X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée à l'aveugle (libre!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Jeu 14 Nov 2013 - 22:09

Le hall de l’académie… Sonnait grand. Oui, sonnait. Comment vouliez-vous que Ruth le décrive autrement? L’écho de ses pas résonnait fort, indiquant un grand espace vide. Elle sentait une surface lisse sous ses chaussures… Pierre? Bois? Pas du marbre tout de même? Elle se pencha, touchant du bout des doigts le sol. Bois ciré, un brin chaud au toucher. Elle sentit une onde à la surface de son savoir, et une bulle, couleur pastel, s’en détacha. Une vision. D’une grande femme, belle et terrifiante, toute de blanc vêtue (Emma. Professeur. Alliée. dangereuse! lui souffla son pouvoir), d’une étrange créature verte (Scum. Un mutant. Un homme. Pas une créature. Ami.), et d’une jeune femme assez jolie (Erika. Mutante. Emplie de colère…). Tout les trois discutèrent un moment avant de partir à nouveau…

Et juste comme ça, tout un tas de visions l’attaquèrent. Une myriade de bulles, du passé, de l’avenir, toutes mélangées. Des images d'enfant qui couraient, de Noël joyeux, de crises de larme, de cris de joie… Tout un amalgame d’échos d’émotions, passée et future, qui la frappa de plein fouet, la laissant à bout de souffle, un brin tremblante, les lèvres entrouverte. Se relevant, elle oscilla sur ses jambes un moment, avant de secouer sa tête, plus pour ressentir la caresse réconfortante de ses cheveux sur sa peau que pour s’éclairer les idées. Attrapant sa lourde valise à roulette et sa canne, elle se mit à avancer vers le coin droit de la pièce, ou un corridor partait... Vers les locaux administratif...? .... Oui, les locaux.

Marcher avec la canne était des plus énervant. Techniquement, elle entendait que le hall était vide, et elle avait vu la dispositions des meubles dans ses visions, mais il était toujours possible que quelqu'un ait changé un truc ou deux entre temps. Ce qui rendait la canne nécessaire. Elle la déplaçait en arc autour d'elle, effleurant le sol, avec une grande adresse et marchant d'un pas sûr. Elle se tenait droite, nerveuse, sachant que personne ne lui ferait de mal (pas maintenant mais plus tard plus tard, PLUS TARD) pour l'instant, mais désirant tout de même faire une bonne impression. C'est pourquoi ses cheveux étaient correctement peignés, qu'elle portait un chemisier gris bien repassé, que ses jeans lui faisait réellement et que son bandeau avait une couleur qui correspondait à ses pantalons. Sa tante l'avait bien entendu aidé, en particulier au niveau des couleurs, et lui avait assuré qu'elle était superbe (Non. Elle est une horreur. Tout le monde le pense). Elle savait que sa tante le croyait réellement, mais elle était de la famille, elle serait née bleue avec trois doigts et une queue qu'elle l'aurait quand même trouvé superbe....

Sa très chère tante. Bénie soit cette femme, qui l'avait reconduit sur le pas de la porte, toute nerveuse pour sa nièce, voulant l’accompagner à l'intérieur. Mais Ruth voulait faire ce grand pas seule. Elle voulait se montrer capable de faire ses propres décisions, de prendre sa vie en main, et ce malgré son handicap/pouvoir. Elle voulait... Elle voulait se prouver à elle-même qu'elle pouvait le faire. Bien sûr elle le voyait, elle savait qu'elle le ferait seule, mais le savoir et le faire était différent.

Et de toute façon, la nervosité de sa tante la faisait hyperventiler.

Elle entendit, au loin, un léger bruit. Des pas sur le parquet, encore assez éloignés. Un souffle. Le fin murmure du déplacement d'air causé par un être vivant.
Une bulle, brillante de clarté, bondit de son savoir pour lui montrer le futur immédiat. Ho. Quelqu'un arrivait. Elle s'arrêta, appuyant sa canne au sol plus solidement devant elle, croisant ses mains sur la poignée, tournant son oreille gauche vers la source du bruit. L'autre personne allait la rencontrer d'un moment à l'autre... Et elle se sentait des plus nerveuse.
.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Ven 15 Nov 2013 - 4:27

Erïka consulta son téléphone cellulaire. Elle avait encore une dizaine de minutes devant elle avant de rejoindre sa classe de français. Cela alla lui laisser le temps de passer à la cuisine afin de prendre quelque chose à manger. Si elle se dépêchait suffisamment, elle pourrait peut-être en profiter pour fumer une cigarette à l’extérieur. Elle en avait envie depuis ce matin, mais n’avait pas encore eut l’occasion de sortir à l’extérieur. Ça lui apprendra à remettre ses devoirs au lendemain matin et ainsi s’obliger à les compléter rapidement avant le début de son cours.

