X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 16 Fév 2014 - 21:50

-« A 100 thousand miles an hour when I hit the ground. Thoughts moving through my head at the speed of sound. I pray, I pray my prayers make it through the cloud. Till then it's back to the paper route, the paper route. »

Quand il n’y a personne en classe, c’est le genre de chose qu’il est possible d’entendre. Erïka s’était installée dans la salle qu’elle occupait habituellement avec son groupe d’étude. Elle ne cherchait pas à travailler en équipe, aujourd’hui, mais bien à se concentrer sur ses travaux. Les autres l’auraient déconcentrée dans le temps de le dire. Même sa bonne amie Sunny, avec qui elle étudiait ses cours de japonais n’était pas là. De toute façon, elle était probablement dans sa chambre, paniquant à l’idée que son prochain cosplay pourrait ne pas être prêt pour la convention à laquelle elle comptait aller. Elle avait tenté de convaincre Erïka de porter un costume et de l’accompagner, mais elle avait refusé. Ce n’était pas trop son type d’événement.

Puisqu’elle était seule, elle s’était installée confortablement sur la chaise posée derrière le bureau du professeur. Les pieds croisés, posés sur le meuble, elle remplissait tranquillement le devoir qu’elle devait avoir complété pour le prochain cours. Ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, elle se coupait du monde entier. Elle savait que personne ne trainerait dans le coin, qu’il n’y avait pas de cours de cette salle, aujourd’hui. Elle était tranquille.

Animée par la musique qui parvenait à ses oreilles, elle ne pouvait se retenir de chanter. De toute façon, qui était là pour l’entendre ? Personne, elle l’espérait. Bien qu’elle avait quelques amis dans l’institut, qu’elle s’entendait bien avec d’autres résidents et appréciait maintenant le fait d’être en compagnie de d’autres personnes, elle adorait ces moments de solitude. Cela lui permettait de réfléchir à de nombreuses choses concernait son présent, son futur. Elle pensait au retour de son père aux États-Unis, à cette prochaine partie de chasse qui s’annonçait. Elle réfléchissait à son entrainement avec Emma, se demandait comment améliorer ses capacités au combat. Elle tentait de ne pas oublier cette virée à Washington qu’elle devait faire avec sa sœur, lorsqu’elle sera revenue de voyage d’affaire.

Passant à la page suivante de son travail, la jeune femme laissa malencontreusement tomber son crayon. Elle cessa de chanter, tenta de l’attraper sans trop bouger de sa position. Impossible. Elle retira ses pieds du bureau et se pencha lentement pour attraper l’objet qui trainait sur le sol. Un mouvement trop brusque et ses écouteurs entrainaient son Ipod sur le sol. Sincèrement, elle n’avait pas trop envie de l’abimer. Cela faisait quelques années qu’elle le possédait et elle tenait à le conserver encore plus longtemps.

Alors qu’elle se redressait, crayon en main, les yeux d’Erïka aperçurent une paire de pieds. Elle retira l’un de ses écouteurs et observa le nouveau venu. Elle le reconnu sans trop de mal. Cependant, elle n’afficha aucune émotion. La jeune femme posa son crayon et son cartable, sur lequel elle avait posé les feuilles de son devoir afin de travailler.


-« Dis-moi que tu viens tout juste d’arriver. »

Elle n’avait pas vraiment envie qu’Alex l’ait entendu rappé sur une musique qu’elle seule pouvait entendre à cause de ses écouteurs. Malgré que… peut-être que le léger beat s’échappant de ses écouteurs avaient pu parvenir à ses fines oreilles. La jeune femme éteignit son Ipod afin de ne pas gaspiller la batterie.

Depuis le temps, Erïka avait appris à connaitre davantage Alex. Ils s’entendaient bien. Ils trainaient ensemble de temps à autre et avaient des intérêts communs, ce qui leur faisait une raison de plus de passer du temps en compagne de l’autre.


-« Qu’est-ce que tu fiches ici ? T’as un cours ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 16 Fév 2014 - 22:59

J'étais très souriant aujourd'hui. Peut être un peut trop... mais qu'importe. J'avais passé une très bonne saint valentin, et flemmardé hier toute la journée en compagnie d'Haron.

Il fallait avoue que vendredi soir, tout c'était enchaîné à une vitesse assez folle, et je n'avais rien put contrôler... Mais je n'étais pas mécontent de la finalité des choses pour autant. Ce qui ne devais pas être le cas du mobilier s'il avait put parler...

Vêtu d'une chemise bordeaux et d'un pantalon noir avec de belles chaussures, j'entrait dans la salle de classe. Je n'avais pas eut trop de mal à trouvé ou était Erika. Surtout qu'elle chantait, ce que j'entendais assez clairement.

- Hey! alors, prête à faire ton devoir de japonnais?

... aucune réponse. Elle chantait et n'avait même pas remarqué mon arrivé. J'allais lui retirer un écouteur mais son crayon lui glissa des doigts pour tomber au sol, suivi peu de temps après de son Ipod. elle venait sans doute de voir mes pieds car elle releva la tête d'un air de se dire "bon sang... qui viens m'emmerder."

-« Dis-moi que tu viens tout juste d’arriver. »

- heu... j'aimerai te dire que oui mais... non... je suis arrivé juste avant que tu fasses tomber ton crayons.

je lui souriais, histoire de lui montrer qu'elle devait pas se faire de soucis, et que son rap n'était pas si mauvais que ça.

-« Qu’est-ce que tu fiches ici ? T’as un cours ? »

- Eto... non... tu m'avais demandé de l'aide pour un devoir en japonnais, alors j'était venu te donné un coup de main, comme ce qu'on avait convenu. Mais il semblerai que t'as oublié.

Posant mon cul sur le bureau, j'avouai avoir envie de bouger un peu aujourd'hui... entre Haron qui était a son entrainement, le fait que la salle de sport soit occuper par d'autre pour des activités plus enfantines, je n'avais rien a faire. Je cherchais un petit sujet de conversation avant de se mettre a travailler. Sans doute pour retarder l'échéance du début du labeur, même si Erika était très doué et que ça ne prendrait pas bien longtemps, je préférais papoté un peu. Et quoi de mieux que de savoir se que son prince des glaces lui avait offert pour commémorer la fête des amoureux?

- Sinon, t'as passez une bonne soirée vendredi? vous avez fait quoi avec Ice?... enfin, j'veux dire... vous êtes aller au resto? ce qui se passe sous vos couettes me regarde pas hein... hum...

Il fallait dire que je venais moi même se scier la branche su laquelle j'étais assis... du coup je venais de repenser à ma soirée, ce qui avait eut réussis a me faire rougir quand j'avais parler de couette. Avec un peu de chance, elle penserait que ce n'était autre que ma "timidité" sur ce sujet qui m'aura fait rougir.

Me frottant l'arrière du crâne, je souriais, légèrement gêné.

Après tout... En quoi ça me regardais, ce qu'elle avait put faire avec Ice ce soir la...  En rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Lun 17 Fév 2014 - 0:15

Lorsqu’Erïka avait ses écouteurs dans les oreilles, elle se coupait du monde entier. Certes, elle avait le pouvoir de bien entendre, de distinguer des sons que d’autres n’entendraient jamais dans une pièce bondée, mais lorsque sa musique se diffusait directement dans ses oreilles, c’était comme si elle devenait sourde. Il n’y avait que ça. C’est pourquoi elle n’entendit jamais la porte de classe s’ouvrir, ni même les paroles d’Alex à son égard. Elle continuait de rapper, comme si elle était seule, avant de laisser tomber son crayon au sol. Ce fut au moment où elle se redressa, après l’avoir ramassé, qu’elle réalisa qu’elle n’était plus seule dans la pièce. Elle retira ses écouteurs. Elle revenait à la réalité.

Erïka avait ce genre de réputation de femme agressive, très dure envers les autres et, surtout, d’une grande franchise. Par contre, ceux qui la connaissaient bien savait qu’elle était taquine, joueuse et plutôt sympathique. Par contre, mis à part son copain qui l’avait déjà vu faire ce genre de chose, personne ne s’imaginerait qu’elle était du genre à chanter du rap avec une attitude qu’on ne lui collait pas à la peau. Pourtant, elle était fan de ce genre de musique. Lorsqu’elle réalisa qu’Alex l’avait, à coup sûr, entendu rapper. Eh bien, ce qui était fait était fait et la jeune femme se contenta de déposer ses affaires sur le bureau.


-« J’ai toujours eu plus de talent à rapper comme Eminem plutôt que comme B.O.B. »

Se tournant vers le bureau, elle demanda à Alex ce qu’il venait faire en classe. Elle était persuadée qu’aucun cours ne se donnait ici, aujourd’hui. Apparemment, il venait lui donner un coup de main pour son devoir de japonais. C’est là que la mémoire lui revint. Elle se mit à chercher rapidement dans son cartable afin de trouver l’une des feuilles de son devoir qu’elle y avait rangé le temps de pouvoir comprendre le tout.

-« Merde ! Oui, j’avais complètement oublié. Je t’explique le truc : j’y arrive pas avec les hiraganas. J’ai une amie qui suit le cours débutant et je lui enseigne parfois ce que j’apprends dans les cours plus avancés, mais là je galère. Si j’arrive à trouver cette fichue feuille… »

Alors qu’elle continuait de chercher, Alex s’approcha d’elle, s’assit sur le bureau. La jeune femme lui jeta à peine un regard, se demandant ce qu’elle avait pu faire avec cette feuille. Elle était certaine de l’avoir rangée là. Elle ne s’énerva pas, ne se pressa pas pour autant. Elle avait tout son temps devant elle, de toute façon.

Pour faire la discussion, Alex lui demanda ce qu’elle avait fait, vendredi dernier. À cette pensée, Erïka sourit, passa la main à son cou, là où reposait une délicate chaine en or blanc. Elle avait passé une excellente journée pour la Saint-Valentin. Le seul souvenir de ce moment en compagnie de son amoureux arrivait à la faire sourire. La jeune femme se leva afin d’être davantage à la hauteur d’Alex. Ses bottes possédaient de larges talons qui la faisaient paraitre légèrement plus grande, mais jamais elle ne pourrait l’être autant qu’Alex. Elle lui montra son collier. Elle qui ne portait pas de bijou, elle portait celui-là avec fierté. Il s’agençait parfaitement avec le bracelet d’or blanc, incrusté de petites pierres bleues, que son petit ami lui avait offert une demi année plus tôt.


-« On a passé une excellente journée. C’était simple, on était ensemble, c’était l’important. On a passé notre journée dehors, nous sommes allés patiner. Le soir c’était un restaurant à Manhattan, puis on est rentré. Il m’a offert ce collier. Il est magnifique. Il m’avait offert un bracelet semblable l’été dernier. Il est tellement adorable. Je veux dire… j’ai tout ce dont j’ai besoin pour être heureuse et à chaque fois il arrive à me surprendre, à me rendre encore plus heureuse. Il est une perle. »

Le sourire aux lèvres, elle baissa les yeux vers son collier. Elle l’adorait. Pour le mettre en valeur, elle avait enfilé un débardeur avec un léger décolleté, rien de trop révélateur. Il était bleu, l’une de ses couleurs favorite. Pour aller avec cela, elle portait un simple jeans noir qui lui collait parfaitement à la peau et suivait ses mouvements. Erïka attrapa son Ipod, son téléphone et posa le tout plus loin, sur le bureau, afin de pouvoir s’y asseoir à son tour.

-« Alors, ta Saint-Valentin ? Tu étais avec quelqu’un ou tu as passé une soirée tranquille ? Heumm.. Pourquoi tu rougis comme ça ? Si c'est à cause de ton allusion sur ce qui se passe dans mon lit, panique pas, hein. T'es pas un obsédé sexuel à ce que je sache... » Fit-elle en référence à sa demi-soeur, championne des allusions sexuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Lun 17 Fév 2014 - 16:21

-« J’ai toujours eu plus de talent à rapper comme Eminem plutôt que comme B.O.B. »

d'un sourire franc, je lui répondit.

- Eminem est un bon rappeur a mon sens. J'écoute peu de rap, mais mes titres préféré viennent de lui. Puis t'es plutôt doué, faudra se faire une session un de ces quatre.

lui rappelant qu'elle m'avait demandé de l'aide sur un devoir en Japonnais, elle chercha sa fiche. En attendant qu'elle la trouve, je m'étais assis sur le bureau. Pour ouvrir la conversation, je lui demandais si elle avait passé une bonne saint valentin. Ce qui me rappela la mienne, me faisant rougir et paniqué légèrement, cependant elle n'avait pas l'air de l'avoir remarqué.

Elle s'était levée, pour me montrer le présent qu'Ice lui avait fait, toute fière et souriante. Je me rendit compte à quel point j'avais grandis. A mon arrivé, j'étais a peine plus grand qu'Erika avec ses talon, alors que maintenant, elle m'arrivait au torse avec ses talons.

son collier était vraiment beau. Se mariant très bien avec le bracelet qu'il lui avait offert quelques mois plus tôt.  

-« On a passé une excellente journée. C’était simple, on était ensemble, c’était l’important. On a passé notre journée dehors, nous sommes allés patiner. Le soir c’était un restaurant à Manhattan, puis on est rentré. Il m’a offert ce collier. Il est magnifique. Il m’avait offert un bracelet semblable l’été dernier. Il est tellement adorable. Je veux dire… j’ai tout ce dont j’ai besoin pour être heureuse et à chaque fois il arrive à me surprendre, à me rendre encore plus heureuse. Il est une perle. »

Son sourire montrait a quel point elle était sincère et ravis de sa journée. Ce qui me fit plaisir, à moi aussi. Je savais qu'ils s'aimaient énormément et ça se voyait. Je ne pouvait que leur souhaiter que ça dur. ce qui me tira les lèvres en un léger sourire, juste heureux de voir qu'elle était heureuse. Elle s'installa a son tour sur le bureau.

-« Alors, ta Saint-Valentin ? Tu étais avec quelqu’un ou tu as passé une soirée tranquille ? Heumm.. Pourquoi tu rougis comme ça ? Si c'est à cause de ton allusion sur ce qui se passe dans mon lit, panique pas, hein. T'es pas un obsédé sexuel à ce que je sache... »


Vous savez, dans les filmes, quand tout se passe bien et qu'une paroles, une question viens accompagner d'un bruit de platine qui dérape, effaçant le sourire et laissant place à de grands yeux écarquillé? ben c'était exactement le cas à ce moment la. J'avais rougis de plus belle, manquant de tomber du bureau, il me fallut quelques seconde pour me remettre dans le contexte...

- Hé bien... euh... pardon, je m'attendais pas a ce qu'on me le demande.


prenant mon souffle afin de me calmer, je cherchai par ou commencer.


- Il se trouve que je fréquente quelqu'un, et ce depuis le nouvel an...

bon, ben maintenant que j'étais lancé... Il fallait continuer, mais je me sentait confiant. C'était juste étrange pour moi, de parler de ça.

- Et... Il se trouve que c'est une personne de l'institut.


Plus je parlais, plus certaine image me venait, ce qui me laissait des moments de blanc.

- Heum... Ex... Excuse moi, c'est juste que... C'est bizarre pour moi, de parler de ça... C'est que... c'est la première fois que je suis en couple et...

plus je parlais, plus je sentais mon coeur battre fort. Je savais qu'avec Erika, je ne serai pas juger, et je devais avouer que j'étais content de me confier à elle.

- Bon sang! j'ai passé une des meilleures soirée de ma vie! c'était simple, dans l'intimité de la chambre, je me suis décarcassé pour faire le repas moi même, même des truffes au chocolat! Bon je sais que normalement, ce sont les filles qui offres ce genre de présent le 14 juillet au japon, mais je voulais vraiment en faire. J'avais décoré la pièces de bougie, fait une table avec mon bureau, décoré comme il le fallait! J'avais pas les moyens de l'inviter au resto ou autre choses, alors bon, je me suis débrouillé comme j'ai pu. T'aurais du voir les yeux d'Haron pétiller!...

c'est à ce moment la que je m'étais rendu compte que je venais de lui révéler avec qui je sortais depuis maintenant plus d'un mois. Le silence se faisait lourd et un petit sourire gêné pris place sur mon visage.  

levant doucement les mains.

-tada...!

Avant de me placer une main pour me frotter doucement l'arrière du crâne, elle pouvait aisément comprendre que non, ce n'était pas un mensonge ou une farce. Soupirant, plutôt de soulagement malgré la "brutalité" de l'annonce, ça faisait du bien.

- Je sort avec Haron depuis nouvel an, voilà. Et la nuit ou t'a manqué de m'étriper, par ma faute, je te l'accorde, ben... Je réfléchissais à mes sentiments envers lui. Si c'était une bonne chose et simplement s'ils étaient partager. Je voulais pas t'ennuyer avec ça parce que j'essayais de le convaincre moi-même que ce n'était qu'une passe, voilà tout.

je me demandais maintenant, comment elle allait réagir à mon annonce maintenant. J'étais assez curieux dans le fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Lun 17 Fév 2014 - 21:13

Erïka avait une excellente mémoire, habituellement. Cependant, il lui arrivait parfois d’oublier certaines choses. Normalement, c’était l’endroit où elle avait rangé son devoir où l’adresse d’un restaurant auquel elle devait se rendre. Aujourd’hui, c’était Alex. Au moins, il ne semblait pas très fâché. Après tout, elle était là, lui aussi, et ils avaient du temps devant eux. Et puis, si ça se trouve, il devait s’amuser intérieurement de l’avoir vu rapper toute seule comme une pauvre tâche. Non sans tenter de cacher au possible sa très légère gêne, la jeune femme affirma seulement que ce n’était pas sa meilleure interprétation. Il ne la jugeait pas. Au contraire, il affirma partager certains goûts en commun avec elle en matière de rappeur. Il proposa même de faire une session de chant, ce qui pourrait être très amusant.

-« Crois-moi, tu n’as pas envie de m’entendre. » Fit-elle avec un léger sourire.

Leur but était de travailler sur leur travail de japonais. Cependant, plutôt que de parler du devoir qu’Erïka n’arrivait pas à trouver, Alex engagea la conversation. Il lui demanda de ses nouvelles, curieux de savoir si elle avait fait quelque chose à l’occasion de la Saint-Valentin. Ce fut avec un sourire radieux qu’elle lui montra le cadeau que lui avait fait son petit ami. Certes, ce n’était qu’une chaine en or blanc, elle pouvait s’en acheter des centaines si elle en avait envie, mais elles n’auraient jamais la même signification que celle-ci. Son copain lui avait offert. Il avait une signification, un attachement à ce collier pour cette raison. Tout comme son bracelet, elle ne comptait pas le retirer, sauf si c’était pour l’entrainement, question de ne pas l’abimer.

Prenant place sur le bureau, aux côtés d’Alex, Erïka lui demanda s’il avait fait quelque chose de spécial, vendredi dernier. Elle le savait célibataire, enfin elle croyait qu’il l’était toujours. Elle se demandait si elle avait fait une activité comme une autre avec des amis ou même une femme. Elle était loin de pensée qu’il pourrait se passer quelque chose avec Haron.
Le jeune homme rougissait, semblait un peu troubler. Il affirma qu’il ne s’attendait pas à ce qu’on lui pose la question. Il fallait dire qu’il la lui avait posé en premier, alors Erïka la lui avait retournée, comme dans toute bonne conversation où les gens échangeaient à propos de leur week-end.


-« Tu t’y attendais pas ? Voyons, tu viens de me poser la question, tu pensais que j’allais pas te la retourner ? »

Elle attendit qu’Alex lui raconte sa journée. Il commença par dire qu’il fréquentait quelqu’un. Erïka l’observa, non sans un léger sourire. Elle était contente pour lui, elle espérait que cette personne le rendait heureux… sinon elle allait lui en coller une. La personne en question faisait partie de l’institut. Quel résident cela pourrait-il être ? Elle tenta de réfléchir, curieuse de connaitre l’identité de cette personne. Alex s’était tue, hésitant probablement à prendre la parole pour raconter la suite.

-« Alors ? Raconte ! Je veux savoir c’est qui. »

Elle ne cachait plus sa curiosité. Elle voulait savoir qui s’était, mais Alex continuait de taire le nom. Il expliqua que c’était quelque chose d’étrange puisque c’était la première fois qu’il était en couple. Ça, Erïka pouvait le comprendre. Bientôt, cela fera deux ans qu’elle était en couple avec Bobby. Elle avait encore du mal à le réaliser. Il était le premier et souhaitait fortement qu’il soit le dernier.

Finalement, Alex se lâcha. Il raconta à quel point sa journée avait été géniale. Il avait tout organisé avec les moyens du bord. C’était très loin du luxueux restaurant où était allée Erïka, mais c’était mille fois mieux. C’était simple, romantique, tout simplement adorable. Alex avait vraiment mis le paquet pour faire plaisir à l’élu de son cœur.

Par accident, il laissa échapper le nom de son amoureux. C’était un homme. Ça, Erïka s’en fichait bien. Ça pourrait être une chèvre qu’elle n’en aurait rien à foutre. L’important était qu’Alex soit heureux. Par contre, la jeune femme ne se serait certainement pas attendue à ce que l’heureux élu se nomme Haron. Erïka tenta de refreiner un petit rire, sans succès. Elle ne voulait pas vexer Alex, mais Haron avait l’air de tout sauf du petit ami idéal. Sûrement cachait-il une facette que personne ne connaissait sauf Alex.


-« Haron ? Je veux pas te vexer, mais je m’attendais à tout sauf à ça. On parle quand même du mec qui voulait coucher avec moi et qui s’est probablement tapé la moitié de la ville. » Elle prit une grande inspiration pour reprendre son calme et oublier son envie de rire. « L’important est que tu sois heureux avec lui. Tu le connais sûrement mieux que moi. C’est mignon de voir à quel point tu as mis des efforts pour lui faire plaisir. Si vous vivez une belle relation amoureuse, je suis contente pour vous. Par contre, si un jour il te fait souffrir, je vais lui refaire la peau avec mon fusil de chasse. »

Ils sortaient ensemble depuis un moment. Ça semblait bien se passer, si elle en croyait les dires d’Alex. Est-ce que cela allait durer ? La jeune femme espérait qu’Haron ne soit pas du genre infidèle, sinon elle allait devoir s’occuper de son cas.

-« Ce n’est pas toujours facile d’avouer être en amour. Je me souviens je voulais me cogner la tête contre les murs lorsque j’étais avec Bobby parce que je voulais éviter de penser au fait que je ressentais quelque chose de spécial pour lui. Malgré tout, je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir être proche de lui. C’est lui qui a fait le premier pas et qui m’a embrassé. Je ne sais pas si j’aurais eu le courage de le faire, un jour. »

Elle se leva puis rangea ses affaires dans son sac, y compris son cartable. Elle n’avait pas son devoir, il était probablement dans sa chambre. Erïka se tourna vers Alex alors qu’elle passait son sac à main sur son épaule.

-« Faut que je monte chercher mon devoir. Tu me suis ? Avec de la chance, je ne l’ai pas perdu et il est seulement enterré sous une pile de cartables. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Mer 19 Fév 2014 - 13:22

-« Crois-moi, tu n’as pas envie de m’entendre. »

- T'as une mauvaise estime de ta voix. Je suis sur que ça ira. On verra bien quand tu voudras essayer.

Alors qu'elle cherchait son devoir, j'avais entamé le conversation, et forcément, je m'étais retrouvé pris dans mon propre filet quand elle me retourna la question de ce que j'avais fait pour la saint valentin.

-« Tu t’y attendais pas ? Voyons, tu viens de me poser la question, tu pensais que j’allais pas te la retourner ? »

c'est vrai qu'il avait été stupide de ma part de penser qu'on ne me la retournerai pas. J'eut un petit rire gêné, puis commençais à lui parler de ma journée, non sans difficulté au début. Lui expliquant tout d'abord que j'étais avec quelqu'un depuis un peu plus d'un mois, et que par conséquent, j'avais fêter la saint valentin. Pour moi, c'était relativement "important"... Enfin surtout la première. C'était une fête française, pays ou j'étais né, donc je voulais faire ça bien pour ma première fêtes des amoureux.

J'avais finit par me laisser emporter par l'enthousiasme, Je n'avais pas encore mentionné de nom, mais dans le feu de l'histoire, je lui avait lâcher le nom de la personne: Haron.

Il n'y en avait pas 36 dans l'institut, donc elle avait vite deviné qui c'était. Et elle ne put s'empêcher de pouffer de rire. Je comprenais sa réaction en partie, donc ne lui en voulu pas le moins du monde. J'aimais Erika pour sa franchise sans limite, c'est ce qui faisait d'elle une bonne amie.

-« Haron ? Je veux pas te vexer, mais je m’attendais à tout sauf à ça. On parle quand même du mec qui voulait coucher avec moi et qui s’est probablement tapé la moitié de la ville. L’important est que tu sois heureux avec lui. Tu le connais sûrement mieux que moi. C’est mignon de voir à quel point tu as mis des efforts pour lui faire plaisir. Si vous vivez une belle relation amoureuse, je suis contente pour vous. Par contre, si un jour il te fait souffrir, je vais lui refaire la peau avec mon fusil de chasse. »

Riant à sa réponse, j'étais en quelque sorte soulagé qu'elle le prenne comme ça...

- Je sais qu'il peut se montrer assez pervers, et que ça me rendais dingue de sentir l'odeur assez marquée d'autres partenaires sur lui. Mais il n'est pas ce qu'il veux montrer. Il vaux bien mieux. Certes rustre, tête en l'air, mais il sais se montrer attentionné quand ça ne va pas. En fait c'est un peu une première pour nous deux... Lui qui ne pensait jamais attirer quelqu'un... Et surtout moi qui étais à mille borne de m'imaginer que les sentiments était réciproque. Le soir de nouvel an, ça a été très dur pour moi de contenir mes sentiments... Puis... l'alcool et moi, ça fait deux et c'est assez aléatoire. Pour une même quantité, je réagirai jamais de la même manière d'un jour à un autre.

Avec une voix douce, qu'on lui connaissait peu, elle me répondit simplement.

-« Ce n’est pas toujours facile d’avouer être en amour. Je me souviens je voulais me cogner la tête contre les murs lorsque j’étais avec Bobby parce que je voulais éviter de penser au fait que je ressentais quelque chose de spécial pour lui. Malgré tout, je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir être proche de lui. C’est lui qui a fait le premier pas et qui m’a embrassé. Je ne sais pas si j’aurais eu le courage de le faire, un jour. »

Un léger sourire, rappelant les moments difficiles de ces derniers moi tirais mes lèvres.

- J'avoue que ça a été dur les mois avants. Tu n'imagines comme je peut "sentir" les différentes odeurs qui nous entour. Alors sentir l'odeur de ses partenaires, c'était juste un supplice. Même s'il ne les emmenaient plus dans la chambre, quand il rentrait, c'était tout comme... je me suis longuement questionné et peser le pour et le contre... A priori, il y avait plus de contre, alors je m'étais efforcer à essayer de passer à autre chose, à ne rester qu'un "bon pote" mais... ce soir la, tu sais... On est sorti pour fêter la nouvel année, on est allé en boite, et... Après la première bière, on est retourné danser. Il nous a fait le numéro du "j'enlève ma chemise", et il m'a fait comprendre de me lâcher un peu, alors j'ai suivi, on a fait les abrutis, comme ils nous arrivent des fois de le faire, mais... je me suis rendu compte que j'en voulais toujours plus... Et les greluche qui lui tournait autour... Franchement, je sais pas comment j'ai fait pour pas les encastrer dans un mur.

bref, j'ai du sortir prendre l'air, histoire de me calmer, mais je pensais pas qu'il me suivrait accompagné d'une bière. Je crois que c'est a peu près a ce moment la que tout a basculé pour être honnête. J'ai bu la pinte cul sec, je lui ai déballé mes sentiments à une vitesse... Je sais même pas s'il a compris le quart de ce que je lui ai raconté. Puis j'ai fait le premier pas. J'm'était dis "quitte a tout foutre en l'air, autant l'embrassé ne serais-ce qu'une fois, pour être sur qu'il comprenne.". Puis après c'est moi qui me suis sentit tout con quand il m'a rendu le baisé.


J'eut un petit éclat de rire, parce que c'était vrai, au final, c'était assez comique vu de l'extérieur. Ca avait été très théâtrale.

Après avoir écouter mon long récit, elle rangea ses affaires dans le sac, avait de descendre du bureau. ou je lui emboîtai le pas.

-« Faut que je monte chercher mon devoir. Tu me suis ? Avec de la chance, je ne l’ai pas perdu et il est seulement enterré sous une pile de cartables. »

Lançant un regard par la fenêtre, le soleil était éclatant aujourd'hui... Ce qui nous changeait des jours gris de la saison.

- Il est pour bientôt ton devoir?... Ou t'as encore un peu de temps pour le faire? parce que honnêtement, avec un temps pareil, ça me ferai mal au coeur de rester enfermer dans une salle pour un devoir qui prendra surtout du temps a expliquer plus qu'a faire. tu veux pas aller profiter des rayons du soleil pour une fois qu'il fait beau? en plus il a l'air de faire bon.


Oui, il était vrais que parfois, mon "comportement canin" reprenait le dessus. L'appelle de l'extérieur se faisait parfois plus fort qu'a d'autre moment. Avec se besoin simplement d'être dehors, sans pour autant courir ou se balader en forêt, juste prendre l'air et relâcher la pression des cours.

- Au pire, s'il est vraiment urgent... on peu toujours le travailler dehors, ce sera plus agréable... t'en penses quoi? Parce que j'avoue ne pas avoir très envie de travailler. Mais si vraiment il est à rendre pour demain ou après demain. Je me donnerai un coup de collier pour t'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Jeu 20 Fév 2014 - 18:48

Parfois, certaines personnes étaient attirées par d’autres gens avec une personnalité complètement différente à la leur. Erïka était loin d’être aussi calme et posée que pouvait l’être Bobby. Elle était plutôt agressive, impulsive, réagissant au quart de tour et suivant son instinct. Lui, il prenait le temps de réfléchir. Il était doux, gentil, attentionné et ne blessait pas les gens inutilement, comme pourrait le faire sa copine. Pourtant, cela ne les empêchait pas de s’aimer et malgré les défauts de l’autre. Ils formaient un couple soudé, sur la même longueur d’onde. Ils étaient en parfaite symbiose et se complétaient à merveille.

Pourquoi les choses ne seraient-elles pas ainsi pour Haron et Alex ? Certes, Erïka n’aurait jamais imaginé qu’un tel couple se formerait un jour. Cela ne signifiait pas pour autant qu’il était impossible que leur relation soit saine et durable. Parfois, on pouvait avoir de bonnes surprises. La jeune femme connaissait Haron, mais pas de la même façon qu’Alex. Elle n’avait qu’un côté de sa personnalité, celui qu’il décidait de montrer au grand jour. Elle ne savait rien de son passé, de ce qu’il pouvait réellement penser ou ressentir. Elle ne savait pas s’il jouait les dragueurs et les gros durs pour le plaisir ou bien pour masquer sa personnalité. À moins que ce ne soit qui il est réellement ? Difficile à dire.

Peu importait, de toute façon. Erïka souhaitait simplement à son ami d’être heureux. Elle-même avait eu énormément de chance de tomber sur une perle rare. Elle ne pourrait pas imaginer la vie sans son petit ami, à présent. Pourtant, ils n’étaient ensemble que depuis un peu moins de deux années. Avait-elle peur de ne jamais retrouver le bonheur s’il la quittait ? Était-elle amoureuse et aveugle ? Après toutes les épreuves que leur couple avait traversées, elle le savait solide. Elle savait que leur relation allait durer longtemps, très longtemps, tant qu’ils s’aimaient toujours. Jour après jour, il lui prouvait qu’il l’aimait et elle lui faisait confiance. Il valait mieux penser à chaque moment du présent plutôt que de réfléchir au futur.

Alex lui raconta comment s’était déroulé son premier baiser avec son amoureux. C’était étrange pour Erïka de penser aux choses de cette façon. Pas qu’elle avait du mal à concevoir qu’Alex pouvait avoir un amoureux dans sa vie, mais plutôt que la personne en question était Haron. Elle avait encore du mal à les imaginer ensemble. Peut-être que le jour où elle tombera sur eux en train de forniquer dans la voiture de Scott troublera son imagination, et surtout son esprit, avec des images dont elle pouvait largement se passer.

Quoi qu’il en soit, Erïka écouta attentivement son ami. Elle resta silencieuse, se retenant d’émettre des commentaires qu’elle jugeait inutile. Elle attendit qu’il ait terminé de parler pour s’exprimer à son tour. Elle savait ce que c’était de craindre que les sentiments ne soient pas partagés. Elle comprenait qu’Alex ait eu du mal à se taire pendant si longtemps en croyant qu’il lui serait impossible d’être avec Haron. Pourtant, les sentiments étaient partagés. Ils étaient en couple et tout semblait aller pour le mieux, jusqu’à maintenant.


-« À ce moment, quand il t’as rendu ton baiser, tu n’avais pas peur que ce ne soit que pour une nuit ? Il est… ou j’devrais plutôt dire était – enfin, je l’espère – du genre à avoir des histoires d’un soir, non ? Si ça se trouve, il est même passé sur mon frère jumeau, la nouvelle pute de luxe de l’institut. » Elle poussa un soupire agacé. « J’espère pour toi que tu n’aies jamais sentit son odeur. Ça ne doit pas être agréable de sentir tous les endroits où quelqu’un a pu aller ou bien les personnes qui l’ont touché. Enfin, odorat développé ou non, si tu me dis que je pue, je t’en colle une. »

Erïka se leva, posant les pieds au sol. Elle ramassa ses affaires et les rangea dans son sac à main. Elle devait monter à l’étage et trouver cette fichue feuille de devoir. Plutôt que de bosser, Alex avait une bien meilleure idée en tête. Il suffisait de savoir si Erïka pouvait se permettre de remettre son travail à plus tard. Cette dernière n’était pas très pressée. Ne pas remettre un travail de ce genre, elle s’en fichait. De toute façon, elle savait bien que son professeur allait le faire corriger en classe, avec ses élèves. Elle pouvait bien remplir sa copie une fois en cours. Ce qui pressait davantage était le fait de comprendre. Des explications, elle pouvait en demander à Alex à un autre moment. L’idée de faire un tour à l’extérieur, avec cette neige blanche qui parsemait le sol, lui plaisait énormément.

-« Oublie mon devoir. J’ai vraiment envie de faire un tour à l’extérieur. Il y a eu une nouvelle bordée de neige, hier soir. Ça va être génial. Allez, bouge ton cul, je dois aller chercher mon manteau. On pourrait même en profiter pour faire un tour en ville, t’en pense quoi ? »

Motivée par cette sortie, Erïka avança d’un bon pas enjoué en direction de l’étage supérieur. Elle devait passer prendre son manteau à sa chambre et déposer son cartable. Elle sera, ensuite, prête à sortir. Une fois dans sa chambre, Erïka déposa ses affaires sur son lit. Elle ne conserva que son sac à main, qu’elle vida de son cartable, ses crayons et tout ce qu’elle n’avait pas besoin pour le rendre beaucoup plus léger. Puis, elle attrapa son manteau, posé sur un crochet derrière la porte. Elle observa brièvement ses cochons d’inde, sachant qu’ils n’avaient besoin de rien. Elle leur avait donné à manger et à boire avant de se rendre en salle de classe. Ils avaient à peine touché à leur nourriture, pour le moment. Enfilant son manteau, noir et simple qui ne l’encombrait pas du tout lorsqu’elle jouait dans la neige, elle était prête à sortir.

-« Tu devrais peut-être passer prendre tes affaires ? Je vais t’attendre à l’extérieur. »

Elle ne laissa pas Alex lui dire quoi que ce soit qu’elle referma la porte de sa chambre et s’éloigna. Elle se rendit, d’un bon pas, à l’extérieur. Elle voulait en profiter pour fumer une cigarette avant le retour d’Alex. Bien sûr, il ne tarda pas à la rejoindre, mais cela ne l’empêcha pas de continuer de fumer tranquillement. Il y avait certaines habitudes qui étaient très difficile à stopper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Jeu 20 Fév 2014 - 23:33

-« À ce moment, quand il t’as rendu ton baiser, tu n’avais pas peur que ce ne soit que pour une nuit ? Il est… ou j’devrais plutôt dire était – enfin, je l’espère – du genre à avoir des histoires d’un soir, non ? Si ça se trouve, il est même passé sur mon frère jumeau, la nouvelle pute de luxe de l’institut. »

il était vrais que sur le coup, j'avais eut peur qu'il déconne.

- Si... un peu, sur le coup, mais il c'est rien passé de "plus" ce soir la hein!

m'étais-je justifier

- Mais quand il m'a dit "Est-ce que répondre que... Moi aussi je crois que je t'aime... Compte comme un souhait de bonne année?" et "Merci d'avoir fait le grand saut... Moi... J'avais pas le courage. " ça m'a conforté dans le fait que c'était partagé. Je pense que c'est d'ailleurs pour ça, que depuis quelques temps je ne sentait plus l'odeur d'autre partenaire sur lui... ça devait le travailler aussi au fond. J'avais tout fais pour devenir le "bon pote sur qui on peut compter" donc il ne devait pas vraiment s'en douter jusqu'à ce que je lui montre et lui dise clairement. Enfin je crois... Après je sais qu'Haron était très "limite" sur ce niveau là. Après, je ne connais pas ton frêre, donc je ne pourrais pas te dire si c'est le cas. Puis l'odeur bien que très forte, est légèrement altérée avec les substance et l'odeur d'Haron.

« J’espère pour toi que tu n’aies jamais sentit son odeur. Ça ne doit pas être agréable de sentir tous les endroits où quelqu’un a pu aller ou bien les personnes qui l’ont touché. Enfin, odorat développé ou non, si tu me dis que je pue, je t’en colle une. »

je ne put retenir un rire franc mais chaleureux, mais ne puis me retenir de la taquiner gentiment.

- Ben... maintenant que tu le dis...  

Recevant un coup de coude dans les côtes, je l'attrapais pour la câliner rapidement avant de la lâcher. Erika n'était pas très tactile avec les gens, sauf certains privilégié.

- Si ça peut te réconforter, tu as une odeur corporelle largement supportable. Ca ne m'étonnerai pas qu'Ice dorme contre toi, la tête dans ton cou ou humer souvent tes cheveux.

alors qu'elle se levait pour aller chercher son devoir dans sa chambre, je lui fit par d'une idée, car je n'avais vraiment pas envie de travailler. Et je devais tirer une tête de cocker battue quand je lui avais demander. Il avait neiger en plus, avec du soleil... Un bon temps pour aller se rouler dedans.

-« Oublie mon devoir. J’ai vraiment envie de faire un tour à l’extérieur. Il y a eu une nouvelle bordée de neige, hier soir. Ça va être génial. Allez, bouge ton cul, je dois aller chercher mon manteau. On pourrait même en profiter pour faire un tour en ville, t’en pense quoi ? »

j'avait sauter sur place, un sourire jusque derrière les oreilles. Je pense que ma réponse, bien que non oral, était claire: "tout ce que tu veux tant qu'on profite de prendre l'air."

Emboîtant le pas a Erika, je trépignais d'impatience  l'idée d'aller dehors. Haron n'était pas là, il avait entraînement aujourd'hui, même s'il avait neigé, et je l'avais envié, lui proposant même de le remplacer s'il ne voulait pas y aller. Même si je savais que ça ne serai pas possible et que j'aurais adorer voir Danny se faire encastrer ... Qui sais... j'aurais peut être donné un coup de main?

Laissant Erika se préparer, je sautillais tout sourire à l'entrée de la chambre. Elle avait fait plutôt vite d'ailleurs. Elle était pas le genre de personne sur qui il fallait attendre des plombes, ce qui m'arrangeais fortement.

-« Tu devrais peut-être passer prendre tes affaires ? Je vais t’attendre à l’extérieur. »

elle me tira de mes pensées alors que je regardais dehors, impatient.

- Je fait très vite!

Alors qu'elle allait partir, je pris la direction opposé pour courir a ma chambre, esquivant les personnes dans les couloirs étroit, manquant de bousculer Scott. Sans pour autant m'arrêter, je lui lançais un "désolé!" continuant dans ma course. nos chambre n'était pas franchement proche, et je voulais pas la faire attendre.

Arrivant dans la chambre, j'attrapait mon sac de cours que je vidais de son contenu, le vidant en le secouant sur le lit. Prenant un papier, pour laisser un mot a Haron, vu que je n'avais pas de téléphone portable, je m'excusais rapidement pour le désordre, et que je sortait avec Erika, qu'on allait sans doute aller en ville, que je l'aimais fort et tout le tralala.

Attrapant un t-shirt, et un gilet un peu épais qui appartenais à Haron, j'enfournais le tout dans mon sac, attrapant mon porte monnaie et les clés.

le-dit sac:
 

En sortant, je fermais la porte, pour reprendre une course folle avant d'arriver enfin à la porte pincipale. Erika avait du voir sortir une fusée, que venais de jeter sans sac sur le chemin dégager et sauter d'un bon faramineux dans la neige, atterrissant en soulevant un nuage de poudreuse, avait de se rouler dedans, heureux comme tout. Il avait bien neigé en plus.

après quelques courtes minute, je me redressait, toujours assis dans la neige, couvert de flocon. Je préparais une petite boule de neige que je jetais, avec un énorme sourire, en direction d'Erika, sans pour autant la touché, afin de l'inviter à s'amuser un peu et profiter de ce tapis blanc. Je sentait que la journée allait s'annoncé grandiose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Ven 21 Fév 2014 - 2:43

Selon Erïka, on pouvait s’attendre à tout de la part d’Haron. La jeune femme n’aurait pas apprécié qu’il joue avec les sentiments de son ami. Pourtant, cela ne semblait pas le cas. Elle n’avait pas de soucis à se faire, si elle se fiait aux paroles d’Alex, l’homme faisait des efforts pour que leur relation fonctionne et, de plus, il ressentait réellement quelque chose à son égard. C’était rassurant.

Ça devait avoir été dur pour Alex de cacher ses sentiments pendant longtemps et d’avoir supporté le fait qu’Haron ait des conquêtes, de très nombreuses conquêtes pendant cette période de temps. La tête qu’il devait faire en sentant les vêtements de celui qu’il aimait devait être comparable à celle d’Erïka lorsqu’on parlait des ex de Bobby. Il valait mieux éviter le sujet avec la jeune femme, question de ne pas se retrouver face à un véritable iceberg. Il ne valait mieux pas qu’elle pense à ça, elle allait encore faire la tête. Elle décida de plaisanter sur l’odorat de son ami, lui interdisant de lui signaler qu’elle sentait mauvais. Lorsque sa sœur ne l’aspergeait pas de parfum, Erïka avait une odeur de vanille qui venait des savons pour le corps qu’elle utilisait régulièrement.
Rien que pour l’embêter, Alex insinua qu’elle ne sentait pas très bon. Elle répondit par un coup de coude sec, mais pas très violent. Elle ne voulait pas lui faire de mal. À peine l’avait-elle frappé qu’il l’attrapa dans ses bras pour la serrer contre lui. Heureusement, cela ne dura pas très longtemps car, prise au dépourvu, elle n’avait pas trop su quoi faire sur le coup. Elle ne tarda pas à se redresser et ramasser ses affaires.


-« Je ne sais pas si je dois m’offusquer de savoir que mon odeur est « largement supportable ». Mais c’est vrai que… si je puais mon copain ne dormirait jamais contre moi… Heureusement que j’adore le froid, sans quoi il ne pourrait jamais m’approcher, non plus. »

Il ne fallut que très peu de temps pour qu’ils montent à l’étage. Erïka s’était rapidement arrêtée à sa chambre afin de prendre son manteau ainsi que le stricte nécessaire. Elle n’avait pas besoin de trainer un sac à main lourd et remplit de choses inutiles. Une fois qu’elle eut quitté sa chambre, Alex alla rejoindre la sienne. Pendant ce temps, la jeune femme pouvait en profiter pour fumer une cigarette à l’extérieur.

Alors qu’elle était tranquillement dans ses pensées, fumant tout en fixant le magnifique paysage enneigé, quelqu’un passa à toute vitesse à ses côtés. Il ne fallut que quelques secondes pour qu’Alex saute dans la neige et s’en recouvre totalement. Il s’amusait comme un fou. Le sourire aux lèvres, Erïka l’observa silencieusement, ce qui lui donna le temps de terminer sa cigarette. Alors qu’elle tournait la tête pendant deux secondes, Alex en profita pour lui lancer une balle de neige. Cependant, elle l’entendit arriver et, par réflexe, l’évita. Il n’allait pas s’en sortir si facilement.

Le soleil brillait dans le ciel, le temps était doux. C’était parfait. Erïka se sentait bien. Elle déposa son sac à main sur l’une des marches de béton dénuée de neige et pas trop mouillée pour aller rejoindre son ami. De ses mains nues, elle attrapa de la neige et en forma une boule qu’elle lança en direction d’Alex. Elle était douée pour ce genre d’activité. Elle avait passé sa jeunesse à jouer à l’extérieur. Les seules fois où elle avait décidé de rester à la maison, c’était lorsqu’il faisait bien trop chaud. Aujourd’hui, c’était loin d’être le cas.

Erïka n’hésita pas à bombarder Alex avec des projectiles de neige. À un moment, elle attendit qu’il soit en train de se lever pour se jeter sur son dos et le faire basculer dans la neige. Au bout de quelques minutes, elle était également couverte de flocons. Elle se roulait dans la neige, elle en lançait. Elle riait. Elle était heureuse. Cependant, toute bonne chose avait une fin. Doucement, elle se leva puis retira son manteau. Elle ne portait qu’une légère veste noire par-dessus son débardeur. D’un grand geste, elle secoua son manteau pour en retirer le plus de neige possible.


-« Il fait un peu plus froid que je le pensais, mais on est bien, dehors. » Commenta-t-elle.

Elle alla retrouver son sac à main et le glissa à son épaule, conservant son manteau dans ses bras. Elle allait crever de chaud une fois dans sa voiture, elle en était persuadée. Puisqu’ils avaient prévus d’aller en ville, autant s’y rendre tout de suite. Elle commençait à avoir faim.


-« Alors, on va en ville ? »

D’un pas léger, elle se dirigea vers le garage. Elle y avait garé sa nouvelle voiture. Lorsque la grande porte lui céda le passage, la jeune femme pénétra dans cette froide pièce où de nombreuses voitures y reposaient. Elle n’allait pas sortir sa moto, aujourd’hui. Il y avait beaucoup de neige et peut-être même de la glace sur la route. Erïka chercha ses clés dans son sac à main avant d’appuyer sur le bouton de déverrouillage automatique des portières d’une petite manette étant lié à sa voiture, une magnifique Lamborghini noire. L’air de rien, elle s’installa dans son véhicule, déposant son sac et son manteau derrière son siège. Elle attendit qu’Alex soit à ses côtés avant de démarrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Jeu 3 Avr 2014 - 16:16

Alors que je me roulais joyeusement dans la neige fraîche et moelleuse, je vie qu'Erika était juste à l'entrée. elle détourna un instant le regard, ce qui me laissa le temps de lui lancé une boule de neige qu'elle évita plutôt facilement. Son regard venais de tout dire "toi, mon gaillard, tu vas voir!"

En effet, il ne fallut pas longtemps à la blonde pour venir me rejoindre et me couvrir de flocon. Elle me fit même basculé en arrière, mais c'était agréable d'enfin un peu s'amusé de la sorte, ça faisait des mois que je n'avait pas ris. La relation avec Erika n'était pas la même qu'Haron, il n'y avait ce stress que j'avais il y a quelques temps, ça faisait du bien. Quand elle s'arrêta, je m'était allongé sur le dos, le souffle fort et un sourire heureux au lèvres.

Sans m'en rendre compte je tissais d'étroit lien d'amitié avec Erika. Ca aussi, ça me faisait du bien. Je l'appréciais grandement.

Quand elle se redressa, elle se tourna vers moi.

-« Il fait un peu plus froid que je le pensais, mais on est bien, dehors. »

j'opinais du chef, sans parler, me régalant de la morsure fraiche de la neige.
Me redressant, doucement, j'avais la chemise trempé. Mais cela m'importait peu, elle sécherait bien assez vite contre moi.

-« Alors, on va en ville ? »

La voix d'Erika interrompit mes songeries, me rappelant qu'on allait en ville à la base. Me relevant, je la rejoignis rapidement en quelques pas en direction du garage. Quand elle se dirigea vers SA voiture, je n'en crus absolument pas mes yeux qui étaient écarquillés, rond comme des billes.

- wooooah... Sugoï!

Une très belle voiture de sport noir, que peu de gens pouvait se permettre d'avoir et d'entretenir.

Me rappelant que m'a chemise était trempé, j'eut la cruelle impression de sentiment d'interdiction de rentré dans la voiture au risque d'abîmer le cuir du siège. Regardant un instant Erika, puis la porte, pour regarder a nouveau la blonde qui m'invitait a monter, j'enlevais alors la chemise pour l'essorer et la garder en main, m'installant ensuite.

- Je la remet une fois arrivé, j'voudrais pas abîmer tes sièges! Tu l'as depuis quand, ce bijoux! il a l'air flambant neuf.

c'est vrai qu'il sentait encore le neuf. Mais il n'empêchait que c'était étonnant de voir une si jeune femme au volant d'une voiture de cette carrure.

- On te l'a prêté? elle tranche avec celle d'Emma en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Sam 12 Avr 2014 - 0:14

Erïka était une femme simple. Elle n’avait pas besoin de porter des tenues à la dernière mode, simplement des vêtements dans lesquels elle était confortable. Elle ne mangeait pas dans les grands restaurants, elle préférait découvrir les petits endroits peu connus des divers quartiers de New-York. Elle n’avait pas besoin d’un véhicule luxueux qui témoignait de sa classe familiale, bien que…

Il y a peu de temps, Sergeï Davidoff avait acheté une magnifique Lamborghini noire à sa fille afin de la féliciter pour l’obtention de son permis automobile. Il lui faisait ainsi profiter de sa passion pour les belles voitures et lui offrait la sécurité que procurait une automobile de qualité. Erïka, elle, ne voyait qu’un joli morceau de tôle qui roulait. Enfin, les choses changeront peut-être lorsqu’elle commencera à modifier le véhicule à sa guise, comme elle l’avait fait avec sa moto. À ce moment, elle développait de l’attachement pour sa création qui prenait peu à peu la forme qu’elle désirait et devenait comme elle le souhaitait.

Alex ne put se retenir de faire un commentaire d’admiration face au véhicule d’Erïka. Cette dernière sourit. Ça faisait le coup à tout le monde. À son âge, peu de gens pouvaient se compter chanceux de posséder un tel véhicule. Elle reconnaissait à quel point elle avait de la chance, mais cela ne changerait pas son comportement pour autant. Elle restait la même, malgré tout.

Prenant place dans le véhicule, elle y déposa ses affaires derrière elle. Alex ne tarda pas à monter à son tour, mais sans sa chemise. En fait, il ne souhaitait pas la garder sur lui et abimer les sièges. La jeune femme ne serait pas outrée qu’une chemise mouillée entre en contact avec le cuir du siège. Ça n’allait pas les abimer. Et puis, le cuir ça se nettoyait, les sièges ça se changeait, pourquoi devrait-elle s’en outrer ? Ce n’était pas comme s’il échappait son café dans la voiture, auquel cas elle serait de moins bonne humeur.


-« Il est neuf. Tu peux garder ta chemise, je n’ai pas peur que t’abime les sièges. »

Sa voiture était en parfait contraste avec celle d’Emma Frost. Cette dernière était vêtue de blanc, conduisait un véhicule blanc, dégageait une certaine pureté. Quand on regardait Erïka, on voyait plutôt une jeune femme dont la peau blanchâtre et la chevelure blonde lui donnait un air fantomatique lorsqu’elle portait des couleurs sombres.
Alex lui demanda si la voiture était prêtée. Qui serait assez fou pour laisser une jeune femme comme elle conduire une voiture de ce genre ? Son père.


-« En fait, c’était un cadeau. J’ai eu mon permis il y a peu et je voulais une voiture. Conduire une moto l’hiver ce n’est pas toujours une bonne idée. Donc, voilà. Elle est jolie, confortable, mais je compte faire un peu de mécanique dessus pour la modifiée. »

La jeune femme démarra. Elle aimait entendre le ronronnement du moteur. Elle boucla sa ceinture, puis quitta le garage. Elle roulait doucement, ne souhaitant pas déraper sur une fine couche de glace ou bien heurter un élève qui pourrait possiblement se jeter devant son véhicule. Lorsqu’elle franchit le portail, cependant, elle accéléra. Il n’y avait pratiquement personne sur la route qui menait en ville.

-« J’ai envie de sushis. Pas toi ? On pourrait s’arrêter à proximité du quartier chinois, il y a un excellent restaurant dans les environs. À moins que tu n’en connaisses un autre ? »

La jeune femme appuya sur un bouton, monta le volume de la radio. Elle avait laissé un CD dans le lecteur, la dernière fois qu’elle avait conduit, et l’avait oublié là. On pouvait dire qu’elle écoutait vraiment n’importe quoi. Après avoir chanté toute seule du rap dans la salle de classe, elle écoutait maintenant du métal symphonique.

-« Tu as des projets pour l’été ? Tu continues de suivre des cours ? À moins que tu ne te claques des balades sur les routes américaines avec Haron ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Mer 23 Avr 2014 - 13:00

-« Il est neuf. Tu peux garder ta chemise, je n’ai pas peur que t’abime les sièges. »

remettant alors ma chemise, elle allait sécher rapidement sur mon corps. L'intérieur en cuir, luxueux, les lignes du tableaux de bord étaient fine, stylisé. Le tout sentait l'argent. Mais c'était agréable.

- On te l'a prêté? elle tranche avec celle d'Emma en tout cas.

-« En fait, c’était un cadeau. J’ai eu mon permis il y a peu et je voulais une voiture. Conduire une moto l’hiver ce n’est pas toujours une bonne idée. Donc, voilà. Elle est jolie, confortable, mais je compte faire un peu de mécanique dessus pour la modifiée. »

Avec la neige, je pouvais comprendre son envie. Puis ça m'aurait embêter d'apprendre qu'elle ait eut un accident en moto pour avoir déraper sur une plaque de verglas.

- En tout cas c'est un très beau cadeau qu'on t'as fait la. La personne qui te l'a fait doit énormément t'aimer pour t'offrir un si beau bijoux.

Erika démarra. Le vrombissement du moteur était agréable, agressif. Elle se dirigeas à allure raisonnable jusqu'au portique de l'institut.

-« J’ai envie de sushis. Pas toi ? On pourrait s’arrêter à proximité du quartier chinois, il y a un excellent restaurant dans les environs. À moins que tu n’en connaisses un autre ? »

un sourire étira mes lèvres en voyant qu'elle avait envie de sushi. J'en avait manger il y a deux jours de cela, pour la saint valentin, fait par mes soins.

- Eto... j'ai pas les sous pour me repayer des sushis, j'en ai manger il y a deux jours, je les ai fait moi même. Mais il doivent bien avoir des râmen je pense.

Alors qu'on quittait l'institut, Erika appuya sur l'accélérateur. On sentait la puissance du moteur  en dessous du capot. La voiture glissa un peu sur la légère plaque de glace sur le sol, sans pour autant perdre le contrôle.

Quand elle alluma son poste, j'eut la surprise que ce n'était pas du rap, mais du métal... et qui plus ait, du métal symphonique!

J'eut un sourire satisfait en entendant de si bon morceaux.

-« Tu as des projets pour l’été ? Tu continues de suivre des cours ? À moins que tu ne te claques des balades sur les routes américaines avec Haron ? »

Sa question me sortait de mes pensées, ou je mis quelques petites secondes a répondre, le temps de remettre les mots en place pour comprendre la question.

Il était vrai que j'aurais aimer aller me faire des virer avec Haron pendant l'été, mais je n'en n'avait pas les moyens. Cela dis, j'avais largement rattraper mes lacunes et mon retard scolaire depuis que j'avais débarqué ici. J'étais peut être même un peu en avance sur mes programmes.

- Je... Je t'avoue qu'on en a absolument pas parler. Je doute de pouvoir payer une viré au calme , et je ne veux pas qu'il me le paye surtout. Cela dis, l'été c'est souvent le temps des championnat, et faut dire qu'il est doué, donc je pense que... enfin j'en suis sur, connaissant Danny...

ma voix, en prononçant ce nom, montrait que je ne le portait pas réellement dans mon coeur. J'évitait d'en faire une maladie, mais le savoir toujours après Haron, pour surveiller s'il avait pas manger ceux-ci ou ceux-la, s'il s'était fait un harem ou non la veille d'un match... A croire que même Danny doutait de sa fidélité... Mais le pire de tout, c'est que Danny ne jurait que par Haron pour sauver son cul, et ça, ça avait le don de me faire bouillir de l'intérieur... et encore plus quand Haron acceptait et défendait ça.

-... qu'il ne se passera pas d'Haron. Donc s'ils sont qualifiés, la question est réglé et je ne pourrait sans doute pas profiter d'Haron temps que ça, vu que je pourrait sans doute pas le suivre dans ses déplacements.

Rien que cette idée, et d'avoir parler de Danny m'avait hérisser le poil de la nuque. Je poussait un soupir, me calmant. il ne servait à rien de s'énerver pour si peut, puis je souhaitait à Haron d'aller à fond dans sa passion et de mettre toutes ses chances de son côté pour ses possibilités de carrière.

- Et toi? tu as prévu un truc avec Ice? ou seule?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Ven 25 Avr 2014 - 16:55

Erïka pouvait faire l’envie de bien des gens à l’institut. Elle était jeune, jolie et possédait une grande fortune. Sa voiture pouvait le témoigner. Cela ne faisait que peu de temps qu’elle l’avait en sa possession et, déjà, elle avait senti des regards jaloux, envieux et admiratifs se poser sur elle. Pourtant, ce n’était qu’un bout de tôle. Certes, de la tôle de luxe, mais cela restait un véhicule à ses yeux. Elle aurait préféré quelque chose de plus discret, bien qu’elle devait avouer que son père avait bon goût en matière d’automobile. Comme le disait Alex, pour recevoir un tel présent, la personne qui le lui avait offert devait l’aimer beaucoup… ou chercher à se faire aimer. Erïka n’avait pas la meilleure relation qui soit avec son père, mais les choses s’amélioraient peu à peu. Il tentait d’être présent dans sa vie et de s’occuper d’elle. Il faisait des efforts, elle ne pouvait le nier.

-« Ou elle est riche. Mon père aime bien faire des cadeaux de ce genre. C’est ce qui s’appelle, faire partie d’une famille de bourgeois. »

Erïka démarra. Elle ne pouvait pas se plaindre d’être tombée sur une famille comme ça. Enfin, si, beaucoup. Si on chassait l’image de la mère d’Erïka et qu’on ne voyait que la belle partie de l’iceberg qui constituait en un père riche à craquer, une sœur formidable quoi que trop narcissique et une grand-mère adorable, on pouvait dire que la jeune femme avait beaucoup de chance. Elle ne comptait pas changer sous prétexte qu’elle avait maintenant de l’argent à sa disposition, mais elle allait quand même s’offrir quelques petits luxes, comme des sushis.

Alex n’avait pas l’argent pour se payer des sushis. Il n’avait pas à se soucier de ça. Erïka était du genre généreuse avec ses amis. Et puis, elle voulait vraiment manger des sushis. Et puis, même si son ami avait eu l’occasion de préparer lui-même et de manger des sushis, récemment, il pouvait commander autre chose. Il y avait des ramens, comme il le disait si bien.

-« Hey, j’ai une fucking Lamborghini, tu crois que l’argent est un problème ? T’en fais pas, c’est moi qui offre alors profites en pour te régaler. Sushis, ramen, peu importe, prend ce que tu veux. » Fit-elle avec le sourire.

Alors qu’elle conduisait, la jeune femme en profita pour poursuivre la discussion sur un autre sujet. Elle demanda à Alex s’il avait des projets pour l’été. Mine de rien, le temps passait à une vitesse folle. Erïka, elle, savait déjà ce qui allait occuper le plus clair de son temps. Par contre, ce n’était pas le cas pour tous. Faute d’argent, Alex n’était pas certain de pouvoir faire une virée sur les routes américaines. Et puis, Haron avait le football. Avec la saison qui approchait à grand pas, il n’aura pas l’occasion de s’éloigner de la ville pendant bien longtemps. Et puis, il y avait ce mec, le capitaine de l’équipe qui surveillait Haron comme s’il était sa mère. Au moins, Alex semblait en accord avec elle sur le fait qu’il exagérait et qu’il se montrait un peu trop contrôlant.

-« Tu parles du mec moche qui dirige l’équipe, là ? Haron n’aime pas que je lui dise que ce mec à une tête de plouc. Mais c’est vrai, quoi. En plus il se prend pour sa mère. Marque ton territoire et fait lui comprendre qu’Haron c’est pas son gosse et encore moins son copain. Enfin, commence par parler à Haron de vos futurs plans de l’été. Peut-être que vous pourrez passer beaucoup de temps ensemble malgré tout, si c’est ce qu’il veut aussi. »

Alex lui retourna sa question quant aux projets de la période estivale. Sincèrement, Erïka ne savait pas trop quoi répondre. Oui, elle avait des projets. Ensuite, elle ne savait pas si cela allait inclure Bobby ou non. Elle avait discuté avec lui à ce sujet. Elle lui avait proposé d’emménager dans son futur nouvel appartement, cet été. Certes, il allait fort probablement retourner aux États-Unis pour la rentrée scolaire, mais ils allaient au moins passer du temps de qualité ensemble, malgré les cours d’Erïka. Ils allaient devoir, en tant que couple, s’adapter à la situation.

-« Voyager. Je vais en profiter avant de rentrer à l’université, cet été et passer un maximum de temps avec lui. Disons que je n’aurais pas un été très relaxant, mais c’est mon choix. »

La jeune femme gara sa voiture à sur le bord d’une rue. C’était tellement difficile de se garer près du restaurant qu’elle préférait marcher un peu plus plutôt que de faire des manœuvres qui risquerait de la faire foncer dans quelque chose ou d’abimer sa voiture. Quittant son véhicule, la jeune femme en profita pour mettre son manteau et glisser son sac à main à son épaule. Lorsque les portières furent fermées, elle les verrouilla avant de glisser les clés dans son sac.

-« Le resto est à quelques rues de là. On peut couper par la ruelle à droite, juste là, ou marcher jusqu’au boulevard, ce qui prend deux petites minutes de plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Ven 25 Avr 2014 - 18:37

-« Ou elle est riche. Mon père aime bien faire des cadeaux de ce genre. C’est ce qui s’appelle, faire partie d’une famille de bourgeois. »

- T'as quand même de la chance, d'avoir une famille présente... Cadeau ou non, la présence compte plus que tout a mon sens... Après, il y a des travers comme dans chaque famille je pense. Disons que quand on peut compter sur des gens, des fois ça soulage. J'ai ce sentiment qui m'habite de nouveau depuis peu, mais ce n'est pas encore aussi fort que ce que je vivais en famille. Je suppose que ça viendra avec le temps.

La jeune femme avait proposé d'aller manger des sushis. Je n'osa pas refuser, par politesse, bien que je n'avait plus grand chose dans le porte monnaie, je la préviens donc que je me contenterai de ramen. Ici au moins, il y en avait, ce qui était peut le cas en France. Elle finit par me couper.

-« Hey, j’ai une fucking Lamborghini, tu crois que l’argent est un problème ? T’en fais pas, c’est moi qui offre alors profites en pour te régaler. Sushis, ramen, peu importe, prend ce que tu veux. » m'avait-elle lancé avec le sourire

Prenant un instant de réflexion, j'allais refuser... Il était vrais que je n'aimais pas me faire payer quoi que ce soit. Cela étant, je n'avait pas envie de gâcher le moment, surtout que c'était la première fois qu'on ne sortait que tout les deux avec Erika, alors autant rendre ce moment mémorable!

- Bon, d'accord, mais la prochaine fois, c'est moi qui invite! tu goûteras au mien, et tu m'en dira des nouvelles!

Erika me posa une question qui mis mes nerfs en boule quelques instant, me crispant sur le siège.  Lui ayant répondu qu'il était probable que je me retrouve possiblement seul une parti de l'été, sans pouvoir aller vadrouiller sur les routes par manque de moyen. le sujet Dany était finalement venu sur la table

- Je... Je t'avoue qu'on en a absolument pas parler. Je doute de pouvoir payer une viré au calme , et je ne veux pas qu'il me le paye surtout. Cela dis, l'été c'est souvent le temps des championnat, et faut dire qu'il est doué, donc je pense que... enfin j'en suis sur, connaissant Danny, qu'il ne se passera pas d'Haron. Donc s'ils sont qualifiés, la question est réglé et je ne pourrait sans doute pas profiter d'Haron temps que ça, vu que je pourrait sans doute pas le suivre dans ses déplacements.

reprenant un air moins jaloux que je ne l'aurais voulu, la belle blonde me surpris par sa réflexion.

-« Tu parles du mec moche qui dirige l’équipe, là ? Haron n’aime pas que je lui dise que ce mec à une tête de plouc. Mais c’est vrai, quoi. En plus il se prend pour sa mère. Marque ton territoire et fait lui comprendre qu’Haron c’est pas son gosse et encore moins son copain. Enfin, commence par parler à Haron de vos futurs plans de l’été. Peut-être que vous pourrez passer beaucoup de temps ensemble malgré tout, si c’est ce qu’il veut aussi. »

J'étais content de voir que quelqu'un d'autre avait le même avis que moi à ce sujet... C'était une vrai mère poule...

Je ne pus m'empêcher de pouffer de rire en l'entendant le descendre de la sorte, il devait avoir les oreilles qui siffles.

- T'en fais pas... Je pense qu'il aura bien compris avec la nuit du 14 ~ Surtout qu'hier, il a essayé de contacter Haron pour un entrainement surprise, mais j'ai attraper et éteint le portable, gardant Haron sous ma coupe pour la journée.

J'avais un air triomphant sur le visage, accompagner d'un sourire fier et espiègle.

- Puis niveau territorial, je crois que je n'ai pas à m'en faire. Vu les marques que va porter Haron durant les prochains jours, je pense que ça va en dissuader plus d'un ou d'une déjà de s'approcher, et de l'autre, faire sans doute jalouser ces mâles en manque d'amour, ce qui manquera pas de gonfler l'égaux d'Haron d'ailleurs ~  

j'avais finit par lui poser la même question sur son projet de l'été. C'était agréable de pouvoir se détendre comme ça. Erika pris le temps de réfléchir avant de répondre.

-« Voyager. Je vais en profiter avant de rentrer à l’université, cet été et passer un maximum de temps avec lui. Disons que je n’aurais pas un été très relaxant, mais c’est mon choix. »


C'était un bon planning selon moi. J'aurais aimer pouvoir voyager aussi, aller au japon, pour enfin rencontrer, s'ils étaient encore vivants, mes grands parents du coté de ma mère.

Nous arrivions enfin en ville, et Erika se gara dans une rue peu peuplé. Je pouvais comprendre son choix. Avec ce temps, garer un engin pareil n'était pas chose facile.

-« Le resto est à quelques rues de là. On peut couper par la ruelle à droite, juste là, ou marcher jusqu’au boulevard, ce qui prend deux petites minutes de plus. »

mon ventre se mis a gargouiller fortement, me lâchant un rire.

- Je crois que monsieur a répondu pour moi. Coupon par la ruelle, ça ne me gêne pas. J'espère que t'as prévu le budget, j'ai une faim de loup!

lui lançant un clin d'oeil, nous nous engagions dans la sombre ruelle. Marchant l'un a côté de l'autre, je n'avais pas fait attention au fait que nous soyons suivi. Un homme passa à coté d'Erika lui arrachant le sac à main.

Pourquoi j'avais décider de prendre cette ruelle déjà? ...

Erika avait commencer à courir, mais pas assez vite, et heureusement pour lui... connaissant ce petit bout de femme, il valait mieux que ce ne soit pas elle qui lui mette la main dessus. Me lançant a sa poursuit, il ne me fallut pas longtemps pour le plaquer au mur, me montrant assez menaçant pour qu'il lâche le sac à main.

Cette aura  prédatrice qui pouvait m'entourer quand il faisait sombre, avait fait fuir chaque chat, rat, et autre animaux de la ruelle.

- On t'a jamais appris que volé c'était ma...

L'odeur de l'homme me percuta, comme un coup de masse. Ce n'était pas possible!
L'inconnue en profita pour hurler à l'aide, alors qu'Erika arrivait enfin a notre niveau. Attrapant L'homme pour le cou, et le décollant du sol, je venais enfin, après tant de temps, de tomber par hasard, sur l'un des assassins de ma mère!

Serrant un peu plus, mon regard avait changer. Ce fut la présence d'Erika qui me fit lâcher prise. Qu'étais-je en train de faire?

L'homme toussait au sol, se tenant la gorge, tandis que mon corps était parcouru de tremblement.

- Ou sont les autres... Ou sont ceux qui, en juillet 2012, étaient avec toi quand vous avez tuer ma mère! demandais-je d'un ton sec, contenant ma rage.

- Hé bie, hé bien... On s'énerve mon grand... Attend... en juillet 2012... Ha oui... la dame asiatique avec son clebs à la con? Il a réussi à dévisager un de mes hommes d'ailleurs.

L'homme au sol se releva, me donnant un coup dans l'estomac, assez fort pour me couper le souffle quelques instants, me faisant tomber a genoux, avant de rejoindre le groupe. Pauvre Erika... elle ne devait pas comprendre ce qui devait ce passer ici... Me redressant pour faire fasse a leur "chef" je ramassais le sac d'Erika, le lui tendant, finissant par me placer devant elle. La ruelle fut vite bloquer par 8 hommes. Et les choses n'annonçaient rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 27 Avr 2014 - 21:16

Chaque famille était différente. Chaque famille avait ses problèmes. Parfois, certaines étaient plus dysfonctionnelles que d’autre.  Disons qu’Erïka était loin d’avoir eu les meilleurs parents du monde. Au moins, son père souhaitait rattraper son absence et tentait de se rapprocher de ses enfants. C’était déjà un bon début. Par contre, malgré tous les efforts qu’il faisait, cela ne changeait rien au fait qu’il habitait sur un autre continent. La chose la plus présente dans la vie de la jeune femme était l’argent qu’il lui donnait, bien qu’elle était loin d’en avoir besoin.

-« Une famille présente… » Ces mots avaient un goût amer dans sa bouche alors qu’elle les prononçait dans un murmure.

Sa véritable famille n’avait pas de lien de sang avec elle, ou presque. Sa famille se trouvait majoritairement à l’institut. Cette école représentait beaucoup pour elle. C’était sa maison, son refuge, mais également une grande partie de sa vie. Elle ne pouvait pas s’imaginer quitter cet endroit définitivement.

Erïka roulait à bonne vitesse sur la route menant à un semblant de civilisation. L’institut était éloigné de la ville, tout était tranquille. Le calme qui régnait aux alentours lui plaisait et elle n’était pas dérangée par le fait de devoir parcourir une longue distance afin de se rendre en ville. C’était toujours mieux que de craindre constamment que des humains viennent faire un tour dans le coin.

Ayant envie de sushi, la jeune femme avait décidé que leur destination serait un restaurant qu’elle connaissait bien et qu’elle adorait. Alex n’avait pas à s’en faire pour l’argent, elle payait tout. L’argent n’était pas un problème, visiblement. Il n’y avait qu’à voir la voiture qu’elle conduisait. Quoi qu’il en soit, Erïka était partante pour un autre repas de sushi, surtout si c’était Alex qui cuisinait.


-« J’ai déjà hâte d’y être. Je suis sûre qu’ils sont fucking bon tes sushis. »

Ils arrêtèrent de parler de nourriture. Ça ne faisait que creuser l’appétit d’Erïka. Ils parlèrent plutôt de leurs projets pour l’été à venir. Visiblement, Alex ne comptait pas passer beaucoup de temps avec Haron. Ce n’était pas parce qu’il ne voulait pas, mais plutôt parce que cela s’annonçait difficile. Avec le football, Haron allait devoir s’entrainer pour les matchs à venir, sans parler de son ami Danny qui avait la fâcheuse tendance à jouer les mères poules. Le manque d’argent était également l’une des raisons qui obligeait Alex à rester dans les environs de New-York. Malheureusement, ce n’était pas tout le monde qui avait la chance d’avoir des parents fortunés. La conversation devient rapidement une petite session de « bitchage » sur le chef d’équipe d’Haron. Alex confia qu’il avait, en quelque sorte « marqué son territoire » sur son copain. Personne n’osera s’approcher de lui et cela pourrait même créer des jaloux.

-« Ahah ! C’est une bonne idée. Mais si, un jour, t’as besoin d’une diversion le temps d’une mi-temps pour te débarrasser de Danny et des autres joueurs qui lui trainent autour, j’ai un super atout qui pourrait t’aider. Avoir un mannequin narcissique qui adore être le centre de l’attention en guise de sœur peut détourner facilement l’attention de la gente masculine. Crois-moi, tu vas pouvoir te barrer à l’autre bout de la ville avec Haron avant que qui que ce soit ne le réalise. »

Une fois en ville, Erïka se gara. Elle avait évité les grandes rues où il y avait toujours trop de gens, trop de voiture et très peu de place pour se garer. Ici, elle allait être tranquille. Ce n’était pas une rue bien sombre ou louche comme on pouvait souvent en croiser dans la ville. Cependant, le raccourci qu’ils prirent était peu recommandable. Il y avait peu de chances qu’ils se fassent soudainement attaquer, bien qu’en cette fin de journée les ténèbres tombaient déjà sur la ville. Pourtant, vu la chance légendaire d’Erïka, cette dernière se fit voler son sac à main, sans qu’elle puisse réagir. Elle n’hésita pas à poursuivre le voleur, par contre. Dès qu’elle aura mis la main dessus, il faudra une chirurgie esthétique pour que le voleur puisse ressembler de nouveau à un être humain.

Alex courait bien plus vite qu’Erïka. Cela devait en partie venir de son pouvoir. Il attrapa l’homme, le plaqua contre le mur. La jeune femme ralentit alors sa course. Elle marcha, laissant à son ami le loisir de donner une correction à l’homme. Il avait une chance de s’en sortir sans trop de blessures, avec de la chance.

Par contre, quelque chose clochait. Quelque chose qui émanait d’Alex. Erïka ne saurait dire de quoi il s’agissait, mais elle en frissonnait presque de peur. Elle n’aimait pas ça. Quelque chose allait se produire, elle en avait le pressentiment. Ça ne s’annonçait pas bon du tout.

Alex avait jeté l’homme au sol. Il le questionnait, à présent, sur des événements datant d’il y a deux années. Le meurtre de sa mère. Erïka se souvenait d’un soir, l’été dernier, où il lui avait raconté ce qui s’était produit. Un cambriolage qui avait mal tourné. Comment Alex pouvait être si sûr qu’il tenait le meurtrier de sa mère ?  Peut-être y avait-il autre chose derrière toute cette histoire, quelque chose qu’il ne lui avait pas dite ? Ce n’était pas le moment de poser la question. Elle sentait qu’Alex n’allait pas le laisser partir si facilement. La colère devait monter en lui comme la lave d’un volcan en éruption. Il devait probablement vouloir se venger, tuer celui qui avait osé voler la vie d’une personne qui lui était chère. Comment lui en vouloir ? Erïka aurait probablement agit de la même façon.

L’homme savait bien de quoi parlait Alex. Il avouait clairement avoir été sur les lieux du crime. Devait-il mourir, à présent ? C’était à Alex de prendre cette décision. Erïka récupéra son sac à main et le glissa à son épaule. Son ami venait de se prendre un coup, mais, malgré tout, il se plaçait devant elle, comme pour la protéger. Elle n’en avait pas besoin.  Elle fit deux pas sur le côté, posa son sac sur une benne à ordure. Elle retira son manteau et le posa par-dessus. Il était temps de se battre. Ils étaient encerclés. Elle n’allait pas laisser son ami seul dans cette situation.

-« T’essaie de nous faire peur, sale lâche ? Les enfoirés de ton espèce se baladent toujours en groupe, question de ne pas montrer à quel point, seuls, ils sont faibles. »

Elle s’avança, la tête haute, vers le chef, mais s'arrêta à bonne distance de lui. En déposant son manteau par-dessus son sac, elle avait plongé la main dans celui-ci afin de prendre son arme à feu. Elle l’avait dissimulée derrière son dos, profitant du fait que son débardeur, plutôt ample au niveau du ventre, tombe parfaitement par-dessus et la dissimule. Elle comptait bien s’en servir si elle n’en avait pas le choix. Pour l’instant, elle se contentait de rester debout et de fixer le chef de cette petite bande. Elle n’avait pas peur. Elle était prête à se battre. Visiblement, cela n’était pas crédible aux yeux de son adversaire. Il ne pensait pas pouvoir se faire battre par une adolescente. Il devrait éviter de sous-estimer ses adversaires.

L’un des acolytes de l’homme s’approcha, riant presque. Il attrapa Erïka par le poignet alors que cette dernière levait le bras pour frapper. En un rien de temps, elle attrapa son poignet et ramena son bras dans son dos, le forçant à pivoter et à le faire s’agenouiller grâce à un habile jeu de pieds. Elle fit craquer son bras, cassant l’un des os à coup sûr. Elle lâcha son bras et le projeta sur le sol d’un violent coup de pied dans son dos.


-« Who’s next, motherfuckers ? »

Elle recula de quelques pas pour se placer derrière Alex. Elle se retourna, dos à lui. Elle allait s’occuper de ceux qui arrivaient de l’autre côté. Elle était en désavantage numérique, mais s’il le fallait, la jeune femme comptait bien leur coller quelques balles dans le corps avant de fuir la ruelle avec son ami. Elle n’avait pas envie d’être mêlée à cette histoire si c’était pour finir dans un poste de police.

-« J’te laisse le chef. Évite de faire trop couler le sang, ça tâche. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 27 Avr 2014 - 23:13

Nous parlions restaurant, et du fait que la prochaine fois, ce serai moi qui inviterai Erika à goûter des sushis fait de mes propres mains. Elle avait l'air presser d'y goûter d'ailleurs, ce qui me tira un sourire, car c'était réciproque.

Parlant ensuite de Danny, elle m'expliqua qu'elle avait un atout imparable pour éloigner durant un temps les yeux louchant trop sur Haron, surtout lors d'un match de football.

je ne put m'empêcher d'éclater de rire à l'idée de subtiliser Haron durant toute la seconde mi-temps d'un match et laisser Danny se débrouiller seul. Haron était plutôt attirant dans son équipement de sport, alors pourquoi pas en profiter une fois?

Nous arrivions en ville et Erika se gara loin de la circulation abondante des artères principales urbaine.

Nous descendions alors de la voiture, avant de prendre un raccourcie qu'elle venait de proposer.

Nous engouffrant dans la ruelle, un jeune petit con lui arracha le sac des mains. Vu la voiture, j'imaginais pas ce qu'il pouvait se trouver dans le sac. Sans vraiment réfléchir, j'avais coursé l'homme, le plaquant au mur.

C'était a ce moment la que tout bascula.

L'homme que je venais de tenir, était présent lors du meurtre de ma mère... Comment je le savais? Son odeur... L'odeur de cette enflure était dans la maison le jour ou ça c'était produit. Mon sang ne fit qu'un tour. Je l'avais soulever du sol, le tenant par la gorge, l'étranglant littéralement. C'est quand Erika arriva, que j'avais réussis à me ressaisir, le lachant avant qu'il ne perde connaissance.

- Ou sont les autres... Ou sont ceux qui, en juillet 2012, étaient avec toi quand vous avez tuer ma mère!

ma voix était presque bestial, mais encore assez humaine pour ne pas qu'on se doute de ma réel identité.


- Hé bie, hé bien... On s'énerve mon grand... Attend... en juillet 2012... Ha oui... la dame asiatique avec son clebs à la con? Il a réussi à dévisager un de mes hommes d'ailleurs.

Levant mon regard vers la voix, un homme, accompagner de trois autre, venait de débarquer en face, bouchant l'accès au centre ville.

il n'en fallut pas plus pour que son sbire, à terre, m'inflige un coup assez fort pour me couper le souffle et me faire poser un genoux. En me relevant, je me plaçait devant Erika afin de faire barrière de mon corps.

Elle pouvait sans doute voir, sous le fin tissus de ma chemise, mes muscles se tendre et trembler. J'était dans un tel état... Ce n'était pas descriptible... tout ce que je voulais, c'était la tête de cet homme. Ses paroles résonnait dans ma tête, comme un écho malsain qui agitait les fibres prédatrices de mon être. Mon regard, doré, n'avait plus rien de "gentil" ou d'"ordinaire".

Au moment au j'allais me lancer en avant, Erika passa à coté de moi, son parfum, son odeur et sa présence me ramena à la réalité. Pour le moment du moins.

Nous étions à présent encerclés par 8 hommes. et ça sentait grandement le roussis.

Je n'étais pas un adepte des combats, mais la, tout mon être réclamer de distribuer un lot de coups aussi puissant que possible.

Erika s'avança vers le groupe. Mon esprit voulu la retenir, mais je ne fis rien. S'ils osaient toucher à ne serais-ce qu'un seul de ses cheveux blond, je ne répondais plus de rien.

Alors qu'un des hommes de mains s'approchait en se moquant à moitié d'elle, je poussais un grondement sourd, mais peu audible, près a intervenir. Avec son ouïe, Erika avait sans doute put l'entendre.

Mais ce fut l'action d'Erika qui me surpris le plus. Alors que l'homme l'avait immobilisé, et que je fit un pas, Erika tourna la situation a son avantage, et lui brisa littéralement le bras. Un hurlement résonna dans la ruelle.

-« Who’s next, motherfuckers ? »

Erika avait finalement pris la décision de revenir sur ses pas.

- ton poignet... ça va?

elle se plaça dos à moi. Elle n'avait pas l'air d'être blessé, ce qui me rassura.

Sentant que l'air était au combat, je sentais en moi, l'excitation monté, et avec, l'envie de meurtre a l'idée que dans le lot, 2 des meurtriers étaient présent.

Erika du sentir ma bestialité ressortir.

En effet, ma respiration était profonde, poussant des grognement sourds et profonds, comme un animal près à sauter sur un ennemi potentiel, se jetant corps et âme dans un combat sans merci.

Se collant bien a mon dos, je fermait les yeux. Le contact réussissait temps bien que mal à me garder présent.

-« J’te laisse le chef. Évite de faire trop couler le sang, ça tâche. »

J'avais trouver le son de sa voix incroyablement doux, effleura une de ses mains du bout des doigts. Sa phrase avait sonner comme une demande... comme si elle disait " Alex... ne les tuent pas s'il te plait... retient toi un maximum."

Le "chef" regarda son sbire, venir, de façon pathétique à lui, se tenant le bras et gémissant de douleur. Leur leader posa un bref instant son regard sur Erika, avant de me fixer droit dans les yeux.

- Tu diras mes amitiés a la famille Inuka, Alex...

il claqua de doigt

- Tuez les.

Son ton sec et froids, sonnait comme une exécution... Était-ce comme ça qu'il avait ordonner abattage d'Oka-san?

je put enfin répondre à Erika

- Je ne te garantirai rien...

Ma voix, cette fois ci était à la limite de l'humain. Quittant le contact d'Erika, Je fonçais vers le groupe,  des 3 personnes encore valide en face de moi. L'un d'eux attrapa une des barres en fer, tandis que l'autre, avait sortit de ses poches un couteau à cran d'arrêt ainsi qu'un poing américain.

Un peu avant la confrontation, avant d'arriver au corps à corps, j'avais pousser un grondement puissant et animal. Il était hors de question que je meurt, sans les emporter tous avec moi.

Sautant par dessus le premier afin d'éviter un coup de barre métalique, je parait un coup de couteau du second, qui me valu une légère estafilade sur l'avant bras. En atterrissant au sol, j'esquivais quelques coups, ne me prenant rien du tout. Il couvrait bien leur chef, c'était un fait.

Je sentais mon sang bouillir, limite euphorique et amusé de voir a quel points, ils étaient vulnérable. finissant de faire joujou avec l'homme au couteau, je lui assainie un coup puissant dans les côtes, sentant les os se rompre sous l'impacte, avant de donner un coup de pied latéral retourner encore au niveau des côtes opposés. Celle-ci aussi se brisèrent comme du verre. L'homme tomba a terre, se les tenant, cherchant son souffle.

Un bruit derrière moi, me fit réagir au quart de tour. Je me baissais, entendant et sentant la barre de fer me frôler le haut du crane. Je jubilais. Les humains était tellement prévisible!

L'attrapant à la gorge, mon début de griffe planter dans la chair commença à le faire saigner. L'odeur douce du sang parvint à mes narines. Je fermais les yeux gardant l'homme de ma poigne, ses pieds ne touchant pas le sol. L'odeur était agréable, mais encore peu présente a mon gout alors que 5 filet de sanguin coulaient le long des blessure de l'homme, bien qu'elles soient superficielle et inoffensive. Le jetant vers les bennes à ordure, il s'écrasa lourdement sur l'une de ces dernières dans un bruit puissant. Il resta sonné un moment.

Voyant les fins filets rouges, le long de mes doigts, je la dirigeais lentement, en tremblant vers mes lèvres. Cela faisait tellement longtemps maintenant, que je n'avais plus goûter à la douce saveur du sang humain? Trop de temps à mon goût. Finissant par me décider a lécher l'une de ses lignes sanglante, je fut secouer d'un léger tremblement, poussant un grognement soulager. je ne pouvait le nié, le sang humain m'avait manqué. Il était tellement plus savoureux que celui d'un quelconque autre animal!

Soudainement, une vive douleur me lança au dos, vers l'arrière de mon flanc droit.

Poussant un hurlement de douleur et de rage, je regardait la source du mal, pour y voir planter un poignard de lancer. Un Second arriva, mais celui la, je l'attrapait au vol, regardant le lanceur. Le chef de cette petite bande voulait jouer? Il satisferai alors ma vengeance, ainsi que mon appétit.

me dirigeant vers lui, d'un pas assurer, et menaçant, je le fixais d'un air assassin. Il s'était muni lui aussi d'une barre de fer.

Alors que j'allais me jeter sur lui, un coup puissant sur la tête, le fit tomber au sol. Peu de temps après, je fut rouer de coup de barre métallique. Qu'allait-il se passez ensuite, pour l'instant je ne savais pas. Tout ce que je savais, c'était que plus ils continuaient, plus le retour que je leur donnerai serai puissant et dévastateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Mar 29 Avr 2014 - 18:52

Dans un combat, Erïka était toujours en première ligne, même lorsque cela ne la concernait pas. Lorsqu’il était question d’aider un ami, elle répondait présente. Elle n’allait pas laisser Alex se faire tabasser par une bande de minable. Ils avaient du sang sur les mains. Ça tombait bien, elle aussi. Elle n’aura aucune pitié pour ses adversaires. Elle allait leur éviter la mort, autant qu’elle le pouvait. Elle pouvait se contenter de les envoyer à l’hôpital.

Le plus important était de ne pas oublier que ce combat n’était pas sien. Il s’agissait de celui de son ami. Il bouillonnait de rage, elle pouvait le lire dans son regard. Elle voyait, à travers son chandail, ses muscles bouger. Que se passait-il ? Allait-il se transformer en loup ? Cela était dangereux. Elle espérait qu’il puisse se contrôler suffisamment pour ne pas user de son pouvoir de cette façon. Vu la situation, impossible de prévoir quoi que ce soit. Il faisait simplement espérer.

Alex s’était placé de façon à la protéger. C’était mignon, mais pas nécessaire. Certes, Erïka avait un fort caractère et aimait taper. Cependant, ce que peu de gens savaient, était qu’elle recevait un entrainement d’excellents combattants. Emma Frost avait su lui montrer l’art du combat rapproché. Elle lui en avait également expliqué les rouages ainsi que certains principes qui échappaient à bien des gens. Sergeï Davidoff était un adversaire fort qui maitrisait les arts martiaux russes et possédait une solide formation militaire. Il lui avait montré comment mettre son ennemi hors d’état de nuire, mais également comment échapper à l’emprise de son agresseur s’il venait à l’attraper. Ainsi, elle pouvait se défendre. Son arme n’était qu’optionnelle à ce stade puisqu’elle était, elle-même, une arme.

C’était mignon d’entendre que son ami était là, derrière elle, prêt à bondir sur le premier qui oserait s’en prendre à elle. Les apparences étaient trompeuses. Elle n’était pas le genre de femme fragile qui avait peur de se prendre des coups. Au contraire, il lui en fallait beaucoup pour faire craquer son corps ou même son esprit. Par contre, elle, elle n’avait pas besoin de grand-chose pour mettre quelqu’un hors d’état de nuire. L’un des hommes de la bande s’était approché d’elle. Lorsqu’elle leva le bras, il l’attrapa par le poignet. Aussitôt, elle attrapa le sien et effectua une prise qui lui permit de casser le bras de son adversaire. Il ne fallait pas la sous-estimée.

Ravie de sa manœuvre, Erïka recula et alla se placer derrière Alex afin d’observer les hommes qui se tenaient un peu plus loin, derrière lui. Elle était prête à se battre, bien qu’elle craignait le désavantage numérique. Alex lui demanda si son poignet allait bien. Un petit sourire s’étira sur les lèvres de la jeune femme.


-« Qu’est-ce que tu crois ? Cet enfoiré m’a à peine touché. Je réserve pire aux autres. »

Elle sentait le dos d’Alex contre le sien. Il respirait profondément, il tentait de calmer ses pulsions. C’était difficile à faire. Combien de temps allait-il tenir ? Erïka lui demanda d’éviter de faire couler le sang. Il fallait être logique : si quelqu’un tombait sur eux en pleine boucherie ou, pire, alors qu’Alex s’était métamorphosé, les choses seront difficiles à expliquer. Connaissant la chance d’Erïka, elle pourrait bien tomber sur quelqu’un qui la reconnaitrait sans mal. Ils devaient se battre, donner une raclée à ces hommes et foutre le camp au plus vite. Tel était le plan, à présent.

Les doigts d’Alex effleurèrent la peau de sa main. Doucement, elle s’en empara et les serra doucement. Elle savait ce que c’était que de perdre le contrôle de soi et de se laisser guider par les émotions. Il devait rester en contact avec la réalité. Il devait faire attention à lui, car porté par les émotions on devenait bien plus vulnérable. Elle en savait quelque chose. Sachant qu’Alex avait des sens très développés, dont l’ouïe, elle murmura quelques mots pour lui.


-« Everything's gonna be fine. »

Maintenant que les hommes avaient ordre de tuer, Erïka n’allait pas se priver de casser quelques membres. Ce n’était pas comme si elle s’était retenue, quelques instants plus tôt. La jeune femme lâcha la main d’Alex et fit deux pas en direction des hommes qui lui faisaient face. Dans sa tête, elle élaborait rapidement un plan, une stratégie. Alex, derrière elle, s’était jeté dans la mêlée. Erïka, elle, laissait les hommes s’approcher. Parfois, attendre avait du bon, dans un affrontement. Les dégâts que causaient Alex semblaient assez sérieux pour que deux des hommes passent près d’Erïka sans même lui porter de l’attention afin d’aider leurs amis. Elle ne détourna pas le regard une seule seconde, cela pouvait se révéler fatal. Elle se contentait d’écouter attentivement. Elle ne pouvait éviter les morts, c’était certain. Elle avait entendu le cri poussé par Alex. Rage, colère, il avait une bonne raison de les tuer jusqu’au dernier. Elle n’allait pas l’en empêcher, pour l’instant. Elle avait d’autres chats à fouetter.

-« Come on, guys ! Vous avez peur d’une fille ? »

Le premier s’approcha. Elle lui donna un bon coup du crochet au visage. Le second ne resta pas immobile. Il attrapa Erïka après s’être glissé derrière elle. Il la retenait, tentant de l’empêcher de bouger. Le premier homme s’approcha d’elle pour la frapper. Elle se donna un élan pour lui donner un coup de pied au visage alors qu’il était à proximité. Elle avait mis son poids vers l’arrière, donnant du mal à celui qui la tentait de rester en équilibre. Une fois sur ses pieds, elle lui donna un coup de tête. Il la lâcha sur le champ. Elle se retourna, lui envoya un coup de genou dans l’estomac, un coup de poing direct au visage, lui brisant ainsi le nez, puis elle termina le tout en lui donnant un autre coup, du tranchant de la main, au niveau du cou. Il perdit connaissance.

Erïka se retourna. Il lui restait un adversaire. Elle s’approcha de lui. Il sortit un couteau, se jeta sur elle. Elle fit rapidement un pas sur le côté et attrapa son poignet. Elle lui fit lâcher le couteau, puis le projeta sur le sol, face première. Elle s’assura qu’il soit assez sonné pour ne pas les emmerder de nouveau.

Lorsqu’elle se tourna vers Alex, la jeune femme constata qu’il était en mauvaise posture. Elle ne pouvait le laisser se faire ainsi rouer de coups. Rapidement, elle s’approcha du groupe d’individu. Elle attrapa son arme à feu. Elle arriva derrière l’un des hommes et se servit de la crosse de son arme pour lui donner un violent coup à la tête. L’homme s’écroula sur le sol. Elle retira la sécurité de son arme et la leva en direction de l’un des hommes les plus près d’elle. Elle prit une grande inspiration et tira au niveau de son épaule, lui faisant ainsi lâcher sa barre de fer.


-« Le prochain aura du plomb dans la tête. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Mar 29 Avr 2014 - 20:45

Je subissais l'assaut de 4 hommes maintenant. Roué de coup de barre de fer, et de coup de pieux plus fort les un que les autres, une de mes côtes avait finit par céder.

Pour un homme normal, un tel déchaînement de violence serais mortel, j'encaissais bien les coups, mais mon corps avait tout de même une limite, qui commençait à se faire voir.

Essayant de me relever, les coups repartait de plus belle!

- Mais tu vas crever sale cloporte!

je ne put m'empêcher de rire, ce qui n'arrangeait pas mon cas, car l'un deux me donna un violant coup de pieds au visage.

Mon corps était endolorie, j'avais le gout de mon propre sang en bouche.

Je sentait mes os craquer... pas parce qu'eux, me les brisaient, mais parce que je perdait le contrôle. Et cette fois-ci c'était innévitable.

Moi? je me réjouissais de l'évènement, j'allais me régaler de leur sang et de leur chair, tous autant qu'ils étaient, et ils auraient beau fuir, je les traquerais les uns après les autres pour les éviscérer tel de vulgaires lapins.

Ils commençaient à jubiler. La douleur des coups cumulé à celle de la mutation donna l'impression que je perdais connaissance. J'essayais juste de me concentrer pour ne pas m'évanouir en réalité.

- Ca y est! on le tien!

Un coup de feu avait retentit. L'odeur du sang était soudainement devenu plus forte.

Erika!

Les gens avaient stopper l'espace d'une demi seconde leur tabassage, ce qui me permis de me relever d'un bon magistral, mutant quasiment sur le champs. Ma chemise se déchira, ainsi que mon pantalon.

Ce fut comme une explosion. Les hommes furent éjecter a quelques mettre de moi tent la mutation avait été brutal.

Dans un rugissement de rage et assassin, je ne laissait plus que place à une bête sauvage, le museau ensanglanté.

la surprise fut déstabilisante pour les adversaires, si bien, que l'un d'eux n'avait pas bouger quand je lui bondit dessus lançant un coup de patte assassin. Il eut le réflexe de se reculer d'un bon, mais il fut tout de même toucher au niveau du ventre, ce qui lui valut une longue griffure sanglante en guise de récompense. Au moins, il n'aura pas perdu la vie... pas encore.

Me tournant vers l'un des autres, dans un grognement bestial et pourtant calme, je le regardais par terre, en train de trembler.

- Putin! c'est quoi ce monstre!

Je me baissais, a quatre pattes, a son niveau, m'approchant et me plaçant au dessus de lui. L'homme était si terrifié, qu'il avait finit par s'uriner dessus.

Alors que je m'apprêtais a le tuer, levant ma patte pour aller lui arracher le coeur de sa cage thoracique, et qu'il poussait un cris de pucelle, un léger bruit le fit  sauter sur le côté. Je me retrouvait avec un nouveau poignard de lancé planter dans l'épaule. Regardant ma blessure, je regardait la personne aillant eut l'audace de tenter le coup.

Il était légitime d'essayer de me tuer, quand on savait que leur vie aussi était en jeux. J'eut comme un sourire, qui dévoila mes dents, sans doute aussi grande que l'armes qui venait de se ficher dans mon épaules.

L'homme voulu fuir à travers les ruelles.

Cela rendait la chasse intéressante selon moi, s'il voulait jouer a ce jeux... je m'y prêtais volontier.

Commençant à le courser, il fut rattraper quelques ruelle plus loin ou j'avais réussis a me dissimuler en hauteur sur les plates formes d'escalier de secours.

L'homme avait l'air content de son coup, commençant a marcher a reculons avant de s'arrêter pour souffler, j'en profitai pour descendre sans un bruit, du moins aucun bruit audible pour un humain, me levant de toute ma hauteur derrière lui.

Il ne vit qu'une ombre grandir, et supplanter la sienne. L'homme en face, ne fut ni plus ni moins que le chef de gang. Pour asseoir sa suprématie, il fallait souvent tuer le chef, pour montrer ce que l'on valait. Comme on le disait: couper la tête du serpent, et le corps meurt aussi.

Dans un grondement, ma machoir se referma sur l'épaule du chef, qui pleurait et suppliait de lui laisser la vie sauve. Ces quelques mots me firent tellement de mal, que les os de l'épaule du malheureux se mirent à craquer un à un. Je savourais le goût du sang mes yeux doré brillait dans la ruelle, d'une lueur que rien ne pouvais comparer. Une bête sauvage, enrager, dont la seul motivation était de tuer cet humain pathétique.

à chaque craquement, un nouveau cris de douleur et de supplice. Il s'accrochait a mon pelage alors que petit a petit, se vidant de son sang, le souffle lui manquait aussi.

Rien ne m'empêcherait de me nourrir de ses entrailles gorger de cet or rouge permettant de garder la vie.

Finissant par le lâcher, pour qu'il tombe lourdement au sol, il se traina vers le mur acculer et voyant qu'il ne pourrais fuir.

A cet instant précis, j'allais me précipiter sur la gorge de l'homme aillant provoqué mon courroux, pendant que des claquement de talons résonnaient, se rapprochant de la ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Mar 29 Avr 2014 - 21:56

Erïka avait parfois l’impression d’être insensible à la violence. Elle en voyait tous les jours à la télévision. Les meurtres, les viols, la torture, tout cela faisait partie du quotidien de l’humanité. Elle-même avait vu des actes affreux, odieux. On avait tenté de la conditionner, de lui faire croire que c’était normal. Pourtant, à ses yeux, rien de tout cela ne l’était. Il y avait une barrière entre blesser et tuer. Il y en avait une entre se défendre et massacrer quelqu’un pour le plaisir. L’humain était une bête sauvage et sanguinaire. Personne ne pouvait le dresser.

Erïka avait agi de la meilleure façon possible pour aider son ami. Elle avait fait en sorte qu’il soit libérer de l’emprise de ses ennemis, ses bourreaux. Personne ne pouvait ainsi battre quelqu’un à qui elle tenait. Elle avait tiré sur l’un des hommes. Elle ne le regrettait pas. Il n’était pas mort. Enfin, pas pour l’instant. Alex s’était relevé. Il n’était plus le même. Il était une bête sanguinaire qui attaqua ses assaillants avec rage. Erïka ne chercha pas à l’arrêter. Elle se contenta de rester éloignée de cette scène. Elle recula de quelques pas. Elle savait que c’était la meilleure chose à faire pour l’instant. Il n’avait plus rien d’humain. Il était devenu une bête.

Son rugissement lui irrita les tympans. Finalement, elle allait peut-être intervenir. C’était là le danger des métamorphes : la partie animale qui sommeillait en eux pouvait prendre le contrôle si on ne le contrôlait pas assez bien. Alex avait dû la laisser prendre sa place. Maintenant, Erïka assistait à un véritable carnage animal.

Elle ne s’attendait pas à ce qu’Alex quitte la ruelle. Ça, ça ne sentait pas bon. Rapidement, Erïka attrapa son sac à main et son manteau, restés un peu plus loin. Heureusement, le sang les avait épargnés. Si quelqu’un mettait les pieds dans la ruelle, personne ne devait savoir qu’elle avait été ici. Elle couru dans la direction empruntée par Alex, cherchant à le rattraper. Il était rapide. Elle devait se fier à son ouïe pour le suivre à la trace.

Erïka entra dans une autre ruelle. Elle espérait qu’il ne soit pas trop tard. Lorsqu’elle le vit, prêt à porter un coup fatal à son ennemi, elle ne put s’empêcher de tenter de commettre un geste qu’il pourrait regretter. Retirer la vie d’une personne avait bien plus de conséquences qu’on ne pouvait le croire.


-« Stop ! »

Elle s’approcha rapidement d’Alex, rangeant son arme dans son sac à main. Elle n’en avait plus besoin. Elle laissa tomber ses affaires sur le sol. Doucement, elle ralentit le pas pour s’arrêter tout près de son ami. Elle le regardait droit dans les yeux. Il ne lui faisait pas peur. Elle savait qu’il était possible de le dompter. Pour cela, il fallait simplement atteindre son humanité.

Erïka se plaça entre la victime et le loup. Doucement, elle caressa le pelage ensanglanté de son ami. Elle ne lui voulait pas de mal. Elle tentait de le calmer. S’il protestait et tentait de s’en prendre à elle, alors elle devra user d’un peu d’autorité. Bien des gens, dont lui, savaient bien ce que ça donnait lorsqu’Erïka décidait de prendre le contrôle d’une situation.

-« Calme-toi. » Commença-t-elle d’une voix douce. Elle prit une voix un peu plus ferme pour bien se faire comprendre, souhaitant qu’Alex lui obéisse. « Calme-toi. Tu vas reprendre ta forme humaine, compris ? Je crois que tu les a assez massacrés pour que certains n’y survivent pas, de toute façon. »

Elle n’allait pas bouger. Elle restait là, bien droite, le regardant dans les yeux. S’il souhaitait la blesser, elle avait devoir, malheureusement, user de la force de son arme. Bien sûr, elle l’avait laissé dans son sac à main. Elle ne pensait pas devoir en arriver jusque-là pour faire en sorte qu’Alex se calme. Il fallait seulement espérer que le loup soit enclin à lui obéir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Ven 2 Mai 2014 - 11:01

Je regardais ma proie dans les yeux. Ce qu'il pouvait voir? sa mort imminente.

Alors que je m’apprêtais à le décapiter d'un coup de mâchoire, une voix avait résonné dans la ruelle.

-« Stop ! »

Mes crocs s'étaient arrêté qu'à un millimètre de la chair de l'homme. Qui osait m'interrompre alors que j'allais jouir de la possibilité de venger ma famille, et me nourrir? Qui voulait me volé ma proie?!

Me redressant de tout mon long, j'avais remarqué que ma vision commençait à se troubler, mais je ne devais pas montrer un signe de faiblesse face à un quelconque ennemie.

Alors que la personne approchait, je montrait de plus en plus les crocs, grondant, le poil gonflé et les oreilles en arrière. Je ne put la voir distinctement que qu'en elle se plaça devant moi. Je connaissais ce visage... Mais c'était comme si cette partie de ma mémoire était enfouie, loin, très loin... Si loin que je doutais réussir à me rappeler.

-« Calme-toi. »

On se fixait, l'un et l'autre, s'observant. Je sentais qu'elle n'avait pas peur, mais elle restait tout de même sur ses gardes.

Alors qu'elle approchait doucement sa main vers moi, je voulu faire un pas en arrière, mais j'étais trop faible à présent pour ne bouger ne serais-ce qu'un pouce. Retombant sur mes 4 pattes, je sentais que je n'avait plus la force de faire quoi que ce soit... puis elle n'était pas agressive... Je ne sentais pas cette envie que j'avais avec tout les autres, celle de la tuer... Pourquoi tuer une proie que vous n'effrayez même pas? ça n'avait pas d'intérêt pour moi.

Je regardais cette femme droit dans les yeux, avant qu'elle avant qu'elle ne caresse ma fourrure.

après quelque passage dans mon pelage poissé par le sang je sentait que je n'avais plus la force de lutter. Mon corps commençait sérieusement a me faire souffrir, et je perdais pas mal de sang à cause de mes blessures. Il restait d'ailleurs l'un des poignards de lancé fiché dans mon épaule que je n'avais pas pensé à enlever.

L'odeur de l'inconnue qui prenait soin de moi, m'était tout aussi familière que sa voix et son apparence.

« Calme-toi. Tu vas reprendre ta forme humaine, compris ? Je crois que tu les a assez massacrés pour que certains n’y survivent pas, de toute façon. »

Elle avait usé d'un ton plus ferme cette fois-ci. Je me tendis, prêt à la remettre en place, mais je n'eut pas la force de faire plus que frémir.

J'avais finit par m'allonger, me sentant épuisé, le corps douloureux.

Soudain, tout me revint comme une claque dans la tronche. Je retrouvais enfin ma lucidité. Me relevant comme je put, je pris la jeune fille contre moi, le regard plein de larme. C'était comme un besoin urgent de réconfort et pour être sur qu'elle n'avait rien.

Je reprenais ma forme humaine lentement... douloureusement... Alors que je gardais Erika contre moi.

- je... je suis désolé...

tout devint plus sombre autour de moi. J'étais nu, et mon corps ne me portait plus. Me laissant aller au sol, j'avais le corps couvert de marque de barre de fer, un énorme ecchymose  sur le côté droit de mes côtes, assez foncé pour montrer qu'à cet endroit, au moins une côte avait cassé.

le reste de mon corps n'était couvert que de marque bleus foncé assez bénignes, ainsi que deux profondes entailles saignant tout de même assez pour avoir à s'inquiéter.

Respirant comme je pouvais, je me laissais aller, me concentrant sur la morsure froide du sol pour me maintenir un minimum en alerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 4 Mai 2014 - 19:48

Erïka avait confiance en ses amis. Elle savait à qui faire confiance et ne doutait pas un seul instant qu’ils ne lui feront pas de mal. C’est pourquoi elle n’avait pas hésité un seul instant à s’interposer entre Alex et sa cible. Son ami n’allait pas lui sauter à la gorge ou la blesser. Il allait être en mesure de contrôler le loup en lui. Elle en était persuadée. C’est pourquoi elle caressa sa fourrure ensanglantée d’un geste doux et amical. Il devait comprendre qu’elle était de son côté. Elle ne lui voulait pas de mal. Au contraire, elle souhaitait le protéger et l’empêcher de poser un geste qu’il pourrait regretter.

Alex la fixait. Elle ne sourcillait pas. Doucement, elle s’approcha davantage d’elle et la serra dans ses bras. Erïka lui rendit à peine son étreinte. Il était dans un sale état, elle ne voulait pas lui faire mal. Il semblait faible, fragile dans sa forme humaine. Elle tenta de l’aider à se maintenant debout autant qu’elle le pouvait. Il ne pouvait pas flancher tout de suite. Elle avait besoin qu’il tienne le coup le temps qu’elle puisse l’amener en lieu sûr.

-« Ne t’excuse pas, Alex. Tu n’as pas à t’excuser. »

Alex tomba au sol. Elle n’était pas capable de le soutenir davantage. Il faisait froid et toute cette neige au sol n’allait pas l’aider à éviter une bonne grippe. Erïka alla chercher son manteau et le déposa sur son ami afin de le protéger un minimum du froid. Il était complètement nu. Cependant, elle y fit à peine attention, évitant soigneusement de ne pas poser ses yeux sur une certaine partie de son anatomie. La jeune femme s’accroupit pour le regarder dans les yeux.

-« Je vais aller chercher la voiture. Tu m’attends. Je fais vite. »

Sur ce, elle se redressa et attrapa son sac à main au passage. Elle se mit à courir jusqu’à sa voiture, sans même s’arrêter pour reprendre son souffle. Une fois au volant, elle jeta son sac sur le siège arrière et démarra. Elle recula son véhicule pour entrer dans une petite rue à sa droite. Elle ne voulait pas passer dans la ruelle où il y avait tous ces hommes au sol, agonisant et souffrant le martyr. Elle se faufila jusqu’à la ruelle où se trouvait Alex et y bloqua l’accès avec son véhicule. Elle laissa le moteur tourner et sortit de sa voiture. Rapidement, elle s’approcha de son ami et tenta de l’aider à se relever.

-« Viens. On rentre à la maison. »

Elle traina Alex jusqu’à sa voiture, dont la portière passager était ouverte. Elle s’assura qu’il était bien assis et boucla sa ceinture. Refermant la porte dans un claquement, elle contourna le véhicule et s’y engouffra à son tour. Elle se dépêcha de quitter cet endroit et regagna les grands boulevards de la ville. Elle n’allait pas trainer. Dès qu’elle fut sortie de la ville et se dirigeait vers l’institut, elle accéléra dangereusement. Elle savait qu’il n’y avait que très peu de personnes dans les environs et qu’il s’agissait majoritairement de résidents de l’institut. Ralentissant dans les courbes, la jeune femme tentait de rester la plus prudente possible. Elle ne voulait pas d’accident, ce n’était pas le moment.

-« Alex ? T’es toujours avec moi ? Reste conscient. On arrive à l’institut. On va te soigner. »

La jeune femme franchit rapidement le portail de l’institut. Elle mena sa voiture dans le stationnement et ne pris pas la peine de se garer convenablement. Elle coupa le moteur, attrapa ses clés et les glissa dans la poche de son jean tout en quittant son véhicule. Elle passa du côté passager pour ouvrir la porte à Alex.

-« Tout va bien aller. On est à la maison. Tu es capable de te lever ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 11 Mai 2014 - 23:54

La neige sur le sol se teintait petit à petit de rouge. Il faisait froid, c'était agréable. J'étais concentrer pour ne pas sombrer et tomber dans les vapes. Ce n'est que quand j'entendis le moteur vrombissant de la voiture d'Erika que j'avais remarquer qu'elle était partie.  Alors quel m'aida à me redresser afin de marcher a la voiture, mes jambes finirent par fléchirent et, afin d'éviter une lourde chute douloureuse, je me rattrapai en m'appuyant sur le capot du bolide. La douleur à l'épaule fut vive, tellement vive que ce fut comme un choc éléctrique qui me tira un grondement mêlant une voix humaine et animal. Mes yeux donnait l'impression d'un être sauvage dans un corps humain. J'étais épuisé, oui, blessé, c'était plus qu'une évidence, mais au fond de moi, je sentais une nouvelle forme de rage. Une rage de vivre, de tenir, de ne pas me montrer "faible". Si je paraissait faible, comment pouvais-je prétendre pouvoir protéger ceux qui m'étaient cher.

Il ne me fallut que quelques secondes pour sentir le contre coup. La douleur me donnait un regain d'énergie, et me reprenait le double une fois le contre coup arrivé. J'avais envie de me poser dans un coins, laisser mes blessures guérir... loin des regards. Mais je ne pouvais pas fuir Erika dans mon état de toute manière. Elle m'aurait tirer dans la voiture par la peau du coup à peine les deux premiers pas fait. Erika m'aida à m'installer dans la voiture.

Il était vrais que j'étais nu maintenant. En m'installant, elle posa la veste qui m'avait couvert quelques minutes avant, sur mes parties intimes. La veste était souillé de sang. j'eut l'envie de l'enlever pour l'épargner, mais si Erika l'avait posé ici, c'était sans doute pour ne pas être gêner.

La jeune fille prenait tout cela avec un sang froid que peut de jeunes de son âge auraient eut. Cela en disait long sur une partie de ce qu'elle avait put vivre.

Finissant de boucler ma ceinture, elle s'installa rapidement au volant du véhicule, direction... l'institut? je ne reconnaissais pas la route. La ceinture appuyait sur mon corps, surtout dans les virage, évitant que mon corps se ballade. Les douleurs me firent serrer le siège, poussant quelques grognement sourd de douleur.

la route glissait sur la fin du parcours, car l'institut se tenais a l'extérieur de New York. Les coté boisé gardaient le frais, ce qui donnait des plaque de verre glas par endroit.


-« Alex ? T’es toujours avec moi ? Reste conscient. On arrive à l’institut. On va te soigner. »

Ouvrant les yeux, et tournant doucement ma tête vers elle, j'affichais un sourire

- Je suis... La... Il en faut bien plus... Pour se débarrasser de moi...

J'étais dans un sale état, c'était un fait, mais je savais qu'aux fond, je survivrais sans mal à cette entourloupe. J'avais juste sérieusement déguster... Les bleues aurait disparut d'ici 2 ou 3 jours, ce qui m'inquiétait, c'était ma côte de fêlé et surtout mes blessures ouvertes. C'était la première fois qu'on réussissait à me blesser comme ça volontairement. La seul fractures que j'avais eut était il y a deux ans, quand Scum m'avait recueillit. Et ce fut à cause de ma rencontre avec une voiture, lancé à une bonne vitesse. Alors au fond, c'est qu'ils avait du y aller plus fort que je le pensais.

Voulant posé ma main sur sa cuisse pour la rassuré, je finit par m'abstenir, afin de ne pas la gêner et surtout, ne pas bousiller son jean avec mon sang.

me replaçant doucement dans le siège, nous arrivions dans le garage de l'institut.


-« Tout va bien aller. On est à la maison. Tu es capable de te lever ? »

détachant ma ceinture, je bougeais doucement, avant de comprendre que je ne pourrait pas sortir seul de l'habitacle.

- Kuso... Besoin ... D'aide pour... Sortir...

Je me sentais de moins en moins biens. Peut être du à la quantité de sang perdu? Erika m'aida a sortir doucement. J'avais trop mal a mon épaule gauche pour m'aider du bras. Je n'en pouvait plus de la morsure de ce poignard.  Une fois dehors, je ne put rien faire de mieux que de me poser par terre.

- Erika...

Je lui fit signe de s'approcher, j'avais pas envie de gaspiller mes forces à essayer de me faire comprendre.

- Je... Je vais faire en sorte... De me trainer... Jusque dans le hall... Moi... même... Je vais finir par m'écrouler... Quand l'adrénaline sera passé... Appelles... Haron... Qu'il puisse t'aider... Bouche toi les oreilles aussi... Et recule toi... Ca va peut être salir...

Mettant la mains sur le poignard, je respirait fort, en tremblant... Il était ficher dans ma chair jusqu'au manche. C'est en tirant un peu qu'un premier hurlement de douleur avait émaner de ma bouche, raisonnant dans le garage. Le poignard avait des dents, comme les couteaux de chasse! ça serai plus douloureux que je l'imaginais.

Prenant une grande inspiration, dans un grondement de douleur et de détermination qui avait du s'entendre dans l'institut, je tirai dessus pour le déloger de mon épaule. Plus la lame venait, plus je me redressais, C'est en tirant un dernier coup sec, que mon grondement fut plus de la rage, me revigorant et me permettant d'avancer à grand pas. La plaie était sérieuse, et saignait abondamment maintenant. J'avançais avec un regard déterminer, mais plus j'avançais, plus mes forces me quittait. Finissant par m'aider des mur, laissant des traînées sanglante, je finit par m'écrouler, perdant connaissance devant la porte menant aux couloirs de l'institut.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 25 Mai 2014 - 20:43

La voiture d’Erïka roulait à une vitesse folle sur les routes droites et désertes qui menaient à l’institut. Il était hors de question qu’elle ralentisse. Le temps lui était compté. Si une police avait le malheur de passer dans le coin, elle allait devoir la poursuivre jusqu’à l’institut. Elle ne pouvait pas se permettre de s’arrêter. Alex était à côté d’elle, se vidant de son sang. Elle ne pouvait pas l’aider et rouler en même temps. Elle tentait de lui parler, question qu’il garde conscience. Tant qu’il s’adressait à elle, c’était bon signe.

Il fallut moitié moins de temps qu’à l’accoutumée pour qu’elle atteigne le garage de l’institut. Elle se gara rapidement et quitta sa voiture à une vitesse folle pour ouvrir la portière passagère à Alex. Elle devait le sortir de là et le trainer à l’infirmerie le plus rapidement possible. Elle tenta tant bien que mal de le trainer hors de la voiture, mais ce n’était pas gagné. En plus d’être plus grand qu’elle, il devait faire le double de son poids en muscle. Elle n’allait pas y arriver seule. Pourtant, elle le devait. Elle ne pouvait pas courir à travers l’institut pour trouver quelqu’un en mesure de l’aider. Elle n’avait pas le temps.

Lorsqu’elle arriva finalement à sortir Alex de la voiture, ce dernier s’écroula au sol. Il n’en pouvait plus. Il lui fit signe de s’approcher. Il allait retirer le poignard de son épaule. C’était pourtant la pire chose à faire en ce moment ! Elle voulut l’en empêcher, mais il était trop tard. Il avait déjà commencé à tirer sur le couteau. Le sang coulait de plus en plus. Erïka recula, posa ses mains sur ses oreilles. Il souffrait, elle l’entendait parfaitement bien. Cela la poussa à agir plus rapidement.

Elle attrapa son téléphone et appela Haron. Aucune réponse. Elle rappela, mais toujours pas de réponse. Elle jura. Elle voulut appeler Bobby, sachant qu’il pourrait lui venir en aide, mais elle se souvint qu’il était partit en moto en début de journée, voir des amis. Il n’allait pas pouvoir revenir à temps. Elle téléphone donc à un ami qu’elle connaissait comme était un homme à la force sans limite. Il allait pouvoir l’aider. Elle sélectionna le numéro dans son répertoire. La tonalité retentit à ses tympans. Ça sonna une fois, puis deux, puis trois… avant que quelqu’un ne décroche.


-« Kyle ? Where are you ? I fucking need you now ! »

Elle était stressée, énervée, inquiète. Elle ne pouvait dissimuler ses émotions. Cela inquiéta davantage Kyle. Quelque chose se passait. Lorsqu’elle lui demanda de se rendre au garage, il ne posa pas de question. Il raccrocha, quitta sa chambre en vitesse et parcouru l’institut dans le temps de le dire. Lorsqu’il arriva au lieu de rendez-vous indiqué par Erïka, il retrouva cette dernière en train de faire pression sur la plaie d’Alex dans le but de stopper l’hémorragie. Il s’approcha d’elle.

-« Qu’est-ce qui s’est passé ? »
-« Longue histoire. Retient seulement qu’il a été poignardé et qu’il perd de son sang à une vitesse folle. J’ai besoin que tu le transportes à l’infirmerie au plus vite, sinon on va le perdre. »

Sans plus attendre, Kyle s’approcha d’Alex. Il le prit tant bien que mal dans ses bras avant de le soulever de terre, comme s’il ne pesait rien. Il suivit Erïka jusqu’à l’infirmerie, marchant aussi vite qu’il le pouvait. Il tentait de ne pas empirer l’état d’Alex ou ne pas le cogner contre un mur. Une fois arrivé dans la salle, il déposa le jeune homme sur un lit. Erïka alla voir l’infirmière pour lui demander de l’aide, puis recula de quelques pas, attendant avec Kyle que la professionnelle de la santé s’occupe d’Alex. Son ami l’amena davantage à l’écart pour lui poser des questions.

-« T’es pas blessée ? »
-« Non, j’ai rien, t’en fais pas. »
-« Comment il s’est retrouvé dans cet état ? »
-« Je crois que le moins t’en sais, le mieux ça ira. »
-« Oh non ! Tu ne me feras pas ce coup là. Il s’est passé quoi ? »
-« On s’est fait attaquer en prenant un raccourcis dans une petite rue. Il a voulu me défendre, ils étaient trop nombreux, c’est lui qui a tout pris. »
-« Et ceux qui lui ont fait ça, ils sont où ? »
-« Probablement à l'hôpital, j’en sais rien. Ils étaient dans un sale était eux aussi. Écoute, j’ai pas envie que toute l’institut soit au courant de ça. Il a besoin de repos. Tu peux rester discret là-dessus ? »
-« D’accord, je veux bien… mais attend toi à ce que les profs se posent des questions. »
-« Ce n’est pas un problème. Je m’occuperais d’eux s’il y a quoi que ce soit. Je doute qu’Alex soit en état de s’exprimer clairement, de toute façon. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Inuka

avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 26

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Dim 25 Mai 2014 - 23:27

J'avais la tête qui tournais, j'étais fatigué, j'en pouvais plus. j'entendais vaguement Erika pester, avant de pouvoir avoir quelqu'un. Je comprenais pas ce qu'elle disait. Tout ce qui me fit réagir dans un rugissement faible, c'était la douleur quand elle était revenu pour appuyer sur la plais. Ma mains attrapa la sienne machinalement, poussant un grognement de douleur, et respirant fort. J'avais les oreilles qui sifflait.

Punaise, mais c'était vraiment la merde... Alors j'allais crever comme un clébard, la!

Je refusais d'admettre cette possibilité. Ouvrant les yeux en voulant bouger, mais mon corps était trop lourd, tout ce que j'avais réussis a faire, c'était pousser un grognement. Je luttait pour ne pas sombrer mais je n'y arrivait pas.

une masse avait finit par arriver. Et ce n'était pas Haron.

La personne avait finit par me porter. Le mouvement me tira un grondement de douleur à cause de ma côte, et puis plus rien.

***

j'ouvrais les yeux difficilement. L'endroit était silencieux, et lumineux. Trop à mon goût. Je ne savais pas combien de temps avait passé, ni combien de temps j'avais mis à émerger. Bougeant doucement, je sentait des électrodes sur mon torse, avec le doux bruit d'une machine, bipant au rythme de ma tension.   Je ne voyais pas à un mètre devant moi. J'étais désorienter. J'avais qu'une envie, voir Haron. Tirant sur les électrodes pour les enlever, j'avais un pansement sur l'épaule, qui était maintenant imbiber de sang.

Commençant à me redresser, un cris de douleur me cloua sur place. Mes côtes me faisaient mal.

Restant allonger, j'avais essayer d'appeler quelqu'un, mais mes mots ne furent que de petits murmures fatigués.

- Haron... Je veux voir... Haron... Erika... il y a quelqu'un... je veux voir quelqu'un...!

J'avais finit par prendre sur moi pour me redresse, près a descendre du lit. Je remarquais qu'on avait eut la décence de m'habiller d'un boxer, et que mon flanc aussi avait eut droit a son pansement, mais celui-ci n'était pas encore totalement imbibé de sang. Arrachant les perfusions, je ne voulais pas rester "attacher" plus longtemps. Posant les pieds à terre, tout ce que je réussis a faire, c'était m'effondrer comme un château de carte. J'étouffais un hurlement de douleur en m'insultant de tout les noms possible avant de rouler sur le dos afin de tenter d'attraper de quoi m'aider à me relever. Avec une épaules en miette d'un coté, et de l'autre, les côtes, c'était une bien belle misère. Je décidais donc de rester allonger sur le sol frais, attendant que quelqu'un débarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   Jeu 29 Mai 2014 - 18:33

-« J’en ai marre d’attendre ! »

Erïka se leva. Elle fit les cent pas dans la pièce. Elle ne pouvait plus rester assise et attendre. Elle devait faire quelque chose, s’occuper l’esprit, sans quoi elle allait devenir complétement cinglée. Elle pensait encore et encore à ce qui s’était produit dans la ruelle. Elle ne pouvait pas oublier un événement du genre en un claquement de doigt, bien qu’elle savait que le lendemain cela ne sera plus qu’un souvenir assez lointain.

-« Tu ne t’attendais quand même pas à ce qu’il reprenne conscience en moins d’une heure, tout de même ? T’as vu l’état dans lequel il est ? » Fit Kyle.
-« Oui, j’ai remarqué, figure toi qu’il se vidait de son sang dans ma bagnole. »
-« Hey ! Calme-toi ! »
-« Je suis calme ! » Répondit-elle d’un ton sec.
-« Eh bien, dis-le à ta face, parce qu’elle a pas compris. »

Erïka poussa un long soupire exaspérer. Elle ne pouvait pas rester ici et attendre sans rien faire. Elle devait agir, faire quelque chose, qu’importe ce que c’était. Son ami se leva à son tour et passa son bras autour de ses épaules, l’entrainant ainsi avec lui, vers la porte menant dans le couloir.

-« T’es couverte de sang, tu devrais aller te changer. Il ne va pas bouger de là, de toute façon. T’as pas faim ? Je prépare un truc et tu viens me rejoindre ? »
-« Mouais… »
-« Tu ne peux rien faire de plus pour lui, Erïka. À moins que tu n’appelles ton frère…. »
-« Non. »
-« C’est ce que je pensais. Va falloir que vous régliez vos problèmes un jour, par contre. »
-« C’est de sa faute, je n’irais pas me trainer devant lui pour m’excuser d’être moi. »
-« Si aucun des deux n’êtes prêts à régler ça, ça va durer encore longtemps… »
-« Je sais. Je m’en fiche. Il fait sa vie, je fais la mienne. Si jamais tu le croises ici, tu lui diras que le jour où je le chopperais, je vais l’expédier de l’autre côté du portail à coups de pied au cul. »

Erïka accéléra le pas pour monter l’escalier qui menait à l’étage. Elle se changea totalement, enfilant un jean bleu propre et un chandail aux manches longues, qui laissait néanmoins ses épaules dénudées, de couleur sombre. Elle se regarda dans le miroir avant de passer un coup de brosse dans ses cheveux emmêlé. Lorsqu’elle fut prête, elle redescendit à l’étage inférieur afin de rejoindre la cuisine. Elle y resta quelques heures avec Kyle, ne voyant pas le temps passer. Il avait trouvé le moyen de lui changer les idées en commençant par lui demander son aide en cuisine pour la préparation d’un long repas. Une fois qu’elle eut terminé de manger, Erïka regarda l’heure. Elle allait retourner voir Alex et s’assurer que son état était toujours stable.

-« Merci, Kyle. C’était vraiment sympa de ta part de rester avec moi et… c’est quoi ce sourire débile ? »
-« Hey ! T’es en train de me remercier, tu veux que je tire la tronche, peut-être ? C’est rare les fois où je peux t’entendre être reconnaissante pour mes bons et loyaux services en tant qu’ami formidable qui est toujours… »
-« Pouah ! Attend, c’est quoi ce numéro ? Tu te prends soudainement pour un chevalier, un truc du genre ? »
-« Bien sûr. Je suis toujours là pour aider les gentes demoiselles en détresse. »
-« T’es complètement taré. »
-« Et toi t’es cinglée. On fait un beau duo. Allez, va voir si la princesse est réveillée. Tu m’en donneras des nouvelles. »

Erïka lui offrit un chaleureux sourire de remerciement avant de quitter la pièce. Elle marcha jusqu’à l’infirmerie. L’endroit était désert, ou presque. Il n’y avait qu’Alex qui reposait… qui était censé reposer dans son lit. Erïka franchit la porte en voyant que son ami tentait de se lever. Il se vautra par terre comme une merde, devant l’adolescente qui poussa un long soupire découragé. Il était aussi pire qu’elle, lorsqu’elle était blessée. Si elle voulait se lever et marcher, elle allait le faire, peu importe son état.

-« C’que t’es con c’est pas possible. »

Elle s’approcha de lui et s’accroupit pour l’aider à se lever comme elle le pouvait. Il allait retourner sur ce lit, qu’il le veuille ou non. Il avait besoin de repos avant tout. S’il se mettait à bouger un peu trop, sa plaie allait se rouvrir. Laquelle ? Peut-être les deux, qui sait ? Il ne fallait pas prendre ce risque.

-« Je peux savoir ce que t’essayait de faire ? T’avais envie de rouler une pelle au plancher ou quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sashimi, Nigiri, Sushi ! [Alex Inuka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Qui a peur du grand méchant loup, méchant loup, grand loup noir ~ (Alex Inuka)
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» Aprés Michaelle Jean à Ottawa voila Carl-Alex Ridoré à Friboug
» Alex Larsen, nouvo minis Lasante fè bèl figi devan OAS.
» Les droits pour Alex Kovalev disponible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Salles de cours-