X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Ven 15 Nov 2013 - 6:01

New-York : 23h47 heure locale

Les planques. S'il y avait bien un élément que Daniel ne regrettait pas de l'époque où il exerçait l'activité de détective c'était bien cette pratique qui combinait de la manière la plus pénible possible l'action extérieur et la surveillance. Personne ne trouvait réjouissant de passer des heures à observer le même lieu et à attendre que quelque chose se passe. Et cela chaque nuit durant plusieurs jours d'affilée. Cependant, il était bien loin de l'image classique du détective dévorant une pizza froide à l'intérieur de son véhicule en observant la fenêtre d'un immeuble. Installé, cela oui il l'était, mais c'était lui qui se trouvait dans un appartement et qui scrutait la rue en contrebas, de l'unique vitre d'une chambre miteuse en restant dans le noir afin de ne pas être visible des possibles passants, et surtout, avec un accès direct à l'escalier de secours branlant pour pouvoir lancer la poursuite sans perdre de temps au cas où les personnes qu'il attendait devait enfin se montrer.

Cela faisait des années qu'il n'avait pas fait confiance à son instinct pour mener une enquête, mais lorsqu'il avait à nouveau été affecté à New-York, il avait immédiatement trouver étrange la série de cambriolage qui sévissait dans les supérettes et les petits commerces des quartiers les moins fréquentés de la ville. Tous s'étaient passés en pleine nuit et à l'encontre d'établissement fermé à cette heure, avec le soin de ne jamais passé dans le champ d'une caméra – qu'ils détruisaient souvent, détail important dès lors qu'ils n'avaient jamais débrancher, pirater, ou simplement porter une cagoule - ou d'être aperçu par un riverain. Évidemment,  les différents larcins avaient été attribués ici à une bande, là à des personnes vivant dans la rue, à chaque fois, la police trouvait des coupables tout désignés qui, noyé dans le nombre de leurs méfaits ne protestaient pas pour un petit vol inoffensif – il fallait même avouer que pour certains avoir un vol sans violence était une aubaine pour leur avocat –, ou qui ne seraient jamais arrêtés. Pourtant, dans tout les cas, des vivres avaient été dérobés, souvent d'autres biens de la vie courante, et rarement des éléments moins nécessaires comme du câblage ou des appareils, mais jamais d'argent. La caisse était systématiquement laissée intacte et c'était ce qui avait perturbé Grifter. Même les personnes vivant dans la rue, bien que pratiquant le troc bien plus que les gens bien intégrés à la norme sociale, connaissaient la valeur de l'argent et l’intérêt du cash, d'autant plus si l'on voulait attribuer cela à des bandes ou des drogués. Pour toutes ces raisons, son instinct lui avait soufflé « mutant », et il l'avait suivi.

Daniel avait alors établi un périmètre. Une large zone de la ville en reliant les points les plus excentrés entre eux afin d'établir une zone de sûreté dans laquelle les mutants agissaient. Bien trop large pour être quadrillée, même en véhicule, il avait du trouver un moyen de cibler le lieu où il attendrait leur prochaine action. Les durées entre ces dernières étant irrégulières, d'autant que les données dépendaient des plaintes déposées, il lui fallait un autre facteur déterminant. Ce fut le point de chute. Dans chaque cambriolage, les ravisseurs ne neutralisaient uniquement que la caméra du magasin, jamais celles disposés dans les rues, pourtant  il ne s'y faisaient jamais voir, ce qui laissaient supposer qu'il devait avoir un moyen de quitter les lieux sans emprunter les voies habituelles. Les égouts s'imposèrent dès lors comme l'unique solution possible.

C'est en prenant en compte tout cela que Grifter avait choisi une supérette qui n'avait encore jamais été dévalisée, et qui se situait non loin d'une bouche d'égout accessible facilement mais loin des regards indiscrets. Et il avait patienté des jours durant sans que son travail ne soit récompensé. Recevant même une remarque d'un gradé supérieur sur le temps qu'il perdait. Mais cette nuit serait la bonne, car enfin, l'agent aperçu du mouvement dans la rue, et son masque, déjà sur son visage, confirma ce qu'il avait conclu au lancement de cette affaire.

Il avait retrouvé la trace des mutants des égouts.
.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Dim 17 Nov 2013 - 21:26

"_Eyh souris un peu la Taupe ! C'est notre premier cambriolage ensembles, tu es pas surexcité toi ?!
_Et bien en fait, je préfère m'en tenir à des méthodes moins aventureuses pour obtenir de quoi nous sustenter. Tu sais les gens sont de plus en plus généreux ces dernières années et...

_Pour la dernière fois, silence !"

Nous ne sommes même pas encore sortis des égouts que Singe est déjà intenable. Cette nouvelle vague de combattivité qui frappait les Morlocks était aussi inexplicable que regrettable. D'abord Scum apprenait à utiliser des nunchakus, puis Alexïs réclamait qu'on lui enseigne à se battre et maintenant ça.
Singe était parvenu à convaincre ses amis de toujours, la Taupe, Goudron et même le Poulet de partir en cambriolage pour approvisionner l'Allée. Et devinez qui doit les surveiller pour s'assurer que le désastre annoncé ne survienne pas ?

Évidemment. Sous couvert de vouloir leur apprendre à être de vrais petits voleurs, j'ai décidé de les superviser afin qu'ils ne fassent plus de mal que de bien à notre communauté.

"Nous sommes juste en dessous de la boutique que nous allons dévaliser aujourd'hui. Pour ceux qui voudraient encore se dégonfler, sachez que c'est maintenant ou jamais. Une fois dehors vous êtes tous en galère et on ne rentre que sur mon ordre. D'ailleurs aucun de vous ne fait quoi que ce soit sans en avoir reçu la directive, est-ce que c'est clair ?!"

Après un avertissement sec, je les regarde tour à tour. Singe est dans un tel état d'excitation que sa silhouette laisse transparaitre la myriade d'objets qu'il envisage de devenir pour la soirée. La Taupe lève les mains en signe d'accord, Goudron hoche la tête et le Poulet se contente de caqueter dans son coin.

"_Relax, on est tous partants pour ça, m'assure Singe. Pas vrai les gars ?!
_Pour sûr, annonce Goudron.
_Et bien... Oui, dit simplement la Taupe.
_Moi je ne voulais pas venir... commence le poulet avant qu'un coup de coude de la part de Singe ne lui fasse lâcher un caquètement étranglé.
_Alors faites silence, suivez moi, et tenez vous en à ce que je vous dis."

Avec un soupir je commence à escalader l'échelle qui débouche sur la surface et fait glisser la plaque d'égout au dessus de ma tête. Tendant mes sens vers l'extérieur, je ne constate rien qui vaille la peine d'être signalé et m'extirpe de la bouche d'égout, avant de venir me coller au mur de notre cible du soir.
Singe sortit à son tour, imitant d'une façon étonnamment convaincante les gestes d'un commando militaire dans un quelconque film d'action. Vint ensuite la Taupe, moins assuré et plus maladroit, qui prit le temps d'épousseter son costume, comme si ça pouvait être utile. Puis ce fut le tour de Goudron, qui répandit ses sécrétions adhésives sur les barreaux de l'échelle et enfin de Poulet qui y perdit quelques plumes en passant après son camarades.
Cette nuit c'était Laurel et Hardy multiplié par deux que j'emmenais en balade. Exaspérant.

"La Taupe, je veux que tu me fasses un portail ici, dis-je en passant la main sur le pan du mur désigné. Je vais entrer, neutraliser la caméra et ensuite seulement je vous ferais signe de suivre. Est-ce que c'est clair ?"

Tous hochent la tête, puis la Taupe pose ses deux mains contre le mur, y produisant le tourbillon noir chargé d'énergie qui formerait le passage à travers la surface. Je fais alors un pas à l'intérieur, retrouve la caméra que j'avais repéré quelques temps plus tôt et y lance un couteau qui la met hors service.
Je passe ensuite un bras dehors pour signaler aux autres qu'ils peuvent entrer.

"Videz les étagères. Priorité aux médicaments, aux conserves et autres saletés qui ne périment pas, dis-je tandis que les Morlocks se dispersent en déployant leurs grands sacs. Et on ne touche pas à la caisse."

Je ponctue cette dernière parole en plantant un couteau entre la main de Singe et la caisse vers laquelle elle glissait déjà.

"Nous avons besoin de ces petits commerces pour survivre alors autant leur laisser de quoi vivre eux-mêmes, entendu ?"

Globalement, l'opération se passe dans le calme, excepté lorsque Singe commence à jeter des conserves et des bouteilles sur Goudron ou que le Poulet sursaute et caquète à chaque voiture qui passe devant la boutique. En quelques minutes, les sacs sont pleins de nourriture et de fournitures communes et Goudron ressemble à une poubelle ambulante. Nous retournons alors aux égouts avec notre larcin, filant dans les tunnels en direction de l'Allée.

"_Et c'est tout ? Pas d'alarme ? Pas de patrouille ? se plaint Singe, qui devait sans doute espérer un peu d'action.
_C'est comme ça que se passe un bon cambriolage. Personne ne vient vous chercher pendant et personne viendra vous chercher après.
_Oh et bien je trouve que c'est une affaire rondement menée alors, constata la Taupe, plutôt satisfait. Sans bruit et sans accroc. Peut-être que l'on pourrait recommencer.
_Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie, je ne recommencerais pas moi !
caquète le Poulet qui ne tarde pas à se faire très finement traiter de "poule mouillée"
_Vous pourriez m'attendre ?! s'exclame Goudron, quelques mètres derrière. Je suis un peu encombré parce que 'quelqu'un' m'a collé des bouteilles d'eau aux pieds..."

Et alors que nous faisons une pause pour lui laisser le temps de nous rejoindre, je perçois -sous les rires de Singe et le bruit des fournitures ballotées- les sons d'une personne qui ne fait pas partie de mon groupe. Des pas, une respiration, des bruissements de vêtement. Je lance alors un ordre à l'adresse des quatre compères.

"Silence. Toi qui voulait de l'action Singe, tu as peut-être encore une chance de ne pas être déçu."

Puis à l'adresse de celui qui tente de nous filer discrètement.

"Et toi, qui tu te sois montre toi immédiatement avant que je me décide à aller te chercher"

La pression tombe sur le groupe, comme une chape de plomb qui les fait tous taire. Mais ce n'est peut-être rien de plus qu'un autre Morlock. Si c'est le cas, il a plutôt intérêt à montrer patte blanche rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mar 19 Nov 2013 - 5:03

Cinq mutants venaient de paraître. Daniel n'en espérait pas autant. A vrai dire, il avait espéré que leur nombre n’excèderait pas deux ou trois individus, car avec autant de sujets, ses chances de réussites en cas de conflit direct se trouvaient considérablement réduites. Au moins, il n'avait jamais causé de tort physiquement, et la rencontre qu'il avait eu avec un mutant semblant leur être lié s'était résolu sans blesser.

Il commanda à son masque d'agrandir sa perception autour des cinq cambrioleurs désormais adossés au mur de la supérette, afin de pouvoir en détailler les traits et, pourquoi pas plus tard, les ajouter à la base de donnée du Shield. A première vue aucun ne semblait extrêmement dangereux, quatre hommes et une femme, qui semblait diriger le petit contingent. Il ne tarda pas à pouvoir observer l'un des pouvoirs des membres de l'assembler lorsque le mutant qui ressemblait une sorte de taupe plaça ses mains sur la surface du mur avant de noyer cette dernière dans une sorte de portail que la femme emprunta, se retrouvant de l'autre coté de la baie vitrée, dans le magasin. Lorsque, quelques secondes plus tard, ces quatre subordonnés allèrent la rejoindre, Grifter décida qu'il était temps de changer de point d'observation.

Il descendit prudemment l'escalier de secours, tentant de faire le moins de bruit possible malgré le métal mal vieilli et les gonds manquants. Une fois qu'il eut mis pied à terre, il alla se mettre à couvert dans un coin d'ombre à plusieurs mètres et, cela fait, attendit qu'ils aient terminé de faire leurs courses. Comme pour n'importe quel autre cambriolage, cela ne prit que quelques minutes avant que les voleurs ne sortent du magasin. Leurs mains chargées, ils prirent la direction de la ruelle sans se faire prier, avant de descendre dans le réseau d'évacuation de la ville.

Daniel s'avança lentement, attendit d'entendre le bruit de la plaque d'égout que l'on remettait à sa place, et patienta encore presque une minute avant d'entamer lui même sa descente. Il essayait de se faire le plus discret possible, mais il était difficile de marcher en évitant que ses pas ne résonnent dans les conduits, heureusement le son caractéristique des sacs plastiques couvraient les siens et lui permettaient de suivre la direction qu'ils empruntaient sans avoir de contact visuel direct. Malheureusement pour lui, cela ne dura pas et bientôt le son se fit plus léger. Il entendit la phrase d'un des mutants, sans doute celui couvert de cette espèce de graisse adhésive ; se plaignant qu'il ne pouvait suivre le rythme. Il s'arrêta presque aussitôt, prenant plusieurs secondes avant de faire un pas de plus, s'avançant jusqu'au tournant qui le mènerait à eux.

_Et toi, qui tu te sois montre toi immédiatement avant que je me décide à aller te chercher.

Il retint le juron qui lui monta naturellement aux lèvres et se mit à réfléchir aussi vite que possible. La fuite n'était pas envisageable, il n'aurait surement pas d'autre chance de les trouver avant des semaines, peut être même des mois. Il n'avait aucune connaissance de leur manière, et il n'avait rien à négocier, comme aucune réelle valeur en tant que prisonnier. Étant donné la façon dont il avait été repéré et la composition des lieux, impossible de se cacher et d’espérer les berner. Il ne restait que le combat.

* Ou le bluff. *

_Vous êtes en état d'arrestation pour vol à l'étalage et acte de vandalisme en bande organisée. Mes hommes sont prévenus et non loin, rendez-vous.

Avec de la chance, ils prendraient la fuite et il n'aurait qu'à espérer pouvoir les suivre jusqu'à leur point de chute. Sinon, il n'aurait plus qu'à reconsidérer les possibilités d'un affrontement.
.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Jeu 21 Nov 2013 - 18:51

Pourquoi faut-il forcément qu'un fouinard décide de nous prendre en chasse le soir où je pars en excursion avec les moins aptes des Morlocks ? Le plus embêtant est que je ne l'ai ni vu ni entendu venir. Pour une reine à qui rien n'échappe c'est une atteinte à ma crédibilité.


