X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Dim 15 Sep 2013 - 22:03

Des éclats de rires résonnaient dans le couloir malgré cette heure matinale. Erïka était de bonne humeur, ce matin. Accompagnée d’une amie, la jeune femme se dirigeait vers sa chambre. Elles semblaient très bien s’entendre. La jeune asiatique à la chevelure de jais ne pouvait s’empêcher de pouffer de rire en voyant son amie marcher un peu n’importe comment, victime de ses talons aiguilles. Erïka n’avait jamais pu supporter ses trucs. Elle n’en portait que très rarement. Lorsqu’elle sortait quelque part avec sa demi-sœur, c’était pratiquement obligatoire de devoir en chausser, comme la veille. Elle avait passé sa soirée à un cocktail organisé pour une raison qui lui échappait par des gens dont elle avait oublié le nom. Elle s’y était rendue avec son frère jumeau, sa demi-sœur ainsi que leur père, de retour au pays pour quelques temps. C’était la première fois que la famille Davidoff sortait ainsi dans un événement public. Si la soirée semblait être ennuyeuse, au départ, elle se révéla plus palpitante qu’elle ne l’aurait cru. La jeune femme racontait d’ailleurs des détails croustillants à son ami, ce qui provoquait leur hilarité.

-« J’en ai marre de ces trucs, je vais devenir, folle ! » Fit Erïka en s’accrochant à son ami afin de ne pas trébucher lorsqu’elle fit un faux pas.
-« Pourquoi tu ne les retire pas ? »
-« C’est vrai que ce serait une meilleure idée que de ne me servir de toi comme canne. » Elle se redressa, mais remarqua que sa longue boucle d’oreille avait coincé dans la longue chevelure de son amie. « Oh merde ! Je hais ces trucs. Attend, ne bouge pas. »

Elles s’étaient arrêté le temps qu’Erïka arrive à récupérer sa boucle d’oreille. Elles reprirent, par la suite, leur marche vers la chambre de l’adolescente.

-« Ça se voit que tu n’es pas comme un… Humm… c’est quoi l’expression… ? Tu sais, ce que vous dites quand quelqu’un n’est pas dans son élément. »
-« Un poisson dans l’eau ? »
-« Oui, exactement. Tu n’as pas l’air d’aimer ça. Pourquoi tu continues ? »
-« J’en sais rien. Peut-être que j’aime bien ma sœur et que je veux lui faire plaisir. Elle était heureuse que je vienne finalement avec eux à cette soirée. Miss Frost serait fière de moi. J’arrive à discuter d’économie avec des dirigeants d’entreprise. Ils pensaient que j’y connaissais rien et tentaient de me prendre de haut, les sales cons. Un jour, je vais devoir la remercier pour ces cours longs et ennuyants. Ils ne sont pas si inutiles que je le croyais. »

Plus loin, dans le couloir, l’adolescente aperçu Amy. Que faisait-elle en cette belle matinée ? Puisqu’elle ne l’avait pas vue depuis un petit moment, la jeune femme décida d’aller la voir et de lui proposer d’aller déjeuner. Elle mourrait de faim. Ce matin, sa demi-sœur s’était contentée de la ramener à l’institut avant de filer en vitesse. Le travail l’appelait, qu’elle disait. Erïka s’arrêta. Son amie comptait regagner sa chambre, dans un couloir adjacent. Elle la salua.

-« N’oublie pas de venir me voir ce soir pour qu’on puisse réviser avant ton contrôle d’anglais de demain. »Elle sourit. Elle adorait aider certains élèves avec leurs cours de langue.
-« Ne t’en fais pas, j’y serais. Je te retrouve à ta chambre vers seize heures. »

Erïka s’éloigna aussitôt pour retrouver Amy. Malheureusement, elle ne pouvait pas marcher très rapidement avec ses escarpins noirs. Ils étaient en parfaite harmonie avec la robe de même couleur qu’elle portait. Elle était courte, lui arrivant au-dessus des genoux. Pour une fois, sa sœur lui avait choisie une tenue qui ne moulait pas la totalité de ses formes. Au contraire, la robe était plutôt ample et venait s’ajuster à la perfection au niveau de la taille et de sa poitrine. Elle n’avait pas de bretelle, laissant les épaules de l’adolescente nues. Sa sœur lui avait acheté une chaine dorée pour aller avec le bracelet qu’elle portait toujours au poignet. Depuis que Bobby lui avait offert, elle avait refusé de le retirer ne serait-ce qu’un seul instant. Elle y tenait plus que tout. Les longues boules d’oreilles qu’elle portait se camouflaient bien dans sa chevelure dorée. Cette dernière avait été coiffée avec soins par Eleonnora. Elle avait réussis à faire en sorte que les boucles faites au fer à friser tiennent toute la soirée et même la nuit. Au réveil, les cheveux d’Erïka étaient restés bouclés, même après les avoir brossés. L’adolescente avait même remis la jolie boucle noire qu’elle avait portée dans ses cheveux toute la soirée. C’était  un joli accessoire qu’elle affectionnait.

Une fois à la hauteur d’Amy, l’adolescente la salua, heureuse de la voir. Cette dernière semblait bien pâle, comme si elle avait été malade. À moins que ce ne soit la fatigue ? Elle n’était pas en pleine forme, cela était évident. Erïka la serra dans ses bras en espérant que cela puisse au moins lui donner le moral. Quand on est malade, ce n’est jamais une partie de plaisir.


-« Salut toi. Tu n’as pas l’air en forme. Tout va bien ? J’allais me rendre à ma chambre. Tu n’as qu’à m’accompagner. Je n’ai pas de cours aujourd’hui, on pourra passer du temps ensemble. »

La jeune femme entraina son amie jusqu’à sa chambre, à quelques pas de là. Elle ouvrit la porte et constata que Cassandra n’était pas présente. Elle était peut-être au travail. L’adolescente referma la porte puis laissa tomber ses fesses sur son lit. Elle était tellement heureuse de s’assoir. Elle y déposa son petit sac à main noir à ses côtés. Aussitôt, elle retira ses escarpins et les laissa choir sur le sol. Maintenant que cela était fait, elle pouvait consacrer toute son attention à Amy.

-« Tu es malade ? Si tu veux, on peut aller déjeuner ensemble, manger te fera peut-être du bien. » Elle s’approcha d’elle pour poser le dos de sa main sur son front. « Tu ne fais pas de fièvre, ça va. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Lun 16 Sep 2013 - 14:57

Le seul bruit qu'il était possible d'entendre dans la chambre de Will et Amy à cette heure matinale était celui du frottement des draps sur la peau de l'italienne. Cette dernière ne cessait de se tourner et de se retourner. Tout les matins, durant la semaine, c'était le même rituel. Quel que soit son niveau de fatigue, une fois que le rouquin quittait le lit pour aller travailler, le sommeil de la mutante s'en voyait troublé. Après tellement d'années à dormir l'un contre l'autre, l'absence du corps de son fiancé à ses cotés était comme un manque désagréable.

Pourtant, depuis quelques jours déjà, c'est une autre sensation déplaisante qui la cueillait de bon matin. Un remous naissant au creux de son estomac, des remontées brûlante le long de sa gorge et un inévitable bond hors de son lit afin de rejoindre les toilettes au plus vite pour leur détailler le menu complet de ses soupers.
La première fois, la jeune femme avait mit ça sur le compte d'une indigestion. La seconde elle avait accusée un mauvais coup de froid, refusant d’inquiéter son futur mari avec une fragilité de santé futile. Après tout ils avaient désormais tout ce qu'il fallait pour se soigner si les choses venaient a empirer. Seulement, les jours passant, aucun autre symptôme n'était apparus et pourtant la demoiselle ne se sentait pas mieux. Elle commençait même à avoir des lourdeurs dans ses jambes pourtant bien frêles.

Ne coupant pas, ce jour là non plus, au passage précipité dans la salle de bain, Amy abandonna ses draps afin d'aller se délester l'estomac. Tout en régurgitant, elle se rendit compte qu'elle tremblait légèrement. A bien y faire attention, elle était obligée d'admettre qu'elle se sentait très faible. Le corps de la jeune femme, déjà fort maigre, n'acceptait pas très bien qu'on le prive des vivres dont il avait besoin...

C'est donc après avoir tendu la main pour tirer la chasse, que l'italienne alla se rincer la bouche dans l'évier avant de se regarder un long moment dans la glace. Elle avait une tête affreuse. Il allait falloir parler de son état à sa moitié une fois qu'il serait rentré, car même si elle ne voulait pas l'inquiéter, William n'aurait aucun mal à constater son changement. Mais pour l'instant, le mutant n'était pas là et la jeune femme ne se sentait pas vraiment en état de rester toute seule. Si elle ne quittait pas la chambre, les choses allaient empirer. Elle n'avait aucune envie de rester agoniser bêtement dans son lit.

Du coup, après avoir enfilé un jean délavé un peu déchiré au genoux droit et un débardeur noir aux brettelles larges, la demoiselle glissa ses pieds dans de petites ballerines sombres surmontées d'une boucle. Elle noua sommairement ses cheveux en une queue de cheval haute et décida de quitter la pièce. Marchant doucement, elle se dirigea vers la chambre d'Erïka, espérant que son amie serait là, seule, n'ayant pas vraiment envie d'imposer sa présence à sa colocataire, aussi gentille puisse t elle être.

Cependant, elle n'eut pas à aller jusque là pour rencontrer la blonde. Elle croisa cette dernière au détour d'un couloir et c'est la russe qui prit l'initiative d'aller à sa rencontre. D'un autre côté, ce n'était certainement pas Amy qui l'aurait fait, bien incapable de reconnaître sa précieuse amie à cette instant précis. L'italienne cligna même de surprise lorsque cette femme, qu'elle prit dans un premier temps pour un professeur, l'enlaça amicalement. Même la taille de l'adolescente était faussée par les talons qui la rehaussait, l'artiste n'avait vraiment aucune chance de percuter directement de qui il s'agissait.

Pourtant, dès que Rika prit la parole, il n'y eut plus aucun doute sur son identité.


" Merda, je t'avais pas reconnue ! Fais voir. Whaaa Rika on dirait une Dame ! J'veux dire, dans le sens classe du terme. Tu va où comme ça ? Pas te balader en ville j''espère ?! "

L'italienne détailla son amie de la tête au pied, un peu interloqué, avant de répondre à sa question.

" Non t'a raison ça va pas fort. J'dis pas non à t'accompagner, j'venais t'voir justement. J'ai pas trop envie de rester seule et j'me tracasse un peu. "

Escortée par son amie, elles prirent la direction de la chambre de la Russe. Amy fut soulagée de constater que sa colocataire n'était pas présente. Ainsi, elles pourraient parler librement.

" Putain non m'parle pas d'manger. J'crois que j'garderai rien. Ça fait quelques jours que j'ai des nausées le matin et non, j'ai pas d'fièvre, pas d'sueurs glaciales, rien qui pourrait faire penser à un coup de froid ou autre. J'commence quand même à hésiter à prendre un médoc', mais j'vois pas trop quoi. T'a pas une idée ? Ça t'es déjà arrivé ? "

La mine un peu inquiète, la mutante alla s'asseoir sur le lit de son amie, ne la lâchant pas des yeux, comme si était le messie qui détenait toutes les réponses.

" J'irais bien à l'hôpital mais j'ai pas envie d’appeler Will et de l'inquiéter pour rien. "

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Lun 16 Sep 2013 - 17:40

Erïka devenait une femme. Elle s’habillait comme tel pour sortir le soir, elle se comportait pratiquement comme tel lorsqu’elle en avait envie. Elle commençait à peu à peu à découvrir un nouveau monde. Pas celui des adultes, elle le connaissait, mais bien celui de la haute société. Elle n’était pas certaine d’aimer ce monde, elle détestait les gens en faisant partie. Cependant, l’idée d’avoir de l’argent lui plaisait bien. Cela réglait bien des problèmes. Elle payait toutes ses affaires elle-même et ne se privait pas d’offrir de temps à autre quelque chose à son petit ami. Ce n’était pas parce qu’elle était soudainement riche qu’elle changeait pour autant. Au contraire, elle restait toujours la même.

La seule chose qui avait vraiment changé était son apparence. Coiffée et vêtue par sa sœur, elle était pratiquement méconnaissable. D’ailleurs, Amy ne semblait pas l’avoir reconnue sur le coup. Elle l’observa, détailla sa tenue. Elle la complimenta, elle avait l’air d’une vraie femme comme cela. Où allait-elle comme cela ? En fait, la question serait plutôt, d’où venait-elle ?


-« En fait, je suis allée dans un cocktail, hier soir. Je viens tout juste de rentrer. J’ai absolument besoin de retirer mes chaussures, je suis en train d’en mourir. »

Amy semblait en bien plus mauvais état que ses pieds. La pauvre, elle avait l’air d’être malade. Avait-elle attrapé quelque chose ? Il valait peut-être mieux qu’elles regagnent la chambre de l’adolescente plutôt que de rester debout dans le couloir. Son amie n’hésita pas à l’accompagner. Elle n’était pas en état à sa présence lui faisait du bien. Une fois dans la chambre, Erïka se dépêcha de retirer ses escarpins. C’était  une véritable jouissance pour ses pieds.

Elle proposa à son amie d’aller manger quelque chose. Elle mourrait de faim ! Cependant, Amy refusa. Elle ne sera jamais capable de conserver quoi que ce soit dans son estomac. Elle ne savait pas ce qu’elle avait. Cela l’inquiétait, mais elle ne souhaitait pas alarmer William, pour l’instant. Le connaissant, Erïka savait très bien qu’il allait tout de suite paniquer intérieurement et chercher une solution pour que sa compagne se sente mieux. Si ça se trouve, ce n’était rien de bien grave. Amy lui demanda si les symptômes qu’elle décrivait lui disaient quelque chose, si elle avait déjà eu quelque chose de semblable.


-« Je ne crois pas… La dernière fois que j’ai été malade, c’était une bonne grippe qui résultait d’un coup de froid, tous les symptômes inclus. Ça m’arrivait d’angoisser à un point tel que j’en été malade et que je ne pouvais plus rien avaler. Quelque chose te stress en ce moment ? »

Elle ne voyait pas ce que cela pouvait être. C’était Alexïs l’étudiant en médecine, pas elle. Tout en parlant, Erïka se déplaça dans sa chambre. Elle retira ses boucles d’oreille et les déposa sur sa commode. Elle fit de même avec la boucle dans ses cheveux ainsi que son collier.

-« Will va se ramener illico si tu lui parles d’hôpital. Et puis, ça coute vraiment cher en frais médicaux. On devrait peut-être passer à la pharmacie pour commencer. Si ça se trouve, tu fais une intolérance à quelque chose que tu manges. Le pharmacien pourra peut-être te donner des conseils. Et puis, j’ai des achats à faire. Je me change et on s’y rend, d’accord ? »

Elle fouilla un tiroir dans sa commode. Elle en ouvrit un autre et fouilla avant de le refermer. Elle soupira. Où était le pantalon qu’elle mettait toujours pour faire de la moto ? Elle soupira, baissa la tête. Il devait être sur le sol de la chambre de Bobby. Elle se souvenait de l’avoir jeté dans un coin de la pièce, fatiguée et somnolente.  L’adolescente attrapa un autre pantalon, un jeans noir assez serré offert par sa sœur. Elle se fichait bien de la marque. Il était noir, sans rien d’autre dessus. La jeune femme retira sa robe, sans trop de gêne. Après tout, elle était devant sa meilleure amie. Elle attrapa son pantalon, un soutien-gorge à bretelle, une culotte et un débardeur avant de filer dans la salle de bain. Elle laissa la porte ouverte et, deux minutes plus tard, elle ressortie. Elle s’était battue avec son jean. Sa sœur avait peut-être l’œil et savait prendre la bonne taille, mais ces pantalons étaient fait très étroit. Une fois à l’intérieur, elle se sentait un peu plus à l’aise. Il commençait à épouser parfaitement ses formes.

Erïka quitta la salle de bain. Elle avait abandonné l’idée de se recoiffer. Elle laissa ses cheveux ainsi et attrapa son sac à main. Elle vida le contenu sur le lit. Un petit sac sans ganse n’était pas très utile. Elle alla cherche son sac noir. Elle jeta ses affaires à l’intérieur.


-« Je suis encore en train de réfléchir à ce que tu peux avoir… Il s’est passé quelque chose ? Tu as peut-être mangé dans un restaurant douteux ou quelque chose comme ça ? Tu as fait une activité ou tu es allé quelque part et tu auras attrapé un virus ? »


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Mar 17 Sep 2013 - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Lun 16 Sep 2013 - 19:06

-« En fait, je suis allée dans un cocktail, hier soir. Je viens tout juste de rentrer. J’ai absolument besoin de retirer mes chaussures, je suis en train d’en mourir. »

Amy ne parvint pas à retenir un petit soupir de soulagement. La façon dont s'habillait sa meilleure amie ne la regardait pas vraiment, mais elle n'avait pas envie que cette dernière attire des regards, voir des mains, un peu trop baladeurs. Elle savait quel genre de pervers pouvait traîner dans les rues et se montrer plus méfiante que jamais depuis sa rencontre avec le Road Killer. Heureusement, Erïka ne s'était vêtue ainsi que dans un cadre propice à une telle tenue.

" Tu m'étonne, je sais même pas comment t'arrive à mettre un pied devant l'autre sans hurler de douleur... ou te casser la gueule. C'la dit, le talon doit être assez pratique si un abrutit a dans l'idée de t'emmerder. Par contre pour courir... tu peux t' gratter. "

Même si Amy se sentait faible, elle offrit tout de même son épaule à la blonde afin que celle ci puisse trouver un appuis. Elle tanguait plus qu'un navire en pleine tempête.

Une fois dans la chambre de la russe, la brune s'installa sur son lit avant de lui raconter ce qu'il lui arrivait, espérant trouver une explication à son état. Hélas, l'adolescente ne semblait pas plus qu'elle assurée de ce qu'elle avait vraiment et tout comme Amy, elle ne put qu'émettre des hypothèses.

" J'crois pas que ce soit une grippe. Et non, j'suis pas stressée, enfin je crois pas. Tout va plutôt bien, j'ai pas de problèmes, avec Will ça roule comme jamais, l'mariage est en marche mais ça m'rend plus heureuse qu'inquiète. Franch'ment j'vois pas. "

Laissant son amie se changer afin d'être plus à son aise, Amy se laissa tomber en arrière sur le lit, fixant le plafond en rabattant une main sur son front.

" Va pour la pharmacie, c'est une bonne idée. J'ai pas envie d'faire des emmerdes à Will avec son travail si c'est rien. Par contre va falloir repasser à ma chambre prendre mon porte feuille. Will me file toujours un peu de fric au cas ou. Va vraiment falloir que j'me trouve un job moi. Xavier m'a sous entendu que j'pourrai donner des cours de dessin mais j'suis pas sûre d'en avoir envie. Avec mon pouvoir et d'autres gens dans la classe j'ai peur de c'qui pourrait se passer. "

Fermant les yeux, l'italienne se remémora un instant le drame qui lui avait fait fuir son pays natal. Elle n'avait aucune envie que cela recommence. Même si elle maîtrisait à présent plutôt bien son don, elle n'avait toujours pas assez confiance en elle pour peindre en public et se refusait de dessiner certaines choses par craintes de les voir prendre vie.

Lorsque Erïka revint vers elle, elle la tira de ses pensées en l’interrogeant à nouveau sur l'éventuelle cause de son mal être.


" Non, en ce moment je mange pas beaucoup et qu'à la cafét' de l'école. J'fais rien de différent de d'habitude, j'ai même pas mis les pieds en ville depuis plus d'une semaine. En fait j'suis restée ici tout l'temps et j'ai pas l'impression que les autres soient malades eux. "

Tout en se redressant lentement, Amy respira longuement.

" J'crois que je commence à m'sentir mieux. Ça m'prend vraiment le matin. Allons donc voir ce que le pharmacien en pense. J'récupère mon porte monnaie, j'prend mon blouson et je te rejoint au hangar. "

Passant donc rapidement récupérer ses affaires, Amy enfila sa veste en skiai noire et attrapa son éternelle sacoche à bandoulière où se trouvait ses affaires de dessin et son porte feuille. Elle alla ensuite rejoindre la russe, son visage ayant retrouvé un peu de couleurs.

" Tu dois aller faire tes achats où toi ? Au pire dépose moi à la pharmacie et j'te rejoint après ? En plus j'aimerai bien que tu m'accompagne pour regarder après un album de mariage, si ça t'emmerde pas bien sûr. J'aimerai ton avis. "

Grimpant derrière sa meilleure amie, glissant la tête dans un casque de protection, la mutante enroula ses bras autour de la blonde. Elle aimait bien se balader en moto avec elle, ça lui donnait une impression de liberté. Et maintenant que ses nausées étaient calmées, elle sentait qu'un peu d'air ne pouvait qu'être bénéfique.

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Lun 16 Sep 2013 - 23:10

Erïka ne considérait pas faire partie de la haute société. Certes, son père était riche, mais si elle avait beaucoup d’argent c’était grâce à lui. Elle n’avait jamais fait partie de ce monde avant de le rencontrer. Elle n’aimait pas vraiment le fait d’être considérée comme une bourgeoise. Elle n’allait pas s’acheter des trucs de luxe comme sa sœur – de toute façon cette dernière achetait à sa place et contre son gré – la simplicité lui seyait bien mieux.
Tout cela ne l’empêchait pas de participer à quelques soirées avec sa famille. Elle voyait peu son père alors c’était une occasion pour elle de passer du temps avec lui. C’était très étrange de se retrouver soudainement avec un père, une sœur et son frère. C’était bien l’une des premières fois qu’ils étaient tous réunis dans un même lieu. La soirée n’en fut pas moins agréable. Erïka fut ravie d’avoir passé ce temps dans cet établissement de luxe où l’ambiance sur la terrasse était invitante. Les convives étaient pour certains sympathiques alors que d’autre rebutaient l’adolescente. Il n’y avait personne de son âge. La majorité des gens étaient plutôt de l’âge de son père.

Si quelqu’un avait eu la mauvaise idée de faire du mal à Erïka pendant cette soirée, il l’aurait amèrement regretté. Déjà, l’adolescente savait se battre et n’aurait pas hésité à attaquer son agresseur. Ensuite, sa sœur se serait fait un pur plaisir de démontrer sa force et de lui venir en aide. Enfin, il y avait son père, un militaire qui connaissait parfaitement l’art du combat. En deux secondes il se serait débarrassé de l’intrus. Et puis, dans ce genre d’endroit, les gens ne rigolaient pas avec sa sécurité.

-« Ce n’est pas si mal. C’est surtout après avoir passé la soirée avec que ça commence à être pénible. Je peux marcher vite, mais courir je peux oublier ça. Ma sœur devra m’expliquer comment elle fait… Je ne serais même pas capable de me battre avec ces trucs dans les pieds, contrairement à elle. Rassure-toi, si quelque chose serait arrivé là-bas, je n’aurais eu qu’à claquer des doigts pour voir la sécurité me venir en aide. Ça peut être pratique quand on a ces trucs dans les pieds.»

L’adolescente n’aimait pas être servie par les autres. Si elle voulait quelque chose, elle se débrouillait par elle-même. Si on tentait de lui faire du mal, elle se battait. Pas question d’être faible et de se cacher. Elle pouvait, avec ou sans talons aiguilles, se battre pour sa survie. Par contre, elle ne serait pas contre voir son père à l’œuvre, un jour.

Ne pouvant plus supporter de marcher et cherchant à ne pas faire davantage souffrir certaines parties de ses pieds, la jeune femme ne tenait presque plus en équilibre. Amy lui offrit son épaule et elle s’y accrocha légèrement. La jeune femme était malade et Erïka refusait d’être un poids, même le temps de quelques pas. Heureusement, elle retrouva rapidement sa chambre et, surtout, son lit. Après avoir retiré ses chaussures, elle put porter toute son attention à son amie. Elles firent des hypothèses sur ce que pouvait avoir Amy, mais elles n’avaient aucune théorie concrète. Erïka alla se changer et continua de réfléchir à tout cela. Il valait mieux aller à la pharmacie. Son amie ne semblait pas contre l’idée. Elle devait seulement passer prendre son portefeuille à sa chambre. Elle n’avait pas beaucoup d’argent et songeait d’ailleurs à se trouver un travail. Erïka quitta la salle de bain.


-« Je suis sûre que tu ferais une bonne prof. Et puis, c’est toujours mieux que de se trouver un job dans un fast food ou quelque chose du genre. Je serais incapable de supporter des clients toutes les journées, je ne sais pas comment ces gens font. Tu devrais tenter ta chance comme prof. C’est une belle opportunité que je saisirais, à ta place. Tout se passera bien. Il ne peut rie arriver de mal. Tes élèves vont t’adorer. »

Erïka rêvait de devenir professeur. Elle savait qu’avec l’institut, ce serait possible de faire en sorte que cela se réalise. Elle n’en avait toujours pas parlé à Emma Frost, son mentor. Elle voulait tout d’abord avancer dans ses études. Elle ne suivait que des cours de langue, ou presque, maintenant. Certaines langues s’apprenaient plutôt auprès des gens, faute d’avoir des cours. Elle tentait d’apprendre le thaïlandais avec l’une de ses amies. Pour l’instant, elle arrivait à maitriser à la base, mais elle avait laissé tomber les leçons pour aider cette dernière dans ses cours d’anglais. Elle avait du mal avec la langue depuis son arrivée au pays.
Quoi qu’il en soit, l’adolescente se contentait d’aider des gens qui avaient des difficultés avec leurs cours. Elle pouvait au moins faire ça. Elle s’était même fait des amies, grâce à cela, avec le temps. Elle s’était même inscrite avec l’une d’entre elles dans un cours de japonais, qui étaient maintenant offerts au manoir.

En passant près de son bureau, l’adolescente posa les yeux sur un bouquin en japonais. Elle avait toujours des devoirs à faire. Pas pour tout de suite, par contre. Elle glissa un peu de nourriture dans la cage de ses cochons d’inde. Ils s’éveillaient à peine. Puisqu’ils avaient toujours de l’eau, elle ne jugea pas utile de remplir leur abreuvoir. Elle se dirigea vers Amy et attrapa son sac à main. Elle transféra le contenu dans son sac préféré. Elle fit part de nouvelles théories. Son amie avait-elle mangé quelque chose de mauvais ou qui aurait pu être périmé ? Elle n’avait rien fait de bien extraordinaire avant l’apparition des symptômes.

