X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Jeu 14 Nov 2013 - 20:16

La paie avait été bonne ! Il n’en restait presque rien, mais ce n’était pas un problème pour l’artiste. En cas de besoin, elle pouvait vivre chez elle sans sortir pendant plusieurs jours et profiter des réserves de son loft. Son argent servait à une seule et unique chose presque : Aider les Morlocks.

Saisissant un linge sur le comptoir, l’artiste s’essuya le front. Elle avait chaud, mais ce n’était rien comparé à ce qui l’attendait. Evelynn n’était pas une femme très entraînée, au mieux elle avait l’air normal, au pire elle était maigre. Déjà qu’elle était petite, elle avait de la chance que son estomac ne crie pas famine trop souvent. Enfin, tout ça pour dire que les deux glacières étaient maintenant devant la porte, pleines de rations non-périssables autant que possible. Des conserves en majorité, mais aussi quelques aliments plus généraux qu’elle avait décidé d’ajouter à ses paquets. Les deux glacières étaient bien remplies, et le simple fait de les traîner jusqu’à la porte du loft avait eu raison de ses maigres forces. Elle devait encore les amener jusqu’à l’ascenseur, puis jusqu’à sa moto. Pourquoi Nora et son don si précieux n’étaient pas là !

Evelynn se ressaisit. De toute façon, ce n’était pas en restant là qu’elle parviendrait à amener toutes ces provisions aux Morlocks. Si sa compagne n’était pas là, il y avait bien une raison : elle était partie en mission quelques jours plus tôt, et l’artiste ne l’attendait pas avant quelques jours. Comme Callisto le lui avait ordonné, l’artiste n’avait parlé à personne de ses amis des égouts. À la tête de l’organisation, la borgne était presque paranoïaque sur le secret qu’elle préservait. Evelynn avait eu de la chance de ne pas être tuée à son arrivée chez eux.

Par chance, elle s’était rapidement montrée utile, et c’est ce qu’elle faisait une fois de plus. Tirant avec force sur les poignées, Evelynn parvint à amener les deux glacières près de l’ascenseur. Retournant à son loft, elle saisit un gros chandail de laine qu’elle enfila, avant de mettre une veste et de quitter son appartement, verrouillant bien derrière elle. Une fois qu’elle et les deux glacières furent enfin près de sa moto, elle soupira, puis les souleva doucement l’une et l’autre, les accrochant aux endroits où ses sacs pendaient normalement. Maintenant prête, elle enfila son casque, referma la fermeture éclair de sa veste puis fit vrombir le moteur de son puissant engin. Elle savait où aller, et quitta aussitôt le stationnement pour rejoindre son ami qui devait l’attendre patiemment près d’une bouche d’égout.

L’artiste eut bien besoin d’une quinzaine de minutes pour se rendre près de la bouche d’égout choisie. En fait, elle était dans un quartier moins occupé, et près d’une des entrées secrètes de l’Allée. En orientation, sous terre comme sur terre, l’artiste était une quiche, alors une chance que Scum lui donnait un coup de main. Une fois à destination, elle arrêta son moteur et retira son casque avant de regarder la plaque d’égout. Est-ce que Scum l’attendait à l’intérieur où dehors ? Faisant le tour d’elle-même, elle ne le vit pas, et donc donna trois coups de pieds sur la plaque. Même si ça ne faisait pas beaucoup de bruits, si son ami était là ou il le devait, il l’entendrait surement.


-Scum ! Je suis arrivée dépêche-toi j’ai deux glacières pleines à craquer ! C’est lourd ! J’ai besoin de toi !
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !



Dernière édition par Evelynn Jones le Ven 15 Nov 2013 - 4:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Ven 15 Nov 2013 - 3:46

Les Morlocks qui avaient un pied dans l'Allée et l'autre à la surface étaient assez rares, et parfois assez mal vus. Outre la vie enviable qu'ils pouvaient mener, les mutants des égouts voyaient d'un mauvais œil l'aide qu'ils apportaient, n'y trouvant qu'une démonstration de pitié qui n'était pas la bienvenue. Ayant développé une certaine fierté, ils se refusaient à mendier et préféraient s'arranger de façons plus ou moins légales pour obtenir ce dont ils avaient besoin.
Mais la réalité de leur situation était sans appel : ils ne pouvaient se permettre de refuser la moindre portion de nourriture qu'on daignait leur apporter, alors ils l'acceptaient, de bonne ou de mauvaise grâce selon les individus.

Scum était de ceux qui avaient appris à apprécier l'aide que tout un chacun pouvait apporter, et avait de toute façon appris à apprécier tout un chacun. C'est donc tout naturellement qu'il accepta d'assister Evelynn lorsque celle-ci lui fit part du prochain ravitaillement plutôt lourd qu'elle voulait apporter à l'Allée.

De plus, cela lui permettrait de revoir une amie avec qui il avait rarement l'occasion de discuter. Evelynn était en effet souvent occupée -ou préoccupée, il ne savait même plus- par la vie qu'elle menait à la surface, aussi Scum souhaitait en prendre des nouvelles et pourquoi pas, lui apportait son aide ou son soutien. Il y avait bien peu de choses qu'un Morlock pouvait faire pour aider quelqu'un à la surface, alors s'il en avait l'occasion, Scum n'hésiterait pas.

C'est ainsi qu'il se retrouva au pied d'une sortie d'égout, point de rendez vous que les deux mutants s'étaient donnés pour faire transiter les marchandises. N'ayant pas grand chose à faire de ses journées, et n'étant pas encore trop engourdi par la saison fraîche qui tombait doucement sur la ville, Scum arriva en avance et resta donc bien sagement sous terre en attendant la jeune femme.

Après avoir fait mumuse avec ses nunchakus, il s'amusait à gratter ses écailles, arrachant quelques lambeaux de sa peau qui se mourait pour l'hiver. C'est alors que trois coups retentirent au dessus de lui, suivis d'éclats de voix :

"-Scum ! Je suis arrivée dépêche-toi j’ai deux glacières pleines à craquer ! C’est lourd ! J’ai besoin de toi !

Des glacières ? Elle voulait leur apporter de la glace ? Crapahutant jusqu'à la bouche d'égout, Scum souleva celle-ci pour se trouver nez à nez avec une paire de jeans. Il fit glisser la plaque de métal sur le bitume avant de commencer à s'extirper des souterrains.

_Me voilà, me voilà. Tu sais, c'est bon les crèmes glacées, mais je suis pas sûr que ce soit tellement la saison..."

Posant les yeux sur la jeune femme, il frissonna et secoua la tête de gauche à droite. Evelynn était habillée chaudement, il comprenait pourquoi. La nuit tombait sur la ruelle dans laquelle ils se trouvaient, l'assombrissant un peu plus, et avec elle surgissait la fraicheur de la fin d'automne.

"En tout cas, ça fait plaisir de te revoir, dit il en adressant un sourire à Evelynn. Elle était belle, un peu pâle mais c'était sans doute à cause de ses cheveux sombres. En tout cas ses yeux verts n'en ressortaient que mieux. Tu t'apprêtes pour l'hiver toi aussi ? Tu as déjà la peau toute blanche. Ça met tes yeux en valeur, c'est plutôt chouette."

Saisissant les deux glacières pour les soupeser, Scum les trouva plus encombrantes que lourdes mais s'abstint de tout commentaire, sa mutation ajoutait beaucoup à sa force et Evelynn n'était pas une demoiselle taillée pour l'exercice.