Marchant d’un pas rapide dans l’un des couloirs déserts de l’institut, l’adolescente rangea son téléphone dans la poche de son jean. Elle s’assura d’avoir son cartable ainsi que ses manuels en main, sans même regarder où elle allait. De toute façon, elle connaissait cet endroit par cœur. Son ouïe, bien plus développée que la moyenne des géants, lui permettait de distinguer n’importe quel son, ou presque, dans un certain périmètre, autour d’elle. Elle n’entendait rien, si ce n’était que les bruits lointains de certains étudiants s’amusant à l’extérieur.

Un petit bruit attira l’attention de l’adolescente. La sonnerie de son téléphone portable. Elle attrapa aussitôt l’appareil afin de consulter le message qu’on venait de lui envoyer. Elle ne regardait pas vraiment devant elle, une main tenant ses affaires alors que l’autre s’affairait à répondre convenablement à la personne qui lui avait écrit. Elle tourna au bout d’un couloir et continua sa marche, tout naturellement. Elle leva les yeux pile au bon moment, juste avant de percuter une personne qui se tenait bien droit devant elle. Rangeant son téléphone, l’adolescente recula de deux pas afin d’éviter une trop grande proximité avec l’inconnue.

-« Humm… Bonjour ? C’est pas le meilleur endroit pour s’amuser à imiter les statues de pierre ici, tu sais. »

Belle façon de saluer cette personne qu’elle ne connaissait pas du tout. Erïka et le tact, ça faisait deux. Elle parlait sans trop réfléchir à ce qu’elle disait. Elle avait encore du mal avec le concept de faire attention à ses paroles afin de ne pas brusquer les gens autour d’elle. Un jour, peut-être, elle y arrivera, mais ce n’était certainement pas pour aujourd’hui.

La jeune femme observa l’adolescente qui se trouvait devant elle. Déjà, le bandeau sur ses yeux voulait tout dire. Le bâton dans ses mains ne faisait que confirmer le fait qu’elle était aveugle. Était-ce l’une des causes de sa mutation ? Elle n’en savait rien. Bien qu’elle était curieuse, cela ne la concernait pas. Elle allait donc éviter de poser la question.

Résidant à l’institut depuis quelques années déjà, Erïka avait eu l’occasion de croiser tout un tas de mutants. Elle ne connaissait pas la majorité d’entre eux, n’étant pas du genre à aller socialiser avec les autres, mais elle savait en reconnaitre une bonne partie. Ceux qui se distinguaient des autres et sortaient de la masse étaient tout particulièrement reconnaissable. Jamais elle n’avait vu la demoiselle qui se tenait devant elle. Elle en déduit donc qu’il devait s’agir d’une nouvelle résidente.


-« Tu ne serais pas nouvelle, toi ? C’est la première fois que je te croise ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Ven 15 Nov 2013 - 6:02

Des pas vifs, plus posés sur la pointe du pied que le talon, donc une femme. Des bruissements de vêtements, le buzz d'un cellulaire, un déplacement dans l'air... Erika Davidoff. Ruth la laissa approcher sans crainte, sachant qu'elle ne la toucherait pas. Erika... Elle prit le temps de mémoriser sa voix, son odeur, toute information à propos de son aînée. Savoir les choses et les expérimenter était toujours si différent... Tellement plus fort. Alors qu'elle tentait de mémoriser la fragrance exacte de sa marque de cigarette, elle sentit son pouvoir se mettre à bouillir, explosant avec fureur, l'emplissant de milles visions de la jeune femme, lui révélant son passé et futur en un instant.

Secouée d'un frisson violent, la plus jeune couina, ses mains se serrant avec force sur sa canne. Rencontrer une nouvelle personne était toujours des plus... éprouvant. Elle prit un moment pour se calmer, pour laisser son esprit retourner à un état semi-paisible. Son pouvoir télépathique avait profité de son moment de faiblesse pour se lier à l'esprit de sa camarade, et se mettre à transmettre chaque parole, pensée et sentiment. Elle tourna sa tête, dirigea son visage lisse vers l'approximation des yeux de la jeune femme, et eut un sourire pincé.

Erika. Elle entendait les mensonges. Tant mieux, Ruth elle-même ne concevait simplement pas le concept. Elle était emplie de tellement de sentiment négatif... Rage, colère, dédains, mépris... Son passé était des plus noir, brûlant, et faisait trembler la jeune fille. Quant à son avenir... Ho. Et bien. C'était des plus intéressants.
Elle prit une longue inspiration, avant d'ouvrir sa bouche pour parler:

-"Bonjour. Oui, je sais. Désolé. Ravie de te rencontrer Erika. Ruth. Oui, mutante. Non. De naissance. En effet. Je n'ai pas d'yeux. Non. C'est privé, je ne les montre pas. Pardon. On va se voir beaucoup plus. En effet. Merci beaucoup. Télépathie et clairvoyance. Je sais. Tout, passé, futur, présent. Oui, à propos de toi aussi. Ton frère est à New York. Dans le futur, oui. Non, rien de plus. Dangereux en effet. Désolé. Je sais, c'est insupportable. Pardon. Tu vas être en retard au test surprise en français."

Sachant que son aînée pouvait difficilement supporter encore plus de son blabla incohérent, Ruth arrêta, et entreprit de contourner Erika, en faisant quelques grands pas sur le côté. Elle savait où se trouvait sa chambre, mais les escaliers seraient durs à naviguer avec sa valise... Elle se posta devant ceux-ci, fronçant les sourcils à de douloureuses visions de chute. Vraiment, elle n'avait pas envie de se casser une jambe pour Noël...

.


Dernière édition par Ruth Aldine le Ven 15 Nov 2013 - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Ven 15 Nov 2013 - 14:29

Erïka allait être en retard à son cours si elle ne se dépêchait pas. Par contre, elle se fichait bien d’être en retard. Si elle manquait un cours ou deux, elle n’en verrait même pas la différence. Son niveau en français était bien supérieur à la majorité de la classe. Elle pouvait donc se permettre de prendre son temps, d’aller manger puis de fumer une cigarette en toute tranquillité. Distraite par son téléphone, la jeune femme faillit percuter une personne se tenant au milieu du couloir. Que faisait-elle là ? Surprise, Erïka recula vivement et rangea son téléphone dans la poche de son jean.

Après avoir observé l’adolescente qui se tenait devant elle, l’étudiante détermina qu’il s’agissait probablement d’une nouvelle résidente. Cependant, pour s’en assurer, elle lui posa la question. Et puis, elle n’avait pas vraiment l’air sauvage, il faut dire. La réponse qu’elle reçue à sa question était loin d’être ce à quoi à s’attendait. Haussant les sourcils, elle écouta l’adolescente parler. Le flot de paroles qu’elle déversa, et surtout son contenu qu’elle eut du mal à comprendre parfaitement, troubla particulièrement Erïka. Elle resta figée sur place, cherchant quelque chose à dire ou à répondre.

Alors que la fille… Ruth, c’était bien ça son nom ? Alors que Ruth la contournait afin de poursuivre son chemin, Erïka se remit doucement en mouvement. Elle avait bien entendu ? Elle n’était pas folle. Une adolescente qu’elle venait tout juste de rencontrer connaissait déjà son nom, le fait qu’elle avait un frère et… qu’il y avait un test surprise de français dans quelques  minutes. Que savait-elle d’autre à son sujet ? Tout ? Véritablement tout ? Ce don de clairvoyance ne lui plaisait pas du tout. Erïka avait tellement d’informations qu’elle préférait cacher aux autres. Le fait qu’une inconnue puisse éventuellement connaitre sa vie entière était  loin de la rassurer.


-« Oh putain… t’es vraiment flippante…. » Lâcha la jeune femme tout en regardant Ruth s’éloigner lentement.

Se tenant devant les escaliers, la petite nouvelle était probablement en train de réfléchir à comment les escalader avec sa valise. Erïka rangea rapidement, et du mieux possible, ses bouquins dans le grand sac qu’elle trainait toujours avec elle et qui pendait à son épaule. Elle s’approcha doucement de Ruth et attrapa sa valise sans même lui demander son avis.

-« Tu l’as vue venir, ça aussi ? » Demanda Erïka avec un léger sourire taquin. « Il y a une rampe, un peu plus à ta gauche, si tu veux t’y tenir. »

Même si cette fille était étrange, la jeune femme n’allait pas la rejeter immédiatement. Qui sait combien d’autre l’avaient fait par le passé ? Elle était différente, elle avait une manière particulière de s’exprimer, de quoi en faire fuir beaucoup, mais Erïka connaissait elle-même tout un tas de mutants à la personnalité assez… déjanté. Ce n’était pas une adolescente qui parlait trop qui allait lui faire peur, bien que les informations qu’elle pouvait posséder sur elle commençait à l’effrayer légèrement.

-« Puisque t’as l’air déjà de savoir tout un tas de choses sur moi, autant oublier les présentations. Elle est où ta chambre ? Je vais porter ta valise. Et puis, ça me fera une raison de ne pas aller en cours de français, test ou non. Tu…  tu t’adresses toujours aux gens en comme ça ? Je veux dire, c’est flippant quoi. »

Bon, encore une fois, on repassera pour le tact...
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Ven 15 Nov 2013 - 17:17

Ruth huma doucement et se tassa vers la rampe, grimpant les marches avec prudence. La rampe, en bois verni et massif, était douce au toucher. Elle sentit les rayons de soleil des fenêtres caresser sa peau, la réchauffant un brin. Oui, elle savait qu'Erika allait l'aider, mais elle allais tout de même se casser une jambe dans quelque semaines(Ce qui fera mal. Très mal. Affreux. Un plâtre pendant 2 mois). Et si elle l'évitait, alors le gentil garçon allait lui se casser une jambe... Définitivement pas une option.

Elle savait aussi qu'elle était sa chambre, où elle serait seule pour l'instant. Pas pour longtemps mais bon... À L'instant, elle avait besoin d'un endroit où être au calme, loin des autres. Les sentiments d'Erika étaient d'ailleurs assez positifs à l'instant, cela la calmait un peu. Et malgré l'odeur fétide de la cigarette, elle sentait assez bon. Elle se demandait à quoi elle ressemblait... Enfin, elle le savait visuellement, ses visions le lui avait montré, mais elle voulait pouvoir l'expérimenter, en quelque sorte. La rencontrer à l'aveugle, toucher son visage, connaitre ses traits... Une fois rendue en haut, elle se tourna vers la source de bruit maintenant identifiée comme "Erika" dans son esprit, avant de se forcer a demander avec lenteur, par politesse, même si elle savait la réponse:

-Merci.... Puis-je... Toucher ton visage? Pour... Savoir à quoi... Tu ressembles...

Elle se mordit les lèvres, tentant de se retenir de parler encore un peu plus. Au moins un moment pour laisser sa nouvelle amie (dans le futur, oui, amie.) penser à sa question. Les personnes qui n'avait jamais rencontré personnellement d'aveugle trouvait toujours cette requête des plus étranges. En général, cela se faisait uniquement quand on connaissait bien l'autre personne, mais elle savait déjà qu'elle serait leur relation, alors pourquoi attendre? La sentant se décider, elle laissa finalement les mots sortir de sa bouche. Les gens n'avaient aucune idée à quel point il était dur de se retenir de répondre à leur questions quand ils les pensaient...

-Je sais. Oui. Désolé. C'est privée. Je ne dirais rien. Je sais. Pardon. En effet. Non, je pensais à plus tard. Casser une jambe. D'ici Noël. Non, je ne peux pas l'éviter. Je sais. Oui. Beaucoup. Rarement. Amie, en effet. Pas maintenant. Dans le futur, oui, amie. Je ne le contrôle pas. Je sais. Moi aussi, mais plus tard. Pardon encore. Ne t'inquiète pas. Même si tu vas le faire. Désolé. La troisième à droite. Merci. Je sais. Tu vas le reprendre. Et le réussir. Oui, excellente note. Tout le temps. Je sais. Pardon. J'apprends à me retenir...

Ruth rougit un brin et baissa sa tête, gênée de mettre mal à l'aise une fille bien, qui avait beaucoup trop de secrets... Ce n'était pas de sa faute, et si elle le pouvait, elle oublierait tout, mais le destin ne fonctionnait pas ainsi... Hum. Au moins elle pouvait la comprendre sur le point de vivre dans un monde de vérité. Elle sentit une autre bulle, visions du futur, éclater dans son esprit. Elle vit tout un tas de chose à propos d'elle-même, à l'académie... Et ne put s'empêcher de sourire dans le vide, sa tête tourner juste à gauche du visage de sa camarade, ressentant toute les joies et peines qu'elle vivrait ici. Oui... Cela allait valoir la peine.
.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J.

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 04/05/2011

Fiche Tecnhique
Metier:
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Ven 15 Nov 2013 - 20:54

Scott n'était pas un homme pressé. Bien que nombre de résidents de l'institut aurait juré le contraire à propos du professeur . Il était simplement, et toujours, entrain de passer d'une obligation à une autre. Bien que la plupart de ses collègues, et même le professeur Xavier, lui ai fait remarquer qu'il en faisait très certainement trop, il ne pouvait s’empêcher de se sentir responsable de tout ce qui pouvait relever de près ou de loin de lui-même. Cela faisait de lui un homme souvent tendu et se sentant constamment coupable des erreurs commises dans les missions, son abnégation allant parfois jusqu'à exaspérer, mais il avait su prendre sur lui au fil des ans. Malheureusement pour lui, il avait tendance à avoir la même exigence qu'il avait pour lui-même sur les autres, ce qui contribuait à la réputation peu glorieuse qu'il avait auprès de certains élèves.

Néanmoins cela ne l'avait jamais contraint à changer son fusil d'épaule. Les cours de sport restait pour lui le moyen le plus efficace d'apprendre à maîtriser leurs dons à de nombreux élèves, et il s'était cette objectif qui le motivait, tant pis si se réveiller le lendemain avec des courbatures ne leur faisaient aucun plaisir, il n'était pas là pour leur offrir des heures de jeux. Et la fierté qu'il éprouvait en observant l'évolution de certains élèves valaient bien tout les surnoms désobligeants et les quolibets qu'on lui avait attribué. De toutes façons ils ne feraient sûrement jamais mieux que Logan les premiers temps de leur collaboration.

Scott se surprit à sourire alors qu'il avançait dans les couloirs en repensant à ce temps passé depuis maintenant des années. Il n'était alors pas plus vieux que certains des étudiants et souffrait encore d'une timidité presque maladive. La plupart des jeunes présent à l'institut ne le croiraient sûrement pas s'il leur disait. L'école avait depuis tellement changé, et tellement grandi. Et aujourd'hui, il en venait à se demander si les enfants, et Xavier lui même, n'avait pas plus confiance l'ex reine blanche, Emma Frost, qu'en lui, Ororo ou Jean. Évidemment aucun élève n'avait connaissance de ce passé peu reluisant à propos de la mutante, ni de l'existence du cercle intérieur du club des damnées à vrai dire, et c'était mieux ainsi. Emma était u bon professeur et une bonne directrice, même si partagé entre l'amitié manifeste d'Hank à son égard et la méfiance, voir le rejet, non voilé de Logan et parfois d'Ororo, il avait du mal à trouver sa position.

En tout les cas, il avait une chose à faire que de ce tourmenter avec ces éternelles questions. En l’occurrence, accueillir une nouvelle élève, qui visiblement avait déjà pris l'initiative de son installation ou de sa visite puisqu'elle ne se trouvait pas dans le hall d'entrée. Il emprunta les escaliers, suivant le bruit manifeste d'une charge que l'ont transportait et se rattrapa sans mal les deux jeunes filles, qu'il identifia sans mal. Et la présence d'Erïka, comme étant la seconde, n'était pas pour le réjouir. Il s'était confronté plusieurs fois à cette forte tête, sur des points aussi stérile et dénuer de sens que la cigarette au sein des murs, son comportement vis à vis d'un autre élève, ou le sempiternel refus de tel ou tel recommandation en cours de sport. Il avait fini par la laisser le plus souvent en paix qu'il lui était permis, fatigué de devoir se battre pour qu'elle accepte la plus petite remarque, étant déjà bien assez préoccupé par des sujets plus importants ou par des élèves qui avaient bien plus besoin d'encadrement qu'elle. Il se contentait aujourd'hui de la rappeler à l'ordre s'il la prenait à faire un acte qui allait à l'encontre de ses principes mais ne s'attardait pas à en débattre après.

S'il avait eu son mot à dire lorsqu' Emma avait choisi les premiers élèves qui bénéficieraient de la formation d'apprenti X-men, il se serait opposé à la participation de la jeune fille. Et, malgré ses relations sociales au mieux et une acceptation de l'autorité de la télépathe, il doutait fort qu'elle fasse un jour parti de l'équipe, malgré toute la volonté qu'elle pouvait déployer. Il faudrait évaluer sa capacité à agir en équipe et à suivre des directives sur le terrain pour en être sûr, mais il n'était pas motivé à l'idée de se rendre en salle des dangers avec elle. Il attendrait qu'on lui en présente la requête.

Quoi qu'il en soit, elle était présente, et il devrait composer avec elle. Il savait bien qu'il était inutile de chercher à la faire s'en aller de toute les façons puisque cela ne se solderait que par une envie d'autant plus appuyé de rester dans le seul but d'aller à l'encontre de ce qu'il aurait demandé. Il espérait au moins qu'elle n'essaierait pas de le mettre en colère durant les prochaines minutes. Il se plaça devant les deux jeunes filles avant de saluer.

_ Bonjour, je suis le professeur Scott Summers, je m'occupe du sport. Tu dois être Ruth, et je vois que tu as déjà trouvé une camarade pour te prêter assistance. Je m'occuperai de te présenter l'établissement si tu l'acceptes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Dim 17 Nov 2013 - 6:15

Erïka avait entendu bien des demandes saugrenues dans sa vie. Mais celle-là, c’était la première fois qu’on lui faisait. Elle n’était pas très friande des contacts physiques. Elle ne supportait pas qu’on la touche, en général, surtout s’il s’agissait d’une personne inconnue. Elle préférait nettement mieux garder ses distances. La jeune femme observa Ruth d’un drôle d’air avant de lui répondre d’une voix calme.

-« Je pensais que tu savais déjà tout sur moi, mais il semblerait bien que non. Je ne supporte pas qu’on me touche. Par contre je peux me décrire. Avec ton don, tu ne peux pas voir de quoi les gens ont l’air ? »

Elle avait aidé Ruth à monter sa valise à l’étage. Par contre, sans savoir où était située sa chambre, elle ne pouvait l’y mener. Elle lui demanda donc où elle était située. En retour, elle eut droit à un nouveau flot de paroles. Erïka allait devenir folle. Elle avait du mal à supporter ce genre de chose qui mettaient sa patience à l’épreuve. Ruth lui affirmait pourtant qu’elle tentait de se retenir de parler ainsi. Elle sentait peut-être que cela embêtait beaucoup la jeune femme se trouvant à ses côtés.

Beaucoup d’informations étaient venues aux oreilles d’Erïka. Certaines répondaient à des questions qu’elle n’avait même pas posé, encore, ce qui la faisait davantage flipper. Elle n’aimait pas sentir une telle intrusion dans sa vie privée. Elle refusait qu’on lise son esprit et elle avait de très bonnes raisons pour cela. Au moins, Ruth comprenait le problème et cela semblait être hors de son contrôle. Elle pouvait seulement lui affirmer qu’elle garderait le secret. Erïka était obligée de lui faire confiance. Apparemment, elle aura tout le temps pour la connaitre et, justement, apprendre à lui donner sa confiance. Elles allaient être amies, dans le futur. Sérieusement ? Serait-ce pour bientôt ou non ? Quoi qu’il en soit, la jeune femme n’allait pas faire en sorte que cela se produise. Elle laissera les choses aller, suivre leur cours. Toujours selon Ruth, elle n’allait pas rater son test de français, mais bien le reprendre et le réussir. L’adolescente n’avait pas besoin de ses visions du futur pour savoir qu’elle allait avoir un bon résultat. Elle parlait, comprenait, écrivait aussi bien le français qu’une personne dont cette langue était sa langue natale.


-« D’accord… Hummm… J’espère que tu vas apprendre à… te retenir encore plus. J’ai pas tout compris ce que tu as dit, mais… troisième porte, hein ? Allons-y. Je te le dis tout de suite, c’est pas parce que tu m’as dit qu’on va être amies que je vais te sauter dans les bras, hein. Je ne suis pas du genre à faire quelque chose parce que c’est apparemment écrit dans l’avenir. T’as pas l’air méchante comme fille. Tu parles trop, c’est tout. Ça me rappelle ma sœur. Ça aussi tu dois déjà le savoir, je suppose. »

Erïka fit quelques pas en direction de la porte qui devait fort probablement mener à la chambre de Ruth. Au moins, elle pourra s’installer comme elle le désirait une fois dans la pièce. Était-elle seule ou avait-elle une colocataire ? Certains étudiants avaient la chance de pouvoir rester seul un petit moment dans leur pièce avant de se voir attribuer un camarade de chambre. Erïka avait était seule pendant longtemps et cela lui faisait bien plaisir. Puis, Cassandra arriva. Les débuts furent difficiles, mais maintenant elle s’entendait très bien avec elle. Vu leurs horaires bien différents et le fait qu’Erïka allait souvent dormir dans la chambre de son petit ami, dans laquelle il faisait tellement froid que personne ne la partageait avec lui, elles ne se croisaient pas très souvent. Cela leur permettait d’avoir chacune une minimum d’intimité malgré tout.

Des pas dans les escaliers. Dans le couloir. Quelqu’un approchait. Erïka s’arrêta et regarda la personne qui s’approchait d’elles. Scott Summers. Pas lui. Pourquoi lui ? Pourquoi était-il là ? Elle ne le supportait pas. Il était chiant, il passait son temps à vouloir la contrôler. Il se prenait pour le chef. Il était peut-être le leader des X-Mens, mais elle n’en avait rien à faire. Si Emma Frost avait compris comme approcher Erïka, arriver à gagner sa confiance, son respect et ainsi être en mesure de la guider, de la faire obéir, lui il était loin du compte.

Avec le temps, la jeune femme s’était adoucie. Elle apprenait peu à peu à respecter l’autorité de certaines personnes. Elle avait cessé de se battre avec ses camarades et, au contraire, elle les aidait lorsqu’ils avaient des difficultés dans leurs cours de langue. Elle avait appris à gérer ses émotions, son agressivité. Elle savait se montrer plus patiente et faire la part des choses. Arrivera-t-elle à se retenir d’envoyer balader Scott ? Intérieurement, elle espérait qu’il aille voir ailleurs et la laisse en compagnie de Ruth. Après tout, elle pouvait bien s’occuper de lui faire faire le tour de l’école si elle le désirait.


-« Je peux m’occuper de lui faire visiter. Vous n’êtes pas obligé de vous donner cette peine. »

Erïka devenait soudainement plus froide, plus distance. Elle n’aimait pas être percée à jour. Elle dissimulait ses émotions. Et puis, elle tentait vraiment de se retenir de l’envoyer balader. Après cette fois où elle avait été surprise en train de boire de l’alcool, avec son amie totalement saoule, elle préférait éviter de nouveaux ennuis avec lui. La jeune femme se tourna vers Ruth.

-« Ta chambre est juste là. » Fit-elle en ouvrant la porte. « Si ça te dit, on va faire un tour, ensuite ? »

Soudainement, Scott n’existait plus. Erïka avait déposé la valise à l’intérieur de la chambre, à côté de la porte, laissant le choix à Ruth d’y entrer ou non. Elle ne voulait pas s’incruster dans son nouvel espace vital. Elle espérait surtout que Scott décide de foutre le camp rapidement. S’il lui tapait sur les nerfs, elle n’allait certainement pas se retenir de l’envoyer balader. Cette fois, on pouvait dire que sa patience était véritablement mise à l’épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   Lun 25 Nov 2013 - 18:15

Ruth hocha simplement la tête. Il fallait bien qu'elle lui rentre l'idée dans la tête, question qu'un jour Ruth accepte... Pas le moindrement déçu, elle s'avança vers sa chambre, utilisant sa canne pour balayer le sol avec agilité. Elle ne répondit pas autrement que par un léger son, sachant que Scott arrivait, et voulant épargner un peu les oreilles de son amie.

Elle sentait l'énervement de Erika, sa frustration face à son pouvoir, au manque d’intimité qu'elle avait. Elle rentra un peu sa tête dans ses épaules, horriblement coupable. Il était dur de faire comprendre aux gens que même si elle découvrait leur secret, elle les ressentait avec autant de force que ceux à qui ils appartenaient. Les révéler aux autres, surtout si elle savait à quel point cela serait douloureux pour eux? C'était presque de la torture. Elle appuya une main au mur, accrochant au passage une toile du bout des doigt et captant une vision du peintre originel. Hu. Jolie paysage. Le mur était lisse, en plâtre peint, d'une couleur qui faisait rebondir la lumière, le rendait frais au toucher, agréable. Elle avait très hâte de pouvoir se rouler dans son lit, toucher à toutes ses nouvelles couvertures qu'elle savait très douces, si accueillantes...

Erika avait l'esprit empli de questions, si bouillonnant, il était dur de ne pas répondre. Elle s’appuya contre le cadre de la porte, laissant son poids reposer sur sa canne et le bois lisse, si accueillant. Elle adorait les matières, les textures, et le bois était définitivement une de ses favorites. Entendant les pas du professeur au loin, sachant qui elle allait rencontrer depuis déjà un mois, elle plaça un sourire un brin crispé sur son visage, écoutant avec attention tous les petits bruit qui faisait une personne, les cataloguant sous "Scott Summers" (Professeur. Bon. Ho mon dieu compliqué...). Elle prit une grande inspiration, et se prépara à rencontrer l'homme.

Certaine personne ont des vie fixes. Le temps ne change pas pour eux, comme une autoroute qui amène du point A au point B. D'autres ont des choix, mineurs et majeurs, des embranchements, comme un arbre. Ces deux types de personnes sont simples, pour Ruth. Ils donnent un nombre limitée de visions. D'autres, plus particulières, peuvent jouer avec le temps, le futur, le distordre et le modifier, rendant inutile en un instant des années de visions. Ruth savait qu'elle deviendrait meilleur amie avec l'une de ses personnes. Et au final, il y avait ceux pour qui le temps, futur, passé et présent, n'était qu'un tourbillon furieux de possibles, de monde changé, de décisions non prises... Le contact avec des univers alternatif, ou des voyages temporels, pouvait causer ce genre de réactions. Aussitôt que Scott se posta en avant d'elle, elle couina pathétiquement, ses mains agrippant avec force sa canne, son corps empli de tremblement.

Scott Summers avait, a, ou aura, une vie compliquée. Son âme à la possibilité de changer le cours même du temps, à la fois pour le meilleur ou pour le pire. Le pouvoir de Ruth bouillait avec fureur, lui montrant toutes sortes de futurs possible, tous plus contradictoires les uns que les autres. Elle respira par la bouche, avec lenteur, faisant les exercices de respiration apprit de sa tante, cherchant à ce calmer.

Après un long moment, son pouvoir se calma, même si des petites bulles de visions continuaient à éclater en continu au fond d'elle. C'était beaucoup plus facile à gérer que le tourbillon furieux. Elle caressa un peu le bois de la porte question de se réconforter un moment, et prit une grande inspiration. Elle avait beaucoup de chose à dire, et comme d'habitude, tout aller tomber en tourbillon.

-Bonjour. Oui. Je vais bien. Merci. Non. Désolée. Nouvelle personne. Mal à la tête. Juste la première fois. Je sais. Désolé. C'est ma faute. Non. Merci beaucoup. J'aimerais. Oui, c'est mieux comme ça. Le sentir, en effet. Comme pour les visages. C'est plus vrai que en vision. J'aimerais beaucoup. Tout deux. Je sais. Vous allez vous supportez. Parce que je le demande. Le stress. Oui. Douloureux en effet. Désolée. Ça va aller. La cafétéria. Oui. Du ragoût. Un instant. Ma valise, oui. Jamais à la salle des dangers. Non, en effet. Aucun combat. Désolée. Non. Je vous aime bien. Malgré le mal de tête, oui. Je sais. Vous serez un bon père. Plus tard. Ça varie. Probablement deux. Nathan sera chanceux. Je sais. Désolée. Me taire, oui. Je sais. C'est méchant Erika. Excusez-moi. Oui, c'est bien. J'ai hâte d'être une X-men. Toi aussi Erika. Je sais. Non, tout ira bien. Les autres nous protégeront. Oui. Je sais. Plus mature. Oui. Allons-y.

Puis, visiblement satisfaite de la longue discussion avec le future qu'elle venait d'avoir, Ruth attrapa sa valise, la déposa sur son lit, et prit le temps de caresser les draps avec envie, appréciant le matériel doux, la texture fraîche. Puis elle repartit à grand pas, pleine d'énergie. Être dans ses lieux, où tout son futur allait se jouer, était exaltant. Elle avait tellement attendu ce moment... Elle se dirigea vers la cafétéria, sachant visiblement où aller, même si elle désirait un tour du manoir pareil. Elle aimait la compagnie, n'étant pas habituée à être autour de personne qui ne la jugeait pas. L'absence du sentiment de dégoût ou de rejet la rendait juste... heureuse.

((OOC: Désoler du délais, ce poste m'a tout prit X_x))
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée à l'aveugle (libre!)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée à l'aveugle (libre!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la licorne arrivé au temple du scorpion.(libre)
» Arrivé et déjà oublié? (Libre)
» L'arrivée du Loup-Garou [libre]
» Une nouvelle arrivée chez les gryffondor [libre]
» Arrivé de Boule de sable (libre pour le clan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Hall d'entrée-