-« Seulement le matin ? Tu manques peut-être de sommeil, ça dérègle ton corps… Mais au point de vomir… Vaut mieux aller voir le pharmacien. Il va sûrement trouver le problème. »

Erïka continua de réfléchir à tout cela pendant qu’Amy retrouvait sa chambre. Des nausées matinales… Quelle maladie pouvait causer cela. À moins que ce ne soit pas une maladie ? Elle était peut-être enceinte ? L’adolescente y réfléchit l’espace de deux secondes. Il valait mieux voir le pharmacien avant tout. Et puis, elle devait rejoindre son amie. Elle ne trouvait plus son casque. Fouillant son côté de chambre, sa garde-robe, elle réalisa que son casque manquait à l’appel. Elle quitta sa chambre pour rejoindre celle de Bobby. Elle ne cogna pas avant d’entrer. De toute façon, le pire qui pouvait arriver était qu’elle le surprenne complétement nu, ce qui ne déplairait pas à la jeune femme.
Il n’était pas dans la chambre. L’air était encore frais, il devait avoir quitté il n’y a pas si longtemps. Erïka repéra son casque, posé sur le bureau. Elle attrapa par la même occasion sa veste de moto. Avant de sortir, elle glissa sur son pantalon, qui trainait au sol. Heureusement, elle se rattrapa avant de chuter. Attrapant le vêtement, elle le lança dans la malle à linge avant de sortir.

Une fois dans le garage, elle déposa son sac sur le sol, le temps de mettre sa veste. Par la suite, elle glissa son sac en bandoulière. Amy était déjà là. Elle lui demanda si elle avait des achats à faire. Pour ne pas l’attendre, elle pouvait toujours la déposer et faire un tour ailleurs.


-« Ne t’en fais pas, je vais t’accompagner. Je dois aller chercher une prescription. Je crois qu’il ne me reste plus d’aspirine non plus… Enfin, je verrais une fois là-bas. Je peux t’aider pour les albums de mariage, mais je ne serais peut-être pas le meilleur des avis. »

L’adolescente enfila son casque. Lorsqu’elle vit Amy en mettre un, quelque chose lui revint à l’esprit. C’est vrai, elle devait acheter un nouveau casque. Ce n’était pas rare qu’elle se balade avec sa meilleure amie ou avec Cassandra. Elle préférait avoir un second casque pour que ses amies soient bien protégées en cas de chute. Et puis, au cas où il arriverait quelque chose au sien, Erïka pourra toujours compter sur celui-là. Elle avait l’argent qu’il fallait pour s’acheter le casque de son choix, mais cela ne l’empêchait pas de prendre le plus grand soin du casque que lui avait offert Bobby. Elle y tenait beaucoup, comme à tout ce qu’il lui offrait. Machinalement, elle passa sa main sur le bracelet en or blanc qu’elle portait au poignet elle le trouvait magnifique avec ces petites perles bleues qui scintillaient à la lumière.

Après avoir enfilé son casque et baissé la visière, elle s’installa sur sa moto et inséra les clés dans le contact. Auparavant, elle avait actionné le bouton d’ouverture des portes du garage. Elle démarra et quitta l’institut. Le voyagement se fit sans encombre et elle arriva à destination sans trop de mal. Après s’être garée, elle débarqua de son véhicule et retira son casque. Elle attendit son amie avant de pénétrer dans la pharmacie.


-« Tu veux aller voir le pharmacien pendant que je vais faire mes achats ? Ça ne devrait pas être bien long. Si tu me cherche, je vais être au comptoir arrière à attendre ma prescription. »

Sur ce, l’adolescente s’éloigna, casque sous le bras. Elle alla demander à une assistante-pharmacienne de préparer sa commande. Pendant ce temps, elle alla chercher une boite d’aspirine. Lorsqu’elle eut sa prescription en main, elle attendit son amie. Elle lui souhaitait d’avoir des réponses quant à son état de santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Mar 17 Sep 2013 - 19:12

Amy prit quelques secondes pour imaginer sa meilleure amie se fondant parmi la crème de la haute société. Dans son accoutrement actuel, aucun doute qu'elle ne faisait pas tâche. Mais l'italienne connaissait suffisamment la russe pour savoir que malgré cela, elle était tel un loup dans la bergerie. Un pas de travers à son égard, un mot déplacé, un commentaire mal venu et il n'était plus question de bienséance. L'habit ne fait pas le moine comme on dit et dans le cas présent c'était certain. Elle avait beau avoir l'air d'une grande dame, elle n'en restait pas moins la fille franche et impossible à museler que la brune avait rencontré la première fois. Cette pensée fit sourire la mutante car elle était persuadée que quelque soit ce que la vie leur réservait, ni l'une ni l'autre n'était prête à cracher sur son moi intérieur, à se plier à ce qu'elles n'étaient pas. Autrement dit, quoi qu'il arrive, elle était sûre qu'Erïka et elle continueraient à partager ce lien d'amitié si fort qui les unissaient.

La russe démontra d'ailleurs une nouvelle fois à quel point elle pouvait être une amie géniale, poussant Amy à vaincre ses peurs afin de s'épanouir dans une voie qu'elle aimait. En effet, alors que les deux jeunes femmes se trouvaient désormais dans la chambre de l’adolescente, l'artiste avait confié qu'on lui avait proposé, à mi mot, de donner des cours de dessin à l'institut. Pourtant, Amy n'avait pas acceptée tout de suite, prétextant qu'elle devait y réfléchir. En réalité, elle avait surtout trop de souvenirs effrayant liés à son don, et un manque de confiance en elle à ce sujet là, pour se décider. Cependant, les mots d'Erïka étaient encourageants. Et finalement, la perspective d'accepter la proposition du professeur Xavier ne semblait pas si farfelue. Il était peut-être temps de l'envisager sérieusement et d'en parler à Will afin de voir ce qu'il en pensait, lui.

" T'as raison, bosser dans un fast-food ça me tente vraiment pas. Les gens, c'est pas un problème, mais j'crois que je serai malade rien qu'à voir tout le gâchis de bouffe qu'ils font. Après je sais pas si mes élèves m'aimeraient mais je ferai au mieux si ça devait arriver. J'crois que j'vais en parler avec Will, on verra bien. Mais ça m'ferait quand même super bizarre qu'on m’appelle Madame. Rassure moi, t'as pas d'cours de dessin toi hein ? "

L'idée d'avoir sa meilleure en élève lui semblait tellement surréaliste. Malgrè leur différence d'âge, Amy n'avait jamais vue Erïka comme une cadette. Bien sûr, elle s'inquiétait toujours pour elle comme le ferait une grande sœur mais ça s’arrêtait là.

Cependant, pour l'heure, c'était un autre problème qui occupait l'esprit des deux filles. Les soucis de santé de l'italienne semblait autant inquiéter la russe qu'elle même. Et, afin d'y remédier, cette dernière proposa de se rendre à la pharmacie. C'était sans doute bien plus logique que de spéculer pendant des heures.

" J'dors plutôt bien ces derniers temps, enfin quand Will est là. J'fais même plus de cauchemars avec des poupées comme y a encore pas si longtemps. Enfin, pas b'soin de se poser trop de question, allons donc voir ce qu'en pense un spécialiste. "

C'est dans cette optique qu'Amy alla récupérer ses affaires avant de rejoindre sa meilleure amie au hangar à véhicule, où cette dernière avait parqué sa moto. Afin de pouvoir accompagner la blonde lorsqu'elles avaient envies d'aller faire un tour, l'artiste s'était procurée un casque, qu'elle partageait avec Will lorsqu'il en avait besoin.

" De l'aspirine ? T'as toujours tes migraines ? Faudrait vraiment qu'un prof se penche là d'ssus parce que j'suis pas sûre que t'empifrer d'médoc' soit très bon. Et t'en fais pas, j'suis sûre que tu sera du meilleur avis possible. Aller en route. "

Une fois rendues sur place, Erïka alla s'occuper de ses propres achats, alors qu'Amy, elle, alla trouver le pharmacien afin de lui faire part de ses symptômes. Elle resta à discuter avec lui de longues minutes, répondant aux questions de l'homme, arquant un peu les sourcils lorsque ce dernier commença à aborder sa vie sexuelle. Puis, il s'éloigna quelques instants avant de revenir avec trois petites boites allongées, les tendant à l'italienne avec un sourire rassurant. Cependant, lorsque la demoiselle décrypta le nom du "médicament" fournit, elle se figea, perplexe, avant de se décomposer un peu.

"Oh !"

Test de grossesse.

" Oooooooh !! "

Redressant la tête vivement, elle balaya la pièce du regard, cherchant sa meilleure amie, l'air paniqué. Comme annoncé, la blonde se trouvait près du comptoir. Plantant l'homme sur place avec un bref merci à peine audible, Amy se précipita en direction d'Erïka.

" Rika ? Bordel ! Rika ??? "

Une fois à sa portée, la mutante ne trouva même pas les mots pour expliquer le diagnostic du pharmacien. Au lieu de ça, elle se mit à agiter frénétiquement les boites sous le nez de la russe.  

"Santa merda ! Rika! Credo che questo con ... I ... oh cazzo!"
(Bordel de merde ! Rika! Ce con croit que... que je... oh putain! )

Amy s'était toujours mise à reparler dans sa langue natale lorsqu'elle entrait dans de trop grande colère. Cependant, ces derniers temps, elle avait pu constater que cela arrivait aussi lors d'un trop plein d'émotion, comme lorsque Will lui avait sa demande. Bien sûr, elle ne se rendait pas compte du changement et du fait que son interlocuteur n'entravait sans doute pas grand chose.

Alors qu'elle était en train de s'agiter comme une furie, le pharmacien s'approcha à nouveau, pour encaisser l'achat mais également pour lui proposer d'utiliser les toilettes de l'établissement si elle le souhaitait.


" Hein ? Quoi ? Non ! "

Il était hors de question qu'elle fasse cela ici, avec l'homme non loin qui la fixerait en sortant pour savoir quel avait été le verdict. C'était bien trop stressant. Non, elle préférait faire ça dans un endroit où seule sa meilleure amie serait au courant qu'elle était occupée à pisser sur un tube qui allait déterminer son avenir, leur avenir, à Will et elle.

Will... et si elle attendait vraiment un enfant de lui ? Etais ce une bonne chose ? Allait il en être heureux ? Étaient ils prêts ? Tant de questions qui se bousculaient soudainement dans l'esprit de la jeune femme prise de panique. Mais avant de se les poser, il fallait peut-être déjà s'assurer qu'un bébé grandissait réellement dans son ventre. Et pour cela elle allait devoir... un nouveau regard vers les boites, puis vers son amie... quel bordel.


(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Mer 18 Sep 2013 - 4:04

Erïka n’avait aucun talent en dessin. Jamais elle ne serait capable de suivre un cours dans cette matière. Quitte à choisir une matière artistique, elle prendrait la musique. Apprendre un instrument lui plairait bien. Quelque chose comme la guitare ou le piano serait tout à fait dans ses cordes. Cependant, elle avait beaucoup de cours et l’idée d’en prendre un notre ne lui plaisait pas. Elle préférait avoir du temps pour elle, pour ses devoirs et surtout pour ceux qu’elle aimait. Aujourd’hui, elle prenait soin d’Amy et elle était à son écoute.

-« Ça ne coute rien de tenter l’expérience. Tu peux aussi demander au prof actuel de te prendre comme stagiaire ou quelque chose du genre si tu hésites. Je sais que tu serais douée. Tu as bien réussis à m’aider à m’apprendre l’italien, après tout. Peu importe ce que tu décides, je ne suivrais jamais de cours de dessin. Je n’ai aucun talent dans cette matière. »

L’adolescente attrapa ses affaires. Il était temps de se rendre à la pharmacie. Elle avait elle-même quelques achats à faire, dont de l’aspirine. Il était bien plus rare qu’elle souffre de migraine, à présent. Elle ne s’en plaignait pas. Cependant, si jamais cela venait à se reproduire, elle préférait avoir de l’aspirine sur elle. Comme elle n’en avait plus, elle allait profiter de cet arrêt à la pharmacie pour en faire l’achat. Il valait mieux prévenir que guérir.
Amy lui demanda si elle faisait encore des migraines. Après tout si c’était un problème persistant, il valait peut-être mieux demander à un professeur de l’aider à ce sujet.

-« Ne t’en fais pas. Je n’en fais pratiquement plus. Juste au cas, je préfère faire le plein d’aspirine, on ne sait jamais. »

Une fois à la pharmacie, Erïka alla s’occuper de ses achats. Lorsqu’elle reçut sa prescription, elle sortit son portefeuille pour payer. C’est à ce moment qu’Amy se jeta sur elle, en panique, s’exprimant en italien. Qu’est-ce qui n’allait pas ? La jeune femme s’inquiéta soudainement. Est-ce que son amie avait appris quelque chose de grave ? Avant tout, il fallait calmer cette dernière.

-« Cálmate. Cálmate, Amy. Che cosa sta succedendo? »  
(Calme-toi, Amy. Qu’est-ce qui s’est passé ?)

Erïka n’avait jamais été aussi heureuse de parler la langue natale de son amie. C’était tellement utile, surtout à ce moment. Elle n’avait aucun mal à comprendre ce qu’elle disait, malgré son agitation. L’adolescente attrapa finalement l’une des boites que lui montrait Amy et lu ce qui était écrit dessus. C’était… un test de grossesse ? Oh non… Bien qu’elle y ait pensé pendant quelques instants, Erïka aurait préféré que ce soit autre chose. Vu l’air d’Amy, cette présumée grossesse semblait ne pas avoir été programmée. Cependant, il y avait encore une chance de découvrir qu’elle n’attendait pas vraiment un enfant. Il fallait faire le test pour obtenir une réponse.

