X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entre frères et soeurs [PV William McKellen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Mar 21 Mai 2013 - 6:28

Eleonnora avait passé plus d’une heure devant son miroir à se faire une véritable beauté. Elle souhaitait être parfaite. Sa chevelure bouclée tombait élégamment sur ses épaules alors que ses yeux resplendissaient grâce au maquillage qu’elle y avait appliqué. Elle était absolument magnifique, selon elle. Après avoir enfilé un jean de marque ainsi qu’un débardeur se lassant autour de son cou, dénudant une partie de son dos ainsi que ses épaules, elle fouilla sa garde-robe afin de trouver la petite veste qu’elle s’était achetée il y a plus d’un mois. Une fois qu’elle mit la main dessus, elle l’enfila et regarda le résultat dans le miroir. C’était parfait. Après s’être perdue, l’espace de deux minutes, dans la contemplation de son reflet, la jeune femme quitta la pièce et alla mettre ses petits bottillons ainsi que son manteau. Elle était prête à partir.

Lorsqu’elle monta dans sa voiture, elle demanda à son GPS de lui indiquer le chemin jusqu’au lieu de travail de William. Elle souhaitait qu’il l’accompagne en cet événement particulier qu’était la rencontre de son demi-frère et sa demi-sœur. Elle ne savait pas à quoi s’attendre, ayant simplement entendu dire que la rencontre avec son père ne s’était pas passée à merveille. Comme William connaissait déjà les jumeaux, ce sera peut-être plus facile de faire en sorte que le courant passe. Elle ne savait pas que sa demi-sœur avait également proposé au rouquin de les accompagner au petit café où allait avoir lieu la rencontre.

Une fois garée devant la Frost International, la jeune femme attendit patiemment que William quitte son travail pour le saluer et lui faire signe afin qu’il monte dans sa voiture. Pour passer le temps, elle observait son reflet dans le rétroviseur de sa voiture, cherchant à corriger son maquillage. Une fois que le rouquin fut arrivé, elle cessa ses retouches et le salua. Cette rencontre sera un peu moins stressante pour elle avec une personne qu’elle connaissait à ses côtés.


-« Salut toi ! J’ai décidé de passer te prendre, ça t’évitera de marcher par ce froid. J’essaie de m’imaginer à quoi pourrait ressembler cette rencontre, mais j’ai du mal. Ça s’est passé comment chez Anieta ? J’ai cru comprendre que ça n’avait pas très bien été, mais maintenant je veux des détails. »

Eleonnora démarra et se rendit jusqu’au lieu de rendez-vous. Elle n’avait parlé qu’à Alexïs, pour l’instant. C’était lui qui lui avait téléphoné afin de lui proposer un lieu de rencontre. Il était été extrêmement poli et la jeune femme se demandait si cela était pour faire bien impression. Elle pourra le découvrir une fois sur place. Après avoir garé sa voiture, elle en descendit et se dirigea vers le café en compagnie de William.

-« Tu es déjà venu ici ? C’est sympa comme endroit, mais il se passe toujours des trucs étranges. Une fois, un renard est entré et s’est faufilé entre les jambes des clients pour s’installer sur une banquette et mettre bas. Je te le jure, je ne plaisante pas. J’ai une amie qui y était et qui a filmé la scène. Tu aurais dû voir la tête des clients ! Il y avait de mignons petits bébés renards dans l’établissement, c’était adorable. »

Maintenant à l’intérieur du bâtiment, la jeune femme comptait sur William pour la diriger. Il n’y avait pas beaucoup de clients et elle supposait que les deux adolescents blonds assis au fond de la pièce devaient être les jumeaux. Eleonnora ne put s’empêcher de se pencher légèrement vers William afin de lui murmurer un truc. Elle était assez grande alors le rouquin n’avait même pas besoin de se pencher pour l’entendre et la comprendre.

-« Tu vois la banquette juste là ? Eh bien c’est là que le renard c’était installé. Tu imagines un peu le truc ? »

Une fois arrivée devant la table, elle se stoppa, toisant son frère et sa sœur. Ils étaient des jumeaux, c’était assez évident. Malgré tout, ils lui ressemblaient énormément. Si Alexïs s’habillait plutôt propre, portant les vêtements de la nouvelle collection pour hommes qui venaient tout juste de sortir dans les boutiques, Erïka était habillée tout à fait normalement. Cette dernière observait d’un air surpris mal dissimulé les jeunes adultes qui venaient d’arriver. Eleonnora supposait qu’elle ne savait pas qu’elle connaissait également William. La jeune femme s’approcha d’Alexïs, qui s’était levé afin de la saluer. Comme si c’était naturel chez eux, ils se firent la bise.

-« Bonsoir Eleonnora. Je suis ravi de mettre un visage sur cette jolie voix. Notre conversation téléphonique fût brève et je ne vous cache pas ma hâte de faire connaissance avec ma demi-sœur. »
-« Je sens déjà que je vais t’adorer, toi ! » Fit la jeune femme, visiblement flattée par ses compliments. « Tu es toujours si galant avec les femmes ? Ça me plait bien, mais évite de me vouvoyer, je suis ta sœur maintenant. Je constate que la beauté et le bon goût c’est de famille. J’adore ton pull, il te va à merveille. Il vient de cette toute nouvelle collection hivernale qui vient de sortir, n’est-ce pas ? »
-« Tout à fait. Je vois que tu à l’œil. Je viens tout juste de m’acheter ce chandail et je suis ravi d’en entendre des compliments. Je ne dépense pas pour des vêtements de ce genre, habituellement, mais je dois avouer que ce styliste a su se distinguer des autres avec ses magnifiques créations. »

Pendant qu’Alexïs et Eleonnora sympathisait, discutant de mode, Erïka s’avança vers William avant de le serrer dans ses bras. Elle se demandait pourquoi il était arrivé avec cette femme. Cela aurait pu être une simple coïncidence, mais lorsqu’elle les avaient vu entrer tout en discuter et riant ensemble, comme de vieux amis, elle s’était doutée de quelque chose. Elle voulait en savoir davantage.

-« Vous êtes venus ensemble ? » Demanda-t-elle directement après avoir salué son frère.

Eleonnora venait de terminer sa conversation avec Alexïs. Elle se tourna vers Erïka afin de se présenter à elle. Déjà, elle se détendait. Le courant passait à merveille avec l’un des jumeaux. Cependant, en serait-il de même pour l’autre ? Elle n’en était pas certaine. On l’avait mise en garde en ce qui concernait le caractère explosif d’Erïka. Le courant allait-il passer ? Elle allait bientôt le découvrir.


-« Erïka, je présume ? Je suis Eleonnora. »

Elle lui tendit la main et la jeune fille s’en saisit. On pouvait nettement voir la différence de poigne entre les deux sœurs. Une fois les présentations faites, ils prirent place à la table. Eleonnora fouilla dans son sac à main et en sortit son portefeuille et en tira un billet qu’elle posa sur la table afin de ranger ce qu’elle tenait en main dans son sac, qu’elle conserva sur ses genoux. Comme les jumeaux étaient déjà installés avec leurs boissons, elle comptait proposer à William d’en prendre une.

-« William, tu pourrais aller me chercher café latté ? Tu serais mignon. Prend ce que tu veux, c’est moi qui offre, ne te gêne surtout pas. » Elle lui tendit le billet avec un grand sourire charmeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Mar 21 Mai 2013 - 22:13

Will était toujours consciencieux dans son travail. Il était un bon employé, dévoué et sérieux, faisant toujours ce qu'on lui demandait sans rechigner. Pour une fois qu'il avait un travail, il comptait bien le garder. Même si c'était Emma qui le lui avait offert, il ne comptait pas profiter de la situation. Elle lui offrait une chance, il la saisissait et comptait bien lui prouver qu'il était digne de sa confiance et qu'il méritait ce travail. Ce n'était pas pour rien qu'il rentrait souvent exténué de son travail, se donnant à cent pour cent constamment, clone inclus. Pourtant aujourd'hui, c'était différent. Aujourd'hui, il était un peu ailleurs. Aujourd'hui, il pensait à autre chose qu'à ce qu'il faisait. Aujourd'hui était le jour de la rencontre entre les jumeaux et Eleonnora à laquelle il devait participer.

Pourquoi penser que les choses pourraient mal se passer ? Parce qu'il avait été témoin de la rencontre avec leur père. Si tout aurait pu bien se passer, cela n'avait pas été tout à fait le cas. Erïka et Sergeï avaient tout deux fait preuve d'une sacré force de caractère mais ils n'avaient pas su s'imposer face à Anieta. Sans elle, ils ne se seraient sans doute pas adressé la parole autrement que pour s'envoyer balader. Les choses auraient pu mieux se passer mais auraient pu être bien pires également. Will ne savait pas trop quoi penser de cette rencontre, mitigé par ses impressions. Il n'était pas certain qu'Erïka désire apprivoiser son père et l'inverse était également vrai. Seul l'avenir pouvait dire comment les choses se passeraient. Il fallait dire que Sergeï n'était pas vraiment du genre très sociable ou à l'aise dans ce genre de situation. C'était en tout cas ce qu'en avait déduit le rouquin. Cela serait-il différent avec Eleonnora ?

Will en était persuadé. Après tout, la jeune femme était avenante, sympathique et plutôt à l'aise pour s'exprimer. Tout l'inverse de son père. Cependant, Will n'était pas certain que son côté égocentrique séduise vraiment Erïka. Elles risquaient de s'envoyer des piques plus qu'autre chose vu leurs caractères respectifs. Mais au moins cette fois, le mutant n'avait rien à cacher à personne. Il avait déjà averti Erïka de l'existence de cette demi-soeur et ne lui avait pas caché ses impressions à son sujet. Il n'avait donc aucune raison de se sentir mal à l'aise comme lors de la première rencontre avec Sergeï. Pourtant, il n'était pas non plus tout à fait rassuré.

Erïka lui avait demandé de se rendre au point de rendez-vous avec elle et il avait accepté. Il ne se doutait pas qu'il serait prit de cours par Eleonnora qui l'attendait quant à elle devant son lieu de travail. Ce n'est qu'une fois dehors, devant le véhicule de la jeune femme qu'il réalisa qu'il ne pourrait honorer la demande de sa soeur. Pourquoi Eleonnora venait-elle le chercher ? Cela ne le dérangeait pas, bien au contraire. Il appréciait la jeune femme, passant toujours de bons moments avec elle, mais sa présence l'étonnait même s'il n'était pas rare qu'elle passe le prendre de temps à autre. Sa présence dissimulait-elle une autre raison ? Comme celle de vouloir elle aussi être accompagnée par exemple ? Will ne fit aucune remarque sur le sujet, peu lui importait.


"Salut Nora ! C'est sympa d'êt' passé ! T'prends pas la tête, va. Laisse venir, ça va être cool, tu verras." assura t-il avec un sourire tout en grimpant dans le véhicule

Assis, ceinture bouclée, il repensait à la rencontre avec Sergeï. Comme le disait la jeune femme, cela ne s'était pas si bien déroulé. Que devait-il lui dire ? La totalité ? Au moins, elle saurait à quoi s'en tenir et n'aurait pas de surprises. Cette fois, personne ne lui avait fait promettre quoique ce soit, il avait donc carte blanche.


"Bah disons qu'ça aurait pu êt' mieux ! 'Tain j'te raconte pas l'angoisse quoi... T'es témoin, j'avais promis à Anieta d'rien dire à Rika à propos d'tout ça avant l'jour J. Bah putain c'était dur ! J'me sentais trop mal vis à vis d'elle... Elle a pas très bien pris la nouvelle j'dois dire. Quand elle a vu son père, elle lui a pas vraiment sauté dans les bras quoi... En fait, ils ont pas arrêté d's'engueuler. Elle m'a aussi r'proché pas mal de choses m'enfin ça s'est vite arrangé. Tandis qu'avec son paternel bah... T'aurais dû êt' là pour voir ça... C'est la première fois que j'vois Anieta crier. J'te jure ! Elle a haussé l'ton plus fort que tout l'monde et plus personne osait rien dire ! Ca les a un peu calmé... Ils ont pu discuter sans trop trop s'chercher. Mais bon, c'pas l'amour fou quoi ! J'crois qu'il va leur falloir du temps... Beaucoup d'temps... En c'qui concerne Alexïs, c'est plutôt bien allé. Mais bon, lui il est pas compliqué comme garçon."

Pendant qu'Eleonnora conduisait, Will attrapa son portable pour envoyer un message à Erïka. Il la prévenait de ne pas l'attendre, qu'il avait un empêchement et ne pourrait être là pour l'accompagner. Inutile de préciser le pourquoi du comment, l'adolescente le verrait bien assez vite. Il espérait qu'elle ne le prendrait pas mal puisque c'était indépendant de sa volonté. Comment aurait-il pu prévoir qu'Eleonnora passerait le prendre ? Rangeant son téléphone, il continua de discuter avec la jeune femme pendant tout le reste du trajet. Au moins entre eux, le courant passait bien. Restait à découvrir s'il en serait de même avec les jumeaux.

Arrivés au café où ils s'étaient donné rendez-vous, Will écoutait Eleonnora lui raconter une anecdote amusante à propos des lieux. A l'entendre parler, c'était un endroit qu'elle fréquentait régulièrement. Sortait-elle si souvent que ça ? Vu la fêtarde qu'elle était, ce n'était sans doute pas impossible. Will s'imaginait particulièrement bien la scène bien qu'il la trouvait stupéfiante pour un bar situé en plein centre ville. Mais il savait qu'il n'était pas rare de voir des renards s'y balader, contre toute attente.


"Nan, j'suis jamais v'nu là. T'sais, j'avais pas d'argent alors j'allais jamais dans les cafés, les bars, c'genre de chose, avant. Et maint'nant bah... j'y vais qu'avec toi en fait. C'est plutôt marrant ton histoire là... Qui sait si un évèn'ment bizarre va pas s'passer aujourd'hui ! Interdiction d'me comparer à un r'nard hein !"

Même s'il n'avait jamais mis les pieds ici, il avait repéré les jumeaux et se dirigeait vers eux, sourire aux lèvres. Tout allait bien se passer. C'était en tout cas ce dont il tentait de se persuader. Mais en cours de route, Eleonnora lui chuchota quelque chose. Cela aurait pu être sur les jumeaux mais ce ne fut pas du tout le cas. Elle lui montra le siège sur lequel le renard avait mis bas, comme si elle avait assisté à la scène. Will tourna la tête vers le dit banc, le regardant comme si le renard allait soudainement apparaitre.

"Ca va, il a pas choisi la pire banquette ! Comme quoi même les r'nards ont des goûts d'luxe !"

