X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Sam 12 Nov 2011 - 7:30

Erïka referma la porte de sa chambre et lança son Ipod sur son lit. Elle avait trop mal à la tête pour écouter de la musique, trop mal pour penser, trop mal pour faire quoi que ce soit. Elle aimerait bien se coucher et s’endormir afin que cette douleur s’évapore. Cependant, c’était impossible. Nombre de fois elle avait essayé, nombre de fois cela avait échoué. L’adolescente avait besoin d’aspirine, la seule chose pouvant calmer ses migraines. Elle chercha frénétiquement dans son sac et trouva son contenant. Elle l’ouvrit. Il ne restait plus un seul comprimé. Elle avait complètement oublié d’en acheter, dans la journée. Qu’allait-elle faire, à présent ? Elle pouvait toujours en réclamer à l’infirmerie. Avec de la chance, la personne présente lui laissera avaler plus de comprimés extra-fort que ce qui était habituellement recommandé sur la bouteille. Elle ne pouvait pas suivre la posologie, son corps devenant de plus en plus habitué à ce médicament, il lui en fallait plus.

Fouillant dans ses tiroirs, avec le mince espoir de trouver ce qu’elle cherchait, elle passa sa commode au peigne fin, s’attarda sur son petit placard avant de vérifier le peu de sac qu’elle possédait : un sac à main, pour les rares sorties chics où elle se devait d’avoir un sac convenable, un sac à dos où elle retrouva un roman en Russe qu’elle pensait avoir laissé chez sa grand-mère, ainsi qu’un grand sac de sport. Rien. Il n’y avait pas d’aspirine. Elle jura en Russe de nombreuses fois, n’en pouvant plus des coups de marteaux résonnant dans sa tête. C’était tout simplement insupportable. Elle s’était habituée aux petits maux, ce genre de migraine dont n’importe qui était victime, mais lorsqu’elle en arrivait au point d’avoir du mal à réfléchir, la jeune fille ne pouvait plus l’ignorer.

L’adolescente ouvrit la fenêtre. L’air frais lui faisait le plus grand bien. Cependant, il ne soulageait pas ses maux. Elle s’étendit sur son lit, pensive, le bras replié sur ses yeux fermés. Elle écoutait le son de sa respiration, les petits sons sortant de ses écouteurs, toujours en fonction, près d’elle, ainsi que les pas, les bruits, les rires provenant du couloir. Puis, quelqu’un toqua à la porte. Il lui fallut quelques secondes avant de se rendre compte qu’elle devait ouvrir. Cependant, elle fut bien trop lente : la personne de l’autre côté l’ouvrit. À ce moment, Erïka ne put retenir un grand soupire de découragement, s’attendant à trouver son institutrice accompagnée d’Amy, et probablement de Will. Qui d’autre aurait pu se permettre d’entrer ainsi dans sa chambre ? Il semblerait bien qu’Emma n’ait pas compris que la Russe souhaitait rester seule. La soirée allait s’avérer longue et pénible…

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Sam 12 Nov 2011 - 20:43

Emma venait de s'éloigner dans le couloir, laissant Amy devant la porte. Celle ci cogna timidement contre le bois, pour signaler sa présence. Aucune réponse. Elle tapa plus fort. Toujours rien. Erika l'ignorait elle, ou bien n'était elle pas là ? L'italienne voulait en avoir le cœur net, après tout si la Russe ne souhaitait vraiment pas sa présence, elle irait dormir dans le parc. Le froid et l’inconfort était monnaie courante pour elle. Aussi baissa-t-elle doucement la poignée pour ouvrir lentement la porte, glissant la tête par l’entrebâillement pour regarder à l’intérieur.

Elle se retrouva nez à nez avec Erika. La jeune mutante l'ignorait donc volontairement, ou alors c'était autre chose. En effet, la blonde ne semblait pas au mieux de sa forme, à moins que ce ne fut le fait de devoir partager sa chambre avec Amy qui déformait autant ses traits, par la contrariété.


" Heu... salut, c'est ta prof qui m'a amenée ici. J'sais qu'ça à pas l'air d't'enchanter alors si ça t'emmerde trop, j'vais m'trouver un autre endroit pour dormir, j'veux pas t'faire chier chez toi..."

Amy sentait qu'elle allait devoir s'en aller, aussi n’entra elle pas. Cependant elle voulait être sûre de la décision de la Russe, et ne pas mal interpréter son attitude. Et puis, elle n'avait vraiment pas l'air dans son assiette.


" Ca va ? T'as pas l'air en forme ? Tu digères mal ? C'est souvent dus aux nerfs, j'connais un bon moyen d'te détendre si tu veux ?"
.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Sam 12 Nov 2011 - 23:09

"Tonight I'm so alone
This sorrow takes ahold
Don't leave me here so cold
Never want to be so cold"

Erïka observa Amy, dans l’encadrement de la porte. Elle se serait attendue à voir Emma débarquer dans la chambre, expliquant à l’adolescente qu’elle devra cohabiter avec la jeune fille le temps d’une nuit. Il n’en était rien. Timidement, l’italienne était restée sur le pas de la porte. En ce moment, Erïka se fichait plus que tout d’elle, de l’institut, de ses problèmes. Elle désirait seulement de l’aspirine. Il lui fallait en trouver, avant qu’elle ne décide de se cogner la tête contre les murs en espérant perdre connaissance et oublier cette douleur affligeante.

-" Heu... salut, c'est ta prof qui m'a amenée ici. J'sais qu'ça à pas l'air d't'enchanter alors si ça t'emmerde trop, j'vais m'trouver un autre endroit pour dormir, j'veux pas t'faire chier chez toi..."

Au moins, Amy ne s’invitait pas d’elle-même. Si elle était du genre à se mêler de ses affaires, Erïka l’accepterait peut-être dans sa chambre. Enfin, pour la nuit. Elle n’avait pas envie qu’elle s’y incruste, la solitude lui plaisant bien. Quelque fois, pour ne pas dire bien souvent, elle s’ennuyait, mais l’idée de socialiser ne l’enchantait guère. Elle préférait trouver une occupation par elle-même, que ce soit de se plonger dans ses travaux scolaires, le journal du matin, ou bien en écoutant de la musique.

-" Ça va ? T'as pas l'air en forme ? Tu digères mal ? C'est souvent du aux nerfs, j'connais un bon moyen d'te détendre si tu veux ?"

-« Contente toi de t’installer et de ne pas faire chier, à moins que tu ais de l’aspirine sous la main… »

Erïka passa une main dans ses cheveux avant de se pencher vers le sol et de vider le contenu de son sac sur son lit. Elle était pourtant certaine d’avoir un autre flacon d’aspirine quelque part. L’envie de descendre à l’infirmerie ne l’enchantait guère et elle préféra fouiller à nouveau son sac. De nombreux paquets de cigarettes s’étendaient sur son lit et elle les posa sur sa table de chevet, tous empilés. Elle lança un baume pour les lèvres dans son sac, suivit de son portefeuille, de son porte-monnaie, des quelques factures répandues çà et là, une bouteille d’eau déjà entamée, une paire de gants, ainsi qu’une barre chocolatée. Elle attrapa la bouteille d’aspirine vide et la jeta dans la poubelle, posée à côté de sa table de chevet. Toujours rien. Pourtant, elle devait bien avoir des comprimés quelques part. Sans faire attention à Amy, Erïka se remit à fouiller son sac, ouvrant une pochette secrète à l’intérieur où elle y retrouva un petit sac de plastique contenant des petits comprimés, ressemblant à des bonbons. Attrapant la bouteille d’eau qu’elle avait rangée, elle prit trois petites aspirines et les avala, l’une après l’autre, en un rien de temps. Cependant, elle ne pourra jamais s’en sortir avec les deux derniers comprimés et devra s’en procurer d’autres. Pour l’instant, ceux qu’elle venait de consommer allaient suffire.

Attendant impatiemment que le médicament fasse effet, la Russe attrapa son Ipod et le brancha à sa radio afin que sa musique se diffuse dans la pièce. Ce n’était pas parce qu’elle avait une colocataire qu’elle allait changer cette habitude. De toute manière, elle serait bien étonnée qu’Amy se manifeste afin de protester contre son geste… à moins qu’elle ne déteste réellement ses goûts musicaux. La guitare électrique ainsi que la batterie envahirent la pièce, dans une mélodie rock qu’Erïka affectionnait. Elle devra jouer la comédie toute la soirée, si elle ne voulait pas que la jeune fille lui pose des questions. Attrapant un pantalon de jogging sombre ainsi qu’un débardeur, l’adolescente s’enferma dans la salle de bain, légèrement étourdie, et se changea. Enfin en habit de nuit, même s’il n’était pas très tard, elle se sentait bien mieux. Jetant ses vêtements dans la corbeille à linge, elle revint à la chambre. Et Amy ? Allait-elle dormir ainsi ? Elle pouvait bien porter ce qu’elle voulait. Valait mieux la laisser tranquille. À moins qu’elle ne tente d’être un peu moins désagréable et de lui prêter quelque chose de confortable ? En quel honneur le ferait-elle ? Plus elle pensait, plus sa tête semblait gonfler, sur le point d’imploser. Sans réfléchir d’avantage, elle ouvrit l’un des tiroirs de sa commode, en extirpa un jogging gris qu’elle n’aimait pas de par sa couleur et l’élastique serrant chacune de ses chevilles. Le lança à la mutante, Erïka referma le tiroir et se coucha sur son lit, profitant de la légère brise du soir qui effleurait ses bras nus.

Pas très bavarde, elle resta simplement étendue, fixant son cadran, attendant que l’éternel mal de tête qui l’assaillait ne soit vaincu par les médicaments. Ce qu’elle redoutait le plus était la nuit. Lorsqu’elle sera assoupie, quel genre de démons allait prendre le contrôle de ses songes ? Elle n’était pas toujours attaquée par des cauchemars et souhaitait profiter de l’une de ses rares nuits de paix.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Dim 13 Nov 2011 - 18:40

« Contente toi de t’installer et de ne pas faire chier, à moins que tu ais de l’aspirine sous la main… »

D'accoooord, ça commençait bien. Amy avait franchement envie de rebrousser chemin et d'aller retrouver Will, lui au moins ne la traiterait pas comme un indésirable. Et puis vraiment, comme si elle était du genre à faire chier, tout ce qu'elle voulait c'était dormir au chaud, et si elle avait proposée son aide à la Russe, c'était par pure gentillesse, pas pour s'occuper de ses problèmes.

Replaçant une mèche de cheveux jais derrière son oreille, tout en laissant échapper un petit soupir, l'italienne pénétra dans la pièce, laissant la porte se rabattre derrière elle, l'aidant d'un mouvement du pied, elle se dirigea vers le lit qui semblait inoccupé.

" J'ai même pas d'quoi m'payer un bout d'pain, alors d'l'aspirine... Vous avez pas ça quelque part dans ce château ?"

Erika était occupée à chercher frénétiquement dans ses affaires. Amy posa sa sacoche sur le lit avant de s'y assoir, lançant un regard circulaire à la pièce, et de plus brefs à la Russe. Le comportement de cette dernière rappelait à Amy celui des drogués en manque de came déambulant dans les ruelles en retournant toutes les poubelles, à la recherche d'une seringue déjà usée ou il resterait un fond de drogue. Tout comme avec eux, la mutante prit le partie de ne pas intervenir, laissant Erika tranquille.

La blonde mit la main sur ce qu'elle cherchait, l'engloutit, puis semblant essayer de se calmer, brancha son "walkman" qui diffusa de la musique dans toute la pièce. C'était réellement avec ça qu'elle souhaitait se reposer ? Une symphonie de Vivaldi aurait été plus appropriée, mais soit, si ça plaisait à la russe, alors tant mieux.

Erika disparut dans la salle de bain, et Amy en profita pour tirer de sa sacoche son livre de conte. S'allongeant sur le ventre le long du matelas, elle replia une de ses jambes en l'air, calant la paume de sa main droite sous sa mâchoire, feuilletant l'ouvrage qu'elle connaissait pourtant par cœur. Tellement prise dans sa lecture et ses rêveries, elle ne remarqua pas le retour d'Erika, et reçut un pantalon sur la tête sans même comprendre ce qui se passait. Attrapant le bout de tissu en tournant la tête vers la Russe, elle dressa un sourcil curieux.


" Heu... si tu veux fourguer tes fringues, y a EMMAUS pour ça hein ! "

Amy eut un petit rire sympathique, sa remarque n'avait rien d’agressive, mais elle avait déjà assez l'impression d'ennuyer l'étudiante, elle n'avait pas en plus besoin qu'elle lui fasse la charité. Déposant le Jogging replié sur la table de nuit, surmonté du livre de conte, Amy roula sur le dos. Il manquait quelque chose...

Se redressant elle attrapa sa sacoche et en sortit quelque chose. Une esquisse, représentant William de trois quart sans doute entrain de regarder le ciel. L'italienne laissa échapper un long soupir, puis posa l'esquisse au dessus du livre et se leva, cherchant dans la poche de sa veste le paquet à l'unique cigarette, toujours pas consommée, donnée par la russe plus tôt.


" Ça t'ennuie pas si j'fume à la fenêtre ? Et désolée d'abuser mais j'peux t'emprunter du feu ?"
.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Dim 13 Nov 2011 - 21:48

Erïka jetait de brefs coups d’œil à Amy. Elle n’aimait pas la charité ? Tant pis pour elle. Sûrement changera-t-elle d’idée plus tard. La geste de la Russe ne semblait pas lui déplaire, mais plutôt l’amuser, si elle se fiait au petit rire qu’elle lâcha. La jeune fille n’était pas désagréable, tout le contraire d’Erïka. C’était une bonne chose, ainsi elle ne provoquera pas de guerre, de combat, ou de quelconque hostilité dans la pièce. Se redressant lentement, Erïka sentait déjà le médicament agir. Avec de la chance, cela facilitera son sommeil.

" Ça t'ennuie pas si j'fume à la fenêtre ? Et désolée d'abuser mais j'peux t'emprunter du feu ?"

Une cigarette, pourquoi pas ? Amy lui donnait l’envie d’en fumer une, malgré la prise de médicament. Le fait qu’elle ne devait pas fumer à l’intérieur, car cela risquerait de mettre en fonction les détecteurs de fumée et de faire rager Forge, était sortie de son esprit depuis longtemps. L’adolescente se leva, les deux pieds entrant en contact avec le sol glacé. Elle resta figée un cours moment, prise de vertiges, avant d’attraper une cigarette dans l’un de ses paquets ainsi que son briquet, au fond de son sac. Se dirigeant vers la fenêtre, elle alluma ce poison qui avait le don de la calmer avant de tendre le briquet à Amy. Ouvrant davantage la fenêtre et passant sa main à l’extérieur afin que la fumée de reste pas dans la pièce, la Russe se tourna vers l’Italienne.

-« T’as qu’à le balancer sur mon lit » fit-elle en lui démontrant le briquet d’un bref signe du menton. « Je le rangerais plus tard. »

En apparence, il aurait été simple de croire que deux amies fumaient ensemble, côte à côte, près d’une grande fenêtre et échangeant sur de nombreux sujets. Cependant, c’était loin d’être le cas. Ce n’était pas parce qu’elles étaient l’une près de l’autre qu’elles allaient tout de suite sympathiser. Du côté d’Erïka, fumer avec Amy était plutôt une occasion de se détendre avant d’aller dormir. Normalement, elle aurait passé la soirée à lire ou bien à rédiger son journal, selon son humeur. L’événement de la cafétéria la hantait toujours et elle se questionnait sur ce qui avait pu lui arriver. C’était comme si les sons, les paroles, les rires ambiants avaient triplés de volume d’un seul coup. Peut-être la faute d’un autre mutant de l’institut ? Pourtant, elle semblait la seule à avoir vécu cela. Victime d’une mauvaise blague ? Tous ceux avec qui elle avait tendance à se battre possédaient des pouvoirs bien différents, ce ne pouvait être eux. Un complice ? C’était bien possible. Trop méfiante, cherchant toujours le traitre, le méchant, la bête noire, Erïka ne pouvait oublier ce qui venait de se produire. Il lui fallait une explication logique à ce qui lui était arrivé. Peut-être se cassait-elle trop la tête, comme d’habitude ? Elle avait pris la mauvaise manie de toujours trop réfléchir. Combiné à son impulsivité, on pouvait y retrouver le parfait type de la fille qui frappe avant et pense après.

-« Si le détecteur de fumée se met en fonction, Forge va nous tomber dessus… » Fit-elle en laissant une légère fumée s’échapper de ses lèvres.

L’air frais effleurait sa peau et lorsqu’une brise nocturne souleva sa chevelure blonde avant de la laisser mollement sur ses épaules, un certain frisson parcourut son corps. Elle adorait le froid, l’hiver et la neige. Elle mourait d’envie de voir les petits flocons blancs descendre du ciel et se poser sur son délicat visage qui sera alors levé vers les nuages, cherchant à trouver la source de ces petits points blanchâtres descendant vers la terre ferme. Nostalgique, repensant à ses années de tendre enfance, avant que tout ne devienne cauchemar, Erïka laissa paraitre un mince sourire sur ses lèvres. Ce que les hivers passés avec son frère lui manquait. Se rouler dans la neige, faire de la luge, des bonshommes de neige… Un jour, pourra-t-elle trouver une personne afin de revivre ces beaux moments ?


-« Tu comptes vivre ici ? »
demanda Erïka à Amy, qu’elle avait oublié pendant quelques secondes.

La Russe espérait tout de même que, si c’était le cas, la jeune fille sera installée dans une autre chambre que la sienne. Elle tenait encore à son intimité et à la tranquillité que lui offrait sa chambre. Ne se retrouver qu’avec une simple salle de bain en guise d’isoloir ne lui plaisait pas vraiment. Elle ne pourra pas laisser ses affaires dans sa chambre en espérant que personne n’y fouille. Légèrement paranoïaque, elle craignait que quelqu’un ne découvre son journal personnel, ne lui vole certains objets lui appartenant, ne lui joue de mauvaises blagues. Peu importe la gentillesse dont pourrait faire preuve Amy, jamais elle ne pourra faire tomber la barrière séparant Erïka du reste du monde et gagner sa confiance la plus totale.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Lun 14 Nov 2011 - 23:22

Amy glissa la cigarette entre ses lèvres. Elle pressa celles ci contre le mégot encore dur, savourant le contact neuf, bien trop rare. L'italienne saisit ensuite le briquet tendu par la blonde, la remerciant d'un mouvement de la tête, roulant son doigt sur la pierre pour allumer la flamme, qu'elle apposa au bout de la tige pour l'allumer, inspirant la fumée à plein poumon avant de la recracher par la fenêtre. Suivant les consignes d'Erika, elle lançant ensuite le briquet sur le lit, puis se tourna totalement vers l'encadrement en bois, profitant de l'air frais, évitant un maximum de chatouiller les détecteur d’incendie, ne souhaitant pas se mettre qui que ce soit à dos.

-« Tu comptes vivre ici ? »


Il fallut quelques secondes à Amy pour comprendre que c'était Erika qui parlait. Pensant que la blonde ne dirait pas un mot de la soirée, elle fut étonnée de l'entendre ouvrir la discussion. Crachant un nouvelle fois la fumée par la fenêtre, elle tourna le visage, souriante, vers la Russe, tout en haussant les épaules.


" J'sais pas trop, ça à l'air chouette en tout cas, et ça semble bien plaire à Will. C'est un joli toit, vous êtes bien traités, la nourriture et les soins sont à portée d'main, beaucoup d'avantages. Mais j'me demande si c'est vraiment là not' place, on est des oiseaux migrateurs nous, si tu vois c'que j'veux dire."


Elle laissa son regard dériver sur la petite blonde quelques instants, hésitante, puis continua.


" On est réellement heureux ici ? Ça fait quoi d'avoir un foyer, une famille ? J'ai perdu tout ça y a si longtemps. Mais à t'voir ça à quand même pas l'air d'être la joie, y a un truc caché de pas cool ?"

Reportant son regard vers l’extérieur pour ne pas paraitre indiscrète à trop toiser sa colocataire nocturne, elle aperçut du mouvement sur l'un des sentiers du parc. A cette heure il était vide, excepté la présence de deux silhouettes, une grande vêtue de blanc, semblant un fantôme sous la lueur nocturne et une autre, surmontée d'une crinière rousse brillante.

" Will ? "

Amy arqua un sourcil interrogatif. Il n'y avait pas de doute, c'était bien son ami qui s'éloignait sur l'un des sentiers menant vers les jardins. Et la personne l'accompagnant n'était pas dure à reconnaitre, ainsi vêtue, il ne pouvait s'agir que d'Emma. Mais que faisaient ils dehors à cette heure, ne l'avait elle pas laissé dans sa chambre ?

L'italienne masqua un grognement mécontent, sortit naturellement, et termina sa cigarette qu'elle écrasa sur le rebord de la fenêtre, avant de se détourner de la vision du jardin, sentant un drôle de sentiment l'envahir et ne parvenant pas à s’empêcher de chercher son ami du regard. Elle retourna vers le lit, glissant le mégot usagé dans sa sacoche, et se laissa tomber assise, les mains appuyées en arrière sur le matelas, regardant Erika.

.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Mar 15 Nov 2011 - 0:26

Erïka laissa son regard balayer la grande cour de l’institut. C’était un endroit magnifique, surtout lorsque le soleil se levait. Elle avait assisté à ce spectacle à de nombreuses reprises, sans s’en lasser. Jour après jour, le soleil ne se levait pas de la même façon. Parfois, elle ne le voyait pas pointer le bout de son nez, cette boule lumineuse était cachée par d’épais nuages diffusant de la pluie sur la ville entière. Amy était-elle une lève-tôt ? Si c’était le cas, elle aura la chance de contempler la beauté du spectacle. Sinon, Erïka aura la joie d’y assister seule. C’était devenu une habitude d’être réveillée à cette heure, ne se couchant, si elle le faisait, que quelques heures plus tard.

-" J'sais pas trop, ça à l'air chouette en tout cas, et ça semble bien plaire à Will. C'est un joli toit, vous êtes bien traités, la nourriture et les soins sont à portés d'main, beaucoup d'avantages. Mais j'me demande si c'est vraiment là not' place, on est des oiseaux migrateur nous, si tu vois c'que j'veux dire."

Pour être chouette, l’institut l’était. Il y avait tout ce dont Erïka avait besoin : le calme, la paix, de la nourriture, un lieu pour dormir, des salles d’étude, une bibliothèque, un espace vert à l’extérieur et, le plus important, la protection contre ceux de l’extérieur. Les besoin de chacun étant différents, certains avaient préféré quitter l’établissement, comme Pyro. Après tout, il était impossible de passer sa vie enfermé au même endroit, sans avoir envie d’explorer le monde, non ? Erïka devait être l’exception à la règle. Elle rêvait secrètement de faire partie des X-Men. Cependant, ce n’allait probablement jamais se réaliser. C’était un rêve de gamine auquel elle se raccrochait désespérément afin de ne pas totalement sombrer dans l’enfer de ses tourmentes. Outre ce rêve qui lui semblait inatteignable, il y avait aussi celui de devenir traductrice, ou même professeur de langue, ce domaine la passionnant. Quoi qu’il en soit, Erïka savait très bien que le professeur Xavier sera heureux si Amy et Will décidaient de rester ici. Et puis, de temps à autre, elle ne sera plus seule lors des longs après-midi de congé. Elle se tenait beaucoup avec Pyro et bien qu’elle ne plaçait pas toute sa confiance en lui et ne lui dévoilait pratiquement rien sur son passé, elle se sentait moins seule. Un peu comme avec Amy, en ce moment. Cependant, jamais elle n’allait l’avouer à voix haute.


" On est réellement heureux ici ? Ça fait quoi d'avoir un foyer, une famille ? J'ai perdue tout ça y a si longtemps. Mais à t'voir ça a quand même pas l'air d'être la joie, y a un truc caché de pas cool ?"

Elle se tourna vers Amy lorsque cette dernière lui posa cette question. Sans le savoir, elle venait de marcher sur une mine prête à exploser à tout moment. Le mot « famille » n’existait plus pour Erïka. Elle avait sa grand-mère, certes, mais elle ne pouvait dire qu’elles formaient une famille. C’était plutôt deux femmes possédant un lien de parenté. La Russe réfléchit à sa question et ne répondit pas tout de suite. Amy aperçut Will par la fenêtre, mais Erïka préférait fixer un point dans le vide. Elle n’avait jamais l’air bien ravie d’être à l’institut et, pourtant, c’était son refuge. L’endroit où elle se sentait en sécurité. C’était sa maison, son petit paradis. Le professeur était un peu comme leur père, à tous. Il était toujours là pour les aider lorsqu’ils en avaient besoin, peu importe le moment. Cet homme avait un grand cœur et prenait soin de voir à ce que les besoins de ses élèves soient comblés. Si Erïka n’avait pas l’air ravie d’être ici, c’était bien parce qu’elle le cachait. Elle dissimulait ses émotions et c’était rendu normal de la voir si indifférente. Cette indifférence pouvait cacher sa joie, sa tristesse et toute autre émotion négative qui l’habitait. Si Amy savait… Si elle savait à quel point l’institut était un endroit merveilleux et qu’il suffisait de demander à n’importe quel étudiant pour en avoir confirmation… Mais pourquoi ne pas lui dire ?

Erïka prit une dernière bouffée de sa cigarette avant de l’éteindre et de refermer la fenêtre. Elle déposa le petit tube à moitié consommé sur l’un de ses paquets et attrapa son briquet qu’elle posa au même endroit. Si elle avait le malheur de jeter sa cigarette par la fenêtre, elle était morte. Valait mieux minimiser les ennuis, ces temps-ci.
La Russe se coucha sur son lit, la tête contre un oreiller des plus moelleux et fixa le plafond. Elle aurait pu ne rien répondre à Amy, mais sentait qu’elle devait le faire. Elle ne pouvait empêcher ses lèvres de s’ouvrir afin de lui adresser la parole. Le mal de tête s’était estompé, par chance.


-« L’institut est l’endroit le plus sécuritaire que je connaisse. Il y a tout ce qu’il faut pour bien vivre. Ensuite, si t’es heureuse ou pas à vivre ici, tout dépend de toi… Ne te fie jamais à ce que peuvent projeter les autres. »

Erïka se glissa dans ses couvertures et posa de nouveau la tête sur l’oreiller. Elle se tourna sur le côté, cherchant une position confortable. Valait peut-être mieux mettre fin à cette conversation ? À moins qu’elle n’écoute Amy jusqu’à ce que cette dernière lui pose une question à laquelle elle ne souhaitait répondre. Dans un tel cas, elle fera semblant de dormir.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Ven 18 Nov 2011 - 19:37

Erika avait refermé la fenêtre à présent, un peu trop sèchement pour ne pas trahir un certain agacement. Était ce du aux questions de l'italienne ? Celle ci se repassa la conversation mentalement, et ne réussit pas à voir ce qu'elle avait pu dire de désagréable. Cela venait peut être des réponses à fournir alors ? L'endroit était peut être l'écran d'un vilain secret, et Erika le portait silencieusement, n'osant l'avouer à Amy. Mais non, la Russe certifia que l'endroit était très bien. Il ne restait qu'une option, la blonde était ennuyée par les bavardages, et peut être aussi par la présence d'Amy. Après tout on ne lui avait pas demandé son avis et tout lui avait été imposé. Mais elle aurait pu tout simplement ignorer l'Italienne, ce qu'elle n'avait pas fait.

En posant à nouveau son regard sur Erika, la mutante avait remarqué qu'elle s'était glissée dans ses draps, aussi Amy pensa qu'elle n'avait pas tort de croire que la discussion n'était pas son fort, et qu'elle voulait à présent la paix. L’illusionniste clôtura donc le dialogue.


" Bonne nuit Erika, et merci pour tout, c'est sympa c'que t'as fais aujourd'hui, même si t'avais pas vraiment l'choix tu t'es pas pour autant montrée vache. T'as des airs d'ours mal léché, mais j'pense que sous l'écorce t'es une chouette fille."


Elle était sincère, elle le pensait vraiment. Amy jugeait généralement bien les gens, bien sûr il lui arrivait de se tromper, mais cette fois elle pensait réellement que la Russe valait le coup de pousser plus loin que l’apparence. Elle avait déjà vu ça dans la rue, des gens tellement amochés par la vie qu'ils en étaient devenus glaciaux, agressifs, méfiants, mais qui par delà tout ceci, pouvaient être des personnes sensibles et gentilles.

Quoi qu'il en soit, elle ne voulait pas ennuyer la Russe plus que nécessaire, et si elle ne souhaitait pas discuter et préférait dormir, Amy ferait de même. Ôtant ses vêtement sans réelle pudeur pour se trouver vêtue d'une simple culotte noire et de son corset, elle se glissa sous les draps froids. Elle avait l'habitude de dormir dans des tenues, ou des positions inconfortables,d'avoir froid, d'être mouillée, glacée, mais elle trouvait toujours le sommeil. Cette fois cependant, il tardait à venir. Elle se tourna, se retourna, tassa son oreiller. Rien à faire. Puis elle déposa les yeux sur la feuille blanche posée sur son livre de conte, sur la table de nuit, brillant un peu sous la lueur lunaire. C'était le croquis de William. Voilà ce qui lui manquait, son ami. Résistant au désir de se relever pour aller le retrouver, elle souleva la couverture pour enfouir son visage en dessous.

A force d'essai et de penser à Edge, elle parvint à trouver le sommeil, enfin. Il n'avait rien de reposant ou de tranquille. Des cauchemars l'envahirent. Elle, petite fille, seule, perdue dans un immense centre commercial, pleurant et appelant ses parents. Puis adolescente dans un avion avec William, celui ci se déchirant en plein vol pour laisser l'air happer son ami loin d'elle avant de s'écraser sur un ile en plein océan, ou la seule chose visible était la statue de la liberté, minuscule, au loin. Ou encore une Amy étudiante, sortant de son passé, dans une chambre de son école d'art, dessinant une immense ombre, prenant vie pour arracher les cordes vocale de sa camarade de chambre. Ce songe, il lui revenait souvent, souvenir la hantant jusque dans ses nuits. Mais cette fois il était différent. La victime n'avait rien d'une italienne brune et potelée. Non elle était blonde, blanche, élancée... c'était Erika !

Amy se réveilla en sursaut. Elle mit quelques minutes à reprendre ses esprits et comprendre ou elle était. Allongée dans le lit, elle n'avait pas bougée, et fut donc soulagée de comprendre qu'elle n'avait dessinée aucune créature maudite et que sans doute sa compagne de chambre allait bien. Tendant l'oreille pour s'en assurer elle fut étonnée d'entendre autre chose que le soule paisible d'une personne ensommeillée. Erika était elle réveillée ?

.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Ven 18 Nov 2011 - 21:53

« Dreaming of the way it used to be
Can you hear me
falling in the black
Slipping through the cracks
Falling to the depths can I ever go back
Falling inside the black
Falling inside falling inside the black »

Erïka éteignit la lumière de sa table de chevet, plongeant la pièce dans les ténèbres. Seule la Lune et ses alliés éclairaient faiblement les deux lits où les jeunes filles reposaient. Erïka se concentrait sur la musique émanant de la radio, cherchant à oublier ses problèmes, son passé, ses craintes et cauchemar, cherchant à créer un récit fantastique qui l’éloignerait de tout cela. Au final, elle trouva les bras de Morphée, qui l’attendaient déjà depuis un bon moment. Son sommeil fut paisible, lors des premières heures, mais il devint rapidement perturbé par ces éternels démons qui s’amusaient à la torturer chaque nuit. Elle bougeait, se tournait d’un côté ou de l’autre, déplaçant ses couvertures, l’une d’entre elle fut rejetée au bout de son lit. C’était le début d’un nouveau calvaire nocturne dont elle ne pourra se sauver avant un bon moment.

Le côté le plus effrayant de ces cauchemars était probablement le grand réalisme dont ils faisaient preuve. Elle ne se rendait jamais compte qu’elle était prisonnière de son propre esprit et qu’elle pouvait mettre un terme à tout cela si elle le désirait. En ce moment, elle était persuadée d’être dans la forêt, celle qui avoisinait et dissimulait les bâtiments où vivaient les gens de la secte, courant à en perdre haleine, tirant son frère par la main. Ce dernier trainait de la patte et plus Erïka tentait d’accélérer le pas, plus elle avait l’impression de ralentir. Soudainement, elle remarqua qu’Alexïs n’était plus là. Elle reprit sa course, oubliant la fatigue, sa respiration sifflante, son cœur battant à tout rompre. Elle émergea de la forêt pour se retrouver dans un champ. Il n’était pas composé d’herbe et de végétation, mais bien de terre et de cadavres. Elle marcha sur une main, au sol, et sursauta. Paniquée, elle tenta de poursuivre sa course en évitant de poser les pieds sur un quelconque bout de chair humaine.

Cependant, trois hommes la poursuivaient. Ils étaient couverts de sang, brandissaient faux et haches en sa direction. Erïka ignora les cadavres et courut plus vite. Cependant, elle tombait, se relevait, courait, tombait, sans cesse. Elle avait du mal à fuir et elle fut bientôt rattrapée. L’un des hommes ne cessait de répéter : « Nous avons gagné, Kathleen. Tu es à nous. » Elle se débattait sauvagement, et réussit à reprendre sa course, après avoir frappé l’un des hommes. Elle regardait fréquemment derrière elle et ne remarqua jamais la main cadavérique qui agrippa sa cheville avec force avant de la faire tomber au sol. L’adolescente s’étala au milieu des corps et tenta de se défaire de l’emprise de l’homme à moitié décomposé qui se redressait lentement. Sans réfléchir, elle attrapa une tête, à ses côtés et le frappa avec jusqu’à ce qu’il la lâche. Malheureusement, elle n’avait plus le temps de se relever afin d’espérer s’en sortir vivante. Ses poursuivants étaient de retour.

Le deuxième homme du groupe s’affairait à ramasser des doigts humains, au sol, parlant de faire du potage pour le repas du soir. Il rangeait soigneusement ces morceaux de chair dans les poches de son pantalon. Il revint auprès d’Erïka et, sans prévenir, lui enfonça sa hache dans le bras droit, riant à gorge déployée, expliquant qu’il allait également lui retirer ses doigts, phalange par phalange. Les autres hommes ne tardèrent pas à se joindre à son rire méphistophélique. L’un deux gifla la Russe alors qu’un autre la jetait au sol, au milieu des cadavres. Tournant la tête sur le côté pour éviter un coup, elle tomba nez à nez avec la tête qu’elle avait tenue dans ses mains, quelques secondes plus tôt, dont de nombreux vers se tortillaient déjà dans ses plaies ouvertes au visage, émergeant en grand nombre de sa bouche ouverte. Un insecte volant se posa sur l’un de ses yeux, grand ouvert vers le ciel. Des larmes roulèrent sur ses joues, non pas à cause des coups répétés, lui brisant des côtes, lui arrachant des cris de douleur. C’était la peur, la souffrance psychologique à la vue de cette tête, appartenant à son frère, qui la terrorisait. Il ne pouvait pas être mort. C’était impossible. Il ne pouvait pas avoir été tué par ces individus. C’était inconcevable aux yeux de l’adolescente. Puis, la tête roula légèrement sur le côté, la bouche s’animant. Une voix, malgré l’absence des cordes vocales, chanta avec force, accompagné de la musique provenant de l’extérieur de son rêve

« Can you hear me ? »

La jeune fille ouvrit les yeux, émergeant de son sommeil. Elle se redressa vivement, soulagée de constater que rien n’était réel. Elle posa ses yeux humides sur sa radio, constatant qu’Alexïs chantait cette même chanson qui était diffusée dans la pièce, en ce moment. Elle laissait toujours sa radio allumée durant la nuit. Ainsi, lorsqu’elle se réveillait, la musique la calmait, la rassurait et mettait fin à tout silence angoissant. Erïka observa la pièce, se souvint de la présence d’Amy. Qu’allait-elle faire si elle ne pouvait pas vaquer à ses occupations habituelles pour ne pas troubler le sommeil de la jeune fille ? La Russe observa le sol, ne contenant aucune trace de chair humaine ou de cadavre. C’était déjà ça. À l’extérieur, elle pouvait apercevoir de grands arbres danser au rythme de la brise. Elle avait oublié de clore les rideaux et craignait qu’à tout moment un individu apparaisse pour lui faire peur. Aussitôt, elle détourna le regard de la fenêtre, se concentrant plutôt sur sa respiration. Elle était rapide, beaucoup trop à son goût. Fermant les yeux, quelques minces secondes, l’adolescente revit, sans le vouloir, l’image de son frère décapité, chantant, la bouche grouillant d’insectes à l’état de larve. À cette image, la mutante eut envie de vomir et se dirigea rapidement vers la salle de bain. Elle rejeta dans les toilettes tout son repas du soir avant de tirer la chasse d’eau et de se laisser tomber sur le sol glacé, comme une poupée de chiffon. Elle n’arrivait plus à se défaire de cette image de son frère, accompagné de quelques mauvais souvenirs qu’elle aurait préféré oublier. Elle se souvint de ce jour, dans la forêt, alors qu’elle tentait de retrouver la civilisation, en compagnie de son frère. Ils marchaient beaucoup et la fatigue se faisait sentir. Lorsqu’ils s’arrêtèrent près d’un ruisseau afin de boire de l’eau, ils retrouvèrent un cadavre, grouillant d’insecte et ayant été grignoté par de nombreuses bêtes sauvages. Elle se souvenait parfaitement de ce dont il avait l’air, un œil sortant de son orbite, les insectes pondant leurs œufs à l’intérieur de ses plaies, la cage thoracique ouverte, laissant voir l’absence de certains organes. Certains pourraient croire que ce n’était pas pire que ce que l’on voyait à la télévision, mais regarder un corps à travers un écran et être à ses côtés, respirant l’odeur de putréfaction était deux choses bien distinctes.

La jeune fille se leva et passa son visage à l’eau froide avant de se brosser les dents. Elle revint ensuite vers son lit et s’y laissa tomber. Elle luttait pour ne pas fermer de nouveau les yeux, de peur de revoir ces affreuses images. Son cauchemar avait semblé si réel et l’adolescente craignait toujours de voir quelqu’un apparaitre, à moitié décomposé, devant cette fenêtre dont elle n’avait guère tiré les rideaux. Finalement, elle s’avança vers la fenêtre, reposant ses pieds nus sur le sol glacé. Attrapant les rideaux, elle aperçut, un peu plus bas, sur le toit en pente, coincé dans la gouttière, le cadavre d’un petit animal qu’un oiseau s’amusait à déchiqueter. Cette vue donna de nouveau haut-le-cœur à Erïka, qui posa sa main devant se bouche avant de s’éloigner de la fenêtre à grands pas, glissant sur un morceau de vêtement, à moins que ce ne soit un bout de couverture, elle n’en savait rien, avant de s’étaler sur le sol. Couchée sur le dos, paniquée, Erïka tentait de retrouver son souffle. Elle devait cesser de paniquer, d’avoir peur. Elle était en sécurité à l’institut, personne ne pouvait lui faire de mal. Cependant, elle peinait à s’en convaincre. Elle était persuadée que cette simple coïncidence n’en était pas une et qu’elle serait tuée durant la nuit. Un bras au-dessus de la tête, une main posée sur son ventre, elle tentait de reprendre un rythme cardiaque normal, d’éviter la crise de larmes et de ne pas faire une quelconque crise d’angoisse. C’était lors de ce genre de nuit qu’Erïka souhaitait plus que tout avoir quelqu’un de confiance à ses côtés, craignant plus que tous les ténèbres.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Sam 19 Nov 2011 - 19:22

Amy se redressa dans son lit. Appuyée sur les mains, elle cligna des yeux pour habituer son regard à l'obscurité. Quelques instants plus tard elle pouvait discerner sans peine les formes de l'endroit. La tête tournée vers la couche de la Russe, la seule silhouette que tentait de percevoir l'italienne était celle de la blonde, couchée sous ses draps. Cependant, nulle Erika allongée sur le matelas à quelques pas de celui de la fille des rues.

Intriguée, et quelque peu inquiète, la jeune femme repoussa les couvertures de ses cuisses, se dégageant de leur étreinte pour poser les pieds contre le sol glacé. Le contact lui arracha un frisson et termina de la réveiller totalement.


" Erika ? T'es là ?"

Se levant totalement pour partir à la recherche de l’interrupteur de la lampe principale, n'ayant pas pensé à brancher sa lampe de chevet avant de s’endormir vu que celle d'Erika berçait déjà la pièce d'une douce lumière. Avançant à tâtons, longeant le mur, elle arriva à l'encadrement de porte de la salle de bain, la porte grande ouverte. Erika ne s'y trouvait donc sûrement pas. Le contraire aurait étonné Amy, au vu du silence, a moins que la Russe n'eut été endormie sur les latrines.

Glissant sa main à l’intérieur de la pièce annexe, Amy chercha du bout des doigts le bouton de la lumière, puis enclencha. Les ampoules de la salle de bain n'étaient pas puissantes, mais elles permirent à de léger faisceaux de lumière de pénétrer dans la chambre, et d'ainsi l'éclairer doucement.

L'italienne se tourna ensuite vers la pièce principale, et ce n'est qu'à ce moment là, révélée par la lumière, qu'elle aperçut la blonde, allongée à terre. Pensant que celle ci était peut être assommée suite à une chute, Amy se précipita vers elle, se laissant tomber à genoux à ses cotés, paniquée.

" Erika ? Erika ça va ??"

L'italienne tendit une main pour attraper celle de la blonde, prélevant son pouls pour s'assurer qu'elle était encore en vie. Son cauchemar lui revint en mémoire. Non, non ce n'était pas elle qui avait fait cela, elle en était sûre. Elle entendait, à présent qu'elle était tout près, la respiration rapide d'Erika, au moins elle était en vie. Refermant ses doigts autour du poignet de la russe elle sentit également que son cœur battait vite et qu'elle était couverte de sueur. Cependant elle n'eut pas le temps de sentir grand chose de plus, car la blonde laissa échapper un cri, de surprise sans doute, et se mit à se débattre, manquant de coller un coup à Amy.

La mutante jugea qu'il était plus prudent de ne pas tenter un nouveau contact physique, essayant de calmer l’étudiante de sa présence et de ses mots. Elle venait de comprendre ce qui arrivait à la jeune fille, l'ayant elle même subi à plusieurs reprises. Un cauchemar qui persistait même dans la réalité, ne voulant pas s'avouer comme songe. Il allait ramener Erika au sein de l’institut, dans cet endroit qu'elle avait elle même nommée sécuritaire avant qu'elles ne s'endorment.


" Erika, Erika calme toi, c'est Amy, tu sais, la fille que ton professeur, Emma Frost, t'as collée sur le dos cette nuit. Tu es à l'institut Xavier, en sécurité, tout va bien, ce n'était qu'un vilain rêve."

La Russe semblait l'entendre, mais pas vraiment la comprendre, sans doute trop happée par des horreurs hallucinatoires sorties de son songe. Amy avait déjà vécu cela avec la double tragédie aérienne de sa famille, et avec le meurtre de sa colocataire. Cependant William avait toujours réussi à l'apaiser, rien que par sa présence, sa chaleur, sa voix. Là, rien ne semblait fonctionner. Puis, Amy se rappela des petites crises d'angoisses nocturne de sa nièce, lorsque ses parents s'étaient disputés la veille. Bien sûr, la situation n'était pas la même, mais une frayeur restait une frayeur. Aussi, l’Italienne décida d'utiliser la même méthode qu'avec la fillette autrefois pour apaiser Erika.

Prenant une longue inspiration, elle commença à conter d'une voix claire et douce, envoutante, l'histoire "le cygne et la princesse" (la princesse des cygnes pour toi amie québécoise ( The Swan Princess )), espérant que cela permettrait à la Russe de se raccrocher à des images plus douces, restant à sa portée si elle avait besoin d'un contact physique ou d'une étreinte pour l'apaiser.

.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Sam 19 Nov 2011 - 20:57

Pourquoi tout semblait si noir, si effrayant ? Elle était perdue dans les ténèbres de ses songes, sans pouvoir s’en extirper. Malgré la lumière émanant de la salle de bain, elle avait l’impression d’être coincée dans la pénombre, tentant de l’engloutir et de l’attirer vers un nouvel enfer. Plus elle sentait les ombres resserrer leur emprise sur elle, plus elle avait du mal à retrouver son souffle. Autour d’elle, il y avait du mouvement, mais elle ne s’en souciait que peu, les yeux rivés sur le plafond, cherchant à trouver quelque chose pour la calmer. Elle n’arrivait pas à retrouver d’agréables souvenirs, ni penser à son frère sans le revoir, la tête coupée, retenue par un simple bout de chair, crachant des insectes à chacun de ses mots. Elle tremblait, non pas de froid, mais de peur, cherchant à se convaincre que tout cela n’était pas réel. Cependant, elle savait bien que si son frère était encore en vie, tout le reste pouvait s’avérait être vrai. Elle avait vécu dans cette réalité et il lui était difficile de se persuader que jamais ce genre de chose ne pouvait se produire. Pourquoi n’avait-elle pas rêvé que des zombies la poursuivait ? Cela l’aurait bien moins affectée.

-« Erika ? Erika ça va ?? »

Amy s’adressait à elle, mais elle n’entendait rien de ce qu'on pouvait lui dire. Elle savait seulement qu’une autre personne était dans la pièce. Erïka ne réalisa pas tout de suite qu’elle ne risquait rien avec l’adolescente, trouvant anormal qu’une autre personne partage sa chambre. Les pires scénarios s’offraient à elle sur un plateau d’argent, la tourmentant toujours plus. Puis, lorsqu’une main entra en contact avec la sienne, la Russe prit peur. Elle allait mourir, si elle restait ainsi couchée, on allait bientôt l’achever, la tuer, la torturer, même. Qui sait de quoi ses démons étaient capables ? Elle en avait vu des trucs horribles dans sa vie, allant de la femme se laissant violer sauvagement à l’enfant brûlé à l’acide ou bien l’homme battu à mort avec une simple batte de baseball. Elle-même avait été victime d’une douloureuse correction dont elle portait toujours la cicatrice à l’avant-bras droit. Ce même avant-bras reposant sur son ventre, dont Amy avait attrapé la main pour une raison qui ne lui vint pas à l’esprit. Prise de panique, Erïka ne resta pas figée bien longtemps, laissant échapper un cri d’effroi et se débattant violemment afin d’échapper aux mains de ce qu’elle croyait être son agresseur. Malgré les vertiges qui l’assaillirent lorsqu’elle se redressa rapidement, elle continua de se débattre jusqu’à ce qu’Amy soit hors de portée. L’adolescente posa une main au sol afin de ne pas laisser son corps s’écraser de nouveau au sol et passa une seconde main sur son visage. Une larme coula sur sa joue, mais elle l’essuya bien vite. Pourquoi voulait-on la tuer alors qu’elle n’avait rien fait de mal, qu’elle n’avait tout simplement rien demandé ? Tout ce qu’elle souhaitait était que ses cauchemars cessent de la tourmenter, que ses démons la laissent enfin tranquille. Elle revit brièvement cet homme dont la colonne vertébrale avait été sauvagement arrachée, tout comme la tête, les yeux remplis d’effroi. Elle n’entendait pas les paroles d’Amy, mais savait que cette dernière s’adressait à elle.

-" Erika, Erika calme toi, c'est Amy, tu sais, la fille que ton professeur, Emma Frost, t'as collée sur le dos cette nuit. Tu es à l'institut Xavier, en sécurité, tout va bien, ce n'était qu'un vilain rêve."

Erïka s’assit, le dos contre ce qui semblait être son lit, et ramena ses jambes vers elle pour y poser sa tête. Les yeux grands ouverts, elle tentait de se changer les idées, de se concentrer sur quelque chose. Amy trouva la bonne idée de lui raconter une histoire. La jeune fille pu se concentrer sur sa voix, les images associées à ses paroles défilant dans sa tête comme un film. Erïka ne l’interrompit pas, la laissant raconter cette histoire qu’elle semblait connaitre par cœur. À un moment, elle tourna la tête vers elle, craignant de se retrouver en tête à tête avec une créature diabolique. Cependant, dans la pénombre, la pièce légèrement éclairée par la salle de bain, elle ne voyait que le délicat visage d’Amy, racontant à merveille l’histoire de la Princesse des Cygnes. Erïka y trouva un souvenir apaisant de sa grand-mère lui racontant le même conte, mais en Russe. Jusqu’à la fin, la mutante garda le silence, n’étant pas capable de dire le moindre mot. Entre temps, sa respiration avait repris un rythme normal et elle s’était calmée.

-« Bolshoe spasibo » prononça-t-elle en Russe. Ayant cessé de réfléchir en anglais, elle ne comprit pas tout de suite qu’elle s’exprimait dans sa langue natale. « Merci… »

La jeune fille se sentait mieux. Elle était encore un peu nauséeuse, mais cela allait probablement disparaitre d’ici une petite heure. Pour l’instant, elle avait besoin de boire quelque chose. Se redressant péniblement, elle s’assit sur son lit et se pencha pour attraper la bouteille d’eau dans son sac. Elle la termina en quelques gorgées avant de la laisser tomber là où elle l’avait prise. Posant, par la suite, son regard sur Amy, elle l’invita à s’assoir à côté d’elle, chose rare chez Erïka. Habituellement, elle ne laissait personne entrer dans sa chambre, alors inviter une personne à s’assoir sur son lit, cela relevait presque du miracle. Cependant, la Russe voyait bien que la mutante n’était pas une femme chiante et avait seulement tenté de l’aider. Habituellement, lors de ce genre de crise de panique, Erïka se retrouvait seule, désarmée, ne pouvant compter sur personne. Cette fois-ci, l’assistance de la jeune fille fut grandement appréciée même si elle ne démontrait pas sa gratitude.

Erïka s’étira pour allumer la lumière de sa table de chevet. Ainsi, la pièce se voulait éclairée et plus rassurante. Les ténèbres étaient repoussées dans les recoins de la pièce, ne pouvant plus l’atteindre. La jeune fille jeta un regard à sa radio, indiquant qu’il était encore tôt pour sortir de sa chambre et arpenter les couloirs. Cependant, le soleil fera son apparition sous peu, dans une heure ou même plus. Normalement, elle aurait dû se réjouir de pouvoir observer ce spectacle, mais pas cette fois. Jetant un regarde vers les rideaux, l’adolescente n’était pas certaine de vouloir les tirer et ainsi revoir les restes du cadavre d’un petit animal.

Le silence avait beau être brisé par la musique d’Erïka, une drôle d’ambiance régnait toujours dans la pièce. Ce fut pour cette raison que la Russe s’adressa à Amy, souhaitant éviter de revenir sur ce qui venait de se produire, autant qu’elle le pouvait.


-« T’en connais beaucoup des histoires comme ça ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Dim 20 Nov 2011 - 19:23

Les mots qui sortaient de la bouche d'Amy semblaient calmer peu à peu Erika, celle ci s'accrochant sans doute aux images magnifiques qui émanaient à présent de son imagination. Soulagée de voir sa camarade de chambre s'apaiser, l'italienne raconta le conte jusqu'à la fin, adoucissant sa voix autant que possible, même si cela était quasi naturel chez elle lorsqu'elle contait.
Lorsque l'histoire fut terminée, Erika se redressa, attrapant une bouteille d'eau, allumant la lumière, et invitant Amy à s'asseoir à ses cotés alors qu'elle ouvrait la bouche pour l’interroger.

La Russe avait sans doute besoin de parler pour ne pas replonger dans ses songes, et Amy avait la délicatesse de comprendre que le sujet devait être éloigné un maximum de ce qui venait de se passer, aussi, la rejoignant sur le lit, elle se prêta au jeu.


"Un p'tit paquet ouais, j'ai toujours aimé les contes, et y a quelques années j'en ai appris pas mal pour mon neveu et ma nièce..."


Amy marqua une légère pause, ne voulant pas laisser la tristesse prendre le dessus à l'évocation des petits, dont elle tentait de toujours garder un souvenir joyeux. De plus ce n'était pas le moment de parler d'un sujet macabre, Erika n'avait pas besoin de ça.

" Tu sais quoi, j'ai une idée pour qu'tu puisses terminer ta nuit tranquillement. Bouges pas"

L'italienne se redressa et traversa rapidement la pièce jusqu'à sa sacoche, qu'elle attrapa, déposa sur son lit, ouvrit, et en tira un stylo à bille bleu nuit et un bout d'affiche publicitaire arrachée quelques jours plus tôt pour refaire le plein de support de croquis. Elle retourna aux cotés de la Russe, sur le lit, et se mit à dessiner rapidement, une simple esquisse, ovale, puis quadrillée. Lorsqu'elle eut terminée elle releva les yeux sur la blonde, lui offrant un sourire victorieux.

" Erika, j'te présente un attrape-rêve, bon l'nom est idiot parce que en vrai ça attrape les cauchemars hors de ta tête ! Tu l'mets au dessus d'ton lit et hop, t'es protégée. Quand tu te sentira prête à retrouver le repos, tu m'le dis et je le matérialise. Il tiendra pas très longtemps, mais j'resterai concentrée pour qu'il soit là au moins jusqu'à c'que le soleil se pointe. T'en dis quoi ?

Amy déposa le croquis sur les cuisses de la blonde, lui offrant un sourire chaleureux et réconfortant, avant de lui prend la main, la serrant avec douceur.

" J'suis là Erika, j'sais pas trop ce qui te hante, mais j'te jure que cette nuit rien ne te touchera, j'y veillerai."

Bien sûr, Amy savait que l'objet en lui même n'avait aucun pouvoir magique, mais la simple idée que quelque chose était là pour nous protéger, pouvait suffire à faire des miracles...
___________________________________________________________________________________________

Attrape rêve, Dreamcatcher =


.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Dim 20 Nov 2011 - 22:05

Don't leave me here like this
Can't hear me scream from the abyss
And now I wish for you my desire


-"Un p'tit paquet ouais, j'ai toujours aimée les contes, et y a quelques années j'en ai appris pas mal pour mon neveu et ma nièce..."

Erïka resta impassible, incapable de faire le moindre sourire, le moindre geste chaleureux. Elle préféra rester silencieuse plutôt que de déballer n’importe quoi, écoutant avec attention les paroles d’Amy. Elle clignait encore des yeux, pas tout à fait habituée à la lumière qui avait envahi la pièce, mais tentait de ne pas quitter la jeune fille des yeux. Ainsi, en se concentrant sur tout autre chose, elle pouvait oublier ces horribles images qui l’assaillaient. À chaque fois que la pensée de ne plus songer à cela et de porter son attention sur autre chose lui revenait, les cauchemars en profitaient pour se rapprocher d’elle, une nouvelle fois.

-" Tu sais quoi, j'ai une idée pour qu'tu puisses terminer ta nuit tranquillement. Bouges pas"

Une idée ? Erïka était bien curieuse de découvrir ce à quoi Amy pensait. Elle avait essayé diverses solutions afin de retrouver le sommeil, mais elle n’y était jamais arrivée. Elle n’avait aucun contrôle de ses songes lorsqu’elle était profondément endormie et c’était bien une chose qui l’effrayait. Cette sensation de vivre les événements comme s’ils faisaient tous partie de la réalité l’empêchait bien souvent de trouver le sommeil, d’où ses insomnies. Elle craignait toujours ce qui était tapi au fond de son esprit. Certaines personnes oubliaient totalement les chocs trop importants, mais elle, elle se souvenait de tout. C’était d’autant plus clair lorsqu’elle dormait.

Amy dessinait quelque chose sur un morceau de carton rigide. L’adolescente l’observa avec attention afin de trouver ce qu’elle tentait de reproduire. Au début, elle avait cru à une sorte de réveil, mais lorsque sa compagne de chambre quadrilla le tout, Erïka n’avait plus aucune idée de ce que cela pouvait être. Heureusement que la dessinatrice mis rapidement fin à ses interrogation en lui fournissant des explications.


-" Erika, j'te présente un attrape rêve, bon l'nom est idiot parce que en vrai ça attrape les cauchemars hors de ta tête ! Tu l'mets au-dessus d'ton lit et hop, t'es protégée. Quand tu te sentiras prête à retrouver le repos, tu m'le dis et je le matérialise. Il tiendra pas très longtemps, mais j'resterai concentrée pour qu'il soit là au moins jusqu'à c'que le soleil se pointe. T'en dis quoi ?"

Erïka esquissa un sourire. Elle observait le dessin qu’Amy avait déposé sur ses genoux, avant de porter son regard sur elle. Un capteur de rêve ? C’était le genre de chose que faisaient les enfants à l’école primaire, la jeune fille se souvenait d’en avoir fabriqué un avec son frère, une fois. Jamais elle n’avait pensé que cela pouvait réellement fonctionner. Reposant ses prunelles azurées sur le dessin d’Amy, l’adolescente observa de nouveau cette simple esquisse. Elle venait de découvrir le pouvoir d’Amy, qui semblait pouvoir matérialiser les dessins. C’était chouette, malgré que peu pratique en situation d’urgence où elle n’avait pas le temps de s’appliquer à créer quelque chose.
Réfléchissant à la proposition d’Amy, qui se trouvait être intéressante dans la mesure où elle n’avait plus rien à perdre à essayer ce nouveau truc, l’adolescente sursauta lorsque la main d’Amy se posa sur la sienne. Quel était la raison d’un tel contact ? Fallait avouer que mis à part pour frapper, ce n’était pas Erïka qui allait toucher quelqu’un.


-" J'suis là Erika, j'sais pas trop ce qui te hante, mais j'te jure que cette nuit rien ne te touchera, j'y veillerai."

Elle leva les yeux vers la mutante assise à ses côtés, qui prononça les paroles les plus réconfortantes que la Russe n’avait jamais entendues depuis longtemps. Elle n’arrivait pas à décrire les émotions qui l’envahirent en ce moment. Elle était touchée, émue, mais elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi sa gorge se serrait, comme si elle allait verser des larmes sous peu. Serrant la main d’Amy et tentant de refouler ces émotions indésirables, la jeune fille sourit.

-« C’est… gentil… mais je suis incapable de me rendormir après ce genre de cauchemar. Si tu veux retourner au lit, vas-y, je vais descendre me préparer un thé pour calmer cette saleté de nausée. »

Erïka posa le dessin sur son lit, derrière elle, mais ne lâcha pas tout de suite la main réconfortante d’Amy. Elle ne le fit que quelques secondes plus tard, lorsqu’elle se leva afin d’attraper un jean dans sa commode. Elle fila à la salle de bain, dont la lumière rassurait la jeune fille, avant d’échanger son pyjama pour le pantalon. Cependant, elle garda son débardeur et enfila sa veste préférée. On voyait bien à ses gestes lents qu’elle n’était pas dans son état habituel. Sa démarche était également plus lente, les vertiges l’assaillant encore. Elle parlait doucement, d’une voix trop calme pour que ce soit la sienne. Pourtant, c’était bien le cas. L’adolescente se rassit sur le lit, à côté du dessin, afin d’enfiler une paire de chaussette. Le soleil n’était toujours pas levé, elle n’était pas censée se balader dans le bâtiment à cette heure, mais d’un autre côté, il n’y avait aucun règlement qui lui interdisait formellement. C’était plutôt les enseignants qui n’aimaient pas trop voir les élèves trainer dans les couloirs alors qu’ils étaient cessés dormir.

-« Je ne comprends pas pourquoi tu fais tout ça et je ne suis pas certaine de vouloir le savoir. Je sais me débrouiller seule, comme une grande fille. »

La jeune fille se voulait être rassurante, quant à ses capacités de prendre soin d'elle en ce genre de situation, mais les paroles n'étaient pas sorties comme elle le désirait. Ce n'était pas plus grave, elle ne pouvait pas revenir en arrière pour rattraper le coup, de toute façon. Erïka se leva lentement et enfonça ses pieds dans une paire de chaussure confortable. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi, dans ce monde, il y avait des gens prêts à aider les autres, sans rien demander en retour. Peut-être qu’elle trouvera la véritable réponse, un jour. Pour l’instant, valait mieux qu’elle s’éloigne de sa chambre, surtout si Amy souhaitait dormir. Normalement, elle ne se serait pas gênée pour s’occuper de ses affaires, au risque de faire du bruit et de déranger sa colocataire, mais pas cette fois. Elle préférait la laisser tranquille. Saisissant son téléphone portable et le rangeant dans la poche de son jean, Erïka se dirigea vers la porte.

[Je te laisse le choix de laisser Amy dormir ou bien de suivre Erïka. Un choix ou l'autre ne me dérange pas, c'est toi qui voit ~ Si tu veux laisser dormir Amy, tu peux toujours faire passer le reste de la nuit jusqu'à son réveil.]
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   Lun 21 Nov 2011 - 21:21

-« Je ne comprends pas pourquoi tu fais tout ça et je ne suis pas certaine de vouloir le savoir. Je sais me débrouiller seule, comme une grande fille. »

Amy n'en doutait pas un instant, et elle n'avait pas tendue la main à la Russe en pensant qu'elle ne pouvait pas gérer seule, mais surtout parce que, par moment, être seul est vraiment dur. L'italienne se souvenait de sa traversée dans les cales du bateau l’amenant en Amérique, elle avait peur, elle était hantée par des images horribles, elle imaginait chaque recoin du bac ou elle était cachée comme un abri à ombre monstrueuse, la guettant. A cet instant elle aurait tout donné pour qu'une personne soit à ses cotés pour la rassurer. Heureusement, à son arrivée, elle avait trouvée William. Erika elle ne semblait pas avoir de Will dans sa vie, et bien qu'étant entourée de beaucoup de monde, sans doute plein de bonnes intentions, elle semblait seule. Oui, Amy était sûre de ça, Erika était seule, son regard le trahissait, et elle avait besoin d'une amie, plus qu'elle ne souhaitait l'admettre. Peut être accepterait-elle un jour l'Italienne comme tel.

Pour l'heure il ne valait mieux pas la brusquer, elle avait assez subi cette nuit, et pour lui montrer qu'elle comprenait très bien que la Russe n'avait pas besoin de chaperon, elle décida de la laisser se rendre à la cuisine sans escorte. Cependant, Amy n'avait plus trop envie de dormir, entre ses rêves et ce qui venait de se passer. Le jour n'allait pas tarder à poindre, aussi décida-t-elle d'aller retrouver Edge pour les quelques heures restantes à l'institut, avant qu'ils ne reprennent la route.


" J'vais plutôt rassembler mes affaires et rejoindre mon ami. J'te rend ton p'tit coin à toi. Merci d'l'avoir partagé pour cette nuit Erika, j’espère qu'on se reverra bientôt."

Elle regarda la Russe quitter la pièce, puis, comme annoncé, récupéra ses maigres biens qu'elle glissa dans sa sacoche, avant de revêtir ses habits pour ne pas sortir dans les couloirs cul nu. Elle passa rapidement par la salle de bain s'humidifier le visage et profiter du confort pour faire un brin de toilette, démêla ses cheveux à l'aide d'une fourchette de fer ou il manquait une dent, faisant office de peigne depuis quelques mois à la jeune femme, puis se dirigea vers la porte, quittant la chambre à son tour. Dans les couloirs, quelques lève tôt se mettaient déjà en mouvement vers le réfectoire, lançant des regards curieux vers Amy. Celle ci gratifia d'un sourire courtois chaque personne croisée, avançant d'un pas rapide pour retrouver la chambre occupée par le rouquin, ayant mémoriser le trajet dans sa tête la veille...


[ Voilà qui clôture ici, j'ouvre un nouveau post dans la section Chambre pour retrouver William.]

.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Insomnia [Amy Grimm] [Terminé]
» Elizabeth Grimm [ Terminé et corrigé ]
» Tout le monde veux tirer sur les couettes de Wendy ▬ Eirwen Grimm [Terminé]
» Jensen Grimm - terminée
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Dortoirs-