X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Corvées Forcées [Pv Haron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Sam 1 Juin 2013 - 23:47

Quelle heure était-il ? Midi. Déjà midi. Erïka avait dormi comme une bûche et n’avait jamais entendu le bruit de son réveil. Elle était en retard, mais son esprit endormi s’en fichait bien. Elle avait envie d’être de nouveau bercée dans les bras de Morphée et d’oublier cette journée qui, elle l’espérait, pourrait passer à la vitesse de la lumière. Cependant, elle savait qu’elle n’avait pas le choix. Elle était dans les ennuis, il valait mieux éviter d’en rajouter davantage en étant en retard. Ah, et puis ce n’était pas si grave. Elle était déjà en retard.

Erïka prit tout son temps pour se préparer. Short court, t-shirt, un peu de maquillage pour cacher ses cernes – bien que les traits au crayon noir autour de ses yeux ne faisaient que lui donner davantage l’air de raton laveur, et elle était prête. Elle s’assura que ses cochons d’inde avaient quelque chose à manger avant de quitter sa chambre. Cassandra ne s’y trouvait pas, ce qui, vu l’heure, n’était pas étonnant. Elle devait être au travail. D’ailleurs, c’était quoi son travail ?

Une fois qu’elle eut descendu le grand escalier menant au rez-de-chaussée, Erïka s’avança tel un zombie dans les couloirs, sans trop savoir où se rendre. Elle avait oublié cette partie-là. Ce fut un Scott frustré qui le lui rappela lorsqu’il la croisa. Il lui reprocha d’être en retard à sa corvée, en plus de l’engueuler de nouveau pour ses conneries de la veille. À moitié endormie, se fichant bien de ce qu’il disait de toute façon, l’adolescente répondait par monosyllabes. Ça va, elle avait compris. Elle avait encore fait des conneries.

Afin de mieux comprendre pourquoi Erïka se retrouvait encore dans le pétrin, il valait mieux retourner quelques heures en arrière. Il était passé minuit lorsque Scott trouva Erïka ainsi qu’une de ses amies, bouteille de vodka à la main. Ce n’était jamais une bonne idée de boire au sein de l’institut. L’adolescente était d’humeur dépressive depuis qu’elle peinait à approcher son petit ami. Autant dire qu’elle passait ses journées enfermée et qu’elle se sentait toujours aussi malheureuse lorsqu’elle posait les pieds tout près de la chambre froide. Elle perdait espoir de pouvoir l’approcher de nouveau, jour après jour. C’est là qu’intervint son amie Irina. On pouvait la décrire ainsi : adolescente de dix-sept ans marginale et rebelle qui adore faire la fête et désobéir aux adultes. Était-ce étonnant que tout cela se soit mal terminé ? Les deux jeunes filles avaient bien bu. Irina avait terminé la soirée complétement saoule à déblatérer les pires conneries de ce monde sous les rires d’Erïka. Elles faisaient du bruit, elles faisaient des bêtises à l’extérieur… jusqu’à ce que Scott leur tombe dessus. Elles auraient pu obéir et aller se coucher, si Erïka ne l’avait pas envoyé balader et si Irina s’était retenue de lui proposer un joint. Résultat de tout cela, les deux filles étaient punies dès le lendemain. Scott leur avait trouvé du boulot. Bien évidemment, il était hors de question de mettre les deux filles dans la même pièce. Erïka se retrouvait donc dans la salle d’art, obligée de nettoyer les restes d’une guerre de peinture qui s’était produite entre quelques résidents.

En pénétrant dans la pièce, Erïka eut la grande chance d’apercevoir tous les produits ménagers dont elle aura besoin afin d’accomplir sa tâche. Elle n’avait pas très envie de travailler, mais n’avait pas le choix. Avec de la chance, cela lui permettra de penser à autre chose. Puisque Scott l’avait enfin lâchée pour aller embêter quelqu’un d’autre dans une autre partie de l’institut, elle attrapa un seau d’eau qu’elle traina un peu plus loin dans la pièce. Elle passa près d’un élève qui lui disait vaguement quelque chose.


-« Hey. »

D’une voix morne, zombifiée, Erïka passa près de lui en lui jetant à peine un regard. Elle posa le seau sur le sol, attrapa un linge et se mit à nettoyer la peinture sur les murs. Ce n’était peut-être pas la méthode la plus efficace, mais elle s’en fichait. La peinture quittait peu à peu la paroi, c’était ce qui comptait.
Alors qu’elle se perdait dans ses pensées, elle réalisa qui était ce jeune homme qu’elle avait salué – si on pouvait appeler cela une salutation – en passant à ses côtés. Elle se tourna en sa direction et l’observa un instant afin de confirmer que c’était bel et bien la personne qu’elle croyait. Il était encore à l’institut, lui ?


-« T’es pas le mec qui a tenté de me balancer un rocher à la gueule ? » Elle se tut, l’espace de deux secondes, puis reporta son attention sur le mur. «  En fait, laisse tomber, j’en ai rien à foutre. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 2 Juin 2013 - 0:50

C'est finalement à se demander si Haron ne cherche pas réellement les embrouille, oui vous l'aurez compris, encore une fois le jeune bagarreur avait fait des siennes et cette fois il s'était fait récolter sur la fin. Alors, oui il était de corvée à la salle d'art pour nettoyer une sorte de paint-ball sans les armes à peinture, mais au final cela ne le gêna pas réellement, on pouvait presque dire qu'il n'en avait strictement rien à foutre, il espérait même y croiser Colossus avec de la chance. Alors, oui Haron faisait des bêtise déjà à la base, mais avec l'histoire de l'incident de l'attaque on aurait pu espérer qu'il se calme, c'était le cas, mais au final on peut à présent dire qu'il aimait trop se rebeller sans arrêt et faire ce que bon lui semblait. Revenons à la soirée précédente, il faut voir aussi pourquoi et comment il en est arrivé là.

C'était une autre de ses nuits où Haron aimait sortir et aller en boite de nuit pour s'amuser, faire la fête, boire et autre plaisir de fêtard affirmé, mais il semblait que pour ce coup-ci il ait prit une voiture qui ne lui appartenait pas, celle d'un certain Scott, que de plaisir que de s'acharner sur l'une des personnes les plus désagréables aux yeux du jeune mutant hooligan. Il avait commencé par aller en boite de nuit et il fallait l'avouer il y avait une sacrée ambiance, surtout que ce n'était pas une boite tout à fait commune... Le genre de boite qu'Haron est sûr d'aimer, mais il semblait qu'Haron n'ait pas encore terminé sa soirée et décide de mener le vice encore plus loin, il trouva justement l'une de ses conquêtes, étant polygame, il la prit sous le bras afin de lui faire faire un tour en voiture en ville, au final il fit un arrêt au niveau de central park, assez loin de tout regard indiscret et.... Non... Non vous n'aurez aucune description de ce qui se passa par la suite, le reste de la soirée étant hautement pornographique, par conséquent vous n'en saurez pas plus que ça.

Le rendez-vous se termina enfin et autant dire que tout cela avait de quoi rendre le jeune mutant heureux pour la journée à suivre, cependant en rentrant et bien... Disons qu'il semblait être prêt à se faire cueillir sur place,, sa seule réaction sur l'instant fut d'avoir une expression extrêmement blasée et prononcer juste deux mots.

- Et merde.

Nous en somme donc déjà au lendemain, prenant son temps dans le lit, il profitait de son lit avec une incroyable flemmardise, un grand sourire sur les lèvres, heureux de sa soirée et d'avoir pourri l'humeur de Scott pour la journée. Scott vint le cueillir dans son lit. Soupirant il se leva, ignorant à moitié Scott, il remarqua que son camarade de chambre Alex n'était plus là, vu l'heure c'était à peu près logique, Haron ayant prit son temps, il fut guidé vers la salle d'art. Bien qu'il avait pour ordre de nettoyer la salle, il décida d'attendre la venue de "l'autre condamné", puisque apparemment quelqu'un d'autre avait merdé durant la soirée précédente, comme quoi il n'était pas le seul rebelle de l'institut. En attendant il se mit à s'amuser avec les objets qui lui tombaient sous la main, des pinceaux et quelques pots de peinture, aussitôt il se mit à tapoter sur les couvercles en suivant le rythme de quelque musique de métal.

Au bout d'une bonne petite trentaine de minutes, Haron vit débarquer quelqu'un, sur le coup il ne la reconnut pas immédiatement, il avait encore un écouteur dans l'oreille et était avant tout dans son petit délire, il ne chantait actuellement plus, mais tapotait sur ses pots, avant de finalement s'arrêter, il se leva en regardant la fille d'un air interrogé, en effet d'un seul coup les morceaux semblait se recoller, elle lui disait quelque chose et surtout, ce fut elle qui lui rafraichit la mémoire d'un seul coup. En effet c'était la jolie blondinette qu'il avait envoyé valdinguer le jour de l'incident.

- How... Oui.. J'te reconnais maintenant... Hem... Désolé pour cette nuit là, je voulais pas faire tout ça...

Puis il attrapa son éponge qu'il imbiba, prêt à commencer à nettoyer la peinture puis il eut un déclic, il regarda la jeune femme d'un air dubitatif et put en déduire en effet qu'elle n'avait pas mit de produit sur le linge, il le lui présenta avec un grand sourire aux lèvres, un grand sourire de garçon déconneur.

- Hé Zombie girl... ça serait mieux avec l'éponge gratounette... Imbibé de produit non ? Parce que tu vas passer la journée sur ta tâche dans ce cas la.

Puis il regarda autour de lui avant de s'approcher de la porte de la salle pour l'entrouvrir un instant, en effet Scott n'était plus là, comme quoi, il y avait largement champ libre pour prendre son temps et s'amuser un peu, il revint vers la jeune russe, il continua de nettoyer un peu quand même et demanda à Erika tranquillement.

- Hey, sinon plus sérieusement, t'as fait quoi pour finir ici? Vu l'humeur de Scott on dirait que je suis pas le seul à prendre plaisir à l'emmerder celui-la.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 2 Juin 2013 - 4:00

Erïka n’était pas une fêtarde, loin de là. Elle préférait passer ses soirées avec ses proches plutôt que de courir les boites de nuit. Elle n’aimait pas plus le fait de boire à s’en rendre malade. Déjà, elle n’avait pas besoin de ça. Le seul fait de passer son temps à frôler l’hypothermie dans la pièce où était enfermé son petit ami, dont le pouvoir était devenu hors de contrôle, lui suffisait largement. Par contre, il lui arrivait parfois de boire, comme la veille. Avec son amie, elles avaient fait connaissance avec la sympathique bouteille de vodka qui leur avait bien des fois brûlé la gorge. Si elle avait légèrement perdu ses facultés au cours de cette soirée, elle ne s’était pas enivrée au même point que sa chère amie, devenue complétement saoule. Tout aurait pu bien se terminer si elles n’avaient pas croisé Scott qui ne s’est pas gêné pour les sermonner. Elles ne s’étaient pas gênées pour le faire tourner en bourrique. Voilà le résultat.

Elle se retrouvait, à présent, dans la salle d’art, forcée de nettoyer les bêtises de d’autres mutants sur lesquels les professeurs n’avaient pas mis la main. C’était donc la punition idéale pour la jeune fille chiante et désobéissante qu’elle était. L’adolescente remarqua une chose, lorsqu’elle pénétra dans la pièce : elle n’était pas seule. Visiblement, un autre élève était de corvée… ou il s’amusait bien dans sa tête. Elle n’y prêta pas trop attention et décida de se mettre au travail. Puisque Scott était parti, elle allait enfin pouvoir remplacer ses réprimandes par de la bonne musique.

Saluant brièvement le batteur amateur, elle se mit à frotter une tâche de peinture à l’aide d’un chiffon. Elle n’était pas très présente mentalement, comme si elle venait de perdre son esprit dans un autre monde. De réflexion en réflexion, elle finit de se demander si qui était le jeune homme présent dans la pièce. Il lui disait quelque chose. De fil en aiguille, elle réalisa qu’il était le mutant qui avait attaqué l’institut l’été dernier. Elle aurait pu lui crier dessus, mais depuis le temps que les événements s’étaient déroulés, elle était passée à autre chose. Le professeur Xavier lui avait bien dit, lorsqu’ils avaient parlé de cela, qu’elle ne devait pas se mettre en colère contre ce jeune homme. Tout ce qu’il avait fait avait été contre sa volonté. Il avait été utilisé contre ses semblables. D’ailleurs, il serait judicieux de ne pas revenir sur cette histoire. Enfin, quelqu’un de censé l’aurait fait, mais pas Erïka. Elle le désigna comme étant le jeune homme qui lui avait balancé un rocher par la tête dans le but de la blesser. Ce n’était pas ce qu’il avait désiré, il s’en excusait, maintenant. Bien que la jeune fille avait tendance à être rancunière, à cet instant précis, elle s’en fichait.


-« Ça va, tout le monde a survécu à ça… Une chance que… »

Elle se souvenait parfaitement de ce soir. Elle s’était retrouvée, impuissante, face à une situation qu’elle ne pouvait contrôler. Elle devait protéger une jeune mutante. Une jeune fille qui avait vu l’avenir et prédit cette tragédie, quelques minutes avant qu’elle ne se produise. Cette mutante, Erïka trainait parfois avec elle et l’aidait dans ses devoirs, depuis ce fameux soir. On pouvait dire qu’il n’y avait pas que des mauvais côtés à cette situation. Malgré tout, il aurait pu y avoir des blessés. Will n’avait pas hésité à agir, tête baissée, afin de la protéger et d’empêcher que d’autres résidents ne soient tués. Et ensuite, Bobby était arrivé… C’était grâce à lui qu’ils avaient pu coincer le jeune homme et l’empêcher d’abîmer davantage le manoir et ses résidents. Il avait fait beaucoup, dans cette situation. Grâce à lui, ils avaient pu empêcher le pire jusqu’à l’arrivée des X-Men.
Ce qu’elle pouvait s’ennuyer de sa présence...


-« … une chance que Bobby était là. »

À chaque fois qu’elle pensait à quelque chose, l’image de Bobby lui revenait toujours en tête. Pourquoi cette séparation temporaire lui faisait un tel effet ? Pourquoi était-elle si triste et déprimée ? Elle n’arrivait pas à l’expliquer. La seule raison qu’elle avait était simple : elle était amoureuse de lui.
Perdue dans ses pensées, regardant la tâche de peinture sans vraiment la voir, elle frottait le mur avec le linge qu’elle avait en main. Elle n’avait pas mis de produit et n’avait pas vraiment remarqué, à vrai dire. Ce fut le jeune homme présent dans la pièce qui le lui fit remarquer. Sa voix lui fit instantanément quitter ses pensées. Elle tourna la tête en sa direction. Ah oui, le produit. Elle n’en avait pas mis. Attrapant une bouteille, elle lut l’étiquette. Du produit pour les vitres. Ça allait faire l’affaire. Elle profita du fait que le mutant soit tout près pour l’asperger légèrement du produit, grâce au pulvérisateur de la bouteille, avant de reposer la reposer sur la table où elle l’avait prise, comme si rien n’était.


-« Merci de me rappeler que j’ai la gueule d’un zombie. »

Cette fois, elle imbiba son linge du produit nettoyant pour les murs et se mis à frotter la tâche. Ça partait bien plus facilement, maintenant. Elle observer le mutant s’éloigner, du coin de l’œil. Il faisait quoi ? Tournant légèrement la tête en sa direction, Erïka devina qu’il tentait de savoir si Scott était toujours là ou non. Eh bien non, il était parti jouer les baby-sitters ailleurs. C’était bien mieux ainsi. Déjà que la jeune fille ne le supportait pas en temps normal.

Lorsqu’il revint aux côtés d’Erïka, il lui demanda ce qu’elle avait fait pour se ramasser dans la même situation que lui. S’il savait… D’habitude, on la punissait parce qu’elle passait son temps à se battre et blesser certains élèves. Maintenant, elle était punie parce qu’elle avait un peu trop bu. Son amie et elles étaient mineurs et dans un institut, ce qui n’avait pas aidé à leur cause. Et puis, engueuler Scott et lui proposer un joint n’étaient pas de très bonnes idées non plus.


-« Toi aussi tu fais chier Scott ? Mon amie et moi on a un peu abusé de la vodka, surtout elle… Ça lui a pas plus qu’on boive dans l’institut. Je l’ai envoyé chier. Elle lui a proposé un joint. On est punies. Ce qu’il peut m’énerver avec son petit air supérieur, lui… Comme si sa corvée allait m’empêcher de recommencer. »

Par contre, son partenaire de corvée devait être ici pour une raison précise, lui aussi. Elle se disait qu’il avait dû se battre, vu la réputation qu’il avait à l’institut. Si elle avait eu la réputation, auparavant, de se battre et d’être agressive avec les autres, il devait être bien pire. Il n’aurait pas été étonnant de les voir se battre un jour, même si l’adolescente n’avait aucune chance. Cependant, ça, elle ne voulait pas l’avouer. Elle préférait se montrer forte même si elle allait certainement perdre le combat. Quoi qu’il en soit, les choses avaient changées, avec le temps. Elle avait fini par se calmer. En était-il de même pour lui ?

-« T’as fait quoi, toi ? Tu t’es encore battu ? »

Erïka laissa tomber son linge sur le sol et fouilla dans la poche de son short afin d’en sortir son paquet de cigarette. Jamais elle n’avait réellement réussis à arrêter. Lorsqu’elle était en colère, stressée ou déprimée, elle ressentait le besoin de fumer. Autant dire que cela lui arrivait régulièrement ces derniers temps. Elle s’éloigna et alla ouvrir l’une des fenêtres avant de glisser une cigarette entre ses lèvres. Elle tendit le paquet en direction du jeune homme.

-« Tu fumes ? »

Elle alluma sa cigarette, puis rangea son briquet et jeta son paquet, à présent vide, à la poubelle. Autant en profiter, puisque Scott n’était pas là. Elle n’avait pas le droit de fumer dans le manoir, mais puisque personne n’était là pour la réprimander, elle s’accordait quelques libertés. Après avoir pris une longue bouffée, elle glissa sa cigarette entre ses dents et se remit au nettoyage, s’acharnant sur une nouvelle tâche de peinture. La journée risquait d’être longue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 2 Juin 2013 - 12:04

Haron fut intérieurement rassuré qu'elle ne lui en veuille pas plus que ça, certains autres élèves de l'institut l'évitaient totalement, bon en même temps l'une de ses grandes dernières escapades s'était ébruitée, lorsqu'il était rentré à l'institut les poings taché de sang. Il voulait tenter de s'intégrer bien sûr, même si ses vieilles habitudes revenaient parfois à grand secours de beignes. Enfin il fallait dire que certain cherchaient vraiment les problèmes avec le jeune minotaure caché, la jeune blondinette était un peu froide, mais elle ne semblait pas vraiment désagréable, elle faisait des siennes comme lui, elle ne supportait pas Scott elle non plus, en fait elle semblait avoir certains points communs avec le jeune mutant, peut être de quoi les rapprocher, en amitié bien-sûr. Même Haron était au courant qu'elle était la copine du mutant qui l'avait aidé à reprendre son état normal, donc un peu de tenue, même pour Haron cela aurait été assez vache de tenter de lui piquer sa copine et puis à la réputation assez caractériel de la demoiselle, il voyait bien qu'elle n'était pas comme ses groupies qu'il avait plus ou moins lobotomisés afin de les avoir pour lui seul et faire son petit harem. Sans compter que, même si pas mal de monde était au courant qu'Haron était du genre à coucher de droite à gauche assez souvent, personne n'imaginait à quel point au final, il y a baiseur en série... Et il y a Haron, qui ne peut pas passer une semaine sans avoir eu au moins trois relations sexuelles, sous peine d'être en manque, car oui Haron est un drogué du sexe et d'assez haut niveau d'ailleurs.

Semblant relativement sympathique, elle lui compta les événements qui l'on mené à être punies, une fois son petit compte terminé, Haron éclata de rire tellement ça lui paraissait hilarant, au final avec l'histoire de la voiture, Haron avait donné le coup de grâce, surtout qu'il ne l'avait pas rendue bien propre, ayant roulé dans de la terre légèrement humide. D'un air satisfait, il attrapa sa boucle de ceinture à deux mains pour remonter son pantalon de... Rien du tout, puisque c'était juste un geste d'autosatisfaction.

- Moi? Non, je lui ai juste filé le coup de grâce pour la journée, je me suis barré durant la soirée en boite de nuit... Avec sa caisse, sans son autorisation... En fait sans même lui demander son avis. Je suis rentré dans la soirée et je m'attendais pas à ce qu'on m'attende à l'entrée d'un seul coup. Enfin j'ai rendu Scott de mauvaise humeur donc la journée n'est pas si mauvaise, ha ha. Sinon oui, ch'uis bien d'accord, il se croit meilleur que tout le monde, c'est qu'un gros con de toute manière.

Il y avait de quoi rire pour lui, après tout il aimait embêter les autres, mais oui il s'était calmé, plus de crachat au visage de Ororo, voir même d'insulte relativement dure envers un prof. Puis il vit Erika se diriger vers la fenêtre, lorsqu'elle l'ouvrit elle sortit un paquet de cigarette, il était vrai qu'une clope était toujours relaxant par moment, là-dessus il prit la dernière petite cigarette pour se l'allumer aussi, étant donné qu'ils étaient tranquille, ils pouvaient se faire un petit plaisir.

-Hm, merci oui, pas souvent, mais je fume par moment.

Puis elle retourna à sa tâche, cependant Haron sentit comme une baisse de morale chez la jeune fille, c'était une bonne occasion de faire l'imbécile, il pouvait tenter d'être vraiment sympa et essayer de lui remonter le moral, ça se voyait à des kilomètres que quelque chose n'allait pas avec elle et ayant encore du mal à s'intégrer Haron voulut en profiter pour se rapprocher d'au moins une personne. Aussitôt prêt, il sortit ses cornes de minotaure sans qu'elle le voit, puis à chacune de ses cornes il accrocha deux pots de peinture qu'il se mit à soulever simplement à l'aide des muscles de son cou et bien évidemment, sans utiliser sa force supérieure, sinon c'était pas drôle.

- Hey... Erika regarde, sans les mains et à force humaine.

Il fallait l'avouer, Haron affichait un sourire satisfait mais amusé de la stupidité de son propre acte, il savait que c'était débile, mais c'est ce qui rendait la situation amusante, il fallait savoir rire, ne pas se prendre continuellement au sérieux, d'où les délires d'Haron. Mais on pouvait sentir que même pour Haron qui en tant que simple humain était relativement fort, les deux pots commençaient à peser sur ses cervicales, sachant qu'il s'amusait à tenir sur un seul pied, on voyait bien qu'il avait de plus en plus de mal à garder son équilibre.

- Erf, ça tire un peu quand même.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 2 Juin 2013 - 20:11

Erïka faisait des conneries et devait en assumer les conséquences. Autant elle se fichait bien de ce que Scott pouvait penser d’elle et des punitions qu’il pouvait lui donner afin de la punir de son insolence, autant elle aurait eu la peur de sa vie de tomber sur Emma Frost. Il ne fallait pas croire que c’était parce qu’elle était sa protégée que la télépathe la traitait comme s’ils étaient au pays des Bisounours. Au contraire, Erïka ferait mieux de se tenir à carreau, par moment, car les conséquences pouvaient être terribles. Plus jamais, elle se l’était promis, elle n’embêtera son professeur, de peur de se mériter une nouvelle baffe mentale.

Quoi qu’il en soit, l’adolescente se fichait bien de ce qu’elle avait pu dire à Scott. Elle ne s’en souvenait pas totalement, de toute façon. Lorsqu’elle raconta les événements de la veille au jeune homme présent dans la salle d’art, celui-ci ne put s’empêcher de s’éclaffer. Lorsque l’on n’était pas coincé dans cette situation, il y avait de quoi rire.
Maintenant qu’elle avait révélé ce qui l’avait menée ici, il était temps qu’il en fasse de même. Elle lui retourna la question en songeant qu’il avait pu se battre ou un truc de ce genre. Il était assez doué pour s’attirer des ennuis avec d’autres mutants… un peu comme elle. Cependant, Erïka c’était calmée avec le temps, heureusement.

La jeune fille ne tarda pas à découvrir que son camarade de corvée ne s’était pas gêné pour donner le coup final en ramenant la voiture de Scott qu’il avait empruntée sans autorisation. C’est pour ça qu’il avait continué à les engueuler, la veille ? À un moment, elle s’en souvenait vaguement, ils les avaient accusés, son amie et elle, d’avoir volé sa voiture. Voilà donc qui était le véritable coupable, qui avait fini par se faire attraper.
Malgré tout, un petit sourire apparu sur les lèvres d’Erïka. Elle n’était pas la seule à mener la vie dure à Scott, c’était plutôt amusant.


-« T’es sérieux ? Attend, c’est à cause de toi que je me suis faite accusée ? » Son sourire s’agrandit un peu plus alors qu’elle attrapa la bouteille de nettoyant et en pulvérisa sur le mutant. « Il a passé une partie de la soirée à nous sermonner parce qu’il pensait qu’on avait volé sa caisse ! Bon, ce n’est pas comme si je ne l’avais jamais fait, mais ça, il n’a pas à le savoir… »

Elle reposa la bouteille et porta son attention sur le mur qu’elle nettoyait. Plus rapidement elle terminait, plus rapidement elle pourra retourner à ses occupations, soit, broyer du noir et tenter de faire des devoirs. Il serait peut-être temps qu’elle trouva la motivation de rattraper son retard…
Enfin, quoi qu’il en soit, son sourire disparu peu à peu alors qu’elle se perdait dans l’exécution de sa tâche. Ce n’était pas pour autant qu’elle n’allait pas raconter cette petite histoire à propos de la voiture de Scott. Il y a deux étés, déjà, elle avait passé un après-midi avec Kurt. Ce dernier avait parfois de bonnes idées et, profitant de l’absence de Scott, les deux mutants étaient allés s’amuser avec sa voiture. Elle était dans un sal état, à la fin, mais le mutant n’avait jamais su qui était le véritable auteur de cette bêtise.


-« Une fois, j’ai pris la voiture de Scott pendant qu’il n’était pas là. Le plus drôle dans tout ça était que c’était l’idée d’un autre X-Men. On s’est baladé autour de l’institut et on a couvert sa voiture de boue. C’est sans parler des miettes de biscuits qu’il avait laissé partout sur les sièges. Scott n’avait jamais su que c’était moi. »

La jeune fille laissa tomber sa tâche ménagère afin d’ouvrir la fenêtre. Elle en profita pour s’allumer une cigarette, bien que cela était chose interdite dans le manoir. Elle s’en fichait, personne n’était là pour le lui dire. Elle proposa la dernière cigarette du paquet à l’autre mutant qui accepta sa proposition. Ainsi, elle put jeter son paquet, maintenant vide, à la poubelle. Aussitôt qu’elle eut glissé sa cigarette allumée entre ses lèvres, elle se remit au boulot. Plus vite elle aura terminée, plus vite elle se débarrassera de Scott.

Retournant à son nettoyage, elle tentait de se débarrasser rapidement des tâches de peinture qui ornaient le mur. Elle ne pensait plus vraiment à son camarade de corvées forcées. Elle se concentrait plutôt sur sa punition. Cependant, au bout d’un moment, son attention fut attirée par le jeune homme qui faisait le pitre. D’ailleurs, d’où connaissait-il son nom ? Il avait probablement dû l’entendre quelque part, un truc du genre. Elle ne pensait pas qu’il savait qui elle était. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas ce qui surpris le plus l’adolescente.
En tournant la tête vers lui afin de voir quelle connerie il faisait, elle ne put empêcher un sursaut. Il avait des cornes ? Depuis quand ? Il fallait dire qu’elle ne le connaissait pas vraiment alors ce n’était pas étonnant qu’elle ne soit pas au courant de ce genre de chose. Déjà, si elle arrivait à ce souvenir de ce nom, ce serait un bon début.

-« Oh putain ! D’où tu sors ces trucs ? Je te préviens, si tu te casses la gueule, je ne me gênerais pas pour me moquer ! »

La jeune fille attrapa son nouvel ami, la bouteille de nettoyant et en aspergea légèrement le mutant. Elle s’amusait à l’embêter ainsi. On pouvait même croire qu’elle se mettait à sourire doucement. Enfin, restait à voir si cela était un sourire sincère ou si elle se moquait simplement de lui. Erïka délaissa de nouveau sa bouteille et préféra balancer son chiffon imbibé de produit à la gueule de son camarade.

-« T’as abandonné ta réputation de gros dur pour te recycler en clown ou quoi ? »

Puisqu’elle n’avait plus son chiffon, elle en attrapa un autre et l’imbiba de produit nettoyant pour fenêtres avant d’aller laver ces dernières. Au moins, ce sera une bonne chose de fait. Et puis, c’était toujours moins chiant que de nettoyer les murs.

-« Plutôt que de risquer de mettre encore plus de peinture partout, tu pourrais m’aider à nettoyer. J’ai pas envie de voir Scott rappliquer pour nous faire chier sur notre travail. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 2 Juin 2013 - 22:38

Il n'y avait pas à dire, cette jeune fille était plutôt du genre à ne pas se laisser marcher sur les pieds, en tout cas elle semblait avoir du caractère, alors comme ça elle aussi s'amusait à piquer la voiture de Scott, il y avait pas mal de point commun en effet entre ces deux la. LA jeune fille semblait s'être faite accuser du vol de la voiture, il arrivait parfois que quelqu'un paye pour les bêtise d'un autre, c'était chose courante et il était difficile qu'Haron se sente vraiment coupable lorsque ce genre de choses arrivaient. En tout cas la jeune fille fit quelque chose à laquelle il ne s'attendit pas, il fut aspergé de produit nettoyant, voilà une surprise qui le prit de cours, sur le coup, alors qu'il était prit de cours il fit un bond en arrière pour tenter de se protéger, mais ayant été attaqué à bout portant il prit le produit tout de même sur le poitrail, du moins sur son haut, il se plaint avec un sourire jaune, mais il préféra laisser couler pour ce coup-ci, disons que c'était un retour de flamme, il avait fait mettre la belle jeune mutante en punition, donc elle pouvait se permettre de prendre sa petite revanche.

Lorsqu'elle lui raconta cette histoire de balade en voiture avec un autre X-men, Haron trouvait qu'il y avait de quoi rigoler avec elle, elle avait du tempérament et n'hésitait pas à régler ses comptes ou faire savoir quand elle n'aimait pas quelqu'un, au final pour Haron la journée ne se passait pas si mal que ça, même si au fond de lui il aurait souhaité que la jeune fille soit hors couple, dommage pour lui, il aurait bien voulu passer un moment plus développé, mais bon peut être que la situation n'aurait pas été la même au final.

- Hé hé, comme quoi, la voiture de ce gros naze est assez apprécié, contrairement au proprio. Bon après j'ai parfois pas mal déconné, j'ai fait des saloperies un peu, je pense que j'aurais peut être jamais du cracher au visage de Ororo maintenant que j'y pense, c'est pas comme si elle m'avait fait une grosse crasse.

En effet Haron était certain un rebelle, voir même un petit merdeux aux yeux de certain, mais au fond il était lucide et assez intelligent pour reconnaitre qu'envers certaine personne, il était allé trop loin en ce qui concerne Ororo, il était allé trop loin envers certain élève lorsqu'il laissait ses poings parler, mais il n'était jamais allé aussi loin que durant ces derniers mois, principalement en ville, ou il avait violemment frappé des membres de gang dans la rue, certaine personne qu'il avait envoyé à l'hôpital était même pour certain, des membres de la Confrérie, en effet le jeune mutant avait fait pas mal de grabuge, mais les choses commençait à se calmer avec lui, principalement avec l'arrivée de l'équipe de foot américain dans sa vie.

Alors qu'ils 'amusait à vouloir faire l'idiot avec ses deux pots de peinture et ses cornes, elle l'aspergea à nouveau de produit de nettoyage, cette fois Haron tomba à la renverse, les pot de peinture tombèrent à terre, mais par chance ne déversèrent aucune goutte de peinture et Haron semblait avoir en effet fait un grand bond en arrière, mais bien peu utile, même si cette fois il n'était pas d'accord, n'ayant rien fait de mal, mais une chose le réconforta, elle semblait déjà sourire un peu plus.

- Hey, le premier coup tu méritais ta petite vengeance... Mais la j'ai rien fait, n'empêche ça fait plaisir de te voir sourire, t'avais pas l'air top niveau moral jusque la.

Il se releva, attrapant l'éponge qu'il avait prit en pleine figure à l'instant même et commença à s'occuper d'une des taches sur le mur, en y regardant ça pouvait aller, il n'y avait pas trop de taches de peinture, mais encore assez pour y rester un petit moment. Cependant Haron n'en avait pas finit, un large sourire sur les lèvres dans son coin, il attrapa à son tour le produit de nettoyage à portée de sa main, il s'approcha doucement de la jeune fille et par derrière, il lui tira légèrement le col pour envoyer une salve de produit dans son dos. Un grand sourire aux lèvres plutôt amusé et moqueur.

- Celle-la c'est pour le deuxième tir non mérité et la remarque comme quoi je deviens un clown. Maintenant on est quitte.

Cependant il fit un petit bond en arrière, s'attendant à tous les coups à des représailles, vu le caractère de la jeune fille, elle n'allait surement pas se laisser faire comme ça. Puis au bout d'un petit moment, Haron percuta une table, d'où un magazine tomba, celui-ci semblait être dédié au foot-américain et pour couronner le tout, c'était un numéro dédié à une équipe de nouveau bien spécifique, il s'agissait de l'équipe des "BlackBulls" de New-Yorks. Haron prit le magazine et l'ouvrit, il s'installât sur une table afin de feuilleter un peu le magazine, puis il bloqua sur une page bien spécifique, celle-ci présentait le capitaine de l'équipe, Dany, dans sa tenue de match, plutôt bel homme il affichait toujours ce sourire énigmatique et juste à côté de lui était un autre joueur, un grand garçon aux cheveux longs, affichant un grand sourire menaçant et bestial, Haron se reconnut immédiatement, d'ailleurs juste à côté de lui, marqué en en gros et rouge, il put lire "Haron Karzen, ou le linemen le plus féroce de New Yorks, voir même du prochain tournoi".

Sur l'instant il ne sut trop quoi faire, mais au final, il n'y avait rien de gênant, si Erika s'y intéressait ce serait l'occasion de partager une de ses passions avec elle, sinon et bien... Tant pis. Quoi qu'il en soit il y avait un bel article en ce qui concernait quelques joueurs, même sur lui et le fait que son arrivée sur le terrain coïncidait toujours avec la défaite par forfait des équipes adverses, du au fait qu'il sortait tous les Quarterback adversaire sur blessures grave et fractures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Lun 3 Juin 2013 - 6:48

Erïka avait souvent manqué de respects à ses professeurs. Néanmoins, il y avait toujours des limites qu’elle n’avait jamais franchies. Elle ne souhaitait pas en venir aux poings avec ses instituteurs. Elle préférait les joutes verbales. Et puis, lorsqu’elle se montrait agressive, c’était toujours parce qu’elle avait une raison de le faire, qu’elle soit acceptable, justifiée ou totalement ridicule. À ses yeux, il n’en restait pas moins une raison valable. Elle n’avait jamais posé des gestes aussi irrespectueux que le jeune homme avec qui elle devait faire sa corvée.

-« Ororo est peut-être chiante, parfois, mais elle est pas méchante. Elle est même sympa, parfois. Enfin, c’est pas comme si je la côtoyais vraiment. C’est miss Frost qui s’occupe de mon cas, d’habitude. Quand elle se met en colère, elle est bien plus effrayante que Scott, ça c’est certain. Encore heureux qu’elle ne me soit pas tombée dessus, hier. »

Emma savait se montrer douce… Oui, mais non en fait, elle cachait très bien ce côté d’elle. La majorité du temps, elle adoptait envers Erïka cette attitude de mentor qui se devait d’apprendre tout ce qu’elle savait à sa protégée. Elle devait également lui apprendre à ne plus faire de conneries dans son dos, ce qui n’était pas gagné. L’adolescente avait un troisième don : celui de l’embêter et de la rendre folle. Emma n’était pas trop du genre à montrer ses émotions, mais ses baffes mentales parlaient pour elle. Quoi qu’il en soit, la jeune fille s’estimait chanceuse d’avoir été punie par Scott et non par son institutrice.

Ce qui était fait était fait. Maintenant, Erïka devait en assumer les conséquences. Elle s’était déjà attelée à la tâche, nettoyant les murs tâchés de peinture. Elle ne se gênait pas pour asperger son camarade de corvée avec du produit nettoyant au passage. Il semblait bien aimer faire l’idiot. Il espérait faire quoi ? La faire rire ? Elle n’était pas vraiment d’humeur aujourd’hui. Enfin… c’était ce qu’elle se répétait depuis quelques semaines, déjà. S’il se cassait la gueule, peut-être qu’Erïka sera d’humeur à se moquer de lui, qui sait ?
C’est ce qui se produisit, d’ailleurs. Le jeune homme tomba à la renverse. Cette fois-ci, la jeune fille sourit. Elle le regarda, affalé sur le sol. Plutôt que de l’aider à se lever, elle lui fit remarquer qu’il devrait cesser de faire le clown et venir l’aider à nettoyer cette fichue pièce. Elle lui lança également son chiffon. Elle n’en avait plus besoin pour laver les fenêtres, ayant attrapé un autre linge.

Le jeune homme lui fit remarquer qu’il n’avait rien fait pour mériter un tel traitement. Erïka s’en fichait. C’était marrant. Il lui expliqua également qu’il était bon de la voir sourire car elle ne semblait pas avoir le moral. Elle avait cette gueule depuis des semaines, elle avait l’habitude d’entendre des commentaires à ce sujet. Elle n’y pouvait rien. Elle se laissait affecter par une situation hors de son contrôle et peinait à se changer les idées. Will y était arrivé et, jusqu’à présent, il était l’un des rares à avoir réussis. Il fallait dire qu’il la connaissait sur le bout des doigts et savait comment la rendre heureuse. Cela ne l’avait pas empêché d’attraper la grippe après qu’elle l’eut contaminé, mais il semblait s’en être bien remis.


