X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mer 22 Mai 2013 - 9:57

Will s'était réveillé tôt aujourd'hui malgré que ce soit son jour de congé. A vrai dire, il n'arrivait pas vraiment à dormir, tourmenté par ses pensées qui ne le lâchaient pas. Vous savez, lorsqu'une date particulière approche et qu'on stresse tellement à son approche qu'on en ferme pas l'oeil de la nuit parce qu'elle arrive le lendemain ? Hé bien Will était dans cet état. Il aurait pu choisir un tout autre jour, le faire lorsqu'il se sentait prêt mais il ne voulait pas laisser passer l'occasion qui lui fournissait une très bonne excuse. Aujourd'hui, une pièce de théâtre particulière était jouée à New York. Elle reprenait plusieurs des comtes de Grimm et le rouquin était certain que sa petite amie adorerait la voir. De plus, y aller lui fournissait l'excuse parfaite pour qu'ils soient bien vêtus tous les deux. A l'origine, il avait juste songé l'emmener dans un restaurant un peu chic pour expliquer leur tenue mais cette nouvelle idée était tout simplement parfaite. Elle ne se douterait de rien jusqu'à la dernière minute, c'était certain.

Mais malgré son plan préparé parfaitement, il craignait cette journée. Il désirait tant que tout se passe bien qu'il craignait tout foutre en l'air à force de trop bien faire. A vrai dire, il craignait surtout un refus de la part de l'italienne. Tout allait se jouer au cours de cette journée cependant, il n'avait pas le droit à l'erreur. Observant sa petite amie qui dormait, il se mordait les lèvres, anxieux. Mais elle avait l'air si paisible, elle, que le simple fait de la regarder ainsi le calmait. Tout irait bien.

Plutôt que de la stalker tel un hibou sur sa branche fixant un mulot, le rouquin décida de se lever et de se préparer. Déjà, une bonne douche ne serait pas de trop. Y passant un certain temps, il prenait soin d'être le plus parfait possible. Pour une fois, il s'était même plus ou moins coiffé. Sortant de la salle de bain, il ouvrit le placard pour sortir de quoi se vêtir. Il ne comptait pas mettre son costume made in Rika tout de suite. Ca, ce serait pour le jour de leur mariage... si jour il y avait. Et puis, cela ferait un peu trop "officiel", Amy se douterait de quelque chose. Il opta donc plutôt pour des vêtements classes mais plus sobres. Pantalon à pinces noir et chemise blanche (mais pas fermée jusqu'en haut, faut pas exagérer, ça donne l'air d'un pingouin après). Il ne mettait pas le veston qui allait par dessus pour le moment. Il veillait à ne pas faire de bruit pour ne pas réveiller Amy. Vérifiant d'ailleurs qu'elle dormait toujours, Will s'éclipsa de la pièce pour se rendre à la cuisine.

Une fois là-bas, il songea qu'il aurait peut-être dû passer par là avant de s'habiller. Il aurait l'air malin s'il se tachait... Il fit donc très attention à ne rien renverser, préparant un plateau repas pour sa dulcinée. Tartines, café, jus d'orange, etc, tout y était. Lorsque tout fut prêt, il remonta à l'étage, ouvrant la porte à l'aide du coude. Voyant les couvertures remuer, il se doutait bien qu'Amy était enfin réveillée. Il referma la porte puis s'approcha du lit alors que la jeune femme se redressait. S'asseyant près d'elle, il déposa le plateau au dessus de ses genoux.


"Bonjour ma belle. T'as bien dormi ? Tiens, j't'ai préparé un p'tit truc à manger !" fit-il avec un sourire avant de se pencher pour l'embrasser

Il la laissa émerger à son rythme, la laissant manger. Il ne manqua pas de lui piquer une tartine cependant, n'ayant rien avalé depuis son réveil. Voyant qu'elle regardait sa tenue sortant un peu de l'ordinaire, il préféra l'éclairer avant qu'elle ne se pose trop de questions. Ouvrant le tiroir de son chevet, il en sortit un rouleau de papier. Il le déplia et le tendit face à elle pour qu'elle puisse le lire. Il s'agissait de l'affiche qui présentait la pièce de théâtre, dévoilant date, heure et contenu. Quoi ? On avait pas le droit d'arracher les affiches ? Détail.


"Aujourd'hui, y a c'te pièce qu'est jouée. Ca t'dit d'aller la voir ? J'm'étais dit qu'elle te plairait."

Voyant l'air émerveillé d'Amy, Will n'eut pas tellement besoin qu'elle lui confirme son envie. Lui laissant l'affiche, il profita que le tiroir de chevet était ouvert pour s'emparer des deux billets qu'il avait acheté. Il les lui agita sous le nez, souriant.

"Bah ça tombe bien parce qu'j'ai les billets. On a plus qu'à y aller quand tu s'ras prête, t'as l'temps encore, c'est pas avant l'début d'aprem. En plus, maint'nant qu'j'ai une bagnole, c'est plus simple pour s'rendre à New York ! Mais attention ! T'nue correcte exigée."
affirma t-il en brossant sa chemise, taquin "S'tu veux, t'as qu'à m'faire un défilé, j'te dirais quelle tenue ira l'mieux ! Quoique... non. J'serais pas un bon jury. J'choisirais toute nue alors... J'ai pas envie d'devoir tuer tout ceux qui posent les yeux sur toi !" ajouta t-il en riant

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Jeu 23 Mai 2013 - 18:21

Normalement lorsque le corps chaud du rouquin quittait les draps, Amy se réveillait instantanément. Ce ne fut pas le cas cette fois la. Il fallait reconnaître qu'ils avaient pris l'habitude de dormir lové l'un contre l'autre dans la rue, partageant ainsi leur rythme de sommeil. Cependant, comme toute chose, les habitudes se modèlent en fonction des actions présentes de notre vie. Et hélas, ces derniers temps, ils ne partageaient que peu d'heures nocturne.

En effet, Will travaillait vraiment dur pour leur offrir un maximum de confort financier. De ce fait, il rentrait soit tard, soit complètement lessivé et partait bien plus tôt que l'éveil de l'italienne. Bref, si les premières nuits Amy avait eut du mal à ne plus calquer le sommeil de son petit ami, avec le temps, elle avait finit par réussir à dormir, même lorsqu'il n'était pas là. Cette fois la ne fit pas exception.

Ce ne fut donc que lorsque le jeune homme ouvrit la porte pour revenir dans leur chambre que l'italienne quitta les bras de Morphée.

Se tortillant un peu dans le lit pour profiter des derniers instants d'ensommeillement, elle finit par se redresser, étouffant un bâillement du revers de la main. La voix de celui qu'elle aimait attira son attention et c'est tout naturellement qu'elle tourna la tête vers ce dernier afin de lui offrir son perpétuel sourire matinal.

La jeune femme eut à peine le temps d'ouvrir la bouche pour souhaiter le bonjour à son compagnon, qu'il déposa quelque chose sur ses genoux. Pas besoin de regarder, elle savait très bien de quoi il s'agissait. Will était ainsi après tout, dès qu'il avait l’occasion de faire quelque chose pour lui faire plaisir, il sautait dessus. Et quoi de plus plaisant de bon matin qu'un petit déjeuné ? Un baiser ? Il s'en chargeait aussi !

" Oh, merci mi bello c'est trop gentil. " dit elle d'une voix encore un peu enraillée, répondant au baiser avec tendresse. " Oui, j'ai super bien dormi, et toi ? T'es les traits un peu tiré non ? Et tu... "

Tout en croquant dans une tartine pour s'assurer que le gout de la confiture était bien réel et qu'elle ne rêvait plus, elle fixait Will avec un air interrogateur, l'air un peu perdu voir même pensif. Il portait une tenue plutôt classe qui ne ressemblait pas à son accoutrement habituel. Que se passait il ? Amy aurait bien sûr pu lui demander, mais elle redoutait d'avoir oubliée un événement important qui devait se dérouler se jour la. Aussi, plutôt que de passer pour un poisson rouge, elle se pressait de fouiller sa mémoire, continuant de manger sans lâcher le rouquin du regard, des fois que sa tenue lui déclenche un éclair de génie.

Pourtant rien ne venait....

Puis, Will du avoir pitié d'elle puisqu'il se décida enfin à dévoiler le pourquoi du comment. Le première pensé d'Amy fut qu'elle était soulagée. Elle n'avait pas oublié, elle n'était juste pas au courant. Puis, son cerveau assimila soudainement l'information que venait de lui donner celui qu'elle aimait. Il lui proposait d'aller au théâtre ! Écarquillant un peu les yeux, elle déroula l'affiche avant de littéralement s'illuminer. Amy aimait le théâtre, du moins ce qu'elle en connaissait, c'est à dire... le jeu de contes pour enfants. Hors, c'était justement des contes qui étaient mis en avant dans la pièce que son petit ami lui proposait d'aller voir. Et pas n'importes lesquels, ceux des Frères Grimm, ses préférés.


" Bon sang Will... c'est... c'est... c'est trop bien !! Comment on fait ? T'as un contact en coulisse ? On peut aller sous la scène ? Non... c'est pas ça, t'es habillé trop beau pour qu'on joues aux souris curieuses. Ne me dis pas que tu as.... "

Si ! Il avait acheté des places ! Ces deux derniers remuait sous son nez, la faisant loucher un peu.

" Quoi ? Cet aprem ? Tenue correcte ? Oh bon sang, vite vite ! "

Amy était à présent parfaitement réveillée. L'excitation était entrain de s'emparer de son corps et dans quelques instants il serait parfaitement impossible de la faire tenir en place. Se dépêchant de se lever, elle manqua de faire tomber le plateau à terre, le rattrapant à la dernière seconde, une des tartines restantes projetée tout de même au sol... coté beurré, bien sûr, vous avez déjà vu l'inverse vous ??

" Merda ! Pardon.. attends je ramasse. Hop, voilà. Bon... trouver une tenue... j'ai ça moi ? Oui, oui je dois avoir... "

La demoiselle se dirigea vers l'armoire, avant de faire demi tour et de revenir vers son petit ami, l'enlaçant soudainement avant de l'embrasser avec passion.

" Merciiiiii "

Elle retourna alors jusqu’à la penderie, l'ouvrant rapidement. L'idée d'offrir un petit défilé vestimentaire à son petit ami était alléchante, cependant, elle ne disposait pas d'assez de vêtements pour ça. A défaut, elle le laissa décider entre deux robes. La première était noire, sobre, fendue jusqu'à mi cuisse, légèrement décolleté, aux brettelles croisées dans le dos. La seconde oscillait entre beige et blanc, d'un tissu plus léger, serrée aux hanches pour devenir plus ample ensuite. Un petit châle à placer sur les épaules l'accompagnait.

" Aides moi à choisir s'il te plait mon amour. Sinon oui, j'irais toute nue !" riant un peu elle laissa le temps à son petit ami de se décider.

La demoiselle alla ensuite prendre une douche, puis se vêtit. Elle resta un moment dans la salle de bain, tentant de faire quelque chose d'élégant de ses cheveux. Elle finit par noué en un chignon mi haut, bouffant, aux mèches libres. C'était une coiffure qu'elle avait vue il y a peu, porté par une star dont elle ignorait le nom, sur la couverture d'un magasine que lisait une élève de l'institut. Le résultat était plutôt joli sur l'italienne. Se regardant dans le miroir, elle eut même du mal à se reconnaître.

Ensuite, une fois prête, elle quitta la salle de bain pour retrouver son bien aimé, sur jouant alors un rôle de bourgeoise


" Me voilà prête my lord. Quand y allons nous ? " clama t elle en lui tendant le bras avec un faux air pédant.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Ven 24 Mai 2013 - 13:26

Will était quelqu'un d'attentionné de nature. Il avait toujours veillé à ce qu'Amy ne manque de rien, quitte à se priver. Ce n'était pas parce qu'il ne possédait pas grand chose qu'il comptait s'en servir comme excuse pour ne pas avoir la moindre attention à son égard. Il aimait voir le sourire qui se dessinait sur ses lèvres lorsqu'il lui faisait plaisir. C'était pour lui bien mieux que n'importe quelle autre récompense au monde. Et aujourd'hui, il voulait la rendre la plus heureuse possible. Il avait tout prévu pour ça. Enfin... plus ou moins. A vrai dire, il ne pouvait pas trop anticiper les réactions de sa petite amie même s'il la connaissait par coeur. Il y avait des décisions qu'il ne pouvait prendre à sa place...

