X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réconciliation [Eleonnora / William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Réconciliation [Eleonnora / William]   Mar 12 Nov 2013 - 21:45

Eleonnora fixait son reflet dans le miroir. Est-ce qu’elle était jolie ? N’avait-elle pas l’air d’une garce, ainsi accoutrée ? Il valait mieux changer de tenue. Troquant sa mini-jupe et son haut pour une robe un peu plus longue et plus habillée, elle réfléchit de nouveau. C’était mieux, mais ce n’était pas tout à fait ça. Est-ce qu’elle aplatissait ses cheveux ? Non, il valait mieux les laisser boucler doucement, avec du volume. Ça lui allait nettement mieux ainsi. Elle était jolie, comme ça. Pourquoi ne pas mettre des extensions dans ses cheveux ? Elle en avait acheté, l’autre jour. En fait, elle n’avait jamais autant acheté de choses inutiles afin de se réconforter en une seule journée. Elle s’en souvenait encore. C’était le lendemain de sa sortie à Washington. Cette journée avait précédé son départ en mission.

Finalement, Eleonnora décida de mettre quelques extensions brunes dans ses cheveux. Cela lui faisait de jolies mèches à l’apparence naturelle. Cela lui faisait également gagner du temps. Elle était stressée, elle avait besoin de s’occuper l’esprit. Travailler sur son apparence l’aidait momentanément à oublier qu'elle devait quitter son loft sous peu.

Avant de partir, elle mit beaucoup de fond de teint. Il fallait dissimuler la petite blessure qu’elle avait sur la joue, faite quelques jours plus tôt. Elle était pratiquement guérie, mais il valait mieux la dissimuler au possible. Elle détestait se sentir laide et défigurée, même par une petite plaie pratiquement cicatrisée et disparue.

La jeune femme changea trois fois de collier avant d’opter pour un petit pendentif discret. Elle devait y aller. Elle allait être en retard si elle ne partait pas tout de suite. Pourtant, elle n’avait pas la volonté de sortir. Elle était toujours stressée. Elle ne savait pas ce qui allait se passer une fois à l’institut. Allait-elle être rejetée comme un vieux sac à main Gucci passé mode ? Elle ne sera certainement pas reçue à bras ouvert, elle en était certaine.

Ce qui la rassurait, pendant le trajet en voiture, était la présence de sa sœur. Sa petite sœur s’était arrangée pour qu’elle puisse rencontrer Will dans le calme. Elle était maligne, la gamine. Elle avait insisté pour que son frère et sa sœur, peu importe le sujet de leur dispute, arrivent à se rabibocher. Pour cela, elle était même prête à être fourbe. Will était malade, il avait attrapé froid, selon elle. C’était le moment ou jamais pour aller le parler puisqu’il n’allait certainement pas quitter son lit de la journée. Le fait qu’il ne soit pas au meilleur de sa forme était un avantage dans la situation actuelle. Ça allait le forcer à écouter.

Une fois à l’institut, Eleonnora alla justement rejoindre sa sœur, qui la mena à la chambre de Will. Ce court moment en sa compagnie rassura la jeune femme et lui donna un peu de courage. C’était le moment de vérité. Erïka s’éloigna, la laissant plantée devant la porte pendant de longues minutes. La jeune femme hésita à frapper, puis se dit qu’il valait mieux rentrer sans s’annoncer. De toute façon, elle avait déjà vu Will complètement nu. Ce n’était pas cela qui allait la gêner.

Finalement, Eleonnora ouvrit la porte. Elle la referma derrière elle. Elle ne pouvait plus reculer, à présent. Déposant son sac à main sur une commode, elle s’approcha du lit. Elle s’y assit, sur le bord, toujours aussi silencieuse. Il lui fallut quelques secondes pour prendre la parole. Will semblait en mauvais état, il était vraiment malade. Elle espérait au moins qu’il soit en mesure de l’écouter parler. Elle ne comptait pas quitter cette pièce avant que leur problème soit réglé. Elle s’était tracassée avec cela pendant un bon moment, elle s’était laissé tourmenter par cela lors de sa dernière mission. Elle ne pouvait plus être ainsi distraite. Il fallait qu’elle parle avec Will. Il fallait qu’elle règle cette situation une fois pour toute.


-« Will, il faut qu’on parle. »

Eleonnora prit une grande respiration. Elle allait être la première à parler. Elle allait lui dire ce qu’elle pensait, ce qu’elle ressentait, tout en tentant de paraitre confiance et assurée, comme d’habitude.

-« Écoute, Will. Je suis venu ici pour arranger les choses entre nous. C’est stupide de ne plus se parler à cause de mon travail. Je ne comprends même pas pourquoi tu refuses de répondre à mes appels. Je n’ai rien fait de mal. Au contraire, je le combat. Et, franchement, je suis incapable de le faire en me disant que c’est la raison pour laquelle on est en froid. C’est ridicule. Je ne partirais pas tant que ce n’est pas réglé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Mer 13 Nov 2013 - 14:25


Allongé dans son lit, Will essayait de dormir, de se reposer le plus possible afin que son corps guérisse au plus vite. Il était malade comme un chien, avait beaucoup de fièvre et se sentait tellement mal qu’il aurait aimé qu’on l’achève plutôt que de le laisser souffrir ainsi. Il était très rare qu’il tombe malade, son corps s’étant habitué à vivre de façon précaire. Mais lorsqu’il l’était, ce n’était pas à moitié. Et sa petite escapade depuis Washington jusqu’à New York à demi nu ne l’avait pas aidé à rester en forme. De plus, suite à sa prise de bec avec Erïka, il était ressorti et avait passé la nuit dehors, dormant sur un banc de Central Park. Rien de tout ça n’avait aidé à contribuer à sa remise en forme, bien au contraire.

Lorsqu’il était rentré, il était allé directement à l’infirmerie pour faire soigner son bras blessé. Il avait eu droit à une dizaine de points de suture mais par chance, l’infirmière n’avait posé aucune question. Par contre elle lui avait donné quelques médicaments et l’avait envoyé au lit fissa. Pour une fois, Will n’avait pas protesté. Il se sentait trop mal pour faire quoique ce soit d’autre. Il avait averti Emma de son état sans pour autant lui préciser ce qui lui était arrivé la veille puis il avait rejoins Amy et s’était alité aussitôt.

Par chance, la jeune femme n’avait pas posé trop de questions même s’il voyait bien qu’elle s’inquiétait. Pour l’heure, le rouquin n’avait aucune envie de lui en parler, c’était encore trop frais. Cependant, il comptait bien le faire plus tard, ne désirant rien lui cacher. Pour le moment, il voulait juste se reposer et être en forme… ce qui risquait de prendre plusieurs jours.

Erïka était venu lui rendre visite et Will n’avait pas protesté. Il ne lui en voulait pas à cause de leur prise de bec. Elle s’était excusée et c’était déjà oublié. Cependant, puisqu’elle ne l’avait pas retenu, il avait préféré rester seul et c’était ce qu’il avait fait. Il voyait bien qu’Erïka s’en voulait de ce qu’elle avait pu dire. S’en voulait-elle parce qu’à présent il était malade ? Le mutant la rassura, lui faisant même un gros câlin puis il la laissa partir avec Amy. Il préférait qu’elle ne reste pas trop avec lui, de peur de la contaminer elle et le bébé.

Les deux filles étant occupées, Will en profita pour se reposer. Mais il était si mal qu’il n’arrivait pas à fermer l’œil, tournant et se retournant dans tous les sens. Enfin, il finit par trouver une position qui lui convenait et espérait bien pouvoir dormir. C’était sans compter la porte de sa chambre qui venait de s’ouvrir. Puisque personne n’avait frappé, c’était sans doute Amy qui revenait. Il ne prit pas la peine d’ouvrir les yeux pour le vérifier. Même lorsqu’il la sentit s’asseoir sur le bord du lit non loin de lui, il ne bougea pas et n’ouvra toujours pas les yeux. Malade comme tout, il était blanc comme un linge et avait les traits tirés. Un vrai zombie.

Puis, alors qu’il pensait qu’il allait doucement plonger dans le sommeil, Amy prit la parole. Mais cette voix… ce n’était pas celle de l’italienne. C’était… celle d’Eleonnora. Will ouvrit soudainement les yeux et regarda qui était assise à côté de lui, pour être certain qu’il n’hallucinait pas. C’était bien elle qui se trouvait là, juste à côté de lui. Il n’eut même pas le temps de lui dire de partir qu’elle se lança dans un petit discours, exposant les raisons de sa visite.

Elle semblait mal vivre leur dispute et le fait qu’ils ne se parlent plus. Will ressentait la même chose mais il s’efforçait de laisser les choses tel quel. Il ne pouvait plus être ami avec quelqu’un qui représentait autant les forces de l’ordre. C’était juste… impossible. Et cela lui était très difficile car il adorait Eleonnora. Mais leur amitié ne pouvait plus durer. Malade, il n’avait aucune envie de se disputer à nouveau, il voulait qu’elle s’en aille. Il n’avait pas envie de se lancer dans une discussion qu’il savait inutile. Les choses ne changeraient pas…


« Bordel, Nora… Qu’est-ce qu’tu fous là… J’suis malade… Rentre chez toi… » marmonna t-il sans répondre à tout ce qu’elle avait bien pu lui dire

Il ferma les yeux en espérant qu’elle n’insisterait pas, qu’elle disparaitrait et que tout ça n’était qu’un cauchemar. Comment était-elle entrée là d’ailleurs ? Will soupira. Elle disait qu’elle ne partirait pas avant que tout ne soit réglé. Mais rien ne l’obligeait à l’écouter. Elle était chez lui, elle n’avait pas à s’imposer. Lentement, il se dégagea des couvertures et se dirigea mollement vers la porte, son pas n’étant pas très sûr. Il avait la tête qui tournait et ce fut un miracle qu’il atteigne la porte sans encombres. Si elle ne partait pas, c’est lui qui irait dans une autre chambre…


« J’ai pas envie d’parler d’ça… C’qui est fait est fait, ça sert à rien… J’te d’mande pas de comprendre, accepte le… »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Mer 13 Nov 2013 - 17:31

Eleonnora était une femme têtue. Elle faisait toujours tout pour obtenir ce qu’elle désirait, rien de moins. Elle tenait ça de son père. Elle ne lui fallut pas beaucoup de temps pour découvrir que sa demi-sœur possédait également cette caractéristique. C’était une bonne chose, lorsqu’elles désiraient la même chose. Cette fois, ce qu’elles voulaient, était de régler les problèmes qu’il y avait entre Will et Eleonnora. Cette dernière avait décidé de coincer son ami, grâce à l’aide de sa sœur. Il ne pouvait quitter son lit et c’était un avantage non négligeable. Il n’allait pas s’enfuir. Elle allait pouvoir lui parler et lui dire ce qu’elle avait à lui dire. Les choses allaient se régler, elle l’espérait.

Sans cogner, la jeune femme entra dans la chambre de Will. Elle s’assit sur le lit, chercha ses mots pendant quelques secondes, puis prit la parole. Elle expliqua la situation à son ami. Hors de question que les choses restent ici. Elle voulait tout arranger. Elle voulait des réponses. Ce n’était pas normal qu’il l’évite à ce point après ce qu’elle lui avait dit. Soit il ne pouvait accepter qu’on lui ait caché un si gros secret, soit il avait quelque chose à cacher. C’était ce à quoi elle en était venu après avoir réfléchit longuement sur la question. Elle avait du mal à penser à autre chose. Les choses allaient être mises au clair aujourd’hui.

Will lui demanda de partir, de rentrer chez elle. C’était un bel essai, mais elle n’allait pas lui obéir si facilement. Elle savait qu’il était malade et elle en profitait, justement, pour pouvoir lui parler sans risquer de le voir partir à la course. Il n’avait pas beaucoup d’énergie et même s’il se dédoublait pour la foutre à la porte, elle pourra avoir le dessus sur le clone également. Est-ce que son clone était malade lorsqu’il l’était ? C’était ce qu’elle pensait, mais elle ne pouvait en être parfaitement certaine.

-« Je sais que tu es malade, Erïka me l’a dit. Plus vite on règle cette situation, plus vite je partirais. Je te jure que si elle apprend qu’on est toujours en froid, elle va sauter une coche, cette petite peste. »

Lentement, elle regarda Will quitter son lit afin de rejoindre la porte. Eleonnora le regarda faire, se demandant s’il pensait vraiment qu’il pouvait sortir d’ici dans son état. Elle soupira légèrement avant de faire mentalement bouger un meuble qui se plaça entre le rouquin et la porte. Dans son état, elle serait étonnée qu’il arrive à le déplacer pour quitter cette pièce. S’il tentait quoi que ce soit, elle n’aura qu’à ajouter un autre meuble par-dessus ou à le ramener de force au lit. Elle avait tout un tas de possibilités qui s’offraient à elle.

-« Tu crois vraiment que je vais accepter ça ? Non, pas question. Il va falloir que tu m’expliques pourquoi les choses doivent en être ainsi. Tu as quelque chose à cacher ? Sache que je n’en ai rien à faire. Le boulot, c’est le boulot. Quand je n’y suis pas, j’aime bien ne pas y penser, sauf si la situation m’y oblige… mais, enfin, je veux seulement comprendre ce qui se passe. »

Elle se leva et s’approcha de Will. Il devait retourner au lit. Il était malade, ce n’était pas le temps de faire n’importe quoi. La jeune femme posa les mains sur ses bras, souhaitant l’entrainer doucement vers son lit. Elle lui faisait face, le regardant dans les yeux. Elle était douce et délicate dans ses mouvements afin de ne pas lui faire peur ou le brusquer.

-« Retourne te coucher. On n’a pas terminé de parler. Je n’ai pas envie que notre amitié soit gâchée par mon boulot. J’ai déjà eu peur de perdre Evelynn. Je n’ai pas envie de te perdre maintenant que tu es au courant. Tu n’as rien à craindre de moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Jeu 14 Nov 2013 - 15:46


Will se plaignait rarement. Il n’était pas du genre à râler, prenant sur lui quoiqu’il arrive. Et s’il le faisait, c’était juste pour se défouler verbalement, pas vraiment pour se plaindre réellement. Après avoir vécu dans la rue et ne pas avoir eu une vie des plus faciles, il savait faire la part des choses. A quoi bon râler pour des petites choses futiles lorsque l’on avait vécu bien pire ? Cependant, quand il était malade, il n’était pas le meilleur des patients. Il n’était pas rare qu’il râle en espérant que cela accélérerait sa guérison. Mais à choisir, il préférait être seul et dormir un maximum afin que le temps passe plus vite. Toutefois, il n’était pas contre le fait qu’Amy lui tienne compagnie. Elle seule savait comment agir lorsqu’il était comme ça. Elle prenait soin de lui comme personne. Et par chance, elle venait de revenir dans la chambre.

Ca c’était ce qu’il croyait, ce qu’il espérait, ce qui était le plus logique. Qui aurait pu croire qu’il s’agissait en fait d’Eleonnora ? Elle n’avait rien à faire ici et Will ne s’était pas douté un seul instant qu’il s’agissait d’elle.

Il ne l’avait pas vu depuis plusieurs longs jours et il avait bêtement espéré que ça en reste là. Que la dernière fois qu’ils se verraient était la fois où ils s’étaient séparés à Washington. Perdre Nora ne plaisait pas à Will mais c’était un mal nécessaire. Elle était trop dangereuse pour qu’il puisse continuer de la fréquenter. Elle risquait de foutre toute sa vie en l’air et ça, c’était hors de question. Oui il lui faisait confiance, il l’adorait. Mais il savait aussi que c’était quelqu’un d’intègre. Peut-être le verrait-elle différemment si elle apprenait tout ce qu’il avait fait. Elle devait bien se douter qu’il s’était livré à quelques activités illégales lorsqu’il était dans la rue… mais de là à tuer, il y avait de la marge. Will ne voulait prendre aucun risque, surtout avec sa nouvelle vie qui prenait un bon tournant.

Pour l’heure, ce n’était pas vraiment bon. Eleonnora était là, dans sa chambre et elle n’avait pas l’air de vouloir partir. Will lui demanda néanmoins de quitter les lieux et de lui foutre la paix. Ce qui ne fonctionna pas tellement comme il l’avait espéré. Elle mentionna Erïka… Voilà donc d’où venait l’information qui lui avait permis de savoir qu’il était vulnérable et pas vraiment en état d’éviter cette confrontation.


« Sale traitresse… » marmonna t-il entre ses dents

Ca, elle allait le lui payer. Enfin, quand il serait sur pieds… Pour le moment elle ne craignait pas grand chose de sa part. Eleonnora mettait en avant le fait que cela faisait du mal à Erïka de les voir ainsi en froid. Se sentant un peu trahi, Will ne prit aucun gant pour répondre.


« J’vois pas en quoi ça la r’garde, c’pas ses oignons… Démissionne et la situation s’ra réglée. »

Néanmoins, le rouquin n’avait aucune envie de poursuivre la discussion. Eleonnora devait partir… Il se leva donc, se dirigeant mollement vers la porte. Si elle ne comprenait pas les mots qui sortaient de sa bouche, elle comprendrait peut-être les gestes. Il ne pouvait la foutre à la porte mais il pouvait la lui ouvrir pour l’inciter à dégager. Non, elle n’était pas la bienvenue et le mutant n’appréciait pas tellement de la voir là, dans sa chambre. Si d’ordinaire il en aurait été ravi, là les choses étaient bien différentes. A ses yeux, Eleonnora était juste devenue la plus grosse menace qui planait au dessus de sa tête.

Mais à peine eut-il fait quelques mètres qu’un meuble vint s’interposer entre la porte et lui. Il ne fit pas le lien tout de suite entre le pouvoir de Nora et ce qui venait de se passer, la tête dans le gaz. Du coup il se figea, un peu perplexe, avant de finalement comprendre. Lentement, il se tourna vers elle, la dévisageant. Il essaya de la raisonner, de la chasser verbalement… En vain. Eleonnora voulait des réponses et il savait qu’elle ne partirait pas sans les avoir. Will ferma les yeux et soupira longuement.


« Oui. Oui j’ai quelqu’chose à cacher figure toi ! T’es pas compatible avec moi Nora. Ton boulot est pas compatible avec moi. Mais j’te d’mande pas d’choisir tu vois ?J’t’épargne cette peine, j’le fais pour toi. Maintenant, va t’en… »


Il était las. Il ne voulait pas entrer dans les détails. Il savait que s’il en disait trop, il serait peut-être en prison dès ce soir. Il souhaitait juste voir la jeune femme quitter les lieux et ne plus jamais revenir à présent. Eleonnora se leva et se dirigea vers lui, ce qui l’encouragea à penser qu’elle allait partir. Mais il se trompait lourdement. Lorsqu’elle le toucha, Will se figea. Son contact ne l’avait jamais dérangé, ils passaient leur temps à se tripoter l’un l’autre sans la moindre gêne d’habitude. Mais là, il la voyait comme une menace et ce n’était plus aussi agréable qu’avant. Il la laissa cependant faire, plantant juste son regard dans le sien. Elle lui assurait qu’il n’avait rien à craindre d’elle mais ça il n’en était pas tellement certain.

Poussant un soupir, il se dirigea vers le lit et retourna s’y installer. Allongé, il rabattit la couverture sur lui. Elle insistait et il commençait à s’agacer. La situation l’agaçait. Ca l’emmerdait de perdre cette amie si précieuse… Mais s’il devait la brusquer pour qu’elle parte, il le ferait. Tant pis pour les conséquences.


« Notre amitié est pas compatible avec ton boulot j’te dis ! J’m’en fous que tu m’aies menti… mais Nora, t’peux pas faire parti des forces de l’ordre… J’suis un criminel bordel de dieu ! Crois moi, j’ai fait des choses qu’il vaut mieux qu’tu ignores… J’veux pas te mentir alors stoppons là… Oublions tout ça et fais ta vie de ton côté… S’il te plait Nora, ne complique pas les choses… »

Il la regarda, la suppliant presque du regard. Cela lui faisait mal de lui dire ça, il ne voulait pas ne plus jamais la voir. Mais si c’était nécessaire pour préserver sa vie et sa famille… il l’accepterait.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Ven 15 Nov 2013 - 0:09

Eleonnora n’avait jamais été très à l’aise de parler de son travail, même avec Evelynn. Elle savait qu’elle ne pouvait pas lui dire tout ce qu’elle faisait, que plus elle en ignorait mieux c’était pour elle. Personne mis à part sa compagne et son père étaient au courant de son véritable travail. Cela lui convenait ainsi. Elle gardait la personne la plus importante à ses yeux dans sa vie, malgré le fait qu’elle s’absentait à répétition pendant de longues durées indéterminées.

Si Evelynn avait accepté la situation, ce n’était pas le cas de Will. Il avait carrément rejeté Eleonnora, ce qui avait blessé cette dernière. Comment son meilleur ami pouvait lui faire cela ? Pourquoi ? Ne pouvait-il pas simplement continuer de la voir en oubliant totalement qu’elle travaillait pour les forces de l’ordre ? Cela ne semblait pas lui convenir. Il lui disait de démissionner afin de rendre la situation bien plus simple. Si c’était si facile…

-« Elle fait ça parce qu’elle s’inquiète pour nous. Elle ne sait pas pourquoi tu ne veux plus me parler. Ce n’est certainement pas moi qui vais lui dire la vérité. »

Will se leva, se dirigea vers la porte. Il souhaitait fuir leur petit entretien ? Pourquoi ne voulait-il pas lui faire face ? Eleonnora n’hésita pas à utiliser de son don afin de lui bloquer l’accès à la porte. Il n’allait pas quitter cette pièce tant et aussi longtemps qu’ils n’auront pas réglé leurs différends. La jeune femme était tenace et avait la journée devant elle. Ce n’était pas un problème pour elle que de rester dans cette pièce pendant de longues heures, s’il le fallait.

Finalement, La jeune femme lui demanda s’il n’avait pas quelque chose à cacher. Elle n’était pas stupide, s’il s’éloignait ainsi d’elle à cause de son métier, c’était parce qu’il n’était pas blanc comme neige. Était-il un dangereux criminel d’état ou un petit voleur sans grand intérêt ? Elle ne saurait dire. Elle n’était pas certaine de vouloir connaitre la vérité. Elle avait également hésité à faire des recherches sur lui afin de confirmer sa théorie. Elle avait peur de ce qu’elle pouvait découvrir et préférait plutôt ignorer la vérité. Cela pourrait probablement sauver leur amitié.


-« Tu crois que je vais réellement te laisser décider à ma place ce qui est le mieux pour moi ? Pour nous ? Ne sois pas idiot, je n’accepterais jamais de te laisser tomber comme ça. Tu le sais. »

Eleonnora se leva et s’approcha de son ami. Elle posa ses mains sur sa peau nue, tentant de le convaincre que la chasser n’était pas la meilleure chose à faire. Elle ne voulait pas perdre son amitié à cause d’un stupide travail qu’elle n’avait pas choisi. La jeune femme se sentait encore plus mal que lors de ces moments où Evelynn tentait de lui signaler qu’elle s’absentait souvent, trop souvent, sans qu’elle sache où elle allait, ce qu’elle faisait. Eleonnora n’avait jamais souhaité être dans une telle situation. Pourquoi n’avait-elle pas décidé de poursuivre sa carrière comme elle l’avait décidé ? Pourquoi avait-elle cédé et accepter ce métier au SHIELD ? Elle aurait pu se contenter d’une vie tranquille dans un appartement normal où elle aurait été rien de plus qu’une jeune femme comme une autre, mais elle avait préféré écouter son père, céder au luxe qu’elle pouvait s’offrir avec le salaire qu’elle gagnait. Si elle avait fait un mauvais choix dans sa vie, c’était bien celui-là.

Will retourna s’étendre dans son lit. Voilà une chose de fait. Il n’allait plus tenter de fuir. Cependant, il ne cessait d’insister afin qu’elle quitter son emploi. Elle ne pouvait faire cela pas si facilement. Que ferait-elle, après ? Elle allait devoir trouver un autre endroit où travailler. Arriverait-elle à démarrer une carrière de chanteuse ? Devra-t-elle se trouver un petit boulot temporaire ou sera-t-elle contrainte d’aller voir d’autres agences comme le FBI ou la CIA pour arriver à avoir un salaire lui permettant de garder un minimum son train de vie ? Elle n’avait pas vraiment envie de perdre sa vie luxueuse, mais d’un autre côté, il y avait Will et toutes les personnes qu’elle aimait et à qui elle mentait constamment.

Comment arriver à garder son travail ainsi que son ami ? Cela semblait impossible. Il le disait lui-même, il était un criminel. C’était son devoir à elle de l’amener devant la justice. Pour quel crime ? Elle ne voulait pas le savoir. En fait, moins elle en savait, mieux s’était… Si Will pouvait se taire à ce sujet, si elle ne lui demandait aucun détail, serait-elle capable de passer du temps en sa compagnie sans se soucier de ce qu’il avait fait par le passé ? C’était peut-être la seule façon de ne pas le perdre.

-« Will, tais-toi. Je ne veux pas en savoir plus. Moins j’en saurais, mieux ce sera. Je ne sais pas ce que tu as fait, mais si je ne suis pas au courant, tout ira bien, non ? Je ne te demanderais rien à ce sujet. Je ne peux pas quitter mon travail, c’est… compliqué. Mais je ne veux pas te perdre. Je n’ai aucune intention de te faire du mal. Si tu ne me dis rien, si on fait comme si rien n’était, alors tout ira bien, non ? »

Ce ne serait pas la première fois qu’Eleonnora dissimulerait des informations au SHIELD. Elle devait, techniquement, déclarés les nouveaux mutants, mais elle n’en faisait rien. Elle souhaitait protéger ses proches et éviter de les voir fichés dans une base de données quelconque. Tant que personne ne le découvrait, tout irait bien. Elle espérait simplement que Will n’ait pas commis un crime grave au point d’avoir le SHIELD aux fesses. Cela signifierait donc qu’elle ne pourrait plus le protéger.

-« Je ne peux pas quitter mon travail, mais je peux au moins te protéger. Peu importe quels sont tes crimes, je ferais comme si je ne savais rien. Par contre, si tu te fais attraper pour une raison ou une autre, je ne pourrais rien faire pour toi. Rester dans l’ignorance est peut-être la seule façon que nous ayons pour rester amis malgré tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Ven 15 Nov 2013 - 16:15


Maintenant qu’Eleonnora était là, dans sa chambre sans y avoir été invité, Will se demandait bien comment elle avait pu savoir qu’il serait là, alité et incapable de fuir. Il n’était pas rare que la russe débarque sans que l’on s’y attende. C’était d’ailleurs comme ça qu’elle l’avait vu entièrement nu une fois. Elle aimait bien débarquer à l’improviste et faire comme chez elle. Cela ne dérangeait pas Will en temps normal mais là, il avait tout fait pour l’éviter jusqu’à présent. Ne pas répondre au téléphone était aisé et il pouvait toujours trouver une échappatoire où qu’il se trouve. Mais pas là, malade comme un chien, allongé et peu capable de bouger. Quelqu’un avait forcément vendu la mèche…

Eleonnora vendit la mèche rapidement. C’était Erïka qui était l’instigatrice de tout ça. Elle ne supportait pas de les savoir en froid et aidait donc Eleonnora à confronter Will. Elles n’avaient aucune pitié, profitant de sa faiblesse passagère. Le rouquin marmonna entre ses dents, se promettant de le lui faire regretter quand il irait mieux.


« J’ai mes raisons, bordel ! Et tu risques pas d’lui dire vu que tu n’sais pas vraiment pourquoi. »

Il n’avait par contre aucune envie de lui expliquer et ne souhaitait pas qu’elle lui prenne la tête avec ça. C’était déjà suffisamment pénible pour lui de se rappeler qu’il ne la verrait plus jamais. Elle n’avait pas besoin d’insister comme ça ! Il se rendait compte qu’il la blessait et c’était bien la dernière chose qu’il voulait. Mais il n’avait pas le choix. Sa vie, ses secrets et son amitié pour elle n’étaient pas compatibles. Elle devait choisir entre son métier et lui mais il lui épargnait cette peine en se retirant de lui-même de sa vie.

Mais Eleonnora était têtue et elle ne voulait pas de cet épilogue. Will se pinça légèrement les lèvres. Pourquoi compliquait-elle ainsi les choses ? La voir réagir comme ça lui donnait juste envie de la prendre dans ses bras, de s’excuser et de tout oublier. Mais ce n’était pas si simple…


« Nora… Complique pas tout… Nos vies sont incompatibles… On s’attirerait mutuellement des problèmes. »


Will la laissa le toucher bien qu’il redoutait ce contact. Tant qu’elle ne touchait pas à son bras blessé, tout allait bien. Finalement, il n’insista pas et retourna se coucher. Elle ne partirait pas, comme elle l’avait dit. Alors inutile qu’il se fatigue à rester debout plus longtemps. Avec un peu de chance, il s’endormirait et elle partirait.

Manque de bol ça ne venait pas et Eleonnora insistait. Agacé, Will révéla que oui, il avait des choses à cacher, qu’il était un criminel. Il n’entra pas dans les détails et Eleonnora eut une réaction à laquelle il ne s’attendait pas. Elle ne voulait rien savoir. Elle, la reine des ragots, elle ne voulait pas en savoir davantage. Elle préférait ignorer la vérité et agir comme ils le faisaient avant, comme si tout ça n’avait pas eu lieu. C’était une idée tentante mais Will ne savait pas faire comme si de rien n’était. Il ne serait plus naturel envers elle et il aurait l’impression que tout est faux. D’un autre côté, il avait confiance en elle… ou en tout cas il le voulait. Cruel dilemme.

Le rouquin ne répondit rien, dubitatif, songeur. Quelle était la meilleure solution ? Eleonnora rajouta des arguments pour le convaincre de tout oublier et de faire comme avant. Seulement, elle se voilait la face. Plus rien ne sera comme avant. Il se redressa dans son lit et planta son regard dans le sien, décidé.


« Non Nora. Tu te trompes. J’veux pas d’une relation basée sur l’mensonge et l’ignorance. Ca f’rait de nous quoi ? Des comédiens ? Tu sais qu’j’ai fait quelqu’chose mais tu sais pas quoi… Et j’ai aucune envie qu’tu t’poses la question, qu’tu t’imagines des trucs constamment. T’sais quoi ? T’as raison, j’te fais confiance. J’vais t’dire la vérité et tu verras qu’après ça, tu n’me verras plus jamais comme avant. J’t’en voudrais pas d’partir et d’plus m’voir, ce s’rait une réaction normale. J’aurais dû commencer par là, ça nous aurait évité bien d’la peine… »

Par où commencer maintenant ? Il essayait de trouver le courage de lui avouer ses crimes. Mais ce n’était vraiment pas facile. Plusieurs personnes le savaient et aucune d’elles ne l’avait rejeté. Mais ce ne serait pas forcément le cas pour tout le monde. Pas pour quelqu’un qui travaillait pour les forces de l’ordre… Will fixa le matelas, incapable de la regarder tandis qu’il avouait tout.

« L’Road Killer, ça t’parle ? Ca date un peu maint’nant… Un soir, on rentrait d’Philadelphie Amy et moi… On vivait encore dans la rue à c’t’époque et du coup on a dû faire du stop. J’avais pas encore… ta belle bagnole. J’savais même pas conduire. Bref, un type sympa nous a pris… et arrivés à New York, il nous a même offert l’gite. Sauf qu’c’était trop beau pour être vrai. Il m’a assommé et a voulu transformer Amy en poupée vivante… On s’est battu, il m’a tué… Enfin mon clone. J’ai… J’l’ai tué… j’ai libéré Amy et on s’est enfui. »

Il se massa les yeux, fatigué, essayant de ne rien oublier. Devait-il tout avouer ? Certains crimes étaient plus faciles à confesser que d’autres. Alors qu’il avait la main sur sa tête, il glissa ses doigts sur son cache-œil.


« Mon enfance a été… compliquée. Mes parents ont cru qu’j’étais fou, à cause de c’que j’disais sur mon pouvoir, et ils m’ont fait enfermé… Ca a duré plus d’une année, c’était une vraie torture… J’ai réussi à m’enfuir, c’est comme ça qu’j’ai atterri dans la rue. C’est là qu’j’ai perdu mon œil… J’ai défendu un type, ça s’est r’tourné contre moi… J’ai été blessé à l’œil et… j’ai t ué c’ui qui a fait ça par réflexe, à cause d’la douleur. »

Il laissa sa main retomber mollement sur le matelas, fixant un point invisible. Le plus difficile restait à venir.

« Mon père… ma famille me déteste à cause de c’que j’suis. J’ai r’trouvé mon père y a pas longtemps… Il… avait changé. Il comprenait c’que j’étais et il voulait que j’le pardonne. J’attendais qu’ça tu sais… alors j’me suis pas méfié… J’suis allé avec lui et… il a essayé d’me tuer… pour effacer l’erreur d’la nature que j’suis. J’ai voulu mourir tu sais.. je l’aurais laissé faire… mais y avait Amy… y avait vous… Mon… pouvoir s’est déclenché tout seul et… je l’ai tué… C’était lui ou moi. Il avait menacé qu’après moi… c’est Amy qu’il tuerait… au cas où elle serait enceinte. Il voulait pas de monstres » dans sa famille… »

Il n’entra pas plus dans les détails, serrant les dents. Tous ses souvenirs refaisaient surface et il se sentait mal, nauséeux. Et ce n’était pas à cause de sa maladie. Tendant le bras, il le désigna de l’index.


« Tu vois ça ? C’est c’qu’il m’reste du cannibale qu’j’ai croisé en rentrant à pieds à New York. J’ai fait du stop. Ouais, j’suis dingue… et j’me suis arrêté à un motel. J’sais pas, j’dois les attirer.. Il m’a neutralisé…. Quand j’me suis réveille, j’étais à poil, attaché et il m’manquait toute une jambe. Ouais… J’avais plus que l’os… L’mec était en train d’me découper comme un cochon et il m’bouffait. Comme ça, normal… Petit à petit, je disparaissais pour terminer dans sa poêle… J’ai pu m’dédoubler et j’lui ai bien fait regretter c’qu’il m’avait fait… J’croyais ma vie foutue Nora… J’sais pas c’qu’il s’est passé après… J’crois que j’ai interverti ma conscience et mon corps… Du coup j’ai récupéré le corps d’mon clone… J’ai juste conservé cette blessure après m’êt’ battu contre lui. »

Il poussa un long soupir, incapable de la regarder. Il fixait la porte et la désigna de l’index.

« Voilà, tu sais. T’peux partir maint’nant. A moins que… »
tend les poignets vers elle « Tu veuilles m’foutre en taule ? »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   Dim 17 Nov 2013 - 18:12

Eleonnora était une personne fidèle qui tenait à ses amis. Elle tenait tout particulièrement à William. Elle n’avait pas envie de le perdre. Il s’obstinait à la repousser, à faire en sorte qu’elle ne l’approche plus. Elle ne comptait pas se laisser faire si facilement. Pas sans avoir des explications. Plus la discussion avançait, plus elle réalisait que Will avait des raisons très particulières de vouloir s’éloigner d’elle. Il ne pouvait risquer de se faire arrêter ou bien jeté en prison. Le métier qu’elle occupait mettait sa vie en péril. Il allait se marier, dans quelques mois il deviendra père. S’il était derrière les barreaux, il perdait tout cela.
Malgré tout, Eleonnora s’accrochait et chercher à conserver son amitié. Elle était peut-être égoïste mais elle s’en fichait. Il y avait une solution. Elle allait finir par la trouver.


-« On ne s’attirera pas des problèmes. Je ne vais pas t’attirer des problèmes. »

Eleonnora voulait ignorer le problème. Habituellement, elle les confrontait. Cependant, en ce moment, elle sentait que cela ne serait pas possible. Si le mieux pour tous était qu’elle ignore totalement ce qu’avait pu faire Will par le passé, alors elle allait s’y faire. Bien qu’elle était curieuse, elle sentait que la vérité ne pourrait que lui attirer que des ennuis. S’il avait commis des gestes graves, elle n’allait pouvoir garder le secret. À moins qu’elle tente de le faire malgré tout. Si un jour la vérité éclatait ? Quelles en seraient les conséquences ? Que fera-t-elle ? Devra-t-elle faire semblant d’ignorer la vérité ?

Wil n’était pas d’accord avec elle. Il pensait qu’il valait mieux lui faire confiance et tout lui dire. En fait, les choses auraient été plus simples s’il le lui avait dit plus tôt. Était-ce une bonne idée ? C’était un risque qu’il prenait. Si un jour il était accusé de quoi que ce soit, elle ne pourrait le protéger. Elle le savait coupable de quelque chose de grave. Vu l’air qu’il abordait, cela ne pouvait pas être un petit vol de bas étage ou quelque chose du genre. Pourtant, elle espérait fortement que ce soit le cas.


-« Ce n’est pas une bonne idée, Will… Ne dis rien, je t’en prie… »

Pourtant, il prit la parole. Il lui raconta tout, à commencer par le Road Killer. Ce n’était sûrement pas facile pour lui. Eleonnora l’observait attentivement, mais fuyait son regard alors qu’il lui racontait les événements de cette terrible nuit où il aurait pu y rester. Bien sûr, la jeune femme avait beaucoup entendu parler de cette histoire qui avait fait la une des journaux lorsqu’elle éclata au grand jour. Personne ne savait qui était le coupable de ce meurtre. La police avait finalement fermé le dossier après de longs mois de recherche. Ils n’avaient jamais réussis à trouver ce qu’ils croyaient être la prochaine victime du tueur et qui s’est enfuie suite au meurtre de peur d’être découverte. Maintenant, la jeune femme connaissait le coupable. Comme le dossier commençait à dater, personne ne penserait à le rouvrir. Wil pouvait être tranquille. Il n’avait fait que se défendre, de toute façon. Si cette histoire ressortait, il pourra toujours affirmer qu’il n’avait fait que sauver la vie de sa fiancée.

-« Will… je… je ne sais pas quoi te dire. Tu t’es défendu, tu as protégé  Amy… Tu sais que c’est parfaitement défendable devant un tribunal si jamais tu as des ennuis ? Cette histoire est loin derrière, il y a longtemps que les policiers ont cessé de chercher le meurtrier. Tout devrait bien aller. Ce n’était pas de ta faute après tout. »

La jeune femme ne savait pas comment réagir à cela. Certes, il s’agissait d’un acte de défense, mais il avait tout de même commis un meurtre. On ne pouvait pas dire qu’Eleonnora soit blanche comme neige. Elle savait ce que c’était que d’abattre quelqu’un, elle l’avait toujours fait auparavant. Cependant, ce geste avait toujours été justifié par le fait qu’elle était dans l’armée ou qu’elle n’avait pas d’autre choix en tant qu’agent gouvernemental.

Will n’avait pas terminé de parler. Il glissa la main sur son cache-œil. Il commença à parler de son enfance difficile. Était-il tombé sur un couteau lorsqu’il était jeune ? Avait-il était victime d’un accident de la route ? Elle s’attendait à n’importe quoi, mais certainement pas à une histoire qui allait le mener à avouer un second meurtre. Cette fois-ci, Eleonnora resta silencieuse, analysant cette nouvelle information. Ce n’était donc pas la première fois qu’il tuait quelqu’un. Il s’agissait encore d’un acte de défense… Tout comme pour le meurtre qui allait suivre. La jeune femme se mit à marcher dans la pièce lorsque Will expliqua qu’il avait tué son père, alors que ce dernier avait tenté de lui enlever la vie. Elle n’en croyait pas ses oreilles. Il avait tant de meurtres à son actif… Ce n’était pas lui qui cherchait les ennuis, mais toujours les autres. À moins qu’il ne cache des détails, peut-être même la vérité ? Et s’il était un tueur en série ? Non, pas lui. Elle ne voulait pas y croire. Elle avait confiance en lui, il n’oserait pas lui mentir. Par contre, après lui avoir découvert son véritable métier, peut-être avait-il décidé de se disculper des meurtres d’une façon ou d’une autre ?

Will lui désigna son bras. Elle le regarda à peine. Elle avait vu qu’il arborait une blessure au bras. Elle s’était demandée comment il se l’était faite, mais n’avait pas posé de questions jusqu’à maintenant. Malheureusement, elle allait avoir droit aux applications. Elle aurait souhaité ne jamais être au courant. À présent, en plus d’être troublée, de ne plus savoir quoi penser et d’être partagée entre divers sentiments, elle se sentait coupable. Coupable de l’avoir laissé partir, ce jour-là, à Washington. Elle aurait dû l’obliger à monter dans sa voiture afin de retourner à New-York. Ainsi, ce drame ne lui serait jamais arrivé. Encore une fois, il avait été victime d’un psychopathe. Cela faisait bien trop de meurtres pour qu’elle arrive à le croire entièrement. Une part d’elle le voulait, mais une autre le refusait totalement.

Will lui désigna la porte, mais elle ne s’en approcha pas. Elle alla à l’opposer, près de la fenêtre. La jeune femme regarda à l’extérieur. Elle ne savait plus quoi penser de tout cela. Il lui fallait du temps pour réfléchir. Comment être certaine qu’il ne lui mentait pas ? Elle voulait tant effacer ces doutes de son esprit. La seule façon de savoir s’il disait la vérité était de le faire passer au détecteur de mensonge. Ce n’était pas possible, à moins que… Pouvait-elle vraiment utiliser ainsi sa petite sœur ? Était-elle au courant ?


-« Je ne vais pas te mettre en prison, Will. Je te l’ais dis… Je n’en reviens pas… C’est tellement irréel comme situation… Ce n’est pas un meurtre… mais bien quatre. Quatre meurtres où tu n’as apparemment fait que te défendre. J’ai besoin d’un moment pour repenser à tout cela. »

Eleonnora ouvrit légèrement la fenêtre grâce à son don. Elle avait besoin d’air frais. Elle ne savait pas comment réagir. Son cœur et sa raison étaient en plein débat. Pourquoi avait-elle ce fichu travail ? Sans cela, sa vie aurait été bien plus simple. Elle était tiraillée entre son devoir d’agent, ses convictions et l’amitié qu’elle ressentait pour Will. La jeune femme s’adossa à la fenêtre, regarda la pièce sans vraiment porter ses yeux sur Will. Elle ne savait plus quoi dire, ni comment agir. Qu’elle était la meilleure chose à faire ?

-« Quelqu’un d’autre est au courant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réconciliation [Eleonnora / William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Réconciliation [Eleonnora / William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Chambres :: Chambre de William et Amy-