X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Mar 12 Mar 2013 - 1:34

Les propos de la jeune femme gagnait peu à peu en partialité, bien qu'elle restait au fond tout à fait neutre par rapport aux humains. Du moment qu'ils la laissaient en paix et qu'ils ne lui créaient pas des problèmes, elle se moquait éperdument d'eux. Mais s'ils devaient s'en prendre à elle, ils en paieraient les conséquences. Cassandra n'avait encore jamais fait mourir quelqu'un de peur, mais elle pensait pouvoir y arriver un jour. Ainsi son pouvoir deviendrait offensif et non plus seulement défensif. Enfin... elle parlait des humains, mais peut-être que cela s'équivaudrait aux mutants qui auraient le malheur de lui chercher des problèmes. Mais ça n'était pas le cas... pour le moment du moins. Quoiqu'il en soit, la danseuse considérait que c'était un problème qui se traitait au cas par cas. Cela ne l'empêcha pas de faire remarquer à quel point les humains aimaient avoir le contrôle sur les choses qui les entouraient...

    « Tu as sans doute raison... malheureusement. Ce sont toujours les mêmes erreurs qui se répètent. Tout ce que j'espère, c'est qu'ils ne sont pas tous comme ça et qu'il y en a qui nous accepteront tels que nous sommes. Après tout, n'est-ce pas ça, l'humanité ? »


Laissant de côté cette discussion sur les différents aspects des humains, ils s'intéressèrent aux différentes et possibles évolutions de leurs dons. C'est vrai que la question pouvait se poser : jusqu'où pouvait aller le développement de leurs pouvoirs ? Après tout, depuis toujours Cassandra s'évertuait à rendre le plus réel possible ses illusions. Au niveau visuel, c'était plutôt réussi, aussi s'acharnait-elle à présent à les doter de sons, d'odeurs, et de matérialité. Mais si au final, tout cela n'était juste pas possible ? Il en allait de même pour Samuel. Pourrait-il un jour ôter toute sa souffrance à une personne, qu'elle soit blessée physiquement ou psychiquement ? On pouvait toujours rêver... mais ce serait bien mieux si c'était vraiment réalisable. La seule chose à faire était de persévérer en ce sens, et ne pas rester dans le passé. L'espagnol avait visiblement de grands regrets, et Cassie essaya de lui faire voir les choses sous un autre angle. Il sembla reprendre un peu du poil de la bête, assurant qu'il protégerait tous les mutants comme il le pourrait. En guise de réponse, l'illusionniste lui offrit un sourire.

    « Tu y arriveras sans doute. En tout cas merci... j'espère que je pourrais toujours me défendre avec mes chimères également. »


Jusqu'à ce qu'un jour elle parvienne à faire mourir de peur quelqu'un qui l'aurait tourmenté... peut-être que son don deviendrait à ce moment offensif. Tout cela était bien beau, mais encore fallait-il que cela devienne réalité. Et puis comme cela, peut-être pourrait-elle commencer à défendre d'autres gens qu'elle-même... quoiqu'il en soit, il était temps pour tous deux de s'habiller et de planifier ce qu'ils allaient faire de la journée, ainsi que des prochains jours à venir puisqu'ils allaient les passer ensemble. Ils se rendirent chez la jeune femme qui avait bien besoin de se changer. Ce fut l'occasion pour la mutante de mettre à l'épreuve la concentration de son partenaire et ainsi de remporter le petit défi qu'elle lui avait proposé. Mais ne sachant quoi lui imposer comme gage, elle préféra l'embrasser légèrement, lui soulignant qu'il pourrait choisir autre chose s'il gagnait une prochaine fois. Sa réponse la fit rire doucement.

    « Hé bien la surprise sera totale. C'est plus drôle comme ça ! En tout cas j'ai bien hâte de voir quelles ''ressources'' tu vas utiliser... » fit-elle avec un sourire amusé.


De l'amusement, elle passa à une gêne légère lorsqu'ils arrivèrent dans son appartement. Pas qu'il était sans dessus dessous, mais quand même... forcément, comme elle ne recevait jamais personne, elle ne faisait pas attention à ce que tout soit tout très bien rangé. Toutefois, cela ne sembla pas déranger tant que cela Samuel, et Cassandra l'enjoignit de faire comme chez lui tandis qu'elle allait se changer dans sa chambre.

Quand elle revint dans le living, la discussion dériva sur leurs origines. Ainsi qu'elle l'avait compris la veille au soir, le jeune homme avait des origines hispaniques, mais il venait plus précisément d'Espagne, de l'autre côté de l'océan. Une distance qui surprit la jeune femme, ainsi que les conditions dans lesquelles il était arrivé en Amérique... c'est à dire complètement par hasard. Mais ce n'était guère une mauvaise idée pour refaire sa vie à zéro. Et puis le hasard faisait bien les choses ; aurait-il atterri ailleurs qu'ils ne se seraient jamais rencontrés. Cassandra réfléchit quant à elle un instant à ce qu'elle pourrait dire. Elle ne divulguait jamais grand chose la concernant, mais puisque le mutant jouait de franchise avec elle, autant faire de même. Non pas qu'elle avait quelque chose à cacher, mais elle restait simplement discrète sur ses origines d'une manière générale. Pour ce qu'elle en savait de tout façon... elle ne mentionna donc que l'orphelinat de Virginie d'où elle venait. Samuel avoua avoir perdu ses parents et avoir été confié à ses oncle et tante. Cassie ne releva pas ; apparemment ça s'était assez mal passé pour lui... mais elle songea qu'il avait eu la chance de connaître sa famille.

    « Ce n'est pas très joyeux... enfin, peut-être que tu t'y serais plu, c'est possible. Pour ma part je suis contente de ne plus y être. Tu as pu connaître tes parents tout de même... ? Enfin, l'important maintenant c'est que tu es libre. Et que tu fais parti des hommes qui arrivent à point nommé. » lui dit-elle en souriant. « Une espèce qui se fait rare ! »


Ayant entrechoqué leurs verres d'alcool, Cassandra se mit à sortir des ingrédients pour préparer le repas. Elle avait de quoi faire des plats simples mais qui étaient bien nourrissants. Samuel voulut participer également, ce qu'elle ne refusa pas ; il était bien meilleur cuisinier qu'elle. Et comme il évoquait de nouveau la possibilité de faire de la jeune femme son repas, celle-ci répliqua avec un rire et menaça de laisser brûler sciemment la viande pour qu'elle se fasse dévorer de nouveau. Elle n'en fit rien cependant et veilla à bien cuire le bacon, ne l'oubliant pas sur le feu comme cela lui arrivait quelques fois.

    « Hm, tu réserves le quatre heures c'est ça ? Malheureusement je ne peux pas faire grand chose ! » fit-elle en riant légèrement. « Et puis je doute te remplir le ventre... plutôt le creuser ! Une sauce, oui pourquoi pas ! Attends, je te sors ça de suite... » dit-elle en s'éloignant de la gazinière pour sortir ce qu'il fallait.


Ce petit jeu de sous-entendus ne la lassait décidément pas. Quoiqu'il en soit, ils reprirent bien vite leur sérieux pour continuer à préparer le repas, jusqu'à ce que Samuel pose une question sur le mur du salon, représentant un drôle de mélange de scènes et de couleurs. C'était en fait une petite partie des créations chimériques de la jeune femme, qu'elle avait tenté de rendre plus ou moins réelles via la peinture. Elle aimait beaucoup dessiner et peindre, quoiqu'elle n'avait pas le niveau d'un artiste peintre. Elle sourit aux propos de son camarade.

    « Oh, y'a bien mieux que ça, mais merci. Haha, hé bien si l'envie de prend un jour, pourquoi pas ! À condition que tu participes aussi dans ce cas. Et promis, je ne te recouvrirais pas de peinture... ou en tout cas, j'essayerais ! »


C'est dans cette atmosphère de bonne humeur qu'ils se mirent à table. Le plat de Samuel était très bon, et ils purent se remplir le ventre à nouveau. Ayant bien mangé le matin pour sa part, Cassie mangea raisonnablement, ne voulant pas se retrouver d'humeur somnolente pour aller au cinéma. C'était un coup s'endormir devant le film sinon ! En tout cas son hôte semblait plutôt rassasié, ce qui était le plus important. Rangeant la vaisselle dans l'évier, ce fut bientôt l'heure de partir, et la jeune femme prit les clés de voiture que lui tendait l'espagnol.

    « Ça marche ! Je compte sur toi pour m'indiquer la route avec ta voix de GPS ! » plaisanta-t-elle de nouveau.


Ils remirent leurs vestes et sortirent bientôt de l'immeuble, se dirigeant de nouveau vers le véhicule. Cassandra avait le permis depuis deux ans, mais n'avait pas encore de voiture. Avec ses économies elle pourrait sans doute s'en acheter une bientôt. Ce serait bien plus pratique que les transports en commun ! Mettant le contact, son regard dériva sur le tableau puis la date qu'il indiquait : 12 mars. Elle n'avait même pas calculé que c'était aujourd'hui son présumé anniversaire. Se figeant l'espace d'une seconde, elle reprit bien vite ses esprits et se mit en route en suivant les indications de Samuel. Ce n'était pas le moment de se laisser distraire... et certainement pas par l'angoisse qui menaçait de la tenailler si elle commençait à penser à ses questions de toujours. Autant profiter de l'instant présent, d'autant qu'elle passait un bon moment avec Samuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Mar 12 Mar 2013 - 15:08

Samuel devait s'y faire, Cassandra ne partageait pas le même point de vue que lui. Elle donnait sa chance à l'humanité là où l'espagnol se montrait intolérant. Il savait qu'il ne pourrait pas la faire changer d'avis, ce n'était de toute façon pas son but. Ils n'avaient pas vécu les mêmes choses, ils ne pouvaient donc appréhender la situation de la même façon. Samuel préféra ne rien répondre à ça et se contenta de vaguement hausser les épaules. Il jeta un oeil au bracelet qui ne le quittait jamais, repensant aux anciens évènements. Non, il ne fallait pas compter sur l'humanité, il n'y aurait que des déceptions à la clé. Les humains n'avaient plus leur place en ce monde, fin de l'histoire.

Sortant de ses pensées, il offrit un sourire à Cassandra et passa à un tout autre sujet bien plus intéressant et amusant. Il valait mieux laisser de côté les questions existentielles et se concentrer sur le présent plutôt que sur l'avenir. L'espagnol avait promis à Cassandra de la divertir pour les jours à venir afin qu'elle ne prenne pas le risque d'aller travailler et de retarder la guérison de sa jambe. Comme promis, ils quittèrent l'appartement pour rejoindre celui de la jeune femme afin qu'elle puisse se changer. Le trajet se déroula plutôt bien même si Samuel perdit son pari, déconcentré par les chimères de Cassandra. Mais il comptait bien se venger et lui rendre la monnaie de sa pièce lorsqu'ils inverseraient les rôles. Il n'était pas doté des mêmes capacités qu'elle mais il avait déjà sa petite idée sur la façon de procéder. La serveuse semblait s'en amuser, attendant ce moment non pas comme une punition mais plutôt comme un jeu. C'était le but après tout, non ? Samuel resta silencieux sur la façon dont il comptait procéder. S'il n'y avait pas de surprise, l'effet fonctionnerait moins bien. Mais le but n'était pas non plus d'avoir un accident, mieux valait faire attention.

Il fit d'ailleurs attention à ne pas s'asseoir sur un livre qui trainait sur le canapé de l'appartement. Ce dernier était effectivement plutôt vivant, en témoignaient les nombreux livres éparpillés ainsi que divers objets. Comme Cassandra le disait, elle ne recevait pas très souvent et Samuel ne comptait pas l'en blâmer. Il était bon d'avoir un chez soi où l'on pouvait y faire ce que l'on voulait sans que personne ne nous juge. Un avantage d'être célibataire.
Le sujet de la conversation dériva sur leurs origines et l'espagnol n'eut pas vraiment de mal à parler d'où il venait même s'il ne conservait un mauvais souvenir. Malgré tout, c'était là que tout avait commencé et à présent, il vivait aux Etats-Unis tout à fait par hasard. Cassandra expliquait venir d'un orphelinat, ce qui intrigua Samuel. Y était-elle depuis sa naissance ou avait-elle atterrit là en cours de route ? Lui aurait préféré y aller plutôt que d'être confié à sa proche famille mais ce n'était pas le genre de choses que l'on choisissait. D'après le peu que la jeune femme voulait bien en dire, elle en conservait un mauvais souvenir. Sans doute que les enfants étaient un peu laissés pour compter. Passer toute une enfance là-bas pouvait être une chance comme une malédiction. Tout dépendait de l'environnement... La question que lui posa la serveuse lui laissa supposer qu'elle n'avait pas eu la chance, elle, de connaitre ses parents. Sujet délicat si tel était le cas mais le mutant désirait connaitre la réponse. C'était une preuve qu'il s'intéressait à elle non ? Et puis, si elle ne souhaitait pas en parler, il lui suffirait de le dire, tout simplement.


"Tout dépend de l'environnement, j'imagine. Au moins, tu n'y es plus désormais, tu es libre de faire ce que tu souhaites et d'aller où tu veux. J'ai connu mes parents oui, jusqu'à l'âge de dix ans. Après, je me suis débrouillé seul avant de connaitre les autres. J'ai peut-être une mauvaise vision de ce que peut donner un orphelinat. En quelque sorte, on peut dire que c'est presque comme si j'y avais été. Sauf que c'était moi qui supervisait tout ça. Mais et toi ? Tu n'as jamais connu tes parents ?"

Maintenant qu'ils avaient bu, il ne leur restait plus qu'à se remplir la panse. Samuel se proposa pour aider à préparer le repas, ne comptant pas rester les bras croisés à ne rien faire tandis que son hôte faisait tout. Il aimait de toute façon faire la cuisine et trouvait qu'il s'agissait là d'une activité conviviale qui permettait parfaitement de faire des doubles sens. Puisqu'il s'était trouvé une camarade de jeu, pourquoi se priver ? Il la remercia lorsqu'elle lui apporta les ingrédients qu'il demandait afin de faire la sauce dont il parlait et ne manqua pas de répliquer également.


"Oh, crois moi, tu pourrais tout à fait faire quelque chose... Enfin, tu as raison, tu ne fais qu'aiguiser mon appétit, mais je ne vais pas me plaindre. Je me contenterais de te dévorer des yeux pour cette fois." fit-il avec un fin sourire

Alors qu'ils préparaient le repas, Samuel leva les yeux et admira à nouveau la peinture qui ornait l'un des murs. L'idée de faire la même chose chez lui ne lui déplaisait pas. C'était une façon comme une autre de personnaliser son appartement et de lui donner une petite touche originale. De plus, c'était une très bonne excuse pour pouvoir revoir Cassandra par la suite. Elle n'était pas contre l'idée mais désirait qu'il participe aussi. La dernière fois que l'espagnol s'était mis à la peinture, c'était pour repeindre son appartement justement, mais d'une façon bien plus commune.


"Je ne suis pas très doué en art... Pas certain que ça donne quelque chose de très joli mais tu rattraperas le niveau à toi seule. Ce sera quand tu voudras. Et peu importe pour la peinture. Le body painting, c'est une forme comme une autre d'art ! Mais ne crois pas que tu pourras échapper à mon pinceau bien longtemps..."

Le repas enfin prêt, ils purent se mettre à table. Samuel profita du repas, mangeant plus que son hôte, terminant même les plats. Il pouvait manger tant qu'il y avait de la nourriture mais il ne voulait pas non plus abuser. Heureusement, il n'avait pas non plus fait trop de pâtes pour ne pas vider le stock de la jeune femme. Elle était déjà bien gentille de lui faire à manger, il n'allait pas non plus tout lui prendre, même s'il avait un fort appétit. Une fois le repas terminé, il l'aida à débarrasser la table puis se dirigea vers le canapé pour récupérer sa veste et la mettre sur son dos. C'était au tour de Cassandra de conduire et d'être mise à l'épreuve. Il allait bien s'amuser...

La jeune femme monta en voiture et il fit de même. Il remarqua sa légère hésitation mais mis cela sur le compte de la voiture. Après tout, ce n'était pas la sienne, elle n'avait pas l'air de posséder un véhicule et hésitait peut-être sur la marche à suivre ou bien avait tout simplement peur de l'abimer. Mais l'hésitation ne dura pas longtemps et l'espagnol ne fit aucune remarque sur le sujet. Il avait d'autres plans en tête pour le moment. Afin de jouer le jeu, il prit sa plus belle voix de GPS, entrecoupant les syllabes comme le ferait la machine.


"Dans 200 mètres, tournez à gauche."

Puisqu'elle conduisait et qu'elle ne pouvait répliquer, Samuel glissa sa main sur la cuisse de Cassandra, la caressant doucement. Lors d'une longue ligne droite, Samuel profita du fait qu'il n'avait plus besoin d'indiquer le chemin pour se pencher vers elle et l'embrasser dans le cou, lentement, à plusieurs reprises, ses lèvres glissant sur sa peau tandis que sa main continuait ses caresses. Si cela ne la déconcentrait pas, il ne voyait pas ce qui le ferait...
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Mar 12 Mar 2013 - 23:55

Échanger ses points de vue et opinions avec d'autres personnes était toujours quelque chose d'intéressant, permettait d'enrichir d'une certaine façon ses propres avis avec un regard neuf venant d'un autre. C'était d'autant plus captivant qu'ils discutaient de l'opposition entre les mutants et les humains, ainsi que le degré de tolérance de ces derniers à l'encontre de ceux qui avaient évolué. Malgré toute la dureté dont elle était capable, Cassandra songeait que tous les humains ne les rejetteraient pas entièrement, tandis que Samuel était catégorique. Toutefois, échanger là-dessus s'était révélé intéressant, dans la mesure où c'était la première fois qu'elle discutait d'un pareil sujet avec un de ses semblables. La jeune femme se demandait si ceux de l'Institut tiendraient un discours ressemblant – sans doute que non. Comme le lui avait expliqué l'espagnol, ils prônaient plutôt une bonne entente avec les humains. Tout cela donnait vraiment à réfléchir, mais l'illusionniste était contente d'avoir pu en discuter avec son hôte, bien qu'elle reste de l'avis de se moquer des humains tant qu'ils la laissaient en paix.

Quoiqu'il en soit, le moment était venu de revenir au présent, et plus particulièrement de se rendre à l'appartement de Cassandra le temps qu'elle puisse se changer convenablement. Au cours du trajet, le défi qu'ils avaient lancé fut finalement remporté par la jeune femme, quoique le mutant réclamait une revanche, ce que l'illusionniste accepta de bon cœur. Après tout, tout cela était pour s'amuser, ce qui plaisait autant à l'un qu'à l'autre. De plus, lancée comme elle était dans les plaisanteries qu'ils s'échangeaient depuis ce matin, Cassie n'avait guère envie d'y mettre un terme pour le moment. Elle n'avait pas bien souvent une très bonne occasion de rire comme cela avec quelqu'un d'autre, il aurait été dommage d'arrêter tout ça. En tout cas, la jeune femme se demandait comment procéderait Samuel pour se venger ; bien sûr ce dernier garda la surprise, ç'aurait été dommage de la gâcher.

L'appartement de la mutante n'était pas des plus rangés, quoique cela ne dérangea pas tant que cela son hôte. Elle fit tout de même en sorte de dégager un peu le canapé, une fois qu'elle se fut changée. En tout cas on ne pouvait pas dire qu'elle ne se mettait pas à l'aise chez elle. Une fois qu'elle les eut servi en alcool, la discussion se tourna vers leurs racines. Samuel pour sa part venait d'Espagne, et n'avait atterri en Amérique que par pur hasard, après avoir perdu ses parents et vécu un temps avec son oncle et sa tante. Apparemment ça ne se passait pas si bien que cela, ce qui étonna un peu Cassandra. Cette dernière avait en effet une vision particulière de la famille. N'était-ce pas censée être quelque chose sur laquelle on pouvait toujours compter, quoiqu'il arrive ? Il fallait croire que non... la jeune femme se demanda si Samuel les détestait autant que le reste des humains. Sans doute leur avaient-il fait vivre une vie guère facile pour qu'il les quitte si jeune. Enfin, tout cela n'était que des conjectures. Mais Cassie l'enviait un petit peu quand même. Il avait pu connaître ses parents, et savait tout de ses origines, n'avait pas de doute sur son identité. Tout son contraire à elle. Quant à lui, il se demandait ce que valait la vie dans un orphelinat. La jeune femme lui fit part de sa mauvaise expérience en la matière, bien que ça soit très subjectif. Ouvert comme il était, Samuel s'en serait sans doute sorti. Enfin, comme il disait, il avait pu en quelque sorte en superviser, ce qui surprit de nouveau l'illusionniste.

    « Disons que les enfants que j'ai fréquenté n'étaient pas très... tolérants. Enfin, c'est du passé. Rien ne vaut la liberté. Je suis désolée pour toi... je pensais qu'une famille était une aide à toute épreuve. Comme quoi, les idées reçues... les autres ? Tu t'es occupé de jeunes mutants ? » Elle secoua doucement la tête à sa question. « Non. On m'a trouvée devant la porte de l'orphelinat. J'étais encore un bébé. Va savoir comment j'suis arrivée là... »


Pas facile d'en parler. Pourtant la voix de Cassandra ne tremblait pas, était très calme. Il faut dire qu'au fil des années, elle avait fini par se faire à cette idée. Ce qui l'angoissait était le manque d'informations sur sa famille et sur elle-même. Où était-elle avant d'apparaître devant cet institut ? Quel était son véritable ? Ses parents étaient-ils encore en vie ? Si tel était le cas, elle était très mal partie pour tenter de les retrouver... puisqu'elle n'avait aucune information exploitable.
En tout cas, il était temps de préparer le repas. Pendant qu'ils se mettaient tous les deux aux fourneaux, de nouveaux sous-entendus vinrent se glisser dans la conversation, les amusant ainsi tous les deux. La réplique du jeune homme fit sourire Cassandra.

    « Hé bien je ne vois pas... tu peux éclairer ma lanterne ? En attendant, bon appétit. » fit-elle en riant légèrement.


La confection du repas se poursuivait, jusqu'à ce que Samuel interroge la jeune femme sur le drôle mur peint que l'on pouvait voir dans le salon. Le mutant lui demanda même si elle était prête à faire le même genre de chose chez le jeune homme. Cela pourrait se révéler très amusant, que ce serait une excellente occasion pour qu'ils passent encore du temps ensemble. L'illusionniste accepta donc, menaçant déjà de peinturlurer Samuel au passage, dès qu'elle aurait un pinceau en main.

    « Tant que tu mets ta touche personnelle et surtout que ça te plaît. Tu me feras signe en ce cas. Et pour le body painting... tu n'as pas tort ! Ça change du papier... tu seras donc mon premier modèle ! » clama-t-elle en souriant.


Le repas, bien qu'assez simple, leur remplit suffisamment l'estomac. Cassandra était contente de n'avoir pas fait brûler son plat, ce qui lui arrivait assez fréquemment quand elle était perdue dans ses rêveries... et puis son hôte semblait apprécier la nourriture, c'était ce qui comptait. Une fois qu'ils eurent terminé et débarrassé, elle le remercia pour son aide et se préparèrent à partir, l'illusionniste attrapant les clés de voiture que lui tendait son camarade.

C'est dans la voiture d'ailleurs que la jeune femme prit conscience de la date pour la première fois de la journée. Le 12 mars. Elle avait donc hypothétiquement 23 ans. Elle se figea une seconde à cette découverte mais reprit rapidement ses esprits, démarrant le véhicule. Elle refusait de se laisser envahir par ses angoisses habituelles, pas maintenant alors qu'elle était en si bonne compagnie. L'anxiété et le doute, ce serait pour plus tard. Néanmoins, le sourire de Cassandra en avait prit un coup. Elle était bien plus calme, se concentrant sur la route et s'adaptant à la voiture de Samuel. Cela lui faisait penser à autre chose au moins... elle eut un sourire à la voix mécanique que mima l'espagnol pour lui indiquer la direction à prendre.

Prenant donc le virage à gauche, la jeune femme sentit quelque chose sur sa cuisse, la caressant doucement. Samuel avait entamé les hostilités... souriant, Cassie fit de son mieux pour ne pas se laisser déconcentrer et garder les yeux rivés sur la route... en vain. Le latino ne s'arrêta pas là en effet, et la mutante sentit bientôt ses lèvres dans son cou. Ses gestes cumulés à ses caresses eurent tôt fait de venir à bout de la concentration de l'illusionniste, qui émit un petit soupir et finit par tourner la tête vers son partenaire et déposer sa propre bouche sur sa peau... signant ainsi sa défaite.

    « Bien joué... tu avais raison, tu as gagné cette fois. À toi de m'imposer un gage... » dit-elle avec le sourire, faisant courir ses doigts sur la joue du jeune homme avant de ramener sa main sur le volant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Jeu 14 Mar 2013 - 13:49

A cause de leur discussion à propos de l'avenir des mutants, Samuel repensait à certaines choses. Il songeait entre autre qu'il serait bien incapable de pardonner aux humains un jour. Cassandra avait peut-être raison, peut-être que certains d'entre eux les accepteraient un jour ou l'autre. Mais l'espagnol n'y croyait pas. Pour lui, la différence était trop grande, ils feraient toujours peur à ceux qui ne sont pas comme eux. Et la différence faisait faire beaucoup de choses horribles, justement à cause de la peur et de l'incompréhension qu'elle engendrait. Eux, ils avaient une apparence humaine et pourraient à la limite être tolérés. Mais qu'en serait-il de ceux à qui la mutation donnait une apparence particulière ? Ils seraient traités de monstres. C'était cousu de fil blanc. L'humanité n'avait jamais toléré ce qui n'était pas comme elle, l'histoire le prouvait à de nombreuses reprises. Définitivement, Samuel ne voulait pas croire à ça. Mais il laissait le choix à Cassandra de faire comme elle le souhaitait. Elle ne serait que déçue par la suite, voilà tout.

Il ne fut pas mécontent de se changer les idées en abordant un tout autre thème dès qu'ils furent chez la jeune femme. Puisqu'ils allaient passer quelques jours ensemble, il valait mieux qu'ils apprennent à se connaitre. Cassandra le questionna quelque peu et l'espagnol lui retourna ses demandes. D'où venait-elle, que faisait-elle ici ? Malheureusement, Samuel ne s'attendait pas à ce qu'elle ait un passé si trouble. Etre orphelin n'était jamais agréable, il en savait quelque chose. Mais au moins, il avait eu la chance de connaitre ses parents. Cassandra, elle, avait été abandonnée. Comment se sentait-on après une telle expérience même si on en gardait aucun souvenir ? L'on devait se sentir rejeté, mal-aimé, étranger... En fait, Samuel pensait deviner son état d'esprit pour la simple et bonne raison qu'il s'était occupé d'orphelins et d'enfants rejetés pendant plusieurs années. Il savait donc ce qui les touchait, la façon dont il le vivait, etc... Bien sûr, tout le monde ne réagissait pas de la même façon face à ce genre de choses mais le mal était le même pour tout le monde. Quelque part, l'espagnol se trouvait pas mal de points communs avec la jeune femme.


"Pas tolérants ? Ils avaient connaissance de ta mutation ? Ou bien c'était une intolérance face à autre chose ? Comme tu dis, c'est du passé. A présent, tu peux construire ta vie comme tu l'entends. Et ne t'excuse pas, je m'y suis fait. C'était ma famille oui, mais ils n'avaient pas prévu d'avoir une bouche à nourrir de plus. Cela ne les a pas empêché de prendre tout l'argent de mes défunts parents par contre. Moi, j'étais juste un poids alors j'ai préféré partir plutôt que de continuer d'être vu comme un handicap, un intrus. Je me débrouillais mieux tout seul de toute façon et puis, c'est comme ça que j'ai rencontré les autres, oui." commença t-il en regardant le fond de son verre un instant avant de relever les yeux vers Cassandra "Je devais avoir une quinzaine d'années quand je les ai trouvé. Ils s'étaient regroupés dans une vieille grange, un peu comme un refuge. Je les ai surpris alors qu'ils utilisaient leurs dons mais plutôt que de fuir, je suis resté avec eux. A vrai dire, c'était plutôt eux qui avaient peur de moi, un simple humain. A force d'être rejetés, ils étaient devenus craintifs. A l'époque, j'ignorais que j'étais un mutant. Je me suis occupé d'eux vu que j'étais le plus âgé, on était une véritable petite communauté. Tout le monde s'entendait bien, j'aurais souhaité que ça ne change jamais." expliqua t-il avec un sourire nostalgique "Je suis désolé d'apprendre ça. Mais comme tu dis, les raisons peuvent être diverses. Il est possible que tes parents aient fait ça pour te protéger ou parce qu'ils étaient incapables de te donner une vraie vie. Difficile à dire. Mais ça ne doit pas t'empêcher d'aller vers l'avenir. On reste parfois trop prisonnier du passé, j'en sais quelque chose."

Il ne disait pas ça pour lui faire la morale. C'était simplement une façon de lui dire de ne pas trop se focaliser sur des éléments qu'elle ne saurait peut-être jamais. A trop espérer, on finit déçu et il ne désirait pas que cela lui arrive. Pour l'heure, tout ce qu'il espérait était que le repas qu'ils étaient en train de préparer soit bon. Ils n'allaient pas tarder à le savoir puisqu'il était prêt à être dégusté. Installé à table, Samuel ne manqua pas de faire une petite remarque sur le sujet, ne manquant pas d'y ajouter un double sens. Ce n'était que pour s'amuser après tout, où était le mal ? Cassandra répliqua, jouant celle qui ne comprenait pas. Ah elle voulait jouer à ça ? Plutôt que de répondre directement, Samuel se pencha par dessus la table, glissant une main derrière la nuque de la jeune femme pour l'attirer à lui avant de lui voler un baiser. Une fois fait, il se remit à sa place, souriant
.

"Hmm, délicieux cet apéritif."

Puisqu'ils avaient évoqués un peu plus tôt le mur peint par la jeune femme, l'espagnol y revint, curieux de savoir comment elle procédait et si cela ne la dérangeait pas de faire de même chez lui. Elle n'était heureusement pas contre mais souhaitait qu'il participe. Ce n'était pas un problème pour lui même s'il estimait que cela serait gâché de la peinture, pas très doué dans le domaine. Une petite plaisanterie sur le sujet vint alimenter la conversation, amusant l'espagnol. Servir de toile ? Quelle drôle d'idée !

"J'ai ton numéro alors je n'hésiterais pas. Et je ne suis pas certain de faire une très bonne toile tu sais, je remue pas mal !" signala t-il avec un sourire amusé

Une fois le repas terminé et la vaisselle rangée, les deux mutants retournèrent à la voiture afin de faire le trajet jusqu'en centre-ville. Là, Samuel profita d'un moment où il n'avait pas besoin de guider la jeune femme pour tenter de la déconcentrer. Couplant caresses et baisers, il n'eut pas trop de mal à faire en sorte qu'elle quitte la route des yeux, lui offrant un baiser alors qu'elle admettait sa défaite. Satisfait, Samuel l'embrassa une dernière fois dans le cou puis se remit correctement à sa place. Il avait droit à un gage mais il préférait le conserver pour plus tard, au besoin. Après tout, rien ne l'obligeait à réclamer son gage maintenant non ?


"Ca attendra, je me le réserve pour plus tard si ça ne te fait rien. On est bientôt arrivés de toute façon et... oh, arrête toi là, s'il te plait."

Il lui indiqua un endroit où stationner près d'un trottoir, sur le côté droit de la chaussée. Il avait en effet repéré une tête qu'il connaissait bien et avait justement quelques mots à lui dire. En fait, il voulait savoir ce qu'il en était à propos des mutants qui avaient agressés Cassandra la veille. Le type qu'il avait repéré n'était autre que Ruben, son meilleur ami. Une fois la voiture stationnée, Samuel ouvrit la fenêtre et interpela le mutant qui arriva aussitôt à sa hauteur. Il se pencha à la fenêtre et salua Samuel avant de remarquer qui était au volant. Pour une fois, il ne s'exprima pas en espagnol afin de se faire comprendre de Cassandra.

"Salut mon pote. Oh mais dis donc, ton chauffeur est plutôt bien foutu. Mutante en plus hein ? C'est la nana d'hier soir ? Salut beauté, moi c'est Ruben. J'ai une voiture moi aussi si tu veux et je t'assure qu'elle est bien mieux que ce tas de ferraille !"
"T'as fini oui ? Cassandra, je te présente Ruben, c'est un mutant comme nous. Son don est justement de pouvoir détecter les autres mutants et il..."
"Je sais repérer les jolies filles aussi. T'es bonne toi, ça te dirait pas de..."
"Ruben."
"Ce que t'es rabat-joie franchement. T'es casé avec c'est ça ? La bonne blague ! L'éternel célibataire aurait..."
"C'est seulement une question de politesse, tu le sais bien. Ne me dis pas qu'aborder les femmes de la sorte fonctionne..."
"Mais si ! Enfin parfois... Pas souvent. Bon ok, tu voulais savoir quoi ?"
"C'est l'anniversaire de Tony aujourd'hui, la fête tient toujours ?"
"Ouep. T'as intérêt à te pointer, vieux schnock, surtout qu'on a besoin de toi pour le petit concert."
"J'aviserais. J'ai une invitée et elle a la priorité. Merci pour l'info, on se reverra peut-être ce soir dans ce cas. A plus Ruby."


Samuel savait que Ruben détestait qu'il l'appelle de la sorte mais il désirait se venger du "vieux schnock". Remontant sa vitre, il indiqua à Cassandra qu'elle pouvait reprendre la route. Le parking n'était pas bien loin.

"Comme tu l'as entendu, il y a une petite fête ce soir. Il n'y aura que des mutants mais j'ignore si tu as envie d'y aller. Si non, je comprendrais, on fera autre chose. Je t'ai promis de rester avec toi donc je ne vais pas t'abandonner."
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 16 Mar 2013 - 21:05

Il y avait un début à tout, comme c'était le cas maintenant. Jusqu'à présent, Cassandra n'avait jamais reçu qui que ce soit dans son appartement. Elle ne pouvait pas dire qu'elle avait réellement des amis de toute manière. La plupart de ses connaissances était surtout des collègues de travail. Du coup, la visite de Samuel chez elle était une première... en plus d'un imprévu. Ce pourquoi il régnait un beau bazar dans le salon. L'aurait-elle prévu qu'elle aurait fait l'effort de ranger un minimum, et c'est ce qu'elle se promit de faire à l'avenir. De toute manière, ce n'était que secondaire. Il était temps à présent qu'ils fassent un peu plus ample connaissance, et quoi de mieux que de commencer par leurs origines ? Point de départ qui faisait en partie défaut à Cassie... mais Samuel quant à lui ne se montra pas avare en détails. Son passé n'était pas des plus heureux non plus, ayant perdu ses parents à dix ans et s'étant fait rejeté par ses proches. Voilà qui mettait un coup à l'idée que se faisait la jeune femme de la famille. Cependant, ce n'est pas pour autant qu'il s'était retrouvé complètement seul, ayant pris sous son aile de jeunes mutants abandonnés eux aussi. Pour eux également ça avait été difficile... l'illusionniste secoua la tête.

    « Non. Je l'ai toujours caché... ou presque. Je m'en servais pour me défendre. Je ne sais pas trop pourquoi ils m'en voulaient... sans doute de la méchanceté gratuite, ou quelque chose dans ce goût-là. Mais dans la plupart des cas, une fois que je les avais effrayés, ils ne cherchaient plus à m'ennuyer. » Elle écouta en silence le récit de Samuel. Combien d'êtres chers avait-il perdu au total ? Il avait du se sentir bien plus mal après s'être fait rejeté de la sorte par sa propre famille, ou ce qu'il en restait... Au moins, il avait pu rencontrer de jeunes mutants dont il s'était occupé. Pour eux aussi, la vie avait du être une sacrée épreuve. Elle eut un sourire de compassion à sa narration. « Ça a compensé en quelque sorte le rejet de ta propre famille j'imagine... ils ont eu de la chance de t'avoir comme compagnon. » Trahison, rejet... tous les mutants étaient-ils logés à la même enseigne... ? « Ne t'en fais pas. C'est peut-être à cause de ça oui, mais bon... je ne le saurais sans doute jamais. Je peux juste l'imaginer. »


Son sourire pâlit tandis qu'elle disait cela. Cette sempiternelle question. Enfin, elle ne comptait pas ennuyer Samuel plus que nécessaire avec tout cela. L'ambiance redevint un peu plus joviale quand ils préparèrent le repas, s'y mettant à deux comme le matin même. Quand il fut fin prêt et qu'ils s'installèrent pour se rassasier, ce fut une nouvelle occasion de glisser des sous entendus dans la conversation. Tous les deux se plaisaient bien dans ce petit jeu et s'amusaient à répliquer, alors pourquoi s'en priver. Cassandra jouait cette fois l'ignorance et l'innocence face aux paroles de l'espagnol, qui répondit tout autrement que par la parole cette fois. Cependant cette méthode n'était pas pour déplaire à la serveuse, loin de là. Elle lui rendit son baiser, souriant doucement à ses propos suivants.

    « Reste à voir si la suite sera tout aussi plaisante... » le taquina-t-elle.


À ses temps perdus, la jeune femme peignait.Une manière comme une autre de rendre un peu plus réel ses différents mondes chimériques. Mais plutôt que d'étaler ses couleurs sur le papier, elle avait recouvert tout un pan de mur, ce qui était assez original. Le concept semblait intéresser Samuel, qui lui demanda si elle voulait bien faire la même chose chez lui. Cassandra était d'accord, à condition que le latino y mette du sien également, lui promettant même de le peinturlurer aussi, pas seulement son mur. N'ayant jamais fait de body painting, c'était l'occasion idéale d'essayer, mais Samuel la prévint quant à son hyperactivité qui ne ferait pas de lui un support très sage...

    « Qu'à cela ne tienne, j'te coincerais dans un coin et te recouvrirais des pieds à la tête ! À chacun son tour de se faire piéger. » le menaça-t-elle avec espièglerie.


À présent que le repas était terminé, il était temps de sortir de nouveau. S'étant rendue compte de la date du jour, Cassandra avait un peu perdu de sa bonne humeur et de son entrain, ce dernier étant déjà assez inhabituel chez la jeune femme. Cependant elle ne comptait se laisser noyer sous ses perpétuelles angoisses. À son insu, Sam lui rendit le sourire alors qu'il opérait sa vengeance, utilisant des moyens aussi plaisant que déconcentrant, si bien que l'illusionniste perdit à son tour le pari, offrant ainsi à Sam la possibilité de la soumettre à un gage. Il préféra cependant le garder pour plus tard, et rien ne l'en empêchait. Puis d'un coup, le jeune homme lui demanda de s'arrêter sur le côté de la route, et Cassie s'exécuta, comprenant un instant plus tard que le mutant avait repéré une de ses connaissances sur le trottoir.

La jeune femme sourcilla un instant aux premiers propos du jeune homme, aux origines apparemment hispaniques, comme Samuel. La ''nana d'hier soir'' ? Et comment savait-il qu'elle était mutante ? Peut-être était-ce lui qui avait rendu visite au latino la veille au soir, maintenant qu'elle y repensait. Quant au fait qu'il sache qu'elle possédait bel et bien un don, ce fut son partenaire qui lui apporta la réponse : il pouvait détecter la mutation chez les personnes qui la possédait. Pratique, comme capacité. Cassandra hocha doucement la tête en direction du dénommé Ruben pour le saluer, accompagnant son geste d'un maigre et faux sourire. Son comportement habituel quoi. Mais ce tout petit signe de sympathie disparut bien vite devant les paroles de Ruben, qui avait commencé à lui faire des avances plutôt déplacées. Ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ce genre de choses, et les émetteurs de ces invitations, elle se chargeait de leur donner une bonne douche froide en leur répliquant de manière peu sympathique. Mais Samuel arrêta son ami avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit. Pour le moment, mieux valait qu'elle fasse comme si elle n'avait rien entendu. Détournant la tête, elle écouta distraitement le reste de la conversation, observant le flux des voitures qui roulaient à côté. Les deux mutants terminèrent bientôt leur conversation, et Samuel avertit la jeune femme qu'ils pouvaient repartir. Remettant un petit sourire sur sa figure, elle reprit la conversation.

    « Joli surnom, ''vieux schnock''. C'est parce que vous avez un grand écart d'âge ? »


Du peu qu'elle l'avait observé, Ruben lui avait paru en effet plus jeune que Samuel, voire même qu'elle. Concentrée sur la route à prendre et les dernières indications que lui donnait l'espagnol, la danseuse écouta la proposition de son camarade. Ce pouvait être sympathique d'y aller... sa seule crainte était de se sentir parfaitement intruse, de ne pas être à sa place, ce qui était légitime. D'un autre côté, et ce n'était pas négligeable, elle pourrait rencontrer d'autres mutants, d'autant plus qu'elle ne comptait pas priver Samuel de ses amis.

    « Hé bien, pourquoi pas, je veux bien. J'espère simplement que ça ne dérangera personne, et puis, ils auront besoin de toi à ce que j'ai compris. Tu joues quel instrument d'ailleurs ? Je serais contente aussi de connaître d'autres mutants... alors oui, ça me plairait d'y aller. » dit-elle avec un sourire. « Quelque part ça tombe plutôt bien... j'ai 23 ans aujourd'hui. Enfin, je suis censée les avoir... » ajouta-t-elle doucement, d'une voix neutre.


Entrant dans le parking, elle ne tarda pas à trouver une place où se garer. De toute manière, si cela devait mal se passer, elle savait qu'elle pourrait compter sur son pouvoir pour se cacher voire même s'éclipser. Mais elle espérait que ça n'irait pas jusque là. Les mutants n'étaient-ils pas censés être ouverts avec les leurs ? Cassandra généralisait peut-être un peu trop... la seule solution était de voir comment aller se dérouler la soirée. Enfin, tant qu'il y aurait Samuel, cela devrait bien aller. Elle suivit d'ailleurs ce dernier, rangeant dans un coin de sa tête toutes ses suppositions concernant la soirée et les gens qu'elle y rencontrerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Lun 18 Mar 2013 - 12:58

Le rejet pouvait trouver sa source dans beaucoup de raisons différentes. Mais puisque Cassandra était une mutante, Samuel en avait déduit qu'il était fort possible que ce soit justement à cause de sa mutation qu'elle ait été stigmatisée et persécutée par d'autres orphelins. Lorsque l'on avait rien au monde, pourquoi ne pas se serrer les coudes plutôt que d'ennuyer ses compagnons ? Cette logique échappait à l'espagnol qui ne comprenait parfois pas d'où venait la méchanceté gratuite des enfants. Mais la différence creusait des fossés importants et empêchait tous liens de se former. Cependant, ce n'était pas la raison pour laquelle la jeune femme avait eu quelques soucis, sa mutation étant restée secrète jusqu'à hier, lorsque Samuel en fut témoin. Elle disait cependant en faire l'usage pour se défendre et Samuel était curieux de savoir comment. Les enfants faisaient-ils le lien entre les malheurs qui leur arrivaient et la pauvre orpheline à qui ils s'en prenaient ? Sans doute vu qu'ils ne l'ennuyaient plus ensuite. Ils devaient s'être posé pas mal de questions à l'époque. Peut-être même avaient-ils eu quelques rendez-vous chez un psychologue...

"Cela signifie que je suis un des premiers à connaitre ta mutation ? Je comprends que tu l'aies cachée, on ne sait jamais quelle réaction les gens vont avoir. J'ai fait comme toi à une époque mais plus maintenant. Si ça ne plait pas aux autres, tant pis pour eux, nous sommes comme nous sommes. Quoiqu'il en soit, ton pouvoir est un sacré allié pour te défendre. Mais ça je le savais déjà, je n'aurais même pas eu besoin d'intervenir hier soir à vrai dire."

Samuel expliquait sans trop de détails qu'il était passé d'une famille à une autre avant de finalement s'occuper de jeunes mutants, tous abandonnés ou rejetés par leurs propres familles. Au moins, ils étaient unis et pouvaient compter les uns sur les autres. Cassandra n'avait pas eu cette chance et avait dû faire face seule à cette mutation. Triste période pour un enfant isolé qui ne pouvait que développer une certaine appréhension voir antipathie envers les autres. Malgré tout, Cassandra restait une très agréable jeune femme. Peut-être parce qu'il était mutant et qu'il ne la jugeait pas ? Sans doute.

"Je ne cherchais pas à compenser quoique ce soit après tout. J'ai toujours été indépendant. Même lorsque mes parents étaient encore en vie, je les voyais assez peu au final. Et puis, une famille ne se choisit pas, mais on peut se forger la sienne et choisir ses proches. Je ne vais pas te dire de conserver un espoir peut-être fou quant à tes origines mais tu sais... avec la diversité des pouvoirs mutants, je pense qu'il y a de fortes chances pour que l'un de nous puisse t'aider à retrouver tes parents. Je ne sais pas comment mais ce dont je suis sûr ce que l'on a des capacités que les autres n'ont pas. Une telle spécificité doit pouvoir se trouver. Je me renseignerais à la Confrérie si tu veux."

Puisqu'ils étaient chez elle, ils en profitèrent pour préparer un peu à manger, l'espagnol n'ayant pas suffisamment mangé avant de partir. Il fallait dire que son estomac était du genre insatiable. De plus, puisqu'ils avaient bu de l'alcool, il valait mieux qu'ils mangent un minimum pour ne pas trop en ressentir les effets et se sentir mal une fois en ville. Maintenant que le repas était prêt et qu'ils étaient à table, Samuel en profita pour voler un baiser à Cassandra puisqu'ils s'étaient remis à peupler leurs phrases de doubles sens. L'espagnol pensait qu'ils s'arrêteraient là et commenceraient à manger mais la jeune femme ne semblait pas vouloir stopper. Voilà une partenaire de jeu plus qu'intéressante à ses yeux !

"Je te laisserais en juger par la suite. En tout cas, en ce qui concerne la nourriture, il n'y a qu'une façon de le savoir..."


Mais avant de commencer à manger, Samuel évoqua le mur peint par la jeune femme. Il aurait bien vu quelque chose du même genre chez lui, trouvant le style original et plus agréable qu'un bête mur peint de façon uniforme. Il invita donc Cassandra à réitérer l'expérience en venant peindre l'un des murs de son appartement quand elle le désirerait. Il participerait et le sujet dévia sur le body painting, l'espagnol s'en amusant. La serveuse croyait pouvoir se jouer de lui et même le piéger comme il l'avait fait avec elle un peu plus tôt. Y parviendrait-elle ? Vu la différence de leur carrure, il en doutait fortement mais elle avait déjà prouvé qu'elle était débrouillarde.

"Je suis curieux de voir ça. Défi relevé !"


Ils mangèrent à leur faim et nettoyèrent ensuite la table avant de rassembler leurs affaires. Il était temps de se rendre en ville pour la suite de la journée. C'était au tour de Cassandra de conduire et de Samuel de la mettre à l'épreuve. Sa tactique était bien moins subtile que celle employée par la jeune femme un peu plus tôt mais elle fut toute aussi efficace. Résultat, l'espagnol pouvait donner un gage à Cassandra quand il le désirait, préférant ne pas en faire usage pour le moment car aucune réelle bonne idée ne lui traversait l'esprit actuellement. Et puis, mieux valait garder un joker dans sa manche pour plus tard en cas de besoin, ce serait ainsi plus amusant, surtout si Cassandra oubliait ce petit détail entre temps.

La route reprit son cours normal mais Samuel demanda à Cassandra de se ranger sur le côté le temps que l'espagnol puisse parler à son ami qu'il avait aperçu sur le trottoir. C'était plus simple que d'avoir à communiquer via téléphone. De plus, simplement en le voyant à sa façon de se tenir, Samuel devina qu'il s'était débarrassé des deux gêneurs de la veille. Ruben était quelqu'un de fier et lorsqu'il punissait quelques humains, il faisait toujours le coq le jour suivant, de bonne humeur et un peu pédant. Samuel profita du fait qu'il était là pour se renseigner sur la fête prévue le soir. A vrai dire, cela lui était un peu sorti de la tête à cause de sa rencontre avec la jeune femme mais il espérait que la fête tenait toujours. Ce serait ainsi un bon moyen de lui faire rencontrer de nouveaux mutants, de lui montrer à quoi pouvait ressembler une véritable communauté.

Seul souci actuel, l'attitude de Ruben envers Cassandra. A vrai dire, il se comportait ainsi avec toutes les femmes qu'il croisait. Rien de très gratifiant pour elles vu qu'il les prenait pour des objets tout juste bons à répondre à ses ordres. Samuel ne voulait pas qu'il se comporte ainsi avec la jeune femme. En fait, il ne supportait pas lorsqu'il se comportait ainsi, manquant cruellement de respect à tout le monde. L'espagnol n'était vraiment pas fan de ce genre de comportement, lui qui adorait les femmes, et rappela donc Ruben à l'ordre pour qu'il oublie un peu la serveuse et se concentre sur ce qu'il lui demandait. La fête avait bien lieu et il y était même attendu. Renseignement donné, Samuel indiqua à Cassandra où se rendre. Cette dernière le questionna à propos du surnom que lui avait donné Ruben, ne faisant aucun commentaire par rapport à son comportement.


"On a seulement six ans d'écart mais pour lui, ça lui suffit à me nommer de la sorte. Excuse le pour son attitude d'ailleurs, il n'est vraiment pas respectueux envers les femmes. C'est lui qui est passé hier soir et c'est aussi lui qui a fait en sorte que tes agresseurs ne t'agressent plus jamais. Ni personne d'autre d'ailleurs."


Entre deux indications de route, Samuel proposa à Cassandra de se joindre à la fête organisée pour l'anniversaire d'un ami mutant. Il espérait ainsi ne pas avoir à choisir entre les deux, sachant pertinemment qu'il choisirait Cassandra de toute façon. Faire faux bond à des amis n'était jamais une bonne situation mais il ne voulait rien imposer à la jeune femme. Si seulement il n'avait pas oublié ce détail, il aurait pu lui faire la proposition plus tôt. Maintenant qu'elle avait vu Ruben, elle y réfléchirait peut-être à deux fois. Mutant ou humain, les comportements restaient parfois les mêmes, malheureusement. Cela n'empêchait pas Samuel d'apprécier Ruben. Il était son meilleur ami après tout.
Par chance, Cassandra accepta, mais certainement plus parce qu'il était attendu que par réelle envie. Cela dit, l'idée de connaitre d'autres mutants la motivait davantage. Au moins, ils n'étaient pas tous comme Ruben. Elle était néanmoins curieuse de savoir de quel instrument l'espagnol savait jouer.


"Rien d'aussi cool que de la guitare et du piano, je joue du violon. J'avais l'habitude d'en jouer lorsque j'étais avec les mutants orphelins. Nous n'avions pas de chaine hifi alors c'était notre seul moyen d'avoir un peu de musique. Heureusement que j'avais appris à en jouer assez jeune ! En tout cas, je suis certain que la soirée te plaira, l'ambiance est toujours bonne, tu verras." assura t-il avec un sourire

La jeune femme ajouta qu'aujourd'hui était également le jour de son anniversaire ou en tout cas elle le supposait. Samuel fut intrigué par une telle révélation mais réalisa bien vite qu'elle était orpheline et ignorait donc le réel jour de sa naissance. On avait dû lui donner ce jour là par défaut. Sans doute le jour de son abandon. Pourquoi n'avait-elle rien dit plus tôt ? Samuel se sentit un peu bête d'être passé à côté de l'information et de lui proposer d'aller à une fête d'anniversaire qui ne serait même pas en son honneur. Silencieux, il s'empara de son téléphone portable et appela un ami à lui, organisateur de la fête prévu en soirée. Lorsque ce dernier décrocha, il demanda qu'il lui passe un ami à lui, hispanique, afin de pouvoir lui parler en espagnol et être certain que Cassandra ne comprendrait pas ce qu'il lui disait. De temps à autre, il se remettait à parler anglais pour lui indiquer la route avant de reprendre en espagnol, discutant pendant quelques minutes avec son interlocuteur. Le but était que Cassandra ne se doute pas une seconde de ce qui l'attendait. Une fois l'appel terminé, il rangea le téléphone dans sa poche, ne faisant aucune allusion sur son anniversaire pour le moment. Il lui indiqua juste où se garer et s'empara ensuite de son béret posé sur les sièges arrières avant de sortir du véhicule. Le visant sur sa tête, il fit le tour du véhicule puis tendit son bras à Cassandra. Lorsqu'elle s'en fut emparé, ils sortirent du parking puis arrivèrent sur l'avenue commerçante. Le cinéma était un peu plus loin et c'est en marchant tranquillement qu'ils s'y rendirent. Sur place, l'espagnol se mit dans la file d'attente qui n'était pas très longue. Il sortit son porte-feuille et en extirpa un billet de vingt, suffisant pour payer les deux places avant de le tendre à la jeune femme.


"Tiens, tu pourrais prendre les deux places s'il te plait ? Choisis le film qui te ferait plaisir, c'est toi la reine aujourd'hui ! Je dois m'absenter quelques minutes, je reviens vite !"

Samuel s'éclipsa et revint en arrière sur le trajet qu'ils avaient parcouru. Il avait repéré un fleuriste et s'y rendit, achetant des orchidées rouges et blanches qu'il fit livrer à l'adresse de Cassandra. Elle n'allait pas s'encombrer de tout ça en pleine sortie... et puis ainsi, elle aurait la surprise une fois de retour chez elle. L'espagnol ignorait si la jeune femme connaissait le langage des fleurs mais si ce n'était pas le cas, il lui expliquerait. Il ne fallait pas non plus qu'elle se méprenne sur ses intentions. Pour le moment, elle ne savait pas ce qui l'attendait et il ne voulait pas la faire attendre plus longtemps. Il revint en trottinant vers le cinéma et la rejoint. Elle avait déjà acheté les billets, il ne restait plus qu'à entrer dans la bonne salle.

"Alors ? Qu'allons-nous voir au final ?"
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 23 Mar 2013 - 3:01

Malgré le fait que Cassandra ait toujours dissimulé son don aux autres enfants durant tout le temps qu'elle avait vécu à l'orphelinat, cela ne les avait pas empêché de persécuter la petite fille qu'elle était alors... ce qui l'avait amenée à songer qu'ils avaient peut-être l'intuition qu'elle était différente d'eux, et que cela seul leur était suffisant pour se méfier d'elle et la tourmenter. Bien sûr, tout ça n'était que suppositions... et surtout, c'était du passé. Elle avait fait payé ceux qui lui avaient cherché du mal, et c'était tout ce qui comptait. La peur était une manière efficace pour faire cesser les mauvaises plaisanteries en tout genre, et l'illusionniste avait donc gardé cette méthode de défense sous le coude. De toute façon, dévoiler au grand jour sa mutation – ou son pouvoir comme elle le définissait plutôt à l'époque – n'aurait pu que jouer en sa défaveur. Et loin d'elle l'envie de passer le reste de sa vie dans un établissement pour les aliénés ou ce genre de bâtiment où elle serait privée de liberté.

    « Si je compte bien, tu es le cinquième. C'est sûr, et je continuerais à la cacher aussi souvent qu'il le faudra. J'ai eu de la chance jusqu'à présent... tous ceux qui le savent sont des mutants et ils n'ont pas peur de ce que je peux faire. Je préfère ne pas penser à ce que pourraient me faire d'autres qui me prendraient pour un danger... je tiens trop à la liberté. » Elle secoua doucement la tête. « Sans doute oui. Mais ça aurait été difficile de m'enfuir avec ce qu'ils m'ont fait, ajouta-t-elle en désignant sa jambe blessée, c'est une chance que tu passais dans le coin. » termina-t-elle avec un léger sourire.


Au tour de Samuel d'expliquer un peu d'où il venait et ce qui l'avait amené à fouler le sol des États-Unis. Il n'avait certes pas été aussi seul que la jeune femme mais il n'avait pas connu non plus une vie de bisounours, loin de là. Par ailleurs, grâce à son récit, Cassie comprit que la condition des mutants était bien pire qu'elle ne l'imaginait. Se faisaient-ils donc tous abandonner par leurs familles dès que leurs pouvoirs apparaissaient ? Comment cela pouvait-il donc se faire ? Bien sûr, cela rejoignait la conversation qu'ils avaient eu tantôt... les humains pouvaient se montrer justement très inhumains quand ils avaient peur. Mais de là à abandonner ses enfants... heureusement que Samuel avait été là pour eux, et qu'ils n'avaient pas été seuls. Quelque part, Cassandra crut comprendre que c'était comme s'il s'était trouvé une seconde famille, mais l'espagnol expliqua qu'il n'avait pas cherché spécialement à compenser la perte qu'il avait subi.

    « Sans doute... à condition d'être entièrement sûr de ceux qu'on choisit je suppose. Enfin, je m'en rendrais compte par moi-même un jour, peut-être... » La jeune femme haussa doucement les épaules. « Je sais. Mais c'est difficile de ne pas éprouver un minimum d'espoir. Le problème est que je ne dispose d'aucune informations sur eux, sinon les recherches seraient plus simples... tu penses qu'il existe des mutants disposant d'un tel pouvoir ? Je te cache pas que ce serait inespéré... et oui, je veux bien, c'est gentil à toi. Mais je vais essayer de ne pas me faire trop d'illusions pour autant. » rit-elle d'un air désabusé.


Cassandra appréciait énormément les propositions de Samuel, mais pour autant elle se rendait bien compte que cela risquait de n'aboutir à rien. Elle ne disposait de rien, d'aucun indice sur ses parents ou ses origines, pas même son nom de famille. Il n'y avait donc pas grand chose à faire... mais comment ne pas répondre à ce tout petit espoir qu'elle conservait malgré tout ? Tant qu'elle n'avait pas tout essayé, il ne fallait pas abandonner.
Malgré cela, l'ambiance ne s'était en rien dégradée, bien au contraire. Les deux mutants continuaient leur jeu de sous-entendus, ne s'en lassant guère, tout en préparant et s'installant pour le repas de midi. Il débutait plutôt bien, comme le jeune homme l'attira à lui pour l'embrasser, geste auquel elle répondit avec plaisir. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle s'arrêtait là, en rajoutant encore une couche l'instant d'après. Elle avait un camarade de jeu qui ne se lassait pas d'échanger avec elle des taquineries et des double-sens, alors autant en profiter ! Ce n'était pas tous les jours qu'elle pouvait bénéficier d'une aussi agréable compagnie et s'amuser de la sorte. En tout cas, dans l'immédiat, la priorité était de remplir leurs estomacs vides... après avoir assouvi la curiosité de Samuel quant au mur peint par la mutante.

Elle avait utilisé une méthode particulière pour peindre sur ce mur, peut-être qu'elle referait la même chose chez le latino, tout dépendait de ce qu'il souhaitait voir représenté sur son mur. Quoiqu'il en soit, Cassandra n'était pas contre, bien au contraire. Elle n'était pas une pro mais dessiner et peindre était quelques-uns de ses passe-temps préférés. Aussi accepta-t-elle, d'autant plus que cela se déroulerait en compagnie de son partenaire, qu'elle comptait bien enrôler dans le projet, quitte à ce qu'il fasse ensuite office de modèle pour du body-painting ! Il l'avait déjà plus ou moins été d'ailleurs, sauf que cette fois le chocolat céderait la place à la peinture ! Mais bien entendu, il était à prévoir qu'il n'allait pas se laisser faire si facilement, aussi Cassie le prévint-elle qu'elle le coincerait d'une façon ou d'une autre dans un coin. Bien entendu, il était bien bâti et plus fort qu'elle, ce qui laissait déjà entrevoir qui l'emporterait... mais la jeune femme avait plus d'un tour dans son sac !

    « Je n'en attendais pas moins de toi ! »


Peu de temps après, ils avaient terminé de manger et s'étaient mis en route pour le centre ville. Cassandra avait le permis mais elle n'avait guère conduit pendant un petit moment, aussi reprendre le volant ne lui fit pas de mal. Avec un peu de chance et encore un peu de patience, elle pourrait bientôt s'acheter une voiture. Quoiqu'il en soit, celle de Samuel était simple à conduire... quand il n'y avait rien pour se laisser déconcentrer ! La méthode de l'espagnol était aussi efficace que celle qu'avait utilisé la jeune femme. Elle eut beau résister un peu, elle finit par céder, ce qui fit donc que le latino remporta le défi à son tour, en même temps que le droit de la soumettre à un gage. Il garda cependant cet atout dans sa manche pour plus tard.

Ils poursuivaient leur route quand Samuel lui demanda de se garer un instant sur le côté de la chaussée afin de pouvoir aborder un de ses amis. Polie comme à son habitude, Cassandra salua le dénommé Ruben, affichant son mince et faux sourire habituel. Sauf que celui-ci ne resta pas bien longtemps sur le visage de la jeune femme. L'attitude du mutant lui déplaisait fortement ; pour un peu elle se serait crue face à l'un des clients du Stonedge. Mais la situation était différente : Cassie ne se trouvait pas au bar et ne remballa pas d'un ton sec et glacial Ruben. Samuel se chargea lui-même de détourner son attention, lui reprochant son manque de respect. Apparemment il faisait comme cela avec toutes les femmes. Hé bien... l'illusionniste détourna le regard, mais ses oreilles étaient toujours attentives à la conversation. Il était question d'une fête d'anniversaire programmée pour la soirée. Parlant d'anniversaire... Cassandra avait beau repousser ses questionnements dans un coin de sa tête, elle ne put s'empêcher d'y songer à nouveau, regardant les voitures dans le rétroviseur. L'incertitude autour de ses origines pouvait la rendre malade d'angoisse. Mais pour le moment elle se contrôlait, ce n'était pas en compagnie d'un camarade mutant qu'elle allait se laisser aller à la mélancolie.

La discussion prit rapidement fin, avec un échange d'étranges surnoms. La jeune femme attendit d'avoir regagné la circulation pour demander à Samuel ce qui lui valait de se faire traiter de vieux schnock par son ami. La raison était leur écart d'âge, qui s'élevait à six années. C'était une raison suffisante, quoique le terme n'était pas très sympathique du point de vue de la jeune femme. Enfin, ce n'était pas à elle de juger de toute façon. L'espagnol lui demanda ensuite d'excuser le comportement de Ruben, précisant qu'il était celui qui avait fait rendre l'âme aux deux connards de la veille au soir. Voilà qui changeait la donne... Cassie acquiesça doucement.

    « Je comprends. Je lui en veux pas... mais s'il recommence je le remettrais... gentiment à sa place. Le respect c'est fondamental. Enfin, je lui suis reconnaissante pour ce qu'il a accompli. » termina-t-elle en souriant à son interlocuteur.


Puis Samuel lui demanda si elle voulait se joindre à la soirée. Apparemment il y était lui-même attendu, alors pourquoi refuser ? D'autant plus que cela lui ferait rencontrer d'autres mutants, ce qui ne pouvait guère lui faire de mal. Sa seule crainte était de se sentir comme une intruse. Comment pouvait-il en être autrement d'ailleurs ? Néanmoins, il ne fallait pas qu'elle craigne pour autant la soirée, sinon comment faire avantageusement connaissance avec d'autres ? Et puis il y aurait son camarade ; il n'allait pas la jeter dans la cage aux lions. La mutante accepta donc l'invitation, demandant ensuite de quel instrument jouait son partenaire. Elle fut agréablement surprise de la réponse ; le violon était un instrument qu'elle aimait beaucoup, bien qu'elle ne sache pas en jouer.

    « Vraiment ? C'est super, et c'est tout aussi cool que la guitare ou le piano ! Et difficile en plus de ça. J'ai hâte de t'entendre en jouer en tout cas ! Tant mieux pour l'ambiance, j'ai d'autant plus envie d'y être maintenant. » sourit-elle.


Puis sans trop savoir pourquoi, elle précisa que c'était également son anniversaire aujourd'hui. Enfin, supposément, bien sûr. Enfin, qu'est-ce que cela pouvait faire de toute manière, ça n'était pas si important. Pour elle en tout cas si, mais seulement parce que c'était une source de questionnements, de doutes en tout genre et d'angoisse. Rien de bien joyeux quoiqu'il en soit. Suivant les instructions de Samuel, Cassie continua sa route, restant silencieuse tout le temps que son camarade passa au téléphone. Elle ne comprit rien de la conversation, puisqu'elle se déroulait en espagnol. Peu de temps après ils arrivèrent à destination et se gara là où Samuel le lui indiqua. Une fois sortie, la jeune femme prit le bras que son camarade lui tendait, souriant en montrant son béret d'un signe de tête.

    « Ça te va mieux que la casquette du chauffeur. »


Il ne leur fallut plus beaucoup de temps avant d'atteindre le cinéma, à quelques minutes à peine de là. Il n'y avait pas foule à l'intérieur, la file d'attente était peu importante. Regardant les différentes affiches placardées sur les murs, elle revint à l'instant présent quand la voix de Samuel retentit de nouveau à côté d'elle, lui confiant un billet pour acheter les places tandis qu'il devait s'absenter un moment.

    « Ça marche, je t'attends. »


Attrapant un prospectus, elle parcourut les différents films qui passaient en ce moment, ainsi que les synopsis, histoire d'avoir une idée du genre qu'il serait bien de voir. Science-fiction ou action peut-être... Cassie se rappela que le jeune homme n'avait pas de style de film préféré en particulier. Arrivée au comptoir, elle prit donc les billets pour un film de science-fiction, songeant que cela devrait leur plaire à tous deux. Sortant de la file avec les deux tickets, elle alla acheter du pop-corn, quand elle entendit quelqu'un l'interpeller. Se retournant, elle constata qu'il s'agissait d'une de ses anciennes collègues du bar qui avait été incendié. Souriant légèrement, elle entama la discussion avec elle, demandant ce qu'elle était devenue après la fermeture de l'établissement, ainsi que leurs autres collègues. À vrai dire, Cassandra n'avait pas songé à les recontacter depuis, aussi en profita-t-elle. Il lui semblait qu'elle était un peu plus bavarde qu'auparavant... sans doute les récents changements l'avaient faite évoluée en ce sens.

Voyant Samuel revenir, Cassie prit congé de sa collègue, la salua et se dirigea vers son camarade. Souriante, elle lui tendit son billet.

    « Science-fiction. J'espère que ce sera un bon film ! Un peu de pop-corn en attendant ? » proposa-t-elle en lui tendant le pot.


Ne restait plus qu'à rentrer dans la salle. Il n'y avait pas beaucoup de monde, ce qui leur laissait tout le choix de s'installer où ils voulaient. Le fond de la salle était parfait, aussi s'y assirent-ils, ayant ainsi une très bonne vue sur l'écran. La salle s'assombrit bientôt, et durant le court laps de temps où le noir complet régna, Cassandra embrassa furtivement Samuel sur la joue, pour aucune autre raison particulière que parce qu'elle en avait l'envie. Puis l'écran s'alluma et il fut temps de se plonger dans l'univers que leur offrait le film.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Lun 8 Avr 2013 - 17:17

Cassandra connaissait ainsi donc cinq mutants ? Seulement ? C'était toujours plus que certains autres de leurs semblables qui se pensaient encore seuls au monde. C'était encore le cas de la jeune femme il y a peu de temps. Mais à présent, elle savait où elle mettait les pieds et elle avait l'air d'avoir des gens digne de confiance avec elle. Bien qu'elle paraissait solitaire... Comme elle l'avait dit, elle recevait peu de visite et passait la plupart de son temps seule. Cependant, elle connaissait à présent d'autres mutants qui pourraient partager son secret. Elle avait peur des réactions des humains si jamais ceux-ci venaient à réaliser qu'elle n'était pas comme eux. Qui était mutant et n'avait jamais eu cette peur ? Samuel ne l'avait plus depuis le jour où les jeunes mutants s'étaient fait tuer. Avoir peur des humains ne feraient que fragiliser les mutants. Ils devaient être plus forts qu'eux. C'était aux humains d'avoir peur d'eux et non l'inverse. Mais la peur des humains pouvait également se transformer en prison pour les mutants. A bien y réfléchir, il ne semblait pas y avoir de solution miracle. Ils ne pouvaient donc compter que sur eux-même...

"Dis toi que je ne serais pas le dernier, loin de là. Ton don te donne un avantage. Les gens ne sauront pas forcément que ce qu'ils voient provient de toi, cela t'offre donc une sorte de protection. Je comprends que tu veuilles te cacher mais je ne laisserais personne te faire du mal tant que je serais là. Pas question d'être considérés comme des animaux en cage ou des cobayes d'expérimentation. Je suis certain que tu as plus d'un tour dans ton sac, grâce à ton don. Te rendre plus ou moins invisible par exemple ?"

Si pour certains mutants, être différents revenaient à se retrouver seul, ce n'était pas du tout le cas pour Samuel. Longtemps resté avec de jeunes mutants, il avait rapidement rejoins la Confrérie une fois en Amérique et n'avait jamais donc vraiment eu à se sentir seul ou mis à l'écart. Pour lui, c'était plus qu'une famille, c'était génétique. Ils étaient tous liés par leur gêne commun et ça, personne ne pouvait le nier. Samuel ne voulait pas remplacer sa famille, il en avait juste trouvé une qui lui correspondait mieux. Il espérait que cela serait bientôt le cas également pour Cassandra et que plus jamais, elle ne se sente seule. Ne jamais avoir connu ses parents devait cependant être assez frustrant. La danseuse devait se poser maintes questions sur ses origines. L'espagnol n'était sûr de rien mais il pensait cependant qu'un mutant serait en mesure de l'aider à remonter la piste de ses origines. Malgré tout, la jeune femme restait dubitative à ce propos.

"On est jamais sûrs de rien à cent pour cent, il faut parfois prendre des risques pour voir si cela en valait la peine ou non. Tu as raison de ne pas vouloir te faire de faux espoirs, la désillusion c'est parfois blessant. Mais n'abandonne pas tes objectifs pour autant. Je t'aiderais dans la mesure du possible. A vrai dire, pour le moment, je pense que l'homme le plus à même de pouvoir t'aider est le professeur Charles Xavier."

Mais malgré ces paroles pleines de sérieux, cela n'empêchait pas les deux mutants de prendre du bon temps, renouvelant leur petit jeu du matin. Entre sous entendus et repas, l'ambiance était au beau fixe entre eux et cela ne faisait que commencer. Le programme étant déjà prévu, ils ne tardèrent pas à se mettre en route pour se rendre en centre ville afin d'aller se faire une séance de cinéma. C'était cependant au tour de Cassandra de prendre le volant puisque Samuel désirait une revanche sur le pari qu'ils avaient fait. Il avait lui aussi plus d'un tour dans son sac et il gagna à son tour la manche. Ils étaient à présent à égalité mais, contrairement à la serveuse, il avait encore son gage à choisir. Cela attendrait.

Alors qu'ils étaient presque arrivés, Samuel repéra Ruben, son meilleur ami, sur l'un des trottoirs. Il demanda donc à Cassandra de se garer là le temps d'avoir une petite discussion avec lui. Fidèle à lui-même, Ruben ne fut pas très galant envers la jeune femme, pas vraiment gêné de lui parler de la sorte. Il était comme ça avec chaque femme qu'il croisait. Sur ce point, l'on pouvait dire qu'il était bien différent de Samuel, tout son contraire. Cela n'empêcha pas les deux hommes d'avoir une petite discussion à propos de la soirée à venir, quelque peu oubliée de l'espagnol. Néanmoins, cette soirée était une bonne occasion pour faire en sorte que Cassandra rencontre de nouveaux mutants.

Le trajet reprit son cours et Samuel s'excusa à la place de Ruben. Cassandra n'avait pas l'air de lui en tenir rigueur bien qu'elle n'ait visiblement pas appréciée sa façon de se comporter. Elle lui était même reconnaissante de ce qu'il avait fait. Cela prouvait bien qu'elle avait la même vision des choses qu'eux. Peut-être se plairait-elle à la Confrérie ? Ses membres n'étaient pas toujours des plus fins mais on pouvait compter sur eux. Plus jamais elle ne serait seule.


"N'hésite pas à le faire. Parfois, il a besoin qu'on lui remette les idées en place pour commencer à changer de comportement. Il n'est pas rare que je lui fasse des reproches à ce sujet mais il se calme vite généralement. C'est quelqu'un sur qui on peut compter."

Cela ne dissuada en tout cas pas Cassandra de se rendre à la fête prévue le soir. Samuel devait s'y rendre, ayant promis de s'y rendre et devant de toute façon jouer parmi les différents musiciens qui y officieraient. Il avoua alors savoir jouer du violon puisque la mutante lui posait la question. Ce n'était pas forcément l'instrument le plus populaire mais l'espagnol aimait la sonorité qui s'en dégageait. Il le pratiquait maintenant depuis de longues années et, sans être exprès, il se défendait plutôt bien avec un violon entre les mains. Il aurait de toute façon l'occasion de faire entendre ce qu'il savait faire à la jeune femme dès le début de soirée. Cette dernière avait l'air motivée par la fête, ce qui était une bonne chose.

"Je suis certain que tu t'y plairas. Et si ce n'est pas le cas, on leur faussera compagnie pour aller faire autre chose. Tu joues d'un instrument toi aussi ?"

Cassandra mentionna que c'était également la date de son anniversaire aujourd'hui. Ou en tout cas, c'était ce qu'elle croyait. Difficile de connaitre la date exact lorsque l'on ignorait d'où l'on venait. Samuel nota cette précieuse information et ne fit aucun commentaire sur le sujet. Cela ne l'empêcha pas de passer un coup de téléphone afin d'arranger une petite surprise pour elle dès ce soir. La conversation se fit en espagnol, ainsi, elle ne pu comprendre quoi que ce soit. D'après ce qu'il avait compris, elle ne saisissait pas un mot de cette langue. Cela l'arrangeait bien.

Une fois la conversation terminée, il lui indiqua où se garer et attendit que la voiture stoppe pour s'extraire du véhicule, vissant son béret sur son crâne. Le couvre-chef arracha un commentaire à la jeune femme, ce qui amusa l'espagnol. Sortant du parking, Samuel annonça qu'il avait une rapide course à faire et laissa donc à Cassandra le soin d'aller acheter les places de cinéma. Un petit détour chez un fleuriste et il revint peu après, se demandant ce que la jeune femme avait pu choisir comme thème. Science fiction. Au moins c'était plutôt neutre et cela pouvait se révéler intéressant. Il la remercia d'un signe de tête et s'empara de son billet qu'il cala dans l'une de ses poches une fois les lignes de la salle franchies. Prenant une petite poignée de pop corn, il la grignota le temps de se faufiler dans les rangées pour trouver une place qui leur convenait à tous les deux. Le noir fut, l'espace d'un court instant et Samuel sentit quelque chose sur sa joue. Rien de désagréable, au contraire. On venait de l'embrasser sur la joue. L'identité du coupable ne faisait aucun doute mais lorsque l'écran se ralluma, Cassandra était assise à sa place, l'air de rien. L'espagnol sourit en coin, termina sa bouchée puis posa sa main sur la jambe de la jeune femme. Il ne la quitta pas de tout le film, la caressant de temps à autre sans arrières pensées, juste comme ça. Le film n'était pas si mal mais un peu long. Presque trois heures !

Lorsque la séance fut terminée, Samuel en avait presque mal dans les jambes. Il n'était pas mécontent de se dégourdir les jambes. Regardant l'heure, il estima qu'il était temps de se rendre gentiment au repaire de la Confrérie, là où avait lieu la fête. Mais avant, il voulait que Cassandra découvre la surprise qui l'attendait devant chez elle. Il ne lui restait donc plus à Samuel qu'à prétexter avoir oublié quelque chose chez elle pour qu'ils y retournent sans qu'elle ne se doute de rien.


"Je me suis rendu compte que je n'ai plus les clés de mon appartement. J'ai dû les faire tomber chez toi, quand j'étais assis sur ton canapé. Ca t'ennuie si on y retourne avant d'aller à la fête ? Je préfère être sûr de les retrouver avant ce soir. Cette fois, c'est moi qui conduit."
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 13 Avr 2013 - 21:49

À présent qu'elle avait conscience de l'existence des mutants, Cassandra ne pouvait s'empêcher de scinder la population en deux catégories différentes, les humains d'un côté, les mutants de l'autre, et d'analyser ce qu'elle savait des deux ''camps''. Les premiers... l'avaient en grande majorité déçue. Il n'y avait qu'à voir les gens avec lesquels elle avait grandi, comment cela s'était passé. Les deuxièmes... elle n'en savait pas ni n'en connaissait encore suffisamment pour se faire une solide opinion pour le moment, mais elle ne pouvait s'empêcher d'espérer. À une exception près, elle s'était bien entendue pour le moment avec tous ceux qui partageaient sa spécificité, et notamment Samuel. Le fait qu'il soit comme elle, lui permettait d'être elle-même, dans la mesure du possible, ce qu'elle n'avait jamais pu être avec les humains lambda, n'ayant pas envie de se retrouver enfermée à cause de ce qu'elle pouvait faire. Toutefois, l'espagnol lui faisait encore une fois voir les choses sous un autre angle. Il faisait bon d'avoir des conseils de la part d'un camarade, et non pas un jugement. Samuel avait de l'assurance et n'était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, et surtout pas par les humains.

    « C'est vrai, mais à force ça peut devenir louche, c'est pour ça que je préfère ne pas en abuser. On finirait par se rendre compte que ça vient de moi et... je préfère pas imaginer la suite. Qui sait ce qu'ils seraient capables de faire... mais pour autant, pas question de se laisser faire non plus. Merci Samuel... gaffe à toi aussi. Hmm, aussi oui, je peux faire ça. Mais ça reste limité. Si je me trouve à une cinquantaine de mètres de toi et que j'utilise mon pouvoir, tu pourras quand même me voir. Même chose pour toutes mes illusions d'ailleurs. Tu as des limites de ce genre aussi ? J'imagine que tu ne ressens pas toutes les personnes douloureuses du quartier... »


C'était le genre de conversation où Cassandra se montrait plus impliquée, plus disposée à échanger. Elle n'avait sans doute jamais communiqué autant auparavant avec qui que ce soit d'ailleurs. L'un faisait découvrir un nouveau point de vue à l'autre, que ce soit sur leurs dons ou sur les relations entre humains et mutants, et sur bien d'autres sujets encore. Face à quelqu'un qui lui ressemblait, Cassie n'avait d'une certaine manière plus peur de discuter de tout et de rien, alors qu'elle avait toujours tu le moindre élément sur ses capacités chimériques aux autres. Et quelque part, cela contribuait à la faire ne plus se sentir aussi seule, même si elle en avait l'habitude. Elle ne pouvait pas nier qu'elle était soulagée. Les mutants ne remplaceraient certes jamais ses parents inconnus, et de toute manière ce n'était pas son but. Si elle pouvait se faire quelques amis proches, ce serait plus que ce qu'elle n'aurait jamais espéré. Samuel, par exemple. Après tout, ils s'entendaient très bien, même plus que cela. En tout cas, la danseuse l'appréciait. Quant à ses parents, la jeune femme ne se faisait plus tellement d'illusions... bien que le latino l'encourageait à continuer ses recherches, mentionnant même le professeur Xavier comme étant la personne la plus à même de l'aider. Cassandra hocha la tête, et sourit à son camarade.

    « Je suis d'accord. Mais après tout ce temps... même chercher une aiguille dans une botte de foin serait plus simple. Je ne compte pas pour autant abandonner facilement. En tout cas, merci, ça me touche vraiment, dit-elle en posant brièvement sa main sur son bras dans un geste de remerciement. J'ai déjà rencontré le professeur Xavier, mais rapidement. Je tenterais de lui en parler une prochaine fois... que fait-il exactement, tu sais ? Il... ''localise'' les gens ? »


La suite des événements se déroula avec un peu plus de gaieté, l'un comme l'autre ne se lassant pas de se chercher et de s'amuser de la même manière que le matin même. Ce fut aussi l'occasion pour eux de mettre en place de futurs projets, assurant ainsi qu'ils se reverraient par la suite. Il fut ensuite temps pour eux de repartir en ville, avec cette fois la jeune femme au volant, comme Samuel voulait relever le défi à son tour de déconcentrer sa camarade pendant qu'elle conduisait. Et il y parvint très bien, faisant céder Cassandra au bout de quelques secondes. Il garda donc sous le coude son gage auquel il pouvait soumettre la jeune femme, cela ne pressait pas tant que cela.

Peu de temps après, ils stoppèrent leur route, Samuel ayant repéré un ami à lui et avec qui il voulait s'entretenir. Polie comme à son habitude, Cassie salua le dénommé Ruben mais ne lui adressa pas un mot. Elle n'appréciait pas en effet son attitude, comme il la reluquait comme si elle était juste un objet. Elle détourna la tête, les laissant discuter à leur aise, ce qui ne dura pas très longtemps. Une fois qu'ils furent repartis, Samuel présenta des excuses à la jeune femme à la place de son ami. Ce n'était pas à lui de le faire, mais Cassandra lui assura que la prochaine fois elle ne se gênerait pas pour le remettre en place à sa façon. Quand il s'agissait de se faire respecter, la danseuse n'y allait pas de main-morte. Toutefois, elle n'était pas ingrate au point d'omettre que c'était Ruben qui avait achevé les deux imbéciles de la veille. Aussi précisa-t-elle qu'elle était reconnaissante. Samuel l'encouragea à agir en ce sens, lui-même faisant souvent remarquer à son ami comme son attitude était déplacée. Cassie avait put le constater d'ailleurs. À ce niveau là, les deux hommes étaient tout à fait à l'opposé l'un de l'autre... quoiqu'il en soit, la jeune femme en prit bonne note et se montra enthousiaste quant à la fête à laquelle ils se rendraient le soir-même. La danseuse craignait de ne pas être à sa place, mais au moins Samuel serait là également, puisqu'il allait jouer dans le groupe de musique. Cassandra avait hâte de l'entendre jouer du violon, ce qui renforça son envie de se rendre à la fête. L'espagnol ne doutait pas qu'elle s'y sentirait à l'aise, et quand bien même ce n'était pas le cas, rien ne les obligeait à rester davantage. Pour autant, elle ne souhaitait pas priver son camarade de la compagnie de ses amis.

    « Alors je fais confiance à ton instinct ! Et ma foi ça me va. Hmm... je jouais un peu de piano à l'orphelinat. Des morceaux appris par cœur, rien de mirobolant. J'aime bien chanter aussi... peut-être qu'on pourra faire un duo ? » supposa-t-elle en souriant.


La jeune femme se tut après avoir dévoilé que c'était prétendument le jour de son anniversaire. Sans doute l'angoisse que ce jour lui inspirait à chaque et la présence de Samuel dont la confiance qu'elle avait placée en lui grandissait lentement avait favorisé cette révélation. Elle resta silencieuse le reste du voyage, pendant que Samuel passait un coup de téléphone et lui indiquait le reste de la route à prendre. Il ne leur fallut plus beaucoup de temps ensuite pour rejoindre le cinéma. Pendant que Samuel s'était absenté rapidement, Cassie avait prit les places et choisi le film, espérant qu'il serait intéressant. Elle rencontra par la même occasion une ancienne collègue de son travail d'avant, et en profita pour discuter un peu avec elle, le temps que son camarade revienne. Quand il fut de nouveau présent, la jeune femme lui annonça le thème du film choisi et lui proposa du pop-corn, tandis qu'ils se rendaient dans la salle. Juste avant que l'écran ne s'allume, Cassie profita de la brève obscurité complète pour embrasser doucement Samuel sur la joue, obéissant à une envie soudaine. Quand la lumière de l'écran revint, la serveuse avait repris une attitude neutre, comme si rien ne s'était passé. Mais l'espagnol n'était bien entendu pas dupe ; apposant sa main sur la cuisse de la danseuse, elle n'en bougea pas près de trois heures durant. La jeune femme sourit à ce contact, glissant ses doigts autour de l'avant-bras de l'homme à son tour, tout en s'accoudant à son fauteuil.

