X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 28 Juil 2013 - 16:39

Une magnifique et rutilante moto noire se gara près d’autres voitures qui semblaient bien mornes à ses côtés. Du véhicule, deux femmes descendirent. Elles quittèrent l’espace de stationnement afin de rejoindre le terrain de football, non loin de là. C’était la mi-temps. Les équipes se reposaient et planifiaient leur prochain plan de match. Les estrades étaient à moitié remplies des amis, familles et partisans des deux équipes qui s’affrontaient sous un chaud soleil d’été. Afin de mettre un peu d’ambiance, de la musique était diffusée à travers le terrain. Comme si le destin avait décidé d’accueillir ces deux belles jeunes femmes comme il se doit, la chanson qui jouait actuellement se termina. Une autre vint mettre l’ambiance aux alentours de ce terrain.


”Everybody look at me, me
I walk in the door you start screaming
Come on everybody what chu here for?
Move your body around like a nympho
Everybody get your necks to crack around
All you crazy people come on jump around
I want to see you all on your knees, knees
You either want to be with me, or be me!”


La plus grande et la plus âgée attrapa l’élastique qui retenait ses cheveux en un chignon. Dès qu’elle le retira et le laissa tomber sur le sol, sa magnifique chevelure dorée tomba sur ses épaules, ondulant légèrement. Son regard de fauve, dont le maquillage parfait mettait ses iris d’un bleu océanique en valeur, se posait sur le terrain de football. Elle avançait d’un pas assuré du haut de ses talons aiguilles qui faisaient paraitre ses jambes nues encore plus longues. Sa robe courte aux tons bleutés qui rappelaient la mer moulait parfaitement ses courbes. Sa forte poitrine était mise en valeur par un léger décolleté. Son sac à main, assorti à sa tenue, reposait sur son épaule couverte de la fine bretelle de sa robe.

La seconde, plus petite malgré le léger talon des longues bottes noires qui s’arrêtaient en-dessous de ses genoux, portait un style bien différent de la femme qu’elle accompagnait. Malgré la chaleur, elle portait un pantalon sobre, assez moulant, qui rappelait le cuir. Sa veste ouverte était conçue à partir du même matériau. Elle ne portait pas de couleur. Elle était sobrement vêtue, des pieds à la tête. Même le débardeur décolleté aux bretelles de dentelle qu’elle portait était de couleur noir. Retirant son casque, la jeune femme révéla une magnifique crinière blonde qui n’avait rien à envier à qui que ce soit. Elle tomba sur ses épaules, légèrement désordonnées. Une mèche rebelle s’attarda devant l’œil gauche, maquillé de légers traits noirs, de la jeune femme. Elle la dégagea doucement d’un léger mouvement de la tête. Tenant son casque d’une main, elle se dirigeait d’un pas assuré vers le terrain de football. Elle écoutait la musique, observait les personnes qui la regardait, posa son regard sur la femme à ses côtés, puis, s’arrêta.


-« Ok. Stop. Ça suffit l’entrée remarquée de pétasse. On est pas dans un putain de film. Tout le monde nous regarde. »

La plus grande des deux s’arrêta. Elle poussa un soupire agaçé avant de se retourner vers sa jeune sœur.

-« Justement. Tout le monde nous regarde. Nous sommes magnifiques. Tu devrais en profiter, ça ne doit pas t’arriver souvent. »
-« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »
-« Je dis seulement que tu ne dois pas être habituée à ce que les gens te contemple. Tu ne te mets pas à ton avantage. »
-« J’en ai rien à foutre, vois-tu. Je préfère passer inaperçu contrairement à une certaine femme qui a besoin que l’attention du monde entier soit tournée vers elle afin de nourrir son narcissisme. »
-« Tu sais, on pourrait croire que tu es la femme parfaite, comme ça. Mais à chaque fois que tu l’ouvres, on voit bien que tu n’es qu’une gamine arrogante et terriblement chiante. »

La plus petite des deux, nommée Erïka, poussa un long soupir. Elle en avait marre. Elle passa une main derrière sa nuque, effleurant au passage le collier qui entourait son cou. Il était noir et parsemé de petits pics de métal en guise de décoration. Il s’agissait d’un cadeau de sa sœur, tout comme le bracelet assorti qui faisait le tour de son poignet et portait le même type de décoration.

-« Il est où ton ami ? Tu m’avais dit que tu devais le retrouver ici. »
-« Il ne doit pas être très loin. Tiens, le voilà, juste là. Il prend des photos des joueurs. »
-« Dans ce cas, allons-y. »

Elles contournèrent le terrain afin d’arriver du côté de l’équipe locale. Erïka observait les joueurs se trouvant sur les bancs ou simplement en train de discuter entre eux, debout, un peu plus loin. Elle reconnaissait quelques visages pour les avoir vu dans un magazine, une fois. Il y avait un article de plusieurs pages où il était question de l’équipe de football de la ville. L’article parlait surtout du capitaine de l’équipe, mais également d’un membre important à leurs nombreuses victoires. Ce membre, elle le connaissait. Il s’agissait d’Haron, un élève de l’institut. D’ailleurs, elle l’apercevait, un peu plus loin, en compagnie de d’autres joueurs. Avant de s’approcher d’eux, elle se tourna vers sa sœur.

-« Je suppose qu’on se quitte ici. »
-« Pourquoi ? Tu as honte de moi ? »
-« Non. Je me dis simplement que tu vas aller retrouver ton ami et que, moi, je vais aller m’installer pour regarder le match. »
-« Depuis quand ce sport t’intéresse ? »
-« Ça ne m’intéresse pas. Je connais l’un des joueurs. »
-« Huumm… Intéressant. Tu me le présentes ? »
-« En quoi ça t’intéresse de le rencontrer ? »
-« Simplement pour voir à quoi il peut ressembler, quel genre de type il est… »
-« Normalement, ton intérêt-o-mètre tombe à zéro lorsqu’il est question de quoi que ce soit qui a un pénis. En quoi ça t’intéresse de le rencontrer ? »
-« Je suis curieuse, simplement. Il est punk ? »
-« Si tu fais référence à Bobby, je te jure que je t’égorge sur place. »
-« Je te dis à plus tard, dans ce cas. »

Eleonnora salua sa jeune sœur avant de s’éloigner d’un pas rapide. Elle ralentit sa cadence une fois à proximité du terrain, là où elle retrouvait son ami photographe. Elle lui fit la bise et se mit à discuter avec lui, ignorant les regards qu’on pouvait lui lancer.
Erïka, quant à elle, observa les footballeurs afin de trouver celui qu’elle cherchait. Lorsqu’elle eut repéré Haron, elle s’approcha de lui. Elle lui donna une petite tape sur l’épaule afin d’attirer son attention.


-« Hey ! »

Ne sachant quoi dire d’autre, elle esquissa un mince sourire. Après quelques secondes sans rien dire, elle jeta un petit coup d’œil au terrain. Elle avait quelques minutes pour discuter avec lui avant que la partie recommence. Puisqu’il y avait un banc à proximité, elle y déposa son casque de moto, puis retira sa veste qu’elle posa par-dessus. Ce qu’il faisait chaud ! Elle se redressa afin de faire face à Haron, puis replaça légèrement son débardeur. Faire de la moto avec un truc moulant qui a toujours tendance à remonter afin de dévoiler son ventre n’était pas une bonne idée. Même si sa sœur avait parfois bon goût lorsqu’elle s’amusait à la relooker, elle ne pensait pas toujours au côté confort.

-« Il y a un moment que je ne t’ai pas aperçu à l’institut. Qu’est-ce que tu deviens ? »
.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Jeu 15 Aoû 2013 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 4 Aoû 2013 - 19:53

(Hrp: Je tente un autre style d'écriture avec Haron sur ce post...et je trouve que ça donne bien avec Haron)

Encore un match où je suis assis, ça commence à devenir un peu ennuyeux mais bon, c'est Dany, lui et sa technique de rétention d'information : me lancer quand ça se complique pour être sûr que l'on me pense unique clé du match. Il nous la sort souvent celle-la, mais il a pas tort, plus l'équipe adverse pensera que je suis l'unique arme secrète, plus on maintiendra l'effet de surprise pour les matchs du tournoi. Et puis ça laisse le temps aux autres de peaufiner leurs techniques personnelles. Voyons voir comment ça se développe, mouai... Dany toi et tes stratégies bizarres, faire semblant d'être désavantagé pour me lancer comme une arme ultime, t'es carrément barré, mais c'est ce qui te rend complètement imprévisible, je me demande ce que tu vas sortir comme tactique foireuse et tordue pendant le tournoi.

Pfffff, m'emmerde un peu quand même, j'ai bien envie de sortir sur le terrain tout de suite, comme ça ce sera fait. Non j'imagine que ça serait trop rapide de les écraser dés la première mi-temps. Regardez-le, debout comme ça à regarder ce qui se passe sur le terrain, tout le monde qui joue bien le jeu à faire exprès de se faire passer. On devrait bientôt arriver aux prévisions de Dany, s'il a bien calculé son plan ils feront environ trente points et on devra juste faire un point de plus à la deuxième mi-temps. C'est fou, il y a quand même du monde dans les gradins, à croire que les nouvelles du tournoi à suivre intéressent vraiment les gens, savoir quelle équipe y participera.

Hm ? Rhalala Golwel s'il te plait fais un effort, tu es le plus faible de l'équipe, même moi d'ici je vois que tu te fais passer pour de vrai, sérieux heureusement qu'il est bon pour intercepter les passes adverses, parce que niveau puissance physique, mon dieu qu'il est mauvais. En même temps je peux pas trop le blâmer, il a pas du tout le physique de quelqu'un de puissant, par contre rapide et agile, il l'est, un côté androgyne aussi je remarque, très féminin... Tu m'étonne qui se faisait chambrer de petite fille à l'école, je dis ça, j’admets que si je le ramonais dans mon lit j'aurais tendance à oublier que c'est un mec.

Ha bah c'est pas trop tôt, enfin la mi-temps, un peu de repos et j'y vais, ça va leur couper la chique de voir un seul joueur emplafonner tout le monde. Dany ? Il va où ? Je vois... Il doit expliquer aux autres que je rentrerais dés la pause finie, ça va être amusant là. Hm ? Hoooo une jolie voix féminine, une petite fan qui veut m'offrir son délicieux petit cul ? Voyons voir le joli morceau de coqui... ERIKA ? C'est quoi ça ?

-Ho... Heu.. Salut. Je ne savais pas que tu étais là

Et qu'elle portait ce genre de fringue, putain de merde. Je savais qu'elle était baisable mais... Ces vêtements, ce maquillage... elle est putain de bonne en fait, regardez-moi ces lèvres, je te les occuperais bien à quelque chose moi, ce corps, ces jambes, ce fessier et... Du B... Pas loin du bonnet C en plus cette poitrine, ho oui donne-moi du rêve Erika. Dire que j'ai les mains liées, la connaissant elle aurait toujours dit non, enfin faut pas s'avouer vaincu, qui sait, si j'y vais progressivement y aura qu'à dire que c'était un accident, mais bordel, dans un lit je peux t'assurer que j'aurais pas de pitié et que je te ferais connaitre le bonheur comme jamais ton petit copain à la tignasse bleu ne saura le faire. Ok je perds la boule de l'intérieur, mais regardez-moi ça, on a tellement envie de les malaxer bordel, ils ont l'air foutre de dieu de ferme et doux, une vraie petite rockeuse en herbe, mes préférées, avec ça c'est obligé que ce soit une vraie cochonne au plumard, je sais pas ce qu'il s'est passé pour qu'elle change de style pour ça, mais je remercie les cieux pour m'offrir une si belle créature sous les yeux... Je maudis aussi ce bâtard de ciel pour me priver du droit de la baiser et de la garder pour moi.

- Moi ? Ouais j'ai été pas mal pris par les entraînements en ce moment, Dany est encore plus attentionné à notre niveau à cause des match de qualification pour le tournoi. Pour l'instant on suit son plan qui se déroule apparemment... Pile comme prévu putain.

Putain... Comment il a fait ? Trente à zéro, ils ont exactement trente points contre zéro pour nous, où il est ? Où il est ? Le voilà la-bas... Et il a encore ce foutu sourire satisfait caché derrière sa main pour faire semblant de s'inquiéter. Je suis sur le cul, d'où ? D'où arrive-t-il à être aussi précis ? Il a réussi à prédire que la première mi-temps nous donnerait un faux-désavantage, bon j'imagine qu'il voudra qu'on remonte à trente et un point. Mais bon c'est pas tout ça mais... J'ai une putain de bonasse qui me parle, que je ne peux putain de pas baiser alors que ça serait une bonne occasion de lui montrer que son petit copain est un petit joueur à côté de moi. Je suis vert quoi, je ne peux même pas l'avoir pour moi celle-la, je sais pas si c'est un espèce de côté naturel chez elle, mais si elle avait été mienne ça aurait été ma favorite sans aucune hésitation. Bon ça y est, j'ai la troisième corne sur-élevée, heureusement que la tenue cache bien la chose parce que putain sinon j'aurais l'air un peu con.

- Et sinon Erika... Qu'est-ce qu'y me vaut le bonheur et l'honneur de te voir ici, j'avais cru comprendre que tu ne t'intéressais pas du tout à ce sport.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Mer 14 Aoû 2013 - 4:55

Erïka n’avait rien de mieux à faire qu’accompagner sa soeur à un match de football. En fait, elle prévoyait larguer Eleonnora près du terrain et retourner à l’institut. Elle changea rapidement d’idée avant de remarquer qu’il y avait quelque chose de bien distrayant aux abords du terrain. Haron ne lui avait-il pas parlé de l’équipe de football dans laquelle il jouait ? Le voilà, d’ailleurs. La jeune femme s’en approcha, laissant sa sœur retrouver son ami et lui foutre la paix par la même occasion.

Il faisait chaud aujourd’hui. Erïka portait peut-être des vêtements confortables et pratiques pour faire de la moto, mais qui l’étouffaient alors qu’elle restait sous les rayons du soleil. Elle retira donc sa veste de moto qu’elle déposa soigneusement sur son casque, sur le bord d’un banc libre. Pas question de s’encombrer de cela pour l’instant. Elle ne savait pas si elle allait rester pour regarder le match, mais si elle le faisait, aucun doute qu’elle allait finir par regretter sa décision. Comment pouvait-on rester assis ici sous une telle chaleur ?

La jeune femme attira l’attention d’Haron et s’adressa à lui. Elle n’avait rien de bien passionnant à lui raconter, mais elle pouvait toujours s’informer sur le match. Elle ne comprenait pas trop le système de point. Elle avait seulement capté que l’équipe de la ville était en avance sur ses adversaires. Visiblement, Haron était surpris de la voir dans les environs. Erïka avait bien dit qu’elle n’aimait pas ce genre de sport. C’était effectivement le cas. Elle était là à cause de sa grande sœur. Cependant, il ne pouvait le deviner. Il ne pouvait donc pas prévoir et savoir qu’elle serait là pour le match d’aujourd’hui.


-« Eh bien, maintenant tu le sais. »

Afin d’avoir un semblant de conversation, Erïka lui fit remarquer qu’il n’était pas souvent à l’institut. Elle qui y passait tout son temps ne l’avait pratiquement pas croisé dans les couloirs. C’était peut-être une coïncidence, après tout. Alors qu’elle parlait, elle ne réalisait pas qu’Haron était plutôt en train de mater avec envie sa poitrine. Elle écoutait plutôt ce qu’il racontait à propos de ses entrainements et tout cela. Visiblement, son capitaine avait tendance à le couver et faire en sorte qu’il soit à son meilleur pour les matchs. Il voulait mener son équipe à la victoire et, à ce qu’elle avait compris, cela fonctionnait très bien jusqu’à présent.

