X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une journée colorée [Annata Haagen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Une journée colorée [Annata Haagen]   Dim 18 Mai 2014 - 22:35

"We ain't ever gonna grow up
We just wanna get down
Tell the DJ turn it up real loud
No we'll never grow up
And if we had our way
We would do this everyday"

Comment est-ce que tout cela avait débuté ? Une dispute amicale, si ça se trouve. Ça arrivait bien souvent lorsqu’Erïka se retrouvait avec ses amies. Elles s’envoyaient des vannes, se moquaient gentiment et finissaient toujours par débuter une énième guerre d’on ne sait quoi. Après s’être envoyées de la nourriture dans la cuisine, salissant celle-ci de fond en comble, quelques semaines plus tôt, voilà qu’elles remettaient ça. Cette fois-ci, c’était avec de la peinture.

Heureusement, les étudiants en art stockaient leurs œuvres et travaux scolaires dans de grandes armoires afin d’éviter qu’ils soient ruinés par des fauteurs de troubles. De toute façon, Erïka avait suffisamment de respect pour ne pas ruiner les œuvres des autres étudiants. Par contre, elle ne se gênait pas pour vider des pots de peinture sur la tête de ses amis. Et puis, cette fois-ci, ce n’était pas elle qui avait ouvert les hostilités ! Elle ne faisait que répondre aux provocations. Par contre, après, elle allait devoir prendre une longue douche chaude pour réussir à retirer toute la peinture qui avait séché sur sa peau. C’était sans parler des mèches bleues qu’elle avait maintenant dans les cheveux après qu’on ait tenté de les peindre au pinceau.

Le plan était simple : après la guerre, venait le nettoyage. Pas question de laisser la pièce dans un tel état. Si un professeur devait tomber sur eux, ils seraient tous morts. Comme Erïka avait une chance légendaire, il était évident qu’elle ne pourrait s’en sortir si facilement. Alors que son amie venait de lui vider un reste de peinture rouge dans le chandail, elle attrapa un tube de gouache rose qu’elle tenta de projeter sur elle. Son amie décida de prendre la fuite, ouvrant la porte de la pièce avant de se jeter dans le couloir. Elle évita ainsi de se prendre de la peinture plein les cheveux, mais une autre personne écopa à sa place : une pure inconnue. Aussitôt, Erïka laissa tomber le tube de peinture.


-« Merde…. Heummm… Désolée, c’est pas toi que je visais, mais l’autre garce qui s’est barrée. »

Erïka ne savait pas trop quoi faire dans cette situation. S’excuser était peut-être le mieux à faire. Avec de la chance, tout cela ne finira pas en engueulade. Elle était tellement douée pour envenimer les situations dans lesquelles elle se trouvait parfois. Elle parlait, bien souvent, avant de penser. Sa franchise associée à sa capacité à sortir un grand nombre de grossièretés en peu de mots ne plaisait pas à tout le monde. Il fallait espérer que la jeune femme qu’elle venait d’attaquer accidentellement à coup de peinture rose n’allait pas trop s’en offusquer.

-« T’es nouvelle ? Non parce que j’ai jamais vu ta tronche avant. Ne t’offusque pas trop pour la peinture, ce genre de chose arrive régulièrement ici. »

Erïka n’était pas très douée pour faire la conversation. Elle se contenta de croiser les bras et de s’adosser au cadre de la porte, l’air de rien. Par contre, il fallait espérer qu’aucun professeur ne passer dans les environs, sans quoi elle allait passer un mauvais quart d’heure. Il ne restait plus personne dans le local d’art, tout le monde s’était enfui. Il fallait dire que, contrairement à elle, certains étudiants avaient la possibilité de sauter par la fenêtre du deuxième et d’utiliser leur mutation pour s’en sortir indemne. Donc, maintenant, elle avait le choix entre fuir en courant dans les couloirs, couverte de peinture, ou de discuter avec cette femme… si elle ne l’envoyait pas sur les roses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Lun 19 Mai 2014 - 0:11