Au terme du film, il lui semblait que ses jambes avaient été coupées tant elle ne les sentaient plus. Elle s'étira longuement avant de se relever et de sortir de la salle avec Samuel. Ce dernier lui dit alors qu'il ne trouvait plus les clés de son appartement et qu'il pensait les avoir fait tomber quand ils étaient chez la jeune femme, quelques heures plus tôt. Il lui demanda donc s'ils pouvaient aller les chercher de suite, ce que Cassandra accepta aussitôt.

    « Aucun souci, allons-y. Au pire si tu ne les trouves pas avant ce soir, t'es le bienvenu chez moi... même si tu les retrouves d'ailleurs. Elles ont pu tomber dans la voiture ? »


Mais à l'inspection de la voiture quand ils y retournèrent, ils ne trouvèrent rien. Cassandra s'installa côté passager cette fois, et ils ne mirent pas beaucoup de temps à retourner chez la jeune femme. Cette dernière indiqua une ou deux fois les directions en arrivant dans le quartier, dans lequel, à cette heure de début de soirée, déambulaient nombre de jeunes gens pas forcément respectables. Heureusement la rue où vivait la danseuse était déjà bien plus sûre. Discutant du film avec Samuel, Cassie monta les marches et prépara ses propres clés. Mais elle eut un temps d'arrêt une fois arrivés sur le palier et devant sa porte, surprise.

    « Qu'est-ce que... ? »


Un superbe bouquet de fleurs était déposé devant de sa porte, composé d'orchidées rouges et blanches. Cassandra s'approcha et le ramassa, contemplant les corolles complexes et colorées. Il était vraiment magnifique, mais la jeune femme était vraiment étonnée. Est-ce qu'il n'y avait pas une erreur ? Le livreur s'était peut-être trompé de porte, il était en fait destiné à sa voisine ? Puis la mutante eut un déclic et se tourna vers Samuel, avec un sourire un peu incertain quand même.

    « C'est toi qui... ? »


Pas besoin de développer la question. Une fois la réponse obtenue, la jeune femme sourit pleinement, de même que ses joues se colorèrent, et s'approcha du jeune homme, passant ses bras autour de son cou et l'embrassant longuement avec passion. C'était vraiment une belle surprise qu'il lui avait faite. Cassandra ne se détacha de lui que quand elle commença à manquer d'oxygène, accentuant ainsi les couleurs de son visage.

    « Merci, Samuel... il est magnifique... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Jeu 2 Mai 2013 - 15:20

Si aux yeux de la plupart des humains qui étaient au courant, les mutants étaient dangereux, aux yeux de Samuel, les humains l'étaient tout autant voire plus. Oui les mutants étaient dotés de pouvoir hors du commun, oui ils étaient plus forts que les humains, oui ils pouvaient tout détruire s'ils le désiraient. Mais les humains ne faisaient-ils déjà pas ça depuis la nuit des temps ? Ils n'avaient pas eu besoin de pouvoirs pour faire toutes ces guerres et autres atrocités dont ils avaient le secret. Ce qui rendait quelqu'un dangereux n'était pas l'arme dont il pouvait se servir mais bien sa façon d'être. Tout dépendait qui tenait l'arme, voilà tout. Mais contrairement aux humains, les mutants ne devaient pas faire étalage de leurs capacités. Ainsi, un humain pouvait se balader avec une arme à la main sans craindre quoique ce soit alors qu'un mutant ne pouvait tout simplement pas être lui-même sans provoquer un tollé. Qui a dit injustice ?

"C'est certain qu'il vaut mieux éviter de se faire pincer, on ne sait jamais ce qu'ils pourraient inventer contre nous juste parce qu'ils auraient peur. Mais on a le droit de vivre comme tout le monde. Tes illusions font parties de toi, ce n'est pas forcément une arme, tu m'en as fait une belle démonstration. Je doute que les humains, eux, voient autre chose qu'une potentielle arme. Et ne t'en fais pas pour moi, je ne suis jamais tout seul, j'ai la Confrérie pour me soutenir alors je n'ai pas peur des humains. La plupart des dons restent limités, nous ne sommes pas des dieux, juste des mutants. Mais sache qu'il existe quelques rares mutants dont les pouvoirs n'ont aucune limite. Ils sont ce qu'on appelle Oméga mais je dois avouer ne pas en connaitre pour le moment. Mon pouvoir à moi est limité dans le sens où, si je ne ressens aucune douleur, je ne peux plus user de mon don. Et oui, je suis limité dans la porté, je ne ressens la douleur que de ceux qui sont proches de moi. Au delà d'une vingtaine de mètres, je ne ressens rien."

L'avantage lorsque l'on était un mutant et que l'on s'adressait à un confrère, c'était que l'on se confiait plus facilement. Déjà parce que l'on partageait la même chose, le même gêne. Cela ne prouvait rien mais ça suffisait parfois à se trouver des points communs et à se sentir plus en confiance. A force de parler, Samuel apprit que Cassandra n'avait pas eu sa chance et avait passé une bonne partie de sa vie seule, bien qu'entourée d'autres enfants à l'orphelinat. Elle ignorait même qui étaient ses parents et s'ils étaient encore en vie. Ne pas savoir d'où l'on venait était au final bien pire que d'être simplement rejeté. Samuel s'était créé sa propre famille, ses amis... et il espérait que la jeune femme finisse par faire de même. Mais il supposait qu'avant toute chose, elle devait être fixée en ce qui concernait son passé et donc ses parents. Depuis longtemps membre de la Confrérie, l'espagnol savait pas mal de choses en ce qui concernait l'Institut Xavier. Il fallait dire que Erik Lensherr, avant d'être en conflit avec Charles Xavier, était bon ami avec et savait donc tout ce qu'il y avait à savoir sur le sujet.

"Ce ne sera pas simple, c'est certain mais ça vaut la peine de chercher. Et on peut dire ça, oui. Le professeur Xavier est un puissant télépathe et il est le seul à pouvoir utiliser une machine spécialement conçue pour lui. On l'appelle Cerebro. Grâce à son don, il peut localiser qui il désire sur cette terre. C'est d'ailleurs comme ça qu'il recrute ses hommes de main. Alors si quelqu'un peut retrouver tes parents, je pense que c'est lui."

Samuel n'était pas du genre à baisser les bras et il espérait qu'il en était de même pour Cassandra. Quoiqu'il en soit, ils passèrent aisément d'un sujet épineux à une atmosphère bien plus bon enfant, preuve qu'ils pouvaient parler de tout. C'était appréciable d'avoir quelqu'un avec qui l'on était pas obligé de réfléchir avant d'ouvrir la bouche. Samuel n'était pas mécontent d'avoir proposé de passer quelques jours en compagnie de la mutante. Mais avant de penser aux jours qui allaient suivre, il envisageait déjà le déroulement de cette journée ci alors qu'il voyait Ruben pour lui parler de la fête prévue en soirée. A l'origine, il aurait dû y aller seul mais puisqu'il était accompagné, c'était l'occasion ou jamais d'y emmener Cassandra. Ce serait une belle fête et elle s'y amuserait sans doute, surtout qu'elle serait entourée de mutants pour une fois. Si Ruben ne lui avait pas laissé une bonne première impression, l'espagnol pensait qu'il n'en serait pas de même pour les autres. Ils étaient loin d'être tous fins et galants mais c'était des gens sur qui on pouvait compter et qui avait un grand sens de la fête. Si la serveuse se laissait aller, elle passerait assurément une agréable soirée. Samuel expliqua qu'il jouait du violon et Cassandra avoua avoir pratiqué un peu le piano mais rien qui marquerait les mémoires. Elle chantait aussi ?

"Hé bien on peut toujours essayer. Qui sait, on aura peut-être du succès ! Décidément, chanteuse, danseuse... Et tu bosses encore dans un bar ? Tu n'as pas songé à changer de métier vu tes talents ?"

Mais alors qu'ils parlaient de la fête d'anniversaire à venir ce soir, Cassandra évoqua le fait que c'était supposément aujourd'hui le jour de son anniversaire. Si Samuel ne fit aucune remarque sur le sujet, il ne resta cependant pas les bras croisés. Grâce à un petit appel téléphonique, il prévoyait de quoi la surprendre une fois le soir venu. Mais ça, elle ne le découvrirait que plus tard. Pour le moment, ils se rendirent au cinéma. Ou en tout cas, Cassandra s'y rendit tandis que l'espagnol s'absentait quelques minutes le temps de lui faire une autre surprise. L'air de rien, il revint au cinéma, prêt à voir le film et à partager quelques popcorns. Ce fut un bon moment mais il n'était pas mécontent de voir le film se terminer. Ainsi, ils pourraient retourner chez Cassandra sous un faux prétexte. Qui avait dit qu'il ne fallait jamais mentir ? C'était pour la bonne cause ! Samuel avait prétendu avoir égaré ses clés sans doute chez elle. A vrai dire, elles étaient dans sa poche mais ça, il n'y avait que lui qui le savait. La jeune femme lui proposait de toute façon de passer la nuit chez elle, qu'il retrouve ses clés ou non.

"C'est gentil de proposer. Au pire, j'aurais pu enfoncer la porte de mon appartement mais après je doute qu'elle referme très bien... Passer la nuit chez toi me parait plus approprié. C'est la porte de chez moi qui te remercie."

En vain, ils cherchèrent dans la voiture. Samuel faisait bien semblant, ne voulant rien dévoiler de ses intentions. Et finalement ils retournèrent chez Cassandra dans l'espoir de trouver les fameuses clés disparues. Mais devant la porte, une surprise les attendait. L'espagnol était content de voir que le fleuriste avait respecté ses directives. Il restait derrière Cassandra, silencieux, attendant de voir sa réaction. Celle-ci ne se fit pas attendre. D'abord surprise, elle devait se demander ce que cela faisait là. Devait-il lui donner un indice ? Il n'en fit rien pour le moment, attendant de voir si elle trouverait d'elle-même. Cela arriva, il le su lorsqu'elle se tourna vers lui, encore hésitante. Elle le soupçonnait d'être derrière tout ça... et elle avait raison. Samuel hocha légèrement la tête, souriant en coin.

"On ne peut rien te cacher. Joyeux anniversaire Cassandra."

Le cadeau lui plaisait vu sa réaction. L'espagnol répondit à son baiser, la pressant doucement contre lui. Au moins, il lui avait fait plaisir, cela se voyait à ses joues colorées de rouge. Elle ne s'y était vraiment pas attendu et Samuel était plutôt fier de son coup. Mais ce n'était qu'un petit aperçu. La jeune femme le remercia une fois le baiser rompu et l'espagnol lui offrit un sourire.

"Content qu'il te plaise. Je n'étais pas certain du choix alors j'ai tenté d'axer ça sur la signification. Le langage des fleurs est plutôt équivoque. Tu as cinq minutes pour le déposer à l'intérieur, après, direction la petite fête !"

Il ne lui laissait pas le choix surtout pour qu'ils n'arrivent pas en retard. A vrai dire, tout le monde les attendait spécialement. Une fois le bouquet au chaud et Cassandra prête, ils retournèrent en voiture. Ce fut Samuel qui conduisit cette fois. Il se gara non loin du repaire de la Confrérie et tendit son bras à la serveuse pour qu'elle l'accompagne. Il entra dans le bâtiment où ils croisèrent quelques mutants que l'espagnol salua puis ils s’arrêtèrent devant une porte close, donnant sur la grande salle où était censée se dérouler la fête. Mais lorsqu'ils entrèrent, il faisait si sombre qu'on ne distinguait rien. A croire qu'ils s'étaient trompés de salle. Finalement, la lumière baigna soudainement la pièce et les deux mutants purent se rendre compte qu'il y avait bien du monde, tout le monde poussant un "joyeux anniversaire" en choeur, tout comme c'était écrit sur une grande bannière. On pouvait y lire "Joyeux anniversaire Al' et Cassandra". La dernière partie avait été rajoutée à la dernière minute, cela se voyait mais est-ce que ça changeait quelque chose ? L'intention y était. Samuel applaudit en même temps que tout le monde et les remercia par la même occasion. Ainsi, ce n'était plus une seule fête d'anniversaire mais deux à la fois.

"Pas question qu'il n'y ait que Al' qui soit fêté ce soir. C'est ta soirée aussi. Tu prendras bien un verre pour fêter ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 4 Mai 2013 - 17:38

Le rire est le propre de l'homme, c'est bien connu. Mais il n'y avait pas que cela. Il y avait aussi la cruauté, la capacité à trouver des moyens tordus pour avancer vers le progrès. Et même si des lois d'éthique avaient été établies, ce n'était pas pour autant que tous les humains les respectaient. Aussi Cassandra se méfiait-elle et gardait le secret sur ses capacités de mutantes, sauf si elle se trouvait en danger ou qu'elle faisait face à d'autres mutants. Qui savait ce que les humains pourraient tenter de faire s'ils mettaient la main sur un mutant ? Sans doute feraient-ils des expériences sur lui afin d'isoler son pouvoir et de se l'approprier pour leurs fins personnelles. C'était peut-être même déjà le cas, quelques part dans le monde... oui, les mutants pouvaient être dangereux. Tout autant que les humains eux-même. Ce n'était pas un gène qui faisait une grande différence.

    « Raison de plus pour garder tout cela secret, en attendant qu'ils sachent tous qu'on existe, même s'il faudra continuer à se méfier après. Des mutants aux pouvoirs illimités ? Ce doit être quelque chose... mais est-ce qu'ils ne risquent pas de perdre le contrôle en ce cas ? Et tu veux dire que même si tu ne ressens pas de douleur environnante et que tu as de l'énergie stockée, tu ne peux pas t'en servir ? J'imagine que ça doit rester rare quand même. »


Cassandra n'était pas vraiment quelqu'un qui posait des questions à tout va. Mais étant donné la conversation qu'elle avait avec Samuel sur la manière dont fonctionnaient leurs dons respectifs, elle désirait comprendre mieux et se sentait elle-même disposée à expliquer comment elle se servait de ses chimères. Parler ainsi librement des mutations était quelque chose qu'elle n'avait jamais pu faire avant, et elle devait bien avouer que c'était un grand soulagement de pouvoir enfin en discuter sans alarmer son interlocuteur ou le faire partir en hurlant. Samuel, lui, devait en avoir l'habitude, comme il vivait avec des mutants depuis longtemps déjà, aussi lui était-il facile d'en parler. Cette aisance de conversation faisait accroître la confiance que la jeune femme avait placée en son camarade. Sans doute était-ce pour cela qu'elle n'eut pas vraiment de mal à révéler qu'elle n'avait pas connu sa famille et qu'elle espérait retrouver ses parents un jour. L'espagnol lui parla alors du professeur Xavier, que Cassie avait déjà pu rencontrer lors de sa première visite à l'Institut.

    « Je vois... je savais qu'il était télépathe, mais pas de manière aussi puissante, fit la jeune femme, se rappelant la drôle d'expérience de communication par la pensée conduite par le mutant. J'irais lui en parler quand je retournerais à l'Institut. J'espère que ça donnera un résultat... »


Parlant de l'Institut, Cassandra avait réfléchi et s'était décidée à l'intégrer. Non pas parce que ses idéaux concordaient à la structure, comme le lui avait expliqué Samuel la veille au soir, mais pour pouvoir développer ses capacités et rencontrer d'autres mutants encore. Son but n'était pas d'y rester toute sa vie, loin de là ; sans doute qu'après un an ou deux, peut-être moins, elle en sortirait. En tout cas, le fait que Xavier dispose d'une telle capacité de recherche était une aubaine pour la jeune femme, en même temps qu'il s'agissait sans doute là de son dernier espoir de retrouver ses parents.
Ses parents, ses origines... c'était toujours le même problème qu'elle ressassait. Et la date du jour ne faisait pour apaiser ses sombres pensées. Contrairement à la quasi-majorité des gens, son anniversaire n'était pas vraiment pour elle synonyme de jour de fête. À chaque fois, elle tentait de s'imaginer ce qui avait bien ou se passer cette nuit là, 23 ans auparavant. La proposition du latino de rejoindre une fête ce soir-là était au final une bonne idée, même si la jeune femme craignait d'être plus une intruse qu'autre chose. Au moins, elle pourrait y rencontrer d'autres mutants et cela lui ferait penser à autre chose. La conversation dévia sur les talents musicaux de chacun ; Samuel était un violoniste tandis que l'illusionniste connaissait deux trois morceaux de piano, mais sans plus. Elle préférait chanter, quoique cela relevait plus du passe-temps que de la véritable vocation.

    « Ce sont des loisirs surtout. Mais c'est vrai que je n'y ai jamais pensé... je ne sais pas si j'aurais mes chances. Et puis le plus important est de gagner sa vie, pas vrai ? »


Malgré son attirance vers les rêves et les chimères, Cassandra restait pragmatique quand cela concernait la réalité. Faire de la danse son métier ? Pourquoi pas... mais elle n'était que modérément talentueuse et n'avait pas vraiment dans l'idée de devenir une artiste. D'une manière ou d'une autre, elle avait un peu de mal à envisager le futur. Advienne que pourrait ! Le reste de la route se fit dans le silence pour la jeune femme, son camarade étant occupé au téléphone. Il dut également s'absenter un moment avant de revenir au cinéma, pendant que Cassie discutait avec une ancienne collègue de boulot croisée par hasard. Après trois heures de science-fiction et tandis qu'ils ressortaient de la salle, l'espagnol signala qu'il n'avait plus ses clés sur lui, pensant les avoir laissé à l'appartement de la jeune femme. Qu'à cela ne tienne, rien ne les empêchait de retourner chez elle pour les retrouver. Au pire, Samuel pouvait très bien passer la nuit chez elle comme elle le lui proposait... perte de clés ou non d'ailleurs. Elles ne se trouvaient pas dans la voiture, mais en arrivant à l'appartement de Cassandra, cette dernière comprit que ce n'était qu'un subterfuge. Enfin, pas tout de suite. Elle était trop surprise de découvrir un superbe bouquet de fleurs devant sa porte. Elle pensait que c'était une erreur, jusqu'à ce que les rouages se mettent en place et qu'elle finisse par soupçonner Samuel qui se tenait derrière elle. Vu son sourire, elle avait deviné, et il en profita pour lui souhaiter un joyeux anniversaire.

De mémoire, jamais le plaisir n'avait autant motivé le sourire sincère qui étira à ce moment les lèvres de la jeune femme. C'était une très belle surprise que lui faisait là Samuel. L'embrassant longuement, elle le remercia à l'issu de cet échange, vraiment touchée par le présent et l'attention. Cependant les fleurs étaient porteuses d'un message, mais Cassie ignorait lequel.

    « J'aime beaucoup les fleurs. Par contre, je ne suis très au fait de leur langage... tu peux m'expliquer ? Surtout si c'est ambigu. » demanda-t-elle sans se départir de sa mine joyeuse. Décidément, le latino lui apprenait beaucoup de choses ces derniers temps.


Ayant déposé le bouquet dans un vase rempli d'eau sur la table de son living, la mutante ressortit bientôt pour rejoindre son camarade qui l'attendait. Un autre voyage en voiture plus tard, ils se dirigèrent vers un bâtiment dans un quartier inconnu de la jeune femme, cette dernière ayant passé son bras autour de celui de Samuel. Bien que joyeuse, son expression neutre avait repris le dessus tandis qu'ils rejoignaient d'autres mutants. Cassandra les salua, avec un calme sourire cependant, ne se départant jamais de sa politesse. Ils arrivèrent ensuite devant une porte fermée, qui une fois ouverte ne laissait entrevoir rien d'autre que l'obscurité... mais plus pour longtemps ! La mutante laissa échapper un « Wah ! », cligna les yeux de surprise sous l'inondation de lumière qui envahit soudainement la pièce et ne put réprimer un hoquet de surprise en entendant l'injonction générale et en voyant la banderole qui surplombait la salle. Puis de nouveau, le sourire et un rire joyeux animèrent de nouveau les traits de la jeune femme, une fois remise de son étonnement. Encore une grande surprise ! Elle faisait tout autant plaisir que le bouquet de fleurs de Samuel. Ce dernier d'ailleurs après avoir remercié ses amis invita la jeune femme à boire un verre.

    « Avec plaisir ! Je savais pas que j'avais affaire à un maître en surprises ! » dit-elle en riant.


La musique ne tarda pas à démarrer ainsi que les conversations. Une fois un verre en main, la jeune femme put se présenter et échanger avec d'autres mutants. Pour une fois, elle laissait de côté la méfiance avec laquelle elle se protégeait quand elle était face à des inconnus, restant cependant en compagnie de Samuel, et souriait sans relâche. Elle fit ainsi connaissance avec bon nombre d'entre eux, parfois quelques-uns donnaient un petit aperçu de leur don, comme si c'était une façon de se présenter. C'était une communauté après tout, ce n'était pas tellement surprenant. En tout cas, Cassie était vraiment ravie. Elle ne regrettait pas d'être venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Ven 10 Mai 2013 - 20:33

Il était difficile de prévoir l'avenir et les réactions futures des humains face au phénomène mutant. Samuel savait cependant que cela ne se déroulerait pas comme sur des roulettes et il était prêt à toute éventualité. Même si Cassandra était d'un avis légèrement différent du sien, moins extrême, elle n'en restait pas moins méfiante envers ceux qui n'étaient pas comme elle. C'était une bonne chose car ainsi, elle ferait attention et ne tomberait pas tout droit dans un piège. Mais les humains étaient certainement loin de s'imaginer qu'il existait des mutants aux pouvoirs sans limite qui pourraient les asservir facilement s'ils le désiraient vraiment. C'était aux humains de se méfier finalement et non l'inverse. Samuel n'en faisait pas parti et cela lui allait très bien ainsi. Il trouvait son pouvoir utile et s'en accommodait parfaitement, le détaillant même à la mutante qui lui tenait compagnie.

"Si, ces mutants ont besoin d'entrainement pour garder le contrôle. Une trop grande puissance est toujours dangereuse, ils pourraient tous nous tuer s'ils faisaient un faux pas. Imagine alors si les humains leur mettaient la main dessus. Imagine ce qu'ils pourraient en faire... eux qui aiment tant se faire la guerre. Et non. Si j'ai déjà emmagasiné de l'énergie, je peux m'en servir quand je le désire, peu importe si je ressens de la douleur ou non. Elle ne me sert au final qu'à stocker toujours plus d'énergie. En fait, il est très rare que je sois à court. J'imagine que toi aussi, tu n'es pas limitée par tes illusions, que tu peux les faire apparaitre quand tu le désires ?"

Peu à peu, les deux mutants apprenaient à se connaitre, révélant certains détails de leurs passés. Cela ne dérangeait pas tellement Samuel de parler des circonstances qui avaient fait de lui l'homme qu'il était actuellement et il était heureux de voir que Cassandra ne cherchait pas à taire ses origines. Pour aller de l'avant, il fallait les accepter, c'était important. Mais ce n'était pas pour autant que la jeune femme avait mis de côté ses questions. Elle cherchait à connaitre d'où elle venait, qui étaient ses parents et l'espagnol l'aurait bien aidé mais il voyait mal comment faire. Il ne pouvait que la rediriger vers des mutants plus compétents car ce n'était certainement pas en fouillant dans des dossiers qu'elle trouverait quoique ce soit. Le professeur Xavier pourrait sans doute lui donner quelques indices même s'il ne parvenait pas à trouver les réponses exactes. En tout cas, le meilleur moyen de le savoir était encore de le lui demander.

"C'est un mutant très puissant. Il peut faire des choses que tu n'imagines même pas, il n'est pas à prendre à la légère. Ceux qui savent influencer l'esprit sont à garder à l'oeil. Mais de ce que je sais, c'est un homme bon. Un peu trop sans doute... Tu comptes rejoindre l'Institut ou simplement t'y rendre pour le voir ?"

Si tel était le cas, le mutant ne la jugerait pas. Elle était libre d'avoir les idéaux qu'elle voulait. Et puis de toute façon, ce n'était pas comme si elle avait des comptes à lui rendre, ils se connaissaient à peine. Malgré tout, le mutant avait invité la jeune femme à l'accompagner à une soirée d'anniversaire organisée le soir même. Il ignorait encore qu'il s'agissait de la date présumée d'anniversaire de Cassandra et le lui proposait comme une simple sortie. Le choix revenait de toute façon à la mutante bien qu'il comptait passer à la soirée au moins pour le concert. D'ailleurs, lorsqu'elle eut apprit que Samuel jouait du violon, la danseuse révéla qu'elle avait joué du piano dans sa jeunesse et qu'elle chantait aussi. Voilà l'occasion de faire un beau duo mais surtout une opportunité pour Cassandra de faire un autre métier.

"C'est vrai mais c'est toujours une bonne chose d'avoir plusieurs cordes à son arc, au cas où. Enfin, à défaut d'en faire un métier, tu peux toujours chanter avec moi. Au moins, j'en profiterais."

Puis il apprit en quoi cette journée était particulière pour Cassandra. Pas question donc de rester les bras croisés maintenant qu'il avait cette information. Samuel était quelqu'un d'attentionné, tout particulièrement envers les mutants, et il comptait bien apporter sa petite touche à cette soirée. Tout d'abord, la livraison de fleurs au domicile de la mutante. Il ne fut pas bien difficile de la pousser à retourner chez elle, prétextant avoir égaré ses clés. La jeune femme pensa d'abord à une erreur puis réalisa qui était le coupable. Coupable qui était satisfait que les fleurs lui plaisent. Après tout il ne connaissait pas ses goûts et les avait surtout choisies en fonction de leur signification. Cassandra ne connaissait cependant pas le langage des fleurs et s'interrogeait donc sur ce que cela signifiait. Après un long baiser, Samuel prit le temps de lui répondre.

"Elles symbolises le jeu et la passion. Je trouvais que cela te correspondait plutôt bien en plus qu'elles soient belles."

Mais il n'était pas temps de s'attarder à les admirer. Elle aurait les jours à venir pour le faire. Pour l'heure, il était temps de se rendre à la soirée et l'espagnol pressa la mutante de le rejoindre à la voiture dès qu'elle eut déposé les fleurs chez elle. Il voulait qu'elle voit sa prochaine surprise au plus vite. Elle ignorait d'ailleurs qu'elle allait en avoir une... d'où le terme de surprise. L'espagnol avait passé un coup de fil pour que la fête soit prévue à présent pour deux personnes et non plus une seule. C'est donc toute une salle remplie de mutantes qui accueillie Cassandra, étonnée de cette attention. Elle qui pensait simplement se rendre à un anniversaire, elle ne pensait pas qu'il s'agissait du sien. Samuel salua ses amis et invita la jeune femme à boire un petit quelque chose pour fêter ça. Puisqu'elle accepta, le mutant se dirigea vers le buffet et s'empara d'un verre qu'il remplit de sangria avant de le tendre à la danseuse.

"J'ai plus d'un tour dans mon sac et j'aime faire plaisir à mes confrères. Un très joyeux anniversaire à toi, Cassandra." fit-il en toquant son verre rempli contre le sien

Bien qu'elle restait toujours en compagnie de Samuel, Cassandra ne se gênait pas pour parler avec d'autres mutants. Elle s'adaptait relativement bien, souriante et de bonne humeur. La soirée était parfaite pour le moment. Mais il était temps pour le mutant de s'éclipser. Les autres musiciens l'attendaient et il s'excusa donc auprès de ceux qui lui tenaient compagnie.


"Je vous abandonne un instant, on m'attend en coulisse ! N'embêtez pas Cassandra sinon vous aurez affaire à moi !" lança t-il en faisant un clin d'oeil

Une petite scène avait été aménagée exprès pour l'occasion et l'espagnol rejoignit les autres musiciens dans une pièce annexe. Tout le monde était là, il n'y avait plus qu'à monter sur scène. Le brouhaha de la salle se tut peu à peu lorsque les mutants aperçurent le groupe prendre place. Calant son violon contre son épaule, l'espagnol attendait que le top leur soit donné. La musique commença alors, envahissant la pièce. Concentré, Samuel ne regarda la salle qu'une fois habitué au rythme des autres, jetant un oeil à l'endroit où se tenait Cassandra. Il lui lança un sourire puis continua de jouer pendant de longues minutes. Le concert terminé, il rangea son instrument et retourna voir la danseuse, verre à la main pour se désaltérer.


"Alors, tu en as pensé quoi ? Ca t'a plu ? Tu veux rester encore un peu ou tu préfères rentrer ? Il se fait tard après tout."
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 11 Mai 2013 - 22:44

N'étant que peu au fait des différents mutants qui existaient, Cassandra était avide de connaissances. Combien étaient-ils, que pouvaient-ils faire, comment vivaient-ils vis à vis des autres humains, s'ils étaient acceptés ou rejetés dans le cas où ces derniers étaient au courant de leur particularité. Et Samuel n'était pas avare en explications, que ce soit sur les diverses factions de mutants ou sur le fonctionnement de son propre pouvoir. Il venait d'ailleurs d'expliquer à sa camarade qu'il existait une petite poignée de mutants appelés Oméga, et qui possédaient un incommensurable pouvoir. Ils étaient donc dangereux si d'aventure ils perdaient tout contrôle de leur don, mais ils étaient également très rares.

    « Je comprends... ce doit être une sacrée épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Quant aux humains, c'est malheureux mais tu n'as pas tort, vu ce que sont prêts à faire certains pour obtenir toujours plus de pouvoir... mais ces Oméga ne se laisseraient pas facilement faire, d'un autre côté. Ce n'est pas demain la veille qu'ils pourront s'emparer de leurs capacités. Je vois, c'est vraiment pratique ! Je ne suis pas vraiment limitée non plus, mais... disons que je ne peux pas maintenir une illusion indéfiniment. Ça dépend de la complexité et de la concentration que ça demande, mais il arrive bien un moment où je perds en efficacité. Je te dis pas les maux de tête quand j'essaye d'aller au-delà de la limite. » fit-elle avec un demi-sourire.


Cassandra n'était pas quelqu'un qui avait grand chose à cacher, mais elle restait le plus souvent discrète sur son passé. Toutefois, vu la facilité de dialogue qu'elle avait avec Samuel, elle n'hésita pas à lui expliquer plusieurs éléments de sa jeunesse. Là où le jeune homme avait du faire face à un rejet de sa famille et s'en reconstruire une autre avec des enfants mutants délaissés, la danseuse lui révéla qu'elle avait passé toute son enfance dans un orphelinat et qu'elle n'avait jamais connu ses parents. Malgré ses longues années de recherche dans des archives de l'État d'où elle venait et ses résultats infructueux, Cassandra n'avait pas abandonné l'idée de les retrouver, même si elle se doutait bien qu'il n'y avait plus grand espoir. Cependant, son camarade lui apprit que le professeur Xavier était le mieux placé pour lui venir en aide, grâce à sa puissante mutation qui lui permettait de localiser les personnes.

    « Il m'a proposé de le rejoindre... je pense que je vais accepter, même si j'y réfléchis encore. Ce n'est pas une décision facile à prendre... à vrai dire ma seule crainte est de découvrir que ça se passe aussi mal qu'à l'orphelinat. D'un autre côté... je pense que j'peux y apprendre beaucoup de choses. Et puis je suis libre d'en partir quand bon me semblera. Je n'ai pas l'intention d'y rester des années après tout. Alors tant qu'à faire... pourquoi ne pas essayer. »


Il n'était pas question de le rejoindre parce que l'idéal que le directeur y prônait lui correspondait, loin de là. Ce n'était pour elle qu'une manière d'en apprendre plus sur les mutants. Et de cette manière, elle pourrait voir le professeur quand elle voudrait, du moins c'était ce qu'elle pensait. Après, qu'elle ait des réponses ou qu'il ne puisse pas lui en donner... cela viendrait en temps et en heure. Et rien ne l'empêcherait de choisir entre rester ou partir. Elle était libre, et elle tenait à cette liberté, aussi bien de choix que de pensée.
Samuel devant se rendre à une soirée, la jeune femme accepta d'y aller aussi, se disant qu'elle s'y ferait discrète, bien qu'elle ne perdait pas de vue qu'il s'agissait d'une bonne occasion de rencontrer d'autres mutants. Chose intéressant également, son camarade jouerait du violon lors d'un concert à cette soirée. C'était quelque chose à ne pas manquer : Cassandra aimait cet instrument même si elle était incapable d'en jouer. Elle ne disposait de compétences qu'en matière de piano et de chant, ce qui fit que le jeune homme lui fit remarquer qu'elle pouvait bien faire un autre métier que simple serveuse. Commentaire intéressant, car Cassie au final n'y avait jamais vraiment songé.

    « Haha, ça tu me l'as déjà prouvé. Et ce sera quand tu voudras. Fais attention, je vérifierais que tu n'as pas de tomate mûre cachée dans le dos avant ! » plaisanta-t-elle avec le sourire.


L'humour de la jeune femme était très présent en ce jour, ce qui était assez exceptionnel. En d'autres conditions, vu la date, elle serait sans doute restée chez elle à ressasser ses souvenirs, ses angoisses, et à interroger son imagination pour tenter de reproduire les visages inconnus de ses parents, avec ses propres traits. Se perdant un moment dans ses pensées, elle en refit rapidement surface : hors de question de se laisser aller alors qu'elle était en agréable compagnie. Par ailleurs, son camarade lui avait réservé une surprise qui l'attendait devant la porte de chez elle, à leur retour de la ville : un magnifique bouquet de fleurs, que Samuel avait choisi pour sa signification particulière. Mais plus encore que cela, c'était l'intention qui touchait la jeune femme, laquelle remercia le mutant comme il se devait. Elle réitéra ses remerciements au compliment du mutant, avant de déposer les fleurs chez elle et de le rejoindre à sa voiture. Il était temps de se rendre à la fête à présent.

Et comment Cassie aurait-elle pu deviner qu'elle était une des personnes à qui était destinée la soirée ? Elle ne l'aurait pas pu bien évidemment. D'où sa surprise de découvrir toute une assemblée de mutants lui souhaiter un joyeux anniversaire. La jeune femme était littéralement scotchée. Mais une fois la surprise passée, elle ne put s'empêcher d'arborer un large sourire, et suivit Sam qui lui tendit un verre de sangria, auquel il entrechoqua le sien. L'espagnol était vraiment un professionnel en matière de surprise, une corde de plus à son arc. Cassandra l'embrassa rapidement sur la joue en souriant.

    « C'est une réussite en tout cas. Merci encore ! Ah, et... tu peux m'appeler Cassie. » ajouta-t-elle.


Elle n'eut pas de mal à engager la conversation avec d'autres mutants, même si elle restait auprès de son camarade. Elle était enjouée, moins sur la défensive que d'habitude. Tout se déroulait parfaitement bien ; puis vint le moment où le latino dut aller rejoindre les autres musiciens pour démarrer le concert. La jeune femme rit à ses propos et lui souhaita bonne chance avant qu'il ne disparaisse dans les coulisses. Elle reprit de son côté la conversation avec les mutants. Ils ne manquaient pas d'humour ; à bien y réfléchir, Cassandra n'avait pas autant ri depuis longtemps.

Puis les musiciens firent leur apparition sur scène et tous les regards se tournèrent vers eux. La musique ne tarda pas à démarrer, forte, intense. L'illusionniste ferma les yeux un instant, se concentrant uniquement sur la mélodie entraînante. Comme elle avait envie de danser ! Rouvrant les yeux, elle ne pouvait s'empêcher de remuer la tête en rythme avec la musique. De là où elle se trouvait, elle voyait parfaitement Samuel qui se concentrait sur son instrument solidement calé dans sa nuque, son archet glissant avec dextérité sur les cordes tendues. La danseuse lui adressa un sourire éclatant quand il leva les yeux sur elle ; n'y tenant plus, elle esquissa quelques pas, se laissant guider par la musique. N'y aurait-il pas eu sa plaie à la jambe qui se rappela brutalement à elle qu'elle aurait continué en ce sens. Le concert pris fin un long moment après, salué par un tonnerre d'applaudissements et des sifflements approbateurs. L'espagnol revint bientôt vers sa camarade, lui demandant son avis sur le spectacle. Elle lui répondit avec enthousiasme.

    « C'était génial, j'ai vraiment adoré ! Ça donnait envie de danser ! Hé bien... vu l'heure je pense qu'il est temps de rentrer oui. »


Après tout, la nuit était déjà bien avancée. Cassandra alla saluer et remercier les mutants avec qui elle avait fait connaissance. Peut-être auraient-ils l'occasion de se revoir ? Elle attendit que Samuel ait fait de même pour le suivre à l'extérieur et rejoindre sa voiture, la raccompagnant chez elle. À l'heure qu'il était, on pouvait voir des silhouettes encapuchonnées parcourir les rues principales du district... mais heureusement dans le quartier où vivait la jeune femme, tout se tenait tranquille. Elle attendit que le mutant ait garé son véhicule pour lui faire une proposition.

    « Est-ce que ça te dirait de rester ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet:    Jeu 16 Mai 2013 - 11:09

Lorsque Samuel rencontrait un mutant pour la première fois et que ce dernier n'était que peu voire pas du tout au courant en ce qui concernait ses congénères, il n'hésitait pas une seconde à lui en révéler le plus possible afin qu'il soit apte à faire face à la situation future. Il ne l'incitait pas à choisir un clan mais il l'informait des dangers encourus. Cassandra risquait assez peu de choses vu la nature de son pouvoir, ce qui lui permettait de continuer de se dissimuler parmi la population humaine. Mais ce n'était pas le cas de tous. Tout le monde ne disposait pas d'une mutation facile à contrôler et ces mutants là représentaient un danger aussi bien pour les autres que pour eux-même. Cassandra en connaissait-elle ? Sans doute pas ou alors elle l'ignorait tout simplement. L'espagnol savait que Magneto recherchait de puissants mutants pour aider sa cause et il n'était pas certain que ce soit une bonne chose de les utiliser comme une arme. Mais les mutants n'étaient-ils pas tous une arme, d'une façon ou d'une autre ?

"A vrai dire, c'est une épée de Damoclès au dessus de la tête de tout le monde. Ils ont besoin d'être entourés mais il n'est pas toujours facile de les reconnaitre. Toi je dirais que tu es... hmmm... Alpha. Ton pouvoir est puissant et n'a pas l'air de représenter de défauts particuliers. Enfin, si l'on retire le mal de crâne bien sûr, mais ça, ce n'est rien. Je pense qu'à force d'entrainement, cette sensation disparaitra ou sera au moins repoussée."

Cassandra vivait seule, comme en témoignait son appartement rangé et organisé d'une façon conceptuelle. Rien d'étonnant lorsque l'on apprenait qu'elle avait vécu toute son enfance dans un orphelinat à l'atmosphère tendue. Rejoindre une communauté ne devait donc pas la tenter plus que ça, craignant que cela se reproduise à nouveau. Pourtant, la jeune femme déclarait qu'elle allait très certainement rejoindre l'Institut Xavier. Sans doute mettait-elle plus de foi en les mutants qu'en les êtres humains mais elle restait cependant méfiante. Au moins, elle n'était pas contrainte d'y rester, tout comme Samuel pouvait quitter la Confrérie à tout moment. Le pouvait-il à vrai dire ? Il ne comptait pas aller voir ailleurs, heureux de défendre la cause mutante, mais il savait qu'il connaissait beaucoup de choses, trop peut-être pour être ainsi lâché dans la nature. Mais pour le moment il n'y pensait pas. Du moment qu'il pouvait veiller sur ses frères, tout lui convenait.

"Si tu n'as aucune restriction alors n'hésites pas. Rejoins le, vois comment cela se passe, teste quelques jours voire quelques semaines et si cela ne te plait pas, tu pourras toujours revenir ici. L'Institut reste un refuge et comme tu le dis, personne n'est contraint d'y rester. Bien sûr ce n'est pas un moulin non plus mais le meilleur moyen de savoir dans quoi tu mets les pieds, c'est encore d'y aller. Ainsi entourée de mutants, tu découvrirais sans doute pas mal de choses à leur propos. C'est plus parlant qu'un long discours d'après moi."

A force de parler, les deux mutants s'étaient trouvés des points communs. En tout cas, plus ou moins. Si Samuel était un musicien, Cassandra était une chanteuse. Rien de professionnel ni pour l'un ni pour l'autre, mais cela suffisait à ce qu'ils puissent s'accorder pour éventuellement faire une activité ensemble à ce propos. Cassandra restait cependant méfiante en ce qui concernait ses propres talents. Elle ne pratiquait le chant que pour le loisir mais Samuel ne voyait pas où était le problème. Du moment qu'elle ne chantait pas faux, aucun risque qu'il lui lance quoique ce soit.

"Quitte à te faire taire, j'ai une bien meilleure technique." avoua t-il avec un sourire en coin avant de l'embrasser pour lui montrer sa fameuse technique

Mais il n'était pas question de chanter ou de jouer du violon pour le moment. Pour l'heure, Cassandra allait pouvoir goûter à l'hospitalité des membres de la Confrérie, invitée sans le vouloir d'une fête d'anniversaire en partie en son honneur. Samuel avait tout prévu à la dernière minute, ne l'ayant appris que très récemment, mais tout se déroulait absolument comme prévu. Pas un seul instant la mutante ne se doutait de ce qui l'attendait et la surprise fut entière. Entre ça et les fleurs, Samuel espérait qu'elle apprécie la soirée. Après tout, il était criminel de ne pas fêter un anniversaire comme il se doit. Enchainant les surprises, l'espagnol était satisfait de voir que tout cela plaisait à la danseuse. Il adorait l'imprévisibilité, ne supportant pas la routine, et était content de voir qu'il en était de même pour la mutante. En tout cas pour le moment. Heureuse de ces attentions, elle l'autorisa même à l'appeler par un diminutif.


"Seulement si tu m'appelles Sam."


La soirée se déroulait pour le mieux mais l'espagnol dû s'absenter pour aller sur scène en compagnie des autres musiciens. Le concert commença, rassemblant les mutants éparses qui discutaient un peu partout dans la salle. A présent, les gens chantaient et dansaient, emportés par le rythme de la musique. Même Cassandra s'y essaya mais elle stoppa bien rapidement. Sa jambe devait la faire souffrir. Samuel l'observa un court instant puis préféra l'oublier pour ne pas être déconcentré. Le violon n'était pas l'un des instruments le plus facile à prendre en main...
Une dernière musique et la salle se dispersa à nouveau après les applaudissements. Les musiciens purent reprendre leurs activités et Samuel rejoignit donc Cassandra qui l'attendait. Elle avait l'air emballée par le spectacle qui avait été donné mais n'avait pas tellement pu se donner à fond comme elle l'aurait souhaité. La nuit étant déjà bien avancé, Samuel supposait qu'il était temps de rentrer pour ce soir, surtout si la jambe de la jeune femme lui faisait mal après quelques mouvements.


"Content que ça t'ai plus ! Tu as mal ? De toute façon, il vaut mieux refaire le bandage pour ce soir. Rentrons dans ce cas."

De retour au véhicule, Samuel reconduit la jeune femme jusque chez elle. Bien qu'elle lui avait déjà proposé d'éventuellement dormir chez elle, il ne comptait pas s'imposer. Cependant, comme si elle avait lu dans ses pensées, elle lui proposa de rester. Bien qu'il n'habitait pas à des centaines de kilomètres, il préférait rester là. Ainsi, il serait là plus rapidement pour entamer la journée du lendemain qu'il passerait encore en sa compagnie, comme prévu. Coupant le moteur, l'espagnol descendit du véhicule.

"Je ne dis pas non, enfin, si tous tes livres me laissent une petite place sur le canapé ! Je n'ai pas envie de me réveiller avec le titre d'un livre imprimé sur la joue." fit-il remarquer avec un sourire amusé

Malgré ce qu'il s'était passé entre eux, il ne comptait pas non plus faire comme chez lui et occuper le lit de la jeune femme. C'est donc tout naturellement qu'il se désigna pour prendre place sur le canapé et ainsi lui laisser son espace vital. Mais avant de dormir, il y avait une chose à faire. A peine entré, il vint s'installer sur le dit canapé, tapotant la place à côté de lui.


"Viens, on va regarder ta blessure. Tu as de quoi la soigner quelque part ? Dans ta salle de bain peut-être ?"
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 18 Mai 2013 - 20:05

N'ayant appris que récemment l'existence des mutants, il manquait pas mal de connaissances en la matière à Cassandra. Par chance, Samuel lui expliquait patiemment les éléments essentiels qui les concernaient particulièrement. Ainsi, en plus des différents groupes de mutants réunis sous un même idéal, il existait également une sorte de système de niveaux selon la puissance potentielle de chaque mutant. Les plus forts se nommaient les Oméga et ils étaient extrêmement rares, ce qui n'était peut-être au final pas plus mal que cela ; car s'ils venaient à perdre le contrôle, cela serait très dangereux non seulement pour eux-même, mais aussi pour les autres, comme le précisa l'espagnol. Après tout, ils possédaient le potentiel de détruire tout ce qui les entouraient. La jeune femme se demandait quel type de mutation pouvait être à ce point puissante. Peut-être la maîtrise d'un élément.... ou tout autre chose. Tout devait être possible.

    « J'imagine. Comme n'importe quel autre mutant d'ailleurs, tant que leur pouvoir n'est pas inscrit sur leur front. Tu es un Alpha aussi ? Il y a combien de, comment dire... ''classes'' de mutants ? Qui a établi ça ? Et comment... hmm, excuse-moi, je m'emballe... j'ai l'impression d'avoir à rattraper tellement de connaissances. » fit-elle avec un léger sourire.


Samuel lui expliquait avec patience tout ce qui concernait les mutants. Il avait bel et bien la fibre pédagogique, il devait être un bon professeur. Était-ce le cas de tous les autres enseignants à l'Institut ? À vrai dire, ce n'était pas vraiment la question la plus importante aux yeux de Cassie. Elle se souciait davantage de l'attitude qu'auraient les autres mutants avec elle si elle se décidait à intégrer l'établissement. Après tout, les congénères avec qui elle avait vécu pendant longtemps ne l'avaient jamais vraiment accepté. En serait-il de même cette fois ? C'était la raison pour laquelle elle hésitait encore à rejoindre l'Institut, même si elle était consciente qu'elle n'aurait pas affaire à des humains mais à des mutants. Et puis rien ne l'empêcherait de partir quand bon lui semblerait. Il fallait encore qu'elle y réfléchisse... mais un essai était tout de même très tentant.

    « Encore heureux. Je ne veux pas qu'on me retienne contre mon gré, ni qu'on essaie de me faire changer mes idées. Mais comme tu dis, ça me permettra d'en apprendre bien plus. En attendant, ce que tu m'as expliqué m'éclaire plutôt bien. Je sais un peu mieux à quoi m'attendre. »


Cassandra était de nature méfiante, que ce soit envers les humains ou les mutants. Après tout, ces derniers ne dérivaient-ils pas des premiers ? Leurs comportements étaient restés sensiblement les mêmes. Ce nouveau gène leur procurait des pouvoirs, et pour la plupart, c'était parce qu'ils étaient détenteurs de ce don et aussi parce qu'ils s'étaient fait rejetés par les humains que leur amitié et leur tolérance allaient aux mutants. En ce qui concernait l'illusionniste, elle ne mettait plus vraiment d'espoir, sinon un simple résidu, dans les humains ; ces derniers ne l'avaient que trop déçue. L'existence des mutants changeait la donne, mais il fallait encore qu'aux yeux de la jeune femme, ils fassent leurs preuves.
Mais pour l'heure, ils laissèrent tomber le sujet des mutants pour celui des différentes pratiques musicales. Samuel était un violoniste, tandis que Cassandra chantait et jouait un peu de piano. Mais voilà plusieurs années qu'elle n'avait pas pu toucher à cet instrument, aussi s'était-elle rabattue sur le chant. Toutefois, il pouvait s'avérer sympathique qu'ils fassent un duo. La jeune femme avait en tout cas hâte d'entendre les prouesses de son camarade au violon. Même si elle n'était pas exceptionnelle en chant, elle pensait ne pas se débrouiller si mal mais prévint avec humour le mutant qu'elle vérifierait qu'il n'ait pas un projectile en main à lui lancer pour l'arrêter dans ses vocalises. Mais il disposait d'un tout autre moyen pour la faire stopper, et bien plus agréable aux yeux de la jeune femme que le coup de la tomate trop mûre.

    « Hmm... attention, je pourrais bien chanter faux exprès pour me faire interrompre de la sorte. » fit-elle, taquine, après avoir répondu à son baiser.


Il s'agissait de la journée des surprises pour Cassandra. Après le superbe bouquet de fleurs, Samuel l'avait emmené à une soirée à la base prévue pour un de ses amis de la Confrérie, mais en arrivant avec son camarade, elle avait pu constater qu'elle se déroulait en son honneur également. Touchée, la jeune femme se laissa pour une fois aller à la bonne humeur, se lâchant complètement. C'était rare, chez elle. Mais c'était aussi la première fois que son anniversaire était véritablement fêté. Elle adorait la surprise de Samuel, lui demandant à partir de maintenant de l'appeler par un surnom, chose réservée à ceux qu'elle considérait comme des amis, et que lui retourna à son tour le latino.

Cassandra discuta avec de nombreux mutants, souriante et plus ouverte que d'habitude. Elle continua même après que Sam se soit éloigné pour rejoindre la scène. En revanche, une fois que les musiciens se mirent en place, toute l'attention se porta sur eux et la musique qui envahit la pièce. Les conversations laissèrent la place aux chansons, et s'il n'y avait auparavant que bien peu de mouvements dans la salle, les danses pallièrent rapidement à ce manque. Et l'illusionniste mourrait d'envie de s'y mettre à son tour. Malheureusement, après quelques pas dynamiques, sa jambe la lança à nouveau ; il fallait qu'elle évite les mouvements trop brusques. Renonçant un peu à contrecœur, elle chanta à la place, se concentrant sur la musique.

Ce n'est que bien plus tard que le concert prit fin, sous un tonnerre d'applaudissements. Cassie accueillit le jeune homme qui revenait des coulisses et lui fit par de son enthousiasme pour le concert et la soirée qu'elle avait vraiment aimé. Il commençait à se faire vraiment tard, et malgré que la jeune femme n'ait pas dansé bien longtemps, la sensation qu'elle avait à la cuisse était plutôt désagréable, aussi pencha-t-elle pour un retour à l'appartement.

    « Plu, le mot est faible. C'est la meilleure soirée que j'ai jamais passée ! Avoua-t-elle. Ça lance un peu... c'est dommage, j'ai pas tant dansé que ça pourtant. Allons-y. »


Après avoir salué tout le monde ils purent se remettre en route. Et une fois arrivés au domicile de Cassandra, cette dernière proposa à l'espagnol de rester dormir. Après tout, il était tard et il était la bienvenue chez elle. Ce dernier accepta donc, à condition que les livres étalés sur le canapé de la jeune femme lui laissent la place pour la nuit. L'illusionniste rit brièvement.

    « C'est sauvage un livre. Et le canapé ce n'est pas si confortable que ça. Mon matelas l'est bien plus, et ce n'est pas avec de l'encre sur le visage que tu te réveilleras. »


Petit sous-entendu qui laissait présager quelque chose de bien plus agréable. Les deux mutants descendirent de la voiture et rentrèrent dans l'appartement de Cassandra. Tandis qu'elle refermait la porte, Samuel l'invitait à s'asseoir pour qu'ils puissent examiner la blessure. Mais pour cela il fallait justement de quoi changer le pansement. L'illusionniste posa ses affaires avant de continuer son chemin vers la salle de bains, passant devant le living où était assis l'espagnol.

    « Oui, je vais chercher ça. Mets toi à l'aise, fais comme chez toi. »


Ouvrant l'armoire à pharmacie dans la salle d'eau, elle attrapa le coton, les bandages et l’antiseptique avant de revenir dans le salon et de s'asseoir à côté du latino, après avoir enlevé quelques livres du sofa et son propre jean pour pouvoir accéder au pansement. Ce dernier était propre, il n'y avait pas trace de sang, ce qui témoignait de la bonne évolution de la plaie. Cassandra laissa ensuite son camarade faire son office, l'aidant à refermer les bandages une fois que la désinfection fut faite. Quand tout fut terminée, la jeune femme se tourna avec le sourire vers le jeune homme aux yeux dorés.

    « Merci, docteur. » Fit-elle avant de déposer un bisou sur sa joue, puis sur ses lèvres.


Puis elle se redressa et fit signe à Samuel de la suivre à côté, indiquant au passage la salle de bains au jeune homme s'il avait besoin d'y passer. Contrairement au living, la chambre de la jeune femme n'était pas aussi chaotique, si on excluait seulement la chaise sur laquelle reposait plusieurs vêtements pêle-mêle. Outre cette chaise et le lit, le seul autre meuble était sa table de nuit où était posé un réveil ainsi que le livre qu'elle lisait en ce moment. Pas dérangée par le regard de son camarade, Cassie retira son haut. Ils n'étaient plus à ça près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Jeu 30 Mai 2013 - 10:33

Avant que la société ne soit réellement civilisée, à la vieille époque, beaucoup de phénomènes que l'on aurait pu prêter aux mutants étaient au final qualifiés de sorcellerie. La magie était au coeur des phénomènes paranormaux et la science était encore au point mort. Désormais, on pouvait expliquer facilement bon nombre de phénomènes tout à fait naturels et logiques. Mais certains restent encore aujourd'hui un peu flous. Comment réagiraient des humains face à un mutant ? Ils y verraient là de la magie avant tout et penseraient donc surtout qu'ils sont menacés car bien incapables de faire la même chose. Le bûcher attendait encore sans doute les mutants et autres personnes capables de telles choses... Mais avec le temps, les humains apprendraient sans doute à les connaitre ou en tout cas à localiser plus rapidement ceux qui, à leurs yeux, constituaient la plus grosse menace. Les Oméga par exemple. Mais il y avait bien d'autres catégories de mutants. Il était difficile de tout assimiler d'un coup. Samuel avait eu besoin de nombreuses années pour amasser tout le savoir qu'il avait. C'était en grande majorité grâce à Magneto mais sa façon d'expliquer les choses était clairement pro-mutants. Difficile de lui en vouloir, personne n'aime passer pour un cobaye de laboratoire. Samuel avait une approche de la chose un peu plus pédagogique. Contrairement au leader de la Confrérie, il ne souhaitait pas recruter tous les mutants qu'il voyait. Il respectait l'avis que chacun avait de la situation.

"Non, je suis un beta. Ca ne veut pas dire que je suis stupide hein." signala t-il avec un sourire amusé "A vrai dire, c'est assez proche d'un alpha... sauf que j'ai une contrainte qui m'empêche de l'être. C'est ainsi que l'on nomme les alphas dont les pouvoirs sont soumis à conditions. Par exemple, sans douleur, je suis incapable de faire quoique ce soit une fois que mon énergie précédemment stockée est épuisée. Bien sûr il me reste toujours la solution de me faire mal volontairement pour la renouveler mais j'ai de toute façon besoin d'une source d'énergie pour user de mon don. Quant au nombre de "rangs", hmm... de ce que je sais, il en existe six. Omega, Alpha, Beta, Delta, Epsilon, Gamma. Mais après j'en ignore peut-être. De ce que je sais, c'est grâce aux travaux du professeur Xavier que l'on peut avoir cette liste. Elle n'est pas rendue publique mais le leader de la Confrérie et lui sont... enfin étaient de vieux amis. Erik en sait donc beaucoup lui aussi. C'est de lui dont je tiens tout ça." expliqua t-il "Et ne t'excuse pas, c'est plutôt plaisant de voir que ça t'intéresse."

Il aurait pu en parler des heures mais il ne voulait pas non plus la noyer sous tant d'informations. Puisqu'elle comptait rejoindre l'Institut Xavier, il supposait qu'elle en apprendrait bien plus là-bas. Inutile donc de faire toute une thèse sur le sujet. Il ignorait cependant si son petit séjour au manoir l'aiderait à trouver ce qu'elle cherchait mais il ne doutait pas que le professeur Xavier était l'un des mieux placés pour l'aider. Le reste, seul le futur pouvait le prévoir.

Samuel aimait justement prévoir les choses à l'avance et il avait déjà tout préparé en ce qui concernait la petite fête organisée pour son ami mutant. Il n'avait cependant pas prévu d'y assister en compagnie de Cassandra, encore inconnue au moment de la préparation. Mais puisqu'elle était là, il comptait bien l'emmener avec lui. Et puisque c'était son anniversaire, il comptait également la joindre à la fête, histoire de lui faire une petite surprise. Un anniversaire se devait d'être fêté même si, en ce qui concernait la jeune femme, elle ignorait quelle était la date exacte. L'espagnol devait jouer lors d'un concert donné le soir en question et il fut surpris d'apprendre que Cassandra jouait également un peu de musique. Elle chantait, surtout. Il était curieux de l'entendre faire et lui proposa un duo. Elle doutait de ses capacités et il s'amusa à lui montrer comment il la ferait taire si jamais elle lui cassait les oreilles. Etrangement, cela ne semblait pas vraiment la déranger. Elle risquait même de chanter faux exprès !


"Ce sont les paroles de quelqu'un qui n'a jamais entendu quelqu'un jouer du violon sans aucune connaissance de l'instrument puisque je pourrais également me mettre à mal jouer exprès. Le résultat est... plutôt désagréable et inaudible. Pas sûr que tu saches alors comment m'arrêter."

Arrivés au repaire, les deux mutants rejoignirent la salle de fête où Cassandra eut la surprise de voir qu'elle était donnée en son honneur également. A voir le sourire de la jeune femme, nul doute qu'elle était contente du résultat. Samuel ne tarda pas à l'abandonner le temps du concert et la rejoignit lorsqu'il fut terminé. Au moins, elle avait bien profité de la soirée et de ce qu'il avait pu voir, elle avait discuté sans souci avec la plupart des mutants. Elle devait être soulagé de voir qu'elle était loin d'être seule. Nul doute qu'elle se plairait à l'Institut Xavier.

Mais toute bonne chose avait une fin et Samuel proposa de rentrer. Il la ramena donc jusqu'à chez elle où elle lui proposa en fait de rester dormir. Il n'allait certainement pas refuser. De toute façon, ils devaient se voir pendant encore plusieurs jours d'affilés, jusqu'à ce que sa jambe aille mieux et qu'elle soit capable de reprendre le boulot alors autant faciliter les choses. Bien que l'espagnol aimait son indépendance, il ne voyait pas le mal à côtoyer cette belle et agréable jeune femme encore un peu. Mais il comptait occuper le canapé et non s'imposer dans le lit de la danseuse. Cette dernière lui rappela cependant que son matelas était sans doute bien plus agréable et qu'au moins, il n'y aurait aucun livre pour le gêner.


"Ah oui ? Et je me réveillerais avec quoi sur le visage, hmm ? Tu comptes déjà te mettre à la peinture sur corps pendant mon sommeil ? Interdiction de me dessiner une moustache, ça me donne l'air ridicule." avoua t-il en riant à demi tout en passant sa main sur sa barbe

Installé pour le moment sur le canapé, il refit le bandage de la jambe de la jeune femme. La plaie était déjà plutôt bien cicatrisée mais il valait mieux éviter encore de tirer dessus. D'ici un jour ou deux, elle devrait être capable de pouvoir à nouveau faire son métier sans le moindre souci. Le bandage n'était plus tellement nécessaire mais mieux valait être prudent plutôt que d'augmenter bêtement le temps de convalescence. Cassandra le remercia à sa façon, ce qui le fit sourire.


"Je vais peut-être songer à changer de métier moi, si je suis payé de la sorte à chaque fois..."

Cassandra se leva et Samuel lui emboita le pas, passant devant la salle de bain avant d'atterrir dans la chambre. La jeune femme commença à se dévêtir et l'espagnol la regarda sans gêne aucune. Après tout, ils s'étaient déjà vu nus alors ce n'était pas comme s'ils allaient se mettre à rougir maintenant. Le mutant attarda son regard sur elle puis retira son veston qu'il déposa sur une chaise. Il fit ensuite de même avec sa chemise avant de s'éloigner vers la porte.

"Je vais prendre une douche, je te rejoins ensuite."

Changeant de pièce, il entra dans la salle de bain pour prendre une douche bien chaude mais n'y resta pas trois heures. Une fois propre, il enfila à nouveau son pantalon et retourna dans la chambre où Cassandra l'attendait. Il la rejoignit sur le lit et vint s'installer à ses côtés, caressant du bout des doigts toute la longueur de l'un de ses bras.

"Plutôt confortable ton matelas, effectivement. Tu es certaine qu'ici, aucun livre sauvage ne viendra nous attaquer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Dim 2 Juin 2013 - 22:12

Il y avait tant de choses que Cassandra ignorait sur les mutants. Et il lui semblait avoir des années de connaissances à rattraper sur le sujet. Par chance, Samuel était patient et prenait le temps de répondre clairement à chacune de ses questions, même quand la jeune femme s'emballa en en posant plusieurs à la suite. Elle eut un léger sourire au commentaire du mutant, qui embraya sur les explications de la « classe » à laquelle il appartenait. Aux yeux de la danseuse, c'était un peu étrange de classer de la sorte des individus en fonction de leurs pouvoirs, même si cela pouvait s'avérer utile. Et bizarrement, la classification que lui décrivait Samuel lui rappelait un livre qu'elle avait lu. Enfin, cela ne faisait rien. Attentive, elle écoute l'espagnol lui décrire la principale différence entre les classes Alpha et Beta. Ce n'était pas une information à laquelle tout le monde avait accès apparemment ; le professeur Xavier en était l'auteur, et le mutant évoqua même une ancienne amitié entre lui et le leader de la Confrérie, ce qui lui valait de détenir ces connaissances.

    « D'accord, je comprends mieux. Enfin, en théorie. Je trouve un peu étrange quelque part de classifier les mutants selon leurs dons. Chacun est unique, à mon avis. Et un peu que ça m'intéresse, le contraire serait inquiétant non ? » fit-elle avec un demi-sourire.


