X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Time To Get Drunk [William Cage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 26 Fév 2013 - 21:38

"Right, right, turn off the lights
We're gonna lose our minds tonight
What's the dealio?
I love when it's all too much
5am turn the radio up
Where's the rock 'n roll?"

Le soleil daignait faire acte de présence un peu plus tard à chaque nouvelle journée qui passait. Il était pratiquement dix-sept heures lorsqu’Eleonnora réussis finalement à s’extirper des embouteillages de Manhattan. Elle avait eu l’occasion d’observer la déclinaison du soleil, se dissimulant derrière les immenses immeubles de la ville avant de faire son dernier salut. Il sera de retour demain, comme toujours. La jeune femme pourra en profiter à son réveil, alors qu’un nouveau jour de congé s’annonçait pour elle. Elle n’allait pas se plaindre. Elle avait l’occasion de passer davantage de temps avec Evelynn. Parfois, sa douce lui reprochait de s’absenter un peu trop longtemps pour ses voyages d’affaires. Elle s’ennuyait d’elle et il en était de même pour la russe. Parfois, ses missions ne l’enchantait guère, mais elle devait faire son travail, les choses étaient ainsi faites. Osera-t-elle, un jour, révéler à sa douce qu’elle était son véritable travail ?

Parlant de travail, la jeune femme se gara devant l’immense bâtiment de la Frost Compagny. Elle attendait bien sagement que William ait terminé de travailler avant de l’amener sortir un peu. Elle l’avait appelé, deux jours plus tôt, pour lui annoncer qu’elle passait le prendre après son travail, le vendredi soir, et qu’il n’avait rien à redire. N’ayant pas protesté, le rouquin accepta bien rapidement l’invitation forcée. Satisfaite, Eleonnora avait déjà une bonne idée des endroits où ils pourraient sortir et faire un peu la fête. Avant tout, elle comptait bien s’arrêter dans un restaurant afin de prendre un bon repas.

Toute la journée, Eleonnora n’avait rien fait d’autre que de relaxer. Elle avait pris un bon bain chaud et en avait profité pour terminer un livre qu’elle n’avait jamais eu le temps d’ouvrir depuis des mois. Dans un élan de motivation qui lui arrivait que très peu souvent, la jeune femme se rendait à l’épicerie, après s’être au préalable coiffée et maquillée comme il se doit. Ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, elle faisait les courses au rythme de son Ipod. Il lui fallut une heure avant de quitter ce magasin, son panier rempli de sacs où s’entassaient tout un tas d’aliments, de conserves et de produits en tout genre. Il lui fallut autant de temps pour tout sortir de son automobile, une fois chez elle, et tout monter à l’appartement où elle rangea chaque item au bon endroit. Comment Evelynn arrivait à faire les courses, ainsi, à chaque semaine ? Ce n’était pas pour rien que la russe lui laissait cette tâche. Au moins, on pouvait dire que le réfrigérateur et les placards débordaient de nourriture… et d’alcool. Elle en avait peut-être acheté un peu trop, après tout. Ce n’était pas bien grave, elle trouvera toujours un moyen de vider ses placards.

Comme l’heure tournait et qu’elle devait aller chercher William lorsque ce dernier terminera le boulot, la jeune femme alla se changer et mettre une tenue un peu plus appropriée aux soirées. Elle enfila un jean sombre, moulant parfaitement ses jambes et ses fesses. Puis, elle trouva un chandail qui irait bien avec le tout. Il s’agissait d’un débardeur sobre dont le décolleté mettait sa poitrine en valeur. Il remontait légèrement, dévoilant un peu de peau qu’elle s’empressait de cacher aussitôt. Après avoir chaussé une paire de botte s’arrêtant à ses genoux, la jeune femme se contempla dans son miroir. Elle était magnifique. Puisqu’il lui restait un peu de temps devant elle, elle décida de s’assoir devant sa coiffeuse et d’aplatir sa chevelure dorée. Elle plaça sa frange de façon à ce qu’elle reste bel et bien du côté droit de son visage sans tomber devant son œil. Quelques minutes plus tard, elle quitta l’appartement.

Après avoir affronté les embouteillages, elle se trouvait devant le lieu de travail de Will. Sa voiture attirait autant les regards que toutes les autres bagnoles de luxe qui étaient garées un peu partout. Les gens travaillant ici gagnaient, normalement, beaucoup d’argent. Il n’était pas rare de voir des automobiles de grandes marques parcourir les rues, d’apercevoir des hommes et des femmes vêtues de costumes créés par de grands designers.

Lorsqu’elle vit William arriver à la hauteur de sa voiture, elle déverrouilla les portes du véhicule afin de le laisser entrer à l’intérieur. Elle baissa légèrement le volume de la musique. Ainsi, ils pourront s’entendre parler. La jeune femme accueillit le rouquin avec le sourire. Il lui avait fait bonne impression lors de leur première rencontre et espérait qu’elle ne s’était pas trompée sur lui.


-« Salut ! Je suis contente que tu sois à l’heure, je meurs de faim. Ça te dirait un restaurant asiatique pour débuter la soirée ? J’en connais un à quelques rues d’ici. Leurs sushis sont absolument délicieux, sans parler de la qualité de leurs vins en accompagnement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Jeu 28 Fév 2013 - 13:58

Lorsque Will avait reçu un appel de la part d'Eleonnora, ce dernier avait été surpris. Elle lui avait promis qu'elle le contacterait sous peu mais il était tout de même surpris qu'elle le fasse. Rien ne l'obligeait à tenter de mieux le connaitre même s'ils risquaient de se croiser souvent une fois que cette histoire de famille serait réglée et que la jeune femme ne serait plus une inconnue aux yeux des jumeaux. Mais même si Will considérait ces derniers comme sa propre famille et vice-versa, rien n'obligeait Eleonnora à faire de même. Ils ne se connaissaient pas, n'avaient rien en commun et la jeune femme avait sans doute d'autres chats à fouetter que de passer du temps en compagnie du rouquin. Malgré tout, elle avait pris la peine de le contacter pour qu'ils passent une soirée ensemble. C'était l'occasion ou jamais d'apprendre à mieux la connaitre et Will accepta donc avec joie la proposition.

Le rendez-vous étant deux jours plus tard, il eut le temps de se préparer pour l'occasion et en fit même part à Emma Frost pour la prévenir qu'il n'utiliserait pas ou peu son pouvoir ce jour là. En effet, user de son clone l'épuisait considérablement et il ne voulait pas être sur les rotules à peine la soirée débutée. Il voulait être pleinement disponible pour pouvoir en profiter et qu'Eleonnora ne se retrouve pas avec un type amorphe et qui risquait de s'endormir à n'importe quel moment. Il contrôlait à présent relativement bien son don, pouvant le faire durer une journée entière même si cela vidait ses batteries. Il aurait donc pu utiliser son clone au moins une partie de la journée, mais il ne voulait prendre aucun risque. Pas question de gâcher leur sortie, d'une façon ou d'une autre. Will n'était pas du genre à chercher à se faire aimer mais s'il était épuisé, il ne pourrait pas profiter de la soirée. C'était donc tout autant dans son intérêt de rester éveillé et dispo le plus longtemps possible.

Emma n'avait émis aucun refus, du moment qu'il rattrapait son retard le prochain jour de travail. C'était un challenge mais le rouquin l'avait accepté. Cela lui permettrait ainsi de continuer d'entrainer son pouvoir et de toute façon, il aimait bien les défis. Pas question de décevoir celle qui lui avait tant donné. La journée de travail fut donc plutôt tranquille, pour une fois. Will se moquait bien du temps qu'il passait à travailler du moment qu'il gagnait de l'argent, mais cette fois, il était attentif à l'horaire. Il ne voulait pas faire attendre Eleonnora trop longtemps ou être en retard. Quelques minutes avant l'heure du rendez-vous, il cessa donc de travailler et remit son blouson sur son dos avant de quitter la pièce dans laquelle il bossait. En dehors de son blouson noir, il portait un jean bleu foncé un peu ample et une chemise noire dont les derniers boutons n'étaient pas fermés. Il détestait les fermer. Cela lui donnait un air coincé qu'il ne supportait pas.
Dans le couloir, il retrouva Emma qui allait quitter elle aussi le bâtiment. La plupart du temps, elle le ramenait avec elle à l'Institut Xavier. Mais pas ce soir. Ils profitèrent du trajet jusqu'à la sortie pour discuter un peu et une fois dehors, Will la salua avant de regarder les différentes voitures qui étaient garées devant le bâtiment. Il repéra aussitôt la voiture de celle qui l'attendait, la reconnaissant immédiatement. C'était vraiment un chouette véhicule. Aussitôt, le rouquin se dirigea en trottinant vers la voiture et ouvrit la portière, prenant le temps de saluer Eleonnora avant de se glisser sur le siège.


"Privet Nora! Rad vas videtʹ . Imel khoroshiy denʹ? V lyubom sluchaye, uveren, chto my khorosho provesti vecher ! (Salut Nora ! Content de te voir. Passé une bonne journée ? En tout cas, sûr qu'on va passer une bonne soirée !)" fit-il avec le sourire

Malgré l'accent, il parlait beaucoup plus distinctement en russe. Il s'installa sur le siège et referma la portière pour que la jeune femme puisse démarrer et quitter sa place de stationnement. Elle lui avait proposé un restaurant asiatique et évoquait même des sushis. Lorsqu'il vivait dans la rue, il n'avait jamais eu l'occasion de manger de tels mets. Les seules fois où il avait mangé de la nourriture asiatique, c'était dans les poubelles d'un restaurant chinois. Il avait ainsi goûté quelques nems et nouilles froides et collantes. Pas mauvais mais difficile de juger de la qualité d'un repas lorsqu'on le trouvait dans une poubelle. A cette époque là, la nourriture, quelle qu'elle soit, avec le goût d'ambroisie aux yeux du rouquin. Mais une fois cette période révolue, il avait eu l'occasion de manger des sushis en compagnie d'Erïka. Ils les avaient fait eux-même. Il était à présent curieux d'en goûter d'autres, faits par des mains expertes. Mais au moins, il savait que cela lui plaisait.


"Va pour les sushis ! J'suis pas difficile question bouffe. J'en ai jamais mangé dans un resto en fait... Mais une fois, j'en ai fait avec Erïka. C'était plutôt pas mal ! Comme ça j'pourrais comparer si on a fait ça bien ou si on était loin du compte !"

Puisqu'il évoquait Erïka, il se remémora un détail dont il voulait absolument parler à Eleonnora. Le soir où il l'avait rencontrée, quand il était retourné à l'Institut pour lui donner le paquet que lui avait transmis Anieta, l'adolescente lui avait parlé d'une journée qu'ils allaient passer en compagnie de la vieille femme, son frère et elle. Bien sûr, Will était invité d'office pour cette journée. Mais contrairement aux jumeaux, le rouquin savait ce qui les attendait. C'était une journée fatidique et il espérait que tout se passerait bien. Il avait voulu avertir Eleonnora de la date mais n'en avait pas eu l'occasion le jour même. Comme elle le contacta peu après, il songea à lui en parler face à face. C'était mieux ainsi.

"Oh, d'ailleurs. J't'ai pas dit ! Dans quat' jours, les jumeaux vont rencontrer ton père. Ca va v'nir vite, donc. Ils sauront bientôt qu't'existes ! Rika m'a invité à v'nir sans m'demander mon avis. J'sais pas si c'est une bonne chose que j'sois présent mais bon... au moins j'pourrais essayer d'arranger les choses si ça s'passe mal."

La voiture filait rapidement sur la route, évitant les bouchons grâce au GPS intégré. Voir ainsi les voitures lui rappelait qu'Emma lui avait fait une proposition qu'il n'avait pu refuser (*musique du Parrain*). Il avait récemment changé d'identité grâce à elle et par la même occasion, elle lui avait proposé de passer son permis. Il avait largement l'âge pour ça et ainsi, il ne serait plus l'esclave du bus ou du bon vouloir de la reine blanche pour se rendre à son travail. Will avait donc accepté, trop heureux de tout ce qui lui arrivait dernièrement. Le méritait-il ? Pas vraiment. Mais il ne comptait pas passer à côté d'une telle chance. Décidément, il devait beaucoup à Emma Frost.

"T'as trouvé une aut' caisse qui t'plait alors ? J'vais bientôt passer mon permis moi. J'espère qu'ils donnent des cours d'patience pour pas péter un câble dans les bouchons !" fit-il remarquer en riant

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Jeu 28 Fév 2013 - 20:00

Eleonnora aimait faire la fête. Elle avait toujours été friande des soirées où elle pouvait lâcher son fou et se laisser aller un peu. Lorsqu’elle avait envie de s’amuser, qu’elle soit seule ou accompagnée, elle sortait dans les clubs et ne rentrait qu’aux petites heures du matin. Elle buvait beaucoup, parfois un peu trop, mais elle en assumait les conséquences. Avec les années, elle avait développé une assez bonne résistance à l’alcool. Il lui en fallait beaucoup pour ne plus se souvenir d’une soirée. Depuis qu’elle avait intégré le SHIELD, elle avait cessé de sortir comme avant. Elle devait se montrer bien plus professionnelle. Et puis, partir en mission avec la gueule de bois n’était pas l’idée du siècle. Elle ne buvait pas autant qu’avant et, lorsqu’elle le faisait, c’était avec modération. Puisqu’elle avait encore quelques jours de repos devant elle, elle pouvait bien se permettre de sortir s’amuser avec William.

Garée devant la Frost Compagny, la jeune femme attendait patiemment l’arrivée du rouquin. Elle était un peu en avance sur l’heure, malgré les embouteillages. Elle détestait y rester coincée. Parfois, elle n’avait pas le choix d’emprunter certains chemins et lorsque ces derniers étaient congestionnés, elle n’avait envie que d’une seule chose : envoyer valser les voitures devant elle. Heureusement, elle ne resta pas coincée trop longtemps dans cette mer de carrosserie en tout genre.
Quelques minutes d’attente plus tard, Eleonnora aperçu la chevelure de flamme de celui qu’elle était venue chercher. Elle l’observa, alors qu’il sortait du bâtiment. Il discutait avec une femme qu’elle n’eut aucun mal à reconnaitre : Emma Frost. Alors, il connaissait réellement la dirigeante de cette grande compagnie. Parfois, certaines choses étaient difficiles à croire et il ne suffisait que d’une simple preuve pour faire disparaitre quelques doutes. La jeune femme se demandait toujours dans quel contexte la grande femme d’affaire avait accepté d’aider un petit clochard des rues. Après tout, ils venaient de deux mondes bien différents. Il semblerait bien que derrière son air glacial et sévère elle dissimulait un cœur.

William entra dans la voiture quelques secondes plus tard. Quelle ne fut pas la surprise d’Eleonnora de l’entendre s’adresser à elle en russe. Visiblement, il avait travaillé son accent. Il s’était amélioré depuis leur dernière rencontre. Cela la fit sourire. Il commençait à devenir bien plus compréhensible dans cette langue qu’en anglais. Les cours qu’il recevait portaient leurs fruits.
Puisque le rouquin avait entamé la conversation en russe, elle décida de poursuivre en ce sens et de lui répondre dans sa langue natale. Pour elle, ce n’était pas un réel problème. Elle pourrait passer des heures et des heures à discuter inlassablement de tout et de rien, mais ce n’était sûrement pas le cas de William.


-« J’ai passé une excellente journée, mais la soirée sera bien mieux. Et toi ? Je t’ai vu en compagnie d’Emma Frost. Vous semblez bien vous entendre. »

Elle démarra et se lança sur les routes de New-York. La jeune femme éteignit son GPS. Elle n’en avait pas besoin pour retrouver le restaurant de sushi. Elle adorait s’y rendre en compagnie de sa douce Evelynn. Lorsqu’elle n’avait pas envie de quitter l’appartement, elle se contentait de passer commande et de demander à ce qu’elle soit livrée au plus tôt. Elle était ravie que William accepte de manger japonais, ce soir. Elle n’avait pas envie de manger quoi que ce soit d’autre.
Le rouquin lui raconta qu’il avait déjà fait des sushis en compagnie de sa sœur, Erïka. Il n’en avait jamais mangé dans un restaurant, mais sa première expérience fut délicieuse, selon ses dires. La jeune femme n’avait jamais songé à cuisiner elle-même ce genre de nourriture. C’était long et beaucoup trop laborieux pour elle. Elle n’avait pas le temps. Et puis, pourquoi se risquer à faire un repas qui serait assurément moins bon qu’au restaurant. Elle préférait faire confiance aux cuisiniers asiatiques.


-« Vous êtes doués en cuisine ? » Demanda-t-elle simplement, curieuse d’en savoir davantage sur sa demi-sœur.

Elle n’avait toujours pas rencontré Erïka ni Alexïs. Elle ne pouvait se fier qu’aux paroles de William et d’Anieta sur le sujet. Elle pourra se faire une bonne idée de qui ils sont lorsqu’elle les rencontrera. Elle ne savait pas si elle allait s’entendre avec eux et vice versa. De ce qu’elle avait entendu, elle devrait facilement tisser des liens avec Alexïs qui détestait rarement quelqu’un. Pour ce qui était de sa sœur jumelle, c’était une toute autre histoire. Elle ne savait pas comment les choses tourneront entre elle, mais elle préférait ne pas se faire de scénario tout de suite.

Parlant d’Erïka, William lui révéla que cette dernière l’avait invitée à rencontrer son père. Pourquoi ? Avait-elle besoin de son meilleur ami afin de passer à travers cette rencontre ? Elle ne savait pas ce qui allait se produire, mais elle ne serait pas étonnée que ce soit le drame. Son père avait longtemps renié ses responsabilités de père, se jetant corps et âme dans son travail. Allait-il faire des efforts pour ses enfants ? Une pointe de jalousie traversait Eleonnora à chaque fois qu’elle y pensait. Il ne lui avait jamais accordé plus d’attention qu’il n’en fallait, il avait toujours été sévère et très dur envers elle. Serait-ce de même avec les jumeaux ? Est-ce qu’il sera en mesure de prendre ses véritables responsabilités et prendre soin d’eux alors qu’ils approchaient de l’âge adulte ? Elle demandait à voir.


-« Déjà ? Eh bien, c’est rapide… Tiens-moi au courant, j’aimerais savoir comment ça s’est passé. Attend toi à rencontrer un homme froid et peu sympathique… Il n’a jamais l’air de sourire. C’est le genre d’homme que tu regardes et… tu n’as pas envie de lui désobéir. Disons que mon père et les relations interpersonnelles ça fait deux. Je ne serais pas étonnée de savoir que leur rencontre s’est mal passée, surtout si ma… ma demi-sœur a un sale caractère. »

Demi-sœur. Elle avait du mal à réaliser qu’elle n’était pas enfant unique. Elle avait une sœur, un frère, qu’elle devra accepter dans la famille un jour ou l’autre. Elle ne les connaissait pas, mais savait qu’ils étaient là, quelque part à New-York. Elle pourrait les rencontrer, leur révéler son existence, mais ce n’était pas la meilleure chose à faire pour l’instant. Elle devait, tout d’abord, laisser son père les rencontrer, discuter avec eux, apprendre à les connaitre. Ensuite, si les jumeaux souhaitaient savoir qui elle était, elle serait ravie de les voir en chair et en os.

Lorsqu’elle vit qu’il y avait des embouteillages sur une avenue, la jeune femme activa son GPS et emprunta les petites routes qui la menèrent bien plus rapidement à destination. Son estomac lui fit comprendre son grand bonheur alors qu’elle se garait dans l’espace de stationnement. Elle coupa le moteur avant de se tourner vers William qui lui parlait de la nouvelle voiture qu’elle souhaitait acheter. Il lui apprit également qu’il comptait passer bientôt le permis.


-« Je cherche encore. J’attends l’appel d’un contact pour savoir combien me couterait la Fisker Karma avec toutes les options que je désire. J’en ai pour cent cinquante mille dollars minimum… Au moins, je sais qu’elle sera de qualité. D’ailleurs, je crois que je vais vendre ma voiture actuelle. Si tu veux un bon conseil, achète-toi un GPS. C’est la meilleure invention qui soit pour éviter les bouchons de circulation. Sinon, arme-toi de beaucoup de patience… »

Elle quitta sa voiture. Lorsque William referma sa portière, tout comme elle, elle les verrouilla à distance. Elle se dirigea vers le restaurant et y entra. Elle rencontra l’hôtesse, à l’entrée, et lui demanda une table pour deux. Quelques minutes plus tard, ils étaient confortablement installés auprès d’une fenêtre. Eleonnora avait déposé son manteau sur le dossier de sa chaise et son sac à main à ses pieds. Elle regardait la carte des sushis pendant qu’un serveur, venu leur servir de l’eau, repartie pour aller leur chercher une bouteille de vin, à la demande de la jeune femme.

-« C’est un restaurant où l’on mange à volonté. Tu n’as qu’à écrire la quantité de sushis de chaque sorte que tu veux sur le carton et ils vont te les préparer sur place. » Fit-elle alors qu’elle commençait déjà à noter sa commande. « Je suis une habituée alors je sais déjà ce que je veux, pour ma part. »

Lorsque le vin fut servi, la jeune femme s’empara de sa coupe et gouta la boisson, le sourire aux lèvres. Elle adorait le bon vin, surtout avec un tel repas. L’ambiance dans la pièce était légère, une douce musique émanant des haut-parleurs parvenait à ses oreilles. Lorsqu’ils iront au bar, ce ne sera probablement pas aussi calme. Autant en profiter pour discuter. Après tout, ils se connaissaient à peine et avaient beaucoup de choses à se dire. Il fallait simplement entamer la conversation.

-« Ça fait longtemps que tu connais ma sœur ? » Demanda-t-elle en espérant pouvoir y trouver un bon sujet de discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 1 Mar 2013 - 13:52

Les jours où Will travaillait, il n'était pas rare de le voir rentrer juste pour aller se coucher, épuisé. Il s'entrainait et travaillait pour deux, ce qui forçait son organisme à se donner jusqu'au bout, quitte à tomber dans les pommes de fatigue. Jamais cela ne lui était encore arrivé heureusement, et grâce à l'entrainement constant qu'il pratiquait, il sentait qu'il repoussait chaque jour un peu plus cette limite. Mais même s'il s'en sortait de mieux en mieux, il n'avait pas voulu prendre le risque d'être fatigué ce soir là, même juste un peu. Il voulait être en pleine forme pour pouvoir passer la soirée en compagnie d'Eleonnora. C'était d'ailleurs amusant de voir que sa proposition résonnait plus comme un ordre qu'autre chose. Sans doute n'avait-elle pas l'habitude qu'on lui dise non... Mauvaise habitude d'une personne ayant été élevée parmi des serviteurs ? Possible, Will n'en était pas certain. Mais de toute façon, il s'en fichait. Il avait tenu tête à Erïka, il tiendrait tête à sa demi-soeur s'il le fallait. Mais pour le moment, ce n'était pas la peine puisqu'il adhérait à cette idée e soirée. Voilà qui lui permettrait de décompresser et de faire autre chose que travailler, tout en passant un bon moment avec une personne qu'il avait envie de mieux connaitre. Il en avait eu une bonne impression chez Anieta mais il se trompait peut-être, bien qu'il arrivait assez bien à cerner les gens d'habitude. Et si elle était l'inverse de sa soeur ? Aimable de façade mais détestable en profondeur ? Sans doute pas, sinon jamais elle ne l'aurait invité.

Quittant son travail non sans avoir salué Emma qui partait en même temps que lui, il se dirigea rapidement vers la voiture de la russe qui était garée juste devant. Plus il voyait le véhicule et plus il avait envie de passer son permis. Emma lui avait déjà proposé de le faire et il comptait bien prendre le temps de le passer. Décidément, il lui devait beaucoup. Lorsqu'Eleonnora lui rendit son salut, elle répliqua en russe, tout comme lui. Par chance, il comprenait tout ce qu'elle disait. Mais il était bien incapable de tenir toute une conversation dans cette langue encore. Erïka lui donnait des cours mais pas suffisamment pour qu'il soit bilingue. Un jour, peut-être cela viendrait mais pour le moment, il allait se contenter de l'anglais. Eleonnora avait d'ailleurs fait une remarque sur Emma Frost. Elle était déjà au courant que le rouquin travaillait pour elle vu qu'ils en avaient parlé chez Anieta mais elle devait être surprise qu'il la connaisse si bien.


"T'peux continuer à parler en russe, j'comprends assez bien mais j'suis pas encore assez doué pour faire d'même. Et j'ai passé une bonne journée aussi, pour une fois, j'finis par l'boulot sur les rotules ! Emma est un employeur assez cool et j'la connais assez bien maint'nant ouais. J'ai vraiment eu d'la chance d'croiser sa route. Elle aurait pu faire comme si on existait pas mais non. Elle a pas l'air comme ça, mais c'est vraiment quelqu'un qui prend soin des aut'."

Il faisait attention de ne pas trop en dire sur le sujet. Impossible de révéler qu'Emma les avait recueillit parce qu'ils étaient mutants. C'était la véritable et unique raison mais mieux valait faire passer ça pour de l'altruisme. Parce qu'après tout, Emma l'était. Elle leur avait tellement offert qu'elle méritait bien le titre de Bienfaitrice à leurs yeux. Ca, il pouvait bien en parler. Mais un mot de travers était cependant vite arriver et il ne fallait surtout pas qu'il dévoile qu'elle était une mutante... comme lui. Will faisait à nouveau un minimum confiance aux humains grâce à Anieta mais comment réagirait Eleonnora si elle apprenait ce qu'il était exactement ? Pour le moment, mieux valait le lui cacher. Un jour peut-être, s'ils s'entendaient vraiment bien, il le lui dirait.

Puisque la russe proposait de se rendre à un restaurant de sushis, Will ne manqua pas de faire part de son expérience personnelle sur le sujet. C'est à dire pas grand chose. Mais il avait tout de même déjà préparé des sushis avec Erïka, chez leur grand-mère. C'était un met curieux et plutôt raffiné lorsque l'on comparait ça aux hamburgers. C'était plutôt bon pour du poisson cru ! Jamais le rouquin n'aurait pensé manger ça un jour si sa soeur ne lui avait pas fait goûter. Il fut agréablement surpris qu'Eleonnora lui pose une question à ce sujet. Cela montrait au moins qu'elle s'intéressait à eux ou en tout cas à sa demi-soeur. Lui faire partager quelques anecdotes lui permettrait sans doute de l'aider à mieux la comprendre et ainsi mieux l'aborder la fois où elles se verraient.


"On s'débrouille ! Anieta nous apprend quelques recettes et on fait même des concours des fois. Bon c'pas toujours réussi mais on s'améliore ! Un d'ces quatre, on t'fera un r'pas rien qu'pour toi. Promis, ce s'ra mangeable, t'inquiète pas !"

Et puis qu'ils parlaient de leur soeur commune, Will se souvient d'un détail important dont il voulait faire part à la jeune femme. Il avait appris quelques jours auparavant la date à laquelle les jumeaux allaient rencontrer leur géniteur. Cela promettait d'être une journée riche en émotions mais il était difficile de prévoir le résultat et ce que disait Eleonnora au sujet de son père n'était pas très encourageant. Le rouquin espérait que ce dernier ce soit arrangé et qu'il prenne enfin en main ses responsabilités. C'était pour ça qu'il était là non ? Mais en ce qui concernait Erïka, il n'était sûr de rien. La seule chose dont il était sûr, c'était qu'elle allait réagir avec virulence. En bien ou en mal, difficile de le savoir. Mais il serait forcément témoin de la scène puisque l'adolescente voulait qu'il vienne avec eux... sauf qu'elle ignorait ce qui allait se passer.

"J'imagine que c'est parce que ton père est pas là très longtemps. Du coup Anieta a dû l'pousser à se montrer rapidement avant qu'il n'change d'avis, un truc comme ça. J'te contacterais pour t'raconter l'déroulement, pas d'problèmes. Et à vrai dire, j'me sens de trop dans tout ça mais refuser l'invitation d'Rika, ça aurait été lui mettre la puce à l'oreille... j'suis toujours avec elle en temps normal. Et puis, si ça s'passe mal, j'serais là pour la sout'nir. Elle a un sale caractère ouais, elle risque d'lui faire tous les r'proches d'la Terre... J'espère qu'au moins il est patient ! Si ça s'trouve, il va m'jeter dehors et j'saurais même pas comment ça s'est passé."

Se faire conduire quelque part était plaisant. On avait rien à faire, juste à se laisser porter par le véhicule et à admirer le paysage ou à discuter. Malgré tout, Will avait envie de savoir conduire pour ne plus avoir à compter sur d'autres personnes. Il savait qu'Eleonnora désirait changer de voiture et lui demanda si elle avait trouvé ce qu'elle cherchait. Pour sa part, le rouquin ne se voyait pas conduire ce genre de voiture pour commencer. Il aurait trop peur de l'abimer ou qu'on la lui vole. Quelque chose de moins tape à l'oeil serait plus appréciable. Mais il comprenait que quelqu'un comme Eleonnora apprécie les beaux véhicules. D'ailleurs, s'il ne comptait pas en posséder un lui-même, Will adorait les belles carrosseries. Il connaissait la voiture dont elle parlait et le prix ne l'étonna pas vraiment. Mais pour mettre tout cet argent dans une voiture, il fallait vraiment aimer conduire... ou être très riche. Les deux, sans doute. Au moins, celui qui hériterait de la voiture dans laquelle ils étaient assis actuellement aura la chance d'obtenir un véhicule bien entretenu, presque neuf !

" Une Fisker Karma ! Ca a d'la gueule c'te caisse ! T'as du goût ! Noire aussi ? Dommage qu'ça coûte un bras, j'adore les belles caisses. Tu crois qu'ça m'serait utile un GPS ? J'connais la ville par coeur. Remarque, j'la connais à pieds... en voiture, c't'une autre histoire. Mais j'crois qu'les GPS indiquent les routes en temps réels avec les bouchons et tout, nan ?"

Ils venaient de s'arrêter. Will ne s'attarda pas et sortit du véhicule, refermant soigneusement la portière avant de rejoindre Eleonnora. Le restaurant n'était pas bondé, il était encore tôt. L'ambiance était calme, moins ambiance "cantine scolaire" comme dans certains autres restaurants. Au moins, on pouvait s'entendre parler sans avoir à hurler, c'était appréciable. Le rouquin suivit la russe et retira à son tour son blouson pour le caler sur son dossier avant de s'asseoir. Même ici, après le travail, dans un endroit de loisir, il portait son couteau sur lui. Il ne le quittait jamais, sauf lorsqu'il était dans sa chambre. C'était une habitude qu'il avait prise et elle lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises. S'installant, il attrapa le menu et y jeta un oeil, un peu perdu dans les noms japonais. Eleonnora précisa que c'était un menu à volonté. Pas de chance pour lui, il n'était pas un gros mangeur même s'il comptait bien en profiter pour goûter tout ce qu'il ne connaissait pas encore.

"Ils doivent êt' contents d'avoir une cliente comme toi alors ! Si c'est à volonté, j'vais prendre c'que j'connais pas... Tu m'conseilles un truc ? C'toi l'experte après tout !" demanda t-il sans quitter le menu des yeux avant de finalement les relever vers elle "Et c'est moi qui paye c'te fois !"

Pas une seconde Will ne se disait que les gens pourraient les prendre pour un couple. Si quelqu'un qu'il connaissait le voyait actuellement, il pourrait même penser qu'il trompait sa petite amie. Après tout, qui allait dans ce genre d'endroit, passer la soirée en compagnie d'une jolie fille ? Il fallait l'admettre, Eleonnora était vraiment une belle fille. De quoi en rendre jalouses beaucoup de filles. Mais le rouquin ne pensait pas à mal une seule seconde et n'envisagea même pas cette possibilité. Il était content de voir que la jeune femme s'intéressait à sa famille et désirait en savoir plus sur sa demi-soeur à nouveau. Sans doute pensait-elle qu'elle aurait plus de mal à s'entendre avec elle plutôt qu'avec son frère, raison pour laquelle elle s'interrogeait davantage à son sujet. Mais là encore, ce n'était qu'une supposition. Will n'avait rien à cacher à ce propos... même si certains détails ne devaient être énoncés.

"Ca va faire un an et d'mi. J'l'ai percutée dans la rue, j'regardais pas où j'allais. J'avais passé une super mauvaise nuit et j'étais d'mauvais poil, du coup on s'est un peu engueulés et insultés... puis pour calmer l'jeu, j'lui ai offert un café. Manque de bol, elle préfère l'thé. Enfin, c'est comme ça qu'on s'est rencontrés. Elle s'est vite entendue avec ma p'tite amie mais avec moi c'était tendu. Comme avec tout l'monde en fait. On s'est pas mal disputés mais au fil du temps, on s'est rapprochés. Comme elle était la meilleure amie d'ma copine, j'veillais sur elle, j'voulais pas qu'elle la perde. Puis final'ment, on est d'venus vach'ment proches. Il est rare qu'on soit l'un sans l'aut'. On a vécu pas mal d'péripéties tous les deux, on s'connait par coeur. Pour tout t'dire, j'suis plus proche d'elle à présent qu'de ma propre soeur d'sang." expliqua t-il en se remémorant d'anciens souvenirs "D'ailleurs en parlant d'couple, t'es célibataire toi ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Sam 2 Mar 2013 - 5:04

Parfois, les apparences étaient trompeuses. Eleonnora l’avait constaté à de bien nombreuses reprises dans des contextes bien différents les uns des autres. Elle-même s’affichait en tant que femme riche et superficielle qui n’aimait que le luxe. Pourtant, ce n’était pas le cas. Elle jouait sur les apparences afin de tromper les gens volontairement. Ainsi, personne ne pouvait se douter de qui elle était réellement et de quel genre de vie elle pouvait bien mener. En mission, son physique avantageux pouvait lui être très utile lorsqu’il était question de s’infiltrer dans un quelconque milieu. On la prenait pour la blonde sans cervelle, la femme objet, celle pour qui les hommes se disputaient pour l’avoir dans leur lit. Pourtant…

Elle avait fait l’armée, elle avait fait la guerre et elle était agente gouvernemental. Il y avait de quoi briser l’illusion de la femme qui ne savait rien faire d’autre de sa vie que de parcourir les boutiques. Elle endormait la conscience des gens. Elle passait pour une personne inoffensive. Puis, le moment venu, elle pouvait surprendre tout le monde et agir. C’était assez efficace comme plan, habituellement.
Dans la vie de tous les jours, peu importe ce qu’elles étaient, certaines personnes avaient de bonnes raisons de dissimuler leur cartes. Elles bluffaient à merveille, faisant croire aux autres qu’elles étaient ce qu’elles n’étaient pas en réalité. Emma Frost semblait en être un excellent exemple de ce type de personne. La vision qu’elle avait de cette femme et la description qu’en faisait William étaient bien différentes, il fallait l’avouer.


-« C’est une chance qu’il n’est pas donné à tous, c’est vrai. Elle a l’air de t’apprécier si tu es si près d’elle. Ce n’est pas du tout l’image qu’elle projette, quand on la regarde. On dirait ce genre de femme froide, sévère, qui ne vie pour écraser les autres compagnies et faire de l’argent, qui passe ses samedis soir dans son manoir avec son armée de chats et qui aurait bien besoin d’une vie sexuelle… Tu me prouves que les apparences sont parfois trompeuses et qu’elle n’est pas ce qu’elle semble être. »

Eleonnora réalisait qu’elle semblait être le même type de femme lorsqu’elle était au travail. Elle devait avoir l’air crédible et professionnel. Cependant, avec son physique, certaines personnes avaient tendance à la prendre pour une secrétaire. Quoi qu’il en soit, elle dissimulait celle qu’elle était réellement afin de bien paraitre auprès ses supérieurs et de ses collègues de travail. Et puis, comme son père avait de nombreux contacts au sein du SHIELD, pas de doute que si elle faisait un faux pas il finirait par le savoir.

-« Tu as fait des progrès au niveau de ton accent, non ? Au moins on a mérite de pouvoir te comprendre, maintenant. »

Elle avait encore du mal avec la façon dont William s’exprimait en anglais. Elle le comprenait bien mieux lorsqu’il parlait russe, malgré son accent. Il ne mâchait pas ses mots, au moins. On pouvait dire qu’Erïka faisait du bon travail pour lui apprendre sa langue natale. Si seulement elle pouvait également corriger sa façon de parler anglais… La jeune femme n’arrivait même pas à s’imaginer l’horreur que ce devait être lorsqu’il écrivait. Malgré que, pour travailler dans une si prestigieuse compagnie comme celle d’Emma Frost, il devait savoir écrire, non ?

Comme première destination, Eleonnora proposa d’aller prendre un bon repas dans un restaurant de sushis. Puisque le rouquin était d’accord avec elle, la jeune femme démarra son véhicule et se lança sur les routes. La discussion se poursuivit sur la nourriture japonaise. William expliquait avoir déjà cuisiné des sushis avec sa sœur, mais n’avait jamais goûté ceux préparés par les grands chefs de restauration. Désireuse d’en savoir un maximum sur celle qui était sa demi-sœur, la jeune femme lui posa quelques questions sur elle. Elle lui demanda étaient doués en cuisine. Le rouquin lui expliqua qu’Anieta leur apprenait des recettes qu’ils pouvaient reproduire. Ils semblaient bien s’amuser, on dirait. Il lui proposait même de lui cuisiner un repas, un jour. Elle réfléchit à la proposition. Si le rouquin avait envie qu’ils prennent un bon repas fait maison, un soir, elle n’y voyait pas de problème. Seulement, elle ne savait si elle serait bien acceptée par sa demi-sœur ou même si elles seraient en mesure de s’entendre.


-« Si vous n’empoisonnez pas ma nourriture, ça me va. »

Elle regardait la route, prenant garde aux piétons qui se jetaient parfois au milieu des rues pour traverser. De temps à autre, lorsqu’elle s’adressait à William, elle tournait brièvement la tête en sa direction. La conversation avait dérivé sur la rencontre entre le père des jumeaux et ceux-ci. Dans quelques jours, ils connaitront la vérité sur le géniteur et découvriront le grand héritage qui leur était réservé. Comment cette rencontre se déroulera-t-elle ? Eleonnora n’était pas tout à fait certaine que tout se déroule dans la joie et le bonheur total. Après tout, les deux adolescents avaient été privés de leur géniteur pendant de nombreuses années. Alors que ce dernier connaissait leur existence, il n’avait jamais osé tenter une approche afin de les rencontrer, savoir qui ils étaient réellement. Puisque William sera présent lors de ce moment particulier, il pourra la tenir informée de ce qui s’est passé.

-« Une chance qu’Anieta est là. Elle est terriblement patiente. Elle m’a raconté comment il lui a été difficile de convaincre mon père de prendre ses responsabilités. Tu fais bien d’être là. Comme tu le dis, tu pourras calmer les choses si ça tourne mal. Et puis, ensuite tu pourras tout me raconter. J’aurais bien aimé être là pour voir Erïka engueuler mon père. C’est le genre de chose que j’éviterais de faire à sa place, mais je suppose que rien ne l’arrêtera, non ? Au moins, Anieta sera là aussi pour calmer les choses. Si elle tient autant à toi que ce qu’elle m’a dit, elle ne laissera personne t’évincer de cette petite réunion familiale. »

Elle quitta le boulevard afin de rouler sur de petites rues moins achalandées. Ainsi, la conduite était bien plus simple et agréable. Elle en avait assez de devoir s’arrêter à chaque feu de circulation. Son GPS lui donna un nouvel itinéraire à suivre afin d’éviter la circulation au maximum et arriver rapidement à bon port. Ce petit engin était une petite merveille technologique, tout comme son automobile. Malgré tout, elle songeait à se procurer un nouveau véhicule, mais électrique, cette fois-ci. Elle réfléchissait encore à l’idée, mais elle songeait de plus en plus à faire cet achat qui allait lui couter très cher.
Elle expliqua à William qu’elle songeait à se procurer une Fisker Karma, voiture de luxe qui coutait terriblement cher. Son égo fut flatté lorsqu’il lui dit qu’elle avait bon gout. Elle n’était toujours pas certaine pour la couleur, par contre. Il s’agissait d’un détail qu’elle comptait régler plus tard.


-« Je n’ai pas encore décidé pour la couleur. J’hésite entre une couleur flamboyante et quelque chose de sobre et chic. Ce n’est pas le plus important, de toute façon. Je m’intéresse surtout aux options de la voiture et fait en sorte d’avoir tout ce dont j’ai besoin. Un GPS c’est toujours utile, surtout lorsqu’il s’agit d’éviter les embouteillages et les routes en construction. Connaitre les rues de la ville c’est bien, mais parfois ça peut te jouer des tours. Tu verras bien lorsque tu conduiras. Si jamais tu décides de t’acheter un GPS, évite ceux qui sont pas très cher et de mauvaise qualité. Ils ne sont même pas foutu de te trouver un Starbuck, alors indiquer les embouteillages... Si tu cherches un véhicule de qualité, j'ai quelques contacts dans le domaine. C'est toujours utile. »

Lorsqu’elle eut garé le véhicule, Eleonnora s’en extirpa afin de se diriger vers le restaurant. Elle avait terriblement faim et pressa légèrement le pas afin d’arriver plus rapidement à l’intérieur. Une fois installée à la table, elle demanda à une serveuse de lui amener une bouteille de vin. Pendant ce temps, elle pouvait en profiter pour préparer sa commande. Elle expliqua à William que le restaurant faisait des sushis à volonté et qu’il suffisait d’inscrire sa commande sur une feuille. Lui donnant l’exemple, elle était déjà en train d’inscrire sa commande habituelle. Le rouquin lui demanda conseil sur ce qu’il pourrait commander, cherchant à goûter des sushis qu’il ne connaissait pas encore. Puis, il lui affirma que c’était lui qui payait. Eleonnora sourit. Habituellement, c’était elle qui insistait pour payer. Elle avait tant d’argent à dépenser et ça ne la dérangeait pas de toujours utiliser sa carte de crédit.

-« Je te déconseille les sushis avec caviar. C’est dégoutant ce truc. Par contre, les sumomakis sont géniaux, en particulier le Red-Eye. Les Kamikaze sont délicieux aussi. » Elle lui indiqua une petite image sur le menu. « En général, les ingrédients principaux sont inscrits et tu as les images pour te donner une idée de ce que c’est. »

Lorsque la serveuse apporta la bouteille de vin à leur table, Eleonnora la remercia avant de s’en servir une coupe. Elle en profita pour servir William également. Elle savait quel vin se mariait le mieux avec les sushis. Lorsqu’elle en commandait, elle faisait toujours en sorte d’avoir le meilleur accompagnement possible. Elle refusait qu’Evelynn boive un simple verre de lait avec un mets si délicieux. Et puis, qui combinait du lait avec des sushis ? Il n’y avait que sa douce pour faire une telle chose, ce qui l’amusait à chaque fois.

-« C’est gentil d’offrir le repas. Par contre, je paie le vin. »

Puisqu’ils avaient un peu de temps devant eux avant que la serveuse ne revienne à leur table, Eleonnora questionna le rouquin afin d’obtenir d’autres informations sur sa demi-sœur. Après tout, il était très proche d’elle alors autant en profiter. Elle désirait également savoir depuis quand ils se connaissaient. Cela devait faire des années pour qu’ils se considèrent à présent comme frère et sœur. En fait, cela ne faisait même pas deux ans. Malgré le fait qu’ils avaient du mal à se supporter, au départ, ils avaient fini par super bien s’entendre. Comme quoi le temps arrangeait bien les choses parfois.

-« C’est bien que vous aillez réussis à vous entendre. À ce qu’on m’a dit, elle n’est pas très sociable. Anieta m’a dit qu’elle n’avait pas beaucoup d’amis, ça m’a même étonnée qu’elle ne soit pas célibataire. D’ailleurs, il est punk son copain ? J’ai vu les photographies posées sur les murs du salon. Je me demande comment il arrive à entretenir sa teinture. Le bleu est l’une des pires couleurs à choisir en matière de coloration. Il doit avoir un excellent coiffeur… »

William lui posa une question à laquelle elle devait s’attendre. Elle n’était plus célibataire depuis quelques mois. Cependant, elle hésitait à parler de sa compagne. Elle n’avait pas honte, loin de là. S’il y avait une personne dont elle était fière d’avoir dans sa vie, c’était bien Evelynn. En fait, ce qui lui posait problème était de parler de son homosexualité. Comme William était le meilleur ami d’Erïka et que cette dernière était sa demi-sœur, il y avait des chances pour que son petit secret finisse, même involontairement, par arriver aux oreilles de son père. Elle savait qu’il était plutôt conservateur sur certains points et elle n’avait jamais osé aborder le sujet de son orientation sexuelle avec lui. Elle préférait éviter que quiconque de sa famille soit au courant, bien qu’elle devra révéler la vérité un jour ou l’autre. En d’autres circonstances, Eleonnora aurait été fière de parler d’Evelynn, de dire à quel point elle l’aimait et qu’elle était terriblement heureuse d’être en couple avec elle.

-« Non, je ne suis plus célibataire depuis quelques mois. » Se contenta-t-elle de dire.

Elle fut heureuse que la serveuse vienne prendre leur commande, quelques secondes plus tard. Eleonnora lui remis la feuille sur laquelle était inscrite les sushis qu’elle désirait et elle regarda William faire de même. Elle avait hâte de manger. Pour l’instant, elle se contentait de prendre de petites gorgées de sa coupe de vin.


-« Tu connais beaucoup de bars en ville ? » Demanda-t-elle afin de changer de sujet. « Je connais un bar karaoké très sympathique. Ça te dirait qu’on y fasse un tour après le repas ? Ce n’est pas très loin d’ici. »


Dernière édition par Eleonnora S. Davidoff le Sam 2 Mar 2013 - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Sam 2 Mar 2013 - 15:00

Il était difficile de dire du mal de quelqu'un qui avait fait énormément de choses pour nous. Pourtant, Will restait lucide sur le sujet. Bien qu'il ne remercierait jamais assez Emma pour tout ce qu'elle avait fait pour lui, il conservait néanmoins son avis sur la femme d'affaires. Elle était comme elle était, froide, distante, professionnelle, même avec ses protégés. Le rouquin avait déjà eu l'occasion de parler un peu avec elle, plus personnellement, et elle s'était toujours fermée. Difficile de la cerner. Malgré tout, il savait que c'était sa façon à elle de se protéger et qu'elle avait sans doute des raisons d'agir de la sorte. Quelle que soit sa personnalité, elle avait toujours été là pour eux, pour leur apporter ce dont ils avaient besoin. Bien sûr, il n'était pas rare qu'elle les engueule, surtout Erïka et lui, parce qu'il fallait bien l'avouer, ils excellaient dans l'art de faire n'importe quoi. Dès qu'il s'agissait de s'amuser ils n'étaient jamais les derniers et cela n'était pas toujours compatible avec le reste. Quoiqu'il en soit, Will adorait cette femme bien qu'elle n'était pas du genre démonstrative. Il y avait peu de gens comme elle. Trop peu. Il était content de la connaitre, même si elle ne se dévoilait pas beaucoup.

Les apparences étaient trompeuses, comme le disait si bien Eleonnora. Will pouvait le confirmer avec de nombreux exemples mais malgré tout, l'être humain avait tendance à juger sans savoir et donc à se faire de fausses idées des gens. D'ailleurs, s'il n'avait pas connu Eleonnora et qu'il l'avait simplement vue dans la rue, il aurait sans doute pensé qu'elle était ce genre de filles superficielles pour qui rien d'autre ne comptait que la tenue de leur fond de teint et l'état impeccable de ses dents blanches. Il ne fallait pas se leurrer, elle était un peu comme ça quand même... mais elle était bien plus que ça. Malgré le fait qu'il ne la connaissait que depuis peu, il voyait déjà qu'elle n'était pas comme elle le laissait paraitre. Elle avait de la conversation, était loin d'être stupide, avait des valeurs et un boulot que peu de gens pouvaient faire. Elle méritait bien de paraitre comme elle le souhaitait après tout. De toute façon, depuis qu'il avait atterrit dans la rue, Will ne jugeait plus personne au premier coup d'oeil. D'ailleurs il se moquait un peu de la vie des gens en général. Mais là, il s'agissait d'un membre de sa famille, c'était différent.


"J'pense qu'on s'apprécie mutuell'ment. C'mieux vu qu'on bosse ensemble ! Ma foi j'connais pas sa vie perso mais j'sais qu'elle est assez solitaire. En dehors d'nous, ses élèves, j'la vois pas vraiment fréquenter d'aut' personnes... Mais j'la suis pas à la trace donc bon, elle fait bien c'qu'elle veut. C'est une chic femme, vraiment. Et t'as raison, les apparences sont trompeuses, y a qu'à voir toi. La plupart des gens doivent t'prendre pour une cruche superficielle du moment qu'ils t'parlent pas. J'l'avoue, c'est l'impression qu'j'ai eu aussi quand j't'ai vue. Mais ça s'est envolé dès qu't'as ouvert la bouche. Faut jamais s'fier à c'qu'on voit... La vue, c'pas vraiment l'meilleur des sens sur c'coup là !"

Quitte à blesser les gens, Will disait ce qu'il pensait. Il se doutait qu'Eleonnora ne s'arrêterait pas là-dessus et que, si jamais elle le prenait mal, elle ne manquerait pas de lui rendre la pareille. Après tout, qu'avait-elle bien pu penser de lui lors de leur première rencontre ? Vu son apparence, probablement la même chose que tout le monde... Il fallait dire qu'il ne faisait rien non plus pour essayer de paraitre autre chose. Car après tout, il se moquait complètement de l'avis des autres, surtout à propos de lui-même. Il faisait ce qu'il voulait, n'en déplaise aux autres gens. D'ailleurs, il ne prenait même pas la peine de parler correctement, mâchant la moitié de ses mots, rendant parfois son parler incompréhensible. Quand il s'exprimait en russe, on le comprenait déjà plus facilement, mais encore fallait-il parler cette langue. Heureusement, c'était la langue natale d'Eleonnora qui le complimenta d'ailleurs à propos de son accent.

"Tu trouves ? Cool ! J'tâcherais qu'ce soit encore mieux la prochaine fois. Un d'ces quatre, j'pourrais t'nir une vraie conversation !"

Grâce à son pouvoir, il apprenait deux fois plus vite, ce qui lui facilitait pas mal les choses. Et puis il fallait reconnaitre que ses cours de langues étaient agréables puisqu'il apprenait avec Erïka. Elle était parfois un professeur un peu dur mais elle était juste et grâce à elle, il apprenait vite et bien. Il désirait qu'elle soit fière de lui et faisait de son mieux pour retenir tout ce qu'elle pouvait lui dicter. Bientôt, il serait bilingue... si l'on considérait qu'il savait parler anglais correctement, ce qui n'était pas gagné d'avance.

L'autre domaine dans lequel il avait fait des progrès était sans conteste la cuisine. Si au départ il ne savait faire que quelques plats basiques, à présent, grâce à Anieta, il savait confectionner des plats élaborés. Il était encore loin d'en connaitre beaucoup mais il savait préparer sans faute ceux qu'il avait déjà appris. Il aimait bien cuisiner, surtout lorsque sa soeur se joignait à lui pour l'aider. Il n'était pas rare qu'ils en profitent pour se tartiner l'un l'autre de nourriture mais au moins l'ambiance était toujours bonne et le plat finissait toujours par être préparé, plus ou moins rapidement. Ils avaient même déjà préparé des sushis ensemble. Will n'en avait mangé qu'à cette seule occasion mais au moins il savait de quoi il s'agissait et n'était donc pas contre la proposition d'Eleonnora. De toute façon, il n'aurait pas été contre, pas bien difficile en matière de nourriture. Puisque la russe s'intéressait au sujet, le rouquin lui promit de lui préparer un plat rien que pour elle avec l'aide d'Erïka. Elle accepta bien qu'il n'était pas sûr que sa réplique soit de l'humour.


"Si on t'empoisonne, ce s'ra bien involontaire ! T'inquiètes pas, c'pour te faire plaisir, pas t'dégouter et que t'aies plus jamais envie d'goûter nos plats à nouveau ! Puis on va pas empoisonner un membre d'la famille quand même !"

D'ailleurs, en parlant de nouveau membre, cela rappelait à Will que le père des jumeaux allait bientôt faire son entrée en scène et se présenter à eux. Il savait quel jour cela arriverait mais n'en avait rien dit à sa soeur. Il avait promis de se taire même si c'était difficile pour lui de mentir à Erïka. Le jour J se rapprochait à grand pas et il devait avouer qu'il ressentait une certaine appréhension lorsque le moment viendrait. L'adolescente et son père semblaient avoir un caractère difficile... L'entente serait peut-être compliquée. Néanmoins, le rouquin voulait profiter de sa présence pour essayer d'apaiser les choses s'il le pouvait. Il n'était pas un enfant de la famille mais il ne voulait pas voir cette dernière se déchirer alors qu'elle devrait au contraire se réjouir d'une telle journée. Il voulait avant tout le bien de sa petite soeur mais il savait mieux que personne que celle-ci réagissait parfois très mal. Puisqu'il était impossible d'anticiper les réactions, il préférait se préparer au pire. Eleonnora le rassura un peu sur l'utilité de sa présence et ajouta une remarque à propos d'Anieta qui lui fit chaud au coeur. Il savait qu'il n'avait pas la légitimité pour être là et ouvrir la bouche sur le sujet mais il était heureux de voir qu'il faisait réellement parti de la famille à présent.

"Ouais, c'est grâce à elle si tout ça est possible. C'est dommage qu'tu viennes pas avec nous. Mais j'imagine qu'c'est mieux comme ça. Pas trop d'surprises d'un coup ! Puis comme ça, l'orage a l'temps de passer et ce s'ra d'jà plus agréable pour toi. D'ailleurs, s'tu veux, j'pourrais v'nir aussi l'jour où les jumeaux voudront t'voir ! Enfin si tu veux pas, y a pas d'souci, j'comprendrais, j'veux pas m'incruster."

Will observait les rues qui défilaient. Il se souvenait de chaque coin de rues, chacun lui rappelant un souvenir différent. Cette ville, c'était définitivement chez lui même s'il n'en avait pas que des bons souvenirs. Il connaissait -ou en tout cas il supposait lequel c'était- où Eleonnora comptait l'emmener. Il n'avait cependant jamais pu y mettre les pieds, n'ayant pas d'argent pour se payer le moindre sushi. Mais à présent il avait un salaire et de quoi se faire plaisir un minimum bien qu'il faisait de précieuses économies. Il songeait d'ailleurs à se payer une voiture lorsqu'il aurait passé son permis. Eleonnora comptait elle aussi en acheter une... mais pas dans la même catégorie que lui. Il l'enviait un peu, amateur de belles voitures, mais il ne se voyait pas conduire ça. La russe confiait qu'elle ne s'était pas encore décidée sur la couleur, n'y attachant pas tellement d'importance. Elle le conseilla plutôt sur un GPS, estimant que sa connaissance des rues serait bien insuffisante pour éviter les embouteillages.

"J'trouve que noir ça t'va mieux. Et c'est gentil pour l'véhicule mais j'ai assez peu d'moyens tu sais. J'vais prendre une bagnole d'occaz' pas trop chère, ça ira bien, du moment qu'ça roule ! J'songerais à acheter un GPS mais faudrait d'jà que j'trouve la caisse avant ! Et que j'réussisse mon permis aussi. Ca peut aider ! T'as décidément des contacts partout. C'grâce à la boite familiale hmm ?"

Puisqu'il travaillait pour Emma Frost, il avait connaissance à présent de pas mal d'entreprises différentes. Il les avait toutes appris au cas où cela pourrait lui être utile un jour. Et il avait pu voir dans la liste un certain nom qui ne lui était pas inconnu. Davidoff... C'était bien le nom des jumeaux. Il avait d'abord cru à une coïncidence mais lorsqu'il avait rencontré Eleonnora et qu'il avait pris connaissance de la fortune familiale, il avait réalisé qu'il s'agissait bien de cette entreprise là au final. D'ailleurs, pourquoi la jeune femme n'y travaillait-elle pas ? Elle aurait eu un boulot à portée de main sans trop se fatiguer. Mais peut-être voulait-elle un minimum d'indépendance et que le travail de bureau ne lui plaisait pas trop. Chacun ses choix.

Et justement, il y avait trop de choix sur ce fichu menu ! Will demanda conseil à celle qui l'accompagnait et il nota ses recommandations, évitant ce qu'elle désignait comme dégoûtant. Au fur et à mesure, il notait ce qu'il désirait manger sur la petite feuille, s'inspirant des dessins de la carte pour se décider plus vite et ne pas la faire trop attendre vu qu'elle savait déjà quoi prendre, elle. Il ne se privait pas pour prendre un peu de tout puisqu'il comptait bien payer le repas de toute façon. D'ailleurs il l'annonça à la jeune femme pour qu'elle ne soit pas surprise et ne compte pas payer à sa place. Celle-ci accepta mais désira néanmoins payer le vin. Cela lui semblait un bon compromis car il ne voulait pas se battre avec elle sur qui allait payer l'addition. De toute façon, la soirée n'allait pas s'arrêter à ce simple restaurant, il aurait donc l'occasion de se rattraper.


"Ca m'va. Mais t'hésites pas à prendre c'que tu veux sous prétexte que j'paye hein !"


Eleonnora s'intéressa subitement à sa demi soeur et Will n'était pas contre révéler quelques informations sur le sujet. Après tout, il désirait que les deux soeurs soient capables de s'entendre. Et si la jeune femme pouvait en savoir plus sur l'adolescente, cela les aiderait sans doute à mieux appréhender leur rencontre, à savoir comment elles réagiraient. Il raconta donc dans quelles circonstances ils s'étaient rencontrés et l'évolution de leur relation au fil du temps. C'était un fait, Erïka avait peu d'amis... mais ceux qu'elle avait étaient proches et elle pouvait clairement compter sur eux. Elle avait un sale caractère mais elle s'était adoucie un peu. Elle avait même un copain ! Eleonnora le savait puisqu'elle avait vu les photos et Anieta lui en avait sans doute parlé. Elle fit d'ailleurs référence à Bobby en évoquant le fait qu'il était punk, ce qui laissa Will perplexe. Punk ? Lui ? Certainement pas, ce n'était pas son genre. Elle disait ça juste à cause de la couleur inhabituelle de ses cheveux... Comment lui expliquer que ce n'était pas une coloration ? Que c'était un des effets secondaires de sa mutation, tout comme la froideur de sa peau ? Il ne pouvait pas... Il allait devoir ruser. Ou habillement changer de sujet.

"C'est vrai qu'elle a un foutu caractère mais c't'une fille adorable quand on la connait. Elle a peu d'amis mais au moins ils lui sont fidèles. Pas b'soin d'les collectionner d'toute façon ! Et Bobby... nan, il est pas punk du tout. C'plutôt l'genre garçon d'bonne famille, tu vois ? Et à vrai dire, j'me suis jamais tant intéressé à ses ch'veux, il fait bien c'qu'il veut ! Au moins on l'repère d'loin comme ça ! Un peu comme moi héhé."

Et puisqu'il était question de copain, Will s'intéressa à celui éventuel d'Eleonnora. Une belle fille comme elle ne devait pas manquer de prétendants. Si elle était en couple, ils pourraient se faire une sortie entre couple, cela pouvait être sympa ! Parfois, Amy et lui en faisaient avec Erïka et Bobby. Eleonnora révéla alors qu'elle n'était plus célibataire depuis quelques mois. Will était curieux de connaitre le genre de type qu'elle fréquentait mais il n'eut pas le temps de poser de questions puisque la serveuse vint prendre leur commande. Coupé dans son élan, il oublia sa question et en profita pour boire un peu de vin à son tour. La russe en profita pour lui demander s'il connaissait beaucoup de bars en ville. A vrai dire, il les connaissait tous mais il n'avait mis les pieds que dans quelques uns. Eleonnora désirait se rendre dans un bar karaoké ? C'était typiquement le genre d'endroits où il ne serait jamais allé de lui-même.

"J'les connais tous ouais, mais juste leur emplac'ment. J'en connais réellement qu'deux où j'suis rentré. A vrai dire, si j'voulais boire, j'me contentais d'une bonne bouteille d'alcool. Ca tient chaud l'hiver ! Mais j'dois avouer jamais avoir foutu les pieds dans un bar karaoké... Faut chanter et boire en même temps sans s'étouffer hmm ? T'aimes ça, chanter ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 4 Mar 2013 - 7:13

Combien de fois Eleonnora avait-elle réussis à tromper les gens grâce à son apparence ? Depuis le temps, elle ne comptait même plus. Elle avait compris au fil des années qu’une grande majorité de personnes, en particulier les hommes, la prenaient pour une simple femme superficielle et sans défense. Pourtant, c’était loin d’être le cas. Tout le monde se trompait sur son compte. Peu de gens savaient qui elle était réellement. Même son propre père ne la connaissait vraiment. Pourtant, elle ne demandait qu’à être acceptée telle qu’elle était et ne plus avoir à jouer de rôle pour qui que ce soit. Plus le temps s’écoulait, moins elle arrivait à faire la différence avec ce qu’elle aimait réellement et ce qu’elle se forçait d’aimer afin de satisfaire les autres. Elle devait se remettre en question sur certains points de sa vie, mais ne voulait faire face à la réalité. Elle préférait poursuivre sa vie comme si tout allait bien. Moins elle y pensait, mieux elle se portait.
Quoi qu’il en soit, elle ne pouvait nier que son apparence était un atout considérable dans certaines situations. Elle avait beaucoup de charme et lorsqu’il était question de manipuler les hommes pour obtenir ce qu’elle désirait, elle y arrivait facilement. Cependant, il n’y avait pas toujours de bons côtés à cela. Il lui était déjà arrivé de se faire attaquer par des hommes aux mauvaises intentions. Elle se souvenait de cette soirée où elle se rendait chez une amie. Elle n’était qu’à un coin de rue de sa destination lorsque deux hommes l’abordèrent. Elle les envoya balader, mais ceux-ci l’agrippèrent par le bras, pensant que ce serait bien simple de l’agresser. Quelques minutes plus tard, une voiture de police était sur les lieux afin de s’occuper de deux hommes mal en point. L’un d’entre eux avait le nez cassé, sans parler du coup de talon aiguille qu’il s’était pris dans les parties sensibles, tandis que l’autre ne s‘en sortait qu’avec des ecchymoses et un poignet fracturé. À l’époque, la jeune femme ne faisait pas partie de l’armée. Toutes ses connaissances en matière de combat reposaient sur l’enseignement de son père.


-« Personne ne peut s’empêcher de juger au premier coup d’œil. Je suis très jolie et je le sais. J’adore mon apparence et j’en prends soin, même si en échange je dois tout faire pour prouver ce que je vaux réellement. C’est le prix à payer pour vivre dans une société qui juge sur l’apparence physique. »

Eleonnora ne pouvait pas prétendre être blanche comme neige sur le sujet. Elle était du genre à juger les gens sur leur apparence. Cependant, elle savait prendre la peine de voir au-delà de l’aspect physique. Evelynn en était une preuve. Elle était une femme simple, qui s’habillait avec des vêtements confortables et pas très chers, ne se préoccupant pas vraiment de ce dont elle peut avoir l’air. Elle était timide et ne parlait pas beaucoup, mais il suffisait d’apprendre à la connaitre pour découvrir à quel point elle était une femme formidable. Aux yeux d’Eleonnora, elle était magnifique, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle était tout ce dont elle avait besoin.

Il n’y avait pas que l’apparence d’une personne que l’on pouvait juger. La première fois que la jeune femme avait entendu William s’exprimer, elle avait eu du mal à comprendre ce qui était parvenu à ses oreilles. Il ne parlait pas très bien, mâchant généreusement ses mots. Ce n’était pas très agréable pour ses oreilles, mais elle s’y habituait peu à peu. Heureusement, il n’était pas aussi cruel envers la langue russe et la parlait bien mieux, même s’il ne pouvait que se limiter aux conversations très simples. Il avait un accent qu’il avait visiblement tenté de faire disparaitre.


-« J’ai bien hâte d’entendre ça. Mes oreilles seront ravies que tu tiennes la conversation en russe plutôt qu’en anglais, malgré l’accent. »

Elle ne disait pas cela pour être méchante. Elle disait seulement la vérité sur un ton léger alors qu’un doux sourire ornait ses lèvres. Elle fixait la route, cherchant à se faufiler entre les voitures. Elle avait drôlement faim et voulait arriver rapidement au restaurant de sushis dont elle avait parlé à William. Elle était toujours heureuse d’avoir un GPS à l’affût, prêt à lui donner un nouveau chemin à suivre à chaque fois qu’elle déviait de sa route initiale. Les petites rues étaient plus simples à pratiquer dû au peu de voitures qui y circulaient.