_Vous êtes en état d'arrestation pour vol à l'étalage et acte de vandalisme en bande organisée. Mes hommes sont prévenus et non loin, rendez-vous.

Malgré ses paroles, j'ai du mal à croire que j'ai pu me laisser surprendre par un banal policier. Dans cette ville, ils ne sont pas connus pour leur subtilité et leur discrétion. Peut-être un agent de forces un peu plus spéciales ? Mais ceux là ne se déplacent jamais sans quantité de matériel encombrant et bruyant. S'il y en avait eu une escouade, je l'aurais repérée d'office. Je ne sais pas qui est cet homme ni pour qui il se prend, mais autant rentrer dans son petit jeu. Je vais avoir besoin de gagner du temps pour permettre aux autres impotents de filer en douce.


"Oh et bien je suppose que nous n'avons plus d'autre choix que de nous rendre sans faire d'histoire, alors. Mais tout de même..."
Tout en parlant, je fiche mon sac dans les bras de Poulet et pousse la Taupe du pied. J'indique à ce dernier le mur à ma gauche en décrivant du bout du doigt un cercle, pour lui signifier de produire un portail à cet endroit.
"...je suis curieuse de savoir quels effectifs vous avez pu déployer pour une poignée de sans abris. Après tout ce n'est pas comme si nous volions des objets précieux comme des bijoux, des montres, des bracelets..."
Regardant avec insistance Singe, j'attends qu'il comprenne ce que j'attends de lui et prenne la forme d'une magnifique montre comme on en trouve sur le marché des contrefaçons. Saisissant l'objet, je le glisse à mon poignet avant de lever les mains en l'air et d'avancer vers l'endroit où se trouve notre agent des forces de l'ordre.
"...en fait tout ce que nous prenons, c'est ce dont nous avons besoin pour vivre et que l'on refuse de nous donner."
A grands pas assurés, j'arrive juste avant l'angle de mur derrière lequel il se cache, lui lançant simplement :

"Maintenant, est-ce que vous préférez procéder à l'arrestation maintenant, ou bien rester caché en attendant vos hommes ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mar 26 Nov 2013 - 3:01

Quelques secondes de silences suivirent la déclaration de Grifter qui attendait un signe de la façon dont allait se dérouler la suite. Un bruit de course aurait été le plus satisfaisant mais il ne devait écarter aucune possibilité, même la plus désagréable, qui serait de les perdre. Cependant, ce fut à une réaction à laquelle il n'avait pas du tout pensé qu'il devait faire face. Ce fut leur chef qui s'exprima, semblant accepter la reddition, pourtant elle signifiait assez clairement qu'elle ne croyait pas à l'argument des renforts.

*Il y a quelques choses qui cloche. Personne ne se rend aussi facilement, et elle est trop sûre d'elle. *

Elle entama son approche d'un pas rapide, sans montrer la moindre once d'hésitation. Risquant un coup d’œil, Grifter remarqua qu'elle avait les mains bien en l'air, même si un détail dénotait avec son ensemble, mais la courte seconde qu'il s'accorda pour vérifier ne lui permit pas de mettre le doigt sur cet élément, et il trouvait plus urgent de définir la suite de son plan d'action.

_Maintenant, est-ce que vous préférez procéder à l'arrestation maintenant, ou bien rester caché en attendant vos hommes ?

*Bonne question tiens, comment je vais me sortir de ce merdier maintenant ? *

Bien évidemment Daniel n'attendait aucun renfort, les agents du Shield n'avait pas pour habitude de mêler d'autres membres de l'organisation dans leur mission, sauf quand cela était exigé ou pour les quelques rares équipes. Sinon, cela se limitait aux partages des compétences, donc à de la pure logistique, ou à de véritable cas de force majeure desquels l'agent serait certain de ne pouvoir se sortir vivant sans aide. De plus, cette docilité inattendue ne pouvait être utile que d'une seule manière : un gain de temps ; ce qui n'était vraiment pas sa faveur.

*Inutile de rester caché. *

Joignant la pensée aux actes, Grifter quitta sa position pour faire face à sa cible, la tenant en joue. Il se décala d'un pas, penchant la tête de coté pour remarquer la disparition des autres mutants.  Si elle avait décidé de rester seule avec lui, cela ne présageait rien de bon, les chances pour qu'elle tienne réellement à se rendre était de plus en plus mince. Et l'étrange détail qu'il n'avait pas réussi à identifier tout à l'heure lui sauta aux yeux lorsqu'il la détailla. La montre qu'elle portait au poignet n'avait rien à faire là. Elle n'en avait pas lorsqu'ils avaient commis leur cambriolage, et ils n'en avaient certainement pas trouver à l'intérieur, et surement pas une comme celle-ci. Impossible de savoir ce que cela signifiait, mais il devait se montrer prudent, il agit donc selon les principes de police.

Extirpant son unique paire de menotte, il la fit glisser au sol jusqu'aux pieds de la femme, ne la quittant pas des yeux, ni du canon de son arme.

_Passez ces menottes à vos poignets.
.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Jeu 29 Mai 2014 - 2:52

Je l'entends, je le sens. Je peux quasiment reconstituer sa silhouette à l'angle du mur à partir de ce que je perçois de lui. Un coup latéral à mi-hauteur devrait suffire à le surprendre, si je suis assez rapide pour... Oh mais je suis Callisto, reine d'une bande de mutants bagarreurs et mortels, évidemment que je serais assez rapide pour débusquer ce fouineur. Encore quelques pas et il entrera dans mon champ d'ac-
Ha, très bien, il a décidé de venir lui-même. Et il ne ressemble décidément pas à un agent de police. Ni d'une quelconque force spéciale.

Grand homme, des cheveux en bataille, un masque écarlate sur la figure ? Si c'est un cambrioleur qui espère nous rafler notre butin, il va vite comprendre à quel point son initiative est malheureuse. Un imperméable crasseux, une odeur de renfermé qui confirme qu'il n'appartient sans doute pas à la classe aisée. Pourtant en dehors de ça, ses holster et ses armes de poing semblent très modernes. Peut-être plus que moderne dans les cas des armes à feu. Qui n'en sont pas, je ne sens aucune odeur de poudre... Est-ce qu'il essaye de me braquer avec des répliques d'arme de science-fiction ?

Il a l'air rudement sûr de lui en tout cas. S'il n'y avait pas cet accoutrement, sa posture aurait pu suggérer un certain professionnalisme. Je dois admettre que je suis perplexe. Ex-soldat mal fagoté, ou criminel bon acteur ?

Difficile de ne pas rire lorsqu'il me présente ses menottes, ça ne m'aurait même pas surprise qu'il s'agisse du modèle à fourrure rose.

"Quoi, vous voulez qu'en plus je fasse votre boulot moi-même ? Décidément je ne sais pas pour qui vous êtes, mais vous méritez un bon coup de fouet!"

