X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Apparences Trompeuses [William McKellen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 29 Juil 2013 - 19:16

Eleonnora profitait de cette belle journée d’été au maximum. Puisqu’Evelynn travaillait, elle avait décidé de quitter son loft, le matin même, pour se rendre à l’institut Xavier. Elle avait envie de voir son cher petit roux préféré. Elle comptait passer une agréable journée en sa compagnie. Était-il occupé, aujourd’hui ? Elle ne le savait pas. Elle avait simplement envie de passer à l’improviste. Puisqu’on était samedi, il devait être en congé, non ?

La jeune femme gara sa voiture devant le portail de l’institut avant d’appeler sa sœur. Dormait-elle ? À cette heure-ci, elle en serait bien étonnée. Pourtant, ce fut une voix d’adolescente mal réveillée qui résonna à l’autre bout du fil. Il semblerait que sa petite sœur avait décidé de faire la grasse matinée, aujourd’hui.


-« Qu’est-ce que tu veux ? »
-« Je suis devant l’institut, tu m’ouvres le portail ? »
-« Mais qu’est-ce que tu fiches là ? »
-« Je viens voir William. »
-« Tu ne pouvais pas le déranger, lui ? Je dormais. »
-« C’est ce que j’ai cru constater en entendant ton affreux ton de voix. Tu as eu une nuit bien chargée, n’est-ce pas ? »
-« C’était torride. Maintenant, laisse-moi tranquille. Je vais le faire ouvrir ce fichu portail. »

Eleonnora attendit près de cinq minutes avant de voir les grilles s’ouvrir devant elle. Elle gara son véhicule à proximité du garage, là où elle avait repéré d’autres voitures, dont celle de William. Après avoir attrapé quelques sacs et verrouiller les portières de sa voiture, Eleonnora regagna l’entrée principale de l’institut. Elle y croisa sa petite sœur, totalement décoiffée, portant un simple short ainsi qu’un t-shirt trop grand pour elle. La jeune femme devina facilement que ce vêtement devait appartenir à son petit ami.

-« Je suppose que tu ne sais même pas où est sa chambre. » Fit Erïka en marchant, pied nu, jusqu’au grand escalier.
-« Effectivement. Je compte sur toi pour me la montrer. Alors, raconte-moi ce qui s’est passé avec ton copain. »
-« Je te l’ai dit. Je ne vais pas te donner les détails de ma vie sexuelle. Tiens, elle est là, sa chambre. Sa copine est sortie, je l’ai croisée dans le couloir. Il ne t’en voudra sûrement pas si tu entres sans prévenir. Sur ce, bonne nuit. »
-« Tu pars déjà ? Tu pourrais te joindre à nous et me présenter Punky. »
-« T’as de la chance que je sois trop fatiguée pour t’en coller une. Ne l’appelle plus comme ça. Sur ce, je retourne hiberner à ses côtés. »

Eleonnora fit un signe de la main à sa sœur, qui lui tournait le dos afin de regagner la chambre de son petit ami. Puisqu’elle était partie, la jeune femme ne se gêna pas pour entrer dans la chambre du rouquin. La porte n’était pas verrouillée. Elle la referma derrière elle puis s’approcha du lit. On pouvait dire que les chambres de l’institut étaient décorées avec goût. Contemplant la pièce, Eleonnora réalisa soudainement que Will ne s’y trouvait pas. Il devait être derrière cette porte, qui devait probablement mener à une salle de bain. Prenant son mal en patience, la jeune femme posa ses nombreux sacs sur le lit, avant de s’y assoir. Elle avait fait tout un tas d’achats, la veille, se disant qu’il serait bon de varier un peu la garde-robe de son meilleur ami.

Lorsqu’elle vit le rouquin, la jeune femme le salua avec le sourire. Elle avait bien réussi sa surprise, elle en était certaine. Pas gênée du tout, elle s’exprimait comme si rien n’était, avec tout le naturel dont elle faisait toujours preuve. Elle était ravie de le voir. Il y avait un moment qu’ils n’avaient pas pu passer un peu de temps ensemble. Il fallait remédier à cela dès aujourd’hui.


-« Bon matin, petit renard. Alors, content de me voir ? Je me disais que j’allais te faire une surprise. Je t’ai même amené tout un tas de trucs pour renouveler un peu ta garde-robe. Comme ça, tu vas avoir la classe à ton boulot, et dans ta vie de tous les jours aussi. Alors, il y a du Dolce&Gabbana, un peu de  de Gucci - j’adore cette marque - du Calvin Klein, du Armani, du Versace et du Guess. D’ailleurs, regarde ma nouvelle robe. Elle est magnifique, non ? »

Elle portait une courte robe fuchsia qui mettait en valeur sa silhouette. Pour une fois, elle avait laissé tomber le décolleté. Le haut de la robe montait pratiquement jusqu’à son cou. Les larges bretelles couvraient une bonne partie des épaules. Afin de compléter sa tenue, elle avait décidé de porter une paire d’escarpins argentés. Elle avait également opté pour de longues boucles d’oreilles de même couleur s’harmonisant parfaitement avec sa chevelure dorée.

-« Allez, tu devrais ouvrir les sacs et regarder à l’intérieur. J’espère que j’ai pris les bonnes tailles. J’ai l’œil, pour ça, habituellement. Tu n’as pas droit de refuser ce que je t’offre, je te le dis tout de suite. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Sam 17 Aoû 2013 - 23:01

Pour une fois depuis longtemps, Will avait dormi d’une traite, sans faire le moindre cauchemar. Etait-ce le signe qu’il parvenait enfin à avoir la conscience tranquille ? Il en doutait mais il supposait que son esprit s’apaisait grâce aux bonnes nouvelles de ces derniers temps. Il avait une famille formidable, une future femme merveilleuse, un boulot épuisant mais gratifiant et qui sait ce que l’avenir lui réservait encore ? Ou alors c’était peut-être parce qu’il rentrait tellement fatigué qu’il ne rêvait plus, dormant d’un sommeil de plomb. Il en avait déjà fait les frais en se réveillant couvert de nutella. Peut-être fallait-il qu’il se ménage un peu finalement. C’est le sentiment qu’il eut quand, au moment de son réveil, il constata que sa future femme n’était plus là. Il était rare qu’elle soit debout avant lui mais tout arrivait, surtout le weekend. C’était d’ailleurs sans doute parce que sa chaleur lui manquait qu’il s’était réveillé. Seul dans la chambre, le rouquin n’eut qu’une envie : prendre une bonne douche pour se réveiller.

Ayant dormi nu, il n’eut pas besoin de retirer quoique ce soit pour se mettre sous la douche. Pourtant, il prit soin de retirer son cache-œil. Il préférait ne pas le mouiller. Et puis de toute façon, personne n’était là pour voir son œil normalement dissimulé. La seule chose qu’il conserva sur lui fut les plaques militaires de son père qui pendaient à son cou. Il n’avait pas de raison de les retirer, ce n’était pas comme si elles craignaient l’eau. Et puis, quelque part, elles faisaient partie intégrante de lui.

L’eau chaude lui faisait du bien et il resta un bon moment dessous, à savourer cette douce chaleur dès le matin. Qu’allait-il faire aujourd’hui ? Il allait sans doute profiter pour passer du temps avec sa famille même si pour le moment il n’avait rien décidé. Will appréciait de prendre son temps lorsqu’il ne travaillait pas. Toutefois, il savait qu’il avait tout de même pas mal de choses à faire. La date du mariage approchait à grand pas et il restait encore des préparatifs à terminer même si le plus important était fait.

Lorsqu’il en eut assez, le rouquin sortit de la douche puis attrapa son cache-œil ainsi qu’une serviette. Il lui semblait avoir entendu la porte de la chambre se fermer, quelques minutes plus tôt. Sans doute était-ce Amy qui était revenue. Sans penser donc qu’il pourrait s’agir de quelqu’un d’autre, Will sortit de la salle de bain… serviette sur la tête puisqu’il se séchait les cheveux en vitesse afin de pouvoir remettre son cache-œil. Son regard ainsi masqué, il ne remarqua pas tout de suite qu’il ne s’agissait pas du tout de l’italienne…
A vrai dire, c’est la voix d’Eleonnora qui le fit tilter. Surpris et gêné, il réagit presque aussitôt, même si c’était un peu tard. Rabattant sa serviette au niveau de sa taille, il se pressa de l’y nouer puis d’attacher son cache-œil, tout en se tournant pour qu’elle en voit le moins possible.


"Bordel Nora !" marmonna t-il avant d’enfin se retourner vers elle, souriant cette fois "On peut dire qu’tu sais soigner tes entrées toi hein !" fit-il remarquer ensuite en riant

Eleonnora ne semblait pas du tout gênée. A vrai dire, elle faisait comme chez elle, purement et simplement. A côté d’elle reposaient divers sacs bien remplis. Si Will se demandait ce qu’ils contenaient, il n’eut pas longtemps à se poser la question. La jeune femme lui expliqua les raisons de sa présence et même si le rouquin ne comprenait pas tous les noms de marque qu’elle citait, il comprenait bien qu’elle avait encore débourser une fortune pour rien. Au moins, elle souhaitait lui faire plaisir. Will secoua légèrement la tête d’un air blasé même s’il souriait.

"Toi aussi tu m’as manqué Nora. Mais t’sais bien qu’t’es pas obligée d’dépenser sans compter à chaque fois qu’on s’voit hein. C’pas ton porte-feuille qu’j’aime chez toi. J’y connais rien en marque en plus… Mais merci. Et pourquoi tu m’demandes mon avis ? J’suis sûr qu’tu sais d’jà la réponse au nombre d’têtes qui ont dû s’retourner sur toi jusqu’à ce que t’arrives dans ma piaule !"[/b]

Comme à son habitude, Eleonnora était bien habillée. Elle savait comment se mettre en valeur et faire tourner la tête aux hommes. C’était paradoxal lorsque l’on savait qu’elle aimait les femmes. Will ne s’attarda pas là dessus même s’il savait qu’elle adorait qu’on la complimente. La faire tourner un peu en bourrique était amusant non ? Et puis, c’était en quelque sorte sa vengeance pour l’obliger à ne pas refuser ces cadeaux. Depuis le temps, le rouquin savait bien que c’était une perte de temps que de lui dire non. Lorsqu’Eleonnora voulait quelque chose, elle faisait tout pour l’obtenir… quitte à forcer un peu les choses.

Will ne s’approcha cependant pas des sacs. Il fit un détour vers sa commode pour s’emparer d’un boxer noir qu’il enfila aussitôt, abandonnant sa serviette sur le meuble. Même s’il n’aimait pas que les gens le voient torse nu, il savait qu’Eleonnora était déjà au courant. Et puis, après ce qu’elle venait de voir, il n’avait plus grand chose à lui cacher… Une fois fait, il s’approcha du lit et ouvrit le premier sac à sa portée, s’emparant de son contenu. Il ne tarda pas à l’enfiler et constata qu’effectivement, la russe avait le compas dans l’œil. C’était la bonne taille.

"On dirait qu’ça m’va bien. T’as l’œil, effectiv’ment ! Et ça m’va comment, hmm ?"

Le rouquin fit plusieurs essayages, enfilant tour à tour tous les vêtements que la jeune femme lui avait donné. Qu’allait dire Amy si elle voyait tout ça ? Pour l’heure, Will préférait ne pas y penser et se pencha vers Eleonnora pour l’embrasser sur la joue afin de la remercier.

"J’étais si mal habillé qu’ça, hmm ? Allez, avoue, j’suis sûr que t’adores jouer à la poupée en fait."
demanda t-il d'un air amusé "Puisque t'es là, on a qu'à s'faire une sortie, qu'est-ce que t'en penses ? Faut bien qu'j'exhibe mes nouvelles fringues super classes !"
.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 19 Aoû 2013 - 0:12

Eleonnora aimait faire des entrées remarquées. Elle adorait imiter ces stars des grands films américains qu’elle regardait parfois le soir en compagnie de sa douce. C’était tout naturellement qu’elle était entrée dans la chambre de William et qu’elle s’était assise sur son lit afin de lui faire une surprise. Elle n’eut pas à attendre bien longtemps avant qu’il ne quitte la salle de bain. La scène qui suivit fut digne d’un film.

Le rouquin était complétement nu, une serviette sur la tête, et s’occupait visiblement de son cache-œil. Il ne remarqua pas immédiatement la présence d’Eleonnora. Au son de sa voix, il sursauta. Il attrapa sa serviette et la noua autour de sa taille avant de se détourner pendant quelques secondes, le temps d’attacher son cache-œil autour de sa tête. Lorsqu’il se retourna, il était souriant. Trop tard, Eleonnora en avait déjà bien trop vu.


-« Je sais, j’adore faire ce genre d’entrée. » Fit-elle, fière d’elle. « Dis donc, t’es bien monté, toi. Au physique que tu as, il fallait bien que ce soit proportionnel… Mais tu sais, un gros attirail ne veut pas dire qu’on sait bien s’en servir. Les femmes savent très bien simuler au lit. Enfin, pas toutes. Une fois, j’ai ramené une fille d’un club, c’était il y a quelques années. Là…»

Eleonnora se lança dans un long monologue interminable, raconté à sa sauce, bien évidemment, qui témoignait d’une expérience qu’elle avait vécu avec une autre femme. Elle ne se gêna pas pour donner bien des détails avant de finalement clore son histoire par quelques paroles dont le pauvre rouquin aurait pu se passer.

-« Enfin, tout ça pour dire que maintenant que j’ai eu preuve que les roux sont roux de partout, je vais pouvoir mourir en paix. »

La jeune femme orienta la discussion sur l’une des raisons de sa visite. Elle avait amené tout un tas de vêtements au rouquin. Il allait avoir la classe lorsqu’il sera au travail. Un véritable homme d’affaire en chemise cravate. Les gens feront davantage attention aux marques de ses vêtements qu’à son cache-œil. Il allait être élégant et séduisant. Fière d’elle, Eleonnora énuméra les différentes marques, ne sachant s’il les connaissait toutes.
Will lui rappela qu’il était inutile qu’elle dépense des fortunes afin de lui faire plaisir. Il n’avait pas besoin de ça pour être ami avec elle. Pourtant, ce n’était pas cela qui allait arrêter la jeune femme. Cela lui faisait plaisir d’acheter pour son meilleur ami. Rien n’était trop beau pour lui. Elle dépensait sans vraiment compter. Elle payait un comptable pour le faire à sa place, de toute façon.


-« Tu sais que j’adore faire du shopping. Ma garde-robe est pleine, celle d’Evelynn aussi puisque nous partageons la même. Erïka refuse que je lui achète d’autres vêtements depuis que je lui ai acheté un ensemble en cuir hors de prix pour aller avec sa moto et Alexïs sent toujours les égouts alors il refuse de porter les vêtements que je lui achète pour ne pas les abimer. Et quand j’ai vu ces vêtements dans les boutiques je n’ai pas pu m’empêcher de les acheter… » Fit-elle avec innocence.

Elle n’aimait pas qu’on lui refuse quelque chose. Elle adorait faire plaisir à ses proches et le faisait même s’ils avaient du mal à accepter ses cadeaux. Par contre, s’il y avait une chose qu’Eleonnora adorait plus que tout, c’était d’être complimentée. Elle présenta à Will la nouvelle robe qu’elle s’était achetée. Cependant, il ne lui fit aucun compliment. Il se contenta de lui dire qu’elle devait se douter de son opinion. Affichant une petite moue, la jeune femme jouait distraitement avec une mèche de ses cheveux. Elle tentait de faire la belle, espérant que le rouquin soit un minimum sensible à son charme. Elle adorait qu’il la complimente ! Elle ne voulait pas se contenter des regards de jeunes adolescents qui bavaient devant elle et sa magnifique voiture lorsqu’elle se garait à l’institut. Elle méritait bien mieux que ça.


-« Il y a bien des jeunes qui m’observaient quand je suis arrivée. Tu penses que c’est ma voiture qui leur plait tant ou c’est moi ? »

La jeune femme fut ravie de voir que le rouquin daignait s’intéresser à ce qu’elle lui avait amené. Il essaya une tenue et la montra à la russe. Cette dernière l’observa. Elle était vraiment douée pour savoir ce qui lui allait bien. Toujours assise, elle l’observait avec intérêt, fière de son coup. Elle lui fit un grand sourire lorsqu’il complimenta ses talents d’acheteuse.

-« Je suis trop douée, c’est naturel. Tu es très élégant, comme ça. Tu devrais t’habiller ainsi lorsque tu vas travailler. Ça fait professionnel. »

Il en profita pour essayer les autres tenues qu’elle lui avait achetées, au plus grand plaisir d’Eleonnora. Elle adorait voir le résultat de ses choix. Elle avait bon goût et se félicitait d’avoir pris le temps de choisir chaque coupe, chaque couleur, afin d’être certaine que cela donne un merveilleux résultat sur le rouquin. C’était comme de l’art. À chaque nouvel essayage, la jeune femme passait de petits commentaires et donnait quelques conseils de mode au rouquin. Cela lui plaisait bien. Par contre, au bout d’un moment, il n’y avait plus rien à essayer. Le rouquin remercia la jeune femme pour son généreux cadeau en l’embrassant sur la joue.

-« Je ne joue plus à la poupée depuis que j’ai cinq ans. Je détestais ça. C’était plus amusant d’aller jouer au ballon avec les garçons. Pourquoi tu me demandes ça ? » Demanda-t-elle sans réaliser où il voulait en venir. « Je suis toujours partante pour sortir ! D’ailleurs, c’est bien pour ça que je suis venue. J’avais envie de faire un tour en ville. On pourrait même faire une balade jusqu’à Washington ! À moins qu’on ne reste dans les parages ? Je te laisse choisir. »

Elle pressa William de se décider sur ce qu’ils allaient faire, puis lui fit signe de la suivre. Elle avait hâte de sortir. Une fois à l’extérieur de l’institut, elle regagna sa voiture et s’installa du côté conducteur. Elle démarra et s’éloigna du manoir. Il était temps d’aller s’amuser un peu ! Peut-être faudrait-il s’arrêter déjeuner sur le chemin avant d’entreprendre cette folle journée ?

-« Tu fais faim ? Je connais quelques restaurants sympas où nous pouvons nous arrêter. On peut toujours commander au service au volant d’un Starbuck si tu préfères. J’adore cet endroit. Leurs cafés sont géniaux. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 19 Aoû 2013 - 15:05

Will adorait l’Institut car c’était pour lui sa seule maison, l’endroit où il se sentait toujours chez lui et où il était libre d’être lui-même sans que personne ne le juge. Il ne possédait qu’une vaste chambre mais cela lui suffisait amplement car c’était le seul espace dont il avait besoin pour se sentir isolé et tranquille, loin des autres. Cependant, c’était sans compter sur des sans-gênes comme Eleonnora qui entraient sans prévenir et faisaient comme chez eux. Si cela ne dérangeait aucunement le rouquin en temps normal, estimant que ses amis pouvaient également faire comme chez eux, cela le dérangeait lorsqu’il se trouvait qu’il était nu, sortant de la douche. Même s’il avait fait en sorte de rapidement corriger le tir, la russe en avait vu plus qu’elle n’aurait dû et commençait déjà à se moquer gentiment de lui. Eleonnora était bien la seule personne avec qui cela ne le dérangeait pas de parler de sa vie sexuelle ouvertement. Mais là pour le coup, c’était la jeune femme qui racontait la sienne, évoquant une expérience passée. Will profita de ce long moment de monologue pour se vêtir un minimum, enfilant un boxer histoire de ne plus être tout nu. Au moins, Eleonnora avait eu la preuve qu’un roux n’était pas roux que sur la tête.

"Content d’avoir pu satisfaire ta curiosité. M’enfin à choisir, j’aurais préféré qu’tu m’demandes plutôt qu’t’en sois témoin. Puis s’tu veux tout savoir… j’sais m’en servir, ouais. Un peu trop bien p’t’être hmm… T’vas être la première à l’savoir du coup." Fit-il avec un large sourire, faisant durer le suspense "J’vais être papa !" annonça t-il, tout joyeux

Le rouquin ne l’avait appris que la veille et n’avait donc pu en faire part à quelqu’un d’autre pour le moment. Rien ne lui faisait plus plaisir que d’apprendre une telle chose et il espérait qu’Eleonnora serait autant contente pour lui qu’il l’était. Après tout, elle était désormais tante ! Mais Will se doutait bien qu’elle continuerait de faire des remarques sur sa vie sexuelle. Cela ne le dérangeait pas. A vrai dire, actuellement, rien ne le dérangeait tant il était heureux. Sa vie ne pouvait pas mieux tourner.

D’ailleurs, Eleonnora n’était pas venue que lui rendre visite, elle était venue les bras chargés de sacs remplis de vêtements qu’elle destinait à Will. Elle les lui avait acheté exprès, trouvant diverses excuses pour expliquer pourquoi elle en avait tant pris. Le rouquin secoua la tête, blasé, mais habitué à ce genre de choses avec elle. Il était tenté de refuser mais savait que c’était peine perdue. Alors autant accepter avec le sourire et la remercier comme il le fallait. Après tout, c’était une gentille attention de sa part.


"Depuis quand t’as b’soin d’excuses hmm ? J’suis sûr qu’tu continues d’ach’ter des trucs à Rika, quitte à les planquer dans ses tiroirs quand tu viens la voir, j’me trompe ? En tout cas, c’est sympa d’avoir pensé à moi. C’est vrai qu’j’dépense pas mon budget dans les fringues… Ca m’sera super utile !"

Comme toujours, la russe était bien habillée et s’était mise en valeur. Nul doute que les élèves qu’elle avait pu croiser s’étaient retournés sur son passage. Difficile de la louper tant elle attirait l’œil. Et puis, les hommes étant attirés par les belles femmes, il était impossible que tout mâle normalement constitué regarde ailleurs lorsqu’elle était dans le coin. Will savait qu’elle attendait un compliment mais ne dit rien jusqu’à présent. Cela fonctionnait plutôt bien car Eleonnora semblait attristée qu’il ne fasse aucun commentaire, jouant avec une mèche de ses cheveux comme une petite fille qui attend qu’on lui donne un bonbon. Toutefois, elle ne se laissait pas démonter et enfonçait un peu le clou pour qu’il finisse par lui dire ce qu'elle avait envie. Après un léger soupir amusé, Will consentit enfin à lui répondre.

"Les deux j’dirais. Ta caisse, c’est comme un magnifique papier cadeau rich’ment décoré, tu vois ? L’genre de truc qu’on voit qu’à Noël, dans les boutiques de grands magasins. Parfois, on est déçu car l’cont’nu est carrément pas à la hauteur de l’emballage… Mais avec toi, ça déçoit pas. Ta bagnole contient un superbe cadeau. Crois moi qu’tous les mecs que j’connais tueraient père et mère pour pouvoir poser les mains sur l’contenu."

Ce n’était pas dit directement mais cela voulait tout dire quand même. Même si Eleonnora n’était pas le genre du rouquin, il ne pouvait nier qu’elle était une très belle femme. Et elle avait également de bons goûts en matière de vêtements. Si Will aurait pu craindre qu’elle lui achète des vêtements trop bariolés ou féminins, ce ne fut pas du tout le cas. De plus, ils lui allaient parfaitement bien, elle avait bien deviné sa taille. Elle le complimenta sur la tenue qu’il venait de passer.

"C’parce que j’ai une bonne styliste ça. Tu crois que si j’porte ça, j’vais avoir une augmentation ?" demanda t-il avec un sourire amusé

D’autres vêtements se succédèrent et Will prit soin de noter tout ce que la jeune femme pouvait lui donner comme conseil vestimentaire. Même s’il n’accordait qu’une faible importance à ce genre de chose, il estimait qu’il était tout de même temps d’avoir l’air d’un type respectable. Néanmoins, le rouquin trouvait qu’Eleonnora aimait décidément trop jouer à la poupée, ce qu’elle démentit d’un air innocent. Comme il le supposait, elle était plutôt du genre à jouer au ballon qu’à coiffer une poupée. Malgré tout, elle jouait à la poupée géante sur des êtres vivants : ses proches.

"Oh, pour rien. Dommage qu’on ait pas grandis ensemble, j’suis sûr qu’t’aurais été une super partenaire de jeu !" assura t-il en enfilant une tenue plus décontractée, trouvée parmi les vêtements qu’elle avait ramené "Ca m’dit bien d’aller à Washington en fait. J’y suis allé qu’une fois avec Emma, pour l’boulot. Pas vraiment eu l’temps d’bien voir la ville au final."

La destination décidée, Will attrapa son porte-feuille, son téléphone puis prit le temps d’écrire un mot à Amy pour quand elle repasserait à la chambre. Maintenant qu’elle était prévenue, le rouquin suivit son amie à travers les couloirs et prit place dans sa voiture. Il n’y avait plus qu’à se rendre sur place. Toutefois, Eleonnora demanda s’il avait faim, signe qu’elle avait faim. Il devait avouer que son estomac lui rappelait son existence vu qu’il n’avait rien avalé depuis la veille.

"On a qu’à s’prendre un p’tit truc au Starbuck, genre un café ou un truc à grignoter l’temps du trajet et puis on f’ra un vrai r’pas sur place. T’en penses quoi ? D’toute façon, si j’ai pas à manger avant d’arriver là-bas, j’te bouffe toi. T’es prévenue !"
.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Mar 20 Aoû 2013 - 19:56

Eleonnora était curieuse. Un peu trop. Elle était obsédée. Un peu trop. Elle était… elle en faisait souvent trop. Là, devant une situation comme celle-ci où elle se retrouvait devant son meilleur pote complétement nu, elle ne faisait pas comme les personnes normales. Elle continuait de jacasser comme si rien n’était, racontant sa vie, ses expériences et faisant des commentaires sur  l’appareil génital de son ami. Elle était totalement désespérante, parfois. Comme le disait Will, si elle avait souhaité savoir si un roux était roux de la tête au pied, elle n’avait qu’à demander. Cependant, cela, elle l’avait déjà fait, une fois.

-« Tu me l’as déjà dis ! Il fallait seulement la preuve que… quoi !?! Tu vas être papa ? Sérieusement ? Tu vas avoir un enfant ? AAAAAAAAAAAAAHH ! C’est trop génial ! Félicitation ! C’est un garçon ou une fille ? »

Eleonnora se leva pour se jeter sur Will. Elle le serra dans ses bras. C’était une excellente nouvelle ! Cela signifiait donc qu’elle allait avoir un neveu ou une nièce ? La jeune femme était très heureuse, surtout pour le futur papa. Il en avait une de ces chances ! Bientôt, il aura un enfant dans les bras. Bientôt, elle fera les boutiques pour acheter des vêtements au nouveau-né. Les placards n’avaient pas fini de se remplir…

Une fois la nouvelle passée, Eleonnora posa de nouveau ses fesses sur le lit. Elle était toute joyeuse face à cette nouvelle. Il allait être le premier de la famille à avoir un enfant. Cependant, elle devait se taire au sujet de cette nouvelle. Personne ne le savait, pour l’instant. Elle était choyée de porter ce secret et d’être la première au courant de cela. Ils allaient devoir fêter la venue de cet enfant comme il se doit !

Ne pouvant acheter des vêtements pour le bébé, puisqu’il n’était toujours pas né, elle pouvait au moins gâter ses proches. Après son frère et sa sœur, c’était le tour de son meilleur ami. Elle avait décidé d’acheter une simple chemise… puis tout avait déraillé. Elle avait fait une, puis deux boutiques. Elle avait peut-être un peu trop dépensé, en fait. Elle ne regrettait rien. Elle était toujours heureuse de faire plaisir à ses proches. Elle avait cessé de faire des achats pour Erïka. Cependant, Will ne croyait pas cela. Il était certain qu’elle glissait des achats en douce dans sa chambre.

-« Je ne fais pas ça, voyons ! Et puis, c’est pour votre bien. Ça se voit que le budget fringue est quasi-inexistant. »

Eleonnora investissait beaucoup afin de toujours bien paraitre. Elle mettait un point d’honneur à toujours être à son meilleur. Cela se voyait bien. Sa voiture était tout aussi bien entretenue que sa personne. Elle faisait tourner des têtes sur son passage. Elle adorait qu’on reconnaisse sa beauté et son bon goût. Elle aimait par-dessus tout qu’on la complimente. Après l’avoir laissé languir, Will fini par lui donner ce qu’elle souhaitait. Il lui fit un magnifique compliment à sa façon. La jeune femme cessa de jouer avec sa mèche de cheveux pour offrir un grand sourire ravie au rouquin.

Will essaya l’une des tenues que lui avait achetées son amie. Elle lui allait à merveille. C’était normal puisque la jeune femme avait pris soin de choisir chaque morceau en fonctionne d’un tas de critères. Il devait être parfait. Dans cette tenue, nul doute qu’il sera pris au sérieux et, qui sait, peut-être finira-t-il par avoir une augmentation ?


-« Je suis sûre que mademoiselle Frost sait faire preuve de bon goût. On ne sait jamais, une augmentation peut toujours tomber du ciel. »

Eleonnora aurait pu passer la journée à jouer à la poupée avec Will. Pourtant, elle n’avait jamais aimé cela lorsqu’elle était enfant. Elle préférait jouer à des jeux de garçon, passer son temps à l’extérieur et grimper dans les arbres de la cours du manoir familial. Elle était seule, la majorité du temps. Parfois, elle aurait aimé avoir connu son frère et sa sœur plus tôt.

-« J’aurais aimé avoir un frère pour jouer avec moi, à l’époque. Au moins, maintenant, on peut rattraper le coup. Notre journée à Washington sera super ! »

Puisqu’ils avaient décidé de ce qu’ils allaient faire de leur journée, la jeune femme quitta la chambre. Suivie du rouquin, elle regagna sa voiture, à l’extérieur. Une fois dans la voiture, elle démarra. Avant de se rendre à destination, elle souhaitait s’arrêter afin de manger un peu. Elle commençait à avoir faim et elle n’était pas la seule. Si elle ne nourrissait pas William, il allait finir par s’adonner au cannibalisme.

-« Je sais que j’ai l’air appétissante, mais tu vas devoir te contenter de manger ta main. »

La jeune femme s’arrêta au premier Starbuck qu’elle croisa. Paresseuse, elle décida de passer au service au volant. Elle donna sa commande, puis celle de Will, avant de passer au guichet pour payer. Elle avait déjà prévu le coup et tira un billet de son soutien-gorge afin de payer la commande. Elle avait toujours plus d’un tour dans son sac pour payer plus rapidement que les autres.

-« Pas question de te laisser payer, futur papa ! Pour fêter la nouvelle, c'est moi qui paie. »

Une fois la commande reçue, la jeune femme s’éloigna du restaurant et regagna la route. Elle conduisait d’une main et mangeait de l’autre. Au besoin, elle se servait de son don pour faire léviter la nourriture.

-« Tu vas chercher à savoir le sexe du bébé ou tu vas attendre à la naissance pour avoir la surprise ? »

Cette nouvelle la réjouissait. Elle n’allait pas se priver d’aborder de nouveau le sujet. Elle avait déjà hâte à la naissance de l’enfant. Pourtant, ce n’était pas le sien ! Qu’est-ce que ce sera le jour où elle aura un enfant ? La jeune femme songeait depuis un moment à demander la main de sa compagne. Un jour, elle aura, à son tour, un enfant. Cependant, ce jour n’était pas pour bientôt.

Le trajet jusqu’à Washington se fit sans encombres. La jeune femme décida de se garer dans le centre-ville, dans une petite rue où il y avait suffisamment d’espace pour y stationner sa voiture sans risquer d’en enfoncer une autre. Coupant le moteur, la jeune femme attrapa son sac à main et quitta le véhicule. Elle rejoignit le trottoir et remonta vers la rue principale, située à quelques mètres d’eux.


-« Où est-ce que tu veux aller ? Par quoi tu veux commencer ? Il y a tellement de boutiques… Regarde celle-là ! La robe de mariée dans la vitrine est magnifique. Ma petite sœur serait tellement belle dans cette tenue ! Tu ne trouves pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Dim 15 Sep 2013 - 22:24

Ce qui était bien avec Nora, c’était qu’elle ne s’encombrait de rien. Il n’y avait pas grand chose qui pouvait la gêner. Will était certain que s’il était resté nu devant elle pour lui parler, elle ne lui en aurait pas tenu rigueur. Après tout, ils étaient meilleurs amis et puis, elle était lesbienne. Cependant, le rouquin, bien que pas spécialement pudique, préférait éviter de se montrer ainsi devant elle. Il savait qu’Amy ne l’appréciait pas trop et si elle venait à savoir que Nora l’avait vu nu, il risquait d’y avoir un drame. Enfilant rapidement un boxer, il se sentit déjà mieux et n’avait plus la moindre gêne pour parler à la jeune femme. Puisqu’elle était là, il devait absolument lui annoncer une excellente nouvelle. Il était d’ailleurs content qu’elle ait fait le déplacement car c’était le genre de chose qu’il ne souhaitait pas dire par téléphone. Alors, entre deux phrases, il annonça qu’il allait être père. Lui-même n’en avait pas cru ses oreilles lorsque Amy le lui avait dit. Il devait absolument faire partager ce moment de bonheur à présent. Et ce qui était beau, c’était qu’Eleonnora semblait tout aussi contente que lui, s’enthousiasmant aussitôt de la nouvelle. Elle se jeta même sur lui pour le serrer dans ses bras, étreinte qu’il lui rendit avec joie.

« Oui, sérieux !! Amy est enceinte, j’l’ai appris hier soir ! Je sais pas encore si ce s’ra un p’tit gars ou une p’tite fille… mais sincèr’ment, j’m’en fous ! J’vais avoir un gamin bordel ! Moi ! Oh p’tain, ça m’fait trop bizarre… Tu crois que j’vais être un bon papa ? Et si j’m’y prends comme un pieds ? »

Will commençait déjà à douter de lui. Après tout, il n’était pas un modèle d’éducation. Il était voleur, sans gêne, il avait même du sang sur les mains. C’était un ancien sans abri qui n’avait pas tellement connu une bonne sphère familiale. Et il ne voulait surtout pas devenir comme son père. C’était sa plus grande crainte. Son enfant n’était pas encore là qu’il craignait déjà ne pas savoir s’en occuper. Et s’il n’avait pas l’instinct paternel ?

Mais Eleonnora n’était pas venue ici parce qu’il avait une nouvelle à lui annoncer. Elle s’était déplacée exprès pour lui apporter des sacs de vêtements tous neufs. Will n’en croyait pas son œil alors qu’il regardait le contenu des sachets. Il y avait de tout et le montant devait être exorbitant. Il savait cependant qu’il était inutile de refuser de tels présents. Eleonnora savait s’imposer et batailler avec elle était une perte de temps. C’était un coup à ce qu’il retrouve les sacs dans le coffre de sa voiture, sans sa salle de bain ou encore à un endroit improbable dont elle avait le secret. Mais toujours, il les trouverait sur sa route, c’était inéluctable. Plutôt que d’entamer un combat perdu d’avance, Will se prêta au jeu et accepta avec plaisir. Eleonnora lui rappela qu’il ne dépensait rien en matière de fringues. Elle n’avait pas tort.


« J’me contente de c’que j’ai ! Surtout qu’maintenant, j’vais encore plus d’voir mettre d’côté pour l’enfant !! Ca coûte un bras y paraît… Alors bon, tes cadeaux tombent bien. Avoue, t’as un s’cond pouvoir… t’es voyante, c’est ça ? » fit-il, taquin

Il ne se vexait même plus des remarques d’Eleonnora, habitué à sa façon de faire. Prenant les vêtements, il les essaya tous pour être sûr qu’ils lui allaient bien. Au moins, on pouvait certifier qu’elle avait le compas dans l’œil (Aïe). Alors qu’il essayait un costard, Eleonnora lui affirmait qu’ainsi, une promotion lui pendait sans doute au nez. Will redressa la tête, prenant un air fier.


« Sûr qu’j’ai la classe maint’nant ! M’enfin bon… Pas sûr qu’ça me sera très utile pour mon boulot. J’fais beaucoup d’choses manuelles, j’voudrais pas l’abimer ! »

Aucun doute qu’Eleonnora jouait à la poupée version taille humaine. Elle passait son temps à habiller ses proches, surtout sa sœur. La pauvre Erïka se retrouvait parfois transformée en mini Nora. C’était mignon… et flippant à la fois. Le simple fait de penser à une poupée fit frissonner Will qui repensait à Ronald Anderson. Heureusement que la belle blonde n’allait pas dans ces extrêmes là… Cependant, elle avouait ne jamais avoir joué à la poupée étant petite, préférant les jeux de garçons. Will regrettait qu’elle ne soit pas réellement sa sœur et qu’ils n’aient pas grandi ensemble. Ils auraient pu se forger de bons souvenirs. Mais le passé appartenait au passé. C’était dans le présent qu’ils allaient s’en créer.

« Bah maint’nant t’en as deux pour l’prix d’un ! J’doute pas qu’on va passer une super journée. On passe toujours d’supers moments. »

Will se changea, optant pour des vêtements plus agréables à porter et plus sobres qu’un costume puis il suivit Nora jusqu’à sa voiture. Il la laissa choisir où elle désirait aller bien qu’il avouait mourir de faim. Avant d’arriver à Washington, il devait impérativement manger ! Sinon, il se rabattrait sur elle. Il pourrait lui manger un morceau de sein qu’on aurait pas vu la différence tant elle en avait. Mais la jeune femme lui interdit alors de la toucher, aussi appétissante soit-elle. Manger sa main n’était pas la perspective la plus engageante qu’il soit.


« J’sais que j’ai moins b’soin d’ma main qu’avant hein… » fit-il d’un air entendu « Mais ça veut pas dire que j’suis prêt à la sacrifier pour autant ! Papa Will doit être en un seul morceau ! »

Puisque Nora s’arrêta à un service au volant, Will fouilla dans sa poche pour sortir son portefeuille, comptant bien payer. Mais comme à son habitude, Eleonnora sortit un billet de nulle part et le tendit aussitôt à la serveuse. Will fronça les sourcils, s’apprêtant à émettre une objection mais la russe se tourna vers lui, lui affirmant que c’était pour fêter la bonne nouvelle. N’ayant rien à redire, il s’avoua vaincu pour cette fois, hochant la tête. Attrapant le sac de nourriture, Will le déposa entre ses jambes, donnant à Nora ce qu’elle désirait. Buvant tranquillement son café, il mordait avec appétit dans son donut. Eleonnora lui demanda alors s’il comptait chercher à savoir le sexe de son futur enfant. Pensif, le rouquin finit par secouer la tête.

« Franchement ? Non, j’préfère avoir la surprise et j’pense qu’Amy aussi ! Mais si elle tient à l’savoir alors j’m’y ferais. Mais à choisir, je préfère l’savoir à la naissance ! On prend les paris ? Tu penses à quoi toi ? »

Le trajet jusqu’à Washington était long mais peu importait. Les deux amis avaient largement de quoi discuter et Will fit même une courte sieste à un moment donné. Il fallait dire qu’il avait peu dormi cette nuit, trop énervé par la bonne nouvelle. A son réveil, ils étaient arrivés. Sortant de la voiture, il suivit Nora. Ne connaissant pas du tout les lieux, il la laissa mener la marche jusqu’au centre ville où s’étendaient de nombreuses boutiques. La russe lui demandait alors où il souhaitait se rendre, pointant du doigt une robe de mariée tout en évoquant sa petite sœur. Will fit une moue désapprobatrice.

« Sans doute… mais elle a pas l’âge d’se marier, elle est trop jeune ! Puis, vu ses talents en couture, elle pourrait la faire elle-même j’suis sûr ! Bon… on a qu’à les faire dans l’ordre, j’ai rien de spécial à ach’ter alors on verra bien ! »

Marchant le long du trottoir, Will jetait un œil aux différentes vitrines. Il passait devant la plupart sans s’arrêter, n’affichant pas un grand intérêt. Une photo géante décorant l’une des vitrines attira son regard l’espace d’une seconde. Alors qu’il passait à l’autre boutique, il fronça les sourcils puis revint en arrière, se plantant devant la photo. Il s’agissait d’un top modèle en petite tenue puisqu’il s’agissait d’une boutique de lingerie féminine. Mais cette femme… elle lui disait quelque chose.

« P’tain c’est fou, Nora.. On dirait toi, sérieux ! Elle est aussi bien foutu qu’toi. Merde, t’as une sœur jumelle ou quoi ? »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 16 Sep 2013 - 1:16

Eleonnora aimait bien les enfants, lorsqu’ils étaient adorables. Si elle avait un neveu ou une nièce, il était clair qu’elle deviendrait la plus gentille des tantes de ce monde. Elle venait tout juste d’apprendre que William allait être papa qu’elle souhaitait déjà voir ce petit bébé. Elle avait envie de lui acheter des vêtements ou des jouets et de voir son petit air tout mignon alors qu’il découvrait le monde qui l’entourait. Elle ne pouvait qu’être heureuse pour les futurs parents. Un jour, peut-être que ce sera à son tour d’annoncer cette nouvelle à William, qui sait ?

