X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 2 Juil 2013 - 20:00

La chance lui avait souri ! Il était rare qu’Evelynn puisse déplacer ses journées de congé, bien souvent pour la simple et bonne raison qu’elle était trop gênée pour en faire la demande. Cette fois-ci, cependant, elle avait fait une exception et, après une rapide discussion avec son employeur, elle était parvenue à obtenir un vendredi soir de congé, et tout ça pour aller faire ce que n’importe qui aurait été faire à ce moment là !

Voir une exposition !

Elle était déjà de retour chez elle et elle se préparait à partir, ressortant rapidement de la douche, une serviette autour de la taille, en courant rapidement dans sa chambre. Une femme plus « classique » qu’elle aurait sans doute pris beaucoup de temps pour s’habiller et se faire une beauté, mais pas Evy. Elle enfila bien rapidement une paire de pantalon de cuir noir, cadeau de sa dulcinée,  enfila une camisole dans les mêmes tons, lutta contre le décolleté qu’elle trouvait trop plongeant à son goût (Cadeau de Nora, encore une fois), soupira, abandonna la cause, enfila une veste de cuir pour la moto et, enfin, elle se dirigea vers la partie la plus importante : ses tiroirs où se cachaient ses nombreux croquis à dessins. Elle prit tout son temps pour décider lequel amener avec elle. Beaucoup étaient vides, à cause de l’incident presque un an plus tôt où un malfrat avait saccagé son ancien appartement, mais elle en avait sauvé quelques-uns. Cependant, elle opta au final pour un cahier complètement vide, puis le glissa dans un sac en bandoulière qu’elle avait sauvé de l’assaut Noraesque (sa belle dulcinée trouvait le sac un peu vieux, et si Evelynn ne l’avait pas interrompu, il se serait retrouvé dans les poubelles.) Elle ajouta une large ceinture à sa taille, puis se jugea prête.

Elle laissa ses cheveux tomber naturellement sur ses épaules et dans son dos, se dirigea vers la sortie et regarda les souliers qui s’offraient à elle. Une plainte s’échappa de ses lèvres lorsqu’elle constata que ses vieux souliers de course, eux, n’avaient pas survécu au passage de sa dulcinée. Les paires qui lui restaient étaient pour la plupart à talons et l’idée de s’éclater une dent sur le trottoir de lui plaisait pas plus que ça. Elle opta finalement pour une paire qui n’augmentait pas sa taille de façon vertigineuse, noir elle aussi, avant de sortir et de se diriger vers sa moto. Elle avait bien de la chance d’être tombée sur une paire pas trop élevé, sinon sa conduite en aurait été grandement affectée.

N’empêche, il ne lui fallut que quelques minutes pour se rendre au lieu de l’exposition, et elle se gara rapidement dans une place disponible avant d’entrer. Son but premier était de s’inspirer, de voir ce que les artistes qu’elle connaissait peu pouvaient faire. Elle entra dans une salle où elle s’appuya contre un mur, toujours aussi peu encline à attirer l’attention, et se mit à gribouiller dans son cahier.

Elle aurait pu continuer longtemps si son regard n’avait pas été attiré par une magnifique femme. Cela faisait déjà plusieurs pages qu’elle emplissait déjà, mais, d’une certaine façon, celle qui avait capté son regard lui ressemblait un peu, avec ses cheveux foncés et longs. Il y avait  cependant autre chose chez elle. Peut-être était-ce la confiance et la sérénité qu’elle dégageait. Subtilement, Evelynn se mit à dessiner, de loin, ce qu’elle pouvait détailler d’elle : son corps, ses cheveux, bref elle s’arrangeait pour éviter son regard. Cependant, plus elle dessinait, plus elle rageait, car, loin comme elle était, elle ne pouvait distinguer les détails. S’approchant donc doucement, elle continua d’ajouter des détails : lèvres, nez, yeux… Chaque pas la rapprochait de celle qu’elle dessinait. Elle releva la tête, puis la redescendit aussitôt en marchant toujours, espérant ne pas croiser son regard. Alors qu’elle terminait ce croquis, elle leva les yeux pour une dernière fois, espérant croiser juste une seconde de plus son regard…

Mais, depuis le début elle marchait vers elle, et alors que sa muse semblait regarder ailleurs, elle la percuta doucement, échappant même son croquis et son crayon par terre.


-Oh pardon je euh… pardon je suis vraiment désolé je… je suis vraiment maladroite…

Tout en s’excusant, elle essayait de se cacher pour cacher le croquis, mais il était hors de portée, elle devait faire un pas pour le récupérer… et il était du côté de la belle femme.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !



Dernière édition par Evelynn Jones le Jeu 15 Aoû 2013 - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mer 3 Juil 2013 - 23:59

Assez d'études ! Cassandra ferma et rangea ses livres pêle-mêle sur son bureau, jugeant qu'elle avait suffisamment travaillé pour aujourd'hui. De toute manière il serait bientôt temps pour elle de se préparer pour la soirée qu'elle avait projeté. Quelques jours plus tôt en effet, alors qu'elle revenait du Stonedge, une affiche avait attiré son attention sur un panneau publicitaire, qui annonçait une très prochaine exposition. Les artistes mentionnés n'étaient pas des plus populaires, néanmoins leurs noms n'étaient pas inconnus de la jeune femme, de même que certaines de leurs œuvres. C'était une excellente occasion que l'illusionniste ne comptait pas rater.

Après avoir refermé ses livres, Cassandra alla donc se préparer. Avec l'absence d'Erïka, elle pouvait passer autant de temps qu'elle voulait dans la salle de bains ; non pas qu'elle y passait des heures non plus... après tout il était rare qu'elle se maquille si ce n'était pas pour monter sur scène et danser. Une fois sortie de la salle, elle attrapa sa jupe noire, un haut bleu nuit assez ample et des escarpins noirs, puis attrapa finalement son sac et quitta l'institut pour se diriger vers le centre-ville.

Il n'y avait pas énormément de monde, mais c'était normal, après tout il était encore tôt et ce n'était pas le genre d'exposition qui attirait beaucoup de monde ; sans doute en aurait-il été autrement si l'on avait exposé des œuvres de Léonard de Vinci ou de Rembrandt. Mais les tableaux exposés, même s'ils n'étaient pas de la main de grands artistes comme ceux que la jeune femme admirait par-dessus tout, valaient la peine d'être vus. Aussi, profitant du peu de monde présent, Cassandra s'attarda longuement devant les dessins qui attiraient particulièrement son attention. Ce qui état bien, c'est qu'il y avait à la fois des œuvres abstraites et des tableaux plus « classiques » ; il y en avait pour tous les goûts au moins. Cassie laissa voguer son imagination, s'adaptant aux œuvres qui passaient sous ses yeux. Pour un peu, elle regretta de n'avoir pas pris de quoi faire quelques croquis, afin de pouvoir se remémorer plus tard quelques images particulières représentées sur les tableaux. Elle vogua ainsi, de galerie en galerie, d'un mur à l'autre, d'une œuvre à l'autre. Le calme qui régnait en ces lieux l'avait rendue particulièrement sereine et paisible, pour un peu elle en aurait presque souri. Ainsi elle continua à avancer, jusqu'à ce que sa réflexion et son attention ne soient soudainement interrompus, comme elle venait d'entrer en collision avec une autre personne.

Il s'agissait d'une jeune femme aux longs cheveux sombres et ondulés, toute vêtue de noir. De ses mains s'était échappé un carnet à dessin qui gisait à présent au sol, aux côtés de Cassandra, à cause de l'impact.

    « Excusez-moi, je ne regardais pas où j'allais. Ça va aller ? Attendez, votre carnet... »


Cassandra s'interrompit, interloquée, alors qu'elle venait de s'accroupir et de ramasser le cahier. Il était rempli de croquis en tous genres, mais la dernière page, sur laquelle devait travailler la jeune femme avant d'entrer en collision avec Cassie, était un dessin de l'illusionniste elle-même. Grandement étonnée, la serveuse se redressa en contemplant le croquis, avant de rendre le carnet à sa propriétaire.

    « Euh... vous avez un très beau coup de crayon... vous êtes une artiste ? Vous exposez des œuvres ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Jeu 4 Juil 2013 - 19:11

« Excusez-moi, je ne regardais pas où j'allais. Ça va aller ? Attendez, votre carnet... »

-C’n’est pas la peine je vais m’en occ…

Evelynn s’interrompit alors que Cassandra ne bougeait plus, ses yeux rivés sur l’évident dessin. Jamais la jeune femme n’aurait cru possible que le temps passe aussi lentement. Plusieurs émotions se débattaient en elle : L’envie de s’enfuir était sans doute la plus grande, la gêne l’aidant évidemment dans cette direction, mais elle ne voulait pas vraiment partir si rapidement. Elle n’avait même pas eu le temps de profiter de l’exposition!

Mais comment pouvait-elle penser à des choses aussi peu importantes quand une inconnue réalisait qu’Evy l’avait dessiné ?! Qu’elle regardait le dessin à quelques centimètres d’elle ! Ce n’avait jamais été son intention, mais le mal était fait. Les secondes étaient interminables, avant qu’enfin Cassandra ne lui tende son carnet, son cœur battait de plus en plus fort à mesure que l’angoisse la gagnait. Au final, il s’était écoulé un peu plus de 2 secondes qui avaient semblé pour Evelynn une éternité.

« Euh... vous avez un très beau coup de crayon... vous êtes une artiste ? Vous exposez des œuvres ici ? »

-Euh… euh non je euh… je voudrais bien un… un jour ou l’autre c’est… c’est certain… je

Elle ne souhaitait pas vraiment aborder le sujet du dessin qu’elle venait de faire, mais désirait tout de même s’excuser. Autant ses joues étaient maintenant de la même couleur que les lèvres de sa dulcinée lorsqu’elle se préparait à sortir, autant elle se doutait bien que son interlocutrice ne devait pas se sentir à l’aise. Il n’y aurait eu que Nora pour découvrir un dessin d’elle-même, sourire, et en demander un autre.

-Je euh… Est-ce que je pourrais savoir comment vous vous appelez ? Je ne voulais pas vous gêner vous savez je euh… c’est juste que euh… vous… euh… j’étais euh… comment dire… inspirée… lorsque je vous ai vue…

Elle pouvait à peine lever les yeux, ses mains tenant le cahier tremblant légèrement. La seule chose qu’elle souhaitait, c’était s’enfuir en courant de la pièce, d’éviter le regard de Cassandra, ou même se fondre dans le plancher. Peut-être y avait-il des statues ou des sculptures plus loin où elle pourrait se dissimuler ? Aurait-elle l’air d’une statue crédible avec ses joues rouges et sa veste de cuir ? Aucune chance. Refermant doucement le cahier, elle se pencha afin de ramasser le crayon qui lui au moins avait roulé vers elle. Le glissant dans le cahier, elle ouvrit son sac pour le ranger avant de remonter les yeux vers Cassandra. Ce regard ne dura que quelques secondes, beaucoup plus que ce qu’Evelynn était capable de supporter d’habitude, mais au moins, ainsi, elle pourrait terminer son dessin chez elle.

-Vous êtes très belle… ça ne fait aucun doute… pas que je veuille vous faire du charme ou quoi que ce soit… même si vous le méritez je veux dire euh… oh misère euh… non je voulais simplement dire que vous étiez très belle vous feriez une magnifique muse euh… pas ma muse bien sûr… pas que vous ne soyez pas assez bien pour moi je… oh non mais j’vais finir par me taire oui !

Elle avait dit ses derniers mots un peu plus fort que le reste, et quelques rares têtes s’étaient retournées vers le duo. Plaquant ses deux mains sur sa bouche, elle se força ainsi à se taire, ne voulant pas attirer l’attention plus qu’elle ne l’avait déjà. Elle maudissait une fois de plus son manque d’habilité sociale, qui l’avait fait dire n’importe quoi… à n’importe qui…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 9 Juil 2013 - 19:46

Cassandra était estomaquée, pour plusieurs raisons. D'abord par la découverte de l'esquisse de la jeune femme qu'elle venait malencontreusement de bousculer, trop absorbée par la contemplation des œuvres exposées, et dont elle venait de faire tomber le carnet à dessins. Le croquis qui représentait l'illusionniste était époustouflant ; elle était belle sur ce portrait, c'était vraiment flatteur de se découvrir un modèle pour une artiste. C'était là la deuxième source de sa surprise : pourquoi elle ? Elle n'était pas toute seule parmi les visiteurs et il se trouvait sans doute parmi eux d'autres personnes qui mériteraient d'avoir leur portrait. En somme, Cassie était gênée mais aussi flattée. En rendant son carnet de croquis à la jeune femme, elle lui demanda si elle faisait partie des artistes qui exposaient leurs œuvres justement ce soir. Après tout, elle avait un superbe coup de crayon ; elle était douée, c'était évident. Mais elle n'exposait pas ce soir, d'après ses dires. L'illusionniste n'était pas la seule gênée par la situation, les bégaiements de la dessinatrice témoignaient de son propre malaise.

    « Hé bien j'espère que ce sera le cas, vous avez un don, c'est certain. Vous aurez du succès ! » la complimenta-t-elle avec un sourire.


Elle était sur la bonne voie en tout cas. Malgré tout le sourire de Cassie s'évapora bien vite. On n'effaçait pas sa gêne d'un simple claquement de doigts. Et puis que fallait-il faire maintenant ? S'en aller comme ça ? Non, ça ne se faisait pas. En réalité, la jeune femme était un peu perdue maintenant. Et son malaise ne fit que s'accroître face aux propos de l'artiste.

    « Euh... je m'appelle Cassandra. Et vous ? Ah, vraiment ? Hé bien, j'en suis ravie pour vous... je dois dire que c'était inattendu, vraiment... après tout, vous ne devez pas manquer de modèles dans ce genre d'exposition, aussi bien sous formes de tableaux que de visiteurs. En tout cas vous m'en voyez flattée. » fit-elle doucement.


La jeune femme était, en fait, un peu étonnée aussi de l'attitude de l'artiste à laquelle elle faisait face. Certes elle comprenait qu'elle soit elle aussi gênée qu'elle ait découvert son travail, mais elle donnait presque l'impression de regretter ce qu'elle avait fait. Ce n'était pas comme si elle avait commis une grave erreur. Les artistes ne se montraient-ils pas habituellement un peu plus sûrs d'eux-mêmes ? Ce n'était visiblement pas le cas de cette jeune femme. D'ailleurs elle ne tarda pas à ranger son carnet à dessins après avoir repris son crayon qui avait lui aussi roulé à terre. Puis l'artiste reprit la parole, d'une manière qui fit hausser les sourcils à Cassandra. Elle voyait où voulait en venir l'artiste, mais cette dernière se perdait dans ses propos, au point de s'auto-ordonner de se taire. Elle avait parlé suffisamment fort pour que quelques personnes détournent leur attention des œuvres exposées. Cassandra leva les mains dans un geste d'apaisement.

    « Heum... vous êtes vraiment très gentille, et vous êtes très belle aussi. Vous avez déjà tenté de faire des autoportraits ? Vous n'avez pas à être gênée, vous savez, après tout vous n'avez fait que suivre votre inspiration. J'aurais sans doute fait pareil si je n'avais pas oublié mon propre carnet. »


Ce disant, elle fit un petit signe de tête, enjoignant son interlocutrice à la suivre dans une autre galerie, moins fréquentée et plus calme. Il y avait davantage de sculptures que de tableaux dans cette salle, ce qui était moins attrayant, mais au moins il n'y avait pas de risques que son attention soit détournée par un autre tableau.

    « Ça fait longtemps que vous dessinez ? J'imagine que vous devez avoir de l'expérience. Vous avez des préférences de sujets ? Plutôt portraits ou paysages ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mer 10 Juil 2013 - 0:12

« Hé bien j'espère que ce sera le cas, vous avez un don, c'est certain. Vous aurez du succès ! »
 
Un sourire. Son interlocutrice lui souriait. C’était déjà un bon début non ? La jeune femme, toujours aussi rouge qu’une tomate, parvint à faire apparaître un discret sourire elle aussi. Après tout, si elle le prenait bien, c’était déjà moins grave. Il fallait qu’elle parvienne simplement à changer le sujet. Avec de la chance, une tornade entrerait peut-être dans la salle d’exposition et plus personne ne penserait à cette petite mésaventure. Une tornade, oui, elle avait besoin d’une tornade. Bon sang, pourquoi n’y avait-il pas de tornade lorsqu’on en avait besoin d’une ! S’excusant encore, elle osa demander le nom de son interlocutrice.
 
 « Euh... je m'appelle Cassandra. Et vous ? Ah, vraiment ? Hé bien, j'en suis ravie pour vous... je dois dire que c'était inattendu, vraiment... après tout, vous ne devez pas manquer de modèles dans ce genre d'exposition, aussi bien sous formes de tableaux que de visiteurs. En tout cas vous m'en voyez flattée. »
 
-Je… euh… je prends l’inspiration… où elle vient et euh… vous avez euh… simplement… capté mon regard…
 
Ce que disait Cassandra n’était pas faux. Elle aurait pu choisir de s’inspirer de quelqu’un d’autre, d’une œuvre ou peu importe, mais elle avait choisi Cassie, ou plutôt, Cassie s’était montrée inspirante. Ce n’était pas Evelynn qui avait fait ce choix : lorsqu’elle l’avait vue, elle avait simplement senti qu’elle désirait la dessiner. Il était rare qu’elle se force à dessiner ou à peindre quelque chose qu’elle ne sentait pas. Cassandra, en étant simplement ce qu’elle était, avait touché la fibre artistique d’Evy, et ça avait été suffisant. Il ne manquait que quelques détails sur son dessin après tout pour qu’il soit complet, et maintenant qu’elle avait vu son visage, elle les avait.
 
Recommençant à s’excuser, la jeune femme finit, à force de bafouillage et d’hésitation, à élever la voix, attirant bien malgré elle l’attention des autres personnes sur sa pauvre tête. Une chance que Cassie se contenta d’élever la main, un geste qu’Evy interpréta pour un « du calme par pitié !». La brunette avait bien besoin de se calmer, et son interlocutrice l’avait bien compris.
 
« Heum... vous êtes vraiment très gentille, et vous êtes très belle aussi. Vous avez déjà tenté de faire des autoportraits ? Vous n'avez pas à être gênée, vous savez, après tout vous n'avez fait que suivre votre inspiration. J'aurais sans doute fait pareil si je n'avais pas oublié mon propre carnet. »

-Je… ne pas être gênée ? Euh… je crois que… vous ne me connaissez pas très… très bien alors, répondit-elle avec un petit sourire. Non je… je n’ai jamais vraiment essayé… ma… euh… ma compagne fait souvent office de muse aussi… et elle adore les… les dessins que je fais pour elle alors… non jamais d’auto-portrait.

 
Elle suivit Cassandra dans une autre salle, contente que la discussion ait bifurqué un minimum. Le rouge de ses joues disparaissait tranquillement, alors que sa gêne disparaissait peu à peu. Il ne fallait pas croire qu’elle considérait Cassie comme sa meilleure amie, mais, sans être à l’aise, Evelynn n’avait jamais été méfiante. C’est pourquoi elle suivait Cassandra, appréciant la conversation. Après tout, elle pouvait parler d’œuvres d’art pendant toute la journée, surtout dans un milieu comme celui-ci, et si Cassie se trouvait ici, c’était sans doute parce que le sujet l’intéressait. D’ailleurs elle fut la première à ouvrir la parole lorsqu’elles eurent changé de pièce.
 
« Ça fait longtemps que vous dessinez ? J'imagine que vous devez avoir de l'expérience. Vous avez des préférences de sujets ? Plutôt portraits ou paysages ? »

-Euh… je euh… vous… euh pouvez arrêter de me vouvoyer si vous voulez… je crois que… nous devons avoir le même âge alors… euh… ça fait quelques années que j’en fais disons beaucoup… mais un incendie m’a forcé à recommencer à zéro. Enfin… là je peins et je dessine quand je peux. Je suis plutôt portrait… Comme vous l’avez sans doute remarqué…

Un sourire timide apparut à nouveau sur ses lèvres. Elle aimait bien parler de ses œuvres, pas qu’elle ne veuille absolument attirer l’attention comme une certaine Russe, mais simplement de voir les gens s’intéresser à ce qu’elle faisait l’aidait à se sentir bien. Malgré sa gêne, Evy souhaitait être reconnue… même si elle avait la frousse de montrer ses dessins à quiconque. C’était l’une des principales raisons pour laquelle elle n’affichait que très rarement ses œuvres : autant la réaction positive des autres lui faisait plaisir, autant les commentaires négatifs pouvaient la détruire.

-Et… et toi ? Es-tu aussi une artiste ou… ou alors tu apprécies simplement les œuvres… comme celles-ci ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Sam 13 Juil 2013 - 2:11

À la base, Cassandra était venue à cette exposition simplement histoire de sortir un peu et d'admirer les œuvres d'artistes pas forcément connus du grand public. Et elle ne le regrettait pas. L'imagination peut s'essouffler, parfois. Alors, quoi de mieux que d'observer ce qui pouvait ressortir de l'imagination d'autres personnes, surtout quand elles avaient la capacité de reproduire sur la toile leurs songes et leurs paysages oniriques ? Bien que Cassie dessinait, elle était loin d'avoir le talent d'un grand maître de la peinture du temps de la Renaissance. Elle se sentait parfois frustrée de ne pas arriver à reproduire exactement ce qui sortait de son imagination. Au moins, son talent d'illusionnisme comblait cette incapacité.

Mais il était clair que d'autres possédait un véritable talent à dessiner le réel. Par exemple, cette jeune femme qui avait fait un portrait de Cassandra à son insu. La surprise passée, la jeune femme ne pouvait nier qu'elle était flattée. Après tout, il y avait tant d'autres visiteurs qu'elle ne pouvait avoir que l'embarras du choix en termes de modèles, ce qu'elle lui fit remarquer d'ailleurs. La jeune femme invoquait la brusque inspiration. C'était compréhensible, ou du moins, Cassie voyait où elle venait en venir. Pour toute réponse, elle lui adressa donc un sourire, un peu machinal. Que faire d'autre de toute manière ? Elle n'avait pas l'intention de la rembarrer ni quoi que ce soit. En somme, le fait qu'elle ait fait un croquis d'elle ne représentait pas une atteinte à la tranquillité de l'illusionniste. C'était aussi simple que ça.

Mais pourtant, l'artiste ne semblait pas être une personne très à l'aise dans ses baskets, ce qui cassait le stéréotype de la dessinatrice sûre d'elle partout où elle va. La jeune femme se mélangeait les pinceaux avec ses propos, et ayant bien compris ce qu'elle disait, Cassandra l'enjoignit à se calmer avec un geste qui se voulait apaisant. Après tout, il n'y avait pas de raison de se mettre dans tous ces états.

    « Non, vous avez raison, je ne vous connais pas. C'est peut-être pour ça que je peux vous le dire. Hé bien, vous devriez peut-être essayer, un jour, je suis certaine que vous ferez de belles œuvres.Et puis pas de raison qu'il en soit autrement puisque vous êtes jolie à la base. » fit-elle d'un ton encourageant.


La galerie commençait à se remplir de visiteurs, aussi Cassie estima qu'il était temps de changer de pièce afin qu'elles puissent discuter tranquillement. C'est donc une fois arrivées dans une autre salle que l'illusionniste reprit la parole, demandant à son interlocutrice si elle dessinait depuis longtemps. C'est vrai qu'elles devaient avoir à peu près le même âge ; le tutoiement pouvait sans doute se faire sans problème.

    « Pas de souci alors. Oh, je vois, désolée pour toi. Mais au moins tu as pu repartir d'un bon pied. Quand tu peux ? C'est que tu n'es pas encore artiste à part entière ? En tout cas je serais contente de pouvoir voir d'autres de tes dessins. »


Cela pouvait être intéressant si elles échangeaient des astuces de dessin. Bon, quoique... elles n'en étaient pas encore là, loin de là. Après ça ne faisait même pas une dizaine de minutes qu'elles discutaient. Mais Cassandra avait rarement un interlocuteur qui s'y connaissait en art ; elle-même n'était qu'une pure novice après tout. Mais admirer de belles œuvres faisaient toujours plaisir.

    « Oh, non, pas du tout. Je dessine, j'aime beaucoup ça, mais je ne suis pas une artiste pour autant. Je suis venue admirer les tableaux, du moins certains. Hum... excuse-moi, mais je crois que j'ai zappé ton prénom... » s'excusa la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Lun 15 Juil 2013 - 19:12

          « Non, vous avez raison, je ne vous connais pas. C'est peut-être pour ça que je peux vous le dire. Hé bien, vous devriez peut-être essayer, un jour, je suis certaine que vous ferez de belles œuvres.Et puis pas de raison qu'il en soit autrement puisque vous êtes jolie à la base. »

Oh… Un compliment… c’était suffisant à mettre Evelynn dans tous ses états en temps normal, mais elle était Déjà dans tous ses états. Cassandra ne pouvait pas vraiment empirer les choses, mais elle semblait faire des efforts pour que la conversation ne reste pas trop intimidante pour la jeune artiste et cela, elle l’apprécia. Bien souvent on s’était moquée d’elle à cause de sa gêne, de sa timidité ou alors simplement parce qu’elle était Evelynn (ça semblait être une raison suffisante), mais depuis quelque temps, elle semblait avoir de la chance de tomber sur de bonnes personnes. Samuel en faisait évidemment partie, mais la principal source de joie de sa vie était et resterait toujours Eleonnora.

-Vous… vous êtes très gentille euh… Cassandra, mais je ne crois pas être euh… en mesure de faire des… toiles de moi-même… Ce serait trop… bizarre… enfin ce n’est qu’un point de vue.

Quittant donc la galerie dans laquelle ils se trouvaient pour une moins occupée, les deux femmes continuèrent leur conversation, Evelynn se sentant graduellement moins timide et gênée. Elle n’avait jamais été du type méfiante de toute façon, faisant naturellement confiance à tout le monde, alors de discuter avec Cassandra et de parler d’elle-même ne lui faisait pas peur du tout. En fait, si sa timidité naturelle pourrait la quitter l’espace d’une journée, sans doute deviendrait-elle la personne la plus sympathique au monde. Racontant donc quelques histoires sur sa vie, elle expliqua à son interlocutrice ce qui s’était passé dans son ancien appartement.

          « Pas de souci alors. Oh, je vois, désolée pour toi. Mais au moins tu as pu repartir d'un bon pied. Quand tu peux ? C'est que tu n'es pas encore artiste à part entière ? En tout cas je serais contente de pouvoir voir d'autres de tes dessins. »

-Non je… je ne suis pas artiste à part entière je travaille dans une bibliothèque. Le travail est tranquille, et les livres m’inspirent beaucoup. Si tu veux, on pourrait regarder quelque peu les expositions et ensuite je pourrais te montrer les toiles que j’ai chez moi ! Après le… enfin la perte de mes œuvres, j’ai emménagé chez ma petite amie et… et j’ai refait plusieurs dessins. Euh… hésita-t-elle un instant, si tu es d’accord bien sur…

S’intéressant un peu plus à Cassie, la jeune femme lui demanda naturellement si elle aussi tentait de percer dans le milieu assez sélectif de l’art. Après tout, si elle s’y intéressait, elle pouvait tout aussi bien être dans la même situation qu’Evy : dessiner beaucoup, mais montrer peu. La timide jeune femme avait eu de la chance de présenter à quelques reprises ses toiles devant public, mais c’était bien rare et la plupart du temps, très peu de gens se présentaient. Ceux qui venaient semblaient impressionnés, mais Evelynn avait bien du mal à rester dans la salle pour voir les gens regarder ses œuvres, et donc recevait bien peu de critiques. Elle appréciait sa vie comme elle l’était et c’était suffisant pour le moment, sans trop tenter de se faire remarquer.

          « Oh, non, pas du tout. Je dessine, j'aime beaucoup ça, mais je ne suis pas une artiste pour autant. Je suis venue admirer les tableaux, du moins certains. Hum... excuse-moi, mais je crois que j'ai zappé ton prénom... »
 
-Il n’y a pas de mal. Je m’appelle Evelynn, mais tout le monde m’appelle Evy. En tout cas, ça me fait plaisir de tomber sur quelqu’un qui soit fan d’art. Ce n’est pas… euh… n’importe où qu’on peut tomber sur de telles personnes…

Comme la conversation avait fait tomber le stress d’Evy, elle tentait de limiter ses bégaiements et ses hésitations. Nora lui avait souvent fait remarquer que ses petites apparitions de stress la rendaient « absolument adorable », mais elle se doutait bien que ça devait finir par être lassant à la longue. Hésitant un court moment en regardant autour d’elle, elle finit par demander à Cassie, un peu moins sure d’elle-même :

-On pourrait… euh… si vous euh… si ma compagnie ne vous dérange pas… changer d’endroit ? Je ne suis pas une très grande fan des… sculptures…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 16 Juil 2013 - 19:29

La timidité et la gêne n'étaient pas des émotions inconnues de Cassandra. Elle y avait été souvent soumise dans son enfance, avant qu'elle ne se forge sa carapace et se fiche éperdument des autres enfants qui se moquaient d'elle. Mais gare à ceux qui s'en prenaient vraiment à elle... pour le moment pourtant, ça n'était pas le cas de la jeune artiste, bien au contraire, mais elle l'avait vraiment prise au dépourvu en faisant un croquis de l'illusionniste. Elle était talentueuse et il était dommage qu'elle ne fasse pas partie des artistes qui exposaient ce soir-là. Nul doute qu'elle aurait eu un vrai succès.

    « Ah, bien sûr, c'est juste une suggestion. »


La salle où elles se tenaient ne se prêtant plus tellement à la discussion, étant donné le monde qui s'y trouvait à présent, elles changèrent de galerie, allant dans une pièce où il y avait plus de sculptures que de tableaux. Cassandra tentait de se montrer la plus ouverte possible et de ne pas rester toujours neutre. Mais elle avait changé. Aurait-elle croisé deux ou trois ans auparavant la jeune femme dans les mêmes circonstances qu'elle lui aurait rendu son carnet sans un mot et se serait tout simplement cassée ailleurs. Aujourd'hui c'était le contraire ; la jeune femme souriait un peu et entretenait la conversation. Cela ne pouvait qu'être bénéfique puisqu'elles s'intéressaient toutes deux à l'art. Et pour le moment, l'artiste ne l'était justement pas à part entière, et travaillait pour l'instant dans une bibliothèque. Un autre point commun, puisque l'illusionniste aimait les livres encore plus. Elle avait tout à fait raison, les ouvrages étaient de l'avis de Cassandra l'une des principales sources d'inspiration.

    « Je vois, j'imagine que tu as le temps de lire et de t'inspirer de ta lecture dans ce cas. Ce doit être vraiment génial. L'invitation de la jeune femme l'étonna un peu cependant. Oh, hé bien, pourquoi pas oui, j'en serais très contente ! »


Mais elle précisa à l'artiste qu'elle-même n'en était pas une non plus, encore moins qu'elle. Cassandra dessinait certes beaucoup, mais c'était loin d'égaler le talent de la jeune femme en la matière. En vérité, la serveuse trouvait beaucoup plus facile de représenter la réalité dans ses illusions – ou même dans créer sans cesse des nouvelles – plutôt que de les travailler sur le papier. Ce dernier en effet limitait le rendu dans l'espace, même si l'on savait manier à la perfection la perspective, la lumière et l'ombre... ce qui n'était pas le cas de Cassie. Quant à la dimension temporelle, inutile d'en parler. On ne pourrait jamais, dans un tableau, représenter un pendule en mouvement, un tapis de bruyère bercé par le vent ou des flocons de neige recouvrant peu à peu un vallon ou une montagne... l'art existait sous bien des formes. Revenant au moment présent, Cassandra ne se souvenait pas avoir entendu le nom de la jeune femme et le lui redemanda donc.

    « D'accord. Alors appelle-moi Cassie. Tu n'as pas tort, c'est pas dans la rue ou au travail qu'on rencontre forcément des gens qui s'intéressent à l'art. Il faut être au bon endroit au bon moment... comme maintenant. On peut dire qu'on a eu de la chance. »


La conversation se poursuivit ainsi, jusqu'à ce qu'Evelynn présente une requête ; mais elle semblait même gênée de le demander. Pourtant il n'y avait aucun mal à ça. Avec un léger sourire encourageant, Cassie acquiesça et se leva.

    « Sans souci, je n'aime pas trop non plus. D'ailleurs on dirait que cette galerie n'a pas beaucoup de succès. On peut aller voir le reste de l'exposition si tu veux ? À moins que tu n'en aies déjà fait le tour... mais je serais contente d'avoir ton avis sur certains tableaux. Qu'est-ce que tu en dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mer 17 Juil 2013 - 20:02

 « Ah, bien sûr, c'est juste une suggestion. »

Elle était gentille. Evelynn ne détectait aucune malice chez elle, quoi qu’elle ne soit pas capable d’en détecter chez un violent psychopathe tueur en série, mais elle se sentait en confiance avec Cassandra. Sans doute était-ce parce qu’elles partageaient un intérêt pour les arts. En racontant donc un peu plus sur elle, elle lui apprit où elle travaillait, mentionnant qu’elle n’était pas une artiste à part entière et l’invitant même à aller voir ses œuvres un jour chez elle. Sans être fière de ses dessins, elle essayait toujours d’apprendre à travailler avec la critique, écoutant les commentaires d’Eleonnora par exemple. Cassie, ne la connaissait pas beaucoup, n’aurait sans doute pas de problème à se montrer vraie dans ses paroles.

« Je vois, j'imagine que tu as le temps de lire et de t'inspirer de ta lecture dans ce cas. Ce doit être vraiment génial. L'invitation de la jeune femme l'étonna un peu cependant. Oh, hé bien, pourquoi pas oui, j'en serais très contente ! »

Un sourire apparut de nouveau sur les lèvres d’Evelynn alors que les dernières tâches de rougeurs disparaissaient. Son interlocutrice faisait beaucoup d’effort pour la rendre à l’aise, et pour l’instant, cela semblait porter fruits. La brunette ne pouvait pas parler de ses dessins très souvent, et de savoir qu’elle serait intéressé à l’idée de les voir la remplissait de joie. Elle savait que, sur place, elle aurait bien du mal à lui montrer, la gêne et la peur la paralysant à l’idée des critiques qu’elle allait recevoir, mais elle devait s’y faire et les accepter… Un jour peut-être n’aurait-elle plus peur du tout de l’opinion des autres. Mais ce jour n’était pas arrivé encore, et n’arriverait sans doute pas avant plusieurs années.


-J’ai… euh… j’ai effectivement le temps de lire beaucoup, surtout lorsque les journées sont calmes et que je peux m’installer dans… dans un bureau. Je… si ça te fait plaisir… alors moi aussi. J’ai hum… toujours un peu de mal à prendre la critique alors… venant de toi… j’espère qu’elle sera honnête !

Contente de rencontrer une fan d’art comme elle, elle n’hésita pas à lui demander si elle aussi tentait de percer dans ce milieu fort sélectif. Au final, Cassandra était plutôt du genre à dessiner pour elle-même, de ce que comprenait Evelynn. Il était vrai que, la plupart du temps, c’était simplement des circonstances fortes peu probables qui amenaient un artiste ou une artiste à exposer et à être connu, mais dans sa timidité, Evy évitait ces moments. Elle avait eu quelque fois des demandes de présentation de la part de propriétaire de boutiques artistiques, mais même si elle acceptait, il était rare qu’on la rappelle pour qu’elle revienne. Répondant ensuite à la question de son interlocutrice, elle lui donna son nom, toujours en souriant, beaucoup plus à l’aise qu’au début.

« D'accord. Alors appelle-moi Cassie. Tu n'as pas tort, c'est pas dans la rue ou au travail qu'on rencontre forcément des gens qui s'intéressent à l'art. Il faut être au bon endroit au bon moment... comme maintenant. On peut dire qu'on a eu de la chance. »

-Oui on a eu de la chance… si je ne t’aurais pas dessiné on ne se serait pas parlé… Enfin euh… tu es inspirante et euh… non pas que si tu ne l’étais pas je ne t’aurais pas adressé la parole… euh… je ne choisis pas mes amis selon s’ils m’inspirent où s’ils sont beaux je… parce que tu es belle je… oh mon dieu… désolé…

Et voilà, ça recommençait. Comment se mettre dans les pieds dans la bouche, par Evelynn Jones, en 3 étapes faciles. Étape 1 : essayer de dire quelque chose. Étape 2 : Dire n’importe quoi. Étape 3 : Avoir l’air stupide. Evelynn avait développé une expertise dans cette technique au fil des années et de nouveau elle s’emmêlait les pinceaux. Elle croyait avoir insulté Cassie sans le vouloir, car oui c’était vraiment involontaire ! Demandant donc à son interlocutrice s’ils pouvaient changer de salle, elle fut contente de sa réponse, et ses joues reprirent peu à peu leur couleur naturelle.

« Sans souci, je n'aime pas trop non plus. D'ailleurs on dirait que cette galerie n'a pas beaucoup de succès. On peut aller voir le reste de l'exposition si tu veux ? À moins que tu n'en aies déjà fait le tour... mais je serais contente d'avoir ton avis sur certains tableaux. Qu'est-ce que tu en dis ? »

-Je… euh… je peux bien donner mon avis mais euh… je… c’est l’avis d’une personne parmi tant d’autres beaucoup plus… avisés que moi… mais regarder les autres salles m’intéresserait oui…

Elle prit aussitôt la direction d’une autre salle, celle-ci pleine de toiles de divers type d’influence. Il y avait du baroque, du contemporain, du surréaliste, bref tous les types pour tous les goûts. Evelynn marchait aux côtés de Cassandra, changeant machinalement d’épaule la courroie de son sac en bandoulière pour changer le poids de place. S’arrêtant devant une toile représentant une femme aux oreilles pointues  de profil, avec une lueur rougeâtre au niveau de la poitrine représentant un cœur battant, elle dit simplement :

-C’est… un peu noir mais… c’est un style que j’aime bien…

http://aditya777.deviantart.com/art/Untitled-21-386037192

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 19 Juil 2013 - 17:37


À défaut, Cassandra prenait Evelynn pour une simple humaine. Comment pouvait-il en être autrement de toute manière ? Ce devait être le cas pour l'artiste également, quelle qu'elle soit. Mais quoi qu'il en était, l'illusionniste restait un minimum sur ses gardes, mais sans le montrer. Après tout, pour le moment, Evelynn ne lui avait pas portée préjudice. Et puis, discuter avec elle pouvait se révéler très intéressant ; il serait dommage de ne pas profiter du fait qu'elles aiment toutes les deux l'art. Ainsi, la serveuse apprit que son interlocutrice était bibliothécaire et que le dessin n'était donc pas à proprement parlé son métier. Elle avait pourtant suffisamment de talent à exploiter pour pouvoir exposer aux côtés des artistes dont elles étaient toutes deux venues voir les œuvres. C'est pour cela que Cassie accepta la proposition de la jeune femme de voir ses autres tableaux. Il n'y avait rien à craindre de toute façon, pas vrai ? Et même si c'était le cas, l'illusionniste n'était pas incapable de se défendre. Ça n'était pas de la paranoïa, loin de là, mais on était jamais assez prudent, surtout avec les humains...

Mais pour le moment mieux valait ne pas penser à ça. Evy avouait cependant qu'elle essayait de prendre bien les critiques qu'elle pouvait recevoir, et demandait donc à Cassandra d'être la plus honnête possible, ce qui était une demande inutile, puisque la jeune femme était toujours sincère.


    « Je comprends. Faut dire qu'il y en a pour tous les goûts et que tout le monde a sa manière de dire les choses... avec ou sans tact quoi. Mais t'en fais pas, une critique hypocrite n'a aucune valeur, alors oui j'serais honnête. »


Le fait qu'elle passait beaucoup de temps seule laissait à Cassandra tout le loisir de dessiner et de peindre. Elle avait même recouvert un pan de mur de peinture, chez elle, mélangeant les couleurs et les étalant pour représenter des paysages fantastiques. Alors exposer, devenir artiste, non, elle n'était pas à ce point talentueuse non plus. Elle dessinait ce qui lui faisait plaisir et cela lui allait donc très bien comme ça.
Après s'être échangée leurs diminutifs, Cassie fit remarquer que ce n'était pas à tous les coins de rue qu'on rencontrait des gens qui partageaient les mêmes intérêts, à moins de les rencontrer bien sûr dans un lieu propice à cela. Ainsi, les expositions d’œuvres d'art rassemblaient des gens qui s'y intéressaient. Puis une nouvelle fois, Evy s'emmêla les pinceaux en s'exprimant. L'illusionniste eut un demi-sourire, mais il n'était en rien moqueur ou n'exprimait pas de la pitié. Mais elle voyait bien où voulait en venir son interlocutrice.