-« C’est quand je vois ces trucs que je me dis que les préservatifs ne sont pas si cher payés, tout compte fait. » Fit-elle en italien. « Tu crois que c’est possible que tu sois enceinte ? Je veux dire… s’il s’est passé des trucs avec Will. Je ne veux pas connaitre votre vie privée alors réfléchis bien et demande toi si c’est possible. »

Il fallait rester calme. Erïka tentait de rassurer son amie. Enfin… elle n’était pas très douée en la matière alors elle se contentait de donner l’exemple. Lorsque le pharmacien demanda à Amy si elle voulait aller aux toilettes pour faire son test, cette dernière s’énerva de nouveau. L’adolescente poussa un long soupire exaspérer. Ce n’était pas comme ça qu’elles allaient arriver à des réponses. Elle ne pouvait comprendre la détresse de son amie, actuellement. Elle-même ne savait pas comment elle réagirait si elle découvrait du jour au lendemain qu’elle pourrait possiblement être enceinte.

-« Cálmate ! Ça va aller, Amy. On va rentrer et tu vas faire ce test. Tout ira bien, je suis avec toi. »
L’adolescente attrapa l’un des tests de grossesse et le posa sur le comptoir, avec ses affaires. Elle sortit quelques billets de son portefeuille pour payer le tout. Elle rangea par la suite les achats ainsi que son portefeuille dans son sac. Elle attrapa le bras de son amie et la traina hors de la pharmacie. Elle devait prendre l’air, sinon elle allait paniquer davantage. Une fois à l’extérieur, Erïka se tourna vers elle.

-« On va aller chez ma grand-mère. Ce n’est pas très loin et tu seras tranquille. Et il faut absolument que je mange quelque chose.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Mer 18 Sep 2013 - 15:48

Rassurée d'entendre que quoi qu'elle décide, Amy n'aurait jamais à avoir sa meilleure amie comme élève, l'italienne approuva les propos de l'adolescente d'un hochement de tête. Elle avait raison, rien ne l'obligeait à directement rentrer dans l'arène avec pour seule arme son pinceau et absolument aucune préparation. Non, l'idée de faire un stage était bien plus alléchant et elle devait reconnaître ne pas y avoir pensée. Une nouvelle fois, Erïka se montrait de bon conseil.

" Ouais, j'vais voir pour faire ça, c'est pas mal. Merci Rika. Et t'en fais pas, même si tu sais pas dessiner, j't'aime quand même. " plaisanta t elle en souriant du coin des lèvres.

Et question bon conseils, la russe n'en manquait pas ce jour là. Ne sachant trop quelles pouvaient être les causes des maux de sa comparse, elle avait suggérée un passage à la pharmacie, assurant que de toute façon elle devait s'y rendre également pour ses propres achats. Pourquoi hésiter dans ce cas ? Au moins, Amy pourrait être fixée sur ce qui ne va pas chez elle.

Aussi, après avoir récupérée sa veste, son sac, son porte feuille et son casque de moto, elle retrouva son amie au garage afin de fuser tout droit vers la ville, mode Sylvie Vartan et sa Harley. Cependant, la nouvelle qui l'attendait une fois sur place était nettement moins "Rock'n'roll". Après un court entretiens avec le pharmacien, Amy s'était retrouvée avec trois boites de grossesses entre les mains et une panique grandissante venant directement de l'estomac.

Frôlant la crise d'hystérie, Amy tenta d'expliquer à sa meilleure amie quel avait été le diagnostic du pharmacien. Totalement flippé, elle se mit même à parler dans sa langue natale qu'elle avait, fort heureusement, apprise à la blonde quelques mois plus tôt. Erïka pu donc non seulement comprendre ce que lui racontait son interlocutrice, mais également lui répondre, usant de la même langue. Ce fut un choix judicieux car la consonance chantante de l'italien parvint à calmer un peu la future mère.

" Ok...ok je me calme.. excuse moi. J'inspire... tout va bien. "

-« C’est quand je vois ces trucs que je me dis que les préservatifs ne sont pas si cher payés, tout compte fait. » Fit-elle en italien.

" Merci pour le soutiens... "

Retrouvant un peu de raison et de sérénité, Amy se mit à réfléchir à la question de son amie. Pouvait elle réellement être enceinte ? Autrement dit, avaient ils étés assez insouciants, cons dans le langage d'Erïka, pour ne pas se protéger lors de leur ébats ? La réponse était bien sûr... oui. Leur première fois, déjà, avait été faite sur une impulsion non préméditée et donc, bien évident, non protégée. Et quelques autres fois, par ci par là, répondant à un désir soudain par réellement anticipable non plus.

" Ben... euh... ouais, en fait c'est possible... "

Puis, le pharmacien s'approcha à nouveau, proposa à la jeune femme d'utiliser les toilettes. C'était une gentille attention mais Amy n'était pas en état de le réaliser. Répondant vivement, l'envoyant même presque chier, elle reporta son attention sur sa meilleure amie qui semblait comprendre qu'elle allait devoir prendre les choses en main. Elle commença d'ailleurs à le faire immédiatement, payant les tests tout en cherchant les mots pour rassurer l'italienne.

" Et si c'est positif ? C'est une bonne chose tu crois ? Merde Rika tu va rire mais... j'crois qu'en fait j'aimerai bien qu'ce soit l'cas... Mais... Will, j'sais pas trop c'qu'il va en penser lui... J'veux dire, j'sais qu'il me quittera pas et qu'il assumera et tout hein, mais j'me demande si il aimerait lui aussi qu'ce soit positif. "

Une fois hors de la pharmacie, Erïka proposa de se rendre chez sa grand mère. Ce n'était pas une mauvaise idée. Déjà parce que ça n'était pas très loin, ensuite, parce que Amy savait qu'Anieta serait de bons conseils. Et enfin... parce que Erïka devenait vraiment chiante lorsqu'elle commençait à avoir un peu trop faim.

" Ok, mais on dit rien à Anieta avant d'être sûres alors ! Et désolée pour ton ventre, c'est ma faute, toi tu veux manger depuis un bout d'temps. "

Il n'y avait maintenant plus qu'à se rendre à l'appartement de la vieille dame, à espérer qu'il n'y ait aucun autre de ses petits enfants chez elle, à se glisser dans ses WC avec les tests sans qu'elle ne les voient et à... faire ce qu'il y avait à faire. Pour la suite, elle verrait bien ce que les petites tubes allaient dévoiler...

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Jeu 19 Sep 2013 - 21:03

Dans la vie, il pouvait y avoir tout un tas d’imprévus. Des petits, des plus gros, des plus agaçants, etc. On ne pouvait jamais prévoir ce qui allait se produire et on n’avait pas d’autres choix que de s’adapter à la situation. Cependant, que faire lorsqu’il s’agissait d’une grossesse non désirée ? Vu l’air paniqué d’Amy, il était clair qu’elle ne s’attendait pas à passer un test afin de s’avoir si elle allait avoir un enfant. Elle ne savait pas trop comment réagir, ni quoi faire. Erïka, en tant que meilleure amie, devait être en mesure de l’aider à gérer la situation. C’était la première fois qu’il telle situation lui arrivait et elle avouait ne pas savoir que faire. Sa réaction fut donc simple : faire comme toujours. Rester elle-même et dire ce qui lui passait par la tête.

Elle demanda à son amie s’il était possible qu’il ait fait des galipettes dans le noir et que cela ait pu mener à la conception d’un enfant. La réponse semblait bien être positive. Erïka soupira, ne sachant quoi faire. Elle pouvait tenter de comprendre la détresse de son amie. Élever un enfant comportait plein de responsabilités et coutait très cher. Amy était-elle prête à devenir mère ? Elle devait envisager la possibilité que le résultat du test soit positif. Avec de la chance, beaucoup de chance, cela ne sera pas le cas.  Vraiment beaucoup de chance.


-« Amy… Je ne sais pas comment dire ça, mais… si vous avez oublié de prendre certaines précautions… il y a des fortes chances que tu sois enceinte. »

C’était le mieux qu’elle puisse faire. Elle se voyait mal dire à son amie un truc du genre « Vous avez vraiment été débiles, j’espère que la connerie c’est pas génétique. » Elle était assez gentille pour se taire, sur ce coup là. Malgré tout, cela ne réglait pas le problème. Qu’allait faire la jeune femme avec un enfant à élever ? En sera-t-elle capable ? Était-elle prête pour cela ? Jusqu’à présent, une possible grossesse ne semblait pas s’annoncer comme étant une bonne nouvelle. Erïka, elle-même, ne savait quoi penser de tout cela.

Prenant les choses en main, la jeune femme paya les tests de son amie et rangea ses achats dans son sac. Le pharmacien proposa d’utiliser les toilettes du magasin, ce que refusa immédiatement Amy. Elle était encore sur les nerfs. Il fallait la calmer et la sortir d’ici. Erïka se disait que lui faire prendre l’air serait bénéfique, faute de savoir comment réagir dans une telle situation.

Son amie lui demanda si, en fait, cet enfant qu’elle attendait peut-être était une bonne chose. Était-ce positif d’être enceinte ? Qu’est-ce que Will allait en penser ? Impossible à savoir. Le connaissant Erïka dirait qu’il serait surpris, mais ne pourrait s’empêcher d’être heureux. Il ferait un bon père. Rien qu’à voir comment il la maternait, parfois, elle n’en doutait pas.


-« Si tu crois que c’est une bonne chose et si ça te rend heureuse, alors moi aussi. Je ne sais pas quoi penser de tout ça, je dois te l’avouer. Mais je sais une chose : Will sera heureux si c’est positif. Votre connerie en est peut-être pas une, finalement. »

Elle attrapa la main de son amie pour l’entrainer à l’extérieur de la boutique. C’était toujours mieux de penser à tout cela à l’air frais. Ça changeait les idées. Maintenant, il fallait faire le test. C’était le plus important. Erïka proposait de se rendre chez sa grand-mère. Cependant pas question de lui dire quoi que ce soit tant que le résultat du test n’était pas dévoilé à l’italienne. Elle voulait être certaine avant de dire quoi que ce soit à une autre personne.

-« D’accord, on ne dira rien. Je vais détourner son attention, l’occuper un peu pendant que tu vas aux toilettes. Tu n’auras qu’à prendre mon sac au passage, tous les tests sont dedans. Pendant ce temps, je vais manger. Ton état de santé passait avant ma faim. »

Erïka monta sur sa moto et démarra lorsqu’Amy fut installée. Elle se rendit à l’appartement de sa grand-mère, situé à quelques minutes de là. Une fois à destination, elle se gara et coupa le moteur. Il ne restait plus qu’à espérer qu’Anieta soit partie promener Rosy à cette heure. Une fois devant la porte de l’appartement, Erïka cogna. Aussitôt, elle entendit de petits bruits de pattes s’approcher. L’endroit n’était pas vide. Lorsqu’Anieta ouvrit la porte, le petit bichon blanc s’avança vers l’adolescente pour la saluer. Cette dernière l’attrapa et le serra contre elle de son bras valide, l’autre tenant son casque. Elle essaya tant bien que mal de serrer sa grand-mère dans ses bras. Pas évident avec un petit chien dans les bras. Erïka entra afin de laisser la place à Amy. Anieta serra la jeune femme dans ses bras.

-« Je suis contente de te voir, Amy. Ça fait un moment que je ne t’ai pas vue. Comment vas-tu, ma belle ? »

Erïka conserva Rosy dans ses bras. Il faisait chaud dans l’appartement, elle souhaitait retirer sa veste, mais elle avait une idée pour permettre à Amy de s’éclipser subtilement avec son sac. Laissant tomber avec prudence son casque de moto sur le fauteuil du salon, elle attendit qu’Amy ait terminé de parler avec Anieta pour lui demander un service.

-« Amy ? Tu peux prendre mon sac. Il y a un certain chien qui accapare mes bras, comme tu le vois. »

Elle retira son sac de son épaule et laissa son amie le prendre. Erïka lui faisait confiance, elle n'avait aucun problème à lui confier toutes ses affaires. De toute façon, jamais son amie oserait la voler ou quoi que ce soit du genre. Trop occupée à faire diversion du mieux possible, elle ne réalisait pas qu'il y avait certaines choses dans son sac qu'elle ne montrait à personne, d'où la raison pour laquelle elle ne laissait personne fouiller son sac. Il fallait seulement espérer qu'Amy ne panique pas trop en voyant l'arme à feu qu'elle trainait dans son sac. Et puis, elle en avait probablement vu d'autres, ce la n'allait pas faire un drame. Cependant, Erïka restait plutôt secrète au sujet de son arme. Elle aurait peut-être du y penser plus tôt.
Rosy en profita pour lécher le visage de l’adolescente. Elle ferma les yeux. Elle allait devoir laver son visage après ça. Pour l’instant, elle devait faire comme elle avait dit et détourner l’attention de sa grand-mère. Elle ne devait pas réaliser ce qu’Amy allait faire aux toilettes.


-« Il est très joli ce foulard autour du cou de Rosy. Ça lui va bien l’orangé. »
-« Tu trouves aussi ? C’est ta sœur qui lui a acheté. »
-« Après avoir refait ma garde-robe, celle d’Alexïs, et d’Evelynn, elle passe à celle du chien. Si ça se trouve, tu es la prochaine. »
-« Elle a déjà tenté de m’acheter des vêtements, mais j’ai refusé. Mes placards sont pleins. »
-« Comment tu as fais ? Attend, je sais. Ça doit être parce que tu as bon goût. Sinon, elle n’aurait pas abandonné si facilement. »

Cette remarque fit rire Anieta qui continua de discuter avec sa petite fille. Au bout de moment, Erïka déposa Rosy au sol. Elle avait mal aux bras à force de la tenir et de lui gratouiller sous le menton. Le petit chien s’éloigna sagement. L’adolescente retira sa veste et la posa sur le fauteuil avant de se diriger vers la cuisine. Elle expliqua à sa grand-mère qu’elle n’avait toujours pas mangée et en profita pour lui raconter la soirée de la veille.

