X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 26 Fév 2014 - 19:28

Dear lord when I get to heaven
Please let me bring my man
When he comes tell me that you'll let him in
Father tell me if you can

http://www.youtube.com/watch?v=o_1aF54DO60

Dodelinant de la tête, assise à même le sol sur le bord d'un trottoir, Honey écoutait la pluie fanfaronner un air doux et répétitif. Les gouttes glacées tombant du ciel hivernal venaient s'écraser contre les gouttières, leur arrachant un tintement métallique qui, aux oreilles de la jeune aveugle, se changeait en envoûtante mélodie.  Annalee, sa mère adoptive, lui avait dit une fois que la pluie n'était autre que les larmes des anges. Bien sûr, Honey n'était pas assez naïve pour l'avoir cru, cependant elle devait avouer que la symphonie céleste qui s'élevait à cet instant précis aurait pu l'inciter à changer d'avis. Ah, quel agréable moment. Bien assez emmitouflée dans une petite cape en laine blanche pour ne pas avoir froid et abritée de l'eau par le paravent plafonnier de l’hôtel devant lequel elle se trouvait, elle aurait pu rester là des heures, en oubliant presque la raison de sa venue à la surface. Hélas, le portier du prestigieux immeuble derrière elle, ne l’entendait pas de la même oreille. Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour chasser la jeune femme, la prenant pour une vulgaire sans abris, ne se souciant pas vraiment de savoir si la pluie avait cessée ou non avant de lui faire prendre la poudre d'escampette. Fort heureusement, comme si c'était fait exprès, le ciel calma son averse à l'instant précis ou la petite brune reprenait sa marche.    

Avançant à bon rythme, la demoiselle évitait habillement chaque flaque, faisant fi de son handicap. Il fallait reconnaître que son éternel compagnon à plume, jonché sur son épaule, se faisait un devoir de la guider au mieux. Mais le problème, lorsqu'on regarde où l'on va, c'est qu'on ne regarde pas d'où l'on vient. Son regard de volatile fixé droit devant, Monsieur C ne prêtait que peu d'attention à ce qui se passait derrière eux. C'est pourquoi, il ne remarqua pas les deux hommes qui suivait d'un peu trop près l'étrange duo. Honey ne s'en rendit pas plus compte. Elle avait décidée de se couper du monde, qui l'effrayait toujours un peu, afin de se donner du courage pour continuer sa route. Pour cela, elle avait glissée ses écouteurs dans ses oreilles et c'est en fredonnant en cœur avec Lana Del Rey qu'elle cheminait vers sa destination.

Elle quitta ainsi le centre ville et la sécurité que lui offrait la présence des passants. Longeant la route, elle avançait en direction du manoir de Ryan, qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps. Bien sûr, il lui était impossible de dire depuis quand, son manque de perception temporelle l'en empêchant, mais vu qu'il lui manquait horriblement, ça devait faire un moment qu'ils ne s'étaient croisés. Ah, comme elle était pressée d'arriver, de pouvoir l'étreindre, de sentir sa chaleur et son odeur, de se réfugier dans ses bras comme le petit chaton perdu qu'elle était à chaque fois qu'elle quittait les égouts. Elle n'avait pas grand chose à lui raconter, sa vie n'étant pas des plus palpitantes, mais rien qu'être en sa présence la rendait hâtive. Un magnifique sourire se dessina sur son visage trop maigre. Et, attrapant sa longue robe de coton d'une main, la remontant légèrement pour faciliter sa marche, elle se mit à avancer de plus en plus rapidement.    

Alors qu'elle se trouvait à quelques minutes de la bâtisse, les deux hommes, toujours à ses bottes, accélèrent le pas pour combler la distance les séparant de la demoiselle. Nul doute à les voir presser ainsi la cadence qu'ils souhaitaient la rejoindre. Honey, quant à elle, ne semblait toujours pas avoir remarquée qu'elle était suivie. Ses multiples sorties à la surface l'avait rendue négligente et sous peu, elle risquait d'amèrement le regretter...

_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 26 Fév 2014 - 21:06

Le barman avait passé une agréable soirée pour une fois. Pas beaucoup de monde, mais de quoi le laisser dans sa bulle. En plus, il avait passé une bonne partie de la journée à baiser dans tous les endroits possibles et surtout commun. Un défi idiot que lui et Alexïs s’étaient lancés. Parfois ensemble, parfois avec des conquêtes. Celui qui en ramenait le plus sur une période d’une semaine gagnait le droit de faire ce qu’il voulait de l’autre. Ryan avait beau utiliser son don de charme, il ne pouvait pas remettre en question le pouvoir séducteur de son adversaire et ami. Là où le côté direct et franc un peu trop bourru de Ryan frappait des murs, Alexïs, par des paroles bien ficelées, parvenait à ses fins. Bon, convaincre ses dames et ses messieurs de coucher ensemble dans un endroit public demandait un peu plus de finesse, que le blondinet semblait posséder naturellement, mais Ryan comblait aisément cette lacune grâce à son don.

Tout ça pour dire qu’il avait passé une soirée tranquille au boulot. Il n’avait pas fait de point cette soirée, mais croyait être en mesure de faire quelque chose avec la magnifique brune qui servait aux tables avec lui. Ah, ce qu’elle était sexy Cassandra ! De quoi faire rêver bien des hommes, avec des formes là où il le faut et tout ! Ryan ne pensait plus du tout à utiliser son don sur elle, pour la simple et bonne raison qu’elle ne semblait même pas ressentir l’effet passif de celui-ci. Autant essayer de charmer une pierre, il aurait sans doute moins perdu son temps. Cassie était l’une des rares causes perdues.

La soirée touchant à sa fin, le barman décida qu’il en avait assez et se dirigea vers la salle des cases. Prenant son manteau, il l’enfila rapidement et se dirigea vers la sortie. Une main sur l’épaule de sa patronne suffit à lui assurer un passage certain sans encombre, puisqu’elle était toujours sous l’emprise de son don, et il quitta les lieux.

Il était rare que le barman ne marche pour aller travailler, mais parfois ça avait son utilité. En effet, devoir s’arrêter à chaque coin de rue pour de la drague potentielle était fatiguant. C’était bien plus simple d’accoster ses dames en étant à pied. Malheureusement, les rues étaient presque vides pour le moment, la soirée tirant à sa fin, et c’est bien seul qu’il se retrouva devant chez lui. Enfin seul…

Le monde a une façon plutôt drôle de faire les choses. Lorsqu’on souhaite retrouver quelqu’un, on a aucune chance, mais dès qu’on arrête d’y penser, on nous force à y repenser. C’est ce qui se passait ce soir d’ailleurs. Ça faisait un long moment qu’il n’avait pas revu cette jolie fille des égouts. Oui bon dis comme ça jolie fille et égout ça ne le fait pas vraiment, mais elle était vraiment belle. Elle était magnifique en fait, elle avait un charme certain et une bonté qu’il avait lui-même perdu avec l’âge il y avait bien longtemps de cela. Elle était tout simplement ravissante…

Parlant de ravissante… c’était sur le point de lui attirer des problèmes. Alors que Ryan regagnait son manoir, il aperçut deux types, baraqués, de la classe moyenne ou pauvre peu importe. Tout d’abord il n’y porta pas attention, marchant du côté opposé de la rue, se cachant autant que possible de cette maudite pluie, mais c’est lorsqu’il fit un pas et qu’il aperçût une jeune femme devant eux. De dos, avec un manteau, il ne la reconnut pas, mais le corbeau lui, il le reconnut aussitôt.

Une colère sourde se mit à bouillonner en lui, un élan du cœur presque incontrôlable le traversa de la tête au pied. Il n’était pas le dernier des abrutis, et pouvait aisément comprendre ce que ces types avaient en tête. Le barman allait leur en faire voir de toutes les couleurs, ça c’était certain. Personne ne touchait aux gens à qui le barman tenait. C’était une loi, une règle, et il s’assurait à chaque jour depuis son adolescence qu’elle n’était pas enfreinte. Une main vint chercher son arme, bien caché dans son dos, mais finalement il retira la main de sur celle-ci. Ce serait trop simple pour eux…

Tel un footballeur professionnel, il commença sa charge vers les deux types qui venaient d’accélérer le pas, et avant que le premier ne lève la main sur Honey, il le plaqua aux côtes, l’entraînant dans sa chute. Il n’avait pas le temps de s’expliquer, pour l’instant, chacun de ses gestes étaient dictés par l’adrénaline et la colère qui grondaient en lui. À l’attention de Honey, il cria tout de même, pendant qu’il se relevait :


-AU MANOIR ! TOUT DE SUITE !

Puis il se prépara à recevoir les assauts de second. Ses notions d’arts martiaux revinrent en lui très rapidement, et ses mouvements, guidés par ses réflexes, lui permirent d’avoir l’avantage sur son adversaire costaud. Il bloqua les deux premiers coups, puis glissa sous la garde de celui-ci, sa jambe frappant douloureusement la cuisse de son adversaire. Alors qu’il se mit à sautiller pour frotter sa jambe blessé, Ryan, d’un coup de pied latéral, le cueillit au ventre, l’envoyant valser quelques mètres plus loin dans la rue.

Le deuxième cependant se relevait, et c’est dans le dos de Ryan qu’il arriva. De ses énormes mains il tenta d’immobiliser les bras du barman, mais celui-ci leva ses jambes pour frapper au ventre de celui-ci, qui n’eut d’autres choix que de le lâcher. Ryan retomba sur le dos, et poussa un gémissement de douleur à ce moment-là, mais il n’avait pas le temps d’y songer. D’un coup, il se releva, utilisant ses mains comme appui pour se redresser rapidement. Une fois encore, il glissa sous la garde de son adversaire, mais au lieu de faire comme le premier, il saisit le bras de son adversaire et le plaça dans le creux de son coude. Les jambes bien pliés, dos à son adversaire, il le souleva de terre, et avec force, et le lança devant lui, le faisant attérir sur le dos… et sur son partenaire encore KO.

Soufflant, haletant, le barman se replaça droit et sentit un point précis de son dos tirer de façon douloureuse. Lorsqu’il regarda derrière lui, il constata que, dans son atterrissage, il était tombé sur un caillou de la taille de son poing. Ça expliquait la douleur en tout cas. Se retournant, il espérait que Honey avait eu la vivacité d’esprit de se diriger vers le manoir, et c’est là qu’il se dirigea peu après.


-Honey ? Où… où es-tu bon sang… Honey !

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Jeu 27 Fév 2014 - 21:58


Seems like it was yesterday
When I saw your face
You told me how proud you were,
But I walked away
If only I knew what
I know today

http://www.youtube.com/watch?v=MWJoD-7_GR4

Depuis toujours, Honey s'entendait répéter qu'elle était une fille naïve, crédule et influençable. C'était sans doute vrai, quelque part, mais ce n'était pas du à son caractère. Cette attitude, elle l'adoptait par ignorance. Elle tenait foi à ce qu'on lui disait, puisqu'elle même n'avait pas la connaissance suffisance pour contredire tel ou tel propos. Elle savait le monde était mauvais, en avait fait l’expérience, avait entendue les témoignages de ses amis des égouts mais de par son handicap, elle avait bien plus de mal que les gens normaux à anticiper les méfaits humains. De plus, son air candide et sa fragilité apparente avait la fâcheuse tendance à attirer sur elle les personnes les moins recommandables. Pour cette raison, elle s'était terré des années sous la surface de la terre, à l'abris du danger. Cependant, elle avait finie par rencontrer des gens qui valaient le coup et lui donnait l'envie de croire aux autres. Ces personnes, qu'elle chérissait plus que tout, était sa force, son moteur, son... courage. Et c'est justement pour voir l'une d'entre elle qu'elle avait quitté la sécurité de l'Allée pour affronter un monde qui lui était toujours grandement inconnu.

Ses dernières expériences à la surface avaient étés bonnes et avaient galvanisées sa confiance. Elle ne se déplaçait plus dans l'ombre des ruelles comme une petite souris craintive. Elle ne prenait même plus la peine de faire attention à son environnement, laissant Monsieur C être ses yeux et ne jouissait plus de son ancienne prudence auditive, puisqu'elle taisait son sens principal en l'étouffant sous des élans musicaux.

Elle se trouvait d'ailleurs tellement dans sa bulle, qu'elle n'entendit pas les pas rapides de Ryan courant vers elle, pas plus qu'elle n'avait perçut ceux de ses poursuivants. Monsieur C, lui par contre, se tourna vivement lorsque le barman se mit à charger dans leur direction. Pris de panique, ne comprenant pas vraiment ce qu'il était en train de ce passer, il s’envola en croassant, accrochant au passage sa patte dans le fil des écouteurs de l'aveugle, les entraînant, eux et son mp3, dans son décollage.

- Hé !! Doucement, qu'est-ce que tu fabri...
-AU MANOIR ! TOUT DE SUITE !

La jeune femme sursauta en entendant le hurlement. Elle ne se retourna pas, c'était un réflexe de voyant qu'elle n'avait pas. Au lieu de ça, elle se figea, l'oreille tendue afin de comprendre ce qui était en train d'arriver. La demoiselle n'avait pas reconnue la voix de Ryan, celle-ci étant déformée par une sorte de rage bouillonnante. Cependant, le ton employé avait éveillé chez elle une sorte de système d'alerte. Elle devait courir, fuir, s'éloigner rapidement. Pourquoi ? Elle n'en savait rien. Mais ça n'avait pas d'importance.

Volant en cercle au dessus de la scène, Monsieur C, lui, avait fini par tout comprendre. Son regard doré oscillant entre l'aveugle et les combattants, il ne savait trop que faire. L'envie de fondre sur les assaillants et de venir en aide au barman était grande, mais d'un autre côté, Honey semblait avoir besoin de lui pour la guider. Crôassant de mécontentement face au dilemme, il se décida finalement à escorter son amie, jugeant que l'homme au catogan s'en sortait fort bien tout seul.  


**Cours Honey, fais ce qu'il te dit ! Le manoir n'est pas loin, files droit, il n'y a pas d'obstacles.**
- Mais...
**Cours !!**

N'objectant pas davantage, la brune détalla. Ce n'est pas qu'elle manquait de courage mais la situation lui échappait totalement. Bien sûr, si elle avait compris que son précieux ami était au prise avec deux hommes, elle n'aurait jamais fuis de la sorte. Mais pour l'heure, elle ne comprenait juste rien, se contentant de s'exécuter, courant aussi vite que possible.

Quasiment arrivée au manoir, elle dévia sur la droite, toujours guidée par son compagnon à plume. Elle commençait à avoir du mal à respirer, peu habituée à l'exercice et ses poumons semblait en feu. C'est donc essoufflée qu'elle termina sa course, le dos appuyé contre un arbre, toussotant en cherchant à retrouver sa respiration. Les jambes tremblantes, elle se laissa glisser contre le tronc, pour s'asseoir par terre, cherchant à remettre de l'ordre dans ses idées.

- Qu'est-ce... qu'est-ce qui c'est... passé ??
** C'est Ryan, je crois, il est aux prises avec deux hommes qui...**

Honey n'écoutait déjà plus, cherchant à se redresser. L'animal avait dit le nom qu'il fallait pour lui redonner de l'énergie. Si Ryan avait des problèmes, elle n'allait pas rester là à hyperventiller comme une idiote. Non, elle allait le rejoindre... c'était par où déjà? Inutile de chercher, la voix de l'homme s'éleva non loin.

- Je suis là, Ryan !!

Lorsque l'homme arriva à sa porté, elle se rua dans ses bras, se blottissant contre lui. Elle pressa son corps frêle contre celui du brun, cherchant à se rassurer par l'étreinte de ses bras protecteurs.

- Tout va bien ? Que c'est-il passé ? Tu n'es pas blessé ?

Levant une main, elle la posa avec tendresse sur la joue du mutant.

- Je... je suis désolée d'être partie comme ça... je ne savais pas... je n'avais pas compris...


_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Jeu 27 Fév 2014 - 23:22

- Je suis là, Ryan !!

Il l’aperçut enfin. Elle n’avait pas couru bien loin, mais elle n’était pas non plus devant la porte du manoir. Marchant doucement pour éviter de faire irradier la douleur de son dos, il se dirigea vers Honey, tentant de reprendre une démarche plus assurée. Il constata que c’était ridicule une seconde plus tôt, elle était aveugle ! Elle ne pouvait pas voir sa démarche… quoique, la première fois qu’ils s’étaient rencontrés, elle avait slalomé entre les tables d’un café sans aucun problème. Son oiseau lui décrivait tout selon ce qu’elle avait compris… et comme il ne connaissait pas le langage corbeau, la prudence était de mise.

Continuant sa courte route vers l’aveugle, il la vit enfin se redresser et la serrer dans ses bras. Ce qu’elle était petite ! Sa tête arrivait difficilement sous le cou du barman, qui était tout de même assez grand. Leur différence de taille frôlait le ridicule. Au moins ne pouvait-elle pas pousser trop fort dans son dos… euh non en fait. Les mains de Honey se refermèrent précisément où la douleur irradiait, là où son atterrissage avait été interrompu par un caillou de la taille de son poing. Retenant un petit cri, son visage afficha tout de même un rictus de douleur pendant un court instant avant qu’il ne se penche un peu pour la serrer à son tour dans ses bras, retirant ainsi les mains de Honey de la partie blessée de son dos. Dès que la pression cessa, il poussa un soupir de soulagement… avant de se séparer de la jeune femme. Qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Y avait-il un problème dans les égouts ? Ça faisait des mois qu’ils ne s’étaient pas parlé, et là elle passait près de son manoir avec deux types à l’allure louche la suivant… d’ailleurs, se dirigeait-elle simplement vers sa maison ?

- Tout va bien ? Que c'est-il passé ? Tu n'es pas blessé ?

-Non non, mentit-il en tentant de sourire plus franchement. Ça va c’est juste euh… c’est rien j’ai l’habitude.

En temps normal, le barman pouvait garder un ton neutre si c’était nécessaire, ou même prendre une voix plus sérieuse ou joyeuse. Avec l’adrénaline qui pompait encore dans son corps et la douleur qui irradiait de son dos, il avait du mal à garder sa contenance… mais il ne voulait pas inquiéter  Honey. Elle devait déjà s’inquiéter en tout temps, inutile de lui donner une raison supplémentaire de s’en faire. Le barman eut un léger frisson lorsque la main froide de Honey passa sur sa joue, puis l’écouta parler.

- Je... je suis désolée d'être partie comme ça... je ne savais pas... je n'avais pas compris...

-Et tu fuiras à nouveau si ça arrive vu ?

Posant ses mains sur les épaules de Honey, il la décolla de quelques centimètres pour la regarder dans les yeux. Le barman ne pensa pas une seconde au fait qu’elle était aveugle à ce moment. Il y avait des choses qui étaient sacrés chez le barman. En tête de listes, deux choix se présentaient : le sexe (surprise) et protéger ceux à qui il tenait. Depuis sa plus tendre enfance, pas un seul homme n’avait réussi à faire du mal à sa sœur. Adulte, c’était Daisuke qu’il avait pris sous son aile, et maintenant, il y avait aussi Alexïs. Honey, malgré le peu de temps qu’ils avaient passés ensemble, était parvenu à réveiller une fibre émotionnelle chez le barman qu’il avait longtemps cru éteinte. Ce n’était pas pour rien qu’il la protégeait de ce qu’il pouvait la protéger, qu’il lui avait offert un manteau pour se promener dans les égouts de façon un peu plus convenable et surtout au chaud, et qu’il avait foncé sans aucune retenue sur ces deux hommes.

Il avait posé une question, mais il ne s’attendait pas à une réponse négative. Rares étaient les fois où Ryan prenait une telle intonation, mais peu de gens levaient la tête pour le regarder dans les yeux dans ses moments-là.


-Il est hors de question que tu mettes ta vie en danger pour me soutenir est-ce que c’est clair ? Ce n’est pas pour rien que je t’ai dit de venir au manoir. Je m’entraîne justement pour m’en sortir dans des situations pareilles, je suis prêt à ça. Je refuse que tu mettes ta vie en danger pour moi d’accord Honey ?

Puis, il se redressa, retirant ses mains des épaules d’Honey pour la serrer à nouveau dans ses bras.

-Maintenant… peux-tu me dire ce que tu fais ici ?

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 5 Mar 2014 - 0:14



Il était un homme libre qui disait
De tenir debout dans le sang
D'attraper la foi sauvage des sorciers,
La rage pour tenir longtemps.

La première chose dont s'enquit Honey, était de l'état de Ryan après l'altercation qu'il venait d'avoir. Elle ne connaissait pas la cause de la bagarre, ni même les autres protagoniste, mais ça lui importait peu. Tout ce qu'elle désirait, c'était savoir si il allait bien.

-Non non, mentit-il en tentant de sourire plus franchement. Ça va c’est juste euh… c’est rien j’ai l’habitude.

L'aveugle était loin d'avoir un don lui permettant de détecter les mensonges, cependant, elle arrivait assez bien à percer les émotions aux travers des timbres de voix. Hors celui du barman, à cet instant précis, tressaillait un peu, sans doute sous l'effet de la douleur. Recourbant légèrement le coin de sa bouche, elle prit un air contrit. C'est à ce moment là que Monsieur C décida de jouer la pie bavarde.

** L'écoutes pas, Honey. Il fait le pan en pleine parade mais si tu voyais sa tête. Remets tes mains un peu plus bas pour voir, je crois que la douleur est dans son dos. Comme une sorte de bouton à grimace. Vas-y, essais !**

La mutante secoua un peu la tête pour signifier qu'elle n'en ferait rien. Elle ne comprenait pas trop ce qu'il y avait d'amusant à arracher une grimace de douleur à son ami et en cet instant, elle devait reconnaître que son compagnon à plume avait une attitude bien sadique. Mais ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus. Ryan venait de lui affirmer avoir l'habitude de prendre des coups, à moins que ce ne fut-ce de se battre ? Dans les deux cas, c'était une révélation qui ne plaisait pas beaucoup à la brune. Surtout que cette fois, elle était responsable, puisqu'elle avait fuit lâchement en abandonnant l'homme aux prises de ses assaillants. C'est donc un peu confuse qu'elle tenta de s'excuser et de se justifier.

-Et tu fuiras à nouveau si ça arrive vu ?

La jeune femme fronça les sourcils. Elle n'aimait pas du tout la façon dont le barman lui demandait ça. En fait, elle avait l'impression d'être une petite fille en train de se faire gronder. Hors, elle détestait ça. Elle ne supportait plus qu'on la prenne pour une gamine fragile et incapable de se protéger par elle même. C'était ce que faisait Scum, sa mère, Callisto... et à présent, Ryan. C'était trop. Ne pouvaient-ils pas comprendre qu'elle était au moins aussi forte qu'eux ? Elle pouvait appeler à elle une armée de volatiles et rejouer de sanglantes scènes à la Hitchcock. Quérir l'aide d'une foule de rongeurs, capable de s'en prendre aux yeux de ceux qui pourraient lui vouloir du mal. Avoir la protection de chiens et de chats qui mordraient, grifferaient, lacéreraient les chairs. Non, elle n'était pas sans défenses. De plus, ces derniers temps, elle apprenait à se battre avec l'aide de Callisto. Les résultats n'étaient pas extraordinaires, mais elle avait tout de même fait des progrès. Bien sûr, Ryan, lui, ne savait rien de tout ça. C'est donc en prenant une petite inspiration que la brune s’apprêtait à transmettre toutes ces pensées à voix haute. Seulement, au moment d'ouvrir la bouche, c'est tout autre chose qui franchit ses lèvres.

-Oui, Ryan.

Oui, Ryan ? Oui, Ryan ?? Mais d'où venait cette soudaine soumission ? N'était-elle pas en colère, offusquée, quelques instants avant ? Elle prit quelques secondes pour se sonder et constater que non, elle ne l'était pas réellement. Se mordillant la lèvre elle chercha à comprendre. Ce n'était pas la première fois qu'elle remarquait que Ryan arrivait à l'apaiser. En fait, il arrivait à aller chercher chez Honey, une confiance qu'elle avait bien du mal à offrir aux autres. Plus encore, à chaque fois qu'elle était en sa compagnie, elle ressentait le besoin de se tenir contre lui, d'avoir un contact. Aussi, au lieu d'exploser comme une bombe dans une de ses crises de colère passagères, elle avait préférée aller dans son sens. C'était n'importe quoi, elle en avait conscience, mais c'était plus fort qu'elle.  
 
Soupirant un peu, elle écouta docilement les propos du barman.
 

-Il est hors de question que tu mettes ta vie en danger pour me soutenir est-ce que c’est clair ? Ce n’est pas pour rien que je t’ai dit de venir au manoir. Je m’entraîne justement pour m’en sortir dans des situations pareilles, je suis prêt à ça. Je refuse que tu mettes ta vie en danger pour moi d’accord Honey ?

-C'est d'accord. Je ne ferais rien de dangereux si une telle situation venait à se reproduire. Mais tu sais, je peux chercher du soutiens autour de moi, quand cela arrive. Et puis, moi aussi je m'entraîne. Et, même si Callisto semble plus désespérée qu'autre chose par mon cas, je crois que je m'en sors quand même pas trop mal. C'est juste qu'elle est si exigeante, si stricte...  

Une nouvelle fois, Honey donnait des informations à Ryan, qu'il n'était pas capable de comprendre. De qui parlait-elle en mentionnant un soutiens alentour ? D'aller chercher de l'aide ? De monsieur C ? Et savait-il seulement qui était Callisto ? Peut-être l'avait-il rencontré à noël dernier. Mais ce n'était même pas certain.

Se recentrant sur la discussion et évitant de s'éparpiller davantage, la demoiselle répondit à la question qui lui était posée. Que faisait-elle là? Avec un petit rire doux, elle prit la parole.


-Mais enfin, c'est évident ! Je viens te voir !! Je dois reconnaître que tu m'as beaucoup manqué. Mais je tombe peut-être mal ? Si c'est le cas, dis le moi et je partirais. Mais avant... j'aimerais que tu me laisses t'aider à rentrer. J'ai cru comprendre que tu avais mal au dos, il faut que tu te mettes au chaud.

Glissant sa main dans celle de l'homme, elle la serra doucement. C'était un geste tendre mais qui ne laissait pas de doute. Honey était bien décidée à l'accompagner.


_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 5 Mar 2014 - 19:50

-Oui, Ryan.

Parfait… Au moins elle avait compris la base. Parce que oui, le barman n’imaginait pas vraiment la jeune fille frêle et fragile devant lui mettre un gros coup de poing dans la tête d’un mec de sa carrure. Non fait, faut pas déconner quand même. Son oiseau, tellement peureux qu’il était effrayé par son ombre, n’était pas vraiment d’une quelconque utilité dans un combat. Même si Honey acquiesça, ça n’empêcha pas le barman de continuer sur sa lancée.

-C'est d'accord. Je ne ferais rien de dangereux si une telle situation venait à se reproduire. Mais tu sais, je peux chercher du soutiens autour de moi, quand cela arrive. Et puis, moi aussi je m'entraîne. Et, même si Callisto semble plus désespérée qu'autre chose par mon cas, je crois que je m'en sors quand même pas trop mal. C'est juste qu'elle est si exigeante, si stricte...  

Elle s’entraîne ? Elle s’entraîne ?? Non mais oh arrête de me faire marcher jeune fille ! C’est pas que tes muscles sont pratiquement invisibles, mais il y a un peu de ça. Quant à la technique… c’était bien dommage pour elle, mais elle était aveugle. Certes Ryan avait déjà eu un aperçu d’un combat de judo entre un voyant et un non-voyant, et ça avait été assez impressionnant, mais il y avait une marge entre un aveugle s’entraînant pendant des années et une Honey qui commençait tout juste. Pourtant, ce n’était pas le genre de Ryan de décourager les gens. Même s’il voyait difficilement son amie devenir championne de MMA, elle avait sans doute le potentiel pour devenir plus forte, plus agile et plus débrouillarde. Et juste pour ça, Ryan allait tout faire pour la pousser à continuer.

-Je ne connais pas Callisto énormément… je crois l’avoir vu vaguement lorsque j’ai fait un tour chez toi, mais peu importe. Si elle t’entraîne… attends-toi à la détester, ajouta le barman sur un ton plus léger. Un entraîneur est là pour pousser les athlètes… pas pour se faire aimer. T’inquiète, tu deviendras plus forte, ça je le sais.

L’histoire de « soutien des alentours » le laissa perplexe, mais il préféra laisser couler. Il fit un rapprochement avec son oiseau peureux, mais si c’était vraiment ce que voulait dire son amie, elle se mettait le doigt dans l’œil… au sens figuré… ou littéral enfin… Vous voyez ce que je veux dire non ? Bon ! J’en étais où… Ah oui ! Le barman, après lui avoir dit clairement ne pas vouloir la voir se mettre en danger, lui posa l’autre question qui lui brûlait les lèvres. Que diable faisait-elle ici ! C’est un rire mignon comme tout qui accueillit sa question, suivi d’une réponse tout à fait innocente :

-Mais enfin, c'est évident ! Je viens te voir !! Je dois reconnaître que tu m'as beaucoup manqué. Mais je tombe peut-être mal ? Si c'est le cas, dis le moi et je partirais. Mais avant... j'aimerais que tu me laisses t'aider à rentrer. J'ai cru comprendre que tu avais mal au dos, il faut que tu te mettes au chaud.

-Mais non ! Mon dos va très bien qu’est-ce qui te fait dire ça !

Il mima de s’étirer vers l’arrière, amplifiant son creux lombaire, mais la douleur qui accueillit son mouvement le poussa à s’arrêter à mi-chemin afin de revenir aussi droit que possible. Un rictus de douleur s’était de nouveau dessiné sur son visage, qu’il effaça rapidement en reportant son attention sur Honey qui lui tenait toujours la main.

-Tu ne tombes pas mal ne t’en fait pas… tu ne tombes jamais mal. Viens on rentre. Tu sais que lorsque tu viens ici, tu peux rester aussi longtemps que tu veux. Je ne vais pas te mettre dehors. En plus il pleut on va être tout mouillé c’est horrible…

Effectivement, la légère pluie fraîche qui leur tombait sur la tête depuis tout à l’heure commençait sérieusement à être désagréable. Guidant donc la jeune femme jusque chez lui même si ce n’était pas vraiment nécessaire, Honey pouvant se diriger toute seule. Le barman entra le code du système d’alarme et entra dans son immense manoir, n’oubliant pas de laisser le corbeau passer avant de refermer le tout.

-J’espère que tu te souviens des lieux… Moi je vais aller enlever mes vêtements et m’étendre un peu si ça te dérange pas… Ça ou prendre une douche…

En fait, il voulait simplement être à plat afin de reposer quelque peu son dos meurtri…

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Dim 16 Mar 2014 - 0:37

Si ta douleur est profonde, quand la nuit tombe
Moi, je m'allongerai dedans.
Je coucherai sous la terre, à l'abri de la lumière,
Tes larmes qui rejoindront la mer.

-Je ne connais pas Callisto énormément… je crois l’avoir vu vaguement lorsque j’ai fait un tour chez toi, mais peu importe. Si elle t’entraîne… attends-toi à la détester, ajouta le barman sur un ton plus léger. Un entraîneur est là pour pousser les athlètes… pas pour se faire aimer. T’inquiète, tu deviendras plus forte, ça je le sais.

Détester Callisto? C'était une chose impossible. Qu'importe la façon dont elle pouvait traiter Honey, rien ne détruirait l'admiration, le respect et la reconnaissance qu'avait la petite aveugle envers la reine. La borgne avait un caractère détestable, capable de mettre en fuite une horde de bonne sœur à la bonté sans fin. Pourtant, elle était celle qui les unissaient tous, eux, les reclus, les laissés pour compte. Celle qui les protégeaient, les nourrissaient. Sous ses traits durs et sauvages, il y avait un cœur en or, ça, l'aveugle en avait toujours était persuadé.  

Mais ce n'est pas à cause de la bonté caché de sa souveraine que Honey était occupé à sourire à cet instant précis. En fait, elle ne savait même pas pourquoi elle le faisait. Étais-ce du aux encouragements de Ryan ? Sans doute. Elle était heureuse qu'il n'objecte pas vis-à-vis de son entrainement. Qu'il ne souligne pas son handicap, qu'il... la juge capable.

Tout en reprenant ses esprits, elle annonça la raison de sa venue.


-Mais non ! Mon dos va très bien qu’est-ce qui te fait dire ça !

Un petit sourire narquois aux lèvres, la demoiselle arqua très doucement son index en direction du corbeau jonché sur son épaule. L'animal, lui, se contenta de regarder ailleurs, l'air de rien. Il ne vit donc pas la petite démonstration ratée du barman. Honey, elle, sentit la main du brun se crisper dans la sienne au moment ou la douleur lui vrillait le dos.

"Très bien, hmm ?" se contenta-t-elle de lâcher avec un air malicieux.

Puis, elle emboîta le pas de Ryan jusqu'à l’intérieur du manoir, haussant les épaules lorsqu'il souligna qu'il serait horrible de finir trempés.


"J'ai l'habitude d'être mouillée, ne t'en fais pas."

Commentaire bien anodin et tellement teinté d'innocence...

Une fois à l’intérieur, elle laissa le jeune homme s'éloigner, se contenant de hocher la tête lorsqu'il lui annonça qu'il allait s'allonger un peu. Elle préféra ne pas s'attarder sur l'idée de la douche, détestant cet instrument de torture volontaire, où les gens s'imposent une semi noyade en plaçant leur tête sous un jet d'eau continu. Rien que l'idée lui dressait les poils de la nuque.

Restant quelques instants dans l'entrée, elle commença à avancer doucement.


"C'est grand, hein ?"
** Si on veut.**
"Ça semble assez vide pourtant."
**Si tu l'dis.**

Tâtant ci et là les meubles et autres décorations croisant sa route, Honey s'amusait à remodeler l'image de chaque chose dans son esprit.

"Si tu as besoin de... enfin.. de faire tes besoins, tu le dis hein. Je t'ouvrirai une fenêtre."

Monsieur C posa un regard incrédule sur son amie. Il n'avait jamais compris ce besoin qu'avaient les humains de ne pas déféquer quand il était temps de le faire. Ils préféraient évacuer leurs excréments loin d'eux, plutôt que de se déplacer une fois ceux-ci fait. C'était sans doute une question d'odeur, étant donné qu'ils s'entêtaient à ne pas migrer. Ah leur chez eux, il devait être impeccable, bien odorant, parfait. Pourtant, c'est bel bien chez Honey et ses amis qu'ils envoyaient leur puanteur. Alors, pourquoi ne pas rendre la pareille ?  Croassant de mécontentement, le volatile se résigna. Il allait faire un effort... du moins, si il le pouvait.

"Tu peux m'aider à trouver une bouteille et de l'eau, s'il te plait?"
** Pour coâ faire ? **
"Hé bien, avant que tu n'arrives dans ma vie et que tu ne sois mon... guide... il m'arrivait souvent de me prendre les pieds dans tout ce qui traînait. Et tu connais l'Allée, des choses qui traîne, y en a pleins. Bref, je me suis fais mal quelques fois, y compris au dos. Dans ces moments là, maman me mettait une bouteille d'eau chaude au creux des reins. Ça faisait beaucoup de bien."
** Je comprend pas...**
"Aides moi juste à chercher !!"

C'est ainsi que la demoiselle commença à arpenter chaque pièce, à la recherche d'un récipient convenable et d'une source d'eau.  

**J'ai faim...**  
"Concentres toi."
**J'ai faim...**
"Penses "bouteille d'eau", d'accord?"
** J'ai f... ici !!**

L'animal venait de repérer une vitrine contenant quelques bouteilles en verre. Certes, elles n'avaient pas l'air de contenir de l'eau et semblaient vieille d'un siècle, mais enfin, la forme y était. Guidant sa jeune amie, il lui permit de récupérer le précieux conteneur (une excellente bouteille d'alcool, avec l'âge d'un grand cru?).
 

"Bon, je dois la chauffer maintenant..."
** Couves la**
"Pardon?"
** Tu sais, comme avec les œufs**
"N'importe quoi... hmm... tu crois que ça marcherait ?"
**Attends, celle-ci m'a l'air mie...**

Cherchant à attraper un goulot de ses serres, Monsieur comprit deux choses à ce moment là. La première, qu'il ne pourrait jamais devenir alcoolique, la seconde.. c'est qu'une bouteille en verre qui se fracasse au sol, ça fait un boucan d'enfer.

"Hiii ! C'était quoi ??"
**Oups...**
"Oups ? Comment ça oups ? Qu'est ce que tu as fa..."

Les bruits d'ailes qui parvinrent aux oreilles de la demoiselle lui indiquèrent que son courageux ami était déjà en train de fuir le lieu de son "crime". Soupirant, elle chercha à éviter de marcher sur les débris au sol. Sur la pointe des pieds, serrant la bouteille encore intacte contre elle, elle fit quelques pas de côté. Elle avait envie de rejoindre Ryan, de lui donner ce qu'elle avait trouvée pour le soulager et surtout... de s'excuser. Ce n'était pas directement sa faute, mais tout de même. Le problème, c'est que sans le corbeau, elle risquait de mettre du temps à le trouver. A moins qu'après un tel bordel, ce ne fut lui qui la trouve en premier ?

_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mar 18 Mar 2014 - 22:20

"Très bien, hmm ?"

Bon d’accord, le barman n’était pas un excellent menteur ni un excellent acteur, c’était des qualités qui faisaient défauts chez lui (ooohhh jeux de mots !). Cela n’empêcha pas Ryan de continuer son chemin pour entrer chez lui et pour annoncer qu’il devait prendre sa douche. En fait, à ses yeux, tous les deux devaient la prendre, mais peut-être que proposer à cette jeune fille innocente de coller leurs corps nues sous l’eau chaude n’était pas la meilleure des idées.

"J'ai l'habitude d'être mouillée, ne t'en fais pas."

Ryan ne put empêcher sa cervelle d’imaginer plein de scénarios des plus chauds et sensuels jusqu’à ce qu’il ne remarque que ce que sa partenaire cherchait réellement à dire, c’était qu’elle avait l’habitude d’être… mouillée. Pas dans le sens sexy du truc, juste mouillée, sous l’eau quoi ! Rah, mais peu importe comment je le dis ça sonne pervers ! Bon bref, Honey passait son temps sous l’eau eh voilà !

La laissant quelque peu en plan, le barman se rendit à sa chambre où il commença à retirer sa chemise. Il avait de la chance de ne pas porter un simple chandail, avec l’eau qui lui était tombé sur la tête dehors, il aurait sans doute dû l’éplucher de son corps pour le retirer. Déboutonnant doucement celle-ci, il la retira sans trop faire de mouvements brusques, cherchant à épargner son dos autant que possible. Cela lui prit une bonne minute en fait, et ce fut suffisant, lorsqu’il s’attaqua à sa paire de jeans, pour entendre un fort *CLING*… suivi d’autres *clings* un peu moins fort. Qu’est-ce qui venait de se passer encore ? Saisissant une serviette qui traînait là, il s’essuya un minimum le torse avant de la relancer dans un coin avant de descendre l’escalier pour voir ce qui causait tout ce vacarme.

Sur le chemin, il croisa un piaf qu’il connaissait trop bien, et la vitesse avec laquelle il battait des ailes lui donnait une idée de ce qui venait de se passer. Enfin, il ne le savait pas encore exactement, mais ce n’était sans doute pas bon. Il finit par descendre les escaliers et arriver près de Honey, et des restes d’une bouteille de rhum jamaïcain ancestrale ou presque. Il reconnaissait l’étiquette, cette bouteille faisait partie de sa collection depuis de nombreuses années. Et maintenant, elle était en morceaux, et la jeune fille tenait une autre bouteille dans ses mains. Qu’est-ce qui venait de se passer ? Et le piaf qui était parti sans demander son reste… Le premier réflexe de Ryan, lorsqu’il vit son amie bouger, fut de lui dire d’une voix forte :


-Ne bouge surtout pas !

Plus calme, il reprit son ton de voix normal, faisant glisser une chaise jusqu’à Honey au travers du liquide et des bouts de verre.

-Il y a du verre au sol… Tu vas te couper si tu bouges attends… Tiens tend tes mains vers l’avant, un peu sur ta gauche, il y a une chaise. Monte dessus, le temps que j’enlève tout ça…

Une fois la chaise laissée, le barman s’empara d’un balai et commença à ramener les bouts de vitres près de lui. Le liquide, le précieux liquide alcoolisé lui, attendrait après. Il devait commencer par « sauver » son amie. Une fois les morceaux ramenés près de lui autant que possible, il les ramassa et se pencha pour les mettre dans un porte poussière… ce qui lui arracha une nouvelle plainte de douleur. Il se redressa comme foudroyé, puis reprit son mouvement, en pliant les genoux, gardant son dos aussi droit que possible. Faisant demi-tour, il ouvrit l’une des armoires et balança de l’essuie tout partout pour absorber autant que possible l’alcool.

-Tiens voilà ça devrait être mieux… Tu sais, si tu voulais boire, dit le barman en faisant référence à la bouteille qu’elle tenait toujours, tu pouvais me le demander. Pas besoin de briser mes bouteilles pour me faire venir hein. Tu peux me dire ce qui s’est passé ou je dois deviner que le corbeau te l’a arraché des mains ?

Intérieurement, le barman pleurait encore un peu la mort de cette bouteille ancestrale… qu’il n’avait goûté qu’une seule fois dans sa vie.

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Dim 13 Avr 2014 - 1:24

How can you see into my eyes like open doors ?
Leading you down into my core
Where I've become so numb without a soul
My spirit sleeping somewhere cold
Until you find it there and lead it back home


Sortir. Quitter cet endroit. Fuir.
Un long couloir. Si long... Interminable même.
Et soudain... une silhouette connue. Trop connue. Celle qu'il ne fallait surtout pas croiser.
Accélérer, l'esquiver, ne surtout, surtout pas s'arrêter.
 

Voilà à peu près ce qui traversait l'esprit de Monsieur C à cet instant précis. Le bruit de verre s'éclatant au sol l'avait effrayé, mais ce n'était pas la raison pour laquelle il avait pris ses ailes à son cou. Non, il avait bien plus peur de la réaction de Ryan que du brouhaha qu'avait provoqué la chute de la bouteille. Car oui, il avait déjà perçu ce regard inquisiteur que lui lançait le jeune homme. Si au début il semblait curieux, lors de leur dernière rencontre la présence du corbeau semblait plus l'ennuyer qu'autre chose. Pourtant, le volatile n'avait -presque- jamais rien fait pour s'attirer les foudres du barman. Mais cette fois... Aucun doute que si il le choppait, il allait le plumer. Peut-être même le faire cuire. Et pire, le manger !! Décidément, il devait quitter cette maison au plus vite. Au moins, Honey,  elle, ne craignait rien. Au moins que l'homme n'ait des pulsions cannibale ?? Trop tard pour vérifier, le brun était déjà loin derrière et monsieur C ne se sentait pas le courage de fuser à nouveau dans l'autre sens. Fichu instinct de survie animale...

Honey, de son côté, manquait cruellement d'instinct de protection justement. Chancelant d'un pied à l'autre, tentant d'avancer sur la pointe, elle essayait de s'éloigner du désastre vitreux étalé à ses pieds. Cependant, n'y voyant rien, ce n'était pas évident. De plus, le reste de liquide stocké dans la bouteille et à présent rependu à terre, rendait le sol plutôt glissant. Un faux pas et c'était le grand écart. Et faire des acrobaties dans des débris coupants, il y avait bien mieux.

Fort heureusement, Ryan vola à son secours... une fois de plus... Bien qu'en réalité, Honey s'attendait plus à se faire engueuler qu'à se faire aider. Aussi, lorsque la voix forte du jeune homme s'éleva, la petite aveugle se figea, les doigts crispés sur la bouteille encore intacte qu'elle tenait entre ses bras. Rentrant un peu la tête dans les épaules, elle ne savait plus quoi faire. Mais puisqu'il lui avait dit de ne pas bouger, elle s'exécuta sagement, cherchant toute de même à bredouiller un semblant d'explication. Seulement, sa gorge semblait trop nouée pour laisser sortir un son clair d'entre ses lèvres. Résultat des courses, son argumentation ressemblait aux gargouillis du ventre de Scum lorsqu'il se prenait à rêver de pizza.

"Jegeu..greu..deu..." *soupir*

A défaut de parler, elle écouta ce que son ami avait à lui dire. Il avait fait glisser une chaise jusqu'à elle et elle devait monter dessus. Parfait. Ça restait acrobatique mais elle préférait ce genre là que celle qui lui aurait écorchée les jambes. Obéissant à nouveau, elle se hissa sur la chaise, tâtonnant en premier lieu pour la trouver. Puis, une fois en équilibre dessus, elle recommença à s'immobiliser. Son expression était un mixte entre la statue-fiction et la ménagère hissée en hauteur pour se protéger d'un gros rat entré dans sa cuisine. A moins que ce ne fut celle d'un épagneul dépressif ? Bref, elle n'en menait pas large.

Lorsqu'elle entendit Ryan occupé à ramasser ses conneries... ou plutôt celle de son compagnon à plume... elle baissa coupablement la tête. Chaque raclement de verre au sol la mettait de plus en plus mal à l'aise. Cependant, elle releva le visage assez rapidement, comme piquée à vif, entendant le jeune homme couiner de douleur. Son dos ! Elle en avait presque oubliée la raison de sa mésaventure.  
 

"Ca va ? Non, attends ! Je vais le faire ! Dis moi où je dois nettoyer ! Ne te fais pas mal pour moi. Je... je suis désolée !!"

Cherchant à descendre de la chaise en remuant son pied devant elle pour la guider, elle remarqua qu'elle risquait d'écraser Ryan. Jugeant qu'elle en avait déjà bien assez fait, elle préféra finalement rester à sa place, attendant qu'il ait terminé pour enfin quitter son perchoir.

- Tiens voilà ça devrait être mieux… Tu sais, si tu voulais boire, dit le barman en faisant référence à la bouteille qu’elle tenait toujours, tu pouvais me le demander. Pas besoin de briser mes bouteilles pour me faire venir hein. Tu peux me dire ce qui s’est passé ou je dois deviner que le corbeau te l’a arraché des mains ?

- C'est pas ce que tu crois. Et ne te mets pas en colère contre lui, s'il te plait. En fait, on voulait t'aider. Je me suis dis qu'une bouteille d'eau chaude glissée contre ton dos te ferait du bien. Mais, comme je ne connais pas la maison... on a pris ce qu'on a trouvé et, enfin... elle secoua un peu la tête ... c'était pas une bonne idée... Je suis désolée. Mais, euh.. ça aurait pu être pire ! Parce qu'on en était pas encore à l'étape de faire chauffer l'eau là !!

La jeune aveugle tenta un petit sourire et une dose d'humour pour faire passer la pilule. Elle espérait que cela soit suffisant. Car, bien qu'il n'en avait rien dis, bien qu'il ne s'était pas énervé, elle avait bel et bien sentit la voix de Ryan tressaillir lorsqu'il avait compris ce qui s'était brisé au sol. Peut-être étais-ce un cadeau précieux à son cœur ? Honey ne s'en sentit que plus idiote.

- Écoutes, je... vais me faire pardonner ! Demandes moi ce que tu veux, d'accord ? Je le ferai. Je sais que je suis souvent maladroite et pas très dégourdie mais je te jure que je le fais pas exprès et je vais faire de mon mieux pour être moins gauche. J'espère juste que... tu m'en veux pas... tu m'en veux pas hein ?

Tendant les bras, la jeune femme présenta la bouteille qu'il lui restait dans les mains.

- Je pense qu'il vaudrait mieux que tu récupères ça. Il y a eut assez de catastrophes pour la journée.

Elle tortilla ensuite ses doigts, avant de s'en prendre à un pan de sa robe. Dans ce genre de situation, elle se sentait si misérable, si minuscule. Elle détestait ce sentiment. Inspirant grandement elle chercha à penser à autre chose, histoire de ne pas laisser son mal être prendre le dessus. Elle ne désirait pas que Ryan la voit comme ça, dans ces moments de d'auto-dégoûts où elle se méprisait profondément. Forçant alors un petit sourire timide, elle reprit la parole d'un ton étrange, comme si sa voix était lointaine.

- Tu ne devrais pas rester debout, ce n'est pas bon pour ton dos. Tu étais partis pour t'allonger non ? Ça t'ennuie si je viens avec toi ? J'ai perdue mon guide et je n'ai pas très envie de déambuler toute seule dans ta grande maison. En fait, quand monsieur C n'est pas là et que je suis dans un endroit que je ne connais pas très bien, j'ai l'impression d'être perdue. C'est dans ces moments là que je réalise vraiment que les ténèbres sont mes seules vraies compagnes. Où que je soit, elles sont là, à m'encercler, à m'avaler. Mais, quand je suis avec quelqu'un en qui j'ai confiance, je les ressens beaucoup moins. Elles sont toujours là mais... moins denses, moins... agressives. C'est sans doute idiot mais... c'est comme ça. Honey haussa les épaules avant de conclure. Alors, j'aimerai rester avec toi... s'il te plait.

_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mar 15 Avr 2014 - 23:06

"Jegeu..greu..deu..."

Jegeu greu ? Ces sons ne voulaient rien dire ?! À moins qu’elle ne tentait de parler à son corbeau porté disparu ? Mais non il avait déguerpi à toute allure mcomme le trouillard qu’il était. Saleté de piaf… Si ce n’était pas de Honey, Ryan l’aurait plumé plusieurs jours plus tôt, ça c’était certain. Est-ce que la viande de corbeau avait bon goût ? Le barman saliva à l’idée du corbeau rôti… puis s’arrêta avec un sourire aux lèvres. L’homme aux cheveux longs ne détestaient pas l’animal de compagnie de Honey, il était trop présent, certes, mais pas de là à vouloir sa mort. Quoique… la bouteille cassée lui donnait quelque peu des envies de meurtres animales… Préférant secouer la tête pour oublier ses images, il continua à ramasser sans rien ajouter… du moins jusqu’à ce que son dos le trahisse.

"Ca va ? Non, attends ! Je vais le faire ! Dis moi où je dois nettoyer ! Ne te fais pas mal pour moi. Je... je suis désolée !!"

-J’ai pas mal je t’ai dit Honey, soupira Ryan en cherchant à avoir un ton naturel. Ne bouge pas trop, je n’ai pas envie que… que tu marches sur un morceau de verre et que tu t’ouvres le pied. Des plans pour que tu passes la nuit à l’hôpital… Si tu es venue me voir, c’est certainement pas pour aller ailleurs si ?

Ce n’était pas une question, plutôt une affirmation. Du balai, il « frappa » sous les pieds de Honey à mesure qu’elle cherchait à descendre pour l’empêcher de le faire. Non, l’avoir dans les pattes pendant qu’il nettoyait une bouteille ancestrale d’un rhum au parfum si distingué, si pur qu’il…. Ah arrête de penser à ta bouteille stupide barman ! Cherchant à faire un peu d’humour, une fois le gâchis nettoyé, il lui mentionna que, si elle cherchait à boire un coup, rien ne l’empêchait de lui demander. Il lui demanda par la suite ce qui s’était passé, question de savoir s’il devait déplumer le corbeau qui avait traversé à vive allure la maison. Le flot de paroles de Honey le prit par surprise.

- C'est pas ce que tu crois. Et ne te mets pas en colère contre lui, s'il te plait. En fait, on voulait t'aider. Je me suis dis qu'une bouteille d'eau chaude glissée contre ton dos te ferait du bien. Mais, comme je ne connais pas la maison... on a pris ce qu'on a trouvé et, enfin...  c'était pas une bonne idée... Je suis désolée. Mais, euh.. ça aurait pu être pire ! Parce qu'on en était pas encore à l'étape de faire chauffer l'eau là !!

-Faire chauffer l’eau ?

Le barman tentait de retenir son sourire, même si la jeune femme devant lui ne le voyait pas, certaines personnes disaient qu’un sourire pouvait être entendu. Si c’était le cas, l’aveugle allait deviner le plaisir de Ryan devant cette situation. Chauffer une bouteille d’eau… peut-être. Chauffer une bouteille d’alcool de vitre ? Plus difficile non ?! Par contre, l’homme aux cheveux longs ne pouvaient nier qu’il avait du mal à comprendre cette attention particulière de Honey. Ce n’était pas un homme habitué aux attentions douces et tendre, le Ryan faisant plutôt partie du genre d’homme à apprécier les caresses sauvages et passionnés. Ce genre de pensées… douce et… attentionnée, il ne connaissait pas ou peu. Avant même qu’il ne puisse ajouter autre chose, Honey continua :

- Écoutes, je... vais me faire pardonner ! Demandes moi ce que tu veux, d'accord ? Je le ferai. Je sais que je suis souvent maladroite et pas très dégourdie mais je te jure que je le fais pas exprès et je vais faire de mon mieux pour être moins gauche. J'espère juste que... tu m'en veux pas... tu m'en veux pas hein ?

-Honey…

Il avait fini de ramasser, les essuie-tout au sol allaient faire le reste du travail. Du bout du pied, il appuya sur les feuilles absorbantes au sol pour les tasser et se faire un chemin quelque peu sec jusqu’à la jeune femme. Cela ne lui prit que quelques secondes, qui lui permirent de bien choisir ses mots. Il était évident que son interlocutrice culpabilisait à mort d’avoir brisé cette bouteille, mais le barman n’était pas du genre moralisateur ou quoi que ce soit. Tout ce qu’il désirait, c’était offrir du bon temps aux gens qui se trouvaient en sa compagnie. Qu’ils ou elles soient nues par la suite n’était qu’un détail. Quoique dans le cas de Honey… hum… oh non, ne pense pas à ça maintenant ! Des plans pour manquer de sang au cerveau…

Avant qu’il ne puisse la serrer dans ses bras ou faire quoique ce soit d’autres, la jeune femme lui tendit la bouteille rescapée de ses méfaits. Sans vraiment y porter attention, Ryan la saisit et la déposa un peu plus loin, sur le comptoir.


- Je pense qu'il vaudrait mieux que tu récupères ça. Il y a eut assez de catastrophes pour la journée.

-Arrête. Ne me dis pas que tu vas culpabiliser pendant des jours s’il te plaît ! Je ne t’en veux pas arrête, si je t’en voulais tu l’aurais su bien plus vite que ça. Allons… Se penchant pour se mettre à sa hauteur, les mains sur ses épaules, il lui demanda, d’une voix douce : Est-ce que je t’ai déjà donné une raison d’avoir ainsi peur de moi ? Est-ce que je parle trop fort, est-ce que je bouge trop vite ? Honey, c’est un accident. Je ne suis pas stupide au point de croire que tu as délibérément fait exploser une bouteille de rhum au sol voyons !

Le barman ne se gêna pas pour la serrer dans ses bras pendant un court moment. Non mais, c’est qu’elle se faisait des idées ! Si elle pouvait lire l’esprit du barman, elle y verrait une bonne envie de viande de corbeau, ça c’est certain, mais sans plus ! Ah, et peut-être une bonne grosse envie de sexe, mais bon… ça c’est une autre histoire… Pas avec le corbeau ! Bande de pervers…

- Tu ne devrais pas rester debout, ce n'est pas bon pour ton dos. Tu étais parti pour t'allonger non ? Ça t'ennuie si je viens avec toi ? J'ai perdu mon guide et je n'ai pas très envie de déambuler toute seule dans ta grande maison. En fait, quand monsieur C n'est pas là et que je suis dans un endroit que je ne connais pas très bien, j'ai l'impression d'être perdue. C'est dans ces moments-là que je réalise vraiment que les ténèbres sont mes seules vraies compagnes. Où que je sois, elles sont là, à m'encercler, à m'avaler. Mais, quand je suis avec quelqu'un en qui j'ai confiance, je les ressens beaucoup moins. Elles sont toujours là mais... moins denses, moins... agressives. C'est sans doute idiot mais... c'est comme ça. Alors, j'aimerai rester avec toi... s'il te plait.

STOP ! Ok… réfléchissons vous et moi… enfin vous les lecteurs et moi l’écrivain… bon ça fait pas de sens mais passons ! Honey, jeune femme, sexy comme tout, son embarras ne faisant que rajouter à son charme, innocente en plus, qui lui demande quoi exactement ? Non parce qu’elle sait fort bien que le barman voulait aller se coucher hein, elle voulait donc… se coucher avec lui on est d’accord… Mais c’est pas si simple ! Encore, si Honey demandait ça à quelqu’un d’aussi « pur » qu’elle, ça pourrait être tout à fait innocent. Hors là, elle propose ça à un baiseur sans scrupule, un coureur de jupons, bref, un vrai démon quoi ! Pas quelqu’un de chaste et pur du tout !

Tout cela se passait dans l’esprit du barman à une vitesse folle, et il dut se secouer la tête, envoyant valser ses cheveux autour de lui, avant de se ressaisir. Que dire ? Que faire ? La convaincre de s’étendre avec lui devenait fort aisé, c’est même elle qui le lui proposait, mais la convaincre de retirer ce qu’elle portait était une autre chose… une autre partie… un autre combat quoi ! Hum… mais le défi devenait intéressant. La fibre sexuelle et compétitive du barman s’éveillait, comme une bête en chasse, mais en même temps, quelque chose d’autre l’empêchait de pousser cette liaison trop loin. Est-ce que le barman avait… peur ? Nah, Ryan n’avait peur de rien… M’enfin, c’est ce qu’il croyait… Et depuis des années, il avait abandonné les idées idiotes auxquels avaient longtemps cru Alexïs. Pourtant… Non mais, foutu voix dans ma tête tu te tais oui !


-À l’origine, je voulais me doucher en fait hehe

Un brin d’humour… de quoi lui donner quelques secondes supplémentaires pour réfléchir.

-Écoute Honey… ce que tu me proposes, et ce que tu demandes… euh… c’est… comment dire… Viens avec moi.

Saisissant doucement sa main, comme s’il tenait une rose délicate dans sa patte maladroite, le barman l’aida à monter avec lui les escaliers menant à sa propre chambre. Pas une des salles réservés à ses ébats, avec des décors autant magnifiques que beaucoup plus pervers, non juste sa propre chambre à lui. Le décor sobre, un meuble à tiroir pour ses vêtements, une penderie pour ses chemises et une table basse composaient l’intégralité du mobilier. Il y avait évidemment son lit, immense, comme le luxe dans lequel il baignait depuis des années, mais même les couvertures noires donnaient un aspect plus terne et moins riche que le reste de la maison. Une porte menait à la salle de bain, l’autre au couloir.

Il continua de guider Honey jusqu’à son lit, où il la fit asseoir à côté de lui. Poussant un soupir, il tenta de réfléchir à nouveau, mais tant d’idées tournoyaient dans sa tête, autant perverses que pures… Incroyable… la seule personne qui n’était presque pas affecté par son don lui faisait tourner la tête à une vitesse incroyable.


-Honey… ce que tu veux c’est t’allonger près de moi c’est ça ? N’importe quel homme (le barman ne s’exclua pas du calcul), devant une proposition semblable, penserait tout autre chose. Ils penseraient à faire l’amour, à… être intime avec l’autre. Nus, tous les deux, les corps chauds comme la braise s’étreignant. C’est un… c’est une toute autre chose que… que j’ai bien du mal à expliquer Honey…

Et pour cause, le barman n’avait jamais voulu la connaitre…

-Est-ce que tu as une idée de ce dont je parle ? Je veux dire tu euh… comment dire… lorsque je t’ai rencontré, tu venais à peine de mettre les pieds hors des égouts. Est-ce que quelqu’un en bas t’a déjà parlé de tout ça ? Ou je suis le premier à le faire ?

Cherchant à alléger l’ambiance, le barman ajouta, avec une pointe de désir et d’humour.

-Si tu veux t’allonger près de moi… hors de question que tu le fasses en portant des vêtements mouillés…

*Déjà de toi qui seras assez mouillé… j’te le promets… Oh ta gueule !*

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 30 Avr 2014 - 2:19


-J’ai pas mal je t’ai dit Honey, soupira Ryan en cherchant à avoir un ton naturel. Ne bouge pas trop, je n’ai pas envie que… que tu marches sur un morceau de verre et que tu t’ouvres le pied. Des plans pour que tu passes la nuit à l’hôpital… Si tu es venue me voir, c’est certainement pas pour aller ailleurs si ?

Ce qu'il pouvait être têtu ! Comment arrivait-il à affirmer avec autant de naturel ne pas avoir mal ? Étais-ce ce qu'on appelait la fierté masculine ? Si tel était le cas, il était inutile d'insister, jamais il n'en démordrait. Laissant donc échapper un petit soupir défaitiste, Honey décida de faire comme si de rien n'était, ce qui ne l’empêchait pas de continuer à s’inquiéter pour le jeune homme. Inquiétude qui semblait réciproque puisque ce dernier refusait de la laisser nettoyer ses bêtises -ou plutôt celles de Monsieur C- de peur qu'elle ne se blesse.  

-Non... et puis de toute façon je ne peux pas aller à l'hôpital. Ils ne veulent pas des personnes comme moi. Je le sais, il y a quelques années j'ai fais une grave montée de fièvre et maman n'arrêtait pas de dire que si ça continuait il allait falloir trouver une solution pour que j'y sois acceptée.

Pourtant, malgré sa réponse négative Honey cherchait tout de même à descendre de son tabouret. C'était sans compter sur les parades agiles du balais que tenait Ryan. Chaque coups heurtant ses semelles élimées arrachait à l'aveugle un claquement de langue agacé. Finalement, elle céda une fois de plus à l'entêtement du barman, restant sagement jonchée en équilibre. A défaut d'aider, la demoiselle décida de s'expliquer.

A l'origine le geste de la brune était adorable. Idiot, maquant complètement de réalisme, mais adorable tout de même. Seulement, à entendre la réponse de Ryan à son aveu, il ne voyait pas les choses de cette façon. Il n'était pas en colère -c'était déjà ça- mais une sorte d'amusement résonnait dans son timbre de voix. Avait-elle dit quelque chose de drôle ? Fronçant un peu les sourcils, piquée par une sorte de fierté, Honey descendit enfin de son perchoir. L'envie de poser les mains sur ses hanches et de jouer les offusquées la titilla. Cependant, elle se sentait encore bien trop coupable pour faire les diva. A la place, elle présenta une nouvelle fois ses excuses avant de rendre la bouteille rescapée du carnage.

-Arrête. Ne me dis pas que tu vas culpabiliser pendant des jours s’il te plaît ! Je ne t’en veux pas arrête, si je t’en voulais tu l’aurais su bien plus vite que ça. Allons… Se penchant pour se mettre à sa hauteur, les mains sur ses épaules, il lui demanda, d’une voix douce : Est-ce que je t’ai déjà donné une raison d’avoir ainsi peur de moi ? Est-ce que je parle trop fort, est-ce que je bouge trop vite ? Honey, c’est un accident. Je ne suis pas stupide au point de croire que tu as délibérément fait exploser une bouteille de rhum au sol voyons !

Lorsque Ryan déposa ses mains sur ses épaules, Honey se sentit immédiatement mieux. Plus sereine, plus en confiance. Pourquoi avait elle peur de lui déjà ? C'était totalement idiot ! Elle l'adorait, elle ne le craignait pas. Bien sûr elle ne le connaissait pas bien, mais suffisamment pour se douter qu'il n'allait pas s'offusquer d'un petit accident. Elle dodelina un instant de la tête, les lèvres pincées, avant de prendre la parole.

-Non, Ryan. Tu n'es ni trop bruyant, ni trop brusque. C'est moi qui suis sotte. Tu sais, là où je vis, certaines personnes ont vraiment mauvais caractère et peuvent même être dangereux. Et puis, j'ai un peu de mal à comprendre ceux de la surface, leurs agissements, leurs réactions. Mais je sais que tu n'es pas comme les autres, qu'en toi je peux avoir confiance. Ne me demande pas ce qui me fait dire ça, je n'en sais rien. Je le sens, voilà tout.

Confiance, oui, c'était le mot. Un peu trop même. Et lorsque l'homme l'enlaça, cette confiance s'accentua encore plus. Tant et si bien qu'elle se proposa de le suivre jusqu'à sa chambre, non ... jusqu'à son lit ! Et ceux sans aucune appréhension. Naïve ? Sans doute. Mais c'était plus que cela. Elle en avait tout simplement envie, bien que ne réfléchissant pas vraiment à ce qui pourrait advenir. Ryan ne tarda pas à essayer de lui faire comprendre.

-À l’origine, je voulais me doucher en fait hehe

Une horrible grimace déforma le visage doux de la demoiselle. Mi effrayée, mi dégoûtée, Honey secoua vivement la tête.

-Alors là non ! Je ne suis pas intéressée. Hors de question que je m'enferme dans un "noyeur" !! Brrr je comprend pas comment tu peux t’inonder le visage comme ça.    

Mais les projets du barman semblait avoir changé. La douche ne semblait plus à l'ordre du jour. S'allonger avec Honey semblait plus alléchant. Quoique... Il voulait en parler d'abord. Parler de quoi ? Elle ne comprenait pas vraiment mais elle le suivit tout de même, guidée par la main de l'homme. Une fois assise sur son lit, elle leva vaguement la tête vers le son de sa voix afin de lui signifier qu'il avait toute son attention.

-Honey… ce que tu veux c’est t’allonger près de moi c’est ça ? N’importe quel homme (le barman ne s’exclua pas du calcul), devant une proposition semblable, penserait tout autre chose. Ils penseraient à faire l’amour, à… être intime avec l’autre. Nus, tous les deux, les corps chauds comme la braise s’étreignant. C’est un… c’est une toute autre chose que… que j’ai bien du mal à expliquer Honey…

Elle fronça un peu les sourcils, l'air de ne pas vraiment comprendre où il voulait en venir. Sans qu'elle s'en rende compte, le rose monta à ses joues. Elle n'avait pas l'habitude de parler de ce genre de chose, encore moins avec un homme et encore moins avec un homme qui lui plaisait et qui décrivais ça de façon si sensuelle. Bref, elle était un peu gênée.

-Est-ce que tu as une idée de ce dont je parle ? Je veux dire tu euh… comment dire… lorsque je t’ai rencontré, tu venais à peine de mettre les pieds hors des égouts. Est-ce que quelqu’un en bas t’a déjà parlé de tout ça ? Ou je suis le premier à le faire ?

-Je sais ce que faire l'amour veut dire tu sais... et... non, personne ne m'a jamais vraiment parlé de ça. A vrai dire je l'ai appris de gens venant d'en haut...

Honey était de plus en mal. Mais cette fois, ça n'avait rien à voir avec un malaise enfantin face à une discussion "d'adultes". Elle se souvenait, elle revivait. Jamais elle n'avait réellement parlé de ce qui c'était passé lorsqu'elle était monté pour la première fois à la surface. C'était SON fardeau, SON cauchemars. Il y avait en elle une forme de culpabilité vis à vis de ce qui c'était passé. Et bien sûr, beaucoup de peur. Cependant, pour que Ryan comprenne, elle devait lui dire. Elle se sentait à peu près prête cette fois. Se raclant la gorge pour réussir à la dénouer, elle amorça une explication.

-En fait, lorsque je t'ai rencontré, ce n'était pas vraiment la première fois que je venais à la surface. J'étais déjà montée, une fois, il y a quelques temps. Là, j'ai croisée deux hommes dans une ruelle et...

La phrase de l'aveugle resta en suspend, elle ne parvenait pas à en dire davantage, c'était au dessus de ses forces. D'une main tremblante elle essuya ses yeux. Elle était certes aveugle mais ses glandes lacrymales, elles, fonctionnaient parfaitement.  Sa main glissa ensuite jusqu'à ses lèvres. Elle avait envie de vomir. Détournant le visage pour le cacher, elle prit une grande inspiration.

-Excuse moi. J'aimerai changer de sujet si ça ne te dérange pas.

Comme si l'homme avait compris qu'elle avait besoin que l'ambiance soit moins lourde, il laissa échapper une petite pointe d'humour.

-Si tu veux t’allonger près de moi… hors de question que tu le fasses en portant des vêtements mouillés…

Hélas, Honey n'était pas en état de comprendre la plaisanterie. Se redressant mollement elle laissa son châle glisser sur le sol, avant de se courber pour ôter ses chaussures. Inutile d'être Einstein pour comprendre qu'elle était en train de s'exécuter. Il ne voulait pas qu'elle détrempe ses draps, elle pouvait le comprendre. Et, malgré la discussion qu'ils venaient d'avoir, sa nudité ne semblait pas être une source de gène.

_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Mer 7 Mai 2014 - 22:19

-Non... et puis de toute façon je ne peux pas aller à l'hôpital. Ils ne veulent pas des personnes comme moi. Je le sais, il y a quelques années j'ai fais une grave montée de fièvre et maman n'arrêtait pas de dire que si ça continuait il allait falloir trouver une solution pour que j'y sois acceptée.

-Avec moi à tes côtés, ne t’en fais pas ils te prendraient. Je n’ai aucun doute là-dessus.

Monsieur Lincoln et monsieur Churchill s’en assureraient de toute façon. L’argent n’avait jamais été un problème pour le barman, et obtenir ce genre de service n’allait pas être bien difficile, même pour une aveugle vivant dans les égouts. Terminant rapidement le ménage, Ryan ramassa le tout avant de laisser descendre son amie au sol. C’est avec un sourire qu’il écouta ses excuses, inutiles certes, mais mignonnes. Déposant ses grosses paluches sur les épaules frêles d’Honey, il tenta de la rassurer, ayant la dérangeante impression qu’elle avait peur de lui. Bon, l’idée de manger un corbeau lui avait traversé l’esprit plus d’une fois, mais c’était tout ! Et en plus, ce n’était qu’un piaf ! Le barman ne le pensait pas vraiment, mais il était vrai que lui et le corbeau s’entendaient comme chien et chat.

-Non, Ryan. Tu n'es ni trop bruyant, ni trop brusque. C'est moi qui suis sotte. Tu sais, là où je vis, certaines personnes ont vraiment mauvais caractère et peuvent même être dangereux. Et puis, j'ai un peu de mal à comprendre ceux de la surface, leurs agissements, leurs réactions. Mais je sais que tu n'es pas comme les autres, qu'en toi je peux avoir confiance. Ne me demande pas ce qui me fait dire ça, je n'en sais rien. Je le sens, voilà tout.

-Tu le sens ?

Voilà qui était intéressant… Le don du mutant fonctionnait par le contact, certes, mais aussi par le regard, chose qu’il n’était pas possible de faire avec Honey à cause de son infirmité. Tout cela laissait le barman songeur, est-ce que sa mutation évoluait avec lui ? Est-ce que l’esprit de Honey devenait de plus en plus influençable ? Parce que oui, même si le Ryan avait connu bon nombre de corps dans son lit, il n’avait jamais ressenti d’amour pour quiconque sauf lui-même. Était-ce l’amour que l’aveugle lui portait qui lui faisait ainsi changer de comportement ? Bien qu’il était un maître dans l’art de la séduction, les jeux de l’amour le laissait sur la touche.

-Écoute euh… je suis très content d’entendre tout ça. J’imagine que pour toi ça doit être effrayant ici et euh… si tu as des questions sur ce qui se passe ici, n’hésite pas. Si tu as besoin de moi, n’hésite pas à passer non plus. Ma porte sera toujours ouverte. Même si c’est de tes confrères lézards que tu t’enfuies, ajouta le barman avec un léger rire, se rappelant la tête de Scum.

La proposition que lui fit ensuite la jeune femme eut pour conséquence de faire faire un « REBOOT » à la cervelle du barman, qui dut prendre son temps pour trouver une réponse adéquate. Tentant de se donner du temps supplémentaire, il évoqua qu’à l’origine, il désirait se nettoyer et se doucher. La réaction de Honey le surprit. Était-ce de l’effroi qu’elle lisait dans ses yeux, dans son visage ? Une peur phobique ?

-Alors là non ! Je ne suis pas intéressée. Hors de question que je m'enferme dans un "noyeur" !! Brrr je comprend pas comment tu peux t’inonder le visage comme ça.    

-Euh… bien bien, murmura le barman pour lui-même. De toute façon, il avait autre chose à penser.  Je… je te ferai découvrir un… un noyeur je pense que tu n’imagines pas la bonne chose…

Un noyeur ? Non mais, qu’est-ce qui faut pas entendre ! Une douche, c’est de l’eau, c’est de la pluie, c’est aussi le plus grand plaisir après une bonne baise ou un entraînement ardu ! M’enfin, de toute façon, Ryan ne pensait pas à tout ça pour le moment, un peu trop concentré sur la suite des évènements. Challenge ! Expliquer à une fillette ce qu’est l’action de « faire l’amour » Et top chrono ! Le barman tenta une approche douce, expliquant la « généralité » de l’action. Il ne voulait pas lui faire peur, il voulait au moins qu’elle sache ce qui se passait et si elle-même pensait à tout ça. Après tout, vu comment elle agissant, elle pouvait très bien penser qu’elle ne lui demandait rien d’étrange. Dormait-elle avec son frère habituellement, et comme il n’était pas là elle se rabattait sur Ryan ? Lui ne pouvait le deviner, il pouvait uniquement essayer de lui demander et de lui expliquer…

-Je sais ce que faire l'amour veut dire tu sais... et... non, personne ne m'a jamais vraiment parlé de ça. A vrai dire je l'ai appris de gens venant d'en haut...

Le regard de Ryan se fronça. Des gens d’en haut ? Bon, peut-être connaissait-elle plus d’une personne à la surface, c’était tout à fait possible, mais le ton de sa voix avait changé. Pas du genre « souvenir heureux », plus du genre « déception et honte ». Qu’est-ce qu’il n’avait pas compris ? Avait-il loupé un chapitre dans la vie d’Honey ? Bon, soit, il ne suivait pas sa vie comme si elle était sa blonde… euh… non il ne voulait pas qu’elle soit sa euh… non euh… Bon vous voyez comment vous mélangez mon pauvre barman ! Toujours est-il que celui-ci ne comprenait pas du tout où se dirigeait une telle conversation. Par chance, il n’eut même pas à poser la question qu’Honey y répondit.

-En fait, lorsque je t'ai rencontré, ce n'était pas vraiment la première fois que je venais à la surface. J'étais déjà montée, une fois, il y a quelques temps. Là, j'ai croisée deux hommes dans une ruelle et...

Deux hommes dans une ruelle hein ? Honey n’avait pas à en ajouter beaucoup pour que Ryan comprenne exactement ce qui s’était passée. Est-ce qu’ils l’avaient violé ? Probablement. Battu ? Peut-être. Laissé pour morte ? Sans doute… Il ne cherchait pas à tout comprendre, il avait presque fait tout le raisonnement seul de toute façon. Peut-être avait-il tort sur toute la ligne, mais son attitude semblait lui confirmer qu’il avait raison. Quels étaient les salopards qui avaient pu faire ça ? Le barman sentit une vague de colère énorme naître ne lui, comme un torrent de flammes brûlant absolument tout sur son passage. Même ses mains, doucement posés sur les épaules de Honey un instant plus tôt, se serrèrent quelque peu. Il dut faire un effort pour fermer les yeux et respirer profondément pour se débarrasser de son envie d’aller étriper des connards.

-Excuse moi. J'aimerai changer de sujet si ça ne te dérange pas.

-Aucun problème. Je ne te pousserai pas à m’en dire plus si tu ne le veux pas.

Le barman tenta de continuer avec une pointe d’humour, de lui changer les idées, mais il n’eut pas la réaction escomptée. Enfin, ça dépend : sa cervelle disait non, ses couilles disaient oui ! Son cœur ne savait pas trop quoi penser de tout ça pendant ce temps. Alors qu’Honey retirait ses vêtements humides, Ryan leva la main pour l’arrêter, mais la perversion de son âme l’empêcha de compléter son mouvement. Au lieu de cela, il admirait le corps de son amie de tous les angles, discrètement évidemment, mais il l’admirait. Plus que cela, il la désirait. Il dut se faire violence pour oublier ses idées perverses et se rappeler les propos qui avaient précédés sa nudité.

Dès que les vêtements se retrouvèrent au sol, le barman tira d’un coup sec la couverture sous les fesses de Honey et vint l’envelopper de la tête au pied. S’il la gardait toute nue près de lui, la tentation serait bien trop forte, mains ainsi enveloppée, c’était déjà plus facile de résister à l’envie de la baiser sauvagement dans toutes les pièces, de caresser son corps de déesse, de… Ah mais non vous voyez que c’est dur ! Mais non pas son entrejambe ! Dur de résister ! Bande de pervers…


-Étends-toi Honey. Si tu as froid dis le moi, je t’amènerai une couverture de plus… viens.

Doucement, il la fit tomber sur le côté, dans le lit, puis s’arrangea pour être face à elle. Il était bien plus grand qu’elle, si bien que lorsque sa tête était à la hauteur du torse du barman, c’était toujours les pieds de se derniers qui arrivaient plus bas. En passant doucement un bras sous sa tête, dans le creux de son cou, il put s’appuyer convenablement et l’attirer contre elle, son autre main caressant son dos nue sous la couverture. Que dire ? Quoi faire ? Il n’avait jamais connu de situation similaire, ne s’intéressant que TRÈS rarement à ses conquêtes et encore moins à leur passé sexuel.

-Il ne peut rien t’arriver ici, je te le promets. Ce n’est pas grand-chose, je le sais bien, mais… Honey si je pouvais revenir dans le temps et tout faire pour me trouver sur ton chemin au lieu de ces deux… hommes... ces deux crevards… je le ferais. Je veux… Honey je veux que tu sois heureuse d’accord ? Je ne veux pas que tu aies à faire quoi que ce soit qui ne serait pas dans ta nature. Honey je euh…

Les mots se bloquèrent dans sa gorge. Il faut croire que le barman était bien doué dans les acrobaties sexuelles, mais dans les jeux de l’amour, il était au niveau d’une patate germée oubliée dans un sac de sable au milieu du désert. Ne sachant pas quoi dire de plus, il la serra dans ses bras, cherchant à la réchauffer et à la rassurer.

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Honey

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 20 ans
Nationalité : -

MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   Ven 13 Juin 2014 - 18:44


Entends-tu dans mon sillage ce que j'ai entendu
Je reviendrais à la nage Si la vie m'est rendue
Mon silence est bien trop long
Et les mots n'ont jamais pu soigner c'que j'ai au fond
Ce que j'ai toujours eu...


-Avec moi à tes côtés, ne t’en fais pas ils te prendraient. Je n’ai aucun doute là-dessus.

La bouche d'Honey se replia dans une moue mi sceptique, mi intriguée. Annalee avait cherchée, une fois où la petite avait fait une trop grande poussée de fièvre, à la conduire dans un centre de soin. C'était l'une des rares sorties des égouts que l'aveugle avait eut pendant des années. Pourtant, elle ne s'en souvenait pas, trop jeune, trop délirante pour en garder le souvenir. Elle se rappelait, par contre, que personne n'avait voulu d'elles. Trop crasseuses, sans papiers, sans argent... C'était comme ça, le monde d'en haut, il n'y avait pas de place pour les reclus, juste pour les riches et les puissants. Aussi, le commentaire de Ryan l'intriguait quelque peu. Avait-il des contacts dans les hôpitaux ou...

- Dis Ryan, en fait, t'es riche c'est ça ?

La question était sortie toute seule. Et dans le fond, la réponse importait peu. Honey demandait ça, sans vraiment comprendre la signification d'une telle chose. Que l'homme ait de l'argent ou non, ne changerait absolument rien pour elle. Cependant, elle se demandait bien pourquoi il devait travailler si il avait des sous. Car oui, une fois, on lui avait expliqué qu'en haut, il fallait travailler pour obtenir de la monnaie et ainsi pouvoir survivre. Dans les égouts, les choses ne se passaient pas du tout comme ça. Les plus fort faisaient en sorte d'entretenir les plus faibles. Et l'aveugle avait longtemps était dans la mauvaise catégorie, même si à présent elle cherchait à changer de rôle.

Soudain, le barman posa une question qui laissa la demoiselle pantoise. Il se demandait pourquoi elle craignait tant une mauvaise réaction de sa part suite aux agissements de monsieur C. Comme Hypothèse, il avança qu'il était responsable d'une telle crainte, peut-être à cause d'une attitude qu'il n'avait pas remarqué. Il n'était pas responsable, loin de là, c'était les angoisses d'Honey, vis à vis de son vécu et de ses maigres connaissances de la surface, qui l'étaient. Ryan, lui, lui inspirait bien plus  confiance que n'importe qui auparavant. Ça avait d'ailleurs quelque chose de très étrange. Mais c'était ainsi, elle savait qu'elle pouvait s'appuyer sur lui, elle le sentait.


-Tu le sens ?    

Gonflant un peu ses joues dans une mimique embarrassée, la brune hocha vivement la tête.

- Oui, je le sens. C'est très bizarre en fait. Ca ne m'était jamais arrivé. Habituellement, quand je suis avec quelqu'un que je ne connais pas depuis des années, je suis angoissée, mal à l'aise, j'ai envie de partir me terrer dans un coin. Mais, avec toi, à peine j'entend ta voix, je sens ton contact, toutes mes craintes s’envolent. Je suis plus tranquille et... c'est comme si je ne voulais jamais être séparée de toi. Je sais que c'est impossible, que toi tu vis en haut et moi en bas, mais... c'est ce que je ressens dans ces moments là.  

Elle termina sa tirade en haussant les épaules. Au début, elle s'était interrogeait sur cette étrange attraction qu'avait l'homme vis à vis d'elle, mais maintenant, elle avait accepté la situation et ne s'en cachait pas.

-Écoute euh… je suis très content d’entendre tout ça. J’imagine que pour toi ça doit être effrayant ici et euh… si tu as des questions sur ce qui se passe ici, n’hésite pas. Si tu as besoin de moi, n’hésite pas à passer non plus. Ma porte sera toujours ouverte. Même si c’est de tes confrères lézards que tu t’enfuies.
Le rire de la morlock se mêla à celui du barman. Elle savait, sans jamais l'avoir réellement vu, à qui il faisait référence. Ce n'était pas la première fois qu'elle entendait quelqu'un targuer Scum de lézard. Elle, elle n'y voyait aucune insulte, si telle était son apparence, alors soit. Après tout, elle ne s'était jamais offusquée qu'on l'apelle "l'aveugle", c'était son état, il n'y avait nulle honte à avoir.

- Tu sais, tout le monde n'est pas comme Scum à l'Allée. En fait, on peut même dire qu'il est à part. Pas pour son physique, ça je n'en sais rien, je ne peux pas voir tout le monde, mais c'est la personne la plus attentionné qui je connaisse. Avant, il ne faisait même pas partis du groupe, il vivait juste non loin. Mais déjà, il aidait tout le monde ! Un jour, j'espère être aussi forte que lui.

Un léger sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Ainsi, elle avait un air véritable doux. Mais les mots que prononça l'homme à ce moment là, changea totalement la donne. D'un seul coup, les traits de l'aveugle se décomposèrent et c'est presque en hurlant qu'elle annonça qu'elle ne le suivrait pas à la douche.

- Je… je te ferai découvrir un… un noyeur je pense que tu n’imagines pas la bonne chose…  

- Non, non et non. Je sais de quoi il s'agit, la taupe en avait installé une, une fois où il faisait très chaud. Ça devait permettre à tout le monde de se rafraîchir. Le truc... c'est qu'il n'a jamais réussi à détourner la canalisation d'eau froide la plus proche. Résultat, c'est l'eau tiède du recyclage qui en sortait. Mais ce n'est pas la question ! J'ai voulu essayer et... j'ai bien cru mourir. De l'eau qui coule sans arrêt sur le visage ! Brrrr ! Moi, l'eau, je l'aime stagnante et loin de ma bouche !!

Ah ça, les douches, c'était vraiment la chose qu'elle détestait le plus au monde, ou peu s'en faut. Elle ne savait pas d'ou venait cette peur phobique d'avoir la tête sous l'eau, mais ça remontait d'aussi loin que sa mémoire pouvait s'en souvenir.

A défaut d'aller sous la douche, c'est dans sa chambre qu'elle suivit le barman. Là, suite à un échange des plus étranges, Honey en vient à confier, pour la première fois, ce qu'elle avait vécue lors de son premier véritable passage à la surface. Les deux garçons, l'agression... la raison pour laquelle elle connaissait les choses du sexe en somme. Tout ceci la mettait mal à l'aise et très vite, elle préféra couper court à l'aveu, soulagée de voir que Ryan ne tentait pas d'en savoir davantage.

La tête un peu ailleurs suite à ce qu'elle venait de dire, Honey ne réalisa pas que le barman plaisantait lorsqu'il lui suggéra de retirer ses vêtements mouillé par la pluie, afin de ne pas tout tremper. Stupidement, elle s'exécuta, peu consciente de l'effet que pouvait avoir son corps nu sur les hommes... et particulièrement sur celui la. Pourtant, elle ne resta pas dénudée bien longtemps. Rapidement, Ryan l'enroula dans le drap avant de la faire basculer sur le lit, contre lui, allongée.

Le silence s'était imposé et quelque chose dans la situation qu'ils étaient en train de vivre, pétrifiait l'aveugle. Il lui avait dit de lui signaler si elle avait froid, mais ainsi blottie contre lui, c'est plutôt chaud qu'elle avait. Et puis, il y avait sa main qui se baladait sur la peau nue de son dos. Chaque frôlement de ses doigts arrachait un petit frisson à la jeune femme. En elle, c'est un volcan en fusion qui cherchait à exploser. Elle en tremblait légèrement. Puis, la voix du barman brisa le silence et Honey du se concentrer pour comprendre ce qu'il disait.


-Il ne peut rien t’arriver ici, je te le promets. Ce n’est pas grand-chose, je le sais bien, mais… Honey si je pouvais revenir dans le temps et tout faire pour me trouver sur ton chemin au lieu de ces deux… hommes... ces deux crevards… je le ferais. Je veux… Honey je veux que tu sois heureuse d’accord ? Je ne veux pas que tu aies à faire quoi que ce soit qui ne serait pas dans ta nature. Honey je euh…

Puis, il l'attira plus encore contre lui. Cette proximité, cette chaleur, ce contact, Honey ressentait des désirs qu'elle n'avait jamais encore eut. Qu'est ce qui lui prenait ? Était elle devenue folle ? Après la discussion qu'ils venaient d'avoir en plus ! Elle ne devait pas tourner bien rond.

Enfouissant sa tête dans le cou de l'homme afin d'étouffer ses ardeurs, elle murmura quelques mots.


- Je sais, Ryan, je sais. Qu'importe que ce soit ici ou ailleurs, quand tu es là, je sais que je suis en sécurité. Je te remercie pour ça, merci d'être là pour moi, merci... d'être toi.

Finalement, coller sa bouche à la peau du mutant était loin d'être l'idée la plus brillante qui soit. Se mordillant les lèvres un instant, la jeune femme perdit le contrôle et dans un geste naturel et instinctif, elle embrassa son cou à plusieurs reprises, avant de se reprendre et de s'écarter légèrement.

- Je.. je suis désolée... je ne sais pas qui m'a pris. Tu vois, quand je suis avec toi, j'ai du mal à me contrôler. Je suis complètement perdue et ça me fait un peu peur. Mais... quand tu n'es pas là... j'ai pourtant très envie d'être à tes côtés... Je.. je crois que je ne suis pas normale...

Elle avait beau s'excuser, avouer sa peur, elle ne parvenait pas pour autant à fuir, à quitter les bras de l'homme, à s'en éloigner. Mais aucun doute qu'après ce qu'elle venait de faire, c'est lui qui allait lui demander de partir. En tout cas, c'est ce dont elle était persuadée.

(♥)

_________________
.

Emma Frost - Amy Grimm - Honey
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Loin des yeux mais pas du coeur. (Honey-Ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Loin des yeux, près du coeur [Aurore]
» Loin des yeux loin du coeur est un proverbe bien menteur ... [PV Chace]
» « L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme. » ♥ Alienor
» Loin des yeux loin du coeur
» Les liens du sang ne sont que des illusions, mais ceux du coeur sont issus d'une véritable passion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers-