X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mer 11 Jan 2012 - 2:55

Il est temps que ça cesse, que je reprenne le contrôle de ma vie. BON. C’EST DIT. À vivre dans le repaire de la Confrérie, alors que j’ai l’habitude de vivre selon mes règles à moi dans mon monde à moi sans personne pour me dire quoi faire, j’ai l’impression de retourner chez ma mère. Je ne veux pas revivre ça, l’agitation autour de moi, toutes ces mélodies enchevêtrées qui font une véritable cacophonie quelques fois… Des gens totalement opposés, des lignes contraires qui ne s’accordent pas, tout ça fait en sorte que je deviens irritable, je gueule après n’importe qui n’importe quand. Je passais la majorité du temps à l’extérieur de la Confrérie, j’ai repris contact avec des personnes que je n’avais pas vu depuis longtemps et de fil en aiguille, j’ai retrouvé la partie sociable de moi et j’ai renoué avec elle, que j’avais laissé de côté un temps de ma vie, le temps que j’ai pris pour m’habituer à la Confrérie et à de nombreux changements que j’ai vécu à l’intérieur de ma tête. Me trouver en tant que personne et en tant que mutante, mais j’ai compris qui je suis et j’ai compris que je suis plus mutante qu’humaine après tout. Je ne suis pas comme eux, comme le reste du monde, je suis moi et c’est tout, pourquoi j’aurais envie d’être plus à la fin? Pourquoi j’aurais besoin d’être comme le reste du monde ? M’affirmer en tant que mutante est complexe, car je suis non seulement une femme remplie d’émotions, de valeurs, d’hormones et tout le tralala, je suis aussi Hypermusic. Je suis la maîtresse des ondes, la marionnettiste de la musique ! Je vois les fils conducteurs partout où je vais, bien que je suis encore incapable de tout contrôler. Je suis bien comme je suis, et c’est ce qui m’a aidé à me refaire une carapace pour l’extérieur, pour que je puisse remettre un sourire en plastique bien joli et attrayant, remettre ce que les gens veulent de moi et leur donner sans complexe.

Cette fois, je ne me suis pas faite avoir. J’ai un vrai et bon contrat, dans une vraie et bonne boîte de nuit, où je vais pouvoir faire de la vraie et bonne musique. Si j’ai influencé son choix avec mon pouvoir ? Bien sûr !!! À quoi il me sert sinon ? De toutes façons, si je suis capable de l’influencer lui, il n’y a pas de raisons pour laquelle je ne serais pas capable d’influencer le reste du monde. Je suis une bonne DJ, n’allez pas croire le contraire, mais me donner un coup de pouce ne fait pas de mal. À mes débuts, je refusais d’influencer avec mon don et j’arrivais à avoir des contrats sans problème ! Mais je ne suis plus dans le petit monde de Montréal, je suis dans la cour des grands maintenant. Je ne suis pas la seule qui cherchait ce boulot, mais je le mérite plus que les autres, j’ai ça dans le sang ! Je suis faite pour ce job ! C’est dans mes gènes, et je ne parle pas que métaphoriquement parlant, j’ai un gène que les autres n’ont pas, le gène qui fait de moi la seule et unique Hypermusic. C’est entre autre pourquoi j’ai retrouvé ma confiance en moi, parce que je me suis rendue compte de ce que je suis. Je n’ai plus peur de l’utiliser comme j’avais peur de le faire avant, la vie est belle à présent. J’assume mon pouvoir, j’accepte de voir toutes ces mélodies autour de moi, elles me parviennent plus naturellement.

Bref, je suis au repaire de la Confrérie en ce moment, mais je vais le quitter bientôt. Pourquoi ? Je pense que je l’ai expliqué en long et en large, ça suffit maintenant. Le fait est, je me suis trouvé un appart à peu près décent, enfin le seul que je peux m’offrir avec ce que j’ai en ce moment, mais ce n’est pas le pire que j’ai eu. Je ne peux pas emménager tout de suite, il faut que j’attende encore un peu avant que l’appartement soit libre. Quelques rénovations en fait, et il est à moi ! Un chez-moi, enfin… Un endroit fait de calme, où je vais pouvoir mettre toutes mes affaires sans craindre pour leur survie, cet endroit est bourré de petits monstres délinquants et avec mes vêtements, mon saxo, ma flute, ma nouvelle guitare, mes ipods, ils ne manquent pas de choix pour voler ce qui pourrait leur rapporter de l’argent. Je suis ici pour faire un peu de ménage avant de partir de cet endroit. Avant de retrouver ma solitude, de retrouver un endroit où je pourrai créer ce que je veux dans ma tête et le projeter doucement, si doucement que personne autre que moi ne peut l’entendre, de retrouver une paix intérieure qui semble me fuir depuis que je suis ici. Il est peut-être temps que je laisse un peu la Confrérie de coté pour que je puisse me recentrer sur vivre, gagner ma vie et la dépenser aussi. Vivre pleinement ! J’en bave…

Un petit ménage simple, que je fais sans grand enthousiasme. Je déplace inutilement et sans grand importance quelques bibelots, j’ai un paquet de boites en cartons que je pourrais remplir mais je ne me sens pas d’humeur à ça. C’est assez déprimant, mettre sa vie dans des boîtes de cartons… En plus, j’en remplis cinq au maximum. Je ne suis pas très matérialiste, j’ai des vêtements, des couvertes, des petits trucs pour vivre en appart mais pas grand-chose de plus. Dans un soupir, je m’assois sur mon lit et je contemple ma chambre. Un mur vide, des armoires vides, seuls mes tiroirs sont remplis de vêtements et la table de travail est plus qu’encombrée, avec ma table de DJ personnelle datant de l’ère préhistorique et quelques bidules encombrants. Au pied de mon lit trône ma nouvelle acquisition, ma nouvelle folie… Une fender acoustique, classique, belle dans toute sa simplicité. Ça faisait longtemps que j’avais joué, mais pour moi la musique c’est comme du vélo, une fois que j’en fais je ne peux pas l’oublier. C’est en moi, que voulez-vous ! Lentement mais inexorablement, elle se taille une place dans ma tête. Elle me parle, me dit *viens Hyppy, viens jouer avec moi, je veux sentir tes doigts sur moi, viens faire vibrer mes cordes !* Bon, elle est un peu aguicheuse cette guitare, mais je ne lui en veux pas. Elle sait comment me parler, je l’adore, je la veux. J’étire mon corps pour la prendre et délicatement, la sortir de son socle et je la pose sur mes genoux. Mon pic n’est pas sur le manche, je vais devoir le chercher un peu mais ce n’est pas grave… Je me lève pour en chercher un dans un petit pot plein de monnaie et de trucs qui traînaient et pendant que je suis debout, j’en profite pour entrouvrir la porte pour faire aérer la pièce.

Ma Fender:
 
Je commence à jouer une chanson doucement, chantant à voix basse les paroles qui sont tristes mais puissantes en même temps.

Theres no time left for confusion
Im on my own for way too long
My hearts broken and love is bent
Ive reached the end, everythings gone
Theres no time left for confusion



D’un coup, je m’arrête. Je le sens proche, sa musique triste et furieuse, un mélange puissamment dérangeant se rapproche, mais je ne suis pas repoussée comme la dernière fois, où je m’étais presque évanouie sous la douleur du choc. Je ne sais pas à quoi m’attendre de lui, mais je vais faire un effort pour ne pas le juger tout de suite. Pauvre de lui, il doit vivre un supplice avec cette musique à longueur de journée, je ne peux pas m’imaginer ce que ça doit être de vivre avec cette cacophonie à saveur de meurtre.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mer 11 Jan 2012 - 5:27

Je poussai un cri de terreur en me réveillant dans mon lit, cette journée là. Ma respiration était saccadée et mon cœur battait a cause du stress et de la peur. Je réalisai alors que j'étais en sueur. Je savais parfaitement ce qui venait de se passer, c'était pas compliqué. Je m'étais assoupi quelques instants à cause de la fatigue, et j'avais encore vécu ce cauchemar à la con. Je n'en pouvais plus, je n'en pouvais tout simplement plus. Le remord me montait à la tête, et je ne pouvais carrément plus penser à quelque chose sans que les images de leur mort me reviennent à la tête. C'était tout bonnement invivable. Et en plus, ces cauchemars me privait du sommeil réparateur dont j'avais désespérément besoin ces derniers temps. Je n'en pouvais tout simplement plus. Il fallait que je trouve quelque chose pour me changer les idées ou j'allais vraiment virer fou. Je m'assis sur le bord de mon lit et, les mains dans le visage , me mis à pleurer. Comme d'habitude, la personne qui vint me «consoler» ne fut nulle autre que le Dark Men. Et comme à son habitude, il profitait grandement de la situation. Ça devait vraiment lui plaire de me torturer comme ça. Comme il me le disait souvent, mon malheur était son bonheur. Si c'était vraiment le cas, alors il devait être extrêmement heureux actuellement.

-Qu'est-ce que tu me veux toi ?!

-Moi? Mais je ne veux que ton bien. Et ton bien est le mien. Allez, laisse toi aller à tes pulsions meurtrières! Je sais que tu en as envi!

-Ferme là, bordel! Tu ne m'apporte que des ennuis!

-Alors tu n'es qu'un imbécile, Evan! Tu ne goutera jamais au vrai bonheur! Tu es a moi, c'est clair? TU ne peux rien faire, et JE dirige ta vie! Et c'est TOI qui est responsable de leur mort! TOI, ET SEULEMENT TOI!

-Ferme là! FERME LÀ!

Je n'en pouvais plus de l'entendre me raconter toutes ses conneries. Je ne lui appartenais pas, j'étais libre moi! Je ne voulais pas qu'il continue à me pourrir la vie! Et la violence, ce n'était définitivement pas pour moi. Surtout avec ce qui s'était passé aux docks l'autre jour. J'avais encore eu une crise, malgré tout ce que j'avais tenté pour l'empêcher. Ce n'était pas ma faute, j'avais été en danger de mort! Je pique toujours une crise dans ces situations. Ce n'est pas que je veux laisser le Dark Men tuer des gens, mais je ne veux pas mourir non plus. Mais sérieusement, je n'en pouvais plus de ces crises et de ses cauchemars. J'avais presque envie de rejoindre ceux qui étaient morts par ma faute, mais à chaque fois que je prenais mon pistolet entre mes mains, je me rappelais la promesse que j'avais faite à Will. Non, je devais continuer à vivre, malgré toutes ces difficultés que le Dark Men mettait sur ma route. Un jour, je réussirai à me débarrasser de lui! Mais pour l'instant, la seule chose que je voulais, c'était une distraction qui me permettrait d'oublier mes remords et de faire arrêter les cauchemars qu'ils causaient. C'est alors que j'entendis le son d'une musique depuis ma chambre. Je me levai alors d'un bond, cherchant la provenance du son. Le Dark Men, quant à lui, ne semblait pas aimer ce changement de situation.

-Laisse tomber cette chanson, Evan! Après tout, tu n'es qu'un meurtrier!

Je ne trouvai même pas nécessaire de répondre à de telle stupidité qui ne m'atteignaient même pas, ce qui me surprit énormément. Était-ce à cause de la musique? Ça se pourrait bien, car j'ai toujours trouvé la musique relaxante pour moi. Je marchais dans les couloirs pour finalement tomber sur la chambre de Hypermusic. Enfin, son ancienne chambre, car j'avais entendu dire qu'elle allait déménager d'ici peu. Arrivé devant la porte, je l'ouvris en essayant de ne pas trop faire de bruits. Malheureusement, elle m'avait repéré, et arrêta de jouer pour me jeter un regard. Je me sentit tout à coup quelque peu gêné d'avoir voulu l'écouter discrètement.

-Hum... tu peux continuer, le son est si beau... Enfin...je suis juste là pour t'écouter... La musique, ça me détend... Hum... Comment dire... Je ne voulais pas te déranger! J'aimerai bien pouvoir en jouer, mais je ne sais pas comment... alors la seule chose qu'il me reste, c'est d'écouter...
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Lun 16 Jan 2012 - 2:00

Se faire complimenter, ça fait toujours du bien. Même quand ça vient de quelqu’un comme lui. J’aurais préféré qu’il soit un peu plus calme, mais ce n’est pas grave car moi je suis dans un bon état d’esprit. Je suis calme, en paix, mais surtout en confiance avec mes pouvoirs. Je sais ce que je fais, je sais ce que je peux lui faire faire, malgré qu’avec tout ce qu’il dégage, je ne suis pas certaine de comment il réagira. D’ordinaire, je peux prévoir un minimum, je sais que si, par exemple, une personne enragée écoute de la musique et que je m’infiltre dans celle-ci pour qu’elle soit apaisante, il aura du mal mais ça va fonctionner, il va s’apaiser. Lui, il a une double mélodie, une triste, frustrée, mais pas mauvaise, et une autre qui n’est que hargne, colère, fourberie et mesquinerie. C’est un peu dépaysant, mais s’il apprécie ma musique, tout n’est pas perdu. Il aimerait même en jouer ! Comme c’est intéressant… Je pense qu’un jour, je pourrais peut-être lui donner un petit cours de musique. Ce serait ma B.A de l’année ! Peut-être…

En attendant, j’ai vraiment envie de jouer. Je fini ma chanson, commence une nouvelle. Crying, de Sugarcult. Un groupe que personne ne connaît, mais qui fait des bonnes chansons même si les vocales laissent à désirer quelques fois. Pas grave, j’aime bien les paroles.