S'approchant des jumeaux, Will laissa Eleonnora et Alexïs se saluer. Visiblement, ils s'étaient déjà parlé et vu la façon dont ils communiquaient, il ne faisait aucun doute qu'ils allaient bien s'entendre. En fait, si le rouquin fermait les yeux, il aurait pu être convaincu d'entendre deux nanas parler chiffons. Ils étaient vraiment en train de parler de ça, là ? Ce n'était pas avec Will qu'elle pourrait avoir ce genre de conversation en tout cas... Poussant un léger soupir amusé, il se détourna de la scène pour voir Erïka qui s'était levée elle aussi pour venir prendre son frère dans ses bras. Ce dernier lui rendit son étreinte, content de la voir. Il espérait qu'elle n'allait pas lui en vouloir d'être venu avec Eleonnora. Mais la première chose qu'elle lui demanda fut à ce propos.

"Ouep. En fait, Nora m'attendait d'vant l'boulot, elle est passée m'prendre. Du coup bah... j'ai pas pu t'accompagner, excuse moi. Un p'tit imprévu ! Mais maint'nant on est tous là ! Vous attendez pas d'puis trop longtemps j'espère ?"

Eleonnora vint se présenter à sa soeur et toutes les deux se serrèrent la main. Au moins, personne n'insultait personne dès les premières secondes, c'était déjà ça... Will était à peu près rassuré et il prit place avec tout le monde. Mais il ne resta pas assis très longtemps. Eleonnora lui tendait un billet sous le nez, lui demandant de lui rapporter une boisson et de prendre ce qu'il désirait. Elle souriait comme pour l'inciter à accepter et le rouquin fit un sourire amusé tout en s'emparant du billet.

"Un "s'il te plait" aurait suffit t'sais. J'te rapporte ça." fit-il en se levant alors qu'une serveuse apportait un petit plat de biscuits. Sans doute les jumeaux avaient-ils commandé ça histoire d'avoir quelque chose dans le ventre "Bouffez pas tout hein ! Laissez m'en un au moins !"

Se dirigeant vers le comptoir, il commanda un café latté ainsi qu'un cappuccino. Il n'eut pas à attendre bien longtemps et, boissons en main, il retourna à la table. Déposant la boisson ainsi que le reste de monnaie devant Eleonnora, il prit ensuite place. Cette fois, il n'y avait pas Anieta pour hausser le ton si jamais les choses dégénéraient. Il ne fallait pas qu'elles dégénèrent...

"A vous voir, on dirait presque des triplés si on oublie la différence d'âge. J'me sens comme un chien au milieu d'un groupe d'chats !" fit-il remarquer en riant à demi

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Jeu 23 Mai 2013 - 21:40

Alexïs s’était levé tôt ce matin afin d’étudier pour ses examens. Il avait décidé de s’offrir un petit plaisir de la vie, en récompense de ses efforts et d’écouter l’une de ses séries télévisées favorites. Cependant, après le second épisode, il décida de filer au lit. Il avait beaucoup de sommeil à rattraper. Douze heures plus tard, il se réveilla, prêt à affronter une nouvelle journée qui allait probablement être riche en émotions. Aujourd’hui, il allait faire la rencontre de sa demi-sœur. Le jeune homme avait terriblement hâte de savoir quel genre de personne elle était. Il espérait seulement qu’elle n’ait pas le même caractère que sa sœur jumelle. Bien qu’il adorait Erïka, elle avait un caractère bien trempé et réagissait toujours au quart de tour, ce qui ne lui plaisait pas vraiment. Enfin, il allait bien le découvrir en soirée. Pour l’instant, il était temps de retourner aux révisions.

La journée passa à une vitesse folle. C’était toujours ainsi lorsqu’il avait le nez dans ses bouquins. Il n’étudiait plus la matière qui sera présente dans ses prochains examens, mais plutôt des notions qu’il n’apprendra que dans ses prochaines sessions d’études. Il connaissait le reste par cœur, de toute façon. Comme l’heure tournait et qu’il ne souhaitait pas être en retard, il s’accordait une pause afin de se doucher et de se vêtir convenablement. Comme il avait encore du temps devant lui, il décida de faire une surprise à Erïka et d’aller la rejoindre à l’institut Xavier. Le chemin pour s’y rendre était long et il espérait qu’elle ne sera pas partie entre temps.

Une fois devant le portail de l’institut Xavier, il appela sa sœur qui l’invita aussitôt à entrer au sein du manoir. Le jeune homme ne se fit pas prier et traversa les grilles lorsque celles-ci s’ouvrirent devant lui. Il tenta de suivre les indications que sa sœur lui avait données afin de la retrouver. Elle n’était pas bien loin du hall, dans une grande pièce où quelques élèves discutaient entre eux. Elle, elle était assise sur l’un des canapés à côté d’une adolescente dont elle devait être l’ainée d’une année ou deux. Elles étaient calmes et discutaient de tout et de rien. Lorsqu’Erïka aperçu son frère, elle se leva et alla le serrer dans ses bras, le saluant avec une joie non dissimulée. Il lui rendit son étreinte avec plaisir, heureux de passer un peu de temps avec sa sœur jumelle.


-« Je pensais te faire une surprise en venant te chercher jusqu’ici. Cela t’évitera de conduire part cette température glaciale. »
-« C’est gentil. Puisque tu es là, autant y aller tout de suite. Je vais chercher mes affaires. »

Elle s’éloigna rapidement, allant rejoindre sa chambre afin de prendre son sac. Pendant ce temps, Alexïs se retrouvait face à l’amie d’Erïka. Il lui fit un petit sourire sympathique avant de décider de se présenter. Il s’approcha d’elle et lui tendit la main.

-« Bonjour. Je me nomme Alexïs. Je suis le frère jumeau d’Erïka. »
-« Salut. Ta sœur me parlait de toi. Parait que t’es sympa. J’suis Irina.» Elle serra sa main en retour.
-« Puis-je m’assoir à vos côtés ? »
-« Ahah ! C’est moi où tu parles comme si tu avais un balai dans le cul ? T’es marrant. Allez, assis toi et parle-moi comme un humain normal. »

Ils eurent une petite discussion sur tout et rien. Ils apprenaient à se connaitre. Alexïs découvrait que sa sœur se faisait peu à peu des amis, surtout via les cours de langue qu’elle donnait à certains élèves en difficulté. Par contre, ils ne purent continuer à faire plus ample connaissance car Erïka était déjà de retour, manteau sur le dos et sac à l’épaule. Elle était prête à y aller. Alexïs se leva, suivit de son interlocutrice.

-« T’as un téléphone ? »
-« Oui, bien sûr. » Fit-il en sortant son téléphone de sa poche comme s’il avait besoin de le regarder pour en être certain.
-« Cool. » Elle attrapa le téléphone et y nota son numéro. « T’es pt’être un peu trop coincé, mais tu m’as l’air assez sympa. Texte moi et on ira faire le tour des boites, un soir. »
-« Désolé, mais je n’ai pas l’âge légal pour cela. »
-« Moi non plus, et puis ? J’te ferais une fausse carte, mon mignon. » Elle se décala légèrement sur côté pour saluer Erïka. « Tchao blondie ! J’vais te harceler demain pour que tu m’aides à préparer mon examen alors t’as intérêt à être là. » Sur ce, elle s’éloigna.

Les jumeaux firent de même, traversant le hall de l’institut avant de se retrouver à l’extérieur. En silence, ils retrouvèrent la voiture d’Alexïs et s’y installèrent avant que ce dernier démarre. Alors qu’ils quittaient doucement le manoir, la jeune fille se tourna vers son frère, ne pouvait s’empêcher d’afficher un grand sourire légèrement moqueur.


-« C’était quoi, ça ? »
-« De quoi parles-tu ? »
-« Avec Irina ! T’as vu comment elle te parlait ? Tu lui as tapé dans l’œil, j’en suis sûre. »
-« Que racontes-tu, Mira ? Nous venons à peine de nous rencontrer. »
-« Moi je suis certaine qu’il y a un truc ! Elle t’a même filé son numéro ! C’est un signe ! »

Alexïs soupira. Il n’avait pas envie de replonger dans une relation de couple, maintenant. La dernière fois, cela avait fini par se faner et, finalement prendre fin. Il préférait travailler sur ses études en médecine et faire en sorte d’obtenir les meilleurs résultats possibles. En plus de cela, il travaillait les fins de semaines et passait le plus de temps possible avec les Morlocks. Il avait un horaire assez chargé et il n’avait pas envie que certains problèmes se répètes dans une nouvelle relation. Pour l’instant, il était célibataire et bien heureux de l’être.

Malheureusement pour lui, Erïka ne lâchait pas le morceau et tentait de le convaincre que son amie avait bel et bien un œil sur lui. Elle qui, auparavant, n’avait jamais cru à l’amour, affirmait que c’était possible de trouver la bonne personne. Elle était tombée sur Bobby qui semblait être un jeune homme fantastique et absolument parfait, si Alexïs se fiait à ses dires. Un jour, il devra le rencontre afin de se faire une idée du genre de personne qu’il était.

Une fois arrivé au lieu de rendez-vous, les jumeaux s’installèrent à une table dans le fond du café et patientèrent. Ils étaient en avance, mais pouvaient toujours en profiter pour discuter et prendre des nouvelles de l’autre. Une serveuse vint les voir, à un moment, et ils en profitèrent pour passer commande. Tant qu’à attendre, autant le faire avec une boisson chaude entre les mains.

Au bout d’un moment, la jeune fille entendit la sonnerie de la messagerie de son téléphone. Elle fouilla dans son sac et lu le message que venait de lui envoyer Will. Oh non… Elle l’avait complétement oublié ! Elle lui avait dit qu’elle passerait le voir et qu’ils iraient à cette rencontre ensemble. Elle n’y pensait plus. Heureusement pour elle, il semblerait que le rouquin avait un imprévu qui l’empêchait de se rendre avec elle au café dans lequel elle était déjà installée. Elle poussa un soupir de soulagement.

Pendant ce temps, Eleonnora conduisait Will jusqu’au café où elle devait faire la connaissance de son demi-frère ainsi que de sa demi-sœur. Elle venait tout juste de lui demander quelques détails au sujet de cette rencontre avec le paternel qui s’était déroulée il y a peu. Elle savait que ce ne s’était pas vraiment bien passé et elle n’en était pas étonnée. Son père n’avait jamais été doué avec les enfants et il ne connaissait qu’un seul concept, la discipline. Visiblement, il n’avait pas compris que ce n’était pas en tentant de faire valoir son autorité sur les gens qu’il allait se faire des amis… ou même être aimé de ses enfants. Apprendra-t-il à être un bon père, un jour ? Elle espérait que si, même s’il était bien trop tard pour elle. Elle était une grande fille, maintenant. Elle n’avait plus besoin de son père.


-« Elle a crié ? Vraiment ? Elle a l’air aussi douce qu’un chaton, pourtant. Ça devait vraiment être le bordel. Mon père n’est pas doué avec les enfants. Il n’a connu que la discipline et c’est avec la discipline qu’il m’a élevé. Enfin, j’espère que ça se passera mieux aujourd’hui. Tu crois que ta sœur va tenter de me mordre ? Elle a l’air sauvage et pas commode quand elle s’y met. »

Une fois arrivé au café, Eleonnora gara sa voiture et en sorti. Elle en profita pour raconter au rouquin une anecdote concernant un renard qui s’était produite à cet endroit. D’ailleurs, il se demandait si aujourd’hui ils auraient droit à un événement bizarre, qui sait ? Cependant, il l’interdisait de le comparer à un renard. Comme si elle allait lui obéir alors qu’il y avait tant de beaux commentaires à faire entre la fourrure de l’animal et la chevelure flamboyante du rouquin. Elle passa sa main dans sa chevelure rousse, la coiffant un peu au passage.

-« Mais vous vous ressemblez tant ! Vous avez tous les deux un beau cheveu roux. »

Une fois à l’intérieur de l’établissement, la jeune femme désigna à Will l’endroit où s’était installé le renard en question, comme si elle avait été présente. La vidéo que son amie lui avait fait visionner avait suffis à rendre la scène réelle et lui faire reconnaitre les lieux. Comme le disait Will, ce renard avait très bon goût, il ne s’était pas installé n’importe où.

-« Faut croire que même les animaux sont capable de faire preuve de bon goût. Être un renard, j’aurais peut-être préféré un endroit un peu plus éloigné de la porte, par contre. Il fait toujours frais de ce coin-là. »

Pendant que le duo s’approchait de la table, Erïka et Alexïs les observait. Ce dernier trouvait la ressemblance assez frappante entre ses deux sœurs. Si Eleonnora aurait été un peu plus jeune, nul doute que l’on aurait pu les prendre tous les trois pour des triplés. Il se pencha légèrement vers sa sœur pour faire un commentaire sur le sujet.

-« Elle est magnifique. Elle te ressemble énormément. »
-« Je ne sais pas si le fait de me faire comparer à une poupée Barbie est un compliment ou non… »

Les jumeaux se levèrent lorsque Will et leur sœur furent arrivés à leur table. Alexïs fut heureux de rencontrer cette sœur dont il n’avait entendu parler que tout récemment. En plus d’être élégante et très jolie, elle semblait s’y connaitre assez bien en mode. Le courant passait assez bien entre eux deux, c’était une bonne chose. Le jeune homme était très gentil et ne jugeait pas les gens. Il préférait tenter de s’entendre avec eux et de trouver des intérêts communs. Il avait bien plus d’amis du sexe féminin, par contre. À croire que sa personnalité douce et sensible n’entrait pas dans les qualités que l’on aimait donner à un homme.

Erïka, elle, salua Will qui ne tarda pas à lui expliquer qu’Eleonnora était passé le chercher au boulot à l’improviste. C’était pour cette raison qu’il l’avait prévenu qu’il ne pourrait se rendre au café avec elle. La jeune fille n’en fit pas en drame. Elle-même s’était retrouvée dans une situation semblable et avait complétement oublié son frère. Elle se contenta d’hausser légèrement les épaules comme si tout cela la laissait complétement indifférente.


-« Ça doit bien faire quinze minutes qu’on est là. On avait faim alors on a déjà commandé. »

Puisqu’Alexïs et Eleonnora avaient terminé leur petit échange verbal, la jeune femme se tourna vers sa sœur. C’était l’heure des présentations. Elle tendit la main que la jeune fille serra. Jusque-là tout allait bien et tout le monde pris place à la table. Comme les jumeaux avaient déjà commandé leurs boissons, Eleonnora décida d’envoyer William lui en chercher une, lui proposant de prendre quelque chose pour lui par la même occasion. Elle lui tendit un billet avec un grand sourire. Will se leva, mais affirma qu’elle aurait pu se contenter d’un « s’il vous plait » que cela aurait été suffisant afin qu’il se déplace. Elle n’avait pas besoin de faire la belle pour qu’il accepte.

