X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Inséparables [Amy/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Inséparables [Amy/Will]   Lun 6 Mai 2013 - 11:44

La journée qu'ils venaient de passer avait été vraiment bonne et Will ne regrettait pas de s'être botté le cul pour retrouver sa façon d'être habituelle. Il aurait pu y avoir un drame chez Anieta lorsque cette dernière se rendit compte qu'il n'était pas humain mais ce ne fut pas le cas. Rien n'était venu ternir cette journée, rien. Enfin, pour le moment... Le rouquin ne pouvait plus faire marche arrière à présent. Il avait promis à sa petite amie de lui expliquer les raisons de son état jusqu'à présent et il allait le faire. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire car le mutant craignait vraiment sa réaction. Ce n'était pas tous les jours qu'on annonçait avoir tué quelqu'un. Surtout lorsqu'il s'agissait de son père... Amy savait qu'il avait déjà du sang sur les mains, elle était de loin celui qui le connaissait le mieux. Mais ce n'était pas une raison pour que les choses soient faciles. Si jusqu'ici elle l'avait toujours compris et soutenu, il doutait vraiment que cette fois, elle le fasse. Il n'avait qu'une peur : qu'elle le regarde comme le ferait toute personne normal. De travers, comme un monstre. Ca, il pouvait l'accepter de la part de n'importe qui... Pas d'Amy.

Erïka avait joué un grand rôle dans tout ça. Elle avait été la première personne à qui il avait osé raconter ce qu'il s'était passé. Il fallait dire que, contrairement à Amy, elle l'avait poussé dans ses retranchements et l'avait quelque peu bousculé pour qu'il parle enfin. Cela avait porté ses fruits puisqu'il était sorti de sa torpeur mais tout n'était pas réglé pour autant. S'il avait trouvé la force de le dire à sa soeur, le dire à celle qu'il aimait était une toute autre paire de manche.

Rentrés à l'Institut et séparés d'Erïka, ils étaient à présent de retour à leur chambre. Will ne disait rien, songeant déjà à comment il allait aborder les choses. Amy avait déjà sans doute remarqué qu'il était nerveux mais elle ne disait rien non plus. Sans doute préférait-elle le laisser faire à son rythme. Il l'en remerciait intérieurement pour ça. Le pousser comme l'avait fait Erïka n'était pas toujours la meilleure des idées. Mais le rouquin avait besoin de plus de temps, il ne voulait pas se lancer tout de suite. Pour gagner un peu de temps mais surtout se détendre un peu, il préféra faire une petite coupure entre cette folle journée et les révélations qui allaient venir.


"J'me sens tout poisseux, j'vais prendre une douche rapide et après, t'sauras tout."

Il l'embrassa, profitant du baiser puisque c'était peut-être la dernière fois qu'il pouvait le faire. Puis s'enferma dans la salle de bain et prit une douche, réfléchissant à la façon dont il allait aborder les choses. Le mieux était sans doute de ne pas tourner autour du pot. Elle avait droit à la vérité après avoir subi son état larvaire pendant plusieurs semaines. Coupant l'eau, il se sécha et, plutôt que de remettre ses vêtements de la journée, il opta plutôt pour son simple pantalon de jogging propre qui trainait là. De toute façon, il était tard, ils ne tarderaient sans doute pas à aller se coucher alors inutile de remettre d'autres vêtements propres. De plus, Amy était l'une des rares personnes devant lesquelles cela ne le dérangeait pas d'être torse nu. Elle était même capable de citer d'où venait chaque cicatrice après tout.

De retour à la chambre, il posa les yeux sur elle et ouvrit la bouche mais rien ne sortit. Comment devait-il s'y prendre ? Pendant un court instant, il tourna en rond puis opta finalement pour aller s'asseoir à côté d'elle, sur le lit. Il attrapa l'une de ses mains et la conserva dans les siennes. Il l'observa un instant puis préféra commencer par le commencement : des excuses.

"Déjà, sache qu'jsuis vraiment désolé de pas t'en avoir parlé plus tôt. C'était difficile pour moi, j'l'acceptais pas mais maint'nant, ça va mieux. J'te remercie vraiment beaucoup pour ta patience, pour être restée à mes côtés, j'en avais b'soin. Mais si j'te l'ai pas dit plus tôt c'est juste que... j'avais peur des conséquences d'cette histoire."

N'osant même plus la regarder, il commençait son récit.

"L'aut' jour, j'm'étais l'vé avant toi et... j'avais envie d'te faire plaisir alors j'suis allé en ville pour t'acheter des clopes. Puis par la même occaz', j'ai cherché un boulot m'enfin j'ai rien trouvé dans les annonces. J'allais rentrer mais... j'ai croisé mon père."

Amy savait mieux que quiconque quelles relations Will entretenait avec le reste de sa famille. Pas besoin donc de lui faire un dessin pour qu'elle comprenne ce que cela signifiait.

"Il m'avait pas vu au départ, j'ai voulu m'barrer. Mais j'ai tell'ment hésité qu'il a fini par m'voir... Et... en fait il est v'nu m'parler. Tout s'est étrang'ment bien passé, j'm'y attendais pas... Il m'a invité à s'joindre à lui, qu'on aille à son appart' pour qu'on puisse parler. C'était une sacrée occaz' alors bah... j'ai accepté. J'y voyais là une façon d'renouer avec ma famille pour d'bon, tu vois ? J'me suis pas méfié, j'ai vraiment voulu y croire... Tout s'passait bien, on parlait normal'ment et... quand j'm'y suis l'moins attendu, il m'a fracassé une bouteille sur la tête. Tu t'souviens qu'j'étais blessé au crâne ?" fit-il en touchant l'endroit où les cheveux commençaient à repousser, formant un épis "Bah c'était ça... Ca m'a complèt'ment sonné, ça aurait pu m'tuer sur l'coup mais ça a pas fonctionné. A croire qu'j'ai la tête dure... Il pensait qu'ça suffirait à m'tuer, du coup il a improvisé et il a cherché à m'étrangler. Les marques sur mon cou, c'était ça. J'sais que tu les as vues, t'as rien d'mandé mais j'voyais parfois ton regard bifurquer à cet endroit. Moi qui pensait qu'mon père cherchait vraiment à s'réconcilier... En fait, il cherchait juste à endormir ma vigilance pour mieux m'buter... Il tolère pas qu'je sois un mutant, pour lui, j'aurais jamais dû naitre."

Il aurait pu continuer mais il préféra s'arrêter là pour le moment, le temps qu'Amy intègre tout ce qu'il venait déjà de lui dire. Inutile de l'abreuver de trop d'informations à la fois. Le pire était encore à venir.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 


Dernière édition par William McKellen le Ven 24 Mai 2013 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Lun 6 Mai 2013 - 19:38

La gorge d'Amy était serrée. Si la merveilleuse journée qu'ils venaient de passer avait suffit à lui faire oublier, l'espace d'un instant, les angoissants jours précédemment, maintenant que le couple était de retour dans leur chambre, que le sujet allait être abordé, elle se sentait au plus mal. D'un autre coté, l'italienne avait envie d'entendre l'explication de son petit ami, elle en avait besoin, pour comprendre et pour le soutenir en ayant toutes les cartes en mains. Pour lui, pour être une bonne épaule, elle était prête en entendre n'importe quelle horreur et c'est hélas quelque chose d'affreux qu'elle s’apprêtait à apprendre. Mais pour l'heure, elle n'en savait rien et le suspens allait encore tenir quelques minutes puisque Will lui confia avoir besoin d'une douche. L'italienne savait que c'était plus pour gagner un peu de temps afin de puiser du courage en lui que par réelle nécessité, mais elle préféra le laisser faire à sa convenance. Il était inutile de le brusquer, la révélation sembla déjà assez difficile à faire comme ça.

Se retrouvant donc seule dans la pièce, après avoir eut droit à un merveilleux baiser un peu trop insistant pour ne pas être étrange, la demoiselle se dirigea vers son armoire. Le meuble était encore assez vide, mais malgré tout, quelques tenues pendaient aux cintres. Les écartant une à une du bout des doigts, elle finit par saisir ce qu'elle cherchait. Un peu plus tôt dans l'après midi, Will avait soulevé l'idée qu'elle puisse mettre une robe en rentrant, et la mutante avait acceptée de le faire. Il était rare qu'elle porte ce genre de tenue, trouvant la longueur du tissu peu pratique pour bouger, mais ce soir, elle allait faire un effort. Après tout, ils n'avaient pas besoin de se déplacer et Amy souhaitait vraiment faire tout son possible pour mettre celui qu'elle aimait le plus à l'aise possible. Si la voir en robe pouvait lui faire plaisir, même infiniment, c'est dans cette tenue qu'il la trouverait en sortant de la salle de bain !

Profitant d"entendre l'eau couler dans la pièce adjacente, l'italienne se dévêtit, ne gardant que ses sous vêtements, avant de se glisser dans la longue robe noire qu'elle avait déposée sur le lit. La tenue relativement simple n'avait rien de chic ou de huppé mais elle avait tout de même l'avantage de mouler ses formes et de la rendre plus sensuelle.

Une fois vêtue, la demoiselle s'installa sur le lit, entortillant ses doigts avec anxiété alors qu'elle jetait de fréquents regards vers la porte de la salle de bain. Elle ne voulait pas fixer celle ci afin que son petit ami n'ait pas l'impression d'entrer dans un tribunal en en sortant, mais c'était plus fort qu'elle. Inspirant un grand coup lorsque le jet de douche n’émit plus de bruit, elle accrocha un sourire rassurant à ses lèvres. Elle ne savait pas ce qui l'attendait, craignait le pire, mais était sûre d'une chose. Quoi qu'il arrive, elle prendrait sur elle pour montrer à celui qu'elle aimait que tout allait s'arranger, qu'elle serait toujours là pour lui.

Une fois sortit de la pièce, le rouquin se mit à tourner en rond. Visiblement il ne savait pas comment abordé le sujet. Amy ne comprenait pas vraiment pourquoi, après tout, ils avaient toujours parlés de tout sans tabous. Mais malgré tout elle respecta sans angoisse, essayant de l’apaiser au mieux en tendant la main vers lui pour l'inviter à venir la rejoindre. Une fois installé près d'elle, leurs mains en contact, il sembla trouver un plus de courage et commença enfin à s'expliquer.


" Je sais pas c'qui t'effraie autant, mais je s'rai toujours à tes cotés Will, toujours. Tu peux m'parler d'tout, tu l'sais, j'te jugerai pas, je m'offusquerai pas, je n'te tournerai pas l'dos. Je t'aime, c'est la seule et unique chose que je sais dans la vie, la seule de vrai, de sûre et rien n'changera jamais ça. Regardes moi, ça va aller, j'suis là, je t'écoute, n'aies pas peur. "

Tendant la main pour la poser sur la joue de son compagnon, lui tournant doucement le visage afin qu'il lui fasse à nouveau face, Amy lui offrit un regard plein d'encouragements, d'amour et de soutiens. Cela sembla fonctionner puisque le rouquin entama son histoire. Lorsqu'il révéla qu'il était sortit pour lui faire plaisir, l'italienne ne put s’empêcher de sourire tendrement, mais lorsque l'arrivé du père de son petit ami apparue dans l'histoire, le rictus resta figé. Étais-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Vu l'état dans lequel elle avait retrouvé le jeune homme après cette entrevue, elle se doutait de la réponse. Qu'avait encore trouvé sa famille pour le briser ? Elle allait vite le savoir.

Opinant doucement du chef, elle incita celui qu'elle aimait à continuer son récit, ce qu'il fit.

