c'est vrai que se croire seul... nous éloigne davantage des autres au final. On est différent mais à qui en parler ? J'imagine que vous n'en aviez jamais parlé à personne auparavant ?

Mentir, même à sa propre famille par peur de sa réaction. Cela n'aurait pas étonné le mutant. Après tout, beaucoup de familles rejetaient les mutants qui la composaient juste parce qu'ils étaient différents. Ainsi isolé, on en vient à avoir peur des autres et à se renfermer sur soi-même. C'était le cas de Bobby auparavant. Vivant désormais parmi des mutants, il s'était davantage ouvert aux autres mais restait tout de même toujours un peu en retrait. Il espérait que Cassandra ait pu compter sur ses parents au moins. Mais il regretta bien rapidement sa question lorsqu'il apprit qu'elle n'avait jamais connu ses parents. Elle trouvait une sorte de consolation dans le fait d'appartenir à la famille des mutants.

- Au moins maintenant vous savez que vous n'êtes pas seule. C'est un peu à double tranchant à vrai dire... D'un côté, les mutants forment une grande famille car notre différence fait notre force mais d'un autre côté, c'est comme si on était marqué d'un sceau nous empêchant tout retour en arrière possible et donc toute vie parmi les humains. Je reste persuadé que les deux sont possibles mais ça ne dépend pas que de nous.

Bobby n'était pas certain qu'il aurait eu cette mentalité là sans l'intervention du professeur Xavier. Il était facile de sombrer dans le désespoir ou la haine des autres à cause de quelque chose que l'on ne contrôlait pas et du rejet supplémentaire que cela engendrait. Grâce à cet homme et son Institut, il avait pu développer et maîtriser son don sans que cela affecte qui que ce soit. Cassandra avait elle eut des ennuis avec le sien ? Il était psychique mais cela pouvait être tout autant dangereux. Encore une fois, tout dépendait de la façon dont elle s'en servait. Elle fit remarquer que le pouvoir de Bobby aurait pu sauver des vies et qu'il avait eu la chance d'avoir un guide.

- Quitte à avoir un don, autant le mettre au service des autres. Mais j'ai eu de la chance oui.

Il l'observa faire une nouvelle démonstration de ses talents, plus parlante, pour répondre à sa question. Tout comme elle, il s'accroupit près du feu et tendit la main vers lui sans pour autant le toucher. Aucune chaleur ne s'en dégageait et visiblement cela ne brûlait pas non plus. Rien d'étonnant puisque c'était une illusion après tout. Néanmoins, cette illusion était criante de vérité. On entendait presque le feu crépiter. Bobby se redressa en même temps qu'elle alors que le feu disparaissait comme il était apparu.

- Ca reste impressionnant tant on aurait dit un vrai. C'est... un peu comme de l'art. Vous les produisez vraiment bien, on s'y tromperait. Parfois, cela peut avoir des défauts, quelques détails qui font qu'en faisant attention, on remarque que c'est une illusion. Mais de ce que j'ai vu pour le moment, c'est plutôt stupéfiant. Avec un peu d'entrainement, je pense que vous pourriez ajouter une touche auditive ou quelque chose comme ça, histoire de la rendre plus "réelle". Enfin j'ignore les limites de votre don mais c'est rare que l'on ne puisse pas le développer.

La discussion touchait à sa fin. Non pas par manque d'envie ou de sujet mais parce que les secours venaient d'arriver. Cassandra avait promis de ne rien dire à propos de ce qui avait éteint l'incendie et les deux mutants, après avoir été vaguement questionnés, furent libérés, rejoignant la rue de l'autre côté. Ils étaient de nouveau tranquilles, pouvant chacun reprendre leur vie comme si il ne s'était rien passé. Mais le voulaient ils vraiment ? Visiblement pas vu la réaction de Cassandra. Bobby comprenait qu'elle ne voulait pas que les réponses à ses questions se sauvent. Seulement, Iceberg ne voyait pas quoi lui apprendre d'autre, ce n'était pas lui qui savait le mieux expliquer tout ça. La meilleure option était de se rendre à l'Institut, pour qu'elle sache mieux à quoi s'en tenir. Après une courte hésitation, il lui tendit la main et lui proposa de l'accompagner à l'Institut après lui avoir expliqué de quoi il s'agissait.

Cassandra hésita elle aussi un court instant puis joignit sa main à celle de Bobby. Celui ci hocha la tête puis l'entraina avec lui, descendant la rue pour rejoindre l'endroit où il avait laissé sa moto. Il attacha rapidement son sac à l'arrière, veillant à laisser suffisament de place à la jeune femme puis lui mit le casque entre les mains pour qu'elle le mette. Lui, il pouvait se protéger efficacement en cas de chute, pas elle. Enfourchant son véhicule, il attendit que la jeune femme prenne place derrière lui et s'accroche bien avant de démarrer. Il y avait un peu de route à faire mais bientôt, elle aurait les réponses à ses questions. Ce n'était plus qu'une question de minutes.

- D'ici un quart d'heure, on sera arrivés.

Puis, il fit avancer sa moto et prit la direction du manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   Sam 13 Oct 2012 - 14:38

Les choses sont parfois drôlement faites. Jamais Cassie n'aurait pensé que cet incident aurait pu la mener à la découverte d'une autre personne capable de créer et manipuler la glace. C'était plus prodigieux encore que sa capacité à elle de projeter des illusions se rapprochant le plus possible de la réalité. Finalement, elle avait bien fait de le suivre après l'avoir vu éteindre l'incendie, transformant les flammes en fragiles sculptures de glace qui ne tardèrent pas à se fracasser sur le sol. Elle avait réussi à convaincre le garçon de ne pas s'enfuir en lui montrant son propre pouvoir, et elle avait bien eu raison de le faire, puisque que suite à cela Bobby lui expliqua ce qu'elle était – ce qu'ils étaient.

Bien évidemment, la jeune femme lui demanda de lui expliquer la raison pour laquelle ils étaient dotés de si étranges pouvoirs, et il s'avéra qu'elle était d'ordre génétique. Cette information frappa tout de suite Cassandra, car il y avait peut-être là un espoir pour elle de comprendre enfin d'où elle venait et qui était ses parents. Cependant elle ne dit rien concernant cette espérance, de crainte d'être trop déçue par la suite... elle reprendrait ses recherches quand elle en saurait un peu plus sur les mutants. Elle s'estima chanceuse d'être tombé sur Iceberg.

    « Vous m'avez tout de même bien expliqué qui nous sommes. Alors oui, vous m'avez bien éclairé. Vous avez raison... d'un autre côté, ce n'est pas quelque chose dont on peut parler avec facilité. Comme vous dites, on est différents et ce n'est pas forcément bien reçu. Et non, je n'en ai jamais parlé à qui que ce soit. Quand bien même ça aurait été le cas, je doute qu'on m'aurait crue. »


Au final, on ne pouvait même pas appeler ça un mensonge, puisqu'elle n'avait jamais abordé le sujet à quiconque. Bobby était la première personne à l'apprendre et elle ne le lui avait confié que parce qu'elle-même l'avait vu faire des choses qui sortaient tout à fait de l'ordinaire. Elle avait eu là une chance de trouver quelqu'un qui lui ressemblait de ce point de vue là et elle l'avait saisie, tout simplement. Qu'aurait-elle fait si elle avait eu une famille, des parents, un frère ou une sœur à qui en parler ? Aurait-elle osé ? Ça par contre, elle ne le saurait jamais, faute d'en avoir jamais eu. Alors tant qu'à faire, elle avait gardé le secret. C'était ses illusions, ses mondes... ses armes. Et d'une certaine façon, son identité.

    « Je suis heureuse de l'apprendre... À vous entendre, pour le moment, les mutants sont complètement mis à l'écart du reste de la population. J'espère qu'un jour ça évoluera et que les gens nous accepteront comme nous sommes parmi eux. »


Peut-être que ça arriverait... peut-être pas. Qu'ils apprennent ou non un jour que les mutants vivent parmi eux, Cassandra ne leur dévoilerait sans doute jamais ce dont elle était capable. Bien sûr, elle leur ferait subir ses illusions selon son bon vouloir, comme elle l'avait toujours fait, mais ils pourraient jamais découvrir que c'était elle qui les provoquaient. De toute manière, son don ne lui servait généralement que bien peu auprès des autres, sinon pour les tromper, tandis qu'Iceberg pouvait s'en servir pour aider les autres, comme il l'avait fait en éteignant le feu. Il était d'accord avec le fait d'avoir eu de la chance d'avoir quelqu'un à ses côtés pour l'aider à apprendre à le maîtriser.

De son côté, Bobby lui demanda jusqu'où pouvait aller le réalisme de ses illusions. Pensant qu'une démonstration serait beaucoup plus parlante qu'un long discours, Cassie fit naître un grand feu entre eux deux et lui expliqua les limites qui l'empêchaient d'être à ce point réel. En conclusion, ses chimères étaient surtout réalistes au niveau visuel. En ce qui concernait les autres sens, ce n'était pas encore ça. Quoiqu'il en soit, il semblait plutôt bluffé, bien qu'il ait compris ce qui manquait à ce faux feu pour qu'il puisse vraiment avoir l'air réel.

    « J'y ai beaucoup travaillé. Pour les sons, les odeurs et le toucher, il faudrait que je m'entraîne davantage, mais j'ignore si j'en ai le pouvoir. Peut-être que ça ne se limite qu'au visuel... mais je n'ai rien à perdre à essayer. »


Les fausses flammes disparurent bientôt, et juste avant que les secours ne finissent par arriver. À la demande d'Iceberg, Cassandra ne dit rien quant à l'extinction du feu, soutenant simplement auprès des pompiers qu'ils avaient tous deux trouvé refuge dans l'arrière-cour. Quelques questions leur furent posées avant qu'ils ne soient finalement libérés, non pas avant d'avoir récupéré leurs affaires restées dans la salle principale du pub. Une fois dehors, ils s'éloignèrent de l'établissement tandis que des badauds curieux venaient regarder les secours accomplir leur travail. Il était temps pour eux deux de reprendre leur route chacun de son côté. Sauf que Cassandra ne le voyait pas de cette manière. Maintenant qu'elle était au courant de l'existence des mutants, comment était-elle censée vivre avec ça ? Allait-elle à présent se demander à chaque fois qu'elle croiserait quelqu'un s'il était ou non un mutant ? Bobby était le seul qu'elle connaissait, aussi quand elle lui demanda s'il allait partir, cette question résonna à double sens. C'est ce que compris le jeune homme aussi, d'ailleurs. En guise de réponse, il lui parla d'un institut pour surdoués. Derrière cette façade se dissimulait en fait une école pour les mutants, et Iceberg lui proposa de l'y emmener.

Cassie prit un instant pour réfléchir. Soit elle déclinait et repartait de son côté comme si rien ne s'était passé, soit elle suivait le jeune homme et obtiendrait des réponses. La question se posait-elle réellement ? Elle prit sa main toujours aussi fraîche, acceptant son offre, et le suivit jusqu'à sa moto qui était garée un peu plus loin de là. Elle cala son sac du mieux qu'elle put et enfila le casque que lui remit le mutant. Sans doute pourrait-il s'en créer un de glace si jamais le besoin s'en ferait sentir. Elle l'enfila donc et s'accrocha au véhicule qui fiait maintenant dans les rues de New York, en direction de l'établissement cité précédemment par Bobby. Quand elle vit sa silhouette se découper au loin au bout d'un quart d'heure de route, ainsi que lui avait dit Iceberg, Cassandra n'eut guère l'impression qu'il s'agissait là d'une école. C'était bien différent de l'institut pour les orphelins où elle avait grandi. Mais qu'importait, c'était là qu'elle aurait des réponses à ses questions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're not alone [Cassandra/Iceberg] (terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-