Prononçant ce mot plus fort que les autres, je brandis l'objet qu'est devenu Singe entre mes doigts pour l'abattre sur l'une des armes tenues par l'homme masqué. Je me rends alors aussitôt compte qu'il ne s'agit pas d'un fouet mais d'un martinet qui, sans être ce que je voulais a obtenu l'effet escompté : l'arme est saisie et un bon coup de pied en pleine poitrine lui arrache son propriétaire.

"_Un martinet ? Pour aller avec les menottes sans doute ?dis-je sans quitter des yeux mon adversaire qui se reprend déjà.
_Désolé, répond l'arme. Je réagis mal sous la pression...Je suppose que ce n'est pas un fouet de cuisine, qu'il te faut ?"

Avec un grognement et un mouvement sec du poignet, j'empoigne le fouet que Singe est maintenant devenu. Un fouet de cirque, long et qui devrait compenser mon désavantage face à une arme à feu. Aux aguets, je surveille sa ligne de mire avant de faire claquer le fouet dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Sam 31 Mai 2014 - 18:32

Depuis l'instant où cette femme avait signalé sa présence, Grifter n'avait fait qu'improviser. Un acte après l'autre. Il n'avait constitué aucun plan et ce qu'ils réalisaient ne semblaient pas vraiment aller dans le bon sens. Cependant, il n'était pas question d'abandonner là. Il avait passé trop de temps à rechercher ces mutants, et il n'était pas décidé à les laisser disparaître à nouveau, même s'il devait pour cela passer par l'affrontement armé.

Il n'avait aucun moyen de savoir qu'elles étaient les aptitudes de celle qui lui faisait face, cela dit, il y avait peu de chance qu'il s'agisse de capacités mentales puissantes, sinon il aurait déjà été mis hors d'état. Elle pouvait se retenir de l'atomiser sur place, par soucis d'humanité, ou éviter de nuire à l'intégrité structurelle des tunnels. Difficile de savoir de quoi elle est capable, mais il ne faisait aucun doute, à la façon dont son œil unique le détaillait, qu'elle tentait elle aussi de le jauger.

La suite fut une surprise dont Daniel se serait bien passé. Alors qu'elle déclara tout d'abord qu'il méritait un coup de fouet d'un ton presque menaçant, l'agent ne put s’empêcher de hausser les sourcils derrière son masque. C'était une remarque inattendue, presque drôle, jusqu'à ce que la montre qui trônait au poignet de la femme ne se transforma en un martinet qu'elle agrippa avec dextérité. Jouant du poignet, elle attaqua dans le même mouvement, agrippant l'une de ses armes, avant de lancer un premier coup contre lequel il fut obligé de se prémunir, abandonnant se faisant le revolver préalablement entouré.

Les phrases qui suivirent ne firent que confirmer ce que Girfter avait déjà vérifié à l'aide de son masque. L'objet qu'elle tenait était un mutant. Difficile de savoir duquel il s'agissait, mais son don était assez clairement identifié désormais. Seul, il n'aurait pas représenté un grand danger, mais entre les mains d'une experte au combat c'était autre chose. Car la posture adoptée par la femme ne laissait aucun doute sur ses aptitudes au combat, elle était entraînée. Les deux mutants réajustèrent leur duo, le second se transformant cette fois en un véritable fouet à la portée plus étendue.

Daniel dut bien reconnaître que le choix était judicieux. Maintenant privé d'une des ses armes, il perdait en cadence de tir, et il ne pouvait pas harceler sur deux trajectoires distinctes. En prime, dans un espace aussi exiguë, le fouet pouvait couvrir la zone de combat peut être plus efficacement qu'une arme de poing. Il allait devoir rétablir la balance.

Il fit feu, sans chercher à viser un point précis du corps de la jeune femme, les frappes d’énergies étant capable d'agir peu importe la zone d'impact. Oubliant toute répugnance, il s'élança sur le sol humide, roulant pour entrer dans le périmètre de la combattante et engager un affrontement au corps à corps. Ce n'était pas être pas sa spécialité, mais c'était le meilleur choix à sa disposition. Il devrait simplement faire attention au second mutant.

- Je suppose..que..la possibilité...d'une reddition... est...à exclure..maintenant, parvint-il à articuler entre deux échanges de coups.

Il usait de tout son talent et de toute son expérience pour ne pas se laisser éliminer. Cela dit, malgré ses efforts, et l'utilisation de son arme, même au corps à corps, dès qu'il en avait la moindre ouverture, il ne pouvait s’empêcher de penser qu'il perdait du terrain. Elle était plus forte que lui, et plus rapide. Il allait devoir ruser, et il savait comment.

Profitant d'un nouvelle esquive, il entama un mouvement pour la frapper, avant de se modifier son action et de tirer sur l'arme qu'elle brandissait. S'il s'agissait d'un mutant, peut être qu'il pourrait ébranler sa métamorphose par ce biais.
.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Lun 16 Juin 2014 - 23:00

De façon très prévisible, le premier réflexe de l'homme masqué après l'assaut fut de tirer avec son arme de poing. Me jetant de côté, je rebondis sur le mur pour éviter la rafale et revenir sur lui, en faisant claquer mon fouet. Étrange, toujours pas d'odeur de poudre. Qu'est-ce que cette arme peut bien projeter ? Bah, il serait mieux de ne jamais le savoir.

Un combat au corps à corps s'engage lorsque mon adversaire vient rouler dans ma garde et je n'ai bientôt plus assez d'élan pour utiliser le fouet à son plein potentiel.

"Tu te souviens ce qu'est un wakizashi j'espère ?" dis-je tout en esquivant au mieux un coup de l'homme masqué.

Ouvrant les doigts alors que Singe change à nouveau de forme je raffermit ma prise sur... Un tantô.

"C'est presque ça. Crétin."

Tant pis, il faudra faire avec. Qu'elle soit trop courte ou non, une lame restera toujours plus intimidante qu'une matraque : peut-être que ce fouinard aura quelques pensées pour sa vie et se retirera avant la fin de notre danse. Ou peut-être pas, il tient le rythme. Estoc, taille puis coup de pied, il encaisse, recule petit à petit mais ne lâche pas l'affaire. L'impudent se permet même une remarque désobligeante sur une éventuelle reddition.

"Rien n'est dit, répondis-je avec un sourire venimeux. Si tu te rends sans faire d'histoire... Je te permettrais peut-être de sortir d'ici vivant !"

Un coup de pied, un coup de lame, ne pas oublier de lever le coude pour encaisser ses attaques et il continue de reculer mais tient bon. Si c'est à l'usure que je dois l'avoir alors ainsi soit-il, voyons combien de temps je peux encore m'amuser avec lui.

Soudainement, alors que je me protège d'un coup qu'il venait me porter, j'entends le déclic de son arme et voit le projectile flamboyant partir pour frapper Singe. Ce dernier m'échappe des doigts et vient s'écraser derrière moi, sans doute dans sa forme humaine d'après les grandes éclaboussures qu'il fait. Ne prenant pas la peine de me retourner, j'empoigne le bras armé de mon adversaire pour le lui faire tourner sèchement. Bondissant, je plaque mes jambes autour de sa tête et pivote pour le renverser et le projeter dans l'eau de laquelle je me relève moi-même ensuite, rejetant la tête en arrière pour éloigner mes cheveux trempés de mon visage.

"Je te suggère de quitter cet endroit maintenant car si j'emploie mes armes je serais moins clémente !"

Confiante dans le fait que je sentirais venir toute attaque que mon adversaire voudrait lancer dans mon dos, je me tourne et relève Singe de l'eau croupie pour le jeter sur le rebord. Sonné comme il l'était, il aurait eu tôt fait de se noyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mar 24 Juin 2014 - 18:09

Dans l'imagination populaire, la plupart des affrontements armés ou à mains nues revêtaient toutes les caractéristiques d'un combat singulier. Le lieu de l'affrontement fournissait tout juste ce qu'il fallait pour exécuter des figures aussi spectaculaires qu'inutiles, alors que les protagonistes agissaient comme à l'intérieur d'une bulle, les préservant des aléas de la vie et des interventions extérieurs. Grifter, lui, avait appris à considérer chaque combat comme une loterie permanente. Face à des mutants, la nature même de l'adversaire était incertaine, aussi bien que ses armes. Sur cette base, il ne pouvait pas y avoir de chance égale, tout était une question de préparation, de compétence et de chance. Pourtant, face à cette mutante, et malgré l'aide de son partenaire change-forme, il avait, et pour la première fois depuis des années, la sensation de disputer un combat sur un pied d'égalité.

Pour beaucoup de combattant, la notion d'égalité n’apparaît que lorsqu'il gagne. L'orgueil conduit parfois à considérer toutes défaites comme imputable à un élément traître. Sinon, c'est que le déséquilibre des forces étaient tel que dès l'engagement, toute équité était impossible. Daniel ne voyait pas les choses de la même façon. Même intention, même surprise, même lieu, cela réduisait à néant la préparation et résumait la victoire à sa capacité à gérer la situation avec les moyens présents. L'armement était un facteur particulier, qui dans le cas présent, n'influait pas le résultat. Il l'avait compris dès les premiers instants. Même en modifiant la configuration autour de ce combat, sa défaite était inéluctable. Lorsqu'elle exécuta cette prise parfaite, sans même un instant d'hésitation à la perte de son arme-compagnon, Daniel lui concéda la victoire de bonne grâce. Il était à la fois satisfait et impressionné. Elle avait simplement été meilleure que lui, et quelque part, c'était appréciable d'être vaincu.

Il était à peine allongé dans l'eau sale qu'elle se mettait sur ses pieds, libérant sa vue de sa chevelure trempée, déjà prête à contrecarrer toute contre attaque. Elle était sans faille. Et la menace qu'elle lui adressa avant d'aller s'occuper de son collègue n'était pas juste des mots en l'air. Pourtant, Grifter avait toujours une mission à accomplir, même compromise.

- Je reconnais ma défaite, dit-il en se levant lentement, pour s'épargner un assaut qui n'aurait pas été nécessaire. Je n'ai pas l'habitude de faire mon travail à moitié, mais de toute façon c'était compromis dès que vous m'avez repéré. Et je me demande comment d'ailleurs.

Il s'éloigna dans la direction inverse de quelques pas, retrouvant sa seconde arme de poing, qu'il rangea dans son holster avec sa jumelle. Il passa une main distraite sur son foulard, qui gérait en partie de lui même l'eau qui ruisselait au lieu de l'imbiber.

- Vous êtes l'un des groupes de mutant les plus atypiques tout de même, vivre dans les souterrains et n'en sortir que pour les denrées de premières nécessités. Vous prenez soin de ne pas attirer l'attention.

Daniel soupira, encore une fois, il avait l'impression que ces mutants troglodytes étaient une énigme. Il pouvait sembler inoffensifs mais il savait d'expérience que parfois la bonne volonté et la prudence ne suffisait pas à préserver les choses qui vous entourent. Pourtant, en deux passages, il n'avait pu trouver leur foyer, et il ne doutait pas qu'il ferait tout pour que cela reste ainsi. Il ne pouvait décemment pas forcer des mutants à se révéler.

- On m'appelle Grifter. Je ne sais pas où vous êtes installés dans le réseau exactement, et je pense avoir fini de chercher. Ma mission est purement informative, et je n'ai pas l'intention de vous déloger, vous avez l'air d'être assez discret par vous même. Je reviendrais sur votre territoire pour prendre des nouvelles, savoir si vous êtes toujours actifs... Et pourquoi pas pour un autre combat. C'était plaisant.
.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Sam 28 Juin 2014 - 19:19

Au cours de cet échange de coups durant lequel mon adversaire s'était bien mieux illustré que certains des Morlocks que j'entrainais, je m'espérais qu'il aurait son compte et qu'il partirait sans que j'ai à l'y forcer plus que cela. Par chance pour lui, cet homme était raisonnable et admit avoir été vaincu avant de se relever. D'autres auraient attendus d'être estropiés et immobilisés avant d'accepter la défaite. Curieux, il m'interrogea sur la façon dont j'avais pu le repérer, mais je n'envisageais pas vraiment de lui donner une réponse claire :

"Je suis responsable de cet endroit et de ces habitants, ce ne serait pas possible si je n'avais pas des yeux dans le dos"

Tandis que je relevais Singe, lui récupérait ses armes, s'attardant encore pour parler. Maintenant il me faisait part de ce qu'il savait sur nous, pas grand chose au final. Je n'aime pas les gens qui pointent du doigt l'évidence, mais qu'il le fasse sans valeur de jugement était appréciable au final.

"Nous sommes trop dangereux pour la surface et la surface est trop dangereuse pour nous... Nous ne nous y rendrions certainement pas si nous avions le choix." dis-je avec un soupir exaspéré.

Tournant le regard vers lui, je vis que loin d'être décidé à partir, il se présentait, lui et sa mission. Simplement informative, hein ? Qui aurait l'intention de nous déloger hormis des personnes qui savent où nous sommes ? Et s'il en a fini avec nous, quel intérêt de revenir ?

"Hmf... Je m'appelle Callisto. Et premièrement : vous pourrez informer vos supérieurs qu'il est vain d'essayer de nous trouver. Plus encore de nous déloger. Certains mutants en bas n'attendent que ce genre d'excuse pour monter à l'assaut, alors ne les poussez pas. Deuxièmement : lorsque je vous ai demandé de partir, je ne sous entendais pas que vous étiez invité à revenir."

Attendez une minute, depuis quand essaye-t-il de nous chercher déjà ? Sa description correspond étonnamment à celle que Scum m'avait donné d'un intrus, il y a quelques années. Est-il possible qu'il s'agisse de lui ou d'un de ses... Collègues ? Je devais l'apprendre car savoir que nous étions déjà surveillés depuis des années me semblait plus déplaisant que l'idée de l'être prochainement.

"C'est toi, non ? demandai-je tout en me relevant à mon tour. Celui sur lequel est tombé notre lézard il y a quelques années ? A moins que ce soit un de tes collègues de mission ? D'ailleurs depuis combien de temps dure cette traque ? Et qui t'envoie ? Gouvernement ? Laboratoires ? Ou peut-être simplement une organisation de riches crétins qui a peur des mutants ? Choisis bien tes mots car de tes réponses dépendront les mutants que j'enverrais à ta rencontre lors de tes prochaines visites."

