X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attaque de cocu (PV Annabelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Jeu 1 Aoû 2013 - 18:37

Petite journée tranquille… il devait bien en profiter non ?

Le barman avait passé sa journée au lit, avec une femme… euh non deux femmes… euh… merde elles étaient combien ? Il se souvenait d’une rousse, une brunette et euh… il y en avait pas une avec les cheveux blonds ? Bah peu importe, il avait passé la journée au lit avant d’aller travailler et ça commençait très bien ainsi.

Comment avait-il fait ces sublimes conquêtes ? Encore en train de servir un verre à un enième client, le barman rêvait à ce qui l’avait mené à une telle nuit. La veille, dans un autre bar que le sien, il avait croisé des types avec leur copine sans doute et s’était incrusté dans leur groupe pour se rendre dans un club quelconque. Même si la fidélité aurait été la qualité première des trois filles qui faisaient partie du groupe, peu de gens pouvaient résister au charme de Ryan. Pas uniquement son charme physique, mais son charme surnaturel aussi. Plus puissant qu’il ne l’était, son don l’aidait chaque nuit, chaque secondes, chaque minutes, bref sans son don, ses envies seraient sans doute moins comblées. Pas de beaucoup… mais quand même…

Pendant la soirée, il avait fait du charme aux trois femelles alors que leur copain était tout près, mais des détails aussi insignifiants n’arrêtaient pas un Ryan. Les mecs aussi étaient sous l’effet de son charme après tout, et donc le considéraient comme leur ami. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que le mutant ne finisse par avoir raison des réticences des trois demoiselles, il bien vite il prit un taxi pour chez lui avec eux, laissant les trois hommes en plan, frustrés et cocus.

Et ça, c’était une trop belle soirée pour qu’il se préoccupe une seule seconde des petits messieurs pas contents. Essuyant un verre avant de resservir un client, le barman revivait chaque petit moment de plaisir de la nuit, qui était en fait une longue, très longue, nuit dédiée entièrement à lui, les trois femmes n’étant que des objets lui permettant d’obtenir son plaisir. Comme la soirée s’annonçait assez calme au Stonedge, il songeait déjà à partir plus tôt, n’ayant pas énormément dormi de toute façon. Un jour ou l’autre son manque de sommeil le rattraperait, mais pas aujourd’hui l’espérait-il. Se rendant dans le bureau de la patronne, le barman se contenta de poser une main sur son épaule, laissant son don passif faire le travail.


-Salut beauté… dis le bar est vide alors j’vais y aller, j’ai une sale nuit dans le corps.

-Tu es certain Ryan ? Moi qui me faisais plaisir à l’idée de passer une chaude soirée avec toi…

Beaucoup trop facile. Sa patronne était depuis si longtemps sous l’influence de son charme qu’il aurait pu être considéré comme une drogue. Elle en redemandait souvent et longtemps, mais au moins elle faisait ce qu’il désirait. Se plaçant derrière elle, il commença à masser ses épaules doucement. Sa patronne, sans être une top modèle, possédait assez de charme pour attirer bon nombre d’hommes dans ses filets. Ryan en avait d’ailleurs profité à de multiples reprises, mais pas ce soir. Il voulait simplement rentrer, se prendre une bonne bière à la maison, puis après… seul le temps le dira.

-Oui j’en suis certain. J’te réserve une soirée la semaine prochaine promis ça te va ?
-Huuummmm… laissa-t-elle échapper, parce qu’elle réfléchissait et qu’elle se faisait masser par Ryan. D’accord… ça me va mais tu me devras une nuit totale…
-Ça me va aussi beauté…

Il ne se retint pas de l’embrasser, puis quitta son bureau, la laissant là, heureuse. Elle en aurait sans doute demandé d’avantage, mais ça attendrait à la semaine prochaine. Se changeant (car sa chemise sentait trop mauvais à son goût), il se rhabilla rapidement avec quelque chose de plus propre, une chemise encore, mais noir et sombre. C’était par sa personnalité que le barman se faisait reconnaître, et ses longs cheveux peut-être, mais rarement par son look. Quittant le Stonedge, il se dirigea dans une ruelle où l’attendait sa voiture, sa magnifique Pagani Zonda.

Cependant, quelqu’un avait décidé de l’attendre, ou enfin, trois quelqu’un avaient décidé de l’attendre. Les trois cocus ? Un genre de trois mousquetaires mais pas de couilles ? Sans doute, mais toujours est-il qu’alors que le barman se dirigeait vers sa voiture, il entendit des pas rapides derrière lui. Une impression de déjà vu le saisit, et alors qu’il se retournait, il constata qu’effectivement, le trio de la veille l’avait rattrapé. Au moins ne semblaient-ils pas avoir d’arme. Ça aurait été beau s’ils s’étaient tous avancés avec des battes de base-ball. Feignant l’innocence, le barman, poli, demanda :


-Qu’est-ce que vous faites ici les gars ? Vous voulez qu’on sorte à nouveau ce soir ?
-Ta gueule. T’es partie avec nos minettes hier, et on l’a un peu de travers dans la gorge, si tu vois s’que j’veux dire.
-Arrêtez les mecs des types comme vous des filles comme ça vous en trouvez partout !
-Ta gueule !

