X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 21
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   Mer 27 Fév 2013 - 8:12

Oui, mais non. C’est ce que je pensais en regardant le pot de nutella ce matin, je me disais qu’avec la livre de bacon que je viens de me faire, rajouter des toasts au Nutella serait peut-être un peu trop… Oui, ce serait un peu trop, mais non, je ne suis pas une personne raisonnable. Pendant que le bacon faisait le bacon dans la poêle, avec le fumet qui enfume la pièce, laissant presque des traces de gras sur les murs. Des belles traces de gras juteuses et appétissantes… je me promenais en petite short de pyjama et un débardeur noir et je faisais mes toast avec une couche plus que généreuse de Nutella. C'est trop bon ce truc.

Petite nuance à apporter, je viens de me faire jeter de mon appart parce que je fais trop de bruit. Pas ma faute si il faut que je travaille mon pouvoir!! Depuis que j’ai appris à rendre les sons inaudibles, il faut que je pratique un peu… Donc, je met la musique au plus fort et j’essais de l’éteindre. Le problème c’est qu’au fond de moi, je ne veux pas!! C’est tellement plus plaisant de s’enrouler dans la toile musicale comme dans une couverture vivante, qui bouge autour de toi, avec tes pensées et tes émotions, qui t’apaise et te fais oublier tous tes problèmes… Et puis là au moment où je pense ça, je tombe dans la lune. Je me promène dans les couloirs, pensant à la musique, faisant jouer de la musique par tous mes pores de peau, laissant flotter autour de moi une aura de chillstep et une impression de bien-être tout à fait génial. Les gens qui passent à côté de moi regardent mon plat de bacon que je ne veux pas manger dans la cuisine, parce que je sais que ces bâtards de jeunes mutants vont venir me le piquer, alors je me dirige vers ma chambre. Mais comme je suis dans la lune, je me dirige pas mal n’importe où.

Spoiler:
 

Il ne se passe rien de bon dans ma vie, tout stagne et je me cherche encore un but. Je suis jeune, j’ai seulement 23 ans, ça fait depuis que j’ai 16 ans que je fais ce que j’aime le plus faire – jouer dans la tête des gens en leur faisant croire que je ne suis qu’une DJ, j’ai trouvé un but moral de grande envergure pour tous les mutants, mais pour moi, j’ai aucune idée de ce qui va arriver. Mon futur m’est voilé, ô triste réalité, blablabla, j’ai du bacon. Les couloirs sont tous les mêmes ici, j’ai du mal à m’y retrouver et pourtant, je suis sensée habiter ici. Pas ma faute si je ne peux pas jouer dans la tête des gens 24 heures sur 24, il y a bien eu un moment où quelqu’un n’avait plus ma vision des choses parce que j’étais en train de dormir, et puis à force de dormir et de laisser ma musique au fond, je me suis fait jeter de la place où j’étais, mais dans le fond, c’était un appart un peu trop classe pour moi. Ouais, je pouvais me payer quelque chose qui était ni crade, ni illégal.

Mon plat de bacon dans une main, une assiette avec une demi-douzaine de toast beurrée d’une couche épaisse de Nutella qui traînait sur le comptoir (faut vraiment être un imbécile pour laisser traîner un pot de Nutella sur le comptoir) et je tiens le tout en équilibre. Je pourrais faire serveuse si je voulais! Avec une petite jupe en cuir noir et mon déhanché de déesse, je suis certaine que je pourrais me faire beaucoup d’argent. Mais, pour l’instant, je suis toujours musicienne, je fais toujours bouger les foules, je fais ce que j’aime faire et puis les gens m’aiment, ou m’aiment. Parce que tout le monde m’aime voyons!! De toutes façons, je m’en fout, je suis moi et c’est très bien comme ça.

La musique me suivait et me guidait, je suivait les différents échos que les rythmes faisaient dans les couloirs et donc, je dérivait grandement de mon chemin. Je ne sais pas trop où j’allais, je ne sais même pas quelle heure il est. Est-ce que c’est important? Non, parce que j’ai mon bacon. Alors ritournelles et mélodies me conduisent là où je pourrai jouer dans l’écho comme une grande cour de récréation, c’est-à-dire un gymnase. Une grande salle où des jeunes gens suaient sous prétexte de rester en forme. Pfeu, pourquoi rester en forme quand on a du bacon? Je me suis assise au milieu de la pièce, tournant le dos à la porte et j’ai commencé à mélanger toutes sortes de musique, je me sentais comme une Maestro un peu psychédélique, mélangeant avenged sevenfold, chillstep et quelques moments de métal, quelques moments de blues, le tout dans une cacophonie parfaite et pleinement satisfaisante. Une cacophonie qui est en fait une structure mélodique si complexe, que même moi je n’arrive pas à la comprendre. C’est si dur être une déesse que des fois je me perds moi-même!! Dans ces cas-là, je me calme et je reprends depuis le début, ajoutant ligne par-dessus ligne, créant un dessin mélodique digne des plus grands noms de la peinture.


Dernière édition par Hypermusic le Lun 4 Mar 2013 - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   Jeu 28 Fév 2013 - 21:38

Quoi de mieux pour se défouler que de pratiquer un sport ? Oh bien sûr il y avait toutes sortes de sport, pour tous les goûts et toutes les bourses car tous les sports n'étaient pas gratuits. Bouger son corps, ça c'était gratuit. Mais lorsqu'il fallait du matériel, cela revenait vite cher. Et l'équipement de qualité coûtait un prix exorbitant malheureusement. Du coup, plus le sport était cher, moins il y avait de pratiquants. Après, restaient les sports populaires comme le baseball, le foot, américain ou non, et le basket. Il y avait besoin de peu pour le pratiquer, bien souvent. De plus, il s'agissait de sports d'équipes et pratiquer un sport était toujours plus amusant lorsqu'on le partageait avec quelqu'un. Samuel n'était pas difficile, il pratiquait un peu de tout, seul ou non. Mais aujourd'hui, il était en équipe. Le but du jeu était simple : deux équipes de deux, l'une devant attraper l'autre. Tous les moyens étaient bons pour réussir. C'était comme une sorte de jeu d'école, le "chat", mais réinventé. Lorsque l'on arrivait à mettre la main sur les fuyards, ce n'était pas juste pour les toucher et inverser les rôles. C'était pour les tuer.

Samuel était en compagnie d'un autre mutant et courait après deux humains à travers une ruelle. Généralement, il pratiquait ce "sport" en compagnie de Ruben, son meilleur ami, mais cette fois, il était occupé ailleurs. De toute façon, son don aurait été bien inutile puisque l'espagnol savait déjà que ses deux victimes étaient humaines et qu'elles ne manqueraient à personne. En effet, il s'agissait là d'ordures de première qui ne méritaient que ce qui leur arrivait. Ils s'en étaient pris à plusieurs reprises à de jeunes mutants de la Confrérie et il était hors de question de laisser passer ça. Samuel n'était jamais contre ce genre d'expéditions punitives, bien au contraire. Il estimait que ce n'était qu'un juste retour des choses. D'ailleurs, pas de chance pour ceux qui fuyaient, ils se retrouvèrent bientôt coincés dans un cul de sac. Malgré leurs supplications, les deux mutants ne les laissèrent pas s'enfuir et leur donnèrent ce qu'ils méritaient : une morte lente et douloureuse. A cause de sa mutation, Samuel appréciait tout particulièrement de les faire souffrir un maximum. Il n'en devenait que plus puissant pour leur infliger davantage de souffrance, c'était un vrai régal. Mais toute bonne chose avait une fin : les humains n'étaient décidément pas bien résistants.

Le mutant qui accompagnait l'espagnol était bien utile pour faire disparaitre les corps grâce à son pouvoir. Il était capable de cracher de l'acide et il fit fondre rapidement les restes de leurs victimes. Ni vus ni connus ! Les deux membres de la Confrérie retournèrent donc là d'où ils venaient, s'y séparant une fois arrivés. Samuel s'arrêta à une salle de bain commune pour se passer un peu d'eau sur le visage, plus pour essuyer le sang qui s'y était incrusté que pour se rafraichir. En se regardant dans le miroir, il s'était rendu compte que du sang tâchait son t-shirt blanc, décorant son flanc d'une façon sinistre. Ce n'était pas une énorme trace de sang, mais on ne pouvait dire qu'il s'agissait là d'une décoration sur le tissu. Tant pis, il n'avait pas de quoi se changer sous la main pour le moment. Il n'habitait pas bien loin mais pour le moment, il ne voulait pas rentrer. Cette petite course poursuite lui avait donné de l'énergie à revendre et il était trop excité pour aller simplement se poser à son appartement. Non, il voulait se défouler et quoi de mieux que d'emprunter la salle de sport de la Confrérie ?

Sortant de la salle de bain, il prit la direction de la salle, saluant au passage certains confrères. Il était en tenue de sport contrairement à son habitude où il était toujours vêtu avec classe et goût. Lorsque l'on connaissait son métier, il était alors facile de faire le lien. Sortant tout droit de l'école, il avait rejoint la Confrérie pour cette petite partie de chasse. Autant éviter de salir de beaux vêtements. La chasse, c'est salissant.
Alors qu'il se dirigeait vers la salle, même s'il était encore à une bonne distance, il pouvait entendre de la musique résonner. Rien de spécialement étonnant, ce n'était pas comme si le repaire était un endroit religieux où le silence était prôné. Mais plus il avançait, plus la musique s'amplifiait. Qui écoutait donc ça si fort ? De plus, le rythme variait, changeait, la mélodie avait une résonance particulière. Samuel n'était pas un pro en musique mais il savait reconnaitre quelques variations. Et le moins que l'on pouvait dire, c'était que c'était varié ! Arrivé devant la porte du gymnase, le latino devait se rendre à l'évidence : la musique provenait de là. S'était-il trompé d'endroit ? Le gymnase s'était-il transformé en boite de nuit pendant son absence ? Le meilleur moyen d'avoir le fin mot de l'histoire était encore d'ouvrir la porte.

Il ouvrit la porte et sans attendre, il s'engouffra à l'intérieur avant de refermer derrière lui histoire de ne pas assourdir davantage ceux qui se trouvaient non loin du gymnase. Le son était un peu étouffé grâce aux murs épais mais difficile de ne pas entendre ce vacarme. Malgré le fait que c'était fort, il fallait reconnaitre que la sonorité avait du chien. Samuel fut surpris de constater qu'il n'y avait pas un orchestre retranché dans la salle ou bien une chaine hifi géante qui crachait des décibels. Non, il n'y avait rien de tout ça. En plus de la musique, il y avait une odeur particulière qui embaumait la pièce. Une bonne odeur. Pas un parfum de femme enivrant ou une odeur qui trahirait la présence de fleurs par milliers, non. Une odeur qui faisait gargouiller l'estomac de l'espagnol, une odeur qui donne l'eau à la bouche et vous rappelle à quel point vous avez soudainement faim. Le genre d'odeur qui vous fait prendre cinq kilos rien qu'à la renifler. Son ouïe et son odorat satisfaits, Samuel pu faire participer sa vue cette fois.

Assise sur le sol, une jeune femme était entourée de deux assiettes remplies de nourriture. Bacon et Nutella. Un vrai repas sain et équilibré pour prendre soin de ses artères ! Malgré le fait qu'il était un sportif accompli, Samuel n'était pas du genre à prôner une consommation particulière d'aliments et à se la jouer nutritionniste dès qu'il en avait l'occasion. Chacun mangeait bien ce qu'il voulait ! Son métabolisme était tel qu'il pouvait manger n'importe quoi sans prendre un gramme de toute façon. De quoi faire pas mal de jaloux ! Mais c'était un curieux endroit pour manger néanmoins. Peut-être était-ce le seul lieu où elle pouvait être tranquille et ne pas trop assourdir tout le monde. D'ailleurs, d'où provenait la musique ? A mieux la regarder, l'espagnol la reconnaissait. Il l'avait déjà croisée à plusieurs reprises dans le repaire mais il ne la connaissait pas plus que ça. Il savait surtout qu'elle se faisait surnommer Hypermusic. Un nom qui lui allait comme un gant à première vue.

Pas spécialement dérangé par la musique, Samuel s'approcha d'elle, tout d'abord silencieux pour ne pas interrompre la séance musicale de la jeune femme. Puis, après un petit temps, il se posa au sol à côté d'elle, se demandant si elle allait manger tout le contenu des deux assiettes. Tout ça lui avait donné faim mais il supposait qu'elle n'avait pas prévu de partager. Il ne réclama donc pas, se contentant de lui sourire avant de finalement s'adresser à elle.


"Tu es venue ici pour narguer ceux qui tentent vainement de perdre des kilos ou d'entretenir leur ligne ?" demanda t-il avec un sourire amusé "Je cherchais un partenaire pour faire un peu d'activité physique. Peut-être que ça pourrait t'intéresser lorsque tu auras terminé ton repas. Pas assez de place à la cuisine ?"
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 21
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   Ven 8 Mar 2013 - 9:15

Le fumet du bacon et du Nutella commençait à me faire sortir lentement de ma bulle de musique, le volume du son de la musique que je projetais s’estompait peu à peu, laissant place à la triste symphonie des jours normaux, des jours passés à essayer de vivre et d’être heureux, réfléchissant juste assez pour se croire intellectuel et assez de haine pour rester humain. Assez de compassion pour se croire plus grand, assez d’égoïsme pour garder la société dans un carcan de médiocrité et puis les humains c’est de la merde. C’est la conclusion qui arrive toujours en bout de ligne, on doit renverser cette humanité de merde et faire place à la mutanité. Je viens d’inventer ce mot, ouais, pour représenter l’ensemble des mutants. Ça sonne pas si mal je trouve. Enfin bref, le fumet de mon déjeuner me rappelait dans ce monde si triste, et j’allais presque changer la musique pour quelque chose de dépressif quand une voix me tira définitivement de ma rêvasserie. Dans un concert de fausses notes, ma musique prit fin et je me tournai vers l’intrus que je n’avais jamais entendu arriver. Il est assis à côté de moi et j’imagine qu’il était là depuis un moment aussi mais je n’avais aucune idée de ce qu’il pouvait bien me vouloir. Peu m’importe, s’il pensait me voler mon bacon et mon nutella, il se mettait un doigt dans l’œil!! Je sais qu’il est de la confrérie, je l’ai déjà croisé quelques fois et son visage de charmeur latino ne passait pas inaperçue.

"Tu es venue ici pour narguer ceux qui tentent vainement de perdre des kilos ou d'entretenir leur ligne ?"

Un sourire se dessina sur mes lèvres, ce n’était pas mon but, mais dit comme ça c’était franchement plus marrant!! Je me vois bien en train de me bourrer de bacon, du Nutella barbouillé partout dans le visage pendant que quelques gros faisait bouger leurs masses de graisse en essayant de perdre du poids. Je me vois très bien en train de faire ce genre de choses, en ricanant toute seule dans mon coin. Mais non, ce n’est pas la raison de ma présence, en fait je n’ai pas vraiment de raison d’être là. Simplement, je voulais un grand espace qui résonne pour pouvoir faire jouer ma musique.

« Je n’y avais même pas pensé! Mais ça risque d’être ce qui va arriver si un gros tas se pointe pour faire de l’exercice. »

Je prends une tranche de bacon et commence à la manger tranquillement, savourant le sel et le gras qui pénètre dans mon corps à la vitesse de l’éclair, mangeant une toast au Nutella en même temps, je me dis que c’était la belle vie en fin de compte. Du Nutella gratuit, une grande salle où personne ne vient me faire chier parce que je joue de la musique trop fort, entourée de mutants et non d’humains, je me sens bien. Enfin, bien c’est un terme bien large, je me sens moins mal mettons.

"Je cherchais un partenaire pour faire un peu d'activité physique. Peut-être que ça pourrait t'intéresser lorsque tu auras terminé ton repas. Pas assez de place à la cuisine ?"


« Non justement, trop de place avec trop de mômes qui auraient tentés de me voler mon bacon et ce matin, je risque de ne pas avoir assez de patience. »

Quoique, je n’ai jamais de patience envers ceux qui tentent de voler mon bacon. Et puis quoi, il veut que je fasse du sport avec lui? Après avoir manger une livre de bacon et une assiette remplie de toast au Nutella? Heuuu, non, pas certaine de vouloir vomir mon déjeuner. Parce que je sais qu’après, je vais avoir le ventre vide et avoir le ventre vide, ça veut dire vouloir le remplir, donc dépenser de l’argent pour manger. Hors, il se trouve que de l’argent, il en pleut pas vraiment ces temps-ci. Mon agent est un peu débordé par une nouvelle super star qu’il s’est déniché et je dois avouer que j’ai envie de tuer cette pétasse. Le genre de Dj blonde avec des seins refaits qui ne fait jouer que du Skrillex et les derniers groupes de l’heure, tandis que moi je suis une vraie Dj et je fait jouer des groupes un peu plus underground, un peu moins connus par la masse populaire et c’est drôle, mais la masse populaire n’aime pas l’underground et préfère les blondes au seins refait qui s’amusent sur le mac à faire jouer des mix merdiques de Skrillex.

Donc, je disais, faire de l’exercice après avoir manger tout ça allait être un vrai carnage stomacal.

« Heu, après avoir manger tout ça, faire de l’exercice? Je suis pas certaine que ce soit la meilleure des idées… Sauf si tu aimes le mélange bacon-nutella sur ton tshirt. »

Parlant de tshirt, il est déjà assez sale que ça ne dérangerais presque pas. D’ailleurs, c’est quoi ces taches? On dirait du sang! Peut-être que c’en est. Bof… Tant que c’est pas le mien. N’empêche que je ne peux pas m’empêcher de me demander qui il est maintenant. Il fait peut-être partit de ceux que Magneto emploie pour faire ses sales besognes, genre éliminer tel ou tel politicien de la scène, tel ou tel directeur de banque… Ou peut-être qu’il est juste un sadique qui aime tuer des gens, comme moi. Sauf que moi, j’évite de ma salir.

« T’es qui en passant? Avec ton tshirt plein de sang et ta manie de surgir près des jeunes filles et leur bacon, tu pourrais presque être louche… »


Et un sourire par-dessus tout ça parce qu’après tout, il faut bien sourire dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   Lun 11 Mar 2013 - 16:29

En arrivant dans la salle de sport, Samuel s'attendait à trouver des gens. Il était rare que la salle soit totalement vide même si ceux qui la peuplaient n'étaient pas toujours là pour s'entrainer. Des fois, l'endroit se transformait juste en vaste salle de discussion et d'échanges d'idées. L'espagnol ne voyait pas de mal à ça mais il s'était toujours demandé pourquoi ici et non ailleurs. Mais il y avait également des gens qui l'utilisaient pour sa fonction première, se dépensant à leur façon via les diverses machines qui ornaient la salle. Il s'attendait à tout... sauf à découvrir une jeune femme en train de prendre un repas du genre bien calorique. Drôle d'endroit pour manger. Cependant, bien qu'il était intrigué, Samuel ne la jugeait pas sur ses choix, que ce soit en matière de nourriture ou d'emplacement. D'ailleurs, le fumet que dégageaient les assiettes donnaient faim à l'espagnol dont le ventre gargouillait pour le confirmer. Manger ou bien faire de l'exercice ? Difficile de choisir. Mais il ne pouvait pas voler la jeune femme. Du coup, il décida de s'asseoir à côté d'elle pour simplement discuter, si toutefois elle cessait d'émettre de la musique, aussi agréable soit-elle.

Samuel attendit un peu avant de lui parler. Vu sa réaction et le couac engendré par la musique, elle ne l'avait vraiment pas vu venir. Elle l'observa un court instant, d'abord surprise puis méfiante. Elle devait se demander ce qu'il lui voulait. Pour amorcer la conversation, l'espagnol avait tenté une plaisanterie et visiblement, cela fonctionnait plutôt bien. Il n'y avait qu'à voir le sourire qui s'était dessiné sur ses lèvres pour le confirmer. D'après ce qu'elle disait, elle n'avait même pas pensé à ça, mais comptait bien le faire si quelqu'un se pointait ici dans l'idée de faire de l'exercice. Apparemment, elle n'avait pas l'air du genre très empathique mais peu importait.


"A vrai dire, je comptais faire de l'exercice. Est-ce que je compte ? Le seul fumet de ton plat me donne envie. Je ne te dérange pas au moins ? Je ne voulais pas t'interrompre."

Et puisqu'il était là et qu'elle aussi, il espérait qu'elle voudrait bien se joindre à lui pour faire un peu de sport. Il s'interrogeait d'ailleurs sur sa présence ici, supposant qu'il y avait simplement trop de monde à la cuisine. Ce n'était pas le cas. Au contraire, elle fuyait ceux qui auraient pu s'en prendre à sa nourriture. Etait-ce un avertissement déguisé pour le dissuader d'essayer à son tour ? Il ne voulait de toute façon pas la priver, pouvant aller à la cuisine prendre de quoi manger au besoin.

"Ils ne savent sans doute pas le cuire aussi bien que toi. Tu leur fais envie, voilà tout. Mais je comprends que tu aies préféré prendre le large."

Petite pointe d'humour, double sens. Samuel s'amusait toujours à dire plusieurs choses dans ses phrases mais rares étaient les gens qui le comprenaient. Comprendrait-elle le compliment qu'il lui faisait indirectement ? Après tout, elle était une belle jeune femme, il ne serait pas étonnant qu'elle soit ennuyée par de jeunes mutants dont les hormones s'affolaient. Qui était le plus attrayant ? La nourriture grasse ou bien la mutante aux cheveux à la couleur stupéfiante ? Difficile à dire. Pour Samuel, il s'agissait là de ses deux vices.
Elle ne désirait cependant pas faire de sport après son repas, estimant que son estomac aurait du mal à supporter un peu trop de mouvements. Elle n'avait pas tort, mieux valait attendre un peu. C'était bien dommage mais il ne pouvait la forcer à quoique ce soit.


"Mon t-shirt est déjà sale et j'aime bien prendre des risques. Mais c'est vrai que ce ne sera agréable pour pour personne si jamais ça arrive. Une sieste serait sans doute plus appropriée... Tu saurais jouer ce genre de mélodie ? Bien que ça n'a pas l'air d'être vraiment ton style."

A vrai dire, Samuel était curieux d'en apprendre plus sur le don que semblait avoir la jeune femme. Il aimait toujours mieux connaitre les autres mutants et ce qu'ils étaient capables de faire. Mais certains restaient mystérieux sur le sujet. Il espérait que ce ne soit pas le cas pour la jeune femme qui se trouvait à ses côtés. En tout cas, elle n'avait pas l'air très farouche, lui demandant directement qui il était, le comparant à quelqu'un de louche à cause de sa présence... et de son t-shirt. Samuel avait presque oublié ce dernier et surtout le sang qui l'ornait quelque peu. Instinctivement, il baissa la tête vers les tâches à cause de cette remarque. Ce n'était effectivement pas très rassurant même s'il ne s'agissait là que du sang d'humains. Jamais il ne ferait le moindre mal à un mutant. Il ignorait cependant si elle voulait des précisions sur son identité ou juste son prénom. Dans le doute, il donna quelques indices sans pour autant trop en dire. Il n'avait en tout cas rien à cacher et sans doute pas en ce qui concernait l'origine des tâches de sang.

"Samuel, professeur de sport et cauchemar des humains pendant mon temps libre. D'ailleurs, ils m'ont laissé un petit souvenir un peu tâchant... Tu n'aurais pas un briquet par hasard ?" demanda t-il tout en retirant le dit t-shirt

Il comptait bien se débarrasser des preuves de ses méfaits. Non pas qu'il en avait honte, au contraire, mais il n'en était pas non plus au point d'arborer de tels trophées. Comme le disait la jeune femme, ce n'était pas très rassurant et encore moins seyant. Il préférait donc le réduire en cendres, quitte à devoir retourner chez lui torse nu. Ce n'était pas un réel problème puisqu'il n'habitait de toute façon pas bien loin.
Malgré les dires de la mutante, Samuel savait bien qu'elle ne faisait que plaisanter. Cela se voyait à son sourire. Il le lui retourna d'ailleurs, par politesse mais également parce qu'il était amusé par sa constatation. Plusieurs questions défilaient dans son esprit. Qui était-elle ? Depuis combien de temps était-elle là ? Il n'était pas au courant de tout et regrettait d'ailleurs de ne pas mieux connaitre tous les membres de la Confrérie. Mais il y en avait tellement que c'était difficile de tout savoir.


"Si je dis que c'est plus la jeune femme que le bacon qui m'attire, je vais être davantage louche ?" demanda t-il avec un sourire amusé "Je t'ai déjà croisée plusieurs fois mais je n'ai pas le plaisir de te connaitre. Tu es ... ? Cela fait longtemps que tu es parmi nous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 21
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   Lun 29 Avr 2013 - 6:18

Quand je dis que ce serait marrant de rire des gros tas qui veulent faire de l’exercice pour ressembler aux supers athlètes et top-modèles de sous-vêtements masculins, je veux dire rire des gros tas qui veulent faire de l’exercice pour ressembler aux supers athlètes et top-modèles de sous-vêtement masculin. Je ne viens pas rire des superbes mecs aux yeux dorés et au physique de sportif. Le genre de sportif qui fait du sport pour faire du sport, pas pour ressembler à un douchebag trop large d’épaule. Un beau mec, que j’aimerais bien me taper. Surtout qu’il est un mutant? Boooon, mutant mâle avec physique attirant=sexe. Vous voyez, la vie est trop simple pour se la compliquer.

« Si tu es petit et gros, oui tu comptes. À moins que tu sois un illusionniste qui me fait croire que tu es l’homme que je vois, non tu ne comptes pas. »



Avec un grand soupir, je pense à sa dernière phrase. Il dit que ça sent bon, *voulait vraiment pas me déranger* et donc, veux du bacon. Je peux le comprendre, tout le monde aime le bacon et c’est pas comme si j’en avais pas fait de trop hein. J’ai fait la livre au complet, parce qu’après tout, je sais qu’il arrive toujours un quelconque incident quand j’ai du bacon. Genre, je tombe sur un latin aux yeux dorés. Heu non, pas vrai, ça c’est la première fois que ça m’arrive. Peu importe, il peut en prendre s’il en veut, mais faire de l’exercice après? Pffff, très peu pour moi. Il peut manger du bacon et le vomir ou juste regretter de l’avoir fait après, mais moi, malgré mon estomac super endurci, je ne le ferai pas.

« Oui, si tu veux, tu peux en prendre c’est bon. J’en ai trop fait de toutes façons… »



Je fais un air faussement découragé, avec un petit sourire en coin sur le bord des lèvres, tout à fait consentante dans ce viol de bacon. Après tout, c’est un confrère et il n’est pas du tout déplaisant pour l’inst….

Oooooooh, arrête, je vais rougir. Je l’aime de plus en plus, après tout, j’adore les gens qui me font des compliments. *Tu leurs fait envie, voilà tout*, c’est une phrase de charmeur parfaite. Dans le contexte, super subtile, mais pour une femme comme moi que sait voir les compliments dans n’importe quelle situation, c’est juste parfait. Tout petit, tout mignon, mais avec la touche de charme virile de l’envie. Ca me fait envie. Oh non, mais oh, on se calme. Je sais que je ne suis pas une étudiante, mais il est quand même un prof et je ne me suis jamais tapé de prof. Oh eh bien, raison de plus… Non, Hyppy, Bacon en premier.

« Je n’aimerais pas te salir plus que ce que tu es déjà… Pas de cette manière-là en tout cas... »


J’ai la terrible envie de lui lancer une tartine de nutella sur son tshirt, simplement parce que ce serait hilarant. Bien qu’il soit très attirant, un homme qui n’a pas de sens de l’humour, c’est si ennuyant! Le mieux, ce serait qu’on parte une bataille de nutella après. Oh oui, je vois déjà la scène, nos deux corps couverts de chocolats collants, des peintures de guerre à la noisette et s’en suivra… Une guerre terrible. Des pots de nutella seront vidés par centaines, les couloirs seront souillés à jamais et partout, l’on sentira l’odeur sucré de la peur… Oh, non, du chocolat.

HEU. Ok, je suis tirée de ma rêverie rapide par une terrible insulte. À savoir si je suis capable de jouer *ce genre de mélodie*. MAIS OH. NON MAIS OH. Je suis outrée, insultée, terriblement choquée de cette grossièreté. Je suis Hypermusic, la déesse de la musique, il n’y a rien qui peut échapper à mes talents. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de source de musique extérieure, je ne peux pas contrôler son mental directement… Dommage. Je ne vais qu’influencer légèrement son état d’esprit au travers de ma musique, comme n’importe quelle chanson pourrait influencer l’état d’esprit de quelqu’un. Alors je me lance, au début un piano tapisse la salle comme si on créait une tapisserie, qui donne le ton, le fond, l’ambiance. Quelques mesures à peine, et le chant d’un violoncelle vient se placer devant cette tapisserie aux reflets mouvant de mer calme, d’horizon voilé par une larme, éclairé par une étoile, d’horizon où l’on croit voir demain, vivre hier, sans jamais comprendre aujourd’hui. Cette tapisserie si pleine et pourtant si simple change subtilement après quelques secondes et des notes plus fortes viennent se rajouter, se mêler à la voix du violoncelle et doucement, une toile faite de mille et une douceurs vient entourer celui qui saura laisser son esprit aller pour s’y couler, comme on se coule dans les bras réconfortant d’un être aimé… Forte et douce, c’est ma musique. Tout se passe si vite, le musique change sans que la transition brise l’éclat de la première chanson et une voix aux paroles incompréhensible vient murmurer des paroles aux côtés d’un violon électrique.

Oh mon dieu que c’est ennuyant.

Tant mieux, alors que ses paroles transpercent la toile musicale fragile que je créais sans l’aide d’ondes sonores extérieures, je laisse tomber ma concentration et la musique n’est plus qu’une simple musique de fond, rien de si merveilleux, le génie de la déesse s’est retiré pour se consacrer à cet homme qui vient de troubler son déjeuner. Cet homme, prof de sport, comme c’est surprenant! Qui d’autre qu’un prof pourrait avoir l’idée de venir s’entraîner dans le gym de la Confrérie le matin.

Ils lui ont laissé un souvenir un peu tâchant? Ca veut dire qu’il est allé à la chasse aux sapiens…Et j’ai arrêté de fumer, je me suis rendue compte que ça donne vachement une mauvaise haleine. Donc non, je n’ai pas de briquer. Je suis une fumeuse sociale maintenant, donc je ne fume que lorsque les gens autour me proposent une cigarette. Donc, je n’ai pas de briquet, je n’en ai pas de besoin, vu que je suis une jeune femme responsable maintenant!!

Oh, minute, j’en ai un. Je sors de ma poche un Zippo que je garde parce qu’il est vraiment classe, un dessin de lame de rasoir dessus. Je lui lance adroitement, quand je me rends compte que s’il brûle son tshirt, mon rêve de guerre de nutella part en fumée avec. Meh, pourquoi je dis ça? Je peux toujours lui en balancer autant que je veux dans sa tronche.

« Tu serais davantage louche si tu aimais plus le bacon que moi. »



Ma phrase est partie comme une flèche, marmonnée pendant qu’il me parlait et je ne peux pas m’empêcher de sourire à l’idée que quelqu’un puisse préférer le bacon à moi. Je veux dire, oui, le bacon c’est génial, mais je suis encore plus géniale. La preuve, il veut savoir qui je suis!

« On m’appelle Hypermusic, et ça fait un temps que je suis dans la Confrérie, mais j’ai un emploi à l’extérieur de ces murs. Ça fait en sorte que je suis moins souvent ici, mais pour des raisons compliquées je suis revenue quelque temps. Je suis une Dj, et les contrats ne pleuvent pas ces temps-ci… »

« Toi ça fait longtemps que tu es ici toi? »


C’est peut-être posé sur un ton familier, mais je ne suis pas vraiment une élève ici donc je ne vois pas pourquoi je devrais être polie ou quoi que ce soit avec lui, après les sous-entendus charmeurs et le bacon partagé, je crois que je peux dire qu’on est pas mal à l’aise les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Exercice... bacon?? (Hypermusic et Samuel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Construction d'une Haiti Nouvelle: GRAHN MONDE Samuel Pierre Editeur
» Exercice pratique [PV]
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» NSA : Samuel "Sam" Fisher
» Samuel Krakow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Repaire de la Confrérie :: Les Sous-Sols :: Salle d'entrainement-