-« Tant mieux pour vous, alors. Avec lui vous allez sûrement atteindre le tournoi. »

Devrait-elle tenter de s’intéresser à un sport ? Elle se souvenait encore de sa première sortie avec Bobby. Ils étaient allés voir un match de hockey. Elle n’appréciait pas particulièrement ce sport, mais elle avait tout de même fait l’effort d’y assister. Elle ne l’avait pas regretté, au final. Et puis, même pendant le match il avait pris la peine de discuter avec elle pour ne pas qu’elle s’ennuie. C’était si gentil de sa part. Erïka pourrait faire l’effort de rester un peu et de regarder le match de football. N’allait-il pas reprendre sous peu ?

Haron lui demanda ce qui lui valait l’honneur de sa présence. Eh bien, s’il savait qu’elle n’était pas là pour le plaisir, mais plutôt pour rendre service à sa sœur. D’ailleurs, où était-elle, celle là ? La jeune femme se retourna légèrement afin de la repérer. Elle était un peu plus loin, discutant avec des joueurs de l’équipe. Visiblement, ils aimaient beaucoup sa présence. S’ils savaient qu’elle ne faisait la belle que pour gonfler son égo surdimensionné… Ce ne serait pas étonnant qu’elle se récolte quelques numéros de téléphone avant la fin de la partie. Bien sûr, elle n’allait rappeler personne. Elle allait encore moins leur dire qu’elle préférait les femmes. Elle aimait bien trop se jouer des hommes. L’adolescente se retourna afin de faire face avec Haron.


-« Le bonheur et l’honneur ? Vraiment ? » Elle jeta un regard derrière son épaule. « Tu vois la bombasse qui fait la belle devant le reste de l’équipe,  là-bas ? » Fit-elle en pointant sa sœur avant de remettre sa main dans la poche arrière de son pantalon. « Je l’ai accompagnée jusqu’ici pour lui rendre service. »

D’ailleurs, cette dernière lui envoya un SMS, quelques instants plus tard. Erïka attrapa son téléphone portable, dans la poche avant de son pantalon, puis lut le message. Sa chère sœur avait pris la peine de l’avertir qu’il y avait un pervers qui prenait un grand plaisir à la reluquer grâce au message suivant : « Il y a un mec qui louche dans ton décolleté. ». Erïka poussa un soupir avant de lever les yeux vers Haron.

-« Hey, mes yeux sont plus haut. »

Comme le match allait recommencer sous peu, Erïka attrapa ses affaires. Elle comptait s’installer dans les gradins pendant quelques minutes. Comme sa sœur avait cessé de faire la belle devant les joueurs de football et s’avançait en sa direction, la jeune femme songea qu’il était temps de la rejoindre.

-« Je te laisse te préparer pour le match. Je vais dans les gradins. »

Elle fit un bref signe d’au revoir de la main avant de retrouver Eleonnora, l’attendant à quelques pas de là. Aussitôt, la jeune femme ne se gêna pas pour parler de ce qu’elle venait de voir, malgré que fait qu’Haron pouvait clairement l’entendre.

-« Tu lui as tapé dans l’œil, on dirait. »
-« Roooh ! Ta gueule. »
-« Tu n’as pas vu les regards qu’il te lançait ? Tu aurais pu en faire ce que tu veux, j’en suis certaine. »
-« Je me fiche de comment les gens me regarde. Et je ne m’amuse pas à manipuler les hommes comme toi, je te signale. »
-« Tu devrais en profiter, tu ne dois pas être souvent remarquée des garçons. »
-« J’en ai rien à foutre ! Ferme-la avant que je ne t’en colle une. »
-« Tu n’es pas marrante. Allez, je suis sûr que ce mec est en train de mater ton beau petit cul ! » Fit-elle avant de taper les fesses de sa sœur, ce qui fit sursauter cette derrière.
-« T’as vraiment osé faire ça !? Tu vas le payer, pétasse ! »

Toutes les deux discutaient… s’engueulaient comme à leur habitude, tout en rejoignant les gradins. Elles prirent place à la première rangée, là où il y avait de la place. Erïka posa ses affaires à ses côtés et porta son attention sur ce qui se passait sur le terrain.  Il était temps de voir un peu d’action.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Ven 16 Aoû 2013 - 17:55

On peut dire que ce serait pas une journée que j'allais regretter, Erika qui vient me voir pendant un match, de quoi faire craquer le slip mais bon, la tenue cache, faite que la tenue cache bien... Oui elle cache bien. Enfin bon, le match semble se passer très bien vu la stratégie de Dany, je fais comme d'hab', enfin... Comme Dany aimerait que je le fasse moins, ouais il aime pas quand je brise les os de mes adversaires sur le terrain mais ça, c'est qu'un détail, je l'admets, je n'aime pas trop me retenir sur le terrain, je suis un homme de ligne oui ou merde?

Enfin ouais, Erika est là, j'ai la gaule parce que putain ce qu'elle est bonne, problème que Bobby et toute cette histoire... Rien à foutre, je ne le tolère pas, je trouverais un moyen d'au moins la sauter une nuit, ça au moins, on peut dire ce que l'on veut de moi je m'en bat la rate, elle sera MIENNE. Bon c'est pas tout mais, y a pas que le cul dans la vie, c'est moi qui dit ça putain, enfin bon on va tenter de garder sa troisième corne tranquille pour l'instant, le jour venu, tu seras à moi ma jolie Erika.

Si on va atteindre le tournoi, c'est sur, hors de question qu'on se fasse éjecter après tout ce qu'on a traversé. Il est temps pour nous de nous affirmer en tant que véritable équipe. Pour l'instant je sers d'écran pour masquer les talents des autres joueurs, même si je suis quand même un joueur aussi important que les autres, non mais attend, je suis pas moins important quand même.

- C'est sur, on va pas se laisser sortir des éliminatoires comme ça.

Donc bon, elle n'est pas venue d'elle-même, m'en fout elle est quand même là, à mon plus grand plaisir, ha bah oui ça fait plaisir, c'est tout plaisir dans mon pantalon là... Elle fait presque du C bien moulé bordel comment vous voulez que je sois pas à l'étroit bordel? Donc elle accompagne quelqu'un.... Pardon? C'est quoi cette femme? Bonnassité niveau cinquante bordel, elle est putain de méga... Bandante, désolé mais c'est tout ce qui me passe par la tête, c'est bon là... J'ai plus de place dans mon pantalon, je vais finir par humidifier mon futal sans avoir rien fait. Au passage, se ressemble grave non?

- C'est moi ou il y a une grosse ressemblance entre vous deux? Laisse deviner... C'est ta frangine. En même temps, ça parait logique, deux sœurs aussi belle l'une que l'autre... Ça se tient.

Ha bah oui je vais pas sortir "bonne" ou "bandante" comme ça, je vais tenter de rattraper le coup de notre première rencontre quand même... Ça va être un peu dur parce que l'une comme l'autre sont méga-bonnes, même si la grande sœur, c'est obligé que ce soit sa sœur sinon c'est pas logique une seule seconde. Bon sinon c'est pas tout mais, faut que je tente de décrocher de cette belle poitrine que j'ai en face de moi, mais c'est trop dur putain, ça à l'air si ferme et doux rien qu'à regarder, je veux, je veux, je veux... C'est comme un fruit de la passion hors de portée, tu dois faire preuve d'ingéniosité pour obtenir ce fruit délicieux et savoureux ce fruit dans la luxure et profiter de sa pulpe et de son jus... quoi? Moi pervers? Sans déc' ? Oui je le suis et alors? J'en suis fier.

- Hein? Tes yeux... De quoi? Ho ha heu oui... Pardon... Tu as remarqué.

Bon je vais pas le nier non plus, je mate. Sinon c'est pas tout, mais en effet il serait peut-être temps que je me prépare pour la deuxième mi-temps. Ça va être mon entrée là et je vais faire un sacré ménage et ce mec là qui pousse comme un bourrin, il va voir qui c'est le plus bourrin.

- Ouais ok, j'espère que tu profiteras quand même du match même si tu t'intéresses pas trop à ce sport.

Bon la voilà qui remonte.... Hannnnn dandine ce petit cul en remontant oui, c'est tellement beau à voir et cette sœur bordel, d'où est-ce qu'on a le droit d'être aussi bien gaulée... Garde ton calme, garde ton calme tu vas tacher ton slip mon petit Haron. Hein? Ha bah oui, Dany me rappelle à l'ordre, normal.

Dany: Bon, tu comptes revenir avec nous le zombie du sexe? Ou tu compte te palucher la troisième corne sur le terrain?

- C'est bon je suis en service. C'est à moi de jouer je suppose.

Dany: Ouais.

Bon je fais quoi là? Je fais une connerie habituelle, on est sur le banc, je regarde le terrain, les joueurs se positionner et moi, je mets mon protège-dent que je... Mâchonne avant de le cracher en morceau... Cherchez pas à comprendre, moi-même je ne m'explique pas toujours.

Dany: C'est pas vrai, tu sais que c'est toi qui me coûte le plus en protèges-dents. T'as de la chance, j'en ai eu marre et j'ai préparé de quoi faire. Tiens, il devrait tenir le coup celui-ci... Fabriqué en métal spécialement pour toi.

- He ben... T'as du-y mettre une petite fortune... Il me va comme un gant.

Bon ben, je fais quoi ? A votre avis? Je l'enfile, je vais pas me l'enfoncer... Logique un peu. Bon après je vous passe les restes de la discussion, il me demande de ne pas trop amocher les joueurs adverses, se rattrape amusé comme quoi ça sert à rien de me dire ça et moi, forcément je lui réponds encore plus amusé que, oui, ça sert à rien de me dire ça. Je suis debout, allez je me donne un peu en spectacle, parce que j'aime ça, on prend une grande inspiration et on pousse un grand cri, Ok j'avoue j'ai fait fort, j'ai provoqué un grand silence dans toutes les tribunes, y en a deux trois qui ont les mains sur les oreilles, c'est ça qui est fun.

J'entre sur le terrain tranquillement parce que bon c'est pas tout ça, mais j'ai un match moi. J'y suis, face à mon ennemi, le chrono prêt à être lancé. Dany lui, qui est resté sur le banc, assis les coudes sur les genoux la tête posée entre les mains. Donc c'est pas lui le quarterback actuel, oui, car on a plusieurs quarterbacks au foot américain, on a le droit, c'est même conseillé si l'actuel est hors jeux. TOP, le jeu commence, voyons voir à quel point tu es solide mon gros, j'ai pas besoin de mon pouvoir pour t'écraser, Dany m'a suffisamment harcelé pour que je sois super fort sans mon pouvoir, ce qui en soit est une bonne chose. Je sens ses mains se plaquer contre mon torse, dommage pour lui, il a beau pousser, je bouge pas d'un centimètre, moi par contre, j'ai juste à pousser, oui je suis en train de beugler, faut dire que quand je joue, j'ai tendance à me laisser aller.

Dany: J'ai l'impression de parler à un mur des fois. Je lui demande de ne pas en faire trop et de garder du jus en réserve... Jamais il le fait, je sens qu'il va encore faire des blessés.

J'ai plus qu'à le mettre hors jeu, je lui attrape l'épaule de ma main gauche, je le pousse en avançant et je lui déboîte le bras droit et par la même occasion et je l'écrase au sol.

(Fin du match)

Bon, oui le match est fini. Plus tôt que prévu, raison? Heuuuu, j'ai un peu blessé plus de la moitié des joueurs nécessaire, on est remonté au score, on a trente et un point, contre trente points, mais bon, abandon obligé pour trop de joueur hors d'état de jouer, mon rôle c'est de rentrer dans le tas je le fais... Et Dany? Il est toujours sur le banc la tête soutenue par ses mains.

Dany: Halala, comme d'hab'. Il a fait un vrai ménage. Pas très subtil tout ça.

(Dehors)

Au final j'ai un peu faussé compagnie aux autres, j'ai pris une douche et me suis lavé en vitesse en m'excusant auprès des autres de devoir partir aussi vite, mais j'ai peu de temps devant moi je pense. En effet j'arrive juste à temps je crois. Je vois Erika s'avancer vers sa moto... De justesse en effet, elle était seule, sa sœur avait dû aller ailleurs, dommaaaaage, je voulais mater un peu, m'en fout j'ai la petite sœur à dévorer des yeux pour l'instant, viendra le jour où elle ne portera rien et sera contre moi.. ou portera une belle tenue bien sexy, mais ça.. On attendra.

-Hey, Erika... Je te chope tout juste à ce que je vois. Dis, je voulais savoir, ça te dirait pas qu'on fasse un tour avant de rentrer à l'institut? Ça presse pas tant que ça de rentrer si?
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Lun 19 Aoû 2013 - 22:04

Erïka et sa soeur auraient parfaitement pu être des jumelles à la naissance. Le seul problème était qu’elles avaient six ans et une mère de différence. Elles avaient pour point commun d’être toute deux nées en Russie, mais sans plus. Elles avaient vécu dans des conditions tout à fait différentes avec des parents différents, si on considérait qu’Erïka avait eu des parents. Quoi qu’il en soit, on pouvait dire que la ressemblance entre les deux sœurs était frappante. Cependant, au niveau du caractère, tous les éloignaient. L’une adorait socialiser et faire la belle devant les hommes afin de faire gonfler son égo alors que l’autre préférait se fondre dans la masse et ne laissait personne l’approcher sans quoi elle montrait les crocs.

Haron ne rata pas du tout cette ressemble lorsqu’Erïka désigna sa sœur, au loin. Il fallait être con pour ne pas voir qu’elles étaient pratiquement jumelles. Le lien se faisait aisément. Elles étaient aussi belles l’une que l’autre, comme le disait le jeune homme. Effectivement. Les compliments n’étaient pas vraiment le truc de l’adolescente. C’était plutôt à sa sœur qu’il fallait dire ça. Elle se fera un plaisir de vanter sa beauté et son arbre généalogique où toutes les femmes de sa famille étaient de vrais modèles de beauté.


-« Oui, c’est ma grande sœur. Les compliments c’est plutôt son truc à elle, mais… merci. Je me demande pendant combien de temps ton équipe va encore baver devant elle avant de réaliser qu’elle est casée. »

Combien de temps encore avant qu’Haron ne décroche ses yeux de sa poitrine ? Bonne question. En fait Erïka n’y faisait pas trop attention. Elle était plutôt occupée à observer le petit jeu de sa sœur. Et puis, elle ne penserait pas qu’un autre homme plongerait son regard dans son décolleté. Pourtant, c’était le cas. Après le serveur du restaurant ce matin, après le facteur qui était passé porter un colis à Eleonnora, voilà qu’Haron aussi profitait de la vue. Plus jamais elle n’écoutera les conseils de sa sœur. Elle aurait dû suivre sa première idée et mettre un t-shirt, ce matin. Pourquoi s’était-elle laissée tenter par ce joli débardeur qu’elle lui avait offert ?

Heureusement, Eleonnora était là pour sa très chère sœur. Elle lui fit remarquer, par SMS, que son interlocuteur observait sa poitrine avec intérêt. Découragée, Erïka soupira avant de signaler à Haron que ses yeux se trouvaient plus haut. Maintenant, il bafouillait, s’excusait de ce geste. Il venait de remarquer qu’elle avait remarqué. Elle espérait seulement que ce petit manège ne se répètera pas.

-« J’ai pas de mérite, même ma sœur l’a remarqué depuis l’endroit où elle se trouve. » Fit-elle avant de ranger son téléphone dans sa poche.

Enfin, le temps filait à grande vitesse et le match allait reprendre sous peu. Erïka ramassa ses affaires afin de s’installer dans les gradins avec sa sœur. Elles avaient une place au premier rang, là où elles pouvaient voir toute l’action. Pour en avoir, ça il y en avait. Il y avait des joueurs qui se plaquaient, qui se sautaient dessus pour un stupide ballon. Certains d’entre eux finissaient même blessés. C’était quoi ce sport de brute ?


-« Va falloir que tu m’expliques un truc, Sestra. Pourquoi des mecs décident de passer leur temps à se taper dessus pour un putain de ballon ? »
-« Pourquoi tu passes ton temps à taper sur un sac de sable ? »
-« Pour devenir plus forte. »
-« Dis-toi que pour certains, c’est leur façon de prouver leur force. Pour d’autre c’est simplement pour… oh mais t’a vu la nana là-bas ? Ce qu’elle est canon ! »
-« Et elle est brune. D’ailleurs, pourquoi tu dois mater les autres femmes si tu es déjà en couple ? »
-« Oh, très chère, il te faut apprendre une leçon importante de la vie. Ce n’est pas parce que tu as choisis le plat principal que tu ne peux pas continuer de regarder le menu. »

Lorsque le match fut finalement terminé, Erïka salua sa sœur. Cette dernière était partie rejoindre son ami, un peu plus loin. L’adolescente supposa qu’il était maintenant temps pour elle de rentrer à l’institut. De toute façon, elle n’avait plus rien à faire en ville. Elle se dirigeait vers sa moto lorsqu’Haron arriva à ses côtés. Il lui proposait de rester un peu en ville, de faire un tour quelque part avant de rentrer à l’institut. Pourquoi pas ?


-« Si tu veux, il y a un endroit où tu veux aller ? »

L’adolescente déposa son casque sur le banc de sa moto avant d’enfiler sa veste de moto. Il faisait peut-être chaud, mais elle n’avait pas envie d’être blessée en cas de chute. Il valait mieux prévenir que guérir. Lorsqu’elle eut refermé sa veste, elle attrapa son casque puis enfourcha sa moto. Pour l’instant, elle souhaitait seulement quitter cet espace de parking avant que tout le monde ne fasse pareil. Les gens quittaient peu à peu le terrain et ce sera le bordel lorsque toutes les voitures tenteront de rejoindre la route en même temps.


-« T’as qu’à t’assoir à l’arrière et à bien t’accrocher. Je veux sortir d’ici au plus vite. Je vais me garer à Central Park, ce n’est pas très loin. »

Lorsque cela fut fait, elle attrapa ses clés et démarra la moto. Elle n’avait qu’un seul casque alors il fallait espérer qu’elle n’ait pas d’accident sur le chemin. Quittant l’espace de stationnement, elle se faufila sur la route aisément. Elle s’éloigna du terrain de football et se dirigea vers Central Park. Ils trouveront bien quelque chose à faire une fois là-bas, quitte à changer de destination.

Une fois arrivée à bon port, l’adolescente coupa le moteur de son véhicule puis retira son casque. Sa chevelure blonde tomba en cascade sur ses épaules. Elle y passa une main afin de les replacer. Elle ne savait pas trop de quoi elle avait l’air, mais elle s’en fichait. L’adolescente se tourna vers Haron.


-« Alors, on descend où tu vas envie d’aller voir ailleurs ?
»
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Sam 24 Aoû 2013 - 20:29

Bon, récapitulons, j'ai une bombe qui en profite pour regarder mon match et qui a une sœur juste méga-bonne, je suis aux anges, je viens d'entrapercevoir le paradis, bien que j'aimerais en voir plus, genre, quelques vêtement de moins sur la peau, je m'occuperais bien de la couvrir moi-même par la suite, question de logique. Sinon en dehors de ça, toujours aussi dur de lui faire comprendre qu'un compliment ça reste toujours à prendre, enfin bon elle est du genre un peu froide avec les gens, ce qui est un peu agaçant je l'admet, mais bon elle est pas méchante au final, si on met de côté le fait qu'elle soit bien roulée c'est une fille sympa en dehors du fait qu'elle soit un peu froide au départ.

- Bah moi quand je complimente c'est que je le pense, je vais pas dire que t'es un laideron, ce serait un mensonge tellement énorme que ça en ferait trembler le sol.

Bon et une blague de merde... UNE. Non sans blague j'avais pas mieux derrière la tête là, je me retiens de dire que ça sœur me ferait baver aussi je préfère ne pas m'attirer encore plus son exaspération... Faut que j'admette, chance de la sauter la petite Erika... Zééééro, elle a pas l'air du genre à être infidèle à son mec, dommage qu'elle soit pas du genre volatile côté sexe, boarf on peut toujours prier un miracle soudain et qu'au pif j'ai une ouverture, mais bon je vais pas me ruiner la santé à ça, j'admire le paysage c'est déjà ça, de toute façon j'ai largement assez de bottom-bitch à moi pour compenser. Maiiiis, ça ne m'empêche pas de faire quelques approches de temps à autres non plus, mais je vais pas me ruiner à ça non plus.

- Ha? Elle a vu depuis la-bas.... Elle a l’œil dis donc.

Bon, discussion faite, le match est passé et j'ai rejoint Erika une fois le tout terminé. Et bordel de merde, elle est foutrement sexy dans cette tenue de moto, d'ailleurs la dernière fois que j'ai eu à faire avec une moto... ça s'est pas bien passé... Par accident on, un autre mutant que j'ai croisé en ville, on s'est bastonné et disons que j'ai un peu utilisé sa moto pour l'assommer... Résistant l'animal... La moto moins, mais je l'ai quand même assommé, je crois que son pouvoir s'était un truc du style ossature incassable ou une merde du genre. D'ailleurs en parlant de combat, y a ce mutant que j'ai vu une fois, un monstre de puissance physique, je crois que j'ai jamais vu un type aussi balèze de ma vie.

Enfin bon, analyse de la situation, je suis dans ma tenue de ville, Erika en tenue de moto et je vais être collé à Erika le temps du voyage... J'espère être à l'avant parce que sinon... Voilà quoi.

- Non, ça va, tu choisis la destination, moi quand je me balade c'est toujours au pif dans la ville. Donc tu peux choisir.

Donc au final elle me dit de monter à l'arrière, d'accord, bon ben je vais pas pouvoir éviter de le faire remarquer, ma troisième cornes va pas se retenir. Je monte derrière elle sur la moto et je lui laisse le temps de démarrer la moto, le vent est bon sur le visage, faisant valser mes cheveux et... Haaaaaarg c'est pas vrai ça sert à rien elle est trop sexy comme ça, tout est moulé à la perfection, ses hanches, ses cuisse, son fessier et bordel ses deux globes avant et moi qui suis derrière accroché à elle tout en ramenant mon bassin en arrière, non parce que si je suis totalement collé à elle voilà quoi, y a le cornu en bas qui pointe grave son nez et vous qui me connaissez bien vous savez qu'elle le sentira beaucoup trop aisément, mais bordel elle est tellement bonne, j'ai tellement envie de remonter mes mains pour les sous-peser... Et faire plein d'autre chose avec... Ho hooo, imagine tellement le truc, une moto à l'arrêt sur le bord de la route du retour et nos deux corps dans une étreinte bestiale hors de vue des regards indiscrets, raaaah non n'imagine rien Haron ça ne va rien arranger, du calme, du calme... pigeon crevé, poubelle pleine de vomis.... Erika s'offrant à moi, nonnnn je n'y arrive pas c'est trop dur.

Bon, voyons, on arrive à destination, Central park, un choix agréable, un bon endroit pour une partie de jambe en l'air dans les buissons, Raaaaag c'est trop dur, pourquoi ai-je été si lent à y prêter attention? Pourquoi ne l'ai-je pas sauté pendant qu'elle était libre... Ha oui je sais... Je faisais le con et je baisais complètement ailleurs. Bon je descends de cette moto puisqu'on y est.

- Heu ouais ça me va et donc t'as une idée d'où aller sinon?

Derrière les buissons, allez derrière les buissons que je m'occupe de toi. Nan, mais je rêve trop là, mais bon, faite que ça se voit pas trop que j'ai la foutue trique, du moment quelle baisse pas trop son regard c'est bon, j'ai eu de la chance jusque là que mon bassin ne soit pas collé contre elle parce que là... Ma troisième corne aurait pas tenue le coup là.

- Bah je pense que le centre commerciale est ouvert là.... Ouaiiii trois heures de l'après-midi il est encore ouvert pour un bon moment.

Ou derrière les buissons, toute nue avec moi... Non? Je rêve toujours? Bordel de merde c'est pas juste, y a plus qu'à espérer et souhaiter qu'avec de la chance ça casse avec son mec... Oui je souhaite que ça casse avec son mec pour pouvoir la garder pour moi, ceux qui me trouvent monstrueux... Je les emmerde.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Jeu 29 Aoû 2013 - 18:01

Erïka était une belle jeune femme. Elle se sentait bien dans sa peau et dégageait une certaine assurance. Elle montrait toujours une telle attitude comme pour se protéger des autres. En se montrant forte, elle camouflait facilement ses faiblesses. Si elle avait bien du mal avec les compliments, n’étant pas habituée à en recevoir, surtout d’une autre personne que son petit ami, elle n’avait aucun mal à croire qu’elle était une belle femme. Au moins, elle le savait et se l’avouait. Elle n’avait pas de style particulier, elle portait des vêtements pour être confortable, rien de plus. Par contre, lorsqu’elle sortait avec sa demi-soeur, elle était parfois transformée en véritable poupée. Comme aujourd’hui. Si elle ne détestait pas la tenue qu’elle portait, la jeune femme n’aimait pas du tout le fait que son décolleté attirait bien trop les regards masculins. S’il ne faisait pas si chaud, elle mettrait sa veste de moto. Haron matait un peu trop sa poitrine à son goût. Même Eleonnora, en train de discuter un peu plus loin, n’avait aucun problème à le constater.

-« Oui, elle a de sacrés yeux lorsqu’il est temps de remarquer ce genre de choses. »

La jeune femme décida malgré tout de rester et de regarder le match de football avec sa demi-sœur. Au final, elle s’ennuyait. Ce n’était pas très intéressant. Elle préférait rentrer à l’institut. Comme il ne restait plus beaucoup de temps au match, elle le regarda jusqu’à la fin avant de saluer sa sœur. En se dirigeant vers sa moto, Erïka eut la surprise qu’Haron vienne la rejoindre. Il voulait qu’elle le ramène ? C’était toujours faisable. Cependant, le jeune homme ne tarda pas à lui faire une autre proposition. Pourquoi ne pas se balader un peu en ville, plutôt ? L’adolescente accepta et détermina la destination. Elle monta sur son véhicule et demanda à Haron de se placer derrière elle.

Pendant le trajet, elle s’attendait à ce qu’il s’accroche à la moto, comme le faisait Cassandra lorsqu’elle voyageait avec elle. Eh bien non. Il s’accrochait carrément à elle et cela ne lui plaisait pas. La seule personne qui pouvait le faire était Bobby. Or, comme Haron était loin, très loin d’être son petit ami, la jeune femme n’allait pas le laisser faire. Elle ne supportait pas les contacts physiques avec des gens autres que ses proches. À un feu rouge, elle releva la visière de son casque et se tourna du mieux possible vers le jeune homme.


-« Accroche-toi à la moto. Je ne supporte pas qu’on me touche. » Fit-elle froidement avant de rabaisser sa visière.

Elle démarra au feu vert et parcourut les rues jusqu’à Central Park. Elle trouva un emplacement où se garer puis coupa le moteur. Elle descendit de la moto et retira son casque, faisant tomber ses cheveux en cascade sur ses épaules. Elle les replaça négligemment d’une main. De toute façon, elle s’en fichait un peu de la tête qu’elle avait. Rangeant ses clés dans une poche intérieure de sa veste, la jeune femme retira celle-ci, par la suite, et la conserva dans ses bras. Haron lui demanda où ils allaient comme ça


-« Aucune idée. On trouvera bien quelque chose à faire. Sinon, on aura qu’à rentrer à l’institut. À moins que tu ne te trouve une minette à baiser sur le chemin. »

La jeune femme n’était pas naïve. Elle avait entendu des rumeurs, des bruits de couloir sur Haron. Cependant, elle ne leur accordait aucune importance. Après tout, les paroles se déformaient si facilement par le bouche à oreille. Impossible de savoir ce qui était vrai ou non. Par contre, si elle se fiait à ce qu’avait dit, un soir, le colocataire du jeune homme, ce dernier était du genre à coucher avec un tas de minettes qu’il osait ramener à l’institut. Il avait intérêt à choisir des mutants. Il ne faudrait pas qu’un humain découvre leur secret. Ce genre de mésaventure était déjà arrivé une fois, mais par chance il n’y eut aucune conséquence suite à cela. La prochaine fois, ce ne sera probablement pas ainsi.

Ne sachant trop où aller, Haron proposa finalement le centre commercial comme destination. Pourquoi pas ? Erïka le connaissait par cœur à force d’y faire du shopping avec sa sœur. D’ailleurs, la dernière fois, elle avait aperçu une magnifique veste de moto qui pourrait aller à merveille à Bobby. Devrait-elle l’acheter ? Puisqu’elle n’avait pas à se soucier de ses finances, pourquoi pas ? Une petite dépense de temps à autre ne lui faisait jamais de mal. L’argent de poche que lui donnait son père s’accumulait dans son compte bancaire. Elle ne le dépensait pas très souvent. Parfois elle allait au restaurant, parfois elle allait s’acheter un paquet de cigarette. Elle ne faisait rien de plus de son argent.


-« C’est une idée. Il y a une boutique par laquelle je veux passer, d’ailleurs. »

Une fois au centre commercial, la jeune femme se dirigea vers la boutique de son choix. Elle y entra sans trop demander l’avis d’Haron. Le commerce n’était pas très grand, il vendait des accessoires pour véhicules sans faire dans la mécanique. L’adolescente trouva la veste qu’elle avait vue l’autre jour. Elle était plus belle que dans ses souvenirs. Il s’agissait d’un veston de cuir fait spécialement pour la moto. Bobby aurait fière allure dans cette tenue. Curieuse, Erïka regarda le prix… qui n’avait d’égal que la beauté de ce vêtement. C’est fou ce que ces trucs pouvaient être cher. Malgré tout, cela n’allait pas la faire changer d’avis. Elle attrapa la veste à la bonne taille puis tourna les talons.

-« Ce ne sera pas long. Je vais payer ça et on pourra changer de boutique. »

Elle s’avança à la caisse et déposa la veste sur le comptoir. Elle sortit son portefeuille de la poche intérieure de sa propre veste et en tira l’argent nécessaire pour payer son achat. Il devait y avoir plus d’une dizaine de billets verts dans ce qu’elle tendit au vendeur. La jeune femme payait rarement avec sa carte bancaire. Elle se contentait de retirer de l’argent à la banque grâce à elle. Une fois la transaction terminée, la jeune femme rangea son portefeuille et attrapa le sac contenant son nouvel achat. Quelques secondes plus tard, elle quittait la boutique.

-« Je te laisse choisir la prochaine destination. Ce n’est pas comme si j’avais besoin de quoi que ce soit ici. Où est-ce que tu traines, habituellement ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 8 Sep 2013 - 1:16

(Désolé pour les fautes, la correction à foiré la première fois ça m'a saoulé) je gère

Heureux? Oui, je le suis, pourquoi ne le serais-je pas ? Je suis derrière elle, même si j'aimerais être derrière elle dans d'autres circonstances et elle dégage un si bon parfum, on a envie de goûter cette gourmandise vivante, allons bon tu te calmes Haron, tu te calmes. Voyons la situation, j'ai Erika qui roule, on est sur une route relativement calme, mais je ne peux pas la toucher, franchement ça fait mal au cul de pas pouvoir toucher alors qu'on en crève d'envie, vous me direz, j'ai tellement de moyen de remédier à ça, non je ne la droguerais pas, même si ça pourrait régler le problème très facilement. C'est vrai qu'elle doit être mignonne lorsqu'elle est consentante et qu'elle se laisse faire, MAIS.... Pour des raisons personnelles, je ne lui ferais pas ça.

- Mouais si tu veux... Je te tripote pas non plus hein... Je m'accroche, comme on se doit de le faire sur une moto.

Elle n'aime pas les contacts physiques, elle doit pas dire la même chose avec tête de givre je te parie, je suis sûr qu'elle l'incite même à toucher plus que l'habituel, faudra que je tente de placer une caméra dans la chambre de Pic à Glace pour voir à quel point ils sont chaud. C'est long, c'est très long, je trouve. Je déteste rester inactif comme ça... BUISSONNN!!! Je veux la sauter dans un buisson, la prendre et la retourner dans toute les positions... Bahhh, j'aurais qu'à prendre une de mes soumises et l’appeler Erika pendant l'acte, quitte à lui mettre une perruque blonde de temps en temps.

Enfin on arrive à Central Park, c'est pas trop tôt. Heureusement que j'ai emmagasiné de l'argent parce que j'ai un achat à faire là. Ha d'accord, elle est courant que je baise à tout va. Bah ouais je baise à tout va, j'adore les foufoune et les culs c'est pas ma faute si je suis un mâle à l'instinct de reproduction primaire et j'aime ça.

- Nonnnnnn, t'en fais pas ma grande. Je me rattraperais une autre fois, mais je persiste à dire que tu loupes quelque chose en refusant de t'y essayer.

Moi prétentieux? Oui et alors? Si un jour elle se laisse tenter par l'expérience de faire des trucs avec un autre homme, plus expérimenté et qui s'est déjà tapé une couguar, ho hooo, ma dernière couguar je me suis régalé avec elle je l'admets... Mais je crois que je m'éloigne du sujet là. Donc voilà qu'elle part acheter un truc, je la suis jusque dans un magasin de vêtement de moto, c'est vrai que ça coûte cher ces machins, mais elle a du gout faut dire, tout ça pour son petit copain, j'ai vraiment du mal à comprendre les méandres de l'amour, bah pourquoi se crever à comprendre ça, y a les gens qui sont fait pour aimer et être aimés et y a ceux qui sont pas fait pour être aimés... Moi je suis dans la deuxième catégorie et je m'en contente parfaitement, chacun sa place et j'ai compris la mienne.

- Et ben, qu'est-ce que tu mets pour Tête de Givre. Faut croire que l'amour est un truc qui m’échappera définitivement. Attend pour la suite j'ai moi aussi un petit achat à faire, j'ai économisé pour ça.

Sur ce je me lance vers une boutique de musique que je connais bien, tellement bien que les employés m'aiment bien. J'entre dans la boutique, David est à son poste en train de tapoter sur un batterie pour passer le temps.

- Hey David comment tu vas poupoule?

David: Hééé, le petit Karzen, t'as l'air en forme gamin. C'est qui la charmante demoiselle? Ta chérie?

- Nan, juste une amie, elle achetait un truc pour son mec. Dis, t'as toujours la guitare de la dernière fois?

Sur ce il m'amène à mon trésor, j'ai économisé plusieurs mois pour cette nouvelle guitare, car oui j'aime avoir plein de guitare à la maison, celle-ci sera ma huitième guitare et c'est surement la plus chère que j'ai jamais acheté, je retrouve mon trésor, une guitare ESP Snakebyte Noir, elle est magnifique, le tout pour un total de...

- 2290 Dollars c'est ça?

David: Yep, elle est chère mais elle vaut le coup. Tu la voulait celle-la hein?

- Carrément, t'as pas idée de combien je me suis crevé pour avoir suffisamment d'argent.

Sur ce j'encaisse l'engin, et celle-la, elle va être bichonnée. Y a pas à dire, une guitare y a pas plus beau... Et plus chère aussi par moment. Sur ce je ressors du magasin en saluant David, j'aurais bien papoté avec lui mais bon, je vais pas retenir Erika trop longtemps ici.

- Bon, et si on allait se bouffer un truc, parce que je sais pas toi, mais ce match de tout à l'heure m'a bien ouvert l'appétit. Et pas de Mcdo, je digère pas leur merde.

Ou plutôt... Je digère pas la viande bovine en fait.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 8 Sep 2013 - 4:45

Erïka voyageait rarement avec des passagers depuis qu’elle avait sa propre moto. Auparavant, elle conduisait celle de Bobby ou elle s’accrochait à lui lorsqu’il était au volant. D’ailleurs, elle adorait qu’il l’enlace tendrement lorsqu’ils étaient sur le même véhicule. Elle sentait rarement la fraicheur de son corps à travers leurs vestes de moto, mais cela ne l’empêchait pas d’apprécier le contact. Cependant, il était le seul à pouvoir se rapprocher ainsi d’elle. Lorsqu’elle était au volant, la jeune femme refusait qu’on la touche. Habituellement, les gens s’accrochaient à la moto et non à elle. Cependant, Haron avait fait l’erreur de passer les bras autour de sa taille. L’adolescente ne se gêna pas pour lui faire remarquer ce détail et lui dire de mettre ses mains ailleurs que sur elle. Elle n’aimait pas les contacts physiques.

-« Eh bien, puisque t’es sur ma moto, c’est elle que tu vas toucher. Pas moi. »

Une fois à Central Park, il fallait trouver quelque chose à faire. Erïka narguait Haron en sous-entendant qu’il se cherchait peut-être une énième femme à baiser. Elle avait compris qu’il n’était pas du genre à être en couple et fidèle, mais plutôt à se la jouer comme une abeille qui butine de fleur en fleur. Cette fois-ci, le jeune homme ne comptait pas se ramasser une belle pétasse pour s’amuser au lit… à moins qu’Erïka ne soit intéressée par lui. L’adolescente laissa échapper un petit rire et poussa amicalement Haron sur le côté. Il n’était pas sérieux, tout de même ? Jamais elle ne tromperait Bobby avec un autre homme. Elle était folle amoureuse de lui et elle lui restait fidèle. Pas question d’aller voir ailleurs. Et puis, ce n’était pas comme s’il la laissait de glace au lit…

-« Ahah ! Laisse-moi rire. Je ne loupe rien, j’en suis certaine. Contente toi de tes greluches, j’ai déjà l’homme idéal et je ne suis pas prête à le lâcher de sitôt. »

D’ailleurs, elle n’hésitait pas à dépenser de l’argent pour celui qu’elle aimait. Être une gosse de riche avait ses avantages, parfois. Elle avait une assez belle somme pour acheter la veste de moto de son choix pour Bobby. Elle opta pour celle qu’elle avait déjà repérée, quelques temps plus tôt. Elle n’avait pas besoin de beaucoup de temps pour trouver ce qu’elle cherchait et n’allait donc pas obliger Haron à attendre après elle pendant une éternité. Ce dernier l’avait sagement suivi à l’intérieur du magasin. Il fit même un commentaire au sujet de ce couteux cadeau pour Bobby. Comment il l’avait appelé ? Erïka fronça les sourcils. Elle observa le jeune homme pendant deux secondes avant de se tourner complètement vers lui. Elle s’adressa à lui, par la suite, d’une voix dénudée de sentiments.

-« Comment tu l’as appelé ? Écoute bien… Je te conseille de faire gaffe à tes paroles quand tu parles de Bobby sinon je vais te botter le cul tellement fort que tu vas en boiter jusqu’à la fin de tes jours. »

Sur ce, Erïka snoba Haron et alla payer ses achats. Elle détestait qu’on parle en mal de son petit ami. Elle n’aimait pas du tout ce genre de surnom en lien avec son pouvoir. Il n’avait pas toujours aimé sa mutation et avec les récents événements il devait encore plus la détester qu’auparavant. Certes, il manipulait la glace. Cependant, ce n’était pas une raison pour l’affubler de stupides surnoms en lien avec cela. Il y avait bien assez d’Eleonnora qui le prenait pour un punk. Un jour, Erïka finira par mettre une baffe à ce qui lui servait de demi-sœur.

Une fois sortis de la boutique, ils se dirigèrent vers celle que voulait voir Haron. Il avait un achat à faire. Ils entrèrent donc dans un magasin de musique. Le jeune homme alla à la rencontre d’un employé. Ils semblaient bien se connaitre tous les deux. L’homme en question demanda d’ailleurs à Haron si Erïka et lui formaient un couple. L’adolescente eu un court rire sarcastique.


-« J’ai l’air de sortir avec ce baisotron ? » Fit-elle avant de se diriger, tout en soupirant, vers une allée où étaient rangés tout un tas de CDs par ordre alphabétique.

Lorsqu’elle remarqua qu’Haron avait terminé de faire son achat – elle n’avait pas eu trop de mal à entendre sa conversation avec le vendeur grâce à sa super ouïe – Erïka allait le rejoindre à l’entrée de la boutique. Il proposa d’aller manger quelque chose, n’importe quoi sauf du McDonald. Elle acquiesça. Cela lui convenait parfaitement. Elle commençait à avoir faim. Elle ne serait pas contre un peu de nourriture grasse et pleine de calorie, par contre. Parfois, elle en avait assez des restaurants aux menus santé et très particuliers des restaurants où l’amenait sa sœur. Ce matin, elle avait encore découvert ce que c’était que de manger comme les riches… et ça goûtait le carton. Le pire déjeuner de sa vie.


-« Pourquoi pas de la pizza ? D’ailleurs, j’ai une idée. Tu connais bien les égouts de la ville ? J’ai un pote… comme nous, qui vit là. Il est sympa et il ne sera pas contre partager une extra-anchois avec nous. »

Motivée par cette nouvelle idée, l’adolescente fit signe à Haron de la suivre hors du centre commercial. Il y avait tout un tas de restaurants à proximité. Pour débuter, elle regagna sa moto afin de ranger ses achats dans le petit coffre qu’elle avait installé sur l’arrière de sa moto. C’était toujours pratique pour y trainer ses achats. Elle rangea la veste ainsi que son sac, ne gardant avec elle que son portefeuille, qu’elle glissa dans la poche intérieure de sa veste, son téléphone portable et son arme à feu qu’elle ne quittait jamais. Elle fit bien attention à ce qu’Haron ne l’observe pas pendant qu’elle glissait le flingue dans la plus grande poche intérieure de son veston. Elle espérait qu’il ne l’est pas vu puis elle referma et verrouilla le coffre avant de glisser ses clés aux côtés de son portefeuille.

-« On va la chercher cette pizza ? C’est moi qui offre. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Ven 13 Sep 2013 - 1:37

Enfin nous voilà à bon port, c'est sûr que c'est pas ce qu'il y a de mieux, mais c'est déjà bien pour passer du temps entre amis... Amis... C'est bien la première fois que j'emploie ce mot de manière positive. Bah, c'est peut-être pas mauvais après tout, ok j'aimerais la sauter, mais peut-être est-ce mieux qu'elle me soit inaccessible, disons, que ça fait du bien de parler tranquillement avec quelqu'un, mais la baiser aurait été mieux, tant pis je ferais sans, j'ai assez de soumises pour la remplacer ou pour jouer son rôle au plumard.

Franchement, j'adore central park, y a le choix, centre-commercial, restaurant, fast-food, baise derrière un buisson avec une de mes conquêtes, y a le choix que j'te dis. J'adore cet endroit. Je suis Erika qui achète un blouson pour son chéri, comme quoi même elle achète la sexualité de son mec.. Ou pas... Ou si... En fait j'y comprend rien merde, l'amour tout ça... Trop compliqué pour moi. C'est un concept qui m'échappe. C'est qu'elle prend mal le surnom à son mignonnet... Ouais, faut admettre que Tête de Glace... Il est pas mal dans son genre, j'adore les jolies blondinettes avec un joli B comme Erika mais... Un minet du genre de Bobby, je dis pas non à l'occasion, je veux dire, c'est vrai que je serais d'accord pour le dresser avec sa tignasse bleue... Et hop vas y que je lui tapote la tête.

- Quoi tu veux faire preuve de force? Ben alors là-dessus je suis avec toi ma grande, renforce toi et comme ça on pourra cogner les michants tous les deux.

Mwahahahahahaha, c'est con, c'est débile, mais tellement drôle ce genre de connerie, j'en éclaterais de rire tellement c'est con. Pauvre blondinette, je veux pas être méchant mais il suffirait de la kicker dans le ventre pour la briser en deux.

- Allez, fais pas la tête je déconne... Et j'aime bien trouver des surnoms aux gens... Puis ça lui va bien, vu qu'il gère la glace... Hey, vu qu'il est aussi parfait... Avoue, il la transforme en glace quand vous le faites... Hein... Je suis sûr que vous vous tapez ce genre de trip au plumard... Un pieu en glace ça doit faire un drôle d'effet.

Quoi? Moi un gros obsédé sexuel déviant? Vous êtes lents à la détente, je suis un baisodrome sur patte, je passe d'un corps à l'autre et j'en redemande à tout bout de champ, je suis jamais rassasié.
Peu après ce fut Erika qui me suivait jusqu'au magasin d'instrument de musique, pauvre Dany, dommage pour lui, il se trompe, c'est pas ma copine, mais j'aimerais bien... Enfin copine... Plutôt ma favorite aurait été le mot le mieux placé dans ce cas là, ok elle a pas des gros seins mais, ça se voit d'ici qu'ils sont appétissants.

Mon trésor dans le dos à l'intérieur de son étui en plastique dur avec rembourrage en mousse, je suivais Erika dehors, elle me proposait une pizza, bonne idée afin d'aller rendre visite à un ami dans.. Les égouts? D'accord là j'admets je suis un tantinet perdu, elle veut m'amener vers les égouts, alors la j'aurais pas prévu un truc pareil, qu'est-ce qu'elle veut m'amener voir un pote qui vit dans les égouts.

- Les égouts? T'es foutrement sérieuse là? C'est le dernier endroit au monde où je t'imaginerais... Enfin.. Pourquoi pas... Si jamais tu m'amènes chez des amis partouzeurs à toi, j'applaudis parce que franchement je m'y attendrais pas du tout... Quoi qu'un peu maintenant.

Sérieux, prendre une pizza pour aller voir des copains dans les égouts, ça peut être quoi d'autre? Des mutants qui vivent caché dans les égouts sous la forme d'une communauté bizarre? Allons je sais que les mutants vivent cachés, mais soyons réaliste... Non elle cache bien son jeu la coquine, en fait elle veut pas montrer ses penchants pervers en public, c'est ma chance de lui montrer ce qu'est un vrai mec alors.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Mar 17 Sep 2013 - 19:19

Erïka ne supportait pas que l’on se moque d’elle. Ce n’était pas parce qu’elle était petite et qu’elle semblait inoffensive qu’elle était incapable de se battre. Certes, la force n’était pas son point fort, mais elle savait attaquer et coller une bonne droite au premier qui venait la faire chier. Si Haron continuait de la provoquer, que ce soit volontaire ou non, elle allait finir par lui mettre son poing dans la figure.

-« Je te conseille de ne pas te moquer de moi. Je suis plus forte que tu ne le crois. »

Erïka était sérieuse. Elle ne riait pas du tout. Haron voyait bien qu’elle faisait la tête, mais plutôt que de se taire, ce qui était recommandé avec elle, il en rajouta une couche. Ce n’était pas une bonne idée de la provoquer et de la mettre en colère. Il avait pourtant trouvé le moyen d’y arriver. Il lui avait simplement suffit de poser le doigt sur son point faible : son petit ami. Il aurait mieux valu qu’il se taise car l’adolescente lui servit un regard noir. Il avait dit quoi, là ? Il était aussi obsédé que sa sœur ou quoi ? C’était quoi le trip des gens de se mêler de la vie des autres ? S’ils voulaient connaitre la vie privée des autres, il y avait les téléréalités pour ça.

-« Si je m’écoutais, je crois que je te tuerais sur place. Ne t’avise plus de parler de lui, ni même de notre vie privée. Elle ne te concerne pas. Si t’es en manque d’histoires de ce genre, va voir quelqu’un d’autre. »

Erïka accompagna malgré tout Haron dans une autre boutique du centre commercial. Elle en profita pour prendre le temps de se calmer. Elle n’avait pas envie de se battre, mais elle savait qu’elle allait finir par en coller une à quelqu’un si on osait lui faire une autre remarque désobligeante. Heureusement pour Haron qui n’aura pas à supporter sa mauvaise humeur pendant le reste de la journée, l’adolescente avait fini par se calmer. Elle avait faim. Manger lui fera du bien. Elle proposa donc de commander une pizza. Puisqu’ils y étaient, pourquoi ne pas aller dans les égouts ? S’ils marchaient dans la bonne direction, ils pourraient se retrouver à proximité du repaire des Morlocks et croiser Scum. Il y avait un moment qu’elle ne l’avait pas vue. Cependant, l’idée semblait plutôt farfelue aux yeux d’Haron. Elle était sérieuse. Il ne la croyait pas ? Il pensait qu’elle l’amenait plutôt dans un endroit louche et discret pour forniquer. Il se mettait le doigt dans l’œil. Elle avait vraiment un ami dans les égouts.

-« Je suis sérieuse. Je connais quelqu’un là-bas. Quand tu vas voir sa gueule, je ne suis pas sûre que tu souhaiteras faire une partouze avec lui. Il est sympa, ne t’en fais pas. »

Avant de se rendre dans les égouts, elle souhaitait déposer ses affaires dans le coffre arrière de sa moto. Elle ne prit avec elle que ce qui était important et glissa le tout dans sa veste. La guitare d’Haron était loin de pouvoir entrer avec son sac et son récent achat dans le coffre. Il n’avait pas d’autres choix que de la trainer avec elle. Une fois prête, elle lui fait signe de le suivre. Il y avait une pizzeria à proximité. Elle décida de s’y rendre. Avec de la chance, l’odeur alléchante de la pizza chaude allait attirer Scum, une fois dans les souterrains. Une fois à l’intérieur, elle commanda deux larges pizzas, dont une avec des anchois. Elle paya la commande. Une fois qu’elle l’eut reçu, elle prit les boites et les donna à Haron.

-« Transporte ça, je vais te montrer le chemin. »

Erïka entraina Haron dans une petite rue assez sombre. Pour ne pas être remarquée, c’était le meilleur endroit possible. Puisqu’il n’y avait personne en vue, elle s’accroupit pour soulever une bouche d’égout. Elle avait suffisamment de force pour la déplacer sur le côté. Elle prit les pizzas des mains d’Haron et descendit tant bien que mal dans les souterrains. Il faisait bien plus sombre qu’elle ne l’avait cru. Elle resta donc immobile, à quelques pas de l’échelle, le temps de s’habituer à l’obscurité. Elle attendit qu’Haron vienne la rejoindre.

-« Je te jure que je te balance dans l’eau si tu oses me toucher. Suis-moi, ça ne devrait pas être très loin. »

Elle se mit en marche, illuminant le chemin grâce à la lumière de son téléphone, qu’elle tenait d’une main, alors qu’elle tenait avec soin les boites à pizza de l’autre, les conservant contre, à l’horizontal. Il ne restait plus qu’à chercher le lézard.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Mar 29 Oct 2013 - 5:01

Autant le dire je me marre bien avec Erika, même si elle devrait se décoincer un peu plus du bas, je dis ça, se réserver à une seule personne dés la première fois, c'est juste de l'amour placé à gros risque, quoi? Le pourcentage de chance que ça continue jusqu'au bout est super bas, je doute que ça dure vraiment mais bon si ça marche tant mieux pour elle, j'aurais qu'à trouver autre part au pire, elle rate quelque chose de vraiment intense mais c'est son problème ensuite.

- Détend toi un peu. T'es crispée, tu vas te faire péter le cerveau à être tendue comme ça. Va falloir que t'apprenne à encaisser de simples plaisanteries, sinon t'es pas sortie du merdier.

Je dis ça, c'est pour son bien. Elle va jamais arriver à rien si elle sait pas déconner un peu, bon oui je sais, je suis pas le mieux placé pour dire ça, je m'emporte facilement moi aussi, blablaba, je tape rapidement sur les gens, blabla, je vous emmerde ça va là? Fhouuuuu elle manque d'ouverture d'esprit... Et de cuisse aussi, derrière un buisson ou entre deux bennes à ordure à gémir et crier mon doux avec désir. C'est un peu lourd qu'elle soit pas plus ouverte... D'esprit.. Parfois... Et des jambes aussi, ça la dégriserait et puis... Ce serait juste une expérience, faut pas considérer ça comme de la tromperie à toute berzingue, suffit de tenter la chose, pour découvrir à quel point tu ne seras plus jamais capable de te passer de mon corps ma jolie.

Elle veut m'emmener dans les égouts sérieux, même pas pour baiser, elle a quoi dans le crâne, ça pue, c'est sale, y a des clodo et des dégénérés mentaux la-dedans, mais pourquoi elle veut aller la dedans? J'ai autre chose à foutre que d'aller dans les égouts si c'est pas pour marquer mon territoire en elle bordel... Et son excuse comme quoi y a peu de chance que j'ai envie de partouzer avec son ami, j'aimerais voir ça, un minimum d'ouverture d'esprit, à moins qu'il soit vraiment laid et qu'il soit cradingue, faut pas pousser mamie dans la fosse du taureau en rut... Oui c'est de moi cette expression.

- Ouais ouais on verra ça... Sérieux les égouts, c'est quand même ben chelou cette idée à la fin... Enfin, si tu le dis, je vais juste devoir me passer le nez au désinfectant tout le reste de la semaine.

Au final on revient à la moto, qu'elle puisse ranger des affaires à elle, je m'assure quant à moi que ma guitare est bien accrochée dans mon dos à l'intérieur de sa housse. J'ai encore du mal à croire que MOI je vais aller dans les égouts, elle est bien sympa mais bon, une fille qui va dans les égouts voir des amis, ça reste assez bizarre. Franchement on aura beau dire, je me sens bien plus tranquille avec les humains normaux, certes il arrive des trucs imprévu comme avec tout le monde mais... On va pas dans les égouts pour voir des gens chelou qui bouffe leur champignon de peau pour se nourrir et se désaltère avec leur propre urine. Hooo, une ruelle sombre, comme c'est familier.

- Ok, ruelle sombre, ça je connais, vu toutes les fois où je me suis retrouvé à un contre dix dans ce genre de ruelle, ce genre d'endroit m'est un peu trop familier.

Ça va elle se fait pas chier, je transporte ses pizza, bon elles ont l'air bonnes, si viande bovine il y a dans ces pizzas, je vomis, même sur elle s'il le faut. Elle ouvre une bouche d'égout, ok, à partir de là, on va dans le trou du cul de la ville, comment j'en suis arrivé la, je ne sais pas, mais j'y suis. Ho putaiiiiin, c'est immonde, c'est moufte, ça pue, ça empeste la mort ici.

- T'en fais pas, toute érection à l'admiration de ton joli popotin aurait soudainement disparu tellement l'odeur de cet endroit me brûle le nez.

Et pourtant je me bouche le nez de la main libre en tenant les pizzas de l'autre main, elle tienne sans la moindre difficulté, que dire de plus si ce n'est... Si au moins elle baissait son pantalon pour m'offrir son corps... Ha bah non, j'arrive même plus à bander tellement l'odeur est infecte, dire que je la suis dans cet étang de merde liquide empestant la mort et dont les effluves rappellent à quel point les flatulence de certains ne sont qu'un infime échantillon de cet enfer du nez.

- Je ne serais pas étonné de voir tes fameux amis là-bas. En remontant ce fleuve, on doit tomber sur eux... Vu la couleur de l'eau et son état poisseux.

Je m'exprime en gardant mes doigts sur mon nez pour me sauvegarder de cette odeur, mais admettez que cet endroit comporte une odeur ignoble, je vais devoir me laver plus fort que d'habitude.

(Hrp: Désolé du temps de réponse T.T)
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Mer 13 Nov 2013 - 0:36

C'était l'été pour encore un bon mois au dessus de la Grosse Pomme, et Scum profitait au moins autant que les autres New Yorkais des rayons chaleureux du soleil. Créature au sang froid, il avait besoin d'emmagasiner le plus de chaleur possible pour être en forme durant ses nuits de chasse et la problématique était pour lui de se tenir à la lumière du soleil et aussi à l'abri des regards.

Les premières années de sa vie sous les égouts, il s'était contenté de se placer sous des grilles d'égout, suivant le soleil alors qu'il s'immisçait dans les rues. Mais cette méthode particulièrement prudente ne lui apportait que peu d'énergie, aussi à mesure qu'il prenait confiance lors de ses sorties en ville, il changea de tactique.

Et c'est ainsi que depuis quelques années maintenant, Scum passait ses journées d'été sur différents building de la grande ville. Ainsi placé, il pouvait prendre de délectables bains de soleil et n'avait plus que les hélicoptères à fuir. Ces derniers étant généralement très bruyants, il n'avait que peu de chance d'être découvert. Le plus délicat au final était de choisir des immeubles qui n'étaient ni trop haut ni trop neuf afin de limiter les risques d'être surpris en train de crapahuter sur leurs parois.

Aujourd'hui donc, le mutant reptilien se dorait la pilule sur le toit d'un immeuble et alors que certaines personnes devaient faire face à des soucis d'ordre relationnel ou erectionnel, Scum se trouvait dérangé par l'ombre qui commençait à s'étendre sur lui. Réveillé par la fraicheur soudaine, il se dit qu'il était maintenant temps de changer de building, et d'en choisir un mieux orienté. Serpentant sur un mur qui tombait droit dans une ruelle, l'écailleux fila rapidement à l'abri des égouts, se remémorant le trajet pour le bâtiment qu'il comptait occuper pour le restant de la journée.

C'était plus difficile qu'il y paraissait, il fallait se référer à la position du soleil actuelle -il se fait étrangement faim tout d'un coup- pour en déduire celle dans les prochaines heures afin de choisir -sans doute cette odeur d'anchois qui plane dans les tunnels- un immeuble qui ne soit pas adjacent en cette direction à d'autres qui seraient plus hauts.... Attendez, pourquoi il y aurait des anchois ici ?

Laissant tomber le trajet auquel il ne pouvait plus réfléchir à cause du fumet alléchant, Scum décida de suivre la piste. Nageant dans l'eau crasseuse, seules ses narines et sa corne dépassaient de l'eau alors qu'il se dirigeait vers la source de l'odeur. Pas de doute c'était bien de la pizza, et il distinguait encore d'autres saveurs qui accompagnaient les anchois. Est-ce que c'était une quatre fromages ? Génial ! Il n'avait même plus besoin d'attendre la nuit pour chasser sa nourriture, elle venait directement à lui maintenant !

Heureux et en chemin, le mutant reptilien finit par approcher des porteurs des pizzas. Toujours sous l'eau croupie, il pouvait distinguer au dessus de lui la lumière d'un téléphone qui éclairait les parois des égouts et choisit de se laisser dépasser pour mieux tomber dans le dos de ses victimes.

Ce n'est qu'alors qu'il s'extirpait aussi silencieusement que possible de l'eau que le lézard reconnut une des deux silhouettes dans la pénombre. Et cette fois il n'allait pas s'y tromper, c'était bien Erika et pas Alexïs qui ce serait laissé pousser les cheveux...  Encore que... Vu de dos c'était difficile à dire. Il y avait une autre personne qui suivait la jeune fille -ou le jeune homme, ce n'était pas encore tout à fait clair- un grand gaillard que l'odeur des égouts semblait franchement importuner.

Abandonnant alors toute discrétion Scum scanda à ce qu'il pensait être son amie :

"_Eyh Verity ! Ça fait plaisir de te voir dans le coin ! Qu'est-ce qui t'amène ?!"

Puis une fois que ses deux interlocuteurs se furent retournés, il continua :

"_C'est bien que tu apportes à manger et pas une arme à feu cette fois, on sera mieux pour discuter"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Mer 13 Nov 2013 - 4:41

Il n’y avait pas grand-chose qui dégoutait Erïka. Les égouts de New-York étaient loin d’être sur sa liste. Elle sentait qu’ici, au moins, elle ne risquait pas de problèmes avec les humains. Il n’y avait que des mutants, ou presque, qui se baladaient dans les parages, habituellement. Ayant envie de pizza, l’adolescente avait pensé à Scum. Elle s’était dit que cela lui ferait plaisir. Et puis, elle ne l’avait pas vu depuis longtemps. Elle traina également Haron avec elle. Ça n’allait pas lui faire de tort de socialiser un peu avec d’autres mutants.

D’ailleurs, elle se trouvait avec lui dans les couloirs sombres et nauséabonds des souterrains. Elle prévint Haron de ne pas la toucher alors qu’elle marchait devant lui. Elle ne pouvait pas poser son regard partout à la fois, surtout si elle voulait éviter de tomber à l’eau. La remarque du mutant lui arracha un long soupire de découragement. Il n’en avait pas marre de faire des répliques perverses sur elle et son corps. Elle s’arrêta et se tourna vers Haron, pas gênée de lui mettre la lumière émanant de son téléphone dans les yeux.


-« T’as de la chance de tenir les pizzas parce que je te balancerais bien à l’eau. Tu ne peux pas fantasmer sur une autre femme et m’oublier, deux secondes ? »

Sur ces mots, elle reprit sa marche dans les couloirs. Elle ne savait pas trop où elle allait. À chaque fois qu’elle tournait au coin d’un couloir, elle se disait qu’elle devait arriver sous une autre rue. Elle tentait de se repérer, mais elle ne connaissait pas très bien les égouts. Elle espérait simplement tomber sur Scum à un moment ou à un autre. Ou bien sur un mutant qui savait où le trouver. En plein jour c’était peut-être trop demander, non ?
Haron parlait toujours, le nez bouché, tentant de ne pas sentir l’odeur infecte des égouts. Une fois habitué ce n’était plus si dégoutant, non ? Erïka n’arrivait pas à le comprendre.


-« T’es une fillette ou quoi ? L’odeur est pas si terrible que ça. »

Erïka avait la capacité d’entendre bien mieux que la moyenne des gens. Par contre, difficile de le faire ici. Avec les voitures roulant au-dessus de sa tête, l’eau remuant légèrement dans son lit, dans lequel des déchets crasseux s’incrustaient toujours, cadeau de la surface, cela lui servait à rien. Elle n’entendit jamais Scum arriver. Cependant, après avoir fait un léger sursaut en entendant sa voix, elle se retourna vivement dans sa direction, le sourire aux lèvres. Elle fit un pas vers lui, mais s’arrêta bien vite. Elle n’avait pas envie de se retrouver dans l’eau, ni de serrer dans ses bras le mutant qui en sortait. Elle se contenta de sourire.

-« Scum ! Justement, c’est toi que je cherchais. On était en ville, j’avais envie de pizza, j’ai pensé à toi et puis nous voilà ! »

Scum lui fit une petite remarque sur le fait qu’elle ne trainait pas d’arme à feu, cette fois. Il se trompait. Elle en avait toujours une sur elle. Par contre, ce n’était pas la même que la dernière fois. Heureusement, l’adolescente n’avait pas encore eu à s’en servir. Elle n’allait pas s’en plaindre. Elle préférait la garder de manière préventive. On ne sait jamais ce qui peut arriver, surtout vu sa capacité à se mettre dans les emmerdes.

-« En fait… » Elle ouvrit le côté gauche de sa veste pour lui montrer l’arme à feu qui s’y trouvait. « On est jamais trop prudent. Mais j’ai amené une pizza avec triple anchois dessus. Elle est pour toi. »

Elle s’approcha d’Haron, ouvrit la première boite, remarqua que c’était la bonne et la donna à Scum. L’autre était pour elle et Haron. D’ailleurs, pour manger, il faudrait peut-être avoir un coin confortable où s’installer, non ? Ce serait plus plaisant que de rester debout.

-« Tu connais un endroit où on peut s’installer pour manger ? »

Déjà prête à se rendre vers une nouvelle destination, elle en oubliait les présentations. Elle se rattrapa donc rapidement.

-« Au fait, Scum, voici Haron, il étudie à l’institut. Et Haron, voici Scum, c’est de lui dont je te parlais, il vit ici… enfin, tu comprends pourquoi. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Jeu 14 Nov 2013 - 2:33

Cette fois c'est sûr, ça pue, ça empeste, c'est juste immonde, c'est pas parce que je suis un bourrin que j'aime les mauvaise odeur ok? Non mais ho. Je marche derrière Erika... Et j'en profite pour bien mâter parce que y a pas de respect. Si elle aime les odeurs de merde croupie dans de l'eau poisseuse c'est son problème, mais moi ça va, si elle me re-traîne ici un jour encore une fois... C'est juré je m'enfonce deux branches de menthe dans le nez... Bon peut être pas non plus, mais je me comprend. En plus c'est moche bordel, bon c'est des égouts aussi c'est pas tellement fait pour être joli comme endroit.

C'est fou à quel point elle manque d'humour, même moi je suis plus ouvert à la déco... Ha bah non en fait.  L'odeur est pas si terrible que ça? Putain elle a le nez bouché c'est pas possible, entre les poche d'air croupi et les trucs en pleine putréfaction y a de quoi dire que ça empeste la mort, elle doit avoir le nez flingué c'est sur.

- Et bien tu n'as qu'à y plonger la tête la première si tu aimes tellement cette odeur.

Dis-je d'un ton hautain, il fallait admettre qu'elle faisait fort pour trouver cette odeur pas si dérangeante. Mais bon, je vais pas l'envoyer chier parce que son caractère est fumeux... Je sais que je suis pas mieux.. C'est peut être bien ce qui m'excite chez elle, avouez, ce genre de femme au caractère fort ça titille le bout de la queue. Mais frigide comme ça putain c'est lourd, faudrait qu'elle se relâche un peu sérieux, c'est pas la mort si elle se laisse draguer un peu. Enfin bon, faut croire que c'est ça l'amour. Enfin c'est bien pour elle si elle est amoureuse de mister-freeze.

Ça fait combien de temps qu'on marche sérieux? Est-ce qu'elle sait au moins ou elle va? Je suis sur que non, elle marche complètement au pif c'te gourde. Remarque au moins j'ai une belle vue... Je sais que c'est totalement hors-sujet mais... Et si je pensais à passer chez le coiffeur? C'est pas que j'aime plus les cheveux long, mais j'ai envie de changement, et puis le problème des cheveux c'est, non seulement le temps à brosser et peigner, le fait que ça masque le visage à fond... Ouais je vais aller chez le coiffeur c'est décidé, j'ai envie de changer un peu tout ça, ça me fera pas de mal.

Un bruit retentit derrière nous, ou plutôt une voix et... Un lézard bipède, c'est lui le pote à Erika? Je m'attendais à pire vu ce qu'elle disait, il est pas si pire que ça... Sauf l'odeur... Enfin bon perso l'est pas si horrible, juste il pue, mais il pue sévère, mais vu l'état il devait.... Nonnn, il était la dessous? Z'êtes sérieux? Bon certes, le fait qu'il soit un reptile doit l'aider à mieux encaisser le truc.

- Heuuuu... 'Lut. Moi c'est Haron... Sérieux tu étais vraiment sous cette eau infestée ?

Oui je fais une fixette sur cette eau infestée mais là ça me turlupine. Enfin bon, il  pas l'air bien méchant, de toute façon si il tente quoi que ce soit de travers genre, m'attaquer ou tenter de me mordre, il finit encastré dans le mur jusqu'à la taille, enfin, j'ai pas l'impression que j'aurais besoin de faire ça, c'est cool, pour une fois que je rencontre des gens sans avoir à leur cogner dessus jusqu'à les faire me supplier de les pardonner. Je m'approche de l'homme lézard, je peux pas le rejeter pour ça, je sais ce que c'est d'être... Une abomination. Sauf que lui il peut même pas choisir on dirait.

- Hmmm je t'aurais bien serré la main... Scum c'est ça? Mais bon t'es trempé donc.. J'attendrais un peu.

Oui bah désolé mais l'odeur me gène trop... En plus il est trempé et je doute de pouvoir nettoyer ça si il me touche après. Enfin bon, s'il peu nous guider jusqu'à son repaire, j'espère qu'on va pas se retrouver entourer de T-rex affamés même en... sous ma forme de... Monstre je doute de pouvoir gérer la situation. Finalement, je me penche pour glisser à Erika.

- Franchement je m’attendais à pire... Si t'enlève l'odeur... ça passe... Vraiment pas partante pour la partie de jambe en l'air?

Dis-je un grand sourire aux lèvres, montrant que je la niaise.

- T'inquiète je plaisante... Si tu veux rester fidèle à ton chéri c'est ton droit... J'vais pas te critiquer pour ça... Juste perso les histoires de couple, c'est pas trop mon truc.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Sam 16 Nov 2013 - 17:32

Etant généralement celui qui surprenait par sa simple existence, Scum n'avait pas l'habitude d'être surpris par la présence de tierces personnes dans son domaine. Mais trouver Erika et son ami dans les égouts, avec en plus une pizza était pour sûr une agréable surprise. Évidemment, tout ça ne pouvait pas être une coïncidence, mais le mutant reptilien demanda toute de même bien innocemment quel bon vent pouvait l'amener.

-« Scum ! Justement, c’est toi que je cherchais. On était en ville, j’avais envie de pizza, j’ai pensé à toi et puis nous voilà !
_Oh c'est gentil de ta part. Je reçois pas souvent de la visite des gens de la surface, j'espère que tu as pas mis trop de temps à me trouver."

Les égouts étant aussi grands que la ville, ils avaient eu effectivement de la chance de simplement se rencontrer. Et si ça n'avait pas été pour la pizza, Scum ne les aurait peut-être jamais trouvé !
Une chance aussi que le mutant reptilien ait pu reconnaitre Erika, car sans ça il aurait sans doute bondi pour chaparder la pizza et filer ensuite et avec le grand gaillard qui accompagnait la jeune fille, ça n'aurait pas été sans accroc.
Mais Erika était une amie, et celui qui l'accompagnait en était sans aucun doute un aussi, il n'y avait donc aucune hostilité à tenir. Scum était même d'autant plus détendu qu'il croyait que Erika ne portait pas d'arme sur elle, ce qu'elle démentit bien vite.

-« En fait… Elle ouvrit le côté gauche de sa veste pour lui montrer l’arme à feu qui s’y trouvait. On est jamais trop prudent. Mais j’ai amené une pizza avec triple anchois dessus. Elle est pour toi.
_Bah... Je peux pas te reprocher de vouloir te défendre. dit l'écailleux en roulant des yeux. Mais son petit air dépité disparut bien vite lorsque Erika lui tendit la pizza qui lui était destinée, laissant place à un air plus enjoué. En tout cas ça me fait plaisir que tu te souviennes de ma pizza préférée ! Tu es une bonne amie."

Adressant un sourire et un hochement de tête reconnaissant à la petite blonde, l'écailleux ouvrit la boite à pizza, humant avec plaisir le fumet qui s'en échappait. Il allait se régaler.
Mais avant ça, il fallait trouver un endroit plus convivial pour partager un repas. Chose difficile dans les égouts.

-« Tu connais un endroit où on peut s’installer pour manger ? »
_Oh oui, bien sûr, répondit Scum en refermant sa boite. Vous n'aurez qu'à me suivre, il y a bien des endroits plus au sec qu'ici.
-Au fait, Scum, voici Haron, il étudie à l’institut. Et Haron, voici Scum, c’est de lui dont je te parlais, il vit ici… enfin, tu comprends pourquoi.
_Enchanté ! Un ami de Verity alors ? dit l'écailleux qui l'était vraiment.
- Heuuuu... 'Lut. Moi c'est Haron... Sérieux tu étais vraiment sous cette eau infestée ?
_Oui, évidemment. C'est ici que je vis et c'est bien plus rapide de se déplacer à la nage, expliqua Scum en haussant les épaules.
- Hmmm je t'aurais bien serré la main... Scum c'est ça? Mais bon t'es trempé donc... J'attendrais un peu.
_Pas de problème, j'évite de toucher les gens ici de toute façon. Il parait que y a des maladies et ce genre de choses. Pas très hygiénique en fait. Mais je crois que les mutants sont mieux armés contre ce genre de choses, sinon on aurait beaucoup plus de malades chez nous... Est-ce que vous avez beaucoup de malades à l'institut ? Il faudrait demander à miss Flocon-de-Neige, c'est toujours elle la responsable médicale, non ? Peut-être que je devrais vous rendre visite une fois de plus, comme ça en passant."

Et tout en déblatérant sur le système immunitaire mutant et sur une éventuelle visite à l'institut, l'écailleux fit signe aux deux autres de le suivre, les menant jusqu'à une zone des égouts qui était moins crasseuse, moins humide et qui disposait d'alcôves dans lesquels ils pouvaient s'asseoir au sec.

"Ici, ce sera bien, annonça-t-il en s'asseyant avec sa pizza. Alors, comment vont les nouvelles ?! Tu as toujours des ennuis qui te courent après Verity ? J'ai appris que Alexïs avait commencé à apprendre à se battre, tu penses que ça a un rapport ?"

Évidemment, au moment où il posait la question, Scum ne pouvait pas savoir quelles tensions existaient entre les deux jumeaux. Mais Erika, dans toute sa franchise, allait sans doute mettre les choses au clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Sam 16 Nov 2013 - 21:21

Erïka était loin de connaitre les égouts de la ville. Elle n’y était allée qu’à quelques reprises. L’odeur n’était pas très agréable, mais elle était supportable. Elle n’allait pas se plaindre, préférant s’en accommoder plutôt que de se plaindre comme le faisait Haron. Ça n’allait rien changer à la situation. Il n’avait qu’à faire comme elle et fermer sa gueule. Cependant, cela ne semblait pas si simple à faire. Il lui proposa plutôt de faire un plongeon dans l’eau crasseuse, puisqu’elle sentait tant apprécier l’odeur. La jeune femme poussa un petit soupire.

-« Je n’ai jamais dit que j'appréciais l’odeur des égouts. J’ai seulement dit que c’était supportable. C’que t’es chiant, des fois… »

Le duo tomba finalement sur la personne recherchée : Scum. Contente de le voir, Erïka n’hésita pas à lui faire un joli sourire, affirmant qu’elle était à sa recherche. Elle avait eu l’idée de partager une pizza avec lui. Elle était loin de ressembler à la jeune femme sauvage qu’elle était au moment de leur toute première rencontre. Elle avait beaucoup changé depuis le temps. Elle vieillissait, elle devenait plus mature et elle apprenait à faire la part des choses. Cela n’allait déplaire à personne, c’était certain.

-« Ça doit faire dix minutes qu’on se balade dans le coin et qu’il n’arrête pas de se plaindre. » Elle désigna Haron d’un petit signe du menton.  « Faut dire que je ne sais pas où tu te planques, d’habitude. »

Toujours armée, la jeune femme décevait Scum en lui montrant l’arme à feu qu’elle trainait toujours avec elle. Ne pouvant savoir de quoi le futur était fait, elle préférait avoir une arme pour se défendre en cas de besoin. Bien qu’elle recevait un entrainement de la part d’Emma Frost, cela ne faisait pas d’elle une redoutable combattante, pour l’instant. Elle avait encore beaucoup de travail à faire avant d’en arriver là. Cependant, elle était motivée, elle se donnait toujours à fond. Un jour, elle n’aura plus besoin d’arme. Elle en deviendra une.

Offrant à Scum la pizza qu’elle avait spécialement commandée pour lui, se souvenant toujours qu’il préférait lorsqu’il y avait beaucoup d’anchois, elle fut ravie de constater qu’il appréciait cette petite attention. Ils pourront discuter tous ensemble leurs pizzas, mais ils devaient trouver, avant tout, un endroit où s’installer le plus confortablement possible. Alors qu’ils allaient en quête de ce fameux endroit, Haron et Scum eurent l’occasion de faire un peu connaissance. Erïka les laissa faire, éclairant la route devant ses pieds grâce à son téléphone.

Lorsqu'elle entendit Haron parler de partie de jambe en l'air. Erïka se retourna vivement en sa direction. Il était sérieux là ? Pas question ! Elle n'aimait qu'une seule personne et elle comptait bien lui rester fidèle. Haron n'allait certainement pas poser une seule main sur elle. La jeune femme fronça les sourcils. Elle ne parla pas trop fort, simplement assez pour répondre à Haron.


-« Je vais devoir t'en coller une pour te faire comprendre que je ne suis pas intéressée ? Si t'as un problème au niveau de l'entrejambe, ça me fera plaisir d'y coller une balle. »

Visiblement, il plaisantait. Elle devait se détendre... ou pas. Elle détestait être ainsi provoquée. Pour elle, ce n'était rien de moins que de la provocation. Il tenta de calmer le jeu en lui disant avoir compris, qu'elle était fidèle à son petit ami et que les choses n'étaient pas prêtes de changer.

-« J'ai remarqué que c'était pas ton truc, en effet. Maintenant, arrête de me mater quand je marche. »

Dans cet antre de puanteur, les maladies grouillaient. La jeune femme n’avait pas peur de tomber malade. Elle avait un excellent système immunitaire. Par contre,  ce n’était probablement pas le cas de tout le monde. La réflexion de Scum sur la capacité des mutants à résister aux maladies lui fit réaliser qu’il n’avait peut-être pas tort. Elle n’avait qu’à prendre pour exemple son petit ami qui ne pouvait tomber malade à cause du froid. Il y résistait plus que quiconque, peu importe la température. À force d’être avec lui, de partager son lit, elle avait elle-même développé une certaine tolérance. Si elle en croyait les dires de son ami, même les mutants vivants à ses côtés dans d’affreuses conditions sanitaires ne tombaient pas très souvent malades. D’ailleurs, les gens tombaient souvent malades à l’institut ?

-« À ce que je sache, non. Puisque tu en parles, ça me fait réaliser que tu n’as peut-être pas tort. J’ai une amie qui a de gros problèmes de santé et depuis qu’elle a découvert son don et qu’elle apprend à le maitriser, sa santé va en s’améliorant. Si mon corps peut éviter de chopper la grippe parce que je dors à des températures pas possibles, je ne vais pas m’en plaindre. » Elle éclata de rire lorsque Scum évoqua Emma Frost. La jeune femme avait totalement oublié qu’elle l’avait affublé d’un surnom stupide et que Scum l’appelait toujours ainsi. Elle se calma un peu avant de répondre. « Non, elle n’est pas la responsable médicale. C’est ma prof d’économie. Passe nous voir quand tu veux, ça nous fera toujours plaisir. Mais évite de venir au milieu de la nuit, cette fois, par contre. »

Ils rejoignirent finalement une zone un peu moins crasseuse, loin des lits d’eaux qui parcouraient pratiquement l’entièreté du réseau souterrain. Erïka ne se plaignit pas de l’endroit et s’assit sur un endroit sec. Elle attrapa la boite de pizza des mains d’Haron et la déposa tout près d’elle. Elle ouvrit la boite et attendit que la pizza refroidisse légèrement avant de tenter d’en prendre une pointe avec ses mains. Scum en profita pour lui demander ses nouvelles. Non, elle n’avait plus d’ennuis ces derniers temps. En fait, sa vie avait complètement changé en l’espace de quelques mois. Sa famille s’était agrandie, mais elle avait eu également quelques problèmes avec son frère jumeau. Lorsqu’elle entendit son nom, Erïka fronça les sourcils. Elle ne voulait pas en entendre parler.

-« Raaah ! Ne me parle pas de mon frère, c’est un putain de connard. Il est complètement débile. On s’est engueuler… ou plutôt il m’a reproché tout un tas de choses auxquelles je ne peux rien changer dans sa putain d’existence. Je ne lui parle plus depuis. » Elle prit une grande inspiration, avant de changer complètement de sujet. Ça allait lui faire le plus grand bien d’oublier son frère. « Non, je n’ai plus d’ennui. Je suis passée de l’adolescente à problème à la riche héritière d’une grande entreprise de mon pays natal. Et j'ai une sœur, également. On m’aurait dit ça il y a un an que je n’y aurais jamais cru. Enfin, disons que j’ai maintenant de l’argent pour me permettre d’acheter des pizzas extra-larges avec triple supplément d’anchois lorsque je viens te voir. » Elle sourit. « Et sinon… je ne vais pas te raconter ma vie au complet, mais voilà les grandes lignes. Je suis en couple, aussi. » Son sourire s’élargit en pensant à Bobby. « Et de ton côté, que se passe-t-il ? »

Erïka en profita pour prendre une pointe de pizza et la porter à ses lèvres. Rien de mieux qu’une discussion autour d’un repas de ce genre pour se sentir bien et détendu. Elle avait totalement oublié la puanteur des égouts. De temps à autres, une petite bouffée d’air pestilentielle parvenait à ses narines, mais elle avait tôt fait de chercher à l’oublier.

-« Alors, Haron, tu vas t’en remettre de cette odeur de merde ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Sam 16 Nov 2013 - 23:39

Bla bla bla, ça parlote de merdouille et d'autres, pizza et autres trucs. Enfin avec elle on en mange des pizzas. Chiant faudrait pas que j'en abuse Dany finirait par remarquer le truc, ce connard est capable de savoir si j'ai mangé de ça rien qu'en sentant mon haleine, on est potes depuis, mais il est un peu chiant avec ça, comme quoi en tant que sportif je me dois de faire attention à ma nutrition, sauf que ça, je fais ce que je veux.

Bhouuu la petite Erika qui est renfrognée, ce manque d'humour flagrant, même moi j'arrive à être plus marrant quand je veux bien. Enfin bon m'en fout, c'est sa vie misérable et calquée sur cette société d'hypocrite de merde. Quand tu y penses, tous ces gens qui jouent les gens qui ont leur soi-disant vie perso alors qu'ils sont juste des milliards de clones de la société, tous formatés de la même façon.

Voilà donc le fameux ami d'Erika, un homme-lézard-crapaud des vases des égouts.... Un Murlock quoi... Charmant... Quoi que ça va encore, je m'attendais à bien plus laid. C'est baisable... Un peu space j’admets, mais reste baisable... Enfin y a mieux aussi... Suffit que je tourne le regard et j'ai mieux... Juste un problème c'est une renfermée du bas. Scum qu'il s'appelle... ça lui va bien comme nom, il s'appelle Scum et il fait vie de manière écœurante, c'est juste le nom parfait pour lui.

- Les mutants... Naturellement armées contre les maladies... Mais bien sûr... Et si j'avais des roues je serais une voiture... Ce qui n'est pas le cas.

Bah quoi? C'est pas de ma faute s'il dit de la grosse merde. Les mutants ne sont pas plus immunisés à la maladie qu'un humain, sauf cas spécifique. Enfin bon quand on est un peu con, on peut pas changer ça en vivant dans un cloaque. Et il nous emmène où ce con? Qu'on mange, qu'elle fasse sa discussion avec son ami et qu'on se casse avant que mon nez ne devienne inutilisable. Ho tiens un nouvelle endroit, sec et moins puant c'est déjà ça, doit y avoir de l'aération dans la zone. Quand à Erika, sa capacité à comprendre une blague est assez basse... Boarf m'en fous, c'est pas les menaces d'une mistinguette qui vont me faire peur, je lui souris d'un air bien peu convaincu, puisque je suis pas bien convaincu.

- Ouais ouais si tu veux... Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier allu'.

J'ai toujours adoré cette plaisanterie, ou du moins cette réplique plutôt. Je sais que ça lui fera pas plaisir, mais je m'en fout... Son flingue je lui déforme le canon avec les doigts. Va falloir qu'elle se calme la petiote, elle m'a jamais vu me battre sérieusement, mais vraiment me battre, quand je me bastonne y a du gros dégât, même son petit bobby si je lui colle une pèche je vous assure... Il restera par terre un petit moment... Enfin je peux pas le cogner vu qu'il m'a aidé à... Ce moment.... 'Culer. Dans la foulée je les suis dans cette alcôve et je m'installe en prenant ma part de pizza, ils parlent entre eux de choses et d'autres... Waaaa que c'est interessannnnt, ils racontent leur vie dont l'intérêt n'a d'égale que le gravier coincé sous ma semelle.

Ha... Si. Erika qui me demande si l'odeur me gêne encore, une pique de plus de sa part, genre ça va suffire à m'agacer, elle manque vraiment d'argument pour m'emmerder là.

- Hein? ça va j'ai plus de nez alors.

Sur ce je commençais à manger ma pizza dans mon coin de la salle. Vous voulez que je dise quoi? J'ai rien à dire et je suis pas du genre à lancer des discussions sans intérêt comme ça.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 17 Nov 2013 - 22:59

Immédiatement placé dans une situation favorable et avec des personnes amicales, Scum se laissait aller à la discussion. Avec insouciance il fut amené une fois de plus à échafauder une de ses théories farfelues dont il faisait part à ses amis. Cette dernière, portant sur le système immunitaire mutant rencontrait toutefois des avis partagés.

-« À ce que je sache, non. Puisque tu en parles, ça me fait réaliser que tu n’as peut-être pas tort. J’ai une amie qui a de gros problèmes de santé et depuis qu’elle a découvert son don et qu’elle apprend à le maitriser, sa santé va en s’améliorant. Si mon corps peut éviter de chopper la grippe parce que je dors à des températures pas possibles, je ne vais pas m’en plaindre. » Elle éclata de rire lorsque Scum évoqua Emma Frost et ce dernier se tourna vers elle, interloqué. Il avait faux quelque part ?
«Non, elle n’est pas la responsable médicale. C’est ma prof d’économie. Passe nous voir quand tu veux, ça nous fera toujours plaisir. Mais évite de venir au milieu de la nuit, cette fois, par contre.
_Tu sais, au début je pensais que c'était ta grande sœur, vous vous ressemblez beaucoup, même si elle est plus... Femme ? En tout cas si une visite de ma part vous fait plaisir, je veux bien revenir, oui. C'est juste que j'ai tendance à dormir le jour... Mais je m'adapterais, j'imagine."

Et si Erika semblait trouver du sens dans les élucubrations de l'écailleux, Haron était bien plus dubitatif, même si Scum ne comprit pas tout à fait ce qu'il entendait en parlant de roues.

"- Les mutants... Naturellement armées contre les maladies... Mais bien sûr... Et si j'avais des roues je serais une voiture... Ce qui n'est pas le cas.
_Et bien ça dépend du nombre de roues je suppose... dit-il en se grattant la tête. Tu pourrais très bien être une moto."


Une fois les mutants installés et servis, la discussion s'orienta sur des sujets bien plus terre à terre, Scum demandant des nouvelles à Erika, lui faisant part de sa menue inquiétude vis à vis de ses vieux soucis de kidnapping et du fait qu'Alexïs avait soudainement décidé d'apprendre à se battre.
La réaction d'Erika fut plus vive qu'il ne le pensait, mais pas tout à fait surprenante. C'était Verity après tout, franche et directe. Et un peu grossière aussi.

-« Raaah ! Ne me parle pas de mon frère, c’est un putain de connard. Il est complètement débile. On s’est engueuler… ou plutôt il m’a reproché tout un tas de choses auxquelles je ne peux rien changer dans sa putain d’existence. Je ne lui parle plus depuis. » Elle prit une grande inspiration, avant de changer complètement de sujet et Scum se dit que parler d'Alexïs était désormais à éviter en présence d'Erika... Le mutant reptilien était tout de même curieux de savoir ce qui avait pu se tramer entre eux deux, mais jugea qu'il pouvait bien en parler avec le principal intéressé et que pour l'heure, hocher la tête d'un air compréhensif suffirait.

«_Non, je n’ai plus d’ennui. Je suis passée de l’adolescente à problème à la riche héritière d’une grande entreprise de mon pays natal. Et j'ai une sœur, également. On m’aurait dit ça il y a un an que je n’y aurais jamais cru. Enfin, disons que j’ai maintenant de l’argent pour me permettre d’acheter des pizzas extra-larges avec triple supplément d’anchois lorsque je viens te voir.  
Elle sourit et l'écailleux se dit que à la surface au moins, l'argent avait vraiment l'air de faire le bonheur. C'était étrange, Scum n'en dépensait qu'à titre d'excuse pour les vols qu'il commettait.

_Eheh, je savais que tu avais une sœur... Je me suis simplement trompé de personne. D'ailleurs je parie que ta sœur et Miss Flocon de Neige sont très semblables."
L'écailleux était toujours un peu pensif en parlant d'Emma Frost, la dame lui avait laissé une forte impression, autant par son physique que par son caractère. Il fallut qu'Erika reprenne la parole pour le sortir de sa rêverie.

«_Et sinon… je ne vais pas te raconter ma vie au complet, mais voilà les grandes lignes. Je suis en couple, aussi. Son sourire s’élargit l'espace d'un instant et Scum le lui rendit, ça lui faisait plaisir de voir ses amis heureux.
_Tout va pour le mieux alors ? C'est chouette. Sourire te va bien."
_Et de ton côté, que se passe-t-il ?
_Oh pas grand chose tu sais, je chasse toujours la pizza la nuit, mais depuis Noël dernier j'ai reçu des nunchakus, alors je m'entraine pour chasser le crime ! J'ai même un bandeau, tu as vu ? Pour le moment je ne fais pas grand chose... Mes compétences de ninja ne sont pas très développées, mais j'y travaille !"

Tout en parlant, Scum dévorait goulument sa pizza et jetait parfois un coup d’œil à Haron qui n'était pas très bavard. Il fallait dire que s'il n'était que récemment ami avec Erika, il ne devait pas se sentir très concerné par sa vie et encore moins par celle de Scum, qu'il venait de rencontrer. L'écailleux envisagea donc de tourner la discussion plus à son avantage mais Erika prit les devants, avec son manque de tact habituel.

-« Alors, Haron, tu vas t’en remettre de cette odeur de merde ?
- Hein? ça va j'ai plus de nez alors.
_C'est une habitude à prendre. Tu vas voir, dans une heure tu arrêteras de froncer le nez, lui assura Scum, avant d'enchainer sur un sujet qui le mettrait peut-être plus à l'aise. Au fait, c'est quoi ta mutation ? Attends, laisse moi deviner, tu es plus fort et plus endurant que la normale. Vue ta carrure ça me semble pas difficile à deviner."

Le jeu des devinettes mutantes, Scum ne s'en lasserait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Lun 18 Nov 2013 - 6:57

Erïka ne s’y connaissait pas vraiment question génétique. Ce n’était pas un sujet qui l’intriguait ou la passionnait. Elle avait accepté le fait qu’elle était mutante et que certains humains étaient ainsi faits. Elle n’allait pas se casser la tête à chercher des réponses, probablement trop difficiles à comprendre pour elle. Tout ce qu’elle connaissait était les effets de ses mutations sur son corps. Elle ne savait pas si ses dons pouvaient évoluer davantage, ni même s’il y avait des effets secondaires qu’elle ne connaissait pas encore. Scum avait soulevé une bonne question en parlant de la résistance aux maladies pour les mutants. La vie dans les égouts devait les immuniser à une bonne partie des maladies, ce qui n’était pas nécessairement le cas de tous.

Alexïs résistait aux maladies grâce à son don de guérison. Il influençait beaucoup le système immunitaire de son corps. Maylee, l’une de ses amies de l’institut qui avait un lien très fort avec la nature, la végétation, à cause de son don, avait réussi à découvrir les miracles des tisanes et autres remèdes à base des plantes qu’elle faisait pousser dans sa chambre. Bobby, quant à lui, ne pouvait pas attraper froid, pouvant se balader nu dans les plaines d’Alaska sans même frissonner. À force de dormir à ses côtés, où le froid qu’il dégageait faisait drastiquement baisser la température de la pièce, Erïka avait développé peu à peu une résistance aux basses températures. Scum ne semblait pas être affecté par les microbes, virus et autres bactéries qui reposaient dans l’eau des égouts. Haron, lui… il jouait les petites filles en se plaignant de l’odeur des égouts. Il n’était pas d’accord avec la théorie de Scum et préféra sortir une connerie plutôt que d’argumenter. La connerie en question, le lézard ne sembla pas la comprendre, ce qui était d’autant plus amusant aux yeux d’Erïka.

Le sujet dériva sur Emma Frost, l’institutrice de la jeune femme. Scum avait cru à tort qu’elle était la responsable médicale. Il avait également pensé qu’elles étaient sœurs. N’importe qui pouvait voir la référence physique entre les deux femmes, mais également leurs caractères assez similaires. Erïka ne trouvait pas qu’elles se ressemblaient tant que cela. Elle ressemblait bien plus à Eleonnora, physiquement parlant.


-« On ne se ressemble pas tant que ça, non ? Si tu veux débarquer en soirée, lorsque tu es éveillé, c’est toi qui vois, mais évite seulement de le faire passé minuit parce que je ne garantis pas que je quitterais mon lit pour t’accueillir. »

Une fois confortablement installés, ils purent poursuivre leur discussion. Scum demandait des nouvelles à Erïka et cette dernière lui fit un topo sur ce qui s'était produit dans sa vie depuis le temps. Elle réalisa alors qu’elle n’avait pas vu Scum depuis assez longtemps et que beaucoup de choses avaient changé. Après avoir pesté contre son frère, elle décida de parler du train de vie qu’elle menait à la surface, de sa sœur récemment découverte et de son merveilleux petit ami. Scum savait déjà qu’elle avait une sœur. Sûrement qu’Alexïs le lui avait déjà confié. Il était persuadé que la sœur en question ressemblait beaucoup à Emma Frost. En effet, Erïka ne pouvait le nier. Elle fouilla son téléphone afin de montrer une photographie de sa sœur et elle, prise lors d’une petite soirée en famille dans l’un des grands restaurants de New-York. On voyait les deux sœurs, posées l’une à côté de l’autre, vêtues de jolies robes qui les mettaient en valeur. Cette fois, Erïka avait décidé de garder ses cheveux plats, comme d’habitude. Elle se souvient que ce soir-là, elle avait couru à travers le loft de sa sœur pour la fuir, elle et son fichu fer à friser. Cette dernière n’en avait pas eu besoin, ayant les cheveux ondulés naturellement. La jeune femme montra la photo à Scum.

-« C’est elle. Y’en a qui disent qu’on se ressemble. Pourtant, question personnalité, c’est pas du tout ça. »

Erïka enchaina en parlant du fait qu’elle sortait avec un jeune homme adorable. Elle ne put s’empêcher de sourire en pensant à lui. Il lui faisait toujours cet effet-là. On dirait que le fait de penser à lui l’apaisait légèrement, la rendait bien plus heureuse. Il fallait dire qu’elle était terriblement heureuse avec lui. Il avait tant de belles qualités, très peu de défauts, il s’occupait d’elle comme d’une princesse. Elle ne pouvait être plus choyée. Scum la complimenta en lui disant que sourire lui allait bien. Il le faisait davantage, à présent. Elle était heureuse, elle n’allait pas le cacher. Glissant son doigt sur l’écran de son téléphone, elle fit défiler une photo qui la représentait, elle et son petit ami.

-« Regarde, c’est lui. » Fit-elle avec un grand sourire.

Erïka demanda, ensuite, à son ami ce qui se passait de bon dans sa vie, depuis le temps. Il lui parla de ses vols de pizza, de ses entrainements aux nunchakus et, surtout, de ses compétences de ninjas. À l’entendre ainsi parler, elle avait l’impression de retomber en enfance. C’était adorable. Scum n’avait pas l’air d’un nécessiteux qui vivait une vie malheureuse dans les égouts. Au contraire, il respirait la joie de vivre.

-« C’est chouette. Tu as eu l’occasion de les utiliser pour te battre contre quelqu’un ? Il ne doit pas y avoir des masses de gens dans le coin, mais ça peut toujours être utile contre les intrus. »

La jeune femme laissa Haron et Scum discuter. Ce dernier tentait de deviner quel était la mutation du jeune homme. Il avait vu juste. Cependant, Erïka ne dit rien, se contentant de manger sa pointe de pizza. Ce fut après la seconde qu’elle décida de se lever afin de se dégourdir les jambes. Elle essuya ses mains sales et huileuses sur son pantalon avant de se lever. Elle fit quelques pas, leva les bras au ciel afin de s’étirer, puis les croisa sous sa poitrine. Elle avait envie de bouger, de faire quelque chose. C’était sympa de discuter, mais elle souhaitait un peu d’action.

-« Hey, les mecs, ça ne vous dirait pas de bouger ? »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 26
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Lun 25 Nov 2013 - 20:21

Ça pue, ça pue, ça pue... Oui je me répète mais putain c'est ignoble, dire que des gens vivent dans cette rivière de merde en grumeau. Et vas-y que ça pue... Et vas-y que ça m'ignore, bon d'un certain côté les histoire de famille des gens c'est pas mon blème, tant que je peux vivre à ma façon tout va bien... Dieu que c'est insupportable d'écouter des gens raconter leur vie... Vos vies sont aussi vides que celles de n'importe qui bon sang, ça n’intéresse personne.

Enfin bon cette pizza a bon gout donc ça va je pardonne tranquillement, mais vos discussion sont CHIANNNNTE. Parlez d'autres chose... Scum, puisque c'est ton nom, ouvre ton fourreau reptilien qu'on voit la marchandise, Erika retire tes vêtement et qu'on se fasse un ménage à trois une bonne fois pour toute, je veux dire c'est pas dur de passer un bon moment entre potes quoi... Une foutue et bien crevante... PARTOUZE.

Enfin bon je râle un peu trop là. Mais ça fait chier quoi, on est là à écouter des trucs pas intéressants. Si un mec devait écrire une espèce de mini récit de ce qui m'arrive, je suis sûr qu'il aurait galérer parce qu'il aurait rien à écrire la sur le coup, sérieux, je suis assis et puis c'est tout. Finalement le lézard me dit qu'il faut s'y habituer.

-... Ouais... Je tiens pas à m'y habituer en fait.. Sans vouloir t'insulter hein.

Puis après une petite pause il me demande c'est quoi mon pouvoir... Même à un lézard je dirais pas tout ok ? Même s'il est plus à plaindre quand même, je n'ai pas à parler de cette... Chose. Si ça l’intéresse un peu. Hooo d'accord, je suis musclé DONC ça vient de mon pouvoir, on peut pas être fort naturellement si on est un mutant c'est ça ? Je triche avec mon pouvoir obligatoirement.

- On peut dire ça... Mais ma carrure c'est naturel.. Et je n'ai pas besoin d'utiliser mon pouvoir tout le temps.

Non mais ça va quoi, genre j'ai besoin de mes pouvoirs pour être fort, je me débrouillais très bien sans, je suis pas comme les autres débiles qui comptent trop sur leurs pouvoirs, un ramassis de lopettes ouais. ENFIN, Erika propose quelque chose de sensé, sortir de cet égout de malheur, j'espère qu'on y foutra plus les pieds parce que là.

- Ha si si, sortir un peu nous ferait pas de mal, t'as une idée d'où aller?

J'espère juste qu'on va pas se faire remarquer avec l'autre... Disons que niveau discrétion il est... Zéro. Plus grillé que lui y a pas. Enfin pour l'instant, faut dire qu'il est voyant. J'accompagne un moment Erika et Scum dans les rues en voyant que le soir arrive doucement.

- Bon... On va où ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Scum
Correcteur
avatar

Messages : 855
Date d'inscription : 16/05/2011
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier:
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Sam 4 Jan 2014 - 4:25

Toujours ravi de passer du temps avec des amis, Scum essayait de se mettre d'accord avec Erika quant à une heure de visite qui conviendrait à tous, lui et les habitants de l'Institut. Avec le rythme de vie qu'il menait, l'écailleux n'avait pas exactement la même notion du temps que les gens de la surface. Le jour était pour lui le temps des siestes et la nuit synonyme de liberté et de chasse. Mais pour éviter de côtoyer une Erika ronchon ou d'arriver aux mêmes heures que les cambrioleurs, il avait décidé qu'il ferait un effort.

Ne recevant pas souvent des nouvelles de la petite blonde, Scum écouta avec attention ce qu'elle lui disait, surtout au sujet de sa sœur autour de laquelle elle démêlait le quiproquo créé il y a de ça des mois, lorsque l'écailleux avait cru qu'Emma Frost et Erika étaient de la même famille. Photo à l'appui, elle lui montra qui était réellement sa sœur et le mutant reptilien loucha longuement sur le téléphone.
Il s'attendait effectivement à voir une belle femme aux cheveux blonds et aux vêtements riches, mais ce qu'il voyait là lui apparut comme un concentré d'élégance féminine, à côté de qui Erika dans sa robe de soirée passait pour simplement adorable.

-« C’est elle. Y en a qui disent qu’on se ressemble. Pourtant, question personnalité, c’est pas du tout ça.
_Elle a l'air... Physiquement impressionnante, comme Miss Floncon de Neige, commenta Scum qui se souvenait comme la prestance de la Reine Blanche l'avait soufflé. Oh bien sûr il n'était pas aussi mal à l'aise devant le cliché, mais il se doutait bien qu'une image sur téléphone ne pouvait rendre justice à la beauté de la femme représentée. Elleuh... Vous vous ressemblez un peu oui, excepté pour..."

Remuant la main au dessus de son épaule, il préférait mentionner la différence de taille entre les deux femmes, plutôt que de dire à Erika qu'elle avait l'air d'une fillette à côté de cet idéal féminin qu'incarnait sa sœur.

"_Du reste je la connais pas, mais elle n'a pas l'air d'une femme fragile qui se laisse faire. Donc je suppose que vos personnalités se ressemblent un peu. Quand même."

Scum, au fil du temps passé avec Thornn la belle tigresse, avait appris qu'il ne fallait pas être simplement franc avec certaines dames, mais qu'il valait parfois mieux embellir ses paroles pour qu'elles soient mieux acceptées, et surtout ne pas être avare de compliments à souligner. Ces leçons apprises parfois à la force de quelques coups de griffes avaient transformé Scum en grand diplomate lorsqu'il s'agissait de négocier avec la gent féminine.

Enfin, Scum eut un aperçu du garçon qui avait l'air de rendre Erika heureuse. Une tâche difficile quand on connaissait trop peu la jeune femme, mais le garçon aux cheveux bleus semblait vraiment bien s'en sortir au vu du sourire et de la sérénité qu'affichait la petite blonde.

"_Ha c'est naturel sa couleur ? Sans doute qu'il a un pouvoir lié à l'eau." nota-t-il sans même envisager l'option que le petit ami d'Erika pouvait être autre chose qu'un mutant. Après tout, les mutants de la région avaient tous ressenti le besoin de se regrouper en petites communautés, alors il était difficile d'envisager qu'ils laissent des humains entrer dans leur cercle le plus privé.

Puis lorsque ce fut au tour de Scum de donner des nouvelles, celui-ci parla avec entrain des nunchakus qu'il portait, racontant qu'il s'entrainait à chasser le crime dans les rues comme ses idoles d'enfance. Enthousiasmée par l'idée, la jeune femme lui demanda s'il avait déjà eu l'occasion de s'en servir, considérant qu'il y avait finalement peu de gens hostiles dans les égouts.

"_Pas vraiment pour le moment, répondit Scum. Disons... Seulement durant les bagarres avec les autres Morlocks, mais à part ça... Même les deux types masqués ne sont pas revenus, c'est une bonne chose remarque !"

Si la discussion entre le lézard et Erika allait bon train, celle avec Haron semblait plus laborieuse. Sans doute parce que ce dernier ne supportait pas l'environnement dans lequel il se trouvait. Alors, Scum à défaut d'avoir un bel habitat s'efforçait d'être un bon hôte et de discutailler avec lui. Mais... avec tout de même quelques ratés.

- On peut dire ça... Mais ma carrure c'est naturel.. Et je n'ai pas besoin d'utiliser mon pouvoir tout le temps.
_Ha ça a peut-être l'air naturel pour toi, mais j'ai plusieurs amis qui sont aussi très forts, et lorsque leur pouvoir s'est éteint à cause de Sangsue, ils sont devenus très minces et affaiblis.

L'écailleux avait déjà assisté à ce genre de scène, raison pour laquelle la plupart des Morlocks se tenaient encore éloigné du mutant inhibiteur de pouvoirs. Si encore la perte de la mutation était le seul effet, la proximité du garçon ne serait pas si dérangeante, mais elle s'accompagnait parfois de malaises ou de faiblesses soudaines qui étaient déjà plus handicapantes.


Une fois les pizzas finies et les discussions bien entamées, Erika suggéra de bouger, ailleurs. Elle fut vite rejoint dans son idée par Haron qui n'appréciait vraiment pas l'endroit.

"_Sortir ? Vous êtes sûrs ? Je préfère attendre que la nuit tombe. Enfin, je peux vous raccompagner jusqu'à la plaque d'égout la plus proche."

Ce qu'il fit bien évidemment, négligeant plusieurs sorties qui donnaient sur des lieux trop découverts pour préférer une bouche d'égout qui s'ouvrait sur une ruelle plus étroite et moins fréquentée.

En grimpant à la suite de ses amis, l'écailleux put constater que le soir tombait doucement, mais il n'allait sans doute pas les accompagner. Après tout ils auraient surement tendance à aller dans un bar, ou un restaurant. Des lieux qui lui étaient très difficiles d'accès, d'autant que l'été n'était pas la saison des imperméables et des grands chapeaux.

Aussi lorsque Haron demanda où ils pourraient aller, le mutant reptilien se contenta de répondre :

"_Bah allez où vous voulez, je vais attendre qu'il fasse un peu plus nuit pour me balader. De toute façon je préfère les ruelles qui ne sont pas fréquentées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   Dim 5 Jan 2014 - 7:01

Erïka était ce genre de fille qui, en général, parlait peu. On pouvait dire que le temps ainsi que son entourage avaient su la faire changer sur ce point. Lorsqu’elle était en compagnie de ses proches, de certains de ses amis, elle s’ouvrait beaucoup plus et discutait avec entrain. C’était ce qui était en train de se produire avec Scum. Elle ne l’avait pas vu depuis un bon moment. Au fond, et ce depuis leur première rencontre, elle ne l’avait jamais vraiment détesté. En fait, elle était chiante avec tous ceux qu’elle ne connaissait pas vraiment, ce n’était pas la faute de ce pauvre mutant. Heureusement, il n’avait plus à supporter cela. Pour l’instant.

Si la jeune femme refusait de parler de son frère jumeau, elle n’avait, par contre, aucun problème à évoquer sa sœur. Pour montrer à Scum à quel point les sœurs Davidoff étaient semblables, Erïka lui montra une photographie à partir de son téléphone. Elles se ressemblaient, malgré quelques différences bien évidentes au niveau physique. Scum trouvait qu’Eleonnora était impressionnante, physiquement. C’était une façon de dire qu’elle avait l’air d’un mannequin ou de ce genre de femme qui pourrait le clouer au sol en deux secondes ?

-« Elle porte des talons aiguilles, ça la fait toujours paraitre beaucoup plus grande. Elle a une poitrine qui défie les lois de la gravité. C’est le genre de nana qui pose pour les boutiques de lingeries, mais qui peut t’en coller une en moins de deux si jamais tu la fais chier. T’as bien raison de penser qu’elle n’est pas inoffensive. Par contre, pour l’amadouer, tu n’as qu’à lui dire qu’elle est jolie, ça fonctionne toujours. Elle est tellement narcissique… » Elle poussa un petit soupire exaspéré en se souvenant de l’égo surdimensionné de sa sœur. « Enfin, tu ne risques pas de la croiser, un jour, c’est pas le genre de femme à se balader dans les égouts. »

Après avoir présenté Eleonnora, Erïka présenta son petit ami à Scum. Personne ne la croyait lorsqu’elle disait que le bleu était la couleur naturelle de sa chevelure. Pourtant, c’était bien vrai. Scum était très bien placé pour savoir que certaines mutations entrainaient des changements de l’apparence physique. Il tenta également de deviner quelle était la mutation de Bobby. Il avait presque réussis.

-« Raté. C’est la glace. » Fit la jeune femme avec le sourire.

Ce fut au tour de Scum de raconter ce qui se passait dans sa vie. Il parla de ses nunchakus, du fait qu’il défendait les égouts et avait pour but de combattre le crime lorsque la nuit tombait. C’était assez amusant de l’entendre raconter ses histoires. Erïka lui porta donc toute son attention. Elle se demandait s’il y avait plusieurs visiteurs inopportuns qui osaient mettre le pied sur son territoire. Il semblerait que l’endroit soit bien souvent désert. Lorsqu’il y avait des intrus, Scum savait comment faire pour les effrayer. La preuve, il avait chassé des types qui n’étaient jamais revenus. C’était une bonne chose.


-« S’ils ne sont pas revenu, c’est la preuve que t’as bien fait ton boulot. Un coup de nunchaku et le tour est joué ! J’aurais pas aimé être à leur place.»

Après la discussion entre Scum et Haron, il fut décidé qu’il était temps de bouger un peu. Par contre, il était difficile de savoir s’il faisait déjà sombre dehors ou non. Erïka consulta son téléphone afin de connaitre l’heure actuelle. Ainsi, cela lui donnait un point de repère et elle pouvait ainsi essayer de déterminer s’il sera plus simple ou non de se dissimuler dans les ténèbres en compagnie de Scum. C’était l’inconvénient de l’été, dans ce genre de cas; la pénombre prenait bien plus de temps à couvrir la ville, contrairement à l’hiver.

-« Avec de la chance, il fera assez sombre pour que tu puisses sortir. Ce serait dommage que tu ne puisses pas nous accompagner. »

Pour le bien être des narines d’Haron, ils quittèrent tous les égouts pour retrouver la surface, dans une rue très peu fréquentée. Scum devait se faire discret s’il souhaitait éviter d’être repéré par un passant. Erïka fut la première à sortir. Ce que ça faisait du bien de respirer l’air frais et pollué de New-York ! Par contre, elle allait devoir prendre une douche en arrivant à l’institut. Elle ne devait pas sentir la rose, ses vêtements ainsi que sa chevelure devaient maintenant porter l’odeur des souterrains.

Haron demanda où ils pourraient aller, maintenant. Scum, lui, ne pouvait pas les suivre n’importe où, malheureusement. Erïka se mit à réfléchir afin de trouver une solution, mais rien ne venait. Elle savait que sa moto était à quelques rues de là. Elle devait éviter de se rendre à l’autre bout de la ville. Impossible d’aller dans un lieu public. Ce n’était pas recommandé de marcher dans les ruelles sombres, non plus. Par contre, si Scum suivait le bon chemin via les égouts, elle pourrait faire en sorte qu’ils se retrouvent à un endroit  où il n’aura jamais à se cacher, que ce soit le jour ou la nuit.


-« Dans ce cas, pourquoi on ne rentrerais pas à l’institut ? Ma moto n’est pas garée très loin et le temps que tu t’y rendes via les égouts devrait me laisser amplement le temps de conduire jusque-là. Vous en pensez quoi, les mecs ? Si tu veux, Scum, tu peux même loger pour la nuit. Par contre, évite de foutre le bordel comme la dernière fois. Si tu préfères rester éveillé, je resterais avec toi. De toute façon, les nuits blanches, ça me connait. » Elle se tourna vers Haron. « Ça te donnera aussi l’occasion de laver l’étuis de ta guitare, si ça se trouve elle pue tout autant que nous. De toute façon, avec un truc pareil sur le dos, ça doit être encombrant pour se balader en ville. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Que les ennuis débutent [Erïka / Haron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» Haron Karzen [100%]
» les ennuis ne viennent jamais seuls (PV Jared)
» Parce que les amis ça sert lorsqu'on a des ennuis [ Wilhelm Murnau ]
» Fugue, prémices d'ennuis collatéraux - Hôtel de Courtenvaux [rp unique]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-