X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Dim 25 Nov 2012 - 18:00

Pour une fois qu’elle avait passé une belle journée… Evelynn revenait du travail, bien installé sur sa moto. De tout ce qu’on pouvait imaginer sur la jeune femme, son moyen de transport jurait avec le reste : une femme un peu refermée sur elle-même, une artiste en premier lieu, qui faisait… de la moto ? C’était un peu contradictoire, et Evy aimait cette contradiction. Elle s’était toujours senti à l’aise sur ce moyen de transport, et ce n’était pas près de changer. Mais bon, elle avait passé une belle journée, cela aidait au fait qu’elle se sentait bien !

Étrangement, les évènements de la veille ne lui faisaient plus aussi peur, maintenant que Nora l’avait aidé à retourner dans son appartement : elle avait été victime d’un petit voleur de malheur, c’était triste, mais elle n’avait jamais été en danger. Grâce à son amie, elle avait pu récupérer quelques effets personnels, et maintenant… elle vivait avec Eleonnora ! Elle vivait dans ce grand loft confortable qu’elle avait toujours aimé, et surtout elle vivait avec Nora ! Sans cet évènement, peut-être n’aurait-elle jamais eu le courage de faire la demande à sublime colocataire, mais à cause… ou grâce à ce voleur, c’était elle-même qui l’avait proposé à la brunette ! Et maintenant elle pouvait profiter de ce luxe, de ce confort, de ce loft qu’elle aimait tant, et tout ça avec sa belle amie… elle pourrait la voir presque tous les soirs, se sentir en sécurité... se sentir mieux que jamais !

Le voyage du retour se passa bien, elle put garer sa moto près de la voiture de luxe de son amie avant de rentrer rapidement, dévérouillant la porte avec SES clés à ELLE ! Oh comme elle était contente de pouvoir vivre ici ! Mais de tous les spectacles qu’elle avait pu imaginer, rien n’aurait pu la préparer à ce qu’il y avait à l’intérieur du loft…

Alors qu’elle ouvrait doucement la porte, elle constata que de grands changements avaient eu lieu… Et qu’elle n’était responsable d’aucun d’entre eux, mais même un fou aurait pu comprendre que ces changements étaient pour elle : partout où elle posait les yeux, des articles d’arts étaient désormais présent… et pas seulement des toiles fraichement achetés, il y avait un grand chevalet, des pinceaux, des cahiers blanches, une tonne de toile un peu partout, du plus petit au plus grand, avec évidemment la plus grande toile déjà posée sur le chevalet. Elle pouvait rapidement voir des tubes de peintures, un ensemble de crayons de bois, à mine, des pinceaux, dont un si gros qu’elle doutait un jour de voir une utilité à celui-ci a moins qu’elle ait un mur à repeindre. Dans un grand emballage on pouvait voir plusieurs pochoirs superposés, dans un autre des marqueurs permanents. Eleonnora avait fait des emplettes… avec une idée bien précise en tête : s’assurer que Evy puisse recommencer à dessiner et à peindre au moment ou elle le voulait, sans avoir à se prendre la tête pour se procurer du matériel… du moins c’est ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’elle se rendre compte que devant la toile, l’espace était complètement vide… Non…


-Nora ? Nora ! Qu’est-ce que c’est que tout ça t’as dévalisé un magasin dans la journée c’est ça ?

Partout où elle regardait, son regard se posait sur des articles d’art divers, tous neufs et dans leur emballage pour la plupart sauf la grande toile qui était sur le chevalet. Nora avait compris ce qu’elle avait voulu comprendre de l’entente qu’elle avait fait avec la brunette la veille : Evelynn avait promis faire une toile de Nora, elle l’a voulait maintenant, et c’était assuré qu’elle n’ait aucune excuse pour ne pas le faire. L’artiste n’était quand même pas sotte au point de penser que sa séduisante amie n’avait fait ça que pour avoir sa toile : elle désirait vraiment qu’Evy puisse faire ce qu’elle voulait au moment où elle le désirerait. Sans doute que maintenant une grande table de dessins était dans sa chambre ou que celle-ci s’était complètement transformé en atelier de dessins. Peut-être que Nora avait même acheté de l’argile pour qu’elle fasse de la sculpture, art que la brunette avait toujours admiré sans être capable de le faire elle-même ?

Même si Evelynn était reconnaissante de ce qu’Eleonnora avait fait pour elle, se sentait-elle prête à faire une nouvelle toile de son amie ? Elle avait peint la première dans le silence, dans le calme et dans le secret de son appartement, mais maintenant que tout le matériel était ici… elle avait fait un marché avec la belle blonde, marché qu’elle regrettait désormais… elle avait toujours été honnête avec elle, c’était comme une règle non-écrite entre eux… et si elle n’aimait pas ce qu’elle allait peindre ? Que ferait-elle à ce moment–là ? Est-ce qu’elle lui mentirait, lui disant que l’œuvre était superbe alors qu’elle était affreuse ?


-Nora sort de ta chambre et vient… me dire ce qui t’a pris !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Jeu 29 Nov 2012 - 6:28

“I'll close my eyes, then I won't see
The love you don't feel when you're holding me
Morning will come and I'll do what's right
Just give me till then to give up this fight
And I will give up this fight.”

C’était si douloureux que de dormir dans les bras de la personne aimée en sachant parfaitement bien que ces sentiments n’étaient pas réciproques. Alors que sa peau chaude était collée contre la sienne, simplement séparée par le léger tissu de petites tenues, alors que le bras de la personne aimée enlaçait la pauvre Eleonnora qui ne pouvait supporter la douleur de son cœur. Elle souffrait intérieurement, en silence. Elle ne pouvait rien faire de plus. Pourquoi ne pas écrire afin d’évacuer tous ces sentiments ? Ce n’était pas son fort. Elle, elle aimait chanter. Elle adorait cela. Elle chantait ses joies, ses peines, ses colères. C’était sa façon à elle d’exprimer ce qu’elle ressentait, lorsqu’elle se retrouvait seule, loin des regards. Si elle n’était si fatiguée, si Morphée ne l’aurait pas portée dans ses bras jusqu’au royaume des rêves, elle se serait peut-être levée afin de s’adonner à son art préféré.

Lorsqu’Eleonnora se réveilla, Evelynn était déjà partie pour le travail. Elle était donc seule, dans l’appartement. Affamée, la jeune femme se cuisina un déjeuner de reine, puis s’adonna à laver la vaisselle tout en chantonnant sur l’une de ses chansons préférées. Puis, elle alla prendre une longue douche bouillante. Profitant de son temps libre, elle se vêtit d’une courte robe sous laquelle elle portait une paire de collant transparents, de couleur foncée. Enfilant un léger veston afin de ne pas avoir froid, elle s’assura que sa tenue était parfaite avant de s’assoir devant sa coiffeuse. Usant de son don afin de faire virevolter brosse à cheveux, mascara et rouge à lèvre, elle se faisait une beauté avec grand soin grâce à son don. C’était ainsi qu’elle se préparait à tous les matins, bien que celui lui prenne un temps fou. Elle aimait être à son avantage, peu importe la situation.

Ce fut vers midi que la jeune femme quitta son appartement afin de faire un tour dans le centre-ville. Elle se rendit à la meilleure boutique spécialisée en articles d’art des environs. Puisque, la veille, sa douce Evelynn avait retrouvé son appartement dévalisé, ses œuvres et son matériel d’art brisé, saccagé, la jeune femme voulait lui faire plaisir et lui offrir ce dont elle n’avait plus. Son amie n’avait pas beaucoup d’argent, elle ne pourrait se payer le matériel nécessaire pour exercer son art. C’est pourquoi Eleonnora entra dans cette fameuse boutique et repéra un commis, passant le balai, visiblement ennuyé. Elle lui demanda de prendre un panier, puis de la suivre. Tout au long du trajet, elle le questionna sur les divers articles dont avait besoin une véritable artiste. Bien qu’il tentait de lui présenter les produits les moins couteux, les plus efficaces, la jeune femme ignora le premier critère. Elle se fichait du pris. Bien rapidement, elle remplit le premier panier de toiles en tout genre, de toutes tailles. Elle en acheta une seule de taille surdimensionnée, décidant que ce sera sur celle-ci qu’Evelynn fera un portrait d’elle. Puis, la jeune femme passa à la peinture, aux pinceaux, aux crayons, à tout ce qui lui semblait intéressant, sans oublier de prendre au passage un grand chevalet pouvant supporter les toiles. Autant dire que la facture, au final, afficha un prix faramineux. C’était sans parler du temps qu’il fallut à la caissière pour tout scanner. Après avoir payé par carte de crédit, la jeune femme demanda à ce que l’employé qui l’avait suivi durant le temps de ses emplettes mène les chariots jusqu’à son automobile afin de l’aider à charger le tout. Lorsqu’elle fut prête à retourner à son appartement, la jeune femme sorti un gros billet de son portefeuille qu’elle glissa dans la poche de la chemise du jeune homme avec un grand sourire satisfait. Obligé, par la jeune femme, d’accepter ce pourboire, le jeune homme retourna à la boutique avec un grand sourire.

Une fois à l’appartement, Eleonnora fit de nombreux voyagement afin de tout déposer dans l’appartement. Puis, elle rangea la majorité de ses achats dans la chambre d’invités, laissant le grand chevalet dans la pièce principale. Elle y posa la grande toile qu’elle se réservait pour son portait, posa au pied du chevalet une grand mallette contenant de la peinture, posa une boite à pinceaux sur la table, puis observa le résultat. Evelynn allait adorer, c’était certain.

Filant à sa chambre, la jeune femme retira ses vêtements afin d’enfiler la robe qu’elle s’était procuré, récemment, sans savoir quand est-ce qu’elle aurait l’occasion de la porter. La robe était en cuir noir, collant parfaitement à sa peau, mettant ses généreuses formes en valeur. Les longues manches s’arrêtaient au niveau des poignets, à la jonction entre ces derniers et ses mains. Ses épaules étaient dénudées, mettant en valeur sa peau blanchâtre. La jeune femme attacha un petit collier noir, faisant parfaitement le tour de son cou, puis enfila une paire de longs bas en filet, collant à la peau de ses cuisses. Après avoir enfilé de délicates chaussures à talons aiguille, noires, Eleonnora passa au maquillage, puis à la coiffure. Elle fit de ses cheveux, légèrement ondulées, de magnifiques mèches bouclées sur lesquelles elle vida sa bouteille de fixatif. Alors qu’elle terminait de se bichonner, Evelynn entra dans l’appartement.


-« Nora ? Nora ! Qu’est-ce que c’est que tout ça t’as dévalisé un magasin dans la journée c’est ça ? »

Eleonnora laissa échapper un petit rire amusé. Elle était heureuse de la surprise qu’elle venait de faire à son amie. Bien entendu, Evelynn protesta, refusera de tels cadeaux, mais finira tout de même par les accepter, n’ayant pas le choix de le faire. Et puis, comment refuser du matériel de grande qualité ? Elle n’avait pas l’argent pour se payer tout cela, autant en profiter. Quittant sa coiffeuse afin de jeter les vêtements qu’elle avait porté un peu plus tôt dans la corbeille à linge, la jeune femme s’empara de son peignoir de soie, posé sur un cintre, dans sa penderie et l’enfila afin de camoufler totalement sa robe.

-« Nora sort de ta chambre et vient… me dire ce qui t’a pris ! »

Ouvrant la porte de sa chambre, Eleonnora en sorti, élégante, comme à son habitude. Elle sourit à Evelynn. Elle allait devoir répondre à ses questions, c’était certain. Cependant, ce petit jeu l’amusait. Elle aimait bien voir cette expression qu’elle affichait à chaque fois qu’elle lui faisait une surprise de ce genre. Malgré que, cet achat était le plus gros qu’elle avait fait pour elle, jusqu’à présent. C’était loin d’être le dernier. La jeune femme avait beaucoup d’argent, elle ne savait plus quoi s’acheter étant donné qu’elle possédait déjà tout ce qu’elle désirait. Alors, elle en profitait pour en faire profiter sa meilleure amie.

-« Ça te plait ? Je ne savais pas ce que tu avais besoin afin de laisser aller tes talents d’artistes alors…j’ai pris de tout. »

Elle s’approcha de son amie, elle prit délicatement son sac et le posa sur la table de la cuisine. Puis, elle servit deux coupes de vin et tendit l’une d’elle à son amie. Il était temps de se mettre au travail. Quoi de mieux qu’un peu d’alcool afin de se détendre ? Impatiente de débuter, énergique, la jeune femme retourna au salon, buvant une longue gorgée de son breuvage.

-« Alors, on s’y mets ? Tu veux voir ma tenue ? Je suis certaine que tu vas adorer ! Tout est déjà près, on va pouvoir commencer. Tu peux vérifier, le garçon du magasin m’a certifié que j’avais tout ce qu’il fallait afin de peindre la plus jolie des toiles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Jeu 29 Nov 2012 - 7:09

Bouche bée… la jeune femme était simplement bouchée bée. Tout cela était incroyable. Elle connaissait bien son amie pour savoir que son porte-feuille n’était pas du genre à être vide, mais là… c’était à un tout autre niveau… et tout pour elle ! Elle n’en revenait simplement pas de voir tout ce matériel, tous ses pots, ses pinceaux, ses toiles, tout ce sont une artiste avait de besoin pour pouvoir faire ce qu’elle voulait. En plus, connaissant bien Nora, elle savait que la chambre d’invité devait être pleine d’encore plus de matériel, encore plus divers.

Lorsqu’elle finit par demander à Nora ce qui lui avait pris, celle-ci sortit de sa chambre, maquillée, coiffée, et vêtu d’une robe de soie qu’elle connaissait bien. Qu’est-ce qu’elle cachait sous cette robe ? Une autre tenue dont elle seule avait le secret ? Probablement. Oh non… parce qu’elle s’attendait vraiment à ce qu’elle commence la toile dès maintenant ? Comment faire dans l’excès, par Eleonnora Davidoff… Elle lui avait effectivement promis une toile… mais pas dès le lendemain ! Elle se sentait déjà tellement gênée à la simple idée que sa belle hôte était tombé sur la première toile qu’elle avait fait… oh la la il faudrait qu’elle fasse le tout sans devenir rouge à chaque seconde… ce qui allait s’avérer un vrai défi.


-« Ça te plait ? Je ne savais pas ce que tu avais besoin afin de laisser aller tes talents d’artistes alors…j’ai pris de tout. »


-Mais… mais c’est beaucoup trop Nora j’veux dire euh… même dans mon ancien appartement je n’avais pas la moitié de tout ça je… T’as acheté quoi… une vingtaine de toile au minimum et… ça va me prendre des mois pour les utiliser et… regarde ça même moi j’ai jamais eu de pinceau d’une aussi belle qualité et… c’est quoi tout ça enfin !


Elle pointait divers articles qu’elle n’avait jamais possédée avant à mesure qu’elle en parlait, se déplaçant en évitant les toiles qui reposaient par terre, les pots et le chevalet au centre de la pièce. Ce n’était pas possible enfin… pour acheter tout ça Nora avait probablement dépensé plus qu’elle dans tous ses loyers depuis la dernière année ! C’était incroyable… mais elle ne pouvait pas accepter un tel cadeau elle n’aurait jamais quelque chose d’une telle valeur à offrir à la magnifique chanteuse c’était impossible ! Cependant Nora ne semblait pas écouter ses protestations, saisissant le sac de l’artiste pour le déposer sur la table de la cuisine, lui ramenant une coupe de vin par la suite. Evelynn abandonna le combat, tombant à genoux, la tête penchée. C’était… tout simplement incroyable.


-« Alors, on s’y mets ? Tu veux voir ma tenue ? Je suis certaine que tu vas adorer ! Tout est déjà prêt, on va pouvoir commencer. Tu peux vérifier, le garçon du magasin m’a certifié que j’avais tout ce qu’il fallait afin de peindre la plus jolie des toiles. »


La jeune femme releva la tête, une larme perlant à ses yeux. C’était inimaginable… Alors que la veille elle croyait avoir tout perdu, tout ce qui lui avait pris des années à accumuler, Eleonnora venait de lui offrir le tout en cadeau… sans aucune arrière-pensée, simplement pour lui faire plaisir. Elle regardait Nora, toujours à genoux, puis se mit doucement, très doucement, à sourire, incapable de protester plus longtemps. Elle se releva, s’approchant de la belle blonde en faisant de petits pas lents, puis une fois devant elle, la prit dans ses bras, s’accrochant à sa robe de soie. Elle était heureuse, plus qu’elle ne l’avait jamais été… c’était quelque chose d’extraordinaire qu’elle avait fait pour elle, peut-être sans même s’en rendre compte. Pas simplement la valeur monétaire qui comptait, mais surtout le symbole qu’elle lui montrait par cette action : Jamais la belle femme ne l’avait permis de remettre en doute son talent, jamais elle ne lui avait permis d’abandonner. Grâce à elle, Evelynn avait présenté ses œuvres à des grands magasins et était même parvenu à en vendre quelques-unes. Lors d’un vernissage, la brunette avait été tellement terrifiée que Nora avait dû la traîner presque de force pour l’amener voir les gens qui admiraient ses toiles et ses dessins. Elle n’avait eu que du support de cette femme sublime, et cela la touchait bien plus que les commentaires de sa propre famille.

Se reculant légèrement, elle prit une bonne gorgée de son verre, le vidant presque de moitié, s’essuyant les yeux humides. Elle aurait bien besoin de ce courage liquide pour affronter les commentaires de sa compagne. Honnête, Nora ne lui mentirait pas si elle trouvait la toile moche. Espérons qu’elle serait satisfaite… elle aimait la luxure et la beauté… est-ce qu’Evy serait en mesure de lui rendre justice ?


-Nora… t’es complètement folle tu sais… c’est certain que le garçon t’a dit que tu avais tout ce qu’il fallait… t’as dû partir avec la moitié du magasin… Je… euh… merci… merci beaucoup… dire que hier j’me demandais si j’aurais le courage de tout recommencer…


La veille, en voyant son appartement dévasté, elle avait effectivement perdu courage, se demandant si tout ce travail qu’elle avait fait en avait valu la peine, et si recommencer était une sage décision. Mais ce geste de la part de Nora lui donnait un bon coup de pied au derrière. Pour ce qui est du magasin, avec tous les articles qui traînaient partout, il avait dû faire son profit de la journée simplement avec cette acheteuse blonde. Déposant son verre sur la table du salon, elle entra dans la chambre d’invité quelques instants dans le but de se changer, choisissant une tenue plus confortable. C’était sans oublier tous les articles d’arts qui traînaient dans sa chambre. Une armée de toile de plus, des crayons, des feutres, des cahiers, tout ce dont elle aurait de besoin pour les deux prochaines années sans problème.


-Wow… Eh bien, quand tu achètes toi c’est tout ou rien…


Elle ressortit rapidement de sa chambre, maintenant habillé d’une tenue sombre et simple, des jeans noirs skinny et une blouse gris foncé. Ce n’était pas des vêtements fabuleux loin de là, mais ils étaient confortables, et pour peindre, c’était nécessaire. Comme son expertise était surtout dans le dessin, elle se servirait sans doute d’un crayon fin pour dessiner les traits directeurs sur la toile avant de passer à la peinture pour s’assurer d’avoir un bon résultat. Elle avait toujours peur de la réaction de Nora lorsqu’elle verrait la toile… mais une excitation naissait en elle à l’idée de voir cette fabuleuse tenue qu’elle avait choisie.


-Montre-moi donc cette tenue dont tu sembles si fière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Ven 30 Nov 2012 - 1:40

Eleonnora avait peu de personnes dans sa vie qu’elle pouvait qualifier de « proches ». En fait, Evelynn était probablement la seule. Sa meilleure amie. Celle qui comptait le plus à ses yeux. Elle était à la fois portée par la profonde et sincère amitié qu’elle y vouait et l’amour aveugle qu’elle ressentait à son égard. Elle était prête à tout pour elle. Afin de la rendre heureuse, faire naitre un magnifique sourire sur son visage d’ange, Eleonnora avait dépensé une véritable petite fortune en matériaux d’art en tout genre. Elle désirait faire plaisir à Evelynn, l’argent avait peu de valeur à ses yeux, à côté de cela. Elle espérait sincèrement que son présent plairait à son amie. Excitée, ayant terriblement hâte de la voir pénétrer dans l’appartement, la jeune femme ne pouvait contenir sa bonne humeur.

Lorsqu’Evelynn, arrivée dans l’appartement, ordonna à Eleonnora de sortir de sa chambre et de lui expliquer la présence de toutes ces toiles, ces pinceaux, ces pots de peinture, la jeune femme s’exécuta sans broncher, un grand sourire aux lèvres. Elle observait attentivement son amie, se réjouissant de sa réaction. Il était évident qu’avec le peu d’argent qu’elle possédait elle n’avait pu se payer du matériel de si grande qualité. Si elle désirait devenir une artiste reconnue, il lui fallait ce qu’il y avait de meilleur. Elle aura tout ce dont il lui fallait afin de laisser aller son art, de pondre de magnifiques chefs-d’œuvre. La belle blonde sera toujours là, quelque part, pour l’encourager et lui donner tout le soutien dont elle nécessitait afin d’avancer dans sa carrière prometteuse.

Alors que la jeune femme servait deux coupes de vin, elle observait toujours Evelynn du coin de l’œil. Elle était tombée à genoux, sur le sol, le regard tourné vers le sol. Eleonnora s’en approcha lentement, tenant les deux coupes dans ses mains. Elle ne pouvait pas utiliser son pouvoir pour les faire léviter jusqu’à la table basse. Elle devait donc s’en encombrer encore un moment. Lorsque son ami releva la tête vers elle, un magnifique sourire éclairant ses lèvres, son cœur se mit à fondre. Elle était si belle, si resplendissante. Elle se leva, avançant vers elle. Puis, elle la prit doucement dans ses bras, la serrant contre elle. La jeune femme tenta de la resserrer dans une douce étreinte, malgré les coupes de vin qu’elle tenait. Si Evelynn était heureuse, alors elle ne pouvait que l’être également.

La jeune femme pris la coupe de vin des mains de son amie. Ainsi, Eleonnora avait une main de libre. Elle put caresser la joue de son amie, essuyant les larmes qui y avaient coulé. Elle était plus belle que jamais. Elle était magnifique, son sourire la contaminant, la faisant sourire à son tour. Si elle avait écouté son cœur, si elle avait suivi ses désirs, elle l’aurait embrassé sans plus attendre, sans se poser de questions. Cependant elle ne voulait pas gâcher un si beau moment. Son amie était hétérosexuelle, elle devra s’y faire un jour, même si c’était long, pénible et terriblement difficile.


-« Nora… t’es complètement folle tu sais… c’est certain que le garçon t’a dit que tu avais tout ce qu’il fallait… t’as dû partir avec la moitié du magasin… Je… euh… merci… merci beaucoup… dire que hier j’me demandais si j’aurais le courage de tout recommencer… »

-« Maintenant, tu as tout ce dont tu as besoin. Il te faut simplement la motivation et l’inspiration pour continuer. Je sais que tu es capable de le faire. Tu es douée, ne l’oublie jamais. »

Elle lui sourit. Un sourire sincère. Un sourire qui témoignait de son amitié la plus fidèle. Elle voulait voir Evelynn heureuse et réussir dans cette carrière qu’elle tentait de se bâtir. Il lui fallait seulement un petit coup de pouce afin d’y arriver. À présent, tout ce qui lui fallait, c’était de l’inspiration. Elle en avait justement une merveilleuse source devant elle. Elle devrait être comblée pour un bon moment.

Evelynn fila à sa chambre. Pendant ce temps, Eleonnora en profita pour terminer sa coupe de vin, qu’elle alla remplir de nouveau avant de la poser sur la table basse. Elle avait de plus en plus hâte de commencer. Elle se doutait bien qu’une toile ne pouvait se peindre rapidement, mais elle était prête à faire preuve de patience, sachant que le résultat en vaudra largement la peine. Elle était été que très rarement déçue par les talents de son amie, voire pas du tout. Elle avait simplement besoin d’un petit coup de pied dans le derrière afin de se rendre compte qu’elle était une artiste de talent.
L’artiste en question revint au salon. Elle avait visiblement découvert tout le reste du matériel que la jeune femme n’avait su où déposer. Peut-être avait-elle fait des achats inutiles, comme ce pinceau en poil de bison qui lui avait toujours semblé très étrange, mais son amie s’y connaissait mieux qu’elle. Si elle manquait de quelque chose, s’il y avait certains articles qui ne lui servaient à rien, elle le saura.


-« Montre-moi donc cette tenue dont tu sembles si fière… »

C’était tout ce que la jeune femme attendait pour dénouer le ruban qui retenait les pans de son peignoir. Elle retira lentement ce dernier avant de le jeter sur le fauteuil, à proximité, dévoilant ainsi la magnifique et très moulante tenue de cuir qu’elle portait. Elle était fière de son choix et encore plus de le montrer à quelqu’un. Elle fit un tour sur elle-même afin qu’Evelynn puisse l’installer dans toute son élégance. Puis, elle s’avança vers le canapé, prête à poser. Elle s’installa confortablement, le corps étendu, tourné vers la peinture. Elle posa l’un de ses coudes sur l’accoudoir, puis se redressa suffisamment pour être confortable. Elle attrapa délicatement sa coupe de vin et la souleva légèrement afin de la porter à ses lèvres, en buvant une gorgée. Puis, elle descendit lentement la coupe afin qu’elle ne camoufle pas son visage. Elle était prête.

-« Comme ça, ça te va ? » Demanda-t-elle à son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Ven 30 Nov 2012 - 8:46

-« Maintenant, tu as tout ce dont tu as besoin. Il te faut simplement la motivation et l’inspiration pour continuer. Je sais que tu es capable de le faire. Tu es douée, ne l’oublie jamais. »

Ce que Nora venait de faire pour elle, il était certain qu'elle ne l’oublierait pas. Lorsque la main de sa magnifique amie passa sur sa joue, essuyant doucement une larme, Evelynn ne put s'empêcher de sourire et de pousser un petit rire gêné. C'était presque une réaction de gamine, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Dès qu'un contact s'établissait entre les deux femmes, l'artiste savait qu'elle allait se sentir gêné, et peut-être même que ses joues allaient rougir un minimum. Cette fois n'en était qu'une de plus tout simplement. Elle ne s'était jamais posé la question du pourquoi elle réagissait ainsi. Ce n'était pas comme si c'était des contacts gênants après tout, mais autant elle tentait de s'empêcher de rire de gêne, autant elle rougissait encore plus. Bref, c'était toujours la même chose... et elle ne savait pas pourquoi c'était Nora la source de tous ces effets en elle.

Lorsqu'elle entra dans sa chambre et aperçut tout ce que Nora lui avait procuré... de plus, elle se dit qu'elle devait être la femme la plus chanceuse du monde. Une amitié aussi forte... c'était rare à voir. Combien avait-elle pu dépenser? De la part de n'importe qui d'autre, Evelynn aurait cru à un guet-apens, ou alors à quelqu'un ayant des arrières pensées, quelque chose du genre finalement, mais elle savait que pour Eleonnora, ça lui était simplement venu à l'esprit pour lui faire plaisir. Elle n'avait pas pensé à autre chose qu'au bonheur de la jeune artiste... et pour ça, elle se considérait comme une personne des plus chanceuses... Depuis sa rencontre avec la chanteuse de cabaret, elle avait vu la qualité de sa vie augmenter en flèche. Elle le lui devait entièrement...

Maintenant confortable, dans une tenue lui permettant de pratiquer son art de façon bien plus à l'aise, elle rejoignit Nora dans le salon, reprenant au passage une autre gorgée de fin. Avec un élastique, elle noua ses longs cheveux bruns en une queue de cheval, lui laissant ainsi les yeux dégagés. Se plaçant devant sa muse, elle lui demanda finalement de lui révéler cette tenue dont elle se sentait si fière.


-Wow...

Ce fut le seul mot qui quitta les lèvres de l'artiste alors que Nora dévoilait la magnifique robe de cuir moulante, qui mettait son corps magnifique en évidence. Il n'y avait aucun pli, la robe tombait naturellement jusqu'à sa taille alors que des bas noirs couvraient l'intégralité de ses jambes. Alors que celle-ci tournait sur elle-même pour montrer à Evy la tenue sous tous ses angles, la jeune artiste sentit bien vite monter en elle une chaleur qui lui était inconnue. Bien souvent elle avait vu son amie dans de magnifiques tenues pour la plupart hors de prix, et à chaque fois elle rougissait presque en la voyant, mais là... c'était un tout autre niveau. Le rouge monta bien rapidement à ses joues maintenant de la même couleur qu'une tomate, elle se sentait tellement gênée devant sa belle amie qu'elle ne savait plus quoi dire. Bouche bée, il lui fallut attendre que Nora s'installe sur le canapé confortablement avant qu'elle ne finisse par réussir à débloquer sa mâchoire.

-« Comme ça, ça te va ? »

-Par...parce que tu penses... que j'peux travailler avec ça! Mon dieu Nora t'es magnifique j'peux à peine quitter mes yeux de toi! Où as-tu bien pu trouver une telle merveille!

Et elle ne disait pas ça simplement pour faire plaisir à son hôte! La belle blonde habillé ainsi avait un pouvoir de séduction énorme, dont personne n'était à l'abri, c'était certain, même Evy. Le collier, la robe, les bas, rien n'était de trop, il ne manquait rien, la tenue parfaite finalement, qui épousait merveilleusement bien son corps fins et musclés. Une femme... parfaite... aux yeux d'Evelynn...

Pourquoi pensait-elle se genre de chose? Les joues toujours rouges, elle se secoua la tête comme pour revenir à elle-même, un peu perturbé par les pensées qu'elle venait d'avoir. Était-ce vraiment sa tête qui avait vu et commenté la tenue de Nora, ou alors était-ce son cœur? Impossible de le savoir... mais la bouffée de chaleur qui l'envahissait cependant était loin d'être désagréable. C'était comme se sentir mal à l'aise... mais en même temps, trouver cela tellement beau... qu'on oublie la gêne... quels étaient toutes ces sensations que sa magnifique amie lui provoquaient...

Elle eut vite fait de se dissimuler derrière sa toile, cachant ainsi ses joues rouges à Nora. Elle ne savait même pas si elle allait avoir le courage de simplement se sortir la tête de derrière l’œuvre pour la regarder. Pourtant, si un jour elle voulait être professionnelle et pouvoir vivre de ses arts, il fallait bien qu'elle pratique au maximum... et si Eleonnora se portait volontaire, c'était avec plaisir qu'elle allait profiter de l'occasion... du moins c'est ce qu'elle disait. Exigeante, il était rare que Evelynn soit satisfaite de son propre travail... il en était de même pour la belle blonde qui vivait tous les jours dans un grand luxe. Elle n'accepterait pas une toile moche, c'était certain. L'artiste devrait faire de son mieux pour faire quelque chose de beau... sans se laisser déconcentrer par sa magnifique muse...

-Je commence euh... t'auras pas à tenir la pose toujours hein... je vais commencer par me faire un... espèce de... patron... au crayon de plomb fin, et ensuite j'ajouterai les couches de couleurs, une après l'autre. Bouge le moins possible pour le moment...

Et elle se mit à dessiner, au trait le plus fin possible pour ne pas paraître au final, Nora dans toute sa splendeur. Alors que ses mains suivaient des mouvements presque mécaniques, dessinant clairement chaque détail, chaque endroit important où elle aurait besoin de porter attention, elle tomba dans une sorte de transe comme toutes les fois où elle peignait. Elle se penchait une fois presque toutes les dix secondes, voulant s'assurer que la toile serait conforme aux exigences de Nora et surtout qu'elle y serait représenté dans toute sa beauté. Elle ne s'était pas vêtu ainsi pour rien de toute façon... Et même si Evelynn ne voulait pas se l'avouer... elle la dévorait du regard, littéralement... Elle avait une bonne mémoire, et en réalité, un coup d'oeil une fois de temps en temps aurait suffi... mais avec sa muse ainsi... elle la regardait beaucoup plus souvent que nécessaire, regrettant à chaque fois de devoir retourner à son dessin qui commençait lentement à prendre forme.

-Ça... euh... prend forme... encore quelques minutes et euh... on prendra une pause... t'es superbe Nora je... je sais pas comment tu fais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Lun 3 Déc 2012 - 5:09

Le visage d’Evelynn valait tout l’or du mort. L’expression s’affichant sur son visage au moment même où Eleonnora retira d’un geste gracieux son peignoir valait la peine qu’elle se soit tant préparée durant l’après-midi. Elle avait pensé aux moindres détails, autant les accessoires que la coiffure, le maquillage, les chaussures, et surtout, sa magnifique robe de cuir qu’elle désirait porter depuis qu’elle se l’était procurée. Elle était tombée dessus par hasard et avait tout de suite craqué. Elle n’avait pu résister à l’envie de l’essayer, puis, comblée par son magnifique reflet dans le miroir, elle avait immédiatement sortit sa carte de crédit.
La jeune femme termina son petit défilé et s’installa confortablement sur le canapé, de façon à être à son meilleur, totalement avantagée par la pose qu’elle prenait. Elle tentait de paraitre aussi belle, aussi forte et aussi imposante que sur la toile qu’avait peint Evelynn il y a si longtemps. Une fois en position, elle leva les yeux vers son amie. Elle était prête à commencer. Elle savait que ce serait long avant que la toile soit terminée, alors autant débuter dès maintenant. Plus vite elle avait le résultat entre ses mains, plus vite elle sera satisfaite.


-« Par...parce que tu penses... que j'peux travailler avec ça! Mon dieu Nora t'es magnifique j'peux à peine quitter mes yeux de toi! Où as-tu bien pu trouver une telle merveille! »

-« Si c’est la tenue qui te pose problème, je peux la retirer, tu sais. » Fit-elle avec un petit sourire amusé. «Je l’ai trouvée dans une boutique très… spéciale. Je t’y amènerais peut-être un jour, qui sait… »

Eleonnora était plus que flattée par les compliments de son amie. Elle sentait son cœur battre plus fort à chaque mot. Elle adorait être ainsi qualifiée par celle qu’elle aimait. Si elle s’était préparée avec grand soin et avait fait tant d’effort pour paraitre si jolie, c’était pour se sentir bien dans sa peau, mais également entendre les compliments d’Evelynn. Elle regardait ses joues rosies par la gêne, c’était adorable à voir. Si son amie avait du mal à la quitter des yeux, c’était très flatteur. Dommage que ce ne soit pas de l’attirance. Après tout, son amie préférait les hommes. Elle lui parlait souvent de ses déboires amoureux, qui étaient plutôt rares. Elle avait eu peu de relations de sa vie. Parfois, il arrivait qu’Eleonnora rêvasse et s’imagine que son amie laisse complètement tomber la gente masculine et s’intéresse davantage aux femmes. Surtout à elle. Uniquement à elle.

Quelques instants plus tard, Evelynn se dissimulait derrière l’imposante toile posée sur le chevalet. La jeune femme adorait son achat, mais regrettait que la toile l’empêche de contempler son amie à l’œuvre. Elle devait se contenter de prendre la pose. De temps à autre, elle bougeait afin de se gratter la tête ou bien prendre une petite gorgée de vin. Son amie lui demandait de ne pas trop bouger et elle s’exécutait sans rouspéter, imaginant déjà le résultat final. Ce sera magnifique, elle en était persuadée. Quand est-ce que la toile sera prête ? Evelynn allait-elle la dissimuler afin de l’empêcher de voir l’avancement ? C’était trop tentant de jeter un coup d’œil à ce qui se passait. Elle avait terriblement hâte d’avoir le produit fini entre les mains. Si elle avait eu le pouvoir de faire avancer le temps ou même de voir dans le futur, elle s’en serait probablement servie.

Les minutes passaient plus lentement qu’elle ne l’aurait crue. La jeune femme se perdait dans ses pensées, évitant de déconcentrer l’artiste. Pendant que celle-ci se mettait à l’œuvre. Eleonnora fixait un objet dans la cuisine, qui était visible depuis l’endroit où elle se trouvait. Elle faisait lentement léviter la bouteille de vin, la déplaçait çà et là. Elle ouvrait la porte d’un placard sans faire de bruit, en sortait la bouteille de vodka qu’elle déposa lentement sur le comptoir. De temps à autre, elle jetait un œil à Evelynn. Cette dernière était si concentrée sur son œuvre qu’elle ne voyait pas ce qui se produisait derrière-elle. C’était le but. La jeune femme tentait de s’entrainer à utiliser son don subtilement, à l’insu des autres. Cela pouvait se révéler très utile lors de délicates situations.
Cependant, alors qu’elle s’amusait à déplacer quelques assiettes sales posées sur le comptoir afin de les mettre dans l’évier, la jeune femme fut déconcentrée par son amie qui la regardait de nombreuses fois en un cours laps de temps. Il était plus difficile de mettre toute son attention sur sa tâche. À un moment, la jeune femme crue qu’elle allait perdre le contrôle et faire tomber les deux assiettes qui lévitaient au-dessus du sol. Heureusement, elle put les poser dans l’éviter sans bruit, sans encombres. Cependant, son amie ne cessait de lui jeter de petits regards furtifs. Avait-elle tant besoin de la regarder afin de la peindre ? Enfin, c’était elle l’artiste, elle avait ses méthodes de travail. Eleonnora ne comptait pas s’en plaindre, puisqu’elle adorait sentir les doux yeux émeraudes de son amie posés sur elle.


-« Ça... euh... prend forme... encore quelques minutes et euh... on prendra une pause... t'es superbe Nora je... je sais pas comment tu fais... »

-« Comment je fais ? Un peu de maquillage, une jolie tenue avantageuse et puis voilà. Tout le reste, c’est cent pour cent naturel. Tout comme toi, mais sans le maquillage… et les tenues. Mais ça peut s’arranger très facilement. »

La jeune femme termina sa coupe de vin d’un trait. Lorsque son amie lui annonça qu’elle pouvait se mouvoir à sa guise, elle se leva et alla chercher la bouteille de vin restée sur le comptoir afin de remplir les deux coupes. La soirée venait de commencer, autant en profiter avec un délicieux breuvage et, surtout, une délicieuse compagne qu’Eleonnora dévorait du regard, par moment. Elle se posta près de son amie et posa sa tête sur son épaule, cherchant à voir ce que donnaient les premiers traits de crayon sur cette fameuse toile.

-« On ne voit pas grand-chose, pour l’instant, mais je suppose que tu vas bientôt te mettre à la peinture, non ? »

Un léger sourire flottant sur ses lèvres, la jeune femme s’éloigna de son amie afin de ne pas être submergée par la tentation d’embrasser son magnifique corps. Ce n’était pas le moment. Ce ne sera jamais le moment, en fait. En moins d’une minute, la coupe de la russe fut de nouveau vide et elle s’en resservit généreusement. Elle ne travaillait pas le lendemain, autant en profiter un maximum puisqu’elle en avait l’occasion. Après tout, ça n’arrivait pas à tous les soirs qu’elle ait ainsi l’opportunité de s’enivrer. Et puis, elle avait la chance d’avoir Evelynn pour elle et elle seule, surtout depuis s’était installée chez elle, la veille. La vie ne pouvait être meilleure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Mar 4 Déc 2012 - 12:23

-« Si c’est la tenue qui te pose problème, je peux la retirer, tu sais. Je l’ai trouvée dans une boutique très… spéciale. Je t’y amènerais peut-être un jour, qui sait… »

Nora qui retirerait cette tenue sublime ? Déjà qu’Evelynn jalousait son corps de déesse, ainsi accoutrée, elle ne lui faisait que plus envie… euh non pas de l’envie… euh… autre chose sans doute… Aussi rouge qu’une pivoine, l’artiste amateur avait de la difficulté à remettre ses pensées en place. Son amie était bien plus que sublime, c’était une force de la nature, une beauté parfaite… mais c’était aussi une femme et… bon dieu qu’est-ce qu’elle avait à faire ainsi réagir la pauvre Evy ? Elle n’en savait rien, mais ses joues et son attitude démontraient de façon bien trop évidente sa gêne immense. Elle n’osait même pas lui montrer les œuvres qu’elle avait peint d’elle, alors lui dire ce qu’elle pensait réellement de sa tenue actuelle… qui était bien plus que simplement « jolie ». Il n’y avait pas de mots pour exprimer toute la puissance qui se dégageait d’elle à cet instant précis.

De plus, connaissant son amie, probablement qu’elle n’hésiterait pas une seconde à l’entraîner dans une xième boutique des plus… particulières. Avec Eleonnora Davidoff dans les rues de New-York, on découvrait énormément de choses et surtout de magasin bien spécifiques qu’on ne se serait jamais douté de leur existence. Elle était la maîtresse du magasinage… et de l’achat inutile aussi. Combien de fois Evy avait-elle pu profiter de la « Générosité Davidoff » en kidnappant des vêtements que son amie acheteuse n’avait jamais porté, mais qu’elle était certaine de porter un jour ? Beaucoup trop de fois. En fait, lorsque l’artiste magasinait, elle faisait bien souvent malgré elle les racs à soldes, les friperies et les boutiques pas trop chères, alors que sa muse pouvait se permettre un luxe bien plus immense que le sien.

-Un… un jour peut-être j’aimerais bien aller y faire un tour… pour regarder seulement hein !

Avec la blondasse, pour éviter les coups tordus, aussi bien mettre tout de suite des barrières, surtout au niveau des finances. Sans connaître ses états de compte, l’artiste savait très bien qu’elle avait assez d’argent pour acheter tout une boutique de lingerie si le cœur lui en disait, et elle avait la fâcheuse manie de prendre les articles que Evelynn regardait pour les lui offrir à la sortie du magasin. Ce n’était pas comme si son avertissement allait faire effet de toute façon, mais… aussi bien essayer !

Cela faisait maintenant une bonne demi-heure qu’Evelynn s’était attelé à la tâche pour Nora sans se laisser déconcentrer, profitant un peu plus longuement que nécessaire de la vue de sa belle amie. Bien vite elle se lassa des mouvements répétitifs qu’elle faisait pour s’assurer d’avoir une bonne base pour travailler, aillant elle-même très hâte de passer à la peinture et à la couleur. Elle s’arrêta peu après, satisfaite de l’allure générale prise par les traits pâles qu’elle avait laissés sur la toile. Libérant la jeune femme de sa position d’un signe de tête, elle prit sa propre coupe de vin pour en prendre une grande gorgée.


-« Comment je fais ? Un peu de maquillage, une jolie tenue avantageuse et puis voilà. Tout le reste, c’est cent pour cent naturel. Tout comme toi, mais sans le maquillage… et les tenues. Mais ça peut s’arranger très facilement. »

-Oh mais arrête pas besoin d’être gentille juste parce qu’on est amie. Si on marcherait dans la rue toi et moi, tu attirerais les regards de tous sans même qu’un seul ne se pose sur moi. C’est pas les tenues ou le maquillage qui font ton charme Nora, c’est juste toi… c’est… toi…

Le syndrome de la page blanche… ou en l’occurrence de la parole blanche. L’artiste manquait de mots pour dire à sa colocataire ce qu’elle pensait réellement d’elle. Ce n’était pas comme si elle n’osait pas, c’était simplement qu’elle… ne savait pas comment le dire. Elle comprenait ce que ressentait les écrivains devant un écran blanc maintenant, à savoir ce qu’ils veulent exprimer mais sans savoir comment bien le faire.


-« On ne voit pas grand-chose, pour l’instant, mais je suppose que tu vas bientôt te mettre à la peinture, non ? »

-C’est ça ! La base est pas mal terminée, je voulais simplement avoir mes lignes directrices avant de passer à la peinture permanente… ça va être dur de te rendre justice No… mais j’vais essayer…


Laissant Nora remplir sa coupe, elle la but en grande partie aussi, ressentant la chaleur agréable qui venait avec chaque gorgée. Nora avait des goûts si fins au niveau du vin… dommage que son côté russe ressortait autant sur la vodka qu’elle voyait posé sur la table plus loin. Est-ce que la vodka était là lorsqu’elle était arrivée plus tôt ? Quelque chose lui disait que non… mais bon ce n’était qu’un simple détail, elle se trompait probablement de toute façon. Profitant de la pause, elle tourna le chevalet et la toile d’un quart de tour, permettant ainsi à Nora, lorsqu’elle serait assise, de voir la toile à mesure qu’elle progresserait, et à Evelynn de pouvoir voir sa muse en tournant simplement la tête. La toile était immense, Nora l’avait bien choisi pour elle… Elle replaça aussi son banc devant l’œuvre en création, laissant à Nora le temps de se replacer.

Souriant elle aussi à Nora alors qu’elle reprenait sa précédente pose, la jeune femme se frotta légèrement le front d’une main, sentant quelques gouttes de sueur perler sur son front. Était-ce les coupes de vins qui lui faisaient déjà de l’effet ? Bah, elle n’en avait prises que deux, elle pouvait au moins en prendre un autre verre avant de se sentir complètement partie. Il fallait qu’elle se concentre sur l’œuvre en premier lieu, et c’était ça le plus important. Déposant la peinture doucement sur une plaquette à mélange, elle commença par les tons les plus pâles, soit le visage de Nora, son cou et ses bras, cherchant ainsi à éviter de faire une erreur en noir qui était bien plus difficile à corriger. Une fois les couleurs de bases posées, elle pourrait passer au noir de sa tenue qui serait bien moins simple à faire qu’il n’en avait l’air…

-Je commence à avoir chaud… on continue un peu pour ce soir et puis on se détendra si ça te dérange pas… faudra trouver aussi de la place pour tout ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Jeu 6 Déc 2012 - 23:01

Eleonnora était une femme bien particulière. Elle ne se contentait pas de faire les boutiques de grandes marques et de talentueux designers comme le faisait si bien les autres dames de sa classe sociale. Ah quoi bon porter les même tenues que toutes ces vieilles mégères qui n’avaient rien de mieux à faire de leur vie que d’exposer et vanter leurs richesses ? Elle était jeune, elle était jolie, autant en profiter pour exhiber son corps un maximum, mettre en valeur ses généreuses formes et faire baver les hommes comme les femmes se retournant sur son passage. Elle n’achetait pas de designer connus. Elle préférait ces personnes talentueuses tapies dans l’ombre, un peu comme Evelynn. Son amie n’était pas très connue et pourtant, elle était des plus douées dans son art. Depuis sa rencontre avec sa douce amie, certains changements c’étaient opérés chez Eleonnora. Lorsqu’elle faisait les boutiques, elle privilégiait plutôt les jeunes artistes peu connus que les marques trop commerciales et populaires qui coutaient une véritable fortune. Ainsi, elle avait découvert quelques boutiques très sympathiques, fait connaissances avec certains stylistes et retenait les services de ceux qu’elle préférait afin qu’ils lui conçoivent de parfaites tenues sur mesures pour diverses occasions.
Evelynn ne se doutait certainement pas d’où venait sa robe. Un jour, elle pourra peut-être mettre les pieds dans la boutique bien particulière où la jeune femme l’avait achetée. Même si son amie tentait de lui faire promettre de ne rien acheter pour elle, Eleonnora ne l’écoutera pas. Elle désirait faire plaisir à son amie et lui offrir ce qui se faisait de mieux. Était-ce par amitié ? Non… Cela dissimulait un amour inavoué, des sentiments cachés, bien enterrés au fond de son cœur… et également le profond désir de voir Evelynn en tenue légère et terriblement sexy. Tant qu’à avoir de l’argent, autant l’investir dans quelque chose d’aussi agréable à dévorer du regard.

La jeune femme ancra l’idée dans sa tête. Elle amènera Evelynn dans de nombreuses boutiques de la ville afin de faire quelques emplettes. Peut-être vaudrait mieux attendre que sa nouvelle paie soit entre ses mains, avant tout. Elle avait peut-être énormément d’argent, mais il s’écoulait à vue d’œil lorsqu’elle décidait de dépenser sans compter. Combien d’heures avait-elle travaillé ces derniers jours ? Elle tentait de compter dans sa tête alors qu’Evelynn s’affairait à la représenter sur une énorme toile. Parfois, elle se trompait dans ses opérations et recommençait. Tout était bon pour passer le temps et oublier qu’elle devait tenir en position, sans bouger, fixant un point au hasard au loin.

Au bout d’un moment, elle se lassa des mathématiques et s’amusa avec son pouvoir, dans le dos d’Evelynn, faisant en sorte d’être discrète afin que cette dernière ne remarque rien. Elle réussit assez bien. Son amie n’avait rien remarqué de ce qui s’était déroulé dans la cuisine, de la bouteille de vodka qui avait quitté l’armoire afin de se poser délicatement sur le comptoir. C’était une nouvelle victoire intérieure pour elle. Si elle était ainsi en mesure d’user de son don sans qu’Evelynn le réalise, elle pouvait se féliciter mentalement d’arriver à être si discrète. Elle était douée.

Enfin, il était temps de prendre une pause. Bien heureuse de quitter son immobilité. Elle posa ses pieds au sol et se redressa. Elle en profita pour terminer sa coupe de vin et s’en resservir une autre. Lorsque la bouteille sera vide, elle comptait bien passer à quelques choses de plus corsé. La vodka l’attendait déjà, prête à l’enivrer comme jamais. Versant du vin dans la coupe d’Evelynn, la jeune femme s’approcha de celle-ci afin de voir l’avancement de la toile. Aucune peinture n’avait été appliquée, il n’y avait que de minces traits au crayon de plomb. Quand est-ce que tout sera terminé ? Elle ne pouvait s’empêcher d’être impatiente. Elle avait terriblement hâte de voir le résultat final.

Evelynn la complimenta, lui demandant comment elle faisait pour être aussi belle. Flattée par ses paroles, elle lui expliqua simplement que quelques artifices pouvaient transformer une femme. La jeune femme avait eu la chance d’être née belle, doté d’une grande beauté qui n’avait fait que s’épanouir à la manière d’une fleur au fil des années. Elle faisait également en sorte de se mettre en valeur, de paraitre la plus belle aux yeux des autres. Elle n’avait pas besoin de chirurgie, la nature lui avait offert un corps d’un rêve dont elle était terriblement fière. Il suffisait seulement de porter les bonnes tenues afin de toujours le mettre en valeur.
Bien qu’elle ne se fiait jamais aux apparences, ce que son travail avait tôt fait de lui apprendre, elle donnait tout de même une certaine importance à l’allure des gens. Elle était bien plus portée à s’adresser à une personne qui avait fière allure qu’à un homme tout débrayé à l’hygiène corporelle douteuse. Si elle n’avait pas sauvée Evelynn, le soir de leur rencontre, elle ne lui aurait peut-être pas adressé la parole. Elle était très jolie, certes, mais au premier coup d’œil, sa manière de se vêtir, de se coiffer, tout cela n’était trop son genre. Elle se serait probablement contentée de la regarder de loin, sans plus, ratant ainsi la plus belle rencontre de toute sa vie.


-« Oh mais arrête pas besoin d’être gentille juste parce qu’on est amie. Si on marcherait dans la rue toi et moi, tu attirerais les regards de tous sans même qu’un seul ne se pose sur moi. C’est pas les tenues ou le maquillage qui font ton charme Nora, c’est juste toi… c’est… toi… »

-« Moi ? C’est parce que je suis jolie que les gens me regarde. Je ne passe pas des heures à me préparer à chaque matin pour passer inaperçue, tu sais. Et puis, si les gens ne te regarde pas, tant pis pour eux. Tu es jolie, tu es talentueuse, merveilleuse et la liste est longue. Je t’ai pour moi seule, autant que j’en profite. »

Elle but une énième gorgée de vin. Lorsqu’elle s’adressait à son amie, elle était toujours sincère. Parfois, il suffisait d’en rajouter une petite couche afin de tenter de lui faire prendre conscience qu’elle était réellement une belle femme aux qualités formidables. Son amie ne devait pas en douter, bien que la confiance en soi n’était pas l’un de ses principaux traits. À force d’être complimentée, elle se rendra peut-être à l’évidence, un jour ou l’autre.

Puisque la peinture n’était pas appliquée et, selon les dires d’Evelynn, ces traits de crayon n’étaient que des lignes directrices afin de se visualiser l’œuvre, Eleonnora décida de reprendre sa place sur le canapé. Elle avait terriblement hâte que cette toile soit terminée, mais cela n’arrivera probablement pas ce soir. Avec un bon taux d’alcool dans le sang, les deux jeunes femmes désireront peut-être s’arrêter là avant de ne plus y voir clair. Puisqu’Eleonnora avait une bonne tolérance à l’alcool, elle pouvait bien se permettre quelques verres supplémentaires avant de sentir l’effet de la boisson.

Evelynn installa son chevalet de façon à ce que sa colocataire puisse voir l’avancement de la toile. C’était toujours plus intéressant que de passer le temps en faisant mumuse mentalement avec le premier objet dans son champ de vision. Reprenant sa position initiale, totalement immobile, la jeune femme restait silencieuse afin de ne pas déconcentrer son amie. Lorsqu’elle bougeait, c’était pour prendre une longue gorgée de vin.


-« Je commence à avoir chaud… on continue un peu pour ce soir et puis on se détendra si ça te dérange pas… faudra trouver aussi de la place pour tout ça… »

Quel était le problème ? Pourquoi ne pas laisser le matériel dans le salon ? De toute façon, au peu d’invités qu’elle recevait, ce n’était pas Eleonnora qui allait se plaindre du manque d’ordre. Elle pouvait bien laisser tout cela ici pour le moment. Elle fera peut-être en sorte de transformer son bureau en un atelier de peinture. Malgré qu’avec son ordinateur qui occupait un grand bureau de chêne, ses nombreuses armoires vitrées qui protégeaient une grande collection de livre et son fauteuil des plus confortable qui prenaient énormément de place dans la pièce, il ne sera peut-être pas possible d’y aménager les affaires d’Evelynn. Dans le pire des cas, elle transformera la seconde garde-robe, celui qui se trouvait dans la chambre de son amie, en salle de rangement pour le matériel d’art, puis installera une commode ou deux dans la chambre. Voilà, le problème était réglé. Elle s’occupera de cela demain. Pour l’instant, elle préférait passer une soirée bien tranquille.

Lorsqu’Evelynn cessa de peindre et signifia à Eleonnora qu’elle pouvait se remettre en mouvement, la jeune femme ne se gêna pas pour vider la bouteille de vin dans sa coupe et boire le tout d’un trait. Elle se leva, par la suite, et se dirigea à la cuisine où elle laissa sa coupe dans l’évier, attrapant un verre afin de se faire un cocktail à base de vodka. Au diable la modération ! Elle allait profiter un maximum de sa soirée. Auparavant, elle pouvait faire bien plus souvent la fête. Il fallait avouer qu’elle n’avait pas autant de responsabilités qu’aujourd’hui et que son travail ne l’accaparait pas comme maintenant. La majorité du temps, elle était en mission et il était hors de question qu’elle touche à une seule goutte d’alcool afin de conserver toutes ses facultés. Puisque demain elle avait encore l’occasion de se prélasser, elle comptait bien en profiter.


-« Tu veux un verre, Evelynn ? »

Elle termina la préparation du cocktail puis revint au salon afin de jeter un autre coup d’œil à la toile. Elle l’adorait déjà, bien qu’il n’y aille pratiquement rien dessus. Elle était persuadée que le résultat sera fantastique. Se laissant de nouveau tomber sur le canapé, la jeune femme invita son amie à la rejoindre. Après tout, cette soirée ne serait pas pareille sans elle à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Dim 9 Déc 2012 - 8:53

-« Moi ? C’est parce que je suis jolie que les gens me regarde. Je ne passe pas des heures à me préparer à chaque matin pour passer inaperçue, tu sais. Et puis, si les gens ne te regarde pas, tant pis pour eux. Tu es jolie, tu es talentueuse, merveilleuse et la liste est longue. Je t’ai pour moi seule, autant que j’en profite. »

Nora... elle avait le don de prendre ce qu'on lui disait... et de tout faire pour gêner la pauvre artiste qui ne désirait que rester simple et dans l'ombre. Evelynn n'avait jamais eu besoin que les autres la regardent, en fait, elle avait plutôt peur de leur regard. Elle redoutait la critique bien plus que n'importe quoi en fait, et c'était sans doute une des raisons pour laquelle ses œuvres n'étaient presque jamais affichées dans les boutiques d'arts ou les expositions : elle ne voulait pas les montrer... tout en cherchant à être connue... Ah dilemme! Les montrer lui amènerait sans doute quelques contacts dans le milieu, peut-être la chance d'obtenir une salle pour montrer ses tableaux et ses dessins une fois de temps en temps, mais pour cela elle devait les montrer, ce qui incluait de recevoir sans rien dire la critique des autres, qui ne savaient pas ce qu'elle avait tenté de faire avec ses œuvres, ce qu'elle voulait représenter, bref, ce qu'elles représentaient pour elle.

-Arrête t'es bien trop gentille là... j'ai déj`;a dit que je ferais ton oeuvre pas besoin d'insister ! ajouta la brunette, affichant un sourire amusée.

Dessiner et peindre Nora ne venait pas simplement d'une pensée du genre « tiens ce serait intéressant! ». Si elle avait décidé de faire un tel tableau la première fois, sans même en parler à sa muse, c'était bien parce qu'elle avait cherché à représenter bien plus que la belle blonde. Elle voulait avant tout dans cette première toile montrer la force de caractère, la confiance, bref, des traits de caractère qui manquaient cruellement à Evelynn. Et cette deuxième toile n'était pas différente de la première : la brunette n'aurait jamais accepté cette idée si elle n'avait pas voulu faire quelque chose de plus qu'un simple portrait après tout. Dans cette toile elle désirait afficher un goût et un désir exquis, quelque chose de... doux de mielleux de... simplement raffiné... voilà raffiné... c'était après tout ce qu'était Eleonnora : une femme exquise et raffinée.

Les paroles de la belle blonde obtinrent quand même une réaction, classique mais toujours embarrasante : Evelynn rougit encore plus. Bon sang, pouvait-elle passer plus de dix minutes en compagnie de son amie sans avoir les joues couleur tomate? Impossible... par son attitude, par ses paroles, par ses tenues, Nora parvenait toujours à la gêner. Ce n'était pas un malaise, simplement qu'elle... regardait sa colocataire et... elle trouvait toujours qu'elle en faisait trop. Pas que ce soit déplacé, simplement elle ne se gênait pas pour la complimenter alors qu'elle était, avouons le, bien moins belle que Nora. Elle continuait de dire que ses œuvres étaient magnifiques même si elles n'avaient jamais été affichés. Le pensait-elle vraiment? Evelynn n'en doutait pas... mais elle se demandait si elle méritait tous ces compliments.

Lorsque les lignes directrices furent convenables pour Evelynn, elle reprit une gorgée de vin avant de déposer son crayon, jugeant que le reste attendrait à une prochaine fois. Après tout, si Nora continuait de la pousser ainsi à finir au plus vite, l'oeuvre ne lui rendrait pas justice. Evy était bien plus nerveuse qu'elle ne le disait à l'idée de peindre Nora. Les lignes sur la toile lui permettraient de se guider au mieux, mais lorsque la couleur viendrait, et que l'oeuvre prendrait forme... elle ne savait même pas comment elle allait faire. Avec Nora qui regarderait par-dessus son épaule? Peut-être pas... Jetant un coup d'oeil à sa muse qui était maintenant à la cuisine en train de se préparer un délicieux cocktail et lui poser la question :


-« Tu veux un verre, Evelynn ? »

L'artiste la regarda avec un sourire aux lèvres. Avait-elle déjà refusée de boire en compagnie de sa belle amie? Pratiquement jamais, même si l'alcool lui faisait bien plus d'effet qu'à sa riche amie, elle tentait toujours de la suivre. C'était un espèce de défi personnel qu'elle s'était imposée à elle-même. Elle n'était pas dupe au point de croire qu'elle avait des chances de l'emporter, mais ça lui donnait l'opportunité de boire un verre bien tranquille avec sa belle colocataire. Ainsi elle répondit naturellement :

-Avec joie Nora... aussi fort que le tien... ce soir je t'accompagne jusqu'aux méandres du fond de la bouteille de vodka!

Evelynn se mit à rire, mimant une saoûlonne alors que Nora s'approchait du canapé. Elle tentait de prendre appui sur les articles d'arts traînant par terre, se prenant les pieds dans des bosses invisible du plancher jusqu'à ce qu'Eleonnora lui fasse signe de venir la rejoindre sur le canapé, ce qu'elle s'empressa de faire en titubant évidemment, tombant à moitié sur sa belle compagne avant de continuer de rire. Ah qu'elle était bien. Ce voleur finalement avait créé de bien belles choses en entrant de force dans son appartement: sans lui, les deux femmes ne vivraient sans doute pas sous le même toit. Se ressaisissant un minimum en s'appuyant sur le bord du canapé pour se rasseoir de façon convenable, elle prit le verre que Nora lui avait préparé et en engloutit une bonne gorgée avant de prendre un air inconfortable.

-Pouah Nora! J'veux bien croire que tu aimes lorsque ça pique mais là... c'est du feu que tu as mis ou simplement de la vodka pure?

Le verre était effectivement assez fort niveau alcool, mais le cocktail, délicieux, comme toujours. L'expérience des bars burlesques de New-York de Nora paraissait bien dans la conception de ceux-ci. Lorsque la belle blonde cuisinait, il valait mieux s'enfuir, mais lorsqu'elle faisait la barman... il fallait savourer et espérer survivre au prochain verre. Surtout qu'avec la précédente bouteille de vin, Evy approchait dangereusement de sa limite acceptable au niveau de l'alcool. Les prochaines étapes seraient bien plus intenses. Une chance qu'elle était chez elle... ou enfin chez Nora... surtout Avec Nora... elle pouvait bien se permettre de passer une soirée assez arrosée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Lun 10 Déc 2012 - 6:17

“Just hold me close, don't patronize
Don't patronize me.
Cause I can't make you love me if you don't
You can't make your heart feel something it won't”

Il ne fallait jamais défier Eleonnora en ce qui concernait les concours de buverie. À l’armée, il lui était arrivé de sortir avec plusieurs collègues alors qu’elle n’était pas en service et profitait de quelques jours de congé. Elle se souvient de ces moments bien arrosés où ils tentaient de déterminer qui pouvait caler le plus de bière possible ou, dans le cas de la belle russe, s’enfiler le plus de shooter de vodka sans broncher. Elle avait gagné à quelques reprises, bien que l’alcool eut tôt fait de prendre le dessus sur elle. Elle avait encore le vague souvenir de s’être enfermée dans la salle de bain d’un bar avec une collègue tout aussi bourrée qu’elle et d’avoir fait certaines choses dont elle n’arrivait à se rappeler exactement. Son amante d’un soir, elle, avait vécu le trou noir total. C’était les risques lorsque l’on abusait de l’alcool. Cependant, avec le temps, elle s’était assagie et avait découvert ses limites qui étaient assez difficiles à franchir. Elle pouvait donc se permettre de boire quelques verres sans craindre d’être complétement saoule. Ayant bu une grande quantité de vin, sans parler du cocktail assez corsé qu’elle venait de se préparer, nul doute qu’elle commençait à ressentir cette douce chaleur qui possédait son corps lorsqu’elle commençait à boire un peu trop. C’était signe que l’alcool affectait peu à peu ses capacités. Mais elle s’en fichait. Ce soir, elle buvait avec Evelynn, autant d’alcool qu’elle sera capable d’ingérer.
Composant un second cocktail pour son amie, la jeune femme ne tarda pas à lui apporter. Elle doutait que la jolie brune puisse survivre à un verre aussi alcoolisé que celui qu’elle lui avait préparé. Elle résistait peu à l’alcool et à la voir tituber entre les différents articles d’art, même si ce n’était que pour plaisanter, la portait à croire que le vin avait déjà commencé à faire des ravages. S’installant sur le canapé, auprès de son amie, Eleonnora sirotait son cocktail. Autant profiter de ce bon moment avant que son amie soit totalement déconnectée de la réalité.

Amusée, la jeune femme riait avec son amie. Elle appréciait ce genre de soirée en sa compagnie et profitait pleinement de ce temps passé avec elle. Elle était terriblement heureuse et rien ne pourrait gâcher cela, elle en était persuadée. Goutant son cocktail comme s’il s’agissait de n’importe quelle boisson, elle observa Evelynn lorsqu’elle but une gorgée du sien. Elle ne s’attendait probablement à un truc si corsé, si elle se fiait à la tête qu’elle faisait. Elle avait demandé à obtenir exactement le même breuvage et c’était ce qu’Eleonnora avait fait. La prochaine fois, peut-être que son amie viendra elle-même juger de la quantité de vodka, juste au cas où.


-« Pouah Nora! J'veux bien croire que tu aimes lorsque ça pique mais là... c'est du feu que tu as mis ou simplement de la vodka pure ? »

-« Je n’en ai pas mis tant que ça, si tu veux savoir. Puisque tu voulais la même chose que moi, assume jusqu’au bout et bois moi ce cocktail. » Fit-elle en poussant un peu le verre de la brunette en direction des lèvres de cette dernière afin de la faire boire, visiblement amusée par la situation.

La soirée se déroulait à merveille. Bientôt, le verre de Nora fut vide et elle le déposa sur la table basse du salon. S’installant confortablement, la jeune femme passa son bras autour des épaules de son amie, dans un geste tendre, afin de l’attirer doucement contre elle. Elle ne pouvait rêver de mieux, pour l’instant. Heureuse, elle riait avec son amie, partageait des anecdotes marrantes qu’elle avait pu entendre çà et là et évoqua même de faire quelques changements dans l’appartement afin que l’espace ait l’air bien plus grand malgré tous le matériel de peinture qui trainait un peu partout.


-« Tu devrais arrêter de boire, Evelynn, tu as l’air totalement saoule ! » Fit Eleonnora au bout d’un moment.

Elle confisqua le verre d’Evelynn et s’éloigna, rejoignant la cuisine. Elle déposa les verres dans l’évier avant de revenir à la pièce principale et de se laisser tomber sur le canapé. Elle sentait qu’elle était toujours en possession de ses facultés, bien qu’elle ne se risquerait pas à sortir dans la rue ou même prendre le volant de sa voiture. Elle préférait rester à l’intérieur à compagnie de sa chère amie. Et puis, cette dernière finira sûrement par s’endormir sous les effets de l’alcool. Il était peut-être temps de se mettre au lit ? Il était tard et si elles voulaient continuer la toile, le lendemain, autant en profiter et aller dormir tout de suite.


-« Alors, princesse, prête à jouer la Belle au Bois dormant pour cette nuit ? »

Finalement, elle n’était peut-être plus autant en possession de ses facultés d’élocution qu’elle le pensait. Elle avait parlé rapidement, ayant laissé le contenue de ses pensées franchir ses lèvres. Heureusement qu’elle n’avait rien dit de pire pour l’instant. Valait mieux qu’elle se retire avant de dire quelque chose qu’elle pourrait regretter ou, pire, poser un geste qu’elle n’aurait jamais au grand jamais posé si elle aurait été totalement sobre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Lun 10 Déc 2012 - 9:01

Franchir les quelques pas qui la séparaient du sofa et de Nora furent plus corsés qu’elle n’osa l’avouer. En fait, dans son imitation de « fille saoule », elle oublia un des points les plus primordiaux de l’interprétation : toujours garder l’esprit clair. Actuellement, ses pas maladroits étaient causés autant par son esprit joyeux que l’alcool qui faisait monter le rouge à ses joues. Evy ne tenait pas l’alcool, ce n’était pas nouveau… mais ça ne l’empêchait pas de continuer à boire quand même. Elle était après tout un peu alcoolique, appréciant le goût et la sensation de chaleur qui venait avec chaque lampée du doux poison nommé Vodka. Elle finit tout de même par rejoindre le canapé et s’installer à moitié à côté de Nora, à moitié sur elle, le sourire aux lèvres, les joues légèrement rosées.

Cependant, même en connaissant les talents et les goûts de sa belle amie en matière d’alcool, le verre qu’elle lui avait préparé était bien plus intense qu’elle ne s’y attendait. Elle avait connu bien des choses avec la diablesse blonde, que ce soit d’étranges mélanges ou alors des alcools au nom russe imprononçable qu’elle seule savait trouver, mais l’excellent cocktail qu’elle venait de lui servir était tout sauf doux.


-« Je n’en ai pas mis tant que ça, si tu veux savoir. Puisque tu voulais la même chose que moi, assume jusqu’au bout et bois moi ce cocktail. »

Alors que Nora appuyait ses doigts sous le verre d’Evelynn pour faire descendre le liquide dans la gorge de l’artiste, celle-ci tenta de continuer de boire, amusée par la scène. En fait, il s’y fallut de peu pour qu’elle ne rechache pas tout par le nez à cause du trop haut débit de liqueur. Elle finit tout de même, le verre à moitié vide, à se reculer légèrement pour libérer le verre de l’emprise des doigts de Nora, lui permettant par la même occasion de prendre une bonne bouffée d’air. Sa gorge brûlait agréablement, une légère chaleur perdurant à cause de l’alcool.

Evelynn déposa rapidement son verre sur la table du salon, tentant de reprendre ses esprits. Son sens commun lui beuglait d’aller quérir un verre d’eau dans la cuisine ou un reste de sandwich dans le réfrigérateur, mais elle était bien, installé avec Nora sur le canapé du salon, se rappelant diverses anecdotes embarrassantes de leur passé. Amies depuis bien longtemps, il y avait peu d’histoires que les jeunes femmes ignoraient l’une de l’autre, mis à part les secrets qu’elles gardaient pour eux. Dans le cas d’Evelynn, il n’y en avait qu’un seul : son pouvoir de mutant. Elle ne l’avait jamais voulu et faisait tout ce qu’elle pouvait pour l’effacer autant que possible, alors pourquoi évoquer ce sujet avec celle qui partageait sa vie ? Nora la regarderait comme si elle était folle… et elle ne désirait pas perdre sa sublime compagne en révélant cette partie d’elle-même qu’elle détestait tant.

Lorsque Nora passa son bras autour de ses, Evelynn regarda un instant la main posé près de son visage sans trop comprendre jusqu’à ce que la belle blonde l’attire contre elle. Poussant un petit cri de surprise, elle se mit à rire et s’appuya confortablement contre sa toute nouvelle colocataire, bien confortable. Il n’y avait plus de gêne, l’alcool faisant disparaître les sensations de malaise. Dans les bras de Nora, elle se sentait désormais tout simplement bien, comblée, complète, une sensation qu’elle avait cherché sans succès toute sa vie. C’était comme si tout d’un coup ses inquiétudes venaient… non pas de disparaître mais… elle les avait momentanément… oubliées. Était-ce l’alcool qui lui causait un tel état de relaxation, ou alors la présence de la belle blonde sur laquelle elle était confortablement appuyée ?


-« Tu devrais arrêter de boire, Evelynn, tu as l’air totalement saoule ! »


-Bah arrête tu dis n’importe quoi bien toi ou… euh… quelque chose du genre… Yoda style !

Il était vrai que la capacité de tolérer l’alcool avait depuis bien longtemps explosé pour l’artiste. Alors que Nora se relevait, Evy tomba entièrement sur le canapé, maintenant sur le dos, alors que sa colocataire disparaissait de son champ de vision avec les verres en main. Riant comme une idiote à sa réplique dépourvue de sens, elle attendit que Nora revienne vers elle avant d’ajouter quoi que ce soit, sachant malgré l’alcool que les prochaines paroles de l’artiste seraient sans doute aussi peu compréhensibles que les précédentes.

-« Alors, princesse, prête à jouer la Belle au Bois dormant pour cette nuit ? »

-La euh… Belle au Bois dormant ? C’est laquelle celle-là c’est euh… l’idiote avec les cheveux blonds là beaucoup trop long ?

C’était une princesse mais laquelle… impossible de mettre la main dessus. Elle n’avait aucunement saisi l’allusion de Nora, ne comprenant même pas à quel conte de Disney la belle blonde faisait référence. Se redressant doucement, les mains bien calé sur l’appui coude du sofa pour se maintenir en équilibre, elle parvint à s’appuyer en position assise, mais toujours dans le canapé.

-Dormant ! Ah tu veux dormir… qu’est-ce que tu veux je savais bien que tu t’nais pas l’alcool espèce de russe ratée. Ah si tu veux te coucher viens me rejoindre ici et on bouge plus, j’ai pas la tête à aller m’étendre ailleurs… sinon tu devras me traîner !

Levant son regard jusqu’à la belle blonde, elle sourit, tentant de recentrer sa vision. Il fallait qu’elle fasse des efforts simplement pour qu’elle voie devant elle. Lorsqu’elle tournait la tête, il y avait un espèce de délai entre le temps qu’elle se tourne et le temps qu’elle voit actuellement ce qu’elle regardait, c’était hallucinant. Trop d’alcool, définitivement, trop d’alcool. Le canapé semblait si moelleux et doux… elle ne serait que trop bien si sa compagne acceptait de dormir avec elle en plus. Par expérience elle savait le canapé bien confortable, même pour deux personnes. Les jeunes femmes s’étaient plus d’une fois endormies sur un mauvais film mal traduit sur ce même sofa. Une fois de plus ne leur ferait pas de tort. De toute façon, sa chambre était beaucoup trop loin pour qu’elle ne songe à la rejoindre.

Evelynn referma ses yeux, espérant ainsi que la sensation de tournis allait disparaître en même temps. Ses idées n’étaient plus claires, en fait, peu de choses présentement étaient claires pour elle. En premier lieu : ce canapé était CONFORTABLE. Ensuite…. Euh… elle voulait dormir avec Nora. Elle voulait la sentir contre elle, comme elle l’avait fait jadis bien des fois. Elle se sentait toujours en sécurité avec la belle blonde, c’était presque surnaturel l’effet apaisant que la russe avait sur elle. Alors ce soir, qu,elle le veuille ou non, elles allaient dormir ensemble. Evy tendit donc les bras devant elle pour tenter d’attraper sa sublime amie et l’amener sur le canapé avec elle, un sourire aux lèvres. Cette nuit s’annonçait des plus captivantes… et des plus inattendues….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Mar 11 Déc 2012 - 21:57

"Turn down the lights
Turn down the bed
Turn down these voices inside my head
Lay down with me, tell me no lies"

Que faire lorsque la fille dont on est éperdument amoureuse est pratiquement dans nos bras ? Comment réagir alors qu’elle est confortablement installée, à demi sur le canapé, à demi sur notre corps ? C’était ce que ce demandait Eleonnora, actuellement. Elle ne savait que faire. Bien évidemment, elle appréciait toujours ce genre de proximité avec Evelynn. Cependant, elle avait du mal à agir naturellement, par moment. Elle ne savait que faire sans que cela paraisse pour un témoignage de pur amour. Elle ne désirait pas effrayer son amie. Elle n’avait pas envie de tout gâcher entre elles. C’était pourquoi elle tentait de rester discrète et de faire son possible pour que ses gestes ne soient jamais interprétés de travers par son amie. Et puis, cette dernière était si innocente, si naïve, parfois, qu’il était pratiquement impossible pour elle de réaliser que sa meilleure amie était folle d’amour pour elle. C’était probablement une très bonne chose.

Cependant, bien qu’elle voulait dissimuler son amour, la jeune femme ne pouvait s’empêcher d’avoir certains gestes tendres envers sa nouvelle colocataire. Passant un bras autour de ses épaules, elle l’attira contre elle, ce qui surprit Evelynn et lui arracha un petit cri. Eleonnora sourit. C’était adorable à voir. Les deux femmes éclatèrent de rire. Elles passaient un bon moment, comme toujours. L’alcool aidait grandement à leur hilarité, peut-être qu’Evelynn ne se souviendra même plus de cette soirée, mais la belle russe, elle, allait en garder un bon souvenir. Rares étaient les fois où elle avait été saoule jusqu’à ne plus se rappeler ce qui s’était produit pendant les heures suivant sa prise d’alcool. Elle ne désirait pas recommencer. Il fallait qu’elle sache s’arrêter et décida de le faire tout de suite, alors que son amie était bien assez bourrée. Pas question de la rendre malade avec un autre cocktail bien trop fort. Attrapant le verre de son amie, puis le sien, la jeune femme les déposa dans l’évier. Puis, elle revint à la pièce principale, s’approchant du canapé sur lequel la buveuse amateur était couchée. Elle disait n’importe quoi, elle riait à gorge déployée et ne tenait même plus en position assise. C’était très drôle à voir, il fallait bien l’avouer.

Eleonnora proposa à son amie de regarder son lit. Dormir ne lui fera pas de tort. Demain, elle risquait de se réveiller avec une belle gueule de bois. Elle allait tout de suite moins apprécier d’avoir tenté de la suivre dans la buverie de sa colocataire. La russe parla de la Princesse au Bois dormant, faisant surtout référence au fait qu’elle dormait profondément et qu’il serait bien qu’Evelynn daigne l’imiter. Cependant, cette dernière n’avait pas l’esprit suffisamment clair pour différencier les différentes princesses de conte de fée.


-« La euh… Belle au Bois dormant ? C’est laquelle celle-là c’est euh… l’idiote avec les cheveux blonds là beaucoup trop long ? »

-« Non… l’autre blonde… celle qui sert à rien durant tout le film… celle aux cheveux long c’est… merde, j’ai oublié son nom. » Fit-elle avant d’éclater de rire à son tour.

Décidemment, Evelynn n’était pas la seule à être affectée par l’alcool, bien qu’Eleonnora savait encore marcher droit malgré ses talons, elle avait bien du mal à retenir ses paroles, ses rires, tout ce qu’elle pensait finissait par franchir ses lèvres. Il serait bien qu’elle ait également se reposer avant de faire une gaffe. Elle savait parfaitement bien qu’elle perdait peu à peu ses moyens, l’alcool embrouillant son esprit et l’empêchant de penser adéquatement. Elle ne réfléchissait plus à ses paroles, ni à ses gestes, comme elle le faisait habituellement. Cela pouvait se révéler dangereux pour elle, très dangereux, car elle pourrait faire quelque chose qu’elle pourrait bien regretter.
Finalement, Evelynn arriva à s’assoir, de peine et de misère. Allait-elle suivre son conseil et aller dormir ? La russe espérait bien que si.


-« Dormant ! Ah tu veux dormir… qu’est-ce que tu veux je savais bien que tu t’nais pas l’alcool espèce de russe ratée. Ah si tu veux te coucher viens me rejoindre ici et on bouge plus, j’ai pas la tête à aller m’étendre ailleurs… sinon tu devras me traîner ! »

-« Russe ratée ? Je suis à peine réchauffée ! Toi, par contre, tu es totalement dans les vapes ! » Fit la jeune femme en riant. « Vient ici, tu vas voir si je suis capable de te trainer ! »

Eleonnora tendit la main afin d’attraper celle de son amie. Avec de la chance, elle ne chutera pas sur le chemin. En fait, ce n’était peut-être pas une si bonne idée que de transporter une personne dans ses bras. Cependant, elle ne pensait pas aux risques que cela pouvait engendrer. Elle avait une idée en tête et s’y tenait, comme toujours. Cependant, lorsqu’Evelynn tendit les bras afin d’attraper ses mains, la russe ne s’était pas attendue à ce qu’elle soit attirée sur le canapé et tombe directement sur Evelynn. Elle ne tarda pas à se retrouver totalement couchée sur sa meilleure amie, riant de la situation. En se redressant, se hissant sur avant-bras, elle pensait se décaler afin de ne pas l’écraser, lorsqu’une autre pensée lui traversa l’esprit.

Ce n’était pas bien. Pas bien du tout. Elle ne devait pas écouter ses désirs. Elle devait simplement se coucher, et puis voilà. Cependant, son visage était à quelques centimètres de celui de son amie. Elle était si jolie, si désirable. Comment résister ? Pourquoi résister ? De toute façon, elle aura tout oublié dès le lendemain. Malgré tout, Eleonnora tentait de lutter contre elle-même. Elle ne pouvait prendre le risque de tout gâcher entre Evelynn et elle. Elles étaient amies, rien de plus. Un jour, elle finira par éteindre ses sentiments pour sa meilleure amie et cette dernière se trouvera un homme, se mariera, fondera une famille. Fin de l’histoire. Cependant, il arrivait qu’on ne puisse gagner le combat contre soi-même et qu’on laisse finalement ses envies les plus profondes, les plus ardentes, prendre le dessus sur tout.

Sans réfléchir, n’arrivant pas à s’empêcher d’agir avant qu’il ne soit trop tard, Eleonnora approcha davantage son visage de celui d’Evelynn puis posa doucement ses lèvres sur les siennes. Elles goutaient l’alcool, elles étaient encore plus délicieuses que dans tous ses rêves les plus fou. Puisque son amie ne la repoussait pas, pour l’instant, elle continua de l’embrasser, tendrement, tentant de ne pas l’effrayer. Elle caressa doucement sa joue, profitant, les yeux fermés, de ce moment magique. Puis, au bout d’un moment, elle rompit le baiser. Elle rouvrit les yeux, fixa son amie, puis réalisa qu’elle avait peut-être fait une erreur. Elle espérait qu’Evelynn aura tout oublié, le lendemain.

Eleonnora se redressa, puis s’assit sur le bord du canapé. Elle commençait à perdre son assurance, elle n’était plus certaine de quoi que ce soit. Offrant un dernier sourire à son amie, elle caressa une dernière fois sa joue, puis se leva. Elle marcha tant bien que mal, du haut de ses talons aiguille, jusqu’à sa chambre. Il valait mieux laisser Evelynn seule. Elle ne désirait pas voir sa réaction. Retirant ses vêtements, la jeune femme enfila une simple robe de nuit, puis se laissa tomber sur son lit. Que se passera-t-il, à présent ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   Mer 12 Déc 2012 - 10:03

-« Non… l’autre blonde… celle qui sert à rien durant tout le film… celle aux cheveux long c’est… merde, j’ai oublié son nom. »

Décidément, l’alcool avait autant affecté les facultés cerebrales des deux jeunes femmes pour qu’aucune des deux ne soient capable de trouver le nom d’une des principales princesses de conte de fées. C’était du moins ce qu’Evelynn réalisait à la réponse de sa compagne. Toujours à mi-chemin entre le stade « assis » et « couché », l’artiste amateur continuait de réfléchir, tentant de faire remuer les deux neurones qui lui restaient dans le cerveau, mais malheureusement, l’une d’elle s’était perdue et l’autre la cherchait. Autant dire que sa cervelle était présentement en vacances, prière de laisser un message après le « squick » sonore (bruit de cerveau dans l’eau)

Se disant qu’il y avait plus important pour le moment que de trouver le nom d’une autre idiote blonde, Evelynn se redressa difficilement, maintenant assise face à Nora qui revenait de la cuisine. Comme elle était belle son amie, c’était incroyable. Même si ses facultés étaient grandement altérées par la boisson, la Russe restait une femme magnifique en tout point. Elle avait le charme, la confiance, bien des qualités qui faisaient défaut à la jeune artiste. Il lui arrivait en fait par moment de se demander pourquoi sa colocataire passait tant de temps en sa compagnie. Elle aurait pu faire bien d’autres choses plus intéressantes que ça, mais elles passaient tout de même bien des soirées, de belles soirées, ensemble, à rien faire d’autre que de parler, ressasser de vieux souvenirs ou encore se plaindre de leur journées respectives.

Alors que Nora proposait l’idée parfaitement idiote d’aller dormir, Evelynn refusa, répliquant même à celle-ci que la plus saoulonnes des deux, c’était elle. Il n’y avait pas pire mensonge, Evy ayant passé bon nombre de soirées bien plus saoûle que sa compagne, ne possédant pas une grande capacité à boire de l’alcool fort, mais elle continuait de rire à ses propres commentaires tous aussi faux les uns que les autres. La belle blonde sembla cependant le prendre avec humour, répondant à l’artiste :


-« Russe ratée ? Je suis à peine réchauffée ! Toi, par contre, tu es totalement dans les vapes ! Vient ici, tu vas voir si je suis capable de te trainer ! »

-T’es pas assez forte Nora t’es trop saoule tu marches tout croche… ou alors tu bouges pas et c’est juste ma tête qui tourne je sais pas he he he…

Evelynn avait dépassé ses limites depuis longtemps. Le verre supplémentaire offert par la belle blonde n’avait fait qu’accentuer son côté saoul. La bouteille de vin avait été amplement suffisante pour lui faire attendre son maximum, alors avec ce que Nora lui avait servi, elle se doutait qu’elle avait peu de chance de se souvenir de toute sa soirée. Au mieux, elle se souviendrait de quelques bribes d’informations à un moment ou un autre, au pire elle aurait tout oublié. Peu importe, il faut vivre au jour le jour ! C’est du moins ce que pensa l’artiste lorsqu’elle saisit la main de Nora pour l’attirer sur elle, provoquant l’hilarité des deux jeunes femmes.

Alors que Nora se redressait sur ses avant-bras, sa tête à quelques centimètres d’elle, quelque chose se passa. Un regard qu’elle n’avait jamais vu auparavant chez sa compagne lui fit revenir à la réalité rapidement. Non pas que l’alcool se soit soudainement dissipé dans son foie, mais simplement elle tenta de se concentrer un minimum sur ce qui se passait. La belle blonde, un regard empli d’amour, s’approchait d’elle doucement, très doucement. Le cœur d’Evelynn se mit à battre plus fort sans qu’elle n’en comprenne la raison, accusant l’alcool de lui jouer des mauvais tours, mais c’était bien plus qu’une simple sensation créée par des fruits fermentés. C’était plus fort, bien plus fort que ce qu’elle avait ressenti auparavant avec la belle blonde. Quelque chose se bloquait et se débloquait dans son esprit à répétition dans son esprit, cherchant à comprendre, mais trop effrayé pour le faire vraiment.

Ce n’est que lorsque sa sublime compagne posa ses lèvres sur les siennes qu’elle comprit enfin ce qui se passait réellement. Était-ce l’alcool qui parlait au travers des deux femmes à ce moment ou alors c’était quelque chose que cette douce liqueur avait simplement libéré ? Nora l’embrassait… et pas un simple baiser tout mignon, un long baiser, passionné, langoureux. C’était quelque chose de très fort qui traversait les deux femmes dans ce moment charnel. Evelynn n’avait pas cherché à se débattre, aux prises de trop de sensations divergentes. Elle appréciait trop le moment pour chercher à l’arrêter, mais avait peur de ce qui se passait en même temps. Cependant l’alcool eut tôt fait d’éliminer cette pensée, laissant ainsi l’artiste profiter pleinement du baiser que les deux femmes échangeaient. Sa main vint se placer naturellement derrière la tête de sa belle compagne alors que leur lèvres étaient toujours jointes…

Mais Nora rompit le tout, mettant fin au charme qui s’opéraient entre elles. Evelynn était figé par ce qui venait de se passer, sa main retombant mollement à côté d’elle. Si l’alcool l’aurait libéré de son étreinte, peut-être aurait-elle réagi autrement, se redressant au moins pour passer sa main sur les épaules de la belle blonde, mais pour l’instant elle était paralysée par ce qui venait de se passer.

Même embrumé par l’alcool, le cerveau d’Evelynn pouvait encore différencier un simple baiser de quelque chose de bien plus fort. Son corps avait gagné quelques degrés, son cœur battait encore très fort, et Nora qui s’en allait avant qu’elle ne puisse dire un mot… La belle blonde lui sourit au moins, caressant sa joue en même temps, et lorsqu’elle le fit, la main d’Evelynn vint faire exactement la même chose. Ce n’avait pas été contrôlé, et pas très précis non plus à cause des boissons, mais elle l’avait quand même fait. Ce souviendrait-elle de tout ce qui s’était passé dans la soirée ? Elle était certaine que non, plusieurs moments disparaissant déjà de son esprit… mais elle n’oublierait pas une telle expérience.

Alors que Nora quittait le salon doucement, Evelynn tendit la main jusqu’à la table pour en prélever une légère converture. Ce n’était pas forcément frisquet chez la belle blonde, mais autant la saisir tout de suite. Espérant ne pas avoir à se lever au courant de la nuit, l’artiste s’installa aussi confortablement que possible pour dormir… dormir… alors que son esprit continuait de savourer cet évènement étrange qu’elle avait vécu avec Nora.
C’était bien plus qu’un simple baiser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marché avec la diablesse blonde (PV Eleonnora)
» 07. You're the rebound guy. You know it, right ?
» 01.02/06.S.Washington - Motard en pétard
» Beau gosse recherche blonde aux gros seins
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers :: Appartement de Eleonnora Davidoff-