Il y a quelques secondes encore j'aurais voulu qu'il parte sans demander son reste, mais maintenant ma curiosité est piquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mer 2 Juil 2014 - 1:46

Malgré l'affrontement de haut niveau qui venait de se dérouler, Girfter était satisfait de constater que cela n'avait pas annihilé toutes possibilités de dialogues. Il était, par deux fois, intervenu dans les tunnels qui constituait le réseau des égouts de cette partie de New-York, et à chaque fois comme un envahisseur sous le couvert de l'infiltration. Il était temps d'arrêter de se comporter en ennemi.

Et cela commençait par la politesse la plus élémentaire, se présenter. Il s'agissait peut être de mutants habitant vivant en marge de la société, cachés dans les sous-sols, cela n'en faisait pas moins des êtres humains à respecter autant que leurs cousins de la surface. Par chance, cette fois, il s'était directement confronté à la dirigeante de ce groupe. Elle resta évasive sur la manière dont elle avait pu avoir conscience de sa présence, toujours prudente. Et la raison de ces précautions lui apparut d'autant plus claire lorsqu'elle signifia de manière claire que tout le monde dans sa petite communauté n'était pas d'avis de trembler devant les humains.

*Espérons que ceux-là n'entrent jamais en contact avec la Confrérie des mutants. *

Cela dit, malgré la tournure sérieuse de leur discussion, et toute l'importance qu'elle pourrait comporter, Grifter ne put s’empêcher d'être interloqué par le nom, ou le surnom, que la mutante possédait. Il attendit néanmoins qu'elle se relève et poursuive avant de réagir, son étonnement toujours dissimulé derrière le masque qu'il n'avait pas retiré.

- Callisto ? Curieux patronyme. Sans vouloir vous offenser, et malgré vos atours, ce n'est pas exactement une nymphe que vous m'évoquez au premier regard, ni au premier coup de poing d'ailleurs.

Sa réaction ne fut pas aussi amusée que celle de Grifter, et passa sans tarder à un interrogatoire complet, le bombardant de questions. Elle ne montrait aucune crainte, mais elle voulait en savoir le plus possible, et c'était compréhensible. Daniel avait toujours été plus ou moins ouvert sur le sujet du Shield, et il n'avait jamais hésité à renseigner les intervenants extérieurs de ses missions. Être confronté aux mutants pour la première fois pouvait être traumatisant, et à contrario, se retrouver en face d'une arme sur la simple base d'être différent pouvait tout aussi bien choquer. Il n'eut donc aucun problème à lui répondre.

- Cette fois vous considérez mon retour comme acquis alors ? S'amusa Grifter en abaissant son masque, son visage n'avait rien d'officiel et il n'avait pas de famille à protéger en cas de représailles, autant s'autoriser un peu de confort. Oui, c'était bien moi, je me souviens l'avoir mis en garde à l'époque, mais le monde n'avance pas aussi vite que je le crains, tant mieux. Et je travaille pour une organisation au service des Nations Unies.
Nous surveillons l'activité humano-mutante et intervenons lorsque les uns ou les autres s'agressent, autrement il s'agit de la prise d'information. Les principaux foyers mutants, les organismes mutants, ou anti, les groupuscules qui les exploitent. Nous n'avons pas de parti pris. Enfin, officiellement, je ne m'engagerais pas pour chacun de mes collègues, mais pour ma part, je n'en ai pas.

Daniel durcit un peu le regard, cela l'étonnant qu'elle ne soit pas au courant de l'existence du Shield. New-York était l'un des principaux foyer de mutants dans le monde, et malgré leur vie troglodyte, ils devaient bien avoir des contacts avec leurs semblables.

- Nous sommes communément appeler Shield, et votre présence dans les égouts étaient à la fois un sujet de doute et d'inquiétude. Certains mutants sont clairement engagés dans une guerre de suprématie raciale, votre placement vous permettrait de menacer la ville entière à travers ces tunnels. Vous devez bien en avoir conscience non ?

.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Ven 4 Juil 2014 - 22:38

Même si j'avais voulu au départ écourter la conversation avec cet intrus pour le faire déguerpir rapidement des souterrains, il s'avérait qu'il avait beaucoup à expliquer mais aussi une franche volonté de discuter. De plus il était cultivé : rares étaient les gens ici bas à savoir à quel mythe se rattachait le nom de Callisto. Dommage qu'il faille lui expliquer pourquoi j'avais choisi ce nom.

"Il faut prendre le mythe dans sa globalité pour comprendre, commençai-je. Callisto était certes une nymphe, mais sa punition divine fut d'être transformée en ourse avant d'être abattue par une flèche au cours d'une chasse."

Passant une main sur mon cache-œil je conclus :

"Vous avez la flèche, et maintenant vous avez l'ourse. La nymphe est morte depuis un moment."

Je roulai d'abord de l’œil en l'entendant croire que je l'autorisais à revenir, avant de le plisser lorsqu'il tomba le masque, révélant un visage aux traits burinés et à la barbe loin d'être fraîche. Ça ne faisait qu'affirmer son allure d'homme de terrain et pas de terrains tranquilles. Je me demandais combien de jours il était resté en planque avant de finalement nous débusquer.

Je l'écoutai me confirmer ce que j'avais deviné : il n'en était pas à sa première visite. Une mise en garde ? Oui, bien sûr que le monde change, inutile de nous prévenir, c'est bien pour ça que nous sommes dans les égouts : Pour nous protéger de ces changements et ce jusqu'à ce qu'ils nous soient favorables.

Ainsi donc les Nations Unies se mêlent du "problème" mutant ? Guère étonnant quand on y pense, le phénomène est global et ne se réduit certainement pas à New York.

Des foyers mutants, j'en connais quelques uns et j'imagine qu'ils doivent être au courant eux aussi. Pas de parti pris ? C'est aussi mon credo, ce qui me permet d'approcher à la fois un Institut pacifique et une Confrérie active d'individus pro-mutants.

Durement, il m'exprime les doutes de son organisation -le SHIELD- quant à celle de mes pauvres réfugiés et me demande si j'ai bien conscience des implications stratégiques que nous représentons en cas de conflit. C'est assez flatteur au final, mais il y a un facteur que ses supérieurs n'ont sans doute pas pris en compte : le caractère inoffensif de la plupart de mes sujets.

"Le SHIELD, vous dites ? Je suppose que c'est à vous que l'on doit de couvrir les quelques incidents que peut occasionner notre communauté. Maintenant que vous le dites, je crois avoir déjà vu un de vos vans lorsque j'ai voulu moi-même réparer les erreurs de mes sujets. Certains sont effroyablement maladroits."

En disant cela je tâtais de la pointe du pied le corps de Singe qui ne se réveillait pas encore.

"Mais ce ne sont pas de mauvais bougres. Pas tous du moins. Nous sommes des survivants et nous sommes descendus ici pour trouver la paix. La seule querelle à laquelle nous prendrons part sera celle qui percera nos murs. Donc vous n'avez pas d'inquiétude à avoir. Nous avons peut-être accès à chaque point de cette ville, mais nos effectifs sont constitués pour la plupart de mendiants, d'infirmes ou de vieillards. Beaucoup ont des pouvoirs qui sont des handicaps pour eux et pour tous ceux qui les entourent. Si je décidais soudainement de lancer la fraction combattante des Morlocks dans une guerre génocide, je condamnerais la grande majorité d'entre nous à la faim, en plus de l'exposer à des représailles."

Laissant Singe à son sort pour reporter mon regard sur Grifter, je continuai :

"Nous sommes sur la défensive et ce depuis toujours. Maintenant, si vous avez des choses à me faire savoir sur des organisations "anti-mutantes" je suis preneuse. Car je ne vous mentirais pas, nous ne sommes pas toujours en sécurité. Il arrive parfois que des Morlocks ne soient pas vus durant des jours, ou des semaines. C'est chose courante dans un endroit aussi vaste me direz vous, mais pas quand ils reviennent avec plus de cicatrices que de souvenirs de leur séjour. D'autres ne reviennent tout simplement pas et il m'est très difficile d'intervenir dans ces cas là."

Oui, c'était une confession : malgré mon désir, je ne pouvais être partout à la fois. Et oui, c'est aussi une demande d'aide, chose que je n'aime pas faire. Mais cet homme a jusque là fait preuve de bonne foi et ses informations peuvent se révéler très utiles. Après tout il s'agit de la sécurité de mon peuple, et cela vaut bien de concéder un peu de fierté.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mer 16 Juil 2014 - 0:02

Si une part de doute subsistait encore pour Grifter, cette dernière avait désormais totalement disparu. Il n'y avait plus aucun risque d'affrontement à craindre dans l'immédiat. Il ne pouvait s'engager sur le long terme et un éventuel retour, même s'il essayait de ne pas faire de ce sujet le plus important. Pour l'heure, lui et la dénommée Callisto pouvait observer un statu quo et poursuivre leur dialogue.

Elle réagit à son bon mot au sujet du nom qu'elle avait adopté. Il n'était pas rare que les mutants se choisissent des surnoms en lien avec leurs capacités. Les isolés, ceux qui ne se mélangeaient pas aux autres mutants, que se soit par choix ou ignorance, conservaient généralement leur nom de naissance, mais pour les autres, appartenant à des regroupements ou étant en contact fréquent avec ces derniers, avaient tendance à en adopter un. Il pouvait s'agir d'une forme de reconnaissance, et on pouvait observer le même phénomène parmi les agents. Cependant, dans le cas présent, le surnom n'avait semble-t-il pas de lien direct avec ses dons, mais plutôt une dimension symbolique en rapport avec son histoire et sa personnalité. Il était presque certain qu'elle n'avait pas passé toute sa vie ici, même si son âge apparent pouvait être bien différent de son âge réel.  

-Je ne saisis sûrement pas tout ce que cela peut impliquer, mais j'imagine que vous ne vivez pas votre situation d'ourse comme une malédiction contrairement à ce que laisse entendre l'histoire mythique. Et je ne crois pas non plus qu'être changée en ourse n'ait annihilé la première nature de Callisto. Même si elle n'en avait plus l'apparence, elle restait une nymphe malgré tout.

Elle n'allait peut être pas apprécier l'allusion à peine dissimulée dans ses propos, mais Grifter pensait chacun des mots qu'il venait de prononcer. Malgré ces capacités indéniables au combat, et la force qu'elle avait déployé pour protéger son territoire et son groupe, elle n'avait pas agi aveuglément jusqu'à détruire purement et simplement la menace. Il ne faisait aucun doute qu'elle avait perdu depuis longtemps l'espoir ou la volonté de se mélanger aux humains et de retourner à la surface, mais cela ne semblait pas l’empêcher de se tenir au courant de ce qui avait du être son monde. Même si elle le faisait avant tout pour préserver les siens.

Elle présenta, d'une certaine manière, le groupe qu'elle guidait. Bien loin de faire valoir leur force, elle les présentait au contraire comme inoffensif, dépendant les uns des autres, et avant tout guidés par la volonté de ne pas se mêler aux conflits qui pourraient ronger ceux de la surface. Ils incarnaient en quelque sorte la quintessence de l'adage : pour vivre heureux, vivons cachés. Cependant, Grifter n'avait jamais cru à cette maxime, et il était bien placé pour savoir que l'affliction pouvait frapper à toutes les portes, même les plus éloignées des grands foyers de populations. Et Callisto ne tarda pas à le lui confirmer.

Certains de ces Morlocks – puisque c'est ainsi qu'elle les avait nommé- disparaissaient inexplicablement, et lui revenaient blessés, amnésiques ou ne revenaient tout simplement pas. Elle ne lui demandait pas directement des informations, cela aurait sûrement été faire preuve de faiblesse. Elle admettait déjà devant un inconnu qu'elle ne pouvait protéger tout les membres de sa communauté, elle n'allait certainement pas s'abaisser à quémander son soutien, surtout après lui avoir botté les fesses.

-Je ne sais pas ce qui pourrait réellement mériter d'être partagé. Les groupes auxquels j'ai été confronté ont tous fini par être démantelés. S'ils faisaient partie d'un réseau plus vaste, c'est au delà de ce que je sais pour l'instant. Mais certains avaient des contacts. Parfois avec la mafia, parfois avec des forces para-militaire ou des laboratoires... Je n'ai pas de cible à vous indiquer.
Mais si vous acceptez l'idée, je peux comparer la description que vous me ferez de vos compagnons disparus avec la base de données de mon organisation. S'ils sont incarcérés chez nous, outre l'assurance que je pourrais vous faire d'un traitement aussi digne que possible, je pourrais aussi voir ce que je peux faire pour eux, selon ce qu'ils auront commis.

.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Jeu 14 Aoû 2014 - 3:26

Cette discussion avec une personne sérieuse, cultivée et professionnelle tranchait nettement avec le début de la soirée qui n'avait été que babysitting et bagarre. Qui plus est, mon interlocuteur comptait parmi une organisation de renseignements plutôt efficace et plutôt bien informée sur les mutants. Pas vraiment de quoi me plaindre, dira-t-on. C'était en plus un excellent combattant, qui s'était intéressé à l'histoire de mon pseudonyme.
En pensait-il du bien, ceci dit ? Peut-être pas tant que ça puisqu'il insinuait que derrière l'ourse se cachait encore une nymphe douce et fragile. Oh s'il y en avait une, ce n'est certainement pas lui qui en verrait le visage.

De manière aussi claire que le lui permettaient sans doute ses supérieurs, il m'expliqua qui pourrait être responsable de l'enlèvement de mes Morlocks.

...De manière aussi claire que l'eau dans laquelle nous pataugions tout à l'heure. Ni nom, ni lieux, seulement des coupables désignés par le simple bon sens et deux sous de déduction. Mafia, organismes para-militaires, laboratoires, que des associations susceptibles de vouloir mettre la main sur des individus doués de facultés surnaturelles. Est-ce qu'il pensait que je brassais du vent à ce point dans mes recherches ?!

Oh à dire vrai, il y avait bien un responsable qu'il évoqua précisément : Sa propre organisation détiendrait certains de mes sujets ! C'est assez, il va falloir que je lui remette les pendules à l'heure car il ne semble pas bien savoir qui est en face de lui. C'est dommage, tout était si bien parti jusque là.

Bondissant sur lui sans crier gare je l'empoignai par le croisement de harnais sur son buste pour le soulever du sol et lui placer un couteau sous la gorge.