-« J’ai souvent cette gueule-là, pourquoi est-ce que tout le monde pense que ça ne vas pas ? C’est si anormal de ne pas me voir sourire ? »

Pour ceux qui connaissaient Erïka, cela l’était. Elle s’était doucement renfermée et déprimait depuis quelques temps. Habituellement, lorsqu’elle était avec Will, elle passait son temps à faire les pires conneries et à rigoler. Ce n’était pas rare de la voir sourire lorsqu’elle était avec lui. Il en était de même avec Bobby. Elle semblait très heureuse lorsqu’elle était à ses côtés. Soudainement, elle avait connu une brutale baisse de moral et d’énergie. Elle n’avait plus vraiment envie de faire quoi que ce soit, sauf se taper les sept saisons de Dexter en boucle.

Plongée dans ses pensées, occupée à nettoyer les vitres, elle ne portait pas vraiment attention à ce que son camarade pouvait faire. D’ailleurs, il faudrait bien qu’elle arrive à se souvenir de son prénom, un jour. Quoi qu’il en soit, s’en qu’elle ne l’ait vu venir, elle se fit aspergée de produit nettoyant. Cela aurait pu être anodin, mais le jeune homme ne s’était pas gêné pour en mettre dans son chandail. Aussitôt, la jeune fille fit volteface. Il voulait la guerre ? Il allait l’obtenir.


-« On est quitte ? Non. La guerre ne s’arrête pas si facilement avec moi… » Un petit sourire carnassier naquit sur ses lèvres alors qu’elle se jeta sur une éponge qu’elle imbiba d’eau avant de lui lancer à la figure. « Si tu crois que tu vas avoir le dernier mot, tu te trompes. »

Cependant, l’attention du jeune homme fini par être captée par une revue qu’il avait fait tomber d’une table. Il se mit à la feuilleter, l’air de rien. L’adolescente l’observa, un instant, puis se remis au travail, lavant la dernière fenêtre de la pièce. En fait, pourquoi continuait-elle de travailler s’il n’en faisait pas autant ? Pas question de continuer ainsi plus longtemps. Elle laissa tomber les produits ménagers et s’approcha du jeune homme. Sans prévenir, elle lui retira la revue qu’il regardait afin d’en lire son contenu. Que regardait-il ?

-« Il est moche ce mec… Une chance qu’ils obligent les casques au foot… » Commenta-t-elle en voyant la photo du capitaine de l’équipe. Erïka n’avait pas les mêmes goûts que les filles de son âge en matière d’homme. Autant dire que son type d’homme parfait c’était Bobby. « Hey, c’est toi ça ? J’avais oublié que tu t’appelais Haron, c’est bon à savoir. Comme ça tu joues au foot. J’espère que tu passes plus de temps à pourchasser le ballon qu’à taper l’équipe adverse. »

Elle lut rapidement quelques lignes de l’article, question d’en savoir un peu plus sur ce qu’il faisait dans cette équipe. Elle n’aurait jamais cru qu’il serait du genre à pratiquer un sport qui nécessitait de côtoyer d’autres personnes. Pour sa part, Erïka détestait faire équipe avec d’autres personnes, surtout lorsqu’elle ne les connaissait pas. C’était pourquoi elle aimait faire de la boxe. Elle n’avait besoin de personne. Lorsqu’elle voulait un adversaire, elle pouvait toujours demander à son petit ami. Elle s’ennuyait de leurs combats… Est-ce qu’un jour ils pourront de nouveau s’affronter dans un match amical et finir le tout sous une bonne douche rafraichissante ? Seul le futur pourra lui dire.

-« Tu pratiques d’autres sports ? Ou tu te contentes de jouer à « Qui enverra le plus de joueurs à l’hôpital ce soir » ? » Fit-elle sur un ton taquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Lun 3 Juin 2013 - 21:43

C'est qu'elle était combative en plus de ça, un sacré caractère ça oui, pas du genre à se laisser abattre par le premier problème venu, mais on sentait quand même qu'elle avait apparemment des soucis, c'était évident, surtout pour Haron qui avait longtemps eu des problèmes par le passé, en particulier avec sa famille, sa famille qui le méprisait et son père qui le battait, les gangs qui lui tombaient dessus quand il était encore humain et qu'ils devaient affronter souvent en solitaire contre plusieurs.

Il était presque normal que le jeune homme ait sombré dans la violence et la luxure, ou plutôt la dépravation dans son cas, beaucoup étaient au courant qu'il était un baisodrome, mais personne n'imaginait à quel point il était dépravé, passant sont temps à s'envoyer en l'air avec ses groupies, des sex-friends, en fait il nageait pas mal dans la dépravation sexuelle et même, ce que personne à part les concerné, Haron avait aussi prit au gout à la chair masculine, si vous voyez où je veux en venir. Quoi qu'il en soit, le garçon autre-fois hooligan était en effet à présent un véritable joueur, dans une équipe en compagnie de camarade en qui il devait avoir confiance, mais au final c'est avec Dany qu'il avait le plus de rapprochement.

- Bah, même si tu fais souvent la gueule comme tu dis, y a le regard qui trompe pas et t'as pas le regard de quelqu'un dans son assiette. J'imagine que t'as des soucis, enfin si tu veux pas en parler je te force à rien, je l'ai juste remarqué, je sais ce que c'est d'avoir le moral à zéro.

En effet Haron avait zappé la partie d'Ororo, il préférait en effet ne pas s'étendre sur le sujet, il admettait au fond de lui qu'il était allé trop loin, mais son amour propre lui permettrait-il d'oser lui présenter ses excuse de s'être comporter ainsi? Non, trop fière de sa personne, il en était incapable, en fait la seule personne qui avait un véritable contrôle sur lui était encore une fois, Dany, l'humain. Pour une raison qui serait incompréhensible aux yeux de beaucoup de personnes, Haron semblait avoir un lien presque spirituel avec Dany, tel deux frères de bataille. Son respect pour Dany était tel, qu'il n'appréciait pas que l'on dise du mal de lui, il était le premier qui ait décidé de voir quel était sa valeur, il l'avait considéré pour sa force, il se fichait qu'Haron soit un mutant, car oui, Dany est au courant de la nature mutante de son compagnon et cela lui importait bien peu. Soudain au commentaire d'Erika sur le physique de son capitaine, le jeune homme semblait devenir moins sympathique, il ne donna pas l'air menaçant, mais il fit bien comprendre, qu'il n'appréciait pas trop la façon dont Erika jugeait son capitaine.

- Je ne te blâme pas d'avoir ton avis sur une personne, mais une faveur... Ne manque pas de respect à mon capitaine. Comme tu ne tolérerais pas qu'on critique quelqu'un qui t'es chère, je ne tolère pas que l'on attaque ainsi quelqu'un qui ne m'a pas traité comme un délinquant.

Puis, après cette phrase, Haron repris un air plus sympathique, il eu même un sourire en coin, en penchant la tête de côté, il se gratta la tempe d'un doigt en continuant sa phrase.

- Mais bon je t'avoue que sur cette photo il est pas à son meilleur, on était en pause de mi-temps, il était encore en pleine action dans son esprit, c'est vrai qu'il a plus l'air d'un tueur quand il a cette tête, mais au fond c'est un mec bien et assez cool.

En effet sur la photo, Dany n'était pas à son avantage, bien qu'il ait un sourire énigmatique, sur la photo en effet le regard d'acier du capitaine ressemblait à celui d'une bête prête à sauter à la gorge de sa proie, tenant le ballon dans sa main, les doigts crispés dessus comme s'il tentait d'y planter ses griffes. En définitive, il semblait autant menaçant qu'Haron, même s'il était d'un gabarit plus frêle, il avait quand même il musculature relativement bien dessiné.

- Ouaip... C'est Dany le capitaine qui m'a incité à venir dans l'équipe. Pour mon rôle, je suis Linemen, je ne touche presque jamais le ballon, la ligne de front quoi, pour nous la force pure prévaut sur tout le reste, mais ça empêche pas Dany d'être un putain de stratège, à tel point que lorsqu'il met une stratégie en place, parfois y faut pas chercher à comprendre et juste faire ce qu'il dit.

En tournant les pages avec Riri, puisqu'elle semblait porté un intérêt furtif, il fut surpris en effet de tomber sur ce genre de pages, Dany toujours, interviewé par une journaliste qui expliquait ce qu'était vraiment Haron pour lui dans l'équipe, il y avait de quoi être gêné pour le jeune mutant, déjà plus calme avec un air plus agréable, souriant et un regard beaucoup plus gentil, un commentaire venant de lui-même était marqué en gros sous l'image "Haron? Son rôle? C'est de me protéger de la ligne adverse et en ça, je lui fait totalement confiance, je sais que je peux me fier à lui." et à côté même était une autre image d'Haron, toujours un air sauvage et fermé sur le visage, juste à côté toujours en gros, un commentaire d'Haron lui-même "Dany m'a nommé pour être sa protection principale, alors tous ceux qui tenteront de s'en prendre à lui, auront d'abord à faire à moi"

- Sérieux j'ai dit ça comme ça moi? La vache c'est vrai que j'ai jamais laissé personne me passer ou encore l'approcher de trop prêt pendant un match. Enfin bon, c'est moi ou bien je ralentis grave la cadence moi? Aller on s'y remet? Je te ralentis, plus vite on en aura fini, plus vite on pourra dégager d'ici et se débarrasser de Scott.

Il rendit à Erika un chiffon prêt à frotter, il vint l'aider au niveau des carreaux, en effet il y avait quand même quelque belle tâche même sur les carreaux, il dut frotter avec un peu d'énergie pour voir certaine tache doucement s'effacer, à tel point qu'il commença même à doucement s'agacer.

- Bordel de... Mais ils ont fait la guerre avec de l'encre indélébile ou quoi? Il aura pas intérêt à nous refiler ce genre de punition à l'avenir parce que sinon je lui fait avaler la javel et pas par le gosier. Tien je pensais, t'étais déjà la quand je suis arrivé à l'institut, donc je me demandais, t'es la depuis combien de temps? Enfin je veux dire, à l'institut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Lun 3 Juin 2013 - 23:06

Depuis quelques temps, on pouvait dire qu’Erïka avait la mine basse. Elle n’était plus vraiment la même, elle ne souriait pratiquement plus. L’une des personnes à qui elle tenait le plus ne pouvait plus l’approcher et vice versa. C’était pour ce genre de raison qu’elle avait longtemps refusé de s’approcher de qui que ce soit. Elle avait peur de souffrir. Maintenant, elle en subissait les conséquences. C’était hors de son contrôle, elle ne pouvait régler cette situation. Elle devait donc passer chaque nouvelle journée en espérant que les choses finissent par s’arranger. Même si elle avait mal, même si elle ne se sentait plus très bien, elle ne regrettait pas tout de s’être rapprochée de certaines personnes. Après tout, depuis qu’elles étaient dans sa vie, elle se sentait bien plus heureuse. Un jour, les choses iront mieux. Un jour.

-« Bon, d’accord. Je ne vais pas bien, j’ai envie de tout détruire, de m’exiler dans la chambre froide et d’oublier que j’existe jusqu’à mourir d’hypothermie, mais je ne peux pas. Alors, si tu tiens à garder la tête sur tes épaules, je te conseille de ne pas me demander ce qui ne va pas. »

Elle avait dit cela sur un ton calme, ce qui l’étonnait elle-même. Pas question de parler de ce qui n’allait pas, surtout avec une personne qu’elle ne connaissait que trop peu. Elle préférait tenter de se changer les idées et oublier tout ce qui la tracassait, actuellement. D’ailleurs, le jeune homme avait trouvé un bon moyen pour lui faire oublier temporairement ses soucis.

Il ne fallait jamais défier Erïka. Elle était du genre à se battre même si elle n’avait aucune chance. En ce moment, ce jeune homme venait de la provoquer. Il lui avait retourné ses coups de pulvérisateur. Elle devait maintenant se défendre. Il était hors de question pour elle d’abandonner si facilement. Elle était prête à attaquer de nouveau, bouteille en main. Elle ne se gêna pas pour le faire jusqu’à ce que l’attention du jeune homme soit soudainement attirée par un magasine qui avait chuté sur le sol. Puisque c’était comme ça… Erïka retourna à son boulot. Elle ne resta pas concentrée à la tâche bien longtemps, curieuse de savoir ce qui pouvait tant attirer l’attention de son camarade. Elle lui vola donc sa revue et ce mis à lire rapidement l’article qu’il lisait. La jeune fille reconnu le dénommé Haron. Au moins, maintenant, elle pourra toujours l’appeler par son prénom. Elle ne se gêna pas pour faire, également, un commentaire sur l’autre joueur de football dont la photo était dans l’article. La jeune fille avait cette fâcheuse tendance à dire un peu trop franchement ce qu’elle pensait. Lorsqu’elle ouvrait la bouche pour faire une remarque négative, ce n’était pas toujours apprécier des autres. D’ailleurs, Haron fit un commentaire à ce sujet. Il n’aimait pas la manière dont elle parlait de son capitaine et le lui fit clairement remarqué. Erïka leva à peine les yeux vers lui pour lui répondre.


-« Si tu veux. Je dis seulement qu’il n’ait pas… disons qu’il est loin d’être de mon goût. Ça te va ? Au moins t’es d’accord avec moi pour dire qu’il a une tronche de psychopathe là-dessus, c’est déjà ça. Encore, j’ai vu des psychopathes qui avaient l’air plus sympathiques. La preuve que les apparences sont trompeuses. »

Elle posa le magasine sur la table afin de continuer de le feuilleter. Le football ne l’intéressait pas vraiment, mais elle était curieuse de savoir pourquoi Haron avait été interviewé. Il ne semblait pas être ce type de personne à pratiquer des sports d’équipe. En fait, elle comprit mieux quel était son rôle dans l’équipe lorsqu’il le lui expliqua. Il en profita pour lui raconter que son capitaine l’avait incité à rejoindre l’équipe de football. D’ailleurs, si la jeune fille se fiait aux citations présentes dans l’article, il n’était pas mécontent de sa décision.

-« Ça a toujours été le rôle des leaders de faire en sorte que les autres lui obéissent peu importe ses décisions. S’il fait ce qu’il faut pour vous amener à la victoire, alors tant mieux. »

Elle ne lisait pas vraiment l’article, se contentant de le parcourir des yeux. Elle lisait tout ce qui attirait son œil, soit les citations qui étaient toujours affichées en avant-plan, mises en valeur afin d’attirer l’attention du lecteur. À ce qu’elle pouvait lire, il semblerait que le capitaine ait un joueur favori, parmi toute son équipe. Cela sautait aux yeux. Bien qu’il parlait parfois de d’autres joueurs, le prénom d’Haron revenait constamment. Il était aussi question de tournoi, ce genre de chose, mais la jeune fille se fichait un peu de ce sujet.
Haron s’étonna de certaines de ses citations qui étaient parues dans l’article. Il ne se rappelait pas d’avoir dit certaines choses, il semblerait.


-« En tout cas, on peut dire que ton capitaine il tient à toi. Les autres joueurs passent pour des ploucs à côté. Enfin, t’as raison, vaut mieux se remettre au boulot avant que Scott ne revienne pour nous faire chier. Allez, bouge ton cul, faut que cette pièce soit en parfait état le plus tôt possible. »

Elle suivit ses propres conseils et attrapa le chiffon qu’Haron lui tendait avant de se remettre au travail. Elle avait hâte d’en finir et prenait bien soin de frotter vigoureusement chaque tâche de peinture qu’elle voyait. Haron semblait encore plus énervé qu’elle de devoir ainsi s’acharner sur la peinture afin de la faire disparaitre. C’était chiant, mais ce sera bientôt du passé. Ils avaient bientôt terminé.

Puisqu’ils étaient coincés dans cette pièce à faire cette fichue tâche ménagère, Haron en profita pour questionner la jeune fille. Il se demandait depuis quand elle était à l’institut. Elle prit quelques secondes pour y réfléchir. Elle se souvenait de la première fois qu’elle avait mis les pieds dans l’institut, mais n’avait aucun souvenir de la date ou même de l’année. Elle prit le temps de se remémorer cela avant de répondre.


-« Ça doit faire au moins trois ans, quelque chose du genre. Le temps passe vite… Et toi ? C’est le professeur qui est venu te voir pour te proposer de venir ici, je suppose ? »

Elle frotta quelques tâches de peinture supplémentaire, s’acharnant sur l’une d’elle en particulier, puis jeta son chiffon sur une table. Elle en avait terminé avec cette fichue corvée. Pas question de frotter une autre tâche de peinture. Elle laissait celles qui restaient à Haron.
Erïka prit le temps de s’étirer et de regarder autour d’elle. Si Scott venait se plaindre, après ça… D’ailleurs, elle entendait distinctement sa voix, à l’autre bout du couloir. Elle s’approcha de la porte, l’ouvrit doucement et constata qu’il discutait avec un autre professeur, plus loin. Autant en profiter pour se sauver. Elle leva la tête vers Haron.


-« Moi j’ai fini mon boulot. Pas question de rester ici alors qu’il y a monsieur l’emmerdeur de première qui approche. Bonne chance ! »

Elle quitta la pièce à pas de loup et se sauva. Elle emprunta la première porte menant à l’extérieur du manoir. Elle était soulagée d’avoir fui Scott à temps. Pas question de devoir le supporter de nouveau. Erïka fit quelques pas et observa les alentours. Il n’y avait pas grand-chose à faire et il faisait plutôt chaud, aujourd’hui. Elle décida de marcher lentement jusqu’au garage afin de s’occuper de la moto de Bobby. Puisqu’il ne pouvait le faire, elle allait s’en occuper. Il y avait un bon moment qu’elle n’avait pas conduit. Si elle en avait envie, elle pourra toujours faire une balade. Enfin, si elle en avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mar 4 Juin 2013 - 21:59

Haron comprenait parfaitement Erika sur le reste de son avis, chacun ses goûts, du moment qu'on ne critiquait pas gratuitement son capitaine, Haron restait calme en dehors de cela. La jeune fille confirma donc les pensées d'Haron, elle n'était pas bien, elle avait, elle aussi ses problèmes à elle et de toute manière le jeune minotaure n'avait pas l'intention de creuser plus loin, le fait qu'elle aille un peu mieux lui suffisait et puis, le comment du pourquoi ne l'intéressait pas une seule seconde, il n'aimait pas qu'on vienne farfouiller sur ses problèmes émotionnels et ne comptait donc pas faire à d'autres ce qu'il ne voudrait pas qu'on lui fasse.

- Je te demandais pas ce que tu as. J'vais pas raconter de connerie, le comment du pourquoi, j'm'en tamponne l'oreille avec une babouche. Le fait d'avoir pu t'arracher un sourire me suffit amplement.

Dit-il avec un grand sourire, après tout, s'il voulait se faire des amis, il se devait d'être plus gentil et de s'ouvrir un peu plus aux gens, mais c'était encore difficile pour lui, peut habitué à s'approcher vraiment des gens, il était plutôt du genre réservé et solitaire, peu sociable et bien souvent au caractère trop volatile, personne n'osait jamais s'approcher de lui et bien souvent c'était pour lui chercher des embrouilles, donc forcément au final le jeune mutant avait fini par totalement se fermer aux autres et juste devenir violent et guidé par le sexe.

Mais enfin, finalement Haron avait décidé de s'ouvrir un peu plus aux gens, grâce aux professeurs de l'institut? Non, Dany... C'était bien lui qui avait ouvert l'esprit d'Haron, qui avait réussi à le faire parler, à le libérer. C'était auprès de son capitaine qu'il était le plus ouvert et le plus amical, le plus naturel, il y avait entre eux un véritable lien, quelque chose d'incassable, une confiance aveugle l'un envers l'autre, créée par le football, les deux hommes étaient à présent de véritables frères d'âme et de bataille, car pour eux le terrain était comme un champ de bataille, Dany le commandant, Haron le tank blindé, les autres étaient les chars de combat qui l'accompagnaient, tous guidés par un même objectif, la victoire, peu importait le prix à payer pour cette victoire. Dans le monde extérieur à ce sport, beaucoup aurait pu se moquer du lien entre Haron et Dany comme une relation homo, mais ça n'était rien de tout cela. Lorsque plusieurs personnes font équipe, indéniablement certains tissent des liens forts entre eux et sont prêts à tout pour supporter leur camarade, Haron était prêt à tout pour empêcher qui que ce soit de toucher Dany, et Dany donnait une telle confiance en Haron qu'il pouvait presque rester de marbre face à plusieurs ennemis s'apprêtant à se jeter sur lui, il sait que même si c'est au dernier moment, le jeune mutant viendra briser l'ennemi pour le protéger.

- Hé hé, ouais, quand il est concentré il a l'air d'être presque prêt à tuer quelqu'un... Personnellement, je dirais qu'il est encore plus dangereux qu'un psychopathe s'il le veut. Mais bon, en général il est d'un calme à toute épreuve, voir même un peu trop , sauf quand il s'agit de sport. Quand je suis avec lui, il va jusqu'à surveiller mon alimentation et me botter le cul par moment.

Au final après une longue discussion, ils se remirent au travail pour terminer au plus vite cette fichue salle, avant que l'autre débile ne débaroule à nouveau pour venir les emmerder. Mais ceux à quoi Haron ne s'attendait pas sur le coup, c'était que la jeune fille se fasse la belle avant que Scott ne débarque. Sur l'instant, sa seule pensée fut *Saloooooooope*. Réfléchissant, il chercha comment se tirer d'ici, par la porte comme Riri? Non il se ferait prendre à coup sûr... se cacher derrière un meuble, trop facile, alors qu'il entendit les pas de Scott, une idée lui vint aussitôt, il ouvrit la fenêtre et sauta par-dessus le rebord, ayant oublié qu'il était au quatrième étage, il dut activer son pouvoir en partie pour améliorer sa résistance, ce qui ne l'empêcha pas de se faire légèrement mal à l’atterrissage, il put entendre au bout de quelque secondes Scott se plaindre du fait qu'ils avaient fait ça à l'arrache.

Au final, il n'en voulait pas à Erika, il aurait fait la même chose s'il y avait pensé. Il se releva tranquillement en se dépoussiérant. Il put la-dessus prendre un peu de temps libre, il sortit de sa poche une bouteille de jus de fruit que lui avait filé Dany quelques jours plus tôt qu'il aspirait doucement en marchant au soleil. Il se demanda à quoi aurait ressemblé sa vie s'il n'avait pas été un mutant, il aurait été encore un moment chez ses parents. Son père aurait continué de le tabasser, peut être qu'en effet sa vie était mieux à l'institut.

Au bout d'une bonne demi-heure sans complication, Haron vit Erika à l'intérieur de l'institut. Il finit par la rejoindre tranquillement, lui filant un jus de fruit de sa poche tranquillement.

- Comme quoi, on se croise pas mal aujourd'hui... La prochaine fois, évite de me faire sauter par la fenêtre du quatrième étage. Mais le pire, c'est que je t'en veux pas, j'aurais surement fait la même chose si j'y avais pensé. Mais c'était marrant d'entendre Scott s'énerver comme quoi on a fait ça à l'arrache. Dit, je pensais à truc à l'instant, je sais que tu es amie avec... Enfin j'ai pas son nom, je voulais savoir comment allait le mec à un seul œil, le roux, je me rappelle que je lui avais aussi tapé dessus le jour de l'incident.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Sam 8 Juin 2013 - 2:51

Erïka était le genre de fille qui savait parfaitement comment s’attirer des ennuis. Elle ne faisait pas toujours exprès, mais son attitude envers les gens n’aidait en rien. La jeune fille aimait s’amuser et faire ses affaires sans que les autres ne viennent la déranger. Même si elle était en train de faire une bêtise, elle voulait être tranquille. Elle n’aimait pas que les gens se mêlent de ce qui ne les regardait pas, comme Scott. Il aurait pu la laisser, en compagnie de son amie, au lieu de venir les emmerder. Elles auraient continué de boire puis elles seraient rentrées se coucher dans leur chambre respective à un moment ou à un autre.

Maintenant, voilà qu’Erïka était coincée dans la salle d’art. Elle n’avait pas trop eu le choix. Elle devait nettoyer cette fichue pièce, telle était sa punition. Elle n’était pas seule. Un jeune homme, prénommé Haron, était également coincé dans cette pièce. Ils devaient terminer cette corvée à deux. Plus vite cela sera fait, plus vite elle pourra partir. Pourtant, ils prenaient tout leur temps, n’arrêtant pas de s’embêter et de discuter. Au final, ils se retrouvaient assis à une table, devant un magasine qu’ils feuilletaient ensemble.
Bien sûr, ils devaient se remettre à la tâche. Erïka n’était pas une grande passionnée de football, ni d’aucun sport d’équipe, d’ailleurs. Elle n’avait pas beaucoup de choses à dire sur le sujet contrairement à Haron qui, lui, était absorbé par le sujet. Après avoir fait une bonne partie du travail qui restait, la jeune fille décida qu’elle en avait assez. Il était temps de quitter cet endroit. Cependant, ce n’était pas si simple. Scott se trouvait dans le couloir et souhaitait probablement venir constater le travail qu’ils avaient fait. Pas question de rester là et d’attendre qu’il vienne de nouveau se plaindre d’elle et de son nettoyage. La jeune fille quitta rapidement la pièce avec discrétion, laissant Haron se débrouiller avec le reste.

Puisqu’elle était maintenant libre, Erïka décida de prendre un peu de temps pour marcher au soleil avant de se rendre au garage. Elle resta auprès de de la moto de Bobby pendant plus de trente minutes, nettoyant la carrosserie avec soin. Lorsqu’il aura maitrisé son pouvoir, il sera heureux de voir qu’elle était rutilante, prête à se lancer sur les routes. Cela lui fera une belle surprise. D’ailleurs, la jeune fille se demandait si elle devrait lui rendre une visite. Elle se sentait mieux, elle n’était plus enrhumée. Autant en profiter. Elle quitta le garage et alla en direction des cuisines. Elle n’avait pas amené son manteau avec elle. Elle n’allait pas supporter le froid de la pièce bien longtemps, mais ce sera suffisant pour prendre des nouvelles de son petit ami.

La jeune fille se marchait dans les couloirs, bien décidée à se rendre à destination. Elle croisa Haron, dans un couloir, qui lui fila un jus de fruit au passage. Elle l’attrapa au vol. Il lui raconta que Scott s’était énervé à cause de leur boulot mal fait. Il n’était pas si mal leur travail, pourtant. Ce qu’il pouvait être chiant, parfois… En fait, non. Pas parfois. Toujours. La jeune fille inséra la petite paille dans la boite de jus en en pris une gorgée. C’était dégoutant ce truc lorsque c’était chaud. Elle n’aura qu’à se débarrasser de la boite dès que possible.


-« Ce qu’il peut être chiant ! On a tout nettoyé, il n’a pas à s’en plaindre. »

Haron posa une question à la jeune fille au sujet de William. Elle était étonnée qu’il veuille avoir des nouvelles du rouquin. Elle allait lui répondre, ce n’était pas comme s’il lui demandait des informations indiscrètes. Et puis, c’était bien qu’il se souvienne des gens qu’il avait balancé à travers le hall et qu’il s’en soucie assez pour demander de leurs nouvelles.

-« Tu veux parler de Will ? Il va bien. Depuis le temps, cette histoire est derrière nous. Bon, il a pas aimé se faire jeter comme une merde à l’autre bout du hall, mais si ça se trouve c’est déjà oublié. »

La jeune fille jeta un coup d’œil à son téléphone. À l’heure qu’il était, impossible de se rendre à la chambre froide en paix. Il valait mieux qu’elle s’occupe un peu le temps que les couloirs se vides. L’adolescente décida d’aller s’installer devant la télévision, cela aura le don de l’occuper. Et puis, elle avait entendu dire qu’il y avait un spécial marathon de films d’horreur toute la journée, elle devait en profiter. Elle adorait ce genre de film.

-« Je vais mater un film, tu me suis ? »

Erïka attendit d’avoir une réponse avant de se diriger vers l’un des pièces communes de l’institut. Elle profita du fait que bien des gens étaient partis manger pour s’installer sur le canapé et allumer la télévision. Elle sélectionna la chaine de son choix et tomba directement sur ce qu’elle cherchait. Elle avait de la chance, le film n’était commencé que depuis cinq minutes. C’était le temps d’en profiter. La jeune fille était installée confortablement et ne quittait plus l’écran des yeux. S’il y avait bien une personne qui ne craignait pas les films d’horreur et ses artifices, c’était bien elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Sam 8 Juin 2013 - 18:15

Il fallait dire qu'il était assez surprenant qu'HAron arrive à plus ou moins se socialiser, avec une fille et sans juste vouloir à la sauter comme un vulgaire objet de plaisir, mais vraiment tenter d'être ami avec quelqu'un, même s'il trouvait Erika très à son gout, enfin à son gout, dans son langage on qualifierait plutôt le genre d'Erika de tout à fait baisable, voilà c'était le terme le plus approprié, elle était largement baisable pour le jeune mutant, qui décida tout de même de refréner ses habitudes d'animal sexuelle et de juste faire connaissance. Pour une fois il pouvait parler avec quelqu'un sans s'occuper d'autres choses, même si parfois son regard se perdait discrètement, mais bon il ne faut pas trop en lui demander non plus, ne pas admirer une femme quand elle est belle, c'est de trop pour lui.

Son cartonnet de jus de fruit tranquillement posé sur la main qui le soutenait, il vint vers Erika qui accepta volontiers son jus de fruit, bien qu'Haron ait une préférence pour les bières, mais Dany lui interdisait de boire plus de trois bières par semaine, allant jusqu'à sentir l'haleine du jeune mutant pour s'assurer qu'il suivait bien ses consignes par moment, bien qu'en fait Haron tentait de contourner les directives de son capitaine. Il fut fortement rassuré d'apprendre que le rouquin, finalement nommé Will se portait bien.

- Alors, il va bien ? ça me rassure, je m'en serais voulu s'il lui était arrivé quelque chose de grave à cause de... De ce que j'ai finalement provoqué moi-même en me faisant trop remarquer.

Pour la première fois, Haron reconnaissait ses propres erreurs, il avait bien saisit que tout ce qui était arrivé l'été précédent, était en partie sa faute, il avait pensé pouvoir imposer sa fureur et que cela ne lui retomberait jamais dessus et au final, une organisation anti-mutant dont il n'arrive plus à retrouver le nom lui était tombé dessus, l'ayant repéré à cause de ses nombreux fait de poing dans les rues de New Yorks, au final il s'était fait remarquer par quelqu'un, mais aujourd'hui, arrêtait-il de se battre ? Il tentait de se battre moins souvent, cependant il était comme appelé à la violence, non seulement du fait que certain gang lui en voulait et l'une d'entre elle en voulait particulièrement à sa tête, le chef du gang semblant lui en vouloir particulièrement, Haron s'était toujours demandé qui était le chef de ce gang qui lui portait autant de haine pour le vouloir mort ou vif.

Puis là-dessus, Erika semblât commencer à aller ailleurs puis lui proposa d'aller voir un film avec elle, finalement suivre les conseils du X-men à la peau de fer n'avait pas été une mauvaise idée, s'ouvrir aux gens était une bonne chose, mais il ne fallait pas trop rêver non plus, retenir ses pulsions colériques serait une histoire plus compliquée, son caractère volatile, son gout pour la supériorité et surtout, cet instinct bestial qui bouillonnait au plus profond de lui. Cependant, pour l'instant Haron était des plus calme, il ne refusa bien évidemment pas l'invitation d'Erika, ne se doutant pas un seul instant, que la suite de la journée allait être, plutôt unique.

- Heu ben... Ouai, je veux bien. Tu veux voir quoi ?

Il la suivi tranquillement, apparemment elle préférait lui faire la surprise du film à voir, il était content de pouvoir passer du temps, il s'installât sur le fauteuil, tranquillement avec cette fois, non un jus de fruit, mais un bon gros paquet de pop-corn enrobé de chocolat, il n'y avait pas à dire, Haron était un petit gourmand au fond, il aimait bien grignoter puis il posa son regard sur ce qui sembla être un... Film d'horreur.

*Ho non* Pensait-il, *Me dite pas qu'elle est fan de ça... Ok Haron, c'est juste un film, pas d'inquiétude, le temps de s'y habituer.* Afin de se changer un peu les idées, étant donné qu'en réalité et en grand secret un véritable trouillard devant un film d'horreur. Il proposa donc de partager ses pop-corn avec Erika.

- T'en veux ? J'en profite tant qu'j'ai la paix. Dany m'interdit de manger ce genre de truc en général.


Pour l'instant le film semblât être relativement calme, après un bon moment le film commençait à devenir de plus en plus tendu, Haron aussi d'ailleurs, craignant le moment ou le film commencerait à devenir terrifiant. Le premier coup de peur arriva vers les premières vingts-six minutes du film, faisant sursauter Haron qui envoya le paquet de pop-corn en l'air pour qu'il retombe derrière eux, ne pouvant admettre avoir eu peur, il se trouva un prétexte peu crédible et surtout ne sachant pas que la jeune femme détectait les mensonges en guise de pouvoir.

- Nan c'est rien... Les pop-corn... ça me gonflait.

Bien évidemment que c'était un mensonge débile, mais ça faisait passer un peu le coup. Le film allait à coup sur faire vieillir Haron de plusieurs années rien qu'en une seule après-midi. L'ambiance du film était particulièrement pesante, à tel point qu'Haron commençait à se faire peur tout seul, à quelque reprise il eu de petit sursaut, mais rien de bien mauvais, il put jusque la retenir ses crises de peur, mais il en vint un qui finit par faire cracher le morceau au jeune mutant qui eu un grand sursaut avec un cri très clair, le visage pâle et le fait qu'il n'était pas du tout à l'aise, Haron était très sensible à ce genre de film, commençant à rougir de gène en réalisant qu'il venait pousser un cris de peur particulièrement fort. Il espérait seulement qu'Erika ne fasse pas trop de remarque la-dessus... NAIIIIIIIIIIF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 9 Juin 2013 - 2:56

Erïka était déçue de ne pas pouvoir passer du temps avec son frère, ces temps-ci. Elle comprenait qu’il travaillait et qu’il rentrait bien souvent exténué, mais elle aimerait bien l’avoir à ses côtés, parfois. Il savait toujours comment lui remonter le moral. Il était un frère fantastique, elle était tellement chanceuse de l’avoir. Il avait tout fait pour la refaire sourire ne serait-ce que le temps d’une journée. Il y était arrivé. Il avait acheté un magnifique cochon d’inde qu’elle avait affectueusement nommé Pee-Chai en son honneur. Ce n’était pas rien lorsque l’on considérait le fait qu’elle attachait une grande importance aux noms et leur signification.

Lorsqu’Haron évoqua le rouquin, la jeune fille se demanda instantanément s’il n’était pas rentré du travail. Vu l’heure, il venait à peine de quitter les bureaux de la Frost Compagny. Enfin, c’était dans l’éventualité où il ne faisait pas du temps supplémentaire. Elle ne le verra probablement pas ce soir, malheureusement. Elle songera à lui envoyer un message sur son téléphone. Avec de la chance, il aura peut-être une petite heure ou deux à lui consacrer. Elle ne souhaitait pas l’épuiser davantage.


-« Ne t’en fais pas, il a connu pire que ça. Il va bien. Dommage qu’il ne soit pas là très souvent, il y a un moment que je ne l’ai pas vu. »

Sur ce, elle décida qu’il était temps d’aller s’occuper un peu. Moins elle avait l’esprit encombré par ses propres pensées, mieux ça irait pour son moral. Elle savait qu’il y avait un marathon de films d’épouvante à la télévision et elle décida d’en profiter. Puisqu’elle réussit à trouver un endroit calme, où il n’y avait personne, autant en profiter. Elle avait proposé à Haron de la suivre et ce dernier avait accepté.

-« Tu verras par toi-même. »

Elle ne lui avait pas dit quel genre de film elle souhaitait voir. Il le constatera par lui-même. De toute façon, un garçon de son genre devait forcément aimer ce type de film, non ? Elle était bien loin du compte. L’adolescente s’installa confortablement sur le canapé et alluma la télévision. Elle se rappelait, il y a moins d’un an de cela, elle s’était installée dans cette même pièce aux côtés de Bobby afin de regarder un film. Elle s’était tout naturellement rapproché de lui afin de profiter du froid qu’il dégageait. Il avait passé son bras autour de ses épaules. Elle s’était sentie tellement bien à ce moment-là… Elle donnerait tout pour pouvoir revivre quelque chose d’aussi magique.

Il valait mieux oublier. Elle devait faire abstraction de tout ce qui se trouvait autour d’elle, des pensées et des souvenirs qui l’habitaient afin de se concentrer sur le film diffusé à la télévision. Elle ne devait pas déprimer. Elle devait cesser de ressasser les vieux souvenirs du passé. Elle devait aller de l’avant et se botter mentalement le derrière afin de reprendre le contrôle de sa vie. Pas question de laisser sa tristesse prendre possession d’elle. Elle était bien plus forte que cela. Elle allait réussir à retrouver le sourire.

Elle ne remarqua même pas qu’Haron était parti faire du popcorn avant qu’il ne lui tende le bol qu’il tenait en main. Elle prit une bonne pognée qu’elle conserva dans sa main alors qu’elle mangeait de l’autre. Elle avait déposé son carton de jus sur la table basse afin de ne pas s’en encombrer. Absorbée par le film, elle mangeait tranquillement. Ce n’était pas des scènes sanglantes ou dégoutantes qui allaient lui couper le peu d’appétit qu’elle avait. Et puis, elle avait tellement connu pire… C’était l’une des raisons qui la rendait pratiquement insensible à ce genre de films de fiction. Seulement certains d’entre eux pouvaient réellement l’effrayer. Ce qu’elle avait devant les yeux n’était qu’un film comme un autre, elle n’avait pas vraiment peur.

Elle suivait l’intrigue avec attention, se posant milles et une question sur le film, les personnages, entrant avec une facilité déconcertante dans l’histoire. Pourtant, impossible pour elle de sursauter à ces passages où la musique se faisait angoissante. Elle n’arrivait pas à craindre l’horreur qui se préparait. Elle restait parfaitement calme, fixant simplement l’écran. Elle n’avait plus de popcorn et se demandait s’il en restait toujours. Elle se tourna vers Haron et en prit un peu dans le bol. Il tirait une drôle de tête. Avait-il peur ? La jeune fille sourit d’amusement. Elle pourra toujours tenter de lui faire peur lorsqu’il ne s’y attendra pas. Cela pourrait être franchement marrant.

La jeune fille termina lentement son popcorn, de nouveau plongée dans le film. Les frayeurs arrivaient, les moments d’angoisses étaient présents. Erïka ne bronchait pas alors qu’elle avait parfaitement vu venir cette tentative de faire sursauter le publique. Après tous les films qu’elle avait vus, elle n’était pas très impressionnée par ce genre de technique. Cependant, ce n’était pas le cas d’Haron. Elle entendit soudainement le plat de popcorn voler derrière le siège du mutant. Aussitôt, elle tourna la tête en sa direction. Elle l’observa silencieusement alors qu’il formulait une excuse bidon. Un long sourire s’étira sur les lèvres de l’adolescente avant qu’elle n’éclate de rire. Elle avait bien entendu ? Ce que c’était ridicule ! Elle n’avait pas besoin d’avoir la capacité de détecter les mensonges pour comprendre que son excuse ne tenait pas la route. Elle riait franchement, sincèrement, bien qu’elle se moquait un peu de rire par la même occasion. Lorsqu’elle eut calmé son rire, elle leva les yeux vers Haron.


-« C’est le mensonge le plus con de toute l’histoire de l’humanité. »


Elle avait du mal à se concentrer de nouveau sur le film, se retenant de se moquer de nouveau d’Haron. La tentation était tellement forte, elle avait du mal à y résister. Devait-elle craquer ? Et puis, pourquoi pas ? Il semblait avoir le sens de l’humour, il n’allait pas en faire tout un plat. Même si c’était le cas, elle s’en ficherait bien.
Erïka réussis à se retenir pendant un bon moment. Cependant, lorsqu’Haron poussa un fort cri, elle ne put s’empêcher de rire. Là, il lui tendait une sacrée perche. Elle n’allait certainement pas s’empêcher de la saisir. C’était bien trop amusant.


-« Alors, fillette, on a peur d’un film ? Je te pensais habituer à trainer avec des mecs qui ont une tête de psychopathe. »

Elle devrait peut-être changer de chaine ? Non, elle avait envie de savoir ce qui allait se dérouler, par la suite. Cela pouvait se révéler encore plus amusant si Haron continuait d’avoir peur. Une véritable fillette ! Il tentait de faire comme si rien n’était, mais ce n’était pas très réussit. Erïka continuait de se moquer gentiment, pendant ce long métrage. Elle commençait peu à peu à retrouver le sourire et avait complétement oublié ce qui la tracassait.

-« Tu as peut-être besoin d’un oreiller pour te cacher ? »

Sans prévenir, Erïka lui jeta un oreiller à la figure, riant de nouveau. Elle allait arrêter de se moquer, pour l’instant. Elle se concentra plutôt sur ce qui se passait à l’écran. Soudainement, elle était de nouveau captivée par l’écran, sentant que quelque chose allait se produire. Si c’était censé être effrayant, nul doute qu’Haron allait lui en faire part avec son cri des moins virils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Dim 9 Juin 2013 - 20:12

Tout semblait s'être bien fini au bout du compte, Erika et Will semblait ne pas trop lui en vouloir pour cette histoire, en tout cas le jeune homme accepta donc de suivre la jeune fille, elle lui répondit qu'il verrait bien quel genre de film ils allaient voir. En tout cas Haron se demandait ce que pouvait bien faire Dany d'ailleurs, ce garçon avec toujours son air posé et calme, il pouvait avoir l'air bienveillant malgré ses yeux gris acier et le temps de la seconde d'après comme prêt à égorger de sang froid n'importe qui.

Il suivit la jeune femme, celle-ci avait mis un marathon des films d'horreur, qui semblait beaucoup intéresser Erika et faire beaucoup d'effet sur le jeune mutant à ses côtés, qui ne semblait pas aussi insensible que ça à la peur, au contraire. Haron montrait presque pas mal de petites crises de peur, rien de bien méchant, mais on sentait qu'il n'était pas très accroché à ce genre de film, il fallait dire qu'il n'en regardait pas souvent à la base, peut être parce qu'il les encaissait mal, mais en tout cas Riri semblait passer un bon moment et surtout à se foutre de lui, mais comment ne pas s'amuser d'un soit-disant gros dur, qui d'un seul coup a aussi peur qu'un gosse pour un simple film?

Autant le dire, Haron se sentait affreusement gêné de voir qu'Erika voyait qu'il était trouillard devant ce genre de film, en particulier les films d'horreur basés sur des choses telles que les fantômes, ou les exorcismes qui tournent très mal, ou encore des films du genre Freddy Les Griffes de la Nuit. Etrangement Haron était assez sensible à ce genre de film.

- Phu... Enfin.. Pas du tout. C'est pas ça du tout.

Haron tentait tout de même de sauver les apparences du mieux qu'il pouvait, en effet c'était une situation très gênante, voir même honteuse, qu'Erika découvre qu'il devenait un vrai trouillard sur les films d'horreur. Mais bon il tentait de tenir le coup, même si Erika ne se privait pas de se moquer de lui en lui lançant un coussin à la figure, lui disant qu'il en aurait besoin pour se cacher.

- C'est pas du tout ça je t'ai dis... J'ai juste été un peu surpris.

Bien sûr que c'était un mensonge, Haron était incapable de supporter ce genre de film, surtout lorsqu'il s'agissait de fantôme bien pâle et inspirant aussi bien la peur. La scène se déroulait doucement, mais surement, dans le film: L'un des hommes marchait avec une lampe torche, suivi de plusieurs compagnons, un long couloir d'un grand manoir, les lumières très faibles, des gouttes d'eau tombant du sole et le décor devenu surnaturel, il y avait comme une fissure, d'où-sortait une quantité infinie de cafards. Mais les choses stressantes étaient plutôt les gouttes d'eau avec leur bruit bruit répété à longueur de temps et le rire d'un enfant résonnant au loin, chantonnant une petite chanson malsaine, cette chanson était une reprise d'ailleurs de cette comptine nommée "Ring around the rosie". Pendant cette chanson il fallait le dire, Haron était totalement tétanisé sur place, malsaine et glauque, le jeune mutant sentait que son cœur allait lâcher d'un instant à l'autre. S'il y avait bien une chose qui était totalement malsaine c'était bien ce genre de chanson, chanté par des voix d'enfant, dans une ambiance malsaine.

Au bout d'un moment, la petite chanson finit par s'arrêter, mais elle fut suffisamment stressante pour qu'Haron soit au bord du gouffre, le fil laissait un grand silence de mort, Haron s'attendait bien sûr à voir un fantôme débarquer derrière la porte, puis lorsqu'elle fut ouverte, rien ne se produisit, calmant doucement le jeune mutant avant qu'au final, lorsque la porte se fermait le fantôme apparut en plein écran, poussant un hurlement strident. Mais il y eu un autre cri, venant hors du film accompagné d'un grand saut, un certain jeune homme à cornes qui eut un cri supplémentaire mille fois moins viril que le précédent. Accroché sur le fauteuil, à moitié hors service dû à cette peur que lui avait fait le film, tremblant sur place.

*Je veux mouriiiiiir* pensa-t-il.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Lun 10 Juin 2013 - 6:40

Il était impossible de dissimuler la vérité à Erïka. Elle finissait toujours par connaitre le vrai mot de l’histoire. Après tout, son don le lui permettait. Cependant, elle ne comptait pas entièrement dessus. Le professeur Xavier avait souvent prit quelques heures de son précieux temps afin de l’aider à entrainer son don, mais également sa capacité à déceler les petits signes qui pouvaient démontrer qu’une personne ne disait pas entièrement la vérité. Il y avait toujours quelque chose qui pouvait trahir un menteur. Seul les plus experts pourront arriver à échapper à l’adolescente. Elle avait encore besoin d’entrainement, mais elle devenait de plus en plus douée avec le temps.

Parfois, il n’était pas nécessaire d’avoir un pouvoir comme celui d’Erïka pour deviner qu’une personne mentait. En ce moment, la jeune fille pouvait facilement affirmer qu’Haron mentait lamentablement. C’était évident qu’il avait peur de ce film d’horreur. Il n’avait certainement pas vu la tête qu’il tirait pour penser qu’il pouvait vraiment cacher la vérité à l’adolescente. Cette dernière soupira, secouant légèrement la tête. Il était ridicule. C’est bien pour cela qu’elle ne se gênait pas pour rire et se moquer gentiment de lui.


-« Essaie pas de le nier. T’as la trouille. Ne te pisse pas dessus, surtout. »

L’adolescente tentait de suivre le film, mais avec ce trouillard qui n’arrêtait pas de pousser des cris de fillette ce n’était pas très aisé. Elle avait les tympans sensibles et cela ne lui plaisait pas tellement de se faire crier dans les oreilles. Elle préféra se passer de commentaire à ce sujet et continuer à se moquer d’Haron. Plus elle le faisait, plus il niait la vérité. Il n’y avait aucune honte à dire qu’il avait peur des films d’horreurs.

Erïka jeta un oreiller à la figure du mutant en affirmant qu’il en aura besoin pour se cacher. Il niait toujours qu’il avait peur. Ce coussin, il n’en avait pas besoin. Il avait été surpris, certes, mais il n’avait pas été effrayé. Enfin, ça c’était ce qu’il tentait de faire croire à l’adolescente. C’était raté. Elle lui adressa un petit et subtil regard de reproche, l’espace d’un instant, avant de pousser un soupir. Elle devrait peut-être lui dire que ses mensonges ne fonctionnaient pas sur elle.


-« Ce n’est pas que je sais très bien que tu mens, mais… T’as vraiment la tronche d’un mec qui a peur des petits fantômes. »

Erïka porta de nouveau son attention sur ce qui se passait à l’écran. Elle était attentive à la scène se déroulant sous ses yeux, voyant déjà venir le prochain moment où la créature du film tentera de l’effrayer. Elle avait vu ce genre de long métrage des centaines de fois, elle n’était même plus étonnée, à force. Contrairement à Haron, elle trouvait que les longs moments d’angoisse étaient parfois redondants et s’étiraient bien trop. C’était bien beau de vouloir mettre le spectateur en haleine et lui faire craindre le pire, mais ça ne fonctionnait plus au bout d’un moment.

Contrairement à elle, qui était sereine et ne présentait aucune réaction face au film, Haron était tétanisé. Alors que le fantôme du film se manifestait enfin, criant sa rage, Le jeune homme ne put s’empêcher de l’imiter. Enfin… son cri ressemblait plutôt à celui d’une adolescente terrorisée par une araignée. Cela n’en restait pas moins hilarant. Erïka éclata de rire, se moquant sans retenu du jeune homme.


-« C’était quoi ça ? T’as muté en gonzesse ou quoi ? »

Erïka se leva, ne pouvait s’arrêter de rire. Elle décida de quitter la pièce pour quelques instants, le temps de se calmer. Cependant, ce qu’elle ne disait pas, était qu’elle avait une bien meilleure idée en tête. Ce n’était peut-être pas très gentil, mais elle s’en fichait. Cela aurait le mérite d’être amusant pour elle.
L’adolescente s’éloigna un peu de la pièce. Lorsqu’elle cessa de rire, elle s’en rapprocha lentement, prenant bien soin à ne pas faire le moindre bruit. Elle observa ce qui se passait dans la pièce avant d’y entrer. Haron ne regardait pas du tout en sa direction. Elle put ainsi se faufiler derrière lui, discrètement, sans faire le moindre bruit. Elle attendit une petite minute, alors que la tension montait dans le film et qu’un nouveau passage effrayant n’allait pas tarder à se dérouler. Puis, lorsque ce fut le moment, elle posa ses mains sur les épaules d’Haron et s’exclama.


-« BOUH ! »

Morte de rire, elle recula vivement de deux pas afin d’éviter tout dommage si jamais le jeune homme sursautait un peu trop. On ne sait jamais, peut-être allait-il avoir le réflexe de la taper ou de la chasser. Ne pouvant s’empêcher de rigoler toute seule, l’adolescente revint s’installer sur le canapé. Avec tout cela, elle allait finir par ne jamais écouter ce film au grand complet… Ce n’était pas une grande perte, il n’était pas si intéressant que cela. Par contre, pour ce qui était de la réaction de son camarade mutant, c’était une toute autre histoire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mar 11 Juin 2013 - 22:29

Gêné? oui. Honteux? Pas tout à fait mais pas loin. Haron se sentait très mal à l'aise, il se ridiculisait tout seul à cause de ce film. Mais c'était plus fort que lui, les films d'horreurs étaient sa phobie personnelle, ce qui était fort étrange pour un fan de métal et joueur de musique. C'était à se demander pourquoi il devait subir tout ça ? Il n'avait pas demandé à ce qu'on le torture avec ce film, il se passerait bien de ce genre de long métrage à l'ambiance glauque et prête à lui sauter au visage à chaque seconde.

- Hmmmmmmm... Non enfin... C'est que...

Bien évidemment le jeune mutant était rouge de honte, comment admettre qu'il avait son point faible de manière aussi flagrante? Lui qui était considéré comme le dur à cuire de l'institut par certain, se transformait en petite pucelle violable dans une ruelle à cause d'un simple film. Gardant le coussin entre ses doigts crispés, il tenta de garder son calme, malheureusement avec son cri de fillette il avait touché le gros lot, il venait de perdre toute crédibilité cette fois, en effet on aurait presque pu dire qu'Haron s'était transformé en fille le temps de quelques secondes, ce qui eu pour effet de faire hurler de rire la jeune Erika. Celle-ci lui demanda même s'il ne s'était pas transformé en femme, elle dû partir pour continuer de rire et se calmer par la même occasion, laissant Haron seul devant le film, il tenta de faire revenir Erika en voulant lui attraper le chandail, qui se solda par un échec. Il dut attendre le retour de la jeune russe en silence, ne se doutant pas qu'il allait de nouveau avoir une sacré peur.

Il se décrispa lentement, reprenant son souffle, son cœur reprenant une allure normale, se disant qu'il allait enfin pouvoir reprendre du poil de la bête, même s'il n'allait pas pouvoir dormir tranquille de la nuit... Et il était bien sûr hors de question de demander à Alex de veiller sur lui cette nuit, il avait bien trop de fierté pour ça. Alors qu'il croyait que tout allait se terminer là, Erika crut bon de lui faire une blague de gout assez douteuse, lui plaquant les mains sur les épaules en lui faisant un grand "BOUH" par surprise. Comme si cela ne suffisait pas, Haron eut cette fois un autre beau sursaut, se recroquevillant sur lui-même, plaquant le coussin contre son torse en poussant un énième cri de frousse, totalement crispé sur son coussin, tremblant de partout, il réussit crier plus ou moins fort, mais pas trop.

- Et tu trouves ça marrant?

A moitié terrorisé, Haron eut au bout d'un moment, toujours tremblant, l'attitude la plus imprévue au monde. Il vint se coller et même agripper à Erika tellement son cœur ne tenait plus en place, lui-même n'arrivait pas à croire à quel point il était arrivé, son teint redevenu pâle. Il tenait ferment la manche d'Erika d'une main et la tenait par le bras de l'autre main sans pour autant la serrer comme un buffle, collé contre elle, n'arrivant même plus à penser à des trucs complètement sexuels comme il l'aurait fait en temps normal. Il put prononcer tout bas tellement il se sentait anormalement vulnérable.

- N'en parle pas aux autres s'teu plait.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Sam 22 Juin 2013 - 1:02

Il était impossible de mentir à Erïka. Elle savait tout. Elle connaissait la vérité .En ce moment, la vérité, aussi dure soit-elle, était qu’Haron, qui tentait de se montrer fort et courageux, n’était qu’un trouillard. Une véritable poule mouillée. Il paniquait devant un simple film d’épouvante, qui ne faisait pas du tout peur. Chaque personne avait son point faible. La jeune femme avait trouvé le sien. Plutôt que de le couver et de changer de chaine, calmant ainsi sa peur, elle préférait s’en amuser. Plutôt que de tenter de dissimuler la vérité, qui était très facile à percevoir, pourquoi ne tentait-il pas plutôt de lui faire face ? Il n’avait pas à être effrayer devant un tel long métrage. C’était facile d’en déceler les rouages et de comprendre les petits jeux psychologiques créés par les réalisateurs afin de plonger le spectateur dans l’angoisse.


Morte de rire, Erïka préféra s’éclipser de la pièce dans laquelle elle se trouvait plutôt que de gâcher plus longtemps l’ambiance du film. En fait, elle avait une petite idée derrière la tête. Lorsqu’elle eut finalement réussis à reprendre son sérieux, elle s’avança subtilement dans la pièce. Elle faisait tout pour qu’Haron ne la remarque pas. Elle avait appris comment agir subtilement, discrètement, sans se faire repérer. Elle adorait mettre en pratique les enseignements de Miss Frost.
Quoi qu’il en soit, la jeune femme s’approcha de sa victime. Puis, sans prévenir, elle posa ses mains dans ses épaules en lâchant un « bouh » sonore. Aussitôt, elle recula de quelques pas. Elle préférait éviter de se prendre un coup de la part de sa victime. Cependant, il n’y eu pas de coups en guise de réflexe. Haron se retrouva bien rapidement recroquevillé, tenant fermement son coussin contre lui. Il paniquait littéralement. Le cri qu’il venait de pousser en était la preuve. Éclatant de rire, l’adolescente ne pouvait s’empêcher de se moquer de lui. Le pauvre, il était condamné à la supporter tout au long de ce film d’épouvante. Il avait de la chance, il ne lui restait que trente minutes à supporter… avant que le prochain ne commence.


Haron lui demanda si elle trouvait ça marrant. À son avis ? Erïka ne faisait pas semblant de rire. Ce n’était pas son genre de feindre ses sentiments. Elle était vraiment amusée de la situation, bien que cela ne faisait rire qu’elle. Elle ne pouvait pas s’en empêcher. À question stupide, réponse stupide. Erïka n’allait pas cesser de s’esclaffer de sitôt. Le pauvre, il était devenu sa victime. Puisque Will n’était pas dans les parages, elle avait jeté son dévolu sur une autre personne. Ça lui changeait les idées de l’embêter.

-« Qu’est-ce que tu crois ? Tu viens de perdre toute crédibilité, là ! Il ne fait même pas peur ce putain de film et tu flippes comme une gonzesse ! Même mon frère ne pourrait pas faire pire que ça ! » S’exclama-t-elle entre deux rires.

Alexïs détestait les films d’épouvante. Il ne voulait jamais en regarder avec sa sœur. Cette dernière n’avait pas le choix que de les visionner seule. Elle ne connaissait personne qui aimait ce genre de long-métrage. Enfin, personne ne voulait en regarder avec elle jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance de Bobby. Lui, au moins, il n’avait pas peur devant ce genre de film. Elle pouvait regarder ça, tranquillement, blottie confortablement contre lui. Il savait que ce genre de film ne lui faisait pas peur. Enfin, il en fallait beaucoup pour l’effrayer. Tant que cela ne concernait pas les sectes, elle pouvait visionner pratiquement n’importe quel film d’épouvante.

Erïka se réinstalla sur le canapé afin de voir la suite du film. Bien qu’elle en avait manqué certaines parties, elle tenait à voir la fin. C’était incroyable de voir à quel point certains de ces longs-métrages arrivaient à trouver une belle fin malgré tout. Ils faisaient sentir au téléspectateur cette envie de voir les personnages principaux se sortir de ce cauchemar dans lequel ils avaient été plongés.

Contre toute attente, Haron vint s’agripper à la jeune femme, se collant tout contre elle afin d’y trouver un peu de réconfort et un sentiment de sécurité. Erïka le dévisagea. Pas question qu’il s’accroche à elle comme ça. Le gros dur de l’institut avait l’air d’un petit enfant apeuré. Il lui demandait de ne pas en parler aux autres. Ce n’était pas son genre de raconter des histoires dans ce genre au premier venu. Elle n’était pas du genre à permettre à des personnes qui n’avaient pas assisté à la scène, de s’amuser aux dépends de personnes comme Haron. Cela ne lui apportait rien. Elle racontera peut-être l’histoire à Will ou à Bobby, mais sans plus. Ce n’était pas nécessaire que l’institut au grand complet soit au courant.


-« À qui tu voudrais que je répète ça ? Bouge-toi, maintenant. »

De sa main valide, elle repoussa doucement Haron, afin d’avoir une certaine distance entre eux deux. Il n’avait qu’à câliner son coussin s’il avait peur. L’adolescente regarda la fin du film en paix. Lorsque le générique de fin apparu à l’écran, elle se leva. Elle commençait à avoir faim. Qu’avait-elle mangé, aujourd’hui ? Du pop-corn… Et rien d’autre. Il était temps de se nourrir un peu. Avec de la chance, elle n’en aura pas pour trop longtemps et pourra revenir avant de manquer tout le début  du prochain film.

-« Je vais faire de la pizza. Tu me raconteras le début du prochain film sinon tu pourras toujours courir pour en avoir. »

Elle se sauva, quittant la pièce. Haron n’allait certainement pas mourir de trouille entre temps, non ? Les débuts de ce genre de films étaient rarement effrayants. À moins qu’il ne tombe sur un film de zombie ? On ne sait jamais. La jeune femme se rendit à cuisine et attrapa une boite de pizza surgelée dans le congélateur. Elle ne tarda pas à la mettre au four, puis à attendre.

Lorsque le repas fut finalement prête, elle déposa la pizza dans une grande assiette puis la découpa en plusieurs pointes. Elle alla retrouver Haron et déposa le repas sur la table, s’installa de nouveau sur le canapé. Le film était commencé, bien évidement. Quel en était le titre ? Elle n’en savait rien. Elle ne l’avait jamais vu, ça elle pouvait le confirmer. Elle questionna Haron à ce sujet.


-« Alors ? Ça raconte quoi ? Tu n’as pas trop eu peur en mon absence, j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mar 2 Juil 2013 - 1:33

Ok, Haron était un trouillard lorsqu'il s'agissait de film d'horreur, mais il savait se rattraper dans d'autres domaines, les combats improvisés, baston général, la guitare aussi était un de ses talents : il aimait jouer de tout et rien à la fois, même s'il avait une certaine préférence pour la musique métal. Il tentait de garder la tête froide malgré cet insupportable film, il voulait mourir, mais il décida de se reprendre un peu, de reprendre du poil de la bête, il était quand même plus solide que ça, du moins en général. Il tentait de garder son calme, respirait tranquillement pour ne plus avoir trop peur.

Elle s'amusait vraiment de ce qu'elle voyait, lui qui était si fier s'était auto-ridiculisé, il se racla la gorge en croisant les bras. Il fit une moue renfrognée en tentant de rattraper le coup.

- Rho ça va hein? Je me rattrape dans pleins de domaines quand je veux et où je veux.

Disait-il d'un ton fie et presque arrogant. Il savait où il voulait en venir lui-même, il parlait avant tout de ses capacités physiques dans une situation à connotation clairement sexuelle, non je ne vous raconterais pas ce qu'il a fait hier pour vous le prouver. Sur ce la jeune fille alla faire une pizza au four, en effet l'odeur de la pizza se mit à parfumer la salle tranquillement, parfum qui plut à Haron, celui-ci se nourrissant d'un peu de tout du moment qu'il n'y avait pas de boeuf. Au final ce fut l'odeur reconnaissable du peperonni qui lui parvint aux narines, il renifla longuement l'odeur de la pizza avant de se remettre à voir à contrecœur le prochain film. Cette fois le film allait plutôt dans le genre tueur démoniaque ou choses comme Freddy Kruger, même si le style était toujours peu engageant, le jeune homme encaissait déjà mieux ce film.

- Bah, je crois que ça parle d'un tueur en série... Qui revient de l'enfer avec des sortes de pouvoirs démoniaques. Un truc chelou quoi. C'est dans la veine de Freddy Griffe De La Nuit.

Il regarda en arrière pour voir ce que faisait Erika, la pizza semblait être prête, ce qui attisa l'attention d'Haron. Il reposa son regard sur le film, même si ce genre de film était tolérable, la scène suivante ressemblait beaucoup au film précédent. Et ainsi lors d'une scène très soudaine, Haron ne put s'empêcher, à nouveau, de pousser un cri dépourvu de virilité, lui faisant temporairement quitter le canapé, s'agrippant au coussin, transpirant de frousse et tremblant de nouveau comme un petit chien terrorisé.

Par la suite il ne s'attendit pas à entendre comme quelqu'un venir, sans perdre de temps, il reprit un air rassuré, bien que faussement pour donner l'impression que tout allait bien.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Alex Inuka

Alex Inuka

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 28

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mar 2 Juil 2013 - 23:15

On s'entait que les vacances arrivait, avec l'été et sa chaleur peu supportable pour mon métabolisme. Javais peu à peu pris mes marques dans cet endroit qu'était l'institut. J'essayais de m'intégrer, cela ne faisait que deux saisons depuis mon arrivé, il me fallait du temps.

Je revenais de la piscine et vu la chaleur, je n'avais pas le courage de remettre mon t-shirt, du moins, pour l'instant. Du coup, sachant la plupart des prof occupé ou absent, je m'étais permis le petit luxe de me promener torse nu. J'allais vers la chambre pour chercher une chemise ou quelques chose du genre.

J'entendais, au fur et à mesure que je m'approchais de la chambre, le bruit d'une télé, visiblement on regardait un film d'horreur... et l'une des personnes était presque terriorisé. Il pouvait entendre l'un des coeurs battre la chamade. Je ne comprenais pas pourquoi on s'obstinais ou l'on s'infligeait sans de bonnes raisons, ce sévisse: Se faire peur, et pour rien.

C'est alors que j'entendis un cris... Mais le genre de cris étrange, que l'on peut entendre sur les vidéo comique publier sur le net, en voyant la personne fuir les bras en l'air, pour un truc de pacotille. Je ne pus réprimer un rire avant d'aller jeter un oeil taquin à la salle, un petit sourire moqueur, mais gentille.


- hé bien alors Erika? je t'ai déjà vu bien plus courageuse devant de grandes griffes!

Erika... Et Haron était la en réalité. L'odeur de peur me frappa en plein visage, me faisant froncé le nez. Je jetais un oeil a Haron..., lui faisant un signe de la main pour lui dire bonjour.

Haron... ce garçon partageais ma chambre... j'en était pas mécontent, car au fond, nous avions le même "don" en quelque sorte. Autant, je l'appréciais, mais autant il pouvait m'énerver et me dégoûter.

Il était beau... ho que ça oui... Mais... cela ne lui donnait nullement le droit de coucher à droite et à gauche à mon sens. Et pire encore quand il rapportait une "proie" au sein de l'institut et se faisait plaisir dans la chambre. Je devrais peut être un jour lui en faire par... Pourquoi je serai gêner... Il a beau faire une tête de plus et mon double en largeur, il pouvait bien comprendre que cela ne se faisait pas... pas quand il y a quelqu'un dans le lit juste à coté...

Mon attention se reporta sur Erika. Je ne la connaissais pas bien non plus. Je savais juste qu'elle était très proche d'un petit groupe de personne, et sinon pouvait paraître froide, voir blessante. Cependant, je trouvais que c'était une fille très intéressante de part ses réactions. Je n'avais je crois que très peu engager la conversation de part mon propre chef, j'observais plus que je ne parlais à vrai dire.

Haron était quand à lui droit comme un piquet, un air fermé, comme pour cacher quelques choses, et tenant encore un coussin... C'est alors que j'ai été frappé par l'évidence même de la scène. Ce n'était pas Erika qui avait crié, mais Haron lui même!

Passant mon regard de l'un à l'autre, je ne put qu'exploser de rire. Un fou rire comme je n'avais jamais eut depuis mon arrivé. Je du me laisser glisser contre l'encadrement de la porte pour m'asseoir et me tenir le ventre tellement mes abdominaux me tiraient.

Il fut intense mes bref; Haron ne paraissait pas ravis que quelqu'un le vois dans cette état. Me raclant la gorge et m'essuyant une larmes, je me relevai.

-pa...pardon... Mais faut s'avouer que... de un... tu joues très mal la comédie, et de deux, Haron! bon sang! t'es le mec le plus viril de l'établissement et t'as peur d'un vulgaire film avec du ketchup partout! en plus... ton cris à vraiment contrasté avec ce que j'ai déjà entendu.

Bon, oui, je voulais lui faire comprendre qu'il n'était pas très discret avec ses conquêtes, et l'afficher ne me gênais pas.

Je m'approchais alors du canapé pour libérer l'entrée et me placé à l'arrière, pour ne pas les gêner.

Chouette! c'était freddy! j'aimais bien ces films, tant qu'il n'y avait pas de zombies, d'araignées, ou de choses basé sur des faits réels, cela m'allait. Un sourire me fendit les lèvres, dévoilant un peu mes canines plus développé que la normal "humaine".

- dites... est-ce que je peu me joindre à vous pour ce film? J'aime bien les freddy.

Haron portait sur lui, l'odeur d'Erika... chose qui m'étonnait beaucoup de la part de cette dernière, moi qui la pensait droite et sérieuse... et qui était en couple avec le jeune homme de glace...

- A moins que vous ne vouliez restez que tout les deux hein... Je pourrais toujours les voir une autre fois...

Je me faisait sans doute des idées mais cette situation me mis mal à l'aise. Les imaginer ensemble me fit mal intérieurement, mais ils étaient grands, et faisaient ce que bon leur semblaient.

Je m'apprêtais alors à me diriger vers le frigo, afin de boire quelques choses de frais, ou de me prendre une glace à l'eau, avant de me diriger vers la chambre, pour les laisser en toute intimité, ne voulant pas m'imposer.

Cela dis, au fond de moi, j'espérais qu'ils accepte, ne serais-ce que pour voir les réaction d'Haron, et passer du temps avec lui. Le voir mal ne m'amuserait peut être pas temps que ça, mais au moins être a ses côté pour le rassurer? Et apprendre a connaitre Erika aussi... si elle m'en laissait l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mer 3 Juil 2013 - 6:42

Cette journée avait mal commencée. Pourquoi est-ce que le karma prenait la peine de s’acharner sur Erïka ? Devait-elle réellement se retrouver punie à chacune de ses conneries ? Ne pouvait-elle pas, ne serait-ce qu’une seule fois, prendre conscience par elle-même des conséquences de ses actes ? Elle n’avait pas besoin de nettoyer une salle d’art, réparant ainsi la bêtise de d’autres, pour savoir qu’elle aurait dû tenir sa langue devant Scott. Elle était bien trop franche, parfois. Elle blessait certaines personnes sans même le vouloir. À ses yeux, Scott était un dur, il en avait vu d’autres. Ses mots devaient être entrés par une oreille puis ressortis par l’autre, tout simplement. Malgré tout, en tant que professeur et X-Men, il se devait de faire régner l’ordre et de donner l’exemple.

Disciplinée. Voilà un adjectif qui ne sied guère à Erïka. Elle n’écoutait que ses propres envies. Si jamais elle refusait de faire quelque chose, alors elle ne le faisait pas. Rien de plus simple. Rares étaient les personnes qui savaient la rendre docile. Elle était un animal sauvage dans cette société, véritable jungle urbaine. Ces derniers temps, elle n’avait eu d’autres choix que de supporter une douloureuse séparation. Comment vivre l’amour si l’être aimé ne pouvait être approché ? La jeune femme ne savait comment réagir alors que Bobby se retrouvait soudainement arraché à ses bras, enfermé dans une pièce sombre qui lui servait à la fois de prison et de protection contre le monde extérieur.
L’animal blessé qu’était Erïka s’éloignait peu à peu de tous ces individus qui ne souhaitaient que son bien. Elle désirait simplement se renfermer sur elle-même, cachant ainsi sa peine. Elle ne parlait plus vraiment. Elle se faisait discrète. Où était l’adolescente qui avait appris à s’ouvrir aux autres au fil des saisons ? Disparue. Elle ne souriait plus. Elle souffrait en silence.

Au cours de cette journée sombre, elle avait rencontré Haron. Un résident comme un autre. Qu’avait-elle à lui dire ? Rien. Elle aurait pu lui dire à quel point elle le détestait d’avoir attaqué l’institut, l’été dernier, mais cela ne serait que de la méchanceté gratuite. Elle ne peinait pas les gens pour le plaisir. Elle le faisait simplement en dévoilant la vérité. Haron n’avait pas choisi de poser de tels gestes. Elle ne lui en tenait pas rigueur. Au final, elle avait découvert qu’il n’était pas celui qu’elle croyait. Il était bien plus sociable et sympathique qu’il le laissait paraitre. Après avoir passé l’après-midi avec lui à nettoyer cette salle d’art, elle avait eu l’occasion d’apprendre à le connaitre davantage devant un film d’épouvante. Ainsi, elle avait découvert l’un de ses points faibles. La jeune femme connaissait l’une de ses peurs. Entre de mauvaises mains, une telle information pouvait être utilisée afin de faire du tort. C’était pour cette raison qu’elle ne révélait jamais quels étaient ces craintes cauchemardesques qui la tenaient éveillées au milieu de la nuit.

Après un film riche en émotion, surtout pour le pauvre Haron qui avait tenté de supporter courageusement un film qui le faisait crier comme une pauvre petite fillette, Erïka quitta le salon. Le temps de cuisson d’une pizza plus tard, elle revenait dans la pièce. Elle était passée à la cuisine afin de dénicher quelque chose à grignoter. Elle fut assez aimable pour accepter de partager avec Haron. En échange, ce dernier devait lui dire ce qu’elle avait raté du film, débutant à la télévision.


-« Freddy ? Sérieusement ? Une vraie comédie, j’adore. J’ai toujours trouvé que ces films étaient... divertissants. Essaie de ne pas crier trop fort, cette fois. J’ai les tympans sensibles. »

Erïka se posa délicatement sur le canapé, prenant bien soin de poser l’assiette qu’elle tenait en main sur la table basse. La pizza était fumante, elle semblait appétissante. Avant de s’emparer d’une délicieuse pointe, la jeune femme préférait laisser le plat refroidir légèrement. Elle porta une attention particulière au film. Elle avait peut-être raté les premières minutes, mais cela ne l’empêchait pas de comprendre l’histoire. Elle commençait peu à peu à se plonger dans l’univers imaginaire et tordus de ce long métrage lorsqu’un cri aigu parvint à ses fragiles tympans. Haron avait vraiment peur de ce film ? Il était pire qu’une fillette.

La jeune femme allait de nouveau répliquer. Elle avait fini de se moquer de lui. Elle se demandait, à présent, pourquoi un tel film pouvait tant effrayer son camarade. Cependant, elle ne put lui poser la question. Un résident pénétra timidement dans la salle. Avec les cris qu’avait poussés Haron lors de la dernière heure, Erïka était étonnée de n’avoir vu personne pénétrer dans le salon plus tôt. Le nouvel arrivant se moquait gentiment d’Erïka. Cette dernière fronça immédiatement les sourcils. Qui était assez stupide pour croire qu’elle oserait pousser un tel cri devant un film aussi ridicule ? Une personne qui la connaissait bien mal. La jeune femme observait ce résident. Elle l’avait déjà aperçu quelque part. Il fallait avouer qu’elle parlait à peu de gens, mais qu’elle savait les reconnaitre. Visiblement, lui, il la connaissait. Ce n’était pas étonnant vu la réputation qu’elle avait toujours eut au sein du manoir. Bien entendu, les choses avaient finies par aller en s’améliorant, mais elle restait toujours cette adolescente peu sociable aux tendances agressives qui n’hésitait pas à lever les poings et à se battre si elle se sentait provoquée ou même menacée.


-« Tu me connais mal pour croire que c’est moi qui pousse des cris de fillettes. J’ai une réputation à tenir. Ce ne sont pas quelques vieux films d’épouvantes qui vont me faire peur. Par contre, tu peux demander à Haron d’où provenaient ces cris.»

Elle ne faisait que taquiner Haron. Son petit sourire moqueur estampé sur ses lèvres voulait tout dire. Elle frappa légèrement le jeune homme avec un coussin avant d’attraper une pointe de pizza. Elle était cuite juste à point. Pas trop fumante, ni même trop froide, elle dégageait la bonne température, permettant d’être dégustée comme il se doit.

Haron se tenait bien droit. Il tentait de masquer ses émotions, mais en vain. Le résident avait tout de suite perçu la peur dans son regard. Il avait compris que les cris aigus provenaient de cet homme à forte carrure. Erïka se contentait de regarder la scène tout en mangeant sa pointe de pizza. Décidemment, son appétit n’avait pas changé, depuis les dernières semaines. Elle comptait laisser le reste du repas à son camarade. À moins que la peur ne lui ait noué l’estomac ?
Lorsqu’elle eut terminé sa pointe, elle seconda les paroles du pauvre jeune homme victime d’une crise de fou rire difficilement contrôlable. Il n’avait pas tort. Le cri d’Haron contrastait avec cette attitude fière et forte qu’il affichait auprès des autres.


-« Il a pas tort. Pour la virilité, on repassera. Maintenant, détend toi, t’as l’air coincé. En passant, cri de nouveau comme ça et je t’arrache la langue. »

Le résident s’approcha du canapé et se plaça derrière. Ainsi, il ne bloquait pas la télévision. En fait, il souhaitait plutôt la regarder avec eux. Erïka n’avait pas de raison de refuser. Auparavant, elle serait probablement partie ou aurait tout simplement envoyé promener ce jeune homme, mais pas aujourd’hui. Elle avait changé, avec le temps. Elle avait appris à côtoyer les résidents plutôt que de les frapper. Bien qu’elle n’était pas au mieux de sa forme, elle pouvait accepter un peu de compagnie.

-« À trois conditions. Premièrement, tu me dis ton nom. Deuxièmement, tu ne fais pas concurrence à la demoiselle en détresse ici présente. » Elle désigna brièvement Haron. « Troisièmement… vous avez intérêt à terminer cette pizza, les mecs. »

La jeune femme n’était pas tant embêtée par la présence d’une troisième personne dans la pièce. Elle se fichait bien de se retrouver seule avec Haron ou non. De toute façon, vu la façon dont il se comportait depuis qu’ils avaient allumé la télévision, elle savait qu’elle n’avait rien à craindre de lui. Erïka quitta le canapé pour s’installer sur un fauteuil. Ainsi, elle ne sera pas obligée d’être à proximité des deux hommes. Elle n’était pas fanatique des contacts physique… sauf si c’était pour frapper.

Maintenant qu’elle en avait l’occasion, Erïka posa cette fameuse question qui lui brûlait les lèvres depuis les dernières minutes. Elle était curieuse et souhaitait savoir pour quelle raison Haron craignait tant ce type de films d’épouvante. Il n’avait jamais regardé de longs métrages dignes de la collection de la jeune femme, cela était bien évident. Elle savait choisir ses films. Elle avait un don pour trouver les plus effrayants, ceux qui laissaient des traces dans l’esprit du spectateur, même après quelques jours. Elle aimait ce type de film qui tourmentait, qui faisait réfléchir et qui la portait à se demander si elle ne deviendra pas une pauvre victime, comme tous ces pauvres personnages violement tués. Puisque tous les goûts étaient dans la nature, ce type de cinéma ne convenait pas à tout le monde.


-« Hey, Haron. Pourquoi tu flippes devant des films aussi… peu flippants ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Jeu 4 Juil 2013 - 1:50

De toutes les personnes qui pouvaient débarquer, il fallait que ce soit Alex, son propre colocataire, il n'était pas méchant bien au contraire : il était vraiment un garçon agréable à vivre, ainsi qu'à regarder furtivement lorsqu'il ne portait plus grand-chose mais ça c'était une autre histoire, le fait est que lui aussi semblait beaucoup s'amuser de la situation. Le jeune mutant se renfrogna légèrement à force de voir les gens se foutre de lui, même s'il n'y avait rien de méchant là-dedans.

Mais que dire pour se défendre. Il n'avait jamais apprécié ce genre de film et il n'avait jamais vraiment compris lui-même pourquoi, il n'y arrivait juste pas, ce qui était quelque peu étrange en effet, pour un fan et joueur de musique métal, ce genre de film aurait dû être un gâteau d'anniversaire pour lui. Oui, il ne fallait pas l'oublier, Haron était principalement un adepte du métal, jouant très souvent dans sa chambre et se baladait constamment avec sa guitare sur le dos, qu'il avait d'ailleurs posé contre le canapé dans son étui. D'ailleurs à force, s'il y a bien une chose qu'Alex avait eu le temps d'apprendre en compagnie du minotaure, c'est qu'en bon fan de métal, la chose qu'il protège le plus au monde, n'était ni ses rares amis, ni ses conquêtes mais bel et bien sa guitare préférée. Elle était comme un trésor personnel aux yeux des autres, mais pour Haron c'était une extension de lui-même, dans cette guitare coulait sa propre âme, il en prenait soin, repassait parfois dessus pour lui redonner sa propreté.

Quoi qu'il en soit il décida de ne pas rester sans répondant.

- Ho ça va hein. On est pas tous parfait, donc oui je l'admet... J'encaisse mal les films d'horreur.

Dit-il en faisant la tête, ce qui devait rester relativement comique pour les deux autres, mais Haron tentait de remonter la pente. Alex vint s'installer à côté de lui, il se décala un peu pour lui laisser la place de s'installer et regarder le film en leur compagnie. Après tout peut être qu'avec quelqu'un de plus il arriverait à se sentir plus à l'aise, son regard se porta sur sa guitare, il hésitait un peu à la prendre avec lui, encore une fois cette guitare semblait être sa solution à tout, elle était comme un étendard de courage lorsqu'il la prenait entre ses mains.

Lorsqu'il vit la pizza avec le pepperoni, Haron lorgna avec appétit sur le repas, elle avait du gout, du moment qu'il ne s'agissait pas de bœuf il ne craignait pas de se faire vomir dans les toilettes du coin. Sur ce il resta tranquille quand même, il prit un morceau de pizza afin de se changer les idées, il mâchonna tranquillement sa part de pizza. La jeune fille était connue pour ne pas avoir la langue dans sa poche, c'était ce qu'elle prouvait en lui parlant de lui arracher la langue, ce à quoi il répondit aussitôt, se fichant royalement de ce que pouvaient penser les gens.

- How... Ce serait fâcheux... J'en aurais encore besoin à l'avenir, j'aimerais lui faire visiter encore plein jeune demoiselle.

Oui, Haron se fichait royalement du "qu'en dira-t-on", il aimait le sexe, s'envoyait par conséquent en l'air à tout bout de champ, peu importe avec qui et de quel sexe étaient les personnes, homme ou femme du moment que la personne lui faisait de l'effet, si vous voyez ce que cela sous-entend. Cependant par la suite alors qu'il mâchonnait sa deuxième part en en donnant une à Alex, il entendit Erika le qualifier de "Demoiselle en détresse". C'est qu'elle se fendait la gueule à se foutre de lui en plus, c'était évident mais là, c'était plus qu'ouvertement, elle s'en donnait totalement à cœur joie. Cependant, elle lui demanda pourquoi il avait aussi peur pour un simple film.

- Ben en fait. Je sais pas trop? J'ai jamais su encaisser ce genre de film et c'est jamais passé... Et toi Alex t'as pas intérêt à en profiter pour me gonfler.

Termina-t-il en pointant le jeune loup du doigt. Afin de s'auto-réconforter, il empoigna le grand étui qu'il ouvrit afin d'en sortir sa relique, sa guitare électrique qu'il prit dans ses bras, offrant une scène plutôt amusante dans un certain sens, bien que cela ne lui fasse aucun effet que les gens trouvent bizarre qu'il parle à sa propre guitare.

- Toi tu te moque pas de moi hein... T'es gentille avec moi. Tu te permettrais pas de te moquer de moi toi... Oui je parle à ma guitare et alors? Je fais ce qu'il me plait.

Sur ce, il garda sa guitare sur ses cuisses en la caressant du doigt, jusqu'à ce que le film se montre plus un film sanglant avec de l'action, déjà plus au gout d'Haron, qui préférait l'action pure au suspens. Soudain la musique du film finit par changer pour rentrer dans un style qui remonta l'intérêt d'Haron, cette musique était bel et bien de son style, du métal et du Judas Pries par-dessus tout, ce groupe avait joué ou accepté de mettre une de leur musique pour le générique d'entrée de ce film.

-... Alors là... Cette musique. C'est du Judas Pries ça mes petits, ho yeaaa!!! Cette musique m'excite au plus profond de mon âme... Et de mon caleçif!!!

Chanson:
 

Autant le dire, Haron était presque dans un état second à suivre les accords de cette chanson sur sa propre guitare, remuant sa chevelure en véritable head-bang de professionnel, ses cheveux tournant au rythme de rotation de la tête du mutant qui avait en même temps commencé à chanter par-dessus la chanson, étant donné qu'il connaissait la plupart des chansons de métal par cœur. Lorsque enfin le générique s'acheva, Haron se laissa tranquillement retomber sur le canapé en soufflant de satisfaction.

- Uf... Désolé mais je pouvais pas rester de marbre devant du Judas Pries quoi, ce groupe est magique je vous dis.

guitare d'Haron:
 
(J'ai eu une érection en voyant cette guitare XD)

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Alex Inuka

Alex Inuka

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 28

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mer 24 Juil 2013 - 1:08

En effet, ce n'était pas Erika qui avait hurlé telle une jeunes écolière que l'on voyait dans ces animés japonnais... c'était bien le beau Haron... Mon compagnon de chambre... Sa virilité avait pris une claque franche sur le coup... Tellement forte, que même moi, je ne pu m’empêcher de rire.


-" Il a pas tort. Pour la virilité, on repassera. Maintenant, détend toi, t’as l’air coincé. En passant, cri de nouveau comme ça et je t’arrache la langue.

- How... Ce serait fâcheux... J'en aurais encore besoin à l'avenir, j'aimerais lui faire visiter encore plein de jeune demoiselle."

Sur ces paroles, si soudaine, J'avais rougi légèrement. Pourquoi fallait-il qu'il en rajoute... et surtout... Pourquoi il ne me laissait pas indifférent... Que se soit dans ces paroles, ou son comportement...

J'avais demandé si je pouvais regarder le film avec eux.

-« À trois conditions. Premièrement, tu me dis ton nom. Deuxièmement, tu ne fais pas concurrence à la demoiselle en détresse ici présente. » Elle désigna brièvement Haron. « Troisièmement… vous avez intérêt à terminer cette pizza, les mecs. »


Je connaissais un peu le caractère de cette dernière. Impulsive, parfois violente, mais pas méchante au fond. Même de loin, j’appréciai Erika, car tout cela n'était qu'une bulle de protection. Puis même si elle était froide, elle pouvait être gentille... Je le voyais bien quand elle était avec Will, ou Amy... Et d'autres rares personnes qu'elle fréquentait.

- Je m'appelle Alex... Alex Inuka. On ne s'est jamais parlé, mais je t'observe de loin ... comme un peu tout le monde en fait. Je suis parfois avec Will sur le terrain de basket... J'ai tendance à être assez discret... Il n'y a que mon autre forme... Que l'on remarque franchement. Je promet de ne pas concurrencer Haron dans le bruit de ces cris, c'est une certitude.

Regardant la pizza je fronçais les narines à cause de la trop forte odeur de nourriture. Je n'avais pas encore faim... Puis il faisait bien trop chaud pour manger un plat pareil...

- Haron... j'espère que t'as faim... Pour ma part, j'ai trop chaud pour manger une pizza.

Je m'installai alors à coté de mon compagnon de chambre. Bon dieu qu'il tenait chaud, même à cette distance...

-" Hey, Haron. Pourquoi tu flippes devant des films aussi… peu flippants ?

- Ben en fait. Je sais pas trop? J'ai jamais su encaisser ce genre de film et c'est jamais passé... Et toi Alex t'as pas intérêt à en profiter pour me gonfler."

Fronçant les sourcils, je me décalai un peu. Je n'avais aucunement l'intention de le taquiner plus, au contraire, mais sa réaction me refroidit. Autant il m'attirait, autant il pouvait m'énerver au plus haut point quand il s'y m'était.


- Toi tu te moques pas de moi hein... T'es gentille avec moi. Tu te permettrais pas de te moquer de moi toi... Oui je parle à ma guitare et alors? Je fais ce qu'il me plait."


Je le regardais, déconcerté, en train de parler à sa... guitare ?! Il me fallut encore une patience monstre pour ne pas exploser de rire, ni même montrer un sourire. Il se comportait comme un enfant de 5 ans parlant à son doudou... C'était drôlement touchant en fait. Drôle, mais touchant.

Peu après le début, le film passa un bout de musique. C'était à ce moment la qu'Haron s'était levé, et s'était mis à chanter et secouer tout son corps massif, avec ses long cheveux. On voyait bien les muscles de son cou... un cou qui donnait envie d'être mordillé tellement il était massif et sexy...

Me reprenant, je regardais en direction d'Erika, craignant sa réaction.

-" Uf... Désolé mais je pouvais pas rester de marbre devant du Judas Pries quoi, ce groupe est magique je vous dis."


S'il le disait... j'écoutais d'autre groupe pour ma part. Plus "asiatique". Une fois qu'il fut calmé, et qu'il s'était réinstallé, nous reprîmes le visionnage du film.

Plus le temps passait plus je me perdais dans mes pensées... Loin d'être transporté par le film au final. J'étais plus en train de méditer. Qu'est-ce qui n'allais pas chez moi... J'étais à côté d'un mec, qui étrangement ne me laissait pas indifférent, bien au contraire. Je n'avais jamais eu de copine, et j'étais loin de m'imaginer être attiré par quelqu'un de même sexe que moi... Je me faisais littéralement un nœud cérébral... A essayer de comprendre pourquoi lui.

Poussant un léger soupir vers le milieu du film, je posais ma tête sur l'épaule de Haron, fatigué par mes réflexions m'amenant au fait qu'il était possible que je soit plus qu'attiré par lui... J'avais même fini par m'endormir contre lui. La chaleur m'assommait littéralement, et Haron était un chauffage ambulant par ce temps là. J'étais littéralement bercé par son odeur... Ainsi que celle d'Erika qui n'avait été apparemment contre lui qu'un bref instant. Quand soudain une odeur plus lointaine m'interpella... Imprégnée dans les habits. Une odeur de cuir... puis... de...

Je me réveillai en sursaut, regardant Haron avec des yeux à moitié paniqué et déconcerté. Ce qu'il pouvait être tordu quand il s'y mettait!

-... Mec... j'espère juste pour toi... que M. Scott ne saura JAMAIS... mais vraiment JAMAIS... ce qu'il s'est passé dans SA voiture... Ou ce ne sera pas une simple punition que tu vas te prendre... Mais une sacrée rouste. Punaise mais... Enfin je sais pas, c'était pas ta voiture ! Puis... Cette... Fille... Enfin je veux dire, vous avez abusé ! je la sens jusque dans la fibre de tes vêtements! Je peux presque te dire que vous n'avez pas "rien" fait!! ...Tu crains quand tu t'y met.


Un peu déconcerté, je me sentais presque sali d'avoir "deviné" tout ça. Me raclant la gorge et me relevant, je regardais partout en me rendant compte que j'avais parlé un peu fort sur le coup de la surprise.


-Oups... Pardon Erika... Je voulais pas te déranger...
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
Erïka M. Davidoff

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 26
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Mer 24 Juil 2013 - 18:18

Erïka adorait le cinéma. La seule raison qui l’empêchait de se rendre dans les grandes salles afin de regarder un film était la société. Tout le monde allait au cinéma. Par contre, ce n’était pas tout le monde qui était assez poli et éduqué pour comprendre que lors d’un film il valait mieux fermer sa grande gueule. Elle aimait le silence. Plongée dans le noir, elle ne voulait pas voir une seule lumière provenant d’un téléphone. Comme il y avait toujours quelqu’un pour parler ou pour adopter un comportement déplaisant lors d’une séance au cinéma, elle préférait éviter ce genre d’endroit. Elle préférait acheter les films une fois sortis sur DVD ou les regarder à la télévision. Ainsi, elle était tranquille.

Actuellement, il était bien difficile de regarder un film d’horreur en paix. Haron passait son temps à crier comme une petite fille. L’adolescente se moquait bien de lui. Cependant, au bout d’un moment, ses tympans lui réclamaient un peu de répit. Elle menaça le jeune homme de lui arracher la langue s’il continuait de crier. Il ne se gêna pas pour lui répondre avec une petite réplique salace.


-« Je vois. Tu utilises ta langue pour compenser tes parties défectueuses ? Pauvres femmes… Ce doit être décevant. » Elle ne put réprimer un petit sourire taquin.

Un résident était entré depuis peu dans la pièce où ils se trouvaient. Visiblement, Haron et lui se connaissaient. L’adolescente n’était pas contre la présence du nouveau venu. Elle avait seulement quelques restrictions. L’une d’elle était de connaitre son identité.

Alex. C’était ainsi qu’il se nommait. Si elle ne le connaissait pas, l’ayant vu à quelques reprises dans l’institut sans jamais lui avoir adressé la parole, lui il la connaissait. Ce n’était pas très rassurant. Il disait l’observer de loin. Il l’espionnait ? C’était ce qu’elle croyait. Erïka fronça les sourcils. C’était quoi son problème de l’observer ainsi ? Visiblement, ce n’était pas qu’elle qui avait droit à tant d’attention. Quoi qu’il en soit, elle aimerait bien se passer d’un voyeur. Cela ne lui plaisait pas vraiment.
Cependant, le nom d’Alex ne lui était pas inconnu. Will lui en avait parlé. Il se tenait parfois avec lui. Ce devait être ce mutant qui se transformait en espèce de chien géant. Elle se souvint d’avoir eu une discussion avec son frère à ce sujet. Il était gentil et pas du tout agressif, si elle se souvenait bien de ce qu’ils avaient dit.


-« Tu… m’observes ? Je peux savoir pourquoi ? »

Erïka décida de porter son attention sur le film. Haron semblait moins effrayé par celui-là. Néanmoins, cela ne changeait rien au fait qu’il n’était pas un grand admirateur de ce type de film. Il avait visiblement peur de ce genre de long métrage, mais Erïka ne comprenait pas pourquoi. En fait, c’était probablement une question de goût. Lui, il détestait les films d’épouvante. Elle, elle ne supportait pas les comédies romantiques. Les choses étaient ainsi faites. Néanmoins, elle se décida à demander au jeune homme pourquoi il n’aimait pas les films d’horreur. Ce dernier ne savait pas quoi répondre. Il n’aimait pas cela, tout simplement.

Comme Erïka n’arrêtait pas de se moquer de lui, il préféra prévenir Alex de ne pas en faire autant. Il était un incompris, voilà tout. Personne ne pouvait le comprendre… sauf sa guitare. L’adolescente observa son délire. En le voyant faire, elle passa une main sur son visage, découragée. Il parlait vraiment à sa guitare ? Pendant quelques secondes, Erïka se demanda si elle ressemblait à ça lorsqu’elle parlait à ses cochons d’inde. Non, impossible.


-« Si elle avait la capacité de parler, je suis certaine qu’elle te traiterait de débile. »

L’adolescente abandonna l’idée de regarder le film. Ce n’était pas comme si elle ne l’avait jamais vu, de toute façon. Le délire d’Haron n’était pas terminé. Lorsqu’une musique énergique émana des haut-parleurs reliés à la télévision, il se leva et se déchaina, faisant tournoyer sa longue chevelure d’ébène. Cette fois-ci, Erïka s’abstint de faire des commentaires. Elle se contentait de sourire. Elle ne se permettrait jamais de se comporter ainsi avec des gens qu’elle connaissait à peine, mais elle s’avouait que la musique donnait envie de se lever et de bouger, de se révolter et d’entrer dans l’action. L’adolescente adorait cette chanson, bien qu’elle ne l’ait jamais entendue auparavant.

Le calme revint dans la pièce et Erïka décida finalement de regarder la suite du film. Elle ne se souciait pas trop des deux mutants sur le canapé, installée confortablement dans son fauteuil. Cependant, après un long moment de silence où seul la télévision diffusait sons et voix dans la pièce, Alex pris la parole. En fait, il s’adressa à Haron. Visiblement, il avait deviné quel genre de connerie le jeune homme avait fait la veille. Il semblait outré. Erïka, elle, était amusée.


-« J’espère que tu n’as pas tâché les sièges. Il est tellement chiant qu’il serait capable de faire des analyses pour savoir qui s’est fait passer dessus sur sa banquette arrière. »

Erïka se leva à son tour. Alex s’était excusé d’avoir parlé un peu trop fort. Tant qu’il n’agressait pas ses tympans comme Haron savait si bien le faire, elle allait survivre. Par contre, elle comptait les laisser ensemble, tous les deux, pendant un petit moment. Ils allaient sûrement discuter des événements de la veille qui ne la concernait pas du tout. Elle avait soif et comptait aller se chercher quelque chose à boire dans la cuisine.

-« Ça va. Si je me souviens bien, Will m’a dit que tu te transformais en chien… non, en loup, un truc du genre. Tu dois savoir ce que ça fait d’avoir les tympans fragiles, alors. Évite de parler trop fort, tu vas m’épargner une migraine. D’ailleurs, Haron, quand tu baises, fais moins de bruit, je t’entends depuis l’autre bout du couloir. »

Sur ce, elle quitta la pièce et se dirigea vers la cuisine. Il y avait quelques personnes dans la pièce, mais l’accès au réfrigérateur était libre. L’adolescente cherchait quelque chose de sucré comme du jus. Elle n’en trouva pas. Refermant la porte, elle ouvrit plutôt celle du congélateur. Elle avait rapidement changé d’idée sur ce qu’elle désirait. Cependant, elle ne le trouvera pas ici. La jeune femme quitta la cuisine et alla rejoindre la chambre froide. Elle savait que son petit ami y était enfermé. Cela lui brisait le cœur de le voir dans cet état, complétement transformé en glace, dans l’impossibilité d’avoir de quelconques contacts humains.

Erïka ouvrit la grosse porte. Une forte brise de fraicheur émana de l’ouverture et la fit frissonner. Sans manteau, elle ne pourra rester très longtemps dans cette pièce. Malgré tout, elle y pénétra. Aussitôt, elle chercha son petit ami afin de le saluer, de lui demander de ses nouvelles. Elle était frigorifiée. S’arrêtant devant une étagère glacée, elle fouilla rapidement dans une boite afin de trouver ce qu’elle cherchait. Le froid était bien trop intense. Il était impossible de rester dans cette pièce qui, à cause du don de Bobby, atteignait une température bien plus inférieure que la région la plus glacée de cette planète. À contre cœur, Erïka quitta la pièce et referma la porte derrière elle. Elle se sentait si faible. Elle ne pouvait rien faire pour lui. Elle n’était pas capable de supporter un tel froid.

La jeune femme retourna au salon. Sa peau se réchauffait peu à peu, bien qu’elle était extrêmement pâle. Ses doigts étaient glacés, surtout à cause du Mister Freeze qu’elle tenait dans une main, mais cette visite en valait la peine. Elles en valaient toujours la peine. Même si son corps ne pouvait pas supporter cela, elle continuera à retrouver celui qu’elle aimait, jour après jour, refusant de l’abandonner.

Une fois qu’elle eut retrouvé les deux mutants, Erïka se laissa retomber dans son fauteuil. Elle déchira un petit morceau de l’emballage et se mit à manger sa collation glacée. Elle observa à tour de rôle Haron et Alex avant de reporter son attention sur le film. Il était pratiquement terminé. Aura-t-elle envie d’en regarder un troisième, par la suite ? Peut-être pas. Tout dépendait de ce qui allait se produire d’ici la fin du long métrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haron Karzen

Haron Karzen

Messages : 322
Date d'inscription : 13/10/2011
Age : 27
Localisation : Institut

Fiche Tecnhique
Metier: Gérant d'un magasin d'instrument/Boxeur en ligue amateur
Age : 21 ans
Nationalité : américain

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Sam 27 Juil 2013 - 21:19

(Hrp: J'ai un peu galéré la ^^")

Haron était comme à son habitude un garçon arrogant et un peu trop "je-m'en-foutiste" sur les bords. Mais là en plus, il en rajoutait avec ses commentaires salaces, même si la jolie Erika avait de quoi le taquiner en stock, ce qui amusa le mutant bovin au final. Elle avait du courage de mettre en doute ses capacités sexuelles.

* Sérieux? Elle vient me causer de MES boules? C'est qu'elle manque pas de répondant, la mignonnette... Dommage qu'elle soit pas libre, je lui aurais bien fait découvrir le plaisir au plus haut niveau. Elle parait un tantinet froide comme ça... Je suis sûr qu'une fois lancée elle devient bien chaude la petite blonde*

Il fallait le dire : même s'il y avait mieux Erika restait un très joli morceau, ce qui était vraiment dommage selon lui qu'elle ne soit pas libre, car si cela avait été le cas, Haron ne se serait pas privé de tenter le coup. Mais pour des raisons... Relativement importantes, il ne pouvait pas se permettre cela.

- Attend... Tu me sors que je serais impuissant? Tu me fais bien rire d'un coup, ça se voit que tu me connais mal.

Gêné de mettre en avant ses capacités sexuelles ? Pas le moins du monde, il était fier d'être un baisodrome ambulant et ne s'en cachait pas un seul instant. Après cela il laissa les deux autres discuter tranquillement, il se fichait d'être qualifié de "demoiselle en détresse" une fois de plus par Erika, il écoutait d'une oreille plutôt distraite, il comprit juste-que Alex fréquentait un certain Will.

*Will... Will... ça me dit un truc ça... Le Will? Le borgne là ? Je le remercie lui aussi de m'avoir sauvé mais bon... Va pas se mentir, m'a l'air d'être d'être un lourdingue lui aussi. Mais bon, j'y dois une chandelle à lui aussi... Je déteste ça putain... Pourquoi je dois être redevable maintenant? Ok j'ai merdé avant, résultat me suis retrouvé dans la merde mais bon... Enfin bon pourquoi je me casse le cul à réfléchir à tout ça, l'est bien gentil.. Mais de loin ou de prêt ça m'a l'air d'être un mec... Surement sympa.. Mais pas mal ennuyeux... Bah, concentre-toi sur toi mon petit Haron... et achève cette pizza puisque les deux autres estomacs de mouche sont déjà calés.*

En effet les deux autres compagnons de salle d'Haron n'avait plus faim, il s'empara donc finalement de la boite pour commencer à manger goulûment, s'enfournant les parts de pizza dans la bouche.

- Hmf.. Pour une fois que je peux manger en paix... Dany me verrais manger ça, il serait déjà en train de me botter le cul sous prétexte que "Ce n'est pas un repas digne d'un sportif" BLAAA BLA BLA. Quand il est à proximité je vous dis pas le nombre de truc qui me sont interdit de manger.

Lança-t-il en mimant une bouche parlante avec sa main sur la fin. Même s'il appréciait beaucoup Dany son capitaine, il trouvait celui-ci particulièrement agaçant lorsqu'il s'agissait de la nutrition d'un sportif. Haron n'aimait pas se priver des choses qu'il aimait grignoter. En effet Dany était un capitaine engagé et surveillait du mieux qu'il pouvait le train de vie de ses équipiers, même si pour cela il se rendait parfois un peu agaçant. Mais au final c'est ce qui faisait de lui un bon capitaine. Haron de son côté se faisait railler par Erika parce qu'il parlait à sa guitare, à cela il ne tarda pas un seul instant.

- Boooo, tout le monde fait ça... Ose me dire que tu n'as jamais parlé à un objet ou un animal de compagnie comme ça? Chacun son trip, moi c'est ma guitare, toi c'est... Autre chose.

C'était son point de vue en tout cas, Alex se retint de rire face à la scène, sans que le minotaure ne le remarque. Au final le film n'était pas génial, même Haron restait assez tranquille, c'était plus de l'action mal-foutue qu'autre chose, on appelait ça de l'horreur... Surement à cause des "monstres-vilains-pas-beaux" qu'il y avait. Soudain il sentit quelque chose et regarda de côté, Alex s'était endormi sur son épaule sans prévenir, mais le jeune bovin ne dit rien au final pourquoi? Et bien parce que la situation était plutôt agréable, ok il était par moment un peu encombrant mais.. Pas mal au final, il était plutôt attirant dans son genre, il préféra laisser couler, grave erreur.

En effet Alex se réveilla d'un seul coup, ayant apparemment senti l'odeur féminine sur lui et de transpiration due à l'excitation imprégnée dans ses vêtements.

* Ho putainnnn, j'vais zappé son odorat... et J'aurais dû au moins changer de fringues, v'la qu'il va me péter les testiboules maintenant.*

Au moins Erika avait de l'humour et fit une remarque à laquelle Haron ne put s'empêcher de rire un peu, en effet Scott était un maniaque avec sa voiture.. Même s'il était encore loin du niveau d'Haron avec sa guitare, puis elle s'en alla, elle avait quelque chose à faire apparemment.

* Même si Alex est pas mal à mater... Chiotte... J'avais envie de la reluquer un peu quand même... Pas le droit de toucher c'est vrai mais.. Rien ne m'empêche de regarder. En plus ça va, y a quand même un peu de monde à reluquer, mais bon faudrait qu'elle ait... Moins de tissu pour qu'on y voit mieux, hé hé... Ou encore des vêtements qui mouleraient un peu son corps... ça serait le top pour me rincer l’œil, ok tu te calmes mon petit bovin sur pied... Tu vas finir par faire sauter le pantalon à forcer de penser à tout ça*

Puis enfin son attention se reporta sur Alex qui semblait outré de savoir qu'Haron était allé jusque là avec la voiture de Scott.

- Dis-toi ça "Royal Canin".... Il ne reçoit que ce qu'il provoque. S'il n'était pas aussi pompant ça ne lui arriverait peut-être pas. Ça lui fait les pieds de se prendre des coups de ce genre, si ensuite il insiste à jouer à monsieur le trou du cul de première, j'en trouverais d'autre pour l'emmerder. Et puis en ce qui concerne avec qui je baise, je baise qui je veux, où je veux et quand je veux... Dans les positions qui me plaisent... au passage celle d'hier que j'ai rencontré au bar... Piuuuuu, qu'est-ce que je lui ais mis, elle est pas prête de trouver quelqu'un de cette qualité.

Encore une fois, Haron ne put s'empêcher de faire étalage et éloge de ses capacités physiques dans l'art de la luxure. Il se fichait royalement de ce que pouvaient penser les gens de sa façon d'être et de vivre, il voulait faire ce que bon lui semblait au possible, le fait que ce ne soit pas très moral lui importait peu... Jusqu'à certaine limite. Finalement au bout d'un moment il vit Erika revenir.

- Ah ben t'es de retour au final.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://black-lagoon-rpg.forumgratuit.org/
Alex Inuka

Alex Inuka

Messages : 205
Date d'inscription : 21/07/2012
Age : 28

Fiche Tecnhique
Metier: étudiant
Age : 18 ans
Nationalité : franco/japonaise

Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1Lun 29 Juil 2013 - 4:34

-« Je vois. Tu utilises ta langue pour compenser tes parties défectueuses ? Pauvres femmes… Ce doit être décevant. »



- Attend... Tu me sors que je serais impuissant? Tu me fais bien rire d'un coup, ça se voit que tu me connais mal.


La conversation avait coupé assez court. Et tant mieux pour moi... Subir le récit des ébats d'Haron à 3 mètres de lui devenait insupportable pour d'obscures raisons. Entre autre le bruit, mais... Aussi au fond de moi.


J'avais parlé un peu avec Erika en me présentant, et j'en avais sans doute un peu trop dis.


-« Tu… m’observes ? Je peux savoir pourquoi ? »

Oups... Elle avait pas l'air d'avoir apprécié mon aveu... Je ne m'étais pas fait prier pour m'expliquer.

- Attention hein... Pense pas que j'espionne tout le monde... C'est juste que... Je suis très timide de nature et j'ai du mal à aller de moi même vers les gens. Ça commence à se dissiper après ces 2 saisons passées au sein de l'Institut. Je voulais absolument pas te froisser.
C'est juste que je sais que Will, qui m'a beaucoup aidé, est souvent avec toi, alors j'ai voulu te  connaitre... Vu que t'avais l'air très solitaire, je n'ai pas osé venir vers toi, pour ne pas t'importuner.



Comment être plus sincère? On ne pouvait pas, car ces mot étaient simplement venus de cœur. Je ne pensais vraiment pas à mal quand j'observais les gens que je voulais approcher.


Peu de temps après Haron s'était mis à parler à son instrument... La scène était pittoresquement drôle, mais je réussis à ne rien laisser paraître pour ne pas le mettre plus en rogne.

-« Si elle avait la capacité de parler, je suis certaine qu’elle te traiterait de débile. »

Malheureusement, des fois, on ne peut pas tout contenir, et j'avais pouffé de rire... Rire caché dans un toussotement afin de ne pas attirer les foudres de ce mec, qui... Fallait l'avouer, était bien bâti, avec une réputation de grand bagarreur. De toute manière depuis mon entrée ici, je m'étais fait une promesse... Plus jamais je ne me laisserai marcher sur les pieds de façon gratuite. Le seul moyen pour que cela arrive, serait pour protéger quelqu'un.  

- Boooo, tout le monde fait ça... Ose me dire que tu n'as jamais parlé à un objet ou un animal de compagnie comme ça? Chacun son trip, moi c'est ma guitare, toi c'est... Autre chose.


Haron avait fini par se déchaîner sur une chanson, telle une furie. Le voir s'agiter comme ça mettait son corps en valeur. Quand il s'installa, nous pouvions à nouveau regarder le film tranquillement. J'étais parti en pleine réflexion... Sur moi... Et... Haron... Pourquoi je me sentais comme ça en sa présence. A l’affût de la moindre chose pouvant me permettre de mieux le connaitre... L'approcher.

J'avais fini par m'endormir, épuisé, contre l'épaule de ce dernier. Quand je m'étais réveillé en sursaut.

-... Mec... j'espère juste pour toi... que M. Scott ne saura JAMAIS... mais vraiment JAMAIS... ce qu'il s'est passé dans SA voiture... Ou ce ne sera pas une simple punition que tu vas te prendre... Mais une sacrée rouste. Punaise mais... Enfin je sais pas, c'était pas ta voiture ! Puis... Cette... Fille... Enfin je veux dire, vous avez abusé ! je la sens jusque dans la fibre de tes vêtements! Je peux presque te dire que vous n'avez pas "rien" fait!! ...Tu crains quand tu t'y met.

-« J’espère que tu n’as pas tâché les sièges. Il est tellement chiant qu’il serait capable de faire des analyses pour savoir qui s’est fait passer dessus sur sa banquette arrière. »


Je ne m'étais pas rendu compte que j'avais parlé trop fort, j'avais été surpris. Je m'excusais alors auprès d'Erika pour la gêne occasionnée.

-« Ça va. Si je me souviens bien, Will m’a dit que tu te transformais en chien… non, en loup, un truc du genre. Tu dois savoir ce que ça fait d’avoir les tympans fragiles, alors. Évite de parler trop fort, tu vas m’épargner une migraine. D’ailleurs, Haron, quand tu baises, fais moins de bruit, je t’entends depuis l’autre bout du couloir. »

Mes yeux se levèrent en l'air d'un air dépité... Même elle, alors qu'on était à au moins 3 chambres d'écart, l'entendait!... Je vous laisse imaginer ce que c'est alors quand on est dans la même pièce...



Erika quitta la pièce un instant, suivie du regard  un cours instant par Haron... Ce regard qui voulais tout dire... Alors que j'allais répondre, les yeux noirs d'Haron se posèrent sur moi. Son regard d’ébène, dans le milieu... Doré. Mon sang ne fit qu'un tour. L'air autour de moi était saturé de son odeur, ainsi que cet insupportable arôme d'ébats monstrueux, infime, mais tellement présent une fois remarqué. Inspirant pour commencer ma phrase, il me lâcha.


- Dis-toi ça "Royal Canin".... Il ne reçoit que ce qu'il provoque. S'il n'était pas aussi pompant ça ne lui arriverait peut-être pas. Ça lui fait les pieds de se prendre des coups de ce genre, si ensuite il insiste à jouer à monsieur le trou du cul de première, j'en trouverais d'autre pour l'emmerder.
Et puis en ce qui concerne avec qui je baise, je baise qui je veux, où je veux et quand je veux...
Dans les positions qui me plaisent... au passage celle d'hier que j'ai rencontré au bar...
Piuuuuu, qu'est-ce que je lui ais mis, elle est pas prête de trouver quelqu'un de cette qualité.




Ce fut comme un coup de parpaing derrière la tête. Cette tension, qui m'avait donné envie de me jeter sur les lèvres d'Haron se dissipa d'un coup... Laissant plus place à l'envie de lui sauter au cou pour le mordre que l'embrasser. Mes sourcils se froncèrent instantanément à ce surnom... "Royal canin"... Ce que je pouvais haïr ce surnom... Me rappelant de mauvais souvenirs... J'avais vu rouge un instant... Mais il ne pouvait pas savoir mon passé... Je ne lui avais jamais parlé de ma venue ici.

La plupart de nos discussions tournaient autour de la musique, des cours, du rangement de la chambre, et un peu de chahut parfois.

Mais là... Camarade de chambre ou pas, s'en était trop. Je n'allais pas me laisser faire.


- Ho ho ho... La vache milka... Elle va baisser d'un ton, d'abord, et ensuite... Non, TU ne baises pas où tu veux... Quand on est dans une chambre avec un colocataire, on a des règles de savoir vivre qu’apparemment t'as pas assimilé, et que les cruches que tu sautes non plus. Parce que j'en ai marre d'avoir les oreilles qui sifflent après votre remake d'un quelconque porno mal tourné... Pour finir, si pour toi la qualité se résume à : 3 lattes cassés, une truie qui hurle à me donner envie de la jeter par la fenêtre, et 5 minutes d'action... Whoua... Je suis bluffé par ton terme... Qualité... Surtout qu'être monté comme un taureau signifie pas "savoir s'en servir" !
Tu vois... Ce qui me désole le plus dans tout ça, c'est que tu vois pas que dans tout ce petit manège, c'est pas toi qui mène le jeu, mais les grognasses que tu ramènes parce qu'elle te tiennent par les bourses... T'arrive même pas à voir  qu'il y a des personnes qui s'intéressent à toi, pour autre chose que du sexe... Pfff... De toute manière je sais même pas pourquoi je perd mon temps à parler avec quelqu'un qui a un pénis à la place du cerveau... Je sais vraiment pas ce que je te trouve pour que tu m'attires...



Les yeux froncés montrant ma colère du moment, les poings serrés, je sentais mon souffle s'accélérer, signe que j'étais très remonté, et que je risquais de muter sous l'emprise de la colère. Mon torse se levait et descendait au rythme de ma respiration, laissant échapper un léger grognement de contrariété, plus animal qu'humain. Je crois bien que c'était la première fois que je me mettais en colère a l'institut.

Me relevant, il devenait évident pour moi qu'il fallait aller prendre l'air.

- Je te préviens le steak sur pattes... Je croise encore une seul conquête dans la chambre, incapable d'être silencieuse, je la fiche dehors, à poil s'il faut, et a grand coup de pied au derrière. Et toi avec en prime si le plaisir m'en vient.


Au passage, je n'avais pas entendu Erkia que je ne pus éviter en passant à proximité du fauteuil. Lui donnant un petit coup d'épaule, je l'avais rattrapé doucement pour ne pas qu'elle tombe et l'avait dans l’élan assise dans le fauteuil.

- Gomen...

Elle avait sans doute du entendre, et voir ma colère dans mes yeux jaunes, qui ainsi, faisaient froid dans le dos.

Le torse nu et irradiant de chaleur, j'avais décidé d'aller me calmer à la piscine... Et je sentais que cela allait prendre énooooormément de temps.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Corvées Forcées [Pv Haron] Empty
MessageSujet: Re: Corvées Forcées [Pv Haron]   Corvées Forcées [Pv Haron] Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

Corvées Forcées [Pv Haron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Quelle corvée ce shopping ! [Kimberley]
» Haron Karzen [100%]
» Sous la bruine...
» Nous sommes notre propre Fleau [Dany]
» Fin du rp: On finira forcément sous le gui {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure-