X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le début d'un grand projet [Anieta/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Lun 22 Avr 2013 - 23:09

Tournant en rond comme un animal en cage, Will faisait les cent pas. Il hésitait sur la marche à suivre et n'arrivait pas à se décider pour de bon. Faisait-il le bon choix ? Et s'il se loupait ? Si elle refusait ? Tant de questions qui lui trottaient dans l'esprit sans trouver de réponse. C'était une décision capitale qu'il prenait là et il ne voulait surtout pas se foirer.

Depuis le temps qu'il vivait avec Amy, depuis le temps qu'il l'aimait, il voulait enfin la demander en mariage. Il ne désirait qu'elle pour le restant de ses jours, trouvant en cette jeune femme la compagne parfaite. Elle était tout ce dont il avait besoin et il espérait qu'il en était de même pour elle. Mais rien ne lui assurait qu'elle accepte. Plus d'une fois, ils avaient évoqué vouloir passer leur vie ensemble, mais de là à sauter réellement le pas... Le rouquin doutait de lui, pas certain de la réponse qu'elle lui donnerait. Mais il savait que quoiqu'il arrive, il le ferait. La question était : comment ? L'approbation ou non d'Amy dépendait sans doute en bonne partie de la façon dont il allait lui présenter la chose. Il avait bien une petite idée mais il craignait de lourdement se tromper.

Se stoppant enfin, il ramena ses bras devant lui et levant l'écrin qu'il tenait devant son regard. Il l'ouvrit, comme s'il ignorait ce qu'il se trouvait à l'intérieur, observant la bague qu'il lui avait acheté. Elle n'était destinée qu'à la demande, la véritable alliance serait toute autre. Mais allait-elle lui plaire ? Il savait qu'elle n'était pas matérialiste, tout comme lui, et il connaissait plutôt bien ses goûts. Mais pour quelque chose de cette importance, il désirait que tout soit parfait. Il ne voulait la décevoir sur aucun point.

Refermant l'écrin d'un coup sec, il lâcha un soupir. Sans doute se montait-il trop la tête. Mais il avait besoin d'être rassuré car il risquait d'autant plus de faire une connerie s'il continuait ainsi de douter. Mais qui pourrait l'aider ? Erïka ? Elle était déjà au courant mais il la voyait mal le conseiller. Eleonnora ? Question femme, elle s'y connaissait, mais il ne pensait pas qu'elle saurait lui donner ce dont il avait besoin. Non, il lui fallait quelqu'un d'expérimenté, quelqu'un qui avait déjà été marié. La solution lui apparu aussitôt. Il n'avait qu'à demander conseil à Anieta !

Sans réfléchir davantage, il attrapa sa veste et l'enfila, fourra l'écrin dans l'une des nombreuses poches du large pantalon baggy qu'il portait et sortit de sa chambre. Quittant l'Institut, il trottina jusqu'à l'arrêt de bus qu'il attendit patiemment. Le trajet fut assez long, faisant un détour inutile vers le centre-ville avant de se diriger vers les quartiers, mais le rouquin était prêt à attendre encore longtemps, sentant que cela en valait la peine. Dès qu'il fut descendu du véhicule, il marcha d'un pas rapide vers l'appartement de la vieille femme. Sans doute aurait-il dû la prévenir de son arrivée... Et si Eleonnora ou quelqu'un d'autre se trouvait là ? Hors de question d'aborder le sujet devant quelqu'un d'autre que la vieille femme. Tant pis, maintenant qu'il était là, il comptait bien aller jusqu'au bout, quitte à passer la nuit là. Ce ne serait pas la première fois. Grimpant les marches deux à deux, il toqua à la porte de l'appartement, retenant son souffle. On aurait dit un jeune premier sur le tournage de son premier long métrage. La porte s'ouvrit sur la vieille femme. Apparemment, elle était seule, c'était inespéré. Le rouquin s'avança pour la serrer dans ses bras.


"B'jour Anieta. Tu vas bien ?"

Il l'étreignit pour la lâcha, attendant qu'elle lui donne l'autorisation d'entrer. Une fois fait, il se retint de tout de suite aborder le sujet de sa visite. Ce ne serait pas très poli de l'agresser de la sorte d'entrée de jeu... Il patienta donc à nouveau, déposant sa veste sur le dossier du canapé. Il y prit place vu que la vieille femme l'avait suivi dans le salon. Par où commencer ? Se triturant les doigts, il hésitait. Cela se voyait qu'il était nerveux.

"J'sais, j'débarque un peu à l'improviste, mais bon, ça d'vient une habitude, pas vrai ?" fit-il en plaisantant "En fait, j'ai vraiment b'soin d'toi et d'ton expérience. J'espère qu'ça t'dérange pas, j'voyais pas vers qui d'aut' m'tourner et j'ai peur d'faire une bêtise..."

Il leva la tête pour regarder Anieta et il se sentit déjà un peu apaisé, sa nervosité se calmant d'elle-même. Il fallait dire que la vieille femme savait mettre les gens à l'aise et que son seul sourire savait rassurer. Poussant un léger soupir, Will se lança enfin.

"Voilà... J'vais d'mander Amy en mariage." déclara t-il simplement, désirant voir tout d'abord la réaction d'Anieta "Toi t'as d'jà été mariée alors... j'me demandais s'tu pouvais m'conseiller sur l'sujet. S'tu veux bien."

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 


Dernière édition par William McKellen le Dim 5 Mai 2013 - 0:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Mar 23 Avr 2013 - 17:44

La journée d’Anieta McGowen avait été peu chargée, aujourd’hui. Après avoir fait un peu de ménage, puis quelques courses, elle s’était installée devant la télévision afin de tricoter un peu. Ses journées se ressemblaient toutes, jour après jour. Depuis que son mari était mort, elle avait tenté de s’habituer à la solitude, mais en vain. Elle n’arrivait pas à mener ce type de vie, mais rien ne pouvait y faire. Elle prenait sur elle et tentait de faire passer chaque journée en se disant que la prochaine sera meilleure. Parfois, ses petits-enfants venaient lui rendre visite, pour son plus grand bonheur. Aurait-elle droit à une petite surprise, aujourd’hui ? Elle jeta un coup d’œil à l’horloge. Probablement pas. Ce sera pour une autre fois, alors.

Son feuilleton télévisé venait de prendre fin lorsqu’elle décida d’aller se préparer une tasse de thé. Une fois qu’il fut prêt, elle s’installa avec sa théière et sa tasse dans le salon afin de pouvoir continuer son tricot. Elle ne s’attendait pas à entendre des coups contre la porte. Était-ce les filles de sa voisine qui venaient de nouveau lui emprunter du sucre afin de faire leur recette de petits gâteaux ? Elle alla ouvrir. William se tenait devant elle. La vieille femme s’était habituée à ses visites à l’improviste où il passait la voir pendant quelques heures, après son travail. Elle était toujours heureuse de le voir. Il savait rendre ses journées un peu plus agréables et bien moins mornes. Il était d’excellente compagnie et appréciait sa présence. À quelque part, son sens de l’humour, sa gentillesse, sa serviabilité et ce petit côté papa poule qui le poussait à protéger et prendre soin de ceux qu’il aimait lui rappelait son défunt mari. Bien que William, ne partageait ni le sang des Davidoff, ni celui de McGowen, il était considéré comme un membre de la famille à part entière. Il n’avait rien demandé, les choses s’étaient faites toutes seules, avec le temps. La vieille dame ne regrettait pas qu’il soit entré dans leur vie à tous.

William la salua avant de prendre de ses nouvelles, comme toujours. Elle allait bien, ce n’était pas comme si elle avait le choix. Que ferait-elle si elle décidait de se laisser abattre par la vie ? Elle voulait continuer de se battre et de voir le bon côté des choses. Ainsi, elle pourra rester auprès de ses petits-enfants pendant des années encore et prendre soin d’eux du mieux possible. Sera-t-elle toujours de ce monde lorsqu’ils se marieront ? Pourra-t-elle rencontrer leur future descendance ? Elle rendit l’étreinte au jeune homme, tant bien que mal, puisqu’elle était plus petite que lui.


-« Bonjour William. Je vais très bien et toi ? Je suis ravie de te voir. »

La vieille femme l’invita à entrer et se rendit à la cuisine afin d’y prendre une seconde tasse qu’elle déposa sur la table basse du salon. Elle l’invita d’ailleurs à s’y assoir afin qu’ils puissent discuter, comme ils le faisaient d’habitude. Elle prit place dans son fauteuil préféré et déposa son tricot sur ses genoux. Elle pourra toujours poursuivre cela plus tard. Elle ne s’attendait pas à ce que William vienne la visiter pour une raison particulière. Il n’avait pas besoin de cela pour venir le voir. Cependant, il affichait un drôle d’air et elle arrivait parfaitement à deviner que quelque chose clochait. Par contre, elle ne souhaitait pas le brusquer si ce qu’il avait à dire était délicat. Elle attendait qu’il prenne la parole. Elle avait une patience à toute épreuve. Après tout, elle avait survécu à Erïka…
Le jeune homme commença à parler, s’excusant tout d’abord de débarquer à l’improviste. S’il l’aurait dérangé, elle le lui aurait dit, pas de doute là-dessus.


-« Tu sais que j’adore des visites, William. Ça me fait toujours plaisir que tu passes me tenir compagnie. Tu dois être très occupé dans ta vie de tous les jours et ça me fait chaud au cœur que tu trouves le temps de venir me voir. »

William avait besoin d’elle pour quelque chose. Qu’était-ce ? Il disait avoir besoin de son expérience. À l’âge qu’elle avait, on pouvait dire qu’elle en avait vécu des choses. Elle pouvait toujours tenter de le conseiller du mieux possible. Cependant, sans savoir de quoi il s’agissait, elle ne pouvait pas l’aider adéquatement. Elle se contenta de rester silencieuse et de lui sourire, l’incitant silencieusement à poursuivre lorsqu’il sera prêt. Forcer les choses n’était jamais une bonne idée, elle l’avait rapidement découvert avec sa petite fille.

Finalement, William expliqua la situation. Il comptait demander Amy en mariage. Aussitôt, le visage d’Anieta s’illumina. Son petit-fils allait se marier ? C’était une nouvelle formidable ! Elle commençait déjà à imaginer à quoi pourrait ressembler ce fabuleux mariage. Elle se réjouissait de cette nouvelle, même si le rouquin ne semblait pas partager cette même joie. Était-il nerveux ? Il avait peur de faire une bêtise. Qui ne serait pas dans un tel état face à une telle situation ? C’était tout à fait normal. Il craignait probablement un refus. La vieille femme décida de le rassurer. Il devait avoir confiance en lui et en l’amour que lui portait Amy. Ils étaient faits pour être ensemble, la vieille femme en était certaine.


-« Mais quelle formidable nouvelle ! C’est si merveilleux ! Si je peux t’être utile en quoi que ce soit, je serais ravie de t’aider. Je me souviens, lorsque mon… mon défunt mari m’a fait sa grande demande. Il m’avait amené au restaurant. Je m’attendais à ce qu’il finisse par me demander ma main, mais cela ne venait toujours pas. Nous avons quitté le restaurant et rien ne s’était produit. Il était tellement nerveux qu’il avait été incapable de le faire devant tous ces gens attablés autour de nous. Alors, il m’a amené au lieu de notre première rencontre pour me faire sa demande. C’était un merveilleux moment… »

Elle était nostalgique, se souvenant parfaitement de cette scène qui datait d’il y a très longtemps. La vieille femme redescendit bien rapidement sur terre en réalisant qu’elle se perdait un peu trop dans ses histoires de jeunesse. Il était question de William, pour l’instant. Elle allait tenter de l’aider du mieux possible et d’apaiser ses craintes. Il devait avoir confiance en lui.

-« Que veux-tu savoir, William ? Tu sais, le mariage est une grande étape dans la vie d’un couple. Cela est très significatif et si tu es certains qu’Amy est la bonne femme, qu’elle est celle avec qui tu veux partager le reste de tes jours, je ne vois pas pourquoi tu devrais t’empêcher de faire ta grande demande. Est-ce que tu sais comment tu vas lui demander ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Mar 23 Avr 2013 - 21:06

Will avait pour habitude de se débrouiller seul, quelle que soit la situation. Pouvoir compter sur quelqu'un était une bonne chose mais, longtemps resté seul, il avait appris à gérer les choses par lui-même. Il n'était pas toujours très fin tacticien, agissant plutôt à l'instinct mais au moins, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même si les choses foiraient. En plus, grâce à son pouvoir, il pouvait compter sur un autre lui et c'était toujours une bonne chose. Ne disait-on pas : on est jamais mieux servi que par soi-même ? Pourtant, au fil du temps, il avait su donner sa confiance à certaines personnes et savait qu'il pouvait compter sur elles, quelle que soit le problème. Amy et lui se comprenaient parfaitement bien, ils n'avaient même pas besoin de se parler pour agir ou traduire ce que l'autre désirait. Oui mais voilà, une demande en mariage silencieuse n'était pas forcément des plus intéressantes. Will désirait qu'Amy accepte et pour ça, il ne voulait surtout pas se tromper dans la façon de procéder. Des idées, il en avait plein, mais comment être sûr qu'il ne faisait pas une erreur dans ses choix ?

Et qui de mieux pour le conseiller que la plus âgée de ceux qu'il connaissait ? Elle avait été mariée, elle était une femme, elle saurait sans aucun doute lui dire ce qu'une femme attendait d'un homme qui lui demandait de l'épouser. En tout cas, elle pourrait toujours témoigner et lui dévoiler comment s'était déroulée sa demande à elle. Will était curieux de savoir comment son défunt mari avait procédé pour le faire. Il ne l'avait jamais rencontré, décédé avant que le rouquin n'arrive dans la famille, mais il avait beaucoup entendu parler de cet homme, que ce soit par le biais d'Erïka ou encore d'Anieta. Et vu la façon dont tournait son ménage, nul doute qu'il était un bon mari.

A présent qu'il avait rejoins l'appartement d'Anieta, il avait cessé de se poser des questions. Mieux valait qu'il ne harcèle pas la pauvre femme d'interrogations en tout genre sous peine qu'elle fasse rapidement une overdose. Il savait qu'elle ne le jetterait jamais dehors mais il ne voulait pas non plus l'importuner. Au moins, elle avait toujours l'air ravie de le voir, tout comme lui. Il appréciait ces moments qu'il passait juste avec elle, passant quand il en avait l'occasion. La pauvre vivait seule, ce ne devait pas être très joyeux tous les jours. Il lui tenait donc compagnie dès qu'il le pouvait, embarquant parfois Erïka ou Amy. Il appréciait la vieille femme, trouvant en elle une sorte de deuxième maman. Elle ne le traitait jamais comme un enfant mais était toujours là pour le conseiller s'il avait besoin.


"Ca va bien. Super bien même. Ca va t'jours quand j'viens t'voir."

A peine fut-il entré que la vieille femme se dirigea vers la cuisine et lui rapporta une tasse pour qu'il partage un thé avec elle. Le thé n'était pas sa tasse de thé mais il n'allait pas refuser. Il la remercia d'un signe de tête et prit place sur le canapé. D'après ce qu'il voyait, Anieta était en train de tricoter avant son arrivée. Comment arrivait-elle à faire ça d'ailleurs ? Il avait toujours été impressionné par la dextérité qu'elle déployait pour cette activité. Question d'habitude sans doute... Assis sagement, le rouquin tripotait sa tasse nerveusement, buvant une gorgée de temps à autre. Diable que sa gorge était sèche ! Anieta ne disait rien, attendant sagement qu'il se confie. Elle avait sans doute deviné qu'il avait quelque chose à lui dire mais elle était certainement loin de deviner de quoi il s'agissait. Il se lança donc, n'expliquant pas tout de suite le pourquoi du comment, posant simplement les bases en détaillant la raison de sa visite. Bien souvent, il venait juste pour le plaisir. Là, il venait pour les plaisirs ET les conseils. Anieta disait être contente qu'il vienne lui tenir compagnie, quelle que soit la raison. Cela ne fit que donner un peu plus de courage au rouquin pour se lancer.

"C'est vrai qu'j'suis pas mal occupé mais j'trouverais t'jours le temps d'venir voir ceux qu'j'aime ! Pas question d'les mettre d'côté !"

Finalement, il se lança et expliqua ce qui l'amenait ici. Inutile de tourner autour du pot de toute façon. Au fur et à mesure qu'il parlait, le visage d'Anieta changeait et elle semblait très heureuse de la nouvelle. Will, lui, était encore nerveux bien que souriant. Au moins, la vieille femme l'encourageait, lui affirmant qu'il ne devait pas hésiter s'il sentait qu'il tenait la bonne. Elle n'hésita pas à raconter sa propre demande en mariage, ce qui surpris Will. Pour cause : son défunt mari avait fait exactement ce que le rouquin comptait faire. Sur le coup, il s'était demandé si ce n'était pas trop gnangnan ou stupide d'avoir pensé à une telle chose. Si d'autres l'avaient déjà fait et que cela avait fonctionné, il se sentait déjà plus rassuré. Avant d'annoncer qu'il comptait faire de même, il préféra questionner Anieta sur le sujet, l'air de rien.

"T'as pas trouvé ça... comment dire... cliché ? Genre, l'truc trop romantique qu'on voit dans les films ? T'aurais pas préféré autrement ?"

Mais Anieta posait le doigt sur une question essentielle. Amy était-elle la bonne ? C'était une question à laquelle Will n'avait qu'une seule et unique réponse. Elle lui paraissait tellement évidente qu'il tint à y répondre, oubliant complètement le reste. C'est d'une voix un peu emballée qu'il se mit à parler, manquant de renverser sa tasse tant il gesticulait sur place.

"Si c'est la bonne ? Sûr qu'c'est la bonne ! J'la connais d'puis un bout d'temps, elle a t'jours été là et elle l'sera t'jours. J'vois pas ma vie sans elle, c'est mon binôme, ma part'naire, celle qui m'connait l'mieux, celle qu'a partagé ma vie d'emmerdes, celle qui m'a jamais lâché... J'l'aime d'puis longtemps, j'lui ai juste pas dit plus tôt parce qu'j'avais peur qu'ce soit pas réciproque et j'voulais pas la perdre. Mais là, j'ai pas envie d'refaire la même erreur, j'vais qu'entre elle et moi c'soit officiel, qu'un vrai lien nous unisse. Elle est juste parfaite, c'est une perle c'te fille, j'pensais pas que..." fit-il avant de réaliser qu'il s'emballait pour rien et qu'il n'était pas là pour faire l'éloge d'Amy "Enfin... J'veux pas r'faire la même erreur en attendant trop... ni en f'sant les choses trop vite. Mais j'ai eu une idée pour la façon d'procéder. Mais t'vas rire... En fait, j'voulais lui d'mander là où on s'est rencontrés. Bon c'pas l'top niveau endroit hein, c'était sur les quais du port... Mais pour moi c't'important, ça veut dire beaucoup parce qu'c'est là qu'tout a commencé." expliqua t-il avant de poser sa tasse

Il fouilla dans sa poche et en sortit l'écrin qu'il y avait rangé. L'ouvrant, il présenta la bague à la vieille femme. Elle était simple mais finement décorée.


"T'en penses quoi ? En fait, c'pas l'alliance. Ca c'est juste pour la d'mande. En fait, j'avais une idée bien précise... T'sais qu'Amy est une mutante, elle manipule l'encre, en gros. Hé ben j'pensais faire en sorte qu'nos alliances soient pas d'vraies bagues mais des tatouages. Comme ça, jamais on pourra les perdre ou les r'tirer. On s'ra toujours unis. Puis j'trouve ça plus original. Et comme ça, l'jour du mariage, elle pourra nous les apposer grâce à son don. C'est cool nan ? En fait, j'sais pas du tout comment un mariage s'déroule... Faut prévoir plein d'choses j'imagine ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Jeu 25 Avr 2013 - 3:54

Anieta était une femme sociable et chaleureuse qui adorait s’entourer. Elle n’aimait pas spécialement rester cloitrée chez elle, préférant sortir prendre un café ou simplement faire un tour au centre commercial. Depuis qu’elle avait rencontré Eleonnora, elles sortaient quelques fois ensemble afin d’apprendre à mieux se connaitre l’une et l’autre. La vieille femme espérait que les Davidoff finissent par former une famille unie, un jour ou l’autre. Jusqu’à présent, les choses évoluaient peu à peu, à leur rythme. Qui sait, peut-être aura-t-elle l’occasion, un jour, de réunir toute sa famille sous le même toit le temps d’une soirée ? Elle souhaitait que ce moment se réalise, tôt ou tard, avant que sa vie ne prenne fin.

Heureuse d’accueillir William sous son toit, la vieille femme le laissa entrer dans son appartement. Elle alla lui chercher une tasse afin qu’il puisse partager un peu de thé avec elle. Après avoir pris place dans le salon, elle attendit que le rouquin lui parle. Elle voyait bien qu’il n’était pas dans son état d’esprit habituel. Il semblait nerveux. Avait-il besoin de se confier, de lui dire quelque chose d’important ? Elle commença doucement la conversation en lui disant à quel point elle était heureuse qu’il prenne le temps de venir la visiter de temps à autre. Rien ne l’obligeait à le faire et, pourtant, il prenait plaisir à venir discuter et cuisiner avec elle après ses heures de travail. Elle n’allait certainement pas s’en plaindre, profitant plutôt de ces petits moments agréables que la vie lui offrait.


-« On peut dire que tu es quelqu’un de loyal qui sait prendre soin de ses proches. C’est une noble qualité. Par contre, fais attention à ne pas trop te surmener. »

Cependant, ils n’étaient pas ici pour parler des qualités de William, loin de là. Il y avait quelque chose de bien plus important qui semblait trotter dans la tête du rouquin. Il ne tarda pas à lui annoncer la grande nouvelle : il comptait demander la main de sa compagne. Comment ne pas se réjouir d’une telle nouvelle ? C’était fantastique ! L’un de ses petits-enfants allait enfin se marier. Elle ne pouvait être plus heureuse. Emportée par un élan d’énergie et d’entrain, elle raconta avec passion la fameuse soirée où son défunt mari lui avait demandé sa main. C’était un moment magique qu’elle ne pourrait jamais oublier.
William lui posa d’ailleurs quelques questions sur le sujet. N’était-ce pas cliché de demander sa douce en mariage sur le lieu de leur rencontre ? Aux yeux d’Anieta, les clichés n’avaient pas leur importance. Ce qui comptait était la symbolique de tout cela. Il connaissait bien Amy, il devait donc être en mesure de deviner si elle attachait une certaine importance aux clichés de ce genre ou non. Même si ce genre de scène avait été vu des millions de fois, Anieta s’en fichait. Jamais elle ne voudrait changer ce moment.


-« Je ne donne pas d’importance à ce genre de chose. À mes yeux, sa demande était parfaite parce qu’il a su être sincère et rester lui-même. Ses paroles ont su me toucher, bien plus que le lieu où il les a prononcé. Dis-lui ce que tu ressens pour elle, montre lui à quel point tu l’aimes et tu toucheras ainsi son cœur. Il n’y a pas de formule magique pour que tout se passe à la perfection. Restes toi-même et fait ce que tu penses qui est le mieux. »

La vieille femme parlait avec expérience. Elle avait été la première de ses amies à se marier, à l’époque. Lorsqu’elles eurent la bague au doigt, une à une, elles vinrent demander des conseils à Anieta. Elle était une femme simple et n’avait pas besoin que les choses soient faites en grand pour être heureuse. Passer sa vie avec son mari était la seule chose qu’elle avait désirée. Cependant, la maladie avait fini par l’emporter. Elle avait bien tenté de refaire sa vie avec d’autres hommes, mais le souvenir de son âme sœur ne l’avait jamais quitté.
Elle avait trouvé la bonne personne. À ses côtés, elle avait vécu de merveilleuses années dont elle en gardait des souvenirs mémorables. En était-il de même pour William ? Amy était-elle la bonne ? Emporté par le sujet, William se mit à vanter sa douce. Ce sujet l’animait, le rendait plus vivant, soudainement. À ce moment, Anieta était certaine qu’il avait trouvé la femme de sa vie. Il n’y avait qu’à voir comment il se comportait rien qu’en abordant son sujet. Il était amoureux d’elle et souhaitait l’épouser pendant qu’il le pouvait. Il lui confia son idée quant à la demande en mariage qu’il comptait lui faire. Il désirait l’amener sur le lieu de leur toute première rencontre, même si cela était cliché. L’endroit n’était pas très romantique, mais il avait une signification importante aux yeux du rouquin.


-« L’endroit importe peu. C’est la signification de ce lieu pour vous deux qui est importante. Je suis certaine qu’elle acceptera ta demande. »

William sortit l’écrin de sa poche afin de le présenter à la vieille femme. Cette dernière lui demanda si elle pouvait la prendre avant de s’exécuter, ayant reçu l’approbation du rouquin. Elle observa attentivement la jolie bague qu’il avait achetée pour sa douce. Elle était magnifique, il avait fait un bon choix. Cependant, cette bague n’était destinée qu’à la demande. Il lui expliqua quel était son plan. Il avait envie de sceller cette union avec quelque chose de bien plus significatif qu’un simple objet fait d’or.