Plus le récit avancait, plus Amy craignait le pire. Elle n'avait pas tord. Lorsque Edge parla du coup de bouteille, elle délaissa la joue de son petit ami pour glisser doucement la main sur son crâne, frémissant un peu. L'italienne était envahie de plusieurs sentiments. Colère, horreur, abasourdissement. Comment son père avait il osé faire ça à son propre fils. Elle savait qu'il n'aimait pas les mutants mais de là à lui tendre un piège pour lui faire du mal. Serrant les dents, Amy attira Will contre elle, la main toujours contre son crâne, lui offrant une étreinte réconfortante. Elle mit quelques secondes à prendre la parole, trop révoltée par ce qu'elle venait d'entendre pour dire quelque chose de censé dans l'immédiat. L'italienne avait beau être une personne très douce, toucher à William c'était éveiller en elle son coté sombre. Que quelqu'un le blesse physiquement ou mentalement et il avait trouvé une redoutable ennemie prête à le détruire par tout les moyens possible. Mais pour l'instant, le père du rouquin n'était pas là, donc il était inutile de laisser sa rage s’exprimer, elle préférait la garder bien au chaud pour le jour où elle pourrait le croiser. Pour l'heure, il n'y avait que Will et son mal être et la seule chose qu'Amy avait en tête c'était de le réconforter, de lui rappeler quelle merveilleuse personne il pouvait être et que le seul monstre de l'histoire était son géniteur.


" Je suis désolée mon amour, désolée que tu aies eut à vivre ça, désolée que tu aies rencontré cet abrutis, que ce soit lui qui t'ai donné la vie. Mais moi je suis heureuse qu'il l'ai fait. J'm'en fout qu'il te voit comme un monstre qu'aurait pas du voir le jour, moi t'es mon soleil et sans toi j'serai dans un monde bien sombre. Alors, oublies le, il n'est plus ta famille, maintenant c'est nous, Rika, Anieta, moi, l'institut. Et nous on t'aimes, on te f'ra jamais d'mal. J'te jure que si j'lui met la main dessus à ce...brrr.. je lui encastre sa tête de con dans ses fesses ! Enfin, au moins il a pas réussi à t'tuer, j'remercie l'ciel pour ça, j'aurai jamais pu vivre sans toi. Qu'importe comment t'as réussi à lui échapper, je suis tellement heureuse que tu l'aies fais. "

Bien sûr, la demoiselle ne se doutait pas que pour fuir, il avait du tuer celui qui lui avait donné la vie. Elle imaginait bien volontiers qu'ils s'étaient battus, que Will l'avait blessé, mais pas un instant elle ne pensa à ça. Cependant, ça n'avait pas vraiment d'importance, elle était sincère lorsqu'elle lui disait que la façon dont il s'en était sortis importait peu, que tout ce qui comptait à ses yeux était qu'il soit en vie. Edge allait sans doute sentir cette sincérité, cela lui offrait-il assez de courage pour lui confier la suite de l'histoire ? C'était à lui de voir...


_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Lun 6 Mai 2013 - 22:14

Vous connaissez cette sensation qu'on a lorsqu'on doit faire quelque chose dont on a pas du tout envie ? On se sent contraint, on y va à reculons en souhaitant inconsciemment que cette étape n'arrive jamais. C'était exactement ce que ressentait Will à l'heure actuelle. Il aurait donné n'importe quoi pour zapper cette étape de sa vie, qu'il n'ait pas à dire ce qu'il redoutait tant. A vrai dire, il aurait très bien pu le faire. Ne rien dire, faire comme si rien ne s'était passé et laisser Amy dans l'ignorance. Cela n'aurait pas changé fondamentalement sa vie après tout, surtout que l'italienne ne lui en aurait très certainement pas tenu rigueur, le respectant trop pour le forcer à se confier. D'ailleurs, elle ne fit aucun commentaire lorsqu'il partit prendre une douche. Sans doute avait-elle compris que c'était juste pour gagner du temps mais elle eut la gentillesse de faire comme si de rien n'était. Et par simple respect pour elle, il devait trouver la force de tout lui dire. Elle partageait sa vie depuis si longtemps, elle lui faisait une confiance aveugle et acceptait tout de sa part. C'était la moindre des choses qu'il lui confie la raison pour laquelle il avait été dans un état larvaire pendant des semaines. Elle le méritait amplement.

Une fois la douche prise et le temps de la réflexion acquis, Will retrouva sa petite amie. Elle s'était changée, ayant troqué ses vêtements contre une jolie robe qui la mettait bien en valeur. En temps normal, le rouquin aurait sans doute louché dessus, l'aurait dévoré des yeux ou aurait en tout cas fait un commentaire pour lui rappeler à quel point il la trouvait belle. Mais là il n'en fit rien. A vrai dire, il ne l'avait même pas remarqué. Il était tellement perdu dans ses pensés, tellement nerveux qu'elle aurait pu être nue, il n'y aurait même pas fait attention. Il avait besoin de faire sortir cette pression.

Il se décida à la rejoindre, tenté par cette main tendue qu'Amy lui offrait. Il prit sa main dans les siennes, cherchant à se donner du courage avant de se lancer. Mais en premier lieu venait des excuses. Il lui devait bien ça... Comme toujours, la jeune femme se montrait très compréhensive, n'ayant pas l'air de se douter une seconde de ce qu'il allait lui annoncer. Qui l'aurait été de toute façon ? Elle se montrait encourageante et ne cessait de lui répéter qu'elle l'aimait. Ca, il le savait bien. Elle avait eu des centaines d'occasions de le quitter mais ne l'avait jamais fait. Elle et lui, c'était pour toujours.


"Si, j'ai peur. Peur qu'tu m'juges, qu'tu m'laisses. Mais j'vais pas faire machine arrière, j'dois t'le dire. Quoiqu'il arrive, garde en mémoire que je t'aime de tout mon coeur."

Cette fois, il n'y avait plus de retour possible. Il avait relevé les yeux vers elle, entrainé par cette main posée sur sa joue. Elle lui donnait la force nécessaire pour trouver les mots et pour expliquer comment ils en étaient arrivés là. Lentement, posément, Will racontait ce qui s'était passé cette journée où il était rentré blessé et apeuré. Amy l'écoutait en silence mais le rouquin devinait bien qu'elle craignait le pire dès lors qu'il fit référence à son père. Et elle avait bien raison. Plus il parlait, plus il se remémorait ce qui s'était passé, chaque détail, chaque moment... C'était comme s'il sentait encore le coup sur son crâne. Mais là, ce n'était que la main d'Amy qui le touchait, caressant la zone blessée comme si elle pouvait en retirer tous les mauvais souvenirs. Elle était touchée par ce qu'il disait, cela se voyait. Mais comment allait-elle réagir lorsqu'il donnerait le mot de la fin ? Pour l'heure, elle se contentait de cracher son venin après celui qui avait osé attenté à la vie de son fils. Seulement, elle ne risquait pas de lui faire regretter quoique ce soit car pour ça, il aurait fallu qu'il soit encore en vie. Elle disait que peu importait l'épilogue mais ce n'était pas vrai. Will n'avait qu'une envie : baisser les yeux. Mais il fit l'effort de ne pas le faire, se laissant tout de même un petit temps avant de reprendre derrière l'italienne. Elle devait savoir.

"Il a pas réussi à m'tuer ouais... Mais moi si." commença t-il avant de s’humecter les lèvres comme s'il avait soudainement très soif "Il... Il essayait d'me tuer, de m'étrangler et... j'dois avouer que j'l'aurais laissé faire. J'étais à moitié dans les vapes et dévasté tant j'avais été trahi, j'avais plus la force de m'battre... Mais il s'est mis à parler. Il m'a rapp'lé que j's'rais bientôt plus qu'un mauvais souv'nir, qu'ils allaient m'effacer... comme si j'avais jamais existé... Et il a dit qu'une fois que j'serais crevé, il s'occup'rait d'toi. Il t'connaissait pas mais Zoey si et... j'ai supposé qu'elle lui avait parlé d'toi... à cause d'moi. Il craignait qu'tu sois potentiell'ment enceinte de moi. Il ignorait tout d'nous, ça aurait pu êt' possible... et il voulait pas prendre l'risque d'voir ses gênes dénaturés... alors t'étais la prochaine sur sa liste. Il aurait pu m'tuer... mais pas toi. Mon pouvoir s'est déclenché tout seul, j'me suis dédoublé et en une fraction d'seconde, j'l'avais égorgé. J'suis tombé dans les pommes et... à mon réveil il... il s'était vidé d'son sang sur moi..."

Il avala sa salive avec difficulté. C'était dit, il ne pouvait plus revenir en arrière. Mais tout n'avait pas encore été dit et il voulait terminer avant d'entendre sa sentence.

"J'avais peur, j'ai paniqué... J'suis parti comme un voleur en bazardant mon haut tâché d'sang... J'ai erré plusieurs heures dans l'froid... J'avais mal, j'étais mal, j'crevais d'froid... Et Emma m'a trouvé. On peut dire qu'le hasard fait bien les choses mais elle m'a vu... et elle m'a aidé. Elle m'a emm'né à l'hôpital, elle m'a conseillé et m'a empêché d'faire une aut' conn'rie. Et... de c'que j'sais, elle s'est arrangé pour que rien n'me relie au... au meurtre. Enfin pour résumer... j'ai tué mon père."

Cette fois, c'était fait. Il regardait Amy comme on regardait celui qui allait actionner le lever de la chaise électrique. Allait-il devoir se lever et quitter la pièce ? Il n'en savait vraiment rien.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Mer 8 Mai 2013 - 23:24

Lorsque Will quitta la salle de bain après quelques temps, Amy remarqua immédiatement à quel point il était ailleurs. Déjà, il ne fit aucune remarque sur la tenue qu'elle venait d'enfiler. Cela ne la dérangea pas. L'italienne comprenait aisément que son petit ami avait l'esprit trop happé par ses tourments pour faire attention à un si futile détail. Cependant, cela renforça l’inquiétude de la mutante, lui prouvant une nouvelle fois à quel point ce qui était arrivé au rouquin l'avait secoué. De plus, le jeune homme commença à faire les cents pas, cherchant sans doute ses mots, mais appuyant d'avantage son inquiétude à révéler la vérité.

Bien que la demoiselle ne sache pas ce qui rongeait ainsi celui qu'elle aimait, elle était sûre d'une chose : il pouvait tout lui dire. Elle aurait pu être patiente et laisser le mutant chercher ses mots en restant silencieuse et attentive, mais Amy connaissait suffisamment bien celui qui partageait sa vie depuis tant d'années, pour comprendre qu'il avait besoin qu'elle lui fasse ressentir qu'elle était là, pour lui, avec lui, quoiqu'il arrive. C'est cette raison qu'elle l'invita à se joindre à elle, lui tendant la main dans un geste on ne peut plus symbolique. De plus, elle avait besoin de le sentir près d'elle, de pouvoir le toucher, l'enlacer même si le besoin s'en fessait ressentir. Ce fut le cas...

Car ce que lui confia Will était difficile. Il avait vécu un véritable cauchemars en rencontrant son père, en croyant à une seconde chance, et en se trouvant désillusionné. Amy s'emplissait de colère au fur et à mesure qu'elle comprenait l'étendu du désastre psychologique que la trahison avait engendrée. C'était déjà assez difficile de se sentir rejeté, mais traqué telle une bête que l'on doit éliminer après l'avoir amadouée et bercé de confiance, c'était tout simplement abject.

Si le père de Will s'était trouvé près d'elle en cet instant, il aurait vu le coté sombre de l'italienne, aurait goûté à sa rage, à ses poings, à son arme. Elle lui aurait infligé physiquement, autant de douleur qu'il avait pu le faire mentalement à son fils. Oui, Amy en était sûre, pour lui, elle aurait laissé sortir les ombres qu'elle tenait en laisse depuis des années. Le monstre d'encre aurait peut-être même était libéré. Si d'ordinaire elle n'aurait jamais songé à faire du mal à ceux qui avait donné la vie à la personne qui comptait le plus pour elle, elle jugeait que l'homme avait perdu tout ses privilège dès l'instant où il s'en était pris au rouquin. Il n'aurait d'ailleurs plus était homme, mais une abjecte créature sans cœur, sans âme, sans droit de clémence.

Cependant, le bourreau n'était pas là, il n'y avait que sa victime et elle n'avait pas besoin de la haine de l'italienne, juste de son réconfort, de son amour. Ravalant sa rage, la demoiselle s'adoucie. Ce n'était pas difficile à faire, il lui suffisait de se concentrer sur l'étreinte que ses doigts offraient à ceux du mutant. Aussi, plus calme, elle opina dans un signe encouragement lorsque son petit lui rappela que quoi qu'il arrive, il l'aimait.

Mais sincèrement, comment aurait elle pu en douter après avoir entendue la suite du récit ?

Tout d’abord elle resta comme buguée. Son esprit s'était accaparé les premiers mots qui étaient sortis de la bouche de son compagnon, et les repassait en boucle dans sa tête, comme cherchant un autre sens à ces derniers. Bien sûr, aucune autre explication n'était possible à la révélation que venait de lui faire le rouquin. Il avait tué son père... c'était indéniable. Le cœur d'Amy qui battait si vite jusqu'alors sembla ralentir... jusqu'à donner l'impression de manquer un battement. Sa tête se mit à tourner sous l'effet de la phrase se répétant à ses oreilles. Cependant, elle remarqua que le jeune homme continuait de parler. Sans doute était il entrain d'expliquer la raison de son geste, de livrer des informations qui justifierait tout. Aussi, l'italienne fit l'effort de se concentrer sur les dires de son petit ami, essayant d'assimiler chaque informations sans rester bloquée sur la toute première.

En réalité, Will n'avait fait que protéger sa vie, réagissant juste plus vite, ou plus fort que son agresseur. Aussi, Amy comprit rapidement qu'il n'avait pas le choix. Aussi, son esprit refusait de le juger comme un assassin ou de l'accuser d'avoir fait quelque chose de mal. Non, il avait tué certes, mais pour vivre. Et de cela elle lui était même reconnaissante. Autant qu'elle avait pu l'être lorsqu'il avait pris la vie du psychopathe qui en voulait à la leurs.

Cette reconnaissance s'accentua même, lorsque que le mutant avoua que, l’espace d'un instant, le désespoir lui avait ôté toute envie de lutte. Cette annonce la glaça plus encore que la précédente. L'espace d'un instant, elle s'imagine son petit ami gisant au sol, sans vie. Une nausée s’empara d'elle, mais elle réussit à la maîtriser. Comment aurait elle pu vivre sans lui ? C'était impossible. Une nouvelle fois, la certitude que le jeune homme avait agis au mieux s'imposa. Oui, la vie de monsieur Cage lui importait peu, tant que le cœur de celui qu'elle aimait battait toujours.

Cela dit, la demoiselle n'était pas idiote, et loin d'être égoïste. Elle savait que même si Will avait bien fait, même si pour elle la vie de son agresseur ne valait pas plus qu'une crotte de chinchilla malade, ça ne pouvait pas être le cas de son petit ami. Après tout, ce n'était pas un banal pickpocket, où un cinglé des routes. Non, c'était la vie de son propre père qu'il avait du prendre. Et ça, c'était sans doute ce qu'il avait eut de plus dur à faire de toute son existence.

La jeune femme se pinça alors les lèvres. Que pouvait elle dire ? Que pouvait elle faire pour effacer une telle horreur ? Le pouvait elle vraiment d'ailleurs ? Elle n'en était pas sûre. Pourtant, quand le rouquin lui expliqua d'ou lui était venu la force de finalement se battre, elle sut que si quelqu'un pouvait l'aider à se reconstruire, à mettre cette affreuse journée dans les annales de l'oublie, c'était elle. Pas seule, bien sûr, Anieta et Rika avaient d'ailleurs déjà fait pas mal, mais pour ce qui était de la cicatrisation totale de son cœur, il allait avoir besoin d'elle, tout comme elle avait besoin de lui pour lutter chaque jours contre ses propres souvenirs douloureux. Il avait tué celui qui lui avait donné le jour pour vivre, non, pour qu'ils vivent, elle n'allait pas laisser cette chance s’envoler. Quitte à avoir un avenir, il ne devait pas être ombrageux.

Cependant, ils ne vivaient pas aux pays des bisounours, et malgré son coté rêveur, Amy le savait. Ce n'était pas parce que Will avait gagné le droit de continuer d'exister en couvrant ses mains de sang que le monde allait lui accorder se privilège. L'italienne était déjà passée par là une fois. Si ils voulaient retrouver un semblant de tranquillité, ils allaient devoir fuir. Fuir la police, fuir les traques, les accusations, la prison... En d'autres termes, partir loin, tout laisser, recommencer une nouvelle fois à zéro. Cela signifiait abandonner Erika, Anieta, l'institut, leurs amis, tout ceux qui les avaient aidés. C'était dur, mais Amy était prête à le faire sans hésiter si cela lui permettait de continuer à vivre auprès de celui qu'elle aimait. Cependant, ça n’empêchait pas son cœur de se serrer. L'institut lui avait donné l'illusion d'un foyer, la journée passé avec Anieta celle d'une famille, les fous rires partagés avec sa meilleure amie une impression de stabilité... et tout cela allait devoir être révoqué.

Inspirant, Amy était sur le point de dévoiler au rouquin sa conclusion, mais celui ci ne semblait pas encore avoir terminé de parler. Préférant l'écouter jusqu'au bout, la demoiselle se tût donc. Et là... son cœur se délia, des larmes de soulagement montèrent à ses yeux. Elle avait cru, quelques heures plus tôt, ne jamais pouvoir être autant reconnaissante envers quelqu'un, qu'envers Anieta qui avait accepté la mutation de son petit ami. Et pourtant, à ce moment précis, c'est une reconnaissance au moins aussi grande qu'elle ressentait envers Emma Frost. La blonde avait sauvé l'homme de sa vie, elle l'avait empêché d'en finir, elle le lui avait ramené en quelque sorte. Mieux encore, elle avait arrangé les choses. En sommes, elle aussi les incités à sa manière à avoir une seconde chance. Plus besoin de fuir, plus besoin d'abandonner, de craindre ou trembler. Ils avaient le droit à un foyer sûr, à des amis, à une famille... à s'aimer encore, et encore...

Ne tenant plus, bouleversée par trop de sentiments opposés en peu de temps, l'italienne se mit à pleurer. Mais en même temps, un rire nerveux s'échappa de ses lèvres et alors qu'elle serait encore plus celui qu'elle aimait dans ses bras, elle ne fut capable de ne prononcer qu'un mot, susurré en boucle jusqu'à être dit d'une voix parfaitement audible.


" Merci, merci, merci, merci... "


Puis, elle embrassa son compagnon. Sur l'oreille d'abord, puis la joue, les lèvres, tenant la tête de se dernier entre ses mains. Elle aurait pu l'embrasser des heures durant, pleurant à chaude larme toute sa joie de pouvoir justement le faire. Cependant, la mutante avait encore assez de lucidité pour savoir que le jeune homme attendait qu'elle s'exprime de façon un peu plus claire. Aussi, après avoir déposé un ultime baiser sur les lèvres de ce dernier, elle prit la parole.

" Déjà, saches que je suis désolée Will. Je le suis pour toi, pour le choix que tu as du faire, l'épreuve que tu as du vivre. Mais, en même temps, je te suis reconnaissante d'avoir fait ce que tu as fait. c'est sans doute abjecte ce que je dis, et horriblement égoïste mais je suis tellement heureuse que tu sois là avec moi, en vie.Je sais qu'il est plus simple pour moi de penser ça que pour toi, mais tu as fais ce qu'il fallait. Et pour ça, merci. Merci d'être vivant, de t'être battu, de m'avoir protégé aussi. Merci d'être à mes cotés parce que sans toi, la vie n'vaudrait pas l'coup. Merci aussi à Miss Frost, parce qu'elle nous offres une seconde chance là. Et j'veux qu'on la saisisse, qu'on la vive à fond, toi et moi ! J't'aime mon amour, de tout mon cœur, de toute mon âme, et j'te jure de tout faire pour que tu vois à ton tour que t'as l'droit d'vivre une belle vie malgré tout. J'me doute que tu dois t'sentir extrem'ment mal face à tout ça, alors, j'vais tout faire pour que ça devienne un lointain souvenir. On va s'en construire de merveilleux, pour que ce soient ceux là qui viennent occuper tes pensées et tes nuits. Et en attendant, j'suis là, tu peux t'confier à moi sans peurs parce que... j'peux tout entendre. Je cesserai jamais de voir l'mec merveilleux qu't'es parce que c'est pas une illusion. Même si la vie tente d'briser cette image, elle peut aller s'faire voir, j'sais c'que tu es, c'que tu vaut, et j'sais qu'tes actions ne sont jamais faites dans un but mauvais, jamais. Et c'est pour ça que quoi qu'il arrive, je t'aimerai toujours, toujours tu m'entends ? "

Enlaçant à nouveau le rouquin, la demoiselle repris ses baisers, de plus en plus longs, de plus en plus passionnés. Son cœur aurait pu éclater sous la pression de l'amour qu'elle ressentait pour lui à cet instant, de la joie de sentir son corps contre elle. Comment aurait elle pu vivre sans ça ? Elle n'aurait pas pu, c'était certain. Aussi, malgré l'horreur des aveux de son petit ami, elle se sentait euphorique, aimante. L'angoisse qui l'avait écrasé les jours passés venait de s’envoler. A présent qu'elle comprenait tout, elle allait pouvoir l'aider à tourner la page et, ensembles, main dans la main, ils allaient avancer vers un avenir meilleur. Du moins, c'est ce que son cœur lui dictait à cet instant précis.


_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Jeu 9 Mai 2013 - 9:39

Pour Will, tout se jouait maintenant. S'il avait pu faire abstraction de ce qu'il avait vécu récemment lors du déménagement, maintenant qu'il était seul avec Amy, tout lui revenait en mémoire. Erïka lui avait fait prendre conscience de certaines choses et à présent il savait qu'il devait aller de l'avant et ne plus se laisser abattre. Mais tout confier à Amy était plus facile à dire qu'à faire. Non pas qu'il ne lui faisait pas confiance et ne croyait pas en elle, elle était celle qui comptait le plus à ses yeux, mais elle était justement si importante pour lui qu'il ne pourrait vivre sans elle. Et il craignait justement qu'elle ne le quitte après les révélations qu'il allait lui faire. Quoi de plus normal que de s'éloigner de quelqu'un qui avait déjà bien trop tué ?

Amy savait déjà que le rouquin avait du sang sur les mains, cela ne datait pas d'hier. Elle savait également qu'il avait déjà tué pour elle même si elle ne l'avait pas vu directement. D'ailleurs il était bien heureux de ne pas avoir eu à le faire face à elle. Les choses seraient-elles toujours les mêmes s'il avait égorgé Ronald sous ses yeux ? Peut-être pas. C'était mieux comme ça. Il ne tuait pas par envie mais par nécessité. Quitte à ce que quelqu'un se salisse les mains, il préférait que ce soit lui. Amy aussi avait un mort sur la conscience mais c'était déjà de trop aux yeux du rouquin. S'il le pouvait, il voudrait pouvoir porter tout ce poids sur ses seules épaules.