Parlant maintenant de la fameuse rencontre entre Sergeï Davidoff et ses enfants illégitimes, la jeune femme tentait de s’imaginer ce qui allait s’y produire. Malheureusement, elle ne pouvait le deviner, ni même le savoir. Elle ne serait pas présente et comptait sur William pour lui raconter ce qui allait se produire. Lorsque la poussière sera retombée, après cette rencontre qui s’annonçait mouvementée, ce sera à son tour de rencontrer les jumeaux. Elle ne savait pas à quoi s’attendre et encore moins si elle devait se réjouir d’une telle rencontre. Malgré tout, elle restait curieuse et voulait en savoir plus au sujet des jumeaux, sa demi-sœur, tout particulièrement. Elle semblait farouche et plutôt solitaire. Si elle avait un caractère explosif, leur relation risquait d’être tendue. Eleonnora était le genre de femme qui aimait diriger, qui avait sa propre façon de procéder et de voir les choses. Elle acceptait les compromis, certes, mais avait tendance à argumenter lorsqu’elle en voyait le besoin.


-« Je ne vois pas d’objections à ce que tu sois là. Ta présence sera une bonne chose. Si l’ambiance est tendue fera du bien à tout le monde. Je suis curieuse de savoir qui ils sont, mais je me doute que la première rencontre ne sera pas l’événement du siècle. »

Elle ne se faisait pas trop d’espoir sur cette rencontre. Elle préférait se dire qu’une fois cette étape passée, les choses pouvaient aller aussi bien que mal. Elle se contentait d’attendre que le temps passe jusqu’au jour J. Après tout, il était inutile de se tracasser avec une rencontre qui aura peut-être lieu dans un mois ou même plus tard. Il valait mieux se concentrer sur l’instant présent. Roulant à travers les rues de New-York, en compagnie de William, ils discutaient de voitures et d’achats futurs. La jeune femme avait les moyens de se payer le véhicule de son choix et d’y avoir toutes les options qu’elle désirait. Elle prenait grand soin de sa voiture et l’entretenait bien. Elle avait quelques connaissances bien utiles en la matière, ce qui l’empêchait de se faire embobiner par n’importe qui. Selon elle, le fait que William décide de s’acheter une voiture d’occasion lui ouvrait la porte aux arnaques en tout genre. Elle doutait un peu de la qualité de certaines voitures usagées qui étaient vendues sur le marché.

-« Une voiture d’occasion ? Tu devrais plutôt l’acheter neuve, quitte à faire un emprunt à la banque, selon moi. On ne sait jamais quel genre de voiture on peut te vendre lorsqu’elles sont usagées. Si tu as des connaissances en mécanique, je te conseille de t’en servir avant de faire un achat hâtif. »

William lui demanda si c’était à cause de la compagnie familiale qu’elle avait de si nombreux contacts. Certes, elle en possédait plusieurs dans les domaines de l’armement et de la finance, mais elle avait également su rester en contact avec les bonnes personnes. Elle était très sociable et elle n’avait aucun mal à aller vers les gens. Et puis, il y avait toujours l’internet pour l’aider à trouver la meilleure coiffeuse en ville ou bien le traiteur le plus compétent des environs. Elle savait utiliser les ressources à sa disposition afin de trouver ce qu’elle cherchait.

-« Mon père est un homme influent dans le milieu de l’armement. Comme un jour je prendrais la direction de la compagnie familiale, il faut que je connaisse bien le milieu et ceux qui y travaille. Et puis, ça peut toujours être utile un jour ou l’autre. Parfois, il faut simplement savoir où chercher et écouter les conseils des bonnes personnes. »

Lorsqu’elle fut garée dans l’espace de stationnement faisant face au restaurant de sushi, Eleonnora quitta son véhicule. Elle en profita pour jeter un coup d’œil à sa couleur. William avait peut-être raison. Le noir lui convenait mieux. C’était sobre, discret, mais cela donnait un charme sans pareil au véhicule. La jeune femme allait peut-être laisser tomber l’idée d’une couleur trop voyante. Et puis, si un jour elle en avait assez, elle pourra toujours faire repeindre entièrement la carrosserie. Ce n’était pas l’argent qui manquait pour faire cela.

Elle ne manquait surtout pas d’argent pour s’acheter une bouteille de son vin préféré. Lorsque la serveuse lui apporta le breuvage, elle s’en servit aussitôt un verre afin d’y goûter. Elle ne savait pas si William était amateur d’alcool, mais elle se permit tout de même de le servir. Il désirait payer le repas et elle le vin. Ils étaient d’accord. Elle trouvait cela étrange de ne pas avoir à débattre afin de savoir qui paierait à la fin du repas, comme il lui arrivait souvent avec Evelynn. Peut-être qu’un jour les choses seront différentes.


-« Je n’ai besoin de rien d’autre que ma coupe de vin, lorsque je mange des sushis. D’ailleurs, j’espère que tu aimes ça. C’est l’un des meilleurs accompagnements qui soit. »

En attendant que la serveuse vienne prendre leur commande, Eleonnora questionna le rouquin afin d’en apprendre un peu plus sur sa demi-sœur. Elle avait vu de nombreuses photographies dans l’appartement d’Anieta. Elle apparaissait toujours, souriante et heureuse, ne laissant pas paraitre qu’elle avait tout un caractère. La vieille femme lui avait beaucoup parlé de William, mais également d’Amy, la petite amie de ce dernier. Il y avait également un jeune homme à la chevelure d’un bleu éclatant qui lui rappelait un peu le style punk qui apparaissait sur l’une des photographies. Il sortait avec Erïka depuis plusieurs mois. Eleonnora était bien étonnée qu’une fille décrite comme solitaire et plutôt méfiante envers les autres soit en couple. Puisqu’elle ne connaissait aucunement sa demi-sœur, elle ne pouvait pas vraiment porter un jugement sur sa vie. Et puis, les histoires d’amour des autres ne la concernaient pas.

William lui expliqua que sa sœur était une fille très gentille, même si elle ne le montrait jamais aux premiers abords. Elle prenait soin du peu d’amis qu’elle possédait et cela semblait lui suffire. Elle avait également un petit ami qui semblait un peu marginal de par sa couleur de cheveux inhabituelle. Pourtant, il était tout sauf punk, comme elle l’avait supposé au départ. Il était plutôt ce genre de bon garçon que n’importe quels parents souhaiteraient avoir. Que faisait-il avec une adolescente impulsive et caractérielle ? Parfois, il ne fallait pas chercher à comprendre l’amour. C’était un phénomène bien trop étrange et insaisissable.


-« Je vois le genre. Ça m’a l’air d’un drôle de couple. Enfin, il faut dire que je ne les connais pas encore… Sur les photos que m’a montrées Anieta, ils semblent vraiment heureux. En fait, quand on regarde tous ces moments qu’elle a immortalisé, on ne voit qu’une famille peu importe la couleur des cheveux ou les origines. Vous semblez tous unis. »

La serveuse vint prendre leur commande, coupant ainsi leur discussion alors que William la questionnait sur sa vie amoureuse. Ça tombait vraiment bien. Elle pouvait, pendant ce temps, en profiter pour changer complétement de sujet, demandant au rouquin s’il connaissait beaucoup de bars en ville. Elle avait envie d’aller dans ce bar karaoké qu’elle aimait bien, situé tout près d’ici. Et puis, avec de la chance, l’un de ses amis y travaillait ce soir. Elle avait sympathisé avec le jeune homme à force de le rencontrer à chaque fois qu’elle allait y prendre un verre. Ils étaient devenus amis et s’entendaient plutôt bien. Nul doute que la soirée sera géniale si c’était lui qui servait les cocktails.
William fit une remarque sur le bar, demandant s’il fallait chanter et boire en même temps sans s’étouffer. Cela arracha un petit rire à la jeune femme. Un tel mélange serait désastreux. Il lui demanda également si elle aimait chanter. Ah ! S’il savait à quel point son travail de chanteuse lui manquait. En fait, elle n’appelait pas cela un travail. C’était un véritable plaisir, une passion. Elle aimerait tant remonter sur scène, comment avant. Hélas, cela n’était pas vraiment possible.


-« Tu peux toujours essayer, mais reste loin de moi, je n’ai pas pris mon parapluie ce matin. »

La jeune femme se pencha afin de ramasser son sac à main, à ses pieds. Elle fouilla à l’intérieur pour en sortir son téléphone portable. Elle reposa, par la suite, son sac, puis se mis à chercher une photographie qu’on lui avait envoyée il y a longtemps. Cela datait de l’époque où elle chantait toujours sur scène. Une amie l’avait immortalisée, elle et ses collègues, alors qu’elle était au beau milieu d’un numéro. Elle avait conservé les plus belles photos qui avaient été prises lors de cette soirée, leur jetant parfois un coup d’œil lorsqu’elle était nostalgique. Elle sélectionna l’image qu’elle désirait, puis tendit son téléphone à William.

-« En arrivant aux États-Unis, je cherchais un travail qui pourrait me plaire. Un jour, je suis tombée sur une annonce dans le journal. Un cabaret cherchait une chanteuse et j’ai fait les auditions. J’y ai travaillé environ deux ans à donner des spectacles à chaque semaine. C’était formidable. L’ambiance est unique là-bas. Ce n’est pas un club comme les autres, c’est… burlesque. On ne trouve pas ce genre d’endroit n’importe où. »

Lorsqu’elle reprit son téléphone, elle le posa sur la table, à côté de son assiette. Quelques instants plus tard, la serveuse apporta les plats de sushis qu’elle déposa au centre de la table avant de s’éclipser. La jeune femme s’empara aussitôt de sa nourriture heureuse de finalement pouvoir manger. Elle trempa l’un de ses sushis dans la sauce soya avant de l’engloutir aussitôt. Elle ne pouvait pas être plus heureuse en ce moment. Elle ne discutait plus vraiment, trop préoccupée par la nourriture devant elle. Lorsque son assiette sera vide et son estomac rempli, elle se reconcentrera sur la conversation.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 4 Mar 2013 - 14:35

Lorsqu'il vivait encore dans la rue, Will avait dû faire face au regard et au jugement des autres. Pour les gens normaux, ceux qui avaient une vie bien rangée, un travail, une famille, peut-être quelques prêts à rembourser sur plusieurs années et des petits soucis personnels aussi, les gens qui vivaient dans la rue n'était que des nuisances, des déchets qui méritaient leur place. Comme si ceux qui s'y trouvaient l'avaient décidé d'eux-même. La majorité des sans abri avaient simplement joués de malchance et cela aurait pu arriver à n'importe qui. Personne n'était à l'abri de se retrouver à la rue un jour mais les gens avaient tendance à l'oublier un peu trop facilement. Il n'y avait qu'à voir le peu d'aide aux clochards qu'il pouvait y avoir. Parfois, un organisme passait pour leur donner à manger ou bien une couverture... mais il y avait rarement plus. Combien de personnes passaient devant eux sans les voir, comme s'ils faisaient juste partis du décor ? Comme s'ils n'étaient plus considérés comme humains ? Beaucoup trop, malheureusement. Les habitants des rues ne pouvaient compter que sur eux-même pour survivre et la grande majorité n'avait même plus sa place dans la société, privés d'une nouvelle chance de la réintégrer un jour. Cela aurait pu arriver à Will et Amy mais le hasard en avait décidé autrement.

"Une société qui juge trop, tout court. Sûr qu'si on pas la tronche d'un premier d'la classe ou qu'on est tout simplement pas catalogué comme étant "beaux" dans les critères actuels, ben on a carrément moins d'chance que les aut', qu'ce soit au niveau du boulot ou des opportunités. A contrario, comme tu dis, les beaux sont eux aussi catalogués... à croire qu'ils ont qu'cette qualité là et que l'intelligence et l'savoir est conservé précieus'ment par ceux qui l'sont pas. C'est débile comme façon d'penser. C'pas notre apparence qui fait qui on est. Quoique... à force d'êt' catalogués, on finit par changer parfois. Mais c'est chiant qu'on ait pas tous les mêmes chances dans la vie. Quand j'étais encore sans abri, c'était comme si j'avais inscrit "incapable et malhonnête" sur mon front. C'est difficile d'se sortir d'la rue car personne veut nous donner une chance. Là encore, c't'une histoire de jug'ment idiot. T'es pas plus bête qu'une autre et moi non plus. Mais on est victimes d'la société actuelle. La différence, ça fait t'jours des histoires. Qu'on soit "plus" ou "moins" qu'la moyenne, ben on fait tâche dans l'décor."


Au moins, Eleonnora n'était pas du genre modeste, elle avait bien conscience de sa beauté et en jouait sûrement pas mal. Mais Will s'en moquait bien, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait, c'était sa vie. On ne pouvait de toute façon nier qu'elle était belle alors pourquoi se voiler la face ? Cela prouvait qu'elle était quelqu'un de direct et le rouquin aimait bien ça. Malgré ce petit discours, il ignorait si elle serait, elle, capable de faire fi de la différence qui le caractérisait ainsi qu'Erïka et Alexïs : la mutation. Les accepterait-elle un jour en tant que tels ? Difficile de prévoir sa réaction sur le sujet. Au moins, elle ne le jugeait pas sur ses origines, c'était déjà ça. Il n'était pas plus bête qu'un autre, il n'avait juste pas eu l'opportunité de finir ses études. Grâce à son pouvoir, il apprenait deux fois plus vite et pouvait rapidement combler ses lacunes. Il était débrouillard, volontaire et ne rechignait jamais à faire des efforts. Alors pourquoi n'aurait-il pas lui aussi sa chance ? Emma Frost la lui avait donné et à présent, il faisait tout pour lui prouver qu'il la méritait. C'était la moindre des choses.

D'ailleurs, il faisait tout pour qu'Erïka soit fière de lui vu qu'elle lui apprenait sa langue natale. Ils y passaient des heures mais apprendre une langue ne se faisait pas en deux jours non plus. Néanmoins, Will faisait des efforts considérables pour retenir tout ce qu'elle lui apprenait et faisait de son mieux pour essayer de dissimuler son accent. Passer pour un russe n'était pas des plus faciles... Mais il s'en sortait visiblement assez bien puisqu'Eleonnora ne le reprenait pas sur ses mots, signe qu'il ne faisait pas de fautes. C'était plutôt encourageant même s'il ne pouvait pas encore parler constamment dans ce dialecte. La jeune femme semblait pressée qu'il puisse parler intégralement dans cette langue plutôt qu'en anglais, signalant un soulagement pour ses oreilles. Will savait qu'il parlait mal et qu'il avait parfois du mal à se faire comprendre des autres mais il n'avait jamais vraiment fait d'efforts non plus pour corriger ça. Même Amy parlait comme lui à présent puisque c'était lui qui lui avait appris l'anglais. Mais plutôt que de mal prendre ce que venait de dire Eleonnora, il se mit à rire. Il savait bien qu'elle ne disait pas ça méchamment et de toute façon, elle ne faisait que dire la vérité.


"Hé, au moins tu m'comprends en anglais, c'pas l'cas d'tout l'monde ! Mais promis, j'tâcherais d'faire en sorte qu'notre prochaine conversation soit en russe ! T'as d'la chance, j'apprends vite !"

Erïka était un bon professeur et puisqu'il s'agissait de sa langue natale, elle savait quoi lui apprendre en priorité. A vrai dire, il aurait aimé pouvoir s'exprimer complètement en russe d'ici quelques jours mais il savait que ce serait difficile. S'il insistait auprès de sa soeur pour intensifier les cours, elle allait finir par se douter de quelque chose. Pour l'instant, elle ne pouvait savoir qu'elle rencontrerait bientôt son père, raison pour laquelle Will désirait parler russe pour mieux se faire comprendre. Il espérait cependant ne pas avoir à intervenir et que tout se passerait bien. Il ne voulait pas que leur géniteur ait du mal à le comprendre et ne fasse pas l'effort d'écouter son point de vue sur la situation si le besoin s'en faisait sentir. Au moins, Will comprenait bien cette langue, il pourrait ainsi suivre la conversation, à défaut d'y participer. Il pourrait ensuite en faire part à Eleonnora, ce qui lui permettrait de se préparer à la future rencontre avec cette partie de la famille qu'elle ne connaissait pas. Encore une fois, Will ne voulait pas jouer les intrus et il préférait demander à la jeune femme si elle voulait de sa présence ou non.

Elle semblait ne pas se faire d'illusions à ce sujet, consciente que les jumeaux et elle n'allaient certainement pas se sauter dans les bras. C'était dommage. Apprendre que l'on avait une famille plus grande que prévue était une bonne chose, il ne fallait pas y aller à reculons. Mais vu les caractères respectifs de chacun, mieux valait ne pas se prononcer trop à l'avance quant au résultat de la rencontre. Au moins, Will pourrait être présent puisqu'Eleonnora venait de l'autoriser à y participer. Il comptait bien faire de son mieux pour que l'ambiance soit au beau fixe même si tout le monde ne s'entendait pas. Eleonnora était une femme vraiment sympathique et il ne voyait pas pourquoi le courant ne passerait pas. Mais il savait mieux que personne qu'Erïka savait parfois faire preuve d'une mauvaise foi incomparable.


"J'pense qu'la première rencontre s'ra tendue. Parce qu'tout l'monde va s'poser des questions, va analyser l'autre... Ce s'ra pas naturel, c'est sûr. Plutôt qu'de s'donner rendez vous chez quelqu'un pour juste parler ou prendre l'thé, pourquoi n'pas carrément organiser une sortie quelqu'part ? Etre dans un environnement peuplé facilit'ra p't'être les choses ? A moins qu'tu préfères un truc plus intime, enfin c'toi qui vois. T'es une chouette fille. Même si l'début est tendu, j'doute pas qu'vous finirez par vous entendre ! Juste un conseil. Soit toujours honnête et franche avec elle, quitte à la blesser dans son orgueil sur le coup."

Roulant tranquillement tout en évitant les bouchons grâce au GPS, ils se rapprochaient rapidement de leur destination. Will complimentait la future voiture de choix d'Eleonnora, ne manquant pas de donner son avis sur la couleur. Il ignorait si elle en tiendrait compte ou non mais il s'en fichait. Il disait simplement ça comme ça, à titre d'information. Il préférait toujours quelque chose de discret, habitude venue de la rue où tout ce qui était un minimum précieux devait être rapidement camouflé pour ne pas se faire agresser par la suite dans le but de se le faire voler. Le rouquin songeait à acheter une voiture dès qu'il aurait son permis mais penchant plutôt pour une occasion, pas très chaud pour faire ses débuts dans une voiture neuve. De plus, cela coûtait relativement cher, même les voitures les moins populaires. Pourtant, Eleonnora lui conseilla d'en acquérir une neuve, prétextant que les occasions étaient parfois un prétexte pour arnaquer le client. Manque de chance, il n'y connaissait rien du tout en mécanique.

"Tu crois ? J'y connais rien en mécanique... J'me disais qu'pour une première voiture, une occasion ce s'rait mieux mais si j'me fais arnaquer, c'pas la peine. J'gardais mon argent pour aut' chose, j'ai pas trop envie d'faire un prêt, j'ai pas confiance dans les banques. M'enfin si faut en passer par là..."

Eleonnora savait beaucoup de choses et avait également pas mal de contacts. Will se demandait si c'était grâce à la firme de son père si elle connaissait autant de gens malgré son jeune âge. D'ailleurs, elle était l'héritière de l'entreprise et aurait donc forcément besoin de savoir ce genre de choses avant d'en reprendre les rênes. Cela poserait-il problème avec les jumeaux ? Sans doute pas. Ils étaient trop jeunes pour gérer ce genre de choses et ils n'y connaissaient rien, contrairement à leur demi soeur.

"C'est plutôt pratique du coup. Ca doit être coton d'diriger une si grosse entreprise... J'espère qu't'as des gens sur qui tu pourras compter pour t'aider !"

Will n'était pas mécontent de n'être l'héritier d'aucune entreprise que ce soit. Il voulait choisir sa propre vie et la mener comme il l'entendait, pas simplement prendre la succession d'un membre de sa famille sans avoir son mot à dire dans l'affaire. Il espérait qu'il en était de même pour Eleonnora, qu'elle désirait vraiment faire ça et non que ça lui soit imposé. Pour l'instant, elle avait au moins l'opportunité de choisir ce qu'elle allait manger, c'était déjà pas mal. Will s'était finalement décidé, prenant ce que lui avait conseillé la russe ainsi que trois autres sortes de sushis, histoire de goûter. Il comptait bien payer le repas et incita donc Eleonnora à ne pas se priver sous prétexte qu'elle n'aurait pas à régler la note. De toute façon, ils s'étaient mis d'accord pour qu'elle paye le vin. Ainsi, ils n'auraient pas à se battre pour savoir qui allait payer. Will appréciait le vin même si ce n'était pas son alcool préféré et il n'était pas mécontent d'en savourer une coupe.

"J'aime ça ouais. Ca a un arôme particulier qu'n'ont pas les autres alcools. J'suis pas difficile en matière d'alcool d'toute façon donc c'est parfait. Par contre, ta soeur déteste ça. On en a bu une fois, chez Anieta au cours d'un r'pas, elle m'a refilé son verre en f'sant une grimace !"

Puisqu'ils avaient le temps en attendant leur commande et puisqu'ils parlaient déjà d'Erïka, la conversation continue sur cette voie. Il fut même question du copain de cette dernière. Eleonnora s'étonnait de sa couleur de cheveux, le comparant à un punk. Will cassa rapidement cette impression toute faite en lui expliquant qu'il était loin d'être un punk, plutôt l'inverse même. Mais il ne pu la contredire à propos de la couleur, ne pouvant pas lui dire qu'il s'agissait là d'un effet de sa mutation. Cela resterait donc une coloration jusqu'à ce qu'un jour, elle sache qu'ils étaient tous mutants. Si elle l'apprenait un jour...

Quoiqu'il en soit, il était vrai qu'Erïka et Bobby formaient un drôle de couple. Même Will s'était étonné de voir l'adolescente réagir comme une véritable jeune fille en compagnie de celui qu'elle aimait. Au moins, le mutant de glace savait comment apaiser Erïka et il avait l'air de la comprendre assez facilement. Tant que tout allait bien, le rouquin ne voyait pas de raison de lui reprocher quoique ce soit. Eleonnora avait raison sur ce point là. Elle les qualifiait d'ailleurs tous de véritable famille. C'était plus que ce que Will pouvait espérer. Il souhaitait que cela dure longtemps.


"J'avais un peu peur au début. Parce qu'Rika est fragile et j'redoutais l'moment où Bobby la décevrait, où il blesserait et lui f'rait du mal. Mais c'est jamais arrivé et j'doute qu'ça arrive. Des fois, Rika s'énerve toute seule, mais c'est t'jours temporaire. Malgré nos différences d'caractères, on est tous unis, comme tu dis. On a pas b'soin d'liens de sang pour être bien tous ensemble. D'ailleurs, faudra rajouter une photo à cet album ! Une où tu s'ras d'ssus avec nous !"

Leur commande venait d'être prise, coupant un peu le questionnement de Will à propos d'Eleonnora. Cette dernière en profita pour proposer de se rendre à un bar suite à leur repas. Le rouquin n'y voyait pas d'inconvénient, comptant bien passer la soirée avec elle et ne pas juste se contenter d'un restaurant. Elle proposa un bar karaoké et Will avait du mal à en saisir le principe. Il fit même une petite blague à ce sujet avant de lui demander si elle aimait chanter. Souvent, les femmes aimaient davantage chanter que les hommes, qu'elles soient douées ou non. A contrario, il était rare d'entendre Will chanter. Déjà parce qu'il estimait qu'il chantait mal mais aussi parce qu'il connaissait peu de chansons. Eleonnora répliqua à sa boutade, ce qui amusa le rouquin.

"J'tiens pas à m'noyer dans mon verre ! J'me content'rais d't'écouter chanter ! Moi j'bois, toi tu chantes ! Ah, j'comprends mieux l'principe du bar maintenant..." fit-il en riant

La jeune femme se pencha pour attraper son sac et fouilla à l'intérieur. Que cherchait-elle ? Elle n'avait pas répondu à sa question sur la chanson mais Will ne voyait pas bien le rapport avec l'éventuel contenu de son sac à main. Emportait-elle un micro avec elle ? Il eut bien vite la réponse. Elle tripota son téléphone portable puis le lui tendit. Will l'attrapa délicatement et le tourna vers lui pour voir ce qu'elle lui montrait. Il fut surpris d'y voir Eleonnora au beau milieu de ce qui semblait être un numéro de chant... et de danse. Alors ça, il ne s'y attendait vraiment pas. Il ne s'était pas imaginé qu'elle pourrait faire ce genre de chose, l'imaginant davantage comme une femme d'affaire qu'autre chose. Un peu comme Emma quoi. Il était loin du compte.

Elle expliqua le pourquoi du comment, détaillant que ce n'était que le fruit du hasard si elle s'était retrouvée chanteuse et danseuse. Vu la façon dont elle en parlait, on sentait une certaine nostalgie, comme si tout cela lui manquait affreusement. Will regardait la photo d'un air admiratif avant de lui rendre son téléphone. Il ne comprenait pas pourquoi elle avait arrêté si cela lui plaisait tant. Peut-être que ça ne payait pas suffisamment... En tout cas, il était convaincu qu'il aurait juste l'air ridicule à côté d'elle qui était au final une chanteuse professionnelle. On pouvait dire une chose, elle avait la classe sur cette photo. Pas qu'elle ne l'était pas en temps normal, mais il se dégageait d'elle une certaine aura sur cette photo. Comme si elle était vraiment elle.


"Wow, j'm'attendais pas à ça. T'vas être dans ton élément tout à l'heure, alors. C'est plutôt cool comme job, tu d'vais avoir un sacré succès ! A t'entendre, ça avait l'air vraiment top. Pourquoi t'as arrêté ? Trop contraignant ? M'enfin quoiqu'il en soit, ce soir, p'tit rattrapage ! T'vas piquer la vedette à tout l'monde là ! Ce s'rait cool qu'on aille à c'bar là un d'ces quatre, j'aim'rais bien voir l'ambiance !"

Leur repas venait d'arriver et Will se jeta dessus comme un mort de faim. A vrai dire, il n'avait rien mangé de la journée et il avait vraiment faim. Puisqu'Eleonnora mangeait également, ne parlant pas, il en profita pour se remplir la panse sans avoir à parler la bouche pleine. Il devait reconnaitre que ce qu'elle lui avait recommandé n'était pas mauvais. Il observa le contenu de l'assiette de la russe et héla la serveuse pour qu'elle lui ramène d'autres sushis, ne désirant pas piquer dans l'assiette de la jeune femme. La soirée commençait plutôt bien.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 5 Mar 2013 - 7:13

"Don’t be fancy, just get dancy
Why so serious ?"

Eleonnora tentait de garder espoir en l’humanité. C’était très difficile à faire. Mission après mission, elle réalisait à quel point le monde était pourris jusqu’à la moelle, corrompu et polluer par des êtres abjects. Peu importe ce que l’on pouvait en dire, cette planète ne connaitra jamais le repos. Il y aura toujours des gens tapis dans l’ombre qui tenteront de servir leurs intérêts au détriment des autres. Il y en aura toujours qui seront possédés par cette envie de tuer et de faire souffrir. Il y en aura toujours qui voudront écraser les autres afin de se sentir plus fort. Il était impossible d’enrayer le mal. Malgré tout, elle pouvait tenter de mettre les gens qui le méritaient derrière les barreaux. Elle pouvait toujours tenter de protéger ceux à qui elle tenait en faisant disparaitre les êtres abjects de cette ville.

Elle pouvait comprendre que William n’avait pas eu la vie facile lorsqu’il vivait dans la rue. C’était un milieu tellement dangereux, surtout une fois la nuit tombée. Elle s’était déjà faite attaquée alors qu’elle rentrait chez elle, ou se rendait simplement à sa voiture dans un espace de stationnement un peu trop sombre. Elle savait se défendre, elle n’avait jamais ressenti un réel danger à se promener dans les rues de la ville. Elle savait ce qui s’y cachait et était prête à l’affronter au besoin. Au final, elle comprenait mieux pourquoi le rouquin arborait un cache-œil. Ce genre d’endroit laissait des cicatrices. Tout comme un champ de bataille. Il était difficile à croire que la jeune femme avait déjà fait l’armée et même la guerre. Pourtant, c’était bien vrai. Elle avait un physique parfait, elle n’avait aucune cicatrice qui ornait son magnifique corps. Cela ne voulait pas dire qu’elle s’en était sortie indemne. Elle était marquée psychologiquement par tout ce qu’elle avait vu et vécu. Elle n’avait toujours pas réussis, encore aujourd’hui, à surmonter sa claustrophobie. Elle avait cessé de consulter sa psychologue lorsqu’elle mit les pieds en sol américain, prête à tourner la page et passer à une autre étape de sa vie.


-« On ne peut pas révolutionner une société en une journée, malheureusement. Les gens sont trop préoccupés par leurs petits problèmes pour se soucier des autres. Ils ne réalisent pas que pendant qu’ils se plaignent de ne pas avoir le repas qu’il désirait que d’autres personnes crèvent de faim dans les rues. Ils ne réalisent pas que pendant qu’ils s’amusent à tuer des gens sur des jeux en ligne, de véritables êtres humains souffrent sur un champ de bataille et tue des gens pour servir les idéaux obscures de leur pays. Peu importe ce que l’on fera, il sera impossible de changer le monde et leur façon de penser.»

Afin de changer de monde, il faudrait changer chaque personne une par une. Et puis, comment les changer ? Il n’y avait pas une seule façon de penser. Il n’y avait pas une seule façon de bien faire les choses. Chaque personne avait des convictions, des valeurs qui sembleront bonnes pour certains, mais mauvaises pour d’autre. C’était la particularité de la race humaine. On ne pouvait changer chaque personne. Parfois on s’entendait avec certaines, parfois on ne pouvait en supporter d’autres.

Eleonnora était persuadée que la rencontre entre son père et sa demi-sœur sera assez tendue. Son demi-frère était doux comme un chaton, nul doute qu’il n’aura aucun mal à supporter le caractère autoritaire de Sergeï Davidoff sans se rebeller. Par contre, pour une personne qui semblait ne pas se laisser marcher sur les pieds comme Erïka, c’était une toute autre histoire. Elle n’était pas certaine de s’entendre avec la jeune fille. Cependant, elle ne pouvait rien prévoir à l’avance et le découvrira une fois le moment venu. William lui suggérait d’ailleurs de faire une activité, question de détendre l’atmosphère. Elle n’était pas très chaude à cette idée. Ils n’avaient probablement pas les mêmes goûts et ce sera peut-être difficile de trouver une activité convenant à tous. Il lui conseilla également de toujours être franche et d’éviter les mensonges avec sa demi-sœur. Comme c’était dans la nature d’Eleonnora de l’être, elle ne voyait pas pourquoi elle lui mentirait, sauf si elle avait des raisons. Elle ne pouvait pas parler normalement de son travail, comme n’importe qui d’autre et devait donc mentir à ce sujet. De toute façon, elle ne la connait pas, comment pourrait-elle deviner qu’elle ment ?


-« Je ne crois pas que faire une sortie quelconque est une bonne idée. Je crois plutôt qu’aller prendre un café dans un petit établissement sera suffisant pour une première rencontre. Ça me permettra d’avoir une idée de qui ils sont et d’apprendre à les connaitre un peu. »

Ce soir, William et Eleonnora avait l’occasion d’apprendre à se connaitre. Ils s’entendaient plutôt bien, jusqu’à présent. La jeune femme partageait ses impressions au rouquin quant à l’achat d’une voiture usagée. Vu l’argent qu’elle possédait, nul doute qu’elle n’avait jamais songé à faire un tel genre d’achat. Elle avait certaines réserves sur certaines voitures d’occasion. Il fallait trouver le bon endroit où les acheter. Certains concessionnaires pourraient en profiter pour vendre des voitures qui semblaient en excellent état, en apparence, mais qui cachait de nombreuses défectuosités.

