X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Café pour emporter [Mathis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Sam 29 Mar 2014 - 16:19

-Faire ce qu'il veut avec mon esprit sans même que je m'en rende compte hein? Brrr ça fait froid dans le dos ton truc là. Je sais pas si je veux le rencontrer en y réfléchissant. Et s'il voyait la fois ou je me suis retrouvé à poil à courir dans la rue avec un serre tête à oreilles de lapins? J'étais complètement ivre cette fois là... Et je me suis fait arrêter par les flics. C'était un paris en fait. Soit... Il y a des trucs pires que ça que je veux pas qu'il voit ce Xavier. T'imagines la honte après?

Mathis éclata d'un rire joyeux en se souvenant de la scène, c'est vrai qu'il avait fait fort cette fois là mais bon, la jeunesse était faites pour se construire des souvenirs de la sorte. Il aurait tout le temps d'être sérieux une fois adulte et responsable. Si on lui laissait le temps de le devenir.

-Un loup hein? Je préférerais un papillon ou un truc plus inoffensif . Mais dis moi, tu es donc certaine que selon toi, je sois le seul à pouvoir intervenir dans le rêve des autres?

Il suivit la jeune fille jusqu'à sa chambre ou elle lui expliqua plusieurs choses, l'une d'elle était que selon Erïka, il avait besoin de voir par ses propres yeux un phénomène de pouvoir mutant pour le faire changer d'avis; il fallait simplement trouver quelqu'un. Lui en était moins sûre, en fait, même s'il essayait de se le cacher, il y croyait déjà un peu. Même si les doutes subsistaient il avait vu une femme s'en voler. C'était pas rien quand même. En plus de cela Erïka semblait vraiment tenir à lui prouver que ça existait; pourquoi prendrait elle cette peine si ce n'était pas vrai. Peut être pour se moquer de lui, ça resterait une possibilité.

-Erïka, regarde moi dans les yeux s'il te plait, j'ai un truc à te dire.

Quoi de mieux pour se prouver à sois même que l'on y crois que de poser la question à la reine de la vérité? Mais Il la posa par une affirmation qui était bien-sûr un gros mensonge sur tout la ligne.

-Ecoute, je ne crois en rien dans ce que tu m'as dit, les mutants n'existent pas. Je veux rentrer maintenant.

Si elle disait la vérité, elle comprendrait l'arnaque et ils pourraient alors continuer leur périple, elle lui dirait un truc du genre :"Arrête de me mentir ou je t'en colle une, allez, suis moi".
Si elle mentait, elle ne distinguerait pas le faux du vrai et il le verrait sans aucun doutes, il prendrait alors la poudre d'escampette dès qu'il le pourrait. En attendant, il continua de la suivre dans les dédales du manoir


-Elle fait quoi cette illusionniste? Elle fait disparaître des pièces de monnaie et fait des tours de cartes? Je peux te faire un tour de magie si tu veux.... Ou pas?

Il ria de nouveau au moment ou ils arrivèrent devant une serre. Il suivit Erïka lorsqu’elle ouvrit la porte de cette dernière et vit une jeune demoiselle dans une belle robe venue d'ailleurs. Les deux filles parlèrent un bref instant d'une personne que Math ne connaissait pas, puis se laissa présenter avec un sourire qui ne le quittait que très rarement.

-Bonjour May, c'est bien ça? Je suis enchanté de vous connaître. Vous êtes ravissante dans cette robe.

Il sourit et tendit la main à la nouvelle venue pour la lui serrer délicatement en la regardant droit dans les yeux.

-Je vous avoue avoir du mal, en effet, à croire à cette histoire de mutant. Mais je reste ouvert à tout.

Il rit en accompagnant May qui lui fit signe de le suivre non sans lancer un regard à Erïka avant de se mettre en marche. On lui désigna une fleur fanée qu'il regarda attentivement.

-Vous êtes donc une sorte de nymphe?

Se produisit alors un événement qui le laissa bouche bée pendant une longue minute après la magie réalisée. Il ne vit même pas que May le regardait.
Il approcha la main de la plante et l’effleura avec délicatesse, elle avait l'air vrai. Comment diable était ce possible se répéta t'il. C'est donc vrai? Certaines personnes étaient capable de choses étranges, rendre la vie à la nature elle même, cette nature qui règne plus que tout autre chose sur cette terre.


-Je dois être resté coincé dans un de ces fichus rêves.

Il se sentit tout à coup minuscule suite à la question posée par May. Lui qui avait toujours été au dessus des autres était dominé, vulnérable, un insecte parmi les humains.
Il posa les yeux dans ceux de la nymphe, sa confiance en lui semblait ébranlée quand il lui dit d'une petite voix.


-Si c'est la réalité ce dont est tout simplement magnifique... Si j'en crois ce que j'ai vécu, si c'est réel, mon don à moi c'est de... D' ôter la vie des gens quand ils rêvent. Moins charmant n'est ce pas?

Il soupira un peu et revint à la plante. Il était de nouveau dans un état d'affaiblissement mental. Ca ne lui arrivait jamais et aujourd'hui c'était déjà la troisième fois. Il fallait qu'il se reprenne; sous son apparence de tombeur il était trop sensible pour ce genre de choses.

-Dites moi que c'est un trucage s'il vous plait.

Il prit une grande inspiration et le naturel reprit le dessus, il sourit à nouveau plein de sa confiance habituelle et regarda May dans les yeux en attendant la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Sam 29 Mar 2014 - 19:33

Erïka ne laissait personne fouiller dans son esprit. Les télépathes qu’elle connaissait étaient respectueux, ils avaient su lui montrer que jamais ils ne feront intrusion dans sa tête sans obtenir sa permission. Lorsque le jour où elle leur autorisa de le faire arriva, elle fut surprise de voir à quel point ils n’en profitèrent pas pour fouiller partout dans son esprit. Tant que Mathis n’autorisera pas le professeur à accéder à son esprit, ce dernier allait s’abstenir de le faire.

-« Il n’ira jamais fouiller ton esprit sans autorisation. Si ta vie est remplie de paris aussi débiles que ça, moi non plus je ne voudrais pas tomber là-dessus. Selon moi, t’était pas assez ivre vu que tu te rappelles toujours de ça. »

Par contre, il allait bien se rappeler des mutants qu’il allait croiser aujourd’hui. Erïka comptait lui prouver qu’elle ne comptait pas de conneries, que tout ce qui se passait ici était bel et bien réel. Il fallait seulement qu’il se donne la peine d’y croire. Déjà, s’il pouvait croire en l’existence de son propre don, ce serait un bon début.

-« Personne ne peut entrer dans les rêves des autres. Je n’ai jamais connu quelqu’un qui avait le pouvoir de faire ça. »

Erïka passa dans sa chambre pour déposer ses affaires et se changer. Elle continua de discuter avec Mathis jusqu’à ce qu’il lui demande fermement de le regarder droit dans les yeux. Croisant les bras, elle le fixa, sans broncher. Lorsqu’il lui affirma qu’il ne croyait en rien en cette histoire de mutant et qu’il souhaitait rentrer chez lui sans plus tarder, elle décela le mensonge. Il ne fallait pas croire qu’elle avait besoin de son don pour détecter chaque mensonge. Elle apprenait aussi à lire à travers les yeux, à détecter dans chaque petit geste, chaque tic, quelque chose qui trahirait un menteur. Le cillement dans son oreille lui indiquait, malgré tout, qu’il disait des conneries. Découragée, ne sachant quoi faire pour qu’il accepte de lui dire qu’il croyait au mutant, elle s’éloigna.

-« Fuck off. »

Elle l’envoya promener sans gêne avant de lui faire signe de la suivre. La jeune femme comptait lui montrer une bonne fois pour toute qu’elle avait raison. Elle lui parla de d’autres mutants, dont sa colocataire. Lorsqu’elle parla d’illusionnisme, Mathis pensa à des tours de cartes et de magie. Il se trompait royalement.

-« Non, des illusions comme des… hologramme, si tu veux. Je ne pourrais pas te dire, c’est pas mon pouvoir. C’est juste, de ce que j’ai pu voir, comme des mirages, tout ce que tu peux imaginer qui se reproduit devant toi et qui semble très réel. »

Puisqu’Erïka était persuadée que sa colocataire était partie à son travail, elle ne pouvait la lui présenter. À la place, elle allait lui présenter deux mutantes, en totale opposition au niveau de la personnalité. Dans les serres, ils rencontrèrent tout d’abord Maylee, une jeune femme timide et effacée qui ne parlait que peu. Elles discutèrent à propos d’une amie commune qu’Erïka invita à les rejoindre une en lui envoyant un message texte pendant que May et Mathis faisaient connaissance. Ce dernier complimenta la tenue de l’adolescente qui rougit légèrement.

-« Merci. Je m’appelle Maylee, mais tout le monde me surnomme May… »

Elle serra doucement sa main. Elle n’avait pas beaucoup de force, sa poignée de main était loin d’être ferme et assurée. L’adolescente lui fit signe de la suivre, lorsqu’il eut libéré sa main. Elle l’amena un peu plus loin de la serre, là où il y avait une plante desséchée, totalement fanée. Maylee lui expliqua les effets de son pouvoir sur la nature. Mathis lui demanda si elle était une sorte de nymphe et, la jeune femme le toisa avec de grands yeux, ne sachant ce que ce mot signifiait. Elle n’était à l’institut que depuis à peine un an, peut-être même moins. Elle était arrivée aux États-Unis quelques temps avant, là où elle avait dû apprendre l’anglais. Certains mots, certaines expressions lui restait, malgré tout, très vagues ou même inconnue.
D’où elle était, Erïka pouvait entendre la conversation entre les deux mutants. C’était pratique d’avoir une super ouïe. Elle s’adressa donc à son ami d’une voix forte.


-« Une nymphe, c’est une nana de la mythologie qui influence la nature ! »

À cette réponse, Maylee leva les yeux vers Mathis, puis hocha la tête.

-« On peut dire que oui, dans ce cas… »

Elle lui fit signe de regarder attentivement la plante fanée avant d’utiliser son don dessus. Peu à peu, la fleur reprit vie, comme si elle venait tout juste de naitre. Elle était resplendissante, elle était belle et fraiche, même le parfum qu’elle dégageait était exquis. Mathis croyait être dans un rêve et, pourtant, c’était la réalité. Maylee se tourna vers lui et lui demanda quel était son pouvoir. Cependant, à la seconde où il posait les yeux dans les siens, elle détournait légèrement le regard. Elle n’était pas capable de soutenir un contact visuel.

Lorsque Mathis lui révéla qu’il tuait les gens dans leurs rêves, elle ne sut pas quoi répondre. Elle chercha dans sa tête ce qu’elle pourrait lui dire, mais rien ne venait. Elle ne s’attendait pas à quelque chose de ce genre. Tout ce qu’elle trouva à dire fut quelques mots hésitants.


-« Hummm… je vois… C’est… C’est quelque chose qu’il est possible de maitriser et… et moi aussi j’enlève la vie des… des plantes… mais… le professeur peut t’aider. »

Lorsqu’il lui demanda si ce qu’elle venait de faire était un trucage, elle secoua la tête. Elle n’arriva pas, une fois de plus, à le regarder dans les yeux. Elle n’était pas très douée pour socialiser et elle trouva une échappatoire à la discussion en se souvenant qu’Erïka était un peu plus loin.

-« J’ai fait du thé, si tu veux… »

Elle se dirigea vers la table à laquelle était installée Erïka. Cette dernière fixait Mathis, un grand sourire aux lèvres. Elle entendait le bruit de chaussures à plateforme dans le couloir. Elle savait qu’un véritable déluge allait s’abattre sur le jeune homme dans les secondes à venir. La jeune femme avait une amie qui adorait les petits nouveaux. Elle n’allait faire qu’une bouchée de lui et la situation sera des plus amusantes à regarder.

-« KYYYYYYYYYYYYYYA ! »

Sunny entra dans la serre à la course. Elle demanda à son amie où était le nouveau venu avant de tomber face à Mathis. Il était facile de reconnaitre la jeune femme lorsqu’on la voyait dans l’institut. Elle portait des chaussures lolita à plateforme, qui la faisait paraitre bien plus grande. Aujourd’hui, elle portait une robe aux tons rosés qui faisait ressortir son teint pâle. Ses yeux maquillés avec un peu trop de fard se faisaient voler la vedette par sa perruque roses dont deux longues queue de cheval frisées tombait de chaque côté de sa tête jusqu’à ses épaules. Il ne fallut que quelques secondes pour qu’elle se jette sur Mathis et le serre dans ses bras avant de se faire un pas de reculons pour l’observer davantage. Elle attrapa sa main et la secoua vigoureusement.

-« T’es le nouveau, c’est ça ? Moi c’est Mindy, mais tout le monde m’appelle Sunny. Je suis une mutante, comme toi. Tu aimes l’institut ? C’est joli, hein ? Tu n’as pas encore vu la salle de couture ! Et la cuisine ! J’ai fait des nigiri. Tu aimes la cuisine japonaise ? J’adore le Japon ! C’est quoi ton nom ? C’est quoi ton don ? Je peux te montrer le mien si tu veux ! Tu veux le voir, dis, dis, dis ?! »

Erïka, qui était un peu plus loin, regardait Mathis en tentant de s’empêcher de rire. Sunny parlait à la vitesse de la lumière, s’il arrivait à tout comprendre de ce qu’elle avait dit, il était un vrai champion. Surexcitée, l’adolescente ne pouvait cacher sa joie de faire connaissance d’un nouveau camarade mutant. Ce dernier n’allait pas se débarrasser d’elle si facilement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Lun 31 Mar 2014 - 19:28

La réaction d'Erïka était bien celle qu'il avait attendu, elle avait compris qu'il mentait et l'envoya balader gentiment, l'invitant à la suivre, ce qu'il fit donc sans hésiter.
Elle lui parla ensuite des pouvoirs de l’illusionniste.


-Elle provoque des mirages quoi? Comme quand tu es dans le désert. Elle fait apparaître des choses qui sans être réelles le semblent vraiment aux yeux des autres? C'est désorientant si je comprend bien.

Il arrivèrent dans la serre ou il fit la connaissance de May, Maylee pour être exact. Il la trouva peu sûre d'elle, très timide, presqu' invisible; même sa poigne de main était fluette. Elle n'osa pas tenir le regard bien longtemps, rougissant très rapidement à la moindre occasion.
En temps normal, Mathis aurait profité de cette situation; une proie facile pour un tombeur, il aurait essayé de l'embobiner. Ce fut le contraire qui se produisit pourtant. Il se retrouva à genoux; cette fille, son "pouvoir" l'avait mis dans un état second, un état de faiblesse intense. Une fille d'apparence si fragile avait rendu la vie, l'âme, le souffle à un être vivant. Pour lui, les végétaux étaient bien cela; des êtres vivants.

Lorsqu'il lui révéla son sois disant pouvoir la jeune fille ne su que répondre et remis le "professeur" sur le tapis rouge. décidément celui là avait l'air d'être respecté de tous.


-N'ayez pas peur de me regarder May, n'ayez peur de personne; regardez moi. Si c'est bien un don que vous avez là il est magnifique. Le monde peut être si laid parfois. Vous devriez irradier et non vous effacer de la sorte. Quand à ce professeur Xavier, on verra, je suppose que de toute façon Erïka finira par me traîner par les oreilles jusqu'à lui.

Mathis sourit vaguement tout en regardant May qui se dérobait à lui à tout bout de champs et lui sourit gentiment lorsqu'elle prit le thé pour excuse. Il reprit peu à peu ses esprits et son attitude habituelle


-Va pour une tasse de thé. C'est étrange, j’avais toujours pensé que le nymphes ressemblaient à des elfes ou des trucs dans le genre. Vous savez? Des longues oreilles et tout. Et bien non en fait, vous êtes beaucoup plus jolie.

Il lui fit un large sourire en riant et lui tendit le bras pour l'accompagner jusqu'à Erïka qui avait l'air de se foutre de lui, arborant elle aussi un sourire aussi large que celui d'un clown. Math quand à lui perdit le siens en voyant ce visage ironique.

-Quoi? Qu'est ce que j'ai dit? Tu prépares un mauvais coup toi, je sais pas pourquoi mais je le sens venir. Bon allez, crache me m....

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un cris bizarre lui parvint aux oreilles suivit d'une déferlante aux cheveux roses se retrouve à quelques centimètres de lui, manquant de le renverser au passage.

-Kia?? Qu...

Il n'eut de nouveau pas le temps de finir que la nouvelle arrivante se jeta dans ses bras avant de reculer d'un pas.
Un peu désorienté de nouveau, Math la regarda pourtant fixement en souriant lorsqu’elle lui attrapa la main et le secoua comme un prunier.


-Euh, enchanté... Ben, le nouveau quoi? ... Mindssny?.... Euh...

Le mutant fronça les sourcils; il avait perdu le fil du monologue. Tentant tant bien que mal de comprendre le tout sa tête finit par lui tourner un peu; il éclata alors d'un rire joyeux, mais nerveux à la fois.

-Oh oh, du calme, plus doucement s'il te plait, je comprend rien à ce que tu dis là. On recommence ok?

Il lança un regard noir en coin à Erïka qui semblait bien s'amuser de lui un peu plus loin, semblant la maudire. avant de revenir à Sunny avec un sourire colgate.

-Alors, moi c'est Mathis, Mathis "quivadevenirfou"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Lun 31 Mar 2014 - 20:54

Erïka avait vu à diverses reprises sa colocataire se servir de son pouvoir pour créer des chimères, des décors féériques. Cependant, elle n’en comprenait pas vraiment les rouages. Elle savait simplement que tout ce que son amie imaginait pouvoir apparaitre devant elle en une magnifique illusion. Erïka définissait cela comme étant un mirage.

-« C’est à peu près ça. C’est à la fois désorientant et magnifique. »

Une fois à la serre, elle présenta Mathis et Maylee. Cette dernière l’attira un peu plus loin pour lui faire une démonstration de son don. Elle regardait à peine l’homme dans les yeux, elle avait du mal à être à l’aise avec une personne qu’elle ne connaissait que depuis quelques minutes. La jeune femme savait que son don était quelque chose d’extraordinaire, donner la vie était un pouvoir merveilleux, mais elle ne parlait pas des mauvais côtés. Elle avait toujours eut des problèmes de santé, elle tombait très souvent malade, mais elle pouvait utiliser la vitalité des plantes pour guérir peu à peu son corps. Par contre, elle s’affaiblissait en donnant la vie à la nature. Une petite plante comme celle qu’elle venait de faire renaitre n’avait pas vraiment d’influence sur elle, mais à plus grande échelle, elle ne ferait que drainer l’énergie de son propre corps et pourrait peut-être même en mourir qu’elle ne serait pas si étonnée que cela.

-« Je… j’ai du mal avec ça. Je ne suis pas aussi extravertie que d’autres personnes… Tu verras, le professeur Xavier est très gentil. Si Erïka veut te le présenter, elle le fera. Elle est du genre à être tenace et à obtenir tout ce qu’elle veut. » Elle esquissa un petit sourire. « Si elle t’as amené ici, c’est parce que tu dois être quelqu’un de bien. »

Proposant à Mathis de prendre le thé afin de retrouver Erïka et ainsi échapper à la discussion qu’elle avait actuellement avec l’homme, Maylee souhaitait qu’il accepte sans un mot de plus. Elle ne savait jamais de quoi discuter avec les inconnus, elle n’était pas très douée pour faire la conversation, cela finissait par la mettre mal à l’aise. Avant même qu’elle ait pu faire un pas, Mathis lui offrit son bras. Elle ne savait pas quoi faire, sur le coup, puis elle accepta timidement de le prendre, posant à peine la main dessus. Encore une fois, il l’avait complimentée en lui disant qu’elle était bien plus jolie que les nymphes que l’on pouvait voir dans les livres, les films. Les joues de Maylee se tintèrent d’un joli rose.

-« Mer… merci… »

Erïka écoutait leur conversation depuis le début. Elle s’abstenait de faire des commentaires, pour l’instant, observant Mathis avec un grand sourire. S’il savait ce qui l’attendait, il serait déjà en train de fuir à toute jambe. L’homme ne tarda pas à lui demander ce qui se passait. Il ne comprenait pas pourquoi elle l’observait ainsi. Il se doutait que quelque chose clochait et il ne tarda pas à découvrir de quoi il s’agissait.

Dès que Maylee entendit son amie entrer dans la pièce, elle lâcha le bras de Mathis et s’en éloigna de quelques pas. Elle avait bien fait car Sunny fonça à toute vitesse sur l’homme afin de le serrer dans ses bras et l’accueillir un peu très chaleureusement. Elle parlait à la vitesse de la lumière, faisant perdre le fil à n’importe qui qui ne s’attendait pas à entendre une pluie de mot déferler à la vitesse de la lumière. Le pauvre Mathis n’eut pas le choix d’attendre qu’elle finisse par se taire pour lui demander de recommencer depuis le début. Il jeta même un regard noir à Erïka, qui cachait sa bouche derrière sa main pour éviter de se foutre de sa gueule un peu trop fort.

Sunny toisa Mathis de ses grands yeux maquillés, pas du tout offusqué par le fait qu’il lui demande de reprendre les présentations depuis le début. Elle avait l’habitude. On lui disait souvent de parler moins rapidement et, Erïka tout particulièrement, lui demandait d’arrêter de crier pour tout et rien. Elle reprit donc d’une voix plus calme. Enfin, après quelques mots elle se remit à parler tout aussi rapidement.


-« Enchantée, Mathis ! Moi c’est Sunny ! Tu sais pourquoi ? Parce que je rayonne comme un soleil. C’est à cause de mon pouvoir, de ma personnalité et je sais pas pourquoi mais c’est trop kawaïi comme surnom, tu ne trouves pas ? » Elle fit une pause et se souvint qu’elle devait ralentir le flot de paroles qui quittait ses lèvres. « Tu as visité l’école ? Tu aimes l’endroit ? C’est trop génial ici, parce qu’on peut être comme on est ! Personne ne va te juger pour tes dents trop blanches qui brillent dans le noir. C’est ça ton pouvoir ? »

Erïka éclata de rire. Elle ne pouvait plus se retenir. Elle coucha sa tête dans ses bras, ne pouvant s’arrêter. On ne voyait plus que son corps pris de petits spasmes, bougeant selon ses rires. Même Maylee se tourna quelques peu pour ne pas qu’on la voit retenir son rire. Parfois, Sunny ne réalisait pas qu’elle disait des trucs vraiment ridicules, mais elle le faisait avec tant d’innocence qu’on ne pouvait que trouver cela mignon. Erïka cessa finalement de rire et se redressa, elle passa une main dans sa chevelure blonde afin de la dégager de son visage. Maylee, quant à elle, s’installa à la table et fut bientôt imitée par Sunny, attirée par ce nouveau thé.

-« Alors, Mathis, comment t’as rencontré Rika ? Elle t’a tapée dessus ? »
-« Hey ! Je ne suis plus si violente que ça ! »
-« C’est vrai, elle s’est améliorée au fil du temps. Tu as de la chance, Mathis. »

Le pauvre Mathis était maintenant coincé avec un groupe des mutants aux personnalités variées, parfois même opposées, sans échappatoire. Il ne pouvait pas fuir sans que Sunny le poursuive dans le but de faire plus ample connaissance avec lui. Avec de la chance, il allait survivre à cette journée et arriver à quitter l’institut en un seul morceau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Sam 5 Avr 2014 - 16:21

Mathis se mit à rire joyeusement en entendant Sunny parler; c'est comme si elle ne pouvait pas s'empêcher de parler trop vite après quelques mots. Un genre de moteur diesel. Elle avait fait attention pour une demi phrase puis le naturel était revenu au galop.
Elle fit une pause semblant se rappeler qu'elle devait faire plus doucement. Pendant ce temps Math la toisait, un immense sourire aux lèvres et les sourcils légèrement froncés. Il sursauta légèrement lorsqu'elle reprit, comme quelqu'un qui eu été sur ses gardes.

Après avoir écouté ce que cette jeune demoiselle plein de vie avait dit il éclata d'un rire franc, d'un rire communicatif; il avait la fâcheuse tendance d’entraîner avec lui son entourage lorsqu'il se poilait. Elle lui avait demandé si son pouvoir résidait dans ses dents.

Il attendit de se calmer un peu puis entreprit de répondre à toutes ces questions, mais par ou commencer se dit il? Il était certain que si il existait une question pour tout savoir en une seule fois elle la lui aurait posé.

Il reprit son sérieux tant bien que mal et regarda Sunny dans les yeux, ses lèvres s'arquant malgré lui de temps en temps.
 

-Déjà je viens de Belgique. C'est un endroit très... Petit, et pour dire bonjour là bas on fait un bisous sur la joue, puis après on parle.

Il tendit les joue, amusé mais n'attendit pas pour prendre la parole.

-Alors; non, je n'ai pas encore vraiment visité donc je ne sais pas trop si j'aime l'endroit ou pas; en fait, j'ai un peu peur là même si ça ne se voit pas trop. Y'a des trucs bizarres ici quand même hein. Mais en même temps si on peut être comme on est sans être jugé, ben c'est cool, j'aime l'idée.

Mathis sourit de nouveau, semblant penser à quelque chose de marrant.

-Ça voudrait dire que même si je décidais de me balader nu comme un vert, là, personne ne me jugerait? Je doute quand même hein. Et pour info mes dents n'ont aucun pouvoir, enfin, un petit peu quand même dans certaines situations, mais rien d'extraordinaire, je crois.

Il haussa les épaules s'amusant toujours de la situation. Après tout pourquoi s'en faire; il ne lui était toujours rien arrivé de mal, pourquoi cela changerait il?

-Oui, j'aime bien "Sunny", ça sonne bien comme surnom. C'est quoi ton pouvoir exactement mis à part le fait de parler vite et d'être pétillante?

Math entendit des moqueries venant de tout près, il regarda dans la direction et vit Erïka en plein fou rire, même May s'y mettait; il lança de nouveau un regard noir en direction de la furie.

-Quoi, j'ai dit quoi encore? C'est moi ou vous vous moquez là? C'est pas gentils!!! Non mais sans blague, je ne ris pas de vous moi.

Il suivit Sunny qui se dirigeait vers la table tout en continuant de parler l'air faussement outré.

-Alors pourquoi vous vous foutez de moi les filles? J'ai des épices entre les dents?

Il pris un air dramatique à la question de Sunny.

-Si! Elle m'a tapé, elle m'a assommé même... Et a voulu me laisser aux mains d'un taxi psychopathe et violeur. J'ai du la supplier à genoux pour avoir une chance d'échapper à une mort certaine. J'en garderais des traumatismes à vie, et tu appelles ça avoir de la chance?

Il fit mine de pleurer puis ne tenant plus, éclata de son rire joyeux habituel avant de s'installer.

-Bon, tant qu'à être retenu en otage avec vous, autant en profiter un peu. On fait quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Mer 9 Avr 2014 - 16:18

Sunny était le genre de personne qui ne cachait pas qui elle était réellement. Elle s’affichait comme étant quelqu’un de franc, qui parlait bien souvent trop vite et oubliait de penser avant de s’exprimer, mais elle était également une personne innocente qui s’émerveillait pour des banalités de la vie. Avec elle, le quotidien devenait plus agréable. Elle était toujours énergique, de bonne humeur, comme si rien ne pouvait ternir sa personnalité rayonnante.

Mathis venait de découvrir cette jeune femme pleine d’entrain qui saura le surprendre à maintes reprises. Après avoir déblatéré des propos un peu plus compréhensibles qu’à son arrivée, la jeune femme attendait patiemment la réponse de Mathis, faisant tout son possible pour supporter le silence. Ce ne fut pas des paroles qui le brisèrent, mais bien un rire franc qui se joignit à celui d’Erïka, mais également à celui des deux autres femmes. Lorsque Mathis se calma, il lui expliqua qu’il était originaire de Belgique. Il en profita pour lui apprendre une coutume de son pays, qui était de faire un bisou sur la joue de l’autre personne avant de commencer la discussion. Pas avare en matière de câlin et d’affection, Sunny lui fit un bisou sur la joue dès qu’il la lui tendit.

Par la suite, il lui expliqua qu’il n’avait pas eu l’occasion de visiter l’école pour l’instant. Il avait brièvement vu la chambre qu’Erïka squattait ainsi que les longs couloirs du manoir, mais sans plus. Il confia ses craintes, ne connaissait pas l’endroit étrange dans lequel il avait atterri. Il ne pouvait pas dire s’il aimait l’institut ou non. Seul le temps et les événements à venir le lui diront. Au moins, il appréciait l’idée de pouvoir être comme il était sans craindre le jugement des autres. Par contre, s’il se baladait nu, il allait fort probablement être jugé et réprimandé. Il y avait des limites à ce qu’il était possible de faire dans le manoir.

-« Si t’oses porter atteinte à leur pureté en te baladant à poil, crois-moi, tu vas perdre des morceaux. Personne n’a envie de voir ça, crois-moi. Enfin, sauf Irina, mais c’est une exception. Tu sais, la nana qui se transforme en panthère qu’on a croisée à l’entrée ? Une vraie nympho. »

Sunny sembla ignorer cette remarque au sujet de leur amie commune. Elle s’était plutôt de contenter de rire à la réplique de Mathis. Elle fut flattée d’entendre que, selon lui, son surnom lui collait à merveille. Lorsqu’il lui demanda quel était son pouvoir, elle ne put s’empêcher de sauter sur place en tapant des mains. Elle avait si hâte de lui montrer. Avant tout, elle retira sa perruque afin de ne pas la brûler. Elle pouvait éviter à ses vêtements de fondre, mais les cheveux synthétiques, ça, ce n’était pas possible. Elle posa sa perruque sur la tête d’Erïka, dévoilant ainsi une chevelure blonde de style garçonne qui lui allait à merveille. Erïka, elle, retira aussitôt la perruque pour la poser sur la table. Pas question de garder ce truc rose sur sa tête.

-« On m’appelle aussi Sunny parce que je suis un vrai rayon de soleil, un vrai ! Regarde ! Mais ne touche pas, hein ! Ça brûle et je fais fondre des trucs en général ! Il ne faudrait pas perdre la main ! »

Aussitôt, la peau de Sunny s’illumina, comme si de petites particules commençaient à pétiller sur son corps. Sa température corporelle augmenta, tout comme celle qui les entourait. Sa peau semblait maintenant faites de lumière, mais elle semblait également extrêmement brûlante. Habituellement, elle faisait fondre ce qu’elle portait. C’est pourquoi elle ne fit qu’une démonstration de quelques secondes à Mathis. Erïka était déjà en train de se servir de sa main en guise d’éventail, ce qui ne fonctionnait pas vraiment.

-« Rappel moi de ne jamais restée enfermée dans une petite pièce close avec toi quand t’utilises ton pouvoir. »
-« Rooh ! T’es pas marrante Rika-chan ! »

Ce qui était marrant, par contre, c’était de voir la tête de Mathis. En se rappelant ce qu’avait dit Sunny à propos de ses dents, la jeune femme ne put s’empêcher de rire. Cela attira l’attention de ce dernier qui lui demanda pourquoi elle riait de lui. Le pauvre, il était tombé sur une véritable chipie qui n’allait pas le ménager tout au long de cette journée.

-« S’il y en a un de pas marrant, c’est lui, en fait. » Fit Erïka.

Feignant d’être outré, cela se voyant très bien, Mathis continuait de protester ; pourquoi elles riaient de lui ? Il avait quelque chose entre les dents ? Non, pas du tout, mais puisqu’il parlait de dents…
Erïka fini par se calmer. Ça faisait un bien fou de rire un bon coup ! Elle attrapa sa tasse de thé et la termina d’un trait. Elle commençait à tiédir. Maylee posa sa main sur l’épaule de Mathis pour le rassurer.


-« Ne t’en fais pas, tu as de très belles dents. »

Elle prit place à la table, tout comme Sunny. Cette dernière demanda à Mathis comment il avait rencontré Erïka et, surtout, si elle n’avait pas été trop violente avec lui. Peu de gens ignorait la réputation que possédait la jeune femme à l’institut. Elle était connue pour être violente, impulsive, bien qu’avec les années elle avait su mettre de côté ces défauts pour devenir plus sage. Parfois, elle pouvait encore se montrer violente dans ses propos… ou dans ses gestes. Mathis était bien placé pour le raconter aux filles. Prenant un ton dramatique, il leur raconta à quel point elle avait été méchante de l’assommer et qu’elle était prête à laisser un chauffeur de taxi psychopathe s’occuper de son cas. Cet homme aurait dû être comédien, rien qu’à voir la façon dont il changeait d’un état émotionnel à l’autre facile, jouant le jeu à tous les coups. Lorsqu’il fit mine de pleurer, Sunny se pencha vers lui pour lui faire un gros câlin.

-« Mon pauvre Mathis ! Ne t’en fais pas, nous allons prendre grand soin de toi. Tu es l’un des nôtres, maintenant Ne t’en fais pas, elle Rika-chan a souvent l’air méchante, mais elle n’a pas un cœur de glace. Au contraire, il est en or ! »

-« C’est une référence au fait que je ne suis pas si méchante que ça ou au fait que j’ai plein de pognon ? Et, à ma défense, je l’ai assommé pour la bonne cause ! Il disait avoir un pouvoir sans avouer que ça pouvait vraiment exister. J’avais besoin de savoir s’il disait des conneries ou si c’était vrai. J’ai eu ma preuve puisqu’il est ici, maintenant. »

Ses amis lui lancèrent un drôle de regard. Erïka soupira. C’est bon, elle avait compris le message. Maintenant que Mathis demandait ce qu’ils pouvaient tous faire, Sunny se leva soudainement de sa chaise, comme si une idée géniale venait de lui traverser l’esprit.

-« Je sais ! On regarde un anime. Non, mieux, on va se cosplayer ! Non, mieux ! Je vais vous montrer mes créations ! Ou on pourrait aller dans la salle de musique, ou la salle d’art ou même à la bibliothèque pour lire des mangas ! Je sais ! On va faire la cuisine ! Je sais faire des sushis ! Des ramens ! Des onigiris ! Kyyya ! Trop de trucs à faire ! »

-« Humm… On pourrait peut-être demander à Mathis ce qu’il aime faire, avant ? Ici, on a l’embarras du choix pour ne pas s’ennuyer. Tu aimes quelque chose en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Sam 19 Avr 2014 - 16:33

Mathis sourit à la remarque d'Erïka. Ce n'était donc pas un institut de nudistes, quel dommage; il aimait la nudité. Ce n'était pas un prétexte pour regarder les filles, il était simplement du genre "au naturel".

-Mais je ne veux porter atteinte à la pureté de personne, je me sens juste mieux nu, les vêtements ont tendance à me gêner. J'en peux rien moi, je suis comme ça c'est tout, mais bon, je ferais attention alors.

Il sembla intéressé quand il entendit les mots "Irina" et "nymphomane" élargissant son sourire omniprésent. Il répondit d'un ton amusé

-Irina, faudra que tu me la présente, elle a l'air bien cette jeune fille quoiqu'un peu poilue. Et ne croyez pas que je suis un obsédé hein! j'aime élargir mon horizon.

Il ria de nouveau, amusé, semblant maintenant d'une humeur agréable et communicative.

-Non mais blague à part, expliquez moi le mal qu'il y a à se promener nu? A la base les vêtements ont été inventés pour se protéger du froid, pas pour cacher ce que la nature nous a donné. Vous n'êtes pas de mon avis?

Même s'il le disait en rigolant Mathis pensait réellement ce qu'il disait et ne mentit donc pas, ça ne le gênait aucunement qu'on le voir à poil, tout comme il n'était pas embarrassé dans un endroit peuplé d'êtres humains sans vêtements.

Lorsqu'il demanda à Sunny quel était son pouvoir, Math fut surpris de sa réaction enthousiaste; à croire qu'elle n'attendait que cette question depuis le début. elle retira sa perruque et la posa sur la tête d'Erïka, ce qui eu pour effet un nouvel éclat de rire de la part de notre jeune mutant; son bourreau en moumoute rose, quel spectacle.

-Attend remet là Erïka, faut que je te prenne en photo avec!

Il n'eu ni le temps d'attendre la réponse ni celui de sortir son téléphone qui faisait des photos que Sunny lui répondit avec intérêt.

-Un vrai rayon de soleil? Ben ok, je vais essayer de pas toucher alors mais ça va être difficile de me retenir hein. Wow ... Ca te va bien les cheveux comme ça, pourquoi tu mets une perruque?

Il n'eu pas à attendre longtemps pour voir le début du spectacle. Non seulement la peau de la jeune fille commença à s'illuminer de points de lumière, mais en plus elle dégagea très vite une forte chaleur.

Notre petit nouveau ouvrit de grands yeux, semblant dégager beaucoup plus d'admiration que de peur face à un tel événement. Il s'approcha même un peu et avança la main vers Sunny sans pour autant la toucher. Il était émerveillé tout simplement.

Alors comme ça ce genre de chose existait vraiment, il allait devoir laisser son esprit logique de côté et faire face à la réalité, pas de trucage possible sur ce coup, ça aurait été trop difficile à réaliser. Il allait devoir accepter ce qu'il était, puisqu' apparemment il l'était...

Il ne cacha pas son étonnement et sembla vraiment touché par le spectacle. En toute logique, il aurait du partir en courant, ou être paralysé par la peur, c'est du moins ce qu'il avait toujours cru qu'il arriverait s'il avait assisté à ce genre de chose mais ce ne fut pas le cas. Au contraire il voulait en apprendre plus sur ces pouvoirs étranges que possédaient certaines personnes. Il essaya de cacher sa surprise du mieux qu'il pu.


-Alors c'est pas des conneries tout ça? Nous sommes réellement spéciaux? Enfin, vous... Moi je sais pas.

Ce qui suivit passa très vite, un peu dépassé par les événements Math râla gentiment sur Erïka qui se foutait de lui et tenta de répondre du mieux possible tout en gardant la face. May complimenta ses dents et il en fut ravis. Il raconta ensuite la brutalité d'Erïka en exagérant exprès et en ajoutant beaucoup de drama dans ses propos. L'effet fut des plus agréable lorsque Sunny le prit dans ses bras. En tant que "traumatisé" il en profita bien-sur un peu; il rendit son câlin à la jeune fille en la serrant à son tour contre lui. Ravis de la tournure que prenaient les choses, et fit semblant de redoubler ses pleurs.

-J'ai encore besoin d'un bisous pour réparer mon cœur des blessures qui lui ont été infligées par Erïka, snif.

Il se dégagea un peu de Sunny au moment ou il demanda quoi faire. Cette dernière se leva d'un bon et proposa pleins de choses qui ne semblaient n'en former qu'une seule tellement elle parlait vite; il rit de nouveau, laissant de côté la comédie dramatique et sourit ensuite à May qui proposa de demander ce que lui préférait.

-Ben, j'adore les sushis, mais je voudrais sincèrement en appendre plus sur ce que vous... Nous sommes? Mais j'ai très faim, et j'adore les mangas aussi. J'aime bien aussi Mc Gyver et Alice au pays des merveilles.

Il revint à Sunny en souriant comme un gosse et l'air joyeux.

-Mais avant j'ai encore besoin d'un câlin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Sam 19 Avr 2014 - 22:12

Erïka n’était pas trop du genre à se balader nue. Elle n’était pas complexée par son corps, mais elle n’aimait pas l’idée que n’importe qui pouvait la regarder, la dévorer du regard ou la juger. Seul son copain avait ce privilège de pouvait l’observer lorsqu’elle ne portait pas de vêtements. Les choses allaient également dans le sens inverse : Erïka n’avait pas envie de voir qui que ce soit de nu se balader dans l’institut. Si Mathis voulait jouer les nudistes, il allait devoir le faire ailleurs, loin de ses yeux.

Par contre, Erïka connaissait certaines personnes qui seraient ravies de le voir se promener à poil. Il n’avait qu’un mot à dire et elle lui filait le répertoire. Elle évoqua d’ailleurs Irina, qui était connue pour être une véritable dépravée. Elle n’avait pas d’attache et, si c’était le cas, cela durait jusqu’à ce qu’elle se lasse. Les aventures d’un soir, c’était son truc, pas les relations. Cela ne semblait pas déplaire à Mathis vu le sourire qu’il affichait. Il aimait élargir ses horizons.

-« « Élargir tes horizons », hein ? T’as qu’à te taper mon frère jumeau, tant qu’à y être, parait que c’est la mode en ce moment. »

Elle était peut-être méchante envers son frère, mais elle s’en fichait. C’était lui qui couchait avec ses amies et certains résidents de l’institut ! Vu leur ressemblance, bien des gens faisaient rapidement le lien entre eux ou les confondait lorsqu’ils étaient de dos. Pourquoi Alexïs avait-il eut la ridicule idée de se laisser pousser les cheveux ?

Au moins, Erïka semblait être d’excellente humeur. Elle souriait, riait, plaisantait. Lorsque Mathis demanda, un peu plus sérieusement, ce qu’il y avait de mal à se balader à poil, les trois jeunes femmes réfléchirent à la question. Enfin, jusqu’à ce qu’il affirme que les vêtements étaient pour se protéger du froid. Les filles laissèrent échapper un petit ricanement.


-« Si un jour tu vois une patinoire de glace dans les couloirs de l’institut, tu vas comprendre que les vêtements sont très utiles. » Affirma Maylee. « Je suis encore en train de me remettre de mon rhume. »
-« Et quand il fait chaud aussi, sinon on finit par attraper des coups de soleil et ressembler à un crabe ! » Ajouta Sunny.
-« Au final, on ne fait que protéger et prendre soin de ce que la nature nous a donné. » Conclue Erïka.

Lorsque Mathis demanda à Sunny quel était son pouvoir, cette dernière sauta de joie à l’idée de le lui montrer. Elle retira sa perruque et la posa sur la tête d’Erïka. Cette dernière la retira aussitôt, évitant ainsi de se faire prendre en photo avec cet affreux truc rose et épais sur la tête. Elle n’avait rien contre le rose, mais ça, c’était trop rose. Au moins, Sunny savait comment accaparer rapidement l’attention des autres et ainsi faire momentanément oublier la perruque à Mathis. Elle lui expliqua en quoi consistait son pouvoir. Quand on disait qu’elle était un véritable rayon de soleil, c’était un vrai sens du terme. En fait, elle risquait de faire cramer ses fringues également si elle utilisait son pouvoir trop longtemps. Il lui fallait des tenues spéciales composées d’un tissu inflammable pour qu’elle ne se retrouve pas complètement nue. Déjà, sans sa perruque, elle allait limiter les dommages. D’ailleurs, Mathis lui demanda pourquoi elle portait cela, puisqu’elle était très belle au naturel. Ses joues rosirent légèrement alors qu’elle lui répondait avec entrain.

-« C’est pour un cosplay ! Je viens tout juste de la recevoir ! Je vais pouvoir terminer mon costume à temps pour ma convention ! »

Suite à cela, elle fit la démonstration de son pouvoir. La température grimpa très vite dans la pièce. Elle dégageait une de ces chaleurs ! Déjà, en temps normal, elle avait la peau plutôt chaude. Là, on pouvait se croire dans un sauna. Heureusement, la démonstration ne dura pas très longtemps. L’adolescente s’était assurée de ne toucher à rien afin de ne pas faire fondre une table ou bien brûler une plante. Elle surveilla surtout Mathis, qui avait tendu la main vers elle, pour s’assurer qu’il ne se blesse pas.

Lorsqu’elle reprit sa véritable apparence constituée de chaire, Mathis réalisa soudainement que tout cela n’était pas une pure invention ou bien des trucages. Il affirma, pour la première fois, que les mutants étaient bel et bien réels. Toutes les personnes présentes possédaient des dons spéciaux, hors du commun. Même lui.


-« Toi aussi tu es spécial ! Tu es comme nous ! »

Le sujet revint bien rapidement à la plaisanterie. Erïka se moquait de Mathis et ce dernier décida de jouer la victime en affirmant qu’elle avait été méchante envers lui. Ainsi, il s’attirait la sympathie de Maylee et les câlins de Sunny. Les filles n’étaient pas idiotes, mais ça leur plaisait d’embarquer dans le jeu, surtout la petite blonde qui était toujours d’humeur câline. Lorsque Mathis continua de jouer la victime et demanda un bisou pour le consoler, l’adolescente ne se priva pas de lui faire un gros bisou sur la joue, avec le sourire.

Par la suite, Sunny se rassit à sa place. Mathis leur demanda ce qu’ils pouvaient tous faire et cette dernière ne manquait pas d’idées. À l’institut, difficile de s’ennuyer. Il suffisait de demander à l’homme ce qu’il aimait et souhaitait faire. Finalement, la décision de fut pas bien difficile à prendre puisqu’il avait plusieurs points communs avec les filles. Sunny était déjà emballée à l’idée de faire des sushis. Ça leur donnera l’occasion de mieux se connaitre et de discuter à propos des mutants et de l’institut.


-« Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! On va faire des sushis ! Ça va être génial ! »

Elle fit un autre câlin à Mathis, comme il le réclamait, puis elle l’attrapa par le bras pour l’entrainer avec elle. Les filles suivirent, derrière lui. Elles ramassèrent la théière et les tasses pour les amener jusqu’à la cuisine. Elles déposèrent le tout dans l’évier. La pièce était vide à cette heure-ci, l’heure du repas était visiblement passée. Cela leur laissait l’occasion d’être tranquille pour cuisiner. Alors que Sunny s’activait pour tout sortir et déposer sur le comptoir, Erïka s’approcha de Mathis. Elle lui donna un léger coup de coude dans les côtes pour signaler sa présence, puis pencha légèrement la tête sur le côté pour s’adresser à lui d’une voix pas trop forte.

-« Alors ? Pas trop traumatisé, j’espère ? » Elle sourit, reprit un ton de voix normal. « Si tu as des questions, n’hésite pas. On est tous passé par cette période. La plupart d’entre nous avons eu la chance d’être invités à vivre ici par le professeur Xavier en personne. Il connait bien le phénomène mutant, c’est un homme honnête et il est toujours présent pour ses élèves. »

La jeune femme s’approcha du comptoir central, attrapa des carottes, un avocat et un concombre qu’elle déposa sur la table, un peu plus loin. S’emparant d’un long couteau et d’une planche à découper, elle s’assit et commença à préparer les légumes pour le repas. Elle fit un signe de tête à Mathis pour qu’il vienne la rejoindre.

-« Si tu veux rester ici quelques jours, rien ne t’en empêche. Ce ne sont pas les chambres qui manquent. Cet institut, ce n’est pas juste une école, c’est aussi un refuge, une maison. Pour moi ce l’est. Je pourrais avoir les plus beaux manoirs tout autour du monde, vivre où je le voudrais, mais il n’y a aucun endroit où je peux me sentir bien comme ici. On est comme une grande famille, on se soutien en cas de problème. Même si certaines personnes ne se supportent pas, elles arrivent à s’allier pour prendre soin des résidents de ce manoir, parce que c’est ce que fait une vraie famille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Lun 12 Mai 2014 - 16:09

Mathis fronça les sourcils lorsque Erïka lui proposa de se taper son frère jumeaux puis ria de nouveau; il n'avait rien contre l'homosexualité mais n'était pas spécialement tenté par la chose.

-Ton frère? Non, je passe mon tour pour cette fois. Je n'ai pas d'attirance particulière pour les gens du même sexe. En tout cas pas encore.

Les filles quand à elles n'avaient pas l'air adepte du nudisme et exposèrent leur point de vue là dessus. Dommage, ça aurait été cool un institut de nudiste; ambiance mildju tout le monde tout nu. Mais bon, il y a aussi moyen de s'amuser habillé hein, faut pas croire que notre nouveau mutant soit un pervers hein.

-Bah, je suis pas frileux, et contre les coups de soleil ben y'a de la crème. Et je prend soins de mon corps Erïka, il aime être aéré.

Il fit un clin d'œil amusé aux filles, faisant ainsi comprendre que même s'il aimait la nudité il plaisantait et n'était pas du genre à s'exhiber à tout bout de champs.

-Je ne suis pas un pervers hein, par contre ne me frappez pas si vous me voyez un jour à moitié nu, ça m'arrive d'aller d'un endroit à un autre sans beaucoup de vêtements sans même m'en rendre compte.

Math ria avec les filles et demanda à Sunny quel était son pouvoir; celle ci ne tarda pas à lui démontrer son talent et par la même occasion impressionner très fortement ce dernier. Il eu même beaucoup de mal à ne pas la toucher. Il reprit ses esprits par la suite.

-Je suis spécial, comme vous? Je sais pas trop, montrez moi.

Il soupira un peu en souriant et regarda Sunny en lui montrant ses dents blanches.

-Je veux voir ton costume pour le cosplay, tu me le montre? De toute façon t'as pas le choix je viens d'utiliser le pouvoir de mes dents sur toi!

Ils plaisantèrent les uns avec les autres et Mathis reçu avec joie les câlins désirés puis décidèrent à l'unanimité, enfin, à l'unanimité de Sunny d'aller faire des sushis et ca lui plaisait cette idée, il avait faim.
Il voulu ouvrir la bouche mais se mordit la langue lorsque cette dernière le prit par le bras pour l'emmener jusqu'à la cuisine. il ria de nouveau.


-Et doucement, je vais pas me sauver hein! C'est malin, regarde.

Une fois arrêtés il se tourna vers Sunny et lui sourit avant de tirer une langue qui saignait légèrement.

-Revarde, ze 'e chuis 'ordu la langue de 'a 'aute!

Il attendit un petit moment bêtement la langue sortie et les sourcils froncés avant de la rentrer et de rire puis sentit un petit coup dans ses côtes, il se retourna donc et vit Erïka qui s'approcha pour lui parler doucement. il lui répondit aussitôt qu'elle eu terminé.

-Sincèrement? Traumatisé, non, enfin, à par par toi qui me frappe tout le temps.

Il fit un clin d'œil et sourit.

-Je suis juste curieux, et j'ai un peu peur aussi... Pas de vous... Enfin, un peu quand même. Mais de ce que je ne connais pas. Tu comprends ce que je veux dire? Je savais quelque part que j'étais différent mais....

Il se gratta la tête semblant chercher ses mots.

-Mais pas comme ça... J'arrive pas à m'expliquer. J'ai pleins de questions, mais je sais pas par ou commencer. Tu crois que c'est possible de maitriser mes rêves? J'ai pas envie de faire mal aux gens. Ettt... Mon "pouvoir" Il sert à quoi exactement à part blesser ou ... Tuer? Il peut tuer hein? C'est ça?

Il suivit Erïka jusqu'au comptoir l'air un peu préoccupé et trouva un couteau, il s'assit face à elle et attrapa un légume qu'il prépara avec la dextérité d'un cuisinier semblant ne même pas s'en rendre compte et sans même regarder ce qu'il fit.

-J'aimerais franchement rester un peu oui, mais si je faisais du mal sans le vouloir? J'ai pas envie de ça, je pense que je l'ai déjà fait par le passé, et apparemment ici il y a du monde qui dort la nuit. Puis faut que je prévienne ma mère. Puis....

Il se coupa l'index qui se mit à pisser le sang et le retira immédiatement de dessus la nourriture et le tint à la verticale pour empêcher le liquide rouge de couler partout avant d'afficher un petit sourire embarrassé.

-Décidément, même si j'essaye de le cacher du mieux que je peux, cet endroit, vous, moi... Ca me perturbe; je ne m'était jamais coupé en cuisinant, il faut une première fois à tout.

Il garda son doigt en l'air sans s'en soucier, la curiosité et l'excitation faisaient en sorte qu'il ne ressentait aucune douleur même si cette coupure était assez profonde. Pas besoin de sutures mais bien entaillé tout de même.

-Allez, s'il te plait Erïka, je veux tout savoir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Lun 12 Mai 2014 - 20:25

Erïka n’avait pas vraiment de problème avec la nudité, tant que cela ne la concernait pas. Ce n’était pas son genre de se balader nue devant n’importe qui. Les autres pouvaient bien faire ce qu’ils voulaient avec leur corps, mais hors de sa vue. Elle n’avait pas envie de voir Mathis s’aérer devant elle. S’il aimait tant que ça être au naturel, sans vêtements pour l’encombrer, il devrait aller faire un tour dans un camp nudiste, pas dans un institut remplis d’enfants.

-« Aère toi n’importe tout, sauf devant mes yeux. »

Au moins, les commentaires de Mathis avaient le don de faire rire les deux amies de la jeune femme, Sunny et Maylee. Elles semblaient toutes les deux bien l’apprécier, ce qui n’allait que faciliter davantage son intégration à l’institut s’il souhaitait s’y joindre. Et il leur garantissait même de ne pas se balader totalement nu devant elles. Par contre, il fallait s’attendre à ce qu’il lui manque parfois un t-shirt ou une paire de chaussettes.

-« Tant que le plus important est couvert, ça devrait aller. » Lui assura Maylee.

Il y a certaines personnes, par contre, qui devraient éviter de trop se vêtir avant d’utiliser leur mutation. Sunny avait encore du mal à ne pas faire brûler ses vêtements ou faire fondre tout ce qu’elle touchait lorsque sa peau prenait une forme plus scintillante terriblement chaude. Malgré tout, cela ne l’empêcha pas de faire une démonstration de ses capacités au nouveau venu. Elle affirma même que Mathis possédait un pouvoir tout aussi spécial que le sien. Cependant, ce dernier ne semblait pas trop y croire et plaisanta à nouveau, découvrant ses dents blanches. Son commentaire sur son supposé pouvoir fit rire l’adolescente.


-« Je te le monterais tantôt ! Tu vas voir, mon cosplay il est totalement fait à la main ! Ça m’a pris des semaines à faire, mais il est trop kawai ! »

Après avoir discuté un bon moment, tout le monde fut d’accord pour changer d’endroit et aller à la cuisine. Ce n’était pas trop tôt ! La température était toujours chaude et humide dans la serre, ce qui dégoutait Erïka. Elle marcha tranquillement jusqu’à destination, pas aussi pressée que Sunny qui entrainait Mathis avec elle. En cours de route, le pauvre se mordit la langue. Il montra le résultat à Sunny qui s’excusa aussitôt.

-« Gomenasai ! Désolée ! Je ne voulais pas que tu te fasses mal ! »

Elle fut rassurée en voyant que Mathis ne le prenait pas mal et qu’il en riait. Ce n’était qu’une petite blessure qui allait guérir dans le temps de le dire. Erïka arriva, quelques secondes plus tard, et donna un coup de coude dans les côtes de l’homme pour attirer son attention. Elle voulait lui parler un peu pendant que les filles s’occupaient des préparatifs pour les sushis.
Amusée, elle lui demanda s’il était traumatisé. En fait, ce n’était pas Sunny qui lui faisait peur, mais plutôt Erïka qui passait son temps à le frapper. Il allait avoir des bleus partout si cela continuait comme ça. Pas offusquée du tout, la jeune femme sourit.


-« Ne t’en plains pas, j’étais pire il y a quelques années. »

Il n’avait pas peur d’Erïka, pas plus qu’il n’était effrayé par ses amies. Cependant, il avait du mal à comprendre ce qu’il avait vu, ce qui s’était passé depuis qu’il avait rencontré la jeune femme. C’était compréhensible. Il était difficile de croire à tout cela, au début. Erïka elle-même était restée méfiante avant de visiter l’institut pour la première fois. Lorsque le professeur Xavier avait su lui prouver qu’il était réellement télépathe, elle n’avait pas voulu y croire. C’était dans la nature de l’être humain de craindre ce que l’on ne connaissait pas. Bien des gens dans la société actuelle préféraient rester dans cette peur plutôt que de l’affronter et chercher à comprendre.

Erïka voulait répondre aux questions de Mathis, mais elle savait qu’elle ne pourrait jamais lui fournir certaines réponses. Elle allait devoir demander au professeur Xavier ou à Emma Frost, ou bien, en tout dernier recours, à Jean Grey. Ces trois télépathes seront davantage en mesure de s’occuper de Mathis. Ils avaient de l’expérience, ils pouvaient comprendre le fonctionnement de son pouvoir et, au besoin, y poser des barrières mentales pour l’empêcher de faire du mal aux gens pendant son sommeil. Il ne voulait pas tuer. Avait-il peur de tuer un étudiant sans le réaliser ?


-« Les humains tuent et, pourtant, les gens n’ont pas peur pour autant. C’est la même chose avec ton pouvoir. N’importe qui peut tuer involontairement à cause de sa mutation. Tu ne dois pas avoir peur de ce que ton don peut faire, sans quoi il finira par te dominer peu à peu. Vois plutôt ce que tu peux faire de bien avec. Peut-être que tu serais en mesure de chasser les cauchemars des gens ? Ça vaudrait pratiquement le coup que je te serve de cobaye. »

Erïka s’approcha du comptoir et attrapa un couteau ainsi que des légumes. Elle s’installa à la table pour commencer à couper le tout, écoutant Mathis bien qu’elle n’avait plus les yeux posés sur lui. Par contre, lorsqu’elle les levait en sa direction, elle pouvait constater qu’il était bien plus à l’aise avec la cuisine qu’elle. Il devait souvent préparer les repas, chez lui. Elle lui proposa de rester à l’institut pour quelques jours ou, du moins, pour cette nuit. Il pourra rencontrer des professeurs et en apprendre davantage sur les mutants. Visiblement, il était tenté d’accepter, mais bien des raisons le poussaient à refuser.

-« Sérieusement ? T’es un fils à maman ou quoi ? Appelle-là si tu veux, mais ne lui parle pas de l’institut. Ici, tout le monde pense que c’est une école pour surdoués. Ça serait bizarre que tu y passe soudainement la nuit. Dis plutôt que t’es chez un ami, ça reviendra pratiquement au même. »

Elle se leva et alla chercher un essuie-tout qu’elle plia en quatre avant de le tendre à Mathis. Il avait le don de se faire mal tout seul, sans même qu’elle ait à le frapper.

-« Mets ça sur ta blessure. J’irais chercher un pansement, après. » Elle se rassit et continua à couper des légumes, l’air de rien. « Si tu restes, ce soir, je ferais en sorte que tu vois un professeur avant que tu ne t’endormes. Ils prendront les mesures nécessaires pour éviter qu’un drame ne se produise. Je suis certaine que tout ira bien. »

Mathis lui avoua que sa maladresse était probablement due à sa nervosité. C’était la première fois qu’il se coupait ainsi en cuisinant. Malgré tout, il ne se souciait pas vraiment de la blessure. Il voulait tout savoir. Erïka ne savait pas vraiment par où commencer.

-« Tu veux que je te raconte quoi ? Il y a tant à dire sur cet endroit. Tu peux suivre des cours, entrainer ton don et rencontrer tout un tas de personnes tout aussi différentes les unes que les autres. Certains ont un passé plus lourd que d’autres. Plusieurs d’entre nous sont reniés de leurs familles parce qu’ils sont différents. Ici, on est comme une seconde famille. Je sais, je me répète, mais je ne sais pas vraiment quoi te dire. Pose moi plutôt des questions. »

Maylee s’approcha d’eux et fit signe à Mathis de se tourner vers elle afin qu’elle puisse panser son doigt blessé. Elle avait vu ce qui s’était produit et était allée chercher de quoi désinfecter la plaie. Ça piquait, mais c’était nécessaire. Elle appliqua le pansement avec soin.

-« Voilà, ça devrait aller mieux. Le riz pour les sushis est pratiquement prêt. Le temps qu’il refroidit, on va faire un tour à l’étage.»

Elle sourit, puis quitta la pièce avec Sunny. Erïka attrapa un morceau de poivron qu’elle porta à ses lèvres. Elle mangeait quelques légumes, ici et là, sans vraiment se gêner. En regardant par la fenêtre, elle constata que la nuit était déjà tombée. Pourtant, il était encore tôt. Ça faisait partie des conséquences de l’hiver.

-« Demain, je te monterais l’extérieur. On a un lac, une piscine, un terrain de basketball… et un labyrinthe que tu dois absolument éviter pour ne pas t’y retrouver coincé pendant des jours entier. D’ailleurs, si tu veux un bon conseil, évite de sortir en cachette pendant la nuit, ce n’est pas une bonne idée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathis Cyriac

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/03/2014
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche Tecnhique
Metier: Etudiant / Manipulation des songes
Age : 18 ans
Nationalité : Belge

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Mer 14 Mai 2014 - 19:47

-Oh là là, vous êtes bien pudiques les filles!

Mathis aimait rire de tout et de rien, même de choses qui ne faisaient pas rigoler habituellement. Sa philosophie consistait à guérir les maux par le rire et la bonne humeur; pourquoi se morfondre de tout ce qui ne va pas? Le fait de ruminer ne ferait de toute façon rien changer.

-Bon, je vois bien que vous ne partagez pas mon avis sur le bien être que procure la nudité. Je ferais donc en sorte de ne pas trop m'aérer.... Hum, j'aime bien ce mot; "aérer", C'est fun.

Il fit un petit clin d'oeil à Erïka avant que tout le petit public n'assista à la fameuse démonstration de Sunny, et quelle démonstration!
Notre jeune homme n'en crut pas ses yeux et se rendit enfin compte que tout ce qu'il avait vu n'était pas une série d'effets spéciaux.
Après que l'atmosphère se détendit et que la jovialité reprit le dessus le petit groupe décida d'aller manger un morceau, en l’occurrence des sushis; dieux sait si Mathis adorait ça.


-Ah Génial, je veux le voir ce costume! On y va après avoir mangé? Si je ne me fais pas enlevé avant, ou si c'est pas moi le repas...

Il jeta un regard faussement mauvais à Erïka.

-Rassure moi, c'est pas moi hein? Parce-que je suis pas du tout comestible, je suis remplis de toxines en tout genre et je suis trop coriace en plus.

Sur le chemin de la cuisine, la fougue de Sunny lui fit se mordre la langue, ce qu'il ne manqua pas de faire remarquer à cette dernière en s'amusant et en zozotant.

-Gomenasai toi même hein! C'est pas une façon de parler aux gens ça. Et j'ai même pas droit à un bisous sur la langue? Je suis atrocement blessé là! Pauvre de moi, Vous êtes toutes de mèche, avouez.

Ils riaient, la bonne humeur était de mise, et Mathis aimait ça, il adorait voir les autres s'amuser. Le monde actuel le rendait souvent triste; il y avait la misère, la guerre, la famine, les attentats. La terre l'exaspérait à un tel point qu'il ne regardait même plus les infos. Ces dernières ne relataient que la folie des hommes, pensez vous qu'elles auraient de temps à autre fait passer un message d'espoir?!
Plus jeune on lui avait répété plus d'une fois que certains films, dessins animés, ou jeux vidéos trop violent avait un impact négatif sur la population. Lui, pensait que le journal télévisé était bien pire que tout.


Erïka attira son attention et lui demanda s'il n'était pas trop traumatisé. En fait, il ne l'était pas et en fut plus qu'étonné lui même; il était simplement curieux et content de ne pas être seul à être "différent".
Il avait un peu peur bien-sur, mais pas des coups de la jeune fille comme il déclara faussement, cette crainte était une réaction banale, c'était l'inconnu.


-T'étais pire? Et ben, heureux de l’apprendre. Je serais mort si je t'avais croisé un peu plus tôt.

Erïka lui demanda s'il avait des questions; bien-sur qu'il en avait, des centaines, des milliers, il voulait tout savoir, il avait toujours été très curieux. Elle lui affirma que peut être son don pouvait faire le bien, comme par exemple chasser les cauchemars. C'était possible ça? S'il se contrôlait pourquoi pas? Mais le soucis était qu'il ne le pouvait pas.

-Tu penses vraiment que c'est possible ça? Comment je dois faire? Parce-que quand je suis dans le rêve des autres je me contrôle pas, comme si c'était ma colère ou mon subconscient qui agissait.... Et quand au fait que tu me serves de cobaye... Euh, je suis pas sûre hein. On vient à peine de se rencontrer, c'est intime ces choses là!

Il ria un peu et repris son sérieux tout de suite.

-Non, blague à part, je t'aime bien, j'ai pas envie de te faire du mal sans le vouloir.

Il suivit Erïka tout en continuant de parler et la vit prendre un couteau et des légumes, il attrapa un couteau et l'aida à sa tache. Il avait l'habitude de cuisiner et était même très doué pour ça. En arrivant à New-York il avait même pensé laisser tomber ses études et ouvrir un restaurant mais avait abandonné l'idée faute de temps.
Elle lui proposa l'idée de rester un peu et il en avait l'envie, même s'il avait peur de qui il pouvait croiser, ou surtout de faire du mal aux autres pendant son sommeil; il y avait du monde ici, qui dit monde dit beaucoup de rêves ou de cauchemars.


-Bah, je suis pas un fils à maman mais elle va se demander ou je suis si je la préviens pas... Disons que j'ai pas un passé tout rose, il pourrait m'arriver n'importe quoi à n'importe quel.... Mais pourquoi je te dis ça moi?... Tu vas me prendre pour... Bah, laisse tomber, c'est bon, je reste, et ne te moue pas de moi! Je suis certain que je pourrais suivre les cours dans une école de surdoués.... Bon, je sortirais peut être à soixante ans mais quand on veut on peut!

Il se posa tellement de question et était si distrait à sa préparation qu'il fini par se couper le doigt assez profondément mais ne s'en soucia guère et leva ce dernier pour ne pas contaminer la nourriture.
Erïka lui apporta un essuie tout qu'il porta à la blessure semblant ne pas ressentir la douleur, c'était sans doute du à l’excitation. Elle lui demanda de poser des questions plus précises et il s'exécuta.


-Euh... Bon, j'ai trois questions pour commencer. De un, pourquoi sommes nous différents? C'est héréditaire? De deux, nous sommes nombreux à avoir de tels dons? Et enfin, j'ai jamais été rejeté par ma famille moi, malgré ce "pouvoir" ma famille aurait jamais compris?

May détourna son attention et lui désinfecta le doigt avant de le panser. Même s'il ressenti une piqûre il ne bougea pas.

-Aieuuu! Ça pique! Au moins je suis certain que vous voulez pas me manger maintenant. Merci May.

Mathis sourit et regarda Maylee et Sunny quitter la pièce avant de se retourner vers Erïka qui grignotait du légume. il la regarda l'air vraiment impatient.

-Pourquoi demain? On va voir quand ce professeur? Je veux voir ce Labyrinthe! Et pourquoi je pourrais pas sortir la nuit? Y'a des vampires?

IL était si excité qu'il parla vite et enchaîna les questions sans même s'en rendre compte.

-Dis moi, tu as parlé de personnes rejetées par leur famille tout à l'heure, je peux les aider tu crois?

Il fronça les sourcils et sourit, amusé de nouveau même si ses yeux brillèrent de curiosité pour tout ce qui l'entourait.

-Tu me présentes quand Irina?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   Jeu 15 Mai 2014 - 19:25

Le cannibalisme, non merci ! Erïka n’avait pas envie de dévorer Mathis, peu importe le sens du terme. Il pouvait être rassuré, car personne d’autre n’aurait cette idée farfelue, non plus. Au moins, ses plaisanteries avaient le don de faire rire et de mettre l’ambiance dans la pièce. Malgré tout, Maylee décida de rassurer Mathis afin qu’il ne se sente pas trop menacé par Erïka et ses idées idiotes.

-« Ne t’en fais pas, elle ne te mangera pas. De toute façon, elle préfère les Mister Freeze. »

La jeune fille s’éloigna en riant légèrement, prenant bien soin de ne pas se trouver sur le chemin de Sunny lorsque cette dernière attrapa Mathis pour l’amener à la cuisine. En cours de route, il se mordit accidentellement la langue et accusa l’adolescente. Cette dernière s’excusa autant en anglais qu’en japonais, mais Mathis n’acceptait pas ses excuses. Il aurait préféré un bisou ou un truc du genre. Eh bien, ça n’allait pas arriver.

-« Si t’as encore mal à la langue, on peut te la couper, hein. Ça restera toujours moins difficile que d’éviscérer un cerf. »
-« Beurk. » Fit Maylee. « Ne me mets pas ce genre d’image en tête. »
-« C’est vrai, j’avais oublié. » Elle se pencha vers Mathis pour lui murmurer quelques mots. « Elle est végétarienne et ne supporte pas qu’on maltraite les animaux. Je vais éviter de lui dire que, cette fois-là, le cerf était pas tout à fait mort. »

L’air de rien, elle s’éloigna pendant que les filles préparaient le riz à sushis et autres ingrédients qu’elles souhaitaient inclure dans le repas. Même après ça, elle osa demander à Mathis s’il n’était pas trop traumatisé. En fait, s’il y avait bien une personne qui pouvait l’effrayer et lui donner envie de fuir cet endroit, c’était elle. Pourtant, elle n’était pas si violente comparativement à son arrivée à l’institut. Heureusement pour lui, il n’aura jamais à connaitre l’ancienne Erïka.

-« À mon arrivée, je pensais mon temps à me battre avec n’importe qui, peu importe la raison. À l’époque, je t’aurais probablement estampé la tête dans le mur plutôt que d’avouer que t’es assez sympa, en fait. »

La jeune femme lui demanda s’il avait des questions à lui poser. Elle pourrait faire de son mieux pour lui répondre. En effet, Mathis en avait plusieurs, la première concernant son don. Il ne comprenait pas en quoi il pouvait s’en servir pour faire le bien. Erïka ne savait pas trop quoi lui répondre et émettait des hypothèses en faisant des déductions logiques. S’il pouvait entrer dans la tête des gens et leur faire du mal, créer des cauchemars, il pouvait peut-être faire disparaitre ces derniers, non ?

-« Je ne connais pas le mode d’emploi. Chaque don fonctionne différemment. Tu le découvriras avec le temps et l’entrainement. En fait, t’es un pudique de l’esprit. T’as si peur que ça de ce que tu pourrais trouver dans le mien ? Ne t’en fais pas, je n’étais pas sérieuse quand je disais que je voulais être ton cobaye. Je n’aime pas que les gens entrent dans ma tête. Déjà, si t’arrives à comprendre ton pouvoir et à la maitriser, ce sera un bon début. »

Elle s’installa à la table pour couper des légumes, tout en continuant sa conversation avec Mathis. Elle lui proposait de rester à l’institut pour la nuit, question de pouvoir rencontrer d’autres élèves et des professeurs. Cependant, cela ne semblait pas enchanter l’homme, qui s’inquiétait de certaines choses. Il esquiva le sujet pour finalement accepter l’invitation.

-« T’es pas le seul à qui il peut arriver n’importe quoi, n’importe quand. Je suis la reine pour m’attirer les emmerdes. Crois-moi, si t'as déjà fait des conneries dans le passé, c'est pas moi qui va te juger pour ça.»

Mathis voulait en savoir toujours plus et Erïka ne savait plus trop quoi lui dire. Elle parla des mutants en général, expliquant que ce n’était pas tout le monde qui pouvait accepté le fait que certaines personnes possédaient des pouvoirs et qu’il y avait, malheureusement, des familles qui rejetaient leurs enfants à cause de cela. Erïka n’avait pas eu ce problème. Sa mère l’avait toujours rejetée d’une façon ou d’une autre sans même savoir qu’elle était mutante. Du côté de son père, c’était plutôt une fierté.

-« Ce qui différencie nos pouvoirs et le fait que certains en ont, contrairement à d’autre, c’est notre code génétique. Je ne suis pas calée en la matière, par contre. De ce que j’en sais, c’est héréditaire. Apparemment, ça proviendrait du père, va savoir pourquoi. Quoi qu’il en soit, cette différence est assez effrayante pour certains. Je ne l’ai pas vécu, mais j’ai vu des personnes à qui je tiens être traités comme des monstres par leur famille. Ils ne comprennent pas et je crois que la peur est l’un des facteurs causant ce rejet. Ce n’est pas tout le monde qui choisit de révéler ses dons mutants à sa famille. Dans la mienne, c’est plutôt une fierté que de posséder des pouvoirs, même si on le cache au reste du monde. »

Ils continuèrent à parler, tout en coupant les légumes. Cependant, le doigt de Mathis ne fut pas épargner. Il eut la chance d’être soigné par Maylee avant que cette dernière ne s’éclipse à l’étage avec sa meilleure amie. Aussitôt qu’elles furent parties, Mathis posa de nouvelles questions à Erïka. Il voulait tout voir, tout savoir tout de suite. Cela ne pouvait pas attendre. Elle sourit. C’était le genre de réaction qu’elle avait toujours eu lorsqu’elle était enfant. Le temps était trop précieux pour le gaspiller à attendre. Elle tenta donc d’expliquer à Mathis pourquoi il valait mieux éviter d’explorer certaines zones de l’institut une fois la nuit tombée.

-« En fait, on a un système de sécurité assez… sophistiqué. Si tu tiens à la vie, il y a certaines zones à éviter car elles sont protégées contre les intrus. Par contre, où elles se situent et comment faire en sorte de ne pas être détectée, en général. Si tu n’as pas peur d’une balade nocturne, je te ferais faire le tour du terrain. »

Les autres questions fusèrent tellement rapidement qu’Erïka avait du mal à savoir à quoi répondre en premier. Elle attrapa un morceau de poivron coupé en lanière et le glissa entre les lèvres de Mathis.

-« Ferme-là un peu et étouffe toi avec ça. Je vais répondre à tes questions, ne t’en fais pas. »

Déjà, elle ne voyait pas en quoi Mathis pouvait aider les étudiants à être acceptés par leur famille. Certaines situations étaient trop compliquées et ce n’était pas toujours lié au fait d’être mutant, bien que cela pouvait former une partie du problème. Ensuite, il y avait des cas pour lesquels il était inutile de se battre. Bobby avait essayé plus d’une fois de se faire accepter de ses parents et ça n’avait pas fonctionné. La dernière fois, Erïka avait probablement envenimé les choses plus qu’il ne le fallait, passant près d’en coller une à son beau-père. Elle n’avait pas supporté la façon dont son petit ami avait été traité et qualifié par ses géniteurs. Lorsqu’on s’en prenait à ceux qu’elle aimait, elle réagissait au quart de tour sans même réfléchir.

-« Je ne vois pas en quoi tu pourrais les aider. J’ai déjà essayé, une fois, et disons que ça a été un véritable drame. Parfois, le problème vient des parents et c’est à eux d’être assez intelligent pour ne pas rester la tête cachée dans le sable et nier la vérité. Ils doivent accepter leurs enfants pour ce qu’ils sont. Ils sont toujours les mêmes, pour la plupart. Ils possèdent seulement des capacités hors du commun.»

Il était temps de répondre à l’autre question de Mathis, question de passer à un sujet plus joyeux. Il souhaitait rencontrer Irina. C’était parce qu’elle se transformait en panthère ou parce qu’elle avait été qualifiée de « nymphomane » par Erïka ? Cette dernière optait pour la seconde option. Quoi qu’il en soit, elle serait ravie de lui présenter son amie et d’autres élèves de l’institut, s’il le désirait. Cela l’aidera à s’intégrer, bien qu’il semblait être en mesure de se débrouiller sans trop de problème lorsqu’il était question de socialiser avec les autres.

-« Je te la présenterais, si tu veux. Fais gaffe à ce qu’elle ne te dévore pas tout rond, par contre. »

Erïka se leva et alla porter le grand plat de légumes sur le comptoir. Elle rangea les couteaux et planches à découper dans le lave-vaisselle, pratiquement plein, avant de démarrer ce dernier. Elle revint s’assoir à sa place, en face de Mathis.

-« Toi qui n’es apparemment pas un surdoué, tu serais peut-être intéressé à suivre des cours ici, malgré tout, non ? Il y en a pour tous les goûts : littérature, arts, musique, économie, mathématiques, sciences, langues, sports. T’as qu’à demander, on a pas mal de tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Café pour emporter [Mathis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Café pour emporter [Mathis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un café pour prendre des nouvelles (Sasha)
» Une mission pour emporter svp ! :D
» Jour 1 : Un café pour reprendre du poil de la bête ? [Commun Volta]
» Un café pour se faire pardonner[PV Alisson]
» L'abus de café est déconseillé pour la santé [PV Fuuyusuke ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-