Je sort tout juste du bureau du directeur.
La semaine dernière, j'ai signé mon contrat, et je viens de poser mes valise dans ma chambre ce matin même.
Du coup, je doit maintenant me rendre dans la salle des surveillant, pour me présenter et recevoir mes différents créneaux et poste. Bon, seul pour le coup... Mais pas grave, je découvrirais l'Institut comme ça !
Alors me voila a passer de couloir en couloir, passant la tête par ci par la quand je vois une porte entrouverte, mais en général se sont des cours et je ne les dérange pas.
Pourtant, une porte s'ouvre seule devant moi et, avant de pouvoir arrêter mon pas, une élèves s'enfuit de cette même porte et je me retrouve avec mon joli haut bleu quelque peu... Barbouillé ?
Ou Barbiebouillé vu la couleur.
Quelques peu interloqué, je jeter un léger regard incrédule dans la salle pour voir une petite blonde, arme du crime a la main...


-"Mais j’espère bien que ce n’était pas moi que tu visais demoiselle, sinon je veux bien savoir ce que je t'ai fait...."
Bon, le tutoiement ne me dérange pas du tout, mais avec la permission c’était mieux. Bon la jeune fille ne savais pas que je travaillé ici non plus pour le coup..Mais elle avait un langage assez roturière tout de même !

-"Apporte moi un tissus humide avant que sa ne tache trop s'il te plais ? J'aime bien la peinture mais je la préfère sur une palette.Je ne veux pas arriver a la réunion de présentations des surveillants avec une taches bien fraîches sur moi tout de même"

Je prenait le ton de la rigolade, histoire que la jeune fille ne se sente pas trop mal a l'aise en apprenant qu'elle venait de couvrir sa futur surveillante de dortoir de..Rose....Beurk
J'attrape donc le chiffon et entreprend de me débarrasser du plus de matière possible.

-"Je vois que vous avez fait du grabuge ici. Et tes amis sont vaches, elle t'ont laissez nettoyer seul et te faire avoir par le nouveau cerbère.
Allez, je ne suis pas encore en fonction techniquement, tu m'aide a ranger et j'oublierais cette attaque artistique, okay Girl ?"


Je ne voulais pas terroriser les élèves, être ferme oui, mais la, c’était bon-enfant, autant montrer mes bon coté, je n'avais reçu aucunes consignes encore...
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Mer 21 Mai 2014 - 19:52

Erïka était bien connue par les professeurs et les surveillants de l’institut pour son comportement souvent violent, agressif et cette manie de défier sans cesse l’autorité. Elle faisait ce que bon lui semblait, se souciant bien de ce que les autres puissent penser d’elle. Avec le temps, elle s’était assagie. Elle avait cessé de se battre avec les autres étudiants et, au contraire, elle les aidait à s’améliorer dans les cours où ils avaient de la difficulté. Elle se souciait davantage des autres. Son mentor, Emma Frost, lui avait beaucoup appris. Malheureusement, il était impossible de changer Erïka. Elle restait une adolescente qui faisait des conneries avec ses amies, qui faisait de nouvelles expériences et qui apprenait en commettant des erreurs. On aurait pu croire qu’elle avait eu sa leçon après avoir fait une guerre de nourriture dans la cuisine, une fois, mais il semblerait que ce ne soit pas le cas. Il fallait dire que la dernière fois il n’y avait pas eu de dommages collatéraux.

Dans la situation actuelle, il y avait deux possibilités : soit la jeune femme se faisait engueulée, soit ses excuses étaient acceptées. En plus, elle avait fait un gros effort, cette fois ! S’excuser, ce n’était pas trop son genre. Au moins, cela lui aura peut-être permis d’éviter l’engueulade.

Qu’elles étaient les chances pour qu’Erïka tombe sur quelqu’un de chiant ? Très fortes. Pourtant, elle avait eu de la chance dans son malheur et était tombée sur une jeune femme qui lui semblait assez sympathique. Elle n’était pas en colère, ce qui était une très bonne chose. Si un concours de cri s’amorçait, Erïka était capable de japper bien plus fort que qui que ce soit. Elle adorait avoir le dernier mot.

La femme qui lui faisait face devait avoir terminé ses études depuis un moment. Elle était visiblement plus âgée, ayant probablement l’âge de sa soeur. Il était donc quasiment impossible de l’avoir croisée, un jour ou l’autre, dans une salle de classe. Malgré tout, le mot impossible n’existait pas dans ce monde où les gens possédaient des super pouvoirs.

Souhaitant nettoyer tout le bordel qu’elle avait causé dans la salle d’art, et surtout celui qui ornait le chandail de la femme, Erïka fit un mouvement pour retourner dans la pièce lorsque cette dernière lui demanda un linge mouillé. Cependant, l’adolescente s’immobilisa et observa la nouvelle de la tête aux pieds en comprenant qu’il s’agissait d’une surveillante. Et voilà qu’elle venait de se mettre dans la merde, à nouveau, vis-à-vis d’une figure d’autorité. De toute façon, sa réputation était déjà toute faite, la jeune femme aurait fini par la découvrir, un jour ou l’autre.


-« T’es surveillante ? Sérieusement ? Putain… J’y aurais pas cru. T’as l’air sympa. Tu veux un conseil pour ta première journée ? Ne sois pas trop stricte et coincée du cul, ça ne fonctionne pas trop avec certains étudiants. »

Erïka s’éloigna et s’approcha d’un évier où elle attrapa un linge qui devait probablement servir à nettoyer les pinceaux. Elle le mouilla, l’essora au maximum et le lança à la surveillante. Elle devrait songer à aller se changer, la tâche n’allait pas disparaitre complètement sans passer dans la machine à laver.

Difficile de ne pas constater le bordel qui régnait dans la pièce. Tout le monde s’était sauvé. Il fallait dire que certaines des amies d’Erïka étaient tout aussi connues qu’elles pour faire des conneries qu’elle. Sûrement souhaitaient-elles éviter que Scott ne leur tombe dessus, une fois de plus. Au moins, la nouvelle, elle, était sympa. Elle proposa à l’adolescente de l’aider à nettoyer tout le désordre. Un coup de main ne serait jamais de refus.


-« Elles sont vaches, mais je le suis encore plus. Je vais trouver un moyen de me venger… mais beaucoup moins salissant. Un coup de main ne sera pas de refus. Ferme la porte derrière toi. Si quelqu’un d’autre tombe là-dessus, ça ne va pas être beau à voir. »

Erïka fouilla un peu pour trouver un grand seau qu’elle remplit d’eau et de savon. Elle attrapa deux linges et se servit de l’un d’entre eux pour commencer à frotter les surfaces couvertes de peintures comme les tables et les fenêtres. Elle s’occupera du plancher plus tard.

-« Pourquoi t’es devenue surveillante ? T’as pas pris le job le plus reposant, je peux te le dire. »

Lorsqu’Erïka avait une question à poser, elle allait droit au but. Pourquoi passer par quatre chemins pour obtenir une simple réponse ? Plus la question était claire et directe, plus il était simple d’y répondre, selon elle. D’ailleurs, elle en avait une seconde en tête : quel était le nom de cette femme ? C’était le genre de chose qu’on demandait, habituellement, lorsqu’on rencontrait quelqu’un. Elle initia donc les présentations. Laissant tomber ce qu’elle était en train de faire, elle se tourna vers la surveillante.

-« Au fait, moi c’est Erïka. Je ne sais pas si les surveillants ont l’habitude de parler des élèves lorsqu’ils sont entre eux, mais si c’est le cas, tu vas en entendre des choses sur mon cas, alors autant te prévenir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Ven 23 Mai 2014 - 11:49

-" Et pourquoi ça, parce que je ne t'ai pas puni au premier coup d’œil ?  Je vais pas t’engueuler pour un peu de peinture voyons, tant que tu range. Tes copines auront aussi leur heure de ménage, ne t'en fais pas. Et pour ce qui est de te vengeance, je ferais comme si je n'avais rien entendu... Les autres surveillants sont si stricts que ça ? Vraiment ?"

Je n'avais pas à lui dire que si je la choppais, là elle se ferait punir. Fermant la porte derrière moi, je commençais à récupérer les affaires sales pour les poser dans un des éviers, afin de dégager les tables. Pour la tache ce n’était pas bien grave, elle prendrait un gilet dans son sac pour cacher son buste et le laverait ce soir quand elle sera dans sa chambre.
J'entrepris ensuite de laver les pots, tubes de peinture et pinceau tout colorés. C'était un lieu des plus agréables pour moi, et même être couverte de peinture ou de matière malléable ne me dérangeait pas de moins du monde. J'aurais pu faire fondre la peinture sèche du bout des doigt mais il faillait quand même éviter de montrer ses pouvoirs à tout bout de champ, je n’allais pas commencer a montrer le mauvais exemple.

-« Pourquoi t’es devenue surveillante ? T’as pas pris le job le plus reposant, je peux te le dire. »

J'aimais bien la franchise de cette petite. Bon, la spontanéité ne paye pas toujours, mais la sincérité était une qualité que j’appréciais. J’arrêtais ma vaisselle pour répondre en face à face

-" Je m'appelle Annata, et on va dire que mon expérience des bêtises devrait m'aider pour ce boulot. Quand j'avais ton age on ne m'a pas encadré, ni moi ni mes pouvoirs, et bosser avec des jeunes comme vous me donnait vraiment envie. Je n'ai pas envie d'avoir d'à priori sur vous, l'important c'est ce que vous me montrez, comment vous évoluez, pas comment vous avez commencé ne t'en fais pas. "

Je n’étais pas la pour les persécuter, je voulais aider tous ces jeunes, vraiment. Mais je savais aussi que leur taper sur les doigts de temps en temps ne leur ferait pas de mal ! Si on m'avait aussi bien encadrée que dans cet établissement, je n'aurais peut être pas fait autant de conneries quand je suis arrivée aux USA c'est sûr.

Je reprends donc ma vaisselle en ne lâchant pas mon sourire tranquille. On m'avait donné le temps de visiter tranquillement donc je ne serais pas en retard pour la réunion.

-"Et toi dis moi, vous travaillez vraiment dans cette salle ou vous veniez juste pour vous faire des colorations ?"
J'indiquais du bout du doigt la grande mèche vert pistache qui détonait sur sa chevelure claire.

.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Ven 23 Mai 2014 - 20:11

Les surveillants de l’institut en avait vu de toutes les couleurs avec Erïka. Elle était violente, arrogante et grossière. L’autorité et elle, ça faisait deux. Encore maintenant, elle ne pouvait supporter de se faire contrôler ou de se faire donner des ordres par autrui. Peu de personnes avaient ce genre de pouvoir sur elle. Ces personnes faisaient partie de l’institut Xavier. On pouvait dire que c’était grâce à elle qu’Erïka s’était adoucie avec le temps. Elle s’était fait plus discrète, avait cessé de se battre avec le premier venu et ne cherchait plus à défier l’autorité pour le plaisir. Au contraire, maintenant elle prenait soin de l’institut, aidait les élèves en difficulté, et faisait tout en son pouvoir pour protéger cet endroit contre quiconque oserait s’y attaquer. Elle n’était pas un apprenti X-Men pour rien. Elle avait ce qu’il fallait pour cela. Il fallait simplement qu’elle gagne encore en maturité et développe certaines compétences, comme celles du combat. Peu de gens l’en croyaient capable, mais Emma Frost, elle, savait qu’elle pouvait y arriver. Cela lui suffisait.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas parce qu’elle était un apprenti X-Men que cela l’empêchait de se faire punir pour les conneries qu’elle faisait. Heureusement pour elle, la surveillante sur laquelle elle était tombée était sympathique, en plus d’ignorer complétement le genre de réputation qu’elle avait au sein de l’établissement. C’était un avantage dont elle devait profiter pendant qu’elle en avait l’occasion. Une fois que tout ce bordel sera rangé, la situation sera vite oubliée. Les amies d’Erïka ne seront pas punies pour la simple et bonne raison que cette dernière ne révélera pas leur identité à la surveillante. De toute façon, elle comptait bien se venger d’une façon ou d’une autre. Pour l’instant, elle était encore en train d’y réfléchir. Prendre quelques pots de peinture pour repeindre la voiture de l’une d’entre elle pouvait être amusant, mais cela signifiait qu’en retour, sa Lamborghini n’allait pas être épargnée…


-« Tu verras comment ils sont par toi-même. Les surveillants ne sont pas tant chiants, enfin, certains d’entre eux sont vraiment insupportables, mais quand on est connus pour faire des conneries, ils sont sévères comme c’est pas permis. »

Les deux femmes entreprirent de nettoyer la pièce. Heureusement, les dégâts étaient concentrés à des endroits précis. Il y avait le sol, les fenêtres, les tables et un mur qui devaient être nettoyés. Certes, il y avait également du matériel de peinture qui devait être lavé, mais cela n’était pas une priorité pour Erïka qui s’attarda aux fenêtres, pour commencer.

Le silence s’était installé, mais pas pour longtemps. Sans passé par quatre chemins, elle demanda à la jeune femme pourquoi elle avait pris ce job de surveillante. Ce n’était pas tout le monde qui était apte à travailler avec les jeunes. Par contre, il semblerait que dans le cas d’Annata – tel était son prénom – les jeunes et les bêtises ça la connaissait. Déjà, elle avait compris comment éviter de s’attirer les foudres d’Erïka. L’engueuler n’aurait fait qu’empirer les choses de façon exponentielle.

-« Welcome to my life. L’encadrement, je connais pas trop. C’est ici que j’ai appris. Pour conseiller des jeunes dans ce genre de cas, il n’y a rien de mieux que quelqu’un qui l’a vécu. Finalement, t’auras peut-être pas trop de mal avec les cas difficiles. »

Alors qu’Erïka terminait de frotter les carreaux et s’acharnait maintenant sur les tables, Annata lui demanda si elle travaillait vraiment dans cette pièce où si elle ne faisait que s’amuser. L’adolescente observa l’une de ses mèches colorées et tenta de la frotter avec son torchon. Elle allait prendre une douche dès que cette pièce sera propre.

-« Si la comptabilité serait un art, je serais une véritable artiste. Je ne viens jamais ici, normalement, la peinture, tout ça, c’est pas mon truc. »

Erïka excellait dans de nombreuses matières scolaires. Par contre, l’art et elle ça faisait deux. Si elle venait dans cette salle, c’était dans le seul et unique but de passer voir quelques amies qui trainaient souvent ici. Cette fois-ci, cela avait généré. L’adolescente avait eu sa leçon, maintenant. C’était peut-être amusant, mais chiant à nettoyer.

-« Dis, tu parlais de conneries faites à ton arrivée aux États-Unis. Ça veut dire que tu viens d’ailleurs ? Où ? »

S’il y avait bien quelque chose qui passionnait Erïka, c’était les voyages. Elle était toujours ravie de rencontrer des gens d’une autre nationalité, de découvrir leurs coutumes et mode de vie. Elle connaissait des gens qui venaient d’un peu partout dans le monde. Elle-même n’était pas née en Amérique. Elle avait envie de savoir quelles étaient les origines de cette femme. Ne pouvant retenir cet élan de curiosité, elle lui demanda également si elle parlait plus d’une seule langue.

-« Tu parles plusieurs langues, mis à part l’anglais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Dim 25 Mai 2014 - 15:57

J'aimais bien cette petite, Eelle me ressemblait beaucoup à son age... Voir un peu plus jeune ...

Je laissais tranquillement tremper le reste et m'attaquais au sol avec un serpillière qui traînait dans un placard. J'avais l'habitude du ménage, au début de ma licence, notamment. Je faisais bien plus de saletés que les autres en dehors des cours, car je m’entraînais avec mon pouvoir. Du coup, ne gérant pas trop la chaleur à cette époque, j'avais plusieurs fois fait totalement fondre la base, déversant des litres de terre glaise bien liquide ou brûlant ma table de travail.
Bon, quand on restait cloîtré des heure dans des squats à faire chauffer du crack, ça a quelques fois explosé aussi.... Mais ça c'est du passé.
Heureusement, elle préféra me questionner sur mon passé géographique que mon passé niveau conneries...

-" J'habitais en Pologne, je suis partie de chez moi à mes 16 ans, quand j'ai pu m’émanciper. Mes parents avaient encore honte d'avoir une mutante dans une famille si respectable que la leur....
Enfin, du coup je parle Polonais, russe, français, espagnol.. Enfin pas mal de langues, j'ai assez de facilité dans ce domaine, et comme j'ai été amené à me balader pas mal pour des expositions, ça m'a pas mal servi."


Avant de venir a l'institut, j'avais fait plusieurs expo en Europe, notamment à Paris ou Londres. J'avais adoré Paris, si libre, si avant-gardiste.... Mais j'avais aussi quelques mois été en Suède, au tout début de mon sevrage. C’était vraiment un pays magnifique et je faisais un tabac dans les sauna !!! Pour la vapeur hein, bande de petits vicieux....

-"Et toi, tu as déjà voyagé ?"

.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Dim 25 Mai 2014 - 18:37

Erïka adorait voyager, découvrir et apprendre. Si elle pouvait partager ses connaissances avec autrui, c’était encore mieux. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait décidé de quitter l’institut pour Londres, le temps de compléter son programme universitaire. À son retour aux États-Unis, qui sait si elle n’optera pas pour une école au Canada, au Japon, ou bien en Allemagne ? Si elle désirait aller quelque part, rien n’allait l’en empêcher. Elle n’avait pas besoin des contacts de son père pour être acceptée dans l’école de son choix. Elle avait le potentiel d’étudier et de réussir là où elle le désirait. Aussi, elle ne comptait pas se contenter d’un seul diplôme. Ce n’était pas une question de prestige ou de seulement vanter ses capacités. Au contraire, si elle continuait ses études dans divers domaines c’était par passion. Son but était de devenir enseignant, mais avant d’atteindre ce but, elle avait décidé d’allonger son parcours en passant par une école d’économie.

Bien qu’elle n’en avait pas l’air, aux premiers abords, Erïka était une jeune femme curieuse. Elle ne se gênait pas pour poser des questions aux autres lorsqu’elle en avait envie, surtout lorsque cela concernait des sujets qu’elle appréciait. Faire connaissance de personnes provenant de divers points du globe lui plaisait. Elle en apprenait toujours davantage par ces gens que par les bouquins.

Annata était originaire de Pologne. Erïka n’y avait jamais mis les pieds. C’était joli ? Il y avait beaucoup à découvrir et explorer ? Comment se portait l’économie du pays ? Quand était la saison touristique ? Qu’elles étaient les coutumes traditionnelles encore présentes dans leur société ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête et elle ne posa aucune d’entre elle. La suite des paroles d’Annata coupèrent momentanément son enthousiasme et son intérêt. Peu importe la partie du globe d’où on provenait, il y avait un point commun entre une majorité de mutants : ils avaient des connards en guise de parents. Erïka avait échappé à cela, si on pouvait dire les choses ainsi. Son père était fier d’être mutant. C’était une fierté et apparemment un grand avantage lorsqu’on provenait d’une famille riche et puissante comme la sienne. Il semblerait que, dans certaines famille, être mutant ne soit pas signe de noblesse. C’était une belle…


-« Bande d’enfoirés. » Murmura Erïka, dont la pensée s‘était mutée en parole.

Elle en avait vu des cas de jeunes rejetés par leurs parents à cause de leur mutation. Ça ne se finissait pas toujours de la bonne façon…  Pour sa part, l’adolescente avait été à deux doigts d’en coller une à son beau-père. Heureusement que Bobby était là pour la calmer sans quoi elle ne se serait pas retenue pour lui donner une leçon à sa façon. Depuis ce temps, les choses n’avaient pas changées, il n’avait plus parlé à sa famille. Il l’avait peut-être perdue, mais il avait gagnée celle d’Erïka dans laquelle tous ses membres l’acceptaient pour ce qu’il était.

Quoi qu’il en soit, Erïka balaya les pensées négatives de son esprit pour se concentrer sur quelque chose de plus joyeux. Annata lui énumérait les langues qu’elle parlait et l’adolescente l’écoutait avec grande attention. Elle parlait russe ? Vraiment ? C’était toujours agréable de trouver des gens avec qui parler sa langue natale. Il n’y en avait pas des masses parmi les personnes qui l’entouraient à l’institut. Alors, lorsqu’Annata lui demanda, à son tour, si elle avait voyagé, Erïka lui répondit dans sa langue natale.


-« Je suis originaire de Russie. Depuis que je suis aux États-Unis, j’ai voyagé dans pas mal d’états. Sinon, j’ai visité la Norvège. J’ai un condo à Londres, où je pars vivre dans moins d’un mois. Une fois-là, je compte faire le tour de l’Europe, autant qu’il me sera possible de le faire. J’ai également un voyage en Thaïlande de planifié. Pas mal, non ? »

Erïka trempa son linge dans le seau d’eau savonneuse avant de s’agenouiller pour frotter le sol. Bientôt, il n’y aura plus de trace de cette fichue guerre de peinture… enfin, si on oubliait qu’elle était elle-même devenue une toile vivante. Elle cessa de nettoyer pour lever la tête vers Annata avant de reprendre la parole.

-« T’as dis que tu parlais d’autres langues ? Tu les as apprises à l’école ? Par immersion ? Je parle neuf langues couramment. Je suis autodidacte. Quand on dit que cette école est une école de surdoués, ce n’est pas tout à fait faux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Jeu 29 Mai 2014 - 0:10

-« Bande d’enfoirés. » 
Je souris... Beaucoup de jeunes avaient été rejetés par leur famille comme moi, même si la chose se normalisait de plus en plus ces dernières années, certains gardaient un avis assez "raciste"

Mon propre père ne m'aurait pas mise à la porte, ça aurait fait les gros titres, mais il ne me mena pas la vie facile. Je ne devais pas sortir, pas me montrer, pas utiliser mon don, alors évidement je faisais tout le contraire ! Et c'est pas ma mère qui allait me défendre : mon père l'accusait constamment, disait que c’était sa faute si j’étais dérangée, alors qu'il est prouvé que le génome X est transmis par le père. Elle me haïssait parce qu'il la rendait responsable elle... Et mon frère, le fils prodige, lui écoutait mon père et le suivait comme le Messie.
Quand j'avais demandé mon émancipation au juge, mon père ne s'y opposa pas, dans la mesure où je parte du pays et que je n'en informai pas la presse. Ne t'en fais pas Daddy, la célébrité sur le malheur c'est pas mon dada.

-« Effectivement, tu as bien bourlingué déjà !  J'ai des géniteurs assez fortunés, donc je devais avoir une très bonne éducation. J'en ai appris certaines a l'école moi aussi, et c'est là que j'ai eu l'envie d'en apprendre plus et de voyager. Mais du coup la plupart toute seule, en vivant directement dans le pays, avec les gens sur place. Dans quelques année je pense me faire l'Inde, ou le Népal, ou je viendrais te rejoindre en Thaïlande qui sait. »

Un dernier coup d’œil dans la pièce : tout semblait relativement à sa place

-«-Bon, maintenant que tout ça est fini, tu m'accompagnes jusqu’à la salle des surveillants ? Histoire que je ne tombe pas sur d'autre globe trotteuses, sinon je ne prendrais jamais mon poste à temps ! On aura tout le temps de bavarder aux dortoirs ce soir.»

Je suivis la jeune fille qui me guidai dans un nouveau couloir.

.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   Jeu 5 Juin 2014 - 18:15

« Somehow, some way
We're gonna have it our way
We don't give a what, what you say
No we don't »

Dans la vie, il y avait de nombreuses questions qui restaient sans réponse. Erïka en avait quelques-unes qu’elle aimerait bien élucider un jour ou l’autre. La première était : pourquoi être un mutant ne pouvait pas être considérer comme étant quelque chose de noble ? Dans sa famille, être mutant était une fierté. Cela signifiait posséder des pouvoirs qu’aucun humain normal ne pourra jamais avoir. C’était un signe de supériorité vis-à-vis la race humaine. Ce signe était probablement ce qui effrayait tant les humains, ce qui causait le rejet et détruisait des familles autrefois unies. Annata avait malheureusement connu ce sort, comme bien d’autres.

-« La noblesse… La pire bullshit de l’histoire de l’humanité. Impossible de faire confiance à qui que ce soit, ils se font tous des coups de pute pour la gloire ou la richesse… comme s’ils étaient pas assez riche de toute façon. Le seul bon côté de l’argent et de pouvoir voyager. Si jamais tu vas squatter en Thaïlande,  fais-moi signe. Parait que je suis douée pour me foutre dans la merde, un peu de compagnie ne ferait pas de tort. »

Bien sûr, l’argent avait d’autres bons côtés qu’elle n’énumérait pas. S’acheter des livres et des DVDs à ne plus avoir de place dans sa bibliothèque en faisait partie. Par contre, Erïka avait également une autre façon de dépenser des milliers de dollars. Elle donnait à des œuvres de charités qui lui tenaient à cœur. Elle avait donné une grosse somme, une fois, pour un organisme qui s’occupait des enfants handicapés. Cet argent, dont elle avait surveillé la dépense, avait été bien investit pour construire un magnifique terrain de jeu qui pouvait permettre à tous d’y trouver son plaisir. Le jour de la construction, elle était présente avec un tas de bénévoles pour donner un coup de main. Elle avait adoré cette expérience, sans parler des jeunes qu’elle avait rencontrés. Si elle devait dépenser l’entièreté de sa fortune, elle le ferait en le donnant à des gens qui sauront s’en servir pour en rendre d’autres heureux.

Cette fois-ci, c’était Erïka qui avait reçu de l’aide pour nettoyer cette pièce. Elle semblait propre, enfin, autant que pouvait l’être une salle d’art. La jeune femme se leva, regarda le résultat. C’était le mieux qu’elle pouvait faire. Elle pouvait se compter très chanceuse qu’Annata ait décidé de l’aider. La seule tâche restait Erïka, encore couverte de peinture. Elle allait devoir prendre une longue douche pour se débarrasser de tout cela. Avant tout, elle allait accompagner la nouvelle jusqu’au local des surveillants. Elle lui devait bien ça, après tout.


-« D’accord. Si tu me cherches, t’as qu’à trouver le dortoir le plus froid de l’institut et je suis assurément dans le coin. »

Erïka quitta la pièce et guida Annata dans le couloir afin de rejoindre le local des surveillants. Pas question qu’elle se fasse remarqué alors qu’elle était couverte de peinture, par contre. Elle comptait bien s’éclipser très discrètement, ni vue, ni connue. Une fois à proximité du local, elle s’arrêta.

-« Bon, eh bien c’est ici. Bonne chance pour la suite. Crois-moi, tu vas en avoir besoin. »

Sur ce, elle s’éloigna et alla retrouver, non pas sa chambre, mais celle de son petit ami. Il faisait frais – bien plus frais que dans tout l’institut depuis qu’un petit accident de pouvoir de la part d’un élève quelconque ait fait sauter l’air climatisé – et cela lui permettait de profiter d’un certain calme qu’elle n’avait pas dans son propre dortoir lorsque sa colocataire était présente. Filant dans la salle de bain, elle retira l’intégralité de ses vêtements avant de jeter ceux qui étaient sales dans l’évier remplis d’eau et de savon. Elle fila sous la douche et y resta suffisamment longtemps pour qu’il n’y ait plus aucune trace de peinture sur son corps et, surtout, dans ses cheveux.
Lorsqu’elle sortit de la douche, elle s’enroula dans une serviette, brossa sa chevelure blonde et la ramena en un chignon. Elle avait déjà en tête les prochaines conneries qu'elle allait faire pour se venger de ses amis. Cette fois-ci, elle ne fera pas l'erreur de toucher la surveillante. Après tout, elle n'aura probablement pas la chance de tomber sur quelqu'un d'aussi sympa, la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journée colorée [Annata Haagen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une journée colorée [Annata Haagen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une journée en Afrique
» Une journée à Soissons
» La journée internationale de l'alphabétisation sera célébrée ce 8 septembre en H
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» Journée habituelle..ou presque || TOPIC TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Salles de cours-