X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 23 Juil 2013 - 20:15

Elle avait tout préparé

Dans sa vie, que ce soit professionnelle ou intime, il était très rare qu’Evelynn prenne des initiatives. Sa gêne lui faisant douter de chaque mouvement, le plus souvent elle se retrouvait à suivre quelqu’un, que ce soit Eleonnora dans sa vie de couple, ou alors ses collègues lors de son travail. Il n’y avait qu’en art qu’elle faisait de son mieux pour s’exprimer elle-même malgré ses réticences naturelles. Elle n’y parvenait pas toujours, dessinant bien souvent avec un modèle ou un guide quelconque, mais elle faisait de son mieux.

Mais cette fois, elle préparait tout autre chose. Sa douce revenait de mission le soir-même, et elle avait demandé une journée de congé pour prévoir quelque chose qui impressionnerait sa compagne. Elle s’était levée tôt après avoir dormi peu, redoutant, hésitante, le résultat de tout ce qu’elle avait prévu. Est-ce que Nora apprécierait tout ça ? Elle la connaissait bien et savait ce qui faisait plaisir à cette magnifique femme blonde qui était sa petite amie, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir peur…

Et pour Evelynn, avoir peur pouvait s’avérer dangereux.

Mais pour le moment, il fallait commencer, se lever, se préparer, bref, essayer de s’assurer que sa belle et douce amie passe la plus belle soirée de sa vie. Se levant donc bien avant que la sonnerie du cadran ne se fasse entendre, elle s’habilla rapidement, prenant un jeans et une camisole blanche pour une fois. Elle adoptait souvent des couleurs foncés, préférant l’aspect discrétion des vêtements noirs, mais pas aujourd’hui. Elle se sentait plus légère à l’idée que sa surprise serait des plus agréables pour Eleonnora… si tout fonctionnait comme prévu.

Maintenant habillée, Evy ne prit pas le temps de déjeuner,  saisissant (contre son gré) des chaussures à talon pour se promener en ville. Avec le temps, ses pieds s’étaient habitués à de telles chaussures, mais elle préférait tout de même de bons vieux souliers de course. Verrouillant la porte derrière elle, Evelynn quitta son loft et se dirigea à son premier arrêt : la boutique d’art.

Après une semaine de dessin et de peinture, elle commençait à manquer de couleurs, le jaune et le blanc devant créer le blond des cheveux de sa compagne étant énormément demandé par sa dernière création. Elle devait donc se dépêcher d’en acheter alors que la boutique ouvrait à peine ses portes. Elle passerait une bonne partie de la journée sans doute à finir la toile qu’elle voulait offrir à sa compagne, mais tout devait être parfait, et le temps était compté. Elle n’avait jamais été très douée pour gérer son stress, et ces emplettes ne l’aidaient en rien dans son horaire déjà serré. Alors qu’un employé visiblement surpris de la voir venait déverrouiller les portes, elle se dépêcha d’entrer, bousculant au passage le pauvre homme qui se demandait sans doute ce qui avait de si urgent. S’excusant, elle se dépêcha de l’aider à se remettre sur pieds avant de disparaître aussitôt, maintenant dans la rangée des couleurs. Elle en choisit quelques-unes qui manquaient cruellement, avant de se diriger vers les caisses enregistreuses. Une autre employée scanna ses articles avant d’annoncer le prix qu’Evelynn se dépêcha de payer avec sa carte de crédit. Elle refusait toujours l’argent de Nora, mais elle commençait à envisager d’utiliser la carte qu’elle lui avait laissé, vu les dépenses qui s’accumulaient depuis quelques temps sur sa propre carte. Saisissant le sac, elle quitta aussi rapidement qu’elle était entrée le magasin d’art pour se diriger vers sa prochaine emplette : le restaurant de sushis !

Malgré l’heure matinale, elle s’était déjà entendue avec le propriétaire du restaurant pour qu’il ouvre ses portes pour elle un peu plus tôt. Faisant un signe au propriétaire à l’intérieur, celui-ci la laissa entrer et lui demanda quelle était sa commande au final. Elle avait noté, les derniers jours précédant sa mission, quelles étaient les sortes de sushis qui plaisaient le plus à Nora. Leur repas couterait sans doute une petite fortune, mais sa compagne serait assurément comblée. Laissant donc la liste à l’aimable propriétaire, elle paya immédiatement, lui demandant de préparer le tout pour l’arrivée de Nora, prévue plus tard dans la journée. Celui-ci acquiesça et lui dit qu’il commencerait à préparer la commande plus tard afin de s’assurer que le tout soit aussi frais que possible. Souriante, Evelynn quitta l’endroit et retourna chez elle.

Ses emplettes n’étaient pas finies, il lui restait au moins un commerce fort gênant à aller visiter, mais elle se dit qu’elle pouvait bien attendre. De toute façon, elle devait finir sa toile, et si elle voulait la laisser sécher, elle avait besoin de s’y mettre au plus tôt. De retour chez elle, elle escalada les marches, manquant de les débouler toutes sur le ventre lorsqu’elle croisa une petite fille qui descendait les escaliers. Par chance, celle-ci, plus alerte qu’Evelynn, se plaqua sur le côté, laissant passer l’artiste qui la remercia d’un signe de la main. Elle se dépêcha d’entrer chez elle et verrouilla la porte à nouveau avant de reprendre son souffle. 9h. Elle avait encore le temps.  Entrant dans la chambre d’amis qui faisait pour le moment office d’atelier de peinture, elle déboucha les pots et s’attela à sa tâche, nouant ses cheveux rapidement en une queue de cheval. L’œuvre prenait vie sous ses mouvements agiles, elle faisait de son mieux pour vider son esprit de toute gêne, toute nervosité, toute hésitation.

Et, après plusieurs heures de travail, elle put enfin se considérer satisfaite. Elle qui avait bien du mal à apprécier ses propres talents, pour une fois elle trouvait le tout fort réussi. Souriante, elle quitta la pièce en refermant doucement la porte, espérant que la toile aurait le temps de sécher entre temps, et elle s’éclipsa de nouveau pour passer au dernier endroit au monde où elle aurait voulu se rendre : une boutique… érotique…

Tout ça à cause de Nora !

Evelynn n’avait jamais été à l’aise vis-à-vis sa sexualité, que ce soit avec des hommes ou des femmes. Avant Nora elle avait connu les plaisirs charnels à quelques reprises, mais jamais autant que ce que sa compagne désirait. Elle était réticente, mais en même temps elle adorait plus que tous ces moments intimes. C’était assez difficile à expliquer en fait, mais bon, tout ça pour dire qu’elle voulait vraiment faire plaisir à sa douce compagne… et qu’elle se ferait plaisir pas la même occasion.

Mais bon, tout ça était fort joli, mais ça n’empêchait pas une chose : avant cette partie de jambe en l’air, elle devait acheter quelque chose pour titiller et éveiller le désir d’Eleonnora, et pour ça, elle devait sortir et aller dans un magasin… et affronter le regard de tous ceux qui s’y trouveraient. Maudissant sa gêne encore une fois, elle quitta son loft pour se diriger vers une boutique coquine… en évitant soigneusement de croiser le regard de quiconque se trouvait sur son chemin.

Marchant dans les rues de New-York, il ne lui fallut pas beaucoup de temps avant de tomber sur l’endroit qu’elle cherchait. Elle regardait le magasin, de l’autre côté de la rue, se demandant si elle aurait le courage de traverser et d’entrer. Des gens passaient devant ou derrière elle, mais elle ne les voyait pas. Elle se demandait simplement si ils savaient où elle se dirigeait. Les joues rouges, elle recula d’un pas alors que la lumière lui permettant de traverser s’a;llumait. Encore une, encore une et elle traverserait. Laissant donc passer tous les gens qui devaient quitter leur travail, elle se décida enfin à traverser… et passa près de se faire frapper par un taxi. Ce n’était pas son tour… Se faisant injurier par le chauffeur, elle s’excusa maintes fois avant de pouvoir enfin traverser et… elle prit son courage et entra rapidement dans la boutique.

Elle leva les yeux l’espace d’un instant et tomba sur une statue grecque nue, évidemment, qu’elle évita soigneusement. Se dirigeant dans les rangées, elle espérait que personne ne la reconnaitrait. Fouillant dans certains étalages, elle finit par trouver ce qu’elle cherchait. Il fallait ensuite payer… et oh ça ne lui tentait pas du tout… De plus l’article en question était loin d’être donné… Se dirigeant vers les caisses, elle déposa le tout devant une caissière toute en charme, vêtue d’une belle robe, maquillée, coiffée. Sortait-elle plus tard où était-ce sa tenue usuelle de travail ? Pas le temps, elle tendit sa carte… qui se vit refusé. Manque de fonds. Elle la réessaya une fois, mais le résultat fut identique. Ne sachant plus quoi faire, elle fouilla son sac à main à la recherche de quelques dollars et mit la main sur la carte de Nora. Soupirant, elle hésita un moment, puis finit par la tendre à la caissière. Une fois la transaction terminée, Evy prit ses affaires et quitta le commerce le plus vite possible… en se promettant de rendre à Nora l’argent ainsi emprunté.

Elle avait fait ce qu’elle pouvait, il ne lui restait plus qu’à retourner chez elle et attendre sa compagne, ce qu’elle fit rapidement. Le livreur du restaurant de sushi arriva à cet instant, et elle le débarrassa rapidement de sa commande pour la déposer sur la table. Elle prit ensuite le temps de prendre une bonne douche chaude, avant de sécher ses longs cheveux noirs. Elle se maquilla même un peu, chose qu’elle ne faisait que très rarement, afin d’impressionner sa compagne. La tenue qu’elle avait achetée bien caché dans leur chambre, elle portait pour l’occasion une robe rouge moulante sans bretelles, cadeau de sa dulcinée, et avait fait l’effort de mettre des talons hauts. La robe ne descendait pas jusqu’à ses chevilles, et dévoilaient ses longues jambes. Le repas sur la table, elle alluma quelques chandelles et mit une musique romantique d’ambiance. Le cœur battant la chamade, elle attendait sa compagne pendant ce qui semblait être une éternité, mais enfin elle l’entendit marcher derrière la porte d’entrée. Elle ne se fit pas attendre, et avant même que Nora n’ouvre la porte, elle l’ouvrir elle-même, restant partiellement cachée derrière celle-ci.

-Bon retour ma belle déesse… j’espère que tu as faim…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !



Dernière édition par Evelynn Jones le Jeu 15 Aoû 2013 - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Jeu 25 Juil 2013 - 4:07

Eleonnora avait passé une longue semaine. Elle avait passé près de mourir combien de fois pendant toutes ces heures ? Quelques-unes. Elle avait bien hâte de retrouver son foyer, sa tendre compagne et son grand bain qu’elle remplira d’eau bouillante. Avant de quitter la base du SHIELD, elle avait fait en sorte de prendre une douche rapide, question de ne pas arriver crasseuse chez elle. On pouvait dire qu’elle avait fait son sport pour les mois à venir tant elle avait couru. Son corps avait fait de grands efforts physiques. Fusillades, course poursuite, elle avait eu droit à la totale. Au moins, elle pouvait se compter chanceuse d’être indemne, hormis quelques égratignures. Elle avait eu plus de chance que l’un de ses collègues qui s’était retrouvé avec une balle dans l’épaule.

Une fois dans sa voiture, Eleonnora soupira. Enfin, elle allait pouvoir rentrer chez elle. Elle hésita à téléphoner à Evelynn afin de la prévenir de son arrivée. Non, ce n’était pas la peine. Elle lui avait déjà dit qu’elle serait de retour aujourd’hui. L’agent de terrain s’était reconverti en garde du corps afin de protéger un homme important qui devait mener des informations primordiales et secrète à l’agence. Tout avait déjà été prévu, jusqu’à la date d’arrivée de l’homme en question. Bien sûr, sur le chemin, il y avait eu des péripéties. Fuir une voiture d’hommes armés tirant sur celle qu’elle conduisait en faisait partie. Heureusement, elle n’avait pas été seule dans cette mission et l’informateur fut mené à bon port.

La jeune femme alluma la radio et écouta les nouvelles. Rien de bien intéressant. Des meurtres, comme d’habitude. C’était terriblement déprimant. Elle inséra un CD dans le lecteur et se laissa emporter par la voix d’Adele. Au moins, elle sera détendue une fois de retour au loft. Tout ce qu’elle voulait était d’être avec celle qu’elle aimait, rien de plus. Sûrement Evelynn sera en train de peindre ou bien de regarder la télévision. À moins qu’elle ne travaille ? Elle n’en savait rien.

Au cours du trajet, le téléphone d’Eleonnora sonna. Sans y prêter grande attention, la jeune femme appuya sur l’écran tactile situé sur son tableau de bord. La musique se stoppa et la connexion se fit entre le véhicule et le téléphone afin que la voix de l’interlocutrice résonne dans le véhicule. Il s’agissait d’une femme de la banque qui souhaitait s’informer d’une transaction fait sur l’une de ses cartes de crédit. Laquelle ? Il y avait la sienne, bien entendu, mais elle n’avait pas quitté son portefeuille qui était dans son sac à main, qui, lui, avait été bien en sécurité dans son casier personnel dans le quartier général du SHIELD pendant plus d’une semaine. Il y avait celle qu’elle avait fait faire pour sa jeune sœur, Erïka, mais la carte n’était pas à son nom. Elle servait seulement d’assurance au cas où sa sœur ferait des conneries et se retrouverait avec des transactions qu’elle ne pouvait payer. Cela serait bien étonnant connaissant sa sœur et le montant de l’argent de poche que lui versait leur père. Il restait la carte d’Evelynn. Cependant, cette dernière ne s’en servait jamais. Elle refusait d’accepter qu’Eleonnora puisse payer pour elle. Pourtant…
Après avoir demandé quelques informations supplémentaires, la jeune femme détermina qu’il s’agissait de la carte de sa compagne. Puisqu’elle ne s’en servait jamais, la banque avait fini par se poser des questions en voyant une transaction se produire. Sa douce avait décidé de passer dans une boutique érotique ? Eleonnora ne pouvait connaitre l’achat, mais elle connaissait son montant et le nom de la boutique où il avait été fait. Cela lui donna davantage envie de retrouver son domicile. Après la conversation, la jeune femme raccrocha.

Une fois garée dans son espace de stationnement, au pied de son immeuble, Eleonnora coupa le moteur de son véhicule. Elle attrapa son téléphone et accéda à internet. Elle fit afficher la page de la banque où Evelynn et elle possédaient leurs comptes bancaires respectifs. Elle se fichait bien des dépenses que pouvait faire sa douce, ayant une totale confiance en elle. Et puis, ce n’était pas la jeune femme qui allait faire des dépenses de folie. La jeune femme ne perdit pas de temps à aller voir les transactions qu’avaient fait Evelynn avec sa carte de crédit. De toute façon, la version mobile de ce site internet n’était pas extra. Elle n’avait pas envie de passer une éternité à chercher où se trouvait la liste des derniers achats de sa compagne. Elle se contenta de faire un transfert de son propre compte à celui de sa douce, remboursant ainsi la totalité de ses dépenses de crédit. Au passage, elle déposa un petit montant de trois mille trois cent cinquante-quatre dollars sur son compte bancaire. Elle n’aimait pas quand le montant présent dans son compte courant n’était pas un chiffre rond.  Cet argent sera très utile à Evelynn. Après s’être assuré que les transactions étaient faites et que son téléphone s’était déconnecté sécuritairement du site de la banque, Eleonnora le rangea dans son sac à main.
Evelynn n’aurait jamais dû laisser sa douce obtenir les informations liées à son compte bancaire. Enfin, elle ne devait pas se plaindre, puisque la jeune femme n’y accédait que pour lui déposer certains montants d’argent.

Eleonnora lâcha un long soupir avant de quitter le véhicule. Glissant son sac à main à son épaule, elle se dirigea vers l’entrée de l’immeuble. Elle emprunta les escaliers, qui semblèrent plus long à monter qu’à l’accoutumée, puis s’arrêta devant la porte de son domicile. Enfin ! Elle retrouvait son cher loft. Elle vint pour ouvrir la porte, mais celle-ci le fit d’elle-même. En fait, il s’agissait plutôt d’une personne située derrière qui venait de l’ouvrir.

Evelynn se tenait là, cachée par la porte. Elle lui souhaita le bienvenu, espérant qu’elle avait faim. Et comment ! Son estomac avait gargouillé pendant tout le trajet. Elle avait sincèrement espéré que sa douce ait fait l’épicerie et que le réfrigérateur soit plein. Sinon, elle n’aura pas d’autre choix que de commander au restaurant.


-« Je meurs de faim. Il n’y avait pas moyen de prendre un fichu repas sans se faire tirer dessus. Je suis tellement heureuse de te voir ma chérie. Tu m’as manqué. »

La jeune femme n’allait pas se plaindre de son travail. Elle savait que cela ne ferait que l’inquiéter davantage. Il valait mieux se concentrer sur quelque chose de plus positif, comme l’instant présent. Elles venaient de se retrouver et pouvaient enfin partager une magnifique soirée ensemble.

Eleonnora pénétra dans le loft et lança son sac à main sur le canapé. Elle se tourna vers sa compagne afin de l’embrasser. Cependant, elle se stoppa en voyant son incroyable tenue. Elle était… sublime. Magnifique. Elle resplendissait. Pourquoi s’était-elle fait si jolie, elle qui ne portait jamais maquillage et talons hauts ? Y avait-il quelque chose de spécial à célébrer ?


-« Wow… Tu es resplendissante. Tu… J’en perds mes mots. Tu es tellement belle, Evelynn. »

La jeune femme s’approcha d’elle et glissa une main derrière sa nuque alors que l’autre allait se caler au creux de ses reins. Elle embrassa sa compagne avec fougue et passion. Elle lui avait tellement manqué qu’elle en avait presque oublié le gout de ses lèvres. Elle savoura ce moment de retrouvailles tout autant que ce baiser. Doucement ses lèvres se posèrent contre le cou de sa bien-aimée. Eleonnora était peut-être fatiguée, mais elle ne pouvait retenir ses désirs pour Evelynn. Elle pouvait faire n’importe quoi si c’était avec elle. Justement, elle avait envie de faire certaines choses bien particulières en sa compagnie. Par contre, elle devait refreiner ses envies le temps de manger quelque chose.

-« Je meurs de faim. Qu’est-ce que tu as préparé à manger ? J’espère que le dessert c’est toi…» Elle tourna la tête vers la cuisine. De là où elle était, elle pouvait percevoir les lueurs des chandelles posées sur la table. « Souper aux chandelles ? C’est romantique, j’adore ça. Qu’est-ce que nous fêtons ? Tu ne t’ai pas fait si belle pour rien, je présume. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Jeu 25 Juil 2013 - 18:54

-« Je meurs de faim. Il n’y avait pas moyen de prendre un fichu repas sans se faire tirer dessus. Je suis tellement heureuse de te voir ma chérie. Tu m’as manqué. »

Si Eleonnora restait intéressée uniquement par la nourriture, Evelynn finirait par en être vexée, mais elle ne laisserait pas cela se produire. Pour une fois qu’elle prenait les devants, elle ne serait pas vaincue par l’estomac de la Russe. Souriante, habilement dissimulée derrière la porte, elle laissa sa compagne entrer puis se retourner vers elle.

-Tu m’as manqué aussi Nora…

Elle allait embrasser sa dulcinée lorsque celle-ci freina son mouvement, s’arrêtant à quelques centimètres d’elle. Ses yeux descendirent le long de la robe rouge qu’elle portait, le long de ses jambes jusqu’à ses talons, avant de remonter vers elle. Evelynn espérait avoir fait effet, mais elle n’avait pas besoin d’une traduction yeux/anglais pour comprendre que c’était réussi, chose que sa douce lui confirma quelques secondes plus tard.

-« Wow… Tu es resplendissante. Tu… J’en perds mes mots. Tu es tellement belle, Evelynn. »

Il n’en fallait pas plus pour que les joues d’Evelynn, partie de son corps malheureusement très expressive, ne deviennent aussi rouges que sa robe. Certes, elle s’était vêtue ainsi pour faire réagir Nora, mais la voir ainsi… perdre ses mots, la laissait sous le choc. D’habitude, c’était elle qui s’emmêlait les pinceaux ou qui se perdait dans ses propos. La robe avait fait son effet au moins, c’était le principal. Timide malgré tout, elle répondit simplement :

-Je… je voulais te faire plaisir… ta mission n’a pas dû être très facile et… et je voulais que tu aies envie de rentrer en un seul morceau…

Enfin elles s’embrassèrent. Une sensation unique, toujours aussi puissante, s’empara de la brunette qui ne désirait qu’y plonger. La passion de Nora était forte, elle l’avait toujours été, et cela paraissait encore plus lors de leur nombreux baisers. Ses mains se glissèrent doucement dans le dos de sa compagne alors que ses yeux se fermèrent, la jeune femme désirant profiter pleinement de ce moment. Elle ignorait quand sa compagne repartirait, mais elle souhaitait tard, très tard, dans plusieurs années si c’était possible. Alors que les lèvres de sa belle ange se glissait dans son cou, elle se mit à rire légèrement, les mouvements de Nora la chatouillant quelque peu. Repoussant donc doucement, très doucement, sa compagne, elle laissa Eleonnora jeter un coup d’œil dans la pièce.

-« Je meurs de faim. Qu’est-ce que tu as préparé à manger ? J’espère que le dessert c’est toi… Souper aux chandelles ? C’est romantique, j’adore ça. Qu’est-ce que nous fêtons ? Tu ne t’ai pas fait si belle pour rien, je présume. »

-Je n’ai rien préparé, je n’ai pas de talent pour rouler des sushis. Oh euh… surprise ! On mange des sushis !

Et une surprise gâchée, une ! Elle faisait fort tout de même, elle avait eu besoin de moins d’une minute pour dévoiler un premier aspect de son plan, il ne restait plus qu’à lui parler de tout ce qu’elle avait prévu ! Elle tenta de sourire, mais cette petite gaffe restait dans son esprit. Secouant la tête, elle fit des efforts pour revenir à l’instant présent. D’un geste elle replaça ses cheveux avant de prendre la main de Nora.

-Et si je m’étais fait belle uniquement pour te voir te perdre dans tes mots, ça serait suffisant ? Viens ma chérie, la soirée est toute entière consacrée à toi, alors allons manger… Et pour le dessert, je ne peux rien te promettre… mais…

Elle laissa sa phrase en suspens, dirigeant doucement sa dulcinée vers la table éclairée par quelques chandelles. Nora se doutait assurément de ce qu’Evelynn préparait, elle n’était pas du genre très subtile de toute façon, mais elle s’amusait à lui laisser un doute dans l’esprit. L’artiste tira même la chaise de sa compagne avant de s’asseoir devant elle, ouvrant le plateau à sushi au centre de la table.

-Oh j’oubliais !

Elle se releva rapidement afin de saisir deux coupes et une bouteille de vin. Elle ne s’y connaissait pas beaucoup, mais après s’être renseignée auprès d’un employé, elle avait choisi un vin qui devait bien se marier avec les sushis, ce qui était assez rare. Puisque les coupes étaient en hauteur, elle dut se hisser sur la pointe des pieds, dévoilant de façon un peu plus prononcé ses formes. La bouteille de vin quant à elle était au réfrigérateur, à l’étage le plus bas, et elle dut se pencher pour la saisir. Elle resta un instant dans cette position, bougeant simplement de gauche à droite pour faire baver un peu plus sa compagne avant de se relever pour s’asseoir, un sourire satisfait aux lèvres. Elle servit doucement une coupe pour Nora avant de s’en verser une, puis redéposa la bouteille sur la table. Le rouge de ses joues avaient graduellement disparu, et c’était pour le mieux.

-Santé ma chérie… Alors cette mission comment c’était ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Sam 27 Juil 2013 - 22:36

La semaine qui venait de passer avait été dure pour Eleonnora. Jouer les escortes n’était pas toujours une tâche aisée. Exténuée et en quête d’un peu de douceur, elle n’avait qu’une seule envie : retrouver celle qu’elle aimait. Lorsqu’elle pénétra dans son loft, elle fut plus que surprise d’apercevoir l’élue de son cœur. Evelynn s’était mise à son avantage, mettant son corps en valeur grâce à une magnifique et courte robe flamboyante. Elle avait coiffée sa chevelure d’ébène qui faisait ressortir ses yeux émeraude avantagés par le maquillage. Sans voix, Eleonnora fixait la jeune femme. Ce serait mentir que de dire qu’elle la laissait indifférente. Admirant sa beauté tout en la dévorant du regard, elle s’approcha finalement de sa compagne afin de l’embrasser avec une passion non dissimulée.

-« Tu es la raison qui me pousse à rentrer vivante après chaque mission, ma chérie. Tu es celle pour qui je pourrais tout affronter. »

Après avoir échangé de nombreux et langoureux baisés, Evelynn repoussa légèrement sa douce. Ce n’était pas le temps de s’adonner aux plaisirs charnels. Avant tout, il y avait un délicieux repas à déguster à la table. Des sushis. Eleonnora en avait l’eau à la bouche. Elle avait terriblement faim. Mais pourquoi toutes ces attentions ? Y avait-il quelque chose d’important à célébrer ? La jeune femme tentait de réfléchir, mais n’arrivait pas à trouver de quoi cela pouvait s’agir. Ce n’était pas leur anniversaire de couple. L’anniversaire d’Eleonnora était en octobre et celui de sa douce était en fin juillet. Fêtait-elle en avance ? Pour l’occasion, Eleonnora avait déjà tout préparé. Préférant avoir une réponse directe, la jeune femme la questionna finalement.

Evelynn lui fournit une raison bien simple : elle voulait lui faire plaisir. Elle avait envie de la voir s’extasier et perdre ses mots. Elle avait réussis. La jeune femme était touchée de voir que cette soirée était uniquement consacrer à sa personne. Ravie, elle n’hésita pas à suivre sa douce jusqu’à la table de la cuisine. Elle tira la chaise afin qu’elle puisse y prendre place avant de la laisser admirer le grand plateau de sushis qu’elle avait commandé. Impatiente, Eleonnora comptait bien se servir tout de suite. Cependant, elle se retint en se disant qu’il serait plus poli d’attendre Evelynn.


-« Mais ? Allez, dis-moi ce que tu prépares, petite cachotière. J’ai bien hâte de découvrir ce que tu me réserves. »

À peine assise à la table, Evelynn se leva afin de prendre quelque chose dans le frigo. Sa compagne ne la quitta pas des yeux, dévorant du regard son magnifique corps. Elle était tellement ravissante, tellement à son avantage dans une si belle robe moulante. Impossible de ne pas regarder. Pendant qu’Evelynn s’amusait à la titiller, à lui donner l’envie de lui sauter dessus afin de lui faire sauvagement l’amour, Eleonnora retirait son veston. Elle commençait à avoir chaud. Elle posa le vêtement sur le dossier de la chaise avant de déboutonner le haut de sa chemise, laissant ainsi une magnifique vue sur son décolleté.

Une fois de retour à la table, Evelynn servit le vin. Heureuse, Eleonnora ne se fit pas prier pour prendre sa coupe. Elle attendit que sa douce ce soit servie afin de lever doucement sa coupe dans les airs, la tendant devant elle afin de porter un toast à cette merveilleuse soirée qui s’annonçait.


-« À nous. À toi. Tu es la femme la plus merveilleuse de ce monde. Je t’aime, Evelynn. »

Une fois que le toast fut porté, la jeune femme but une gorgée de sa coupe. Le vin était délicieux. Il s’accordera à merveille avec les sushis qu’elle mettait dans son assiette. Elle avait tellement hâte de tous les goûter, un à un. Venaient-ils de ce restaurant qu’elle adorait ou sa douce avait préféré les acheter dans une épicerie, là où ils étaient moins frais et bien moins délicieux ? Elle se garda bien de lui poser la question. De toute façon, sa douce fut la première à prendre la parole. Elle lui demandait comme s’était passé sa mission. Bien qu’Eleonnora ne pouvait en parler, elle pouvait toujours se permettre de lui révéler quelques innocents détails.

-« C’était épuisant. Tu n’as pas idée à quel point. On devait veiller sur un informateur important. Maintenant, il est en sécurité, mais ça aurait pu mal tourner à plusieurs reprises. Il faut voir le bon côté. Je suis là, saine et sauve. »

Elle commença à manger sans se priver. Ces sushis étaient absolument délicieux. Elle ne parlait pas beaucoup durant le repas, bien trop occupée à manger. Il était clair qu’aucun sushi ne pourrait survivre à son passage. Puis, au bout d’un moment, elle s’arrêta pour boire une longue gorgée de vin. Elle en profita pour demander à sa douce ce qui s’était passé en son absence.

-« Que s’est-il passé de ton côté ? Tu n’as eu aucun problème pendant mon absence ? Et tu as fait les courses ? Je crois qu’il n’y avait plus de shampoing lorsque je suis partie. J’irais en acheter demain. De toute façon, j’ai promis à ma peste de sœur de l’amener chez la coiffeuse. Ses cheveux sont un vrai désastre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Lun 29 Juil 2013 - 19:01

-« Tu es la raison qui me pousse à rentrer vivante après chaque mission, ma chérie. Tu es celle pour qui je pourrais tout affronter. »

Ces paroles firent sourire Evelynn, mais en même temps ce n’était pas ce qu’elle voulait entendre. Déjà qu’elle n’aimait pas l’idée de sa dulcinée affrontant vents et marées pour son organisation secrète, si en plus elle se mettait dans la tête de tenter des défis encore plus grand, Evy ne le supporterait pas, comme elle ne supportait pas l’idée de perdre Nora. Échangeant avec elle nombre de baisers, l’artiste n’hésita pas un instant pour mêler amour et passion à ses caresses. Elle dut tout de même faire un effort de volonté pour s’arrêter, repoussant quelque peu sa déesse. Après tout, de nombreux cadeaux l’attentaient.

-« Mais ? Allez, dis-moi ce que tu prépares, petite cachotière. J’ai bien hâte de découvrir ce que tu me réserves. »


-Tu le découvriras bien assez tôt… Commençons par manger un morceau, ensuite… on verra bien ce que la nuit te réserve ! Si tu es… gentille bien sûr…

L’artiste prenait son rôle à cœur. En temps normal elle était Evelynn la gaffeuse, Evelynn la maladroite, Evelynn la gênée, mais cette fois elle voulait à tout prix faire plaisir à sa déesse. La jeune femme n’avait cessé de penser à sa compagne, et le fait qu’elle soit partie plus vite que prévue était peut-être en cause. Eleonnora lui manquait cruellement chaque jour, et elle se demandait souvent ce qu’elle donnerait pour que la Russe reste à la maison plus souvent.

S’installant à table avec Nora, la jeune femme à la robe rouge s’amusa à bouger dans son vêtement moulant sous les yeux de sa compagne, la laissant baver et mater généreusement. Lorsqu’elle se retourna afin de servir le vin, elle constata que la tenue de la Russe n’avait pas tenu longtemps, son veston maintenant sur une chaise, sa chemise déboutonnée. Ce qu’elle était sexy lorsqu’elle était ainsi. En fait, en toute situation, sa dulcinée était la femme la plus délicieuse sur Terre. Evy ne pouvait pas nier qu’elle aussi commençait à avoir envie de lui arracher ce qui lui restait de boutons pour caresser cette magnifique poitrine…


-« À nous. À toi. Tu es la femme la plus merveilleuse de ce monde. Je t’aime, Evelynn. »


-Je t’aime Nora… et je suis chanceuse, car je suis moi-même avec la femme la plus… délicieuse du monde. On forme un beau couple tout de même pas vrai ?

Souriante, elle prit une gorgée de vin avant de reposer son verre. Regardant le plateau de sushis, elle laissa sa compagne se servir en premier, elle-même un peu plus patiente. Elle ne s’était pas privée de toute façon durant les derniers jours, contrairement à Nora qui n’avait pas passé une semaine très facile. Une fois qu’elle en eut sélectionné quelques-uns pour mettre dans son assiette, Evy attaqua, choisissant ceux qu’elle aimait le plus ainsi que ceux qui déplaisaient à sa compagne. Toutes ces attentions, toutes ces pensées, ce n’était que pour sa belle compagne. Entre deux bouchées, elle lui demanda comment s’était déroulée sa semaine, quel genre de mission elle avait exécuté. Elle n’était pas avare de détails, mais les histoires de Nora, quoique trop dangereuse au goût de l’artiste, étaient souvent bien plus intéressantes que ses propres histoires de vie à elle.

-« C’était épuisant. Tu n’as pas idée à quel point. On devait veiller sur un informateur important. Maintenant, il est en sécurité, mais ça aurait pu mal tourner à plusieurs reprises. Il faut voir le bon côté. Je suis là, saine et sauve. »


Mal tourner à plusieurs reprises ? Voilà qui n’inspirait guère confiance à Evelynn. Déjà qu’elle était stressée de façon permanente lorsque sa dulcinée partait en mission, si en plus tout ça aurait ou pouvait mal tourner, ça ne l’aidait guère à garder son calme. Elle fit de son mieux pour ne pas afficher son malaise à l’idée que sa chérie puisse se faire charcuter pour le compte d’une organisation secrète quelconque. Au fond, Evy savait qu’elle ne pourrait jamais garder Nora près d’elle pour toujours. Elle avait une trop grande soif d’aventure et l’artiste était beaucoup trop calme, réservée et timide pour suivre un tel rythme de vie. Que se passerait-il lorsque sa déesse se rendrait compte qu’Evelynn l’étouffait ? C’était une peur qu’éprouvait souvent la jeune bibliothécaire… qui se trouvait beaucoup trop ordinaire.


-Au moins tu es de retour… c’est le principal. Tu m’as manqué beaucoup, et tu es partie beaucoup trop vite à mon goût. Tu devras te rattraper d’une telle absence…

-« Que s’est-il passé de ton côté ? Tu n’as eu aucun problème pendant mon absence ? Et tu as fait les courses ? Je crois qu’il n’y avait plus de shampoing lorsque je suis partie. J’irais en acheter demain. De toute façon, j’ai promis à ma peste de sœur de l’amener chez la coiffeuse. Ses cheveux sont un vrai désastre. »

-Hum… je me suis fait insultée par ta demi-sœur, et complimenté par ton demi-frère, et accueillir gentiment chez ta… grand-mère. En fait, j’ai rencontré Erïka quand tu l’as déposé chez nous avant de partir, et j’ai dit que son copain, à cause de toi, était punk. Elle ne l’a pas bien pris… au moins ça s’est calmé après. Elle m’a demandé de faire une toile d’elle et son copain. Après elle m'a amené chez... Anieta voilà, et j'ai rencontré Alexïs aussi. Il est trop trop trop gentil !

C’était les grands moments de sa semaine, elle venait de connaître un peu mieux sa belle-famille grâce à la mission spontanée de la belle Russe. Terminant rapidement son assiette, elle laissa à sa compagne le soin de vider le plateau avant de lui retirer son plat, les laissant pour le moment dans l’évier. Elle aurait bien le temps de faire la vaisselle plus tard, pour l’instant, elle souhaitait lui montrer quelque chose.

-Prête pour ta première surprise ? Elle t’attend dans la chambre d’ami… Suis moi !

Prenant la main de Nora, elle l’embrassa doucement avant de la guider jusqu’à la chambre d’ami qui était aussi l’endroit qu’elle utilisait pour peindre. La faisant entrer, elle l’amena près de la toile recouverte. Elle prit son temps avant de contourner le chevalet et saisit doucement le morceau de tissus qui dissimulait le cadeau de Nora. Prenant son temps, elle retira graduellement ce qui cachait la toile, et regarda la réaction de sa douce. Elle avait eu besoin de beaucoup de temps pour faire cette œuvre, et elle espérait vraiment que cela allait lui faire plaisir.

-Voilà… j’espère que… que que… que tu aimes…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Lun 29 Juil 2013 - 21:15

Eleonnora était peu habituée à recevoir de telles surprises de la part de sa douce compagne. Habituellement, elles se contentaient toutes les deux de leur train de vie ordinaire, des petites soirées devant un bon film avec un repas fraichement livré d’un restaurant du coin. Cela lui convenait parfaitement. Elle n’avait besoin de rien de plus pour être heureuse. Cependant, il était difficile de dissimuler le fait qu’elle était terriblement ravie de cette magnifique surprise. Evelynn s’était faite bien jolie afin de lui faire plaisir. Elle avait commandé des sushis, l’un de ses plats préférés, qu’elles pourront discuter dans le cadre d’un doux souper aux chandelles. Ce n’était pas tout. Il y avait autre chose. Cependant, la jeune femme préférait se taire. Elle n’allait tout de même pas tout révéler à Eleonnora. Elle finira par tout découvrir, en temps et lieu. Pour l’instant, cette dernière devait se montrer gentille. Ça, elle savait faire !

-« Je suis toujours gentille, ne t’en fais pas. »

Installée à la table, Eleonnora attendit avec patience que sa douce ait servit le vin avant de porter un toast. Elle le faisait en l’honneur de leur merveilleux couple, de ces années d’amour et d’amitié et, surtout, pour Evelynn, la femme qu’elle aimait plus que tout. Sa douce ajouta quelques paroles à son tour, se sentant choyée d’être avec une femme si merveilleuse. Elle trouvait qu’elles faisaient un très beau couple. C’était bien vrai.

-« Nous sommes le plus beau couple qui soit. »

Eleonnora avait commencé à se servir dans le plateau de sushis. Elle mourrait de faim ! Elle n’avait pas eu l’occasion de bien manger ou de manger souvent pendant sa mission. Elle avait connu beaucoup de péripéties et avait dû faire son boulot avant tout. Maintenant, elle pouvait en profiter pour manger à sa faim et se reposer au calme. Lorsqu’Evelynn lui parla de son travail, la jeune femme lui expliqua très brièvement en quoi avait consisté sa mission. Elle s’en était sortie saine et sauve. Tout allait pour le mieux. Maintenant, Eleonnora profitait de ces quelques jours de repos qui s’annonçaient… et également de cette belle entrée d’argent qu’elle allait recevoir. Elle pourrait aller faire les boutiques avec sa compagne. Elle devait rattraper cette si longue absence, loin de celle qu’elle aimait.

-« Tout mon temps ne sera consacré qu’à toi dans les prochains jours, ma jolie. »

Pour l’instant, Eleonnora donnait toute son attention à sa douce. Elle voulait savoir ce qui s’était passé dans sa vie ces derniers temps. La jeune femme lui avoua qu’elle avait eu l’occasion de faire plus ample connaissance avec sa belle-famille. Elle avait rencontré Anieta, une vieille femme adorable. Elle avait discuté avec Alexïs qu’elle semblait adorer. Personne ne pouvait détester un jeune homme si gentil et courtois. Il était tellement serviable et compréhensif.
Cependant, ce n’était pas la même chose dans le cas d’Erïka. Cette sale peste savait être très détestable, et ce, sans faire d’effort ! Eleonnora et elles passaient leur temps à se lancer des piques et s’embêter. Elles s’insultaient sans gêne. Sûrement parce qu’elles avaient en commun le sens de la franchise. Comment Evelynn s’en était sortie en sa compagnie ? Visiblement, elle avait été insultée. Qu’avait dit Erïka ? Était-ce parce qu’elle prenait toujours mal le fait que son copain ressemblait à un punk ? Au moins, les choses semblaient s’être calmées si l’adolescente lui avait fait une demande un peu spéciale. Elle était plutôt du genre à ne rien demander à qui que ce soit.

-« Alexïs est formidable. Tu devrais faire du shopping avec lui, c’est un excellent conseillé. Par contre, ma sœur a des goûts douteux. Elle s’obstine encore à croire que son copain n’est pas punk. Il a l’air punk, je n’y peux rien. Elle t’a dit quoi cette sale peste ? Elle n’a tellement pas la langue dans sa poche… »

Après ce délicieux repas, Evelynn annonça qu’une autre surprise attendait la jeune femme dans la chambre d’amis. À ce moment, Eleonnora pensa immédiatement à une toile. Après tout, cette pièce lui servait d’atelier de peinture. Il fallait vraiment régler ce problème d’espace. Ce n’était pas pratique pour inviter des gens à dormir. Elle suivit sa douce jusqu’à la pièce. Cette dernière la mena jusqu’à une toile recouverte d’un drap. Afin de faire durer le suspense, Evelynn prenait tout son temps pour le retirer. Lorsque la toile fut entièrement à découvert, la jeune femme admira la magnifique œuvre qu’avait créé sa douce. Elle était sublime. C’était… c’était tellement beau qu’elle perdait, pour une seconde fois, ses mots. Sa compagne avait un grand talent pour l’art. C’était étonnant de savoir qu’elle n’exposait pas dans les galeries.

-« Si je l’aime ? Oh ! Evelynn ! Je l’adore. Elle est magnifique. Tu es si talentueuse. Tu es géniale, ma chérie. »

Elle s’approcha d’Evelynn afin de l’étreindre avec force. Elle était très touchée par ce cadeau, cela se lisait sur les traits de son visage. Tenant sa douce contre elle, elle passait doucement sa main dans sa magnifique chevelure d’ébène.

-« Parfois, je me demande si tout cela n’est pas un rêve. Tu es trop merveilleuse pour être réelle. Tu es la femme parfaite. »

Elle se détacha légèrement d’Evelynn afin de la regarder dans les yeux. Doucement, Eleonnora caressa son visage, puis l’embrassa avec tendresse. Elle se refusait à la libérer. Elle voulait la garder dans ses bras pour l’éternité. Elle était son ange, son étoile dans la nuit. Evelynn représentait tout à ses yeux. Il n’y avait personne d’aussi précieux qu’elle dans sa vie. Cependant, il fallait bien qu’elle libère sa douce de ses caresses et ses baisers passionnés à un moment ou à un autre. Finalement, elle détacha ses lèvres des siennes, puis contempla son visage. Elle était si belle. Ses talons aiguilles la faisaient paraitre plus grande, Eleonnora ne s’y était pas encore habituée.

-« Et si nous allions prendre un bain chaud, ensemble. Toi, moi, nos deux corps nus dans un bain sous la lueur romantique des chandelles. À moins que tu n’ailles d’autres idées en tête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 30 Juil 2013 - 18:47

-« Je suis toujours gentille, ne t’en fais pas. »

Ça c’était un mensonge… mais Evelynn n’en dit rien. Elle connaissait assez bien sa compagne désormais pour affirmer sans gêne qu’elle était loin d’être toujours gentille. Elle savait faire preuve de beaucoup de bon cœur, mais pouvait se montrer agressive et violente, surtout quand l’artiste était en danger. Même si la brunette tentait d’éviter ses moments comme la peste, ils arrivaient un peu trop à son goût. Heureusement que la belle blonde veillait sur elle.

-Avec moi c’est vrai… alors tu devrais avoir droit à tes surprises...

S’installant devant sa compagne, elle trinqua à la santé de leur couple, à la belle vie qu’elles menaient, et surtout à l’amour qu’elles éprouvaient l’une pour l’autre. Evelynn ne savait pas quel genre de choses elle avait pu faire dans une vie ancestrale pour mériter pareille compagne. Avait-elle été une quelconque victime dans une autre vie pour pouvoir profiter de la présence de la jolie Russe dans cette vie-là ?

-« Nous sommes le plus beau couple qui soit. »

Evelynn répondit par un sourire avant de plonger ses baguettes dans le plateau à sushis, rougissant quelque peu devant de si beaux commentaires. Malgré les années, Evy serait toujours sujette à la gêne, même avec sa compagne, mais elle tentait de profiter pleinement de ces moments au lieu de se concentrer sur les boules de chaleur qui se formaient sur ses joues. Surtout qu’Eleonnora s’amusait à provoquer ces moments de gêne… Au moins l’artiste s’était habituée avec le temps, et parvenait parfois à ignorer ce sentiment qui naissait en elle. Profitant de la magnifique vue du décolleté de sa compagne alors qu’elle savourait sushi sur sushi, elle lui demanda comment sa mission avait été, ce qu’elle avait fait, si elle avait passé près de mourir, bref le genre de détail que la femme au foyer parfaite demande à sa dulcinée lorsqu’elle revient du travail. Au moins les deux femmes avaient un bon moment ensemble dans les prochains jours, et ce n’était pas Evelynn qui allait s’en plaindre.  

-« Tout mon temps ne sera consacré qu’à toi dans les prochains jours, ma jolie. »

-Tout ton temps ? Fait attention, je risque d’exiger que tu ne repartes plus si je m’habitue à t’avoir avec moi chaque minutes de chaque heures de chaque jours. Et fais attention ! Tu n’es pas souvent là, alors hors de question que tu boives toute la nuit avec un rouquin hein ! En tout cas… pas sans moi !

Elle faisait évidemment référence à cette soirée lors de laquelle, pour des raisons assez évidente, elle avait ramené sa douce et son ami Will très imbibés d’alcool tous les deux d’un bar quelconque dont elle ne se souvenait plus le nom. Même si Evy n’avait aucun problème avec l’alcool, ça n’empêchait pas l’artiste d’avoir envié le borgne. Il avait eu la chance de passer la soirée avec Nora et pas elle. Pour le peu de jours qu’elle passait à la maison… c’était injuste. Même si Evelynn savait que sa réaction était exagéré, après tout sa déesse pouvait bien sortir quand elle le voulait et où elle le voulait, elle aurait aimé au moins être avec eux… et boire un bon coup elle aussi. Mais c’était chose du passé, et elle disait ces mots simplement pour la taquiner. Lui racontant ensuite rapidement sa rencontre avec la famille de la Russe, celle-ci semblait étonnée qu’Erïka ait demandé une toile d’elle et son copain à Evy


-« Alexïs est formidable. Tu devrais faire du shopping avec lui, c’est un excellent conseillé. Par contre, ma sœur a des goûts douteux. Elle s’obstine encore à croire que son copain n’est pas punk. Il a l’air punk, je n’y peux rien. Elle t’a dit quoi cette sale peste ? Elle n’a tellement pas la langue dans sa poche… »

-Euh… nonon elle ne m’a pas insulté je… attends je me reprends… Je l’ai insultée moi en disant que son copain avait l’air d’un punk… il n’a pas l’air si… punk que ça c’est juste sa couleur de cheveux qui sort de l’ordinaire. C’est vrai qu’elle n’a pas la… la langue dans sa poche, mais elle est honnête, et ça vaut tout de même… ce que ça vaut. Mais c’est vrai qu’Alexïs est super.


Ce qu’elle ne disait pas, c’est que bien qu’elle avait détecté de nombreux points communs entre elle et sa belle-sœur, l’artiste en voyait beaucoup aussi entre Nora et Riri. Déjà au niveau du physique elles ressemblaient à des jumelles, Erïka était une version légèrement plus petite et plus jeune de sa grande demi-sœur, mais aussi au niveau de la personnalité. Les deux avaient une tête dure, et n’abandonnaient jamais rien. Elles étaient toutes les deux directes aussi. Bref, Evy voyait bien des points communs entre ces deux femmes. Lorsque le repas fut terminé, l’artiste montra son premier cadeau à Nora. Caché dans la chambre d’ami, elle prit tout son temps pour admirer le visage de sa compagne lorsque la couverture fut complètement retirée de sur la toile. Elle semblait perdre ses mots… et c’était l’effet escompté par Evelynn.


-« Si je l’aime ? Oh ! Evelynn ! Je l’adore. Elle est magnifique. Tu es si talentueuse. Tu es géniale, ma chérie. »

Répondant à l’étreinte avec force, elle caressa le dos de sa compagne qui semblait ravie. C’était exactement ce qu’elle cherchait, et ça semblait fonctionner. Elle savoura ce contact un long moment avant que sa dulcinée ne finisse par se dégager quelque peu pour la regarder dans les yeux.

-« Parfois, je me demande si tout cela n’est pas un rêve. Tu es trop merveilleuse pour être réelle. Tu es la femme parfaite. »

-Arrête de dire n’importe quoi… je sors avec la femme parfaite, comment pourrais-je l’être ?

Laissant la passion faire son œuvre, elle suivit les mouvements de Nora et l’embrassa, ses mains caressant son dos et sa chevelure, ses lèvres gardant celles de sa dulcinée captive. Sans sa compagne, elle ne serait plus là, et pour ça elle lui serait toujours reconnaissante, mais c’était bien plus que de la reconnaissance entre eux. C’était un amour fou, brûlant, ardent, passionné qui faisait battre son cœur et qui la poussait à avancer toujours et encore, et à affronter ses peurs vis-à-vis de sa vie de couple avec la belle Russe. Evelynn n’aurait sans doute jamais pu être aussi heureuse sans elle…

-« Et si nous allions prendre un bain chaud, ensemble. Toi, moi, nos deux corps nus dans un bain sous la lueur romantique des chandelles. À moins que tu n’ailles d’autres idées en tête ? »

-Je me vois dans l’obligation de refuser. Je n’en ai pas fini avec toi encore beauté…  J’ai une dernière surprise pour toi, alors reste ici…

Coquine, elle repoussa légèrement Nora avant de lui clouer le bec d’un baiser pour quitter la chambre rapidement, la laissant plantée là devant la toile. Entrant dans leur chambre commune, elle se dirigea vers la garde-robe où se trouvait son dernier investissement. Elle n’avait toujours pas dit à Nora qu’elle avait utilisé sa carte de crédit pour l’occasion, mais elle lui rembourserait la totalité des coups lors de sa prochaine paie. Sortant la nouvelle tenue de la garde-robe, elle l’étala sur le lit. Il lui faudrait beaucoup de patience pour enfiler une telle tenue, mais Nora serait aux anges. Ce qu’elle avait acheté en fait était un uniforme militaire fait de cuir et de latex, avec une fermeture éclair qui passant de son nombril jusque sous ses jambes pour remonter dans le dos. D’une couleur verte reflétant l’armée, l’habit ferait baver Nora, parce qu’il était très serré et laissait bien peu de place à l’imagination.

S’enduisant les jambes d’une poudre pour absorber l’humidité, elle commença à enfiler le tout par le bas, remontant l’habit le long de ses jambes. Cette partie facile se déroula sans problème, mais lorsque vint le temps d’enfiler ses bras, il fallut bien plus que quelques moments pour réussir. Elle s’y reprit à deux fois, rajoutant un peu de poudre entre temps, pour finalement passer ses bras dans les manches de l’habit. Cependant, la partie qui lui causa le plus de problème fut bien de remonter la fermeture-éclair. Autant elle n’avait pas de problème pour la partie dissimulant son entrejambe, autant l’atteindre dans son dos était plus compliqué. Perdant patience, elle finit par prendre un cintre et entra la partie pointue dans le rond de la navette et tira dessus doucement pour qu’il remonte. Lorsqu’enfin elle sentit le tout se refermer et se resserrer sur elle, elle fut surprise de la sensation que cela lui procurait. C’était comme si chaque fibre de son corps était exposée, et chaque mouvement provoquait un éclair de frissons la parcourant. Elle retira le cintre de son dos avant d’enfiler une paire de talons aiguilles à nouveau, noir cette fois-ci, puis maintenant prête, elle mit un petit bérêt sur sa tête avant de dire à sa compagne, assez fort pour qu’elle l’entende depuis la pièce adjacente :


-Tu peux venir maintenant… Mais ferme les yeux… et essaie de deviner ce que je porte !

Elle savait qu’à la seconde où Nora entrerait dans la pièces, ses joues deviendraient aussi rouge qu’une tomate, mais au moins, sa dulcinée allait baver… pendant des heures… sur cette superbe tenue.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 14 Aoû 2013 - 1:01

Eleonnora était toujours ravie de profiter d’un peu de bon temps entre deux missions. Ce n’était pas toujours facile de pouvoir rester aux côtés de sa douce. Il y avait toujours quelque chose qui finissait par les empêcher de passer de longues journées l’une dans les bras de l’autre. Bien souvent, il s’agissait du travail d’Eleonnora. Elle-même n’avait pas toujours envie de se rendre sur le terrain, de risquer sa vie et d’abîmer sa manucure. Pourtant, elle le faisait. Elle n’avait pas trop le choix. Combien de temps avant de recevoir un nouvel appel ? Elle ne voulait pas le savoir. Elle préférait profiter au maximum du temps qu’elle possédait pour être avec celle qu’elle aimait. Elle comptait lui consacrer tout son temps… ou presque. Si Evelynn travaillait et ne prenait pas congé, la jeune femme allait devoir trouver un moyen de s’occuper. Elle ira embêter sa petite sœur, c’était toujours très divertissant.

Sa douce compagne de comptait pas la laisser s’éloigner si facilement. Allait-elle prendre quelques journées de congé pour rester avec elle ? Quoi qu’il en soit, Evelynn ne comptait pas la laisser repartir en mission si facilement. Elles oubliaient le travail. Elles ne pensaient plus qu’à elles, maintenant. Penser tout de suite à un éventuel départ serait trop douloureux, surtout pour Evelynn. Elle préférait voir ces beaux jours qui s’annonçaient. Elle espérait fortement qu’Eleonnora ne sorte pas s’enivrer avec son meilleur pote ou, en tout cas, pas sans elle.


-« Ne t’en fais pas, ma jolie, je vais bien m’occuper de toi. On pourrait sortir hors de la ville, même rendre visite à ta famille si tu veux. On pourrait passer quelques jours à Miami ou bien simplement resté seules, toutes les deux, dans notre magnifique loft. Je ferais tout ce que tu désires.  D’ailleurs, je pensais que l’on pourrait s’acheter une petite maison pour y passer nos vacances d’hiver. Tu préfères Miami ou la Floride ? »

Eleonnora n’était jamais à court d’idées… et d’argent. Elle avait toujours les moyens de faire ce qu’elle désirait. Sa plus récente idée était de s’acheter une maison dans le sud des États-Unis où elle pourrait y passer ses vacances en compagnie de sa douce. Elle pourrait même y amener son frère, sa sœur et le copain de cette dernière. Visiblement, Erïka était toujours aussi susceptible lorsque l’on parlait de son copain. Elle avait rencontrée Evelynn et cela s’était plus ou moins passé, apparemment.

-« N’écoute pas ce que dis ma sœur. Elle a un sale caractère et veut toujours avoir le dernier mot. Il faut savoir lui tenir tête. J’espère qu’elle ne te marche pas trop sur les pieds, ma chérie. »

Après un délicieux repas constitué de sushis, Eleonnora suivit docilement sa partenaire jusqu’à son atelier de peinture. Elle était bien curieuse de savoir ce qu’elle lui avait préparé. Lorsqu’elle découvrit finalement la magnifique toile que lui avait peinte Evelynn, la jeune femme ne put retenir son admiration. Elle sera toujours impressionnée par le talent de sa douce. Cette dernière ne réalisait-elle pas qu’elle était terriblement douée dans son art ? Comment ne pouvait-elle pas avoir confiance en ses capacités ? Eleonnora tentait de l’encourager, de lui faire prendre confiance en elle-même. Cependant, cela n’était pas une tâche aisée.

La jeune femme échangea un long et doux baiser avec sa compagne, lui transmettant ainsi toute sa joie et sa reconnaissance face à un si beau cadeau. Cela valait tout l’or du monde, à ses yeux. Eleonnora se demandait encore comment tout cela était possible. Comment avait-elle eut cette chance inouïe d’être en couple avec une femme si formidable ? Elle était parfaite. Chaque jour, Eleonnora réalisait à quel point elle était chanceuse d’être aux côtés d’Evelynn. Cette dernière semblait penser la même chose. Elle sortait avec la femme parfaite. Cela ne faisait que nourrir davantage l’égo de sa compagne.


-« Je sais, je suis parfaite. Par contre, la femme parfaite a besoin de sa reine, tout aussi parfaite. »

Embrassant sa douce, Eleonnora sentait monter le désir. Combien de temps s’était écoulé sans qu’elle ne puisse toucher à celle qu’elle aimait ? Trop longtemps. Elle avait envie d’elle et ne le cachait pas. Pourquoi ne pas aller prendre un bain, toutes les deux ? Bien évidemment, Eleonnora avait quelques idées derrière la tête. Cependant, il semblerait que ce soit également le cas de sa compagne.

-« Une autre surprise ? J’ai hâte de voir ça… Si tu me fais attendre trop longtemps, je te préviens, je n’hésiterais pas à défoncer la porte de la chambre pour te sauter dessus. »

Evelynn l’empêcha d’en dire davantage en déposant un baiser sur ses lèvres. Avant que sa douce ne quitte la pièce, la jeune femme lui claqua une fesse. Un sourire coquin flottait sur ses lèvres. Elle se doutait bien qu’Evelynn avait fait un achat, mais ne savait pas ce que cela pouvait être. Elle ne connaissait que le prix. Tentant de s’imaginer ce que pouvait concocter Evelynn, elle fixait la magnifique toile qu’elle avait sous les yeux. Chaque seconde semblait interminable. Est-ce que sa douce était bientôt prête ? Quelles idées perverses se cachaient dans sa tête ?

Lorsqu’elle entendit la voix de sa compagne, Eleonnora quitta aussitôt la pièce. Avant de pénétrer dans la chambre, elle ferma les yeux. Elle tourna lentement la poignée de la porte puis entra dans la chambre. Elle referma la porte derrière elle lorsqu’elle fut entrée dans la pièce. Il fallait maintenant qu’elle devine ce que portait sa douce. Ce n’était pas si facile que cela. Elle avait tellement d’idées en tête et l’envie d’ouvrir les yeux était si forte…

-« Hummm… J’espère que c’est sexy et bien moulant. Tu sais que j’adore ce genre de chose. Est-ce que c’est… une tenue d’infirmière ? Ou mieux, un habit bien sexy à la Catwoman ? Tu serais tellement sexy avec des petites oreilles de chat… S’il te plait, je veux ouvrir les yeux ? Je n’en peux plus d’attendre. »

Elle avait terriblement hâte d’ouvrir les yeux et de voir ce qu’Evelynn lui réservait. Elle n’en pouvait plus d’attendre, cela se voyait très bien. Lorsqu’elle reçut l’autorisation d’ouvrir les yeux afin de regarder sa compagne, Eleonnora n’hésita pas une seule seconde. Ce qu’elle vit alors la renversa totalement. Sa douce était si belle… si sexy. Elle était absolument magnifique dans cette tenue. Elle la faisait baver d’envie. Contrôlant ses pulsions, la jeune femme s’avança vers sa douce. Elle laissa glisser ses mains sur le latex moulant parfaitement les formes de la jeune femme. Elle regarda Evelynn dans les yeux, une main posée derrière son crâne alors que l’autre glissait doucement sur ses fesses.

-« Tu es magnifique. À couper le souffle. »

Ne pouvant résister plus longtemps, Eleonnora attira sa compagne contre elle et l’embrassa avec une passion non dissimulée. Elle caressait ses formes, se retenant de lui retirer tout de suite cette magnifique tenue. Il fallait savoir prendre son temps. C’était ce qu’elle faisait. Elle attira Evelynn près du lit et la plaqua contre le matelas. Ce genre de moment intime lui avait tant manqué. Elle s’était terriblement ennuyée de sa douce. L’envie de lui déchirer sa tenue sur le dos était tentante, mais Eleonnora adorait faire durer ce genre de moment, sentir la passion et le désir l’enivrer. Elle ne faisait pas que s’adonner au plaisir de la chaire avec une femme. Loin de là. Elle partageait son amour jusque dans la plus totale intimité avec la femme qu’elle aimait.

Le temps s’écoula à une vitesse folle. Quelle heure était-il ? Eleonnora s’en fichait. Elle se laissa tomber sur le matelas, en sueur. Trop paresseuse pour aller prendre sa douche, elle resta étendue sur le dos. Elle se contenta d’attirer Evelynn contre elle avait de fermer les yeux. Le sommeil la gagna peu de temps après. Elle avait fait tellement d’efforts physiques qu’elle méritait un peu de repos.

À son réveil, Eleonnora jeta un regard à son réveille-matin. Il était plus de neuf heures. Devait-elle se lever ? Non, pas tout de suite. Elle préférait observer sa douce alors qu’elle était encore plongée dans un doux sommeil. Lentement, la jeune femme remonta la couverture sur elle afin de recouvrir certaines parties de son corps nue. Elle était si belle lorsqu’elle était assoupie. Après avoir passé de longues minutes à contempler son ange, la jeune femme quitta le lit et traversa le couloir du loft afin de se rendre à la salle de bain, complétement nue. Elle prit une longue douche à la fois rafraichissante et revigorante. Elle en ressortie, quarante minutes plus tard. Pour elle, il s’agissait d’un passage rapide sous l’eau.

La jeune femme s’enroula dans une serviette avant de sécher sa longue chevelure dorée. Il lui fallut de longues minutes avant de la coiffer, par la suite. Une fois cela terminé, elle regagna sa chambre et laissa tomber sa serviette au sol. Elle pénétra dans sa garde-robe et sélectionna les habits qu’elle souhaitait porter. Aujourd’hui, il s’agissait d’un court short avec un léger chemiser couleur crème dont elle nouait la partie du bas en un joli nœud, au niveau de son nombril. Une fois habillée, elle regagna la chambre et ferma les portes derrière elle.

Pendant quelques secondes, elle observa Evelynn, toujours couchée dans le lit. Doucement, Eleonnora s’en approcha et monta à quatre pattes sur le matelas, s’approchant de sa compagne tel un félin. Une fois au-dessus d’elle, la jeune femme se pencha et posa un baiser sur ses lèvres avant de descendre au creux de son cou.

-« Bon matin ma chérie. J’espère que tu as très bien dormi parce que nous avons une longue journée devant nous. »

Après avoir déposé un baiser sur le front de sa douce, Eleonnora se leva et se rendit à la cuisine. Elle sortit quelques aliments du frigo. Pour une fois, la jeune femme était décidée à cuisiner un bon déjeuner plutôt que de commander au restaurant. Elle commença par faire cuire du bacon, puis des œufs, prenant tout son temps afin de laisser le temps à Evelynn de la rejoindre. Lorsqu’elle arrivera dans la pièce, elle aura droit à de délicieux croissants aux œufs, au bacon et au fromage, grillés à point, ainsi qu’un grand verre de jus d’orange pour faire passer le tout. Il n’y avait rien de mieux pour commencer la journée du bon pied.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 14 Aoû 2013 - 18:50

-« Ne t’en fais pas, ma jolie, je vais bien m’occuper de toi. On pourrait sortir hors de la ville, même rendre visite à ta famille si tu veux. On pourrait passer quelques jours à Miami ou bien simplement resté seules, toutes les deux, dans notre magnifique loft. Je ferais tout ce que tu désires.  D’ailleurs, je pensais que l’on pourrait s’acheter une petite maison pour y passer nos vacances d’hiver. Tu préfères Miami ou la Floride ? »

Hein ? Evelynn avait-elle raté un morceau, ou Eleonnora lui propsait vraiment d’acheter une maison ? Les deux femmes discutaient, heureuses, et voilà que tout d’un coup elles achetaient une maison ? L’artiste figea pendant quelques secondes ne sachant pas trop quoi répondre, et prit un morceau de sushi du plateau pour se donner une contenance. En fait, elle cherchait une réponse qui, sans froisser sa compagne, lui expliquerait : « non mais à quoi tu penses enfin ! » Malheureusement, rien ne vint, et lorsqu’elle en eut terminé avec sa bouchée, elle regarda Eleonnora, déposant les baguettes sur son assiette.

-Je… euh… je ne sais pas tu euh… tu me prends un peu au dépourvu là. Entre les deux je dirais… la Floride je crois oui, mais qu’est-ce qu’on va aller faire là-bas ? Tu n’es pas bien ici le loft ne te plaît pas ?


Même si Eleonnora affirmait que le loft était le leur, la brunette considérait toujours la demeure comme celle de sa dulcinée. Elle avait beaucoup de mal à tout simplement dire « notre chambre », et se retrouvait le plus souvent à dire : « la chambre de Nora ». Elle ne participait pas au loyer, payant seulement l’épicerie et bien souvent uniquement pour elle alors que sa compagne arpentait les sentiers battus à la recherche de dangereux criminels. De toute façon, elle n’avait pas envie de penser à de tels sujets, voulant profiter au maximum de la soirée magnifique qu’elle avait préparée. Evelynn lui parla de sa demi-sœur, l’ayant rencontré peu après le départ de l’ex-militaire. Le sujet du « punk » revint évidemment sur le tapis.

-« N’écoute pas ce que dis ma sœur. Elle a un sale caractère et veut toujours avoir le dernier mot. Il faut savoir lui tenir tête. J’espère qu’elle ne te marche pas trop sur les pieds, ma chérie. »

-J’avais remarqué oui. On dirait que c’est de famille ça, l’envie d’avoir le dernier mot, n’est-ce pas, murmura-t-elle en faisant un clin d’œil à Nora. Non non pas du tout… elle m’a simplement demandé une toile, et je lui ai dit que ça me ferait plaisir. D’ailleurs, toi et moi on a rendez-vous avec elle et son copain.

Le repas terminé, il était temps de récompenser sa dulcinée par une première surprise, et c’était évidemment la toile. Elle avait fait au mieux pour représenter le visage de sa déesse, et l’effet semblait réussi, puisque Nora était estomaquée devant le portrait. Un baiser vint aussitôt récompenser l’artiste qui ne s’en plaignit pas une seule seconde, laissant la passion la gagner. Après quelques instants, Eleonnora recula légèrement, puis affirma qu’Evelynn était la femme parfaite. Un tel compliment, aussi beau et honnête soit-il, ne pouvait que rendre les joues de l’artiste aussi rouge que la robe qu’elle portait, et elle ne se retint pas rendre la remarque à sa dulcinée.

-« Je sais, je suis parfaite. Par contre, la femme parfaite a besoin de sa reine, tout aussi parfaite. »

La jeune artiste préféra se taire, et de toute façon, peu importe les mots qui auraient sorti de sa bouche, cela n’aurait pas empêché Nora de l’embrasser, et entre argumenter avec sa déesse au sujet de qui était la plus chanceuse, elle préférait nettement goûter ses lèvres. La laissant regarder la toile quelques secondes de plus, elle sourit à la proposition de sa compagne, soit de prendre un bain chaud, mais refusa, ayant autre chose derrière la tête. Elle connaissait bien Eleonnora, et savait pertinemment que la surprise qu’elle lui réservait allait lui en faire voir de toutes les couleurs.

-« Une autre surprise ? J’ai hâte de voir ça… Si tu me fais attendre trop longtemps, je te préviens, je n’hésiterais pas à défoncer la porte de la chambre pour te sauter dessus. »

-Tu attendras Nora… Tu veux que je sois parfaite non ? Si tu défonces la porte, tu vas interrompre mes préparatifs…

Prenant une fausse moue triste, elle l’embrassa une seconde plus tard avant de s’enfermer dans leur chambre. Une fois fait, elle regarda la tenue qu’elle avait décidé  de revêtir en imaginant déjà le visage de sa dulcinée. Elle serait ravie, c’était certain, mais jusqu’à quel point ? Avait-elle bien choisi ? Des doutes envahirent son esprit pendant quelques secondes avant qu’elle ne secoue la tête. Evelynn savait que Nora n’allait pas résister plus de quelques secondes… encore fallait-il qu’elle résiste à l’envie de défoncer la porte.

Elle se dépêcha d’enfiler le costume fort moulant avant de signifier à celle qu’elle aimait qu’il était temps pour elle de voir sa surprise. Les yeux fermés à la demande de l’artiste, Nora entra dans la chambre et referma la porte derrière elle. L’invitant à deviner ce qu’elle portait, elle s’approcha et laissa Nora passer ses mains le long de son corps, les joues de l’artiste devenant rouge malgré elle.


-« Hummm… J’espère que c’est sexy et bien moulant. Tu sais que j’adore ce genre de chose. Est-ce que c’est… une tenue d’infirmière ? Ou mieux, un habit bien sexy à la Catwoman ? Tu serais tellement sexy avec des petites oreilles de chat… S’il te plait, je veux ouvrir les yeux ? Je n’en peux plus d’attendre. »

-Est-ce que tu as mérité ta surprise ? Hum… tu n’as pas défoncé la porte… d’accord ouvre les yeux.

Evelynn attendit quelques instants que Nora la regarde sous toutes ses coutures. Elle avait dépensé une petite somme pour une tenue de ce genre, mais l’effet semblait au-delà de toutes espérances. La grande Russe passant ses mains sur la tenue moulante, et chaque caresse électrisait le corps d’Evy. Elle sentait chacune des caresses de sa compagne plus intensément encore, le latex ayant cette propriété d’accentuer les sensations. Nora ne s’en rendait peut-être pas compte, mais ses gestes simples envoyaient des frissons partout dans le corps de l’artiste.

-« Tu es magnifique. À couper le souffle. »

-C’est pour toi que je suis ainsi… alors… profites-en…


Et la nuit endiablée pouvait commencer. Laissant Nora prendre les commandes, elle suivit chacun de ses mouvements, se laissant envoyer dans le matelas avec un sourire coquin aux lèvres. Elle ne s’empêchait pas de bouger, suivant les caresses de sa compagne. Comme elle lui avait manquée ! Partie plus tôt, revenue tard, la grande blonde avait beaucoup de temps à rattraper…

Au goût d’Evelynn, la nuit fut bien trop courte, mais bien trop longue à la fois. Courte parce qu’elle aimait tant les caresses et les baisers de sa compagne qu’elle en aurait sans doute redemandé toujours et encore plus, et longue parce qu’elle était complètement épuisée ! Elle n’avait pas la forme de sa compagne, loin de là, et suivre les mouvements de sa déesse lui demandait énormément d’énergie. Épuisée, elle resta sur le dos quelques instants à reprendre son souffle jusqu’à ce que Nora l’attire contre elle. Passant son bras sur le ventre de sa compagne, elle s’appuya entre son épaule et son sein, et s’endormit quelques instants plus tard, comblée et heureuse.

Plusieurs heures plus tard, soit le matin, elle sentit sa déesse bouger quelque peu, mais les bras de Morphée étaient si confortable et si doux qu’elle s’attarda encore quelque peu dans ceux-ci, le sommeil réparateur lui faisait le plus grand bien. Elle sentit les ongles de Nora contre sa peau alors qu’elle remontait la couverture sur son corps nue, et lui sourit avant de bouger quelque peu, reprenant une position plus confortable. Si Eleonnora souhaitait se lever avant elle, grand bien lui fasse ! Evelynn n’était pas une lève-tôt, et après une nuit pareille, aucune chance que ses habitudes changent.

Un doux baiser la tira du sommeil une nouvelle fois, et Evelynn ouvrit paresseusement ses yeux.


-« Bon matin ma chérie. J’espère que tu as très bien dormi parce que nous avons une longue journée devant nous. »

Elle maugréa quelque peu, préférant encore les joies du repos à une longue journée d’aventure, mais le sommeil sembla la quitter définitivement, et elle savait très bien qu’elle ne pourrait se rendormir. Souriant doucement alors que sa dulcinée l’embrassait à nouveau, elle s’étira tel un chat, avant de frotter ses yeux. Elle était toujours épuisée, et ses muscles avaient travaillé durement dans la nuit, mais elle se sentait heureuse. Une bonne douche cependant ne lui ferait pas de tord… oh non… Nora devait avoir pris sa douche. Adieu eau chaude !

Se levant doucement, elle enfila une robe de chambre de soie et noua négligemment la cordelette qui enserrait son ventre. Quittant la chambre doucement, elle se dirigea vers sa dulcinée pour l’embrasser… mais s’interrompit lorsqu’elle vit la table de la cuisine.  Que c’était-il passé ? Le livreur était passé sans qu’elle n’entende la sonnerie ? Ça ne faisait pas de sens, il y avait des assiettes, des plats, des casseroles, on aurait dit une cuisine… ou quelqu’un aurait… cuisiné ? Son regard se porta sur Nora qui entamait son assiette. Elle vint s’asseoir devant elle, se demandant toujours ce qui se passant un peu, avant de goûter à son déjeuner. Délicieux… et le bacon cuit à point. Ah bacon…


-J’ai manqué quelque chose ou tu as cuisiné ce matin ? Tu ne trouvais pas le numéro de téléphone du livreur c’est ça ? En tout cas tu es douée ! C’est délicieux !

Le bacon ne tint pas le coup très longtemps contre son appétit qui augmentait à chaque seconde, de même que le reste du repas. Heureuse, la jeune femme souriait à sa compagne, espérant que ces moments ne s’arrêtent jamais. Elle avait bien du mal à l’admettre… mais elle ne se serait sans doute même pas objectée à ce qu’elles passent un autre moment coquin et chaud dans la chambre…

-Qu’est-ce que tu as prévu ? Je te préviens j’ai épuisé toutes mes surprises hier soir… Et j’ai besoin d’une douche si on doit sortir… je me demande même si je vais être en mesure de tenir debout hihihi…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Jeu 15 Aoû 2013 - 5:47

Eleonnora avait toujours de nouvelles idées pour dépenser son argent. Cette fois, elle souhaitait acheter une maison à Miami, là où elle pourrait se terrer en compagnie de sa douce. Elles auront la paix, loin de leur travail respectif, loin de tous ceux qu’ils connaissaient. Ce serait le paradis. Elles passeraient les journées ensemble à faire l’amour comme des bêtes avant de se préparer longuement pour sortir dans un restaurant très prisé de la ville. Elle laisserait Evelynn peindre le magnifique paysage que l’on pouvait admirer depuis les baies vitrées de la demeure pendant qu’elle lirait un bon livre tout en savourant une tasse de café bien fumant. La jeune femme en rêvait depuis quelques temps, déjà. Elle y songeait de plus en plus depuis les derniers mois. Bien entendu, cette maison ne remplacera jamais leur loft à Manhattan qui restera toujours leur résidence principale.  Avec la dépense qu’elle avait récemment effectuée pour leur logement, Eleonnora ne comptait pas s’en séparer de sitôt.

Evelynn ne semblait pas aussi certaine que sa douce au sujet de cette idée d’achat. Elle sera bien rapidement rassurée. Eleonnora trouvait toujours les mots justes pour lui faire voir le bon côté de chaque chose lorsque cela l’arrangeait. Elle allait lui prouver que cet achat était une bonne chose pour toutes les deux. N’avait-elle pas envie de quitter cette ville, parfois ? À défaut de lui offrir un voyage à l’autre bout du monde, Eleonnora pouvait au moins lui accorder quelques jours de repos dans un tout autre décor.


-« Bien sûr que le loft me plait, ma chérie. Je ne compte pas en déménager. Je pensais seulement acheter une maison secondaire où nous pourrions nous reposer et passer du temps ensemble loin de tout ce que nous connaissons ici lorsque cela nous plaira. »

Rester cloitrée chez elle n’était pas son activité favorite. Elle adorait sortir et changer d’air. L’idée de passer du temps avec sa sœur et son frère lui plaisait grandement. Ce qu’elle appréciait encore plus, était cette nouvelle que venait de lui annoncer sa compagne. Comment Evelynn avait-elle réussis à arranger une rencontre avec sa sœur et son beau-frère ? Depuis le temps qu’Eleonnora souhaitait le rencontré et tentait de convaincre sa sœur de le lui présenter… La jeune femme, elle, avait réussis bien facilement. Et c’était quoi cette histoire de toile ? Ses talents d’artistes étaient tombés dans l’œil d’Erïka ? Eleonnora souhaitait plus de précision ?

-« Quoi ? J’ai manqué un épisode ! Comment tu as fait pour que ma sœur accepte de nous présenter son copain ? Elle refusait toujours que je le rencontre ! Et c’est quoi cette histoire de toile ? Elle t’en a demandé une ? Raconte ! »

Ce souper fut riche en discussion. À la fin, Eleonnora termina sa coupe de vin avant de suivre sa douce jusque dans une autre pièce. Elle avait hâte de découvrir la magnifique surprise d’Evelynn. Elle ne fut pas déçue. La toile qu’elle lui avait peinte était absolument magnifique. Digne des plus grandes galeries d’art. Une pure merveille qui illuminait le regard de la jeune femme.

Eleonnora n’était pas au bout de ses surprises. Sa douce lui réservait quelque chose de bien spécial pour la nuit. Cependant, pour obtenir sa surprise, la jeune femme devait patienter. C’était très difficile. Elle se faisait tellement d’idées, imaginait tant de choses dans son esprit. Elle n’en pouvait plus d’attendre. Elle avait même menacé de défoncer la porte si les préparatifs d’Evelynn prenaient trop de temps.

La patience de la jeune femme fut finalement récompensée. Eleonnora pénétra dans la chambre, les yeux fermés, tentant de deviner ce que pouvait bien porter sa compagne. Elle avait plusieurs hypothèses, mais rien ne ressemblait à ce qu’elle découvrit lorsqu’elle eut finalement la permission d’ouvrir les yeux. Evelynn était absolument parfaite. Elle était magnifique. Déjà qu’elle l’était en temps normal, sa tenue ne faisait qu’attiser davantage le désir d’Eleonnora. Cette dernière ne tarda pas à l’attirer sur le lit afin de lui faire passer une longue nuit d’amour torride et sensuelle.

À son réveil, Eleonnora se sentait parfaitement bien. Elle était reposée, ayant profité au maximum de cette nuit de sommeil et de plaisir. Une bonne douche chaude la réveilla complétement. Il était maintenant temps d’aller manger. Cependant, avant tout, elle devait réveiller sa douce. Elle était encore au lit. Doucement, Eleonnora s’en approcha et vint l’embrasser. Evelynn sembla s’éveiller, prendre le temps de s’étirer et réaliser l’heure qu’il était. Lui laissant un peu d’intimité, la jeune femme quitta la pièce et alla faire le déjeuner.

Evelynn sortit juste à temps de la chambre. Le déjeuner était maintenant sur la table, accompagner de jus d’orange. Rien de mieux pour commencer une belle journée. Eleonnora était déjà attablée. Elle entama son assiette en voyant sa douce pénétrer dans la salle à manger. Avait-elle faim ? À la voir manger avec appétit, il semblerait que si.


-« J’avais envie de cuisiner pour toi, ce matin. Ça n’arrive pas souvent alors profites-en. Je suis contente que ça te plaise. »

Eleonnora était fière de ses talents de cuisinière. Elle n’était pas souvent devant les fourneaux, mais lorsqu’elle y était, elle savait faire de véritables petites merveilles. Elle souriait, ravie d’avoir fait plaisir à la femme qu’elle aimait. Avant que son repas ne refroidisse trop, elle se remit à manger. Les œufs c’était meilleur chaud. Le bacon n’allait probablement pas faire long feu si Evelynn continuait d’engloutir chaque tranche une à une à ce rythme. Eleonnora eut le temps de manger deux tranches avant qu’il n’en reste plus du tout.

Bien évidemment, Evelynn se demandait ce que sa compagne avait prévu pour la journée. Ça, elle le découvrirait bientôt. Très bientôt. Pour l’instant, elle devait se vêtir. Elles allaient probablement sortir en soirée si cela leur plaisait. Pour l’instant, il valait mieux penser à chaque chose à la fois. Après tout, pourquoi se tracassait avec le futur lorsqu’il était possible de profiter de l’instant présent ?


-« Pour commencer, tu vas aller te doucher, puis t’habiller. Lorsque tu seras prête, tu verras la superbe surprise que je te réserve. Nous aviserons pour le reste. On pourrait faire un tour au centre commercial, faire quelques courses et peut-être même aller au restaurant ce soir. À moins qu’on ne se fasse livrer et que l’on s’assoit tranquillement devant un film ? »

Une fois le déjeuner terminé, Eleonnora obligea Evelynn à aller prendre sa douche. Pendant ce temps, elle se chargeait de faire la vaisselle. Elle prit les assiettes, les ustenciles ainsi que les poêles et les rangea tous dans le lave-vaisselle avant d’ajouter la pastille de savon et d’appuyer sur le bouton de mise en marche de l’appareil. Voilà, une bonne chose de fait.

Une fois qu’Evelynn fut prête, Eleonnora s’approcha d’elle.


-« Prête pour ta surprise ? »

Elle lui offrit une petite boite blanche ornée de ruban et de perles sur le couvercle. Elle lui fi signe de l’ouvrir. À l’intérieur, se trouvait une clé. Une simple clé qui ouvrait une porte du loft. Elle ne pouvait se douter de quelle porte il s’agissait. Depuis quand Evelynn mettait-elle les pieds dans le placard à balais ? Elle ne l’avait pas fait depuis les dernières semaines, à ce qu’elle sache.

-« Tu veux savoir ce qu’elle ouvre ? »

Elle fit signe à Evelynn de la suivre et l’arrêta devant le placard. En fait, ce fameux placard verrouillé c’était transformé en bien autre chose pendant les dernières semaines. Eleonnora avait fait en sorte que le placard en question n’existe plus. Il s’agissait maintenant d’une simple porte menant sur le loft voisin. Lorsque la porte fut ouverte, Eleonnora laissa sa douce longer le très court couloir qui débouchait devant la pièce principale de l’appartement. Elle avait été totalement transformée, par les bons soins d’Eleonnora, en véritable atelier de peinture. Il y avait des chevalets qui n’attendaient qu’à être utilisés. Quelques meubles étaient posés contre les murs et présentaient divers produits pour la parfaite artiste. Ce n’était que la partie visible de cet endroit. L’une des anciennes chambres avait été transformée en pièce de rangement pour tout le matériel d’artiste dont Evelynn pourrait avoir besoin. Elle avait tout pour se sentir à l’aise et peindre comme bon lui semblait dans un endroit spacieux et aéré. Cela deviendra soin coin d’intimité où elle pourrait laisser aller son imagination. Elle pourra également accrocher les toiles sur les grands murs vides.

-« Une artiste talentueuse mérite d’avoir un atelier digne de ce nom. Tu méritais bien plus que la chambre d’invité en guise d’atelier. C’est ton endroit. Tu pourras y faire ce que tu veux et y peindre comme tu le souhaites.»

Elle espérait fortement que cela fasse plaisir à sa compagne. Bien entendu, Eleonnora s’attendait à ce qu’Evelynn refuse ou bredouille qu’elle ne méritait pas un tel cadeau. Cependant, la jeune femme aimait faire les choses en grand. Elle avait de l’argent et pouvait traiter celle qu’elle aimait à sa juste valeur, comme une véritable princesse. Elle ne se privait pas de le faire. Maintenant, Evelynn pourra s’adonner à son art et laisser aller son imagination en toute quiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Jeu 15 Aoû 2013 - 18:49

-« Bien sûr que le loft me plait, ma chérie. Je ne compte pas en déménager. Je pensais seulement acheter une maison secondaire où nous pourrions nous reposer et passer du temps ensemble loin de tout ce que nous connaissons ici lorsque cela nous plaira. »

Pour Evelynn, s’échapper et se reposer se résumait à venir se cacher chez elle et à y rester, pas à s’enfuir à l’autre bout du pays. Si Nora décidait de faire un tel investissement, elle dépenserait sans doute encore beaucoup d’argent simplement pour voler jusqu’en Floride ! À moins qu’elle ne compte faire le chemin en voiture ? Et une maison secondaire… Pour l’artiste, sa signifiait normalement un chalet pas trop laid, un peu vieillot et tranquille. Elle savait pertinemment que sa compagne n’achèterait pas une baraque de ce genre. Elle serait plutôt du genre à s’offrir une maison de luxe, avec vingt-cinq chambres et une soixantaine de salle de bain. Elle allait de nouveau dépenser une fortune… Comment faisait-elle pour matérialiser autant d’argent ? Alors qu’elle se déplaçait en véhicule de luxe, habitait un richissime loft à Manhattan, l’artiste ne pouvait même pas compter sur son budget pour acheter un habit sexy pour sa compagne… Et elle refusait toujours d’utiliser son argent !

-C’est… euh… c’est euh… peut-être oui… mais tu devrais peut-être y réfléchir plus longuement mon ange… enfin… c’est toi qui voit de toute façon.

Quoi qu’elle dise elle n’aurait jamais le dernier mot, et espérer la faire changer d’avis était aussi stupide que d’affronter un taureau au bras de fer. Elle préféra donc s’intéresser au repas qui les attendait et à la soirée qui se préparait. Évoquant d’ailleurs sa rencontre avec sa belle-sœur, la brunette lui expliqua rapidement comment elle l’avait insultée sans le vouloir. Les cheveux bleus du mutant lui donnaient effectivement un air de punk ou de motard, mais les photos qu’elle avait vues dans l’album cassaient rapidement cette image. Il était mignon et semblait tout sauf agressif. Évoquant la demande d’Erïka ainsi que leur sortie à quatre imminente, la belle grande blonde sembla surprise.

-« Quoi ? J’ai manqué un épisode ! Comment tu as fait pour que ma sœur accepte de nous présenter son copain ? Elle refusait toujours que je le rencontre ! Et c’est quoi cette histoire de toile ? Elle t’en a demandé une ? Raconte ! »

-Elle veut la même chose que toi ma chérie : une toile ! L’œuvre devra la représenter, elle et son copain. Je lui ai simplement dis que, pour que le portrait soit réaliste, il serait mieux que je le rencontre. Comme elle veut lui faire une surprise, et bien c’est plus réaliste si elle l’invite à une soirée à quatre avec toi !

Souriante, Evelynn continua de manger, un peu surprise de faire l’envie de sa compagne ainsi. En y repensant, c’était normal qu’elle et sa belle-sœur s’entende bien : de son point de vue, Erïka et Eleonnora se ressemblaient beaucoup trop. Même si elles ne voulaient pas l’admettre, elles étaient pratiquement décalqués l’une sur l’autre, et c’était pour ça qu’ils ne pouvaient pas rester dans la même pièce sans s’énerver. Alors que de l’autre côté, Evy, douce et gentille, ne souhaitant pas s’imposer ni faire du mal à personne, s’entendait facilement avec des têtes plus fortes comme celles-ci.

Surprise, surprise, la brunette lui fit découvrir la toile qu’elle avait peinte, puis elle lui fit découvrir sa magnifique tenue. La vue du visage de Nora était magnifique, ses yeux illuminés et pleins d’envies ne faisaient que lui prouver qu’elle avait fait le bon choix. La nuit s’annonçait chaude et magique, et sa dulcinée n’attendit pas une seconde de plus pour la balancer sur le lit. Les quelques heures qui suivirent furent des plus intenses pour l’artiste qui finit par s’endormir, épuisée, contre sa dulcinée.  

Le réveil fut tout de même beaucoup moins agréable. Elle n’avait pas envie de se lever, mais elle savait qu’elle devait le faire et c’est bien paresseusement qu’elle finit par quitter les bras de Morphée. Elle enfila rapidement une robe de chambre en soie, cadeau de sa compagne encore une fois, avant de sortir de sa chambre, baillant sans grande subtilité. Le repas cependant la surprit, car elle n’avait pas entendu le livreur. Nora avait cuisiné ? Une agréable surprise pour ce matin difficile.

-« J’avais envie de cuisiner pour toi, ce matin. Ça n’arrive pas souvent alors profites-en. Je suis contente que ça te plaise. »

-Bien sûr que ça me plaît Eleonnora ! Bon appétit alors !

Le bacon ne résista pas à son appétit grandissant, et le reste du repas suivit le même chemin. Elle termina son verre de jus d’orange d’un trait avant de le déposer sur la table, retrouvant de l’énergie à chaque instant.

L’excellent repas terminé, la jeune femme demanda à sa compagne ce qu’elle avait prévu pour la journée. Comme Nora revenait du travail, elle avait sans doute au moins quelques jours devant elle avant de retourner sur le terrain. Evelynn n’avait rien prévu, hormis la soirée précédente, et elle ne voulait pas imposer des activités à la belle blonde. Elle ne savait pas dans quel état elle serait revenu de mission après tout, quoique… la nuit précédente avait prouvé au-delà de tout sens commun qu’elle avait toujours la forme après une telle mission.

-« Pour commencer, tu vas aller te doucher, puis t’habiller. Lorsque tu seras prête, tu verras la superbe surprise que je te réserve. Nous aviserons pour le reste. On pourrait faire un tour au centre commercial, faire quelques courses et peut-être même aller au restaurant ce soir. À moins qu’on ne se fasse livrer et que l’on s’assoit tranquillement devant un film ? »

-Tu as eu le temps de me faire une surprise alors que tu travaillais ? Comment tu as fait ?

Elle n’attendit pas d’avoir une réponse avant de s’échapper dans sa chambre pour choisir une tenue plus décente. Elle ne prit pas son temps, choisissant une paire de jeans serrés et un simple chandail sans manche blanc. L’artiste prit une ceinture dans son tiroir avant de sortir de la chambre, nue, pour faire plaisir à sa compagne. Elle se rendit lentement dans la salle de bain, laissant la belle blonde l’admirer encore un petit moment. Evelynn n’était pas du genre a afficher son charme, déjà qu’elle ne considérait pas en avoir des masses, mais pour titiller Nora, elle pouvait bien se permettre quelques petites attentions. Une douche rapide (et chaude, chose rare) la remit sur pied, et, les cheveux encore trempées, elle quitta la salle de bain, maintenant vêtue.  Alors qu’elle relevait la tête vers sa dulcinée, elle remarqua la petite boîte blanche qu’elle tenait dans ses mains. Affichant un air interrogatif, l’artiste se demandait ce que pouvait contenir cette boîte. Nora avait-elle acheté un pendentif ou des boucles d’oreilles ? Si c’était le cas, il y avait une chance sur deux qu’Evelynn l’égare dans une semaine

-« Prête pour ta surprise ? »

-Oui… euh… oui bien sûr !

Curieuse malgré tout, elle ouvrit doucement la boîte, avant de découvrir… une clé ? Qu’est-ce qu’elle allait faire avec une clé ? Oh non, elle ne lui avait pas acheté une autre moto si ? Elle venait à peine de se débarasser de son premier engin en le donnant à Erïka, s’il fallait qu’elle en ait une autre encore ! Un an d’usure, ce n’était rien ! Évidemment, elle avait tout faux.

-« Tu veux savoir ce qu’elle ouvre ? »

-Si tu me dis que c’est une autre moto je refuse tout de suite…

Mais sa compagne ne sembla pas se diriger vers l’extérieur, en fait, elle se dirigea vers un placard quelconque qu’Evelynn n’avait jamais ouvert. Ce n’était pas la place qui manquait dans cet immense loft, et l’envie de fouiller partout ne l’avait jamais prise, et elle ignorait complètement ce qu’il y avait derrière la porte.

Comme la porte était vérouillée, Evelynn entra la clé dans le mécanisme et tourna doucement la serrure jusqu’à entendre un déclic. Se reculant, elle laissa sa douce compagne passer devant elle, la suivant ensuite pour voir ce qu’elle pouvait avoir préparé. Ne se rendait-elle pas dans le loft voisin ainsi ? Allait-elle tomber sur le propriétaire des lieux ? Était-ce un passage secret ? Beaucoup de questions apparaissaient dans l’esprit de l’artiste jusqu’à ce qu’elle regarde autour d’elle ce qui se passait.

C’était un atelier… un immense atelier… qui faisait bien tout l’appartement de large et de long ! Des toiles blanches, des chevalets, des tubes de peintures, il y avait des milliers d’articles artistiques qu’elle appréciait tant. Une grande table à dessin plus loin inclinée était appuyée sur l’un des murs. Bouche bée, l’artiste amateur s’avança dans l’appartement en passant sa main sur les toiles, ne croyant pas du tout à ce qui se passait. Elle fit le tour de la grande salle, admirant tout ce qui s’y trouvait, restant silencieuse pendant un long moment, obnubilée par les achats excessifs de sa compagne. Ce fut le son de la voix de celle-ci qui la sortit de sa torpeur.


-« Une artiste talentueuse mérite d’avoir un atelier digne de ce nom. Tu méritais bien plus que la chambre d’invité en guise d’atelier. C’est ton endroit. Tu pourras y faire ce que tu veux et y peindre comme tu le souhaites.»


-Mais… mais mais…


Reculant doucement, elle se retourna vers sa compagne et s’approcha d’elle. Lorsqu’elle fut à quelques centimètres de celle-ci, elle s’arrêta, incapable d’accepter un tel présent. C’était beaucoup trop, et jamais dans toute sa vie, l’artiste ne pourrait lui rendre pareille cadeau. C’était injuste de sa part de profiter d’un tel présent, elle qui peinait à offrir un quelconque présent à sa dulcinée.


-Nora… je euh… je ne peux pas accepter ça voyons ça ne fait pas de sens c’est beaucoup trop ! Même si je voulais t’offrir quelque chose d’équivalent, il faudrait que j’économise pendant des siècles sans manger pour… pour pouvoir t’offrir quelque chose de semblable… C’est… c’est c’est… c’est beaucoup trop…

La joie et le malaise se battaient en elle. Elle appréciait le cadeau de sa compagne, c’était certain, mais pour elle, c’était surtout inimaginable. Elle avait du mal à regarder Nora, et elle baissa la tête après avoir dit ces quelques mots. Il était hors de question qu’elle accepte un tel présent… et Nora semblait n’avoir aucune intention d’accepter son refus.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Ven 16 Aoû 2013 - 2:11

Lorsqu’Eleonnora avait une idée en tête, il était pratiquement impossible de lui faire changer d’avis. Rien ne pouvait l’arrêter. Elle avait du pouvoir, de l’argent, comment pouvait-on lui refuser quelque chose ? Si elle désirait acquérir une nouvelle maison, elle comptait le faire. Cependant, elle souhaitait obtenir l’avis d’Evelynn. Pas au sujet de l’acquisition, mais plutôt concernant l’endroit où elle serait située. Ce sera donc en Floride. Incertaine, la jeune femme lui demandait de bien réfléchir à cette décision. Pour quoi faire ? La décision était déjà prise. Il fallait seulement trouver la maison parfaite. Pour cela, elle allait avoir besoin de l’avis d’Evelynn. Cette dernière n’allait sûrement pas prendre la décision finale, ce n’était pas dans sa nature, mais Eleonnora allait faire en sorte qu’elle choisisse une maison qu’elle allait adorer.

-« Pourquoi y réfléchir encore ? Mon idée ne te plait pas ? Je te laisserais même choisir la maison, si tu veux. Par contre interdiction de regarder le prix. Je veux que cette maison te plaise aussi. »

La discussion se poursuivit. Autant Eleonnora avait surpris sa compagne avec son idée d’achat, autant cette dernière avait su réussir quelque chose qu’elle n’aurait pas cru possible. Comment Evelynn avait-elle réussis à apprivoiser Erïka ? Elle était une petite peste détestable avec un caractère bien trempé. Pourtant, la jeune femme avait réussis à arranger un rendez-vous à quatre où l’adolescente leur présenterait son petit ami.

-« Tu vois que tu es talentueuse ! Même ma sœur te demander une œuvre. Alors, je suppose qu’on va devoir lui cacher la surprise quand on va le rencontrer, c’est ça ? Ça va être amusant. J’ai bien hâte de le rencontrer. On devrait aller dans un restaurant de sushis. J’adore les sushis. »

Elle lui fit un grand sourire. Elle avait adoré ce petit repas. Evelynn avait fait un excellent choix. La soirée n’allait pas s’arrêter si tôt. La jeune femme avait préparé d’autres belles surprises qui continuèrent d’émerveiller sa compagne. Cette dernière ne regrettait pas une seule seconde de cette soirée. Elle en profita au maximum, savourant chaque minute auprès de la femme qu’elle aimait. Cette nuit fut très mouvementée. Eleonnora était fatiguée en arrivant au loft en début de soirée. Elle n’aurait pas cru être en mesure de faire preuve d’autant d’énergie une fois au lit. C’était sa douce qui lui donnait la force de rester éveillée. Elle ne voulait pas la quitter. Elle voulait l’avoir que pour elle cette nuit. Elle voulait l’embrasser, la caresser, lui murmurer des mots doux à l’oreille. Si elle n’avait pas été si épuisée à la fin, la jeune femme n’aurait pas laissé le sommeil la gagner. Pourtant, elle le fit, serrant doucement Evelynn contre elle avant de plonger dans un profond sommeil.

À son réveil, la jeune femme était en pleine forme. Après une bonne douche chaude, elle se mit derrière les fourneaux en attendant sa douce. Cette dernière finie par venir la rejoindre au bout d’un moment afin de partager le déjeuner avec elle. C’était bien rare qu’Eleonnora préparait le repas. Il fallait en profiter. Elle avait quelques idées pour passer cette merveilleuse journée. Pour commencer, elle souhaitait offrir un cadeau à sa tendre compagne. Il s’agissait d’une surprise qu’elle préparait depuis quelques semaines et qu’elle n’avait pu offrir à sa douce avant de partir en mission. Il était temps de la lui offrir. Elle devait en profiter avant de retourner sur le terrain. Ce cadeau aidera peut-être Evelynn à survivre aux longues absences de la jeune femme.


-« En fait, je préparais ta surprise depuis quelques semaines. Je devais te la donner avant de partir en mission, mais je n’en ai pas eu l’occasion. »

Elle envoya Evelynn prendre sa douche, une fois le déjeuner terminé. Pendant ce temps, elle s’occupa de débarrasser la table non sans s’attarder longuement sur le corps nu de sa compagne traversant le couloir jusqu’à la salle de bain. Ce qu’elle pouvait être belle ! Finalement, peut-être qu’elles allaient passer le reste de leur journée dans la chambre…

Lorsqu’Evelynn fut de retour, sa compagne lui offrit une petite boite dans laquelle elle avait posé une clé. La jeune femme ne pouvait comprendre ce qu’elle signifiait avant de voir ce qu’elle ouvrait. Elle espérait simplement que ce ne soit pas une autre moto. Après tout, Eleonnora lui en avait offert une pour Noël.

-« Ne t’en fais pas, c’est mille fois mieux. »

Elle fit signe à sa douce de la suivre jusqu’à une porte. Il s’agissait de la porte d’un placard. Cependant, elle s’ouvrait sur tout autre chose. Evelynn put découvrir l’atelier de peinture qu’avait fait installer la jeune femme. Il y avait des toiles, des chevalets, une table en dessin et de la peinture à profusion. Tout cela n’était que pour elle. Elle pouvait ainsi exercer son art. Par la même occasion, elle allait pouvoir libérer la chambre d’invités.

Eleonnora resta silencieuse pendant un moment, laissant sa compagne découvrir son atelier. Elle devait prendre le temps de réaliser que cela était réel. Tout cela était à elle, maintenant. Une petite minute plus tard, la jeune femme expliqua à sa douce que cet atelier deviendra son lieu d’intimité, son sanctuaire d’inspiration.

Lorsqu’Evelynn fut devant elle et lui expliqua qu’elle ne pouvait accepter un tel cadeau, sa compagne l’écouta. Bien entendu, cette dernière ne comptait pas accepter un refus. Elle embrassa passionnément sa douce afin de la faire taire. Ce baiser dura une longue minute avant qu’Eleonnora ne le rompe afin de prendre la parole. Elle savait bien que sa douce ne pouvait accepter des cadeaux si gros, si couteux. Elle n’avait jamais réussis à s’y faire avec les années. Elle ne s’y fera peut-être jamais. Elle refusait de profiter de cet argent qui n’était pas sien. Pourtant, il y en avait suffisamment pour toutes les deux.


-« Je sais que tu ne veux pas accepter ce genre de cadeau. Je te l’offre quand même parce que ça me fait plaisir. Je veux te rendre heureuse. Et j’en avais marre de voir la chambre d’invité assaillie par les pots de peinture. Ici, tu auras tout ce qu’il te faut. Tu auras de l’espace pour toi, pour ton art. Je le fais pour toi, parce que je t’aime. Tu es ma princesse et tu mérites d’être traitée comme tel. Je veux uniquement ton bonheur. Cet atelier ne pourra jamais combler mes absences, mais elle pourra faire en sorte que le temps défile plus rapidement à tes yeux. Je ne te demande rien en retour. Seulement d’être toi-même. Je veux t’avoir à mes côtés, je veux vivre des années de bonheur auprès de toi. Des soirées comme on a vécu hier… Tu ne pouvais rien m’offrir de plus beau, princesse. »

Elle força Evelynn à la regarder dans les yeux puis dégagea lentement une mèche qui barrait son visage. Eleonnora lui sourit. Elle était prête à tout pour cette femme. À absolument tout. Elle souhaitait la rendre heureuse et lui faire vivre une vie de bonheur, rien de moins. Serrant sa douce dans ses bras la jeune femme approcha ses lèvres de son oreille avant de lui murmurer quelques mots.

-« On pourrait sortir et faire quelques courses et aller acheter du matériel à la boutique d’art. Après on pourrait revenir tranquillement ici et… je n’ai jamais fait l’amour dans l’atelier d’une peintre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Lun 19 Aoû 2013 - 18:50

-« Pourquoi y réfléchir encore ? Mon idée ne te plait pas ? Je te laisserais même choisir la maison, si tu veux. Par contre interdiction de regarder le prix. Je veux que cette maison te plaise aussi. »

Elle savait bien comment la discussion allait se clore de toute façon : avec Evelynn refusant pendant quelques minutes, puis à force d’insister, la grande blonde aurait le dernier mot et l’artiste allait faire un choix sur une nouvelle demeure. Ça ne faisait pas de sens, elles avaient déjà un loft immense où elle avait du mal à trouver un espace occupé, et sa dulcinée souhaitait acheter une nouvelle maison ! Louer un chalet, c’était trop ringard ? Elle en connaissait de magnifiques qui ne coutaient pas… dans les millions de dollars ! Devant la tête bornée de sa compagne, elle ne pouvait cependant pas faire grand-chose. Sa gêne l’empêchait bien souvent de s’opposer à de telles idées… et c’est exactement ce qui se passait. Un peu moins souriante, elle laissa couler, se disant qu’elle pourrait sans doute en reparler plus tard… et peut-être avoir le dernier mot. Laissant la discussion dériver, un sujet plus particulier survint : l’amoureux de sa belle-sœur, ainsi que la toile qu’elle avait demandée.

-« Tu vois que tu es talentueuse ! Même ma sœur te demander une œuvre. Alors, je suppose qu’on va devoir lui cacher la surprise quand on va le rencontrer, c’est ça ? Ça va être amusant. J’ai bien hâte de le rencontrer. On devrait aller dans un restaurant de sushis. J’adore les sushis. »

Évidemment qu’elle aimait les sushis ! Ce n’était pas pour rien qu’Evelynn avait fait préparer un tel repas ! Enfin, Nora semblait avoir compris de but en blanc le plan de sa demi-sœur : lui faire une surprise. L’artiste n’avait même pas évoquée le fait que le copain de celle-ci ne s’y attendait pas du tout, la belle Russe l’avait simplement deviné. Au moins elle ne lâcherait pas le morceau devant monsieur le punk. Oh non, elle devait s’arrêter de penser ainsi… si elle le disait devant lui et Erïka, Evelynn n’aurait plus de tête à la fin de cette soirée.

-Ce n’est pas parce que j’ai du talent arrête… c’est simplement parce que je suis disponible voilà tout… et que je peux en faire une personnalisée. On ira où tu voudras… mais il faudra t’entendre avec eux aussi. J’ignore quand Erïka voudra faire la rencontre, mais j’espère simplement que tu ne seras pas en mission…

Le repas terminé, les deux jeunes femmes purent profiter pleinement du reste de la soirée en tête à tête, devant une nouvelle toile et dans un grand lit confortable. La nuit passa à une vitesse folle, et ce ne fut que lorsque la fatigue eut raison de son plaisir que l’artiste s’abandonna au doux monde du rêve, bien appuyée sur sa compagne.

Le réveil du lendemain fut plus difficile, mais au moins Nora savait comment la réveiller doucement : avec une bonne odeur de bacon naturellement ! Retrouvant sa compagne dans sa robe de chambre de soie, elle s’installa avec elle, surprise que Nora ait pris la peine de cuisiner un aussi bon déjeuner. Son estomac ravi, elle regarda Nora sans trop savoir quoi penser lorsqu’elle lui apprit avoir une surprise à lui offrir. Ne revenait-elle pas de mission ? Quand avait-elle pu trouver le temps de préparer ou de se procurer quelque chose ?

-« En fait, je préparais ta surprise depuis quelques semaines. Je devais te la donner avant de partir en mission, mais je n’en ai pas eu l’occasion. »

-Tu es partie bien trop vite à mon goût c’est vrai… je n’ai même pas eu le temps de te dire au revoir…


Docile, elle quitta la table pour aller se nettoyer rapidement sous l’eau chaude. Chaude !? Nora lui avait laissé de l’eau chaude ?! Ce simple fait était en soi une surprise, dont Evelynn profita abondamment. Malgré tout, l’envie de connaître sa surprise eut raison du plaisir qu’elle ressentait sous l’eau bouillante, et elle quitta rapidement la douche afin de rejoindre sa dulcinée.

De retour, Nora lui tendit une petite boîte qu’elle ouvrit doucement. Une clé. Une simple clé. Est-ce que sa compagne allait finir par comprendre que les motos ne se changeaient pas aux six mois, mais aisément aux six ans ! Evelynn avait cependant tout faux, ce que son ange ne s’empressa pas de lui faire remarquer.

-« Ne t’en fais pas, c’est mille fois mieux. »

Haussant un sourcil, elle suivit  sa dulcinée vers… ce qui semblait être en tout point un banal placard quelconque, elle ouvrit la porte grâce à la clé offerte par Nora et découvrit le loft avoisinant complètement transformé. C’était maintenant un gigantesque atelier de peinture, avec tout ce qu’elle avait toujours voulu, mais qu’elle n’avait jamais osé demander. Dans toute sa vie, jamais elle n’aurait la chance d’utiliser dix pourcent de ce qu’il y avait ici. Des cahiers vides emplissaient quelques rares meubles, mais le principal de l’espace était réservé aux nombreuses toiles.
Lorsque le lien se fit enfin dans son esprit, Evelynn recula et retourna près de sa compagne. Hors de question qu’elle lui offre un tel présent, alors qu’elle avait du mal à lui offrir un plateau de sushi et une robe sexy ! Refusant le cadeau de sa compagne, elle tenta de lui expliquer encore une fois comment elle se sentait devant de telles attentions. Bafouillante, elle réussit à nouveau à s’emmêler les pinceaux, mais un doux baiser de sa compagne la fit taire soudainement. Comme le goût de ses lèvres lui avait manqué ! Jamais elle ne se lasserait de cette sensation électrisante qui accompagnait chacun de leurs nombreux baisers.  


-« Je sais que tu ne veux pas accepter ce genre de cadeau. Je te l’offre quand même parce que ça me fait plaisir. Je veux te rendre heureuse. Et j’en avais marre de voir la chambre d’invité assaillie par les pots de peinture. Ici, tu auras tout ce qu’il te faut. Tu auras de l’espace pour toi, pour ton art. Je le fais pour toi, parce que je t’aime. Tu es ma princesse et tu mérites d’être traitée comme tel. Je veux uniquement ton bonheur. Cet atelier ne pourra jamais combler mes absences, mais elle pourra faire en sorte que le temps défile plus rapidement à tes yeux. Je ne te demande rien en retour. Seulement d’être toi-même. Je veux t’avoir à mes côtés, je veux vivre des années de bonheur auprès de toi. Des soirées comme on a vécu hier… Tu ne pouvais rien m’offrir de plus beau, princesse. »

-Mais… mais mais… ce ne sera jamais… Nora… c’est bien trop grand tout ça ! Chaque fois que… que tu m’offres quelque chose du genre j’ai l’impression de… d’être beaucoup trop… trop… je ne sais pas… mais pas… importante tu vois. Laissant un minuscule espace entre son index et son pouce, elle ajouta : J’ai l’impression d’être grande comme ça !

Alors que Nora appuyait doucement mais fermement sous son menton pour que les deux femmes se regardent dans les yeux, Evelynn cherchait de nouveau les mots pour lui expliquer pourquoi un tel cadeau lui était tout bonnement impossible à accepter. Ses yeux fixés dans ceux de sa compagne, elle réfléchissait à toute allure à la façon de présenter les choses… mais c’était très difficile puisque Nora la déconcentrait énormément.

-Si tu voulais uniquement que je quitte la chambre d’invité, tu n’avais pas à m’offrir tout ça ! Laissa-t-elle échapper, à court d’arguments.

Mais c’était fait, et peu importe ce qu’elle allait dire, Nora avait obtenu la victoire. Elle l’obtenait toujours en fait, que ce soit dans sa vie personnelle que dans son travail. Après tout, un échec au travail pouvait signifier la mort dans son cas. Peut-être était-ce pour cela qu’elle prenait toutes les décisions et n’acceptait pas qu’on les remette en cause. Après une étreinte chaudement partagée, la jeune femme ferma les yeux alors qu’elle entendit sa compagne lui faire une proposition alléchante… mais coquine.

-« On pourrait sortir et faire quelques courses et aller acheter du matériel à la boutique d’art. Après on pourrait revenir tranquillement ici et… je n’ai jamais fait l’amour dans l’atelier d’une peintre. »

-Nora !

Reculant quelque peu, elle frappa sur ses bras quelques secondes devant ce commentaire avant de rire avec elle et de déposer un baiser supplémentaire sur ses lèvres. Elle regarda la pièce encore une fois, indécise, ne sachant pas très bien quoi dire ou faire pour que Nora ne revende ce nouveau loft ou peu importe, mais elle conclut simplement en disant :

-On… on en reparlera plus tard… quand je serai plus réveillée si tu veux bien… Et hors de question qu’on achète du matériel d’art encore ! Tu as du dépenser assez là-bas pour qu’ils ouvrent une succursale de plus uniquement pour toi. Allons au centre d’achats… je trouverai bien une tenue pour te… faire baver comme hier.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 27 Aoû 2013 - 5:36

Eleonnora savait comment préparer des surprises de taille pour ceux qu’elle aimait et tout particulièrement pour Evelynn. Elle n’avait pas hésité à transformer le loft voisin en véritable atelier d’art pour sa tendre compagne. Puisqu’elle avait de l’argent, autant en profiter, non ? Bien entendu, cette dépense n’était pas anodine et elle devra partir de nouveau en mission, question de gagner de l’argent. Après tout, elle n’allait pas se priver de mener son train de vie habituel sous prétexte qu’elle se permettait des dépenses excessives. Son travail lui rapportait suffisamment pour mener une belle vie. Son statut de riche héritière comportait également quelques avantages qui ne la laissaient pas dans la pauvreté.

Évidemment, Evelynn n’avait jamais été élevée dans un grand luxe comme elle. La jeune femme venait d’une famille aisée qui vivait bien, sans pour autant pouvoir se payer les mêmes luxes que la famille Davidoff. Recevoir un loft en cadeau était quelque chose d’assez inhabituel pour la jeune artiste qui ne savait comment réagir. Elle ne pouvait pas se contenter d’un simple « merci ». Mal à l’aise, cela se voyait très bien, elle ne savait comment réagir. Elle se sentait petite, minuscule, face à tout cela. Cependant, Eleonnora allait tout faire pour la rassurer et lui faire accepter ce cadeau.


-« Tu te sens toute petite, mais tu ne devrais pas. Au contraire, tu devrais te sentir comme une reine. Je veux que tu sois ma reine. Si je t’offre tant de choses c’est parce que tu es importante à mes yeux, ma chérie. »

Regardant sa compagne droit dans les yeux, elle tentait de la convaincre d’accepter ce cadeau. Cependant, Evelynn n’allait pas lui faire ce plaisir sans argumenter un peu. Elle n’aurait jamais osé demander un tel cadeau, c’était beaucoup trop. Si Eleonnora avait souhaité qu’elle débarrasse la chambre d’invités afin de la libérer, elle l’aurait fait. Ce n’était pas la peine de lui offrir un atelier complet pour lui faire passer le message. Par contre, la jeune femme avait encore bien des arguments en réserve. Elle allait gagner cette argumentation. Elle gagnait toujours.

-« Si tu n’en veux pas, je ne t’obligerais pas à accepter. Je te laisse le droit de faire ce que tu veux de cet endroit. Je te laisse le vendre et encaisser l’argent. Tu devrais en tirer une grosse somme d’argent. Comme ça, tu pourras continuer à ne pas utiliser la carte de crédit que je t’ai offerte, comme toujours. » Elle lui sourit et l’embrassa tendrement sur le front.

Afin de passer à autre chose, la jeune femme fit une proposition bien coquine à sa compagne. Cependant, cette dernière ne partageait pas la même humeur qu’elle, pour l’instant. Eleonnora sourit alors qu’Evelynn lui donnait une petite tape sur le bras. Elle se mit à rire avec elle. Il était maintenant temps d’entamer cette belle journée. Pourquoi ne pas aller faire du shopping ? L’idée de l’artiste était terriblement tentante. Sa compagne n’hésita pas très longtemps avant d’accepter sa proposition avec un grand sourire.


-« On ira dans la boutique que tu souhaites. Je suis prête à t’acheter le sex shop au complet si tu me le demande. Tu étais si sexy, hier soir… Et cette jolie robe rouge que tu portais t’allait tout aussi bien. On devrait peut-être renouveler notre garde-robe, non ? Si tu es sage, je te laisserais acheter des vêtements en solde. »

Toute heureuse, Eleonnora quitta l’atelier, laissant le bon soin à Evelynn de refermer derrière elle. La jeune femme alla récupérer son sac à main, puis enfila une paire de talons avant d’attendre sa compagne devant la porte d’entrée. Lorsque cette dernière fut prête à partir, elle rejoignit sa superbe voiture dans le stationnement de l’immeuble. Au volant de sa voiture, Eleonnora pouvait décider de la destination. Elle choisit le plus gros centre commercial des environs, là où elles pourront trouver tout ce qu’elles désirent. Une fois garée, la jeune femme quitta sa voiture puis s’approcher de sa douce afin de la prendre par la main.

-« Par quoi souhaites-tu commencer ? Tu auras tout ce que tu veux, ma chérie. Tes désirs sont des ordres. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 28 Aoû 2013 - 22:42

-« Tu te sens toute petite, mais tu ne devrais pas. Au contraire, tu devrais te sentir comme une reine. Je veux que tu sois ma reine. Si je t’offre tant de choses c’est parce que tu es importante à mes yeux, ma chérie. »

Avec ce qu’elle avait devant les yeux, difficile de ne pas croire la séduisante Russe. Même avec tout l’or du monde, un tel cadeau avait dû prendre du temps, de l’énergie et… et encore du temps ! C’était hallucinant de voir tout ça, et même si elle passait chaque heure de chaque jour à travailler ici, elle n’aurait sans doute jamais le temps de couvrir tous les cahiers et toutes les toiles. Cela n’empêchait pas l’artiste de se sentir très mal vis-à-vis ce cadeau. Comment aurait-elle pu accepter ? Son travail la payait quelque peu, mais rien d’extraordinaire, et peu importe comment elle se le retournait dans sa tête, sans sa compagne, l’idée d’un tel atelier ne faisait tout simplement aucun sens.

-Je… je ne veux pas être une reine Nora… je… je veux juste être avec toi, être à toi… je… tu sais pourtant très bien que je n’ai pas besoin de toutes ces attentions ! Je suis simple… je suis… Nora… je suis moi c’est tout et… et… et oh c’est trop beau ce que tu m’offres !

Elle ne put s’empêcher de sentir ses yeux s’emplir doucement d’eau. Elle n’avait pas envie de pleurer, en fait elle ne savait plus vraiment ce qu’elle voulait. Un énorme tumulte d’émotion l’envahissait déjà, et les paroles de Nora, supposées la rassurer, ne faisaient que rajouter à ce tourbillon de sentiments d’autres sources d’hésitations. Baissant le regard pour dissimuler les larmes qui perlaient au coin de ses yeux, elle ne releva la tête que lorsqu’elle entendit sa compagne ajouter :

-« Si tu n’en veux pas, je ne t’obligerais pas à accepter. Je te laisse le droit de faire ce que tu veux de cet endroit. Je te laisse le vendre et encaisser l’argent. Tu devrais en tirer une grosse somme d’argent. Comme ça, tu pourras continuer à ne pas utiliser la carte de crédit que je t’ai offerte, comme toujours. »


Oh merde…. La carte de crédit… la fameuse carte de crédit qu’elle s’était promis de ne jamais utiliser sauf pour des urgences. Elle l’avait utilisé la veille… était-ce pour la tenue ou pour les sushis ? Elle ne s’en souvenait même plus, mais les paroles de Nora sonnèrent comme un alarme en elle. C’était déjà SON argent qu’elle utilisait ! Non, nonon elle allait lui rembourser, c’était certain, Evy n’avait qu’à attendre que sa prochaine paie soit déposé pour remettre l’argent sur le compte de Nora voilà ! Les joues maintenant bouillonnantes, elle se cacha dans les bras de sa compagne, ne sachant pas, ou plutôt comment, dire à sa compagne ce qu’elle avait fait.

-Euh… euh euh… ben je… euh… oui… euh… non je euh…

Mettre des mots l’un à la suite de l’autre, ensuite ouvrir la bouche Evelynn… Elle prit une courte respiration avant de finalement faire un peu plus de sens et affirma :

-Je… Nora je  ne vendrai pas un tel endroit… tu l’as fait pour moi et… qu’est-ce que je ferais avec des millions à dépenser ! Je… je… je vais le garder… merci beaucoup belle déesse…

Alors que Nora déposait un baiser sur son front, l’artiste releva la tête et l’embrassa passionnément, remerciant ainsi une fois de plus par ce geste l’attention de sa compagne. Évidemment, celle-ci ne put se résoudre à ne pas parler de sexe, car ce fut sa prochaine affirmation, qui lui mérita une tape de la part d’Evelynn. Évoquant l’idée d’aller magasiner, il ne vint même pas à l’esprit de la jeune femme que présentement, son compte bancaire était vide… et sa carte de crédit pleine…


-« On ira dans la boutique que tu souhaites. Je suis prête à t’acheter le sex shop au complet si tu me le demande. Tu étais si sexy, hier soir… Et cette jolie robe rouge que tu portais t’allait tout aussi bien. On devrait peut-être renouveler notre garde-robe, non ? Si tu es sage, je te laisserais acheter des vêtements en solde. »

-Évidemment… comme si les soldes étaient plus laids. Il faut juste savoir chercher ! Et hors de question que tu m’achètes une boutique au complet ! Te connaissant tu le ferais alors… c’est non ! Et pour ton information, mon garde-robe est presque neuf. On dirait qu’une souris qui déteste mes vêtements confortables passe dans mes tiroirs et les mange. Tu n’aurais pas une idée de comment arrêter une telle souris ?

Ce n’était pas tout à fait vrai. Nora s’était effectivement débarrassée des paires de souliers brisés et affreux qu’Evelynn affectionnait à cause de leur confort, mais la Russe s’était retenue dans ses vêtements. Beaucoup avait trouvés un nouveau logis dans une poubelle quelconque, mais le linge jeté avait été rapidement remplacé, si ce n’est pas instantanément, par de nouveaux morceaux aussi sexy que confortable. L’artiste refusait de porter un vêtement inconfortable, alors sa compagne faisait des efforts pour trouver des tenues mêlant confort et… parfois un peu trop révélateur. N’empêche, les deux jeunes femmes quittèrent le nouveau studio d’Evy pour se préparer à sortir. Se chaussant de ses ballerines (seuls souliers sans talon qui pouvaient survivre à la tornade Nora), elle s’installa dans la voiture de sa compagne et ensemble, elles se rendirent au centre d’achats.  

-« Par quoi souhaites-tu commencer ? Tu auras tout ce que tu veux, ma chérie. Tes désirs sont des ordres. »

-Je ne te vois pas du tout comme ça Nora… et je ne veux pas que tu le penses non plus !

Il fallut un temps avant de comprendre que sa compagne répetait simplement une expression, et ne parlait pas au sens littéral. Se fermant les yeux avant quelques instants, elle les ouvrit à nouveau et dit simplement :

-Pardon… je viens de saisir… et bien… hum… j’aimerais bien un café. Ton déjeuner était succulent, mais j’ai soif ! Ensuite, direction… hum… ce que tu voudras ! Je n’ai pas de boutique à l’esprit en particulier, mais si tu y tiens… on pourrait passer au… au sex-shop…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 3 Sep 2013 - 19:49

Eleonnora avait été une princesse toute sa vie. Sans porter le titre, c’était ainsi qu’on la considérait. Elle avait grandi dans un monde de luxe où rien ne lui était interdit. Elle aurait pu demander la Lune qu’elle aurait sûrement pu y poser le pied. Maintenant, elle était une femme. Une reine. Chaque reine avait besoin d’un roi à ses côtés. Dans son cas, il lui fallait une autre reine. Celle qu’elle avait choisie était Evelynn. Elle souhaitait alors lui ouvrir les portes d’un monde qu’elle n’aurait probablement jamais eu l’occasion de connaitre. Rien n’était trop beau pour elle. La jeune femme pouvait remplir sa carte de crédit, si cela était possible, pour acheter tout ce que sa belle désirait.
Cependant, Evelynn était une femme simple. Elle n’avait pas besoin de beaucoup pour être heureuse. Le peu qu’elle possédait lui suffisait. Elle ne savait jamais comment réagir lorsqu’Eleonnora lui faisait des cadeaux aux prix faramineux. Elle n’avait pas besoin de tout cela pour l’aimer. Être une reine, elle ne le souhaitait pas.


-« Tu es toi. C’est pour cela que je t’aime. Tu restes toujours toi-même. Tu n’as pas besoin de luxe ou d’artifices pour être heureuse et bien. Cela ne m’empêchera jamais de tenter d’en faire plus afin de te voir sourire. »

Lorsqu’elle fit relever la tête à sa douce, Eleonnora essuya doucement l’une des larmes qui commençait à couler le long de sa joue. Pourquoi pleurait-elle ? Était-elle émue ? La jeune femme savait bien que ce n’était pas des larmes de tristesse, elle connaissait sa belle par cœur. Elle était si jolie en ce moment, même avec les larmes emplissant ses magnifiques yeux émeraude.

Si Evelynn ne voulait accepter ce cadeau, alors qu’elle s’en débarrasse. Eleonnora lui proposait de vendre le loft et d’encaisser l’argent. Par contre, cela était hors de question pour la jeune artiste qui souhaitait, au final, conserver son atelier. Elle tenta de l’expliquer à sa tendre conjointe, mais elle n’y arrivait pas. Il n’y avait que des bégayements qui franchissaient ses lèvres. Était-ce à cause de l’évocation de la fameuse carte de crédit qu’elle avait toujours refusé d’utiliser jusqu’à hier ? Nerveuse, Evelynn se dissimula dans les bras de sa compagne. Celle-ci ne lui refusa pas une tendre étreinte.


-« Avec des millions tu pourrais t’acheter une galerie d’art. Cela ne te plairait pas ? Maintenant, je sais ce que je vais t’offrir pour ton anniversaire… » Fit-elle sur le ton de la plaisanterie.

Pour l’instant, elle devait se calmer au niveau des dépenses. Elle devrait recevoir une paie sous peu, ce qui allait faire le plus grand bien à son compte en banque ainsi que sa carte de crédit. Ensuite, elle songera à ce qu’elle pourra acheter pour l’anniversaire de sa compagne. Elle ne devait pas faire trop compliquer et rester dans la simplicité… Un voyage aux Bahamas, ça devrait être bien, non ? C’était simple et pas si couteux que cela... Enfin du point de vue d’Eleonnora.

Maintenant, il était temps de quitter cet atelier. Evelynn allait avoir l’occasion de l’apprivoiser un peu plus tard. Pour l’instant, elles allaient faire les boutiques. Pour plaisanter, la jeune femme lui expliqua qu’elle allait lui laisser acheter des vêtements en solde si elle le désirait. Bien sûr, sa compagne répliqua que les vêtements en soldes n’étaient pas moins bien que les autres.


-« Les vêtements en soldes sont ceux qui vont être remplacés par ceux de la nouvelle saison. C’est normal que je ne m’y attarde pas. Si tu souhaites arrêter la petite souris qui vole tes vêtements, tu pourrais peut-être en acheter de plus jolis en plus d’être confortables. Je suis sûre qu’elle disparaitra soudainement. »

Après s’être préparées à sortir, les deux femmes quittèrent leur loft afin de se rendre au centre commercial. Une fois arrivées, Eleonnora attrapa la main de sa douce. Elle lui proposa de lui acheter ce qu’elle désirait, sortant par la même occasion une célèbre citation. Cependant, la jeune femme ne sembla pas comprendre tout de suite. Lorsqu’elle le réalisa, elle s’excusa. Il lui fallait un café. Par la suite, elle acceptera de se rendre n’importe où, même dans les boutiques où elle n’avait pas l’habitude de se rendre.

Elles commencèrent par se rendre à un petit stand de la célèbre chaine de restauration Starbuck. Eleonnora prenait toujours son café à cet endroit. Elle passa commande à la caisse et laissa Evelynn faire de même. Au moment de payer, la jeune femme ne toucha pas son portefeuille. Elle se tourna vers sa douce.


-« Comme tu n’aimes pas que je paie tout pour toi, je te laisse t’occuper de la facture, cette fois-ci. Et puis, tu as une carte de crédit, au besoin, non ? »

Eleonnora attrapa son café et y gouta, observant avec amusement la scène. Est-ce que sa douce comptait payer les achats ou elle allait avouer qu’elle ne possédait pas d’argent ? Après tout, son compte bancaire était pratiquement vide au moment où la jeune femme y avait fait un transfert de fonds.

-« Tiens, je vois une très jolie robe dans cette vitrine, juste derrière nous. Ça te dit d’aller voir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 4 Sep 2013 - 16:22

-« Tu es toi. C’est pour cela que je t’aime. Tu restes toujours toi-même. Tu n’as pas besoin de luxe ou d’artifices pour être heureuse et bien. Cela ne m’empêchera jamais de tenter d’en faire plus afin de te voir sourire. »

L’artiste ne lutta pas lorsque la main de Nora se posa sous son menton afin de le relever. Elle sentit la caresse de ses mains lorsqu’elle essuya une larme qui perlait sur la joue d’Evy, et celle-ci ne put s’empêcher de sourire. Le cadeau était grandiose et magnifique, beaucoup plus grand que tout ce que la jeune femme aurait pu imaginer. Mais ce qui lui faisait encore plus plaisir était l’attention, le temps et l’énergie que Nora avait dû mettre dans cet atelier, et tout ça à son insu.

Mais malgré toutes ses belles intentions, accepter un tel cadeau était impossible, du moins le pensait-elle. Elle ne pouvait même pas en estimer la valeur approximative. Tentant d’expliquer les sentiments partagés qui tournoyaient en elle, Evelynn ne réussit qu’à s’embourber dans ses mots et à bégayer lorsque sa compagne évoqua la fameuse carte de crédit. Heureusement, l’artiste trouva refuge dans les bras de celle-ci, se cachant ainsi, elle et ses joues rouges, de la honte d’avoir utilisé l’argent de Nora à son insu.

-« Avec des millions tu pourrais t’acheter une galerie d’art. Cela ne te plairait pas ? Maintenant, je sais ce que je vais t’offrir pour ton anniversaire… »

-Oh non ! refusa la brunette en reculant d’un coup, quelques larmes perlant toujours au coin de ses yeux. Je sais que tu pourrais le faire en plus, alors non ! Hors de question ! Je refuse ! C’est non !

Même si Evelynn tentait d’avoir le dernier mot, d’avoir un ton ferme et décidé, même un peu violent, au mieux, sa voix sonnait plutôt comme une supplication. Elle n’avait jamais eu le dernier mot, et jamais Nora ne lui laisserait cet honneur. Acceptant donc le cadeau malgré toutes ses réticences, les deux femmes quittèrent l’atelier afin de se préparer à sortir. L’artiste devait essuyer les quelques larmes qui perlaient toujours sur ses joues avant de sortir, c’était évident. Nora ne put s’empêcher de plaisanter et de lui offrir « d’acheter » des vêtements en solde. La brunette connaissait très bien l’amour d’Eleonnora pour les grandes marques… et les grands prix. Objectant qu’une mauvaise souris s’emparait de ses vêtements confortables, mais plus de la dernière mode, Nora continua sur le même ton.

-« Les vêtements en soldes sont ceux qui vont être remplacés par ceux de la nouvelle saison. C’est normal que je ne m’y attarde pas. Si tu souhaites arrêter la petite souris qui vole tes vêtements, tu pourrais peut-être en acheter de plus jolis en plus d’être confortables. Je suis sûre qu’elle disparaitra soudainement. »

-Joli… à mon goût ou à celui de la petite souris ? On ne pense peut-être pas de la même façon elle et moi… Et tu sais bien que je ne suis pas la mode. Je prends ce qui me va, qui est confortable et qui peut me durer plus d’une semaine. Contrairement à une certaine petite souris…


En fait, ce n’était pas tant que Nora prenait des vêtements qui se déchiraient au moindre mouvement, quoique certains étaient si serrés qu’ils donnaient l’impression d’exploser à la moindre flexion des bras ou du dos, mais simplement que la belle Russe ne pouvait pas porter une même tenue plusieurs fois, et l’artiste avait compté ! Un morceau de linge « chanceux » pouvait être porté 3 ou 4 fois, mais pas plus. En fait, Evelynn se demandait souvent à quoi servait la machine à laver avant son arrivée…

Au centre commercial, Evelynn commanda un café tout de suite après sa compagne. Elle n’avait pas réfléchi, et se fit piéger la belle Russe aux cheveux d’or.

-« Comme tu n’aimes pas que je paie tout pour toi, je te laisse t’occuper de la facture, cette fois-ci. Et puis, tu as une carte de crédit, au besoin, non ? »

Vous savez, le genre de réaction que vous avez lorsque vous vous souvenez, après être parti en vacances, qu’il aurait peut-être été utile de fermer le rond du poêle ? Les yeux ouverts de façon abusive, la bouche fermée comme si vous tentiez de retenir un flot de paroles et d’excuses ? Et bien cette réaction, multipliez la cent fois et vous avez la tête d’Evelynn ! Avec les joues bien rouges en accompagnement devant l’air satisfait de Nora. Si sa mâchoire avait fonctionné, sans doute aurait-elle bégayé quelques mots à peine compréhensible, mais pour l’instant, seul son cerveau travaillait. Et il travaillait… très… fort…

*Carte de crédit pleine… carte débit vide… oh non il reste la carte à Nora mais la carte à Nora c’est à Nora et c’est son argent je suis pas pour l’utiliser juste devant elle oh non qu’est-ce qu’elle va penser si je l’utilise encore surtout que je lui ai pas dit pour l’utilisation de hier oh non je fais quoi j’ai même pas un billet à quelque part dans mon sac elle va savoir c’est certain et j’aurai l’air d’une idiote c’est pas vrai !*

Le stress prit l’artiste à la gorge de façon si soudaine que ses mains se mirent même à trembler légèrement. Elle se tourna de côté de façon à pouvoir cacher ses mains tremblantes, puis enfin, une idée de génie ! Le lecteur de carte était sur le comptoir, elle dit simplement à l’employé : « Mastercard ». Alors que celui-ci envoyait l’information, Evelynn prit son sac à main et le plaça directement entre Nora et le lecteur de carte, sur le comptoir. Ainsi, difficile de voir la carte qu’elle allait utiliser ! Un plan parfait !

-« Tiens, je vois une très jolie robe dans cette vitrine, juste derrière nous. Ça te dit d’aller voir ? »

-Oui oui bien sûr… euh… donne-moi quelques secondes… pour régler… ça !

Alors qu’elle insérait doucement la carte de crédit de Nora dans le lecteur à puces, heureuse de sa superbe stratégie, elle sentit le rouge de ses joues disparaître graduellement. Enfin elle ne passerait pas pour une idiote… mais l’argent devait tout de même être remis dans le compte avant que Nora ne reçoive son avis. Alors qu’elle pensait avoir gagné, son stratagème réussi, elle retira la carte d’un coup, trop heureuse, mais avec un peu trop d’élan, et se ramassa au sol, sur les fesses, la carte tendue devant elle. Au moins n’avait-elle pas pris son café dans sa chute. Tentant de dissimuler maladroitement la carte derrière elle, elle se frotta les fesses et glissa la carte dans une poche avant de se relever.

-Aie… euh… bon euh… c’est réglé ma chérie… alors euh… on va la voir cette robe ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Ven 6 Sep 2013 - 15:56

Eleonnora ne manquait jamais d’imagination pour dépenser son argent. Cela décourageait totalement la pauvre Evelynn qui peinait parfois à payer la totalité de l’épicerie sans avoir recours à sa carte de crédit. Pourtant, la jeune femme était ainsi. Si elle voulait quelque chose, elle faisait en sorte de l’obtenir, quel qu’en soit le coût. Ne venait-elle pas de transformer le loft d’à côté en un magnifique atelier d’art ? La prochaine étape serait d’acheter la galerie pour y exposer les œuvres d’Evelynn. Bien sûr, en faisant part de cette idée, Eleonnora montrait qu’elle n’était pas totalement sérieuse. Enfin, pour l’instant.

-« Ça va, j’ai compris. » Fit-elle en riant. « Je n’achèterais pas de galerie d’art… Je te donnerais plutôt un petit million, question que tu achètes celle de ton choix. » Elle se remit à rire en voyant la tête d’Evelynn.

Le problème d’Eleonnora était qu’elle dépensait sans compter dans les vêtements. Elle en achetait trop et portait les mêmes tenues trop peu souvent. Elle était tout le contraire de sa tendre compagne qui cherchait à conserver ses tenues confortables qui n’étaient ni de la marque, ni de la dernière mode. Cette dernière reprochait d’ailleurs à une étrange petite souris de se débarrasser de ses vêtements.


-« Peut-être que la petite souris pourrait faire un effort et préserver tes vêtements moches et confortables jusqu’à la sortie de la collection d’hiver… » Fit-elle avec un petit air innocent.

Malgré tout, cela ne l’empêchait pas d’acheter de nouvelles tenues sexy à Evelynn. Au centre d’achat, elle était déterminée à faire quelques emplettes. Cependant, il fallait commencer le tout par un bon café. Sa compagne avait soif et si elle voulait un café, elle en aurait un. Cependant, plutôt que de payer pour elle comme à son habitude, elle la laissa régler la note. Allait-elle utiliser la carte de crédit qu’elle lui avait offert, comme la veille ? Attendant patiemment que les cafés soient payés, Eleonnora regardait les boutiques aux alentours. Elle ne prêtait plus attention à Evelynn. De temps à autre, elle lui jetait un petit coup d’œil, mais rien de plus. Elle avait confiance en elle.

Alors qu’elle regardait une jolie robe dans la vitrine d’une boutique, Evelynn termina la transaction. Comment le savait-elle ? C’était simple, sa douce avait fait un mouvement qui l’avait propulsée sur les fesses, sur le sol. Eleonnora l’observa avant de lui tendre doucement la main pour l’aider à se relever. Maintenant qu’elle était sur pied, sa compagne proposait d’aller voir la fameuse robe dans la boutique située à quelques pas de là.

Alors qu’elle s’avançait vers la boutique, Eleonnora entendit la sonnerie de son téléphone. Il ne lui fallut que quelques secondes pour décrocher. Sa banque appelait de nouveau pour savoir si la transaction sur la carte de crédit qu’elle avait donnée à Evelynn était normale. La jeune femme affirma que si avant de raccrocher. Elle se tourna vers sa douce, le sourire aux lèvres.

-« Tu es tellement mignonne. Je suis fière de toi, tu oses enfin utiliser ma carte de crédit. En même temps, puisque ton compte bancaire était à sec… tu n’avais pas trop le choix…»

Avant d’entrer dans la boutique, elle se plaça devant Evelynn et posa un délicat baiser sur ses lèvres. Elle était tellement mignonne quand elle faisait cette tête-là. Eleonnora était un peu cruelle de la rendre ainsi mal à l’aise. Est-ce qu’un jour sa tendre compagne arrivera à utiliser son argent sans remord ? Sûrement dans longtemps. Très longtemps. Peut-être même jamais.

-« Ne fais pas cette tête. Ça me fait plaisir que tu utilises ma carte de crédit, tu sais. Ne te sens jamais mal pour l’avoir utiliser. Dis-toi que chaque transaction que tu fais me rend heureuse. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Ven 6 Sep 2013 - 16:26

-« Ça va, j’ai compris. Je n’achèterais pas de galerie d’art… Je te donnerais plutôt un petit million, question que tu achètes celle de ton choix. »

Une grimace fut la seule réponse d’Evelynn, mais au point où elles en étaient, c’était surtout du théâtre. Evelynn croyait bien pouvoir empêcher sa compagne de lui acheter une galerie d’art, elle ignorait toujours comment, mais avec le cadeau que la belle Russe venait de lui offrir, peut-être aurait-elle un petit répit. D’ici là, Eleonnora aurait sans doute oublié cette idée. Les deux femmes se préparèrent à partir rapidement, une petite discussion sur l’apparition d’une souris mangeuse de vêtements confortables prenant place pendant leur préparation. Nora ne put s’empêcher d’en rajouter encore une fois.

-« Peut-être que la petite souris pourrait faire un effort et préserver tes vêtements moches et confortables jusqu’à la sortie de la collection d’hiver… »

-Hey ! Ils ne sont pas moches mes vêtements ! Ils n’ont simplement pas Gucci ou Dolce et banana écrit dessus !

Un jour ou l’autre, un cadenas serait nécessaire pour protéger ses tenues n’ayant pas reçu le Sceau d’Approbation Nora. Quittant donc le loft, ils se rendirent rapidement au centre d’achats afin de faire des emplettes malgré le compte bancaire vide d’Evelynn et sa carte de crédit complète. Elle ne gagnait pas énormément d’argent, et en transformait une bonne partie en vivre ou en articles essentiels pour les Morlocks. Évidemment, la belle et malicieuse Nora avait déjà prévu de la piéger au Starbucks, ce qu’elle ne s’empêcha pas de faire.

Un stratagème prit place dans l’esprit de l’artiste pour échapper au problème posé par Nora, mais sa chute changea rapidement la donne. Se relevant doucement, massant ses fesses meurtries, elle saisit la main de Nora, ayant au préalable dissimulé la carte de crédit incriminante. Proposant de suivre sa compagne jusqu’à la robe qu’elle avait remarqué, saisissant son café resté sur le comptoir au même moment, elles se dirigèrent ensemble vers le magasin en question. Evelynn pensait avoir échappé aux problèmes de carte de crédit… jusqu’à ce que le téléphone de sa compagne sonne. Courte discussion, suite à laquelle Nora se tourna vers elle, le sourire aux lèvres, l’air beaucoup trop satisfaite…

-« Tu es tellement mignonne. Je suis fière de toi, tu oses enfin utiliser ma carte de crédit. En même temps, puisque ton compte bancaire était à sec… tu n’avais pas trop le choix…»

Vous savez, l’air que vous avez quand… J’ai déjà raconté tout ça dans le message d’avant hein ? Bon alors pendant un moment, Evelynn reprit a peu près exactement le même visage. Son cerveau cherchait encore à comprendre comment sa compagne avait pu deviner tout ça, parce qu’il n’y avait aucune façon qu’elle puisse le savoir ! Lisait-elle ses pensées ?

-Mais… mais mais mais… (protestation française) mais…. Comment tu peux savoir tout ça ? Attends je non je… je ne l’ai pas utilisé ta carte… enfin euh… presque pas…et mon compte n’est pas vide ! J’ai juste euh… perdu ma carte voilà ! Et je euh… je comptais tout remettre dans ton compte Nora c’est pas que euh… oh… merde…

Les mensonges d’Evelynn devaient être bien piteux devant l’agente de terrain du SHIELD. L’artiste s’en rendait bien compte, ses épaules s’avancèrent et ses bras se ramollirent de découragement, mais son énergie revint lorsque la belle blonde l’embrassa. Un tel baiser ne pouvait que lui faire du bien après tout.

-« Ne fais pas cette tête. Ça me fait plaisir que tu utilises ma carte de crédit, tu sais. Ne te sens jamais mal pour l’avoir utiliser. Dis-toi que chaque transaction que tu fais me rend heureuse. »

-Mais… mais ce n’est pas mon argent Nora… je… je ce… je n’ai pas travaillé pour ça ! Je veux dire… je ne veux pas dépendre de ton argent… je euh… je ne suis pas avec toi pour ça et je ne veux pas que tu le crois ! Je ne sortirais jamais avec quelqu’un pour son porte-feuille… encore moins ma meilleure amie… qui est devenue… et bien… toi… ma… euh… ma compagne…

Le magasin les attendait, et Evelynn n’attendit pas avant d’entrer pour voir les robes qui avaient fait rêver sa dulcinée. Evy était toujours habitée par les remords d’avoir utilisé la carte de Nora, mais ça semblait faire plaisir à celle-ci, alors lorsqu’elles entrèrent dans le magasin, l’artiste s’efforça de sourire et de se changer l’esprit. Se promenant dans les rayons, elle s’arrêta devant un modèle fort simple, au prix pas trop élevé évidemment, et le plaça devant elle, se tournant vers Nora en lui demandant simplement :

-Tu en penses quoi ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Dim 8 Sep 2013 - 6:00

Eleonnora était une très bonne cliente de la banque de New-York. Ils savaient toujours lui offrir le meilleur service qui soit. D’ailleurs, lorsque la carte de crédit de la jeune femme – celle qui était très peu utilisé par Evelynn – effectuait une transaction, elle était automatiquement appelée par sa banque afin de vérifier que tout était normal. C’était ce qui venait de se produire. Visiblement, Evelynn n’avait pas compris ce qui s’était produit. Elle tentait de mentir, bafouillant qu’elle n’avait pas utilisé cette fameuse carte. Elle était une bien piètre menteuse. Cela n’avait jamais été sa tasse de thé, d’ailleurs.

-« Tu as raison, ton compte n’est pas vide. Tu utilises tout de même cette carte. D’ailleurs, tu l’utilises si peu souvent que la banque m’appelle à chaque transaction pour savoir si c’est bel et bien normal. Tu devrais l’utiliser plus souvent. »

Eleonnora ne savait pas ce que sa douce faisait de son argent, mais elle finissait toujours par en manquer. Comment arrivait-elle à cela ? Gagnait-elle si peu d’argent ? Parfois, la jeune femme se demandait ce qui se passait. Elle n’espionnait pas les dépenses de sa douce, mais l’envie de le faire ne manquait pas. Un jour, elle lui demandera ce qu’elle faisait de chacune de ses paies. Pour l’instant, elle préférait ne pas lui penser. Chacune dépensait son argent comme elle le désirait. La jeune femme voulait mettre le sien à la disposition de sa compagne afin qu’elle ne manque de rien. Cependant, Evelynn n’aimait pas cela. Elle ne voulait pas abuser d’un autre portefeuille. Cet argent n’était pas le sien.

-« Tu es si mignonne quand tu bégaie comme ça. C’est adorable. Tu sais, il n’y a pas de mal de prendre l’argent que je mets à ta disposition, je te l’offre. Il n’y a rien de mal à profiter de l’argent d’une personne qui nous l’offre. J’ai passé les vingt premières années de ma vie à dépendre de celui de mon père et je m’en suis très bien sortie. D’ailleurs, tu crois qu’il a été payé comment notre loft à un million de dollars ? Ce n’est pas parce que j’en suis la propriétaire que cela signifie que je l’ai payé… »

Evelynn entra dans la boutique et la jeune femme n’hésita pas à la suivre. Elle regardait les différentes tenues qui étaient présentées dans les premiers rayons. La jolie robe qu’elle avait vue était bien moins jolie vu de près. Elle ne la mettrait pas en valeur. Parcourant les autres allées, Eleonnora réalisait quelle avait déjà la moitié des tenues présente ou, du moins, quelque chose qui y ressemblait énormément. Finalement, elle alla rejoindre sa compagne afin de voir la robe qu’elle avait entre les mains. Elle n’était pas de son goût et avait visiblement était prise dans le bac de soldes. La jeune femme fit une petite moue qui voulait tout dire.

-« En solde, hein… Je t’ai dit que je payais ? Tu sais, il y en a des plus belles, là-bas… »

Elle avait totalement oublié qu’elle avait « permis » à sa douce d’acheter des vêtements en solde si elle était sage. Bien sûr, c’était une plaisanterie. Qui sait, sa douce décidera peut-être de s’en servir comme argument ? Quoi qu’il en soit, Eleonnora se détourna de cette robe et alla en cherche une plus jolie afin que sa compagne l’essai.

Plus tard, après avoir parcouru de nombreuses boutiques, les jeunes femmes quittèrent le centre commercial. Bien évidemment, elles n’allaient pas retourner chez elles tout de suite. Eleonnora voulait faire quelques achats dans sa boutique coquine préférée. Sortant du bâtiment, elles traversèrent le parking afin de se rendre à la voiture de la jeune femme.

Soudainement, la jeune femme s’arrêta afin de chercher ses clés dans son sac à main, laissant Evelynn poursuivre sa marche. Deux secondes plus tard, elle releva la tête. Un conducteur chauffait à haute vitesse dans le parking. Il dépassait largement la limite de vitesse et semblait pressé de quitter cet endroit. Il n’allait certainement pouvoir éviter Evelynn, vers qui il fonçait, à temps. La jeune femme cria à sa douce de faire attention, mais c’était trop tard. Jamais elle n’aura le temps de comprendre et d’esquiver. Tout se passait si rapidement. Sans réfléchir, Eleonnora utilisa son don et envoya l’automobile contre un grand lampadaire, le faisant ainsi dévier de sa trajectoire juste à temps.

La jeune femme poussa un grand soupir de soulagement. Elle avait craint, pendant un instant, de ne pas être suffisamment puissante pour arriver à réussir cela. Rapidement, elle oublia l’automobiliste et alla rejoindre Evelynn. Elle la serra avec force dans ses bras.


-« Tout vas bien, ma chérie ? Tu n’es pas blessée, j’espère ? J’ai tellement eu peur, pendant un instant… » Elle ferma les yeux. « Je ne laisserais rien de mal t’arriver. » Murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Lun 9 Sep 2013 - 18:34

-« Tu as raison, ton compte n’est pas vide. Tu utilises tout de même cette carte. D’ailleurs, tu l’utilises si peu souvent que la banque m’appelle à chaque transaction pour savoir si c’est bel et bien normal. Tu devrais l’utiliser plus souvent. »

La banque ! La banque l’avait trahie ! Evelynn était loin d’être une stratège hors du commun, et la plupart du temps, comme sa chute le prouvait, ses plans tombaient… littéralement… à l’eau. Cependant, autant elle désirait ardemment ne pas dépendre de sa compagne, autant les paroles de celle-ci commençaient à la convaincre de le faire plus souvent. Non, elle résisterait ! Même si son compte bancaire allait en souffrir. Parlant de compte bancaire, qu’avait dit la diablesse blonde à ce sujet déjà ?

-Mais non mon compte est euh… oui bon il est vide mais ma paie arrive je euh… attends comment ça il n’est pas vide ? Qu’est-ce que tu as fait Nora ? Oh non… NORA !

Le petit cri s’était échappé de ses lèvres un peu trop fort pour un Starbucks, et elle se plaqua les deux mains sur la bouche quelques instants alors que les regards se braquaient sur elle. Autant s’éclipser rapidement. Prenant le bras de sa compagne, son café dans l’autre main, elle se dépêcha de se diriger à l’extérieur de l’établissement. Cette discussion n’était pas terminée, elle aurait tout le temps de vérifier ce qu’elle pensait plus tard. De toute façon, cela ne l’empêcha pas d’objecter à nouveau sur le chemin qu’elle ne voulait pas profiter de son argent. Nora, encore une fois, avait réponse à tout… et savait exactement quoi dire pour faire rougir Evy.

-« Tu es si mignonne quand tu bégaie comme ça. C’est adorable. Tu sais, il n’y a pas de mal de prendre l’argent que je mets à ta disposition, je te l’offre. Il n’y a rien de mal à profiter de l’argent d’une personne qui nous l’offre. J’ai passé les vingt premières années de ma vie à dépendre de celui de mon père et je m’en suis très bien sortie. D’ailleurs, tu crois qu’il a été payé comment notre loft à un million de dollars ? Ce n’est pas parce que j’en suis la propriétaire que cela signifie que je l’ai payé… »

-Mais… mais mais mais… tu triches ! C’est toi qui me fait parler comme ça… Pfff. Je veux bien croire que tu as profité de l’argent de ton père, mais ce n’est pas une raison pour que je fasse la même chose. Et aussi... 1 MILLION DE DOLLARS ? Tu te fous de moi Nora ? C’est… c’est ..c’est beaucoup, beaucoup d’argent ! Plus que ce que je ferais en travaillant jour et nuit pendant 50 ans !

Cet argent, il aurait été sans doute fort utile aux Morlocks… Evelynn ne pouvait s’empêcher de voir en toute chose une façon de les aider. Que ce soit en achetant de la nourriture, des articles médicaux ou peu importe, elle faisait de son mieux pour leur donner un coup de main. C’était hélas très limité par son petit salaire… mais qu’est-ce qu’elle aurait pu faire avec 1 million de dollars. Sans doute aurait-elle pu leur faire construire une maison, ou au moins réaménager leurs égoûts.

-… Ça ne me fait pas sentir plus à l’aise ce que tu me dis…

Mais sa compagne savait déjà le rapport qu’avait Evy avec l’argent. Si c’était le sien, il n’y avait pas de problème. Celui de Nora par contre, c’était une autre histoire… excepté cette fameuse histoire de carte de crédit. Bref, cela n’empêcha pas les deux jeunes femmes d’entrer dans une boutique de fringues quelconque. Choisissant une robe dont le prix était abordable… oui bon en solde, l’artiste la montra ;a Nora, qui, d’une petite moue évidente, la refusa.

-« En solde, hein… Je t’ai dit que je payais ? Tu sais, il y en a des plus belles, là-bas… »

De plus belles… et de plus chères aussi. Suivant malgré elle les pas de sa compagne, elle se prêta au jeu, tentant d’oublier pour une fois que c’était Nora qui s’occupait de la gâter. Elle essaya de nombreuses robes, la suivit au travers de plusieurs boutiques, et tenta de faire sourire sa compagne, ce qui était assez facile puisqu’elles magasinaient. La revoir lui faisait plaisir, elle lui avait manquée… et ne s’empêcha pas de lui montrer avec moult baisers et accolades au fur et à mesure de leur promenade.

Quittant donc le centre d’achats, Evelynn marchait dans le stationnement, Nora quelques mètres derrière elle, la tête dans les nuages, quand un cri attira son attention. Celui de sa compagne, qui lui criait de faire attention. Attention à quoi ? Alors qu’elle se retournait vers la belle Russe, le véhicule, beaucoup trop rapide, entra dans son champ de vision. Le cœur d’Evy pompa d’un seul coup, l’instinct de survie la poussant à éviter le choc. Elle n’avait même pas eu le temps de fléchir les jambes qu’elle serait happé par la voiture folle, mais quelque chose d’étonnant se passa. Tout arriva trop vite, elle n’eut pas le temps de comprendre, mais la voiture se retrouva sur une autre trajectoire, et heurta un grand lampadaire, laissant Evelynn pantoise, l’adrénaline pompant dans tout son corps… Et commencer à redescendre tranquillement.

Elle ne regardait toujours pas Nora, mais elle la sentit la serrer dans ses bras.

-« Tout vas bien, ma chérie ? Tu n’es pas blessée, j’espère ? J’ai tellement eu peur, pendant un instant… Je ne laisserais rien de mal t’arriver. »

Peur… peur… l’adrénaline quittait son système rapidement, la laissant sans force. Ce n’est qu’avec peine qu’elle gardait ses jambes raides. Mais ce n’était pas le problème pour le moment. Alors que son cerveau parvenait à comprendre ce qui s’était passé, la peur commençait à naître en elle. Et chez Evelynn, la peur était signe de problème… Elle sentait toujours les bras de sa compagne, mais le son de sa voix semblait distant et distordu. Son don commençait à s’animer au fond d’elle, et elle ne pouvait pas le retenir indéfiniment. Chaque seconde donnait plus de force à sa peur… et plus de force à sa malédiction.

L’aura noirâtre commençait à apparaitre autour de l’artiste qui tentait de se dégager de l’étreinte solide de l’agente du SHIELD.

-Nora… Nora lâche moi… VITE !

D’un coup sec, elle parvint à se dégager de l’étreinte de Nora… et elle fit l’erreur de se retourner vers elle. Ce qu’elle vit lui fit autant d’effet qu’un coup de poing au ventre. Sa malédiction avait influencé sa vision… et Nora avait une apparence diabolique. Une langue fourchue, des griffes aussi longues que celles d’un tigre, la peau rougeâtre, elle semblait pousser un rire diabolique alors que le ciel, sous les yeux ébahis de l’artiste, prenait des teintes de plus en plus apocalyptiques. Les visions cauchemardesques la firent tomber au sol, alors que chaque voiture était remplacée par des démons, des esprits malfaisants, ou toute autre chose. Son esprit faisait un mélange des peurs de tous et chacun après tout. Là-bas, une araignée géante. Plus loin, un escadron d’abeilles mesurant chacune un mètre de long lui fonçait dessus.Une cage de fer se dessina du ciel pour tomber sur Evelynn et la version démoniaque de Nora, les enfermant dans un endroit clos. Tout ce qu’elle parvint à crier, alors que des mains invisibles semblaient l’immobiliser au sol, fut :

-VA… VA T’EN !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 10 Sep 2013 - 20:54

Eleonnora avait une bien mauvaise manie lorsqu’elle avait le compte bancaire d’Evelynn devant ses yeux. Dès qu’elle voyait qu’il ne lui restait pratiquement plus d’argent, elle lui faisait tout naturellement un généreux versement depuis son propre compte. La jeune femme n’aurait jamais dû lui donner les accès à son compte en ligne. C’était trop facile. Maintenant, elle devinait avec effroi ce que sa compagne avait fait. Son compte bancaire était plein. Combien de dollars avait-elle mis ? Une petite somme ? Non, cela devait être quelque chose de démesuré, après tout on parlait d’Eleonnora. N’importe qui aurait été heureux qu’elle pose un tel geste. Evelynn était probablement l’une des seules femmes de ce monde à ne pas vouloir de cet argent.

-« Quoi ? Je n’ai rien fais, voyons. Supposer le contraire serait mal me connaitre » Fit-elle innocemment avant de rire doucement.

Elle-même ne croyait pas à ses propres propos. Elle avait fait ce transfert d’argent et ne le regrettait pas. De toute façon, elle n’en aurait pas besoin. Pas autant qu’Evelynn. Elle manquait toujours de fonds. D’ailleurs, il faudrait peut-être lui en toucher un mot, un jour. Pas pour l’instant. Elle était plutôt occupée à expliquer à sa douce qu’elle n’avait pas à avoir honte d’utiliser son argent et d’en profiter. Elle utilisa un exemple en se basant sur elle-même. Son père était riche et lui avait donné tout ce dont elle avait besoin. Son loft en faisait partie. La dernière chose qu’il lui avait payée avant qu’elle ne se mette à travailler et se débrouiller seule. Visiblement, elle n’avait jamais révélé le prix du loft à sa compagne, vu la tête qu’elle tirait…


-« Je sais, je sais, c’est beaucoup, mais pour mon père c’est rien, ne t’en fais pas. Si ça peut te rassurer, je n’ai jamais payé aussi cher pour ton atelier. »

Elle ne savait pas si cela allait rassurer Evelynn, mais elle souhaitait que si. Afin de lui changer les idées, elles allèrent dans la boutique de vêtements. Rien de mieux qu’un peu de shopping pour se sentir mieux. La jeune femme fit essayer tout un tas de tenues à sa compagne, mais passa très peu souvent à la cabine d’essayage. Elle avait déjà tout un tas de vêtements. Alors que sa douce essayait une énième tenue, la jeune femme fit l’achat d’un pantalon de jogging qui, elle l’espérait, serait confortable. Elle le glissa dans l’un des sacs contenant ses achats dans une autre boutique en prévoyant lui offrir une fois au loft. C’était une petite surprise, bien moins couteuse qu’un atelier, pour sa douce.

Une fois leurs emplettes terminées, les jeunes femmes quittèrent le centre commercial. Alors qu’elles marchaient dans le parking, Eleonnora vit une voiture rouler à toute vitesse sans se soucier des personnes qui pourraient se trouver à proximité. Malheureusement, Evelynn était sur sa trajectoire. Pas question qui lui arrive quoi que ce soit. Vu la vitesse de l’automobile, l’impact pourrait être mortel pour la jeune femme. Il fallait empêcher cet accident. Grâce à son don, Eleonnora fit en sorte que la voiture dévie de sa trajectoire et percute un lampadaire. Pendant quelques secondes, elle eut peur de ne jamais y arriver. Elle n’avait jamais su quelles étaient les limites exactes de son pouvoir. Elle savait simplement qu’elle arrivait à faire glisser son canapé lorsqu’elle souhaitait le déplacer, mais qu’elle avait du mal à le soulever du sol. Elle se servait de son don pour des tâches de sa vie quotidienne. Certes, en mission il lui était utile, mais elle n’avait jamais eu à envoyer ainsi valser un véhicule. Était-elle plus puissante qu’elle ne le pensait où était-ce un mélange de peur et d’adrénaline qui avait permis de décupler ses capacités ? Elle n’en savait rien. Elle ne prenait même pas la peine d’y réfléchir. Seul Evelynn comptait, en ce moment.

Rapidement, la jeune femme alla rejoindre sa compagne. Elle la serra avec force dans ses bras, rassurée qu’elle soit saine et sauve. Pas un seul instant elle songea à aller voir si le conducteur de l’automobile allait bien. Il était toujours dans sa voiture, tombé dans l’inconscience après le soudain impact. Pour l’instant, seul Evelynn comptait. Elle venait de réaliser ce qui s’était produit. Elle avait peur, elle avait froid. Eleonnora frissonnait, comme si soudainement quelqu’un avait décidé de mettre l’air climatisé à fond. Le problème était qu’elles étaient à l’extérieur… Pourquoi avait-elle si froid ? Était-ce l’effet de la peur ?

Soudainement, Evelynn la repoussa. Elle lui disait de s’éloigner, de ne pas la toucher. Pourquoi ? Que se passait-il ? Était-elle blessée, sous le choc ? Elle semblait terrorisée. Eleonnora ne pouvait pas la laisser dans un tel état. Elle approcha doucement sa main d’elle, caressa l’étrange aura noire qui l’entourait. Qu’est-ce que c’était ? D’où sortait cet… étrange phénomène. Ce n’était pas naturel. La jeune femme connaissait la réponse, mais avait du mal à réaliser que cela pouvait être vrai. En fait, elle était mutante. Evelynn était une mutante. Bien que la jeune femme s’en soit doutée à de multiples reprises, elle n’en avait jamais parlé. Elle s’était dit que sa compagne le lui dirait si c’était vrai. Et puis, que faire si elle avait eu tort ? Si elle n’aurait été qu’humaine ? Elle avait décidé de ne rien faire en se disant qu’elle se trompait peut-être. Maintenant, elle était de moins en moins certaine, elle ne savait quoi penser.

Contredisant les ordres d’Evelynn, la jeune femme posa doucement sa main sur sa joue. À ce moment-là, un grand frisson la parcouru. Ce qu’elle avait froid ! Elle sentit ses muscles se tendre, elle se crispait alors que le décor autour d’elle s’était littéralement transformé. Où était-elle ? Elle n’avait pas réalisé qu’elle était dans un parking, à ciel ouvert, grand et spacieux, quelques instants plutôt. Elle était maintenant enfermée dans une petite pièce. Un ascenseur ! Elle voyait les boutons s’illuminée. Paniquée, elle appuya dessus, sur tous. Elle devait sortir d’ici. Elle ne pouvait pas rester là. C’était trop petit, elle se sentait étouffer. Pourquoi rien ne bougeait ? Eleonnora leva la tête. Il y avait toujours une trappe au plafond. Rien. Lorsqu’elle posa les yeux sur le panneau de contrôle, celui-ci avait disparu. Elle n’était plus que dans un ascenseur, mais bien dans une petite pièce de métal. Elle sentait les murs se rapprocher, elle avait l’impression de manquer d’air, elle paniquait, elle criait à travers ses pleurs. Elle paniquait. Elle avait le sentiment que quelque chose de terrible allait se passer. Elle tournait en rond dans la pièce, cherchant une sortie, jusqu’à ce qu’elle trébuche sur un cadavre, au sol. Un cadavre qu’elle connaissait que trop bien. L’une de ses collègues, du temps qu’elle était à l’armée. Une femme avec qui elle s’était entrainée, avec qui elle avait partagé les mêmes missions, les mêmes combats. Une personne qu’elle avait perdue tragiquement lorsqu’ils avaient été pris au piège par leurs ennemis. Eleonnora tomba sur les fesses. Elle recula dans un coin de la pièce, ferma les yeux. Elle était trop près de ce cadavre. Elle ne voulait pas le voir, ni même le toucher. Elle voulait que tout cela arrête. Elle était en train de devenir folle, elle paniquait.

Soudainement, elle était de retour dans le parking.

Que s’était-il produit ? Eleonnora inspira profondément. Elle retrouvait peu à peu son souffle. Elle séchait ses larmes. Lentement, elle se redressa. Ses sacs étaient tombés à ses pieds. Elle s’était assise sur l’asphalte, le dos contre une voiture. Ses yeux croisèrent brièvement ceux d’Evelynn. Effrayée, encore sous le choc de cette terrible expérience, Eleonnora hésitait à l’approcher. Elle craignait ce qui allait se produire. Tremblante, elle ramassa les clés de sa voiture, à ses pieds. Elle attrapa ses sacs, par la même occasion. D’une voix tremblante, elle murmura quelques mots à l’intention de sa compagne.


-« Dans la voiture… On rentre… »

Sans attendre, la jeune femme s’éloigna tant bien que mal. Son véhicule n’était pas très loin. Elle le déverrouilla et jeta tous les sacs sur la banquette arrière. Elle claqua la portière avant d’entrer du côté conducteur. Insérant les clés dans le contact, elle démarra le véhicule. La première chose qu’elle fit fut de trouver le CD d’Adele. Il devait être quelque part par là. Dès qu’elle mit la main dessus, elle l’inséra dans le lecteur. La douce musique allait la calmer. Elle avait besoin de reprendre ses esprits. La jeune femme essuya ses larmes, abima son maquillage et s’en mis plein sur les doigts. Cela n’avait aucune importance. Elle se focalisait sur sa respiration. Lorsqu’Evelynn fut dans la voiture, elle n’osa pas la regarder. Elle se contenta de démarrer et de conduire jusqu’à son loft, n’arrivant pas à oublier ce qui venait de se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mar 10 Sep 2013 - 22:14

-« Quoi ? Je n’ai rien fais, voyons. Supposer le contraire serait mal me connaitre »

Oh mensonges, quand tu nous prends ! Evelynn avait bien du mal à distinguer le vrai du faux, mais là, ça sautait aux yeux. Peu importe ce qu’elle allait dire, de toute façon, à en croire la grande blonde, c’était déjà fait. Laissant tomber, après tout raisonner Nora sur la quantité d’argent qu’elle pouvait offrir ainsi était inutile, elle la suivit jusqu’à la prochaine boutique, son café en main. Ça aurait pu continuer ainsi très gentiment si la diablesse blonde n’avait pas ajouté le prix du loft lui-même. Evelynn n’en croyait pas ses yeux. Elle savait que l’appartement n’avait certainement pas coûté moins de cent mille dollars, mais là, c’était plus de dix fois ce à quoi elle s’attendait !

-« Je sais, je sais, c’est beaucoup, mais pour mon père c’est rien, ne t’en fais pas. Si ça peut te rassurer, je n’ai jamais payé aussi cher pour ton atelier. »

Ah bon ? Combien avait-elle payé alors neuf cent mille ? C’était complètement absurde, démesuré… et à la hauteur de Nora. Evelynn baissa les bras, abandonnant le combat. Elle n’était pas du genre à tenter de s’imposer ou d’essayer par tous les moyens d’avoir raison de toute façon, Eleonnora le savait trop bien. Vu le temps qu’avait dû mettre sa compagne, elle ne revendrait pas l’atelier qu’elle avait fait construire de toute façon. Ce serait du gâchis, et malgré toutes ses réticences… elle le voulait cet atelier ! Elle n’osait simplement pas se l’avouer ou le dire à sa tendre chérie.

Le temps que les emplettes finissent, la journée avait déjà bien avancé. L’après-midi débutait alors que les deux jeunes femmes quittaient le centre d’achat pour aller ailleurs. Evelynn ne se doutait pas une seconde que la prochaine destination était celle de la boutique coquine préférée d’Eleonnora. Cependant, un important contre temps les obligea à changer de destination.
Alors qu’un mystérieux évènement détournait la voiture qui se dirigeait à une vitesse folle vers Evelynn, Nora vint la serrer dans ses bras. Le don d’Evy n’allait pas laisser passer une telle chance. La trouille d’avoir passé si près de la mort l’envahissait et se décuplait à chaque secondes. Hurlant à sa compagne de ne pas la toucher en se dégageant, sa vision changea, de même que les sensations et les sons qu’elle entendait. Elle savait très bien à quoi s’en tenir, mais ça ne l’empêchait pas de paniquer. Le froid se faisait de plus en plus mordant alors que l’aura noire augmentait en intensité. Et là, sa compagne fit l’erreur d’ignorer ce qu’Evy lui avait dit. Elle la toucha.

Le don d’Evelynn n’eut pas à attendre plus longtemps avant de jeter son dévolu sur Nora. De plus, à cause d’un ridicule évènement de boisson, l’artiste savait très bien quelle était la plus grande peur de l’agente du SHIELD. Elle ne le savait que trop bien, et, impuissante, elle-même prise de ses propres démons, elle savait que, quelque part, Nora affrontait ses peurs les plus grandes. Les quelques minutes qui suivirent en furent d’autant plus terrible.

Le don d’Evelynn ne durait heureusement pas trop longtemps, et deux minutes ou presque suffirent pour qu’il se vide de son énergie, autant chez elle que chez Nora. Pantelante, le cœur battant toujours plus fort, elle tentait de reprendre sa respiration sans grand succès. Nora était quelques centimètres devant elle, assise contre une voiture. Leur regard se croisèrent moins d’une seconde, mais ce fut suffisant pour qu’Evy comprenne exactement ce qui s’était passé. Elle le savait déjà de toute façon, mais le regard de Nora lui confirma le tout. Baissant les yeux rapidement, elle resta là, sans bouger, sachant très bien que, dorénavant, Nora ne la voyait que comme un monstre…

Ce qu’elle était.

-« Dans la voiture… On rentre… »

Tremblants. Les mots de Nora étaient tremblants. Elle ne l’avait jamais entendu ainsi. Lentement, elle se leva et se dirigea jusqu’à la voiture, le regard au sol, les membres tremblants. Elle ouvrit la porte doucement avant de s’asseoir. Lorsque la main de Nora s’approcha d’elle pour accéder au coffre à main, côté passager, Evelynn se recroquevilla encore un peu plus sur elle-même. Laissant à sa compagne le temps qu’elle voulait pour s’en remettre, elle ne se faisait pas d’illusions : au mieux c’était la porte, au pire les autorités. Les seuls mots qui franchirent ses lèvres, alors que le loft n’était plus qu’à un coin de rue, furent :

-Je suis désolé…

Lorsque le loft se fit enfin voir, la balade la plus silencieuse des deux femmes prenant ainsi fin, Evelynn sortit piteusement de la voiture, et se dirigea vers la porte. Elle se dépêcha d’ouvrir la porte avant que Nora ne soit derrière elle, et escalada à la vitesse d’un lynx les marches qui la séparaient de leur maison… euh non… de la maison de Nora… Espérant que la grande blonde ne la suivrait pas, elle entra et se dirigea aussitôt vers la nouvelle porte, menant à son atelier. Refermant derrière elle, elle vérouilla même la porte, ne pouvant supporter la présence de Nora. Même si elle savait ce qui allait se produire, elle voulait l’éviter. Elle se sentait si mal, si seule, son cœur déchiré à l’idée d’avoir pu faire autant de mal à celle qu’elle aimait. Malgré ses vêtements peu adapté, elle chercha rapidement dans ses tiroirs, ses placards, partout, jusqu’à trouver de la peinture. Plus loin, elle voyait un espace qui avait été couvert de plastique protecteur. Déposant un chevalet et une toile vierge dessus, elle plongea ses pinceaux dans les pots avant de libérer sa rage et sa colère devant ce qu’elle avait fait. Elle ne faisait pas une « belle » toile, elle était sauvage, elle donnait de grand coup de pinceaux, envoyant des gouttes de peintures dans toutes les directions. Elle continua ce manège pendant plusieurs minutes, se vidant de ses dernières forces, avant de retomber assise devant la toile, les genoux relevés et serrés par ses bras. Les larmes coulaient à flot désormais. Elle ignorait si Nora était derrière elle, si elle allait entrer bientôt, si elle allait au contraire s’enfuir. Elle l’ignorait… et de désirait pas le savoir.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 11 Sep 2013 - 4:22

Eleonnora ne montrait jamais qu’elle avait peur. En fait, c’était parce qu’il y avait peu de choses qui l’effrayaient. Après avoir connu les meurtres, les champs de bataille, les missions dangereuses, elle n’avait plus vraiment peur de quoi que ce soit. Rien ne pouvait lui arriver. Elle était belle, riche, puissante et dotées de compétences qui lui permettaient de se battre et se défendre au besoin. Elle croyait un peu trop en elle, d’ailleurs.
Quoi qu’il en soit, il ne restait plus qu’une seule chose dont elle avait peur. Quelque chose qui était lié à un traumatisme dont elle n’avait jamais parlé à qui que ce soit sauf sa psychologue. Elle était terrorisée par les petits espaces clos. Elle ne supportait pas d’être enfermée quelque part. Elle évitait les ascenseurs, elle ne supportait pas les espaces étroits. Elle faisait tout pour éviter de se retrouver face à sa peur.

Cette fois, elle n’avait rien pu éviter.

Bien qu’elle s’était doutée, à quelques occasions, que sa compagne pouvait être une mutante, elle n’avait jamais cherché à le savoir à tout prix. Elle-même ne lui avait jamais parlé de son don. Maintenant, ce serait peut-être l’occasion. Après avoir vécu de nouveau son pire traumatisme qui semblait bien plus réel qu’il ne l’était, Eleonnora ne pouvait niée qu’Evelynn avait un lien avec tout cela. Elle ne contrôlait rien, à ce qu’elle avait pu voir. Maintenant qu’elle avait repris contact avec le monde réel, la jeune femme pouvait tenter de reprendre ses esprits. Pour l’instant, il était impossible de dire quoi que ce soit. Les seuls mots qu’elle murmura signifièrent à sa douce qu’il était temps de partir.

Une fois dans sa voiture, Eleonnora tentait de se remettre de ce qu’elle avait vu. Elle avait peur, elle tremblait. Même avec la musique qui brisait le silence de l’automobile, elle n’arrivait pas à penser à autre chose. Elle semblait absente. Elle tentait de chasser ses horribles images, mais en vain. Elle se remémorait soudainement tout ce qui s’était produit, cinq ans plus tôt. Après tant d’années à oublier, voilà que tout revenait à son esprit comme si cela s’était produit la veille.

Le trajet jusqu’à son loft lui avait semblé si long, si pénible. Elle avait conduit comme si elle était un zombie. En arrivant au loft, elle ne dit rien. Elle laissa Evelynn quitter la voiture et la suivit, peu de temps après. Elle prit la peine de ramasser ses sacs et de les amener à l’intérieur. Elle les jeta sur le canapé. Sans un mot, elle se dirigea vers une armoire de la cuisine et sorti une bouteille de vodka déjà entamée dont il ne restait que le quart du breuvage. Elle but à même la bouteille.

Cinq ans. Cinq longues années à changer de vie, tout oublié de ces mauvais souvenirs. Il n’avait fallu que deux secondes pour y retourner et revivre son cauchemar. Elle pourrait en vouloir à Evelynn, mais elle n’y arrivait pas. Jamais elle n’aurait fait ça volontairement. À voir son air paniqué, cette frayeur dans son regard, il était clair qu’elle avait subi les effets de son pouvoir. Qu’étaient-ils sur elle ? Pour le savoir, elle devait lui demander. Pour l’instant, c’était impensable. Elle avait besoin de temps pour reprendre ses esprits.

Une fois sa bouteille terminée, la jeune femme regagna sa chambre et retira ses vêtements. Elle entra, nue, dans sa garde-robe et pris tout son temps pour se trouver des sous-vêtements confortables. Un soutien-gorge sans bretelles, la culotte assortie. Elle retira une longue robe blanche de sa penderie et l’enfila. Elle n’avait pas de manches, elle était longues et ample, seulement serrée au niveau de la taille. Une fois vêtue, elle décida d’aller rejoindre Evelynn. Il était temps de le faire. Elle devait mettre cette histoire au clair.

Eleonnora se dirigea vers l’atelier de sa douce. Elle tenta d’ouvrir la porte. Elle était verrouillée. Devait-elle tout de même entrer ? Si Evelynn souhaitait rester là, c’était parce qu’elle avait besoin d’intimité. Mais pour combien de temps ? La jeune femme hésita un moment avant de finalement se rendre dans la cuisine. Elle attrapa une clé qu’elle avait laissée dans un tiroir. Il s’agissait d’un double au cas où sa douce n’enferme l’originale dans le loft ou la perde. Elle se servit de la clé pour entrer dans l’atelier d’Evelynn.

La jeune femme ne fit pas beaucoup de bruit. Elle referma la porte derrière elle, puis avança dans la grande pièce. Personne. Elle déposa la clé sur une petite table puis continua son chemin. Elle s’avança vers l’une des pièces. Les murs, le plancher étaient tapissés de bâches de plastiques. Ces dernières étaient couvertes de peinture, tout comme l’une des toiles qui se trouvait devant Evelynn. Eleonnora s’approcha d’elle, pieds nus. Elle vint doucement s’assoir à ses côtés. Auparavant, elle déplaça doucement quelques pots de peinture grâce à son don. Une fois près de sa compagne, recroquevillée sur elle-même, la jeune femme la pris dans ses bras. Elle se fichait bien de tâcher sa belle robe blanche. Elle datait de l’été dernier et elle ne l’avait portée qu’une dizaine de fois. Elle n’était pas aussi jolie qu’auparavant.

-« Chérie… ça va aller. Tout va bien aller. Je suis là. »

Elle tentait de se montrer rassurante. Ce n’était pas facile de vivre avec un pouvoir quand on ne savait pas le contrôler. Elle souhaitait l’aider à traverser cette épreuve. Doucement, elle la berça, elle caressa sa douce chevelure. Tout irait mieux. Elle fera tout pour qu’elle aille mieux.

-« Tu veux m’en parler ? Il ne faut pas avoir peur. Je sais que tu es une mutante… Je l’accepte. Je t’aime Evelynn. Je t’aime pour ce que tu es. Je ferais tout pour t’aider. Depuis quand est-ce que ça t’arrive ? Tu as découvert ton pouvoir il y a longtemps ? Je peux te venir en aide, ma chérie… Si tu me dis tout, je pourrais faire en sorte que ça ne se reproduise plus jamais. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   Mer 11 Sep 2013 - 18:38

Dans sa bulle de silence, l’artiste n’entendit par la porte s’ouvrir, pas plus que les bruits de pas derrière elle, pas plus que le frottement des pots de peintures contre les bâches de plastique. Elle pleurait, elle s’en voulait, elle était épuisée. Ses pensées voguaient librement dans sa tête, des pensées aussi noires que les filaments noirâtres de son don. Tout ce qu’elle voulait, c’était oublier, revenir en arrière et… et faire un pas de plus pour ne pas être sur la trajectoire de cette voiture.

[i]Ce fut uniquement lorsque les bruits de pas ne furent qu’à quelques centimètres d’elle qu’elle les entendit. Elle ne leva pas la tête pour autant. Affronter Eleonnora n’était déjà pas simple, si on ajoutait l’évènement du stationnement, c’était peine perdue. Evelynn avait déjà toute la misère du monde à simplement soutenir son regard. Le cœur meurtri, les yeux plein d’eau, elle ne pouvait même pas tourner la tête vers celle qu’elle aimait. Elle resta là, comme figée, quelques soubresauts la secouant parfois lorsque les frissons se faisaient trop sentir. Ce fut uniquement lorsqu’elle sentit les bras de celle qu’elle aimait l’entourer qu’elle cessa de trembler. Que se passait-il ? Nora l’approchait ? Elle osait la toucher ? Les yeux ouverts, mais toujours cachés dans ses bras, elle tentait de comprendre ce qui se passait. Était-ce un câlin d’adieu ?


-« Chérie… ça va aller. Tout va bien aller. Je suis là. »

Oui ça allait aller… dans un monde parfait oui ! Mais où diable Eleonnora s’en allait avec ça ? La tristesse d’Evelynn décrut quelque peu, elle appréciait les douces caresses des doigts de Nora dans ses cheveux, mais ça ne l’empêchait pas de se sentir si mal… elle l’avait blessé, sans doute plus profondément que personne n’aurait pu le faire. Incapable de répondre, elle redressa très légèrement sa tête, sans la tourner vers Nora. Elle savait bien qu’à la seconde où leur regard se croiserait, elle exploserait en sanglots à nouveau. Passant une main rapidement sur son visage pour essuyer le trop plein de larmes, elle leva la tête encore un peu, jusqu’à ce qu’elle aperçoive le cou de sa compagne. Pour le moment, elle ne pouvait pas faire mieux. Incapable d’ajouter quoi que ce soit à cause des sanglots qu’elle tentait tant bien que mal, elle resta ainsi pendant un petit moment encore avant que sa compagne n’ajoute autre chose :

-« Tu veux m’en parler ? Il ne faut pas avoir peur. Je sais que tu es une mutante… Je l’accepte. Je t’aime Evelynn. Je t’aime pour ce que tu es. Je ferais tout pour t’aider. Depuis quand est-ce que ça t’arrive ? Tu as découvert ton pouvoir il y a longtemps ? Je peux te venir en aide, ma chérie… Si tu me dis tout, je pourrais faire en sorte que ça ne se reproduise plus jamais. »

L’artiste était complètement perdue. Elle s’attendait à se faire expulser séance tenante de leur maison, mais Nora venait simplement en posant des questions. Elle avait dû affronter et revivre sa plus grande peur nom de Dieu ! Ce n’était pas petit tout de même ? Evelynn ne méritait pas tant de tendresse après lui avoir fait si mal ! Pourtant Nora la touchait, malgré le risque que ce simple geste provoquait, et ne se gênait pas pour la caresser et la serrer dans ses bras. Ravalant péniblement ses sanglots, Evelynn tenta de répondre.

-Ça fait… quelques… années je… je crois. Je… je euh… ne me souviens plus du moment… exact. Je euh… je… je n’aime pas parler… de euh… de ma malédiction Nora… mais… mais si tu me le demandes… je… je vais essayer, répondit Evelynn en retenant difficilement les larmes de couler. C’est… une mutation comme tu l’as… dit mais… pas… comment dire… pas calme… Je ne crois pas qu’on… qu’on puisse m’aider Nora.

Elle peinait à redresser les yeux, mais elle se colla tout de même à celle qui avait le plus d’importance dans sa vie. Chaque jour était bercé par les pensées qu’elle avait pour Eleonnora. Sans cela, elle ne savait pas du tout où aller ou quoi faire. Sa vie avait tellement changé depuis qu’elle la connaissait, et encore plus maintenant qu’elles formaient un couple. Est-ce que tout cela allait s’arrêter ? Cette crainte l’habitait, la déchirait de l’intérieur, mais Nora ne semblait pas vouloir s’enfuir. C’était un bon début.

-Si tu savais à quel point je regrette de t’avoir fait vivre de telles émotions… Tu ne m’as jamais parlé de ta peur des endroits clos. Je le savais, à cause de ma… ma mutation. Jamais je n’aurais voulu que tu affrontes cette peur ainsi Nora je m’en veux tellement !

Sa voix s’étranglait à mesure que ses larmes recommençaient à couler. Incapable d’affronter la belle blonde, Evelynn vint se coller contre elle, agrippant sa robe blanche de toutes ses forces, ignorant totalement les tâches rouges que la peinture pouvait laisser sur l'habit de sa dulcinée. Elle se demandait encore si c’était la dernière fois qu’elle profiterait d’une telle sensation. Malgré les belles paroles de Nora, le cas de l’artiste était désespéré… et l’agente spéciale du SHIELD finirait par abandonner… et abandonner Evy.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Surprise Mutuelle(PV Eleonnora)
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» Baptême surprise de Petite Plume.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers :: Appartement de Eleonnora Davidoff-