X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remise en question [Callisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Remise en question [Callisto]   Sam 28 Sep 2013 - 20:47

Alexïs était en colère. Il venait de se disputer avec son père. Il en avait marre. Cet homme ne l’avait jamais élevé, il ne s’était jamais occupé de lui. Qui était-il pour lui faire la morale ? Il était peut-être riche, mais il pouvait se passer de son argent. Il n’en avait pas besoin. Il pouvait se débrouiller sans. Il n’avait pas besoin de famille. Il avait la sienne. Il avait les Morlocks. Eux, au moins, pourront le comprendre.

Cela faisait plus d’un mois qu’il n’avait pas mis les pieds dans les égouts. Il s’en fichait. Il voulait s’en foutre. Lui reprochera-t-on son absence ? Lui qui avait tant fait pour eux, ils allaient plutôt être heureux de le revoir, non ? Et puis, il avait décidé d’être gentil. Il avait amené une boite de nourriture, comme à son habitude. Des conserves, des fruits et des légumes frais, un peu de viande. Il y avait de tout. Ils allaient pouvoir se régaler ce soir. Il avait décidé de leur offrir un petit festin pour son retour.

Sans trop de mal, il mena la boite de vivres à l’Allée. Il salua la Taupe, quelques autres amis mutants, puis confia la boite à quelqu’un qui saura s’en occuper comme il se doit. Il souriait légèrement, discutait avec les mutants, mais ne se montrait pas aussi énergique et positif qu’à son habitude. Il était plus réservé, moins chaleureux. Il refusait de parler de son voyage ou de ce qui s’était passé ces dernières semaines. Il se montrait plus renfermé.

Il se balada dans les égouts et chercha un coin tranquille où se reposer. Il voulait un peu de tranquillité. Il ne voyait que peu de monde, ces derniers temps. Il avait du mal à socialiser. Il se sentait plutôt comme un loup solitaire, extérieur à la meute. Alors que le moment du repas était arrivé, il observa les Morlocks de loin. Ils avaient besoin de ce festin. Ils allaient bien manger ce soir. Cela allait probablement changer de ce qu’ils devaient ingérer habituellement.

Personne ne remarquait Alexïs. C’était mieux ainsi. Il n’avait pas envie d’être le centre de l’attention. Il souhaitait être oublié pendant un moment. Peut-être n’était-il pas prêt à remettre les pieds ici ? Il pensait qu’il était temps de partir. Il reviendra un autre jour. Il allait revenir, au moins pour Honey.

Pour l’instant, il avait besoin de se défouler. Il était encore en colère contre son père. Contre sa sœur. Contre tout le monde. Il regrettait peu à peu toutes les cruelles paroles qu’il avait craché au visage de ses proches. Cependant, il savait qu’il devait oublier tout cela. Il ne devait pas se casser la tête avec ce qu’il avait fait, ce qu’il avait dû dire. L’adolescent devait tout oublier. Il devait penser à autre chose. Pourquoi ne pas aller s’entrainer ? Cela lui ferait le plus grand bien. Il devait se défouler. Ou sortir. Il avait quelques numéros intéressants dans son répertoire. Il pourrait trouver une personne capable de lui faire oublier ses soucis le temps d’une nuit.

Alexïs se leva, prêt à sortir. Il passa subtilement loin du groupe, le contourna. Il se rendait à la sortie, là où personne ne pourra le voir. Tel un fantôme, il comptait disparaitre, se fondre dans la masse. Est-ce que ce monde était réellement pour lui ? Est-ce qu’il méritait de vivre auprès des Morlocks ? Avait-il sa place parmi eux ? Trop de remise en question. Pas assez de réponses.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Lun 30 Sep 2013 - 4:58

Ma mutation consiste entre autres en un développement surhumain de mes cinq sens. Une vision capable de s'étendre sur des kilomètres, un odorat assez pointu pour déceler et suivre la plus infime des pistes, une ouïe capable de discerner les battements de cœur d'une mouche au milieu de ses battements d'aile, un toucher si sensible qu'il passait pour un sixième sens et un goût pouvant littéralement décomposer la nourriture, ingrédient par ingrédient.

Et pourtant je me sens aveugle et sourde. Non pas que j'ai un quelconque problème de maîtrise de mon pouvoir. Simplement que les yeux et les oreilles que j'avais envoyé à la rencontre du monde mutant extérieurs étaient restés muets durant des semaines. Et c'est d'autant plus frustrant que je n'aime pas avoir à compter sur un autre. Faut-il vraiment que je fasse tout moi-même ? Je suis une dirigeante, une reine, une combattante, je n'ai pas le temps de quitter mon royaume de crasse et d'ombre pour faire de la diplomatie.

J'avais donc choisi un émissaire pour remplir ce rôle. Un jeune homme propre sur lui, trop honnête pour survivre ici bas et qui de toute façon avait une vie à la surface. Et cela faisait des semaines qu'il n'était pas venu me donner des comptes. Sans doute le peu de courage qui lui avait permis de venir jusqu'ici s'était-il effiloché car ni même Scum, Honey ou les autres ne l'avaient aperçu depuis un moment.

Aujourd'hui pourtant, le jeune Alexïs semble refaire surface. Ou à l'inverse, il semble s'être de nouveau plongé dans notre univers. Dans l'Allée il n'est pas difficile à repérer, il suffit de se diriger vers l'endroit où l'on entend le plus de remerciements. Il avait en effet pris l'habitude de venir avec de la nourriture, qu'il s'agisse de confiseries ou de conserves qu'il distribuait aux mutants des égouts qu'il croisait. Cette façon de nourrir les Morlocks comme s'ils étaient des animaux que l'on prenait en pitié me faisait grincer des dents, mais nous ne pouvions pas vraiment refuser ce genre d'aide. Je n'allais pas laisser mon peuple mourir de faim à cause d'une fierté mal placée.

Suivant la piste du blondinet à tête d'ange, je finis par le trouver alors qu'il tente de contourner une foule de Morlocks pour se diriger vers la sortie de l'Allée. Je décide donc de le devancer afin de l'intercepter, juste devant l'un des sas de sortie à moitié rongé par la rouille.

"Et bien, tu as l'air pressé. Tu as des plans pour la nuit, ou bien notre compagnie a fini par t'embarrasser ? Tu as pourtant eu le bon sens de ne fréquenter que les Morlocks les plus sympathiques."

C'est sur cette note que je l'accueille, lui barrant la route en m'adossant tout simplement sur la porte blindée, les bras croisés. En prenant le temps de l'observer, je remarque qu'il n'est plus aussi propret qu'auparavant et semble même plutôt négligé, comme en attestaient son abandon des rasoirs et des salons de coiffure, je vois sur son visage un certain abattement, une mâchoire crispée par une colère ruminée depuis un certain temps et au bout de bras ballants, des mains qui semblaient prêtes à se changer en poing à chaque instant. Sans doute qu'un changement relativement important et frustrant s'était opéré dans sa vie, et que celle-ci commençait lentement à glisser hors des rails qu'il lui avait prévu à l'origine.
Mais peu m'importait au final de ses petites affaires personnelles. C'était des nôtres dont il fallait parler.

"Cela fait un moment qu'on ne t'as pas vu ici. Beaucoup attendaient de tes nouvelles. La petite Honey par exemple se demande où est passé son nouvel ami, le Guérisseur s'interroge sur le devenir de son jeune apprenti. Des gens que ton absence semblent beaucoup affecter. Mais je ne serais pas aussi sentimentale. Il me semblait que tu devais m'apporter des nouvelles de l'Institut ?"

Dardant sur lui un regard sévère, je guettais sa réaction. Peut-être avait-il aussi abandonné l'idée d'être impressionnable et effrayé ? En tout cas, c'était une colère sourde qui avait remplacé la crainte dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Ven 4 Oct 2013 - 22:08

Alexïs n’était pas d’humeur à socialiser, ce soir. Il ne se sentait pas à sa place. Soudainement, c’était comme s’il était devenu un intrus. Cela ne lui ressemblait pas. Au contraire, il restait avec les Morlocks alors qu’ils dégustaient leur repas. Parfois, ces derniers souhaitaient partager avec lui. Il n’acceptait pas toujours, ne sachant quelle était la meilleure chose à faire. Par contre, ce soir, il avait tout simplement la mauvaise impression que cet endroit ne lui convenait pas. Il ne se sentait pas le bienvenu. Pourtant, ce n’était pas ses amis qui le faisaient se sentir ainsi. C’était lui et lui seul.

Pas question de rester dans son coin. Il valait mieux partir. C’était mieux ainsi. Les Morlocks l’avaient vu, il avait donné signe de vie. Il avait même amené de la nourriture, comme à son habitude. Mission accomplie. Il pouvait maintenant rentrer chez lui. La soirée était encore jeune, pour certains. S’il avait envie de compagnie, il pouvait en trouver. Subtilement, il fit en sorte de contourner le groupe de mutants. Personne ne devait L’apercevoir. Il faisait le moins de bruit possible pour ne pas qu’on le remarque. Honey avait une bonne ouïe et ce soir il n’avait pas envie de la voir.

Une fois à proximité du sas qui devait le mener hors de l’Allée, il fut soulagé. Il avait réussis. Enfin, c’était ce qu’il croyait. Callisto se posta devant lui à ce moment même, lui bloquant ainsi le passage. Qu’est-ce qu’elle voulait ? Lui reprocher sa trop longue absence ? Déjà, dès ses premières paroles, elle lui prenait la tête. Sur le coup, il se sentit mal. La culpabilité remontait en lui. Non, il ne devait pas ressentir cela. Il ne devait pas s’écraser devant cette femme même si elle semblait dangereuse en menaçante. Il devait être un homme et se tenir droit. Plus question de se montrer faible face à qui que ce soit. Pour une rare fois, Alexïs fixa Callisto dans les yeux.

Elle se trompait sur toute la ligne. Les Morlocks ne l’embarrassaient pas. Au contraire, ils avaient le don de le faire sentir comme le bienvenu parmi  eux. Cependant, ces derniers temps, plus rien n’allait dans la vie du jeune homme. Il avait besoin de retrouver un équilibre ainsi que des bases solides. Il devait se reconstruire à sa façon. Plus personne n’allait interférer dans sa vie, dans ses choix. Il allait se laisser aller à ses envies et ses désirs. Pourquoi se priver de faire quelque chose à cause de l’opinion des autres ? Il devait l’ignorer à partir de maintenant.


-« Je ne suis guère embarrassé. Ce soir, je n’ai pas envie de rester ici. Il s’agit bien de mon droit, non ? Si j’ai des plans pour cette soirée, cela ne vous regarde pas. N’avez-vous pas mieux à faire que de vous occuper de moi ? »

Il était calme, mais on entendait la légère arrogance dans sa voix. Jamais, auparavant, il ne se serait permis de s’adresser ainsi à Callisto. Pourtant, maintenant, il osait le faire, soutenant autant que possible son regard. Son seul œil. Elle souhaitait lui faire des reproches ? Alors il les attendait. Il était prêt à tout encaisser, maintenant. De toute façon, rien ne sera pire que ce qu’il avait déjà vécu. Il allait s’en remettre, faire comme si cela ne l’affectait pas. Comme le faisait sa sœur jumelle. Il allait devenir bien plus froid, non pas pour se protéger des autres, mais pour se faire respecter.

Callisto lui rappela que des gens s’étaient inquiétés et se demandaient où il était passé lors de ce dernier mois. N’avait-il pas le droit de vivre sa vie ? Alexïs soupira, exaspéré. Honey lui avait déjà demandé de revenir. C’était à cause d’elle qu’il était revenu si tôt. Il n’aurait peut-être pas dû. Maintenant que cela était fait, autant affronter le regard perçant de Callisto. Il lui devait des réponses. Il allait lui en fournir, mais sans garantie que cela lui plaira.

Des nouvelles de l’institut, il n’en aura plus. Il ne voulait plus parler à sa sœur. Bien sûr, il pourrait toujours demander à une amie de cette dernière, mais elle ne sera jamais en mesure de lui fournir toutes les informations dont il avait besoin. Erïka connaissait le professeur Xavier, elle passait de temps à autre à son bureau pour discuter. Elle possédait un mentor qui lui apprenait beaucoup dans divers domaines et qui pouvait lui fournir d’importantes informations. L’adolescente connaissait très bien l’institut. Cependant, il était hors de question qu’il lui demande quoi que ce soit. Et puis, qui sait si elle savait réellement quelque chose ? Elle était de la haute société, elle côtoyait des gens importants, mais cela ne signifiait pas qu’on lui parlait des réels problèmes concernant les mutants. Il avait posé un peu trop d’espoirs sur elle. Si ça se trouve, il était dans l’erreur depuis le début. Il devait se débrouiller seul.


-« N’ai-je plus le droit de m’absenter, maintenant ? J’avais d’importants problèmes à gérer et cela ne regarde que moi, à ce que je sache. Si vous tenez tant à en savoir davantage sur l’institut, vous devriez peut-être vous y rendre, non ? Pourquoi vivre dans un endroit sale et crasseux de ce genre alors que vous pourriez tous vivre une vie luxueuse dans un manoir hors de prix ? La surface vous effraie tant ? Je n’ai pas de nouvelles à vous donner, je ne m’adresse plus à mes contacts.»

Alexïs décida de partir. Pas question de discuter davantage et de se prendre la tête avec des problèmes dont il n’avait guère besoin pour le moment. Il fit un pas vers Callisto, mais cette dernière n’allait certainement pas le laisser partir si facilement. Tant pis. Il tenta tout de même de sortir. Il passa près de la femme, posa une main sur le métal froid et crasseux de la porte du sas.

-« Je vous demanderais de dégager. Je vais sortir d’ici et personne ne m’en empêchera. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Mar 8 Oct 2013 - 2:22

Peut-être avais-je fais une erreur en comptant sur le jeune Alexïs pour devenir mon intermédiaire avec les mutants de la surface. Il faut bien admettre que faire confiance à un jeune homme dès sa première visite dans l'Allée était un pari risqué, qui ne s'avérait pas payant dans le cas présent. Mais il avait eu l'air si malléable et serviable que j'avais bien pensé pouvoir en faire ce que je voulais.
Je n'avais pas pensé sur le long terme. Alexïs était visiblement le genre de jeune garçon qui avait passé sa vie à être comme on lui demandait d'être, à se plier aux exigences de tout un chacun. Sans jamais penser à développer sa propre personnalité, sa propre identité. Et maintenant il est là, plus tellement adolescent et pourtant en pleine crise identitaire.

-« Je ne suis guère embarrassé. Ce soir, je n’ai pas envie de rester ici. Il s’agit bien de mon droit, non ? Si j’ai des plans pour cette soirée, cela ne vous regarde pas. N’avez-vous pas mieux à faire que de vous occuper de moi ? »

Arrogance et insolence, voilà un cocktail qui ne lui va pas. Ou plutôt qui n'allait pas au petit blondinet que Scum m'avait ramené la première fois. Devant moi se dresse visiblement un tout Alexïs. C'est du moins ce qu'il tente d'afficher, mais les tremblements qui trahissent sa nervosité ne m'échappent pas. Pas à moi. Que se passe-t-il si l'on gratte un peu ce vernis encore tout frais ?

"_J'ai effectivement beaucoup à faire... J'ai comme qui dirait, un royaume à faire tourner. Je dois assurer la survie des plus faibles, affirmer mon autorité sur les plus forts, garder un œil sur les plus fourbes, entrainer les plus vaillants, le tout en restant consciente du monde qui tourne autour de moi. Et je ne peux réussir cela que si je reçois les bonnes informations. J'ai des plans moi aussi, Alexïs, et tu t'es engagé à en faire partie sitôt que tu t'es placé à mon service."

Il est toujours bon de rappeler à quelqu'un qui monte sur ses grands chevaux qu'il n'est au final qu'un pion à votre service. Mais dans le cas d'Alexïs, ça ne suffit peut-être pas. Il continue de penser que ses affaires ont une quelconque importance à mes yeux. Je ne lui demande pourtant pas de comptes sur sa vie personnelle. Simplement des comptes sur la mission que je lui avais confié.

« N’ai-je plus le droit de m’absenter, maintenant ? J’avais d’importants problèmes à gérer et cela ne regarde que moi, à ce que je sache. Si vous tenez tant à en savoir davantage sur l’institut, vous devriez peut-être vous y rendre, non ? Pourquoi vivre dans un endroit sale et crasseux de ce genre alors que vous pourriez tous vivre une vie luxueuse dans un manoir hors de prix ? La surface vous effraie tant ? »

Tant d'agressivité mal canalisée, tant d'accusations absurdes pour ne pas avoir à répondre aux miennes. Peur de la surface ? Non, il ne sait visiblement pas de quoi il parle. Il ne doit pas avoir de parent sous la main pour exprimer son nouvel esprit rebelle, alors il se jette sur la première forme d'autorité venue. Bon sang, est-ce qu'il me prend pour sa mère ? Et comment dois-je faire pour ne pas rire devant une scène aussi surréaliste ? Je dois gérer toute une gamme d'adultes dont la psychologie va du rhinocéros en rut à la plus sordide des vipères. Faut-il vraiment que j'essuie une crise d'adolescence en plus ?

A vrai dire, il est amusant de le regarder s'énerver de la sorte. Il a trouvé le courage de s'affirmer devant une personne qu'il n'arrivait même pas à regarder en face la première fois qu'il l'a vue. C'est un comportement que je l'encouragerais à adopter, s'il n'était pas en train de le faire devant moi. Je vais devoir le remettre à sa place, tant pis pour son égo naissant. Ce n'est que par principe que je lui mettrais une raclée, je ne suis pas vraiment fâchée contre lui.

"_Je n’ai pas de nouvelles à vous donner, je ne m’adresse plus à mes contacts.

Oublions ce que je viens de dire. Je suis très fâchée contre lui.

Espère-t-il vraiment pouvoir m'annoncer d'une façon aussi sèche et insolente que la seule utilité qu'il avait pour moi s'est envolée ? Tout ça car cette chère petite tête blonde a décidé de se fâcher avec le monde entier ? Peut-être a-t-il réussi à se rendre agréable et apprécié des autres Morlocks. Peut-être ses pouvoirs de guérison nous sont-ils encore précieux, mais qu'il n'escompte échapper aux responsabilités que je lui ai confiées sans en assumer les conséquences.

-« Je vous demanderais de dégager. Je vais sortir d’ici et personne ne m’en empêchera. »

Dit-il pour tenter de s'en convaincre. Joignant même le geste à la parole, il devait avoir déployé beaucoup de volonté pour ne pas rester ici à trembler des poings en déclamant des paroles sans suite. Tant mieux, plus de cœur il mettra à paraître fort, plus dure en sera la chute. Et celle-ci ne serait pas qu'imagée.

Passant à côté de moi, il pose la main sur le sas pour l'ouvrir. Je saisis alors cette main et la fais passer derrière son dos pour une clé de bras aussi rapide que violente.

"Alors ça, j'en doute."


Le ton employé est sec, cassant et je ponctue mes paroles par un simple balayage de ses jambes qui le fait tomber à terre. Deux coups qui sont connus même par les plus misérables petites frappes de la rue. Toute la force d'Alexïs était dans ses paroles, il n'y avait rien dans ses gestes.

"C'est bien beau de vouloir jouer les durs à cuire, mais si ton corps ne suit pas, alors tes paroles sont vaines. dis-je en le jaugeant alors qu'il est à terre.

Secoué, mais en rogne, il commence déjà à se relever. Je le saisis alors par le col de ses habits et le plaque brusquement contre le mur, accablant sa gorge d'une pression étouffante et son orgueil de paroles cinglantes, sans même laisser le loisir à ses jambes de toucher le sol.

"Que l'on soit clairs, je me fiche bien de tes problèmes ! Tout comme je me fous pas mal de la vie que tu mènes, car tu la mènes de toute façon hors de chez moi ! Je ne pense pas que tu aies bien compris pourquoi je t'ai autorisé à mettre les pieds dans cet endroit alors que tu n'as de toute évidence rien à y faire. Un Morlock est ou bien utile, sinon nécessiteux. Si tu n'es ni l'un ni l'autre alors ta place n'est pas parmi nous. En l'occurrence je t'avais confié une mission, j'avais des attentes. Si tu n'es plus capable d'y répondre, alors tu n'as plus aucun intérêt à mes yeux."

Le jetant du mur où je l'ai plaqué contre celui en face, je le regarde glisser contre la paroi après l'avoir violemment percutée. S'il s'en relève, peut-être accepterais-je de l'écouter se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Mer 16 Oct 2013 - 22:30

Alexïs n’avait pas envie de socialiser, de se mêler aux autres. Il se sentait à part, loin de tous ces mutants. Ce n’était pas leur faute. Il s’éloignait peu à peu de tout ce qu’il connaissait. Il créait des barrières autour de lui afin de… de quoi ? Il ne savait pas lui-même pourquoi il se privait du contact des autres. Il ressentait simplement ce besoin de solitude. Les seules personnes qu’il voyait étaient celles qui ne l’avaient pas connu comme étant le petit et faible Alexïs. Il s’efforçait de devenir quelqu’un de bien plus fort, qui savait se tenir droit et faire face à n’importe qui. Plus question de s’écraser. Encore moins devant Callisto.

Alors qu’il tentait de s’éclipser, la femme s’était placée entre lui et le sas. Elle l’obligeait à lui faire face et à discuter. Il n’en avait pas envie. Il souhaitait sortir. Personne ne pouvait l’en empêcher. Il était libre de faire ce qu’il désirait. Il n’était pas moche ou dangereux, il pouvait aller à la surface lorsqu’il le voulait. En ce moment, il était bien décidé à retrouver la société. Bien sûr, Callisto lui rappela qu’elle avait également son propre royaume à gérer. Une société secrète peuplée d’individus qu’elle devait surveiller. Ce n’était pas un travail facile. Elle ne pouvait se rendre à la surface. Elle avait besoin des informations provenant de ce tout autre univers dont elle et les siens ne pouvaient faire partie. Malheureusement, Alexïs était loin d’avoir envie de prendre en main ses responsabilités.


-« Dans ce cas, si vous tenez à rester informée, je vous apporterais le journal dès demain. »

Il ne se moquait pas d’elle. Il n’était pas suicidaire à ce point. Il se moquait plutôt de ce rôle qui lui avait été attribué. Sur le coup, le jeune homme réalisa qu’il avait été stupide d’accepter cela. Il avait été stupide de proposer son aide. Un jour où l’autre, les plus faibles mourront. Il ne pourra les sauver. Il en sera toujours ainsi. À chaque fois qu’il tentait de faire le bien, tout était détruit en l’espace de quelques secondes.

Il n’était plus question pour Alexïs de se sentir redevable envers quelqu’un. Il n’était plus question de se sentir obligé de faire quelque chose ou d’obéir à un autre. Il souhaitait être libre. Il se rebellait face à l’autorité. Il remettait tout un tas de choses en question, dont la présence des Morlocks dans les égouts. Pourquoi n’allaient-ils pas vivre à l’institut ? Ils avaient l’occasion de mener une vie bien meilleure que celle-ci et d’être acceptés parmi d’autres mutants. Pourtant, ils restaient ici, dans ce trou à rats.

Sur ces pensées, il se décida à révéler qu’il avait rompu ses liens avec ses seuls contacts de l’institut. Il s’était éloigné de bien des gens, surtout de sa sœur, et il n’était pas question de revenir vers elle en rampant tout en lui demandant de lui pardonner. Hors de question. Callisto pouvait dire ce qu’elle voulait, jamais Alexïs ne s’adressera de nouveau à elle.

Décidé à sortir, il dit clairement à la femme de dégager. Il prenait un risque énorme et souhaitait secrètement qu’elle le laisse faire sans trop de mal. Plutôt que de rester devant le sas et faire barrage, Callisto l’attrapa et lui fit une clé de bras avant qu’il ait eu le temps de réaliser ce qui se passait. Frustré, ressentant la douleur de cette manœuvre cherchant à le maitriser, il serra les dents. Malgré tout, il ne comptait pas s’excuser. Il ne comptait pas s’affaiblir devant la femme, bien que l’envie était bien présente. Quelques secondes plus tard, ses pieds quittèrent le sol et ses genoux l’y touchèrent violemment. Il se retint de dire quoi que ce soit, de démontrer ses émotions. Il devait être fort. Il devait montrer qu’il n’avait pas rien dans le ventre. Cependant, dans cette position, il lui était impossible de faire quoi que ce soit. Il devait se contenter d’écouter les paroles de Callisto.

Lorsqu’elle le lâcha, il se releva. Lentement. Il était hors de question de se laisser ainsi malmené. Ce n’était pas pour rien qu’il avait recommencé à s’entrainer en gymnase. Il souhaitait être plus forte. Passant un bras sur son visage afin d’essuyer les potentiels larmes aux coins de ses yeux, il prit le temps de se retourner vers Callisto. Il la regarda, fixant son œil unique.

Il n’eut pas le temps de faire ou dire quoi que ce soit de plus qu’il fut attrapé par le col puis plaqué contre le mur. Ses jambes se balançaient dans le vide, tentant vainement de toucher le sol. Il respirait difficilement, la pression des mains de Callisto contre sa gorge l’étouffant. Il devait se contenter de l’écouter, espérant fortement qu’elle le relâche avant qu’il ne soit trop tard. Elle lui rappela sèchement quel était son rôle. Elle n’acceptera plus sa présence ici s’il était inutile. Sur ce, elle le jeta violemment contre une autre paroi, celle d’en face. Alexïs sentit son dos la percuter avant de glisser doucement. Il respirait bruyamment, reprenant son souffle.

La tête basse, il observait le sol. Il ne devait pas abandonner. Il en avait envie, il souhaitait partir sans dire un mot de plus. Cependant, il avait encore de l’orgueil. Il ne devait pas se laisser ainsi malmener. S’il fuyait maintenant, alors il détruirait cette nouvelle facette de lui qu’il tentait de construire. Lentement, il se redressa, dos contre le mur. Il leva doucement la tête vers Callisto. Un étrange sourire étira ses lèvres. Pas question d’être poli. Il restait tout aussi arrogant. C’était ainsi que sa sœur tenait tête aux gens. Elle faisait semblant de ne pas avoir d’émotion, elle aimait provoquer les autres. En fait, peut-être était-ce bien plus amusant qu’il n’y paraissait.

-« J’ai l’impression de me faire bousculer par ma petite sœur. »

Alexïs s’approcha doucement. Il fit deux pas, rien de plus. Il observa la femme qui se tenait devant lui. Il lui devait une réponse. Deux choix s’offraient également à lui. Tout laisser tomber et foutre le camp était la première option. La seconde était de rester, mais pas sans rien obtenir en échange de ses services. Il s’était attaché aux Morlocks, il les aimait bien. Pendant quelques instants, il repensa à Honey. Il l’aimait bien. Pourra-t-il continuer de la voir s’il ne pouvait pas remettre les pieds ici ? À moins qu’il ne lui propose de rester dans son appartement pendant quelques temps ? Ce n’était pas le moment pour ce genre de réflexions. Alexïs devait se ressaisir, prendre la bonne décision. Qu’est-ce qui était le mieux pour lui ? Les Morlocks représentaient la seule famille qui lui restait. Souhaitait-il leur tourner le dos, à eux aussi ?

-« Je ne suis pas utile ? Sans moi, certains de ces mutants seraient en train de crever de faim à l’heure qu’il est. Ils ont besoin de la nourriture, je leur en fournis. De l’argent, si vous en voulez, vous en aurez. Des armes, je peux en fournir. Des informations, par contre, je n’ai rien de chez rien. À l’institut, tout le monde semble mener sa petite vie de rêve. Certains sont entrainés pour être en mesure de se battre et de se défendre, c’est tout ce que je sais. Par contre, il y en aurait beaucoup à dire sur ce qui se passe à la surface. »

Alexïs soupira, regarda autour de lui. Ils étaient seuls. C’était probablement mieux ainsi. Il avait une idée à proposer à Callisto. Il était prêt à faire un marché avec elle. Il aidait les Morlocks, mais il souhaitait avoir quelque chose en retour. La femme y verra peut-être quelque chose d’utile. Entrainer une personne de plus rentrera difficilement dans son horaire, mais cela ne pourra que lui être très bénéfique à long terme.

-« Si je reste et que je vous rapporte des informations, je veux quelque chose en échange. Entrainez-moi afin de devenir plus fort. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Jeu 17 Oct 2013 - 4:37

La tête basse, le petit met un moment à se redresser. Le temps de réunir ses pensées sans doute. Son calme et son sang froid sont assez impressionnants pour un adolescent en crise : d'aucuns auraient bondi à l'assaut sans réfléchir plus avant. Mais lui se contente de relever la tête, s'efforçant de calmer les battements de son cœur que j'entends marteler sa poitrine tout en retrouvant son petit air arrogant de tout à l'heure. C'est agaçant, mais il faut saluer la volonté dont il fait preuve pour le garder.

"_J’ai l’impression de me faire bousculer par ma petite sœur, claironne-t-il avec un sourire narquois.
_Oh mais si tu veux, on peut relever le niveau de quelques crans."

Ponctuant ma réponse d'un sourire venimeux, j'attends de voir s'il accepte ou non ma proposition de prendre encore quelques coups. Mais visiblement, il semble plus déterminé à parler qu'à se battre. Preuve de lucidité et d'intelligence de sa part.

"_Je ne suis pas utile ? Sans moi, certains de ces mutants seraient en train de crever de faim à l’heure qu’il est. Ils ont besoin de la nourriture, je leur en fournis. De l’argent, si vous en voulez, vous en aurez. Des armes, je peux en fournir. Des informations, par contre, je n’ai rien de chez rien. À l’institut, tout le monde semble mener sa petite vie de rêve. Certains sont entrainés pour être en mesure de se battre et de se défendre, c’est tout ce que je sais. Par contre, il y en aurait beaucoup à dire sur ce qui se passe à la surface.


Et voilà ce qu'il fait de son droit à la défense... Presque autant à côté de la plaque que Scum. Finalement ce n'est pas un point sur sa raison d'être ici que je dois faire, mais un point sur la raison d'être de cet endroit. Avec un petit soupir, j'entreprends la dure tâche d'expliquer avec calme ce que le petit insolent ne comprend pas.

_J'ai dis que tu étais inutile à mes yeux. Pour quelques Morlocks ici, tu as de la valeur. Pire encore, certains tiennent à toi. Du reste, argent et nourriture ne sont pas un vrai problème. Nous sommes assez débrouillards pour trouver de quoi manger. Ce que tu donnes aux mutants ici, c'est de la pitié en conserve. Je ne crois pas que cela soit appréciable. D'autres pensent autrement et sont ravis de tes visites et de la nourriture que tu amènes. Mais ce n'est pas pour cela que je t'ai autorisé à rester, ce n'est donc pas pour cette raison que je te garderais. Pour ce qui est des armes, je ne te trouve pas le profil d'un trafiquant de ce genre de marchandise. Et puis nous sommes des mutants, Alexïs, pour la plupart d'entre nous, notre arsenal est dans le sang. Pour le peu d'entre nous qui en possèdent, les armes font partie de notre histoire, et ont une autre valeur que celle de simple outil."

Je marque une pause pour laisser la petite tête blonde intégrer mes paroles. Qu'il soit bien conscient qu'ici, personne n'est indispensable. La plupart des Morlocks étaient déjà férocement indépendants avant même de tomber dans l'Allée, la communauté peut se passer d'un ou deux individus esseulés.

"Si tu ne peux m'apporter d'information sur l'Institut, alors très bien. Je m'en passerais, ça ne semble pas passionnant au premier abord, et je doute qu'ils te laisse pénétrer trop loin leurs petits secrets. Mais il y a effectivement beaucoup à dire de la surface. Toi qui a décidé de devenir impertinent, tu n'auras qu'a laissé trainer tes oreilles là où cela peut déranger."

Avec un fin sourire, je le vois hésiter, regarder autour de lui puis se lancer. Le petit a une idée derrière la tête.
"_Si je reste et que je vous rapporte des informations, je veux quelque chose en échange. Entrainez-moi afin de devenir plus fort.

Ha, ainsi il veut vraiment devenir un autre homme. Que son corps faible puisse suivre son esprit qui a décidé de se renforcer. Je n'ai rien à redire sur le principe. Mais qu'il demande à la dirigeante de ces lieux de le prendre personnellement en charge me semble bien prétentieux de sa part. Faisons le mariner un peu.

_J'entraine déjà une personne. Une personne envers laquelle j'ai beaucoup d'attentes. Si tu veux que ton rôle soit minime, alors mon investissement le sera aussi. Ramener quelques menues informations de la surface me semble peu de choses comparé à ce que je peux t'enseigner comme technique de combat. Avec ça, c'est tout juste si je peux encore t'autoriser à rester parmi nous."

Faisant mine de réfléchir, je fais les cent pas devant lui tout en lui ressassant son inutilité à mes yeux, avant de subitement me tourner vers lui pour poser un bémol. Certes il ne me sert à rien, et son amitié auprès des plus affables des Morlocks m’intéresse bien peu, mais je ne peux pas priver le Guérisseur de ce qu'il a de plus proche d'un héritier. Son absence l'a déjà suffisamment accablé comme ça, je ne veux pas avoir à lui annoncer le départ définitif de son apprenti.
Après tout, je n'aimerais pas que l'on me retire Marrow.

"Mais ta mutation, elle, est précieuse. Si tu reprends ton apprentissage auprès du Guérisseur, je n'ai pas d'objection à ce que tu restes. J'insiste sur le fait que ton utilité ne se trouve pas, et ne se trouvera sans doute jamais dans tes capacités de combat. Néanmoins, puisque tu en as assez d'être une faible victime de la vie, alors j'accepte de t'endurcir autant que possible. Mais tu n'auras pas de traitement de faveur, bien au contraire."

Alors que j'attends sa décision d'accepter mes conditions, un détail sonore vient me titiller l'oreille. Le bruit d'une palpitation désordonnée, comme un cœur détraqué en train de s'emballer. Je tourne mon œil en direction du son, une ombre bouge dans ce recoin de l'Allée, au détour d'un couloir.

"Suis moi maintenant, le plus tôt sera le mieux."

M'élançant à grands pas vers le couloir suspect, je dégaine rapidement un couteau de lancer qui file dans l'ombre du corridor nauséabond, se fichant dans sa cible qui lâche un cri de douleur semblable à un sifflement. Tournant ensuite la tête vers l'indiscret qui nous écoutait, je le jauge alors qu'il est au sol, empêtré dans son ample capuchon.

"Et bien Masque, je vois que tu as continué de dédoubler tes organes vitaux en prévision de ceux que je voudrais t'arracher. Mais deux cœurs, ce n'est franchement pas raisonnable."

Un juron étouffé pour seule réponse et l'intriguant polymorphe est remis debout par les bras musculeux des deux gorilles qui le suivent -Hump et Brute- dévoilant à la lumière hésitante du souterrain le couteau fiché dans sa poitrine.

"_Tu me ramèneras mon couteau plus tard. Je n'aimerais pas avoir à aller le chercher moi-même. J'ai d'autres choses à faire que casser les nez que vous fourrez dans mes affaires, Masque.

_Comme prendre soin de tes invités de la surface, n'est-ce pas ma Reine ? siffle-t-il entre ses dents, sarcastique.
_Ouais, pourquoi garder ces pleurnichards de la ville ? renchérit Hump sans subtilité aucune. Personne les a sonné que je sache.
_C'est bien triste en vérité, que notre Reine se soucie plus du sort d'étrangers que de celui de son propre peuple, reprit Masque en appuyant bien ce titre qui n'est plaisant que dans d'autres bouches que la sienne.
_Oh parce que tu voudrais que je me penche un peu plus sur ton cas, peut-être ?"

Venant me poster à quelques centimètres de lui, je le met au défi de soutenir mon regard plus longtemps, caressant du doigt le pommeau qui dépasse de son corps, comme une menace subtile qui plane. L'un de ses acolytes gronde, l'autre est déjà parti taquiner le petit.

"Pas mal tes fringues, gamin. C'est ta maman qui te les a offertes ?"

Grand gaillard mais si bas de plafond. Il valait mieux désamorcer cette situation avant qu'Alexïs ne saute soudainement quelques leçons et n'ait à encaisser des coups qu'il n'est pas prêt à recevoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Sam 19 Oct 2013 - 7:22

Alexïs n’avait jamais été un homme d’action. Il parlait beaucoup, voilà où était sa force. Il était incapable de se battre, il souhaitait toujours éviter les ennuis. Maintenant, il les recherchait. Il n’avait plus peur de souffrir. De toute façon, il y avait cette douleur, là, au fond de lui, qui était toujours présente. Il ne pouvait s’en défaire. Il en était prisonnier. La douleur physique s’estompait toujours, un jour ou l’autre. Ce n’était qu’une question de temps. Par contre, les blessures psychologiques prenaient toujours plus de temps à guérir. Tout dépendait de la volonté de chacune. Celle d’Alexïs était portée par l’espoir de devenir plus fort afin de ne plus jamais se faire écraser par qui que ce soit. Il voulait être en mesure de tenir tête à quelqu’un. Il ne voulait plus être l’un de ces petits moutons qui suivaient toujours les chefs les plus forts. Il souhaitait devenir le chef.

Loin de lui l’idée de voler la place de Callisto. Par contre, s’il restait avec les Morlocks, il souhaitait pouvoir se défendre. Il ne devait plus avoir peur des plus obscures et mauvais. Le jeune homme était bien décidé à tout changer dans sa vie. S’il y a une chose avec laquelle il hésitait à rompre, il s’agissait bien de cette seconde famille. Il ne pouvait pas nier y être attaché. En y repensant bien, Alexïs réalisa qu’il ne souhaitait pas les perdre. Il s’agissait de ce lien qui lui permettait de se sauver du monde extérieur, de cette réalité qui ne lui plaisait pas. Ici, la vie n’était pas la plus belle, mais il sentait qu’il faisait la différence. Il aidait des gens à qui il tenait et ces derniers le considéraient à sa juste valeur. Ils s’entraidaient et comptaient les uns sur les autres. L’individualisme n’était pas aussi présent que dans la société humaine. Ici, les gens avaient de véritables valeurs, pour ceux qui en avaient, et possédaient leur propre vision du monde extérieur. Il n’y avait qu’à prendre Scum comme excellent exemple.

Si Alexïs n’était pas utile pour Callisto, il l’était au moins pour certains Morlocks. Cependant, cette femme ne jugeait pas que ce qu’il apportait était une aide précieuse. Elle trouvait que cela ressemblait plutôt à de la pitié. Elle en semblait dégoutée. Elle n’avait pas non plus besoin d’argent. Elle pouvait se passer de lui. Il en était de même pour les armes, qu’elle prétendait ne pas avoir besoin. Les mutants étaient de véritables armes humaines. Certes, mais qu’en était-il pour ces personnes dont le pouvoir n’était guère offensif ? Pendant quelques secondes, il pensa à sa sœur jumelle. Elle ne pouvait compter sur son don pour se défendre. Elle s’était toujours battue avec ses poings, parfois même avec des armes. Cela semblait très bien lui convenir ainsi.

Restant silencieux, analysant les paroles de Callisto, Alexïs la laissa reprendre. Il l’écoutait avec attention. Il tentait de ne pas laisser son esprit vagabonder. Il devait rester concentrer sur l’instant actuel. Diverses pensées lui traversait la tête, il avait envie d’ouvrir la bouche pour débiter tant de paroles qu’il jugeait, au final, inutiles. S’il s’adressait à la dirigeante des Morlocks, il devait se montrer pertinent, sans quoi elle perdra tout intérêt pour lui.

Puisqu’Alexïs refusait de parler de nouveau à Erïka, il se privait ainsi d’obtenir des informations importantes concernant l’institut. Enfin, si elle en avait déjà possédé. Par contre, il pouvait tout à fait ramener des informations provenant du monde extérieur. Cela n’allait pas être un problème pour lui. Il pouvait profiter de son récent statut de riche héritier pour laisser trainer ses oreilles et savoir ce qui se passait dans certaines sphères importantes de la société. Son père avait une certaine importance dans cette ville depuis qu’il y avait implanté une branche de sa compagnie à proximité. Il était invité à de grandes réceptions, tout comme Eleonnora, désignée comme l’héritière de la compagnie. Comme cette dernière adorait être accompagnée lorsqu’elle allait dans les grandes réceptions, nul doute qu’elle ne refusera jamais qu’il se porte volontaire pour passer du temps avec elle. Pendant ce temps, il en profitera pour en savoir un maximum sur les éléments les plus importants et susceptibles d’intéresser Callisto. Bien sûr, il cherchait à obtenir quelque chose en retour de ce grand service. Devenir plus fort.

Callisto avait déjà une élève. Une femme qu’elle entrainait afin qu’elle devienne une grande combattante. Pourquoi devrait-elle s’encombrer d’Alexïs alors que son travail d’informateur ne permettait pas un échange d’information équitable ? Elle avait besoin de plus. Le jeune homme trouvait qu’elle le sous-estimait. Il était certain de pouvoir dégoter des informations qui intéresseraient grandement Callisto. Il était persuadé qu’en se servant du statut de son père et de la popularité de sa sœur il pouvait arriver à ses fins.


-« Vous me sous estimez. J’ai bien plus de pouvoir à la surface que vous ne le croyez. » Mentit-il.

Quel pouvoir ? Il n’en avait aucun. Cependant, il pouvait en obtenir, s’il faisait les efforts nécessaires pour cela. Il préférait dissimuler ses faiblesses actuelles à Callisto. Par contre, il n’allait pas se gêner de lui démontrer ses forces. Il était l’apprenti du Guérisseur. Il apprenait beaucoup en compagnie de ce vieil homme, parfois bien plus que dans les salles de cours. S’il fallait qu’il reprenne son apprentissage afin de pouvoir être entrainé, alors, il le ferait.


-« Dans ce cas, si telle est votre demande. J’accepte. Je ne m’attends pas à obtenir de traitement de faveur et j’espérais bien que vous ne vous rabaisseriez pas à cela. »

Quelque chose attira l’attention de Callisto. Alexïs ne saurait dire de quoi il s’agissait, mais il lui faisait confiance. Il la suivit sans poser de question, avançant d’un pas rapide, courant presque. Que se passait-il ? Il lui fallut quelques secondes avant de réaliser qu’elle avait dégainé puis lancer une arme. En fait, il remarqua ce geste une fois le couteau planté dans la poitrine d’un homme. Un mutant. Un Morlock. Il observa sans un mot l’échange verbal entre Masque et Callisto. Il ne souhaitait pas se mêler de cela. Il n’avait jamais vraiment adressé la parole à ce mutant. Il lui avait toujours paru effrayant et profondément mauvais. Peut-être n’avait-il pas tort de penser cela ? Visiblement, les intentions du mutant ainsi que de ses acolytes n’étaient pas vraiment saines.

Alexïs avait la preuve que ce n’était pas tous les Morlocks qui appréciaient sa présence dans les égouts. Ils n’aimaient pas l’intérêt que lui portait Callisto. Ils n’aimaient pas le fait qu’un étranger de la surface se considère comme étant une part de leur peuple. Pourtant, ils allaient devoir se faire à cette idée, qu’ils le souhaitent ou non.

L’un des Morlocks s’approcha d’Alexïs, resté légèrement en retrait de la scène. Son apparence n’était pas très soignée, on pouvait dire qu’il était très hideux. Il ne semblait pas démontrer une once de sympathie. Il se moquait de lui, de sa façon de se vêtir. Il y a longtemps que la mère d’Alexïs ne l’habillait plus. Eleonnora avait décidé de prendre ce rôle depuis quelques mois. C’était d’ailleurs des vêtements de marque qu’elle lui avait offert qu’il portait actuellement. Elle avait renouvelé sa garde-robe au grand complet sans compter l’argent dépensé.

-« Non, ils m’ont été offerts par ma sœur. Une femme importante dont sa richesse et son pouvoir n’ont d’égal que sa beauté. Tu ne peux comprendre ces notions, au vu de ta condition. »

Alexïs s’éloigna de cet individu afin de se rapprocher de Callisto. Il ne souhaitait pas le démontrer, mais elle le rassurait. Sa présence lui permettait de se sentir un peu plus en sécurité. Il gardait la tête haute, tentait d’ignorer la présence de ces mutants à l’apparence tout aussi effrayante que leur âme.

-« Il serait peut-être préférable que je vous laisse régler vos différents avec ces individus. Vous avez tant à faire et il semblerait que votre peuple vous réclame. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Mer 30 Oct 2013 - 2:54

Les gens changent, c'est un fait. Mais le plus souvent, ils n'en ont pas conscience et se laissent influencer par les choses et les personnes qui les entourent. Il faut un peu de volonté pour aller à l'encontre de cette tendance et les personnes capables d'initier leur propre changement sont finalement assez rare. Mais Alexïs fait visiblement partie de ceux là. Dissimulant sa peur derrière un agaçant masque d'arrogance, il clame sa volonté de devenir une autre personne, plus forte et réclame par conséquent un entrainement pour que son corps se porte à la hauteur de son esprit. Je lui ai dit qu'il ne pouvait rien exiger de ma part s'il n'avait rien à m'apporter mais il semble vouloir me contredire sur ce point :

-« Vous me sous estimez. J’ai bien plus de pouvoir à la surface que vous ne le croyez.
_Je ne crois que ce que je suis capable de percevoir. Apporte moi quelque chose de concret et peut-être que je porterais du crédit à tes paroles"

Et quand bien même j'avais du temps à accorder à son entrainement, je préférais le prévenir que cela ne le rendrait pas plus utile selon moi. Ce que j'attendais de lui, c'était qu'il succède au Guérisseur dans le rôle de ce dernier, l'entrainement ce n'était que parce qu'il valait mieux pour lui qu'il sache se défendre en cet endroit.
Raisonnablement, il accepte mes conditions.

-« Dans ce cas, si telle est votre demande. J’accepte. Je ne m’attends pas à obtenir de traitement de faveur et j’espérais bien que vous ne vous rabaisseriez pas à cela.
_Oh tu n'en auras pas, ne t'inquiète pas. Tes séances seront dures, à défaut d'être régulières, tu peux compter là-dessus."

Et alors que nous parvenions à un accord qui nous satisfaisait tous deux, j'entendais que quelqu'un nous espionnait. Il ne fut pas difficile de débusquer les coupables. Masque et ses sbires avaient le chic pour m'importuner, ils étaient un triste exemple d'individus qui n'existaient que pour nuire à leurs semblables, une vermine indélogeable parmi la vermine. Si je les gardais, c'était bien parce que je ne pouvais m'en débarrasser et même si je parvenais à les expulser à la surface, ils y seraient un fléau, autant pour l'humanité que pour les mutants. Quand je dis que nous dissimulions des armes ici bas, j'oubliais de mentionner que nous cachions aussi des désastres.

Très vite une joute verbale s'engage, mes menaces contre ses reproches, le tout ponctué des moqueries grasses de ses gorilles. Et pendant que je suis forcée de faire comprendre une énième fois à Masque qui est la cheffe ici, je découvre que le petit n'est pas dénué de répartie.

-« Non, ils m’ont été offerts par ma sœur. Une femme importante dont sa richesse et son pouvoir n’ont d’égal que sa beauté. Tu ne peux comprendre ces notions, au vu de ta condition. »

Pas très incisive comme réplique, mais elle contient assez de mots intelligents pour que la brute doive y réfléchir à deux fois, ce qui laissait le temps au petit de venir se placer sous mon joug. Sage décision de sa part.

-« Il serait peut-être préférable que je vous laisse régler vos différends avec ces individus. Vous avez tant à faire et il semblerait que votre peuple vous réclame.
_Écoute le ma reine. Nous sommes un peuple uni, n'est-ce pas ? Ne veux-tu pas écouter nos doléances ?

Ses paroles sont comme un venin, poisseuses et les entendre couler dans mes oreilles me répugne. Je vais faire taire ce serpent. Empoignant le pommeau de mon couteau enfoncé dans son abdomen je le fais tourner dans la plaie avant d'attirer à moi le façonneur de chair qui crachote quelques gouttes de sang.

_Écoute moi bien espèce de-

Mais la perception d'un mouvement au bout du couloir sombre me retient d'aller plus loin. Je ne l'avais pas vu auparavant mais maintenant que j'y prête attention, mon œil perce l'obscurité jusqu'à y voir les autres servants immondes de Masque, dissimulés au loin. Qu'espérait-il faire ? Me tendre une embuscade ? A moi ? Ce n'aurait pas été la première fois qu'il s'y risque, je pensais qu'il aurait retenu la leçon. A moins que...
Je reporte mon regard sur celui de Masque qui m'adresse un sourire mesquin, venimeux. Silencieusement je positionne mon pied devant Alexïs, de sorte qu'il reste derrière moi et le comploteur de pacotille sourit de plus belle. Je n'étais pas la cible de son stratagème pathétique. Quelque part, c'était presque vexant.

-petite ordure."

Arrachant le couteau au cœur noir du perfide mutant, je le repousse en arrière, l'envoyant bouler contre ses gorilles.

"_Retourne donc à ta tanière, je n'ai pas le temps pour tes petits jeux, Masque. Alexïs a raison cependant, nos différends devront se régler un jour. Définitivement.
_Il en sera selon tes désirs, ma reine..." susurre Masque en se relevant, portant un pan de ses haillons à sa plaie. Et, voyant que je ne comptais pas lui tourner le dos, il s'en repart dans les profondeurs du couloir crasseux d'où il avait jailli, à l'image d'un serpent qui regagne son trou avec la frustration d'une mauvaise chasse.

Très vite je reporte mon attention sur Alexïs avant qu'il ne finisse par lui aussi remarquer la foule dissimulée dans l'ombre. Il y avait peu de chance que ses yeux perçoivent quoique ce soit dans cette obscurité mais je préférais ne pas attendre de le savoir.

"Suis moi-maintenant."

Rangeant mon couteau dans l'un des fourreaux à ma ceinture, je guide Alexïs à grands pas au travers des corridors sales de l'Allée.

"As tu une préférence quant à un certain type d'arme ? Et aies-je mentionné que ton entrainement serait intensif ?"

Intensif, oui c'est le moins qu'on puisse dire. Cette chère petite tête blonde va devoir rapidement passer de chiffe molle pleine de bonne volonté à combattant endurci si elle escomptait survivre parmi nous. Rapidement, mes pas nous mènent vers un sas rouillé aux dimensions d'une porte banale. L'ouvrant dans un grincement, je le franchis avec Alexïs sur mes talons avant de le renfermer. A l'intérieur, Marrow est en plein entrainement et en sueur, frappant des sacs de sable pendus à de lourdes chaines, vigoureuse et agressive malgré son jeune âge.
Sitôt que mon regard se pose sur elle, toute colère s'envole et mon regard s'adoucit. Légèrement.

"Tu devrais prendre une pause maintenant."

Le ton est moins sec et moins abrupt que celui que j'adresse à n'importe quelle autre personne et la petite cesse ses frappes pour venir s'asseoir auprès d'un bol d'eau crasseuse qu'elle vide d'une traite. De mon côté, je me dirige vers un autre sas, qui a des allures de porte pour coffre fort de banque. L'ouvrant à son tour, je le fais pivoter pour laisser Alexïs découvrir la collection d'armes exotiques que j'ai pu réunir tout au long de ma vie. Katanas et autres sabres, rapières, cimeterres et épées, saïs, kriss, lames courtes, dagues et couteaux, shurikens, faucilles... Tout un arsenal d'armes tranchantes et légères venues des quatre coins du monde

"Le choix de ton arme est à réfléchir mûrement, j'attendrais de toi que tu te procures toi même la tienne lorsque tu retourneras à ton domicile. Celle que je te cèderais aujourd'hui, je ne te la prête que le temps de ton initiation."

Je ne comptais pas lui enseigner aussi tôt à prendre en main une arme, mais Masque avec ses plans tordus et ses menaces silencieuses me forçait la main.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Lun 4 Nov 2013 - 17:51

Alexïs savait que les égouts pouvaient dissimuler de sombres et terribles créatures. Il ne s’agissait pas là de monstres de légendes urbaines comme ceux que sa sœur et lui avaient tant craints durant leur enfance. Le fameux crocodile dans les toilettes était un parfait exemple. Par contre, Alexïs devait avouer que Scum, celui qui ressemblait davantage au fameux monstre, était loin de coller à la peau du personnage. Et puis, il ne passait pas dans la tuyauterie des toilettes.
Autant les souterrains pouvaient abriter d’étranges, mais gentilles créatures comme l’était son ami le lézard, autant ils protégeaient les plus fourbes et sombres d’entre elles. Alexïs s’était toujours méfié de certains Morlocks, n’osant jamais aller vers eux car il avait l’impression que sa présence n’était pas désirée, que ces mutants ne lui voulaient que du mal. Maintenant, il réalisait ne pas s’être trompée.

Callisto lui offrait sa protection contre ces êtres malhonnêtes qui semblaient vouloir causer du tort pour leur bon plaisir. Peut-être était-ce parce qu’elle n’avait pas trop le choix, vu son rôle de leader. Peut-être que le marché qu’ils venaient de conclure lui avait donné une raison de prendre un minimum soin de lui. Face à un groupe de dangereux mutants, Alexïs ne valait pas grand-chose. Pour l’instant. Il comptait bien devenir plus fort au fil du temps.

Masque s’éloigna, retournant dans les ténèbres en compagnie de ses imbéciles d’acolytes. C’était mieux ainsi. Callisto devra régler ses différents avec lui, un jour ou l’autre, mais pas ce soir. Pour l’instant, elle se préoccupait plutôt d’Alexïs. Lui ordonnant de la suivre, il obtempéra sans discuter. Il lui faisait confiance, elle savait ce qu’elle faisait. Il la suivit d’un pas rapide à travers les couloirs crasseux et mal éclairés. Il ne connaissait pas très bien cette partie de l’Allée. Il se demandait bien où elle pouvait le mener.

Alors qu’ils marchaient d’un bon pas vers une destination inconnue, Callisto demanda au jeune homme s’il avait des préférences, question armement. Elle ne se priva pas de lui rappeler que ses futurs entrainements seront loin d’être une partie de plaisir. Pendant quelques secondes, il resta silencieux afin de réfléchir. Il ne savait quoi répondre, n’ayant jamais été un fan des armes. Sa sœur jumelle avait toujours eu un penchant pour les fusils de chasses et les armes à feu. Lui, il n’avait jamais aimé cela. Il était habile question cuisine et ce qui nécessitait la manipulation de couteaux, mais cela ne signifiait pas qu’il serait doué avec un poignard dans les mains. Il n’arrivait pas à s’imaginer avec quoi que ce soit qui pourrait servir à tuer quelqu’un.


-« Je n’ai aucune préférence, à vrai dire. J’aurais plutôt imaginé combattre au corps à corps, sans arme. »

Il suivit, malgré tout, Callisto sans rechigner. Il était curieux de savoir où il l’amenait, bien qu’il se doutait que cela avait un lien avec l’armement. Ils entrèrent dans une salle où l’un des Morlocks s’entrainait. Marrow. Alexïs l’avait aperçu à quelques reprises, mais n’avait jamais discuté avec elle. Elle ne semblait pas être le genre de femme à échanger quelques mots sur la pluie et le beau temps, il fallait dire. En fait, son air farouche, sauvage, lui rappelait sa sœur jumelle. S’il les mettait dans la même pièce, enfermée pendant quelques heures, le jeune homme était certain de les retrouver en train de faire un véritable carnage.

Passant à travers la pièce, Callisto mena le jeune homme jusqu’à un sas qui s’ouvrait sur une véritable collection d’armes. On pouvait dire qu’elle ne manquait pas de choix ni de variété. Alexïs pénétra dans la pièce crasseuse et observa tout le matériel qui s’y trouvait. Se procurer une arme, il pouvait le faire. Son père possédait une compagnie d’armement. Il allait pouvoir lui fournir ce qu’il désirait. Après tout, s’il le faisait avec sa sœur jumelle, pourquoi ne le ferait-il pas avec lui ?

Le choix de l’arme devait être réfléchi. Alexïs était plutôt du genre à calculer ses décisions, les impacts et conséquences de celles-ci. Il devait cesser de faire cela. Il se disait que là, maintenant, il devait choisir une arme. Suivre son instinct était la meilleure chose à faire. En posant le regard sur chaque objet tranchant présent, il se demandait si cela lui plairait, s’imaginait en train de la tenir. Les shurikens, les petits couteaux, ce n’était pas son genre. Par contre, ce katana… Doucement, il s’empara de l’arme. C’était léger, facilement maniable et cela lui permettait à la fois une certaine proximité avec son adversaire, tout en restant à distance de celui-ci. Il passa lentement son index sur la lame. Elle semblait bien affûtée.

Plutôt que de tergiverser, le jeune homme décida de porter son choix sur ce katana. Pour l’instant, cela allait faire l’affaire. Il se tourna vers Callisto afin de lui montrer quel était son choix. Pas la peine d’amener l’arme avec lui, il n’aura qu’à s’en procurer une lorsqu’il sera à la surface. Alexïs replaça doucement le sabre.


-« Le katana me semble être un choix judicieux. Je compte m’en procurer un lorsque je serais à la surface. Je peux vous garantir que je posséderais une arme de qualité d’ici quelques jours. »

Alexïs s’avança vers la jeune femme puis s’arrêta face à elle. Si elle ne comptait pas débuter son entrainement tout de suite, il ne voyait aucune autre raison de rester en ces lieux. Il avait du travail à faire et cela allait lui prendre du temps. Il devait cesser de jouer les gamins, prendre ses responsabilités et prouver une bonne fois pour toute qu’il n’était plus un adolescent faible et fragile. Il commençait sa transformation pour devenir un homme, un vrai.


-« À moins que vous ayez encore besoin de ma présence, j’aimerais prendre congé, maintenant. J’ai bien des choses à accomplir à la surface et des informations de qualités à récolter. »

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Callisto

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 17/09/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Ven 8 Nov 2013 - 16:16

A tout prendre, j'aurais préféré ne pas avoir à m'encombrer d'un nouveau combattant à entraîner. Mais si Alexïs tenait à se rendre utile, je préférais mettre le plus de chances de son côté quant à sa survie dans dans l'Allée.

Et puisque son pouvoir était loin d'être offensif, il lui faudrait plus que quelques rudiments de bagarres pour tenir tête aux bougres qui trainaient dans le coin. Je lui demande donc s'il a une arme de prédilection, car après tout, peut-être a déjà-t-il eu l'occasion d'en prendre une en main, ne serait-ce que pour un sport quelconque.

-« Je n’ai aucune préférence, à vrai dire. J’aurais plutôt imaginé combattre au corps à corps, sans arme.
_L'entrainement que je vais te conférer te permettra d'acquérir des bases qui te seront utiles dans n'importe quelle style de combat. Puissance, rapidité et précision sont un tronc commun à la plupart des arts martiaux et une fois que tu as maîtrisé ces trois aspects, tu peux virtuellement maîtriser chaque style."

Et même si une arme peut paraître de la simple esbroufe lorsque maniée par un mutant qui pourrait de toute façon la briser à main nue ou à la force de son esprit, ce n'est pas le cas d'Alexïs pour qui une lame peut s'avérer salvatrice. Je le place donc face à mon propre arsenal de lames afin qu'il puisse faire un choix.

Il hésite un moment, passe devant les plus longues lames, semble en envisager quelques unes plus courtes. Habitant de la surface, il aurait tout à gagner à porter une arme discrète, qui se dissimule facilement dans ses vêtements. Pourtant c'est sur un vieux katana que son choix se porte. Je suppose qu'il suit la devise "Habillez vous pour le job que vous voulez, pas celui que vous avez". Mais il va falloir du travail pour transformer ce petit en samouraï.

-« Le katana me semble être un choix judicieux. Je compte m’en procurer un lorsque je serais à la surface. Je peux vous garantir que je posséderais une arme de qualité d’ici quelques jours.
_Judicieux, en effet, dis-je en hochant la tête. Cette arme est aussi intimidante que dangereuse lorsqu'elle est bien maniée. C'est un point non négligeable car parfois il suffit d'avoir l'air prêt à en découdre pour gagner le combat, sans même avoir eu à le commencer."

Son choix fait, il vient se poser devant moi, attendant la suite. Par quoi allons nous commencer... Je pense qu'un bon échauffement avec Marrow ne lui fera pas de mal, suivi de quelques exercices physiques de plus pour endurcir son corps...

-« À moins que vous ayez encore besoin de ma présence, j’aimerais prendre congé, maintenant. J’ai bien des choses à accomplir à la surface et des informations de qualités à récolter.

A ces mots je le regarde avec un petit air moqueur. Quoi, il veut déjà partir ? Après toutes ses belles paroles sur le fait de vouloir changer, devenir un autre homme et tutti quanti ?

_Je croyais que tu étais impatient de t'exercer. J'avais plutôt dans l'idée de commencer dès maintenant ton entraînement. Mais soit, si tu veux t'en aller...

Je fais alors signe à Marrow de se placer entre le jeune blondinet et la porte.

_...la sortie est juste là."

Comme à son habitude, la petite est prête à en découdre. En posture de combat, toujours en mouvement sur ses appuis, l’œil alerte et un air farouche imprimé sur le visage, elle attend que son adversaire fasse le premier pas pour attaquer. Les lames osseuses destinées à la protéger des coups pointent déjà hors de la chair de ses avant-bras.

La parodie de combat qui devrait suivre me permettra d'évaluer les forces et faiblesses d'Alexïs, mais je parie dores et déjà sur un manque de puissance et une certaine maladresse. Normal pour un débutant.
J'imagine qu'il sera assez tenace pour vouloir continuer le combat jusqu'à l'épuisement, aussi peut-être faudra-t-il que je l'arrête moi-même afin qu'il lui reste un peu d'énergie pour les exercices utiles qui suivront. Des exercices visant à accroître son endurance et à aiguiser la maîtrise de son corps.
Et normalement après cela, s'il tient encore debout je pourrais lui enseigner plus calmement à tenir et manier correctement le katana, peut-être lui conter l'histoire de cette arme...

J'espère vraiment pour lui qu'il n'avait pas prévu de beaucoup dormir cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   Dim 10 Nov 2013 - 7:14

Alexïs et le combat, ça faisait deux. Les choses avaient toujours été ainsi. Sa sœur se battait, il se cachait derrière elle. Maintenant, les choses devaient changer. Il souhaitait apprendre à se battre, à se défendre. Il voulait devenir plus fort pour protéger les personnes à qui il tenait et, surtout, ne plus avoir à dépendre de qui que ce soit pour se défendre. Il voulait être en mesure de survivre seul. Il comptait bien atteindre son objectif, bien que cela s’annonçait long et ardu.

Pour son entrainement, Callisto prévoyait lui fournir une arme. Certes, il allait découvrir les techniques de combat au corps à corps, mais une arme lui sera toujours bénéfique dans certaines circonstances. Ce n’était pas Alexïs qui allait s’opposer à cela. Il faisait confiance à Callisto et ses capacités de combattante. Elle savait ce qu’elle faisait.

Une fois dans son armurerie, le jeune homme réalisait qu’elle était bien plus équipée au niveau armement que ce qu’il pensait. Certes, les mutants pouvaient, en général, compter sur leur don afin de combattre ou se défendre. Callisto n’avait sûrement pas besoin d’un tel arsenal pour affronter ses ennemis. Malgré tout, il fallait avouer que cela pouvait s’avérer être un véritable atout et faire une grande différence dans un combat entre deux féroces adversaires.

Alors qu’il regardait les armes présentes, Alexïs réalisa qu’il n’y avait aucune arme à feu, aucun pistolet ou chose de ce genre. Il n’aimait pas ce type d’armement. Son regard était plutôt attiré par les longues lames. Il se posa sur un vieux katana qui semblait avoir pris de nombres vies. Le jeune homme l’observa longuement avant de décider que ce serait l’arme dont il userait lors de ses entrainements. Reposant sagement l’arme à sa place, il annonça sa décision à Callisto. Cette dernière accepta son choix.

Puisque tout semblait être réglé, que certaines décisions avaient été prises, Alexïs songeait qu’il était temps pour lui de rentrer. Il avait beaucoup à faire à la surface. Ce petit tête à tête avec Callisto lui avait ouvert les yeux sur certaines choses et lui avait donné la motivation de prendre son rôle d’informateur bien plus au sérieux. Dans sa tête, il n’était pas question d’un entrainement immédiat. Il avait assez profité de la présence de la reine des Morlocks, certains membres de son peuple avaient probablement besoin d’elle en ce moment.

Pourtant, Callisto avait déjà prévu de débuter son entrainement. Par contre, si Alexïs était si pressé de sortir, rien ne lui en empêchait. Il allait devoir passer cette porte gardée par Marrow pour y arriver. Cela ne s’annonçait pas facile. Alexïs esquissa un petit sourire.


-« Je pensais que vous aviez bien plus important à faire que de vous occuper davantage de moi. Il me fera plaisir de commencer l’entrainement dès maintenant. »

Marrow était prête à se battre. Elle était déjà en position. Alexïs, lui, était loin d’être tout aussi expérimenté. Il se plaça en position de combat, comme on le faisait à la boxe. Il en avait fait, brièvement, avec sa sœur, autrefois. Il s’y était remis il y a quelques mois, mais avait fini par abandonner l’entrainement. Maintenant, il commençait à le regretter. Il sentait que cet affrontement ne serait pas de tout repos. Il allait en baver, il allait se faire battre comme une petite merde. Il n’avait aucune chance. Pourtant, il voulait prouver à Callisto qu’il pouvait, un minimum, se défendre.

Alexïs attaqua le premier. Un coup simple qu’il s’attendait à voir être bloqué par son adversaire. Ce fût le cas. Il se fit légèrement mal contre les lames osseuses qui sortaient du corps de Marrow. Reculant, le jeune homme tentait d’éviter ou de bloquer tant bien que mal ses assauts répétés. Il n’y arrivait pas, il se prenait des coups. Afin de se défendre, il attrapa le katana et tenta de s’en servir pour bloquer les coups de lame. Ce n’était pas aussi simple qu’il n’y paraissait et il se retrouva rapidement désarmé.

Projeté sur le sol au bout de deux petites minutes, Alexïs se redressa péniblement, plutôt que de se rapprocher de son adversaire, il piqua un sprint pour passer près d’elle et se retrouver près de la porte. Il se retourna, par la suite, afin de bloquer ses attaques ou de les encaisser. Il recula jusqu’à sortir de la pièce, où il trébucha et tomba sur les fesses. Essoufflé, souffrant le martyr après toutes les attaques qu’il s’était pris sur la quasi-totalité de son corps, le jeune homme avait terriblement hâte de retrouver son lit.


-« Votre entrainement sera le bienvenu, plus que jamais. »


Il resta, malgré tout, un peu plus longtemps afin d’écouter les conseils de Callisto. Il voulait apprendre. Il n’allait pas faire sa mauviette et s’éclipser tout de suite, même si l’envie était forte. Il ne quitta cet endroit qu’au moment où Callisto lui en donna l’autorisation. Avant de partir, Alexïs s’inclina légèrement vers l’avant, un bras replié contre lui. Il avait pratiquement l’air d’un majordome. Il n’allait pas avouer que c’était parce qu’il avait mal.

-« Je vous remercie. Je reviendrais sous peu pour vous apporter des informations, comme promis. Cette fois, je ne vous décevrais pas… ma reine. »

Sur ce, il se redressa et quitta l’Allée pour retrouver la surface. Il rêvait déjà de son lit chaud et confortable. Pas question de rester éveillé une fois chez lui. Il souhaitait dormir et reprendre des forces. Il aura beaucoup à faire pendant les prochains jours. Cette fois-ci, il allait se rendre véritablement utile aux Morlocks. Maintenant, il savait pour quoi il se battait. Il allait devenir plus fort. Plus jamais il ne sera le petit et faible Alexïs que tout le monde pensait si bien connaitre.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remise en question [Callisto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remise en question [Callisto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» remise en question .
» [Déc] Remise en question et solitude || Bill ||
» Remise en question des sentiments ... ♥ [With Juice]
» Remise en question sur la discrétion [Sarah Essen]
» Le débat sur la question du protectorat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Egouts :: L'Allée-