"Quoi de neuf ici-haut ? Tu travailles toujours à la bibliothèque ? Est-ce que tu as continué la peinture ? J'espère que oui, tu fais des jolies choses. En parlant de jolies choses, tu es toujours avec ton amoureuse ? Tu sais ça ne m'étonne pas vraiment que tu aimes une femme, tu es une artiste, tu aimes ce qui est beau et les femmes sont belles en général, alors ça me paraît logique que, enfin..."

En fait, le mutant reptilien avait tellement de nouvelles à lui demander qu'il ne savait par où commencer et aborda donc tous les sujets possibles en même temps. Et à cause de la discussion qui se lançait, ni l'un ni l'autre ne prêta attention à l'humain qui s'était discrètement glissé dans la ruelle où ils se trouvaient et brandissait déjà son téléphone. Ce n'est que lorsque le flash de l'appareil illumina la ruelle, se reflétant dans les yeux de Scum qui les plissa aussitôt, qu'ils comprirent qu'ils avaient été pris en flagrant délit "d'être un monstre et son amie".

"Oh misère..." dit simplement le mutant reptilien en lâchant les glacières.

Se laissant tomber à quatre pattes, il secoua la tête le temps que ses yeux se remettent de l'aveuglement. Mais déjà un juron et un bruit de course indiquaient que l'humain prenait la fuite.

"Evy, faut pas le laisser filer, hein ?!" s'exclama-t-il sans savoir si la jeune femme n'était pas déjà partie elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Sam 16 Nov 2013 - 21:34

"Me voilà, me voilà. Tu sais, c'est bon les crèmes glacées, mais je suis pas sûr que ce soit tellement la saison..."

-Des… des glaces ? Mais non Scum enfin juste des… oh allez viens !

Expliquer quoique ce soit à Scum était difficile, leur habitat « naturel » étant bien trop différent. Lui montrer ce qu’elle avait amené serait bien plus efficace que de tenter de lui expliquer au travers de la bouche d’égout. Notant que celle-ci se déplaçait doucement, Evelynn bougea sur le côté pour lui permettre de s’extraire doucement. Le lézard géant ne se fit pas attendre et rapidement, il fut extirpé complètement de l’entrée de leur repaire.

"En tout cas, ça fait plaisir de te revoir. Tu t'apprêtes pour l'hiver toi aussi ? Tu as déjà la peau toute blanche. Ça met tes yeux en valeur, c'est plutôt chouette."

Le sourire qu’adressa Evelynn à son bon ami signifiait un silencieux « Oh Scum ! ». Elle le connaissait depuis quelques années déjà, mais elle avait oublié à quel point ses paroles étaient comme un vent de fraîcheur pour sa tête. Il parlait simplement et disait ce qu’il pensait à la vitesse à laquelle il le pensait. Evy faisait la même chose avant, mais depuis elle avait appris à garder pour elle certaines de ses pensées. Ce n’était pas encore au point, mais c’était mieux qu’au moment de sa rencontre avec Nora. Le mutant lézardoïde était simplement honnête. Ça faisait du bien…

-C’est juste que je sors pas beaucoup de chez moi que j’ai la peau blanche Scum… Mais merci du compliment. Après un petit ricanement gênée, la jeune femme ajouta : -Ça fait du bien de te revoir tu m’as manqué tu sais…

Alors que le mutant reptilien saisissait les deux glacières aisément, Evelynn en profita et se plaça derrière lui pour le serrer dans ses bras. Elle n’avait pas eu la chance de lui parler beaucoup ses derniers temps, surtout à cause de toutes les sorties que sa dulcinée lui organisait en plus des cours à l’institut, mais elle cherchait toujours un moyen d’augmenter son nombre de visites. Les morlocks ne l’accueillaient pas tous aussi bien à cause de son air beaucoup trop « humain », mais Scum était l’une des exceptions à la règle. Après tout, c’était bien ce fan de pizza qui l’avait recruté chez eux.

"Quoi de neuf ici-haut ? Tu travailles toujours à la bibliothèque ? Est-ce que tu as continué la peinture ? J'espère que oui, tu fais des jolies choses. En parlant de jolies choses, tu es toujours avec ton amoureuse ? Tu sais ça ne m'étonne pas vraiment que tu aimes une femme, tu es une artiste, tu aimes ce qui est beau et les femmes sont belles en général, alors ça me paraît logique que, enfin..."

L’artiste ne savait pas trop comment répondre à ce flot de paroles ininterrompues. Elle voulut ouvrir la bouche pour lui dire de prendre son temps, de recommencer du début, mais rien à faire, quelqu’un devait absolument intervenir. Et ce fut le cas : un flash se fit aussitôt voir, et des bruits de pas se firent aussitôt entendre. Qu’est-ce qui venait de se passer ? Scum avait été aveuglé par le flash de l’appareil, mais Evy était dos au photographe amateur, et alors que le mutant lâchait les glacières, Evy se retourna pour voir un homme s’enfuir.

"Oh misère... Evy, faut pas le laisser filer, hein ?!"

Evy le regarda un instant, comme paralysée. Elle venait de comprendre ce qui venait de se passer et l’étendue des conséquences si ces images se rendaient ailleurs. Tous deux n’avaient pas le temps de réfléchir, pour l’instant ils devaient agir et rattraper ce crétin aussi vite que possible. Même si Evelynn n'était pas taillée pour les courses poursuite, elle pouvait tout de même suivre l’humain jusqu’à ce que Scum se remette du flash et apparaisse tel un héros de bande dessiné pour voler l’appareil photo du type en question. Elle se mit aussitôt à courir vers le fuyard, tentant de le garder à portée de vue. Si elle le perdait des yeux, c’était fini, mais au moins elle pouvait penser à quelque chose entre temps.

-Allez Scum, si je suis plus rapide que toi, tu ne seras jamais une tortue ninja !

Un petit sourire en coin, la jeune femme se concentra tout de même sur le fuyard qui zigzaguait entre les ruelles. Par chance ils n’étaient pas en plein centre-ville, ce qui empêchait l’humain de prendre un taxi pour s’enfuir on ne sait où. Mais les courses poursuites n’étaient pas la force de l’artiste, et il gagnait du terrain à chaque seconde. Si au moins elle pouvait le toucher… Intérieurement, grâce à son don qu’elle maîtrisait un peu mieux, elle se mit à le sonder, cherchant à déterminer les peurs de l’individu. Elle ne pouvait pas les matérialiser sans les connaître, mais ça lui donnerait sans doute un argument pour le pousser à s’arrêter.

-Scum ! Il a peur du noir !

Est-ce que le mutant lézard saurait prendre avantage de cette information ? Evelynn n’en savait rien… mais c’était le mieux qu’elle pouvait faire sans perdre le contrôle.
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Dim 17 Nov 2013 - 0:19

D'ordinaire prudent et attentif, Scum avait tendance à voir son attention s'envoler lorsqu'il était en présence d'amis. Véritable moulin à paroles, le mutant reptilien s'emballa lorsqu'il sentit la jolie jeune femme l'enlacer. Peu habitué au contact, et encore moins aux marques d'affection qui ne lui venaient d'habitude que de Honey, il se raidit un instant avant de se détendre, sa méfiance anesthésiée et sa langue déliée par la tendresse soudaine.

Et là ce fut le drame. Leur instant d'amitié fut immortalisé par un passant humain qui avait eu l'affreusement bon sens de prendre en photo la créature reptilienne qu'il venait de voir. Évidemment, une fois lui-même convaincu de la réalité de la chose, il fila sans demander son reste, laissant les deux mutants interloqués, puis catastrophés.

Outre le fait que la compagne d'Evy ne serait sans doute pas contente de voir celle-ci enlacer quelqu'un d'autre, cette image mettait en péril tout le secret mutant que Scum et ses comparses s'efforçaient de garder. Il fallait donc rapidement intervenir !

Scum, aveuglé par le flash photo, ne pouvait rien faire pendant quelques terriblement longues secondes, mais Evy s'élança très vite à la poursuite de l'humain, scandant à l'écailleux quelques paroles pour lui donner un minimum de repère :

"Allez Scum, si je suis plus rapide que toi, tu ne seras jamais une tortue ninja !"

Trottinant avec hésitation vers le son de la voix d'Evelynn, Scum secoua encore la tête pour chasser les images imprimées dans sa rétine avant de s'élancer à la suite des deux bipèdes, galopant sur ses quatre pattes.

Remontant la ruelle à fond de train, il ne put arriver à temps pour empêcher l'humain puis Evy d'en sortir. S'arrêtant net à la frontière entre les ombres de la rue et la lumière des lampadaires, il resta un moment à hésiter sur la marche à suivre alors que le fuyard et sa poursuivante remontaient le trottoir. Voulant éviter au possible de se faire voir, le mutant reptilien se jeta sur un mur qu'il escalada rapidement et continua sa course sur les toits. A quatre pattes, il n'avait pas la classe de ses idoles, même avec leur bandeau, mais au moins il était bien plus rapide.

"Kawabounga !" cria-t-il au moment où il dépassait Evelynn -qu'il voyait quelques mètres au dessous de lui- pour lui signifier qu'il était revenu dans la course. Bondissant d'un toit à l'autre, galopant sur toutes les surfaces qui se présentaient sous lui, Scum arriva au niveau de l'humain. C'était un homme, sans doute jeune adulte, vêtu d'un sweat à capuche et de jeans, sans doute un habitué de ce genre de quartier.

*Super ! Et maintenant ?* pensa-t-il en s'efforçant de faire taire la toute petite voix qui lui disait que tuer le mouchard serait sans doute une bonne solution.

"Scum ! Il a peur du noir !"

Le cri soudain d'Evelynn l'interloqua tout d'abord, mais l'écailleux finit bien vite par comprendre comment il pourrait exploiter cette information. Avisant une ruelle dans laquelle tombait le toit sur lequel il courait, il accéléra encore, dépassa l'humain dans sa course et descendit le mur qui s'étendait sous lui. Là, il tendit le bras pour saisir le fuyard par la capuche de son sweat et le jeter dans cette nouvelle ruelle mal éclairée.

Dans un cri de surprise et de peur, le jeune homme trébucha, s'étala et roula. Et tandis qu'il cherchait précipitamment à se relever, Scum le percuta à nouveau, ponctuant son coup de sifflements reptiliens. Il saisit la capuche de l'humain entre ses mâchoires et tira dessus pour le trainer et la lui rabattre sur le visage. En se débattant, l'humain paniquait et s'empêtrait dans ses propres vêtements dont le tissu craquait et Scum ne lui laissait pas le temps de souffler ou de crier, le bousculant comme un animal qui cherche à maintenir sa proie à terre.

Dans le désordre, il cherchait du regard le téléphone mais ne voulait laisser aucun répit ou temps de réflexion à sa victime. Et ainsi la mêlée continuait à un point qu'on pouvait soupçonner Scum d'y prendre un malsain plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Dim 17 Nov 2013 - 19:20

Dans leur situation actuelle, le but premier de leur rencontre avait grandement changé : ce qui devait être un simple transfert de nourriture se transformait rapidement en course poursuite avec un humain photographe comme cible. Alors que Scum se frottait les yeux pour tenter de retrouver sa vision naturelle, l’artiste s’élança vers l’humain sans réfléchir, tentant de ne pas le perdre de vue. Criant une phrase de motivation à son ami lézardoïde, elle continua de pourchasser l’humain, espérant pouvoir lui mettre la main dessus.

Rattraper l’idiot était plus facile à dire qu’à faire : Non seulement il avait quitté les ruelles, ce qui rendait les déplacements de Scum limités (à quoi bon rattraper un photographe si un mutant lézard de deux mètres de haut passait ensuite au beau milieu d’une rue ?), mais en plus il courait plutôt vite. Trop vite pour l’artiste qui commençait à le perdre de vue. Heureusement, alors qu’elle pensait le perdre au travers des gens, elle entendit un cri au-dessus d’elle et leva les yeux.


"Kawabounga !"

-Tu triches !

La jeune femme ne le pensait pas du tout, mais au moins elle savait qu’en cas de pépin, Scum rattraperait l’humain bientôt. Cependant, alors qu’elle levait la tête vers lui, lui donnant une information que son don avait réussi à détecter chez leur cible, elle se prit les pieds dans… dans un obstacle non identifié et s’étala tout son long, se blessant aux genoux et aux mains qui l’avaient réceptionnée. Ce n’était pour la plupart que des égratignures, mais le lendemain, ses genoux seraient bleus mauves noires de toutes les couleurs. Devant l’urgence de la situation elle se releva aussi rapidement qu’elle le put, et continua dans la direction générale du fuyard, espérant revoir Scum ou l’humain dès que possible.

Elle eut de la chance, car quelques rues plus loin, elle vit un humain fort semblable à sa cible disparaître soudainement dans une ruelle plus isolée. Le cri de surprise qui s’ajouta à cette scène ne fit que lui confirmer que Scum avait fait mouche, et Evelynn ne tarda pas à entrer dans la ruelle à son tour. Cependant, les aider, ou les dissocier, ne serait pas facile : Scum et l’humain semblaient se battre ardemment, l’un pour fuir, l’autre pour le retenir. Mais entre Scum et le photographe amateur, la victoire semblait facile. Alors qu’elle jetait un regard dans la rue pour vérifier que personne ne les rejoigne, elle vit quelque chose tomber sur le sol à côté des deux combattants : le téléphone portable. Il était sans doute tombé des poches du mec alors que le combat débutait.

-Je l’ai Scum !

Profitant du fait qu’il retenait encore sa cible, capuche rabattue sur sa tête, Evelynn ouvrit l’appareil et se rendit rapidement dans le répertoire de photo. Elle supprima celle qui était compromettante, avant de chercher à voir si ou pouvait ouvrir ce genre d’appareil pour y retirer la carte mémoire. Comme elle ne trouvait pas d’ouverture, elle réfléchit un instant… puis frappa l’appareil contre un mur une fois, deux fois, trois fois, assez de fois pour que l’écran craque de toutes les directions et qu’il refuse de s’ouvrir. Les paroles de Nora avaient aidés : lorsqu’elle lui racontait ses missions, il y avait souvent des détails ainsi que l’artiste n’oubliait pas. Briser le téléphone lui assurait qu’il ne serait pas retraçable… Du moins l’espérait elle.

-Tu peux le laisser filer… ou non attends… je vais faire quelque chose pour lui…

Même si l’humain était toujours aux prises du lézard, ça ne l’empêchait pas de se débattre et de crier. Au moins, les sons qu’il produisait étaient étouffés par la capuche. S’approchant des deux combattants, la jeune femme faisait bien attention d’éviter les coups de pieds du photographe. Heureusement, la poigne du mutant semblait forte et alors que l’aura noirâtre d’Evy augmentait doucement, elle s’approcha du photographe, prête à user de son don. Elle posa la main sur le poignet de l’individu et laissa sa mutation prendre le dessus. Alors que, pendant un court instant, le temps sembla s’arrêter, Evelynn prit le contrôle de l’esprit de sa victime… Et projeta en lui son lot de peur.