-« Je te conseille, dans ce cas, d’acheter ta voiture avec quelqu’un qui s’y connait et pourrait jeter un œil aux véhicules qui t’intéressent. On ne sait jamais. Les apparences sont parfois trompeuses. Tu pourrais découvrir la voiture de tes rêves puis réalisé, deux semaines plus tard, que le moteur est bon pour la casse. Achète-toi une voiture neuve. Elle te coutera plus chère, mais la banque pourra te faire un prêt. Je connais bien le système, tu peux leur faire confiance. Si ce n’était pas le cas, je ne leur confierais pas mes millions. »

L’argent ne tombait pas du ciel, elle le savait bien. En immigrant aux États-Unis, elle avait eu la chance d’avoir l’aide financière de son père pour payer le loyer de son loft. Elle avait dû se trouver un travail afin de subvenir à ses besoins, ne souhaitant pas toucher à ses économies. Elle ne voulait pas dépendre de ses parents et, à présent, elle était fière de pouvoir dire qu’elle était totalement indépendante. Sans la fortune familiale, elle n’aurait aucun mal à vivre sa vie actuelle grâce au salaire qu’elle gagnait ainsi qu’à ses parts dans l’entreprise. Quoi qu’il en soit elle avait actuellement beaucoup d’argent et ne se gênait pas pour le dépenser à sa guise. Elle avait commandé son vin préféré, dont le prix pouvait rebuter certaines personnes. Elle s’en fichait, tant que la qualité en valait le prix.
William ne détestait pas ce genre de boisson et buvait donc avec elle. Par contre, il lui avoua que sa sœur détestait cela. La dernière fois qu’elle en avait bue, elle avait fait la grimace et c’était débarrassé de son verre.


-« C’est à force d’en boire qu’on s’habitue au goût. Elle finira peut-être par trouver le vin qui lui convient. »

Avec un bon vin, rien de mieux que d’excellents sushis fraichement confectionné par des chefs cuisinier compétant. La jeune femme avait faim et elle était pressée de recevoir son repas. Cependant, elle se devait encore d’attendre un peu. Pendant ce temps, elle discutait avec William à propos de sa sœur. Elle était une personne fragile, selon lui. N’était-ce pas en contradiction avec tout ce qu’elle avait entendu jusqu’à présent ?

-« Fragile ? Je croyais qu’elle était plutôt forte avec un caractère bien trempé. Je crois qu’il va falloir que je vois par moi-même quel genre de personne est, en fait. Si un jour on arrive tous à créer des liens les uns les autres, peut-être qu’on pourra envisager la photo de famille. »

La jeune femme proposa au rouquin de se rendre dans un bar karaoké afin de terminer la soirée. Elle avait envie de chanter un peu, ce soir. D’ailleurs, William lui demanda si elle était douée, vu qu’elle semblait aimer ce genre d’endroit. Elle lui tandis son téléphone qui affichait une photographie d’elle, prise lors de l’un de spectacles qu’elle donnait. Elle lui expliqua, par la suite, qu’elle avait travaillé dans un bar Burlesque, il y a quelques années de cela. Un sourire nostalgique flottait sur ses lèvres alors que le rouquin lui redonnait son téléphone et que son regardait croisait de nouveau la photo.
Lorsque William lui demanda pourquoi elle avait arrêté, elle ne savait quoi répondre. Elle l’avait fait pour accepter ce travail au SHIELD. Elle savait que le métier de chanteuse de cabaret ne pouvait être une bonne chose aux yeux de son père. Elle avait fait cela pour lui, au final. Bien qu’elle aimait bien l’action et l’adrénaline que lui procuraient les missions qu’elle exécutait sur le terrain, elle regrettait parfois d’avoir décidé de ne pas suivre sa propre voie.


-« Ce n’était que temporaire. J’adorais ce travail, c’est l’une des plus belles expériences de ma vie, mais… j’ai finalement trouvé un travail qui me convenait. Je t’amènerais au cabaret, un jour. Tu vas adorer. »

La serveuse vint porter leur commande, peu de temps après. Laissant tomber la conversation, elle se jeta sur son assiette, mangeant avec appétit. Entre deux sushis, elle s’arrêtait parfois afin de passer un commentaire sur le bon goût des divers morceaux qui ornaient son plat. Lorsque son assiette fut terminée, elle passa une plus petite commande, tout comme William. Elle décida d’opter pour des sushis qu’elle n’avait jamais vraiment goutés car ils ne lui avaient jamais semblé très appétissants. Après avoir passé une nouvelle commande, qui arriva bien rapidement, la jeune femme se remis à manger.

Une fois le repas terminé, Eleonnora vida le reste de la bouteille de vin dans sa coupe et but les quelques gorgées que cette dernière contenait à présent. Lorsque la serveuse passa à proximité de leur table, elle lui demanda deux factures. Elle s’empara de la sienne aussitôt qu’elle fut sur la table et observa le prix. S’emparant de son sac à main, elle en profita pour y ranger son téléphone, puis chercha son portefeuille. Lorsqu’elle l’eut en main, elle en extirpa quelques billets et paya sa note, laissant un généreux pourboire à la serveuse.

Quittant le restaurant, les jeunes adultes regagnèrent la voiture d’Eleonnora. Cette dernière s’installa au volant et démarra. Il était temps d’aller s’amuser un peu. Le trajet jusqu’au bar fut très rapide. Moins de dix minutes plus tard, la voiture s’arrêtait dans le stationnement de l’établissement et la jeune femme s’en extirpait. Lorsqu’elle pénétra dans la bâtisse, elle se dirigea au bar, posant son manteau sur le dossier d’un tabouret avant de s’y assoir. Elle se pencha légèrement sur le bar, cherchant à attirer l’attention du barman.


-« Hey Nathan ! Tu viens me servir où tu dragues encore tes clientes ? »

L’homme en question ne tarda pas à s’approcher d’elle, verre à la main. Il le déposa devant elle et y versa le contenu de diverses bouteilles avant de le pousser devant elle. Eleonnora le gratifia d’un grand sourire avant de gouter le cocktail en question.

-« Tu es toujours aussi aimable, à ce que je vois. Tu sauras que je n’ai plus besoin de draguer, maintenant. Alors, bois et étouffe toi avec tes paroles, tu veux bien ? » Fit-il avec un petit sourire avant de se tourner vers William. « Salut ! Moi c’est Nathan. T’es un ami d’Haley ? Pour te souhaiter la bienvenue, je vais te faire gouter à un truc. Je viens d’inventer un cocktail, une véritable petite merveille.» Il posa un verre sur le bar et se mis à confectionner le cocktail en question avant de lui tendre. « Goûte moi ça et dis-moi ce que tu en penses. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 5 Mar 2013 - 14:54

Will n'attendait pas grand chose des autres. Il se contentait de vivre sa vie sans compter sur personne, faisant ses propres choix même s'ils étaient parfois contradictoires avec la morale et les attentes de la société actuelle. A quoi bon agir comme l'attendaient les autres puisque de toute façon, il resterait un paria, une personne différente de ceux qui peuplaient la société ? Pour pouvoir y vivre normalement, il fallait entrer dans le moule... et le moins que l'on pouvait dire, c'était que le rouquin n'y rentrait pas vraiment. Il n'attendait donc rien des autres et comptait bien accomplir sa vie sur ses seuls mérites. Il avait eu une chance incroyable en étant aidé par Emma Frost et il ne comptait pas la gâcher bêtement. Mais même s'il se moquait du jugement et de l'avis des autres, il était parfois bien obligé de se conformer aux règles décrites par cette société décadente s'il voulait obtenir ce qu'il désirait. Même si ce n'était pas toujours simple, il ne comptait pas abandonner.

Eleonnora avait raison dans son discours, la société ne risquait pas de changer du jour au lendemain, il fallait bien faire avec. Elle pointait du doigt l'égoïsme des gens mais qui ne l'était pas au moins un peu ? Si tout le monde passait son temps à se préoccuper des autres, ils n'auraient plus le temps de vivre leur propre vie. Mais il fallait reconnaitre que l'indifférence était un peu trop au centre de la façon de penser actuelle. On pouvait crever sous les yeux d'une foule sans que celle-ci ne s'arrête pour s'inquiéter du sort de la personne. Will l'avait déjà vécu et aurait sans doute pu y rester sans l'intervention d'Amy. Heureusement que les proches ne jugeaient pas tant. Etait-ce également le cas d'Eleonnora ? Il ne tarderait pas à le savoir mais il pouvait dire que pour le moment, cela n'avait pas l'air d'être son genre. Oh bien sûr, elle jugeait les autres, qui ne le faisait pas ? Mais le rouquin espérait qu'elle était moins regardante en ce qui concernait ses proches.


"Pas sûr. Sûr qu'si on agit à l'échelle individuelle, on a aucune chance d'changer quoiqu'ce soit. Mais j'suis convaincu qu'on peut arriver à faire changer les moeurs, d'une façon ou d'une autre. Avec l'temps, ça viendra... mais là encore, ce s'ra juste un changement, y aura pas d'miracle. Ceux qu'étaient opprimés n'seront juste plus les mêmes, voilà tout. A croire qu'il faut t'jours des boucs émissaires, des gens à persécuter, pour qu'une société puisse tourner normal'ment."

Là, il pensait précisément aux mutants. Lorsque leur existence serait révélée au moins, pas de doute, la société allait subir un changement. Mais il doutait que ce soit un changement qui leur profiterait, bien au contraire. Au moins, il était lucide sur la question et préférait s'attendre au pire plutôt que de subir une déception. Mais ça, pas question d'en parler à Eleonnora, pas tant qu'il ne serait pas sûr de son point de vue sur les mutants... si jamais elle était au courant un jour. Que penserait-elle si elle savait que les jumeaux en étaient ? Serait-ce une raison pour les rejeter ? Possible, difficile à prévoir à l'avance. Mais pour l'heure, Will se permettait de lui donner quelques conseils pour leur future rencontre. Cependant, la russe n'avait pas l'air très chaude à l'idée de faire une activité avec eux dès leur première rencontre. Lui n'aimait pas rester à rien faire, juste à discuter autour d'un café. Il trouvait que sortir et faire quelque chose permettait d'en apprendre plus sur une personne et sur sa façon d'être au quotidien. Mais ce n'était que son point de vue. Si Eleonnora était plus à l'aise autour d'un café, c'était son choix. Le plus important était que la rencontre se passe pour le mieux, peu importe l'endroit.

"T'as sans doute raison. Après tout, j'ai bien connu Rika en prenant un café, héhé. Dis, t'as quel âge au fait ? J'suis sûr qu'on a à peu près l'même !"

L'âge importait peu à ses yeux mais il était curieux de savoir combien d'années séparaient les jumeaux d'Eleonnora. Lui-même faisait parfois plus jeune que son âge à cause de son comportement enfantin. C'était juste sa façon à lui de prendre la vie avec légèreté, de se dédouaner de certaines choses. Il n'en restait pas moins quelqu'un de sérieux lorsqu'il le fallait, il savait s'adapter. Il fallait bien ça pour survivre. Et survivre à pieds était bien, mais pas des plus efficaces, surtout lorsque l'on habitait loin, le manoir de l'Institut étant particulièrement reculé, à l'écart de la ville. C'était mieux pour éviter que quelqu'un ne surprenne les mutants en herbe. Mais c'était moins pratique pour ceux qui ne possédaient pas de véhicule comme Will. Il comptait bien s'acheter un véhicule sous peu mais ne savait pas trop comment s'organiser. Au départ, il avait songé à un véhicule d'occasion mais Eleonnora lui avait conseillé d'en prendre un neuf plutôt. Il n'y connaissait rien en mécanique et ne voulait pas forcer Bobby à venir avec lui lors de l'acquisition d'un voiture d'occasion. Il était la seule personne qui s'y connaissait en mécanique et encore, il n'était pas certain qu'il connaisse les voitures autant que les motos. Peut-être qu'une voiture neuve poserait moins de soucis finalement. Il n'était pas très à l'aise avec les prêts, mais d'après Eleonnora, c'était le meilleur moyen.

"Bah Bobby s'y connait mais j'ai pas envie d'le déranger pour ça. J'vais sans doute prendre une neuve même si ce s'ra assurément pas la voiture d'mes rêves ! J'vais en prendre une pas trop trop cher mais m'en faut une assez grande, comme ça j'pourrais transporter tout l'monde facil'ment ! Merci pour tes conseils en tout cas."

D'ailleurs, ses conseils en matière de sushis étaient également les bienvenus. Will ne pouvait se vanter d'y connaitre grand chose contrairement à elle. Il se fiait donc à ses recommandations et se contentait de déguster le vin qu'elle avait choisi. Il appréciait cette boisson contrairement à Erïka. Il ne manqua d'ailleurs pas de le faire remarquer à la jeune femme afin qu'elle soit au courant si jamais elle organisait un repas. Comme elle le disait, on appréciait le vin à force d'en boire. Will était bien d'accord. Il n'appréciait pas tellement le goût de cette boisson avant d'en boire à plusieurs reprises. A présent, il le buvait avec plaisir et comme le disait Eleonnora, c'était ce qui convenait le mieux pour un bon repas. Les autres alcools étaient plus... festifs.

"Sûr. En tout cas, elle préfère de loin la vodka."

C'était une simple précision au cas où. Il doutait que la jeune femme fasse une remarque sur le fait qu'elle n'était pas encore majeure et qu'elle n'était pas censée boire d'alcool à son âge. Qui respectait ça, franchement ? Si Will ne s'était pas mis à l'alcool jeune, il serait sans doute mort de froid dans les rues de New York. Il n'y avait pas à dire, l'alcool, ça tenait chaud. Ce n'était cependant pas la raison pour laquelle Erïka en buvait. Elle aimait bien ça, c'était une raison suffisante. Et puis, ce n'était pas comme si elle abusait. Le rouquin apporta d'autres précisions à propos de sa soeur, ce qui ne manqua pas de surprendre Eleonnora. Fatalement, qui pouvait être à la fois fort et fragile ? Il fallait la connaitre vraiment pour pouvoir comprendre. Pour Will, c'était clair comme de l'eau de roche, mais il fallait dire qu'il connaissait vraiment bien la jeune femme.

"Il y a c'qu'elle affiche et c'qu'elle est vraiment. Crois moi, elle est forte pour avoir supporté tout c'qu'elle a pu subir. Mais ça l'a pas mal fragilisée au final. Mais t'verras bien par toi même, c'est sûr. Ce s'ra sans doute plus parlant si tu t'fais ta propre opinion. J'espère vraiment qu'vous allez bien vous entendre ! J'la veux cette photo !"

La soirée était bien commencée et Eleonnora ne comptait pas s'arrêter là, proposant de se rendre par la suite dans un bar karaoké. Will n'était pas contre même s'il n'y avait jamais mis les pieds auparavant. Il se demandait bien à quoi cela pouvait ressembler et si c'était très différent d'un bar normal. Il fit une petite plaisanterie sur le sujet et fut surpris d'apprendre que la russe n'était de loin pas une débutante dans le domaine, en ayant même fait son métier pendant un temps. Il pu admirer une photo qui prouvait ses dires même s'il ne les remettait pas en cause. Il ne s'était cependant pas attendu à une telle révélation. Comme quoi, on était bien incapable de deviner tout ce dont était capable une personne juste en la regardant. Eleonnora avait l'air nostalgique de cette époque, en parlant comme d'une grande fierté. Du coup, Will se demandait ce qui l'avait forcé à arrêter un métier dont elle semblait encore amoureuse. Les raisons pouvaient être multiples et il était bien curieux de savoir laquelle était la bonne. Il trouvait dommage que l'on soit forcé de stopper quelque chose que l'on aimait faire, quelque soit cette dite raison. L'ex chanteuse lui confia que ce n'était qu'un travail temporaire et qu'elle avait trouvé un boulot qui lui convenait mieux. Sans doute sous-entendait-elle par là que ce travail de cabaret ne payait pas suffisamment et qu'on ne pouvait pas vivre d'une vie entière grâce à ça. Après tout, on ne voyait jamais de chanteuses dans ce genre de spectacle qui dépassaient la trentaine d'années.

"C'est vraiment dommage, t'avais l'air parfaite pour ça. Ton fan club a dû déchanter ! J'ai hâte d'voir c'que ça peut donner en tout cas. Et j'comprends mieux pourquoi t'veux aller à un bar karaoké. Ca doit t'manquer. J'suis privilégié d'pouvoir assister à ton "retour"."

Au moins, ils savaient leur prochaine destination. Ils n'avaient donc plus besoin de parler pour le moment, la bouche de toute façon trop pleine pour ça. Will appréciait son repas, recommandant divers sushis qu'il voulait goûter. Eleonnora fit de même et le rouquin termina ceux qu'elle n'avait pas aimé, histoire de ne pas gâcher. Il avait pris l'habitude de toujours tout manger, même lorsqu'il n'aimait pas ça. Dans la rue on pouvait difficilement faire la fine bouche. Il profita du repas, alternant sushis et vin, veillant cependant à ne pas trop en boire. Il préférait se réserver pour d'autres alcools, un peu plus tard. De plus, puisque c'était Eleonnora qui le payait, il ne voulait pas en abuser et lui piquer une grande partie de la bouteille. Il ne bu donc au final que deux verres, pas plus. Lorsque vint l'addition, il attrapa la sienne et paya avec plusieurs billets sans attendre de retour de monnaie. Cela ferait un bon pourboire pour la serveuse, surtout qu'Eleonnora avait fait de même.

Il ne leur restait plus qu'à se rendre au bar à présent. Will se laissa conduire une nouvelle fois sur place, ignorant de toute façon où était le bar en question. Le trajet fut cependant rapide et peu de temps après, ils posaient les pieds sur place. Il n'était pas encore très tard mais il y avait déjà du monde. Ce n'était pas bondé mais il fallait déjà hausser un peu la voix pour se faire entendre. Heureusement, Eleonnora se dirigea vers le bar, endroit déjà un peu moins bruyant. Elle s'y installa comme si elle avait l'habitude de venir ici régulièrement. En fait, c'était visiblement le cas vu la façon dont elle s'adressa au barman. A moins qu'ils ne se connaissaient en dehors ? Elle le héla à sa façon et ce dernier ne tarda pas à venir vers eux, reprochant gentiment à Eleonnora sa façon de faire. Pour se permettre ça, ils devaient bien se connaitre, en effet.

Finalement, le barman se tourna vers William et se présenta, lui demandant s'il était un ami de Haley. De qui ? Le rouquin supposa qu'il s'agissait d'Eleonnora mais pourquoi un tel nom ? Etait-ce un pseudonyme qu'elle utilisait ici ? Ou bien encore son ancien nom de scène au cabaret où elle travaillait avant ? Sans doute. Et comment devait-il se présenter au juste ? Comme était son frère sans lien de parenté qui n'était même pas certain d'être accepté comme tel un jour ? Non. Ami ? Ils se connaissaient depuis peu mais s'entendaient bien. De là à les considérer comme des amis, c'était autre chose. Mais il n'était pas là pour faire des suppositions. Confirmer ce qu'il venait de dire serait suffisant. Automatiquement, il tendit la main vers le barman pour la lui serrer.


"Salut Nathan. Moi c'est William et ouais, j'suis un ami à elle. Vous vous connaissez d'puis longtemps tous les deux ? Et merci pour l'cocktail ! Crois moi, c'pas l'seul qu'tu vas m'servir !" fit-il avec un sourire "Goûtons ça..."

Will s'empara du verre et bu une gorgée, savourant le contenu quelques instants avant de boire la totalité du verre d'une seule traite. Il reposa ensuite le verre sur le bar en lâchant un soupir satisfait. Au moins, ce type connaissait son boulot. Il était temps de lui dire ce que le rouquin pensait de ce cocktail de son cru.

"Bah t'peux m'en r'faire un, s'te plait ! Ca répond à ta question ?" répondit-il finalement en levant le pouce en l'air avant de poser un billet sur le comptoir. Le premier était peut-être gratuit mais pas les suivants! "J'sais pas c'que t'as mis d'dans, mais c'est pas mal ! C'est frais, on pourrait en boire un paquet d'affilé sans souci. Ca arrache pas trop, on sent bien l'goût du fruit... Non, c'est top. J'sens qu'tu vas pouvoir nous en faire d'aut' au cours d'la soirée !" ajouta t-il avant de se tourner vers Nora "Tu tiens bien l'alcool j'espère ? P't'être qu'tu devrais chanter avant, remarque... Quoiqu'ça peut êt' drôle !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 5 Mar 2013 - 18:57

Eleonnora n’était pas une femme stupide. Au contraire, elle était cultivée et voyait certaines choses comme personne d’autre. Puisqu’elle travaillait dans une organisation gouvernementale où trainaient des centaines de milliers d’informations importantes, secrètes, confidentielles, elle apprenait parfois certaines choses au sujet de la société actuelle. Bien évidemment, elle savait tenir sa langue, mais cela la menait à changer sa vision des choses. Elle ne pouvait rester ignorante face à ce qui se produisait dans le monde, actuellement. Le sujet mutant était l’un des secrets les plus gardé qui soit, actuellement. Elle connaissait bien leur existence, mais se devait de la taire et la dissimuler aux yeux de la population. Pour le bien de ces personnes possédant des dons hors du commun et pour éviter le révolte d’une société américaine totalement intolérante et apeurée face à la différence et au changement, elle devait préserver ce secret. Un jour, peut-être, elle pourra espérer voir les changements s’opérer peu à peu et observer une certaine cohabitation entre mutants et humains. C’était déjà le cas, si on pouvait dire. Cependant, les personnes différentes se cachaient et avaient peur. Ce n’était pas une vie pour eux. Ils ont le droit de vivre comme n’importe qui.
Quoi qu’il en soit, William avait raison. Il y aura toujours des gens plus forts qui tenteront de massacrer les plus faibles. Ça, personne ne pouvait l’empêcher. Elle devait donc savoir se défendre. Il n’y avait pas d’autres solutions. C’était une jungle urbaine où le but était de survivre.


-« Il y aura toujours des gens plus forts… Il n’y a pas d’autres solutions que d’apprendre à se défendre à devenir bien plus fort. C’est une question de survie, dans ce monde. »

La discussion se poursuivait, passant d’un sujet à l’autre aisément. Ils ne manquaient pas de sujets de conversation, c’était certain. Ils avaient beaucoup à apprendre l’un de l’autre et avaient également l’occasion de parler ouvertement de certains sujets afin de donner leurs opinions respectives sans se crier dessus. Le jeune homme lui demanda quel était son âge. Elle ne devait pas être bien plus âgée que lui. Il devait avoir passé la vingtaine, contrairement aux jumeaux.

-« 25 ans. Je suppose que tu ne dois pas être bien plus vieux, non ? »

Ils étaient dans le monde adulte. En général, à leur âge, les gens avaient pratiquement tous une voiture ou bien un permis de conduire. William pensait justement à passer le sien et se procurer une voiture, par la suie. Selon Eleonnora, la meilleure chose à faire était d’opter pour une véhicule neuf où il n’aura aucun problème avec la mécanique. Elle ne faisait pas vraiment confiance aux véhicules usagés qui avaient parcourus des centaines et des centaines de kilomètres sur la route. Elle lui recommandait fortement de faire affaire avec une banque, au besoin, s’il désirait obtenir un prêt. La décision finale revenait au rouquin, libre de faire ce qu’il désirait.

Eleonnora avait tendance à donner son opinion sur n’importe quel sujet, mais lorsqu’elle le faisait, elle savait de quoi elle parlait. Elle s’y connaissait en mécanique, mais également en alcool. Elle aimait bien le vin et partageait sa bouteille préférée avec le rouquin, lui faisant ainsi découvrir quelque chose qu’il n’avait probablement jamais gouté. Le goût était léger et se mariait à merveille avec les sushis. Elle buvait de tout et avait une bonne tolérance à l’alcool, malgré qu’elle avait parfois tendance à dépasser ce seuil.
William et elle parlait de sa sœur et il lui révéla que cette dernière détestait le vin, préférant la vodka. Cela arracha un petit et bref rire à la jeune femme. Au moins, elles avaient un point commun.


-« On colle bien au stéréotype des russes, alors. »

Elles avaient également un autre point en commun : elles semblaient si fortes et indestructibles, mais elles portaient de lourdes cicatrices qui les fragilisaient. Eleonnora avait eu la chance de consulter une excellente psychologue qui l’avait menée à tourner une nouvelle page de sa vie et faire ce qu’elle voulait réellement. Depuis qu’elle avait trouvé ce travail au cabaret, sa vie ne s’en était portée que mieux, tout comme sa santé. Elle avait cessé de se morfondre, de ressasser le passé. Elle avait tiré un trait sur la guerre, sur le traumatisme qu’elle y avait vécu. Maintenant, elle allait de l’avant. Était-ce le cas de sa sœur ? Elle le lui souhaitait. Personne ne méritait de se vivre ce qui l’avait hanté lorsqu’elle était revenue du champ de bataille. La jeune femme savait que les problèmes de sa sœur avaient été bien différents des siens. Cependant, elle était loin de se douter qu’il y avait bien plus que ça, quelque chose de bien plus terrible. .

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le moment de penser à des choses négatives. Parlant du bar où ils comptaient se rendre par la suite, Eleonnora lui confia qu’elle avait déjà travaillé dans un cabaret en tant que chanteuse. Elle avait adoré son expérience, elle aurait voulu continuer dans cette voie, mais avait finalement lâché ce travail pour intégrer le SHIELD. On pouvait au moins dire qu’elle était un agent compétant. Elle aimait sentir qu’elle faisait une différence au fil des missions, mais il lui arrivait parfois de regretter sa décision. Lorsqu’elle partait, c’était souvent pour plusieurs jours. Elle laissait Evelynn seule alors qu’elle allait risquer sa vie dans des missions parfois périlleuses. Sa douce lui manquait, dans ces moments-là. Elle préférait bien plus être avec elle que de passer son temps à s’absenter. Un jour, elle le savait, cela finira par poser problème dans leur couple. Ce jour-là, elle l’appréhendait, sachant très bien qu’elle devra de nouveau lui mentir en pleine face. Elle ne voulait plus à avoir à se cacher…

Elle devait penser à autre chose, se concentrer sur les points positifs de sa vie actuelle. Ce soir, elle allait chanter. Cela allait lui faire le plus grand bien. Lorsqu’elle avait besoin d’évacuer la pression, elle s’emparait d’un micro et laisser aller ses émotions. Elle allait faire une petite démonstration à William de ce qu’elle savait faire. La jeune femme avait envie de bouger, de faire la fête. Elle allait oublier toute la négativité qui l’habitait afin de se jeter tête première dans sa plus grande passion.


-« Il y avait quelques clients habituels qui m’aimaient bien, mais de là à dire que j’ai un fan club… Enfin, tu l’entendras par toi-même. »

La conversation fut interrompue par l’arrivée du repas. Les deux jeunes adultes mangèrent à leur faim, jusqu’à ce qu’ils n’aient plus la force d’avaler un sushi de plus. Eleonnora laissa William prendre les quelques morceaux qu’elle n’avait toujours pas touché, n’ayant plus d’appétit. Elle termina sa bouteille de vin avant de payer sa partie de l’addition. Une fois qu’ils eurent quitté le restaurant, ils montèrent dans la voiture de la jeune femme et se dirigèrent vers le bar. Elle avait déjà une bonne dose d’alcool dans le sang, mais rien d’assez important pour que cela influence sa conduite. Elle devait éviter de trop boire si elle voulait être en mesure de rentrer chez elle à la fin de la soirée.

Une fois qu’elle eut mis les pieds dans l’établissement, la jeune femme se dirigea au bar et s’installa confortablement sur un tabouret. Elle héla le barman, un ami à elle, lui demanda à sa manière de venir la servir, ce qu’il ne tarda pas à faire avec politesse. Lorsqu’il se tourna vers William, il demanda s’il était un ami à elle, l’appelant par un surnom peu utiliser par les gens en général. En fait, il n’y avait plus que ses anciens collègues de travail qui l’appelait ainsi. Sûrement avait-il entendu l’un de leur ami en commun la nommer ainsi à plusieurs reprises. Quoi qu’il en soit, ce surnom ne la lâchait pas, mais elle n’allait pas s’en plaindre. Lorsqu’elle travaillait au cabaret, les filles trouvaient qu’Eleonnora était un prénom un peu long. Certaines l’appelaient Nora, donc Ele. Puisque ce diminutif n’était pas spécialement jolie, cela fini par muter en Haley. C’était joli et elle pouvait l’utiliser plus facilement comme nom de scène.
Perdue dans ses pensées, ressassant de vieux souvenirs, elle laissait son ami Nathan discuter avec William. Il venait de lui servir un cocktail de son cru, lui demandant de lui donner son avis. La rouquin le questionnait un peu, désirait savoir s’ils se connaissaient depuis longtemps.


-« Je dirais mmhh… ça doit bien faire six mois que je supporte cette petite peste. » Il fit un grand sourire à Eleonnora. « N’empêche, c’est grâce à elle que je suis en couple, maintenant. »

-« T’es en couple!? » S’exclama soudainement Eleonnora, s’étouffant pratiquement avec sa boisson. « Avec qui?! »

-« Avec la fille que tu m’as présenté le mois dernier, qu’est-ce que tu crois ? »

-« Tu m’avais dit que tu ne voulais qu’un plan cul ! »

-« L’amour fait changer d’avis. »

-« L’amour ? Monsieur je-drague-toute-les-belles –femmes-qui-passent-pour-les-baiser est tombé amoureux de son plan cul ? » Elle éclata de rire. « Sérieusement ? Eh bien, je te souhaite que ça dure. »

-« Je te signale que tu n’es pas mieux que moi, à ce que je sache. Maintenant bois ton cocktail et étouffe toi avec, ma morue. » Répondit l’homme avec le même ton amusé qu’elle. « T’es en couple, Will ? Je peux t’appeler Will ? »

Il servit un autre verre à William puis pris le billet sur la table. Il lui rendit la monnaie avant de s’occuper de la carte de crédit qu’Eleonnora lui tendait. C’était toujours la même routine lorsqu’elle venait au bar. Elle lui confiait sa carte de crédit et lui chargeait de toute consommation qu’elle prenait avec de lui faire payer le tout. Les choses étaient plus simples ainsi. Il était toujours surpris du pourboire qu’elle laissait à chaque fois. Le montant variait selon sa capacité à lire les chiffres sur la machine à cartes. Jamais elle ne semblait se plaindre du montant qu’elle laissait, même une fois dégrisée.
William demanda à la jeune femme si elle tenait bien l’alcool. C’était le cas, mais avec la bouteille de vin qu’elle avait commandé un peu plus tôt, elle ne savait si elle sera en mesure de boire autant qu’à son habitude. Et puis, ce n’était pas si grave, de toute façon. Elle avait l’argent pour se payer un taxi, au besoin.


-« Oui, je tiens assez bien. J’espère que c’est ton cas aussi. Je n’ai pas envie de te voir vomir sur mes bottes. » Elle se tourna vers le barman. « Mets toutes les consommations sur ma carte. Moi, je vais chanter. »

-« Le Dj a ajouté de nouvelles chansons à son répertoire, mais essaie de ne pas trop nous casser les oreilles avec ta voix, tu veux ? »

Il alla servir un client, assis un peu plus loin au bar, puis revint vers William. Pendant ce temps, la jeune femme discutait avec l’homme qui s’occupait de la musique et du son. Elle cherchait une chanson qu’elle connaissait bien parmi son répertoire. Elle espérait pouvoir interpréter quelque chose de nouveau, qui ferait changement de ses habitudes. Lorsqu’elle en trouva une qu’elle lui plaisait, elle monta sur la petite scène, qui était complétement déserte pour l’instant et s’empara du micro sans même l’allumer. Elle n’en avait pas vraiment besoin, possédant une voix forte qui portait assez bien dans une petite salle comme celle-ci. D’ailleurs, alors que la musique débutait, Nathan se pencha vers le rouquin.

-« Fais gaffe à tes oreilles, elle a toute une voix ! Elle a beau avoir un micro dans les mains, elle ne s’en sert jamais, elle l’éteint toujours avant de chanter. C’est que pour la frime et le style, tu vois ? Mais faut reconnaitre qu’elle chante vachement bien. »

Eleonnora était parfaitement dans son élément lorsqu’elle chantait. Elle se sentait simplement bien, se laissant tous simplement porter par le rythme de la musique. Elle avait une assez bonne présence sur scène et on pouvait voir qu’elle s’amusait réellement. Elle avait oublié tous ses tracas.



Une fois la chanson terminée, elle donna le micro au DJ et revint s’assoir au bar. Nathan l’accueillit avec son cocktail préféré. Il connaissait ses goûts et ses habitudes. Elle était satisfaite de sa performance, se sentant bien mieux, à présent. Elle pourrait monopoliser le micro toute la soirée, si elle le désirait, mais préférait discuter avec les deux hommes, pour l’instant. Elle était d’excellente humeur.