C'était cet intérêt qui la poussait à choisir d'entrer pour un temps à l'institut Xavier justement, en plus du fait que cela représentait sa dernière chance de découvrir ses origines. Toutefois sa décision n'était pas encore arrêtée. Elle aimait sa liberté et plusieurs craintes l'empêchaient encore de choisir l'intégration dans l'établissement pour les mutants. En attendant, elle ne pouvait pas dire que Samuel lui enseignait des choses inutiles. Elle avait tant à rattraper, lui semblait-il. Autant commencer dès maintenant à en apprendre plus sur elle et les « siens ».

Mais pour le moment, plus spécifiquement, elle en apprenait sur Samuel et vice-versa. De cette manière, ils découvrirent leur intérêt mutuel pour la musique. La jeune femme avait hâte d'entendre son camarade jouer du violon le soir même. Il s'agissait d'un instrument compliqué mais les sonorités qu'il produisait, entre les mains d'un bon musicien, étaient magnifiques. Pour sa part, la danseuse préférait le chant, sans pour autant être très talentueuse. Même si elle ne voyait pas d'inconvénient à chanter pour le mutant, elle le prévint qu'elle vérifierait qu'il ne détenait pas de projectile dans le cas où elle aurait tout faux. Mais au final, Samuel disposait d'une arme bien plus redoutable qu'une tomate, à la fois efficace et plaisante, tandis qu'il en faisait la démonstration. Mais c'était aussi dangereux, propre à faire chanter faux exprès la jeune femme. En revanche l'espagnol lui assurait qu'elle ne pourrait pas l'arrêter aussi facilement si lui se mettait à mal jouer. À l'en croire, le résultat était du genre horrible.

    « Tu crois ça ? À l'impossible nul n'est tenu. Je trouverais bien un moyen de t'interrompre avant que tu ne violes nos tympans. » fit-elle amusée et espiègle.


Quoiqu'il en soit la jeune femme fut vraiment agréablement étonnée par la surprise que lui avait concocté le latino. À vrai dire elle n'avait jamais vraiment fêté son anniversaire, et il était impossible de nier que c'était une véritable réussite. Laissant de côté sa méfiance habituelle, Cassandra mit un point d'honneur à s'amuser comme il se devait, essayant même de danser avant que sa blessure ne se rappelle à elle. Après le concert, il était l'heure de rentrer, mais non sans avoir saluer ses nouvelles connaissances. Qu'il faisait bon de ne plus être seule.

Une fois chez la mutante, cette dernière proposa à Samuel de rester dormir, dans son lit plutôt que de l'installer sur le canapé recouvert de livres. Ce n'était pas comme si cela allait la déranger, après ce qu'ils avaient partagé. Sa réflexion la fit rire, le coup des moustaches n'était pas à réitérer. La barbe seule lui allait bien mieux, cela dit.

    « Ça, tu le découvriras au réveil ! Ce serait dommage de gâcher la surprise si je te disais tout maintenant pas vrai ? »


Enjoignant son invité de faire comme chez lui, Cassie posa ses affaires et alla chercher de quoi refaire son pansement à sa jambe. La bonne nouvelle, c'était que ça ne saignait plus. Elle laissa sa blessure aux bon soins de l'espagnol, qui s'y prenait toujours avec la même douceur. Ce n'était plus qu'une question de jours avant qu'elle ne puisse se déplacer sans aucun souci. Quant à la danse, cela attendrait encore une semaine ou deux à la rigueur. Une fois l'office du médecin personnel de la jeune femme terminé, cette dernière le remercia tout spécialement, d'une manière qui semblait lui plaire, au point de songer à changer de métier.

    « Tu aurais du succès sans doute... et puis, c'est particulièrement agréable de te rétribuer de cette manière. »


Puis il fut temps de rejoindre la chambre. Sur le chemin, Cassie indiqua la salle de bains à son camarade, s'il souhaitait y passer. Il alla en effet prendre une douche après avoir laissé ses hauts sur une chaise. Pendant ce temps là, la jeune femme opina et se changea, délaissant T-shirt et pantalon pour un long débardeur qui lui faisait office de pyjama. Rien de bien sexy en somme. Elle rangea quelques vêtements qui traînaient avant d'aller se glisser dans son lit. Le latino ne tarda pas ensuite à revenir et à s'installer près de la jeune femme, lui demandant confirmation qu'il n'y aurait aucune attaque livresque. L'illusionniste sourit.

    « Absolument certaine. En revanche, je ne garantis pas que d'autres attaques adviennent... comme celle-là ! » fit-elle avant de projeter ses mains sur les flancs du jeune homme et de le chatouiller copieusement.


Rieuse, la jeune femme se plaça au dessus de Samuel, le mettant ainsi complètement à sa merci. Qu'y avait-il de mal à s'amuser un peu ? L'un comme l'autre s'étaient prouvés qu'ils n'étaient pas réticents à ce genre de jeu. Toutefois elle ne fit pas durer beaucoup cette attaque surprise et laissa l'espagnol reprendre son souffle, laissant ses mains apposées sur son torse, dessinant du bout des doigts ses muscles bien définis.

    « Je crois que le score vient de tourner en ma faveur. » chuchota-t-elle, penchée sur le mutant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Lun 17 Juin 2013 - 18:31

Samuel dévoilait peu à peu ce qu'il savait des mutants à Cassandra. Il fallait dire qu'il y avait tant de choses à raconter... Mais il se cantonnait au plus important selon lui. Il était difficile de rester neutre, de ne pas donner son opinion en fonction de ce qu'il disait, mais il pensait que Cassandra était de toute façon assez futée pour ne pas faire un amalgame idiot. Ses réponses le firent sourire tant il ne s'attendait pas à ce qu'elle voit les choses sous cet angle. Elle avait effectivement raison sur plusieurs points.

"C'est vrai, on est tous différents car nos pouvoirs dépendent de ce que l'on en fait. Mais il n'en reste pas moins que certains d'entre nous sont extrêmement puissants. Tout le monde n'a pas été gâté, on a pas choisi notre mutation et on doit faire avec. Mais quoiqu'il en soit, on reste supérieurs, on a quelque chose de plus que les humains n'ont pas. Et puis tu sais, tout le monde ne s'intéresse pas à ce genre de choses, même les plus concernés."

Mais au moins, on ne pouvait pas dire qu'ils ne s'intéressaient pas l'un à l'autre. Petit à petit, ils apprirent quelques informations à propos l'un de l'autre. Samuel savait mieux à qui il avait affaire à présent. Il n'avait pas eu besoin de ça pour se rapprocher d'elle mais il n'était pas mécontent de savoir un peu mieux qui était réellement Cassandra. Bien sûr on ne pouvait jamais connaitre réellement quelqu'un mais cela l'éclairait déjà suffisamment. Plutôt que de s'arrêter sur les détails tristes, ils se taquinèrent à nouveau, trouvant toujours un moyen de s'amuser d'une situation. Ils ne savaient pas chanter ou jouer d'un instrument ? Pas de problème, il ne restait plus qu'à trouver un moyen de les faire taire ou stopper. Et là dessus, ils avaient déjà beaucoup de solutions au problème.


"J'aimerais bien voir ça. On verra qui parviendra à faire stopper l'autre en premier !"

C'était là aussi un défi. Après tout, ils n'en étaient pas à leur premier et certainement pas à leur dernier. C'est sur cette touche de bonne humeur qu'ils se rendirent en ville puis à la Confrérie pour la petite fête surprise organisée en partie en l'honneur de Cassandra. Cette dernière était ravie de cette attention et passa une très bonne soirée d'après ce qu'elle disait. Au moins, les efforts de l'espagnol ne furent pas vain et il n'était pas mécontent du résultat. A présent, la serveuse souriait sincèrement, touchée par l'attention. Alors qu'ils auraient pu se séparer et rentrer chacun de leur côté, la jeune femme invita l'espagnol à rester chez elle pour la nuit. Il n'allait certainement pas refuser et ce, pour plusieurs raisons.

Alors qu'il pensait s’accommoder du canapé, Cassandra lui proposa son lit. Il n'eut pas besoin de plus pour accepter, ajoutant cependant une touche d'humour à sa réplique. Pas question qu'un lit sauvage l'agresse même ici. Mais apparemment, ce n'était pas les livres qui étaient le plus à craindre... Le prédateur était tout autre.


"J'aime les surprises. Mais je ne garantis pas que je ne me vengerais pas au réveil. J'ai la rancune tenace." assura t-il avec un clin d'oeil

Mais avant qu'ils n'aillent au lit, il fallait prendre soin de la blessure de la jeune femme. Samuel changea le pansement et vérifia l'état de la plaie avant de laisser à nouveau sa liberté à Cassandra. Celle-ci le remercia à sa façon, façon qui ne lui déplaisait pas. Il songea même à changer de métier s'il était toujours récompensé de la sorte. Ce n'était pas la danseuse qui avait l'air contre.


"Ne me dis pas ça, tu vas réveiller mon côté sadique, je risquerais de vouloir te faire mal pour mieux te soigner après. Tu imagines le cercle vicieux ?"

Après une bonne douche, Samuel vint prendre place aux côtés de Cassandra dans le lit, non sans l'avoir regardée se changer auparavant. Mais avant toute chose, il désirait savoir si ici il ne risquait rien. La serveuse lui assura qu'il ne risquait rien de la part des livres... mais qu'il était tout autant en danger pour une autre raison. Pour appuyer ses dires, elle se mit à le chatouiller. C'est riant qu'il se mit à gigoter pour essayer de s'extraire de l'emprise de la mutante. Il n'avait pas d'autre choix que de se laisser faire et il fut soulagé lorsqu'elle cessa. Fière d'elle, elle indiqua que le score venait de monter de son côté. Samuel la regarda faire quelques instants puis, souriant en coin, il l'attrapa dans ses bras et inversa leurs positions, plaquant ses mains de chaque côté d'elle.


"Un score, c'est fait pour être changé... Tu te reposes un peu trop vite sur tes lauriers..." assura t-il avec un sourire amusé

Mais plutôt que de la chatouiller, il se pencha sur elle et commença à l'embrasser dans le cou. Qui avait dit que pour marquer des points, il fallait forcément être désagréable à l'autre ? La nuit risquait encore une fois d'être longue.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandra Farrell

avatar

Messages : 273
Date d'inscription : 10/08/2012
Age : 25

Fiche Tecnhique
Metier: Stand by...
Age : 25
Nationalité : Américaine

MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Sam 22 Juin 2013 - 1:45


Cassandra n'était pas mécontente d'avoir appris bien des choses sur le monde des mutants grâce à Samuel. Bien sûr, il ne lui avait expliqué que les éléments les plus importants et n'était pas trop rentré dans les détails non plus, mais chaque chose en son temps. Cassie aurait bien le temps d'en savoir davantage plus tard, pour le moment il ne valait mieux pas qu'elle se noie dans une flopée d'informations qu'elle ne saurait pas remettre à sa place. En tout cas, elle avait maintenant matière à réfléchir : les mutants, malgré leur mutation génétique commune, étaient scindés en plusieurs groupes à cause d'idéaux divergents, et la jeune femme comptait bien y réfléchir pour se faire sa propre opinion sur la question, bien qu'il y ait de très grandes chances qu'elle reste totalement neutre vis-à-vis des humains – du moins, tant que ces derniers ne lui chercheraient pas des problèmes.

En tout cas pour le moment, elle n'avait pas à subir la compagnie d'humains dont elle n'avait rien à faire, bien au contraire. Elle apprenait peu à peu à mieux connaître Samuel et vice-versa, en dévoilant un peu plus sur elle qu'elle l'aurait fait avec quelqu'un d'autre, même si au fond elle n'avait rien à cacher. Au moins chacun des deux savait d'où venait l'autre, et on ne pouvait pas dire qu'ils avaient eu tous les deux une vie facile. Et malgré tout, ça ne les empêchait pas d'être de bonne humeur et de se titiller gentiment. Comme, par exemple, leur capacité à chanter ou jouer d'un instrument de musique et les divers moyens qu'ils pourraient mettre en œuvre pour interrompre la pratique musicale de l'autre. Samuel en profita d'ailleurs pour lancer un défi. Au premier qui saurait stopper l'autre !


    « Challenge accepté ! » fit la jeune femme en riant.


Mais pour le moment, nul défi à relever, mais plutôt une fête à laquelle s'amuser. C'était une vraie réussite, et Cassandra était vraiment touchée par l'attention de son camarade qui lui avait réservé une très belle surprise. Alors, pour une fois si ce n'était la première, la danseuse se lâcha véritablement, n'hésitant pas à aller vers les autres, délaissant sa neutralité habituelle pour montrer à quel point elle était enthousiaste et contente d'être là.
Tout avait une fin malheureusement, et au terme de la soirée il était largement temps de rentrer. Cependant Cassie proposa à Sam de dormir chez elle cette nuit, ce qu'il ne refusa pas, pas plus que la proposition de la jeune femme de dormir dans son lit plutôt que de squatter le canapé qui était le territoire réservé de ses livres. Cela dit, le canapé comme le lit étaient des lieux à hauts risques... dans le premier comme dans le deuxième on pouvait y trouver d'étranges surprises, comme une attaque livresque ou tout autre chose. Cassandra garda le mystère, c'était plus drôle ainsi. Et déjà, Samuel affirmait qu'il n'allait pas se laisser faire sans se venger, ce qui fit sourire davantage l'illusionniste.



    « Dans ce cas il va falloir que je sois vigilante, histoire de te donner un peu de fil à retordre... mais je serais curieuse de voir ce que tu feras. » plaisanta-t-elle.



Une nouvelle fois, la jeune femme laissa sa blessure aux bons soins de son docteur personnel, et le remercia à sa manière. Mais c'était jouer un jeu dangereux que de le récompenser de la sorte. Lui-même expliquait dans quel cercle vicieux ils pourraient entrer si son sadisme reprenait le dessus.


    « Alors heureusement qu'il n'y a pas qu'en me soignant que tu as droit à ça, dit-elle avant de l'embrasser légèrement. Cela dit, c'est toujours bon à savoir... » finit-elle avec un sourire mystérieux.


Puis il fut temps d'aller se mettre au lit. Au moins ici ils ne risquaient pas de se réveiller avec la tranche d'un livre imprimé sur la figure. En revanche, c'était plutôt de la propriétaire des lieux qu'il fallait se méfier. Cette dernière accomplit sa prophétie en se mettant à chatouiller son camarade, s'assurant ainsi une montée du score en sa faveur, comme elle le lui fit remarquer après avoir cesser de le tourmenter avec des chatouilles, remplaçant ces dernières par des caresses. Mais tel était pris qui croyait prendre, car bien entendu, Samuel ne se laissa pas faire et ce fut bientôt Cassandra qui se retrouva à sa merci. Bien sûr, un score pouvait être changé, c'était exactement ce qui venait de se passer après tout. En tout cas, impossible de dire que le mutant se laissait faire.


    « Je suis bien d'accord... le score peut encore monter... en ta faveur ou en la mienne. » fit-elle, provocante et rieuse.


Toutefois, elle ne chercha pas à se débattre pour reprendre le dessus, profitant des agréables baisers de Samuel et continuant à caresser sa peau dénudée. Redressant la tête, elle happa son lobe d'oreille et le mordilla légèrement tout en le serrant contre elle. Quand elle le sentit se redresser, elle remonta sa main jusqu'à ses cheveux puis sa joue, caressant doucement cette dernière tandis que son regard croisa celui de Sam. Elle s'y perdit un instant avant de murmurer calmement :


    « Tu as de très beaux yeux... »


Puis elle l'attira contre elle et l'embrassa à nouveau, d'abord doucement puis ses baisers gagnèrent en passion, tout comme son désir croissait peu à peu. Ils avaient tout le temps, toute la nuit pour satisfaire leur envie, sans avoir à se soucier du lendemain. Enfin, Cassie savait déjà le petit tour qu'elle jouerait à son partenaire au réveil, mais pour le moment elle était bien loin de penser à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   Ven 2 Aoû 2013 - 13:52

Samuel était quelqu’un de sérieux et à la fois de passionné. Il défendait sa cause plus que n’importe qui, quitte à mettre sa vie en jeu. Les mutants, ce n’était pas de la rigolade aux yeux de l’espagnol. Pourtant, il ne se gênait pas pour plaisanter constamment, histoire de ne pas non plus trop dramatiser les choses. Oui, le monde ne les accepterait pas, oui, les humains les chasseraient… mais il comptait bien ne pas rester les bras croisés ; il ferait face à tout ça. Du coup, à quoi bon tout dramatiser ? Il laisserait les choses venir, comptant bien intervenir dès qu’il le pourrait. Il révélait à Cassandra tout ce qu’il savait ou presque. Les histoires de la Confrérie ne concernaient que ceux qui en faisaient partis. De ça, il n’en tenait jamais rigueur à personne. La jeune femme ne souhaitait pas les rejoindre, eux ou un autre groupe ? Peu importait, il fallait qu’elle conserve ses propres convictions. Du coup, plutôt que d’essayer de la rallier à sa cause, il ne fit que plaisanter sur tout autre chose. C’était ainsi qu’ils étaient le mieux, non ? En tout cas, la jeune femme y semblait réceptive, acceptant les défis qu’il lui lançait.

"Tu n’as pas la moindre idée de ce dans quoi tu t’embarques…" assura-t-il avec un fin sourire

En tout cas, elle n’avait pas eu la moindre idée de ce qui l’attendait chez elle puis à la Confrérie. Puisque Samuel avait appris que c’était hypothétiquement aujourd’hui la date de l’anniversaire de la jeune femme, il avait fait en sorte qu’elle passe une bonne journée. Chaque mutant devait bénir le jour de sa naissance et pour se faire, l’espagnol avait pensé à tout. Fleurs, fête, concert… même si à l’origine, tout n’était pas pour elle, elle y trouva sa place malgré tout. Et ainsi, elle put faire la connaissance de nombreux autres mutants et voir qu’on savait s’amuser à la Confrérie. Ce n’était cependant absolument pas une opération séduction pour l’inciter à rejoindre leurs rangs, loin de là. Il désirait simplement qu’elle s’amuse et profite de cette journée qui était la sienne, comme il l’aurait fait pour n’importe quel frère mutant.

En tout cas, la jeune femme sembla apprécier l’attention. C’était ce qu’elle confirma pendant que Samuel la ramenait chez elle. Elle lui proposa d’ailleurs de rester dormir, ce qu’il ne refusa pas. Il n’était pas contre rester en sa compagnie un peu plus longtemps et puis, il devait avouer qu’elle lui plaisait bien. Toutefois, il comptait opter pour le canapé, comme tout invité qui se respecte. Cassandra ne voyant pas les choses de cette façon, il accepta de migrer dans sa chambre même s’il risquait là aussi, de se faire agresser pendant la nuit. La danseuse lui affirma qu’il ne s’agirait pas de livre cette fois, mais d’une toute autre chose, bien plus mystérieuse. Samuel ne comptait pas faire machine arrière, prêt à défendre sa vie mais surtout à se venger.


"Toujours rester vigilant, toujours. Mais ça ne te sauvera pas du prédateur que je suis…"
affirma-t-il avec un sourire en coin

Toutefois, le prédateur prit le temps de soigner sa proie et de prendre soin d’elle. Qui avait dit que tous les prédateurs étaient des bêtes sanguinaires ? Et puis, en guise de récompense, il avait droit à un baiser, que demander de plus ? Mais d’après la jeune femme, il n’avait pas besoin de ça pour être ainsi traité. Il était chanceux.


"Heureusement pour nous alors…"

Migrant du salon à la chambre, les deux mutants finirent par s’étendre sur le lit. A défaut d’un livre, c’est Cassandra qui agressa l’espagnol à coups de chatouilles. Elle cessa lorsqu’elle fut satisfaite mais Samuel ne comptait pas s’avouer vaincu. Il profita de ce moment de répit pour contrattaquer aussitôt, mettant la jeune femme à sa merci. Ainsi, il remettait les compteurs à égalité et pouvait profiter de sa position.

"Sache juste que je ne te laisserais pas gagner sans me battre jusqu’au bout…"

Mais pour l’heure, elle était à nouveau sa proie et il se fit un malin plaisir de lui montrer à nouveau quel sort il lui réservait. Il cessa cependant de la torturer pour pouvoir la regarder dans les yeux. Cassandra lui fit remarquer qu’il avait de beaux yeux, ce qui le fit sourire. Le doré de ses yeux n’était pas courant mais tout le monde n’appréciait pas cette couleur.

"Au moins, ça ne te met pas mal à l’aise, toi."

Mal à l’aise, elle était loin de l’être. Elle le prouva d’ailleurs avec les baisers qu’elle lui donna, auquel il répondit avec avidité. La nuit risquait encore d’être longue mais Samuel s’en moquait. Il n’avait rien de prévu hormis le fait de passer du temps avec celle qui partageait ses draps. Ils avaient tout leur temps…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une aide bienvenue [Samuel/Cassandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [Remisa] Une petite aide bienvenue
» Ton aide est la bienvenue (PV Alanya)
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-