Mais pour l'instant il avait surtout besoin de se séparer de ce poids qui lui pesait tant en se confiant. Il y allait petit à petit, attendant les réactions d'Amy. Pour le moment, elles étaient plutôt positives et cela l'encourageait. Mais en serait-il de même lorsqu'elle saurait comment tout ça s'était terminé ? Will se demandait encore s'il devait aller plus loin. Après tout, elle lui avait assuré qu'elle se moquait de la façon dont les choses s'étaient déroulées du moment qu'il était encore en vie. Il aurait pu sauter sur l'occasion et taire la suite de l'histoire... Mais il n'en fit rien. Il ne voulait pas qu'il y ait des zones d'ombre, il voulait qu'Amy sache tout de lui. Désirant passer sa vie avec elle, il voulait que leur relation soit bâtie sur une totale confiance. Elle devait tout savoir de lui, même le pire. Ainsi, elle était plus à même de savoir qui il était.

Et il n'avait pas besoin de lire dans son esprit pour savoir ce qu'elle pouvait ressentir au fur et à mesure du récit. Ses expressions faciles étaient assez éloquentes. Oui, elle était choquée mais elle ne le giflait pas et ne partait pas en claquant la porte. A vrai dire, Will ne savait pas trop si elle était choquée par ce qu'il avait dû faire pour survivre ou parce qu'il avait osé tuer son géniteur. Mais son regard n'avait rien d'accusateur pour le moment, c'était plutôt bon signe. Il termina donc son récit, n'omettant aucun détail, attendant une réaction de l'italienne. Il ne manqua cependant pas de préciser que c'était grâce à Emma s'il ne craignait rien à présent. Sans elle, il ne serait sans doute plus là à l'heure qu'il était. Soit parce qu'il ne serait jamais rentré soit parce qu'il serait en prison.

Amy réagit enfin autrement qu'en le regardant. A vrai dire, elle pleurait. L'inquiétude de Will monta à son paroxysme à ce moment précis. Pourquoi pleurait-elle ? Se rendait-elle compte de ce qu'il était vraiment ? Etait-elle découragée par le fait qu'elle allait devoir le quitter ? Parce qu'elle était déçue de lui ? Parce qu'elle le prenait pour quelqu'un de bien jusqu'à présent ? Le rouquin sentait que les choses allaient mal tourner et une boule de nervosité lui pressa le coeur à tel point qu'il en avait vraiment mal. Amy l'aurait frappé au visage que cela lui aurait fait tout aussi mal. Il n'osa même pas réagir ou même la toucher, se sentant coupable de son état. Mais pourtant... les choses ne se déroulèrent absolument pas comme il l'avait prévu.

Amy se jeta à son cou, riant et pleurant à la fois alors qu'elle le remerciait comme s'il venait de lui offrir le plus beau cadeau du monde. Will était complétement perdu. Elle était heureuse finalement ? Les sentiments du rouquin se mélangeaient, le perturbant davantage. Mais il préféra laisser la réflexion de côté pour le moment, répondant à l'étreinte que lui donnait sa petite amie, trop content de ne pas la voir mettre les voiles. Voilà qu'elle l'embrassait à présent comme s'il avait disparu pendant un temps et venait soudain de réapparaitre. Il n'allait pas s'en plaindre et ne manqua pas de répondre à ses baisers. N'était-ce pas une preuve qu'elle l'acceptait comme il était ? Cela dit, il ne comprenait toujours pas pourquoi elle le remerciait...

Mais Amy préféra lui donner le fond de sa pensée. Will n'attendait que ça pour être soulagé définitivement et il l'écouta avec attention, ses mains dans les siennes, les pressant doucement. Il se sentait déjà mieux maintenant qu'elle était toujours là devant lui, lui parlant comme elle le faisait toujours. Rien ne semblait pouvoir ternir leur relation, pas même ce genre de chose. Et elle le lui confirma alors qu'elle expliquait ce qu'elle pensait de tout ceci. Comme toujours, elle voyait les choses sous leur meilleur angle. Elle ne sautait pas de joie pour tout pour autant. Il avait tout de même tué son père et était marqué par cet évènement. Ca, elle le comprenait bien. Elle n'insulta pas son père bien que Will était certain qu'elle le méprisait et l'aurait sans doute traité de tous les noms si elle l'avait eu face à elle. Voire bien pire en fait. Et rien que pour ça, le rouquin l'en remercia. Il n'avait pas besoin que l'on déteste sa famille, juste qu'on ne le juge pas lui. Mais Amy savait lui dire les seules choses qu'il avait besoin d'entendre même s'il avait du mal à y croire. A ses yeux, il était un type bien, quelqu'un qui n'agissait jamais dans le but de faire du mal à qui que ce soit. Du point de vue de Will, il était loin d'être ce genre de personne mais il était heureux de voir que sa petite amie l'estimait tant. Plus que jamais, il ne voulait pas la décevoir. Et surtout, elle lui assura qu'elle l'aimerait toujours. Si après une telle chose elle l'aimait encore, rien ne les séparerait jamais, il en était persuadé.

Une larme coula sur la joue du mutant, résultat de toute la pression qui s'était enfin relâchée. Tout s'était finalement bien passé et Will se sentait terriblement mieux. Il était soulagé de voir les choses se terminer ainsi, vraiment heureux. Serrant sa petite amie dans ses bras comme s'il avait peur qu'elle s'envole, il répondit à ses baisers avec plaisir, trop heureux de pouvoir le faire à nouveau sans craindre une éventuelle rupture. Il se sentait stupide d'avoir douté, stupide d'avoir osé penser qu'elle pourrait ne pas le comprendre. Mais au moins, tout était réglé et il ne voulait plus réfléchir. Cependant, il désirait lui donner le fond de sa pensée avant tout. Il aurait pu ne rien dire et laisser les choses telles qu'elles. Mais non, il voulait donner le mot de la fin et surtout la remercier. Alors qu'il l'avait fait tomber sur le lit en arrière tandis qu'il l'embrassait, il redressa la tête pour la regarder, une main se glissant sur sa joue.


"Merci Amy... T'imagines pas à quel point j't'aime... J'avais vraiment peur qu'tu m'laisses quand tu aurais su tout ça. J'me sens con d'avoir douté d'toi... J'me sentais juste tell'ment mal... comme une merde. J'voulais pas qu'tu m'vois comme ça, j'avais honte... Pourtant j'le sais. J'sais que t'es la femme d'ma vie, qu'tu m'fais confiance, qu'tu crois en moi. Mais j'croyais juste... plus en moi-même. Pardonne moi. Et merci d'être celle que t'es... J'pourrais plus vivre sans toi..."

Un sourire vint éclairer le visage du rouquin depuis la première fois depuis qu'ils avaient mis les pieds dans leur chambre. Baissant les yeux sur elle, il remarqua enfin cette robe qu'elle portait, comme si on venait tout juste de lui rendre la vue. C'était rare qu'elle en porte. Il fallait dire qu'elle n'en avait pas cinquante non plus. Il se souvenait alors qu'elle avait dit qu'elle en porterait une à leur retour. Elle avait tenue parole. Le vêtement lui allait vraiment très bien, la mettant bien en valeur. Ce qu'elle pouvait être belle...

"Jolie robe au fait. Ou plutôt..." s'interrompit-il en se penchant vers la robe "Jolie Amy. T'la portes à merveille." fit-il en s'adressant au tissu

Will refit face à l'italienne puis lui caressa la joue avant de se pencher sur elle pour l'embrasser à nouveau. Elle et lui, c'était pour la vie, il en était persuadé. Pour l'heure, il n'avait aucune envie de quitter ses bras. Il devait se faire violence pour ne pas laisser ses mains s'aventurer plus loin sur le corps de sa petite amie, se contentant de lui caresser doucement les flancs.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Jeu 9 Mai 2013 - 15:45

La situation qu'était entrain de vivre le jeune couple n'avait rien d'enviable. L'un comme l'autre se trouvait accabler du poids de l'angoisse, les écrasants jusqu'à les rendre véritablement mal. Il fallait beaucoup de courage pour affronter ce genre de moment. L'un devait puiser en lui la force de se dévoiler et ce malgré les conséquences que cela pouvait engendrer, alors que l'autre, devait accepter d'écouter, sans céder à la facilité de clore la conversation. Ce n'était pas simple, mais les deux mutants avaient cette force, car ils avaient confiance l'un en l'autre, car leur amour les poussaient à ne pas douter. C'est pour cette raison que la lourde discussion qui avait tardé à venir était à présent lancée.

Ce qu'Amy apprit ce soir là la fit passer par divers état. De la colère face au géniteur de son petit ami, à la peur 'avoir pu le perdre, à l'angoisse de devoir tout quitter pour préserver leur amour jusqu'au soulagement, sentiment qui prôna finalement. C'est donc dans état d'esprit plus serein, heureux même, que l'annonce du meurtre fut reçue par l'italienne. C'était du moins le cas pour elle, mais qu'en était il de son petit ami ?

Après l'avoir couvert de baiser et annoncé ses propres ressentit, la demoiselle toisa le rouquin afin de tenter de percevoir son état. Lorsqu'une larme glissa sur la joue du mutant, elle s'empressa de l'effacer du pouce. Elle ne supportait de le voir pleurer. Fort heureusement, c'était une chose rare. Cependant, le fait qu'il le fasse à cet instant précis l'inquiétait. Était il, tout comme elle, soulagé ? Laissait il la pression retomber ? Ou alors avait elle dit quelque chose qui l'avait peiné ? Peut-être était il déçu qu'elle réagisse aussi bien à une information si odieuse ? Mais comment aurait elle pu agir autrement ? Elle ne faisait après tout qu'être parfaitement honnête.

Heureusement, lorsque le jeune homme reprit la parole, la mutante put constater que c'était sa première hypothèse qui se trouvait être juste. Will était soulagé. Ses larmes n'étaient que l’extériorisation de son angoisse qui s'évaporait. Comprendre ça fit sourire la brunette. Il était prêt à se détacher de cet horrible souvenir, de le laisser quitter son âme, de ne plus le tenir enfermé en lui.


" T'excuses pas mon amour. J'pense que j'aurai agis comme toi. J'suis pas en colère que tu n'aies pas su m'en parler tout d'suite, ça montre même à quel point tu as d'la considération pour moi et ça m'touche. Mais à l'av'nir, j'aimerai qu'tu n'aies plus peur d'me parler. Toi et moi, c'pour toujours, rien n'brisera ça et j'veux pouvoir t'épauler quand t'en as b'soin. Alors à partit d'maint'nant, on s'dit tout, d'accord ? "


Qu'il était agréable de sentir les choses s'arranger. Après tant de jours de tourment, le soulagement qu'elle ressentait était une vraie bénédiction. Elle n'était pas responsable des souffrances de son petit ami, mieux encore, ensembles, ils allaient pouvoir aller de l'avant. Le cœur de la demoiselle grossit, s'emplissant de sentiments puissants. Elle ne voulait plus être séparée de son compagnon, que ce soit physiquement ou à cause d'un vilain secret. Elle voulait être à ses cotés, ne faire plus qu'un avec lui. Oui... à cet instant, peut-être mal choisis, elle voulait concrétiser leur amour comme jamais. C'était plus fort qu'elle, ça venait de ses entrailles, de son âme.

Aussi, lorsque Will la fit basculer en arrière, elle n'eut aucune angoisse. L'image du Road Killer s'être effacée et tout ce qu'elle voyait à présent était celui qu'elle aimait. Lorsqu'il la complimenta, parlant directement à sa robe, Amy ne put s’empêcher de rire, lançant d'un air taquin :

" C'est sur qu'j'dois mieux la mettre en valeur qu'toi ! C'là dit, tu triches, j'ai pas d'vêtments à complimenter moi, alors j'avais devoir l'dire directement à ton corps. Monsieur le corps de celui que j'aime, vous êtes terriblement charmant. "

Riant à nouveau, la jeune femme enroula ses bras autour du rouquin, l'attirant contre elle pour sentir sa peau là ou sa robe le lui permettait. Elle remonta une jambe contre lui, la plaçant repliée sur l'une des hanches du mutant. Doucement, elle laissa ses mains parcourir le dos de son petit ami, tressaillant un peu sous ses propres caresses. Elle appréciait vraiment le contact de leur peau, allant même jusqu'à lui embrasser l'épaule avant d'y frotter sa joue, fermant un instant les yeux pour savourer l'étreinte. Puis, guidée par ses envies, elle vint à nouveau coller ses lèvres à celles de son petit ami, l'embrassant avec une fougue dont elle n'avait encore jamais fait preuve. Amy glissa ensuite son visage jusqu'à l'oreille droite du jeune homme, murmurant dans un mélange de désir et de douce gêne.

' J'ai envie... qu'on ailles plus loin... "

Légèrement rouge mais le regard embrasé, elle replaça son visage pour faire face à son petit ami. En avait il envie aussi ? Dans l'absolu, elle savait que oui, l'ayant même repoussé une fois. Mais à cet instant précis, après tout ce qu'il venait de vivre, le désirait il toujours ? Elle n'allait pas tarder à le savoir...

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Ven 10 Mai 2013 - 10:29

Comment se sentait-on lorsque l'on pensait avoir tout perdu et qu'au final on se rendait compte qu'on avait tout gagné ? Soulagé, chanceux... Vivant. Plutôt que de voir Amy le quitter, Will avait pu compter sur son soutien, sur sa présence. Elle était toujours là et elle le comprenait mieux que jamais. Tout était bien qui terminait bien ? En fait, pour le rouquin, tout ça ne faisait que commencer. Il se doutait bien que ce ne serait pas la dernière épreuve qui leur serait imposée mais il y pensait à présent bien plus sereinement. Amy savait dire les mots qu'il fallait pour le rassurer et à présent, il n'envisageait plus une seule seconde qu'elle pourrait le quitter. A vrai dire, il se sentait idiot d'avoir pu croire qu'elle l'aurait fait. Il lui faisait totalement confiance mais il savait aussi que tout le monde avait ses limites. Qui accepterait d'être en couple avec un assassin ? Bien sûr, Will n'était pas un psychopathe même s'il était prêt à tous les sacrifices pour survivre et pour protéger ses proches. C'était un homme pragmatique et il n'avait peur que d'une chose : être abandonné par ceux qu'il aimait. Perdre Amy l'aurait anéanti.

Malgré tout, une larme coula de la joue du rouquin. Pas une larme de tristesse ou de déception, non, une larme de joie, de soulagement. L'italienne l'aimait toujours et ne comptait pas se volatiliser après une telle découverte. Après avoir tenu ce secret si longtemps, Will se sentait comme fébrile maintenant qu'il s'en était libéré. A bien y réfléchir, il avait paniqué pour rien et regrettait de ne pas avoir osé en parler à Amy plus tôt. Mais il avait tellement eu peur de la perdre qu'il ne voulait pas prendre les choses à la légère. Et ça, la jeune femme l'avait bien compris. Elle le comprenait si bien que s'en était hallucinant. Will était prêt à lui promettre ce qu'elle voulait tant il lui était reconnaissant.

"Si, j'm'excuse. J't'ai fait attendre, j't'ai fait douter... T'es restée dans l'incertitude, dans l'incompréhension... T'aurais pu en voir assez mais t'es restée, t'as t'jours été à mes côtés... Contrair'ment à c'que tu penses, j'suis pas un mec bien, j'le sais. Mais tout c'qui m'importe, c'est qu'tu sois heureuse, peu importe le prix. Et j'aurais pas pu vivre sans toi alors... j'suis vraiment soulagé qu'tu m'laisses pas... vraiment. Alors j'te promet qu'à partir d'maintenant, j'hésit'rais plus à tout t'dire, même le pire. J'voulais juste pas que... indirectement, t'aies à subir les conséquences d'mes actes. J'te veux heureuse, pas effondrée par mes agiss'ments."


Mais leurs corps s'exprimaient tout aussi bien, pas besoin de faire de longs discours pour qu'ils se comprennent. Will avait juste eu besoin de s'excuser et de mettre les choses au clair. A présent, il était libéré et pouvait pleinement répondre aux baisers de celle qu'il aimait. Il avait l'impression de ne plus l'avoir touchée pendant si longtemps... Comment avait-il pu se passer de ce contact ? Emporté dans son élan de passion, le rouquin la fit basculer en arrière sans interrompre leur baiser. Il ne comptait pas aller plus loin mais il était content de simplement pouvoir être contre elle. Maintenant qu'il avait l'esprit en paix, il faisait à nouveau attention à ce qui l'entourait. Et dieu qu'Amy était sexy dans cette robe... Il le lui fit remarquer sans pouvoir s'empêcher d'y ajouter une pointe d'humour, s'adressant au vêtement plutôt qu'à elle. Amy fit une réflexion à propos de la dite robe, comme quoi elle lui allait mieux qu'à lui. Le rouquin afficha une moue faussement vexée. Comment osait-elle lui rappeler ça ?


"Ouais bah j'ai pas ton corps d'rêve moi hein ! Les robes, c'est pour les nanas, c'est clair et net ! Et puis.. dis tout d'suite que j'porte mal le pantalon d'jogging ! Comment ça ça m'met pas en valeur ? Pfff..."

Au moins, Amy n'avait jamais été dérangée par les multiples cicatrices du mutant si bien qu'il oubliait même qu'il en avait lorsqu'il était avec elle. Pour l'instant, il ne pensait plus qu'à elle, son corps contre le sien alors qu'ils échangeaient un nouveau baiser. Sentant la jambe de la jeune femme contre la sienne et ses mains parcourir son dos, le rouquin sentait qu'il allait devoir mettre rapidement un terme à ces échanges avant qu'il n'ait envie d'aller plus loin. Il en avait envie depuis longtemps mais il respectait le fait que sa petite amie ne se sentait pas prête. Il fut donc on ne peut plus surpris lorsqu'il l'entendit lui affirmer le contraire. Guidé par ses envies qu'il taisait depuis des lustres, il aurait pu lui sauter dessus sur le coup mais il n'en fit rien. Will redressa simplement la tête pour la regarder, effleurant ses lèvres des siennes.

"Je t'aime Amy..."

Joignant leurs lèvres, il lui donna un nouveau baiser passionné tandis que l'une de ses mains s'aventurait sous la robe, ne craignant pas d'être repoussé cette fois. Bien qu'il en crevait d'envie, il prenait son temps même si on sentait à ses gestes qu'il était impatient. Un mélange de douceur et de passion mêlés. Lorsqu'il rompit le baiser, il s'éloigna de la jeune femme pour rejoindre ses jambes, faisant remonter doucement la robe petit à petit, il venait déposer des baisers le long de ses jambes puis de son ventre. Remontant le long de sa poitrine, il lui retira finalement la robe. Elle ne l'aura pas portée très longtemps en fait... Le mutant s'attarda sur le cou d'Amy qu'il embrassa à de nombreuses reprises alors qu'il caressait son corps en grande partie dénudé. Il en profita pour lui retirer le peu qu'il restait, le jetant au sol tout comme la robe. Ce n'était pas comme s'ils allaient en avoir besoin tout de suite.

Mais soudainement, Will se souvint de quelque chose d'important. Mieux valait faire en sorte que personne ne débarque à l'improviste dans leur chambre. C'était tout à fait le genre d'Erïka et il ne voulait que personne ne brise ce moment. Le rouquin n'interrompit cependant pas ce qu'il faisait, faisant simplement apparaitre son clone pour que ce dernier aille verrouiller la porte. Une fois fait, il ne s'attarda pas plus que nécessaire. A présent, ils étaient tranquilles.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Sam 11 Mai 2013 - 13:08

C'était incroyable à quel point William pouvait la comprendre. Bien des gens auraient pris le silence d'Amy, alors que son petit ami était dans un état effroyable, pour de l'indifférence. Ca n'en était bien évidemment pas, juste du respect, de la compréhension, le désir de ne pas le brusquer d'avantage. Mais malgré tout, l'impression que ça pouvait donné était bel et bien le manque d’intérêt pour les problèmes du rouquin. De ce fait, Will aurait pu lui en vouloir de ne pas avoir tenté de l’interroger. Ce ne fut pas le cas, parce que justement, il comprenait les raisons de sa mise en retrait. Plus encore, il comprenait par quoi elle aussi était passée tout ce temps, rongée par l'angoisse, brisée par l'impuissance. Et c'est pour cela qu'à présent qu'il avait retrouvé ses esprits, il s'excusait, sincèrement, du fond du cœur. Oui, Will la comprenait vraiment bien et elle espérait que ce soit autant le cas dans l'autre sens.

" C'est vrai, j'ai eut peur, réellement peur. Mais je s'rai jamais partie. Même si tu disais rien, j'savais que t'avais b'soin d'moi. J'aurai aimée pouvoir en faire plus, mais c'est pas important parce que maint'nant, tu m'offres la possibilité d'le faire, et c'est ça qui compte. Tu dis qu't'es pas un mec bien ? J'suis désolée mais c'est totalement flou comme notion. Pour moi tu l'es, vraiment. J'suis pas effondrée par tes agissements, loin d'la. J'ai même parfois l'impression d'être une princesse vachement chance qu'a trouvé le plus merveilleux des prince, courageux et protecteur. C'est p't'être moche c'que j'dis, de te voir comme ça alors que t'as du faire des choses affreuses, mais tu les as fais pour nous, pour nous donner une chance de vivre sans emmerdes, et pour ça, tu res'tra toujours mon chevalier blanc. "

Suite à de telles déclarations, les mots n'étaient plus vraiment utiles. A présent, c'était leurs corps qui réclamaient des retrouvailles, privés trop longtemps du contact dont ils avaient besoin. Ne pas pouvoir toucher son petit ami, ne serais ce que pour le serrer dans ses bras, avait été une réelle épreuve pour Amy, alors à présent, elle comptait bien rattraper le temps perdu.

" Bha... Jogging ou pas, m'en fout en fait. Tu restes le plus beau ! Et puis pour une fois qu'on a des fringues qui sentent tout bon, on va pas les critiquer hein ! "

S'en suivis un long baiser, plein d'amour, de passion et de désir mêlé. Amy laissa ses doigts parcourir le dos nu du rouquin allongé au dessus d'elle. Le contact lisse de la peau de son petit ami était bien souvent coupé par les multiples cicatrices qui lui striait la chair. Ca ne dérangeait pas l'italienne, cela faisait partis de celui qu'elle aimait et elle n'était pas repoussé par cet aspect de son physique. Non, ni cicatrices, ni œil manquant, ni rien du tout ne pouvait entacher sa vision du jeune homme, qu'elle trouvait toujours atrocement séduisant. De plus, elle connaissait l'histoire de chaque trace que la vie avait laissée sur le corps de celui qu'elle aimait. Ayant même assistée à la création de la plus part d'entre elle. C'était un bout de leur existence, comme si la chair de Will, et la sienne également, étaient des livres sur lequel avait été notées leurs aventures.

Passant ses doigts sur diverses cicatrices, l'italienne s'en remémora quelques unes au passage. Ah, ce qu'ils avaient pu en voir ! Et pourtant, aucune épreuve ne les avaient éloignés l'un de l'autre, bien au contraire. Oui, après avoir vécu ce qu'ils avaient vécus ensembles, ça ne pouvait être que pour la vie désormais. Inséparables, complices, amis et amants à la fois. En somme, ils étaient tout l'un pour l'autre, deux cotés d'une même pièce.

Pourtant, la partie "amants" de leur relation n'était pas encore tout à fait aboutie. En effet, jusqu'à alors, Amy ne s'était jamais sentie prête à franchir le cap. Non que son amour pour le mutant n'eut pas été assez fort, ou parsemé de doutes, mais les aventures qu'ils avaient vécus ces derniers temps l'avaient quelque peu bloquée. Ce n'était plus le cas désormais. Comme si le fait d'apprendre qu'elle avait bien faillis perdre sa moitié l'avait réveillée. Si rien dans la vie ne pourrait effectivement les séparer, ce n'était pas le cas de la mort. Et même si Amy espérait qu'elle ne les frappes avant qu'ils ne soient devenus de petits vieux, ça restait toujours trop tôt. Une vie entière auprès de celui qu'elle aimait, ça lui semblait déjà trop court. Aussi, elle ne voulait plus attendre pour rien du tout. Elle voulait vivre chaque instant pleinement avec lui, agissant selon leurs envies, sans se mettre d'idiotes barrières. Elle avait été sotte de laisser le Road Killer se mettre ainsi entre eux. Elle ne referait plus cette erreur.

Rapprochant sa bouche de l'oreille du rouquin, elle lui susurra les mots qu'il attendait depuis quelques temps déjà. Elle était prête à passer le cap. Non, plus encore, elle en avait envie. Restait à voir si à présent, ce n'était pas lui qui allait avoir besoin de temps...

Mais lorsque ce dernier redressa la tête pour la fixer, elle vit dans ses yeux que ce n'était pas le cas. Lui aussi désirait concrétiser leur amour, à cet instant précis. Aussi, plus de raison d'attendre.


" Moi aussi je t'aime Will, plus que tout. "


Alors que leurs lèvres se retrouvaient une nouvelle fois pour échanger un énième baiser plein de fougue, Amy sentit sa robe glisser. Amusée, elle songea que c'était bien utile de l'avoir mise finalement, mais elle n'en dit rien, se contenant de se cambrer pour faciliter la tâche à son petit ami. Son cœur battait rapidement, tanguant entre excitation et angoisse. C'était sa première fois et elle ne savait pas trop comment s'y prendre, de plus, elle redoutait un peu le moment ou le rouquin percerait sa virginité. Inspirant doucement, tentant de calmer sa respiration s'affolant, elle jugea qu'elle n'avait cas laisser son corps parler, que lui saurait sans doute faire. Puis, en ce qui concernait l’ultime moment, elle était sûre que Will saurait faire en sorte que tout ce passe bien. Elle avait confiance en lui.

Et il fallait admettre qu'il savait la mettre en condition, effaçant doucement ses angoisses pour laisser uniquement place au plaisir. Lorsque les lèvres de celui qu'elle aimait vinrent baiser son ventre, Amy tourna un peu la tête sur le coté, les yeux mis clos, ramenant sa main près de ses lèvres pour mordre doucement son doigt afin de contenir les explosions naissant en elle.

C'est à ce moment qu'elle le vit, l'autre Will. Ré-ouvrant pleinement les yeux, elle se demanda pourquoi son petit ami avait fait apparaître son clone dans un tel moment ? Avait il de drôles d'idées derrière la tête ? Non, ce n'était pas son genre, pas pour leur première fois. Avait il alors perdu le contrôle de son pouvoir, envahis par trop de sentiments difficilement contrôlable ? Si tel était le cas, ne risquait elle pas, elle aussi, de perdre le contrôle de son tatouage ? Plissant un peu le regard, elle ouvrit la bouche pour interroger son compagnon.


" Qu'es-ce que... "

L'italienne n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'elle comprit l’intérêt du double lorsque ce dernier verrouilla la porte avant de disparaître. Effectivement, c'était plus sage ainsi. Après tout, ils étaient dans une école peuplée d'énormément de gens et n'importe qui pouvait débarquer à tout moment... surtout une petite demoiselle blonde aux nuits souvent agitées. Bien qu'en temps normal la présence d'Erïka ayant une terreur nocturne ne la dérangeait pas, cette fois, elle n'avait vraiment aucune envie de voir sa meilleure amie se pointer.

Heureusement, ils étaient tranquilles à présent, grâce à la clairvoyance du mutant borgne. Personne ne les ennuieraient ce soir, ils n'y avaient qu'eux... eux, et leur passion brûlante. C'est pour cette raison qu'Amy saisit le visage de son petit ami entre ses mains, glissant sur le matelas pour venir lui faire face à nouveau, l'embrassant avec une fougue qu'elle ne contenait plus du tout. Pendant ce temps, elle laissa ses mains parcourir les flancs de son compagnon, jusqu'à se refermer sur son jogging, désireuse de le faire glisser. Heureusement, Will n'était pas épais et c'est sans difficulté qu'elle réussie à le lui ôter, dévoilant ainsi la nudité du jeune homme. Une fois fait, elle se cambra un peu pour que l'intégralité de leurs corps se retrouve en contact. L’italienne commençait à trembler doucement et sa peau dégageait une chaleur qu'elle n'avait jamais connue. Refermant ses bras autour de son futur amant, elle amena ses lèvres dans son cou, y déposant d'humides baisers.


" Je t'aime tellement... "

Il était temps d'enfin devenir adulte...

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Dim 12 Mai 2013 - 14:34

Plus il y repensait, plus Will se trouvait idiot d'avoir tant attendu avant d'oser parler à Amy. Elle le comprenait tellement bien que s'en était désarmant. Il se sentait même coupable d'avoir osé douter de celle qu'il aimait. Elle avait toujours été là, toujours été à ses côtés même lors des pires moments de sa vie. Elle le connaissait mieux que personne et jamais elle ne lui avait reproché sa façon d'agir. Là encore, elle n'avait fait que s'inquiéter pour lui, ne cherchant pas le pourquoi du comment, cherchant juste à le voir aller mieux. Elle lui avait laissé tout son temps et n'avait pas réclamé de réponses comme l'auraient fait beaucoup de gens. Elle était même prête à faire comme si rien ne s'était passé, à ignorer ce qu'il avait fait, du moment qu'elle pouvait être avec lui. Et rien que pour ça, Will estimait qu'il lui devait la vérité toute nue. Plus que personne, elle méritait de tout savoir.

Et là encore, elle ne le déçu pas. Elle regrettait même de ne pas avoir pu mieux l'aider. Comment l'aurait-elle pu ? Elle ignorait tout et s'était retrouvée face à un type amorphe qui ne faisait rien de ses journées à part dormir et rester enfermé dans sa chambre. Difficile alors de savoir quoi faire. Pourtant, elle n'avait pas perdu courage et avait tenu bon jusqu'au bout. Elle aurait à présent pu lui reprocher son attitude mais ce ne fut pas le cas. Elle le qualifiait même de mec bien, contrairement à ce qu'il en pensait lui. Mais de là à le comparer à un prince... Il n'avait rien à voir avec celui que l'on voyait dans les contes de fée alors. Pourtant, aux yeux d'Amy, il était tel le chevalier blanc qui veillait sur elle et lui apportait tout ce dont elle avait besoin.


"Faire plus ? T'imagines pas combien tu m'as aidé. T'pouvais pas faire mieux, crois moi. J'avais juste b'soin d'temps, b'soin d'accepter les choses et d'vaincre ma peur. Ca, y a qu'moi qui pouvait l'faire. En tout cas, ça m'touche qu'tu m'vois comme ça. La vie est p't'être une connasse mais j'la laiss'rais pas nous abattre. Au final, j'avais qu'une peur... c'était qu'tu m'abandonnes. J'pourrais plus vivre sans toi... T'es tout ce qui m'motive à d'venir quelqu'un d'meilleur."

Libéré de tout ce poids, soulagé d'entendre les mots de celle qu'il aimait, Will pouvait à présent redevenir lui-même. Il ne manqua pas de remarquer cette belle robe que portait Amy, la mettant bien en valeur. Lorsqu'ils étaient encore dans la rue, ils ne pouvaient pas tellement choisir ce qu'ils portaient. Mais c'était du passé et à présent ils pouvaient se vêtir selon leurs goûts. Et Amy était tout à fait au goût de Will qui la complimenta à travers ce qu'elle portait. Mais plutôt que de se dévêtir, c'est l'inverse qu'il comptait faire. Le tissu était de trop entre eux. Mais pourtant, il se retenait, sachant pertinemment que sa petite amie le repousserait sans doute.

"Toi aussi, tu sens bon. Dommage que j'puisse pas t'porter sur moi."

Allongés l'un sur l'autre, ils n'avaient plus besoin de parler. De toute façon, leurs lèvres étaient bien assez occupées comme ça. Sentant les mains d'Amy parcourir son corps, Will frissonna. Il n'aimait pas que l'on touche à ses cicatrices mais entre les mains d'Amy, il se sentait en confiance. Elle savait tout de lui et n'était pas repoussée par le fait que la peau du rouquin soit hachurée par endroits. Leurs corps communiquaient parfaitement bien l'un avec l'autre mais Will savait qu'il ne devait pas aller trop loin. Pourtant, Amy lui affirma que cette fois, elle ne comptait pas fuir. C'était tout ce qu'il avait besoin d'entendre pour enfin laisser ses envies s'exprimer.

Plus besoin de mots, les gestes du rouquin suffisaient à eux-même. Il redécouvrait le corps de celle qu'il aimait de ses mains, s'aventurant là où il n'avait jamais osé jusqu'à présent. Il aurait pu être hésitant mais ce n'était pas le cas, guidé par ses envies et l'amour qu'il ressentait pour l'italienne. Bien vite, la robe termina sur le sol, n'ayant été finalement que peu portée. Ils n'en avaient plus besoin. Les mains du mutant parcouraient le corps d'Amy, de même que ses lèvres et sa langue avant que ces dernières ne viennent rejoindre les siennes. Lorsqu'il fit apparaitre son double pour verrouiller la porte, il ne prêta même pas attention à l'étonnement de sa petite amie. Celui-ci fut de toute façon de courte durée. Lui non plus ne conserva pas son pantalon très longtemps et à présent, plus rien ne faisait obstacle à leurs corps collés l'un à l'autre. Les lèvres d'Amy sur son cou le faisait frémir tout autant que ses jambes contre les siennes. Ses mots le rendaient fou mais il conservait tout de même un peu de lucidité par rapport à la situation.


"Tu es tout ce dont j'ai besoin..."

Lui donnant un baiser entre tendresse et passion, c'est ainsi qu'ils passèrent un long moment intime. Will se montrait le plus doux possible, désirant que sa petite amie passe un aussi bon moment que lui. Alors qu'ils ne faisaient qu'un, le rouquin réalisait qu'ils avaient vraiment faits l'un pour l'autre, que tout ça n'était qu'une concrétisation de leur amour et que jamais il ne voudrait toucher à une autre. Il ne regrettait pas d'avoir finalement attendu si longtemps pour ça. Son corps brûlant et humide reposait à présent contre celui d'Amy alors qu'il reprenait ses esprits, ses bras toujours glissés autour d'elle. L'une de ses mains était glissée dans les cheveux de l'italienne et il embrassait doucement son épaule avant de relever la tête vers elle.

"J'te promet que j'laiss'rais rien nous séparer. J'sais même plus comment t'dire à quel point j't'aime." fit-il en lui prenant la main, la montant jusqu'à ses lèvres pour l'embrasser "T'sais... j't'aime et j'te désire depuis longtemps mais j'voulais pas l'reconnaitre car ça m'faisait un peu peur. Maintenant, j'me sens bête d'pas m'être dévoilé plus tôt..." avoua t-il avec un sourire

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Jeu 16 Mai 2013 - 0:18

Amy avait retrouvé le sourire. L'espace de longues minutes, ce dernier avait disparut de son visage. Alors qu'elle avait écouté l'histoire de son petit ami, que l'angoisse et la colère l'avait étouffé, elle s'était sentit incapable de feindre la tranquillité. Cependant, à présent que les choses étaient claires, une sorte de poids avait délaissé sa poitrine. Une lourdeur qui l'écrasait depuis de trop nombreux jours.

Le mutisme de son petit ami avait créer chez elle des interrogations, de plus en plus sombre. Au bout de quelques jours d'impuissance, l'italienne avait même finie par penser que celui qu'elle aimait était entrain de se détourner d'elle. Bien sûr, la demoiselle n'en avait dit. Elle s'était contenté de rester silencieuse au coté du rouquin, jugeant que tant qu'il ne la chasserait pas, elle ne le laisserait pas.

Pourtant, à présent que le jeune homme confiait tout ce que son cœur avait enduré, elle se trouva sotte d'avoir eut de telles pensées. Il lui disait qu'il avait peur qu'elle l'abandonne alors que c'était justement la crainte qu'avez la mutante. Songeant à l'idiotie dont chacun avait preuve, sachant pourtant bien que l'un ne pouvait pas vivre sans l'autre, Amy souriait donc.

" J'suis contente que t'aies été assez courageux pour vaincre tes peurs et pour m'en parler. J'vais t'dire, moi aussi j'ai eut super peur qu'tu m'laisses, j'ai pensée un instant qu''tu m'aimais plus. C'est con hein ? Mais j"te jure que j'pens'rai plus jamais comme ça ! J'sais, du plus profond d'moi qu'tu m'aimes, autant que j't'aimes, moi. On va devn'ir meilleurs ensembles. "

La demoiselle releva la main afin que cette dernière soit visible par son petit ami, tendant le petit doigt vers lui.

" A la vie à la mort ? "

Désormais, les deux mutants se sentaient plus proche que jamais. A présent qu'il n'y avait plus de barrières les tenant loin de l'un de l'autre, ils en profitaient pour rattraper le temps perdu. C'est pour cette raison que leurs corps se cherchaient, et que le ton de la conversation prit un air nettement moins formel qu'auparavant. Ils se trouvèrent même à plaisanter, se taquinant l'un l'autre au sujet de leur tenue respective.

" Comment ça tu pourrais pas m'porter ? Tu veux parier qu'peux dev'nir de jolies fringues ? Transformatiiion T shirt ! '

Agrippant soudainement le buste de son compagnon, la mutante s'enroula autour de lui, passant ses bras autour de ses épaules et ses jambes autour de ses hanches. Accrochée tel un bébé Koala au ventre de celui qu'elle aimait, la demoiselle se fendit d'un sourire malicieux.

" Et voilà, comme ça j'suis avec toi tout l'temps. Couverture parfaite, discrétion assurée. "

Seulement, à force de laisser leur corps jouer ainsi de proximité, c'est une toute autre envie qui naquis en eux. Cela faisait maintenant quelques mois que le couple avait décidé d'en devenir un, admettant l'amour qu'ils ressentaient. Malgré tout, rien n'avait vraiment changé entre eux, si ce n'est la possibilité de s'embrasser, tant ils vivaient déjà depuis longtemps comme un ménage. Pourtant, il manquait à leur relation quelque chose pour devenir totalement aboutie. Le cap qui transformait le flirt en amour d'adulte.

Les diverses situations délicates qu'avaient vécus les deux jeunes gens ces derniers temps n'avait pas vraiment permis à la chose d'arriver. Amy, bien qu'aimant Will plus que tout au monde, ne s'était jamais sentie prête. Ce n'était plus le cas.

Délaissant donc toutes les inquiétudes qui pouvait la ronger, la jeune femme exprima son désir de s'unir à celui qu'elle aimait. L'envie étant partagée, ils ne se privèrent donc pas d'avantage.

Amy put profiter entièrement de leur union grâce à la douceur dont fit preuve le rouquin. Elle le sentait fébrile, désireux et pourtant elle remarqua bien à quel point il prenait attention à elle. L'italienne se sentit plus en confiance que jamais et sans stress, elle put ressentir plus de plaisir qu'autre chose. Ce fut, à ses yeux, un moment merveilleux, et elle était heureuse de ne jamais avoir eut l'idée de le partager avec quelqu'un d'autre. Oui, Will était celui qu'il lui fallait, personne n'aurait pu le remplacer, jamais. C'est ce que la demoiselle se disait, alors qu'elle était occupée à reprendre son souffle, se blottissant contre son amant. Aussi, lorsqu'elle l'entendit prononcer quelques mots, échos de sa propre constatation mentale, elle ne put s’empêcher de venir l'embrasser, répondant à sa façon que c'était réciproque.

" J'pense que les choses se passent exactement comme elles doivent se passer. Qu'importe qu'on aient mis du temps à réaliser c'qu'on ressentait, à s'accorder, à s'unir, parce que de toute façon, maint'nant, on à toute la vie d'vant nous. J'suis heureuse qu'on se soient offerts l'un à l'autre ce soir, j'regrette rien c'était mieux que tout c'que j'pouvais imaginer, et ça, c'est parce que j'ai pu partager c'moment avec toi. Je t'aime mi Bello. "

Embrassant à nouveau son petit ami, profitant un long moment de ses bras, Amy remarqua à quel point elle pouvait être chanceuse. Elle avait tout ce qu'elle désirait, elle était comblée, la femme la plus heureuse du monde, elle en était sûre. Soudain, une pensé traversa son esprit. Se redressant un peu afin de pouvoir croiser le visage de l'homme de sa vie, l'italienne demanda à mi voix.

" Mon amour ? J'aimerai... immortaliser c'moment. J'sais qu'il sera éternel dans notre esprit mais... tu acceptr'ai que j'te dessine ? L'expression sur ton visage en c'moment, j'veux pouvoir la saisir et la garder près d'moi à chaque instant. Enfin... si ça t'bottes pas c'est pas grave hein, j'me contenterai de la mettre dans l'coin secret d'mon cerveau. Celui où j'met tout nos plus beaux moments. Mais j'ai peur qu'il finisse trop plein avec toi ! "

Riant de bon cœur, l'italienne attendit la réponse de son petit ami, illuminée d'un immense sourire. Oui, elle était vraiment la femme la plus chanceuse du monde...

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Ven 17 Mai 2013 - 19:49

Il n'était jamais simple de se mettre à la place de quelqu'un d'autre face à une même situation. Tout le monde ne réagissait pas de la même façon et on interprétait pas tous la même chose de la même façon. Pour preuve, Amy s'était imaginé beaucoup de scénarios pour expliquer l'état de Will mais aucun n'était le bon. Comment aurait-elle pu deviner de toute façon ? Mais de là à penser qu'il aurait pu le quitter... Le rouquin quant à lui, avait pensé que ce serait elle qui le quitterait en apprenant le fin mot de l'histoire. Finalement, aucun des deux n'avait quitté l'autre et ils s'aimaient même plus que jamais.

"C'pas si con. On est pas dans la tête de l'aut' malgré l'fait qu'on s'connaisse par coeur. Quand on est dans l'doute et qu'on a peur, même la chose la plus évidente est remise en question. Moi aussi j'pensais qu'tu me quitt'rais après t'avoir dit ça. On a sous-estimé not' amour respectif à cause d'l'incertitude... Mais on r'fera plus la même. Enfin, c'pas une raison pour s'croire tout permis non plus hein, mais jamais j'te laiss'rais. Sans toi, j'suis plus rien."

Amy lui tendit alors son petit doigt vers lui. Will savait très bien ce que cela signifiait et il n'hésita pas une seconde à attraper ce doigt avec le sien, formant une alliance. Il n'avait pas peur de promettre quoique ce soit car il savait où il allait : là où irait l'italienne.

"A la vie, à la mort."

Mais puisqu'il était en vie, il pouvait à présent admirer celle qu'il aimait dans sa magnifique robe. Les deux mutants se taquinèrent sur le sujet, jaugeant l'un l'autre les tenues qu'ils portaient pour le moment. Le rouquin regrettait que sa petite amie ne soit pas un vêtement pour ainsi pouvoir l'avoir constamment sur lui. Mais elle lui prouva que si, elle pouvait tout à fait bien servir de t-shirt en s'accrochant à lui tel un koala. Will se mit à rire en la regardant faire, refermant ses bras autour d'elle.

"Discrétion, discrétion... C'est vite dit ! Surtout si tu causes ! Un t-shirt parlant, t'imagines ?"


Mais les rires furent rapidement suivis d'embrassades. Il fallait dire que cette proximité les aidait à se rapprocher davantage. Will ne pensait plus à rien, juste au moment qu'ils partageaient, ne songeant pas un seul instant que ce qu'il attendait tant allait se réaliser sous peu. Mais Amy lui démontra que elle aussi y pensait. C'est ensemble qu'ils franchirent ce cap, se donnant l'un à l'autre dans un mélange de douceur et de passion. Will ne regrettait pas d'avoir attendu finalement si longtemps car il trouvait que cela en valait nettement la peine. L'italienne semblait partager cette vision des choses, lui avouant ne rien regretter, ce qui le soulagea un peu. Il avait eu peur de se montrer égoïste au fil du temps et que finalement, la jeune femme n'y trouve pas son compte contrairement à lui. Mais encore une fois, c'était un moment de partage et ils purent en profiter tout autant l'un que l'autre. Caressant la joue de sa petite amie, le rouquin savait que jamais il ne toucherait à une autre.

"C'est tout simplement parfait. J'pouvais juste pas rêver mieux. Tout ce dont j'ai b'soin, y a qu'toi qui peut m'l'offrir, c't'une certitude. Tu comptes tell'ment pour moi... J'avais peur qu'la vie nous sépare mais on est t'jours ensemble et j'sais qu'on l'restera."

Allongé sur le lit, sa petite amie dans ses bras, recouverts par la couverture du lit, Will se reposait, épuisé. Le déménagement l'avait déjà pas mal fatigué mais cette soirée venait de l'achever. Il avait l'impression qu'on lui avait pompé toutes ses forces et il n'attendait qu'une chose : pouvoir dormir. Un bâillement vint confirmer cette envie mais Amy désirait faire une chose avant tout. Elle voulait dessiner ? Maintenant ? Il n'avait pas très envie de la voir quitter ses bras, appréciant cette sensation de la sentir nue contre lui. Mais s'il l'en empêchait, ce serait comme lui interdire de respirer. Mentalement, il se mit une claque pour rester éveillé et embrassa la jeune femme.


"Bien sûr qu'tu peux. Mais j'sais pas si j'suis un très bon modèle. Enfin, tu compens'ras avec ton talent ! Tu veux que j'prenne la pose ?" demanda t-il en prenant une pose stupide digne d'un calendrier pour les femmes "Sexy hmm ? Allez, va chercher ton matériel, j'bouge pas d'ici d'toute façon. Si j'avais ton talent, j'te dessin'rais bien aussi mais... j'vais m'contenter d'mes doigts et d'ma mémoire." ajouta t-il en parcourant les courbes des hanches d'Amy du bout des doigts

Malgré le temps qu'ils avaient passé ensemble, Will ignorait qu'Amy l'avait dessiné à de multiples reprises. Il en avait bien vu un ou deux mais rien de plus. Pour l'heure, il espérait ne pas s'endormir alors qu'elle le dessinait, ne désirant pas gâcher le moment.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Amy Grimm
Scénariste - Modératrice
avatar

Messages : 552
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 31

Fiche Tecnhique
Metier: Aucun
Age : 24 ans
Nationalité : Italienne

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Lun 20 Mai 2013 - 14:40

Amy était rassurée, quelque part, de voir que Will avait eut le même genre d'angoisse qu'elle face à une éventuelle séparation. Bon, il fallait reconnaître qu'il avait plus de raisons que la mutante de craindre une rupture mais au moins la jeune femme se sentait moins coupable d'avoir douté. Une chose était sûre, ils ne feraient plus la même erreur. A présent ils étaient assurés que leur amour était à toute épreuve. Rien ne les sépareraient, mis à part la mort... et encore, ce n'était pas dit.

Mais pour l'instant, Amy se trouvait à mille lieues de pensés aussi funeste. Non, elle était d’excellente humeur, rieuse et taquine.


" Quoiiiiii on est pas tout permis ? J'ai pas l'droit d'faire ça alors ? L'embrasse. Ni ça ? Lui mordille le cou. Moi j'veux tout les droits sur toi et en échanges... tu les as sur moi. C'est pas un bon deal hmm ?? "

Le couple scella ensuite l'éternité de leur complicité par une promesse signée d'un enlacement de petit doigt. C'était enfantin, un peu naïf mais malgré tout, Amy savait que son petit ami était sincère en acceptant le "pacte". Elle porta leur deux doigts liés à les lèvres, y déposant un baiser en souriant. Elle était tellement heureuse en cet instant, tellement, tellement.

De ce fait, elle se sentait jouasse. Aussi, lorsque le rouquin osa insinué qu'il ne pouvait se servir d'elle comme vêtement, elle s'empressa de lui démontrer le contraire. Avec la demoiselle, tout était possible, il suffisait juste d'un peu d'imagination, et de ça, elle n'en manquait pas ! Aussi, enroulée autour de celui qu'elle aimait, elle testait un nouveau style de mode.

" Attends un T-shirt parlant c'est super pratique ! Imagines, tu t'lèves le matin, t'as la tête en vrac, tu croises quelqu'un... hop, il dit bonjour pour toi !! Moi j'dis, les fringues qui causent c'est l'avenir. On va faire fortune avec ça ! "

La suite des événements, personne n'aurait pu la prévoir. Il n'était plus question d'humour ou de légèreté. Non, le sujet était on ne plus sérieux. Il s'agissait de leur union charnelle. Une union qu'ils avaient longuement attendus, voulant tout deux être prêts pour s'assurer que ce soit parfait. Ce fut le cas.

Alors que Will lui caressait la joue, Amy ferma les yeux pour profiter du contact, un sourire inébranlable flottant sur les lèvres. Il lui semblait ne jamais s'être sentie aussi bien. Elle avait pu ne faire qu'un avec celui qu'elle aimait et cette sensation lui donnait l'impression de voler. La mutante était assuré que jamais elle ne pourrait être aussi proche de quelqu'un d'autre, même dans une situation similaire. De toute façon elle ne voulait personne d'autre, Will suffisait mille fois à son bonheur.


" Tu sais, c'est vrai qu'la vie à parfois était chienne avec nous mais, malgré tout, je lui suis reconnaissante. Parce que c'est elle qui m'a mise sur ta route. J'veux dire, si on avaient pas vécus les choses moches qui nous sont arrivés, moi j'serai toujours en Italie et toi dans ta famille. Alors même si c'est de lourds souvenirs ben j'trouve que y a du bon dans tout ça. Te rencontrer c'est la plus belle chose qui m'soit arrivé. Et aujourd'hui j'en suis plus sûre que jamais. Merci mon amour, merci d'avoir été patient et de me permettre de vivre se merveilleux moment en en profitant pleinement. "

C'est justement parce que Amy trouvait l'instant magique, qu'elle eut envie de l'immortaliser dans un croquis. C'était son truc à elle ça. Ce qu'elle voyait de beau, de touchant, elle le conservait dans son calepin., bien que parfois sa vision de la beauté était assez personnelle. Mais en ce qui concernait Will, il n'y avait aucun doute. Aussi, lorsque le rouquin lui donna l'accord, la demoiselle se redressa a demi pour aller chercher son matériel, ne manquant pas de rire en voyant son petit ami prendre la pose.

" Oh oui, très sexy ! Mais l'but c'est qu'te dessine pas que j'te mange tout cru ! Puis pas besoin de pose, t'es si beau au naturel. Et t'es un super modèle, en fait t'es même mon modèle numéro un." confia t elle sans même se douter que l'homme n'avait jamais saisis qu'elle le dessinait régulièrement.

La jeune femme sauta ensuite du lit, allant rapidement chercher ses affaires pour revenir se caler près de l'amour de sa vie.


" Hmmm j'te propose d'me dessiner des doigts pendant qu'j'le fais de mes crayons si tu veux ! C'est donnant donnant comme ça. Laisses moi juste voir ton visage, c'est tout. "

C'est comme ça qu'une nouvelle esquisse du rouquin s'ajouta à la longue liste de celles de la dessinatrice. Puis, lorsqu'elle eut finie, elle déposa son matériel au sol, à coté du lit, et vint se lover dans bras de sa moitié. La fatigue devenait intenable et elle ne se sentait plus de lutter.

" Je... * bâillement* crois qu'il est temps de faire dodo mon amour. Bonne nuit, je t'aime plus que tout au monde. " annonça t elle alors qu'elle était déjà entrain de glisser vers les songes.

_________________
" S'il te plait, dessines moi un mouton. "



" Per favore, mi disegnare una pecora. "

♥️ Merci pour l'avatar mon Will ♥️
Mes autres persos : Emma Frost et Honey  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 33
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   Ven 24 Mai 2013 - 14:25

Maintenant que toute pensée négative avait quitté leurs esprits, Will et Amy purent se remettre à plaisanter comme ils le faisaient habituellement. A les voir, il aurait été difficile de croire que, quelques minutes plus tôt, ils auraient pu se séparer. Finalement, ils avaient eu peur pour rien, leur amour respectif était plus fort que n'importe quelle épreuve. Will se sentait revivre, comme étant devenu un autre homme, meilleur, lavé de tous ses péchés. Bien sûr, il n'était pas dupe. Tout cela n'effaçait en rien ce qu'il avait fait, il en était bien conscient. Mais le simple fait qu'Amy l'accepte était pour lui un véritable soulagement. Ce qu'il craignait le plus avait disparu, purement et simplement.

Il lui promettait alors de tout faire pour qu'une telle chose ne se reproduise pas. Amy, plutôt que de rester sur le ton sérieux de la conversation, se laissa aller à la plaisanterie, l'embrassant et lui mordillant le cou comme si c'était quelque chose d'interdit. Ce qu'elle lui proposait était plus qu'un bon deal, mais ce deal n'avait-il pas déjà été scellé depuis longtemps ? Le rouquin se mit à rire, chatouillé par le mordillage de cou, il la captura alors de ses bras pour l'empêcher de faire n'importe quoi.


"Tu les as d'jà les droits tu sais. Mais vaut mieux sceller c'deal à nouveau, on sait jamais !"

Et pour sceller le deal, Will embrassa sa petite amie. Mais par la suite, ils se firent une véritable promesse. Cela pouvait sembler idiot, voire enfantin, mais aux yeux du rouquin, c'était important. En lui faisant cette promesse, il se promettait à lui-même de toujours être honnête avec elle et de tout lui dire, quitte à la blesser. Si jamais il le faisait, il ferait tout pour se faire pardonner, ne désirant pas perdre cette femme qu'il aimait tant. Mais pour l'heure, il ne risquait pas de la perdre vu qu'elle était accrochée à lui tel un t-shirt vivant, clamant les différents mérites qu'aurait un tel vêtement. Bien que cela amusait particulièrement le mutant, il avait du mal à ne pas penser à autre chose ainsi à proximité contre le corps d'Amy.

"Pas mal... Mais j'me réserve l'modèle Amy alors. J'prends tout l'stock !!"

Mais de plaisanteries en plaisanteries, les deux mutants finirent par passer à l'étape supérieure de leur relation. Will oubliait tout le reste, il en oubliait même qu'il avait attendu ce moment depuis longtemps. Plus rien n'avait d'importance à part celle qu'il aimait et finalement, il ne regrettait pas d'avoir tant patienté. Même s'il n'avait connu aucun autre femme auparavant, il était certain qu'elle était celle qu'il lui fallait. Cela ne faisait aucun doute. Même si leurs vies n'avaient pas été un long fleuve tranquille, elles leur avaient permis de se rencontrer et c'était grâce à tout ça qu'ils en étaient là à présent. Will devait bien reconnaitre qu'elle avait raison. Mieux même, c'était à cause de tout ça qu'ils étaient si proches, si complices.

"Toutes ces merdes en valaient bien la peine vu c'qu'il y avait au bout. Si j'pouvais faire des choix différents ben... j'les ferais pas. Et t'as pas à m'remercier tu sais. C'était quelque chose qu'on d'vait décider tous les deux. C'mieux comme ça non ?"

Plutôt que de rester là, dans le lit à se prélasser, Amy décida de se mettre à dessiner Will. Ce dernier n'y voyait pas d'inconvénient, sachant parfaitement que le dessin, c'était son truc. Il prit même la pose pour plaisanter mais l'italienne lui affirma qu'il n'avait pas besoin de ça pour être beau. Elle devait bien être l'une des rares personnes à le trouver attirant. Mais puisque ce compliment venait d'elle, il avait encore plus de valeur à ses yeux. Cependant, il fut surpris d'apprendre qu'il était le modèle numéro un de sa petite amie. Elle l'avait dessiné si souvent ? Il n'en avait pas le souvenir... Mais cela le toucha d'autant plus. Depuis combien de temps s'étaient-ils tourné autour sans oser se dire quoique ce soit ? C'était en tout cas du passé.

"Si on m'avait dit un jour que j'servirais d'modèle, j'crois qu'j'aurais tellement ri que j'm'en s'rais étouffé. Tu m'excuses si j'te rends pas la parole hein. Moi mes dessins r'ssemblent à des dessins d'gamin. J'ai pas envie d'te dénaturer ! T'es bien plus belle sur l'image que j'ai d'toi dans ma tête que sur un quelconque papier. Mais toi, t'as l'talent pour faire r'ssortir l'meilleur des gens. Et j'parle pas que du dessin."

Amy s'éloigna le temps d'attraper son matériel puis revint près de lui. Tandis qu'elle le dessinait, il faisait de même avec elle mais du bout des doigts. Il le faisait cependant en la regardant pour qu'elle puisse avoir le modèle qu'elle désirait. Il ne lui était pas trop difficile de ne pas bouger puisqu'il était fatigué. Il dormait presque debout mais il tint bon le temps qu'elle termine. Dessin achevé, Amy posa son matériel au sol et vint rejoindre les bras du rouquin. Rabattant la couverture sur eux, il l'embrassa pour lui souhaiter une bonne nuit.

"Dors bien ma belle. Je t'aime et je t'aimerais toujours." murmura t-il avant de sombrer rapidement dans le sommeil

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inséparables [Amy/Will]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Inséparables [Amy/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nature et les braconniers, inséparables | Rang C
» A présent nous serons inséparables !
» (m) absolem (jude law) ❥ les terribles inséparables.
» de L'insécurité en Haiti ou Insécurité provoquée ?
» évaluation comparée des facteurs de l’insécurité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Chambres :: Chambre de William et Amy-