-« Alors, comment vous trouvez la chanson ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 5 Mar 2013 - 23:02

Eleonnora avait raison. Il y avait toujours plus fort que soi. Ne disait-on pas que c'était la loi du plus fort ? Du Talion ? Celui qui dominait les autres dominait tout le reste ? Finalement, ceux qui n'étaient pas assez forts se faisaient rapidement écraser par les autres. Serait-ce ce qui attendait les mutants ? Ils étaient plus forts que les humains, c'était un fait. Mais ils étaient sans doute moins nombreux. Et puis, l'être humain était doué pour se protéger et inventer des armes qui leur permettraient de se préserver d'une façon ou d'une autre. Qui dominerait l'autre au final ? Les mutants ne pouvaient que se serrer les coudes en attendant. Plus ils seraient nombreux à oeuvrer dans le même sens, mieux ils pourraient affronter ce qui les attendait. En dehors de ça, la survie était d'actualité pour tout le monde mais était néanmoins plus présente chez certains que chez d'autres. Certaines personnes n'avaient jamais eu à se battre pour rester en vie ou juste pour obtenir de quoi manger. Lorsque l'on naissait avec une cuillère en argent dans la bouche, on était à l'abri de bien des besoins. Etait-ce le cas d'Eleonnora ? C'était possible mais Will en doutait juste à la façon qu'elle avait de parler du sujet. Il supposait qu'elle aussi avait dû vivre certaines choses plutôt délicates. Mais il ne comptait pas lui demander quoi.

"C'est dommage d'en arriver là. Au final, la civilisation a pas tant évoluée. On en est encore à d'voir s'battre pour survivre, quitte à prendre la place d'un aut'. Mais bon, au moins, on est pas seuls. J'suis content d'pouvoir compter sur ma famille pour m'soutenir à présent."

Parce que ce n'avait pas toujours été le cas jusqu'à présent. D'abord parce que sa famille l'avait rejeté mais aussi parce qu'il avait passé plusieurs années tout seul, à désespérément tenter de survivre. Désormais, les choses étaient bien différentes. Il avait tout d'abord eu Amy qui ne l'avait jamais quitté depuis. Il lui devait sans doute sa survie car il avait trouvé en elle une raison de se battre. Puis était arrivée Erïka et sa famille. Plus le temps passait et plus il s'en rapprochait, découvrant même de nouveaux membres à cette famille. Eleonnora était l'un d'entre eux et on pouvait dire que le courant passait plutôt bien entre eux. Il espérait donc sincèrement qu'il en soit de même pour les jumeaux et qu'ils l'accepteraient ainsi que leur père. Lorsque l'on avait une famille, mieux valait en prendre soin. Et mieux on la connaissait, plus on était capable de s'en occuper. Will était donc curieux d'en savoir plus sur Eleonnora et il en profita pour lui demander son âge.

"J'aurais 25 ans en avril."

Ils avaient quasiment le même âge, ce qui expliquait sans doute pourquoi ils s'entendaient bien. Il était généralement plus simple de s'entendre avec les gens du même âge même si ce n'était pas toujours vrai. Will aimait bien faire les choses avec légèreté et avait plus tendance à agir comme un enfant que comme un adulte. Mais qu'y avait-il de mal à s'amuser un peu ? Etre adulte ne voulait pas dire être sérieux et coincé. S'amuser, c'était pour tous les âges. Il espérait donc bien que la soirée ne se limiterait pas à un petit tour au restaurant mais il ignorait à quoi s'en tenir. Ne préférant pas se faire des idées, il attendait que les choses viennent à lui, quitte à ce qu'il doive s'imposer pour diriger la soirée à son tour. Pour l'heure, il n'en avait pas besoin.

Eleonnora et lui s'étaient installés à un restaurant de sushis à l'ambiance calme qui leur permettait de discuter tranquillement. A vrai dire, ils parlaient plutôt pas mal d'Erïka et de la future rencontre à venir. Will donnait son avis sur l'alcool présent à table mais ne pu s'empêcher d'ajouter un commentaire à propos de sa soeur comme s'il cherchait à ce qu'Eleonnora en sache le plus possible sur cette dernière pour qu'elle puisse appréhender leur future rencontre. A vrai dire, Will craignait que cela se passe mal. Il ne demandait qu'à ce qu'elles s'entendent bien vu qu'il appréciait les deux. Eleonnora fit remarquer que toutes les deux appréciaient la vodka, répondant aux stéréotypes russes. A vrai dire, les deux soeurs se ressemblaient pas mal sur plusieurs points.


"C'est pas faux... Ca va que j'colle ni aux stéréotypes américains ni aux stéréotypes irlandais ! Mais m'faire passer pour un russe c'est d'jà plus dur... Boire d'la vodka, ça compte ?" demanda t-il en riant à demi

Plus la discussion avançait, plus Will se disait qu'il valait mieux qu'il cesse de trop en dire à propos d'Erïka. Même si son affection pour elle parlait pour lui, il restait lucide sur sa véritable façon d'être. Peut-être était-ce parce qu'ils ne s'étaient pas entendu tout de suite... mais en tous les cas, il la connaissait suffisamment bien pour connaitre son fonctionnement. Il ne savait pas tout ce qu'elle avait pu vivre par le passé mais il savait que cela l'avait profondément marqué, au point de faire d'elle ce qu'elle était à présent : une fille agressive qui ne se laissait pas facilement approcher et dont il était difficile d'obtenir la confiance. Mais tout le monde changeait, petit à petit. Le rouquin ne voulait cependant pas influencer Eleonnora en en disant trop à propos de sa soeur. Mieux valait cesser là cette partie de la discussion et se pencher sur autre chose.

Eleonnora évoqua la suite de la soirée. Comme Will l'avait espéré, elle n'allait pas se terminer à ce simple restaurant et c'était tant mieux. La proposition était de se rendre à un bar. Un bar karaoké plus précisément. Le rouquin n'y voyait pas d'inconvénient, n'ayant jamais été dans ce genre d'endroit, curieux de voir de quoi ça avait l'air. Mais il ne s'attendait pas à ce que la russe soit une professionnelle à qui chanter ne faisait pas peur. Parfois, les gens faisaient du karaoké entre amis pour s'amuser, chanter comme des casseroles et simplement passer un moment amusant. Eleonnora, elle, était une connaisseuse, ayant chanté pendant plusieurs années sur scène. Difficile alors de rivaliser avec elle ! Même si elle ne faisait plus ce métier actuellement, elle avait sans doute dû en conserver de bonnes dispositions. On oubliait pas comment l'on chantait du jour au lendemain. Cependant, si l'on ne s'entrainait pas régulièrement, il était possible de perdre un peu sa voix. Will était pressé de la voir à l'oeuvre, curieux de savoir ce qu'elle savait faire. Lui, il ne chantait que lorsqu'il était seul, de temps en temps. Comme tout le monde quoi ! Rien d'exceptionnel.

Les gens qui avaient un talent particulier étaient souvent enviés par ceux qui n'en avaient pas. Cependant, Will n'enviait pas tellement Eleonnora. Il trouvait dommage qu'elle ait arrêté ce métier qui lui plaisait tant mais il supposait qu'il n'y avait pas que des bons côtés non plus. Parfois, lorsque l'on commençait à être trop connu ou trop bon dans un domaine, des jalousies pouvaient se créer. Des fans pouvaient éclore et donner naissance à des stalkers psychopathes. Par chance, elle n'avait pas l'air d'avoir eu à subir quoique ce soit du genre. En plus d'être une belle fille, elle était talentueuse. Le rouquin était certain qu'elle devait avoir plus de fan qu'elle ne le disait. Pourtant, elle n'était pas du genre à être modeste. Peut-être ne l'avait-elle tout simplement pas constaté. Peu importait de toute manière... c'était du passé.

Leur repas étant arrivé, ils purent en profiter à leur rythme, savourant sushis et vin tour à tour. Mais ils ne s'attardèrent pas plus que prévu. Après tout, il y avait une suite à cette soirée ! Quittant le restaurant, ils se rendirent au fameux bar karaoké sur lequel Eleonnora avait jeté son dévolu. Visiblement, elle était une habituée là aussi vu la façon dont elle trouva le chemin, s'installa au bar et... agressa le serveur ?? C'était plus que certain, elle le connaissait. La russe devait sortir assez souvent et ne pas être du genre à rester tranquillement chez elle une fois le soir venu. Will la suivit docilement et s'installa à côté d'elle, déposant son blouson sur le dossier. Il suivit la discussion sans s'en mêler, trouvant amusant la façon qu'ils avaient de se parler l'un l'autre. Puis finalement, le barman nommé Nathan se présent à Will. Il avait l'air d'être quelqu'un de chaleureux. Il valait mieux, pour un barman ! Will but le cocktail offert, donnant son avis sur la question tout en en réclamant un autre, payé cette fois.

Pendant ce laps de temps, Eleonnora sembla réaliser quelque chose sur ce que venait de dire son ami. S'ensuivit une discussion des plus comiques entre les deux. On aurait dit deux célibataires endurcis qui parlaient de leurs conquêtes. Enfin... il y avait un peu de ça. Will ne pu s'empêcher de laisser échapper un rire en les écoutant.


"On dirait un vieux couple, vous êtes marrants."

Mais Nathan ne fut pas en reste et questionna le rouquin à propos de sa vie de couple. Oh ça oui, il l'était et il ne comptait pas se séparer de sa belle avant un moment. Lors de sa mort sans doute. Ce n'était pas pour rien qu'il comptait l'épouser. Leur histoire était un peu compliquée pour des gens qui ne l'avaient pas vécu mais pour lui, cela coulait de source. De toute façon, personne n'allait les juger, si ? Il hocha donc la tête, attrapant son cocktail dont il but plusieurs gorgées avant de finalement répondre.

"Tu peux, tout l'monde m'appelle comme ça, pas d'souci. Et ouais, j'suis en couple d'puis un peu plus d'un an. En fait, ça fait six ans qu'on vit ensemble mais on est en couple d'puis peu. Et on s'ra même bientôt plus !"

Puisqu'ils étaient dans un bar, Will demanda à Eleonnora si elle tenait bien l'alcool. Vu la bouteille de vin qu'elle avait déjà descendue, même s'il l'avait un peu aidée, on pouvait dire qu'elle ne se saoulait pas rapidement. Mais il espérait qu'elle serait en mesure de pouvoir jouer un peu avec lui. Il avait une idée derrière la tête mais voulait s'assurer qu'il ne gagnerait pas trop facilement et que son adversaire serait à la hauteur de ses espérances. La russe confirma sa capacité à aligner les verres, lui retournant la question d'une manière fort peu élégante. Vomir ? Même complètement bourré, Will ne vomissait pas. C'était comme si son corps refusait de rejeter le peu de nourriture qu'il avait pu ingurgiter. C'était entré, ça ne ressortait plus ! Il fallait dire qu'il avait un métabolisme rapide et qu'il digérait vite. Mais là encore, il ne vomissait même pas de bile. A croire qu'il en était juste incapable. Les bottes d'Eleonnora étaient donc sauves.

"T'inquiète, j'vomirais pas. Mais il est possible qu'un tas d'conneries sorte d'ma bouche quand même."

A peine eut-il répondu que la jeune femme déposa sa carte de crédit et s'éloigna vers la scène pour aller chanter. Elle comptait payer toutes les consommations ? Will se demandait comment elle faisait pour ne jamais être à sec si elle dépensait toujours autant. Vraiment, elle devait être riche. Malgré tout, le rouquin ne voulait pas profiter d'elle et de sa générosité, si l'on pouvait appeler ça comme ça. Cela lui faisait plaisir qu'elle lui offre les boissons mais il ne voulait pas qu'elle croit qu'il profitait d'elle et surtout de son porte-monnaie. Sans regarder Nathan, suivant la jeune femme des yeux, il fit une remarque à ce sujet.

"Sa générosité la perdra un jour. Elle est p't'être riche mais j'espère qu'elle tomb'ra pas sur quelqu'un qu'en profit'ra."

C'était plus une réflexion pour lui-même qu'autre chose mais cela lui semblait juste évident. Et inquiétant. Will termina son verre et le reposa sur le comptoir avant de s'installer à son aise pour regarder Eleonnora chanter. Le barman fit une remarque avant qu'elle ne commence. Elle chantait sans micro ? Il fallait oser... et surtout ne pas douter de ses capacités. Apparemment, elle n'avait rien perdu de sa puissance vocale, d'après ce que disait Nathan. Quelque part, cette façon de faire pour se mettre en avant ne surprenait pas Will.

"La frime hein ? Ca lui correspond bien. Vu ses antécédents, j'suppose qu'on va juste en profiter autant qu'nos oreilles. Tes clients ont d'la chance, ce soir !"

Et il eut rapidement confirmation de ce qu'il avançait. Eleonnora chantait vraiment bien. C'en était vraiment surprenant. Sa voix résonnait sans avoir besoin d'enceintes pour la faire porter au fond de la salle, si bien qu'on en profitait sans doute plus que si elle avait laissé le micro allumé. C'était tout simplement beau. Will écouta en silence et se mit à applaudir une fois la chanson terminée. Eleonnora revint s'asseoir à côté de lui, demandant leurs avis sur sa prestation. Le rouquin se repositionna face au bar, la laissant boire un peu.

"Sensas' ! T'aurais pu faire carrière chuis sûr ! Heureus'ment que j'chante pas à mon tour, j'aurais juste l'air d'un plouc après toi. Ca doit donner soif d'chanter comme ça, nan ? Tiens, en parlant d'ça... Ca t'dit un p'tit jeu ? J'te défie ! Nathan nous prépare l'même cocktail à chaque fois, libre à lui pour les mélanges, plus ou moins forts. On doit descendre rapid'ment l'verre et l'dernier a l'finir a un gage dont décide l'gagnant. Ca t'va ? J'espère qu'tu tiendras plusieurs manches !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 8 Mar 2013 - 6:58

Il n’y avait rien de mieux que le soutient de sa famille et de ses proches pour évoluer dans la vie. Eleonnora avait eu beaucoup de chance en naissance dans un grand manoir où l’argent ne manquait jamais. Elle n’avait peut-être pas eu autant d’attention de la part de ses parents qu’elle l’aurait désiré, mais elle avait passé son enfance avec les domestiques vivant au manoir familial. Elle avait développé une certaine maturité ainsi que son indépendance bien plus rapidement que les autres enfants de son âge. Jeune, elle était très turbulente et adorait bouger, courir n’importe où et faire mille et une conneries. Cependant, lorsqu’elle le pouvait, elle passait beaucoup de temps à aider les domestiques dans leurs tâches, cherchant à apprendre et à faire comme eux, comme si cela était un jeu. Elle voulait grandir rapidement, entrer dans le monde des adultes et pouvoir faire ce qu’elle désirait sans avoir à supporter les réprimandes de ses parents. Elle avait décidé de suivre les traces de son père, demandant à celui-ci de l’entrainer. Ainsi, elle avait développé et peaufiné certaines techniques de défense enseignées à l’armée. Lorsqu’elle y entra, elle savait parfaitement comment les choses fonctionnaient, comment elle devait agir et, surtout, elle avait une bonne idée de ce qui l’attendait. Ses nombreuses connaissances et ses entrainements en compagnie de son père lui avait permis de faire ses preuves et de devenir une recrue modèle. Elle faisait la fierté de ses officiers et celle de son père.

Même si la relation avec ses parents n’était pas la meilleure qui soit, Eleonnora pouvait se compter chanceuse d’avoir une famille comme la sienne. Il s’agissait d’une famille bourgeoise parmi tant d’autres où rien de semblait les atteindre. William s’était retrouvé à la rue. Avait-il perdu sa famille ? Elle n’en savait rien. Cependant, il était la preuve vivante que la vie pouvait nous jouer des sales coups, mais qu’il était toujours possible de les surmonter et de franchir chaque obstacle sur notre chemin. Il était passé d’itinérant à employé dans l’une des plus prestigieuses multinationales de ce monde. Il était encore jeune et il pouvait refaire sa vie comme il l’entendait, maintenant qu’il avait les ressources pour cela. Dans quelques mois, il aura le même âge qu’Eleonnora. Cette dernière, malgré ses vingt-cinq années de vie, avait fait des études dans une prestigieuse école de Russie avant de s’enrôler dans l’armée et d’être envoyée au front. Par la suite, elle immigra aux États-Unis et travailla comme chanteuse avant de finalement décrocher un poste en tant qu’agent de terrain dans une agence gouvernementale. Qu’en sera-t-il pour la suite ? Seul l’avenir pourra le dire.


-« Ton anniversaire est bientôt, alors. Tu as des plans de prévu ? Une super fiesta en perspective ? »

Ils avaient pratiquement le même âge, mais ils ne se ressemblaient pas pour autant. Ils avaient vécu des choses bien différentes, n’avaient pas la même situation financière ni même familiale et n’était pas de la même nationalité. Cependant, ce n’était que des détails. La jeune femme était sociable et arrivait facilement à s’entendre avec les gens, peu importe leur âge. Cela ne changeait en rien sa façon de se comporter et de voir les choses. Tout dépendait de la personne avec qui elle se trouvait. Avec William, elle pouvait se comporter comme elle était réellement, à quelques exceptions près. Il y avait certains sujets qu’elle ne pouvait pas aborder avec lui. En fait, elle réalisait que jamais elle n’avait pu être totalement honnête sur ce qu’elle était. Même sa douce Evelynn ne connaissait pas certains de ses secrets. Elle aimerait tant lui en parler… mais aurait-elle le courage de le faire un jour ?

Quoi qu’il en soit, il valait mieux mettre de côté ses soucis. Ce n’était pas le moment. Eleonnora était en compagnie du rouquin et souhaitait passer une bonne soirée en sa compagnie. Elle dégustait un délicieux vin, accompagné d’excellents sushis. Que pouvait-elle demander de plus ? Un bon cocktail à base de vodka, peut-être. Elle pourra en profiter une fois qu’ils seront au bar. Elle n’était pas très difficile question alcool, mais elle adorait particulièrement la vodka. En plus d’être blonde aux yeux bleus, elle ne faisait que correspondre davantage aux stéréotypes collant à la peau des russes.


-« Je crois que si chaque personne buvant de la vodka était aussitôt considéré comme Russe, on représenterait le tiers de la population mondiale. »

Une fois au bar, Eleonnora profita des cocktails de son ami barman. Elle adorait découvrir ses nouvelles créations en matière de boisson alcoolisée. Les derniers essais n’étaient pas très concluants, mais celui qu’elle lui servit ce soir était absolument délicieux. Elle termina assez rapidement son verre tout en discutant avec Nathan. Ils plaisantaient, s’entendant à merveille ensemble. Ils ne cessaient de s’envoyer des piques, question de se taquiner un peu. William les qualifia de vieux couple. Elle agissait souvent ainsi avec ses amis de sexe masculin. Le plus marrant était d’observer les femmes qui passaient et de faire ce genre de commentaires que les hommes faisaient entre eux, habituellement. Il y avait toujours un certain malaise de leur côté. Un jour, peut-être, ils finiront par s’y faire.

Nathan parlait un peu avec le rouquin afin d’apprendre à le connaitre, de socialiser un peu. Il apprit qu’il avait une petite amie. D’ailleurs, lorsqu’il avoua qu’il n’était avec elle que depuis un an alors qu’ils vivaient ensemble depuis bien plus longtemps, Eleonnora se demanda pourquoi les choses avaient tant trainé. Avaient-ils vécu la même situation qu’elle ? Elle aimait Evelynn depuis longtemps, mais n’avait jamais avoué quoi que ce soit à cette dernière de perdre de gâcher leur amitié et de la perdre. Évidemment, il y avait peut-être d’autres raisons, mais cela ne la concernait pas. Enfin… même si c’était le cas, elle avait tendance à poser des questions un peu trop directes et indiscrètes.


-« Vous serez plus ? Tu as couché avec, au moins ? Le sexe c’est troooop bien ! D’ailleurs, il faut que je vous raconte un truc que j’ai découvert au sex-shop, l’autre jour… »
-« Hep hep hep ! Tais-toi et bois. Je n’ai pas envie de t’entendre déballer ta vie sexuelle, ce soir. Tu tiens vraiment à traumatiser Will ? »
-« Mais allez ! De toute façon, tous les mecs passent leurs journées à penser au sexe, c’est connu. »

Le moment n’était plus à la conversation, mais bien à la chanson. La jeune femme avait envie de s’amuser un peu sur la scène. Elle alla s’entretenir avec le DJ, laissant Nathan et William discuter ensemble. Le rouquin s’inquiétait pour Eleonnora et sa manie de dépenser sans compter. C’est vrai, elle adorait utiliser sa carte de crédit, mais elle n’était pas stupide, non plus. Elle savait reconnaitre les gens honnêtes et les distinguer de ceux qui tentaient d’abuser d’elle. Elle avait beaucoup d’expérience en tant qu’agent et elle était assez intelligente pour savoir ce qu’elle faisait. Elle avait toujours bien gérer son argent et elle n’allait pas laisser le premier venu en profiter.

-« Ne t’en fais pas, elle est loin d’être idiote. Elle a un véritable don pour savoir qui tente de profiter d’elle ou non. C’est un peu comme un sixième sens chez elle. Elle les voit arriver de loin les profiteurs. »

La musique débuta et Nathan expliqua rapidement à William que la jeune femme ne faisait que frimer avec son micro. Elle n’en avait pas besoin pour que sa voix soit projetée à travers la salle. Le bar n’était pas gigantesque, il était tout ce qu’il y avait de plus accueillant et chaleureux. C’était le genre d’ambiance qui plaisait aux clients, en général. Ainsi, certaines personnes plus timides arrivaient parfois à monter sur scène afin de se prêter au jeu et faire profiter les autres de leurs talents en chant. Même ceux qui avaient une voix à casser des oreilles s’amusaient bien sur scène. Après tout, c’était le but de l’endroit. Cependant, qui oserait prendre le micro suite à la prestation d’Eleonnora ? Elle était professionnelle, elle avait une voix merveilleuse et le talent nécessaire pour percer dans le métier si cela lui effleurait un jour l’esprit. Cependant, elle avait bien d’autres objectifs pour ce qui était de sa vie professionnelle.

Une fois sa chanson terminée, la jeune femme retrouva sa place devant le bar. Elle demanda aux deux hommes ce qu’ils avaient pensé de sa prestation. Si l’avis de Nathan elle le connaissait déjà, ce n’était pas le cas de celui du rouquin. Elle appréciait les commentaires que ce dernier faisait à propos de son talent. Elle était flattée, cela ne faisait qu’engraisser son égo, déjà bien énorme. Elle but quelques gorgées de son cocktail, après tout, une telle prestation donnait soif. Elle ne savait pas si elle allait retourner chanter à l’avant de la salle. William avait une belle idée de jeu afin de poursuivre la soirée et cela ne lui déplaisait pas. Elle adorait relever des défis. Résistant plutôt bien à l’alcool, ce n’était certainement pas un concours de beuverie qui allait lui faire peur.


-« Défi accepté. Tu vas perdre à coup sûr. » Fit-elle, le sourire aux lèvres. « Ce genre de choses, ça me connait. »

Elle termina rapidement son cocktail et laissa Nathan leur servir une boisson de son cru. Il y allait doucement sur l’alcool pour commencer. Il n’avait pas envie de les voir complétement saouls à la fin de la soirée. Il savait au moins comment réagissait Eleonnora lorsqu’elle avait trop bu et pouvait faire en sorte de l’empêcher de faire trop de conneries. Les verres s’enchainaient rapidement. Ils s’arrêtaient toujours entre deux boissons, le temps que le perdant réalise son gage. Puis, ils reprenaient de plus belle. Il ne comptait plus le nombre de verre qu’il leur avait servis. Cinq ? Six ? Quelque chose comme ça.

Eleonnora commençait à être envahie par l’alcool dans son sang. Elle avait la tête qui tournait légèrement. Rien de bien grave. Elle avait bu une bonne dose de vin avant de se rendre au bar et leur petit jeu n’aidait en rien. Pour l’instant, ce qui comptait, était la victoire. Elle venait de remporter cette manche et devait donc trouver un gage pour William. Elle commençait à manquer d’idées. Balayant la salle du regard, elle cherchait quelque chose qui pourrait se révéler très amusant. Son regard se posa sur un homme, assis seul à une table, buvant tranquillement sa bière. Une idée lui vint à l’esprit .Sans quitter l’homme des eux, elle tentait d’attraper la manche de Nathan, son bras bien tendu en sa direction, mais n’empoignait que de l’air.


-« Dis-moi, c’est vrai le mec que je pense qui est assis là ? » Fit-elle lorsqu’elle l’eut finalement agrippé.
-« Oui, c’est lui. Non… ne me dis pas que… C’est trop cruelle Haley, tu ne peux pas lui faire ça. »
-« Mais non, ne t’en fais pas, ça va aller. » Elle tourna la tête vers Will, le sourire aux lèvres. Elle ne pouvait s’empêcher de laisser de petits rires franchir ses lèvres alors qu’elle repensait à son idée. «Ton gage sera d’aller voir le mec assis à la table, là-bas. Il faut que t’arrives à ramener son numéro de téléphone et il nous faut la preuve à l’appuie ! »
-« Un conseil, mec. Ne lui donne surtout pas ton numéro. Il est assez… spécial. Bonne chance. »

Eleonnora éclatait de rire alors que William devait aller réaliser son gage. Elle ne l’avait pas envoyé voir n’importe qui. Il s’agissait d’un client régulier, le genre de type un peu lourd qui travaillait comme cordonnier dans un petit centre commercial un peu miteux et qui aimait un peu trop les pieds. La jeune femme l’avait déjà envoyé sur les roses après qu’il lui eut demandé s’il pouvait caresser ses pieds nus. Aucun doute que William réussira son gage. Ce n’était pas bien difficile de soutirer un numéro de téléphone à cet homme. Cependant, s’en débarrasser était une toute autre histoire.

Lorsque le rouquin revint finalement de son terrible périple à la table de l’homme, Eleonnora n’avait pas fini de s’esclaffer. Elle demanda à voir la preuve de la réussite du gage avant que Nathan ne leur serve d’autres verres. Combien pourra-t-elle encore boire ? Sûrement pas beaucoup. Elle ne pouvait plus conduire, déjà. Il lui faudra appeler un taxi afin de rentrer chez elle. Cependant, ce n’était pas le type de choses auxquelles elle pensait actuellement, plutôt préoccuper par le verre qu’elle n’avait pas réussis à terminer à temps. Elle devait donc réaliser le gage que William allait lui donner.

Pendant ce temps, Nathan s’éloigner quelque peu du duo afin de téléphoner. Il fouilla dans la poche de son pantalon et en sorti son cellulaire. Il sélectionna un numéro dans son répertoire et attendit patiemment que quelqu’un d’accroche à l’autre bout du fil. Une voix féminine lui répondit finalement, quelques secondes plus tard. Il était heureux d’entendre la voix d’Evelynn.


-« Devine qui est au bar et s’est fait embarquer dans un concours de beuverie par son ami ? Je te donne un indice. Elle est blonde, elle est grande et elle ne semble plus tenir sur ses talons aiguilles. Tu pourrais venir la chercher, s’il te plait ? Si tu le fais, je te promets un cocktail gratuit la prochaine fois que tu viendras boire un coup. »

Après avoir convenu avec Evelynn qu’elle passera prendre Eleonnora d’ici quinze minutes, Nathan coupa la communication. Il rangea son téléphone et observa le duo de buveurs, terminant un énième shooter de tequila. L’homme décida qu’il était temps de cesser tout cela et alla s’occuper de la facture d’Eleonnora, qui s’élevait à un montant assez exceptionnel. Cette dernière fit une moue déçue lorsqu’elle remarqua qu’elle lui tendait la petite machine dans laquelle sa carte de crédit était insérée. Elle paya les consommations, laissa un pourboire au hasard et repris sa carte une fois la transaction terminée. Elle se contenta de la jeter dans son sac à main. Elle la rangera plus tard.

-« Allez princesse, ton carrosse t’attend. Essaie de ne pas te casser la gueule en sortant, d’accord ? » Fit-il en saluant Eleonnora qui mettait, à présent, son manteau. « Content de t’avoir rencontré Will. Vient faire un tour quand tu veux ! »

Il surveilla attentivement les deux adultes quitté le bar, s’assurant qu’ils ne fassent pas de mauvaise chute en passant la porte. Lorsqu’ils furent hors de leur champ de vision, Nathan alla s’occuper de d’autres clients. La soirée n’était pas terminée pour lui.
Pour Eleonnora, c’était la fin. Elle avait du mal à marcher droit devant elle, ne cessant de tituber au milieu du stationnement. Elle s’amusait bien. Elle avait du mal à tenir sur ses talons aiguilles. À un moment, elle tenta de retirer ses clés de voitures de son sac à main, mais les échappa finalement dans une bouche d’égout. Plutôt que d’être en colère d’avoir fait une telle bêtise, elle riait. Utilisant son pouvoir, elle fit lentement remonter les clés jusqu’à la grille. Cependant, elles avaient du mal à passer à travers les barreaux. La jeune femme ne contrôlait plus vraiment son pouvoir sous l’effet de l’alcool. Lorsqu’elle eut finalement retrouvé ses clés, elle les balança involontairement à la tête de William. Heureusement que personne n’était là pour voir cette scène. Il y avait peu de clients dans le bar et la rue était déserte, à l’exception d’une voiture qui passait à grande vitesse de temps à autre.

S’approchant de sa voiture, elle vint faire un câlin à son véhicule, lui murmurant qu’elle l’aimait profondément et qu’elle était spéciale pour elle, même si un jour elles devront se séparer. Elle ne cessait de déblatérer des paroles parfois incompréhensibles, mélangeant le russe à l’anglais. Il fallait espérer qu’Evelynn arrive bien rapidement afin de surveiller ces deux saoulons. Aura-t-elle la patience de les supporter ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 8 Mar 2013 - 15:07

Will était surpris d'entendre Eleonnora lui demander s'il comptait faire quelque chose de spécial le jour de son anniversaire. A vrai dire, il ne l'avait jamais réellement fêté, pas même lorsqu'il vivait encore chez lui. Son père ne voulait pas voir ses camarades de classe squatter la maison et risquer de casser quelque chose sous le couvert d'une prétendue fête. A croire que pour lui, tous les jeunes adolescentes étaient des hooligans. Il y avait toujours eu dans la famille, une sorte de tradition anti-fêtes d'anniversaire. Il n'avait jamais su pour quelle raison exactement mais le jour de naissance était au final un jour comme un autre pour les Cage. Aucune raison spéciale de fêter cet évènement. Cependant, le rouquin obtenait tout de même un petit cadeau, histoire de marquer le coup mais rien de plus. Du coup, il avait pris l'habitude de ne pas le fêter, pensant que c'était normal. Il n'avait même pas le droit de se rendre aux fêtes d'anniversaire de ses camarades de classe... pour peu qu'il soit invité. Finalement, il ignorait ce qu'était exactement une fête d'anniversaire, ne pouvant que l'imaginer.

Une fois dans la rue, il lui aurait été difficile d'organiser ce genre de choses, même loin de sa famille. Manque flagrant de moyens à disposition. Malgré tout, il trouvait toujours un petit quelque chose à offrir à Amy pour fêter le sien. C'était sa façon à lui de la remercier d'exister chaque année. Mais de là à faire une fête, il y avait un pas. Il fallait une salle, des gens, des moyens... Hé mais à présent, c'était possible ! Will songeait à organiser quelque chose de spécial pour fêter l'anniversaire de l'italienne ainsi que celui d'Erïka. Elles étaient nées à quelques jours d’intervalle, ce qui facilitait les choses. Mais en ce qui le concernait lui, il n'avait strictement rien prévu non. Un jour comme un autre en somme.


"Non, pas vraiment. J'ai jamais fêté mon anniversaire jusqu'à présent donc j'ai rien prévu. C'est un jour comme un autre."

Il ne disait pas ça d'un air dépité car pour lui, c'était juste normal. Quelque chose ne pouvait nous manquer si on ne l'avait encore jamais eu. Mais à présent, peut-être que ne plus retourner manger des sushis en bonne compagnie lui manquerait si jamais il ne remettait plus les pieds ici. C'était la première fois qu'il en mangeait au restaurant et il espérait que ce ne soit pas la dernière. Ce n'était pas mal de manger et de se faire servir. Il faudrait qu'il y emmène Amy un jour. Peut-être pour fêter son anniversaire justement ? Non, il voulait quelque chose de mieux. Pour le moment, il en profitait en compagnie d'Eleonnora et cela lui convenait très bien. Même le vin était à son goût. Il fallait reconnaitre qu'il n'était pas difficile en matière d'alcools même s'il préférait différents alcools, comme la vodka. Mais ce simple fait ne suffisait visiblement pas à faire de lui un russe, comme il l'avait sous entendu. La jeune femme n'avait pas tort, il y aurait trop de russes sur terre si tout ceux qui buvaient de cette boisson pouvaient se considérer comme tels.