-« S’il te plait mon petit renard roux de mon coeuuur ! » Ajouta-t-elle d’une voix douce et taquine alors qu’il s’éloignait.

Pendant ce temps, Erïka grignotait l’un des biscuits posé dans l’assiette devant elle. Elle ne promettait pas de ne pas tous les manger. Elle avait faim, tout autant qu’Alexïs. Ce dernier, de par sa courtoisie habituelle, comptait bien partager avec tout le monde quitte à devoir en commander une autre assiette. Cela ne le dérangeait pas, loin de là. Il adorait partager. C’était dans sa nature que d’être généreux avec les autres.


-« Désires-tu un biscuit ? »

Eleonnora ne refusa pas et en pris un qu’elle ne commença qu’à manger qu’une fois que Will fut de retour. Il avait de la chance, il restait encore trois biscuits dans l’assiette. D’ailleurs, Erïka en entama un second sans se gêner. Le rouquin remit l’argent restant à Eleonnora ainsi que son café. Elle le remercia et rangea la monnaie dans son portefeuille. Maintenant, elle pouvait profiter de son café et de son biscuit en toute tranquillité. Il ne restait plus qu’à entamer la conversation et apprendre à connaitre son frère et sa sœur. D’ailleurs, Will remarqua la ressemblance frappante entre les trois Davidoff. Il se sentait un peu à part dans cette famille de blonds aux yeux bleus.

-« Tu n’as pas encore vu ma mère. Elle me ressemble comme deux gouttes d’eau, mais en moins jolie et plus ridée. »
-« Ta mère vit en Russie également, je suppose. »
-« Exactement. Elle ne quitte pas très souvent le pays, sauf pour faire du shopping à travers le globe. Elle ne sait que dépense l’argent de mon père. »
-« Il semble ne pas avoir de problème monétaire à ce que j’ai cru comprendre. Lorsque je l’ai rencontré, il m’a proposé de payer mes études en médecine dont le coût est extrêmement élevé… »
-« Des problèmes d’argent ? » Elle ne put s’empêcher de rire. « Il ne vous a rien dit alors ? Nous sommes l’une des familles les plus riches de toute la Russie. Dis-moi, Will, est-ce que mon père a dit quelque chose de pertinent dans cette rencontre ou il a joué les chefs militaires comme il sait si bien le faire ? »

Erïka et Alexïs crurent s’étouffer avec leur breuvage et leur biscuit lorsqu’ils entendirent cette nouvelle. Ce n’était pas sérieux ? Leur famille était si riche que ça ? Pourtant, ils ignoraient tout de cela. Ils ne s’attendaient pas à une telle révélation. On pouvait clairement lire la surprise sur leurs visages.

-« Il va falloir que je vous en apprenne davantage sur la famille, on dirait bien. » Fit Eleonnora avant de boire une gorgée de son café.

Le silence planait alors que les jumeaux ne savaient que dire face à cette révélation. Erïka préféra tout balayer d’un revers de la main et s’adresser à son frère. Elle avait quelque chose d’amusant à lui raconter et n’allait pas se priver de le faire parce que sa supposée demi-sœur était présente. De toute façon, cette nouvelle n’avait rien d’un secret.


-« Tu ne sais pas quoi ? Il y a une fille qui a filé son numéro à Alexïs ! C’est trop marrant, c’est l’une de mes élèves et elle est tellement son opposée. C’est vrai Alexïs, tu ne peux pas dire qu’une fille marginale qui va en club et s’achète de l’alcool illégalement te ressemble. M’enfin, tu aurais dû voir l’espèce d’ambiance qui régnait, c’était trop marrant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Ven 24 Mai 2013 - 10:54

Will n'était pas mécontent qu'Eleonnora soit venue le chercher à la sortie de son travail, même si du coup il ne pouvait s'y rendre en compagnie de sa soeur. Il n'avait pas tellement eu l'occasion de lui raconter la rencontre avec le père des jumeaux et comptait bien se rattraper. Il aurait pu lui envoyer un message mais cela n'aurait pas suffit à tout expliquer. Quant à un éventuel coup de fil, il était assez débordé dernièrement pour pouvoir en faire un qui durait assez longtemps. Le mieux était encore de voir la jeune femme. Par chance, c'était elle qui était venue à lui, lui facilitant ainsi la tâche. Comme il s'y attendait, elle lui posa aussitôt des questions sur le sujet. C'était sans doute pour anticiper sa rencontre à elle avec eux.

Le rouquin ne doutait pas que cela se passerait bien. Eleonnora n'avait pas le caractère de son père, ce qui était déjà un bon point. En ce qui concernait Alexïs, Will ne s'en faisait vraiment pas. Mais en ce qui concernait Erïka, il n'était pas certain. Lorsqu'il lui avait appris qu'elle avait une demi soeur, l'adolescente avait démontré qu'elle s'en moquait parfaitement, réagissant comme si c'était un éventuel second Sergeï en puissance. A vrai dire, elle ne savait pas à quoi s'attendre et Will avait dressé un rapide portrait d'Eleonnora. Mais Erïka l'avait-elle seulement écouté à ce moment là ? Il n'avait pas insisté, préférant qu'elle se fasse elle-même un jugement. Les deux soeurs seraient-elles capables de s'entendre ? Will ignorait si Eleonnora serait en mesure de supporter Erïka si jamais elle faisait preuve de mauvais caractère. Elle lui demandait même si elle comptait la mordre si jamais le courant ne passait pas entre elle, ce qui amusa le mutant.


"J'te jure qu'elle a crié. Elle m'a même foutu la trouille, c'est pour dire... Enfin même si ton père est pas doué, quand on voit qui il a él'vé, j'me dis qu'il est pas un si mauvais père qu'ça. T'es plutôt une bonne réussite, j'trouve. L'souci, c'est qu'il arrive un peu trop tard en fait... C'était avant qu'les jumeaux auraient eu b'soin d'lui. J'imagine qu'il faudra du temps à Rika pour l'accepter et qu'il va falloir qu'il fasse des efforts à son tour. 'Fin j'sais pas... Si j'avais des gosses, j'en prendrais vach'ment soin quoi. J'ai du mal à comprendre les parents qui agissent pas... et bien en parents. M'enfin, chacun sa vision des choses hein. Quant à Rika, elle aboie beaucoup et mord un peu mais si jamais ça dérape, j'la calmerais, quitte à c'que ce soit sur moi qu'elle s'énerve. Elle est un peu à fleur de peau en c'moment (non c'est un état naturel chez elle d'être chiante, ne mens pas Will) donc vaut mieux éviter d'la titiller."

Le trajet terminé, ils débarquèrent tous deux dans le café où ils devaient tous se rejoindre. A peine arrivés à l'intérieur, Eleonnora raconta une anecdote amusante à Will qui n'avait jamais vraiment mis les pieds dans un café auparavant. Il tentait de s'imaginer la scène et réalisa qu'il avait quelques points communs avec l'animal. La couleur de leurs poils/cheveux étaient drôlement similaires. Anticipant donc, il interdit à la jeune femme de le comparer à un renard, certain qu'elle risquait de le faire. Mais malgré ça, elle ne se gêna pas pour en rajouter une couche tout en passant sa main dans ses cheveux pour appuyer ses dires. Il la laissa faire bien qu'il plissa l'oeil en la regardant.

"Méfie toi... cet animal est souvent porteur d'la rage !" fit-il en montrant les dents avant de sourire, amusé

Passant à proximité de la banquette où s'était déroulé l'évènement, Eleonnora la pointa du doigt. Will observa l'endroit, jugeant que le renard aurait pu trouver pire comme place. Mais d'après la russe, il y avait mieux comme choix. Le rouquin n'était pas certain qu'un animal pense à ce genre de détails, surtout lorsqu'il était sur le point de mettre bas. C'était comme les chats qui se cachaient dans une machine à laver pour le faire, ce n'était pas très malin de leur part...


"J'avoue qu'si j'devais mettre bas, bah j'me serais trouvé un coin loin d'tout l'monde, bien au chaud, tranquille. Mais qu'est-ce que j'raconte moi ? C'pas comme si j'risquais d'avoir des p'tits quoi... Voilà maint'nant j'ai une image bizarre en tête..."

Les jumeaux avaient été localisé et le duo de mutants se dirigea vers eux. Chacun en salua un différent. Comme il l'avait supposé, le courant passait bien entre Eleonnora et Alexïs. Un peu trop même ! On aurait dit deux vieilles amies qui parlaient fringues. Ils parlaient vraiment de ça là ? Enfin au moins, ils ne se sautaient pas à la gorge et semblaient sympathiser facilement. C'était déjà ça de gagné. A côté, Erïka le serrait dans ses bras et il lui rendit l'étreinte avec joie, s'excusant de ne pas avoir pu l'accompagner. Visiblement, l'adolescente n'y accordait aucune importance, se contentant de hausser les épaules. L'importait était sans doute qu'ils soient tous réunis au final et le rouquin n'insista donc pas. Les jumeaux attendaient depuis une quinzaine de minutes déjà et ne les avaient donc pas attendu. Ce n'était pas tellement important au final. Ce qui l'était était la rencontre et non le contenu de leurs estomacs.

"Vous avez bien fait ! Maint'nant qu'on est tous réunis, on va pouvoir manger ensemble. Si j'avais pu, j'les aurais fait moi-même les biscuits mais bon... manque de temps ! Et puis comme ça j'peux passer plus d'temps avec vous tous."

Tout le monde prit place, même Will qui se releva pourtant quelques secondes plus tard. Eleonnora lui avait confié la mission de lui rapporter à boire, faisant sa belle comme pour l'obliger à lui obéir. Il lui fit remarquer qu'elle n'avait pas besoin d'un tel stratagème avec lui, il suffisait de demander. Mais la jeune femme en rajouta une couche en reformulant sa demande, y incorporant un surnom plus que douteux, lui rappelant encore une fois sa ressemblance avec un certain animal.

"Tsssss... Les r'nards sont un peu voleurs sur les bords, j'pourrais n'pas revenir ! Mais bon, puisque c'est si gentiment demandé..."

Will s'éloigna pour passer commande. Il n'était pas du genre à refuser quand ses proches lui demandaient quelque chose. De plus, il était bien incapable de dire non si l'on utilisait un tant soit peu de chantage affectif. Heureusement que là, ce n'était que pour plaisanter. Quoiqu'il arrive, il lui aurait de toute façon apporter ce qu'elle voulait, du moment qu'elle ne lui ordonnait rien. Récupérant les boissons, il retourna s'asseoir à la table, donnant à la russe sa boisson et sa monnaie. Voyant que l'assiette de biscuits se vidait dangereusement, il s'empara d'un des deux derniers survivants, faisant remarquer à la famille Davidoff leur grande ressemblance avant de croquer dans son biscuit. Eleonnora évoqua sa mère et le rouquin pria intérieurement pour qu'il ne soit jamais question de la mère des jumeaux au cours de la conversation. La jeune femme était plus au moins au courant en ce qui concernait Angela et il doutait qu'elle fasse une gaffe sur le sujet mais rien n'était moins sûr.

Il les laissa donc s'apprivoiser, n'intervenant pas pour le moment. Ce n'est que lorsqu'Eleonnora lui fit une remarque qu'il reprit la parole. Les jumeaux tombaient des nues en apprenant la grande richesse de leur famille. Lui était au courant depuis un moment à présent mais il comprenait leur surprise. Il fallait avouer que Sergeï avait été assez avare en détails. Sans doute que l'ambiance tendue y avait été pour quelque chose... Ils n'avaient discuter que de sujets banals au final. A part qu'ils avaient un père, les jumeaux ne savaient pas grand chose sur leur nouvelle famille. C'était même Will qui avait dû dévoiler l'existence d'Eleonnora.


"J'dois r'connaitre qu'il a pas été très bavard quoi. Il a quasi rien dit sur lui où vot' famille en général. Il a surtout questionné les jumeaux en fait. Il a dû estimer qu'le reste pouvait attendre, j'sais pas. Mais bon, t'es là pour rectifier l'tir, nan ?" fit-il remarquer avec un sourire

Les jumeaux semblaient plus que surpris, n'osant rien dire sur le sujet. Il était vrai qu'apprendre que l'on était milliardaire du jour au lendemain était quelque peu stupéfiant. Mais, même s'ils ne disaient rien, Eleonnora comptait bien combler leurs lacunes et leur en apprendre ce que leur père n'avait pas fait. Cependant, le sujet ne semblait pas tellement intéresser Erïka qui en évoqua un tout autre. Il s'agissait d'Alexïs et d'une fille qui lui avait filé son numéro. Will faillit recracher son cappuccino qui venait à peine de couler le long de sa gorge. Alexïs ? Avec une nana ? Il avait curieusement du mal à s'imaginer la scène. Mais rien n'était encore fait visiblement et sa jumelle semblait s'en amuser. Elle devait sans doute y voir là un moyen de taquiner son frère. Le rouquin se tourna vers Alexïs, le regardant d'un air taquin.


"Oho... Alors comme ça, on drague, hmm ? Elle est comment c'te nana ? J'veux dire, physiqu'ment. Elle t'plait ? C'pas grave si vous avez rien en commun hein, elle peut justement t'faire découvrir d'nouvelles choses et inversement ! Puis si elle prend des cours d'langues avec Rika, elle doit être douée... Enfin si tu vois c'que j'veux dire !"
fit-il en riant

Baissant les yeux sur la table, il remarqua le dernier biscuit qui reposait pour le moment encore dans l'assiette. Avant que qui que ce soit ne puisse mettre la main dessus, il s'en empara comme d'un trésor, le gardant en hauteur comme pour empêcher quiconque de l'atteindre.


"L'est à moi ! Si vous l'voulez, va falloir vous battre !"


Bien sûr, il y avait l'option de commander une nouvelle assiette mais c'était bien moins amusant, non ?

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Dim 26 Mai 2013 - 22:49

Erïka appréhendait cette rencontre avec sa demi-sœur. Elle ne savait pas sur quel genre de fille elle allait tomber et cela ne lui plaisait pas vraiment. Elle avait fait en sorte de se changer les idées pendant la journée, jusqu’à l’arrivée de son frère jumeau. Dès qu’ils quittèrent l’institut Xavier, elle ne repensa qu’à cette rencontre qui allait se produire sous peu. Elle tentait de ne pas le montrer et de se distraire l’esprit en embêtant Alexïs qui venait tout juste d’obtenir le numéro de téléphone d’une fille. Au moins, elle arrivait à se détendre ainsi. Cependant, le temps s’écoulait à une vitesse folle. Ils arrivèrent au lieu de rendez-vous en avance. Puisqu’ils devaient attendre un peu, ils en profitèrent pour se commander à boire et à manger.

