X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comme on se retrouve... [Alex/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Lun 30 Juil 2012 - 11:16

Tomber dans le vide. Qui n'avait jamais fait ce rêve ? William était justement en train de le vivre, s'imaginant tomber sans pouvoir se rattraper à quoique ce soit. Tout ce qu'il pouvait faire était d'attendre l'inéluctable : la mort qui l'attendait forcément au bout. Tout autour de lui était noir, il était seul, il chutait et il ne voyait même pas le fond, ignorant combien de temps cela allait encore durer. Voir sa mort venir était sans doute la pire chose qui pouvait arriver pour le rouquin en dehors de perdre ses proches. Cela aurait été idiot qu'il dise ne pas avoir peur de la mort. C'était justement ce qu'il craignait le plus et celui qui disait le contraire était idiot. La mort était la fin de toute chose, le point final à toute existence, il n'y avait plus rien ensuite, plus de possibilité de retourner en arrière... Et Will tenait bien trop à la vie pour prendre ça à la légère. Cependant, depuis qu'il avait failli se laisser mourir entre les mains de son père, il rêvait fréquemment qu'il allait mourir, d'une façon ou d'une autre. C'était plutôt pénible et fatiguant, l'empêchant de se rendormir par la suite. Ce fut d'ailleurs le cas cette nuit là.

Le sol apparut soudainement et Will se réveilla en sursaut juste avant de s'écraser. Assis sur le lit, le mutant sentit une chaleur contre lui. Amy dormait toujours, c'était un miracle qu'il ne l'ait pas réveillée en bougeant alors qu'elle dormait toujours contre lui. Il l'observa dormir un instant, se rassurant que tout ça n'était encore une fois qu'un rêve et qu'il était bien vivant. Du bout du doigt, il dégagea une mèche de cheveux du visage de l'italienne dont le sommeil n'avait pas été troublé. Cela faisait un moment qu'elle n'avait plus fait de cauchemars. Sans doute que l'épisode avec le Road Killer était derrière elle désormais. Ce n'était pas plus mal.

Will n'avait plus envie de se rendormir. A vrai dire, il savait déjà qu'il n'y arriverait pas. Tournant la tête vers le volet fermé, il constata qu'il devait encore faire nuit : aucun rayon de soleil ne filtrait à travers, laissant leur chambre dans une pénombre presque totale. Se dégageant doucement de l'étreinte de sa petite amie, Will se glissa hors du lit et sortit de la chambre, refermant la porte sans faire de bruit. Il ne portait qu'un simple pantalon de jogging pour dormir mais ne s'habilla pas davantage une fois hors du lit. Pourquoi s'encombrer après tout ? Il n'allait qu'à la cuisine boire un peu d'eau fraiche et comptait se poser dans le salon ou la bibliothèque pour y passer le reste de la nuit en attendant que les autres résidents se réveillent.

Une fois à l'intérieur de la cuisine, il ne prit pas la peine d'allumer la lumière, préférant rester dans le noir le temps d'émerger complétement. Il ouvrit le frigo et prit une bouteille d'eau, vidant la moitié de son contenu. Il avait la gorge sèche. A croire qu'il venait de faire la traversée du désert. Alors qu'il buvait, il aperçut une ombre qui passait près de la fenêtre. Son imagination sans doute... Seulement, le phénomène se reproduisit. Ce n'était sans doute qu'un animal, rien de plus. Cependant... La forme paraissait plutôt... Grande, du peu qu'il en avait vu. Dans le noir et avec un seul oeil, difficile de voir quelque chose malgré la lumière de la lune. Will posa sa bouteille et s'avança près de la fenêtre pour jeter un oeil. Rien.

Alors qu'il allait se détourner de la fenêtre, le rouquin vit de nouveau quelque chose. Une grande forme se déplaçait furtivement sur le côté. C'était quoi ça... ? Le Fauve qui faisait une ronde nocturne ? Vu la carrure, c'était possible, mais quelque chose disait à Will qu'il se trompait. Le meilleur moyen de vérifier, c'était d'aller voir. Will sortit de la cuisine, traversa les couloirs et passa la porte principale du bâtiment pour se retrouver dehors. Ce n'est que lorsque ses pieds entrèrent en contact avec les marches froides en pierre qu'il réalisa qu'il n'était que peu vêtu. Tant pis, ce n'était pas comme s'il faisait froid. Cependant, quelque chose le gênait. Il n'avait pas son arme sur lui. Lui qui la portait constamment, il n'y avait que lorsqu'il dormait qu'il s'en séparait. Et sur le coup, il n'avait pas pensé qu'il en aurait besoin au cœur de l'Institut. Sauf que là, la situation était différente. Et s'il s'agissait d'un intrus ? De quelque chose de dangereux ? Il ne pourrait alors que compter sur son pouvoir. Tiens d'ailleurs, plutôt que de prendre des risques, mieux valait envoyer un éclaireur.

Will fit apparaitre son deuxième lui en tout point identique et resta au niveau de la porte d'entrée, s'asseyant sur les marches. Le sol était frais mais au moins cela le réveillait. Le clone s'éloigna, faisant le tour du bâtiment sans chercher à se dissimuler ou être discret. Si quelque chose lui tombait dessus, ce n'était pas grave, il pouvait mourir sans problème. Ce n'était jamais agréable pour Will mais au moins il ne risquait rien réellement. Le clone avança, observant autour de lui pour voir s'il n'apercevait pas la fameuse forme étrange. Ce n'est qu'au détour d'un angle du manoir qu'il le vit enfin. Une énorme bête se tenait non loin de lui. Tout ce que le rouquin voyait pour le moment était un tas de poil bipède qui se déplaçait lentement, avec des mouvements étranges comme si il observait les bâtiments. Une chose était sûre, ce n'était pas un animal. Enfin...C'en était un, mais pas un commun. Will ne fut même pas surpris de voir un tel spectacle. Après tout, avec tous les mutants qu'il connaissait, il n'y avait plus grand chose qui l'étonnait ou lui faisait peur à ce niveau là. Il n'y avait qu'à voir Scum et le Fauve qui n'avait plus grand chose d'humain et qui pourtant, étaient de vraies crèmes. Il fallait toujours se méfier de l'apparence...

Le clone resta où il était pour ne pas faire de bruit, observant simplement ce qui semblait être un intrus. Il réalisa soudainement qu'il avait déjà vu une boule de poils similaire quelques jours auparavant, alors qu'il réparait le toit. A moins que la forêt ne soit remplie d'êtres comme lui, c'était sûrement la même personne. Que faisait-elle ici ? La seule chose dont le rouquin était sûr était que la créature face à lui était un mutant. Un frère en quelque sorte. Pourquoi leur voudrait-il du mal dans ce cas ? Il ne devait faire que farfouiller comme un animal curieux... Dans le doute, autant lui demander
.

