X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chasse Nocturne [Chaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Chasse Nocturne [Chaton]   Lun 4 Mar 2013 - 17:17

Il y a parfois des événements qu’il ne fallait pas chercher à comprendre. Si quelqu’un aurait raconté à Erïka qu’un Chaton la sauverait d’une chute en moto, ce matin, elle lui aurait ris au nez. Pourtant, c’était bel et bien la vérité. Comment aurait-elle pu deviner ce qui allait se produire ? En allant faire une course pour Alexïs, la jeune fille s’était attendue à croiser des Morlocks, tout près de l’Allée. Cependant, elle n’aurait jamais pensé passer du temps avec l’un d’entre eux, et qu’il la sauverait d’une mauvaise chute. Elle avait décidé d’emprunter la moto de son petit ami et de la conduire sur les routes hivernales à ses propres risques. Maintenant, elle en payait le prix. Elle était saine et sauve, heureusement, mais pouvait-elle en dire autant de son véhicule ?

Erïka n’était jamais à l’abri des accidents. Elle avait un don particulier pour se mettre dans les ennuis assez facilement, par contre. Ça faisait longtemps qu’elle n’avait plus peur de se faire mal physiquement. Elle chutait, se blessait, ressentait la douleur pendant un moment et tout cela disparaissait bien rapidement, comme un mauvais souvenir. En glissant sur la chaussée recouverte d’une fine couche de glace, sa moto dérapa et elle ne put empêcher la chute qui se préparait. Cependant, il y avait un élément important à considérer à cet instant précis. Chaton. Un fauve imposant, rapide, agile et très pelucheux. Il intervint aussitôt dans l’espoir d’empêcher le pire de se produire. Il attrapa Erïka avant qu’elle n’atteigne l’asphalte mouillée avant de la reposer tout doucement sur ses pieds. L’adolescente avait encore du mal à comprendre ce qui s’était produit. Elle tentait d’analyser la scène et de reconstituer les dernières secondes écoulées. Tout s’était déroulé si rapidement…

Il était inutile de se poser plus de questions que nécessaire. Elle remercia Chaton de l’avoir sauvée à temps avant de s’intéresser à la moto qui, elle, n’avait pas eu cette chance. Il fallait qu’elle arrive à dissimuler les égratignures, à soigner la carrosserie afin qu’elle soit aussi flamboyante qu’au premier jour. En apparence, il ne semblait pas y avoir de bris. Par contre, elle craignait qu’il y ait certains problèmes au niveau de la mécanique. Elle demanda au mutant s’il avait quelques connaissances en la matière, désirait ardemment être rassurée sur l’état du véhicule. Ce dernier lui affirma qu’il avait une moto, autrefois, et s’en occupait… parce qu’il trouvait cela viril. Erïka fronça les sourcils, l’espace d’un instant. Est-ce que Bobby pensait la même chose ? Avait-il un problème avec sa virilité ? Elle n’arrivait pas à le voir avec ce genre de complexe, cela ne lui ressemblait pas. Il ne cherchait pas spécialement à se faire accepter des autres, étant une personne plutôt solitaire de nature. Il devait s’occuper de sa moto parce qu’il aimait cela. Elle n’avait jamais vu aucune autre explication. Il valait mieux qu’elle évite de s’enfoncer dans des réflexions trop poussées à ce sujet. Parfois, il était préférable de ne pas se poser de question au sujet des hommes.

Quoi qu’il en soit, il était temps pour elle de regagner l’institut. La chaussée était toujours aussi glissante et, plus on approchait du manoir, moins les routes étaient éclairées. Elle avait de fortes chances d’avoir un nouvel accident, surtout en moto. C’est pour cette raison qu’elle proposa au mutant de la suivre jusqu’au manoir. En échange, elle l’amènerait dans la forêt, là où il y avait de nombreux animaux. Il pourra chasser à sa guise. Néanmoins, le Chaton se demandait s’il sera possible de s’approcher de l’institut sans trop de problèmes. Il n’avait pas à s’en faire, des gens aussi poilus que lui, il y en avait plusieurs. Le professeur McCoy en était un excellent exemple.


-« Ne t’en fais pas. Tu es avec moi, on te laissera tranquille. Des plus poilus, ils en ont déjà vus. »

Comme elle ne comptait pas s’éterniser sur place, elle décida qu’il était temps de se mettre en route. Elle suivit Chaton jusqu’à la sortie de la ville avant de se mettre à rouler lentement jusqu’à l’institut. Elle supposait qu’il devait déjà connaitre l’endroit par Scum ou d’autres Morlocks. Elle n’avait aucun problème à y mener un mutant de l’extérieur. Et puis, ils ne comptaient pas se balader dans le manoir. Elle désirait simplement laisser le véhicule dans le garage afin qu’il ne lui arrive pas davantage d’égratignures. Elle ne roulait pas trop vite afin d’éviter un nouvel accident. Ainsi, Chaton pouvait également la suivre sans trop de mal.

Lorsque le portail de l’institut fut visible, la jeune fille sourit. Elle stoppa son véhicule juste devant et mis la béquille afin de le stabilisé avant de le quitter, l’espace de quelques secondes. Elle composa un code à quelques chiffres sur un petit clavier numérique afin de pouvoir accéder au manoir. Quelques secondes plus tard, les grandes portes métalliques s’ouvraient devant elle. Chaton préférait rester là à l’attendre afin de ne pas trop se faire remarquer. Il ne pourra jamais faire une pire entrée que celle de Scum alors ça devrait aller. La jeune fille s’installa sur son véhicule et se tourna vers le mutant.

Elle avait cru l'entendre ajouter quelque chose. Avec son ouïe fine, elle n'eut aucun mal à comprendre les paroles qu'il avait prononcé. Il n'avait peut-être pas l'apparence de la majorité des résidents, mais il restait un mutant. En temps que mutant, il était toujours le bienvenu à l'institut. Personne ne jugeait par l'apparence.


-« Ramène-toi Minou. Personne ne va te lancer de roches, ici. Les mutants sont toujours les bienvenus, même les plus étranges. Si tu voyais mon professeur de science... Il est bleu avec de la fourrure, mais il n'en reste pas moins un homme intelligent. De toute façon, tout le monde doit être à l’intérieur à cette heure-ci. On va faire un tour au garage et ensuite on part en chasse. »

Elle était assez directive et caractérielle, parfois. L’adolescente ne bougea pas tant que Chaton ne se décida pas à la suivre. Lorsqu’elle franchit le portail, elle traça le chemin jusqu’au garage où elle put y garer la moto. Elle espérait que Bobby ne la voit pas avant qu’elle ait eu le temps de lui expliquer ce qui s’était passé. Déposant son sac sur le siège du véhicule, elle fouilla à l’intérieur pour en sortir son téléphone, qu’elle mit sur le mode silencieux avant de le glisser dans la poche de son manteau. Elle profita ensuite de l’absence de résidents et de professeurs dans les parages pour sortir également son arme à feu qu’elle dissimula derrière son dos, sous son manteau. Elle ne pensait pas avoir besoin d’autre chose et referma son sac, le laissant sur le banc. Elle quitta le garage en prenant soin de refermer la large porte de métal derrière elle. Elle était prête à partir en chasse.

Elle fit signe à Chaton de la suivre. Elle l’amena à l’extérieur du terrain de l’école, là où personne ne pourrait entendre des coups de feu si elle décidait d’utiliser son arme. Elle était à l’aise dans la forêt, le jour comme la nuit. Elle n’avait pas si peur de ce qui y était tapis. Elle était curieuse de savoir qu’est-ce qui se baladait dans la forêt à cette heure-ci. Lorsqu’elle fut assez éloignée de l’institut à son gout, elle attrapa son arme à feu et la tint à deux mains, faisant bien attention à ne pas retirer la sécurité, pour l’instant, ni à mettre le doigt sur la gâchette. Avec son ouïe super fine, elle pouvait entendre n’importe quel bruit d’animaux, surtout dans une telle ambiance où le silence régnait en maitre.


-« Je ne vois presque rien… Tu chasses comment, toi ? À l’ouïe ? Je crois entendre un truc, là-bas, peut-être un cerf, mais je ne suis pas certaine. »

Elle s’avança dans la direction en question, le plus silencieusement possible, suivant les bruits de pas dans la neige. Elle retira le cran de sureté de son arme, mais ne la leva pas tout de suite. Elle voulait être certaine que l’animal soit à proximité. Dans la pénombre, elle avait du mal à distinguer parfaitement les différents éléments qui l’entourait. Elle ne pouvait se fier qu’à la Lune qui éclairait faiblement la forêt à travers les arbres touffus et imposants.

Lorsqu’elle fut certaine que l’animal était à proximité, elle cessa sa marche. Elle regardait devant elle, cherchant à apercevoir quelque chose. Lorsqu’elle aperçut du mouvement, elle leva très lentement son arme et tira après de longues secondes d’hésitation. Un coup de feu retentit avec force, faisant fuir quelques oiseaux. Elle ne savait pas si l’animal avait également fuit ou si elle l’avait touché. Elle se tourna vers Chaton, baissant immédiatement son arme vers le sol.


-« Tu crois que j’ai touché quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chasse Nocturne [Chaton]   Jeu 7 Mar 2013 - 17:27

Quand on y songeait, ça avait été une journée bien étrange. Richard avait toujours eu des soirées plus remplis que ses matinées ou ses après-midi, où il restait souvent planqué sous terre. Mais en l'occurrence, le phénomène s'était encore accentué. Après s'être, pour le dire clairement, emmerdé profondément jusqu'à ce que la nuit commence à tomber … Eh bien, tout était devenu réellement plus intéressant. Plus inhabituel, aussi. Rencontrer des gamines dans les égouts, ce n'était pas courant, surtout pour les Morlocks. Oh, il y avait déjà eu des histoires étranges sur des enfants perdus dedans en voulant jouer à se faire peur et se promener sous la ville. Mais rarement d'aussi jeunes personnes qui venaient sciemment leur rendre visite. Ces personnes-là, par ailleurs, étaient plutôt précieuses pour les Morlocks, et le Chaton ne l'ignorait pas. C'était pour cette raison qu'il était parti avec une bonne impression sur Erïka dès lors qu'il l'avait aperçue. Après, il s'était forgé une opinion bien à lui … Et il devait s'avouer qu'elle était surprenante. Ne serait-ce que dans la manière de lui parler. A lui ! La grosse bêbête humanoïde de plus de deux-mètres de haut, avec des faux airs de lion assoiffé de sang, et le pelage fourni d'un fauve. Sans parler des crocs. Et de sa superbe corne au beau milieu du front. La seule chose qui ait un tant soit peu de sex-appeal chez lui, par ailleurs, cette corne.

C'était pendant sa course que Richard avait songé à cela. Il n'avait pas réellement besoin de faire de l'exercice, au fond … Mais pouvoir utiliser toute la puissance de ses muscles pour bondir à travers les arbres lui avait tout de même fait un bien fou. En plus, à suivre l'allure d'une moto, il avait tout de même entrevu ses limites, et pu pousser son corps à son maximum : ces derniers temps, les moments où il pouvait se permettre cela n'étaient pas légions, et il ne pouvait que d'autant plus les savourer. Cela lui faisait un bien fou, et se sentir bien humain, que de constater ses propres barrières physiques. Même si, en y regardant de plus près, ce n'étaient plus celles d'un humain ordinaires, c'était le moins qu'on puisse dire. Enfin, il n'allait pas se plaindre de ressentir du bien-être, tout de même.

Ce qui était un motif d'inquiétude, en revanche, c'était la perspective de passer au-delà de la grille de l'Institut Xavier pour raccompagner Erïka. Oh, bien entendu, il avait entendu parler de ce lieu, et savait que c'était une école pour les jeunes mutants. Comme disait la jeune fille, ses pensionnaires devaient en avoir vu bien d'autres que lui, peut-être même des mutants avec des apparences encore moins avantageuses. S'il n'avait pas choisi les Morlocks, peut-être aurait-il pu choisir l'Institut, lui-même, d'ailleurs ? Richard D. Stine … Qu'aurait-il pu enseigner aux jeunes élèves, de toute manière ? L'Histoire peut-être ? Il n'avait presque pas de doute quant au fait qu'ils avaient déjà un professeur pour ça. Et quand bien même, il n'était pas sûr de pouvoir se contrôler et ne désirait pas qu'un accident lui arrive au sein de l'Institut. Pour finir ce petit raisonnement, il aimait beaucoup sa vie chez les Morlocks, et n'avait pas envie d'en changer. Pas pour le moment, en tous les cas. Enfin c'était tout de même rassurant de se dire qu'un tel endroit existait, même si ça ne lui donnait pas plus envie d'y mettre les pieds.
Oh, normalement, il ne se passerait rien de fâcheux avec Erïka, la jeune fille avait montré ses bons côtés en même temps que ces mauvais, et il l'appréciait. Mais s'il rencontrait d'autres jeunes gens et qu'il se passait quelque chose qui le mettrait en colère ? Qu'on voit sa fourrure n'était qu'une excuse pour ne pas se rendre là-haut. Ce qu'il craignait plus que tout, c'était le monstre féroce qui sommeillait à l'intérieur de lui-même. La malédiction de Chaka Zulu n'était pas qu'une apparence physique, loin de là …

D'un autre côté, il appréciait réellement la jeune fille, et cette partie de chasse promettait d'être sympathique, pour peu qu'il y aille doucement et qu'ils s'amusent un peu … Du coup, abandonner ça et demeurer prostré sur sa crainte … Cela gênait beaucoup le Chaton. Il ne pouvait pas indéfiniment rester cloîtré sur lui-même, et fuir. Surtout quand il côtoyait des personnes comme Erïka, une mutante qui n'avait même pas eu besoin de réfléchir pour l'accepter, parce qu'elle était accoutumée à des personnes comme lui. Qu'elle ne le craignait pas. S'il se mettait à éviter même les rares et précieuses personnes dont elle faisait partie … Qui n'éviterait-il pas ? Et ce ne serait pas, d'ailleurs, la meilleure manière de laisser son côté humain perdre le bras de fer avec son côté animal ? Non, il ne comptait pas se laisser vaincre et abattre par une perspective qui avait de si faibles chances de se produire.
De toute manière, ils ne croisèrent personne. Richard n'eut qu'à attendre la jeune fille, sage et patient, pendant qu'elle rangeait son engin, et qu'elle allait attraper une arme à feu. Avant de partir, il lui glissa tout de même :


« Tant qu'à faire, si tu ne veux pas me laisser manger tout seul, pense à prendre de quoi allumer un feu si ce n'est pas déjà fait. Je n'y ai pas pensé ... »

Pour la simple et bonne raison qu'habituellement, il mangeait la viande crue. Mais bon, la situation était déjà suffisamment surprenante pour qu'il puisse se permettre d'y ajouter certains détails, n'est-il pas ? Par exemple, d'envisager manger au clair de lune, autour d'un feu de camp. Il ne détestait pas la viande cuite, bien au contraire. Et puisque la jeune fille lui faisait une belle proposition de chasse à deux, autant qu'il pense quand même à un moment plus calme dans la soirée, et plus détendue, comme un bon steak de cerf autour d'un feu de camp.
Pensif, il observa l'arme à feu. Il avait déjà reçu des balles d'armes comme celles-là. Il n'y était pas insensible, et n'avait de toute façon jamais vraiment aimé ces armes. Enfin, il n'y était pas insensible … Disons que ces armes le laissaient songeur plutôt qu'apeuré : contrairement aux humains, il fallait bien plus d'une balle pour l'achever. Sauf éventuellement s'il la prenait en pleine tête. Enfin, de manière générale, il bougeait trop vite pour qu'on le vise très précisément, et les rares fois où on lui avait tiré dessus, c'était au corps. Douloureux, certes. Enfin, la raison pour laquelle il n'aimait pas ces armes c'étaient qu'elle rapprochait, à son sens, l'homme de l'animal sauvage. Elles avaient causées bien plus de morts que son côté bestial, en tous cas. Bien plus. Peut-être même que l'arme d'Erïka aussi ?
Non, elle n'avait pas foncièrement l'air d'une tueuse. En fait, au fond, ce qui le dérangeait le plus dans le fait de voir une arme à feu, c'était peut-être son instinct ? Après tout, les animaux qui en avaient vu une ne les aimaient guère. Peut-être que son côté maudit ne les aimait pas simplement pour cette raison ? Ca ou une autre … Pourtant, il n'avait aucun problème avec le feu.


** Tu penses trop mon bon Richard, beaucoup trop. Tu n'aimes pas les armes à feu, voilà tout, pourquoi chercher plus loin ? Nombreux sont ceux qui ne les aiment pas. Je devrais arrêter de chercher une raison à tous mes traits de caractères, je risque fort de devenir fou à force de le faire. Ou peu sans faut. **

Ce fut la blondinette qui le tira de ses pensées. Elle ne voyait rien, hein ? Et lui demandait s'il chassait à l'ouïe. Non. Ou plutôt, pas vraiment. Pas entièrement.

« La patience. Je chasse à la patience, d'habitude. J'ai des sens supérieurs à l'humain moyens en général, mais pas exceptionnels non plus. En gros, en demeurant immobile et concentré, je peux augmenter ce qu'on appelle le 'périmètre intime', la zone restreinte dans laquelle un être ressent tout ce qui se passe parfaitement. Normalement c'est d'à peu près un mètre au naturel, avec un angle mort. En déployant tous mes sens, je l'augmente considérablement. Et une fois la proie repérée, il suffit de chasser à l'ouïe et à la vue, oui. Je vois un peu mieux que toi dans l'obscurité, par habitude, je suppose. »

Malgré tout, elle lui montra qu'elle n'était pas inoffensive, comme on aurait pu le présumer en l'apercevant. Même si le Chaton avait déjà renoncé à l'idée de la classer dans les filles normales. Celles qu'on pouvait rencontrer tous les jours en se promenant dans New-York. Elle était assez peu courante de caractère, et ses capacités étaient au diapason, comme elle venait de le lui prouver : elle avait de sacrées oreilles ! Meilleures que les siennes en tous cas, puisqu'il n'avait, lui, pas entendu de bruit avant qu'elle ne le lui signale, et qu'il se focalise dans la direction indiquée. Enfin, une fois ceci fait Richard entendit clairement quelque chose, lui aussi. Avec un sourire carnassier, le fauve se tourna vers l'adolescente :

« Je crois qu'on se passera des conseils, hein ? Y'a un truc, ouais. Un gros cerf … Mais je parierais sur quelque chose de plus lourd, personnellement. Mais comme je ne distingue rien d'ici, ce n'est pas un élan. Hum … Plus court sur pattes peut-être ? »

Oh, il avait largement sa petite idée, bien entendu, mais pour le moment, rien de certain aussi préférait-il laisser planer un léger soupçon de mystère. C'était bien plus excitant ainsi. Emboîtant le pas à Erïka, qui semblait prendre l'initiative de ce début de traque, il la suivie silencieusement, en prenant garde de ne pas faire craquer la moindre branche. Ah ça, le déplacement silencieux, même pour un prédateur aussi gros que lui, c'était sa partie ! En plus la forêt était son environnement privilégié depuis quelques temps, il y évoluait bien plus sûrement que dans les rues du centre-ville, pas de doute quant à cela !
Soudainement, la jeune fille tira un coup de feu, qui le surprit un peu, sans doute presque autant que la proie. Elle était trop loin pour viser avec précision malheureusement, et elle avait sans aucun doute manqué sa proie … Quoique ? La truffe au vent, Richard constata qu'il ne sentait pas d'effluves de sang. Par contre, la tension emprisonnait toujours l'air ambiant : la proie était encore là, quelque part. Mais désormais, elle avait dû se tapir et se mettre en attente. Si c'était un sanglier, comme il le pensait, il valait mieux éviter qu'Erïka s'approche de lui : elle n'aurait pas le temps de tirer. Et puis, une fois lancé, même lui et sa force animale auraient du mal à le stopper nettement, à partir du moment où il aurait une cible.
Oh bien sûr, ils pouvaient simplement patienter, mais pourquoi ne pas plutôt concevoir un plan plus amusant ?
En murmurant, le Chaton s'adressa à la jeune fille :


« Tu l'as manqué, mais à cause du coup de feu, il n'ose plus bouger. Je sens encore l'odeur de la peur, il n'a pas tenté de s'échapper, pas encore. Tu ne devrais plus bouger toi non plus. Hum, voyons voir … Tu pourrais tirer un coup de feu dans cette direction ? Je pense que si tu recommences à tirer il fuira cette fois, et je pense qu'il est entre là et là … S'il bouge, ou tressaille, ou quoi que ce soit, je pense que je peux le localiser si je suis concentré, cette fois. S'il fuit, je le rattraperais. Dans les deux cas, on devrait l'avoir, qu'en penses-tu ? »

C'était réellement étrange d'échafauder ce genre de plan avec Erïka. Une chasse peu conventionnelle, à vrai dire. Mais d'un autre côté, c'était comme fournir à un jaguar amazonien une arme à feu en complément ! Déjà que c'était une créature capable de tuer un crocodile, avec une arme à feu, ce n'était plus seulement un apex prédateur. C'était … Pire. Eh bien, c'était aussi l'idée de ce petit duo improvisé, au fond. Richard voyait en tous cas très mal comment une proie ou une autre, une fois dans leurs filets, pourrait s'en échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Chasse Nocturne [Chaton]   Sam 16 Mar 2013 - 5:54

Erïka connaissait bien les différents règlements régissant l’institut Xavier. Il y avait certaines choses qu’elle ne pouvait faire. Elle ne pouvait pas ramener le premier venu au sein du manoir comme si rien n’était. Cependant, le premier venu en question était grand, musclé et très poilu. Il n’avait rien de bien humain et il était facile de déterminer son appartenance à la race mutante. Personne n’allait faire de commentaire sur le Chaton. Bien sûr, certains élèves seront peut-être effrayés ou intimidés, mais ils découvriront bien vite qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Minet ne semblait pas très agressif comme son physique pourrait le laisser croire. Et puis, Erïka sera là pour affirmer qu’il n’était pas très méchant, de ce qu’elle avait pu percevoir de lui depuis les dernières heures.

Ne désirant pas laisser Chaton poireauter seul devant le portail encerclant le terrain de l’institut, elle l’invita à le suivre. Elle n’avait besoin que de quelques minutes afin de garer la moto dans le garage et de prendre quelques affaires dans son sac. À cette heure-ci, le soleil était déjà couché, les résidents ne trainaient plus à l’extérieur. Le garage était également désert. S’ils avaient croisé un X-Men dans le coin, nul doute qu’il aurait désiré discuter avec Chaton afin d’en savoir un peu plus sur lui. Puisqu’il n’y avait personne, Erïka quitta le garage, ses affaires en poche.
Chaton lui précisa que ce serait utile d’avoir quelque chose sous la main afin de faire du feu. Ça, elle n’y avait pas pensé. Elle entra rapidement dans le garage afin de fouiller son sac. Elle en sorti un briquet qu’elle glissa dans l’une des poches de son jean.


-« Bonne idée. Avec de la chance, il n’est pas encore vide. »

Elle s’assura que Chaton était toujours auprès d’elle. Ce serait bête qu’elle l’ait oublié derrière elle sans même le réaliser. Cependant, elle pouvait le situer grâce au son de ses pas. Elle avançait lentement, dans la neige, ne voyant pas très bien devant elle à cause de l’obscurité. Elle pourrait sortir son téléphone cellulaire et se servir de la lumière qu’il émettait pour mieux voir ce qui l’entourait, mais cela ferait probablement fuir les animaux. Et puis, elle n’était pas très à l’aise avec le fait de tirer d’une seule main. Elle ne pouvait viser plus facilement, ni avoir un bon contrôle de son arme, ainsi.
C’était dans ce genre de situation qu’elle regrettait de ne pas être nyctalope. Ce que ce serait utile ! Chaton, lui, avait peut-être la chance de repérer ses proies à distances lors d’une nuit sombre comme celle-ci. Elle lui demanda comment il chassait, question d’avoir une idée de sa façon de faire. Il chassait à la patience ? Question patience, Erïka n’était pas des plus douées. Elle pouvait toujours faire quelques efforts, mais il ne fallait pas s’attendre à de grands résultats. Au moins, Chaton et elle pouvait compter sur leur ouïe respective. Ils n’auront aucun mal à entendre les animaux se déplacer. Ainsi, cela facilitera peut-être les choses. Il voyait un peu mieux qu’elle et savait comment chasser dans une forêt comme celle-ci, ce qui était un atout.

Après avoir entendu un bruit, Erïka cessa de bouger. Était-ce Chaton ? Non, le bruit venait d’une autre direction. Elle tenta de se concentrer, de repérer la source. Elle fit remarquer au mutant qu’elle avait entendu quelque chose et ce dernier se mis également en mode écoute. À deux, ils arriveront à trouver plus rapidement leur cible. Erïka était certaine qu’il s’agissait d’un cerf. Chaton, lui, supposait que c’était quelque chose de plus petit, aux pattes plus courtes. Elle ne voyait pas ce que cela pourrait être. L’animal lui semblait trop gros pour être un renard ou une petite bête de ce genre.


-« Je me passerais bien de la patience. Je n’ai aucune idée de ce que c’est, mais je ne le laisserais pas partir. Tu crois que ça pourrait être un renard ? »

La jeune fille s’approcha davantage de la source de bruit. Elle avait du mal à distinguer ce qui l’entourait dans cette pénombre, mais arrivait à éviter la majorité des arbres. Lorsqu’elle fut certaine d’avoir une chance d’atteindre sa cible, l’adolescente leva son arme et n’hésita pas à appuyer sur la gâchette. Elle ne savait pas si elle avait touché quelque chose. Elle demanda à Chaton. Avait-elle bien visé ? Réponse négative. L’animal s’était caché dès que le coup de feu avait retenti. Cependant, il était toujours possible de l’attraper, selon Chaton. Il lui expliqua son plan ainsi que la façon dont ils allaient procéder pour pousser l’animal à quitter sa cachette.

-« Pas mal comme idée. Dommage que ça nécessite le gaspillage d’une balle. Tu as intérêt à l’attraper cet animal. »

La jeune fille se positionna afin de tirer. Elle prit garde à viser un arbre dans la direction que lui avait indiqué Chaton. Dès que le coup de feu retentit, Erïka entendu la bête se déplacer, visiblement apeurée. Elle baissa son arme et laissa son partenaire de chasse passer à l’attaque. C’était son boulot d’attraper l’animal. L’adolescente restait immobile jusqu’à ce qu’elle soit sûre et certaine que la traque soit terminée. Elle tenta de distinguer quelque chose dans la pénombre. Lorsqu’elle reconnue la grande silhouette de Chaton, elle s’avança lentement en sa direction.

-« Alors, tu l’as eu ? » Fit-elle avant de constater le résultat, visiblement satisfaite.

Il ne restait plus qu’à faire un feu afin de cuir l’animal. L’adolescente savait très bien comment procéder et trouva un endroit adéquat, où elle entassa tout un tas de petites branches. Il lui fallut quelques longues minutes avant d’arriver à allumer un feu digne de ce nom, mais lorsqu’elle réussit, elle prit bien soin de faire en sorte qu’il ne s’éteigne pas rapidement. Il fallait dire que son briquet n'était pas très efficace et ne l'avait pas beaucoup aidé dans cette tâche. Elle devait s'en acheter un nouveau.
Erïka posa ses fesses sur une souche d’arbre, dont elle avait retiré la majorité de la neige qui le recouvrait, afin de rester à proximité du feu. Elle avait de la chance d’avoir un manteau plutôt long, juste assez pour pouvoir s’assoir dessus sans que la neige puisse mouiller son jeans. Attrapant une longue branche qui semblait plutôt solide, l’adolescente s’assura qu’elle pouvait y planter un morceau de viande afin de le faire cuire.


-« Tu me file un morceau où tu comptes garder le repas pour toi ? » Demanda-t-elle sur un léger ton de plaisanterie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse Nocturne [Chaton]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse Nocturne [Chaton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chasse Nocturne
» Chasse nocturne [PV Sugar]
» Chasse nocturne (PV Petit Argent)
» Chasse nocturne ? [PV Safran]
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: L'Extérieur :: Le Bois-