X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Noël des riches [Evelynn Jones]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Jeu 24 Jan 2013 - 6:48

"Jingle bell, jingle bell
Jingle bell rock
Jingle bell swing
And jingle bells ring
Snowin' and blowin'
Up bushels of fun
Now the jingle hop has begun"

Le 25 décembre au matin, alors que les cloches de minuit venaient de sonner, Eleonnora quitta subtilement son loft après s’être assuré que sa douce était profondément endormie. Elle se dirigea vers l’entrepôt de l’immeuble, situé au rez-de-chaussée. Il était possible d’y entrer par l’intérieur, mais il y avait une grande porte, menant à l’extérieur, qui permettait de sortir la tondeuse, déneigeuse, et autre machines du genre. La jeune femme y avait caché le cadeau d’Evelynn, sachant qu’elle ne mettrait jamais les pieds dans cette grande pièce. Elle appuya sur l’interrupteur et, aussitôt, une vive lumière envahie l’espace de stockage. Elle fit quelques pas, se dirigeant au dans un coin de l’endroit, puis retira le drap qui recouvrait une magnifique moto. D’un bleu océan, l’engin brillait de mille feux. Elle l’avait reçu, il y a quelques jours. Importée tout droit du Japon, le modèle Ninja 300 de Kawasaki avait été modifié et adapter sur mesure pour convenir parfaitement à Evelynn. Cette dernière ne se doutait probablement pas de son cadeau de Noël. Elle allait être surprise, c’était certain. Elle allait sous doute lui dire qu’un tel présent était beaucoup trop pour elle, qu’elle ne pouvait accepter, mais elle allait tout de même finir par le faire. Il ne fallait pas refuser un cadeau, cela ne se faisait pas.

Amenant la moto avec elle, elle la fit rouler, en usant de beaucoup de force, hors de l’entrepôt. Après avoir éteint la lumière, elle referma la porte qui se verrouilla automatiquement. À présent, il fallait monter le véhicule à l’étage. Cela n’était pas chose facile. Puisqu’il était terriblement lourd, elle savait qu’elle ne pourrait passer par les escaliers. C’était tout simplement impossible. La seule solution qui lui restait était l’ascenseur. Autant dire que cela ne lui plaisait guère. Elle était claustrophobe. Elle détestait ce genre d’endroit. Elle craignait d’y rester coincée ou que les câbles lâchent soudainement. Et si quelqu’un y était caché, prêt à tuer la première personne venue ? Tout un tas de scénarios catastrophes parcouraient son esprit. Elle paniquait intérieurement. Elle sentait la sueur perler sur son front. Y arrivera-t-elle ?

Postée devant l’ascenseur, la jeune femme resta debout, pétrifiée, pendant une dizaine de minutes. Elle pesait le pour et le contre. Elle faisait un pas vers l’avant, puis reculait de deux. Elle n’arrivait pas à se décider à entrer dans cette fichue cabine. Pourtant, elle n’avait pas le choix. Elle devait y arriver. Pour Evelynn. Elle poussait sa douce à affronter ses peurs, pourquoi ne pourrait-elle pas y arriver, également ? Elle devait essayer. Si elle arrivait à entrer à l’intérieur, cela tiendrait du miracle. Le temps continuait de tourner. Elle hésitait toujours.

Puis, prenant une grande inspiration, elle appela l’ascenseur, appuyant sur un bouton. Elle attendit, non sans une pointe d’appréhension, qu’il soit finalement arrivé. Les portes s’ouvrirent devant elle. La cabine était vide. Il n’y avait personne. Doucement, la jeune femme fit rouler la moto à l’intérieur et la plaça de façon à pouvoir la faire sortir rapidement une fois arrivée à son étage.

Elle appuya sur un bouton. Puis, les portes se refermèrent devant elle. Elle ferma les yeux, respirait profondément. Elle sentait l’appareil s’élever lentement. Elle n’aimait pas cela. Trop de mauvais souvenirs revenaient en elle. Elle ne supportait pas être ainsi enfermée. Elle avait l’impression de suffoquer. Elle était seule, elle était vulnérable. Elle désirait sortir, elle devait respirer, prendre l’air, il fallait qu’elle quitte cet espace clos avant qu’il ne soit trop tard. Cependant, les portes s’ouvrirent. Elle était déjà arrivée. Rapidement, Eleonnora quitta cet endroit de malheur, faisant rouler la moto jusqu’à son appartement.

Elle ouvrit lentement la porte. Evelynn ne devait pas l’entendre. Puis, elle pénétra doucement dans l’appartement en prenant garde à ne pas faire trop de bruit. Se servant de son pouvoir, elle referma la porte derrière elle. Elle mena le véhicule jusqu’au grand sapin de Noël qu’elle avait décoré avec sa petite amie, quelques jours plus tôt. Il trônait dans un coin de la pièce, pas très loin du canapé. Elle s’était assurée d’avoir la place nécessaire afin de pouvoir y installer le cadeau. Une fois qu’il fut immobilisé, elle s’assura qu’il ne tombera pas durant la nuit, puis alla chercher l’emballage, dans son bureau. Il s’agissait d’une énorme boite, sans fond, qu’elle avait couvert de papier d’emballage et d’un magnifique ruban qui ornait le dessus du paquet. Elle posa la boite par-dessus la moto, la dissimulant parfaitement. Sur la boite en question, elle y déposa le dernier cadeau : un casque de moto. Il était équipe d’un micro et de tout ce dont elle avait besoin pour entendre et communiquer avec le GPS de la moto. Il était confortable et conçu pour être une excellente protection en cas de chute. Cela collera parfaitement avec l’ensemble de cuir qu’elle avait offert à sa douce, quelques temps plus tôt.

Puisque tout était installé, Eleonnora regagna sa chambre et se coucha à côté de sa douce, prenant garde à ne pas la réveiller. Fatiguée après tant d’efforts et de stress, elle s’endormit très rapidement. Demain matin, elle comptait bien se lever tôt afin de préparer le déjeuner. Rien n’était trop beau pour celle qu’elle aimait.


***

Il devait être environ huit heures du matin lorsqu’Eleonnora quitta son lit. Vêtue d’une robe de nuit sombre et élégante, elle enfila son peignoir de satin avant de se diriger à la cuisine. Elle commença à préparer le petit déjeuner. En cherchant une poêle, dans l’armoire, elle aperçut son reflet dans un chaudron et se dirigea immédiatement à la salle de bain afin de brosser sa chevelure qui s’était emmêlée durant la nuit. Elle ne désirait pas ressembler à n’importe quoi. Par la suite, elle s’occupa de la nourriture. Une odeur d’œufs et de bacon envahis rapidement la pièce. Cela lui donnait faim. Vivement qu’Evelynn se réveille ! Comme par magie, ses pensées furent exaucées car sa douce émergea, quelques minutes plus tard, de leur chambre. Quittant momentanément ses poêles, la jeune femme vint embrasser tendrement sa douce.

-« Joyeux Noël, ma chérie. »

Reportant son attention sur ses plats, Eleonnora servit les assiettes et les posa sur la table. Le déjeuner était déjà prêt et elle espérait que cela plairait à Evelynn. Elle proposa à sa douce de prendre place à la table alors qu’elle y déposait les ustensiles. Elles avaient toute leur journée devant elle, autant en profiter. Et puis, la jeune femme voulait la faire languir, au sujet de son cadeau. Elle ne devinera jamais ce que c’était. Peut-être qu’elle découvrira rapidement qu’elle lui offrait un casque, vu la forme du paquet, mais impossible de savoir ce qui se cachait sous la grosse boite posée aux côtés du sapin.

-« Tu as hâte d’ouvrir tes cadeaux ? » Lui demanda-t-elle avec un sourire amusé, connaissant parfaitement la réaction qu’allait avoir sa petite amie face à une telle question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Jeu 24 Jan 2013 - 22:54

Quel heure était-il… beaucoup trop tôt, c’était certain. Dans l’esprit d’Evelynn qui avait dormi comme un bébé toute la nuit, les mouvements de Nora étaient beaucoup trop matinaux à son goût. À peine réveillée, elle regarda le cadran pour apercevoir l’heure… et conserver quelques minutes de sommeil supplémentaires, laissant sa tête retomber mollement sur l’oreiller. Le sommeil reprit bien rapidement ses droits, gardant Evy dans ses bras pendant quelques minutes de plus. Cela aurait pu durer longtemps… si une subtile et délicieuse odeur de bacon ne s’était pas infiltrée dans leur chambre. Les sens de l’artiste s’éveillèrent doucement, l’odorat particulièrement stimulé, et ses yeux s’ouvrirent doucement. Elle avait assez dormi pour profiter d’un bon déjeuner… après tout, aujourd’hui, c’était Noël.

Se redressant dans son lit, elle s’étira les bras en baillant, puis quitta les couvertures. Vêtue d’un débardeur rouge et rose un peu fripé et d’un pantalon joggings large, elle se regarda dans le miroir un instant, trouva que ses cheveux défiaient un peu les lois de la gravité et saisit une brosse question de les ramener en arrière. Une fois fait, elle quitta sa chambre et se dirigea vers la délicieuse odeur de bacon. Si Nora prenait le temps de cuisiner, il fallait bien qu’elle en profite. C’était plutôt rare après tout.


-« Joyeux Noël, ma chérie. »

Répondant à son baiser, elle s’installa à table face d’elle alors qu’elle plaçait les ustensiles. La journée semblait magnifique, de plus sa chérie devait passer toute la journée avec elle ainsi que peut-être les suivantes si elles avaient de la chance. Selon la Russe, son boulot ne devait pas la rappeler durant quelques jours, et Evy désirait profiter de chacune de ses journées passées avec elle.

-Joyeux Noël mon ange ! Tu me fais le déjeuner, ça paraît que l’occasion est spéciale !

Souriante, Evy, toujours installé à la table, semblait attendre que sa belle compagne s’installe avec elle pour commencer à manger. L’odeur alléchante du superbe déjeuner l’attirait comme un aimant, mais pas politesse pour sa copine et surtout pour pouvoir trinquer avec elle, elle patientait, attendant qu’elle s’installe devant elle. Elle servit d’ailleurs deux généreux verres de jus d’orange alors que Nora finissait de placer la table.

-« Tu as hâte d’ouvrir tes cadeaux ? »

-Si j’ai hâte ? Tu penses si bien me connaître hein… OUI J’AI HÂTE ! ajouta-t-elle, prouvant que sa douce avait raison encore une fois. Surtout le paquet sur le dessus de l’autre paquet monstre là… paquet monstre…

Quelque chose se débloqua dans son esprit soudainement, alors qu’elle avait les yeux fixés sur la gigantesque boîte dans leur salon. Depuis quand est-ce que cette boîte était ici ? Elle habitait ici maintenant, il n’y avait pas d’endroit où Nora aurait pu cacher une telle chose ici. D’accord, elle n’allait pas souvent… sinon jamais en fait, dans son bureau, mais… mais mais… comment avait-elle pu faire apparaître cette boîte sans qu’elle ne s’en rende compte ? La veille au soir, elles avaient dormi ensemble. Ce matin, une boîte gigantesque occupait presque la moitié du salon. Se retournant très doucement vers Nora, un regard figé, elle demanda, simplement, redoutant la réponse :

-Nora… ne… me dis pas que… cette boîte… est pour moi… non ?

Elle avait déjà déballé tous ses cadeaux de Noël pourtant ! Du moins c’est ce qu’elle pensait ! Avec la magnifique tenue pour la moto, Nora lui avait affirmé que c’était tout. L’avait-elle fait ? Non… elle n’avait jamais dit rien de tel, c’était Evelynn qui avait assumé après avoir déballé la veste chez ses parents. La Russe semblait avoir une étrange façon de voir un Noël simple entre elles. Qu’est-ce qui pouvait bien se cacher dans cette boîte ? Oubliant son déjeuner soudainement, elle se releva, prit son verre de jus et s’approcha doucement de l’emballage. Il n’y avait pas de nom nulle part, simplement un énorme ruban sur le dessus. Si le cadeau était pour elle, elle ne savait même pas par où l’ouvrir ! La boîte lui arrivait presque au niveau du cou, et la dépassait aisément en longueur. Qu’est-ce qui pouvait bien se cacher là-dessous ?

-C’est une blague Nora qu’est-ce que tu as bien pu mettre là-dedans !

Retournant à la table, elle déposa son verre de jus à côté de son assiette. Elle ne voulait pas l’ouvrir si c’était bien le sien, sachant que sa belle compagne ne se serait pas gênée pour lui offrir un cadeau dans les centaines de dollars, mais Evy ne pouvait pas lui offrir autant ! Elle avait eu toute la misère du monde à lui trouver quelque chose qu’elle pourrait aimer, quelque chose qu’elle allait apprécier… du moins l’espérait elle, et sa compagne lui amenait quelque chose… d’aussi énorme ? Qu’est-ce qui se cachait sous cette fichu boîte ! Nora avait encore eu des idées de grandeurs, c’était certain…[flash][/flash]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Ven 25 Jan 2013 - 3:57

Eleonnora avait mis beaucoup de coeur dans l’achat du cadeau d’Evelynn. Elle avait fait en sorte que tout soit parfait. Elle ne lui offrait pas de babioles inutiles, loin de là. Une nouvelle moto était tout ce qu’il y avait de plus utile pour elle. Fini cette vieillerie qu’elle conduisait depuis maintenant quelques années. Il était temps pour elle qu’elle ait droit à ce qu’elle méritait vraiment. Il fallait maintenant espérer qu’elle ne refuse pas un cadeau d’une si grande valeur, comme c’était dans ses habitudes. En quelques mots, Eleonnora pourra facilement la convaincre d’accepter de changer de véhicule et de ne pas retourner ce présent au magasin. De toute façon, elle ne l’avait pas acheté dans une boutique. Il y avait certaines choses dans la vie, comme les vêtements et les véhicules qu’elle aimait avoir conçus sur mesure pour répondre à ses besoins. Et puis, rien de mieux que de se balader avec un modèle unique. D’ailleurs, cela lui rappela qu’elle devait passer un coup de fil à l’un de ses contacts afin au sujet de la nouvelle automobile qu’elle allait possiblement se faire construire. Cela attendra jusqu’à demain.

Lorsque sa douce fut finalement réveillée et vint la rejoindre dans la cuisine, Eleonnora laissa tout tomber pour l’embrasser tendrement. Elle en profita également pour lui souhaiter un joyeux Noël. Puis, elle dû retourner à ses plats avant qu’ils ne brûlent sur place. Evelynn avait raison. C’était une journée spéciale. Qui disait journée spéciale, disait déjeuner spécial qu’elle prenait grand soin de préparer. Il était bien rare qu’elle se serve de sa cuisine. Habituellement, elle préférait se faire livrer ou bien se faire un plat simple qui ne prenait que quelques minutes à cuisiner. Sinon, elle entendait qu’Evelynn se lève et accepte de faire quelque chose de mangeable. Elle n’aimait pas vraiment s’attarder devant les fourneaux. Cependant, elle n’avait pas le choix si elle désirait se remplir l’estomac à un moment ou à un autre.

Une fois installée à la table, devant son assiette, la jeune femme but lentement son jus d’orange. Sa petite amie ne lui avait toujours pas posé de question au sujet du cadeau sous le sapin… ou plutôt à côté vu la grosseur. Peut-être qu’elle ne l’avait toujours pas aperçu. Alors, pour attirer son attention et attiser sa curiosité, elle lui demanda si elle avait hâte de déballer ses cadeaux. Affirmant que si, Evelynn posa les yeux sur les paquets en question pour y découvrir la monstrueuse boite qui reposait dans le salon. Eleonnora avait été exigeante et avait demandé que la moto soit transportée dans une boite afin d’éviter un minimum les égratignures et autres dégâts du genre. Et puis, elle voulait une boite pour l’emballer, cherchant à dissimuler le véhicule. Cela lui permettait d’observer sa douce se questionner sur le contenu du paquet. D’ailleurs, cette dernière se leva et alla voir tout cela de plus près.

-« Nora… ne… me dis pas que… cette boîte… est pour moi… non ? »

-« Si. J’espère que ça te plaira. Il n’y a rien de trop beau pour toi, ma chérie. »

Evelynn tentait d’avoir un indice quant au contenu, mais c’était impossible. Il n’y avait pas moyen de deviner ce que c’était avant d’ouvrir la boite. Peu importe ce qu’elle pourrait dire à la russe, cette dernière ne comptait pas reporter ce sublime bolide au magasin. Et puis, après l’avoir vu, elle était certaine que sa douce souhaitera la garder. Elle savait, à présent, qu’elle avait une grande fortune. C’était une petite dépense pour elle, surtout lorsque c’était pour faire plaisir à la femme de ses rêves.

-« C’est une blague Nora qu’est-ce que tu as bien pu mettre là-dedans ! »

-« Tu le découvriras après le déjeuner. » Fit-elle avec un grand sourire. « Tu peux toujours tenter de deviner ce que c’est, cela dit. »

Attaquant son assiette, la jeune femme observa sa douce revenir vers elle et s’installer à la table. Il fallait manger avant que le repas ne soit froid. Puisqu’il était encore tôt et qu’elle n’avait pas extrêmement faim, elle s’était faite une petite assiette qu’elle termina bien rapidement. Elle pris quelques minutes pour boire son jus d’orange, calmement, le temps que sa douce soit rassasiée. Puis, pas pressée du tout, elle se leva et ramassa les assiettes. Elle rinça la vaisselle puis la rangea dans le lave-vaisselle. Ensuite, elle remplit l’évier d’eau bouillante dans laquelle elle versa du savon et y déposa ses poêles sales. Elle les lavera un peu plus tard. Elle songeait avoir fait suffisamment attendre sa petite amie comme ça.

-« Et si on passait aux cadeaux ? » Demanda-t-elle en enlaçant Evelynn.

Elle posa un baiser sur ses lèvres avant de s’approcher du sapin. Elle prit le paquet trônant sur le dessus de l’immense boite et le donna à celle qu’elle aimait. Elle allait deviner sans peine de quoi il s’agissait. Elle avait bien emballé le casque, mais au vu de sa forme et de son poids, c’était terriblement facile à deviner. Cependant, elle ne fera peut-être pas le lien avec la moto. Elle n’avait jamais été douée pour comprendre les choses subtiles. Pourtant, tout était là : les pantalons de cuir, la veste assortie, le casque… il ne manquait plus que le véhicule afin de compléter le tableau.

Lorsque le premier cadeau fut déballé et que la jeune femme put profiter au maximum de la réaction d’Evelynn, elle jugea qu’il était temps de lui montrer ce qu’il y avait sous le paquet. Bien entendu, elle comptait l’aider à soulever la boite sans accrocher le véhicule. Après tout, ce carton était gigantesque. Elle allait avoir du mal à le retirer seule. Puisque la russe était bien plus grande qu’elle, cela sera d’autant plus utile pour exécuter cette tâche.


-« Curieuse de savoir ce qui se trouve dans la grosse boite ? » Lui demanda-t-elle avant de s’en approcher. « Par contre, il faut la soulever pour la retirer, surtout si tu ne veux pas abîmer ce qui se trouve en-dessus. Un coup de main ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Ven 25 Jan 2013 - 22:48

-« Si. J’espère que ça te plaira. Il n’y a rien de trop beau pour toi, ma chérie. »

Elle devait… elle devait lui faire une mauvaise blague c’était certain. Ou non tiens, elle avait enveloppé un tout petit paquet et… et elle avait légèrement abusé sur l’emballage voilà tout ! Oui c’était ça, un petit cadeau, une tonne de boîte et de papier d’emballage et voilà ! En fait elle lui avait peut-être trouvé une breloque ou une babiole, peut-être un livre même. C’était logique après tout… mais ce n’était pas le genre de Nora, Evy le savait bien. Elle avait beau essayer de croire qu’elle lui faisait simplement peur avec la taille du paquet, la Russe pouvait très bien avoir acheté quelque chose de cette taille. L’artiste protesta, demandant en même temps à sa chérie ce qu’elle avait bien pu mettre à l’intérieur de cet énorme paquet.

-« Tu le découvriras après le déjeuner. Tu peux toujours tenter de deviner ce que c’est, cela dit. »

C’était une torture… sa compagne savait très bien à quel point elle était curieuse, à quel point son esprit imaginait actuellement plein de scénarios dans lesquels elle déballait le cadeau et découvrait quelque chose de… de légendaire quoi ! C’était bien la première fois de sa vie que quelqu’un lui offrait un cadeau de cette taille. Silencieuse pendant une partie du déjeuner, elle tentait de deviner ce qu’elle avait bien pu cacher à l’intérieur. Ne pouvant pas utiliser le poids comme référence, il ne lui restait que la taille de la boîte. Elle tournait sa tête à chaque seconde vers son assiette, puis vers le cadeau, puis son assiette encore. Elle continua ainsi jusqu’à ce qu’elle ait terminée son repas, inconsciente qu’elle n’était pas de très bonne compagnie envers sa cuisinière. Il fallut que Nora ramasse son assiette vide pour qu’elle finisse par sortir de sa bulle.

-Mer… Pardon merci beaucoup Nora c’était délicieux franchement… tu devrais cuisiner plus souvent… c’était super bon !

-« Et si on passait aux cadeaux ? »

Enlacée par sa partenaire, elle sourit, répondant à son baiser, laissant un petit rire s’échapper de ses lèvres sans pouvoir le retenir.

-Avec… avec plaisir mais ne soit pas trop… difficile avec ton… ton cadeau je euh… j’ai essayé de te faire plaisir et… et ben voilà… allez viens.

Elle suivit sa colocataire, radieuse, mais nerveuse et ce pour plusieurs raisons : elle allait devoir ouvrir cette immense boîte qui l’excitait autant que la stressait, et Nora allait voir ce qu’elle avait fait pour elle. Au moins, Eleonnora lui donna une chance, lui tendant le premier paquet de forme ronde. Elle avait une bonne idée de ce qu’il y avait dans ce paquet et ça allait avec les autres cadeaux : elle avait tenu à remplacer son vieux casque. Contente, elle déballa ce premier paquet pour découvrir un nouveau casque, mais pas n’importe quel, un magnifique casque bleu, avec des lignes blanches et noires qui donnaient un effet de vitesse. Son sourire valait mille mots, et elle s’empressa de le mettre sur sa tête pour voir à quel point il était confortable. La visière toujours relevé, elle sentit quelque chose près de son oreille et dut le retirer pour voir de quoi il s’agissait : un écouteur, bien placé sur la droite.

-Oh Nora c’est trop gentil ! Mais tu en as déjà fait beaucoup je veux dire avec la tenue, les pantalons et tout… tu as dû dépenser une petite fortune vraiment !

Cela ne l’empêchait pas d’être contente de son cadeau et, l’ayant retiré, elle s’approcha de Nora pour l’embrasser, l’enlaçant doucement par la même occasion. Elle fit durer le tout quelques instants avant de se reculer et de s’appuyer discrètement sur un fauteuil, toujours au prise des sensations que sa belle compagne faisait naître en elle.

-« Curieuse de savoir ce qui se trouve dans la grosse boite ? Par contre, il faut la soulever pour la retirer, surtout si tu ne veux pas abîmer ce qui se trouve en-dessus. Un coup de main ? »

La curiosité était effectivement à son comble chez la jeune femme, et elle s’empressa de s’approcher de la boîte, posant ses mains sur les côtés, elle-même à une extrémité.

-Montre moi je veux voir je veux voir je veux voir !

Lorsque Nora fut prête, les deux femmes levèrent la boîte doucement, tranquillement, et Evelynn dut faire appel à toute sa concentration pour éviter de regarder le cadeau le temps de leur délicate opération. Lorsque la boîte fut enfin déposé sur le côté, elle put regarder ce qu’elle cachait enfin : une… une… une moto ? Une moto ? Une… MOTO ? C’était un modèle Kawasaki Ninja 300, neuve, de couleur bleue. Elle n’en avait jamais vu une telle en vrai, seulement quelques photos sur internet. Sa main vint s’appuyer sur le banc, puis glisser le long de la moto. Elle semblait si légère, si agile comparé à ce qu’elle possédait actuellement.

-Non… Non Nora… c’est… non tu ne peux pas m’offrir ça c’est beaucoup trop… voyons Nora tu m’offres… tu m’offres une nouvelle moto… c’est… c’est mais… mais… je ne pourrai jamais t’offrir quoi que ce soit qui y arrive à la cheville…

Sa main retomba mollement le long de son corps alors qu’elle se retournait doucement vers Nora. Celle-ci ne s’en rendait peut-être pas compte, mais chaque cadeau qu’elle lui offrait la faisait sentir un peu plus petite, et celui-là… celui-là était dans une toute autre ligue… elle ne pouvait pas accepter un tel présent, c’était tout simplement inimaginable, c’était… irréaliste. Le regard au sol, elle ne savait plus comment s’exprimer, comment dire à sa compagne ce qu’elle ressentait dans l’immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Sam 26 Jan 2013 - 2:34

Eleonnora ne cuisinait que très rarement. Elle était paresseuse, elle préférait commander des plats chez le traiteur ou au restaurant du coin. Cependant, cela ne signifiait pas qu’elle était nulle et cramait tous ces plats. Elle avait appris à préparer de bons petits plats avec le cuisinier du manoir familial. Elle adorait par-dessus tout faire des desserts sucrés. Rien de plus appétissant pour une gamine hyperactive comme elle. Si elle avait quelque chose pour s’occuper, ce devenait alors le calme plat dans la demeure des Davidoff.

Profitant du petit déjeuner en tête à tête avec Evelynn, la jeune femme savourait le plaisir de se retrouver avec elle. Cela arrivait trop peu souvent. Lorsqu’elle s’absentait, c’était toujours pour de longue mission. Elle ne savait jamais quand elle allait revenir, si elle revenait un jour. Chaque mission pouvait être sa dernière. Elle ne pouvait jamais savoir ce qui allait se passer. Elle devait alors espérer qu’elle sera assez forte pour s’en sortir et ainsi retrouver celle qu’elle aimait. Autant profiter de ce Noël et le vivre dans la joie puisqu’elle le pouvait encore.

Le repas était terminé. La jeune femme débarrassa la table. Il était temps d’ouvrir les cadeaux. Elle avait hâte que sa douce puisse profiter de la merveilleuse moto qu’elle lui avait acheté. Enlaçant cette dernière, elle posa un doux baiser sur ses lèvres. Cette matinée se déroulait à merveille. Elle avait tout pour être heureuse. Elle vivait le bonheur parfait depuis qu’elle était en couple avec Evelynn.


-« Avec… avec plaisir mais ne soit pas trop… difficile avec ton… ton cadeau je euh… j’ai essayé de te faire plaisir et… et ben voilà… allez viens. »

-« Difficile ? Peu importe ce que tu pourrais m’offrir, je serais la femme la plus heureuse du monde. »

Pour commencer, la jeune femme pris le cadeau situé sur le dessus de la boite et l’offrit à sa douce, avec le sourire. Cette dernière s’empressa de le déballer sous le regard attendri d’Eleonnora. Aussitôt qu’elle l’eut en main, elle l’observa. Le design était magnifique. En le voyant, elle s’était dit que ça irait parfaitement avec la couleur de la moto. Ravie de son cadeau, Evelynn l’essaya. Il lui faisait à merveille. Lorsqu’elle le retira, la jeune femme vint l’embrasser. Eleonnora était heureuse si elle l’était également. Leur baiser durant plusieurs minutes, l’une ne voulant lâcher l’autre, elle profitait de tout leur temps. Après tout, elles n’étaient pas pressées.

Lorsqu’elles se séparèrent finalement, Eleonnora pris le temps de reprendre un peu ses esprits. Elle se servit de sa main comme d’un éventail afin de faire passer cette bouffée de chaleur qui la prenait suite à ce baiser passionné.

Il était temps de passer au prochain cadeau. Evelynn avait terriblement hâte de voir ce qui se cachait sous cette grosse boite. Elle aida sa douce à la soulever et la poser à côté. C’était les hommes du recyclage qui allaient heureux de ramasser un tel paquet. Maintenant, la moto se dévoilait à la jeune femme, brillante, flambant neuve. Elle était magnifique. Elle convenait parfaitement à sa douce. Elle méritait d’avoir un tel véhicule. Rien n’était trop beau pour elle. Rien.

Toute une gamme d’émotions passa sur le visage d’Evelynn. Elle fut étonnée, impressionnée, émerveillée, mais elle ne sut décrire ce qu’elle ressentait par la suite. Elle observa attentivement le véhicule, le caressant, passant ses mains sur la carrosserie. Qu’en pensait-elle ? Intriguée, la jeune femme l’observait silencieusement. Est-ce que ça lui plaisait ? Quelque chose clochait ? Elle n’aimait pas la couleur ? Non, c’était bien plus que ça…


-« Non… Non Nora… c’est… non tu ne peux pas m’offrir ça c’est beaucoup trop… voyons Nora tu m’offres… tu m’offres une nouvelle moto… c’est… c’est mais… mais… je ne pourrai jamais t’offrir quoi que ce soit qui y arrive à la cheville… »

-« Tu ne pourras jamais m’offrir ce genre de chose, comme tu ne pourrais te l’offrir à toi-même. Ce n’est pas une compétition sur la valeur des cadeaux, tu sais. Je veux seulement te faire plaisir. J’ai de l’argent, c’est vrai, mais je ne juge pas un cadeau sur sa valeur. La preuve est là, juste devant moi. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, le plus beau de tous les cadeaux que l’argent ne peut acheter. » Elle s’approcha doucement d’Evelynn et caressa tendrement sa joue. « Si tu ne la veux pas, je peux toujours la revendre. Je l’ai faite construire sur mesure rien que pour toi, je ne vois personne d’autre la conduire que toi. »

Elle lui sourit. Elle comprenait qu’Evelynn ait du mal à accepter son cadeau. Elle avait toujours eut bien du mal à se faire payer des objets de grande valeur. L’argent importait peu. Son seul but était de la rendre heureuse. Acceptera-t-elle de conserver le véhicule ? Elle était certaine que si. Elle l’espérait fortement. Elle passa ses bras autour de la taille de sa douce, l’attirant doucement contre elle.

-« Il faut qu’une chose soit claire entre nous. Mon argent, c’est aussi le tien. J’en ai trop, je ne sais même pas quoi en faire. Alors autant que ça profite à une personne que j’aime. Je veux seulement t’offrir la meilleure vie possible. Tu es ma princesse et je veux que ma douce princesse soit la plus heureuse de toutes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Lun 28 Jan 2013 - 11:11

-« Difficile ? Peu importe ce que tu pourrais m’offrir, je serais la femme la plus heureuse du monde. »

-Ne… ne parle pas trop vite… j’ai mis beaucoup d’effort mais je n’ai pas réussi ce que je voulais et je euh… je me tais je sais…

Elle avait mis beaucoup d’heures, beaucoup de travail et beaucoup de pensées dans ce qu’elle avait fait pour sa sublime compagne, et elle s’inquiétait énormément de ce qu’elle en penserait. Après tout Nora n’était pas du genre à cacher ses pensées derrières de fausses paroles, clamant haut et fort ce qu’elle pensait en tout temps, les œuvres d’Evelynn n’étant pas exclues. Il ne manquait plus qu’elle rejette ce qu’elle avait fait pour elle… L’inquiétude rongeait l’artiste amateur qui ne demandait que cette journée finisse au plus vite. Moins elle y penserait, mieux elle se porterait après tout. Passant à autre chose, elle commença par déballer le premier cadeau.

Le casque lui fit énormément plaisir, d’autant plus qu’il allait avec ce que la belle Russe lui avait déjà offert. Récompensant son bon choix par un baiser passionné, Evy prit quelques secondes pour retrouver ces esprits après cet intense moment. Sa compagne lui faisait vivre énormément de sensations toutes plus agréables les unes que les autres, et chaque fois qu’elle pouvait goûter ses lèvres, elle le faisait. Après ce moment, les deux femmes ouvrirent ensemble le deuxième emballage, à savoir… une moto.

Était-elle heureuse devant un tel engin ? Elle, qui avait peu de fonds et qui donnait une majeure partie de son argent aux morlocks, n’en avait plus beaucoup pour elle-même. Avoir pour elle une machine aussi puissante, rapide, performante et fiable était bien plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. C’était justement là le problème : jamais, au grand jamais elle ne pourrait offrir quoi que ce soit de semblable à sa compagne pour la remercier. Rien de ce qu’elle ne ferait serait assez bien, rien ne serait assez beau ou… ou bref rien ne pourrait égaler ce que Nora venait de lui procurer. C’est pour toutes ces raisons qu’elle voulut refuser le cadeau tout d’abord. Cependant, les paroles magnifiques de sa partenaire commencèrent à lui faire changer d’avis.


-« Tu ne pourras jamais m’offrir ce genre de chose, comme tu ne pourrais te l’offrir à toi-même. Ce n’est pas une compétition sur la valeur des cadeaux, tu sais. Je veux seulement te faire plaisir. J’ai de l’argent, c’est vrai, mais je ne juge pas un cadeau sur sa valeur. La preuve est là, juste devant moi. Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée, le plus beau de tous les cadeaux que l’argent ne peut acheter. Si tu ne la veux pas, je peux toujours la revendre. Je l’ai faite construire sur mesure rien que pour toi, je ne vois personne d’autre la conduire que toi. »

Toute une gamme d’émotions traversait le visage d’Evelynn alors que sa douce lui caressait la joue. Que devait-elle dire devant toutes ces belles paroles ? Accepter lui semblait toujours impossible, mais pourtant elle savait très bien que Nora parlait avec son cœur. Que devait-elle faire ?

-« Il faut qu’une chose soit claire entre nous. Mon argent, c’est aussi le tien. J’en ai trop, je ne sais même pas quoi en faire. Alors autant que ça profite à une personne que j’aime. Je veux seulement t’offrir la meilleure vie possible. Tu es ma princesse et je veux que ma douce princesse soit la plus heureuse de toutes. »

La tête toujours penchée vers l’avant, Evelynn ne savait pas plus quoi penser maintenant que sa compagne avait ajouté ces paroles. Devait-elle accepter de devenir sa princesse, d’utiliser son argent comme s’il était le sien ? L’artiste ne pourrait jamais s’y résoudre, c’était une évidence. Ce n’était pas une question de honte, simplement que devant de tels cadeaux, elle se sentait… aussi petite qu’un nain, et ce n’était pas le but visé par Nora, c’était évident. Oh non de non de non… quoi faire devant tout ceci ? Elle devait… accepter… mais refuser en même temps… mais… oh …

-Je… je euh… Nora je…

Les mots refusaient de sortir de sa bouche. Elle tourna lentement la tête vers la moto neuve, magnifique, qui trônait dans le salon, puis vers sa compagne. Elle désirait réellement lui faire plaisir, ça se voyait bien dans ses yeux bleus miroitants. Eleonnora ne visait pas le malheur de sa compagne, bien au contraire, mais Evy avait bien du mal à l’accepter. Se faire payer des choses la dépassait déjà, un article d’une telle valeur était… impensable. Cependant, dans son cœur… elle finit par oublier pendant quelques secondes la valeur de la moto. Après tout, sa partenaire avait pris son temps pour choisir le modèle, la couleur, la faire construire sur mesure, l’amener jusque dans le salon. Elle nota sans le vouloir toutes les étapes qu’avaient dû endurer la belle Russe pour lui faire un tel cadeau… et elle ne pouvait pas le refuser.

-Je… je veux… je veux la garder…

Un sourire timide se dessina sur ses lèvres, avant qu’elle ne lui saute au cou, heureuse d’avoir une si merveilleuse compagne. Sans doute ne se sentirait-elle pas tout à fait à l’aise avec l’argent de Nora, en fait jamais elle ne se sentirait à l’aise de l’utiliser sans qu’elle ne le sache ou qu’elle ne soit présente, mais peut-être un jour l’artiste pourrait se permettre d’aller chercher des sushis en lui empruntant sa carte de crédit. C’était un début. Serrant très fort sa partenaire dans ses bras, Evy finit par la laisser, se dirigeant vers le sapin pour prendre un paquet fort plat, mais assez haut et large, semblable en taille à la première toile qu’elle avait fait de sa compagne. Deviner ce qu’il y avait à l’intérieur était simple, mais ce qui y était représenté…

-Tiens Nora… c’est euh… ce que j’ai fait pour toi… j’espère qu’il va te plaîre… Il n'est pas exactement comme je l'aurais voulu, tu me connais mais... j'espère qu'il te fera plaisir voilà...

Toile pour Nora
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Lun 28 Jan 2013 - 22:16

Toujours aussi peu sure d’elle-même, Evelynn ne croyait pas que son cadeau était le plus beau, le meilleur, le plus réussis à ses yeux. Elle avait peur que cela ne plaise pas à Eleonnora. Elle ne devait pas avoir peur, pourtant. La jeune femme sera davantage touchée par quelque chose qu’elle avait fait de ses propres mains plutôt qu’un quelconque objet acheté au magasin. Elle avait de l’argent, elle pouvait avoir ce qu’elle désirait. Cependant, il y a certaines choses que l’argent ne pouvait acheter, comme sa douce compagne. La fortune d’Eleonnora servait uniquement à leur faire mener la vie qu’elles désiraient sans se soucier des problèmes financiers. Elle roulait sur l’or et même si elle dépensait à outrance, elle ne verrait jamais la fin de son compte en banque. Elle désirait gâter Evelynn comme elle le pouvait. Cette dernière avait grandis dans une famille géniale, son père faisait un bon métier qui pouvait faire vivre aisément toute la famille. Cependant, en aménageant à New-York, elle avait perdu ce petit confort. Elle n’avait que très peu de moyens, malheureusement. Elle ne pouvait pas se payer du luxe. Eleonnora voulait lui faire comprendre que, maintenant qu’elles étaient ensemble depuis plusieurs mois, cet argent ne lui appartenait pas qu’à elle. Elle laissait sa carte de crédit à la disposition de sa douce, au besoin. Un jour, peut-être que celle-ci acceptera de l’utiliser, ne serait-ce que pour faire l’épicerie.

Le but d’Eleonnora, en lui offrant cette magnifique moto, était seulement de lui faire plaisir. Elle ne voulait pas la rendre mal à l’aise ou quoi que ce soit du genre. Au contraire, elle voulait seulement la voir rayonner de joie. Comme sa douce aimait faire de la moto, la jeune femme avait décidé de choisir l’un des meilleurs modèles sur le marché. Ainsi, Evelynn pourra dire adieu à sa vieille moto. Elle aura un engin de qualité qu’elle se chargera de mener chez sa garagiste s’il lui arrivait le moindre pépin.

Bien évidemment, Evelynn ne pouvait accepter un tel cadeau. Eleonnora s’y attendait. Elle la connaissait. Elle savait parfaitement comment elle réagirait en recevant un tel présent. C’est pourquoi elle ne fut ni surprise, ni déçue par sa réaction. Elle tenta uniquement de lui faire comprendre certaines choses. Elle expliqua à sa douce qu’il s’agissait du genre de cadeau qu’elle avait les moyens de lui offrir, ce n’était pas l’argent qui lui manquait. Elle désirait uniquement lui faire plaisir en lui offrant tout ce qu’elle ne possédait pas. Elle était comme une princesse à ses yeux. Elle cherchait à la rendre heureuse et lui faire vivre un véritable rêve. Le comprenait-elle ?

Elle attendit patiemment la réponse d’Evelynn. Si elle venait à refuser de conserver le véhicule, alors la jeune femme se verra dans l’obligation de s’en débarrasser. Pour la revendre ? À moins qu’elle ne la dissimule dans l’entrepôt de l’immeuble jusqu’à ce que la moto de sa douce ne rende l’âme ? Elle commençait déjà à chercher des solutions. Dans le pire des cas, elle y pensera plus tard. De toute façon, tant que sa petite amie n’avait pas parlé, elle ne comptait rien faire du tout.

Finalement, la jeune femme lui dit timidement qu’elle désirait conserver la moto. Heureuse, Eleonnora lui fit lentement relever la tête afin de l’embrasser tendrement. Peut-être un jour, elle s’habituera à la vie de luxe dans laquelle elle baignait, à présent. Et puis, qui disait artiste peintre renommée disait fortune. Si elle perçait dans le métier, c’était assuré que l’argent allait couler. Autant qu’elle s’y fasse tout de suite. Et puis, avec l’argent d’Eleonnora, elle pouvait se procurer tout ce dont elle avait besoin afin de réaliser ses œuvres. Elle ne manquera jamais de rien pour faire ce qu’elle aimait tant, ce qui l’animait et la rendait heureuse.

Evelynn s’éloigna d’elle afin de prendre un paquet assez grand, assez large, qui semblait cacher une toile. Ce n’était pas bien difficile à deviner, vu son allure. Afin d’être à l’aise pour retirer le papier d’emballage, la jeune femme s’assit sur le canapé. Elle déballa très lentement son cadeau. Elle n’avait pas envie de l’abîmer avec ses ongles manucurés. Lorsqu’elle retira la totalité du papier, elle observa la fameuse toile.

Pendant une seconde, son cœur cessa de battre. Elle contemplait silencieusement l’œuvre qu’elle avait entre les mains. Les couleurs s’harmonisaient, se mélangeaient avec grâce à charme. Elles donnaient un aspect magique aux divers éléments affichés. Elle reconnut le pont de Brooklyn, dessiné en arrière-plan. L’élément principal de cette œuvre, c’était elle. Elle n’eut aucun mal à se reconnaitre. Son visage, sa chevelure glissant doucement sur ses épaules… Il était évident qu’Evelynn l’avait peinte sur cette toile. Silencieuse, la jeune femme observait les moindres détails, parcourait avec attention cette magnifique peinture des yeux. Elle était de plus en plus impressionnée à chaque nouvelle toile que sa douce lui présentait. Elle avait tellement de talent. Elle ne le voyait pas, mais elle était terriblement douée. Elle ne devait pas douter d’elle-même.
Eleonnora posa la toile avec délicatesse, sur le canapé, s’assurant qu’elle tenait parfaitement bien contre le dossier du meuble. Puis, elle se leva et s’approcha de sa douce. Elle passa ses bras autour de sa taille, puis se pencha vers elle pour murmurer à son oreille.


-« Je t’interdis de douter de toi ou de ton talent. C’est magnifique Evelynn. C’est un merveilleux cadeau. Elle est… wow… je n’ai pas les mots. Ça me touche. Sincèrement. Merci ma chérie. Merci. Merci. Merci. »


Elle l’embrassa sur la joue, puis sur les lèvres. Elle la serra contre elle, prolongeant ainsi le baiser tout comme son intensité. Elle était heureuse, touchée par cette toile si magnifique. Il s’agissait d’un cadeau unique, quelque chose que personne ne pourrait avoir. Evelynn y avait mis du temps, des efforts, de la patience et beaucoup d’amour pour lui faire un tel présent. Serrant tendrement sa douce dans ses bras, elle la remerciait. Ses traits étaient adoucis, cela se voyait qu’elle était touchée par la toile qu’elle venait de recevoir. Avoir été de nature sensible, peut-être qu’elle aurait pleuré, qui sait.

Posant son front contre le sien, elle la regarda dans les yeux, caressant doucement sa joue. Elle resta là, un long moment, à la regarder ainsi. Elle était obnubilée par ses magnifiques yeux. Puis, lorsqu’elle sorti de sa transe, la jeune femme fit signe à sa petite amie de la suivre. L’entrainant lentement dans la main, elle s’arrêta dans sa chambre et referma la porte derrière elle.


-« Noël n’est pas terminé. J’ai autre chose pour toi… Mon corps. »

Elle retira son peignoir, dévoilant ainsi la petite tenue qu’elle portait. Sans plus attendre, elle embrassa Evelynn, la guidant lentement vers le lit. Puisque cette dernière répondait à ses baisers, la caressait, la jeune femme ne se stoppait pas. Elle plaqua sa douce contre le matelas du lit, embrassant ses lèvres, son cou, passant ses mains froides sous le chandail de sa douce. Elle ne tarda pas à lui retirer afin de caresser sa poitrine, l’embrasser tendrement. Elles avaient la journée devant elle et elles ne sortiront pas de cette chambre avant bien longtemps. Eleonnora désirait offrir le plaisir de la chaire à sa douce, la couvrir de baisers et de caresses. Leurs corps se mêlaient l’un à l’autre. La jeune femme tentait de guider peu à peu sa petite amie, prenant tout son temps pour lui faire vivre toute une gamme d’émotions et de plaisir.
L’une contre l’autre, partageant ce doux moment intime, elles vivaient ainsi l’un des plus beaux Noël de leur vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   Mer 30 Jan 2013 - 9:31

Elle avait accepté… elle n’en revenait pas elle-même de ce qu’elle venait de dire. Ces quelques mots qui avaient quittés ses lèvres, elle les avait dit. Sa surprise n’en était que plus grande puisqu’en tant que femme simple, vivant bien confortablement avec peu, jamais le goût de la luxure ne l’avait atteint. Les cadeaux de ce genre (qui étaient fort rares) ne lui faisaient pas vraiment plaisir, Evelynn jugeant la valeur du cadeau sur ce qu’il était et non le nombre de zéros qu’il y avait dans le prix. Cependant… elle avait osé… malgré tout ce qu’elle s’était dit, tout ce qu’elle pensait, sachant fort bien qu’elle n’avait pas besoin d’un tel engin, que c’était même ridicule d’avoir une moto aussi avancé et puissante pour l’usage qu’elle en faisait… elle avait dit oui.

Alors qu’Eleonnora s’avançait vers elle, lui relevant le menton par la même occasion, elle vit dans ses yeux que tout comme elle, la Russe n’avait pas choisi le cadeau pour le prix qui y était affiché. Elle s’était contentée de trouver ce qui lui ferait plaisir et de s’arranger pour l’obtenir. Le prix était dans son monde un détail qu’elle pouvait ignorer, alors elle se concentrait sur « lui faire plaisir ». C’était ça le plus important… et Evelynn profita de ce baiser encore plus, heureuse de ce cadeau merveilleux qu’elle lui faisait. Pleine d’émotions, toujours autant à fleur de peau, la jeune artiste se dirigea rapidement vers l’arbre de Noël pour lui tendre son cadeau, essuyant discrètement une larme de bonheur qui perlait à son œil humide.

Laissant tout son temps à sa compagne de le déballer, l’inquiétude apparut bien rapidement dans ses yeux. Allait-elle apprécier ce qu’elle avait fait ? Après tout, c’était quelque chose de fort différent qu’elle avait peint cette fois. Même si elle croyait connaître les goûts de la belle Russe, avait-elle réussi à faire quelque chose qu’elle apprécierait vraiment ? Le silence lui répondit alors que Nora admirait son œuvre. Ce temps d’attente était insoutenable pour Evelynn, qui bougeait, remuait dans tous les sens, attendant le verdict de sa compagne presqu’aussi intensément qu’elle aurait attendu le verdict de sa propre mort. Puis la réponse vint, alors que Nora déposait l’œuvre sur le canapé avant de passer ses bras autour d’elle.


-« Je t’interdis de douter de toi ou de ton talent. C’est magnifique Evelynn. C’est un merveilleux cadeau. Elle est… wow… je n’ai pas les mots. Ça me touche. Sincèrement. Merci ma chérie. Merci. Merci. Merci. »


-Je… ça me fait plaisir… de te voir sourire ainsi…

Victoire ! Son cadeau lui plaisait ! C’était tout ce que désirait Evelynn, de voir sa compagne heureuse après tout. Même si montrer ses œuvres la gênait, voir la réaction de celle-ci valait la peine. Elle semblait vraiment émue, heureuse, et s’empressa de l’embrasser passionnément. Evy y répondit avec autant d’ardeur, débarrassée d’un important stress. Alors qu’une Nora bien plus douce s’appuyait doucement contre son front, caressant doucement sa joue, l’artiste ne put réprimer un petit rire. N’importe qui les aurait qualifié de mignonnes… mais ce n’était pas ce qu’Evelynn voyait : elle apercevait une femme extraordinaire, encore plus adorable qu’elle ne l’aurait jamais espéré. Suivant docilement Nora qui l’amenait dans sa chambre, elle passa sa main doucement le long de son dos avant de s’arrêter devant elle, maintenant juste devant le lit.


-« Noël n’est pas terminé. J’ai autre chose pour toi… Mon corps. »

Alors que le peignoir de Nora tombait sur le sol, l’expression d’Evelynn n’aurait pas pu être plus explicite. Sa déesse était magnifique, surtout dans cette tenue si… révélatrice, accentuant les courbes de son corps sublime. Elle n’eut pas le temps d’ajouter quoi que ce soit que sa compagne la repoussait déjà dans le lit, l’embrassant passionnément. Une voix en elle continuait de trouver toute cette situation étrange puisque… elle ne devait pas se voiler la face : c’était la première fois qu’une telle chose allait se dérouler entre eux… et surtout entre Evelynn et une autre femme. Une boule de stress se formait en elle, mais les caresses de Nora se firent de plus en plus insistantes, libérant l’artiste de tout ce stress rapidement. Elle en avait envie depuis si longtemps…

Le matelas les accueillit bien rapidement et bientôt, Evy se retrouva complètement nue devant sa partenaire. Ce n’était pas la première fois qu’elle la voyait, mais c’était la première fois qu’elle se montrait si insistante, si passionnée… et la jeune femme adorait ce qui se passait. Ses mains allaient caresser avec force le dos et le corps de Nora, ses lèvres cherchant les siennes alors que la belle Russe descendait le long de son corps. La journée serait bien trop courte… mais le plaisir serait à son comble… c’était chose certaine. Chaque parcelle du corps en feu, elle se laissa guider par Nora au travers de ce plaisir de la chair, savourant, caressant, murmurant doucement le nom de sa compagne, chaque parcelle de son corps parcouru d’ondes si agréables…


-Nora… parvint-elle à murmurer dans un soupir de plaisir, comble moi… ce désir… que j’ai depuis si longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Noël des riches [Evelynn Jones]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Noël des riches [Evelynn Jones]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Evelynn Jones
» Les belles-soeurs [PV Evelynn Jones]
» Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Environnement: Les pays riches doivent des billions aux pauvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers :: Appartement de Eleonnora Davidoff-