"Tu cherches quelque chose ? Si c'est à manger, la cuisine est d'l'autre côté, t'es passé d'vant déjà." lança t-il soudainement d'un ton neutre

Will n'était même pas sur la défensive. Lui qui d'habitude se tenait prêt à toute éventualité faisait actuellement preuve de calme, parlant comme s'il connaissait déjà cette créature. A quoi bon s'en méfier ? Il n'était qu'un clone. Si l'espèce de loup était dangereux, le véritable Will aurait tout le temps de prévenir les autres et de se mettre à l’abri bien que ce n'était pas dans ses habitudes de fuir le danger. Puisqu'il ne risquait rien, autant oser. Doucement, il fit quelques pas vers le mutant.

.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 


Dernière édition par William Cage le Jeu 11 Oct 2012 - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Lun 30 Juil 2012 - 16:31

Je n'en pouvais plus de cette endroit nauséabond, si bien, que je n'y retournais que pour dormir et encore.

Scum était gentil malgré parfois son caractère, mais c'était l'endroit que je ne supportais plus. J'ai réussi à ne pas tomber malade là-bas, mais... Je n'avais pas envie de tenter le diable.

Son ma forme animale, j'étais reparti vers cette forêt, afin de me défouler et me débarrasser de cette odeur de mort qui me suivait partout.

J'entrepris alors de me rouler dans la boue saine de l'endroit, afin qu'elle absorbe ces odeurs et que la nature me marque plus que la ville.

Une fois totalement boueux, je me dirigeais donc vers le lac le plus proche, nettoyant mon pelage.

J'avais chopé pas mal de tiques et de puces en ville, à cause des égouts notamment. Je savais que ce bain me débarrasserait des parasites indésirables vous donnant la vie infernale.

Soudain, je me souvint alors que non loin, il y avait un petit paradis. Une zone où des personnes, comme moi, étaient différentes de la plupart de la population humaine.

Je me dirigeai donc vers le lieux, que j'avais longuement observé durant mes autres visites, et la curiosité me poussa a franchir la grille. Ce fut un jeux d'enfant de passer au travers.

D'un seul saut, j'avais atterri dans l'enceinte du parc, avant de remarquer des caméras et des alarmes à détection de mouvement.

Je me cachais alors bans un grand buisson, entendant les mouvement des machines et captant leurs fréquence de balayage. Pour m'assurer de leur façon de fonctionner, je pris un cailloux, que je jetai en voyant la caméra se diriger vers lui en le fixant et l'analysant.

Pas d'alarme, alors je décidai d'avancer à une certaine vitesse afin de ne pas se faire repérer par la première, jusqu'à arriver au niveau du bâtiment où la surveillance semblais moins active. Sans doute que les systèmes étaient assez performant pour arrêter les intrus?

Cela dit, tout paraissait calme. Et une multitude d'odeurs émanaient de la construction. Ma queue s'agita, prolongement de mes pensées, montrant mon excitation et ma joie d'être aussi près de personnes similaires.

Peut être pourrais-je rentrer? J'avais envie de les voir, même s'ils dormaient tous vu le calme du bâtiment.

Passant plusieurs fois devant une fenêtre celle du dessus était ouverte, alors peut être qu'en un bon, j'arriverai a m'agripper au bord pour me hisser?

Non, je me ferai repérer à coup sûr.

Aucune branche non loin ou d'endroit à escalader... Je tournais presque en rond en dessous de cette fenêtre qui m'invitait à monter...

- Tu cherches quelque chose ? Si c'est à manger, la cuisine est d'l'autre côté, t'es passé d'vant déjà.

Dans un sursaut je fit volte-face à la personne, la queue entre les jambe et reculant subitement. Je restai sur mes garde, à quatre pattes près du sol, le poil hérissé.

Quand l'homme fit un pas en avant, je me mis a grogner doucement, montrant les crocs aussi gros que des couteaux de combat.

Que faire... Attaquer ? Fuir ? Mon arrière train touchait un angle, où je me sentis pris au piège, coincé entre le mur et l'homme.

Mes oreilles en arrière plaquées sur le crane, mon corps tremblait de nervosité et de crainte, je sentais mon cœur battre fort, prêt à rompre mes os pour partir en courant, sans moi.


Quand l'homme refit quelques pas en arrière, je me sentis rassurer, pouvant me calmer sans me laisser emporter par la peur.

D'une voix basse et grave j'expliquais ma venue.

- Je.. je suis... hey... Mais tu es le garçon qui m'a vu l'autre jour? Sur le toit en réparation, non ?

Je me redressai alors, humant son odeur. Il semblait... Bizarre pour un être vivant.

Une autre odeur non loin de la, réelle et plus forte, me parvint à la truffe, passant aux cotés de l'homme, je me dirigeai alors vers une entrée non loin passant ma grosse tête dans l'encadrement de la porte.

- Je t'ai trouvé !


Dis-je d'une voix amusée. En effet son clone était parfait, mais l'odeur était encore trop peu travaillée pour être réelle. Il aurait fallu qu'il porte d'autres vêtements que le jeune avait porté il y a peu pour être parfait à mes yeux.

Ma queue remua à nouveau doucement, je restais en dehors du bâtiment, me sentant plus en confiance.
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Mar 31 Juil 2012 - 11:00

La nuit, tout se ressemblait. Tout prenait la même teinte, le même aspect. Comme le disait le dicton : la nuit, tous les chats sont gris. C'était vrai, on était jamais autant égaux que la nuit. Aux yeux de la lune, tout était pareil. A ses yeux seulement cependant. On pouvait dire ce que l'on voulait, personne n'était jamais égal à quelqu'un d'autre, surtout entre humains et mutants. Comment concilier deux races si différentes ? Will n'était pas certain que cela soit possible. Quoiqu'il en soit, malgré que la nuit jouait en faveur des éventuels intrus, le rouquin aperçut tout de même quelque chose passer devant la fenêtre de la cuisine. Même s'il n'avait qu'un oeil, il voyait très bien avec son oeil restant et ne doutait pas un instant qu'il avait vu quelqu'un. Seulement qui était-ce ? Ami ou ennemi ? Difficile à dire. Il pouvait même s'agir d'un élève qui profitait de la fraicheur de la nuit pour se changer les idées dehors. Après tout, c'était tout à fait ce que Will aurait pu faire pour passer le temps, cela ne lui était donc pas réservé.

Toutefois, la curiosité et surtout la méfiance le poussèrent à aller dehors pour vérifier de quoi ou qui il s'agissait. Pas suicidaire, il préféra envoyer un éclaireur pour ne prendre aucun risque. S'il s'avérait qu'il n'y avait rien de dangereux, alors il irait voir par lui-même, pas avant. Il avait déjà pris suffisamment de risques inutiles par le passé et s'il pouvait éviter de se faire blesser, pourquoi passer à côté ? Sans vraiment de prudence, le clone se dirigea vers la forme qu'il avait vu à travers la vitre de la cuisine. Il n'eut pas besoin de vraiment s'approcher pour constater de quoi il s'agissait. Maintenant qu'il était à côté, il voyait bien qu'il s'agissait d'un animal ou plutôt d'un mix entre un homme et un animal. A vrai dire, si Will croyait aux légendes, il aurait tout de suite pensé à un loup garou. Malheureusement, il avait parfois un peu trop les pieds sur terre malgré l'influence d'Amy et voyait en cette créature un simple mutant qui n'avait pas eu de chance le jour du tirage au sort des pouvoirs. Peut-être que son don était pratique, mais il ne pouvait plus se mêler aux humains... Pas sous cette apparence. C'était certain. S'il se pointait en ville ainsi, il se ferait aussitôt tirer dessus. Dans le meilleur des cas, il se ferait capturer pour subir des expériences. Rien d'enviable... Sur le coup, comme avec Scum, William se sentit chanceux.

Profitant du fait qu'il ne l'avait pas vu, visiblement trop occupé par son inspection du bâtiment, Will se mit à lui parler. Rien de menaçant dans son ton, il lui parlait comme s'il parlait à quelqu'un qu'il connaissait. Il lui proposa même à manger par réflexe. Il se souvenait de sa rencontre avec Scum. Il se souvenait de sa propre vie avant d'atterrir à l'Institut. Quelqu'un qui furetait ainsi désirait peut-être simplement manger et rien d'autre. Dans le doute, le rouquin ne fit qu'une proposition, attendant déjà de voir sa réaction face à lui. Peut-être qu'il s'agissait d'un ennemi, il n'en savait rien après tout.

Sa réaction ne se fit pas attendre. A peine la phrase prononcée, le loup humanoïde se retourna vivement, sur la défensive. On aurait réellement dit un loup, agissant d'instinct face à quelque chose qu'il ne connaissait pas : avec méfiance et crainte. Will fit un pas dans sa direction mais stoppa lorsqu'il le fit montrer les dents. Non pas qu'il craignait de se faire mordre ou pire, mais il ne voulait pas le mettre mal à l'aise. S'il réagissait ainsi, c'était peut-être simplement car il avait été effrayé. A moins qu'il ne s'agisse d'un dangereux mutant... Dans tous les cas, le clone reprit sa place initiale sagement. C'est sans surprise qu'il entendit l'animal s'exprimer. Forcément, il s'agissait d'un mutant.

Si le début de sa phrase avait l'air hésitant, le reste vint tout seul. Ils se connaissaient ? Will n'eut pas besoin de réfléchir beaucoup pour se souvenir du fameux jour dont il parlait. C'était bien ce qu'il pensait. La créature qu'il avait vu à ce moment était revenue mais avait cette fois dépassé le mur d'enceinte. Était-ce lui qui lui avait fait peur la première fois qu'ils s'étaient vu, le dissuadant ainsi de s'approcher davantage ? Le rouquin avait du mal à croire qu'il pouvait à lui seul effrayer un type si imposant. Il se rendit compte de sa taille réelle lorsque celui-ci se redressa pour le renifler. Bien que le borgne soit relativement grand, ce loup était immense.

Sans avoir le temps de répondre à la question, Will observa le loup faire le tour du bâtiment jusqu'à la porte d'entrée, le suivant en marchant d'un pas rapide. Que faisait-il... ? Il eut rapidement la réponse. Le mutant poilu agissait réellement comme un animal et.. suivait sa piste ? C'était en tout cas ce qu'avait déduit Will en le suivant grâce à son clone. Ainsi, il ne fut pas surpris de voir la tête du loup dépasser de la porte, s’exclamant qu'il l'avait trouvé, comme s'il s'agissait d'un jeu. Comment avait-il su ? Comment avait-il compris que le type face à lui n'était pas vraiment lui ? Ils étaient pourtant identiques en tous points puisqu'il s'agissait d'une réplique parfaite de lui. C'était lui... simplement à un autre endroit. Il devait y avoir une différence pour qu'il ait ainsi compris mais quoi ? L'odeur ? Il l'avait reniflé après tout. Le meilleur moyen restait de lui poser la question
.

"T'es bien la première personne a réussir à nous différencier juste comme ça ! Chapeau ! Désolé d'pas être venu en personne. 'Fin même si c'est quand même moi au final. J'me méfiais, j'avais vu quelque chose mais j'étais sûr de rien. En tout cas t'as raison, j'suis bien celui que t'as vu l'aut' jour, sur l'toit. C'moi qui t'avais fait fuir ? T'es parti si vite qu'j'ai même pas eu l'temps d'te voir correctement." répondit-il avec un sourire

Non, ce mutant n'avait rien de menaçant malgré son apparence. Il avait simplement eu peur et maintenant il semblait s'amuser. On aurait presque dit le comportement d'un chien plus que d'un loup. Will fit disparaitre son clone, devenu inutile et se leva doucement. D'un pas calme, il se dirigea vers la porte d'entrée et sortit pour être au même endroit que le mutant puisque ce dernier n'avait pas l'air de vouloir entrer. Il ne le colla pas pour ne pas le mettre mal à l'aise mais resta tout de même non loin de lui
.

"Moi c'est William et toi ? Tu v'nais visiter les locaux ou tu cherchais un truc à manger ?" demanda t-il en tendant la main bien qu'il ne soit pas certain qu'il puisse la lui serrer "Tu viens du bois ? J't'avais jamais vu avant. Tu dois être balèze pour pas t'être fait chopper par le système d'sécurité ! Hé, ça t'dit d'grignoter un morceau ? J'allais m'faire un truc à manger alors si tu veux en profiter..."
.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Mar 31 Juil 2012 - 13:01

- T'es bien la première personne a réussir à nous différencier juste comme ça ! Chapeau ! Désolé d'pas être venu en personne. 'Fin même si c'est quand même moi au final. J'me méfiais, j'avais vu quelque chose mais j'étais sûr de rien. En tout cas t'as raison, j'suis bien celui que t'as vu l'aut' jour, sur l'toit. C'moi qui t'avais fait fuir ? T'es partit si vite qu'j'ai même pas eu l'temps d'te voir correctement.

- Et bien... oui, vous êtes pareil mais l'odeur dégagée par ton clone est moins forte ou vivante pour moi que la tienne.

Quand le jeune homme s'excusa, mes oreilles se baissèrent, je comprenais sa crainte, je la sentais aussi encore un peu, mais il semblait plus confiant.

- Je comprend que tu n'ai pas voulu prendre de risque... Qui n'aurait pas peur d'un monstre comme moi... A part un semblable?... Et oui... J'ai... J'ai toujours eu très peu confiance en l'humain... Alors j'ai eu peur que tu lances une battue... Chose normale je pense mais n'en parlons plus.


Quand le clone eut disparu, je regardai un peu partout si il s'était bien volatilisé, presque fasciné par la chose. Au moins, il ne se sentirait jamais seul.

- Moi c'est William et toi ? Tu v'nais visiter les locaux ou tu cherchais un truc à manger ?Tu viens du bois ? J't'avais jamais vu avant. Tu dois être balèze pour pas t'être fait chopper par le système d'sécurité ! Hé, ça t'dit d'grignoter un morceau ? J'allais m'faire un truc à manger alors si tu veux en profiter...

J’eus un sourire dévoilant toutes mes dents quand il parla de nourriture. Cela faisait plusieurs jour que je n'avais pas manger à ma faim à vrai dire, contraint de chasser des rongeurs des égout, ayant manqué de m'intoxiquer plus d'une fois.

- Ce serai avec plaisir... Mais... Non, je ne veux pas dévaliser le frigo. Je viens de la ville, c'est que très récemment que j'ai découvert l'endroit. Depuis que je suis a la rue, je viens fréquemment ici, m'y sentant bien... Enfin... Mieux que dans les égout avec Scum. Il est gentil, mais c'est l'endroit que je ne supporte plus.


Quand le rouquin lui demanda s'il était balèze pour avoir passer le système de surveillance et sécurité, il ria doucement.

- Non, je suis très observateur et... disons que mes sens m'aident à me faufiler. Cela dit, je ne suis pas assez doué pour remarquer que je passe devant une fenêtre.


Il tendit la main vers moi, mais par réflexe, je fis deux pas en arrière, plaquant mes oreilles sur le crâne. J'avais peur, même s'il n'y avait rien a craindre... J'avais vécu tellement de chose alors qu'on abusait de ma confiance que... Non je ne pouvais pas.

- Je... Je peux pas serrer ta main... Disons... Pas encore... Un jour peut-être, mais pas là.



Reculant un peu pour lui laisser la place, je me demandais s'il voulait alors marcher un peu... Pourquoi pas en forêt? Non... cela impliquerait sans doute un contact.
[color=violet]
- Vous avez l'air bien ici... Au moins... La population ne vous rejette pas... Et n'abuse pas de vous... Vous avez au moins une "famille" si je puis dire... Alors que ma mère et mon meilleur ami se sont fait tuer comme du vulgaire gibier... Si... Si je tenais les responsables... Je ne donnerai pas cher de leur vie... [/color]



Repensant à tout ça, un grondement sourd m'échappa, faisant vibrer l'air autour de moi, alors que mes crocs se dévoilaient et que mon poil se hérissait, après la pointe de colère, une grande tristesse s'empara de moi, me calmant. Non, je ne devait pas pleurer... pas ici... Ni hurler ma détresse...

- Tu as lu les journaux dernièrement ?... Une femme et son chien tués pour un vulgaire cambriolage?...

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Dim 5 Aoû 2012 - 3:14

Comme quoi, les créatures de légende existaient bel et bien parfois. Il n'y avait qu'à voir ce loup bipède imposant, dressé devant Will. N'importe quel humain aurait sûrement pris ses jambes à son cou face à une créature si imposante. Le rouquin lui ne voyait là qu'un frère mutant qui n'avait pas eu de chance. Néanmoins il était mal placé pour critiquer qui que ce soit à ce niveau là car il se souvenait encore de sa réaction déplacée en ayant vu Scum la première fois. Toutefois, plus que de la peur, c'était de la surprise qu'il avait ressenti. Qui se serait attendu à rencontrer une telle personne ? Désormais, Will ne s'étonnait plus de rien. A l'Institut aussi ils avaient leurs mutants dont l'apparence ne permettait pas de passer inaperçu. Au moins, personne ne jugeait. Ils étaient plus ou moins dans la même galère après tout, alors autant se serrer les coudes et ignorer ces petites différences. Malgré tout, même si la vision de ce curieux personnage à poils en aurait étonné plus d'un, le fait qu'il parlait sans mal aurait probablement terminé de les surprendre. Plutôt que de se regarder en chien de faïence, les deux mutants discutaient calmement, évoquant le pouvoir du rouquin. Voilà que "l'intrus" l'avait rapidement démasqué. Une première !

"Tu dois avoir un sacré odorat alors ! Ça doit pas êt' marrant quand quelque chose pue ! Tu dois l'sentir deux fois plus !"


Will était du genre à foncer tête baissée au mépris du danger. Toutefois, lorsqu'il était calme et que rien ne pressait, il faisait preuve de plus de tactique. Plutôt que de s'exposer inutilement à un éventuel danger, il avait préféré envoyer son clone en reconnaissance bien que cela fut en fin de compte inutile. Malheureusement, cette attitude méfiante sembla peiner le nouveau venu qui se qualifia tout seul de monstre. Il était craintif malgré sa taille imposante, ce qui était plutôt paradoxal... Mais au final pas si étonnant. L'être humain savait se montrer cruel envers ce qu'il ne connaissait pas, surtout lorsqu'il en avait peur.

"T'es pas un monstre, juste un mutant. Les monstres ce sont ceux qui t'veulent du mal sans raison. Ils ont p't'être une apparence humaine mais à l'intérieur, ils sont pourris. J'me méfie d'tous ceux que j'connais pas, une sale habitude mais ça m'a d'jà sauvé la vie, c'pas contre toi tu sais."
précisa t-il tout de même

Puisqu'ils étaient entre mutants, il n'y avait plus besoin de mettre de barrières entre eux. Ayant aperçu le loup près de la fenêtre de la cuisine et puisque le rouquin avait faim, celui-ci proposa au mutant de l'accompagner en cuisine afin de partager son repas. Il refusa malgré le fait qu'il semblait avoir relativement faim, précisant qu'il ne voulait pas piller le frigo. Will ne voyait pas où était le problème, la nourriture était là pour être mangée, surtout s'il avait faim. Il en avait été privé trop longtemps pour faire la fine bouche et comptait bien partager son plat. Ainsi, ce mutant était à la rue ? Quelque part, Will se sentit soudainement proche de lui. Lorsque l'on avait vécu dans la rue, on voyait les choses différemment et on avait tendance à mieux comprendre les autres. Mais ce qui l'interpela le plus était le nom qu'il prononça. Scum ? Il le connaissait ? Le monde était définitivement petit
.

"Oh tu connais Scum ? Ça alors ! Ouais les égouts ça va deux minutes... Au moins ici, pas b'soin d'se cacher. Ça doit pas êt' pratique d'te planquer en ville vu ta carrure j'imagine."

Le mutant expliqua comment il avait réussi à se faufiler à l'intérieur de l'enceinte bien qu'il semblait se sentir idiot de s'être fait repérer à cause d'une simple fenêtre. Difficile de l'en blâmer. Lorsque l'on avait faim, on oubliait parfois les choses les plus élémentaires, Will le savait bien. Puisqu'il était là, devant lui, c'était bien la preuve qu'il faisait preuve d'assez de jugeote pour ne pas se faire prendre par le système de surveillance. Le rouquin laissa tomber ce détail et en profita pour se présenter, tendant la main vers l'autre mutant. Cependant, plutôt que de la serrer, il recula, semblant de nouveau craintif, comme s'il avait peur qu'il lui fasse du mal. Il expliqua d'ailleurs vaguement qu'il ne pouvait pas la lui serrer maintenant. Était-ce à cause de sa forme ou y avait-il une autre raison. Ne voulant pas se montrer indiscret ou intrusif, Will n'insista pas et ne posa pas de question, laissant sa main retomber le long de son corps. Il ne lui avait même pas donné son nom.

"Comme tu veux ! Et comment j'peux t'appeler du coup ?"

Le loup avait l'air d'envier la situation du rouquin. Qui ne le ferait pas ? Il était nourri, logé, blanchi et il était parmi ses semblables. Oui, il avait clairement eu de la chance. L'autre mutant n'avait pas eu l'air d'avoir une vie facile lui non plus. Peut-être était-il temps que cela change. La vie n'avait rien de tendre pour les mutants actuellement, ce qui donnait à l'Institut un petit goût de paradis. Le mutant évoqua ses défunts proches. Étaient-ils également des mutants ? Évoquer tout ceci semblait le remuer, se mettant à agir comme s'il allait sauter à la gorge du premier venu. Plutôt que de reculer, Will se figea, préférant ne pas faire de geste brusque. Le loup sembla cependant se calmer, l'interrogeant sur ce qu'il avait pu lire dans les journaux. Pour se tenir informer, Will en lisait un chaque jour même s'il ne retenait que rarement les informations inscrites dedans.

"Ouais... j'ai lu ça dans la rubrique faits divers. C'était... ta famille ? C'était vraiment un cambriolage ?"
demanda t-il, suspicieux, préférant s'informer avant de dire une ânerie

Puisque le mutant ne voulait pas rentrer à l'intérieur du manoir, ce qui était tout à son honneur, Will décida que ce serait l'intérieur qui viendrait à lui. Pas question de le snober ou de le traiter comme un importun. Le rouquin tourna les talons, s'arrêtant juste avant de retourner à l'intérieur du bâtiment.


"J'reviens, t'en va pas, j'en ai pour 2 minutes !" prévint-il avant de disparaitre

D'un pas rapide mais discret, le borgne se rendit à la cuisine. Pas le temps de cuisiner ! Will fouilla donc le frigo et trouva un plat de viande : des tranches de rosbeef froid. C'était parfait. Le rouquin attrapa le plat ainsi qu'une bouteille d'eau et referma le frigo pour prendre du pain de mie avant de retourner dans le couloir. Rapidement, il retourna dehors, dépassa le mutant et vint s'asseoir sur les marches du perron. Il posa ce qu'il transportait et se fit un sandwich, désignant le plat presque pas entamé
.

"Sers toi ! Faut pas gâcher ! Si ça t'suffit pas, j'irai en chercher d'autre !"
.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Jeu 9 Aoû 2012 - 11:38

- Oh tu connais Scum ? Ça alors ! Ouais les égouts ça va deux minutes... Au moins ici, pas b'soin d'se cacher. Ça doit pas êt' pratique d'te planquer en ville vu ta carrure j'imagine

Quand Will recula, je me sentit rapidement plus à l'aise. Il était gentil, mais les derniers contacts avec le genre humain avaient été un peu chaotiques. Je savais qu'il me faudrait à nouveau du temps pour laisser quelqu'un me toucher. J'étais tout de même gêné par ce blocage, mais c'était comme ça.

- Comme tu veux ! Et comment j'peux t'appeler du coup ?

Rassuré qu'il ne soit pas offusqué par mon comportement, ma queue s'agita doucement de droite à gauche.

- Je m'appelle Alex

En lui exposant ce qui c'était passé, je sentais l'envie de tuer me prendre a la gorge, mais je fus bien vite calmé. Ici, rien a craindre, alors aucune raison de s'énerver.

-Ouais... j'ai lu ça dans la rubrique faits divers. C'était... ta famille ? C'était vraiment un cambriolage ?

Will partit un court instant, revenant avec un plateau digne d'un roi ! De la bonne charcuterie et tout un tas de viande diverses et variées. Mon estomac gronda, captant l'odeur divine de ces mets.


- Sers toi ! Faut pas gâcher ! Si ça t'suffit pas, j'irai en chercher d'autre !



Alors que j'allais entamer le repas, je préférais d'abord parler de ce qui s'était passé. J'en avais besoin, qu'importe la personne, il fallait que cela sorte, et maintenant.

- Pour faire court, oui... Ça l'était... Je n'ai pas pu voir si c'en était un... Je suis arrivé peut de temps après le moment... et... ma mère était déjà morte alors que Méphisto non. Il m'a pas beaucoup parlé... et... un policier est rentré armé. Alors pour me défendre, alors qu'il allait sans doute mourir... il lui a sauté dessus... L'homme a pas cherché à comprendre et il a tiré.

Résultat des courses, je suis en cavale, pour un accident, et un meurtre que je n'ai pas commis...


En en parlant ouvertement, ainsi, je me rendis compte que plus jamais je ne pourrais vivre a new york... J'avais tué un policier, on me recherchait pour une chose non commise... Un soupir de désespoir m'échappa.

- Ici... ça a l'air d'être un véritable paradis... Et je pourrais sans doute jamais y rentrer avec tout ce que j'ai fait...

La faim était finalement partie, comme vaporisée par mes aveux... Allait-il me dénoncer? J'en doutais fortement...

Poussant légèrement le plateau, le regard plein de chagrin, je me redressai.

- Désolé... J'ai plus faim...

Ma voix s'était enraillée, nouée par l'envie de pleurer... Enfin hurler ma solitude. Mais ici, c'était prendre le risque de me faire repérer à coup sûr, et me faire chasser comme du vulgaire gibier.

Le besoin de réconfort me tournait les entrailles. L'envie d'une étreinte, l'étreinte amicale et particulière de Méphisto, ou la protectrice et rassurante de Maman... Mais ils n'étaient plus la... je songeai alors un instant a commettre l'irréparable. Agresser Will afin qu'il prenne peur, alerte les autres, et enfin, faire le "grand méchant loup" pour que l'on m'abatte de sang froid.

Mes crocs commencèrent à se découvrir que je m'approchais de "l'ami" mais mon regard trahissait mon envie. Je n'était pas du tout crédible... Puis s'en prendre à un innocent... non... Il avait été la, m'avait écouté, avait voulu me nourrir, et voila comment je le remerciait ? En "menaçant" sa vie?

Vraiment, j'avais honte, j'étais perdu dans un monde d'adultes, avec des problèmes d'adultes alors que je n'étais qu'un gamin de 17 ans...

Finalement, je restai planté devant lui du haut de mes 2 mètre 30, recouvrant mes crocs de mes babines, en détournant le regard.

- Je suis vraiment pitoyable... Être prêt à mordre la main qui me nourrit... Voilà le remerciement que je te fais, alors que tu as été le seul homme de "sympathique" depuis des années... je me dégoûte...
.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Jeu 9 Aoû 2012 - 13:41

Autant lorsque l'on rencontrait quelqu'un, on ne s'en sentait pas forcément proche, autant lorsque l'on rencontrait un mutant et qu'on en était un, on sentait une certaine proximité. Quelque part, on sentait que la personne en face de nous avait elle aussi subi certains problèmes liés à sa mutation. C'était une différence qui rapprochaient les mutants et les rendaient plus forts lorsqu'ils étaient en groupe. C'était en tout cas l'impression qu'en avait William, impression qui prenait de l'ampleur depuis qu'il était à l'Institut. Pendant longtemps persuadé qu'ils étaient une espèce rare, il avait finalement réalisé qu'ils étaient nombreux et un peu tous dans la même galère. Pourquoi donc rejeter quelqu'un qui l'avait déjà été par d'autres ? Si les humains ne comprenaient pas, les mutants, eux, comprenaient. Le rouquin ne connaissait qu'à peine celui qui se tenait devant lui mais il partageait au moins un point commun avec lui. Ici, ils étaient entre eux et Will voulait lui montrer qu'il n'avait rien à craindre, essayant de le mettre à l'aise. Malgré son imposante carrure, le loup se comportait plutôt comme un animal pris au piège bien qu'il semblait s'être détendu entre temps.

Le mutant répondit finalement qu'il se nommait Alex. Un prénom on ne peut plus banal pour quelqu'un qui ne l'était pas. Comme quoi les mutants étaient également humains avant tout même si ceux-ci semblaient l'avoir oublié. Alex fit référence à un fait divers publié dans les journaux dont Will se souvenait vaguement. Tandis qu'il y réfléchissait, il opta pour aller faire un tour à la cuisine afin de ramener de quoi manger pour lui et son invité surprise. Il ignorait ce qu'il aimait mais supposait qu'il apprécierait un peu de charcuterie ou de viande. De retour dehors avec le loup qui n'avait pas bougé, Will s'installa, se prépara à manger et écouta ce qu'avait à dire le mutant.

Celui-ci lui révéla des choses surprenantes et avoua même un crime à demi mots. Le pauvre Alex n'avait été qu'une victime et il se retrouvait comme un paria désormais alors qu'il n'avait rien demandé à personne. Sur le coup, Will se sentit davantage proche de lui pour la simple et bonne raison qu'ils avaient tout deux du sang sur les mains. Toutefois, était-ce vraiment comparable ? Will avait tué trois fois dont deux sans vraiment le vouloir. Mais contrairement à Alex, il n'était pas recherché pour ses crimes, n'ayant eu aucun témoin et n'ayant laissé aucune preuve. Alex, lui, se sentait comme pris au piège d'un engrenage dans lequel il était impuissant.

Il semblait envier l'endroit et même éventuellement désirer s'y installer mais estima que c'était impossible à cause de son passé. Là dessus, il se trompait mais il ne pouvait pas le deviner. Will aussi au départ avait craint que ce qu'il avait pu faire auparavant soit un motif de rejet mais personne, pas même Xavier ou Emma ne lui avait demandé quoique ce soit. Ils avaient accepté le couple sans poser la moindre question, laissant le passé où il était. Will allait en faire part à Alex lorsque celui-ci repoussa le plateau de viande, se redressant en affirmant qu'il n'avait plus faim. L'évocation des souvenirs était sans doute douloureux, lui coupant l'appétit.

Plutôt que de manger, Alex s'approcha de Will en montrant les dents, faisant hausser les sourcils du rouquin. A quoi jouait-il ? Il adoptait une attitude soudainement menaçante alors que le mutant n'avait fait que manger et l'écouter sans faire de commentaires. Pourquoi réagissait-il donc ainsi ? Était-ce son pouvoir qui le poussait à agir comme un animal ? Sans doute... Instinctivement Will tendit la main vers l'arrière de son pantalon avant de réaliser qu'il n'avait pas son couteau sur lui, laissant donc pendre sa main, sans but. A quoi bon de toute façon ? Un couteau contre un immense loup aurait sans doute été inefficace. Mais quelque chose dans le regard du loup laissait penser à Will qu'il n'avait rien à craindre. Même si son attitude était menaçante, son regard ne l'était pas. Le borgne ne bougea pas, restant immobile en attendant la suite.

Finalement, Alex reprit une attitude normale, perdant sa soudaine agressivité tout en détournant le regard, expliquant plus ou moins ce qu'il venait de faire. Il se rabaissait même, visiblement pas fier de lui. Will esquissa un sourire. Alex ne devait tout simplement pas savoir comment se comporter
.

"C'normal de plus savoir où t'en es. La vie a pas été cool avec toi jusqu'à présent mais rassure toi, t'es pas l'seul. T'as pas b'soin d'te montrer agressif tu sais, ta carrure suffit à elle seule. Ça donne pas envie d'te chercher des noises... Mais t'as pas l'air d'un méchant gars !" affirma t-il d'un hochement de tête

Will croqua dans son sandwich puis posa ce qu'il en restait dans l'assiette. Il n'aimait pas tellement parler de lui au premier venu mais il avait besoin d'un exemple et son parcours lui semblait idéal pour ça. Peut-être qu'ainsi, Alex aurait davantage confiance en lui et en l'avenir. Se frottant les mains, Will se leva et resta planté à côté d'Alex
.

"Tu sais, avant j'vivais dans la rue. J'y ai vécu longtemps, presque six ans, c'était loin d'être facile tous les jours mais au moins j'étais pas seul. Puis j'ai eu du bol, j'suis tombé sur les bonnes personnes et j'ai pu emménager ici, simplement parce que j'suis mutant. On m'a rien d'mandé, on m'a posé aucune question. Y a pas de conditions en dehors du fait d'être mutant, alors j'pense que c'est c'qui te convient, nan ? Au moins ici, personne viendra t'emmerder, tu s'ra tranquille." expliqua t-il avec un ton rassurant

Quant au fait qu'il soit un meurtrier ou qu'on l'accuse d'un meurtre qu'il n'avait pas commis, c'était une toute autre histoire... mais qui résonnait étrangement avec celle de William. Il ne pouvait que le comprendre. Levant les yeux pour voir les siens, Will dut lever également la tête, pour une fois
.

"L'passé c'est l'passé. Nos erreurs font pas d'nous quelqu'un de mauvais. Moi aussi j'ai merdé, plus d'une fois, et pourtant, ça n'a jamais eu aucune incidence sur ma présence ici. C'est vrai qu'c'est l'passé qui fait c'que nous sommes mais ici tu peux construire ton présent comme tu l'désires. Si les gens sont pas capables d'comprendre ça, alors c'est qu'ils sont cons. J'sais c'que c'est d'perdre un être cher, j'comprend. Mais dis toi qu'maintenant, t'es plus seul. Il était p't'être temps pour toi d'te trouver une nouvelle "famille". J'pense que rencontrer l'professeur Xavier t'ferais l'plus grand bien. C'est son établiss'ment. Ça t'dit d'le voir ? Enfin pas là au milieu d'la nuit hein ! Mais genre dans les jours à v'nir ? Juste pour voir ? Ça t'oblige à rien."
.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Sam 11 Aoû 2012 - 1:27

- Tu sais, avant j'vivais dans la rue. J'y ai vécu longtemps, presque six ans, c'était loin d'être facile tous les jours mais au moins j'étais pas seul. Puis j'ai eu du bol, j'suis tombé sur les bonnes personnes et j'ai pu emménager ici, simplement parce que j'suis mutant. On m'a rien d'mandé, on m'a posé aucune question. Y a pas de conditions en dehors du fait d'être mutant, alors j'pense que c'est c'qui te convient, nan ? Au moins ici, personne viendra t'emmerder, tu s'ra tranquille.
L'passé c'est l'passé. Nos erreurs font pas d'nous quelqu'un de mauvais. Moi aussi j'ai merdé, plus d'une fois, et pourtant, ça n'a jamais eu aucune incidence sur ma présence ici. C'est vrai qu'c'est l'passé qui fait c'que nous sommes mais ici tu peux construire ton présent comme tu l'désires. Si les gens sont pas capables d'comprendre ça, alors c'est qu'ils sont cons. J'sais c'que c'est d'perdre un être cher, j'comprend. Mais dis toi qu'maintenant, t'es plus seul. Il était p't'être temps pour toi d'te trouver une nouvelle "famille". J'pense que rencontrer l'professeur Xavier t'ferais l'plus grand bien. C'est son établiss'ment. Ça t'dit d'le voir ? Enfin pas là au milieu d'la nuit hein ! Mais genre dans les jours à v'nir ? Juste pour voir ? Ça t'oblige à rien.


Les paroles de William animèrent tout de même une petite lumière au fond de moi, un léger espoir. Assez pour me détendre. Un bruit léger fit pivoter une de mes oreilles, mais je n'y prêtai pas attention.

J'allais finalement tendre la main a Will, bien que cela ne me plaisait pas vraiment, je lui devait bien ça après la frayeur qu'il avait du avoir.

Tendant lentement la mains en tournant la tête, peut être m'aiderait-il à reprendre confiance en moi...

- Ho la vache ! Punaise mec ! viens voir la! HE VENEZ TOUS! IL Y A UN INTRUS! IL EST ÉNORME! On... On dirait une espèce de monstre !... HO C'EST UN LOUP GAROU !!

Ces mots, aussi blessants qu'inattendus me firent tourner le regarde vers la fenêtre, mon corps se tendant soudainement. Mon regard perça celui de l'étudiant le clouant sur place.

Deux options s'offraient à moi, bondir, et le chopper à la gorge pour qu'il arrête de vociférer, ou courir... Hors de l'enceinte avant que quelqu'un d'autre ne me voie.

il fallait croire que mon grabuge en menaçant Will avait finalement attiré quelqu'un dont la fenêtre était ouverte.

Un bruit de moteur comme d'un tronc commun se fit entendre.

- Merde!

J'observais les caméras, et les tourelles laser qui me braquaient. Pour sur, il allait y avoir du défi... J’eus juste le temps de pousser William qui me barrait le passage, dans un coin, en lieu sûr que j'avais remarqué déjà un peu plus tôt pour me cacher.

M'élançant vers une des sorties possibles, un tir de barrage me fit presque trébucher. Alors j'étais vraiment une menace aux yeux de ces machines? Mon poil se hérissa, me gonflant encore plus imposant que je ne l'étais déjà sous cette forme. Je n'avais rien fait de mal à part me balader!

Poussant un grondement retentissant, je me laissai tomber au sol, campant sur mes pattes, calculant chaque mouvements, grognant comme jamais, bien que cela ne servait à rien pour des machines, mais, ce fut un pur réflexe. L'une d'elle entama un bruit, comme un chargement d'énergie. La localisant, je n'attendis pas qu'elle prenne le temps de finir son affaires et me troue la fourrure, je poussais alors sur mes pattes arrière, m'élançant en avant. Le laser me manqua, touchant le sol ou je me tenais l'instant d'avant. Arrivant au niveau de la tourelle et de la caméra, je sautais d'un coup vers le haut, afin de la déstabiliser et arriver derrière l'engin. Attrapant la caméra je l'arrachai comme on retirerait un bouchon d'une bouteille de vin, avant de planter mes crocs dans la tourelle et broyer cette dernière d'un grognement de satisfaction et de colère.

Le métal bien que dur, plia sous mes crocs, sans réel difficulté. Normal pour de l’aluminium : léger, peu cher, cela dit, fragile tout de même.

Mon regard se posa alors par hasard sur Will, me faisant revenir à moi. Oui, je devais fuir, et de suite. Alors lâchant ma prise, je me dirigea vers l'endroit ou j'étais rentré. La grille était plus haute de ce côté, je n'avais pas vu ce détail. cependant, une autre tourelle m'ayant repéré commençait à se charger.

Au loin, j'entendais de l'agitation. Oui, l'alarme avait réveillé le monde. Et tous regardaient la pauvre bête que j'étais, qui essayait de ne pas se faire tuer et finir en carpette.

La machine fit feu, alors qu'elle m'obligeait à m'éloigner d'elle. Réussissant à la prendre à contre coup après quelques tirs, je pu arriver sur la tourelle, en sautant.

Grave erreur sans doute, mais heureusement la machine ne visait pas jusque la. Prenant alors appui dessus, je sautais la grille sans grand souci, y laissant quelques poils tout au plus avant de fuir loin et en sécurité de ce paradis "infernal" , c'est a dire vers les égouts, au centre ville.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   Sam 11 Aoû 2012 - 11:43

Peut-être que ce qu'il manquait à Alex, c'était simplement du soutien, une preuve qu'il n'était pas un monstre et des compagnons similaires à lui. Ici, à l'Institut Xavier, il pouvait trouver tout ça s'il le désirait. Tout ne dépendait maintenant que de lui. Will avait essayé de lui montrer que même s'il avait fait des erreurs, même s'il ne pouvait retourner en arrière, il pouvait avoir un nouveau départ, une nouvelle vie. Bien sûr, il n'était pas à sa place, il ne pouvait deviner tout ce que le mutant avait enduré mais il ne tenait pas à le savoir. Tout le monde avait ses secrets et Alex venait de lui en révéler un de taille. C'était sans doute un test pour voir comment il allait réagir mais le rouquin s'en moquait. Il ne jugeait pas les gens, quoiqu'ils aient fait. Être un mutant n'était pas facile tous les jours, ça, il en était certain. Mais ici, le borgne avait pu trouver une certaine stabilité et il avait pu commencer une nouvelle vie. Pourquoi pas Alex ? Will devait bien sûr tout ça à ses proches mais il ne doutait pas que l'imposant loup saurait se faire des amis. Il n'avait vraiment pas l'air méchant malgré l'élan d'agressivité dont il avait soudain fait preuve. La peur poussait parfois à faire des choses idiotes. Le rouquin lui-même était quelqu'un d'agressif lorsque quelque chose ne lui plaisait pas, réagissant au quart de tour.

Alex ne répondit pas aux paroles de Will. Peut-être que tout cela le laissait dubitatif, pensif. Quoiqu'il en soit, il finit par avancer doucement la main ou plutôt la patte vers lui, comme s'il faisait un geste pour le saluer. Cependant, le geste n'arriva jamais à son terme. Un haussement de voix se fit entendre au dessus d'eux, leur faisant lever la tête. Qui donc brayait de la sorte en pleine nuit ? Il s'agissait d'un élève en appelant d'autres après avoir aperçu Alex. Will fronça les sourcils. Comment pouvait-il dire ça ? N'étaient-ils pas tous mutants ? Certes, tout le monde n'avait pas la malchance d'avoir une mutation voyante mais tout de même, ils étaient tous dans le même bateau. Ils devaient s'unir et non se diviser. Le rouquin ne comprenait pas comment un résident pouvait réagir de la sorte. Ce n'était pas comme si Alex était le premier mutant de ce type que les élèves voyaient. Il n'y avait qu'à voir le Fauve, plutôt imposant dans le genre. Cependant, le borgne n'eut pas le temps de répliquer, interrompu par un bruit mécanique. Voilà que le système de défense se mettait en route soudainement, sûrement provoqué par les cris de l'élève désignant un intrus
.

"Mais arrêtez, c'pas un in..." commença t-il avant d'être interrompu par Alex qui venait de le pousser soudainement, lui coupant le souffle.

Alex avait dû oublier qu'il possédait une sacrée force mais il était difficile de lui en tenir rigueur. Cependant, Will ne comprenait pas ce qu'il venait de faire. Pourquoi le poussait-il comme ça ? Il ne devait, au contraire, pas s'éloigner de lui. Il comptait bien prouver à tous que le loup n'était pas un danger et encore moins un intrus. Pourtant, ce dernier s'était séparé du rouquin qui se retrouvait hors de portée du système de défense. Était-ce pour ça qu'il l'avait poussé là ? Pour le protéger ? Pourtant, Will ne craignait rien, le système étant plutôt bien conçu et ne risquant pas d'attaquer un des résidents. Mais ça, Alex ne pouvait le deviner
.

"Alex, attends !" lança t-il une fois le souffle retrouvé.

Attendre quoi ? Il était certain que le loup n'allait pas attendre bêtement alors qu'il était pris pour cible. Il esquivait plutôt bien les différents tirs et dégomma même une tourelle comme s'il s'agissait d'un fétu de paille. Mieux valait qu'il ne s'attarde pas et fuie au plus vite s'il ne voulait pas que les choses empirent. Impuissant, Will regardait la scène, priant intérieurement pour qu'il parvienne à s'en sortir sans être blessé. Alex finit par sauter par dessus le mur d'enceinte et échappa au champ de vision de ses spectateurs, disparaissant dans les bois. L'intrus n'étant plus à portée, le système de défense se remit en veille tandis que Will sortait de son trou.

Quelle blague. Lui qui prêchait les bons côtés de l'Institut à Alex, voilà qu'il avait failli se faire tuer à cause de la bêtise d'un des résidents. Fâché, le rouquin retourna à l'intérieur du bâtiment, ne prenant même pas la peine de ramasser ce qu'il avait sorti de la cuisine et monta à l'étage des chambres. Là haut, il trouva sans mal la chambre d'où étaient partis les cris et pénétra à l'intérieur. Celui qui avait crié était encore penché par la fenêtre, imité par d'autres élèves. Sans crier gare, Will l'attrapa par le col du pyjama et le tira en arrière, faisant tomber celui-ci sur le derrière. Sans lui laisser le temps de réagir, le borgne colla son poing sur la joue de l'élève, le frappant sans retenue, une seule fois
.

"Ferme donc l'trou à merde qui t'sert de bouche, tu veux ? Comment t'peux dire des choses pareilles ?! Un monstre ? C'est toi l'monstre pour oser traiter ainsi tes semblables... Ça t'plairait à toi qu'on t'traite de "monstre" ? D' "intrus" ? Ca t'suffit pas qu'il se fasse rej'ter par les humains ? En fait, t'as p't'être pas l'physique, mais intérieur'ment, il est plus humain qu'toi. On y peut rien si on est mutants, on choisit pas son "don", tu l'sais pas encore ? Il a p't'être plus sa place ici qu'toi. Malheureusement, c'pas moi qui décide." lança t-il d'un air méprisant avant de tourner les talons

Will quitta la pièce sans attendre de réaction de la part de celui qui avait tout déclenché. A quoi bon ? Probablement allait-il se faire rappeler à l'ordre pour avoir frappé un élève mais le rouquin estimait qu'il le méritait. Peut-être que cela lui remettrait les idées en place. Il ne comprenait pas comment quelqu'un qui résidait ici pouvait avoir de telles pensées. Sachant très bien qu'il ne réussirait pas à dormir, il retourna pourtant à sa chambre retrouver Amy. Celle-ci ne devait plus dormir avec tout le brouhaha et Will avait grand besoin de calmer ses nerfs. Les bras de sa petite amie seraient sûrement salvateurs, encore une fois.



.
~~~~Terminé~~~~

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme on se retrouve... [Alex/Will]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme on se retrouve... [Alex/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Comme on se retrouve - with Ley' ♥
» Comme on se retrouve Mister Akane [Soma]
» Ash comme on se retrouve! PV Ashley Jones
» Comme on se retrouve ! Connard. ▬ Akemi & Alexi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: L'Extérieur-