Son don ne fonctionnait pas, mais pas du tout. Ces types étaient en colère, et le haïssaient trop pour qu’il puisse y changer quelque chose de façon surnaturelle. Il ne dut qu’à ses bons réflexes de bloquer le premier coup, et un mouvement digne des films de karatés renvoya #1 sur #2, les faisant valser plus loin. Cependant, #3, le moins courageux du lot, lui assena un coup derrière la tête qui déstabilisa le barman. Même entraîné, il n’était qu’un homme et ils étaient trois l’entourant. Sa vision devint floue, et alors qu’il tentait de bloquer l’assaillant #3, l’un des deux autres individus frappa sur le côté, sous ses côtes. La douleur qui augmentait dans son corps, accompagné du coup précédent derrière sa tête, ne l’aidaient pas à se défendre au mieux, et bien vite, ses dons de combattants furent vaincus par la force du nombre. Au sol, il ne pouvait que se recroqueviller sur lui-même alors que les coups de pieds fusaient de partout. Est-ce qu’il allait mourir dans une ruelle sombre et moche ?

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Sam 3 Aoû 2013 - 2:10

La soirée avait été longue.

En réalité, la plupart des soirées d'Annabelle étaient longues. Elle ne s'était pas fait énormément d'amis pour le moment et les soirées de fille qu'elle passait avec ses copines en Angleterre lui manquait amèrement, surtout ces derniers temps.

Alors pour tromper son ennui, elle faisait exactement ce qu'elle avait fait la première nuit qu'elle avait passé à New-York : elle sortait se balader dans les rues, sans but et sans repère, explorant toujours plus loin à travers le dédale de ruelles sombres qui pullulaient dans les quartiers malfamés de la Grosse Pomme. Elle avait fait des rencontres inattendues, s'était sortie in extremis de plusieurs situations qui auraient pu devenir désastreuses, et, il faut bien l'avouer, avait parfois terminé la soirée dans le lit d'hommes qu'elle ne connaissait pas. Elle n'était pas particulièrement fière de ses virées nocturnes, mais c'était la seule chose qui, à ce moment-là, la tenait sur les rails.

Pas que sa vie n'allait pas, non. Mais sa cage dorée lui pesait de plus en plus. Après sa nuit avec Zane ... Zane. Penser à lui était à la fois douloureux et euphorique. Douloureux parce qu'elle ne savait pas si elle le reverrait. Euphorique parce qu'il lui avait fait miroiter une vie telle qu'elle la voulait ...

Au bout de ses déambulations, cependant, la belle finissait toujours par revenir à l'endroit où elle avait rencontré ce dealer qui, en une soirée, était devenu si cher à son cœur. Ainsi, elle finissait toujours par errer aux alentours et, généralement, se rabattait sur un verre au Stonedge. Elle aimait ce petit bar. Elle le trouvait bizarrement chaleureux, alors qu'en fait il était plutôt rempli d'hommes saouls et de femmes en chaleur.

Alors ce soir-là, alors que son ennui prenait des proportions étonnantes, elle entendit quelque chose ... d'intéressant. Enfin ! Enfin un évènement qui viendrait rompre la monotonie de cette soirée interminable ! Silencieuse comme une panthère, elle se faufila dans la ruelle et se jucha sur un container à déchet, invisible, mais témoin de première classe. Un homme (un HOMME) totalement canon se faisait tout bonnement tabasser par une bande de mecs visiblement frustrés pour quelque chose. Au départ, il faut avouer qu'Annabelle trouvait la situation plutôt amusante. Mais quand le jeune homme affreusement séduisant se retrouva au sol ... elle commença à trouver que ça n'avait plus de sens. Alors elle se redressa légèrement, toujours impossible à remarquer de son perchoir, et bougea lentement les doigts, le regard fixé sur les trois agresseurs.


A n n a
- «Alors ... vous aimez vous défouler sur un type qui ne peut pas se défendre ?», marmonna-t-elle entre ses dents.

Un étrange vent se mit alors à souffler, soulevant des feuilles mortes qui n'étaient pas là quelques secondes auparavant. L'effet était plutôt effrayant, surtout que le son que produisait la brise était de plus en plus intense. Ce qui était le plus étrange, c'est que ce vent ne produisait aucun effet sur la peau. Pas de fraîcheur, pas de brise caressante ... Il semblait ne pas être vraiment réel. Sur le coup, les trois malfrats ne réagirent pas. Mais quand le brouillard se leva, formant au ras du sol des langues de brume menaçantes, ils commencèrent à se demander ce qui se passait. Satisfaite et souriante, Annabelle regardait la scène, attendant le moment parfait pour la touche finale de sa scène d'horreur. Au bout d'un court moment ...

«Eh les mecs ! Y a un truc pas net ...»

Quand une silhouette humanoïde aux allures de femme démoniaque commença à se former dans le brouillard, les malotrus se mirent réellement à flipper. Et c'est à ce moment qu'Annabelle crut bon de s'élancer pour atterrir pile dans la silhouette brumeuse, ses cheveux argentés étincelant sous la lumière diffuse des lampadaires, énonçant d'une voix d'outre-tombe :


A n n a
- «Si j'étais vous ... je filerais.»

Sans demander leur reste, les trois hommes détalèrent comme des lapins. S'assurant qu'ils étaient bel et bien partis, Anna fit disparaître le brouillard d'un claquement de doigt et éclata de rire. ÇA c'était une soirée D'ENFER ! Lorsque son rire se fut calmé, la demoiselle se rappela soudain qu'il y avait un homme à terre à côté d'elle. S'agenouillant à son côté, elle lança, sarcastique :

A n n a - «Alors ... Avec la nana duquel de ces cons tu as couché ?»
.
Revenir en haut Aller en bas
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Lun 5 Aoû 2013 - 18:48

A n n a - «Alors ... vous aimez vous défouler sur un type qui ne peut pas se défendre ?»

Le barman n’avait rien entendu. Trop occupé à bloquer au mieux les coups de ses adversaires, il se demandait vraiment s’il n’allait pas finir comme cadavre au milieu de cette ruelle. Il savait bien que les assauts ne laissaient pour le moment que des bleus, mais quelques bons coups bien placés pourraient sans aucun problème briser un bras, une côte ou un crâne. Il était replié sur lui-même pour se protéger au mieux, mais cela n’allait pas durer longtemps.

Sous lui, les yeux à peine entrouverts, il commença à voir apparaître une brume presque surnaturelle. Pourquoi surnaturelle ? De un : elle n’était pas là quelques instants plus tôt, et de deux : il aurait dû la sentir un minimum non ? De toute façon, dans son état, avec la tête qui tournait aussi vite qu’une toupie, se concentrer lui demandait beaucoup trop d’efforts. Cependant, il finit par remarquer une chose : les coups avaient cessé. Il ne risqua pas de relever la tête, craignant encore qu’un pied cueille son front au passage, mais il entendit quand même l’un des imbéciles dire :

«Eh les mecs ! Y a un truc pas net ...»

C’était un piège… il ne devait pas relever la tête ni cesser de se défendre. De toute façon, ses bras et ses jambes meurtries ne demandaient qu’à se reposer, et non pas à fournir un effort supplémentaire. Cependant sa curiosité commença à prendre le dessus car cela faisait bien quelques secondes que les coups avaient cessés. Qu’est-ce qui pouvait arrêter ces cocus d’un seul coup ? Tournant très doucement la tête de côté, sentant chaque muscle endoloris résister à cet effort, il aperçut tout de même une figure plus ou moins humanoïde dans la brume. Était-ce un effet de la lumière ? Ou c’était les blessures qui rendaient sa vision aussi floue ? Il ne voyait pas grand-chose en fait, seuls quelques tâches de lumières et une brume intangible, mais il pensait bien avoir vu quelqu’un dans cette brume…

Le quelqu’un ne tarda pas à se manifester de toute façon sous la forme d’une femme aux cheveux argentés. Elle n’était pas trop loin de lui, mais pour le moment, avec sa vision défaillante, c’est tout ce qu’il distinguait. Il y avait un genre de reflet hypnotisant qui chatoyait dans ses magnifiques cheveux. Était-ce simplement son imagination ?

A n n a - «Si j'étais vous ... je filerais.»

Ça ce n’était pas dans son imagination, pas plus que les bruits de pas quelques instants plus tard. Les trois types s’étaient enfuis ? Il tenta de se redresser, mais cette fois ses muscles eurent raison de ses efforts : soit il acceptait de tomber sur le côté en s’étirant, soit il ne bougeait pas plus. Toujours aussi flou, il distingua tout de même le brouillard intangible se dissiper. Qu’est-ce qui se passait ? Il entendit alors un rire cristallin, qui dura quelques secondes. Tournant la tête de nouveau vers la source du bruit, il aperçut de nouveau la jeune femme aux cheveux argentés. Il la vit faire quelques pas, et tenta de se redresser un peu plus sans grand succès. Il ne se pensait plus en danger… tant qu’il ne faisait pas de conneries.

A n n a - «Alors ... Avec la nana duquel de ces cons tu as couché ?»

R y a n – Je… euh… aucune idée en fait… les… les trois peut-être… je… c’était… euh… impressionnant merci… du sauvetage…

Se redressant péniblement, son dos résistant à chacun de ses mouvements, il finit par s’asseoir dans la ruelle, appuyé sur un mur, tentant de reprendre son souffle. Le stress et l’adrénaline commençaient à retomber, et il savait d’expérience qu’au moment où ces substances ne seraient plus dans son corps, il ressentirait beaucoup plus de douleur encore.

R y a n – Tu… euh… tu peux me dire qui tu es au moins ? À moins que les anges… n’aient pas de nom…

Avec ses cheveux argentés, c’était l’impression qu’il avait, et la façon la plus réaliste de la décrire pour le moment. Frottant ses yeux, il tentait de retrouver sa vision, mais ce n’était qu’une réussite partielle. Un coup l’avait sans doute atteint plus près de l’œil qu’un autre. Étirant doucement chacun de ses muscles, commençant par ses bras, il les tâta doucement afin de voir à quel point il était blessé. Il avait eu de la chance. Un incident pareil lui était arrivé quelques semaines plus tôt et le guérisseur qui l’avait retrouvé avait pu réparer quelques blessures en lui, mais cette fois-ci la plupart semblait superficielles. Sauf son œil qui voyait flou bien sûr.

R y a n – Si… si j’ai le droit de te demander un service… ma voiture est… est à côté mais… conduire… ça ne me tente pas vraiment tu vois… tu pourrais me ramener chez moi ?

Tentant de se relever doucement, il s’appuya sur le mur pour tenter de plier et de déplier ses jambes doucement. Elles réagissaient violemment contre un tel traitement, lui infligeant beaucoup de douleur, mais au moins rien ne semblait cassé. Une fois debout dans un équilibre plus que précaire assuré par le mur, il leva de nouveau les yeux vers sa sauveuse. Fermant l’œil droit qui ne voyait toujours pas bien, il la détailla un peu plus. Jolie femme en fait, avec ce reflet toujours aussi hypnotisant dans ses cheveux. Il aurait tout aussi bien pu se perdre dans les yeux magnifiques de cette belle dame. Avoir été plus en forme, il l’aurait sans doute invité. Le barman n’apprenait jamais sa leçon, même lorsqu’il se faisait dérouiller ainsi, et il ne l’apprendrait jamais.

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Mer 7 Aoû 2013 - 19:37

Annabelle leva un sourcil en entendant la réponse du pauvre type (canon) qui était toujours recroquevillé au sol. Il n'avait pas couché avec une de ces filles ... il avait couché avec les trois ? Alors là ... retenant un sourire, la jeune femme secoua la tête, ses longs cheveux argentés reflétant la lumière diffuse des lampadaires au moindre de ses mouvements. C'était bien la première fois qu'elle entendait une telle chose ! D'abord, parce que les mecs qui pouvaient se vanter d'avoir couché avec trois filles en même temps étaient rares et, en plus, parce qu'il était déjà plutôt difficile de convaincre une fille de tromper son homme ! Alors en convaincre trois ... ça relevait presque du miracle ! Enfin ... pour celui qui réussissait à les avoir, pas pour leurs pauvres copains trompés, visiblement ! Toujours agenouillée près du charmeur en détresse qu'elle avait sorti du pétrin, Annabelle cru bon de dédramatiser la situation. Après tout, elle n'aurait pas pu le laisser se faire massacrer comme ça sans rien faire ...

A n n a - Ce n'est rien, monsieur le tombeur. Mais la prochaine fois, tu devrais peut-être éviter de t'en faire trois à la fois ! Trois cocus en colère, ce n'est pas bon pour la santé ...

Elle l'observa tenter de se relever tant bien que mal, n'osant pas trop le toucher de peur d'aggraver son état en lui faisant faire un faux mouvement. S'il bougeait par lui-même, il s'arrêterait sans doute avant de se faire encore plus mal, non ? Il lui semblait que sa mère lui avait déjà dit de ne pas toucher quelqu'un qui vient de se faire taper dessus. En rapport avec les blessures qui ne sont pas visibles à l’œil nu, un truc comme ça ... Oui, Anna croyait se souvenir d'une telle conversation. Parce que quand l'adrénaline reflue, la douleur arrive en force et c'est là que les réels problèmes surviennent ... Parfois, c'était pas mal d'avoir une maman médecin !


R y a n
- Tu… euh… tu peux me dire qui tu es au moins ? À moins que les anges… n’aient pas de nom…

Ramenée à la réalité, Anna leva les yeux au ciel, un sourire au coin des lèvres. Alors ça ! Même presque K-O, il trouvait l'envie de la draguer. Les anges, vraiment ? Alors il n'avait rien vu de son petit numéro. Parce que les types qu'elle avait fait décamper n'avait sans doute pas trouvé qu'elle ressemblait à un ange. Plutôt une revenante ou une sorcière, peut-être ... Humm ... elle aimait bien ce rôle. Il faudrait qu'elle l'exploite davantage, à l'institut ! Peut-être que son futur nom de X-men aurait un lien avec ça ... Secouant la tête pour se ramener dans le présent, elle posa les yeux sur l'homme devant elle.

A n n a - Je ne suis pas un ange, bien loin de là ! Je m'appelle Annabelle. Et toi ? À moins que les charmeurs n'aient pas de nom ...

Elle lui fit un clin d’œil complice, commençant déjà à le trouver sympathique. Et puis, elle venait de lui sauver la vie, après tout ! Qui sait ce que ces mecs lui auraient fait ... Bon, sans doute ne l'auraient-ils pas tué, mais il s'en serait probablement moins bien tiré sans son intervention. Et ça, elle en était particulièrement fière. N'était-ce pas ce que faisaient les X-men ? Sauver les gens des méchants-pas-gentils-qui-tabassent-les-gentils-gentils ?

R y a n – Si… si j’ai le droit de te demander un service… ma voiture est… est à côté mais… conduire… ça ne me tente pas vraiment tu vois… tu pourrais me ramener chez moi ?

Surprise, elle resta silencieuse un moment. Le conduire chez lui ? Eh bien ...

A n n a - Euh ... j'imagine que je ne peux pas te laisser là, hein ? Après t'avoir sauver la vie, c'est mon devoir de m'assurer que tu rentres chez toi sain et sauf, c'est ça ?

Elle rigola un petit moment, trouvant sa blague à la fois nulle et marrante. Puis elle secoua une nouvelle fois la tête, ses cheveux brillant de mille feux dans la ruelle, et se pencha pour mettre un bras dans le dos du jeune homme. À son contact, elle senti un drôle d'apaisement s'emparer d'elle. Elle fronça les sourcils, mais ne chercha pas plus loin pour le moment. Elle songea qu'elle pourrait analyser ce phénomène plus tard ...


A n n a
- Il faut que tu essaies de te lever. Si jamais tu as trop mal, dis-le moi, on ira plus doucement ... Et je te conduirai chez toi ! Penses-tu être capable de m'indiquer le chemin ?

Elle se disait que s'il n'en était pas capable, elle n'aurait d'autre choix que de le ramener chez elle. Et puis, sa mère pourrait sans doute l'examiner ! Après tout, elle était une chirurgienne extrêmement réputée dans le milieu médical. À moins qu'il ne fut préférable de l'amener à l'hôpital ? Cogitant cette idée, Annabelle raffermi sa prise dans le dos du jeune homme et lança :

A n n a - Ok, je compte jusqu'à trois ! Un ... Deux ... Trois ! Debout !

.
Revenir en haut Aller en bas
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Mer 7 Aoû 2013 - 21:56

A n n a - Ce n'est rien, monsieur le tombeur. Mais la prochaine fois, tu devrais peut-être éviter de t'en faire trois à la fois ! Trois cocus en colère, ce n'est pas bon pour la santé ...

R y a n – J’ai… j’ai bien remarqué t’en fait pas… mais y’a peu de chance que je m’en souvienne, répondit-il en tentant de rire, mais ce fut un toussotement qui se fit entendre.

Ne jamais apprendre sa leçon. C’était une malédiction pour certaines personnes, mais chez le charmeur en chef, c’était un don de Dieu. Tout d’abord, parce que ça lui permettait de baiser avec trois femmes en même temps, qu’il connaisse les conséquences ou non, et ensuite il n’y avait jamais de traumatisme dans sa vie. La plupart du temps, une bonne douche, quelques jours de repos si les blessures étaient plus grave et Hop ! On repart à la chasse aux gonzesses ! Et bien souvent, ses coupures, ses bleus ou ses marques ne faisaient qu’augmenter l’attrait qu’il provoquait chez hommes et femmes confondues.

Ses muscles endoloris refusaient de le porter, et bien qu’il essayait de se « déplier » et de s’étirer aussi doucement que possible, son corps s’objectait à un tel traitement. Il se contenta de lever les yeux vers la jeune femme qui venait de le sauver de quelques coups supplémentaires et peut-être même d’un aller direction l’hôpital. Demandant donc de savoir le nom de sa sauveuse, il sourit lorsqu’il entendit sa réponse.


A n n a - Je ne suis pas un ange, bien loin de là ! Je m'appelle Annabelle. Et toi ? À moins que les charmeurs n'aient pas de nom ...

R y a n – Pour me sauver comme ça, j’ai bien le droit de dire que t’es un ange bon ! Et si j’ai un nom figure-toi. Je m’appelle Ryan. Ravie de te rencontrer… quoiqu’en d’autres circonstances je t’aurais sans doute offert un verre…

Souriant toujours, surtout lorsqu’il aperçut son clin d’œil, il continua ses efforts douloureux pour se relever. Son sourire disparut bien vite lorsque les blessures s’opposèrent à nouveau à ses mouvements, ses nerfs à vif. Utilisant un muret comme appui, il se redressa un minimum, sans toutefois être complètement debout. C’était le mieux qu’il pouvait faire. Et son fichu œil qui voyait toujours flou. C’était mieux qu’au début, mais c’était toujours flou et ça lui tapait sur les nerfs. Demandant un service à son interlocutrice, il fut heureux qu’elle accepte.

A n n a - Euh ... j'imagine que je ne peux pas te laisser là, hein ? Après t'avoir sauvé la vie, c'est mon devoir de m'assurer que tu rentres chez toi sain et sauf, c'est ça ?

Il la regarda rire encore une fois, et passa quelques secondes supplémentaires à s’imaginer passer ses mains dans de tels cheveux. Hum… des pensées qui n’avaient rien à voir avec son état lui traversaient l’esprit, mais son corps lui rappela rapidement d’une faiblesse dans les jambes que ce n’était pas le bon temps pour penser à de telles choses. Il plia les genoux, mais parvint à rester debout. La laissant faire, il ne se plaignit pas du tout lorsqu’elle passa son bras dans son dos.

A n n a - Il faut que tu essaies de te lever. Si jamais tu as trop mal, dis-le-moi, on ira plus doucement ... Et je te conduirai chez toi ! Penses-tu être capable de m'indiquer le chemin ?

Elle avait raison, et il devait essayer de marcher un minimum. Passer la nuit dans une ruelle crade ne lui plaisait pas plus que ça. Posant sa main sur le muret qui le soutenait, il attendit, n’ayant pas vraiment hâte de ressentir la douleur à nouveau dans son corps. En plus, plus il bougeait plus il sentait de l’humidité dans sa jambe droite, et ce n’était pas bon signe.

R y a n – Oui… oui t’en fait pas j’ai encore ma tête… si je l’ai déjà eu haha…

L’effort devait être fait. Se concentrant au maximum sur ses jambes, il ferma les yeux une seconde, le temps qu’Anna dise :

A n n a - Ok, je compte jusqu'à trois ! Un ... Deux ... Trois ! Debout !

Et un élan un ! Il se releva d’un coup, mais il ne put retenir un rictus de douleur. Ses jambes ne le soutenaient pas beaucoup, et à côté d’Anna, Ryan paraissait assez grand et assez lourd. Ne voulant pas mettre trop de poids sur ses épaules, il se força à utiliser au mieux ses muscles endoloris, mais ne put s’empêcher de constater que sans la jeune femme, il n’aurait pu que boiter jusqu’à un autre muret avant de s’écrouler. Gardant l’œil droit fermé, il se contenta d’avancer, sachant sa voiture stationnée près d’ici.

R y a n – Juste là… à droite et on y est… t’auras qu’à m’amener à ma porte, pas besoin de déverrouiller les portes avec une clé…

Un coin de rue plus loin, la voiture les attendait là. La Pagani Zonda argentée de Ryan, une voiture de luxe, un modèle unique, capable d’excellentes vitesses et d’accélération impressionnantes... Et maintenant elle allait servir de voiture de malade. Cliquant sur le bouton de déverrouillage dans ses poches, il constata que ce simple mouvement lui faisait plus de mal qu’il ne le pensait… et comprit ensuite pourquoi : une clé était enfoncée dans sa cuisse. Il ne dit rien, se contentant de laisser Anna l’amener jusqu’à la porte qu’il ouvrit avant de tomber dans son siège.

R y a n – Pouah… on est mieux comme ça… j’te guiderai jusque chez moi tu… tu verras c’est pas trop loin d’ici…

Vive les puces électriques… au moins il n’avait pas à retirer la clé de sa jambe tout de suite. Il pourrait profiter d’une balade et admirer sa sauveuse. Même blessé, il s’imaginait déjà ce qui allait se dérouler plus tard… il pourrait convaincre sa sauveuse de rester chez lui quelques temps qui sait. Elle était tellement sublime… et ses cheveux hors de l’ordinaires ne faisaient qu’ajouter à ce charme quasi-divin. Il était aux anges…

(HJ : Si tu veux qu’on se rende chez Ryan à la fin de ton prochain post, alors il est important de te mentionner que le pauvre barman… il vit dans un manoir…)

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Ven 9 Aoû 2013 - 5:34

Le pauvre, il avait l'air mal en point.

Sérieusement, il s'était fait balancé plusieurs coups bien placés et, au sol comme ça, les trois types qui l'avaient agressé avaient eu tout loisir de lui donner la raclée de sa vie. Annabelle sourit d'un air contrit quand elle l'entendit toussoter alors qu'il essayait vraisemblablement de rire après avoir fait une blague stupide. Mais un rapide coup d'oeil au jeune homme confirmait qu'en effet, il ne tirerait sans doute aucune leçon de cette mésaventure. Cependant, au lieu de rebuter la jeune femme, ça eu le don de mettre un sourire sur son visage. Oui, elle commençait vraiment à le trouver sympathique !

Toujours souriante, elle le regardait s'évertuer à se relever, à la fois admirative devant sa détermination, et un peu inquiète quant à la gravité de ses blessures. Quand il mentionna une invitation à boire un vers, Anna leva les yeux au ciel, son sourire s'élargissant. Tiens, tiens, ça lui rappelait quelqu'un, ça ! Secouant la tête pour chasser Deadpool de ses pensées, elle se força à se concentrer uniquement sur Ryan, qui venait de lui dire son nom. Ryan ... ça faisait très new-yorkais.

A n n a - Ravie de te rencontrer également, Ryan le tombeur !

Elle lui fit un sourire enjôleur, jouant à fond le jeu qu'il venait d'instaurer entre eux. Il voulait la draguer ? Et bien qu'il le fasse : Annabelle ne refusait jamais une bonne drague. Restait ensuite à savoir si le mec savait dire ce qu'il fallait pour la séduire, elle !

Toujours dans l'optique de l'aider à se rendre à sa voiture, Annabelle le prit donc tout contre elle pour tenter de le supporter de son mieux. Il était plus grand qu'elle et plutôt costaud, ce qui ne facilitait pas la tâche à la demoiselle, mais elle était faite plus forte qu'elle ne le paraissait au premier abord. Suivant ses indications, elle le mena tant bien que mal jusqu'à sa voiture, une magnifique voiture de luxe qui lui fit écarquillé les yeux.

A n n a - Wouah ... la bagnole !

Elle avait toujours aimé les voitures. Elle n'était pas une fine connaisseuse, mais son père, si. Il l'avait toujours trimballée un peu partout dans les foires automobiles et les expositions de luxe, avec ses frères. Elle avait donc été habituée à un très jeune âge à apprécier la beauté d'une vraie voiture. Sifflant d'un air admirateur, elle continua de regarder la voiture alors que Ryan se laissait tomber sur le siège passager. Elle ne remarqua pas la souffrance sur son visage, trop occupée à dévorer du regard l'automobile qu'elle aurait le plaisir de conduire pour rendre service à son pauvre éclopé.

Refermant la porte quand Ryan fut installé, elle fit le tour de la Pagani Zonda, ouvrit sa propre porte et s'installa à son tour sur son siège. Elle caressa du regard le tableau de bord et le cuir des sièges, avant de tendre la main, impérieuse :

A n n a - Les clés je vous prie, môôôssieur ! Oh merde c'est vrai, pas besoin de clés avec ces bagnoles de luxe ...

Avec un grand sourire de gamine, elle appuya sur l'accélérateur, savourant le ronronnement du moteur. N'ayant plus aucune idée de ce qui se passait dans la tête de Ryan, trop obnubilée par la perfection de cette voiture, elle prit la direction indiquée par son passager, totalement aux anges.  

À droite, à gauche, tout droit, au stop, à droite, à la lumière, encore à droite, à gauche et puis ... Au bout d'un moment, Annabelle perdit le compte et réalisa qu'elle ne savait pas du tout où elle était. Ryan habitait visiblement un quartier qu'elle ne connaissait pas ... Un quartier plutôt luxueux. Peu impressionnée, ayant elle-même habité dans le quartier le plus luxueux de Londres et vivant désormais dans une très belle maison, elle se demandait tout de même où l'emmenait Ryan. Où habitait-il ? Elle n'avait pas cru, au départ, qu'il fut très fortuné. Force était de constater, au final, qu'il était loin de vivre pauvrement ... Impatiente de voir où cet homme plein de mystère vivait, elle se laissa guider, retenant les questions qui lui brûlaient les lèvres, se disant qu'elle aurait tout le temps des les lui poser en arrivant. D'abord, il fallait atteindre la maison et, ensuite, s'assurer qu'il allait bien et que son état n'allait pas s'aggraver. Après tout ça, elle pourrait laisser libre cours à sa curiosité ... !
Revenir en haut Aller en bas
Ryan Smith

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 01/04/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Barman
Age : 22
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   Ven 9 Aoû 2013 - 18:55

A n n a - Ravie de te rencontrer également, Ryan le tombeur !

Ryan le tombeur ? C’était sans doute un titre qui pouvait lui convenir. En tout cas, ce titre avait le mérite d’être honnête, quoi que pour le moment c’était plutôt lui qui était tombé. Tombé à la merci d’une troupe d’abrutis, tombé sous le charme d’Annabelle… Et sans doute la faisait-il tomber sous son charme à lui. Dans son cas cependant, la drague n’était que partielle : son état ne lui permettait pas de l’inviter à boire un verre tout de suite. Cependant, lui demander un coup de main pour retourner chez lui, c’était fort possible, et le sourire qu’elle affichait en acceptant lui fit plaisir.

Maintenant devant sa voiture, il s’installa, ou plutôt s’écrasa dans son siège alors qu’Annabelle contournait la voiture, l’admirant un long moment. S’il aurait été plus réveillé, sans doute aurait-il été content de voir l’intérêt qu’elle portait pour sa magnifique voiture italienne, mais pour le moment, tout ce qui lui importait était de retourner chez lui et de retirer cette clé enfoncée dans sa jambe.


A n n a - Wouah ... la bagnole !

R y a n – Ouais… elle m’a coûté un bras, mais elle le vaut amplement. Je te fais confiance, je vais t’indiquer comment te rendre jusque chez moi, amuse toi avec si tu veux.

Puis il ferma les yeux quelques instants. Sa tête tournait toujours quelque peu, mais au moins ça se calmait graduellement. Au moins, il était plus confortable assis dans sa voiture que couché et blessé dans une ruelle obscure. Lorsqu’il ouvrit son œil valide, il remarqua les gestes de la jeune femme à l’intérieur de la voiture. Il la regarda passer ses mains sur le cuir des sièges, sur le tableau de bord, sur le volant, et sourit quelque peu. S’y connaissait-elle en voiture de luxe ou elle faisait simplement ce que n’importe qui aurait fait dans une telle machine ?

A n n a - Les clés je vous prie, môôôssieur !

R y a n – Pas b’soin… c’est électrique t’as qu’à peser sur le contact les clés sont dans mes poches…

Se laissant conduire sans même commenter la conduite d’Anna, il lui indiqua à chaque coin de rue la direction à prendre. L’adrénaline qui commençait à tomber dans son sang ne l’aidait pas à rester conscient et alerte, et il lui fit faire quelques manœuvres serrés à cause de son manque d’attention, mais ils parvinrent tout de même à se rendre au manoir de Ryan. L’énorme demeure l’attendait comme un refuge le temps qu’il récupère, et c’est ce qu’il voulait pour le moment : récupérer. Indiquant à Annabelle où se garer, il ouvrit la porte et sortit doucement de la voiture, gardant un appui sur le capot sans parvenir à reprendre son équilibre seul. Il aurait de nouveau besoin d’un coup de main. Une chance n’avait-il pas un égo surdimensionné, car il se serait senti gêné de demander l’aide d’Anna. Ryan était beaucoup plus simple : lorsqu’il serait de nouveau sur pied, il trouverait un moyen de lui rendre tous ces services qu’elle faisait pour lui.

R y a n – J’ai… encore besoin d’un coup de main s’il te plaît je… ma jambe me fait trop mal…

Il ne lui avait toujours pas dit qu’une clé était enfoncée dans celle-ci, et il le ferait le plus tard possible. Son pantalon collant et poisseux à cause du sang semblait humide de l’extérieur, et il ne demandait qu’à aller l’enlever. Une douche serait de mise, mais avant il devrait retirer la clé de sa jambe. Passant son bras sur les épaules d’Anna, il se servit d’elle pour garder son équilibre et se rendit ainsi avec elle jusqu’à la porte. Sur la serrure électronique, il entra un code à cinq chiffres pour que la porte se déverrouille et il entra dans sa demeure.

Malgré sa taille impressionnante, le manoir de Ryan était toujours assez sobre. Les rares décorations n’évoquaient aucun style en particulier, les murs étaient pour la plupart peinturés de couleurs neutres. En fait, sa maison avait plus un style moderne qu’autre chose. Se demandant ce qu’il devrait faire en premier lieu, il se dit que le salon devrait être suffisant pour ce qu’il devait faire. Boitant jusque-là, il tomba plus qu’il ne s’assit sur celui-ci. Levant sa jambe avec ses mains pour éviter de faire forcer les muscles blessés de celle-ci, il regarda son pantalon poisseux à nouveau… avant de faire une demande supplémentaire à Anna.


R y a n
– Si… euh… Si tu veux partir sens toi bien à l’aise tu en as fait beaucoup plus que n’importe qui aurait fait mais…et je t’en remercie mais si tu voudrais bien rester un peu plus longtemps… j’aurais besoin que… tu m’amènes la paire de ciseaux dans la cuisine.

Une pensée traversa son esprit… aurait-il besoin d’un coup de main pour prendre sa douche ?

_________________
Pouvoir passif de Ryan: Lorsque Ryan vous regarde ou qu'il vous touche, l'attitude que vous auriez normallement envers lui augmente d'un cran. Quelqu'un de méfiant reste méfiant, mais il l'est moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaque de cocu (PV Annabelle)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attaque de cocu (PV Annabelle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Le contaminant Gem contre-attaque![Grand Line, Rang B, Révolutionnaires, Massacre ou Fuite?]
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» L'attaque orque
» Attaque d'un camp orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-