-« Tu t’entends mieux avec ton père, alors ? »
-« Oui… Enfin, autant que c’est possible. »
-« Vous avez le même caractère, tous les deux. »
-« Peut-être, mais il est pire. »
-« Voilà la preuve. Il me dit exactement la même chose. »
-« Il a osé dire ça ? Ppffff ! S’il n’était pas chiant par moment je n’aurais pas à l’envoyer promener. »

La conversation se poursuivait. Erïka ne savait pas combien de temps encore Amy allait rester dans les toilettes. Elle tentait de lui faire oublier que la jeune femme s’était éclipsée il y a quelques minutes de cela. Pendant ce temps, elle parlait et parlait, mangeant de temps à autre une bouchée d’un plat qu’elle avait trouvé dans le réfrigérateur et fait réchauffer avec la permission de sa grand-mère. Cependant, cette dernière demanda tout de même si Amy allait bien.

-« Elle a peut-être faim, elle aussi ? »
-« Il faudrait lui demander… Oh ! Regarde mon bracelet ! » Elle ne savait plus quoi dire.
-« Il est magnifique. » Fit la vieille femme en l’observant. « Ce n’est pas ton genre de porter des bijoux. »
-« C’est un cadeau de Bobby. »
-« C’est une très belle attention de sa part. Tu as beaucoup de chance. »
-« Je sais. »

Anieta s’éloigna et s’approcha de la porte de la salle de bain.

-« Tout va bien Amy ? »

Erïka ne pouvait plus rien faire de plus. Son amie devait se débrouiller, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Mer 25 Sep 2013 - 0:51

L’intérieur du corps d'Amy était plus bouillonnant qu'un volcan à cette heure précise. Un tas d'émotions s'entrechoquaient et la mutante était trop prise au dépourvue pour faire la part des choses. Angoisse, panique, incertitudes, espoir, rêve, tout se mélangeait pour donner un cocktail explosif. Et exploser, c'est justement ce qu'était en train de faire l'italienne. Elle, toujours si optimiste, si courageuse, se sentait totalement désemparée. Heureusement, sa meilleure amie était là pour l'aider à y voir plus clair et à se calmer... du moins c'est ce qu'elle espérait. Mais avec Erïka, rien n'était sûre. Allait elle trouver les mots ? Réussir à brider son habituelle franchise ? C'était mal barré.

Écoutant la blonde renforcer le diagnostic du pharmacien, Amy balança sa tête en arrière en gémissant, semblant se maudire intérieurement ou demander au seigneur pourquoi il lui faisait ça. Mais dans le fond, elle savait qu'aucun dieu n'était à blâmer, seulement elle et Will.


" Merdaaaa. J'avais pas pensé à ça sur le moment... "

Mais étaient ils vraiment à blâmer ? La brune avait toujours pensée que les choses arrivaient parce qu'elles devaient arriver. Donc si elle était enceinte, sans doute était ce parce qu'elle devait l'être. Dans ce cas, pourquoi voir ça comme une mauvaise chose ? Pourquoi se mettait elle dans un état pareil ?

Pour Will, bien évidemment. Le jeune homme se donnait tellement de mal pour leur assurer un peu de stabilité financière, avait elle le droit de lui ajouter une nouvelle charge ? Pire encore, avait il envie de cette charge ? Ils étaient encore jeunes, bien qu'au même age la mère d'Amy lui avait déjà donné naissance, aussi, peut-être étais ce trop tôt ? Ils s'aimaient, ils allaient se marier, mais étaient ils prêt à devenir parents ? Ils n'en avaient jamais parlés et l'italienne ne savait pas du tout ce qu'en pensait sa moitié. Plus elle y pensait, plus la mutante ressentait l'envie que le test soit positif mais son côté altruiste l’empêchait de totalement s'épanouir avec cette idée. Heureusement, cette fois, son amie trouva les mots juste pour appaiser ses incertitudes.


Je sais pas quoi en penser non plus mais... ouais, j'crois que ça serait une bonne chose. Ecoute moi, sérieusement c'est n'importe quoi... Mais... tu crois vraiment que Will en s'rait heureux ? On a jamais parlés d'avoir d'gosses et oh mon dieu ce serait quand même merveilleux. Un petit bébé, de Will... Raaah mais qu'est ce que je raconte ??? "

Pour l'heure, Amy n'était même pas sûre d'être réellement enceinte. Bien sûr, elle aurait pu avoir la réponse en quelques instants en allant dans les toilettes de la pharmacie, mais c'était bien trop de pression pour elle. C'est pour cette raison qu'elle se laissa guider par la russe, acceptant d'aller chez sa grand mère. Cependant, il était hors de question de dire quoi que ce soit à la vieille dame avant d'être sûres. La relation qu'entretenait la femme avec le rouquin en faisait un membre de la famille qui se souciait beaucoup du bien être des autres membres. L'italienne ne voulait donc pas l’inquiéter ou à contrario, lui donner de faux espoirs.

Après un petit tour de moto, les deux jeunes femmes se trouvèrent devant l'appartement d'Anieta. Amy prit une grande respiration, tentant de sembler la plus naturelle possible. Puis, juste avant qu'Erïka ne frappe, elle lui saisit la manche.


" Rika... je voulais t'dire... merci. Merci d'être là, merci de m'aider, de m'écouter et de me sout'nir. Merci d'être mon amie. Enfin... merci pour tout quoi. T'es géniale. "

Elle laissa ensuite la blonde cogner à la porte et tenta d'afficher son plus beau sourire lorsque le visage de la vieille femme apparut.

" Bonjour Anieta. Je vais bien et toi ? Tu a une mine resplendissante c'est toujours un plaisir de te voir, ça met un peu de soleil dans le cœur. On ne te dérange pas j'espère ? "

Profitant de l'excuse qu'Erïka lui donnait pour récupérer le sac et avec lui les tests de grossesses, Amy lança un regard plein de reconnaissante à la blonde.

" Si, bien sûr. Donne moi ça. Salut Rosy ! Très joli look "

Une fois le sac en main, Amy laissa les deux russes s'installer dans le salon, avant de se retirer discrètement vers le couloir.

" Je t'emprunte tes W.C Anieta, je vous rejoins tout de suite. "

C'est donc d'un pas rapide, pressé même, que l'italienne se dirigea vers les toilettes, s'enfermant dans ces derniers, soupirant comme si elle venait d'atteindre un lieu d'asile. Posant les fesses sur la cuvette, la brune ouvrit le sac de son amie pour en extraire le sachet de pharmacie contenant les tubes. Puis, au moment de refermer ce dernier, elle laissa échapper un petit cri de surprise. Voilà pourquoi le sac était si lourd ? Il contenait... une arme ! Et pas un petit couteau, non non, un flingue ! Secouant la tête, Amy ferma enfin le conteneur, jugeant qu'après tout, ce n'était pas ses affaires. Erïka avait avec elle de quoi se défendre et après ? C'était plutôt une bonne chose ! C'était même plus rassurant qu'inquiétant. Si elle même avait été armée lors de leur rencontre avec le Road Killer, les choses n'auraient peut-être pas étés si loin...

Et puis, pour l'heure, la mutante avait d'autres préoccupations. Se délestant de son jean et de ses sous vêtements, Amy chercha une position logique pour pouvoir uriner sur le tube sans se faire pipi sur les mains. Puis, elle sortit le test de sa boite et le plaça sous elle, attendant que l'envie vienne... sans succès. Après quelques minutes, l'italienne se redressa pour aller ouvrir le robinet de l'évier et se pencha pour boire un maximum d'eau possible. Mais là encore, impossible de faire venir l'envie. Le stress l’empêchait de se laissé aller.  

La mutante laissa couler l'eau, espérant que le bruit l'aide. Elle se mit à imaginer une cascade, une rivière, de la pluie... et même Will sous la douche, mais absolument rien n'y fit.

Lorsque la voix d'Anieta s'éleva depuis le couloir, la demoiselle avait renoncé à l'idée d'arroser le test. Assise sur les cabinets, les vêtements remontés, elle tenait le tube dans sa main, le regardant avec dépit.


" Oui... non... raaah j'en sais rien ! Anieta, t'aurais pas un truc pour avoir envie de faire pipi ? "

Ça allait sans aucun doute sembler suspect comme demande, mais là, Amy ne savait plus quoi faire.

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Sam 28 Sep 2013 - 2:28

Un bébé n’était pas à l’ordre du jour de qui que ce soit, surtout pas d’Erïka. Rien que l’idée que son amie puisse possiblement être enceinte ne lui donnait que davantage envie de faire en sorte que cela ne lui arrive pas. Elle se souvient d’avoir déjà parler d’enfants avec son petit ami, mais il était clair pour eux qu’ils ne seront pas parents avant longtemps. Bien qu’il affirmait que la jeune femme ferait une très bonne mère, elle n’y croyait pas trop. Sérieusement ? Elle ? Élever un enfant ? Elle était certaine de ne pas être à la hauteur. Elle n’avait pas la patience et sûrement pas la fibre maternelle pour cela. Disons qu’elle n’avait pas eu le meilleur des exemples de la part de sa mère. Mais comme il lui avait dit, après ce qu’elle avait vécu elle allait probablement tout faire pour ne pas devenir comme sa génitrice. Il avait raison. Heureusement, Erïka avait eu Anieta pour lui montrer la bonne voie et la soutenir peu importe ce qui se passait. Elle devait savoir comment élever un enfant et le rendre heureux.

Enfin, comme cela n’était pas pour tout de suite, loin de là, elle décida de ne pas y penser. Il fallait plutôt qu’elle réfléchisse à la situation actuelle. Amy était totalement perdue. Elle ne savait pas si le fait d’être enceinte pouvait être une bonne chose ou non. D’un côté, cela lui plairait de devenir mère. Cependant, de l’autre, elle devait penser à ce que Will pourra en dire. Après tout, rien n’était prévu et il n’allait certainement pas s’attendre à une telle nouvelle. Elle se demandait maintenant s’il allait être heureux de devenir père.

-« La seule façon de le savoir est de lui en parler. Ça nous vous ait jamais arrivé de parler du futur et de ce qui pourrait arriver pour votre couple ? En tout cas, si t’es vraiment enceinte, tu n’auras pas le choix d’en discuter avec lui. »

Pour l’instant, il fallait déterminer si Amy était enceinte ou non. Afin de faire un test, la jeune femme avait besoin d’intimité. Hors de question de faire cela dans les toilettes de la pharmacie. Elles allèrent donc chez la grand-mère d’Erïka. Avant faire signe de leur présence devant l’appartement de la vieille femme, Amy tint à remercier son amie pour tout ce qu’elle avait fait pour elle. L’adolescente ne comprenait pas trop pourquoi. Elle n’avait pas été d’une grande aide dans la situation actuelle, ne sachant comment réagir.

-« Heu… Eh bien, il n’y a pas de quoi. »

Une fois qu’elles furent dans l’appartement, elles saluèrent Anieta. Erïka ne manqua pas de câliner Rosy. Elle adorait se chien. Le prénom laissait un peu à désirer, mais il fallait se plaindre à ses anciens maitres pour cela. Pendant ce temps, Amy et la vieille femme se saluaient chaleureusement, heureuse de se voir. La jeune femme espérait que leur présence ne dérangeait pas.

-« Ça va bien. Il le faut bien, après tout. Vous ne me dérangez jamais, ne t’en fais pas. Je suis toujours heureuse de vous voir. »

Laissant Amy aller aux toilettes avec son sac afin qu’elle puisse filer subtilement avec les tests de grossesse, Erïka s’amusa avec le petit bichon. Ce qu’il était affectueux, ce chien. Elle se souvenait pourquoi, lorsqu’elle était gamine, elle souhaitait devenir vétérinaire. Elle adorait les animaux. Cela n’avait pas changé avec les années. Pour faire diversion pendant qu’Amy faisait ce qu’elle avait à faire, elle orienta la discussion vers cette boule de poil. Cependant, elle dû trouver rapidement un autre sujet. Tout en mangeant un plat réchauffé, elle discutait de tout et de rien avec sa grand-mère. Cependant, le temps filait et cette dernière s’inquiétait pour Amy. Que faire ? Erïka commençait à manquer d’imagination.

Anieta cogna à la porte de la salle de bain. Elle était inquiète pour Amy et souhaitait être certaine que tout aille bien. Elle attendit patiemment, de l’autre côté de la porte, d’obtenir une réponse. Lorsque la jeune femme se manifesta, elle lui posa une question bien saugrenue. Étonnée, la vieille femme hésita un moment avant de répondre. Elle ne s’attendait pas vraiment à cela et avait été prise au dépourvu. Erïka, elle, qui avait tout entendu, se tapa le front avec sa paume ouverte. Elle devait trouver autre chose pour distraire sa grand-mère. Cette dernière n’allait pas lâcher le morceau, sinon.


-« Humm… je ne sais pas… pourquoi tu n’essayerais pas de boire de l’eau ? Si tu veux, je peux te servir un jus de fruit. »

Comment distraire Anieta alors qu’elle se préoccupait beaucoup d’Amy ? Elle n’allait pas la laisser tranquille si facilement. Pas tant qu’elle ne sera pas rassurée. Erïka s’éloigna, déposant le plat vide dans l’évier. Elle avait besoin d’une diversion et de nourriture. Il était dans les environs de midi et ce minuscule reste de repas n’avait pas satisfait son appétit. Elle décida de chercher un pamphlet de restaurant. Elle n’avait qu’à commander. L’adolescente se pencha sur le comptoir pour fouiller dans un tiroir. Elle ne trouvait pas ce qu’elle cherchait.

-« Babouchkaaaa ! Où sont les dépliants de restaurants ? »

Anieta s’approcha de sa petite fille, ouvrit un tiroir un peu plus loin. Elle en sortit quelques pamphlets et les tendit à Erïka. Cette dernière reposa les pieds sur le sol. Être affalé à moitié sur le comptoir n’était pas des plus confortables.

-« Qu’est-ce que tu veux commander ? »
-« Des sushis. » Fit-elle en trouvant le dépliant désiré.
-« Le même restaurant où Eleonnora commande habituellement. Elle déteint sur toi ? » Fit-elle d’un ton taquin.
-« Ppff. Elle a, parfois, bon goût. Mais ne lui répète pas sinon son narcissisme va finir par nous tuer. Ces sushis coutent peut-être cher, mais ils sont meilleurs que ceux que j’ai l’occasion de manger d’habitude. Tu veux quelque chose en particulier ? »

Sur ce, elle composa le numéro du restaurant et passa commande. Elle se permit d’en prendre assez pour Amy également, ne sachant pas si elle allait finalement manger ou non. Au moins, si elle avait faim, elle aura quelque chose à se mettre sous la dent. Une fois l’appelle fait, elle rangea le téléphone dans la poche de son pantalon. Il était tellement serré que l’appareil avait du mal à y entrer. Sa sœur devait arrêter de lui acheter des fringues.

-« Alors, Amy, tu t’en sors ? » Demanda finalement l’adolescente.

Elle ne pouvait pas continuer à distraire sa grand-mère plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Sam 28 Sep 2013 - 12:57

Enfermée dans les toilettes de l'appartement d'Anieta depuis déjà un petit moment, Amy faisait face à un problème de taille. Un test de grossesse dans les mains, elle tentait par tous les moyens de trouver l'envie d'uriner sur la bâtonnet qui allait déterminer son avenir. Le problème, c'est qu'elle se trouvait être tellement stressée que son corps refusait de céder à son désir, comme bloqué. L'italienne avait déjà usée de toutes les ruses qu'elle connaissait afin de provoquer un déclenchement de sa vessie et elle devait reconnaître qu'elle était à cours d'idées. Aussi, lorsque la voix de la vieille dame s'éleva au travers de la porte afin de s’enquérir de son état, c'est un peu sans réfléchir que la mutante lui demanda si elle, elle n'avait pas une solution.

Cependant, à peine avait elle prononcée sa demande qu'elle réalisa l'étrangeté de cette dernière. Tout en se mordant les lèvres, Amy se maudit intérieurement de sa stupidité. Mais c'était trop tard, le mal était fait. Et la voix troublée de la russe qui s'éleva à nouveau lui prouva qu'effectivement, la question l'avait interloquée. Ce n'était plus qu'une question de secondes avant qu'elle n'insiste pour savoir ce qui se passait.


" Je... non, ça ira Anieta, merci. Oublies ça, c'est rien. J'arrive dans une seconde. "

Tout en se redressant, Amy entendit sa meilleure amie tenter une nouvelle diversion pour occuper l'esprit de sa grand mère afin que celle ci ne cogite pas trop sur la situation actuelle. Sauvée par le gong, ou plutôt par la blonde. Mais si la mutante ne se dépêchait pas de quitter les W.C, il ne faisait aucun doute que la vieille femme allait revenir à la charge. L'italienne replaça donc le test non usagé dans le sac plastique de la pharmacie. Celui ci n'allait plus être utilisable maintenant qu'il avait été ouvert. Elle comprenait soudainement pourquoi le pharmacien lui en avait donnée autant. Sur le coup elle n'avait pas vraiment réfléchie et avait pensée que c'était pour gonfler la note.

La note... mais quelle note ? La jeune femme n'avait rien payée, trop figée par sa stupeur. Se remémorant leur passage à la caisse, la demoiselle se rendit enfin compte que c'était sa meilleure amie qui avait payé. Roulant du regard elle passa ses mains sous l'eau avant de les laver et extirpa son porte feuille de la poche de son jean. Il était hors de question que ce soit la russe qui paye ses médicaments. Cependant, connaissant Erïka, elle allait sans doute refuser d'être remboursée. Il allait falloir faire un dépôt directement à la source. Cherchant le prix sur la boite des tests, Amy le multiplia par trois avant de lâcher un léger sifflement. Il ne s'emmerdait pas ! Heureusement elle avait ce qu'il fallait en billet, grâce à Will qui lui laissait toujours un peu d'argent, "au cas où".

Après avoir placé la somme due dans le porte monnaie d'Erïka, l'italienne se dirigea vers la porte quand... l'envie d'uriner se déclencha enfin ! Ouvrant rapidement un nouveau un test, la jeune femme se précipita vers les toilettes afin de faire ce qu'elle devait faire. Il ne lui restait maintenant plus qu'à attendre le verdict.

Au dehors, elle entendit la russe commander de quoi manger. Amy ne savait pas vraiment de quel restaurant il s'agissait mais elle commençait à avoir faim, n'ayant plus rien dans le ventre à cause de ses nausées. Elle n'était pas sûre de pouvoir avaler quoi que ce soit à cause de son anxiété mais elle avait conscience qu'elle devait essayer pour ne pas trop s'affaiblir. Si elle attendait un enfant, elle allait devoir prendre soin d'elle. Élevant un peu la voix, elle tenta d'atteindre Erïka avant qu'elle ne raccroche.


" Rika ? Tu peux m'prendre un truc ? D'la soupe ou quelque chose comme ça ! Un truc qui passe bien quoi. "

Puis, l'italienne posa son regard sur le petit carré de couleur indiquant son état. Elle ne rêvait pas, c'était bien un + qui apparaissait ? Lisant et relisant la notice, elle s'assura de la signification du symbole. D'après le test... elle était effectivement enceinte. Cependant, il était également inscris qu'un deuxième essais était recommandé car une erreur était toujours possible. Tant mieux, il lui restait un test. Mais pour l'heure, elle ne se sentait pas de lutter une nouvelle fois contre la mauvaise tête de sa vessie. De plus, tant que rien n'était sûr, elle préférait ne rien dire à Anieta. Aussi, au lieu de jeter le test positif dans la poubelle, craignant que la vieille dame ne tombe dessus alors qu'Amy n'occupait plus la pièce, l'italienne opta pour une cachette sûre. Enroulant le tube dans du papier, elle cacha se dernier derrière la cuvette. Hors de question de le replacer avec les autres et de risquer de dégager une odeur d'urine dans le sac de sa meilleure amie !

Une fois le tout fait, Amy tira la chasse, se lava une nouvelle fois les mains, plus longuement, et quitta enfin les toilettes après une longue inspiration, se trouvant nez à nez avec la blonde en ouvrant la porte.

" Oui. Pardon. On retournes au salon ? "

Offrant un sourire crispé aux deux femmes, l'italienne se pencha pour murmurer tout bas à l'adolescente. Avec sa super ouïe, pas besoin de parler bien fort pour être entendue.

" J'ai d'jà usée deux tests. Un pour rien et l'autre est positif. Mais ils disent qu'il peut y avoir une erreur. J'retenterai avec le dernier après. Pour l'instant, motus et bouche cousue. "

S'installant dans le canapé, Amy essayait de penser à autre chose. Le stress lui nouait la gorge mais elle savait que tenir le silence risquait d'inquiéter davantage son ôte. Aussi, avec le meilleur sourire qu'elle pouvait offrir à un tel moment, elle tenta d'animer la conversation. Hors de question de laisser le temps à la vieille dame de réfléchir à ce qui venait d'arriver.

" Rosy à l'air en forme. On voit qu'elle est heureuse avec toi Anieta. "

**Super... t'as pas plus insipide comme commentaire ? Pourquoi ne pas parler du temps qu'il fait tant que tu y es ? N'importe quoi Amy... **

" Heum... Avec Rika on va aller choisir mon album d'mariage tout à l'heure, toi qu'en a pleins de beaux tu aurais une boutique à nous conseillers ? J'aimerai un truc joli mais assez sobre et euh... pas trop trop cher si c'est possible. J'sais qu'Will veut pas voir à la dépense mais on a d'jà pas mal de frais pour que tout soit comme on veut, même si on fait au plus simple. "


Lancer la vieille dame sur le mariage était sans doute une bonne idée. De plus, ce n'était pas qu'une diversion, Amy voulait vraiment les conseils de la grand mère adoptive de son futur mari pour faire le meilleur choix possible. Avec un peu de chance, le débat s'étendrait jusqu'à l'arrivée du livreur, puis, après manger, la mutante irait faire une nouvelle fois le test.

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Dim 29 Sep 2013 - 22:50

Erïka avait du mal à avouer qu’elle avait parfois les mêmes goûts que sa sœur ainée. Elles ne s’habillaient pas de la même façon, ne partageaient pas les mêmes centres d’intérêts et n’avaient pas la même personnalité. Elles avaient parfois du mal à s’entendre. Par contre, question nourriture, elles arrivaient bien souvent à trouver un terrain d’entente. L’adolescente adorait le restaurant de sushis où sa sœur commandait régulièrement. La nourriture était excellente et les employés travaillaient efficacement. Puisqu’elle avait faim, elle décida de commander dans cet établissement. Elle prit la commande de sa grand-mère ainsi que celle d’Amy qui la lui criait derrière la porte. Une soupe allait faire l’affaire pour son estomac fragile.

-« T’en fais pas, je t’ai commandé quelque chose. J’ai même des rouleaux impériaux si tu as envie. Quelque chose de consistant te fera peut-être du bien. »

Après avoir passé commande, elle se rassura sur l’état de son amie. Avait-elle finalement réussis à faire ce fichu test ? L’adolescente ne pouvait pas distraire sa grand-mère plus longtemps. Cette dernière allait forcément poser des questions à la jeune femme et lui proposer de l’amener dans une clinique médicale au besoin.

Quelques instants plus tard, Amy ouvrit la porte. Elle semblait bien mieux se porter. C’était une bonne chose. Anieta se dirigea vers le salon et caressa Rosy au passage. Erïka allait la suivre, mais son amie se pencha vers elle pour murmurer quelques mots. Elle affirmait que l’un des tests indiquait clairement qu’elle était enceinte. Cependant, il valait mieux qu’elle utilise le troisième test pour être sûre et certaine du résultat. Une erreur était toujours possible.


-« Oh putain… » Souffla-t-elle.

Elle suivit Amy dans le salon. Elle devait se taire après une telle nouvelle ? Silencieuse, Erïka s’installe sur le canapé. Elle laissa Amy tenter de faire la conversation avec sa grand-mère, ne souhaitant pas s’en mêler. Elle réfléchissait à la situation. Pourtant, ce n’était pas elle qui était enceinte. Elle ne savait pas si elle devait se réjouir d’avance ou non.


-« Rosy est un chien tellement adorable. Je suis heureuse de l’avoir adoptée. Elle est une motivation pour me lever chaque matin. »

Cependant, cette conversation n’allait mener à rien. Avant qu’Anieta s’inquiète de nouveau de l’état de la jeune femme, cette dernière changea complétement de sujet. Elle expliqua qu’aujourd’hui elle comptait regarder les albums de mariage avec sa meilleure amie. Elle se demandait d’ailleurs si la vieille femme n’aurait pas quelques bons conseils à lui donner par la même occasion. Elle s’y connaissait question album photos.

-« Oui, je connais une boutique. En fait, il y en a deux qui valent la peine d’être visitées. Je vais t’écrire les adresses. » Elle attrapa une petite feuille de papier d’un bloc note et nota le nom des boutiques ainsi que leur adresse. « Vous avez trouvé un photographe pour le mariage ? J’en connais un qui est très sympathique et fait de magnifiques photos. Je ne me souviens plus de son numéro, par contre…»

Anieta réfléchissait. Elle se leva finalement et attrapa un cadre, posé sur le meuble où reposait la télévision. Elle le tendit à Amy. La photographie datait du dernier passage de Sergeï Davidoff au pays. Ils avaient fait appel à un photographe professionnel dans un studio afin de prendre une photo de famille. Bien entendu, Erïka souhaitait en avoir une avec sa famille au grand complet et non pas qu’avec ceux qui se liaient à elle par le sang. Elle voulait avoir à ses côtés son frère de cœur, sa meilleure amie, son petit ami, toutes ces personnes à qui elle tenait plus que tout.
Sur la photographie que lui montrait Anieta, Sergeï Davidoff était au centre de l’image. Il était grand, bâti et affichait toujours cet air sérieux. Malgré tout, on voyait qu’il avait tenté de sourire. Un léger rictus étirait ses lèvres. Il était habillé sombrement, vêtu d’un costume chic. Alexïs abordait le même genre de complet, mais avait retiré le veston. Ainsi, sa chemise foncée était mise en évidence. Il était légèrement devant son père, à la droite de l’image. Erïka, elle, était devant son géniteur, également au centre de la photo. Elle était bien plus petite que lui. Elle portait une jolie robe violacée pour l’occasion. Elle était coiffée, sa chevelure blonde ayant été aplatie plus qu’elle ne l’était déjà avec grand soin et portait un maquillage bien simple. Elle souriait, tout comme son frère et sa grande-sœur. Cette dernière, à gauche de l’image, se montrait bien plus grande que les jumeaux. Elle portait une élégante robe noire qui moulait à merveille ses formes et laissait paraitre un léger décolleté. Sa chevelure tombait en cascade sur ses épaules, ondulant légèrement. Elle ressemblait tant à sa sœur. On aurait pu croire qu’elles étaient jumelles.


-« Leur du dernier passage de leur père, ils ont pris une photo tous ensemble. Ce photographe pourrait vous en faire d’aussi belles pour votre mariage. Je peux faire des appels pour toi, si tu le souhaites. »

Erïka, elle, attendait que le livreur sonne à la porte. Lorsqu’elle crut entendre des pas se dirigeant vers l’appartement, elle se leva et alla récupérer son portefeuille dans son sac, resté dans la salle de bain. Elle s’approcha de la porte, mais entendit clairement les pas passer dans le couloir sans s’arrêter. Dommage, ce n’était pas le livreur. Elle revint s’assoir sur le canapé. Quelques minutes plus tard, on cognait finalement à la porte. L’adolescente alla répondre et reconnu sans peine le livreur du restaurant. Ce n’était pas bien difficile, c’était toujours lui qui livrait les commandes d’Eleonnora. L’homme était d’origine japonaise et parlant très bien cette langue, elle discuta quelques secondes avec lui. Elle tentait d’améliorer sa prononciation en japonais. Elle paya la commande, donna le pourboire au livreur et referma la porte. Elle déposa sur la table de la cuisine un plateau de sushis. Il y en avait assez pour trois personnes. L’adolescente posa également deux plats contenants deux soupes différentes pour Amy. L’adolescente alla se laver les mains avant de s’installer à la table et de s’emparer d’une paire de baguettes. Il était temps de manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Lun 7 Oct 2013 - 23:02

-« T’en fais pas, je t’ai commandé quelque chose. J’ai même des rouleaux impériaux si tu as envie. Quelque chose de consistant te fera peut-être du bien. »

Amy ne savait pas vraiment de quoi son amie était en train de parler. Elle n'avait jamais réellement mangée exotique, si ce n'est quelques restes trouvés derrière les ruelles des restaurants. Ça ne lui permettait cependant pas de mettre un nom sur les plats. De toute façon, c'est d'une oreille distraite qu'elle écoutait sa meilleure amie lui parler du menu commandé. A l'heure actuelle, elle avait bien d'autres choses en tête. Le regard rivé sur le tube de grossesse, elle venait de constater une première réponse positive. Pourtant, comme une erreur était possible, elle ne prit pas l'annonce pour acquise, décident de faire un nouveau test un  peu plus tard.

Quittant la salle de bain après avoir cachée ses affaires loin de la curiosité éventuelle d'Anieta, Amy annonça tout de même le résultat à l'adolescente. La réaction de cette dernière fut spontanée, sincère et pas réellement des plus encourageante. Mais qui pouvait la blâmer ? Certainement pas l'italienne qui ne trouvait pas sur quel pied danser. Mitigée entre espoir et angoisse elle devait le reconnaître, elle était totalement perdue.

Mais il n'était pas temps de montrer son trouble. Assise dans le petit salon d'Anieta, aux côtés de sa meilleure amie, faisant face à la vieille femme, l'italienne du chercher le courage jusqu'au plus profond d'elle pour faire bonne figure. L'essentiel était de na pas penser à ce qui lui arrivait et de ne surtout pas laisser le temps à la femme de le faire. La mutante avait donc décidée d'alimenter la conversation, laissant échapper la première pensée qui lui avait traversé l'esprit.

Parler du chien de la vieille femme n'était pas vraiment des plus palpitant et la discussion risquait de vite s'essouffler. Alors, Amy eut l'idée de la lancer sur un tout autre sujet. Un sujet qui passionnerait Anieta, elle le savait, et qui en même temps lui rendrait service. Les albums photo.

La mutante s'empara du papier que lui tendait l'humaine, sur lequel était noté deux adresses de magasin qu'elle lui conseillait pour acheter celui pour son mariage. Puis, lorsque Anieta souleva la question du photographe, proposant même de l'appeler, Amy lui fit un doux sourire. Décidément, cette femme était vraiment attentionnée et prévoyante.


" Merci pour les adresses Anieta, si ça t'dérange pas Rika, j'aimerai bien qu'on ailles voir l'une d'elle avant d'rentrer. En c'qui  concerne le photographe, non, on en a pas encore. J'en parlerai à Will si tu veux, mais je préfère attendre qu'il donne son approbation pour te dire oui ou non. "

L'italienne lui offrit un beau sourire. Elle savait qu'Anieta, tout comme Erika, pouvait se donner corps et âme lorsqu'il s'agissait d'aider un membre de la famille. Hors, Will et elle étaient depuis quelques temps déjà, considérés comme en étant membre. Cependant, ils n'avait pas les moyens d'en faire trop, même pour le plus jour de leur vie et ne voulait pas vraiment profiter de la fortune des Davidoff. Alors, sans doute allait il falloir refréner les idées grandioses que risquaient d'avoir les deux femmes. Si du côté d'Anieta, Amy ne s'en faisait pas trop, du côté de sa meilleure amie c'était une autre affaire. Elle était capable de faire venir un bout de plage Italienne, juste pour faire plaisir à la mariée. Où pire, de louer un éléphant pour faire office de cortège. Avec la russe... tout était possible.

Le fait de penser à son mariage rendait Amy plus détendue. Elle déposa alors son regard sur la photographie de famille, tendue par la vieille femme. Posant en premier lieu son regard sur la grande blonde qu'était Nora, l'italienne eut une petite moue. Elle était vraiment jolie, et photogénique en prime. Puis, elle dévia sur les deux hommes. La père des jumeaux semblait plus jeune que l'âge qu'il devait avoir. Quant à Alexïs, il était élégant mais ça ne choqua pas vraiment la mutante. Par contre, lorsque elle comprit que la dernière personne était Erïka, elle manqua de s'étouffer avec sa propre salive.


" Waw Rika t'es super jolie ! On dirait ta... euh...hum, c'est une très belle photo Anieta, en effet. Il est juste dommage que tu ne sois pas dessus. La prochaine fois prenez en une tous ensemble, je suis sûre qu'elle s'ra encore plus réussie !  "

Puis, l’adolescente à ses côtés se leva d'un coup. Sans doute avait elle entendu quelqu'un chose qui n'était pas encore perceptible pour Amy. Elle en eut rapidement confirmation lorsque la sonnette résonna. De là où elle était, l'italienne pu entendre sa meilleure amie échanger quelques mots avec le livreur, dans une langue qu'elle ne comprenait pas. Puis, la blonde revint, la commande en main.

" Attend, je vais t'aider. Dis donc, t'es plutôt douée en langue. Moi qui pensait que tu n'avais juste que des facilités avec l'italien. "

Aidant la russe à tout installer, Amy s'empara de sa soupe. Elle commençait à avoir faim, mais pas assez pour risquer quelque chose de solide.

" Bon appétit. Merci Rika ! "

Une fois le liquide ingurgité, Amy s'installa quelques secondes dans le canapé, une main sur le ventre, la tête contre l'accoudoir. Puis, le désir d'uriner à nouveau se fit ressentir. Il était temps.

" Excusez moi un instant. "

Retournant dans les toilettes, elle récupéra le dernier test restant, afin de le faire. Une nouvelle fois, l'indicateur confirma sa grossesse. Étrangement, la demoiselle se sentit soulagée. Remballant le tout, y compris le premier test caché derrière les toilettes, Amy ressortit, le sachet dans une main, le sac de sa meilleure amie dans l'autre.

" Voilà, pardon. Erïka, ça n'te dérange pas si on n'tarde pas trop ? Non que j'en ai marre, te voir est toujours un plaisir Anieta, mais nous avons... à faire. "

Faisant un instant les gros yeux à la blonde, la mutante tenta de lui faire comprendre la situation. Amy souhaitait passer au plus vite au magasin afin de rentrer retrouver Will. Elle avait une grande nouvelle à lui annoncer. Mais la question était : allait il l'apprécier ?

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Mer 9 Oct 2013 - 2:20

Erïka ressemblait à sa soeur comme deux gouttes d’eau. Elle le savait. Parfois, elle préférait l’oublier. Au niveau personnalité, elles étaient totalement différentes. Certes, Anieta aimait bien leur rappeler à quel point elles avaient cette même façon de s’entêter et de chercher à tout prix d’avoir le dernier mot sur l’autre. C’était mignon à voir. Bien entendu, Erïka niait qu’elle ressemblait plus que cela à sa sœur. Elles avaient un style une façon de penser et une personnalité différente. Par contre, sur la photo encadrée que la vieille femme avait montré à Amy, on voyait bien qu’Eleonnora avait transformé sa petite sœur en véritable poupée lui ressemblait comme deux gouttes d’eau. Ça, personne ne pouvait le nier. Erïka soupira lorsque son amie fit référence sur la ressemblance physique des deux sœurs. Elle le savait bien, elles auraient pu être jumelles. Par contre, elle se demandait pourquoi son amie s’était interrompue. Elle ne pouvait pas cacher l’évidence.

-« Je sais, ma sœur et moi on a l’air d’être de vraies jumelles. Elle m’a coiffé, maquillée… j’ai dû supporter ça pendant une heure. Je pensais devenir folle.»
-« Tu dois avouer que le résultat en valait la peine. Tu sais que ta sœur t’adore. Elle veut te faire partager ce qu’elle aime. »
-« Passer des heures à me maquiller ne fait pas partie des choses que j’aime faire. »
-« Alors propose-lui quelque chose que tu aimes et que tu souhaiterais lui faire partager. »
-« M’entrainer ? Mauvaise idée, la dernière fois elle m’a mise au tapis en deux minutes et ne cessait de se vanter… Le shopping me semble bien moins cauchemardesque. »
-« Si tu détestais vraiment passer du temps avec elle, tu ne le ferais pas si souvent, je me trompe ? »

Pour toute réponse, Erïka fit une moue boudeuse. Pas question de dire quoi que ce soit à ce sujet. Amusée, Anieta reprit le cadre et en montra un second à Amy. Sur celui-là, la vieille femme y apparaissait, vêtue avec élégance. Qu’est-ce que ce sera le jour où toute la famille sera présente ? Il y avait tant de personnes à ajouter. Des personnes qui étaient chères pour chacun. Cet instant fut interrompu par l’arrivée du livreur de sushis qu’Erïka s’empressa d’aller saluer. Elle discuta avec lui, paya la commande, puis souhaita une bonne journée à l’homme qui retourna au boulot. L’adolescente se dirigea pour déposer la nourriture sur la table. Amy ne tarda pas à la rejoindre, lui faisant remarquer qu’elle avait du talent pour apprendre d’autres langues et pas seulement l’italien.

-« J’étudie beaucoup par moi-même, j’adore apprendre de nouvelles langues. J’essaie d’apprendre le japonais. Pour le parler, ça peut le faire, mais pour l’écrire je suis une vraie quiche, si tu voyais ça ! À l’institut je n’ai que des cours de langue, excepté le terrible cours d’économie d’Emma. »

Erïka s’installa à la table avec des sushis. Amy, elle se contenait de la soupe. Le poisson cru et le riz ne seront peut-être pas les bienvenus dans son estomac. Au bout d’un moment, l’adolescente poussa un rouleau impériaux à son amie afin qu’elle y goûte. Elle pourra ainsi se mettre quelque chose de plus consistant dans l’estomac. Elle n’allait tout de même pas se contenter d’une simple soupe, non ?

Suite au repas, Erïka aida sa grand-mère à vider la table et mettre les sushis restant dans le réfrigérateur. Elle ne tarda pas à rejoindre son amie dans le salon et s’installa sur le canapé. Amy ne tarda pas à se lever et rejoindre les toilettes. Anieta lui jeta un regard d’inquiétude tandis que son amie jouait avec Rosy afin d’ignorer la situation. Elle ne voulait pas avoir à tout expliquer.

Lorsqu’Amy revint et lui dit qu’elles devaient partir, tout en faisant de gros yeux, Erïka ne put s’empêcher de sourire. Ce regard voulait tout dire et l’adolescente lui en rendait un qui signifiait : « C’est vraiment positif ? ». Anieta regarda les deux jeunes femmes, intriguée. Que se passait-il ?


-« T’es vraiment sérieuse là ? »
-« Qu’est-ce qui se passe ? Que me cachez vous, toutes les deux ? »
-« Amy va se faire un plaisir de te le dire si c’est une bonne nouvelle. » Fit Erïka en se levant.

L’air de rien, elle alla faire un tour à la salle de bain, laissant Amy expliquer ce qui se passait à la vieille femme. Depuis là où elle était, l’adolescente pouvait tout de même entendre ce qui se disait dans l’autre pièce. Elle ne tarda pas à venir les rejoindre, d’ailleurs. Après s’être lavé les mains, elle revint dans la pièce en les essuyant sur ses pantalons. Elle attrapa sa veste, puis l’enfila. Elle attrapa également son casque et glissa son sac en bandoulière.

Après avoir serré sa grand-mère dans ses bras, l’adolescente quitta l’appartement avec son amie. Il était temps d’aller voir ces fameux albums. Erïka consulta les deux adresses qu’Anieta avait données à Amy et décida de se rendre à celle qui lui parlait le plus. Le trajet se fit en moins de quinze minutes. Erïka gara sa moto au cœur de Manhattan avant d’en descendre. Elle retira son casque. Heureusement qu’elle connaissait l’endroit, sans quoi elle n’aurait jamais réussis à trouver un endroit où se garer. La boutique était à une rue de là.

-« C’est marrant, on est tout prêt du loft de ma sœur. Je crois que si on continue dans cette direction ont fini par arriver à la Frost International. Je ne pensais pas que c’était si près de la boutique. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Dim 13 Oct 2013 - 19:10

Alors qu'Amy regardait la photo que lui avait présentée Anieta, elle put assister à un petit change entre la vieille dame et sa petite fille. La façon dont la femme avait le don de rabattre son caquet à la blonde, toujours de façon malicieuse et polie avait toujours amusée l'italienne. Elle savait toujours quoi dire pour contrer la mauvaise fois de l'adolescente. Masquant un sourire amusé pour ne pas s'attirer les foudres de la jeune russe, la mutante troqua le premier cadre contre un second, représentant cette fois Anieta.

"Dis donc Rika, avec une grand mère aussi jolie, tu a de qui tenir! Double donc tes séances shopping avec ta sœur parce que faut que ta garde robe tienne le rythme là."

Elle taquinait sa meilleure amie, tout en complimentant la vieille femme, qu'elle trouvait sincèrement magnifique et ce malgré le passage du temps sur elle. L'italienne espérait bien un jour être une grand mère semblable à Anieta, et pas seulement physiquement. Elle était douce, intelligente, attentionnée, prévenante. Un peu comme le souvenir que la mutante se faisait de sa propre grand mère, celle qu'elle avait connue tout du moins. Elle était morte alors que la demoiselle n'était qu'une fillette, mais elle était toujours restée présente auprès d'elle, dans son cœur et dans ses pensées.

Puis, le livreur arriva enfin. Il n'avait pas mis tant de temps que ça, mais l'italienne sentait que si il tardait trop, sa meilleure amie allait commencer à tourner. Pire, elle allait peut-être même manger le chien! Laissant la blonde se précipiter pour aller ouvrir, la demoiselle resta en compagnie de celle qu'elle aimait comme un membre de sa propre famille.

Amy se redressa pour rendre la photo à la vieille femme avant de tendre l'oreille. A la porte, Erïka était occupée à converser dans une langue inconnu à la brune. Pour quelqu'un qui mourrait de faim, elle prenait bien son temps.

Lorsqu'elle revint, la jeune femme l'aida à tout installer afin de se mettre à table. Pour sa part, la brune se contenta de boire sa soupe. Elle n'avait rien contre le poisson cru, le connaissant bien sous forme de carpaccio dans son pays natal. Cependant, avec les légèretés que se permettait son estomac ce jour là, elle n'avait pas envie de tenter le diable.

Levant le bol pour en boire une gorgée, la demoiselle manqua de tout recracher en entendant son amie se plaindre de ses cours d'économie. L'idée d'imaginer sa meilleure amie assise à se concentrer sur une discipline si aiguë était franchement hilarante. Amy eut même une petite pensée compatissante pour la grande blonde qui devait affronter ça en direct.


"Tu devrais pas plutôt faire des cours de sport ? T'es une vraie boule d'énergie, faut que tu dépenses tout ça avant d'exploser hein. Merci pour le...euh... boudin huileux mais je vais passer mon tour Rika. La soupe me suffit, c'est gentil de me l'avoir pris d'ailleurs, tu a fais un bon choix, j'adore. "

Une fois son bol ingurgité et le temps nécessaire à sa vessie pour comprendre qu'elle était trop pleine, l'italienne se leva. Une nouvelle fois, elle prit la direction des toilettes. L'heure de la vérité était proche...

Un pipi plus tard, Amy fut définitivement fixée. Elle était bel et bien enceinte. Maintenant, il allait falloir le confirmer à Erïka, puis, une fois rentrée, l'annoncer à Will. L'italienne savait qu'elle ne trouverait jamais le courage nécessaire de le lui dire avec des mots, elle avait donc sa petite idée sur comment lui faire comprendre la nouvelle. Pour cela, il allait falloir suivre le plan de la journée, comme prévu initialement.

Quittant la salle d'eau, l'italienne demanda à sa meilleure amie si elles pouvaient mettre les voiles, lui lançant un regard qui voulait tout dire. Alors que la russe lui rendait son regard, elle opina doucement. Oui, c'était vraiment positif. Oui, elle était sérieuse. Evidemment, le petit manège finit par briser la patience dont la vieille dame avait fait preuve jusqu'alors. Et c'est en toute légitimité qu'elle leur demanda d'enfin lui dire ce qu'il se passait. Après l'avoir intriguée si longtemps, Amy se sentait un peu obligée de tout lui raconter, même si en réalité elle aurait préférée l'annoncer à Will avant qui que ce soit d'autre.


"J'sais pas si c'est une bonne nouvelle. Je crois... mais j'en suis pas sûre. ... Je suis enceinte Anieta ... "

La vieille dame avait sans doute la sagesse et le vécu nécessaire pour juger la situation, bien mieux qu'Amy, ou même qu'Erïka. Et puis, elle connaissait bien Will, peut-être savait elle un peu la façon dont il risquait de réagir. Se mordillant un peu les lèvres, l'italienne attendit son verdict.

Puis, lorsque sa meilleure amie revint de la salle de bain, prête à partir, Amy enlaça Anieta pour lui dire au revoir, la remerciant de son accueil, et emboîta le pas à la blonde. Elle n'avait plus tellement envie de parler, plongée dans ses pensées. Elle ignora même la remarque au sujet du loft de sa sœur. C'était bien la dernière personne dont elle avait envie de parler à cet instant précis. Cependant, lorsque la russe mentionna la Frost International, le regard de la brune se perdit en remontant la rue.


" Tu crois que Will est en train de faire quoi ? Il a peut-être profité de sa pause de midi pour aller manger avec Nora ? Je savais pas qu'elle vivait si près de son boulot. "

Une pointe de jalousie dans le nez, elle s’engouffra ensuite dans la boutique, se dirigeant vers le rayon consacré aux mariages.

"J'aimerai quelque chose de simple parce que je veux le customiser moi même, le rendre plus personnel. Et puis, pas un blanc, ça vieillis mal. Une sorte de beige clair, lumineux. Dis moi si t'en vois un pas mal ok? Après j'irais voir dans les vignettes et autres trucs de déco'"  

La partie scrapbooking semblait assez vaste mais le coin du magasin qui attirait inlassablement le regard de l'italienne, était la partie consacrée aux naissances...

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

Merci pour l'avatar mon Will
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   Dim 27 Oct 2013 - 4:25

Les Davidoff avaient des très beaux gènes, c’était le cas de le dire. Il n’y avait qu’à voir Anieta qui, avec les années, avait parfaitement bien vieilli. Elle n’avait pas besoin de chirurgie ou de quoi que ce soit de ce genre pour rester jolie malgré les ravages du temps sur sa peau. Erïka avait eu tout autant de chance, sans parler de sa demi-sœur, Eleonnora. Elles étaient pratiquement jumelles si on oubliait leur âge respectif. Elles étaient toutes les deux magnifiques, avec ou sans artifices. Malgré tout, Amy lui suggéra de faire quelques séances de shopping supplémentaires avec sa sœur afin de tenir le rythme et avoir une belle garde-robe complète à la dernière mode. Le sourire aux lèvres, Erïka secoua doucement la tête. Elle avait trop de vêtements et pouvait bien de passer d’en acheter.

-« Question garde-robe j’ai tout ce qui me faut. Ma sœur l’a refait au grand complet. Je ne sais même plus où ranger mes robes. Je ne suis même pas sûre de trouver une occasion pour les mettre, un jour, d’ailleurs. »

Anieta remercia Amy pour son compliment à son sujet. Pendant ce temps, l’adolescente se leva et alla chercher son portefeuille. Elle ne tarda pas à ouvrir la porte lorsque le livreur y cogna. Elle était heureuse d’avoir enfin quelque chose à manger. Elle avait bien grignoté un restant de nourriture, mais c’était bien trop peu pour son estomac. Rien de mieux que des sushis pour se remplir la panse. Elle posa le tout sur la table.

Amy avait remarqué que son amie était plutôt douée en langue, et pas seulement en italien. La conversation qu’elle avait eu avec le livreur en était la preuve. Erïka avait un don particulier pour apprendre d’autres langues. En plus d’être autodidacte, elle arrivait à assimiler rapidement ce qu’on lui apprenait… Sauf l’économie. Bien qu’elle était plus douée que la moyenne - avec tout le temps qu’elle mettait à réviser pour les examens infernaux que leur préparait Emma elle n’avait pas trop le choix – elle avait bien du mal avec cette matière. Cependant, au final, elle ne regrettait pas d’avoir choisi se cour et en sortait plutôt gagnante. Apprendre comment fonctionnait l’économie et, surtout, comment faire fructifier son argent lui plaisait plutôt bien. Dommage que ce soit trop difficile pour son cerveau. Les chiffres et elle, cela avait toujours fait deux.
Amy la voyait mal étudier une telle matière. En fait, cela étonnait bien des gens. Son amie la voyait plutôt faire des cours de gym, question de se garder en forme et de dépenser son énergie. Pourtant, Erïka jugeait ne pas en avoir besoin. Elle s’entrainait par elle-même lorsqu’elle avait le temps et elle participait à tous les entrainements d’Emma. Elle était en forme et faisait tout pour le rester.


-« J’ai assez des entrainements avec Emma pour dépenser mon énergie. Après chaque séance, je passe les jours suivant à souffrir de courbatures. »

Après le repas, Amy retourna aux toilettes. Erïka en profita pour aider sa grand-mère à débarrasser la table puis retourna s’assoir avec elle dans le salon. Quelques instants plus tard, l’italienne fut de retour. Elle tentait de faire comprendre à son amie que le troisième test qu’elle avait utilisé était positif, lui aussi. Erïka réalisa soudainement qu’un enfant allait voir le jour. Elle allait être tante ! C’était une excellente nouvelle, enfin, si Amy le voyait de cet œil. L’adolescente ne savait pas trop où se placer. Si son amie était contente, alors, elle l’était également. Anieta, qui n’était au courant de rien, demanda ce que les deux jeunes femmes manigançaient. Sa petite-fille laissa à Amy tout le loisir d’annoncer la fameuse nouvelle. Dès qu’Anieta entendu la nouvelle, un sourire s’étira sur son visage. Le regard pétillant de joie, elle se leva pour serrer Amy dans ses bras. C’était une si bonne nouvelle ! Elle était heureuse de l’apprendre.

-« C’est une excellente nouvelle ! Je suis tellement contente pour toi. C’est merveilleux. Si je peux faire quoi que ce soit pour toi, n’hésite surtout pas. Tu viens tout juste de le découvrir ? »

Il fut bientôt temps pour les filles de partir. Elles quittèrent l’appartement d’Anieta pour se rendre dans le centre-ville, là où était l’une des boutiques que voulait visiter Amy. Erïka réalisa qu’elle connaissait bien le coin, sa sœur vivant à proximité. Ainsi, elle ne se perdit pas. Elle arriva à trouver un endroit où garer sa moto puis se mit à marcher en direction de la boutique. Amy lui demanda ce que Will pouvait bien faire en ce moment. La Frost Compagny était à proximité, tout comme l’une de ses amies. Il pouvait très bien être sorti pour manger en compagnie d’Eleonnora. L’adolescente secoua doucement la tête.

-« Ça m’étonnerait. Voyage d’affaire. Elle ne revient pas avant ce soir. Il est peut-être au bureau en train de bosser, qui sait ? Tu veux lui rendre visite après notre passage à la boutique ? »

Elles entrèrent dans la boutique. Amy lui fit par du genre d’album qu’elle souhaitait avoir. Erïka se mis donc à la recherche d’un album qui conviendrait à son amie. Elle en voyait des jolis, mais bien trop sombres. Elle était attirée par les couleurs sombres comme le noir, mais également par tout ce qui était d’un rouge éclatant ou d’un magnifique bleu océan, sa couleur favorite. Posant finalement son regard sur les albums aux couleurs plus pâles, elle en attrapa un et l’observa. Pas de son goût. Elle le reposa. Elle en regarda un autre, qui conviendrait bien, mais trop petit. Elle en repéra un troisième, d’une jolie couleur crème. Il était simple, mais conviendrait sûrement aux besoins d’Amy. Et puis, il n’était pas cher, ce qui était un bon argument pour elle. L’adolescente alla rejoindre son amie et lui présenta l’album.

-« T’en pense quoi ? Il fera l’affaire ? »

Erïka décida de parcourir les autres rangées. Bien des gens aimaient s’adonner au scrapbooking. Elle, elle n’en aurait pas la patience. Le bricolage n’était pas son truc. Tout comme le dessin. Elle préférait acheter des albums où il suffisait de glisser les photos sur chaque page plutôt que de devoir personnalisé le tout. Si un jour elle décidait finalement de s’adonner à cette activité, ce sera dans le but de faire un cadeau spécial et personnalisé à quelqu’un qui lui était cher. Rien de moins.

Lorsqu’Amy eut terminé ses courses, l’adolescente quitta la boutique en sa compagnie. Elle en profita pour s’allumer une cigarette. C’était décidé, elle allait cesser de tenter d’arrêter de fumer. Cela n’était pas fait pour elle. Elle avait réduit sa consommation et c’était le mieux qu’elle puisse faire. Le jour où elle cessera pour un long moment sera lorsqu’elle portera un enfant… Si cela arrivait un jour. Pour l’instant, ça n’allait sûrement pas se produire. Une fois sa cigarette allumée, elle rangea son paquet dans son sac. Une légère fumée grisâtre s’échappa de ses lèvres lorsqu’elle prit la parole.


-« Tu as besoin d’aller autre part où on peut rentrer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une porte vers l'avenir [Amy Grimm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Recherche] La curiosité, c'est la porte vers le savoir.
» Le grand saut, un pas vers l'avenir [PV : SEIICHI HASEGAWA]
» {fini} L'humanité marche à reculons vers l'avenir, les yeux tournés vers le passé [RoxXie]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Porte étendard orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Dortoirs-