"Et si j'me teins en blond ? J'gagne des points ?" demanda t-il en riant

Là encore, il n'était pas sérieux. Il ne comptait pas changer de couleurs de cheveux, même pour plaisanter. Comme si devenir blond allait changer quelque chose... Il n'avait pas besoin de ça pour être accepter par cette famille, il le savait bien. Essayer de se fondre dans le décor était parfaitement inutile et puéril. Cela aurait été renier ce qu'il était à l'origine et ça, il en était hors de question. Jamais il ne s'était laissé marcher sur les pieds, jamais il n'avait changé pour devenir une personne plus à même de coller à la société alors ce n'était pas demain qu'il allait s'y mettre, même pour une simple couleur de cheveux. De toute façon, il était certain que cette couleur ne lui irait pas du tout...

Les deux adultes quittèrent le restaurant pour se rendre au fameux bar karaoké désiré par Eleonnora. Là, Will pu y faire la rencontre de Nathan, le barman ami de la jeune femme avec qui il entretenait une relation... particulière. Ils n'arrêtaient pas de se chercher et de s'envoyer des piques mais en toute amitié. Le résultat était assez amusant à voir. Au moins avec lui, elle ne risquait pas de trouver quoique ce soit de louche dans son verre. Mais elle n'avait pas besoin de ça pour oser poser des questions directes et un peu gênante. Cela ne dérangeait pas le rouquin de parler de sa petite amie, répondant à la question de Nathan. Mais répondre à ce que venait de dire Eleonnora, c'était autre chose. Cependant, le mutant ne se démonta pas et répondit avec franchise, sans la moindre gêne.


"A mon avis, si elle boit, elle risque d'en parler deux fois plus, t'sais... Et s'tu veux tout savoir, ouais j'ai couché avec. Mais ça n'a pas d'importance puisqu'ça va pas changer l'fait que j'vais l'épouser. Et puis tu t'trompes, on pense pas tout l'temps à ça... Juste souvent." rectifia t-il avec un sourire "Vous avez qu'à être moins attirantes !"

Il disait la vérité mais il ne précisait rien volontairement. Elle n'avait pas besoin de savoir que tout ça n'était que très frais et qu'il avait longtemps été frustré de ne pouvoir toucher la femme qu'il aimait. Vu la façon dont elle parlait librement de ce genre de chose, Will supposait que son copain devait être chanceux. Peu de femmes parlaient de ça aussi librement et sans aucune gêne. Ou alors elles n'en parlaient qu'entre filles. Il était loin, très loin de se douter de la vérité. Mais contrairement à elle, il préférait ne pas trop se mêler de sa vie privée. Plus tard peut-être mais là, elle pouvait bien garder sa vie privée... hé bien privée justement.

Cependant, Eleonnora n'avait pas l'air d'être le genre de femme très secrète, aimant bien se mettre en avant. Il n'y avait qu'à la voir sur scène en train de chanter. Elle vibrait littéralement au son de la musique et semblait vivre pleinement les paroles. Vraiment, elle était faite pour ça. Il était dommage de savoir qu'elle avait laissé tomber pour passer à un métier plus... terre à terre. Au moins, les clients de la salle pouvait profiter de son court passage sur scène. Will la complimenta sur sa prestation, heureux de ne pas avoir à aller chanter à sa suite. N'importe qui paraitrait ridicule après ça.

D'ailleurs, le rouquin se sentait ridicule de ce qu'il avait pu dire à propos d'elle et de son compte en banque maintenant que Nathan avait mis les choses au clair. Will le savait bien, elle n'avait pas l'air stupide, ce n'était pas la question. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser qu'un jour, cela finirait par se retourner contre elle. Il ne le souhaitait pas mais il craignait malgré tout que cela arrive. Il y avait tant de gens malintentionnés de part le monde... Et les meilleurs étaient justement ceux que personne ne devinait à l'avance. Le mutant en avait fait la terrible expérience en ne se méfiant pas des bonnes personnes. Il espérait vraiment que la jeune femme ne se ferait jamais avoir. Mais pour l'heure, il comptait bien la rouler dans la farine en la battant à un petit jeu de boissons. Il tenait bien l'alcool et comptait en profiter pour gagner et lui faire faire n'importe quoi. Eleonnora accepta facilement, visiblement à l'aise dans ce genre de concours.


"Hé ben on est deux. Prépare toi psychologiqu'ment à perdre !"

Une fois le cocktail d'Eleonnora terminé, Nathan leur prépara différents verres qu'ils enchainèrent. Le match était assez serré mais la jeune femme avait une courte longueur d'avance, gagnant plus de manches. Mais Will était encore un peu plus lucide qu'elle et sentait qu'il pourrait mieux se venger sur la fin. Pour l'instant, il se sentait léger, il avait chaud, tellement qu'il déboutonna deux boutons à sa chemise parce qu'il avait l'impression de cuire de l'intérieur. Il riait bien plus qu'en temps normal, s'amusant de la moindre petite chose. Même ce que lui faisait faire Eleonnora lorsqu'il perdait l'amusait toujours. Mais lorsqu'elle lui donna un nouveau gage, il fut dubitatif l'espace d'un instant. Il devait aller récupérer le numéro d'un type ? Alors là, à moins de trouver une bonne excuse, il ne voyait pas comment. Ce n'était pas comme s'il avait des tendances homosexuelles, loin de là. Le draguer serait donc définitivement une mauvaise idée car il n'avait pas la moindre idée de comment procéder. A vrai dire, il avait un peu de mal à réfléchir, l'alcool lui brouillant ses sens. Comme à chaque fois qu'il était pompette, il avait tendance à devenir bien plus affectueux avec tout le monde, même ceux qu'il ne connaissait pas. Nathan lui donna un conseil, apparemment inquiet pour lui. Will se mit à sourire bêtement et se leva pour attraper Nathan par l'épaule.

"Hé merci... T'es un frère toi, t'es gentil !" lança t-il avant de le lâcher pour se tourner vers Nora "Challenge accepted." (parce que c'est plus drôle avec la voix de Barney xD)

Il avait un défi à accomplir... Quittant le bar, il se dirigea vers le type désigné qui était tout seul assis sur une banquette. Il ne payait pas de mine mais peu importait, l'important c'était d'obtenir le numéro de téléphone de ce dernier. Will s'avança et se laissa tomber sur la banquette à côté de lui, posant les pieds sur la table basse fasse à lui. Ils s'observèrent un moment sans rien dire. Le rouquin avait l'habitude de se faire dévisager par les gens à cause de son cache-oeil et n'y accordait plus d'importance. Mais il préféra néanmoins briser le silence en réclamant directement le numéro du type, sans passer par quatre chemins. Mais il ne se contenta pas de ça. Will se rapprocha du type, expliquant qu'en fait, c'était la belle blonde assise au bar qui voulait son numéro, qu'elle n'osait pas l'approcher, trop timide pour ça et que donc, il lui arrangeait le coup. L'homme sembla surpris mais regarda en direction d'Eleonnora avant de revenir vers Will, lui demandant confirmation. Will lui assura que c'était vrai. Après tout, une bonne partie était vraie, non ? C'était effectivement elle qui avait demandé au rouquin de ramener le numéro. Mais pompette comme il l'était, il n'était pas difficile pour lui de déformer la vérité, même sans le vouloir. Après une petite discussion concernant Eleonnora, Will obtenu finalement le numéro. Il tapota l'épaule du type en lui assurant qu'il aurait très vite des nouvelles de cette fille. Will revint au bar et manqua de s'asseoir à côté de sa chaise mais il se reprit et s'appuya sur le comptoir.

"Trop facile. T'as une touche, j'crois bien. Tiens, v'là son numéro... Fais en bon usage, lui il attend qu'ça, haha."

Il déposa le bout de papier sur lequel était noté un numéro de téléphone puis réclama à Nathan la suite des festivités. Plusieurs verres s'enchainèrent et cette fois, ils étaient vraiment ivres. Will n'arrêtait pas de dire n'importe quoi, prenant Eleonnora dans ses bras de temps à autre, se moquant d'elle lorsqu'elle perdait. Il avait une bonne idée de gage et voulait se venger du gage avec le type bizarre. Il se tourna dans la salle, observant ceux qui se trouvaient là avant de pointer du doigt une personne. Une belle femme blonde en compagnie d'un rouquin à qui il manquait visiblement un oeil. Drôle de couple ! Will tapota l'épaule d'Eleonnora et lui désigna ces derniers.

"Tiens tu les vois eux là ? Ah bah la fille vient d'nous r'garder ! Moi j'dis qu't'es pas cap' d'aller la draguer... après avoir chanté une nouvelle fois ! Faut qu'elle soit réceptive et qu'elle t'jette pas direct ! J'te r'garde ! Méfie toi, son mec a l'air louche... Il nous r'garde bizarr'ment !"

Il ne comprenait pas qu'il voyait juste un miroir et que ce n'était que leurs reflets qu'il désignait de la sorte. De toute façon, il supposait qu'Eleonnora serait bien incapable de chanter dans son état. Il avait hâte de la voir essayer et de rire en la voyant lamentablement échouer. D'ailleurs, il riait déjà, imaginant la scène dans sa tête. Mais toutes les bonnes choses avaient une fin et bientôt, il fut temps pour eux de mettre les voiles. De toute façon, Nathan ne voulait plus leur servir à boire. C'était mesquin, ils avaient encore soif ! Mais lorsqu'il était bourré, Will n'était plus en état de détester qui que ce soit, bien au contraire. Avant de partir, il alla saluer tous les clients présents dans le bar, ne manquant pas de leur faire un calin avant de revenir vers le comptoir pour enfiler son blouson... à l'envers. Il avait un peu de mal à bouger les bras du coup mais il ne le remarquait même pas.

Il était temps pour eux de sortir de là et c'est en titubant et s'appuyant à de multiples reprises l'un sur l'autre ou bien sur un mur qu'ils s'extirpèrent de l'établissement. Will voyait le monde tourner autour de lui mais cela ne faisait que le faire rire davantage. Il se posa contre la première voiture qui venait, pensait qu'il s'agissait de la voiture d'Eleonnora. Toutes les voitures noires se ressemblaient... bien que celle-ci était rouge pétard. Vraiment, l'alcool ne rendait pas service. Appuyé contre, il regardait les voitures passer, faisant coucou aux automobilistes comme s'il les connaissait. Il se mettait même à chanter sans raison. Mais il interrompit son chant lorsqu'il vit les clés de voiture d'Eleonnora sortir de la bouche d'égout.


"Oooooooooooooh !!! T'as des clés magiques !! La chance !!!" fit-il d'un air admiratif

Mais à peine eut-il dit ça que les dites clés vinrent le percuter à la tête. Il manqua de perdre son équilibre précaire mais se rattrapa au rétroviseur de la voiture. Cela ne suffit malheureusement pas et il se retrouva au sol en compagnie des clés.


"Que... !? Mais !! Ah vous voulez vous battre ? Bah z'êtes mal tombées ! J'suis champion d'Kung-Juboxe moi ! Prenez ça !"

Bien que les clés ne bougeaient plus à présent, cela n'empêchait pas Will de se battre avec, se roulant sur le sol dans tous les sens, affrontant un adversaire qui ne répliquait pas des masses. Mais cela ressemblait pourtant à un combat épique... dans sa tête. Quelques minutes plus tard, il parvint finalement à se saisir de son adversaire et le projeta le plus loin possible. Comme il ne s'agissait que de clés, elles volèrent rapidement et atterrirent sur le trottoir d'en face. C'est à ce moment là que Will réalisa qu'ils avaient besoin des clés pour partir. Pas un seul instant il ne se disait que c'était dangereux de conduire dans leur état. Quand on était bourrés, qu'est-ce qu'on pouvait être cons !

Il essaya de se relever pour aller les chercher mais il avait du mal à bouger, comme si son corps ne répondait plus à ses ordres. Du coup, il alla au plus simple et se dédoubla. Pas une seconde il ne pensait au fait qu'Eleonnora allait s'étonner de voir ça. A vrai dire, il ne pensait plus à rien. Mais lorsque le clone apparu, celui-ci réalisa qu'il avait fait une grave erreur. C'était plutôt curieux pour une seule personne d'avoir deux cerveaux dont un lucide et l'autre complètement allumé. Néanmoins, le second Will traversa la rue et s'empara des clés avant de revenir les déposer dans la main de son autre lui. Il préférait ne pas les donner à Eleonnora, craignant qu'elle ne désire réellement conduire. Une fois le trajet terminé, le clone disparu comme il était apparu. Même avec les clés dans les mains, Will oubliait qu'elles servaient à utiliser la voiture.


"On rentre à pieds ? S'tu veux, j'te porte sur mon dos !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 15 Mar 2013 - 21:06

Chaque journée qui s’écoulait était bien ordinaire. Il s’agissait d’un jour parmi tant d’autres dans une vie humaine. Pour certains, il s’agissait d’un moment, d’une occasion spéciale, alors que pour d’autres, ce n’était que de longues heures auxquelles il fallait survivre. Il n’y avait que la société pour donner une certaine importance aux jours. William ne fêtait peut-être pas son anniversaire, n’y voyant aucune importance, mais Eleonnora voyait les choses autrement. Il s’agissait d’une occasion d’être avec les personnes que l’on aimait et fêter toute la nuit. C’était une occasion de célébrer le fait d’être toujours en vie et de décompresser un peu.

Bien évidemment, il y avait tous les autres jours de l’année pour faire ce genre de chose. En ce moment, Eleonnora passait un bon moment avec William, buvant du bon vin devant un plateau de sushis. La vie était belle, il n’y avait pas de soucis à l’horizon. En fait, la jeune femme ne préférait pas y penser, pour l’instant. Elle préférait nettement profiter de cet instant, plaisantant avec le rouquin. Ils discutaient des différents stéréotypes dont les Russes étaient victimes. Blonds, yeux bleu, amateurs de vodka, voilà comment les gens les voyaient. Ce n’était pas parce que quelqu’un comme William appréciait cet alcool qui était automatiquement de nationalité Russe. Si les choses étaient ainsi faites, la population de ce pays se résumerait à plus de la moitié des personnes vivant sur cette terre. Même s’il teignait sa tignasse rousse d’un blond platine, cela ne changerait pas ses origines pour autant. Et puis, le blond serait moche sur lui.


-« Je ne crois pas que le blond t’irait bien. Tu as une belle coloration rousse, ce serait dommage de la gâcher avec du bleach. »

Une fois le repas terminé, les deux jeunes adultes allèrent dans un bar karaoké. Eleonnora aimait bien cet endroit et l’ambiance qu’il en dégageait. Elle se sentait dans son élément. Et puis, le personnel était très sympathique, comme la majorité des clients. La jeune femme était devenue amie avec le barman, Nathan, qui ne se gênait jamais pour lui lancer quelques piques de temps à autre. D’ailleurs, cela semblait amuser William qui les comparait à un vieux couple. S’il la voyait agir avec d’autres de ses amis, il n’aurait aucun mal à penser la même chose. Elle n’était pas très gênée et avait de la facilité à parler de certains sujets plutôt tabous dans les conversations. Par exemple, le sexe. Elle ne voyait pas où était le mal d’en parler. Bien sûr, ce n’était pas le sujet à aborder avec tout le monde, surtout des personnes qu’elle ne connaissait pas beaucoup. Pourtant, la question lui avait échappé des lèvres. Elle avait demandé directement à William s’il avait déjà couché avec sa petite amie. Une vie sans sexe, ce serait si déprimant ! Depuis le temps qu’il était avec elle, il devait bien l’avoir touchée, non ? Si tel n’était pas le cas, elle plaignait ce pauvre homme. Quelle torture de faire vivre une telle chose à un homme !

Elle était attirante, bien plus que bien des femmes. Elle attirait la convoitise. Elle comprenait William lorsqu’il accusait les femmes d’être si jolies. Elles avaient été ainsi conçues. Les hommes devaient simplement se montrer dignes d’elles. C’était ainsi que fonctionnaient les choses, à ses yeux. Quoi qu’il en soit, il n’avait pas besoin de l’épouser pour coucher avec sa petite amie. La preuve était qu’il l’avait déjà fait, selon ses dires. Au moins, il l’aimait réellement. Certains hommes avaient peur de ce type d’engagement et hésitaient à se jeter à l’eau même s’ils tenaient à leur partenaire. Eleonnora rêvait également de mariage. Elle enviait William d’avoir déjà prévu sa demande. Elle aimerait tant faire de même avec Evelynn. Cependant, bien que leur relation d’amitié durait depuis plus de trois ans, ce n’était pas le cas de leur relation amoureuse. La demander en mariage alors qu’il n’était ensemble que depuis quelques mois serait un peu trop hâtif. Cependant, elle prévoyait le faire, un jour. Elle voulait être certaine qu’Evelynn soit à l’aise dans leur relation, qu’elle se plaise avec elle. Pour Eleonnora, la question ne se posait même pas. Elle était follement amoureuse de cette femme.

Ce soir, elle aura l’occasion de dormir dans les bras de la femme qu’elle aimait. Par contre, pour l’instant, elle avait quelque chose de bien plus important à gérer. Un défi lui avait été lancé et elle ne pouvait le refuser. Prête à affronter William dans un concours de boisson, elle laissa Nathan leur servir leurs premiers verres. Ils enchainèrent les suivants à la vitesse de la lumière. À chaque fois, celui qui terminait son verre en dernier devait réaliser un gage donné par l’autre.
Eleonnora s’amusait bien lorsque c’était à son tour de donner un gage à William. Elle l’envoya chercher un numéro de téléphone auprès d’un client qu’elle trouvait trop étrange. Elle se disait que cela pourrait être marrant. Discrètement, elle jetait un coup d’œil de temps à autre afin de voir si William réalisait bel et bien le défi. Il revient, quelques minutes plus tard, avec le numéro de téléphone demandé. Il passa à peu de s’assoir à côté de son tabouret, ce qui fit rire la jeune femme.


-« Une touche ? Comment ça, une touche ? Tu… non ! Tu ne lui as pas dit que j’étais intéressée ? Pas question que je le rappelle, hein ! » Fit-elle avant d’éclater de rire devant le grand sourire amusé que lui offrait Nathan.

Il était temps de poursuivre leur petit jeu. Ils burent chacun un nouveau cocktail préparé par le barman. Cette fois-ci, Eleonnora perdit cette manche et fut obligée de réaliser un gage. William lui tapota l’épaule et lui fit signe de se retourner. Il la mise au défi de draguer la femme blonde qui était assise au bar, plus loin. Par contre, le mec qui l’accompagnait n’avait pas l’air très commode. Il était plutôt louche à première vue. Il fallut un instant de réflexion avant de constater que les personnes en questions étaient leur propre reflet dans un grand miroir. Elle ne le réalisa qu’une fois devant le dit miroir. Éclatant de rire, elle revient vers William et s’accrocha à lui afin de ne pas trébucher.


-« Mais c’est nous, abrutis ! » Lâcha-t-elle entre deux rires. « Mais c’est quoi que je devais faire déjà ? Ah oui ! Chanter ! »

Elle tenta de sortir quelques notes, mais n’y arrivait pas sans fausser. Elle n’avait plus l’équilibre nécessaire pour marcher jusqu’à la scène et y rester. Elle resta donc sur place afin de chanter. Aussitôt, elle se mettait à rire. Elle avait bien trop bu pour arriver à quoi que ce soit ce soir. C’est bien pour cela que Nathan mis fin à leur petit concours de beuverie. Il avait appelé Evelynn afin que celle-ci vienne les chercher. Les deux saoulons quittèrent donc le bar, après avoir salué Nathan. L’air frais de janvier allait leur faire le plus grand bien.

Une fois à l’extérieur, Eleonnora sortit ses clés de voiture de son sac à main. Cependant, elle les laissa tomber dans une bouche d’égout. Elle n’avait pas le choix, elle devait les ramasser. Sans réfléchir, elle usa de son don afin de les récupérer. William semblait admiratif devant cette scène où les clés se révélaient être magiques. Il n’avait pas compris que c’était Eleonnora qui avait fait cela. C’était mieux ainsi. Les clés n’atterrirent pas dans les mains de la jeune femme. Elles firent plutôt un vol plané en direction de William. Ce dernier tomba à la renverse lorsqu’elles percutèrent sa tête. Le combat était engagé. Il répliqua et se mis à rouler dans tous les sens, gigotant comme s’il combattait un puissant ennemi sous les rires sonores d’Eleonnora. Puis, le rouquin s’empara des clés et les lança au loin. À présent, il fallait les récupérer. William avait la solution à ce petit problème. Il fit tout simplement apparaitre son clone qui les ramassa. Étonnée, la jeune femme le regarda l’espace d’un instant, silencieuse, avant de se mettre à applaudir. Elle s’approcha de William et de son clone, mais ce dernier disparu avant qu’elle ne puisse l’attraper.


-« Il est où lui ? Il y a un roux qui ramasse les clés de voiture dans les rues ! C’est ton frère jumeau ? Il est sympa ? Non parce que je connais une nana qui veut se taper un roux pirate un jour ! »

Elle se remit à rire en pensant à ce qu’elle venait de dire. William lui proposait de rentrer sur son dos. Cela semblait très amusant, mais Evelynn n’allait pas tarder à arriver. Il valait mieux qu’ils restent ici à attendre. Pas un seul instant elle n’avait pensé au fait qu’il était impossible de monter à trois sur une moto. Il fallait donc utiliser la voiture d’Eleonnora… mais cette dernière ne sera certainement pas la conductrice.

-« Mais non ! Je ne peux pas monter sur ton dos, tu n’es pas un chameau ! Evy va arriver, il faut l’attendre. »

Lorsqu’une moto entra dans l’espace de stationnement, Eleonnora releva la tête pour y apercevoir Evelynn. Aussitôt, elle tenta de trottiner jusqu’à elle, avant de se jeter dans ses bras. Elle n’était pas en état de remarquer si Evelynn était frustrée ou non de devoir venir la chercher dans un bar alors qu’elle avait trop bu.

-« Tu viens souvent par ici, poupée ? » Tenta-t-elle de faire sur un ton aguicheur avant d’éclater de rire.

Elle s’approcha de William afin de reprendre les clés de sa voiture. Par contre, elle n’avait pas le choix de les laisser à Evelynn. Cette dernière allait prendre le volant de la voiture. Les deux saoulons n’avaient plus qu’à se laisser tomber sur la banquette arrière de l’automobile et attendre d’être arrivés à bon port. Une bonne nuit de sommeil ne leur ferait pas de tort afin de dégriser un peu. S’ils arrivaient à dormir…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 19 Mar 2013 - 8:26

Dans quels beaux draps venait-elle de se fourrer ! Parfois Evelynn s’ennuyait de sa vie calme et paisible de Pennsylvanie. Après tout, là-bas, elle pouvait passer des journées entières à peindre, à dessiner, à écrire, bref à faire ce qui lui plaisait le plus dans la vie. Cependant depuis son déménagement dans la grande ville, les occasions se faisaient de plus en plus rares, et surtout son emploi du temps devenait chargé. Ce n’était pas vraiment le travail qui était problématique, mais surtout la femme de ses rêves qui lui prenait beaucoup de temps… lorsqu’elle était là bien sûr.

Cette fois-ci, elle avait eu la chance de l’avoir dans ses bras quelques jours, mais avait mentionné être occupée en cette soirée. Evelynn avait tout de suite pris sa chance et avait ressorti le matériel d’art offert par sa compagne dans le salon, plaçant deux toiles sur de grands trépieds. Elle avait eu le temps d’ajouter un trait, peut-être deux, que le téléphone sonnait déjà. Poussant un soupir, ses cheveux attachés en queue de cheval pour ne pas gêner ses mouvements, elle répondit rapidement pour apprendre que la soirée de sa compagne ne se déroulait… pas de la façon dont elle s’y attendait. Nathan, l’ami d’Eleonnora, lui demandait de venir la chercher car elle était trop… saoule pour revenir seule. En fait, elle devait ramener sa dulcinée et un autre gars ? Choisissant de ne pas se poser de questions, enfilant simplement un manteau et une paire de bottes étanches, elle quitta donc le loft de Nora pour prendre sa moto et se rendre là où les deux saoulons les attendait.

Ah Eleonnora, comme elle était belle… du moins là un peu moins il fallait dire. Les cheveux décoiffés, ses pas complètement désordonné, elle était l’inverse de ce qu’elle représentait toujours. Un sourire apparut sur les lèvres de la brunette alors qu’elle retirait son casque et éteignait le moteur. Un sourire bien éphémère en fait… la situation était toujours aussi floue pour elle. Tentant de rattraper sa douce qui se jetait dans les bras, elle se retint de pousser un profond soupir lorsqu’elle essaya de la draguer.

-« Tu viens souvent par ici, poupée ? »

-Nora qu’est-ce que t’as fait…

Alors non seulement la blonde ne possédait pas du tout de charme dans cet état, mais en plus son haleine était horrible ! Assez pour qu’Evelynn tourne la tête le temps que l’air frais revienne et que Nora se retourne vers William pour aller chercher ses clés. Elle n’avait toujours pas eu le temps de faire le moindre mouvement, n’avait rien apporté avec elle et ne savait pas trop comment s’occuper de deux saouls en même temps, surtout un qu’elle ne connaissait même pas. Saisissant donc les clés d’un geste vif des mains de Nora, elle ouvrit les portes pour permettre à elle et son compagnon rouquin d’entrer et de s’asseoir en arrière alors qu’elle s’installait au volant. Jetant un regard sur la magnifique moto bleue qu’elle devait abandonner ici, elle poussa un soupir et déplaça le miroir central de façon à bien voir les deux saoulons. Au diable la route dans la vitre arrière, pour l’instant elle préférait pouvoir s’arrêter si l’un des deux décidait que son ventre ne tenait plus les liqueurs ingurgitées précédemment.

-Moi c’est Evelynn en passant… j’suppose que vous allez dormir tous les deux à la maison ce soir… Enchantée…

On sentait bien son ennui devant cette situation. C’était désagréable, et de plus que cela gâchait les quelques jours que Nora pouvait passer à la maison, la voir dans cet état ne la réjouissait pas du tout. La gêne qu’elle aurait dû ressentir envers le rouquin n’apparaissait même pas, mais difficile de se sentir timide devant quelqu’un qui allait sans doute tout oublier de sa soirée. Elle ne lui adressait pas vraiment la parole de toute façon, elle tentait simplement de se montrer polie, mais qu’on ne lui en demande pas plus pour le moment, c’était tout ce qu’elle pouvait offrir. Prenant chaque tournant avec légèreté, ralentissant le plus graduellement possible, elle finit tout de même par se rendre jusqu’au loft des deux femmes. Tirant sur le frein à main, elle ouvrit de nouveau les portes de la voiture pour leur permettre de sortir. Que faire en premier ? Ouvrir la porte ou les aider à se rendre jusqu’à celle-ci ?

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mer 20 Mar 2013 - 11:28

Qu'est-ce qui définissait les origines au juste ? Certainement pas la boisson consommée ou bien la couleur des cheveux. Les stéréotypes étaient faciles à identifier, il n'y avait qu'à regarder les deux soeurs pour ça, mais cela ne voulait pas pour autant dire que toutes les femmes blondes aux yeux bleus et amatrices de vodka étaient également russes. Will proposait de se colorer les cheveux pour faire davantage "russe" puisqu'il était difficile d'identifier un rouquin comme tel. Mais il n'avait pas besoin de ça pour se sentir un membre à part entière de la famille, il le savait bien, Anieta et Erïka se comportaient d'une telle façon avec lui qu'il ne pouvait que se sentir à sa place. C'était tout ce qui comptait à ses yeux, cette discussion n'étant là que pour plaisanter.

"D'toute façon, j'compte pas changer pour faire plaisir aux gens ou pour coller dans l'moule. Et puis, dans mon coeur, z'êtes d'jà ma famille, j'ai pas b'soin d'un signe distinctif pour ça."

Puis la soirée avait continuée son cours. Du restaurant ils étaient passés à un bar karaoké où Will avait pu y rencontrer Nathan, un ami d'Eleonnora qui ne se gênait pas pour la remettre gentiment à sa place lorsqu'elle le taquinait. L'ambiance était conviviale et le rouquin ne regrettait pas d'avoir accepté l'invitation. Même s'il ne connaissait pas la jeune femme depuis très longtemps, il l'appréciait déjà pas mal, se trouvant quelques points communs avec elle. Comme faire la fête par exemple... ou encore faire un concours de boissons. L'idée avait été proposée par Will mais Eleonnora n'était pas contre, sachant visiblement bien tenir l'alcool vu le nombre de fois où elle gagna une manche. Elle l'envoya même récupérer le numéro de téléphone d'un type plutôt étrange. Mais déjà qu'en temps normal, Will n'était pas particulièrement gêné, alors une fois avec un peu d'alcool dans le sang, plus rien ne le dérangeait. Il aurait même pu s'asseoir sur les genoux du type. Mais comme rien ne l'attirait chez les hommes, pas même avec tout l'alcool du monde dans le sang, il rusa et présenta Eleonnora comme celle qui désirait avoir le numéro. C'était plus simple comme ça et puis cela pourrait mettre la jeune femme dans l'embarras, c'était plutôt amusant et cela se retournerait contre elle ! Will lui agitait le papier sur lequel était inscrit le numéro sous le nez.

"T'vas lui briser son p'tit coeur ! Allez... C'pour ça qu'tu voulais son numéro, avoue ? P'tite timide !" lança t-il en riant et en fourrant le dit papier dans la poche d'Eleonnora

Le concours reprit. Cependant, le rouquin ne restait pas les bras ballants et remonta rapidement au score, lui imposant à son tour un gage. Il avait repéré un couple bizarre, un peu plus loin et lui indiqua donc d'aller les voir pour aller draguer la femme. Il ignorait totalement qu'Eleonnora préférait les femmes aux hommes et ne se rendait pas compte qu'il lui facilitait grandement la tâche. Il ne se rendait pas plus compte que le couple en question n'était autre qu'eux-même, le miroir leur renvoyant leurs reflets. Mais il avait trop bu pour s'en rendre compte malgré les évidences. Il se trouvait lui-même louche ! Eleonnora accepta le défi et s'avança vers le couple... avant de constater qu'il ne s'agissait que d'eux.


"C'est nous ? P'tain j'savais pas que t'avais l'même don qu'moi !"

Il faisait là référence à son don d'ubiquité, son pouvoir de dédoublement. Il ne réalisait pas que c'était juste un bête miroir mais se mit à rire lorsque la russe essaya de chanter. Elle riait tellement que c'était difficile de donner quelque chose de potable. Mieux valait arrêter là le massacre comme le pensait Nathan. Ce dernier les aida à payer et à sortir, ayant appelé quelqu'un pour venir les chercher plutôt qu'ils ne se tuent en voiture. C'était une sage idée.

A l'extérieur, les deux mutants se dirigèrent vers la voiture de la jeune femme mais Eleonnora fit tomber ses clés dans les égouts. Voilà qui résolvait le problème de la voiture... mais c'était sans compter son pouvoir. Les clés remontèrent toutes seules à la surface, provoquant l'admiration de Will qui les pensait alors magiques. Manque de chance, il les prit en pleine tête et cru à une attaque. Après s'être battu avec, il les lança au loin, sur le trottoir d'en face. Il se dédoubla alors pour aller les chercher, trouvant cela plus pratique. Le clone, mal à l'aise devant la situation, remit rapidement les clés à son autre lui et disparu bien rapidement. Eleonnora avait applaudit et Will ne comprenait pas bien pourquoi. L'explication qu'elle donna le surprit un peu et il se mit à rire bêtement.


"Mais j'suis pas un pirate ! J'ai pas d'jambe de bois ! Et j'suis là, j'ai pas disparu ! J'suis mon propre frère tu vois ?"

Puisque la voiture ne s'ouvrait pas -il oubliait qu'il avait récupéré les clés- Will proposa de rentrer à pieds et même de porter Eleonnora. Mieux valait qu'ils n'essaient pas, le résultat risquait d'être terrible. Eleonnora refusa heureusement et proposa d'attendre une certaine Evy. Trop saoul pour comprendre correctement l'appellation, il entendit juste "Heavy" et se demandait qui pouvait être ainsi désigné de la sorte.

"Qui c'est ça Lourd ? Pourquoi on doit l'attendre ? Mes jambes fonctionnent très bien !"

Mais il eut la réponse peu après lorsqu'une jeune femme arriva sur une moto. Eleonnora se dirigea aussitôt vers elle avant de se jeter dans ses bras, la draguant sans gêne avant de se mettre à rire. Elle faisait son gage à retardement ? Will resta planté où il était, se demandant pourquoi elle était qualifiée de "Lourde". Elle était pourtant svelte. C'était sa moto peut-être ? Il regarda le véhicule d'un air peu convaincu. Jamais ils n'allaient tenir à trois là dessus et il n'avait pas spécialement envie de courir derrière. Il ne pensait pas qu'elle venait ici pour les reconduire en voiture. Ce n'est que lorsqu'elle ouvrit les portières de la voiture qu'il se glissa à l'intérieur sans faire le moindre chichi, trop heureux de pouvoir s'affaler sur les sièges. Une fois installé, il regarda Evelynn dans le rétroviseur, lui faisant un coucou de la main alors qu'elle les surveillait.

"Moi c'est Will ! Tu veux pas v'nir t'asseoir avec nous derrière ? On va s'tenir chaud, on s'ra bien... hein Nora ?"

Il ne comprenait pas qu'il fallait bien que quelqu'un conduise. Il n'était plus vraiment en état de penser de toute façon. La voiture se mit en route et le rouquin chantonnait d'un air joyeux avec la russe. Lorsqu'il jeta un oeil dans le rétroviseur, il remarqua l'air sérieux d'Evelynn. Elle n'avait pas l'air de s'amuser du tout contrairement à eux. Il voulu donc partager un peu de leur joie avec elle en la faisant participer. Aussitôt, il mit ses mains devant les yeux de la jeune femme en lançant un "Devine qui c'est ?" amusé. Le résultat se fit rapidement sentir. La voiture freina d'un coup sec et la tête du rouquin percuta l'appui tête juste devant lui. Il retira donc bien vite ses mains, libérant ainsi Evelynn et lui rendant sa vision. Il ne voyait pas le mal qu'il aurait pu faire à cause de son geste. Puisqu'il n'avait pas de ceinture, il se décala sur le côté et s'allongea en travers, la tête sur les jambes d'Eleonnora. Ainsi, il avait l'impression que le monde tournait un peu moins...

Lorsque le véhicule stoppa pour de bon, il se redressa et sortit comme il put de la voiture. Lentement, il se dirigea jusqu'à la porte de l'immeuble et la poussa en s'appuyant dessus. Une chance qu'elle ne se tirait pas... A l'intérieur, il snoba complètement l'ascenseur, n'ayant même pas remarqué qu'il y en avait un. Il avait repéré les escaliers et comptait bien les emprunter même s'il ne connaissait pas encore l'étage. Montant quelques marches, il ne tarda pas à se prendre les pieds dans l'une d'entre elles, ayant mal calculé son coup. Il pesta puis se remit sur pieds avant de chuter à nouveau.


"Mais bordel, c'quoi ces marches qui bougent ! Aide moi !"

On aurait pu croire qu'il demandait de l'aide à Evelynn ou encore Eleonnora mais ce n'était pas du tout le cas. Il s'adressait en fait à lui-même et aussitôt, le clone fit sa réapparition juste à côté de lui. Le clone le regarda quelques secondes puis tourna la tête vers les deux femmes qui le regardaient. Il leur offrit un sourire désolé et visiblement gêné avant de se baisser pour s'aider lui-même à se relever et à ne plus rester bêtement étalé sur les marches. Que pouvait-il bien dire maintenant ? Il venait d'utiliser son pouvoir devant des inconnues. Si cela ne le dérangeait pas trop, il s'agissait là de membres de sa famille ou plus ou moins. Tout comme Anieta, il avait peur de se faire rejeter par ces derniers. C'était moins grave parce qu'il ne les connaissait pas encore réellement mais il était néanmoins nerveux. Comment allaient-elles réagir à présent ? Que devait-il dire ?

Comme si de rien n'était, il se souleva et le fit redescendre les marches plutôt que de les monter afin d'emprunter l'ascenseur en compagnie des deux femmes. Intérieurement, il était en train de se dire que plus jamais il ne toucherait à un verre d'alcool s'il n'était pas certain d'être avec des gens qui étaient au courant pour son pouvoir. Pendant le trajet en ascenseur, il observa Evelynn en silence avant d'oser dire quelque chose finalement.


"Désolé pour tout à l'heure. J'suis un peu stupide quand j'ai bu." avoua le clone, tout à fait sobre quant à lui

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Jeu 28 Mar 2013 - 20:44

Eleonnora avait toujours profité de son statut de fille unique. Elle avait tout pour elle, pas la peine de partager avec les autres. Si elle le faisait, c’était bien parce qu’elle en avait envie. Elle avait eu droit à tout ce qu’il y a de mieux : des tenues de rêve, des repas de qualité, une éducation incomparable, de l’argent à profusion. Elle n’avait manqué de rien. Ce ne sera certainement pas le cas maintenant, alors qu’elle avait découvert depuis peu l’existence d’un frère et d’une sœur illégitimes. Elle avait sa fortune personnelle et ne manquait de rien avec le salaire qu’elle gagnait en travaillant pour le SHIELD. Elle n’avait pas à craindre l’arrivée de cette nouvelle famille. Pourtant, elle ressentait toujours un peu d’appréhension. Et si les jumeaux ne l’aimaient pas ? Et si son père décidait de prendre en main son rôle de paternel auprès d’eux, ce qu’il n’avait jamais fait avec elle ? La jeune femme avait toujours tout fait afin de se démarquer et d’arriver au-dessus des exigences de son père. Elle n’avait jamais vraiment eut l’impression qu’il s’occupait vraiment d’elle. Lorsqu’il le faisait, elle savait que c’était simplement parce qu’elle acceptait de marcher dans ses traces. Elle ne voulait pas se l’avouer. Pourtant, à quelque part, au fond d’elle, elle le savait parfaitement bien.

Pouvait-elle considérer ces nouvelles personnes comme étant des membres de sa famille ? Elle ne pouvait rien dire, pour l’instant. Elle devait les rencontrer en premier lieu. Comme cette rencontre n’allait pas se dérouler avant quelques semaines, probablement, autant ne plus y penser. Après tout, elle belle soirée l’attendait. Quoi de mieux pour oublier ce genre de petit détail que de s’enivrer ? Verre après verre, Eleonnora prenait grand plaisir à plaisanter avec William. Il était sympathique, assez simple à vivre. Ils s’amusaient bien, tous les deux. Ils s’envoyaient mutuellement réussir des gages à travers le bar. À un moment, Eleonnora l’obligea à aller chercher le numéro de téléphone d’un homme un peu louche. Elle s’amusait beaucoup de cette situation, mais elle ne s’attendait certainement pas à ce que le rouquin glisse le papier sur lequel était inscrit le fameux numéro dans sa poche. Pas question de garder ça ! Elle le retira pratiquement aussitôt et le lança à la tête de Nathan, le laissant en faire ce qu’il désirait.

Par la suite, ce fut à Eleonnora d’avoir un gage. Incapable de chanter dans son état, elle décida d’aller draguer les deux individus que lui pointait William… avant de se rendre compte qu’il s’agissait de leur reflet dans le miroir. Morte de rire, elle s’accrochait au rouquin afin de ne pas tomber. Elle avait du mal à tenir sur ses talons aiguilles. L’homme lui fit remarquer qu’il avait le même don que lui. Un don ? Quel don ?


-« J’ai un don ? Ça doit être celui de draguer les mecs bizarres. »

Riant à sa propre plaisanterie, la jeune femme ne tarda pas à se faire gentiment mettre à la porte par Nathan. Ce dernier s’assura que tout allait bien et les laissa attendre Evelynn à l’extérieur. Il ne s’attendait probablement pas à ce qu’ils fassent de nombreuses conneries. Heureusement qu’il ne pouvait les voir. C’était mieux ainsi. L’air frais de la nuit faisait du bien à Eleonnora. Cependant, cela ne lui redonnait pas ses facultés pour autant. Après avoir échappé et fait remonter ses clés d’une bouche d’égout, la jeune femme les jeta à William. Ce dernier se battit avec avant de les lancer au loin. Soudainement, son clone apparu afin de lui rendre les clés en question, sous le regard admiratif d’Eleonnora. Elle ne pouvait s’empêcher d’applaudir. Rejoignant le rouquin, dont le clone avait soudainement disparu, elle le traita de pirate. Visiblement, il ne semblait pas comprendre pourquoi. Il avait beau tenter une explication, Eleonnora avait l’esprit trop embrumé pour comprendre. Elle attendait impatiemment l’arrivée d’Evelynn. C’est l’une des raisons qui la poussait à refuser la proposition de William de marcher jusqu’à son loft, installée sur son dos. Cependant, ce dernier ne sembla pas comprendre les choses ainsi vu qu’il se mit à parler de « Lourd ». Il faut dire qu’Eleonnora ne comprenait pas plus que lui, surtout avec la réponse qu’elle lui fournit, totalement perdue dans les méandres de son esprit.

-« Lourd ? Où ça, Lourd ? Elle n’est pas lourde voyons ! C’est toi le lourd, d’abord ! »

Heureusement qu’Evelynn fini par arriver. La pauvre, elle devait supporter ces deux saoulons… Eleonnora se jeta dans ses bras, toute heureuse de la voir. Elle ne remarqua même pas la réaction de sa compagne, plongée dans son petit univers à elle. Elle se contenta de se jeter sur la banquette arrière de sa voiture en compagnie de William. Ils étaient prêts à rentrer à la maison. Alors qu’Evelynn s’installait sur le siège conducteur, le rouquin lui proposait de venir les rejoindre afin de se tenir au chaud.

-« Hey ! Il n’y a que moi qui puisse la chauffer ici ! » Fit Eleonnora avec un air faussement outré avant de se mettre à rire.

Evelynn démarra finalement. Durant le trajet, Eleonnora s’amusait à chantonner avec Will, visiblement amusée. Elle observait parfois sa douce, puis jetait quelques regards à l’extérieur afin de savoir s’ils arrivaient bientôt à la maison. Elle avait envie d’elle… Arrivera-t-elle à coucher avec Evelynn ce soir ? Il faudrait d’abord qu’elle en ait les capacités…
Elle ne réalisait même pas que William venait de poser un geste dangereux en posant ses mains devant les yeux d’Evelynn. Cette dernière freina brusquement, ce qui secoua la jeune femme. Elle était persuadée qu’il y avait eu un accident, que c’était la faute de quelqu’un de l’extérieur. Elle ne comprenait pas que la source de ce qui aurait pu être un accident n’était nulle autre que William.


-« Il se passe quoi ? On est attaqués ? C’est qui ? Des méchants ? Je dois les tuer ?! » Fit-elle rapidement en cherchant la source de ce brusque arrêt.

Elle oublia tout cela quelques secondes plus tard, lorsque William posa sa tête sur ses genoux. Elle se mit aussitôt à jouer dans ses cheveux, caressant sa tête comme s’il était un petit chaton. Ainsi, ils purent foutre la paix à Evelynn le temps d’arriver à l’appartement. Lorsque la voiture fut garée et que la jeune femme en sorti, Eleonnora en fit de même. Elle laissa tomber William pour s’extirper du véhicule, n’oubliant pas d’attraper son sac à main au passage. Elle avait du mal à tenir sur ses talons aiguilles et s’accrochait à ce qu’elle trouvait afin de ne pas perdre l’équilibre.

À l’intérieur de l’immeuble, ils avaient deux choix : l’ascenseur ou les escaliers. William choisi la seconde option. Cependant, ce n’était pas très concluant. Après être tombé au beau milieu des marches, il demanda de l’aide. Soudainement, son jumeau apparu par magie. Eleonnora n’avait pas vraiment capté le truc. Elle voyait double et trouvait cela très amusant. Tapant des mains, elle se réjouissait du spectacle.


-« Regarde ! Ton frère est revenu ! »

Amusée, elle se laissa entrainée vers l’ascenseur sans comprendre ce qui se passait. Ce fut au moment où les portes métalliques se refermèrent qu’elle commença à paniquer. Elle se jeta aussitôt dans les bras d’Evelynn afin de se blottir contre elle, effrayée. Elle ne cessait de murmurer qu’elle avait peur et qu’elle voulait sortir de là. Eleonnora détestait les ascenseurs. Ce n’était pas pour rien qu’elle empruntait toujours les escaliers. Elle n’aimait pas être cloitrée dans ce genre de petit espace d’où elle ne pouvait s’échapper. Aussitôt que les portes s’ouvrirent, la jeune femme quitta à toute vitesse l’ascenseur et se rendit à l’appartement. Dès qu’elle fut à l’intérieur, elle se débarrassa de ses talons aiguilles, de son sac à main, de son manteau… puis de son chandail. Elle se déshabillait tout en se rendant à sa chambre. Une fois dans la pièce, elle se jeta sur le lit, ayant simplement conservé ses sous-vêtements. Avec de la chance, elle s’endormira sous peu.

-« Evyyyy ! Je te veuuuuuuuuuux. Laisse le roux sur le canapé… on le ramassera demain. » Lança-t-elle sans toutefois bouger de son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 8 Avr 2013 - 8:50

"Moi c'est Will ! Tu veux pas v'nir t'asseoir avec nous derrière ? On va s'tenir chaud, on s'ra bien... hein Nora ?"

-« Hey ! Il n’y a que moi qui puisse la chauffer ici !

Evelynn poussa un soupir sans trop regarder son rétroviseur. Un sourire éphémère était la seule bonne reaction qu’avait eu Evelynn pour le moment, et ce n’était pas près de changer. En effet, la situation était assez désagréable : deux saoulons, dont sa copine qui ne passait que très peu de jours à la maison, avaient besoin d’une baby-sitter, et la brunette était la gagnante ? Berk… ne prononçant que quelques paroles par politesse, elle se concentra sur la route, limitant au mieux les accélérations brusques et les freinages rapides. Tout ce passait relativement bien pour le moment, jusqu’à ce qu’un rouquin coquin ne lui fasse un :

-Devine qui c'est ?"

Ces paroles innocentes n’étaient pas très graves, d’autant plus que celui-ci ne comprenait même pas qu’elle devait rester devant et conduire, mais le fait de poser ses mains sur les yeux d’Evy était beaucoup plus grave. Ne voyant plus rien, la panique montant en flèche, elle ne réagit peut-être pas de la façon appropriée, mais elle fit ce qu’elle pouvait : elle appuya très fort sur le frein, faisant rebondir les deux alcooliques sur le siège arrière. Cela sembla au moins calmer William qui se coucha sur les jambes de Nora. Oh… mais c’est qu’il se croyait tout permis le p’tit gars ? Le cœur battant toujours très fort dans sa poitrine, le rouge aux joues, Evelynn recommença à avancer bien tranquillement, les klaxons se faisant toujours entendre autour d’elle à cause de sa manœuvre inattendue.

-« Il se passe quoi ? On est attaqués ? C’est qui ? Des méchants ? Je dois les tuer ?! »

-Ça va Nora ça va… bouge pas trop… et merde…

Tout cela ne lui faisait aucunement plaisir. En fait, cela lui rappelait de nombreuses soirées ou elle avait dû s’occuper de ses frères, plus âgés, qui avaient bu comme des idiots. Apprendre à connaître ses limites ne se faisait pas en un instant ou en une soirée, il fallait boire quelques soirs au moins, et la brunette était habituée à réparer les pots cassés. Cependant, en déménageant loin de ses frères, elle croyait en avoir fini avec ces soirées de baby-sitting avec ses aînés… c’était sans compter Nora et son amour de la vodka. Ainsi que son compagnon rouquin du moment… elle ne savait toujours pas qui s’était en fait, hormis son nom, Will, et le fait qu’il ne supportait pas l’alcool lui non plus.

Frein à main, portière ouverte, elle aida donc au mieux sa dulcinée et l’inconnu à se rendre jusqu’aux marches de leur loft. Évidemment, elle voulait leur faire prendre l’ascenseur, voyant bien qu’ils tenaient à peine debout, mais alors qu’elle s’occupait au mieux d’Eleonnora, William en décida autrement, s’attaquant avec beaucoup de courage et très peu de neurones aux escaliers. Le terrain était cependant à sa défaveur, puisque bien vite il cria, à moitié affalé dans les marches :


"Mais bordel, c'quoi ces marches qui bougent ! Aide moi !"

-Mais attends là j’peux pas être à deux endroits en… en même… même… temps…

Les yeux grands ouverts, la jeune femme venait de voir apparaître de nulle part un autre rouquin, qui semblait tenir debout sans aucun problème, donc moins saoul, et qui prenait son… autre lui-même dans ses bras pour le faire redescendre les marches. Elle n’en croyait pas ses yeux. Elle voyait vraiment un roux borgne identique au premier qui était apparu… apparu devant ses yeux ? Elle cligna quelques fois, simplement pour s’assurer que ce n’était pas une vision. Est-ce que Will avait un frère jumeau qui… qui était simplement venu le rejoindre sans qu’elle ne le voit arriver ? Ça ne pouvait être que ça finalement ! Oui voilà, un jumeau qui était entré dans son champ de vision… autrement, et elle, n’étant pas attentive, n’avait pas comprise ! Voilà c’était évident ! Et faux…

"Désolé pour tout à l'heure. J'suis un peu stupide quand j'ai bu."

-« Regarde ! Ton frère est revenu ! »

Et ben voilà ! Son frère était revenu, c’était aussi simple que ça ! Pourtant dans son esprit, quelque chose clochait toujours. Soit il était un maître de la discrétion, soit il s’était matérialisé à côté de son jumeau à partir de l’air ambiant. Will avait un frère qui pouvait se téléporter ? Mais non ce n’était pas réaliste. De toute façon, elle avait d’autres choses à penser pour le moment, et essayer de capter des paroles intelligentes des jeunes gens saouls était impossible. Amenant donc Nora doucement vers l’ascenseur, elle répondit au jumeau Will ou au Will jumeau… peu importe :

-J’ai remarqué… vous en faites pas…


Tiens, étrangement le vouvoiement était revenu maintenant que le rouquin s’adressait à elle de façon intélligible. Décidément, le lendemain matin ne serait pas agréable pour elle. L’ennui, la colère, la jalousie, la gêne, toutes sortes d’émotions qui ne se mêlaient pas très bien ensemble allaient devoir sortir devant lui. Il n’aurait pas beaucoup de chance. Peut-être Evelynn attendrait-elle qu’il soit enfin parti avant de piquer sa crise ? Calme comme elle l’était, il avait de bonnes chances de s’en sortir indemne. Eleonnora cependant allait y goûter, c’était certain.

Elle ne s’attendait cependant pas à ce que Nora commence à paniquer une fois les portes closes. Décidément, cette soirée continuait dans l’originalité. Evelynn remarqua en fait que c’était la première fois qu’elle prenait l’ascenseur avec sa compagne. Rares étaient les occasions où elle s’était montré si saoule qu’elle ne parvenait plus à utiliser les escaliers, et lorsque ça arrivait, Evelynn était là pour l’aider. La panique qu’elle lisait dans son regard n’avait cependant aucun secret pour son don : même si la brunette détestait la partie de soi qui identifiait les peurs de tous et chacun, celle de Nora était pour elle comme un phare dans la nuit noire : évidente. Elle avait peur des endroits clos… et l’ascenseur en était un. Passant sa main doucement dans sa longue chevelure emmêlée, elle murmura à son oreille doucement :


-Ça va aller Nora… j’te le promets… plus qu’un étage soit courageuse…

C’était peut-être cliché, mais ça valait toujours le coup d’essayer. Poussant un soupir de soulagement alors que les portes métalliques s’ouvraient sur leur étage, elle aida Nora à marcher, mais en fait elle ne put faire qu’un pas avant que la Russe ne se dégage pour entrer dans l’appartement, retirant à une vitesse folle manteau, bottes, chandail… CHANDAIL ?! Jetant un regard par-dessus son épaule, elle vit Will entrer avec son… euh jumeau ouais, avant même que Nora n’ait refermé la porte de sa chambre. Il avait sans doute tout vu, du moins celui des deux qui avait encore quelques neurones. Marmonnant quelques paroles inintelligibles, elle ouvrit un placard quelconque pour en sortir quelques couvertures. Elle devait attendre que Will s’installe sur le canapé pour le couvrir.

-« Evyyyy ! Je te veuuuuuuuuuux. Laisse le roux sur le canapé… on le ramassera demain. »

-Oh mon dieu… elle ce soir…

Se retournant, prenant à peine le temps de lancer la couverture sur Will, elle leur dit simplement :

-Je euh… à demain… tous les deux…

Puis elle s’éclipsa dans sa chambre elle aussi, refermant rapidement la porte derrière elle. La lumière était déjà éteinte, et Nora ne portait plus grand-chose. Son corps de rêve aurait sans doute paru plus sensuel si elle avait été un peu plus sobre. Sans doute que la brunette n’aurait pas résisté une seconde à l’envie de lui arracher ce qui lui restait pour lui faire sauvagement l’amour. Mais ce n’était pas le moment. Saisissant la couverture, elle tira pour la dégager de sous Nora et put ensuite l’envelopper à l’intérieur de celle-ci. Au moins, elle n’aurait pas froid. Se glissant quelques secondes plus tard sous la dite couverture, elle serra Nora contre elle, de dos, question d’éviter l’haleine toxique qui émanait de sa bouche. Ainsi elle pourrait s’endormir… peut-être.

Spoiler:
 

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 8 Avr 2013 - 12:06

Quand on était bourré, on voyait les choses d'une toute autre façon. C'était le cas de Will qui était incapable de réfléchir correctement actuellement et dont l'esprit traduisait ce qu'il ne comprenait pas par quelque chose à sa portée. Ainsi, l'utilisation du pouvoir d'Eleonnora était pour lui quelque chose qui provenait des clés et non d'elle. Des clés magiques, ça n'avait rien d'étonnant. Si ? Etant lui-même mutant, il n'y avait plus grand chose qui l'étonnait mais il ne fit pas le lien un seul instant avec la russe, trop occupé à se battre avec les clés. Arrivé à ce stade, il avait le degré de concentration d'un hamster, se focalisant sur la première chose qui attirait un tant soit peu son attention. Et lorsque Evelynn arriva, ce fut elle qui récolta toute l'attention. Assis dans la voiture par les bons soins de la jeune femme, Will désirait qu'elle vienne s'installer avec eux pour qu'ils s'y amusent. Mais Eleonnora n'avait pas l'air de vouloir qu'elle vienne leur tenir chaud, prétextant qu'elle seule pouvait le faire. Le rouquin la regarda d'un air plein d'incompréhension.

"Hé, j'm'appelle pas Bobby moi hein, moi aussi j'suis tout chaud ! T'as pas l'monopole d'la chaleur !"

Mais cette petite discussion était vite oubliée car le véhicule se mit rapidement en marche. Will n'avait pas pris la peine d'attacher sa ceinture et il avait toujours l'envie de s'amuser. Raison pour laquelle il mit ses deux mains devant les yeux d'Evelynn, ne pensant pas à quel point son geste était dangereux. La voiture pila et le rouquin percuta le siège devant lui, s'assommant à moitié bien qu'il rigolait et ne comprenait pas pourquoi le siège l'avait soudainement attaqué. Basculant sur le côté, il atterrit sur les genoux d'Eleonnora et se trouva bien là. Il ne bougea donc pas, profitant même des caresses qu'elle lui prodiguait. Résultat, les deux saoulons étaient à présent bien calme et le trajet en voiture se déroula tranquillement.

Mais lorsqu'ils arrivèrent, Eleonnora laissa tout tomber pour sortir du véhicule. Will resta couché un instant sur le siège arrière, seul, avant de décider de finalement bouger à son tour. C'était moins drôle de rester seul et c'était bien moins confortable sans des genoux pour poser sa tête. Il rejoignit les deux femmes dans le hall de l'immeuble et décida, dans un élan de courage et surtout par flemme d'attendre l'ascenseur, de monter les escaliers. Il ne pu aller bien loin cependant, vite arrêté par son incapacité à mettre correctement un pied devant l'autre. Etalé dans les marches, il réclamait de l'aide à lui-même. Evelynn cru qu'il s'adressait à elle, quoi de plus normal ? Mais le rouquin ne prêta aucune attention à la jeune femme puisqu'il savait très bien à quoi il parlait. Son clone était à présent là, sorti de nulle part et s'occupant à le relever pour le trainer jusqu'à l'ascenseur qui était finalement arrivé. Eleonnora s'exclama que son jumeau était de retour et le rouquin espérait qu'elle ne se souviendrait de rien le lendemain. Celui qui était sobre se rendait compte à quel point il avait merdé en usant de son pouvoir devant des gens qui ignoraient sans doute tout des mutants. Comment allaient-elles réagir ? Surtout qu'Evelynn, elle, était tout aussi sobre que le clone. Il n'osait pas la regarder, sentant déjà son regard sur lui et surtout son incompréhension. Voir une même personne à deux endroits en même temps n'était clairement pas banal. Il s'excusa néanmoins de son attitude et Evelynn ne fit aucune réflexion à ce propos. Une chance. Au moins, elle ne le jetait pas hors de l'immeuble comme un malpropre.


"C'ma faute, c'est moi qu'ait proposé un concours d'boisson avec Nora. Mais j'dois avouer qu'on a bien rigolé. T'es la colloc' d'Nora ? Viens avec nous la prochaine fois, ce s'ra amusant."

A voir les deux jumeaux et Eleonnora qui paniquaient pour rien, il était difficile de croire que ce serait si amusant que ça. Mais Will gardait un très bon souvenir de la soirée malgré tout. En tout cas, jusqu'à présent. Qu'allait-il se passer maintenant qu'il avait dévoilé son don sans le vouloir ? Pour l'instant, tout allait bien mais cela allait-il durer ? La russe en tout cas, semblait mal vivre quelque chose. Que lui arrivait-il ? On aurait dit qu'elle était terrorisée mais Will ne voyait pas bien par quoi. C'était l'ascenseur qui la mettait dans un état pareil ? D'après ce que disait Evelynn, c'était effectivement ça. Quoiqu'il en soit, dès que les portes s'ouvrirent, la russe s'en extirpa avec une dextérité impressionnante pour son état. Comme quoi la peur donnait effectivement des ailes. Will et son clone suivirent le mouvement, rentrent à leur tour dans l'appartement dès qu'il fut déverrouillé.

Là, Will pu découvrir que la jeune femme ne manquait effectivement de rien. Après la voiture de luxe, l'appartement de luxe. C'était bien assez grand pour que plusieurs personnes y vivent aisément. Les deux rouquins admirèrent le décor d'un air curieux avant de remarquer qu'Eleonnora se débarrassait de ses vêtements comme si elle était seule. Si celui qui était sobre détourna rapidement le regard, ce ne fut pas le cas de celui qui avait bu. Il fallait l'avouer, la jeune femme était vraiment agréable à regarder et il voulu faire une réflexion sur le sujet, amusé par le fait qu'elle se déshabillait sans aucune gêne.


"Hé Nora, tu fais un..."

Une main vint se plaquer sur sa bouche, l'empêchant de terminer sa phrase. Le clone laissa échapper un soupir, désespéré par lui-même. Il conserva sa main sur la bouche de l'original jusqu'à ce qu'Eleonnora soit hors de son champ de vision. Will laissa échapper un "rooooooh" avant de se diriger vers le canapé, ayant déjà oublié la jolie fille à moitié vêtue qu'il venait de voir passer. Mais même si elle n'était plus là, elle se faisait entendre, appelant Evelynn pour... pour quoi ?! Celui qui avait bu n'y prêta aucune attention, trop concentré à essayer d'atteindre le canapé, mais celui qui était sobre haussa bien haut les sourcils. Qu'est-ce qu'elle racontait ? Elle allait tromper son mec avec une femme là ? Décidément, quand on était ivre, on racontait vraiment n'importe quoi. D'ailleurs, il était où son homme ?

Le clone attrapa la couverture que venait de lui lancer Evelynn, hochant simplement la tête à son bonne nuit. Plus loin, Will avait repéré le tableau qui représentait Eleonnora. Dans son esprit, il s'agissait de la vraie et il commença à lui parler comme si elle allait lui répondre...


"Mais ! J't'ai vue aller dans ta chambre ! J'le savais que toi aussi tu savais t'dédoubler !"

Le clone soupira à nouveau. Il était vraiment si débile que ça quand il abusait de la boisson ? Heureusement qu'il avait une forte tolérance à l'alcool, sinon il ne toucherait plus jamais à une bouteille de sa vie. Obnubilé par le tableau, Will continua d'avancer et se prit les jambes dans la table basse qu'il n'avait pas vue, basculant par dessus et s'étalant de tout son long sur le sol. C'est dans cette position qu'il s'endormit, les jambes encore en partie sur la table et le reste du corps allongé par terre. Le clone hésita entre le relever et l'installer confortablement sur le canapé ou bien le relever et partir. Il ne se sentait pas à sa place et avec son pouvoir ainsi dévoilé, il n'était pas certain que ce soit une bonne idée de rester. Elles poseraient sans doute des questions le lendemain. Finalement, il ouvrit la couverture et l'étala sur le dormeur. Il allait sans doute dormir longtemps. Il mettait toujours un temps fou à se réveiller lorsqu'il avait bu la veille. Le mal de crâne n'allait pas tarder... Pour l'heure, le clone jugea qu'il était temps de disparaitre. Le reste, il le gérerait demain... quand il aura retrouvé ses esprits.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Mar 9 Avr 2013 - 1:21

Eleonnora n’était plus apte à réfléchir adéquatement avec tout l’alcool dans son sang. Elle avait une faible capacité de concentration et, également, de compréhension. Lorsque William parla d’un certain Bobby, elle ne comprit pas de qui il s’agissait. Il n’était pas chaud ? Il refroidissait les femmes ? En fait, ce devait être pour cela qu’il plaisait à sa demi-sœur apparemment frigide. Ce n’était pas lui, son copain punk ? Peut-être… À moins que ce ne soit le nom du chien de William ? Il avait un chien ? Mmmmm… Ce devait être un chien en terre cuite. Ah non, il était froid. Un chien de glace ? Un chien des neiges ! À moins que ce ne soit un chat ? Non, ce n’était pas froid… Un pingouin ! Il avait un pingouin domestique. Elle comptait lui demander de lui montrer son animal domestique plus tard, si elle s’en souvenait toujours.

Une fois chez elle, elle n’avait toujours pas repris ses esprits. L’alcool ne disparaissait pas aussi rapidement de ses veines, après tout. Elle ne marchait pas très droit. Elle aurait dû éviter de mettre des talons aiguilles avant de sortir. C’était bien plus difficile de se déplacer, elle devait constamment se raccrocher à quelque chose. Qu’est-ce que cela aurait donné dans les escaliers ? Un désastre. Un peu comme William, en fait. Il s’était totalement affalé, cherchant à obtenir de l’aide. Cependant, Evelynn s’occuper déjà de la jeune femme et ne pouvait être à deux endroits en-même temps, contrairement au rouquin qui se dédoubla afin de s’aider lui-même. Il fallait laisser tomber les escaliers. Quelques secondes plus tard, ils étaient tous dans l’ascenseur, au plus grand malheur d’Eleonnora.

La jeune femme était claustrophobe. Depuis des années, elle évitait les petits espaces clos comme les ascenseurs. Cela avait bien fonctionné, jusqu’à aujourd’hui. Dans les bras d’Evelynn, elle se serait sentie en sécurité, normalement. Cependant, c’était plutôt le contraire. Était-ce à cause de l’alcool qu’elle avait l’impression que sa peur était décuplée ? Peut-être bien. Elle tremblait, craignait que l’ascenseur ne lâche ou bien que le « frère » de William ne décide soudainement de tous les tuer. Elle était à la merci de tous dans ce petit endroit restreint. Ça sentait le piège, ça puait la mort. Elle devait sortir d’ici avant de mourir. Elle ne voulait pas mourir. Elle avait si peur…

C’est pour cette raison qu’elle bondit hors de l’ascenseur une fois que les portes de se derniers furent ouvertes. Dès qu’elle pénétra dans l’appartement, elle se déchaussa et retira son manteau… tout comme son chandail. Elle ne se gênait pas pour se mettre à son aise. Elle avait si chaud, soudainement. Elle ne pensait pas un seul instant au fait que William était là. Ce fut seulement lorsqu’elle entendit ce dernier débuter une phrase qu’elle se retourna légèrement, en soutien-gorge. Elle le toisa l’espace de deux secondes, puis entra dans sa chambre. En sous-vêtements, elle s’affala sur le lit. Elle était fatiguée. Le monde tournait bien moins autour d’elle depuis qu’elle avait posé sa tête sur l’oreiller. Cependant, elle ne désirait pas dormir. Elle appela Evelynn afin de passer un moment intime avec elle. Elle avait soudainement envie d’elle. Elle voulait lui faire sauvagement l’amour, qu’importe que William soit là où non. De toute façon, il était bourré et dans la pièce d’à côté.

Lorsqu’Evelynn vint la rejoindre dans sa chambre, la jeune femme somnolait déjà. Elle la sentit se coucher derrière elle, mais le sommeil l’emportait déjà. Eleonnora n’avait pas la force de se retourner ou de bouger le moindre de ses muscles. Quelques minutes plus tard, elle dormait déjà. Morphée l’avait gardé près de douze heures dans ses bras. Elle avait l’impression que sa nuit de sommeil n’avait duré que deux petites minutes.

Eleonnora avait bien de la chance d’avoir évité la gueule du bois du siècle, lorsqu’elle se réveilla. Elle avait légèrement mal à la tête, mais sans plus. Certains éléments de la veille étaient toujours flous dans son esprit. Elle ne savait qu’est-ce qui provenait de son esprit et qu’est-ce qui était bel et bien réel. Cherchant à éclaircir son esprit, elle alla prendre une bonne douche chaude, puis se brossa les dents, avant d’enfiler une robe toute simple. Elle n’avait pas envie de se casser la tête ce matin… si c’était encore le matin.

Après s’être vêtue convenablement, la jeune femme quitta sa chambre et traversa le salon. C’est à ce moment qu’elle remarqua William, dans la pièce. Elle l’avait totalement oublié. Mais dans quelle position était-il installé ? Il était tombé du canapé ou quoi ? Elle ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire en voyant quelque chose de si ridicule. Elle en profita même pour le photographier grâce à son téléphone.

Quoi qu’il en soit, une fois le petit fou rire passé, elle se rendit à la cuisine où elle y retrouva Evelynn, devant les fourneaux. S’approchant doucement d’elle, Eleonnora vint l’enlacer puis posa un tendre baiser sur ses lèvres. Elle se souvenait parfaitement du moment où sa petite amie était venue la chercher, la veille. Elle devait bien la remercier pour cela. Est-ce qu’elle acceptera un paiement en nature ? Intensifiant davantage le baiser, caressant doucement le dos de sa compagne, Eleonnora profita de ce petit moment de tendresse avec sa douce. Lorsqu’elle libéra ses lèvres, elle se contenta de la regarder dans les yeux. Elle ne pensait pas que William pourrait les voir, toujours en train de dormir dans le salon. Pourtant, qui sait s’il n’avait pas une belle vue sur ce qui se passait dans la cuisine ?


-« Bon matin, ma douce. Enfin, si c’est encore le matin… Qu’est-ce que tu cuisines ? Je meurs de faim. »

Elle l’embrassa sur le front avant de s’éloigner. Elle jeta un nouveau coup d’œil à William, dans le salon. Peu à peu, certains souvenirs de la veille remontèrent à sa mémoire. Elle aura quelques questions à lui poser, plus tard, concernant certains événements étranges qu’elle croyait avoir vu durant cette soirée bien arrosée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 3 Mai 2013 - 7:24

*Bande de saoulon… je ne réponds plus jamais aux appels de Nathan c’est décidé…*

Odieux mensonge qu’elle se racontait à elle-même, Evelynn savait qu’elle viendrait toujours s’occuper de Nora. Ce n’était pas quelques bouteilles d’alcool qui allaient l’empêcher de prendre soin de sa belle compagne. Cependant les faits étaient pour le moment désagréable : être sobre parmi d’autres personnes saoules n’était pas des plus amusant, et encore le rouquin et la blondasse n’étaient pas simplement chaud : ils peinaient à marcher. C’en était même dangereux par moment, mais au moins après l’incident dans la voiture, William se calma, aidé par les caresses d’Eleonnora. Au moins, ses caresses faisaient sourire quelqu’un…

Evelynn n’aurait jamais cru avoir autant de problème pour monter dans son propre appartement. Cependant l’apparition spontanée du « jumeau » ainsi que la crise de peur et de folie de sa compagne ne l’aidait en rien. Heureusement l’ascenseur se montra clément avec elle, ne s’arrêtant qu’une fois à son étage. Il était bien rare que d’autres personnes l’empruntaient à cette heure, au moins. Personne ne verrait la tête d’Eleonnora, c’était déjà ça de gagné pour son orgueil et son amour propre. Bref elle fut heureuse de voir les portes s’ouvrir rapidement et d’obtenir de la coopération de la part du « jumeau » de William. Beaucoup de questions parcouraient son esprit sans fin, mais pour l’instant elle préférait prendre soin de Nora.


"Hé Nora, tu fais un..."

Une main vint arrêter cette phrase alors que Evelynn se tournait vers le rouquin pour savoir de quoi il parlait. Ah… Sa dulcinée n’avait aucune perception de ce qui se passait autour…

Laissant donc… William au soin de William, elle rejoignit sa dulcinée et passa la nuit près d’elle, malgré sa fétide haleine. Le lendemain, elle fut contente de découvrir qu’elle ne semblait pas avoir trop bougé. Peut-être son estomac avait-il finit par digérer tout l’alcool ingurgité plus tôt. N’empêche, discrètement, elle se leva et se couvrit d’un peignoir avant de sortir de sa chambre. William était parti, mais William était encore là… enfin… l’un des jumeaux n’était plus là, l’autre était affalé sur le sol. Ne s’était-il jamais rendu au canapé ? Soupirant longuement, espérant ne pas avoir à s’occuper de deux gueules de bois en même temps, elle se dirigea vers le frigo où elle sortit des œufs, du bacon et du lait. Prenant dans les armoires une miche de pain, elle commença à cuisiner un déjeuner pour tous les trois, se demandant vraiment ce qu’elle allait dire à sa compagne. Si elle prenait les quelques journées de congé qu’elle avait à New-York pour s’enivrer tous les soirs, Evelynn n’allait pas le supporter bien longtemps… enfin… jusqu’à ce qu’elle aille le courage de la confronter. Après tout ce n’était pas si terrible et ça arrivait fort peu souvent… quoique… Ah prends une décision Evy !

Le bruit reconnaissable de la douche la sortit de sa bulle et elle se dépêcha de sortir les œufs du poêlon, une odeur de brûlé commençant à se faire sentir. Après un autre soupir, elle s’en débarrassa dans la poubelle avant de recommencer, y portant cette fois légèrement plus d’attention. Il fallut plusieurs minutes encore avant que sa dulcinée ne finisse par la rejoindre, maintenant propre et vêtue. C’était une sérieuse amélioration de sa condition de la veille… et elle ne semblait pas si mal en point. Ça aussi c’était une bonne nouvelle. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, Nora l’enlaça, et malgré le sentiment d’insatisfaction qui grognait en elle, elle ne put s’empêcher de fermer les yeux et d’apprécier ce contact qui s’intensifia l’instant d’après en un chaleureux baiser. Les joues toutes rouges, elle finit par se reculer légèrement de sa compagne, affichant une tentative de début de visage légèrement mécontent… bref elle n’avait pas l’air très crédible.


-« Bon matin, ma douce. Enfin, si c’est encore le matin… Qu’est-ce que tu cuisines ? Je meurs de faim. »

-Du bacon… et ce n’est pas pour toi. Tu as besoin d’eau et d’aspirine, pas plus. Peut-être une tranche de pain à la rigueur…

Elle adopta un ton légèrement blagueur, mais une pointe d’ironie pouvait se faire sentir. C’était le mieux qu’elle pouvait faire, avant de se retourner pour servir les œufs dans trois assiettes, séparer le bacon équitablement et faire de même pour le pain grillé. Elle n’empêcherait pas sa compagne d’avoir un bon déjeuner sous prétexte qu’elle avait dû aller la chercher en pleine nuit à moitié saoule. N’empêche, après avoir déposé les assiettes sur le comptoir, elle déposa un verre devant chacune d’elle, puis se dirigea lentement vers William, abandonnant Nora pendant quelques secondes, évitant toujours de croiser son regard pour le moment.

-Euh… monsieur… euh… William c’est ça ? Euh… le déjeuner est servi…

Son stress naturel était revenu maintenant qu’elle savait William non-intoxiqué. Posant sa main sur son épaule, elle le secoua légèrement jusqu’à ce qu’il émette un son avant de se reculer d’un coup. Elle dût fermer les yeux un instant pour se dire que c’était stupide et qu’elle n’avait pas à angoisser devant un individu qui l’avait presque tué la veille avec son « Devine qui c’est ! ». Non bien sûr que non… Quoique peut-être un peu au final. Retournant donc s’asseoir autour du comptoir, elle se servit un verre de jus d’orange et fit de même pour Nora, gardant les yeux baissés, évitant le regard de sa compagne.

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Ven 3 Mai 2013 - 10:35

Si Will tenait relativement bien l'alcool, il avait tout de même des limites. Et il avait largement franchi ses dernières en compagnie d'Eleonnora. Il se moquait d'être complétement bourré du moment qu'il s'amusait. Et il s'était amusé ! Même dans la voiture, risquant de leur faire avoir un accident, il continuait de s'amuser, complétement inconscient du danger. Heureux les simples d'esprit, que l'on disait. Heureux les gens complétement ivres, également... Seulement, cette joie n'était propre qu'à l'alcool qu'il avait dans le sang. Car une fois son clone apparu, celui-ci se comporta d'une manière tout à fait normale. Lui, il était parfaitement sobre... et avait conscience des nombreuses erreurs qu'il avait fait. Déjà, user de son clone devant des inconnues était complétement stupide. Bon, Eleonnora n'était pas tout à fait une inconnue... C'était quand même la soeur d'Erïka avec qui il s'entendait relativement bien. Mais jusqu'à présent, elle ignorait qu'il était mutant... Jusqu'à présent. Se souviendrait-elle de ce qu'il avait fait la veille ? Il espérait que non, mais d'un autre côté, Evelynn, elle, n'avait pas bu. Comment ne pourrait-elle pas se souvenir de tout ça ? Il redoutait le réveil du lendemain...

Pour le moment, il dormait comme un bien heureux, allongé de tout son long sur le sol ou presque. Ses pieds étaient restés positionnés sur la table basse, lui donnant une position ridiculement drôle. Eleonnora ne manqua d'ailleurs pas de prendre une petite photo souvenir à son insu. Si le rouquin s'en rendait compte un jour, nulle doute qu'il voudrait effacer le fameux cliché. Mais pour le moment, il dormait comme une masse, l'alcool dans son sang le laissant dans un sommeil profond. Si en temps normal le flash l'aurait peut-être réveillé, là ce ne fut pas du tout le cas. Malgré le manque de confort, il était bien là, allongé sur le sol, sa couverture ne le recouvrant plus qu'à moitié. Mais il commençait à avoir mal partout à cause de la dureté du sol et il émergea petit à petit. Ouvrant l'oeil, il le tourna à la recherche de quelqu'un de connu. Oh tiens, Eleonnora était à quelques mètres, dans ce qui semblait être la cuisine. Elle était matinale dis donc... Elle avait l'air en forme... Elle ne semblait même pas avoir de gueule de bois... Elle était EN TRAIN DE ROULER UNE PELLE A UNE FEMME !

L'oeil de Will s'ouvrit tout grand devant ce spectacle inattendu. Que se passait-il là ? Non, il devait être en train de rêver. Des fois, il avait de drôles de fantasmes alors cela ne l'étonnait même plus. C'est ça, il devait encore dormir... Alors pourquoi ne pas continuer ? Sans se poser de questions, il referma l'oeil et se cala à nouveau dans le but de prolonger son sommeil. Mais quelques minutes plus tard, quelqu'un vint le secouer. Pour toute réponse, il se mit à grogner. Qu'on le laisse donc dans son rêve où de jolies filles s'embrassaient, zut à la fin ! Et puis c'était quoi cette appellation ? Monsieur William ? Monsieur ? Franchement, là, étalé comme une merde sur le sol, la tête en vrac, un oeil en moins et avec l’haleine de quelqu'un qui avait trop bu, il avait l'air d'un monsieur ?? Il se contenta de marmonner quelque chose qui donna un : Hmmhanmgngnmmm... puis se retourna.

Mais c'était trop tard, il était réveillé pour de bon et tenter de se rendormir était peine perdue. Sentant qu'il n'y avait plus personne à côté de lui, le rouquin rouvrit les yeux et s'étira sur le sol. Il réalisait alors qu'il était par terre. Que fichait-il ici ? Il était où d'ailleurs ? Pourquoi avait-il l'impression qu'un troupeau d'éléphant lui était passé sur le crâne ? Peu à peu, les souvenirs de la veille lui revinrent en mémoire. Une bonne soirée au bar en compagnie d'Eleonnora. Des gages idiots. Des clés volantes... Ohé, c'était quoi ça d'ailleurs ? Les souvenirs du rouquin étaient encore un peu voilés mais il se souvenait parfaitement d'avoir vu les clés bouger toutes seules. Bon, il s'était bien servi de son clone lui... Qu'allait-il dire aux filles ? Mais est-ce qu'à tout hasard, Eleonnora était... comme lui ?

Tournant la tête pour localiser ses hôtes, il les aperçu à la cuisine. Will décida de se lever, posant la couverture sur le canapé. Passant une main dans ses cheveux qui avaient pris une forme improbable, il se dirigea vers elles. Il se souvenait d'Evelynn. La pauvre, elle avait dû les subir et les amener jusque là. Il était peut-être temps de s'excuser pour de vrai même s'il l'avait déjà fait la veille. Oh mais minute... Qu'allait-elle dire ?! Elle l'avait vu à deux endroits à la fois après tout. Il devrait peut-être mettre les voiles en fait... Mais c'était trop tard, il était planté là, devant elles. Tant pis. L'air de rien, il prit un banc et s'installa en leur compagnie.


"Salut les filles ! 'Tain j'ai la tronche en vrac... Ca va vous ?"

Il observa Eleonnora qui avait l'air fraiche comme une fleur. A croire qu'elle n'avait jamais été bourrée. Ca aussi il l'avait rêvé ? Non, il s'en souvenait parfaitement bien. Au moins un souvenir dont il ne doutait pas...

"Mais comment t'fais pour êt' d'jà en forme toi ? T'as une formule magique ? J'suis preneur hein !" lança t-il en riant à moitié

D'ailleurs à défaut d'une formule magique, elle était sûrement mutante. Mais il ne désirait pas aborder le sujet devant Evelynn. Peut-être qu'Eleonnora le lui cachait et il ne voulait pas encore révéler un secret sans le vouloir. Evelynn avait quant à elle sans doute remarqué qu'il savait faire des choses étranges... Mais tant qu'elle ne le questionnait pas, il ne dirait rien. RIEN ! L'odeur du bacon lui donnait mal au coeur mais il savait qu'il devait se mettre quelque chose dans l'estomac s'il voulait aller mieux. D'ailleurs, une assiette trônait devant lui. Elles avaient pris la peine de lui faire à manger ? D'ailleurs, c'était qui Evelynn ? Sa colocataire ? Eleonnora ne vivait donc pas avec son homme ? Il était peut-être temps de se présenter correctement cette fois...


"C'gentil d'm'avoir fait à manger ! Et d'solé pour hier si j'ai dis ou faire d'la merde hein... On a un peu abusé d'la boisson j'crois. Mais c'était marrant ! T'es un rude adversaire Nora !" fit-il avec un sourire vers la russe, avalant un morceau de bacon avant de se tourner vers Evelynn "C'toi Evelynn alors ? Moi c'est William ! On aurait pu s'rencontrer dans d'autres circonstances, t'm'as pas vu sous mon meilleur jour, haha. D'ailleurs j'espère qu'j'ai pas montré ma lune hein... dites moi que j'l'ai pas fait !" demanda t-il soudain, prit d'un doute "'Fin en tout cas, désolé pour l'dérang'ment et merci d'avoir prit la peine d'venir nous chercher."

Alors qu'il mangeait, le souvenir de son "rêve" lui revint. Tour à tour, il observa les deux femmes. Will n'était pas du genre à cacher ce qu'il pensait, quitte à passer pour quelqu'un de malpoli ou de sans-gêne. Cela faisait longtemps qu'il ne s'encombrait plus avec les détails.

"Oh vous savez pas quoi ! J'ai fait un super rêve ! Z'étiez en train d'vous rouler une pelle, c'était chaud ! Ouais j'sais, j'fais des rêves curieux... faut pas chercher, j'suis un mec. Vous vivez ici toutes les deux alors ?"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 6 Mai 2013 - 18:40

Quoi de mieux que de se réveiller après une gueule de bois, que de prendre une bonne douche chaude avant de réaliser que la femme de notre vie est en train de préparer le petit déjeuner ? Eleonnora était ravie de voir Evelynn derrière les fourneaux. Elle savait cuisiner et la russe adorait les petits plats simples et délicieux qu’elle lui préparait certains matins. En arrivant dans la cuisine, la première chose qu’elle fit fut de serrer dans douce dans ses bras et de l’embrasser tendrement, maintenant qu’elle s’était brossé les dents.
La jeune femme avait faim, mais sa petite amie affirmait qu’elle n’aurait droit qu’à de l’eau et de l’aspirine. Bien sûr, elle plaisantait, mais Eleonnora répondit en faisait la grimace. Le lendemain d’une soirée bien arrosée devait être ponctué d’un bon repas. La jeune femme avait toujours une faim de loup. Puisque sa douce lui disait qu’elle n’aura pas le droit à du bon bacon, elle devra se contenter d’autre chose.


-« Alors, tu permets que je te mange ? Tu es si appétissante. »

Comme pour confirmer ses dires, elle repoussa légèrement la chevelure de sa douce afin de mordiller doucement le lobe de son oreille. Ce n’était pas parce qu’elle était sobre, à présent, qu’elle n’avait pas envie de sa petite amie. Au contraire, elle en avait que davantage envie, maintenant. Elle n’aura qu’à lui sauter dessus après le repas, lorsqu’elle aura mis William à la porte. C’est vrai, William était toujours là… Elle l’avait complétement oublié.

Lorsqu’elle vit dans quelle position il était affalé, dans le salon, elle en profita pour prendre une photo grâce au téléphone. Elle laissait, à présent, Evelynn le réveiller puisqu’elle possédait un précieux cliché compromettant. Eleonnora, elle, était déjà installée à la table en train de boire son verre de jus. Elle observa Will qui se leva lentement avant de venir s’assoir devant elle, à la table. Sa douce, quant à elle, était à ses côtés. Le repas débuta dans le calme alors que la jeune femme prenait plaisir à savourer son déjeuner. Will leur demandait si ça allait, question tout à fait banale.


-« Ça va très bien, j’ai si bien dormi. Par contre, toi tu as une tête de cul, tu aurais dû prendre le canapé. »

Elle continua de manger, l’air de rien. D’ailleurs, William se demandait bien comme elle faisait pour être si resplendissante dès le matin alors qu’elle avait bu énormément d’alcool la veille. La jeune femme avait ses trucs, et elle avait la chance de ne pas être malade à cause de l’alcool. Il n’y avait pas de trucs miracles pour faire disparaitre une gueule de bois, mais elle savait comment l’amoindrir afin que ce ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

-« Une bonne douche chaude, un délicieux déjeuner et le tour est joué. »

La jeune femme avait déjà terminé son bacon et en vola une tranche dans l’assiette de William en espérant qu’il ne s’en plaigne pas. C’était tellement bon, ce truc. Maintenant, elle allait devoir aller au gym pour faire disparaitre toutes ces calories en trop qu’elle avait consommé. Monde cruel… Elle attendra à demain avant de se rendre à la salle de sport. Pour l’instant, elle préférait pratiquer un autre type d’activité physique avec sa douce Evelynn.

D’ailleurs, William faisait connaissance avec cette dernière. Il avait fait bien des conneries, la veille et la pauvre avait du s’occuper de lui. Maintenant, ils pouvaient se présenter et discuter un peu, apprendre à se connaitre. Cela laissait amplement le temps à Eleonnora de terminer son assiette. Malgré tout, elle avait encore faim. Elle cuisinera quelque chose d’autre un peu plus tard. À moins qu’elle ne s’arrête dans un restaurant après avoir reconduit William jusqu’à l’institut ? Elle avisera en temps et lieu.

Pour l’instant, la jeune fille était passée près de s’étouffer avec son jus alors que William parlait d’un drôle de rêve qu’il avait fait avec les deux femmes. Non, en fait ce n’était pas un rêve. Elle pourrait lui présenter la chose comme tel et en rire. Si elle ne lui avait pas dit qu’elle sortait avec une femme, c’était qu’elle ne voulait pas que la nouvelle s’ébruite et parvienne aux oreilles de son père. Cependant, Evelynn n’avait aucun talent pour la subtilité et n’allait pas nier qu’elles formaient un couple. Elle était grillée d’une façon ou d’une autre. Il ne lui restait plus qu’à dire la vérité et le menacer de ne rien révéler une fois dans la voiture. Malgré tout, elle doutait avoir à employer des menaces. Elle n’avait pas besoin de ça pour qu’il garde son secret, elle en était certaine.


-« Tu nous a vu nous embrasser ? » Fit Eleonnora avec un petit rire amusé. « Est-ce que ça ressemblait à quelque chose du genre ? »

Pour compléter ses propos, la jeune femme se pencha vers Evelynn, avant qu’elle ne puisse prendre une bouchée de son plat, et l’embrassa langoureusement. Elle ne manqua pas de lui caresser la cuisse, sous la table, au passage. Eleonnora ne fit pas durer le spectacle trop longtemps. Après ce baiser passionné, elle fit un grand sourire à Evelynn et se replaça sur sa chaise, l’air de rien. Maintenant, elle devait quelques réponses à William.

-« En fait, on est pas que des colocataires. On sort ensemble. »

Le repas se termina peu après cette révélation et Eleonnora aida à débarrasser les assiettes. Il était peut-être temps qu’elle raccompagne William à l’institut. Ainsi, elle pourra passer le reste de sa journée avec Evelynn et profiter des quelques jours de congé qui s’offraient encore à elle. Ce n’était pas tous les jours que cela arrivait, autant en profiter pendant que cela se présentait.

-« Je vais te ramener chez toi, William. »

Elle enfila son manteau, puis ses bottes. Avant de quitter l’appartement, elle embrassa sa douce et lui promit de revenir tout de suite après afin qu’elles passent la journée ensemble. Une fois hors de l’appartement, la jeune femme se retint de poser des questions sur ce qui s’était produit la veille. Il valait mieux qu’elle attende d’être dans la voiture. À peine la portière claquée, Eleonnora questionna immédiatement le rouquin sur certains éléments importants de leur petite soirée. Elle y allait d’une petite phrase visant à le pousser à parler par lui-même sans qu’elle ne lui pose directement la question.

-« Soit j’étais trop bourrée, soit t’as un frère jumeau bien caché. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelynn Jones

avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 18/10/2012

Fiche Tecnhique
Metier: Bibliothécaire
Age :
Nationalité :

MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   Lun 24 Juin 2013 - 22:03

-« Alors, tu permets que je te mange ? Tu es si appétissante. »

-Nora... t'es incroyable...

Incapable d'en vouloir à la femme de ses rêves... où du moins de le laisser paraître efficacement, Evelynn ne put s'empêcher de rire alors que sa douce compagne l'embrassait dans le cou. Le contact de ses lèvres la faisait frissonner de la tête au pied, et la saoûlonne le savait très bien. Elle en profitait d'ailleurs un peu trop souvent à son goût, mais elle ne pouvait nier le plaisir que cette petite attention faisait naître en elle. Penchant le cou pour empêcher la Russe de continuer, Evelynn s'éloigna d'un pas rapide pour aller réveiller Will. Après tout, le sol de l'appartement n'étant pas fait de mousse, il aurait sans doute mal partout à avoir passer la nuit ainsi. Secouant légèrement l'épaule du rouquin, elle finit par obtenir une réponse... euh... constitué de sons variés.

"Hmmhanmgngnmmm..."

C'était un bon début, il y avait des sons... différentes lettres... sans doute pouvait-elle lui laisser quelques minutes encore de sommeil. Retournant donc s'occuper du déjeûner qui cuisait doucement dans la casserole, Evelynn attendit simplement que le rouquin parvienne à mettre un pied devant l'autre pour les rejoindre à la table. Elle ne le fit pas attendre pour lui préparer une assiette complète d'ailleurs. Elle n'en voulait pas au rouquin pour la soirée précédente, après tout, il avait tenté de suivre le rythme rapide de Nora probablement, où ils avaient peut-être même fait une compétition entre eux, mais elle se souvenait tout de même qu'il l'avait aveuglé lors de sa conduite pour les ramener à la maison, et ça, elle devait lui en parler... ou du moins essayer de... lui faire comprendre. Ou pas.

"Salut les filles ! 'Tain j'ai la tronche en vrac... Ca va vous ?"

-« Ça va très bien, j’ai si bien dormi. Par contre, toi tu as une tête de cul, tu aurais dû prendre le canapé. »

-J'ai bien dormi aussi... mais j'ai pas le... hum... bagage liquide que vous transportez. Au moins Nora n'a pas ronflé, ajouta-t-elle avec un sourire en coin avant de prendre une bouchée de bacon.

C'était un mensonge, Nora ne ronflait pas... souvent, mais Evelynn ne pouvait s'empêcher d'en profiter un peu pour se moquer de sa douce. Après tout, elle lui en voulait d'être revenu aussi saoûle de sa soirée, ou enfin, elle lui en voulait pas trop. Assez pour lui faire des commentaires discrets, mais trop discrets pour que quiconque ne les comprenne. Néanmoins, elle souriait à sa dulcinée, évitant autant que possible le regard de Will. Sa gêne naturelle avait refait surface et maintenant que l'alcool n'intoxiquait plus les neuronnes du rouquin, elle se sentait devenir légèrement rouge. 

"Mais comment t'fais pour êt' d'jà en forme toi ? T'as une formule magique ? J'suis preneur hein !"

-« Une bonne douche chaude, un délicieux déjeuner et le tour est joué. »

Au moins elle n'était pas obligé de faire la conversation. Si Nora n'avait pas été là, elle se serait sans doute enfui dans sa chambre pour peindre où du moins éviter la présence de William. Ce n'était pas contre le rouquin du tout, elle était simplement mal à l'aise avec les gens qu'elle ne connaissait pas, qu'ils aient dormi chez elle sur le sol ou non. Cependant, celui-ci sembla apprécier le déjeûner baconesque, et ne se gêna pas pour lui dire. 

"C'gentil d'm'avoir fait à manger ! Et d'solé pour hier si j'ai dis ou faire d'la merde hein... On a un peu abusé d'la boisson j'crois. Mais c'était marrant ! T'es un rude adversaire Nora ! C'toi Evelynn alors ? Moi c'est William ! On aurait pu s'rencontrer dans d'autres circonstances, t'm'as pas vu sous mon meilleur jour, haha. D'ailleurs j'espère qu'j'ai pas montré ma lune hein... dites moi que j'l'ai pas fait !'Fin en tout cas, désolé pour l'dérang'ment et merci d'avoir prit la peine d'venir nous chercher."

-Euh... euh euh...

Hésitation et bégaiement furent la première réponse d'Evelynn. En fait, elle n'était pas en colère du tout contre William pour ce qui s'était passé la veille, mais ne l'avait pas apprécié non plus. Elle voulait simplement lui dire de faire attention à l'avenir, mais elle n'avait pas eu besoin de le faire du tout. Le jeune homme avait tout fait, tout dit sans même que la brunette n'ait le temps de lui dire. Il était clair qu'il n'y avait aucune malice chez lui. Heureuse d'entendre tout ce qu'il avait dit, le sourire sur ses lèvres réapparut rapidement, alors que la rougeur de ses joues avait presque disparu entièrement.

-Et bien... euh... non vous euh... vous n'avez pas montré vos... euh... vos fesses je... ou enfin si vous l'avez fait dans la soirée je ne sais pas mais... euh... ce n'est pas que j'veux dire que vous les ayez montré dans la soirée c'est simplement que euh... j'peux pas euh... Nora ?

Le rouge était revenu sur ses joues. Evelynn avait le don de s'emmêler dans ses propos sans le vouloir, de dire ou de faire comprendre ce qu'elle ne voulait pas dire et même ce qu'elle ne pensait pas. Sa nervosité et sa gêne ne l'aidaient en rien dans cette situation. Se tournant vers Nora, elle l'implora du regard, lui demandant silencieusement de la sauver de cette facheûse situation dans laquelle elle s'était mise sans le vouloir. Elle redoutait l'avoir insulté sans même savoir pourquoi. Elle fut chanceuse cependant, car celui-ci amena un sujet fort différent.

"Oh vous savez pas quoi ! J'ai fait un super rêve ! Z'étiez en train d'vous rouler une pelle, c'était chaud ! Ouais j'sais, j'fais des rêves curieux... faut pas chercher, j'suis un mec. Vous vivez ici toutes les deux alors ?"

Evelynn manqua recracher la gorgée de jus d'orange qu'elle avait entre les lèvres, et elle dut faire appel à toute sa volonté pour finalement se retenir. Alors qu'elle cherchait à répondre quelque chose, la diablesse blonde prit la parole.

-« Tu nous a vu nous embrasser ? Est-ce que ça ressemblait à quelque chose du genre ? »

-Maihmmmmmm !

Aucune chance. Evelynn n'avait jamais eu aucune chance d'agir avant Nora, de dire quelque chose avant Nora. Sa compagne était plus vive d'esprit, ou peut-être simplement moins sujette à la gêne qui alourdissait chacun des mouvements de la brunette. Ce qu'elle allait dire ne quitta jamais ses lèvres, puisque sa déesse l'embrassa aussitôt, aussi passionnément qu'elle le faisait toujours. Ses lèvres avaient un goût légèrement salés à cause du déjeûner, mais ce n'était pas à cela que pensait Evy à ce moment. En fait, son coeur s'était emballé comme à chaque fois que Nora l'embrassait... jusqu'à ce que la gêne ne reprenne le dessus encore une fois. Son esprit envoya une impulsion partout dans son corps lui disant: ''Y'a un rouquin qui vous regarde'' et Evelynn rompit le charme, les joues maintenant écarlates. 

-« En fait, on est pas que des colocataires. On sort ensemble. »

La brunette n'ajouta rien, préférant terminer son assiette en silence, toujours aussi gênée. Ils n'eurent pas besoin de beaucoup plus de temps pour terminer leur repas, et Evelynn se dépêcha de ramasser l'assiette de tout le monde. Les laissant simplement dans l'évier pour le moment, elle se retourna au moment ou Nora reprenait la parole.

-« Je vais te ramener chez toi, William. »

-Tu... Nora t'es mieux de revenir rapidement... j'te laisserai pas repartir en... voyage d'affaire... si tu ne m'accordes pas quelques jours hein ?

Son ton était mi blagueur, mi sérieux. Elle n'aimait pas qu'elle profite de ses quelques congés pour se saoûler sans elle, après tout Nora lui manquait chaque jour, mais elle comprenait son désir de voir d'autres personnes. C'était normal après tout, et Evy ne voulait pas être jalouse du tout... mais c'était plus fort qu'elle. Embrassant Nora avait passion avant qu'elle ne parte, elle s'assura de lui faire comprendre par ce geste qu'elle était mieux de se dépêcher de revenir... si elle voulait goûter la suite. Saluant rapidement le rouquin avant qu'il ne passe la porte, elle ajouta à son attention:

-Au revoir monsieur William !

_________________
Pouvoir passif d'Evelynn: Il y a une zone de fraîcheur autour d'Evelynn souvenez-vous en lorsque vous RP avec !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time To Get Drunk [William Cage]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Time To Get Drunk [William Cage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Danger Zone [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]
» Lorsque la nuit tombe... les démons se réveillent [Erïka Davidoff & William Cage][terminé]
» Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]
» Entre réalité et fiction [William Cage & Erïka Davidoff]
» La Rage Au Coeur [Erïka Davidoff & William Cage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-