Malgré tout, il veillait à ne rien oublier et commençait par le commencement. Déjà, il avait enfilé une tenue des plus classes qui tranchait avec ses tenues ordinaires, beaucoup plus simples et banales. Il voulait être le plus présentable possible pour faire la demande qui allait changer sa vie. Hors de question de faire ça à l'arrache comme s'il allait simplement lui demander de sortir avec elle un soir. Là, c'était pour toute la vie, ce n'était pas rien. Mais plus que jamais, il était sûr de lui à cent pour cent. Une fois vêtu, il s'occupa de préparer un petit déjeuner à la femme de sa vie. Il désirait qu'elle ait le ventre plein afin de passer la journée dans les meilleures conditions possibles.

Vu le sourire qu'elle lui offrit lorsqu'il déposa le plateau au dessus de ses genoux alors qu'elle venait à peine d'émerger, nul doute qu'elle était contente. C'était déjà ça de pris, la journée commençait bien. Elle lui fit cependant remarquer qu'il avait les traits tirés. Ca, il l'avait bien remarqué en se regardant dans la glace, un peu plus tôt. Rien d'étonnant puisqu'il était tellement stressé qu'il dormait peu. De toute façon, il n'y avait rien qui aurait pu mettre la puce à l'oreille de l'italienne puisque dernièrement, Will travaillait encore plus pour obtenir un maximum d'argent et offrir à sa belle un mariage des plus réussis. Mais encore fallait-il qu'elle accepte.


"Ca va. Mais j'ai pris l'rythme du boulot, du coup j'ai du mal à dormir longtemps maint'nant. Ca explique sans doute que j'paraisse fatigué mais ça va, j't'assure. Quoique, j'dis pas non à un baiser magique qui m'redonn'rait d'l'énergie !"

Pour l'heure, elle semblait avoir remarquer sa tenue particulière mais n'avait rien osé dire. Sans doute se demandait-elle pourquoi il était ainsi vêtu et attendait tout bonnement qu'il lui explique le pourquoi du comment. Lui laissant le temps de grignoter une tartine, il décida de lui donner l'affiche pour mieux lui expliquer ce qui l'attendait. Cette pièce de théâtre était faite pour elle. Qui d'autre qu'Amy adorait autant les histoires des frères Grimm ? Autrefois, ils se seraient sans doute contentés d'escalader le bâtiment pour voir la pièce depuis une fenêtre, quitte à ne rien entendre ou bien encore à se faufiler dans les coulisses comme elle le disait si bien. Mais cette époque était révolue. A présent, ils pouvaient s'y rendre comme des gens tout à fait respectables. Et ça, Amy le comprit dès qu'il agita les billets sous son nez. Elle avait le droit à la meilleure des places pour en profiter au mieux.

"T'as l'temps, t'as l'temps, j'ai d'jà tout préparé, il reste plus qu'toi à apprêter."

Le réalisant, elle se mit alors à s'affoler, comme soudainement pressée d'être prête pour pouvoir y aller. Il y avait encore le temps mais la voir ainsi s'agiter amusa le rouquin malgré le fait qu'elle en renversa une tartine. Rien de grave. Elle fut cependant plus rapide que lui pour la ramasser et il la débarrassa du plateau, le déposant sur la table de chevet alors qu'il la regardait s'éloigner avant de revenir vers lui pour l'embrasser. Avec un tel baiser, si cela ne prouvait pas qu'elle était contente, c'est que Will ne comprenait rien aux femmes. Ravi de voir tant de joie, il lui rendit son baiser avec joie.

"Content qu'ça t'fasse plaisir ma belle."

Amy devait faire à présent face à un dilemme. Quelle tenue porter ? Elle demanda alors l'aide de son petit ami, lui présentant deux tenues plutôt différentes. Les deux lui allaient bien, difficile de choisir. Will les observait l'une après l'autre, songeur. La noire se voulait bien plus sexy que l'autre, surtout à cause de la fente sur le côté et le rouquin estima qu'il vaudrait mieux qu'elle porte l'autre. Mais quelle que soit la tenue qu'elle allait porter, nul doute qu'elle allait attirer les regards.

"La blanche. Elle ira bien avec ma t'nue à moi, on f'ra un beau couple comme ça. Et si tu comptes y aller toute nue, j'te préviens, tu dépass'ras pas l'seuil d'la porte ! Parce que bon, faut qu'on accorde nos tenues, non ?" fit-il avec un sourire taquin

Amy s'éclipsa dans la salle de bain pour prendre une douche. Profitant de son absence, Will ouvrit la commode où se trouvaient ses vêtements et extirpa un petit écrin dans lequel se trouvait la bague dont il allait se servir. Il le rangea dans la poche de sa veste qui reposait encore sur le dossier d'une chaise. Il s'en empara ensuite pour l'enfiler, attendant patiemment que sa petite amie soit prête. Le moment de la demande s'approchait petit à petit et il commençait à devenir nerveux. Mais pas question que l'italienne se doute de quoique ce soit, il essayait donc d'être le plus naturel possible. En la voyant sortir de la salle de bain vêtue de sa magnifique robe, il se sentit déjà un peu mieux. Elle était si belle... Son regard se perdit quelques instants en admiration pour elle. Il ne redescendit sur terre que lorsqu'elle lui tendit le bras, jouant un rôle. Will était loin d'être le chevalier blanc que l'on trouverait dans un comte de fées contrairement à ce que pouvait en dire Amy, mais il pouvait bien faire semblant. Tendant son bras contre le sien pour qu'elle s'en empare, il attrapa les billets et son porte-feuille qu'il rangea à l'intérieur de sa veste également.


"Allons-y milady. Le théâtre n'attend plus que nous !"

Sortant tous deux de la chambre, ils se rendirent au garage où Will ouvrit la portière passager le temps que sa petite amie grimpe à l'intérieur de sa voiture. Il referma ensuite la portière, contourna le véhicule et prit place côté conducteur. Quittant l'Institut, ils atteignirent assez rapidement la ville bien que le rouquin respectait les limitations de vitesse. Il ne tenait pas à être ralenti par un éventuel contrôle de police. Arrivé non loin du théâtre, il se gara sur le parking privé puis vint à nouveau chercher le bras de sa petite amie. Il lui laissa le temps d'admirer le bâtiment avant de s'engouffrer à l'intérieur où les attendait un placeur. Will lui donna les tickets et ils furent placés sur l'un des balcons, en hauteur pour pouvoir mieux voir la scène et un peu isolé du reste de la salle. Ainsi, la jeune femme ne serait pas dérangée par le bruit des chuchotements de la salle et pourrait profiter du spectacle le mieux possible. Les billets avaient coûtés plus chers qu'une place habituelle mais cela importait peu au rouquin. Tout ce qu'il désirait était que l'italienne soit heureuse. Ils se rendirent donc à leurs places et Will conserva la main d'Amy dans la sienne. Le spectacle n'avait pas encore commencé.

"Les places te plaisent ? J'm'étais dit qu'ce s'rait plus sympa comme ça. J'espère qu'la pièce va être chouette."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Sam 7 Sep 2013 - 23:50




"Ca va. Mais j'ai pris l'rythme du boulot, du coup j'ai du mal à dormir longtemps maint'nant. Ca explique sans doute que j'paraisse fatigué mais ça va, j't'assure. Quoique, j'dis pas non à un baiser magique qui m'redonn'rait d'l'énergie !"

La bouche de l'italienne se replia pour former une petite moue sceptique. Bien sûr, elle savait que le travail effectué par son petit ami à la Frost Compagnie devait être titanesque vu qu'il lui arrivait parfois de s'écrouler littéralement sur leur lit à peine revenu, malgré tout elle doutait que les traits tirés du rouquin incombe entièrement à ça. Elle le savait résistant et avait cru percevoir une étrange intonation dans sa voix. C'est qu'elle le connaissait par cœur, ce petit ton léger masquant un brin d'angoisse et la tentative de changement de sujet ne la dupait pas. Quelque chose trônait dans la tête de son bien aimé, quelque chose dont il ne voulait pas parler. Tant pis, il se confirai à elle quand il jugerait le moment opportun, elle le savait. Après tout ils s'étaient promis de ne rien se cacher et elle ne doutait pas de la bonne foi de William à ce sujet. Il lui fallait parfois juste un peu de temps et Amy respectait ça. Aussi, au lieu de lui tirer lourdement les vers du nez, elle décida de passer outre ses interrogations et de se plier à la demande de son petit ami, tendant les bras pour inviter le rouquin à se pencher vers elle, elle l'embrassa à deux reprises.

" Et hop, double dose d'énergie pour monsieur ! Oh mais qu'est ce que ?? Vous avez complétez vot' carte de fidélité, vous avez donc gagné un big bisou gratuit !! "

Après avoir offert au jeune homme un troisième baiser bien plus long et passionné, tâchant de ne pas faire basculer le plateau déjeuné sur ses jambes, elle le libéra en souriant bêtement, fière d'elle.

Et puis... ce fut la surprise ! L'invitation qui allait avec la tenue de pingouin que portait le mutant, la présentation d'une affiche, de deux billets... et la joie qui monta en flèche dans l'esprit de la demoiselle lorsqu'elle réalisa ce qui se passait. Des contes des frères Grimm, joués au théâtre et deux sièges réservés juste pour eux !! Un rêve qui devenait réalité. Ne sachant plus où donner de la tête, s'agitant, remerciant le rouquin, s'agitant à nouveau, Amy du remettre ses idées en place pour ne pas se transformer en tornade. La première étape fut de se préparer et même si le jeune homme lui assurait qu'ils avaient le temps, la mutante était tellement pressée de voir le spectacle qu'elle s'activa pour se faire la plus belle possible. N'étant jamais allée dans un tel endroit, elle ne savait trop comment se vêtir et réclama donc les conseils de son petit ami. Et puis, il fallait l'admettre, elle voulait être magnifique pour lui. Il était tellement merveilleux à ses yeux qu'elle se devait d'être à la hauteur.


" On est toujours assortis mi bello *affirma t elle la main sur le coeur avant de le gratifier d'un clin d'oeil* ! Mais ok pour la blanche. Et si tu me coince ici... tu sera O.BLI.GE de faire toi même le spectacle et en italien parce que... je connais les contes que comme ça. " *Puis, accompagnée d'un petit rire faussement diabolique, elle disparut dans la salle de bain*

Une tenue digne d'une reine plus tard, son gentleman au bras, l'italienne se laissa guider jusqu'à la voiture du rouquin. Cette voiture, elle l'aimait pour sa praticité, mais elle la détestait de par sa provenance. Non mais franchement, qui d'autre qu'une riche sans connaissance de la valeur de l'argent aurait eut l'idée d'offrir ça pour un anniversaire ?? Un véhicule classe, en parfait état, qui avait laissait l'arrière gout amer à la demoiselle que son cadeau à elle était idiot. Pourtant, William n'avait pas semblé ressentir les choses ainsi. D'un côté, la jeune femme savait que son petit ami n'était pas superficiel et que ce n'était pas la valeur d'un objet qui influençait son taux de bonheur mais d'un autre.... une voiture bordel !!! Pourtant, la brune n'avait rien dit, elle s'était contenté d'un sourire un peu crispé et d'un "whaaa, ça te fera moins de route pour rentrer du boulot comme ça, j'te verrai plus, c'est génial " lorsque le rouquin lui avait montré son bolide, mais dans le fond elle se maudissait surtout de ne pas avoir était celle qui lui avait offert la possibilité d'une telle praticité et d'un tel gain de temps. Enfin, c'était fait et elle devait reconnaître qu'en ce jour, le carrosse qui allait la conduire au théâtre lui semblait plus plaisante que jamais. Il était peut-être temps de faire la paix avec le véhicule et de l'accepter comme un don qui leur avait été fait...

Le trajet se déroula donc tranquillement. Rapidement mais sans infraction. Durant tout le long, Amy s'agita sur son siège. Heureusement qu'elle connaissait la ville comme sa poche sinon elle aurait été capable de replonger en enfance et d’assommer son petit ami de multiples " On arrives bientôt ?? ". Ne cessant de changer les fréquences de radio dans un geste frénétique, l'italienne ne parvenait pas à fixer son attention, bien trop pressée d'être enfin arrivé à destination.

Pourtant, une fois devant l'immense bâtiment, après avoir délaissé la voiture dans un parking non loin, pendue au bras de son compagnon, la mutant se figea. Pour la première depuis l'annonce de la sortie, elle ne bougeait plus. Toisant le Thêatre avec une sorte de silence religieux, remontant lentement son regard du perron jusqu'au toit, elle ne put empêcher sa mâchoire de tomber. C'était idiot, en réalité elle avait déjà vue l'endroit, de l’extérieur, assez souvent. Il lui arrivait, autrefois, de passer des heures (lorsque Edge et elle étaient séparés par diverses nécessitées dues à la survie ) devant juste pour voir sortir les spectateurs et de savourer leur mine rêveuse. Suite à ce petit rituel, Amy avait assimilée l'endroit à une mer de rêve. On pouvaient y rentrer bougons, lassés par son travail, sa famille, sa vie, mais durant le court laps dedans passés dans les salles du Théâtre, on se séparaient de ce genre de ressentis et on en ressortaient plus léger, comme ayant échangés une vielle carcasse de peaux mortes contre une nouvelle, plus jeune, plus agréable. On en sortaient... lavés.

Une fois, un vieil homme s'était approché d'Amy alors qu'elle se trouvait occupée à contempler un petit groupe de personnes s’enthousiasmants sur la pièce qu'ils venaient de voir. Ce n'était sans doute pas la première fois qu'il la voyait là. Il s'était placé à ses côtés, sans un mot d'abord, toisant également le groupe avec un fin sourire édenté. Puis, il avait posé sa main sur l'épaule de la mutante, dans un geste réconfortant, enroulant ses doigts crochus à son épaule avant de lâcher quelques mots d'un voix enraillée.

" Tes yeux sont plein d'envie jeune fille, mais ne te perds pas en convoitise. Là bas, c'est un autre monde, un monde qui n'est pas atteignable pour les pauvres ères tels que nous. Mais si ça peut te rassurer, tu ne manques rien d'important. Le théâtre, c'est un endroit où vont se faire mousser les idiots qui pensent que ça les rendra plus intelligent. De la masturbation mentale, tu peux me croire. Aller, file avant que les vigiles ne pensent que tu attends leurs chers créditeurs pour quémander quelques dollars. Ces salauds seraient capables d’appeler les flics. Fichus bourgeois, ils aiment pas que le bas-peuple entache leur image de perfection. La misère elle doit rester fictive pour eux, au sein d'une pièce, pas en en sortant. "

Amy n'avait pas tout compris à l'époque. Son Anglais ne lui permettait pas de tout saisir et son esprit n'était pas sûr de vouloir adhérer à ce genre de pensée. Bien sûr, elle avait un avis assez proche de l'homme en ce qui concernait l'indifférence et le mépris des riches, mais elle ne voulait pas croire qu'un abris à rêve, un sanctuaire de l'imaginaire, puisse être inaccessible. Non, un jour, elle irait voir de l'autre côté des murs !

Et ce jour était venu. Grâce à William. Une fois de plus il réalisait un de ses désirs les plus chers. Pourtant, à aucun moment elle n'aurait pensée assister à une pièce avec lui. Non que cela ne lui plaise pas, au contraire, mais elle savait que ce n'était pas vraiment la tasse de thé du jeune homme. Rester assis à regarder des gens se donner la réplique, entourés de la haute et de leur attitude pompeuse, sans pop-corn ! Non, c'était certain qu'il aurait préféré louer un film à mater à la maison, dans l'intimité d'un canapé. Et pourtant, il était là, à côté d'elle, dans un costume élégant, lui offrant le bras comme pour lui dire, je resterai à tes côtés quoi qu'il arrive, même si cela m'impose des moments pénibles. Et avec ça il avait encore le toupet de refuser qu'elle le catalogue de parfait ?

Amy déposa un discret baiser dans le cou du rouquin en guise d'énième remerciement. Puis elle avança d'un pas pour inviter son petit ami à reprendre leur chemin. Avant de franchir les portes, elle jeta un regard un arrière, vers la rue, de l'autre côté du caniveau. Aucun sans abris dans les parages, les vigiles avaient ils gagnés aujourd'hui ? L'espace d'un instant elle se demanda si entrer dans le théâtre n'était pas une trahison envers elle même, envers son passé, envers sa vision du monde. Mais dès qu'elle fut dans le hall, la pensée s’envola. C'était tellement beau, tellement grand. Non, Amy n'avait pas changée, elle se sentait toujours toute petite face à la beauté du monde et ça, c'était son humilité et rien ne la changerai pas même le confort d'une nouvelle vie...

Une fois installés, la mutante constata que le rouquin avait fait les choses en grand. Il leur avait trouvés des places au balcon, dans une petite alcôve qui offrait une vue excellente sur la scène, absolument parfaites.

"Les places te plaisent ? J'm'étais dit qu'ce s'rait plus sympa comme ça. J'espère qu'la pièce va être chouette."

" Tu déconnes ?! Elles sont extra !! "

La voix d'Amy avait porté un peu plus fort qu'elle ne le souhaitait. L'excitation l'avait même fait monter dans les aiguës. Elle compris au regard que lui lancèrent deux, trois, personnes. Souriant de toutes ses dents elle leva un peu la main en signe d'excuse. Elle savait ce qu'ils devaient penser "quel horrible language dans la bouche d'une jeune fille vêtue avec tant de raffinement". Car oui, c'est l'impression qu'avait Amy dans cette robe. Celle d'être une véritable duchesse... les bonnes manières en moins, mais ça, elle s'en contrefichait, ça l'amusait même de voir l'air atterré des râleurs gênés par son petit cri de joie.

" Pfff ça va, ça a même pas commencé... moi aussi j’espère que ça sera cool, mais c'est obligé, c'est les frères Grimm ! " *murmura-t-elle en se tassant un peu dans sa chaise, serrant la main de son petit ami.

Puis, la salle s’obscurcit, le rideau se leva et la jeune femme se redressa en même temps. Et... la magie opéra. Amy aurait été incapable de dire combien de temps cela dura, pas assez à son gout, mais durant tout le temps, elle se trouva avaler par la pièce. Elle cherchait à tout voir, dans son ensemble, les décors, les costumes, les actions, sans perdre une miette des dialogues pour autant. La seule chose qui la tenait encore encré au monde réel était la main de William qu'elle ne lâcha pas une seconde, la serrant dans les moments d'actions, la caressant du pouce dans ceux de tendresse. Par ce contact, le couple partageait encore plus le spectacle. L'italienne avait l'impression qu'il n'y avait qu'eux, que tout n'était joué que pour eux. C'était merveilleux.
Hélas le spectacle prit fin. Les acteurs apparurent à nouveau sur la scène pour faire le salut et Amy lâche quelques instants la main de son bien aimé, se levant, pour applaudir de toutes ses forces. Et même lorsque la salle fut rallumée, que les gens commencèrent à évacuer, elle resta là, debout, les yeux grands ouvert, l'air aux anges, à toiser le rideau pourpre à présent retombé.

" C'était TROP génial !! J'ai adorée ! Vraiment, vraiment ! Merci mon amour, merci, merci, merci. Je vais garder ce souvenir dans mon esprit toute ma vie ! T'a aimé toi ? C'était pas trop... euh.. chiant ? Tu veux qu'on fasses un truc que t'aimes en retour ? Tout ce que tu veux ! "

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Dim 15 Sep 2013 - 23:14

Will détestait mentir, surtout à Amy. Mais mentait-il vraiment ? Il lui cachait la vérité car il désirait que cette journée soit une véritable surprise. Il n’y avait pas de mal à ça non ? Pourtant, il se sentait un peu coupable, mal à l’aise. Il craignait qu’elle ne lise trop bien en lui et ne finisse par se douter de quelque chose. A la façon dont elle le regardait, il devina qu’elle le soupçonnait de lui cacher quelque chose. Elle le connaissait trop bien… Toutes ces années ensemble les avaient rendu incollables l’un sur l’autre. Le rouquin espérait juste que l’italienne n’insiste pas ou se mette à chercher ce qu’il pourrait bien lui cacher. Par chance, il avait tout prévu. Il avait une très bonne excuse pour justifier le port de sa tenue si particulière. Mais pour l’heure, il essayait de dissimuler son stress, le justifiant par la fatigue. Amy ne tarda pas à lui donner plusieurs baisers, dont un plus long qui donna l’envie au rouquin de tout laisser tomber et de lui sauter dessus. C’était fou ce qu’il pouvait l’aimer cette femme. Tout chez elle l’attirait. Mais il se retint, ce n’était pas le moment !

« Je peux ravoir une carte de fidélité ? Ou un abonnement à vie ? Parce que… j’dois avouer que j’suis d’venu accro… C’est grave docteur ? »

Il venait de lui donner un indice sans le vouloir et il espérait qu’elle n’y prêterait pas attention. Non, elle ne devait pas se douter de quoique ce soit… que ce soit pour la demande ou bien pour la pièce de théâtre qu’ils allaient voir. Ca, cela fit clairement plaisir à la jeune femme qui s’affola dans tous les sens. Jamais Will ne l’avait vu réagir comme ça. Nul doute que la surprise lui faisait plaisir. Elle devait avoir attendu ça depuis si longtemps… Emballée, elle prit même la peine de lui faire un défilé pour qu’il choisisse la tenue qu’elle allait porter. Elle était si belle qu’il la dévorait des yeux. Donnant son avis, il lui affirma qu’il la coincerait ici si elle comptait sortir en tenue d’Eve. Ce à quoi elle répliqua qu’il lui devrait alors un spectacle et qu’il allait devoir donner de sa personne. Si le rouquin parlait italien, il était loin de pouvoir faire tout un spectacle tout seul.

« Mouais ben… on va y aller hein ! J’suis sûr que ça t’plaira bien plus si c’est fait par des pros ! Allez ma colombe, en route ! » fit-il en riant, la comparant à l’animal à cause de la couleur de sa robe

En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, ils étaient en voiture, en route pour la ville. Will conduisait prudemment, pensant à la suite des évènements. Il savait déjà comment il allait s’y prendre. Amy ne le savait pas encore mais elle allait tomber dans un énorme piège. Elle avait déjà un pied dedans… Le rouquin ne pouvait s’empêcher de sourire en pensant à ce qu’il avait prévu. Mais, même s’il était quasiment sûr de son coup, quelque chose lui nouait l’estomac. Il était possible qu’un refus soit énoncé. Et ça, il ne le supporterait pas. Préférant ne pas y songer, il se concentra sur la conduite bien qu’Amy ne lui facilitait pas la tâche en agissant telle une enfant pressée d’arriver. Souriant, il la rassurait en lui disant que d’ici peu, ils seraient sur place et en avance !

Arrivés sur place, Will tendit son bras à Amy comme un gentleman et la guida à l’intérieur. Mais à peine avaient-ils franchis le hall que la mutante stoppa. Le rouquin fit de même, la laissant prendre ses marques. On aurait dit une enfant qui visitait la maison du père noël. Son regard était brillant, lumineux. Le simple fait de la voir ainsi fit sourire Will jusqu’aux oreilles. Rien ne lui faisait plus plaisir que de voir sa future femme si heureuse. Cela lui donnait du courage pour la suite bien qu’il espérait qu’elle ne serait pas déçue… Le meilleur pour la fin on disait. Enfin, il l’espérait !

Le rouquin patientait, lui laissant tout le temps qu’elle voulait. Pendant ce temps, il observait les gens qui passaient près d’eux. Ils étaient tous bien habillés, élégants mais ayant également l’air aisés. Will avait l’impression de faire tâche dans le décor malgré son costume. A vrai dire, il ne se sentait pas dans son élément. Il n’aimait pas sortir ainsi, se retrouver au milieu des nantis, des privilégiés. Mais il faisait l’effort de venir ici pour Amy. Il savait que tout ça lui plairait et en voyant le résultat, il ne regrettait pas de s’y être essayé. Qui sait ? Il finirait peut-être par apprécier tout ça ? L’italienne l’embrassa dans le cou, ce qui le fit sourire davantage. Nul doute qu’elle était aux anges.

Reprenant leur marche, Will les guida jusqu’à l’un des balcons, là où se trouvaient leur place. Le rouquin avait préféré prendre ces places-ci car il supposait qu’ainsi, Amy pourrait mieux profiter du spectacle. En tout cas, cette dernière semblait trouver le placement idéal. L’espace d’un instant, Will s’interrogea. S’il leur avait trouvé des places à même le sol, aurait-elle réagi de la même façon ? Sans doute. Amy était une fille simple, rêveuse… Un rien lui faisait plaisir et Will adorait cette simplicité de vie. Voyant l’italienne toute folle d’impatience que la pièce commence, il lui attrapa la main et la tira à lui, déposant un baiser dessus.


« C’est une pièce en ton honneur, ma belle. »


La pièce ne tarda pas à commencer. Will ne dit plus un mot, ne se manifestant même plus. Il laissait sa petite amie profiter au maximum de la pièce, s’affaissant un peu dans le siège. Il n’était pas si confortable que ça ce siège… moins que le canapé de l’Institut en tout cas. Le rouquin regrettait que leurs sièges ne lui permette pas de prendre Amy dans ses bras. Lorsqu’ils regardaient un film, au manoir, il avait tendance à s’étaler, prenant toute la place, tandis qu’Amy reposait sur lui, à demi couchée. C’était ainsi qu’il était bien, une main dans ses cheveux. Et il regrettait de ne pas pouvoir le faire. Enfin, pour une fois, il pouvait bien se tenir. Il était là pour elle, elle méritait ce qu’il y avait de mieux.

C’était long. Will manqua de s’endormir mais se mordit l’intérieur des joues pour rester éveillé. Il connaissait déjà les histoires par cœur tant Amy les lui avait conté et il ne voyait pas grand intérêt à voir quelqu’un d’autre le faire. Mais il tint bon. Enfin, le rideau se baissa et Amy se leva comme un diable hors de sa boite pour applaudir. Si elle avait pu créer un ouragan rien qu’avec la vitesse de ses mains, elle l’aurait sans doute fait. Will posa les yeux sur elle, la regardant avec un léger sourire aux lèvres. Nul doute que le spectacle l’avait conquise. Il espérait pouvoir en faire de même par la suite. Amy le remercia alors de l’avoir amené ici, lui assurant que ce serait pour elle un souvenir formidable. Si elle savait ce qui l’attendait… Mais comme elle lui proposait de choisir la prochaine activité, cela tombait bien. Elle lui fournissait une belle excuse.


« J’suis heureux qu’ça t’ait plu, vraiment. C’était pas ma tasse de thé mais les acteurs étaient plutôt bons. L’principal c’est qu’t’en aies profité. Mais tout ça m’a donné la dalle ! On a qu’à s’faire un resto ! J’en ai repéré un pas très loin du port, on m’l’a viv’ment conseillé. Paraît qu’il est super bon ! En voiture on y sera vite. »

Se levant, il lui prit la main et l’entraina dehors. Ils retournèrent à la voiture à leur rythme : Will laissa Amy s’imprégner encore un petit moment de cette salle si magique. Une fois dans le véhicule, le rouquin roula doucement et se gara juste à côté de l’entrée. L’italienne à son bras, il demanda une table pour deux, dans un coin un peu intime. Tirant la chaise pour sa belle, il la laissa s’asseoir puis vint se poser à son tour. Le serveur leur apporta la carte. Une avec les prix pour Will, l’autre sans prix pour Amy. Le repas n’était qu’une étape transitoire mais il désirait qu’elle puisse avoir tout ce qu’elle voulait. Dans la rue, il n’avait pu le faire alors il comptait bien se rattraper.


« Tu t’souviens quand on f’sait les poubelles des resto ? C’était y a pas si longtemps qu’ça. Maint’nant, t’peux choisir c’qui te fait plaisir, j’suis content d’pouvoir te l’offrir. Profites en, c’est qu’le début. Te prive surtout pas ! »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Lun 16 Sep 2013 - 16:31

« Je peux ravoir une carte de fidélité ? Ou un abonnement à vie ? Parce que… j’dois avouer que j’suis d’venu accro… C’est grave docteur ? »

Déposant son index sur les lèvres fines, froissant un peu les sourcils, Amy caricatura à merveille une position d'intense réflexion. Puis, avec l'air le plus sérieux et intelligent qu'elle réussit à prendre, prononçant bien chaque mot pour ne pas les écorcher, elle formula son diagnostic :

" Je pense que c'est très grave mon bon monsieur. A un tel stade, le sevrage n'est même plus envisageable. Je me vois contrainte de vous prescrire des séances d'overdoses intenses, vous ne m'en voyez pas navrée. Quant à votre abonnement, je crois qu'une carte gold in life vous attends depuis plusieurs années déjà, mais chut c'est un secret. "  

Fière de son jeu d'actrice, Amy sourit de plus belle. Mais pour le programme qu'avait prévu le rouquin, ce n'était pas à l'italienne d'être sur scène, mais plutôt dans la salle, à admirer un spectacle qu'elle avait toujours eut envie de voir. Et lorsque le mutant le lui annonça, il devint quasi impossible de faire taire l'excitation qui avait envahie la demoiselle. C'est donc très rapidement qu'elle se prépara après avoir consulté son petit ami sur la tenue la plus adéquate pour une telle sortie, et qu'elle prit la direction de la voiture du jeune homme, vissée à son bras comme une grande Dame escortée par son gentleman.

" Moui, c'est pas très équitable tout ça. Parce que si nos tenues renvoient à des piafs, me voilà colombe et te voilà pingouin, un très beau pingouin hein, mais c'est quand même pas très équilibré. " taquina t elle en tirant la langue.

Il fallait reconnaître qu'elle avait toujours trouvée le rouquin extrêmement beau au naturel. Sa tignasse son sauvage, sa façon de porter les vêtements avec une certaine négligence, lui donnait, aux yeux de la demoiselle, un charme fou. Aussi, malgré le fait qu'elle le trouvait toujours aussi charmant ainsi vêtu, elle avait du mal à s'habituer à un style si "strict" sur lui. Et elle était sûre que même lui ne se sentait pas des plus à l'aise ainsi affublé. Cela rendait l'effort fait afin de lui faire plaisir d'autant plus touchant.

Pourtant, une fois arrivés au théâtre, après un court trajet plein d'agitation et une pause admirative devant l'édifice, Amy remarqua quelque chose qui la fit sourire. Noyés au milieu de personnes toutes plus richement vêtues les unes que les autres, l'italienne constat que personne ne portait aussi bien le costard que son petit ami. Bien sûr, c'était une vision très faussée par l'amour qu'elle lui portait, mais pour elle, il n'y avait pas photo, aucuns des hommes présents, si élégant puissent ils être, ne lui arrivait à la cheville. Une petite pique de fierté vint alors titiller la mutante qui se resserra un peu plus contre son bien aimé. Même si d'un certain côté, ils n'étaient vraiment pas à leur place à un tel endroit, savoir qu'elle était au bras de Will lui donnait l'impression d'être au dessus de toutes les autres. Ce n'était pas tellement de la suffisance ou de la vanité, c'est juste qu'elle avait une nouvelle fois la preuve que grâce à son petit ami, elle était la femme la plus riche du monde. Qu'il ne lui fallait rien de plus et que ça la rendait extrêmement chanceuse.

Et cette impression de chance s'accentua encore plus, si tenté que cela soit possible, lorsque Amy découvrit le magnifique petit balcon surplombant parfaitement la scène au sein duquel se trouvaient leurs places. Edge aurait fort bien pu acheter deux places dans le fond de la salle, sachant très bien que même cela aurait comblé sa belle, mais non, il avait sélectionné un endroit parfait pour maximiser la magie. Qu'avait elle fait pour mériter un petit ami aussi merveilleux ? Etais-ce la façon qu'avait la vie de remettre la balance en équilibre ? Qu'importait la raison dans le fond, Amy comptait bien profiter jusqu'à la fin de ses jours de la chance qui lui était offerte.

« C’est une pièce en ton honneur, ma belle. »

" L'honneur c'est qu'tu sois à mes côtés pour la voir mi Bello. Merci d'êt' là. Je t'aime. "

La pièce commença et à aucun moment Amy ne fut déçue du résultat. Elle le signifia d'ailleurs à toute la salle une fois le spectacle terminé, applaudissant comme si ses mains étaient possédés, un sourire immense barrant son visage. Hélas, comme elle s'en était doutée, le divertissement était nettement moins au gout de son petit ami. Il n'avait pas détesté mais n'avait certainement pas était touché par le même engouement qu'elle. Par contre, il avouait être bien tenté par un restaurant situé non loin de là. Amy se demanda un instant si ce n'était pas de trop, dans le sens ou même si Will avait désormais un travail, ils ne roulaient pas sur l'or et le spectacle avait déjà du coûter une fortune. Cependant, elle savait que l'argent était fait pour être dépensé et si ça pouvait faire plaisir à celui qu'elle aimait, elle n'allait certainement pas faire la réticente. Approuvant donc d'un hochement de tête, elle se laissa jusqu'à la voiture, la main dans celle de celui qu'elle aimait, la tête posée sur son épaule dans une attitude rêveuse.

Puis, une fois arrivé au restaurant, Amy manqua de s'étouffer rien qu'à voir la devanture. C'était très beau, très classe, chic sans être pompeux. En tout cas ça devait être très... cher.


" Whaaa... euh... attend, qui t'a conseillé un tel endroit ? La soeur de Rika ? "

Malgré tout, la jeune femme se laissa conduire à l’intérieur sans montrer de réticence. Déjà, Will était celui qui gagnait l'argent et qui savait quelle somme exacte ils possédaient. Si il pensait qu'ils pouvaient se permettre un repas dans un tel endroit, elle ne pouvait pas vraiment le contredire. Ensuite, la curiosité poussait l'italienne à tester la cuisine de ce ô combien magnifique restaurant. Étaient-ils meilleurs qu'un autre moins huppés ou payaient on le décors ? Bien sûr, c'était une curiosité basée sur rien, puisque tout ce que Amy connaissait des restaurants résidait dans leurs poubelles. Mais tout de même, ça la titillait.

Une fois installés, alors que le serveur s'éloignait pour leur apporter la carte des menus, la demoiselle inspecta l'endroit du regard avec un mélange d'admiration et de stupéfaction. Après sa petite étude, elle du retenir un sifflement et se contenta de sourire à son aimé.


" C'est hyper beau. Et ça sent super bon en plus. T'a vu par la fenêtre là bas y a une vue sur le port. Je le reconnais même pas vu d'ici, il à l'air si... je sais pas, comme sur une carte postale. J'arrive pas à croire qu'on soit assis là. C'est... waw. Dans l'bon sens du terme hein ! J'adore cette journée, je sais pas ce que j'ai fais pour mériter tout ça mais je vais pas m'en plaindre c'est... parfait. Oui, vraiment. "

Puis le serveur leur porta la carte et lorsque l'italienne l'ouvrit, elle plongea dans un univers de saveur dont elle ne connaissait pas la moitié. Après une minutieuse analyse et de multiples relectures, elle finit par remarquer qu'il manquait quelque chose. Ne mettant pas tout de suite le doigt dessus, elle percuta enfin qu'il s'agissait des prix. Haussant les sourcils elle tendit le coup pour jeter un œil au menu que lisait Will, sans parvenir à le voir.

" C'est marrant y a un soucis avec ma carte, j'ai pas les prix. Bon j'sais ce que tu va me dire, j'dois pas me soucier d'ça, mais c'est étrange quand même. C'est parce que les riches peuvent dépenser sans compter tu crois ? Hop c'est la surprise à la caisse ? Ou alors c'est soirée gratuite ? "

Riant un peu, n'étant pas assez au fait de la haute société pour comprendre que c'était une histoire de galanterie, Amy referma sa propre carte, ayant enfin fait son choix. Elle n'avait pas un gros appétit, aussi avait elle choisie de se concentrer sur un plat unique, sans entrée.  Une assiette de poisson, de la saule, et son accompagnant avait eut raison de son désir. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas mangée de produit de la mer et son passé méditerranéen lui réclamait de lui en rappeler les saveurs.

" Tu sais mon amour, j'suis contente de tout ce qu'on a fait aujourd'hui, c'était tellement merveilleux, mais... ça va t'sembler idiot. J'aimerai bien que ça reste exceptionnel. J'veux dire, j'ai peur que si on commences à vivre avec un peu plus d'aisance on s'retrouve privés de la magie qu'offre ce genre de chose. J'ai pas envie d'devnir blasée et de perdre ce truc qui danse en moi aujourd'hui et qui me fait me sentir tellement heureuse. J'ai envie que les jours comme aujourd'hui restent dans ma tête et pas qu'ils soient le même que celui à venir. J'sais pas si j'm'exprime bien. "

Car oui, pour Amy, la journée qu'elle venait de vivre était un précieux cadeau que lui avait fait le rouquin. Un souvenir mémorable de joie et de bonheur qu'elle voulait placer au rang de merveille dans son esprit. Et pourtant, elle était loin de se douter que les choses allaient devenir encore plus époustouflantes et que rien, pas même de nouvelles journées d’opulences, ne pourraient détrôner celle ci dans sa mémoire.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Lun 16 Sep 2013 - 19:12

Will et Amy avaient pour habitude de toujours plaisanter, de se taquiner. La vie qu’ils avaient eu dans la rue n’avait rien eu de rose et ils avaient toujours fait en sorte de voir le bon côté des choses : ils étaient ensemble. Un petit rien leur faisait plaisir, ils n’avaient pas besoin de grand chose pour garder le moral. Il le fallait, c’était vital. Sinon ils seraient sans doute morts depuis longtemps. Mais au final, ils étaient bel et bien vivants et pouvaient à présent profiter pleinement de leur nouvelle vie. Là, ils plaisantaient à propos de tout et de rien… Si seulement Amy savait que ce qu’elle disait allait réellement arriver… Ses propos collaient à ceux du rouquin mieux qu’elle ne pouvait l’imaginer.

« J’espère bien pouvoir rattraper mon retard alors… »


Will était à la fois pressé de partir, histoire de pouvoir rapidement passer à la demande mais il était également nerveux, redoutant le moment fatidique où il prononcerait les fameux mots. Pour l’heure, il prenait son temps bien qu’Amy semblait vouloir se rendre au théâtre au plus vite. Même si le rouquin ne raffolait pas de l’endroit, il ne voulait pas faire attendre sa belle. Même si elle se moquait gentiment de lui à cause de sa tenue, il ne releva pas sur le coup. Certes, le costume n’était pas ce qu’il portait de mieux… il n’en avait même jamais porté auparavant. Mais il faisait avec. De toute façon, le rouquin ne se faisait pas d’illusions, il savait qu’il était loin de ressembler à un mannequin. Il était trop abimé pour songer pouvoir attirer le regard de quelqu’un. Mais là, pour une fois, il avait fait un effort vestimentaire. Il voulait que tout soit parfait.

« Oui mais au moins les pingouins, ça tient chaud, c’est proche de ses petits et en plus ça glisse sur le bide ! Ca c’est la classe ! La colombe elle peut aller s’rhabiller hein ! »

En peu de temps, ils étaient arrivés au théâtre, leur trajet rythmé par les « on arrive quand ? » d’Amy. A présent, elle pouvait pleinement profiter du lieu et de la pièce qui allait être donnée. Will ne se sentait vraiment pas dans son élément, que ce soit dans ce costume qui lui donnait l’impression d’étouffer ou encore dans cette salle remplie de gens qui n’avaient pas les mêmes valeurs qu’eux. Mais il tenait bon, pour Amy. Le simple fait de la voir rayonnante le rendait heureux. Cette pièce était faite pour elle, c’était ce qu’il s’était dit lorsqu’il avait vu l’affiche, plusieurs semaines auparavant. Il n’avait pas hésité une seconde avant d’acheter les tickets. Amy voyait les choses d’une façon différente. Elle estimait que l’honneur, c’était qu’il soit là, avec elle pour profiter du spectacle. Will lui sourit puis se pencha pour l’embrasser.

« Je t’aime. Je s’rais toujours avec toi Amy. »

Jamais depuis qu’ils se connaissaient, ils n’avaient été séparés et Will ne voulait pas que cela se produise un jour. De toute façon, ce soir, il scellerait cette promesse qu’il s’était faite un jour. Elle et lui, c’était pour la vie. Et s’il devait se coltiner une pièce de théâtre dont il connaissait déjà la fin, il le ferait avec plaisir, si c’était pour Amy. Pour l’heure, il avait surtout hâte de passer à la suite.

Une fois la pièce terminée et Amy comblée, ils purent se diriger vers l’étape suivante. Le restaurant qu’avait choisi Will lui avait été recommandé par Eleonnora qui connaissait tous les restaurants de la ville. Le rouquin aussi les connaissait… enfin il connaissait leurs poubelles, moins ce qu’il y avait sur leur carte. La russe l’avait prévenu du prix, pas exorbitant mais pas donné non plus. Cela dit, il s’en fichait. Aujourd’hui était un jour exceptionnel et ils devaient en profiter. Il désirait qu’Amy ait tout ce qu’elle puisse souhaité avoir en cette journée. N’importe quoi, il le lui donnerait sur un plateau. Tout ce qu’il voulait en échange, c’était un « oui ». Devant le restaurant, Amy sembla douter de l’endroit. Visiblement, elle devait trouver ça « trop ».


« Oui, c’est Nora qui m’l’a conseillé. Si jamais on est déçus, on saura à qui s’plaindre ! »

Installés à une table par un serveur, ils n’étaient à présents que tous les deux. Will aurait pu en profiter pour lui faire la demande, là, devant le beau tableau que leur offrait le port. Mais non. Il préférait attendre, faire ça ailleurs que dans un restaurant. Il voulait marquer le coup autrement, à sa façon. Ici, ils ne feraient que manger. Amy prit alors la parole pour avouer qu’elle ignorait ce qu’elle avait fait pour être traitée de la sorte. Au moins, elle appréciait la journée, cela réconfortait déjà Will.

« Tu n’as pas b’soin d’avoir fait quoiqu’ce soit. T’es ma princesse. T’faire plaisir m’fait plaisir. J’me lass’rais jamais d’ton sourire. »

Le serveur revint vers eux pour leur donner les cartes. Will préféra ne pas regarder les prix histoire de ne pas tourner de l’œil. Certes, il avait un salaire, un bon salaire même grâce à ses talents, mais cela restait cher. Will était économe, il ne dépensait jamais plus que nécessaire, préférant mettre de côté pour les grandes occasions. Et c’en était justement une. Lorsqu’Amy se pencha un peu vers lui dans le but de regarder sa carte, le rouquin la redressa aussitôt pour qu’elle ne voit pas les prix. C’était sans doute ça qu’elle cherchait à voir. Mais la réaction qu’elle eut alors fit rire le mutant. Elle avait une façon de voir les choses si naïve, si pure, que c’en était touchant. Plutôt que de lui expliquer tout de suite, il préféra rester sur la plaisanterie.

« Ca tombe bien alors, d’toute façon tu dépenseras pas un sou ! Pour toi, tout est gratuit aujourd’hui ! Même les bisous, profites-en… Demain ce s’ra payant ! »

Will commanda un seul plat, tout comme Amy. Un bon steak avec son accompagnement faisait parfaitement l’affaire. Le stress lui nouait l’estomac et il aurait été incapable de manger davantage de toute façon. Redonnant les cartes au serveur et après avoir commandé, il reposa les yeux sur celle qui lui faisait face. Tendant la main, il la déposa sur la sienne tandis qu’Amy prenait la parole. Elle lui avoua alors un peu timidement qu’elle ne souhaitait pas qu’une journée comme celle-ci devienne une habitude. En fait, elle craignait de changer en même temps que changerait leurs habitudes de vie. Will ne pu s’empêcher de sourire, touché par ce qu’elle disait. Doucement, il prit sa main dans la sienne.

« Ne crains rien, Amy, j’compte pas en faire une habitude. On est des gens simples et j’doute qu’on s’adapte à vivre dans l’opulence. Moi juste être avec toi, ça m’suffit. Mais c’pas une raison pour s’priver. J’veux pouvoir t’offrir toutes ces choses, ne s’rait-ce qu’un instant. Tu les mérites. Mais rassure toi, même si ce s’ra pas comme ça tous les jours, j’ferais en sorte qu’nos journées soient toutes formidables. Pas b’soin d’faire compliqué pour être heureux. On l’était d’jà avant non ? »


Le repas arriva enfin et ils purent l’entamer. La viande était délicieuse et le rouquin s’étonna lui-même de finir toute son assiette, lui qui n’avait pas très faim. Au moins, il n’avait rien gâché et il espérait qu’Amy ait autant apprécié que lui. L’addition arrivant, le rouquin la régla sans montrer le montant à l’italienne et se leva ensuite, attrapant sa main. A peine sortit de l’établissement, Will attrapa le nœud de sa cravate et tira dessus, pour la défaire un peu. Il commençait à étouffer là-dedans. Détachant le premier bouton de sa chemise, il crut enfin qu’il pouvait respirer. Les vêtements trop serrés n’étaient pas vraiment son truc. Se tournant vers Amy, il commençait à sentir le stress monter d’un cran. L’heure approchait…

« Puisqu’on est là, ça t’dit une p’tite balade sur le port ? Ca nous rappel’ra des souv’nirs en plus d’faire une balade digestive ! »

Il espérait juste qu’Amy trouve la suite du programme toujours aussi parfaite…

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mar 17 Sep 2013 - 20:31

« Oui mais au moins les pingouins, ça tient chaud, c’est proche de ses petits et en plus ça glisse sur le bide ! Ca c’est la classe ! La colombe elle peut aller s’rhabiller hein ! »

Amy ouvrit et referma la bouche deux fois. Que pouvait elle redire à ça ? C'était un argument en béton ! Pourtant, l'italienne n'était pas prête à laisser son petit ami gagner la manche de conneries verbale qu'ils avaient l'habitude de faire.

" Attend, c'est hyper vicieux un pingouin ! L'aut' jour y avais des gens qui mataient un documentaire animalier sur la télé de l'école et j'en ai vu un coller un coup d'aile dans la nuque de l'autre après l'avoir laissé le dépasser. Paf ! Un coup en fourbe. L'autre il avait rien d'mandé en plus ! Nous, colombes, on f'raient pas ça. On préfères être une image de pureté et d'espoir nah ! Alors moi j'dis, égalité d'classe. "

Ceci dit, l'idée de voir celui qu'elle aime se déplacer en glissant sur le ventre avait quelque chose de vraiment hilarant et elle ne put retenir plus longtemps un petit rire léger.

" J'te préviens, si on croises une plaque de glace, m’entraîne pas avec toi hein. Parce que avec ces chaussures, j'suis pas sûre de pouvoir me relever. Et de colombe j'vais me changer en tortue ! "

Mais le temps des plaisanteries était révolu. C'est dans une activité bien plus sérieuse que le couple se plongea une fois arrivé au théâtre, où ils assistèrent à une pièce qui conquit le cœur de l'italienne... nettement moins celui du rouquin. Par chance, la journée était encore jeune et il leur restait du temps pour faire quelque chose qui plairait davantage au jeune homme. C'est dans cette optique qu'ils décidèrent de se rendre au restaurant. Mais attention, pas un petit troquet de quartier, non, un endroit magnifique et très classe, parfait pour prolonger un peu plus la magie de la journée qu'ils étaient en train de vivre. Et puis, quitte à être si élégamment vêtus, autant en profiter jusqu'au bout.

Cependant, Amy ne put s'empêcher de demander à son petit, qui donc dans son entourage avait assez de moyens pour lui conseiller un tel endroit. Bien sûr, elle connaissait déjà la réponse.

" Hmm, allons donc voir si cette jeune femme a autant d'gout en bouffe qu'en voiture ! Si c'est l'cas j'vais vraiment devoir me méfier d'elle hein. " plaisanta t elle... à demi.

En tout cas une chose était certaine, le cadre du restaurant lui, était parfaitement au gout de l'italienne. C'était beau, vraiment, tellement que le demoiselle ne put s'empêcher de demander ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter tout ça. Bien sûr, elle savait que Will n'avait pas besoin de raison pour lui faire plaisir, il lui avait démontré plus d'une fois, mais elle se sentait toujours trop chanceuse quand cela arrivait. Pourtant, c'était une nouvelle par simple envie de la combler de joie que le jeune homme agissait, comme il le lui certifiait dans les quelques mots qu'il prononça.

" J'espère bien qu'tu compte pas t'en lasser, parce que avec toi, j'compte pas m'arrêter de sourire. C'est plus fort que moi, tu m'rend tell'ment heureuse, tout l'temps. Et même pas besoin de ça hein, rien que t'avoir prêt d'moi c'est une raison suffisante pour sourire. Si j'suis ta princesse, aucun doute que toi t'es mon prince. "

Elle le pensait, sincèrement. Si il existait dans le monde un personne faite pour une autre, il était certain que pour elle, c'était Will. L'italienne savait la chance qu'elle avait de l'avoir trouvé et elle comptait bien rester à ses côtés jusqu'à la fin de ses jours. Pourtant, une inquiétude était née en elle ces derniers temps. Leur nouveau mode de vie effrayait un peu la mutante. Elle craignait que la petite opulence qui était désormais leur finisse par les changer. Heureusement, Will la réconforta, démontra qu'il avait exactement la même vision qu'elle sur le sujet. Qu'importe l'argent, qu'importe le confort, rien ne changerait ce qu'ils étaient vraiment.

" Je suis d'accord mi Bello, pas besoin de plus. Toi et moi c'est tout c'qui compte. Tu sais, t'à l'heure au théâtre je me suis fais une réflexion. J'ai toujours su que c'était pas l'argent qui f'sait la richesse, mais maintenant j'sais c'que c'est. C'est l'amour. Et partant d'là j'pense sincèrement que ça fait longtemps qu'j'suis la femme la plus riche du monde. Depuis que j't'ai rencontré en fait. Alors tout ça, les petits plaisirs matériels, c'est génial, j'dis pas, mais si j'étais un pirate c'est pas c'trésor là qu'j'défendrai, c'est toi. "

Ensuite, Amy pu constater qu'effectivement, les goûts d'Eleonnora en matière d'alimentation était tout aussi parfait que son image. Pour sûr, elle n'aurait pas à s'en plaindre à la blonde. L’assiette de poisson qu'on lui porta quitta la table aussi vide que le cerveau d'un politicien. L'italienne ne se rappelait même pas avoir déjà aussi bien mangé. Bien sûr, les préparations de sa sœur avait toujours étaient excellentes, mais c'était difficilement comparable.

Du coup, lorsque Will proposa d'aller faire une ballade digestive, Amy accepta avec joie, ayant besoin de faire passer tout ce qu'elle avait avalé avec un peu trop de gourmandise.

" Carrément que ça m'dit. C'était trop bon mais du coup j'crois que j'ai jamais autant mangée ! Merci mon amour pour ce repas, j'viens de redécouvrir le gout du poisson... non j'crois même que j'viens d'le découvrir tout court. T'as eut une bonne idée en nous amenant ici. "

Accompagnant donc le rouquin à l’extérieur une fois qu'il eut payé, la mutante profita de l'air maritime, le bras enroulé autour de celui de son petit ami. A cet instant précis, elle ne pensait pas pouvoir être plus heureuse, et pourtant...

(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mar 17 Sep 2013 - 22:03

Will aimait toujours taquiner sa petite amie. Il ne lui faisait jamais de méchantes réflexions mais il aimait bien la faire tourner en bourrique parfois. Mais jamais, au grand jamais il n’allait trop loin. Cela restait au stade enfantin, rien de très sérieux. Et là, l’italienne jouait beaucoup avec son côté inventif et imaginatif. Ainsi, elle souhaitait concurrencer le pingouin qu’il était. Comme s’il allait se laisser faire !! Des arguments, il en avait tout un stock mais, voyant que la jeune femme désirait une égalité entre les deux parties, le rouquin n’eut pas le cœur à poursuivre. Pour une fois, il pouvait bien le lui céder. En plus, à force de trop débattre, ils allaient finir par arriver en retard !

« Va pour l’égalité… Même si l’pingouin est bicolore donc deux fois plus classe ! »

Le simple fait de voir sourire et rire sa petite amie lui faisait chaud au cœur et l’encourageait. Et des encouragements, il en avait bien besoin ! Elle ajouta qu’elle ne voulait pas se retrouver à glisser avec lui sur une plaque de glace. Pourtant, le rouquin imaginait bien la scène là… et il se mit à rire à son tour, un peu plus franchement que l’italienne.

« Bah, j’resterais avec toi sur l’sol, quitte à d’voir te servir de carapace ! »


A force de parler d’animaux, ils allaient finir par en venir à parler des Fables de Lafontaine. Pourtant, ce n’était pas ses pièces qu’ils allaient voir mais bien celles des frères Grimm. Ce n’était pas pour rien qu’Amy portait leur surnom… Et elle fut on ne peut plus heureuse de pouvoir assister à l’une des représentations au théâtre. C’était la toute première étape de la folle journée qu’ils allaient passer tous les deux. Mais on pouvait dire qu’elle commençait plutôt bien ! Maintenant qu’Amy en avait pris plein les yeux, Will comptait bien faire en sorte qu’elle en prenne plein la bouche ! Un bon restaurant, c’était ce qui se faisait de mieux lorsque l’on voulait sortir la personne qu’on aimait, non ? Eleonnora lui avait conseillé un restaurant dans lequel elle se rendait souvent. Le rouquin lui faisait confiance quant à ses goûts et Amy espérait pouvoir en faire autant. Néanmoins, elle émit quelques réserves à la fin de sa phrase, annonçant qu’elle allait finir par se méfier. Bien qu’elle plaisantait, Will décela un léger rire jaune. Que craignait-elle ?

« Elle a d’bons goûts général’ment ouais ! Même en matière d’femmes ! J’vais finir par te cacher, histoire qu’elle pose pas les yeux sur toi d’ailleurs ! »

Dans le restaurant, tout était parfait. Amy ne pouvait même pas voir combien d’argent le rouquin allait dépenser. Ce genre de choses ne la regardait pas pour le moment, c’était SA journée, pas question qu’elle commence à s’interroger sur le coût de celle-ci. Elle se demandait d’ailleurs ce qu’elle avait fait pour mériter ça. Aux yeux de Will, sa simple existence justifiait tout ça. Amy lui affirma qu’il la rendait heureuse, quoiqu’il fasse. Que pour elle, il était un prince. Cette déclaration fit chaud au cœur du rouquin.

« J’ai même mon costume blanc aujourd’hui, tu t’rends compte ? Plus qu’le ch’val ! Bon… la voiture, ça compte ? »


Il disait cela en riant, tournant tout à la plaisanterie afin de ne pas montrer qu’il rougissait légèrement. Rien ne gênait réellement Will. En tout cas, pas de là à le faire rougir. Mais ce qui venait d’Amy le touchait toujours. Et là, avec sa demande qui n’allait pas tarder, il se sentait réellement vulnérable à tout ce qu’elle pourrait lui dire. Elle s’inquiétait d’ailleurs de risquer de changer à cause de leur nouveau train de vie. Ca, Will ne le permettrait pas. Même si leur vie était devenue confortable, ils resteraient eux-mêmes. C’était une promesse que c’était fait le rouquin et qu’il dévoilait à présent à sa petite amie. Et là, elle se disait rassurée. Elle ajouta même quelque chose qui fit fondre le cœur du borgne. Là, plus que jamais, il su qu’il avait fait le bon choix et cela lui donna un regain d’assurance pour pouvoir la demander en mariage. Transcendé par cette déclaration, Will manqua presque de lui balancer un « Deviens ma femme », là, tout de suite, au beau milieu du restaurant. Mais il se pinça les lèvres pour ne pas trop en dire, se retenant juste à temps. Sa main sur la sienne, il la serra d’autant plus.

« On est plus riches qu’on n’le pensait. T’sais, même si on était toujours dans la rue, ça chang’rait rien pour moi. Oh voilà nos plats ! »

Cette interruption tombait bien car il ne voulait pas trop en dire. Pas maintenant… Dégustant leurs plats, ils durent admettre qu’Eleonnora avait effectivement de très bons goûts. Amy lui avoua même ne jamais avoir mangé d’aussi bon poisson. Au moins, elle en avait bien profité et cela contentait le rouquin qui prévoyait maintenant une petite balade digestive… avant de sauter le pas.

« Content qu’ça t’ai plu ! Sinon on aurait filé sans payé ou bien on aurait dit d’mettre ça sur la note d’Nora, haha. »

Marchant bras dessus, bras dessous, le rouquin guida lentement sa petite amie sur le port. Il prenait son temps, sachant très bien où il se dirigeait. Petit à petit, ils s’approchaient de l’endroit de leur rencontre. C’est justement là qu’il se stoppa enfin. Quelques souvenirs lui revenaient. Il se souvenait de cette fille qu’il avait aperçue de loin. Elle semblait perdue, vulnérable, complètement étrangère à ce qui l’entourait. Et surtout, on voyait bien qu’elle mourrait de faim. Même si Will ne mangeait pas non plus à sa faim, il la traina avec lui pour lui offrir un maigre repas. C’était ainsi qu’ils s’étaient rencontrés. Relevant les yeux vers Amy, il se mit à sourire.

« Tu t’souviens ? C’est ici qu’on s’est rencontrés. Ca r’monte à loin mais j’ai l’impression qu’c’était hier… »

Ils auraient très bien pu ne pas se voir. New York était vaste et il était rare que le rouquin traine au niveau du port. Mais comme un cargo venait d’arriver, il savait qu’il y avait des chances de pouvoir chiper un peu de matériel ou de nourriture. Mais à défaut de ça, c’était Amy qu’il avait trouvé. C’était la meilleur idée qu’il avait eu de toute sa vie. Prenant la main d’Amy dans la sienne, il planta son regard dans le sien, sentant la pression remonter. Pourtant, grâce à ce qu’elle avait dit plus tôt, il se sentait gonflé à bloc, sûr de lui. Elle serait sa femme.

« J’oublierais jamais c’moment. On s’est jamais quittés et j’sais qu’on s’quittera jamais. J’imagine plus ma vie sans toi maint’nant. On a eu des hauts et des bas mais on s’est t’jours sout’nus. Même si la vie a été merdique, même si on a eu d’rudes passages… On s’en est sortis, ensemble. C’toi ma force, c’toi qui m’donne envie d’me l’ver tous les matins et d’affronter la vie. J’ai t’jour voulu t’offrir une belle vie, parce qu’tu la mérites Amy. Mais j’en avais pas les moyens encore… Avant tout, j’voulais t’sortir d’la rue, t’montrer qu’tu pouvais avoir droit à aut’ chose. J’suis pas l’meilleur des gars. J’suis qu’un type banal qui s’bat tous les jours pour avoir c’qu’il désire. Et c’que j’désire c’est toi et ton bonheur. Parce que ton bonheur fait l’mien, c’est comme ça. J’ai pas beaucoup d’argent, pas beaucoup d’talents, j’suis un voleur et un… assassin mais si y a une chose dont j’suis sûr, c’est que j’t’aime. T’es tout c’que j’ai toujours voulu, t’es même mieux qu’ça encore. T’es… une partie d’moi. Alors j’aim’rais vraiment qu’tu d’viennes ma moitié. »

Sur ces mots, il fouilla sa poche pour en sortir un écrin. L’ouvrant, il attrapa la bague qu’elle contenait puis laissa tomber l’écrin sur le sol. Prenant la main d’Amy à nouveau, il posa un genou à terre et passa la bague à son annulaire sans la quitter des yeux.

« Amylia… Tu veux faire d’moi l’plus heureux des hommes en d’venant ma femme ? »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mer 18 Sep 2013 - 0:22

Amy retroussa un peu le bout de son nez lorsque le rouquin lui céda une égalité sans pour autant s'empêcher de rajouter un dernier argument qui lui redonnait l'avantage. Il était malin le Will, très malin et l’italienne n'eut pas le cœur d'en rajouter une couche, admettant intérieurement que pour le coup, il l'emportait. Elle préféra, à défaut, rebondir sur le commentaire que le jeune fit au sujet de son éventuel avenir de tortue.

" On auraient l'air fins tiens. Même si j'dois reconnaître que l'idée t'avoir contre moi pendant des heures ne m'déplairait pas. Avec un Will sur l'dos, pour sûr que j's'rai plus puissante qu'une tortue ninja. "

Même si, à vrai dire, elle n'en savait rien car tout ce qu'elle savait de ces héroïnes était ce qu'en avait dit Scum la fois où ils l'avaient rencontrés. Mais puisqu'elles étaient ninja, elles devaient sans doute être très puissante. Pourtant, rien ne pouvait battre le pouvoir octroyé par la présence du rouquin, ça, elle en était certaine. Pour preuve, lorsqu'ils vivaient dans la rue et que le jeune homme se collait à son dos lorsqu'ils devaient se battre, Amy savait alors que rien ne pouvait l'atteindre. Aaah ils en avaient collés des dérouillés comme ça, côte à côte.

Mais pour l'instant, il n'était pas question de combat pour les deux amoureux. Non, après une agréable après midi tintée de contes, l'heure était venue de se remplir l'estomac. Et quoi de mieux qu'un restaurant pour ça ? Et pas n'importe lequel ! Cependant, lorsque Amy apprit que l'endroit avait été indiqué par celle qu'elle considérée un peu comme une rivale ces derniers temps, elle ne put contenir un petit commentaire, caché, mais visiblement pas assez. Will s'empressa d'ailleurs de la rassurer, une fois de plus, au sujet de la jolie blonde. Mais l'argument qu'il avança cette fois laissa l'italienne un peu perplexe.


" Comment ça en matière d'femmes ? Me cacher ? Ah ! Oooh. Ok, j'comprend. Oh bha merde alors, j'm'attendai pas à ça, vu tout l'temps qu'elle passe avec toi j'pensai qu'elle avait des vues sur toi. Ça m'rassure un peu, même si j'ai jamais vraiment eut peur, j'ai confiance en toi. Mais j'en avais nettement moins en elle. "

Dans le fond, ce qu'elle venait d'apprendre était plutôt une bonne nouvelle. Même si pour le coup elle se sentait un peu conne d'avait ressentit de la jalousie. Mais dans le fond, ça ne changeait pas grand chose, Nora restait une bourgeoise qui grattait un peu trop son petit ami à son gout. Il y avait forcément anguille sous roche quelque part. Cependant, ce n'était pas le moment d'y penser. La seule chose qui devait retenir son attention à cette heure, était le délicieux repas qu'elle était en train de savourer, dans un cadre tout aussi délicieux, accompagné de l'homme sans qui elle ne saurait plus vivre. Elle alla même jusqu'à le comparer à son prince. Ce à quoi le mutant répondit qu'il ne lui manquait plus que le cheval blanc, sauf si la voiture comptait.

" Hmm... je pense qu'elle compte oui. Après tout elle en a plusieurs des chevaux sous le capot ! C'est la monture du prince moderne. "

Une fois le repas terminé, Amy remercia son petit ami pour l'invitation. Elle avait réellement appréciée ce petit moment qu'ils venaient partager. Une nouvelle fois, le borgne en profita pour plaisanter.

" Ça fait longtemps qu'on est pas partis en courant d'quelque part pour pas avoir payé tiens ! Hééé attend, on pouvaient lui mettre sur son compte ? Laisse moi demander pleins d'trucs à emporter alors ! " plaisanta t elle.

Mais en réalité, elle avait eut son compte d'aliments pour la soirée et lorsque son petit ami lui proposa d'aller faire un tour sur le port afin de digérer, elle s'empressa d'accepter.

Après une petit ballade, semblant n'avoir que le but de laisser leur pied les guidés, ils arrivèrent à un endroit qu'ils connaissaient, qui leur tenait à cœur : le lieu de leur rencontre. Le jeune homme demanda alors à sa compagne si elle se souvenait de ce jour là et le sourire qui naquit sur ses lèvres ne pouvait vouloir dire qu'une chose; elle s'en souvenait parfaitement. Le regard un peu vague, plein d'émotion, elle se remémora ce jour.

Amy avait quitté son pays quelques jours plutôt après avoir involontairement ôté la vie de sa colocataire à cause de son don naissant. Prise de panique, elle avait fuit, embarquant clandestinement dans les cales du premier bateau qu'elle avait rencontré. Ce dernier, l'avait conduite ici, à New York, sur le territoire américain. La jeune émigrée n'avait pas mangée depuis plusieurs jours, elle était sale, perdue dans un pays dont elle ne connaissait rien, ne comprenant pas la langue que l'on parlait autour d'elle, ignorée de tous, effrayée comme jamais. A cette époque là, elle aurait pu réellement mal finir, rencontrer les mauvaises personnes, finir droguée, prostituée, voir les deux. Mais au lieu de ça, c'est un jeune homme à la tignasse flamboyante, à peine plus âgé qu'elle, l'air tout aussi miséreux, qu'elle avait rencontrée. Il avait partagé ses maigres provisions avec elle, mais plus encore, il l'avait rassuré par son sourire chaleureux et son air de voyou au grand cœur. A partir de là, ils ne s'étaient plus quittés. Il lui avait appris sa langue, à se battre, à survivre. Mais plus encore, il lui avait appris à espérer, à ne jamais baisser les bras, à voir les choses du bon côté et... à ne plus avoir peur. Il ne faisait aucun doute dans la tête de l'italienne que Will lui avait sauvé la vie, de bien des façons. Et à présent, des années après, elle continuait de ressentir ça chaque jours. Il était son moteur, sa force, sa volonté et sa joie de vivre. Il était tout ce qu'il y avait de bon en elle, celui qui lui donnait envie de se surpasser à chaque instant. C'est d'ailleurs ce dont elle était en train de penser lorsque la voix de son bien aimé la ramena sur terre.

Opinant la tête à chaque mots prononcés par le mutant, Amy tâchait de lui faire comprendre qu'elle ressentait exactement la même chose. Cependant, à aucun moment, elle ne se douta que la déclaration qu'était en train de lui faire son petit avait un but bien précis. Et même lorsqu'il glissa l'anneau à son doigt et prononça sa demande, elle ne réalisa pas tout de suite ce qui se passait. Le fixant avec un air ahuris pendant quelques secondes, qui durent sembler une éternité pour celui qui se trouvait à genoux devant elle, elle finit par enfin réaliser ce qui se passait, ouvrant de grands yeux ronds alors que sa bouche se mit à débiter un flot de parole, excitée.

" Doggone! Will! Sì! Sì, desidero più di ogni altra cosa! Certo che sì, il mio amore, questa è la cosa che desidero di più al mondo! Mi scusi, io .. waaah .. Ho visto niente di venire il giorno in cui il seme, come è quello che io non riuscivo a capire? Oh cazzo. Sì, sì, sì, voglio essere tua moglie! "
(Nom de dieu ! Will ! Oui ! Oui je le veux, plus que tout ! Bien sûr que oui mon amour, c'est la chose que je souhaite le plus au monde ! Excuse moi, je.. waaah.. j'ai rien vue venir, la journée, le costume, comment est ce que j'ai pas pu comprendre ? Oh bordel. Oui, oui, oui je veux être ta femme !! )

Des larmes jaillirent de ses yeux alors qu'un petit hoquet lui coupa le souffle. Pourtant le sourire qui illuminait son visage et son euphorique ne pouvait qu'annoncer une immense joie, difficile à contenir. Bien sûr, Amy ne se rendit pas compte qu'elle ne s'exprimait plus en Anglais. En fait, elle avait toujours repris sa langue natale lorsqu'elle subissait de trop grandes émotions. Jusqu'alors, elle n'avait pourtant expérimentée ce genre de chose que lorsqu'elle se mettait en colère. Mais visiblement, ça marchait aussi en cas de grosse surprise mêlée de bonheur.

N'y tenant plus, Amy se courba pour passer ses bras autour du cou du rouquin, avant de basculer en avant pour lui tomber dessus, l’entraînant en arrière, sur le pont, avant de l'embrasser avec fougue. Avec une telle réaction, nul doute qu'elle était d'accord.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mer 18 Sep 2013 - 13:48

Will aurait pu encore rester là pendant des heures à simplement discuter avec Amy. Le petit débat qu’ils avaient l’amusait vraiment et l’aidait à se détendre et à penser à autre chose qu’à la future demande qu’il comptait lui faire. Mais voyant le temps défiler, il estima qu’il était temps de passer à autre chose. Des moments comme ça, ils en auraient tout un tas à partager encore et encore… surtout si elle acceptait de l’épouser.

Déjà, Amy fut conquise par la première partie du plan du rouquin. La pièce de théâtre était une réussite et Will se félicitait d’avoir pu obtenir ces places. Il avait bataillé, cela avait coûté cher mais le sourire de celle qu’il aimait n’avait pas de prix (pourquoi j’ai l’impression de faire de la pub pour la mastercard ?). D’ailleurs, le rouquin se moquait bien du prix qu’il allait payer une fois sortis du restaurant. Là où ils allaient, ce n’était clairement pas donné mais la nourriture était, paraît-il, délicieuse. Il n’avait pas réservé pour que cela n’intrigue pas Amy mais il savait, d’après Eleonnora, qu’il trouverait sans doute une place à cette heure là de la journée. Tout était prévu… Sauf la réaction d’Amy à ce sujet. Craignait-elle vraiment que la russe ait des vues sur Will ? Ce dernier éclata de rire tant cela lui paraissait improbable. Mais il fallait dire qu’il manquait quelques renseignements à l’italienne pour tout comprendre… C’était mignon de voir qu’elle éprouvait de la jalousie envers Eleonnora.


« J’pensais pas qu’tu pourrais craindre qui qu’ce soit. C’toi qu’j’aime Amy. Et même avec les meilleurs arguments du monde, personne peut t’détrôner. J’aurais p’t’être dû t’dire qu’Nora aime qu’les femmes… mais ça m’est pas v’nu à l’esprit parce que j’pensais pas que tu la soupçonn’rais comme ça en fait. J’te jure qu’elle s’intéresse pas du tout aux hommes. Quand on va dans un bar, elle passe son temps à cataloguer les nanas qu’elle voit. C’t’un vrai mec ! J’t’assure qu’il s’pass’ra jamais rien entre nous. En plus, elle est casée ! »

C’était touchant de voir cette petite pointe de jalousie. Cela le confortait dans son idée de la demander en mariage. Si seulement elle savait ce qui l’attendait, elle ne douterait pas un seul instant de risquer de le perdre un jour. Plus elle parlait, plus Will savait que c’était elle la bonne. En fait, il n’en avait jamais douté une seconde. Depuis le moment où il avait posé les yeux sur elle, il savait qu’ils ne se quitteraient plus. Il n’avait bien sûr pas imaginé de mariage ou quoi que ce soit, à l’époque ils étaient encore à la rue, mais il savait qu’il passerait sa vie à ses côtés quoiqu’il arrive. Si elle était une princesse à ses yeux, il était un prince aux siens. Pourtant, ils n’avaient rien de royal, ils étaient des gens simples. Mais leur noblesse de cœur et les sentiments qu’ils avaient l’un envers l’autre suffisaient à les qualifier de tels. Will se demandait même si sa voiture pourrait faire office de fidèle destrier. Visiblement, Amy était d’accord là dessus.

« Tu d’vrais te d’mander à t’faire rembourser. Il est un peu abimé ton prince ! »

Il faisait bien évidemment référence à son corps. Après tout, il était borgne et son torse n’était pas dénué de cicatrices. Les princes des contes de fées étaient toujours propres sur eux, beaux et parfaits. Will était loin d’être tout ça. Mais il restait un peu un voleur dans l’âme, même s’il avait évolué depuis. Il n’avait plus besoin de voler pour survivre maintenant qu’il avait un travail. Mais il devait avouer qu’il était parfois tenté de subtiliser quelques petites choses. Les habitudes avaient la vie dure. Pour plaisanter, il proposa même de partir sans payer. Peut-être qu’il l’aurait fait pour s’amuser mais là il n’en était pas question. Rien ne gâcherait cette journée ! Amy s’en amusa cependant, désirant même mettre quelques petites choses sur le compte d’Eleonnora. Le rouquin savait que cela ne dérangerait même pas la russe qui passait son temps à tout payer pour tout le monde.

« Tu peux mais elle le r’marquerait même pas ! J’crois pas qu’elle regarde les notes quand il est l’heure d’passer à la caisse… C’est un peu blasant j’dois t’avouer ! »


Sortant du restaurant, Will décida de l’amener là où il le souhaitait. Elle ne le savait pas encore mais elle allait droit dans le piège qu’il lui tendait. Innocemment, il les attira à l’endroit de leur rencontre. Pour lui, c’était tout un symbole. C’était ici qu’il voulait lui faire sa demande, là où tout avait commencé. Ils avaient plein de lieux à eux, qui leur rappelaient des souvenirs mais ici, c’était le plus important de tous même si ce n’était clairement pas celui où ils avaient passé le plus de temps.

Le rouquin rassembla alors tout son courage et se lança dans tout un discours. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait préparé à l’avance et cela se sentait au son de sa voix parfois hésitant. Il disait ce qui lui passait par la tête, s’emmêlant un peu les pinceaux par moment. Mais il savait très bien où il voulait en venir. Petit à petit, il guidait sa petite amie vers ce qu’il voulait lui dire depuis maintenant un moment. Lui passant la bague au doigt, il lui demanda enfin de devenir sa femme. Ca y est. C’était fait. Il ne restait plus qu’à attendre la réponse. C’était pour Will, le moment le plus long et le plus angoissant de toute sa vie, il le réalisait à présent. Amy ne disait rien, elle se contentait de le fixer avec de grands yeux étonnés. C’était comme si le temps s’était arrêté. Will cru même que son cœur était en train d’arrête de pomper du sang. Il ne respirait même plus.

Puis enfin, Amy se mit à parler. Will eut tout d’abord du mal à saisir ce qu’elle disait, ne s’attendant pas à ce qu’elle se mette à parler en italien. Par chance, elle lui avait appris sa langue elle aussi et il comprit donc la majorité de ses paroles. Mais elle parlait si vite et d’une façon si excitée qu’il était loin de comprendre chaque mot. Tout ce qu’il retint, c’était qu’elle acceptait. Et au cas où il en aurait encore douté, elle se jeta sur lui pour l’embrasser avec fougue. Tombant sur le sol, il l’attrapa dans ses bras, la serrant contre lui, calant une main derrière sa nuque pour appuyer le baiser qu’ils partageaient. Will ne s’en rendait même pas compte, mais des larmes coulaient le long de sa joue. Toutes les émotions qu’il ressentait sortaient en même temps, la pression qui lui avait écrasé le cœur jusqu’à présent disparaissait. Il ne restait plus que la joie d’une telle réponse. Même s’ils n’étaient pas encore mariés, il était déjà l’homme le plus heureux du monde.

Prolongeant le baiser jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de souffle, Will ne lâcha pas une seconde sa future femme. Lorsqu’il rompit finalement le baiser pour reprendre un peu d’air, il attrapa le visage d’Amy entre ses mains, souriant comme jamais. Il lui caressa la joue puis vint poser son front contre le sien. Doucement, il se mit à rire.


« T’imagine pas combien j’stressais… J’avais peur qu’tu refuses, c’t’idiot hein ? Ca fait des s’maines que j’prépare tout ça, j’craignais qu’tu découvres l’pot aux roses ! J’voulais qu’cette journée soit parfaite, qu’tu sois heureuse… La seule chose que j’souhaite au monde, c’est qu’on soit t’jours ensemble, toute not’ vie. Je t’aime Amy… Je t’aime. Maint’nant… va falloir qu’tu m’supportes toute ta vie. »

Il se moquait d’être là, sur le sol, son costume tâché. Plus rien n’avait d’importance à part la femme qu’il tenait dans ses bras. Se redressant, il resta cependant assis, l’italienne dans ses bras. Il se sentait soudain très léger, comme sur un nuage. Prenant l’une de ses mains dans les siennes, il regarda la bague qu’il lui avait passé. C’était un anneau en argent assez fin sur lequel était dessiné de jolies courbes dans un argent un peu plus clair que la monture. Elle était simple, sobre, mais jolie et originale. Tout comme Amy. Cependant, ce n’était pas l’alliance qu’il désirait pour leur union.

« Elle te plait ? En fait… Tu vas m’prendre pour un idiot mais… j’avais une idée particulière pour nos alliances. Comme jamais on s’sépar’ra, qu’notre union, c’est pour la vie.. J’me disais qu’une bague c’était con et trop ordinaire. On peut la perdre, c’la faire voler… Moi j’pensais plus à un tatouage en forme d’anneau, là, à notre annulaire. Tu pourrais même nous l’apposer avec ton don ! T’en penses quoi ? »

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 30

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   Mer 18 Sep 2013 - 15:09

A chaque fois que Will évoquait le nom d'Eleonnora, Amy ne pouvait s’empêcher de ressentir une pointe de jalousie. Elle n'enviait pas l'argent de la blonde, ça non, mais plutôt le temps qu'elle passait avec son bien aimé et surtout, la relation de complicité qui s'était installée entre eux. Bien sûr, elle n'en disait rien au rouquin, ne souhaitant pas lui donner une impression de possessivité et ne voulant pas qu'il se sente coupable de lui donner de tels sentiments lorsqu'il allait voir sa précieuse amie. Après tout, si elle avait obtenue l'affection du mutant, c'est qu'elle devait avoir de bons côtés. L'italienne n'en doutait pas, mais la jalousie est une sensation difficilement contrôlable.

Cette d'ailleurs, lorsque le jeune homme lui confia que c'était la russe qui lui avait recommandé le restaurant où ils allaient manger, elle ne put s’empêcher de lui confier ses craintes, d'autant qu'elles semblaient plus idiotes que jamais maintenant que Will lui avait annoncé les penchants sexuel de son amie.


" Non mais j'sais qu'il se passera rien mon amour, je te connais et je doute pas de ta bonne foi. C'est juste que question arguments, reconnait qu'elle en manque pas ! Mais j'sais que c'est une réaction idiote, c'est pour ça que j'y fais pas trop attention. Et dans l'fond, ça m'fait plaisir que t'ai des amis, femmes ou non, sur qui tu peux compter. "

Et pour le coup, l'italienne devait reconnaître que la blonde avait assurée. Le restaurant était parfait, la nourriture excellente, le serveur agréable, bref, elle avait plutôt bien ciblée les goûts du couple. C'est donc dans un cadre plus que propice que les deux jeunes gens se prirent à se comparer à un prince et une princesse, même si Will semblait douter de sa perfection dans un tel rôle.

" Tu déconnes ? L'premier qui s'approche pour t'échanger j'l'envoie valser dans l'décors ! "

Depuis toujours, Amy trouvait Will réellement beau. Pour elle, le fait qu'il soit borgne n'avait jamais été un problème. Et même si au fil du temps elle l'avait vu se recouvrir de plus en plus de cicatrices, n'en manquant pas elle non plus à certains endroits de son corps, cette impression n'avait jamais changée et ne changerait sans doute jamais. Elle le voyait avec un regard que personne d'autre n'avait, un regard plein d'amour et d'admiration et ça c'était irréversible.

Tout comme leurs vieilles habitudes de la rue les poussant à voler ou à magouiller pour vivre.Cependant, désormais, ils n'en avaient plus besoin désormais, surtout le travail de Will et les Davidoff qui n'hésitaient pas à ouvrir leur porte monnaie en cas de nécessité. Amy ne savais pas exactement à combien s'élevait la fortune familiale mais sans doute qu'elle n'aurait pas réussie à compter le nombre de zéro apposé derrière un chiffre sur leur compte en banque. Will confirma d'ailleurs cette Hypothèse en affirmant que Nora ne remarquerait même pas si ils plaçaient leur note sur son compte.

" C'est carrément blasant ouais ! Tu d'vrai la défier d'passer une semaine dans la rue sans un sous, ça lui r'donnerait peut-être la notion des choses. Enfin, j'crache pas hein, elle fait c'qu'elle veut d'son argent mais j'trouve ça dommage qu'elle réalise pas plus que l'argent c'est précieux. Mais bon.. c'est pas mes affaires, allons plutôt faire ce petit tour qu'on constate à quel point nous aussi on est riches grâce aux instants merveilleux qu'on passent ensembles. "

Et c'est d'ailleurs au court de cette promenade digestive, le long des quais, que Will offrit à Amy l'un des moments les plus majestueux de sa vie. Au début, lorsqu'il commença à évoquer ses sentiments pour elle, tellement en échos avec ses propres sentiments, l'italienne sourit, touchée par chaque mot, déjà fort heureuse. Mais lorsqu'il glissa un anneau à son doigt et posa un genoux au sol, elle mit quelques instants à comprendre ce qui se passait. L'homme qu'elle aimait plus que tout au monde, lui demandait de devenir sa femme, d'officialiser leur relation, d'encrer le serment qu'ils s'étaient fait de ne jamais plus se quitter. C'était au delà de ses espérances, au delà de ses rêves, c'était... incroyable.

Alors, Amy s'était mise à parler à toute vitesse, dans sa langue natale, acceptant avec joie de franchir ce nouveau pas avec son bien aimé. Puis, agissant à l'instinct, comme bien souvent, elle se jeta sur lui pour l'embrasser avec passion. Tant pis pour le smoking, tant pis pour sa belle robe blanche, tant pis pour les passants et les curieux, tout ce qu'elle voulait à cet instant c'était être blottie contre lui, lèvres contre lèvres.

Puis, le rouquin prit la parole, le ton plus léger, délesté de l'anxiété qui avait animé sa voix un peu plus tôt. Tout en l'écoutant, Amy essuya d'une main les larmes qui avaient coulées sur sa joue, ne se rendant même pas compte que la moitiés venaient en fait de ses yeux à elle.


" Que j'refuse ? Ça va pas la tête ! J'espérai tell'ment qu'ça arrive un jour. Toi et moi, mari et femme, c'est... j'trouve même pas le mot tellement c'est extra. Par contre, j'sais pas comment t'a fais, j'ai rien vue v'nir, vraiment. Tu m'a fais passer la plus belle journée d'ma vie mais j'm'attendais pas à une cerise si fabuleuse. J'sais pas comment tu t'y prend mais t'arrive à m'faire t'aimer chaque jour un peu plus alors que franch'ment j'ai toujours l'impression que plus encore et j'explose. J'suis tellement, tellement heureuse de t'avoir et oui, pour la vie ! Mais ça c'était déjà dans mon programme. "

Will reporta alors l'attention de sa fiancée sur la bague qu'elle portait désormais au doigt. Amy avait tellement était soulevée par la demande qu'elle n'avait même pas pensée à la détailler. Maintenant qu'elle le faisait, elle devait reconnaître que l'anneau était vraiment joli, tout à fait son style. Le rouquin la connaissait si bien.

Puis, il évoqua l'idée peu conventionnelle de remplacer leur futures alliances par des tatouages. Ainsi, Amy pourrait les matérialiser lors de la cérémonie et elles seraient ensuite incrustée à leurs doigts pour l'éternité, ou peut s'en faut.

" Elle est parfaite mi bello, comme toi. J'l'adore ! Et c'est une super idée pour les alliances ! C'est original, symbolique et en plus vachement classe. Et t'a raison, comme ça elles seront à nos doigts tout l'temps, sans risques. Faudra aller s'faire tatouer ça alors et j'm'occuperai d'les rendre réelle le temps d'la cérémonie. Olalalala... rien qu'd'en parler ça m'donne envie d'sourire ! C'est vraiment merveilleux, j'suis si heureuse. Je t'aime, je t'aime, je t'aime !! "

Sans se soucier de l'endroit, Amy embrassa à nouveau son futur mari, laissant exploser toute la joie qu'elle pouvait ressentir. Puis, sentant des envies plus intimes naître en elle, elle détacha ses lèvres.

" J'pense qu'il est temps de rentrer mon amour, la nuit ne fait que commencer mais pour la suite du programme, c'est moi qui prend l'relais... et on aura b'soin d'être à la maison. "

L'embrassant une dernière fois, elle se redressa avant de lui tendre la main, afin qu'ils puissent regagner la voiture et rentrer à l'institut.

( Terminé )



(♥)

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La grande demande [Amy/Will] (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» Demande de rang spéciaux
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York-