-« Elle est très jolie. Nul doute qu’elle va l’adorer. » Elle rendit l’écrin à William. « Je dois t’avouer que je n’ai jamais vraiment aimé les tatouages. Malgré tout, ton idée est originale. Cela vous permettra de sceller votre union d’une façon unique. Tu as de très bonnes idées, pourquoi semblais-tu si nerveux ? »

Le rouquin lui demanda également comment se déroulait les préparatifs d’un mariage. Il ne savait pas ce qu’il fallait faire, qui il devait appeler. Il avait besoin d’être conseillé à ce sujet et il avait cogné à la bonne porte. Anieta avait longtemps organisé des événements tels que des galas de charité, avant de tomber enceinte. Encore maintenant, il lui arrivait de participer à certains événements, bien que cela se faisait plus rare. Elle savait parfaitement comment organiser un mariage et pensait déjà à tous les endroits où le jeune homme devra appeler pour passer des commandes ou faire des réservations.

-« Un mariage c’est beaucoup d’organisation. Tout d’abord, il te faut un lieu. Il faut également penser aux invités et leur envoyer une invitation. Il y a les fleurs, les tenues pour les mariés mais également pour les demoiselles d’honneur, sans parler des festivités qui se déroulent suite à la cérémonie. Il faut prévoir de la nourriture, un gâteau, et également des musiciens ou bien un DJ pour animer la soirée. Si tu as besoin d’aide, je peux toujours te guider dans toute cette organisation. »

Elle lui sourit avant de prendre sa tasse de thé et d’en boire le contenu. Après l’avoir reposée, elle se leva, déposant son tricot sur la table basse. Elle attrapa un album photo dans sa bibliothèque et s’installa aux côtés de William afin de lui en montrer le contenu. Les photographies étaient assez vieilles et il était bien difficile de croire que la jeune demoiselle en robe blanche était Anieta, posant avec son mari devant l’église où ils avaient célébré leur mariage.

-« Il s’agit de quelques photos de mon mariage. Cette année, si mon mari serait toujours de ce monde, nous aurions fêté notre cinquantième anniversaire de mariage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Ven 26 Avr 2013 - 12:05

Le surmenage, Will ne savait que trop bien ce que c'était. Pourtant, il ne faisait rien pour l'éviter, se moquant des conséquences. Il faisait toujours les choses à fond, sans se retenir, travaillait pour deux et ne dormait que lorsqu'il y était vraiment obligé. A cause de son travail prenant, il voyait moins ses proches et privilégiait donc ses moments de temps libre pour passer un maximum de temps avec eux, quitte à être sur les rotules après. Si c'était pour eux, il était capable de faire beaucoup de sacrifices car ils lui importaient plus que tout autre chose. Malgré ça, Anieta lui conseillait de faire attention. Mais que craignait-il au juste, à part être simplement fatigué ?

"Mes proches sont c'que j'ai d'plus important alors ils pass'ront t'jours en priorité. Puis j'ai d'jà passé trop d'années à n'rien faire d'mes journées, faut bien que j'rattrape le r'tard !"

Mais il n'était pas là pour parler travail. Généralement, lorsqu'il venait chez Anieta, c'était pour lui tenir compagnie et profiter de sa présence. Ils parlaient de tout et de rien, la vieille femme faisant souvent référence à des moments de sa vie passée. Mais cette fois, le rouquin voulait qu'elle l'aide sur une chose en particulier sur laquelle il n'avait aucune espèce d'expérience. Mais elle, oui. Il lui annonça alors la raison de sa venue, lui révélant qu'il comptait épouser sa petite amie. Une telle annonce ne laissait généralement personne indifférent mais il fut tout de même rassuré de la voir aussi bien réagir. Elle aurait pu se contenter de sourire et de le féliciter et la conversation se serait arrêtée là. Mais non, elle était enthousiaste à l'idée de voir les deux mutants s'unir, racontant par la même occasion le jour de sa propre demande en mariage.

Will l'écoutait attentivement, prêt à enregistrer chaque information et chaque détail qu'elle pourrait lui donner. Tout conseil était bon à prendre ! Lorsqu'elle lui avoua la façon dont son défunt mari l'avait demandé en mariage, le rouquin eut un haussement de sourcils. C'était exactement ce qu'il comptait faire puisqu'il trouvait que faire ça dans un restaurant était particulièrement nul et sans saveur. Cela ne représentait rien du tout. En quoi un repas était-il romantique ? Manger n'avait rien de séduisant aux yeux du mutant. Mais est-ce que demander quelqu'un sur le lieu de sa rencontre était tout de même une bonne idée ? Sans révéler ses intentions, Will questionnait la vieille femme à ce propos. Il voulait mettre toutes les chances de son côté. Anieta lui avouait que ce n'était pas le lieu qui avait de l'importance mais bel et bien ce qu'il dirait. Il fallait qu'il reste lui-même. Pas de problème pour ça, il n'avait jamais cherché à être quelqu'un d'autre.


"Pas d'souci pour ça, j'veux faire un truc qui m'ressemble et pas r'copier sur quelqu'un sous prétexte que c'était cool. Pour moi, l'lieu qu'j'ai choisi est important parce que c't'à partir du jour où j'l'ai rencontrée qu'ma vie a changé. J'suis pas t'jours très doué avec les mots, la preuve, j'les bouffe à moitié, mais... j'espère qu'elle comprendra."

Finalement, il dévoila l'endroit, expliquant qu'il avait eu comme idée de faire exactement comme le mari d'Anieta. C'était la seule chose qui lui était venue à l'idée, à cause de sa symbolique. Il préférait faire cela juste avec Amy et personne d'autre autour. C'était un moment juste à eux, qu'eux seuls pouvaient comprendre. Faire une demande entourée de dizaines ou de centaines de personnes pour se mettre en avant n'était vraiment pas son genre. De plus, il n'était pas certain que l'italienne apprécie d'être au centre de tous les regards. Cela risquait plus de la mettre mal à l'aise qu'autre chose. Ils avaient toujours vécu simplement alors pourquoi commencer à faire compliqué ? Cela ne voulait pas dire qu'il ne l'aimait pas, bien au contraire. Sinon, pourquoi voudrait-il l'épouser ? Il fit d'ailleurs une longue éloge de celle qu'il aimait avant de se rendre compte qu'il faisait un monologue inutile. Bien vit il se reprit et acquiesça à la phrase d'Anieta. Elle avait l'air certaine qu'Amy accepterait. Lui en était moins certain.

"Tu crois ? T'sais, j'ai longtemps hésité à lui dire que j'l'aimais, à faire un pas vers elle parce que j'avais la frousse d'perdre son amitié si j'me foirais. Alors j'veux pas tout foutre en l'air..."

Néanmoins, Will avait tout prévu ou presque. En tout cas, pour faire sa demande. Il possédait même la bague dont il voulait se servir pour demander la main d'Amy. Cependant, elle ne servirait qu'à ce moment là puisque l'alliance ne serait en rien matérielle. Ce n'était pas une question de radinerie, le rouquin ayant assez d'argent pour lui acheter la bague qu'elle voulait. Mais il trouvait que c'était plus original et que cela leur correspondait bien mieux. C'était pour lui une véritable preuve d'amour, signifiant qu'il ne comptait jamais la quitter. Un tatouage restait toute la vie contrairement à un anneau que l'on pouvait retirer. Dévoilant la bague à Anieta, il en profita pour révéler ses plans pour le futur. La vieille femme disait ne pas être fan des tatouages, ce qui le découragea un peu mais elle rajouta qu'elle trouvait son idée bonne. Du coup, il ne savait plus si c'était une bonne chose ou non. Récupérant la bague, il la rangea à nouveau dans sa poche.

"J'suis pas fan des tatouages non plus mais là c't'encore assez discret, c'pas un gros truc. Et puis comme ça on pourra dire que j'l'ai dans la peau, haha. Et ouais j'ai des idées mais... j'savais juste pas si elles étaient bonnes en fait. C't'un évèn'ment important, l'un des plus précieux d'ma vie et j'ai pas envie d'le foirer. J'veux qu'ce soit parfait !"

A présent plus rassuré, il désirait savoir ce qu'il lui restait à faire. Oui, Amy n'avait pas encore accepté, mais puisqu'il était chez Anieta, autant qu'il en profite pour en savoir plus sur la marche à suivre. Après tout, il ne s'était jamais marié et n'avait assisté à aucun mariage. Oui si, une fois, mais il était bien trop jeune pour pouvoir s'en souvenir. De toute façon à cet âge, ce n'était pas le genre de choses auxquelles il donnait de l'importance. Encore jusqu'à peu, il pensait que le mariage n'était pas pour lui, comme une vie normale. Mais maintenant, il avait une toute autre vision de la chose et il ne voulait pas être pris au dépourvu. A ses yeux, il n'y avait qu'à inviter quelques personnes, réquisitionner un maire et hop ! Le tour était joué. Mais vu la liste que lui faisait Anieta, il était loin du compte. Au fur et à mesure qu'elle énumérait les choses à faire, les sourcils du rouquin se haussaient. Comme quoi il avait bien fait de demander à la vieille femme de l'aider...

"Tout ça ?! La vache, j'avais pas pensé... A vrai dire, j'comptais faire ça en p'tit comité. C'pas comme si j'allais inviter ma... famille et puis j'ai pas tant d'amis qu'ça. J'sais d'jà qui j'veux y voir mais ça f'ra qu'une dizaine d'personnes grand max. Pareil pour Amy j'crois. Pour le lieu ben... la mairie d'New York ? C'notre ville après tout même si on est pas originaires d'ici. J'savais même pas qu'il fallait des d'moiselles d'honneur. Ca sert à quoi ? Par contre, j'ai d'jà une idée du témoin... enfin j'hésite encore hmm. J'crois qu'ton aide s'ra vraiment pas du luxe... Ca t'ennuie pas ?" demanda t-il avec un sourire désolé, ayant l'impression de demander la lune

Puisque la vieille femme but sa tasse de thé, Will en profita pour faire de même avant de la reposer sur la table histoire d'avoir les mains libres. Il suivit Anieta des yeux, se demandant où elle allait avant de la voir revenir vers lui pour s'asseoir à ses côtés, album photo en main. Vu le manque de couleur des clichés, ceux-ci dataient ! Will observa les différentes photos qu'elle lui montrait, se demandant qui étaient tous ces gens. C'est lorsqu'elle lui annonça qu'il s'agissait de son mariage que le rouquin tourna la tête vers elle pour la regarder avant de se pencher vers l'album pour mieux observer le visage de la mariée. La vache, c'était elle ?! Jamais il ne l'aurait reconnu. Il fallait dire que le manque de couleurs n'aidait pas non plus. Donc si elle était la mariée... le type à côté était donc son mari. Will remarquait que chaque personne sur la photo souriait. Mais qui étaient les autres ? Dire que cela datait d'il y avait cinquante ans... le temps passait vite.


"Bah ça f'ra quand même cinquante ans qu'vous êtes mariés même s'il est plus là pour souffler les bougies. En tout cas, j't'aurais jamais r'connue ! T'as l'air tell'ment heureuse sur l'cliché, c'est vraiment cool. T'avais beaucoup d'invités dis donc ! Oh mais moi aussi m'faut un photographe alors ! Parce que j'veux une grande photo où on s'ra tous dessus hein !"

Sur la photo était sans doute présente une bonne partie de la famille de chaque époux. Sur celle de Will, il n'y aurait que la famille Davidoff et aucunement les membres de sa propre famille. Qui aurait-il invité de toute façon ? Sa soeur ? Certainement pas... Son père était mort... Mais sa mère ? Après tout, il lui avait même emprunter son nom de famille. Peut-être accepterait-elle de venir ? Mais si cela gâchait tout ?

"En fait, j'aurais bien aimé inviter ma mère..." fit-il tout haut, comme se parlant à lui-même

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Sam 27 Avr 2013 - 0:21

Il y avait tant de façon de demander la main à la personne aimée. Il y avait tant de manière de célébrer un mariage heureux et durable. Anieta avait eu droit à une magnifique cérémonie, digne des plus grandes princesses. Elle n’avait jamais vécu dans le grand luxe, mais elle savait comment apprécier les bonnes choses de la vie. Son mariage était le plus beau, à ses yeux. Pour rien au monde elle n’aurait désiré changer cela. L’important était qu’elle s’unisse à l’homme de sa vie et qu’elle passe ce merveilleux moment avec ses proches. Elle n’avait pas eu besoin d’avoir droit au grand luxe. Elle savait qu’il en était de même pour William. Il voulait simplement être entouré de ceux qu’il aimait afin d’épouser sa douce. Pour que ce fameux jour arrive, il devait tout d’abord faire sa grande demande. Il ne cherchait pas à reproduire quelque chose de déjà-vu ni même à faire dans la grande originalité. Il voulait simplement faire quelque chose de symbolique, amener Amy dans un lieu qui représentait le début de leur histoire. Anieta adorait cette idée. C’était simple et très significatif. Cela allait probablement représenter quelque chose de plus important qu’une demande flamboyante devant un public curieux.

-« Peu importe comment tu t’exprimes, elle arrivera toujours à comprendre le langage de l’amour. »

Un mariage n’était rien sans les réels sentiments que partageaient les deux mariés. Ils scellaient une union éternelle, déclarant également leurs sentiments sincères à l’autre. Si Amy aimait réellement William, nul doute qu’elle allait accepter sa demande. Ce dernier ne voulait pas rater sa chance. Il avait déjà tardé à lui avouer tout ce qu’il ressentait à son égard et ne voulait pas faire la même erreur une seconde fois. Cependant, un doute subsistait, allait-il tout gâcher ?

-« Pourquoi gâcherais-tu tout ? T’aurait-elle dis, un jour, qu’elle ne voulait pas se marier ? Vous êtes ensemble depuis longtemps, toujours très proche l’un de l’autre. Si elle désire que les choses se poursuivent en ce sens, elle n’a aucune raison de refuser sa demande. »

William lui présenta l’alliance qu’il comptait lui offrir. Elle était très jolie, bien que simple. Il avait fait un bon choix. Nul doute que sa future fiancée acceptera qu’il la passe à son doigt. Anieta était très optimiste face à la situation. Elle ne voyait pas pourquoi son petit fils ne pourrait épouser celle qu’il aimait. Elle tentait de le rassurer et de lui faire voir le bon côté des choses. Il avait besoin d’être rassuré et elle était là pour apaiser ses craintes.
Bien que l’alliance qu’il avait achetée soit magnifique, il avait une idée plus originale en tête. Il souhaitait plutôt, par le biais du don d’Amy, se faire tatouer leurs alliances. Ainsi, aucun moyen de les retirer. Ils resteront liés l’un à l’autre. Bien qu’Anieta n’aimait pas vraiment les tatouages, elle devait avouer que l’idée était bien trouvée. William n’en manquait pas, justement. Cependant, il ne savait pas trop si elles étaient bonnes et les conseils de sa grand-mère étaient les bienvenus. Il n’avait pas à se soucier de la qualité de ses idées. Il devait suivre son cœur et faire ce qu’il pensait être le mieux. Elle comptait bien le guider dans l’organisation de son mariage, s’il le désirait. Elle s’y connaissait bien dans ce genre de chose et elle n’oublierait pas un seul détail pour que cette cérémonie se passe comme il le souhaitait. Il était étonné qu’il y ait tant de choses à faire pour un mariage. S’il voyait plutôt quelque chose de simple à la mairie, Anieta restait plutôt sur les traditions, voyant une grande cérémonie dans une église, devant un prêtre.


-« Quand il est question de mariage, j’ai tendance à voir les choses en grand. Je me suis mariée dans une église, devant un prêtre. Après, il est tout à fait possible que tu fasses cela à la mairie, si c’est ce que tu désires. Il y a également des couples qui se marient sur la plage. C’est votre décision de prendre un lieu ou un autre, tout comme c’est votre décision de faire un grand mariage avec beaucoup de gens ou quelque chose de bien plus intime. Chaque décision vous revient et vous pouvez faire ce que vous désirez à votre mariage. Le rôle de la demoiselle d’honneur est d’accompagner la mariée dans les préparatifs. Elle l’aide à choisir sa robe, les fleurs, le traiteur et participe également à la préparation de l’enterrement de vie de jeune fille. Si tu préfères, dis-toi que c’est comme le témoin de la mariée. Si tu as besoin d’aide pour quoi que ce soit, tu peux toujours me demander, cela me fera plaisir de te donner un coup de main.»

La vieille femme termina sa tasse de temps avant de se lever. Elle choisit un album dans sa grande étagère avant de venir s’assoir auprès du rouquin. Elle tourna quelque page avant de s’arrêter sur une photographie de son mariage, où elle posait au bras de son défunt époux. Elle était très jeune, à l’époque. Elle avait une vingtaine d’années. Il y avait d’autres photos sur lesquelles elle apparaissait également aux côtés de sa famille et de ses amis. Will avait du mal à la reconnaitre. Après tout, il n’avait jamais pu la connaitre lorsqu’elle était plus jeune. Elle lui montra quelques photographies de la cérémonie, avant que le rouquin réalise qu’il lui fallait également un photographe. Il désirait avoir un cliché de ce jour mémorable avec tous ses proches à ses côtés.

-« C’est une bonne idée d’engager un photographe. Ça vous fera de magnifiques souvenirs à conserver. Regarde, ici ce sont mes parents. Ils sont décédés alors que les jumeaux venaient tout juste d’emménager ici. Ils n’ont pu que les rencontrer une seule fois. Et là, ce sont les parents de mon époux. On avait fait les choses en grand. Il voulait m’offrir un mariage digne des princesses. C’était une magnifique cérémonie. »

Heureuse, elle continuait de feuilleter son album. C’est à ce moment que William fit une drôle de réflexion à haute voix. Il se disait qu’il pourrait inviter sa mère. S’il le désirait, rien ne l’empêchait. Cependant, la vieille femme avait cru comprendre, il y a longtemps, qu’il n’avait plus de famille et qu’il avait été rejeté de cette dernière pour une raison qu’elle ignorait. Elle ne lui avait jamais posé de question à ce sujet, après tout, cela ne la concernait pas. Cependant, s’il avait été proche de sa mère, auparavant, peut-être qu’il pourrait toujours tenter de l’inviter. Qui sait, peut-être sera-t-elle heureuse de voir la belle vie que son fils se construisait peu à peu.

-« Pourquoi tu ne l’inviterais pas ? Tu peux toujours lui envoyer une invitation ou même aller directement la voir. Ta visite sera peut-être plus apprécier qu’un simple bout de carton. »

Elle referma son album et alla le ranger dans son étagère. Elle revint s’installer aux côtés de William et se servit une autre tasse de thé. Elle en proposa également au rouquin, s’il avait encore soif. En jetant un coup d’œil à l’horloge, elle réalisa qu’il était temps de commencer le repas. Cependant, cela allait attendre. Lorsqu’elle aura bien répondu à toutes les questions du rouquin, elle l’invitera à cuisiner avec elle. Ils pourront ainsi passer un peu plus de temps ensemble, s’il n’était pas occupé ce soir.

-« Tu as d’autres questions à me poser ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Dim 28 Avr 2013 - 23:08

Certaines femmes attendaient le prince charmant. D'autres rêvaient à diverses choses, attendant plutôt que tout soit parfait et qu'on leur offre tout sur un plateau d'argent. Will savait qu'Amy n'était pas du tout comme ça. Il la connaissait mieux que personne et pouvait tout à fait dire ce qu'elle aimait ou non, la façon dont elle voyait les choses... Malgré ça, il doutait terriblement des décisions qu'il prenait à propos du mariage. Maintenant qu'il en avait parlé un peu avec Anieta, il se sentait déjà plus en confiance. Pourquoi l'italienne refuserait-elle ? C'est déjà comme s'ils étaient mariés après tout. Après tout ce qu'ils avaient vécu ensemble, plus rien ne pouvait les séparer. Même les meurtres qu'il avait commis ne les avaient pas séparés. Il fallait dire qu'il avait tué en grande partie pour elle, pour la protéger. Mais jamais elle ne lui avait reproché quoique ce soit. Mais ça, pourrait-il le confier à Anieta ? Sans doute pas. Il ne voulait pas baisser dans l'estime de celle qu'il considérait comme sa grand-mère.

"C'est fou comme t'sais dire c'que j'ai b'soin d'entendre. Merci grand-mère, ça m'rassure vraiment. J'sais bien qu'c'est pas son genre d'chipoter sur les détails ou d'désirer des choses inaccessibles mais j'veux tell'ment bien faire... J'crois qu'j'me met des bâtons dans les roues tout seul !"

C'était bien la première fois qu'il l'appelait ainsi mais il n'y fit pourtant pas attention. Pour lui, c'était devenu naturel de la considérer de la sorte. Elle était bonne conseillère et il était content de voir que cela ne la dérangeait pas de l'aider à résoudre ses conflits intérieurs. Car après tout, il n'y avait réellement aucun problème, il se posait juste trop de questions. Anieta l'interrogea à nouveau et il dut reconnaitre que ses doutes étaient stupides. Pourtant, il ne voulait juger de rien, trouvant cela trop important pour considérer tout comme acquis. Pourtant, chaque question d'Anieta taisait chaque doute qu'il avait, au fur et à mesure.

"Non, elle m'a jamais dit qu'elle voudrait pas. On a t'jours dit qu'on f'rait not' vie ensemble mais... on a jamais abordé l'mariage. On a d'jà tant hésité à s'mettre en couple... Mais on r'grette pas hein ! C'la meilleure chose qui m'soit arrivée ! Alors oui, t'as raison, elle devrait pas r'fuser... Mais j'ai quand même l'trac !! J'veux la surprendre, faire ça bien et j'veux surtout pas voir d'hésitation dans son r'gard, tu comprends ?"

Pour le lieu de la demande, il savait déjà comment procéder. Son idée, il l'avait déjà depuis longtemps, il n'avait pas vraiment eu de mal à la trouver. La bague non plus ne lui avait pas posée de problèmes. Il connaissait Amy sur le bout des doigts et avait conscience de ses préférences. C'était pour cette raison que la bague était simple mais néanmoins élégante sans pour autant être tape à l'oeil. Son idée des tatouages lui était venue de la période où ils vivaient dans la rue, lieu où il était facile de se faire voler tout ce qui avait un tant soit peu de valeur. Des tatouages, ça ne se volait pas et c'était indélébile. De plus, cela rappelait le pouvoir de la jeune femme, c'était juste parfait. Anieta qui n'aimait pourtant pas les tatouages affirmait que l'idée était bien trouvée. Voilà qui rassurait d'autant plus le rouquin sur ses choix. Mais il était loin, très loin d'avoir fini les préparatifs pour le mariage. En fait, il n'avait pensé à rien car il ignorait complètement ce qu'il fallait. Il avait bien une idée mais rien de précis. Il comptait justement sur Anieta pour l'éclairer sur le sujet. Il aurait pu attendre qu'Amy accepte ou non sa demande et ensuite voir ça avec elle mais il préférait prendre les devants pour qu'elle ait le moins de choses à faire. Il n'y avait que sur certaines choses où il voulait impérativement l'avis de l'italienne. Sinon le reste, il en faisait son affaire, aidé de la vielle femme.

Cette dernière lui fit une liste de choses impressionnantes à prévoir et le rouquin devait avouer ne pas avoir pensé à tout, loin de là. Des idées lui venaient assez facilement mais pour certaines choses, il ne voyait vraiment pas. Y avait-il vraiment besoin d'une demoiselle d'honneur ? Le témoin ne pourrait-il pas se charger de ça ? Will avait d'abord songé à prendre Erïka pour officier dans ce rôle mais il avait ensuite laissé tomber. Amy voudrait sans doute prendre sa meilleure amie comme telle et il lui laissait donc la main. De son côté, il pouvait demander à Emma ou bien Eleonnora. A vrai dire, il hésitait encore. Au moins, il avait le choix.


"Ben en fait, j'suis pas baptisé et j'crois pas qu'Amy l'soit. Alors j'pense pas qu'on ait droit à l'église, si ? Moi j'veux l'meilleur endroit mais j'pensais pas qu'on pouvait faire ça ailleurs... On peut vraiment ? Ca compte comme un vrai mariage hein ? J'veux pas un truc bidon ! J'pense qu'on f'ra un truc qui nous r'ssemble... Mais pour ça, j'veux décider avec elle. C'notre mariage pas qu'le mien donc j'veux qu'ça lui plaise au maximum ! On s'marie pas tous les jours ! Mais j'suis pas contre tes conseils ou tes idées ! J'suis pas sûr d'penser à tout, j'y connais que dalle... Mais c't'obligatoire la d'moiselle d'honneur ? Parce que j'pensais que Rika pourrait s'occuper d'tout ça avec Amy en fait... Enfin, ton coup d'main est vraiment pas d'refus. S'tu connais un bon traiteur ou une salle qu'on pourrait louer pour tout ça, j'suis preneur !"


Vint le moment d'admirer l'album photo qui renfermait de vieilles photos, datant du mariage d'Anieta. Will y découvrit un nombre de personnes inconnues, dont le mari de la vieille femme ainsi... qu'elle-même, jeune. C'était fou comme l'on pouvait changer au fil du temps. Mais les photos étaient un bon moyen de conserver de précieux souvenirs, de fixer des moments de vie sur des morceaux de papier, nous permettant ainsi de nous les remémorer plus facilement par la suite. Will désirait absolument des photos de ce moment précis de sa vie et il comptait bien engager un photographe. A moins que l'une des Davidoff se dévoue pour le rôle... Il fallait dire qu'elles étaient plutôt douées pour ça, surtout en ce qui concernait le rouquin.

"En fait, j'pensais confier l'job à Nora ou Rika mais... j'me dis qu'elles prendraient qu'des photos où j'suis pas sous mon meilleur jour. L'genre d'photos d'moi qui peuplent tes albums si tu vois c'que j'veux dire ! Donc va pour un professionnel !" lança t-il en riant avec d'observer les personnes qu'elle lui désignait "C'est chouette qu'il y ait vos familles respectives... J'ai pas les moyens d'faire un mariage d'princesse mais j'ferais tout au mieux pour qu'Amy s'en souvienne longtemps et soit l'plus heureuse possible. Ca c'est sûr !"

En y repensant, Amy ne pouvait inviter sa famille, elle n'en avait plus. Will non plus. Il lui restait bien sa soeur et sa mère mais il se voyait mal les inviter. Après tout, il avait tué leur père et leur mari. Elles l'ignoraient mais il estimait que ce n'était pas bien moralement. Et puis, ce n'était pas comme si elles faisaient encore parties de sa vie. Sa soeur le détestait et sa mère... en fait il n'en savait rien. Il ne l'avait plus vue depuis si longtemps qu'il ignorait même son opinion sur lui-même. Son hésitation se formula à travers une question qu'il exprima à voix haute. C'est lorsqu'Anieta lui retourna la question qu'il réalisa qu'il avait parlé tout haut. Anieta ne se doutait pas un instant des liens qu'il entretenait avec sa famille. Devait-il lui dire ?

"Ben en fait... J'sais pas. J'ai... pas d'très bons rapports avec ma famille. Tu t'rappelles quand t'as découvert qu'j'étais un mutant ? Bah ma famille a pas réagi comme toi. J'les ai plus vus d'puis longtemps et j'ignore comment ça se pass'rait si j'les revoyais. Tu crois qu'il faudrait qu'j'essaie quand même ? J'ai un peu peur d'la réponse..."

Lorsqu'Anieta lui proposa une seconde tasse de thé, Will refusa poliment. Il n'était déjà pas très friand de cette boisson mais s'il en abusait il n'aurait qu'une envie : aller pisser. La vieille femme lui demandait s'il avait encore des questions. Il en avait plein mais était-ce une bonne idée de noyer Anieta sous un océan d'interrogations ? Il avait le temps, Amy n'avait pas encore accepté après tout. Rien ne pressait.

"Ca viendra au fur et à m'sure j'imagine. Puisque j'suis là, j'peux t'aider à quelqu'chose ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Lun 29 Avr 2013 - 3:53

Anieta savait lire dans les gens comme dans un livre ouvert. Elle savait bien quand quelque chose n’allait pas ou tracassait l’un de ses proches. C’est pourquoi elle était toujours là, prête à venir en aide à ceux qui avait besoin d’elle. Cela lui donnait un grand sentiment d’utilité. Son mari était décédé, ses petits-enfants avaient quitté le nid familial afin de vivre leur vie et ne parlons même pas de sa fille. Elle préférait s’empêcher d’y penser. Cependant, dans la solitude, alors qu’elle tentait de combler ce vide laissé par l’absence de sa famille, elle ne pouvait s’empêcher de ressasser de nombreux souvenirs. Elle s’inquiétait pour sa fille, malgré tout ce qu’elle avait pu faire contre elle, contre les jumeaux. La vieille femme était comme ça, toujours à s’inquiéter pour les autres. Combien de fois était-elle entrée dans la chambre d’Erïka au beau milieu de la nuit pour la serrer dans ses bras alors qu’elle l’entendait sangloter doucement dans son sommeil ? À combien de reprise avait-elle fait en sorte de gérer la dose de somnifères que prenait Alexïs, craignant qu’il n’en prenne en trop grande quantité ? Elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle avait perdu son mari, puis sa fille. Elle tenait plus que tout à garder ses petits enfants en vie.

Peu à peu, William était entré dans sa vie. Erïka semblait tenir à lui et l’amenait souvent en visite chez elle. C’est ainsi que la vieille femme pu apprendre à le connaitre. Elle avait fini par s’attacher et comprenait pourquoi sa petite-fille l’appréciait tant. Avec le temps, il était devenu un membre de la famille. Cependant, c’était la première fois qu’il l’appelait grand-mère. Elle ne put s’empêcher de sourire à ces mots. Si elle s’était écoutée, elle aurait quitté son siège afin de le serrer dans ses bras. Elle était touchée par cette simple appellation, même si cela pourrait sembler anodin aux yeux de d’autres.


-« C’est normal d’avoir des doutes, William. C’est normal de vouloir faire en sorte que tout soit parfait. Tout ira bien, ne t’en fais pas. Si elle hésite à répondre à ta demande, sur le coup, ne désespère pas tout de suite. Si elle ne s’y attend pas et qu’elle est surprise, il lui fera peut-être quelques secondes pour réaliser ce que tu viens de lui demander. Mais ne t’inquiète pas avec ça, vois les choses du bon côté. Elle acceptera. »

La vieille femme essayait de rassurer au mieux son petit-fils. Elle voulait qu’il soit heureux et elle était certaine qu’Amy acceptera sa demande en mariage. Ce serait le premier de ses petits-enfants à se marier. Sera-t-il le premier à avoir des enfants ? Eleonnora était à peine plus âgée que lui. Elle avait une vie stable et ne manquait de rien. Elle pouvait se marier dès demain si elle en avait envie. Cependant, elle ne semblait pas avoir d’homme dans sa vie, pour l’instant. Elle ne l’avait toujours pas questionné sur le sujet, mais cela viendra un jour ou l’autre.
Quoi qu’il en soit, la vieille femme comptait aider William au maximum afin que son mariage soit parfaitement réussis. Si elle pouvait faire quoi que ce soit, elle le ferait. Elle savait qui aller voir pour les divers préparatifs. Cependant, les décisions seront prises par les futurs mariés afin que tout soit comme ils l’imaginaient. Déjà, il fallait choisir un lieu. William avait pensé à la mairie alors qu’Anieta avait une vision plutôt traditionnaliste du mariage. Elle pensait qu’ils se marieraient dans une église, comme le faisait bien des couples. Évidemment, certaines personnes préféraient faire quelque chose de plus original. N’étant pas baptisé et doutant qu’Amy le soit, le rouquin ne pensait pas que l’église pourrait être une bonne option.


-« Je crois qu’il est possible d’arranger quelque chose si vous souhaitez vous marier à l’église. Sinon, il y a de nombreuses possibilités. Je peux t’aider à voir toutes les options qui s’offrent à vous, si tu veux. J’ai une amie qui a organisé le mariage de ses cinq enfants, je pourrais lui demander quelques idées de lieux parfaits pour un mariage. Même si ça ne se fait pas à la mairie, ce sera un vrai mariage, ne t’en fais pas. Ce n’est pas obligatoire d’avoir une demoiselle d’honneur, mais cela fait partie de la tradition. Je suis certaine qu’Erïka serait ravie de tenir ce rôle. Elle tient tellement à vous deux ! Vous allez la rendre très heureuse. »

Anieta montra des photos de son mariage à William. Peut-être que cela pourrait lui donner une idée de comment s’était déroulé la cérémonie. Il y avait de nombreuses photos qui présentaient en compagnie de son défunt mari, de leurs familles, de leurs amis. Elle lui montra qui étaient ses parents sur quelques clichés où elle posait avec eux lors de la réception. Le fait de revoir ces photographies lui rappelait de nombreux souvenirs. Elle se sentait toute nostalgique alors qu’elle tournait chacune des pages.
William allait avoir besoin d’un photographe afin d’immortaliser son mariage. Le jeune homme avait pensé demander à ses sœurs, mais avait fini par changer d’avis. Elles avaient le don de prendre des photographies compromettantes de lui et préférait donc éviter. Il décida donc d’engager un photographe. Encore fallait-il en trouver un. Cela n’allait pas être bien difficile. Anieta en connaissait un, qui avait pris des photos professionnelles d’elle et de son mari en compagnie des jumeaux alors qu’ils étaient encore des gamins. Elle avait ainsi de magnifiques clichés dont l’un d’entre eux ornait le mur de son salon.


-« Ne t’en fais pas, William. Nous allons tous t’aider à faire en sorte que ce mariage soit réussi. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais que tu peux me le demander. Nous ne laisserons rien vous empêcher de réaliser ce que vous voulez pour votre mariage. »

Elle reprit la contemplation de son album de mariage. Puis, William fit une réflexion au sujet de sa mère, songeant à l’inviter au mariage. Il ne parlait pas de son père, mais seulement de sa génitrice. La vieille femme ne posa aucune question sur le sujet. Elle comprenait que la vie familiale du rouquin n’avait pas été rose. Elle n’avait pas besoin de détail. Sa propre famille avait éclaté en morceaux il y a longtemps et elle n’aimait pas vraiment en parler. Le fait qu’il soit mutant avait détruit tous les liens qu’il avait avec ses parents. C’était si triste d’être rejeté à cause d’une simple différence. Anieta avait été élevée avec la mentalité qu’il fallait accepter les autres comme ils étaient et, surtout, savoir s’accepter soi-même.

-« La seule façon d’obtenir une réponse est d’essayer. Peut-être que la mentalité de tes parents a évoluée avec le temps. Ça tu ne peux pas le savoir. C’est un risque à prendre. Je souhaite le meilleur pour toi, William. L’important est que tu sois heureux. »

La vieille femme se leva et alla ranger son album. Lorsqu’elle revint s’assoir, elle se resservit un peu de thé qu’elle pris le temps de boire. William, quant à lui, refusa d’être resservi. Anieta lui demanda s’il avait d’autres questions à lui poser, mais le rouquin répondit par la négative. Il les posera en temps et lieu. Pour l’instant, il était temps de préparer le repas. Comme William proposait son aide si elle avait besoin de quoi que ce soit, elle en profita pour lui demander un petit service.

-« J’aurais besoin de toi pour descendre un carton. Pendant le déménagement, il a été ranger sur une étagère, dans le placard. Depuis, je ne suis plus capable de l’atteindre. »

Elle fit signe à William de la suivre et le conduit jusqu’à la chambre d’invité. Lui pointant le carton, dans le placard, elle attendait qu’il le descende pour elle. Elle était un peu trop petite pour le prendre, malheureusement. Une fois que le carton fut sorti de sa cachette, elle lui demanda de le poser sur le lit. Elle ne tarda pas à l’ouvrir, par la suite, cherchant à dénicher quelque chose qui se trouvait à l’intérieur de la boite.

-« Alexïs m’a demandé s’il pouvait ravoir ses vieux gants de boxe. Il en faisait, autrefois, avec Erïka, mais il avait arrêté. Il préférait s’entrainer dans une salle de sport avec les machines et tout ça. Je me demandais où ils étaient… Ah ! Les voilà ! »

Elle avait sortis quelques items sur le lit. Un petit tutu rose ayant visiblement appartenu à une fillette, une vieille peluche représentant un petit chaton, une cravate, faisaient partie du lot. Elle retira la paire de gant de la boite avant d’y ranger les autres items. Elle décida de laisser le carton sur le lit, puis quitta la pièce afin de rejoindre la cuisine.

-« Comptes-tu rester manger ici ce soir ? J’avais pour idée de faire cuir des poitrines de poulet avec des légumes, si tu en as envie. »

Elle déposa les gants de boxe sur la table, puis sortis quelques légumes du réfrigérateur qu’elle déposa sur le comptoir. Anieta adorait cuisiner. Elle préparait toujours de bons petits plats qui étaient prêts dès que son mari rentrait de travailler. Auparavant, elle cuisinait beaucoup avec les jumeaux. Cependant, ceux-ci étaient partis. Peu à peu, la vieille femme perdait la motivation de cuisiner pour elle-même. Lorsqu’elle faisait de la nourriture en grande quantité, afin de passer le temps, elle appelait Alexïs. Ainsi, le jeune homme avait de bons petits plats fait maison qu’il pouvait manger tout en étudiant. Il travaillait très fort afin d’avoir d’excellents résultats et elle souhaitait l’encourager au maximum.

-« C’est si rare que j’ai l’occasion de cuisiner pour quelqu’un d’autre. Depuis que les jumeaux sont partis, ça laisse un grand vide dans l’appartement. C’est encore plus flagrant depuis que j’ai aménagé dans un endroit aussi grand. On m’a suggérer d’adopter un animal de compagnie. Je pensais à un chien. J’ai toujours aimé les chiens. Tu n’y ai pas allergique, j’espère ? Erïka m’a dit que tu ne les aimais pas beaucoup… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Mer 1 Mai 2013 - 10:50

C'était étrange ce sentiment qui faisait que l'on avait l'impression de connaitre quelqu'un depuis bien plus longtemps que ce n'était en réalité le cas. Cela faisait bientôt deux ans que Will connaissait Anieta mais il avait la sensation que c'était beaucoup plus ancien que ça, comme s'il la connaissait depuis toujours. Ils étaient devenus rapidement proches et la vieille femme ne mettait pas de barrière entre eux, facilitant les choses. Il fallait dire que Will s'attachait également rapidement aux gens et Anieta était le genre de personne adorable que l'on ne pouvait qu'aimer. Généralement, c'était lui qui s'occupait des autres et non l'inverse mais cette fois, il avait vraiment besoin d'elle, d'avoir un autre adulte sur qui compter. Et on pouvait dire qu'Anieta faisait très bien son office, sachant rassurer le rouquin comme il le fallait. Elle voyait les choses avec bien plus de recul que lui et le fait de ne pas être impliquée directement permettait de voir les choses sous un autre angle.

"J'pense pas qu'elle s'y attende, hmm... On a jamais évoqué l'sujet, même pour plaisanter. Comme on a t'jours été ensemble, elle se dit p't'être qu'on a pas b'soin d'ça, tu vois ? J'veux dire, on a pas b'soin qu'ce soit officiel entre nous pour rester toute not' vie ensemble mais... mais moi j'veux qu'elle soit ma femme, qu'on soit liés aussi aux yeux des autres et officiell'ment. T'as l'air vraiment sûre qu'elle acceptera, j'espère vraiment qu't'as raison ! Mais même si j'sais qu'au fond, elle a pas vraiment d'raisons d'refuser, j'crois que j'vais stresser jusqu'à c'qu'elle dise oui, haha... Vaut mieux que j'tarde pas à faire ma d'mande !"

Will ne connaissait personne d'autre en dehors d'Anieta qui ait déjà été marié. Ses proches ne l'étaient pas, pas même Emma. Il doutait d'ailleurs qu'elle le soit un jour vu sa façon d'être. Il se voyait donc mal demander conseil à quelqu'un d'autre qu'à Anieta. Tout le monde avait sans doute son avis sur la question mais quoi de mieux que de demander à quelqu'un qui avait une certaine expérience ? Surtout qu'elle avait eu un mariage heureux et qui le serait encore si son mari était encore en vie. Elle n'oublierait donc aucun détail de l'organisation d'un mariage, chose que le rouquin risquait fort de faire sans son aide. Il hallucinait lorsqu'elle lui faisait la liste des choses à faire ou choisir, ne pensant pas qu'il y en aurait tant. Un mariage n'avait pas l'air bien simple à organiser vu comme ça... Mais au moins, il avait bien plus le choix que ce qu'il pensait à l'origine.

"Oh ? Cool ! Alors autant l'faire à un bel endroit ! J'déciderais avec elle, ce s'ra mieux mais... tu crois qu'ce s'rait possible d'faire ça genre sur un toit, bien au d'ssus d'la ville ? On s'y rendait souvent pour r'garder les étoiles le soir. En tout cas, si ça dérange pas ton amie et toi non plus, j'dis pas non contre des conseils ou des idées ! C'toujours mieux d'en avoir plusieurs pour avoir l'meilleur mariage possible ! On s'marie qu'une fois après tout, faut qu'ce soit bien ! Mais Rika peut pas être témoin et d'moiselle d'honneur ? Enfin même ça, elle est pas trop vieille ? J'vois pas qui pourrait t'nir ce rôle sinon... J'connais pas vraiment d'enfants et j'ai assez peu d'contacts."

Will s'imaginait qu'une demoiselle d'honneur était forcément une petite fille ou un enfant. Erïka était déjà bien trop âgée pour ce rôle mais s'il n'avait pas le choix, il le lui demanderait. Après tout, elle semblait toute désignée pour ce rôle et aimerait qu'elle le porte... si elle pouvait en avoir deux. Anieta avait eu un très bon souvenir de son mariage, en montrant des photos à Will et ce dernier souhaitait qu'Amy en garde elle aussi un tel souvenir. Mais il était loin d'être riche et n'était pas certain de pouvoir lui offrir un mariage digne d'une princesse. Après tout, Amy n'avait rien d'une fille qui souhaitait rouler sur l'or et se pavaner dans de magnifiques robes sans rien faire de la journée. Le côté princesse, c'était pas trop ça.... Mais ce n'était pas une raison pour ne pas lui offrir le plus beau mariage possible. Le rouquin avait mis un maximum d'argent de côté pour ce projet mais il n'était pas certain que cela suffise. Anieta le rassurait qu'il pourrait compter sur elles s'il avait besoin. Mais ça, il ne voulait pas.

"C'est gentil mais j'veux pas dépendre d'qui qu'ce soit. Quitte à bosser encore plus, j'aurais tout c'qu'il faut, quelles que soient les dépenses ! T'as une idée du prix environ ?"

Au moins, le nombre d'invités ne posait pas problème, il y en aurait assez peu, les deux ex sans abri ne connaissant pas tant de monde que ça. Mais Will hésitait cependant à inviter ou non sa mère. Il ignorait ce qu'elle pensant de lui depuis tout ce temps, cela faisait tellement longtemps qu'il ne lui avait pas parlé... En ce qui concernait sa soeur et son père, il était plus que fixé, celui-ci n'étant plus là pour en témoigner d'ailleurs... Mais lorsque le rouquin se remémorait le passé, il n'avait pas souvenir que sa mère ait fait quoique ce soit pour l'empêcher d'être enfermé. A moins qu'il n'en ait tout simplement pas été témoin ? Il savait que son père avait tendance à tout décider tout seul. C'était peut-être lui le seul responsable. Mais jamais il n'avait eu la visite de qui que ce soit lorsqu'il était interné. Anieta l'encourageait à essayer d'aller voir sa mère mais elle ignorait tout de cette famille. Peut-être était-il temps d'en parler à quelqu'un. Son opinion changerait-elle sur le rouquin ? Difficile à dire mais il en doutait.

"J'sais qu'elle a pas évolué, leur mentalité... Mais en c'qui concerne ma mère, j'sais pas en fait. J'ai jamais su... Quand mon don s'est révélé, j'étais surpris bien sûr mais assez fier j'dois dire. C'était génial quoi ! Et j'ai eu l'malheur d'en parler à ma soeur... qui en a parlé à mes parents. Ils m'ont dit d'arrêter d'mentir, que j'leur f'sais honte et tout... mais j'mentais pas ! J'pouvais vraiment m'dédoubler ! Sauf que bah... j'arrivais plus à l'refaire, j'savais pas comment ça fonctionnait, j'avais réussi qu'une fois, par hasard. Du coup, ils m'ont jamais cru. J'ai jamais voulu lâcher l'morceau, j'disais vrai après tout. Alors ils ont cru que j'avais pété un plomb, qu'j'étais dingue. M'ont trainé jusqu'à un hôpital spécialisé pour les dingues et ils m'ont laissé là, sans r'grets. C'est la pire année qu'j'ai passé d'ma vie. En y entrant, j'étais pas dingue mais j'ai cru qu'j'allais l'dev'nir. C'était... horrible. Et plus j'disais que j'étais pas fou, que j'disais la vérité, plus on f'saisait faire des trucs atroces. J'ai jamais eu d'visite pendant c'temps là. Alors tu vois, j'doute qu'ma famille s'intéresse encore à moi."

Puisqu'Anieta s'était levée, Will fit de même, demandant si elle avait besoin de quoique ce soit. Il était là alors autant qu'il se rende utile ! La vieille femme lui demanda alors un petit service, ne pouvant atteindre une étagère trop haute pour elle. Qui avait donc eu l'idée de mettre ça hors de sa portée ? A bien y réfléchir, c'était sans doute lui... Il était le seul assez grand pour avoir pu le mettre là haut. Parfois, il oubliait que tout le monde ne faisait pas sa taille... Il fit un sourire désolé à Anieta.

"C'est sans doute moi qui l'ait collé là... Désolé ! J'te l'descend tout d'suite !"

Il lui emboita le pas jusqu'à la chambre puis s'avança pour attraper le carton qu'il déposa ensuite sur le lit non loin. Que cherchait-elle dans ce carton d'ailleurs ? Comme si elle avait lu dans ses pensées, elle expliqua qu'elle cherchait des gants de boxe pour Alexïs. Alexïs avait pratiqué la boxe ? Etrangement, Will avait du mal à l'imaginer frapper quelque chose ou quelqu'un... Anieta eut une courte explication et Will se mit à rire en imaginant la scène.

"Il s'entrainait avec Rika ? Haha, ça m'étonne pas qu'il ait arrêté, elle est horrible entrain'ment, j'sais d'quoi j'parle ! Mais il en fait t'jours alors ? J'l'imagine pas trop avec ça aux mains..."

Retirant des objets du carton, Will pu voir de quoi il s'agissait. Le tutu rose attira son attention, surtout à cause de la couleur. Il était si petit ! On aurait dit qu'il était fait pour une poupée et non pour un enfant... Il devait dater ! Le rouquin trouvait ça adorable, imaginant Erïka petite, portant le vêtement. Dès qu'on parlait d'enfants, son côté papa poule ressortait toujours. On ne pouvait pas dire qu'il n'aimait pas les enfants...

"Han ! C'trop mignon ! Elle d'vait être trop mignonne là d'dans quand elle était p'tite !" s'exclama t-il en prenant le tutu avant de réaliser qu'il se trompait peut-être "Euh... c'était bien à Rika hein... ?"

Il reposa le tutu et aida Anieta à ranger tout ce qu'elle avait sorti. Elle conservait beaucoup de choses appartenant au passé contrairement à Will qui ne conservait presque que des choses appartenant au présent. Mais la vieille femme avait vécu bien plus longtemps que lui, difficile de comparer. Sans doute qu'à cet âge, il ferait la même chose pour conserver de précieux souvenirs. Puisqu'Anieta quitta la pièce, Will la suivit. Elle lui demandait s'il comptait rester manger. Il ne voulait pas s'imposer mais il doutait que la vieille femme attende du monde ce soir. Manger à deux serait donc bien plus convivial.

"Avec plaisir ! J'meurs d'faim en plus. J'peux t'aider ? Attends, j'vais m'occuper des légumes !"

Le rouquin attrapa un long couteau et s'occupa de découper avec dextérité les légumes qu'elle avait sortis. C'était toujours une joie de cuisiner avec Anieta. C'était le genre de choses que Will n'avait jamais fait auparavant, chez lui, et il devait avouer qu'il aimait bien ça. Grâce à elle, il avait appris plein de recettes. Il était loin d'être un chef étoilé mais il se débrouillait.
Alors qu'ils préparaient le repas, Anieta avoua qu'elle se sentait un peu seule, sans les jumeaux. Rien d'étonnant, vivre seul était assez angoissant et ennuyeux, Will en savait quelque chose. Rien ne valait une bonne compagnie ! Mais pour y remédier, la vieille femme comptait acquérir un chien. Cependant, elle demandait son avis au rouquin qui s'était arrêté de couper pour la regarder. Elle était sérieuse là ? Un chien ?


"Ben... non, non, j'suis pas allergique... Mais ouais on va dire qu'on s'aime pas trop... J'ai pas peur hein !! Mais... j'ai d'mauvais souv'nirs avec ces bêtes là. Puis c'pas trop encombrant un chien ? Faut l'sortir, s'en occuper... Enfin c'est p't'être justement ça qu'tu r'cherches mais ce s'rait pas mieux un chat ? Bon, c'est plus indépendant j'crois mais c'moins contraignant. Non ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Jeu 2 Mai 2013 - 21:06

Anieta avait toujours été une femme rêveuse qui se voyait passer le reste de ses jours avec l’homme de sa vie, entourée de sa famille et de ses amis. Elle désirait une vie de rêve, mais ses espoirs s’étaient ternis avec le temps, abîmés par la réalité. Après avoir traversé de dures épreuves, elle avait retrouvé une vie stable et heureuse. Bien sûr, la présence de son mari lui manquait énormément, mais elle pouvait toujours se consoler en pensant à ses petits-enfants. Elle était prête à tout pour eux. Elle les adorait. Elle craignait de les perdre de nouveau, mais en les voyant grandir et mûrir mois après mois, elle se rassurait. Ils allaient devenir des adultes d’ici quelques années. Ils étaient des adolescents responsables qui vivaient pleinement leur vie. Alexïs faisait de grandes études, Erïka sortait avec un jeune homme tout à fait charmant et William allait bientôt faire sa grande demande à la femme de sa vie. Elle ne pouvait rêver de mieux pour ses protégés. Ils s’épanouissaient dans leur vie respective, vivant selon leurs propres envies.

William pensait déjà aux détails de son futur mariage. Il fallait trouver un endroit, décidé d’un témoin et d’une demoiselle d’honneur… Il y avait tant de choses auxquelles penser. Anieta, en parfaite grand-mère attentionnée et préoccupée par la vie de ses petits-enfants, souhaitait l’aider au mieux possible afin d’organiser une parfaite cérémonie. Elle voulait que ce soit un bon souvenir pour lui, quelque chose de mémorable qu’il pourra célébrer aux côtés de ses proches. Pour l’instant, elle se contentait de répondre à ses questions sur l’organisation du mariage et tout ce qui était relatif au concept de demoiselle d’honneur.


-« Si tu veux te marier au sommet de l’Empire State Building ou quelque chose du genre, c’est toujours possible avec un peu d’organisation. Peu importe ce que vous déciderez, je vous aiderais à la réaliser. Erïka n’est pas trop jeune pour être demoiselle d’honneur. Il n’y a pas d’âge pour l’être. Ce n’est pas nécessairement pour les enfants ce rôle. Au contraire, la demoiselle d’honneur est habituellement une personne importante aux yeux de la mariée. Une sœur, une meilleure amie… Amy peut choisir la personne qu’elle veut. »

Si William avait besoin d’aide, Anieta était prête à l’aider de toutes les façons possibles. Elle pouvait lui prêter de l’argent s’il en avait besoin. Cependant, le rouquin refusait. Il ne souhaitait pas lui demander une telle chose. Il préférait travailler encore plus, au besoin. Par contre, il se demandait tout de même combien pouvait coûter un mariage. Anieta ne pourrait lui répondre car le coût de la vie avait nettement augmenté comparativement à l’époque où elle avait épousé son mari.

-« Je ne sais pas… tout dépend de ce que tu veux faire. Le coût de la vie n’est plus le même depuis longtemps. Rien qu’une robe de mariée peut coûter plus de cinq cent dollars. Nous verrons les prix en temps et lieu. »

C’était une bonne chose de penser aux préparatifs de la cérémonie. Cependant, il ne fallait pas oublier les invités. Si la famille Davidoff sera présente pour les festivités, il y aura probablement d’autres personnes importantes aux yeux du couple. William se posait certaines questions sur qui inviter. Il songeait à reprendre contact avec sa mère, mais il ne savait pas s’il s’agissait d’une très bonne idée. Anieta ne voyait pas où était le problème avec que le rouquin ne lui explique pourquoi il ne voyait plus sa famille. Elle fut horrifiée d’apprendre qu’il fut envoyé dans un institut psychiatrique dans sa jeunesse, ses parents refusant de croire au fait qu’il avait un don. Comment pouvait-on faire une telle chose à son enfant ? Sans même réfléchir, elle laissa son instinct maternel prendre le dessus et vint doucement serrer le rouquin dans ses bras, comme si elle câlinait un petit enfant triste. Jamais elle n’aurait été capable de faire une telle chose à ses enfants. Elle avait parfois du mal à comprendre ce genre de décision. Maintenant, ce qu’elle pouvait comprendre était la raison pour laquelle William n’entretenait plus aucune relation avec sa famille.

-« Mon pauvre William. Comment a-t-on pu te faire subir ça ? Tu n’es pas dingue, tu ne le seras jamais… Parfois, les parents sont difficiles à comprendre. Il est peut-être mieux de couper certains liens avant que ça nous détruise. Tu es libre de faire ce que tu veux, mais ça m’inquiéterait de savoir que tu revois des personnes qui t’ont fait vivre de telles choses. Je parle en connaissance de cause. Plus jamais je laisserais les jumeaux approcher de leur mère, qu’importe ce qu’elle est devenue. »

Ce n’était plus le moment de parler de mariage. Les autres questions de William viendront en temps et lieu. Puisque le rouquin était là, la vieille femme en profita pour lui demander un coup de main. Une boite avait été rangée sur une étagère trop haute du placard et elle ne pouvait l’attraper. Lors du déménagement, William l’avait probablement rangée là. C’était tout à fait normal, cette boite ne contenait que des souvenirs et c’était bien rare qu’elle décide de l’ouvrir. Cependant, comme elle en avait besoin, elle lui demanda de la sortir de l’armoire et de la poser sur le lit. Elle en extirpa tout une panoplie d’objets ayant appartenus à ses petits-enfants avant de tomber sur la paire de gants de boxe qu’elle cherchait. William ne savait pas qu’Alexïs avait déjà pratiqué ce sport avec sa sœur jumelle.

-« Si tu la trouve terrible en entrainement, je suis certaine que c’était pire auparavant. J’ai fait en sorte qu’elle puisse pratiquer ce sport afin qu’elle défoule ses émotions négatives. Elle gardait tout pour elle et se renfermait de plus en plus. Alexïs a décidé de tenter le coup, lui aussi, mais ce n’était pas fait pour lui. Il préférait les sports d’auto-défense. Les choses ont dû changés, avec le temps. Il dit qu’il a besoin de se remettre en forme. Je suis contente qu’il pense un peu à lui malgré ses études. Le pauvre, il est tellement stressé. »

Le regard de William s’était apparemment posé sur le tutu rose ayant appartenu à Erïka alors qu’elle n’avait que cinq ou six ans. Elle avait pratiqué cette activité durant un été avant de laisser tomber. L’été suivant, elle avait voulu essayer un autre type de sport. Malgré tout, cela ne l’avait pas empêché d’avoir aimé ses cours de ballet. Chaque été, Anieta et son mari avait mis de l’argent de côté afin de payer des cours à leurs petits-enfants. Ils regardaient ensemble la liste d’activités que la ville proposait pour les enfants et les inscrivaient à des cours. C’est ainsi qu’Alexïs fit de l’art pendant et joua également au foot alors qu’Erïka souhaitait essayer la danse ou bien la natation.
William trouvait que ce tutu devait bien aller à Erïka lorsqu’elle était petite. Cependant, un doute semblait l’avoir assaillit et il demanda si c’était bel et bien à Erïka qu’avait appartenu ce vêtement. Cette remarque fit rire Anieta.


-« Oui, c’était à Erïka. Chaque été on inscrivait les enfants à des cours offerts pour les jeunes. Erïka aimait bien faire du ballet, mais l’été suivant, elle voulait faire de la natation, tout comme son frère. Ils adoraient suivre ces cours, ils apprenaient tout à tas de choses. Ils étaient très curieux et voulaient tout faire lorsqu’ils étaient enfants. »

Après avoir rangé le contenu de la boite, la vieille femme se dirigea à la cuisine. Elle posa les gants de boxe sur la table et alla fouiller le réfrigérateur à la recherche de la viande et des légumes pour le repas. Elle allait en faire beaucoup, mais elle comptait donner une partie du repas à Alexïs, lorsqu’elle le verra le lendemain. Afin de l’aider, William coupait les légumes. Elle pourra les ajouter à la viande, qu’elle avait coupée en petits cubes, qu’elle faisait cuir dans une grande poêle. Alors qu’elle venait de mettre toute la nourriture qu’avait découpée William dans sa poêle, elle lui fit part d’une idée lui trottant dans la tête depuis bien longtemps. Elle avait envie d’avoir un chien. Elle avait besoin d’un animal énergique et affectueux qui saura combler cette solitude quotidienne. C’était l’animal parfait pour elle. Encore en forme, elle devait en profiter pendant qu’il en était temps. Cependant, elle préférait demander à William s’il y était allergique. Elle ne voulait pas qu’il cesse ses visites à cause d’un gentil toutou qu’il ne pouvait approcher sans être malade. Il proposait plutôt qu’elle acquière un chat, ça demandait moins d’attention et c’était bien plus indépendant.

-« En fait, je préfère avoir un chien pour m’accompagner faire des promenades dans le quartier, question de rester en forme. À mon âge, ce n’est pas tout le monde qui peut se compter chanceux d’être encore en pleine possession de ses moyens. J’avais pensé à adopter un petit bichon maltais. Ces petits chiens là sont tellement adorables. Si tu en as peur, tu peux me le dire. Je ne veux pas que tu t’empêches de me visiter sous prétexte qu’il y a un chien à la maison. De toute façon, rien n’est décidé, pour l’instant. »

Une fois le repas prêt, elle servit une assiette pour William avant de se servir la sienne. Elle plaça les ustensiles et les assiettes sur des napperons avant de s’installer à la table et de commencer le repas. Une fois leurs assiettes terminées, elle débarrassa le tout et rangea ce qui restait dans la poêle dans un plat en plastique qu’elle rangea dans le réfrigérateur. Ainsi, elle pourra le remettre à Alexïs, demain. Pour l’instant, elle allait profiter du temps qu’elle passait avec William.

-« Si tu veux, je peux te reconduire à l’institut, ça t’évitera de marcher aussi longtemps, surtout qu’il fait froid ce soir. Mais avant, je dois te montrer quelque chose. »

Elle se rendit au salon et observa ses albums photos avant d’en choisir un. Elle tourna les pages jusqu’à tomber sur une photo d’Erïka prise alors qu’elle était dans son cours de ballet. Il y en avait une autre sur laquelle elle apparaissait, prenant la pose devant l’appareil photo alors qu’elle était toujours vêtue de son tutu rose. Elle était absolument adorable et William ne pouvait pas passer à côté d’une telle photographie après avoir vu le tutu. Osera-t-il dire à Erïka ce qu’il savait sur elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Jeu 2 Mai 2013 - 22:16

Lorsqu'il vivait encore dans la rue, Will s'imaginait déjà passer ses jours aux côtés d'Amy. Après tout, ils n'avaient aucun projet de vie particulier l'un l'autre, vivant au jour le jour au rythme de la rue. Rien ne pouvait les séparer et même si des opportunités pouvaient s'offrir à eux, jamais ils n'auraient laissé l'autre derrière. Pour le rouquin, c'était déjà sûr depuis longtemps, il comptait passer sa vie avec l'italienne, qu'ils soient un couple ou non. Mais il savait aussi qu'elle aurait peut-être des projets de vie. Qui souhaiterait passer toute une vie dans la rue à se contenter de rien juste pour rester en compagnie de son meilleur ami ? Pourtant, elle n'avait jamais rien fait sans lui et il s'était même imaginé parfois ce que cela donnerait s'ils se mariaient. Il s'était bien gardé de lui en parler cependant, ne désirant pas dévoiler ses sentiments à la jeune femme. Si elle le quittait du jour au lendemain, il ne voulait pas qu'elle regrette quoique ce soit. De son point de vue, l'amour qu'il éprouvait pour elle ne ferait que mettre des bâtons dans les roues d'Amy.

Mais leur histoire avait évolué et à présent, ils étaient un véritable couple. Ils étaient peut-être sortis de la rue mais ils ne s'étaient pas quittés pour autant. Leur vie, c'était ensemble et Will voulait même plus que ça. Pourquoi se contenter d'être un couple lorsque l'on pouvait être mari et femme, avoir son propre foyer, des projets et qui sait, des enfants ? Mais l'heure n'était pas à la spéculation. La première étape à ces projets de vie était le mariage et le rouquin était bien content de pouvoir compter sur Anieta. Elle savait de quoi elle parlait et était de bon conseil. Il ne pouvait rêver meilleure conseillère. Elle lui assurait que rien ne pouvait déranger ses projets, même en ce qui concernait la demoiselle d'honneur. Décidément, Will n'y connaissait vraiment rien en mariage.


"Hé ben heureus'ment que j'te demande ! J'étais loin du compte. J'suis content qu'tu sois là, comme ça j'pourrais vraiment lui offrir un beau mariage digne d'elle ! Tout seul, j'crois que ça aurait donné rien d'bien... Et c'est Amy qui décidera, c'est sa d'moiselle d'honneur après tout. Mais j'imagine qu'elle choisira Erïka. C'est de loin la mieux placée ! Moi tout c'qui m'importe, c'est que vous soyez tous présents ! J'ai pas droit à mon boy d'honneur moi ?" demanda t-il en plaisantant

L'organisation, c'était une chose mais les dépenses liées au projet, c'en était une autre. Will était loin de nager dans les billets et même si il avait un travail et qu'il n'avait que peu de dépense, il partait de zéro. Pas d'héritage ou d'aide des parents, il se suffisait à lui même. En tout cas pour l'instant. Mais le coût d'un mariage était astronomique et il espérait qu'il ait assez d'argent de côté. Il ne voulait pas d'un mariage bon marché où tout serait bon à jeter. Il voulait un vrai mariage, un beau, un dont Amy et lui se souviendraient toute leur vie. Peu importait si la robe de mariée coûtait si cher, il ne voulait pas que sa petite amie se prive sous prétexte que c'était cher. Mais jamais il ne voudrait être aidé financièrement, trouvant déjà qu'il abusait de ceux qui l'entouraient.


"Oui, on verra ça. J'veux qu'Amy ait un beau mariage, pas un truc bon marché. Elle aura la robe qui lui plaira même si c'est cher ! Si seul'ment j'avais pu continuer mes études, j'serais sans doute mieux payé à l'heure actuelle..."

Et parmi les préparatifs, il y avait la liste des invités. Pour Will, c'était déjà tout fait. L'un comme l'autre, ils n'avaient pas énormément de proches, ce qui facilitait la tâche. Mais le rouquin hésitait malgré tout à inviter sa mère, seul membre de sa famille à ne pas l'avoir traité de monstre. En fait, il ignorait ce qu'elle pouvait ressentir à son propos. Anieta ne comprenait pas son hésitation et il préféra tout lui expliquer pour qu'elle sache ce qui l'empêchait ainsi de se lancer dans une telle aventure. Will n'était pas fier de son passé mais il n'avait fait que le subir. Jamais il n'avait menti, personne n'avait juste voulu le croire. Il ne s'attendait cependant pas à ce que la vieille femme le prenne soudainement dans ses bras. Par réflexe, il referma ses bras autour d'elle, posant sa tête contre son épaule. Il n'était pas du genre à avoir besoin d'être consolé par un gros câlin mais il ne refusait jamais les gestes d'affection. Et là, avec ce qu'elle disait, il sentait que finalement, il en avait peut-être besoin. Où était passée cette tendresse maternelle quand il en avait eu le plus besoin ? Anieta lui confirmait qu'il n'était pas dingue, pourtant il cru le devenir à force de subir tout et n'importe quoi à cet institut. Plusieurs fois, il cru perdre la raison et cela ne s'était pas arrangé avec le temps, surtout depuis qu'il avait du sang sur les mains. Serrant Anieta contre lui, il eut presque envie de se laisser aller mais il n'en fit rien. Elle en savait assez comme ça, il ne fallait pas tout gâcher.

"Parfois, j'crois l'être dingue... quand j'me réveille au milieu d'la nuit parce que j'ai rêvé d'cette époque... J'comprends bien qu'Rika soit sujette à des cauchemars, j'en fais souvent aussi. Tout ça, c'est du passé, j'ai laissé ma famille de côté tout comme elle l'a fait pour moi. Des fois, j'aurais aimé qu'ce soit différent mais c'est comme ça. Et puis ma famille, c'est vous maint'nant. J'ai b'soin d'rien d'autre... Juste vous..."

Puisque Will était là, il souhaitait se rendre utile. Les personnes âgées ne pouvaient pas toujours tout faire, surtout lorsqu'elles étaient seules. Il ne se fit donc pas prier lorsqu'Anieta lui demanda de l'aide pour descendre un carton. A l'intérieur se trouvait un trésor de souvenirs. La vieille femme expliqua qu'elle cherchait des gants de boxe pour Alexïs. A l'époque, il s'entrainait avec sa soeur. Will s'imaginait ce que cela pouvait donner. Pour s'être déjà battu avec elle, il ne doutait pas qu'elle se battait comme une furie. Pauvre Alexïs. Anieta ne tarda pas à le confirmer justement.

"C't'un p'tit animal sauvage Rika, ça m'étonne pas d'elle. J'plains son frère ! Un jour, on s'est affronté amical'ment. Jai cru qu'elle allait mtuer juste parce que j'avais gagné ! J'voyais plutôt Alexïs pratiquer du yoga ou un truc dans l'genre en fait... S'il est stressé, j'lui propos'rais qu'on s'fasse un truc tous les deux. Ca fait longtemps que j'l'ai pas vu !"

Et dans le carton se trouvaient bien d'autres objets dont l'un fit réagir Will. Un joli petit tutu rose. Erïka devait être si mignonne là dedans ! Mais le rouquin se demanda si ce n'était pas plutôt son frère qui le portait... Après tout, la danse n'était pas réservée qu'aux filles et vu le tempérament d'Alexïs, ce ne serait même pas étonnant qu'il l'ait pratiqué. Anieta lui assura cependant qu'il appartenait bien à Erïka. Un mystère de résolu...

"Ils ont eu d'la chance d'pouvoir pratiquer tout ça. Moi j'jouais surtout au basket... Alexïs sait y jouer d'ailleurs ?"


Migrant vers la cuisine, ils commencèrent à préparer le repas. Chacun s'occupait d'une tâche en particulier, facilitant ainsi le travail de l'autre. Pendant que le repas cuisait lentement, Anieta fit part d'une idée à Will. Elle désirait adopter un animal de compagnie. Un chien plus précisément. Le rouquin n'était pas très chaud à cette idée, mal à l'aise avec les canidés. Il tenta donc de l'orienter plutôt vers un chat mais la vieille femme préférait les chiens, surtout vu les projets qu'elle avait. Un chat était trop indépendant et puis, ça ne se promenait pas vraiment. Anieta se demandait s'il avait finalement peur de ces animaux. Will s'en offusqua. Même s'il avait peur, il ne voulait pas l'admettre. N'y connaissant rien en race de chien, il ignorait même ce qu'était un bichon maltais. Mais d'après ce que la vieille femme disait, c'était un petit chien. Ca s'annonçait mal déjà...

"Ah ouais... un chien, c'mieux pour tes projets, 'ffectiv'ment... Puis c'est t'jours plus affectueux qu'un chat en plus. C't'une bonne idée qu't'as là, j'suis sûr qu'plein de chiens s'raient ravis d'être en ta compagnie. Mais... moi j'suis pas très à l'aise avec eux. J'ai pas peur ! Mais j'ai pas confiance... Ca mord ces machins là ! Puis c'est quoi un bichon maltais ? C'est curieux comme nom... Et t'inquiète pas, c'pas une touffe de poils qui va m'empêcher d'voir ma grand-mère hein !"

Le repas était prêt et Will mangea avec appétit. Maintenant que ses doutes s'étaient envolés, il se sentait déjà nettement mieux, surtout avec le ventre plein. Il aida Anieta à débarrasser et nettoyer avant de regarder l'heure qu'il était. Amy devait être rentrée, il n'allait pas tarder à faire de même. Anieta lui proposa de le ramener et, ne possédant pas de voiture encore, il n'était pas contre cette idée. Ainsi, il passerait davantage de temps avec elle et ne serait pas forcé d'attendre le bus. Il accepta donc la proposition mais était curieux de voir ce qu'elle avait à lui montrer avant qu'ils ne quittent l'appartement. Il s'installa à côté d'elle pour observer l'album et ne manqua pas de remarquer Erïka, petite, vêtue du fameux tutu. Will la pointa aussitôt du doigt.

"Ooooooh ! Elle est trop mignonne ! C't'air sérieux et fier ! On dirait presque une pro dis donc ! C'est mort.. maint'nant j'vais l'imaginer comme ça quand j'la verrais... L'tutu lui va comme un gant !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   Ven 3 Mai 2013 - 5:40

Anieta était toujours contente de conseiller ses petits-enfants. Même si elle était vieille, elle leur était toujours utile. C’était dans le but de profiter de son expérience et de ses judicieux conseils que William était venu la voir, aujourd’hui. Il désirait demander sa petite amie en mariage, mais il était loin de s’y connaitre en la matière. S’il avait déjà une idée de la façon dont il allait faire sa grande demande, il ne savait pas vraiment quoi faire par la suite. Il n’y connaissait rien en organisation de mariage et la vieille femme pourrait l’éclairer sur le sujet. Il était loin de se douter qu’il y avait tant de préparatif. Déjà, il venait de comprendre le rôle de la demoiselle d’honneur. Il pensait que c’était pour les enfants et qu’Erïka était bien trop vieille pour cela. Au contraire, l’âge importait peu. Il demanda à la blague s’il pourrait avoir un garçon d’honneur.

-« Bien sûr que si. On appelle ça un témoin. »

La vieille femme lui donna quelques conseils supplémentaires et lui affirma qu’elle tenterait de l’aider le plus possible dans toute cette organisation. Elle conseilla également William sur son idée d’inviter sa mère à la cérémonie. Pourquoi pas ? La vieille femme n’avait jamais su pourquoi le jeune homme s’était retrouvé à la rue. Après tout, il y avait tant de raisons possibles. Cependant, elle était loin de se douter de la vérité. Comment avait-on osé enfermer le pauvre jeune homme dans un hôpital psychiatrique ? Son instinct maternel prenant le dessus sur elle, Anieta serra doucement William dans ses bras. Elle ne comprenait pas pourquoi des parents osaient ainsi faire du mal à leur progéniture. Ce genre d’histoire arrivait bien plus souvent que l’on pouvait le croire, c’était tout simplement inacceptable.
Maintenant, tout cela était derrière lui. Il ne pensait plus à sa famille, comme cette dernière devait avoir oublié son existence. Il avait la chance d’avoir une toute autre famille qui l’acceptait comme il était même s’il n’était pas de leur sang. Il n’avait besoin de personne d’autre.


-« Nous allons prendre soin de toi, tout comme tu prends soin de nous, William. Tu es mon petit-fils au même titre que les jumeaux. »

Il était si gentil, si serviable. D’ailleurs, il ne refusa pas d’aider la vieille femme à attraper une boite, sur une étagère, afin qu’elle puisse en tirer la paire de gants de boxe que lui avait demandé Alexïs. D’ailleurs, il y avait un bon moment que le rouquin n’avait pas vu le jeune homme. Il serait peut-être temps de l’appeler afin de faire une activité.

-« Je vais le voir demain. Si tu veux, je lui en toucherais un mot. »

La jeune femme rangea tout ce qu’elle avait sorti de son carton avec l’aide de William. Elle avait gardé de nombreux souvenirs de l’époque où les jumeaux pratiquaient de nombreuses activités physique. Il était hors de question de les laisser devant la télévision tout l’été. C’est pour cela qu’Anieta et son mari faisaient en sorte de les envoyer suivre des cours selon ce qu’ils désiraient faire. Ainsi, ils prenaient du plaisir à apprendre. Il valait mieux éviter de leur imposer des activités qu’ils ne souhaitaient pas faire, cela les démotiverait totalement. Parmi tout ce qu’Alexïs avait pratiqué comme sport, avait-il déjà fait du basketball ? Aussi loin qu’Anieta se souvenait, il n’y jouait que lorsqu’il allait chez un ami, alors qu’il était assez jeune. Elle ne l’avait jamais vu pratiquer ce sport.

-« Il a déjà dû y jouer dans sa jeunesse, chez des amis ou bien à l’école. Il faudrait que tu lui demandes. »

Pour l’instant, il était temps de manger. Anieta se rendit à la cuisine afin de débuter le repas du soir, qu’elle comptait partager avec William. Ce dernier s’occupait de couper les légumes alors qu’elle s’affairait à couper les poitrines de poulet en cubes. Lorsque tout fut prêt, elle n’eut qu’à tout faire cuire dans sa poêle. Pendant ce temps, elle fit part à son petit-fils de son idée d’adoption. Il y avait tant d’animaux sans foyer dans les refuges. Elle aimerait bien accueillir l’un d’entre eux chez elle. Elle opterait pour un chien, mais craignant que William y soit allergique, elle préférait le questionner à ce sujet. Il ne l’était pas, mais il avait peur de ces petites bêtes. Enfin, il prétendait ne pas avoir peur, mais il se trahissait tout seul à force de répéter ces propos.

-« Je te montrerais une photo, la prochaine fois, pour que tu vois à quoi ressemble un bichon. Tu sais, ce ne sont pas tous les chiens qui mordent et qui sont dangereux. Je vais t’aider à surmonter tes craintes, tu vas voir, tu ne pourras pas résister à un gentil et doux toutou. »

Une fois le repas prêt, ils s’installèrent à la table et continuèrent de discuter tout en mangeant. Bien évidemment, lors que le repas fut terminé, William aida sa grand-mère à tout débarrasser. Il était temps pour lui de retrouver l’institut et elle allait l’y reconduire. Avant tout, la vieille femme l’entraina dans le salon afin de lui montrer une photo d’Erïka alors qu’elle était toute jeune. Elle portait le fameux tutu qui se trouvait dans la boite qu’il avait descendu un peu plus tôt. C’était impossible de résister à son charme.

-« Parfois, j’aimerais bien qu’elle retrouve cette âge-là pour entrer de nouveau dedans. C’était la belle époque. Si tu lui parles du tutu, fais attention, elle ne t’avouera jamais qu’elle aimait le ballet. »

Une fois l’album rangé, Anieta ramassa ses affaires et enfila un manteau avant de quitter son appartement en compagnie de William. Ils montèrent dans sa voiture et prirent la route jusqu’à l’institut. Le trajet était long, mais cela leur donnait tous le temps nécessaire pour discuter ensemble de tout et de rien. Une fois arrivés à destination, la vieille femme se gara devant le portail de l’école pour laisser William descendre du véhicule. Cependant, avant qu’il ne le quitte, elle l’embrassa sur la joue et le serra tant bien que mal dans ses bras alors qu’elle était toujours assise sur le siège conducteur.

-« Prend soin de toi, William. Passes me voir quand tu veux, je serais ravie de t’accueillir. »

Lorsque le jeune homme eut franchis le portail, Anieta démarra et reprit la route afin de rentrer chez elle. Ce genre de soirée la rendait heureuse et elle pourra ainsi s’endormir paisiblement en rêvant du futur mariage de son petit-fils. Elle repensera également à son heureux mariage avec son défunt mari. Même s’il lui manquait énormément, elle avait la chance d’avoir des petits enfants merveilleux qu’elle n’allait jamais cesser de chérir. Ils étaient sa famille, quel que soit les liens de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le début d'un grand projet [Anieta/Will]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le début d'un grand projet [Anieta/Will]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le plus grand projet d'énergie solaire en Haïti
» Plus sur le projet d’usine d’assemblage de téléphones
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» projet de diorama
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers :: Appartement d'Anieta McGowen-