X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Dim 5 Aoû 2012 - 6:24

“Together make it love !
Forever making you smile !
Neoui hwanhan miso gadeukhi
Together make it love !
Forever making you smile !
Ije jogeumssik jogeumssik galkke”

Les journées pluvieuses se faisaient rares ces derniers temps et bon nombre d’étudiants de l’institut en profitaient pour sortir et s’amuser à l’extérieur. Erïka, elle, n’était pas des leurs. Elle était plutôt solitaire, trainant avec ses meilleurs amis lorsqu’elle désirait un peu de compagnie. Ne supportant pas les grandes chaleurs, elle ne se gênait pas pour abuser de l’air climatisé à l’intérieur du manoir, sortant rarement. Ayant toujours un bon livre sous la main, elle trouvait le moyen de passer le temps, comme en ce moment même. Plongée dans un tout nouveau livre, étendue sur son lit, elle n’avait pas vu les heures défiler. Elle était dans un tout autre univers, oubliant carrément où elle se trouvait et qui elle était. Elle se fondait dans le protagoniste du roman, vivait ses joies et ses peines, ressentait les diverses émotions le traversant. Lorsque vint la dernière page, l’adolescente pris peu à peu conscience que l’histoire était terminée. Elle était de retour dans le monde réel. À présent, que faire ? Elle était toujours dans un autre univers, se remémorant les passages du roman qu’elle préférait.

Finalement, Erïka décida de prendre une longue douche glacée afin de se rafraîchir les idées. L’après-midi touchait à sa fin, elle avait passé la journée entière à lire sans s’en rendre compte. Le seul moment où elle se souvint avoir levé les yeux de son livre était lorsque son estomac criait famine. Elle fit un rapide tour à la cuisine afin de trouver quelque chose à avaler avant de se replonger dans sa lecture. Si qui que ce soit avait eu le malheur de la déranger, il se serait buter à son habituelle mauvaise humeur. Elle détestait être dérangée lorsqu’elle lisait quelque chose ou, pire, lorsqu’elle regardait un épisode de sa série favorite.

Quittant la douche, totalement rafraichie, de bonne humeur et sentant la vanille, la mutante sentait que rien ne pourrait la mettre en colère ce soir. Même son cochon d’inde, ayant encore disparu dans un quelconque endroit de sa chambre, ne pouvait faire naitre de frustration en elle. Elle se contenta de déposer une feuille de salade sur le sol et d’attendre que le petit animal vienne à elle. Pendant ce temps, Erïka en profita pour enfiler des vêtements propres. Un simple short ainsi qu’un débardeur noir feront l’affaire. Brossant ses cheveux afin de les démêler, la jeune fille observait la feuille de laitue, au sol, se demandant si son petit animal allait finir par sortir de sa cachette. Ce fut bel et bien le cas, suite à de longues minutes d’attente. L’adolescente attrapa le fugitif et le déposa dans sa cage, y glissant la feuille verte ainsi que de la nourriture fraiche. Elle comptait quitter sa chambre et ne souhaitait pas que sa petite Istina se balade dans la pièce.

Enfilant une paire de sandale, la mutante attrapa son Ipod avant de quitter sa chambre. Une petite balade dans le boisé en écoutant de la bonne musique lui fera le plus grand bien. Avec de la chance, l’endroit sera désert, et une bonne partie des résidents sera déjà installée à la cafétéria pour le repas du soir. Elle détestait se retrouver en présence d’un trop grand nombre d’individus, surtout s’ils étaient bruyants, ayant l’ouïe plutôt fine. Si détecter les mensonges était pour elle un don, cette seconde mutation était une malédiction. Elle avait du mal à la maitriser et cela l’embêtait au plus haut point.

Quittant le manoir, écouteurs dans les oreilles, Erïka constata une chose : il faisait chaud. Terriblement chaud. Elle avait l’impression d’être dans un four. Ne pouvait-elle pas avoir droit à la fraicheur d’une nuit hivernale ? Elle se sentirait tellement mieux ! Malheureusement, elle n’avait pas eu la chance de naitre en contrôlant les éléments. Tout ce qui lui restait était l’air climatisé…

Malgré tout, l’adolescente décida de faire le tour du manoir. Elle évita soigneusement de passer à proximité de la piscine, là où se trouvaient un bon nombre d’étudiants. Elle désirait peut-être de la fraicheur, mais pas au point de laisser n’importe qui l’éclabousser. D’ailleurs, la jeune fille remarqua que sa chevelure avait rapidement séchée, ne laissant que quelques mèches encore humides. Eh bien, le soleil ne se privait pas pour lui faire profiter de ses rayons aujourd’hui…

Passant près du garage, là où certains étudiants et X-Men garaient leurs voitures, Erïka remarqua un étudiant, seul, bien occupé à prendre soin de sa moto. Elle brillait sous les rayons du soleil, signe de sa grande propreté. En s’approchant davantage, la mutante reconnut le propriétaire de ce joli véhicule. Bobby, un jeune homme avec qui elle trainait souvent, par le passé. Il s’agissait du temps où John était toujours là. C’était la belle époque, elle s’en souvenait très bien. Malgré son côté agressif ainsi que sa recherche de solitude, elle avait réussi à nouer certains liens d’amitiés avec ce jeune homme au caractère… enflammé. Bien qu’elle parlait très peu et ne montrait que trop rarement ses émotions, cela ne l’empêchait pas de faire tout un tas de connerie avec John. Grâce à lui, elle rencontra Malicia, qu’elle considérait comme une simple connaissance, ainsi que Bobby. Elle avait immédiatement était charmée par son côté glacial. Elle qui était originaire de Russie et adorait plus que tout le froid et la neige, elle appréciait toujours de voir le jeune homme utiliser son pouvoir. Elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion de discuter seule avec lui, étant elle-même distante avec ceux qui l’entourait. Elle se contentait de le saluer lorsqu’elle le croisait dans le manoir ou bien dans une salle de classe, sans plus. Il serait peut-être temps de discuter un peu… ou de lui demander de transformer sa chambre en manoir de glace, faut voir.


-« Salut, Bobby ! » Lança-t-elle en arrivant à sa hauteur, retirant un écouteur de son oreille, le laissant pendre mollement dans le vide. « Jolie moto, c’est la tienne ? »

L’adolescente replaça une mèche derrière son oreille, posant de temps à autre un œil sur son Ipod, qu’elle éteignit avant de le ranger dans ses poches en compagnie de ses écouteurs. Elle était peut-être dure et froide avec les purs inconnus, mais tentait de se montrer sympathique, parfois. Elle fit naitre un léger sourire sur ses lèvres lorsqu’elle croisa le regard azuré de Bobby avant de porter son attention sur la moto, caressant du bout des doigts le guidon, puis le tableau de bord du véhicule. La dernière fois qu’elle avait conduit remontait à l’été dernier où Kurt Wagner et elle avaient emprunté la voiture de Scott sans sa permission. Ils l’avaient ramenée en excellent état… mais couverte de boue, sans parler des miettes de biscuits sur les sièges. Finalement, elle n’était pas en si bon état, en apparence. Quoi qu’il en soit, elle n’avait jamais essayé de conduire une moto et l’expérience pourrait bien être tentante. Levant de nouveau la tête en direction du jeune homme, elle comptait bien lui demander de lui faire faire un petit tour.

-« Tu me donnes une petite leçon de conduite ? »
.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Sam 1 Déc 2012 - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 6 Aoû 2012 - 1:17

Iceberg détestait l'été. Tout d'abord parce qu'il faisait chaud, très chaud, trop chaud. Si pour un être humain la température était agréable voir même un peu élevée certains jours, pour un mutant de glace c'était simplement insupportable. Bobby ne craignait nullement le froid, y étant insensible naturellement. En contrepartie, il avait toujours plus chaud que les autres et tolérait moins facilement les fortes chaleurs. De plus, le manque d'humidité dans l'air ne lui permettait pas d'utiliser ses pouvoirs à sa guise, ce qui le frustrait quelque peu. Du coup il évitait le soleil comme la peste, se contentant de zones d'ombre et buvant le plus possible. Cela lui permettait également d'avoir une petite réserve afin de pouvoir faire usage de son don si besoin et de ne pas mourir desséché. S'il s'écoutait, il s'enfermerait dans sa chambre et la transformerait en chambre froide, tapissant les murs de glace. Il supposait néanmoins que cela ne plairait pas des masses au professeur Xavier. Autant éviter d'abimer le mobilier.

Dans la matinée, Bobby avait décidé d'assister à un cours supplémentaire, dispensé spécialement aujourd'hui. Plutôt bon élève, il avait habitué ses professeurs à un bon taux de participation en classe, à une bonne assiduité et même à d'excellents résultats. Mais aujourd'hui était différent. Ayant trop chaud, Bobby passa la totalité du cours dans le fond de la salle, à l'ombre, alors qu'il était habituellement placé devant. Il utilisa toute sa concentration pour réguler sa température et fut donc plutôt absent du cours, comme s'il n'était pas mentalement présent. Au final, aller en cours ne lui avait rien apporté puisqu'il n'avait rien suivi. C'était bien la peine.

Sortant de la salle de cours, Bobby se dirigea vers le réfectoire puis atteignit la cuisine. Ouvrant le frigo, il attrapa une bouteille d'eau fraiche qu'il vida entièrement avant de quitter les lieux pour rejoindre sa chambre. Pénétrant à l'intérieur, il posa ses livres sur son bureau et retira son tshirt avant de s'étaler sur son lit, à l'ombre grâce aux volets fermés. Puisqu'il n'avait rien de spécial à faire, il préféra rester ici à ne rien faire et à éviter autant que possible les rayons du soleil. Mais quelqu'un sembla en avoir décidé autrement. Quelques faibles coups résonnèrent contre la porte en bois de la pièce, forçant Bobby à se lever alors qu'il venait à peine de se poser, lui arrachant un marmonnement. Le mutant ouvrit la porte et tomba nez à nez avec un autre élève qui tenait un paquet entre les mains.

- Tiens Bobby, Scott m'a donné ça, il m'a dit de te le remettre puisque je rentrais vers les dortoirs.
- Scott ? Merci en tout cas, c'est sympa de ta part.


Saisissant le paquet que lui tendait le mutant, Bobby referma presque aussitôt la porte. Inutile de s’étendre en remerciements, les choses étaient dites. Le côté social n'était pas le point fort d'Iceberg surtout depuis la défection de John. Il ne prenait donc pas la peine d'essayer de connaitre les autres et se limitait à de simples interactions avec eux.

*Je me demande ce que Scott peut bien m'envoyer... A moins que ce soit le colis que j'attendais ?*

Pour avoir la réponse plus rapidement, le mutant jeta un oeil au cachet de la poste puis déballa le tout. A peine eut-il ouvert le colis qu'un sourire illumina son visage. Il venait enfin de recevoir les nouvelles pièces pour sa moto promises par Scott qui connaissait un bon fournisseur, faisant appel à lui pour sa propre moto. Bobby reposa le colis sur le lit et retira les vêtements qu'il lui restait pour enfiler la combinaison de mécanicien qu'il portait lorsqu'il devait changer les pièces de sa bécane ou effectuer des tâches salissantes. Il ne prit pas la peine d'enfiler complétement la tenue, se contentant simplement du bas, nouant le haut autour de sa taille et optant pour un simple tshirt sans manches en guise de haut. Il aurait préféré se balader torse nu mais avait conscience qu'il n'était pas seul et que ce n'était pas forcément du goût de tout le monde.

Colis en main, Bobby sortit de sa chambre et passa par l'intérieur pour rejoindre le garage, préférant éviter autant que possible le soleil. A peine eut-il posé les pieds dans le garage qu'il manqua de s'étouffer. Une chaleur épouvantable y régnait, rendant l'atmosphère presque irrespirable. Travailler là dedans allait vite se transformer en calvaire. Soit le mutant attendait un autre jour pour se lancer dans la modification soit il changeait de tactique et sortait la moto à l'extérieur. Trop pressé de changer les pièces, il opta pour la seconde option. Bobby ouvrit la porte du garage puis retourna à l'intérieur, retira la béquille du véhicule puis le sortit. Heureusement il y avait un coin non exposé au soleil et il en profita pour y faire stationner le véhicule avant de se mettre aux modifications.

Le temps passa rapidement, si bien qu'il ne fit même pas attention au fait que le soleil avait tourné et éclairait désormais la carrosserie de la moto, brillante de mille feux. Il fallait dire qu'une fois les modifications apportées, Bobby l'avait soigneusement nettoyée et elle semblait comme neuve. Il ne restait plus qu'à l'essayer, mais le mutant prit le temps de l'admirer, appréciant le design des nouvelles pièces. Une voix l'interrompit cependant dans sa contemplation. Bobby tourna la tête vers la voix et remarqua qu'il s'agissait d'Erïka. Cela faisait un moment qu'il ne lui avait pas réellement parlé. Depuis le départ de Pyro en fait.

- Salut Erïka. C'est la mienne oui, c'est un peu mon petit bijou alors j'en prend soin. A défaut d'une fille, je prend soin d'une bécane. Au moins, si je la transforme en glaçon, elle ne se plaindra pas. C'est une Honda 125 Rebel, elle peut m... *s'interrompit-il en réalisant que la jeune femme se moquait probablement du sujet* Enfin, content si elle te plait. *en esquissant un léger sourire*

La voir sourire, même légèrement était appréciable. Erïka n'était pas du genre très souriante ou expansive mais elle possédait un caractère qui ne laissait pas Bobby indifférent. Il ne fit aucun commentaire lorsqu'elle toucha à la moto. Cela ne le dérangeait pas qu'elle pose les mains sur la bécane, ce n'était pas comme si elle déréglait tout ce qu'il venait de faire. La jeune femme fit une demande inattendue mais qui fit plaisir à l'homme de glace. Il se redressa, attrapa le guidon d'une main puis retira la béquille.

- Grimpe. Besoin d'un rapide cours théorique ou on passe à la pratique tout de suite ?

.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 6 Aoû 2012 - 5:25

Il faisait chaud, si chaud. La chaleur pesait sur Erïka comme un énorme poids. Elle ne supportait pas cette température et préférait nettement l’air climatisé. Pourquoi était-elle sortie ? Afin de se dissimuler dans un coin d’ombre ? Mais quelle idée stupide ! Elle aurait dû rester dans sa chambre. Au moins, ainsi, elle n’aurait aucune chance de faire un malaise ou quoi que ce soit dans le genre à chaque année lors des journées de canicule.
Malgré tout, la jeune fille devait voir le bon côté des choses : elle avait rencontré Bobby sur son chemin. Elle ne lui avait pas adressé la parole depuis très longtemps et n’avait jamais réellement appris à le connaitre. En fait, elle avait plutôt peur qu’il la connaisse davantage. Il était un gentil garçon, mais elle ne pouvait lui faire confiance. À cette époque, elle ne faisait confiance à personne, craignant que ses secrets soient révélés. Elle préférait la solitude, évitant ainsi de blesser qui que ce soit et, surtout, empêchant quiconque de la blesser. Ce fut l’une des raisons qui la poussa à être si froide auprès des autres. Après le départ de John, l’adolescente était retournée dans son coin, s’éloignant de tout le monde. Sans lui, le petit groupe qu’ils formaient n’était plus rien. À présent, tout était différent. Erïka avait eu la chance de rencontrer Will et Amy qui lui prouvèrent qu’elle pouvait faire confiance à certaines personnes, qu’elle pouvait se permettre de s’ouvrir un peu plus aux autres au lieu des rejeter systématiquement. Pourquoi ne pas renouer des liens avec Bobby, dans ce cas ? Il était comme elle, froid et distant. Ils allaient bien s’entendre.

La mutante questionna Bobby sur la moto. Il lui confirma qu’elle était la sienne, semblant assez fier de ce qu’il en avait fait. Il avait bien raison de l’être, ce véhicule était magnifique. D’ailleurs, cela rappela à Erïka qu’elle devrait peut-être songer à prendre ses cours de conduite, si elle ne voulait pas passer sa vie à compter sur des taxis. Elle ne se sentait jamais en sécurité lorsqu’elle se trouvait en ville et posséder une automobile lui serait bien utile. Cependant, elle devait se trouver un travail avant de pouvoir se procurer un tel bien. Cela l’obligera alors à quitter l’institut afin de se rendre en ville pour chaque quart de travail, ce qui ne lui plaisait pas du tout. Autant continuer à payer pour le taxi…

L’adolescente remarqua que le mutant avait stoppé ses explications au sujet de sa moto. Ni connaissant rien en mécanique, ni même en automobile, elle n’était pas vraiment intéressée par ce qu’il disait, Par contre, elle accrocha plutôt sur le fait qu’une moto, si transformée en glace, ne se plaindra jamais. Il n’avait pas tort. Cependant, il ne devait pas généraliser, il existait bien des personnes qui souhaiteraient être transformées en glaçon géant par ce temps chaud. Erïka faisait partie de ces personnes et ne manqua pas de lui signaler.


-« Je ne serais pas contre être transformée en glaçon géant. L’été ce n’est pas vraiment mon truc, je préfère les basses températures d’hiver. »

Passant une main dans sa chevelure, la jeune fille se maudit de ne pas avoir amené quelque chose pour les ramener en un chignon. Elle sentait quelques mèches se coller contre son visage à cause de la chaleur et cela commençait à l’énerver. Elle n’allait pas supporter cette température très longtemps, elle le sentait. Vivement qu’elle retrouve son très bon ami l’air climatisé. Souriant à Bobby alors que celui-ci faisait de même, elle posa ses yeux sur la moto. Était-ce dû au soleil si elle sentait ses joues s’enflammer ? Elle ne saurait le dire, tant elle avait chaud. Autant ne plus penser à la température et profiter de ce moment. Elle proposa au jeune homme de lui montrer comment conduire cette jolie moto. Il accepta, à son plus grand plaisir. Elle attendit patiemment que le mutant attrape le guidon puis retire la béquille du véhicule avant de s’y assoir.

- « Grimpe. Besoin d'un rapide cours théorique ou on passe à la pratique tout de suite ? »

Enfourchant la moto afin de s’assoir confortablement sur le siège, Erïka remarqua immédiatement qu’elle était un peu plus grosse que ce qu’elle semblait être. Comment faire pour conduire ce truc, maintenant ? Ce devait être un peu comme dans les livres ou bien à la télé, non ? Les clés étant déjà sur la moto, elle n’eut qu’à insérer la bonne dans l’endroit approprié afin de faire démarrer l’engin.

-« Ça ne doit pas être si difficile que ça, je devrais y arriver. »


Ayant toujours eu cette fâcheuse tendance à refuser l’aide d’autrui, se débrouillant seule, Erïka décida de faire avancer la moto sans demander conseil à Bobby. Déjà, elle avait repéré les freins, assez visibles. Maintenant, il ne restait plus que l’accélérateur… Ah, tiens, ce devait être cette poignée qu’elle agrippait fermement. Elle la tourna, espérant avancer, mais cela ne faisait rien, provoquant seulement les grognements de la moto. Observant le tableau de bord, elle cherchait ce qui pourrait régler son problème. Sur une voiture, il y avait bien un levier qui permettait de faire avancer la voiture, non ? Cependant, elle ne trouvait rien qui lui ressemblait. Elle pourrait toujours demander à Bobby, mais elle avait bien trop d’orgueil pour cela. Pas question de demander de l’aide. Elle allait bien finir par trouver, non ?

-« Tu montes ? » demanda-t-elle innocemment en espérant qu’il règle, par la suite, son problème de levier de vitesse sans qu’elle n’ait à lui demander.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 6 Aoû 2012 - 17:49

Bobby était quelqu'un de sociable dans le sens où il était serviable et ne refusait jamais une conversation. Cependant, il n'était pas du genre à aller vers les autres, à leur demander comment ils se portaient ou à chercher à mieux les connaitre. Au final il se limitait aux interactions les plus basiques avec les autres, rien de plus. Pour ceux qui le connaissaient à peine, Iceberg était un jeune homme calme, froid mais serviable. C'était la seule chose qu'il montrait et cela suffisait amplement. Au moins ainsi, la plupart des gens ne cherchaient pas vraiment à se lier à lui d'une façon ou d'une autre. Il n'y avait que les filles qu'il laissait approcher davantage, s'adoucissant à leur contact, mais sans plus. Si auparavant il n'hésitait pas à enchainer les petites amies, il évitait désormais d'en avoir une. Déjà parce qu'il se sentait incapable d'en prendre soin mais surtout parce qu'il ne voulait pas prendre le risque de souffrir. Il fallait dire qu'en plus, il était difficile, n'appréciant pas les filles douces et nunuches, préférant celles qui avaient du caractère, sachant ce qu'elles voulaient mais surtout ce qu'elles ne voulaient pas. Au moins, il savait qu'il pouvait se lier d'amitié avec Erïka. Elle était loin d'être une midinette superficielle, du peu qu'il avait pu constater. A vrai dire, Bobby n'était pas mécontent de la voir.

Il était ravi que celle-ci le questionne sur sa moto, son bien le plus précieux. Il la connaissait sur le bout des doigts, dans les moindres détails, qu'il s'agisse de ses performances ou des pièces qui la composaient. Content de pouvoir partager ses connaissances avec quelqu'un d'autre que Scott, Bobby s'était emballé mais se stoppa rapidement lorsqu'il se souvint que ce genre de conversation n'était pas le fort des filles. Le but n'étant pas de faire fuir la jeune femme, Iceberg clôtura là le sujet. Erika pointa du doigt qu'elle n'aurait pas été contre être transformée en glaçon comme l'avait fait remarquer Bobby juste avant, ce qui le laissa perplexe. Peu de gens appréciaient le froid, n'attendant que l'été avec impatience tout au long de l'année. Le mutant se souvint de la nationalité de la jeune femme et supposa que cela y était pour quelque chose.

- Alors on est deux. En hiver si on a froid, on peut se couvrir alors qu'en été... On peut difficilement s'arracher la peau. Enfin, j'ai la chance d'avoir un pouvoir plutôt pratique pour ces cas là.

Tendant la paume de sa main près de son visage, Bobby souffla doucement dessus, projetant vers Erïka une douce brise glacée. Même s'il y avait peu d'humidité dans l'air, il avait bu suffisamment pour pouvoir utiliser son pouvoir un minimum. Ce n'était pas grand chose mais cela faisait bien plus d'effet qu'un brumisateur même si c'était de courte durée. Bobby ne pouvait le faire sur lui-même alors autant que cela serve à quelqu'un d'autre.

- Pas trop froid ?


Puisqu'Erïka désirait avoir une petite leçon de conduite, Bobby lui proposa aussitôt de grimper sur la moto. C'était plus simple et intuitif de comprendre le fonctionnement d'une moto si on se mettait en conditions, c'était en tout cas ce qu'il pensait. Beaucoup de gens auraient probablement hésité à laisser une tierce personne toucher à leur bijou de peur de le voir abimé d'une façon ou d'une autre, mais pas Bobby. Il ignorait les talents de pilote de la jeune femme mais puisqu'il était là pour veiller sur la moto, il estimait qu'il n'y avait aucun risque. Il la laissa donc s'installer à son aise, la laissant faire ce qu'elle désirait afin d'avoir un aperçu de ses connaissances.

- C'est assez intuitif.

La moto ronronnait doucement maintenant qu'Erïka l'avait démarrée. Celle ci observait les divers éléments qui la composaient et tourna finalement l'accélérateur qui fit ronfler davantage la moto mais sans pour autant la faire avancer. Logique puisqu'elle n'avait pas touché à l'embrayage, ne permettant donc pas au véhicule d'avancer. La jeune femme demanda finalement à Bobby de monter à son tour, ce qu'il fit aussitôt, se plaçant juste derrière elle après avoir essuyé ses mains sur un chiffon. Ainsi, il serait au plus près d'elle en cas de besoin ou pour rattraper le tir si elle faisait une mauvaise manipulation. Peu importe si elle abimait la moto. Bien que Bobby y tienne plus que tout, il préférait ne pas voir la jeune femme blessée. Il ne restait plus qu'à se mettre en route.

Visiblement, Erïka ignorait où se trouvait l'embrayage et le mutant comptait bien lui épargner la peine de demander. Sans même lui expliquer, il se pencha en avant, obligé de se coller contre la jeune femme pour atteindre l'embrayage situé sur la poignée gauche. Il était facile de le confondre avec le frein, ayant la même forme et presque la même position. Ainsi positionné, il appuya sur la poignée et passa une vitesse du bout du pied gauche. Ainsi, il ne restait plus qu'à activer l'accélérateur pour avancer. Cela ne dérangeait pas Bobby d'être ainsi collé contre la jeune femme. En fait il trouvait cette proximité même agréable mais il se recula pourtant une fois qu'il avait actionné la vitesse pour épargner une éventuelle désagréable sensation à la russe. Même si Bobby avait chaud, il dégageait constamment une certaine fraicheur, son corps étant naturellement froid. S'appuyant sur les mains en arrière, il attendit que la jeune femme se lance. Il lui prodiguerait les conseils au fur et à mesure.

- Où comptes tu nous emmener ainsi ? J'avoue qu'un arrêt au Pôle Nord ne serait pas désagréable...
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 6 Aoû 2012 - 22:57

L’été, ennemi juré d’Erïka. Il venait l’embêter chaque année, toujours plus puissant. En contrepartie, elle pouvait profiter de la beauté hivernale en fin d’année, mais était toujours déçue que ce temps ne puisse durer plus longtemps, laissant de nouveau place à la chaleur. Le même cycle se répétait année après année et à chaque nouvel été, la jeune fille souhaitait s’exiler dans le Nord, là où il faisait constamment froid. Malheureusement, elle n’avait pas les moyens financiers de le faire et se contentait de rester à l’intérieur, à l’air climatisé.

L’intense chaleur rendait Erïka mal à l’aise. Elle ne se sentait jamais très bien et peinait à rester plus d’une heure à l’extérieur. Même si les heures s’écoulaient et que le soleil ne tarderait pas à disparaitre, il faisait toujours aussi chaud et humide. Elle devait se compter chanceuse que Bobby la rafraichisse grâce à son pouvoir. Approchant doucement la main de son visage, il souffla doucement afin qu’une douce brise glacée vienne caresser sa peau, faisant naitre un sourire sur son visage. Elle tentait de s’empêcher de sourire, de rester neutre comme à son habitude, mais n’y arrivait pas. Elle faisait tout en son possible pour adopter son habituel air indifférent, mais c’était plus fort qu’elle, comme si une force inconnue l’obligeait à sourire, ce qui eut pour conséquence de la faire également rougir. Elle se sentait si ridicule ! Cependant, la brise glaciale que lui envoya Bobby lui faisait le plus grand bien, lui permettant de supporter davantage cette affreuse chaleur. Elle avait plongé son regard dans le sien, ce qu’elle faisait toujours lorsqu’elle s’adressait à quelqu’un. Ses yeux si bleus… si perçants… magnifiques, comme les siens.


-« Pas trop froid ? »

-« Non… au contraire, j’adore. »

Posant son regard sur la moto, rompant ainsi le contact visuel avec Bobby, la jeune fille enfourcha le véhicule, prête à faire un tour. Cependant, elle n’avait jamais conduit une moto de sa vie. Elle pensait que c’était aussi simple qu’une automobile… Ou un tracteur à gazon. Autant dire qu’elle n’avait pratiquement pas d’expérience en matière de conduite. Bien qu’elle sut démarrer l’engin, repérer les freins et jouer avec le moteur, elle n’avait toujours pas trouvé comment avancer et, ça, elle ne comptait surtout pas le demander à Bobby ! Elle jugeait avoir l’air suffisamment ridicule comme ça, elle n’allait pas lui montrer qu’elle ne savait pas conduire en plus ! Son orgueil était plus fort que tout, chez elle. Elle ne demandait jamais de l’aide directement, préférant y aller plus subtilement afin d’obtenir ce qu’elle désirait, comme c’était le cas présentement. Elle proposa à Bobby de monter sur la moto, ce qu’il ne tarda pas à faire, s’installant derrière elle. Détestant les contacts physiques, elle proposait tout de même à un homme d’être à proximité d’elle. Pourquoi désirait-elle sa présence alors qu’elle rejetait celle des autres ? Certes, il avait quelque chose de spécial chez lui, quelque chose d’attirant, mais n’était-ce pas plutôt du au fait qu’elle se sentait simplement bien ? Cessant de se poser des questions et mettant tout sur le compte de la chaleur, l’adolescente cherchait toujours l’embrayage. Ce fut Bobby qui s’en chargea, se collant contre elle afin d’atteindre la bonne commande et ainsi lui permettre de faire avancer le véhicule. La jeune fille ne trouvait pas cette proximité si désagréable, comparant le mutant à un glaçon géant qui la rafraichissait légèrement. Effleurant sa main alors qu’il atteignait l’embrayage, un frisson la parcourut. Elle était persuadée que ce n’était dû qu’à la peau glacée du mutant, rien de plus. Elle devait arrêter de penser à sa présence et se concentrer sur la conduite.

-« Où comptes-tu nous emmener ainsi ? J'avoue qu'un arrêt au Pôle Nord ne serait pas désagréable... »

-« Je préfère la Russie, malgré que le Pôle Nord semble bien plus accessible… Quoi que… à toi seul tu pourrais recréer les températures du Nord dans l’institut… »

Tentant de faire avancer la moto, la jeune fille accéléra doucement, puis décolla rapidement, craignant que la moto ne lui tombe dessus si elle n’avançait pas suffisamment vite. Cependant, allant trop rapidement et craignant de foncer dans quelque chose, elle freina brusquement. Elle avait peut-être besoin de quelques leçons, finalement. Posant son pied au sol, craignant que la moto ne puisse rester en équilibre sans cela, elle tourna la tête vers Bobby, pas très certaine de ce qu’elle devait faire.

-« Tu conduis cet engin depuis longtemps ? » Demanda-t-elle.

Se mordillant la lèvre inférieure, elle cherchait un moyen de démarrer doucement afin de ne pas heurter quoi que ce soit ou pire, s’auto-éjecter de la moto. Elle tenta une nouvelle fois d’avancer, cette fois-ci plus lentement, mais elle craignait de lever son pied de terre et voir la moto tomber sur le côté. Décidément, elle avait vraiment besoin de cours…

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Mar 7 Aoû 2012 - 1:41

Qui aimait le froid ? Les hommes cherchaient toujours à se réchauffer, que ce soit en s'habillant chaudement ou bien en migrant vers un pays où la température était plus douce. Pour Bobby, c'était l'inverse. Il ne se sentait réellement bien que lorsque la température était inférieure à 10 degrés. Heureusement, grâce à son pouvoir, il pouvait gérer plus ou moins la chaleur de l'atmosphère. Mais lutter contre l'été, ça, il ne pouvait pas. C'était son ennemi le plus redoutable. Pyro, son diamétral opposé en tous points, aurait pu être cet ennemi viscéral mais pourtant ce ne fut jamais le cas. Il était même son plus proche ami avant, alors que tout les séparait. Non, celui qui insupportait Bobby était ce soleil de plomb, personne d'autre.

Vu ce que disait Erïka, c'était la même chose pour elle. Afin de lui être agréable, le mutant usa de son pouvoir pour l'aider à se rafraichir brièvement. Cela avait l'air de fonctionner puisque la jeune femme le gratifia d'un sourire lorsqu'il projeta sur elle un peu de fraicheur. Instinctivement, il répondit à ce sourire, comme un écho. Il était dommage que la russe ne sourit pas plus souvent, cela faisait ressortir ses yeux, les rendant plus vivants. Yeux qu'elle avait fort jolis, reflétant la couleur de ceux de Bobby, à la seule différence que les siens semblaient briller lorsqu'il utilisait son pouvoir. En fait, il avait l'impression de voir son reflet à travers les yeux de la jeune femme. Plutôt que de lire en elle, il ne faisait que se voir, comme si elle avait créé un mur autour d'elle, empêchant quiconque de savoir ce qu'elle pensait. Bobby ne pouvait l'en blâmer, il faisait pareil. Ce dont il était sûr, c'était que ce sourire était sincère, tout comme le sien.

Malgré le fait qu'Iceberg avait veillé à ne pas projeter trop de froid sur Erïka, il préféra demander s'il n'avait pas trop forcé. La jeune femme lui confirma que non et même qu'elle adorait ça. Une fille qui adorait le froid. En voilà une chose rare. Celles qu'il connaissait ne s'éternisaient jamais dans ses bras et étaient toujours bien couvertes en sa présence. Pas elle. C'était limite si elle ne lui demandait pas silencieusement de recommencer. Ce n'était pas dû qu'à la chaleur, il en était certain. Même s'il ne la connaissait pas bien, il savait qu'elle n'était pas contre le froid, au contraire. Il ne se priva donc pas pour recommencer, un peu plus longtemps cette fois.

- Voilà quelqu'un qui sait apprécier les choses à leur juste valeur, c'est rare.

C'était sincère et il savait très bien qu'elle ne mentait pas. Elle était un peu la reine de la vérité quelque part et il la voyait donc mal mentir. Le sujet changea, basculant sur la moto que Bobby venait de fignoler. Erïka voulait apprendre à la conduire, ce qui était une bonne occasion de vérifier si les modifications apportées fonctionnaient. Pas très regardant -ce qui était étonnant lorsque l'on connaissait l'affection de Bobby pour sa moto- , il indiqua à la russe de prendre place sur la selle et vint ensuite se placer derrière elle lorsqu'elle l'y invita. C'était la première fois qu'ils étaient si proches l'un de l'autre mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde, bien au contraire. Même si le corps de la mutante était loin d'être froid, il dégageait une chaleur agréable. Plutôt paradoxal pour quelqu'un qui détestait le chaud.

Puisqu'elle semblait en difficulté, Bobby aida Erika à localiser l'embrayage qui permettait de passer les vitesses et donc de faire avancer le véhicule. Pour cela, il dût se pencher contre elle afin de pouvoir atteindre le guidon. Il ne lui restait plus qu'à actionner l'accélérateur selon son désir. Iceberg en profita pour lui demander où elle désirait maintenant aller. De toute façon, ils n'allaient pas quitter l'Institut, les choix étaient donc limités. Rebondissant sur sa tentative de plaisanterie, Erïka précisa préférer la Russie avant de pointer du doigt le fait que le mutant pourrait transformer l'Institut en territoire de glace. A dire vrai, il y avait déjà pensé par le passé.

- Je n'ai jamais mis les pieds en Russie. Ça t'arrive d'y retourner de temps en temps ? *passant une main dans ses cheveux pour les rabattre en arrière afin de ne pas être gêné* Transformer l'Institut en forteresse hivernale, ce serait tentant mais je doute que le professeur Xavier apprécie. Dommage.

Erika se lança finalement, avec plus ou moins de succès. Après un démarrage chaotique, elle stoppa finalement, pas bien loin de leur point de départ. Afin d'éviter une chute, Bobby laissa ses jambes pendre de chaque côté au cas où, veillant tout de même à ne pas la déséquilibrer. La jeune femme le questionna soudainement sur les habitudes de conduite de Bobby plutôt que de demander conseil. Était-ce là une façon cachée d'exprimer un besoin d'aide ? Erïka étant une jeune femme mystérieuse, c'était bien possible.

- Depuis maintenant 3 ans. Ça s'apprend vite, laisse moi te montrer. *en se penchant de nouveau contre elle afin de pouvoir poser ses mains sur les siennes, faisant simplement le geste, s'arrêtant avant de les poser* Tu permets ?

Sans réellement attendre son accord, estimant que ce serait plus parlant ainsi, Bobby posa ses mains sur celles de la russe. Ainsi, il pouvait lui faire faire les bons gestes, désirant les lui montrer pour qu'elle puisse les reproduire ensuite sans lui.

- Une moto, c'est comme un animal... Tu dois y aller en douceur pour ne pas la brusquer. *en tournant doucement l'accélérateur avec la main de la jeune femme dans la sienne* Comme ça, tu vois ? Tu maintiens légèrement et tu doses en fonction de l'endroit où tu désires aller, sans à-coups.

La moto avança doucement, suffisamment pour qu'elle ait assez de puissance afin de rester en équilibre. Il fit faire à la moto une vingtaine de mètres, penchant le guidon afin de leur faire faire un demi tour. Une fois fait, il se redressa, posant ses mains sur ses propres jambes.

- A ton tour. Si t'apprends vite, ça te dirait qu'on aille faire un tour de moto dehors afin de concrétiser tout ça ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Mar 7 Aoû 2012 - 6:51

Bien du temps s’était écoulé depuis la fois où Erïka avait réellement adressé la parole à Bobby. Cela remontait au temps où John était toujours parmi eux. À cette époque, elle était d’une telle agressivité, tiquant au moindre geste, à la moindre parole qui ne lui plaisait guère. Avec le temps, elle avait appris à contrôler cette fâcheuse tendance à frapper quiconque se trouvant sur son chemin, cherchant à évacuer une grande rage intérieure. Avec les mois, elle avait fait de nouvelles connaissances et avait su s’ouvrir à certaines personnes dignes de confiance, sans le regretter un seul instant. Elle ne voyait plus le monde totalement en noir, sachant profiter de sa parcelle de lumière. Elle profitait des bons moments qu’elle vivait, gravant de bons souvenirs dans son esprit, comme en cet instant.

Fixant Bobby dans les yeux, elle profitait de cet instant tout simplement magique où le jeune homme soufflait une seconde brise glacée sur sa peau, ce qui eut pour effet de la faire sourire davantage. C’était si agréable ! Elle ne pouvait décrire ce qu’elle ressentait et ne pouvait déterminer s’il s’agissait simplement de la brise ou bien d’autre chose. L’adolescente ne pouvait faire taire ces émotions qui s’exprimaient ouvertement, bien malgré elle. Son sourire était étampé sur son visage, la rendant plus radieuse que jamais. Elle ne se souvint pas avoir déjà ressenti cela, pas depuis qu’elle était à l’institut. Était-ce Bobby qui avait cet effet sur elle ? Pourtant, jamais cela n’était arrivé auparavant… Il fallait dire que John était toujours avec eux et ils ne s’étaient jamais retrouvés seul à seul. Fermant les yeux et respirant profondément, Erïka profita de la fin de cette brise rafraichissante. Lorsqu’elle les rouvrit, elle croisa de nouveau le regard du jeune homme.


- « Voilà quelqu'un qui sait apprécier les choses à leur juste valeur, c'est rare. »

-« Alors autant en profiter pendant que tu as une rareté sous la main. »

Erïka n’était pas une fille complexée. Elle se trouvait jolie, étant d’une beauté naturelle. Parfois, elle prenait la peine de se maquiller légèrement, entourant ses grands yeux de traits foncés, les faisant davantage ressortir. Son teint très pâle contrastait avec ces corps bronzés que l’on apercevait partout lors des mois d’été. Il fallait dire qu’elle ne sortait pas très souvent à l’extérieur. Quoi qu’il en soit, elle jugeait qu’elle n’avait rien à envier aux autres, que ce soit physiquement ou psychologiquement. Elle n’était pas toujours facile à vivre, mais c’était son caractère et il fallait vivre avec. Elle ne comptait pas changer pour qui que ce soit. Elle était froide, indifférente, impulsive et têtue, mais savait, parfois, révéler ce côté de sa personnalité qu’elle tenait tant à cacher : une Erïka joyeuse, souriante, affectueuse et bien amusante. Peu importe ce que les autres pouvaient penser, elle jugeait être unique en son genre. Même si son frère jumeau lui ressemblait énormément physiquement, ils étaient loin d’être semblables psychologiquement, étant le parfait contraire l’un de l’autre.

Une fois sur la moto, la jeune fille joua avec les commandes jusqu’à découvrir comment fonctionnait l’engin. Cependant, elle ne réussissait pas à mettre la main sur l’embrayage. Ce fut Bobby qui le fit pour elle. Il se pencha sur la mutante afin d’atteindre l’embrayage. Cette proximité n’était pas si indésirable que cela, au final, l’adolescente profitant de la basse chaleur corporelle émanant de lui. Elle ne supportait pas les grandes chaleurs et encore moins s’approcher d’une personne alors qu’il faisait terriblement chaud et humide. Cependant, Bobby était une exception à la règle. Une jolie exception.

Lorsque la jeune fille s’apprêta à démarrer, le jeune homme fit une petite plaisanterie sur leur destination, évoquant le Pôle Nord. Erïka y répondit, tout à fait naturellement, affirmant qu’elle préférait la Russie, son pays natal. Il semblerait bien que Will ait sérieusement commencé à déteindre sur elle. Habituée de ses blagues, elle ne faisait qu’y répondre sur le même ton, prenant part au jeu. Elle ne réalisa pas immédiatement qu’elle avait pris ce ton tout à fait naturel auprès de Bobby. Elle n’était pas sur la défensive en sa présence, étant totalement détendue. Il fallait avouer que sa brise de fraicheur lui avait fait le plus grand bien.


-« Je n'ai jamais mis les pieds en Russie. Ça t'arrive d'y retourner de temps en temps ? Transformer l'Institut en forteresse hivernale, ce serait tentant mais je doute que le professeur Xavier apprécie. Dommage. »

-« En fait… » Fit Erïka en reprenant soudainement son sérieux. Elle tourna légèrement la tête afin d’observer le mutant assis derrière elle. « J’ai quitté la Russie, je n’avais que deux ans… Je n’ai jamais pu y retourner, malheureusement. » Elle lâcha un long soupire avant de poser son regard sur le grand terrain devant elle. Ce n’était pas le moment de broyer du noir. Elle devait penser à quelque chose de plus positif. « J’aurais bien aimé pouvoir profiter d’un château de glace. Et puis, si le professeur ne le sait pas, il ne peut pas nous punir, n’est-ce pas ? »

Habituée à faire des bêtises, la jeune fille ne se souciait pas du tout des conséquences. Elle ne se faisait pas toujours prendre, comme la fois où elle avait emprunté sans permission la belle voiture décapotable de Scott, alors pourquoi ne pas tenter le coup ? Elle savait bien que Bobby était plutôt calme et discret, il ne voulait pas causer d’ennui. Cependant, elle pouvait se montrer assez persuasive et l’entrainer malgré tout dans ses bêtises. Et puis, qui a dit que le professeur serait au courant ?

Se concentrant sur sa conduite, l’adolescente démarra doucement, puis accéléra soudainement, cherchant à obtenir une certaine stabilité sur le véhicule. Cependant, n’étant pas à l’aise avec cette vitesse et craignant de foncer dans quelque chose, elle freina soudainement. Comment obtenir une certaine stabilité sur ce truc ? Elle ne savait comment contrôler son véhicule sans craindre de s’écraser au sol. Faute de demander à Bobby comment faire, elle se contenta de le questionner sur sa conduite, cherchant à savoir depuis combien de temps il faisait de la moto.


- « Depuis maintenant 3 ans. Ça s'apprend vite, laisse-moi te montrer. Tu permets ? »

Elle n’eut pas le temps de répondre avant que le jeune homme s’approche davantage d’elle, posant délicatement ses mains sur les siennes. Aussitôt, un frisson électrisant parcourut le corps de l’adolescente. Ses mains se crispèrent légèrement sur le guidon alors qu’elle sentait la peau glacée de jeune homme sur la sienne. Elle laissa Bobby lui expliquer comment diriger sa moto, suivant le mouvement de sa main sur l’accélérateur. Ils firent quelques mètres à basse vitesse avant de faire demi-tour, tournant légèrement le guidon. Bien rapidement, la jeune fille se détendit. Lorsqu’il lâcha les mains d’Erïka, cette dernière stoppa immédiatement le véhicule. Elle s'était perdue dans ses esprits le temps de cette balade qu'elle trouva bien trop courte. Maintenant, c'était à elle de jouer, il semblerait.

-« A ton tour. Si t'apprends vite, ça te dirait qu'on aille faire un tour de moto dehors afin de concrétiser tout ça ? »

-« Tu veux dire… À l’extérieur de l’institut ? Pourquoi pas… J’espère que tu n’as pas peur pour ta moto. »

À présent, la chaleur n’était plus un problème. Avec le congélateur vivant qu’était Bobby, la jeune fille pouvait être assurée qu’elle ne fera pas de malaise dû à la chaleur. Par contre, elle n’était pas trop chaude à l’idée de s’aventurer bien loin à l’extérieur. La ville ne lui inspirait rien de bon et elle souhaitait ne pas avoir à se rendre si loin. Après tout, ce n’était qu’une petite balade, non ? Bien sûr, si l’idée ne lui plaisait pas, elle pouvait toujours refuser. Cependant, elle ne voulait pas voir cet instant se terminer, pas maintenant. Quelque chose en elle refusait qu’elle quitte cette moto. Et puis, que pourrait-il lui arriver si elle restait à proximité de l’institut ? Après tout, Bobby avait un don qui pouvait l’aider à se défendre en cas de problème. Tout allait bien se passer, elle ne devait pas se laisser emporter par ses inquiétudes.

Démarrant la moto avec douceur, comme le lui avait appris le mutant, elle se dirigea, sans la moindre once d’assurance, droit devant elle. Sa vitesse n’était pas régulière, roulant plus rapidement lorsqu’elle croyait que la moto n’était pas suffisamment stable et ralentissant lorsqu’elle allait à trop haute vitesse. Elle penchait, parfois, le guidon légèrement vers la gauche ou bien vers la droite en tentant de rester sur le bon chemin. Après quelques mètres d’incertitude, elle freina de nouveau, tournant légèrement la tête en direction du jeune homme.


-« Ce n’est pas si difficile, en fait.» Commenta-t-elle. «On se la fait cette balade, avant de fondre comme des glaçons ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Jeu 9 Aoû 2012 - 1:53

Pour Iceberg, les gens se résumaient à plusieurs catégories de personnes. Il y avait ceux qui suivaient le mouvement, qui se fondaient dans la masse et il y avait ceux qui étaient en dehors des règles, qui vivaient à leur façon peu importe les conséquences. Bien sûr, il y avait différents degrés à cette dernière catégorie et Bobby devait l'avouer, il admirait ceux qui en faisaient partie. Pas tous, évidemment, mais il enviait ceux qui se moquaient de ce qui les entouraient. Il trouvait qu'ainsi, ils pouvaient apprécier une liberté méritée et ne plus se retenir, privés de chaines qui les forçaient à faire ce qu'on leur imposait. A dire vrai, Bobby aurait très bien pu vivre sa vie comme il l'entendait, mais sa conscience le rappelait toujours à l'ordre. Peut-être était-il un peu hypocrite envers lui-même mais il était quelqu'un qui suivait les règles, c'était comme ça. Jamais un mot de trop ou un geste déplacé, en tout cas pas en présence de témoins. Ainsi, il se faisait moins remarquer. C'était sa façon d'être libre.

Erïka n'était pas comme lui sur ce point. C'était une forte tête qui n'acceptait pas les directives et qui aimait agir selon son bon vouloir. Tout le monde ne supportait pas une telle personne mais cela ne dérangeait pas Iceberg le moins du monde. En fait, il aimait son caractère bien trempé et le fait qu'elle ne faisait pas les choses à moitié. De plus, comme elle venait de le lui prouver encore une fois, elle était franche et différente des autres. Elle avait accepté le compliment qu'il venait de lui faire et rebondit même dessus, lui faisant remarquer d'en profiter. C'était bien ce qu'il comptait faire maintenant qu'elle était là.

- Je ne voudrais pas faire de jaloux, mais ce serait idiot de ma part de passer à côté.

Inutile de rajouter quoi que ce soit, parler pour ne rien dire ne faisait pas avancer les choses. Le sujet bifurqua donc sur la moto, motivant Iceberg a parler un peu plus lorsqu'il se rendit compte que cela pouvait être bien ennuyeux pour quelqu'un qui ne partageait pas sa passion. Heureusement, Erïka demanda un petit cours de conduite que le mutant ne refusa pas, content de pouvoir passer un peu plus de temps en sa compagnie grâce à ça. Elle n'allait pas apprendre en une seule journée toutes les subtilités de la conduite et si cela lui plaisait, cela signifiait qu'il aurait une bonne excuse pour la revoir. Avait-il seulement réellement besoin d'une excuse ? Pour le moment, c'était l'occasion rêvée.

Assis derrière la russe, Bobby veilla à actionner l'embrayage pour qu'elle puisse diriger la moto sans avoir à s'embêter avec les commandes un peu plus avancées. Ainsi, il lui suffisait de jouer avec l'accélérateur et le guidon pour avancer, ce qu'elle fit avec plus ou moins de succès mais Iceberg se garda de faire un quelconque commentaire. La première fois qu'il avait touché une moto, il n'avait pas fait mieux. Erïka était un peu trop brusque, mais qui ne le serait pas face à une machine dont on ne connaissait pas grand chose encore ? La destination qu'elle désirait atteindre était bien sûr une utopie mais cela la poussa à évoquer son enfance. Ainsi donc, elle n'avait que très peu connu la Russie. Pas suffisamment pour en avoir des souvenirs en tous les cas.

- Pour le moment. J'imagine que tu n'as plus de souvenirs de la Russie mais tu pourras toujours t'en refaire en y retournant à l'avenir. C'est une des destinations qu'il me plairait de visiter. Ça, le canada et la Suisse à vrai dire. Les destinations exotiques, c'est pas trop mon truc. Mais c'est vrai que si je ne vais pas à la fraicheur, je peux la faire venir à moi. Il fait trop chaud pour un château mais... dans une petite pièce, ça peut toujours se faire.

C'était sa façon de dire que finalement, il pouvait bien enfreindre un peu les règles pour une fois. Ce n'était pas comme s'il commettait un crime. Bobby reposa son attention sur la conduite un peu chaotique de la jeune femme. Au moins, elle avançait malgré tout. Parfois, une démonstration valait toutes les paroles du monde et le mutant désira lui montrer comment améliorer sa conduite. Attrapant ses mains dans les siennes pour faire tourner l'accélérateur, Bobby leur fit faire un petit tour rapide. Ce n'était pas à lui de conduire, il voulait juste lui montrer, lui donner un exemple à suivre. Parfois, se mettre en conditions réelles aidait également l'apprentissage. C'était plus dangereux mais il était là pour veiller à ce que tout se passe bien. Ainsi proche d'elle, il pourrait intervenir au cas où. Il lui proposa donc de faire un tour en ville afin de joindre l'utile à l'agréable. Quitte à rouler, autant aller quelque part. Erïka ne sembla pas emballée, plutôt hésitante même, mais accepta tout de même la proposition non sans une certaine réticence.

- Tant que tu n'as rien, peu importe la moto. Et puis tout se passera bien, je suis là au cas où. Si tu prends ton temps il n'y a aucune raison pour que ça tourne mal, tu te débrouilles bien pour un début.

Écoutant les conseils du mutant, Erïka fit avancer la moto, mieux que la fois précédente mais toujours avec hésitation. Cela n'allait pas venir d'un claquement de doigts, c'était certain, mais c'était un bon début. Il suffisait déjà qu'elle prenne confiance en ses capacités de conduite et les choses évolueraient vite mieux. Finalement elle s'arrêta en constatant que c'était moins difficile que prévu et opta même pour continuer la balade à l'extérieur, faisant sourire le mutant.

- Alors faisons la. Je m'absente juste cinq minutes le temps de me changer histoire de ne pas te coller du cambouis partout. Je te confie ma moto en attendant, je me dépêche.

Sur ces paroles, il se leva, attrapa les outils qui trainaient au sol ainsi que les pièces de rechange et retourna déposer le tout à l'intérieur. Montant en vitesse les escaliers, il déboula dans sa chambre, retira sa combinaison qu'il jeta sur le lit et enfila un jean bleu sombre ainsi qu'un tshirt blanc. Inutile de se couvrir davantage, il avait bien assez chaud comme ça. Il attrapa son casque déposé sur une chaise. Il n'en possédait qu'un mais comptait bien le donner à Erïka en espérant qu'il ne soit pas deux fois trop grand. Alors qu'il faisait demi tour pour rejoindre la russe dehors, il aperçut quelque chose sur son bureau qui attira son regard. Il attrapa les morceaux de papiers qui dépassaient d'un des livres et constata qu'il s'agissait de deux billets pour un match de Hockey. La date était pour le soir même. Ignorant si Erïka appréciait ce sport, il rangea les tickets dans la poche arrière de son pantalon et descendit la rejoindre.

- On va pouvoir y aller. Tiens. *en lui tendant le casque* Dis moi, tu aimes le Hockey ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Jeu 9 Aoû 2012 - 7:03

Erïka n’avait qu’une seule spécialité. Il s’agissait des langues. Elle n’était pas douée avec les sciences, détestait les chiffres et se fichait bien de l’histoire. À ses yeux, seul le présent comptait. Elle supportait les cours qu’elle détestait et tentait d’obtenir les notes suffisantes afin de ne pas avoir à les recommencer. Dans ses temps libre, elle étudiait ce qui l’intéressait réellement, apprenant de nouvelles langues au fil des ans. Elle était assez fière d’en avoir plusieurs à son actif, bien qu’elle ne les parlait pas à la perfection. Côté écrit, ce n’était pas toujours au top, surtout lorsqu’elle tentait de respecter la grammaire française, un véritable enfer. Malgré tout, c’était ce genre de petites barrières qui la motivait à donner davantage d’efforts afin de s’améliorer.
Le fait que Bobby invoque les nombreux endroits qu’il désirait visiter dans le futur fit rêvasser l’adolescente qui désirait retrouver son pays natal. La Russie semblait être un si beau pays ! Elle n’avait aucun souvenir, mais quelques photographies des premières années de son enfance, rien de plus. Le sujet l’avait, malgré tout, refroidi. Elle ne désirait pas se souvenir de son passé, son enfance. Une chose en entrainait une autre dans son esprit et elle ne désirait pas penser à certaines de ses souvenirs pour l’instant.


- « Pour le moment. J'imagine que tu n'as plus de souvenirs de la Russie mais tu pourras toujours t'en refaire en y retournant à l'avenir. C'est une des destinations qu'il me plairait de visiter. Ca, le Canada et la Suisse à vrai dire. Les destinations exotiques, c'est pas trop mon truc. Mais c'est vrai que si je ne vais pas à la fraicheur, je peux la faire venir à moi. Il fait trop chaud pour un château mais... dans une petite pièce, ça peut toujours se faire. »

-« Pourquoi veux-tu voyager ? Pour trouver un coin de paradis où l’été n’existe pas ? »

Elle n’avait jamais mis les pieds au Canada. Cependant, ça génitrice l’avait fait, par le passé. Erïka se souvenait de ces nuits, il y a fort longtemps, où sa mère lui racontait ses histoires de voyage avant qu’elle ne s’endorme. Elle lui avait raconté ses aventures au Canada, dans une grande province où les hivers étaient puissants, tout comme les étés de canicules. Tout dépendait des régions de ce pays. Aux yeux d’Erïka, plus c’était au Nord, mieux c’était. Elle ne supportait pas la chaleur et serait bien la dernière personne au monde à dépenser une fortune pour se faire griller au soleil sur une plage au Sud du pays.

-« Tu prends des risques, toi ? Eh bien, c’est une première… Je ne me souviens pas que tu aies déjà fait ça, même lorsque l’on trainait avec John. » Le taquina-t-elle.

Mettant en marche le véhicule, l’adolescente tentait de le maitriser, ce qui n’était pas si simple que ça en avait l’air. Elle avançait, freinait et avançait de nouveau. Elle n’avait pas confiance dans ce véhicule, craignant sans cesse de s’écraser au sol. Bobby l’aida à contrôler le véhicule, lui faisant faire plusieurs mètres avant de la laisser aller elle-même. Déjà, une légère amélioration était perceptible. Elle croyait avoir compris le fonctionnement de l’engin et pensait avoir deviné comment le stabiliser. Il semblerait qu’elle se soit suffisamment améliorée pour être en mesure de se pratiquer en ville. Elle n’était pas très rassurée, ni même enjouée de s’y rendre, mais pas pour les raisons qu’il pouvait imaginer. Un petit tour auprès de la civilisation ne lui fera pas de mal… Comme le disait Bobby, il sera à ses côtés s’il se passait quoi que ce soit. Et puis, si elle n'est plus à l’aise dans cette situation, elle fera en sorte d’écourter cette balade et de se promener autour de l’institut. Après tout, n’était-ce pas elle qui maitrisait le véhicule, à présent ?

Ravie de savoir qu’elle n’était pas si mauvaise, la jeune fille sourit, posant ses grands yeux azurés sur Bobby. À force d’avoir entendu des insultes en tout genre et d’avoir été rabaissée durant des années, l’adolescente découvrait ce que c’était que de recevoir des compliments. Bien que Will n’était pas avare en la matière, l’adolescente aimait entendre cela de la bouche de quelqu’un d’autre. Il lui donnait confiance en ses compétences, bien qu’elle doutait ne pouvoir y arriver en ville. Malgré tout, elle refusait de lu montrer qu’elle avait certaines appréhensions et lui proposa de quitter l’institut, espérant ne pas le regretter.
Le mutant approuva sa décision, mais lui demanda de l’attendre le temps qu’il monte se changer. Pendant son absence, il lui confiait sa moto. N’ayant rien d’autre à faire, la jeune fille attrapa son Ipod et mit ses écouteurs afin d’écouter une chanson, le temps qu’il s’absente. Elle tenta de ne pas tomber, ni même de faire tomber l’automobile. La jeune fille cherchait désespérément la béquille et fut soulagée lorsqu’elle put s’en servir afin de faire tenir l’engin. Elle poussa un long soupir, puis attendit impatiemment le retour de Bobby. Elle songeait à aller chercher son sac, contenant ses affaires personnelles dont son arme à feu. Par précaution, elle l’avait toujours à ses côtés lorsqu’elle se déplaçait en ville, ne sachant jamais sur qui elle pouvait tomber par hasard.

Bobby revient bien rapidement et l’adolescente retira l’un de ses écouteurs de son oreille. Descendant de la moto afin de se dégourdir les jambes, elle prit le casque tendu par le jeune homme. Elle devait porter ce truc ? Bien qu’elle n’avait pas envie d’être étouffée par ce truc, il semblerait qu’elle n’ait pas vraiment le choix. Valait mieux opter pour la sécurité. Posant le casque sur le banc de la moto, Erïka allait annoncer qu’elle montait chercher son sac lorsque Bobby la devança en lui demandant si elle aimait le hockey. Elle n’était pas une grande fanatique de sport, mais savait apprécier de bons matchs lorsqu’elle en voyait. Elle n’avait qu’à prendre pour exemple certains combats de catch auxquels elle avait assisté. Connaissant à peine les règles du hockey pour en avoir vu quelques matchs, la mutante ne pouvait dire qu’elle aimait cela.


-« C’est distrayant. Habituellement je ne regarde pas vraiment ça... »

Avant de partir en moto, l’adolescente tenait à se rendre à sa chambre, question de prendre son sac. Après tout, son téléphone, son arme, son portefeuille, tout ce qui pouvait lui être utile était à l’intérieur. Et puis, elle pourra toujours attraper une veste, question d’avoir quelque chose sur le dos au cas où elle chuterait.

-« Je vais chercher mon sac. Attend moi. »

S’éloignant d’un pas rapide, la jeune fille remit son écouteur dans son oreille et passa par l’intérieur du garage afin de rejoindre l’institut. Elle parcourut rapidement les couloirs et monta au pas de course les escaliers afin de se rendre à sa chambre. Attrapant son sac, y lançant son Ipod lorsqu’elle l’éteignit, Erïka fouilla sa garde-robe afin d’attraper une veste de jean noir. Elle ressortit aussitôt de sa chambre. Il lui fallut très peu de temps afin de rejoindre Bobby, veste sur le dos, la jeune fille commençait déjà à regretter son idée. Elle avait terriblement chaud. Peut-être qu’en roulant rapidement la force du vent allait la rafraichir. Confiant son sac au jeune homme, une fois à sa hauteur, lui jetant dans les bras, elle prit le casque et l’enfila aussitôt. Il était un peu grand, mais elle devra s’y faire. Soulevant la visière, l’adolescente enfourcha la moto et se tourna vers le mutant.

-« Prêt ? Dépêche-toi, j’étouffe avec ces trucs. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Jeu 9 Aoû 2012 - 11:37

Bobby n'avait encore jamais quitté l'Amérique. Il y était né et depuis, il y avait passé sa vie sans jamais avoir l'occasion d'aller à l'étranger. Étant bien où il est, le mutant n'avait jamais nourri de projet visant à se rendre dans tel ou tel pays mais il devait avouer que certains l'attiraient. Ceux où les températures pouvaient devenir très basses. Si la plupart des gens fuyaient ces rudes climats, Bobby lui y serait allé avec plaisir. Mais ce n'était pas tant pour la faible chaleur qui y régnait qu'il désirait y aller. La découverte suffisait à elle seule à l'attirer ailleurs. Il ne comptait pas s'installer dans un autre pays mais simplement découvrir autre chose que l'Amérique. Tout le monde ne vivait certainement pas de la même façon.
Erïka lui demanda pourquoi il souhaitait voyager, évoquant une réponse qui aurait pu être la véritable raison, ce qui fit sourire Bobby alors qu'il reposait les yeux sur elle. Non, son paradis, il l'avait déjà trouvé, c'était ici. C'était l'endroit où il ne s'était jamais aussi bien senti, c'était chez lui. Ce qu'il avait lui suffisait et il ne désirait pas voir si l'herbe était plus verte ailleurs ou non. Il ignorait ce qu'il gagnerait en changeant d'endroit. En revanche, il savait ce qu'il perdrait.

- Oh, non pas vraiment. Ce coin de paradis, y en a un tout près. Même qu'il se nomme Congélateur. Petite surface mais diable qu'on est bien dedans. *esquissant un sourire amusé, chose rare* J'aimerai juste voir autre chose, voir comment ça se passe ailleurs, connaitre les différentes cultures. Mais si en prime la température est basse, c'est encore plus attrayant.

Bobby ne refusa pas la proposition d'Erïka même si ce n'en était pas réellement une. Elle n'avait fait que lui soumettre une idée, idée qu'elle aurait sûrement bien voulu voir se réaliser, mais le mutant l'approuvait. Transformer une pièce en royaume de glace aurait été pour lui quelque chose d'appréciable. La jeune femme sembla étonnée de le voir prêt à prendre le risque de faire une entorse aux règles, évoquant même le fait qu'il restait sage même en compagnie de John. Oui, Bobby n'était pas un anarchiste et respectait les règles qu'on lui imposait sans discuter. Cependant, c'était une facette de sa personnalité qu'il voulait bien montrer aux autres, ce n'était pas tout à fait ce qu'il était dans le fond. Mais ça, personne ne le savait.

- C'est un secret. Je fais simplement attention à ce que personne ne me voit. Comme ça les autres font moins attention à moi et je peux me permettre d'enfreindre plus souvent le règlement. Enfin... pour ce que ça change... Je peux bien prendre des risques mais il me faut une bonne raison.

Bobby n'avait pas envie de parler de John. C'était un mauvais souvenir et malgré le fait qu'il désire ardemment que son ami recouvre la raison et revienne, il savait que simplement en parler ne ferait pas bouger les choses. Il ignorait cependant ce qu'en pensait Erïka, comment elle, elle l'avait vécu et fut tenté de lui poser la question mais s'abstint. A quoi bon parler de quelqu'un qui leur avait tourné le dos comme s'ils n'avaient jamais existé ?
Erïka reprit la moto en main et le fit avancer avec hésitation. Conduire une moto avait l'air simple mais tout était une question de dosage. Il suffisait de savoir à quel moment accélérer ou décélérer pour commencer et tout devenait déjà plus simple. Estimant que le passage des vitesses était encore trop poussé pour être évoqué, Bobby se contenta de la laisser diriger le véhicule et de doser la vitesse. Elle n'avait pas l'air rassuré et il supposait donc qu'elle ne risquait pas de soudainement foncer à toute allure. A moins qu'elle ne se crispe et tourne un peu trop vite l'accélérateur, c'était une erreur que faisaient beaucoup de débutants. Néanmoins, il était là, proche des commandes et veillait à pouvoir les atteindre si jamais elle calculait mal son coup. Mais il fallait l'avouer, même si c'était encore un peu hasardeux, elle se débrouillait bien et Bobby ne se gêna pas pour le lui faire savoir. Quand les choses étaient mal faites, il fallait le dire mais il fallait aussi et surtout dire lorsqu'elles étaient bien faites. La motivation et les efforts découlaient beaucoup de la motivation des gens. De temps à autre, il lui donnait des conseils en fonction de ce qu'elle faisait, mais il la laissait principalement se débrouiller, ne désirant pas trop lui donner de directives. Cela fonctionnait plutôt bien.

Tellement bien que Bobby proposa de faire une virée en ville plutôt que de se cantonner au parc de l'Institut. Erïka n'était pas une conductrice expérimentée mais Iceberg était là pour veiller au bon déroulement de la balade. Le but était qu'elle apprécie la balade et non de la forcer à faire quelque chose qui ne la motivait pas réellement. Après une courte hésitation, elle accepta tout de même et Bobby rejoignit sa chambre afin de se changer, laissant sa moto aux bons soins de la jeune femme qui, pour le moment, l'avait traitée avec attention. Dans sa chambre, Bobby se souvint qu'il y avait un match de Hockey ce soir en ville en retrouvant par hasard les billets. Cela aurait été dommage de gâcher les billets même si, il devait l'avouer, il les avait un peu oublié. A la base, il devait y aller avec un ami mais ce dernier avait dû s'absenter pour retourner chez sa famille, laissant donc son billet à Bobby au cas où celui-ci trouverait quelqu'un d'autre pour y aller. N'ayant pas vraiment de proche que cela intéressait, il avait oublié l'existence des billets jusqu'à ce moment.

*Peut-être qu'Erïka aime le Hockey ? Elle qui aime le froid devrait au moins apprécier la fraicheur de la patinoire... Ce serait con de gâcher les tickets. Et puis comme ça, ça nous permettra de passer un peu plus de temps ensemble. C'est pas une mauvaise idée, autant lui proposer. Si elle refuse, tant pis.*

Retournant rapidement dehors, rejoignant Erïka, Bobby tâta le terrain en lui demandant si elle aimait le Hockey avant de lui proposer la place en trop qu'il possédait. Sa réponse était plutôt évasive mais elle avouait trouver ça distrayant même si ce n'était pas dans ses habitudes de regarder un match de ce sport. C'était l'occasion de confirmer ou non son avis sur la question. De plus, voir un match en direct, sur place, était bien plus prenant que de le regarder à la télévision. Iceberg sortit les billets de sa poche pour les lui montrer.

- J'ai deux billets pour le match de ce soir, ça te tente ? Au moins, on sera au frais, surtout que les places sont situées proches de la patinoire.

Maintenant qu'il était proche d'elle, Bobby remarqua que la jeune femme portait des écouteurs. Enfin, elle n'en portait plus qu'un mais elle écoutait clairement de la musique. Grand amateur de musique, le mutant eut envie de savoir de quel genre il s'agissait. Il ignorait complétement ce que pouvait bien aimer la russe en matière de musique. Il ne la connaissait pas autant qu'il l'aurait souhaité et peut-être que cette soirée était l'occasion ou jamais.

- Tu écoutes quoi ?

Il remarqua que la jeune femme avait déposé le casque plutôt que de le mettre et comprit mieux pourquoi lorsqu'elle lui signifia qu'elle allait chercher son sac. Forcément, puisqu'ils allaient en ville, autant prendre le minimum vital. Le portefeuille de Bobby trônait dans son autre poche et il n'avait besoin de rien d'autre. Mais en ce qui concernait les filles, il fallait toujours qu'elles emmènent la moitié de leurs affaires avec elles. Drôle d'habitude. Bobby s'accroupit près de la moto le temps que la russe s'absente et en profita pour peaufiner les réglages afin que la conduite soit la plus agréable possible pour elle.
A son retour, il constata qu'elle portait désormais une veste. Elle avait certes chaud mais elle voulait visiblement avoir quelque chose sur le dos en cas de chute. Ce n'était pas plus mal même si Bobby lui n'était qu'en tshirt. Il ne craignait pas la chute même s'il n'avait du coup plus de casque. Tomber ne lui faisait pas peur, protégé par son pouvoir qui recouvrait son corps de glace protectrice s'il le fallait. Même si Erïka n'avait rien pris pour se protéger, il comptait bien rester proche d'elle pour lui éviter tout dommage, d'une façon ou d'une autre. Mais de toute façon, il était là pour veiller au bon déroulement du trajet et était persuadé que tout se passerait bien.

Bobby attrapa au vol le sac qu'Erïka lui lança et vint s'installer derrière elle, calant le sac entre lui et elle. Afin d'être au plus près des commandes et de ne pas gêner la conduite de la jeune femme à cause de sa posture, Bobby se colla contre elle, un bras entourant sa taille. Cette fois, il ne lui avait pas demandé la permission puisqu'il ne faisait que se positionner comme il le fallait pour le trajet, rien de plus.

- En route, emmène nous en ville. Je m'occupe des vitesses, tu n'auras qu'à presser la manette gauche quand je te le dirai.

Ignorant si elle connaissait l'adresse de la patinoire, Bobby la guidait au fur et à mesure, lui prodiguant de temps à autre des conseils, la corrigeant parfois mais sans plus, pour qu'elle prenne ses marques. Il ne manquait pas de l'encourager lorsqu'elle semblait hésiter pendant qu'il s'occupait du passage des vitesses, la laissant simplement gérer leur allure pour le moment.
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Jeu 9 Aoû 2012 - 19:16

Il y avait bien des raisons de voyager, chaque destination possédant un certain attrait, quelque chose qui la rendait unique aux yeux d’autres personnes. La motivation d’Erïka était d’apprendre de nouvelles langues, de peaufiner celles qu’elle parlait déjà, sur le terrain. Il n’y avait que peu de personne parlant le Russe à l’institut. Bien qu’elle tentait d’enseigner les bases à son meilleur ami, il n’en connaissait pas suffisamment pour entamer une longue discussion dans cette langue. Kurt Wagner, quant à lui, lui avait appris quelques notions de la langue allemande. En l’étudiant davantage, elle fut en mesure de mener de courtes discussions en sa compagnie, autour d’un bon paquet de biscuits. Malheureusement, il était un X-Men, il était occupé et n’avait pas que ça à faire de ses journées. Elle ne connaissait pas personnellement de personnes s’exprimant bien en français mais, en revanche, elle pouvait compter sur Amy afin d’apprendre l’italien. Bien qu’elle ne désirait pas quitter l’institut, désirait y passer sa vie afin de rejoindre le rang des X-Men, l’adolescente avait pour but de visiter tout un tas de pays, découvrir diverses cultures et s’imprégner de leurs langues et coutumes. Les apparences menaient à croire qu’Erïka était une adolescente fermée au monde, refusant de tisser des liens avec qui que ce soit, mais c’était tout le contraire. Elle était curieuse, elle aimait apprendre et se jetait corps et âme dans ce qu’elle adorait. Simplement, elle ne laissait jamais sortir ce côté d’elle, le dissimulant sous une grande indifférence à tout ce qui l’entourait.

Bobby ne voyait pas les choses comme l’adolescente. Il expliqua qu’il avait déjà trouvé son petit paradis, se nommant le Congélateur. La jeune fille eut la chance de voir le mutant sourire, ce qui n’arrivait pas très souvent. En fait, s’ils avaient bien un point commun, c’était qu’ils ne souriaient que rarement. Il fallait en profiter, ce sourire contagieux était terriblement agréable à admirer. Il illuminait le visage de Bobby, ce qui lui donnait un tout autre air qu’à l’habitude. Erïka lui rendit son sourire, admirant ses yeux d’un bleu perçant, plus profonds que n’importe quel océan.
Il expliqua, par la suite, qu’il désirait voyager afin de découvrir de nouveaux endroits et d’apprendre à connaitre différentes cultures. C’était un peu comme elle, en fait. Il y avait tant de choses à découvrir dans ce monde, il serait dommage de ne pas saisir l’occasion de partir à la découverte au moins une fois dans sa vie.


-« J’aimerais faire de même. Je veux dire… j’aimerais voyager. N’importe où sauf dans le sud. Je veux aller en Russie, en Allemagne, en France… parcourir l’Europe, quoi. »

Le sujet de la discussion dériva sur le pouvoir de Bobby, puis sur la possibilité de transformer une pièce en véritable paradis de glace. Erïka invoqua le nom de John, ancien ami ayant quitté l’institut pour rejoindre les rangs de la Confrérie. La jeune fille n’avait jamais compris pourquoi il avait décidé de faire cela, mais à voir le caractère du pyromane, elle n’était pas si étonnée que cela, au final. Elle trouvait cela dommage qu’il ait rejoint le mauvais côté. Cependant, elle ne pouvait rien y faire. Il était encore plus désagréable qu’auparavant. Certes, il y avait bien quelques mois qu’elle ne l’avait pas vu, mais il n’avait certainement pas changé entre temps.

- « C'est un secret. Je fais simplement attention à ce que personne ne me voit. Comme ça les autres font moins attention à moi et je peux me permettre d'enfreindre plus souvent le règlement. Enfin... pour ce que ça change... Je peux bien prendre des risques mais il me faut une bonne raison. »

-« Je suis ravie de découvrir ton secret, alors. Je donnerais plein de bonnes raisons de prendre des risques. Se rendre à la salle des dangers, par exemple. » Fit-elle malicieusement.

Se concentrant sur sa conduite, Erïka put bénéficier de l’aide de Bobby afin de diriger le véhicule. Ce n’était pas simple au départ, il fallait savoir doser la vitesse. Cependant, lorsqu’elle comprit le truc, c’était d’autant plus simple. Elle réussit à conduire, seule, sur quelques mètres, avant de s’arrêter. Elle ne connaissait pas parfaitement le code de la route, mais elle croyait être en mesure de conduire cet engin dans les petites rues de la ville. Elle ne pensait pas qu’ils se rendraient au centre-ville ou sur les grands boulevards de New-York.

Bobby lui confia la moto le temps de monter se changer. L’adolescente en profita alors pour écouter un peu de musique en attendant son retour. Que pouvait-elle faire d’autre ? Faisant jouer une chanson au hasard sur son Ipod, elle attendit le retour du mutant afin de quitter le véhicule. Elle désirait prendre son sac avant de partir. Elle sera bien moins stressée de sentir qu’elle avait ses affaires en cas de problème. En fait, elle désirait surtout son arme, ayant parfois du mal à s’en séparer même lorsqu’elle se trouvait entre les murs de l’institut. Ce n’était pas très approprié de conserver un revolver sur elle si elle se trouvait au volant de la moto, valait mieux amener le sac en entier. Et puis, comme ça, sur le chemin, elle pourra toujours s’arrêter afin de s’acheter une glace.

À son retour, le mutant questionna Erïka sur le hockey. Elle connaissait ce sport, certes, mais n’en était pas une grande fanatique pour autant. Elle avait eu l’occasion de voir des matchs de catch dans sa vie, mais rien d’autre. Cependant, elle adorait la boxe, le kick-boxing et tout art du même genre. Bien qu’elle ne prenait plus de cours depuis quelques années, la jeune fille s’entrainait d’elle-même, question de se tenir en forme et de s’endurcir physiquement. Elle désirait être plus forte, à défaut d’avoir un pouvoir utile en combat, elle voulait savoir se rendre utile en cas d’ennuis.


-« J'ai deux billets pour le match de ce soir, ça te tente ? Au moins, on sera au frais, surtout que les places sont situées proches de la patinoire. »

Le jeune homme lui montra les deux billets qu’il avait rangé dans la poche de son jean. Parfois, le hasard faisait bien les choses. N’ayant rien d’autre à faire de sa journée, l’adolescente pouvait bien accepter l’invitation. Elle n’aimait pas trop les foules, certes, mais l’idée de pouvoir passer quelques heures dans un endroit frais lui plaisait bien.

-« Pourquoi pas ? Ça peut être sympa. »

Avant qu’elle n’ait pu annoncer qu’elle allait chercher son sac, Bobby prit la parole, lui demandant ce qu’elle écoutait. L’espace de quelques secondes, Erïka avait complètement oublié qu’elle portait toujours un écouteur dans l’oreille. S’approchant du mutant, l’adolescente lui tendit l’écouteur de libre afin de lui faire entendre le refrain de la chanson diffusée actuellement. Elle écoutait tellement de styles musicaux différents qu’il était bien difficile de déterminer ce qu’elle aimait avec un seul morceau. Elle lui laissa écouter le refrain, restant silencieuse, se demandant ce qu’il pensait de la chanson.

“Throw it away
Forget yesterday
We'll make the great escape
We won't hear a word they say
They don't know us anyway
Watch it burn
Let it die
Cause we are finally free tonight”

Désirant aller chercher ses affaires, Erïka reprit son écouteur lorsque le refrain se termina, laissant place à un dernier couplet. Bien que la majorité des chansons qu’elle possédait sur son appareil étaient en anglais, la jeune fille avait beaucoup de chansons en diverses langues, dont certaines qu’elle ne connaissait que peu. Qu’importe la langue, la mélodie, les paroles, c’était cela qui lui importait.

-« The great escape par Boys Like Girls. »

Après l’avoir informé de ce qu’il venait d’entendre, la jeune fille s’éloigna. Elle marcha rapidement jusqu’à sa chambre, ne désirant pas arriver en retard au match. Attrapant une veste, puis son sac, Erïka alla rapidement trouver Bobby à l’extérieur. Était-ce par peur d’être en retard ou bien par impatience de le retrouver ? Elle ne saurait dire. Elle était heureuse, énergique et se sentait bien, comme une adolescente ordinaire.

S’installant sur la moto après avoir lancé son sac à Bobby, Erïka retira la béquille du véhicule et démarra. Elle avait très chaud avec sa veste sur le dos et le casque sur la tête. Bien qu’elle ait retiré la visière, cela ne changeait rien. Au moins, elle pourra toujours compter sur le vent pour la rafraichir et même, encore mieux, le mutant en sa compagnie qui avait un don très utile par temps de canicule. D’ailleurs, lorsqu’elle sentit un bras glacé enlacer sa taille, la jeune fille se crispa, par réflexe. Elle n’aimait pas les contacts humains, malgré que celui-ci fût très agréable. Sa peau glacée ne faisait que la rafraichir légèrement, surtout qu’elle en avait besoin avec sa veste sur le dos. Par contre, elle ne comprenait pas pourquoi Bobby s’accrochait ainsi à elle. L’observant l’espace de quelques secondes, elle réalisa, par la suite, qu’il chutera à la seconde où elle accélérera s’il ne trouvait pas quelqu’un ou quelque chose pour l’en empêcher. Abaissant sa visière, la jeune fille fit doucement avancer le véhicule, accélérant lorsqu’elle remarqua qu’il n’y avait pratiquement pas d’élève à l’extérieur.
Lorsqu’elle quitta l’institut, la jeune fille eut l’occasion de rouler sur une route de gravier, puis sur du pavé. Elle n’avait toujours pas croisé d’automobile, ce qui était une bonne chose. Cependant, lorsque les premières routes de la ville se présentèrent, la jeune fille devait apprendre à veiller à ne pas foncer dans une automobile, ou ne pas heurter de piétons. Elle ne conduisait pas à la vitesse maximale autorisée, préférant y aller plus lentement. Elle suivait le chemin donné par Bobby au fur et à mesure du trajet. Bien qu’elle ait du mal à tourner aux coins des rues, craignant toujours de s’écraser au sol, la jeune fille tentait de ne pas montrer qu’elle paniquait légèrement en effectuant cette manœuvre. Elle sut s’arrêter à quelques panneaux d’arrêt ainsi qu’aux feux rouges, mais redémarrait aussi lentement qu’une tortue lorsque la lumière virait au vert. Ne se gênant pas pour prononcer des insultes aux automobilistes qui la klaxonnaient pour sa lenteur. Il était fort peu probable qu’ils aient pu l’entendre, mais cela lui permettait de se défouler. Il lui arriva à quelques reprises de ne pas ralentir à un feu jaune, accélérant en espérant passer l’intersection avant qu’il ne devienne rouge. Par la suite, elle laissait l’engin décélérer afin de ne pas poursuivre son chemin si rapidement. Une fois arrivés à l’endroit indiqué par Bobby, l’adolescente se chargea de trouver une place où garer le véhicule. Elle s’éloigna des automobiles présentes et se gara, freinant brusquement. Cherchant la béquille du pied, elle coupa le moteur. Elle avait terriblement chaud et dès qu’elle quitta le véhicule, elle retira son casque.


-« J’ai cru mourir quatre fois sur cette putain de route… Si je choppe cet enfoiré de chauffeur de taxi qui est passé près de me rentrer dedans, je lui fais la peau. » Fit-elle, laissant exprimer une certaine frustration. Prenant une grande inspiration, elle se calma et attrapa son sac qu’elle glissa à son épaule. « C’est toi qui conduit pour le retour. » Dit-elle en lui lançant les clés.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Ven 10 Aoû 2012 - 13:16

- Pourquoi ne pas demander à mademoiselle Frost de t'emmener avec elle une fois ? Elle voyage pas mal, surtout en Russie de mémoire. Ca te ferait économiser le voyage en plus.

Bobby supposait qu'Erïka avait déjà pensé à ça sans peut-être oser demander à Emma directement mais dans le doute, il voulait savoir. C'était une opportunité de voyager gratuitement et avec une personne de confiance. Car Emma Frost était une personne de confiance, Bobby le savait, comme tous les Xmen. Ils n'étaient certes pas là pour faire du babby-sitting mais ce n'était pas comme si cette demande impliquait de devoir les gérer. Ce n'était qu'un accompagnement et le but était de voir le pays, pas de les ennuyer. Iceberg était presque persuadé qu'Emma accepterait sans rechigner tant que l'on ne lui faisait pas perdre son temps. Tant qu'on la respectait et qu'on respectait ses directives, cette femme était une personne agréable et serviable malgré son air cassant et froid. Quelque part, elle ressemblait à Bobby.

Celui-ci était justement quelqu'un de respectueux et il n'avait jamais eu de problème avec qui que ce soit au sein de l'Institut. Rares étaient les élèves qui cherchaient des noises à ceux qui se tenaient tranquilles et quand bien même cela arrivait, Iceberg savait quoi faire pour les remettre à leur place. Mais ça, bien peu de personnes avaient pu en être témoin. Se laisser marcher sur les pieds, ce n'était pas dans ses habitudes. Mais malgré cet air de bon élève sans histoire, Bobby savait se montrer également audacieux et téméraire, défiant parfois les règles mis en place. Bien sûr, puisqu'il veillait à ce qu'il n'y ait jamais de témoins, il était difficile de le croire mais c'était pourtant la vérité. Maintenant qu'il venait de le révéler à Erïka, celle ci sembla s'en amuser. Pourquoi prendre le risque de lui révéler ce secret à elle ? Tout simplement parce que même si elle le répétait, bien peu de monde la croirait mais aussi parce que d'un certain côté, il savait qu'elle n'avait aucun intérêt à en faire part à quelqu'un d'autre. Et puis aussi, parce que c'était elle, tout simplement. N'était elle pas la reine de la vérité ?

- La salle des dangers ? Ca me parait difficile de s'y rendre sans que personne ne s'en aperçoive... Tu comptes t'entrainer pour devenir un membre des x-men ?

Bobby connaissait cette partie du caractère d'Erïka qui la rendait téméraire, même tête brûlée. Sur ce point, elle ressemblait à John, difficiles à arrêter lorsqu'ils avaient une idée en tête. Pour le mutant, cela coulait de source que si quelqu'un désirait utiliser la salle des dangers, c'était pour s'entrainer. Et ceux qui s'y entrainaient étaient les x-men, personne d'autre. Ce qui surprenait le mutant était le fait qu'elle soit au courant. Au final, assez peu d'élèves avaient eu vent de cette salle si spéciale. Sur le moment, Bobby avait du mal à voir l'intérêt de s'y rendre mais comptait bien savoir ce que la jeune femme avait derrière la tête.

Elle ne se débrouillait pas si mal que ça question conduite même si c'était encore trop hésitant. Les miracles n'existaient pas, elle n'allait pas devenir une déesse de la route en une demi journée. Mais pour une débutante, elle faisait preuve d'efforts et de concentration, n'abandonnant pas à la première difficulté. Presque collé contre elle, Bobby sentait bien qu'elle se crispait parfois et il essayait de la détendre en l'encourageant, en lui confirmant lorsqu'elle s'y prenait bien. Finalement, après tous ces efforts, Bobby lui proposa de se rendre carrément en ville afin de confirmer sa première leçon. Le côté urbain et peuplé pouvait faire peur, surtout si elle manquait de confiance en elle de ce point de vue là, mais le mutant estimait qu'elle en était capable et que parfois, il fallait se lancer des défis pour progresser.

Proposition acceptée, Bobby retourna à sa chambre pour se changer et ramasser des billets pour un match de Hockey dont il avait oublié l'existence jusqu'à présent. Puisque le match était prévu pour le soir même et que le mutant se rendait en ville en compagnie d'Erïka, c'est tout naturellement qu'il lui proposa de l'accompagner après avoir vérifié qu'elle appréciait au moins un minimum le sport. Autant que la soirée lui soit plaisante autant qu'à lui. Même si sa compagnie seule lui suffisait, autant profiter des billets. Pour la convaincre, il ajouta l'argument de la fraicheur de la patinoire. Elle qui avait aussi chaud que lui apprécierait sûrement de rester dans un endroit frais, match ou pas.

Une fois encore, elle accepta la proposition, pour le plus grand plaisir de Bobby qui afficha un sourire plus prononcé qu'auparavant. Cela faisait beaucoup de sourires en une seule journée mais peut-être était-ce dû à la présence de la jeune femme, il n'en savait rien. Quoi qu'il en soit, il était content qu'elle accepte et la laissa à son tour retourner à sa chambre pour chercher ses vêtements. Avant cela, il remarqua qu'elle écoutait de la musique et s'intéressa au style qu'elle pouvait bien apprécier. Pour toute réponse, elle lui tendit un écouteur et lui fit écouter un passage de la chanson en cours. La chanson était rythmée, la mélodie agréable et entrainante. Même s'il ne connaissait pas la chanson, la voix du chanteur ne lui était pas inconnue. Sûrement un groupe qu'il connaissait. Erïka reprit son écouteur et l'informa du nom du groupe ainsi que de la chanson avant de tourner les talons.

- Ah, c'était pas pour rien que ça me disait quelque chose. J'ai leur ancien album, je te le prêterai si tu veux.

Il l'observa s'éloigner puis s'occupa des derniers réglages de la moto afin qu'elle soit fin prête pour leur départ. A son retour, il la laissa s'installer tandis qu'elle lui confiait son sac avant de s'installer à son tour, s'accrochant à elle pour diverses raisons. Lorsqu'elle se tourna vers lui pour l'observer, il lui fit un léger signe de tête comme pour lui dire qu'elle pouvait démarrer, qu'il était prêt, ne comprenant pas qu'elle était étonnée de son geste. Il la laissa gérer la conduite toute seule, lui indiquant simplement l'endroit où elle devait se rendre de temps à autre. Erïka avançait prudemment, roulant plus lentement que nécessaire mais Bobby ne comptait pas le lui reprocher. Il préférait qu'elle prenne son temps, ses marques, plutôt que de foncer tête baissée et de risquer un accident. Les automobilistes, eux, étaient bien moins compréhensifs, jouant du klaxon lorsqu'elle n'avançait pas assez vite à leur goût, provoquant chez la jeune femme un brouhaha inaudible provenant du casque. Bobby étant assez près pour entendre, il devinait son agacement. Lorsque l'on apprenait, il était détestable d'entendre d'autres personnes pointer du doigt le fait que l'on ne faisait pas les choses correctement. Pour éviter qu'elle ne soit plus stressée que nécessaire, Bobby lui fit prendre des rues plus tranquilles. C'était plus long mais au moins elle n'aurait plus à subir les assauts des voitures, ou en tout cas beaucoup moins. C'était sans compter l'arrivée d'un taxi qui manqua de les percuter. La frayeur passée, ils arrivèrent enfin près de la patinoire. Erïka gara le véhicule puis lui jeta les clés qu'il attrapa au vol tout en lui tendant son sac.

- Cela dit, grâce à toi, on est encore vivants. Tu t'en es vraiment bien sortie, c'est même impressionnant pour une débutante, tu apprends vite. Puis tu sais... je doute que le chauffeur de taxi risque de percuter quelqu'un d'autre, en tout cas aujourd'hui. J'ai gelé son réservoir lorsqu'il était à portée, ça lui apprendra.

Même avec la chaleur, cela ne risquait pas de fondre. La glace générée par le pouvoir de Bobby était bien plus solide et résistante que de la glace ordinaire. Il aurait pu utiliser son pouvoir autrement mais il ne tenait pas à ce qu'il y ait un accident ou que quelqu'un soit blessé juste par vengeance. Avec un réservoir ainsi figé, le chauffeur était simplement privé de véhicule et ne mettrait ainsi plus la vie des autres en danger pour le moment. Le mutant rangea les clés dans sa poche et se dirigea vers l'entrée. Il y avait la queue mais elle avança bien vite, leur permettant d'entrer au bout de quelques minutes seulement. Passant devant un stand de boissons et nourritures en tout genre, Bobby s'arrêta pour acheter une canette de soda.

- Tu veux quelque chose tant qu'on y est ?

Puisqu'il était en train de payer, autant qu'elle en profite. Une fois fait, ils se dirigèrent vers la patinoire. La température avait bien baissé et était même fraiche, surtout vers le bord de la piste de glace. Cela tombait bien, ils n'étaient qu'à 2 rangs du bord, leur permettant de profiter au mieux de l'action et de la fraicheur. Bobby s'installa et attendit que la mutante fasse de même. Le match ne tarda pas à commencer. Les joueurs ne manquaient pas de se bousculer avec force pour se piquer le palet, encouragés par Bobby qui faisait preuve d'enthousiasme face à une telle bagarre.

- Moins subtil que la boxe, mais j'adore ce sport ! Tu sais patiner toi ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Ven 10 Aoû 2012 - 16:31

Erïka n’avait pas une mauvaise relation avec Emma Frost. Malgré le fait qu’elle faisait de nombreuses bêtises, la mutante savait qu’elle pourra toujours se tourner vers la Reine Blanche en cas de problème. Elle l’avait déjà fait une fois, ne le regrettant pas du tout. C’était un peu grâce à elle qu’elle était toujours en vie à l’heure actuelle. Elle ne pouvait que la remercier pour son geste. Et puis, elle avait fait bien d’autres choses pour elle, même indirectement. C’était elle qui l’avait trainée de force en ville afin qu’elle fasse une course pour elle, ce qui lui avait permis de rencontrer Will et Amy dans la rue, tout à fait par hasard. C’était elle qui lui avait fait découvrir la salle des dangers pour la première fois, concrétisant son envie de devenir bien plus forte afin d’être en mesure de rejoindre les X-Men.

-« Pourquoi ne pas demander à mademoiselle Frost de t'emmener avec elle une fois ? Elle voyage pas mal, surtout en Russie de mémoire. Ça te ferait économiser le voyage en plus. »

-« J’y ai songé. Par contre, avant de retourner en Russie, j’ai quelques petites choses à faire… J’irais probablement la voir le moment venu. En attendant, j’ai de bonnes raisons de rester ici. »

Si la mutante partait pour un séjour en Russie, elle tenait à y amener ses meilleurs amis. Emma savait bien qu’elle ne partira jamais sans eux et se devra de les supporter durant un long voyage en avion. Elle n’allait peut-être pas résister à l’envie de leur coller des baffes mentales, en fait. Quoi qu’il en soit, Erïka n’envisageait pas de voyage pour l’instant. Elle tenait à retrouver la trace de son père avant tout. Si elle faisait un petit séjour en Russie, elle savait qu’elle ne sera pas en paix tant qu’elle n’aura pas retrouvé cet homme dont elle savait très peu de choses. Tenait-elle quelques traits physiques de lui ? Ou bien au niveau du caractère ? Était-il un mutant ? Tant de questions, si peu de réponses. Elle se devait de reprendre les recherches, quitte à passer des appels en Russie et ainsi faire monter la facture du téléphone à l’institut.

Le sujet dériva légèrement, passant brièvement à John. Bien qu’Erïka eut prononcé son nom, Bobby ne sembla y réagir, alors qu’elle aurait cru qu’il en aurait parlé. Lorsqu’il avait quitté l’institut pour la Confrérie, le petit groupe qu’ils formaient avec Bobby et Malicia s'était dissous assez rapidement. Chacun se retrouva dans son coin à vivre sa vie comme si rien n’était. À cette époque, l’adolescente ne souhaitait pas tisser de liens, chose qu’elle se retrouvait à regretter, aujourd’hui. Elle avait toujours apprécié la présence de Bobby, surtout depuis qu’elle lui eut adressé la parole, un peu plus tôt. Elle n’était plus si froide, mais conservait toujours une certaine barrière entre eux, faisant en sorte de l’empêcher de trop en savoir sur sa vie. Il y avait certains secrets qu’il ne valait mieux pas révéler…
D’ailleurs, parlant de secret, l’homme de glace en dévoila un à Erïka, bien ravie de l’entendre. Elle n’avait jamais vraiment regardé au-delà des apparences et l’avait toujours vu comme un jeune homme sage, respectant les règles ainsi que ceux qui les imposaient. Alors, s’il faisait réellement des bêtises dans l’ombre, il allait découvrir qu’Erïka était pas mal dans le genre, à la seule différence qu’elle se faisait souvent démasquer par les professeurs. Un peu comme son escapade à la salle des dangers, petit secret qu’elle lui révéla subtilement.


-« La salle des dangers ? Ça me parait difficile de s'y rendre sans que personne ne s'en aperçoive... Tu comptes t'entrainer pour devenir un membre des X-men ? »

-« La dernière fois ça avait plutôt fonctionné avant que Storm ne nous tombe dessus... » Répondit pensivement la jeune fille, se remémorant la scène. « En fait… je n’en ai parlé à personne, mais je compte rester à l’institut et devenir X-Men ainsi que professeur. Je ne vois pas ma vie ailleurs. C’est un peu comme mon rêve, quoi. » Elle fit une bref pause avant de reprendre. « Avec Emma, il est possible d’entrer dans la salle, si ça te dit, un jour. »

Par peur d’être désillusionnée, découragée, Erïka gardait tout cela pour elle. Maintenant qu’elle repensait à ce qu’elle venait de dire, elle trouvait ça étrange. Elle trouvait étrange d’avoir prononcé ces mots à voix haute et, surtout, devant une autre personne. Depuis qu’elle s’était décidée à devenir professeure de langues, l’adolescente savait qu’elle ne quitterait pas l’institut. Elle désirait devenir une X-Men, prenant Emma Frost en modèle. Elle était peut-être froide et semblait indifférente, tout comme elle, mais derrière les apparences il était possible de découvrir une personne au cœur bon, cherchant à protéger les mutants. Même si l’adolescente n’avait pas un don bien utile en combat, elle désirait s’entrainer, apprendre l’art de combattre au corps à corps ou bien avec des armes afin de pouvoir se défendre et de protéger ceux qui ne pouvaient se battre.

Erïka aimait bien discuter, ce qui était chose rare, habituellement. Peu bavarde, elle ne répondait que si nécessaire… ou pour insulter quelqu’un. Cependant, avec Bobby, il s’agissait d’un échange calme de mots ainsi que de sourires. Bien que ce soit agréable, la jeune fille devait se concentrer sur sa conduite. Aidée de Bobby, elle apprenait bien rapidement, se surprenant elle-même. Elle avait pour habitude de tout apprendre par elle-même, peut-être que cette autodidaxie était pour quelque chose dans cette histoire. Quoi qu’il en soit, Bobby détermina que la russe était prête pour une petite balade en ville. Il s’éclipsa le temps de se changer et revint bien rapidement. À son retour, il posa quelques questions à la jeune fille, cherchant à savoir si elle aimait le hockey. Elle qui n’était pas une grande fanatique de sport ne regardait que rarement les matches diffusés à la télé. Ce fut lorsque le jeune homme lui présenta deux billets qu’elle comprit le but de sa question : il l’invitait à assister à un match en direct. Bien qu’elle avait certaines raisons de refuser, Erïka en voyait bien plus d’accepter la proposition, ce qu’elle fit.

Alors qu’elle s’apprêtait à quitter Bobby le temps d’aller chercher son sac, ce dernier lui demanda ce qu’elle écoutait. Posant un regard sur ses écouteurs, la jeune fille réalisa qu’elle n’en avait retiré qu’un seul. Elle le lui tendit afin de lui faire écouter la chanson diffusée présentement. Ce ne fut qu’à la fin du refrain qu’elle repris son écouteur.


-« Ah, c'était pas pour rien que ça me disait quelque chose. J'ai leur ancien album, je te le prêterai si tu veux. »

-« J’adorerais. Je compte bien te l’emprunter dès que possible, dans ce cas. » Répondit-elle avec le sourire avant de s’éloigner.

Attrapant rapidement ses affaires, l’adolescente alla rejoindre Bobby à l’extérieur. Elle lui confia son sac le temps de la balade. Cette dernière se déroula plutôt bien, si on oubliait les quelques feux de circulations légèrement brûlés, la vitesse lente qu’elle adoptait la majorité du temps et le chauffeur de taxi qui passa près de heurter la moto. Erïka fut soulagée d’arriver à destination, garant le véhicule avec soulagement. Elle se débarrassa bien rapidement de son casque avant de reprendre son sac, donnant les clés de la moto à Bobby en échange. Il faisait toujours aussi chaud, surtout depuis qu’elle s’était arrêtée. La jeune fille avait bien hâte d’entrer à l’intérieur et de s’installer pour le match. Rageant toujours contre le fichu chauffeur de taxi qui était passé à peu de les heurter sur la route, Erïka évacuait une certaine frustration contenue en elle. Par contre, Bobby, lui, se concentrait plutôt sur les points positifs de cette balade.


-« Cela dit, grâce à toi, on est encore vivants. Tu t'en es vraiment bien sortie, c'est même impressionnant pour une débutante, tu apprends vite. Puis tu sais... je doute que le chauffeur de taxi risque de percuter quelqu'un d'autre, en tout cas aujourd'hui. J'ai gelé son réservoir lorsqu'il était à portée, ça lui apprendra. »

-« Je suis autodidacte, j’ai l’habitude d’apprendre rapidement et par moi-même. » Elle marqua une pause, tout sourire, avant de reprendre. « T’as vraiment fait ça ? Et dire que je ne verrais pas la tête de ce connard lorsqu’il découvrira l’état de son réservoir ! » Fit-elle en tentant d’imaginer la scène avec amusement.

Les deux mutants entrèrent dans le bâtiment, faisant patiemment la file. Une fois à l’intérieur, Bobby s’arrêta à un petit stand afin de se commander quelque chose à boire. Il demanda à Erïka si elle désirait quelque chose, mais cette dernière refusa d’un signe de tête. Elle trainait toujours une bouteille d’eau dans son sac. Avec cette grande chaleur lui coupant l’appétit, elle tentait de se tenir hydratée.
Les adolescents se dirigèrent vers la patinoire et la jeune fille profita de l’air frais de la pièce, ravie de pouvoir se rafraichir un peu. Une fois installée à son siège, elle posa son sac, ainsi que le casque de la moto au sol, retirant rapidement sa veste. Par la suite, elle fouilla dans son sac afin d’en tirer sa bouteille d’eau. Avalant difficilement la première gorgée, Erïka grimaça : l’eau était chaude. Le soleil ne l’avait pas épargnée, malheureusement. Elle se tourna vers Bobby, lui tendant sa bouteille.


-« Tu peux me rafraichir ça ? » Demanda-t-elle.

Le match ne tarda pas à débuter. Alors que les partisans se levaient de leurs sièges afin d’acclamer leurs joueurs favoris, Erïka restait assise, semblant totalement indifférente à ce qui se passait. Elle était toujours ainsi. Même lors du dernier match de son ami Duncan, elle n’avait pas bougé de son siège afin de l’encourager, le faisait plutôt discrètement par les mots. Elle n’était pas très expressive, surtout en lieu public, contrairement à Bobby qui se montrait beaucoup plus énergique. Par contre, s’il y avait bien un truc qui faisait réagir la jeune fille, c’était les bagarres. Il s’agissait du seul truc intéressant à ses yeux. Sans cela, elle trouvait le temps long à observer une bande d’hommes poursuivre inlassablement un fichu bout de caoutchouc. Au bout d’un moment, Bobby s’adressa à elle.


-« Moins subtil que la boxe, mais j'adore ce sport ! Tu sais patiner toi ? »

-« Qu’est-ce que tu crois ? J’adore patiner. C’est ce qui est génial des froides journées d’hiver : je peux passer tout mon temps sur la glace. » Elle observa l’arbitre séparer les deux bagarreurs sur la glace avant de poser une question au jeune homme à ses côtés. « Tu fais de la boxe ? »

Erïka avait repris la boxe quelques mois plutôt. Auparavant, elle en faisait à tous les jours, sa grand-mère l’ayant inscrite à des cours. N’ayant pas de boulot, pas d’école, la jeune fille passait de nombreuses heures au gym, évacuant sa colère en frappant sans relâche sur un sac de sable ou en affrontant son professeur. Avec le temps, elle s’était améliorée, mais cessa d’en faire en intégrant l’institut. Bien qu’elle fût légèrement rouillée lorsqu’elle reprit ce sport, elle en retrouva bien rapidement le plaisir de le pratiquer.

Avalant la dernière gorgée d’eau de sa bouteille, la jeune fille ouvrit son sac afin de la ranger. Elle pourra toujours la remplir bien plus tard. Elle resta discrète, lançant rapidement l’objet dans son sac. Elle y rangea également sa veste qui dissimulerait assez bien l’arme à feu qu’elle possédait. Elle n’avait pas envie que Bobby lui pose des questions au sujet de l’arme et préférait éviter qu’il ne la voit. La dernière période du match arriva bien rapidement et la jeune fille ne voulait pas voir la fin de cette partie car cela signifierait qu’elle devrait quitter l’air frais de la patinoire pour se retrouver sous le soleil étouffant de l’extérieur. Elle ne voulait pas, non plus, voir cette soirée se terminer si rapidement. Le temps passait si vite, elle ne l’avait pas vu filer. Elle ne savait pas si c’était le cas pour Bobby, mais pour sa part, Erïka désirait voir ce beau moment se poursuivre, prête à le suivre le jeune homme n’importe où.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Ven 10 Aoû 2012 - 22:53

- Des raisons ? Comme ? *d'un air curieux avant de finalement secouer la tête* Non, oublie, ça ne me regarde pas après tout. Au moins, tu as des projets.

*J'espère qu'elle ne va pas croire que je me mêle de ce qui ne me regarde pas. N'empêche que je me demande quelles sont ses raisons... Peut-être qu'elle préfère terminer ses études avant, voilà tout...*

Comme il l'avait supposé, Erïka avait déjà songé à la solution "Emma Frost". Ce qu'il n'avait pas prévu, c'était que certaines choses, certains éléments, l'empêchaient de partir actuellement. Il était inutile de spéculer sans même connaitre l'entourage ou les motivations de la russe, ainsi Bobby ne chercha pas très longtemps les raisons qui pouvaient la pousser à retarder son voyage. C'était sa vie, son avenir, ses projets. Il n'avait en aucun cas son mot à dire, même par curiosité. Il savait en plus qu'Erïka ne parlait jamais vraiment d'elle. Elle était au final assez secrète dès qu'il s'agissait d'évoquer sa vie actuelle. Quant à son passé... Bobby n'en avait jamais entendu un mot. Il fallait dire qu'ils n'avaient jamais eu l'occasion d'en discuter. Ainsi, ni lui ni elle ne connaissait leur passé respectif. C'était peut-être mieux ainsi.

La seule partie de leur passé qu'ils savaient qu'ils avaient en commun, c'était John. Là, ils auraient pu se lancer dans une discussion sur le pourquoi du comment leur ami les avait abandonné au profit de la Confrérie mais Bobby n'avait pas le cœur à ça. A quoi bon l'évoquer ? A quoi bon en parler ? Cela ne ferait pas changer les choses et il doutait que John change si facilement d'avis. Magneto lui avait retourné la tête, il allait être difficile de lui faire revenir les pieds sur terre, c'était trop tard. Bobby avait déjà essayé de le raisonner, mais rien n'y faisait. Malgré leur camp respectif, le mutant avait du mal à le considérer à présent comme un ennemi. Il avait simplement fait une erreur, s'était juste trompé de voie, voilà tout. Un jour, il parviendrait à lui faire voir que la Confrérie se trompe. Mais pour ça, il devait devenir suffisamment fort, un x-men, afin de parvenir à le convaincre. Cela risquait malheureusement de prendre du temps, beaucoup de temps.

Erïka évoqua justement la salle des dangers. Cela aurait été un bon moyen de s'entrainer mais c'était une salle exclusivement réservée aux x-men, hors de portée des étudiants, jugée trop dangereuse, d'où son nom. Bobby ne voyait pas comment il aurait la moindre chance de l'atteindre sans se faire repérer, ne voyant même pas comment accéder au sous-sol. Pourtant, la russe insinua qu'elle y avait déjà été avant de se faire pincer par Storm.

- "On" ? Vous étiez plusieurs ?*d'un air incrédule*

C'est non sans étonnement que Bobby apprit la nouvelle. Il n'avait même pas entendu parler d'élèves s'étant rendu dans les sous-sol. Cela avait sans doute été tenu secret pour éviter d'éventuels nouveaux fouineurs, motivés par l'adrénaline et l'action. Mais l'étonnement du mutant ne fit qu'accroitre lorsque Erïka lui avoua qu'effectivement, elle désirait devenir membre des x-men. Ils avaient le même but finalement, ils pouvaient donc se comprendre. Était-ce pour cette raison qu'elle repoussait son voyage ? Le fait qu'elle souhaite devenir professeur ne l'étonna pas vraiment mais Bobby chercha mentalement dans quelle matière elle pourrait enseigner. Il ne la connaissait sans doute pas assez pour en être sûr, mais il savait qu'elle était à l'aise dans les cours de langue, contrairement à lui. S'il était un bon élève en général, plutôt doué dans les matières scientifiques, il peinait en ce qui concernait les langues étrangères. Au fond, ce qui le toucha le plus était le fait qu'il était la première personne à qui la jeune femme confiait ce fameux désir d'avenir.

- Wow... C'est dingue... Je me disais que si j'en parlais à quelqu'un, on ne me prendrait pas au sérieux mais... *marque une courte pause* En fait, c'est aussi mon rêve. Enfin, en ce qui concerne les x-men je veux dire. Alors si c'est possible de se servir de la salle des dangers, je ne dis pas non. Je me vois assez mal professeur par contre. Tu souhaiterais enseigner quoi ? Les langues ? De ce que j'ai pu voir, tu as l'air douée, moi j'ai toujours eu du mal.

La discussion ne concernait plus tellement la moto mais Bobby marqua une pause pour laisser à la russe le temps de se concentrer sur sa conduite. Il n'y avait rien de pire que d'être déconcentré lorsque l'on apprenait quelque chose. Malgré tout, Erïka faisait preuve d'une certaine dextérité et Bobby proposa donc de concrétiser le tout en faisant un tour en ville. Après un rapide aller retour à sa chambre pour aller se changer, Bobby proposa à son amie d'assister à un match de Hockey dont il venait de retrouver les places, ce qu'elle accepta avant d'à son tour prendre le chemin de sa chambre pour récupérer ses affaires. Entre temps, elle fit partager au mutant la musique qu'elle écoutait alors qu'il lui demandait ce dont il s'agissait. C'était un groupe que Bobby appréciait, sans dire qu'il en était fan, mais il possédait l'un de leurs albums et proposa donc à Erïka de le lui prêter si elle le désirait. Étrangement, sa réponse lui fit plaisir. Non pas parce qu'elle acceptait, après tout il s'en fichait, mais parce que le sourire qu'elle lui offrit lui fit réaliser qu'il suffisait parfois de peu de choses pour que les gens soient heureux. Lui-même l'était en cet instant.

- Il est à ta disposition alors. Tu n'auras qu'à venir frapper à ma chambre quand le cœur t'en dira ou sinon je te l'apporterai lorsque l'on sera de retour ici. *avec un sourire similaire, la regardant s'éloigner*

Une fois la jeune femme de retour, le duo se mit en route, conduit par les bons soins d'une Erïka encore hésitante mais qui les mena tout de même à bon port sans souci notable en dehors d'un chauffeur de taxi un peu pressé. Bobby s'était néanmoins vengé de son attitude dangereuse grâce à son pouvoir, utilisé d'une façon discrète mais efficace. Cela sembla plaire à Erïka qui regrettait tout de même de ne pas pouvoir voir l'air déconcerté du chauffeur. Ils allaient en tout cas pouvoir respirer maintenant qu'ils étaient arrivés à la patinoire.

- Ca se voit. A mon avis d'ici quelques "cours" seulement, tu pourras te débrouiller seule. Le plus compliqué, ce sont les vitesses mais tu ne devrais pas avoir de problème pour ça. *hochant la tête pour confirmer* Il va s'en souvenir je pense, mais je doute qu'il fasse le rapprochement avec nous, dommage dans un sens. *avec un léger sourire amusé*

Il ne leur restait plus qu'à faire la queue pour entrer dans la patinoire, ce qui ne leur prit pas énormément de temps, leur permettant de profiter rapidement de la fraicheur du lieu. Passant devant un stand, Bobby en profita pour acheter une boisson et proposa à Erïka de lui payer quelque chose mais elle refusa. Le duo se dirigea vers leurs sièges et ils s'installèrent à leur aise le temps que le match commence. Bobby comprit mieux pourquoi la jeune femme avait refusé sa proposition lorsqu'elle sortit une bouteille d'eau de son sac. Elle avait visiblement tout prévu, à part la chaleur qui rendait le liquide presque imbuvable. Tendant la bouteille au mutant, elle lui demanda de refroidir son contenu. Bobby attrapa la bouteille, la conservant entre ses mains un court instant. Le but n'était pas de geler l'eau, ce qui lui compliquait la tâche, il devait donc faire doucement. Le plastique de la bouteille fut soudainement couvert de buée, preuve que ce qui se trouvait à l'intérieur était plus frais que la température ambiante. L'eau étant fraiche, il redonna la bouteille à sa propriétaire, accompagné d'un sourire.

Bobby n'était pas du genre expansif mais lorsque le match commença, il ne put contenir un certain entrain, ne quittant pas l'action des yeux. Erïka, elle, observait le match d'un oeil neutre, n'ayant pas l'air spécialement emballée. Voyant cela, Bobby désira faire partager son point de vue à la jeune femme à ses côtés, espérant que cela l'occuperait, à défaut d'apprécier le match. Il ne désirait pas qu'elle s'ennuie pendant toute la durée du match, ce n'était pas le but. La mutante lui répondit qu'elle savait patiner, comme si cela était évident, expliquant que c'était l'une de ses activités favorites en hiver. Bobby pratiquait assez peu ce sport mais il trouvait ça agréable et malgré le peu d'entrainement, il était on ne peut plus à l'aise sur la glace.

- C'est vrai, c'est quelque chose d'agréable. Comme quoi la glace n'est pas simplement dure et glissante, elle permet aussi de passer de bons moments. Et oui, je pratique la boxe régulièrement. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est ma passion mais j'aime bien et puis ça me permet de m'entretenir et me savoir me défendre au cas où. On ne sait jamais.

Le match passa plus vite que prévu. C'était toujours lorsque l'on appréciait quelque chose que le temps se mettait soudainement à accélérer. Bobby n'avait pas envie de rentrer déjà et d'ainsi écourter le temps passé en compagnie d'Erïka. Ils auraient bien sûr pu poursuivre la soirée à l'Institut mais puisqu'ils étaient en ville, autant en profiter. Maintenant qu'ils étaient à l'extérieur, de retour sous la chaleur ambiante, Bobby attendit que la masse de spectateurs se délaye. N'ayant aucune raison de rester dans les alentours de la patinoire, les gens disparurent rapidement du champ de vision du mutant, les laissant quasiment seuls. Bobby fit signe à la jeune femme de le suivre, lui indiquant d'être discrète tandis qu'il longeait le mur du bâtiment. Arrivés non loin d'une porte, Iceberg s'avança puis l'ouvrit doucement avant de jeter un oeil à l'intérieur. Personne. Il fit de nouveau signe à Erïka de le suivre et le duo se glissa à l'intérieur de la patinoire, par l'entrée de service. Visiblement il y avait encore quelqu'un à l'intérieur puisque la porte n'avait pas été verrouillée et Bobby restait vigilant. Il repéra rapidement où était la personne en question, un gardien ou un nettoyeur, qui se trouvait dans un petit local qui ressemblait à un débarras. Il regardait la télévision. On pouvait l'apercevoir par la petite fenêtre de la porte fermée. Bobby posa sa main sur la serrure, gelant aussitôt cette dernière. S'il prenait à cet homme l'envie de sortir, il risquait d'avoir un peu de mal à ouvrir la porte.

Une fois fait, il se retourna vers Erïka en souriant avec malice puis l'entraina dans les couloirs jusqu'à atteindre la patinoire. Cette fois, il n'y avait plus qu'eux. Eux et la glace. Le mutant avança sur la glace puis se mit accroupi, positionnant ses mains sur la surface gelée. Au fur et à mesure, la glace changea de forme, se soulevant du sol pour dessiner de nouvelles formes. Au final, c'est un véritable petit village de maisonnettes qui se dessinait sous les yeux des mutants. Les formes n'étaient pas très grandes mais on pouvait entrer entièrement à l'intérieur et l'on devinait assez facilement qu'il s'agissait d'habitations même si cela aurait mérité un travail un peu plus poussé.

- Voilà mon royaume ! Qu'est-ce que tu en penses ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Sam 11 Aoû 2012 - 7:12

Erïka parlait rarement d’elle. Bien qu’elle semblait s’ouvrir à Bobby, elle n’en révélait pas son passé pour autant. Elle avait ses raisons de rester à New-York, tout comme elle avait ses raisons de quitter la ville. Pour l’instant, elle croyait qu’il valait mieux de rester à l’institut et éviter la ville un maximum. Elle avait pas mal de problème avec sa génitrice et savait qu’il était possible de la croiser n’importe où, n’importe quand. Elle ne désirait pas prendre le risque de tomber face à face avec elle. Pas avec la tentative d’enlèvement qu’elle avait commise la dernière fois. L’adolescente s’enfermait à l’institut car cet endroit était, pour elle, une véritable forteresse. Elle s’y sentait en sécurité. Sans cela, elle aurait probablement rejoint la Russie depuis longtemps, cherchant à fuir son passé. Elle avait Will et Amy pour la soutenir, sans parler de son frère jumeau avec qui elle passait beaucoup plus de temps qu’auparavant. En fait, c’était peut-être eux qui la retenaient ici… Elle ne voulait pas partir et les laisser ici. Elle était attachée à eux et se rendait compte, au fil du temps, à quel point ses amis pouvaient être précieux. Pendant qu’elle était ici, elle voulait en profiter, également, pour faire davantage de recherches sur son père biologique et retrouver sa trace. Elle désirait renouer avec une partie de ses origines et apprendre à connaitre cet homme qui avait toujours manqué à sa vie. Comment était-il ? L’acceptera-t-elle ? Il y avait tant de questions qu’elle se posait, mais si peu de réponses.
Parlant de questions, Bobby lui en posait une à ce sujet. Quel genre de raison la poussait-elle à rester ici ? Cependant, aussitôt la question posée, le jeune homme se ravisa et lui dit de laisser tomber. Erïka en profita pour éviter de répondre. Il n’avait pas besoin de savoir et ne comptait pas lui parler de cela. Tout ce qui touchait son passé, elle tentait de le garder le plus loin possible de quiconque avec qui elle tissait des liens, quels qu’ils soient. C’était mieux pour tout le monde.

La mutante préféra laisser le sujet de la discussion dériver sur la salle des dangers. La première fois, elle avait été troublée par cette expérience semblait si réelle. La seconde fois, coincée dans une simulation où les blessures causées aux participants étaient réelles, elle avait réussis à s’en tirer sans trop de mal grâce à Will. Sans lui, elle ne serait probablement pas arrivée au terme de cette aventure. Bien que le professeur Xavier leur avait annoncé que leur simulation était un échec car ils avaient eu recours au meurtre, ce qu’il fallait absolument éviter, la jeune fille ne s’en était pas soucié. Elle avait réussis, à ses yeux. Elle avait tué pour sauver sa peau, rien de plus. Enfin, elle s’était laissée emportée par les émotions, à un certain moment, faisant preuve de torture ainsi que de cruauté gratuite envers l’un des personnages de la simulation. Elle avait eu ses raisons de le faire, bien que l’on pouvait facilement lui reprocher ce geste.
Évitant de révéler trop de détails à Bobby, la jeune fille se contenta de lui expliquer qu’elle avait déjà fait l’expérience de la salle des dangers. Will et Erïka avaient eu la malchance de tomber sur Storm à la fin de leur séance. Il n’avait pas besoin de savoir ce qui s’était produit durant la simulation et pourquoi la X-Men avait été si frustrée de les retrouver là.


- « "On" ? Vous étiez plusieurs ? »

-« Will et moi… Enfin, mon meilleur ami et moi. »

Cela lui faisait bizarre de dire ces mots. « Meilleur ami ». Elle n’aurait jamais cru en avoir un, un jour. Pourtant, Will s’était entêté à lui parler afin de mieux la connaitre, de s’entendre avec elle. Avec le temps et les événements, Erïka avait fini par lui accorder sa confiance. Elle lui avait laissé voir certaines facettes d’elle qu’elle ne montrait que très rarement. Ainsi, il avait fini par devenir un véritable frère pour elle, une personne avec qui elle pouvait faire tout et n’importe quoi, enchaînant bêtises sur bêtises au plus grand malheur d’Emma Frost qui devait s’occuper de leur cas, bien souvent. Avec un peu plus de sérieux, Erïka pourra probablement lui prouver qu’elle avait ce qu’il fallait pour faire partie des X-Men. Elle désirait rejoindre l’équipe depuis bien longtemps, mais n’avait jamais osé en parler. Elle ne parlait jamais de son désir de devenir professeur, non plus. Elle se croyait incapable de gérer une classe alors qu’au final elle leur ferait tellement peur que ses élèves n’oseront jamais faire de connerie durant ses cours. Il fallait bien des avantages à son sale caractère.

- « Wow... C'est dingue... Je me disais que si j'en parlais à quelqu'un, on ne me prendrait pas au sérieux mais… En fait, c'est aussi mon rêve. Enfin, en ce qui concerne les x-men je veux dire. Alors si c'est possible de se servir de la salle des dangers, je ne dis pas non. Je me vois assez mal professeur par contre. Tu souhaiterais enseigner quoi ? Les langues ? De ce que j'ai pu voir, tu as l'air douée, moi j'ai toujours eu du mal. »

-« Ça signifie que tu comptes, toi aussi, passer ta vie à l’institut ? Tu pourrais toujours devenir professeur de conduite. Je suis certaine que tu saurais te débrouiller. Pour ma part… je crois que tu as deviné. Je parle quatre langues couramment et en apprend une cinquième actuellement. On peut dire que je suis douée. »

La jeune fille découvrait de nouveaux points communs avec Bobby et était heureuse de savoir qu’elle n’était pas la seule à caresser le rêve de devenir une X-Men. Elle pensait que la majorité des étudiants quitteraient l’institut une fois prêt à intégrer la ville et vivre comme tout être normal. Elle se disait qu’elle serait probablement la seule à ne pas partir, n’ayant nulle part où aller. Elle avait trouvé son foyer, là où elle avait tout ce dont elle avait besoin. Pourquoi quitter cet endroit ? Même si elle désirait voyager, elle avait besoin d’un endroit où elle pourra toujours rentrer en cas de problème, une demeure qu’elle pourra nommer son « chez soi », même si elle devait le partager avec de nombreux résidents. Elle avait une chambre entière à elle seule et cela lui suffisait amplement.

Parlant de chambre, le mutant proposait à Erïka de passer à sa chambre afin de lui emprunter le disque d’un certain groupe de musique. La jeune fille adorait la musique et ne se privera sûrement pas de passer le voir afin de jeter un coup d’œil à sa collection, s’il en avait une. N’allant que très rarement en ville, elle ne pensait jamais à faire un tour chez le disquaire. De toute façon, elle téléchargeait la musique sur internet, la majorité du temps. Les rares CDs qu’elle possédait avaient été commandés sur des sites d’achat en ligne, faute d’avoir pu les trouver en boutique. Il fallait avouer qu’elle avait, parfois, des goûts musicaux particuliers. Quoi qu’il en soit, la jeune fille cessa de penser à cela pour se concentrer sur la balade en ville qu’elle s’apprêtait à faire.

Bien que le trajet ne se fit pas sans quelques petits problèmes, la mutante su se débrouiller suffisamment bien pour atteindre leur destination. Bien qu’Erïka rageait toujours contre le chauffeur de taxi qui était passé près de la heurter, elle était amusée de savoir ce que Bobby avait fait à son réservoir d’essence et se calma bien rapidement. Il avait eu une bonne leçon et n’oubliera pas de sitôt le jour de canicule où il aura retrouvé une partie essentielle de son véhicule glacée.
Cependant, le jeune homme précisa à l’adolescente qu’elle se débrouillait plutôt bien pour une débutante et qu’il ne lui faudra que quelques leçons supplémentaires afin de parfaire sa conduite. Heureuse, Erïka lança un léger sourire étirer ses lèvres. Elle était convaincue que Bobby acceptera de lui donner les leçons dont elle avait besoin afin de savoir conduire adéquatement une moto. Accessoirement, elle pourrait se permettre d’étudier un peu le code de la route, cela lui éviterait de bien mauvaises surprises lors de ses prochaines leçons de conduite.

Pénétrant dans l’aréna, les adolescents s’arrêtèrent brièvement à un stand de nourriture afin que Bobby puisse s’acheter quelque chose à boire. Erïka, quant à elle, se contentait de sa bouteille d’eau dont le contenu était chaud et imbuvable. Elle profita de la présence du mutant de glace pour lui demander de rafraichir l’eau grâce à son pouvoir. Ce fut avec le sourire qu’il rendit la bouteille à sa propriétaire qui en but immédiatement une gorgée. Ravie, elle ne pouvait effacer ce sourire de son visage.

Le match débuta et Erïka ne démontra pas vraiment d’émotions, si ce n’était que pour passer de brefs commentaires dans un murmure. Autant dire qu’elle ne faisait qu’encourager silencieusement les joueurs dans leurs bagarres. Elle n’était pas très expressive en temps normal et lors d’un match comme celui-ci, elle n’avait aucune raison de se lever afin d’encourager de purs inconnus. Elle préférait rester assise sur son siège, observant le match. Elle connaissait les deux équipes de par leur nom, mais rien de plus. Elle les observait donc, le visage neutre, espérant voir un peu d’action de temps à autre.
Bobby décida d’entamer la conversation avec la jeune fille, au milieu du match. Il semblait bien s’amuser. S’il appréciait le match, tant mieux pour lui. Erïka, elle, n’était toujours pas fanatique, mais trouvait quelques côtés intéressants à ce match. Si elle oubliait les commentateurs qui criaient dans leurs micros ainsi que la foule hurlante qui agressait ses pauvres oreilles sensibles, l’adolescente pouvait dire que ce moment était agréable. Il l’était d’autant plus lorsque le jeune homme s’adressait à elle, lui demandant si elle aimait patiner. La réponse était assez évidente aux yeux de la mutante qui répondit par l’affirmative. Elle songeait ce que devait être également le cas de Bobby, lui qui aimait le froid, la glace et avait un pouvoir qui lui permettait de créer de magnifiques patinoires selon son bon vouloir.
Une autre chose attira l’attention de la jeune fille dans les paroles du mutant : sa pratique de la boxe. Elle-même pratiquant ce sport dans ses nombreux temps libre, elle ne pouvait qu’être ravie de trouver quelqu’un avec qui elle partageait ce point en commun. Elle espérait pouvoir avoir un adversaire de taille, un jour.


-« Je passe tellement de temps à m’entrainer et, pourtant, je ne t’ai jamais vu dans la salle de gym. Je me sers de la boxe pour me défouler. C’est l’une des meilleures choses qui soit. Un jour, on pourrait se faire un petit combat… »

Le match se poursuivait, mais se termina bien plus rapidement que l’aurait cru la jeune fille. En fait, le temps avait défilé à une vitesse folle. Il était déjà l’heure de rentrer à l’institut, malheureusement. Erïka ne voyait pas ce qu’ils pouvaient faire d’autre en ville par une telle chaleur. Cependant, ce dont elle ne se doutait pas, était que Bobby avait quelques idées en tête. Ramassant son sac, qu’elle passa en bandoulière, ainsi que le casque de moto, l’adolescente le suivit jusqu’à l’extérieur où chaleur et humidité l’attendait. Le temps étouffant la mit aussitôt mal à l’aise. Passer d’une température fraiche et agréable à… ça, c’était un véritable supplice. Si elle s’écouterait, Erïka retournerait à l’intérieur. Cependant, elle restait là, debout, attendant de voir ce que Bobby comptait faire, lorsque celui-ci lui indiqua de le suivre discrètement, ce qu’elle fit. Elle avait l’impression de jouer à un jeu, de se prendre pour un agent secret en mission, comme elle l’avait déjà fait avec son meilleur ami, question de s’amuser un peu. Rejoignant une porte du bâtiment, la jeune fille suivit le mutant de l’autre côté, se demandant ce qu’il faisait. Silencieuse, elle tentait de rester discrète, guettant le moindre bruit aux alentours. Elle vit Bobby geler la poignée d’une porte et se demanda bien pourquoi jusqu’à ce que les bruits de télévision, ainsi que ceux produit par la personne prenant en encas en la regardant, parviennent à ses oreilles. Il fallait bien avouer qu’avoir l’ouïe fine était une chose très utile, parfois.

Le sourire malicieux que lui fit Bobby enflamma le cœur de l’adolescente qui ne fit qu’un bond dans sa poitrine pour une raison purement inconnue. Erïka se contenta d’observer les gestes du mutant, croyant comprendre ce qu’il comptait faire. Et dire qu’elle le prenait pour un garçon sage. Il lui révélait une facette de lui-même qu’il dissimulait très bien sous les apparences. Elle qui adorait prendre des risques, elle n’allait certainement pas s’ennuyer.
Suivant le mutant jusqu’à la patinoire, elle l’observa faire quelques pas sur la glace. Elle en profita pour poser le casque de moto ainsi que son sac au sol, s’attendant à faire un peu de patin malgré les sandales qu’elle portait. Cependant, la russe n’avait pas encore tout vu et ne s’entendait certainement pas à voir ce que Bobby allait créer sous ses yeux. S’accroupissant afin de poser ses mains sur la surface glacée, le jeune homme créa un petit village de maisonnettes devant le regard émerveillé d’Erïka. Cette dernière observa le décor, des étoiles dans les yeux, totalement charmée parce qu’elle venait de voir. Posant un pied sur la patinoire, puis le second, l’adolescente observait les maisonnettes, s’approchant de l’une d’elle afin d’y poser sa main. Tout cela était réel. Elle avait l’impression d’être soudainement retombée en enfance. Combien de fois avait-elle rêvé d’un château de glace ? Bien qu’elle n’ait que des maisonnettes devant elle, la mutante était plus qu’heureuse. Elle souriait, elle ne pouvait s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle. Quelle était la dernière fois où elle s’était sentie ainsi ? Elle ne savait plus. Elle ne voulait pas y penser. Elle était heureuse et désirait que rien au monde de gâche ce moment magique.


- « Voilà mon royaume ! Qu'est-ce que tu en penses ? »

-« C’est… wow… C’est magnifique… Un peu comme un rêve… Je n’en reviens pas ! » Lança-t-elle, le souffle coupé.

Bien que ce ne soit pas grand-chose, aux yeux d’Erïka il s’agissait du paradis. Un paradis de glace où les canicules n’existaient pas. Elle n’avait pas froid, loin de là. Elle était tout simplement bien, aimant sentir la brise fraiche sur sa peau. Faisant glisser ses pieds sur la glace lisse, comme si elle patinait, la jeune fille observait le décor l’entourant, admirant ce qu’elle avait sous les yeux. Puis, alors qu’elle passait près de Bobby afin de se diriger vers l’une des maisonnettes, elle se tourna vers lui, un grand sourire étirant ses lèvres. Elle se souvient de cette conversation qu’ils avaient eu un peu plus tôt, à l’institut. Erïka avait parlé d’un château de glace, mais, au final, elle avait reçu quelque chose d’aussi bien. Elle profitait de cet endroit au maximum, sachant très bien qu’elle ne pourra y rester éternellement.


-« Au final, je l’aurais eu mon paradis glacé. » Dit-elle doucement, ses yeux pétillants de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Sam 11 Aoû 2012 - 17:00

Bobby pouvait sembler parfois je m'en foutiste et pas curieux pour un sou tant il ne demandait jamais rien aux autres. A croire que leur vie ne l'intéressait pas. C'était pourtant faux. Le mutant appréciait de mieux connaitre les gens sans pour autant en être très proche. Ainsi, il savait ce qu'il valait mieux éviter de dire ou non et pour ne pas s'attirer inutilement les foudres de quelqu'un. Il se posait souvent des questions à propos de ceux qui l'entouraient mais n'osait que rarement franchir le pas et poser directement la question, préférant découvrir par lui même au fil du temps. Pourtant, il avait déjà plutôt bien questionné Erïka qui n'était pas spécialement bavarde en temps normal. Ainsi, il fut agréablement surpris de voir qu'elle daignait lui répondre et lui expliquer avec plus ou moins de précision certaines choses. Sur le coup Bobby avait oublié qu'elle était quelqu'un de peu bavard comme lui. Mais il finit par le réaliser et se stoppa de lui même en pensant qu'il allait trop loin. Il ne voulait pas qu'elle se referme comme une huitre juste parce qu'il se montrait trop curieux, cela aurait été bien dommage.

Malgré tout, Bobby en avait appris suffisamment pour savoir que la jeune femme avait déjà bravé l'autorité de l'Institut pour se rendre à la salle des dangers. Il avait un peu de mal à saisir comment elle avait pu faire pour passer outre et utiliser cette salle sans problème. Elle ne faisait que confirmer tout cela sans apporter de détails supplémentaires. Sans doute préférait-elle ne pas trop en dire par peur que le mutant aille répéter l'affaire à quelqu'un. Bobby n'avait en aucun cas envie d'aller raconter à qui que ce soit ce qu'il venait d'entendre de toute façon et il se doutait bien que cette intrusion n'avait pas pu passer inaperçue bien longtemps. Par contre, ce qui surprit Bobby était le fait que la jeune femme n'y soit pas allée seule. Quelqu'un l'accompagnait d'après ses dires et Bobby fut curieux de savoir de qui il pouvait bien s'agir. Elle ne tarda pas à lui répondre.

- Oh, c'est ton meilleur ami ? Tant mieux. *réalise soudain que cela pourrait être mal interprété et qu'il aurait mieux fait de se taire, gêné* Enfin je veux dire... c'est... c'est bien d'avoir des amis proches sur qui on peut compter. Tu as de la chance.

*Et voilà, elle va se faire des idées... Bravo... Pourquoi je ne peux pas me taire comme d'habitude...*

Bobby essayait de ne pas avoir l'air idiot après avoir dit ça. Le nom de Will ne lui était pas inconnu mais sur le coup il ne voyait pas de qui il s'agissait. Il ne mit cependant pas très longtemps à faire le lien avec le grand rouquin qui accompagnait souvent Erïka. La russe avait peu de proches et rejetait généralement la présence des autres ou se montrait indifférente. Pourtant, Iceberg l'avait vu à de nombreuses reprises en compagnie de ce Will et il avait bêtement supposé qu'il s'agissait de son petit ami même s'ils n'avaient rien fait ou dit qui aurait pu le prouver. Dans un sens, Bobby fut rassuré de savoir qu'il ne s'agissait que du meilleur ami d'Erïka. Mais pourquoi était-il rassuré au juste ? Qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire qu'elle ait un petit ami ou non ?

Bobby profita du changement de sujet pour essayer de reprendre une attitude normale. Il n'eut pas besoin de beaucoup se forcer car Erïka lui fit une révélation qui l'interpela. Ils avaient le même rêve, le même but. Cela pouvait sembler idéaliste et cliché mais pourtant Bobby comptait bien rejoindre les rangs des x-men un jour ou l'autre. Si la russe partageait le même but, ils pourraient peut-être ainsi s'entraider. D'ailleurs question entraide, si Bobby lui apprenait à conduire une moto, peut-être qu'Erïka pourrait lui donner quelques cours sur les langues, lui qui avait tant de mal avec ça.

- Oui, l'Institut c'est chez moi. Je n'ai nulle part ailleurs où aller alors je compte bien y passer ma vie et tant qu'à faire, devenir un x-men. Professeur de conduite ? Pourquoi pas même si je doute que ça passionne grand monde. D'ailleurs, en échange de ces cours, tu m'aiderais pour certains cours de langue ? J'imagine que tu n'as pas que ça à faire mais... disons qu'un cours ou deux ne me ferait pas de mal avant le contrôle la semaine prochaine. Et puis comme ça, ça t'entrainera à devenir professeur.

Il ne faisait que proposer, elle était libre de refuser. Cela ne changerait rien au fait qu'il continuerait de lui apprendre à conduire. Il avait accepté alors il le ferait jusqu'au bout. Cela lui faisait plaisir de pouvoir lui être utile et ainsi, il avait tout de même l'occasion de passer du temps avec elle. D'ailleurs du temps il comptait bien en passer actuellement puisqu'ils n'avaient rien de particulier à faire en cette chaude journée d'été. Ils avaient donc tout leur temps pour peaufiner l'apprentissage de la jeune femme qui se concrétisa par une sortie en ville. Elle avait accepté la balade et par la même occasion d'assister au match de Hockey dont Bobby avait les billets. Ils faisaient ainsi d'une pierre deux coups en se rendant en ville. Même si le match tournait court ou n'était pas digne d'intérêt, les mutants pourraient, à défaut, profiter de la fraicheur de la patinoire. C'était toujours ça de pris.

Ils avaient donc rejoint la ville et plus exactement le lieu du match, désormais assis non loin de la surface gelée. Bobby n'était pas mécontent d'assister au match mais Erïka n'avait pas l'air emballé. Plutôt que de la laisser de côté pour profiter à cent pour cent du match, Iceberg posa son attention sur elle, la questionnant sur la pratique du patin à glace qui changea presque aussitôt pour devenir la pratique de la boxe. Ainsi donc Erïka en faisait également ? Voilà qui leur faisait un point commun supplémentaire. Elle avait l'air d'être plus assidue que lui au niveau de la pratique de ce sport. Sans doute se débrouillait-elle mieux que lui. Iceberg n'aimait pas en venir aux mains avec une fille, quelque soit la raison, mais ce n'était qu'un combat amical qu'elle proposait, non ?

- En fait, je m'entraine assez peu à l'Institut. Généralement je vais dans une salle de sport en ville, non loin d'ici. Ca me donne une occasion de sortir et me permet de voir de nouvelles têtes, ce n'est pas si mal. C'est pour ça que tu ne m'y as jamais croisé. Mais puisque je sais maintenant que tu pratiques aussi, ça me donne une bonne raison de rester à l'Institut. Pourquoi pas pour le combat, ça me permettra de voir si je me débrouille pas trop mal.

Au moins, on ne pouvait pas dire d'Erïka qu'elle était une fille qui avait peur de se prendre des coups. Ce n'était pas pour déplaire à Bobby. Non pas parce qu'il comptait lui taper dessus, au contraire, mais parce que cela prouvait une certaine force de caractère, bien loin des clichés idiots que l'on pouvait avoir sur la gent féminine.
A force de parler, le match était passé relativement vite et Bobby en avait loupé une bonne partie mais il s'en moquait. Il avait une idée en tête et il fallait justement attendre la fin du match. La salle fut rapidement vidée et la masse de spectateur dispersée au dehors. Bobby entraina Erïka à sa suite, faisant le tour du bâtiment pour entrer par une porte de service. Pour faire ce qu'il voulait, il allait avoir besoin de la patinoire. A cause de la chaleur, il avait besoin d'eau ou d'une surface gelée pour faire ce qu'il souhaitait.

Une fois à l'intérieur, il vérifia tout d'abord où se trouvait le vigile avant de le mettre hors d'état de nuire en l'enfermant purement et simplement dans son local. Il était fort probable que ce dernier ne remarque rien, leur laissant tout le temps qu'ils voulaient, mais dans le doute, Iceberg préféra ne rien laisser au hasard. C'était encore une preuve qu'il n'était pas aussi sage que ce qu'il laissait paraitre et comme il ne voulait pas parler pour ne pas se faire remarquer, il se contenta de faire un sourire qui voulait tout dire. Bobby entraina ensuite Erïka vers la patinoire mais plutôt que de lui proposer de faire du patin, il posa les mains sur la glace pour la modeler à sa guise et ainsi fabriquer un village de glace à leur taille. Bien sûr il ne pouvait pas en faire un très grand à cause de la taille réduite de la patinoire de Hockey mais c'était toujours ça. Comme il l'avait dit un peu plus tôt, Bobby désigna sa création comme étant son royaume, le seul endroit où il se sentait parfaitement bien, au frais. C'était plutôt imagé.

Erïka sembla admirative devant ce spectacle, les yeux brillants. Bobby était content de voir que cela lui plaisait et ne put s'empêcher de sourire à son tour, contaminé par celui de la jeune femme. Il n'aurait pas imaginé que son petit paradis à lui serait également autant apprécié par quelqu'un d'autre. Erïka ne manqua pas d'évoquer d'ailleurs le fait qu'il s'agissait véritablement d'un paradis, ce qu'apprécia le mutant. Il désirait faire autre chose pour elle, quelque chose de plus parlant.

- J'ai oublié quelque chose d'essentiel dans ce royaume... Le château !

Reposant les mains sur la glace, il remodela la surface pour que les maisons fusionnent et forment un château plus grand, plus large, plus imposant que le reste. Le royaume portait ainsi bien son nom. Mais comme pour tout royaume, il fallait un dirigeant. Si Bobby s'était autoproclamé roi, il estimait que ce n'était pas à lui de l'être véritablement car Erïka semblait apprécier la chose tout autant que lui voir plus.

- Ferme les yeux, je vais ajouter une touche finale mais j'ai besoin de concentration, ça va prendre un court instant.

Il attendit qu'elle s'exécute puis se concentra, la fixant tandis qu'il faisait de nouveau bouger la glace pour que prenne forme une statue à taille réelle à côté du château. Plus qu'une vulgaire statue, c'était une représentation de la russe qui était en train de se dessiner lentement. Afin que l'on reconnaisse ses traits et qu'il y ait le plus de détails possible, Bobby se concentrait, essayant de la rendre le plus réaliste possible. Lorsqu'il s'ennuyait et vu qu'il avait peu d'amis, le mutant s'amusait à faire diverses sculptures de glace. Il avait ainsi développé une certaine dextérité et un talent artistique lié à son pouvoir. Il observa Erïka, la statue puis de nouveau Erïka avant de hocher la tête. C'était plutôt ressemblant.

- Tu peux regarder. Je te présente la princesse de glace. Elle parait froide mais son sourire ferait fondre la calotte glaciaire.
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Dim 12 Aoû 2012 - 7:32

Depuis leur première rencontre, Erïka n’avait jamais imaginé tomber amoureuse de Will. Au commencement, il n’était qu’un homme parmi tant d’autres. Avec le temps, il devint une personne de bonne compagnie, puis un ami et, finalement, un véritable frère. Ils étaient très proches et passaient énormément de temps ensemble, peu importe ce que les autres pouvaient en penser. Elle dormait avec le rouquin sans songer une seule seconde à quelque chose de louche. Après tout, ils ne faisaient que dormir, rien de plus. Ils passaient des journées ensemble, commentant de nombreuses bêtises, n’ayant jamais peur des conséquences. Il était l’une des rares personnes à avoir le privilège de connaitre la russe sous tous ses angles, bons comme mauvais.

- « Oh, c'est ton meilleur ami ? Tant mieux. Enfin je veux dire... c'est... c'est bien d'avoir des amis proches sur qui on peut compter. Tu as de la chance. »

-« Bien sûr que c’est mon meilleur ami, bien que ça puisse être surprenant. Qu’est-ce que tu croyais ? C’est l’une des rares personnes à qui je peux réellement faire confiance. Il est comme un frère pour moi, tu vois ? »

Bien qu’elle disait tout sur tout à Will, la jeune fille ne pensait pas toujours à lui révéler certaines choses, comme ses rêves futurs. Ils n’avaient jamais réellement abordé le sujet, en fait. Le rouquin l’imaginait probablement travailler dans le domaine des langues et il n’avait pas tort. Cependant, Erïka avait bien d’autres rêves que celui de devenir enseignant. Elle désirait faire partie de l’équipe des X-Men. Elle fut bien surprise de découvrir qu’elle n’était pas la seule à caresser ce rêve. Bobby lui révéla qu’il n’avait pas d’autre endroit où aller, que l’institut était son seul et unique foyer. N’avait-il pas une famille ? Avait-il, lui aussi, des problèmes qui le poussaient à s’éloigner de ces gens ? Elle n’en savait rien et ne désirait pas poser de questions sur le sujet. Elle-même ne parlait jamais de sa famille et préférait éviter le sujet, de peur que ses questions ne se retournent contre elle. Elle préférait plutôt se concentrer sur la demande de Bobby qui désirait obtenir quelques cours de langue, n’étant pas très fort en la matière. En échange, elle obtenait des cours de conduite, ce qui lui semblait être un bon marché. Contrairement à ce qu’il pensait, Erïka possédait un surplus de temps libre qu’elle pouvait mettre à sa disposition quand il le désirait.

-« C’est quand tu veux, je ne suis jamais vraiment occupée. Tu n’as qu’à venir cogner à ma chambre quand tu seras motivé à réviser. »

D’ailleurs, cette journée ressemblait aux dernières qu’elle avait passées. Elle n’avait pratiquement rien fait, se contentant de lire quelques livres, la majorité du temps. Par temps de grande chaleur, elle préférait rester à l’intérieur, cela valait mieux. Parfois, elle tombait sur Will ou Amy avec qui elle passait la journée. Cependant, cette soirée était différente des autres. Erïka allait voir un match de hockey en compagnie de Bobby. Pourtant, ce sport était loin d’être son préféré. Elle désirait simplement passer davantage de temps avec le mutant. Elle restait plutôt indifférente face au match, appréciant bien plus les bagarres entre joueurs que la partie en elle-même. Le jeune homme à ses côtés en profita pour lui parler un peu et le sujet ne tarda pas à dériver sur la boxe, sport que pratiquait régulièrement Erïka. Elle était certaine de n’avoir jamais aperçu Bobby dans la salle de gym et ce dernier confirma en expliquant qu’il se rendait plutôt dans une salle de sport située en ville. Cependant, maintenant qu’il avait une excellente raison de rester à l’institut, la jeune fille allait peut-être avoir l’occasion de faire face à un combattant de taille. Bien sûr, elle comptait bien le mettre une raclée, malgré le fait qu’elle ne connaisse pas du tout les capacités du jeune homme à ce sport.

-« Attend toi à te prendre une raclée, dans ce cas. Je n’ai pas peur de recevoir des coups et encore moins d’en donner. » Fit-elle avec un grand sourire.

Le temps défila à une vitesse hallucinante et le match prit fin plus rapidement que l’aurait cru l’adolescente. Ramassant ses affaires, elle suivit Bobby à l’extérieur, là où une grande chaleur les attendait. Aussitôt, la jeune fille regretta la température de la patinoire, désirant secrètement y retourner. Cependant, il semblerait bien qu’une certaine personne ait quelques idées derrière la tête… S’éloignant des portes principales afin d’entrer discrètement par une porte de service, le duo traversa rapidement les couloirs du bâtiment jusqu’à atteindre la patinoire. Bien heureuse de retrouver la température fraiche de la pièce, Erïka ne pouvait qu’être heureuse.

Alors qu’elle s’attendait à faire du patin, rien de plus, Bobby la surprit en créant un magnifique village de glace. Émerveillée, la mutante laissait glisser ses pieds sur la glace lisse afin de rejoindre les habitations, les observant avec attention. Elle trouvait cela magnifique, enviant le pouvoir du jeune homme. Pourquoi n’avait-elle pas le don de créer de si jolies choses ? Bien que ce spectacle fût magnifique à ses yeux, il manquait un élément important, selon Bobby. Aussitôt, il se concentra afin de créer un grand château de glace, fusionnant les maisonnettes ensemble, sous le regard admiratif d’Erïka. Il avait trouvé le meilleur moyen de la faire littéralement fondre. Elle avait l’impression de se retrouver en enfance, vivant un rêve qui lui avait toujours semblé impossible. Patinant jusqu’au château afin de l’observer plus attentivement, elle ne pouvait retenir ce magnifique sourire ornant son visage. Même lorsque Bobby lui demanda de fermer les yeux et qu’elle eut obéi, elle continuait de sourire, se demandant quelle autre surprise il lui réservait. Elle était curieuse et bien impatiente, ne tenant pratiquement pas en place. Elle avait si hâte d’ouvrir les yeux ! Chaque seconde lui paraissait comme une éternité.

-« Tu peux regarder. Je te présente la princesse de glace. Elle parait froide mais son sourire ferait fondre la calotte glaciaire. »

Ouvrant aussitôt les yeux, Erïka se tourna vers cette fameuse statue de glace, bouche bée. Elle ne pouvait croire qu’il avait réussi à la reproduire si fidèlement dans la glace. S’approchant lentement de son sosie, l’adolescente l’effleura du bout des doigts. Si elle avait été faite de chair et d’os, cette représentation d’elle-même aurait pu devenir sa véritable jumelle, elle en était persuadée. Malgré la température ambiante, Erïka sentait son cœur fondre en elle. Elle était impressionnée par le talent de Bobby et terriblement touchée par cette statue, par ses paroles. Observant la sculpture sous tous ses angles, la jeune fille admirait ce sublime travail, le cœur battant. Elle s’approcha du jeune homme, le regardant directement dans les yeux. Elle ne savait que dire, elle ne savait que faire. Les mots ne lui venaient pas. Elle parlait quatre langues différentes et aucun foutu mot d’aucune d’entre elle ne pouvait se frayer un chemin jusqu’à ses lèvres. Ce mot décrivant ce qu’elle ressentait en ce moment même n’existait pas.

-« C’est… c’est… magnifique… je… »

Perdant ses mots, la jeune fille posa son regard sur le sol, puis observa de nouveau sa statue de glace. Elle était magnifique, et encore, le mot n’était pas assez fort. Erïka se sentait si ridicule de perdre ses moyens, ne sachant quoi dire. Il était bien rare qu’elle ne retrouve plus ses mots. Il fallait avouer que c’était la première fois qu’une personne faisait quelque chose de si… touchant… de si unique à son égard. Elle n’aurait jamais cru vivre un moment aussi magique jusqu’à maintenant. Sachant qu’elle ne pourra profiter de son château pour l’éternité, la russe faisait tout en son pouvoir afin de le graver en sa mémoire.

-« C’est la première fois que quelqu’un fais ce genre de chose pour moi. » Avoua-t-elle timidement en posant les yeux sur Bobby.

Elle sentait ses joues s’enflammer et son cœur s’animer. La jeune fille était persuadée que son cœur réagissait ainsi parce qu’elle avait l’air tout simplement idiote, rien de plus. Cependant, elle était bien loin de la réalité. Pour l’instant, elle ne se souciait que de peu des messages que tentait de lui transmettre son corps. Elle était bien trop occupée à admirer le chef-d’œuvre de Bobby pour cela. Elle vivait un pur instant de joie et de bonheur que rien au monde ne pouvait gâcher. Sans même réfléchir, l’adolescente se laissa glisser jusqu’à Bobby avant de l’étreindre à la fois avec force et tendresse, Elle ferma les yeux, profitant de la fraicheur de son corps, posant doucement sa tête sur son épaule. Elle ne réfléchissait plus, profitant simplement du moment présent, désirant qu’il ne se termine jamais.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Dim 12 Aoû 2012 - 14:26

*Pourquoi est-ce qu'elle me demande ça ? Qu'est-ce que je peux bien répondre ? Si je mens elle le saura tout de suite... Je pourrais toujours esquiver la question, parler d'autre chose... C'est tout aussi suspect cela dit... Elle n'y fera peut-être pas attention. Oh et puis qu'est-ce que je crains au juste ? Etre sincère n'a jamais tué personne... je crois.*

- Je croyais que c'était ton petit ami. Je sais, c'est idiot... Mais comme je ne te voyais jamais avec quelqu'un d'autre auparavant et bien... Enfin bref, c'était stupide de ma part de penser ça, oublie. *en agitant la main comme s'il chassait une mouche* Quoi qu'il en soit, tu as de la chance d'avoir trouvé quelqu'un digne de confiance, je t'envie.

Bobby lui ne faisait confiance à personne en dehors de certains x-men. Une des rares personnes à qui il avait accordé sa confiance l'avait trahi et il ne se voyait pas la distribuer de nouveau aux premiers venus. Avoir une personne de confiance, ne serait-ce qu'une seule, quelqu'un à qui l'on pouvait tout confier, ce devait être quelque chose de vraiment agréable. C'était en tout cas ce que pensait le mutant en réalisant que lui n'avait pas cette chance. Peut-être qu'un jour, cela viendrait, encore fallait-il qu'il s'ouvre aux autres pour cela. Ce qui engendrait de faire confiance un minimum aux gens... Un cercle vicieux en somme. Ce n'était pas gagné, vraiment pas.

Malgré ce manque de confiance envers les gens d'une manière générale que la russe et lui partageaient, la jeune femme confia à Bobby ses rêves futurs. Ainsi donc ils s'étaient découvert un but commun. Au moins ils pourraient dorénavant en parler en sachant qu'aucun d'eux ne se moquerait ou ne trouverait cette idée stupide. Si Erïka désirait devenir professeur, Bobby lui n'avait pas cette prétention. Il acceptait néanmoins d'apprendre à la jeune femme de conduire une moto comme il était justement déjà en train de le faire. Quitte à s'apprendre mutuellement quelque chose, Bobby demanda si elle accepterait de lui donner quelques cours de langue afin de s'améliorer dans ces matières qui le rebutaient tant. Par chance, elle accepta.

- Super ! Je suis sûr qu'avec toi en professeur j'aurais cette fois une note supérieure à la moyenne au prochain contrôle. Merci Erïka.

Cependant, l'heure n'était pas aux révisions mais à une sortie en ville. Si le but originel était de faire s'entrainer Erïka à la conduite en ville, il y eut un rajout de dernier minute, impliquant d'aller voir un match de Hockey dont Bobby possédait justement les places. Après une ou deux petites frayeurs sur la route, c'est en un seul morceau que le duo rejoignit la patinoire pour assister au match. Puisque cela n'avait pas l'air d'intéresser particulièrement la russe, Bobby se détourna du spectacle pour discuter un peu avec elle. Au cours de cette discussion, il apprit qu'elle pratiquait le patin à glace mais surtout et également la boxe, tout comme lui. Voilà qui leur faisait un autre point commun. D'ailleurs, Erïka tenait à ajouter un nouveau "poing" commun, proposant un petit combat que Bobby accepta.

- Une raclée, carrément ? J'ai hâte de voir ça... Pas que je sois maso mais je ne compte pas me laisser faire. Content d'avoir trouvé un adversaire qui a plus de mordant que mon sac de sable.

Mais l'heure n'était pas au combat, plutôt au spectacle. Spectacle qui se termina rapidement, signifiant qu'il était temps pour eux de retourner sous la canicule même si elle était un peu plus supportable grâce au soir qui pointait le bout de son nez. Il faisait tout de même encore chaud, toujours trop pour Bobby. Le duo aurait pu se rendre à un autre endroit ou retourner à l'Institut en quête de fraicheur mais Iceberg avait une toute autre idée. Entrainant Erïka avec lui, il pénétra de nouveau dans la patinoire par une porte de service et, après avoir "neutralisé" le vigile, retourna près de la glace. Ils auraient pu patiner mais il avait une autre idée en tête. Grâce à son pouvoir, le mutant transforma la surface plate en véritable village de glace pour montrer à Erïka ce qu'il sous entendait lorsqu'il parlait de Royaume. Puisque le spectacle avait l'air de lui plaire, Bobby désira faire plus et sculpta un chateau. Mais ce n'était pas encore assez, il fallait quelque chose de plus marquant. Erïka était comme lui, elle détestait la chaleur. C'était un peu grâce à ça qu'ils s'étaient croisés aujourd'hui d'ailleurs. Pour lui rendre hommage, Bobby lui fit fermer les yeux le temps de modeler une statue à son effigie, essayant de respecter le plus possible les traits de la jeune femme. Il tenait à ce qu'elle se reconnaisse, à ce qu'elle soit une réplique la plus exacte possible de son original. Lorsqu'il fut satisfait du résultat, il autorisa à la russe à ouvrir les yeux.

Il ne se doutait pas un instant que ce qu'il venait de faire lui ferait tant plaisir. Ses yeux semblaient briller tant elle appréciait ce qui se trouvait sous ses yeux, ce qui fit sourire le mutant. Elle semblait heureuse, épanouie... à l'opposé de ce qu'elle montrait en temps normal à l'Institut. C'était comme une bouffée d'air frais de la voir ainsi. On aurait presque dit une toute autre Erïka.

- Content que ça te plaise.

Même si le but avait été de lui faire plaisir, Bobby n'en avait pas attendu autant. C'était avec plaisir qu'il constatait qu'elle semblait touchée par ce présent éphémère. Elle lui avoua même que c'était la première fois qu'une personne faisait une telle chose pour elle. Bobby avait du mal à y croire même si il savait que c'était la vérité. Pourquoi lui mentirait-elle ? Il ouvrit la bouche pour répondre mais aucun son n'en sortit. Erïka s'était approchée de lui et avait glissé ses bras autour de lui pour l'étreindre, laissant le mutant comme paralysé. Il ne s'attendait pas à cette étreinte soudaine et ne savait pas comment réagir sur le coup. Encore calme et posé quelques minutes auparavant, le cœur d'Iceberg se mettait maintenant à battre la chamade, résonnant dans sa cage thoracique. Il sentit le rouge monter à ses joues, lui donnant une sensation de chaleur pas si désagréable pour une fois. Lui qui n'aimait pas tellement le contact physique car cela lui donnait chaud appréciait pourtant de sentir le corps de la jeune femme contre le sien. Après quelques secondes où il resta figé, Bobby leva finalement les bras pour en entourer son amie, lui rendant son étreinte avec la même tendresse, fermant les yeux pour mieux apprécier le geste. C'était agréable et il n'avait pas tellement envie que cela s'arrête.

Malheureusement, quelqu'un en décida autrement. Un bruit de porte se fit entendre, faisant rouvrir les yeux à Bobby qui en chercha aussitôt la provenance. Cela ne pouvait être le vigile... il était enfermé. Le mutant n'avait pas songé qu'il pourrait y avoir un second vigile, arrivé un peu en retard. Il ne fallait pas que quelqu'un les trouve ici, c'était un coup à finir au poste de police et Bobby ne tenait pas à avoir des problèmes. Il tenait encore moins à en faire à Erïka qu'il avait entrainé avec lui sans lui demander son avis. Il était temps de mettre les voiles et de disparaitre comme ils étaient venus. Seulement il n'y avait qu'une sortie disponible, celle de service. Les autres avaient toutes été verrouillées après le match.

Bobby retira à regret ses bras et se tourna vers la statue de glace.

- Adieu Princesse, navré mais je préfère ta sœur jumelle.

La glace se déforma et les sculpture disparurent, retournant au sol pour redevenir une bête patinoire. Toutes les bonnes choses avaient une fin.

- Eh ! Vous, là ! Qu'est-ce que vous faites ici !

Un homme se tenait en haut des escaliers qui menaient à la patinoire, à l'opposé de l'endroit où ils se trouvaient. De là où il était, il ne pouvait pas voir leurs visages, c'était déjà ça. Seulement, le vigile ne resta pas où il était et s'avança vers eux d'un pas rapide, dévalant les escaliers. Mieux valait ne pas trainer plus longtemps. Attrapant la main de la russe, Iceberg quitta la patinoire et grimpa les marches à l'opposé. Une fois en haut, après un rapide coup d'oeil derrière eux, il constata que le vigile les suivait, réduisant l'écart. Il fallait au contraire qu'ils le creusent.

Bobby avait bien une solution mais elle ne s'appliquait qu'à lui. Il n'avait clairement pas le temps de modeler des patins à glace à son amie. Lui, n'en avait pas besoin, il lui suffisait de marcher sur une surface glacée pour glisser dessus à son aise. Seulement, une toute autre personne n'aurait absolument aucun équilibre dessus, surtout en courant. Il ne lui restait qu'une solution possible.

- Excuse moi... et accroche toi.

Il l'avait murmuré mais il se doutait qu'Erïka avait entendu, assez proche pour ça. Sans rien dire d'autre, il se pencha pour la soulever du sol, dans ses bras, un bras derrière son dos, l'autre sous ses jambes. A ses pieds se forma rapidement de la glace qui se répandit sur le sol du couloir, dessinant une toute nouvelle patinoire. Sans attendre, il s'élança dessus, laissant ses pieds glisser sur cette surface gelée comme s'ils ne faisaient qu'un. Ils prirent rapidement de la vitesse, aidés par la glace qui se formait selon les désirs de Bobby. Au fur et à mesure qu'ils avançaient, la glace disparaissait, laissant un couloir propre et humide. Mieux valait ne pas laisser de témoin.

Rapidement, ils atteignirent la porte que Bobby franchit rapidement. Il la referma du bout du pied et gela sa serrure aussitôt, évitant ainsi qu'ils se fassent poursuivre plus longtemps. Une fois fait, le mutant déposa doucement Erïka au sol. Cette proximité entre eux lui manquait déjà et il regrettait que leur étreinte n'ait pu durer plus longtemps, mais c'était comme ça. Au moins, ils avaient passé un bon moment.

- Fiou... On a eu chaud. Sans mauvais jeu de mots... *avec un léger sourire* On ferait mieux de ne pas trainer dans le coin, il est temps de retourner à l'Institut. A moins que tu ne désires faire autre chose puisqu'on est en ville ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Dim 12 Aoû 2012 - 19:56

- « Je croyais que c'était ton petit ami. Je sais, c'est idiot... Mais comme je ne te voyais jamais avec quelqu'un d'autre auparavant et bien... Enfin bref, c'était stupide de ma part de penser ça, oublie. Quoi qu'il en soit, tu as de la chance d'avoir trouvé quelqu'un digne de confiance, je t'envie. »

Erïka éclata de rire. Non, elle ne se moquait pas de Bobby. Il s’agissait plutôt de ses paroles qui l’avaient amusée. Elle ne sortira jamais au grand jamais avec Will, c’était tout simplement inimaginable. Bien qu’ils fussent très proches et qu’il était possible de les voir comme étant un couple, cela ne se produira jamais. Il était son frère et ne sera rien d’autre. De plus, il avait Amy, celle avec qui il avait partagé tant d’années de sa vie. Il comptait rester avec elle jusqu’à la fin de ses jours, l’adolescente le savait parfaitement bien. Quant à elle, elle croyait passer sa vie en solitaire. Qui serait assez fou pour supporter son sale caractère ? Elle ne voyait pas tant ses qualités, mais plutôt ses défauts. Elle avait fait en sorte que personne ne puisse l’approcher, souhaitant éviter que qui que ce soit ne découvre son passé douloureux qui refaisait parfois surface. Trouvera-t-elle, un jour, chaussure à son pied ? Peut-être bien…

-« On ne sort pas ensemble. » Affirma Erïka en cessant de rire. « On est très proche… c’est peut-être pour ça que tout le monde nous croit en couple, en fait… Enfin, notre relation ressemble plus à celle d’un frère et d’une sœur et je suis consciente de ma chance de l’avoir. Tu verras, un jour, tu sauras trouver une personne à qui tu peux tout raconter, même les pires horreurs de ta vie et elle saura t’accepter malgré tout… »

Jamais Erïka n’aurait cru trouver une personne telle que Will. Elle s’était résout à passer sa vie à l’institut avec Istina, son cochon d’inde, comme seul confident. Pourtant, les choses avaient évoluées autrement et la jeune fille s’était fait un précieux ami sur qui compter. Elle était persuadée que Bobby trouvera, lui aussi, une personne avec qui il pourra tout partager et lui vouer une confiance sans faille. Bien qu’il soit froid et distant avec les autres, il tombera un jour sur une personne désirant franchir ce mur de glace et qui fera tout pour découvrir celui qu’il est réellement, tout comme Will l’avait fait avec elle.

D’ailleurs, parlant de Will, la jeune fille devait lui donner quelques cours de Russe. Elle savait déjà par où commencer, ayant noté quelques idées sur une quelconque feuille de papier perdue sur le bureau de sa chambre. Elle se demandait bien quelle langue Bobby désirait étudier pour ses cours. Elle en connaissait quelques-unes, mais son apprentissage était loin d’être terminé. Elle espérait seulement lui être utile, car il avait bien raison : cela l’entrainera à enseigner. Elle pourra déterminer si elle aimait réellement ça ou non. Heureuse de pouvoir passer plus de temps en compagnie de Bobby, la jeune fille lui offrit un magnifique sourire.

-« Quelle langue aimerais-tu étudier ? Anglais ? Français ? Russe ? Allemand ? Italien ? »

Elle était douée en langue, certes, mais elle avait également d’autre force. À la patinoire, alors qu’ils regardaient le match de hockey auquel Erïka avait été invitée, les deux adolescents discutèrent de sport, leur conversation s’attardant sur la boxe. Persuadée de pouvoir mettre une raclée à Bobby, la russe lui proposait un combat amical où ils pourront démontrer leur savoir-faire en la matière. Cet affrontement risquait d’être animé et la divertira bien plus qu’un simple entrainement sur un sac de sable.

- « Une raclée, carrément ? J'ai hâte de voir ça... Pas que je sois maso mais je ne compte pas me laisser faire. Content d'avoir trouvé un adversaire qui a plus de mordant que mon sac de sable. »

-« Tu parles… On finit par s’en lasser rapidement de ces sacs de sable. Je préfère relever de vrais défis. »

Est-ce qu’entrer dans un bâtiment afin d’accéder à une zone interdite au publique était un défi ? Dans un certain sens, si. Bobby avait entrainé Erïka jusqu’à la patinoire où c’était déroulé le match, en profitant pour enfermer le garde de sécurité dans une salle, au passage. C’était trop simple et, pourtant, la jeune fille oublia bien vite cette histoire de garde afin d’admirer le paysage de glace que créait Bobby sous ses yeux. Si elle restait admirative devant son travail, elle l’était d’autant plus lorsqu’elle aperçut le magnifique château de glace devant ses yeux. Lorsque le mutant lui demanda de fermer les yeux, elle se questionnait sur ce qu’il pouvait bien faire, attendant impatiemment de pouvoir voir de quoi il s’agissait. Elle était terriblement heureuse à cet instant, ayant eu droit à un magnifique château de glace. Depuis qu’elle était gamine, elle s’amusait à créer des igloos de neige et de glace avec son frère jumeau, rêvant du jour où elle possédera un véritable château sur lequel régner en tant que princesse guerrière. Jamais elle n’aurait cru voir ses rêves de gamine se matérialiser, en quelque sorte. Elle songeait qu’il était tout simplement impossible de posséder une telle demeure et dû s’y faire au fil des ans. Malgré tout, elle continuait de construire des igloos avec quelques bonhommes de neiges en guise de garde, passant ses journées à l’extérieur. Lorsque la pénombre s’abattait sur la ville, elle rentrait chez elle en rechignant, ayant déjà hâte au lendemain. C’était le bon vieux temps…

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, l’adolescente constat avec émerveillement qu’une sublime statue la représentant ornait désormais la patinoire. Totalement charmée par la précision de la sculpture et sa ressemblance avec elle, Erïka ne trouvait plus les mots pour exprimer ce qu’elle ressentait. Elle n’avait jamais rien vu de tel et c’était bien la première fois qu’une personne la représentait ainsi. Elle ne savait que dire et préféra exprimer sa joie par les gestes, ce qu’elle ne faisait que rarement. Étreignant tendrement Bobby, elle ferma les yeux afin de mieux profiter de ce moment. Lorsqu’il posa ses mains dans son dos, un grand frisson parcouru la totalité de son corps en moins d’une seconde. Le corps du mutant était glacé et elle appréciait grandement cela, comme si elle serrait un véritable iceberg dans ses bras. Ce n’était pas pour rien que le jeune homme avait reçu ce surnom qui lui allait comme un gant.

Au plus grand malheur d’Erïka, tout bon moment avait une fin. Elle avait entendu le garde arriver et savait qu’à partir de ce moment précis, toute la magie de ce paysage de glace disparaitrait. Pourquoi un si beau moment devait-il prendre fin si rapidement ? Bobby fit disparaitre le château ainsi que la statue de glace, non sans un commentaire qui amusa l’adolescente. Rapidement, elle fit quelques pas, laissant glisser ses pieds jusqu’à son sac qu’elle passa immédiatement en bandoulière, attrapant le casque de moto de l’autre main. Valait mieux ne pas laisser de trace de leur passage. Elle n’avait pas envie que le garde fouille son sac et y découvre ses cartes d’identité, sans parler de l’arme à feu qu’elle dissimulait. Bien rapidement, elle alla rejoindre Bobby, prête à fuir. Ce dernier avait une solution en tête. Bien qu’il murmura à la jeune fille de s’accrocher et qu’elle l’entendit clairement, elle fut surprise d’être soudainement levée de terre et transportée telle une princesse alors que le jeune homme se déplaçait rapidement et aisément sur la glace. Elle passa ses bras autour de son cou, tenant fermement le casque d’une main. Bien qu’elle fût très légère, la russe était surprise de voir à quel point Bobby la transportait aisément. Il fallait dire que l’entrainement, ça payait bien côté force physique.

Une fois à l’extérieur, sûrs et certains que le garde ne pourra pas les poursuivre jusque-là, les deux mutants purent souffler un peu. Bobby déposa Erïka sur ses pieds et cette dernière en profita pour prendre son équilibre, repassant les derniers instants dans sa tête. Ils l’avaient échappé belle. Qui sait ce qu’aurait fait le garde s’il les avait attrapés ? Peut-être les aurait-il seulement mis à la porte où peut-être aurait-il préféré appeler la police. Ayant déjà un très mince dossier, dû à une bagarre au beau milieu de Central Park, la jeune fille n’avait pas envie d’avoir davantage d’ennuis, surtout qu’elle avait passé à peu de se faire arrêter pour possession d’armes illégales, la dernière fois…


-« Fiou... On a eu chaud. Sans mauvais jeu de mots... On ferait mieux de ne pas trainer dans le coin, il est temps de retourner à l'Institut. A moins que tu ne désires faire autre chose puisqu'on est en ville ? »

-« Je n’aime pas me balader en ville. Je préfère rentrer à l’institut. Et puis, ça me permettra de t’emprunter ce fameux CD. Un peu de variété sur mon Ipod ne fera pas de tort. »

Rejoignant rapidement la moto afin de ne pas rester dans le coin trop longtemps, l’adolescente enfila le casque avant de prendre place sur le véhicule, s’installant derrière Bobby. Elle n’avait pas envie de conduire afin de retourner à l’institut et préférait prendre la place du passager. Posant son sac sur le banc, entre le jeune homme et elle, l’adolescente s’assura d’être confortablement installée avant de passer ses bras autour de la taille du conducteur, question d’être bien accrochée, craignant de tomber en bas de la moto.

Elle laissa Bobby parcourir le chemin menant à l’institut. Observant le paysage à travers son casque, Erïka fini par fermer les yeux afin de profiter de cette balade où, cette fois, il n’y avait pas de chauffeur de taxi pour passer près de les heurter. Lorsqu’ils arrivèrent finalement à leur demeure, le soleil avait pratiquement disparu, laissant les ténèbres prendre sa place. L’adolescente retira le casque avant de descendre de la moto, posant, par la suite, l’objet sur le siège du véhicule. Maintenant qu’ils étaient arrivés à destination, que pouvaient-ils faire ? Erïka avait toute la nuit devant elle. Insomniaque, si elle ne se couchait qu’aux petites heures du matin cela ne changera rien à son existence. Et puis, il lui fera plaisir de rester éveillée aussi longtemps qu’il le fallait, tant que ce soit pour rester en si bonne compagnie.

Alors qu’elle pénétrait dans le manoir, un doute traversa l’esprit de l’adolescente : avait-elle nourrit son cochon d’inde avant de quitter l’institut ? Elle se souvint l’avoir pourchassée dans sa chambre, puis déposer dans sa cage avec une feuille de laitue. Cependant, elle ne s’était pas attendue à quitter le manoir pour la soirée. Avait-elle laissé suffisamment de nourriture ? Et si ce n’était pas la nourriture qui manquait ? Il ne restait presque plus d’eau dans l’abreuvoir du pauvre cochon d’inde lorsqu’Erïka quitta sa chambre la première fois. Valait peut-être mieux qu’elle aille vérifier.


-« Je dois passer à ma chambre. » Annonça-t-elle. Elle comptait bien le faire, peu importe ce que lui répondrait Bobby.



[J’ai déterminé qu’ils rentraient à l’institut, alors s’il y a quelque chose qui ne te convient pas dans le poste, je peux toujours le modifier.]


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Mar 27 Nov 2012 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 13 Aoû 2012 - 1:08

Bobby savait même avant la fin de sa phrase qu'Erïka rirait probablement de ce qu'il venait d'admettre. Il l'avait dit lui-même : c'était idiot. Et le rire de la russe ne faisait que le confirmer. Visiblement, l'idée même de sortir avec William paraissait difficilement croyable aux yeux de la jeune femme. Pourtant, elle ne niait pas qu'ils étaient proches, affirmant qu'ils entretenaient plutôt un lien de frère et soeur. Sans trop savoir pourquoi, Bobby se sentait comme soulagé. Ceux qui certifiaient qu'il n'existait pas réellement de relation amicale Fille/Garçon sans arrières pensées se mettaient donc le doigt dans l'oeil. Erïka qui était si distante avec tout le monde s'était finalement trouvé un ami digne de confiance qui semblait partager de bien sombres secrets avec elle. Les pires horreurs de sa vie ? Que pouvait donc avoir vécu la jeune femme pour que le fait de se faire accepter soit quelque chose d'exceptionnel ? Le passé était le passé et c'était sans doute mieux ainsi. Bobby connaissait assez peu la vie d'Erïka et il ne demandait qu'à mieux la connaitre mais il préférait connaitre sa vie actuelle et non celle qu'elle avait vécu ou subit auparavant. Non pas que son passé ne l'intéressait pas mais chacun avait ses secrets.

- J'avais dit que c'était idiot. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. Tout comme tu sembles désagréable et distante au premier abord. Ce n'est qu'une impression, la réalité est toute autre.

Trouver quelqu'un à qui il pourrait se confier sans crainte. Il avait pensé l'avoir trouvé mais il s'était lourdement trompé. Et si William trahissait un jour Erïka ? Cela serait probablement tout aussi douloureux que pour Bobby le jour où John était partit, voir plus. En fait, c'était difficilement mesurable, chacun souffrant différemment. On aurait pu croire que cela n'avait fait ni chaud ni froid à Bobby vu le peu de réaction dont il avait fait preuve mais en réalité, il était dévasté. Son seul véritable ami avait préféré tout laisser tomber, aveuglé par les discours d'un homme qui ne désirait que la guerre. Comment faire de nouveau confiance à quelqu'un ? Iceberg n'était clairement pas prêt pour ça, même si au fond, il en mourait d'envie.

Pour le moment, il préférait se concentrer sur quelque chose de concret : ses études. S'il était relativement doué en général pour les cours, il y avait bien une matière où il avait tout juste la moyenne : les langues. C'était justement le point fort d'Erïka et Bobby profita du petit cours qu'il était en train de lui faire pour lui en demander un en échange. Il ne tenait pas vraiment à être "remboursé" pour ce qu'il faisait car cela lui faisait plaisir d'apprendre à la jeune femme à piloter une moto et il trouvait agréable de passer un peu de temps en sa compagnie. Mais puisqu'elle désirait devenir professeur, Bobby sauta sur l'occasion. C'était un bon moyen pour eux de se revoir régulièrement et cela ferait également un bon entrainement à la mutante même si il n'y avait qu'un seul élève au final. Cela avait l'air de satisfaire Erïka qui accepta tout en lui offrant un sourire éblouissant. Hypnotisé par ce sourire, Iceberg resta un instant à la regarder sans rien dire, comme si le temps avait soudainement stoppé. Puis il réalisa qu'elle lui parlait et il dû faire un effort de concentration pour entendre la demande.

- Français. Je pensais m'en sortir plutôt bien mais... ce n'est pas vraiment le cas. Il faut que je rattrape ma dernière note, je compte sur toi ! *souriant légèrement d'un air taquin*

Et il pouvait également compter sur elle pour lui mettre une raclée, comme elle le disait si bien maintenant qu'ils avaient terminé l'apprentissage de la conduite, en ville, à la patinoire en train de regarder un match de Hockey. En fait, ils ne le regardaient plus vraiment, occupés à discuter boxe puisqu'ils s'étaient découvert un passe temps commun. Même si Bobby aurait préféré avoir un geste tendre à l'égard d'Erïka plutôt que de lui taper dessus, il ne reculait pas devant le défi qu'elle lui lançait. Pas question de la laisser gagner sous prétexte qu'elle était une fille. Il ne doutait pas qu'elle savait parfaitement se défendre, d'autant plus qu'elle avait l'air sûre d'elle. Le match serait sans doute très intéressant. Bien plus que celui de Hockey qui venait d'ailleurs de se finir.

- Un défi sans récompense, c'est moins drôle. Et si l'on mettait quelque chose en jeu ?

Ils n'avaient pas besoin de ça pour trouver de la motivation à se battre, ils en avaient assez. Cependant, rajouter une mise pimentait le défi. Si Bobby pouvait sembler sage et discipliné, il n'en était pas moins quelqu'un de passionné même s'il ne le montrait que rarement, voir jamais. Depuis quand laissait-il les autres le voir sous son vrai jour ? Non, ce n'était pas les autres, c'était Erïka. Il ne ressentait pas le besoin de dissimuler sa vraie nature lorsqu'elle était là. Pourquoi ? N'ayant aucune réponse qui lui traversait l'esprit, il laissa tomber. Il était temps de partir maintenant que le match était terminé.

Seulement Bobby voulait faire quelque chose pour la jeune femme, profitant qu'ils étaient à la patinoire. Se faufilant à l'intérieur, il lui modela un véritable village de glace avant de créer un chateau puis une statue de glace, clone de la russe. D'habitude, il était son seul spectateur, ne sculptant la glace que pour son propre plaisir. Mais cette fois, il était heureux de voir la jeune femme émerveillée par ce qu'il avait créé sous ses yeux. L'étreinte qu'elle lui offrit soudainement comme pour le remercier ne fit qu'accroitre le bonheur du mutant qui hésita un instant avant de la serrer à son tour dans ses bras. Il était rare que quelqu'un le touche. Alors le serrer dans ses bras... Même les filles avec qui il était sortit n'avaient jamais été très tactiles avec lui. Son corps froid rebutait la plupart des gens. Le corps humain était habituellement tiède, dégageant une douce chaleur lorsqu'on s'en approchait. Pas celui de Bobby. Pourtant Erïka n'hésita pas et ne recula pas, l'étreignant avec une tendresse des plus agréables. Bobby aurait voulu que cela ne finisse jamais, qu'elle reste ainsi près de lui. Il réalisa pourtant que le contact de ses mains ne lui était peut-être pas agréable. A peine avait-il posé les mains sur elle qu'elle avait eut un frisson suffisamment fort pour qu'il le sente lui aussi. Peut-être que la prochaine fois, il mettrait des gants...

Leur étreinte fut écourtée mais pas pour cette raison. Un second vigile avait fait son apparition, les forçant à fuir au plus vite avant de se faire prendre. Bobby n'avait pas envie d'avoir à s'expliquer et opta pour une fuite rapide en utilisant son pouvoir, glissant sur la glace tandis qu'il tenait Erïka dans ses bras. Une fois à l'extérieur, la russe reposée au sol, il attendit le verdict de cette dernière. Finalement, il était temps pour eux de rentrer à l'Institut. Ils avaient au moins pu profiter de cette sortie, courte mais au combien agréable.

Retournant à la moto, ce fut Bobby qui conduisit cette fois, comme le souhaitait Erïka. Puisqu'ils n'étaient pas pressés, Bobby ne força pas sur l'accélérateur et pilota plus calmement qu'à son habitude, ne désirant pas brusquer la jeune femme. Le trajet se passa sans encombres mais le mutant regretta qu'il ne dure pas plus longtemps. L'absence des bras de la jeune femme autour de sa taille lui manquait déjà. Rangeant la moto à sa place dans le garage, Bobby laissa le casque là où l'avait déposé Erïka. Autant qu'il reste à côté du véhicule, il était fait pour ça.

- Si jamais tu as envie de faire un tour, un de ces jours, tu n'auras qu'à me l'emprunter. Je laisse les clés dans le local, juste là.

Prêter sa moto. Ca, c'était une première. Il était le seul à la conduire normalement, n'ayant pas suffisamment confiance dans les autres pour leur permettre de la piloter. Mais puisqu'il apprenait la chose à Erïka, il fallait bien qu'elle puisse s'entrainer. C'était comme avoir le permis sans voiture, c'était un peu vexant. Les deux mutants sortirent du garage pour rejoindre le bâtiment principal. Bobby n'avait pas envie de voir la soirée se terminer mais il avait au moins l'opportunité de passer encore un peu de temps avec la russe puisqu'elle désirait lui emprunter le CD dont il lui avait parlé tout à l'heure. Alors qu'ils se dirigeaient vers les escaliers pour monter à l'étage, Erïka eut une soudaine envie de rejoindre sa chambre pour une raison obscure mais qui semblait lui tenir à coeur. N'ayant aucune objection à formuler, il se contenta de hocher la tête. La chambre de Bobby se trouvait de toute façon au bout du couloir, ils allaient donc devoir passer devant la chambre de la jeune femme avant. Plutôt que de la suivre, Iceberg s'arrêta finalement.

- Je vais faire un saut à la cuisine en passant, je te rejoins tout de suite.

Ils se séparèrent et Bobby avança jusqu'à la cuisine. Il y avait quelques élèves qui discutaient auxquels il ne prêta même pas attention. Ouvrant le frigo, il attrapa une bouteille d'eau pour en boire une bonne moitié. A force de jouer avec ses pouvoirs, il avait vidé ses batteries. Reposant la bouteille, il ouvrit le freezer et attrapa deux bâtonnets de glace à l'eau. Une parfumée à la fraise et l'autre au melon d'eau. Bobby avait peu de passe temps mais l'un d'eux constituait à faire la cuisine et plus précisemment des glaces. Grâce à son pouvoir, c'était très simple à faire et il ne se privait pas pour approvisionner tout le monde. Glaces en mains, il referma le frigo et prit la direction des chambres. Il se remémora l'emplacement de la chambre d'Erïka, avec un peu de mal, puis frappa à la porte et entra aussitôt sans attendre de réponse.

- J'ai ramené des glaces, tu en veux une ?
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 13 Aoû 2012 - 7:14

- « J'avais dit que c'était idiot. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences. Tout comme tu sembles désagréable et distante au premier abord. Ce n'est qu'une impression, la réalité est toute autre. »

-« Seulement désagréable et distante ? J’aurais bien dis agressive, insolente et têtue, en prime. » Elle laissa échapper un léger rire avant de poursuivre. « Au fond, t’es un peu comme moi. Tu gardes tes distances et reste froid avec les autres afin qu’ils n’aient pas envie de t’approcher davantage. J’ai raison ? Je ne parle pas beaucoup en temps normal, mais je sais observer. Tu n’es pas du genre à aller vers les autres. Après, tu as tes raisons de faire ça, tout comme j’ai les miennes. »

Elle ne demandait pas à Bobby de lui confier les raisons qui le poussaient à rester si distant, car elle-même ne voulait parler des siennes en retour. Bien qu’elle était curieuse, elle songeait que c’était mieux ainsi. Elle pouvait tenter de deviner ces fameuses raisons, si elle le désirait, sachant parfaitement dans quelle situation elle se trouvait. Erïka restait discrète sur elle-même, sur son passé, ne souhaitant y mêler personne. Elle avait, encore aujourd’hui, des problèmes avec certaines personnes qu’elle désirait ardemment oublier. Déjà, elle en avait parlé à Will, il savait que le danger la guettait en ville et qu’elle prenait toutes les précautions afin d’assurer sa sécurité. Elle craignait de mettre Will en danger, maintenant qu’il connaissait son histoire et décidait de la protéger autant qu’il le pouvait. Elle préférait éviter tout contact avec la ville tant qu’elle le pouvait. Ça valait mieux.

À l’institut, l’adolescente avait ce qu’il fallait pour passer le temps. Elle lisait énormément, tentait de perfectionner son apprentissage des langues et faisait de la boxe. Elle passait des journées entières à l’intérieur, passant le temps en faisant ce qu’elle adorait le plus, surtout en ces chaudes journées d’été. Elle passait son temps à l’air climatisé, les rideaux tirés, cherchant à éviter un maximum les rayons du soleil. N’ayant pratiquement rien d’autre à faire de ses journées, l’adolescente sera ravie de passer du temps avec Bobby, l’aidant avec un certain cours de langue où il avait quelques difficultés.


-« Français ? » Elle se concentra, l’espace de deux secondes afin de s’exprimer dans cette langue, non sans un petit accent. « Le plus difficile avec cette langue est la grammaire. Je te donnerais quelques trucs utiles. Par contre, je ne peux rien faire pour l’accent. »

Si elle était vraiment douée pour enseigner quelque chose, Erïka finira bien par le découvrir. Elle avait promis à Will de lui enseigner la langue russe et s’engageait, à présent, à donner des leçons de français à Bobby. Elle devra faire son possible pour être patiente, sachant que ce n’était pas sa plus grande qualité. Elle qui apprenait seule et assez rapidement devait se souvenir que ce n’était pas tout le monde qui avait la capacité d’assimiler la matière à la même vitesse. Ce sera une expérience à tenter.

Parlant de choses à tenter, l’adolescente proposa à Bobby un combat amical où ils pourront s’affronter à la boxe, sport qu’ils pratiquaient tout deux. Maintenant qu’elle était à la patinoire, devant un match de hockey, la jeune fille ne pouvait proposer de faire ce combat en ce moment même. Si cela lui tentait toujours, elle pourrait en faire la proposition au jeune homme une fois de retour à l’institut. Confiante, elle était certaine d’avoir toutes ses chances de remporter le combat. Elle n’avait pas peur de frapper et si Bobby hésitait à porter un coup, peu importe la raison, elle pourra en profiter pour attaquer. Elle ne comptait pas lui faire de mal, mais il fallait tout de même s’attendre à recevoir quelques coups plus ou moins douloureux.


- « Un défi sans récompense, c'est moins drôle. Et si l'on mettait quelque chose en jeu ? »

-« Qu’est-ce que tu proposes ? Je n’ai pas vraiment d’idées, à moins que… Et si le perdant payait le resto au gagnant ? »

Erïka n’avait pas vraiment d’idée de récompense, mais cette proposition de pari lui plaisait bien. Cela la motivera davantage au combat. Ravie de l’idée, elle ne pensait plus du tout au match se déroulant sous ses yeux, profitant plutôt de la présence de Bobby. Le temps défila alors à la vitesse de la lumière, à son plus grand malheur.
Heureusement, la soirée n’était pas terminée et le jeune homme avait plus d’un tour dans son sac. Il entraina la russe sur la patinoire, alors qu’il n’y avait plus personne pour les observer. Créant un village, puis un château de glace, le mutant de glace émerveillait Erïka avec ses magnifiques créations. Elle fut d’autant plus touchée par la sculpture de glace à son effigie qu’il créa avec grande précision. Jamais elle n’avait vu cela auparavant. Touchée par ce geste, ne trouvant pas les mots, elle étreignit Bobby. Elle n’était pas du genre à aimer les contacts humains, mais sa seule envie, depuis qu’elle avait débuté les leçons de moto, était de le serrer dans ses bras. Ce n’était pas seulement parce que son corps glacé contre le sien créait d’agréables frissons se propageant à travers son propre corps. Peu à peu, certaines questions se formèrent dans son esprit, mais elle les chassa bien rapidement. Elle désirait profiter du moment présent, rien plus.

Comme toute bonne chose avait une fin, un gardien de sécurité vint interrompre ce merveilleux moment. Il était temps pour les adolescents de quitter la patinoire, et ce, à grande vitesse. Erïka eut tout juste le temps d’attraper ses affaires avant que Bobby ne l’attrape et la soulève de terre, la transportant dans ses bras jusqu’à ce qu’ils soient sains et saufs à l’extérieur. De nouveau sous la chaleur étouffante d’une fin de soirée caniculaire, l’adolescente ne souhaitait plus qu’une seule chose : retrouver l’air climatisé de l’institut. Elle affirma vouloir retrouver le manoir, ce qui ne dérangea pas Bobby qui enfourcha sa moto, près à démarrer. Erïka, quant à elle, était assise derrière lui, les bras passés autour de sa taille, craignant de chuter. La ballade fut très calme, mais également courte. La jeune fille aurait pu rester bien longtemps contre Bobby, appréciant ce contact avec son corps. Elle regrettait que l’étreinte ce soit terminée si tôt.

Une fois à l’institut, Erïka quitta la moto et déposa son casque sur le siège. Elle était ravie de cette balade de courte durée et comptait bien faire en sorte de faire de longs trajets lors de son prochain cours. Pour l’instant, il était temps de retrouver la fraicheur de l’institut. Le soleil se couchait lentement, laissant place à une chaude nuit d’été. Par contre, cela ne signifiait pas la fin de ce moment que partageaient les adolescents. S’il le fallait, la jeune fille pouvait passée la nuit éveillée, relayant le sommeil au second rang de ses priorités pour aujourd’hui.


- « Si jamais tu as envie de faire un tour, un de ces jours, tu n'auras qu'à me l'emprunter. Je laisse les clés dans le local, juste là. »

-« C’est gentil… mais si tu n’es pas là je ne vois pas l’intérêt de te l’emprunter. »

À moins de faire face à une situation urgente où elle devait absolument obtenir un moyen de transport afin de quitter l’institut, l’adolescente ne voyait aucun autre moment où elle pourrait vouloir utiliser la moto de Bobby. Elle était ravie qu’il lui fasse suffisamment confiance pour lui permettre d’emprunter son précieux véhicule et ne comptait pas le trahir. Cependant, bien qu’elle ne se gênera jamais pour conduire si l’envie lui en prenait, elle désirait avoir le jeune homme à ses côtés. Ce n’était pas nécessairement pour avoir droit à des cours, des conseils, mais pour pouvoir profiter de sa présence. Elle avait passé une superbe soirée en sa compagnie et souhaitait que cela se reproduise.

Retrouvant les couloirs de l’institut, Erïka profita grandement de l’air frais régnant dans tout le manoir. Perdue dans ses pensées, la jeune fille songea soudainement à son cochon d’inde, réalisant qu’il n’avait plus d’eau dans sa cage et qu’elle avait oublié de lui remplir son abreuvoir avant son départ. Tenant à passer à sa chambre en premier lieu, elle ne laissait pas vraiment le choix à Bobby de la suivre. Cependant, le jeune homme annonça qu’il désirait faire un tour à la cuisine avant d’aller la rejoindre. Ils se séparèrent alors. La jeune fille monta rapidement le grand escalier afin de se rendre au couloir où était située sa chambre. Lorsqu’il y entra, elle appuya sur l’interrupteur, éclairant ainsi la pièce, et referma la porte derrière elle.

Jetant son sac sur son lit, la mutante s’approcha de la cage de sa petite Istina pour constater qu’il n’y avait plus d’eau ni de nourriture. S’occupant, en premier lieu, de remplir son abreuvoir avec de l’eau fraiche, la jeune fille ouvrit par la suite la cage afin d’en sortir l’animal. Le callant confortablement dans ses bras, elle lui caressa la tête du bout des doigts en souriant. Quelle mignonne petite bête… Erïka la déposa sur son lit le temps de se changer. Elle avait eu terriblement chaud aujourd’hui et ne pouvait plus supporter le débardeur plein de sueur qu’elle portait. Elle le retira et le jeta à ses pieds avant de fouiller sa commode pour en trouver un autre. Attrapant un débardeur bleu, elle referma le tiroir de sa commode. Puis, alors qu’elle s’apprêtait à se revêtir, elle aperçut son cochon d’inde avancer rapidement vers un coin de la pièce. Pourtant, elle l’avait bien posée sur le lit… Il semblerait qu’elle ait glissé et tomber sur un oreiller reposant sur le sol. Oubliant son vêtement, l’adolescente se lança à la poursuite du fugitif, bien décidée à ne pas le laisser se cacher sous l’une des commodes de la pièce, comme il le faisait si souvent. Cependant, il était trop tard. Erïka se coucha à plat ventre sur le sol, étirant le bras afin d’atteindre la boule de poil s’étant réfugiée sous sa bibliothèque. Elle avait l’air ridicule et ne songea pas une seule seconde au fait que Bobby devait la rejoindre d’ici quelques instants. D’ailleurs, des coups retentirent contre la porte, puis cette dernière s’ouvrit. En entrant, le mutant proposa une glace à Erïka. Il devait être sacrément surpris de la retrouvée couchée sur le sol, en soutien-gorge, tentant d’attraper un cochon d’inde fugitif.


-« Je suis un peu occupée là… Tu devrais fermer la porte. » Fit-elle, concentrée sur sa tâche actuelle.

Puis, ses doigts se refermèrent sur la petite créature couinant sans retenue. Erïka la sortie de sa cachette avant de se redresser pour mieux la tenir dans ses bras. Se levant, elle retira la poussière couvrant le pelage d’Istina. Il lui fallut quelque secondes afin de réaliser qu’elle n’était pas très couverte. Levant les yeux vers Bobby, puis les reposant sur son cochon d’inde, Erïka ne tarda pas à poser de nouveau la bête sur son lit, attrapant rapidement son débardeur bleu qu’elle enfila à la vitesse de l’éclair. Ses joues étaient rosies par une soudaine gêne, ce qui contrastait avec son teint pâle.


-« C’est… c’est une petite fugitive. Elle passe son temps à se cacher un peu partout. Je déteste lorsqu’elle fait ça. » Elle ne tarda pas à prendre Istina afin de la déposer dans sa cage, n’oubliant pas de lui donner quelques feuilles de laitue qu’elle conservait dans un petit plat. « Tu disais que tu avais des glaces ? » Fit-elle afin de changer de sujet.

Attrapant l’une des glaces que lui tendait Bobby, la jeune fille jeta un dernier coup d’œil à sa chambre afin de s’assurer qu’elle pouvait la quitter sans problème, surveillant tout particulièrement la cage posée sur son bureau du travail. Vu qu’elle s’était assuré que cette dernière était bien refermée, il n’y aura aucun problème. Se tourna vers le mutant, elle était prête à rejoindre sa chambre afin d’emprunter ce fameux CD dont ils avaient parlé un peu plus tôt. Erïka appréciait grandement la musique, possédant elle-même quelques disques que l’on ne pouvait pas retrouver dans n’importe quel disquaire, les commandants principalement sur internet. Il trônait fièrement sur sa bibliothèque pratiquement remplie de romans, dictionnaires et DVDs en tout genre. Elle avait de quoi s’occuper longtemps avec tout cela.


-« Prêt à y aller ? » Demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 13 Aoû 2012 - 15:32

Erïka ne manqua pas de se rajouter quelques défauts en plus de ceux évoqués par Bobby. Il n'avait fait que donner un exemple de ce qu'elle semblait être lorsqu'on l'abordait pour la première fois, ce qui n'était qu'une façade même si la jeune femme avait un caractère bien trempé. Il ne la connaissait pas suffisamment pour affirmer qu'elle était l'inverse ou pour lui faire une liste des multiples qualités qu'elle possédait mais à quoi bon de toute façon ? L'important était qu'elle soit honnête envers elle même, peu importe les autres. Au moins, elle n'avait pas mal prit sa remarque. Mais Bobby ne s'attendait pas à ce qu'elle lui retourne le "compliment". Elle n'avait pas tort dans les grandes lignes. Mais son attitude n'était pas uniquement liée à sa seule volonté. Le pouvoir du mutant influençait son caractère, tout comme cela semblait l'être également pour John. Peut-être que ceux qui étaient liés aux éléments dépendaient davantage de ceux ci. Il n'en savait rien mais en dehors de ça, il ne cherchait effectivement pas à se lier d'amitié avec les autres.

- Reste à prouver que ce sont des défauts. *avec un clien d'oeil amusé* Tu n'as pas tort. Je ne le fais pas forcément exprès mais... ce n'est pas plus mal. Je n'ai aucunement besoin d'être populaire ou d'avoir des dizaines d'amis, je préfère ma tranquilité. Mais je dois reconnaitre que certaines compagnies sont appréciables. Peut-être qu'on est pareils de ce point de vue là, oui, mais ça ne nous empêche pas de bien nous entendre.

Quelque chose dans la phrase d'Erïka interpela néanmoins Bobby. Elle avait ses raisons d'agir comme ça ? Pourquoi ? Quelles étaient elles ? On ne portait pas un masque pour rien, c'était certain mais cela aiguisait la curiosité d'Iceberg. Etait-ce la défection de John qui l'avait marqué ? Non, elle était déjà comme ça bien avant, il y avait donc une autre raison. Le mutant arrêta bien vite de chercher des raisons. Il savait qu'il ne risquait pas de deviner et puis, qu'est-ce que cela changeait au final ? Elle était agréable avec lui, pourquoi chercher plus loin ? Il avait la chance de la voir sous un jour différent alors il était inutile de gacher tout cela en essayant de creuser un sujet sensible.

Plutôt que de parler de leur passé, les mutants évoquèrent leur avenir. Erïka, en plus de vouloir devenir une x-men comme Bobby, désirait devenir professeur de langues. Cela tombait bien pour le mutant de glace qui avait quelques lacunes dans ces matières. Puisqu'il lui apprenait à piloter une moto, il en profita pour lui demander des cours de français en échange. Elle accepta, dévoilant une partie de ce qu'elle savait faire en s'exprimant dans cette langue. Bobby comprit le principal même si quelques mots lui avaient échappé.

- Peu importe l'accent. Sur une feuille de papier, ça ne s'entend pas. Et puis, avec un peu de pratique, ça devrait aller mieux. Merci professeur, je ferai de mon mieux.

Au moins, il était certain de faire des progrès grâce à elle. Et à défaut, cela lui permettrait de passer un peu plus de temps en sa compagnie, comme avant. Pour que cette heure d'apprentissage de conduite ne se termine pas sur un goût d'inachevé, Bobby proposa une sortie en ville qu'Erïka accepta sans toutefois une réelle motivation. Se rendant par la même occasion à un match de Hockey, les deux mutants ne profitèrent pourtant pas beaucoup du spectacle, occupés à parler boxe. Bobby avait rarement eu un adversaire pour s'entrainer et avait dû se contenter d'un sac de frappe. Il ignorait donc ses capacités de combat face à un combattant réel... qui rendait les coups. Si le mutant savait où viser et comment se tenir, il ne savait pas vraiment comment anticiper les gestes de l'autre. C'était l'occasion de voir ce qu'il valait. Cela ne pouvait pas lui faire de mal, même si il se doutait bien que la russe ne ferait pas semblant. Au pire, même s'il repartait avec des bleus ou des contusions, ce n'était jamais que temporaire. Au moins, il se serait perfectionné un peu et... gagnerait peut-être un repas au restaurant gratuit. C'était l'enjeu de ce combat. Le gagnant se verrait offrir un repas par le vaincu. C'était un bon deal et Bobby ne chercha donc pas d'autres propositions, celle ci lui convenait.

- Ca me va. Même si j'aime bien cuisiner, un bon repas au restaurant me tente bien. J'espère que tu as mis des économies de côté. *avec un léger sourire en coin*

Ce n'était qu'une petite provocation pour l'inciter à ne pas faire les choses à moitié. Certes, c'était un combat amical mais pourquoi faire semblant ? Même s'ils se faisaient mal, ce n'était pas dans le but de frapper l'autre juste pour le plaisir. En tout cas, pas du point de vue de Bobby. Malgré son air détaché, il n'était pas insensible à l'esprit de compétition et le fait qu'Erïka soit une fille ne changeait rien. Même s'il aurait pu la laisser gagner pour lui faire plaisir, il se doutait qu'elle ne serait pas dupe et lui reprocherait de ne pas s'être donné à fond.

Malgré la fin du match, les mutants retournèrent au niveau de la patinoire sans vraiment y être autorisés. Mais Bobby voulait profiter de la fraicheur du bâtiment le plus longtemps possible et ensuite, la surface de glace déjà présente lui permettait d'utiliser ses pouvoirs sans trop avoir à forcer. Ainsi, il avait pu offrir à Erïka un village, un chateau et même une statue de glace. L'attention sembla la toucher car elle se retrouva à court de mots et étreignit le mutant en guise de remerciement. Bobby n'aurait pu rêver mieux et profita de l'étreinte pour serrer la jeune femme dans ses bras, mais ce ne fut que de courte durée. L'arrivée d'un vigile força les deux jeunes gens à prendre la poudre d'escampette, veillant à ne pas laisser de traces de leur passage. Une fois dehors, ils optèrent pour un retour à l'Institut, conduits cette fois par le propriétaire de la moto. Moto que celui ci proposa à Erika d'emprunter si elle le désirait. Elle allait bientôt savoir conduire une moto sans avoir besoin d'un guide, autant qu'elle en profite. Elle refusa pourtant, préférant n'en faire qu'en sa présence. Doutait-elle de ses capacités ?

- Mais quand tu sauras eu tous les cours que je te prévois, tu n'auras plus besoin de moi. Cela dit, si jamais tu as envie de faire un tour à un moment ou à un autre, tu n'auras qu'à me demander. Je viendrais admirer tes progrès.

Le retour à la case départ aurait pu marquer la fin de la journée et donc leur séparation mais ni l'un ni l'autre ne semblait vouloir que cela s'arrête maintenant. Erïka évoqua le CD qu'elle voulait emprunter à Bobby avant de subitement vouloir se rendre à sa propre chambre pour une raison inconnue. Sans chercher plus loin, Bobby acquiesça mais fit une halte à la cuisine avant de rejoindre la chambre de la russe, toquant à la porte avant d'entrer sans attendre.

C'est après avoir vu le spectacle sous ses yeux qu'il réalisa qu'il aurait peut-être dû attendre l'autorisation. Allongée sur le sol, à demie vêtue, la jeune femme semblait vouloir attraper quelque chose qui se situait sous un meuble. Bobby resta à l'observer avec des yeux ronds, sans bouger. Même s'il se demandait ce qu'elle faisait, ce n'était pas vraiment sur le pourquoi du comment qu'il faisait un blocage. Le fait qu'elle ne porte plus son débardeur suffisait à le perturber. Ce n'est que lorsqu'elle prit la parole qu'il redescendit sur terre.

*La porte... Pourquoi elle me parle de la porte ?*

Il ne comprit pas instantanément de quoi elle lui parlait et il lui fallut quelques secondes pour réaliser. Il était entré mais n'avait pas prit la peine de fermer la porte, interrompu par le spectacle se déroulant sous ses yeux. Puis il tilta, détournant le regard pour le poser sur la porte.

- Ah ! Oui ! La porte.. Bien sûr...

Aussitôt, il la ferma rapidement puis se tourna de nouveau vers Erïka, non sans un peu d'appréhension, avant de constater qu'elle tenait quelque chose dans les bras. Ce n'était pas vraiment ce qu'il avait remarqué en premier mais les couinements que poussait l'animal attirèrent l'attention du mutant ailleurs que sur les formes de la russe. Elle dû le remarquer car aussitôt, elle déposa l'animal sur son lit pour enfiler en vitesse son débardeur, le rouge aux joues. Bobby ne disait rien. Quoi dire sans passer pour un pervers ? Impossible de faire comme s'il n'avait rien vu. Il était difficile de feindre l'indifférence car cela se voyait au visage du mutant qu'il était tout aussi gêné qu'elle par ce qu'il avait vu. Non que la vue était déplaisante, au contraire, mais il aurait été malvenu de faire un commentaire à ce sujet. Cela n'aurait fait que la mettre encore plus mal à l'aise, tout comme pour Iceberg. Pourquoi rougissait-il d'ailleurs ? Il avait déjà vu des filles complétement nues et n'avait jamais vraiment éprouvé de gêne. De plus, Erïka n'était pas nue, elle était simplement en soutien-gorge. Pourtant Bobby se sentait gêné sans trop savoir pourquoi. Erïka reprit la parole, expliquant ce qu'elle faisait ainsi, allongée sur le sol, comme pour faire comme si de rien n'était.

- Je comprend mieux pourquoi tu voulais passer à ta chambre. J'ignorais que tu avais un animal de compagnie. Et comment se nomme notre petite fugitive ?

Bobby tendit les deux glaces à Erïka qui en parlait soudainement comme pour changer de sujet, la laissant choisir celle qu'elle préférait, se contentant de la restante. Une fois son choix fait, le mutant croqua un morceau de la glace, la laissant fondre dans sa bouche tout en observant la petite bête qui se trouvait désormais dans sa cage. Il se pencha légèrement pour la regarder mais ne tenta pas de la toucher ou de l'approcher. Il savait que les animaux n'appréciaient pas forcément le froid et il ne tenait pas à faire du mal à la petite créature.
Après quelques secondes d'observation, il s'en détourna et remarqua l'imposante bibliothèque que possédait la russe. Il y avait de quoi faire. D'un rapide coup d'oeil, il regarda les tranches des divers DVDs qu'elle possédait. Il y en avait certains qu'il n'avait pas vu et il était bien tenté d'en regarder un.

- Ca t'ennuie si je t'emprunte un film ? J'ai épuisé tous les miens déjà et j'étais tombé à cours d'idées. J'en prendrais soin et puis au pire, je peux toujours le regarder ce soir, comme ça tu le récupéreras dès demain. Enfin, allons déjà chercher ce fameux CD !

Grignotant sa glace, il hocha la tête lorsque la jeune femme lui demanda s'il était prêt. Rouvrant la porte, il laissa la jeune femme passer en premier puis sortit à son tour et referma derrière lui. Sa chambre se situait un peu plus loin, au bout du couloir. Une fois devant la porte, il l'ouvrit, alluma la lumière et se dirigea vers son lit. Sa chambre était spacieuse puisqu'elle était prévue pour deux personnes. A la base, il la partageait avec John mais depuis que celui ci était partit, la place supplémentaire était restée inoccupée. Ce n'était pas pour déplaire à Bobby qui préférait rester seul en général. Tout était rangé, en ordre. Même les livres présents sur le bureau étaient parfaitement allignés.
Le mutant poussa sa combinaison de mécanicien du bout du pied et se pencha pour extirper une boite en plastique assez grande de sous son lit. Il s'assit ensuite dessus et déposa la boite à côté, sur le matelas. Ouvrant le couvercle, il dévoila une multitude de CDs aux artistes divers et variés, dissimulés par quelques partitions de musique qu'Iceberg mit de côté pour pouvoir chercher le CD promis. Il ne tarda pas à le localiser puisque tout était rangé par ordre alphabétique et il le tendit ensuite à la jeune femme.

- Le voilà. Si il te plait, tu peux le garder.


[J'ai arrêté là car ça commençait à faire long mais si tu veux que je poursuive, tu n'auras qu'à me le dire !]
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 13 Aoû 2012 - 19:12

Erïka était bien consciente de ses défauts. Elle adoptait une attitude glaciale avec tout le monde et était si désagréable dans le but de les faire disparaitre de sa vue. Ainsi, elle pouvait toujours profiter de sa solitude, même si c’était difficile, parfois. Le départ du John avait laissé un petit vide en elle. Il lui manquait quelque chose à l’institut. Même si elle était bien peu expressive et ne le démontrait pas, la présence de John et Bobby auprès d’elle lui permettait de se sentir moins seule, ce dont elle avait terriblement besoin à certains moments. Elle avait eu de la chance de rencontrer Will, tout à fait par hasard. Il lui avait permis de se sortir de la solitude et de s’ouvrir un peu plus aux autres. Qu’aurait-elle fait sans lui ?
Bobby affirma qu’il restait à déterminer que ce qu’elle prenait pour des défauts en étaient réellement. Pourtant, l’adolescente ne voyait pas ce que cela pouvait être d’autre. Bien qu’elle eut toujours des tendances impulsives et légèrement agressive, elle avait appris à devenir indifférente pour une très bonne raison. En fait, cette indifférence lui était venue tout naturellement et elle l’adopta en permanence, ne laissant plus naitre un seul sourire sur ses lèvres. Cependant, le jeune homme ne faisait pas nécessairement exprès d’être froid et distant. Il lui expliqua qu’elle n’avait pas totalement tort, qu’il n’avait pas besoin d’être entouré de dizaines de personnes pour se sentir bien. Parfois, la présence d’une seule personne pouvait être bien plus agréable que celle d’un grand cercle d’amis réunis.

Délaissant le sujet afin de parler de langues, les deux mutants s’entendaient pour se donner des cours. Alors que Bobby donnera des cours de conduite à Erïka, cette dernière lui donnera quelques cours de français. Elle était plutôt douée et cela ne lui posera aucun problème de l’aider en la matière. Cependant, il n’avait pas choisis d’apprendre la langue la plus simple, surtout au niveau écrit. L’important était qu’il réussisse ses examens, rien de plus.


- « Peu importe l'accent. Sur une feuille de papier, ça ne s'entend pas. Et puis, avec un peu de pratique, ça devrait aller mieux. Merci professeur, je ferai de mon mieux. »

-« Après quelques leçons, tu auras probablement la meilleure note de la classe, j’en doute pas. »

Professeur. Ce mot semblait si étrange aux oreilles d’Erïka. Elle n’avait pas l’habitude qu’on l’appelle ainsi, mais il faudra qu’il s’y fasse. Professeur Davidoff. Elle espérait se montrer à la hauteur de ce titre et découvrira bientôt si elle était douée ou non pour enseigner à une autre personne. Après tout, le test de Bobby approchait à grands pas et ils devront se revoir très bientôt s’ils désiraient avoir le temps de s’exercer sur la matière qui sera présentée dans ce contrôle.

Elle réfléchira davantage à tout cela plus tard. Pour l’instant, le temps était à la conduite. Bobby lui donnait l’occasion de pratiquer sur le terrain, c’est–à-dire en ville. Espérant que tout se passe bien, l’adolescente avait fait de son mieux afin de ne pas avoir d’accident. C’était plutôt réussi, si on oubliait quelques petits incidents. Erïka était plutôt fière d’elle, mais refusa de conduire afin de retourner à l’institut. Cependant, l’heure n’était pas à la conduite, mais plutôt au hockey. N’étant pas très expressive, la jeune fille observait le match d’un œil neutre jusqu’à ce que Bobby décide d’entamer la conversation. Aussitôt, elle s’anima un peu plus et discuta de boxe avec le jeune homme. Ils avaient décidé de faire un combat amical, un jour, et le mutant proposa d’y ajouter une récompense pour le gagnant, question de pimenter le défi. Cette idée plaisait énormément à l’adolescente qui suggéra que le perdant paie un repas au restaurant au gagnant.


- « Ça me va. Même si j'aime bien cuisiner, un bon repas au restaurant me tente bien. J'espère que tu as mis des économies de côté. »

-« Ce n’est pas la peine, car c’est moi qui vais gagner » Fit-elle, optimiste.

Le gagnant restait à déterminer durant le combat. Ni l’un ni l’autre ne connaissait la force et la dextérité de son adversaire, ce qui fera une bonne surprise une fois le combat amorcé. Erïka croyait grandement en ses propres capacités et désirait voir les choses positivement. Elle s’entrainait beaucoup et supposait que cela lui donnera un certain avantage. Elle ne pouvait pas imaginer perdre ce combat. En fait, il lui était impossible d’affronter une personne sans être convaincue qu’elle avait toutes ses chances de remporter la victoire. Elle mettra alors toutes ses forces afin de gagner ce fameux repas…

Le match se poursuivit mais se termina bien rapidement. Les gens présents quittèrent l’aréna bien rapidement, laissant l’occasion aux mutants d’aller s’amuser sur la patinoire, malgré le fait que c’était interdit. Ils eurent le temps de profiter de magnifiques sculptures de glace créées par Bobby avant qu’un vigile n’arrive au pas de course, bien décidé à les attraper. Heureusement, cela n’arrivera pas et les deux mutants retournèrent à l’institut avant que quelqu’un ne mette la main sur eux. La balade fut courte, mais fort agréable. Autant Erïka avait envie de mourir à cause de la chaleur et de l’humidité, autant elle se sentait merveilleusement bien, collée contre le conducteur de la moto dont le corps avait l’effet d’un glaçon sur sa peau. Une fois à l’institut, Bobby gara la voiture dans le garage. Il offrait à l’adolescente l’opportunité de conduire sa moto lorsqu’elle le désirait, question de se pratiquer un peu lorsqu’elle aura terminé ses cours. Cette dernière fit un sous-entendu en lui répondant que si elle conduisait la moto, elle aimerait pouvoir profiter de sa présence également. Bien sûr, elle ne crachera jamais sur cette belle offre et pourra toujours faire une balade autour de l’institut lorsque son moral était à son plus bas. Que ce soit seule ou bien avec lui, ces promenades allaient être des plus agréables, elle le sentait.

Une fois à l’intérieur de l’institut, Bobby se rendit à la cuisine tandis qu’Erïka montait à sa chambre. Elle donna de l’eau à son cochon d’inde, l’extirpant de sa cage afin de lui donner un peu d’attention. Puis, elle déposa la petite bête au centre de son lit le temps de se changer. Elle avait terriblement chaud et profitait des quelques minutes qu’elle avait devant elle avant le retour de Bobby. Cependant, elle n’avait pas prévu que son animal de compagnie décide de fuir, se cachant sous sa bibliothèque. Ne portant plus qu’un soutien-gorge, la jeune fille laissa tomber son débardeur afin de se coucher au sol, à plat ventre, tentant désespérément d’attraper la petite bête.

Ce que la mutante n’avait pas prévu était que Bobby entre soudainement dans sa chambre, tout de suite après avoir porté quelques coups à la porte. Il la retrouvait dans une position si ridicule, à moitié nue… la jeune fille sentit instantanément le rouge lui monter aux joues alors qu’elle mettait la main sur Istina, la faisant glisser hors de sa cachette. Effrayée, la petite boule de poil poussait des couinements alors qu’Erïka retirait la poussière accrochée à son pelage. Croisant le regard de Bobby et réalisant soudainement qu’il avait une très jolie vue sur son corps, l’adolescente posa son animal sur le lit le temps d’enfiler son débardeur. Elle était consciente d’avoir une très belle apparence, un magnifique corps, mais ce n’était pas une raison pour le montrer à tout le monde. Au moins, il y avait quelqu’un qui avait bien trouvé un point positif à la fuite d’un cochon d’inde. Déposant Istina dans sa cage, la jeune fille lui donna des feuilles de laitue avant de se tourner vers Bobby.


- « Je comprends mieux pourquoi tu voulais passer à ta chambre. J'ignorais que tu avais un animal de compagnie. Et comment se nomme notre petite fugitive ? »

-« Istina. Ça signifie « Vérité » en russe. Elle passe son temps à se sauver ces temps-ci. À croire qu’elle aime bien ma bibliothèque. »

S’emparant de l’une des glaces que lui tendait Bobby, elle n’attendit pas pour y gouter, observant son cochon d’inde s’abreuver puis se jeter sur son repas. Le mutant s’approcha de la cage afin d’observer davantage la petite Istina. Elle craignait les étrangers et n’était pas étonnée de l’entendre couiner de nouveau, pas du tout rassurée. Avec le temps, elle finissait toujours par s’habituer à la présence de ceux qu’elle voyait régulièrement. Cependant, même si elle finissait par ne plus être effrayée par Bobby, elle ne supportera jamais qu’il la prenne dans ses bras à cause de la température corporelle qu’il dégageait. Ces petits bêtes n’étaient pas faites pour apprécier les basses températures.

- « Ça t'ennuie si je t'emprunte un film ? J'ai épuisé tous les miens déjà et j'étais tombé à cours d'idées. J'en prendrais soin et puis au pire, je peux toujours le regarder ce soir, comme ça tu le récupéreras dès demain. Enfin, allons déjà chercher ce fameux CD ! »


-« Prend ceux que tu veux, je les ai pratiquement tous vus. J’ai un peu de tout sauf des comédies romantiques. Je préfère les films d’horreur. La moitié d’entre eux s’écoutent avec la langue originale et les sous-titres. J’ai des séries télés si tu préfères. »

Erïka adorait les films étrangers. Le cinéma américain devenait redondant et elle ne trouvait plus son compte dans les productions projetées au grand écran. Elle préférait ces petits films dont l’on entendait peu parler, mais qui étaient de véritables perles capables de la faire fondre en larme. La majorité du temps il s’agissait d’œuvres provenant de d’autres pays, en particulier la Russie. Elle n’avait nullement besoin de sous-titre pour comprendre ce qui se disait en sa langue natale.
Laissant à Bobby le temps de choisir ce qu’il désirait écouter, l’adolescente grignotait sa glace, ravie de manger quelque chose. Elle n’avait pratiquement rien avalé de la journée et avec leur sortie elle avait complétement oublié de manger. Cette simple glace ne suffira pas à combler son appétit et la jeune fille songeait à passer prendre quelque chose à la cuisine, un peu plus tard.

Quittant finalement la chambre de l’adolescente, les mutants traversèrent le couloir afin d’atteindre cette de Bobby. Tout comme dans la pièce d’Erïka, il y avait un second lit non occupé. À croire qu’ils étaient faits pour n’avoir personne dans leur chambre. La seule fois que l’adolescente eut une colocataire, ce fut Amy qui ne resta que le temps d’une nuit, à la demande d’Emma Frost qui tentait visiblement de trouver quelqu’un avec qui la russe pourrait bien s’entendre. Son plan avait bien fonctionné, au final.


-« Je ne suis pas la seule à avoir une chambre à moi. Il y avait quelqu’un, avant ? »

Bobby sorti une boite dissimulée sous son lit avant de la poser près de l’adolescente qui ne s’était pas gênée pour prendre place sur le matelas. Elle observa les nombreux CDs que possédait le jeune homme, cherchant des artistes qu’elle connaissait. Puis, il sorti l’album dans il lui avait parlé avant de lui tendre. S’emparant du boitier, l’adolescente l’observa attentivement, lisant le titre des chansons à l’endos.

-« Le voilà. Si il te plait, tu peux le garder. »

-« Le garder ? Eh bien… Merci » Fit-elle avec le sourire.

Elle ne remerciait pas souvent les gens, mais lorsqu’elle le faisait, elle exprimait par ce mot toute sa gratitude. Elle était ravie de recevoir ce présent et comptait bien écouter l’album ce soir, avant de s’endormir. Le déposant à côté d’elle, la jeune fille observa la collection de Bobby, observant chaque album dont le titre défilait sous ses yeux. L’un d’entre eux attira son attention et elle s’en empara afin d’en observer la couverture.


-« Toi aussi tu écoutes du rap ? » Demanda-t-elle avant de lui montrer l’album. « J’ai exactement le même. Je préfère surtout le rap français provenant d’artistes moins connus. »

Terminant sa glace, la jeune fille trouva une poubelle pour y jeter l’emballage. En passant près du bureau du jeune homme, elle attrapa un livre dont elle lut la couverture. Puis, une fois cela fait, elle le reposa sur la pile. Elle se jeta sur le lit, et s’installa confortablement, couchée sur le dos. Elle observait le plafond. Elle avait moins chaud et profitait de la fraicheur de la pièce au maximum. Puis, se redressant sur ses coudes, elle fit une proposition à Bobby.

-« Si tu as toujours envie de le regarder ce soir, on pourrait le regarder ensemble, ce film. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Lun 13 Aoû 2012 - 22:27

Bobby trouvait qu'il y avait du bon en chaque personne même si parfois, il fallait creuser longuement avant de trouver une parcelle de bonté. Tout le monde ne le démontrait pas de la même façon, chacun ayant une vision bien à lui des choses et du comportement à adopter en conséquence. Erïka elle avait adopté une barrière autour d'elle et elle savait se montrer désagréable en toutes circonstances si il le fallait. Le mutant de glace n'avait cependant pas vraiment pu avoir un réel aperçu de ce côté de la russe puisqu'elle avait toujours ou presque eu un caractère neutre voir agréable avec lui. Lorsqu'ils formaient un petit groupe d'amis, personne ne s'était jamais plaint de son comportement mis à part Pyro qui s'amusait à la provoquer à longueur de temps. Malgré tout, on ne pouvait pas dire qu'elle était bourrée de défauts. Tout le monde en avait, tout comme les qualités. Et Bobby ne trouvait pas que ceux dont elle s'était affublé étaient si gênants que cela. Il se garda cependant de préciser sa pensée, ne désirant pas qu'elle croit qu'il pensait pouvoir l'analyser en détails alors qu'il ne la connaissait pas si bien que ça au final. Le peu qu'il en savait sur elle lui suffisait à affirmer qu'elle faisait partie des rares personnes qu'il appréciait.

Ce n'était pas pour rien qu'il avait accepté la demande de la russe, désirant apprendre à conduire une moto. Il aurait s'agit d'une autre personne, sans doute aurait-il refusé, prétextant un manque de temps ou une autre raison du genre. Sa moto faisait partie de ses biens les plus précieux, voir le plus précieux, et il ne voulait pas que n'importe qui l'utilise. Mais puisque c'était Erïka et qu'en plus il était là, il n'était pas contre. Elle non plus n'était pas contre lui donner quelques cours de français en échange afin de permettre au mutant de voir ses notes remonter dans cette matière. Les langues étrangères n'étaient pas ce dont il avait le plus besoin pour son avenir mais c'était toujours ça de pris en plus. Puisque la jeune femme désirait devenir professeur dans le futur, c'était un bon entrainement pour eux deux. Il ne restait plus qu'à voir si ils étaient en mesure de pouvoir se supporter.

- Je n'en suis pas si sûr mais j'essaierais de te faire honneur.

L'apprentissage de la moto les avait conduit en ville. Ils s'étaient arrêtés pour assister à un match de Hockey qu'ils ne regardèrent au final presque pas, trop absorbés par leur discussion. A l'instar des hommes en train de se battre sur la glace, Erïka proposait à Bobby un combat de boxe que celui ci accepta. Se battre contre un véritable adversaire était une bonne occasion de s'améliorer. Mais il y avait une donnée inconnue pour chacun des deux mutants. Tous deux ignoraient ce que valait l'autre en combat singulier, ne s'étant encore jamais affrontés. Bobby n'avait aucune prétention mais pensait avoir un niveau correct contrairement à Erïka qui était certaine de l'emporter. Bobby ne comptait pas se laisser faire et ajouta un récompense pour celui ou celle qui remporterait le défi, ne manquant pas d'ajouter une petite provocation pour faire réagir la russe.

- Que le meilleur gagne alors. On fera ça quand tu le désireras.

Car pour l'heure, ce n'était pas vraiment le moment de se battre. Il leur fallait quitter la patinoire car le match était terminé. Cela ne les empêcha pas d'y revenir sans autorisation pour que Bobby puisse utiliser la glace de l'endroit afin de matérialiser le royaume dont il parlait. Erïka semblait ravie mais tout cela fut de courte durée, un vigile intervenant un peu trop rapidement au goût du mutant qui n'aurait pas été contre conserver la russe dans ses bras un peu plus longtemps. Ils avaient réussi à fuir sans se faire prendre et pouvaient maintenant retourner à l'Institut sans se presser.

Une fois de retour, Erïka demanda le fameux CD dont lui avait parlé Bobby un peu plus tôt mais changea d'avis à la dernière minute pour plutôt se rendre à sa chambre avant. Le mutant accepta mais la laissa y aller seul, passant par la cuisine pour y prendre des glaces de sa fabrication. Il se rendit ensuite à la chambre de la russe, frappant et entrant sans attendre d'autorisation... pour retrouver Erïka allongée sur le sol à moitié vêtue en train d'essayer d'attraper son animal de compagnie. Sur la demande de la jeune femme, Bobby ferma la porte pour éviter que quelqu'un d'autre ne soit témoin du drôle de spectacle qui se déroulait dans la pièce mais eut un mal fou à détacher ses yeux du corps de la propriétaire de la chambre, rougissant de concert avec elle.

Erïka se rhabilla en vitesse après avoir remis la fugueuse à sa place. La fugueuse en question se nommait Istina, un nom qui correspondait plutôt bien à sa propriétaire. Bien qu'il s'approcha de la cage, le mutant se garda bien de toucher à la petite bête. Le contact de sa peau n'était pas apprécié de tous et surtout pas des animaux. Rares étaient ceux qui appréciaient la fraicheur dégagée par le corps de Bobby. Il avait l'impression qu'au fil des années, sa température corporelle baissait. Peut-être qu'un jour, plus personne ne pourrait le toucher sous peine d'être mordu par la brûlure du givre. Istina couinait comme si elle avait peur de lui et Bobby ne s'attarda pas, préférant laisser l'animal en paix. Il se tourna vers sa propriétaire.

- Cela aurait pu être ton prénom, quand on y réfléchit. Je peux comprendre qu'elle apprécie ta bibliothèque, il y a de quoi faire. Mais j'imagine que c'est plus pour grignoter une page ou deux que pour satisfaire sa culture générale.

Puisqu'elle évoquait sa bibliothèque, Bobby y jeta un oeil. Il était difficile de passer à côté sans la voir tant elle était fournie. Livres, DVDs, CDs... Il y en avait pour tous les goûts. Le mutant remarqua certains DVDs et était bien tenter d'en emprunter quelques uns à la jeune femme si elle le lui permettait. Il n'avait pas eu le temps de tout voir mais supposait que si elle acceptait, il pourrait davantage se pencher sur la question.

- Ca tombe bien, j'ai vu assez peu de films d'horreur, ce sera l'occasion de combler mon retard. Les séries pourquoi pas mais j'ai rarement l'occasion de pouvoir occuper la télé très longtemps sans être dérangé par quelqu'un et quand je regarde quelque chose, je n'aime pas être interrompu.

Les deux mutants sortirent de la chambre de la russe pour rejoindre celle de l'américain tout en mangeant leurs glaces. Une fois à l'intérieur, Erïka remarqua que l'autre lit était inoccupé, tout comme dans sa propre chambre. Elle demanda par la même occasion s'il avait déjà eu un propriétaire. Elle le connaissait bien. Bobby jeta un vague coup d'oeil au lit en question avant de s'en détourner pour rejoindre son lit à lui.

- Oui, je partageais la chambre avec John. Depuis qu'il est partit, personne ne l'a remplacé et ce n'est pas plus mal. *d'un ton un peu plus froid, se voulant détaché* Mais j'imagine que ça ne durera pas indéfiniment, l'Institut a tendance à se remplir assez vite.

Ils s'installèrent sur le lit de Bobby le temps que celui ci retrouve le CD que voulait lui emprunter Erïka, fouillant parmis la multitude qu'il possédait, grand fana de musique et lui-meme musicien à ses heures. Il finit par le trouver, le tendant à la jeune femme en lui certifiant qu'elle pouvait le garder si elle le désirait. Puisqu'elle semblait apprécier le groupe, autant qu'elle le conserve aussi longtemps qu'elle le désirait. Il avait de toute façon de quoi satisfaire ses oreilles autrement. Disque en main, Erïka regarda néanmoins le reste du contenu de la boite avant de tirer un autre boitier qu'elle montra à Bobby.

- Oui, j'ai cinq ou six CDs de rap mais ils sont tous en anglais. Ca donne quoi le français ? Peut-être que ça me serait utile pour mes cours dans un sens.

Bobby rangea le reste et observa Erïka s'imprégner des lieux, s'installant à son aise. C'était la première fois qu'il faisait entrer quelqu'un dans sa chambre depuis le départ de John, c'était un peu étrange. Il ne pouvait s'empêcher de sourire, même très légèrement, en regardant la russe. Il mit cela sur le compte de la joie de retrouver une amie "perdue", qu'il avait de nouveau l'occasion de passer du temps avec elle, comme au bon vieux temps, car cela lui rappelait des souvenirs. Ce n'était pas la véritable raison mais il ne la voyait pas vraiment pour le moment. Finalement Erïka se redressa et lui proposa de regarder le film qu'il voulait lui emprunter ensemble. D'abord surpris, Bobby se mit à sourire, content.

- Vraiment ? Super, on a qu'à faire ça dans ce cas. Je me ferai bien un film d'horreur justement, vu que tu en as pas mal. S'il y en a un que tu n'as pas encore vu, c'est l'occasion. C'est certain que je ne l'aurais pas encore vu moi non plus. Et puis tant qu'on y est... Si on se faisait un plateau repas ? C'est que je commence à avoir faim... et je ne voudrais pas avoir à te dévorer un bras, trop influencé par le film. On se fera un grand saladier de pop-corn aussi. Salé ou sucré d'ailleurs ?

Tout en parlant, Bobby s'était redressé et se dirigeait vers la porte de sa chambre. Il ne restait plus qu'à passer à la chambre de la russe pour récupérer le DVD et ensuite filer à la cuisine pour prendre de quoi grignoter pendant le film. Bobby et Erïka se mirent d'accord sur le film a regarder puis se dirigèrent vers le réfectoire, bien plus vide que lorsque le mutant de glace s'y était rendu. Il prépara un gros sachet de pop-corn dont il remplit un saladier puis se prépare un petit sandwich, proposant à la jeune femme qui l'accompnait de lui en faire un également. Nourriture en mains, il ne leur restait plus qu'à aller s'installer sur le canapé du salon. Heureusement, il n'y avait personne à cette heure là et ils avaient la télévision juste pour eux. Bobby inséra le DVD dans le lecteur et vint s'asseoir sur le canapé, déposant la nourriture sur la table basse, attendant que la russe fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   Mar 14 Aoû 2012 - 2:29

Istina. Ce nom avec une jolie signification, collant parfaitement à la peau de l’adolescente. Cependant, elle n’avait jamais pensé à l’adopter en tant que prénom officiel lorsqu’elle avait changé d’identité. Pas une seule seconde l’idée lui était parvenue à l’esprit. C’était tout naturellement qu’elle avait décidé de se prénommer Erïka. Pourquoi ? Elle adorait ce prénom, tout simplement. Elle n’avait pas besoin de raisons supplémentaires. Encore aujourd’hui, elle ne regrettait pas ce choix. Elle avait également décidé d’un second prénom afin de faire honneur à la mémoire de son grand-père, aujourd’hui décédé. Il l’avait pratiquement élevé comme sa fille et elle ne voyait pas meilleur hommage à cet homme qui avait tant fait pour elle. Miraslova. Il la voyait bien se nommer ainsi. Serait-il heureux de savoir qu’elle en avait fait son prénom ? Que penserait-il d’elle en la voyant, à présent ? En huit ans, elle avait énormément changé, surtout psychologiquement. Sûrement ne supporterait-il pas la jeune femme violente qu’elle était devenue. Mais ça, elle ne pourra jamais le savoir.

- « Cela aurait pu être ton prénom, quand on y réfléchit. Je peux comprendre qu'elle apprécie ta bibliothèque, il y a de quoi faire. Mais j'imagine que c'est plus pour grignoter une page ou deux que pour satisfaire sa culture générale. »

-« C’est vrai… mais j’ai préféré Erïka. » Elle ne se rendit pas compte de ce qu’elle insinuait, poursuivant la discussion. « Elle a déterminé que le bois du meuble était plus agréable au goût que les feuilles, en fait. Si ça se trouve, elle est plutôt manuelle qu’intellectuelle.» Fit-elle en cogna légèrement le bas du meuble du bout du pied, là où on pouvait y avoir des marques de dents.

Parlant de bibliothèque, Bobby en profita pour lui demander s’il pouvait lui emprunter un film. La jeune fille accepta avec plaisir, n’y voyait aucun problème. En fait, les rares objets de sa collection qu’elle aurait hésité à prêter étaient ses deux séries fétiches dont elle possédait toutes les saisons sorties jusqu’à ce jour. Cependant, le mutant lui expliqua qu’il n’en regardait pas vraiment, n’ayant pas l’occasion d’occuper la télévision bien longtemps sans être dérangé. D’ailleurs, Erïka parla de ses films d’horreur, occupant une partie de sa collection. Elle avait vu tant de choses horribles dans sa vie que cela ne représentait pratiquement rien à ses yeux. Des massacres parmi tant d’autres qui étaient, heureusement, fictifs. Elle restait parfaitement indifférente à ce qui se produisait durant ces longs-métrages, riant pratiquement de l’imbécilité de certains personnages. Malgré tout, elle arrivait à trouver quelques perles, lui causant de réelles frayeurs.

Les mutants quittèrent la chambre d’Erïka afin de se rendre à celle de Bobby, pratiquement identique à la sienne. Seule sa touche personnelle, ses affaires, ses meubles, étaient différents des siens. Il y avait un lit, tout comme dans la chambre de l’adolescente, qui était inoccupé. Questionnant le jeune homme afin de savoir s’il y avait déjà eu quelqu’un dans cette pièce, elle découvrit bien rapidement qu’il s’agissait de John. Malgré tout le temps qu’elle avait passé en compagnie des jeunes hommes, elle n’avait jamais su qu’ils avaient, un jour, partagé cette pièce. Le ton froid, sans émotion, du mutant de glace laissait supposer qu’il n’avait pas envie d’en parler davantage. Erïka se refermait de la même façon lorsque l’on invoquait un sujet indésirable. Pourquoi ne voulait-il pas parler de son ancien ami ? Il devait y avoir une raison qu’elle décida de ne pas chercher, ne désirant pas gâcher la soirée en parlant d’une personne les ayant abandonnés.


-« Je vois… Enfin, j’espère pour toi que tu n’auras pas de colocataire avant un moment. C’est bien d’avoir un endroit à soi sans avoir à supporter quelqu’un d’autre. »

Assise sur le lit du jeune homme, elle observait la grosse boite de plastique qu’il venait d’y poser. Elle contenait de très nombreux CDs, ce qui en disait beaucoup sur les goûts musicaux de Bobby. Ce dernier lui tendit l’album dont il lui avait parlé, lui proposant de le garder autant qu’elle le désirait. Heureuse, la jeune fille pris le temps d’observer l’endos avec le titre des chansons présentes, puis le posa à ses côtés, intriguée par ce qui pouvait se cacher dans la boite. Elle y découvrit le CD d’un chanteur de rap qu’elle appréciait et expliqua au jeune homme qu’elle aimait bien ce genre de musique, préférant, cependant, les artistes français.

-« Oui, j'ai cinq ou six CDs de rap mais ils sont tous en anglais. Ça donne quoi le français ? Peut-être que ça me serait utile pour mes cours dans un sens. »

-« C’est plus ou moins compréhensif par le moment, mais certains artistes font des chansons magnifiques. Je te ferais écouter, si tu veux. »

Se levant afin de jeter l’emballage de sa glace, l’adolescente en profita pour jeter un coup d’œil à la chambre du mutant. Elle attrapa un livre, sur le bureau, auquel elle jeta un bref coup d’œil afin de le reposer. Elle s’approcha du lit et s’y laissant tomber, s’installant confortablement, faisant comme chez elle. Elle observa le plafond, plongée dans ses pensées. Puis, une idée lui vint en tête et elle se redressa, proposant à Bobby d’écouter un film en sa compagnie. Il accepta aussitôt, ce qui réjouit Erika. Il proposa de s’arrêter prendre quelque chose à manger après être allé chercher un film d’épouvante dans la chambre de la russe. Voilà une idée qui plaisait bien à son estomac.

-« Je mangerais n’importe quoi, tant j’ai faim ! Un grand bol de popcorn sera le bienvenu, avec beaucoup de beurre surtout. Pourquoi ne pas prendre une boite de biscuits, aussi ? J’adore le sucré. »

Quittant la chambre en compagnie du jeune homme, l’adolescente retourna à la sienne afin de choisir un film. Elle parcouru sa collection des yeux, cherchant ceux qu’elle n’avait jamais visionné, n’oubliant pas de déposer le CD qu’elle avait en main sur son bureau afin de ne pas le perdre. Tombant sur l’un d’entre eux, elle le retira de sa bibliothèque et le tendit à Bobby, attendant son verdict. Puis, ils quittèrent de nouveau la pièce afin de se diriger vers la cuisine. Il n’y avait pratiquement pas d’étudiants dans le manoir à cette heure-ci. Une fois à destination, la jeune fille fouillait les placards à la recherche de biscuits, laissant le jeune homme s’occuper du popcorn. Alors qu’elle venait de mettre la main sur une boite de biscuits aux brisures de chocolat, il lui proposa de lui faire un sandwich, ce qu’elle accepta. Elle mangeait de tout et n’était pas très difficile en général. Peu importe ce qu’il lui préparera, elle le mangera. Pendant qu’il terminait les sandwichs, elle s’occupa de vider le sac de popcorn dans un grand bol avant de faire fondre un supplément de beurre qu’elle vida dedans. Avant de quitter la cuisine, elle attrapa deux bouteilles d’eau dans le frigo, question d’avoir quelque chose à boire. Une fois la nourriture prête, ils allèrent s’installer devant la télévision. Pendant que Bobby s’occupait du DVD, la jeune fille prenait place sur le canapé, déposant la nourriture sur la table basse. Alors que le film débutait, elle s’empara de son sandwich qu’elle dévora avec appétit. Après les cinq premières minutes du film, elle avait déjà mangé son repas et s’attaquait maintenant au popcorn, gardant le bol sur ses cuisses afin de pouvoir se servir à volonté.

Restant totalement neutre devant le film, la jeune fille analysait la situation dans laquelle se trouvaient les personnages, essayant de prévoir ce qui se produira par la suite, qui allait mourir en premier et tout un tas de détails de ce genre. Cependant, plus le temps avançait, moins elle pensait, se laissant totalement absorbée par l’histoire. Sa tête pencha doucement sur le côté et vint, à un moment, se poser sur l’épaule de Bobby. Mangeant machinalement du popcorn, elle ne pensait pas vraiment à ce qu’elle faisait.

À un certain passage du film, où l’ambiance lugubre était au rendez-vous, un monstre sanguinaire apparut soudainement, faisant sursauter le protagoniste, mais également l’adolescente. Dans la pièce sombre où elle se trouvait, il n’y avait que la télévision pour diffuser une certaine luminosité dans la pièce et la jeune fille n’était pas certaine de vouloir poser de nouveau les yeux dessus, laissant le choc passer. Elle posa le bol de popcorn sur la table et attrapa sa bouteille d’eau pour en avaler une longue gorgée. Reposant la bouteille sur la table, elle se réinstalla auprès de Bobby, s’en servant comme oreiller géant.


-« Bordel… Je l'ai pas vu venir... » Murmura-t-elle.

Cependant, une fois la surprise passée, elle était prête à retrouver l’ambiance du film, commençant à réellement l’apprécier. Ce genre de film qui lui faisait vivre des émotions en tout genre étaient ses préférés. C’était un peu comme un livre. Elle avait besoin de ressentir les émotions du personnage, leurs craintes, leurs joies, leurs peines. C’était ce qui l’aidait à déterminer si elle avait aimé une œuvre ou non. Des personnages ou bien une histoire sans profondeur ne l’intéressaient pas.
Même si elle avait sursauté et avait sentir la peur l’étreindre un court instant, Erïka n’avait aucun mal à reprendre le film. Il lui en fallait plus que cela pour la terroriser totalement. D’ailleurs, elle ne montrait aucun signe de peur lorsqu’elle ria légèrement à la mort de l’un des personnages de l’histoire qu’elle n’appréciait pas particulièrement. Il fallait dire qu’elle avait aimé la façon dont il était décédé, trouvant cela un peu absurde. Au final, elle songea que son idée était excellente. Il n’y avait rien de mieux qu’un bon film, de la bonne nourriture, ainsi que de la bonne compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous un chaud soleil d'été [Erïka Davidoff & Iceberg]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Sous Un Chaud Soleil [Terminé]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Sous le soleil de la plaine...
» Sous le soleil (PV Akuzu Mia)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: L'Extérieur-