X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Engueulade méritée ? (PV Erika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Dim 17 Nov 2013 - 20:07

Paige n’était pas du genre à chercher la merde à l’institut. Charles lui avait demandé de faire attention à ses paroles, ça c’était acceptable : elle n’allait pas engueuler le premier venu juste pour le plaisir de la chose. Cependant, elle tenait à sa bulle de silence, au petit monde dans le quelle elle s’enfermait. C’était ainsi depuis quelques années, et elle s’en sortait très bien ainsi.

Cependant, avec son arrivée à l’institut, elle avait dû accepter beaucoup de choses : les élèves étaient tous pour la plupart particulier, si ce n’est pas complètement bizarre et étrange. Paige avait appris à interagir avec eux aussi peu que possible, du moins lorsqu’elle ne le désirait pas. Avec son statut de professeur, elle devait bien accorder du temps et de l’énergie aux étudiants qui venaient la voir, et même si elle ne démontrait que peu d’intérêt pendant ces moments, elle ne les envoyait pas balader, ce qui était tout de même un exploit. Mais, lorsqu’elle avait ses écouteurs sur les oreilles, qu’elle était vêtue de noir avec un style de vêtement ne laissant pas voir une seule parcelle de peau ou presque, qu’elle regardait uniquement son assiette et rien autour, les signes étaient clairs : elle ne voulait parler à personne.

Dans cette cafétéria où les élèves mangeaient bruyamment cependant, une jeune fille vint la rejoindre sans se faire inviter, sans même que Paige ne lève les yeux sur elle, et s’installa face à elle. La mutante des ombres leva les yeux un instant, constata qu’elle ne connaissait pas la personne qui était devant elle et fit ce que n’importe qui aurait fait dans une situation pareille : elle retira l’un de ses écouteurs ? Faux ! Au contraire, elle augmenta le volume de ceux-ci pour éviter de l’entendre.  Cela ne sembla par arrêter la gamine, Sunny comme elle se présenta, qui se mit à déblatérer des paroles sans fins ne suscitant aucun intérêt chez Paige qui, malgré le volume élevé de son lecteur mp3, continuait de l’entendre.


-Oh arrête-toi là !, s’exclama-t-elle après un moment en retirant l’écouteur droit. Qu’est-ce que tu me veux ?

-Non mais en fait je voulais t’expliquer tu sais les costumes que je fais là ça fait plaisir de te rencontrer en passant mais voilà les costumes ce sont des costumes genre une pièce d’animaux que je voudrais te faire essayer je suis certaine qu’avec tes cheveux tu serais super chouuuuuuu alors dis tu veux essayer j’essaie de trouver des gens tu vois quoi qui...

-STOP ! Finit par hurler Dusk pour la faire taire (et lui faire reprendre son souffle). Non mais ça suffit ? Ça n’est pas assez évident que je n’ai pas envie de parler là ?

-Non mais… mais je en fait je voulais juste te proposer de… bafouilla la jeune femme.

-Rien. Tu voulais me proposer RIEN. Maintenant fou le camp là avec ta robe à froufrou tu vas mettre de la sauce partout si elle trempe dedans. Bon dieu qu’c’est trop lumineux tout ça tu peux pas…. t’éteindre non ?

Le regard de Sunny changea de l’énergie et l’entrain vers la tristesse et la peine. Dusk avait peut-être touché juste. Ne prenant même pas le temps de ramasser son repas, Paige se leva et murmura juste un :

-Putain…

Avant de s’éloigner. L’entraînement dans la pénombre de la salle de gym lui ferait du bien, et si elle avait de la chance la salle serait vide. Laissant la jeune mutante éclater en sanglots, Paige se rendit dans sa chambre sans un regard en arrière et saisit son sac de sport rapidement. Elle se changea en vitesse et s’installa devant un punching-bag innocent encore une fois et commença à le maltraiter, tentant de se vider la tête un minimum. Elle ne pouvait pas prévoir que ses paroles auraient des conséquences plus importantes que ce qu’elle n’avait imaginé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Lun 18 Nov 2013 - 0:25

Erïka mourrait de faim. Après être restée deux longues heures à l’extérieur, savourant le froid automnal, lisant un roman qu’elle avait commencé deux jours plus tôt, elle détermina qu’il était temps de faire une pause. L’adolescente rangea son livre dans son sac puis entra dans le manoir. Aussitôt, sa peau se réchauffa. Elle aurait peut-être dû prendre une veste avant de sortir et non rester en simple débardeur. Toute de noire vêtue, seule sa chevelure dorée ressortait, s’harmonisant avec sa peau de porcelaine.

Alors qu’elle se dirigeait vers la cafétéria, elle aperçut, dans le couloir, une adolescente, à peine plus jeune qu’elle, vêtue d’une jolie tenue lolita qu’elle avait probablement fait elle-même. Sa robe était composée de trop de froufrous et de dentelle au goût d’Erïka, mais cela ne l’empêchait pas d’être jolie et d’aller à merveille à sa propriétaire. D’ailleurs, cette dernière marchait d’un pas hâtif, la tête basse. Que se passait-il ? La jeune femme connaissait bien Sunny. Elle était toujours joyeuse, énergique et ne manquait pas d’entrain. Lorsqu’elle avait la mine basse, c’était bien souvent dû à son pouvoir. Lors des journées plus sombres, elle perdait toujours de cette énergie qui l’animait en tout cas. Pourtant, aujourd’hui le soleil brillait de mille feux dans le ciel. Que se passait-il ?

-« Sunny ? Qu’est-ce que…? »

Erïka n’eut jamais le temps de terminer sa phrase. En reconnaissant sa voix, l’adolescente s’était jetée dans ses bras, pleurant à chaudes larmes. Qui avait eu le culot de la faire pleurer ainsi ? Qui avait osé lui faire du mal ? Mindy était une fille douce et chaleureuse, bien qu’un peu étrange, mais jamais méchante. Elle était assez appréciée, en général, par les élèves de l’institut. Comment pouvait-on oser lui faire cela ? Erïka la serra dans ses bras et tenta de la consoler. Elle n’avait  jamais été friande des contacts physiques, des câlins de ce genre, mais avec Sunny, c’était naturel. Elle allait vers les gens sans gêne, elle n’avait aucun problème à les serrer dans ses bras. Même si Erïka n’avait pas apprécié cela, au début, elle avait fini par s’y faire. C’était ainsi que l’adolescente exprimait son affection envers ses amis.

-« Rikaaaaaaaaaa ! » Lança l’adolescente en pleurs.
-« Calme-toi. Calme-toi. Ne pleure pas. Raconte-moi plutôt ce qui se passe. On t’a fait du mal ? »
-« Je… je.. et elle… elle a… »
-« Qui ça, elle ? »

Erïka fronça les sourcils. Personne ne touchait à ses amis. Absolument personne. Si on osait les faire pleurer, alors sa vengeance serait terrible. Elle ne supportait pas qu’on s’en prenne aux personnes qu’elle affectionnait. Il se trouvait que Sunny, au fil du temps, était devenu une très bonne amie à qui elle tenait vraiment.

-« Raconte-moi ce qui s’est passé. Peu importe c’est qui je vais m’en occuper, elle ne te fera plus pleurer. »
-« Non… Je… je ne veux pas d’ennuis. » Fit l’adolescente en secouant la tête.
-« Tu en auras pas. Je vais aller lui parler… »

Erïka fouilla son sac et en sortit un petit paquet de mouchoirs. Elle en extrait l’un d’eux afin de l’offrir à son amie, qui le prit délicatement dans ses mains afin de se moucher. La jeune femme rangea son paquet et attendit patiemment que Sunny accepte de lui raconter ce qui s’était produit. Comme à son habitude, elle parlait beaucoup, mais d’une voix bien moins enjouée et d’un ton moins rapide qu’à son habitude.

-« Tu sais, dans mon cours de couture il me faut toujours de nouveaux modèles et j’adore créer de nouveaux morceaux super originaux. Alors je vais voir cette fille, elle était toute seule dans la cafétéria. Je me suis dit qu’on pourrait faire connaissance puisqu’on ne se connaissait pas encore. Je lui proposais d’être mon modèle. D’habitude les gens aiment ça, non ? Et là elle a été super méchante avec moi et elle m’a envoyé balader. Elle était vraiment fâchée parce que j’étais là et elle est partie toute en colère de la table après m’avoir dit que je… que j’étais trop lumineuse et que je devrais m’éteindre. »

De nouvelles larmes coulèrent sur ses joues et Erïka vint la prendre dans ses bras. Elle la serra doucement contre elle, attendant que ce petit moment soit passé avant de reprendre la discussion. Elle n’était pas habile pour consoler les gens. Elle essayait de faire comme elle le pouvait, bien que parfois maladroite. Elle lâcha son amie après de longues secondes et cette dernière essuya les larmes sur ses joues.

-« C’est vrai que je suis trop lumineuse ? C’est pas ma faute, c’est mon pouvoir et j’y peux rien. J’ai trop d’énergie et ça énerve les gens… Et même avant il me détestait parce que j’étais toujours trop… et je… je… »
-« C’est des conneries. Tu es parfaite comme tu es. Ton pouvoir ne fait que te rendre plus unique. C’est pas tout le monde qui peut aimer ta personnalité. J’ai dû m’y habituer, au début, et maintenant je t’adore comme tu es. Il ne faut pas que tu changes pour les gens. Il y en aura toujours qui tenteront de rabaisser les autres pour leur simple plaisir. Tu es plus forte que ça. » Elle saisit son amie par les bras, la regarda droit dans les yeux. « Tu es plus forte, d’accord ? Ne pense pas au passé et ne pense plus à cette garce. Tu devrais plutôt te changer les idées. Moi, je vais aller dire deux mots à cette putain de garce. »
-« Mais… mais c’est une prof… Tu vas avoir des ennuis. »

Une prof ? Quel professeur osait ainsi traiter ses élèves ? Comment osait-elle s’adresser ainsi à une jeune fille plein de joie de vivre qui ne souhaitait que lui faire une proposition bien gentille. Comment pouvait-on l’envoyer ainsi balader et se servir des effets secondaires de sa mutation pour l’insulter ? Après ça, personne n’avait intérêt à se plaindre du fait qu’elle balançait de la craie à la tête des étudiants, à qui elle donnait des coups de soutien, qui refusaient de l’écouter pendant qu’elle était en train de parler. Erïka passait pratiquement pour un ange à côté de cette garce.

-« C’est qui cette prof ? Je m’en fiche qu’elle en soit une ou non. À mes yeux c’est une pétasse qui a osé fait pleurer mon amie. »
-« Alors on est vraiment amies ? » Fit la jeune femme avant de se jeter de nouveau dans les bras d’Erïka, dépassant ainsi le quota de câlins que cette dernière était capable de recevoir en une journée. « Hiiiiiiiiiiiii ! Je suis trop contente ! »
-« Bien sûr qu’on est amies, tu t’attendais à quoi ? »

Au moins, cela semblait remonter le moral de l’adolescente. Cependant, elle reprit un air plus sérieux en revenant à la situation actuelle.

-« Tu sais la prof de littérature de Maylee qui est hypeeeeeeeer sévère ? C’est elle. Je ne sais pas où elle est partie, par contre. Je n’ai pas trop envie de le savoir, en fait… »
-« Je vais la trouver, peu importe où elle est. »
-« Tu y vas tout de suite ?! »
-« Bien sûr. »
-« Humm... d’accord… Tu ne veux pas rester avec moi ? »
-« Plus tard. Va rejoindre May à la serre, je l’ai croisé alors qu’elle s’y rendait, il y a une heure. Elle doit y être encore. Je vous y retrouverais lorsque la situation sera réglée. »
-« Merci, Rika-chan. Tu es une bonne amie. »
-« J’essaie de l’être. »

Maintenant, elle devait retrouver cette prof. Ce n’était pas aussi simple qu’il n’y paraissait. Erïka commença à arpenter les couloirs, regardant ici et là à travers les fenêtres qui donnaient sur les salles de classe si elle n’y serait pas. Le nom de cette femme lui échappait, mais elle pouvait la reconnaitre. Après une quinzaine de minutes de recherches, la jeune femme trouva celle qu’elle cherchait dans la salle de sport. Elle s’en approcha, le visage fermé, témoignant de l’humeur qu’elle avait actuellement.

Erïka s’arrêta à proximité de la jeune femme, pas trop près pour ne pas être accidentellement frappée, les bras croisés. Elle attendit que cette dernière remarque sa présence et retire l’un de ses écouteurs de son oreille avant de prendre la parole. Le ton de reproche qu’utilisait Erïka camouflait que très peu la frustration qui l’habitait. Prof ou non, cette garce n’allait pas s’en sortir si facilement.


-« Ça t’arrive souvent d’envoyer chier les étudiantes et de les traiter comme si elles étaient des moins que rien ? » Elle fit deux pas en sa direction. « Il se trouve que t’as fait pleurer mon amie. T’as pas honte ? T’es pas censée être une prof ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Lun 18 Nov 2013 - 0:42

*Génial…*

Ce fut la première pensée de Paige lorsqu’elle aperçut la blondinette entrer dans la salle d’entraînement. Ça n’aurait pas pu être vide pour une fois ? Déjà qu’elle en avait marre de l’autre lumineuse là, il fallait que quelqu’un d’autre vienne la déranger. Qu’est-ce qu’elle allait faire celle-ci ? Se transformer en eau pour la mouiller ? Au moins si elle se serait dirigé vers les machines d’entraînement à l’autre bout de la pièce, passe encore, mais elle venait directement vers elle, et elle n’était pas du tout équipée pour s’entraîner. Qu’est-ce qu’elle lui voulait ?

Sa première réaction fut de l’ignorer. Dusk espérait ainsi qu’Erïka finisse par s’épuiser d’attendre et ne s’en aille. Mais même après quelques minutes, la jeune femme était toujours là, les bras croisés. Poussant un long soupir, Paige s’arrêta pour souffler un instant avant de retirer l’un de ses écouteurs. La musique lui faisait du bien, mais elle n’aurait pas droit à ce traitement pour le moment. Avant même qu’elle n’ait le temps de dire un « Quoi », la blondinette s’élança dans un flot de paroles aussi inutiles qu’ennuyant.


-« Ça t’arrive souvent d’envoyer chier les étudiantes et de les traiter comme si elles étaient des moins que rien ? Il se trouve que t’as fait pleurer mon amie. T’as pas honte ? T’es pas censée être une prof ? »

Non mais, pour qui se prenait elle de la prendre de haut ainsi ? Elle semblait prête à en découvre, ayant refermé de quelques pas la distance qui les séparait. Paige fut tenté de remettre son écouteur pour simplement continuer son entraînement, mais sa patience n’était pas des plus fortes, et envoyer balader l’étudiante lui assurerait peut-être une paix un peu plus durable qu’une dizaine de minutes. En tout cas, rester sans rien dire n’étant pas son fort, la jeune femme, gardant l’écouteur droit en place alors que l’autre pendouillait simplement au bout de son fil, se retourna pour faire face à cette petite idiote.

-J’imagine que tu fais référence à la lumineuse de tout à l’heure ?

Elle n’avait même pas l’air en rogne, tout simplement ennuyé par une mouche de plus dans sa journée. Elle commençait à se demander si cette entente avec Charles valait vraiment la peine. Soupirant à nouveau, Dusk ferma les yeux un instant puis les rouvrit, refermant à son tour l’espace qui les séparait. Elle la fixa dans les yeux, tentant de jauger qui serait son adversaire dans cette joute verbale inutile.

-Comme je n’ai pas à m’expliquer à toi, peu importe qui tu es, je vais simplement te dire ceci : elle est venu me déranger, je lui ai dit quoi faire de ses costumes, elle est partie. Point final. Si ça te pose problème, ça ne m’intéresse pas plus que ça.

Sans même donner le temps à Erika de répondre, elle remit son écouteur en place et retourna frapper contre le punching bag. Ces paroles seraient-elles suffisantes pour que la jeune blondinette s’en aille ? Elle l’espérait, mais elle semblait bien trop tenace pour ça. Alors qu’elle tentait de se concentrer sur le sac de sable, elle dut se rendre à l’évidence : Erika ne partirait pas de sitôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Lun 18 Nov 2013 - 6:20

Provoquer Erïka était une chose. Faire du mal à l’une de ses amies en était une autre. Elle ne supportait pas qu’on ose faire du mal gratuitement à une personne qui ne le méritait pas. Peu lui importait qui était l’individu qui avait osé faire cela, elle allait lui parler et lui dire sa façon de penser. Il était hors de question de laisser la première pétasse venue faire comme si elle avait tous les droits. Elle était professeur, son rôle n’était pas d’envoyer balader les élèves, mais bien de les écouter. Elle-même avait appris à être plus patiente avec les autres. Elle savait que cette qualité lui sera requise dans l’enseignement. Il semblerait que ce n’était pas tout le monde qui pensait ainsi.

Ayant retrouvé la connasse qu’elle cherchait dans la salle d’entrainement, Erïka alla se planter auprès d’elle. Allait-elle finir par remarquer sa présence ? Il semblerait que si. Dès qu’elle retira l’un de ses écouteurs, la jeune femme lui dit ce qu’elle avait à dire. Encore, ça, ce n’était que le début. Elle n’était pas étonnée de la réaction du professeur à son égard. Comment osait-elle faire ainsi référence à Sunny ? Ce n’était pas de sa faute si elle dégageait une grande énergie et qu’elle semblait briller au soleil, ça faisait partie de sa mutation.

-« Elle a un nom, je te signale. Ce n’est pas de sa faute, c’est sa mutation qui la rend comme ça. On est dans une école de mutants, pour ton information. Des élèves comme ça, il y en a partout. Ils sont là en espérant se faire accepter pour ce qu’ils sont, pas pour qu’on le leur reproche. T’es conne ou quoi ? Comment on a pu engager une connasse comme toi comme prof ? »

Elle fixait la jeune femme droit dans les yeux. Soutenir son regard, rien de plus facile. Vu les lunettes de soleil qu’elle portait, il était difficile de voir ses yeux, mais cela n’était guère un inconvénient. Erïka n’avait pas peur d’elle, de ce qu’elle pourrait dire ou faire. Elle était forte, elle pouvait encaisser bien des choses. Si cette connasse osait s’en prendre à elle, elle allait avoir toute une surprise.

La jeune femme l’envoya balader, se fichant bien de l’étudiante. Elle retourna à son entrainement. Erïka serra les poings. L’envie de lui en coller une en pleine gueule était terriblement tentante. Elle avait envie de céder, de lui montrer ce qu’elle savait faire. Était-ce un choix judicieux ? Elle apprenait à se contrôler, maitriser ses émotions, et surtout sa rage. En ce moment, la frustration montait peu à peu, si ça continuait comme ça, elle n’allait pas se retenir très longtemps.


-« L’amabilité, tu connais pas ? Cette fille-là, elle ne t’a rien fait sauf venir t’aborder parce qu’elle avait envie de te connaitre. En fait, je comprends pourquoi t’étais seule à ta table. Personne ne veut passer du temps avec une pétasse qui traite des gens comme de la merde. Je plains les pauvres étudiants qui suivent tes cours. »

Erïka avait parlé d’une voix forte, provoquante, afin que la jeune femme puisse très bien l’entendre. Elle n’avait pas terminé. Cela ne faisait que commencer. Elle se fichait bien de manquer de respecte à un professeur. Cette femme le méritait. Et dire que quelqu’un dans ce monde avait été assez débile pour lui donner un diplôme d’instituteur.

-« D’ailleurs, c’est quoi que t’enseigne ? La littérature ? C’est drôle parce que tu sembles faire tellement mal ton travail que certains étudiants viennent me voir pour que je leur enseigne à ta place. Tu devrais changer de profession en fait. Ça ne te va pas du tout comme travail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Lun 18 Nov 2013 - 6:39

-« Elle a un nom, je te signale. Ce n’est pas de sa faute, c’est sa mutation qui la rend comme ça. On est dans une école de mutants, pour ton information. Des élèves comme ça, il y en a partout. Ils sont là en espérant se faire accepter pour ce qu’ils sont, pas pour qu’on le leur reproche. T’es conne ou quoi ? Comment on a pu engager une connasse comme toi comme prof ? »

-Du calme fillette. Pointer une différence pour qu’on sache de qui on parle n’a rien d’extraordinaire, qu’on dise qu’un noir est un noir, qu’un chinois est un chinois, ou qu’une fille qui brille… brille. Quand on te dit : « la blonde », t’as pas a être insultée c’est ce que tu es non ? Est-ce que j’ai dit la connasse brillante de merde ? Non, alors tu me fais pas chier.

Elle soupira à nouveau. Non mais vraiment, sur qui était-elle tombée. Est-ce que la fillette croyait vraiment qu’une fois les mutants connus du monde (parce que Paige se doutait bien qu’un jour ou l’autre ça arriverait), les gens n’allaient pas dire « la lumineuse » ou « la blonde » ? Les deux revenaient au même pour Paige. Certes, elle avait visé juste lorsqu’elle avait parlé de sa couleur trop… vive, mais son propre pouvoir se nourrissait de l’obscurité, et entre demander à l’autre lolita de dégager et raconter sa vie pour lui faire comprendre que la lumière la heurtait… le choix était facile. L’option rapide et un peu douloureuse, voilà !

-« L’amabilité, tu connais pas ? Cette fille-là, elle ne t’a rien fait sauf venir t’aborder parce qu’elle avait envie de te connaitre. En fait, je comprends pourquoi t’étais seule à ta table. Personne ne veut passer du temps avec une pétasse qui traite des gens comme de la merde. Je plains les pauvres étudiants qui suivent tes cours. »

-Je n’avais pas envie de la connaître, pas plus que je n’ai envie de te parler. Parce que y’a quelqu’un qui t’a dit que ça me faisais de la peipeine d’être assise seule ?

Paige ne s’arrêtait même plus pour répondre à la blondinette. Qu’elle se permette d’envahir son espace pour régler ses comptes étaient déjà trop… superficiel au goût de Dusk. Erïka serait mieux de partir bientôt, sans quoi la mutante des ombres n’hésiterait pas à user de son don pour la faire sortir… et accompagner le tout de quelques coups de poings si ça devenait nécessaire. Elle ne s’en résoudrait sans doute pas, pas tant que la blondinette ne frappait pas la première. Avec les muscles saillants et sa position, elle devait s’attendre à tout. Derrière ses lunettes, elle gardait les yeux sur Erika, même si elle continuait de frapper le punching bag rapidement et férocement.

-« D’ailleurs, c’est quoi que t’enseigne ? La littérature ? C’est drôle parce que tu sembles faire tellement mal ton travail que certains étudiants viennent me voir pour que je leur enseigne à ta place. Tu devrais changer de profession en fait. Ça ne te va pas du tout comme travail. »

-Prends-la ma place.

La jeune femme s’arrêta et souffla un instant avant de se retourner vers Erika. Elle la toisa une seconde de plus, puis saisit sa bouteille d’eau et en prit une bonne gorgée avant de s’essuyer le visage du revers de la main. Si elle croyait que ses paroles lui faisaient le moindre mal, elle se mettait le doigt dans l’œil. Les remords, Paige connaissait bien cela, mais seulement devant une situation qu’elle regrettait. Cependant, devant la situation actuelle, elle n’avait tout simplement rien à foutre d’une pétasse blonde qui se pavanait et qui venait lui dire des âneries.

-T’as qu’à venir donner mes cours. Pendant ce temps j’irai continuer de faire mes activités de X-men. Maintenant, fais-moi plaisir et dégage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Ven 22 Nov 2013 - 3:57

Erïka n’était pas le genre de femme qu’il fallait provoquer. Il en fallait peu pour qu’elle démarre au quart de tour et décide alors de régler la situation à sa manière. Bien qu’elle avait délaissé les poings pour faire entendre sa façon de penser, elle ne se retenait pas verbalement. Cependant, il fallait bien faire attention à ne pas la pousser à bout, sans quoi elle n’hésitera plus un seul instant à laisser éclater sa colère et frapper sans retenue la personne qui avait osé la mettre dans une telle rage. En ce moment, la moindre petite remarque la frustrait. Elle ne réfléchissait pas trop à ce qu’elle disait et crachait ses paroles comme du venin. Elle n’en avait rien à faire.

Personne ne faisait du mal à ses amis, personne ne les critiquait. En ce moment, la moindre petite explication de la femme se trouvant devant elle arrivait à la mettre en rogne. Erïka n’aimait pas cette femme et lui reprochait tout ce qu’elle trouvait à lui reprocher. En ce moment, il s’agissait surtout de la manière dont elle désignait son amie. Dire qu’elle était « lumineuse » n’était pas un défaut en soit, mais de la part de cette garce, la jeune femme avait l’impression que cela l’était.

-« Et lui dire de « s’éteindre », ce n’est pas censé être insultant ? »

Bien sûr, ce n’était pas parce que la garce devant elle essayait de l’ignorer qu’Erïka allait cesser cet affrontement verbal. Elle n’allait pas laisser cette femme faire ce qu’elle veut et insulter les autres comme bon lui semble sous prétexte qu’elle en avait envie. De la part d’un élève, cela aurait mieux passé que de la part d’un professeur. Qu’est-ce qui lui prenait d’envoyer ainsi balader une élève qui ne lui avait rien fait de mal ? Elle était totalement stupide ou quoi ?
Visiblement associable, elle n’avait pas envie de parler à d’autres personnes. La présence de Sunny avait été indésirable pour elle et elle l’avait envoyé promené sans ménagement. La solitude semblait être préférée à de la bonne compagnie. C’était son problème.


-« J’espère pour toi que tu aimes la solitude, en fait. Personne n’a envie de s’approcher d’une grosse vache qui envoie promener tout le monde. »

À force de se tenir avec Eleonnora, sa demi-sœur, Erïka avait développé de nouvelles compétences dans le domaine de la « bitcherie ». Elle être méchante pour le plaisir de l’être. En ce moment, elle n’hésitait pas à le faire. C’était, en quelque sorte, une façon de se défouler verbalement et de venger son amie. Pas question de lui sortir un truc du genre « va lui faire des excuses », ça ne marchait pas ces choses-là. Elle préférait régler les choses à sa façon, tentant de ne pas en venir aux poings. Ce n’était pas toujours facile, mais cela lui prouvait qu’elle arrivait maintenant à se contrôler davantage. Elle ne laissait plus sa rage la contrôler. Enfin, elle essayait.

Erïka ne se gêna pas pour critiquer le travail de professeur de la femme. Elle n’avait jamais eu droit à ses enseignements et ne s’en plaignait pas. Apparemment, elle était assez sévère, parfois chiante. La jeune femme ne connaissait qu’une seule personne suivant ses cours. Il s’agissait d’une adolescente qu’elle aidait au niveau de son anglais écrit. Immigrée depuis peu ici, elle avait encore du mal avec la langue. Elle était studieuse et s’améliorait grandement avec le temps, heureusement.

Comme simple réponse à sa provocation, l’institutrice lui répondit de prendre sa place. Erïka l’observa, silencieuse. Si elle le pouvait, elle le ferait. Malheureusement, elle était encore loin d’avoir les connaissances et les compétences nécessaires pour arriver à être une bonne enseignante. Emma Frost était son modèle et la jeune femme aspirait à devenir une femme aussi géniale qu’elle. Un jour, peut-être, elle deviendra également une X-Men…

X-Men. Cette pétasse venait-elle de dire qu’elle faisait partie des X-Men ? Erïka n’y croyait pas. Comment pouvait-on accepter une femme comme elle dans cette équipe ? Bien sûr, ça devait être Scott qui avait pris la décision, ce qui expliquait cette grave erreur. La jeune femme ne comprenait pas comment on pouvait accepter une personne aussi chiante qui prêtait si peu d’attention aux étudiants dans une telle équipe. À ses yeux, c’était inconcevable.


-« Toi, une X-Men ? T’es passé dans le lit de Scott pour arriver là ? Pendant que tu fais apparemment ton devoir de X-Men, je suis certaine de pouvoir te remplacer sans problème en tant que professeur. Il y en a qui sont fait pour ce métier et d’autres, comme toi, que non. »

Erïka soupira. Envoyer balader et dire tout un tas de méchancetés à cette femme lui faisait le plus grand bien. Elle en avait assez dit, elle devrait peut-être s’arrêter là, non ? Ça ne servait à rien de s’énerver alors que cette femme tentait de l’ignorer royalement. En fait, non, elle tentait plutôt de l’envoyer voir ailleurs. Quoi de mieux pour la faire chier que de rester, finalement ?

-« En fait je sais pas pourquoi je te dis ça. T’en vaut même pas la peine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Lun 25 Nov 2013 - 6:09

-« Et lui dire de « s’éteindre », ce n’est pas censé être insultant ? »

Non mais sale peste ! Autant Paige essayait de se concentrer sur autre chose, autant Erïka continuait de frapper sur sa patience à coup de marteau piqueur. Elle préfera ne rien répondre à cette réplique, ne souhaitant pas devoir expliquer le fonctionnement de son don et tout ce qui allait avec. Ce n’était pas pour rien si dans l’institut elle venait souvent s’entraîner dans cette salle en particulier : La lumière n’y était pas aussi vive. Trop de clarté, ou la peau de Sunny en l’occurrence, lui heurtait les yeux comme un humain plongé dans le noir pendant des heures et qui voit la lumière d’un projecteur d’un seul coup. Paige avait été… éblouie par l’étudiante plus tôt. Ça n’avait pas aidé son caractère de chien.

-« J’espère pour toi que tu aimes la solitude, en fait. Personne n’a envie de s’approcher d’une grosse vache qui envoie promener tout le monde. »

-Désolé, je ne savais pas que tu étais si seule blondinette, mais tu n’es pas si grosse !

[i]Un sourire au coin des lèvres, la professeur venait de retourner le commentaire négatif au visage de celle-ci. Après tout, argumenter et se battre avec elle ne semblait que lui donner plus de forces, et le mieux pour Paige, qui souhaitait ardemment la voir partir, était de ne pas lui donner d’armes, de ne rien répondre. Dans le pire des cas, la petite peste lui sauterait au cou et elle pourrait la frapper en échange. De la légitime défense. Comme Charles le lui avait demandé, lui qui connaissait très bien son caractère très dur, elle devait se montrer aussi peu agressive et violente que possible avec les élèves. Lorsqu’elle donnait des cours, elle était sec, et peut-être même chiante, mais elle ne se fâchait pas contre ceux qui travaillaient. L’incident avec Sunny était une autre histoire… et avait plutôt rapport à son don qu’à son humeur.Quant à la blondinette, Paige hésitait toujours. L’énergie qu’elle semblait investir dans la protection de son amie était charmante, mais c’était la seule qualité qu’elle semblait posséder. Parler doucement lui aurait peut-être obtenu plus de succès. Erika, comme Dusk, avaient toutes les deux des caractères forts, et aucunes n’allaient s’excuser maintenant que la discussion en était à ce point avancée.


-« Toi, une X-Men ? T’es passé dans le lit de Scott pour arriver là ? Pendant que tu fais apparemment ton devoir de X-Men, je suis certaine de pouvoir te remplacer sans problème en tant que professeur. Il y en a qui sont fait pour ce métier et d’autres, comme toi, que non. En fait je sais pas pourquoi je te dis ça. T’en vaut même pas la peine. »

Ouch… ça c’était de trop. Le corps de Paige s’arrêta, figea dans le temps, et doucement, très doucement, elle se retourna vers Erïka, abandonnant le punching-bag pour la première fois. Elle était toujours en position de combat, et la blondinette venait de pousser le bouchon beaucoup trop loin. Dusk ne réfléchissait même plus à ce qu’elle faisait, tant les images dans sa tête étaient horribles. Elle n’avait pas osé… si… elle avait osé…

Comme si elle allait frapper malgré la distance, Paige fit comme si elle donnait un coup de poing dans le vide, en direction d’Erïka. Cependant, ce n’était pas ses muscles qui allaient faire mal à Erïka, mais bien son don qui, de sa propre ombre, se matérialisa comme une onde de choc sourde, franchissant le maigre espace qui séparaient les deux femmes. Comme sur une planche d'ombre, Paige s'approcha d'Erïka rapidement sans même bouger les jambes, son visage déformé par un rictus de rage, le poing en avant. Elle avait osé… Dusk n’avait pas couché avec Scott pour avoir sa place, elle ne coucherait avec AUCUN de ses bâtards d’hommes pour peu importe la raison, elle n’avait pas le droit de dire des choses pareilles, et elle allait payer !

L’onde de choc frappa Erïka de plein fouet, mais au lieu de lui faire mal, elle sembla l’envelopper, comme si un vent trop fort projetait les ombres sur elle mais que celles-ci ne la touchaient pas. Une pointe de réalité, préservée de la rage de Dusk, persistait, et bloquait son propre don pour l’empêcher de toucher une étudiante. Aurait-elle eu le même résultat avec un homme comme cible ? Mieux valait ne pas le savoir… La lutte entre la rage et la raison n’était pas achevé, et les ombres de Paige semblaient toujours vouloir envelopper Erïka de la tête au pied. Il fallut un grand effort mental à la professeur pour que d’un coup sec, elle fasse glisser son bras le long de son corps. L’ombre, comme si elle obéissait au mouvement de son créateur, glissa, sans douleur, le long du corps d’Erïka avant de se reconstituer en ombre au sol… et ne bougea plus d’un poil. Les yeux toujours injectés de rage, la posture agressive, Paige avait toujours envie de frapper l’élève insouciante. Un bon coup, sur la tête, et voilà le silence ! Mais Charles refuserait, elle le savait. Elle ne s’était pas retenue pour lui, elle s’était retenue car la jeune femme ne méritait pas d'être rouée de coup pour un commentaire de trop, et lui donner une bonne correction ne dépendait pas de Dusk. Retirant rapidement les petits gants de boxe qu’elle avait enfilée, elle les laissa tomber au sol. Elle tentait de ne pas le laisser paraître, mais cette petite démonstration, et surtout l’énergie qu’elle avait dépensée pour retenir l’assaut, lui avait coupé le souffle, et elle tentait discrètement de le reprendre.


-Ne dis plus… jamais… ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Mar 26 Nov 2013 - 19:29

Erïka savait avoir le sens de la répartie. Elle savait surtout insulter les gens. C’était sa spécialité, quelques années plus tôt. Visiblement, elle n’avait pas totalement perdu la main, bien qu’elle manquait légèrement de variété, par moment. Par contre, elle devait avouer que la femme qui lui faisait face savait renvoyer les répliques. Elle ne se gêna pas pour le faire, pensant probablement que cela allait la vexer. Pas du tout, en fait, Erïka était déjà suffisamment frustrer et cela ne changeait rien à son état actuel. Elle n’allait pas se laisser traiter de grosse comme ça, bien que le commentaire lui passait carrément par-dessus la tête. Il ne pouvait y avoir plus mince qu’elle, en fait.

-« Je peux me compter chanceuse de passer les portes, contrairement à toi. Ça doit être handicapant d’avoir un cul d’hippopotame. »

Erïka pouvait se montrer encore plus méchante. En avait-elle envie ? Si on continuait de lui donner des armes pour attaquer, pourquoi ne pas s’en servir ? Elle pouvait être une véritable garce lorsqu’elle en avait envie. Sa sœur lui avait appris beaucoup sans même le vouloir. Il suffisait de regarder Eleonnora se comporter avec les autres, en général, pour voir qu’elle pouvait se montrer mesquine et cruelle lorsqu’elle en avait envie. Erïka devait avouer que cela l’inspirait légèrement alors qu’elle ne se gênait pas pour insulter la femme qui s’entrainait devant elle. Lorsque cette dernière parla de son appartenance au groupe des X-Men, l’étudiante n’y croyait pas. Une femme comme elle pouvait entrer dans cette équipe ? Sérieusement ? Avait-elle vraiment le potentiel pour cela ou était-elle passée dans le lit de Scott pour réussir à se joindre au groupe ?

Erïka n’aura probablement jamais la réponse. Elle venait d’insulter la femme qui lui faisait face. Elle semblait en colère. Enfin, avec les lunettes qu’elle portait, difficile à dire. Mais en se fiant à sa posture, à son visage crispé, ce n’était pas bien difficile à deviner, au final. La femme décida d’attaquer et de révéler son don. Surprise, Erïka recula d’un pas, s’attendant à être frappée. Elle amorça un mouvement pour bloquer, mais réalisa bien rapidement que le coup n’allait pas la toucher. Quelque chose qu’elle n’arrivait pas à vraiment identifier, des filaments sombres passèrent près d’elle, glissant sur sa peau. Ne bougeant pas, elle resta néanmoins stupéfaite par ce qui se produisait. Elle ne comprenait pas vraiment ce qui arrivait. Retenant pratiquement son souffle, l’étudiante resta calme, tentant de ne pas montrer une émotion autre que la colère.

Lorsque le don de la femme cessa de faire effet et libéra Erïka, cette dernière respira de nouveau. Elle se sentait moins oppressée sans ces espèces de ténèbres lui parcourant la peau. Elle leva la tête vers la femme. Cette dernière était en colère, très en colère. Ce qui venait de se produire démontrait que l’étudiante avait touché un point faible. Elle ne savait pas exactement ce qu’il était, mais elle se doutait bien que ce devait être en lien avec Scott.


-« Soit j’ai raison, soit tu prends mal le fait que je t’associe à un douchbag comme lui. »

Elle tentait de faire comme si cela ne l’avait pas affecté. Si son visage jouait bien le jeu, ce n’était pas la même chose pour son regard. Il ne pouvait dissimuler l’inquiétude et la légère crainte qui l’avait envahi lorsque le don de la femme s’enclencha contre elle. Doucement, Erïka recula un pas pour se débarrasser de cette proximité qui ne lui plaisait pas trop.

-« J’espère que ton but n’était pas de me faire peur avec ton don. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paige Hart

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 15/11/2013

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Mer 27 Nov 2013 - 15:45

-« Je peux me compter chanceuse de passer les portes, contrairement à toi. Ça doit être handicapant d’avoir un cul d’hippopotame. »

-T’es pas un peu fatiguée de m’attaquer sans raison là ?

Paige n’était pas très forte sur la patience, mais avec Erïka, il ne lui avait fallu que quelques instants pour comprendre que son « je m’en foutisme » était sa meilleure défense. Elle refusait de donner des armes à cette blondasse poufiasse qui venait ici l’insulter et l’emmerder. Elle aurait sans doute pu lui écraser le nez au sol, la mettre au tapis, mais Charles l’aurait su. Il savait toujours tout. Lui et elle avait un accord qu’elle s’entendait respecter, et ne pas taper les élèves en faisait partie.

Cependant, lorsque le commentaire d’Erïka remonta à sa cervelle, sa patience, qui tenait le coup malgré tout, lâcha prise, et la haine de Paige refit surface instantanément. Ses mouvements, dictés par sa colère, furent aussitôt dirigés vers la source de cette insulte : blondie elle-même.  Sans qu’elle n’y réfléchisse, elle leva le poing, surfant sur une vague d’ombre pour la frapper alors que des vagues d’ombres se dirigeaient encore plus rapidement sur Erïka. Elle n’avait pas le droit de dire des choses pareilles…

L’attaque cependant ne toucha jamais sa cible. Préservée de sa colère, une petite lueur la forçait à contenir l’assaut. Les vagues de ténèbres ne firent qu’effleurer sans douleur l’étudiante, la vague d’ombre sous les pieds de Paige disparut rapidement, l’arrêtant dans son élan. Alors que la lumière revenait doucement, le regard de chasseuse que Dusk affichait ne s’était pas estompé encore. Elle avait encore envie de lui arracher le ventre ou la tête ou quelques organes pour le plaisir de la voir mourir au bout de son sang… non ce n’était pas vrai. Ce n’était pas Erïka qu’elle avait envie de tuer… mais bien quelques personnes de son passé.


-« Soit j’ai raison, soit tu prends mal le fait que je t’associe à un douchbag comme lui. »

Paige garda son regard braqué sur la blonde un instant avant de se redresser, se replaçant en position neutre. Elle remarqua le mouvement de recul d’Erïka, et sourit quelque peu. Au moins, son geste ne semblait pas l’avoir laissé de marbre, même si elle tentait de le dissimuler. Se retournant, elle se dirigea vers un banc collé sur un mur et saisit son sac de sport, le glissant nonchalamment sur son épaule. Revenant vers Erïka, elle ne se gêna pas pour entrer dans sa « bulle », ne laissant que quelques centimètres entre les deux femmes. La fixant dans les yeux, elle dit simplement :

-Fais attention à ce que tu dis…

-« J’espère que ton but n’était pas de me faire peur avec ton don. »

Un sourire carnassier apparut sur ses lèvres, puis disparut rapidement.

-Non, c’était de te tuer. Mais ce n’était pas toi que ça visait.

Faisant un pas de côté, remettant un écouteur dans son oreille droite, la jeune femme entreprit de se diriger jusqu’à la porte. Se souvenant du sujet de leur dispute, Paige se retourna, la main sur la sortie, et lança à la blondinette :

-Tu diras à l’autre là… La lumineuse là, de passer à mon bureau, et avant que tu ne poses la question, ce que je veux lui dire ne te concerne pas.

Paige poussa enfin la porte de la sortie et quitta la pièce, laissant Erïka seule dans le gymnase. Elle ne savait pas quoi penser, ni ce qu’elle allait dire à Sunny d’ailleurs, mais c’était dit, et Paige respectait autant que possible sa parole. Allait-elle lui présenter des excuses ? Peut-être pas, c’était exagéré, mais elle allait au moins s’arranger pour faire la paix avec cette élève. Elle n’était pas coupable de rien après tout, excepté d’être lumineuse justement… et d’être entrée dans sa bulle au mauvais moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   Sam 21 Déc 2013 - 8:29

Lorsqu’Erïka décidait de prendre quelqu’un qu’elle n’aimait pas vraiment pour cible, elle pouvait l’insulter sans se lasser. Paige était en train d’en faire les frais. La jeune femme ne la lâchait pas, prenant un malin plaisir à lui lancer vacheries sur vacheries. Tant qu’elle arrivait à la faire réagir, ne serait-ce qu’un minimum, elle comptait continuer. Cependant, elle était allée trop loin, au bout d’un moment. Elle avait éveillé la colère de la jeune femme. À moins que ce ne soit que de la frustration ? Quoi qu’il en soit, ce fut suffisant pour qu’elle utilise son don afin de menacer Erïka. Cette dernière tenta de rester debout, bien droite, sans broncher. Elle pouvait dissimuler ses sentiments, faire comme si elle n’avait aucune émotions. Par contre, son regard la trahissait. Les émotions qui la traversaient pouvaient s’y lire.

Il était hors de question qu’Erïka montre ses faiblesses à cette femme. Elle devait donc se montrer forte et faire comme si elle n’était pas affectée par cette démonstration de pouvoir. Par contre, elle devait s’avouer à elle-même qu’elle se trouvait plutôt inutile dans ce genre de situation. Son don l’aidait à faire de l’infiltration, de l’espionnage et des interrogatoires, pas à se battre ou même se défendre. Elle se contenta donc de faire comme si rien n’était, comme si elle n’était pas affectée par cette situation.

La jeune femme se montrait de plus en plus menaçante. À quelques centimètres d’Erïka, elle lui avoua que son but était de la tuer. Enfin, il ne semblait pas que l’étudiante soit véritablement la cible de ses envies meurtrières. Apparemment, ce n’était pas contre elle. Avait-elle besoin d’exprimer sa rage ? En voulait-elle à des gens au point de mettre fin à leur vie. Menace de mort ou pas, Erïka ne broncha pas. Elle resta là, plantée devant elle, soutenant son regard qu’elle devinait derrière ses lunettes aux verres fumés. Quelques instants plus tard, la jeune femme s’éloigna afin de prendre ses affaires et quitter la pièce.

Avant de sortir, la jeune femme se tourna vers Erïka. Elle lui dit tout simplement de faire passer un message à son amie. Elle l’attendait dans son bureau afin de lui parler. Bien sûr, elle ne voulait pas lui dire à quel sujet. Ce n’était pas si grave, l’étudiante pensait avoir deviné. Juste avant que la professeur ne disparaisse complètement de la pièce, Erïka se tourna vers elle, un sourire narquois sur les lèvres.

-« Je lui ferais passer le message. Au fait, son nom c’est Mindy. Connasse. »

Lorsque l’institutrice fut partie, Erïka poussa un long soupire. Il était temps pour elle de quitter cette pièce, elle n’avait plus rien à y faire. Plutôt que de se rendre à la cuisine, même si elle avait très faim, elle rejoignit la serre. En entrant, elle fit attention à ne renverser aucune plante. Il y en avait absolument partout, sur les tables, dans de gros pots en argile contre certains murs et même suspendues au plafond. Par contre, elle pouvait constater qu’elles étaient toutes magnifiques et, pour certaines, fleurissantes. Maylee s’en occupait à merveille.

Au centre de la pièce, se trouvait un espace plus large, là où il était possible de discuter en cercle ou de faire du taïchi comme le faisait actuellement les deux jeunes femmes présentes. Erïka resta silencieuse, les observa. Elles n’avaient pas encore remarqué sa présence. Ce fut lorsque Maylee ouvrit les yeux et la salua que Sunny fit de même.


-« Alors, comment ça s’est passé ? » Demanda la jeune femme.
-« Je suis arrivée, je l’ai insultée, elle a tenté de m’ignorer, je l’ai encore insultée, elle m’a insultée à son tour, j’avais envie de lui en coller une, elle aussi, je l’ai encore envoyé promener et finalement elle s’est barrée. Elle dit qu’elle t’attend dans son bureau. Elle veut te parler. »
-« Elle veut me dire quoi ? J’aime pas ça. Elle me fait peur. Elle est méchante. Elle est agressive. Elle a l’air d’un chien méchant. Genre ceux qui aboie forts et qui sont vraiment épeurant. J'ai peur qu'elle enlève ses lunettes et qu'elle me regarde avec de gros yeux de bulldog avant de me transformer en pierre. Ce serait terrible ! Oh non, oh non, oh non, elle me fait encore plus peur, maintenant !»
-« J’en sais rien, mais je peux t'assurer qu'elle ne va pas te transformer en pierre. Ne t’en fais pas, je ne serais pas loin. Par contre, si elle est encore méchante avec toi, je ne me gêne pas pour lui en coller une. Ça m’a tout pris pour me retenir. »
-« D’accord… Alors… Allons-y. »
-« Ça va aller. » Fit Maylee en posant sa main sur l’épaule de son amie. « Reste calme, respire profondément et tout ira bien. »
-« Merci. » Elle serra son amie dans ses bras avant de suivre Erïka.

Qui sait ce qui allait se passer ? Personne. Cependant, Erïka n’allait pas laisser tomber son amie. Elle allait la soutenir, peu importe ce qui pouvait arriver. Même si elle devait se mettre dans le pétrin seulement pour défendre Sunny, elle allait le faire. Jusqu’à présent, elle avait fait preuve de beaucoup de retenue et avait tout fait pour ne pas en venir aux mains. Elle espérait ne pas avoir à le faire ou, du moins, ne pas se laisser aller à la colère et la frustration comme cela lui était si souvent arrivé. Le moment n’était pas à la bagarre, mais plutôt à la discussion. Il fallait simplement espérer que tout se passe bien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Engueulade méritée ? (PV Erika)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Engueulade méritée ? (PV Erika)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perte des points en dextérité après Up
» Comment avouer une vérité pareille?
» Dextérité main gauche-main droite
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Célérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Le Gymnase-