Never waking up
The alarm is broken
Running in a dream
and it’s like slow motion

Encore une chanson triste ! Enfin, des paroles elles tristes, mais la musique n’est pas si mélancolique. Il y a une bonne guitare, le drum est bien présent et on le sent qui nous rentre en pleine tronche certains moments. Je m’emporte, dans le refrain je ne suis plus seule, j’ai la chanson en tête et le groupe en entier est avec moi, je ne suis plus une guitare seule, le drum se tient bien droit en arrière de moi, le chanteur me seconde avec sa voix et la bass se donne à fond. Je ne m’en rends pas compte tout de suite, mais au bout d’un moment il faut bien que je m’en aperçoive, et c’est à ce moment que je coupe la musique. D’un coup, l’ambiance saturée de son se retrouve nue et vide, calme en quelque sorte. J’ai un petit sourire désolé vers Evan, après tout, c’est toujours étrange de se retrouver face à la mutation de quelqu’un pour la première fois. Enfin, je ne pense pas qu’il m’a déjà vu utiliser mon don avant, je ne me souviens pas dans quelle circonstance il aurait pu avoir une démonstration. Bref. Je ne sais même pas si il sait quel genre de mutante je suis, mais peu importe. Il est toujours dans le cadre de ma porte et d’un coup je me sens mal, mon devoir d’hôtesse me dicte de lui laisser une place dans la chambre. Je n’ai pas de chaise, enfin pas de visible, mais un coin de mon lit pourrait être libéré si je tasse une pile de vêtement. Je me demande si les ondes de chocs pourrait m’être utile ? Hum, ça vaut la peine d’essayer. Un peu de concentration et la pile vole au travers de la pièce, une jupe se retrouve sur la tête du mutant qui se tenait dans l’encadrement et je ne peux pas me retenir de rire. Bon, c’est fait, je suis un peu calmée, je l’invite à entrer.

« Tu as déjà essayé de jouer de la guitare ? »

Bon, je ne sais pas pourquoi je lui pose cette question, mais c’est surement pour continuer dans mon rôle d’hôtesse. Comme qu’il dit l’autre, mieux vaut essayer que rien tenter !
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Ven 20 Jan 2012 - 5:35

Je l’écoutai finir sa chanson. Il fallait le dire, elle était vraiment douée. Enfin, c’était une simple impression personnelle, car on ne peut pas dire que je sois vraiment un connaisseur dans la matière. Après tout, ça n’aide vraiment pas de passer plusieurs années dans une cellule quand on veut savoir si une musique est bonne où non. Mais pour l’instant, je voulais tout simplement profiter de la musique. Le son de sa guitare me faisait vraiment du bien. C’était comme si… si ça m’apaisait totalement. Enfin, pas totalement, car je pouvais toujours voir le Dark Men. Et il était en train de me montrer qu’il allait la tuer dans quelques minutes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais l’impression qu’il ne pourrait pas. Je me souciais peu de lui.

-Comment tu vas réagir quand je la tuerai? Vas-tu pleurer? Vas-tu crier? Les paris sont ouverts!

-La ferme! Tout ce qui m’importe pour le moment, c’est la musique!

À mon plus grand étonnement, il ne répliqua pas du tout. Quand Hypermusic eut fini sa chanson, elle en recommença une autre. C’est alors que j’eus une sensation des plus extraordinaires. J’eus comme l’impression d’écouter non pas une seule personne, mais tout un groupe. J’avais vraiment l’impression qu’ils étaient tous là. Il fallait dire que c’était le plus proche d’un concert que j’ai pu observer. C’était vraiment spécial. Je profitai de chaque seconde de ce moment. Puis, d’un seul coup, tout s’arrêta. Cette sensation, la musique, tout. Je me tournai alors vers Hypermusic qui me regardait. Alors, un flash me vint à l’esprit. Ça devait être à cause de son pouvoir mutant. Magneto m’en avait parlé quand j’avais rejoins la Confrérie. Alors c’était pour cela que sa musique était si… si spéciale? Peut-être, mais elle me faisait du bien. Alors qu’elle soit due à un pouvoir ou non ne me dérangeais absolument pas. En tout cas, je crois bien que c’est la première fois que je vois son pouvoir en utilisation. C’était vraiment frappant… C’était comme si toute cette musique avait empli mon âme... C’est vraiment difficile à décrire.

-Vas y, gâche tout, Evan. Tu le fais si bien!

-La ferme…

J’avais essayé de parler au Dark Men le plus bas possible. Je ne sais pas pourquoi, mais c’était comme si je venais de réaliser que je passais vraiment pour un fou en lui parlant à voix haute. Je savais très bien que je continuerai à le faire, cependant. Je remarquai que Hypermusic regardait si il y avait une chaise ou quelque chose dans le genre. Je me sentis tout à coup quelque peu gêné de m’imposer dans sa chambre. Puis, elle regarda la pile de linge au bout de son lit et la projeta. Une jupe atterrit en plein sur ma tête. J’affichai alors une expression niaise. J’entendis la mutante rire. Je ne pus m’empêcher de rire moi aussi quand je compris le comique de la situation.

« Tu as déjà essayé de jouer de la guitare ? »

Je ne compris tout d’abord pas la question. Quand l’information arriva enfin à mon cerveau, j’en fus ébahi. Je ne savais pas trop quoi dire. Si j’avais déjà joué de la guitare? Non, jamais, mais j’avais toujours voulu, même tout petit.

-Moi? Eh…non, je n’en ai jamais fait… Mais, je dois avouer que j’ai toujours voulu en faire, quand j’étais jeune…

Je vins m’assoir sur le coin qu’elle m’avait libéré du lit. Je ne savais pas trop quoi dire.

-Hum, c’était ton pouvoir tout à l’heure, non? C’est Magneto qui m’en a parlé, le jour où je suis arrivé… C’était, spectaculaire…

Je ne savais vraiment pas de quoi parler. Je réalisai alors que je ne connaissais même pas son prénom. Autant lui demander, je n’aurais peut-être plus jamais cette occasion.

-Au fait, je n’ai jamais su comment tu t’appelais, en fait… Moi c’est Evan, et lui…

Je pointai devant moi le Dark Men, sachant pourtant bien qu’elle ne pouvait pas le voir.

-…lui, c’est le Dark Men.

-Bonjour. Sais-tu crier aussi bien que tu joues de la guitare?
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Sam 4 Fév 2012 - 15:04

La musique ne fait que du bien, c’est un fait. Je me sens bien, et je pense qu’il est un peu plus calme. Les ondes que j’avais ressenti lors de la première rencontre ne sont pas aussi agressive, elles ne vibrent pas autour de moi comme les serpents venimeux qui avait tenté de m’empoisonner avec leur fiel… Du moins, un peu moins ardemment. Peu importe ce qu’il se passe, je suis certaine que je pourrais lui passer ma guitare pour qu’il essaie de gratter quelques accords. Mais oui ! Pourquoi pas ? La musique ne fait que du bien et avec cette énergie qu’il traîne, il en a bien de besoin !

C’est peut-être juste l’euphorie de la situation, je ne me rends pas compte tout de suite que je viens d’utiliser mon pouvoir. En fait, c’est la sensation d’avoir fumé un joint qui me signale que quelque chose vient de se passer. Aujourd’hui, c’est l’effet que la musique me fait. D’autres jours, la musique la rend pensive, dépressive, colérique, lui donne envie d’abattre tous les murs du monde, mais aujourd’hui c’est une tranquille joie. Bon, moi, tranquille, c’est un peu une hyperbole dans le sens où je suis rarement tranquille. Mes émotions vont avec la musique que j’écoute et ces temps-ci, je n’ai pas envie d’écouter de la musique tranquille. Même la musique classique ce n’est pas tout le temps tranquille ! Enfin, souvent quand même, dans chaque grande pièce il y a un mouvement un peu plus lent et doux mais bon, on peut arrêter de regarder les détails ? En ce moment, je ne suis pas tranquille, mais je me rapproche de cet état d’esprit. Une sorte de langueur qui s’empare de mon esprit à l’idée de changer de vie, un tranquille sourire plein de détermination. Ca lui ferait du bien de jouer de la guitare, j’ai écouté sa réponse d’une oreille distraite

- Moi? Eh…non, je n’en ai jamais fait… Mais, je dois avouer que j’ai toujours voulu en faire, quand j’étais jeune…

Toujours voulu en faire, mais jamais eu le temps, la volonté ? L’argent manquait peut-être ? Mais voyons, quand on veut vraiment faire de la musique, n’importe qui peut en faire ! C’est simple, il suffit de vouloir. D’avoir la passion, d’avoir la flamme qui consume notre esprit pour se laisser embraser par les rythmes envoûtants et les accords mélodieux d’une guitare. Peut-être que je vais lui passer, histoire qu’il essaie au moins une fois. Mais… Ma Fender… Avec un soupir mental, je me dis que ca serait ma BA de la journée, non ?

- Ben pour pouvoir jouer, faut vouloir c’est sur… Mais je connais pas ta vie, alors p’t’être que tu as des bonnes raisons de n’avoir jamais joué avant. Un jour, peut-être que tu vas avoir la chance.

Ah, il ne sait pas c’est quoi mon pouvoir ? Mais non, comment aurait-il pu savoir de toutes façons… J’aurais peut-être pensée que Magneto lui en aurait parlé brièvement après son entrée… Remarquée, pour dire ainsi, dans la Confrérie. Je me demande toujours un peu ce qu’il fait là, mais je crois que dans le cas d’une personne aussi intense, la Confrérie est le meilleur endroit pour lui. Bref, je pensais que Magneto lui aurait fais part un peu plus longuement de mes pouvoirs vu qu’on s’est déjà rencontré mais il ne l’a pas fait. Juste à repenser à cette soirée et j’ai une sensation de brûlure au niveau du visage, un frisson de rage parcourt mon échine et je ne sais plus quoi faire pour rester calme. J’allais pousser un soupir rageur, mais je me rends compte qu’il pourrait mal l’interpréter alors je le retiens. J’avais pris une inspiration et l’air bloqué dans mes poumons cherchait à sortir, comme si j’étais une plongeuse en dessous de l’eau qui retient son souffle pour ne pas se noyer. Mais me noyer dans quoi ? Dans cette horrible sensation d’œuf écrasé qui coule le long de mon dos en projetant mes sens vers la source de cette énergie négative ? Non, juste, comme une conne, je retiens mon souffle. J’expire alors, sans intonation sauf peut-être celle d’une fille qui s’apprête à parler pour expliquer quelque chose de compliqué.

- Je suis Hypermusic, je contrôle les ondes sonores. Je peux influencer tes émotions, je peux deviner ce que tu ressens, créer des ondes à partir du vide et dernièrement, je suis capable d’être en harmonie avec la musique du feu.

En harmonie, juste, ne pas me brûler pendant que Pyro me lance un poing de feu dans la tronche. Ah, ce Pyro… Droit au but, pas de blablatage de trop, juste ce qu’il faut. Mais bon, je l’apprécie comme il est, j’ai hâte de voir où cette relation va nous mener, mais sûrement pas loin. Je ne suis pas prête pour une relation sérieuse, lui non plus… enfin, je crois. Dans un flash de désespoir, je me rends compte que je ne connais pas le nom de cet espèce de mutant qui ne joue pas de la musique, et je me donne une gifle mentale. Mais pourquoi je ne pense jamais à demander le nom de quelqu’un avant de l’inviter à rentrer dans ma chambre ? Dans ma tête, je soupire encore mentalement.

- Au fait, je n’ai jamais su comment tu t’appelais, en fait… Moi c’est Evan, et lui…

- …lui, c’est le Dark Men.

- Heu… Qui ça ??

J’essaie de voir si je peux entendre la musique de quelque d’autre, mais il n’y a que lui. Peut-être est-ce une représentation qu’il se fait de quelque chose à l’intérieur de lui ?? Enfin… Bref…. Peut-être que j’ai un peu peur de lui passer ma guitare maintenant.

- Tu as encore un ami imaginaire à ton âge ?

Je plaque mes mains devant ma bouche, je vous jure par tous les dieux que je n’ai pas fait exprès !! C’est vraiment sorti tout seul, qu’est-ce que je dois faiiiire… Naoooon... Pitié, faites qu’il ne se fâche pas comme il s’est fâché dans le bureau de Magneto, je veux pas mourir !! Quand d’un coup, je sens la présence de quelque chose. Ce n’est pas humain, ce n’est pas animal, c’est encore la vague de terreur pur qui me vise, qui me pointe, mon cœur se serre et je tremble de tous mes membres.

Mes yeux s’ouvrent grands et je cherche mon air, mais je patine et je patine, mes doigts se crispent sur le manche de ma guitare et je pense que ça ne passe pas inaperçu. Je jette un regard implorant sur Evan, oui en fin de compte je savais son nom, je l’ai entendu quand on était dans le bureau de Magneto. J’essaie de reprendre mes esprits pour articuler un faible :

- Moi c’est… Hypermusic… tu peux m’appeler Hyppy si tu veux…

Avant de reprendre du poil de la bête, sans lui laisser le temps de parler.

- MAIS BORDEL, QU’EST-CE QUE TU ES À LA FIN ??

Ouhlà, une chance que Magneto n’est pas là sinon j’aurais droit à une autre gifle. Mais bon, je ne peux vraiment pas comprendre ce qu’il se passe, et c’est de ma santé qu’il s’agit à la fin !! J’ai à peine crié, à peine je vous le dis, mais il faut que je sache ce qui se passe quand je ressens cette vague d’horreur-sadisme-terreur-schizophrénie-psychopathie-foudroyante-et-qui-me-coupe-le-souffle. Bon, je me reprends après un instant…

- Pardonne-moi, mais c’est quoi ton pouvoir ? Parce que là, je ne me sens pas bien du tout.


Enfin, c’est en train de passer, mais il doit comprendre le concept de *moi qui a l’air sous le choc* et qui *ne se sent pas bien*. Enfin j’espère, sinon j’en ai marre de devoir expliquer mes moindres faits et gestes !
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Dim 5 Fév 2012 - 0:35

Je la regardai paisiblement, assis à côté d’elle, étonnamment bien plus calme. D’ailleurs, ça m’étonnait que je sois aussi paisible. Après tout, c’est rare que quelqu’un que tout le monde connait me fiche la paix. Il n’y avait que très peu de moment où je me sentais vraiment bien sans aucune peur que tout soit gâché par le Dark Men. Ces moments étaient rares dans ma vie depuis que la télépathe était morte, alors il fallait que j’en profite. D’ailleurs, y en avait-il vraiment eu depuis sa mort? Je ne peux pas l’affirmer. Mais sa pensée me rend toujours nostalgique et triste. Non mais sérieusement, qu’est-ce que je suis sans elle ? Pas grand-chose, il faut le dire. J’ai beau lutter contre le Dark Men, ce n’est rien en comparaison à ce que je lui opposais quand elle était encore à mes côtés. Je me rappelle encore la chaleur de sa main qui serrait la mienne alors qu’on nous plaçait sur les tables pour les «médicaments». Alors que ces moments étaient normalement parmi les plus douloureux, ils n’étaient que de bons moments quand j’étais avec elle. Maintenant qu’elle est morte pour de bon, je me retrouve seul contre lui. Trouverais-je un jour une autre personne comme elle? Probablement pas, mais il faut toujours espérer. Et en plus, je trouverai probablement des personnes pour m’aider à combattre l’influence de ce monstre qu’est le Dark Men. Mais réussir à lui résister n’est même pas facile à dire, alors le faire… Comment affronter un ennemi qui sait tout ce que tu penses et qui connais tout tes points faibles, alors que toi tu sais qu’il n’en a presque aucun? S’il y a une chose de certaine quant à ce combat que le Dark Men et moi nous menons depuis des années, c’est qu’il est totalement inégal et injuste. Non seulement je dois lui résister, mais je dois aussi le faire en tentant de ne pas avoir de crise et de l’empêcher de tuer, ce dont je suis totalement incapable. Lui il peut gagner, mais moi? Je ne sais pas trop.

- Ben pour pouvoir jouer, faut vouloir c’est sur… Mais je connais pas ta vie, alors p’t’être que tu as des bonnes raisons de n’avoir jamais joué avant. Un jour, peut-être que tu vas avoir la chance.

Il y a une chose de vrai dans ce qu’elle disait, elle ne connaissait pas ma vie, et tant mieux pour elle. Même si en parler me confère parfois du réconfort, je crois en même temps que ça peut leur attirer des ennuis. Ça peut mettre ces personnes en danger et ils peuvent devenir des cibles. Des cibles pour qui? Et bien, le Dark Men déjà. Après tout, si quelqu’un est au courant de mon histoire, ça peut l’aider pour trouver une possible solution à mon problème. Et on ne peut pas dire que le Dark men soit vraiment ouvert à une quelconque aide venant des autres. Et dès que quelqu’un tente de me calmer et de me montrer le bon côté des choses, cette personne entre automatiquement dans sa liste de futures victimes. Et encore, si seulement il n’y avait que lui. Il y a aussi le Projet Soldier. Je sais qu’ils ne me laisseront pas filer aussi facilement, même si je me suis échappé depuis plus d’un an. J’espère ne jamais avoir à les recroiser. Je ne veux pas retourner là-bas! Jamais! Mais ils ont tellement de pouvoir et de ressources… Toute personne qui a été en contact avec moi peut être une source d’informations pour eux. C’est alors que je me posais une question troublante. Et si certaines personnes que j’avais rencontrées étaient du Projet Soldier? Après tout, il leur serait simple de sympathiser avec moi pour me capturer plus tard. Et si Will était avec eux… Non, ça ne se pouvait pas! Il fallait que j’arrête de penser comme ça ou j'allais finir par devenir paranoïaque! Mais qu’est-ce qui me prend de douter de ceux qui veulent m’aider? Bon, calme-toi Evan. Après tout, Hypermusic me propose si je veux essayer la guitare. Et il fallait le dire, j’aimerais bien savoir en jouer. Mais bon, on n'a pas vraiment l’occasion quand on vit dans une cellule pendant presque 15 ans. Ce n’est pas l’idéal pour développer des talents de musiciens. Pourtant, tout jeune, j’avais une passion pour ça. Enfin, c’est assez difficile d’avoir des goûts musicaux quand on n’a que 6 ans. Mais bon, disons que je me sentais plus proche de la musique que les autres enfants. Il y avait ça…et les Pokémons. Mais bon, ce n’est pas ce qui est important pour le moment.

Quand je lui pointai le Dark Men, elle sembla surprise, ne comprenant pas du tout de quoi je parlai. Je poussai un soupir de déception. C’est vrai, elle ne peut pas le voir. Personne ne le peut. Mais j’avais espéré qu’au moins une autre personne au monde puisse également le voir. En tout cas, si cette personne existe, ce n’est pas elle. C'est vraiment dommage. Après tout, si quelqu’un pouvait le voir, ça m’aiderait beaucoup. Il y a des fois ou je me demande si ce n’est pas juste moi qui suis fou. Mais les morts prouvent malheureusement que le Dark men existe bel et bien. À moins que j'ai une double personnalité lorsque j’ai une crise… Ah! Mais qu’est-ce que je suis en train de raconter moi? Déjà que c’est assez difficile de vivre avec le Dark men, je ne peux pas en plus me mettre à douter de son existence! Mais bon, l’important, c’était de la faire changer de sujet avant qu’elle ne dise quelque chose de trop. Elle essaie déjà de m’aider, alors je l’empêche de dire un truc de trop sur le Dark Men. On ne sait jamais comment il peut réagir.

- Tu as encore un ami imaginaire à ton âge ?

Je la regardai, apeuré. Non, elle n’avait pas vraiment dit ça! Je vis le Dark Men se tenant derrière elle, se mettant à rire. Chaque fois que ce monstre riait, ça ne présageait rien de bon, vu son champ d’intérêts. J’étais presque certain de ce qu’il allait dire. Puis, histoire de confirmer mes soupçons, il sourit sadiquement, promenant ses deux couteaux au-dessus de la tête de Hypermusic.

-Et si elle mourrait dans les prochains jours? Ça serait amusant, non? Oui, elle mourra bientôt!

-Non, je ne te laisserai pas la tuer! Tu ne feras rien!

Puis, il rit de plus belle et se rapprocha de moi. Je regardai alors sa main. Il me tendait l’un de ses couteaux. Je reculai en poussant un cri d’effroi. J'étais tellement concentré sur le Dark Men que je ne me souciais plus du tout de Hypermusic.

-Moi? Mais qui a dit que c’est moi qui la tuerais?

-Attend…non! Tu ne veux quand même pas que…que…que je la tue?

-Ben voilà! C’est pas si compliqué à comprendre! Même pour toi.

Non, il ne voulait quand même pas que je refasse cela encore. Je ne voulais plus tuer, plus jamais! Et il croyait que j’allais le faire? Je n’allais quand même pas l’écouter! C’était tout simplement suicidaire! Je ne voulais plus jamais revivre cela! Non!

-Tu veux que je la tue? Mais tu es cinglé! Je ne ferai jamais ça!

-Parce que tu crois que je te laisse le choix?

- MAIS BORDEL, QU’EST-CE QUE TU ES À LA FIN ??

Ces paroles quoi que brutales me firent sortir de ma bulle et arêter de me concentrer exclusivement sur le Dark Men. Non, je ne la tuerai pas. Elle devait sûrmeent être effrayé par mes paroles. Elle devait se demander si je voulais la tuer ou non. Il fallait que je la rassure. Elle commença à reprendre son souffle.

- Pardonne-moi, mais c’est quoi ton pouvoir ? Parce que là, je ne me sens pas bien du tout.

-C'est normal. Calme toi un peu. Mon pouvoir consiste à... c'est compliqué. Mais tu as dû entendre parler du tueur du zoo bronx et de sa réappariton au docks il y a quelques jours. Et bien, c'est mon pouvoir qui a fait tout cela. Je peux invoqué un tueur sadique et cruel lorsque j'ai une crise. Je sais, c'est difficile à comprendre. Mais je ne suis pas comme lui! Je ne veux pas te tuer, d'accord? Et ne t'inquiète pas, je vais essayer de l'empêcher de te tuer.

-Comme si tu pouvais!
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Lun 6 Fév 2012 - 18:01

Je frissonne un peu de peur, il vient quand même de parler de me tuer. Je suis tombée sur un psychopathe ou quoi ? Qu’est-ce que je dois faire… Le jeter hors de ma chambre ? Ce ne serait pas stupide, comme ça je pourrais continuer mon pseudo-ménage en paix et jouer de la guitare sans être interrompue. Enfin, c’est moi qui l’ai invité à rentrer dans ma chambre, je vais assumer les conséquences de mes actes. Je panique un peu c’est vrai, mais qui ne le ferait pas dans une telle situation ? J’ai devant moi un jeune homme qui parle tout seul de me tuer ou non ! Alors que je viens de lui faire un spectacle en direct, avec mon pouvoir et tout, et que je viens de lui faire une place sur mon propre lit ! Non mais bravo pour la gratitude mon bonhomme ! Ah des fois, je me demande si c’est parce qu’ils sont mutants qu’ils sont mal élevés, ou si c’est juste des pestes au naturel.

-C'est normal. Calme toi un peu. Mon pouvoir consiste à... c'est compliqué. Mais tu as dû entendre parler du tueur du zoo bronx et de sa réapparition au docks il y a quelques jours. Et bien, c'est mon pouvoir qui a fait tout cela. Je peux invoquer un tueur sadique et cruel lorsque j'ai une crise. Je sais, c'est difficile à comprendre. Mais je ne suis pas comme lui! Je ne veux pas te tuer, d'accord? Et ne t'inquiète pas, je vais essayer de l'empêcher de te tuer.

Ah, mais oui, il faut que je me calme ! Il est complètement disjoncté ce mec ? Moi, me calmer, alors que c’est lui qui invoque un tueur sadique et cruel ! Il a complètement perdu les pédales… Et je suis en train de le faire aussi. En fait, oui, il faut que je me calme, mais pas pour les mêmes raisons. Comment faire pour l’aider si je suis furax contre lui ? Alors je prends quelques bonnes inspirations en pensant à ce que je dois lui répondre. C’est lui le tueur fou alors, celui qui a tué un zoo complet. Ah mais que de joie ! Je suis en face d’un meurtrier. Enfin non, pas lui, mais son… alter ego ? Je pense qu’on peut le voir comme ça non ? Enfin. Je vois pourquoi Magneto le voulait parmi nous en fin de compte, mais il peut se révéler dangereux, comme je l’avais pensé. Il dégage encore de lui cette musique puante, mais je commence à me calmer pour de vrai. Comment faire pour l’aider ? La musique est le seul moyen que je vois qui pourrait l’aider. C’est certain que ce n’est pas objectif de ma part, mais avec moi la musique guérit tous les maux d’esprits ! Et c’est clair que c’en est un.
- Bon, ton pouvoir est… spécial, rien à redire là-dessus. Mais comment tu comptes l’empêcher de me tuer ? Attends, je veux essayer quelque chose.

Il semblait vraiment aimer le son de la guitare, alors je la reprends et je commence à jouer. C’est une source de musique extérieure, vu que ce n’est pas mon mental qui la crée. J’alterne entre quelques accords doux, majeurs mineurs, mineurs majeurs, créant une atmosphère un peu plus calme et presque triste. Ce n’est pas la joie qui va le calmer, c’est comme demander à un pitbull enragé de jouer avec son nonos… Ça ne marchera pas. Ce qu’il faut, c’est le calmer, le rendre un peu moins offensif pour après essayer de le rendre heureux. Ce que je veux, c’est une sorte de mélancolie bienheureuse, des temps passés où il avait encore de l’espoir. C’est certain qu’il en a déjà eu, j’espère simplement qu’il sera capable de se les remettre en tête sans se mettre en colère contre la vie qui lui a arraché ce bonheur.

Alors que les ondes musicales se propagent dans l’air, j’entre dans une sorte de transe qui précède mes actions… psychiques, pour ainsi dire. J’essaye de voir la musique d’Evan, d’analyser comment il y réagit quand il se dédouble. Littéralement, il y a deux Evan !! Un qui semble normal, triste, fatigué, meurtri surtout, et une autre qui est relié à lui par un cordon ombilical, une forme noire et malveillante, une sorte de parasite destructeur. Sa musique est la pire dissonance de ma vie, je vois en lui l’être le plus déséquilibré du monde. Ça y est, je panique. Je ne sais pas si il a perçu ma présence psychique, mais moi je ne prendrais plus jamais le risque de sortir hors de mon corps avec le Dark Men autour. C’est comme ça qu’il s’appelle non ?

- Je viens de voir le Dark Men, je voulais t’aider, mais je ne veux pas prendre ce risque… Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça. Je suis vraiment désolée pour toi.

Suite à ces mots, je pose ma main sur son bras dans un geste de compassion et c’est alors que quelque chose de complètement disjoncté arrive. Je perçois le Dark Men à travers le contact physique ! Mais c’est complètement fou ! J’ouvre grand les yeux et je murmure à Evan de ne pas bouger. En prenant une grande inspiration, je referme mes yeux et concentre toute ma volonté dans une onde de musique de calme et de positivité, dans le sens où l’espoir et les souvenirs heureux sont au premier plan. Doucement, sans brusquer les choses, je m’infiltre dans la musique de son corps. Le sang qui bat dans ses veines chante au rythme du battement de son cœur, un déglutissement, un courant d’air qui fait siffler ses cheveux, le chuintement des vêtements sur sa peau, le roulis d’un estomac en train de digérer, tout est musique car tout est son. En restant dans mon corps, je les perçois et je n’ai pas à me dégager totalement de mon corps pour pouvoir transmettre l’émotion que je veux. Reste à savoir si ca marche ou non.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mer 8 Fév 2012 - 2:58

Elle me regarde avec de grand yeux malgré le fait que je lui ai dit que je ne la tuerai pas. Mais bon, il faut bien dire que c'était tout à fait compréhensible vu ce que je venais de lui révéler. Savoir qu'on a le responsable de plusieurs meurtres et massacres dans sa chambre, ça ne doit pas être extrêmement rassurant comme situation. Je me demandais ce qu'elle allait faire. en tout cas, j'espérais qu'elle ne me crie pas dessus à cause de ce que je viens de lui dire, ou encore qu'elle me traite de fou et de cinglé. Pourquoi tout le monde pense que je suis fou, d'ailleurs? C'est le Dark Men le cinglé! Ce n'est qu'un malade dont le seul but est de me pourrir la vie! Je ne suis même pas certain qu'il puisse être sensé ne serait-ce qu'une seule et unique fois. Moi, je n'ai habituellement pas de problème ! Je ne suis pas cinglé! Bon, parler au Dark Men ne doit pas aider à ma crédibilité, mais je ne suis pas fou! Les seules fois ou je n'ai pas toute ma tête, c'est pendant mes crises. Je ne suis pas fou...

-Oui tu l'es!

-Tu ne te la ferme jamais, bordel?

J'avais beau lui répondre de se la fermer, il avait peut-être raison. Qui me dit que je ne suis pas tout simplement un schizophrène qui hallucine un tueur sanguinaire, mais en fait qui n'est qu'une double personnalité qui se manifeste de temps à autres. Non! C'est vraiment trop bizarre comme idée! Je sais au moins que la Dark Men est réel...de temps en temps. Mais suis-je fou? ça se pourrait bien...Après tout, on ne peut pas dire que j'ai souvent des réactions des plus normales. Je réagis bizarrement, paniquant parfois pour un rien. Et qu'est-ce que ça me rapporte? Rien, à part parfois plus de morts sur la conscience. Et je déteste quand ça arrive! Je déteste tout ça. Le Dark Men, les morts, les crises, le Projet Soldier, tout! Parfois, j'aimerais ne jamais être né. Comme ça, je n'aurais jamais vécu toute cette souffrance, et toutes ces personnes ne seraient pas mortes. Et surtout, mais surtout, le Dark Men n'aurait alors jamais existé, et ça aurait vraiment été un plus pour l'humanité. Ce monstre n'aurait jamais dû exister! Jamais! Pourquoi? Pourquoi a-t-il fallu que tout cela arrive? Pourquoi moi? Pourquoi cette vie de merde!? Je remarque alors que Hyppy semble s'être calmé un peu. Je pousse un soupir de soulagement. Au moins, elle n'allait pas me crier dessus, c'était déjà ça de gagné.

- Bon, ton pouvoir est… spécial, rien à redire là-dessus. Mais comment tu comptes l’empêcher de me tuer ? Attends, je veux essayer quelque chose.

Elle recommença alors à jouer de sa guitare. Il fallait le dire, la guitare était un merveilleux instrument. En l'entendant jouer cette musique envoutante, j'ai comme l'impression que mes doutes et mes malheurs s'envolent peu à peu. C'est comme si la musique renfermait un pourvoir guérisseur, mais pour toutes les blessures psychologiques. Je ne disais pas que cette balade les refermera pour toujours, mais elle les atténuait assez pour que je puisse me détendre. Ça faisait tellement du bien d'être débarrassé de tous ces problèmes, de toute cette douleur, de toute cette folie... J'ai l'impression d'être totalement libre de tout ce qui m'afflige, de tout ce qui me retient. C'est vraiment bizarre. Ça doit être à cause du pouvoir d'Hyppy. Mais est-ce que je devrais lui demander d'arrêter? Non, sûrement pas. Pour une fois que j'ai la paix, je veux en profiter le plus longtemps possible. Je me sens vraiment bien. Et je commence même à voir les choses de manière plus positive que d'habitude. Peut-être y a-t-il de l'espoir pour moi finalement. Mais c'est alors que j'ai comme l'impression qu'on entre dans mon esprit. Cependant, je n'y porte pas vraiment attention. C'est sûrement le Dark Men qui tente de me faire réagir. Pas de quoi vraiment s'inquiéter. Attend, je suis en train de ne pas m'inquiéter au sujet du Dark Men? Mais c'est génial! Hypermusic peut vraiment m'aider à combattre le Dark Men, alors! Grâce à elle, je pouvais peut-être avoir une vie quelque peu normal. Puis, elle arrêta, mon sentiment de bonheur quasi-total s'envolant du même coup. Je me retournai vers elle, interrogé.

- Je viens de voir le Dark Men, je voulais t’aider, mais je ne veux pas prendre ce risque… Je n’ai jamais vu quelque chose comme ça. Je suis vraiment désolée pour toi.

Quoi? Elle n'avait pas vraiment fait cela? Non, elle était folle ou quoi? C'est vraiment dangereux de faire ça! Le Dark Men peut tuer alors que quelqu'un est dans ma tête. Il l'a fait pour la télépathe, et je ne veux pas qu'il le refasse avec qui que ce soit! Jamais! Je ne supporterai pas de voir à nouveau un corps sans aucun semblant de vie, ce corps ressemblant à une coquille vide d'émotion et d'âme. Je ne pouvais pas la laisser recommencer. Elle posa une main sur mon bras, histoire de me calmer. Mais comment voulait-elle que je reste calme avec ce qu'elle venait de me dire? En fait, ça commençait à mieux aller... Non! Elle essayait encore de rentrer dans mon esprit. Je ne la laisserais pas se tuer! Je retirai son bras d'un mouvement sec de la main. Puis, je la pris épaule si fort que ça devait faire au peu mal, puis la plaquait sur le mur. Je voulais qu'elle comprenne qu'il ne fallait pas faire ça. Je la regardai droit dans les yeux, le regard écarquillé et plein d'un étrange mélange d'inquiétude, de colère et de panique.


-Mais tu es complètement folle ou quoi? Il ne faut pas tenter de voir le Dark Men! Jamais! Tu sais ce qu'il peut te faire? Le sais-tu au moins? HEIN? Non, bien sûr que non. Et bien je vais te le dire, moi. Il peut te tuer! Te tuer! Juste parce que tu es dans mon esprit! C'est son terrain de chasse, alors n'y va plus jamais! Tu m'entends? JAMAIS! J'ai déjà perdu quelqu'un comme ça! Je ne veux pas que ça se reproduise, ok? Je ne veux pas te voir traînant au sol comme une coquille vide! Alors ne refait plus JAMAIS ça!

Je la lâche alors, commençant à me calmer un peu. J'y étais peut-être allé un peu fort. Mais je ne voulais pas qu'elle meurt à cause de moi. Au moins, maintenant, elle savait. Je me rassis sur son lit, le regard honteux. Je n'aurais pas pu lui expliquer plus simplement? Non, il avait fallu que j'ai l'air d'un cinglé, comme d'habitude! Je me mis à pleurer quelques gouttes de sang, puis me retournai vers elle.

-Désolé pour ça... Mais, c'est que... c'est vraiment dangereux...
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Lun 13 Fév 2012 - 2:00

Je le sens, là, juste sous la surface de sa conscience. Il me regarde, se moque de moi, prépare quelque chose. Mais quoi ? De toute façon, comment voudrait-il me faire mal en ce moment, je suis encore rattachée à mon corps physique, il ne peut pas me toucher. Je me répète cette phrase comme un mantra, il ne peut pas me toucher, il ne peut pas me toucher, il ne peut pas me toucher… Je ne sais pas trop ce qu’il se passe dans le monde physique, pour le moment je suis entièrement concentrée sur la musique de la vie d’Evan et sur le bruit agressant du Dark Men. Je sais qu’il est là, mais pourquoi je n’arrive pas à le toucher à travers lui ? J’essaye de le voir à travers lui, de sentir ce qu’il ressent quand il est là pour attaquer le mal à sa source. Enfin, attaquer c’est un grand mot, la musique n’agresse pas, elle calme. Donc pour calmer le mal à sa source ? Oh, c’est poétique en plus.

Donc je fouille et farfouille, mais le contact est coupé. J’ouvre les yeux et me sens brutalement plaquée contre le mur.

NON. CA SUFFIT !! Je fulmine de rage, mais surtout d’incompréhension. J’allais l’aider et lui me repousse ? Mais il est masochiste ou quoi, il l’aime ce Dark Men ? Il veut le garder ? PAS DE PROBLÈME !! Je lui laisse avec plaisir dans sa lune de miel à vie. Il va peut-être finir par craquer un jour, mais qu’il vienne me voir en pleurant… Je lui mettrai mon pied au bon endroit.

-Mais tu es complètement folle ou quoi? Il ne faut pas tenter de voir le Dark Men! Jamais! Tu sais ce qu'il peut te faire? Le sais-tu au moins? HEIN? Non, bien sûr que non. Et bien je vais te le dire, moi. Il peut te tuer! Te tuer! Juste parce que tu es dans mon esprit! C'est son terrain de chasse, alors n'y va plus jamais! Tu m'entends? JAMAIS! J'ai déjà perdu quelqu'un comme ça! Je ne veux pas que ça se reproduise, ok? Je ne veux pas te voir traînant au sol comme une coquille vide! Alors ne refait plus JAMAIS ça!

Ah mais oui, il me donne des ordres maintenant ! Et moi je vais obéir peut-être ? Mais oui, Hypermusic, tu n’essayes plus jamais d’aider un confrère, c’est clair ? Franchement… En venant ici, il pensait que ce serait facile de l’aider avec son Dark Men ? De l’aider à le contrôler ? Il aime la violence, on se doit de réagir avec la paix et l’amour, mais j’avoue que notre organisation n’est pas vraiment l’endroit pour ça…

- Désolé pour ça... Mais, c'est que... c'est vraiment dangereux...

Oh, que de frustration encore. L’aider tout simplement sera dangereux, je ne sais pas à quoi il s’attend ici, mais c’est ridicule de le laisser se battre contre de l’aide alors que c’est ce qu’il est venu chercher ici, non ? Je me dégage sèchement, et le regarde avec mon meilleur regard d’incompréhension.

- Mais comment tu veux qu’on t’aide si tu plaques contre le mur ceux qui essaient de te calmer? On est des grandes personnes, j’ai juste essayé de voir c’était quoi la source de toute ta musique négative, mais je vais te dire une chose. Le Dark Men fait partie de toi, tu es sa source de musique, alors franchement je ne sais pas comment tu vas faire pour t’en sortir. Trouve un moyen de te calmer, sinon… Ta vie va encore plus foirer qu’en ce moment, avec ce que tu traînes comme boulet, c’est inévitable.


Bon, j’ai été gentille quand même en lui parlant, mais c’est seulement parce que je sais qu’il ne mérite pas de méchanceté de ma part. De toute façon, j’ai plus de chance qu’il m’écoute et qu’il comprenne de cette manière plutôt que de lui hurler dessus et de l’insulter comme j’aimerais le faire en pensée. Je mérite une bonne tape dans le dos pour cette action, sérieusement, j’ai gardé mon calme !! Félicitation à moi-même.

La compréhension et la compassion, c’est mes deux armes-clés dans cette bataille contre cet autre coté d’Evan.

- Evan… Je veux t’aider, mais je ne sais pas comment. En t’aidant toi-même, en t’aimant pour ce que tu es sans le Dark Men, peut-être que c’est ainsi que tu vas pouvoir changer le Dark Men et le modeler à l’image du nouveau Evan.


J’avais une voix douce, des intonations calmantes, j’essaye au mieux de mes capacités de le calmer, mais je jure que si il me retouche ou si il me redit de ne pas l’aider, je le lance par la fenêtre, le Dark Men avec lui.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mar 14 Fév 2012 - 16:01

- Mais comment tu veux qu’on t’aide si tu plaques contre le mur ceux qui essaie de te calmer? On est des grandes personnes, j’ai juste essayé de voir c’était quoi la source de toute ta musique négative, mais je vais te dire une chose. Le Dark Men fait partie de toi, tu es sa source de musique, alors franchement je ne sais pas comment tu vas faire pour t’en sortir. Trouve un moyen de te calmer, sinon… Ta vie va encore plus foirer qu’en ce moment, avec ce que tu traînes comme boulet, c’est inévitable.

Le Dark Men fait partie de moi? Depuis longtemps, je sais qu’il y a un genre de lien qui me relie à ce tueur fou et complètement cinglé. Le Dark Men avait toujours été à mes côtés dans les pires moments, mais pas pour me consoler. Je me doutais qu’il se trouvait quelque part dans mon esprit, caché hors d’atteinte. Ce qui nous reliait était…comment dire? Spécial? Oui, disons-le comme ça. Non sommes coincés ensemble depuis des années pour une raison qui m’est inconnue. Mais aller jusqu’à penser que ce…ce monstre! Qu’il fait partie de moi! Ça n’a pas de sens! Mais qu’est-ce que ça veut bien dire, il fait partie de moi? Comme dans le sens où nous ne sommes qu’une seule et même personne? Il est donc moi? Mais non, ça ne se peut pas! Non, calme-toi Evan. Tu as tout simplement dû mal interpréter les paroles de Hypermusic. Bon, je sais que je suis un mutant et que mon pouvoir est tout simplement de faire apparaitre le Dark Men lorsque j’ai une crise, je sais au moins ça. Mais une question m’emplit alors l’esprit. D’où vient le Dark Men à la base? C’est une question à laquelle je pense pour la toute première fois malgré le fait que je vis avec le Dark Men depuis presque toute ma vie. S’il fait partie de moi, est-ce que ça voudrait dire que c’est moi qui l’ai inventé? Ouah! Pourtant, il a l’air si réel! Il me surprend souvent et me manipule, il ne peut pas être ma création! Mais si c’était le cas? S’il n’était au fond que le fruit d’une facette de moi-même? Je frissonnais rien qu’à y penser. S’il n’est que le résultat de ma personnalité et de mon subconscient, alors je suis vraiment le type le plus cinglé de toute la planète entière!

Et puis, je réalisai alors une chose étonnante. Je disais tout le temps que je cherchai de l’aide. Et il fallait bien avouer que j’en avais vraiment besoin. Enfin, c’est ce qu’il me semblait. Mais bon, on ne peut pas dire que tout va pour le mieux dans ma vie! Alors j’ai besoin d’aide! J’en demande tout le temps, espérant qu’elle vienne enfin. Mais Hyppy avait peut-être raison. Bien que je cherche de l’aide, se pouvait-il que j’en refuse intentionnellement? Ça me paraissait bizarre que je refuse de l’aide, mais je commençais à réaliser qu’elle avait raison. Alors qu’elle avait tenté de me calmer, je l’ai plaquée contre le mur et lui ai crié dessus. Est-ce une manière de demander de l’aide? Certainement pas. D’ailleurs, ça ne m’étonnerait pas qu’elle ne veuille même plus m’aider après cela. Mais pourtant, j’avais fait cela pour la protéger. J’évitais les gens pour les protéger du Dark Men. Mais entre éviter les gens pour les protéger et éviter leur aide ou aller les voir mais les mettre en danger, qu’est-ce qui était vraiment le mieux au fond? Je n’étais plus certain de moi et de tout ça. Et bien entendu, le Dark Men en profita pour venir me ruiner la moral.

-Alors Evan, ça fait comment de savoir qu’on est pareil? C’est sympathique non?

-Ferme la! Je ne suis pas un monstre comme toi!

-Dans un sens, je suis toi, alors tu es bel et bien un monstre, comme tu le dis si bien. Au fond, tu as juste peur d’avouer que tu n’es qu’un être encore plus ignoble que moi.

-Arrête de te foutre de ma gueule!

Je pris ma tête dans mes mains et me mis à pleurer des flots de sang. Toute cette histoire allait me rendre dingue! J’en pouvais plus de vivre avec tous ces doutes! Déjà que je ne savais pas où était le problème, au final. Est-ce qu’il venait du Dark Men ou de moi? Aaah! Tout était tellement compliqué!

- Evan… Je veux t’aider, mais je ne sais pas comment. En t’aidant toi-même, en t’aimant pour ce que tu es sans le Dark Men, peut-être que c’est ainsi que tu vas pouvoir changer le Dark Men et le modeler à l’image du nouveau Evan.

Je levai les yeux pour la regarder, puis m’essuyai le visage avec la manche de ma chemise. Sa voix était si douce, si clame, si apaisante… Je restai en silence à la regarder. Juste à l’entendre parler, je commençais à me calmer. Je voulais croire en ce qu’elle disait, même si j’avais un énorme doute sur la partie de remodeler le Dark Men. Mais elle avait peut-être raison, il fallait que je m’aide en premier pour que les choses aillent mieux. Mais je ne suis pas capable de le faire seul! Il me faut de l’aide pour ça. Et au fond, ça me ramène au point initial. Mais il devait y avoir une solution. Puis, je repensai à quelque chose qu’elle m’avait dit le jour où je suis entré dans la Confrérie.

-Le jour où je suis arrivé, tu m’as dit : «Il y a toujours moyen de tourner une situation à son avantage, faut juste savoir comment.» Tu…tu le pensais vraiment?
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Jeu 23 Fév 2012 - 4:38

Je reste figée un instant, je sais qu’il parle au Dark Men mais je ne peux pas m’empêcher de trouver ça angoissant. La meilleure chose à faire c’est attendre, attendre que sa crise passe….Enfin, ce n’est pas une vraie crise, dans le sens de crise comme il m’a décrite un peu plus tôt et où le Dark Men apparaît. Je me sens un peu étourdie, comme si être calme et gentille me drainait toute mon énergie, ou juste que je ne suis tellement pas habituée de l’être ! Pour moi c’est nouveau, je ne peux rien faire sauf rester assise et l’observer…

-Le jour où je suis arrivé, tu m’as dit : «Il y a toujours moyen de tourner une situation à son avantage, faut juste savoir comment.» Tu…tu le pensais vraiment?

Je me sens comme une grande sœur qui expliquerait à son petit frère que la vie vaut la peine d’être vécue, il a l’air tellement perdu et triste dans son monde qu’il réveille un instinct… féminin ???? Pas un instinct féminin du genre se maquiller et draguer, se faire belle et sourire, du genre la mère aimante, la sœur compatissante, ce genre de féminité ancestrale qui se trouve en toutes et chacune de nous. C’est fou comment des larmes peuvent changer la donne. Bon, c’était des larmes de sang, c’est un peu plus extrême que des larmes normales mais l’effet est là, il est triste. Je ne sais pas si c’est ce que je lui ai dit, enfin, je ne vois pas du tout ce que j’aurais pu lui dire de mal, c’est ce que je vois de lui, autant qu’il l’assume et qu’il vive avec… Ca ne doit pas être facile par contre, assumer qu’un psychopathe est dans sa tête. J’essaye d’imaginer c’est quoi vivre avec cette musique dans ma tête à longueur de journée et je panique !! Je ne peux même pas cauchemarder assez intensément pour savoir ce que ça représente, de vivre avec lui depuis la naissance. Il est là depuis sa naissance, non ? Meh, dans le fond, ce n’est pas important.

Alors, je me sens comme une grande sœur, je vais agir comme une grande sœur ! Je me rapproche de lui et je le prend dans mes bras, j’espère qu’il ne va pas essayer de me plaquer contre un mur ou quoi que ce soit, mais j’essaye de faire la *fille réconfortante* en le serrant contre moi. J’suis pas habituée, les gars que je serre contre moi d’habitude, c’est pas parce qu’ils viennent de pleurer. C’est un contact physique qui n’a rien à voir à ce que je suis habituée et c’est tant mieux. Il faut tout vivre au moins une fois ! Et aujourd’hui, je prends le rôle de la grande sœur.

« Shhht, ca va aller… Bien sûr que je le pensais vraiment ! Tu es plus que tes actions, tu es plus que les erreurs que tu as faites... Et comme tout dans la vie, il y a un coté positif et négatif. Je pense que le côté négatif est assez évident, mais pour le positif… tu es une personne tellement plus résistante mentalement ! Et qui sait si, un jour, tu serais capable de tourner le Dark Men à ton avantage ? »


Cette fois, je me foutais du Dark Men. Je dis ça parce que j’ai commencé à chanter une chanson qui m’a passé par l’esprit, un groupe chrétien -oui, de la musique chrétienne- mais qui vient chercher un calme et une paix réconfortante. Il en a de besoin en ce moment, c’est assez évident. Pauvre de lui, je le plains d’avoir hérité d’une mutation aussi… extrême. J’aimerais tant pouvoir l’aider comme on m’a déjà aidé, mais comment ? Oh seigneur, aidez-moi…

Mais qu’est-ce qui me prend ? Je suis trop gentille, faudrait que je me calme un instant. Bon, je pense à ca, mais en même temps je le vois pleurer des larmes de sang sur mon lit, je me dit que le pauvre a tellement enduré dans sa vie que c’est injuste qu’il endure encore plus. Le tuer serait peut-être lui rendre service… Mais non, je rigole. Quoi que c’est vrai, à sa place j’aurais eu des idées suicidaires encore et encore, avec cette musique d’horreur au cul vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept et à l’année longue, j’aurais flanché il y a un moment. C’est vrai ce que j’ai dit, ce type est vachement endurant.

( chanson qui flotte dans l'air.... https://www.youtube.com/watch?v=cgi-G-dHYkY )
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Sam 25 Fév 2012 - 2:27

Je la regardai, les yeux grands ouverts et attendant une réponse de sa part, quelques larmes coulant encore de mes yeux. J'espérais sincèrement qu'elle pensait ce qu'elle m'avait dit lors de notre première rencontre. Après tout, cette phrase est l'une des choses qui me permettent de résister au Dark Men. Elle me donne du courage et me prouve que j'ai une chance de retourner la situation contre le Dark Men, même si je n'ai aucune espèce d'idée de comment on peut faire cela. Après tout, il a tellement d'emprise sur moi. Peu importe ce que je fais ou ce que je pense, il peut toujours le retourner contre moi. Il est meurtrier, sans pitié ni émotion. Enfin, oui, il a des émotions, mais pas de très positives. Il est extrêmement sadique et ne pense qu'à faire du mal. Et malheureusement, même si cela me dégoute totalement de le dire, je dois avouer qu'il est très intelligent. Il peut tenter de faire comme s'il voulait m'aider pour au final me mettre en état de crise. Et malgré tout ce qui c'était passé au cours de ma vie et des rencontres que j'avais faites, une chose restait la même. Le Dark Men a toujours et encore une grande emprise sur moi. Malgré tous mes efforts et ceux des autres, il avait encore le même effet sur moi. Je commençais même à me demander si tout cela allait vraiment changer un de ces jours, ou si le Dark men serait toujours le plus fort et que je serai coincé avec lui jusqu'à ce que la mort nous sépare, si elle nous sépare... Juste à la pensée de devoir le supporter même après la mort, je frissonnai. Qu'est-ce que j'allais faire? C'est alors que Hyppy s'approcha de moi et me serra dans ses bras. Tout d'abord, je fus étonné et quelque peu déconcerté par sa réaction. Mais pourquoi est-ce qu'elle faisait cela? Qu'est-ce qui lui prenait tout à coup. Il n'y a pas cinq minutes, elle était fâchée parce que je l'avais plaquée contre le mur. Je croyais qu'elle le resterait encore un peu même après, et je m'en voulais un peu au fond de moi. Mais voilà qu'elle me serrait dans ses bras. Je n'étais vraiment pas certain de la suivre. Et en plus, je sentis tout à coup une gêne monter en moi, je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que la seule personne à m'avoir pris dans ces bras comme ça avant était ma mère, car malheureusement, je n'ai presque jamais eu de contact physique avec la télépathe à l'exception de nos mains qui se tenaient. Mais étrangement, la gêne et l'incompréhension font place au bonheur de la chaleur. C'était comme si je me calmais en étant comme ça. C'était comme si mes émotions négatives s'évaporaient d'un seul coup, envolées au loin. Et tant mieux! J'accote ma tête sur son épaule et ferme les yeux. Ça fait vraiment du bien. Je pouvais presque sentir la toute la tendresse et l'aide qu'elle m'offrait dans ce simple geste. Je ne pouvais que sourire.

« Shhht, ca va aller… Bien sûr que je le pensais vraiment ! Tu es plus que tes actions, tu es plus que les erreurs que tu as faites... Et comme tout dans la vie, il y a un coté positif et négatif. Je pense que le côté négatif est assez évident, mais pour le positif… tu es une personne tellement plus résistante mentalement ! Et qui sait si, un jour, tu serais capable de tourner le Dark Men à ton avantage ? »

J'écoutai attentivement ses paroles, me repassant chacun de ses mots dans ma tête pour être certain d'avoir bien compris ce qu'elle venait de dire. Et pourtant, elle avait totalement raison! J'avais une assez bonne force mentale pour pouvoir résister aussi longtemps au Dark Men sans virer complètement cinglé. Mais en même temps, je n'avais pas du tout l'impression de réussir à lui offrir une quelconque opposition... Après tout, ça semble toujours être lui qui est en position de force, et moi qui suis le faiblard entre nous deux. Je ne suis pourtant pas quelqu'un qu'on pourrait qualifier de solide émotionnellement. Alors comment se fait-il que le Dark Men n'ait pas encore gagné? Comment se fait-il que j'ai la force de m'opposer à lui dans cette lutte qui semble pourtant vaine? Moi qui me voyait toujours comme un sale pleurnicheur qui a peur de tout, serais-je plus courageux que je ne le pense ? Et puis, je me demande comment quelqu'un d'autre aurait réagi s'il avait été forcé de vivre avec le Dark Men. Après tout, ce n'est pas une petite promenade de routine, c'est l'enfer 24 heures sur 24. Et puis, ça m'étonne que je n'ai pensé au suicide que récemment, alors que la plupart des personnes l'aurait déjà fait bien avant cela. Alors j'étais si résistant que ça? Et c'est maintenant que je le réalise? Et tout ça grâce à Hyppy.

-Merci. Sincèrement.

Puis, j'entends la musique. C'est vraiment beau, et ça calme énormément du Dark Men. Si seulement je pouvais avoir Hypermusic à mes côtés tout le temps avec de la musique, ou au moins pouvoir avoir de la musique quand je veux. Je ne parle pas de la musique sur un Ipod ou un CD, mais de musique faîtes par quelqu'un. C'est bien plus beau quand on l'entend de la personne que du ipod. C'est alors qu'une idée me vint à l'esprit, et une très bonne idée même.

-C'est vraiment beau, cette musique. La guitare surtout. Est-ce que, enfin...tu voudrais bien m'apprendre à en jouer?
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Lun 5 Mar 2012 - 2:06

Ahlàlà, mais je ne sais plus quoi faire. Comme si l’instinct que j’avais eu, l’instinct de la grande sœur, s’était envolé d’un coup. Je me demande comment il me voit maintenant, c’est du joli ça… Je suis une femme forte, je suis une mutante qui n’a peur de rien, je suis la maîtresse de la musique ! Je suis une DJ qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, je suis celle qui peut faire exploser les tympans de n’importe qui, je suis celle qui peut rendre folle un être humain en m’infiltrant dans sa tête et lui faisant ressentir ce que je veux ! Je suis Hypermusic, pas *grande sœur qui prend soin de moi* !!

Meh, faut pas trop en faire non plus, je reste un être humain. Enfin, une mutante oui, mais à la base j’ai des gènes d’humains aussi. J’ai un cœur, je suis capable de ressentir de la compassion et tout et tout. Et j’ai cédé, malgré moi. Mais dans le fond, c’est mon frère mutant ! Il combat pour la même cause que moi, je suis là pour lui comme il serait là pour moi, comme n’importe qui d’autre dans la confrérie. On est censés s’entraider non ? Enfin, je pense que ce serait une bonne chose et je vais montrer l’exemple tiens. Pouah!! Moi, montrer l’exemple. Ce qu’il faut pas dire des fois.

Pendant que je dérape un peu dans ma tête, je garde toujours la bande sonore de 10th avenue north dans l’air. C’est un groupe de rock chrétien, ce qui veut dire que c’est des belles paroles avec un beat calme et reposant, sans pour autant tomber dans le quétaine et fleur bleue.

Mais heu… QUOI ? Il veut que je lui apprenne à jouer de la guitare ? Heuuu… HEUUUU…

Pourquoi pas ? Après tout, la musique pourrait sûrement lui faire plus de bien que de mal ! Sauf s’il abîme ma guitare, là, croyez-moi, ça va lui faire plus de mal que de bien.

« Heu… Ouais, pourquoi pas. Tiens, tu prends le manche comme ça *lui fout la guitare dans les mains* et le corps comme ça. Tes doigts vont là et là, oublie pas ton petit doigt sur cette corde-là… »

Ça continue comme ça pendant un moment, je lui montre les accords qu’il y a dans la chanson et je lui montre les rythmes de base. Le problème, c’est que j’ai totalement oublié la terminologie, genre le vrai nom des choses. Pourvu qu’il ne me le demande pas ! J’aurais l’air de quoi comme prof ? Enfin, je suis déjà nulle comme prof, en partant. Pour chaque accord que je lui apprends, je fais résonner dans l’air de quoi ça a l’air de, le son de chaque. Pour l’instant, il est pas mauvais !

Je profite d’un des derniers moment à la confrérie, je le sais… Et c’est très bien ainsi. Je suis calme, le monde autour de moi est calme et il y a de la musique. Je souris dans le vide, en pensant à rien, écoutant à moitié Evan qui se pratique. J’ai le dos accoté contre le mur, les jambes en indien, le corrigeant une fois de temps en temps et il me semble que le temps s’étire, s’étire… Est-ce que c’est comme un élastique ? Est-ce qu’il va se rompre un jour ? Peut-être, mais pour l’instant je suis bien, et l’autre à moitié psychopathe ne semble pas du tout psychopathe, pour une fois.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Ven 9 Mar 2012 - 5:53

J'espérais sincèrement qu'elle accepte de m'apprendre à jouer de la guitare. Après tout, le son de cet instrument me faisait vraiment du bien, à un tel point que s'en était presque troublant. Mais bon, je savais depuis déjà un bon moment que la musique m'aidait à relaxer, et donc m'aidait à faire face au Dark Men. Mais c'est aujourd'hui que j'ai vraiment réalisé le plein potentiel de l'effet de la musique sur mon esprit, même s'il se pourrait que les pouvoirs d'Hyppy y soient aussi pour quelque chose. Mais en même temps, elle m'aidait vraiment avec sa musique, et bien que j'aurais aimé l'écouté longtemps encore, je savais pertinemment que je ne pourrai pas être avec elle toute ma vie à l'écouter jouer de la guitare. Alors puisque la guitare me faisait tant de bien, il valait mieux que j'apprenne à en jouer pour que je puisse ainsi en écouter quand je veux. Ça me rendrait la vie bien plus facile. Après tout, vivre sans avoir à craindre l'influence du Dark Men était comme un rêve inatteignable pour moi. Mais grâce à la musique, il est enfin à ma portée. Mais bien sûr, il fallait que j'apprenne avant tout à jouer de la guitare, et Hypermusic était la seule personne que je connaissais qui pouvait me l'apprendre. C'est pour cette raison que j'attendais sa réponse avec autant d'empressement.

« Heu… Ouais, pourquoi pas. Tiens, tu prends le manche comme ça, et le corps comme ça. Tes doigts vont là et là, oublie pas ton petit doigt sur cette corde-là… »

Ouf! J'étais tellement content! Pendant une seconde, j'avais pensé qu'elle refuserait de m'apprendre à jouer. Mais quand elle me mit la guitare dans les mains, je n'avais vraiment aucune idée de comment faire. Mais elle m'aida en me montrant où placer mes doigts et comment faire. Avec ses explications, j'avais l'impression que ça venait tout seul. J'assimilai rapidement les bases, bien plus vite que je ne le pensais. D'habitude, je suis plutôt le genre de personne qui est lente à apprendre les trucs et qui à souvent de la difficulté à suivre les autres. Enfin, c'est ce que je retiens de mes entraînements chez le Soldier et de mon seul et unique jour de classe. D'ailleurs, si ce n'était pas de mon pouvoir, je suis persuadé qu'ils se seraient débarrassés de moi sur le champ en voyant mon piètre talent. Normalement, j'aurais paniqué à cette pensée. Mais actuellement, je me sentais calme et serein, comme si mes problèmes n'existaient plus. Et puis, c'était vraiment relaxant de se pratiquer à la guitare. Il fallait le dire, j'apprenais assez vite là dessus. Mais bon, enfant, j'avais toujours voulu jouer de la guitare, alors je ne faisais que réaliser quelque chose que je voulais accomplir depuis longtemps, finalement. Et puis, on pouvait dire que j'étais quand même doué. Bien entendu, il arrivait que Hyppy me reprenne à quelques reprise, mais tout le monde passait bien par là un jour ou l'autre. Après tout, on pouvait tous faire des erreurs dans la vie. Et puis, j'avais quelqu'un pour me reprendre. Heureusement qu'elle n'avait pas voulu m'appendre la musique avec des partitions, parce que je n'y aurais rien compris. Déjà que je ne sais ni lire ni écrire, alors lire des partitions, quel enfer! Mais bon, pour l'instant, je voulais tout simplement profiter de ces bons moments chez la Confrérie. Après tout, ce seront peut-être mes derniers ici... Cette pensée refroidit mon bonheur comme une claque en pleine figure. C'est vrai, je ne resterai peut-être plus longtemps parmi la Confrérie. Il y a l'institut qui pourrait vraiment m'aider. J'y connaissais Will, Erika et Tyler, trois personnes qui m'ont déjà aidé par le passé. Et puis, l'Institut me semblait une bien meilleure option que de rester dans la Confrérie. Mais en même temps, j'espérais qu'Hyppy ne haïsse pas l'Institut au point de ne plus jamais vouloir me reparler et de me considérer comme un ennemi. Je devais sincèrement dire qu'elle était ce qui se rapprochait le plus d'une amie parmi les membres de la Confrérie, alors je ne voulais pas qu'elle me haïsse à cause des querelles entre l'institut et la Confrérie. Et puis, tant qu'à y être, autant lui demander. Comme ça, je serai fixé et je pourrai peut-être arrêté de déprimer.

-Hum... Hyppy... Qu'est-ce que tu penses de l'Institut Xavier? Je veux dire, personnellement, et non par rapport au fait qu'on fasse partie de la Confrérie.
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Sam 10 Mar 2012 - 1:31

Je pense que je me débrouille plutôt bien comme prof en fin de compte ! Il apprend vite, ça se voit qu’il aime bien la musique. Il remonte dans mon estime, je ne pense pas m’attacher profondément à lui mais il me semble que parmi la Confrérie, c’est lui qui n’a pas encore essayé de me mettre au défi de le battre, qui ne m’ignore pas totalement, qui ne semble pas se prendre pour un autre, en bref c’est le plus normal parmi les anormaux. Il a un ami imaginaire qui lui dit de tuer les gens, et après ? En plus, il aime la musique. Je savais que ça aurait un effet sur lui, un effet positif. La musique c’est le moyen de se relaxer le plus commun dans le monde, c’est la forme d’art la plus populaire. Pourquoi ? Parce que c’est relié directement au cerveau, les ondes sonores sont bien plus efficaces que les ondes visuelles, que le toucher, ou quoi que ce soit. Je sais que je suis partiale dans ce jugement, mais avec moi, le meilleur moyen de se relaxer (ou de ressentir n’importe quelle émotion) c’est la musique ! Point final.

J’étais en train de lui montrer le riff du refrain quand…

- Hum... Hyppy... Qu'est-ce que tu penses de l'Institut Xavier? Je veux dire, personnellement, et non par rapport au fait qu'on fasse partie de la Confrérie.

Oh non… Ça veut dire quoi ça ? Ça veut dire qu’il veut rejoindre cette bande de snob ? Ces gens pensent que les êtres humains normaux sont digne de confiance, alors que tout ce que j’ai vu moi, c’est des êtres qui ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas, des personnes qui m’ont traité de monstre, mes parents qui m’ont toujours regardé avec cette pointe de crainte derrière leur prunelle ! Et eux, les gens de l’Institut, ils veulent qu’on soit amis avec eux. Ils ne sont qu’une bande de moutons, qui cèdent à la panique pour un rien, que je déteste et qui me dégoûtent. Quand je plane sur les ondes musicales, je ressens toute leur bestialité, leurs besoins primaires de sexe, de violence, et eux ils veulent devenir amis avec eux ? Je sais que les mutants ne sont pas plus exemplaires, mais nous au moins on a raison de se croire supérieur, on l’EST ! J’espère qu’il ne fait pas partie de ceux qui sont pour l’égalité humain/mutant, c’est complètement ridicule, lui devrait le savoir encore plus que tout autre !

« Evan… L’Institut veut que les humains soient égaux aux mutants, mais c’est impossible, tu ne comprends pas que nous sommes la race supérieure ? Nous ne vivrons jamais en paix avec eux, tu es le mieux placé pour comprendre ça… »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mer 14 Mar 2012 - 3:47

Rien qu'à voir son visage, je savais pertinemment qu’elle n’avait pas une opinion positive par rapport à l’institut. J’avais espéré qu’elle n’ait pas trop de mépris pour cet endroit, là où vivait Will, Erika, Tyler et probablement bien d’autres. Mais il semblait bien que c’était raté sur ce coup là, et les espoirs que j’avais alors sur le sujet s’envolèrent en un instant.

« Evan… L’Institut veut que les humains soient égaux aux mutants, mais c’est impossible, tu ne comprends pas que nous sommes la race supérieure ? Nous ne vivrons jamais en paix avec eux, tu es le mieux placé pour comprendre ça… »

-«Tu ne comprends pas ? Tu dis ça comme si j’étais l’un des leurs…»

Mais bon, j’avais beau dire ça pour en démentir, il fallait arriver à l’évidence qu’ils étaient une meilleure option pour moi que la Confrérie. Après tout, Magneto ne semblait pas vouloir m’aider pour l’instant, et j’avais vraiment besoin d’aide ces temps-ci. Pourtant, je ne doutais aucunement des bonnes volontés de Magneto pour me permettre de maîtriser le Dark Men, mais j’étais à une étape où les bonnes volontés commençaient à ne plus être suffisantes pour le contenir. Le Dark Men commençait à ronger peu à peu mes forces, ces derniers temps. C’est probablement dû à ce cauchemar que je fais depuis quelques temps. Mais heureusement, Hyppy m’avait montré comment jouer de la guitare, et ça allait vraiment m’aider. Et puis, j’ai un ami à l’institut, et j’aimerais bien le revoir. J’espérais beaucoup de la vie à l’institut, et ce même si mon choix n’était pas encore totalement fais. Mais en même temps, je savais que Hyppy avait raison sur un point, et même si j’avais espéré que la paix soit une option, je savais au fond de moi que ce n’était pas possible.

-Et tu as raison, la paix avec les humains n’est pas possible. Après tout ce que j’ai vécu dans la base du Projet Soldier, je ne crois plus beaucoup en l’humanité. Même si mes parents m’aimaient, ils n’ont jamais su que j’étais mutant, ou ne l’ont jamais vraiment envisagé en tout cas. Non, le Dark Men les a tués avant. Mais comment auraient-ils réagi en découvrant cela? C’étaient mes parents, quand même, ne m’auraient-ils pas aimé peu importe ce que je suis? Je n’aurais jamais la réponse à cette question. Et puis, ce sont des humains qui m’ont amené dans la base du Projet Soldier. Enfin, je n’ai jamais pu vraiment vérifier si c’étaient des humains ou non. Et là-bas, j’ai vécu l’enfer. Drogué, battu, forcé de combattre. C’était de la torture, autant physique que psychologique. Je n’avais qu’une seule et unique chance d’avoir une enfance normale, et ces types me l’ont enlevée à coup de piqures et de tests. Et je n’étais pas le seul qui subissait des traitements dans le genre. Ils voulaient exploiter le Dark Men, l’utiliser comme arme. Est-ce qu’un mutant ferait cela à l’un de ses frères? Je ne crois pas. Et à travers tout cela, le seul réconfort que j’ai eu m’est venu d’une simple mutante. Sans l’appui des autres mutants du centre, je ne serais pas là aujourd’hui. Mais même là, j’avais l’impression que la paix pouvait encore être possible, qui sait. Mais c’est durant l’attaque de la prison que j’ai enfin compris que c’était impossible. Ils ont peur de nous, ils pensent que nous ne méritons pas d’exister. Mais nous avons le droit, nous aussi!

Voilà, je l’avais dit. C’était probablement l’apothéose de tout ce que je retenais de ma vie à la Confrérie et dans la base du Soldier. Au fond, même si j’étais non violent, je voyais parfaitement qu’on ne pouvait pas vivre ensemble dans une même société. Mais je ne voulais pas pour autant la guerre, oh non! Je ne voulais surtout pas ça! Et puis, la différence ne voulait pas dire que nous étions supérieurs. Nous avions un pouvoir, oui, mais si on en fait mauvais usage, en quoi cela nous rend-t-il supérieur? Bien entendu, le Dark Men n’était pas de mon avis et ne se priva pas de le dire.

-Allez, avoue qu’une belle petite guerre entre les mutants et les humains serait amusant. Tant de morts! Tant de souffrance! Ça serait magnifique!

-Non! Ce serait répugnant! Pourquoi faudrait=il que cela se finisse par la mort de l’un des deux parties? Pourquoi faudrait-il systématiquement que l’anéantissement d’une espèce soit la fin de tout ça? Après tout, on ne pourrait pas vivre dans une société purement mutante, loin des humains? Je ne sais pas moi… Et puis, ce ne sont pas tous les humains qui veulent notre mort, non plus… Alors pourquoi impliquer des innocents là-dedans…

Je réalisai alors qu’Hyppy avait totalement écouté ce que je venais de dire. Je ne savais pas vraiment comment elle réagirait à la chose.

-Hum… je n’aurais pas du parler de l’institut… Désolé…
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Sam 24 Mar 2012 - 18:20

Je ne sais plus quoi penser… Il a raison, mais juste quand on parle de théorie. En pratique, même les gens innocents ont peur de nous, et ceux qui n’ont pas peur veulent nous utiliser pour leur guerre, pour leur plaisir. Comme si nous étions à leur service ! Non, il ne peut pas comprendre que nous sommes supérieurs et qu’en tant que tel, nous devons assumer notre place sans craindre de se faire utiliser par des imbéciles géniaux et nous faire tuer par des géniaux imbéciles. C’est juste triste, parce que oui, des fois, il y a des gens corrects, mais on ne peut pas faire du cas par cas pour 7 milliards de gens ! C’est triste, mais il faut agir, c’est une guerre que nous menons, une guerre pour la suprématie de la race mutante… Un génocide ? Non, nous ne sommes pas des tueurs. Si ? Son obstination me frustre un peu, j’ai l’impression qu’il ne se rend pas compte que ce qui lui est arrivé, c’est loin d’arrêter si on ne se montre pas un peu plus agressifs et si on ne montre pas qu’on est capable de se défendre. S’ils ne se rendent pas compte que pour chaque mutant torturé, il y aura dix humains morts, ils vont continuer encore et encore ! La violence, c’est triste à dire, se résout par la violence. C’est le seul langage qu’ils parlent. Le seul qu’ils comprennent...

C’est comme des chiens, lorsqu’ils se conduisent mal, ils doivent recevoir une punition. Jusqu’à ce qu’ils se conduisent bien, on doit serrer sur le collet. Ce sont des animaux, ce sont des bêtes primitives. Je le sais, je travaille pour eux. Malgré tout, ce sont eux qui font rouler le monde. Un jour, ça va changer. Un jour…

Je m’éloigne un peu, plisse les yeux pour me concentrer sur le visage d’Evan.

« Evan, tu défends ceux qui t’ont torturé… Tu défends ceux qui torturent, encore aujourd’hui, d’autres mutants ! En ce moment, ce que tu as vécu, d’autres le vivent !! Pourquoi ? Parce qu’ils sont différents. On ne peut pas laisser passer ça, tu ne vois pas qu’ils ne sont même pas humains ? Ce sont eux les monstres, et pourtant, c’est nous qu’ils encagent. »

Il parle au Dark Men, enfin, j’imagine, car il parle dans le vide. Il y a un peu de vrai dans ce qu’il dit…mais…

« Ils ont peur de nous ! La peur, c’est la violence. Ils ne comprennent pas ce que nous sommes, ils ne veulent pas le comprendre non plus ! Parce qu’en comprenant qui nous sommes, ils comprendraient qu’ils ne sont rien par rapport à nous. Alors, ils essaient de nous tuer, de tuer ce que nous sommes… Tu ne peux pas essayer de faire la paix avec ceux qui veulent la destruction de tes frères !!! »

Enfin, j’ai une légère expression de dégoût, parce que je repense à tout ce qui s’est passé dans ma vie, toutes ces vies qui ont été anéanties par le désir de suprématie de l’homo sapiens. Que de gâchis. Si seulement ils pouvaient reconnaître que nous sommes l’avenir, ils nous laisseraient la place, peut-être même qu’on reconnaîtrait alors le fait qu’ils sont humains aussi et qu’on leur laisserait une part de décision, mais avec leur comportement en ce moment, ils ne font que renforcer ce que je pense. Ce sont des bêtes sans cœur, des primates avec des gadgets technologiques qui ont appris à maitriser le feu. Mon opinion ne changera pas, tant que leur comportement ne changera pas. Tant que mes frères mutants seront soumis à des tests, je sais que je ne pourrais pas faire la paix.

Il s’excuse, et je comprends qu’il veut toujours les rejoindre. Enfin, de ce que j’ai compris, il souhaite changer de monde. Il ne pense pas comme nous, peut-être est-ce la bonne chose à faire, mais je ne peux pas l’envoyer sur un plateau d’argent à l’Institut. Je souris faiblement, en secouant ma tête un peu. Mes cheveux mauves sont un peu en désordre, je suis toujours en indien sur mon lit avec un schizophrène qui tient ma guitare dans ses mains. Je pose ma main sur son bras, doucement, pour ne pas l’effrayer.

« Tu es mon frère mutant, tes doutes sont les miens et… Je ne sais pas, je crois que c’est normal d’avoir des doutes. Moi, j’ai trouvé ma place. C’est normal pour toi de ne pas avoir encore trouvé la tienne. En attendant, t’es pas pire bon à la guitare, tu pourrais t’en acheter une et te faire un peu d’argent en jouant dans les métros. Mouais, je sais c’est pas super comme job, mais hey, tu choisis tes propres horaires ! »

J’essayais de détendre l’atmosphère, je le sens un peu… déprimé ? Comme toujours quoi. Bon, c’est lui, on l’accepte comme qu’il est. Surtout, il est un mutant, il mérite du respect et ce n’est pas parce qu’il a des doutes que je vais le lapider. Si il décide de rejoindre l’Institut par contre, je ne sais pas comment je vais réagir…
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Mar 27 Mar 2012 - 2:50

Hyppy me fixai dans les yeux, plongeant son regard dans le mien à la recherche de compréhension. De toute évidence, elle cherchait à comprendre mon opinion sur les mutants et les humains. Pourtant, j’avais été on ne peut plus clair au sujet. Je ne voulais aucune violence. La violence, c’était le summum de ce que je rejetais depuis toutes ces années. Alors penser qu’il y aurait une guerre entre les mutants et les humains ferait comme carnage. Ce serait clairement un génocide de masse, et malgré notre supériorité quant à nos pouvoirs de mutants, je ne pouvais aucunement en garantir l’issue. Et puis, je ne voulais même pas y penser. Ce serait terrible de voir tous ces morts, humains ou mutants. Au fond, il n’y aurait aucun gagnant. Il n’y a jamais rien à gagner dans une foutue guerre. Tout ce que la guerre apporte aux gens, c’est de perdre des proches et de détruire des vies. Est-ce vraiment cela que la Confrérie voulait? Des morts en masse, des cadavres couvrant les rues, des cités en ruines? Je ne connais pourtant qu’une personne qui désirerait cela, et cette personne n’est autre que le Dark Men. Cet enfer est son paradis. Le chaos, la mort, la violence, ce serait vraiment comme atteindre l’extase pour mon «compagnon». Je l’imagine facilement en haut d’un bâtiment en ruine, regardant l’horizon dévasté par la guerre, les affrontements et toute la destruction qui vient avec ce genre de chose. Je le vois les bras écartés, les yeux grands ouverts, riant comme jamais tout en profitant de ce moment. Au mois, il y aurait encore une personne d’heureuse dans ce monde en ruine. Mais je ne veux pas que ce monde existe. Il y a surement une autre option que la guerre entre les humains et les mutants, c’est sûr à cent pour cent! La guerre n’est, ne sera et n’a jamais été la solution. Jamais.

« Evan, tu défends ceux qui t’ont torturé… Tu défends ceux qui torturent, encore aujourd’hui, d’autres mutants ! En ce moment, ce que tu as vécu, d’autres le vivent !! Pourquoi ? Parce qu’ils sont différents. On ne peut pas laisser passer ça, tu ne vois pas qu’ils ne sont même pas humains ? Ce sont eux les monstres, et pourtant, c’est nous qu’ils encagent. Ils ont peur de nous ! La peur, c’est la violence. Ils ne comprennent pas ce que nous sommes, ils ne veulent pas le comprendre non plus ! Parce qu’en comprenant qui nous sommes, ils comprendraient qu’ils ne sont rien par rapport à nous. Alors, ils essaient de nous tuer, de tuer ce que nous sommes… Tu ne peux pas essayer de faire la paix avec ceux qui veulent la destruction de tes frères !!! »

Elle avait raison… et tort. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais je défends ceux qui m’ont fait ça tout en leur en voulant pour tout ce qu’ils m’ont pris. Pourtant, ce n’est pas à cause d’eux que j’ai vécu tout cela. Non, si j’ai dû endurer cet enfer, c’est à cause du Dark Men. S’il n’avait jamais existé, je ne me serais jamais retrouver dans cette base du Projet Soldier et on ne m’aurait jamais fait vivre toutes ces monstruosités. J’aurais pu avoir une vie normale, sans soucis. Je réalisai alors un fait terrible. Avais-je honte d’être un mutant? Je ne m’étais jamais posé cette question auparavant. Je m’étais toujours dit que j’étais spécial, et que le fait d’être spécial était une bonne chose dans la vie. Mais l’est-ce vraiment lorsque ce truc «spécial» cause la mort de plusieurs dizaines de personnes et que cela ruine ta vie toute entière? Parfois, je me disais que les choses se seraient mieux passées si je n’étais pas né mutant. Mais en même temps, j’étais né mutant, et j’étais capable de l’assumer. Je poussai un soupir.

-Écoute Hyppy, c’est vrai qu’on a un avantage comparé aux humains et qu’on leur est probablement supérieur à cause de ça. Mais il y a des fois où je me demande si mon pouvoir n’est pas plus un désavantage qu’un avantage. Après tout, qu’est-ce que ça m’a apporté de bon d’avoir le Dark Men, hein? Dis le moi!

Je réalisai alors que j’y étais allé un peu fort, là. Je m’en voulais de lui avoir crié comme ça, sans raison. Et puis, elle était ma seule amie dans la Confrérie. Car oui, je la considère maintenant comme une amie. J’avais honte de ma réaction.

-Écoute, je suis désolé d’avoir haussé la voix. C’est que je suis à bout de nerf ces derniers temps. C’est que je ne dors pas beaucoup à cause du Dark Men et de cauchemars, tu vois?

Puis, l’atmosphère se calma, et il fallut quelques minutes avant qu’elle ne me reparle. Quelque chose me disait qu’elle se doutait que je prévoyais de rejoindre l’institut un jour où l’autre. Mais bon, je crois bien que c’est la meilleur solution pour moi. Ce n’est pas une question de qui a raison sur le foutu avenir de la race mutante. Il fallait d’ailleurs le dire, je m’en balançais presque. Mais ils pouvaient m’aider, alors je ne devais pas laisser passer cette chance.

« Tu es mon frère mutant, tes doutes sont les miens et… Je ne sais pas, je crois que c’est normal d’avoir des doutes. Moi, j’ai trouvé ma place. C’est normal pour toi de ne pas avoir encore trouvé la tienne. En attendant, t’es pas pire bon à la guitare, tu pourrais t’en acheter une et te faire un peu d’argent en jouant dans les métros. Mouais, je sais c’est pas super comme job, mais hey, tu choisis tes propres horaires ! »

Je ris un bon coup au commentaire. Ça avait beau être un travail qui rapportait peu, je gagnerais probablement plus en faisant ça que durant tout le reste de ma vie. Je lui souris amicalement, content que l’atmosphère puisse enfin se détendre.

-Disons que ça me fera déjà ça! Mais d’après notre discussion, j’en conclu que tu n’as aucunement l’intention de m’accompagner à l’institut, hein? Honnêtement, je me fou un peu de leur conviction de paix et tout ça. Tout ce que je veux, c’est de pouvoir enfin être aider… Mais, est-ce qu’on pourra encore parler malgré ça? Et qui sait…peut être jouer de la guitare ensemble quand je me serai amélioré…
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Lun 2 Avr 2012 - 3:25

Non, il faut que je reste calme. Il faut que je me maîtrise. Il ne faut pas que je le tue. Il veut vraiment rejoindre cette bande de nazes de l’institut ? Je n’ai pas rencontré UN SEUL de ces types qui serait capable de me faire changer d’avis à leur sujet. Oui, ils ont les x-men et faut pas niaiser avec eux, mais nous, nous sommes tous des mutants accomplis. Nous sommes tous capable de leur botter les fesses. Nous sommes la Confrérie, je ne comprends pas pourquoi Evan ne comprend pas qu’il ne trouvera rien de plus à cet Institut de mes deux. Enfin si, ce qu’il trouvera de plus, c’est de la compassion. Compassion ? Pff, de la pitié oui. Moi je compatissais à sa situation, j’étais avec lui, enfin, j’allais me mettre à l’aider maintenant que j’ai fait connaissance avec lui. Il pense qu’il est tout seul ici ? Je peux comprendre que question capacité sociale, il n’est pas le type le plus expérimenté, mais bon… Il aurait du être capable de se trouver une place, il n’est pas différent de nous ! Au contraire, il est comme nous, un homme supérieur… Un mutant ! Sa mutation n’est peut-être pas la plus joyeuse, mais quand il va apprendre à la maîtriser, il sera invincible ! Lorsque le Dark Men fera partie de lui, il sera un des plus grands mutants jamais connu. Il ne comprend pas que nous valons tout aussi bien que l’Institut ? C’est quoi déjà ses raisons… Y a du bon dans tout le monde ? AH J’EN AI MARRE !!!!

Le bon n’est pas dans tout le monde, dans la mesure que le mal est plus grand dans ces saletés d’humains ! J’en ai jamais rencontré qui valent la peine d’être copain-copain, ou de laisser la vie sauve. Enfin, y a le type étrange de l’autre jour qui m’a sauvé la vie, mais quant à moi il n’était pas totalement humain. En tout cas, pas un humain normal, comme on en retrouve partout en Amérique du nord. La preuve, il venait de la Russie ! Mère patrie et tout. Je n’ai pas encore répondu, à cette pensée j’ai un *mpf* de rire avorté, mais je crois que je vais pleurer plutôt. Je le regarde, la bouche entrouverte comme si j’allais dire quelque chose, mais il n’y a rien qui sort. Je ne trouve pas les mots… Comme si j’étais frustrée, triste, enragée et désespérée. Je ne le comprends pas, le seul qui avait l’air correct parmi toute cette bande qui veut partir à l’Institut. Ce n’est pas vrai ce que j’ai dit, on n’est pas tous des mutants accomplis. On n’est pas tous des frères. On n’est pas tous des amis et jamais je ne donnerai ma vie pour un de ces lâches qui passent leur journée à se battre et à s’engueuler. Je ne suis pas tout à fait à l’aise ici, des fois j’ai l’impression de ne pas avoir ma place, mais c’est juste parce que je suis trop habituée à faire cavalier seule. Je suis habituée à vivre en solitaire, à ne jamais compter sur personne. C’est la seule raison pour laquelle je ne suis pas bien ici, j’en suis certaine. Lui aussi, c’est la même chose ! Il ne se rend pas compte que c’est normal de ne pas se sentir à l’aise tout de suite avec des nouveaux gens, c’est normal de douter de quelque chose d’aussi radical que la suprématie des mutants, mais il va s’habituer ! Il aurait pu… mais il s’en va.

Je croise ses yeux, il a encore des traces de sang sur les joues, témoins de ses larmes versées il y a peu de temps. Pourquoi déjà ? Je ne m’en souviens plus. Je ne sais plus pourquoi je suis ici, d’un coup c’est flou dans ma tête. Les traces de ses larmes me fascinent, des rivières taries de sang, du sang versé par tristesse. Non, je ne comprends pas. Le sang, c’est la colère, c’est la haine. C’est ce que j’ai versé, c’est ce qui a coulé des années durant. Mutant ou humain, il a versé et il est loin de tarir, contrairement aux croûtes qui se sont asséchées sur ses joues. Il en a sur les mains, et il s’en va pour prétendre à la paix et l’amour. J’ai peur de comprendre. J’ai peur qu’il ait raison, alors je vais dire qu’il a tort. Plus simple comme ça. De toute façon, je veux apprendre à maîtriser mon pouvoir et je sais qu’ici, je vais pouvoir le faire sans que tout le monde s’implique dans ma vie. De toute façon, je sais que je suis mutante et que je vaux mille fois mieux que ces imbéciles d’humains sapiens.

« Evan… »
Bon, ca commence bien, mais il faut que je continue. Pourquoi c’est si dur de dire ce que je veux dire ? J’ai le visage fermé, et ne plus savoir quoi dire n’aide pas !

« Heu… »

Lamentable. Je secoue la tête et mes cheveux mauves tombent dans mes yeux, mais je ne fais rien pour les remettre en place. Je ferme les yeux et j’évite son regard, de toute façon, je sais déjà ce que je verrais.

« C’est ta vie. Si tu as envie qu’on joue de la guitare, on verra ça un jour ou l’autre. »

Eh voilà, je viens de créer le malaise du siècle.

« Tu pouvais être aidé ici... Moi je l’ai été. Si tu veux aller à l’Institut, c’est ton choix. »

J’ouvre les yeux dans le vide, et je vois que c’est ça ma vie. Être déçue, toujours déménager, vivre de musique. Me nourrir d’elle et me droguer à même le rythme de mon cœur. Le silence ne sera jamais de mon monde, et je me demande à quoi il ressemble. Le silence n’existe pas. Le silence, c’est ma mort. Parfois, je me demande à quoi ressemble le silence…

« Tu as envie d’apprendre une autre chanson avant de partir ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Ven 6 Avr 2012 - 4:09

J’attends encore une fois sa réponse avec impatience et espoir, espérant qu’elle ne me rejette pas à cause de mon futur choix de rejoindre l’Institut Xavier, l’endroit où se trouvaient les pires ennemies de la Confrérie. Je ne sais pas vraiment si c’est possible que des membres d’une même espèce puissent se haïr autant tout simplement parce que certains sont dans une autre équipe que la leur. Personnellement, j’espère que non, car ce serait vraiment triste je trouve. Après tout, nous sommes tous des genres de frères et sœurs, non? Enfin, c’est l’idée que j’avais peut-être commencé à me faire des mutants. Bien sûr, certains frères et sœurs ne s’entendent pas, comme la Confrérie et l’Institut, ou encore moi et le… le Larveux. Je suis presque content qu’il soit mort, pour être honnête. Mais la mort n’est jamais une bonne chose, car peu importe qui elle frappe, cela fera du mal aux gens, au final. Voir quelqu’un qui meurt et y prendre plaisir, il faut vraiment être un monstre pour cela. Instinctivement, je jette un regard au Dark men, qui me réplique d’un sourire suivi d’une beau grand rire. C’est vraiment un monstre, celui-là. Le Larveux avait beau ne pas avoir peur de tuer, je ne crois pas qu’il tuait par simple plaisir. Bien sûr, je ne doute pas qu’il y prenait un certain plaisir, vu son expression à chaque fois qu’il m’attaquait lors des séances d’entraînement, mais je crois surtout qu’il voulait prouver qu’il était le meilleur, le plus fort, ce genre de chose. Je n’ai jamais compris pourquoi il fallait toujours être le meilleur. Après tout, être deuxième était bien aussi. Mais en même temps, si tu es le meilleur, tu peux protéger ceux que tu aimes, bien que je doutai que le Larveux aime qui que se soit d’autre que lui, ou respecte quelqu’un. Mais l’important était non pas l’attitude de ces deux cinglés, mais la réponse de mon amie ici présente.

« Evan… »

J’attendais avec impatience la suite, bien que le ton d’hésitation dans sa voix me fasse quelque peu douter. J’espérais vraiment qu’elle m’accepte malgré mes choix. Et puis, on fait tous des choix dans la vie, alors pourquoi pas moi? Je veut dire, si je ne prend jamais de décision, je n’arriverai jamais à rien dans la vie, et surtout pas à me débarrasser du Dark Men. Je ne veux pas passer ma vie avec lui!

« Heu… »

Je commençai à ressentir un étrange mélange de deux émotions totalement contradictoires. J’avais un peu d’espoir quant à la suite de ce qu’elle allait dire. Je souhaitais vraiment qu’elle accepte tout ce que je lui avais dit en me souriant, ou un truc du genre quoi. Juste pour montrer que l’on peut s’entendre encore malgré le fait que je vais rejoindre l’institut. Et puis, il y avait cette autre sensation. Cette crainte dans le doute qu’on pouvait percevoir dans sa voix. Pourquoi avait-elle l’air si embarrassé de me dire ce qu’elle pensait? Peut-être ne voulait-elle pas me blesser. Mais en même temps, cela voulait peut-être aussi dire qu’elle n’avait aucunement envie de me reparler après que j’ai rejoint l’institut. Je commençai vraiment à douter de plus en plus de tout cela. Après tout, ce n’est pas facile pour tout le monde d’accepter que quelqu’un rejoigne notre pire ennemi, surtout quand on s’entend ne serait-ce qu’un tout petit peu avec elle. Mais en même temps, on est amis Hyppy et moi, non? Elle ne me laisserait probablement pas tomber comme ça! N’est-ce pas?


« C’est ta vie. Si tu as envie qu’on joue de la guitare, on verra ça un jour ou l’autre. »

Je n’étais pas certain de devoir prendre cette réponde à la positive. Après tout, elle semblait assez peu nonchalante dans sa réponse. Je ne sais pas, c’est comme si elle semblait vouloir me dire que je n’étais plus le bienvenu ici. J’espérai sincèrement que ce n’était pas cela. Et puis, le «on verra» m’inquiétait quelque peu. Souvent, ça signifiait un truc du genre «pas vraiment intéressé» ou «probablement pas vu que tu vas rejoindre l’Institut». Ce n’était pas le genre de réponse qui me faisait chaud au cœur. D’ailleurs, c’était carrément le contraire. Elle ne semblait pas vraiment bien le prendre. Mais en même temps, elle le disait bien. «C’est ta vie». Ça veut dire qu’elle respectait au moins le fait que j’ai fait un choix que je pensais le mieux pour moi et mon avenir. Et ça, c’était déjà un bon début. Mais je pouvais parfaitement remarquer qu’il y avait un grand malaise entre nous depuis qu’elle avait donné sa réponse. Il y eu un silence qui me parut honnêtement sans fin. Ni moi ni elle ne voulions parler. D’ailleurs, je ne savais pas trop ce que j’aurais pu lui dire de toute façon. C’était comme si l’ambiance avait tout d’un coup arrêtée.

« Tu pouvais être aider ici... Moi je l’ai été. Si tu veux aller à l’Institut, c’est ton choix. »

Je lui souris nerveusement. C’était comme sa réponse précédente. Ça me donnait vraiment l’impression qu’elle acceptait bien que j’ai fait le choix de rejoindre l’Institut. Mais en même temps, elle me donnait vraiment l’impression que j’avais fait un choix qui ne lui convenait pas, et cela me rendait vraiment encore plus mal à l’aise. Au fond, avait-elle vraiment accepté mon choix? Je ne le savais toujours pas, et ça me trottait dans la tête.

« Tu as envie d’apprendre une autre chanson avant de partir ? »

La phrase me prit au dépourvu, et je me retournai alors vers elle. Au fond, peu importe sa réponse, l’important était de profiter de l’instant présent et des moments que je passais actuellement avec elle. Et si ça devait être les derniers, autant les apprécier. Je lui répondis donc en souriant :

-Oui, j’adorerais.
.
Revenir en haut Aller en bas
Hypermusic

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 07/06/2011
Age : 22
Localisation : Ouyapatagueul

Fiche Tecnhique
Metier: DJ, musicienne
Age : 23
Nationalité : Québécoise

MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   Ven 6 Avr 2012 - 6:46

Il a l’air super inquiet, du genre *qu’est-ce qu’elle pense de moi ?* et tout, mais je ne peux pas lui dire que je suis d’accord avec lui, avec ses choix, c’est tout le contraire ! Je suis vraiment déçue de ses choix, mais comment lui dire ? J’ai toujours un peu l’espoir qu’il reste, ou que je réussisse à le faire changer d’avis, le faire rester avec moi. Non, il préfère être avec eux, il se fout carrément de moi. Pourquoi je l’aiderai ? Pour lui, ce qu’on a essayé de faire, lui donner une chance, c’est pas assez. On aurait du le débarrasser du Dark Men en partant, on aurait du faire des miracles quoi. Pourquoi il trouverait là-bas ce qu’il n’a pas trouvé ici ? Plus j’y pense, plus je me fâche. J’ai des bagages à terminer, j’ai un déménagement à faire, j’ai une vie à vivre. Pourquoi je prendrais de mon temps pour lui ? Je plante mon regard d’onyx dans ses yeux.

« Je vais t’apprendre un refrain d’une chanson que j’aime bien. »

Je plaque durement ses mains sur le manche de la guitare, sans délicatesse je place ses doigts pour les accords et je lui apprends les paroles du refrain.
(Turn your back, par Billy Talent)

When the storm hits your front door, with a roar you can't ignore....
Ya run, run, away! but there's no place to hide, mate!
When the days turn into night, you don't got no chance to fight...
'Cause you're too late! so kiss your ass goodbye, mate!


And you can turn your back... but it won't go away
And you don't look scared... but you should be afraid
You can shut your mouth... but you still have a say
But you just don't care... for tomorrow, today
J’ai les yeux éteints, j’ai hâte qu’il parte. Dans la musique qui se créé, j’ai commencé à surfer un peu, j’ai installé un sentiment de malaise, de peur. Je veux qu’il parte, le plus tôt sera le mieux. C’est drôle, sa propre musique se retourne contre lui. Il voulait peut-être profiter des derniers moments à la Confrérie, eh bien profite mon chéri. On récolte ce que l’on sème, et si il a décidé de semer le déception et l’incompréhension, il a décidé de ne pas nous donner de chance de l’aider, eh bien voici ce qu’il récolte. Peut-être qu’il ne voit pas ce qui se passe du même point de vue, pour lui on est sûrement les méchants qui détestent tout le monde et qui sont les terroristes mais il n’a qu’à moitié raison. C’est tout le monde qui nous déteste, et nous, on se défend. Il est le mieux placé pour le savoir, et je n’ai qu’une hâte, qu’il se rende compte que la violence qu’il traîne avec lui ne sera jamais guérie par l’amour, la compassion, ou ces autres trucs fleuris. On est ceux qui se défendent contre la violence par la violence. On n’a pas le choix, mais on l’a bien vu dans l’histoire de l’humanité, c’est ça qui marche le mieux. On pourrait toujours extrapoler avec des *et si*, des *mais* et des *exceptions*, mais le monde ne tourne pas autour de ces trois choses. Il tourne autour de*violence* *peur* et *haine*. Tous ont en eux ces instincts primitifs, veux ou veux pas.

« Bonne chance avec ces snobs de l’Institut. »


Mon ton dégoulinait de sarcasme, mais je ne peux pas m’en empêcher. Je me lève et je recommence à faire mes boîtes sans me préoccuper de lui. Tout ce que j’espère, c’est qu’il ne remarque pas que j’ai une larme dans l’œil gauche. Est-ce que je suis folle de rester ici ? Pourquoi il s’en va ? Et si jamais c’était réellement mieux là-bas…

Non, ça suffit. Ils ne m’accepteraient jamais avec ce que j’ai fait. Je suis une meurtrière, je ne peux pas l’ignorer. Je déteste les humains normaux, j’adore user de mon pouvoir sur eux. Ma place est ici, j’ai au moins une chose de certaine dans ma vie.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Repaire de la Confrérie :: Partie Supérieur :: Les Chambres-