Pendant ce temps, Eleonnora était passée prendre Will à son boulot. Pas question d’y aller seule. Puisqu’il était considéré comme étant un membre de la famille Davidoff, en tout cas aux yeux des jumeaux ainsi que de leur grand-mère, autant en profiter. Sur la route, en direction du petit café où ils avaient rendez-vous, la jeune femme en profita pour questionner Will. Ainsi, elle allait pouvoir afin savoir comment s’était déroulé la fameuse rencontre entre son père et ses enfants illégitimes. Apparemment, les choses avaient mal tourné au point qu’Anieta fut obligée de se mettre à crier afin d’obtenir de la coopération de la part de tout le monde. Elle fit même peur à Will. Le pauvre, il avait dû subir un moment loin d’être agréable sans pouvoir y en échapper. Au moins, maintenant, c’était terminé. Cette rencontre se passera bien mieux, elle en était certaine. Après, allez savoir si cela se passera simplement bien, c’était impossible à prédire. Eleonnora se demandait si sa demi-sœur allait tenter de l’attaquer, de la mordre, un peu comme un animal sauvage qui était prêt à sauter à la gorge du premier venu afin de se protéger. On ne sait jamais avec les gens susceptible. Cependant, Will tenta de la rassurer. Il s’occupera d’Erïka si les choses dérapaient. C’était déjà ça de gagner. Et puis, de toute façon, Eleonnora n’avait pas peur d’être attaquée par une adolescente en crise, elle avait connu pire.


-« Mon père n’a pas vraiment les qualités d’un père. C’est un homme bon, mais il n’a jamais vraiment su s’y prendre avec les gens. Ça va prendre du temps avant qu’Erïka arrive à s’entendre avec lui, selon-moi. Même s’il est pas très démonstratif… et encore moins affectueux, ça ne veut pas dire qu’il ne fera pas en sorte de s’occuper d’eux… à sa façon. Il a parfois tendance à remplacer sa présence par des cadeaux hors de prix, ce genre de chose. Parfois, il ne faut pas chercher à comprendre certaines choses. Il y a des gens qui ne sont pas fait pour être parents. »

Une fois devant le café, Eleonnora raconta une petite anecdote au sujet de l’établissement. Elle s’amusa également à comparer Will avec un joli petit renard, de par leur couleur de cheveux et de poil. Recoiffant légèrement le rouquin en passant sa main dans sa chevelure, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de l’embêter à ce sujet. Elle trouva encore plus de raisons de le taquiner alors qu’ils entraient dans le café et qu’elle lui parlait du fameux endroit où un renard c’était installé afin de mettre bas. Elle affirmait que si elle avait été un renard, elle aurait pris une meilleure banquette. Will se prêta au jeu en expliquait le type d’endroit qu’il aurait choisi pour mettre ses bébés au monde… Instantanément, Eleonnora eut de drôles de pensées. Elle imaginait Will, maman de petits renardeaux tout à fait adorable à la fourrure comparable à sa magnifique chevelure de flamme. Aussitôt, elle éclata de rire. Ces images étaient bien trop étranges, mais ô combien amusantes.

-« Je t’imagine tellement bien avec une portée de renardeaux roux ! Je n’arriverais plus à me retirer ces images de ma tête, maintenant. » Elle observa Will, l’espace de quelques secondes avant de pouffer de nouveau de rire. « Je ne veux même pas savoir comment tu accoucherais… maman Will. »

Eleonnora calma son hilarité alors qu’elle arrivait à la table des jumeaux. Elle salua tout d’abord Alexïs tandis que sa sœur discutait avec le rouquin. Cette dernière se montrait indifférente face à l’arrivée des deux adultes. En fait, elle cachait plutôt cette petite pointe de jalousie. Son frère semblait s’entendre un peu trop bien avec cette femme et cela ne lui plaisait pas. Déjà, elle arrivait dans la famille, sortie de nulle part, et riait avec Will comme s’ils étaient d’excellents amis. Et si elle tentait de lui piquer son frère ? Pas question ! Puisqu’elle avait elle-même oublié d’aller rejoindre Will avant de revenir ici, elle n’allait pas lui tenir rigueur d’être venu avec Eleonnora. Cependant, il ne fallait pas qu’il s’attende à ce qu’elle voit du bon œil le fait qu’ils semblaient si bien s’entendre.

Puisqu’Erïka et son frère jumeaux étaient arrivés en avance, ils avaient pris la peine de commander quelque chose à manger. Une assiette de biscuit allait leur être servie bientôt. Will aurait bien aimé pouvoir faire des biscuits lui-même, mais il n’avait pas le temps, ces derniers jours. Il travaillait comme un fou et revenait exténué après chaque jour de travail. Tout le monde s’installa à la table, sauf Will qui alla chercher quelque chose à boire pour Eleonnora et lui. Elle ne pouvait pas se lever et le faire elle-même ? Il semblerait que non. Ça aurait pu n’être que cela, mais non. C’était pire. Elle l’appela par un petit surnom tout à fait ridicule. Elle se permettait déjà ce genre de chose ? Depuis quand ils se connaissaient, de toute façon ? Quelques semaines, probablement, rien de plus. Et ne se gênait pas pour se comporter avec lui comme s’ils étaient amis depuis belle lurette. C’était quoi ce délire ? Erïka haussa un sourcil, surprise de ce genre de comportement. Ce n’était pas comme si cela dérangeait Will. Au contraire, il jouait le jeu.


-« Si tu fuis comme un petit voleur, je serais obligée de te retrouver et de te transformer en manteau de fourrure. Ce serait si dommage… » Répondit Eleonnora, sur le même ton de plaisanterie que le jeune homme.

Une fois que Will fut de retour à la table, la conversation s’entama. Eleonnora commença par parler un peu de sa famille. Elle se vantait ou quoi ? Pour qui se prenait-elle ? Sûrement pour une poupée Barbie de luxe, un truc du genre. D’ailleurs, le mot luxe était très important. Elle était une véritable gosse de riche… comme eux. Erïka passa près de s’étouffer avec sa boisson lorsqu’elle apprit la nouvelle. Sa demi-sœur disait cela comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Leur famille était véritablement fortunée à ce point ? Qu’est-ce que cela signifiait pour eux ? Après tout, les jumeaux n’avaient pas vraiment d’accéder soudainement à cette fortune. Et puis, ce n’était pas comme si Erïka en avait besoin. Elle vivait à l’institut et les seules choses qu’elle avait à payer étaient ses dépenses personnelles. Elle pouvait parfaitement vivre ainsi.

Eleonnora questionna Will sur ce qui avait été dit leur de la rencontre avec Sergeï. Elle était étonnée que les jumeaux n’aient pas été mis au courant de cet élément important concernant leur famille. Le rouquin ne tarda pas à expliquer qu’il avait été peu bavard et très avare avec les détails. Il avait plutôt passé son temps à tenter d’apprendre à connaitre ses enfants, chose tout à fait normale. Malgré tout, il aurait pu faire un petit effort et parler de lui. Heureusement qu’Eleonnora était là pour tout expliquer.


-« Heureusement que je suis là ! Je crois avoir une photo du manoir familial. Il est immense, tellement que l’on pourrait s’y perdre. »

L’air de rien, Eleonnora attrapa son téléphone et se mis à chercher l’image en question. Les jumeaux, eux, tentait toujours de digérer la nouvelle. Ne sachant comment réagir à une telle annonce, elle jeta un regard à Alexïs, puis à Will. Visiblement, il semblait déjà au courant. Pourquoi s’attarder davantage sur cette situation alors que la surprise disparaissait peu à peu ? Elle avait tendance à mal réagir aux choses de ce genre, malgré que là, elle n’avait aucune idée de l’attitude à adopter. Le mieux, selon elle, était de changer de sujet. Elle s’adressa donc à Will, lui expliquant la situation qui s’était déroulée un peu plus tôt à l’institut.

Will se tourna vers Alexïs, le taquinant à son tour. Il voulait savoir comment elle était cette fille. Et oui, le pauvre jeune homme n’allait pas s’en sortir si facilement. Il n’avait pas trop le choix de fournir une réponse alors que son frère et ses sœurs le regardaient. Un peu timide, le russe se mis à rougir légèrement. Il n’était pas très doué avec les filles. Sa relation avec sa première et seule petite amie en témoignait. À vouloir tout faire, il avait fini par la négliger un peu trop. Alexïs avait décidé que les Morlocks ainsi que ses études seraient ses priorités dans la vie. Cela signait la fin d’une belle relation. Pourtant, le jeune homme s’en était rapidement remis, comme s’il n’était pas si attristé que cela. Cette jeune femme restait son amie, il ne l’avait pas totalement perdue. Peut-être que c’était ce qu’elle avait été pendant longtemps : une amie, rien de plus. Il n’en savait rien. Il ne connaissait rien à l’amour. Peut-être qu’Erïka et Will sauront l’éclairer sur le sujet, un jour?


-« Eh bien… Elle me semble…. Elle a une personnalité bien à elle. Je veux dire, de par sa façon de s’exprimer, je crois deviner qu’elle est du genre à ne pas se laisser marcher sur les pieds et à s’amuser comme elle l’entend. En fait, je comprends pourquoi ma sœur se tient avec elle. » Erïka lui fit une grimace, ce qui lui arracha un petit rire. « Je vais peut-être lui passer un coup de téléphone, ce pourrait être sympa de sortir au restaurant afin de discuter autour d’un bon repas. Nous n’avons pas vraiment eut l’occasion de parler beaucoup, mais de ce que je sais, elle souhaite travailler auprès des jeunes, ce que l’on ne pourrait croire lorsque l’on porte un premier regard sur elle. »
-« C’est bien joli, tout ça, mais elle est comment. C’est une vraie bombe cette fille ou bien un laidron ? » Demanda Eleonnora.
-« Humm… eh bien… Elle n’est pas laide, loin de là. C’est une jolie jeune femme, bien qu’elle possède un style vestimentaire peu commun. »
-« Et elle est célibataiiiire » Commenta Erïka avec un grand sourire.
-« Je ne cherche pas à être de nouveau en couple. »
-« Mais pourquoi ? » Demanda Eleonnora. « Elle était comment ton ancienne copine ? »
-« Elle avait l’air coincée. Tu sais le genre de fille à qui il suffit que je fasse de gros yeux pour la traumatiser à vie… »
-« Ne dis pas cela. Elle était douce, gentille et attentionnée. Une femme merveilleuse. »
-« Tu as couchée avec elle ? »
-« Que… Quoi ?! » Alexïs passa à deux doigts de s’étouffer. « Non… nous… nous n’avons jamais… »
-« Tu as essayé de te la taper ? »
-« Je… je veux dire que… eh bien… »
-« Ta sœur à raison. Elle est coincée, en plus d’être pure et chaste. »

Soudainement, alors que personne ne s’y attendait, Will attrapa le dernier biscuit qui trônait dans l’assiette. C’était une bonne chose pour le pauvre Alexïs qui cherchait à tout prix fuir cette situation très embarrassante. Il n’avait pas envie de parler de sa vie privée. Il remercia silencieusement Will de l’avoir sauvé. Ce dernier s’efforçait de protéger son biscuit, détournant ainsi l’attention d’Erïka qui tentait de lui voler.

-« Prépare-toi au combat, dans ce cas ! »

Erïka tenta de reprendre le biscuit à son frère. Pendant ce temps, l’air de rien, Eleonnora commanda une autre assiette de biscuit qui arriva plus rapidement que la première. Pendant que sa sœur donnait des coups de pieds à Will, sous la table, cherchant à le combattre d’une façon ou d’une autre, la jeune femme se remit à discuter avec Alexïs. Alors qu’elle mangeait un biscuit, elle tourna la tête afin de voir Erïka s’emparer finalement d’un bout de biscuit qu’elle mangea immédiatement avant de faire un sourire vainqueur à son frère.

-« Pauvre Will… il semblerait que tu es perdu. Tu veux un autre biscuit pour te consoler ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Mar 28 Mai 2013 - 11:53

Alors qu'ils évoquaient le père d'Eleonnora, Will repensa à son propre père. A bien y repenser, lui non plus n'avait pas eu le père de l'année... Mais celui des jumeaux essayait néanmoins de réparer les pots cassés, d'être enfin présent après tout ce temps. Tout le contraire de celui de Will. Heureusement, tout le monde n'essayait pas de tuer son enfant. Sergeï était peut-être peu habitué à être un véritable père, présent et préoccupé par ses enfants, mais au moins il faisait des efforts. Si Eleonnora n'avait pu avoir cette chance, les jumeaux l'avaient, même s'ils ne s'en rendaient pas compte car n'avait aucun moyen de faire une comparaison, ne l'ayant jamais connu plus tôt. Le rouquin espérait d'ailleurs que la jeune femme ne le prendrait pas mal en voyant son père faire ce qu'il n'avait jamais fait pour elle. Elle était adulte à présent et n'avait plus besoin de lui mais malgré tout, cela pouvait susciter une certaine jalousie.

"J'crois qu'on a eu l'même père. Enfin, les cadeaux en moins pour l'mien. L'a jamais été très présent et à vrai dire, il a t'jours préféré ma soeur. Mais on s'entendait encore assez bien à l'époque. Enfin bref, c'pas comme si on avait encore b'soin d'nos parents quoi. Au moins il fait des efforts l'tien, même s'il est pas doué, c'est d'jà pas mal. Mais ça m'étonn'ra t'jours de voir des gens pas faits pour êt' parents... J'sais pas mais moi, si j'avais des gosses, j'serais t'jours là pour eux, aux p'tits soins, j'ferais tout pour qu'ils soient heureux. Ca veut pas dire que j'ferais un bon père mais bon, j'ferais d'mon mieux !"

Alors qu'ils entraient dans le café et bien que la discussion avait changée, ils parlaient toujours de parents et d'enfants. Mais là, ils étaient passés au stade animal de la chose. Eleonnora évoquait une anecdote de l'endroit en rapport avec des renards et Will réfléchissait en se mettant dans la peau de l'animal. Nul doute qu'il ne serait jamais venu ici pour mettre bas, mais à bien y réfléchir, entre ici et dehors, dans le froid, avec les voitures et les passants, c'était sans doute de loin la meilleure zone pour donner la vie. Mais à force d'en parler comme s'il était à la place de l'animal, Will se voyait avoir des petits et c'était plutôt dérangeant vu comme ça. Eleonnora dû avoir la même vision des choses et elle n'hésita pas à se moquer de lui. Le rouquin lui fit une grimace.

"J'suis une espèce à part moi, j'suis entouré d'secrets qu'les scientifiques ont pas encore percés ! Et puis d'abord, pourquoi ce s'rait forcément les femelles qui pondent les p'tits hein ! C'est d'la discrimination !"

Will donna une petite tape derrière l'épaule d'Eleonnora pour qu'elle arrête de se moquer de lui. Arrivés près de la table où se trouvaient les jumeaux, ils en saluèrent chacun un. Le courant passait très bien entre Alexïs et sa demi soeur, ce qui était une très bonne chose. Il ne restait plus qu'à espérer que ce soit le cas avec Erïka aussi. Pour le moment, elle n'avait fait aucune réflexion, elle ne l'avait pas envoyé baladé. C'était déjà plutôt bien parti. Mais elle ne montrait aucun enthousiasme non plus. Au moins, elle n'en voulait pas au rouquin de ne pas avoir pu l'accompagner. Cela dit, elle n'avait pas l'air tellement motivée d'être là. Will songeait à devoir animer les discussions s'il le fallait pour que chacun se sente le mieux possible. Il était en quelque sorte le lien entre eux puisqu'il était le seul à tous les connaitre pour le moment. Connaissant le caractère de chacun, il espérait que tout se déroule pour le mieux.

Puisqu'ils étaient dans un café, il était temps de commander une boisson. Eleonnora la commanda auprès de Will, ayant la flemme de bouger son derrière. Elle lui donna de quoi payer au moins deux boissons, une pour elle et une pour lui et le rouquin se leva donc pour aller chercher le tout. Mais il ne se gêna pas pour lui faire une remarque à ce propos, dont elle s'amusa aussitôt, lui donnant un surnom des plus ridicules. Et plus il râlait, plus elle en rajoutait une couche. A présent, elle révélait même compter le transformer en manteau de fourrure s'il volait quoi que ce soit. Lui qui était un pickpocket des plus habiles, il ne se sentait pas menacé plus que ça. De toute façon, ce n'était pas comme s'il comptait voler ses proches, ce n'était pas son genre. Mais il n'était pas question qu'il laisse le dernier mot à Eleonnora. Ces remarques l'amusaient trop.


"Que dalle, j'suis une espèce protégée moi m'dame ! Alors ton manteau d'fourrure, t'vas t'contenter d'en rêver hein !"

Sur ces mots, il s'absenta le temps d'aller commander les boissons, laissant la famille Davidoff seule. Il était persuadé qu'ils n'en viendraient pas aux mains et ne se retourna donc pas pour les observer alors qu'il était au bar. Pas question de les stalker non plus. Mais à son retour parmi eux, il devait bien admettre qu'il se sentait un peu à part, entouré de tous ces blonds aux yeux bleus. Aucun doute qu'ils avaient les mêmes gênes. Ils avaient également la même fortune à présent. La nouvelle surprit les jumeaux qui n'osaient plus rien dire, comme essayant d'assimiler la nouvelle sans s'étouffer avec leur boisson. Eleonnora cherchait une photo sur son téléphone pour leur montrer à quoi ressemblait le manoir familial. Will se pencha vers elle pour regarder les photos qui défilaient. Il repéra une photo d'elle vêtue de son ancienne tenue de scène.

"Dommage qu'ça fasse pas karaoké ici. T'aurais pu leur faire une p'tite démonstration."

Alors qu'il grignotait le biscuit qu'il tenait à la main, Erïka lui révéla une drôle de nouvelle. Alexïs avait obtenu le numéro d'une fille ? Lui ? Ce n'était certainement pas lui qui le lui avait réclamé. Autant Will adorait Alexïs parce qu'il trouvait qu'il était un type bourré de qualités, gentil comme tout, autant il le voyait mal être... et bien un homme, un vrai. Il ne parlait que de trucs de filles ou presque. Pas si étonnant que ça qu'il s'entende si bien avec les filles... Mais de là à obtenir un numéro, ça, c'était une autre histoire. Le mutant le taquina donc, s'amusant d'une telle nouvelle. Cela mettait Alexïs mal à l'aise mais il répondait calmement aux questions, sur un ton presque solennel. Mais il se mit rapidement à rougir et bafouiller lorsque sa demi soeur évoqua un sujet beaucoup plus indiscret. Le pauvre ne savait plus où se mettre et Will compatissait. A vrai dire, il ne voyait pas en quoi c'était quelque chose de nécessaire de coucher avec pour que ça marche.

"Bah, laissez le donc avec ça. J'ai pas touché à Amy pendant six ans, j'en suis pas mort hein."


Réalisant ce qu'il venait de dire, il décida de changer de sujet. Après tout, Eleonnora allait très certainement sauter sur le sujet à pieds joints... Au moins, Alexïs était sauvé mais à présent, il devait se sauver lui-même. Il vola donc le dernier biscuit de l'assiette, le tenant hors de portée de tous. Seule Erïka entra dans son jeu. Eleonnora se contenta de commander une autre assiette. C'était de la triche ça ! Mais Will se défendit de son mieux sous les assauts répétés de sa petite soeur. Elle parvint néanmoins à lui en chiper un bout. Vexé, il fourra le tout dans sa bouche pour qu'elle n'en récupère pas une miette de plus. Eleonnora eut pitié de lui et lui en proposa un autre pour la peine. Dès qu'il eut avalé son biscuit et une gorgée de cappuccino, il secoua la tête. Puisqu'il avait évoqué Amy, il était temps de leur annoncer la nouvelle.

"J'vais m'consoler avec bien mieux, t'inquiète. Bon, Rika est d'jà au courant, Anieta aussi... Mais voilà, j'vous fait l'annonce officielle. J'vais m'marier ! Amy va d'venir ma femme, c't'officiel ! Z'êtes tous invités bien sûr, vous avez intérêt à êt' là hein !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Jeu 30 Mai 2013 - 20:09

Eleonnora aimerait bien être mère, un jour. Malheureusement, la nature avait décrété qu’il fallait un homme ainsi qu’une femme pour concevoir la vie. Pas question pour elle de toucher à un homme, c’était clair. Au moins, les progrès technologiques et scientifiques lui permettaient maintenant de pouvoir avoir un enfant d’une toute autre façon. Il était évident que si elle avait un enfant, un jour, elle ne négligerait pas. Au contraire, elle en prendrait soin comme le bien le plus précieux à ses yeux. Elle s’occuperait de lui et lui donnerait tout ce dont il avait besoin dans sa vie. Elle ferait en sorte de l’élever convenablement et d’en faire une personne remarquable aux grandes valeurs et convictions. Est-ce qu’Evelynn désirait des enfants ? Acceptera-t-elle, un jour, d’entreprendre les démarches afin qu’elles aient un enfant ?

William, lui, ne pouvait donner naissance. Et puis, même s’il le pouvait, comment accoucherait-il ? Sûrement pas par le nez… Quoi qu’il en soit, il ne pouvait avoir d’enfant. Alors, l’image du rouquin qui mettait bas en tant que maman renard ne faisait que provoquer l’hilarité de la jeune femme. Elle avait une drôle de scène en tête. Elle ne pouvait s’empêcher de rire. Le rouquin tentait de faire de son mieux afin qu’elle cesse, mais c’était peine perdue. Sa petite tape sur l’épaule fit davantage rire la jeune femme.


-« Tu veux porter des enfants ? Dis-moi, par où ils sortiraient ? Non… en fait ne dit rien, c’est trop sale. »

Elle calma ses rires alors qu’elle arrivait à la table où étaient assis les jumeaux. Elle se présenta ainsi à eux avant de prendre place face à Alexïs. Au moins, elle s’entendait à merveille avec lui. Avec Erïka, les choses n’allaient peut-être pas être aussi simples. Jusqu’à présent, l’adolescente ne lui avait pas vraiment adressé la parole. Elle restait en retrait, dans son coin, comme si elle la jugeait et tentait ainsi de comprendre quel genre de personne elle était. Cela ne semblait pas du tout déranger Eleonnora qui continuait d’embêter Will. Alors qu’il allait chercher les boissons, elle continuait de l’embêter en le traitant de renard. S’il décidait d’être fourbe et voleur, elle allait le transformer en manteau de fourrure. Cependant, il se prétendait espèce rare et elle ne pouvait l’approcher si facilement. Cela n’allait pas l’empêcher de trouver une autre solution afin de le taquiner.

-« Dans ce cas, je vais t’adopter et faire de toi le plus mignon des petits animaux de compagnie. Tu aurais droit à ton propre sac à main, à ton propre petit manteau et tes chaussettes pour tes papattes. J’espère que tu aimes le rose. »

Elle lui fit un grand sourire amusé. Lorsqu’il revint à la table avec leurs boissons, ils purent commencer à discuter. Will était leur point commun à tous. Grâce à lui, l’échange sera probablement plus simple et plus agréable. Le courant passait très bien avec Alexïs, mais ce n’était toujours pas le cas avec sa sœur jumelle. Eleonnora commença par parler un peu de sa famille. Ainsi, les jumeaux pouvaient découvrir leurs origines et également connaitre la grande fortune familiale dont ils étaient également les héritiers. Cela sembla surprendre les jumeaux qui n’avaient jamais été mis au courant de cela. Pourtant, c’était la vérité. Afin de leur démontrer à quel point ils étaient riches, elle décida de leur montrer une photographie du manoir.
Alors qu’elle cherchait sur son téléphone, William se pencha vers elle afin d’observer les photos qui y défilait. Il en repéra une qui datait du temps où elle était chanteuse, prise alors qu’elle effectuait un numéro sur scène. Il trouvait cela dommage qu’ils ne soient pas dans un karaoké, là où elle aurait pu faire une petite démonstration de son grand talent. Ce sera pour une autre fois.


-« Je sais, c’est dommage. Je leur ferais profiter de mon immense talent une autre fois. Tu seras là, bien sûr. Ce serait triste que tu rates un si bon spectacle. »

Elle trouva finalement la photographie qu’elle recherchait et la montra tout d’abord au rouquin. Il s’agissait de manoir familial des Davidoff, en Russie, lors d’une journée d’été où le jardin fleurissait derrière le grand portail. Le manoir était énorme, comparable à celui de l’institut Xavier. Il était bien entretenu et resplendissait sous le soleil. Lorsqu’elle l’eut montré au rouquin, elle présenta la photo aux jumeaux qui contemplèrent cela sans un mot. Erïka avait du mal à réaliser qu’un bâtiment de ce genre pouvait réellement appartenir à son père. Elle restait là, le regard étonné, alors qu’Alexïs passait son petit commentaire.

-« On dirait un château. Ce manoir est absolument magnifique. »

-« Oui, je sais. Vous n’avez pas vu l’intérieur, encore. Les meilleurs designers se sont occupés de la décoration. Un jour, vous pourrez le voir par vous-même. »

Puisqu’Erïka ne souhaitait pas vraiment parler de famille - c’était loin d’être son sujet préféré – elle changea complétement de sujet en raconta à son frère qu’Alexïs avait obtenu le numéro de téléphone d’une fille. S’en suivit une discussion sur le sujet où ce dernier était coincé dans cette situation embarrassante. Le pauvre, en plus d’avoir droit aux commentaires d’Erïka, il devait subir les questions indiscrètes d’Eleonnora. Heureusement que Will vint à sa rescousse en expliquant que ce n’était pas si important de savoir s’il avait couché avec une fille ou non. Après tout, le rouquin avait passé six ans sans toucher à la fille qu’il aimait et il n’en était pas mort.

-« Je me demande vraiment comment tu as fait pour survivre si longtemps ! Le sexe, c’est trop bien. Bon, allez, montre-moi tes mains. » Elle attrapa ses deux poignets, les observa rapidement, ainsi que ses mains, avant de lever légèrement l’une d’entre elle afin de lui présenter. « C’est celle-là que tu utilisais durant toutes ces années, c’est bien ça ? »

Cependant, Will n’avait pas envie de s’attarder sur le sujet plus longtemps. Il s’empressa de s’emparer du dernier biscuit et de le protéger comme si sa vie en dépendait. Erïka entra immédiatement dans le jeu et tenta de le lui voler. Eleonnora, elle, se contenta plutôt de commander une nouvelle assiette de biscuits. Alors que la bataille prenait fin entre le frère et la sœur, ce dernier en profita pour annoncer une grande nouvelle. Il allait bientôt épouser la femme de sa vie. Alexïs leva les yeux de sa boisson et observa le rouquin. Un sourire s’étira sur son visage. Ça, c’était une excellente nouvelle !

-« Félicitation ! Je suis heureux pour vous deux. Bien sûr que nous serons là. Il n’est pas question de raté un tel événement. »

Eleonnora y alla également de son petit commentaire. Elle était heureuse de faire partie des invités, bien qu’elle ne connaissait pas William depuis bien longtemps. Au moins, il l’intégrait dans la famille. Après tout, c’était elle l’intrus qui entrait dans la vie des jumeaux et s’immisçait dans la petite famille qu’ils avaient bâtie pendant toutes ces années. Elle fit un grand sourire à William.

-« C’est une excellente nouvelle ! Le mariage, c’est pour bientôt ? Il parait que le sexe est meilleur après le mariage, tu pourras me dire si c’est vrai ? »

Erïka sourit à son frère. Elle était au courant de la nouvelle depuis quelques temps. C’était une excellente nouvelle et elle comptait bien venir au mariage. Rien ni personne ne pourrait lui faire rater un tel événement. Elle voulait à tout prix y assister, bien que pour cela elle allait devoir mettre une robe. Comme cela était terrible… Elle allait au moins faire un heureux. Aucun doute que son petit ami allait en profiter pour l’admirer. C’était si rare qu’elle portait ce genre de tenue, après tout.

-« J’espère que l’on pourra venir accompagner. Après tout, peut-être qu’Alexïs va vouloir y amener sa future copine. » Elle sourit à son frère, ne faisant que le taquiner.
-« Mais… mais… je viens tout juste de la rencontrer ! »
-« Le temps que le grand jour arrive, tu as le temps d’apprendre à la connaitre. »
-« D’ailleurs, tu n’as pas un copain, toi ? » Demanda Eleonnora.
-« Oui… »
-« J’ai vu des photos chez Anieta. Je ne savais pas que tu aimais les punks. »
-« Que… Quoi ?! Mais il n’est pas punk ! »
-« Il a tout de même les cheveux bleus. »
-« Cela ne veut rien dire. »
-« Dis-moi, tu sais qui est son coiffeur ? Il a tellement un beau cheveu… Je n’ai jamais vu des cheveux bleus aussi jolis. Il les entretient beaucoup ? »
-« Il les lave, comme tout le monde. Et non, il n’a pas de coiffeur. »
-« Il se fait la teinture lui-même ? Il est vraiment doué alors, j’en suis presque jalouse. Les cheveux de cette couleur sont si difficiles à entretenir, ça décolore si rapidement. J’aimerais tant avec des mèches bleus, mais ça serait un véritable désastre, malheureusement. »

Erïka observait sa sœur, pas certaine de savoir si elle plaisantait. Elle pensait vraiment que Bobby était punk ? Comment lui faire comprendre que non et qu’en fait la couleur de ses cheveux était dû à sa mutation ? C’était impossible, surtout qu’elle ne savait pas si Eleonnora était également une mutante comme leur père. Elle préférait se taire et laisser la jeune femme croire ce qu’elle voulait au sujet des cheveux de Bobby. De toute façon, Erïka s’en fichait bien, elle adorait la couleur de ses cheveux. Le bleu faisait partie de ses couleurs favorites.

Quoi qu’il en soit, elle oublia sa sœur et ses histoires de cheveux peu intéressantes afin de donner des petits coups de pieds à Will, sous la table. À chaque fois qu’il l’observait, elle faisait comme si rien n’était, faisant semblant d’écouter sa sœur. Bien entendu, le jeune homme allait bien vite découvrir son petit jeu. Est-ce qu’un jour elle cessera de l’embêter ? Hummm.. NON.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Ven 31 Mai 2013 - 10:41

La nature était tout de même bien faite. Chaque espèce présente sur Terre pouvait se reproduire aisément et chaque sexe avait une utilité. Bien sûr, seules les femmes pouvaient donner la vie. Will se demandait ce que cela pouvait faire. Ce devait être une expérience bien particulière qui liait davantage l'enfant à sa génitrice plutôt qu'à son père. A ses yeux, c'était un lien plus fort qui se créait. Mais en fin de compte il n'en savait rien et n'en saurait probablement jamais rien. Il était un homme et il ne risquait pas de lui pousser un vagin. Tant mieux d'ailleurs. Même si on lui offrait la possibilité de faire un tour par le Brésil afin de changer de sexe, jamais il ne le ferait. Il comptait bien conserver sa virilité, tant pis pour les naissances. De toute façon, les hommes y participaient bien obligatoirement. Pas d'enfant sans partie masculine, c'était comme ça. Ou alors ça s'appelle l'immaculé conception. Mais là c'est un cas plutôt rare, pas vrai Jésus ? (ou Anakin Skywalker pour les non fans de la Bible 8D)

Eleonnora s'imaginait tout comme lui ce que cela pourrait donner si, tout comme la maman renard qu'ils avaient évoqué, Will serait capable de donner la vie. Non, il valait mieux stopper là l'imagination, c'était déjà bien assez horrible comme ça. La jeune femme ne manqua pas de rire de lui, pas arrêtée par la petite tape qu'il lui avait donné à l'épaule.


"C'pour ça qu'on a inventé les femmes. Elles font tout l'boulot à not' place, on a pas b'soin d'se fatiguer pour donner vie ! Du coup, tout l'mérite leur revient presque, j'dois l'avouer... Mais bon, l'important, c'est l'résultat nan ? On participe nous aussi !"

Il le disait sur un ton taquin bien évidemment. A ses yeux, les femmes n'étaient pas des faire-valoirs, loin de là. Il était loin d'être macho mais s'amusait de la situation dont il se servait pour provoquer gentiment Eleonnora puisqu'elle se moquait un peu trop facilement de lui. Le but n'était pas qu'elle le prenne mal alors il restait assez soft dans ses propos, pas encore tout à fait certain qu'elle ne prendrait jamais mal ce qu'il pourrait lui dire.

Mais tout se déroulait pour le mieux. Même la rencontre avec les jumeaux s'était bien déroulée jusqu'à présent, surtout avec Alexïs. Erïka semblait bien plus réservée et n'adressait que peu la parole à sa demi soeur. Mais c'était déjà un bon début. Elle aurait pu lui sauter à la gorge comme elle l'avait fait avec son père. Par chance, Eleonnora était loin d'être comme lui. Will s'entendait très bien avec elle, ce qui prouvait qu'Erïka pourrait sans aucun doute l'apprécier à sa juste valeur elle aussi. Mais pour le moment, elle n'était pas très émotive, restant neutre, même avec le rouquin. Ce dernier se leva pour aller chercher les boissons que la plus âgée des trois lui demandait, lui signalant au passage d'arrêter de le comparer à un renard. Elle ne faisait qu'en rajouter une couche à chaque fois, enfonçant un peu plus le ridicule. Will s'imaginait alors tel un petit animal, vêtu intégralement de rose tout comme elle le citait. Cela faisait froid dans le dos...


"Moi qui pensais qu't'avais bon goût... J'suis déçu ! J'suis d'jà assez mignon de base, j'ai pas b'soin d'tout ça ! Et puis l'roux ça s'marie très mal avec le rose hein... Si j'te rapporte ton café, tu m'laisses ma liberté ?"

Mais il s'absenta malgré tout quelques instants pour revenir ensuite avec la commande. A son retour, la discussion reprit son cours et Eleonnora donna quelques informations supplémentaires à propos de leur famille. Il fallait dire que Sergeï n'avait pas été très généreux en matière d'informations et qu'il s'était contenté du minimum syndical. Eleonnora songea donc à corriger le tir et les informa de l'immense fortune dont ils étaient les héritiers. Les jumeaux avaient l'air de ne pas en revenir puisqu'aucun mot ne franchissait leurs lèvres à présent. La russe chercha une photo pour ponctuer ses propos et le rouquin regarda par dessus son épaule. En voyant l'une des photos de la période où elle était chanteuse, Will lui fit remarquer qu'elle pourrait faire profiter de son talent aux jumeaux. Elle y avait déjà songé apparemment mais ce serait pour une autre fois. Là encore, il serait présent d'après elle, se mettant en avant pour confirmer le tout.

"Bah, d'toute façon, c'pas comme si vous alliez vous voir qu'une seule fois donc ouais, vous aurez l'temps d'faire ça une aut' fois. Pourquoi n'pas faire un trio tous les trois d'ailleurs ? Moi j'me chargerais d'filmer !"

A force de faire défiler les photos, elle tomba sur celle qu'elle cherchait. Will se demandait si elle ne s'était pas trompé alors qu'elle la lui montrait. Il s'agissait d'une immense demeure d'une taille similaire à celle du manoir. Sur le coup, le rouquin ne réalisa pas trop que le bâtiment tout entier était leur maison. Pour lui, il ne devait s'agir que d'une partie. Mais il réalisa rapidement son erreur.

"C'est quoi c't'hôtel ? Vous avez un appart' dans c'truc de luxe ?" demanda t-il en inspectant la photo avant de relever les yeux vers Nora "Oh p'tain, m'dis pas qu'c'est tout la baraque qu'est à vous ?! Mais vous hébergez des gens ou quoi ? T'as planqué d'aut' frères et soeurs ??"

Will ne comprenait pas l'intérêt d'avoir une si grande maison. A quoi servaient les cinquante chambres et autres pièces du manoir à part prendre la poussière au juste ? Décidément, il ne comprendrait jamais les gens fortunés comme Emma Frost qui changeait de voiture à cause d'une simple tâche. Avec sa mentalité, le rouquin resterait sans doute pauvre mais il s'en moquait. Il n'avait pas envie d'avoir de délires de grandeur à ce point là...
Mais Erïka changea de sujet en évoquant la potentielle future petite amie d'Alexïs. Rien n'était joué, ils venaient de se rencontrer mais ses deux soeurs le taquinaient tour à tour, s'amusant à le mettre mal à l'aise. Will ne fut pas en reste mais il le laissa vite tranquille. Au contraire, il le défendait, ne voyant pas en quoi ne pas toucher à sa petite amie était une preuve que leur couple ne tiendrait pas la route. Il fit donc part de son expérience personnelle sur laquelle Eleonnora ne se gêna pas pour rebondir. Pour elle, c'était juste inconcevable. Elle ne lui laissa pas le temps de répondre, lui attrapant les poignets sans qu'il comprenne pourquoi. C'est lorsqu'elle lui montra l'une de ses mains qu'il percuta.


"Evidemment puisque j'suis gaucher. Ca va, c'était pas trop dur ? Enfin, sans mauvais jeu d'mots, haha. Nan mais d'toute façon, tu fais erreur. T'sais, j'ai pas eu d'vie privée pendant toutes ces années, elle était t'jours avec moi. Et puis ça m'a pas manqué puisque j'savais pas tellement c'que c'était avant donc... nan, ça va. Même si j'dois avouer qu'sur la fin, ça d'venait vraiment... long. Mais ça a jamais mis not' couple en danger et j'ai jamais songé à la tromper. T'vois qu'on est pas tous des obsédés ! Pas vrai Alexïs ?"

Will récupéra bien vite sa main pour pouvoir atteindre le dernier biscuit et le mettre hors de portée des autres. S'en suivit une bagarre avec Erïka tandis que les deux autres profitaient d'une nouvelle assiette fraichement arrivée. Erïka parvint à s'emparer d'un morceau de gâteau et Will dévora ce qu'il en restait pour qu'elle n'en attrape pas davantage. Il profita de ce moment de répit pour annoncer son futur mariage, espérant que les trois russes seraient présents lors de la cérémonie. Même s'il ne connaissait pas Eleonnora depuis très longtemps, pour lui, elle faisait partie de la famille et il ne comptait pas la traiter autrement. De plus, il s'entendait plutôt bien avec elle alors pourquoi la mettre de côté ? Il ignorait si elle était mutante ou humaine mais peu lui importait. Elle lui posa cependant une question plutôt... de son cru.

"Oh on a encore l'temps, faut qu'on prépare plein d'trucs ! J'pensais pas qu'c'était si long à préparer un mariage, y a plein d'trucs à prendre en compte... D'ailleurs Rika, j'pense bien qu'tu vas avoir un rôle particulier à y t'nir ! En tout cas, la date est pas avant six mois. Et pour l'après mariage, promis, j'te tiendrais au courant mais j'suis pas convaincu qu'ça change grand chose."

Erïka souhaitait venir accompagnée mais mis l'accent sur la prétendue future compagne d'Alexïs. Ce dernier ne voyait pas les choses comme elle visiblement. Will ne voyait aucun souci à ce que chacun vienne avec une autre personne. Erïka comptait venir avec son petit ami. Le rouquin avait de toute façon songé à l'inviter alors il n'y aurait eu aucun problème là dessus. Eleonnora parla justement de lui, le comparant à un punk. Will suivit l'échange entre les deux femmes et se mit à rire à la fin en voyant que la jeune femme ne plaisantait pas et pensait réellement que Bobby était un punk. Si seulement elle savait que sa couleur était naturelle... Mais pour cela, il faudrait l'informer qu'il était mutant et ça... il valait mieux le tenir secret encore un peu.

"Bobby, punk ? 'Tain c'est la meilleure d'l'année celle là ! J'ai jamais vu un type aussi bon fils d'famille hein. 'Fin à part Alexïs j'veux dire. Il a rien d'un punk ou d'un rebelle, j't'assure Nora. C'pas la couleur des ch'veux qui indique c'que t'es. R'garde, t'es blonde mais t'es pas stupide que j'sache. Bon bah voilà ! Tu verras, c'est un type sympa. Mais méfie toi.. Sous ses airs d'gentil garçon, c't'un putain d'fourbe !"

Will sentait quelque chose taper contre sa jambe. Aussitôt, il regarda en direction d'Erïka mais celle-ci ne le regardait pas, semblant pendue aux mots de sa soeur. Voilà qui était bien louche... Le rouquin n'y prêta pas attention au départ mais comme les coups se faisaient insistants, il décida de passer à l'action. Ecartant un peu les jambes, il attendit qu'elle donne un nouveau coup pour coincer son pied entre ses jambes, la maintenant ainsi prisonnière. Là, elle ne pouvait plus faire semblant ! Puisqu'elle ne pouvait plus se soustraire à sa prise, il en profita pour se pencher sur la table, glissant son bras dessous pour atteindre le dessus du genou de sa soeur. Il appuya à l'endroit sensible pour la punir et la chatouiller. Mais se penchant un peu trop, il percuta sa tasse de cappuccino et elle se renversa sur lui, tâchant son pantalon. Aussitôt, il se redressa et libéra Erïka.

"Et merde... Interdiction d'dire que j'me suis pissé d'ssus hein ! J'imagine qu'personne a un pantalon d'rechange à m'passer, hmm ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Alexïs N. Davidoff

avatar

Messages : 250
Date d'inscription : 10/12/2011
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Étudiant en médecine
Age : 20 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Dim 2 Juin 2013 - 22:49

Eleonnora n’avait pas tout dit à William en ce qui la concernait. Déjà, elle cachait bien des choses à ses proches. Ensuite, il y avait certaines choses qu’elle préférait dissimuler à sa famille. Le fait qu’elle soit homosexuelle et en couple avec une femme en faisait partie. Elle n’en avait toujours pas parlé au rouquin, estimant qu’il était assez proche des jumeaux et d’Anieta pour être considéré comme un membre de la famille. Elle préférait donc rester discrète à ce sujet. Jusqu’à présent, cela avait plutôt bien fonctionné et elle comptait bien continuer en ce sens. Bien sûr, un jour, elle devra avouer la vérité. Elle désirait des enfants avec sa compagne. Elle désirait également l’épouser. Pour cela, il faudra qu’elle accepte d’avouer son penchant pour les femmes à sa famille, bien que cela lui semblait être une épreuve insurmontable.

William disait que les hommes participaient à la conception d’un enfant, mais la jeune femme n’était pas tout à fait d’accord. Un jour, il ne sera plus nécessaire de s’accoupler avec un homme afin de tomber enceinte. De nombreux progrès étaient faits, années après années, en la matière. Eleonnora savait qu’elle ne pourrait tomber enceinte naturellement. Pas question de toucher à un homme ! Il ne restait plus que les éprouvettes ou l’adoption. Puisqu’elle souhaitait avoir un enfant avec qui elle aurait des liens de sang, elle devait opter pour la première solution.


-« Bientôt, on aura plus besoin de votre participation. Les éprouvettes sont très efficaces, ce ne sera bientôt plus la peine de vous épuiser à la tâche. »

Maintenant qu’ils étaient à la table, il était temps de changer de sujet et de faire les présentations. Le courant passa instantanément avec Alexïs. Avec Erïka, c’était tout autre chose. Elle servait pratiquement de décoration dans tout cela. Elle ne parlait presque pas, se contentant d’observer ce qui se passait. Alors que Will allait chercher un breuvage pour sa demi-sœur, cette dernière ne cessait de le taquiner. À croire qu’ils se connaissaient depuis des années ! Le rouquin cherchait à tout prix à faire taire Eleonnora, qui lui donnait les surnoms les plus ridicules de l’histoire de l’humanité. Il arriva à acheter sa liberté contre un café. La jeune femme le laissa tranquille.

-« Il n’a pas intérêt à être froid, mon café, dans ce cas. Sinon, ce n’est pas le petit habit rose qui va t’attendre, mais bien pire ! »

Maintenant, il était temps de passer à la partie plus sérieuse de la discussion. Enfin… cela ne faisait pas très sérieux que d’entendre Eleonnora parler de la fortune familiale comme si elle parlait de la température extérieure. Alexïs restait bouche bée face à une telle nouvelle. Il venait d’obtenir les informations qui lui manquait afin de comprendre pourquoi son père, ton juste arrivé dans sa vie, acceptait de payer ses études en médecine. Il avait simplement dit que l’argent n’était pas un souci pour lui, sans rien ajouter d’autre. Jamais il n’avait parlé de sa fortune. Une seule question restait, à présent : allait-il tenir parole ? Bien qu’il trouvait le métier de médecin très honorable et prestigieux, cela ne signifiait pas qu’il allait aider son fils pour autant. Alexïs préférait ne pas prendre ce genre de chose pour acquis et continuer de partager son temps entre son travail et ses études. De toute façon, il avait un loyer à payer et tout ce qui était lié aux coûts d’un logement.

Alors que personne n’était capable de dire quoi que ce soit autour de la table, Eleonnora repris la parole et expliqua que son père possédait un grand manoir. Elle en cherchait justement une photographie sur son téléphone. Au milieu de sa recherche, elle fut arrêtée par Will, ayant repéré une image où la jeune femme était en plein spectacle. Le rouquin affirmait qu’elle pourrait faire un beau trio avec son frère et sa sœur. Visiblement, il refusait de s’inclure dans le truc, et ce n’était certainement pas par souci de ne pas s’incruster dans la famille.


-« Pourquoi ne pas faire un quatuor ? Tu vas chanter avec nous, mon mignon. »
-« Puis-je prendre la place de Will derrière la caméra, dans ce cas ? »
-« Non, un quatuor c’est quatre. Alors toi aussi tu participes. »

Eleonnora tomba finalement sur la photographie qu’elle recherchait. Il s’agissait du manoir familial qu’elle avait immortalisé lors de sa dernière visite en Russie. Will ne semblait pas réaliser que le manoir en entier était à la famille Davidoff. Pourquoi se contenter d’un appartement lorsque l’on pouvait avoir quelque chose de plus spacieux ? La jeune femme lui confirma que le manoir en entier leur appartenait bel et bien.

-« Oui, c’est à nous. C’est magnifique, n’est-ce pas ? Vois-tu, ma chambre à elle seule et aussi grande que mon loft. Un jour je le ferais visiter, d’ailleurs. On a une aile du manoir où résident certains domestiques, comme une seconde maison pour eux. Ma mère a également fait construire une salle de réception lorsqu’elle décide d’organiser ses fêtes mondaines. Ensuite, on a une salle de sport immense avec tout ce que tu peux désirer comme équipement dernier cri. Et on a une salle de tir, aussi. C’est là que mon père m’a appris à me servir d’une arme. Encore, tout cela est rien comparé au reste du manoir. »

Elle montra également la photographie aux jumeaux afin qu’ils puissent observer la merveilleuse résidence de leur père. Cependant, cela ne resta pas le sujet de discussion principal pendant bien longtemps. Erïka trouvait qu’il était bien plus amusant d’embêter son frère. Le pauvre… Il se demandait ce qui était pire entre une sœur qui passait son temps à le taquiner ou une sœur associable qui l’envoyait promener pour des riens. Alexïs se remémora quelques moments passés avec sa sœur, il y avait bien quatre ans de cela. Finalement, il préférait voir une Erïka souriante qui prenait un malin plaisir à le mettre dans tous ses états. Actuellement, le jeune homme était plutôt mal à l’aise. Il n’aimait pas parler de sa relation amoureuse précédente et encore moins des sujets d’ordre intime. Heureusement que William était là pour le sauver et détourner l’attention. Soudainement, Eleonnora semblait bien plus préoccupée par le fait que le rouquin avait passé de trop longues années d’abstinence, incapable de satisfaire ses envies masculines. En même temps, ce n’était pas comme s’il avait réellement eut l’occasion de penser à cela. La vie dans la rue ne lui permettait pas ce genre de chose. Il n’avait pas d’intimité. Il passait son temps à survivre et non à se faire plaisir.

Cela n’empêchait pas Eleonnora ne faire des commentaires à ce sujet. Elle détermina quelle était la main que William utilisait pour faire sa besogne sans trop de difficulté. Comme si elle avait fait cela toute sa vie. Ce n’était qu’un détail insignifiant, mais elle embêtait ainsi le rouquin qui ne semblait pas très gêné par la situation. Il affirmait que le sexe ne faisait pas tout, dans un couple. Il demandait même confirmation à Alexïs.


-« Oui. Tu as tout à fait raison. »
-« Mais le sexe c’est trop bien, quand même. C’est parce que des hommes sont trop longtemps frustrés qu’ils finissent par aller voir ailleurs. Les obsédés sont partout alors fais gaffe. »

La discussion fut rapidement coupée par le vol du dernier biscuit par Will. Sa petite sœur tenta aussitôt de le récupérer dans le simple but de l’embêter. Cela semblait fonctionner à merveille puisque le rouquin se défendait du mieux possible. Eleonnora, elle, préféra commander une autre assiette de biscuit et en proposer au pauvre rouquin qui venait de s’en faire voler un bout.
Comme l’attention de tout le monde était portée sur Will, ce dernier en profita pour expliquer qu’il allait bientôt se marier avec Amy. Cette nouvelle réjouissait tout le monde, surtout en sachant qu’ils pourront assister à cette cérémonie. L’adolescente y aura, d’ailleurs, un rôle bien spécial. Cependant, elle n’en savait pas plus, son frère lui dissimulant les détails. Elle avait hâte de savoir de quoi il s’agissait.

Encore une fois, Erïka en profita pour taquiner son jumeau sur sa future cavalière au mariage. Ce dernier se défendait, affirmant qu’il connaissait à peine cette jeune fille qui lui avait donné son numéro. Erïka, quant à elle, savait déjà avec qui elle allait s’y rendre. Il était évident qu’elle sera au bras de Bobby pour cet événement spécial.
D’ailleurs, la discussion dériva sur lui. Le pauvre, s’il savait ce qu’Eleonnora pensait de lui alors qu’ils ne s’étaient jamais rencontrés. Bobby n’avait rien de punk. La jeune fille ne pouvait s’empêcher de dévisager sa sœur alors qu’elle parlait de sa jalousie pour la magnifique couleur bleutée des cheveux du mutant. Si elle savait que cela était naturel, elle n’en serait que davantage jalouse… À moins que cela ne l’effraie. On ne sait jamais avec les poupées Barbies.

Alexïs était également surpris qu’Eleonnora tienne ce genre de propos. C’était probablement parce qu’il était dans la confidence. Il n’avait jamais eu l’occasion de rencontrer le petit ami d’Erïka, mais il avait vu certaines photographies prises par sa grand-mère. Il avait immédiatement noté la joie qui habitait sa sœur jumelle alors qu’elle posait avec celui qu’elle aimait. Il était heureux qu’elle ait finalement trouvé chaussure à son pied. Il semblait être quelqu’un de formidable, s’il se fiait à ce qu’on lui avait dit. La couleur de ses cheveux était peut-être inhabituelle, mais il ne s’agissait que d’un petit détail, rien de plus. Cela était apparemment du à sa mutation.

Will, quant à lui, ne se gênait pas pour s’éclaffer devant les paroles absurdes d’Eleonnora. Il expliqua que Bobby était le classique du fils de bonne famille, au même titre qu’Alexïs. Il était loin d’avoir le style propre aux punks. Il avait seulement une couleur de cheveux inhabituelle. Il ne fallait pas rester coincé sur les stéréotypes. Comme il le disait, la jeune femme avait beau être blonde, elle n’était pas stupide pour autant.


-« Après avoir étudié dans les meilleures écoles de mon pays, il serait ridicule que j’en sois sortie stupide, même si je suis blonde. Puisque l’on parle de ce genre de chose… Les roux, c’est roux de partout ? Heureusement que l’on ne peut pas avoir naturellement les cheveux bleus, roses ou d’une toute autre couleur peu naturelle de ce genre. Ce serait spécial d’avoir un copain avec le poil bleu… partout… »
-« Tu peux arrêter les conneries sur mon copain ? »
-« Mais ce ne sont que des constatations et des questionnements, voyons. D’ailleurs, en quoi il est fourbe ? »

Pendant ce temps, Erïka donnait des coups de pieds à son frère, sous la table. Elle faisait comme si elle n’était pas coupable, mais son petit jeu ne dura pas longtemps. Le rouquin arriva à capturer son pied avant de chercher à se venger en la chatouillant au niveau de la partie sensible du genou. Par réflexe, elle donna un coup de genou sous la table, cherchant à se libérer. Le rouquin percuta également la table, mais son breuvage se renversa en partie sur lui. Le pauvre, il n’avait pas de chance, parfois. Il se leva et demanda si quelqu’un avait un pantalon à lui passer. Les deux sœurs secouèrent la tête. Pas Alexïs.

-« Je dois bien avoir un pantalon de rechange dans ma voiture. Il est un peu large, peut-être qu’il te fera, bien que je doute qu’il soit de la bonne longueur. Si tu le désire, je peux également te ramener à l’institut. »
-« Ce serait une bonne idée » Fit Eleonnora. « Le boulot m’appelle, je reviens. »

Elle s’éclipsa en direction de la salle de bain afin de répondre à son téléphone. Pendant ce temps, Erïka termina rapidement sa boisson. Elle n’était pas contre le fait de rentrer à l’institut. Avant tout, elle fit un tour à la salle de bain, croisant Eleonnora sur le chemin. Ce qui était bien avec le fait d’avoir une bonne ouïe était de pouvoir entendre certaines discussions téléphoniques. Bien qu’elle ne pouvait percevoir que la voix de sa demi-sœur, c’était suffisant pour qu’elle se pose des questions. Quel genre de boulot avait-elle ? Elle n’en avait toujours pas parlé. Tant pis, ce sera une autre fois. S’il y avait une prochaine fois. Elle quitta la salle de bain et rejoignit Eleonnora qui se dirigeait vers la table.

-« Je vais devoir vous quitter. Au moins, ça te permettra de te changer, mon petit renard. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Lun 3 Juin 2013 - 9:56

Les hommes et les femmes étaient vraiment différents mais qu'ils le veuillent ou non, ils avaient besoin les un des autres. Même à une époque reculée, les amazones capturaient des hommes afin de pouvoir assurer une descendance à leur tribu. Preuve en était que seules, les femmes ne risquaient pas de procréer. Cependant, avec les progrès scientifiques, la donne avait changée. A présent, une femme pouvait avoir un enfant sans même avoir à toucher un homme si elle le désirait. C'était d'ailleurs la remarque que faisait Eleonnora qui en parlait comme si c'était le saint Graal. Mais elle avait tort sur un point. Même si, pour le coup, elle n'avait plus besoin de s'accoupler avec un mâle, il était malgré tout nécessaire. Le contenu des éprouvettes venait bien de quelque part après tout. Mais le rouquin trouvait surtout curieux que la jeune femme ait un tel discours. N'était-elle pas en couple ? Ce n'était pas très sympa pour son compagnon d'avoir une telle vision des choses. Elle qui ne jurait que par le sexe, elle devait bien être contente qu'il la touche régulièrement, non ? Will ne comprenait plus rien.

"S'épuiser, c'pas vraiment l'terme. Mais éprouvettes ou non, on est bien obligés d'participer quand même d'une façon ou d'une autre hein. Elles s'remplissent pas par magie ! Moi qui pensais qu't'aimais qu'ton mec s'épuise à la tâche justement... C'est quand même plus sympa d'se faire plaisir et d'avoir un gamin qu'd'avoir affaire à une éprouvette, non ?"

Il était loin, très loin de se douter qu'il mettait les pieds dans le plat. Pas une seconde il ne se doutait qu'elle pouvait aimer les femmes et non les hommes. Il n'avait rien contre ce fait, loin de là, il ne s'en doutait juste pas un seul instant. Il aurait pu le deviner mais il ne voulait pas non plus trop empiéter sur la vie privée de la jeune femme. Si elle ne désirait pas s'étendre sur le sujet, il n'insisterait pas.

C'était sur un tout autre sujet qu'il insistait à présent. Eleonnora s'amusait à le comparer à un renard et il se défendait de son mieux. Mais encore et toujours, elle en rajoutait une couche, si bien qu'il dût mettre le café en jeu pour ne plus se sentir menacé. Cela fonctionna plutôt bien même s'il n'avait pas intérêt à trainer vu la menace qui pesait sur sa tête. Pire qu'un habit rose ? Même avec de l'imagination, il ne voyait pas vraiment ce qui pourrait être pire. Il frissonna volontairement mais prit la peine de dire ce qu'il en pensait avant de partir en trottinant.


"Il parait qu'c'est bon l'café froid, qu'ça a un goût particulier. C'est p't'être l'moment d'essayer hmm ? Et pire que rose, nan j'vois pas... Tu veux m'raser l'crâne ou quoi ? J'm'assois plus à côté d'toi moi hein, j'ai peur maint'nant !"

Mais à son retour, c'est pourtant bien à ses côtés qu'il prit place, comme s'il avait oublié toute leur conversation. A vrai dire, il ne craignait pas la jeune femme, tout cela n'était qu'une vaste plaisanterie. Buvant son café tranquillement, il écoutait les Davidoff faire connaissance. Eleonnora leur apprit plusieurs choses dont le fait qu'ils étaient milliardaires. Will profita de sa proximité avec la russe pour se pencher vers elle alors qu'elle cherchait une photo, remarquant l'une d'elles qui défilait. La jeune femme était chanteuse et pas qu'à moitié. Ca aussi les jumeaux l'ignoraient. Elle préférait sans doute ne pas en parler pour le moment mais elle ne pouvait nier son talent. Le rouquin regrettait qu'elle ne puisse pas chanter ici mais elle promit qu'elle le ferait une autre fois, un jour où il serait présent. Il en était ravi mais prévint cependant qu'il ne ferait qu'écouter et qu'il ne participerait pas. Ce n'était pas de l'avis de la jeune femme. Alexïs tenta de se soustraire au chant lui aussi mais sans grand succès.

"Bah c'est qu'on voudrait pas gâcher vos belles voix hein. J'chante jamais, j'suis sûr que j'chante comme une cass'role ! T'as vu comment j'cause ? Vous allez rien capter si j'chante..."

Eleonnora avait enfin mit la main sur la photo qu'elle cherchait. Will n'était pas surprit d'apprendre qu'ils étaient riches car il était déjà au courant mais il était étonné de voir la taille de leur maison. Si l'on pouvait nommer ça une maison. C'était aussi grand que l'Institut Xavier mais pour seulement une famille qui ne comportait qu'un seul enfant. Malgré les descriptions d'Eleonnora, le rouquin avait du mal à saisir l'intérêt de tant de pièces si grandes. Lui qui se contentait de peu, il avait du mal à comprendre. Mais ce n'était pas son problème après tout. Les jumeaux s'y rendraient-ils un jour ?

"Hé ben au moins vous avez d'l'espace... Mais y a plus qu'tes parents qui y vivent nan ? Ils doivent s'sentir seuls quand même, malgré les domestiques. Attend, vous avez des domestiques ? J'croyais qu'ça existait qu'dans les comtes..."

La discussion dévia grâce à Erïka qui s'attaqua à son jumeau. Eleonnora se joint à elle pour enfoncer le clou et Will se sentit obligé d'intervenir pour sauver le pauvre Alexïs de la situation. Contrairement à lui, cela ne le déranger pas de parler de sujets sensibles comme celui là. Après six ans d'abstinence, il était bien placé pour faire un point sur la situation. Il ne pouvait nier que ne pas avoir pu toucher Amy l'avait frustré au plus haut point mais il n'avait jamais été voir ailleurs pour autant alors qu'il aurait pu facilement. Pourquoi n'y aurait-il que les hommes qui seraient infidèles ? Avait-elle été trompée un jour pour qu'elle ait un tel discours ? Il ne voulait pas se mêler de sa vie privée alors il choisit plutôt de parler de la sienne, à défaut. Il ne voyait pas le mal d'avoir attendu si longtemps. Pour lui, il n'y avait pas de honte à attendre après la femme qu'il aimait.

"C'est vrai, j'te l'accorde. J'ai été frusté pendant pas mal d'temps mais j'comprenais aussi. Du sexe, j'pourrais en avoir avec n'importe qui. Mais Amy, y en a qu'une et c'est ça l'important. C'est elle que j'veux alors j'peux bien attendre à nouveau s'il le faut. Mais d'toute façon, j'irais jamais voir ailleurs et j'suis certain qu'Alexïs partage mon avis là aussi."


Mais plutôt que de s'éterniser sur un sujet qui semblait le mettre mal à l'aise, Will se disputa le dernier biscuit avec Erïka, créant une petite diversion. Mais dès que le biscuit fut englouti, le rouquin annonça la grande nouvelle. Bientôt, il serait un homme marié, ce qui appuyait ses arguments précédents. La femme de sa vie, il l'avait trouvée et peu importait si elle l'avait fait poireauté longtemps. Les Davidoff semblaient ravis de cette nouvelle et comptaient bien être présents. Mais Erïka s'y voyait déjà accompagnée et taquinait son jumeau à ce propos. Avec qui allait-il s'y rendre si ce n'était avec la jeune fille dont il venait d'obtenir le numéro ? Décidément, Erïka allait bien vite en besogne... A croire qu'elle les voyait déjà mariés avec des enfants. Pauvre Alexïs... Will lui assura qu'il pouvait venir seul ou accompagné, c'était lui qui voyait. Il ne comptait pas empêcher quiconque d'amener un ou une cavalière avec lui. Pour Erïka, le choix était déjà fait même s'il s'agissait déjà d'un des invités.

Pour Eleonnora, Bobby était un punk. Cette remarque était due à sa couleur de cheveux plutôt improbable. Il était vrai que ce n'était pas courant mais de là à le comparer à un punk... C'était comme comparer un moine avec un délinquant. Bobby était loin d'être punk ou quelque chose du genre et Will prit donc sa défense, assurant à Eleonnora qu'elle se trompait sur son compte. Pour preuve, il lui fit une remarque à propos de sa couleur de cheveux qui était souvent prise pour cible pour les blagues. Comme si une couleur de cheveux pouvait changer quoique ce soit... Mais d'après la russe, c'était bien différent. Encore une fois, elle se mettait en avant en vantant son parcours scolaire. Cela n'étonnait même plus le rouquin qui se voyait demander s'il était roux de partout. La remarque le fit sourire.


"T'veux vérifier ? Allez, j't'épargne ça, ouais on est roux d'partout partout, c'pas une légende. Au moins, on pourra pas dire que j'me teins les ch'veux moi, suffit d'vérifier en d'ssous ! Et Bobby est fourbe parce que... sous ses airs d'garçon sage, c't'un putain d'traitre ! Il a pas hésité à m'piéger à plusieurs reprises pour protéger sa copine... Moi j'dis, la solidarité masculine, c'est plus c'que c'était !"

Et là, il devait faire face seul à sa petite soeur qui ne cessait de l'embêter à travers la table. Pensant l'avoir piégé, il se pencha pour la chatouiller mais se retrouva rapidement le pantalon tâché de café. Foutue table, foutue boisson. Alexïs lui proposait un pantalon de rechange mais Will n'était pas certain de rentrer dedans en y réfléchissant bien. Il était bien plus petit que lui après tout. Mais puisqu'il proposait de le ramener, c'était sans doute la meilleure solution. Cependant, il ne voulait pas écouter la rencontre à cause d'une maladresse. Eleonnora s'absenta, évoquant un appel du boulot. Elle n'allait pas déjà devoir partir... si ?

"J'sais pas si ton pantalon va m'aller... Mais j'm'en contet'rais si jamais Eleonnora reste parmi nous. Ce s'rait con d'écourter c'te journée ! Attendons d'savoir si elle reste."

A son retour, elle annonça qu'elle devait les quitter. D'un côté, Will pourrait bientôt être au sec mais d'un autre côté, il trouvait cette rencontre trop courte à son goût. Enfin, les choses étaient ainsi, la russe ne pouvait échapper à son travail qui avait l'air prenant. Le rouquin fit une moue déçue puis haussa les épaules. Il s'avança vers elle pour l'étreindre afin de lui dire au revoir puis il la lâcha et se recula un peu afin de laisser la place aux jumeaux.

"'Tain, c'est dommage, c'était court ! Mais bon, faudra qu'on s'refasse ça un d'ces quatre ! Bon courage pour ton job et hésite pas à v'nir nous voir à l'Institut ! Sauf si c'est pour m'apporter des habits roses. J'suis pas un r'nard frileux, ça ira."


Puisqu'Eleonnora les quittait, ils pouvaient rentrer à leur tour. Will n'était pas mécontent de bientôt pouvoir se changer. Heureusement qu'Alexïs était là pour les ramener car le rouquin se voyait mal prendre les transports en commun avec le pantalon tâché à cet endroit. Ils quittèrent bientôt le café et entrèrent à l'intérieur du véhicule. Will laissa la place de devant à Erïka et vint se caler entre les deux sièges, les coudes appuyés contre les appuis têtes. La ceinture ? Elle attendrait. Il désirait avoir leur avis sur cette fameuse rencontre.

"Elle est cool vot' soeur, non ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   Jeu 6 Juin 2013 - 9:05

Eleonnora restait assez mystérieuse sur certains aspects de sa vie. Pour l’instant, alors qu’elle discutait d’enfants avec William, elle préférait cacher le plus d’information possible concernant la personne qui partageait sa vie. Elle préférait lui faire croire qu’elle sortait avec un homme et qui, au besoin, était infertile, plutôt que de lui dire la vérité. Ainsi, il ne se doutait de rien. Tant et aussi longtemps qu’elle ne sera pas décidée à parler de cela à sa famille, elle se contentera d’éviter les sujets sensibles ou de mentir, tout simplement. L’important était qu’elle s’en sorte, au final. Alors que la discussion était passée de l’accouchement aux éprouvettes, Eleonnora décida de laisser planer un simple doute dans l’air, refusant de dire quoi que ce soit sur sa vie privée. William ne se doutera de rien et pensera plutôt que « l’homme » d’Eleonnora ne pouvait avoir des enfants.

-« Que veux-tu, certaines personnes n’ont pas le choix. »

Au moins, leur arrivée à la table leur permis d’éviter de poursuivre sur ce sujet de conversation. Il était temps de faire finalement connaissance avec les jumeaux. Quoi de mieux pour tisser des liens que de s’allier dans un projet commun comme embêter William, par exemple ? Eleonnora commençait déjà, à peine étaient-ils installés à la table. Elle s’amusait à le traiter de renard et à trouver des choses de plus en plus ridicules à dire sur son compte. Le pauvre, il avait bien du mal à acheter la paix. Il y arriva, mais non sans s’être pris tout un tas de remarques ridicules. Heureusement qu’il avait un bon sens de l’humour.

-« Si tu savais tout ce que j’ai vu en passant du temps chez l’esthéticienne, tu n’en reviendrais pas. Je connais les meilleures techniques pour torturer quelqu’un avec une simple pince à épiler. Tu as de la chance, je ne te raserais pas le crâne. Je n’aime pas trop le style chauve. »

Au cours de la conversation qui s’en suivit, Eleonnora parla un peu de sa famille, mais également du manoir qu’ils occupaient en Russie. Elle avait justement une photographie, sur son téléphone, qu’elle chercha un petit moment avant de la montrer à William ainsi qu’aux jumeaux. Elle fit la rapide énumération de quelques pièces se trouvant dans le manoir et précisa qu’il y avait une aile réservée aux domestiques. Ceux qui le désiraient pouvaient y résider. Cela leur évitait de payer un loyer. William ne savait pas qu’il y avait encore des personnes qui embauchaient des domestiques à leur époque actuelle.

-« Bien sûr. Il nous faut des gens pour faire le ménager. On a également un jardinier qui s’occupe aussi des réparations en hiver. Ce n’est pas tout le monde qui reste au manoir, mais certains d’entre eux ont cette possibilité s’ils n’ont pas de logement. En dehors de leurs heures de travail ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent. Mes parents n’ont pas vraiment besoin de leur compagnie. Mon père est associable et il évite le manoir quand il le peut pour ne pas tomber sur ma mère et ses affreuses amies superficielles qui passent leur temps à parler de potin et organiser des sorties çà et là. »

On pouvait dire que cette rencontre se passait bien. Il n’y avait toujours pas eut de dispute. Bon, Erïka n’aimait pas trop que l’on parle de son petit ami. Dans ce cas, Eleonnora décida de prendre William comme cible. Le pauvre, il avait droit à tout un tas de questions indiscrètes. Elle lui demanda si les roux étaient roux de partout. La réponse positive qu’elle reçue sembla la ravir, pour un moment. Elle s’attardait maintenant sur son café, réfléchissant probablement à un tas de choses qu’il valait peut-être mieux éviter de raconter. On ne savait jamais ce qui se passait dans son esprit pervers.

William résolu également un autre mystère. Eleonnora ne comprenait pas pourquoi il affirmait que le petit ami d’Erïka était fourbe. Elle ne tarda pas à le savoir. Le rouquin lui expliqua que la solidarité masculine ne semblait pas être son truc puisqu’il s’amusait à le piéger, restant toujours du côté d’Erïka.


-« Oh ! Mais comme c’est mignon, il défend sa copine. Je suis sûr qu’il t’aime bien quand même, tu sais. C’est juste que tu n’as pas de seins alors c’est moins intéressant d’être de ton côté. »

D’ailleurs, le pauvre William n’avait pas terminé d’être la cible de sa petite sœur. Elle s’amusait encore à l’embêter. Lorsqu’il voulut se venger, il renversa son café sur son pantalon. Maintenant, il avait l’air d’une personne qui s’était fait pipi dessus. Ce n’était pas très esthétique tout cela. En bon samaritain, Alexïs souhaitait lui prêter un pantalon, bien qu’il se doutait que le vêtement ne lui ferait pas. Cependant, un autre élément inattendu s’ajouta au tableau : Eleonnora était appelée par son travail. Elle s’éloigna afin de prendre son appel. Lorsqu’elle revint, elle annonça qu’elle devait partir, malheureusement. Cela mettait donc fin à cette rencontre et sauvait William d’une humiliation supplémentaire.

La jeune femme fit la bise à Alexïs, mais serra la main d’Erïka. Elle avait bien compris que cette dernière était distance et n’appréciait pas les contacts physiques. Il valait mieux s’en tenir à une poignée de main, pour l’instant. Elle étreignit William et l’embrassa sur la joue avant de quitter le restaurant. Bien évidemment, elle comptait les revoir. Cette rencontre ne faisait que marquer le début d’une nouvelle histoire.


-« Comptes sur moi, William. Je te passerais un coup de fil afin que l’on sorte quelque part. Prenez tous soin de vous d’ici à notre prochaine rencontre. »

Elle quitta le restaurant. Les jumeaux en firent de même. Ils montèrent dans la voiture d’Alexïs en compagnie de William. Il était temps de rentrer à l’institut. Lorsque tout le monde fut assis, la voiture démarra. Alexïs ne remarqua pas immédiatement que son frère n’avait pas attaché sa ceinture, à la fois concentrée sur la route et sur la question que le rouquin venait de poser.
On pouvait dire que les avis allaient être partagés en ce qui concernait Eleonnora. Nul doute que William s’y attendait déjà.


-« Je dois dire qu’elle m’a fait une bonne impression. Elle est très franche et, surtout, directe, par contre. Je suppose que c’est une qualité. Elle est gentille, je l’aime bien, pour ma part. Nous allons bien nous entendre. »
-« C’est une morue. » Se contenta de dire Erïka. « C’est une poupée Barbie superficielle et perverse. Elle est peut-être pas aussi chiante que Sergeï, mais bon… »

Ce n’était que la première rencontre. Il y en aura bien d’autre. Peut-être qu’Erïka changera d’avis, avec le temps. Il fallait qu’elle apprivoise cette nouvelle famille. Cela allait se faire, peu à peu, avec le temps. Elle devait simplement laisser aller les choses et espérer que tout se passe le mieux. Maintenant, les réunions entre frères et sœurs seront encore plus palpitantes… et mouvementées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre frères et soeurs [PV William McKellen]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre frères et soeurs [PV William McKellen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre frères et soeurs [PV William McKellen]
» Les retrouvailles entre frères [With Fabian]
» Entre frère et soeurs...[Pv Plume du Temps et Tempête Argentée]
» Mieux se connaître, mieux se connaître...
» Entre réalité et fiction [William Cage & Erïka Davidoff]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-