-Laisse… laisse le et… et fuyons…

Le crétin ne se remettrait pas de ce choc avant quelques minutes, ce qui était largement suffisant pour que les deux morlocks s’enfuient pour retourner à l’entrée des égouts qu’ils avaient quittés. Malgré cet incident, les morlocks avaient tout de même besoin de nourriture, et l’artiste ne voulait pas voir ses provisions volées pendant leur absence. Cependant, avec la course poursuite qu’elle venait de faire et l’utilisation de son don, la fatigue qui s’accumulait en elle grandit, et elle dut mettre un genou à terre, tentant de limiter le rictus de douleur que son visage affichait. Un petit « Aïe » cependant lui échappa.

-Euh… j’ai… Scum j’ai… peut-être besoin d’un… d’un petit coup de main…
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Lun 18 Nov 2013 - 0:07

La mêlée s'éternisait aux yeux de l'écailleux qui ne voyait pas vraiment comment fouiller sa victime tout en la secouant assez pour qu'elle ne comprenne rien à ce qui lui arrivait. Heureusement, Evelynn pouvait réserver toute son attention à la recherche du téléphone et finit par s'en emparer.

-Je l’ai Scum ! s'écria-t-elle, tout en manipulant le téléphone. Visiblement elle ne réussit pas tout à fait à obtenir ce qu'elle voulait car elle entreprit de le faire taire définitivement avec une méthode plus directe, en le claquant contre un mur. Pendant ce temps Scum avait empoigné l'humain et chercher une bonne prise pour l'assommer, mais il bougeait bien trop brusquement pour se laisser faire et il était difficile de le maintenir en place, encore plus en gardant une main contre sa bouche pour l'empêcher de hurler.

-Tu peux le laisser filer… ou non attends… je vais faire quelque chose pour lui…
_Quoique tu fasses, fais le vite ! Ce type est un peu anguille sur les bords !

Du mieux qu'il put, le mutant reptilien tenta de maintenir immobile l'humain pour que Evelynn puisse utiliser sa mutation contre lui. Abandonnant toute lutte devant les horreurs qu'avait du lui montrer Evelynn, le jeune homme s'affaissa entre les mains de l'écailleux et se laissa rouler à terre, étendu face contre le sol.
Scum se releva, souffla un bon coup et regarda tour à tour l'humain et la mutante.

_Hmm... Tu as du lui en mettre une bonne dose. Je crois qu'il aurait préféré être assommé en fait.
-Laisse… laisse le et… et fuyons… souffla Evelynn, visiblement fatiguée par sa soirée.
_On ne fuit pas voyons, on a gagné. Par contre je suis d'accord pour qu'on rentre, oui... Et vite. Leur intervention, loin d'être rapide et furtive, avait sans doute déjà attiré un peu plus de monde. Il était donc important de quitter les lieux très vite.

S'approchant prestement du mur pour l'escalader, Scum pensait qu'Evelynn aurait encore assez de force pour le rejoindre en remontant la rue à pieds, mais le petit "aïe" qu'il entendit le démentit.

-Euh… j’ai… Scum j’ai… peut-être besoin d’un… d’un petit coup de main…
_Hrmm... Effectivement tu as du lui coller une sacrée dose, dit l'écailleux en approchant son amie pour la soulever doucement du sol. Tu t'es complètement épuisée. Je vais devoir te porter en plus des glacières ? ironisa-t-il alors qu'il la portait en princesse. Accroche toi bien à mon cou, il me faut au moins un bras pour grimper."

Et ce faisant, Scum cala du mieux qu'il pouvait la jeune femme sur un seul de ces bras -chose finalement aisée vu le gabarit d'Evelynn- et entreprit une ascension du mur un peu plus lente qu'à l'accoutumée. Une fois sur les toits il la retint des deux bras.
N'étant pas habitué à ce genre de contact avec une femme, l'écailleux préféra entamer une discussion avec Evelynn. D'abord pour s'assurer qu'elle était toujours consciente, et ensuite pour oublier le malaise qu'il avait à ne pas savoir où il était acceptable de poser ses mains pour tenir la jeune femme.

"Je me suis toujours demandé... Qu'est-ce qui se passe pour toi lorsque ton pouvoir agit sur quelqu'un ? Est-ce que tu vois ce qu'ils voient ? Est-ce que ça t'affecte ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Lun 18 Nov 2013 - 14:57

_Quoique tu fasses, fais le vite ! Ce type est un peu anguille sur les bords !

C’était plus facile à dire qu’à faire, parce que Scum avait effectivement bien raison : le type bougeait beaucoup et si elle libérait son don sur son ami reptilien, le photographe amateur réussirait peut-être à s’enfuir. Cependant, après un certain temps, la jeune femme saisit une ouverture et toucha doucement l’homme avant de libérer son don. Elle ne se retint pas, sa maîtrise actuelle de son pouvoir ne lui permettant pas de doser son don aisément, mais au moins elle ne le libéra que sur l’idiot. C’était déjà ça de gagné.

_Hmm... Tu as du lui en mettre une bonne dose. Je crois qu'il aurait préféré être assommé en fait.
-C’est… c’est son problème… pas le nôtre… souffla Evelynn, laissant l’humain se cacher en boule dans un coin sans dire un mot. La fatigue cependant l’affecta rapidement, et elle dut mettre un genou au sol.

_On ne fuit pas voyons, on a gagné. Par contre je suis d'accord pour qu'on rentre, oui... Et vite.

Sa vision vacilla un instant alors que son genou l’élançait douloureusement. Elle tenta de se relever, mais tout ce qui quitta ses lèvres fut un petit « Aïe ». Elle faisait confiance à son ami écailleux, et c’est pourquoi, honnête, elle lui demanda aussitôt de l’aide. Elle n’avait pas la force de marcher, du moins pas pour le moment. L’utilisation de son don avait d’énormes lacunes, mais elle s’entraînait, et peut-être qu’un jour elle serait capable de l’utiliser sans s’épuiser.

_Hrmm... Effectivement tu as du lui coller une sacrée dose. Tu t'es complètement épuisée. Je vais devoir te porter en plus des glacières ? Accroche toi bien à mon cou, il me faut au moins un bras pour grimper."

-J’ai… j’ai juste besoin de fermer les… fermer les yeux un instant… je… je devrais être revenue à moi-même une fois là-bas…

Evelynn ne doutait pas d’une seconde des capacités d’escalade de son ami, et c’est sans aucune hésitation qu’elle se laissa prendre par celui-ci. Alors qu’il plaçait une patte sous ses genoux, la jeune femme referma ses mains autour de son cou et garda ses mains bien closes ensemble. Elle ne souhaitait pas tomber, et même si son ami était un excellent grimpeur de murs, il avait besoin d’une main au moins pour ce faire.

L’escalade ne dura en fait que quelques secondes, mais une fois sur les toits, la jeune femme put desserrer son étreinte et ferma ses yeux. Scum lui maintenant le dos de son autre main désormais, elle pouvait donc en profiter pour respirer un moment. Incapable de lire les messages subtils, elle ne comprit pas, lorsque son ami entama la conversation, qu’il pouvait y avoir un malaise. Dans son état de fatigue, elle ne se rendait pas compte de grand-chose.


"Je me suis toujours demandé... Qu'est-ce qui se passe pour toi lorsque ton pouvoir agit sur quelqu'un ? Est-ce que tu vois ce qu'ils voient ? Est-ce que ça t'affecte ?"

-Ça… ça dépend Scum. Avant, je les vivais. Si… si mon don s’activait contre… contre quelqu’un, et bien je… je voyais ces peurs autant que je voyais toutes celles que j’avais accumulées. C’était… c’était horrifiant. Maintenant je… j’essaie de m’en dissocier. Je n’ai aucune idée dans quel enfer… quel enfer je l’ai plongé, dit-elle en faisant référence au photographe, mais ça avait un rapport avec le noir et l’obscurité.

Son don en avait trop pris pour qu’elle ne sente le malaise qu’il y aurait pu y avoir entre eux à ce moment précis. De toute façon, pour elle, Scum serait toujours lui-même : jamais elle ne se séparerait de lui. Il était bien trop important pour elle pour qu’elle puisse vouloir l’abandonner. De tous les morlocks, ils avaient toujours eu une connexion plus forte qu’avec n’importe qui, du moins du point de vue d’Evelynn. Alors que le lézard mutant entamait sa descente, l’artiste passa encore ses mains autour de son cou pour l’aider, puis attendit que ses pieds puissent de nouveau toucher le sol. Cette petite balade au sommet des immeubles lui avait fait du bien finalement. Se remettant sur pieds, elle se sentait toujours un peu faible, mais elle tenait debout. Elle aurait sans doute récupéré après avoir mangé un morceau.

-Merci… merci beaucoup Scum. Allez on ferait… on ferait mieux de s’occuper de ces glacières avant que quelqu’un ne revienne par ici…
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Lun 18 Nov 2013 - 23:28

Après une brève course poursuite dans la rue, les deux mutants étaient parvenus à neutraliser et l'appareil, et le photographe responsables d'un cliché qui risquait de mettre à mal le secret mutant. Cela avait malheureusement coûté à Evelynn beaucoup d'énergie, bien plus que ce que Scum aurait imaginé. C'est ainsi qu'il se trouva à porter la jeune femme dans ses bras et pour dissiper la gêne occasionnée, à entretenir un semblant de conversation avec elle. Et pour être sûr que Evelynn lui réponde, il aborda le sujet de son pouvoir, sur un point qui avait longtemps attisait sa curiosité : savoir ce qu'il advenait de la mutante lorsqu'elle plongeait dans l'esprit des autres pour aller y chercher leurs plus grandes peurs.

"-Ça… ça dépend Scum. Avant, je les vivais. Si… si mon don s’activait contre… contre quelqu’un, et bien je… je voyais ces peurs autant que je voyais toutes celles que j’avais accumulées. C’était… c’était horrifiant. Maintenant je… j’essaie de m’en dissocier. Je n’ai aucune idée dans quel enfer… quel enfer je l’ai plongé
_Oh... Et pourtant tu continues de t'en servir quand on en a besoin. C'est plutôt brave de ta part. Eyh... "Brave", qu'est-ce que t'en penses ? Quand on y réfléchit, ça t'irait bien comme nom. Parce que tu es assez brave pour faire face aux peurs des autres."

Pour Scum il y avait une grande différence entre s'immiscer dans l'esprit d'une personne, et avoir à ressentir ses sentiments. Il ne savait pas grand chose de la première action, mais connaissait assez d'empathes pour savoir que la deuxième était difficile à vivre. Dans le cas d'Evelynn qui plongeait dans l'esprit des autres pour libérer leurs peurs, les ressentir et s'y confronter, l'expérience devait être encore plus terrible.

Une fois revenu près de la moto et des glacières qui -fort heureusement- n'avaient pas bougé d'un pouce, l'écailleux déposa la jeune femme sur ses pieds, et attendit un moment qu'elle soit sûre de tenir debout.

-Merci… merci beaucoup Scum. Allez on ferait… on ferait mieux de s’occuper de ces glacières avant que quelqu’un ne revienne par ici…
_Je pense que je devrais m'occuper des glacières pendant que tu t'occupes de reprendre des forces. Tu n'as rien qui puisse être mangé maintenant ? demanda-t-il tout en empoignant les glacières dans une main. Je descends le premier, juste au cas où tu glisserais ou quelque chose comme ça.

Et sur ce, Scum se glissa dans la bouche d'égout avec la nourriture et descendit l'échelle. En bas, il ouvrit les glacières et farfouilla à la recherche de nourriture consommable rapidement. Mais c'était peine perdue, il n'y avait que des conserves et des aliments difficilement comestibles sans préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Mar 19 Nov 2013 - 17:32

_Oh... Et pourtant tu continues de t'en servir quand on en a besoin. C'est plutôt brave de ta part. Eyh... "Brave", qu'est-ce que t'en penses ? Quand on y réfléchit, ça t'irait bien comme nom. Parce que tu es assez brave pour faire face aux peurs des autres."

L’artiste sourit, les yeux clos, ne sachant pas trop quoi répondre à son ami lézardoïde. Brave ? Elle avait refusé d’être aidée tellement longtemps parce qu’elle avait peur... Elle n’était pas brave du tout. Toute sa vie elle s’était cachée derrière les autres : lors de sa jeunesse, derrière l’un de ses frères aînés, ensuite derrière les Morlocks et Scum, et maintenant derrière Nora. Elle n’avait pas de courage à revendre comme sa compagne qui affrontaient moult dangers chaque jour dans le cadre de son travail, ou les habitants des égouts qui survivaient grâce à leur ingéniosité et à leur courage. Evelynn n’était pas brave… elle était une trouillarde.

-Je ne sais pas… je ne… euh… je ne me vois pas comme brave. Tu sais, j’ai refusé longtemps qu’on m’aide… pour mon don je veux dire. Ça m’effrayait trop… Et ce n’est pas comme si je faisais face aux… aux peurs des autres : je les ressens… sans en avoir le choix… et bien souvent je me… je me roule en boule dans un coin quand ça arrive he…

Heureuse que la balade sur les toits, et surtout la descente de l’un d’entre eux, soient terminées, la jeune femme se remit sur pied et fit quelques pas maladroits avant de se sentir mieux. Cela ne l’empêcha pas de s’appuyer sur un mur le temps de reprendre ses esprits encore un moment. Elle remercia aussitôt son ami et lui rappela que les glacières traînaient encore. Ils devaient se dépêcher avant que quelqu’un d’autre n’arrive.

_Je pense que je devrais m'occuper des glacières pendant que tu t'occupes de reprendre des forces. Tu n'as rien qui puisse être mangé maintenant ? Je descends le premier, juste au cas où tu glisserais ou quelque chose comme ça.

-D’accord… et euh… non dans les glacières il y a bien des légumes et tout mais c’est du surgelé… je voulait que ça dure aussi longtemps que possible. J’y ai même mis une surprise pour toi…

Un petit sourire aux lèvres, la jeune femme attendit que son ami reptilien n’ait terminé de descendre l’échelle pour elle-même commencer cette descente. Le problème, c’est qu’avec son état de fatigue, elle n’était pas des plus agiles, et ses bottes glissaient sur le métal glacé où l’artiste prenait appui. Évidemment, ainsi placée, rien de mieux que de perdre pied et tomber… sur le dos de Scum en train de fouiller dans l’une des glacières. Elle atterrit au niveau de sa tête, lui envoyant sans le vouloir le museau directement dans les provisions, puis roula et chuta devant lui, la tête un peu secouée. Rapidement, elle se releva, caressant doucement la peau écailleuse du lézard. D’une voix plaintive, elle lui dit :

-Oh pardon Scum je… je suis désolée j’ai… j’ai euh… j’ai perdu pied et puis… et puis l’échelle était glissante et… oh désolé je ne voulais pas te faire mal au museau… Ça va ?

Elle lui donna le temps de retrouver ses esprits avant de regarder son visage, vérifiant qu’il n’y avait pas d’écorchures ou de blessures. Même si sa peau était solide, un tête à tête avec des cannes pleines de provisions ne pouvait pas être agréable pour personne.

Spoiler:
 
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Mer 27 Nov 2013 - 2:27

Les confidences d'Evelynn à propos de son pouvoir permirent à Scum d'un peu mieux comprendre la jeune femme et sa mutation. Et bien qu'il la trouvait brave de vivre avec, sa comparse n'était pas du même avis, se plaçant en victime de sa mutation. Mais chez les Morlocks, qui pouvait dire que son pouvoir était un bénéfice ? Pas grand monde.

"Je pense quand même que tu es courageuse... A ton échelle, je suppose. Mais si ça ne te convient pas je vais réfléchir à un autre surnom." dit-il, pas contrariant pour un sou.

Et sur ce, il déposa la jeune femme au sol et reporta son attention sur ce qu'ils étaient venus faire en premier lieu. Se saisissant des glacières, il encouragea Evelynn à ne pas faire plus d'efforts et lui demanda s'il n'y avait pas par hasard quelque chose à grignoter pour elle.

"-D’accord… et euh… non dans les glacières il y a bien des légumes et tout mais c’est du surgelé… Je voulais que ça dure aussi longtemps que possible. J’y ai même mis une surprise pour toi…
_Une surprise ? J'adore ça ! répondit l'écailleux avec enthousiasme. J'espère que c'est une pizza. Remarque ce ne serait pas très surprenant... Mais je ferais comme si j'étais surpris pour que ça reste une surprise !"

Une fois en bas, Scum commença à farfouiller dans les glacières, oubliant totalement qu'il devait surveiller la descente d'Evelynn. Grand mal lui en pris, car cette dernière, dans son état, ne manqua pas de glisser et de dégringoler de l'échelle pour tomber sur le mutant reptilien. Ce dernier, bien que son amie soit un poids plume, tomba en avant, tête la première dans les provisions sans même comprendre ce qui venait d'arriver.
Se relevant à la hâte et marquant un temps pour reprendre ses esprits, il répandit quelques aliments au sol, dont certaines conserves qui manquèrent d'aller rouler dans l'eau croupie. Confus, il chercha la jeune femme pour l'aider à se relever, mais elle avait été la première debout et approchait déjà de lui pour s'excuser de sa maladresse :

-Oh pardon Scum je… je suis désolée j’ai… j’ai euh… j’ai perdu pied et puis… et puis l’échelle était glissante et… oh désolée je ne voulais pas te faire mal au museau… Ça va ?
_Ça va, ça va... J'ai juste... Était surpris tu sais. Désolé, j'avais dis que je serais là pour t'attraper si tu tombais. C'est pas exactement comme ça que je le pensais..."

Se laissant inspecter par Evelynn, l'écailleux releva légèrement la tête et tenta d'échapper au regard de la jeune femme, qui cherchait avec insistance une quelconque blessure sur son faciès. Ce n'est qu'en louchant finalement sur ses grands yeux -et c'est vrai qu'ils étaient beaux- qu'il se rendit compte que quelque chose n'allait pas avec les deux petites cornes au bout de son propre menton.

"Je crois qu'il y en a une de tordue, dit-il en passant ses doigts dessus. Ce n'est rien, ça se remettra en place, je crois. Et toi tu vas bien ? Je ne suis pas la personne la plus confortable sur laquelle tomber." dit-il avec un sifflement rieur.

Il tendit le cou pour laisser la mutante vérifier si ce n'était pas trop grave et si elle pouvait y faire quelque chose, avant de se pencher pour ramasser les provisions renversées, les piochant une à une pour les replacer dans les glacières. Il finit par tomber sur la pizza qui lui était destinée : une surgelée. Elle n'avait pas le charme d'une pizza toute chaude sortie du coffre d'un scooter, mais de la part d'une amie c'était un présent agréable et Scum ne se priva pas de le dire !

"_Oh ça alors ! Une pizza ! Ça tombe à pic, j'adore ça ! s'exclama le lézard en feignant la surprise. Tu es vraiment gentille, tu sais ? C'est dommage que ton pouvoir consiste à faire peur aux gens, ça ne m'aide pas à trouver un surnom pour concilier ces deux aspects. La seule chose gentille et qui fasse peur c'est Casper, tu sais, le gentil fantôme."

S'interrompant alors qu'il s'apprêtait à reprendre les glacières, Scum commença à jauger Evelynn, l'air de réfléchir très sérieusement.

"C'est vrai que tu es peu pâle et effacée..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Ven 29 Nov 2013 - 18:55

"Je pense quand même que tu es courageuse... A ton échelle, je suppose. Mais si ça ne te convient pas je vais réfléchir à un autre surnom."

Même si son look de lézard mutant lui donnait des airs de type dangereux, Scum était en fait quelqu’un de très gentil et de très simple. Evelynn avait constaté au fil des années qu’il disait simplement ce qui lui passait pas la tête sans y réfléchir longtemps. C’était peut-être pour ça qu’il trouvait tant de satisfaction à l’idée de voler des pizzas dans le scooter d’un pauvre livreur. Se laissant déposer au sol, l’artiste lui sourit avant de s’appuyer contre un mur encore un instant, alors que son compagnon mutant commençait à ramasser les caisses pour les descendre dans les égouts. Lui avouant qu’une surprise se cachait spécialement pour lui, l’intérêt de Scum sembla augmenter en flèche.

_Une surprise ? J'adore ça ! J'espère que c'est une pizza. Remarque ce ne serait pas très surprenant... Mais je ferais comme si j'étais surpris pour que ça reste une surprise !"

L’air d’Evelynn changea dès qu’il dit le mot « pizza ». Est-ce que l’artiste était aussi prédictible que ça ? Faisant une moue boudeuse, le lézard ne la vit cependant pas, déjà rendu dans les égouts avec les glacières.

-Ça te fera plaisir au moins… lézard va…

Ces mots dans la bouche de l’artiste n’étaient pas du tout une insulte, c’était à peine une boutade en fait. Evelynn n’avait jamais eu la force ni le talent d’insulter ou de tenir tête à qui que ce soit. De toute façon, un instant plus tard, elle prouva qu’elle n’avait pas de force du tout en fait, quand, en descendant l’échelle des égouts, elle tomba directement sur le crâne de son ami. Se relevant à la hâte, ignorant les quelques blessures qu’elle sentait sur son propre corps, elle s’excusa, voulant vérifier si son ami lézard n’avait pas de marques du choc. Sa tête, au moment de l’impact, était tout de même au-dessus d’une glacière.

_Ça va, ça va... J'ai juste... Était surpris tu sais. Désolé, j'avais dis que je serais là pour t'attraper si tu tombais. C'est pas exactement comme ça que je le pensais..."

Comme il relevait la tête, Evelynn pu inspecter sa tête pour voir s’il y avait des blessures. Entre ses écailles, l’artiste ne détectait pas grand-chose, sa peau solide semblait avoir absorbé une bonne partie du choc. Elle ne se gêna pas pour passer ses mains le long des écailles, cherchant à sentir une bosse qui ne devrait pas y être ou quelque chose de trop comme… une boîte de conserve prise quelque part sur sa peau. La gêne que l’artiste ressentait en général avec les autres, elle ne la ressentait plus du tout avec son vieil ami. Depuis les années, et avec son caractère unique, Scum l’avait toujours mise en confiance… même si parfois, la confiance qu'il lui accordait à elle n’était peut-être pas la mieux placée. Il n’y avait qu’à penser au coup qu’elle venait de lui faire en lâchant l’échelle pour en avoir la preuve.

"Je crois qu'il y en a une de tordue. Ce n'est rien, ça se remettra en place, je crois. Et toi tu vas bien ? Je ne suis pas la personne la plus confortable sur laquelle tomber."

-Euh… non… euh… ça devrait aller… j’ai un peu mal aux fesses mais… mais ça ira t’inquiète.

Continuant de passer ses mains entre les écailles du mutant, elle constata qu’au final il n’avait pas de blessures graves. Sa peau solide avait encaissé une bonne partie du choc. Passant sa main sur sa petite corne tordue, l’artiste rigola, imaginant qu’elle pouvait se servir de ses protubérances comme des leviers. Elle dut se retenir pour ne pas essayer de tourner celle qui était bien placée. Reculant d’un pas, elle aida Scum à ramasser les diverses provisions qui étaient tombées au sol avant de les remettre dans les glacières.

"_Oh ça alors ! Une pizza ! Ça tombe à pic, j'adore ça ! Tu es vraiment gentille, tu sais ? C'est dommage que ton pouvoir consiste à faire peur aux gens, ça ne m'aide pas à trouver un surnom pour concilier ces deux aspects. La seule chose gentille et qui fasse peur c'est Casper, tu sais, le gentil fantôme."

-Casper ? Oh Casper ! Il était tellement mignon ce petit fantôme !

"C'est vrai que tu es peu pâle et effacée..."

-Mais… mais… mais…. C’est un compliment j’espère !

Evelynn passait tout son temps à l’intérieur. Elle n’avait rien de ses beautés qui passaient des heures au salon de bronzage. Les paroles de Scum ne l’avaient pas heurtée, loin de là. Elle blaguait simplement avec son ami, quelque chose qu’elle n'avait pas fait depuis bon nombre de mois. Ayant fini de ramasser le contenu éparpillé au sol, elle tenta de soulever une première glacière… et abandonna son idée aussitôt. C’était bien trop lourd pour elle, et Evy se demandait encore comment elle avait pu faire pour les lier à sa moto plus tôt.

-Il faudrait que… que tu m’aides Scum. Si on est assez rapide, j’te promets une pizza plus chaude que celle-là. Si Callisto est là, je pourrai lui dire bonjour… ça fait un moment que je ne l’ai pas vu.
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Jeu 12 Déc 2013 - 23:50

Après leur course poursuite et la bonne dose d'émotions qui l'avait accompagnée, les deux mutants étaient retournés à leurs provisions et à une discussion légère et amicale. Evelynn avoua avoir apporté une surprise au lézard qui devina trop vite de quoi il s'agissait. Il fallait dire qu'avec son obsession pour les pizzas, il n'était pas difficile de savoir ce que les gens pourraient lui offrir pour lui faire plaisir. Bon joueur, Scum s'engageait cependant à avoir l'air surpris même si la surprise n'était pas étonnante.

-Ça te fera plaisir au moins… lézard va… dit la jeune femme alors que son ami approchait la bouche d'égout.
_Évidemment que ça me fera plaisir, répondit Scum en riant. C'est ce que j'aime le plus !

Si la descente de Scum dans les sous-sols de la ville se fit prestement et sans encombre, celle d'Evelynn fut encore plus rapide mais aussi plus douloureuse puisque la mutante glissa et tomba directement sur la tête du lézard, les jetant tous les deux au sol. Confuse, elle s'enquit tout de suite de l'état de l'écailleux, fouillant son visage à la recherche de possibles blessures. L'inspection dura jusqu'à ce que Scum en soit embarrassé, lui qui était si peu habitué au contact et à la proximité avec les femmes. Pour exorciser sa gêne le mutant reptilien préféra s'enquérir de l'état de la jeune femme. Après tout, c'est elle qui venait de chuter alors qu'elle était déjà épuisée.

-Euh… non… euh… ça devrait aller… j’ai un peu mal aux fesses mais… mais ça ira t’inquiète.
_Ah bon d'accord. Tu devrais t'asseoir alors, déclara Scum alors que son amie tendait les mains pour inspecter encore un peu son faciès reptilien. Ou peut-être pas justement..."

En haussant les épaules, il loucha sur les mains qui lui couraient sur la mâchoire, souriant lorsque Evelynn rit de sa corne tordue.
Il ne croyait pas se souvenir que la mutante était si tactile, mais son inquiétude avait du prendre le pas sur sa timidité. Evelynn était une bonne amie, capable même si elle le niait de sortir de son cocon pour venir en aide à ses pairs. A force de la connaitre, Scum voyait bien plus en elle qu'une femme charmante, même si à cette distance il ne pouvait pas vraiment ignorer qu'il la trouvait jolie.

Finalement, l'inspection prit fin et les deux mutants ramassèrent les aliments éparpillés dans la galerie. C'est à cette occasion que l'écailleux découvrit la pizza surgelée que son amie avait apportée pour lui. Poussant une fausse exclamation de surprise, il la gratifia d'un compliment avant de lui proposer un nouveau surnom, plus humble et plus plaisant que le précédent. Casper était un personnage que l'on pouvait avec un peu de jugeote associer à Evelynn, car tous les deux étaient de timides individus pâles qui avaient le don surnaturel d'effrayer ceux qui n'avaient pas appris à les connaître. Visiblement, le pseudonyme enthousiasmait la mutante ! La raison qui se trouvait derrière, par contre, était un peu moins flatteuse. "Pâle et effacée" étaient difficiles à faire passer pour des compliments, mais ils étaient simplement un constat de ce qu'était la jeune femme.

-Mais… mais… mais…. C’est un compliment j’espère ! s'exclama Evelynn, faussement offusquée.
-Et bien...  Tu es pâle, effacée et jolie en même temps donc... Je suppose que ce n'est ni l'un ni l'autre. dit-il en haussant les épaules.
Diplomate, Scum était partisan des réponses qui satisfaisaient tout le monde. Et même si Evelynn n'était pas réellement fâchée, il préférait saisir une nouvelle occasion de la faire sourire.

Une fois les provisions ramassées, Scum remarqua la tentative vaine de la jeune femme pour soulever l'une des glacières.


-Il faudrait que… que tu m’aides Scum. Si on est assez rapide, j’te promets une pizza plus chaude que celle-là. Si Callisto est là, je pourrai lui dire bonjour… ça fait un moment que je ne l’ai pas vu.
-Pas de problème ! s'exclama le mutant reptilien en saisissant dans sa main libre la glacière au sol. Tu as quelque chose d'important à lui dire ? Tu sais, je ne veux pas te décourager, mais elle n'est pas du genre à apprécier les politesses à leur juste valeur. Elle est généralement bien occupée à surveiller tout le monde où à se battre avec ceux qui en ont envie. Tu te souviens d'Alexïs ? Il a récemment commencé à s'entrainer avec elle".

Et tout en papotant, l'écailleux se mit en marche, s'enfonçant avec son amie dans les souterrains de la ville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Mer 18 Déc 2013 - 22:38

-Évidemment que ça me fera plaisir. C'est ce que j'aime le plus !

Évidemment. Scum et les pizzas, les pizzas et Scum, c’était un amour qui datait sans doute de son premier vol de gamin livreur en scooter. C’était peut-être bizarre, mais avec cette technique rudimentaire, il parvenait à amener de la nourriture à bon nombre de Morlocks à chacun de ses voyages. Sans lui, beaucoup seraient morts de faim sans doute… mais Evelynn ne voulait pas penser à cette éventualité. Si ces mutants difformes survivaient, c’était grâce à leur travail d’équipe et à leur ténacité. Elle devait le reconnaître, au final, elle n’aurait sans doute pas pu rencontrer une aussi grande et étrange famille. Certains la laissaient toujours un peu méfiante et inquiète, mais elle parvenait à s’entendre avec tout le monde ou presque.

Descente dans les égouts, puis chute, la jeune femme s’excusa aussitôt pour les blessures qu’elle avait pu infliger au mutant reptilien, tout en vérifiant l’état de sa peau. Des cannes de conserves, c’était solide, et le visage de Scum n’avait peut-être pas apprécié. À première vue, il semblait intact. Alors qu’il lui demandait si la chute l’avait heurté, l’artiste repondit qu’à part son postérieur qui l’avait reçu lors de la chute, elle allait bien.


-Ah bon d'accord. Tu devrais t'asseoir alors. Ou peut-être pas justement..."

L’artiste voulait prendre soin de Scum. C’était tout naturel après tout : elle lui avait fait du mal sans le vouloir. La timidité entre les deux mutants n'avait plus raison d’être, mais ça n’empêchait pas Evelynn de le ressentir quelque fois, et lorsqu’elle se rendit compte qu’elle caressait presque le visage de celui-ci, une légère rougeur apparut sur ses joues. Utilisant l’humour comme moyen de détourner l’attention, elle posa la main sur la corne tordue du mutant avant de décider que son traitement était terminé, et elle commença à ramasser les articles tombés au sol. Alors qu’ils repartaient, Scum avoua à l’artiste qu’il lui trouvait une certaine ressemblance avec Casper, le fantôme blanc et pâle. Evelynn, faussement, prit la mouche.

-Et bien...  Tu es pâle, effacée et jolie en même temps donc... Je suppose que ce n'est ni l'un ni l'autre

-C’était une occasion de dire que j’étais jolie Scum ! Il va falloir que… que je t’apprenne à parler aux femmes un de ces jours…

Un sourire, puis un rire honnête franchit les lèvres de l’artiste qui se sentait bien. Fatiguée, mais bien. Ces quelques glacières aideraient sans doute plus d’un mutant, et c’est ce qu’elle souhaitait. Avec l’aide de son ami lézardoïde, ça semblait être un succès. Ils firent quelques pas, mais rapidement, l’état de fatigue d’Evelynn la poussa à demander de l’aide à son ami pour le transport des marchandises une fois de plus.  

-Pas de problème ! Tu as quelque chose d'important à lui dire ? Tu sais, je ne veux pas te décourager, mais elle n'est pas du genre à apprécier les politesses à leur juste valeur. Elle est généralement bien occupée à surveiller tout le monde où à se battre avec ceux qui en ont envie. Tu te souviens d'Alexïs ? Il a récemment commencé à s'entrainer avec elle".

-Alexïs ? Je croyais qu’il s’entraînait déjà il avait l’air en forme et… ah… ah tu veux dire vraiment au combat ! Mais… il a l’air si… euh… et bien si… euh… pas combattant ?

L’artiste ne voulait pas sonner insultante, et malgré toute la bonne volonté qui l’animait, elle avait l’impression d’insulter son beau-frère, mais ce n’était pas du tout ce qu’elle voulait dire. Alexïs lui semblait… plus passif, moins explosif que sa sœur jumelle pour ainsi dire, et l’imaginer combattre… c’était trop étrange en fait pour qu’elle se l’imagine.

-Euh non en fait je… je n’avais pas grand-chose à dire à Callisto, hormis que eh bien… je suis désormais des cours pour éviter d’effrayer tous les Morlocks. Je ne sais pas si ça l’intéresse en effet… Est-ce que Alexïs s’en sort ? Avec ses combats je veux dire ? Ce n’est certainement pas son instructrice qui doit lui rendre la vie facile non ?

Spoiler:
 
.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   Dim 19 Jan 2014 - 4:15

Une fois les deux mutants relevés, les bobos inspectés et les aliments ramassés, Scum put se remettre à la recherche d'un surnom pour Evelynn. Il fallait admettre qu'il connaissait la jeune femme depuis longtemps et que pourtant il n'avait pas pu trouver de nom qui conciliait son caractère et son pouvoir. Les deux étaient si distincts... Une femme belle, douce et timide qui ne ferait pas de mal à une mouche mais affublée d'un pouvoir qui suscitait les pires cauchemars chez ses victimes, cela donnait vraiment du fil à retordre à l'écailleux qui ne trouva la solution que dans de vieux souvenirs d'enfance : Casper le petit fantôme.

Le personnage d'animation avait en effet beaucoup de points communs avec la demoiselle, comme sa bonne volonté, sa générosité et sa capacité malheureuse à effrayer ceux qu'il essayait d'approcher. Malheureusement, une erreur de tact et la suggestion faillit bien être mal reçue par Evelynn, qui heureusement n'était pas dame à s'offusquer pour si peu.

-C’était une occasion de dire que j’étais jolie Scum ! Il va falloir que… que je t’apprenne à parler aux femmes un de ces jours… dit-elle avant de rire, ce qui fit plaisir au mutant reptilien.
_Ce serait bien oui... Je suppose. Ça m'éviterait de donner de bonnes raisons à Thornn de me griffer."

Thornn était pour le moment l'instructrice de Scum en matière de communication avec la gent féminine et la procédure était simple. L'écailleux tentaient de parler à la féline, il faisait un faux pas et récoltait une griffure pour son indélicatesse. Il ne se plaindrait sans doute pas d'une méthode plus douce d'apprentissage.

Mais à défaut d'être bon parleur, Scum avait une bonne conduite vis à vis de son amie et la débarrassa des fournitures trop lourdes pour elle. Et tandis qu'ils se mettaient en route dans les tunnels de la ville, Evelynn lui confia qu'elle souhaitait pouvoir s'entretenir avec leur cheffe, une fois là-bas. L'écailleux la prévint cependant que cela pourrait être difficile considérant que Callisto passait peu de temps en futilités et qu'elle était déjà bien réclamée, entre autres par son entrainement avec Alexïs.

-Alexïs ? Je croyais qu’il s’entraînait déjà il avait l’air en forme et… ah… ah tu veux dire vraiment au combat ! Mais… il a l’air si… euh… et bien si… euh… pas combattant ? demanda-t-elle, hésitant un peu sur ses mots. Et Scum haussa les épaules, penchant la tête pour signifier qu'il était bien d'accord, mais que tout cela méritait réflexion.

Il fallait admettre qu'Alexïs avec ses manière de gentleman et sa perpétuelle préoccupation pour autrui n'était pas celui que l'on imaginait le plus brandir une arme. Scum en avait été lui-même surpris, d'autant que ce comportement n'était pas en accord avec son pouvoir de guérison. Mais ne disait-on pas qu'il valait mieux prévenir que guérir ? Si Alexïs préférait aller au devant du danger plutôt que d'avoir à en réparer les conséquences alors ce n'était peut-être pas un mal.

-Euh non en fait je… je n’avais pas grand-chose à dire à Callisto, hormis que eh bien… je suis désormais des cours pour éviter d’effrayer tous les Morlocks. Je ne sais pas si ça l’intéresse en effet… Est-ce que Alexïs s’en sort ? Avec ses combats je veux dire ? Ce n’est certainement pas son instructrice qui doit lui rendre la vie facile non ?
_Je pense oui qu'il s'en sort, parce qu'il continue de venir dans l'Allée. Et non je présume que Callisto ne rend pas ça facile. D'autant qu'elle le fait parce qu'il le lui a demandé, elle doit donc être particulièrement exigeante, expliqua Scum. En tout cas, félicitations pour ces cours, j'espère que tu pourras vite maîtriser ton pouvoir. Peut-être que l'utiliser te fatiguera moins, ainsi."

Adressant un sourire à la jeune femme fatiguée, il continua ainsi à déambuler avec elle tout en parlant de choses et d'autres, et ce jusqu'à leur arrivée au repaire des Morlocks.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des réserves et un cliché dangereux (PV Scum)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Ran-Mao. Le jouet dangereux~ [. Hot? x3 ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Egouts :: L'Allée-