X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau Compagnon [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Nouveau Compagnon [PV William]   Lun 3 Juin 2013 - 21:13

Anieta tentait la recette d’une boisson aux fruits, bien installée derrière le comptoir de sa cuisine. Elle prenait bien garde à ne pas renverser quoi que ce soit sur la tablette numérique qu’elle avait posée à proximité, installée de sorte à ce qu’elle puisse lire ce qu’il y avait d’écrit sans avoir à se pencher à chaque fois sur le comptoir. Récemment, elle s’était mise à la technologie. Il fallait dire qu’Eleonnora l’y avait un peu poussée. C’était elle qui lui avait acheté cette tablette dernier cri avec les accessoires qui allaient avec. Elle disait que cela allait changer la vie de la vieille femme sur bien des plans. Jusqu’à présent, Anieta trouvait qu’il s’agissait d’un gadget comme un autre. Elle devait avouer que c’était plutôt pratique pour écouter l’une de ses séries favorites tout en restant au lit ou découvrir de nouvelles recettes, comme maintenant.

Elle termina sa recette et rangea le tout dans le réfrigérateur. Elle avait bien hâte de recevoir la visite de William. Est-ce qu’il allait bientôt arriver ? Elle jeta un coup d’œil à l’horloge. Elle avait encore un moment à attendre avant qu’il n’arrive. Elle décida de prendre sa tablette et de s’installer dans le salon, devant la télévision, pour jouer à un petit jeu sur son nouveau cadeau. Eleonnora lui avait téléchargé tout un tas d’applications qu’elle n’avait pas toutes essayé, pour le moment. Afin de passer le temps, elle s’amusa à les tester. Elle ne vit pas le temps passer et lorsque des coups retentirent contre la porte, elle se leva et alla répondre.


-« William ! Je suis contente de te voir. Comment vas-tu ? Viens, entre. »

Elle le fit entrer dans l’appartement avant de refermer et verrouiller la porte derrière lui. Elle ne voulait pas risquer que son chien se sauve. Ce qu’elle n’avait pas dit à William était qu’elle était passée, il y a une semaine de cela, dans un centre pour animaux où elle avait adopté un petit bichon tout à fait adorable. Ce petit chien avait été abandonné par ses propriétaires qui ne pouvaient plus s’en occuper. C’était bien dommage car il s’agissait d’un petit animal très intelligent qui arrivait même à ouvrir les portes s’il désirait sortir. Quoi qu’il en soit, Anieta comptait bien en prendre soin, tout comme de son petit-fils.

-« Il faut que je te présente quelqu’un de spécial. » Elle se tourna vers le couloir qui menait à sa chambre. « Rosy ! Vient ici ! Vient dire bonjour à William. »

Un petit bichon tout blanc quitta la chambre d’Anieta et marcha d’un pas léger jusqu’à sa maitresse. On aurait pratiquement dis qu’il sautillait à chaque pas tant il était heureux. Le petit chien était calme, il ne jappait pas et ne se précipita pas sur le nouveau venu. Au contraire. Il vint s’assoir devant les pieds de la vieille femme qui lui indiqua qu’il pouvait dire bonjour à William. Aussitôt, la dénommée Rosy s’avança vers William et posa ses petites pattes blanches et poilus sur ses jambes, levant la tête afin de l’observer.

En voyant la mine qu’affichait William, Anieta décida de l’épargner. Le pauvre, il ne savait même pas qu’elle avait un chien, à présent. C’était normal qu’il soit surpris. La vieille femme pris doucement le petit chien dans ses bras. Il n’était pas très lourd, mais sa fourrure était très chaude. Elle le caressa doucement, grattant légèrement sous son menton. Ce que Rosy pouvait adorer ça !


-« Je suis désolé de ne pas t’avoir prévenu à l’avance. Ne t’en fait pas, Rosy est très bien éduquée, elle ne te fera pas de mal. » Elle posa le chien au sol. « Montre lui ce que tu sais faire, Rosy. Coucher. » Aussitôt, Rosy se coucha sur le plancher. « Roule. » Elle obéit et se mis à faire des roulades sur le sol, toute heureuse. La langue sortie, elle observait sa nouvelle maitresse. « Donne la patte. » Elle se redressa et vint donner la patte à Anieta qui vint se pencher afin de la serrer dans sa main. « Bon chien ! » Elle la prit dans ses bras afin de la flatter, puis l’amena à la cuisine.

La vieille femme mis un peu de nourriture dans la gamelle de Rosy, puis alla chercher la boisson fruitée qu’elle avait tenté de concocter à partir de vrais fruits. Elle s’en servit un verre, puis en servit un autre à William. Elle l’invita à prendre place au salon pendant que le chien mangeait sa nourriture. Elle espérait que le rouquin soit en mesure d’apprivoiser son nouveau compagnon. Il n’aimait pas trop les chiens, mais c’était le moment ou jamais de lui faire changer d’avis à leur sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 4 Juin 2013 - 11:42

Même lorsqu'il avait congé, Will ne restait jamais sans rien faire. Il aurait pu passer sa journée à se reposer histoire d'être en forme pour travailler le lendemain mais il ne le faisait que très rarement. A vrai dire, il préférait passer du temps avec ses proches plutôt que de prendre du temps pour lui. C'était aujourd'hui encore ce qu'il comptait faire puisqu'il avait accepté l'invitation d'Anieta. Cette dernière lui avait demandé s'il souhaitait venir déjeuner en sa compagnie et le rouquin avait aussitôt accepté. Il avait de toute façon quelque chose d'important à lui dire alors cela tombait plutôt bien.

Il prit cependant le temps de faire la grasse matinée pour une fois puisqu'il n'était pas pressé. A son réveil cependant, il ne traina pas et se leva aussitôt pour se préparer. Il ne mit pas de vêtements spéciaux, optant pour une tenue tranquille et décontractée comme à son habitude. Anieta ne lui avait jamais reproché sa façon de s'habiller et il doutait qu'elle commence aujourd'hui de toute façon. Sans prendre le temps de passer par la case Cuisine, il attrapa ses clés de voiture, passa saluer sa soeur et Cassandra puisqu'il passait devant leur chambre et se rendit au garage pour retrouver son véhicule. Pas une seule seconde il ne se doutait de ce qui l'attendait chez Anieta...

Bien qu'ils en avaient parlé ensemble et que Will ait tenté de la dissuader de prendre un chien, ils n'en avaient plus reparlé depuis. Cette histoire était un peu sortie de l'esprit du rouquin qui en avait déduis qu'elle avait laissé tomber cette idée. Il comprenait qu'elle se sente seule et désirait un peu de compagnie mais de là à adopter un chien... Par chance, elle ne l'avait jamais appelé pour lui demander de venir dans un chenil ou un refuge avec elle. C'est donc serein et sans appréhension qu'il conduisit jusqu'au quartier ou résidait la vieille femme.

Il se gara non loin et descendit du véhicule pour se rendre jusqu'à l'appartement d'Anieta. Il frappa à la porte et n'eut as à attendre longtemps pour la voir s'ouvrir et dévoiler la vieille femme. Il entra et l'étreignit avant de se pousser pour qu'elle puisse fermer la porte. Elle verrouilla la porte mais il n'y fit pas spécialement attention. Ce n'était pas comme s'il craignait quoique ce soit de sa part, il ne voyait donc pas le mal à faire ça. Il se tourna plutôt vers elle tout en retirant sa veste qu'il accrocha dans l'entrée.


"Ca va plutôt bien ! J'ai une bonne nouvelle à t'annoncer ! Et toi, ça va ?"

Mais la vieille femme avait l'air d'avoir elle aussi quelque chose à lui annoncer. Là, c'était plutôt quelqu'un à lui présenter. Quoi ? Elle allait encore lui sortir une nouveau membre de la famille sorti d'on ne savait où ? Après Eleonnora et Sergei, qui serait le prochain ? Le rouquin avait beau réfléchir, il ne voyait pas qui elle voudrait ainsi lui présenter. Peut-être un nouveau prétendant ? Non, sans doute pas, elle ne l'aurait pas ainsi fait venir et Erïka lui en aurait très certainement parlé. La vieille femme nomma la personne Rosy, ce qui fit tiquer Will. Rosy ? C'était le surnom d'Erïka ça... Elle était là ? C'était quoi cette mise en scène ? Intrigué, Will s'attendait à voir sa petite soeur débarquer mais il réalisa que c'était impossible puisqu'il l'avait vue à l'Institut avant de partir. Il ne savait donc plus trop quoi penser.

Mais lorsqu'il vit qui était Rosy, trottinant dans le couloir, il arrêta pour de bon de penser. C'était comme si ses neurones étaient soudainement partis en vacances pour une durée indéterminée. Il se figea, voyant l'animal se diriger vers lui au ralenti comme dans un mauvais film d'épouvante. Rosy... était un chien ?! Même si le chien ne se ruait pas sur le rouquin, ne le chargeant pas comme un taureau en folie, Will voyait les choses différemment. Il le voyait s'avancer tranquillement et d'une façon enjouée comme s'il se réjouissait de bientôt pouvoir se repaitre de sa victime. Pourtant, Will ne bougeait pas, ne cherchait même pas à s'enfuir. C'était comme s'il avait déjà accepté qu'il allait se faire bouffer tout cru et qu'il ne pourrait rien y faire. Comment Anieta avait-elle pu l'amener dans un piège pareil, l'air de rien ?

Puisqu'il ne bougeait pas, le bichon s'approcha de lui et posa ses pattes contre sa jambe, comme pour se mettre un peu plus haut afin de mieux le voir. Comme un prédateur qui regardait sa proie... C'était fou ce que ce chien pouvait ressembler à un putain de caniche tout de même... Mais là, les pattes posées contre lui, Will cru qu'il allait défaillir. Son coeur battait tellement fort qu'il avait l'impression qu'il allait lui sortir de la poitrine pour atterrir sur le sol du couloir. Anieta dû avoir pitié car elle attrapa le chien pour l'éloigner du rouquin qui reprit alors ses esprits puisqu'elle lui parlait. Il recula d'un pas, un peu à retardement et leva la tête vers la vieille femme bien qu'il fixait le chien qu'elle tenait.

Elle lui assura qu'elle ne lui ferait aucun mal. Vu le nom qu'elle lui avait donné, aucun doute qu'il s'agissait d'une femelle. Comme si cela pouvait changer quelque chose. Will baissa les yeux lorsque le chien fut déposé à terre, ne le lâchant pas du regard. Il avait le sentiment que s'il regardait autre chose, le chien allait s'approcher de lui à nouveau. Pour le moment, l'animal effectuait les ordres d'Anieta, roulant, donnant la patte, s'asseyant... Mais Will se moquait un peu de le voir faire un numéro de cirque. Oui il obéissait et après ? Il pouvait tout à fait le mordre s'il en avait l'envie.

L'emmenant dans la cuisine, Anieta lui donna un peu de nourriture, le laissant là tandis que les deux humains se rendaient dans le salon pour y boire un verre de jus. Will n'était pas tranquille et ne quittait pas le chien des yeux, même depuis le canapé où il se trouvait à présent. Bien qu'il s'adressait à Anieta, c'était le chien qu'il fixait. Il avait le sentiment que s'il le quittait des yeux, il en profiterait pour venir ensuite l'attaquer par derrière. C'était fourbe ces bêtes là. Verre en main, Will but une gorgée. Ce qu'il pouvait avoir la gorge sèche soudainement...


"T'as... t'as acheté un chien... Ca fait longtemps ? Il sort d'où ? Pourquoi tu l'as appelé comme ça, j'ai cru qu'Rika allait débarquer..."

Se calant mieux dans le fauteuil, comme s'il allait l'avaler, il agitait les doigts sur son verre, pas vraiment tranquille. Il sentait que le chien allait revenir, la nourriture n'allant pas le retenir 107 ans.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 4 Juin 2013 - 20:25

Erïka regrettait de ne pas être chez sa grand-mère afin de voir la réaction de Will face à son nouveau chien. Lorsque son frère passa lui dire bonjour, elle ne put s’empêcher de sourire. Il valait mieux éviter de dire quoi que ce soit afin qu’il ait la surprise à son arrivée. La jeune fille quitta sa chambre, peu de temps après. Elle avait des cours de langue à donner et ne pouvait se défiler. Elle avait promis à une amie de faire en sorte qu’elle réussisse son examen du lendemain et pour cela, elle devait absolument réviser aujourd’hui. La jeune fille comptait néanmoins faire un tour chez sa grand-mère, plus tard. Elle avait hâte de voir la tête du chien et, surtout, celle de Will.

Anieta était impatiente de voir son petit-fils. Lorsqu’il arriva chez elle, elle s’empressa de lui ouvrir la porte. Elle le salua et le serra dans ses bras. Elle était toujours heureuse de le voir. Ce matin, elle avait une belle petite surprise pour lui. Elle comptait lui faire apprivoiser sa plus grande peur. Ce n’était pas gagné, surtout qu’elle ne lui avait pas encore dis qu’il y avait un chien dans son appartement, maintenant. Il n’allait pas tarder à le découvrir…


-« Une nouvelle ? J’ai bien hâte d’entendre ça. Je vais très bien, comme toujours. »

Avant d’entendre la bonne nouvelle de William, elle allait lui annoncer la sienne. Sans plus attendre, Anieta appela son chien, un petit bichon maltais nommé Rosy. Il gambada doucement, à l’appel de son nom, jusqu’à William. Ce dernier sembla se figer, n’osant pas faire le moindre mouvement de peur de se faire attaquer. Pourtant, Rosy était tout ce qu’il y avait de plus inoffensif. La vieille femme tenta de le démontrer en faisant faire quelques tours au petit chien qui se montrait très coopératif. Malgré tout, cela ne semblait pas soulager William. Dans ce cas, il valait mieux le tenir éloigner de l’animal pour un moment. Elle donna de la nourriture à Rosy et la laissa manger en paix, pendant qu’elle invitait William à rejoindre le salon, boisson fruitée en main. Elle n’allait pas le laisser dans cet état plus longtemps et comptait bien lui changer les idées.

Installés dans le salon, il était maintenant temps de questionner William sur sa fameuse nouvelle. Cependant, il fut plus rapide qu’elle. N’arrivant pas à quitter Rosy des yeux, il demanda à Anieta depuis quand elle avait adopté ce petit cabot. Elle n’allait pas le laisser dans l’ignorance, surtout en ce qui concernait le nom de l’animal. Rosy était effectivement le surnom qu’elle donnait à sa petite fille, mais ce n’était qu’un adon si le chien qu’elle avait adopté se nommait également ainsi.


-« Je ne l’ai pas acheté. Je l’ai adopté dans un chenil. Rosy a été abandonnée par ses anciens propriétaires. Ce n’est qu’un hasard si elle a un nom identique au surnom que je donne à Erïka. Quand je l’ai vu, je n’ai pas pu m’empêcher de la prendre dans mes bras. Elle était si jolie et si attachante. C’est un petit chien très intelligent et affectueux. Elle est déjà propre et très obéissante. Tu ne la trouve pas mignonne ? »

Comme si elle savait que l’on parlait d’elle, Rosy vint rejoindre tout le monde dans le salon. Elle sauta sur le canapé, aux côtés de William, et s’y coucha confortablement. Elle ne prêtait pas vraiment attention au rouquin, ne faisant que se reposer après s’être rempli l’estomac. Cette proximité allait peut-être aider le rouquin à se détendre. Pour l’instant, Rosy n’avait rien fait contre lui. Elle était tout ce qu’il y avait de plus adorable.
Afin de détourner l’attention du jeune homme, Anieta décida de le questionner sur sa fameuse bonne nouvelle.


-« Quelle est ta fameuse bonne nouvelle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mer 5 Juin 2013 - 23:27

Will se rendait chez Anieta, dans un territoire connu où il ne craignait rien, porteur d'une grande nouvelle. Il avait hâte qu'elle entende cette fameuse nouvelle et ne pensait pas un seul instant qu'il n'était pas le seul à avoir une annonce à faire. Lorsqu'elle appela quelqu'un comme pour lui présenter, il se demandait qui était cette personne qui portait le même surnom qu'Erïka mais jamais il ne se serait attendu à un chien. Pourtant, ce n'était pas comme s'il n'était pas au courant. Anieta en avait déjà parlé avec lui et il savait bien qu'elle envisageait d'acquérir un chien. Mais jamais il n'aurait cru qu'elle l'aurait fait sans lui en parler. La surprise était donc totale, de même que la frayeur qui s'en suivit.

Lui qui s'apprêtait à lui faire part de sa bonne nouvelle, pour le coup il avait tout oublié. Il ne pensait plus qu'au chien qui osait poser ses pattes sur sa jambe. Dans la tête du rouquin, il le voyait déjà lui sauter à la gorge pour le mordre alors que le pauvre chien ne faisait rien de bien méchant. Mais c'était plus fort que lui. Même s'il clamait l'inverse à qui voulait bien l'entendre, il avait une peur bleue des chiens et plus particulièrement des caniches. C'était un bichon, non un caniche, mais pour lui, il n'y avait pas beaucoup de différence.


*Un chien... elle a acheté un putain de chien... Il va me bouffer ! Il me fixe avec ses petits yeux de psychopathe canin... C'est un putain de caniche en fait !! Ca ressemble ! Oui c'est ça, c'est un caniche ! Mais merde, elle l'a fait exprès ? Faut pas que je le tacle... Si je fais ça, il risque de me mordre... Mais bordel, saloperie, lâche ma jambe !!!!*

Comme si Anieta avait entendu sa prière silencieuse, elle attrapa le petit chien dans ses bras avant de prouver au mutant que Rosy savait obéir au doigt et à l'oeil. Mais Will n'était pas spécialement impressionné. Il ne quittait pas le chien du regard, attendant le moment où il l'attaquerait. Mais rien ne vint. L'animal mangea tranquillement dans la cuisine pendant que les deux autres se rendirent au salon pour discuter. Will n'était pas tranquille, il ne cessait d'observer l'animal comme s'il craignait qu'il ne l'attaque par derrière. Mais puisqu'Anieta lui parlait, il en profita pour lui faire part de sa surprise, surtout en ce qui concernait le nom du chien.

La vieille femme le renseigna davantage sur son acquisition. C'était donc un chien abandonné. Le rouquin sentit un point commun avec l'animal. Chien ou pas, c'était cruel d'abandonner qui que ce soit. Mais c'était un hasard si elle portait ce nom. C'était sans doute ce qui avait convaincu Anieta de la prendre avec elle. Un signe du destin sans doute... La vieille femme ne lui trouvait que des qualités, demandant alors au rouquin ce qu'il en pensait. Tournant les yeux vers le chien, il l'observa un court instant avant de regarder la vieille femme.


"Mignonne... C'est un caniche ! On dirait une peluche mais ses dents, c'paspas juste pour faire joli... C'est quand même marrant son nom... Rika l'a d'jà vue ? Oh p'tain, si elle l'a d'jà vue, c'est qu'elle était au courant, la traitresse ! Ca fait combien d'temps ?"

Alors qu'il ne prêtait plus attention au chien, ce dernier vint s'installer non loin du rouquin. Celui-ci sursauta, rejoignant rapidement le bord du canapé comme s'il était aimanté. Un peu plus et il se serait jeté en bas tant il avait eu peur. Pourtant, le chien n'avait pas fait mine de l'approcher, restant à distance. Pour le coup, Will l'avait creusée, la distance. A présent, il ne quittait plus le chien des yeux, le suspectant de vouloir s'approcher. Déglutissant avec difficulté, il se cala dans son siège, la main crispée sur l'accoudoir. Il essayait de se raisonner, de se dire qu'il paraissait sans doute ridicule et qu'il devait se calmer mais c'était plus fort que lui. Par chance, Anieta lui reparla de sa nouvelle et il oublia le chien pour se concentrer sur le but réel de sa visite.

"Hé ben c'est... Amy a accepté. Elle va d'venir ma femme. C'pas génial ? T'avais raison, j'stressais pour rien ! Elle a même pas hésité ! J'suis trop content, t'imagines pas ! Maint'nant, j'peux vraiment envisager la suite ! Tu s'ras là hein ? J'le fais pas sans toi !"

Maintenant qu'il parlait de ça, il se détendait petit à petit. Voyant que le chien n'avait pas bougé, il supposa qu'il ne lui ferait rien même s'il restait méfiant. Dans un élan de courage, le rouquin tendit lentement la main vers le chien. C'était tellement lent qu'on aurait dit qu'il était figé. Pourtant, sa main avançait petit à petit. Il ne comptait pas le toucher, juste voir ce que le chien allait faire. Au pire, il avait toujours son couteau sur lui...

"Me mord pas hein..."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Jeu 6 Juin 2013 - 7:02

Anieta avait toujours adoré les animaux. Elle n’avait jamais eu l’occasion d’en adopter, par contre. Il y a bien longtemps de cela, elle avait déjà possédé un chat. Cependant, ce n’était pas son animal préféré. Ces bêtes étaient bien trop indépendantes pour la personne chaleureuse et affectueuse qu’elle était. Puisqu’elle n’avait connu qu’un seul chat dans sa vie, elle s’était fait à l’idée que ce devait être ainsi que de vivre avec des félins. Elle avait toujours préféré les chiens, mais son mari y était allergique. Maintenant qu’il était décédé depuis des années, rien ne l’empêchait de réaliser son rêve.

Ce qui était encore plus magique dans tout cela était qu’elle avait trouvé le compagnon parfait. Un petit chien, une femelle de quelques années, qui répondait au nom de Rosy, avait su la conquérir. Elle était bien élevée et absolument adorable. Aussitôt qu’elle l’eut pris dans ses bras, elle tomba sous le charme. Ce fut donc avec une joie non dissimulée qu’elle ramena Rosy à son appartement. La dernière semaine c’était déroulé à merveille, le petit chien ayant réussis à apprivoiser son nouvel environnement. Il ne montait pas sur la table, ni même sur le comptoir de la cuisine. Il faisait ses besoins à l’extérieur, ne jappait pas lorsque quelqu’un cognait à la porte et venait se blottir à tous les soirs au pied de son lit.

Néanmoins, elle savait que la venue de Rosy n’allait pas plaire à tout le monde. William avait peur des chiens, bien qu’il n’osait pas l’avouer. La vieille femme voulait l’aider à apprivoiser Rosy afin qu’il comprenne que ce n’était pas tous les canidés qui étaient dangereux. Cependant, il valait mieux y aller étape par étape. Maintenant que la surprise était passée, Anieta posa Rosy sur le sol et la laissa manger tranquillement. Pendant ce temps, elle pouvait s’installer dans le salon avec William et discuter un peu. Il lui posa quelques questions au sujet du petit chien, persuadé qu’il s’agissait d’un caniche. Le pauvre, il avait vraiment peur.


-« Ce n’est pas un caniche. Il s’agit d’un bichon, comme je t’en avais parlé. Erïka sait que je l’ai adopté il y a une semaine, mais je ne lui ai pas encore dis quel était son nom. Nous nous sommes parlée peu de temps au téléphone, elle semblait préoccupée et n’avait pas trop envie de parler. Ce sont sûrement ses études qui lui prennent tout son temps. Je lui avais demandé de te parler un peu de Rosy avant que tu ne viennes, pour ne pas que tu sois trop surpris. Elle ne te l’a pas dis ? »

Pendant la discussion, Rosy vint tout naturellement s’installer sur le canapé. Elle s’y coucha, tout près de William, qui s’éloigna aussitôt en tentant de mettre le plus de distance possible entre eux deux. Anieta savait qu’en changeant de sujet, le rouquin finirait par se détendre peu à peu et oublierait la présence du chien à ses côtés. Elle lui demanda quelle était sa fameuse bonne nouvelle. Son visage s’illumina doucement alors que son petit-fils lui confiait qu’il allait officiellement se marier à la femme de sa vie car cette dernière avait accepté sa demande. Elle était tellement heureuse pour lui ! Elle était certaine qu’Amy allait accepter la demande, pourquoi ne l’aurait-elle pas fait ? Ils formaient un si joli couple.

-« Je suis contente pour toi, William ! C’est une excellente nouvelle ! Tu vois, tu n’avais pas à douter. Maintenant, il va falloir passer aux préparatifs. Je compte t’aider avec grand plaisir si tu as besoin de moi. La cérémonie sera merveilleuse, j’en suis certaine. »


Elle se leva afin d’aller serrer William dans ses bras, brièvement. Par la suite, elle se rendit à la cuisine afin de se servir un autre verre de jus de fruit. Pendant ce temps, le rouquin était seul dans le salon avec Rosy. Il devait essayer de l’apprivoiser. Pourquoi avait-il peur ? Des deux Rosy, il était clair que la seule qui était en mesure de le mordre était l’humaine et non l’animal. Lorsqu’il approcha doucement sa main du cabot, ce dernier bougea doucement les oreilles et leva lentement la tête en sa direction afin de l’observer. Il se redressa sur ses pattes et s’approcha doucement de la main du rouquin afin de renifler sa main. Puis, il ouvrit la gueule et sortit sa petite langue qui eut à peine le temps d’effleurer la peau du rouquin.

Quelques coups contre la porte attirèrent l’attention de Rosy qui quitta le canapé afin de se poster près de la porte. Anieta alla ouvrir. Erïka était finalement arrivée. Elle était habillée sombrement. On aurait pratiquement dit qu’elle revenait d’un enterrement. Jeans noir, débardeur noir, veste de cuir noir, chaussures noires, sans parler des traits de crayon autour de ses yeux. Avait-elle eut soudainement envie de devenir gothique ou quelque chose dans le genre ? Peut-être était-ce seulement le hasard ? La jeune fille eut un petit sourire en voyant sa grand-mère. Elle vint la serrer dans ses bras avant d’entrer dans l’appartement, laissant la vieille femme refermer la porte derrière elle. Elle fit deux pas vers le salon et déposa son casque de moto sur un fauteuil, tout comme sa veste qu’elle retira lentement. Elle leva les yeux afin de sourire à Will.


-« Alors, comment ça va avec notre nouveau compagnon à quatre pattes ? » Fit-elle afin de le taquiner. « D’ailleurs, il est où ? »

Erïka baissa les yeux et vit Rosy, à ses pieds. Aussitôt, la jeune fille s’accroupit afin de le caresser. Elle fut surprise de voir le chien se redresser afin de poser les pattes sur ses genoux, ce qui lui arracha un nouveau sourire. Ce qu’il pouvait être adorable ce petit chien. L’adolescente lui caressa la tête, gratta sous son menton, puis le pris dans ses bras. Elle se redressant, ne cessant pas de le flatter. Rosy vint doucement lécher sa joue. Ce que ce petit cabot pouvait être adorable !

-« Comment s’appelle notre nouvel ami ? » Demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Jeu 6 Juin 2013 - 12:15

Will aimait les animaux. Même lorsqu'il était petit, il n'avait jamais eu envie de les torturer pour le plaisir. Un jour, alors qu'il avait découvert un vieux piège à souris dans le grenier dans lequel il jouait, il eut envie de voir comment cela fonctionnait. L'objet semblait amusant et son fonctionnement l'intriguait. Plaçant donc le piège à un endroit aléatoire, il attendit donc qu'il se passe quelque chose. Mais rien ne vint. Il l'abandonna donc là pour s'éloigner et aller jouer avec autre chose. Mais plus tard, lorsqu'il se souvint qu'il l'avait posé, il décida d'aller le récupérer avant de se faire gronder. Il découvrit alors deux souris, atrocement coincée par la gorge dans le piège. Cette image le traumatisa et il se sentit affreusement coupable d'avoir fait du mal à ces petites bêtes qui n'avaient rien demandé. Depuis, il évite soigneusement de faire le moindre mal à un animal. Même face à un chien, il se voyait mal faire quelque chose qui aurait pu le blesser.

Pourtant là, face au danger, alors que le chien le touchait, il se demandait s'il n'allait pas se servir du couteau qui ne le quittait jamais. Mais malgré sa panique, il essayait de relativiser. C'était le chien de sa grand-mère et l'animal n'avait pas l'air de lui vouloir du mal. Serait-il tout de même capable de lever la main sur lui en cas de besoin ? Jusqu'à présent, il n'avait toujours fait que fuir... Mais là, il ne pouvait pas fuir bien loin, piégé dans un appartement. Par chance, Anieta maitrisait l'animal et empêcha le contact entre eux trop longtemps. S'amusait-elle de la situation ? Will en tout cas ne riait pas du tout, plus nerveux que jamais. A présent, il ne pourrait plus jamais dire qu'il n'avait pas peur des chiens.

Mais assis dans le canapé face à la vieille femme, il relativisait peu à peu, s'intéressant même à l'origine du chien. Mais il restait un caniche quoiqu'il arrive. Cependant, Anieta lui confia que c'était un bichon et non un caniche. Il y avait plusieurs noms pour le même chien ? Pour le rouquin, c'était du pareil au même. Petit, poilu, avec un regard vicieux et des petites dents toutes pointues. Mais le plus important dans tout ça était qu'Erïka était au courant. Elle le savait et elle n'avait rien dit ! Elle participait donc volontairement à cette mascarade pour mieux le piéger ! Etait-ce sa façon de se venger pour le secret que lui avait caché son frère ? Mais le simple fait qu'Anieta parle de l'état de la russe le calma aussitôt. Il était vrai que dernièrement, elle était préoccupée à cause de l'état de Bobby. Devait-il en parler à la vieille femme ? Mieux valait qu'il n'entre pas dans les détails. De toute façon, elle irait bientôt mieux car Bobby reprendrait le dessus sur son pouvoir, non ? Il ne restait plus donc qu'à se concentrer sur le fait qu'Erïka était UNE PUTAIN DE TRAITRESSE !


"C'est pareil, ça s'ressemble vach'ment... Bichon ça veut dire caniche dans une autre langue j'suis sûr ! (100% mauvaise foi) Elle m'a rien dit la sale morue ! Et j'suis certain qu'elle a pas oublié, elle l'a fait exprès ! Elle sait très bien qu'j'aime pas les chiens !" lança t-il avant de réaliser quelque chose "Oh mon dieu, dis moi pas qu't'as un appareil planqué quelqu'part en train d'filmer tout ça ?!" s'exclama t-il en regardant autour de lui, devenant soudainement parano avant de finalement se calmer "Et oui, elle a pas trop l'moral en c'moment mais j'veille sur elle. J'lui ai même acheté un autre cochon d'inde, elle t'en a parlé ?"

Rosy, le chien, vint s'installer près de Will une fois repu. Ce dernier gardait un oeil vigilant sur lui bien qu'il se détendait en parlant d'autre chose que de la boule de poils. Après tout, il allait se marier, c'était bien plus important que le reste et Anieta se devait d'être au courant. C'était tout de même elle qui l'avait aidé à prendre confiance en lui pour se lancer dans cette aventure et il estimait donc que c'était grâce à elle si tout s'était passé comme prévu. Il était heureux de voir que l'annonce la ravissait toujours autant et le sourire du rouquin s'agrandit alors. Il se voyait déjà marié et père bien qu'il ignorait quand il le deviendrait. Mais une chose était sûre, ce serait forcément Amy qui l'accompagnerait tout le long de sa vie.

"Sûr que j'vais avoir b'soin d'toi. J'compte bien avoir un beau mariage ! Amy et moi on a été privés d'beaucoup d'choses alors j'tiens à lui offrir tout c'qu'elle a pas pu avoir avant. J'ai fait pas mal d'économies alors ça devrait l'faire. L'mieux, ce s'rait qu'on vienne ici tous les deux pour qu'on en parle avec toi, qu'est-ce qu't'en dis ?"

Will rendit son étreinte à Anieta, oubliant complètement le chien avant qu'elle ne s'éloigne vers la cuisine. Le rouquin se souvint alors du chien non loin de lui bien qu'il avait creusé la distance entre eux un peu plus tôt. Hésitant, il approcha lentement sa main vers le chien. Il devait bien réussir à vaincre sa peur un jour. De plus, Anieta lui affirmait qu'il ne lui ferait rien. Le meilleur moyen était encore de vérifier. Mais lorsque Rosy leva la tête vers lui, repérant la main qui s'approchait, Will se figea. N'était-il pas en train de faire une connerie ? Tant que le chien ne bougeait pas, ça allait mais là... il n'était plus sûr de lui. Il recula même un peu sa main avant de finalement continuer son mouvement vers le chien. Un peu plus et on aurait pu voir de grosses goutes de sueur dégouliner du front du mutant tant il stressait face à cette situation anodine. Lorsque le chien se leva pour s'approcher, Will ne bougea plus du tout. L'animal le renifla et lorsque Will sentit sa langue sur sa peau, il sursauta. Mais c'était surtout à cause des coups qui résonnèrent contre la porte d'entrée.

Will se tourna vers la porte tandis que Rosy se postait devant. Il ne prit pas la peine de se lever, après tout, il n'était pas chez lui, ce n'était donc sûrement pas lui que l'on venait voir. Mais lorsqu'Anieta ouvrit la porte, elle dévoila Erïka. Ainsi donc, la traitresse osait pointer le bout de son nez ? Le rouquin n'allait pas la louper ! Il ne prit pas la peine de se lever, l'ayant déjà salué plus tôt dans la journée et préférant attendre qu'elle vienne d'elle-même. Will la fixait alors qu'elle déposait ses affaires, le regardant à son tour pour le taquiner à propos du chien. Cette fois au moins, elle osait se moquer directement de lui.


"J'suis sûr qu't'as une p'tite idée d'la réponse..." lança t-il simplement en se levant

Mais il se stoppa en voyant le chien posté aux pieds de la jeune femme qui se baissa pour le ramasser. Foutu chien ! Erïka le papouillait et n'avait pas l'air d'avoir le moindre souci avec, le courant passait plutôt bien. Mais l'adolescente demanda alors le nom du canidé. Oh, elle l'ignorait ? Will voulait absolument être celui qui allait lui annoncer ! Avec un fin sourire, il s'approcha d'elle, l'air de rien. Il se stoppa juste à côté d'Erïka, regardant l'animal puis la mutante.


"Elle a un nom qui lui va comme un gant. D'ailleurs elle a un homonyme mais elles sont assez différentes au final... L'autre a plutôt la rage... Elle s'appelle... tiens toi bien, RO-SY. Flattée ?" fit-il en riant

Mais il était temps de se venger de cette humiliation. Sans prévenir, le rouquin se jeta sur sa soeur sans lui laisser le temps de réagir et se mit à la chatouiller afin de la torturer, la traitant de traitresse. Elle devait payer pour l'avoir fait tomber volontairement dans ce piège et il ne comptait pas la lâcher jusqu'à ce qu'elle reconnaisse ses torts et le supplie de lui pardonner. Mais ce n'était pas du goût de Rosy qui désira participer au petit jeu. Ne restant pas figé, l'animal se mit à aboyer alors qu'Erïka riait. Will stoppa aussitôt et recula en voyant le chien s'agiter. Il allait le mordre, c'était certain ! Pour éviter le moindre problème et boosté par la peur, le mutant prit les jambes à son cou et alla s'enfermer dans l'une des pièces. En l'occurrence il s'agissait de la salle de bain. Appuyé contre la porte, il essayait de calmer son coeur qui s'était soudainement mis à battre un peu fort. Quelle frayeur ! Il le savait bien, qu'on ne pouvait faire confiance à un chien !


"P'tain d'clébard d'merde ! J'le savais qu'il voulait m'bouffer !" marmonna t-il entre ses dents, ne comptant plus bouger de là où il se trouvait

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Ven 7 Juin 2013 - 9:33

Anieta connaissait les diverses races de chien. Elle les adorait toutes. Ces petites bêtes étaient tellement belles et tellement affectueuses. Elle avait tant rêvé d'en avoir un, un jour. Maintenant, elle pouvait se réjouir de posséder un magnifique petit bichon bien élevé et tout simplement adorable. Elle n'aurait pu rêver mieux. Cette première semaine passée en compagnie de ce petit animal avait été fantastique et elle ne pouvait croire qu'il pourrait y avoir des inconvénients à posséder un chien. Certes, elle devait le sortir à tous les jours, mais cela lui permettait de prendre l'air et ainsi profiter de chaque journée, ensoleillée ou sombre.

Elle savait que William n'aimait pas les chiens. Malgré tout, elle lui avait fit part de sa décision avant d'adopter Rosy. Ainsi, elle avait pu avoir son avis sur le sujet. Elle était certaine qu'il suffisait simplement de lui montrer que les chiens n'étaient pas aussi méchants et agressifs qu'il ne le croyait. Anieta voyait bien qu'il avait peur, mais elle tentait de le rassurer du mieux possible. Ce n'était pas en enfermant le chien dans une pièce qu'elle allait aider son petit-fils. Il devait apprivoiser Rosy. Il allait le faire, elle en était certaine. Il lui fallait simplement un peu de temps. C'était comme Erïka et les humains, il fallait faire preuve de beaucoup de patience afin de voir des résultats.


-« Erïka ne t'as rien dit ? Cela ne m'étonne pas d'elle, en fait. Elle voulait sûrement te jouer un tour. Ne t'en fais pas, il n'y a pas de caméras. Elle voulait filmer la scène, mais je ne trouvais pas ça très gentil pour toi. Elle m'a aussi dit pour le cochon d'inde. Il est tellement mignon! Elle était très heureuse que tu le lui ais offert. »

Rosy vint tranquillement se coucher sur le canapé, aux côtés de William. Ce dernier ne tarda pas à s'en éloigner à la vitesse de la lumière. Ce n'était pas pour tout de suite l'apprivoisement. Au moins, il arrivait à se changer un peu les idées, c'était déjà ça. Il se détendit légèrement en parlant de sa grande nouvelle. Amy avait accepté de l'épouser. La cérémonie ne sera pas pour tout de suite, il y avait tant à préparer, mais Anieta comptait l'aider à tout organiser. S'il avait besoin d'aide, elle sera toujours là pour le conseiller. D'ailleurs, il comptait bien revenir la visiter en compagnie d'Amy afin de parler de la cérémonie et tout ce qui y était relatif.

-« Vous êtes les bienvenus quand vous voulez. Pourquoi ne pas passer un soir? Je vous ferais un bon repas pour fêter ça. À moins que vous ne préférez un restaurant? »

Anieta vint le serrer dans ses bras avant de se rendre à la cuisine. Elle observait William et Rosy s'apprivoiser, du coin de l'oeil. Le premier contact allait s'établir, mais quelqu'un cogna à la porte à ce moment précis. La vieille femme alla ouvrir la porte à Erïka. Elle la serra dans ses bras avant de la laisser entrer à l'intérieur. La pauvre, elle avait vraiment une tête d'enterrement. Cependant, elle commençait à sourire alors qu'elle saluait William et rencontrait la jolie petite Rosy.

Pour le taquiner, la jeune fille demanda à son frère comment c'était passé la rencontre avec le petit chien. Ce n'était pas bien difficile à deviner et elle regrettait de n'avoir pu assister à la scène. La journée n'était pas terminée pour longtemps. Elle allait pouvoir observer comment se comportait le rouquin avec l'adorable canidé dont elle ignorait toujours le nom. Elle questionna donc ça grand-mère, mais William décida de répondre à sa place. Il n'allait pas rater ce plaisir.

Ce fut avec un grand sourire que Will révéla à sa petite sœur qu'elle partageait un point commun avec le chien. Il se nommait Rosy. Lorsqu'elle entendit cela, la jeune fille leva immédiatement les yeux vers son frère, visiblement étonnée. Non... Ce n'était pas possible... Elle ne pouvait pas porter le surnom d'un chien! Voilà une bonne raison pour que sa grand-mère cesse une fois pour toute de la nommer ainsi.


-« Non... c'est pas vrai... C'est... aaaah! »

Sans prévenir, Will se jeta sur la jeune fille afin de la chatouiller. Morte de rire, elle tentait de s'éloigner, tenant toujours Rosy dans ses bras. Cependant, face à ce petit jeu, le chien voulait également jouer. Il se mis à aboyer, sortant la langue et haletant gentiment alors qu'il tentait de quitter les bras de la jeune fille. Il cherchait à bondir sur William afin de s'amuser avec lui. Cependant, cela n'était pas au goût de ce dernier. Il fuya aussitôt la pièce et alla s'enfermer dans une autre. Erïka s'arrêta de rire et observa silencieusement l'endroit où se tenait le rouquin, quelques instants plus tôt. Puis, elle éclata de rire.

-« Tu sais que je t'adore, toi? » Confia-t-elle au cabot.

Elle alla retrouver William dans la pièce où il s'était enfermé. Elle avait posé Rosy sur le sol et la laissait la suivre. La jeune fille referma la porte derrière le chien puis s'approcha du rouquin. Le pauvre, il avait peur. Pourtant, il ne devait pas. Ce petit cabot était si adorable. En plus, il savait la faire sourire. Bon, pour cela il avait fallu qu'il fasse prendre la poudre d'escampette au rouquin, mais c'était amusant quand même.


-« Ne me dis pas que tu as peur. Il est tout mignon. Regarde, il est tout petit... et mignon. Il a un nom... comment dire... Oh! Pauvre toi ma Rosy! » Elle s'assit sur le sol afin de câliner la petite bête.

Puisqu'elle se trouvait seule en compagnie de son frère, autant en profiter pour lui raconter les derniers événements s'étant produit dans sa vie. La jeune fille avait eut quelques ennuis et elle espérait par dessus tout qu'Emma ne le sache pas. Elle n'avait pas envie de subir une nouvelle claque mentale de sa part. Assise en tailleur, le chien posé sur ses jambes, elle fit face au rouquin.


-« Tu sais si Emma est à l'institut ces temps-ci? Y'a Scott qui m'est tombé dessus l'autre jour alors que j'avais un peu bu avec une amie. T'imagines pas comment il était furieux... surtout parce que je l'ai envoyé promener, en fait. Il pensait qu'on avait piqué sa bagnole alors que c'était la faute d'un autre élève. Ça l'a pas empêché de me coller une corvée forcée. Ah! Ce qu'il est chiant ce mec...  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Ven 7 Juin 2013 - 12:06

L'avantage avec les animaux, c'est que personne n'était obligé d'en avoir. Mieux valait ne pas en avoir du tout plutôt que d'en adopter un que l'on finira par abandonner par manque de temps ou de motivation. Il n'y avait rien de pire que l'abandon aux yeux de Will. S'il s'était écouté, il aurait cependant quitté les lieux en découvrant chez Anieta un petit chien. Mais il aimait la vieille femme et ne voulait pas perdre la face contre une boule de poils sur pattes. Même s'il avait peur, il ne comptait pas partir. Mais mieux valait que Rosy ne tente pas trop de l'approcher. Si l'un devait faire le premier pas, c'était bien le mutant et non le chien.

Pour le moment, chacun restait de son côté, Will s'efforçant à creuser l'écart entre eux afin qu'il puisse anticiper les mouvements du chien au cas où ce dernier tenterait quelque chose. Il aurait aimé en faire abstraction, faire comme s'il n'existait même pas mais c'était bien difficile pour lui même si le chien n'était pas turbulent. De plus, lorsque le mutant apprit qu'Erïka était au courant de tout ceci, il ne fit que s'offusquer davantage. Sa propre soeur l'avait trahi ! Il avait craint d'être filmé mais Anieta lui assura qu'il n'en était rien, qu'elle avait refusé de le faire. Parce qu''en plus Erïka le lui avait demandé ?! Cela mériterait une sévère punition pour oser se moquer ainsi de lui ! Mais d'un autre côté, il était heureux d'apprendre que l'achat du cochon d'inde avait réellement fait plaisir à la russe. Ce ne serait cependant pas un motif suffisant pour qu'elle puisse échapper à son courroux.


"Elle m'a rien dit non... C'est sans doute sa vengeance pour rien lui avoir dit pour son père. Encore heureux que j'suis pas filmé ! C'est pas marrant ! J'vais finir par investir dans une caméra pour la filmer dans les pires moments d'sa vie, ça la dissuad'ra p't'être d'le faire pour moi !" assura t-il d'un air renfrogné "J'sais pas si l'cochon d'inde a suffit à lui r'monter l'moral mais bon, au moins ça lui fait d'la compagnie, c'est d'jà ça. A cause d'mon boulot, j'peux plus être aussi présent qu'avant."

Installé sur le canapé, il changea de place afin d'être le plus loin possible du chien qui était venu s'y installer également. A distance, il était déjà plus tranquille et pouvait parler plus ou moins sereinement à Anieta de la fameuse nouvelle qu'il avait à lui annoncer. Bien qu'elle devait déjà s'en douter, il désirait que les choses soient officielles. La joie de la vieille femme lui faisait chaud au coeur. Il restait encore tout à faire pour les préparatifs mais le rouquin comptait bien faire en sorte qu'Amy soit présente. C'était son mariage à elle aussi et il ne désirait rien faire sans son accord. Anieta proposa donc qu'ils passent un soir afin de manger en même temps pour fêter ça. Entre le restaurant et les plats maisons de sa grand-mère, le choix était vite fait.

"J'préfère de loin tes plats ! J'vais lui demander quand elle désire passer et j'te préviendrais à l'avance. Grâce à toi, ça va êt' un beau mariage, j'le sens !! J'ai hâte d'y être !"

Rasséréné par cette discussion, Will se sentit presque pousser des ailes. Presque. Il tenta une approche vers le chien, prenant son temps. Il y allait à la vitesse d'une tortue unijambiste mais il faisait l'effort d'essayer d'apprivoiser le chien. A moins que ce n'était sa propre peur qu'il essayait d'apprivoiser ? Mais l'arrivée d'Erïka fit tout tomber à l'eau. Rosy alla se poster devant la porte et le rouquin resta planté sur son siège à attendre que sa soeur s'approche de lui. Elle s'interrogeait sur le nom du chien... Elle ne le savait pas encore ? Il voulait avoir le privilège de lui annoncer, curieux de voir quelle tête elle allait faire.

Il se leva pour se mettre à sa hauteur et lui donna le nom sur le ton de la confidence après un bref suspense. En voyant la tronche qu'elle tirait, il se mit à rire. Quoi ? Elle n'était pas flattée d'avoir le même surnom qu'un petit chien ? Mais avant même qu'elle ait le temps de réagir, le rouquin mit sa vengeance en place. Elle méritait bien d'être torturée à coups de chatouilles après ce qu'elle avait osé lui cacher. Il aurait pu la chatouiller encore longtemps si seulement le chien n'avait pas réagi. Ce dernier voulait jouer mais Will prit ça comme une agression, une tentative de le mordre.

Apeuré, il prit ses jambes à son cou et se réfugia dans une pièce fermée pour se mettre hors de portée de l'animal. Là, il se demandait si finalement il allait rester. Rentrer à l'Institut lui paraissait soudainement une bonne idée ! Enfermé, il se pensait à l'abri. Il supposait bien qu'Erïka ne tarderait pas à le rejoindre... mais pas AVEC le chien ! Lorsqu'il la vit entrer, Will ne réagit pas. Mais en voyant le chien entrer à sa suite, il recula vivement et percuta la baignoire, tombant à la renverse à l'intérieur, embarquant le rideau de douche en même temps. A moitié dans la baignoire en train de se battre avec le rideau qui lui était tombé dessus, le rouquin se sentait réellement prit au piège. Ca l'amusait ?? Se redressant à l'intérieur comme il pouvait, il y resta cependant, trouvant finalement que c'était un bon endroit pour maintenir une distance entre le chien et lui. Erïka enfonçait le clou, ne comprenant pas pourquoi il en avait tant peur.


"Mais bordel Rika !!! Sors moi ça d'ici !! Tu l'fais exprès ?! T'sais bien qu'j'aime pas les chiens !! Elle est pas mignonne, elle a voulu m'bouffer, t'as bien vu ! On peut pas faire confiance à un cabot !"


Erïka s'était installée, le chien sur les genoux. Au moins, ce dernier n'essayait pas de s'approcher du rouquin. Will regardait plus l'animal que sa petite soeur mais il finit par lever les yeux vers elle lorsqu'elle commença à lui parler de Scott et d'Emma. Elle lui parlait comme si tout allait bien, comme ils le faisaient souvent. Elle ne prenait même plus en compte le fait que le chien soit toujours là. Le mutant avait du mal à en faire abstraction et donc à se concentrer sur la conversation. Il ne l'écoutait que d'une oreille pour le moment.

"Emma est à sa compagnie... Et j'doute qu'elle te fasse quoiqu'ce soit, surtout si Scott t'a d'jà punie. Sois plus discrète la prochaine fois lorsque tu picoles ! Moi quand j'bois, ça tourne au grand n'importe quoi, j'me met même à utiliser mes pouvoirs quand il faut pas. Une chance qu'ça ait pas choqué ta soeur." fit-il avant de réaliser qu'il en disait peut-être un peu trop "Enfin... ça s'passe bien avec Cassandra au fait ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Dim 9 Juin 2013 - 4:47

Erïka aimait un peu trop taquiner son frère. Parfois, on aurait plutôt dit qu’elle le martyrisait. Le pauvre ! Il subissait sa petite sœur et ses coups de flétan. Encore une fois, elle lui avait tendu un petit piège de son cru. Elle avait simplement… oublié que sa grand-mère avait adopté un chien. Ainsi, William pu avoir la surprise de découvrir le beau petit cabot dès qu’il mit les pieds chez Anieta. Ce qu’il en avait, de la chance ! Aucun doute qu’il comptait se venger. Après tout, ils voulaient tous les deux avoir le dernier mot. Toute cette guerre n’était pas prête de se terminer.

Maintenant, c’était au tour de William de se venger. Il songeait à installer une caméra cachée afin de filmer Erïka dans les pires moments et, ainsi, se moquer d’elle dès qu’il le pourrait. Cependant, Anieta ne voyait pas ça du bon œil. Ce genre de petit jeu finissait toujours par dégénérer. Et puis, elle avait quelque chose de bien mieux, de bien plus amusant et innocent à proposer au rouquin. Il allait se réjouir de ce qu’elle avait à lui proposer. Et puis, si Erïka n’avait pas trop le moral, les taquineries de William arriveront à la faire sourire.


-« J’ai une bien meilleure idée pour toi. » Elle se leva et chercha un album photo qu’elle retira de son étagère. Elle vint se placer entre Rosy et William, puis ouvrit le grand album. Elle chercha une photographie qu’elle pointa à son petit-fils. « À l’école des jumeaux, ils avaient fait une pièce de théâtre sur l’alimentation. Regarde, ça c’était Alexïs dans son rôle de brocoli. Erïka, elle, elle était la tomate, juste là. C’est amusant, non ? »

Lorsqu’ils eurent terminé de regarder quelques clichés, Anieta se leva et alla ranger l’album photo dans son étagère. Elle revint prendre place dans son fauteuil, par la suite. Il était maintenant temps de parler un peu de la grande nouvelle de William. La vieille femme était plus qu’heureuse d’apprendre que son petit-fils allait finalement épouser celle qu’elle aimait. C’était tout simplement fantastique ! Le couple pouvait passer quand ils le désiraient afin de parler un peu des préparatifs. Elle sera ravie de les recevoir. William préférait nettement les plats de sa grand-mère à ceux cuisinés dans les restaurants. Dans ce cas, ils allaient faire cela dans l’appartement, tous les quatre. Il ne fallait pas oublier la petite Rosy qui pourra faire connaissance avec la future mariée.

-« Nous ferons tout pour que ce soit une merveilleuse journée pour vous deux. »

Erïka arriva peu de temps après, alors que le rouquin tentait d’apprivoiser le petit chien. Elle vint tout gâcher en prenant le canidé dans ses bras, le caressant avec douceur. Il était si mignon ! Tout ce qu’il y avait de plus adorable. Elle se moquait un peu de William et sa peur des chiens, mais rien de bien méchant. Cependant, ce dernier comptait bien se venger en racontant que le cabot se prénommait Rosy. Il plaisantait ? Non, il ne pouvait être sérieux. Et pourtant… Erïka n’en revenait pas. Elle tirait une drôle de tête, ce qui semblait faire beaucoup rire le rouquin. L’adolescente voulu passer un commentaire, imposer son droit de veto sur le choix de nom, mais son frère l’en empêcha. Il se mit à la chatouiller. Elle ne pouvait rien faire de plus que de se débattre tout en rigolant. Rosy croyant à un jeu, voulu également s’amuser avec eux. Cependant, elle fit plutôt fuir William qui alla s’enfermer dans la salle de bain.

Erïka allait adorer ce chien.

Rosy sur les talons, la jeune fille se dirigea vers la petite pièce et y entra. Elle referma la porte derrière elle avant de s’installer tranquillement, l’air de rien, sur le sol. Le petit chien vint se coucher sur ses jambes. Elle ne pouvait s’empêcher de rire discrètement après avoir vu son frère tomber à la renverse dans la baignoire. Cependant, elle fut bien gentille et cessa quelques secondes plus tard. Elle se contentait de gratouiller Rosy qui semblait bien apprécier ce traitement. Will, par contre, n’aimait pas vraiment le fait de savoir ce chien dans la même pièce que lui. Il ne rigolait pas du tout.


-« Calme-toi, tu fais preuve de mauvaise foi. Et si tu tentais de l’approcher ? Elle est inoffensive. Elle voulait seulement s’amuser avec nous. Il va falloir s’occuper de ta peur. »


Cependant, plutôt que de continuer de parler de cela avec son frère, elle lui confia une mésaventure lui étant arrivée l’autre jour. Cela allait peut-être le distraire et lui permettre de se détendre peu à peu. Elle expliqua la bêtise qu’elle avait faite et le fait que Scott l’avait punie. Elle se considérait chanceuse de ne pas être tombée sur Emma. On ne sait jamais quel genre de punition elle aurait pu lui donner.

-« C’est ce que je compte faire. Plus question d’être à l’institut pour boire, ce sera plus discret comme ça. La fille avec qui j’étais, je t’en ai déjà parlé, je crois. C’est Irina, la nana qui a donné son numéro à Alexïs. Apparemment qu’ils sont allés au cinéma ensemble et… »

Elle décida de laisser durer un peu le suspense. Elle connaissait la suite de l’histoire, mais c’était encore plus amusant que de laisser William tenter de deviner ce qui s’était passé. La jeune fille lui répondit au sujet de Cassandra. Tout se passait bien avec elle, c’était surtout une question de temps à d’apprivoisement pour l’instant. Elles échangeaient quelques mots, discutaient un peu, mais restaient bien souvent dans leur coin à faire leurs affaires… lorsqu’elles étaient dans la même pièce. Cassandra sortait pour le boulot et Erïka pour les études. Elles ne se trouvaient pas toujours dans la pièce en même temps.

-« Ça se passe bien. Elle est sympa. Hier, pendant qu’elle n’était pas là, j’ai sorti mes cochons d’inde et je les ai posés sur le sol pour leur faire faire un peu d’exercice et jouer avec eux. C’était évident qu’ils allaient s’enfuir, je m’y attendais. Par contre, je n’aurais jamais pensé que Pee-Chai disparaitrait pour revenir vers moi, quelques minutes plus tard, à moitié coincé dans l’une de ses petites culottes. Je te le jure, il marchait de travers parce qu’il avait deux pattes coincées dans le tissus. C’était tellement drôle à voir. J’ai pris une photo, si ça t’intéresse ! »

Elle se leva, tirant son téléphone de sa poche. Elle avait laissé Rosy sur le sol afin de s’assoir sur le bord du bain. Elle trouva la photographie qu’elle recherchait et la montra à son frère. On voyait le petit Pee-Chai, le tissu de la culotte posé sur la tête, deux pattes passées par l’un des trous alors qu’il était pratiquement entièrement couvert par le reste du sous-vêtement. Il était tout simplement adorable. Erïka devait absolument montrer cela à sa colocataire. L’adolescente se demandait comment son cochon d’inde avait trouvé cette culotte, d’ailleurs. Cassandra était une jeune femme ordonnée qui ne laissait pas trainer ses vêtements à travers la pièce. Elle avait peut-être fait tomber son sous-vêtement de sa commode ou de son panier à linge, qui sait ?

La jeune fille avait également une autre histoire à raconter à son frère. C’était quelque chose qui datait de son enfance et qui allait peut-être lui plaire. Cela concernait les peurs. Il y a longtemps, alors que les McGowen possédaient toujours leur maison de campagne à l’extérieur de la ville, Erïka avait longtemps eu peur du grenier. Il était propre, mais effrayant avec ces nombreuses boites de cartons qui pouvaient dissimuler n’importe quel monstre. Et oui, elle aussi avait craint certaines choses par le passé.

-« Tu sais, il y a longtemps, j’avais peur du grenier de notre maison de campagne. C’était vraiment louche comme endroit, j’étais sûre qu’il y avait quelqu’un qui vivait là. J’étais incapable de dormir la nuit et je passais mon temps à réveiller mon grand-père parce que j’avais peur de ce qui pouvait se trouver là. Même le jour, j’osais à peine marcher dans le couloir où était la trappe de peur que quelqu’un en sorte et m’attrape. Alors, un jour, mon grand-père m’a amené de force dans le grenier et m’a forcé à y dormir avec lui. J’ai jamais autant pleuré de ma vie. J’ai fini par m’endormir à cause de l’épuisement et quand je me suis réveillée, je ne le trouvais plus. Il faisait noir, la trappe était fermée. Je paniquais. Alors j’ai pris ma lampe de poche et je ne la quittais pas. Ça m’a tout pris pour faire le tour du grenier. J’étais morte de trouille. Il y avait des bruits bizarres, j’étais sûre qu’il y avait un monstre dans cet endroit. Finalement, j’ai trouvé mon grand-père en train de dormir derrière une pile de cartons. Depuis, je n’ai plus jamais eu peur de l’endroit. Il m’a forcé à confronter mes peurs. Ça fonctionne. J’avais des réticences à retourner dans le grenier, après, mais j’ai fini par avoir confiance et ne plus craindre ce qui pouvait s’y cacher, car il n’y avait rien sauf un grand-père qui ronfle. Tu comprends où je veux en venir ? »

Elle donna deux petites tapes sur sa cuisse afin d’appeler Rosy. Elle attrapa le cabot et le déposa doucement dans le bain avant de se lever. Elle rangea son téléphone dans la poche de son pantalon et observa la scène. Il était temps pour William de faire face à sa peur. Rosy s’approcha doucement du rouquin et s’assit près de lui, le regardant silencieusement, la langue sortie, comme si elle attendait quelque chose. Puis, elle approcha sa tête de l’une de ses mains et se mit à la pousser doucement, lui faisait ainsi comprendre qu’elle voulait être flattée. Comme cela ne fonctionnait pas, elle se roula sur le dos, attendant qu’il vienne lui gratouiller le ventre.

-« Tu vois ? Elle ne veut pas te manger, elle veut seulement que tu la flatte ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Lun 10 Juin 2013 - 10:52

Will et Erïka passaient leur temps à se chercher, se taquinant sans cesse et se vengeant de chaque coup qu'ils se faisaient l'un l'autre. C'était néanmoins souvent la petite blonde qui ouvrait les hostilités, le rouquin étant moins enclin à lui jouer des tours naturellement. Mais il ne manquait jamais une occasion de se venger, d'une façon ou d'une autre. Là, il était un peu pris au dépourvu et ne savait pas trop comment lui rendre la monnaie de sa pièce. Mais il n'était pas quelqu'un de méchant et ne lui ferait de toute façon jamais de mal. Ce qu'il énonçait n'était pas sérieux, étant dit sur le coup de la frustration mais Anieta avait apparemment une autre idée, meilleure à ses yeux. Curieux, Will la suivit du regard et se demandait ce qu'un album photos pourrait faire pour lui. Il eut la réponse lorsqu'il vit un cliché des jumeaux déguisés en légumes, provoquant l'hilarité du mutant.

"Pouhahahaha mais c'est quoi ce thème débile ? J'l'aurais plutôt vue en patate moi mais bon, la tomate, c'pas mal non plus !"

Il se moquait mais s'il avait une fille et qu'elle était à la place d'Erïka, il serait assurément fier d'elle. Même déguisée en navet. Mais là, le but était de se moquer et il ne se privait pas, l'imaginant porter différents costumes tous plus ridicules les uns que les autres. Mais comme si le simple fait de penser à elle suffisait, Erïka débarqua peu après, alors qu'ils venaient de clore l'annonce de la nouvelle de Will. L'arrivée de la russe annula la tentative d'approche du rouquin sur le chien. Tant pis. Au moins elle, elle ne semblait avoir aucun problème avec l'animal, le prenant automatiquement dans ses bras. Elle allait moins l'aimer lorsqu'elle saurait quel nom elle portait !

Will prit un malin plaisir à faire savoir à sa soeur qu'elle portait un surnom de chien. Ou l'inverse. Enfin, déjà qu'elle n'aimait pas ce nom... Là c'était le pompon ! Mais le rouquin ne lui laissa pas le temps de s'offusquer, mettant à exécution sa vengeance en la chatouillant. Il aurait pu continuer comme ça longtemps même si elle l'avait supplié, mais Rosy en décida autrement. S'activant dans le but de jouer elle aussi, Will prit ça pour une agression et couru se réfugier dans la salle de bain. Piètre cachette puisque la russe, accompagnée du chien, investirent les lieux peu après. Le mutant trouva un rempli stratégique plus ou moins volontairement dans la baignoire, ordonnant à sa petite soeur de faire sortir ce monstre poilu avant qu'il ne fasse une syncope. Mais ce n'était pas de l'avis de l'adolescente qui affirmait que le chien n'allait rien lui faire.


"Pas question que j'approche de ça ! Elle est d'jà trop près là ! Et j'fais pas preuve d'mauvaise foi, elle a voulu m'chiquer j'te dis !"

Bien sûr qu'il faisait preuve de mauvaise foi. Il était loin d'être quelqu'un de peureux, fonçant plutôt tête baissée mais en ce qui concernait les chiens, il devenait irrationnel. Mais au lieu qu'Erïka "s'occupe de sa peur" comme elle le disait, elle lui raconta une anecdote récente qui n'avait rien à voir. Etait-ce bien le moment de confier ça alors que le rouquin était préoccupé par autre chose ? Il essayait cependant de se montrer attentif à la confidence, même s'il n'écoutait qu'à moitié, focalisé sur le chien. Mais la russe gagna un peu plus son attention lorsqu'elle évoqua le fait qu'Alexïs était allé au cinéma accompagné de sa nouvelle "conquête". Elle ne termina pas sa phrase, faisant durer le suspense et le rouquin eut envie de savoir la suite.

"Et ? Allez, accouche ! Faut qu'il sorte un peu plus ton frère, j'pense qu'cette nana peut l'faire évoluer un peu !"

En parlant d'évolution, à présent Erïka partageait sa chambre. C'était suffisamment surprenant pour être noté. Will se demandait si tout allait bien car il savait très bien que la russe n'était pas facile à vivre. D'ailleurs, elle ne s'était pas très bien entendu avec Cassandra lors de leur rencontre. Mais les choses semblaient bien se passer à présent, comme elle le confirmait. Mais elle ajouta une anecdote surprenante. C'était sans doute l'une des joies de la colocation... On ne savait jamais vraiment si l'on avait affaire à quelqu'un de bordélique ou non. En tout cas, c'était le pauvre Pee-Chai qui en avait fait les frais. Proposant de lui montrer une photo, Will accepta. Pas pour les sous-vêtements mais plutôt parce qu'il imaginait que le cliché était marrant. Les seuls sous-vêtements qui l'intéressaient étaient ceux d'Amy. Et d'Eleonnora. Mais là, c'était encore différent.

"Roh le pauvre ! Il a l'air malin comme ça... Faut dire à Cassandra d'mieux ranger ses affaires ! Ca va êt' quoi la prochaine fois ? Un soutif ? Un cochon d'inde dans chaque partie !"

Pour le moment il riait mais son rire se stoppa bientôt. Erïka passa à un autre sujet plus sérieux et il l'écouta. Apparemment, elle aussi avait eu peur mais à propos de quelque chose d'infondé. Comment pouvait-elle comparer leurs deux peurs qui n'avaient rien à voir ? Dans le grenier, il n'y avait rien, ce n'était que le fruit de son imagination. Alors qu'un chien, c'était bel et bien vivant et ça mordait. Will s'en souvenait très bien, il ne l'avait pas inventé. Alors du coup, non, il ne voyait pas très bien où elle voulait en venir. Mais il n'eut pas tellement l'occasion de lui donner son point de vue sur la question.

"Non mais j'vois pas l'r..."

Il se stoppa lorsqu'il vit Erïka déposer le chien dans la baignoire où il avait trouvé refuge. Oh, elle faisait quoi là ?! S'il s'était réfugié là, ce n'était pas pour rien. Gigotant dans le rideau de douche qui le gênait, le rouquin recula mais fut stoppé par le bord de la baignoire. Rosy s'approcha de lui. Il n'osait même plus bouger, de peur qu'au premier mouvement, elle lui saute dessus. Peut-être que, comme un tyrannosaure, sa vision était basée sur le mouvement et que s'il ne bougeait pas, il serait sauvé ? Mais le chien s'approcha encore et vint toucher sa main. Will avait tellement peur qu'il ne bougeait même plus. Même si elle ne le mordait pas, il n'osait pas la toucher volontairement. Lorsque le chien se mit sur le dos, il profita de ce moment pour s'extraire de la baignoire au plus vite, rampant plus qu'autre chose. Mais alors qu'il en sortait, il remarqua qu'il avait perdu quelque chose...

Son cache-oeil manquait à l'appel, s'étant détaché en partie lors de sa chute dans la baignoire. Il avait dû glisser à cause de ses mouvements chaotiques et était resté dans la baignoire... en compagnie du chien. C'était trop précieux pour que sa peur l'emporte et il s'approcha de la baignoire pour le récupérer. Mais c'était trop tard, le chien s'en était emparé. Cette salle bête osait mettre sa bave dessus ?! Pour le coup, Will n'avait plus trop peur, plus contrarié qu'autre chose. Il s'approcha de la baignoire d'un air remonté et se pencha dans le but de récupérer l'objet.

"Rend moi ça ! Va pas foutre ta bave et tes poils dessus !"

Le voyant approcher de la sorte pour récupérer l'objet, le chien prit à nouveau ça pour un jeu et fit un rapide mouvement pour échapper au rouquin qui referma alors sa main dans le vide. Raté. Will comptait bien récupérer sa propriété et s'avança vers le chien qui sortit alors de la baignoire avant de se diriger vers la porte. Le mutant pensait le chien coincé mais elle parvint à ouvrir la porte à demi fermée et à sortir. Le rouquin hallucinait et la peur avait fait place à la colère. Déjà qu'il détestait qu'on touche à son cache-oeil mais là, c'était un chien qui l'avait. Sacrilège !

"Mais bordel, t'vas où là ? C'pas fait pour les chiens !! R'viens là !"

Sans réfléchir au fait que tout le monde le verrait sans son cache-oeil et qu'il détestait ça, il se mit à courir après le chien. S'en suivit une course poursuite épique dans tout le salon où Will esquivait les meubles avec agilité. Mais le chien étant petit, il passait facilement partout contrairement au rouquin qui était plutôt grand. Mais il parvint néanmoins à coincer l'animal dans un coin et n'hésita pas une seconde à le prendre dans ses bras pour récupérer son cache-oeil.

"Lâche. Lâche ! T'vas l'abimer !! Lâche j'te dis !"

Rosy finit par lâcher le cordon et Will pu récupérer son dû. Plein de bave mais au moins il l'avait. Contrarié, il regarda le chien d'un air menaçant.

"R'commence plus jamais ça, c'pas un jouet ! T'as compris ?"

Mais plutôt que de s'en inquiéter -ce n'était qu'un chien après tout-, Rosy se mit à lui lécher généreusement le visage puisque le mutant la tenait assez près de sa face pour se montrer plus imposant. Surpris, Will recula et percuta le canapé sur lequel il tomba à la renverse. Mais ils avaient quoi tous les meubles là ?! C'était un complot ! Affalé sur le canapé, il était la pauvre victime d'un chien qui lui répandait allégrement sa bave sur le visage. Tenant son cache-oeil dans une main, il essayait de repousser le chien de l'autre. Même si l'animal était petit, le mutant n'osait pas trop le dégager brusquement de peur d'être mordu.

"Ah !!!! Mais arrête ! C'est dég' !! Retirez la mais retirez la !!!"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 11 Juin 2013 - 2:23

William se vengeait toujours des sales coups que lui faisait sa petite soeur. Pas question de la laisser avoir le dernier mot ! Leur petit jeu consistait à une perpétuelle série de vengeance. Jamais cela ne prendra fin. Le pauvre rouquin n’avait pas toujours de la chance, car Erïka n’était pas seule, parfois, afin de lui faire de mauvais tours. Elle avait parfois droit à l’aide de son petit ami. Au moins, de son côté, il pouvait se réjouir d’avoir Amy près de lui.
Cependant, cette fois-ci, ce n’était pas sa petite amie qui allait le réconforter et le faire rigoler un peu. Il s’agissait plutôt de sa grand-mère. La vieille femme avait sorti un album photo afin de lui montrer une image sur laquelle apparaissaient les jumeaux. Ce qui était amusant, était le fait qu’ils étaient déguisés en légume. Erïka avait obtenu le rôle de la tomate.


-« Il n’y avait pas de patate, dans la pièce. Par contre, j’ai peut-être une autre photo… » Elle tourna quelque page avant de s’arrêter et de pointer une photographie au rouquin. « On était au zoo. Erïka s’était cachée derrière son grand-père parce qu’elle avait peur du serpent que son frère caressait. Elle pensait qu’Alexïs allait se faire manger par le serpent et elle tentait de ne pas nous montrer qu’elle pleurait. C’était mignon. »

Sur la photographie, Erïka était dissimulé derrière un homme. On voyait à peine ses yeux et sa tête, le reste de son corps était caché derrière lui. Elle avait peur du serpent qu’Alexïs caressait doucement, sur l’image suivante. Il était timide, mais on voyait bien son air curieux et fasciné par l’animal. Il y avait d’autres photos, dans l’album, de leur journée au zoo. Sur l’une d’elle, on voyait Anieta et son mari, posant tous les deux devant une magnifique statue de lion. Cependant, si on regardait bien, la seconde photo, juste en dessous, était identique, à un détail près : Erïka s’y était incrustée, sa tête apparaissant sur la partie du bas, à gauche du cliché, dissimulant ainsi une partie de son grand-père.

Après avoir montré quelques clichés à William, la vieille femme alla ranger son album, puis se dirigea à la cuisine pour se servir un autre verre de jus. Erïka arriva peu après, impatiente de découvrir le petit cabot de la famille. Elle ne fut pas déçue. Il était adorable. Cependant, son nom lui restait à travers de la gorge. C’était quoi cette idée de l’appeler comme ça ? Les anciens maitres de ce chien manquaient de goût ou d’inspiration pour lui avoir donné un tel nom.

Le rouquin décida de se venger du sale coup que lui avait fait sa sœur, qui avait omis de lui dire qu’Anieta avait maintenant un chien. Il la chatouilla sans se priver, mais lorsque Rosy se mit à s’amuser avec eux, William prit ses jambes à son coup. Il alla s’enfermer dans la salle de bain. Bien évidemment, Erïka ne se priva pas de le rejoindre, le petit chien sur les talons. Elle referma la porte de la salle de bain avant de s’assoir sur le sol, Rosy sur les jambes. Elle affirmait que Will paniquait pour rien et faisait seulement preuve de mauvaise volonté, ce qu’il nia vivement. C’était mignon de voir comment il tentait de se défendre. Cependant, la vérité était là et la jeune femme ne voulait pas faire sortir le chien de cette pièce.

Afin de détendre lui, elle lui parla, comme si rien n’était, de certaines choses qui lui étaient arrivées récemment. Cependant, ce n’était pas très intéressant comparativement à ce qu’elle savait sur Alexïs. Il était allé au cinéma avec une élève d’Erïka. Cette même élève qui lui avait donné son numéro de téléphone quelques mois plus tôt. Faisant durer le suspense, la jeune femme attendait que Will demande la suite de l’histoire avant de la conclure.


-« Il ne s’est rien passé. »

En fait, elle ne disait pas tout. Elle avait bien autre chose à raconter. Eleonnora était douée pour les questions indiscrètes. Elle avait fournis un peu trop de détails à l’adolescente sur ce qui avait pu se produire entre Alexïs et sa nouvelle… petite amie en devenir. Erïka avait appris à connaitre son élève avec le temps. Irina était le genre de fille peu gênée qui n’avait pas froid aux yeux. Elle savait ce qu’elle voulait et, ce qu’elle voulait, c’était de revoir Alexïs. Lors de leur petite beuverie, Irina avait révélé qu’il s’était passé quelque chose entre et le jeune homme, mais rien n’indiquait qu’ils allaient être en couple. Elle préférait prendre son temps, tout comme Alexïs, pour ne pas faire les mêmes erreurs qu’avec ses précédentes relations. Au moins, on pouvait être certain qu’elle allait l’endurcir un peu et le transformer en vrai mâle.

Préférant faire languir Will et ainsi voir sa réaction à chaque parcelle d’information qu’elle lui donnait, l’adolescente décida de prendre tout son temps. Elle finit par changer de sujet, au bout d’un moment. Son frère voulait savoir si sa colocation avec Cassandra se passait bien. Elle répondit par l’affirmatif. Elles ne s’étaient pas vraiment disputer et jusqu’à présent elles arrivaient à s’entendre. D’ailleurs, Erïka lui raconta une histoire, à propos de Pee-Chai qui s’était retrouvé coincé dans l’une des culottes de Cassandra. Pour preuve, elle lui montra la photo qu’elle avait prise grâce à son téléphone, s’installant à côté de lui afin qu’il puisse bien regarder.


-« Je crois que les pauvres se perdraient dans ses bonnets de soutien-gorge. Mais ce serait marrant ! »

L’adolescente raconta une histoire qui lui été arrivée, il y a longtemps. En fait, elle voulait simplement expliquer à Will qu’il était possible de combattre ses peurs en les affrontant. Pour qu’il puisse le faire, elle se leva et plaça Rosy dans la baignoire. Leur proximité allait les rapprocher. Cependant, le rouquin n’était pas du tout d’accord avec cela et tenta de s’extraire de son refuge dès qu’il en eut l’occasion. À son plus grand malheur, sa fuite ne fut pas le plus grand des succès. Il perdit son cache-œil en cours de route. Bien évidemment, Rosy n’allait pas hésiter à s’en emparer, ce qu’elle venait tout juste de faire.

Will n’était pas très heureux de voir son précieux cache-œil entre les dents de Rosy. Cette dernière prenait cela pour un jeu et ne tarda pas à filer hors de la pièce avec sa nouvelle trouvaille. Alors que le rouquin courait après le cabot, Erïka ne pouvait retenir un petit rire amusé. Elle se dépêcha de les suivre afin de ne pas manquer une seule miette du spectacle. Ça promettait d’être marrant ! Elle suivit la course épique dans le salon et en profita également pour attraper l’appareil photo de sa grand-mère. Ainsi, elle prit discrètement quelques clichés, où on ne voyait pas l’œil habituellement couvert de Will. Le rouquin avait réussis à retrouver son cache-œil, mais il avait trébuché et tombé sur le canapé, Rosy sur lui. Elle prit un dernier cliché avant de déposer l’appareil photo et de venir l’aider. Elle retira doucement Rosy, bien occupée à lui léchouiller le visage, tandis qu’Anieta aida le rouquin à se redresser avant de prendre doucement son cache-œil.


-« Je vais le nettoyer et le sécher, ce ne sera pas bien long. »

Avant qu’il puisse dire quoi que ce soit, la vieille femme s’était éclipsée dans la salle de bain afin de nettoyer le cache-œil. Elle remarqua, au passage, que le rideau de douche reposait maintenant dans le bain. Elle poussa un petit soupire. Les coupables allaient devoir réparer leur faute.

-« William, Rosy, vous pouvez venir ici ? » Le petit chien répondit bien rapidement à son appellation et vint se placer aux pieds d’Anieta. « Non, pas toi… Je voulais dire… »
-« Moi ? » Fit Erïka en apparaissant dans l’encadrement de la salle de bain. « Je suis prête à faire ce que tu veux, seulement si tu ne m’appelle plus Rosy. »
-« Je suppose que je ne peux pas t’appeler Kate, comme ton grand-père le faisait, auparavant. Il aimait bien t’appeler, Kathy, aussi. »
-« Tu peux te contenter du nom que je porte présentement, s’il te plait ? »
-« C’est entendu. Maintenant, est-ce que tu pourrais replacer le rideau de douche, s’il te plait ? »

La jeune femme s’exécuta aussitôt, replaçant avec soin le rideau afin qu’il soit comme avant. C’était ça de fait. Pendant ce temps, Anieta utilisait son sèche-cheveux afin de faire en sorte que le cache-œil du rouquin ne soit plus mouillé. Une fois sa tâche terminée, elle vint lui porter, passant derrière lui pour le lui attacher. Elle lui demanda de s’accroupir afin qu’elle puisse être à sa hauteur. Une fois que le cache-œil du rouquin fut remis en place, elle lui sourit.

-« Rosy semble t’adorer. »

Comme pour appuyer ses paroles, le petit chien vint se poser aux pieds de Will, l’observant gentiment. Il ne faisait rien de plus que s’amuser. Il aimait beaucoup le rouquin et ne comprenait pas que ce dernier ne partageait pas ses sentiments. Erïka, elle, observait la scène d’un œil amusé. Pauvre William… Elle devrait peut-être cesser de le martyriser. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 11 Juin 2013 - 10:27

Will réfléchissait déjà à quel type de vengeance il pourrait s'adonner afin de faire regretter à Erïka de lui avoir caché une information si importante comme : Anieta a un chien désormais. Le pauvre rouquin était tyrannisé par sa propre petite soeur qui devait bien rire de lui à l'heure qu'il était en s'imaginant la rencontre entre le chien et le mutant. Mais il n'allait pas en rester là, c'était certain. Sauf que Will était nul en ce qui concernait les prévisions de vengeance. Lui, il était plus du genre à agir sur le coup et non à réfléchir longtemps à l'avance. De toute façon, Anieta lui changea les idées et il oublia rapidement cette histoire de vengeance... pour le moment.

C'était bien plus amusant de voir la jeune fille ainsi déguisée en tomate alors qu'elle était plus jeune. Will l'imaginait bien en autre légume qui, d'après lui, lui convenait bien mieux. Anieta changea de page pour lui montrer d'autres clichés. C'était la première fois que le rouquin voyait à quoi ressemblait le grand-père d'Erïka ainsi âgé. Il l'avait déjà vu mais beaucoup plus jeune. Il n'avait pas eu la chance de le connaitre de son vivant et le regrettait un peu. Il avait l'air d'être un homme bon. Mais le plus amusant sur le cliché, ce n'était pas lui mais la petite tête qui dépassait à peine. Ainsi donc, Erïka était si trouillarde que ça lorsqu'elle était petite ? Sans doute le rouquin se fournirait-il un serpent en plastique pour le coller dans le lit de sa soeur afin de se venger. C'était une bonne idée !


"Ca fait bizarre d'voir ces clichés. J'ai pas connu Rika p'tite et maint'nant, j'l'imagine tellement plus réagir comme ça... J'aurais aimé vous connaitre tous avant pour partager ces moments. J'ai même plus d'photos d'moi p'tit je crois... même chez moi. M'enfin, on s'en f'ra d'autres ! Quand on aura des gosses, nul doute qu'on aura plein d'photos d'eux !"

La photo du dessous était assez amusante, preuve qu'Erïka était une sacrée curieuse elle aussi, s'incrustant pile devant l'objectif. Will trouvait la photo hilarante.

"Hahaha, c'est quoi c'photo-bombing ?? C'te tronche ! En tout cas, si un jour j'ai une fille, j'espère qu'elle s'ra aussi mignonne !"

Puis ce fut l'arrivée d'Erïka. Elle prenait la peine de se déplacer pour que Will puisse se venger plus rapidement. Que c'était aimable de sa part ! Bon, sa présence était sans doute pour rire de lui et de sa peur mais il s'en moquait, il comptait bien lui faire regretter de s'être tue au sujet du chien. Chien qui d'ailleurs s'était rapidement trouvé dans ses bras. Will commença tout d'abord par lui révéler le nom du chien. C'était déjà une petite vengeance en soi mais cela ne suffisait pas. Il se vengea aussitôt à coups de chatouilles, sachant parfaitement que c'était une technique efficace et qui avait fait ses preuves. Malheureusement, Rosy voulu se joindre à eux, ce qui fit fuir le mutant, se réfugiant dans la salle de bain.

Piètre cachette puisqu'Erïka, en qualité de petite soeur casse-pied, l'y rejoignit aussitôt accompagnée du chien. Will trouva refuge dans la baignoire, non sans embarquer le rideau de douche au passage. Pour la classe, on repassera... En même temps, avoir peur et être classe étaient difficilement compatibles. Mais il oublia peu à peu sa frayeur en écoutant Erïka lui parler de son jumeau et de sa possible éventuelle future conquête. Enfin, nul doute que s'il se passait quelque chose, ce serait du fait d'Irina et non d'Alexïs. Il ne risquait pas de prendre les choses en main mais Will ne pouvait pas se moquer de lui pour ça. Il avait bien attendu très longtemps avant de s'ouvrir à Amy lui aussi. Mais c'était encore différent. Il était curieux de savoir comment les choses évoluaient. Si elles évoluaient... Mais après l'avoir fait languir, Erïka annonça qu'il ne s'était rien passé.


"Ca m'étonne pas. Ton frère est un type génial mais il a un balais dans l'cul. Lui faut juste la bonne nana j'pense. Un peu comme toi avec Bobby."

Mais ce qui intéressait davantage Will était de savoir comment les choses se passaient avec Cassandra. Après tout, leur première rencontre n'avait pas été un franc succès même si les choses s'étaient bien arrangées sur la fin. Partager la même chambre était une autre histoire... Au moins, elles se connaissaient un minimum mais arriveraient-elles à se supporter sur le long terme ? Pour le moment, c'était Pee-Chai qui faisait les frais de cette nouvelle arrivée, coincé dans l'une des culottes de la serveuse. Erïka montrait le cliché à Will qui avait un peu oublié la présence de Rosy. Il s'imaginait le bordel qui devait régner dans la pièce si le cochon d'inde avait réussi à se prendre dans un tel vêtement. Il imaginait également ce que cela donnerait avec un soutien-gorge.

"Pas autant qu'dans ceux d'ta soeur. Ramène jamais tes cochons d'inde chez elle hein... Qui sait sur quoi ils pourraient tomber !"

Erïka changea de sujet et passa à l'action. Pour que le rouquin fasse face à sa peur, elle l'y confronta. Mais ce fut un échec puisque le mutant prit presque aussitôt la fuite... avant de réaliser qu'il avait perdu quelque chose en cours de route. Son cache-oeil ! Sa fierté étant supérieure à sa peur actuelle, il s'approcha du chien sans crainte pour récupérer son bien. C'était peine perdue car l'animal s'éclipsa de la pièce, le faisant alors courir dans tout l'appartement. Après avoir esquivé divers meubles, Will parvint à attraper Rosy et à récupérer son cache-oeil... plein de bave. Le rouquin réprimandait le chien qui n'avait pas vraiment l'air de l'écouter. Joueuse, elle se jeta sur lui pour le recouvrir de bave. Se défendant comme il le pouvait, n'osant pas trop repousser le chien, le borgne suppliait qu'on lui retire ce supplice. Erïka vint l'aider en retirant Rosy et Anieta l'aida à se redresser. Will les remercia mais n'osait pas lever la tête vers elles. Il n'aimait pas qu'on le voit sans son cache-oeil. Mais avant qu'il puisse l'attraper, la vieille femme s'en empara.

"Non c'est pas... la peine." fit-il alors qu'elle s'était déjà éloignée

L'avait-elle vue sans ou n'avait-elle pas fait attention ? Il n'y avait rien d'horrible, son oeil droit étant simplement voilé mais cela lui donnait un regard des plus étranges et un peu dérangeant pour certains. Anieta avait déjà vu les cicatrices de son corps mais ça, elle ne l'avait encore jamais vu. Bien qu'il se demandait ce qu'elle pouvait en penser, il évita de poser la question. Il passa sa main sur son visage pour essuyer la bave jusqu'à ce qu'il entende son prénom. Il se leva et rejoignit Erïka... ainsi que la dénommée Rosy. Quelle idée d'avoir le même nom ! Erïka lui demandait d'ailleurs de ne plus la nommer ainsi. Ca allait être difficile de se jouer des habitudes déjà prises depuis longtemps. C'était d'ailleurs assez étrange d'entendre Erïka se faire nommer par ses véritables prénoms. Pour Will, elle resterait toujours Erïka.


"On peut t'appeler Tomate s'tu préfères hein. Ca t'va comme un gant !"

Puisque le rideau était tombé par sa faute, il aida Erïka à le remettre en place. Sa grande taille était un atout non négligeable. Une fois fait, il profita de sa présence dans la salle de bain pour se nettoyer le visage. Anieta ayant terminé de nettoyer le cache-oeil, Will se baissa pour qu'elle puisse le lui attacher. C'était assez étrange car en temps normal, à part Amy, personne n'y touchait jamais. Cache-oeil en place, le rouquin se sentait déjà mieux. Erïka lui fit remarquer que le chien semblait l'adorer. Ce dernier se posta à ses pieds, l'air de vouloir jouer à nouveau. Will fit une grimace et se baissa vers le chien, le pointant du doigt.

"Ouais bah t'avise plus d'toucher à mon cache-oeil, t'as capté, boule de poils ?"

Le doigt ainsi tendu vers elle, Rosy se mit à le lécher, ce qui fit soupirer Will. Blasé, il lui caressa la tête non sans avoir marqué une hésitation. Ce chien était inoffensif mais le rouquin avait encore un peu de mal. A vrai dire, autre chose le préoccupait pour l'heure. Se redressant, il se tourna vers Anieta.

"Ca... T'as pas trouvé ça... bizarre ? Ou dérangeant ?" demanda t-il sans préciser de quoi il parlait, pensant que c'était assez évident

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mer 12 Juin 2013 - 7:50

Anieta adorait revoir encore et encore ses vieux albums. Cela lui rappelait de merveilleux souvenirs et d’extraordinaires histoires de la vie quotidienne à chaque nouveau cliché. Parfois, elle souhaitait retourner à cette époque où tout était parfait, où les jumeaux étaient toujours aussi innocents. Elle montrait ces photographies à William, lui racontait des histoires auxquelles il n’avait pu participer ou même assister. Ils s’étaient connus il n’y a que quelques années. Il faisait partie de la famille, mais il n’avait jamais partagé de souvenir d’enfance avec eux. Cependant, il avait l’occasion de s’en bâtir tout un tas, maintenant. Il pourra les raconter à ses enfants, plus tard.

-« Je veux des photos de mes petits-petits-enfants. Alors y il en aura plein. Les souvenirs que vous êtes en train de vous construire à chaque jour, chaque petite histoire amusante, tu vas pouvoir leur raconter. Tu ne nous a peut-être pas connu il y a bien longtemps, mais tu fais partie de notre famille, à présent. »

Anieta montra d’autres photos à William. Sur l’une d’elle, elle s’incrustait carrément devant l’objectif alors qu’Alexïs tentait de prendre ses grands-parents en photo. C’était bien son genre de faire ça. Encore maintenant, cela lui arrivait parfois.

-« Elle a toujours aimé se mettre devant l’objectif. Je crois que j’ai d’autres photos comme cela là. Je te les montrerais une autre fois. »

La vieille femme se leva et alla ranger son album avant de se rendre à la cuisine. Erïka entra dans l’appartement peu de temps après. Elle voulait faire connaissance avec le nouveau compagnon de sa grand-mère et en profiter pour embêter William. Ce dernier n’allait pas la laisser faire si facilement. Il décida de se venger de sa petite cachoterie en la chatouillant à mort. Cependant, Rosy voulait également se joindre à la partie, ce qui fit plutôt fuir le rouquin.

Pas de panique ! Super petite sœur était là ! Elle entra dans la salle de bain avec Rosy afin de discuter un peu avec son frère et lui changer les idées. Le chien sur les jambes, elle parlait de son frère jumeau et de sa nouvelle fréquentation. Il n’y avait rien d’officiel, mais l’adolescente espérait bien qu’il se passe quelque chose, un jour. Il fallait seulement laisser le temps agir. Elle raconta à Will que son jumeau avait finalement invité cette fille, Irina, au cinéma. Il ne s’était rien passé. Selon le rouquin, leur frère avait un balai dans le cul et il fallait arranger un peu les choses. Il affirmait qu’il lui fallait probablement trouver la bonne fille. Tout comme Erïka avec Bobby. La jeune femme ne savait pas comment le prendre…


-« T’essaie de me dire que Bobby a un balai dans le cul ? C’est même pas vrai d’abord. C’est lui qui… qui a voulu que l’on teste le matelas en premier... Bon, d’accord, j’en avais envie avant lui, mais chut ! » Fit l’adolescente en se rattrapant au dernier moment. Il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas partager avec frère poule.

Il valait mieux éviter de parler de Bobby. Elle se souvint soudainement qu’elle ne pouvait plus tester le matelas avec lui, ni même si assoir sans se voir être congelé avec. Elle devait se changer les idées. C’était pour cette raison qu’elle était venue, aujourd’hui. L’espace d’un instant, son air joueur disparu, laissant place à sa tristesse et sa déception de ne plus pouvoir approcher celui qu’elle aimait. En jetant un coup d’œil vers Rosy, elle tenta de sourire de nouveau. Caressant la fourrure du petit chien, elle décida de changer de sujet. C’était mieux ainsi. Elle comptait plutôt revenir sur cette fameuse relation entre Alexïs et Irina.


-« Écoute bien ça. Il ne s’est peut-être rien passé au cinéma, mais il parait que le courant passe bien entre eux. Je vais te raconter ce qu’Irina m’a dit avant qu’elle soit complétement bourrée, l’autre soir. »

//FLASH//

Erïka était étendue dans l’herbe, au beau milieu du terrain de l’institut. Elle regardait le ciel, fixant les étoiles qui scintillaient dans la nuit. Elle se redressa pour voler la bouteille de vodka que tenait son amie Irina. Cette dernière ne tarda pas à se redresser à son tour, passant une main dans sa chevelure sombre et rebelle avant d’en replacer quelques mèches. Erïka la regarda faire avant de prendre une gorgée à même la bouteille. Elle grimaça.

-« C’est fou ce que c’est fort ce truc ! Beurk ! Autant c’est dégueulasse sur le coup, autant c’est pas si mal après. »
-« Hey, poupée, c’est dans tes gènes de russes de boire d'la vodka alors tais-toi et prend une autre gorgée.
-« Je t’emmerde, sale américaine. » Fit Erïka avant de prendre une autre gorgée. « Tiens, prends ça toi. Ce truc me brûle la gorge. »
-« Ppff ! Fake russe. Alexïs, lui, il boit sans broncher. »
-« Parce qu’il boit de l’alcool, lui ? »
-« L’autre jour, il a enchainé cinq shooters cul sec avec moi. Ton frère, c’est un mâle. »
-« Pouaha ! » Erïka éclata de rire. « Un mâle ? J’y crois pas. »
-« J'te l'jure. Faut simplement faire taire ses gènes de nana et il sait se montrer très viril. L’autre jour, il est passé de me prendre à l’institut, puis on s’est rendu chez lui. Il sortait des égouts, un truc du genre, il m’a raconté qu’il connait des mutants, enfin on s’en fou. Il puait, mais grave. Même un putois pourrait pas faire mieux. Il est allé prendre sa douche et comme j’avais rien à foutre je suis entrée dans la salle de bain, j’ai jeté mes fringues au sol et je suis rentrée dans la douche. T’aurais dû voir sa tête ! Et là je lui fais « T’aurais p’t’être besoin de quelqu’un pour te frotter le dos ». Il était trop gêné ! Alors j’lui aie roulé une pelle. Il a aimé ça parce qu’il m’a coincé contre le mur de la douche et m’a embrassé, mais genre, t’as pas idée comment c’était trop top ! »
-« Attend ! J’y crois pas ? Il a vraiment fait ça ? Il a pas fuit ou je sais pas, te demander de sortir ? »
« Non ! Et je peux te dire qu’il est un homme, un vrai. Il en a une… »

Erïka plaqua sa main sur la bouche de son amie. Elle ne voulait pas en savoir plus.

-« Ne dis plus un mot. Je préfère encore me dire qu’il est imberbe et qu’il en a une minuscule comme lorsque l’on prenait notre bain quand on avait deux ans. » Elle libéra son amie.
-« Rooh ! T’es pas marrante ! Alors, j'te passe les détails. On ne s'est pas vraiment tripotés… juste embrassés, quoi ! Après, on était enroulés chacun dans une serviette, couchés sur son lit, à regarder un film. Bon, à un moment je lui ai volé sa serviette... Faut pas cacher la bonne marchandise ! »
-« C’est tout ? Pitié, ne me parle pas de ce qu'il a dans le pantalon. Et vous sortez ensemble ? »
-« Non. Il veut prendre son temps, moi aussi. J’ai sortis avec les pires mecs qui soient, par le passé. Ça se résumait à sortir, baiser et… en fait c’était pas mal ça. Un se faisait un ciné et après on allait batifoler. Ou on trainait avec les mêmes potes, on faisait des conneries. C’était pas vraiment de l’amour, quoi. Lui, il veut prendre son temps. Il me respecte, il me traite comme une princesse… un peu trop, mais c’est mignon des fois. Il est vraiment sympa. Pour l’instant, dis-toi qu’on est seulement des amis qui se roulent des pelles de temps à autre. »

//FLASH//

-« Tu comprends, là ? Il y a un truc, mais il n’y a rien en même temps. Encore, Alexïs a parlé à Nora pour lui demander conseil et elle m’a dit qu’il lui avait dit qu’elle l’avait tripoté, une fois ! Il a été trop gêné pour faire pareil… Pitié, sauve le de ses griffes et montre lui à être un homme. Tu sais ce que ça donne quand Nora se mets à parler de sexe... Elle lui a sûrement montré des pornos en plus, ce serait trop son genre ! »

Après cette histoire, William changea de sujet et demanda comment les choses se passaient avec Cassandra. Peu à peu, la jeune fille s’ouvrait aux autres, particulièrement avec les filles qu’elle côtoyait pour les cours de langue. Cependant, avec la jeune femme, les choses avaient mal débutées. Pourtant, malgré l’humeur d’Erïka ces derniers temps, les choses se passaient assez bien. Parfois, il arrivait que Cassandra laisse trainer une chose ou deux, mais rien de bien dérangeant. Pee-Chai trouva même refuge dans l’une de ses petites culottes, s’y retrouvant complétement empêtré. La prochaine fois, la jeune fille se servira de l’un de ses soutien-gorge pour leur faire une jolie maison si elle laisser trainer d’autres vêtements. Elle montra la photographie qu’elle avait prise à son frère. Selon lui, le pire pour les pauvres cochons d’inde serait de se retrouver dans l’appartement d’Eleonnora. Effectivement, on ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber avec elle.

-« Oh non… Ne me parle pas de ça… Elle m’a envoyé chercher un truc dans sa garde-robe la dernière fois que je suis passée chez elle… Je suis tombée sur ses sex-toys… Le pire est qu’elle m’a proposé de m’en acheté un. Elle me désespère, parfois. »

Maintenant que Will avait oublié la présence de Rosy, il était temps de lui faire affronter sa peur des chiens. Elle déposa le cabot dans le bain. Aussitôt, le rouquin tenta de prendre la fuite, mais oublia son cache-œil au passage. Il tenta de le reprendre au petit chien qui prenait tout cela pour un jeu. Le pauvre Will fut obligé de le poursuivre à travers l’appartement avant d’attraper enfin le petit voleur. Il semblait avoir complétement oublié sa peur, pour le coup. Enfin, jusqu’à ce qu’il se retrouve étendu sur le canapé et attaqué à coup de léchouilles. Erïka attrapa Rosy et la déposa sur le sol pendant qu’Anieta s’occupait de son petit-fils. Elle lui prit son cache-œil au passage afin de le nettoyer.

Avant que Will puisse dire quoi que ce soit, la vieille femme était dans la salle de bain, nettoyant avec attention le précieux bien du rouquin. Elle ne tarda pas à l’appeler, ainsi qu’Erïka, afin qu’ils viennent replacer le rideau de douche. La jeune femme en profita pour négocier le droit de ne plus se faire appeler Rosy, ni par quoi que ce soit qui avait un lien avec son ancienne identité. Elle savait que sa grand-mère affectionnait les prénoms qu’elle avait portés auparavant, mais elle devait se faire à l’idée que les choses n’étaient plus ce qu’elles étaient. La jeune femme avait changé de nom et tenait à cette nouvelle identité.
Will affirmait que si elle n’était pas contente, il était toujours possible de la nommer Tomate. Sur le coup, la jeune femme le dévisagea. De quoi parlait-il ? Elle n’en avait aucune idée, ayant totalement oublié cette vieille histoire de légume.


-« Quoi ? Pourquoi ? J’ai l’air rouge et joufflu, peut-être ? »

Lorsque Will récupéra finalement son cache-œil, il semblait se sentir bien mieux. Il se pencha même vers Rosy afin de l’avertir clairement de ne plus recommencer. Comme si le petit bichon allait comprendre… Il se contenta de lécher le doigt que le rouquin pointait en sa direction, ce qui fit rire les deux femmes. C’était si mignon à voir.

-« C’est merveilleux, tu as déjà commencé à l’apprivoiser. Elle t’adore. »
-« Je l’avais dit. Le meilleur moyen de faire disparaitre sa peur est de l’affronter. »

Dès qu’il se redressa, le rouquin demanda à sa grand-mère si elle n’avait pas trouvé cela trop choquant ou étrange de le voir ainsi sans son cache-œil. Ce n’était pas cela qui allait déranger Anieta. Avec le temps, elle avait bien compris que ce n’était pas un accessoire mais qu’il le portait pour une raison précise. Il cachait ainsi son œil aveugle ce qui était tout à fait normal pour elle. Elle n’était pas spécialement choquée. Elle avait été surprise de voir ainsi ses deux yeux, mais cela ne changeait rien. Il restait toujours son petit-fils adoré.

-« C’est surprenant de voir tes deux yeux. Je suis tellement habituée de te voir avec ton cache-œil. Ne t’en fais pas, ça ne me dérange pas du tout. Tu es beau comme un cœur. »

Elle se hissa sur la pointe des pieds pour l’embrasser sur la joue, faute d’être assez grande pour l’embrasser sur le haut du crâne. Elle quitta la salle de bain, faisant signe à Rosy de la suivre. Le rouquin en avait vécu assez d’émotion pour aujourd’hui. Allant chercher la laisse du petit chien, la vieille femme prit soin de bien l’attacher au petit anneau de son collier avant d’attraper le petit sac qu’elle trainait toujours avec elle lorsqu’elle sortait. Elle avait ses clés de maison, quelques sacs en plastiques et une balle pour jouer. Les deux mutants allaient peut-être vouloir rester à la maison, elle ne les obligeait pas à la suivre. Elle signala simplement son absence.

-« Je vais aller promener Rosy. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Ven 14 Juin 2013 - 15:06

Will n'avait plus eu l'opportunité depuis longtemps de pouvoir avoir des photos ou des souvenirs autre part que dans sa propre mémoire. Il avait même été retiré des photos familiales, comme s'il n'avait jamais existé. Mais à présent, les choses étaient bien différentes. Anieta réclamait même de nouvelles photos, de nouveaux souvenirs à conserver précieusement de ses petits et même arrière petits enfants. Pour l'heure, ils n'étaient pas encore nés et le rouquin espérait que la vieille femme aurait l'opportunité de pouvoir les voir et partager une partie de leur vie. En tout cas pour le moment, elle possédait déjà une belle collection d'albums et peu à peu, le mutant borgne se voyait gagner de la place à l'intérieur. Même un peu trop à son goût parfois.

"Oh ça, j'vais pas m'gêner pour leur raconter ! Surtout qu'on a plein d'photos pour illustrer tout ça... Mais bon, j'sais pas si j'serais très à mon avantage là, vu les photos... J'vais perdre toute ma crédibilité d'papa !"

Pour l'heure, c'était Erïka qui perdait toute crédibilité aux yeux de Will. Cette dernière était championne de photos ridicules lorsqu'elle était plus jeune. C'était plutôt mignon à regarder mais le rouquin ne manquait pas une opportunité de se moquer de sa soeur, amusé par les photos qu'il voyait. Visiblement, se coller devant l'objectif avait été une de ses activités favorites par le passé. A présent, elle était devenue moins fan des photos mais ne manquait jamais une occasion de prendre Will dans une position ridicule.

"C'est juste dommage qu'il y ait pas d'photos d'famille. J'veux dire tous ensemble, réunis. Quoique... Ca f'rait trop d'blonds d'un coup j'crois !"

En parlant de blond, Erïka arriva à l'appartement, venant voir de ses yeux comment la cohabitation avec Rosy se passait. A vrai dire, même si Will n'approchait pas de trop le petit chien, on pouvait dire que tout se passait bien. Il n'hésita d'ailleurs pas à s'attaquer à la russe alors qu'elle tenait l'animal dans ses bras. Grave erreur de sa part puisque Rosy s'agita à son tour, provoquant la fuite du rouquin, ayant peur de se faire mordre.

Réfugié dans la salle de bain, il se sentait en sécurité. Enfin ça, c'était jusqu'à ce que sa morue de soeur n'arrive en compagnie du chien. Elle le faisait exprès. Oh oui, elle le faisait exprès et ça l'amusait, le mutant le sentait bien. Mais lui il ne riait pas du tout, il avait vraiment peur et trouva même refuge dans la baignoire pour se tenir à distance de l'animal. Erïka parlait comme si tout allait bien, comme si de rien n'était et Will essaya de l'imiter. Evoquant Alexïs, il en vint à la conclusion que, tout comme sa soeur, le blondinet avait simplement besoin de la bonne personne. Il n'était jamais simple de la trouver mais du point de vue du rouquin, c'était déjà fait pour Erïka. Bobby était celui qu'il lui fallait, il en était persuadé. Enfin, ça ne l'empêchait pas de jouer les grands-frères poules un peu trop protecteur parfois...

Toutefois, Erïka comprit sa phrase de travers et tenta donc de défendre Bobby. Pas sûr qu'elle ait choisi la meilleure des façons pour le faire... En effet, elle prétendit que c'était Bobby qui lui avait sauté dessus. Puis, elle changea son fusil d'épaule pour avouer que c'était elle qui avait commencé. Dans un cas comme dans l'autre, Will n'aimait pas qu'on lui rappelle ce genre de choses.


"Pitié, j'veux rien savoir sinon j'vais aller l'buter ! C'pas Bobby qu'a un balais dans l'cul, c'est d'toi dont j'parlais ! J'faisais juste une comparaison entre toi et Alexïs. Tous les deux vous avez juste b'soin d'la bonne personne pour qu'vous changiez. T'as évolué au contact d'Bobby, plus qu'tu l'as jamais fait depuis que j'te connais."

Mais le plus intéressant restait ce qui concernait Alexïs. Du peu qu'il le connaissait, Will le voyait comme un type un peu trop innocent et discret. En comparaison, Bobby était un véritable dévergondé à côté de lui. C'était dire... Mais Erïka avait la preuve qu'Alexïs n'était pas si innocent que ça, qu'il était même capable d'agir comme un mâle parfois. Will en doutait fortement mais ce qu'elle lui raconta alors vint confirmer ses propos. Cependant, aux yeux du rouquin, ce n'était pas une preuve en soi. Il était un homme, c'était certain, mais ça il n'en doutait pas. Mais il restait trop timoré comparé à cette Irina qui avait l'air de savoir ce qu'elle voulait. Ce n'était pas Eleonnora qui allait l'aider à y voir plus clair là dedans... Il avait besoin des conseils d'un homme !

"Bah, Alexïs est un mec, j'veux dire j'en doutais pas quoi. Mais n'importe qui aurait réagi comme ça face à ce qu'à pu faire Irina. J'pense pas qu'Nora soit d'bon conseil pour lui, il en est pas encore à ce stade. Ca m'étonn'rait pas qu'elle lui en ait montré un, de porno. On en r'garde de temps en temps alors pour elle, c'est normal. Pour Alexïs par contre... Faut que j'lui cause. Entre mecs, on s'comprendra. Puis j'suis p't'être un peu plus subtil qu'ta soeur. Un peu."

Comme Erïka vivait à présent en colocation, Will se demandait si tout se passait pour le mieux. Visiblement, c'était le cas, elle avait même pris une photo avec les sous-vêtements de sa colocataire. Il fallait dire que son cochon d'inde avait réussi à se coincer dedans... C'était bien un mâle. Le rouquin préférait ne pas imaginer ce que cela donnerait si l'animal se baladait dans le loft de la russe. Nul doute qu'il tomberait sur certaines choses étranges. Erïka le confirmait.

"Pourquoi elle t'en achèterais un ? Bobby fait pas son office ? Non non, m'dis pas, j'veux pas savoir... Ta soeur est très portée sur la chose alors bon, elle risque d'te cuisiner longtemps si tu réponds pas à ses questions."

Maintenant que Will avait oublié l'existence de Rosy, Erïka se fit un plaisir de la lui rappeler en collant le chien dans la baignoire. Le mutant en sortit rapidement, perdant cependant son cache-oeil au passage. Il ne fut pas perdu longtemps car Rosy s'en empara aussitôt et joua avec. En voulant le récupérer, Will dû courir après le chien dans tout le salon. Finalement, il n'avait pas eu peur d'attraper l'animal. Mais lorsqu'il se mit à lui lécher la face sans arrêt, Will ne su plus quoi faire. Il dû attendre qu'Erïka ait pitié de lui et éloigne Rosy.

Anieta nettoya le cache-oeil tandis que les deux mutants remettaient le rideau de douche sauvage en place. Erïka suppliait sa grand-mère de ne plus la nommer Rosy, n'aimant déjà pas ce surnom à l'origine. Mais depuis que c'était un chien qui se nommait ainsi, cela lui donnait une très bonne raison de ne plus se faire appeler de la sorte. Will proposait alors qu'elle se fasse nommer Tomate vu qu'elle n'aimait aucun de ses surnoms. Comme il l'avait supposé, elle ne voyait pas à quoi il faisait référence. Ce vieux souvenir était sans doute trop loin dans son esprit.


"Plus trop maintenant, mais par le passé... plutôt ouais ! Ton frère f'sait un joli brocoli aussi. Mais il t'arrivait pas à la ch'ville, petite tomate." lança t-il avec un sourire en coin

Will se sentait un peu mal sans ce qui voilait son oeil mais il ne tarda pas à le récupérer. Maintenant en pleine possession de ses moyens, il menaça Rosy de ne plus jamais recommencer. Mais le chien ne prenait pas ça comme une réprimande, plutôt comme un nouveau jeu, léchant le doigt tendu dans sa direction. Anieta se réjouissait de la scène et Erïka annonçait fièrement que c'était grâce à elle.


"Ma peur a pas disparu j'te f'rais r'marquer. Mais ma fierté lui est supérieure ! Et puis j'doute qu'elle m'adore hein... c'est un chien, ça doit aimer tout l'monde... sauf ceux qu'ils mordent."

Mais en dehors du chien, il y avait autre chose qui turlupinait Will. Il posa alors la question qui lui brûlait les lèvres à Anieta, désirant savoir ce qu'elle en pensait. Visiblement, la vieille femme n'était pas dérangée plus que ça par ce qu'elle avait vu, elle lui certifiait même qu'il était beau. Elle disait sans doute ça pour lui faire plaisir, comme une grand-mère avec ses petits enfants qui ne voyait d'eux que les bons côtés.

"J'aime pas n'pas l'avoir... Ca m'fait un r'gard bizarre même si pour moi ça change rien niveau vision. Enfin, tant mieux si ça t'a pas dégouté."

Il lui sourit lorsqu'elle l'embrassa sur la joue. Décidément, c'était une super grand-mère. Lorsqu'elle quitta la salle de bain, il ne tarda pas à lui emboiter le pas, restant tout de même à distance raisonnable du chien. Anieta mit sa laisse à Rosy, signe qu'elle allait sans doute la sortir. Elle le confirma peu après, annonçant qu'elle allait la promener. Will était venu ici pour la voir alors il ne comptait pas rester enfermé dans l'appartement en attendant son retour, chien ou pas. Jetant un oeil vers Erïka, il attendait néanmoins son approbation.

"On va t'accompagner. Fais beau, autant en profiter."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Lun 17 Juin 2013 - 7:37

Anieta avait un album qui regorgeait de photographies compromettantes de William. Elle ne faisait pas exprès de l’immortalisé dans de drôles de positions. Ses petites filles étaient bien plus douées qu’elle dans cette activité. À chaque fois qu’elles avaient un nouveau cliché, elles le lui envoyaient. Le pauvre William ne devait même pas être au courant que certaines photographies existaient. Un jour, il devrait peut-être jeter un coup d'oeil dans l’album de sa grand-mère.

-« Qu’ils te voient faire des pitreries sur papier ou dans la vie de tous les jours, ils finiront par te faire perdre ta crédibilité. Je ne te raconte pas tous ce que mon mari a pu faire pour faire rire les enfants. »

Will aimerait bien qu’il y ait une photo de famille, un jour. Anieta en avait quelques-unes qui dataient de très longtemps. Il en fallait maintenant une avec le rouquin et sa fiancée. Les jumeaux avaient également grandit depuis le temps. Leur père et leur demi-sœur avaient fait irruption dans leur vie et seraient présent sur une future photographie de la famille. Certes, comme le disait le rouquin, il y aura une belle invasion de blonds. Cela avait un petit côté amusant.

-« La prochaine fois que Sergeï sera au pays, nous pourrions nous réunir afin de faire une photo de famille, tous ensemble. C’est une belle idée. »

Sur ce, la vieille femme alla ranger son album. Elle montrera d’autres photos à son petit-fils une autre fois. Peu de temps après, Erïka entra dans l’appartement afin de voir comment se passait avec la petite Rosy. Ce chien était tout ce qu’il y avait de plus adorable. Cependant, Will n’était pas du tout de cet avis et couru s’enfermer dans la salle de bain dès qu’il se cru en danger. Il se trompait royalement, Rosy n’allait pas lui faire du mal. Sa petite sœur voulait lui prouver et ne se gêna pas pour le retrouver dans la salle de bain, le cabot sur les talons. Elle lui changea les idées en lui parlant de quelques événements qui s’étaient produits dans sa vie, il n’y a pas si longtemps, avant de s’attarder sur le cas de son frère jumeau. Alexïs avait une fréquentation, bien qu’il n’appelait pas cela ainsi. Erïka était persuadée qu’il pourrait devenir un peu plus… viril en sortant avec une fille comme Irina. Et puis, cela lui plairait bien d’avoir son amie en guise de belle-sœur.
Will était d’avis qu’il lui fallait simplement la bonne fille dans sa vie. Il prit Erïka en exemple. Elle avait trouvé l’homme parfait et vivait le parfait amour avec lui. Cela la changeait complétement. L’avoir dans sa vie l’avait rendu encore plus joyeuse, plus vivante et la poussait peu à peu à évoluer et s’ouvrir aux autres. Cependant, son absence avait pour conséquence l’effet inverse…

La jeune fille avait compris la phrase de travers et défendait Bobby comme elle le pouvait. Elle n’était pas très douée en fait. Will ne voulait pas en entendre davantage sur leur vie privée sous peine de finir par avoir des envies de meurtre. Il expliqua à sa petite sœur ce qu’il voulait dire lorsqu’il la citait en exemple. Elle n’eut pas de mal à comprendre, cette fois.


-« J’ai peut-être évolué avec lui… mais ces temps-ci je me sens plutôt régresser. C’est plus fort que moi… je sais que je ne devrais pas déprimer, mais je n’y arrive pas… je sais qu’il est enfermé, seul, dans une pièce sombre, sans qu’il puisse arriver à maitriser son pouvoir… ça me rend folle. Je suis stupide de me mettre dans un tel état alors qu’il vit quelque chose de bien pire que ce que je peux ressentir lorsque je repense à tout ça… »

Elle poussa un long soupire de découragement. Il valait mieux qu’elle en reste là et qu’elle évite de ressasser les mauvais souvenirs. Il valait mieux revenir à l’histoire d’Alexïs et Irina. Ça, au moins, c’était amusant. Will avoua qu’avec ce qu’avait fait Irina, en s’incrustant dans la douche du russe, il était bien normal que ce dernier n’y reste pas indifférent. Et puis, il fallait avouer qu’elle était une belle femme. Elle était un peu plus petite qu’Erïka et ne passait pas toujours inaperçu avec son style marginal, mais on ne pouvait pas dire qu’elle manquait de charme. Sa chevelure d’ébène tombant sur ses épaules, raide comme un piquet. Son corps était un peu maigre comme ceux des mannequins retouchés, mais elle le faisait peu à peu grossir à force de se goinfrer dans les petits gâteaux. Elle avait toujours ce petit air insolent et supérieur avec ceux qui l’approchaient, ce qui plaisait bien à Erïka. Elle y reconnaissait bien cette façon de se protéger des autres et de se montrer forte. Elle ne manquait pas de caractère, la petite.

Quoi qu’il en soit,  Alexïs avait encore beaucoup à apprendre sur les femmes, surtout sur celles qui étaient comme Irina. Il devait se montrer comme étant un homme. Ce n’était certainement pas Eleonnora qui allait l’aider à cela. C’était pour cette raison que l’adolescente suppliait Will de s’occuper de son jumeau et de le sauver de sa perverse de sœur. Elle serait du genre à lui montrer des films pornos pour lui apprendre comment gérer au lit. D’ailleurs, la jeune femme failli s’étouffer avec sa propre salive lorsque Will lui révéla qu’il lui en arrivait d’en regarder. Jusque-là, c’était normal. Ce qui ne l’était pas était qu’il le fasse en compagnie d’Eleonnora. Vraiment, ils étaient irrécupérables lorsqu’ils étaient ensemble, ces deux-là. Qu’allait-elle faire d’eux ? Erïka fixa son frère avec de grands yeux étonné et légèrement troublés.


-« Tu seras beaucoup plus subtile qu’elle. Alors tu lui parleras, je suis sûre que tu seras de bons conseils. Et pitié… ne me dit pas ce que tu fais avec ma sœur… Je ne veux pas savoir que vous regardez des pornos ensembles. Sinon, je te le jure, je me venge en te parlant de ce que je fais avec Bobby. Il est un vrai dieu et son corps… il est légèrement musclé, mais pas trop. Juste parfait. Et j’ai toujours su qu’il était doué pour les travaux manuels. Il sait y faire avec ses mains. »

La jeune femme laissa échapper un petit rire en voyant l’air de son frère. Elle savait que sa menace fonctionnerait. Jamais Will ne lui parlera des trucs étranges qu’il faisait avec sa sœur, puisqu’il ne voulait absolument pas entendre les histoires sexuelles d’Erïka. C’était plutôt Eleonnora qui rêvait de pouvoir partager ce genre de chose avec sa petite sœur, tout comme elle rêvait de partager ses vêtements. Cependant, vu leur différence de taille, de grandeur et de poitrine, ce n’était pas possible. Alors, elle se contentait de lui acheter de nouveaux vêtements, surtout de la lingerie. Elle aimait un peu trop la lingerie.

D’ailleurs, Erïka devait éviter de laisser trainer ses vêtements un peu partout maintenant qu’elle avait une colocataire. Jusqu’à présent, tout se passait bien avec Cassandra. Elle oubliait parfois de ramasser ses affaires, ou ne réalisait pas que ses sous-vêtements disparaissaient et se recyclaient en piège pour cochon d’inde mâle et pervers. Le pauvre Pee-Chai en avait fait les frais et la jeune femme avait immortalisé le moment. Elle montra la photographie à William. Il avait complétement oublié la présence de Rosy avec tout cela. Il se concentrait plutôt sur les conneries qui s’évadaient de ses lèvres à chaque fois qu’il parlait. Au moins, il avait le don de faire sourire Erïka. Il avait aussi le don de lui mettre de drôles d’images en tête. Elle n’était pas certaine de vouloir savoir sur quoi pourraient tomber ses cochons d’inde s’ils se baladaient dans le loft de leur sœur. La dernière fois, l’adolescente était tombée sur une collection de jouets sexuels et de tenues osées qu’elle aurait bien voulu ne jamais voir. Le pire dans tout cela était qu’Eleonnora n’avait pas été gênée de lui proposer de lui acheter un jouet comme les siens.


-« Je ne sais pas ce qu’elle a pour être à ce point obsédée par le sexe, mais ça fait peur des fois. Et tu sauras que Bobby fait très bien ce qu’il a à faire ! Elle n’arrête pas de me poser des questions à ce sujet, d’ailleurs. En fait, elle pense que je suis en manque, d’où ma tête de zombie. Ce qu’elle est chiante, parfois. Sa nouvelle question est de savoir s’il est bleu de partout, si tu vois ce que je veux dire. Que va-t-on faire d’elle… ? »

Et que faire de Rosy ? Pourquoi ne pas la mettre dans la baignoire afin qu’elle fasse plus ample connaissance avec le rouquin ? Ce dernier n’était pas d’accord et prit bien rapidement la fuite. Cependant, le petit chien avait en sa possession le précieux cache-œil du rouquin. S’en suivit bien vite une épique course à travers l’appartement où Will s’en sortit gagnant… ou presque. Rosy avait maintenant le dessus, le léchouillant avec grand plaisir. Erïka vint à son secours alors qu’Anieta allait nettoyer le cache-œil dans la salle de bain. Elle ne tarda pas à appeler ses petits enfants afin qu’ils viennent replacer le rideau de douche. Pendant ce temps, Will s’amusait à taquiner sa sœur et la traiter de tomate. Cette dernière ne comprenait pas pourquoi. Il lui fallut deux longues minutes à fouiller dans ses souvenirs avant de réaliser d’où son frère sortait ce surnom.  

-« Non… ! Grand-mère, tu ne lui as pas raconté ça !? C’était tellement stupide comme pièce de théâtre… » Fit Erïka avant d’afficher une petite moue boudeuse.

Elle avait complétement oublié cet événement. Elle aurait aimé qu’il reste perdu à tout jamais dans ses souvenirs. Elle savait que William n’allait pas hésiter à la taquiner, à présent. Elle allait y goûter, c’était certain. Pourquoi sa grand-mère lui avait raconté de telles histoires ? Au final, l’adolescente se contenta de tirer la langue à son frère.

Le pauvre rouquin n’avait pas de chance. Rosy ne se sentait même pas coupable de son acte. Elle léchait le doigt qu’il pointait en sa direction, totalement insouciance. À croire qu’elle ne comprenait pas ce qu’il disait, ce qui était probablement le cas. Il allait en voir de toutes les couleurs avec ce petit chien, c’était certain. Erïka affirmait que ce rapprochement avait grandement aidé à combattre la peur que Will nourrissait envers les canidés. Cependant, celui-ci n’était pas tout à fait d’accord. Sa peur était toujours présente.


-« Tu vas voir, tu vas finir par ne plus en avoir peur. »

Will se baladait sans son cache-œil. Il avait bien hâte de le remettre, cela se voyait. Erïka le vit se détendre aussitôt qu’Anieta l’eu rattaché autour de sa tête. Il n’aimait pas s’en séparer, l’adolescente l’avait bien compris. Il s’inquiétait un peu de la réaction de la vieille femme face à son œil aveugle, mais cette dernière n’en faisait pas de cas. C’était son petit-fils, après tout. Elle l’embrassa sur la joue avant de quitter la salle de bain. Il était temps de faire prendre l’air à Rosy. Elle prépara le petit chien à sortir avant d’annoncer qu’elle quittait l’appartement.

Erïka et son frère avaient suivis la vieille femme à l’extérieur de la pièce. Ce dernier proposait de faire une petite balade avec elle plutôt que de rester enfermé dans l’appartement. Sa sœur ne tarda pas à approuver la proposition. L’air frais ne lui faisait pas de tort, ces derniers temps. La chaleur, par contre, la tuait. Ce qu’elle détestait ces températures chaudes. Elle était bien heureuse que le temps soit doux, aujourd’hui. Elle suivit sa grand-mère hors de l’appartement.


-« Je peux tenir sa laisse ? » Demanda-t-elle, une fois à l’extérieur.

Anieta la lui laissa avec plaisir, ce qui ravissait la jeune femme. Elle décidait de la destination, Rosy marchant à ses côtés. Plutôt que de faire une longue balade, il valait mieux rester dans le quartier et faire le tour du pâté de maisons. Au bout de cinq petites minutes de marche, elle s’arrêta auprès d’un homme promenant son labrador. Les deux chiens avaient décidé de se renifler et de faire connaissance. Sûrement en sera-t-il de même pour les autres chiens du parc juste devant eux. L’endroit rêvé pour rendre Will fou. Lorsque le labrador et son propriétaire s’éloignèrent, l’adolescente se dirigea vers l’entrée du parc. Cependant, sa grand-mère l’arrêta.


-« Erïka, je crois qu’il vaut mieux poursuivre notre balade dans cette direction. Arrête d’essayer de traumatiser ton frère et revient ici. »
-« Je ne veux pas le traumatiser, seulement le faire apprivoiser d’autres chiens ! »

Erïka attrapa la main de William. Comptait-elle le trainer de force dans ce parc ? Pas du tout. Elle lui remit simplement la laisse de Rosy. À son tour de la promener, maintenant. Pas de discussion, il allait le faire. Au moins, il pourra toujours continuer d’apprivoiser ce petit chien inoffensif et obéissant. Il y avait un début à tout.


Dernière édition par Erïka M. Davidoff le Lun 17 Juin 2013 - 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Lun 17 Juin 2013 - 12:39

Will aimait faire le pitre du moment que c'était pour faire sourire ses proches. Il était rare de le voir se prendre au sérieux sauf lorsque la situation l'exigeait. Cependant, il ne voulait pas non plus apparaitre ridicule aux yeux de ses futurs enfants. Sa crédibilité de père était en jeu et Anieta lui faisait justement remarquer qu'il risquait de ne pas en avoir beaucoup. Peu lui importait si cela faisait rire ses enfants, mais il ne voulait pas non plus passer pour un incapable. Ces photos là étaient trop compromettantes pour être mises entre toutes les mains.

"Oui mais les faire rire volontairement et qu'ils m'voient dans des poses si ridicules... c'pas pareil ! J'veux pas passer pour un bouffon aux yeux d'mes gamins."

Mais avant qu'il n'y ait des enfants, il y avait encore un bout de chemin. C'était en tout cas ce qu'il pensait. Pour l'heure, il désirait avant tout faire une grande photo de famille où ils seraient tous réunis. Cette fois, on pourra dire qu'ils étaient une vraie famille. Il n'y avait pas besoin d'un cliché pour le certifier mais le rouquin aimait bien ce genre de choses. Peut-être était-ce pour lui une façon de compenser ses anciennes photos de famille où il n'apparaissait même plus. Quoiqu'il en était, il était impatient d'avoir cette fameuse photo où toute la famille, ou presque, serait réunie.

"Faudrait qu'il vienne ici plus souvent. Sa famille est ici après tout, il a qu'à déménager !"

Mais au lieu de Sergeï, c'est Erïka qui débarqua à l'improviste. Will en profita pour mettre sa vengeance à exécution dès qu'il en eut l'occasion. Mais sa blague se retourna contre lui puisque Rosy vint défendre la pauvre adolescente chatouillée. Will n'eut d'autre choix que de trouver refuge dans une baignoire qui passait par là, se pensant saint et sauf. Erïka entra cependant dans son refuge, entrainant l'animal que le mutant fuyait. Mais le rouquin oublia vite la chienne, plongé dans toute une discussion avec sa petite soeur. Si le sujet de départ avait été Alexïs, à présent, ils parlaient de diverses choses. Will avait du mal à se faire comprendre, Erïka ne saisissant pas le sous-entendu de ses propos. Il dû donc se faire plus clair et lui expliqua ce qu'il pensait de la situation. A ses yeux, Bobby était clairement un bienfait pour la jeune femme. Mais comme elle le faisait remarquer, pour le moment c'était plutôt l'effet inverse. Will regretta d'avoir abordé le sujet mais puisque c'était fait, il comptait bien en profiter pour rassurer la russe. Tendant le bras vers elle, il profita de sa proximité avec elle pour l'attirer vers lui, tentant de la réconforter avec un câlin.

"Tu régresses pas. Ca fait parti d'ton évolution, ça prouve bien qu'il t'manque et qu'il est important à tes yeux. C'pas juste un type comme un autre, c'est c'ui qu'il t'faut. Puis ça a rien d'stupide. Si ça t'affecte, c'est qu'c'est tout sauf stupide. Il trouv'ra un moyen d'arranger les choses et tout ça s'ra vite d'l'histoire ancienne. Vot' histoire, elle fait qu'commencer."

Pour changer de sujet, Erïka revint sur ce qui concernait Alexïs. D'après ce qu'elle disait, il n'était pas si coincé que ça. Mais un peu quand même... D'après Will, il ne faisait que simplement réagir à une impulsion masculine, rien de plus. Il n'était pas du genre à tenter quoique ce soit, c'était clair et net. Mais Eleonnora commençait à se mêler de la situation et les deux mutants n'étaient pas convaincus qu'elle soit la mieux placée pour lui apprendre les choses de la vie. Elle était sans doute un peu trop obsédée sur les bords... et puis elle restait une femme qui aimait les femmes. Pas la mieux placée donc. Will en révéla un peu trop sur les activités qu'il faisait en sa compagnie, provoquant une réaction désappointée de la part d'Erïka, apparemment troublée.

"Si tu savais tout c'que j'peux faire avec ta soeur..." ajouta t-il avec un sourire amusé


Mais le sourire disparu rapidement lorsque l'adolescente commença à aborder un sujet qui ne plaisait pas trop au rouquin. Il ne voulait pas savoir le moindre détail et dès qu'il entendit qu'elle parlait de Bobby et de leur vie de couple, il se colla les mains sur les oreilles aussitôt.

"Blablablablablablabla..." fit-il en même temps qu'elle parlait pour ainsi couvrir le son de sa voix

Il ne cessa de le faire que lorsqu'il fut convaincu qu'elle n'en parlerait plus. Il découvrit peu après que même les cochons d'inde étaient pervers, petits voleurs de sous-vêtements. Mieux valait qu'ils n'atterrissent jamais dans l'appartement d'Eleonnora sous peine de tomber nez à nez avec des choses... étranges. D'après Erïka, elle lui posait trop de questions personnelles. Elle lui fit même part de la dernière en date. Will ne voulait rien savoir mais c'était trop tard. Mais en fait, c'était plutôt curieux comme question. A présent, il voulait savoir...

"Alors il l'est ou pas ?"

Mais comme Erïka n'avait pas l'air de vouloir parler de sa vie privée, elle colla Rosy dans les pattes de Will afin de clore la discussion. Ce dernier commença à fuir jusqu'à ce qu'il remarque que son cache-oeil s'était fait la malle. Oubliant sa peur, il couru après le chien pour le récupérer. Mais là encore, cela se retourna contre lui. Aidé des deux Davidoff, il pu récupérer son honneur et son précieux cache-oeil. Mais puisqu'Erïka avait tardé à lui venir en aide, il ne se gêna pas pour lui rappeler un souvenir sans doute ridicule à ses yeux. Tant mieux, il comptait bien enfoncer le clou un peu plus. Amusé de la voir bouder, il lui tira doucement la joue d'un air paternel.

"Allons, t'étais à croquer !" signala t-il en souriant "Faut pas avoir honte, j'serais fier d'voir ma fille avoir un si joli costume !"

Se montrant le plus menaçant possible, Will essaya de donner une leçon à Rosy pour qu'elle ne recommence pas. Mais on ne pouvait pas dire qu'elle avait peur de lui... Le mutant laissa tomber pour l'heure, préférant ne plus trop approcher le chien s'il pouvait l'éviter. Au moins, l'animal ne l'avait pas mordu pour le moment. Puisqu'Anieta désirait la faire sortir, les deux mutants acceptèrent de l'accompagner. Will préférait prendre l'air en sa compagnie et comptait en profiter pour qu'Erïka sorte un peu à l'extérieur. Depuis que Bobby était séparé d'elle, elle ne sortait presque plus. C'était l'occasion.


Se tenant à distance raisonnable de Rosy, Will marchait tranquillement, mains dans les poches. Lorsqu'Erïka demanda la laisse, il ne voyait pas le piège mortel qui se refermait sur lui, insouciant. Mais quand il vit un labrador arriver, le rouquin fit un repli stratégique derrière Erïka. Pas juste derrière hein, plutôt à quelques mètres... On ne savait jamais. Mais le labrador ne faisait absolument pas attention à lui, plutôt fasciné par l'arrière train de Rosy. Comme quoi les animaux n'étaient pas si différents des hommes. Will fut soulagé de voir le chien et son propriétaire s'éloigner mais il ne se doutait pas qu'il s'avançait vers un endroit peuplé de chiens. Anieta s'arrêta cependant, faisant remarquer à Erïka qu'il fallait le laisser tranquille. Pourquoi ? Qu'y avait-il dans ce parc ?


Il ne comprit que lorsque la russe lui attrapa la main pour lui coller la laisse dedans. Tenir la laisse ne lui posait pas de problème... du moment qu'il ne devait pas faire face à un autre chien.

"Mais quoi ? J'dois faire quoi là ?" demanda t-il en regardant les deux femmes avant que Rosy ne tire sur sa laisse pour aller vers le parc "Hé, douc'ment !"

Il n'était pas très rassuré à l'idée d'aller dans le parc mais sa fierté était en jeu. Tête haute, il suivait le chien d'aussi loin que le permettait la laisse. Pas question de plier devant un troupeau d'animaux poilus ! Mais lorsqu'il vit un chien sans laisse arriver vers eux, son coeur se serra. Avait-il encore le temps de rédiger un testament ? Se stoppant, il attendit de voir ce qu'allait faire l'animal. Les deux chiens se reniflaient mais Will trouvait l'intrus un peu trop insistant. Il comptait faire quoi là ? Se baissant, le rouquin attrapa Rosy dans ses bras, la mettant hors de portée de l'intrus.

"Dégage, c'pas pour toi !"

Pour toute réponse, le chien lui aboya dessus. Il n'en fallu pas plus pour faire détaler le mutant au pas de course, tenant toujours Rosy dans ses bras. Ne sachant pas trop où aller, il se dirigea vers un gros arbre et y grimpa avec une vitesse et une dextérité qui laissaient penser que ce n'était pas la première fois qu'il le faisait. Après tout, l'escalade et l'agilité, c'était sa spécialité. Réfugié sur une branche, il regardait le chien qui les avait suivi, assis sous l'arbre, aboyant toujours.

"Mais casse toi, bordel ! Fous moi la paix !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 18 Juin 2013 - 0:28

Erïka était terriblement déprimée depuis que Bobby avait perdu le contrôle de son pouvoir. Elle s’en voulait de ne pas l’avoir forcé à parler et lui révéler ce qui le tracassait tant avant que toute cette histoire n’arrive. Si elle avait fait en sorte qu’il soit plus confiant et plus ouvert à l’idée de se confier à elle, il ne serait probablement pas dans cet état. Elle s’en voulait que les choses soient ainsi. Maintenant, elle passait chaque nouvelle journée dans le doute, sans savoir si elle pourra le revoir en chair et en os, un jour. Elle se trouvait un peu stupide d’être dans un état pareil alors qu’il vivait bien pire, actuellement. Alors qu’elle se changeait les idées et passait du temps avec sa famille, il était seul dans cette grande chambre froide, sans possibilité de communiquer avec le monde extérieur.
Heureusement, William était là pour la rassurer et la réconforter, comme toujours. Il savait comment lui faire voir le bon côté des choses et lui redonner peu à peu confiance. Leur histoire ne faisait que commencer. Il y aura toujours des hauts et des bas. Elle allait réussir à passer à travers tout cela. Bobby retrouvera son apparence normale et ils pourront de nouveau poursuivre leur relation comme deux jeunes amoureux bien normaux.

 
-« J’espère que tu as raison. J’ai hâte de pouvoir de nouveau le serrer dans mes bras. C’est peut-être con à dire, mais je vois mon futur avec lui. Et dire qu’avant, je pensais ne jamais en avoir. Je me voyais simplement en train de vivre au jour le jour en espérant ne pas crever demain. »
 
Afin de changer un peu de sujet, Erïka parla de son frère. Le pauvre, il n’était pas au bout de ses peines s’il décidait de confier des détails de sa vie privée à Eleonnora. Cette sale perverse voulait toujours en savoir plus. Elle était pire qu’une journaliste. Elle voulait que Will s’occupe un peu de son frère et entretienne une véritable discussion d’homme avec lui. Ainsi, il aura plus de chance de l’aider et de répondre à ses questions. C’était toujours mieux que de regarder un porno. Elle avait dit ça comme ça, ne pensant pas que Will lui avouerait qu’il en regardait avec leur sœur. Tous les deux. Ensemble. En même temps. L’adolescente ne voulait pas en savoir davantage.
 
-« Je ne veux pas savoir ce que tu fais d’autre avec ma sœur. Bande de petits pervers ! »

Erïka comptait bien se venger en parlant un peu de Bobby. Elle savait que Will détestait cela et ne voulait en aucun cas connaitre les détails de la vie privée de sa petite sœur. Il posa aussitôt ses mains sur ses oreilles en hurlant n’importe quoi pour ne pas avoir à entendre. La jeune femme soupira et cessa de parler, attendant qu’il se calme. Ils purent se remettre à discuter. Enfin, elle pensait que c’était possible. Pourquoi est-ce que tout devait toujours tourner dans un drôle de sens dans leurs conversations ? La jeune femme expliqua qu’Eleonnora se posait certaines questions au sujet de la couleur de la pilosité de Bobby. Elle ne lâchait pas Erïka avec ça, depuis un moment. Cette dernière ne savait plus quoi faire. Will décida d’en ajouter une couche en lui demandant s’il était bleu de partout ou non. La jeune femme soupira.
 
-« Si tu veux, je peux te décrire tout ce qu’il a dans le pantalon et à quel point il sait s’en servir. Ne te gêne surtout pas à poser des questions indiscrète comme ce qui nous sert de sœur. »

Afin de mettre fin à cette conversation et de permettre à Will d’apprivoiser Rosy, la jeune femme déposa le chien dans la baignoire. En un rien de temps, Will s’en extirpa, laissant son cache-œil derrière lui. Rosy en profita pour s’en emparer et fuir. S’en suivit une course poursuite qui se solda par la victoire du petit chien léchant généreusement le visage du rouquin. Bien évidemment, le cache-œil était couvert de bave et Anieta s’empressa de le nettoyer.

Pendant ce temps, les deux mutants s’allièrent pour raccrocher le rideau de douche. William en profita pour se moquer de sa petite sœur et de son magnifique costume de tomate. Venant de réaliser qu’il avait vu les photographies de ce terrible spectacle sur les végétaux, elle afficha une petite moue boudeuse. Il s’amusa à lui tirer la joue, ce qui renforça sa mine boudeuse.
 
-« Tu seras peut-être fier, mais ton enfant aura la honte de sa vie, le pauvre. »
 
Lorsque le cache-oeil fut propre et sec, Anieta le rendit à son propriétaire, l’attachant autour de sa tête. Maintenant, il était temps d’amener Rosy en balade dans le quartier. Tous les trois, ils quittèrent l’appartement en tenant bien le petit chien en laisse. D’ailleurs, ce fut Erïka qui se balada avec pendant la première partie du trajet. Elle s’arrêta à proximité d’un parc à chien, souhaitant y entrer. Par contre, sa grand-mère n’était pas tout à fait d’accord cette idée. Elle ne voulait pas traumatiser William avec tous les chiens qu’il y avait là. Résignée, la jeune femme confia la laisse à son frère.

Contre toute attente, ce dernier suivit Rosy à l’intérieur du parc. Que faisait-il ? Ce n’était pas dans cette direction qu’ils allaient. Erïka le suivit des yeux. Il était suicidaire ou il avait une fierté mal placée ? Soudainement, un chien s’avança vers le rouquin qui se figea. Il le laissa faire connaissance avec Rosy. Puis, soudainement, il attrapa le petit chien et fila à grande vitesse vers un arbre dans lequel il grimpa aussitôt. Il était conscient du fait qu’il avait l’air con ? Sûrement pas. Erïka entra dans le parc et s’approcha de l’arbre dans lequel le rouquin s’était perché. Le gros chien était maintenant assis au pied de l’arbre et aboyait toujours sur le rouquin. La jeune femme hésitait entre lui crier dessus ou le kicker avant que le propriétaire du cabot ne le siffle. Quelques secondes plus tard, le chien s’éloignait à la course. L’adolescente leva les yeux vers son frère. Elle en tira son téléphone de sa poche et le photographia avant d’envoyer rapidement le cliché sur le portable de sa grand-mère. Ainsi, le rouquin pourra effacer le cliché sans même savoir qu’il en existait une autre copie.
 
-« Tu descends, maintenant ? Je crois que Rosy n’est pas faite pour aller dans les arbres. »
 
Lorsque le rouquin posa les deux pieds sur terre, l’adolescente quitta le parc, laissant Will promener Rosy. Une fois que les jeunes eurent rejoint Anieta, ils se remirent en marche. Elle s’inquiétait du teint très pâle qu’affichait son petit-fils. Il reprenait des couleurs au fur et à mesure qu’ils s’éloignaient du parc, mais il restait tout de même blême.

-« Ça va aller, William ? Je peux tenir la laisse si tu veux. J’espère que ce gros chien ne t’a pas trop effrayé. Tu es tout pâle. »
 
Alors qu’ils marchaient, Rosy s’arrêta soudainement afin de faire ses besoins sur le sol, aux côtés de Will. Erïka observa le chien, puis Will, puis encore le chien. Devrait-elle lui dire ? Ce serait marrant si elle se taisait. D’un autre côté, il avait eu suffisamment de mésaventures dans la dernière heure. Elle allait un l’épargner, cette fois-ci. Elle lui fit donc remarquer qu’il était un peu trop près du chien.
 
-« Je te conseille de reculer avant de devenir une victime du terrible jet de Rosy. »
 
Afin d’écourter cette balade, ils empruntèrent une petite rue pas très fréquentée. Ce n’était pas ce genre d’endroit qui effrayait Erïka, surtout en plein jour. Contre toute attente, lorsqu’ils émergèrent de cette petite rue, ils croisèrent Alexïs. Il se dirigeait vers sa voiture. Il sortait probablement des égouts. L’odeur qu’il dégageait alors que sa sœur venait le prendre dans ses bras ne trompait pas. Elle bondit sur lui afin de le surprendre. Ce fut réussis.
 
-« Salut toi ! Qu’est-ce que tu fais dans le coin ? Non, en fait, laisse tomber, l’odeur parle d’elle-même. »
-« Justement, j’allais me doucher et me changer. »
-« Dans ce cas, vient chez grand-mère. »
-« Pourquoi pas ? »
 
Alexïs vint saluer très brièvement sa grand-mère, puis William, afin de ne pas les incommoder avec l’odeur qu’il dégageait. Il avait eu la mauvaise idée d’accepter de jouer à lancer le ballon avec le nouveau ballon de rugby qu’il avait trouvé dans une petite vente. Les Morlocks l’adoraient et s’amusaient à se rouler partout, à le jeter dans des endroits incongrus et à inventer des jeux assez étranges, mais fort amusants. En résumé, Alexïs puait.


-« Désolé pour l’odeur. Si cela ne te dérange pas, grand-mère, j’aimerais bien emprunter ta douche et rester un peu avec vous à l’appartement. »
-« Il n’y a pas de problème, Alexïs. Ça me fera plaisir. Tu vas pouvoir faire connaissance avec Rosy. »
-« Rosy… ? »
-« Hey oh, me regarde pas ! C’est le chien qui s’appelle comme ça… »
 
Alexïs se pencha pour caresser doucement le gentil petit chien. Il ne le prit pas dans ses bras, préférant attendre d’être propre pour cela. Lorsqu’il se redressa, il annonça qu’il allait garer sa voiture à proximité de l’appartement et aller prendre sa douche. Pendant ce temps, Anieta pourra terminer sa balade. Il ne restait plus que cinq petites minutes de marche à faire. Le jeune homme pénétra sa voiture alors que les autres reprirent leur chemin. Cette journée allait de surprises en surprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 18 Juin 2013 - 9:45

Will savait bien par quelle épreuve sa petite soeur était en train de passer. Il regrettait d'avoir évoqué Bobby, ayant oublié qu'il était l'objet de sa déprime actuelle. Et ce n'était pas juste une déprime comme ça, sans importance. Elle était vraiment mal et ça se voyait. A vrai dire, cela crevait le coeur du rouquin de la voir dans un état pareil. S'il devait se retrouver ridicule pour la faire à nouveau sourire, cela ne lui posait pas de problème. Il préférait qu'elle oublie autant que possible cette histoire quand elle le pouvait. Bien sûr la situation ne pouvait disparaitre et la déprime durerait tant qu'elle n'aurait pas retrouvé son petit ami mais en attendant, c'était mieux que rien.

"Ta vie a changé parce que tu t'en es donné les moyens. Hmm... P't'être qu'tu dis ça parce qu'ça a été ton seul p'tit copain mais j'peux pas t'critiquer pour ça. J'ai jamais eu d'petite amie en dehors d'Amy après tout. Bobby est un mec bien, c'est cool qu'vous vous soyez rencontrés."

Tout comme c'était cool qu'Alexïs ait rencontré Irina, apparemment. Puisque sortir avec des filles n'était pas sa spécialité, il fallait bien qu'il en parle à quelqu'un, histoire de ne pas tout gâcher. Eleonnora tentait de s'en mêler, ce qui n'étonnait pas Will, la connaissant bien à présent. Il avouait même à Erïka qu'il avait parfois des activités étranges en la compagnie de sa soeur, ce qui choqua presque l'adolescente. Cela aurait pu choquer le rouquin lui-même d'avoir ce genre d'activités mais en compagnie de Nora, il ne ressentait aucune sorte de gêne.

"La même chose qu'on f'rait entre mecs. Ta soeur est un vrai mec. Avec une sacrée paire de boobs mais bon, un mec quand même."

Pour qu'il ferme son clapet, elle commença à donner quelques détails concernant sa vie de couple, ce qui ne plu pas du tout aux chastes oreilles de Will. Il fit de son mieux pour ne rien savoir, ne voulant pas avoir de drôles d'images en tête. Malgré tout, lorsqu'Erïka évoqua à nouveau le cas désespéré qu'était sa soeur, le rouquin s'interrogea tout comme elle. Bobby était-il bleu de partout ou juste sur la tête ? Curieux, Will posa la question, ce qui n'avait pas l'air de plaire à la russe. Elle proposa à la place de lui décrire plein de choses qu'il ne voulait surtout pas savoir, le comparant à Eleonnora.

"Non non non, surtout pas ! J'étais juste curieux pour ça, ça va roh !! Crois moi, j'tiens pas à savoir quoiqu'ce soit concernant ta vie sexu... enfin ce genre d'choses quoi. Nora est c'qu'elle est mais elle reste une super frangine. Ca va pas mieux entre vous ?"

En tout cas, ça n'allait pas mieux entre Will et Rosy. Cependant, une petite course poursuite s'engagea entre eux, forçant le rouquin à attraper le chien à pleines mains. Pour le coup, il n'avait plus peur, plus en colère qu'autre chose. Mais alors qu'il écoutait les deux femmes discuter, il eut envie de taquiner Erïka, lui rappelant l'un de ses anciens moments de gloire. Ce n'était pas tellement du goût de la russe. D'après elle, c'était un souvenir honteux.

"Honte ? T'avais pas l'air d'avoir honte sur la photo, t'avais l'air d't'éclater. C'qui t'fait honte, c'est d'voir ça maint'nant ! J'aurais tant voulu être ton grand-frère à l'époque, pour t'voir faire plein de choses qui te feraient honte maint'nant... Mais grâce à Anieta, j'rattrape d'jà mon r'tard, haha !"

Cache-oeil en place, Will accepta de suivre Anieta le temps de promener Rosy. Il pensait simplement rester à distance tout en discutant avec Erïka mais il était loin de se douter que cette dernière comptait encore jouer avec ses nerfs. Lui confiant la laisse, elle le laissa gérer la promenade. Mauvaise idée car, à cause de sa fierté, il n'arrêta pas le chien lorsqu'elle se dirigea vers un parc rempli d'autres canidés. Il eut vite fait de se réfugier en haut d'un arbre, Rosy dans les bras. Décidément, il n'aimait vraiment pas les chiens. Le chien intrus ne tarda pas à s'en aller, appelé par son maitre un peu plus loin. Will ne le quitta des yeux que lorsqu'il ne fut plus dans son champ de vision, ne voyant donc pas Erïka prendre une photo de cette situation ridicule. De toute façon, une de plus ou de moins... Mais Will n'aimait pas que l'on se moque de ce qui lui faisait réellement peur. Une fois le chien parti, il descendit de l'arbre aussi vite qu'il y était grimpé.

"J'suis pas fait pour ça non plus mais ça peut sauver la vie, la preuve ! Foutu clébard... Cassons nous d'ici, j'veux pas qu'ça r'commence."

Posant Rosy à terre, il suivit Erïka et sortit du parc pour rejoindre Anieta. Un peu remué par cette mésaventure, Will ne parlait plus, regardant autour de lui pour éviter chaque chien qu'ils pouvaient croiser. Erïka pouvait se moquer tant qu'elle le voulait mais il avait vraiment eu peur. Son visage en témoignait pour lui car, d'après ce que disait Anieta, il était pâle et elle s'inquiétait pour lui. Réalisant qu'il devait avoir l'air ridicule, le rouquin se racla la gorge, essayant de reprendre des couleurs. Mais il ne pouvait nier avoir la nausée.

"Non non ça va... J'vais la t'nir... J'aime pas les chiens et j'crois que j'les aimerais jamais..."

Mais ça ne l'empêchait pas de tenir la laisse de Rosy et de rester juste à côté d'elle alors qu'elle faisait ses besoins. Il ne remarqua même pas qu'il risquait de se faire uriner sur la chaussure s'il ne bougeait pas. A ses yeux, Rosy ne représentait plus vraiment un danger. Erïka eut la gentillesse de le prévenir de ce qui risquait d'arriver. Aussitôt, Will fit un écart sur le côté, comme s'il s'agissait d'acide et non d'urine.

"P'tain ! J'suis pas un poteau bordel !"

Que serait Will sans son langage fleuri ? Le pire était que plus il avait peur, plus il rajoutait des insultes. Par chance, ils ne tardèrent pas à croiser Alexïs, ce qui apaisa un peu le rouquin. Pas son nez par contre. C'était quoi le pire ? Sentir l'urine ou... ça ? Il sentait vraiment mauvais et avait clairement besoin d'une bonne douche. Will se souvint qu'il trainait souvent dans les égouts... Ils en avaient la preuve olfactive.

Se séparant de lui, ils se donnèrent rendez-vous chez Anieta. Le petit groupe retourna donc en direction de l'appartement et Will ne fut pas mécontent d'être rentré. Cette promenade avait été un peu trop agitée à son goût. Puisqu'Anieta et Erïka s'occupaient du repas, le rouquin décida d'aller tenir compagnie (et pas autre chose, merci) à Alexïs. Toquant contre la porte de la salle de bain, il entra presque tout de suite après, refermant derrière lui. Le rideau de douche était là pour faire son office, c'était parfait.

"C'est Will. Si ça peut t'rassurer, j'vais pas v'nir t'rejoindre sous la douche pour t'rouler une pelle." signala t-il tout en baissant les lunettes de toilette pour s'asseoir dessus. C'était mieux qu'à même le sol "Elle a pas l'air farouche c'te nana, en parlant d'ça. Ca s'passe bien avec elle ? J'espère qu'Nora t'harcèles pas trop avec ça."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Jeu 20 Juin 2013 - 18:26

Erïka avait tout fait pour changer de vie. Maintenant, on pouvait dire qu’elle avait réussis, ou presque. Si on oubliait le fait qu’elle ne pouvait plus approcher son petit ami, tout était parfait. Elle avait une famille formidable sur qui elle pouvait compter, ce qui incluait également sa sœur qui lui tapait tant sur les nerfs, parfois. Elle aimait un homme merveilleux qui l’aimait tout autant en retour. Elle avait des animaux de compagnies adorables, des amis aussi fous qu’elle et un avenir resplendissant qui l’attendait. Elle voyait le futur se dessiner peu à peu devant elle. Elle avait des espoirs, des ambitions, des rêves. Elle comptait bien les voir se réaliser, un jour.
 
-« Je ne regrette pas la vie que j’ai aujourd’hui, tout comme je ne regrette pas d’avoir rencontré Bobby. C’est à cause d’un connard qu’on a pu faire connaissance, mais au moins ça en aura valu la peine. Je me vois dans le futur avec lui… Enfin… je ne sais pas jusqu’où, mais j’espère que nous resterons longtemps ensemble. Je ne vois pas une fin à notre histoire. C’est un peu comme toi et Amy. »
 
Erïka était tombée sur l’homme parfait. Eleonnora habitait avec la femme de ses rêves. William allait se marier avec celle qu’il aimait plus que tout. Il ne restait plus qu’Alexïs. Un jour, il trouvera chaussure à son pied. Pour l’instant, il fréquentait une amie de sa sœur sans pour autant sortir avec elle. Cependant, il n’était pas très doué en la matière. Il avait besoin des conseils d’un homme. Pas d’Eleonnora. Elle connaissait peut-être certaines choses sur les femmes, mais ce n’était pas ce qu’il fallait au jeune homme. Il avait plutôt besoin des sages paroles de William. Il saura aider son frère et répondre à ses questions. Cependant, Will affirmait qu’Eleonnora était tout de même un mec. Elle possédait simplement un corps de femme.
 
-« Une méga paire de seins, des talons aiguilles, du maquillage à profusion et des robes atrocement courtes. T’appelle ça un homme ? Quel homme porterait ça ? Elle est trop féminine pour être un homme. »
 
Au moins, pour clore certaines conversations, Erïka avait un véritable don. En fait, elle se mettait simplement à parler de sa vie intime avec Bobby. Aussitôt, Will faisait la sourde d’oreille et tentait par tous les moyens de ne rien entendre. C’était assez amusant à voir. Elle pensait qu’il en aurait assez. Eh bien non. Tout comme Eleonnora, il questionnait la jeune femme afin de savoir si Bobby était bleu de partout. Elle soupira, lui proposant de lui décrire tout ce qu’il avait dans le pantalon, s’il le voulait. Cela réussis facilement à convaincre le rouquin d’abandonner et de ne pas poser davantage de questions à ce sujet. Il ne connaitra pas la réponse.
 
-« Ce genre de chose ? Tu veux dire, ma vie sexuelle, non ? Ça ne te tuera pas de le dire, tu sais. Au moins, toi tu ne sais pas quand on le fait et tu n’as pas d’images étranges en tête en nous entendant. Je n’aurais jamais de chambre à côté de la vôtre. » Elle lui fit un petit sourire taquin. « Ça va avec Nora. On s’envoie promener, on s’énerve. On fait comme des sœurs, quoi. Elle sait être sympa… lorsqu’elle n’est pas en train de se vanter ou de parler de sexe. Autant dire presque jamais. »
 
Même Will semblait mieux s’entendre avec Rosy. Il ne tarda pas à courir avec elle dans tout l’appartement afin de récupérer son cache-œil. Il eut de la chance de ne pas le retrouver en morceaux. Anieta prit soin de le remettre en bon état, le levant puis le séchant. Pendant ce temps, l’adolescente replaça le rideau de douche à l’aide de son frère. Ce dernier prenait un malin plaisir à lui rappeler certains souvenirs d’enfance qu’elle aurait vraiment souhaité oublier. Elle avait honte d’avoir, un jour, fait une pièce de théâtre ridicule vêtue d’un costume de tomate. Et dire que Will connaissait maintenant cette histoire. Et s’il la racontait à Bobby ? Il ne valait mieux pas. Heureusement, il ne pouvait pas l’approcher pour une durée indéterminée. Voilà le seul bon côté qu’elle arrivait à trouver à cette situation.
 
-« J’ai vraiment peur de ce que tu aurais pu faire pour me faire honte. Au moins, maintenant, je suis assez futée pour savoir me défendre contre les frères dans ton genre. »
 
Une fois que Will eu retrouvé son cache-œil, la petite famille décida de faire une promenade. Au départ, ce fut Erïka qui marchait aux côtés de Rosy, tenant fermement sa laisse. Elle passa le relai à son frère lorsqu’ils furent à proximité d’un parc pour les chiens… dans lequel il s’aventura comme un pauvre innocent. Il savait ce qu’il y avait dans cet endroit ? Il ne tarda pas à le découvrir lorsqu’un chien s’approcha un peu trop près d’eux. En un rien de temps, le rouquin se retrouva dans un arbre, Rosy dans les bras. Le chien inconnu, quant à lui, ne tarda pas à être sifflé par son maitre. Il dégagea bien rapidement. Erïka s’approcha de l’arbre dans lequel était perché son frère.
 
Lorsqu’il descendit de l’arbre, Will quitta bien rapidement le parc. Il n’avait pas envie de rester en ces lieux plus longtemps. Qui sait si d’autres chiens n’allaient pas venir à sa rencontre ? Il préférait éviter cela. L’adolescente n’avait jamais compris pourquoi il avait décidé d’entrer dans cet endroit. Elle ne l’avait pas forcé, il l’avait fait de lui-même, ce qui était très étonnant.

 
-« Pourquoi tu es entré dans ce parc ? »
 
Après avoir rejoint Anieta, ils reprirent leur balade. La vieille femme s’inquiétait du teint pâle du rouquin et souhaitait s’assurer que tout allait bien. Elle n’avait pas envie de le voir faire un malaise ou quoi que ce soit dans le genre. Pourtant, Will lui assurait que ça allait aller. Il comptait continuer de promener Rosy. Par contre, il était maintenant sûr et certain de ne jamais pouvoir aimer les chiens.
 
-« Il te faut du temps pour les apprivoiser. Ça va aller. »
 
Au bout d’un petit moment, Rosy s’installa pour faire ses besoins sur la chaussée. Will ne remarquait pas qu’il allait bientôt voir ses chaussures mouillées s’il ne s’éloignait pas. Comme la gentille petite sœur qu’elle était, Erïka le lui fit remarquer. Aussitôt, le rouquin fit un bond en arrière, s’éloignant de cette flaque d’urine tout en jurant. Il avait bien raison, il n’était pas un poteau…
 
-« Un poteau ? Non. Une tartine, si. »
 
Au cours de leur balade, ils croisèrent Alexïs. Le jeune homme revenait des égouts et se dirigeait vers sa voiture afin de rentrer se doucher. Cependant, Erïka avait une meilleure idée. Il n’avait qu’à se rendre chez leur grand-mère afin d’y prendre sa douche. Il pourra, par la suite, passer le reste de la journée avec eux. Il accepta et se dirigea vers l’appartement de leur grand-mère. Quelques minutes plus tard, cette dernière était de retour dans son logement, en compagnie de William et Erïka. Cette dernière décida d’aider sa grand-mère à préparer le repas, dans la cuisine.
 
Pendant ce temps, Will entra dans la salle de bain, refermant la porte derrière lui. Alexïs se trouvait dans la douche, le rideau tiré. Il sursauta lorsqu’il entendit quelqu’un entrer. Il ne tarda pas à deviner de qui il s’agissait. Il ne se serait pas attendu à ce que le rouquin vienne le rejoindre. Ce dernier le rassura tout de suite : il n’allait pas entrer dans la douche pour imiter une certaine Irina. Comment était-il au courant ? Eleonnora lui en avait parlé ? C’était ce qu’il croyait, s’il se fiait aux paroles de son frère. Un peu mal à l’aise, Alexïs échappa accidentellement sa bouteille de shampoing qui lui glissa des mains. Il la ramassa presque aussitôt.

 
-« Comment… que… Eleonnora t’as raconté cette histoire ? On… Nous ne sommes que des amis. Elle… elle est entreprenante, mais… Je ne sais pas quoi penser de tout cela. Eleonnora a tenté de me conseiller lorsque je lui en ai parlé, l’autre jour. J’en suis ressorti encore plus mélangé. Je ne sais pas quoi penser de tout cela… Je ne suis même pas certain de ce que je peux ressentir pour Irina. Je… je l’aime bien, mais je ne crois pas que cela puisse être comparable à l’amour. Nous nous entendons bien, nous discutons beaucoup ensemble. Elle ne semble pas être ce genre de fille, au premier regard, mais elle est cultivée et très intelligente. Elle n’est pas gênée de dire ce qu’elle pense, non plus. Un peu comme Erïka. Je dois avouer qu’Irina est une très jolie jeune femme… »
 
Pendant ce temps, Erïka coupait des légumes afin de préparer une salade, dans la cuisine. Anieta était occupée, devant les fourneaux. Elle discutait calmement avec sa petite fille. Cette dernière semblait perdue dans ses pensées, comme si quelque chose la tracassait. Quelque chose n’allait pas ? C’était ce qu’elle voulait savoir.
 
[color=violet-« Tout se passe bien avec Robert ? » [/color]
-« Pourquoi ça n’irait pas ? Il est formidable. Je l’aime beaucoup. »
-« Je me demandais, simplement, si quelque chose te tracassait. Tu ne sembles pas dans ton assiette. »
-« J’ai attrapé une grippe, il n’y a pas longtemps. »
[color=violet-« Ça ne doit pas toujours être facile d’être près d’une personne à la peau si froide, non ? »[/color]
-« Ça va. Tu me connais, j’adore tout ce qui est froid et me rappelle l’hiver. »
-« Oui, je m’en souviens. Ton grand-père devait te poursuivre à travers le jardin pour arriver à t’attraper et te forcer à rentrer à la maison. C’était encore pire lorsqu’il fallait te mettre ton manteau. »
-« J’étais douée pour désobéir, avant. »
 
Elle continuait de couper ses légumes pendant qu’Anieta cherchait quelque chose dans le réfrigérateur. Elle vint s’installer aux côtés de sa petite fille, devant le comptoir, afin de lui poser une question un peu personne. Elle s’était sûrement inquiétée trop rapidement, mais elle voulait être certaine que tout allait bien. Erïka était doué pour éviter de répondre aux questions qui ne lui plaisaient pas vraiment .Elle avait tendance à toujours garder un petit jardin secret autour d’elle.
 
-« Je voulais savoir si tout allait bien parce que tu ne sembles pas dans ton assiette. Pas seulement aujourd’hui. Ça dure depuis un moment à ce que j’ai cru comprendre. Peut-être qu’il se serait passé quelque chose avec Robert. Tu n’es pas enceinte, j’espère ? »
 
-« QUOI !? Non ! Je ne suis pas enceinte ! » S’exclama Erïka. Sous le coup de la surprise elle échappa son couteau sur la plancher à découper. Elle prit une bonne respiration, consciente qu’elle avait parlé un peu fort. Elle reprit, d’une voix plus douce. « Ne me fais plus peur comme ça, grand-mère. Ne t’en fais pas. Je te jure que je ne suis pas enceinte. Ça n’arrivera pas avant longtemps, je peux te le garantir. »
-« Me voilà rassurée. » Elle lui sourit puis retourna à ses fourneaux.

Erïka termina la préparation de la salade et déposa le plat sur la table. Elle aperçut Rosy, couchée sur le canapé et alla la rejoindre. Rien de mieux qu’un animal de compagnie pour se remonter le moral. Si la jeune femme avait eu le choix, elle aurait préféré découvrir qu’elle était enceinte plutôt que d’être éloignée, peut-être à jamais, de celui qu’elle aimait. Malheureusement, elle n’avait pas ce choix. Elle devait se contenter de câliner Rosy en espérant que tout finira par s’arranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Ven 21 Juin 2013 - 13:16

C'était assez étrange d'entendre Erïka parler de son couple de la sorte. Il y a encore peu de temps, elle criait haut et fort qu'elle n'avait besoin de personne et qu'être en couple était loin d'être une priorité. Elle était même persuadée que personne n'arriverait à la supporter. Elle se trompait. Et à présent qu'elle avait trouvé celui qu'il lui fallait, elle ne se voyait plus sans. C'était plutôt touchant mais Will espérait que cette situation ne la ferait pas trop souffrir. Si Bobby était incapable de redevenir humain, il craignait de ne jamais voir l'état de sa soeur s'arranger. Mais vu la façon dont elle en parlait, elle gardait espoir. C'était le plus important. Elle comparait même leur histoire à celle que le rouquin entretenait avec sa future femme. Au moins, il pouvait être sûr qu'elle prenait ça très à coeur.

"Vivre avec des r'grets ça sert à rien d'toute façon. On fait nos choix, c'est comme ça. Sûr que j'me verrais jamais avec une aut' femme qu'Amy. C'est elle et personne d'autre. Tant qu'tout va bien ent' toi et Bobby, y a aucune raison qu'vous soyez séparés. Même avec la merde actuelle. Des épreuves, vous en aurez d'autres. C'est comme ça la vie d'couple. Mais tant qu't'as confiance en lui, tout ira bien. Tu vois, j'pensais pas qu'il y aurait un mec assez bien pour toi... mais on dirait que j'me suis gourré."

Et il était rare qu'il reconnaisse s'être trompé, surtout comme un sujet comme celui-là. Tout le monde ou presque avait trouvé chaussure à son pied dans la famille Davidoff. Il ne restait qu'Alexïs mais Will n'était pas tellement surpris qu'il soit célibataire. Bien qu'il soit l'exemple du petit ami parfait, il était... un peu trop lui. Pas assez entreprenant, trop transparent, trop gentil. Il allait finir par se faire bouffer s'il tombait sur la mauvaise personne. Pourtant, il méritait son bonheur comme tout le monde. En tout cas, ce n'était certainement pas avec les conseils d'Eleonnora qu'il allait le trouver. Si la russe était une femme exceptionnelle, elle n'en restait pas moins de très mauvais conseils pour un débutant comme Alexïs. Erïka vint confirmer ce que pensait Will de la situation. Sa soeur était un peu trop perverse pour aiguiller correctement son frère. Pourtant, ses conseils étaient sans doute plus pertinents que ceux des filles... car aux yeux du rouquin, Eleonnora était un mec. Erïka n'était pas d'accord sur le sujet, lui rappelant certains éléments indiscutables qui prouvaient qu'elle était bel et bien une femme.

"J'te parle pas d'l'apparence... Pour ça, sûr qu'c'est une femme ! Elle f'rait craquer n'importe quel mec, elle sait très bien s'mettre en valeur et elle adore ça. Mais moi j'te parle en comportement. Ouais ok elle aime le shopping, c'genre de trucs... Mais n'empêche que si j'ferme les yeux quand j'cause avec elle... bah j'ai juste l'impression d'être avec un mec. Et c'pas juste parce qu'elle aime les femmes hein. Ta soeur, c'mon meilleur pote."

Cependant, s'il y avait bien un truc sur lequel ils n'étaient pas d'accord, c'était la vie sexuelle d'Erïka. Autant Eleonnora voulait savoir le moindre détail, autant Will ne voulait absolument rien savoir. Pour lui, sa petite soeur resterait pure et innocente. Il ne s'imaginait pas la savoir faire quoique ce soit, c'était trop pour lui. Moins il en savait, mieux ce serait. Mais la jeune femme semblait s'en amuser, enfonçant un peu le couteau dans la plaie. Elle ajouta même que contrairement à elle, lui ignorait quand elle couchait avec son petit ami. Encore heureux tiens. Le seul point positif à ce qu'elle disait était le fait qu'elle ne s'entendait pas si mal avec sa soeur... ou presque. Au moins, elles ne se détestaient pas même si elles se chamaillaient souvent. Avec leurs caractères respectifs, rien d'étonnant.

"Non ça va pas m'tuer mais j'veux rien savoir, pitié... Dis tout d'suite qu'on fait du bruit ! On y peut rien si t'es sensible des oreilles hein... S'tu veux, je t'enverrais un message pour t'prévenir la prochaine fois... comme ça, tu mettras tes boules quies ! Hmm... J'avais pas l'souv'nir qu'des soeurs s'disputaient tout l'temps moi. Toi et moi on s'dispute presque pas. C'parce que j'suis pas une nana p't'être ?"

Même s'ils se disputaient rarement, Erïka adorait embêter son grand-frère. La preuve, elle venait de lui coller Rosy dans les pattes pour lui apprendre à apprivoiser sa peur. Ce n'était pas gagné... Mais après une course poursuite avec le chien, Will n'était déjà plus réticent à le toucher. C'était déjà ça. Puisqu'Erïka avait osé se moquer de lui, le rouquin se vengea en lui rappelant quelque chose de ridicule. Il regrettait de ne pas avoir fait parti de la famille plus tôt afin de pouvoir voir sa soeur dans des situations toutes plus ridicules les unes que les autres. Elle estimait cependant être désormais assez grande pour faire en sorte de ne plus avoir à subir ce qu'il pourrait lui faire.

"Ca veut dire quoi ça hmm ? Genre j'suis un frère tyrannique ? C'toi l'tyran ! Rappelle moi qui vient d'me coller un chien dans les basques ??"

Mais au moins, Will n'avait plus tellement peur de Rosy. Cela dit, plus il en était éloigné, mieux il se portait. Ca ne l'empêcha pas de se diriger vers un parc remplis de canidés, laisse à la main. Il aurait tout à fait pu passer son chemin et ne pas s'y laisser trainer par Rosy mais le rouquin avait une certaine fierté et il ne voulait pas passer pour un trouillard. C'était un peu loupé puisqu'il eut vite fait de grimper à un arbre pour se tenir à distance d'un chien un peu trop collant. Une fois descendu, Erïka lui demanda pourquoi il avait fait quelque chose d'aussi stupide. La fierté rendait con parfois, elle devait en savoir quelque chose...

"Parce que Rosy voulait y aller. J'avais pas peur d'y aller !"

Pas peur, c'était vite dit. Son teint pâle parlait pour lui. Même Anieta l'avait remarqué mais le rouquin essayait de faire bonne figure. Ce n'était jamais simple d'être mis face à quelque chose d'effrayant. Le mutant espérait simplement que la balade ne s'éterniserait pas. C'était mal parti puisque Rosy faisait un arrêt sans raison. En fait, il n'avait pas vu qu'elle faisait ses besoins. Erïka le prévint juste à temps. Jurant, Will rappela au chien qu'il n'était pas un poteau. Mais aux yeux de la russe, il était une tartine.

"Chuuuuuuuuuuut ! Lui dis pas ça sinon elle va encore m'lécher la face ! J'suis pas comestible !"

Par chance, ils croisèrent Alexïs, ce qui écourta la promenade. Il était temps de rentrer pour y retrouver le jeune homme qui avait grand besoin d'une bonne douche. De retour à l'appartement, Will laissa les filles à la cuisine pour aller rejoindre le mutant sous sa douche. Enfin pas sous sa douche hein mais dans la même pièce... bande de pervers. Assis sur les toilettes, Will le taquinait à propos d'Irina. Nul doute qu'Alexïs allait se trouver mal à l'aise mais le rouquin ne comptait pas faire comme Eleonnora. D'ailleurs, ce fut elle qui fut évoquée la première. Comme quoi, il lui en avait vraiment parlé... volontairement ou non. Il confia néanmoins ce qu'il pensait de la situation, pas vraiment sûr de lui. Will avait l'impression qu'il cherchait à se justifier alors qu'il n'y avait pas vraiment de raisons. Les bras croisés derrière la nuque, appuyé contre les toilettes, le rouquin secouait légèrement la tête en osant pas imaginer ce qu'Eleonnora avait bien pu lui conseiller.

"Nan, c'pas Nora. C'est Rika en fait. Qui l'sait d'Irina elle-même. C'est bavard les filles quand c'est bourré... Les filles adorent causer d'ce genre de trucs, crois moi. Ecoute pas trop c'que peut t'dire Nora, malgré son comportement d'mec, elle reste une femme. Puis c't'une vraie obsédée. J'suis sûr qu'elle t'a dit d'penser à rien et d'lui sauter d'ssus, d'profiter, nan ? Ce s'rait bien son genre. C'est fou quand même... T'peux pas fréquenter une nana sans qu'tout l'monde pense qu'tu vas forcément t'foutre avec. C'ta vie, tu fais bien c'que tu veux, personne t'oblige à rien hein. Mais du peu qu't'en dis, t'as quand même l'air d'bien l'apprécier c'te fille. Laisse toi l'temps d'la découvrir mieux qu'ça. Puis si elle est si entreprenante bah... sois tu mets les choses au clair avec elle si ça t'met mal à l'aise... Dire... j'sais pas, qu't'as pas envie d'gâcher les choses entre vous. Ou sinon, bah tu profites. Elle a pas l'air farouche comme nana alors bon, ça coûte rien d'se laisser aller. Ca fait longtemps qu't'es plus en couple, non ?"

Mais pendant qu'ils discutaient, Will entendit Erïka s'exclamer depuis la cuisine. Même avec la porte fermée, il l'avait entendue. Et il n'aimait pas ce qu'il entendait. Dans un sens, c'était une bonne nouvelle, mais d'un autre côté, pourquoi Anieta lui posait une question pareille ? Enfin, il n'avait pas entendu la question mais il la devinait facilement. Y avait-il certaines choses dont il n'était pas au courant ? Partagé entre le fait d'aller voir ce qu'il se passait et de rester avec Alexïs, Will décida purement et simplement de faire les deux. Se dédoublant, il resta dans la salle de bain et en sortit pour se rendre à la cuisine, l'air de rien. Il jeta un coup d'oeil suspicieux à l'adolescente alors qu'il s'approchait.

"Hmm. B'soin d'un coup d'main ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Sam 22 Juin 2013 - 6:45

Erïka avait du mal à tisser des liens avec les gens. Cependant, lorsqu’elle le faisait, ces liens devenaient très puissants. Elle tenait beaucoup à sa relation avec Bobby. Elle espérait qu’il puisse redevenir normal afin qu’ils vivent une belle relation. Qui sait ce qui se passera dans le futur ? Elle ne se voyait pas avec un autre homme que lui. Elle sentait qu’elle avait trouvé la bonne personne. Elle était persuadée d’être tombée sur celui qui lui était destiné. Même Will avouait s’être trompé quant au choix de petit ami de sa petite sœur. Il avoua qu’il n’aurait jamais cru qu’elle pourrait tomber sur un homme assez bien pour elle. Pourtant, elle l’avait déniché et filait le parfait amour avec lui.

-« Tu le trouverais toujours aussi bien s’il décidait de m’épouser, un jour ? Tu imagines ? Moi ? Mariée ? Peut-être que ça arrivera, qui sait… »

Alexïs était le seul Davidoff encore célibataire. Il n’avait pas de projets de mariage comme ses frères et sœurs. Il n’avait toujours pas trouvé la bonne personne. Eleonnora tentait de le conseiller, mais ce n’était peut-être pas la mieux placée pour cela. En fait, ce rôle revenait plutôt à Will. Il était un homme et le courant passait bien entre eux deux. Il devait aider son frère afin qu’il puisse arriver à trouver la bonne personne pour lui. Et puis, le rouquin était toujours de bon conseil.

-« Elle est aussi obsédée qu’un mec, ça c’est clair. En fait, pas étonnant que vous arriviez à vous entendre. C’est bien… si c’est ta meilleure pote… mais j’aurais toujours une place plus importante qu’elle, n’est-ce pas ? »

Erïka avait toujours cette petite pointe de jalousie envers sa sœur. Il n’était pas question qu’elle lui vole son frère ou devienne bien plus importante à ses yeux qu’elle. L’adolescente cherchait à s’en assurer. Personne ne pouvait lui voler son frère. Elle tenait à cette relation d’amitié qu’ils entretenaient. Ils ne parlaient peut-être pas de sexe ou de voiture comme le faisait Eleonnora, mais ils avaient bien d’autres points communs. De toute façon, Erïka n’avait pas envie de partager les détails de sa vie intime avec qui que ce soit. Cela convenait très bien à Will. Il ne voulait rien entendre à ce sujet. Déjà que sa petite sœur l’embêtait sur sa propre vie sexuelle car elle avait l’ouïe un peu trop fine… Quoi qu’il en soit, la jeune femme trouvait que les choses étaient bien comme elles étaient. Ce n’était pas la peine de tout se dire. Il y avait des choses qui devaient restées privées. Cependant, ça, Eleonnora ne le comprenait pas toujours, ce qui provoquait souvent des disputes.

-« Nous, on ne se disputent pas, parce que tu ne fais pas tout en ton pouvoir pour me faire chier. Voilà. »

Ils ne se disputaient peut-être pas, mais ils s’embêtaient. D’ailleurs, Will prenait un malin plaisir à faire honte à sa petite sœur en lui rappelant des souvenirs qu’elle aurait bien voulu oublier. Par chance, personne d’autre, mis à part sa grand-mère, n’était là pour entendre cela.  Erïka disait qu’elle savait tout de même comment arriver à combattre les frères tyranniques dans le genre de Wililam. Cependant, ce n’était pas lui le véritable tyran.

-« Je ne suis pas tyrannique. Je faisais ça pour ton bien. Ça a fonctionné, en plus ! »

Et puis, il fallait avouer que Will cherchait parfois les ennuis sans que sa petite sœur n’ait à lever le petit doigt. La preuve était là. Le rouquin, malgré sa peur des chiens, était entré dans un parc leur étant destiné. Il n’avait pas tardé à se retrouver dans un arbre, effrayé par un cabot qui jappait un peu trop. Lorsque sa sœur lui demanda pourquoi il avait fait ça, il affirma qu’il n’avait pas peur et qu’il avait seulement suivit Rosy. Erïka soupira.

-« T’as de la chance que j’ai plus besoin de me droguer à l’aspirine pour m’empêcher d’avoir mal au crâne. »

Poursuivant leur promenade, ils ne s’arrêtèrent qu’au moment où Rosy décida de faire ses besoins. William évita de justesse de se faire uriner dessus. Un peu plus et il servait de borne d’incendie. Pourtant, il n’y ressemblait pas du tout. Ni à un poteau, d’ailleurs. En fait, il ressemblait à une tartine, comme le disait sa petite sœur. Bien sûr, Will niait le tout. Il n’avait pas envie que le petit chien décide de lui lécher de nouveau le visage en entendant ces mots.

-« C’est mal de nier sa vraie nature. »

Avant de rentrer à l’appartement, ils croisèrent Alexïs. Puisque ce dernier avait grand besoin d’une douche, il se rendit chez sa grand-mère, dont le logement était bien plus près que le sien. Cela laissa le temps à Anieta de terminer la promenade de Rosy. Elle s’installa, par la suite, dans la cuisine, en compagnie d’Erïka, afin de préparer le repas. Pendant ce temps, les deux hommes pouvaient discuter entre eux. Alexïs était dans la douche, dissimulé par le rideau, tandis que Will était assis sur les toilettes. Leur conversation tournait principalement autour des problèmes de cœur d’Alexïs, qui ne savait pas trop où il en était. Pour que son frère soit au courant de l’histoire avec Irina, quelqu’un devait lui en avoir glissé un mot. Il songea tout de suite à sa grande-sœur, la seule à qui il en avait parlé. Par contre, il ignorait que les filles bavardaient temps et qu’Erïka finirait par être mise au courant de cela par son amie.

Eleonnora était une vraie obsédée, ça il pouvait le confirmer. Elle était plutôt du genre à penser aux relations physique plutôt qu’aux sentiments. En fait, elle avait longuement parlé des avantages d’avoir une amitié particulière avec une autre personne. C’était tous les avantages d’un couple sans les désavantages. Il devait en profiter et bondir sur Irina pendant qu’il le pouvait, elle se laisserait certainement faire. Cependant, ce n’était pas le genre d’Alexïs de faire ça.


-« Je dois avouer qu’elle est très portée sur les relations sexuelles. Elle m’a effectivement conseillé d’être plus intime avec elle. C’est vrai qu’Irina ne me laisse pas indifférent, mais je ne suis pas certain que cela soit la meilleure chose à faire. J’aime bien passer du temps avec elle, je n’ai pas besoin de ça… Tout le monde espère que nous devenions un couple, mais je ne sais pas si cela sera possible. Je n’ai pas envie de répéter mon expérience précédente lorsque j’étais en couple. Je suis très exigent avec moi-même en ce qui concerne mes études. Je suis le premier de la classe et je tente de faire en sorte que les choses restent ainsi. J’étudie beaucoup, sans parler de mon travail et du temps passé chez les Morlocks. Dans tout cela, je n’avais que peu de temps pour ma petite amie de l’époque… Je ne souhaite pas que cela se produise avec Irina. Pour l’instant, je préfère garder mon train de vie habituel et voir comment les choses évoluent avec elle. Cela ne fait que depuis cet automne que je suis célibataire, je ne vais pas en mourir. »

Alexïs avait pratiquement terminé sa douche. Cependant, il prenait tout son temps afin de pouvoir discuter avec Will. Il avait d’autres questions à lui poser. Beaucoup trop pour le peu de temps qu’il avait. C’était pour cette raison qu’il ne se contentait que de l’essentiel. Il lui posa une question qui lui brûlait les lèvres. Une question à laquelle il n’avait jamais trouvé de réponse.

-« Dis-moi… Comment sais-tu que tu es amoureux ? »

Pendant ce temps, Anieta discutait avec sa petite-fille dans la cuisine. Elle lui posait quelques questions afin de savoir comment elle allait, s’il y avait un problème dans sa vie. Au bout d’un moment, elle lui demanda carrément si elle était enceinte. Erïka sursauta. Pourquoi une telle question ? Elle s’exclama aussitôt qu’elle n’était pas enceinte. Cela rassura Anieta. Pourquoi poser une telle question ? La jeune femme se le demandait. Elle termina sa tâche et se dirigea vers le salon. Elle en profita pour poser, à son tour, une question à sa grand-mère.

-« Si jamais je tombais enceinte, tu crois que je ferais une bonne mère ? »
-« J’en suis sûre. Tu es encore jeune, tu as beaucoup à apprendre avant. Je suis sûre que le jour où ça arrivera, tu seras prête à devenir mère et à donner à tes enfants tout l’amour dont ils ont besoin. »
-« Tu crois que Will tuerait Bobby si ça arrivait ? »
-« Non, pas du tout. Il est protecteur envers toi, mais pas à ce point-là. Tu sais qu’il est toujours un peu soupe au lait lorsque l’on aborde ce genre de sujet, mais je suis certaine qu’il… »

Elle s’arrêta en voyant William entrer dans la pièce. Elle lui sourit. La conversation était close. Puisque le rouquin était là, prêt à proposer son aide, la vieille femme en profita pour lui demander un petit service. Erïka semblait bien occupée à câliner Rosy, il valait mieux les laisser tranquilles.

-« Pourrais-tu mettre la table, William ? Le repas est presque prêt. »

Lorsqu’il fut prêt, elle posa les plats sur la table. Erïka vint aussitôt prendre place. Peu de temps après, Alexïs, complétement propre et changé vint les rejoindre. Une fois tout le monde assis à la table, ils commencèrent à manger. Il y a longtemps qu’il n’avait pas pris un repas en famille, comme cela. C’était le genre de moment qui n’arrivait pas très souvent, alors autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Lun 24 Juin 2013 - 10:12

Will était protecteur. Un peu trop parfois, surtout en ce qui concernait sa petite soeur. Vu ce qu'elle avait vécu par le passé et vu son caractère, il estimait qu'aucun garçon ne serait assez bien pour elle. Il fallait reconnaitre que les jeunes de son âge n'étaient pas du genre très stable et passaient de filles en filles. Le rouquin savait que la russe avait du mal à s'attacher aux gens mais lorsqu'elle le faisait, c'était pour de bon. Toute rupture serait une terrible épreuve pour elle et Will ne voyait pas qui pourrait lui offrir une relation stable sans craindre de devoir dégommer quelques têtes pour la venger par la suite. Mais Bobby était le mec idéal pour elle malgré ses multiples relations passées. Will s'était méfié de lui au départ, il avait tout de suite mis les choses au clair, il l'attendait au tournant. Mais il n'avait jamais rien fait qui aurait pu être suspect. Bobby était un type bien et même maintenant Will l'avouait. Par contre, s'il décidait d'épouser Erïka un jour, serait-ce une bonne chose ? Assurément.

"J'trouv'rais qu'c'était l'mec qu'il t'fallait. Peu d'mecs veulent s'marier, ils préfèrent hmm... butiner de filles en filles. L'mariage, c'est un peu comme dire qu'tu touch'ras plus jamais personne d'autre qu'cette personne. Alors s'il te d'mande en mariage, ouais, j'le trouv'rais parfait pour toi. Vous allez bien ensemble. Et j'vois pas pourquoi tu doutes qu'ça t'arriv'ra un jour. Entre nous, tu trouves qu'j'ai la tronche d'un marié, hmm ?"

Un jour, ils seraient tous mariés, c'était certain. Même Alexïs, même Eleonnora. Enfin sauf si Alexïs écoutait les conseils de sa grande-soeur... car celle-ci était loin d'être de bon conseil dans des cas comme celui-là. Will le savait très bien, après tout, il la connaissait bien. Il savait comment elle était et aimait passer du temps avec mais question vie sentimentale, ce n'était pas vraiment ça. Avec elle, tout tournait toujours autour du sexe. Nul doute que ce n'était pas la façon d'être d'Alexïs. 
Mais ce qui surprenait le plus Will dans le discours d'Erïka, c'était sa question. Elle voulait savoir qu'elle resterait plus importante aux yeux du rouquin qu'Eleonnora.

"Roh, on est pas tous obsédés hein. Prend ton frère par exemple... j'doute qu'il le soit. Puis r'garde, j'ai pas touché à Amy avant longtemps non ? C'qu'on fait ensemble, c'est c'que j'ferais avec un mec tu vois ? Quoique, sur certaines choses, non mais... enfin bref. Quoiqu'il en soit, t'resteras t'jours ma p'tite soeur adorée. T'en doutes ? Ta soeur c'est ta soeur. Toi c'est toi. C'pas parce qu'vous êtes d'la même famille que j'dois vous comparer. T'sais bien que j'ferais tout pour toi, t'as ma totale confiance Rika." assura t-il en la prenant dans ses bras

Mais ce n'était pas pour autant qu'il était prêt à tout entendre. Autant entendre la vie sexuelle d'Eleonnora ne le dérangeait pas. Autant celle d'Erïka... si. C'était sans doute dû à leur différence d'âge et au fait qu'à ses yeux, Erïka resterait toujours sa petite soeur innocente et associable. L'imaginer faire ce genre de choses lui donnait des frissons. Eleonnora, elle, désirait tout savoir, questionnant sans cesse sa soeur, ce qui provoquait souvent des disputes. Will et Erïka ne se disputaient que très rarement et l'adolescente estima que c'était parce qu'il ne la cherchait pas sans cesse. Il n'avait aucune raison de le faire et pour appuyer ce qu'il pensait, il l'embrassa sur le crâne.

Mais malgré cette attention, cela n'empêcha pas Erïka de coller Rosy dans la baignoire où c'était réfugié le courageux rouquin. Ils n'allaient pas se disputer pour ça mais le rouquin avait eu la peur de sa vie... Bien qu'elle n'avait pas duré longtemps puisque c'était lui qui courait après le chien pour récupérer son cache-oeil. D'après Erïka, c'était pour son bien mais il en doutait, la comparant à un tyran. Qui torturait volontairement sa famille, soit disant pour son bien ?

"Si j'me pisse d'ssus, ce s'ra aussi pour mon bien, hmm ? T'sais que j'déteste ça... M'forcer c'pas la meilleure solution."

Mais malgré ce qu'il disait, il s'était forcé à suivre Rosy alors qu'elle se rendait dans un parc rempli de chiens. Un jour, sa fierté le perdrait. Erïka se demandait d'ailleurs ce qui lui avait pris de se rendre dans le parc. Il n'osait pas avouer que c'était par fierté mais c'était tout comme. Il ne voulait pas montrer qu'il avait peur devant sa propre famille. Même si elles le savaient mieux que lui au final... Erïka lui reprocha de mentir, faisant référence à ses maux de tête lorsque quelqu'un mentait. Il ne mentait pas ! Enfin... pas trop. Il essayait de se convaincre lui-même.

"Pourquoi tu m'as filé la laisse aussi hein ??"

Changement de sujet... check ! Lui mettre la faute sur le dos était une façon comme une autre de ne pas reconnaitre ses torts. Mais à force de parler, Will ne vit pas Rosy s'apprêter à uriner sur son pied. L'adolescente eut la gentillesse de le prévenir. Le rouquin ne se trouvait pas similaire à un poteau et Erïka le seconda... pour ajouter qu'il était une tartine et non un poteau. Merci le soutien familial. Will nia la comparaison mais Erïka le taquina à nouveau.

"J'suis un mouniche si tu veux. Un ornithorynque obèse si tu veux... Mais pas une putain d'tartine !"

S'il était une tartine, alors Alexïs était une chaussette sale. Car vu l'odeur qu'il dégageait lorsqu'ils le croisèrent, on ne pouvait pas le comparer à quelque chose qui sentait bon. Pour remédier à ça, direction l'appartement d'Anieta pour une bonne douche. Bien que Will n'avait rien à faire dans la salle de bain, il rejoignit Alexïs afin de lui parler un peu, entre mecs. Will savait qu'Eleonnora lui avait sans doute donné de mauvais conseils. Il était temps de réparer ça !

Le questionnant un peu, le rouquin voulait savoir ce que lui pensait de la situation. Car entendre l'avis des filles était bien différent... Alexïs expliqua qu'il n'était pas certain d'être prêt à s'engager dans une histoire de couple à nouveau, qu'il ne savait même pas ce qu'il pouvait ressentir pour Irina. Pour Will, rien ne pressait. Après tout, il avait mis longtemps à réaliser qu'il aimait Amy. En fait, Alexïs ne voulait surtout pas réitérer son expérience amoureuse passée. C'était compréhensible et rien ne lui interdisait de prendre son temps.

"Ca m'étonne pas. Si on l'écoutait, tout s'résumerait à une relation sexuelle. J'te jure ! La personne qu'tu dois écouter, c'est juste toi-même. Si t'as des envies, suis les mais l'fait pas parce que quelqu'un t'as conseillé d'le faire. J'sais pas comment c'était avec ton ancienne copine mais y a pas une loi qui t'force à t'remettre en couple hein. Ca s'trouve, c'est juste une pote pour toi, rien d'plus. Ou alors une amie avec des avantages... M'enfin bref. Rien n'sert de presser les choses. S'tu trouves qu'elle va un peu vite, dis lui. L'important, c'est qu'tu sois honnête avec elle, sinon elle aura l'impression qu'tu t'fous d'sa gueule. Et comme tu dis, rien t'oblige à être en couple. J'l'ai jamais été avant mes 24 ans, j'en suis pas mort non plus."

Alexïs posa alors une question à laquelle Will ne s'attendait pas. Plutôt donc que de répondre du tac au tac, il prit le temps de réfléchir. Etait-il la bonne personne pour répondre à ça ? Il se remémorait son expérience avec Amy et réalisait comme il avait été long à la détente. Il n'avait pas compris tout de suite qu'il l'aimait. Mais leur relation avait été un peu particulière il fallait dire.

"C'pas facile à cerner comme sentiment... J'ai mis longtemps à capter qu'j'étais amoureux tu sais. En fait, j'pense qu'ma peur d'perdre Amy si j'voulais dépasser le stade de l'amitié m'a bloqué et empêché d'voir plus tôt que j'l'aimais. Si t'es amoureux, tu l'sauras bien assez tôt. Ca saute pas forcément aux yeux mais tu finiras par comprendre. J'pense qu'c'est différent pour tout l'monde mais... si la personne te manque, si tu la trouves idéal, qu'tout te ramène à elle, que tu n'désires que passer plus de temps avec... bah pour moi, c'est d'jà d'bons indices. On aime pas tous d'la même façon mais une chose est sûre : on veut juste passer plus d'temps avec c'te personne. On lui trouve des qualités qu'les autres n'ont pas.. elle est unique. Mais bon, ça reste mon avis hein."

Le cri d'exclamation d'Erïka coupa court à la conversation. Mais plutôt que de quitter la salle de bain, Will se dédoubla afin de pouvoir rester avec Alexïs et continuer de lui répondre. Pendant ce temps, il rejoignait les deux filles en cuisine qui continuaient de discuter du problème. Will arriva, l'air de rien, bien qu'il regardait sa petite soeur de travers. Sans rien ajouter, il obéit à Anieta et commença à mettre la table. Il espérait bien qu'Erïka n'aurait pas d'enfants avant... avant très longtemps. La table mise, il se tourna vers les russes.

"On mange quoi ? J'ai genre super faim. J'pense qu'la peu... la prom'nade m'a ouvert l'appétit ! T'as faim Rika ? Pas trop, j'espère..." fit-il en faisant référence au fait que les femmes enceintes mangeaient beaucoup

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Mar 2 Juil 2013 - 3:14

Certaines personnes disaient que chacun était lié à quelqu’un d’autre. Il était possible de trouver la personne pour qui ont était réellement destinée. Une personne qui saurait nous comprendre autant que nous la comprenons. Une personne qui sera toujours là, même dans l’adversité. Une personne qui nous aimera jusqu’à la fin de temps…

Erïka avait trouvé cette personne. Elle en était persuadée. Elle le sentait tout au fond d’elle. Au départ, elle avait eu peur. Elle avait douté. Elle s’était questionnée. Finalement, elle avait laissé les choses aller. Elle avait appris à connaitre et à aimer. Elle avait su s’ouvrir et ne l’avait pas regretté. Elle avait trouvé la personne parfaite. Parfaite pour elle. Elle ne voulait plus s’en séparer. Lorsqu’elle regardait Will et Amy, un couple de la rue qui allait maintenant se dire oui au son des cloches, elle se disait que tout était possible. Leur amour avait survécu à tout. Ils s’étaient trouvés. Ils étaient destinés l’un à l’autre. Erïka se retrouvait maintenant face à une dure épreuve face à laquelle son couple pourrait ne pas survivre. Si Bobby et elle arrivaient à survivre à tout cela et à se retrouver, comme avant, cela sera-t-il un signe ? Cela démontrera-t-il que leur amour était bien plus fort qu’ils ne le pensaient ?


-« Franchement, t’as pas la tête d’un mec qui va se marier. Ça ne t’empêche pas de le faire. Je ne tiens pas spécialement à me marier, mais… Ce serait en quelque sorte la preuve qu’il tient vraiment à moi et qu’il veut réellement passer sa vie avec moi. »

Un jour, ce sera le tour d’Eleonnora. Elle finira par épouser celle qu’elle aimait. Ensuite, viendra le tour d’Alexïs. Il côtoyait des filles, beaucoup de filles, mais il n’avait eu qu’une seule petite amie, jusqu’à présent. Il n’était pas pressé d’être en couple. Il priorisait ses études et le temps passé avec les Morlocks avant tout. Un jour, il rencontrera la bonne femme. Le temps n’était pas venu. À moins que si ? Personne ne le savait. Il fallait laisser aller les choses et espérer qu’il soit heureux dans tout cela. C’était l’important.
Eleonnora ne pouvait pas vraiment lui donner de conseils sur l’amour. Elle n’était pas la plus douée pour aider le cas d’Alexïs. S’il y avait bien une personne qu’elle pouvait conseiller, c’était William. Ils s’entendaient à merveille. Ils étaient comme deux meilleurs amis qui parlaient de femmes et de voitures. Il n’y avait pas de gêne entre eux. Ce n’était pas pour autant qu’il négligeait Erïka. Elle ne devait jamais douter de lui.


-« En fait, plus tu te tiens avec ma sœur, plus j’ai l’impression qu’elle déteint sur toi. Je ne doute pas de la confiance que tu peux me porter. Je ne doute pas de toi. Ma sœur prend soin de toi et vous vous entendez bien, c’est ce qui compte. En fait, si j’ai l’impression que t’as changé, c’est peut-être parce que tu peux te permettre de montrer certains aspects de ta personnalités que tu ne m’aurais pas montré en temps normal. C’est une bonne chose. Je n’ai pas envie de t’entendre parler de ta vie sexuelle. »

Si Eleonnora prenait soin de Will en lui achetant des vêtements, en lui payant des repas au restaurant et on le traitant comme un petit prince, Erïka avait une autre façon de s’en occuper. Elle était taquine et aimait jouer. Elle était tout aussi chiante qu’une véritable petite sœur. Elle ne s’était pas gênée pour tenter d’aider Will à apprivoiser Rosy en lui mettant le chien dans les pattes. Ce n’était pas la meilleure façon d’agir. Cependant, il ne fallait pas trop en espérer d’elle. Elle n’était pas très douée pour la compréhension et le tact. Cela se voyait bien. Le pauvre rouquin en faisait les frais.

-« Je ne vois pas comment tu vas apprivoiser Rosy si tu passes ton temps à la fuir. Par contre, pour l'incontinence, il y a les couches. »

Jusqu’à présent, la petite Rosy s’était montrée bien innocente. Il n’y avait aucune raison pour que Will en ait peur. Elle était bien sage, bien calme et ne demandait qu’à être câlinée. Elle ne courait pas. Elle marchait calmement dans la rue alors qu’elle profitait de sa promenade. La jeune femme avait laissé Will prendre la laisse, pensant qu’il allait continuer la balade avec le petit chien. Il décida plutôt d’entrer dans le parc à chien. Ce fut une mauvaise idée. Il la regretta bien rapidement. Même Erïka se demandait pourquoi il avait décidé d’entrer dans ce parc. Elle n’aurait jamais cru qu’il le ferait réellement. Visiblement, il avait eu trop de fierté pour empêcher Rosy d’entrer dans ce parc. Maintenant, il accusait Erïka de lui avoir laissé la laisse.

-« Je te la laissais pour que tu puisses l’apprivoiser et voir à quel point elle est docile. Ce n’est pas ma faute si tu es entré dans ce parc. »

Rosy était docile et très sage, certes, mais elle évaluait mal les distances entre ce qui se trouvait autour d’elle au moment de faire pipi. Les chaussures de Will en furent pratiquement les victimes. Il évita de justesse la flaque qui prenait de l’expansion. Il n’était pas une borne fontaine, ni même un lampadaire. Il était une tartine, selon Erïka. Cela ne faisait pas l’affaire du rouquin.

-« Tu préfères être un ornithorynque obèse ? Une tartine c’est mieux, non ? »

Ce qui était mieux que tout était d’être un homme amoureux. C’était un merveilleux sentiment. Pourquoi Alexïs ne pourrait-il pas en être victime, lui aussi ? William était là pour l’aider, le guider et répondre à ses interrogations. Ses sœurs n’étaient pas les mieux placées en la matière. Il lui fallait un véritable avis masculin et les conseils d’un homme sans seins, de préférence. Will parlait selon son expérience. Il tentait de le guider, mais pas de lui dire quoi faire. Il n’y avait qu’Alexïs pour savoir ce qui était le mieux pour lui. Il devait mettre un frein à ce qui n’allait pas et poursuivre dans la direction qui lui plaisait.

-« Je crois que je préfère prendre mon temps. Rien ne presse, nous sommes encore jeunes. Je me fis peut-être un peu trop aux conseils et aux avis des autres. Au final, je ne sais plus quoi faire. Je ne sais comment reconnaitre l’amour. »

C’était un autre de ses problèmes. Comment savoir que c’était la bonne personne ? Comment savoir s’il ressentait un fort sentiment amoureux envers une femme ? Impossible de le savoir. Erïka l’avait su tout de suite. Elle avait ressenti quelque chose qu’elle n’avait jamais éprouvé auparavant. Eleonnora, elle, avait connu ce fort sentiment pendant des années avant d’avouer ses sentiments à Evelynn. William avait pris beaucoup de temps à réaliser qu’il aimait sa fiancée. Si Alexïs prenait tout son temps et écoutait son cœur, peut-être découvrira-t-il qu’il était amoureux ? Il ne savait pas reconnaitre les signes, mais William lui parlait par expérience. Cela éclairait l’esprit du jeune homme. Avec ces précieux conseils, il allait peut-être arriver à mettre un peu d’ordre dans son esprit… et son cœur.

-« Merci pour tes conseils. J’arrive à me reconnaitre dans certaines situations que tu as énumérées. Je préfère prendre mon temps et attendre. J’aime beaucoup cette jeune femme. Je préfère poursuivre ma relation d’amitié avec elle, pour l’instant. Ainsi, cela me laissera le temps de parler à mon cœur et mettre au clair mes sentiments. »

Pendant ce temps, Erïka et sa grand-mère discutait dans la cuisine. William ne tarda pas à venir les rejoindre. Il mit la table, comme le lui demandait Anieta. Peu de temps après, Alexïs quittait la salle de bain, fraichement lavé et portant des vêtements propres. Il vint le rejoindre à la table, suivit d’Erïka qui délaissa Rosy avant de quitter le canapé. Elle avait faim, très faim. Cela ne signifiait pas pour autant qu’elle était enceinte.

-« J’ai très faim. Mais je mange toujours pour une seule personne. »

Après le repas, tout le monde aida à débarrasser la table, laver la vaisselle et ranger le tout dans la cuisine. Il était temps pour Erïka de retourner à l’institut. Elle avait envie de s’installer confortablement dans son lit et de se reposer dans un bon épisode de Dexter. Elle n’était pas d’humeur à socialiser, ces temps-ci. Elle préférait rentrer. Peut-être passera-t-elle le reste de la journée avec Will, qui sait ? Elle décidera une fois à l’institut. Alexïs, quant à lui, restait avec Anieta. Il ne l’avait pas vue depuis un moment et il voyait là une bonne occasion de discuter avec elle et de prendre de ses nouvelles.  

La jeune femme ramassa ses affaires et salua tout le monde avant de quitter l’appartement. Au moment où Will s’apprêtait à faire la même chose, Rosy vint poser ses pattes sur sa jambe, le regardant comme si elle attendait qu’il la flatte. Anieta ne tarda pas à récupérer le petit chien afin que Will puisse partir en toute quiétude.
Lorsqu’il fut à l’extérieur, Erïka l’observa, bien assise sur la moto de Bobby, casque en main. Elle l’enfila, mais releva la visière afin de pouvoir lui parler.


-« Le dernier arrivé est un Mouniche doublé d’une tartine obèse. »

Elle abaissa la visière de son casque puis démarra. Elle n’avait pas l’intention de faire la course. De toute façon, ce n’était pas très juste, elle était partie à l’avance. Elle avait simplement envie de s’amuser et d’embêter son frère une fois à l’institut. En fait, il valait peut-être mieux qu’elle passe la journée avec lui afin de se changer les idées. Elle allait se montrer plus gentille avec lui. Enfin… cela signifiait seulement qu’elle ne lui fera plus de sales coups pour le reste de la journée. Filant sur les routes de New-York, Erïka comptait bien se vider un peu l’esprit et  tenter de se remémorer les sages paroles de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   Dim 21 Juil 2013 - 14:10

On disait souvent que les hommes ne voulaient pas se marier, que c'était un truc de femmes. Sans doute parce que la masse populaire supposait que les hommes préféraient ne pas s'engager histoire d'avoir une porte de sortie à tout moment. Se marier signifiait passer sa vie avec cette femme-ci et personne d'autre, possiblement avoir des enfants avec, développer une famille... Bref, c'était une sacrée responsabilité. Mais tout ça convenait parfaitement à Will. La preuve, c'est lui qui avait demandé Amy en mariage. Et il savait que personne ne remplirait cette fonction mieux que l'italienne.

"J'ai pas non plus la gueule d'un type qui bosse pour Emma Frost. Et pourtant... Comme quoi ça veut rien dire. J'suis sûr qu's'il te d'mandait en mariage un jour, tu s'rais bien heureuse, pour quelqu'un qui tient pas à s'marier hmm." fit-il avec un fin sourire

A vrai dire, Will ne voyait Erïka avec personne d'autre que Bobby. Peut-être parce qu'il ne l'avait jamais vue avec un autre garçon... En tout cas, ils formaient un beau couple et leur lien semblait solide, impossible à détruire. Mais ça, seul l'avenir pouvait confirmer si oui ou non, ils resteront ensemble. Pour l'heure, les plus proches à se marier après Will étaient Eleonnora et Evelynn. Le rouquin ignorait si c'était à l'ordre du jour ou non mais il savait bien que c'était ce qu'Eleonnora avait en tête et il voyait mal Evelynn refuser. Le dernier de la liste était clairement Alexïs qui était célibataire et pas prêt de se remettre en couple. Enfin ça, c'était ce que croyait Will. Eleonnora essayait de lui arranger un coup mais vu la façon d'être d'Alexïs, elle n'allait sûrement que lui apporter des problèmes. La russe était un peu trop penchée sur le sexe. Will aussi d'après Erïka, surtout depuis qu'il trainait avec Eleonnora. Le rouquin ne trouvait pas ça très juste mais il préféra s'attarder sur la suite de la phrase plutôt que sur ça.

Erïka semblait douter d'elle-même vis-à-vis de ce que Will pouvait penser d'elle. C'était clairement un peu de jalousie mais le rouquin ne le voyait même pas. Il se demandait surtout pourquoi elle s'inquiétait de ce qu'il pouvait ressentir à son propos. Erïka lui affirmait qu'il avait changé mais ce n'était pas non plus un reproche. Tout le monde changeait, non ? Elle aussi avait beaucoup évolué depuis quelques temps.


"Baaaah... Elle est cool ta frangine. P't'être que j'ai changé, j'sais pas. Mais c'qui a pas changé, c'est l'amour que j'te porte, Rika. Elle et toi, vous êtes bien différentes mais ça m'empêche pas d'vous apprécier à vot' juste valeur. Alors t'inquiète, tu sauras rien d'ma vie sexuelle. Ca tombe bien parce que j'me voyais mal t'en parler en fait... Oh et j'me pass'rais bien d'la tienne aussi ! Laisse moi encore penser qu'ma p'tite soeur et pure et innocente, tu veux..."

Pure et innocente... Il était loin du compte. Erïka n'était plus cette gamine qu'il avait connue quelques années plus tôt. Elle avait bien changé mais une chose restait constante chez elle... Elle passait son temps à taquiner le rouquin, débordant d'imagination lorsqu'il s'agissait de le torturer d'une façon ou d'une autre. Aujourd'hui encore, elle avait fait preuve de créativité en lui donnant la laisse du chien. Elle voulait absolument qu'il apprivoise Rosy même s'il détestait ces animaux. Plus facile à dire qu'à faire... surtout avec ses méthodes.

"P't'être. Et pour l'idiotie, on fait pas encore de patchs, dommage, t'en aurais b'soin espèce de nouille ! C'pas en m'foutant les j'tons que j'vais l'apprivoiser ! Laisse moi l'temps, tu veux..."

Puisque Will avait failli finir comme un vulgaire poteau à pisse, Erïka lui rappela sa fonction de tartine. Le rouquin protesta, se donnant d'autres surnoms tout aussi ridicules mais qu'il préférait à celui-là. Elle ne voyait pas trop pourquoi il préférait les autres. S'il préférait ne pas être une tartine, il y avait une raison...

"Ouais. Au moins j'aurais un capital "mignon" contrair'ment à la tartine... Et comme ça, ça t'fait pas un prétexte pour m'étaler tout et n'importe quoi sur la tronche !"

Pour l'heure, celui qui étalait quelque chose, c'était Alexïs, sous sa douche avec son savon. Will l'avait rejoins dans la pièce pour lui parler, estimant qu'il valait mieux qu'ils parlent entre hommes. Bien qu'il ne voulait pas lui dire quoi faire, le rouquin se renseignait sur ce que pensait le jumeau d'Erïka. Visiblement, il ne savait pas trop quoi penser de la situation actuelle, plus perdu qu'autre chose. Ce n'était pas tellement étonnant vu que tout le monde semblait le presser pour rien.

"T'as bien raison. C'pas comme si y avait une date limite. C'qui doit arriver arriv'ra et puis voilà, peu importe le temps qu'ça prend. Amour ou pas, c'est à toi d'décider comment tu veux qu'votre relation évolue. Mais c'ta vie Alex', pas celle des autres. C'est à toi d'faire les choix. On s'ra t'jours là pour t'conseiller si jamais tu doutes mais oublie pas c'que tu ressens, toi."

En fait, Alexïs ignorait comment savoir s'il était amoureux ou non. N'avait-il pas aimé sa précédente petite amie ? Il fallait croire que non puisqu'il posait la question. Will était chanceux puisqu'il n'avait toujours aimé qu'une personne et pas qu'un peu. Il décrivit donc le processus qui l'avait amené à réaliser qu'il était amoureux de la femme qui partageait sa vie depuis plusieurs années. Il avait mis le temps à le comprendre mais ça n'avait pas été plus mal. Alexïs aussi avait droit de prendre son temps. Faisant part de son expérience, le rouquin était content d'entendre que ses histoires parlaient au russe.

"Quoiqu'tu fasses, te forces jamais, c'pas la solution. N'fais pas semblant. Mentir aux aut', c'est t'mentir à toi-même. Si c'pas la bonne alors c'pas la bonne. Y en a plein des femmes sur Terre. Aie pas peur des conséquences, juste... vis ta vie."

Alors que Will discutait avec Alexïs, Anieta discutait avec Erïka. Et une partie de leur conversation arriva jusqu'aux oreilles du rouquin. Pas étonnant vu comment la russe cria soudainement. Le mutant se dédoubla pour être sur tous les fronts et ainsi pouvoir surveiller la discussion entre les deux femmes. Le sujet l'intéressait et il était méfiant. Arrivant comme si de rien n'était dans la cuisine, il lança un regard suspicieux à sa soeur. Effectuant ce que lui demandait Anieta, il lui envoya un message subliminal mais il n'était pas certain qu'elle l'ait compris.

"J'suis même pas sûr qu'tu sois capable d'grossir, même si tu t'forçais..."


Le repas se déroula dans la bonne humeur et chacun mis la main à la pâte lorsqu'il fut l'heure de tout ranger. Puisqu'Erïka allait rentrer à l'Institut, Will fit de même. Il s'approcha pour saluer Alexïs et Anieta mais Rosy fit obstacle. Appuyée contre sa jambe, elle l'empêchait d'avancer. Non pas que son poids était gênant mais le rouquin s'était stoppé, incapable de bouger. Il regardait le chien sans trop savoir ce qu'il était censé faire. Au moins, l'envie de donner un coup de pied au chien lui était passée mais ce n'était pas pour autant qu'il allait se jeter sur elle pour lui faire un câlin. Anieta intervint pour faire cesser ce staring contest et le rouquin pu saluer tout le monde avant de sortir. Dehors, Erïka l'attendait, assise sur la moto de Bobby. Il avait à peine atteint sa voiture qu'elle lui lança un défi et démarra aussitôt.

"Si j'le suis d'jà, ça compte ?"

Mais Erïka était déjà partie. Jouant le jeu, le rouquin sauta dans sa voiture et démarra aussitôt. Il fit de son mieux pour rejoindre l'Institut au plus vite mais le trafic ne jouait pas en sa faveur. Avoir une moto était définitivement de la triche...  





Terminé

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau Compagnon [PV William]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouveau Compagnon [PV William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un nouveau compagnon de route
» Un nouveau compagnon... [Libre]
» E3 2012 - SWTOR
» Chez Léo : Un nouveau compagnon { Privé & En cours.
» Un nouveau compagnon ? - PV Alba.♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers :: Appartement d'Anieta McGowen-