-« Tu vas être un excellent père. Regarde comme tu t’en sors à assez de t’occuper de notre peste de sœur. Là, au moins, tu vas pouvoir faire l’éducation de ton enfant en commençant par la base. Ça devrait être moins difficile. Et puis, si jamais tu as besoin de quoi que ce soit n’oublie pas que cet enfant aura toujours une super tante qui sera ravie de donner un coup de main. »

Eleonnora était confiante. Il allait être un père merveilleux. Peut-être que son enfant allait le trouver trop protecteur une fois rendu à l’adolescence. C’était le genre de chose qui risquait d’arriver, mais Will allait sûrement être en mesure de faire face à tout cela ainsi qu’à tout ce qu’impliquait le fait d’avoir un enfant à sa charge. Il allait mieux s’en sortir que le père de la jeune femme. Elle, elle avait droit à de l’argent, à du luxe, mais pas à un père présent et aimant. On ne pouvait pas tout avoir dans la vie.

Puisque Will devait faire des économies afin de faire vivre aisément ce petit bébé à venir, Eleonnora avait une raison de plus de lui acheter des vêtements. Il en avait déjà une belle panoplie à essayer. Pas de doute, il n’allait manquer de rien. Il sera le plus beau et le mieux vêtu de toute la Frost Industrie. Enfin, en excluant la belle Emma Frost, bien sûr. Elle était d’une telle beauté et possédait un grand sens de l’esthétique et de l’élégance. Elle était une femme qui n’avait pas besoin de suivre la mode pour être magnifique et attirer les regards. Eleonnora n’allait pas cacher le fait qu’elle la trouvait terriblement sexy.


-« J’ai toujours eu une bonne intuition. Et si tu as besoin d’argent, tu sais que tu peux me le demander. Je serais même prête à t’aider à faire la garde-robe du bébé. Ce serait un véritable honneur. Alors ne te gêne surtout pas pour me téléphoner dès que tu as besoin. »

Bien sûr, Eleonnora avait cette manie de toujours tout payer. Elle adorait dépenser et ne s’en privait pas. Après tout, à quoi servirait son argent, sinon ? Elle pouvait bien acheter ce qu’elle voulait. Elle souhaitait en faire profiter ceux qu’elle aimait. Sachant bien que les gens, en général, n’aimaient pas qu’elle paie pour eux, elle avait développé tout un tas de technique pour le faire quand même. Cacher un billet dans son soutien-gorge en faisait partie. Cela fonctionnait, en plus. William, une fois au service au volant d’un restaurant n’eut pas le temps de sortir son portefeuille qu’elle payait déjà la commande.  Il allait devoir user de la ruse s’il voulait arriver à la déjouer, un jour. Une fois qu’elle eut tout ce qu’elle avait commandé, elle confia le sac de nourriture à William.

-« Puisque papa Will aime tant ses mains, il n’a qu’à s’en servir pour donner à manger à Tata Nora. Elle serait très contente. »

Alors qu’ils reprenaient à route, la jeune femme demanda au futur papa s’il comptait connaitre le sexe de l’enfant à naitre. Certains couples préféraient avoir la surprise. D’autres n’avaient pas la patience d’attendre si longtemps et souhaitaient être en mesure de tout prévoir. Tout dépendait des couples. Bien sûr, c’était mieux si les deux parents se décidaient à être au courant ou non. Ce n’était jamais très concluant quand l’un connaissait la réponse, car il avait plein d’occasion de le dire malencontreusement à l’autre.
Puisque rien n’était décidé à ce sujet, Will proposait de faire un pari sur le sexe du bébé. Eleonnora était certaine que le rouquin serait père d’un mignon petit garçon.


-« Qu’est-ce que tu veux parier ? Moi je dis que c’est un garçon. Un petit rouquin qui va pouvoir apprendre à se battre comme il se doit pour défendre ses futurs cousins et cousines. J’aimerais bien avoir un enfant. Pour l’instant c’est un peu tôt, mais un jour, quand ce sera un bon moment… Ça ferait un compagnon de jeu pour ton enfant. Et puis, il ne faut pas oublier les jumeaux. Alexïs est loin d’être rendu là. Erïka par contre… elle est jeune mais un accident est si vite arrivé. Ce n’est pas si rare de voir des filles de son âge tomber enceinte, après tout. »

Le trajet jusqu’à Washington prit un bon moment, mais ils finirent par arriver à destination. Eleonnora se gara et entraina le rouquin avec elle dans la ville. Il était temps de faire le tour des boutiques. D’ailleurs, en passant devant une vitrine qui présentait de magnifiques robes de mariées, elle fit un commentaire sur le fait qu’Erïka serait terriblement belle dans l’un de ces vêtements. William n’était pas tout à fait d’accord avec elle. Selon lui, elle était trop jeune.

-« Elle est majeure dans notre pays… et dans la majorité des pays de ce monde. Il faut la considérer comme une adulte, surtout qu’elle a bien plus de maturité que bien des jeunes de son âge. Tu es tellement mignon, un véritable papa poule qui ne veut pas voir sa fille grandir. »

Ils se promenèrent sur la rue, longeant les nombreuses boutiques se trouvant sur leur chemin. Il y en avait beaucoup. Eleonnora regardait les vitrines et cherchait quelque chose qui pourrait lui plaire. Elle n’avait pas envie de quelque chose en particulier. Elle avait déjà tout ce qu’elle désirait.
Will s’arrêta, quant à lui, devant une boutique de lingerie. La préférée de la jeune femme. Il contemplait une grande affiche où posait une femme magnifique. Cette femme lui ressemblait beaucoup. En fait, c’était elle. Elle n’avait pas eu l’occasion de dire à William qu’elle avait eu la chance de poser pour la célèbre boutique de lingerie féminine. À peine avait-elle quitté la séance photo que son travail l’appelait. Lorsqu’elle était revenue de mission, quelques temps plus tard, elle avait complétement oublié. Maintenant, elle pouvait admirer sa grande beauté. Elle passa son bras autour des épaules du rouquin.


-« Elle me ressemble, c’est vrai. C’est peut-être parce que c’est moi. » Elle lui fit un grand sourire. « Je suis magnifique, n’est-ce pas ? J’aurais dû te le dire plus tôt, mais je n’en ai pas eu l’occasion. J’adore jouer les mannequins. En plus, ils n’ont pratiquement pas retouché la photo. La preuve que je suis un modèle sublime au naturel. »

Après avoir longuement admiré son portrait, Eleonnora décida de se remettre en marche. Elle fouilla dans son sac à main afin de trouver son téléphone portable. Où était-il ? Elle posa la main sur ses seins. Elle ne l’avait pas coincé dans son soutien-gorge. Elle l’avait probablement oublié dans la voiture. Puisqu’ils n’étaient pas très loin, ils pouvaient toujours rebrousser chemin.

-« J’ai oublié mon téléphone dans la voiture. Je vais aller le chercher. Si tu veux, on a qu’à aller voir dans les boutiques dans la direction opposée, par la suite. »

La jeune femme se dirigea vers son véhicule. Si elle était appelée par le travail, elle devait être en mesure de répondre. Une fois à proximité du véhicule, dans la rue un peu plus sombre dans laquelle elle s’était garée, la jeune femme se pencha vers la fenêtre côté passager pour constater que son portable était bel et bien là. Elle fit signe à Will de l’attendre au bout de la rue pour ne pas qu’il marche pour rien. Elle allait le rejoindre. Alors qu’elle s’apprêtait à chercher ses clés, un homme arriva derrière elle et l’agrippa, plaquant un couteau sous sa gorge, l’attirant dans un coin un peu plus sombre. Afin de se défendre, elle utilisa son don pour dégager le bras tenant le couteau. Elle se dégagea de son emprise et ne tarda pas à le maitriser. Elle le plaqua contre un mur. Il ne restait plus qu’à le menotter. Juste au cas, elle avait justement une paire de menotte dans son sac à main. Elle les avait oubliées là après sa dernière mission. Grâce à son don, elle les fit voler jusqu’à sa main. Le bandit ne pouvait pas le voir dans la position qu’il était. Elle lui passa les menottes. Il ne restait plus qu’à demander à un ami policier de venir le chercher. Heureusement qu’elle avait des contacts.

-« Vous êtes en état d’arrestation pour agression à main armée. » Elle se tourna vers Will qui s’était rapproché. « Notre séance de shopping va devoir attendre un peu. Tu veux bien prendre mon téléphone, dans la voiture ? Comme tu le vois, j’ai un petit problème à régler… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 16 Sep 2013 - 12:12

Will était véritablement heureux de bientôt devenir père. Mais ce qui lui faisait encore plus plaisir, c’était de voir la réaction d’Eleonnora. Ce n’était pas son enfant, ils n’étaient même pas liés par le sang mais la jeune femme était heureuse de la nouvelle. Au moins, on ne pouvait pas dire que la nouvelle la laissait indifférente. Elle tenta même de rassurer Will quant à ses qualités de futur papa, lui assurant qu’au besoin, elle serait là.

« Tu crois ? Bah, Rika c’pas pareil, c’pas ma fille ! Un bébé c’est tell’ment différent… J’espère n’pas être maladroit ! Mais j’sais que j’peux compter sur toi, super tata Nora ! J’pense que notre enfant va t’adorer. »

Malgré les encouragements d’Eleonnora, Will craignait de ne pas être à la hauteur. Il ne s’était pas préparé à devenir père un jour. L’enfant à naitre n’avait pas été vraiment prévu et la nouvelle lui tombait un peu sur le nez soudainement. Malgré tout , il était impatient de serrer ce petit être dans ses bras. C’était ce qu’il désirait le plus au monde et il comptait bien faire tous les efforts possibles pour être un papa exemplaire. Mais vu l’exemple paternel qu’il avait eu jusqu’à présent, il n’était pas certain d’y parvenir. En aucun cas il ne voulait devenir comme son père. Jamais, ô grand jamais il ne ferait le moindre mal à son enfant.

Eleonnora semblait avoir deviné qu’il ne serait plus question d’avoir un budget vêtements. Y en avait-il déjà eu un en fait ? Peu importait. Pour Will, la priorité était de mettre tout l’argent de côté pour pouvoir être prêt pour la naissance de ce petit être. La russe et ses multiples sacs de vêtements de marques tombaient donc bien. Elle proposa même de le dépanner question argent, que s’il avait besoin, il n’avait qu’à demander. Ca, Will le savait déjà. Mais il pensait qu’avec le temps, Nora aurait fini par comprendre qu’il ne voulait l’argent de personne. Jamais il n’accepterait qu’on lui donne de l’argent, comme ça, sans rien en retour. Cet argent, il voulait le gagner à la sueur de son front, pas qu’il tombe du ciel parce que sa famille avait les moyens. C’était généreux de sa part et très attentionné, mais le rouquin avait des principes.


« Nora… C’est gentil d’ta part mais tu sais très bien que j’te d’mand’rais jamais ça. Jamais jamais. J’préfère m’priver d’bouffe pendant une semaine que d’te demander le moindre cent. T’es ma famille, pas une banque. Si t’veux acheter quelques vêt’ments pour not’ gamin, j’vais pas t’dire non hein. Mais dépense pas trop non plus. Ouais j’sais que t’as d’l’argent, mais comprend que j’veux pouvoir gérer mon enfant tout seul. C’ma responsabilité et j’veux en être capable. En tout cas, j’te remercie. »


Nora aimait tout payer, tout le temps. Une sortie ? Elle payait. Un resto ? Elle payait. Will avait réussi une fois à payer le repas tandis qu’elle, elle payait le vin. Il y avait toujours une contrepartie lorsqu’il arrivait à payer mais au moins, il ne se sentait plus complètement subventionné par la russe. (pourquoi j’ai l’impression de me décrire là ? xD) Will désirait payer ce qu’il consommait une fois arrivés au service au volant mais Eleonnora fut plus rapide. De plus, elle ne manqua pas de donner un argument imparable. Elle avait toujours une bonne raison… Mais elle trichait, à sortir ses billets d’endroits improbables. Elle profita du fait qu’il parlait de ses mains pour le taquiner et lui permettre de manger tout en conduisant, bien qu’elle se débrouillait très bien avec son don.

« La prochaine fois, j’te fais une fouille intégrale avant qu’on aille quelqu’part ! » menaça t-il faussement « Allez, une bouchée pour tata Noraaaa… » fit-il en souriant en lui tendant un morceau de beignet « Quoi ? Faut bien que j’m’entraine ! »

Alors qu’ils roulaient, Eleonnora lui demanda soudainement s’il souhaitait connaître le sexe du bébé. Will n’y avait pas songé et à vrai dire, il s’en fichait, cela lui importait peu. Qu’il s’agisse d’une fille ou d’un garçon, il serait de toute façon heureux. Mais nul doute qu’il ferait beaucoup plus attention s’il s’agissait d’une fille… Puisque la surprise resterait entière, le rouquin proposa un pari sur le sexe de l’enfant. Nora paria aussitôt qu’il s’agirait d’un garçon, comme si c’était logique et indiscutable. Elle le voyait déjà devenir le protecteur de ses futurs cousins et cousines. Encore fallait-il qu’il en ait… Si pour Erïka, le plus tard possible serait le mieux, Eleonnora était en âge d’en avoir. Elle disait même en vouloir un, même si c’était encore un peu tôt. Mais il y avait un problème de taille… elle ne pouvait avoir d’enfant. En tout cas, l’une des deux femmes ne pourrait être mère biologique, il fallait un géniteur quoiqu’il arrive. Eleonnora enfonça le clou en évoquant le fait qu’Erïka pourrait tomber enceinte n’importe quand, qu’un accident était vite arrivé. Quand Will voyait son propre résultat, il ne pouvait le nier…

« Un garçon hmm ? Alors moi j’parie une fille ! Elle s’ra aussi forte qu’sa mère ! C’quoi l’gage pour c’ui qui perd l’pari ? D’ailleurs, c’est cool qu’tu veuilles un gamin mais… t’vas faire comment ? Et qui l’porterait ? A moins qu’tu préfères adopter ? Quant à Rika, elle est bien trop jeune !! J’sais qu’elle fait attention… pas comme nous. Mais nous on a l’âge d’être parents ! J’espère bien qu’elle s’ra mère l’plus tard possible… Pas que j’veuille pas d’neveu ou d’nièce hein ! Mais faut qu’elle profite d’sa vie avant ! »

Arrivés à Washington, les deux amis quittèrent la voiture pour se rendre en ville où les attendaient de nombreux magasins. A ça, bien qu’elle se comportait souvent comme un homme, Nora restait une véritable fille. Will n’était pas spécialement fan de faire les magasins, trouvant que c’était une perte de temps. Mais avec elle, cela devenait amusant et il était déjà moins récalcitrant. Alors qu’ils passaient devant une robe de mariée en vitrine, Eleonnora évoqua sa sœur. Erïka ? Mariée ? C’était tout ce que lui souhaitait Will. Mais un jour. Pas MAINTENANT ! La russe le taquina sur le fait qu’il se considérait vraiment comme un papa un peu trop protecteur envers sa fille.

« C’pas ma fille, c’ma sœur ! Et j’veux c’qu’il y a d’mieux pour elle ! Mais le mariage… C’est trop tôt ! Ok elle s’entend bien avec son copain, ok elle est majeure dans son pays… Mais c’pas une raison ! Elle est encore trop jeune pour ça…  Et toi, tu t’maries quand ma belle ? »

Tandis qu’ils marchaient, quelque chose attira le regard du rouquin. Une grande affiche avec un mannequin qui posait lui rappelait drôlement quelqu’un. C’était fou comme elle ressemblait à Eleonnora et Will ne manqua pas de le lui faire remarquer. La russe s’approcha alors de lui, entourant ses épaules d’un bras avant de lui affirmer que si elle lui ressemblait… c’était parce que c’était elle ! Will tourna alors sa tête vers elle, la regardant avec l’œil rond comme une soucoupe. Elle déconnait là ? Maintenant qu’il avait un gros plan sur son visage, il ne pouvait nier que c’était elle. Mais que foutait-elle dans une vitrine en petite tenue ?? Elle avait changé de métier sans qu’elle le lui dise ? Comme à son habitude, Eleonnora ne manqua pas de se vanter et de mettre en avant ses qualités physiques. Will reporta son attention sur la photo, l’observant un instant avant de soupirer.

« C’est un réel gâchis pour nous les hommes… que t’aimes les femmes, vraiment. J’savais pas qu’ça t’arrivait de poser pour ce genre de trucs. Tu fais ça pour le fun ? En tout cas, tu pourrais clair’ment t’reconvertir en mann’quin si tu l’voulais. »

Constatant que son téléphone manquait à l’appel, Eleonnora fit savoir qu’elle se rendait à la voiture pour aller le chercher. Will l’accompagna jusqu’au bout du trottoir, la laissant se rendre un peu plus loin jusqu’au véhicule. Il n’avait pas besoin de lui prendre la main pour l’y emmener, elle pouvait se débrouiller. En attendant son retour, il se tourna vers une vitrine, regardant son contenu. Il ne remarqua pas de suite qu’Eleonnora rencontrait un petit problème… Lorsque le rouquin se tourna, trouvant qu’elle en mettait du temps, il constata qu’elle n’était plus là. Will regarda autour de lui, fronçant les sourcils. Aucune trace de Nora. Marchant d’un pas rapide, courant presque, il se dirigea vers la voiture. Elle lui faisait une farce ou quoi ? Entendant du bruit, il bifurqua aussitôt vers la ruelle et c’est là qu’il vit un drôle de spectacle. Un homme était à terre, menotté. Eleonnora se tenait au dessus de lui, venant visiblement tout juste de lui mettre les menottes. D’où sortait-elle ça ? Mais le pire, c’est qu’elle lui annonça qu’il était en état d’arrestation. Le couteau qui trainait au sol expliquait à lui seul ce qui venait de se passer. Mais… Mais POURQUOI Eleonnora se comportait comme un flic ?? Will haussa tout haut les sourcils avant de les froncer, méfiant.

« Mais… mais qu’est-ce que tu fous ?? D’puis quand tu joues au flic ?! C’est pas un jeu Nora ! »

Malgré tout, malgré toutes les questions qui défilaient dans son esprit, le rouquin s’approcha de la voiture pour l’ouvrir et attraper le portable. Téléphone en main, il revint vers Eleonnora mais resta à une distance honorable. Il voulait des réponses.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 16 Sep 2013 - 15:59

Eleonnora était riche et aimait en faire profiter les autres. Cependant, Will souhaitait être totalement indépendant. Comment y arriver s’il empruntait toujours de l’argent à sa meilleure amie ? Il refusera toujours d’obtenir de l’aide. Il souhaitait se débrouiller seul. Il y avait probablement une question d’orgueil et de fierté dans tout cela. La jeune femme devait accepter cela. Ou accepter de le faire. Elle ne laissera jamais Will manquer de nourriture, c’était clair. Puisqu’il vivait à l’institut, cela n’allait certainement pas arriver. C’était des dépenses de moins qui pouvaient lui faire économiser beaucoup.

-« Dans ce cas, je lui achèterais des cadeaux aux événements spéciaux. D’ailleurs, il faut déjà que je pense à ceux pour Noël, moi… Enfin, peu importe ce qui se passe, je trouverais toujours le moyen pour t’empêcher de mourir de faim. »

Jamais il ne pourra l’empêcher de payer pour lui, peu importe l’occasion. Elle savait trouver des arguments. Son portefeuille toujours à l’affut, elle usait de diverses stratégies pour régler les factures. Pas d’argent liquide ? Carte bancaire ! Manque de fonds ? Carte de crédit ! Comme cette dernière était illimitée, elle ne se gênait pas pour l’utiliser. Quoi qu’il en soit, elle avait ce don pour cacher de l’argent sur elle, comme dans son soutien-gorge. Will la menaçait même de lui faire une fouille complète la prochaine fois qu’ils sortaient.

-« Hummm, ça devient intéressant. Fais gaffe, contre toutes attentes, ça pourrait me plaire. » Fit-elle afin de répondre à ses menaces.

Elle croqua une bouchée de beignet lorsqu’il le lui tendit, jouant déjà au papa. Aucun doute, il sera doué, selon elle. Il allait bien éduquer son enfant. Il avait de bonnes valeurs, il était attentionné et fera toujours en sorte que le bébé ne manque de rien. Tout ira bien. Au besoin, il pouvait toujours demander de l’aide à Erïka, puisqu’elle vivait dans le même institut. Elle n’était peut-être pas mère, mais elle pouvait révéler un côté maternelle bien caché, si ça se trouve. Et puis, il ne fallait pas oublier que cet enfant avait également une mère.

D’ailleurs, cette dernière voulait-elle savoir le sexe du bébé ? Ce sera une décision que le couple prendra probablement dans les semaines à venir. En attendant, ils pouvaient prendre les paris. Selon Eleonnora, ce sera un garçon. Elle le voyait bien avec un petit bonhomme à entrainer, avec qui faire du sport et jouer à l’extérieur. Il pourra lui apprendre à se battre et se défendre. Malgré que le style de Will était bien moins soigné que celui de la jeune femme.
Puisqu’Eleonnora pariait sur un garçon, Will allait parier sur le sexe opposé. Qu’arrivera-t-il au perdant ? Il payera la tournée au bar ? Non, ce n’était pas une bonne idée. Pourquoi pas un restaurant ? Rien d’autre ne lui venait à l’esprit pour le moment. Elle comptait donc proposer son idée au rouquin.

Lorsque ce sera à son tour d’avoir des enfants, elle pourra de nouveau parier sur le sexe du bébé avec le rouquin. Cependant, ce n’était pas pour tout de suite. Cela devait faire près d’un an qu’elle sortait avec Evelynn. Même si elle l’aurait épousé sur le champ, sa compagne n’était peut-être pas aussi chaude à l’idée. Il valait mieux attendre, surtout pour les enfants. Puisqu’elles étaient du même sexe, ce n’était pas très utile pour… faire de la conception. Cependant, il y avait une merveilleuse technologie avec les éprouvettes qui aidait à pallier à ce problème.

-« Le perdant paie le restaurant à la famille pour fêter ça, qu’en penses-tu ? Bien sûr, il faudra inviter le bébé à célébrer avec nous. » Elle décida d’user de son don pour poursuivre son repas, c’était moins compliqué que de demander à Will de la nourrir. « Tu sais qu’il y a des techniques pour mettre pour remédier à mon problème. Je vais faire appel à une clinique privée et le tour sera joué. Après, il faudra décider de qui entre Evelynn et moi sera prête à souffrir à l’accouchement. Et c’est quoi ce « Elle fait attention, mais pas nous. » Pas toi, tu veux dire. Moi je n’ai pas besoin de me protéger, impossible que je tombe enceinte avec une autre femme. En fait, je crois que je vais t’acheter des préservatifs en guise de cadeau de Noël, ça vaut mieux. Encore heureux que notre sœur fasse plus attention, elle peut en profiter pour faire d’autres conneries pendant ce temps. Et puis, entre nous, avec son caractère j’ai du mal à l’imaginer totalement dans le rôle d’une mère… »

Les enfants, pour Erïka, c’était trop tôt. Le mariage aussi. Pourtant, Eleonnora n’aurait aucun mal à l’imaginer porter une grande robe blanche. Elle ne serait pas du genre à divorcer au bout de quelques mois comme faisaient certains couples. Will ne voyait pas les choses du même œil. Dans sa tête, sa petite sœur semblait être encore une enfant. Par contre, la jeune femme, elle, elle avait l’âge de se marier. Le rouquin lui demandait d’ailleurs si c’était pour bientôt.

-« Si je me serais écoutée, j’aurais marié Evelynn le jour où je l’ai embrassée. Je sais que je veux faire ma vie avec elle. Il n’y aura jamais une autre femme. Par contre, c’est trop tôt. Je veux dire, je suis prête mais j’ai peur qu’elle ne le soit pas. Ça ne fait pas tout à fait une année que nous sommes ensemble et je n’ai pas envie de l’effrayer. Ça ne m’a pas empêché de lui acheter une bague, par contre… Elle était tellement belle ! Elle me regardait avec ses grands yeux et me suppliait presque de la prendre. Il faut seulement que j’ai le courage de lui faire la demande. »

Devant une boutique de lingerie, il s’arrêta devant une grande affiche d’Eleonnora. Enfin, il ne savait pas que c’était elle. La jeune femme lui fit donc la révélation. Elle savoura chaque instant de la réaction du rouquin. C’était absolument magnifique à voir. Il finit par avouer que c’était un véritable gâchis qu’elle préfère les femmes. Beaucoup d’hommes allaient fantasmer devant elle, mais aucun d’entre eux ne pourront obtenir une chance de la séduire. Elle était magnifique, digne d’un véritable mannequin. Et encore, elle était plus jolie que certains d’entre eux.

-« En fait, il y a longtemps j’avais postulé pour être mannequin pour eux. Pour m’amuser, j’ai décidé de réessayer. Eh bien voilà. Je ne ferais peut-être pas ça de ma vie, mais je dois avouer que c’était une expérience géniale. Je suis tellement belle, c’est fou. Et puis, ça ne paie pas aussi bien que mon boulot, je dois l’avouer. Si je veux m’acheter cette maison secondaire en Floride, il me faut faire des économies. »

Cherchant son téléphone, Eleonnora réalisa qu’il n’était pas dans son sac à main. Elle l’avait laissé dans la voiture. La jeune femme décida alors daller le récupérer. Elle s’aventura près de son véhicule et ne put l’attendre. Un homme l’avait agrippé et tentait de l’agresser, ou de lui voler son véhicule. Elle ne prit pas la peine de lui demander avant de le maitriser. Elle le mit en état d’arrestation. Après tout, c’était son job d’arrêter les criminels, non ? Elle ne voulait pas le laisser partir et après, plus tard, qu’il avait attaqué une autre personne. Attrapant des menottes qui reposaient dans son sac, elle les passa au poignet de l’individu. Maintenant, elle avait besoin de son téléphone. Cela tombait bien, Will venait de la rejoindre. Il se demandait ce qu’elle faisait. Il ne pouvait deviner puisqu’elle lui avait toujours caché la vérité. Si elle pouvait éviter de s’expliquer, ce serait génial. Elle devait cacher le plus possible son métier.

-« Je sais que ce n’est pas un jeu. Je préfère que tu considères que c’est le cas, ça va peut-être me simplifier la vie. »

Will alla chercher son téléphone, à sa demande. Elle l’attrapa d’une main et tenta de garder l’homme au sol de l’autre. Elle enfonça son genou au creux de son dos pour l’éviter de trop bouger. Pendant ce temps, elle composait un numéro de son répertoire avant de porter le téléphone à son oreille.

-« Salut Frank. »
-« Tiens donc. Miss Davidoff. Que me vaut cet honneur ? »
-« Dis-moi, mon beau, t’es de service aujourd’hui ? »
-« Ça sent la femme qui a besoin d’un petit coup de main, ça. »
-« Je suis à Washington, pour la journée. J’ai arrêté un homme qui a tenté de m’agresser avec son couteau. Tu crois que tu peux venir le récupérer. Ce n’est pas de mon ressort ce genre de chose. »
-« Tout ce que tu veux, ma jolie. »

Elle donna les indications à son contact. Il se mit en route. Elle avait fait la connaissance de Frank lors d’une mission de grande envergure impliquant des mutants. Il avait été l’un des premiers sur les lieux à avoir tenté d’empêcher les malfrats de causer du tort. Si elle avait besoin de quoi que ce soit, assistance policière ou autre, elle pouvait toujours lui demander. Il savait se débrouiller pour lui obtenir ce don elle avait besoin lorsqu’elle avait peu de temps et peu de ressource.

-« Écoute, Will. Je sais que tout ça te parait étrange, mais ne t’en fais pas ce sera vite oublié. Quelqu’un va venir le récupérer et ce sera terminé. Tu peux me rendre un service et ramasser mon sac à main ? »

Quand Frank disait qu’il arrivait, il ne plaisantait pas. Il était déjà arrivé. Eleonnora attrapa l’homme et le souleva de terre avant de l’approcher de la voiture de police. Elle le laissa aux mains des deux policiers qui venaient le chercher. Frank s’approcha d’elle, la détailla du regard.

-« T’es encore plus sexy qu’en tailleur, dis donc. Tu sais, si tu veux aller prendre un café, ça tient toujours. »
-« Je t’ai déjà dit que j’étais casée, mais merci du compliment. »
-« Dommage. C’est lui ? » Il désigna Will.
-« Oui. Il est chanceux, non ? » Mentit la jeune femme. « Merci d’être venu le chercher. Je vais pouvoir retourner à ma séance de shopping. »
-« Je suis toujours là pour toi, surtout si c’est pour arrêter un criminel. Allez, passe une belle journée. N’hésite pas à me contacter quand tu seras de nouveau de passage dans le coin. »
-« Ne t’en fais pas, tu seras le premier au courant. Amuse-toi bien avec lui. » Elle désigna le malfrat avant de s’éloigner.

Eleonnora alla retrouver Will alors que la voiture de police s’éloignait. Elle récupéra son sac à main. Maintenant, allait-elle devoir répondre à un flot de questions ? Devrait-elle mentir ou dire la vérité ? Et s’il en parlait à Erïka ? Cela ne ferait que confirmer les doutes qu’elle avait déjà sur sa double vie.


-« C’est pratique d’avoir des contacts, partout, non ? » Fit-elle comme si rien était en espérant vainement que Will ne poserait pas de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Lun 16 Sep 2013 - 18:15


Nora n’avait pas que des qualités. Elle était arrogante, trop sûr d’elle, prétentieuse… Jamais elle ne se laissait de parler d’elle ou de ses multiples qualités. Pourtant, Will n’en avait jamais eu assez, elle ne l’avait jamais fatigué. Parce qu’il savait que c’était une chic fille, quelqu’un sur qui l’on pouvait compter. Là encore, elle le lui prouvait en lui rappelant que jamais elle ne le laisserait mourir de faim, même s’il ne voulait pas qu’elle paye quoique ce soit à sa place. Cette simple évocation fit sourire le rouquin. Cette fille était en or.

« Si seul’ment j’t’avais connue des années plus tôt… Enfin, j’te remercie, j’sais que j’pourrais t’jours compter sur toi mais l’inverse est vrai. Pas que j’doute qu’tu sois un jour dans l’besoin mais… j’serais t’jours là pour toi. Quant à Noël, t’as d’la marge ! Tu pourras lui faire tous les cadeaux qu’tu veux mais il est pas encore né pour l’instant, tu as l’temps. »

Même lorsqu’il s’agissait de manger, Eleonnora trouver le moyen de payer pour lui. Même maintenant qu’il possédait un salaire, il n’arrivait pas à payer quoique ce soit. Quelle idée aussi de planquer de l’argent dans son décolleté… C’était pratique et à portée de main mais le rouquin ne trouvait pas ça juste. Aussi, il la menaça de la fouiller la prochaine fois qu’ils feraient une sortie. Contre toute attente, Eleonnora répliqua que cela risquerait de lui plaire. Par chance, Will n’avait jamais été attiré par la jeune femme bien qu’il considérait qu’elle était très belle. Il n’y avait vraiment qu’Amy pour lui faire de l’effet. Ainsi, il ne se risquerait jamais à tripoter la russe, surtout qu’il savait bien qu’elle plaisantait.

« Non, j’me déguis’rais pas en nana pour t’faire plaisir, n’y pense même pas ! »


Parce que pour plaire à la jeune femme, mieux valait être doté d’une paire de seins. Ou s’appeler Evelynn. En tout cas, Will ne faisait bien sûr que plaisanter, encore une fois. C’était devenu une habitude entre eux, de se chercher de la sorte. Heureusement qu’Amy n’était pas là… Will ignorait si cette dernière désirait savoir le sexe de l’enfant à naitre ou non. Quelque soit son choix, il s’y plierait, pas contrariant. Mais puisqu’il l’ignorait encore pour le moment, c’était l’occasion ou jamais de faire un pari là dessus. Nora embarqua aussitôt, pariant sur un petit gars. Au moins, elle, elle ne risquait pas de tomber enceinte… ce qui devenait compliqué si elle désirait un enfant. Elle n’avait pas besoin de se protéger, contrairement à eux autres mais ça n’avait pas que des avantages. Bien qu’Eleonnora le taquinait en lui proposant de lui offrir des capotes, elle redevint sérieuse lorsqu’elle évoqua la conception en clinique. C’était une curieuse méthode aux yeux de Will mais il se demandait si elle allait réellement faire ça.

« Ca marche pour le pari ! Ca m’paraît équitable. » fit-il en hochant la tête avant de mordre dans son beignet « Et quand j’disais « nous », j’parlais d’Amy et moi hein. J’sais bien qu’toi tu crains rien. Mais si vous décidez d’avoir un gamin… faut s’dire qu’il aura les gênes que d’celle qui l’portera. C’pas rien ! Par contre, s’tu fais appel à une clinique, fais gaffe qu’le donneur soit un mutant. J’sais pas si on peut vérifier c’genre de chose… Mais s’tu veux qu’ton enfant soit un mutant, l’père doit l’être. C’est lui qui transmet les gênes X il paraît… enfin c’est c’que dit l’prof Xavier. Mais merci pour les capotes. C’est vrai qu’on y pense jamais… On est comme ça nous, ça vient tout seul et hop ! Mais ouais… Rika est trop jeune encore. J’crois qu’un gamin ça l’encombrerait. Puis elle aurait l’temps d’s’habituer avec le nôtre. »

Will n’avait que très peu suivi de cours à l’Institut Xavier. Puisqu’il n’y avait pas de cours de droit, il s’entrainait tout seul, en autodidacte. Lire des livres lui suffisait pour le moment. Grâce à son pouvoir il pouvait lire deux fois plus vite, ce qui était plutôt pratique. Mais pour ne pas mourir idiot, il avait suivi quelques cours du professeur Xavier. Ce dernier enseignait la génétique et tout ce qui avait trait au gêne X. Ainsi, le rouquin avait appris pas mal de chose. Dont le fait que seul un père porteur du gêne X pouvait donner naissance à un mutant. Nul doute que son enfant le serait donc. Mais cela voulait dire que son père avait également été porteur. Comment aurait-il réagi s’il avait su que si son fils était un mutant, c’était entièrement de sa faute ? Pourquoi sa sœur était-elle humaine, elle ? Beaucoup de questions persistaient encore cependant.

Mais avant de passer par la case enfant, il fallait passer par la case mariage. C’était dans l’ordre des choses. Eleonnora avoua rêver d’épouser Evelynn mais craignait qu’il ne soit trop tôt. Elle avait peur de faire fuir celle qu’elle aimait en se précipitant trop. Ca, Will pouvait parfaitement le comprendre. Il était passé par là aussi et savait à quel point c’était stressant de se lancer dans cette aventure. Par chance, il avait bénéficié des conseils d’Anieta, ce qui l’avait aidé à se lancer.


« J’comprends. Moi aussi j’ai eu peur d’perdre Amy, qu’elle refuse, qu’ça brise quelqu’chose… Mais y a rien eu d’tout ça. Si j’peux t’conseiller un truc, c’est d’aller voir Anieta. Elle en sait des choses c’te femme ! J’suis allé la voir, avant d’demander Amy en mariage. Elle a été d’bons conseils, ça m’a r’donné confiance en moi. J’pense que t’es tout c’dont Evy peut rêver, Nora. Mais t’as raison d’pas vouloir tout précipiter. »


En ville, parmi les boutiques, ils tombèrent sur une affiche de magasin où posait Nora. Will n’en revenait pas, ignorant qu’elle s’adonnait à ce genre de choses. Elle aurait pu être mannequin mais avouait ne faire ça que de temps à autre, pour s’amuser. Pas étonnant qu’elle soit prise si facilement, elle avait une plastique parfaite dont rêverait n’importe quel homme. Encore une fois, la russe rappela qu’elle était belle, aimant s’écouter parler et se vanter encore et encore. Mais le rouquin pouvait-il la contredire ? Elle était belle et elle le savait.

« Comme si t’avais b’soin d’argent hein ! J’suis surpris qu’ils t’aient pas d’mandé d’être une égérie d’une marque. Ca fait pas bizarre d’se voir comme ça… dans la rue, sur une affiche ? Et arrête de t’admirer trop longtemps, tu vas finir par être aveuglée ! »

Leur promenade aurait pu continuer si Eleonnora n’avait pas oublié son téléphone dans la voiture. Ils firent demi tour vers le véhicule bien que Will patienta non loin des magasins en attendant que la blonde récupère son bien. Sauf que même si elle avait atteint la voiture, quelqu’un l’empêcha d’entrer à l’intérieur. Un homme eut la mauvaise idée de l’agresser… Voyant son amie disparaître, Will se précipita vers la voiture et ne tarda pas à voir Eleonnora en train de menotter le pauvre bougre. Là, le rouquin ne comprenait plus rien. Puisque la mutante lui demandait son téléphone, il se rendit à la voiture pour le chercher et le lui donner. Mais il avait des questions à lui poser et il comptait bien avoir des réponses.

Puisqu’elle était au téléphone, le rouquin patienta mais se posait bien des questions. Il écouta ce qu’elle disait, cherchant à savoir à qui elle pouvait bien téléphoner. Elle disait qu’appréhender un homme de la sorte n’était pas de son ressort… Ca c’était clair mais la façon dont elle évoquait la chose signifiait clairement qu’elle faisait partie des forces de l’ordre. Quoi d’autre ? Qui d’autre arrêtait les gens ? Will commençait à être méfiant et nerveux, si bien que même lorsqu’elle raccrocha, aucun mot ne sortit de sa bouche.

Eleonnora lui demanda alors son sac à main, lui assurant que tout ça ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Ca, il n’en était pas aussi sûr qu’elle. Croyait-elle vraiment qu’il allait se contenter de ça ? Il voulait des réponses mais il savait que cela allait devoir attendre. La personne à qui elle avait téléphoné n’allait sans doute pas tarder… Du coup, il se rendit au véhicule pour récupérer le sac mais il le conserva à la main en constatant que le type en question était arrivé. Restant en retrait, il se contenta de les observer, de les écouter. Ce qu’il constatait surtout, c’était qu’une voiture de police était là… et que l’homme était donc policier. Will espéra à tout instant devenir invisible à ses yeux. Il ne parlait pas, ne bougeait même plus. Peut-être que comme les T-rex, les flics ne voyaient pas ce qui n’était pas en mouvement ? Le rouquin commençait sérieusement à se sentir mal. Par chance, le policier ne traina pas et embarqua le type menotté. Nora s’approcha de Will pour prendre son sac à main, faisant comme si de rien n’était. Soudainement, Will reprit vie, se tournant vers Nora en croisant les bras, sourcils froncés.


« Tu m’expliques ? C’est quoi c’bordel ? T’es qui à la fin ?! Et ne m’prends pas pour un idiot… Si t’es pas flic, t’es quoi ?! »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Mar 17 Sep 2013 - 1:22

Eleonnora souhaitait être mère, un jour. Elle ne savait pas si elle allait arriver à se débrouiller, mais elle était persuadée que cela ne devait pas être bien difficile. Certaines personnes avait cela dans le sang, pourquoi pas elle ? Avec sa vie bien chargée, elle allait devoir faire certains sacrifices, mais elle était prête à les faire. Cependant, pour avoir un enfant avec sa compagne, elle devait passer par une clinique spécialisée. L’une des deux devait tomber enceinte. Laquelle ? Impossible à savoir pour le moment. Et puis, comme le disait Will, l’enfant ne naitra peut-être pas mutant. S’il était humain, l’enfant ne sera doté d’aucun pouvoir car l’homme portait le gène X. Eleonnora devait donc s’assurer de trouver un mutant en qui elle avait confiance qui pourrait bien accepter de donner un peu de ses petits soldats pour la conception.

-« Donc, il faudrait que je trouve un homme mutant qui serait prêt à donner de sa semence. Un homme avec de bons gènes, de préférence. Un homme… à qui je peux faire confiance. »

Elle tourna la tête vers Will avec un grand sourire, battant des paupières avec un air adorable. Elle ne voyait personne d’autre que son meilleur ami pour lui rendre un tel service. Avec lui, elle savait que son enfant allait être mutant, en plus d’être mignon. Dans le pire des gars, elle aura un garçon roux. Ce n’était pas la fin du monde.

De toute façon, avoir un enfant n’était pas noté dans l’agenda de la jeune femme. Elle désirait avant tout sceller son union avec celle qu’elle aimait. Eleonnora avait des doutes sur la réaction d’Evelynn. Elle préférait attendre encore un peu avant de lui demander de l’épouser. Après tout, elles n’étaient ensemble que depuis moins d’un an. Le meilleur conseil que pouvait lui donner Will était d’aller voir leur grand-mère. Elle allait être en mesure de trouver les mots pour lui donner du courage et la convaincre qu’il s’agissait de la bonne chose à faire. La jeune femme devait également songer à révéler son homosexualité à son père, ce qu’elle n’était toujours pas prête à faire. Elle ne le sera probablement jamais.

-« Qu’est-ce que je ferais sans toi et tes conseils ? C’est génial d’avoir un frère de son âge. »

Le plus merveilleux dans tout cela était qu’il n’y aurait jamais quelque chose entre eux. Ils aimaient chacun une autre personne. Ils s’appréciaient comme des meilleurs amis, comme frère et sœur. Will n’était pas dérangé de voir Eleonnora poser en lingerie. Il était même plutôt étonné de le découvrir. La jeune femme avait toujours était très photogénique. Un véritable mannequin ! Voir ainsi sa photo affichée en public ne faisait que grossir son égo démesuré.


-« Une fois a surprise passée, ce n’est pas si étrange. Je suis tellement belle. »

Elle ne cessera jamais de le répéter. Heureusement pour les pauvres oreilles de William, elle finit par passer à autre chose. La jeune femme souhaitait récupérer son téléphone, qu’elle avait oublié dans sa voiture. Cependant, alors qu’elle s’apprêtait à déverrouiller son véhicule, elle fut attaquée par un homme armé. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour se dégager de l’emprise de son agresseur et le maitriser. Elle le mettait en état d’arrestation. Pas la peine de lui lire ses droits, les policiers allaient se charger de le faire.

William vint la rejoindre, peu de temps après. Il ne posait pas trop de questions, pour l’instant, ce qui convenait parfaitement à Eleonnora. Elle avait un criminel à surveiller jusqu’à l’arrivée de l’un de ses contacts dans la police. Elle ne tarda pas à lui remettre le prisonnier, dès que la voiture de patrouille fut garée dans la rue.

Dès que les policiers furent partis, Eleonnora récupéra son sac à main. Elle aurait souhaité faire comme si rien n’était, mais ce n’était pas possible. Les bras croisés, les sourcils froncés, Will attendait des réponses. Il semblait énervé. Elle n’aimait pas le ton qu’il employait soudainement avec elle. La jeune femme se demanda si elle n’aurait pas mieux fait de mettre KO son agresseur avant de repartir comme si rien n’était. Se mordillant légèrement la lèvre inférieure, elle se demandait quoi dire. Elle ne pouvait pas tout lui balancer, mais d’un autre côté il en savait déjà beaucoup. Et s’il parlait de cela à Erïka ? Elle n’aura aucun mal à découvrir la vérité, dont elle commençait déjà à se douter. Elle allait donc devoir donner les informations au compte-goutte en espérant satisfaire Will. Pour l’instant, elle devait déjà répondre à ses premières questions. Qu’était-elle si elle n’était pas un flic ?


-« Quelqu’un qui a bien plus de pouvoir qu’eux… » Fit-elle évasivement avant de reculer.

La jeune femme contourna sa voiture et la déverrouilla. Elle pénétra du côté conducteur et s’installa sur son siège. Il valait mieux arrêter tout de suite cette journée et renter à New-York. Elle attendit que William entre dans le véhicule avant de démarrer. Que pouvait-elle dire ?

-« Écoute, Will, il y a une raison à tout ça. Je suis contrainte par le secret, je ne peux pas parler de ce que je fais à tout le monde. Le moins tu en sait à ce sujet, le mieux c’est. Je te demande seulement de me faire confiance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Mar 17 Sep 2013 - 11:45


Will avait toujours voulu avoir des enfants. Même lorsqu’il vivait encore dans la rue, il espérait pouvoir en avoir, un jour. Ce jour était enfin arrivé et à présent il était aussi nerveux qu’heureux. L’enfant n’avait pas réellement été prévu, il s’agissait plutôt d’un accident mais cela lui importait peu. Cet enfant, il l’aimerait plus que tout, c’était sûr et certain. Au moins, il n’avait pas de problème s’il souhaitait un autre enfant par la suite, aucun doute qu’Amy et lui n’étaient pas stériles… Eleonnora ne pouvait pas en dire autant. Bien sûr, elle n’était pas stérile, mais être en couple avec une femme était un léger handicap lorsque l’on souhaitait avoir un enfant. Restait l’adoption… ou la conception in vitro. Cette solution était celle qui plaisait le plus à la russe et ça, le rouquin le comprenait bien. Mais il supposait également qu’elle souhaitait avoir un enfant qui serait comme elle, un mutant. Pour ça, le géniteur devait l’être également, c’était impératif. Mais il ne s’attendait pas à la réaction d’Eleonnora à ce sujet…

Lorsqu’elle tourna la tête vers lui, papillonnant des yeux, Will se demandait ce qu’elle avait. Puis, il se mit à réfléchir à ses paroles. Un homme de confiance… elle voulait sans doute faire référence à lui. Oh mais minute, elle voulait que ce soit lui le géniteur ?? Le rouquin cligna de l’œil à son tour, ne s’attendant pas du tout à ça. Il était effectivement mutant et elle le connaissait bien. Il était donc le donneur idéal. Cependant, il ne voulait pas d’un autre enfant avec une autre femme. Là, le cas de figure était un peu particulier. Songeur l’espace d’un instant, il finit par hocher la tête.


« Bah, si jamais un jour t’veux un gamin, j’veux bien t’aider. Au moins, ce s’ra à coup sûr un mutant. Mais j’veux pas être le père hein ! Les parents, c’est Evy et toi ! Deux belles mamans… Il va en avoir d’la chance ! »

Mais avant qu’elles ne soient mamans, il fallait qu’elles deviennent femme et… femme. L’étape du mariage n’était pas simple, surtout au moment de formuler la demander. Comment présenter ça ? Comment faire en sorte qu’elle accepte ? Est-ce le bon moment ? Autant de questions que Will s’était posé lorsqu’il était passé par là. Eleonnora et lui ayant le même âge, ils se comprenaient plutôt bien. Mais il lui conseilla alors d’aller voir Anieta, tout comme il l’avait fait. La vieille femme avait réussi à l’aiguiller au mieux et à présent, il allait se marier. Eleonnora le remercia pour ses conseils, estimant être chanceuse d’avoir un frère du même âge qu’elle.

« Bah, j’suis là pour ça nan ? J’suis content d’faire parti d’la famille. Elle s’agrandit d’jour en jour ! Si jamais j’peux t’aider à préparer tes projets, hésite pas. Faudra qu’on t’fasse un bel enterr’ment d’vie d’jeune fille, héhé. »


Même s’ils n’étaient pas réellement frères et sœurs, ils n’étaient pas attirés l’un par l’autre. Une relation purement platonique en somme. Ainsi, même si Eleonnora l’avait vu nu et que lui l’admirait en lingerie, prenant la pose, cela ne les dérangeaient pas le moins du monde. Ils auraient été réellement frère et sœur que cela serait revenu au même. En tout cas, la russe était belle, personne ne pouvait le nier. Mais elle avait tendance à un peu trop le rappeler à tout le monde. Maintenant qu’elle était affichée en pleine rue, elle ne pouvait que se vanter d’autant plus… Will avait l’habitude et il prenait toujours ça à la rigolade. Ca passait toujours mieux ! C’était un peu comme un jeu pour lui.

« Belle et bien foutue hein ? Dis donc, tu pourrais en laisser un peu aux autres là ! »

Mais leur escapade fut de courte durée. Eleonnora se dirigea vers sa voiture à la recherche de son téléphone lorsqu’elle se fit agresser. Pas de chance pour l’homme, elle était parfaitement entrainée et le maitrisa sans problème. Elle avait fait l’armée après tout… Mais Will ne s’attendait pas à ce qu’elle le menotte et appelle des renforts. Ca, c’était le job d’un flic… pas d’un porte-parole. Le rouquin sentait que quelque chose ne tournait pas rond, que Nora ne lui avait jamais dit la vérité. Mais pour quelle raison ? Pourquoi lui mentait-elle ? Etait-ce parce qu’elle le surveillait ? C’était pour ça qu’elle était proche de lui ? La paranoïa du mutant était à son paroxysme mais pour l’heure, il ne disait rien de plus. Eleonnora agissait comme si tout était normal. Elle le présenta même comme étant son petit ami lorsque son ami policier se fit un peu trop entreprenant. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle avait honte d’être en couple avec Evelynn ? A moins que ce n’était qu’une façon comme une autre de se vanter encore et encore…

Lorsque le flic fut parti, le stress du rouquin aurait pu redescendre d’un cran mais ce ne fut pas le cas. Il voulait des réponses. Il exigeait des réponses. Si la jeune femme croyait pouvoir y échapper, elle se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Pourtant, elle essaya. Ses réponses étaient on ne peut plus évasives et imprécises. Elle n’avait pas l’air de faire parti de la police mais Will voulait savoir ce qu’elle était. Elle déclara alors qu’elle avait juste plus de pouvoir qu’eux. Plus ? Comment ça plus ? Elle faisait partie de la CIA ou du FBI ?! Le rouquin était largué, la russe ne répondait en rien à ses questions. Comme si tout était normal, elle grimpa dans la voiture, s’asseyant siège conducteur comme si elle voulait partir d’ici alors qu’ils avaient à peine entamé leur journée.

Si elle croyait qu’il allait monter gentiment et ne rien dire, elle se trompait. Il ouvrit la portière passager juste pour pouvoir continuer de lui parler, appuyé contre la carrosserie. Mais il ne voulait en aucun cas grimper à l’intérieur. Pas question de partir sans avoir les réponses qu’il voulait. Encore une fois, elle lui expliqua qu’elle ne pouvait rien lui dire, contrainte par le secret. Quel métier forçait les gens à dissimuler leur véritable fonction ? Agent secret ? Là, c’était un peu mort. Si elle ne lui disait rien, Will ne la verrait plus jamais de la même façon. Mieux valait qu’elle lui dise la vérité…


« J’te faisais confiance. Maint’nant j’suis plus très sûr… Tu m’as menti ! Il est plus secret ton boulot maint’nant alors explique toi ! J’me content’rais pas juste de ça ! Je partirais pas d’ici tant que je saurais pas la vérité. J’veux des réponses, des vraies réponses. »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Mar 17 Sep 2013 - 15:16

Lorsqu’elle voulait quelque chose, Eleonnora finissait toujours par l’obtenir. Si elle souhaitait devenir mère, elle allait l’être. Par contre, pour avoir un enfant avec Evelynn, elle devait prendre une décision. Bien que l’adoption était une belle option, elle préférait avoir un héritier, un enfant de son sang. Par conséquent, elle devait tomber enceinte. Par contre, il manquait toujours le père. Un père mutant. Pas question que cet enfant soit humain et devienne une déception, comme elle. Comme elle ne souhaitait pas demander à n’importe qui, elle pensait que son meilleur ami pourrait faire l’affaire et lui rendre ce grand service. Ce n’était pas rien qu’elle lui demandait. Aussi, elle ne manqua pas de faire la belle, lui signalant qu’elle était sérieuse. Un enfant n’était pas prévu au programme, mais lorsqu’il le sera elle souhaitait avoir un donneur de sperme. Le rouquin sembla surpris, mais il accepta tout de même de l’aider.

-« Ne t’en fais pas, je n’ai pas besoin que tu sois le père. Je veux seulement ton sperme et après je te laisse tranquille. Comme je ne prévois pas avoir d’enfant avant un moment, tu as la paix. »

Elle ne prévoyait pas demander sa compagne en mariage non plus. Elle hésitait encore et décida d’attendre davantage. De toute façon, elle n’était pas pressée, non ? L’important était qu’elle puisse être avec la femme qu’elle aimait, avant tout. Lorsqu’il sera temps, il faudra, avant le mariage, faire un enterrement de vie de jeune fille digne de ce nom ! Avec Eleonnora, cela allait sûrement couter une fortune et inclure qu’ils soient tous à moitié bourrés à la fin de la soirée.

-« Ce sera trop génial ! Enfin, je vais commencer par lui demander, ce sera déjà un bon début. »

Qui ne voudrait pas épouser une aussi jolie femme qu’elle ? Elle était digne des plus grands mannequins de ce monde. Elle apparaissait même sur les affiches de boutique. Il était clair qu’elle allait attirer les regards et l’envie de certains. Cela ne faisait que la rendre plus importante à ses propres yeux. On ne pouvait pas changer sa façon de se percevoir elle-même. Elle se trouvait magnifique. D’ailleurs, Will en rajouta en disant qu’elle était bien foutue. Il n’avait pas tort. Elle avait un corps de rêve.

-« Tu as raison. Je suis une véritable bombe. Je devrais peut-être en filer un peu à ma sœur, question qu’elle rentre dans mes fringues. J’ai toujours voulu avoir une sœur pour faire ce genre de chose, mais comme tu vois, il lui manque certaines choses. »

Même avec plus de seins, Erïka aurait catégoriquement refusé de porter les vêtements de sa sœur. Elle privilégiait le confort à la beauté. Quoi qu’il en soit, l’adolescente n’était pas là pour avoir son mot à dire ce que pensait sa sœur. Cette dernière cessa d’ailleurs de parler de ce sujet, plutôt préoccupée par la disparition de son téléphone. Elle décida de le récupérer dans sa voiture. Cependant, elle n’eut pas de chance et fit la cible d’un malfrat qu’elle arrêta dans le temps de le dire. En fait, c’était plutôt lui qui n’avait aucune chance car il ne fallut pas très longtemps pour qu’il soit embarqué par les autorités. Elle ne s’occupait pas des criminels de ce genre.

Après cet événement, elle pouvait oublier sa séance shopping, par contre. Will souhaitait des réponses. Il allait tout faire pour en avoir. Évasive, la jeune femme préférait retrouver le confort de sa voiture. Elle voulait que le rouquin monte à son tour afin qu’ils puissent parler. Cependant, plutôt que de s’assoir du côté passager, il ouvrit la portière et se pencha pour s’adresser à elle. Il refusait de monter. Elle tentait de lui dire qu’elle ne pouvait pas parler de son travail, qu’elle était contrainte par le secret. Il ne pouvait se contenter d’avaler ça.

Eleonnora déposa son sac à main sur son siège avant de se lever. Elle sortit de son véhicule et fixa Will. Elle n’avait pas le choix de tout le dire. Elle ne savait pas si cela allait le calmer ou non. Elle nageait dans l’inconnu. Puisqu’elle n’avait pas le choix et que se taire ne ferait qu’empirer les choses, elle décida de parler. Moins elle en disait, mieux s’était. Elle allait donc taire le nom de son agence. C’était déjà ça.


-« Écoute, Will. Je… Je ne suis pas flic. Je travaille pour une agence gouvernementale secrète. C’est pour ça que je disparais pendant des jours sans raison. On m’appelle et je dois suivre les ordres. Je ne gère pas les petits criminels de bas étage, je m’occupe des grands criminels aux pouvoirs mutants, de ceux qui sont réellement dangereux. Maintenant, monte dans la voiture. Je vais te ramener chez toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Mar 17 Sep 2013 - 16:15

Will était toujours prêt à aider sa famille, quel qu’en soit le prix. Il ne disait jamais non, se portait toujours volontaire. Mais la demande que venait de lui faire Eleonnora sortait quelque peu de l’ordinaire. Plus tard, elle songeait à avoir un enfant. Un enfant qui aurait ses gênes mais également les gênes d’un mutant. Will ignorait qu’elle n’était pas une vraie mutante, que ses pouvoirs lui venaient en réalité du don de son père. Mais même sans ça, il lui fallait impérativement un père mutant pour avoir un enfant de même race. Le rouquin était le candidat idéal mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle se tourne vers lui. Au moins, il était rassuré quand au fait qu’Eleonnora ne ferait pas de lui un autre père, qu’il serait juste un donneur. Et de toute façon, ce n’était pas encore prévu au programme.

« Ca m’va alors. Mais ce s’ra sans doute mieux si on évite de trop répandre la nouvelle j’pense. M’enfin comme tu dis, c’pas pour tout d’suite d’toute façon ! »

Will se voyait mal à l’aise de savoir tout le monde au courant. Cela ne le dérangeait pas du tout d’être le géniteur mais il préférait que les autres l’ignorent. Après tout, personne n’avait besoin de savoir de qui provenait la semence à part les concernées non ? Personne ne poserait la question si la jeune femme allait dans une clinique et sélectionnait un donneur au hasard. Généralement dans ce genre de cas, personne n’était au courant, pas même les mères. Cependant, Wil désirait tout de même en informer Amy, c’était la moindre des choses. Il espérait juste que cette dernière ne serait pas contre.

En tout cas, Eleonnora n’était pas contre une future soirée d’enterrement de vie de jeune fille. Will imaginait déjà tout ce qu’ils pourraient faire lors de ce moment unique. Nul doute que ce serait une soirée mémorable. Il comptait bien faire en sorte qu’elle s’en souvienne toute sa vie. Mais avant de passer par là, il fallait encore qu’Evelynn accepte de devenir sa femme… et accessoirement qu’elle lui en fasse la demande. Will ne doutait pas que la jeune femme accepte mais il comprenait bien qu’Eleonnora pouvait avoir des doutes. Au moins, il serait là pour lui redonner confiance et l’aiguiller de son mieux avant qu’elle ne se lance enfin.


« J’compte sur toi pour m’tenir au courant hein ! J’veux tout savoir ! »

Le rouquin adorait écouter Eleonnora parler. Elle avait toujours une histoire à raconter, même si c’était souvent pour rappeler à quel point elle était, selon elle, formidable. Cela pouvait être lassant mais au final, pour Will, c’était plutôt amusant. Il pouvait cette fois là constater encore qu’effectivement, elle était bien foutue. Ce qui, d’après elle, n’était pas le cas de sa sœur. Pourtant, Erïka ne manquait pas de charme et elles se ressemblaient beaucoup. Mais il fallait l’avouer, elles n’avaient pas le même corps… Cela venait sans doute du fait qu’elles n’avaient pas la même mère et que l’adolescente se moquait éperdument de passer 2 heures dans la salle de bain, contrairement à sa grande sœur.


« Roh arrête, elle est canon ta sœur. Moi ça m’va bien qu’elle prenne pas autant soin d’elle qu’toi hein ! J’me verrais mal devoir chasser tous les jeunes couillons qui voudraient lui passer d’ssus juste parce qu’elle est bien foutue ! Au moins avec toi j’ai pas à l’faire et ça m’va très bien ! Même si elle a pas ton corps, c’est vraiment une belle fille, doublée de quelqu’un d’formidable. La preuve, elle est en couple ! »

La discussion filait bon train jusqu’à ce qu’Eleonnora décide de faire marche arrière. Bien mal lui en prit car elle se fit agresser une fois à sa voiture. Les rues des villes n’étaient décidément jamais sûres… Will n’eut pas besoin de l’aider. Il était de toute façon trop loin et Eleonnora savait se défendre. Mais le fait qu’elle possédait des menottes, se comportait comme un flic et connaissait des policiers plaisait moyennement au rouquin. Là, il sentait qu’elle lui avait menti depuis le début et qu’elle cachait quelque chose. Pire encore, il craignait qu’elle ne soit justement flic. Mais le pire du pire… c’était qu’elle était encore plus que ça. Là, le mutant se posait vraiment des questions et bien que la russe se voulait évasive, il n’acceptait pas le peu qu’elle lui révélait. Cela ne lui suffisait pas, il voulait la vérité. Pas question pour lui de partir d’ici sans ça.

Finalement, Nora sortit de la voiture et se tourna vers lui pour le regarder. Will ne la quittait pas du regard, la fixant également en attendant les réponses qu’il désirait. Il sentait bien qu’elle hésitait mais il lui prouvait juste en la regardant qu’il était déterminé à tout savoir. Enfin, elle se lança, révélant qu’elle n’était pas flic. Elle était pire que ça. Une agence gouvernementale secrète ? Rien que ça ? Au fur et à mesure des révélations, Will fronça davantage les sourcils. Maintenant qu’elle l’avouait, tout semblait se mettre en ordre dans l’esprit du rouquin. Voilà qui expliquait ses absences répétées. Evelynn était-elle au courant au moins ? Mais ce qui choqua le mutant fut la suite. Les petits criminels, ce n’était pas pour elle. Elle, elle s’occupait des criminels mutants, les plus dangereux. Will en faisait-il parti ? Après tout, il avait tué trois hommes et il était mutant. Certes, deux d’entre eux ne seraient pas regrettés mais cela restait des meurtres. Et même si ce n’était pas forcément de son ressort… si un jour elle apprenait la vérité, elle risquait fort de le coller derrière les barreaux. Et ça, c’était hors de question. Plutôt que de la colère, c’est plutôt de la peur qui commença à naitre dans le cœur du mutant. Pouvait-il lui faire confiance ? Après tout elle venait de lui dire la vérité… Mais il ne savait pas comment elle réagirait si elle apprenait ses actes passés. C’était trop dangereux, mieux valait qu’il arrête de la fréquenter pour éviter tout futur problème.


« Je… vois… Ca doit pas être facile d’mentir à tout l’monde sur c’que tu fais vraiment… T’as qu’à rentrer, moi j’ai des trucs à faire ici. J’me débrouillerais pour retourner chez moi. »

Sans un mot de plus, il tourna les talons et commença à s’éloigner du véhicule.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   Dim 22 Sep 2013 - 19:33

Eleonnora était le genre de femme qui se trouvait bien plus belle que toutes les autres. Elle prenait soin de son corps, le mettait à son avantage et attirait l’attention des hommes. Elle était dotée d’une grande beauté, elle en était terriblement fière. Elle se trouvait encore plus jolie que sa jeune sœur, avec qui elle avait pourtant une énorme ressemblance. Il fallait s’y faire, cela faisait partie de son caractère. Même sa sœur s’en fichait royalement. De toute façon, elle n’aimait pas toujours cette forte ressemblance entre elles.

Quoi qu’il en soit, Will était toujours prêt à se mettre du côté d’Erïka, surtout lorsque sa grande sœur affirmait qu’elle n’était pas aussi jolie qu’elle. Il affirmait qu’elle était une belle femme même si elle ne prenait pas autant soin d’elle. C’était mieux ainsi. Cela lui empêchait de devoir chasser tous les hommes qui auraient la mauvaise idée de s’approcher un peu trop d’elle. Au final, même si elle n’était pas comme Eleonnora, cela ne l’avait pas empêchée de trouver un homme qu’elle aimait et avec qui elle était en couple depuis pratiquement un an.


-« Tu as raison. Tu n’es pas son garde du corps. Elle sait bien se défendre seule, elle aussi, de toute façon. Elle est heureuse avec son copain. Sinon elle ne l’aurait certainement pas laissé lui passer dessus. »
Elle disait ça d’un ton naturel, comme si rien n’était.

Autant discuter de cela n’était pas un problème. Autant parler de son travail lui déplaisait fortement. Que pouvait-elle dire à Will ? Il la confrontait, elle était au pied du mur. Peu de solutions s’offraient à elle. Elle pouvait toujours mentir, ce qui était le choix le plus facile mais lourd de conséquence. Si le rouquin parlait de ses doutes à Erïka, c’était sûr et certain qu’ils allaient finir par faire un lien cohérent et comprendre parfaitement ce qui se passait. D’un autre côté, elle ne pouvait pas tout lui révéler de A à Z. Elle était tenue au secret, elle devait en dire le moins possible. Cela la menait à la dernière solution : donner les informations au compte-goutte. Elle n’avait qu’à répondre aux questions de William sans donner des tonnes de détails.

Gérer cette situation n’était pas aussi simple qu’elle aurait pu le croire. Elle sentait bien le regard de William posé sur elle. Il en disait long sur ce qu’il pensait. Pourquoi tant lui en vouloir pour ce mensonge ? Ne pouvait-il pas s’assoir dans la voiture et l’écouter parler ? Elle voulait simplement lui expliquer que ce n’était pas possible pour elle de dire la vérité. Elle ne pouvait pas tout révéler sur son métier. Elle était tenue au secret, même si cela ne lui plaisait pas. Elle souhaitait qu’il comprenne. Evelynn avait été en mesure de comprendre la situation, bien que de savoir qu’elle partait en mission avec la possibilité de ne jamais en revenir ne lui plaisait pas. Elle ne lui posait jamais une tonne de question et Eleonnora ne lui donnait que peu de réponse. Pour son bien. Elle faisait cela pour le bien de ses proches, également. Qui sait si, un jour, quelqu’un ne tentera pas de s’en prendre à l’une des personnes à qui elle tenait pour tenter de l’atteindre ? Elle s’en voudrait terriblement si cela venait à se produire. Elle voulait éviter ce genre de situation.

Eleonnora ne savait quoi dire d’autre. Elle venait de lui expliquer ce qu’elle faisait et pour quel genre de personnes elle travaillait. Elle ne pouvait en révéler davantage. William devait lui faire confiance. Elle espérait qu’il prenne place dans la voiture et commence à relativiser les choses. Elle n’était pas méchante, elle faisait seulement son travail. Pourquoi ne pouvait-il accepter cela ? Qu’est-ce qui l’empêchait de lui faire confiance ? Elle n’en savait rien. Il décida de s’éloigner, il ne voulait pas rentrer avec elle. Il prétextait avoir des choses à faire. Elle ne le croyait pas. En venant ici, ils pensaient passer du bon temps, rien de plus. Il n’avait jamais eu quoi que ce soit à faire dans cette ville. Il partait à cause d’elle. Son mensonge l’avait-il blessé ? Elle aimerait tant le savoir.

Alors qu’il s’éloignait, Eleonnora cherchait quelque chose à lui dire. Elle souhaitait le retenir, lui prouver qu’il se trompait et qu’elle n’était pas une menteuse. Elle voulait lui faire comprendre les raisons de ses gestes. L’écoutera-t-il ? Acceptera-t-il d’entendre ce qu’elle avait à dire ? Tentant une dernière fois de le retenir, la jeune femme s’adressa à Will.


-« Will… S’il te plait, reviens ici. Monte dans la voiture, je répondrais à toutes tes questions. Peu importe ce que je fais je… je reste la même. Fais-moi confiance… »

Il lui tournait le dos. Il s’éloignait de plus en plus. Ses paroles sonnaient dans le vide. Eleonnora ne pouvait le retenir. Il était trop tard, le mal était fait. Elle resta malgré tout immobile, fixant la direction dans laquelle se dirigeait le rouquin. Lorsqu’il disparut dans la foule, elle soupira. Elle ne pouvait plus rien faire. La jeune femme monta dans la voiture et démarra avec la crainte d’avoir perdu une personne qui lui était chère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apparences Trompeuses [William McKellen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Apparences Trompeuses [William McKellen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Happy Birthday Brother ! [William McKellen & Eleonnora Davidoff]
» Entre frères et soeurs [PV William McKellen]
» Besoin de réconfort ? Frère poule est là [PV William McKellen]
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» William Delacroix [ Voleur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-