X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Lun 23 Déc 2013 - 7:29

La poudrerie balayait New-York sans management, se jetant au visage des courageux piétons qui osaient affronter la température hivernale en cette fin de soirée. Eleonnora fixait la rue et ses rares passants depuis la grande fenêtre de la pièce principale de son loft. Elle observa une voiture déraper légèrement sur la chaussée glissante avant de se reprendre et de continuer son avancée. Heureusement qu’Evelynn était rentrée du boulot saine et sauve ces derniers jours. Les trottoirs étaient couverts de glace, les routes étaient enneigées, parfois loin d’être dégagées. C’était difficile pour tout le monde. Eleonnora était heureuse de pouvoir avoir un espace pour garer sa voiture à l’abri de toute cette neige. Elle sortait peu, profitant de ses journées de congé pour rester tranquillement chez elle à faire le ménage, la cuisine, ou bien pour lire un livre qu’elle avait délaissé pendant trop longtemps. Elle en profitait également pour passer du temps avec celle qu’elle aimait.

Evelynn était la femme de sa vie, elle le savait. Elles partageaient ce loft depuis plus d’un an. Elles avaient célébré leur premier anniversaire de couple il y a seulement deux mois. Pourtant, Eleonnora savait que c’était la bonne femme, celle avec qui elle allait passer sa vie. Rien ni personne ne pourrait lui faire croire le contraire. Buvant la dernière gorgée de sa coupe de vin rosé, la jeune femme observa une dernière fois la ville enneigée avant de tourner les talons. Grâce à son don, elle put tirer les rideaux derrière elle. Doucement, elle déposa sa coupe vide dans l’évier. Elle avait assez attendu.

Il y a un bon moment de cela, elle avait décidé de faire une grande surprise à sa compagne. Eleonnora était douée pour cela. Elle aimait lui faire plaisir, toujours lui offrir ce qu’il y avait de plus beau. Elle faisait des efforts pour ne pas la rendre trop mal à l’aise, mais ce n’était pas si simple. Evelynn n’accordait pas une grande importance à tout ce qui était luxueux. Elle avait du mal, parfois, à accepter certains cadeaux. Malgré tout, la jeune femme savait que celui qu’elle allait lui faire la rendra heureuse.

Eleonnora aurait pu attendre à Noël pour lui faire la surprise, mais elle ne pouvait pas. Elle savait que c’était maintenant. Elle était en congé pour un petit moment, elle voulait en profiter. Et puis, elle avait hâte qu’Evelynn découvre sa surprise. La neige, le froid, la glace et cette ville si sombre, si terne, tout cela la décourageait. Elle était persuadée qu’un petit changement d’atmosphère ne ferait que leur faire du bien. Cette fois, pas question d’aller à Miami. Il fallait quelque chose de plus fantastique, quelque chose qui émerveillera Evelynn et lui fera plaisir.

Heureusement qu’Erïka avait été de bons conseils. Eleonnora l’avait, d’ailleurs, accompagnée à l’aéroport il y a quelques jours. Sa petite sœur avait décidé de voyager, de visiter la Norvège en ce début du mois de décembre. Elle ne voulait pas de jet privé ou quoi que ce soit du genre. Des billets en classe affaire avaient fait l’affaire. Il fallait dire qu’Eleonnora l’avait fortement incitée à éviter la classe économique où se trouvaient, bien souvent, des familles avec des jeunes enfants. Jamais Erïka n’aurait survécu au voyage si elle avait été forcée de supporter des gamins.

Eleonnora cogna à la porte menant à l’atelier d’Evelynn. Elle attendit un moment avant de tourner la poignée. La porte était déverrouillée, la jeune femme se permis alors d’entrer. Elle referma doucement la porte derrière elle avait de pénétrer dans la pièce principale. Elle chercha sa douce du regard, puis la rejoignit, le sourire aux lèvres.


-« Que fais-tu, ma chérie ? Tu ne veux pas passer un peu de temps avec moi pendant que je suis en congé ? » La taquina-t-elle d’une voix douce.

Elle embrassa tendrement sa compagne sur les lèvres. Chacun de ses baisers la faisait fondre. Son cœur battait avec force, son esprit se vidait de toute pensée négative. Elle se sentait bien lorsqu’elle était avec elle. Elle l’avait aimée pendant si longtemps et, maintenant, elle pouvait la prendre dans ses bras, l’embrasser, la câliner, la caresser, laisser ses sentiments s’exprimer.


-« J’ai une petite surprise pour toi. Si je te disais de penser à un endroit que tu veux vraiment visiter un jour, une ville, un pays, peu importe, qu’est-ce que ce serait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mar 24 Déc 2013 - 18:32

-« Que fais-tu, ma chérie ? Tu ne veux pas passer un peu de temps avec moi pendant que je suis en congé ? »

Pour être honnête, l’artiste ne l’avait même pas entendue entrer. Ses écouteurs sur ses oreilles, elle peignait une énième toile. Elle se sentait motivée depuis plusieurs jours, et même ses heures de sommeil en souffraient, les toiles s’accumulaient, la pièce où elle entreposait chacune de ses œuvres commençait à être pleine. Elle adorait ce « boom » de motivation et d’inspiration qu’elle avait, mais ses heures de travail lui volait trop de temps. C’était souvent dans ces moments-là qu’elle souhaitait ne plus à avoir à travailler, à vivre de l’argent de sa dulcinée. Elle se le refusait, incapable d’accepter un cadeau aussi grand, mais… chaque jour lui donnait plus envie de quitter son travail à la bibliothèque.

Toujours est-il que Nora la surprit, et l’artiste eut un petit sursaut. Heureusement, son pinceau n’était pas sur la toile à ce moment, sinon elle aurait fait un trait énorme sur son œuvre. Retirant un écouteur d’une main, elle déposa son pinceau et embrassa sa dulcinée. Hum… elle se sentait si bien lorsqu’elle avait un moment d’intimité avec sa douce dulcinée. Chaque baiser était comme le premier… sans l’alcool évidemment : elle sentait son pouls augmenter, la chaleur monter dans ses joues et ses doigts s’engourdir. Tout son corps frissonnait lorsque Nora la caressait ainsi.


-De… désolé Nora j’étais juste hum… euh… dans ma tête… bien sûr que je veux profiter de toi pendant que tu es là. Tu… tu n’as même pas idée à quel point tu me manques lorsque tu es en mission…

Evelynn ne se retint pas pour la serrer dans ses bras. C’était vrai que depuis qu’elle avait cet élan d’inspiration, elle avait quelque peu négligé sa compagne. Il était temps de se reprendre. Après un court moment, elle la regarda dans les yeux, ses mains nonchalamment posés sur les hanches de sa dulcinée.

-« J’ai une petite surprise pour toi. Si je te disais de penser à un endroit que tu veux vraiment visiter un jour, une ville, un pays, peu importe, qu’est-ce que ce serait ? »

-Hum…

Evy ferma les yeux pendant un instant.  Où rêvait-elle d’aller ? Il y avait plusieurs endroits où l’artiste amateur avait souhaité voyager. La plupart concernaient le soleil et les vacances, mais certains endroits attiraient son attention pour des raisons plus artistiques. C’était une question plutôt difficile, il y avait plusieurs villes que l’artiste souhaité visiter. Celle qui lui tiendrait le plus à cœur…

-Venise. Oui j’aimerais bien aller à Venise un jour. Peut-être pas tout de suite, quand j’aurai ramassé assez d’argent pour y aller bien sûr, mais ce serait une destination de rêve…

Evelynn ouvrit les yeux à nouveau avant de poser un doux baiser sur les lèvres de sa compagne.

-Pourquoi tu me demandes ça ? Tu cherches quelque chose à m’offrir pour Noël c’est ça ? Je te préviens, je refuse que tu me paies un voyage ! C’est beaucoup trop gros et beaucoup trop cher !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mer 25 Déc 2013 - 7:05

Eleonnora était toujours discrète lorsqu’elle pénétrait dans l’atelier d’Evelynn. Habituellement, elle attendait sa permission avant de le faire, surtout lorsqu’elle ne s’y trouvait pas. Cependant, elle savait que sa compagne y était enfermée depuis quelques heures. Elle peignait, laissant aller son imagination fertile. Au nombre de toiles qui reposaient dans la pièce principale, il n’y avait aucune doute sur sa motivation et son envie de faire ce qu’elle aimait le plus.
Doucement, Eleonnora s’approcha d’elle. Elle s’arrêta à ses côtés, attendit d’avoir l’attention de sa compagne. Cela ne tarda pas. Elle lui parla, la jeune femme retira aussitôt ses écouteurs pour l’embrasser tendrement. Elle avait cessé ses activités du moment pour lui répondre, discuté avec elle, comme elle le faisait souvent. Elle était attentionnée, elle prenait toujours la peine de lui donner un minimum d’attention, même lorsqu’elle était en pleine séance de créativité.


-« Tu aussi tu me manques, ma chérie. C’est pourquoi je reviens à toutes les fois, rien que pour revoir ton joli sourire. Cette fois-ci, je ne repars pas avant un petit moment. Nous allons pouvoir passer beaucoup de temps ensemble. Tu pourras peindre autant que tu veux, j’adore te voir dans un tel état d’inspiration. »

Serrant sa tendre compagne dans ses bras, Eleonnora profita de ce moment près d’elle. Bientôt, elles passeront un peu plus d’une semaine ensemble à découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture ainsi que des paysages à couper le souffle. Cela ne fera que donner de la puissance à la vague d’inspiration qui habitait Evelynn. D’ailleurs, cette dernière réfléchissait à un lieu qu’elle rêvait de visiter. Elle prit un petit moment avant de répondre ce qu’Eleonnora souhaitait entendre. Venise était une destination rêvé pour un jeune couple comme le leur. Elles allaient profiter de ce voyage romantique pour se détendre, passer un maximum de temps ensemble et s’aimer, tout simplement.

Evelynn lui demanda pourquoi elle posait une telle question. Eh bien, elle devait se douter qu’Eleonnora avait une idée derrière la tête. La jeune femme avait envie de voyager, de passer du temps avec celle qu’elle aimait, loin de leurs travails respectif, de leurs responsabilités. Ce n’était pas la peine d’attendre plus longtemps pour aller à Venise. Eleonnora avait l’argent qu’il fallait pour qu’elles puissent s’offrir ce voyage. Evelynn n’avait pas besoin de dépenser le peu d’argent qu’elle possédait. Elle obtiendra tout ce qu’elle pourra demander à sa compagne. Cette dernière voulait lui donner une vie de rêve et comptait bien faire tout ce qu’elle pouvait pour la rendre heureuse.


-« Je n’ai jamais dit que je te payais un voyage. Par contre, il y a de gentils petits lutins qui ont acceptés de faire en sorte que le Père Noël t’offre ton cadeau en avance… Tout ce tu as besoin de faire est de préparer ta valise, profiter d’une bonne nuit de sommeil et profiter de tes dernières heures en sol américain. Demain, nous partons pour Venise. »

Elle lui sourit, fière de son idée de cadeau. SI Evelynn pensait que tout s’arrêtait à un simple voyage, elle se trompait. Cependant, Eleonnora n’allait certainement pas lui révéler tout ce qu’elle prévoyait lui offrir pendant ce voyage. Elle avait encore quelques surprises en réserve. Pour l’instant, elle se préparait à entendre Evelynn sauter de joie ou la convaincre que ce voyage était une bonne chose pour toutes les deux. Par contre, elle devrait peut-être appeler à son travail pour poser ses jours de congé. Et puis, si ses patrons n’étaient pas contents, ils pouvaient toujours la mettre à la porte. Eleonnora se fera un plaisir de tout lui offrir afin qu’elle puisse s’adonner à son art. Pour l’instant, cela semblait être très fructueux, rien qu’à voir les magnifiques toiles qui ornaient la pièce. D’ailleurs, elle glissa un œil curieux sur celle que sa compagne était en train de peindre, avant son arrivée. Magnifique. Elle sortait avec l’une des artistes les plus talentueuses de cette ville. Qu’elle accepte le compliment ou non, cela restait vrai et ce le sera toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Ven 3 Jan 2014 - 18:57

-« Tu aussi tu me manques, ma chérie. C’est pourquoi je reviens à toutes les fois, rien que pour revoir ton joli sourire. Cette fois-ci, je ne repars pas avant un petit moment. Nous allons pouvoir passer beaucoup de temps ensemble. Tu pourras peindre autant que tu veux, j’adore te voir dans un tel état d’inspiration. »

-Il y a aussi le fait que je t’ai fait promettre de toujours revenir n’est-ce pas ? répondit l’artiste, espiègle. Je… je vais profiter de ce petit moment alors… Je… j’ai un « boom » depuis quelques jours… je ne sais pas pourquoi, comme si quelque chose de magnifique allait arriver. Ton retour sans doute…

Ne se gênant pas pour la serrer dans ses bras, l’artiste ferma les yeux l’espace d’un instant, savourant ce tendre moment avec sa compagne. Dans l’intimité, la gêne d’Evelynn disparaissait maintenant en grande partie, et dans des moments pareils, elle pouvait parler et agir sans avoir la crainte de passer pour une folle maladroite. Ça ne l’empêchait pas de faire des gaffes et de se blesser par inadvertance, mais bien souvent, ça provoquait l’hilarité des deux femmes. Il était bien rare que l’artiste ne se blesse sérieusement, mais les bleus, les coupures et les ecchymoses faisaient partie du quotidien. À bien y penser… Eleonnora était peut-être en plus grand danger chez elle avec Evelynn qu’en mission contre toutes les menaces qui pouvaient peser sur les États-Unis.

La question de Nora la prit un peu au dépourvu, et l’artiste dut y réfléchir un court instant. Bien des destinations lui plaisaient, mais faire un choix parmi celles-ci étaient plus difficile qu’elle ne le pensait. Optant pour l’endroit qui la faisait rêver depuis sa jeunesse, elle répondit à sa dulcinée que Venise serait sans doute une destination de premier choix… si elle avait les fonds pour s’y rendre évidemment. Sachant que sa compagne posait rarement ce genre de questions sans raison, l’artiste la prévint tout de suite qu’un tel cadeau était hors de question.


-« Je n’ai jamais dit que je te payais un voyage… »

L’artiste poussa un soupir. Finalement, elle s’était peut-être trompée…

-« Par contre, il y a de gentils petits lutins qui ont acceptés de faire en sorte que le Père Noël t’offre ton cadeau en avance… Tout ce tu as besoin de faire est de préparer ta valise, profiter d’une bonne nuit de sommeil et profiter de tes dernières heures en sol américain. Demain, nous partons pour Venise. »

-Mais…  mais… qu’est-ce que… euh… quoi ?

Figée, l’artiste essayait d’assimiler ce qu’elle venait d’entendre. Un voyage… à Venise ?! Ça devait être une blague, les billets d’avions devaient coûter une forture et surtout connaissant sa dulcinée les billets devaient être en première classe et elle ne pouvait pas quitter son travail ainsi c’était impossible qu’est-ce qu’elle allait faire Nora ne pouvait lui offrir un tel présent encore !! Ses pensées fusaient à une telle vitesse qu’on pouvait presque voir de la fumée sortir de ses oreilles. Reculant d’un pas, elle plongea son regard dans celui de sa compagne pour tenter de discerner si elle ne la menait pas en bateau comme bien souvent, mais non, elle semblait tout à fait sérieuse. Un voyage… mais qu’est-ce qui lui prenait ?!

-Nora… Nora ce n’est pas sérieux ! Tu ne peux pas m’offrir… un tel présent voyons ! Tu m’as déjà tellement donné ! Ça doit coûter une fortune de faire un tel voyage et euh… non !

Eleonnora aurait sans doute le dernier mot comme d’habitude, mais ça n’empêchait pas l’artiste d’espérer qu’une fois dans sa vie, elle pourrait l’emporter sur la diablesse blonde. Un voyage… et pourquoi pas un avion tant qu’à y être ! Oh non, il fallait qu’elle garde l’idée pour elle… des fois que sa compagne ne se décide à lui en offrir un véritable…

-En plus je… je ne peux pas demander de congés aussi facilement voyons, ajouta Evelynn, cherchant n’importe quelle excuse pour se sortir de ce voyage. Il faut que ce soit approuvé, et mon patron n’est pas… enfin… spécialement rapide pour ce genre de demandes… En plus… tu sais que je serais encore plus nerveuse…. Que que que je le suis d’habitude ! Tu ne serais même pas capable de me supporter !

En désespoir de cause, elle ajouta, la tête basse.

-Tu sais que je ne pourrai jamais t’offrir quoi que ce soit qui s’approche un moindrement à tous ces cadeaux que tu m’offres…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 9 Jan 2014 - 22:06

“Every time our eyes meet
This feeling inside me
Is almost more than I can take”

Eleonnora avait la volonté de vivre. Elle ne pouvait pas laisser tomber alors qu’elle avait tant à perdre. Elle revenait toujours de mission. Elle souhaitait revoir celle qu’elle aimait, plus que tout au monde. S’il fallait qu’elle surmonte l’insurmontable, elle comptait le faire. Personne ne pouvait se mettre en Evelynn et elle, pas même la mort. Chaque fois qu’elle partira vers l’inconnu, Eleonnora lui fera cette même promesse.

-« Je te fais cette promesse parce que je sais que je la tiendrais. »

Eleonnora profita au maximum de cette étreinte partagée avec la femme qu’elle aimait. Elle souhaitait passer davantage de temps avec elle avant d’être obligée de s’en éloigner de nouveau. La jeune femme avait donc prévu l’idée parfaite : un voyage sur l’autre continent. Connaissant les goûts, les envies de sa douce, la jeune femme savait quelle destination lui ferait véritablement plaisir.

La jeune femme annonça finalement à Evelynn qu’elle allait recevoir son cadeau de Noël en avance. Expliquant que ce cadeau ne venait pas d’elle, mais bien du Père Noël, Eleonnora se doutait tout de même que sa tendre compagne n’allait pas accepter un tel cadeau sans tenter de le refuser. Prête, la jeune femme attendait ses arguments pour pouvoir les détruire bien gentiment et ainsi remporter de nouveau la victoire.

Il y eu un moment d’incompréhension avant qu’Evelynn ne soit capable de réagir à la nouvelle. Non, elle ne pouvait pas accepter un tel présent. C’était bien trop couteux, bien trop luxueux. Elle ne pouvait se permettre de faire de telles dépenses pour Eleonnora et elle ne pourra jamais lui rendre tout ce qu’elle lui donnait. Elle était toute petite. Tout cela, sa compagne le savait. Cela ne l’empêchait pas de faire en sorte que celle qu’elle aimait soit heureuse. C’est pour cela qu’Eleonnora tenta de la rassurer un maximum.


-« Ne t’en fais pas. J’ai réduis dans les dépenses. Plutôt que de prendre l’avion, j’ai emprunté le jet privé de mon père. Je sais que tu rêves d’aller à Venise, je veux seulement te faire plaisir. Plutôt que de bosser comme une folle pour arriver à te payer ce voyage, pourquoi ne pas profiter du fait que je peux te l’offrir ? »

Evelynn ne pouvait pas s’en sortir si facilement. Le fait qu’elle travaillait n’était pas une excuse. Eleonnora était prête à aller parler à son patron s’il le fallait, mais sa douce allait obtenir congé pour partir à Venise, c’était décidé. Son patron allait devoir bouger ses fesses et faire son travail, soit, accepter les congés. Il pouvait toujours congédier Evelynn, si cela ne lui plaisait pas. À ce moment, Eleonnora fera en sorte qu’elle puisse s’adonner entièrement à son art.

-« Si ton patron refuse de te les donner, je vais lui parler, moi. Sinon, dis-lui que tu es malade et aliter, je te ferais faire un billet du médecin, il n’y verra que du feu. Ce voyage te fera le plus grand bien, tu seras davantage inspirée pour tes toiles. Tu n’as pas envie de voir Venise ? Je suis sûre qu’une fois là-bas tu seras moins nerveuse. Tu sais, je te supporterais toujours, ma jolie. »

Evelynn voyait bien plus ses défauts que ses qualités, à l’inverse d’Eleonnora. En fait, elles étaient comme le jour et la nuit, ce qui leur permettait de se compléter à merveille. L’une avait de l’argent, l’autre n’avait jamais un rond. Malheureusement, cela décourageait parfois Evelynn. Elle savait très bien qu’il lui sera impossible, même dans une vie entière, d’égaler la somme dépensée par sa compagne pour lui acheter des cadeaux. Elle devait s’y faire, mais visiblement ce n’était pas gagné. Doucement, Eleonnora posa son index sous le menton de sa douce afin de lui faire relever la tête vers elle.

-« Je le sais, Evelynn, je le sais. Mais tous ces cadeaux n’égaleront jamais celui que j’ai de t’avoir à mes côtés jour après jour. Tu le sais, je veux seulement te faire plaisir et te prouver que tu me rends aussi heureuse qu’au premier jour. »

Elle se pencha doucement pour déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Le temps filait doucement, les ténèbres étaient déjà tombées sur la ville. Il était temps pour les jeunes femmes de préparer leurs valises. N’importe qui qui connaissait Eleonnora savait parfaitement bien que ce sera une très longue épreuve à supporter. Tout d’abord, le choix des tenues, puis celui des accessoires, des chaussures, des produits de beauté. Ensuite ce sera la terrible étape de tout fait entrer dans la valise. Pour commencer, elle va ranger de plusieurs façons possibles ses affaires pour qu’elles ne soient ni fripées, ni abîmées, avant de tenter de fermer son bagage. Elle va se battre avec la fermeture éclair, incapable de refermer la valise. Puis, elle utilisera son don pour tenter d’en venir à bout. Quelques heures plus tard, normalement, elle était prête à partir.

-« Allez, ma chérie, ne me dis pas que ce n’est pas ton rêve d’aller là-bas. Si tu veux, je te laisserais payer tes propres dépenses, lorsque nous y serons. Vu l’état de ton compte bancaire, ce ne sera peut-être pas simple d’y arriver, mais comme tu as l’une de mes cartes de crédit, aucune doute que tu pourras dépenser sans compter. »

Elle marqua une petite pause avant de reprendre.

-« Je sais que tu refuses par principe. Au fond, tu meurs d’envie d’y aller. Dis-moi que tu as envie d’y aller, ça me ferait tellement plaisir ! C’est quand la dernière fois que nous avons eu des vacances, rien que toutes les deux ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Lun 13 Jan 2014 - 20:27

-« Je te fais cette promesse parce que je sais que je la tiendrais. »

Evelynn n’ajouta rien, préférant profiter autant que possible de la présence de sa dulcinée. L’artiste détestait le genre de boulot qu’Eleonnora pouvait faire, et surtout les dangers qui l’accompagnaient, mais elle n’avait pas le droit d’exiger de sa compagne qu’elle cesse ses activités professionnelles. Ça n’empêchait pas la brunette de lui arracher avant chacun de ses départs une promesse de retour. C’était bien peu, mais ça rassurait quelque peu la jeune femme anxieuse.

La nervosité d’Evelynn disparut rapidement lorsque Nora lui parla d’un voyage possible à Venise. En fait, ce voyage était bien plus que possible : elle avait déjà tout prévu, et acheté les billets, sans même en parler à sa dulcinée. Surprise, mais gênée, Evelynn tenta de se sortir de cette situation par tous les moyens possible. Elle savait que les chances d’y échapper étaient minces, mais elle devait essayer. Elle n’aimait pas qu’Eleonnora paie pour tout, mais d’un autre côté, la brunette n’avait pas le moindre sou. De toute façon, dans leur couple, il était rare que l’artiste ait le dernier mot. Ce genre de plaisir était surtout réservé à sa belle blonde…


-« Ne t’en fais pas. J’ai réduis dans les dépenses. Plutôt que de prendre l’avion, j’ai emprunté le jet privé de mon père. Je sais que tu rêves d’aller à Venise, je veux seulement te faire plaisir. Plutôt que de bosser comme une folle pour arriver à te payer ce voyage, pourquoi ne pas profiter du fait que je peux te l’offrir ? »

Évidemment qu’elle allait réduire dans les dépenses ! Evelynn était peut-être naïve, mais pas assez pour croire Nora une seule seconde. Un hôtel huit étoiles ne la satisferait pas. Cependant, autant elle détestait l’admettre, autant l’envie de voyager dans ce pays de rêve la faisait rêver. Elle hocha cependant la tête de droite à gauche, refusant encore de se faire offrir un tel présent. Elle objecta qu’elle avait un travail, qu’elle aimait de moins en moins certes, mais elle se devait de s’y présenter. Avec le peu d’argent qu’elle récoltait, elle aidait les Morlocks, leur offrant nourriture et soins lorsqu’elle le pouvait.

-« Si ton patron refuse de te les donner, je vais lui parler, moi. Sinon, dis-lui que tu es malade et aliter, je te ferais faire un billet du médecin, il n’y verra que du feu. Ce voyage te fera le plus grand bien, tu seras davantage inspirée pour tes toiles. Tu n’as pas envie de voir Venise ? Je suis sûre qu’une fois là-bas tu seras moins nerveuse. Tu sais, je te supporterais toujours, ma jolie. »

-Mais je suis déjà inspirée ! Je n’ai qu’à te regarder pour avoir… tout plein d’idées !

C’était vrai en plus, mais Evelynn utilisait plutôt cet argument pour la convaincre qu’un tel voyage n’était pas nécessaire. Non, ce n’était pas nécessaire du tout. De plus, si le côté un peu plus passionné de sa dulcinée captait le message à double sens qu’elle venait de lui transmettre, peut-être qu’en échange d’une partie de jambe en l’air, le voyage n’aurait pas à avoir lieu ? De toute façon, ce n’était pas Evy qui allait se plaindre d’une bonne dose de sexe. Pour revenir au vif du sujet, l’artiste lui avoua encore une fois qu’elle se sentait toujours mal devant de tels cadeaux, le genre qu’elle ne pourrait jamais offrir à sa dulcinée à cause du salaire misérable qu’elle faisait. Elle avait tout juste assez d’argent pour payer une partie de l’épicerie, sans compter les dépenses Morlockiennes. Sentant les doigts de sa dulcinée sous son menton, elle releva la tête, ayant du mal à garder ses yeux dans les siens.

-« Je le sais, Evelynn, je le sais. Mais tous ces cadeaux n’égaleront jamais celui que j’ai de t’avoir à mes côtés jour après jour. Tu le sais, je veux seulement te faire plaisir et te prouver que tu me rends aussi heureuse qu’au premier jour. »

-Mais je le sais pas besoin de hmphhh !

Ce « hmphhh » était en fait la fin de la phrase d’Evelynn, interrompue par un baiser passionné de sa compagne. La brunette n’allait pas se plaindre d’une telle preuve d’affection, et le rendit tout aussi tendrement à sa dulcinée. De tels moments de passions se faisaient rares, surtout lorsque Nora devait partir sauver le monde. Heureusement, lorsqu’elles se retrouvaient, elles pouvaient toutes les deux laisser libre cours à leurs envies. Le baiser ne dura que quelques secondes, puisque Nora, toujours dans le but de la convaincre, ajouta :

-« Allez, ma chérie, ne me dis pas que ce n’est pas ton rêve d’aller là-bas. Si tu veux, je te laisserais payer tes propres dépenses, lorsque nous y serons. Vu l’état de ton compte bancaire, ce ne sera peut-être pas simple d’y arriver, mais comme tu as l’une de mes cartes de crédit, aucune doute que tu pourras dépenser sans compter. »

Un court silence, pendant lequel Evelynn réfléchissait à tout ce que sa dulcinée lui évoquait. Elle avait raison, elle le savait trop bien. Evy rêvait de visiter ce pays depuis fort longtemps, depuis qu’elle avait commencé à dessiner en fait. Beaucoup de ses premiers croquis étaient des répliques d’œuvres qu’on ne retrouvait qu’à Venise. Elle donnerait cher pour pouvoir y mettre les pieds… mais de la façon offerte par Nora, même si c’était très tentant, elle se sentait tout de même coupable. De quoI ? De profiter de la bonté et de la richesse de sa dulcinée par exemple.

-« Je sais que tu refuses par principe. Au fond, tu meurs d’envie d’y aller. Dis-moi que tu as envie d’y aller, ça me ferait tellement plaisir ! C’est quand la dernière fois que nous avons eu des vacances, rien que toutes les deux ? »

-… Nora arrête. Tu sais que tu as raison… si je refuse, ce n’est pas par principe. C’est parce que je ne veux pas me sentir mal, j’ai toujours… toujours cette impression de profiter de toi.

Poussant un soupir, l’artiste enchaîna, ses mains caressant nonchalamment le dos de sa compagne :

-Oui j’adorerais y aller… Tu me connais trop bien… ça en devient mauvais, ajouta l’artiste avec un sourire au coin des lèvres. Je… je vais venir Nora. Si ça te fait plaisir, sache que… je ne pourrai jamais te remercier assez de tout ce que tu m’offres…

Evelynn n’avait jamais su résister aux talents de négociatrice de sa dulcinée, et avec une offre en or comme celle-ci, ce n’était pas aujourd’hui qu’elle l’apprendrait. Les yeux brillants d’Evy fixaient la belle blonde un instant avant que l’artiste ne se décide à serrer l’élue de son cœur dans ses bras, la serrant aussi fort qu’elle le pouvait.

-Je t’aime tellement Nora… merci, merci mille fois.

Puis, sur un ton plus enjoué, se desserrant de sa compagne, elle ajouta, avec un petit saut excité :

-On s’en va à Venise !!!

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mar 14 Jan 2014 - 20:09

Parfois, certaines personnes avaient besoin d’un petit coup de pouce pour arriver à trouver la motivation et l’inspiration qui allaient leur permettre de se jeter corps et âme dans leur art. Evelynn possédait ces deux éléments, actuellement. Elle avait la volonté de peindre et semblait être heureuse de ce qu’elle faisait. Il n’y avait qu’à voir son si joli visage, si rayonnant lorsqu’elle parlait de toiles et de peinture. Des toiles, ce n’était pas cela qui manquait dans la pièce, d’ailleurs.
Malgré tout, Eleonnora souhaitait offrir davantage d’inspiration à Evelynn. Pourquoi ne dessinerait-elle pas les magnifiques paysages de Venise depuis sa chambre d’hôtel ? Ce n’était qu’une excuse de plus pour visiter cette magnifique région. Il semblerait que la seule vue de sa compagne permette à Evelynn de se sentir inspirée et ainsi de créer des œuvres magnifiques.


-« Je peux t’en donner plein, des idées, moi aussi. Si tu savais ce que j’ai en tête… » Répondit Eleonnora d’une voix coquine, dévorant carrément Evelynn du regard.

Ce n’était pas le moment de passer à la chambre à coucher. Eleonnora avait encore beaucoup de travail à faire pour arriver à convaincre Evelynn que ce voyage était une bonne idée. Elle savait comment faire pour arriver à ses fins, mais cela pouvait prendre du temps. Parfois, les mots n’étaient pas suffisants. Elle devait lui faire comprendre physiquement à quel point elle l’aimait et souhaitait simplement la rendre heureuse. Ce baiser passionné qu’elle lui offrit en était la preuve.

Lorsqu’Eleonnora libéra finalement les lèvres de sa compagne, elle lui servit de nouveaux arguments pour accepter ce voyage et toutes les dépenses qui seront fait pour elle lors de leur séjour à Venise. Elle poussait Evelynn à réfléchir, à y penser à deux fois avant de refuser. Eleonnora savait bien que sa compagne ne voulait pas abuser de son argent et cela devait la pousser à dire non à tout ce qu’elle pouvait lui offrir de luxueux. Pourtant, elle n’avait pas à se sentir mal de quoi que ce soit. Elle ne profitait de personne, surtout pas de celle qu’elle aimait. Au contraire, cette dernière lui offrait tout ce qu’elle désirait par amour, parce qu’elle souhaitait lui faire plaisir.


-« Je n’ai pas besoin que tu me remercies. Te voir heureuse est une magnifique récompense en soi. Je ne veux pas que tu manques de quoi que ce soit, je veux te faire vivre les plus belles expériences qui soient. Tu n’as pas à te sentir mal de quoi que ce soit. Je te l’offre parce que je le veux, rien de plus. »

Finalement, Evelynn la serra avec force dans ses bras, heureuse de ce merveilleux cadeau. C’était tout ce qu’Eleonnora désirait. La rendre heureuse était plus important que tout. Elle était prête à tout pour elle, même à lui décrocher la Lune si elle le lui demandait. Son amour pour elle ne connaissait aucune limite. Elle était LA bonne, elle le savait. C’était avec cette femme qu’elle souhaitait passer sa vie, personne d’autre.

Réalisant qu’elle allait finalement visiter Venise, Evelynn sautilla sur place. Elle semblait si heureuse ! C’était tellement beau à voir que cela en arracha en sourire attendrit à Eleonnora. Cette dernière espérait la voir aussi heureuse jour après jour, jusqu’à la fin de temps.


-« On devrait préparer nos valises, qu’est-ce que tu en penses ? »

Sur ce, elles regagnèrent leur loft. Eleonnora entra dans sa chambre, tira une valise qui était placée sous le lit, puis la déposa sur le matelas. Il fallait maintenant faire son bagage. Il lui fallut plus de deux heures pour réussir cette tâche. C’était difficile de prévoir la température qu’il fera à Venise. La jeune femme avait vérifié la météo à deux reprises, sélectionné de nombreuses tenues avant d’en choisir certaines. Il lui fallut du temps pour mettre la main sur les accessoires et les chaussures qui allaient s’accorder avec chacune d’entre elle, puis sur la lingerie appropriée. Elle n’apporta aucune bouteille de shampooing, sachant très bien qu’il y en avait à l’hôtel. Dans le pire des cas, elle sortira en acheter. Pas question de prendre le risque de mettre des bouteilles de savon pour le corps ou un quelconque produit qui pouvait se répandre dans son sac et ainsi ruiner ses affaires.

Lorsque sa valise fut terminée, la jeune femme tenta de la refermer, sans succès. Elle sortit tout ce qui se trouvait à l’intérieur pour tout replacer, par la suite, d’une façon différente. Assise sur son bagage, elle utilisa son don pour faire glisser la fermeture éclair et ainsi refermer la valise comme il se doit. À l’aide de son pouvoir de télékinésie, Eleonnora fit doucement bouger le bagage pour qu’il se pose près de la porte d’entrée du loft. Ainsi, elle sera prête à le sortir, demain.

Le temps avait passé à une vitesse folle. Il était maintenant temps d’aller dormir. Par contre, où se trouvait Evelynn ? Après quelques minutes de recherche, elle la retrouva, assoupie. La pauvre, elle devait être crevée. Doucement, Eleonnora la pris dans ses bras prenant garde à ne pas la réveiller. Elle l’amena dans leur lit où elle la borda avec amour. Ainsi, elle dormira mieux. Demain, la journée allait être longue. Après avoir embrassé Evelyn sur le front, Eleonnora se dévêtit entièrement et se glissa sous les couvertures. Il était temps de laisser Morphée faire son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 16 Jan 2014 - 16:22

-« Je peux t’en donner plein, des idées, moi aussi. Si tu savais ce que j’ai en tête… »

L’artiste la regarda un court moment, la tête penchée, sans comprendre ce que sa compagne voulait dire. Les messages subtils et Evelynn ne faisaient pas bon ménage, mais les allusions de Nora finissaient toujours par être comprise. Evy eut simplement besoin d’un moment supplémentaire avant de poser ses mains sur ses hanches, l’air plus sérieux, mais un large sourire trahissant sa bonne humeur.

-Tu es incroyable Nora… Tu es complètement folle et j’adore ça !

La discussion ne les mena pas à la chambre à coucher, puisque Miss Davidoff avait une demande plutôt surprenante à faire à la brunette. Un voyage, rien que ça ! De quoi faire flipper la pauvre Evelynn, déjà paniquée à l’idée de changer de marque de pain tranché. Cependant, malgré les réticences exprimées par la brunette du couple, Nora réussit à la convaincre que ce voyage était une excellente opportunité qui ne se présentait pas chaque jour. La sensation de « profiter de sa compagne » était toujours présente dans le cœur d’Evelynn, mais Eleonnora faisait de son mieux pour la convaincre que ce n’était pas le cas… et ça fonctionnait.

-« Je n’ai pas besoin que tu me remercies. Te voir heureuse est une magnifique récompense en soi. Je ne veux pas que tu manques de quoi que ce soit, je veux te faire vivre les plus belles expériences qui soient. Tu n’as pas à te sentir mal de quoi que ce soit. Je te l’offre parce que je le veux, rien de plus. »

Émue, l’artiste la serra dans ses bras, incapable de croire la chance qu’elle avait d’être tombée sur une femme aussi fantastique. Ne pouvant cependant contenir l’élan de joie qui l’animait, elle se mit à sautiller sur place, heureuse, n’arrivant toujours pas à croire qu’elle allait faire un tel voyage. Venise… Et en plus, ce n’était qu’un début ! Il y avait tout un tas de villes à visiter dans les environs. Si sa compagne lui offrait l’avion, elle n’aurait sans doute aucun mal à louer un véhicule là-bas non ?

-« On devrait préparer nos valises, qu’est-ce que tu en penses ? »

L’élan de joie qui avait envahi l’artiste disparut aussitôt. Lentement, elle se tourna vers Nora, un regard mêlant peur et désespoir. Faire ses valises ? Oui pas de problème, l’artiste allait apporter quelques affaires… enfin si elle en avait toujours qui avait survécu à la tornade blonde, mais… mais… oh non… combien de temps faudrait-il à sa délicieuse compagne avant de faire ses valises ? Est-ce qu’elle pouvait imaginer une durée de temps appropriée ? En heures ou en jours ?

-Euh… oui ?

Evelynn savait trop bien ce qui l’attendait : un défilé de mode de toutes les tenues possédés par Nora, avec un mélange robe/talons-haut pour s’assurer que le tout allait bien ensemble. Suivant malgré tout Nora, elle se dirigea subtilement vers la chambre d’invités, qui avait hébergé ses nombreuses toiles avant que le second loft ne soit acheté par sa dulcinée. Ici, elle avait laissé une petite partie de son linge, du moins assez pour survivre sans doute pendant un moment à Venise. Malheureusement, ce n’était pas le cas, et lorsqu’elle se dirigea dans leur chambre commune afin d’en extraire les quelques vêtements nécessaire au voyage, elle se retrouva devant… un bordel. Une chambre complètement à l’envers, avec des tenues partout, une valise occupant le lit, et une Nora sans doute cachée dans un tiroir. Ah non finalement, elle était dans le placard, et tenait une énième robe dans les mains avant de la lancer dans la valise.

Soupirant, Evelynn déposa un baiser sur sa joue avant de ramasser quelques affaires pour les amener dans l’autre chambre. Se contentant d’une petite valise, elle commença par y mettre ses cahiers à croquis, n’oubliant pas d’en garder un plus petit dans son bagage à main. Le reste de la place fut occupée par quelques morceaux de linge, des effets personnels et une carte de la ville avec les points à visiter. Evy l’avait imprimée il y avait quelques années de cela, en plus de plusieurs autres cartes, avec les lieux qu’elle désirait le plus admirer. Alors qu’elle s’étendit sur le lit de la chambre d’invité, elle se mit à rêvasser à ce voyage, à ce qu’elle allait faire là-bas, les sites à visiter, les paysages, les lieux… et elle s’endormit sans même s’en rendre compte.

*******

Le lendemain matin, l’artiste s’éveilla, encore fatiguée, mais fébrile. Elle allait pouvoir voyager, se rendre à Venise et admirer toutes les merveilles qu’on lui avait décrites ! Regardant autour d’elle, Evy se rendit compte qu’elle avait changé de place pendant la nuit, et qu’elle avait passé la nuit avec sa dulcinée. L’avait-elle transportée ici alors qu’elle dormait ? Sans doute. L’artiste se leva silencieusement, enfilant une camisole quelconque, puis se dirigea vers la cuisine. Un bon déjeuner… elle en avait bien besoin. Lorsqu’elle ouvrit la porte du réfrigérateur, elle constata que celui-ci était pratiquement vide. Est-ce que sa dulcinée avait prévu leur voyage à l’avance ? C’était plausible, mais bon, Evelynn dut se contenter de quelques tranches de pain avec un peu de Nutella. Laissant son déjeuner sur place un instant, elle chercha dans son bagage à main la carte qu’elle avait retrouvée hier pour l’ouvrir sur la table de la cuisine, regardant les lieux qu’elle souhaitait explorer. Y avait-il une façon de tous les faire ?


-On aura pas assez de temps… À moins de courir en permanence mais à quoi bon y aller si on ne fait que courir, murmura Evelynn pour elle-même.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 16 Jan 2014 - 21:39

Eleonnora était toujours prête à réagir, peu importe la situation. Elle n’aimait pas se laisser prendre au dépourvu. Sa garde-robe était exactement à son image. Il y avait des tenues pour toutes les situations, qui s’agençaient parfaitement à son style raffiné. Elle prévoyait également les chaussures ainsi que les accessoires en conséquence. Pas question de mettre de petites chaussures à talons alors qu’il pleuvait. Lorsqu’elle se trouvait dans l’hôtel, elle souhaitait porter la bonne paire de chaussures plutôt que ses bottes d’hiver. Il lui fallait un second manteau au cas où le premier ne serait pas adéquat.

Cela lui prit plus de deux longues heures pour arriver à terminer son bagage. Lorsqu’elle eut terminé, elle retrouva Evelynn dans la chambre d’invitée, assoupie. Elle la déplaça doucement pour la ramener dans leur lit. Elles passèrent ainsi une merveilleuse nuit de sommeil.

Le lendemain, Eleonnora se réveilla à quelques reprises. Elle se souvint avoir regardé le cadran posé sur sa table de chevet, puis s’être rendormie. Il était plus de neuf heures lorsqu’elle quitta finalement son lit pour aller prendre une douche. Evelynn était déjà éveillée, mais la jeune femme décida de ne pas aller la retrouver. Elle allait tout d’abord prendre une douche afin de bien se réveiller. Après s’être brossée les dents, elle prit tout son temps pour brosser et sécher sa longue chevelure blonde. Parfaitement coiffée, la jeune femme quitta finalement la salle de bain, serviette autour de la taille, puis alla rejoindre Evelynn dans la cuisine.

Doucement, elle arriva derrière sa compagne et se pencha pour l’embrasser sur la joue. Elle ne tarda pas à passer ses bras autour d’elle, l’enlaçant tendrement. Eleonnora jeta un regard sur la carte posée sur la table. Il y avait des indications, probablement des lieux qu’elle souhaitait visiter.


-« Tu n’as pas tardé à préparer les activités de notre escapade, il semblerait. Tu ajouteras un endroit à visiter, ici. » Elle pointa un endroit sur la carte. « Il y a des boutiques de grands designers que je tiens absolument à visiter. »

Il y avait beaucoup d’endroits sur cette carte, pour certains il s’agissait de galeries d’arts. Bien sûr, Eleonnora avait prévu quelque chose pour ce voyage, mais elle voulait qu’Evelynn puisse visiter un maximum et découvrir la région. Même si elles avaient l’argent à leur disposition pour faire un tel voyage une seconde fois, la jeune femme souhaitait faire plaisir à sa compagne en lui offrant tout ce qu’il y avait de plus beau.

-« Je compte sur toi pour faire le programme de nos journées. Par contre, j’ai un petit quelque chose de prévu une fois là-bas alors pense à me laisser une soirée de libre. » Elle l’embrassa sur la joue. « J’espère que tu as appelé ton patron pour poser tes congés. »

La jeune femme se redressa et s’éloigna pour activer la machine à café. Elle finit par s’éclipser dans sa chambre afin de se changer. Un haut à manches longues, élégant et simple, ainsi qu’un jeans de marques allaient faire l’affaire. Elle avait mis ses tenues favorites dans sa valise et il était hors de question de la rouvrir. Son bagage à main, quant à lui, contenait du maquillage et tout ce qui lui était utile pour survivre, comme de la crème à main, une brosse à cheveux et un bon bouquin.

Lorsqu’elle revint dans la pièce, Eleonnora attrapa sa tasse fumante et vint s’installer à la table, aux côtés de sa douce. Leur avion ne décollait que dans six heures. Il leur restait encore deux petites heures avant de se rendre à l’aéroport. La jeune femme comptait appeler un taxi afin de ne pas avoir à utiliser sa voiture. Le temps allait s’écouler à une vitesse folle à partir de maintenant. Eleonnora tentait de masquer son excitation, mais également son anxiété, à l’idée d’offrir la seconde partie du cadeau à Evelynn. Le moment arrivera bien plus rapidement qu’elle ne pourrait l’imaginer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 23 Jan 2014 - 20:49

-« Tu n’as pas tardé à préparer les activités de notre escapade, il semblerait. Tu ajouteras un endroit à visiter, ici. Il y a des boutiques de grands designers que je tiens absolument à visiter. »

-J’avais déjà prévu euh… un genre… de euh… d’itinéraire. Bien sûr ça aurait dépendu de mon budget et du temps passé là-bas… ça fait des années que ça traîne dans mes affaires. Il y a tant d’endroits que… que que je rêve de visiter !

Prenant un marqueur noir, elle fit un cercle à l’emplacement demandé par sa compagne en souriant, tentant de planifier mentalement une façon de voir le plus de lieux possible en un moins de temps. L’idée de courir d’un endroit à l’autre n’était pas tentante, Evelynn étant du genre à prendre son temps dans les galeries d’art ou dans les boutiques de souvenirs. Elle achetait peu, mais elle ramenait des images mémorables, autant dans sa tête que dans son calepin.

-Tiens voilà ! Tu auras droit à une après-midi et ensuite on part ! Pas question de passer… toute une journée dans les boutiques… On peut le faire ici ça !

Bien sûr, les chances qu’elle ait le dernier mot étaient minces, mais elle essayait une fois de plus de tenir tête à sa magnifique compagne. Eleonnora demanderait sans doute qu’elles passent plusieurs longues heures, si ce n’était pas des jours, dans les boutiques de designers italiens. Evelynn trouverait sans doute un endroit où s’asseoir… pendant quelques secondes, jusqu’à ce que sa compagne la ramène avec elle pour essayer une robe, un habit ou un haut sexy. C’était comme ça bien souvent, et Evelynn ne s’en plaignait pas vraiment en fait. Elle aimait ses petits moments, alors qu’elles étaient dans leur bulle, même si elles étaient au cœur d’une foule. Ce qu’elle n’appréciait pas cependant, c’était le portefeuille de Nora, et son désir de payer pour tout.

Évidemment… Evelynn ne pouvait payer pour rien… Financièrement parlant…


-« Je compte sur toi pour faire le programme de nos journées. Par contre, j’ai un petit quelque chose de prévu une fois là-bas alors pense à me laisser une soirée de libre.  J’espère que tu as appelé ton patron pour poser tes congés. »

Le visage de la jeune femme tomba, alors qu’elle réalisait ce que sa compagne venait de lui dire. Pas à propos de l’après-midi bande d’andouilles ! À propos de son patron ! Evelynn n’y avait même plus repensé, trop excitée par l’idée de ce voyage. Qu’allait-elle dire ? Comment expliquer une absence de plus d’une semaine du jour au lendemain ? En fait, comment la demander ? Son patron n’accepterait sans doute pas l’idée de perdre une employée pour des raisons personnelles pendant un laps de temps aussi long.

Oh peut-être… allait-elle oser ? Alors que sa dulcinée s’éclipsait dans leur chambre, Evelynn prit le téléphone, ne sachant pas encore si elle allait avoir le courage de le faire. Ses mains en tremblaient presque alors qu’elle composait le numéro du bureau de son patron à la bibliothèque. Une voix enregistrée l’invitant à laisser un message, elle tenta de garder une voix aussi claire que possible, mais ce fut loin d’être réussie.


-Euh… euh bonjour euh… ici euh… Evelynn Jones… je suis euh… très malade… d’une maladie très euh… maladive… enfin vous comprenez… euh… je euh… je ne rentrerai pas aujourd’hui je euh… je vous amenerai un billet du médecin… sans sans sans faute euh… bonne euh… journée… pour vous pas pour moi moi je euh… suis euh… en train de euh… faire de la fièvre voilà euh… non euh… enfin… aurevoir.

La jeune femme raccrocha, son cœur battant à tout rompre, ses mains tremblant toujours. Ce fut évidemment le moment que choisit Eleonnora pour revenir de sa chambre, maintenant bien vêtue et prête pour l’aéroport. Evelynn avait maintenant les joues rouges, elle avait chaud, elle ne se sentait pas très bien. Un contre coup de son mensonge peut-être ? Non, pour elle, le simple fait de mentir ainsi la mettait dans tous ses états. Par chance, laisser un message ne laissait pas l’opportunité à son patron de voir ses joues rouge tomate, sinon crédibilité zéro, niet. Se retournant, elle regarda ailleurs, toussotant dans son poing fermé le temps que la couleur de son visage ne revienne à la normal. Après une dizaine de secondes, elle se retourna, puis s’approcha de sa compagne et se dissimula la tête dans son cou, murmurant seulement :

-Nora… tu tu tu… tu pourras… pourras me faire ce mot du… du médecin si ? Je suis… suis nulle pour mentir…

Elle resta là un instant, tremblante, non pas de peur, mais de honte. Elle détestait mentir, ça n’avait jamais été dans sa nature. C’était sans doute l’une des seules fois de sa vie qu’elle allait faire un truc similaire, mais au moins c’était terminé. Du moins… tant que sa compagne lui procurait ce mot du médecin !

-Alors… euh hum… euh… quand est-ce que… et bien que… on y va ? Moi je… je suis prête !

Plus tôt elle oublierait ce qu’elle venait de faire, plus vite elle se sentirait mieux !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 6 Fév 2014 - 18:50

Eleonnora adorait voyager, mais pas au même titre que sa demi-soeur. Pour elle, il s’agissait plutôt de visiter les endroits connus, les boutiques de designers et de se vanter d’avoir des créations de designers provenant de divers pays. Certes, elle voyait un certain intérêt dans les endroits qu’elle visitait, mais elle n’était pas du genre à vouloir s’imprégner de la culture d’un pays.

Elle n’était pas aussi passionnée qu’Evelynn. Cette dernière souhaitait en voir un maximum, ayant déjà un itinéraire de préparer. À ses yeux, ce genre de voyage était probablement une occasion unique qui ne se représentera pas de sitôt. Eleonnora, elle, savait qu’elle pouvait aller dans le pays qu’elle désirait, lorsqu’elle le désirait, n’étant pas stoppée par les problèmes monétaires. Si elle manquait de temps pour faire le tour des grandes boutiques, elle allait faire en sorte d’y retourner une autre fois. Ça, elle s’abstint de le dire à sa compagne. Cette dernière venait de lui accorder un après-midi de magasinage et il était hors de question de cracher dessus. C’était le mieux qu’elle allait obtenir, probablement. Et puis, de toute façon, ce voyage elle ne le faisait pas pour elle, avant tout, mais pour celle qu’elle aimait.

-« Mais tu sais, ma jolie, les boutiques là-bas ne sont pas comme celles-ci. » Fit-elle pour la taquiner, avant de l’embrasser dans le cou.

Il y avait bien plus important que les boutiques de designers. Evelynn. Eleonnora avait préparé quelques petites choses pour elle. Elle souhaitait avoir une soirée de libre pour mettre en œuvre ce qu’elle avait en tête. Le reste du temps sera consacré au plaisir de sa compagne. Elle pourra aller où elle le désire, quand elle le désire. C’était son voyage et elle obtiendra tout ce qu’elle voudra afin qu’il soit le plus parfait de tous. Si elle voulait aller dans la ville d’à côté, pourquoi pas ? Si elle souhaitait changer d’hôtel, c’était son droit. Si elle voulait visiter tous les musées existants dans la région, son souhait sera réalisé.

Peu de temps après, Eleonnora s’éclipsa dans sa chambre afin de se préparer comme il se doit. Ce n’était pas parce qu’elle allait passer des heures dans un avion qu’elle ne devait pas se montrer sous son meilleur jour. La jeune femme opta pour une tenue simple, élégante et confortable. Elle s’était maquillée avec soin, comme d’habitude. À peine était-elle revenue qu’Evelynn lui demanda si elle pouvait lui faire faire un mot du médecin. Aussitôt, la jeune femme acquiesça. Elle ne voyait aucun problème à cela, c’était elle qui lui avait proposé. Doucement, elle vint déposer un baiser sur la joue de la jeune femme.


-« Bien sûr, tu auras ton papier du médecin. Ne t’en fais pas. Je t’en ferais faire un à ton retour.»

Il était maintenant temps d’y aller. Même Evelynn lui demandait si elles comptaient partir bientôt. Cela fit sourire Eleonnora. Elle attrapa son téléphone et composa le numéro d’une compagnie de taxi. Elle ne voulait pas se rendre à l’aéroport en voiture. Une fois son appel terminé, elle rangea son téléphone dans son sac à main et vérifia qu’elle avait tout ce dont elle avait besoin avant de déclarer, à son tour, qu’elle était prête.

-« Le taxi sera là dans 5 minutes. J’espère que tu n’as rien oublié. »

Il leur fallu peu de temps pour enfiler leur manteaux ainsi que leurs bottes, verrouiller l’appartement et descendre au rez-de-chaussée avec leurs valises. À leur arrivée, le taxi venait tout juste de se garer devant leur immeuble. Le chauffeur aida les femmes à déposer leurs bagages dans le coffre arrière, puis elles s’engouffrèrent à l’arrière du véhicule. Le trajet se fit sans encombre, comme leur passage à l’aéroport. Eleonnora fut ravie de ne pas avoir attendue une éternité avant de pouvoir rejoindre le jet de son père. Déposant son sac à main sur l’un des sièges, elle retira son élégant manteau sans plus attendre. Il ne faisait pas froid dans l’appareil. Ce dernier était prêt à décoller, il n’attendait plus que le couple. Après s’être installée à son aise, Eleonnora boucla la ceinture de son siège et attrapa la main de sa compagne. Leur voyage pouvait débuter.

Ayant l’habitude de prendre l’avion, la jeune femme n’en avait pas vraiment peur. Elle se sentait bien et ce n’était pas le décollage qui allait la faire paniquer. Elle resta bien calme, attendant patiemment de pouvoir retirer sa ceinture et se balader un peu dans le jet. Elle avait envie d’une boisson chaude, ayant laissé son café refroidir dans l’appartement. Elle l’avait vidé dans l’évier avant de partir. Elle demanda donc à l’hôtesse de lui en préparer un, puis reporta toute son attention sur Evelynn.


-« Alors, ma chérie, tu as hâte d’arriver ? On a un long trajet devant nous donc si tu as besoin de quoi que ce soit n’hésite surtout pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mar 18 Fév 2014 - 17:57

-« Mais tu sais, ma jolie, les boutiques là-bas ne sont pas comme celles-ci. »

La jeune femme allait répliquer, si si si si elle allait répliquer, mais les frissons qui la parcoururent lorsque Nora l’embrassa l’empêchèrent de réfléchir convenablement. Au mieux, un soupir de plaisir quitta ses lèvres avant qu’elle ne se retourne pour lui faire face. Evy ne se gêna pas pour l’embrasser à nouveau, avant de la laisser partir dans sa chambre pour se préparer. De toute façon, elle aussi avait à faire, elle devait élaborer un plan de leurs destinations, savoir combien de temps allait prendre chacune des activités ou des visites… et aussi s’assurer qu’elle pouvait partir sans qu’il n’y avait de problème avec son travail.

Son message terminé, la jeune femme demanda à sa compagne, toute gênée, si elle pouvait obtenir ce mot du médecin pour lui épargner de futurs problèmes avec son employeur. Eleonnora ne semblait pas contre, surtout que l’idée venait d’elle après tout. Encore une fois, le baiser qu’elle déposa sur la joue de l’artiste la fit frissonner de plaisir, et son visage devint encore un peu plus rouge, si c’était possible.


-« Bien sûr, tu auras ton papier du médecin. Ne t’en fais pas. Je t’en ferais faire un à ton retour.»

-Mer…merci Nora…

Sa crainte se dissipa doucement, mais sa dulcinée lui changea rapidement les idées en lui disant qu’il ne lui restait que 5 minutes pour se préparer. Alors que l’aiguille de l’horloge tournait beaucoup trop vite selon l’artiste, elle se dépêcha de choisir ses derniers articles, de préparer son bagage à main et elle s’assura qu’elle avait bien son passeport en poche. Cette aventure incroyable allait pouvoir commencer !

Alors qu’elles descendaient les escaliers toutes les deux, leurs lourdes valises à bout de bras, Evelynn poussa un soupir lorsqu’elle aperçut l’ascenseur. Un jour, peut-être, elle pourrait aider sa compagne à affronter cette peur… Nora avait bien poussé Evy à apprendre à maîtriser son don, malgré toute la peur et la souffrance que cela lui occasionnait. Elle n’était pas encore en pleine maîtrise de celui-ci, mais petit à petit, la peur de libérer sans le vouloir sa mutation sur une victime innocente disparaissait. Les entraînements étaient difficiles, mais elle y parvenait… Nora, qui était bien plus forte que l’artiste, pouvait certainement vaincre sa peur si elle y mettait du sien.

Le chemin ne dura qu’un instant, mais l’artiste fut tout de même contente de pouvoir se dégourdir les jambes dehors en prenant ses valises. Elle passa près de glisser dans la neige, mais elle se rattrapa de justesse sur le côté du taxi. Heureusement que le chauffeur resta sur place, sinon elle se serait retrouvée complètement trempée. Saisissant le bras de sa compagne, elle la suivit en souriant, résistant à l’envie de sauter de joie. Venise… Venise ! Elle ne pouvait cependant cacher sa joie, marchant rapidement, presque plus rapidement que sa dulcinée, ce qui était rare. Elle se sentait bien, elle était bien… jusqu’à ce qu’elle ne voit l’avion.

Oh merde… La joie d’Evelynn disparut en un instant alors qu’ils se dirigeaient vers le quai d’embarquement. Par les grandes fenêtres, l’artiste pouvait voir l’avion, avec toutes ses lumières clignotantes, prêt à décoller. Elle ne put s’empêcher de trembler, elle commençait à avoir chaud et à se sentir mal. Elle suivit tout de même Eleonnora d’un pas beaucoup moins énergique, regardant à droite et à gauche de l’appareil pour voir si elle ne trouverait pas un moteur manquant ou de la fumée louche sortir de l’une des ailes. Il n’y avait rien de tel, évidemment… mais ça n’empêchait pas Evy de paniquer.

Heureusement, alors qu’elles prenaient place à bord de l’engin de malheur, Eleonnora saisit la main de sa compagne, la rassurant quelque peu. Ça n’empêchait pas la nerveuse Evelynn d’imaginer le pire, mais ça aidait un peu.


-« Alors, ma chérie, tu as hâte d’arriver ? On a un long trajet devant nous donc si tu as besoin de quoi que ce soit n’hésite surtout pas. »

-Quoi ? Euh je euh… oui j’ai euh… très euh… hâte d’être a… euh… où on va déjà ?

Dans sa tête, toutes sortes de scénarios les plus catastrophiques se déroulaient. Leur avion manquait d’essence puis s’écrasait dans l’Atlantique, quelque chose du genre. Le stress commença à la prendre à la gorge, et de sa main libre, elle serra autant que possible la ceinture de sécurité. Son geste était peut-être inutile, mais elle se sentait un peu mieux. Sa main se mit à trembler, et discrètement, elle tenta de retirer sa main de celle de Nora, ne voulant pas l’alarmer.

Évidemment, c’était Evelynn, et le geste qu’elle voulait discret se transforma en geste brusque ou l’artiste se mit sa propre main au visage.


-Aïe ! Qui m’a fait ça !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Ven 21 Fév 2014 - 0:28

Eleonnora avait beaucoup voyagé dans sa jeunesse. Elle avait l’habitude de l’avion et n’avait pas peur qu’un quelconque accident se produise. Elle savait que le pilote était expérimenté. Elle ne craignait pas de mourir en cas de problème. Elle était persuadée de pouvoir se sortir de n’importe quelle situation. Et puis, elle devait montrer à Evelynn qu’il n’y avait rien à craindre. Elle la sentait un peu nerveuse. À moins que ce ne soit de l’excitation mal exprimée ? Ou un mélange des deux ?

Confortablement installée dans l’avion, sa ceinture bouclée, Eleonnora attendait le décollage de l’avion. Elle était calme, sereine, tenant amoureusement la main de sa compagne dans la sienne. Evelynn avait probablement du mal à réaliser ce qui se passait. Hier soir, elles étaient confortablement installées dans leur loft de Manhattan et, maintenant, elles prenaient place à bord d’un jet privé qui allait les mener à Venise. Lorsqu’elle verra l’aéroport, leur hôtel, la beauté du paysage qui allait les entourer, elle réalisera alors qu’elle était très loin des États-Unis.


-« On va à Venise, ma chérie. »

L’avion n’allait pas tarder à décoller. Soudainement, un bruit attira l’attention d’Eleonnora. Evelynn semblait s’être donné une claque, elle-même. Comment y était-elle arrivée ? Le plus drôle était de l’observer chercher le coupable. Il n’y en avait pas, pourtant. Elle était la seule à s’être frappée. Qu’est-ce qu’elle pouvait être maladroite ! C’était tout simplement adorable. Eleonnora sourit. Elle attrapa doucement la main d’Evelynn, la serra de nouveau dans la sienne, puis l’embrassa sur la joue.

-« Tu es tellement mignonne, même quand tu te frappes toute seule. Essaie tout de même de ne pas abîmer ton si joli visage, d’accord ? »

Le décollage débuta. Calme, Eleonnora regarda par la fenêtre. Le jet alla se positionner sur la piste, puis pris de la vitesse, encore et encore, jusqu’à ce qu’il quitte la terre ferme pour rejoindre le ciel. Aucun problème. Il fallut tout de même attendre une bonne dizaine de minutes avant de pouvoir quitter les sièges. Lorsque l’hôtesse de l’air signala à Eleonnora qu’elle pouvait déboucler sa ceinture, elle en profita également pour lui proposer quelque chose à boire, ainsi qu’à Evelynn. La jeune femme commanda un café, n’ayant pas eu le temps d’en boire un seul ce matin. Pendant que l’employée allait s’occuper des breuvages, Eleonnora en profita pour se lever et se dégourdir un peu les jambes. Elle n’allait certainement pas passer tout le voyage assise. Elle avait de la place pour bouger, elle pouvait s’assoir où elle le désirait, il y avait tant de place pour deux personnes.

Alors que personne ne regardait, Eleonnora usa de son don pour détacher la ceinture d’Evelynn. Elle s’approcha de sa douce et lui attrapa les mains avant de la faire se lever devant elle. Tendrement elle posa un baiser sur ses lèvres. Leur voyage était officiellement débuter. Aucun arrêt n’était prévu avant Venise. Elles avaient pour six heures de vol, environ. Si elles avaient envie de visionner un film, de dormir ou de faire quoi que ce soit d’autres, elles le pouvaient.


-« Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à le demander. On devrait atterrir dans six heures. »

Sur ce, Eleonnora alla chercher son café, qu’on était justement en train de lui apporter. Elle s’installa confortablement dans un siège placé devant une simple table ancrée dans le sol de l’appareil. Elle en profita également pour demander quelque chose à déjeuner. Ce voyage se déroulera à merveille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Ven 21 Fév 2014 - 23:23

-« On va à Venise, ma chérie. »

-Ah oui oui Venise… Magnifique…

Oui, la ville allait sans doute être splendide, Evelynn le savait par les images et les vidéos des lieux qu’elle avait vu, mais elle n’avait jamais vraiment pensé à la variable « moyen de transport ». Elle ne pouvait pas aller à Venise à la nage ? Bien sûr que non, elle le savait très bien, mais ça ne l’empêchait pas d’y penser sérieusement. Quelle idée de faire embarquer les gens sur des boules de métaux équipés d’aile pour s’envoler !

La panique était la meilleure alliée d’Evelynn… enfin, surtout sa plus fidèle alliée, et il ne fallait pas grand-chose à l’artiste pour que la peur et le stress ne réapparaisse en elle. Installée dans l’avion, elle commençait déjà à s’imaginer les pires scénarios de crash possible, sur une île déserte ou au beau milieu de l’océan. Comment est-ce qu’elles allaient survivre seuls et loin de tous ? Elle fit son maximum pour le dissimuler à sa compagne, mais tout ce que cela lui amena, ce fut une vive douleur au front, d’une claque qu’elle venait de s’auto infliger.


-« Tu es tellement mignonne, même quand tu te frappes toute seule. Essaie tout de même de ne pas abîmer ton si joli visage, d’accord ? »

-Ah euh… oui euh… non je… je rigolais… haha… tu vois euh… tu ris hein c’était… pour te faire rire… pour pas te stresser… RESTE CALME !

Evelynn se plaqua les deux mains sur la bouche après avoir involontairement crié, puis se cacha à nouveau la tête dans la nuque de sa compagne. La serrer dans ses bras était difficile puisqu’ils étaient tous les deux assis sur une chaise, mais ça évitait au moins que Nora la regarde dans les yeux. D’une voix presque plaintive, elle ajouta un simple :

-Désolé…

Dès qu’elle sentit le mouvement de l’appareil s’amorcer, Evelynn serra encore plus sa compagne contre elle. Elle détestait les avions maintenant, et encore il ne s’était rien passé. Lorsque celui-ci quitta la piste pour s’envoler dans les airs, Evelynn poussa un nouveau cri de panique et resta crispée pendant toute la montée. Ce ne fut que lorsque l’appareil revint à l’horizontal que sa panique descendit d’un cran et qu’elle put lâcher sa compagne. Pas en état de répondre à l’hôtesse lorsqu’elle vint leur proposer à boire, Evy suivit, doucement, le mouvement de Nora, à savoir de défaire sa boucle de ceinture, mais sa compagne la prit de vitesse avec son don. Regard méchant, mais elle n’avait pas encore la force de se fâcher contre sa compagne. Tranquillement, elle se leva, puis fit un pas minuscule… puis un autre. L’avion ne semblait pas bouger ?! C’était comme s’elles étaient sur la terre ferme… mais qu’elles voyaient des nuages à travers les hublots.

Lentement, mais surement, Evelynn commença à retourner à son niveau d’inconfort habituel, qui était tout de même beaucoup moins élevé que l’état de panique du décollage. S’installant à table devant sa compagne, elle lui prit les mains et, d’un regard désolé, elle lui dit :


-Je… j’ai un peu paniqué je crois… pardon.

Et, espiègle, elle saisit la tasse de café de Nora pour lui en voler une gorgée… et se brûler la langue ! Elle fit une grimace avant de déposer la tasse sur la petite assiette, devant sa compagne, avant de demander à l’hotesse un verre d’eau… et peut-être aussi un scotch sur glace. Tant qu’à avoir un avion tout privé, pourquoi ne pas en profiter ? Ça lui ferait peut-être oublier l’atterrissage en même temps…

-« Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à le demander. On devrait atterrir dans six heures. »

-C’est fait ! Oh j’ai si hâte Nora ! Hey dis… je peux savoir ce que tu as prévu pour la soirée mystère ? Est-ce qu’on doit être au centre de Venise à ce moment là où on peut être ailleurs ?

L’artiste était curieuse, ce n’était pas pour rien que tous ces voyages l’intéressaient au plus haut point. Elle ne venait pas se reposer, elle venait explorer. Et maintenant, elle voulait savoir ce que sa compagne lui cachait… et peut-être aussi se rafraîchir la langue.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Lun 24 Fév 2014 - 21:04

Eleonnora avait eu la chance de naitre dans une famille riche qui lui avait permis d’accéder au luxe, à la culture et aux belles choses de la vie. Paris, Berlin, Barcelone, la jeune femme avait visité de nombreuses destinations touristiques, toujours en profitant au maximum des hôtels cinq étoiles, des restaurants gastronomiques et des plus belles tenues de designers. Elle n’avait jamais mis les pieds à Venise, auparavant. Tout comme Evelynn, cela allait être sa première fois. Cependant, contrairement à elle, elle n’était pas très effrayée par l’avion. Elle avait l’habitude. Et puis, le pilote était quelqu’un de compétent, au service de sa famille depuis de très nombreuses années. L’idée qu’il y ait un problème, qu’il se produise quelque chose de catastrophique ne lui avait même pas effleuré l’esprit.

Evelynn était stressée, cela se voyait. Sa maladresse ne semblait qu’empirer, alors qu’elle venait de se mettre un coup de main dans la figure. La jeune femme tenta de se rattraper alors que sa compagne la taquinait légèrement. Elle affirmait que son but n’était que de permettre à Eleonnora de ne pas être stressée, de rester calme. Cela provoqua l’hilarité de cette dernière. Elle ne se moquait pas, mais elle trouvait le comportement d’Evelynn assez amusant. Cette dernière se calma et s’excusa d’une petite voix. Eleonnora l’embrassa sur le front.

-« Tout va bien aller. Ne te stresse pas, ma chérie, d’accord ? »

L’avion décolla sans problème. Bientôt, Eleonnora fut en mesure de retirer sa ceinture de sécurité et de se lever, marchant d’un pas léger dans l’appareil. Elle alla s’installer plus loin, invitant par la même occasion sa compagne à la suivre. Assise devant une table, la jeune femme eut rapidement droit à sa tasse de café. Heureuse, sereine, elle profitait de ce petit voyage. Six heures, ça pouvait paraitre long pour certains, mais pas pour elle. Il y avait un écran plat qui n’attendait seulement qu’on l’allume pour regarder un film. Elle comptait en profiter. Pour l’instant, elle voulait passer du temps avec Evelynn, qui tentait de l’embêter en lui volant son café. Elle en profita également pour lui s’excuser de son comportement.

-« Tu n’as pas pris très souvent l’avion dans ta vie, je me trompe ? »

Alors qu’Eleonnora attendait que son café refroidisse un peu, Evelynn en profita pour lui poser quelques questions sur la mystérieuse soirée qu’elle avait préparée. Pas question de révéler quoi que ce soit. Par contre, la jeune femme pouvait bien faire marcher sa compagne et lui raconter des âneries. Elle était tellement crédule qu’elle allait tout gober sans se poser des questions.

-« Eh bien, nous allons faire un tour dans les quartiers plutôt underground pour fêter en compagnie d’hommes musclés et virils dans un strip-club avant de finir la soirée avec eux dans un bar échangiste où on va boire jusqu’au lever du jour. »

Ce qu’elle disait était tellement ridicule qu’elle espérait sincèrement que sa compagne n’y croit pas. D’un autre côté, ce serait amusant. Un léger sourire sur les lèvres, la jeune femme but une petite gorgée de son café, observant toujours Evelynn avec attention, guettant sa réaction. Au bout d’un moment, Eleonnora lui révéla une partie de la vérité. Après tout, elle n’allait pas gâcher la surprise.

-« Si tu veux la vérité, nous allons être dans le centre de Venise. J’ai déniché un bon restaurant dans le coin, je pensais qu’on pourrait aller manger là-bas. Ensuite, je ne peux rien dire. C’est une surprise. Par contre, je peux te rassurer sur le fait qu’il n’y aura aucun homme à moitié nu dans le coin. »

Le déjeuner fut servi. Eleonnora reçu son plat, tout comme Evelynn. Aussitôt, la jeune femme commença à manger, pas trop rapidement. Elle attrapa un morceau de pancake et tendit à sa compagne, au bout de sa fourchette, afin de lui faire gouter. Ici, elles pouvaient faire ce qu’elle voulait. Elles pouvaient profiter de ce petit moment ensemble. Eleonnora était souvent absente, mais lorsqu’elle pouvait être présente pour sa compagne, elle souhaitait la rendre heureuse, passer du temps avec elle et profiter de chacun de ces instants qu’elles partageaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mer 26 Fév 2014 - 19:51

« Tout va bien aller. Ne te stresse pas, ma chérie, d’accord ? »

-Euh… euh oui d’acc… d’accord… je vais essayer…

Surtout que dans son cas, le stress pouvait se transformer en peur… et la peur en immense problème.

Toujours est-il qu’elles purent, quelques instants plus tard, se lever et se délier les jambes. Ça n’empêchait pas Evelynn d’être mal à l’aise, elle qui aurait préféré garder un parachute en tout temps sur son dos, mais elle se leva tout de même pour rejoindre sa dulcinée. Elle avait plein de questions à lui poser, et se changer les idées allait lui faire le plus grand bien. S’installant devant sa compagne, elle parvint même à lui voler son café et à se brûler la langue. Elle était forte, vraiment, Evelynn. Sa malchance aurait pu apparaître dans le livre des records mondiaux sans problème.


-« Tu n’as pas pris très souvent l’avion dans ta vie, je me trompe ? »

-Si pas souvent signifie jamais, alors oui, je n’ai pas pris l’avion très souvent, avoua Evelynn a demi-mot. Je… je n’ai jamais eu les fonds pour me permettre de telles activités.

C’était un rêve après tout, de voyager ainsi dans un jet privé au bras de la femme idéale. Elle devait presque se convaincre qu’elle n’était toujours pas en train d’imaginer tout ça, qu’elle y était vraiment. Ça allait être extraordinaire, Evelynn le sentait. Enfin ça ou les reflux de son ventre qui n’était pas d’accord avec le vol… l’un ou l’autre. Sa curiosité enfin de la partie, l’artiste s’intéressa à la soirée mystère de Nora et à ce qu’elle avait prévu faire. Le côté fouineur de l’artiste l’avait plus d’une fois mise dans les emmerdes jusqu’au nez, mais avec Nora, elle ne craignait rien. Enfin… sauf l’atterrissage.

-« Eh bien, nous allons faire un tour dans les quartiers plutôt underground pour fêter en compagnie d’hommes musclés et virils dans un strip-club avant de finir la soirée avec eux dans un bar échangiste où on va boire jusqu’au lever du jour. »

Le visage d’Evelynn changea, au point que lorsque son verre d’alcool arriva, elle eut besoin de plusieurs secondes avant de le prendre et de remercier l’hôtesse de l’air. Le visage tourné vers sa dulcinée, elle constata que quelque chose clocha… un terme dans sa phrase qui n’avait pas sa place.

-Des hommes ? Tu… tu me fais marcher non ?

Nora n’avait aucune attirance pour le sexe opposé, ça, Evelynn l’avait compris depuis longtemps. Autant l’artiste ne s’empêchait pas d’admirer un beau torse musclé et des jambes de fers, autant sa compagne ne daignait même pas leur accorder un regard, sauf pour les manipuler cela allait de soi. Et pour une fois, Evelynn avait raison !

-« Si tu veux la vérité, nous allons être dans le centre de Venise. J’ai déniché un bon restaurant dans le coin, je pensais qu’on pourrait aller manger là-bas. Ensuite, je ne peux rien dire. C’est une surprise. Par contre, je peux te rassurer sur le fait qu’il n’y aura aucun homme à moitié nu dans le coin. »

-Parfait ! Si c’est dans le centre de Venise, tu n’as pas de problème à ce qu’on passe la journée là j’imagine ? Je trouverai des activités divertissantes et relaxantes, ne t’en fais pas… Qu’est-ce que tu prépares ? Tu sais que j’aime les surprises… mais que je n’aime pas savoir qu’il y a une surprise !

Evelynn était ainsi. Sa curiosité avait autant de bons côtés que de défauts, et savoir que quelque chose se tramait la poussait à vouloir chercher, à gratter et à dénicher ce qui se préparait. Elle prit une gorgée de son verre, soulageant par le fait même sa langue endolorie, puis le redéposa sur la petite table qui les séparait. Doucement, elle se leva, puis vint s’agenouiller auprès de sa compagne, la tête appuyé sur sa jambe.

-Dis… est-ce qu’il y a un lit ou un canapé dans l’avion ? J’ai… j’ai envie de… hum… enfin… tu vois ?

Le visage rouge comme une pivoine, Evelynn voulait faire vivre à sa compagne un délicieux moment d’extase. C’était la moindre des choses, vu tout ce qu’elle faisait pour elle. Evy n’avait pas les fonds pour la remercier… mais la soif de Nora pour les moments coquins n’avaient pas de fin. Aussi bien la rembourser en nature… et oublier par le fait même qu’elles étaient à des kilomètres du sol dans un avion !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 27 Fév 2014 - 21:45

Contrairement à Eleonnora, Evelynn n’avait jamais eu l’occasion de voyager en avion dans sa vie. Son compte bancaire ne lui avait jamais permis de faire de telles folies. Cependant, celui de sa compagne pouvait lui permettre de réaliser tous ses rêves, de voyager à travers le monde si l’envie lui en prenait. Pour l’instant, elles allaient toutes deux se contenter de visiter Venise, ce qui n’était pas rien. Elles allaient y passer un merveilleux séjour. Evelynn pourra faire ce qu’elle désirait, aller où elle en avait envie et sa compagne allait la suivre sans rechigner. Par contre, cette dernière gardait une petite surprise pour l’une de ces agréables soirées qu’elles allaient passer. Elle ne voulait pas donner de détails à ce sujet, par contre. Rien que pour son plaisir personnel, elle en profita pour embêter Evelynn et lui raconter des âneries sur la sortie qu’elle avait organisée.

Heureusement, il y avait des limites à la crédulité d’Evelynn. Elle était certaine qu’Eleonnora la faisait marcher, ce qui était la pure vérité. Cette dernière ne tarda pas à avouer qu’elle avait bien raison. Elle ne raconta pas pour autant ce qu’elle avait préparé, évoquant simplement le fait qu’elles allaient aller dans un bon restaurant cette soirée-là.


-« Tu ne sauras rien de ce que je prépare. Je t’en ai suffisamment dit pour le moment. On passera la journée dans le centre de la ville et on y fera ce que tu veux pendant la journée, même si ça nécessite de se lever à l’aube. »

La jeune femme termina son déjeuner puis savoura son café. Elle tentait de ne pas montrer à quel point elle avait hâte d’y être et de faire découvrir à celle qu’elle aimait la magnifique surprise quelle lui réservait. Si elle ne se retenait pas, elle allait finir par lui révéler le tout.

Heureusement, sa douce avait une idée fantastique pour lui faire momentanément oublier tout cela. Eleonnora était toujours d’humeur coquine et une telle proposition comme celle d’Evelynn était toujours la bienvenue. Doucement, la jeune femme passa sa main dans la chevelure, puis sur la joue de sa compagne. Elle lui offrit sa main pour l’aider à se redresser avant de faire de même, à son tour.


-« Tes désirs sont des ordres, ma chérie. Suis-moi, il y a une chambre là-bas. »

Eleonnora accompagna la jeune femme jusqu’à la chambre de l’avion. Sur le chemin, elle s’arrêta pour demander à l’hôtesse de l’air de ne pas les déranger tant et aussi longtemps qu’elles étaient dans cette pièce. Une fois dans la chambre, qui était bien modeste mais ô combien confortable, Elle verrouilla la porte derrière elle.

La jeune femme s’approcha d’Evelynn, caressa doucement son visage avec de l’embrasser sur les lèvres. Ce baiser devint passionnel, exprimant ainsi tout le désir, tout l’amour qu’elle approuvait pour elle. Elle la mena doucement sur le lit, retira ses vêtements en prenant tout son temps, savourant ce moment d’intimité. Leurs corps nus s’entrelaçaient, elles étaient déconnectées de la réalité.

Lorsqu’elles se séparèrent enfin, Eleonnora se laissa tomber sur le dos, le temps de reprendre son souffle. Son cœur battait à une vitesse folle, comme si elle venait de courir un marathon. Doucement, elle se retourna, sur le côté, pour observa celle qu’elle aimait.


-« Tu as trouvé une très belle façon de passer le temps. » Fit-elle en souriant.

Elle avait sauf, un verre d’eau ne serait pas de refus. Par contre, elle souhaitait passer encore un peu de temps avec celle qu’elle aimait. Doucement, elle vint prendre Evelynn dans ses bras et la serrer contre elle. D’ici quelques heures, l’avion allait atterrir. Une fois cela fait, elles rejoindront leur hôtel afin de pouvoir prendre une bonne douche chaude.


-« Si tu savais à quel point je t’aime, Evelynn. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 27 Fév 2014 - 23:23

-« Tu ne sauras rien de ce que je prépare. Je t’en ai suffisamment dit pour le moment. On passera la journée dans le centre de la ville et on y fera ce que tu veux pendant la journée, même si ça nécessite de se lever à l’aube. »

Evelynn tenta de fixer sa dulcinée pour la faire plier à sa volonté, mais son air ressemblait plus à celui d’un chien battu. Abandonnant, elle laissa retomber ses bras sur le long de son corps en boudant un peu… mais pas longtemps. Evy n’avait jamais eu la force de retirer quelques informations que ce soit à sa dulcinée lorsqu’elle décidait de lui cacher quelque chose, et ce n’était pas aujourd’hui que cela allait commencer.

Décidant plutôt de la récompenser pour cette splendide idée qu’elle avait eu, l’artiste décida d’utiliser ce que la belle blonde désirait plus que tout : le sexe. Evelynn commençait à connaître très bien les mauvaises habitudes de Nora, et surtout ses préférences pendant ces moments charnels. S’installant donc à ses côtés, elle vint lui susurrer à l’oreille ce qu’elle désirait faire… et même si l’hésitation et la gêne se faisaient toujours sentir quelque peu dans sa voix, l’effet fut immédiat. Se redressant grâce à la main tendue de Nora, elle la regarda en mimant de tirer sur le col de son chandail, un signe sans équivoque.


-« Tes désirs sont des ordres, ma chérie. Suis-moi, il y a une chambre là-bas. »

Evelynn suivit sa compagne avec un immense sourire aux lèvres, profitant du court chemin pour se placer derrière elle et caresser sensuellement ses épaules. Elle n’hésita pas à passer ses doigts dans le col de sa compagne pour sentir sa peau nue sous ses vêtements. Elle aussi devait l’admettre, elle avait hâte de lui faire connaître sa récompense. Une fois dans la pièce verrouillée, elles purent toutes les deux donner libre cours à leur passion. Les baisers ardents s’échangèrent jusqu’à ce que les vêtements ne finissent au sol, et alors elles se glissèrent sous les couvertures pour un moment de pure passion.

Leur « court » moment dura finalement plus longtemps qu’Evelynn le pensait, car ses halentantes et couverte de sueur qu’elle tomba aux côtés de sa compagne, remontant la couverture jusqu’à sa poitrine. Restant sur le dos le temps de récupérer, elle constata un instant plus tard que sa compagne elle aussi semblait essouflée, mais qu’elle se retournait sur le côté pour la regarder. Trop fatiguée pour faire un mouvement aussi demandant, Evelynn tourna simplement la tête de côté.


-« Tu as trouvé une très belle façon de passer le temps. »

-Ce n’était pas pour… pour passer le temps !

Evelynn réfléchir un instant avant de comprendre où sa compagne voulait en venir. Le sang remonta rapidement dans ses joues, mais elle avait tellement chaud que ça ne faisait pas vraiment de différence.

-Oh je euh… je viens de comprendre oui pour euh… passer le temps. En fait c’était plutôt une façon de euh… te remercier de tout ça, de tout ce que tu… fais pour moi. Et avant que tu te poses la question… j’ai adoré tout autant !

-« Si tu savais à quel point je t’aime, Evelynn. »

-Je… commence à en avoir une bonne idée. Dis on peut… on peut dormir un peu je euh… je suis comme… comme qui dirait épuisée..

Dans un lit, à des kilomètres du sol, seule avec sa dulcinée, elle avait envie de dormir et de faire comme si le temps entre elles s’arrêtaient, que la planète cessait de tourner, et qu’elles pouvaient rester ainsi pendant encore des années sans que personne ne vienne les chercher. Terminées les missions de Nora ou le travail d’Evy, elles étaient ensemble… et elles désiraient le rester.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Dim 2 Mar 2014 - 8:06

Eleonnora adorait les moments passés en compagnie d’Evelynn. Elle savourait chacun de ses instants, surtout ceux qui se transformaient en moments charnels et passionnés. La jeune femme n’allait pas cacher qu’elle adorait faire l’amour à celle qu’elle aimait. Bien sûr, leur relation ne reposait pas uniquement sur cela. Eleonnora aimait sa compagne pour ce qu’elle était, incluant qualités et défauts. Elle savait bien que cette femme serait la seule, l’unique à partager le reste de sa vie. Elle n’en voulait pas d’une autre.

Nue, son corps dissimulé par une simple couverture, Eleonnora serrait celle qu’elle aimait dans ses bras. Elle n’avait pas envie de se séparer de son corps chaud, brûlant encore de la passion qu’elles venaient de consumer. Les premiers mots de la jeune femme consistèrent à une petite plaisanterie, insinuant qu’Evelynn avait trouvé le meilleur moyen de faire passer le temps pendant leur voyagement en avion. Bien évidemment, ce genre de subtilités n’était pas la tasse de thé de l’artiste, qui répliqua aussitôt… avant de comprendre sa gaffe. Cela arracha un rire sincère à Eleonnora.


-« Tu es tellement adorable. Tu sais…» Commença-t-elle avec un petit sourire aguicheur, glissant doucement un index sur la peau nue de sa douce. « … lorsque j’étais jeune, j’étais déjà fait partie des cheerleaders de mon école… et j’ai aussi fait de la gymnastique. Je suis très, très souple et flexible, bien plus que tu ne le crois. Je pourrais bien te le prouver lorsque tu auras de nouveau retrouvé des forces. »

Elle déposa un tendre baiser sur les lèvres d’Evelynn avant de lui avouer qu’elle était totalement amoureuse d’elle. Bien sûr, cette dernière devait déjà je savoir, mais Eleonnora adorait lui rappeler à quel point elle tenait à elle. Elle était la femme de sa vie, sans aucun doute.

D’une voix douce, Evelynn lui demanda s’il était possible de faire une sieste avant l’atterrissage. La jeune femme acquiesça et la laissa se blottir dans ses bras, si elle le désirait. Cependant, elle ne comptait pas s’endormir. Elle préférait rester éveillée jusqu’à ce que l’avion soit sur le point d’atterrir. C’est ce qu’elle fit, pensant et repensant à de nombreuses choses, dont leur voyage, leur futur ensemble. Eleonnora avait certaines craintes concernant leur avenir, mais elle préférait s’abstenir d’en parler. Elle avait toujours réussis à régler ses problèmes par elle-même. Et puis, peut-être ne devrait-elle pas y penser et vivre au jour le jour, comme sa petite sœur semblait si bien le faire ?

Consultant l’heure sur son téléphone portable, qu’elle avait extirpé de l’une de ses poches de pantalon, Eleonnora se dit qu’il était temps de réveiller Evelynn. Avant tout, elle prit la peine de se lever et de remettre ses vêtements avant de se pencher sur la jeune femme pour la secouer avec douceur.

-« Réveille-toi, Evelynn. Nous sommes bientôt à Venise. »

Lorsque sa compagne émergea du royaume des rêves, la jeune femme l’embrassa sur le front. Elle lui demanda de se vêtir et de la retrouver dans la salle principale du jet. Pendant ce temps, Eleonnora quitta la cabine et alla s’installer dans un siège confortable. Elle attrapa son sac à main et fouilla à l’intérieur pour y trouver brosse à cheveux et miroir. Elle se coiffa convenablement avant de ranger le tout. Il ne restait plus qu’à attendre Evelynn pour l’atterrissage.

Il n’y avait rien à craindre, tout se passa en douceur. Ce ne fut pas bien long avant qu’ils puissent poser le pied à Venise. Il était temps de récupérer leurs valises et de rejoindre leur hôtel. À peine sorties de l’aéroport, Eleonnora repéra un taxi. Elle rangea les bagages dans le coffre par elle-même avant de s’engouffrer dans le véhicule qui les menèrent à leur hôtel. Bien entendu, la jeune femme avait choisi la crème de la crème. Leur chambre était luxueuse, leur offrait tout ce dont elles avaient besoin et même plus. Il n’y avait qu’à demander. Depuis leur chambre, elles avaient une vue magnifique de Venise. C’était à en couper le souffle. La première action d’Eleonnora, après avoir déposé la valise dans la chambre et refermé la porte derrière elles, fut de s’approcher des grandes portes fenêtres et de tirer les rideaux. Elle ouvrit les portes et s’avança sur le balcon. Tendant la main en direction d’Evelynn, elle l’invita à la rejoindre.


-« Il n’y a rien de trop beau pour toi, Evelynn. Depuis cette chambre, tu as la meilleure vue sur Venise. Jamais tu ne trouveras mieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mar 18 Mar 2014 - 22:19

-« Tu es tellement adorable. Tu sais… lorsque j’étais jeune, j’étais déjà fait partie des cheerleaders de mon école… et j’ai aussi fait de la gymnastique. Je suis très, très souple et flexible, bien plus que tu ne le crois. Je pourrais bien te le prouver lorsque tu auras de nouveau retrouvé des forces. »

-Pas tout de suite… non pas tout de suite là ça va je suis… comblée.

L’artiste ne put s’empêcher de rire alors que sa dulcinée la caressait doucement. Elle n’avait même pas la force de retirer la main baladeuse de sa compagne tant elle était épuisée. Sa demande suivante alla d’ailleurs dans ce sens lorsqu’elle demanda à Nora si elles pouvaient profiter du voyage pour se reposer un peu. Sans vraiment attendre l’approbation de sa dulcinée, l’artiste ferma les yeux et se laissa tomber dans les bras de Morphée.

-« Réveille-toi, Evelynn. Nous sommes bientôt à Venise. »

-Hein que quoi ?

Tout à fait charmante et réveillée… bon bon complètement endormie, l’artiste s’extirpa doucement du royaume des rêves, frottant ses yeux et son visage pour se convaincre qu’elle devait se lever. Elle s’étira les bras vers l’arrière pendant quelques secondes lorsqu’elle constata qu’elle était toujours nue. Son geste, ainsi que la rougeur de ses joues, ne passèrent sans doute pas inaperçue lorsqu’elle glissa sous les couvertures d’un seul coup, ne laissant que sa tête dépasser. Par chance, sa compagne de fit pas de commentaire, se contentant de l’embrasser sur le front avant de se vêtir et de quitter la pièce, laissant Evelynn seule.

Même si elle aurait bien profité de quelques minutes supplémentaires de sommeil, la jeune femme se leva péniblement pour enfiler une paire de jeans propre ainsi qu’un chandail noir. Elle ajouta par-dessus une veste blanche pleine de dessins dans le dos et ce fut terminé. Comme elle n’avait presque rien dans la cabine, ce fut bien rapidement qu’elle rejoignit sa dulcinée dans la salle principale. Elle la prit sur le fait alors qu’elle terminait de se coiffer, et, profiteuse, elle se glissa devant elle, s’assoyant sur le sol, afin que Nora fasse la même chose avec ses longs cheveux noirs.

Heureusement l’atterrissage se passa fort bien, mais ça n’empêcha pas la jeune femme de stresser à mort. Allaient-ils mourir si jeune tous ? Qu’avait-elle fait au monde pour mériter une fin aussi désastreuse ? Peut-être pouvait-elle se racheter dans une autre vie ? Devant ses pensées noires toutes plus folles les unes que les autres, elle ne se rendit même pas compte que l’avion, au final, avait atterrit. Ce fut uniquement lorsque le pilote leur annonça qu’ils étaient à destination qu’elle comprit que le voyage c’était bien passé et qu’elles n’étaient pas mortes. Un peu gênée, elle tenta de se lever et de faire comme si de rien était, mais elle tremblait toujours un peu. C’est en prenant la main de sa dulcinée qu’elle parvint à se calmer pour passer les douanes et emprunter un taxi, direction l’hôtel.


-Wow…

Ce fut le seul mot que l’artiste parvint à émettre lorsqu’elle découvrit la beauté de la chambre dans laquelle elles allaient dormir. Vous savez, ces chambres que vous ne voyez que dans les films, avec une vue magnifique de la ville elle-même, un immense lit, l’accès à un sauna et une piscine dès qu’elles le désiraient. Alors que Nora lui prenait la main, elle dut tirer quelque peu pour qu’Evelynn ne finisse par se bouger pour se diriger vers la fenêtre en question, s’émerveillant devant la vue qui s’offrait à elles.

-« Il n’y a rien de trop beau pour toi, Evelynn. Depuis cette chambre, tu as la meilleure vue sur Venise. Jamais tu ne trouveras mieux. »

-Bien sûr que si je peux trouver mieux !

Maligne, l’artiste ajouta, en refermant l’espace qui les séparait rapidement :

-Je t’ai trouvée toi !

Evelynn ne lui laissa même pas le temps de réagir qu’elle l’embrassa fougueusement, caressant son corps et sa chevelure sans gêne. Doucement et sans libérer les lèvres de sa compagne, l’artiste l’amena avec elle jusqu’à la salle de bain, qui était encore plus équipe qu’elle n’aurait pu s’y attendre. Il y avait une grande douche vitrée ainsi qu’une baignoire, suffisamment grande pour que toutes les deux y prennent place sans problème. Libérant enfin sa compagne, après ces baisers passionnés, Evy se dirigea vers le bain et ouvrit le robinet, laissant l’eau bouillante emplir celui-ci. Elle avait tellement d’idées en tête ! Une bonne partie concernait la ville et ce qu’elles pourraient faire du reste de leur journée, mais pour le moment, ce qu’elle avait en tête consistait plutôt des façons de récompenser sa compagne d’avoir eu une si bonne idée.

-Nora… J’espère que tu es bien en forme, madame la gymnaste !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Sam 22 Mar 2014 - 4:06

Eleonnora ne sortait jamais sans miroir. Elle en avait un dans son sac à main, dans sa voiture, dans pratiquement toutes les pièces de son loft et même son téléphone possédait une application miroir. Elle pouvait toujours observer son reflet. Après une partie de jambe en l’air, elle devait retoucher son maquillage et se recoiffer. Passant la brosse dans son espèce chevelure blonde, elle s’appliquait à la démêlée sans l’abimer. Lorsqu’Evelynn vint la rejoindre et s’installa devant elle, un grand sourire étira ses lèvres. Ce fut avec joie qu’elle coiffa sa compagne en prenant bien soin de ne pas lui faire mal.

Evelynn n’était pas le genre de femme qui passait des heures devant le miroir afin de se faire belle. C’était quelque chose qu’elle aimait chez elle. Elle était toujours naturelle, elle ne cachait pas sa véritable personnalité et ne maquillait pas son apparence en se cachant dans un style vestimentaire qui ne lui plaisait pas. Elle était simplement elle. Elle n’était peut-être pas un mannequin, mais aux yeux d’Eleonnora, aucune autre femme, pas même elle – qui était pourtant l’une des femmes les plus magnifiques de ce monde, selon elle – ne lui arrivait à la cheville. Elle était spéciale. D’un geste doux, la jeune femme termina de brosser la chevelure de sa compagne. Elle ne lui ajouta aucun artifice. Elle n’en avait pas besoin.

Puis, vint le moment de l’atterrissage. Evelynn dut s’installer sur un siège, mais son amoureuse restait à ses côtés, lui serrant doucement la main. Il n’y eut aucun problème et ils purent quitter rapidement l’avion, récupérer leurs bagages à l’aéroport ainsi que rejoindre leur luxueux hôtel au cœur de Venise. La vue était magnifique, Eleonnora avait choisi le meilleur endroit pour inspirer son artiste préférée. D’ici, elle pourra observer les couchés de soleil, peindre la Lune lorsqu’elle sera bien haut dans le ciel, admirer l’architecture de la ville et apprécier l’animation dans les rues à toute heure de la journée. Selon la jeune femme, on ne pouvait trouver mieux. Par contre, Evelynn n’était pas d’accord. Elle se tourna vers sa compagne et lui affirma qu’elle l’avait trouvé, elle. Eleonnora ne put cacher le fait qu’elle fut touchée par ces paroles. Elle était en train de fondre de l’intérieur.

Passionnée, Evelynn l’embrassa comme jamais. Il ne fallut que quelques millièmes de secondes pour que sa compagne lui rende son baiser. Elle se fit doucement amener à l’intérieur, dans leur chambre. Elle ne protesta pas. Elle laissa celle qu’elle aimait prendre les devants, ce qu’elle faisait si peu souvent. Elle ne rompit pas la magie de leur baiser, ne quittant pas ses lèvres une seule seconde. Elles arrivèrent dans la salle de bain et ce fut à ce moment qu’Evelynn s’éloigna d’elle. Elle commença à faire couler un grand bain chaud, espérant que sa compagne soit assez en forme pour la suite des choses.


-« Tu me prend pour qui ? » Fit-elle, amusée.

Elle attrapa la jeune femme et la plaqua contre le comptoir. Elle l’embrassa sur les lèvres puis descendit le long de son cou. Elle vint la mordre doucement, comme si elle était un vampire, puis la couvrit de nouveau de baisers. Elle était à la fois tendre, passionnée et, surtout amoureuse. Elle laissa glisser ses lèvres le long de ses épaules, puis suivit le léger décolleté de son chandail afin d’embrasser sa poitrine. Elle descendit la fermeture éclair de sa veste, laissa ses mains se balader sous son chandail. Nul besoin de faire couler un bain bouillant pour faire monter la température de la pièce, elles y arrivaient parfaitement bien à elles seules.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mer 26 Mar 2014 - 22:19

-« Tu me prend pour qui ? »

-Pour une femme magnifique qui a toujours envie d’un moment intime avec moi, répondit Evelynn, espiègle, en lui faisant un clin d’œil.

Alors qu’Eleonnora prenait les devants, menant le bal, Evelynn se laissa faire, chacun des baisers de sa compagne s’accompagnant de frisson de sa part. Elle ne pouvait se retenir de pousser de petits gémissements de plaisirs, ces caresses étant des plus agréables et des plus sensuelles. Lorsque la « morsure » survint, Evelynn ne put s’empêcher de pencher la tête pour bloquer ce contact. Ça chatouillait énormément ! Les mains de Nora se glissèrent sous son chandail, poussant Evelynn à fermer les yeux et à apprécier ce chaud contact. Pourtant… non, elle avait quelque chose en tête, quelque chose qu’elle réservait à sa dulcinée depuis déjà un moment.

Il faut savoir que l’artiste était une femme ayant très peu de confiance en elle. Se remettre en question, à chaque moment, faisait partie de son quotidien. Dès qu’elle voulait faire quoi que ce soit, des choses très simples aux plus complexes, elle doutait toujours d’elle-même. Avec Nora, cette situation c’était amélioré, mais elle était loin d’avoir le niveau de confiance de sa belle-sœur ou de son enseignante par exemple. Alors, bien souvent, lorsque des jeux coquins débutaient, c’était Nora qui menait le bal, c’était Nora qui initiait le tout, c’était Nora qui ajoutait tout… Bref, c’était toujours la diablesse blonde qui amenait ces moments coquins. Evelynn savait bien que sa dulcinée souhaitait ardemment que l’artiste se fasse suffisamment confiance pour faire toutes sortes de choses… et pour initier les parties de jambes en l’air aussi.

Déshabillant Nora, l’artiste se montra assez rapide et même un peu maladroite pour se faire, mais c’est qu’elle avait prévu quelque chose. Elle fit tout pour empêcher les mains baladeuses de sa compagne de faire la même chose, désirant pour le moment garder ses propres vêtements. Ce fut assez facile, Eleonnora se laissa faire pour la plus grande partie des actions, et tout y passa : les pantalons, les bas (bien important), les sous-vêtements, bref elle fut se retrouva complètement nue fort rapidement. Saisissant les poignets de sa compagne, Evelynn les retira de sous son chandail, tentait de reprendre sa concentration. Presque implorante, elle la regarda dans les yeux et lui demanda :


-Nora… Je vais faire quelque chose d’accord… quelque chose que… enfin j’espère que ça te fera plaisir… non ça te fera plaisir mais bon euh… bon Nora, reprit-elle d’un ton un peu plus fort, fais-moi confiance et… ne ris pas d’accord ? Sinon c’est la dernière fois que ça arrive…

Comme il y avait plusieurs robes de chambre de disponible dans la grande baignoire, Evelynn en saisit une et en retira rapidement la ceinture à la taille. Captivant Nora par de délicieux baisers, doucement, elle lia les poignets de sa compagne ensemble. Une fois le nœud serré au maximum, Evelynn ouvrit la porte quelque peu et lança le reste de « corde » de l’autre côté de la porte, par le haut, en faisant monter les poignets de Nora par-dessus sa tête. D’un coup sec, elle referma la porte, emprisonnant les poignets de sa compagne au-dessus de sa tête, sans défense.

-Laisse-moi m’occuper de toi un peu tu veux ?

Cette fois-ci, Evelynn n’hésita pas sur son ton de voix. Elle tentait de prendre confiance, d’avoir assez de courage pour faire plaisir à sa dulcinée sans repenser à chaque action à chaque moment. Le mieux était d’avancer, de continuer, et de ne pas laisser le temps à sa cervelle de réfléchir. Elle ne se gêna pas pour embrasser sa dulcinée, l’empêchant par la même occasion de protester. De ses mains agiles, elle s’amusa à caresser le corps nue de sa compagne, caressant ses hanches, ses côtes, ses bras, ne cessant pas une seule seconde de l’embrasser. Ses mains glissèrent rapidement vers des endroits bien plus sensibles de l’anatomie de sa compagne, cajolant, pinçant, tirant même quelque peu sur la peau rose de ses seins. Alors qu’enfin elle libéra les lèvres de sa douce, Evelynn posa l’index sur la bouche de sa compagne, pour l’empêcher de protester.

-Chut… regarde et profite ma déesse…

Doucement, l’artiste retira son chandail, gardant uniquement son soutien-gorge ainsi que ses jeans. S’amusant, elle se pencha vers l’arrière au maximum, faisant ressortir ses seins, avant de se pencher à nouveau vers l’avant. Se redressant, elle continua de caresser les cheveux de Nora d’une main, l’embrassa à nouveau, puis se reculant pour retirer ses pantalons. Une pointe de rouge commença à apparaître alors que l’artiste perdait quelque peu confiance, elle se sentait ridicule de faire cela, mais ce qu’elle voyait dans les yeux de sa compagne raviva son énergie. Elle retira doucement son soutien-gorge, se retrouvant maintenant presque entièrement nue, puis vint caresser à nouveau sa dulcinée, la laissant se régaler de la vue qu’elle lui offrait. Elle retira ce qui lui restait de vêtements, puis se mit à genou. Comme Eleonnora était obligée de rester debout, la tête d’Evelynn arrivait précisément dans l’entre-jambe de sa dulcinée, et c’est en la parsemant de baisers à cet endroit précis qu’elle continua de faire monter le désir chez sa compagne. De ses mains, elle continua de caresser les cuisses de celle-ci pendant un long moment, le silence brisé uniquement par les petits bruits de succions des baisers d’Evelynn, jusqu’à ce qu’elle ne finisse par se relever pour libérer Nora de la porte et l’entraîner avec elle dans le bain.

-J’espère que tu as aimé ton petit spectacle ma chérie… tu me laisseras bien profiter de l’eau chaude j’espère ?

Espiègle… Evelynn tentait de garder son sérieux, mais elle avait toujours le goût de rire, l’impression d’avoir été ridicule. L’avait-elle été ? C’est ce que Nora allait lui apprendre.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Jeu 27 Mar 2014 - 7:20

Eleonnora ne nierait jamais qu’elle aimait le sexe. C’était une façon comme une autre de faire du sport, non ? Elle adorait Evelynn plus que tout en ce monde, elle aimait cette femme pour ce qu’elle était et désirait chaque partie d’elle. Partager un moment charnel était bien plus qu’une simple partie de jambe en l’air. C’était un moment de complicité, d’intimité, de tendresse, de passion et d’amour. Elles se comprenaient, elles étaient en parfaite symbiose. Certes, Evelynn était toujours un peu timide, hésitante, mais Eleonnora savait prendre les devants. Elle le faisait toujours. Elle était une meneuse, une femme qui aimait contrôler, même si elle aimait parfois se sentir perdre tous ses moyens.

C’était ce qui se produisait en ce moment. D’humeur coquine, la jeune femme ne se gênait pas pour glisser ses mains le long du corps de sa compagne, griffer tendrement sa peau avec ses ongles fraichement manucurés, mordre son cou si invitant… Elle pouvait faire ce qu’elle voulait du corps de sa compagne. À la fois tendre et fougueuse, passionnée et délicate dans chacune de ses caresses, de ses baisers, elle prenait tout son temps pour faire durer ce moment. Après tout, elles avaient tout leur temps.

Peu à peu, les vêtements d’Eleonnora se retrouvèrent sur le sol. Il était impossible pour elle de retirer ceux d’Evelynn, par contre. La jeune femme l’empêchait de simplement soulever son chandail. Elle fut forcée de retirées ses mains posées sur le buste de sa compagne, cette dernière ayant agrippé ses poignets. Ce simple geste avait suffi à surprendre Eleonnora et à se laisser faire. Ce genre de prise d’initiative, de fermeté, même si Evelynn était loin d’avoir les attributs d’une femme autoritaire, l’intriguait. Que tentait-elle de faire ? La jeune femme se laissa faire. Elle écouta sa compagne lui expliquer qu’elle souhaitait faire une expérience. Ce simple fait ne pouvait que faire plaisir à Eleonnora qui lui sourit tendrement. Elle avait hâte de connaitre le fond de sa pensée.


-« Je ne rirais jamais, voyons. J’adore tes prises d’initiative. Par contre, ne me fait pas trop patienter, sinon je risque de te dévorer toute crue… »

Elle se laissa faire, impatiente de voir ce que sa chère et tendre lui préparait. Elle la regarda s’éloigner, aller chercher quelque chose auprès des peignoirs fournis par l’hôtel, puis elle revint vers elle et l’embrassa fougueusement. Cela fut suffisant pour qu’Eleonnora oublie totalement ce qui se trouvait autour d’elle. Elle répondit au baiser avec passion, laissant sa compagne lier ses poignets ensemble. Ce petit jeu l’amusait, l’excitait. Elle adorait pimenter ses moments intimes de diverses façon. Ceci en était une.

La jeune femme se laissa faire. Mains liées au-dessus de sa tête, elle pouvait tout de même se libérer aisément. Elle n’en avait pas envie, par contre. Elle voulait laisser Evelynn aller jusqu’au bout de son idée. Elle allait faire ce qu’elle disait et seulement profiter de l’instant présent. Répondant à sa compagne par un signe affirmatif de la tête, elle attendait impatiemment la suite. Son cerveau venait de s’éteindre.

Chaque caresse, chaque baiser était un véritable choc électrique qui passait à travers tout son corps. Son cœur battait à tout rompre, son corps se réchauffait, sa respiration s’accélérait. Ses lèvres laissaient parfois échapper un petit soupire de plaisir, un petit gémissement alors qu’Evelynn s’attaquaient aux zones les plus sensibles de son corps. Elle ne pouvait rien faire, si ce n’était que de fermer les yeux et sentir le plaisir monter en elle doucement. Elle était télékinésiste, elle pouvait se libérer de ses liens assez aisément, mais elle semblait avoir oublié cela. Elle était à la merci de sa compagne. Elle lui laissait le droit de faire ce qu’elle désirait de son corps. Elle avait sa confiance la plus totale.

Lorsqu’Evelynn lui demanda de la regarder, la jeune femme s’exécuta doucement. Au départ, ses yeux mi-clos observèrent la femme devant elle, toujours vêtue de ces vêtements qui ne la mettaient pas assez en valeur. Puis, lorsque des parcelles de peau furent dévoilées, les yeux d’Eleonnora s’ouvrirent complètement, ne souhaitant pas rater une seule miette de ce magnifique spectacle. Elle était plongée dans une sorte de transe, ne pouvant dévier le regard de la femme qu’elle aimait. Elle la dévorait du regard, la désirait ardemment, mais son corps lui était inaccessible. Pourtant, la jeune femme ne se débattu pratiquement pas. Elle ne cherchait pas à se débarrasser de ses liens. Elle attendait, se demandant pendant combien de temps encore Evelynn allait la torturer ainsi avant toucher à nouveau son corps.

Eleonnora était contrainte d’abandonner son corps à Evelynn, de la laisser la caresser, l’embrasser et… et lui faire du bien. Un petit gémissement de surprise franchit ses lèvres, l’espace d’un instant. Peu à peu, cela se transforma en soupire de plaisir. Perdre le contrôle, être contrainte de laisser la personne qu’elle aimait la toucher, l’embrasser, la caresser, l’exciter, Eleonnora ne pouvait nier qu’elle adorait cela. Pour une fois dans sa vie elle n’avait pas à prendre les devants, à devoir tout gérer, tout décider. Quelqu’un faisait tout cela à sa place. Evelynn décidait du genre de plaisir qu’elle lui donnait, à quel moment elle le faisait, lorsqu’elle en avait envie. Elle pouvait jouer avec sa compagne autant qu’elle le désirait, cette dernière n’avait pas son mot à dire.

Lorsque les caresses, les baisers, le plaisir pris fin après avoir atteint son apogée, Eleonnora sentit la fatigue lui tomber dessus comme une masse. Comment pouvait-on arriver à lui drainer ainsi son énergie ? La partie de jambe en l’air qu’elles avaient eu un peu plus tôt lui avait retiré une petite partie de ses forces. Contrairement à sa compagne, elle ne s’était pas reposée. Maintenant, son corps l’implorait pour un peu de calme. Lorsqu’Evelynn retira les liens qui gardaient les mains d’Eleonnora prisonnières, cette dernière se laissa doucement glisser contre la porte. Cependant, elle n’eut jamais le temps de s’assoir sur le sol de la salle de bain. Sa compagne avait envie de lui faire profiter de la baignoire. Tel un pantin, Eleonnora se laissa entrainée. Elle pénétra dans l’eau, poussa un long soupire d’aise. Dès que sa douce vint la rejoindre, elle la kidnappa, l’attirant à elle afin de la serrer dans ses bras.


-« J’adore quand tu prends des initiatives comme celle-là. Tu n’as pas à être gênée de quoi que ce soit, d’ailleurs. Nous ne sommes que toutes les deux, qui est là pour te voir ? Moi, bien sûr, mais je ne te jugerais jamais, tu le sais bien. »

Elle déposa un baiser sur son épaule nue avant de la serrer contre elle.

-« Ce soir, j’aimerais bien qu’on profite d’une soirée tranquille. On pourrait se faire livrer de la nourriture à notre chambre, flâner dans le lit, profiter de ces petits moments qu’on a l’occasion de passer ensemble… Tu pourras même t’installer à la fenêtre et dessiner le paysage si tu en as envie. Enfin, ça, c’est si je te laisse sortir d’ici… »

Grâce à son don, la jeune femme fit verser de la mousse pour le bain dans l’eau. La bouteille se posa sagement, par la suite, près de l’évier. Tendrement, Eleonnora caressait la cuisse d’Evelynn, mais sans arrière-pensée. Elle profitait simplement de sa présence, elle souhaitait la sentir tout près d’elle.

-« Jamais tu ne pourras t’imaginer à quel point tu m’es précieuse. Tu es ma lumière, tu es celle qui me donne une raison de toujours revenir vivante à la maison. Je ne supporterais jamais le fait de te perdre. Je veux te rendre heureuse, Evelynn. Je serais prête à tout pour toi. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé auparavant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Mer 2 Avr 2014 - 14:08

Elle avait réussi. Sa compagne semblait complètement crevée, et Evelynn était encore en forme ! Au moins, de voir Nora dans cet état lui prouvait que son petit spectacle avait eu l’effet désiré. Lorsqu’elle libéra les poignets de sa douce et qu’elle la vit glissée le long de la porte jusqu’au sol, Evy la retint, l’amenant dans un endroit bien plus confortable : la baignoire. Cependant, elle ne lui demanda pas plus d’effort, la laissant s’installer à son aise avant d’entrer dans l’eau elle-même. Capturée par les bras de sa douce, c’est avec un petit rire surpris qu’elle se coucha confortablement sur le corps de sa compagne. L’eau était bouillante à souhait, assez pour évaporer toute la fatigue que les deux femmes avaient accumulés.

-« J’adore quand tu prends des initiatives comme celle-là. Tu n’as pas à être gênée de quoi que ce soit, d’ailleurs. Nous ne sommes que toutes les deux, qui est là pour te voir ? Moi, bien sûr, mais je ne te jugerais jamais, tu le sais bien. »

-Oui… oui mais…

Le petit baiser sur son épaule la fit rire un instant, interrompant le flot de ses pensées. Certes, personne ne la jugeait, mais ce n’était pas aussi simple que Nora le faisait croire. Ce genre de choses, pour l’artiste, demandait bien du temps et beaucoup de courage. Pas qu’elle n’ait honte de son corps ou quoi que ce soit, c’était plutôt une histoire de confiance. Elle était trop consciente d’elle-même, trop « au courant » de ce dont elle devait avoir l’air au travers d’une paire d’œil extérieure. Ce n’était pas pour rien qu’elle s’isolait souvent, qu’elle portait des vêtements amples (habituellement) et qu’elle évitait les endroits trop fréquentés. Cette impression perpétuelle d’être jugée constamment était ancrée dans son esprit depuis des lustres. Nora parvenait peu à peu à éliminer cette impression, mais ce n’était pas gagné.

-Je… je voulais simplement faire un effort pour… pour te faire plaisir voilà tout… C’est juste que… ah Nora, tu sais que je n’ai pas confiance en moi. C’est… m’enfin, c’est pas facile pour moi d’être… euh… forte tu vois ?

Ce n’était pas une lamentation, ce n’étaient même pas de nouvelles informations. C’était une vérité tout simplement, une vérité avec laquelle Evelynn vivait chaque jour. Nora n’avait jamais connu ça apparemment, elle affichait en tout temps une telle force, une telle confiance, que l’artiste lui enviait. Heureusement, ses leçons avec Emma Frost la poussait à avoir un peu plus confiance en elle. Une rencontre avec le fauve pouvait déstabiliser bien des gens, pourtant Evy s’en était sorti sans tomber sur la tête.

-« Ce soir, j’aimerais bien qu’on profite d’une soirée tranquille. On pourrait se faire livrer de la nourriture à notre chambre, flâner dans le lit, profiter de ces petits moments qu’on a l’occasion de passer ensemble… Tu pourras même t’installer à la fenêtre et dessiner le paysage si tu en as envie. Enfin, ça, c’est si je te laisse sortir d’ici… »

-Tu crois pouvoir m’en empêcher ? Épuisée comme tu l’es… tu ne pourrais pas te défendre contre… une gerbille tiens !

C’est en riant que l’artiste se rapprocha un peu plus, s’appuyant différemment sur le corps de sa dulcinée pour éviter de lui faire mal. Cependant, elle eut un mouvement de recul lorsqu’elle aperçut la bouteille flottante, du moins, jusqu’à ce que son cerveau ne sorte des vapes et ne lui rappelle que sa dulcinée était aussi une mutante. Elle se réinstalla donc confortablement, son dos appuyé le long du corps de Nora, sa tête appuyée sur son épaule. De ses mains, elle dessinait de petits symboles sur les jambes de Nora, cherchant à la faire frissonner. Elle méritait son repos, c’était bien vrai, mais pas tant que ça ! C’était Evelynn qui avait fait tout le boulot non ?

-« Jamais tu ne pourras t’imaginer à quel point tu m’es précieuse. Tu es ma lumière, tu es celle qui me donne une raison de toujours revenir vivante à la maison. Je ne supporterais jamais le fait de te perdre. Je veux te rendre heureuse, Evelynn. Je serais prête à tout pour toi. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé auparavant. »

Les yeux fermés, Evelynn ne pouvait s’empêcher de sourire comme une idiote devant une telle déclaration. Tournant sur elle-même, elle se redressa quelque peu, pour avoir cette femme magnifique devant elle, et l’embrassa tendrement. Il n’y avait pas la fougue ou l’énergie sexuelle qui les habitaient quelques instants plus tôt, ce n’était qu’amour et tendresse.

-Nora… tu me fais rougir quand tu dis des trucs comme ça et tu le sais… mais sache que, si c’est possible, je pense la même chose de toi… mais plus fort encore. Quand je suis à la maison, je la trouve vide… déserte. Aussi grande sera-t-elle, il n’y a rien qui remplacera ta présence. Je t’aime, Eleonnora Svetlana Davidoff. Je souhaite passer chaque jours avec toi, chaque moment, chaque plaisirs comme malheurs avec toi.

Saisissant doucement de sa main droite un linge quelconque qui trônait sur le côté de la baignoire, l’artiste saisit le savon qu’elle versa généreusement sur le linge avant de le passer sur le corps de sa dulcinée, nettoyant ses jambes, ses bras, son corps, son dos, sans oublier de l’embrasser en même temps. Ce qu’elle était bien… elle aurait souhaité que ce moment ne prenne jamais fin.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   Sam 19 Avr 2014 - 0:15

La confiance en soi était quelque chose de difficile à obtenir. Eleonnora, elle, ne se souvenait pas d’un moment où elle avait été timide et peu sûre d’elle comme Evelynn. En fait, il y avait bien eut quelques rares occasions, par le passé, qui appartenaient à des situations bien particulières. Autrement, dans la vie de tous les jours, on avait appris à Eleonnora à être fière de ce qu’elle était, de la vie luxueuse qu’elle menait et de la chance qu’elle avait d’être née dans une famille comme la sienne. Elle ne pouvait pas forcer sa compagne à changer et devenir comme elle. Premièrement, on ne pouvait pas changer la façon d’être des gens et, ensuite, ce ne serait plus pareil si Evelynn n’avait plus sa véritable personnalité.

-« Je sais que tu n’as que peu confiance en toi. Ça me va. C’est une facette de toi que j’aime, comme toutes les autres. Si tu peux te sentir bien et ne pas avoir peur de quoi que ce soit avec moi, ça me rend heureuse. Tu sais que, pour moi, tu seras toujours une femme formidable et terriblement ravissante, même quand tu portes d’affreux joggings. »

Eleonnora et sa compagne n’avaient pas les mêmes goûts vestimentaires. Cela ne créait pas particulièrement de conflits, si ce n’était que des morceaux de vêtements qui disparaissaient de temps à autre sans qu’Evelynn puisse avoir la moindre chance des retrouver. Peu importe leurs tenues du moment puisqu’elles étaient nues dans un bain chaud, l’une contre l’autre. Lorsqu’elles décideront de passer à la pièce d’à côté, Eleonnora comptait bien rester au calme et profiter de leur luxueuse chambre d’hôtel. À moins qu’elle ne décide de kidnapper Evelynn et de la garder captive dans cette pièce. C’était une autre option qu’elle envisageait en plaisantant. Par contre, l’artiste ne voyait pas comment, dans son état, la jeune femme allait arriver à l’empêcher de quitter cette pièce pour aller dessiner ou faire ce que bon lui semblait. Elle était également certaine qu’elle ne pourrait même pas se défendre contre une gerbille. Bien sûr, Eleonnora ne se gêna pas pour lui faire une petite démonstration de son pouvoir. Ce qu’Evelynn avait utilisé en guise de corde, un peu plus tôt, vola à travers la pièce pour s’enrouler agilement autour des poignets de la jeune femme alors que cette dernière s’amusait à faire glisser ses doigts sur sa peau, dessinant des formes imaginaires.

-« Tu crois qu’une gerbille pourrait se libérer de ça ? Je te rappelle que c’est moi qui t’es appris à faire ce genre de nœuds, ma chérie. »

Elle ne garda pas Evelynn captive bien longtemps, lui retirant pratiquement aussitôt ses liens. L’heure était à la détente. D’une voix douce, Eleonnora lui rappelait à quel point elle l’aimait. Elle voulait passer le reste de ses jours avec elle, peu importe de quoi leur futur sera fait. Jamais la jeune femme n’avait ressenti quelque chose d’aussi puissant pour quelqu’un.

Doucement, Evelynn se tourna vers elle pour l’embrasser tendrement. La jeune femme lui rendit immédiatement son tendre baiser, jusqu’à ce que sa douce mette fin à ce moment pour lui dire quelques mots. Elle rougissait, comme toujours, c’était adorable. D’un geste lent, Eleonnora lui caressa la joue en souriant.

-« Il est impossible que tu m’aimes plus que moi je t’aime. Tu es parfaite, à mes yeux, chérie. »

Pendant qu’Evelynn entreprenait de nettoyer doucement son corps à l’aide d’un linge, Eleonnora repensait aux paroles qu’elles venaient d’échanger. Elle était heureuse. Elle était certaine de ne pas faire d’erreur quant à sa grande demande. Il fallait seulement qu’elle se montre un peu plus patiente et attende le bon moment, maintenant.

Lorsque sa compagne eut lavé son corps, Eleonnora lui pris le linge des mains pour faire la même chose, ne se gênant pas pour laisser trainer ses mains baladeuses sur les formes parfaites de sa compagne. Elles restèrent dans le bain un bon moment, jusqu’à ce que l’eau devienne froide. Attrapant une serviette, la jeune femme en donna une à sa compagne avant d’en prendre une seconde pour s’y enrouler. Elle regagna la chambre afin d’enfiler une robe de nuit, puis s’étendit dans le lit. Leur petite aventure dans la salle de bain lui avait donné faim. Elle décida donc de commander un repas complet avec une couteuse bouteille de vin. Le tout allait être livré au plus vite dans leur chambre.

-« J’espère que tu as faim, ma belle, parce que nous allons bientôt déguster un délicieux repas. J’ai pris la peine de commander des choses que tu aimes. Si nous ne nous couchons pas trop tard ce soir, on pourrait se lever à l’aube pour déjeuner tranquillement et commencer à visiter la ville. »

La soirée fut effectivement tranquille. Le repas fut délicieux et le vin donna le coup de grâce à Eleonnora qui s’écroula de fatigue dans le lit. La nuit lui permis de regagner des forces et de se sentir en plein de forme au réveil. Elle se leva avant Evelynn et s’enferma dans la salle de bain pour se coiffer, se maquiller et se vêtir convenablement pour la journée qui s’annonçait. Elle allait probablement être riche en émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Imagine Me and You [Evelynn Jones] (- de 18 ans s'abstenir)
» Evelynn Jones
» Les belles-soeurs [PV Evelynn Jones]
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: Autour du Monde :: L'Europe-