"Écoutez moi bien maintenant, Grifter. Je me contrefous que vos prisons suivent la Convention de Genève. La seule justice devant laquelle doivent être trainés les Morlocks est la mienne. Ce sont mes sujets et je suis seule à décider de leur châtiment. Vous pensez qu'ils ont à répondre des lois de la surface ? Laissez moi être un peu plus claire maintenant : Nous sommes une communauté à part. A part car nous sommes différents du reste du monde et que nous agissons selon nos propres règles, trop inhumains que nous sommes pour nous conformer aux vôtres. Si vous ne pouvez pas m'aider à récupérer mes sujets enlevés, alors vous me rendrez ceux que vous m'avez pris. Et si vous ne le faites pas, et bien vous aurez l'occasion de voir à quel point la nymphe en moi a disparu et votre bastion quel qu’il soit n'en sera qu'un de plus à démanteler dans la recherche de mes sujets. Est-ce que je me suis bien faite entendre maintenant, Grifter ?"

Crachant presque le dernier mot, le visage tout près de sa face je le secouai avant de le reposer à terre, libéré de ma lame. Sa capacité à garder une telle contenance quand je le brutalisais était frustrante. Faisant disparaitre le couteau dans mon propre imperméable, je tournai le dos à l'agent de terrain pour retourner vers Singe.

"Rentrez maintenant. Si vous avez un rapport à faire, précisez bien à vos supérieurs qu'ils ont le choix entre une coopération ponctuelle et une nouvelle ennemie."

Empoignant Singe par le col, je le soulevai de terre et m'apprêtait à le gifler pour le réveiller. Lorsque l'agent aurait quitté les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grifter

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 20/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier: Agent du S.H.I.E.L.D.
Age : 29 ans
Nationalité : Etats-Unien

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Dim 24 Aoû 2014 - 0:49

Lorsque, plein de bonne volonté, Grifter avait sous-entendu que, peut être, certains Morlocks auraient pu être détenus par le Shield et qu'il tenterait de l'aider à les retrouver si c'était le cas, il ne s'était pas attendu à provoquer une réaction aussi vindicative. De la même façon qu'il ne se doutait de la manière dont elle avait interprété ces propos lorsqu'il avait osé déclarer la considérer encore, en partie, comme une nymphe plutôt que comme une ourse.

Elle venait de lui sauter à la gorge, dans tout les sens du terme puisqu'elle le plaquait à la paroi du conduit d'une main tout en maintenant un couteau devant son cou. Elle le maintenait ainsi, arrivant à la soulever d'une main, ce qui ne faisait que corroborer les observations précédentes de Daniel sur ses capacités. Lui, essaya de conserver au mieux son sang froid et ne fit aucun geste contre elle, ni pour se protéger. Dans la situation actuelle, il ne pouvait dans tout les cas rien faire, et leur dernier combat avait prouvé qu'il n'était pas capable de la vaincre dans un combat singulier, il était alors inutile d'envisager se sortir de cette position. De plus, si Callisto avait eu le désir de le voir mort, elle n'aurait pas retenu sa main plus tôt, ni maintenant.

L'agent écouta son discours sans sourciller. Elle réaffirmait sa position de souveraine de ce « monde du dessous » et de ces habitants mutants, comme s'il était le messager d'une quelconque nation rivale. La collaboration ou la guerre, telle était la teneur en définitive de ses paroles. Grifter allait devoir éviter de présenter les choses de cette manière lorsqu'il ferait son rapport.

-Je ne suis pas certain de bien vous suivre et de savoir ce qui provoque cette colère. Que je puisse vous considérer comme autre chose qu'une personne dangereuse, ou l'hypothétique incarcération de certains des vôtres. Parce que oui, lorsque l'on arrête un mutant, il n'a pas pour habitude de se présenter comme le sujet d'une nation parallèle souterraine, et il est probable que nous n'ayons aucun de vos.. ressortissants.

Replaçant son masque, comme elle venait elle même de lui tourner le dos pour aller récupérer son subordonné, les deux se signifiaient clairement que la discussion était close, ou sur le point de l'être.

-Je ferais sans votre aide en ce qui concerne une identification, mais je regarderais, comme promis. Comme je ne compte pas revenir me perdre dans les égouts en espérant que l'un des vôtres me tombe dessus à chaque nouvel information, une seconde boîte à lettre sera installé sous celle de l'épicerie que vous avez visité. Je ne doute pas que vous saurez aisément en forcer le mécanisme sans le détruire lorsque irez l'inspecter. Vous pourrez y laisser vos propres notes, ou recommandations.

C'était étrange comme il avait du mal à se retourner et à partir. Il avait été impressionné par cette femme, et il aurait sûrement apprécier de poursuivre leur discussion, mais il devait rester professionnel, tout comme se rendre à l'évidence, ils ne pourront certainement jamais se considérer autrement qu'avec une forme de méfiance et de réserve.

Il n'ajouta pas un mot, se contentant d'un signe de la tête, qu'elle ne verrait peut être pas, pour la saluer, avant de s'éloigner d'elle, en direction de l'échelle la plus proche.

_________________
Adam Diskent / Joshua Creed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   Mer 17 Sep 2014 - 2:16

La colère est un excellent moteur pour avancer dans la vie et quand on sait la diriger, elle permet de complètement submerger les individus qui se dressent entre soi et le sommet que l'on vise. L'orgueil vient très naturellement une fois ce sommet atteint et permet d'asseoir sa position tout en écrasant ceux en dessous.

Malheureusement ce n'est pas pour rien que ces deux traits de caractères étaient des défauts, des pêchés même : ils pouvaient tout autant fermer des portes qu'en enfoncer. J'en faisais l'expérience en cet instant, lorsque cet agent du SHIELD m'annonça que mes exigences ne l'aideraient d'aucune façon à retrouver d'éventuels Morlocks dans ses geôles.

Son impassibilité et son calme m'exaspéraient d'autant plus que ma colère soudaine aurait du le décontenancer :aussi invraisemblable que ça paraisse, il ne comprenait pas que ses paroles aient pu me courroucer. N'importe qui se serait offusqué de savoir des personnes sous sa responsabilité en train de croupir dans les cellules d'une organisation secrète. Et je n'avais pas besoin qu'on me prenne pour une personne dangereuse, j'étais une personne dangereuse...

Dos à lui, j'écoutais sans en avoir l'air son plan pour que la communication soit plus aisée entre nous. Pour ce que j'en savais son organisation était puissante et ne manquait pas de moyen, aussi cela m'étonnait qu'il suggère une solution aussi... Simple.

"C'est une idée qui semble ridicule... Mais elle est très bonne. Accordons nous là-dessus alors. Je passerais régulièrement dans l'attente de vos messages."

Finalement, le temps de la séparation arrivait. J'emportai Singe avec moi et lui s'en allait sans doute à sa planque pour transmettre son rapport. L'idée que notre existence soit maintenant connue et confirmée aux yeux de ces gens me déplaisait, mais si cela pouvait jouer en ma faveur à quelque occasion c'était sans doute quelque chose de bon à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pistoles et Coutelas dans les égouts (Grifter/Callisto)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visite dans les égouts
» [Missions D] Balades dans les égouts...
» Perdu dans les égouts [PV: Adhan Lester]
» Chasse dans les égouts
» Un zest d'exotisme dans un aveu décevant [Robin] TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Egouts-