    « Ne t'en fais pas, j'ai compris. » fit-elle avec un sourire.


Il lui en fallait décidément bien peu pour la déstabiliser, se dit Cassandra. Non pas que la jeune femme était exceptionnellement douée pour mettre les gens à l'aise, mais elle se contentait d'être respectueuse et de faire preuve d'autant de gentillesse qu'elle le pouvait. En l'occurrence cela marchait bien puisque Evelynn se calma bientôt. Et puis, il était largement temps de changer de salle, toutes les deux se redirigèrent vers une galerie où de nombreux tableaux étaient accrochés. D'abord en silence, elle regardèrent quelques toiles, puis une en particulier attira leur attention : il n'était pas sans rappeler un sujet fantastique. Evelynn donna justement son avis dessus. Elle avait raison. C'était une image très sombre ; mais après tout le tableau représentait ce qui semblait être un démon. Mais la touche de couleur était bien placée également.


    « J'aime beaucoup aussi. La couleur n'est pas anodine. Celui-là aussi est plutôt bien, tu en dis quoi ? (ici) Dame nature revisitée... »


Mais à mesure que le temps passait dans la galerie, Cassandra trouvait qu'il faisait de plus en plus froid. Elle ne doutait pas que ce genre d'exposition était climatisé, mais là quand même c'était un peu exagéré, d'autant qu'elle n'était pas habillée très chaudement non plus. Elle commençait à se frotter un peu les bras avant de songer à proposer à celle qui l'accompagnait de sortir un peu.


    « Il fait froid ici, tu trouves pas ? Est-ce que ça te dit de sortir un peu ? Il doit faire plus chaud dehors, le soleil est même pas encore couché. » proposa-t-elle en pointant une porte qui donnait sur un bout de jardin encadré par le bâtiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Lun 22 Juil 2013 - 23:07

« Je comprends. Faut dire qu'il y en a pour tous les goûts et que tout le monde a sa manière de dire les choses... avec ou sans tact quoi. Mais t'en fais pas, une critique hypocrite n'a aucune valeur, alors oui j'serais honnête. »

Au moins elle semblait honnête. Bon, Evelynn n’aurait jamais su différencier le moindre mensonge de sa vie (Il avait fallu beaucoup de temps pour qu’elle cesse de croire l’histoire du père Nöel), mais ça n’empêchait pas qu’elle n’aimait pas qu’on lui mente, surtout au sujet de ses toiles. Elle n’appréciait pas non plus les commentaires déplacés et désobligeants, elle souhaitait uniquement avec des critiques honnêtes pouvant la mener à devenir meilleure.  Cassie semblait d’accord avec elle, et ça lui faisait plaisir. Lui montrer ses dessins ne l’effrayait déjà plus beaucoup.

Se perdant ensuite à nouveau dans ses propos, elle croyait avoir insulté son interlocutrice, mais l’air calme et souriant de Cassie lui fit comprendre qu’elle n’avait rien fait de tel. Au moins elle avait compris ce qu’elle cherchait à dire, malgré ses balbutiements et ses hésitations.

« 
Ne t'en fais pas, j'ai compris. » fit-elle avec un sourire.

Un sourire timide apparut sur les joues un peu écarlates d’Evelynn alors qu’elles se dirigeaient vers une autre salle, plus occupé, mais plus intéressante selon elle. La sculpture avait l’avantage de s’afficher dans le monde tridimensionnel, mais manier un ciseau n’avait jamais été dans ses forces. Au mieux elle aurait perdu plusieurs doigts, au pire elle aurait tué quelqu’un. Sa maladresse légendaire lui servait beaucoup mieux lorsqu’elle dessinait et que la chose la plus meurtrière qu’elle avait dans les mains était un simple stylo. Commentant alors sur une œuvre affiché, elle fut heureuse de voir que Cassie et elle partageaient au moins un point commun sur ce qu’elles appréciaient.


« 
J'aime beaucoup aussi. La couleur n'est pas anodine. Celui-là aussi est plutôt bien, tu en dis quoi ? (ici) Dame nature revisitée... »

-C’est… hum… c’est assez particulier et… euh… déjanté même mais… ses traits tout droits… autant au niveau de la « chevelure » et du corps je les trouve superbes, autant au niveau du nez et du menton… j’aurais peut-être… euh… arrondi le tout. Mais bon ce n’est que mon opinion c’est tout de même une œuvre fantastique…

 
Elles avançaient tranquillement, commentant et admirant chacune des œuvres. Cassie semblait honnête mais sans pour autant chercher la bagarre. C’était ce qu’Evelynn aimait le plus à propos de son interlocutrice : elles pouvaient avoir des goûts forts différents, mais elles respectaient l’opinion l’une de l’autre. Ce n’était pas partout qu’on pouvait trouver une telle chimie. Sa compagne, Eleonnora, était plutôt du genre à s’imposer et à assumer que tout le monde devait penser comme elle. Par chance, Evy parvenait parfois à faire passer ses opinions, et sa compagne l’écoutait alors, mais il était rare que la brunette fasse changer sa colocataire d’avis.


« 
Il fait froid ici, tu trouves pas ? Est-ce que ça te dit de sortir un peu ? Il doit faire plus chaud dehors, le soleil est même pas encore couché. »
 
Elle qui était de nature frileuse (et non pas frigide) fut surprise des paroles de Cassandra. Elle n’avait pas froid pour le moment, et il était rare qu’elle ne soit pas la première à se réfugier sous les couvertures. Oh non… est-ce que sa signifiait que sa malédiction était revenu ? Elle ne sentait pourtant pas de peur autour d’elle… stupide mutation. L’esprit ailleurs, elle heurta un touriste alors que Cassandra s’était arrêté quelques pas plus tôt. Au moins ne l’avait-elle pas renversé, mais ça n’empêcha pas le vilain monsieur de se retourner pour pester. Evelynn fit un pas en arrière avant d’enfin répondre à Cassie :

-Oui euh… tout… tout à fait…. Y’a… oui ça nous fera… euh… du bien…

S’excusant au monsieur, elle se dirigea rapidement vers la porte menant vers l’extérieur. Au moins finit-il par se retourner en grognant. Ouvrant la porte vitrée, elle sortit la première, savourant malgré tout la caresse du soleil. Les joues toujours rouges à cause de l’incident plus tôt, elle voulait se changer les idées. Pourquoi diable son don venait-il à nouveau la hanter ? Soupirant, elle regarda autour d’elle pour trouver un endroit où s’appuyer ou au moins s’asseoir. S’adossant contre un mur, elle regarda Cassie et tenta un faux sourire…-Tu… euh… tu avais bien raison on est… beaucoup mieux ici…  

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 26 Juil 2013 - 17:39

Sans être une critique professionnelle, Cassandra appréciait de donner son avis, de le partager avec d'autres personnes et d'écouter ceux des autres. L'échange, en un mot. Malgré son caractère taciturne, l'art était un domaine dans lequel il y avait beaucoup à dire et il était dommage de passer à côté de beaucoup de choses par timidité ou par entêtement. C'est pour cela que l'illusionniste assurait à Evelynn que si elle lui demandait son avis sur ses toiles, elle aurait des critiques honnêtes. Cette jeune femme semblait avoir besoin d'être rassurée, à entendre ses balbutiements et son ton hésitant. Ce n'était pas commun de la part d'une artiste. D'ordinaire, c'étaient des personnes qui s'affirmaient et qui étaient sûres d'elle. Ce devait peut-être être là le plus gros travail d'Evy : prendre confiance en soi. Et c'était loin d'être une tâche facile.

Une fois leur discussion terminée, les deux jeunes femmes retournèrent dans les galeries où étaient exposés en majorité des tableaux. C'est à partir de là qu'elles échangèrent leurs opinions sur les œuvres présentées au public. Chacune relevait un élément qu'elle aurait modifié, en faisant part à l'autre qui était – ou qui n'était pas forcément – d'accord. Chacun avait des goûts bien particuliers et c'était la moindre des choses que de les respecter. Elles firent ainsi tout le long de la galerie, prenant le temps d'étudier chacun des tableaux et de repérer les détails qui faisaient ressortir les éléments sur lesquels s'était basé l'artiste, que ce soit des figures mythologiques ou des attributs culturels.

Ainsi le temps fila, plus vite que ne l'aurait pensé Cassandra. Toutefois, elle ressentit au bout d'un moment des frissons, et se frotta les bras. Il devait y avoir un peu trop de climatisation, et elle ne pouvait pas dire qu'elle était chaudement habillée. Elle proposa donc à son interlocutrice d'aller faire un tour dehors. Elle n'était pas frileuse (et pas frigide non plus, n'est-ce pas è_é) mais profiter des derniers rayons de soleil ne pouvait pas faire de mal. Evelynn ne sembla pas se rendre compte tout de suite des propos de la mutante, et l'esprit sans doute ailleurs, elle bouscula un homme, pas très fort mais suffisamment pour attirer son attention. Le visiteur ne se gêna pas pour marmonner, avant qu'Evelynn ne lui présente ses excuses. Quand elle en eut fini avec lui, toutes deux purent se diriger vers la porte menant à l'extérieur.

    « Ça va aller ? » dit-elle en montrant du menton l'homme qui avait encore l'air renfrogné.


Il faisait encore tiède, mais Cassandra éprouvait encore des frissons. Était-il possible qu'elle ait pris froid ? En plein été ? Ça ne pouvait pas être possible... la jeune femme inspira un grand coup, profitant de l'air chaud et regardant le soleil se coucher, tandis que de l'autre côté du ciel les étoiles apparaissaient.

    « Franchement, la nature est à elle toute seule une œuvre d'art. Il n'y a qu'à regarder le ciel... tu penses qu... » fit-elle en se tournant vers Evelynn, mais elle s'interrompit.


Cassandra cligna des yeux. Elle rêvait ou quoi? Elle se secoua un peu la tête, ses longs cheveux noirs suivant le mouvement, et porta sa main à ses yeux pour les presser un peu. Elle devait être fatiguée...

    « Excuse-moi... l'espace d'un instant, j'ai cru que tu étais toute entourée de noir... je dois être fatiguée... »


Mais quand elle redressa la tête, elle voyait toujours cette aura noire autour d'Evelynn. Mais que se passait-il ? C'était une illusion ou quoi ? Jusqu'à aujourd'hui elle avait toujours eu un strict contrôle là-dessus... est-ce que l'artiste s'en était rendue compte ? Il ne valait mieux pas... Cassandra n'était absolument pas disposée à révéler sa véritable nature à une humaine, fut-elle sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 26 Juil 2013 - 18:38

« Ça va aller ? »

Evelynn tourna la tête vers son interlocutrice. Elle était encore perdu dans ses pensées, dans ses craintes, dans ses peurs, et ça commençait à devenir dangereux. Elle savait très bien que dans quelques instants, son don se manifesterait si elle ne reprenait pas le contrôle, et malheureusement, se faire injurier par un inconnu quelconque ne l’aidait pas vraiment à retrouver son calme. Au moins l’altercation ne dura pas longtemps, et, se tournant vers Cassandra, elle hocha simplement la tête, affichant un faux sourire.

-Oui… oui oui ça va… ne t’inquiète pas j’étais simplement... euh… dans la lune…


Ce qui était faux. Elle pensait au commentaire innocent de Cassie qui, malgré elle, provoquait ses ravages en elle. N’aurait-elle jamais la paix ? Sa malédiction menaçait à chaque seconde d’éclater et d’enfermer quiconque dans un océan de peur et de frayeur. C’était complètement l’opposé d’Evelynn qui était douce et gentille, naïve certes, mais innocente. Au moins, après quelques secondes, les deux femmes quittèrent la pièce pour sortir dehors. Peut-être aurait-elle la chance de ne plus avoir de problème ? Peut-être, oui, avec un peu de chance, sa mutation se calmerait pour un moment…

« Franchement, la nature est à elle toute seule une œuvre d'art. Il n'y a qu'à regarder le ciel... tu penses qu... »

Tournant la tête vers son interlocutrice, Evelynn vit Cassandra cligner des yeux en fixant… non pas la jeune femme, mais quelques centimètres à côté d’elle, ou enfin, tout le tour de son corps. Elle suivit le regard de son interlocutrice et, bien malgré elle, perçu l’aura qui l’entourait. Elle connaissait ce phénomène, qui arrivait beaucoup trop souvent à son goût. Son regard se releva vers Cassie qui secouait la tête.

« Excuse-moi... l'espace d'un instant, j'ai cru que tu étais toute entourée de noir... je dois être fatiguée... »

-Je… je euh…

Fuir. Elle n’avait qu’une idée en tête, fuir, disparaître, quitter l’exposition vers les égouts qui la cacheraient à la vue de tous. Elle avait toujours peur de se faire découvrir par quelqu’un, par un humain plus que tout. Elle avait peur… et sa peur augmentait chaque seconde, influencée par son don qui l’accentuait. Ce n’était plus une simple peur qui l’envahissait, mais la terreur. Pétrifiée, elle ne savait même plus comment réagir et son souffle se fit plus sec, plus saccadé. Devant ses yeux, plusieurs choses se transformèrent : Cassie se transforma graduellement en méduse, démon dont la tête était ornée de multiples serpents tous plus vivants et dangereux les uns que les autres. Autour d’elle, le jardin dans lequel ils se trouvaient, heureusement vide pour le moment, prenait des allures de désolation.

-Je… Cassie je… je suis désolé je…

Et elle fit la seule chose qu’elle pouvait encore faire pour échapper à tout ce qui se passait : elle prit ses jambes à son cou. Elle ne fit que quelques pas cependant, avant que sa vision troublée ne l’induise en erreur : un jet de flamme, qu’elle savait pourtant n’être réel que dans sa tête, jaillit sous ses pieds, et pour l’éviter elle sauta droit devant, mais sa réception ne fut pas des plus fameuses : ses mains s’écorchèrent sur le gravier tout ce qu’il y a de plus réel, ainsi que ses genoux. Alors qu’elle se retournait pour faire face à Cassie, ignorant si elle l’avait suivi ou non, elle cria :

-Ne…. Ne me touche pas !

L’aura noirâtre qui l’entourait avait pris de l’expansion bien contre son gré, et devant elle, Cassie avait toujours l’air aussi démoniaque. Elle devait se calmer, elle devait reprendre le contrôle de son don, mais c’était pour le moment aussi simple que d’éteindre le Soleil. Elle ferma les yeux dans l’espoir d’échapper à ses visions cauchemardesques, mais c’était comme essayer de sortir d’un sable mouvant : purement impossible. Elle devait se calmer… se calmer…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 2 Aoû 2013 - 21:05

Evelynn n'avait pas l'air dans son assiette. Était-ce à cause de la bousculade qui était arrivée quelques instants plus tôt ? C'était peut-être ça, mais pas seulement. L'artiste semblait soudain très tendue. Cassandra n'était pas en reste, mais elle mettait ça sur le compte de la fatigue. Elle en arrivait même à percevoir une aura étrange, sombre, autour de son interlocutrice. Elle devait avoir des hallucinations... puisque ça ne venait certainement pas d'elle. Cassie maîtrisait très bien ses illusions, alors elle n'avait pas à s'inquiéter de cela.

Mais l'artiste devenait de plus en plus agitée. Pire que cela même, la peut se lisait dans ses yeux, mais pourquoi cela ? L'illusionniste ne comprenait simplement pas, d'autant plus que le regard épouvanté d'Evelynn était rivé sur elle. Mais qu'avait-elle bien pu faire pour lui faire à ce point horreur ? C'était comme si la dessinatrice faisait face à un monstre. Pourtant il n'y avait rien autour de Cassandra, pas même l'ombre d'une chimère infernale – ça, la mutant le saurait.

    « Evelynn... ? Qu'est-ce que... ? »


Abandonné, le visage neutre, il n'y avait plus que de la surprise sur le visage de la jeune femme, qui ne comprenait absolument pas d'où venait la terreur de son interlocutrice. Elle chercha à se rapprocher de l'artiste, mais cette dernière fit à ce moment un geste pour s'enfuir. Elle avait presque atteint la porte quand elle trébucha et se retrouva par terre... après avoir littéralement sauté en avant, comme si elle cherchait à éviter un obstacle, alors qu'il n'y avait absolument rien devant elle. Éberluée, Cassandra s'approcha rapidement d'Evelynn, qui lui cria un drôle d'ordre, celui de ne pas la toucher. Mais c'était déjà trop tard, la main de la danseuse était déjà posée sur l'épaule de la jeune femme et elle cherchait à la relever.

    « Evy, tu t'es fait m... ? »


Cette fois, Cassandra ne rêvait pas, et elle était parfaitement alerte. L'aura noire, qui avait grandie tout autour d'Evelynn, n'était plus une hallucination. Mais à vrai dire, ce détail était bien loin de capter entièrement son attention.
Un horrible frisson parcourut son échine, comme si on venait de mettre des glaçons dans son dos Les yeux rivés au sol, elle voyait que ses pieds se tenaient sur une poutre large d'à peine une dizaine de centimètres. En dessous ? Le vide. Ou plutôt, s'étalait en dessous d'elle la ville de New York, mais elle semblait à des kilomètres de l'endroit où se tenait Cassandra. Que se passait-il ? La jeune femme essaya de faire travailler son cerveau pour trouver une explication logique, mais la panique menaçait de s'emparer d'elle. Deux choses étaient sûres : la première, c'était que ce n'était pas réel : la jeune femme savait qu'elle se trouvait à une exposition, les deux jambes bien campées sur la terre ferme, et pas à des kilomètres dans le ciel. La deuxième, c'était qu'elle n'était pas à l'origine de cette hallucination. Que faire pour y remédier ?

La réponse était toute trouvée. Vaincre le mal par le mal, remplacer cette chimère, d'où qu'elle vienne, par une autre. Rassemblant tout son courage et tentant d'oublier le vide en dessous d'elle, Cassandra invoqua l'un de ses mondes. En dessous d'elle, la poutre disparut, remplacée par une vaste étendue de terre, couverte d'herbe couleur émeraude. Puis des arbres sortirent lentement de terre et crurent en accéléré, formant un chemin d'arcades où se trouvaient les deux jeunes femmes. Rouvrant les yeux et voyant sous elle la solidité de la terre, Cassandra se détendit. Le souci à présent était que Evelynn avait vu ce spectacle également. Mais est-ce que c'était vraiment un problème ? La poutre et le vide n'étaient pas apparus par hasard... elle devait faire face à une camarade mutante. Renforçant le réalisme de son illusion, Cassie releva les yeux vers l'artiste.

    « Evelynn ? Ça va mieux ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Lun 5 Aoû 2013 - 18:45

« Evelynn... ? Qu'est-ce que... ? »

Evelynn l’entendait à peine. Sa propre panique la submergeait, et elle ne tenait plus son don en laisse comme elle le faisait à l’habitude. Elle était à la merci de sa malédiction qui menaçait encore une fois de la mettre dans un état de panique complet. Cherchant à s’éloigner de la jeune femme qui n’en était plus une, devenue succube ou démone peu importe, Evy tentait de fuir en esquivant des obstacles qui n’étaient pas plus réel que l’environnement qui l’entourait. Refusant de faire subir un tel supplice à Cassie, elle lui hurla de ne pas la toucher… mais la main de celle-ci se posa tout de même sur son épaule.

« Evy, tu t'es fait m... ? »

Elle était tellement convaincue de ce qu’elle voyait, même si elle savait pertinemment que Cassie de possedait pas de griffe, lorsque la main de celle-ci se posa sur son épaule, c’était comme si des lames pénétraient son bras. Pourtant ce n’était qu’une illusion, un ajout que son esprit perturbé par sa mutation additionnait à la réalité. Cela ne l’empêchait pas de ressentir quatre dagues s’enfoncer dans sa chair et ressortir lorsque la démone fit un pas en arrière.

Evelynn se tenait l’épaule, là où elle avait senti des griffes s’enfoncer en elle. Elle était au sol, appuyé contre un mur, l’air paniquée devant le feu et le sang qu’elle voyait partout. Dans sa tête, des monstres dont l’imaginaire de chacun se serait bien privé sortaient des portes pour s’avancer vers elle, la gueule pleine de sang et de membres en décomposition.

Cela ne dura qu’un moment, car Cassie, figé depuis un petit instant, commença à faire quelque chose que la jeune femme ne comprenait pas. En fait, pour elle il ne s’était rien passé, mais le monde changea, les monstres disparaissaient, le calme revenait. Remplacé par une étendue de terre couverte d’arbre, le monde apocalyptique se faisait rapidement engloutir par une telle magie. Le don de Cassie fonctionnait sur l’environnement réel, et celui d’Evelynn affectait l’esprit, mais il n’empêchait pas les images du vrai monde se rendre jusqu’à la cervelle. La rage se battait avec le calme, la haine par la pureté, jusqu’à ce que l’artiste retrouve un semblant de bon sens. Dès que la peur qui l’habitait descendit d’un cran, le monde monstrueux perdit aussitôt toute force, et la chimère de Cassandra fit le reste du travail, purgeant l’esprit d’Evelynn de toute la peur qui l’habitait encore. Émerveillée et sous le choc, elle observait ce qui était autour d’elle, ne comprenant pas ce qui s’était passé.

Sous ses doigts, elle percevait le gazon vert émeraude qu’elle ne pouvait pas toucher, passant ses mains au travers sans même sentir leur caresse. Les feuilles des arbres n’étaient pas plus tangibles lorsqu’elle tendit sa main vers l’une d’elle. Levant les yeux vers l’ex démon, elle constata que Cassie était redevenue elle-même, et que sa main griffue n’était plus qu’un souvenir. Une main toujours posé sur son épaule, elle la leva doucement, persuadée qu’une couleur rouge aurait dû apparaître sur son habit, mais il n’en était rien, pas plus que la douleur qu’elle croyait avoir ressentie.


« Evelynn ? Ça va mieux ? »

Relevant les yeux vers son interlocutrice, Evelynn était maintenant plus calme, mais toujours sous le choc. Elle ne comprenait pas ce qui était arrivée, autant l’interruption soudaine de sa malédiction que la présence d’herbe intangible. Que c’était-il passé ? Pourquoi Cassie, qui l’avait touchée, n’avait pas été sensible à cette aura noirâtre qui était sa compagne depuis beaucoup trop longtemps ?

-Ça… euh… ça… ça va je… je crois… qu’est-ce… qu’est-ce que c’est… où sommes-nous ?


Elle croyait vraiment avoir changé de lieu, elle pensait que quelqu’un les avait amené plus loin, peut-être dans un autre pays, que ce quelqu’un les avait amené tous les deux peut-être. Était-elle morte ? Ça ne faisait aucun sens… Est-ce que son interlocutrice était un ange ? L’avait-elle sauvé de son propre don ? Beaucoup de questions… et beaucoup d’interrogations.

-Tu… es… tu es une… euh… ange ou… ou quoi ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Jeu 8 Aoû 2013 - 22:11

Cassandra était tétanisée. La vision s'était installée avec une telle rapidité que c'en était déconcertant. La danseuse était certaine de ne pas être à l'origine de cette illusion – car ce ne pouvait être que cela. Et le fait de n'avoir aucun contrôle sur cette chimère ni sur la peur relative qu'elle engendrait chez elle n'arrangeait pas son état. Elle fut donc un instant sans réagir, se sentant aspirée par le vide au dessous d'elle, prête à chuter de haut, de très haut. Tentant de se reprendre au mieux, la jeune femme ferma les yeux et se concentra pour invoquer un de ses mondes rassurants, faisant taire petit à petit la sourde peur qui menaçait de lui faire perdre son sang-froid.

Rouvrant doucement les yeux, elle vit New-York en dessous d'elle disparaître, recouverte par un tapis d'herbe soyeuse, de la couleur de l'émeraude. Du vide naissait le monde. Des troncs d'arbre noueux, couverts de lichen, aux racines profondes, témoins du temps qui passe, poussèrent en accéléré et ne tardèrent pas à joindre leurs ramures au-dessus de la tête des deux femmes, comme pour les protéger. Après tout, c'était là-dessus que se basait la plupart des illusions de Cassandra. La protection, l'asile, une coupure nette et rassurante, sereine, face à un monde parfois beaucoup trop laid et violent. Le chemin de terra apparut bientôt à son tour, conduisant vers la lumière. Au fur et à mesure que Cassie construisait sa chimère, son calme revenait. Et il semblait en aller de même pour Evelynn. Son air paniqué avait disparu de sa figure, remplacer par une expression d'incrédulité et d'émerveillement. Sa main survolait les brins d'herbes fantomatiques, aussi dénués de consistance que la brume, mais cependant beaucoup plus nets que cette dernière.

Son autre main ne tarda pas à se détacher de son épaule, mais elle la regardait avec appréhension, comme si elle avait peur qu'elle se soit blessée. Cassandra s'enquit de son état, réfléchissant aussi de son côté. L'artiste devait être à l'origine de ce qu'il venait de se passer. Était-ce lié à son ordre de ne pas la toucher ? La danseuse n'aurait-elle rien vu si elle s'était retenue ? Tout indiquait qu'elles allaient avoir une conversation qui n'aurait plus rien avoir avec l'art...

Evelynn était encore ébranlée. Au moins, la peur avait quitté ses prunelles. Cassie se demanda si elles avaient vu la même chose. La jeune femme semblait avoir aperçu un tout autre tableau, beaucoup plus terrifiant encore que l'abysse au dessus duquel s'était trouvée l'illusionniste. La première question de l'artiste fut à propos de leur environnement.

    « Nous sommes toujours à l'exposition. Tu dois encore sentir le gravier sous toi. Ça, c'est juste une illusion. » expliqua calmement la jeune femme.


Cassandra montra du menton les ramures vertes au-dessus d'elles, qui filtraient les rayons du soleil, qu'on devinait éclatant derrière les feuilles. Celles-ci commencèrent à se dissiper, de même que les branches, les troncs, et enfin l'herbe apparemment si douce... et le paysage redevint normal. Elles se trouvaient toujours dans le petit parc extérieur de l'exposition. D'un coup d’œil anxieux, Cassie regarda la porte qui menait vers l'intérieur de la galerie. Il semblait que personne d'autre n'ait assisté à la scène. C'était tant mieux...

Cassandra aida Evelynn à se relever, à part quelques griffures aux mains à cause de sa chute sur le gravier, elle ne semblait rien avoir d'autre en termes de blessures. La danseuse secoua doucement la tête à la deuxième question de l'artiste. Elle sourit à demi mais son visage reprit vite une expression plus neutre.

    « Loin de là. Je dirais plutôt... que je suis comme toi. Tu peux m'expliquer ce qui s'est passé ? »


Il semblait qu'elle ne contrôlait pas son pouvoir... ça expliquait sa panique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 9 Aoû 2013 - 19:05

« Nous sommes toujours à l'exposition. Tu dois encore sentir le gravier sous toi. Ça, c'est juste une illusion. »

-Une… une illusion ? Tu… euh… tu peux faire des illusions comme… comme ça ?

Sa main droite, qui venait de passer au travers d’un brin d’herbe fantomatique, se posa sur le sol. Oui, elle sentait le gravier sous sa main, mais elle ne le voyait pas. Pour son cerveau, le monde qui l’entourait avait l’air aussi réel que n’importe quelle forêt. Pourtant c’était faux… mais ça semblait si réel… Elle eut un petit mouvement de recul lorsqu’elle se rendit compte que tout ce monde commençait à disparaître, les feuilles, les arbres, l’herbe sous son propre corps, bref, tout ce qui était en lien avec cette vision magique.

Lorsque Cassandra s’approcha, Evelynn leva les yeux vers elle, se demandant si elle verrait de nouveau un monstre à la place de son interlocutrice, mais non, c’était bel et bien Cassie, cheveux noirs et ongles... non griffus quoi, qui s’approchait d’elle. Elle prit la main que l’illusioniste lui tendait pour se relever, ne sentait plus du tout la douleur qu’elle avait imaginé quelques instants plus tôt. Son don s’était calmé, elle le maîtrisait… pour le moment du moins. L’artiste ne put s’empêcher de demander à Cassandra si elle venait d’un plan divin pour pouvoir faire une telle magie. Un mi-sourire apparut sur les lèvres de celle-ci avant qu’elle ne reprenne une expression de neutralité.

« Loin de là. Je dirais plutôt... que je suis comme toi. Tu peux m'expliquer ce qui s'est passé ? »

Expliquer ? Elle n’en avait pas envie, c’était certain. À part quelques malchanceux, sa malédiction était un secret qu’elle se réservait même de parler avec sa compagne. Il y avait Sam à qui elle avait… dû lui en parler, à cause d’un incident arachnoïdien, et Eleonnora le savait simplement à cause de l’incident de la banque, mais c’était à peu près tout. Cassie, qu’elle ne connaissait pas du tout ou presque, était maintenant au courant, et elle lui demandait plus d’explication. Evelynn ne savait pas quoi répondre… alors son bafouillage reprit de plus belle.

-Je… je euh… je en fait je … euh… c’est que c’est euh… un euh… don de … euh… mutation de… en fait c’est comme euh… c’est…

Bref, elle bafouilla pendant un petit moment avant de prendre une grande respiration. Son interlocutrice était mutante elle aussi, elle devait savoir quel genre de dilemme représentait cette demande. Evelynn n’en parlait pas à personne pour bien des raisons, mais la première était la suivante : elle ne désirait pas ce don, cette mutation. Elle voulait simplement s’en débarrasser, plutôt que de créer des incidents comme celui-ci. Et si Cassandra n’avait pas eu la force de caractère d’invoquer une telle vision, que ce serait-il passé ? L’une des deux serait peut-être morte d’un accident aussi stupide.

Mais Evelynn n’avait jamais su dire non à qui que ce soit.

-Cest… c’est une mutation… basée sur la peur. Mais… c’est pas une mutation que… je décide ou que j’active moi-même… dès que j’ai peur, elle apparaît… et se manifeste autant contre moi que contre ceux qui me touchent… c’est… c’est… c’est terrible en fait… et comme j’ai peur de tout… mon don s’active beaucoup plus souvent que je ne le voudrais.

Voilà, c’était dit, ou du moins, c’était le strict minimum. Elle ne voulait pas faire peur à son interlocutrice, mais c’était la vérité. Son don agissait sans son consentement et pouvait provoquer des crises de peurs très intenses chez certaines personnes. Tout dépendait de la force mentale de la victime évidemment, ainsi que des peurs qui l’habitaient. Pour Evelynn, c’était une horreur à chaque fois, mais Cassie avait réussi à vaincre son don instable en instaurant une zone de calme. D’ailleurs beaucoup de questions brûlaient ses lèvres à ce sujet.

-Et… ce que tu as fait… c’était quoi au juste ? Juste euh… de l’immatériel quoi ? Euh… on pourrait aussi en parler ailleurs… ou si tu ne veux pas en parler je ne te poserai pas plus de questions… juste… euh… c’est… impressionnant…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Dim 18 Aoû 2013 - 22:48

Cassandra ne répondit pas à la question d'Evelynn, laissant cette dernière appréhender le gravier toujours présent mais invisible sous le tapis d'herbe verte émeraude illusoire. Lentement elle fit disparaître le faux décor, guettant la réaction de l'artiste qui eut un mouvement de recul. Évidemment, c'était toujours un peu déstabilisant. Elle l'aida ensuite à se relever, notant au passage le regard presque inquisiteur de son interlocutrice, comme si elle s'attendait à voir Cassandra d'une toute autre manière. Ce devait sans doute être lié au pouvoir de la jeune femme. Qui disait qu'elle avait vu la même chose que l'illusionniste, à savoir le vide en dessous d'elle ? Vu la panique de la jeune femme, ça avait du être quelques chose de bien pire...

Une fois remise sur pieds et s'étant assurée de sa bonne santé – elle n'avait d'autre blessure que ses mains légèrement écorchées – Evelynn demanda à la danseuse si elle n'était pas un ange. Cette question fit légèrement rehausser les extrémités des lèvres de la jeune femme, mais pas pour longtemps. Que non, elle était loin d'être un ange, elle était simplement supérieure à la majorité des humains vivants sur cette planète... et c'était très certainement le cas également de l'artiste. C'est pour cela que Cassie lui posa directement la question. Elle n'avait pas pensé que la jeune femme n'ait pas envie d'en parler, le phénomène était tout frais et mieux valait le décortiquer au plus tôt. De toute manière, la danseuse agissait et ne réfléchissait le plus souvent qu'après.

Quand Evelynn révéla qu'il s'agissait d'une mutation, Cassandra sentit qu'elle respirait mieux. Elle avait la certitude à présent d'avoir révélé son don à une de ses semblables et non à une humaine lambda. Si ç'avait été le deuxième cas, il aurait été difficile de s'en sortir, lui semblait-il...
Elle n'interrompit pas son interlocutrice, qui bafouillait de nervosité, et la laissa reprendre tranquillement sa respiration et se calmer pour continuer son explication. Il s'agissait donc d'une mutation qui suscitait la peur chez ceux qui étaient visés... ainsi que sa propriétaire. Et elle n'avait apparemment aucun contrôle dessus.

    « Je comprends... ce ne doit pas être facile. Tu n'arrives pas à le contrôler ? Tu ne dois pas avoir peur de tout, si c'était le cas je ne pense pas que tu serais ici, qu'est-ce que tu en penses ? »


Ce devait être extrêmement handicapant pour la jeune femme, sans doute plus que ne pouvait l'imaginer Cassandra. Evelynn avait besoin d'aide, à moins qu'elle n'ait déjà cherché à contrôler son don et n'y soit jamais arrivée. L'artiste n'avait pas donné énormément de détails, mais Cassie n'en demanda pas plus. Elle choisit donc de répondre à la question de la brune.

    « Des chimères, des illusions. Comme tu as pu le voir, c'est immatériel, mais assez réel... et efficace, somme toute. »


Cassie réfléchit, mieux valait quitter l'exposition pour le moment et discuter dans un endroit un peu plus posé ? C'était sans doute ce qu'il y avait de mieux à faire pour le moment, discuter autour d'un café serait mieux que de rester plantées là entourées d'humains qui continuaient à regarder les ouvres de la galerie.

    « Oui, mieux vaut aller ailleurs. Je crois qu'il y a un café pas loin, ça te dit d'y aller ? On y sera bien mieux pour discuter, et tu pourras te remettre plus facilement de tes émotions. C'est toi qui voit. »


D'un regard, elle enjoignit Evelynn à la suivre. Cela dit, si elle souhaitait rester un peu à l'exposition, Cassandra n'y verrait aucun inconvénient, elle l'attendrait patiemment. En tout cas, c'était certain qu'elle n'allait pas déjà la quitter. Elles allaient avoir bien des choses à se dire. Quoi de plus normal pour deux mutantes venant juste de se découvrir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 20 Aoû 2013 - 18:49

« Je comprends... ce ne doit pas être facile. Tu n'arrives pas à le contrôler ? Tu ne dois pas avoir peur de tout, si c'était le cas je ne pense pas que tu serais ici, qu'est-ce que tu en penses ? »

-Ce… bon d’accord peut-être pas de tout mais… euh… de beaucoup de choses alors…


Les araignées n’étaient qu’une peur parmi tant d’autres dans la tête d’Evelynn qui appréhendait tous les environnements stressants, qui s’enfuyait dès qu’un bruit suspect se faisait entendre, imaginant les pires scénarios du monde… et, grâce à son don, ces scénarios se réalisaient bien souvent. Heureusement, depuis qu’elle passait la majeure partie de son temps chez elle ou avec sa compagne, ses crises de peurs survenaient moins souvent et, la plupart du temps, elle parvenait à ne plus y penser du tout.

-Je ne le contrôle pas du tout… c’est… c’est lui qui me contrôle, répondit-elle en regardant au sol, découragée, les bras ballants.

Malgré le découragement qui l’habitait, l’artiste était tout de même impressionnée par le don de Cassie, et elle ne s’empêcha pas de lui poser quelques questions à ce sujet. Au moins son don n’était pas aussi problématique que celui de l’artiste. S’intéressant donc un peu plus au décor qui était apparu soudainement, intangible, avant de disparaître plus doucement quelques instants plus tard, elle lui demanda ce qui s’était passée et comment un tel monde était-il apparu en un instant autour d’eux.

« Des chimères, des illusions. Comme tu as pu le voir, c'est immatériel, mais assez réel... et efficace, somme toute. »

-Oui j’ai… euh… bien remarqué. Tu sais que… d’avoir un don comme ça je n’aurais jamais plus besoin de chercher… l’inspiration hihi…

Elle tentait de rire un peu pour se changer les idées, mais c’était loin d’être efficace. Elle était toujours sous le choc de son don, et elle aurait besoin de plus que quelques secondes pour se sentir de nouveau bien. Cependant, elle devait avouer que la dose de pureté qu’elle avait vu pendant les quelques secondes ou Cassie avait activé son don avait grandement aidé. Son cœur s’était déjà calmé, et mis à part son esprit toujours apeuré, elle se sentait beaucoup mieux.


« Oui, mieux vaut aller ailleurs. Je crois qu'il y a un café pas loin, ça te dit d'y aller ? On y sera bien mieux pour discuter, et tu pourras te remettre plus facilement de tes émotions. C'est toi qui voit. »

L’idée était intéressante, mais elle aurait préféré se rendre chez elle. Au moins, si quelque chose arrivait, il n’y aurait personne pour le remarquer. Mais il était vrai que quitter l’exposition était nécessaire pour deux raisons : elle voulait s’éloigner de ceux qui auraient pu voir le spectacle… et admirer des œuvres dans son état ne l’intéressait pas beaucoup. Hochant la tête, elle suivit le geste de Cassie et se dirigea vers la sortie de l’établissement, respirant doucement, voulant calmer son esprit autant que son corps.

-Ça me va… et si tu veux après je… euh… je te montrerai où j’habite. Si ça t’intéresse j’ai quelques… quelques toiles qui euh… et bien… voilà quoi…

Evelynn Style : Clair et Concis !

À la sortie de l’établissement, elle passa à côté de sa moto et y déposa ses cahiers à croquis dans l’un des sacs qui étaient sur le côté. Elle constata que ses mains tremblaient de moins en moins, mais elle sentait chacun des mouvements sur ses paumes, là où ses mains avaient frotté le gravier. Il y avait même de petites roches prises dans ses blessures. Se disant qu’elle serait mieux de les nettoyer, elle pensa au fait qu’il y avait probablement des toilettes là où elles se rendaient, et qu’elle pourrait en profiter pour nettoyer en partie ses blessures mineures.


-Je… je te laisse guider je… j’ai un piètre sens de l’orientation et j’ai des chances de me perdre dès que je chance d’itinéraire… alors voilà je te suis.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Jeu 22 Aoû 2013 - 23:32

Le don d'Evelynn était tout à fait hors du commun... comme celui de n'importe quel autre mutant d'ailleurs. Mais il y avait cependant une particularité, que Cassandra rencontrait pour la première fois. La mutante n'avait en effet aucun contrôle sur son pouvoir, comme elle l'avouait, déprimée, à l'illusionniste. Cette dernière était étonnée. Elle n'avait jamais entendu parler d'un don que son possesseur ne pouvait pas maîtriser... à part les plus puissants mutants qui se trouvaient incapables d'endiguer leur trop plein de puissance. Était-ce le cas de l'artiste ? Cassie n'en savait rien, mais elle comprenait jusqu'à un certain point qu'Evelynn se trouvait handicapée par ce manque de contrôle.

    « Je ne suis sans doute pas la première mutante que tu vois. Est-ce qu'il y a quelqu'un dans ton entourage qui pourrait t'aider à contrôler ton don ? »


Cassandra avait réussi cette fois, à l'aveugle, à freiner la terrifiante chimère d'Evelynn, grâce à ses propres pouvoirs, ce qui suscita bien évidemment chez cette dernière plusieurs questions, auxquelles la danseuse répondit du mieux possible, sans en dire trop comme toujours. Elle n'aimait jamais trop en révéler sur elle ou son pouvoir, à moins que ce soit nécessaire. Evy était certes une mutante, un de ses semblables, mais elles venaient juste de se rencontrer. C'était un peu tôt pour lui en dire davantage, de l'avis de la serveuse. Elle lui dit donc simplement ce qu'elle avait vu et le lui expliqua. La brune eut un petit rire timide, affirmant qu'avec un don pareil elle n'aurait plus besoin de chercher l'inspiration. Cassandra lui répondit avec un demi-sourire.

    « C'est vrai, pour une artiste comme toi ce serait un filon. Comment vont tes mains ? Le gravier n'est pas la meilleure chose sur laquelle se rattraper. »


Malgré son rire et sa tentative de faire de l'humour, Evelynn était encore très stressée, son visage n'avait pas repris toutes ses couleurs. Elle avait à présent besoin de calme, et peut-être – voire même sûrement – de discuter. Cassie n'était pas la meilleure personne pour cela, mais il n'y avait que toutes les deux pour le moment, deux mutantes de surcroît. C'était le moment de faire davantage connaissance, maintenant qu'elles étaient certaines l'une et l'autre d'appartenir à la même catégorie d'Homo Superior. C'est donc pour cela que Cassandra proposa à son interlocutrice d'aller prendre un café et donc de quitter l'exposition. Ayant donc exposer ses options, Cassie attendit qu'Evelynn se décide. Il ne lui fallut pas longtemps avant d'acquiescer et de suivre la danseuse, ajoutant quelque chose d'autre à sa proposition. La jeune femme acquiesça, souriant aux balbutiements de l'artiste.

    « Si tu veux, en tout cas il n'est pas question que je te lâche avant que tu ne sois rentrée en sécurité chez toi. Mais je serais ravie de voir tes autres œuvres. Tu es de New York ? »


Une fois qu'elles eurent quitté l'exposition, Evy passa à côté d'une moto et y déposa ses cahiers. Ce devait donc être son véhicule. Cassie se demanda si elle pourrait se remettre suffisamment pour reprendre le volant... quoiqu'il en soit, c'était à elle de guider Evelynn dans le quartier. Elle ne le connaissait pas vraiment, mais ça ne faisait aucune importance. Il y avait un Starbuck un peu plus loin dans la rue, inutile de faire des kilomètres.

    « Pas de souci, viens. Un Starbuck ça te dit ? Au moins ce n'est pas loin. »


Une fois arrivées dans l'établissement, Cassandra alla commander deux cafés, ayant auparavant demandé celui que l'artiste voulait, pendant qu'Evy se rendait aux toilettes pour enlever les dernières pierres qui s'étaient logées dans sa chair, au niveau des mains. Installée à une table suffisamment éloignée des autres clients pour qu'elles puissent discuter tranquillement, la danseuse attendit que sa semblable revienne, et lui adressa un mince sourire.

    « Ça va mieux ? Tiens, bois, ça te fera du bien... alors, est-ce que... ça fait longtemps que tu as conscience de ton don ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 23 Aoû 2013 - 19:02

« Je ne suis sans doute pas la première mutante que tu vois. Est-ce qu'il y a quelqu'un dans ton entourage qui pourrait t'aider à contrôler ton don ? »

-Je… euh…

Il y avait bien Samuel, qui lui avait proposé de lui donner un tel coup de main, mais l’idée de passer son temps à effrayer quelqu’un pour «s’entraîner» ne lui plaisait pas vraiment. Son don n’avait pas de niveau pour le moment, c’était tout simplement la pire peur de sa vie ou rien. Si elle excluait l’hispanique, qui était au courant de son pouvoir ? Les Morlocks, qu’elle ne voulait pas effrayer pour tout l’or du monde. Ils étaient sa famille adoptive après tout. Nora avait deviné ce qui se passait, mais elle avait accepté de ne pas en parler davantage. Sans doute avait-elle compris que c’était un sujet fort sensible chez l’artiste.

-Non… non personne que… enfin que je veux… effrayer comme ça c’est certain.

Demandant ensuite des explications sur les dons de Cassie, celle-ci répondit simplement, mais les quelques mots qu’elle prononça furent suffisant pour qu’Evelynn imagine déjà tout plein de scénarios. Un tel don avait des utilités immenses et variés, et pour une artiste comme elle, l’idée de pouvoir faire apparaître dans le vrai monde les idées et les images qui passaient par son esprit lorsqu’elle dessinait seraient un vrai trésor.

« C'est vrai, pour une artiste comme toi ce serait un filon. Comment vont tes mains ? Le gravier n'est pas la meilleure chose sur laquelle se rattraper. »

-Pas… pas trop mal ça m’a plus… surpris qu’autre chose. Je vais les laver et ça devrait bien aller. Je suis habituée à ce genre de… blessures…

Avec sa chance extraordinaire, avec ou sans don, se blesser aussi simplement était fort courant. Le café était l’un de ses pires ennemis, le trottoir aussi, en fait, si quelqu’un pointait quelque chose et disait : « Evelynn va tomber » ou « Evelynn va se faire mal », il y avait facilement une chance sur deux que ça arrive.

Acceptant donc l’invitation de Cassie, elle ajouta même que, si la jeune femme était intéressée, elle pourrait toujours l’amener voir les toiles qu’elle avait eu le temps de peindre chez elle. Son petit atelier, qui était en fait la chambre d’amis, était déjà empli de toiles. Certaines étaient complètement nouvelles, alors qu’il y en avait d’autres qui étaient simplement des œuvres qu’elle avait tenté de refaire.

« Si tu veux, en tout cas il n'est pas question que je te lâche avant que tu ne sois rentrée en sécurité chez toi. Mais je serais ravie de voir tes autres œuvres. Tu es de New York ? »

-Non… nonon je viens de Pennsylvanie en fait, dans un… petit coin perdu. Mais j’habite ici depuis plusieurs… plusieurs années. Qu’en est-il de toi ?


Passant près de sa moto alors que les deux jeunes femmes quittaient l’exposition, elle en profita pour déposer ses quelques carnets à dessins dans l’un des sac avant de suivre Cassie. Son sens de l’orientation étant aussi développé que celui d’une taupe presbyte, elle demanda à son interlocutrice si elle savait comment se rendre au café dont elle parlait.

« Pas de souci, viens. Un Starbuck ça te dit ? Au moins ce n'est pas loin. »

-C’est parfait… je ne m’en plaindrai pas c’est certain.

Un café, une chance de dégât supplémentaire, youpi ! Néanmoins, elle suivit son interlocutrice à l’intérieur du Starbuck et se rendit aussitôt aux toilettes, le temps de nettoyer ses mains pleines de gravier. Ses mains brûlaient un peu, mais la douleur était supportable, et elle s’essuya doucement les mains par la suite avant de sortir. Les morceaux de roches qui étaient toujours plantés dans sa main finiraient bien par sortir un jour ou l’autre. Lorsqu’elle sortit de la salle de bain, elle localisa rapidement la mutante aux cheveux noirs et vint s’asseoir auprès d’elle, hésitante à prendre le café. Cassie venait de lui offrir ? Gênée, elle ne savait pas si en fait Cassandra ne s’en était commandé deux pour elle. Devait-elle aller en chercher un autre ?

« Ça va mieux ? Tiens, bois, ça te fera du bien... alors, est-ce que... ça fait longtemps que tu as conscience de ton don ? »

Toujours un peu rouge, Evy avança sa main doucement jusqu’au café et le souleva doucement, la chaleur la soulageant autant qu’elle éveillait ses nerfs à vif. Au moins ne tremblait-elle déjà plus. C’était déjà ça de gagné. Elle en prit une bonne gorgée et passa près de s’étouffer avec, mais elle finit par tout avaler et reposa la tasse un instant plus tard, reprenant sa respiration difficilement.

-Euh… oui ça fait un… un sacré bail en fait je… je ne me souviens même plus depuis quand en fait. Il a toujours été là, et a toujours été aussi… dérangeant, volatile. J’ai beau essayer de le contrôler, de le contenir, mais dès que j’ai peur… ce qui arrive plutôt souvent, il gagne en force… et… et bien… tu as vu ce qui arrive…
la curiosité l’exigeant, l’artiste ajouta : Tu as peur des hauteurs ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 27 Aoû 2013 - 17:51

L'absence de surprise excessive d'Evelynn face au don de Cassandra laissait supposer que l'illusionniste n'était pas la première mutante que l'artiste croisait. De ce fait, il devait bien y avoir d'autres camarades qui connaissaient le pouvoir de la dessinatrice et avaient cherché à l'aider. Du moins c'est ce que pensait la danseuse. Aussi elle posa sa question directement à l'intéressée. Après un petit silence, elle répondit qu'elle n'avait pas envie d'effrayer les gens. Il était vrai que pour contrôler son don, Evelynn ne devait pas avoir d'autre choix que de soumettre d'autres personnes à des choses qui leur faisaient peur. Une façon de faire qui ne devait pas être agréable du tout, d'où la répugnance de l'artiste. Cassandra le comprenait. Mais n'y avait-il pas d'autres moyens ? Toutes les peurs d'Evelynn n'étaient peut-être pas justifiées et il suffisait simplement de l'en « guérir ». Bien entendu, c'était beaucoup plus facile à dire qu'à faire, et de toute manière l'illusionniste en savait encore trop peu pour pouvoir l'aider.

    « Je vois. Mais il doit bien exister une solution pour que tu puisses te contrôler sans qu'il y ait besoin d'effrayer d'autres personnes. Cela dit, je n'en sais rien, mais je l'espère. »


À son tour, Cassie expliqua comment fonctionnait son propre don. La description de ses talents d'illusionniste intéressa beaucoup la brune, qui y voyait sans doute des tas de possibilités pour ses œuvres. N'était-ce un des buts d'un artiste de transposer dans le monde réel tout ce que son imagination pouvait engendrer ? La danseuse eut un sourire pour la dessinatrice. Si elles se revoyaient plus tard, peut-être pourrait-elle lui montrer davantage ses possibilités. En attendant, il y avait plus urgent. La jeune femme s'était blessée en tombant sur le gravier et il fallait vite qu'elle se lave les mains pour se débarrasser des petits cailloux restés dans sa chair. Elle se disait habituée à ce genre de blessure. Une maladroite dans l'âme ?

Quoiqu'il en soit, l'exposition n'était pas tellement l'endroit rêvé pour discuter de tout ce qui venait de se passer. Invitant l'artiste à boire un café, Cassie se dit qu'assises à siroter une boisson chaude serait un cadre bien plus approprié. De plus, il n'était à présent pas question qu'elle la laisse s'en aller seule dans New York, elle la raccompagnerait chez elle. Il ne faudrait qu'elle ait peur de nouveau et qu'elle soit cette fois seule et ne s'en sorte pas. Cassandra n'était plus aussi détachée qu'autrefois, maintenant. Elle s'en rendait compte jour après jour. Depuis qu'elle connaissait les mutants, elle se trouvait beaucoup plus sociable, quoique toujours méfiante à première vue et à fortiori envers les humains. Sortant de la galerie d'art, Cassandra demanda à Evy si elle était de New York. Cela faisait quelques années selon elle.

    « D'accord. Je viens de Virginie pour ma part. Et ça fait deux ans que je suis ici. »


Une fois que l'artiste eut déposé ses carnets sur sa moto, les deux jeunes femmes se rendirent à un Starbuck non loin de là. Evelynn alla se laver les mains, Cassandra commanda deux cafés et en poussa un vers sa camarade mutante quand celle-ci revint, l'enjoignant à boire. La chaleur lui ferait du bien sans doute. Puis les questions commencèrent. Sans se faire non plus inquisitrice, Cassie demanda à la jeune femme si elle avait conscience de son don depuis longtemps. La réponse était oui, après qu'Evy ait réussi à avaler sa gorgée de café. Depuis des années donc, Evelynn était soumise à une terreur qu'elle ne pouvait contrôler.

    « Donc, ce sont tes peurs qui dominent ton pouvoir en quelque sorte ? Tu n'as peut-être... pas très confiance en toi ? Oui, répondit la jeune femme en baissant les yeux et contemplant son café. Depuis que je suis petite, je suis très mal à l'aise avec ça. Mais, dis-moi... qu'as-tu vu, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 27 Aoû 2013 - 22:08

« Je vois. Mais il doit bien exister une solution pour que tu puisses te contrôler sans qu'il y ait besoin d'effrayer d'autres personnes. Cela dit, je n'en sais rien, mais je l'espère. »

Espérer ? Bah, elle avait abandonné cette idée depuis longtemps maintenant, se jugeant condamné à vivre avec une telle malédiction. L’idée même de faire peur aux gens, même sous prétexte de s’entraîner, ne lui plaisait pas du tout, et elle se savait incapable de faire volontairement du mal à quiconque. Ne sachant pas trop quoi répondre à l’affirmation de son interlocutrice, elle se contenta de soupirer, toujours un peu nerveuse, mais au moins, sa frayeur pure était passée.

S’intéressant donc au merveilleux monde qui avait fait compétition aux cauchemars inspirés de sa malédiction, l’artiste s’intéressa un peu plus à la mutation de la serveuse. Faire apparaître tout un paysage, même intangible, était fort impressionnant. S’imaginant déjà peindre ses toiles dans la sécurité de son chez soi, mais avec un décor enchanteur tout droit prélevé de son esprit, elle mentionna à Cassie qu’elle était chanceuse d’avoir un tel don. Écoutant ses explications, elle finit par réagir lorsqu’elle parla de ses mains blessées. Même si de tels blessures étaient son lot quotidien grâce à sa maladresse légendaire, il était vrai que de nettoyer ses blessures mineures étaient nécessaire.

Acceptant donc de suivre la belle danseuse, elle s’arrêta un court instant pour déposer ses cahiers à dessins dans l’un des sacs de sa moto et se rendit avec Cassie au Starbuck un peu plus loin. Sur le chemin elle apprit le lieu de naissance de son interlocutrice. Virginie ? C’était tout de même loin de ce qu’elle en savait, mais elle pouvait très bien se tromper. Après tout, en sortant de chez elle, Evy avait une chance sur deux de se perdre, alors se souvenir de l’emplacement des différents États, hors de question. Acceptant le café offert par son interlocutrice, elle lui sourit et elles purent discuter un peu plus calmement, l’artiste s’étant remis de ses émotions les plus fortes. Elle se sentait plus faible, plus fatiguée, comme si son don avait pris une bouchée dans ses réserves d’énergie, mais rien que le délicieux café ne puisse vaincre aisément.

« Donc, ce sont tes peurs qui dominent ton pouvoir en quelque sorte ? Tu n'as peut-être... pas très confiance en toi ? Oui, répondit la jeune femme en baissant les yeux et contemplant son café. Depuis que je suis petite, je suis très mal à l'aise avec ça. Mais, dis-moi... qu'as-tu vu, toi ? »

Trop de questions, enfin, surtout trop dont elle n’avait aucune envie de répondre. Evelynn dut prendre un certain temps pour y réfléchir. Il fallait choisir les mots pour expliquer ce qu’elle-même, après plus de 20 ans d’existence, avait beaucoup de difficulté à comprendre. Bon, aussi bien commencer par le début alors… soit répondre à la première question, celle qui était aussi évidente qu’un éléphant dans un champ de mine, que le nez au milieu d’une face de clown, que le… bon c’est assez évident quoi !

-Tu as remarqué ?
répondit-elle, sur un ton sarcastique, mais exempt de méchanceté. Je n’ai aucune confiance en moi… Je n’en ai jamais eu, et j’ai une compagne extraordinaire qui tente par tous les moyens de me faire sentir bien avec moi-même… sans grand succès. Elle me traite comme si j’étais une reine, alors que je ne me vois même pas assez importante pour nettoyer ses habits… Enfin, disons que c’est moins pire qu’au début…

C’était une vérité triste, mais qui changeait graduellement. Nora offraient moult cadeaux à Evelynn sans même se rendre compte qu’à chaque fois, l’artiste se sentait petite et insignifiante à côté de sa belle compagne blonde. Pourtant, avec le temps, de telles attentions créaient plus de bonheur que de gêne, et la brunette se rendait compte qu’elle refusait de moins en moins les offrandes de sa dulcinée. Cela n’empêchait pas Evelynn de douter d’elle-même à chaque instant, mais c’était mieux qu’au début de leur relation.

Venait ensuite le sujet beaucoup moins agréable. La jeune femme n’avait aucune envie de raconter ce que sa malédiction lui faisait voir lorsqu’elle se déclenchait. Pourtant, devant une question aussi directe, l’artiste n’avait jamais su dire non. Autant elle ne voulait pas en parler du tout, autant refuser de répondre lui était impossible. Prisonnière de sa gêne et de sa peur, c’était un peu son état d’esprit usuel…

-Mon… euh… ma malédiction… me fait… euh… voir un grand mélange… de toutes les peurs que j’ai connu. C’est comme si ces frayeurs laissaient chacune leur marque sur moi, et lorsque… je perds le contrôle ainsi… c’est moi qui voit tout ça. C’est assez variable, mais… la vision la plus cauchemardesque que tu pourrais imaginer… et bien, prends là et rends la pire. C’est ce que je vois. Lorsque je ferme les yeux… pour y échapper tu vois, même en me disait que c’est faux, et bien… la vision apparaît devant moi. Les yeux n’arrêtent jamais de voir, ils regardent l’intérieur des paupières lorsqu’ils sont fermés. Mon don peut se manifester ainsi. Il affecte mon esprit, alors porter un bandeau et des bouchons sur les oreilles n’y change rien. J’ai déjà essayé… Tout à l’heure, le monde apocalyptique avait pris vie devant moi. Tu… enfin… tu avais l’air d’une succube… mais sans aucun attrait sexy. Les flammes, les cornes, les griffes…

Soupirant de nouveau, elle regarda la table pendant de nombreuses secondes, incapable de relever les yeux. Elle détestait évoquer son don, et c’était l’une des raisons pour lesquels elle n’en avait jamais parlé à sa compagne. À cause de l’évènement à la banque, la belle Russe connaissait, ou du moins imaginait, son don, et par respect, elle n’en parlait jamais. Evelynn n’en parlerait sans doute pas avant un très long moment à celle qui partageait ses nuits.

-Je… je suis désolé… de t’avoir fait voir ça… et d’avoir dit euh… ta peur comme ça… c’était… déplacée je m’en rends bien compte…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Ven 30 Aoû 2013 - 23:00

Quel cadre convenait mieux à une bonne discussion qu'autour d'un bon café chaud et réconfortant ? Cassandra n'en connaissait pas de mieux pour sa part, et pensait que cela pourrait faire un peu de bien à la pauvre Evelynn qui avait besoin de se détendre. Cassie ignorait si elle pourrait venir en aide à la jeune femme. Contrôler ses peurs était un exercice difficile et la danseuse n'était peut-être pas celle qui pouvait l'aider au mieux, mais il fallait bien essayer. C'était la première fois Cassie pouvait apporter son soutien de cette manière à quelqu'un. La jeune femme avait bien changé depuis son arrivée à New York...

Quoiqu'il en soit, pour venir en aide à l'artiste, il fallait déjà qu'elle pose quelques questions pour mieux cerner son interlocutrice. Cette dernière prit un petit temps avant d'y répondre, cherchant sans doute ses mots pour y répondre au mieux. Ce n'était sans doute pas facile... même reconnaître que l'on avait pas confiance en soi n'était pas chose aisée. Pourtant la jeune femme eut un ton ironique en disant à Cassandra qu'elle avait remarqué ce trait de caractère chez elle. Il était assez flagrant il fallait bien avouer... la serveuse écouta les explications de la jeune femme, tout en sirotant son café. Apparemment, sa compagne tentait de l'aider au mieux et cela avait amélioré la situation de l'artiste en terme de confiance en soi. C'était déjà une très bonne chose !

    « Ce n'est pas si mal dans ce cas ! Ce genre de chose demande du temps, on a pas confiance en soi du jour au lendemain. Si ta copine t'aide à mieux avoir confiance alors il faut continuer en ce sens ! Et puis, peut-être que tu ne te juges pas à ta juste valeur non plus. Après tout, tu es une mutante, donc une personne exceptionnelle ! Tu devrais garder cela à l'esprit. » fit la jeune danseuse avec un sourire sympathique.


Avoir vécu à l'institut, entourée de mutants, et connu Samuel qui lui avait appris beaucoup de choses, avait conforté Cassandra dans cette opinion. Les mutants étaient des gens solidaires, exceptionnels, tellement au-dessus des humains égoïstes et ambitieux. Cassandra parlait en connaissance de cause après tout. Puis la discussion dériva sur ce qui avait terrifié Evelynn. Cassie avait cru tomber dans le vide, mais qu'en était-il d'elle ? Rien de moins qu'une vision cauchemardesque avec Cassie elle-même grimée en une horrifiante succube. Ainsi était le pouvoir de l'artiste : empirer des visions qui étaient déjà en elles-même terrifiantes. Un don qui influait sur l'esprit et non sur les sens. Même en fermant les yeux et en se bouchant les oreilles, Evy ne pouvait y échapper. Voilà qui compliquait grandement les choses...

    « Et... et si tu essayes de penser à autre chose ? Je sais que ce ne doit pas être facile, mais peut-être qu'en détournant ton esprit de ta peur, la vision s'effacera... ce n'est qu'une suggestion cela dit. »


Evelynn semblait réellement désolée que Cassandra ait du subir ainsi son don. Mais ce n'était certainement pas sa faute cela dit. Elle lui avait bien expliqué qu'elle ne le contrôlait pas.

    « Ne sois pas désolée Evelynn. Cela m'a mise mal à l'aise mais sans plus. Je ne sais pas exactement de quoi j'ai peur moi-même, alors... mais ne t'en fais pas, tu m'as bien dit que tu n'avais aucun contrôle. Cela dit, il n'est pas impossible de changer ça, qu'est-ce que tu en penses ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   Mar 3 Sep 2013 - 18:33

« Ce n'est pas si mal dans ce cas ! Ce genre de chose demande du temps, on a pas confiance en soi du jour au lendemain. Si ta copine t'aide à mieux avoir confiance alors il faut continuer en ce sens ! Et puis, peut-être que tu ne te juges pas à ta juste valeur non plus. Après tout, tu es une mutante, donc une personne exceptionnelle ! Tu devrais garder cela à l'esprit. »

-Exceptionnelle…

Oui bien sûr… si exceptionnelle signifiait : se fait peur toute seule et créer la peur chez des gens qui n’en avaient sans doute aucune envie. Alors là oui elle était exceptionnelle… mais pas de la bonne façon. Ce que Cassie considérait comme un don, comme quelque chose d’heureux et de magnifique, Evy le voyait noir, dérangeant, une malédiction bien plus qu’un don. La mutation chez elle, ce n’était qu’un tas de problèmes tous moins intéressants les uns que les autres.

-C’est… hum… je crois qu’on a tout simplement des perceptions fort différentes sur le sujet. Si j’aurais la chance, je crois que je voudrais… je souhaiterais…

Voulait-elle vraiment perdre son pouvoir ? L’envie de ne plus s’effrayer elle-même ou les gens qui l’entouraient était là, mais si elle perdait ce don, serait-elle considérée comme une Morlock encore ? Aurait-elle rencontrée Samuel ou Scum ou tous ceux qui faisaient désormais partie de sa vie ? Pour elle, sa mutation avait toujours été une malédiction, mais pourtant, alors qu’elle y pensait, que serait-elle devenue sans sa mutation ? Une artiste plus ou moins connue bibliothécaire ? Aurait-elle simplement rencontrée Eleonnora ? Si son don, lors de cette soirée fatidique, ne s’était pas manifestée, elle se serait sans doute enfuie de cette bande d’enfoirés et n’aurait jamais été sauvé par sa compagne…

-Oh pardon, fit Evelynn après quelques secondes de réflexions en se secouant la tête rapidement, j’étais perdue dans mes pensées… Je… enfin… Avoir confiance en moi n’est pas une mince tâche, tenta de conclure l’artiste, ne voulant plus repenser à tout ça.

Décrivant ensuite rapidement ce qui s’était manifesté devant ses yeux, l’artiste amateur lui relata les détails de ses visions cauchemardesques. La danseuse l’écouta, ne semblant pas vouloir interrompre son interlocutrice, ce qui était très bien comme ça. Se remémorer des images aussi horribles ne lui plaisait guère, mais refuser quelque chose lui était impossible. Une fois que tout fut dit, elle laissa la parole à la serveuse.

« Et... et si tu essayes de penser à autre chose ? Je sais que ce ne doit pas être facile, mais peut-être qu'en détournant ton esprit de ta peur, la vision s'effacera... ce n'est qu'une suggestion cela dit. »

-En fait, tu as mis le doigt dessus directement. C’est en pensant à autre chose que la mutation se calme. Ce n’est pas grâce aux chimères que tu as invoqué que les images sont disparues pour moi… c’est en fait parce que ça a concentrer mon esprit sur autre chose. Mes émotions ont changés… ça a enlevé toute force à ma mutation. Mais même si je sais que toutes ces images sont… enfin, ne sont pas réelles, lorsque je sens une lame ou une balle mordre ma chair, même si je sais que ce n’est pas vrai… ce n’est pas suffisant, et ça fait très mal…


Dans sa précédente vision, les « griffes » de Cassandra l’avaient blessé, mais la sensation de brûlure et de nerfs à vif était disparue aussi soudainement que sa mutation s’était calmée. Plus la vision était longue, plus l’esprit était affecté. Le cerveau avait besoin de quelques secondes pour enfin comprendre que ce n’était pas vrai, enfin, quelques secondes si les cauchemars duraient quelques secondes. Désolée que Cassandra ait été touchée par son don, l’artiste s’excusa, mais Cassandra ne semblait pas lui en vouloir.

« Ne sois pas désolée Evelynn. Cela m'a mise mal à l'aise mais sans plus. Je ne sais pas exactement de quoi j'ai peur moi-même, alors... mais ne t'en fais pas, tu m'as bien dit que tu n'avais aucun contrôle. Cela dit, il n'est pas impossible de changer ça, qu'est-ce que tu en penses ? »

-Tu n’es pas la première à m’en parler en fait. Les quelques mutants que je connais me l’ont tous proposé. C’est… c’est moi qui ne suis pas d’accord. L’idée de faire naître la peur dans le cœur de quelqu’un, sous seul prétexte de m’entraîner… non, non ce n’est pas envisageable. J’ai un ami… Samuel qui m’a proposé d’aller faire un tour à un institut… mais… je n’ai toujours pas eu le courage d’y aller…


Elle reprit une gorgée de café, qui était en fait la dernière, et déposa sa tasse vide sur la table avant de pousser un nouveau soupir. Tout ça la décourageait, et elle ignorait comment gérer tout ça, malgré l’aide que beaucoup de gens lui proposaient. Croisant ses bras devant elle, elle posa son menton sur la table, cherchant à se cacher derrière ses cheveux. Ce n’était pas efficace, mais dans son état de désespoir, c’était mieux que rien.

-Je ne voulais pas te déranger avec mes problèmes… désolé je euh… je parle peut-être un peu trop de moi…

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Exposition et malaise, youpi ! (PV Cassandra)[terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers-