X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Ven 26 Oct 2012 - 18:37

Aujourd'hui, journée intégrale en patrouille. Au moins cela me change un peu de d'habitude. Je prend l'air et je ne passe pas la journée le derrière vissé sur une chaise à taper des dossiers tous plus inintéressants les uns que les autres. Franchement, c'est à se demander l'intérêt de garder une trace de tout et n'importe quoi. Il parait que c'est important mais j'en doute sincèrement. Enfin, je fais ce qu'on me dit, après tout je ne suis là qu'en stage et je doute que faire la fine bouche soit très bien vu par mes supérieurs. Les patrouilles ne sont pas forcément des plus passionnantes non plus mais il arrive parfois de bonnes surprises. Bonnes dans le sens où il y a un peu d'action et que nous soyons forcés d'intervenir pour telle ou telle raison. Après, je doute que les victimes voient ça dans le bon sens du terme. Mais de quoi je me plains en fait ? Là, je ne risque pas ma peau tel que cela a été le cas lors de différentes interventions. Étrangement, cela n'a toujours été que la faute des mutants. A croire que tout le monde fait la sourde oreille pour ne pas s'en rendre compte, ma parole ! Il n'y a donc que moi qui m'en aperçoit et voit l'évidence ? Pour mes collègues, on dirait qu'ils ne voient que des humains et rien d'autre. Mais tout de même ! Le type qui a chuté de neuf étages sans mourir, soit il a le cul bordé de nouilles soit il est mutant, il n'y a pas d'autres explications. Et puisque je doute fort qu'il soit une usine à pâtes dont la production sort de son postérieur, il ne reste qu'une seule explication. Je préfère tout de même garder ça pour moi, je n'ai pas envie de me faire renvoyer ou que l'on me colle en cellule de dégrisement parce que l'on croit que j'ai bu.

J'attrape mon ceinturon qui me permet d'accrocher arme à feu et matraque puis je rejoins mon collègue qui m'attend dans la voiture de patrouille. Dire que je n'ai même pas à conduire... Je vais mourir d'ennui, c'est certain. Le programme de la journée est simple et promet de ne surtout pas être riche en rebondissements. Patrouille dans la périphérie de la ville puis on termine par les quartiers. Vu qu'on est en début d'après-midi, on risque de terminer assez tard. J'espère juste que l'on ne m'a pas collé un collègue casse-pieds du genre de Gustave. Celui là, il s'aime, ce n'est pas possible autrement. Et vas-y que je fais ceci et vas-y que je suis cela... Mon dieu, il doit avoir fait agrandir son uniforme au niveau des mollets.

Ouvrant la portière sans même regarder à l'intérieur, je me glisse dans la voiture et boucle ma ceinture. Il faut donner l'exemple il parait. Tournant la tête, je me retrouve nez à nez avec une boite de donuts. Surprise, je recule un peu la tête avant d'en saisir un, le premier qui vient. Je ne raffole pas de ces trucs là mais il faut bien que je mange un peu. Et puis je n'ai pas envie de fâcher mon collègue dès le début de la patrouille
.


« Euh... merci. »


La boite disparait alors de mon champ de vision pour atterrir sur le siège arrière, dévoilant ainsi celui qui m'accompagne. Contre toute attente, il s'agit d'une personne que j'apprécie. C'est un rouquin avec une cicatrice sur le bout du nez, assez grand même si assis, cela ne saute pas aux yeux. Il est plutôt gentil et est toujours plein de petites attentions. En fait, il me rappelle mon frère quelque part... Je secoue légèrement la tête comme pour chasser cette pensée. Heureusement qu'il n'a rien à voir avec lui, en fait. Il me sourit et je lui rend son sourire. Finalement la journée va peut-être se dérouler mieux que je ne le pensais.

Le temps passe, plutôt agréablement. Rien de spécial à signaler par contre, c'est plutôt calme mais au moins je suis en bonne compagnie pour une fois. Il ne nous reste plus que les quartiers à surveiller. Récemment, plusieurs plaintes ont été déposées contre X à cause de vandalisme dans les environs. Sans doute des voyous, alors autant ouvrir l’œil. La nuit est en train de tomber, cela va devenir plus difficile à observer mais au moins si quelque chose se passe, on est là. J'aperçois quelqu'un qui court, se sauvant derrière une haie. Oh, pour fuir comme ça, il doit avoir quelque chose à se reprocher. Je le signale à mon collègue et il gare la voiture sur le côté. Tous les deux nous descendons pour aller jeter un œil mais rien. Il a dû filer... Plutôt rapide en tout cas, il devait bien connaitre le quartier. Il ne restait plus qu'à retourner à la voiture et à continuer cette ô combien passionnante patrouille.

.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Sam 27 Oct 2012 - 2:49

La nuit tombe sur New-York, et un nouvel homme masqué s'apprête à commettre un méfait ce soir. Lui aussi s'attaque à des mutants, mais ses méthodes n'ont rien de comparable à celle du Barbare. Il ne cherche aucun défi, aucune satisfaction, c'est un exécuteur, un bourreau. Alors que les lumières artificielles prennent le pas sur le soleil, et que la lune toise les habitants de ce coté du globe sans dispenser la moindre clarté, Il attend sa cible. Il a déjà reçu tout les renseignements nécessaires à la réalisation de sa tâche, et la plus importante d'entre toutes, est l'itinéraire de voiture de la patrouille. Car la future victime est un policier, un homme qui voue sa vie à la protection d'autrui, à moins qu'il n'ai réalisé ce choix dans le but de s'offrir une protection face à l'avis de la société sur les mutants, car de plus en plus savent.

Pour Whistler, les raisons qui ont poussé l'homme à entrer dans la police importent peu. Il n'est qu'un mutant de plus, et sa place dans la société n'est qu'une obligation à plus de prudence lorsqu'il frappera. A vrai dire, s'il est à l'écoute de ceux qui l'utilisent, ce mutant est l'un des pires de tous. Définis comme un virus implanté au cœur même d'une institution visant à protéger la populations des êtres comme lui, il détourne le regard des honnêtes citoyens vers d'autres directions. Il est de ce fait dangereux, car il empêche le peuple de se rendre compte de la présence des mutants, il les empêche de les connaitre et de les juger pour ceux qu'ils sont.

* Ils les empêchent de nous haïr. *

Malgré la parfaite conscience de ses actes, Joshua est bien en mal d'imaginer une autre alternative à la mutation. Sa propre expérience lui a prouvé qu'il est un danger pour autrui, et ses dernières années l'ont formé à aller plus loin sur cette voie. Les mutants sont un cancer dans le poumon de l'humanité, et s'il n'est pas combattu, il tuera les cellules saines. Là où Joshua n'est qu'un chancre parmi tant d'autre, Whistler est un vaccin. Une part de la maladie, dont la seule tâche est d'éliminer ses semblables.

La voiture apparait enfin au loin. Les états d'âme et les doutes s’effacent, pour laisser le champ libre à l'instrument. Whistler se replie rapidement dans une ruelle, afin de préparer son attaque dans un lieu plus propice, et d'une position adéquate. Cependant, son plan semble compromis lorsqu'il entend le véhicule s'arrêter non loin, avant que les portes ne claquent. Il met alors ses talents d'acrobates à profit et grimpe aussi vite que les nombreuses accrochent le lui permettent.

Il ne faut pas plus de quelques secondes pour que les deux agents soient à l'entrée du chemin. Observant avec attention, cherchant à localiser le jeune homme. Son costume n’émet aucune lumière, faisant de lui une ombre dans cette ruelle non éclairée, et placé dans un lieu relativement peu accessible au premier coup d’œil, mais il attend tout de même qu'il se retourne pour agir.

Son casque est formel, l'homme est un mutant. Il saute alors, pour descendre d'un étage, atterrissant en roulade sur le grillage de la cage d'escalier extérieure dans un bruit assourdissant pour la quiétude de la nuit. Tendant simplement le bras, l'un des anneaux vient se loger dans sa main, et il peut poursuivre le mouvement pour le lancer vers sa cible. Les policiers se sont retournés, en entendant le bruit, et c'est le mutant qui réagit le premier, poussant sa collègue pour la protéger du projectile avant de sauter lui même de coté, grave erreur.
L'anneau modifie sa trajectoire en plein vol, obéissant à Whistler, il décrit une courbe serrée, plongeant vers le policier à terre, qui s'en tire de justesse en roulant sur le sol, alors que le cylindre frappe dans un crissement avant de s'élever à nouveau dans les airs pour retourner vers la main qui l'a lancé. Le jeune est de nouveau au sol, un anneau dans chaque main, il est prêt à poursuivre son assaut.
.


_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Lun 29 Oct 2012 - 17:48

Finalement, j'avais peut-être rêvé... J'étais pourtant sûre d'avoir vu quelqu'un se faufiler par cette allée. Pourtant, il n'y avait pas la moindre trace d'une présence ou bien le moindre bruit. Difficile alors de confirmer que quelqu'un était bien passé par là. Courir après une ombre était une perte de temps non négligeable alors que nous pourrions faire autre chose de plus utile. Enfin utile... tout était relatif. En voyant notre voiture de patrouille, les délinquants du quartier n'allaient certainement pas se pointer, préférant sans doute nous guetter depuis leur planque afin d'attendre que nous soyons passés pour enfin sortir de leur trou. Autant dire que c'était là aussi parfaitement inutile. Le mieux serait d'envoyer un ou plusieurs agents en civil afin de se mêler à la "faune" locale, pour s'y infiltrer et ainsi plus facilement voir d'où vient le problème et comment le résoudre. Quoi qu'il en soit, il ne nous restait plus qu'à rejoindre la voiture pour repartir et continuer notre passionnante patrouille. Encore une chance que mon coéquipier était plutôt bavard. Pas besoin de radio avec lui, il comblait le silence à lui seul. Mais au moins c'était intéressant. Pas comme certains "vétérans" qui passaient leur temps à se vanter et à rappeler leurs exploits de jeunesse. N'empêche que pour en être réduit à effectuer ce genre de patrouille, leur carrière ne devait pas être reluisante.

Mais à peine avons nous fait quelques pas vers la voiture qu'un bruit sourd se fit entendre, juste derrière nous. Aussitôt, mon collègue et moi nous retournons juste à temps pour apercevoir une forme noire mais surtout une sorte de... rondelle ? Disque ? avancer vers nous à grande vitesse. Je n'ai même pas le temps de faire quoi que ce soit que mon collègue me pousse sur le côté. Ne m'y attendant pas, je me retrouve projetée sur le côté, atterrissant durement sur le sol de béton de l'allée. Oui, dans le quartier, la pelouse n'est pas vraiment très bien répartie. Pour amortir le choc j'aurais pu compter sur mon uniforme... si seulement je ne portais pas de manches courtes. Peu importe la douleur ou les éraflures, ce n'est pas le moment de faire la fine bouche. Un type essaie de nous tuer ! Avec des... jouets ? Même si je suis au sol, j'ai le temps de lever la tête pour voir ce qu'il se passe. Et voilà que le disque, au lieu de continuer sa course tout droit et de décliner plus loin ou de se ficher dans un obstacle, se met à tourner, comme s'il poursuivait mon collègue. Celui-ci se révèle être plutôt agile et l'évite de justesse. Je ne me laisse pas le temps d'admirer sa souplesse et me remet aussitôt sur pieds, attrapant mon arme à feu, retirant la sécurité pour braquer l'auteur de cette agression. Une chose était sûre : je n'avais pas rêvé !

Et là... le disque, l'anneau ou je ne sais ce que c'est que ce truc retourne vers celui qui l'avait lancé. Allons bon, c'est un boomerang en fait ? Je n'y comprends rien, qui est cet homme ?! Il est encore dans l'ombre, je ne le distingue pas bien, ça va être difficile de le viser correctement. On dirait qu'il porte une combinaison noire intégrale, on ne voit pas un bout de peau. Impossible de lui donner alors une origine... ou même un âge. Son visage est recouvert par un casque. Mais le plus curieux reste ses... armes ? Elles sont télécommandées ?! Le maintenant en joue, je jette un œil à mon collègue avant de poser le regard sur l'agresseur
.


« Ça suffit ! Sortez de là et mettez les mains derrière la tête ! Il n'est pas encore trop tard pour ne pas aggraver votre cas... Vous auriez pu tuer quelqu'un ! Lâchez ce... cet anneau ou peu importe ce que c'est et allongez vous sur le sol ! »

Vu la façon dont il nous a agressé, je doute qu'il coopère si facilement mais qui ne tente rien n'a rien. Mon collègue le tient aussi en joue désormais. A deux contre un, nous avons un avantage mais ce type ne me dit rien qui vaille. Mieux vaut rester méfiant. Je ne compte pas le quitter des yeux, il a l'air rapide et une faute d'inattention pourrait se révéler mortelle... Heureusement que mon coéquipier m'a poussé. Il faudra que je le remercie d'ailleurs. Mais ce n'est pas le moment, cela attendra que nous ayons appréhendé ce... malade mental tout de noir vêtu.

« Retirez votre casque également, que nous puissions vous identifier ! » enchaina mon collègue juste après moi
.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Dim 4 Nov 2012 - 20:59

Il avait été présomptueux, comptant sur l'effet de surprise et la vitesse de son arme, il pensait que le policier serait mort ou du moins blessé dès ce premier assaut, mais l'homme avait eu de bons réflexes. Désormais la situation semble figée, les deux policiers ayant mis en joue leur agresseur. Ils sont en position de force, mais leur formation les empêche de tirer, ne pouvant répliquer qu'en état de légitime défense alors qu'il aurait pu abattre Joshua ici, et en terminer avec lui. A la place, ils tentèrent de le raisonner, lui donnant des ordres, comme s'il s'agissait d'un simple malfrat armé, pensait-il vraiment qu'il allait se rendre ?

Malgré tout, la situation n'était pas à l'avantage de Whistler, et il devait trouver un moyen d'atteindre sa cible. Malgré sa vitesse et son agilité, s'il tentait un mouvement trop brusque, il y avait fort à parier que les agents n'hésiteraient pas une seconde à tirer, et si sa combinaison lui offrait une meilleur résistance, ce n'était pas non plus du kevlar, et il finirait rapidement dans l'autre monde.

*Je dois réussir à m'approcher. Et je sais comment.*

Il se baissa, lentement et posa ses anneaux au sol, avant de lever les mains pour montrer qu'il n'était plus armé. Puisqu'ils désiraient le voir abandonner ses anneaux et se mettre en position de soumission, il leur ferait miroiter cette victoire facile. Il ne doutait pas qu'ils se méfieraient tout de même, mais ils ne pourraient pas l'abattre sans aucune raison valable.

Joshua se releva en plaçant ses mains derrières sa tête. Cela étant fait, il attendit quelques secondes avant de se mettre en marche, d'un pas lent et mesuré, il ne devait pas les brusquer, ils allaient certainement lui intimer de ne plus avancer, mais il devait tout de même gagner le plus de mètres possible avant qu'il ne s'oppose à son approche, chaque pas était une petite victoire qu'il obtenait avant le dernier acte.

Finalement, comme prévu, on lui ordonna de s'arrêter. Ils raffermissaient leur prise sur leurs armes, le souffle et le cœur un peu plus rapide qu'il y a quelques secondes. Sa cible tenta de s'approcher, tenant son pistolet d'une main, et attrapant les menottes avec la seconde, lui aussi agissait avec de la réserve, ne sachant pas à qui il avait affaire. Il réitéra son injonction.

- Retirez votre casque !

C'était le moment qu'attendait Joshua. Il releva lentement la tête, présentant la visière de son casque de face au policier qui stoppa son avancée, se préparant à toutes les éventualités, pourtant, il n'aurait jamais imaginé ce qu'allait déclarer celui qui avait tenté de le tuer. L'équipement de Whistler sembla soudain prendre vie, les rainures oranges apparaissant, même le casque possédait ces lueurs, et les deux anneaux plus loin pulsèrent de la même couleur.

- Certainement pas devant toi. Mutant.


Cette phrase eut l'effet d'un coup de masse sur le policier, et c'était exactement ce que recherchait l'assassin. Alors que le policier perdait de précieuses secondes à accuser le choc de son secret ainsi dévoilé, Whistler s'élança en avant, se réceptionnant en roulade. Les deux anneaux derrière lui se soulevèrent du sol et filèrent vers ses mains. Il les rattrapa au moment où il revenait en position accroupie, et en lança un vers la jeune femme bien décidé à ce qu'elle n'interfère pas, et il poursuivit son avancée vers l'homme qu'il devait tuer. Désormais trop proche pour que l'arme à feu soit un réel avantage, c'est au corps à corps que le policier allait devoir défendre sa vie.
.
Spoiler:
 

_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Mar 13 Nov 2012 - 15:27

Pourquoi mais pourquoi fallait-il que je tombe constamment sur des malades ? Soit j'étais abonnée et ma bonne étoile était partie en vacances soit les rues de New York étaient remplies de gens tous plus étranges les uns que les autres. Était-ce pour cette raison que mon père avait disparu ? Cette ville était maudite, elle ne m'inspirait rien de bon. Malheureusement j'avais encore plusieurs mois à tenir... si jamais je survivais jusque là, ce qui était assez mal parti dans l'immédiat. Par chance, celui qui nous avait attaqué nous avait loupé. Ou plutôt c'est grâce à mon collègue si nous sommes encore en vie. Il avait eu un sacré bon réflexe et il m'avait littéralement sauvé la vie. Quoique... C'était quoi ces anneaux bizarres ? Ils avaient l'air dangereux mais pourtant pas coupants... C'était étrange. L'autre policier et moi mettons l'homme en joue, lui intimant de se rendre et de déposer ses armes. Ce qu'il fit.

Alors là, je m'attendais à un peu plus de résistance de sa part. Tout ça pour ça... Il avait eu l'avantage de la surprise mais maintenant que son attaque tombait à l'eau, il abandonnait ? Et pourquoi nous attaquait-il ? C'était quoi cette tenue ? Rares étaient ceux qui s'en prenaient directement aux policiers sauf s'ils y étaient obligés. Lorsque cela arrivait, ils étaient au moins en bande. Lui, il était seul. A moins que des petits copains à lui soient également cachés dans l'ombre ? Restant l'arme braquée sur l'homme, je jetais tout de même un œil aux alentours. Tout était calme mais mieux valait être méfiant.

L'homme en combinaison noire faisait tout ce qu'on lui ordonnait de faire, c'était une bonne chose mais ça me paraissait un peu trop facile. Après tout... nous étions deux et armés, cela avait du le dissuader. Mains derrière la tête, armes au sol, il s'approchait lentement. Où allait-il comme ça ?! C'est nous qui allons à lui et non l'inverse. J'aime les personnes qui prennent des initiatives mais pas dans ce cas de figure. En chœur, mon collègue et moi lui ordonnons de stopper là, ce qu'il fit. Pas contrariant au final mais il me stressait. En fait je préfère ceux qui hurlent et qui gesticulent. Au moins on sait à quoi s'attendre avec eux. Mon collègue tente une approche pour aller le menotter. Je le soutiens en conservant notre agresseur en joue. Ne fais pas de geste malheureux, je n'ai aucune envie de te tirer dessus... Jusqu'à présent, l'homme avait fait tout ce qu'on lui avait demandé. Sauf une chose. Il n'avait pas retiré son casque et n'avait rien dit. Cachait-il quelque chose là dessous ou espérait-il encore pouvoir s'échapper avant que l'on ait pu voir son visage ?

Mon collègue lui ordonna à nouveau de le retirer mais la seule réaction de l'homme fut de tourner la tête vers lui. Soudainement, son accoutrement auparavant noir s'illumina de rainures couleurs orangées, le rendant plus visible. Cela ne présageait rien de bon et je resserrais mon étreinte sur mon arme, glissant mon doigt sur la gâchette. J'étais prête à tout sauf à ce qu'il allait dire. Mutant ? Comment ça mutant ? Il s'adressait clairement à mon collègue... et vu la tête que celui ci tirait, c'était très probablement la vérité. Mon dieu... c'est un mutant lui aussi ?! Qu'est-ce que c'était que cette mauvaise blague ? Pourquoi ne m'en étais-je pas rendue compte plus tôt ?? Je repensais à mon frère... Lui aussi pouvait très bien cacher le fait qu'il était un monstre... Ce n'était pas forcément voyant. Mon cœur se mit à battre plus rapidement. Je ne savais plus quoi faire. L'ennemi se trouvait donc être mon collègue et non cet homme étrange. Pourtant, c'est bien ce dernier qui m'attaqua, relançant l'un de ses anneaux vers moi après avoir effectué une roulade. Il voulait apparemment la guerre... à moins qu'il ne me prenait aussi pour une mutante.

J’eus tout juste le temps de me jeter sur le côté pour éviter l'anneau. Pourtant, une vive douleur me lança juste en dessous de l'épaule, sur le bras. Je ne m'attardais pas dessus et me redressait rapidement pour ne pas devenir une cible trop facile. Effectuant une roulade sur le côté, je me retrouvais derrière notre voiture, me pensant protégée. Un liquide chaud coulait le long de mon bras, liquide que je soupçonnais être du sang. En fin de compte, ils coupaient ses anneaux... mais ce n'était pas ça l'important. J'assistais à quoi là ? Une bataille entre monstres ? Celui qui lançait des anneaux en était-il un aussi ? Non probablement pas puisqu'il avait l'air d'en vouloir au mutant. Un allié alors ? Dans ce cas pourquoi m'attaquait-il ? Pour que je ne protège pas mon collègue ? Collègue qui m'avait protégé jusque là... Bon sang, je ne sais plus quoi penser !! Mon arme vise l'un puis l'autre, je suis incapable de faire un choix rationnel. Je n'ai pas le temps !

De son côté, mon collègue se retrouvait aux prises avec l'homme casqué. Reculant vivement d'un pas, il effectua une esquive de côté pour se retrouver dans le dos de son adversaire avec une dextérité incroyable. Bouger de la sorte si rapidement n'était clairement pas humain. C'est tout juste si j'avais eu le temps de le suivre des yeux. Un être comme ça ne pouvait qu'être dangereux... mais et l'autre ? Pour le moment c'était trop dangereux mais si j'en éliminais un... je serais plus tranquille par la suite. Mais je ne pouvais pas tirer sur mon collègue... comment l'expliquer par la suite ? Pourtant... le temps pressait et c'est ce que je fis. Pointant mon arme vers lui, je tirais sur celui qui avait été mon collègue. Il n'était pas humain, plus question de le considérer de la sorte. Il ne devait pas s'attendre à ce geste de ma part ou il était trop concentré sur l'homme en noir car il n'eut pas le temps d'esquiver la balle. Heureusement pour lui, puisqu'il bougeait, je ne l'avais pas touché mortellement mais il fut stoppé soudainement, tombant sur le côté, blessé à la jambe. Il se retourna vers moi d'un air étonné. Moi je n'avais pas bougé de derrière la voiture, lui lançant un regard froid malgré la situation
.


« Pourquoi... ? »

« C'est les gens comme toi que l'on doit chasser... Tu as déjà menti pendant trop de temps... Monstre. »


Il avait l'air surpris d'un tel discours mais ne s'attarda pas dessus, bougeant comme il le pouvait pour éviter l'autre homme qui n'avait pas stoppé son assaut. Néanmoins avec cette blessure, il allait être bien moins agile qu'avant. Je me repositionnais. Désormais j'étais seule. Avais-je fais le bon choix ? Et si mon collègue s'en prenait à moi maintenant... ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Jeu 29 Nov 2012 - 21:06

L'affrontement était engagé désormais. Le policier s'était remis de l'annonce faites par Whistler et il se préparait à vendre chèrement sa peau. La jeune policière, quant à elle, eut un réflexe de survie en évitant l'anneau de justesse, ne récoltant qu'une estafilade. C'était un mal pour un bien puisque le chasseur n'avait aucunement l'intention de la tuer. Il fit revenir son anneau et entama le combat rapproché avec sa cible. Cette dernière abandonna son arme à feu, perdant de son efficacité dans une bataille rapprochée, il opta plutôt pour son bâton télescopique, qui aurait au moins le mérite de pouvoir repousser ces anneaux.

Les échanges entre les deux hommes étaient rapides et si l'un frappait avec l'intention manifeste de défaire son adversaire, l'autre n'avait rien à envier à la dextérité de son ennemi, contrecarrant les assauts avec autant de talent. Le policier était bien plus doué que la plupart de ses pairs, et Joshua avait quelques idées sur ce qui avait pu le pousser à s'entrainer aussi durement. Si le mot mutant résonna si fort dans son esprit, il y avait fort à parier qu'il avait déjà eu à en subir les conséquences avant sa rencontre avec Whistler, et il avait certainement du se défendre, comme aujourd'hui. Pourtant, malgré sa position et la nature particulière de ce combat, il ne semblait pas décidé à attaquer, restant avant tout un policier. Il tentait de désarmer Joshua, ou de l'envoyer au sol, pour pouvoir ensuite le bloquer et l’interpeler de manière correcte, mais sa stratégie était trop préservatrice pour marcher contre un adversaire d'un niveau égal au sien, et il avait perdu en ne se confrontant qu'à de vulgaires voyous. S'il voulait remporter cet affrontement, sans tuer son adversaire de surcroit, il devait passer au niveau supérieur.
Peut être pensa-t-il un instant qu'il pourrait tout expliquer à Zoey plus tard, une fois au calme, pourquoi il pouvait faire ça, et ce qu'était un mutant, pour qu'elle comprenne. Mais elle avait déjà compris, et il allait l'apprendre à ses dépens.

Le policier esquiva un assaut, et en un instant il modifia totalement ses appuis et contourna Joshua Par l'autre direction se retrouvant ainsi dans son dos. Il frappa la jambe droite de son bâton, obligeant le tueur à mettre un genou à terre et s’apprêtait à le mettre au sol, mais le jeune homme se releva prestement, lançant ses deux anneaux dans un même mouvement pour se remettre sur pieds. Il était désormais désavantagé face à un mutant possédant des aptitudes de déplacement, mais il pensait pouvoir compenser. Le combat reprit mais à peine les deux hommes commencèrent-ils à s'élancer qu'un coup de feu retentit, ils avaient oublié la policière.

Contrairement à ce à quoi les deux hommes s'attendaient, ce fut le policier qui fut frappé, touché à la jambe, il s’effondra. L'échange qui s'ensuivit, muet pour lui, et emprunt d'une haine bien connue pour l'autre, se répercuta dans l'esprit de Joshua comme l'écho de toute une vie de souffrance. Son rythme cardiaque s’accéléra avec son souffle, l'information communiquée par son casque. La contradiction de ses pensées et de ses actes, de ses sentiments et son esprit, il ressentait une forme de colère provoquée par cette femme qu'il redirigeait illogiquement contre le policier au sol, et quelque part aussi contre lui même, cet enchevêtrement opposant son endoctrinement à tout ce qui constitue ce qu'il se permettait parfois d’espérer, implosa en une décharge d'adrénaline. Le policier n'avait plus une chance.
En quelques secondes, il était incapable de déplacer, frapper à l'autre jambe par Joshua. Il lança son anneau vers le ciel, et maintint le policier dos au sol. L'arme retomba en sifflant sur la trachée, tranchant la moitié du cou aussi nettement qu'un scalpel.

Il acheva le travail, épargnant l'agonie, avant de se relever pour se diriger vers la policière. Ses sentiments s'étaient calmés, mais il hésitait encore à savoir s'il avait une dette envers elle.

- - Je vais emporter le corps, ils ne pourront pas savoir pour la balle de cette manière. Vous serez certainement approchée par mes utilisateurs.
.

_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Lun 17 Déc 2012 - 17:44

Qu'est-ce que je venais de faire ? Je ne sais pas si c'était l'adrénaline qui m'avait fait agir ou si c'était ma raison. Difficile à dire. Pour le moment j'avais l'esprit encore un peu embrouillé. C'est toujours dans ces moments là qu'on se demande si on a fait le bon choix. Et l'ai-je fait ? Je viens quand même de tirer sur mon collègue. Pas dans le but de le tuer bien sûr mais... ça revient au même nom ? On a un putain de psychopathe qui essaie de nous tuer et moi je fais quoi ? Je l'aide ! Ça va pas bien dans ta tête ma fille, tu perds les pédales là... Je crois que c'est le mot "mutant" qui m'a fait perdre toute notion de la réalité et surtout du danger qui planait. Qu'est-ce qui était plus dangereux que ces putain de mutants ? Rien. Ce que je faisais, c'était la bonne chose, la meilleure à faire. Personne ne pouvait me dire le contraire là. La parole de mon collègue n'avait plus aucune forme de valeur à mes yeux et l'homme en noir et bien... ça restait à déterminer. Il avait l'air d'en savoir beaucoup et si je pouvais l'interroger, ce serait une bonne chose. Mais ça attendrait. Il reste encore à régler cette histoire de... mutant.

Je le garde en joue mais je jette tout de même un œil à l'autre. Pourquoi nous a t-il agressé ? Parce que le type au sol est un mutant ? Il a quand même essayé de me tuer... mais maintenant on dirait qu'il s'intéresse même plus à moi, focalisé sur l'autre. Et puis comment il sait que c'en est un ?? Même moi je l'ignorais alors que je bosse avec. Je me sens un peu dépassée par les événements là... Du coup, je suis figée, je regarde la scène sans trop savoir quoi faire de plus. Mieux vaut que j'arrête là avant de faire un geste malheureux. Mais... laisser mon collègue se débrouiller, c'est un peu de la non-assistance à personne en danger non ? Bon après tout je viens de lui tirer dessus... Alors qu'il soit en danger, je m'en fous un peu. Il n'a qu'à crever, ça fera un monstre en moins.

Finalement, le combat tourne assez vite à l'avantage de l'homme en noir qui prend vite le dessus. L'un des anneaux voltige et... tranche la gorge de mon collègue. Instinctivement je ferme les yeux. Quelle horreur... Alors ça y est. Il est mort. Je ne peux plus revenir en arrière. Est-ce que ça me rend coupable de crime ? Logiquement oui mais... quelque chose me dit que j'ai bien fait. C'était un.. traitre, oui un traitre, voilà !

Lorsque je rouvrais les yeux, j'aperçus l'homme en noir venir vers moi. Ola, tu vas où toi ?! Me réserve t-il le même sort ? Après tout je suis un témoin. Instinctivement, je lève mon arme vers lui, comme pour lui indiquer que s'il s'approche de trop, je n'hésiterais pas à faire feu. Pas que j'ai peur mais un peu quand même. Mais il n'a pas une attitude menaçante... S'il voulait me tuer, j'imagine qu'il userait de ses anneaux étranges. Je me demande tout de même comment ça fonctionne. Et là, il me parle. Tout à fait normalement comme si rien d'étrange ne s'était produit. Il veut emporter le corps ? Mais c'est ... ! Une bonne idée... si la police récupère le corps, ils sauront que c'est moi qui ait tiré... Comment expliquer ça ? La disparition du corps s'imposait. Mais pourquoi m'aidait-il ? Parce que je l'avais aidé ? Mais je ne comprenais pas ce qu'il disait... Ses utilisateurs ? Attendez là... Quoi ? C'est un robot ? Qui va m'approcher ? C'est quoi cette embrouille ? Sans baisser mon arme, je fronce les sourcils en le fixant.



« Oh minute là ! Comment ça ? Qui va m'approcher ? De quoi vous parlez ? Y en a d'autres des comme vous ? Et puis vous êtes qui d'abord ? Un genre de justicier... ? »

Je pris une grande inspiration. Il fallait que je reste calme, m'énerver ne m'avancera à rien et je ne tiens pas vraiment à le brusquer. Baissant légèrement mon arme, je continuais néanmoins de le fixer.


« Pour le corps, faites-en ce que vous voulez... mais je vais dire quoi moi ? Que mon collègue a mystérieusement disparu ? Personne ne savait ce qu'il était ! Comment vous pouvez le savoir vous ? Je... je comprends plus rien... Expliquez moi ! »
.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Mer 9 Jan 2013 - 4:07

Joshua était désormais en pleine possession de ses moyens, faisant fi de ses sentiments, il était apte à faire les meilleurs choix. Et considérer la jeune policière comme une « alliée » à la cause du projet Sentinel lui semblait être la meilleure chose à faire, peut être qu'ils ne lui trouveraient finalement pas d’utilité, mais pour le peu qu'il en savait, l'organisation, au delà de son projet robotique, possédait une structure tentaculaire dont chaque parcelle était une extension pour mieux s’implanter dans la conscience commune. Tôt ou tard l'existence des mutants sera révélée au grand jour, et les principaux membres du projet s'y préparaient, désireux de s'assurer la victoire autant par la force que dans les esprits, ils semaient les graines de la défiance et de la peur dans le plus de têtes possibles.

Et pour la pauvre policière, la démonstration que venait de lui faire Whister, même s'il semblait être du coté des humains, servirait de preuve de la dangerosité que représentent les mutants. Joshua était une machine de mort destinée à massacrer les mutants et terrifier les humains.
Mais il n'était rien comparé aux cauchemars qu'allaient engendrer les Sentinels dans le futur.

La jeune femme semblait à la fois perdue et apeurée. Elle conservait nerveusement les mains sur son arme à feu en ciblant l'assassin, maigre protection face au mutant. Elle se libéra finalement, laissant filer toutes les questions qui la tourmentaient. Au fur et à mesure qu'elle adressait ses interrogations, elle semblait reprendre le contrôle d'elle même, baissant son arme, tout en conservant les mains dessus, prête à se défendre. Bien qu'il n'avait nul intention de lui nuire, Joshua saluait sa présence d'esprit.

Après l'aide qu'elle lui avait apportée, Joshua décida qu'elle méritait amplement les réponses à toutes ses questions. D'autant qu'elle avait déjà la connaissance de l'existence des mutants et du secret qui les entouraient, elle serait certainement à même de comprendre.

- Je suis utilisé par une organisation combat les mutants. Je ne suis pas un justicier, je suis aussi un mutant, formé à éliminer mes semblables. Vous êtes à même de comprendre l’intérêt stratégique qu'offre un exécuteur dont la mort nous indiffère. A ma connaissance je suis le seul à effectuer ce travail, néanmoins il y a de nombreux mercenaires ayant connaissance de l'existence des mutants acceptant de les chasser contre rétribution.
« Suite aux informations que nous possédions et aux évènements qui viennent d'avoir lieu, l'organisation qui m'utilise cherchera, sans doute, à entrer en contact avec vous afin de vous aider dans votre lutte contre les mutants, et que vous puissiez leur apporter vos compétences. Je ne suis pas le mieux placé pour vous en dévoiler plus sur le sujet, je suis tenu au secret : comprenez par là que ma nature ne m'autorise pas à en savoir d’avantage.


Il se retourna pour se diriger à nouveau vers le cadavre du policier. Il se préparait déjà à quitter les lieux même si la conversation n'était pas terminée. Il ne voulait perdre aucune seconde, les bruits de l'affrontement ayant peut être attiré des curieux qui ne tarderaient pas à se faire voir, et il serait ralenti par le corps.

- Concernant le corps, vous devrez modeler la vérité et vous montrer convaincante. Vous pourrez parler de l'attaque, si possible, remplacer mes anneaux par des couteaux. Votre tir, dans le récit, me sera destiné et vous aurez fait mouche, mais je portais un gilet par balle sous ma tenue noir, faites attention à ne pas évoquer de combinaison mais soyez la plus précise possible quand aux substituts de vêtements. Vous aurez été assommé durant l'affrontement, ne vous permettant de savoir comment il s'est terminé et pourquoi je, ou nous puisque vous aurez été frappé dans le dos, suis parti avec le cadavre. Votre blessure sera une preuve de votre bonne foi et, si je ne me montre pas trop présomptueux, vous serez soutenue par mon organisation de manière discrète afin d'orienter l'enquête.
« Cela vous convient-il ?

.

_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Ven 8 Fév 2013 - 17:22

Je ne sais pas dans quel merdier je me suis fourrée mais je me sens complétement dépassée par les événements... Est-ce que je vais mourir comme mon collègue ? Enfin collègue... j'ai longtemps cru qu'il l'était mais avec ce que je viens de découvrir, il n'était au final rien d'autre qu'un monstre déguisé en humain. Je dois avouer qu'il faisait très bien semblant, je ne l'avais jamais soupçonné... et je ne dois pas être la seule. Ce n'est pas plus mal qu'il soit mort. Mais, c'est en partie ma faute non ? Je ne l'ai pas tué, non, ce n'est pas moi qui lui ait tranché la gorge mais bel est bien l'énergumène encore en face de moi. Lui aussi, il fait des choses... inhumaines. C'est sans doute un mutant mais je ne comprends pas pourquoi il s'en est pris à un autre comme lui. S'ils se tuent entre eux, la situation n'est pas si désespérée que ça. Mais il m'a tout de même attaqué tout à l'heure, à plusieurs reprises même s'il s'est focalisé sur mon... enfin sur l'autre. Je ne sais plus quoi penser, surtout qu'il me dit des choses étranges. Il reste une menace et s'il s'approche trop, je n'hésiterais pas à tirer. Je ne tiens pas à me faire trancher le cou à mon tour. A force d'être crispée sur mon arme, bras tendus, je commence à avoir mal aux muscles, surtout à cause de ma blessure au bras. Pourvu que ce cauchemar s'arrête rapidement...

Le type en noir n'avait plus l'air vindicatif mais je voulais mes réponses. Et s'il fallait que je lui tire dessus pour en avoir, je le ferais. Il ne comptait tout de même pas partir comme ça si facilement après le meurtre qu'il venait de commettre ? Mais il prit finalement la parole pour tout m'expliquer. Et au final... J'étais encore plus perdue. Il existait une organisation qui combattait les mutants... à l'aide d'autres mutants ? C'était ce que l'on appelait combattre le feu par le feu ? Il nia cette question en précisant qu'il pensait être le seul. Ainsi donc, c'était bien humains contre mutants... D'autres personnes étaient au courant. Suffisamment pour en faire toute une organisation ! Et oui, je comprenais parfaitement que la mort de cet... exécuteur indifférait ses employeurs. C'était une très bonne idée en fait. Mais le fait qu'il me parle de mercenaires tuant des mutants contre récompense me laissait dubitative. Était-ce une sorte de proposition ?

J'en savais maintenant bien plus mais était-ce suffisant ? Lui-même n'avait pas l'air très au courant des dessous de cette organisation. Il n'était qu'un pantin au final, rien de très étonnant en somme. Je ne savais pas trop quoi penser, c'était un peu trop frais pour que je puisse réfléchir à tout ça. Mais le voyant se mouvoir, j'eus un déclic, le braquant à nouveau, plus par réflexe qu'autre chose. Il faisait quoi là ? Il embarquait le cadavre ? Il me devait encore une réponse ! Mais je n'eus pas besoin de le lui rappeler, il le fit de lui-même. Ses explications, c'était comme si il avait déjà prévu tout ce qui venait de se dérouler. A l'entendre, cela paraissait simple mais serais-je capable de mentir ainsi à mes supérieurs ? Je ne devais pas avoir de pitié, celui qui était mort n'était qu'un monstre... mais je devais être convaincante. En gros, je devais faire tout le boulot moi-même...
Je baissais finalement mon arme mais la gardait en main plutôt que de la ranger.



« Je ferais de mon mieux, je ne tiens pas à avoir des problèmes juste parce qu'un de ces... mutants est mort. J'espère que votre organisation tiendra ses promesses. Je vais me dépêcher de rentrer au commissariat pour annoncer sa... disparition. Vous feriez bien de faire de même. Et ne me la faites pas à l'envers sinon je vous retrouverais. Comment votre organisation va... me contacter au juste ? Je doute qu'ils viennent me voir directement à mon travail. »


Nous n'étions pas ennemis même s'il restait un mutant. En fait, j'hésitais entre lui tirer dessus et le laisser partir. Quelque part, il m'aidait, nous poursuivions le même but... mais faisait-il cela volontairement ? Sans doute pas, non. Il disait être "utilisé", ce qui prouvait bien qu'il était une sorte de marionnette et rien d'autre. Je devais rester méfiante. Je ne tenais pas à finir comme lui.


« Depuis combien de temps faites vous ça... ? »

.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Mer 27 Fév 2013 - 3:56

Encore une fois, la mission de Joshua s'était passée d'une manière inattendue et avait livré son lot de surprise au jeune mutant. Pour ne pas dire, de mauvaise surprise. Là encore, sa victoire n'avait pas totalement dépendu de lui, même si cette fois, comparée à sa précédente exécution, il n'avait pas vaincu seul, mais encore une fois, on lui avait peut être sauvé la vie. Cependant, comme à la dernière mission, cela n'avait aucun rapport direct avec lui, son sort restait indifférent même aux êtres qui lui venaient en aide.
Si, chez d'autres soldats, ces évènements inattendus auraient pu créer des doutes et des questions légitimes : Suis-je assez performant ? L’entraînement que j'ai reçu était-il adapté aux conditions réelles ? Suis-je utile ? Elles étaient toutes balayées par une réalité terrible qui régissait la vie de Joshua : « Je n'ai aucune valeur ». Cette simple constatation faisait perdre tous leur poids à ses erreurs et toute importance à ses faux pas, puisque son élimination n'était pas une perte. Le pire qu'il pouvait faire restait de précipiter l'officialisation de l'existence des mutants en dehors de l'anticipation des cadres du projet, ce qui était peu probable. Cela dit, cette fois, il allait révéler les imprévus survenus à ses utilisateurs.

La jeune policière semblait vouer une haine féroce aux mutants que Joshua jugeait récente. Elle avait semblé si confuse d'apprendre que son partenaire n'était pas un simple humain, et sa réaction avait été si violente, qu'elle ne pouvait pas être une ennemie de longue date des porteurs du gêne. Joshua avait vécu les dernières années entourés d'hommes et de femmes au ressentiment si ancré en eux qu'il se ressentait à travers le moindre de leur agissement, même lorsqu'ils tentaient de le cacher. Mais les pires de tous restaient ceux qui parvenaient effectivement à masquer leur animosité. Il savait que l'un de ces derniers feraient le déplacement pour aller rencontrer la jeune femme, et qu'il allait transformer ses doutes en certitudes afin de la gagner à leur cause. Cela dit, pour le moment, c'était à lui qu'elle posait ses questions, en y ajoutant ce qu'il fallait de menace.

- Inutile de me menacer, je ne faillirais pas. Je ne sais pas comment ils vous contacteront, je suppose que cela dépendra de celui ou de ceux qui tiendront à faire votre rencontre. Néanmoins, je vous conseillerais de ne pas parier sur la manière dont cela peut se faire, vous seriez surprise d'apprendre les fonctions occupées par certains membres de l'organisation.

Elle avait baissé son arme, et même si elle ne l'avait pas rangé, Joshua ne doutait pas qu'elle conserverait en partie ses réflexes policiers et qu'elle n'oserait pas l'abattre dans le dos. Il se retourna alors, bien décidé à enfin quitter les lieux avec le corps de sa victime lorsqu'elle lui posa une nouvelle question à laquelle il ne serait pas attendu, et qui le fit à nouveau lui faire face. Derrière le casque cachant ses expressions, ses yeux s'étrécirent de suspicion. S'intéressait-elle à son sort pour lui poser une telle question ? La réponse en était évidente, c'était impossible, mais alors que cherchait-elle à apprendre. Peut-être voulait-elle apprendre depuis combien de temps l'organisation officiait, ou bien recouper le début de son activité avec de récents homicides non élucidés. Ne sachant quoi penser, perdu dans ses propres doutes, Joshua se contenta de révéler les informations en lien avec la question, comme l'aurait fait un robot. Il énonçait d'un timbre monocorde, un résumé clair de sa vie depuis ses 14 ans, si court et si concis qu'il semblait inimaginable qu'il puisse être la vérité sur ce que fut la vie d'un adolescent.

- Je suis le fruit d'un long investissement. Ils m'ont entraîné de ma quatorzième à ma vingt-troisième année, et cela ne fait qu'un an et quelques mois que je suis considéré comme prêt à l'exécution.

Bientôt dix ans que le Projet Sentinel l'employait, presque la moitié de sa vie, et toute la conscience qu'il en avait, se résumait à ses deux phrases. Pourtant, malgré la pauvreté et la monotonie de ses années à être forgé pour devenir le premier prototype humain de soldat anti-mutant, il en conservait de multiples souvenirs.
.

_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Mar 12 Mar 2013 - 1:31

J'en arrivais à menacer un mutant. Jusque là, rien de vraiment anormal mais était ce vraiment le plus intelligent à faire en sachant qu'il venait de tuer facilement mon collègue, lui aussi mutant ? S'il le décidait, je n'aurais sans doute aucune chance et il me tuerait moi aussi. Il n'avait pas l'air de me vouloir du mal alors inutile de me le mettre à dos, non ? Pourtant, je ne voulais pas lui faire confiance. Comme le pourrais je ? C'est un putain de mutant ! Je suis sûre qu'il attend le moment opportun pour me la faire à l'envers. Après tout, si j'ai bien tout compris, il n'est qu'une marionnette des humains... Il doit donc les haïr pour ce qu'ils lui ont fait non ? A moins qu'il n'ait eu un lavage de cerveau mais j'en doute. Sinon il ne rappellerait sans doute pas ses origines. Je suis censée faire quoi maintenant au juste ? Attendre sagement que des inconnus viennent me contacter ? Et s'ils ne voulaient que me faire taire ? S'il s'agit d'une organisation secrète, il y a des chances... Je pourrais dire la vérité après tout. Mais ce serait me condamner. Bon sang mais pourquoi j'ai tiré...

Je me retrouvais donc coincée là, à devoir rentrer sans mon collègue. Au moins j'avais une excuse valable mais serais je capable de mentir ? Je n'ai jamais été une très bonne menteuse. Quoique, ça dépend pour quoi. Et s'ils découvrent que je suis impliquée ? Ça sent mauvais, très mauvais. Je n'ai plus le droit à la moindre erreur à présent, je suis dedans jusqu'au cou. Mais si je n'avais rien fait, le mutant m'aurait il tué également ? Si j'avais cherché à protéger mon collègue, qu'aurait fait l'homme masqué ? Je réfléchis trop... Ce qui est fait est fait et rien ne pourra le changer. J'ai choisi mon bord, je ne peux plus revenir en arrière à présent. En tout cas, les explications de cet homme casqué ne m'aidaient pas vraiment. J'avais l'impression de n'être qu'une spectatrice impuissante, attendant que vienne son heure. Je ne savais même pas comment son organisation allait me contacter. Combien de temps devrais je attendre ainsi ?



« Et s'ils ne viennent pas ? Je veux une garantie. Je n'ai pas fait tout ça pour rien... Vous ne connaissez même pas mon nom ! Je veux bien que vos supérieurs soient de grosses huiles mais sont ils devins pour autant ? »

Pourquoi demandais je tout ça ? Parce que j'avais peur ? Sans doute un peu. Malgré tout, j'avais baissé mon arme. Le mutant ne me ferait rien n'est-ce pas ? C'était comme s'il était contraint de ne pas faire de mal aux humains. C'était en tout cas l'impression qu'il me faisait. Malgré tout, il m'avait blessé. Qui était il au juste ? Je voulais en savoir plus, apprendre ce qu'il était. Il disait être le seul dans cette condition et cela m'intriguait. Pourquoi ne pas en faire plus ? Pourquoi ne pas en faire une armée ? Ma question dû le surprendre car il marqua une petite pause avant de finalement me répondre. Un entrainement de ce type prenait si longtemps, même pour un mutant ? Ce n'était peut-être pas un bon investissement alors... Trop long. Un seul homme ne pouvait lutter contre toute une population de mutants non ?


« Vous ne pouvez pas être tout seul, c'est impossible. Je veux bien que vous soyez fort mais vous ne pourrez tuer tous les mutants tout seul, c'est juste impossible. Pourquoi ne vous envoient-ils pas simplement tuer les mutants trop dangereux ? Mon col... ce mutant ne m'avait pas l'air bien menaçant au final. J'aurais pu le tuer moi même. »

Est-ce que je viens de dire que je tuerais un mutant comme ça, facilement ? Comme s'il était autre chose qu'un humain ? Bon après tout, ils sont différents des humains mais... malgré tout, tuer un homme... Je ne sais pas si j'en serais capable. Merde, je suis flic, pas assassin ! Si papa était là, que dirait-il ? Lui aussi déteste ces monstres alors peut-être que... Bon, je verrais bien. Quelque chose d'autre m'intriguait.


« Montrez moi votre visage, que je puisse vous reconnaitre si jamais on se croise autre part. »

Nous n'avions que peu de temps. Je savais que je devais rapidement partir ou en tout cas que le mutant masqué s'en aille pour ne pas se faire remarquer. Si on me voyait parler avec, s'il y avait des témoins, mon alibi allait en prendre un sacré coup. Mais j'avais besoin de savoir qui il était. Un nom, quelque chose...
.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Creed

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 19/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Ex-Assassin
Age : 25 ans
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   Jeu 9 Mai 2013 - 14:42

Joshua était pris par son désir de quitter les lieux, enfin terminer cette mission et profiter d'une longue période de solitude calme et méritée, loin de des haines et des conflits. Pourtant, c'était l'autre éventualité qu'il choisissait avec obstination, considérant de sa responsabilité d'informer cette jeune femme qui l'avait aidé, comme il avait instruit ce mutant inconnu après son dernier combat.

Il la pressait, cela oui, répondant à ses questions avec une précision toute juste et minimaliste, et montrant par des gestes explicites qu'il était prêt à partir. Pourtant, plus il en révélait, plus la policière semblait vouloir en apprendre, posant un nouveau lot de questions, auxquelles il s'obligeait à répondre, repoussant ainsi le moment du départ.

-Vous ne devriez pas vous inquiéter à ce sujet, il n'est pas difficile de trouver votre nom en se connectant à la base de données de votre commissariat de secteur, et en recoupant les informations de votre tranche d'âge, et vos caractéristiques physiques. Sans parler de l'affaire dans laquelle votre témoignage sera consigné.
Vous ne devriez jamais vous fier à l'anonymat, c'est un mensonge, seul les véritables fantômes peuvent conserver le secret de leur identité.


Elle semblait prêtre à ranger son arme. Peut être qu'elle ne considérait plus Joshua comme une menace, ce qui était vrai, pour cet instant du moins, il ne s'en prendrait pas à une personne qui lui était venue en aide sans y être forcé par les circonstances, et cette règle valait aussi pour les mutants, ce qu'il devait bien se garder d'avouer. Cependant, ce n'était en rien le signe que la discussion était close, bien au contraire, elle semblait d'autant plus choquée par la déclaration qu'il avait faite sur sa formation. Clôturant en disant qu'elle aurait bien pu abattre ce mutant elle même.

-Je vais répondre à toutes les parties de votre question, et vous comprendrez.

Joshua se retourna totalement, mettant fin à cette discussion de profil pour lui faire à nouveau face, bien que son casque continuait à masquer son expression.

-Je ne suis pas destiné à tuer tout les mutants, c'est peut-être pour cela que je suis le seul. Je ne suis pas habilité à en dévoiler vraiment plus, mais quelque chose de plus efficace que moi est en développement. Je ne représente qu'un plus dans le projet, pas une finalité.

« Si ils ne m'envoient pas m'attaquer aux pires mutants, c'est qu'il faut en premier lieu les identifier et pouvoir établir un plan d'attaque. De plus, m'envoyer dès les premiers instants vers un échec presque assuré serait une perte du temps et des efforts consacrés à ma mise en service.
Pour finir, l'organisation ne se préoccupe pas de la menace que représente un mutant ou un autre, elle est décidée à se charger de tous.


Le mutant ne préféra pas rebondir au dernier point qu'elle annonçait. Il savait pertinemment que même elle ne pouvait réellement croire à sa déclaration, l'hésitation quand à l'appellation de sa victime en était une première preuve, la seconde étant qu'elle ne l'avait pas simplement abattu lorsqu'elle avait tiré. Sa haine des mutants n'était pas encore assez forte pour aller au delà de ses convictions sur la vie humaine. Elle aurait tiré sur Joshua de la même manière autrement.

Par contre, jamais il n'aurait pu être préparé à la demande qui suivit. Son étonnement fut tel que, cette fois, il ne sut que répondre. Il resta silencieux près d'une longue minute avant de trouver quoi dire à cette incongruité qui le mettait dans un embarras particulier.
Que faire et que penser ? Désirait-elle simplement mettre un visage sur le monstre ou cherchait-elle vraiment à humaniser la créature assassine à l'apparence presque cybernétique ? Si lui montrait son visage, qu'en ferait-elle, en supposant même qu'ils se rencontrent à nouveau de manière civile, ils n'auraient certainement aucune intention de s'adresser la parole. A moins qu'il s'agissait d'un moyen de conserver un contrôle sur les évènements et de pouvoir le retrouver si les choses évoluaient d'une mauvaise façon.

-Il est possible que vous veniez à regretter cette demande. Il vaudrait peut-être mieux que je reste un monstre à visage noir...


Après un instant cependant, il céda, afin que tous deux soient débarrassés de cette tension qui les empêchait de repartir chacun de leur coté. Scrutant les environs pour être assuré que personne n'était présent, il se recula tout de même vers la ruelle ou avait débuté l'affrontement.
Les lumières de son équipement pulsèrent alors qu'il commençait à retirer son casque. Il avait les mains tremblantes pour cette opération, comme s'il retirait une peau extrêmement sensible, perdre son masque, c'était quitter Whistler pour devenir à nouveau Joshua.

Lorsqu'il eut terminé, tenant le casque dans ses mains, il posa ses yeux sur la jeune femme. Dévoilant ainsi ses iris bleutés ornant un visage fin et lisse, presque juvénile, encadré par une chevelure d'un gris-argenté.

-Est-ce bon pour vous désormais ?

Spoiler:
 
.

_________________
Adam Diskent / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ennemi n'est pas forcèment celui que l'on croit (Joshua/Zoey)
» L'ennemi le plus dangereux est celui que personne ne craint. [PV : Foudre]
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» [Ennemi] Galaad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers-