X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Sam 15 Déc 2012 - 6:39

"They've been spending most their lives, living in the gangsta's paradise
We keep spending most our lives, living in the gangsta's paradise"

Les talons d’Eleonnora claquaient sur le sol de céramique du Shield. Elle tenait un dossier en main. On venait de lui confier une mission. Elle devait rejoindre son partenaire qui l’accompagnera lors des prochains jours, dans les bas quartiers de Washington. Elle n’avait aucune idée de quand elle sera de retour à New York et avait préféré laisser un petit mot sur la table de la cuisine pour qu’Evelynn, sa colocataire, ne s’inquiète pas de son absence. Elle avait laissé de nombreux billets sur la table afin qu’elle puisse se faire livrer quelques repas d’un quelconque restaurant ou bien faire l’épicerie afin de remplir le réfrigérateur pratiquement vide. Elle avait prétendu être partie en voyage d’affaire, pour quelques jours, ne donnant pas davantage de détails. Heureusement que son amie dormait encore lorsqu’elle quitta l’appartement. S’il y avait bien une chose à laquelle Eleonnora n’avait pas pensé lorsqu’elle avait invité sa meilleure amie à vivre chez elle, c’était à son travail. Déjà qu’elle avait du mal à expliquer pourquoi elle devait parfois l’abandonner au cours d’une soirée ou bien pourquoi elle ne pouvait être présente au rendez-vous qu’elles s’étaient fixés. Maintenant qu’elles vivaient ensemble, la jeune femme devra trouver de bonnes excuses pour justifier ses départs au beau milieu de la nuit. Cela ne sera pas très simple, mais elle préférait ne pas y penser, pour l’instant.

Parcourant les nombreux couloirs de l’héliporter, Eleonnora recherchait son coéquipier. On lui avait montré une photo et donné son nom afin qu’elle puisse le retrouver plus facilement. Il était très tôt, elle doutait de le trouver si facilement. Cependant, il semblerait que la chance était de son côté, ce matin. Lorsqu’elle entra dans la cafétéria, afin de s’arrêter prendre un café, elle tomba sur l’homme qu’elle recherchait. Il ressemblait assez bien à la photographie qu’on lui avait présentée. Elle avait un bon œil, malgré sa vue un peu floue, et était certaine d’avoir reconnu le bon homme. D’ailleurs, où étaient ses lunettes ? La jeune femme se questionna un moment avant de réaliser qu’elle les avait laissées sur sa tête. Elle les attrapa et les plaça sur son nez. Puis, arrangeant un peu son tailleur, elle s’approcha de l’un des seuls hommes présents et assis à une table, regardant le bulletin de nouvelles diffusé sur une large télévision posée contre un mur.

Elle s’assit devant l’individu, croisant les jambes sous la table. Posant le dossier devant elle, elle toisa l’homme d’un air sérieux. Ce n’était pas le moment de rigoler, ils avaient une mission à accomplir. Ils n’avaient jamais travaillé ensemble auparavant et elle espérait que l’agent avec lequel on l’avait jumelé savait faire du bon boulot. Normalement, au Shield, on trouvait rarement des incompétents. Ils devaient s'infiltrer dans un milieu de bandits, de gangsters afin de mettre la main sur un mutant au pouvoir dangereux. Ils n'avaient pas d'autres choix que de revêtir une nouvelle identité afin de s’incruster dans ce milieu pas très facile où meurtres, drogues et prostitutions se côtoyaient. La seule façon d'atteindre l'ennemi était de gagner sa confiance. Ils devaient donc arriver à s'approcher de sa cachette, un bar malfamé des quartiers moins nantis de la ville. S'ils arrivaient à accorder leurs violons, tout se passerait à merveille.


-« Russell Blake ? Je me présente, je suis l’agent Eleonnora Davidoff. Nous avons été assignés à une mission au sein des quartiers malfamés de Washington. Notre mission est de capturer un mutant dangereux s’apprêtant à commettre une attaque terroriste contre certains politiciens conservateurs de l’État. Toutes les informations relatives à notre mission sont présentes dans ce dossier. »

Elle poussa doucement le dossier, du bout des doigts, jusqu’à Russell. Il pouvait le consulter s’il le désirait. Il y avait de nombreuses informations capitales pour la réussite de leur mission, à l’intérieur. Elle n’avait pas terminé de lire les nombreuses données concernant le mutant à appréhender, mais savait déjà à quoi s’attendre de cette mission. Elle devra s’infiltrer dans un milieu de rue, de gangster et de revendeurs de drogue. Ce ne sera pas un univers très rose, tout cela, elle devait s’attendre à voir des corps tomber sans qu’elle puisse y changer quoi que ce soit. Cela faisait partie du métier, il fallait s’y faire. Après avoir vécu la guerre, ce n’était pas quelques affrontements de rue qui allait la traumatiser.

-« L’hélicoptère qui nous conduira jusqu’à Washington décollera dans trente minutes. Je vous conseille de ne pas raser votre barbe entre temps. Ça vous donnera un air de clochard des rues, ce sera parfait pour vous infiltrer. »

Sur cette réplique un peu trop honnête, la jeune femme quitta la table afin d’aller se chercher un café. Elle en avait bien besoin afin de supporter cette journée qui s’annonçait particulièrement longue. Elle espérait que la mission se déroule sans trop d'encombres et que son partenaire se montre à la hauteur de ses espérances. Bien qu’elle soit une femme qui aimait prendre les devants, elle ne voulait pas se retrouver avec une simple marionnette dont elle devait commander les moindres actions.

Trente minutes plus tard, elle était assise dans l’hélicoptère se dirigeant vers Washington. Elle ne parla pas lors du voyage, préférant observer le paysage défilant sous ses yeux. Il n’y avait pas grand-chose d’intéressant à voir, mais cela avait au moins le mérite d’être distrayant. Lorsque l’hélicoptère les déposa finalement, Eleonnora prit aussitôt la direction du stationnement situé à l’écart de la piste d’atterrissage. Une vieille voiture d’occasion les attendait. Ayant reçu les clés du véhicule avant de quitter l’héliporter, la jeune femme en profita pour déverrouiller le véhicule et s’installer du côté conducteur. Elle ajusta les rétroviseurs, son siège, puis boucla sa ceinture de sécurité avant de démarrer, son coéquipier installé à ses côtés. Ils devaient se rendre à la chambre d’un motel miteux qui leur avait été réservé sous une fausse identité.


-« J’espère que vous avez pris connaissance de l’objectif de notre mission, agent Blake.»

Lorsqu’elle se gara dans le stationnement du motel, la jeune femme tendit une carte magnétique à son coéquipier. Cette carte ouvrait la chambre numéro 13. Eleonnora en possédait une identique. Ils étaient obligés de partager la même chambre. Elle espérait seulement que cette dernière possédait deux lits. Pas question de dormir dans le même lit qu’un homme qu’elle connaissait à peine, un collègue de travail, en plus. Lorsqu’elle sera rassurée sur ce point, la jeune femme n’aura qu’à espérer que la mission se déroule à merveille.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Sam 15 Déc 2012 - 15:41

Russell était quelqu'un de matinal et il n'aimait pas la foule. Bien que l'héliporter ne soit pas si peuplé que ça au final, l'anglais préférait éviter les heures de pointe et se levait donc toujours tôt afin de pouvoir prendre son café tranquille et regarder les informations. Ainsi, il évitait la cohue, les bavardages qui devenaient de véritables bourdonnements à ses oreilles, l'empêchant ainsi de tout entendre du son de la télévision. Néanmoins, comme à chaque réveil, la première chose qu'il fit fut de faire une bonne série de pompes et d'abdominaux afin de rester en forme. Il n'allait pas tous les jours sur le terrain, loin de là et il aimait conserver sa forme physique au maximum. Ses exercices faits, il prit une rapide douche pour évacuer toute trace de sueur et s'habilla sobrement afin de se rendre à la cafétéria. Comme prévu, il y avait très peu de monde et Russell alla se prendre un café avant de s'installer seul à une table proche de la télévision. Il aimait bien se tenir au courant des actualités bien qu'il avait un profond mépris pour les journalistes. Il estimait que ce n'était qu'un ramassis de vautours prêts à vendre père et mère pour avoir un scoop, se moquant bien du nombre de morts et des conséquences de leurs actes. Son carnet sorti devant lui, Russell y notait tout ce qu'il entendait d'important qui pourrait éventuellement avoir un rapport avec une activité mutante. Oui, le SHIELD n'était pas une agence anti mutants, protégeant aussi bien les uns que les autres, mais l'agent Blake n'avait aucune confiance en cette espèce, bien qu'il en faisait partie. Focalisé sur la télé, ne bougeant que pour boire une gorgée de café ou bien pour noter quelques mots, il ne fit pas attention à la nouvelle venue tout de suite. En fait, il avait entendu ce bruit reconnaissables entre milles de talons qui claquaient sur le sol. Il les avait entendu tellement de fois... Surtout lorsque Tracy Miller venait lui donner un ordre de mission. Il s'attendait d'ailleurs à ce que ce soit elle qui se trouve face à lui mais jusqu'à présent elle n'avait jamais pris la peine de s'asseoir, toujours pressée. Une nouveauté donc ?

Baissant les yeux vers celle qui lui faisait face, il constata rapidement que ce n'était pas du tout la personne qu'il s'était imaginée. A part les lunettes, elles n'avaient rien de similaire. C'était une belle jeune femme, dans la vingtaine probablement, mais elle ressemblait davantage à un mannequin qu'à un agent de terrain. Une nouvelle secrétaire donc ? Tracy ne suffisait plus ? Lorsqu'elle lui demanda confirmation de son identité, Russell hocha la tête avant qu'elle ne décline la sienne. Un nom qui ne sonnait pas tellement américain... Elle devait être originaire d'Europe de l'est ou quelque chose dans ce goût là. Au moins lui n'avait pas besoin de se présenter puisqu'elle savait déjà qui il était. En tout cas, il s'était trompé, elle était bien un agent, tout comme lui. Sans doute un agent fraichement nommé qui n'avait jamais vraiment été sur le terrain ou alors les apparences étaient réellement trompeuses. Néanmoins, elle faisait très professionnelle et ne semblait pas prendre son travail à la légère, c'était déjà un bon point.

Elle lui détailla rapidement la mission avant de pousser le dossier vers lui. Russell s'en empara et l'ouvrit, tournant rapidement les pages, le survolant simplement pour le moment avant de reporter son attention sur son interlocutrice. Trente minutes. Cela lui laissait le temps de regagner sa chambre et de consulter le dossier avant d'embarquer, bien qu'il aurait tout le loisir de le faire à bord. Mais ce qui fit tiquer Russell fut la dernière remarque de sa nouvelle partenaire. Clochard des rues ? Vraiment ? Elle avait dit ça avec une totale désinvolture, comme si c'était normal. Était-ce là une façon de délimiter leur future relation ? Elle s'y prenait plutôt mal mais il devait reconnaitre qu'elle était directe. Ou alors juste très désagréable. Pas vraiment porté sur l'apparence, Russell resta silencieux, la regardant partir. S'il était comme elle, il lui aurait fait remarquer que de se déplacer en remuant ainsi les hanches allait finir par lui jouer un mauvais tour. Mais il se détourna rapidement d'elle pour se replonger dans le dossier. Quelle importance après tout ?

Néanmoins, une dizaine de minutes plus tard, il se rasait. Pas complétement, juste le minimum, conservant une barbe en collier, barbe qui lui dessinait simplement finement le tour de la mâchoire, comme à son habitude. N'ayant pas été envoyé en mission depuis un moment, il l'avait quelque peu négligée. De toute façon, ce n'était pas comme s'il devait plaire à quelqu'un. Ce n'était pas non plus à cause de la réflexion de la blonde désagréable mais simplement parce qu'il jugeait que cela serait mieux pour le petit jeu qu'ils auraient à jouer. Car oui, ils allaient jouer, d'une certaine façon. Afin de s'infiltrer, il allait se fondre dans la masse et coller parfaitement à cet univers pour ne pas risquer de se faire prendre. Russell était un bon acteur car il savait rapidement s'adapter à tout milieu. Malheureusement, au niveau des expressions de visage, ce n'était pas trop ça. Il était le genre d'acteur à toujours afficher la même expression de visage quoiqu'il arrive. Parce qu'il était comme ça naturellement et que se forcer ne le tentait pas trop. C'était aussi surtout parce que cela se voyait que c'était un sourire forcé. Mieux valait s'abstenir donc.

Rasé et informé, il arriva cinq minutes en avance sur la plateforme où se trouvait hélicoptère. Il s'y installa et attendit l'arrivée de sa collègue, ne lui adressant pas vraiment la parole de tout le voyage. Pour lui dire quoi de toute façon ? Ils auraient tout le temps de parler de tout ça une fois sur place sans avoir besoin d'élever la voix pour se faire entendre. Le voyage se passa donc dans le plus grand calme. Une fois arrivés, Russell suivit Eleonnora qui s'était dirigée automatiquement vers une voiture, en possédant les clés. Montant côté passager à l'avant, Russell s'installa et la laissa les conduire à bon port. N'étant pas son père, il ne lui posa aucune question ni ne lui donna d'ordre ou d'indications. Elle devait savoir ce qu'elle faisait. La confiance entre collègues était une chose essentielle et il espérait que la jeune femme ferait de même avec lui bien qu'ils n'aient jamais travaillé ensemble encore. Voilà qu'elle lui parlait à nouveau. En fait jusqu'à présent, elle n'avait pas entendu le son de sa voix. Il était temps que cela change.


"J'espère qu'il en est de même pour toi. Et commence à m'appeler Russell, il va falloir qu'on s'habitue à agir naturellement tous les deux si l'on veut que la mission soit un succès."

Car oui, cette fois, ils jouaient à deux et il valait mieux qu'ils accordent leurs violons. Inutile donc de se barder de fausses politesses et de s'imposer une distance inutile. Autant aller directement au but. Arrivés au motel, Russell prit la clé que la russe lui tendit. Il constata qu'elle avait exactement la même, signe qu'ils partageaient la même chambre. Quoi de plus normal après tout ? Pour ne pas éveiller les soupçons, il valait mieux qu'ils soient vu comme un couple. Russell la gratifia d'un bref "merci" et se dirigea vers le motel avant d'entrer dans la dite chambre. Il constata cette fois qu'il n'y avait qu'un lit, double, comme pour un couple. Décidément... Mais il ne comptait pas jouer le couple jusqu'au bout, ce n'était qu'une façade, heureusement. La chambre était équipée simplement mais il y avait un canapé. Cela lui irait très bien.

"Je prends le canapé." signala t-il avant de retirer son imper et de le poser sur le canapé comme pour marquer son territoire

Ainsi ils ne se battraient pas pour le lit, c'était déjà ça. Maintenant, il fallait qu'ils parlent de la mission pour s'accorder sur la suite des événements. Russell avait déjà sa petite idée. S'asseyant sur le canapé, il posa ses coudes sur ses genoux, mains jointes, regardant la jeune femme.


"Vu le milieu dans lequel on va évoluer, il vaut mieux qu'on y colle parfaitement. Je te propose qu'on aille faire quelques emplettes afin d'avoir tout ce dont on a besoin. Vêtements, accessoires... On fait un peu trop propres sur nous là. Il va falloir travailler notre façon d'agir aussi, surtout l'un envers l'autre. Il vaut mieux qu'on ait l'air d'un couple pour éviter tout problème. Je ne t'apprends probablement rien. On nous a donné suffisamment d'argent pour faire ce qu'on a à faire alors autant y aller tout de suite, non ?"
.
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Sam 15 Déc 2012 - 16:48

Eleonnora était le type de femme qui effectuait son travail avec professionnalisme. Cela lui tenait à cœur, elle ne pouvait se permettre de faire échouer une mission. Elle avait appris, avec le temps, qu’il fallait accorder ses violons avec les autres membres de l’équipe sans quoi tout ce qu’ils entreprendront sera un véritable fiasco. Cependant, la jeune femme avait des tendances à se prendre pour la meneuse, à prendre les décisions plutôt que de subir les ordres. Est-ce que cela créa des tensions dans le duo qu’elle formera avec l’agent Blake ?

La première fois qu’il lui adressa la parole, ce fut dans la voiture. À ce moment, ses yeux quittèrent la route afin de l’observer. Il s’était rasé. C’était une bonne chose, en fait. Lors du trajet en hélicoptère, elle se souvint qu’elle devait faire semblant d’être en couple avec lui. Déjà qu’elle n’était pas très portée sur la gent masculine, elle ne désirait pas que celui qui était censé jouer son petit ami ait l’air d’un pauvre sans abri. Déjà, la jeune femme commençait à regretter les bras de sa magnifique Evelynn. Une fois de retour de mission, elle comptait bien la forcer à prendre congé de son boulot afin de pouvoir rester le plus longtemps possible après d’elle. Pas question de la lâcher si facilement ! Leur relation était devenue toute autre, elle désirait en profiter un maximum. Elle avait regretté qu’on l’appelle pour une nouvelle mission, cela l’empêchant de passer du temps avec celle qui était devenue sa petite amie. C’était étrange de penser cela et, encore pour elle, il lui arrivait de la présenter comme étant sa meilleure amie. Elle finira par s’y faire.


-« Je n’ai aucun problème avec ça, Russell. Autant que l’on soit apte à jouer nos rôles si on ne veut pas se faire abattre sur le champ. On ne sera pas dans un milieu des plus faciles. »

Une fois garée, la jeune femme quitta le véhicule et suivit Russell jusqu’à la chambre qui leur avait été attribuée. Elle s’attendait à y voir deux lits distincts, lorsque l’agent ouvrit sa porte avec sa propre carte magnétique, mais elle se trompait royalement. Il n’y avait qu’un seul lit. Pas question de le partager avec un homme ! Heureusement, Russell eut probablement la même pensée qu’elle et annonça que le canapé serait sien. Elle n’avait aucun problème avec cela, au contraire, cela lui laissait un grand lit pour elle seule. Refermant la porte de la chambre, la jeune femme retira ses talons et prit place sur le lit, si asseyant à son aise. Elle en profita pour retirer son veston, le lançant sur les oreillers. Elle s’en occupera plus tard. Pour l’instant, il était temps de discuter de la mission. Ils devront apprendre à se synchroniser, à se connaitre suffisamment afin de faire du bon travail d’équipe.

Russell proposa qu’ils aillent faire quelques emplettes afin de se procurer de nouveaux vêtements, question de passer un peu plus inaperçu lors de leur mission. Comme ils n’avaient pas de limite monétaire, elle comptait bien en profiter un maximum. Bien qu’elle soit en mission, elle désirait toujours faire attention à son apparence. Quittant le lit, la jeune femme s’avança vers le seul miroir de la pièce, posé contre un mur. Elle pouvait s’observer intégralement et en profita donc pour défaire son chignon. Aussitôt, sa chevelure blonde tomba en cascade sur ses épaules. Elle décida, cependant, de conserver ses lunettes. Puis, elle déboutonna un peu sa chemise et la replaça de façon à ce que cela lui donne un air moins sévère. Après s’être contemplée dans la glace et avoir remis ses chaussures à talons, elle fut prête à partir.


-« J’espère que tu aimes le shopping, sinon tu risques de regretter tes paroles. On y va, chérrri ? »

Déjà, ce mot semblait étrange à ses oreilles. Elle ne pouvait pas appeler un homme comme ça. C’était beaucoup trop bizarre pour elle. Grimaçant légèrement, la jeune femme regagna la voiture et s’y engouffra. Puisqu’elle avait toujours les clés, c’était elle qui conduisait. Une fois sur les routes, elle ne savait pas où se diriger et décida de rouler jusqu’à ce qu’elle tombe sur un centre commercial. Pendant ce temps, elle pouvait toujours faire la conversation à Russell.

-« Puisqu’il faut apprendre à se connaitre, parle-moi donc de toi. »

Elle klaxonna soudainement contre un taxi qui venait de lui griller sa priorité. Déjà qu’elle ne savait pas où elle se dirigeait, elle n’avait pas besoin d’être embêtée par les autres usagers de la route. Soupirant, la jeune femme continua à conduire pendant un moment avant de finalement tomber sur ce qui semblait être un centre commercial. Elle se gara dans le stationnement, le plus près possible de l’une des nombreuses entrées du bâtiment. Il était temps de faire les courses. Coupant le moteur, puis quittant la voiture, la jeune femme marchait d’un pas décidé vers l’établissement. Lorsqu’elle y entra, elle sut déjà où elle se dirigeait, s’engouffrant dans une boutique quelconque où elle s’attarda sur certaines robes qui lui avait tapé dans l’œil. Avec l’expérience, elle savait parfaitement bien ce qui lui convenait, un seul coup d’œil à un vêtement lui permettait de deviner s’il la mettra en valeur ou non. Attrapant l’une des robes, la jeune femme passa au passage près d’un étalage de chemises pour homme et lança l’une d’elle à Russell.

-« Essaie ça. Ça devrait te donner un air plus classe. »
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Sam 15 Déc 2012 - 17:59

Russell était professionnel et il aimait que ses partenaires le soient. Pas question de faire la fête ou de prendre les choses à la légère, ils avaient une importante mission à faire et ce n'était pas l'anglais qui risquait d'opter pour une autre trajectoire. S'il devait se travestir pour la réussite d'une mission, il était prêt à le faire bien qu'il souhaitait ne jamais avoir à en arriver là. Heureusement, la mission actuelle consistait juste à ce qu'Eleonnora et lui se fassent passer pour un couple afin d'infiltrer un milieu potentiellement dangereux. Mais voilà, on ne s'improvisait pas couple en deux minutes et ils avaient besoin d'apprendre l'un de l'autre pour réussir à faire quelque chose de concret. En tant qu'espion, Russell avait déjà à plusieurs reprises infiltré certains milieux. Il savait donc comment faire pour ne pas trop se faire remarquer mais juste assez pour que les bonnes personnes fassent attention à vous, naturellement. Tout ça aurait pu se résumer à un jeu de rôle mais pour lui cela n'avait rien de drôle. Des vies étaient en jeu et il en allait de la sécurité nationale.

Afin que les choses soient claires dès le début et qu'ils ne perdent pas de temps même s'ils avaient toute une journée devant eux, Russell indiqua clairement à Eleonnora qu'il valait mieux qu'ils fassent comme s'ils étaient en couple dès le départ, histoire de s'habituer. Exit donc les formules de politesse et toute distance de sécurité. Ils devaient faire semblant d'être proches, ils devaient donc jouer le jeu dès le départ et pas seulement une fois dans la place. Heureusement, la jeune femme semblait d'accord avec lui, ce qui arrangeait bien des choses. Faire ça sous la contrainte serait désagréable et risquerait de tout faire échouer.


"Donc raison de plus pour peaufiner nos rôles. Agissons comme nous devrions le faire dès maintenant, seulement devant les yeux des autres, bien entendu. Au moins cela nous permettra de tester nos capacités."

Le motel était miteux mais la chambre qu'on leur avait attribuée était en bon état. Seulement un problème se posait à eux, il n'y avait qu'un lit. Ils devaient certes jouer un couple mais pas jusque dans l'intimité. Ainsi, Russell s'octroya le canapé pour le temps de la mission, estimant qu'il n'allait pas l'imposer à une femme. Installé sur son futur lit pour une durée déterminée, l'anglais indiqua à sa collègue ce qu'il leur restait à faire afin que tout soit prêt pour le grand moment. La russe n'avait pas l'air contre mais n'avait rien dit à ce propos. En fait, elle s'était levée et dirigée vers un miroir, se regardant dedans. Était-elle en train d'estimer ce dont elle avait besoin pour coller le mieux à son rôle ? Et là, elle détacha ses cheveux, ce qui lui donnait un air plus jeune, moins sévère. Alors qu'elle détachait quelques boutons de son chemisier, Russell haussa un sourcil, ne détournant pas pour autant les yeux du spectacle. Que faisait-elle ? Visiblement, elle se mettait juste à l'aise, comme plus détendue maintenant qu'elle n'était plus sur l'héliporter. En fait, à bien la regarder, c'était vraiment une belle femme. Encore trop jeune mais elle avait tout pour elle. Russell l'observa un court instant puis releva les yeux vers elle. Ce n'était pas parce qu'il était divorcé et qu'il ne voulait plus s'attacher à personne qu'il était insensible à la beauté féminine. Cependant, elle n'avait rien à craindre de lui, plus professionnel que lui, c'était impossible à trouver.

"Ce n'est pas vraiment ma tasse de thé, Darling. Mais je m'en contenterais... pour tes beaux yeux." répondit-il à son tour, tentant de se mettre à son tour au jeu

Vu la grimace que faisait Eleonnora, ce n'était pas dans ses habitudes de se comporter ainsi. Était-elle célibataire ? Ou bien c'était simplement avec lui qu'elle ne pouvait s'imaginer un instant en couple. Peu importe, Russell s'en moquait, ils devaient faire avec. Néanmoins, l'avertissement de la jeune femme l'intriguait. Faire les boutiques avec elle était si horrible que ça ? Il allait bientôt avoir la réponse. De nouveau en voiture, il la laissa encore une fois conduire. Apparemment, elle aimait bien prendre les commandes. L'agent Volt espérait juste qu'elle ne s'y amuserait pas trop pendant la mission. Reprenant la parole, Eleonnora lui posa une drôle de question à laquelle il ne s'attendait pas alors qu'elle coulait de source. Pour mieux réussir la mission, ils devaient coller à leur rôle. Ainsi, ils devaient tout savoir l'un de l'autre pour savoir au mieux comment se comporter. Enfin "tout"... le strict minimum vital. Russell détestait parler de lui. Il n'aimait pas qu'on s'introduise dans sa vie privée inexistante parce qu'il ne voulait pas parler de son passé. Mais il y avait certaines choses qu'elle devait savoir. S'ils étaient un couple, nulle doute qu'ils en sauraient beaucoup l'un de l'autre au niveau de leurs habitudes et préférences.


"Hmm. Je suis divorcé, j'ai eu un enfant. Je suis un ancien militaire. Je suis anglais et mutant. Ça c'est ce qui concerne la partie que tu n'auras pas à dire au cours de la mission, juste pour que tu saches à quoi t'en tenir. Pour le reste... mon alcool préféré est le bourbon, sec, sans glaçon. Je déteste tout ce qui est boite de nuit ou endroit pour faire la fête donc je vais devoir me forcer pour de bon. Sinon ma foi, je ne vois rien de spécial à dire sur moi... Ah oui et je fume beaucoup aussi. Cigarette ?" proposa t-il en tendant son paquet avant d'en prendre une pour lui même, ouvrant la fenêtre un peu pour ne pas déranger la jeune femme avec l'odeur "Et toi ?"

Au centre commercial, il ne leur restait plus qu'à se refaire une garde robe pour le bien de la mission. Russell était du genre pragmatique et qui ne prenait que le strict nécessaire. Il fit donc rapidement le tour du magasin avec un simple pantalon noir en toile avant de revenir vers Eleonnora qui tenait une robe à la main. Elle lui balança une chemise qu'il attrapa au vol et prit le temps de regarder avant d'aller l'essayer. Encore une critique à son égard... mais il s'en moquait. Prenant ses vêtements, il se dirigea dans l'une des cabines et se changea. Une fois vêtu il s'admira dans la glace. Il manquait quelque chose... mais quoi ? Sortant de la cabine pour demander son avis à sa jeune coéquipière, Russell repéra des cravates non loin. Il en attrapa une, rouge foncé et la porta à sa gorge sans l'enfiler, juste pour voir ce que cela donnerait. Eleonnora sortit à son tour de la cabine et il en profita pour lui demander.

"Avec ou sans cravate ?"

S'il y avait bien des spécialistes de la mode, c'était bien les femmes... ou en tout cas pas Russell qui s'habillait toujours de la même façon. Il avait également troqué ses chaussures de fonction contre d'autres, de belles chaussures noires brillantes qui s'accordaient avec le pantalon. Il était loin de ressembler à un riche homme d'affaires. Plutôt à un mafieux italien à vrai dire, surtout avec ses cheveux plaqués en arrière. Au moins cela collait mieux au rôle que son éternel imperméable. Payant leurs emplettes, ils sortirent du magasin. Russell essayait tant bien que mal d'être gentil et agréable avec Eleonnora, comme il l'aurait été avec sa femme. Il se montrait galant en portant les sacs et la laissait toujours passer en premier, lui offrant même de temps à autre des sourires. Forcés mais des sourires quand même. Avançant dans le centre commercial, il repéra un magasin dont ils avaient absolument besoin. L'anglais attrapa la main de la jeune femme et l'entraina avec lui. C'était une bijouterie. S'ils étaient mari et femme, ils devaient avoir des alliances. Russell avait bien la sienne mais cela faisait longtemps qu'il ne la portait plus, oubliée dans un des tiroirs de son bureau. Afin que l'achat d'alliance ne fasse pas trop suspect, ils devaient faire semblant d'être de jeunes futurs mariés. Regardant les bagues exposées, Russell se tourna vers Eleonnora.

"Il y en a une qui te plait ?"
.
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 16 Déc 2012 - 0:05

Faire semblant de ne pas être amoureuse. C’était pour cela qu’Eleonnora était douée. Elle avait si longtemps caché ses sentiments pour Evelynn que c’était devenu une véritable habitude pour elle. Maintenant, ce qu’elle devait faire, était de faire semblant d’être une femme heureuse, amoureuse. Ce pourrait être simple, si elle ne devait pas porter cet amour artificiel à son collègue de travail, un homme. Elle n’était pas certaine d’y arriver parfaitement, mais devait faire tout ce qu’elle pouvait pour paraitre crédible. Elle n’avait pas le choix, si elle désirait réussir cette mission avec succès. La jeune femme n’avait qu’à s’inspirer de ce qu’elle ressentait pour sa merveilleuse petite amie afin de jouer son rôle. Ainsi, elle sera terriblement crédible.
Ils s’étaient mis d’accord afin de faire semblant aux yeux des autres, même s’ils étaient dans un lieu bien banal qui n’avait aucun lien avec leur mission. Ainsi, si quelqu’un les observait, il ne verra qu’un simple couple amoureux, rien de plus.

Une fois dans le motel, les agents marquèrent chacun leur territoire en posant leur veston respectif sur l’endroit où ils passeront la nuit. Russell pris le canapé alors qu’Eleonnora avait droit au lit double. Maintenant qu’ils venaient de faire connaissance avec leur chambre pour les prochains jours, il était temps de sortir faire quelques emplettes. Ce n’était pas en costume de travail qu’ils allaient passer inaperçu dans le milieu où ils allaient s’infiltrer.
Avant de quitter la chambre, la jeune femme s’observa dans le miroir et défit son chignon afin de laisser sa chevelure légèrement bouclée tombée sur ses épaules. Elle déboutonna légèrement sa chemise et l’ajusta afin qu’elle la mette davantage en valeur. Elle faisait cela pour être à l’aise et plus détendue, non pour son coéquipier.

Ils quittèrent la chambre, tentant de se mettre à l’aise dans ce rôle de jeune couple amoureux qu’ils devaient revêtir. Ils n’avaient pas d’autres choix. Se mettant à la tâche, ils tentaient maladroitement de se donner quelques petits surnoms. Elle aimait bien comment sonnait le mot « Darling », à ses oreilles. Qu’il continue à l’appeler comme cela, elle sera bien ravie.
Une fois dans la voiture, Eleonnora démarra et se dirigea vers le centre commercial le plus près. Sur la route elle questionna Russell afin d’apprendre à le connaitre un peu plus. Ce dernier s’en tient aux principaux détails sur sa vie. Il avait été militaire ? Ça devait lui venir de là son air si sérieux vis-à-vis son travail. Divorcé, avec un enfant, cela ne faisait que le vieillir davantage à ses yeux. L’homme était également un mutant, tout comme elle. Cette information, elle l’avait su de la part de son supérieur lorsque ce dernier lui confia cette mission. En plus des petits détails qu’il lui confia sur sa personne, la jeune femme pu se faire une bonne idée du personnage. Il semblait être tout le contraire d’elle. Allaient-ils se compléter ou leurs caractères opposés allaient leur nuire ?


-« Je suis une ex-militaire de l’armée de Russie. J’ai servis à la guerre puis je me suis installée ici à mon retour au pays avant de… » Elle réfléchit avant de continuer sa phrase. Il n’avait pas à savoir qu’elle avait travaillé dans un bar. « … J’ai fait d’autres boulots avant de me retrouver au SHIELD. Je suis également mutante. Contrairement à toi, j’adore sortir dans les clubs, alors je m’y connais bien en la matière. J’adore la vodka et le bon whisky et j’ai une bonne tolérance. Si je viens à devoir boire quelques verres, tu peux être assuré de ne pas me retrouver à moitié saoule. » Elle attrapa une cigarette dans le paquet de l’homme et attendit que celui-ci l’allume avant de la glisser à ses lèvres. Elle ouvrit légèrement la fenêtre afin que l’odeur ne s’incruste pas trop à l’intérieur du véhicule. « Je fume occasionnellement, ça a le don de me détendre, mais ça donne une de ces mauvaises haleine... »

Une fois au centre commercial, la jeune femme se dirigea vers la première boutique qu’elle croisa. Elle regardait les divers vêtements, heureuse de passer un peu de bon temps malgré sa mission. Puisqu’il n’y avait pas de budget à respecter, autant en profiter pour s’emparer des plus belles tenues. Si elle devait s’infiltrait dans un club des bas-quartier, autant porter le même type de tenues aguichantes et très révélatrices que les femmes fréquentant ce genre d’endroit portaient. Heureusement qu’elle avait le corps idéal pour porter ce type de tenue. Filant dans les cabines d’essayages, elle commença par se chausser de quelques paires de talons qu’elle rejeta au fur et à mesure. Ça ne lui convenait pas. Elle passa alors à l’essayage des robes. De temps à autre, elle quittait la cabine pour profiter du grand miroir posé à l’extérieur des petites salles d’essayage. Elle détestait le miroir trop petit de sa cabine. Portant une robe courte, moulante, mais qui ne la trahira pas si elle dissimulait une arme à feu solidement attachée à sa cuisse, elle ajusta un peu le haut, s’attachant autour du cou. Le décolleté était suffisamment plongeant pour attirer de nombreux regards masculins, peut-être même celui de leur cible. Cette robe était parfaite.

Elle se tourna vers son coéquipier, qui s’était également changé. Elle le détailla du regard, un bref moment, puis sourit. C’était une belle tenue. Elle trouvait qu’il avait vachement la classe, ainsi accoutré. Et puis, son habit ne jurait pas tant avec sa robe. Ils passeront pour un couple qui savait choisir ses tenues afin de bien paraitre.


-« Avec la cravate, ça en jette. J’adore. Tu devrais prendre quelques chemises du même genre, question de ne pas passer pour le mec qui met toujours les mêmes tenues. Après tout, on ne sait pas combien de temps on passera ici. »

Retournant dans sa cabine, la jeune femme essaya deux robes supplémentaires avant de faire son choix. Elle se dirigea avec son coéquipier jusqu’aux caisses où ils payèrent leurs achats. Jouant l’homme galant, Russell décida de porter les sacs. Il jouait parfaitement bien le stéréotype de l’homme dans un couple. Cela faisait tout drôle à Eleonnora qui occupait ce rôle auprès de son amoureuse. Même avant qu’elles ne sortent ensemble, il en était ainsi. C’était étrange d’être en compagnie d’un homme et de faire semblant d’être en couple avec lui. Elle ne pensait pas arriver à s’y faire. Malgré tout, elle jouait le jeu. Lorsqu’il lui souriait, elle lui retournait ses sourires. Elle pensait que lui tenir la main alors qu’ils marchaient pourrait les faire paraitre comme un couple officiel, mais n’arrivait pas à se convaincre de le faire.

Cependant, Russell attrapa sa main et la tira dans une boutique. Une bijouterie ? Il aimait les bijoux en or ? Ce fut lorsqu’il lui montra les bagues de fiançailles qu’elle comprit. Afin de paraitre pour un véritable couple, autant s’afficher avec la bague au doigt. S’accrochant au bras du Russell, collant son corps au sien comme une future mariée folle amoureuse, elle tentait de jouer le jeu.


-« Il y en a une qui te plait ? »

-« Celle-là ! Elle est magnifique. Qu’en penses-tu, chéri ? Elle m’irait parfaitement bien, n’est-ce pas ? » Fit-elle d’une voix douce en pointant une délicate bague dorée sertie d’un diamant.

Elle battit des paupières, le regardant avec un regard tout à fait craquant afin qu’il accède à sa demande. Bien évidemment, elle savait qu’il allait accepter. Après tout, ils avaient à leur disposition autant d’argent qu’ils en avaient besoin. Demandant à l’homme derrière le comptoir de voir la bague qu’elle désirait, Eleonnora la glissa doucement à son annulaire avant de mettre sa main sous le nez de Russell, lui présentant ainsi le bijou.


-« Magnifique, n’est-ce pas ? »

Elle sourit, reporta son attention sur le vendeur, et lui demanda s’il en avait une assortie à la sienne qui irait parfaitement bien à son fiancé. Elle retira la bague qu’elle portait afin de la confier à l’homme qui comptait la conserver jusqu’à ce qu’ils paient. S’accoudant à un autre comptoir vitré, elle observait les bagues pour homme. Cependant, elle ne pensait qu’à Evelynn. Si leur relation s’étendait sur le long terme, finiraient-elles par se fiancer ? Sa douce accepterait-elle de se marier avec elle ? Voir tous ces bagues la faisait rêver. Bien qu’elle connaissait Evelynn depuis de nombreuses années, elles n’étaient en couple que depuis peu. C’était un peu trop tôt pour penser au mariage.
Elle fut sortie de ses pensées par le vendeur qui lui présenta une bague, avant de la montrer à Russell, attendant son approbation.


-« Alors, chéri, tu en penses quoi ? » Demanda la jeune femme, tournant la tête en sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 16 Déc 2012 - 15:33

C'était difficile pour Russell de revêtir le rôle d'un homme marié et amoureux. Pourtant, il l'avait été par le passé, le reproduire ne devrait donc pas lui poser de problèmes. Néanmoins, il n'avait plus personne qui partageait sa vie et il ne pouvait donc transvaser son amour sur quelqu'un d'autre. Il ignorait d'ailleurs si Eleonnora était en couple ou non mais elle ne portait pas d'alliance, signe qu'elle n'était ni fiancée ni mariée. Et vu son âge, il doutait qu'elle l'ait déjà été et soit divorcée comme lui. En tout cas il ne lui souhaitait pas. Mais la mission était la mission et l'anglais allait donc devoir jouer le jeu. Tout ça faisait remonter en lui de douloureux souvenirs. A cette époque lointaine, tout se passait tellement bien. Si seulement il n'était pas mutant...

C'était justement un mutant sur lequel ils devaient mettre la main et il fallait qu'ils unissent leur force s'ils voulaient la réussite de cette mission. Pas question de fierté mal placée qui ne ferait que leur jouer de vilains tours. Russell avait d'ailleurs espéré être assez clair sur le sujet, lui donnant clairement ses intentions. En dehors, ils s'afficheraient comme un couple même si leur cible n'était pas dans le coin. Il fallait qu'ils s'entrainent, qu'ils jouent le jeu le plus possible pour que leur attitude ait l'air naturelle. Néanmoins, une fois à l'abri des regards, ils n'étaient plus obligés de jouer ce petit jeu, retrouvant chacun leur personnalité et la distance qui les séparait. Il fallait dire qu'ils ne se connaissaient même pas encore. Etait-ce très malin d'envoyer ainsi deux agents sans aucun lien pour une telle mission ? Leurs supérieurs devaient avoir une raison à ça.

Russell découvrit cette raison une fois de retour dans la voiture en direction du centre commercial. Là, ils purent échanger quelques renseignements l'un sur l'autre. L'anglais devait admettre qu'il s'était trompé sur elle. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle soit une ancienne militaire et surtout qu'elle avait pu faire la guerre. Il en fut même impressionné vu le jeune âge qu'elle avait, surtout pour une femme. D'un coup, elle venait de remonter dans son estime. Il ne la voyait plus comme une gamine qui avait raté sa carrière de mannequin mais plutôt comme une femme d'expérience qui savait où elle mettait les pieds. Car oui, contrairement à lui, elle connaissait le milieu dans lequel ils allaient évoluer et ça c'était un très bon point. C'était sans doute la raison pour laquelle elle avait été choisi. Et pour ce qui concernait Russell, ayant été marié puis divorcé, il était donc le candidat parfait pour jouer ce rôle. Ainsi, personne ne lui reprocherait cette "liaison" et il savait comment réagir. A moins que tout cela ne soit le fruit du hasard mais il en doutait. Eleonnora était donc une mutante également. Soudainement, il se demanda quel était son pouvoir. Mieux valait lui demander car, en cas de besoin, il devait connaitre ses capacités
.

"Content de faire équipe avec quelqu'un qui s'y connait, je compte sur toi. N'hésite pas à me dire si j'ai certaines choses à savoir dans ce milieu particulier. Mais je me demandais, quel est ton pouvoir ? Ce sera mieux si on est au courant l'un pour l'autre, ainsi on peut s'entraider plus facilement. Je manipule l'électricité pour ma part. Et c'est une bonne chose pour la boisson. Rassure toi, je tiens plutôt bien l'alcool aussi, il ne devrait donc pas y avoir de problème là dessus."

Il ne fit aucune réflexion à propos de la cigarette. A quoi bon ? Il fumait beaucoup et s'en moquait bien, il n'avait personne que cela pouvait déranger après tout. Une fois au centre commercial, ils commencèrent leurs emplettes. Eleonnora avait l'air de savoir ce qu'elle cherchait, Russell était un peu plus hésitant. Il trouva néanmoins quelques petites choses et la russe l'aida à peaufiner le tout. Essayant ses nouveaux vêtements, il demanda son avis à la jeune femme qui s'y connaissait sans doute mieux que lui en style vestimentaire. Cela semblait lui plaire et d'après ce qu'elle disait, mieux valait mettre une cravate. Il hocha la tête et, avant d'aller chercher d'autres chemises comme elle le lui conseillait, il prit le temps de la regarder à son tour. La robe qu'elle portait était exagérément courte mais on ne pouvait nier qu'elle la mettait en valeur. Un peu trop peut-être... Elle était vraiment très belle mais ainsi vêtue, elle perdait un peu de sa superbe, elle faisait plus... tape à l'oeil, aguicheuse. C'était tout à fait le genre de tenue qu'elle devait porter.

"Ca te change mais ça te met en valeur. Ainsi, on dirait que tu as des jambes qui n'en finissent plus. Tu vas être le centre de l'attention, c'est certain." affirma t-il même si elle ne lui avait rien demandé

Malgré tout, le compliment qu'elle lui avait fait lui faisait plaisir. Au moins il n'était pas tout à fait à côté de la plaque. S'éloignant, il se procura d'autres chemises de différentes coupes et couleurs puis se changea, repassant ses autres vêtements. Payant les achats, il porta les sacs comme l'homme galant qu'il était. Mais puisqu'il était avec sa "femme", il avait d'autant plus de raisons de le faire. D'ailleurs puisqu'ils devaient être mari et femme... autant le prouver. Se dirigeant vers une bijouterie, il lui montra quelques alliances, lui demandant gentiment si l'une d'elle lui plaisait, espérant qu'elle comprendrait le message. Par chance, Eleonnora était loin d'être bête et elle joua aussitôt le jeu. C'était parfait. On aurait vraiment dit un jeune couple d'amoureux transis. Russell regarda la bague que lui indiquait sa partenaire. Oh ça oui elle était jolie... comme le prix. Instinctivement, l'anglais avec regardé l'étiquette. Bien que ce n'était pas son argent, il haussa légèrement les sourcils en voyant le nombre de zéros derrière le premier chiffre. Pas donnée... Néanmoins, il hocha la tête et fit un léger sourire.


"Elle est magnifique... comme toi. Je suis certain qu'elle t'ira à merveille. Mais il faudrait l'essayer."


Dévoiler des bijoux hors de prix était également une bonne tactique pour ferrer le gros poisson qu'ils visaient. C'était en montrant qu'on avait de l'argent qu'on attirait ceux qui en voulaient. Pour passer pour un couple aisé du milieu, ils devaient mettre tous les atouts de leur côté. Russell songea d'ailleurs à étoffer un peu tout ce "bling-bling" en achetant ensuite chaine et bracelet. Mais pour le moment, il se concentra sur les bagues. Eleonnora venait d'enfiler l'alliance convoitée et Russell la regardait. Pour la voir de plus près, il prit sa main dans la sienne et se pencha pour regarder.

"Elle est parfaite. On la prend." affirma t-il en profitant de leur position pour lui faire un baise-main

Aussitôt fait, il relâcha doucement sa main. Inutile d'en faire trop, le but n'était pas de la mettre mal à l'aise non plus. Il reporta son attention sur les bagues que lui présentait le vendeur et essaya à son tour celle qui ressemblait un peu à celle d'Eleonnora. Observant l'anneau à son doigt, il le montra à la jeune femme.


"Tu en penses quoi ?"

Puisqu'elle lui plaisait, il la retira et la rendit au vendeur, lui affirmant qu'ils prenaient les deux. Profitant qu'ils étaient dans la boutique, Russell regarda également pour un bracelet en or et une grosse chevalière. La chaine était inutile puisque le port de cravate la dissimulerait. Il laissa Eleonnora voir si elle désirait autre chose ici puis paya les achats et sortit en sa compagnie du magasin. La russe prit cette fois les commandes et les entraina dans une boutique un peu plus loin. Russell fut un peu surprit de voir où elle l'emmenait. Une boutique... de lingerie féminine. L'anglais avait hésité à l'attendre dehors. Mais quel couple ferait ça ? Au contraire, il était censé vouloir voir ce que sa femme allait bien pouvoir choisir pour ses beaux yeux. Entrant donc avec elle, il s'installa sur un des fauteuils non loin des cabines d'essayages pour attendre qu'elle ait terminé. Heureusement, pas besoin qu'elle lui montre ce qu'elle avait trouvé cette fois. Perdu dans ses pensés, il sursauta presque lorsqu'une vendeuse l'aborda.

"Bonjour monsieur, je peux vous renseigner ?"
"Bonjour. Oh non, je vous remercie, j'attends ma... femme. Elle essaie quelques articles en cabine."
fit-il en désignant la cabine du milieu

Cela avait imperceptible mais il avait hésité avant de dire le mot "femme". Pour lui, c'était difficile de s'imaginer à nouveau en couple. Probablement ne le serait-il plus jamais. C'était mieux ainsi. Néanmoins, la vendeuse l'attrapa sans prévenir par le bras, le faisant se lever. Que voulait-elle donc... ? Elle l'entrainait vers la cabine et Russell craignait ce qui allait arriver. La vendeuse entrouvrit légèrement le rideau qui dissimulait Eleonnora et s'adressa à elle.


"Bonjour madame. Vous avez trouvé votre bonheur ? Ne soyez pas timide, montrez donc à votre homme ce que vous avez trouvé !"

Russell ferma les yeux un instant, espérant qu'il était en train de rêver et qu'il n'allait pas avoir besoin de voir sa partenaire en petite tenue. Déjà qu'il ne voyait pas pourquoi elle en achetait... Il fit une prière silencieuse pour sortir rapidement du magasin. Faites qu'elle soit entendue...
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 16 Déc 2012 - 18:27

N’existait-il pas de mode d’emploi afin de savoir comment agir lorsque l’on était en couple avec un homme ? Ce devait probablement être la même chose qu’avec une femme… ou pas. Eleonnora était habituée d’être celle qui menait la danse, celle qui dirigeait le couple, prenait les commandes. Elle était la femme forte, celle qui protégeait son amoureuse. C’était bien trop étrange de se retrouver avec un homme et de devoir interpréter ce rôle qui appartenait habituellement à Evelynn. La jeune femme n’était pas certaine d’arriver à être parfaitement crédible. Pourtant, elle n’avait pas le choix de donner le meilleur d’elle afin de réussir cette mission d’infiltration.

Pourquoi ne pas imaginer qu’elle était en compagnie d’Evelynn ? Elle pourrait se dire qu’elles ont échangé les rôles et devait maintenant agir comme sa petite amie le faisait si bien. Par contre, même si elle tentait le coup, elle ne pouvait se dire que la jeune femme était musclée, barbue et n’avait plus de seins. C’était tout simplement inimaginable pour elle. Il valait mieux qu’elle fasse semblant sans repenser sans cesse à celle qu’elle aimait. Ce n’était pas le moment. Elle pourrait finir par se trahir et dire une parole de trop. Il valait mieux éviter cela.

Pour l’instant, alors qu’ils étaient dans une voiture qu’elle conduisait en direction du centre commercial le plus près, Eleonnora détermina que c’était le meilleur moment pour apprendre à se connaitre. Après tout, s’ils devaient incarner leur rôle à perfection, ils devaient connaitre quelques détails de la vie de l’un et de l’autre. Ainsi au courant des capacités de chacun, ils pourront davantage se synchroniser. Russell demanda d’ailleurs à la jeune femme quel était son pouvoir mutant, lui révélant le sien par la même occasion. Grâce au petit topo qu’elle avait eu sur son coéquipier, elle avait eu droit à cette information essentielle. Maintenant, elle devait lui faire part, elle aussi, de la nature de son pouvoir.


-« Télékinésie. » Répondit-elle simplement en laissant sa cigarette pratiquement terminée quitter ses doigts afin d’être propulsée par la fenêtre, sans qu’elle ne fasse le moindre geste.

Une fois au centre commercial, Eleonnora repéra immédiatement les tenues qu’elle désirait. Et les essaya une à une, quittant à chaque fois sa cabine afin de s’observer dans un grand miroir. Elle choisit l’une des robes pour sa couleur et le fait qu’elle mettait en valeur son corps. Elle devait se faire remarquer autant que possible et avec Russell qui semblait être un mafioso italien, elle collera assez bien au rôle de femme qu’elle allait devoir jouer. Elle ne pourra plus contrôler le situation, son coéquipier devant jouer l’homme du couple. Pas question de jouer pour autant la potiche qui ne sert à rien. Elle trouvera bien une façon d’agir en compagnie de son « amoureux ». Pour l’instant, elle se contenta de complimenter celui-ci sur sa tenue qui convenait parfaitement au type de milieu dans lequel ils allaient se retrouver. Ils allaient paraitre pour un couple riche qui avait classe et bon gout. C’était ce qui leur fallait. D’ailleurs, Russell complimenta la jeune femme sur le choix de sa tenue. Elle qui appréciait les compliments lui offrit un grand sourire avant de reporter son attention sur son reflet dans le miroir.


-« C’est bien mon but, d’attirer les regards. Il suffit d’une femme bien fichue pour attraper n’importe quel homme. Dans ce genre d’endroit, les femmes jouent les pétasses et les hommes les considèrent comme des objets sexuels. Il faut donc que je suis plus remarquable que les autres afin de taper dans l’œil de celui qu’on recherche. »

Sur ces mots, elle retourna dans la cabine afin d’essayer ses dernières tenues. Une fois ses propres vêtements sur le dos, elle se dirigea à la caisse, en compagnie de son coéquipier, où ils payèrent les achats avant de quitter la boutique. Dressant une liste mentale de ce don elle avait besoin, Eleonnora détermina qu’elle devait passer acheter du maquillage, n’ayant pas sa trousse avec elle, quelques bijoux pour s’agencer à ses tenues afin de rayonner davantage, de la lingerie confortable qui ira parfaitement avec ses robes sans parler du fait qu’il lui fallait absolument un habit pour dormir, puis des chaussures avec lesquelles elle pourra aisément se déplacer.

Soudainement, Russell l’entraina dans une bijouterie. Il leur fallait des bagues afin de rendre leur faux couple plus officiel et montrer à tous qu’ils étaient mariés et avaient de l’argent. Elle choisit alors la plus belle des bagues sans même se soucier du prix. Les vieilles habitudes restent ce qu’elles sont. Elle désigna le bijou à Russel afin qu’il approuve son choix. Heureusement, il proposa qu’elle l’essai, ce qui signifiait qu’il approuvait. Sinon, elle n’aurait pas eu d’autre choix que d’insister un peu, de lui faire les yeux doux, comme une femme qui désirait ardemment obtenir quelque chose de son homme. Montrant la bague qu’elle avait au doigt à son « fiancé », la jeune femme avait déjà pour idée de l’acheter. Elle savait que son coéquipier ne refusait pas. Après tout, ce n’était pas lui qui déboursait pour cet achat. Contemplant la bague, l’homme en profita pour poser ses lèvres sur sa main. Tant que ce soit le seul endroit où il ait à les poser. La jeune femme se voyait très mal embrasser un homme, surtout maintenant qu’elle était en couple avec Evelynn. Même si elle ne le saura jamais, la jeune femme aura tout de même ce geste sur la conscience.
Il était temps de choisir la bague de Russell. Le vendeur en montra une à l’homme et Eleonnora lui demanda ce qu’il en pensait. Silencieusement, son coéquipier enfila l’anneau à son doigt avant de lui demander son avis. La jeune femme observa attentivement le bijou. Ce sera parfait.


-« Magnifique. On la prend. » Fit-elle en feignant d’être la femme la plus heureuse du monde.

Quittant la bijouterie avec leurs achats, la jeune femme observait les boutiques du centre commercial, jusqu’à ce qu’elle tombe sur un magasin de lingerie féminine. Comme elle ne désirait pas dormir nue cette nuit, elle y pénétra. Russell la suivit, en bon mari docile. Pendant ce temps, elle observa lentement les tenues, trouvant ce qui lui convenait pour dormir confortablement. Elle attrapa, par la même occasion, un peignoir en solde, puis s’attarda sur les sous-vêtements. Il fallait qu’ils s’agencent à ses vêtements, c’était plus fort qu’elle. Puis, elle fila en cabine essayé le tout. Au moins, elle sera bien plus confortable. Elle retira avec bonheur son soutien-gorge un peu trop petit. En fait, le problème venait surtout du fait qu’il s’agissait de celui d’Evelynn, qu’elle avait pris par mégarde en se dépêchant de quitter l’appartement, ce matin. Elle n’avait pas besoin d’essayer les sous-vêtements, elle connaissait ses mensurations par cœur à force d’acheter de telles tenues. Enfilant le petit débardeur rose et noir qui camouflait parfaitement sa poitrine, mais se trouvait être pratiquement transparent au niveau du ventre, qu’elle avait choisi un peu plus tôt, la jeune femme détermina que cela sera bien plus décent que de dormir nue. Et puis, le vêtement collait à merveille avec sa petite culotte noire. S’apprêtant à retire son vêtement, la jeune femme ne s’attendit pas à ce que le rideau s’entrouvre. Elle sursauta, puis se retourna vers la vendeuse. Que venait-elle faire ? Elle matait ses clientes ? Au moins, si elle était jolie et du goût d’Eleonnora, elle ne serait pas tant offusquée. Pourquoi les femmes tenaient tant à ressembler à des oranges ratatinées avec toutes ces séances de bronzage ? Elle préférait le teint de porcelaine de sa douce Evelynn.


-« Bonjour madame. Vous avez trouvé votre bonheur ? Ne soyez pas timide, montrez donc à votre homme ce que vous avez trouvé ! »

-« Mon hom… ? Mais je n’ai pas… de… » Fit-elle avant de se reprendre. « Ah oui, j’avais la tête ailleurs. Je préfère garder la surprise pour ce soir, en fait. Si vous voyez ce que je veux dire… »

Elle offrit un petit sourire forcer à la vendeuse avant de refermer le rideau. Elle le garda bien refermer grâce à son don. Pas question qu’il bouge le temps qu’elle renfilait ses vêtements en vitesse, murmurant quelques mots en russe qui signifiaient son mécontentement du moment. Bien rapidement, elle quitta la cabine et attrapa Russell par le bras afin de l’entrainer jusqu’à la caisse pour payer ses achats. Eleonnora n’était pas pudique, loin de là, mais elle ne supportait pas les vendeuses qui ne se mêlaient pas de leurs affaires. Ça la rendait folle, plus que le fait de savoir que son coéquipier allait la voir en petite tenue. Elle allait dormir ainsi, alors il ne pourra y échapper, à un moment ou à un autre.

Une fois les achats payés, la jeune femme traina son « mari » hors de la boutique. Il fallait trouver un autre magasin. Elle avait besoin de cosmétiques et d’accessoires et également des chaussures. Entrainant Russel dans une énième boutique, elle acheta rapidement une trousse de maquillage avec tout ce dont elle avait besoin à l’intérieur. Elle connaissait ses marques favorites et savait de quoi elle avait besoin. Quelques minutes plus tard, ils étaient déjà sortis de la boutique et continuait d’arpenter le centre d’achat. S’accrochant au bras de Russell, la jeune femme observait les boutiques sans même lui adresser la parole. Combien de temps cette comédie devra encore durer ?


-« Il me faut une paire de talons, quelques accessoires et je te libère de tes obligations de mari. J’espère que cela te convient ? De toute façon, si tu as été marié, tu dois bien savoir ce que cela fait de faire les boutiques avec une femme. »

Il n’avait pas trop le choix car elle s’arrêta afin de se procurer quelques accessoires. Au moins, cette fois, elle ne prenait pas les plus coûteux. Elle n’avait besoin que de quelques bracelets et colliers, ce genre de choses simples à trouver. Puis, elle passa rapidement aux chaussures, pris une dizaine de minutes avant de trouver la paire qui lui convenait et fini par payer ses achats. Elle était prête à retourner à la voiture. Confiant le sac de son dernier achat à Russell, elle cherchait à retrouver l’endroit par lequel ils étaient entrés.

-« Tu as besoin d’autre chose ? » Demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 16 Déc 2012 - 21:49

La spécialité de Russell était la récolte d'informations dans un environnement ennemi. Après tout, il était espion. Cela impliquait également qu'il savait se fondre dans la masse pour ne pas se faire repérer. Ayant pris connaissance de la mission qui leur avait été confié, l'anglais voulu désormais grappiller le plus de renseignements possibles pour leur faciliter la tâche. Et comme l'avait souligné Eleonnora sa partenaire, il valait mieux qu'ils apprennent à se connaitre. Ainsi, pas de surprises et ils auraient un avantage non négligeable. C'était plus facile de faire équipe avec quelqu'un que l'on connaissait. La russe connaissait bien leur milieu et lui savait comment agir en terrain ennemi afin de se faire passer pour eux. Ils se complétaient donc plutôt bien. De plus, ils étaient tous deux mutants et Russell estima qu'il était plus simple de savoir à quoi s'attendre au niveau des capacités de l'autre. Il dévoila donc le sien et constata celui d'Eleonnora qui faisait une démonstration.

"Pratique."

Ils n'avaient pas du tout le même et cela leur permettait d'encore mieux se compléter. Mais à vrai dire, l'anglais espérait qu'ils n'aient pas besoin de s'en servir. Si tel était le cas, cela signifierait sans doute l'échec de leur mission. Néanmoins cela pouvait leur être utile. Informations recueillies, il les nota dans un coin de sa tête à défaut de pouvoir les noter dans son carnet pour le moment. Il était temps de faire les boutiques pour le bien de leur mission.
Pour le moment, tout se déroulait bien. Dans une boutique de vêtements, chacun des deux agents trouva les articles qu'il lui fallait. Aiguillé par Eleonnora, Russell suivait ses conseils, pas très addict de ce genre de chose. La jeune femme avait choisi avec soin sa tenue elle aussi, attirant sur elle les regards de certains clients. Il fallait dire qu'elle était attirante... et que la tenue ne faisait que renforcer la chose. En fait, trop. Encore un peu et elle aurait pu passer pour une prostituée. Heureusement, elle n'était pas couverte d'une couche de maquillage informe et était trop distinguée dans ses gestes pour qu'on puisse la confondre avec une telle personne. Néanmoins, la plupart des hommes ne s'arrêtaient pas à cette conclusion...

Eleonnora sembla lire ses pensées car elle fit d'ailleurs la réflexion. Mais il fallait reconnaitre qu'elle avait raison. Elle allait devoir se montrer comme une femme objet pour attirer leur cible. Pourtant, c'était visiblement loin d'être le cas pour la jeune femme. Difficile de jouer un tel rôle, cela pouvait parfois pousser loin. Russell espérait qu'elle savait ce qu'elle faisait et ne se mettrait pas en danger pour autant. Il l'observa un instant, la regardant via le reflet du miroir.


"Fais attention à toi." prévint-il à demi voix avant de se détourner pour aller chercher d'autres articles

Il se doutait bien qu'elle savait se défendre, c'était une militaire après tout, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que leur mission pouvait très mal tourner. Surtout pour elle. Non pas parce qu'elle était une femme mais parce qu'elle jouait en quelque sorte l'appât. Et comme elle le soulignait, dans ses milieux là, elle était un objet sexuel, rien de plus.
L'anglais termina ses achats et attendit que la russe fasse de même puis ils changèrent d'endroit. Russell opta pour une bijouterie afin qu'ils aient vraiment l'air mariés. Laissant le soin à Eleonnora de choisir sa bague, il ne put que valider son choix. Pourquoi refuser ? Elle avait bon goût et cela collait parfaitement à l'image qu'ils voulaient donner d'eux. Russell en essaya une à son tour et une fois l'avis de la jeune femme confirmé, ils purent changer à nouveau de boutique une fois quelques petits articles en plus achetés.

Le magasin suivant ne plaisait pas trop à Russell. Pas à cause des articles mais parce qu'il se sentait tout simplement comme un étranger. Là encore, il devait faire semblant d'attendre sa femme. Fichue vendeuse trop curieuse. Il craignait de devoir voir un spectacle fort agréable mais qui ne serait d'aucune utilité à aucun des deux agents. L'anglais préférait ne pas dépasser des limites qu'ils n'avaient pas besoin de franchir. C'était mieux pour leur bonne entente et la suite des événements. Heureusement, Eleonnora envoya la vendeuse sur les roses et Russell fut épargné. Néanmoins, elle avait failli les vendre, prétextant qu'elle n'était pas mariée. Par chance, elle s'était reprise à temps et trouva le bon prétexte pour que la vendeuse lui fiche la paix. Russell fit un léger sourire désolé à la femme puis regagna sa place le temps de patienter. Eleonnora ne tarda pas à sortir des cabines puis alla payer ses achats avant de sortir. Russell n'était pas mécontent que cette étape soit franchie. Quel besoin franchement d'acheter ce genre de choses aussi ? Il ne réalisait pas à quel point elle avait bien fait.


"Je sais ce que c'est oui, je ne me plains pas, prends ce dont tu estimes avoir besoin. De toute façon, c'est un bon entrainement."

Il se contenta de suivre Eleonnora, la laissant s'acheter tout ce qu'elle voulait. Pour sa part, il se contenta d'une paire de chaussures en plus de celle qu'il avait déjà. Il ne voyait pas trop de quoi il pouvait avoir besoin d'autre pour le moment. Au pire, il retournerait en ville acheter de quoi. Pas besoin dans ce cas de la trainer avec lui, il savait également conduire. Emplettes terminées, la russe lui demanda s'il avait besoin d'autre chose. Oui, il y avait bien une chose dont il avait besoin. Il l'entraina avec lui chez un buraliste et acheta un paquet de cigarettes ainsi qu'une boite de bonbons à la menthe. Ainsi, il ne l'indisposerait pas avec son haleine de fumeur. C'était mieux s'il ne voulait pas qu'elle le fuit lorsqu'ils devront davantage se comporter comme un couple. Il prit d'ailleurs une pastille aussitôt achetées, rangeant le reste dans une poche.

"C'est bon, on peut rentrer."

Le trajet du retour se fit en silence. Russell attrapa tous les sacs une fois arrivé et les déposa sur le lit de leur chambre, ne récupérant que ce que lui avait acheté pour le déposer dans un coin. La journée était passée à toute allure mais il leur restait encore du temps. Au moins, ils n'avaient plus besoin de faire semblant et pouvaient souffler un peu. Ce n'était pas plus mal. Russell songeait à prendre une douche mais il préféra s'étendre sur le canapé pour le moment. Fixant le plafond, il finit par fermer les yeux.

"Ca m'a rappelé le bon vieux temps. Faisons en sorte que la mission se déroule pour le mieux pour tous les deux. Je ne ferais rien qui ne sera pas nécessaire, rassure toi. Mais je me demandais... Mieux vaut-il que tu passes pour l'une de ces pimbêches inutiles afin de cacher ton jeu et de surprendre l'ennemi au cas où ? Ou préfères tu t'afficher déjà comme une femme qui sait s'imposer ?" proposa t-il, préférant prendre les devants plutôt que d'aviser une fois sur place
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 16 Déc 2012 - 23:54

Eleonnora se savait attirante et profitait bien de ses précieux atouts lorsque c’était nécessaire. En mission, tout particulièrement, où personne ne pourrait croire qu’elle détestait les hommes, il était très simple de se faire passer pour la blondasse stupide, la fille facile sur laquelle n’importe quel homme pouvait passer. Pourtant, jamais elle ne s’était rendu à passer à l’acte, maitrisant bien rapidement l’ennemi à temps. Elle jouait un jeu, rien de plus. Elle serait totalement dégoutée de devoir franchir certaines limites avec un membre de la gente masculine. Ne pouvait-elle pas obtenir une mission où elle devait attirer le regard d’une belle femme, pour une fois ? Cela changera de tous ces hommes qui tentaient de mettre la main sur elle. Ne pouvaient-ils pas se contenter de la contempler comme si elle était la plus belle chose qu’ils n’aient jamais vue ? Cela suffisait amplement à satisfaire son égo.

Russell lui demanda tout de même de faire attention à elle. Certes, le milieu où ils allaient n’était pas sécuritaire, il était plutôt terriblement dangereux. Les femmes étaient plutôt des trophées, des objets avec lesquels les hommes se pavanaient fièrement. Eleonnora allait devoir jouer ce rôle. En faisant croire qu’elle était mariée à Russell, les hommes éviteront peut-être de trop s’en approcher. Si son coéquipier était crédible dans son rôle de gangster, tout se passera à merveille. Ainsi, il ne lui restera plus qu’à se rapprocher de la cible. Elle pourra toujours faire un peu de charme, passer pour une femme fidèle qui, en fait, trompait son mari comme bon lui semblait. Ce type d’homme aimait les jeux dangereux. Il sera servi. Pour l’instant, elle ne faisait que faire des suppositions, songeant qu’il vaudra mieux aviser plus tard, lorsqu’elle verra sur le terrain à qui elle avait réellement affaire.

Après avoir quitté la boutique de vêtements, le duo passa à la bijouterie afin de se procurer des alliances. Le choix ne fut pas bien difficile et ils purent reprendre leur route, jusqu’à ce qu’Eleonnora décide d’entrer dans une boutique de lingerie. Elle avait absolument besoin d’acheter des sous-vêtements plus confortable, sans parler du fait qu’elle n’avait toujours pas de pyjama et ne comptait pas dormir nue dans la même chambre que Russell. Pendant que ce dernier s’était installé dans un fauteuil, attendant patiemment qu’elle ait terminé ses essayages, une vendeuse un peu trop indiscrète proposa à Eleonnora ne montrer sa tenue à son « mari ». Non mais oh ! Qui était-elle pour venir la déranger alors qu’elle était bien tranquillement en train de se contempler dans le miroir ? Si elle aurait été une belle femme, peut-être qu’elle se serait plutôt attarder sur le physique de la vendeuse avant de l’envoyer sur les roses, mais puisque ce n’était pas le cas, autant s’admirer elle-même dans la glace. Puis, lorsqu’elle eut remis ses vêtements, elle quitta la cabine, paya ses achats et sortit de la boutique au bras de Russell. Il ne se plaignait pas du temps que prenaient les courses, affirmant qu’il s’agissait d’un bon entrainement afin de passer pour un véritable couple.

Une fois tous les achats d’Eleonnora faits, ce fut au tour de Russell de la mener dans un petit magasin afin de s’acheter cigarettes et bonbons à la menthe. Maintenant, ils pouvaient regagner leur motel. Elle laissa l’homme charger les sacs dans le coffre pendant qu’elle s’installait au volant. Elle en profita pour se regarder dans le rétroviseur et ajuster ses lunettes sur son nez. Lorsque Russell monta dans la voiture, elle démarra. Elle était concentrée, sur la route, cherchant à retrouver son chemin. Elle avait peut-être une bonne mémoire visuelle, mais cela lui jouait parfois des tours. Finalement, elle réussit à retrouver le motel et s’y gara. Laissant l’homme s’occuper des sacs, elle monta à la chambre. Russell déposa tous les sacs sur le lit, s’emparant des siens afin de les mettre de son côté. Eleonnora fit de même.

Étendu sur le canapé alors que la jeune femme fouillait ses sacs afin de trouver son pyjama, l’homme questionna sa partenaire sur l’attitude à adopter lorsqu’ils seront infiltrés. Devait-elle jouer les blondasses stupides ou bien la femme forte et intelligente ? Elle prit le temps de réfléchir quelques instants avant de répondre.


-« Je crois, qu’en fait, il ne faut pas faire dans les extrêmes. Ce sera un peu le mélange des deux, si on veut. Je vais la jouer à la manière d’une femme séductrice, qui a l’air de savoir ce qu’elle désire, mais qui ne comprend rien aux histoires des hommes. Autant je passe pour une personne qui a du caractère et de l’audace, mais qui ne sait rien faire de mieux que de faire aller son corps pour faire délirer les hommes. Un peu comme une poupée superficielle. Ils ne s’attendront probablement pas à tomber sur une femme qui sait se battre, je vais peut-être arriver à endormir suffisamment leur vigilance.»

Elle attrapa quelques vêtements, annonça qu’elle allait prendre sa douche et s’enferma dans la salle de bain pendant une heure. Elle avait besoin de cette douche avant de se sentir revivre. Elle s’était levée tôt ce matin, cela commençait à se ressentir sur son corps, tout comme la faim. C’est justement à cause de cela qu’elle quitta la douche. Elle prit ton son temps pour se sécher et réalisa, après avoir essuyé un maximum sa crinière blonde, qu’elle ne possédait pas de sèche-cheveux. Dommage, elle allait devoir s’en passer. Au moins, elle avait pensé à acheter une brosse, c’était déjà ça. Laissant sa chevelure mouillée tomber sur ses épaules, elle enfila son pyjama et le dissimula sou son peignoir de satin. Même en mission, elle ne changeait pratiquement pas ses habitudes. Elle quitta la salle et rejoins son lit sur lequel elle s’étendit.

-« J’ai faim. Tu aimes les sushis ? Le Thaï ? À moins que tu ne préfères manger chinois ? Quoi qu’il en soit, commande ce que tu veux, j’ai envie de sushis. »

Elle fouilla la table de chevet afin de trouver un petit annuaire téléphonique. Il y en avait toujours dans ce genre de chambre. Elle parcouru rapidement les pages du livre et tomba sur un restaurant de sushi qui faisait la livraison. Aussitôt, elle s’empara du téléphone et passa commande. Puis, elle raccrocha, rangea le bottin téléphonique et se laissa de nouveau tomber sur le dos. Au moins, le lit était confortable pour un petit motel du genre. Elle resta couchée là pendant quelques secondes avant de se lever et chercher le sac de la bijouterie. Elle avait demandé au vendeur de mettre leurs alliances dans un petit boitier. Assise sur le bord du lit, les jambes dans le vide, elle fouilla le sac jusqu’à trouver son alliance qu’elle observa silencieusement. Un jour, se mariera-t-elle ? Est-ce qu’Evelynn deviendra son épouse ? Elle rêvait déjà de cette journée, se projetant dans le futur. Elle était persuadée d’avoir un futur avec sa petite amie. Elle en avait tant rêvé avant même d’être en couple avec elle. Cependant, elle devait se montrer patiente. Il fallait laisser le temps s’écouler, elle devait laisser sa douce s’habituer à leur relation. Elle ne désirait pas la brusquer.
Lentement, Eleonnora passa la bague à son annulaire. Un jour, peut-être qu’Evelynn le fera à sa place.

Elle leva les yeux vers Russell. Puis, elle fouilla dans le sac afin de sortir le boitier dans lequel son alliance reposait. Elle lui lança doucement la petite boite, solidement fermée. Ensuite, elle posa le sac au sol afin de pouvoir profiter de toute la surface du lit.


-« Tu devrais mettre ton alliance, toi aussi. Ça te fera sûrement moins bizarre qu’à moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Lun 17 Déc 2012 - 13:41

Russell détestait faire les courses. A vrai dire, puisqu'il vivait sur l'héliporter, il avait rarement besoin de faire cette tâche pénible, n'y allant que pour s'acheter quelques objets personnels, rien de plus. Il n'aimait pas la foule et perdre un temps précieux à aller de boutique en boutique pour ne parfois rien acheter. Comment faisaient ces femmes avec les mains remplies de sacs pour ne jamais faire une overdose d'achat ? Parce qu'il s'agissait de l'argent de leur mari qu'elles dépensaient sans s'en soucier ? Possible. Eleonnora avait l'air d'être ce genre de femme. Ou alors elle jouait admirablement bien son rôle. Au moins, elle savait ce dont elle avait besoin et ne perdait pas trop de temps à faire de multiples essayages. Ce n'était pas plus mal car pendant ce temps, Russell devait continuer de faire semblant, de jouer les petits maris attentionnés qui paye tout à sa femme. Il se disait que c'était un bon entrainement mais à vrai dire il avait hâte que cela se termine. Sans doute qu'en mission il serait moins récalcitrant... même s'il y aurait sans doute également de la foule.

Pas mécontent de sortir d'une boutique, c'était malheureusement pour entrer dans une autre puis une autre encore. L'anglais se contentait de suivre sa "femme", portant les sacs, souhaitant juste qu'elle ait bientôt terminé. Ces doux mots sonnèrent justes à ses oreilles lorsqu'elle les prononça. Il fit une simple halte pour acheter quelques bricoles chez le buraliste puis ils retournèrent à la voiture. Enfin, ils pouvaient souffler et cesser de se comporter comme ce qu'ils n'étaient pas. Redevenant chacun soi-même, le voyage fut plutôt silencieux. L'anglais trouvait que faire des courses était aussi épuisant que de faire le parcours du combattant. Il n'avait qu'une envie pour le moment, s'allonger un peu et prendre une douche pour se délasser. Il fallait dire qu'ils avaient pas mal voyagé depuis le matin et qu'une petite pause leur ferait du bien.

Arrivés au motel, Russell s'empara des sacs pour les ramener à la chambre et les y déposa. Chacun attrapa ses propres affaires et l'espion rejoignit son territoire, s'étendant sur le canapé. Cela faisait du bien lorsque ça s'arrêtait. Mais il ne comptait pas dormir, pas tout de suite. En fait, il réfléchissait. Il ne fallait pas qu'ils y aillent en totale improvisation sous peine de se faire prendre la main dans le sac. Pour paraitre le plus naturel possible, il fallait qu'ils sachent à quoi s'attendre, que ce soit de leur cible ou d'eux-même. Ignorant encore comment serait leur cible, ils ne pouvaient donc pas anticiper ses actions... mais ils pouvaient anticiper les leurs. Bien qu'ils seraient un couple, ils pouvaient chacun avoir leur personnalité bien distincte. Eleonnora était un atout non négligeable. Russell ne connaissait pas bien ces milieux là mais il savait que les femmes de ce milieu étaient généralement de véritables cruches simplement armées d'une paire de seins disproportionnés et avec une absence totale de neurones. Une belle statue creuse en somme.

Mais sa coéquipière n'était pas comme ça et il la voyait mal jouer le rôle de l'écervelée. Il espérait cependant que si elle décide de jouer ça, elle ne se ferait pas repérer d'entrée de jeu... comme au magasin de lingerie. La moindre erreur pouvait faire échouer toute la mission. Il lui proposa donc plusieurs alternatives de comportements à adopter mais elle semblait déjà avoir sa petite idée. Aussitôt, elle lui exposa. Un mix entre les deux ? Bonne idée. Ainsi, elle conserverait un élément de surprise, c'était toujours un atout précieux pour eux. Russell conservait les yeux fermés mais il ne perdait pas une miette de ce qu'elle disait.


"Parfait, ça nous donne un avantage sur eux. Je m'occuperais donc de toute la négociation avec lui, je suis habitué à cuisiner les gens donc ça ne devrait pas poser trop de problèmes. Mais comme c'est un mutant, autant se montrer prudent. Il y en aura peut-être d'autres avec lui. On a plusieurs jours devant nous donc autant ne pas nous précipiter. Quand il fera nuit, on pourrait aller faire un petit tour vers les lieux, histoire de s'imprégner de l'atmosphère, qu'en dis-tu ?"

Eleonnora annonçait qu'elle allait prendre une douche. Russell n'y voyant pas d'inconvénient se contenta de hocher la tête et resta allongé où il était. Bercé par le son de l'eau qui coulait, il somnola, ne se rendant donc pas compte du temps que mettait sa partenaire à se doucher. C'est lorsqu'elle lui adressa à nouveau la parole qu'il réalisa qu'elle était de retour, ouvrant alors les yeux pour la regarder. Elle avait troqué ses vêtements contre le peignoir qu'elle avait acheté. Au moins elle avait l'air à l'aise... A parler de nourriture, Russell devait avouer qu'il avait faim. Mais des sushis ? Il n'en avait jamais mangé, le poisson cru ne lui donnant pas tant envie que ça. Il aurait préféré un bon morceau de viande saignant mais visiblement ce n'était pas au programme. Par chance, il savait s'adapter à son environnement et pouvait donc manger n'importe quoi.

"Commande la même chose que pour toi, je ferais avec. Merci."

Sur ces mots, il se redressa, comptant aller prendre sa douche mais Eleonnora lui lança le boitier contenant son alliance. Elle l'avait mise, elle et supposait que la mettre ne lui poserait pas de problèmes puisqu'il avait déjà été marié. Mais à vrai dire, cela ne lui rappelait pas de bons souvenirs. Regardant le boitier encore fermé, l'anglais le déposa sur un petit meuble non loin de lui. Ca attendrait.

"Je vais aller prendre une douche aussi. Je la mettrais après."

Se dirigeant vers la salle de bain, il abandonna donc la jeune femme. Une fois ses vêtements retirés, il se plaça sous le jet d'eau ch... froide. Tournant le robinet d'eau chaude, il constata qu'elle mettait du temps à venir. Pourtant, Eleonnora ne venait-elle pas de se doucher ? S'il n'y avait pas eu d'eau chaude, elle le lui aurait certainement dit ou aurait au moins pesté contre. Mais là, rien. A moins que... A moins qu'elle ait pris toute l'eau chaude lors de son passage. C'était la seule explication. Grommelant, Russell ne resta donc pas très longtemps sous l'eau, prenant une rapide douche. Se séchant, il n'enfila que son pantalon, ne prenant pas la peine de vêtir le reste puisqu'il comptait mettre une chemise qu'il avait achetée. Plaquant ses cheveux mouillés en arrière, il sortit de la salle de bain, ne prêtant pas vraiment attention à Eleonnora sur le coup. En fait, il avait un peu oublié qu'elle était là... sinon il aurait pris la peine de mettre quelque chose pour dissimuler son corps. Fines mais parcourant tout son corps, des cicatrices lui dessinaient la peau, zébrant toute la surface ou presque. Elles étaient pour lui synonyme de mauvais souvenirs et il préférait ne pas les exposer. Mais sur le coup, il n'y pensait plus. Attrapant une chemise, il l'enfila mais ne prit pas la peine de la fermer pour le moment. Puis, ses yeux se posèrent sur l'écrin.

S'asseyant à côté, il le saisit puis l'ouvrit, regardant la bague un moment. Remettre une alliance... C'était plutôt paradoxal pour lui. Il prit l'anneau et l'enfila à son doigt avant de le regarder. La sensation était étrange. Heureusement qu'il n'allait pas devoir la porter plus que quelques jours. Quelques coups résonnèrent à la porte. L'anglais se leva et ouvrit la porte, dévoilant le livreur de nourriture vu les sachets de plastique qu'il avait à la main. Russell fit demi tour pour attraper quelques billets et les lui tendit sans vraiment compter combien il lui donnait, prit les sacs et referma la porte. Il déposa les sachets sur le lit, près de la russe.


"Bon appétit." fit-il en s'asseyant à côté mais sans pour autant se servir "Dis moi, tu as déjà pris de la drogue ?"
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Lun 17 Déc 2012 - 23:41

Ce n’était pas si simple que de simuler quelque chose d’aussi profond et sincère que l’amour. Bien qu’Eleonnora tentait de son mieux pour être crédible dans son rôle et passer par la femme chérie de Russell, elle avait l’impression que tout était faux. Est-ce que les personnes autour d’elle le réalisaient ? Lorsqu’ils les voyaient se balader ainsi, lui tenant les sacs et elle s’accrochant à son bras, pensaient-ils qu’ils étaient réellement amoureux ? Qui sait. Elle ne pouvait lire leurs pensées, malheureusement. C’était bien difficile, dans un tel cas, de pouvoir savoir si son jeu était crédible ou non. Elle espérait sincèrement qu’il le soit car elle ne pouvait fournir davantage d’efforts afin de rendre cette supercherie crédible. Elle ne pouvait inventer une relation amoureuse avec une personne qu’elle ne connaissait que depuis moins d’une journée. Elle devait donc compter sur ses talents de comédiennes afin de réussir à rendre cette fausse relation réelle aux yeux des autres.

Dans la voiture, elle ne pensait qu’à cela. Heureusement que sa petite amie ne sera jamais au courant de ce qui se passait en mission. Elle ne comptait pas lui révéler quel était son réel métier et encore moins qu’elle avait dû faire semblant de se marier à un homme pour infiltrer le milieu de la mafia des bas-quartiers de Washington. Evelynn était du genre à toujours s’inquiéter pour elle, si elle savait ce qui se passait actuellement, elle serait en train de mourir sous ses innombrables craintes. Tant qu’elle le pourra, Eleonnora se taira à propos de son métier et gardera tout cela secret. Elle tentait d’inventer quelques petites anecdotes qu’elle pourrait d’ailleurs lui raconter lorsqu’elle sera de retour à New-York. Elle inventera quelque chose au sujet de ce présumé voyage d’affaire et cela pourra satisfaire sa douce si elle osait lui poser des questions.

Une fois dans la chambre du motel, la jeune femme posa les nombreux sacs près de son lit. Russell avait pris les siens pour les poser de son côté, également. Il s’installa confortablement sur le canapé tandis qu’Eleonnora fouillait dans ses sacs afin de retrouver ses affaires. Elle avait envie de prendre une douche et de se mette en pyjama afin de se reposer un peu. Elle commençait à étouffer dans son tailleur. Cependant, avant qu’elle n’aille à la douche, elle discuta avec son partenaire de la façon dont elle allait agir une fois qu’ils seront infiltrés. Elle savait déjà quelle attitude elle comptait adopter une fois sur place. Elle ne devait pas paraitre trop écervelée. En fait, jouer un tel rôle serait difficile pour elle. De plus, il était hors de question qu’elle se la joue fille facile qui se laisse tripoter. Elle préférait avoir une marge de manœuvre, savoir s’imposer un minimum. Il fallait simplement qu’elle fasse sa salope et s’amuse à charmer les hommes, leur tomber dans l’œil par ses gestes et son attitude. Ainsi, si leur cible était un homme à femme, elle attirera son attention, ce qui leur donnera une opportunité en or de pouvoir se rapprocher de lui.

Russell proposa d’aller faire un petit tour de reconnaissance, une fois la nuit tombée. Ainsi, ils pourront avoir une idée du quartier et même du club sans nécessairement y mettre les pieds. Ils aviseront une fois sur place. L’important était de bien connaitre l’environnement dans lequel ils comptaient évoluer. Autant en profiter puisqu’ils avaient un peu de temps devant eux avant de s’incruster dans ce milieu difficile.


-« Parfait. Alors je te conseille de faire une sieste avant ce soir. Habituellement, les gens se ramènent dans les clubs après vingt-trois heures. Si on veut connaitre le type de personne se baladant dans le coin à cette heure-là, ce sera le meilleur moment. »

Puis, elle fila à la douche. Elle resta près d’une heure dans la salle de bain, avant de finalement en sortie, vêtue de sa nouvelle tenue de nuit qu’elle dissimulait sous son peignoir. Elle laissait ainsi la pièce chaude et les miroirs embués pour le prochain occupant. S’installant sur son lit, la jeune femme décida de commander quelque chose à manger et composa le numéro d’un restaurant de sushis. Il s’agissait de l’une des succursales d’une chaine de restauration qu’elle aimait bien. Ainsi, elle passa la même commande qu’elle donnait à toutes les fois lorsqu’elle désirait manger japonais avec sa douce. Il y en aura suffisamment pour Russell et elle-même. Puis, n’ayant plus qu’à attendre le livreur, la jeune femme fouilla dans le sac de la bijouterie afin d’y chercher son alliance qu’elle porta à son annulaire. Maintenant, elle pouvait se considérer comme mariée et se rentrer cette idée dans la tête si elle ne voulait pas faire de gaffe comme à la boutique de lingerie. Foutue vendeuse orange… elle aurait dû se mêler de ses affaires, aussi !

Pendant que Russell était dans la salle de bain, probablement en train de prendre sa douche, Eleonnora quitta son lit et tira les rideaux de la chambre pour que personne ne puisse voir à l’intérieur. Grâce à son pouvoir, elle fit léviter la télécommande de la télévision jusqu’à elle puis l’alluma. Elle changea de chaine jusqu’à tomber sur une émission diffusant diverses chansons. Elle se mit à danser, profitant de l’absence de son coéquipier, observant les diverses tenues qu’elle s’était procurée, les déposant sur le lit. Lorsqu’elle connaissait la chanson diffusait, elle se mettait à chanter, fredonner discrètement, s’amusant bien toute seule. Puis, lorsqu’elle n’entendit plus l’eau de la douche couler, elle cessa. Elle rangea ses vêtements dans le plus grand des sacs, tout comme ses chaussures et ses accessoires.

Lorsque son coéquipier sorti de la salle de bain, elle était en train de placer les sacs dans un coin de la pièce. Elle se retourna pour s’apercevoir qu’il était torse nu. Elle observa les cicatrices qui décoraient son corps. Comment s’était-il fait cela ? Elle était bien curieuse de savoir si c’était lors d’une mission qui avait mal tourné ou bien à la guerre. N’ayant pas la langue dans sa poche, elle lui demanda, s’assoyant confortablement sur le lit. Elle referma également son peignoir qui s’était ouvert alors qu’elle dansait énergiquement, quelques instants plus tôt.


-« Tu en as bavé à la guerre ? » Demanda-t-elle en désignant les cicatrices qu’il cherchait à cacher du menton.

La jeune femme fut heureuse d’entendre le livreur de sushis, de l’autre côté de la porte. Russell alla ouvrir, puis paya le livreur avant de s’installer avec elle sur le lit. Aussitôt, la jeune femme ouvrit le sac contenant les bentos. Elle s’empara du sien, d’une paire de baguette, puis commença à manger. Son coéquipier lui demanda si elle avait déjà consommé de la drogue. Passant près de s’étouffer, Eleonnora avala son sushi avant de lui répondre. Elle devait bien avoir fumé une fois ou deux, mais rien de bien fort. La première fois qu’elle avait pris quelques bouffées d’un joint, elle était passée près de se faire entrainer dans un motel par l’un de ses collègues de travail. Depuis, elle n’avait plus jamais retouché à ce truc. Surtout que, le lendemain de sa consommation, elle avait été malade. Elle n’aurait peut-être pas dû prendre un ou deux verre avant… Quoi qu’il en soit, elle avait appris de son erreur.


-« J’en ai pris une fois ou deux, sans plus… C’est pas mon truc. Et toi ? »

Portant de nouveau son attention sur son repas, elle s’empara d’un nouveau sushi suicidaire et fugueur qui s’échappa de l’emprise de ses baguettes pour chuter vers les couvertures sur lesquelles elle était assise. Avec son pouvoir, elle interrompit la chute du sushi et le fit léviter jusqu’à ses lèvres. Elle le goba en une seconde, savourant ce délicieux mets. Il ne fallut pas beaucoup de temps afin que son plat se retrouve vide. Maintenant, elle avait soif. Son regard se posa sur le petit réfrigérateur situé à côté du meuble télé. Elle ouvrit mentalement la porte pour y découvrir quelques bouteilles d’eau froide. Ravie, la jeune femme fit venir une bouteille à elle, l’ouvrit et en bu une longue gorgée.

-« Tu en veux une ? » Proposa-t-elle à son coéquipier. « Dommage qu’on soit en service, il n’y a rien de mieux que du bon saké pour accompagner des sushis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mar 18 Déc 2012 - 13:54

Russell était un agent de terrain, quelqu'un qui n'aime pas forcément rester dans son bureau toute la journée à attendre qu'il se passe quelque chose. Il ne rechignait jamais sur quelques tâches administratives, aimant bien prendre des notes et les analyser par la suite mais il trouvait cela moins utile que d'aller directement faire bouger les choses au coeur même du problème. Cette fois il était servi, en coopération avec une autre de ses collègues. Sauf que même s'il était sur le terrain, c'était plus une mission d'infiltration qu'autre chose. Ce n'était pas plus mal. Russell n'aimait pas se servir de son pouvoir sauf en cas d'urgence et donc jouer un rôle lui convenait très bien. Même s'il s'agissait d'un rôle qu'il n'appréciait pas tellement. Cela devait être de même pour sa partenaire donc il ne s'en plaignit pas. Ils étaient tous les deux dans le même bateau, il leur fallait donc faire des efforts à deux. Au moins pour le moment, on pouvait dire qu'ils se supportaient malgré le caractère un peu particulier de la russe.

Eleonnora était une femme de caractère, cela se sentait à la façon dont elle se comportait. Semblant vouloir régir tout ce qui l'entourait, elle ne manquait pas de donner son avis sur tout et surtout de faire des remarques pas forcément constructives et pouvant être blessantes. Par chance, ce n'était pas Russell qui risquait de prendre les choses de travers même si c'était des critiques directes. La jeune femme n'avait pas que des mauvais côtés et il pensait pouvoir la supporter sans trop de problèmes. Mais pour combien de temps ?

De retour au motel, l'anglais ne fut pas mécontent de cesser de jouer cette comédie de jeunes mariés. Chacun pouvait reprendre son espace vital et espérer un peu de détente jusqu'à leur prochaine sortie. Ni l'un ni l'autre ne semblait apprécier le jeu auquel ils jouaient mais on aimait pas toujours son travail après tout. Russell préféra tout de même parler de la mission. De quoi parler d'autre de toute façon ? Ils n'avaient sans doute pas les mêmes centres d'intérêt. En fait, il n'était même pas certain d'en avoir tout court. Evoquant donc leur mission, il demanda quelques précisions à Eleonnora pour qu'ils se mettent d'accord sur la marche à suivre. Chacun ayant étayé son rôle, Russell proposa de faire un petit tour en éclaireur dès le soir, histoire de connaitre un minimum les lieux. Connaitre le terrain dans lequel on évoluait était on ne peut plus important si on voulait ne pas se faire prendre au dépourvu. Eleonnora précisa que leur sortie ne serait pas avant tard le soir, ce qui leur laissait une bonne marge de manoeuvre pour se préparer et se reposer avant.


"Très bien, on partira un peu avant pour déjà repérer les lieux. Je te laisserais les commandes puisque tu connais déjà ce genre de milieu. Mais si on a besoin de parler à quelqu'un, laisse moi faire, sauf si tu veux... "t'amuser" un peu."

Consignes données, Russell profita qu'Eleonnora prenne sa douche pour faire une petite sieste. Ne voyant pas le temps passé, il ne pu donc pas s'offusquer de la voir s'accaparer toute l'eau chaude, le privant ainsi par la suite de prendre une agréable douche. Une fois sous l'eau froide, Russell ne s'éternisa pas, quittant rapidement la salle de bain sans pour autant prendre la peine de se vêtir totalement. Le reste de ses vêtements était dans la chambre de toute façon. Lorsque la jeune femme lui fit une réflexion sur la guerre, Russell se demanda pourquoi elle parlait soudainement de ce sujet. Une soudaine envie de faire la conversation ? En suivant son regard, il constata qu'elle ne le regardait pas dans les yeux mais qu'elle fixait son corps. Réalisant alors qu'elle parlait de ses cicatrices, Russell referma sa chemise comme si cela suffirait à clore le sujet. Que répondre à ça ? Ca n'avait rien à voir avec la guerre mais mentir mettre un point final à la discussion. Cependant, l'anglais n'aimait pas mentir, même lorsqu'il s'agissait de sa vie privée. Il pouvait tout aussi bien ne rien dire et ignorer sa question comme il le faisait si bien d'habitude. Mais il estimait qu'en tant que collègue avec qui il allait être faussement proche pendant les prochains jours, il valait mieux jouer cartes sur table... sans trop en dire non plus. Tout cela ne faisait que lui rappeler la mort de sa fille et il se pinça les lèvres quelques secondes avant de finalement répondre d'une voix terne.

"Ca n'a rien à voir avec la guerre. Lorsque mon pouvoir s'est réveillé, il m'a laissé un petit... souvenir de ce jour. Mais tout le monde en bave, à la guerre."

Il supposait quant à elle que la télékinésie était moins dangereuse de ce point de vue là. Néanmoins si cela devenait incontrôlable, cela pouvait vite devenir problématique. Et si Eleonnora avait elle aussi rencontré quelques problèmes ? Personne ne maitrisait son pouvoir rapidement et c'était parfois une véritable épreuve. Comme pour Russell et les conséquences qu'il avait dû subir à cause de sa mutation.

"Je suppose que la découverte de ton pouvoir été moins gênante."


Des coups répétés à la porte interrompirent la conversation et Russell profita qu'il était debout pour aller ouvrir. Livreur payé, Russell déposa leur repas sur le lit à côté de la russe. L'anglais n'avait jamais mangé de sushis mais il fallait bien qu'il s'essaye à tout. La prochaine fois, il commanderait sans doute quelque chose d'autre. Prenant sa part, il observa un instant la nourriture en se demandant qui avait eu un jour l'idée de se dire que le poisson serait meilleur cru. Il gouta et dû reconnaitre que ce n'était pas si mauvais. Spécial mais mangeable. Tout en mangeant, il demanda à Eleonnora si elle avait déjà pris de la drogue par le passé. Sa réaction fut assez drôle à voir mais aucun muscle du visage du mutant ne bougea, comme si cela ne l'amusait pas vraiment. Elle avoua en avoir pris une fois ou deux. Elle avait simplement dû essayé et constater que ce n'était pas fait pour elle. Ce n'était pas plus mal. Une personne droguée était difficile à gérer. Cela faisait de lui le plus expérimenté des deux.

"J'ai fait pas mal de conneries dans ma jeunesse. Pour en avoir pris de différentes formes, oui, je connais. Je pourrais même te dire quels sont les différents effets des différentes drogues. Si on est mis en contact avec, n'y touche pas, d'accord ?"

Par la suite, Eleonnora fit une petite démonstration de son pouvoir. C'était vraiment pratique. Un truc de faignant mais pratique. Russell hocha la tête lorsqu'elle lui proposa de l'eau. Au moins elle ne se montrait pas égoïste, cela facilitait leur collaboration. La remerciant pour la bouteille, il devait reconnaitre qu'elle avait raison. Rien ne valait un bon alcool. Néanmoins il n'avait jamais bu de saké.

"Je n'en ai jamais bu. Service ou pas, si on nous propose de l'alcool, on ne devra pas refuser, ce serait sans doute mal vu. Vu qu'on tient l'un et l'autre plutôt bien l'alcool, ça ne devrait pas poser de problèmes. Pour le reste... on devrait décider de certaines précisions. Depuis combien de temps nous sommes mariés, ce que l'on recherche au juste.... Il faut que nos réponses concordent. Et décider d'un éventuel signe pour s'avertir du danger, au cas où."
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mer 19 Déc 2012 - 1:08

Eleonnora était le type de femme qui adorait sortir et faire la fête. Elle aimait cette ambiance qui régnait dans un club. Elle se sentait bien dans la foule, elle devenait alors le centre de l’attention, elle faisait tout pour l’être. Elle adorait se sentir observée et admirée par ceux qui l’entourait. Pas timide du tout, elle pouvait parler avec n’importe qui et se faire un tas de connaissances durant la soirée. Elle savait comment agir avec les différents types de personnes avec qui elle discutait. Elle savait que faire lorsqu’elle décidait de laisser sa consommation sur le bar le temps d’aller danser. Elle en commandait un autre ! Ce n’était pas l’argent qui lui manquait pour cela, de toute façon.
Avant de se rendre sur le terrain, il faudra qu’elle donne quelques petites leçons à son coéquipier. Tout d’abord, elle allait devoir lui montrer comment se comporter afin de ne pas avoir l’air d’un coincé peu habitué à ce genre d’endroit. Leur jeu devait être parfait. Elle allait jouer son rôle à merveille. Il fallait seulement que Russell en fasse de même.

L’homme comptait laisser les commandes à Eleonnora pour leur repérage. Tant mieux. Elle lui montrera comment se comporter. Il aura une idée du milieu, de ce qui s’y passe, de comment les gens se comportent. Ainsi, il pourra peaufiner son personnage afin que la mission se déroule pour le mieux. Il ne fallait rien laisser au hasard et passer aux moindres détails afin de ne pas déraper. Eleonnora la première. Elle devait faire semblant d’être amoureuse de lui et éviter de mater les potentielles belles femmes qu’elle pourrait croiser. Cela pourrait paraitre louche.


-« C’est parfait. Pour le reste, on avisera sur le terrain. »

Sur ce, Eleonnora alla prendre sa douche avant de laisser la place à Russell. Pendant que son coéquipier se lavait, elle en profitait pour danser, chanter, s’amuser sur le rythme de la musique diffusée à la télévision. Puisqu’elle pouvait être totalement elle-même avant de se retrouver à jouer de nouveau un rôle qui n’était pas sien, autant en profiter. La jeune femme constata que la douche de l’homme fut moins longue que prévue et cessa aussitôt sa petite activité.
Lorsque Russell quitta la salle de bain, Eleonnora l’observa silencieusement. De nombreuses cicatrices marquaient sa peau et elle se demanda si cela était relié à son passé de militaire. Elle était intriguée et n’hésita pas à lui poser la question, même si cela ne la concernait pas du tout. Elle obtenu une brève réponse de la part de son partenaire, expliquant simplement que cela marquait l’apparition de son pouvoir. Ça devait avoir été douloureux. Enfin, la majorité du temps, les pouvoirs liés à un élément quelconque permettaient à son possesseur de ne pas être affectés par l’élément en question.


-« La guerre c’est… terrible… J’ai encore du mal à comprendre pourquoi cela est nécessaire. Sur le champ de bataille, nous ne sommes plus des humains… seulement… de la chair à canon. »

Puis, l’homme y alla de supposition quant à l’apparition du pouvoir de la jeune femme. Effectivement, c’était totalement différent de ce qu’il avait vécu. Son pouvoir lui avait été offert, transmis par son père. Elle n’avait jamais su ce qu’étaient les mutants, auparavant. Elle ne s’était jamais douté qu’un jour, elle aurait peut-être un gène qui se réveillerait. Visiblement, elle n’avait pas été destinée à avoir un don, si ce n’est de l’intervention de son père. Elle le remerciait intérieurement pour ce cadeau formidable. Elle l’adorait, il lui était tellement utile et lui avait sauvé la vie à quelques reprises. Il n’aurait pu lui faire plus beau présent que celui-ci.
Cependant, elle ne voulait parler de la façon dont elle avait obtenu son pouvoir. Cela viendrait à dévoiler qu’elle n’était pas mutante de nature et que son père, par contre, en était un. Pas question. Elle était une mutante et voulait assumer le fait de l’être à part entière, même si elle n’avait pas reçu son pouvoir de façon naturelle.


-« Disons que j’ai eu la chance qu’il se manifeste doucement. J’ai pu apprendre à l’apprivoiser, comme ça. »

Puis, quelqu’un cogna à la porte. Le repas était finalement arrivé. Heureuse, la jeune femme s’installa confortablement, en position assise, sur le lit. Elle attendait patiemment que Russell pose le repas sur le matelas avant de s’emparer de son bentô à sushis. Elle ne tarda pas à débuter son plat, ayant trop faim pour agir poliment et attendre son collègue. Ce dernier en profita pour lui poser quelques questions en lien avec leur mission. Il devait apprendre à la connaitre davantage afin de savoir comment elle réagirait dans certaines circonstances.

-« Je ne comptais pas y toucher. Trop de mauvaises expériences avec ces trucs. Je n’aurais qu’à faire croire que j’en ai déjà pris, ça me donnera une excuse pour ne pas en consommer, au besoin. »

La jeune femme venait de terminer son repas et avait soif. Elle repéra le petit frigo et ouvrit mentalement la porte afin de faire venir une bouteille d’eau à elle. Puis, elle fit de même pour son collègue avant de refermer la porte. Elle donna mentalement la bouteille avant de prendre une gorgée de la sienne. Néanmoins, elle aurait préféré un peu d’alcool, comme du saké afin d’accompagner tout cela. Dommage qu’ils étaient en service. Par contre, sur le terrain, comme le lui rappela Russell, il leur faudra boire un peu. C’était très utile que l’un et l’autre soient résistants à l’alcool. Ainsi, ils ne seront pas saouls facilement, ce qui leur permettra de tromper l’ennemi un maximum sans craindre que l’alcool altère leurs capacités.

Ensuite, ils devaient apporter quelques informations précieuses à leur jeu. Pour cela, Eleonnora pouvait inventer une belle histoire. Elle avait vu trop de films de romance, dans sa vie. Bien que ce soit des histoires entre femmes, il suffisait de foutre la tronche de Russell dans le décor et elle obtenait n’importe quelle magnifique histoire d’amour et de mariage réussis.


-« Nous nous sommes rencontrés alors que j’avais 18 ans. J’aimais les bad boys et, surtout, prendre des risques. Je me suis mise à flirter avec toi, ça a collé. Avec le temps, notre relation n’a fait que se renforcer jusqu’à ce que nous marrions à mes 21 ans. Donc, ça fait quatre ans que nous sommes mariés. Actuellement, nous avons une magnifique maison, mais comme certains enquêteurs se sont trop intéressés à nous, nous avons décidé de passer quelques temps à l’ombre, le temps de se faire oublier. On cherche à faire de nouvelles alliances avec certains gangs afin de pouvoir se dresser contre un autre gang qui revend de la drogue sur notre territoire et que nous désirons éliminer. Nous avons beaucoup d’argent et nous pouvons accéder à n’importe quelle drogue, au besoin. Cela te convient ? »

Elle n’avait aucune idée de signe afin d’avertir l’autre d’un quelconque problème. Elle allait y penser au cours de la soirée. Pour l’instant, elle se contenta de se lever et de jeter les paquets de sushis vides. Puis, elle annonça qu’elle allait dormir afin de pouvoir tenir toute la nuit s’il le fallait. Sans se soucier de son collègue, elle retira son peignoir et le jeta au pied du lit comme si rien n’était. Elle se glissa sous ses couvertures et tamisa mentalement les lumières, ignorant son partenaire. Puis, après une longue demi-heure à se retourner dans tous les sens, elle s’endormie.

***

Deux heures plus tard, la jeune femme se réveilla grâce à l’alarme qu’elle avait programmée sur le réveille-matin trônant sur la table de chevet. Elle l’éteignit, puis se leva. Il était temps de se préparer, elle avait deux bonnes heures devant elle. Sans se soucier de son coéquipier, elle s’enferma dans la salle de bain afin d’enfiler une petite robe verte pomme, sans manche, très courte. Elle enfila un collier de faux diamants autour de son cou, puis quelques bracelets argentés à ses poignets. S’assurant qu’elle avait toujours son alliance au doigt, elle commença à sa coiffer. Quelque chose de simple, elle ne devait pas paraitre trop distinguée non plus. Laissant sa chevelure tomber sur ses épaules, elle se contenta de la brosser soigneusement et de la replacer avec soin en y ajoutant du fixatif. Puis, elle passa au maquillage, léger et discret, mais qui mettait son visage en valeur. Comme le temps était frais, elle enfila de longs bas de nylon transparents, espérant qu’elle sera un peu plus au chaud ainsi. Elle passa près de deux heures dans la pièce avant d’en sortir. Elle enfila une paire de talons assortis à sa tenue et montra le tout à son partenaire.


-« Joue ton rôle de mari et dit moi sincèrement ce que tu en penses. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mer 19 Déc 2012 - 18:55

Etre de nouveau en couple. Russell ne pensait pas que cela lui arriverait un jour. Depuis qu'il avait quitté sa femme -ou plutôt l'inverse- il n'avait jamais envisagé de reprendre une relation. A quoi bon ? Il n'avait pas le temps pour ce genre de choses de toute façon et puis, il n'avait jamais été très branché "relation idyllique". La perte de sa fille l'avait trop profondément marqué pour qu'il veille réitérer l'expérience. Il ne voulait plus souffrir. Au moins, tout seul il ne risquait pas d'être déçu. Et pourtant. Il était à nouveau en couple avec une belle jeune femme à la plastique digne d'un des plus célèbres mannequins. Bien sûr, tout ça n'était que du chiqué. Ce n'était que temporaire, qu'un rôle qu'ils devaient jouer. Il n'y avait rien et il n'y aurait jamais rien entre eux, ce n'était qu'une mission et ils allaient la réussir parce qu'ils étaient tous deux professionnels et ne chipotaient pas. Mais malgré tout, Russell ne pouvait pas nier que repasser par une relation, aussi fausse soit-elle, ne lui faisait rien. Même s'il n'en laissait rien paraitre, cela l'affectait quelque peu.

Faisant fi de ses ressentiments, il agissait de la meilleure façon qui soit pour que, aux yeux des autres, ils paraissent comme un véritable couple. Il savait comment se comporter, ce n'était donc pas tout à fait du cinéma. Néanmoins, leur attachement l'un à l'autre était tout ce qu'il y avait de plus faux et il ne fallait pas que cela se remarque. Cela se jouait beaucoup sur le regard et les gestes, ils ne devaient rien négliger. Eleonnora se débrouillait à merveille ou presque... Pourvu qu'elle ne fasse pas d'erreur une fois qu'ils seraient au coeur même de leur mission. Pour le moment, ils avaient droit à l'erreur. Mais ce ne serait bientôt plus le cas.

Au moins dans leur chambre, ils pouvaient à nouveau être eux-même. Ils en profitèrent pour parler un peu de la mission et de leurs comportements respectifs afin qu'ils ne fassent pas quelque chose de travers. Eleonnora avait l'air de savoir comment se comporter et Russell avait bien aussi sa petite idée sur la question. C'était déjà ça. Pour le reste, ils aviseraient, comme elle le disait. Sans connaitre tout à fait leur environnement et ceux qui allaient les entourer, ils ne pouvaient pas trop se prononcer à l'avance. Chaque chose en son temps donc. Au moins, ils étaient prêts à se lancer dans leur mission pour de bon.

Pour le moment, ils avaient du temps devant eux. Eleonnora s'éclipsa prendre une douche, laissant à Russell le temps de faire une petite sieste. Cependant, elle ne lui laissa pas des masses d'eau chaude, ce qui écourta la douche de l'anglais une fois que ce fut son tour. A sa sortie de la salle de bain, il fit comme chez lui et oublia le fait qu'il n'aimait pas dévoiler son corps marqué. Peut-être s'habituait-il trop vite à vivre à nouveau avec quelqu'un même si ce n'était que temporaire. Ou alors c'était l'inverse... Habitué à vivre seul, il avait oublié la présence de la russe et s'était fait avoir. Pas de chance pour lui, elle avait bien sûr remarqué les cicatrices qui décoraient sa peau, et posa inévitablement une question à ce propos, mentionnant la guerre. Il précisa alors que ce n'était pas la raison de leur présence et qu'il s'agissait plutôt de l'apparition de son pouvoir... Et d'autres choses plus personnelles qu'il ne mentionna pas. Il ne s'attendait pas à ce qu'Eleonnora rebondisse sur le sujet. Elle aussi avait fait la guerre et elle semblait marquée par cette période. Qui ne l'aurait pas été ? Elle était si jeune... Heureusement, cela ne semblait pas avoir détruit sa vie, c'était déjà ça. Quelque part, Russell comprenait bien ce qu'elle pouvait ressentir. Elle avait dû vivre quelque chose de terrible vu la façon dont elle en parlait.


"Parce que tant qu'il y aura des hommes, il y aura la guerre. C'est comme ça. C'est vrai que nous ne sommes que des pions quelque part... mais si nous n'étions pas là, nous, autres soldats, ce serait pire, je pense. Mais quand l'un de nous tombe, personne ne le remarque. Pourtant, c'est nous qui donnons un tournant décisif ou non à la guerre. Elle n'a rien de juste. C'est juste une tuerie au nom d'idéaux pas toujours très clair. Je servirais toujours mon pays, j'imagine que toi aussi. Mais je te souhaite de ne plus jamais revivre une telle expérience. Personne ne devrait avoir à la vivre."

Il était cependant loin d'imaginer ce qu'elle avait pu vivre. Pour lui, la guerre était partout pareille, avec son lot d'atrocités et de crimes odieux. Il n'y avait rien de joli ou de glorieux dans tout ça. Au moins au SHIELD, ils n'étaient pas de simples assassins déguisés en soldats. L'anglais avait l'impression de faire avancer concrètement les choses depuis qu'il en faisait parti. Il espérait ne pas se tromper. La discussion bifurqua sur l'acquisition de leurs pouvoirs et Eleonnora avoua que le sien ne l'avait pas trahi, se manifestant petit à petit. C'était plutôt rare, elle était chanceuse.

"Au moins, tu n'as pas fait de ravages, toi. C'est une bonne chose, comme tu dis, tu as de la chance et tu sembles en avoir une bonne maîtrise."

Leur repas venait d'être livré. Russell le posa sur le lit, s'y asseyant à son tour pour manger plus facilement. Les sushis n'étaient pas sa nourriture habituelle mais il savait s'adapter à son environnement. Il n'allait donc pas faire la fine bouche et mangeait simplement sans vraiment d'appétit mais se forçant à avoir quelque chose dans l'estomac. Songeant à leur future sortie prévue pour les heures à venir, il osa une question à propos de la drogue. Eleonnora n'était donc pas vraiment ce que l'on pouvait appeler une connaisseuse. Il avait un avantage. Mais sa tactique qui consistait à dire qu'elle en avait déjà pris était bonne.

"C'est la meilleure chose à faire oui. Autant éviter autant que possible d'être trop en contact avec cette cochonnerie. Mais si tel est le cas... je m'en occuperais."

Tandis qu'Eleonnora faisait une petite démonstration de son pouvoir, Russell en profita pour lui demander une bouteille d'eau qu'il bue presque en entier. Il ne leur restait plus qu'à s'imaginer leur histoire. Car ils jouaient certes un couple mais si jamais on leur posait des questions à ce sujet, ils devaient être capables de répondre naturellement sans temps morts ou hésitations. Ce que proposait Eleonnora n'était pas dénué de sens et s'appliquait même bien à leur pseudo situation. Leur différence d'âge ne paraitrait pas si choquante ainsi.

"Il ne faudra pas trop citer les enquêteurs, ça risque de refroidir nos éventuels futurs alliés. Mais l'idée de se débarrasser d'un gang pour élargir notre territoire est bonne. Si l'on déclare qu'on possède déjà un certain nombre de clients, ça ne pourra qu'intéresser les... "investisseurs" et autres trafiquants."

La jeune femme disait vouloir dormir et Russell n'insista pas plus. Ils avaient encore le temps. Se levant, il débarrassa le lit des différents plastiques qu'il jeta à la poubelle puis alluma la télévision en coupant le son pour ne pas la déranger. Evidemment, il comprenait moins bien les informations mais le bandeau déroulant en bas de l'écran lui suffisait pour le moment. Néanmoins, il fini par somnoler à son tour, confortablement installé dans le canapé.

Lorsqu'il se réveilla, la télévision était toujours allumée mais Eleonnora n'était plus dans le lit. Entendant un peu de bruit dans la salle de bain et vu que la porte était fermée, il supposa qu'elle y était. Regardant l'heure, il estima qu'il était effectivement temps de se préparer à affronter ce nouvel univers. Puisque la russe n'était pas là, il en profita pour se changer, enfilant un pantalon noir en toile ainsi qu'une chemise rouge sombre. Rajoutant une cravate de la même couleur que son pantalon, il se demandait s'il ne faisait un peu trop sérieux. Puisqu'il portait déjà son alliance, il fouilla le sac de la bijouterie pour en sortir bracelets et chevalière qu'il enfila également. Ainsi paré, il donnait réellement l'impression d'avoir de l'argent sans être un aristocrate coincé. Néanmoins, il voulait un avis. Cela tombait bien, sa "femme" venait de sortir de la salle de bain. Aussitôt elle lui demanda son avis et il prit le temps de l'observer, notant chaque détail. Elle savait clairement se mettre en valeur et ce n'était pas non plus trop provocant. Il ne fallait pas qu'ils soient trop dissociables.


"Tu vas attirer bien des regards, c'est parfait. Est-ce que je te conviens comme ça ?"
demanda t-il à son tour

Une fois qu'ils se sentaient prêts, il ne leur restait plus qu'à partir. Cette fois, c'était lui qui conduisait pour les amener à bon port. Ne pas se garer trop près pour ne pas qu'on les repère trop à l'avance et qu'ils aient le temps de se comporter naturellement était l'option envisagée par Russell. Il ne lui restait plus qu'à suivre les indications d'Eleonnora.
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Sam 22 Déc 2012 - 6:28

Qui avait-il de plus terrible que la guerre ? Elle était source de morts, de problèmes et de malheurs. Elle semait la destruction sur son passage. Pourquoi ? Pourquoi se battre ? Il n’y avait aucune raison qui valait que des hommes s’entretuent pour servir des dirigeants qui observait tout cela à travers les informations télévisées dans leurs luxueux palaces. Ils ne savaient pas ce que c’était que d’être au front, de devoir tuer avant d’être tuée. Sans distinction, Eleonnora avait tué des hommes, des femmes, tout comme des enfants. Elle n’avait pas eu le choix. C’était eux ou elle. Longtemps, ce genre d’images avait peuplé ses cauchemars. Cela n’était rien en comparaison avec ce qu’elle avait vécu durant deux longues journées où elle était restée enfermée avec ses collègues morts dans une pièce sans issues. Plus jamais elle ne serait capable de retourner sur un champ de guerre. C’était inconcevable à ses yeux.

Russell affirmait qu’il continuerait de servir son pays. Eleonnora était-elle prête à en faire de même ? Certainement pas si pour cela elle devait retourner au front. Cependant, grâce à son travail au Shield, elle sentait qu’elle pouvait toujours agir, faire en sorte d’éviter des drames et de terribles catastrophes. Elle voyait davantage les changements s’opérer et agissait pour de meilleurs idéaux. Elle ne voulait plus servir son pays si c’était pour combattre au nom de sombres desseins. Elle désirait protéger les plus faibles, ceux qui ne savaient se battre et n’avaient pas la force de le faire, comme Evelynn. Après tout, c’était à cause d’un incident de ce genre qu’elles s’étaient rencontrées. La jeune femme avait empêché deux hommes aux mauvaises intentions de s’en prendre à elle. Aujourd’hui, elle ne le regrettait pas. Elle avait découvert une femme formidable avec qui elle avait la chance de vivre en couple. C’était un véritable rêve.


-« Je ne retournerais jamais me battre pour mon pays si c’est pour des raisons obscures qui ne font que servir les hauts dirigeants. C’est pour cela que je préfère ce que nous faisons au Shield. Le danger est le même, mais au moins je sais pourquoi je me bats.»

Lorsque des coups résonnèrent contre la porte, la jeune femme su qu’il s’agissait alors du livreur de sushis. Elle avait faim et était bien heureuse qu’il soit finalement arrivé. Elle ne tarda pas à s’emparer de son plateau repas qu’elle mangea avec appétit. Pendant ce temps, Russell engageait la conversation. Dès le début, la jeune femme se dit que les relations interpersonnelles n’étaient pas son fort. Peut-être était-ce simplement dû à son air professionnel ? Après tout, elle aussi jouait un double jeu. Elle n’agissait jamais de la même façon au travail qu’à l’extérieur. Par contre, dans le cadre de cette mission, elle pouvait révéler une partie de sa personnalité afin de jouer un rôle bien précis.
La jeune femme répondit à la question de Russell qui consistait à savoir si elle avait déjà consommé de la drogue. Cette dernière répondu brièvement, elle n’avait pas beaucoup d’expérience dans le domaine, ce n’était pas le genre de chose qu’elle appréciait. Alors, dans le cas où de la drogue circulerait devant eux alors qu’ils étaient sur le terrain, elle devait faire croire qu’elle en avait déjà consommé, ce qui l’empêchera d’avoir à en prendre d’autre. Russell, quant à lui, allait s’en occuper le moment venu.

Une fois les sushis terminés, la jeune femme décréta qu’elle allait faire une sieste avant de partir sur le terrain. Elle s’était levée très tôt ce matin et elle savait parfaitement bien qu’elle pouvait rester toute la nuit à l’extérieur si cela permettait à leur mission d’avancer. Puisqu’elle avait du temps devant elle, autant en profiter pour dormir un peu. Lorsqu’elle se réveilla, après sa sieste, elle commença aussitôt à se préparer en vue de leur sortie nocturne. Elle devait être absolument parfaite, irrésistible. Elle devait ressembler à ses femmes de gangs, mais en plus d’être désirable, elle dégageait une certaine classe. Une fois prête, la jeune femme quitta la salle de bain et demanda à son coéquipier, également prêt à se rendre sur le terrain, ce qu’il pensait de son allure. Comme une approuva sa tenue, elle fut satisfaite. En retour, il lui demanda son avis.


-« Parfait. Tu vas être pris au sérieux dans cette tenue. Tu ressembles à un mafieux et c’est tout ce qu’il nous fallait. »

Puisqu’ils étaient prêts, ils quittèrent leur chambre afin de se diriger vers leur nouvel environnement, là où ils devront évoluer pendant quelques temps. La jeune femme n’était pas stressée, elle avait vécu tant de missions qu’elle ne les comptait plus depuis un moment. Elle se préparait mentalement à ce qui allait se produire une fois la voiture garée, lorsqu’ils seront sur le terrain. Elle devait s’attendre à tout.

Une fois hors du véhicule, la jeune femme regarda autour d’elle. La rue était déserte. Le club était à quelques rues de là et elle savait comment s’y rendre. Elle avait mémorisé au mieux le plan des alentours afin de bien se retrouver. Marchant aux côtés de Russell, accrochée à son bras, Eleonnora observait ce qui l’entourait d’un œil discret. Lorsqu’elle aperçut le club dans lequel se trouvait leur cible, la jeune femme porta son attention sur les personnes qui y entraient, puis sur celles qui restaient à l’extérieur. Elle ne s’arrêtait pas pour autant, servant son plus beau déhanché aux hommes la matant.


-« Et si on allait faire un petit tour dans le club, chéri ? » Fit-elle d’une voix à la fois douce et sensuelle.

Elle traversa la rue en compagnie de Russell, jetant de furtifs regards aux individus les observant. Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille d’un geste naturel. Puis, elle laissa son mari pousser la porte de l’établissement avant de pénétrer à l’intérieur. C’était bien de voir les rues et les personnes des alentours, mais ils devaient également être en mesure d’analyser ce qui se produisait à l’intérieur du club. Elle désirait connaitre les lieux afin de savoir comment agir. La musique jouait à fond, de nombreuses femmes se déhanchaient sur la piste de dance. Plus loin, il y avait des tables avec banquettes, là où le bruit sera bien moins envahissant. Il y avait également le bar où plusieurs hommes étaient installés, attendant leurs consommations.
Sans trop attendre, Eleonnora entraina discrètement Russell à l’une des tables. Elle ne voulait pas montrer qu’elle prenait les décisions, elle devait faire croire qu’il menait la danse. Une fois installée, elle se pencha vers lui pour lui parler d’une voix basse.


-« Écoute bien. Ici, on va être tranquille un moment. Sans doute les tables vont se remplir un peu plus tard. Un peu plus loin, derrière le bar, il y a un endroit semblable à l’aire où nous nous trouvons actuellement, mais en beaucoup plus intime. C’est là que se trouve probablement notre cible. C’est plus calme et plus intime pour faire son trafic et discuter en paix. Par contre, reste à savoir s’il a une sorte de garde qui empêche les gens de pénétrer dans cette partie du bar. Ce n’est pas ouvert à tous. Pour l’instant, on devrait rester ici, s’afficher un peu sans trop en faire. Il faut se familiariser avec les lieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 23 Déc 2012 - 1:58

Eleonnora semblait avoir un avis bien arrêté sur la guerre mais on ne pouvait pas dire qu'elle avait tort. La guerre semait le chaos et détruisaient des vies bien souvent innocentes tout ça à cause de la cupidité humaine ou bien d'un simple désaccord. Russell avait été plutôt bien épargné par la guerre de son côté. Militaire de carrière, il avait été envoyé sur le front mais n'y était resté que peu de temps heureusement. Il avait été recruté pour un travail qu'il jugeait beaucoup plus intéressant. Il avait ainsi passé la grande majorité de sa carrière militaire à faire parti d'une unité spéciale chargée de surveiller, protéger et défendre l'Angleterre. Ils n'étaient plus sur le front mais au coeur du pays, résolvant par la force des armes ou de la tactique divers problèmes urgents. Mais cette unité d'élite n'existait plus depuis le jour où la grande majorité de ses membres avait trouvé la mort. Mort causée par le pouvoir de Russell qui l'ignorait encore. C'était loin des horreurs de la guerre, mais l'anglais le vivait encore assez mal. Cela ne l'empêchait pas de vivre et de bien faire son nouveau travail mais il ne se passait pas un jour sans qu'il y pense.

"Je te comprends. Au moins nous savons que ce que nous faisons est utile, on ne nage pas dans le brouillard. Peut-être que le fait que nous n'appartenons pas au même pays change aussi la donne. Au moins nous n'avons pas eu à nous affronter sur le champ de bataille."

Appartenant tous deux à un pays différent, ils auraient très bien pu être en conflit et donc être sur la même guerre. Les chances qu'ils s'y croisent étaient bien maigres mais cela aurait été possible. Heureusement, tout cela était derrière eux et ils n'auraient normalement plus à y faire face. Ils pouvaient se considérer comme chanceux d'avoir intégrés le SHIELD. Laissant cette discussion de côté, Russell alla ouvrir la porte pour prendre leur repas et le déposer sur le lit afin qu'ils puissent manger à l'aise. Au moins la russe ne l'avait pas questionné davantage à propos de ses cicatrices ou de son pouvoir. C'était tant mieux car il ne lui aurait de toute façon pas répondu. Ils étaient partenaires et devaient se connaitre un minimum s'ils voulaient que cette mission fonctionne. Mais ce n'était pas pour autant qu'ils devaient tout connaitre l'un de l'autre. Certains secrets étaient faits pour ne pas être révélés. Sans doute la jeune femme avait elle aussi certains sujets tabous. Mais elle n'avait rien à craindre, ce n'était pas Russell qui allait s'incruster dans sa vie privée.

Le temps qu'ils se mettent d'accord pour la future marche à suivre et ils pouvaient chacun faire leurs affaires de leur côté. La chambre ne permettait pas une grande intimité pour chacun mais ils se débrouillaient bien avec. Russell laissa Eleonnora dormir un peu, regardant la télévision avant de s'endormir à son tour. Au moins ils seraient ainsi en forme pour la soirée. Mieux valait qu'ils soient sur le qui-vive et qu'ils soient également en possession de leurs moyens. Ce ne serait qu'un tour en éclaireur mais il fallait être prêt à toute éventualité. A son réveil, Russell constata qu'Eleonnora n'était plus dans son lit, à présent dans la salle de bain, sans doute en train de se préparer. L'anglais fit donc de même, veillant à ne rien oublier de son "costume". La russe fit enfin surface et se présenta devant lui, lui demandant son avis. Que dire à part qu'elle était magnifique ? Il était certain que tous les regards seraient braqués sur elle. C'était un bon point pour eux mais il fallait qu'ils se méfient. Cela pouvait vite devenir dangereux.

Eleonnora jugea la tenue de Russell adéquate et le duo pu se mettre en route. Cette fois c'était lui qui conduisait et il se gara un peu en retrait du quartier de la ville qu'ils devaient découvrir. Il laissa la jeune femme le guider puisqu'elle était en terrain plus ou moins connu. Cependant, il faisait tout pour que l'on croit que c'était lui et lui seul qui menait la danse. Pour que leur couple soit crédible, ils devaient chacun jouer leur rôle à la perfection tout en semblant naturel. C'était loin d'être aussi facile que cela en avait l'air. Russell ne pu s'empêcher d'observer les gens qu'il croisait, vieille habitude d'espion. Il constata d'ailleurs que les hommes qu'ils croisaient se retournaient sur le passage d'Eleonnora. On pouvait dire facilement qu'elle était au centre de l'attention... Pari réussi.

Puis, passant près du club qui les intéressait, elle lui demanda s'ils pouvaient aller y faire un tour. Tout cela faisait parti du numéro qu'ils devaient jouer mais Russell ne savait pas si s'y rendre si tôt était une bonne idée. Puisque la russe connaissait mieux que lui ce milieu, il préféra lui faire confiance et la laisser continuer de mener la barque. Entrer en désaccord en pleine mission pouvait s'avérer dangereux. Et puis, jeter un oeil ne pourrait que leur être utile... non ?


"Si cela peut te faire plaisir, Darling." répondit-il avec un léger sourire qui se voulait enjôleur

Il changea de cap et en se dirigea vers le club, pénétrant à l'intérieur. La première chose qu'il remarqua était le fort volume de la musique. Il y avait déjà pas mal de monde malgré l'heure et la piste de danse était loin d'être déserte. Mais maintenant qu'il était à l'intérieur, Russell ne savait pas trop où se diriger. Vers le bar ? Sur la piste de danse ? Lui qui ne savait pas danser, cela risquait d'être épique. Cependant, Eleonnora lui signala discrètement un endroit qui leur conviendrait bien mieux. Repérant les tables éloignées dotées de banquette, l'anglais prit cette direction comme si c'était naturel pour lui. Ses gestes étaient décontractés mais sûrs. Il voulait montrer qu'il savait ce qu'il faisait et surtout pas que c'était sa "femme" qui prenait les décisions. Une fois à table, il tendit l'oreille pour entendre ce que sa partenaire lui racontait. Afin de rester crédibles même de loin, il était assis à côté d'elle, sa main posée sur la sienne.


"Je vois. Je suppose qu'il y a bien quelqu'un qui garde l'entrée oui. Le barman sait sans doute quelque chose, c'est le genre de type qui est au courant de tout, même des histoires les plus louches. Je vais aller lui rendre une petite visite, histoire de commander quelques verres et de m'afficher un peu. Je te laisse agir à ta guise, on se retrouve ici dans quelques temps pour boire les verres et surtout rapporter ce qu'on a pu voir ou entendre, ça te va ?" proposa t-il d'un air qui se voulait détendu au cas où on les regarderait "Vodka, c'est ça ?"

Confirmation donnée, Russell déposa un baiser sur le dos de la main d'Eleonnora puis se leva et se dirigea tranquillement vers le bar. Une fois devant, il s'y accouda et se mit de côté histoire de conserver un oeil sur la jeune femme tout en pouvant bavarder avec le barman. Ce dernier ne tarda pas à s'approcher de lui. Il devait avoir des yeux et des oreilles partout, ainsi Russell n'avait pas droit à l'erreur.

"Une vodka et un bourbon purs. Et je veux aussi une bouteille de champagne à la table là-bas. Oh et puis si tu as de quoi manger, met nous ce que tu as de meilleur. On ne vit qu'une fois, on ne va quand même pas se priver."

Il le tutoyait volontairement, ne prenant pas de pincettes afin de donner un air sur de lui, qui savait ce qu'il voulait. Pas l'ombre d'une hésitation, son regard était franc et autoritaire. Il fallait qu'on le prenne au sérieux d'entrée de jeu mais qu'il reste un type accessible. Pas si évident que ça. Le barman l'observa un instant, l'air dubitatif puis commença à préparer les verres. Pendant ce temps, Russell jetait un oeil à la piste de danse, regardant de temps à autre le barman afin d'attraper les verres dès qu'ils seraient prêts. Pas question que quelqu'un d'autre y touche, c'était dangereux. Il ne restait plus qu'à attendre. Une fois les verres en main, il rejoindrait leur table pour attendre la suite de sa commande. Mais pour le moment, il restait en attente...
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 23 Déc 2012 - 17:55

À quoi bon se battre si ce n’était que pour semer davantage la destruction ? Pourquoi risquer sa vie pour des personnes qui n’en valaient pas la peine ? Pendant longtemps, Eleonnora avait tout remis en question, jusqu’à sa propre existence. Elle avait été marquée par la guerre et, parfois, il y arrivait encore de faire des cauchemars à ce sujet. Elle ne pouvait oublier tout ce qui s’était produit sur le champ de bataille. Heureusement, elle n’avait jamais été blessée physiquement. Elle dissimulait alors ses véritables plaies en son for intérieur, souhaitant fortement pouvoir passer par –dessus tout cela.

Elle doutait arriver, un jour, à vaincre sa plus grande peur. Elle ne pouvait plus supporter les petits espaces clos sans avoir l’impression d’étouffer, craignant qu’à tout moment que quelqu’un pénètre dans la pièce afin de la tuer sauvagement. Si elle était vivante, cela tenait du miracle. Elle avait su se protéger, sauver sa propre vie aux dépends de ses collègues militaires. Si elle n’aurait eu aucun problème à passer deux journées entières à leur compagnie, cela devenait tout simplement insupportable une fois morts. Elle était restée auprès de cadavres sans possibilité de se sortir de ce véritable cauchemar. Elle avait bien cru finir par mourir de faim ou de déshydratation. Elle avait eu de la chance d’être secourue à temps par une autre unité. Elle avait bien réalisé que cela ne se reproduira probablement jamais. Elle devait alors lutter pour sa survie, sans compter sur un quelconque coup de main du destin.

Maintenant qu’elle était au Shield, elle sentait qu’elle pouvait construire quelque chose de nouveau et affronter certaines de ses craintes. Elle n’était plus sur un champ de guerre, mais devait malgré tout se battre afin de ne pas périr bêtement en mission. On ne pouvait pas dire qu’Eleonnora n’était pas maligne, comme on pourrait le penser en la regardant brièvement. Elle passait pour la parfaite cruche de service qui n’avait que d’attirant sa généreuse poitrine et ses magnifiques formes. En fait, elle cachait bien son jeu. Cela lui donnait un atout afin de surprendre l’ennemi. Personne ne pourrait se douter qu’elle avait, un jour, été envoyée au front. Elle savait se battre et préférait le dissimuler afin de pouvoir attaquer si cela était nécessaire. Il lui était déjà arrivé de se faire abordé par un groupe de deux ou trois hommes la trouvant bien de leur goût. Ils avaient cru pouvoir la posséder, en faire ce qu’ils désiraient, mais ils s’étaient royalement trompés. La jeune femme savait se battre et ses agresseurs ne s’en étaient pas sortis sans blessures. Afin qu’ils se rappellent de leur geste puérile, elle avait jugé qu’un membre cassé laisserait un souvenir particulièrement désagréable. Ils l’avaient attaqué, elle s’était défendue. Elle n’était pas aussi faible et docile qu’elle le paraissait. Il ne fallait pas se fier aux apparences.

Afin de réussir leur mission actuelle, Eleonnora ainsi que son coéquipier devaient porter une attention toute particulière à leur allure. C’était en paraissant pour des trafiquants fortunés qu’ils allaient pouvoir attirer les regards et l’attention des autres. Douée pour cela, la jeune femme pris tout son temps afin de se faire belle. Lorsqu’elle fut prête, il ne lui restait plus qu’à se rendre sur le terrain. En compagnie de Russell, ils montèrent en voiture et se dirigèrent vers le club où se trouvait leur cible.

Après s’être garé, le couple quitta la voiture et se promena dans les diverses rues du quartier. Eleonnora repéra bien rapidement le club qu’ils devaient infiltrer et proposa à son mari de l’y suivre. Ainsi, elle pourra davantage prendre connaissance des lieux. Une fois à l’intérieur, elle pouvait explorer les diverses sections du bar. Piste de danse, tables, bar, ils avaient le choix. Russell guida sa femme vers les tablettes à banquettes, dans un coin de la pièce et ils s’y installèrent afin de discuter calmement. Ainsi, la jeune femme pouvait expliquer à son coéquipier comment fonctionnait ce bar, où pouvait se trouver leur cible. Elle observait également les personnes présentes afin d’avoir une idée de la clientèle. Les ethnies étaient mélangées, il y avait peu de personne à la peau de porcelaine, terriblement blanche, comme elle.


-« C’est parfait. Occupe-toi de mon verre, je vais aller m’amuser un peu. »

Russell se dirigea vers le bar, laissant la jeune femme faire ce que bon lui semblait. Puisque la piste de danse avait l’air plutôt attirante, pourquoi ne pas y faire un tour ? Elle s’approcha du DJ et glissa un billet sur sa table où étaient posées ses diverses consoles. Elle se pencha afin de murmurer quelques mots à son oreille. Elle était une connaisseuse, au niveau musical. Elle savait quel type de chanson convenait à l’ambiance actuelle et se doutait bien qu’elle ne sera pas inconnue aux gens du milieu. Puisque le DJ accepta de faire jouer la chanson, à son modérément réduit, ce qui permettait déjà aux personnes présentes de mieux s’entendre parler. Elle rejoignit la piste de danse afin de se déhancher un peu. Elle avait repéré une femme afro-américaine qui semblait bien se débrouiller, qui attirait tous les regards au centre de la piste. Il était temps de la déloger de sa place de superstar.

Lorsque la musique débuta, la femme semblait au départ surprise par sa plus faible tonalité, mais un sourire apparu bien rapidement sur ses lèvres. À la plus grande surprise d’Eleonnora, elle se mit à danser de plus belle, semblant connaitre parfaitement la chanson. Génial. Ainsi, ce sera plus amusant. Prenant sa place au centre de la piste, l’agent réalisa bien rapidement que cette petite danse se transformait en véritable duel entre les deux jeunes femmes. Un peu de challenge, c’est toujours plus amusant. Elle devait en profiter, il était bien rare de tomber sur une personne ayant les mêmes connaissances musicales qu’elle. Sur la piste de danse, les gens s’éloignèrent légèrement des deux femmes afin de les laisser s’adonner à leur combat, encourageant le parti qu’ils préféraient .Cela aurait pu s’arrêter à la danse, mais c’était sans parler d’Eleonnora qui avait une voix assez forte, portante, lorsqu’elle chantait. Elle était fière d’elle d’ainsi chanter, croyant qu’elle déstabiliserait son adversaire qui, à son tour, se lança, mais d’une voix plus grave que la sienne, moins cristalline, qui venait donner un tout autre ton à la chanson.

N’était-ce pas Russell qui disait vouloir s’afficher un peu ? Eleonnora avait fait de même de son bord. Lorsque sa chanson pris fin, elle offrit un sourire charmeur aux personnes l’observant avant de s’éloigner d’une démarche de mannequin. Elle alla ainsi retrouver la table où Russell l’attendait. Prenant place à ses côtés, elle replaça délicatement une mèche dorée derrière son oreille avant de s’emparer de son verre.


-« Je ne savais pas qu’un tel duel donnait aussi soif. J’espère que tu as pu m’admirer à l’œuvre, chéri… car il y en a bien d’autres qui ont également profité de la vue. »

Elle but une longue gorgée de vodka. Le breuvage lui brûla la gorge, sensation qu’elle adorait particulièrement. Glissant légèrement sur la banquette afin de se retrouver encore plus près de Russell. La musique était redevenue aussi forte qu’à leur arrivée. Elle posa sa main sur celle de son mari, puis balaya la pièce du regard, comme si rien n’était.

-« Il est sympa le barman ? » Demanda-t-elle innocemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Jeu 27 Déc 2012 - 13:22

En tant que militaires, Eleonnora et Russell ne pouvaient que se comprendre même s'ils n'avaient pas vécu la même chose. La guerre restait la même partout, plus ou moins "sale" mais elle restait inutile et destructrice. Vu la façon dont en parlait la russe, elle avait dû vivre et voir des choses qu'elle préférerait oublier. Mieux valait donc clore le sujet plutôt que d'enfoncer le clou. Leur curiosité avait de toute façon été assouvie et l'anglais était satisfait de ne pas avoir eu à revenir sur le sujet précédent. Ils étaient là pour apprendre à se connaitre un minimum, pas besoin d'entrer dans les détails. Il était possible que ce ne soit que leur seule mission ensemble de toute façon. Mais mieux valait qu'ils la réussissent s'ils ne voulaient pas que ce soit la dernière tout court. Ils étaient entrainés, mutants de surcroit, mais pas invincibles.

Alors que Russell observait Eleonnora, il songeait qu'elle représentait leur meilleur atout. Elle ne portait aucune cicatrice disgracieuse qui aurait pu trahir sa participation à la guerre, était finement musclée mais rien qui ne pourrait trahir son entrainement spécial et sa beauté naturelle ferait rapidement tourner des têtes. Vu la façon dont elle s'était habillée, elle allait sans doute passer pour une simple femme mariée à un riche mari dont elle profitait pour s'amuser et faire la fête. C'était en tout cas l'impression qu'en avait l'anglais en la regardant. S'il ne savait pas qu'elle appartenait au SHIELD, il ne l'aurait jamais deviné. Pourtant, c'était sa spécialité à lui aussi de se faire passer pour ce qu'il n'était pas. Mais avec son air bourru, ses cicatrices et ses manies d'ex militaire, il était plus facile pour lui de se faire remarquer. Il fallait donc qu'il fasse attention et qu'il agisse de la façon la plus naturelle possible. Se souvenir de son passé d'homme marié lui serait sans doute utile même si cela ne lui rappellerait rien d'agréable au final. Il n'était pas là pour prendre du bon temps après tout.

Fin prêts, il conduisit pour se rapprocher mais pas trop du lieu qu'ils convoitaient. Russell n'avait pas pensé qu'ils infiltreraient le club dès le premier soir mais au final ce n'était pas plus mal. Ainsi, ils pouvaient mieux s'imprégner des lieux et voir comment les gens agissaient, surtout pour Russell. Il ne fallait pas non plus qu'ils soient comme monsieur et madame tout le monde s'ils voulaient se faire remarquer un minimum. Après tout, il y avait sans doute d'autres couples dans leur genre au sein de l'endroit. Ils avaient l'avantage d'avoir une russe plutôt remarquable, ce qui aidait grandement. Et puis Russell et sa carrure n'étaient pas non plus très discrets. Mais cela ne suffirait pas, forcément. Ils devaient la jouer fine. Trop se mettre en avant n'était pas forcément non plus une bonne chose. C'était un peu à double tranchant.

Assis à une table un peu à l'écart, le "couple" en profitait pour discuter normalement, élaborant plus ou moins un plan. Ils se séparaient pour le moment afin d'avoir plus de chances de grappiller des informations et d'attirer également l'attention. Eleonnora parlait de "s'amuser" un peu et Russell espérait que c'était dans le but de la mission, ne sachant pas si elle était si professionnelle qu'il le pensait. Se dirigeant vers le bar, il s'y accouda et passa commanda auprès du barman qui s'exécuta sans discuter. Pendant qu'il préparait le tout, l'anglais posa les yeux sur la piste de danse à la recherche de sa "femme". Il n'eut pas besoin de chercher bien longtemps... Une sorte d’attroupement s'était formé tout autour de la piste, encerclant deux personnes qui dansaient comme si elles étaient possédées par quelque chose de pas très naturel. L'une d'elle était Eleonnora. Russell haussa un sourcil un instant puis, se souvenant qu'il était lui aussi observé, se détendit et se mit à sourire, prenant un air fier. Intérieurement, l'anglais se demandait ce qui fichait sa partenaire. Se mettre en avant oui, devenir la star de la soirée, c'était autre chose. Avait-elle perdue la raison ? Elle venait à peine d'arriver et déjà tout le monde la regardait. Ce n'était pas vraiment ce que Russell avait prévu pour un premier soir. Il avait l'impression que les choses allaient beaucoup trop vite et qu'il en perdait totalement le contrôle. En fait, la seule personne qui avait l'air de gérer la situation, c'était Eleonnora. Et encore, il ne savait pas si elle savait ce qu'elle faisait. Elle connaissait certes le milieu mais n'était-elle pas en train de griller toutes leurs chances ? Tant pis. Si elle jouait cette carte, mieux valait qu'il l'appuie. Ce n'était pas le moment d'avoir une divergence d'opinion. A côté de lui se tenait divers types buvant un coup au bar mais s'étant interrompus pour observer le spectacle. Voilà qu'Eleonnora chantait maintenant... Et elle chantait vraiment bien, ce qui surprit Russell sur le coup. Mais il ne fallait pas non plus qu'il montre sa surprise.


"T'as vu la nana ? La blonde là. Elle est canon. Vu comme elle bouge, elle doit assurer au pieu."
"La black est pas mal non plus mais... j'avoue que j'me la ferais bien."


Russell haussa un sourcil. Comment parlaient-ils de sa partenaire là ? Il se retint de leur dire sa façon de penser d'un ton désagréable. Il devait jouer son rôle et non tout foutre en l'air. Après tout, c'était la faute de la russe si de tels commentaires étaient soudainement prononcés. Le barman posa les verres fin prêts sur le comptoir et déclara que la suite serait portée à leur table. Russell hocha la tête avec un sourire puis glissa un gros billet à son attention. Il y avait de quoi payer au moins trois fois ce qu'il avait commandé mais c'était volontaire. Ainsi, il affichait clairement qu'il était loin d'être pauvre et d'une façon ou d'une autre, il savait qu'il attirerait les convoitises. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire. Se penchant vers les deux malotrus, il les regarda tour à tour en souriant.

"Sexy hein ? Quel dommage qu'elle soit mariée... regardez son alliance. Son mari est vraiment un type chanceux."


Il fit demi tour sans attendre de réponses puis retourna s'installer à la table où Eleonnora le rejoignit peu après. Aucun doute que les types l'avaient suivie des yeux et comprenaient maintenant qui était le mari en question. Que de déceptions pour eux mais maintenant ils savaient à quoi s'en tenir, le message était passé. La jeune femme buvait sa vodka, visiblement fatiguée de son "duel". Russell but une gorgée de son verre sans la quitter des yeux.

"Plutôt impressionnant. Je n'en ai pas perdu une miette, pas plus que les autres abrutis de service aux commentaires déplacés. Je ne serais pas étonné que l'un des types présents ici tente de t'approcher malgré tout. Tu m'avais caché tes talents de danseuse et chanteuse. Je savais que tu connaissais bien le milieu mais pas à ce point."

Il profitait qu'ils étaient encore seuls pour le moment pour parler normalement à Eleonnora. Cela risquait de ne pas durer. La russe lui parlait comme si de rien n'était, évoquant le barman. Russell hocha la tête avec un sourire.

"Sympa mais pas très bavard comme type. Etonnant pour quelqu'un de son métier. Généralement ils tiennent la jambe mais lui, pas vraiment. Ma tête ne doit pas lui revenir. Pourtant, j'ai su me montrer généreux, si tu vois ce que je veux dire."

Un homme approchait d'eux, un peu chargé. Il les salua et déposa tour à tour un seau de glace où trônait une bouteille de champagne hors de prix ainsi qu'un plateau de nourriture. Russell lui tendit un petit billet pour le remercier de s'être déplacé puis le regarda s'éloigner à nouveau. Il n'avait pas très faim pour le moment mais puisque c'était commandé, il ne fallait pas gâcher. Attrapant un morceau ou deux du bout des doigts, il les goba avant de remarquer un petit morceau blanc étrange. Tendant la main, il l'attrapa et le tira. C'était un morceau de papier plié en quatre, tâché de sauce puisqu'il se trouvait au beau milieu du plateau. Russell leva les yeux vers le bar. Le barman le regardait puis se détourna. L'anglais ne prit même pas la peine de lire le message, le tendant à Eleonnora sans quitter le barman des yeux.

"Je crois qu'on a une invitation, Darling."
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mar 8 Jan 2013 - 6:46

En mentionnant qu’elle connaissait les différents milieux où faire la fête et s’amuser, Eleonnora omis de préciser qu’elle avait déjà travaillé dans un club. C’était un cabaret burlesque, un endroit bien particulier et très loin de ce que recherchait les gens, en général. Hors des heures de travail, elle aimait bien sortir et s’amuser dans les différents clubs de la ville. Elle côtoyait autant les gens fortunés de Manhattan que les gens bien ordinaires de la société New-Yorkaise. Elle avait donc pu rencontrer différents types de personnes et profiter diverses ambiances, selon son humeur du moment. Elle avait donc de bonnes connaissances en la matière, bien qu’elle n’ait jamais réellement fréquenté de bar comme celui dans lequel elle se trouvait. Ce n’était pas le type d’endroit qu’elle recherchait habituellement.

Ayant l’habitude d’attirer l’attention, choisissant de se comporter comme à son habitude tout en revêtant ce personnage qu’elle devait incarner dans le cadre de la mission, la jeune femme s’était déhanchée comme une diablesse, ce qu’elle savait si bien faire. Elle regretta, l’espace un moment, de ne pas être dans un bar à karaoké, là où elle aurait pu mettre ses talents de chanteuse en valeur. Malgré tout, elle ne se gêna pas pour faire entendre sa voix, captant ainsi toute l’attention – principalement masculine – des gens présents dans la pièce. Une fois son petit spectacle terminé, elle retourna à la table qu’elle partageait avec Russell, un large sourire sur les lèvres. Elle sentait les nombreux regards posés sur elle. Elle était devenue un objet de convoitise, de fantasme pour certains, bien qu’ils auront tôt fait de l’oublier en dégotant une énième poulette à draguer.

Assise auprès de son mari, la jeune femme attrapa son verre de vodka et s’enfila quelques gorgées. Il n’y avait rien de mieux que cela. Posant sa main sur celle de Russell, elle jouait son rôle d’épouse fêtarde, jetant quelques regards à la salle. Le niveau de la musique avait augmenté, les gens s’étaient remis à danser sur la piste. Quelques hommes, assis au bar, leur jetaient des brefs regards. En fait, ils ne regardaient qu’elle. La jeune femme leur servit un petit sourire aguicheur avant de porter son attention sur son coéquipier, lui demandant s’il avait remarqué sa superbe prestation sur la piste de danse. Elle fut ravie d’entendre ses commentaires sur le sujet. C’était bien normal qu’il ne s’était pas douté de ses talents de danseuse. Jamais elle ne lui avait précisé cela.


-« Quand on est aussi jolie que moi, il faut s’habituer aux commentaires, souvent déplacés, des hommes. Si ça ne te plait pas, tu pourras toujours les remettre à leur place, même si j’ai pour habitude de le faire moi-même. Avec la prestation que je viens de donner, c’est certain que j’ai quelques admirateurs dans la salle. Ça a toujours été comme cela. »

Une gorgée de vodka plus tard, elle questionna Russell sur son petit passage au bar. Elle désirait savoir s’il avait pu glaner quelques informations utiles à leur mission. La réponse fut bien décevante. Habituellement, les barmans étaient sympathiques et ils étaient proches de leurs clients. On dirait bien que ce n’était pas le cas de celui-ci. La jeune femme nota mentalement que dans ce lieu, il fallait éviter les rapprochements et, surtout, ne pas poser trop de questions. Il fallait bien s’y attendre, dans un tel milieu.

Puis, la nourriture et le champagne arrivèrent à la table. L’homme déposa le tout avant de repartir avec le généreux pourboire que lui avait donné Russell. Eleonnora lui fit un petit signe de la main, accompagné d’un clin d’œil, avant qu’il ne se détourne d’eux. Puis, elle porta son attention sur le papier qui lui tendait son compagnon. Elle le prit délicatement entre ses doigts, prenant soin à ne pas se tâcher de sauce, puis le déplia. Un long sourire s’étira sur ses lèvres alors qu’elle le replia avant de le déposer sur la table.


-« Tu as raison, mon chéri. On a une touche. »

Elle leva les yeux vers le barman afin de l’observer attentivement. Il ne se souciait pas d’elle, trop occupé à servir un client. À présent, Eleonnora se demandait s’il ne valait pas mieux attendre avant de rejoindre la salle arrière. Après tout, c’était leur premier soir en ces lieux. Ils étaient ici en tant qu’éclaireurs. Cependant, ils avaient une chance, devant eux, de pouvoir faire bouger les choses un peu plus rapidement. Qu’est-ce qui serait le plus louche ? Refuser l’invitation, pour l’instant, ou l’accepter sur le champ ? Goutant à la nourriture qui venait d’être servie, la jeune femme se plongea dans une longue réflexion qu’elle fit par interrompre afin de s’adresser à son mari, sur le ton de la confidence. De toute façon, la musique était suffisamment forte pour éviter que des oreilles indiscrètes l’entendent.

-« Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? » Fit-elle en se penchant pour lui murmurer à l’oreille. « On a l’occasion de voir ce qui se passe à l’arrière, mais ça ne faisait pas partie de notre plan initial. C’est peut-être notre seule chance. »

Elle jeta un bref regard au barman afin de reporter son attention sur Russell. Se redressant, la jeune femme décida de jouer son rôle de femme innocente et pas trop préoccupée par les affaires de son mari. Analysant la situation, elle jugeait qu’il valait mieux profiter de cette chance qui s’offrait à eux, même si cela n’était pas prévu. Ils devaient improviser et avoir l’air naturels ainsi que convainquant, dans leur rôle.

-« On devrait y aller, si tu veux mon avis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mer 9 Jan 2013 - 16:17

Russell avait pour habitude de travailler seul. C'était son mode de travail préféré car ainsi il n'avait pas à se mettre d'accord avec quelqu'un d'autre sur la marche à suivre. Il était seul décisionnaire et s'il faisait une erreur, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Cela n'avait pas que des avantages bien entendu. Seul, il disposait de moins de ressources, mais cela lui convenait. Sauf que cette fois, il n'avait pas eu le choix. On lui avait imposé sa partenaire et la relation qu'ils devaient entretenir pour la réussite de la mission. Jouer un rôle n'était pas son fort, mais jouer un homme marié était pour lui franchement pénible. Au moins sa collègue était tout sauf désagréable à regarder, c'était déjà ça. Néanmoins, elle avait l'air d'avoir son caractère bien à elle.

Bien qu'ils s'étaient mis d'accord sur la marche à suivre jusqu'à présent, l'anglais ne savait pas si les choses allaient continuer en ce sens. En effet, alors qu'il était allé au bar, Eleonnora s'était fait bien remarquer sur la piste de danse. Désormais, toutes les personnes dans le club avait conscience de son existence. A croire qu'elle avait fait ça toute sa vie... C'était réussi. Un peu trop peut-être. Russell n'était pas certain qu'un tel show servirait leurs intérêts. Mais il prit sur lui et essaya de faire confiance à la jeune femme. Elle était loin d'être bête et était une ancienne militaire. Techniquement, il pouvait compter sur elle...

Lorsqu'ils se rejoignirent à la table, ils en profitèrent pour discuter un peu, loin des oreilles indiscrètes. Néanmoins les regards étant toujours présents, ils devaient continuer d'agir comme s'ils étaient un vrai couple. De toute façon, tant qu'ils seraient toujours dans le club et ses alentours, mieux valait ne pas baisser sa garde et continuer de jouer le rôle qui leur avait été attribué. Quoiqu'il en était, Eleonnora avait su faire preuve d'un certain talent, chose que Russell n'aurait jamais imaginée. La réponse de la jeune femme le laissa coi. Ce n'était pas la modestie qui l'étouffait. L'anglais lui lança un regard perplexe l'espace d'un court instant avant de reprendre son sourire de parfait mari. Elle s'était mise en avant juste pour flatter son égo ou cela serait-il utile pour eux ?


"Ca ne devrait pas être une habitude à prendre. Si ça recommence, laisse moi leur expliquer que ma "femme" n'est pas un objet de convoitise. Il ne vaut mieux pas que tu interviennes directement. Déjà parce que montrer que tu sais te défendre refroidirait ensuite n'importe qui, y comprit notre cible. Et ensuite parce que ce serait suspect, mieux vaut garder cet atout pour plus tard pour mieux les surprendre au besoin. Je ne doute pas un instant que tu sais te défendre mais n'oublie pas que l'on joue un rôle."

Il ne pouvait pas l'empêcher de faire ce qu'elle voulait mais si elle était professionnelle, elle repenserait à deux fois à sa façon de procéder. Pourvue qu'en plus d'être vaniteuse, elle n'était pas impulsive...
Russell expliqua à son tour comment sa visite au bar s'était déroulée. Rien d'exceptionnel pour le moment mais l'anglais savait que c'était le genre de choses qui prenait du temps. Ce n'était pas plus mal, il ne fallait pas qu'ils soient suspects à vouloir que les choses aillent trop vite. Prenant quelque chose pour manger, il remarqua un morceau de papier qui n'avait rien à faire là. Supposant que c'était un petit mot à leur attention, Russell le tendit à Eleonnora pour qu'elle le lise. Satisfaite, elle affirma qu'il s'agissait effectivement d'une invitation. Tout se déroulait à merveille. Un peu trop peut-être. D'un naturel méfiant, Russell ne voulait pas sauter de joie trop vite.

Hochant la tête pour répondre à sa femme, Russell mangea un peu, tendant l'oreille alors qu'elle lui parlait. Elle lui demandait son avis. Devaient-ils y aller ou pas ? Pour ne pas avoir l'air de trop réfléchir, l'agent attrapa son verre, buvant un peu avant de se remettre à manger. Agir naturellement leur éviterait de trop se faire remarquer. Russell pesait le pour et le contre, ne sachant pas quelle option était la meilleure. Se précipiter serait peut-être une preuve qu'ils n'attendaient que ça, se montrant alors suspects. Mais gâcher cette chance inespérée n'était pas très malin non plus. Alors qu'il réfléchissait encore, Eleonnora indiqua clairement son intention d'y aller de toute façon. L'anglais la regarda sans rien dire. Pourquoi lui demander son avis si mademoiselle avait déjà tout décidé à l'avance ? Visiblement, elle aussi avait des lacunes en ce qui concernait le travail d'équipe. Néanmoins, mieux valait voir ça simplement comme un avis. Elle avait néanmoins raison. Refuser l'invitation était risqué car l'occasion ne se représenterait sans doute pas.


"Nous irons. Mais pas tout de suite. Nous précipiter n'apportera rien de bon, autant montrer que nous sommes flattés de l'invitation mais pas désespérés au point de courir vers cette offre. Faisons nous désirer un peu." fit-il en se rapprochant un peu d'elle avant de se redresser "Et puis, il ne faudrait pas gâcher toute cette bonne nourriture, non ? Terminons au moins tranquillement nos verres."

Russell prit son temps, se forçant encore un peu à manger, puis termina son verre quelques minutes plus tard. Il attarda son regard sur la piste de danse puis, jugeant que tout cela était bien ennuyeux, il fit un signe de tête à Eleonnora. Il était temps d'y aller. Se levant, il tendit ensuite son bras à sa femme, attendant qu'elle s'en saisisse avant de se diriger vers le bar ou plutôt juste à côté, là où se trouvait la seconde pièce. Devant le passage se tenait un homme plutôt imposant et a l'air patibulaire. Russell sortit le petit papier qu'il avait gardé et le coupla à un gros billet avant de fourrer le tout dans la poche du type qui se contenta de les regarder passer sans chercher à les stopper.

"Faites transférer notre bouteille de champagne ici, vous serez gentil."


Le couple pénétra dans la salle où il y avait bien de la musique mais nettement moins fort qu'à côté. Là, on s'entendait parler sans avoir besoin de hurler. Les gens qui peuplaient cette salle n'avaient plus rien à voir avec le péon moyen qui grouillait dans la salle principale. La plupart était bien habillés, dévoilant richesse à qui voulait bien le voir. Mais il n'y avait pas qu'eux. Certaines personnes ressemblaient davantage à des voyous qu'à des gens bien. Curieux mélange. Pourtant, cela avait l'air de ne choquer personne. Sans y prêter plus attention, Russell se dirigea vers l'une des tables situées sur le côté, un peu à l'écart encore. Plus qu'une table, c'était presque une sorte de mini salon, permettant une sorte d'intimité. Idéal pour conclure des affaires. Peu après, leur bouteille encore neuve arriva sur la table, dans son seau de glace, accompagnée de verres. Russell s'en empara pour la déboucher et leur verser un verre à chacun. Inutile de trop boire pour le moment mais ne pas en profiter éveillerait également des soupçons. Heureusement qu'ils tenaient bien l'alcool.

"Je crois que ça va encore être à toi de jouer, Darling. Voyons si tu arrives à appâter notre cible." chuchota t-il à l'adresse de sa partenaire
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Ven 11 Jan 2013 - 5:59

Eleonnora connaissait ses forces, tout comme ses faiblesses. Elle avait appris à se connaitre davantage, au fil de ses nombreux passages dans le bureau de sa psychologue. Si, déjà, elle n’était pas des plus modestes, cela avait empiré avec le temps. Elle avait toujours été fière de ses exploits, à l’armée, et ne se gênait pas pour s’en vanter lorsqu’elle en avait l’occasion. Lorsqu’elle se mit à travailler dans un bar, elle prêta davantage attention à son apparence physique et réalisa qu’elle était d’une grande beauté. Elle attirait les regards, elle était le centre de l’attention et elle en était fière. Elle aimait bien se mettre à l’avant, être admirée de tous. Son charme naturel ne faisait que la rendre bien plus attirante. Cependant, il ne fallait jamais juger que par l’apparence. Elle dissimulait à la perfection certaines traumatismes de son passé de militaire. En jouant les femmes fortes, indépendantes et sans pitié, elle trompait les autres, les empêchait de voir qui elle avait réellement été et ce qu’elle avait vécu.
Russell pouvait bien la comprendre. Il avait été militaire, il avait probablement vue de terribles choses, peut-être même subit des atrocités, qui sait. Cependant, ce n’était pas parce qu’il avait un passé dans l’armée qu’elle allait soudainement lui confier tout ce qu’elle y avait vécu. Il y a certaines blessures qu’il vaut mieux ne pas rouvrir. C’est pourquoi elle préférait éviter de parler de sa légère claustrophobie et de son origine. Même sa petite amie n’en savait rien et ce n’était pas prêt de changer.

Installée aux côtés de son mari, la jeune femme vantait sans retenue sa sublime beauté naturelle. Elle attirait encore les regards, même après son petit numéro. C’était bien la preuve que certaines personnes de l’avaient toujours pas oubliée. Il fallait savoir se faire remarquer, dans ce genre d’endroit, mais de la bonne façon. Eleonnora jouait son rôle de jeune femme riche et fêtarde qui profitait des richesses de son mari. Puisque ce dernier semblait beaucoup plus réservé et discret, c’était parfait.


-« Ne t’en fais pas, je sais ce que je fais. Alors joue bien ton rôle de mari, tout devrait bien aller. Ce n’est peut-être pas dans mes habitudes de me laisser faire, mais je ne trahirais pas notre identité. Je ne foutrais pas tout en l’air, tu peux me faire confiance là-dessus. »

Eleonnora savait se montrer professionnelle, lorsqu’il le fallait. Elle n’avait pas vraiment le choix de jouer le rôle de la femme faible, bien que cela ne lui plaisait pas. Elle devait laisser Russell la protéger contre les enquiquineurs. La jeune femme comptait bien prouver à son partenaire qu’elle pouvait jouer son rôle à merveille. Elle n’avait jamais fait échouer une mission et n’allait certainement pas commencer ce soir.

Ils décidèrent de se rendre à l’arrière, dans cette pièce réservée à certaines personnes bien particulières. Cependant, ils ne devaient pas se précipiter. Ils devaient prendre leur temps. La jeune femme en profita pour manger un peu, installée tout près de Russell. Elle faisait la belle, regardait la salle, observait les individus pénétrant dans le bar. De temps à autre, elle lançait un petit clin d’œil au barman. Elle en profitait également pour réfléchir à ce qu’elle comptait faire une fois de l’autre côté. Lorsque leur cible sera repérée, il faudra trouver un moyen de l’approcher. Cependant, ce genre de chose n’était pas très simple à prévoir. Elle devra élaborer un plan une fois sur place. Lorsqu’elle termina son verre de vodka, elle jeta un regard à Russell, attendant son approbation avant de quitter la table. Lorsque celui-ci lui fit un signe de tête, elle se leva et attrapa le bras qu’il lui tendait.

Ils si dirigèrent vers l’autre pièce. De sa démarche de mannequin, Eleonnora attirait certains regards. Elle en profitait donc pour jouer la femme fière, accrochée au bras de son mari fortuné. Elle était très douée pour jouer son rôle, bien qu’habituellement elle était la femme à laquelle on s’accrochait. Qu’importe, elle devait marcher un peu sur son orgueil de féministe et jouer à la perfection la femme objet sans cervelle.

La musique de la pièce se trouvait être bien moins forte que celle qui animait la piste de danse. À présent, il n’était plus tellement possible de parler de leur couverture sans risquer d’être entendu par des oreilles indiscrètes. Ils devaient donc redoubler de méfiance et se mettre à fond dans leur personnage. Tout allait se jouer maintenant. Ils devaient faire bonne impression face à leur cible afin que cette dernière leur fasse confiance. Pour commencer, ils s’installèrent à une table, un peu à l’écart des autres. Peu de temps après, leur bouteille de champagne fut servi et Russell s’en empara pour lui servir une coupe. La jeune femme n’hésita pas et la porta à ses lèvres, goutant la boisson pétillante. Elle balaya la pièce du regard à la recherche de leur cible. Elle ne tarda pas à la repéré, confortablement assis sur une banquette, un verre d’alcool posé sur la table devant lui. Il était accompagné de la femme afro-américaine avec qui Eleonnora s’était amusée sur la piste de danse. Peut-être les avait-il aperçues ? Si c’était le cas, elle pourra peut-être l’aborder plus facilement. Afin de ne pas fixer l’homme en question, elle balaya de nouveau la pièce du regard, jusqu’à ce que Russell murmure à son oreille.


-« Je crois que ça va encore être à toi de jouer, Darling. Voyons si tu arrives à appâter notre cible. »

-« Ne t’en fais pas. Il ne pourra me résister. File moi quelques billets, j’ai une petite idée. »

Lorsqu’elle eut l’argent demandée en main, la jeune femme compta très rapidement les billets. Elle but une autre gorgée de champagne avant de porter un dernier regard vers sa cible. Elle devait attendre que la femme en sa compagnie ait quitté son siège. Depuis qu’elle l’avait repéré, elle n’attendait que ça. Glissant les billets dans son soutien-gorge, elle rajusta sa robe. Le moment de partir à la chasse avait finalement sonné. Elle espérait que son plan fonctionne. Si elle se montrait trop stupide, il ne se souciera pas d’elle. Si elle se montrait trop intelligente, il allait se méfier. Sans connaitre parfaitement la personnalité de l’individu afin de savoir comment il allait régir face à sa soudaine présence, elle ne pouvait s’assurer que son plan fonctionne. Pourtant, elle devait essayer et jouer le tout pour le tout.

S’avançant lentement vers la table, exécutant un parfait déhanché digne des mannequins, la jeune femme s’invita à la table où se trouvait l’homme, à présent seul. Elle s’assit sur la banquette et croisa les jambes. D’un geste naturel, elle glissa les doigts dans son décolleté et en tira la petite liasse de billet qu’elle y avait glissé. Elle montra clairement à l’homme qu’elle avait de l’argent à dépenser.


-« Parait que t’en vend du bon. T’as de quoi me faire planer, mon mignon ? » Fit-elle en s’accoudant à la table.
-« Tu s’rais pas la nana qui a volé la vedette à ma meuf sur le dancefloor ? »
-« Exactement. Les hommes m’oublient rarement. »
-« Alors, tu veux quoi, poupée ? Du speed ? Du weed ? De la coke ? »
-« Je veux la crème de la crème. J’espère que t’es capable de me fournir ça. »
-« Mam’selle est exigeante à ce que je vois. T’as de quoi payer ? J’vends pas aux pauvres. »

La jeune femme déposa les billets sur la table et les glissa jusqu’à l’homme, ne le quittant pas des yeux.

-« Apporte moi ce que t’as. Je te donnerais l’autre moitié de l’argent quand j’aurais la marchandise devant les yeux.»

Elle lui fit un sourire aguicheur avant de quitter la table, regagnant lentement la sienne. Elle reprit place auprès de Russell. La jeune femme ne savait pas si elle avait bien joué sur ce coup. Elle n’avait pas beaucoup de connaissances en matière de drogue et elle avait tenté de jouer son personnage comme elle le pouvait. Il était difficile de passer pour une cruche lorsque l’on était aussi intelligente qu’elle. Elle espérait que son petit numéro ait fonctionné. Si ce n’était pas le cas, elle craignait de la suite de leur mission. Il fallait espérer qu’elle ait été crédible. S’emparant délicatement de sa coupe de champagne, elle en bu une gorgée, silencieuse. Puis, elle se tourna vers Russell et tendit la main.

-« Tu me file une clope, chéri ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Mer 30 Jan 2013 - 14:04

Russell ne pouvait s'empêcher de juger les gens qu'il croisait à cause de son métier. Pour lui, chaque détail avait son importance et une analyse approfondie des autres pouvait se révéler payante. Cela valait bien évidemment pour les criminels et autres psychopathes qu'il tentait d'arrêter. Mieux connaitre leurs forces et leurs faiblesses, leur façon de procéder et leurs réactions étaient la clé de la victoire. Mais qu'en était-il pour ses partenaires ? Jamais il ne pouvait les choisir. Il était rare qu'on lui colle un autre agent dans les pattes mais parfois, certaines missions devaient être effectuées à deux. Il se demandait encore pourquoi on lui avait confié celle-ci puisque ses supérieurs connaissaient son caractère solitaire et tranché. Franchement, jouer un couple, ce n'était pas le meilleur rôle qu'on pouvait lui confier. C'était comme confier un rôle dramatique à un humoriste... ou l'inverse. Il avait été marié et avait plus ou moins connu le monde de la drogue. C'était sans doute la réponse. Sa partenaire le complétait très bien au point de vue talents et connaissances, elle était parfaite dans son rôle. Mais l'anglais trouvait qu'elle se trouvait elle-même un peu trop parfaite. Il arrivait à différencier les moments où elle "jouait" et ceux où elle était naturelle. A la voir s'agiter ainsi sur la piste de danse, il en était certain : elle aimait être au centre de l'attention. N'était-ce pas après tout ce qu'elle était plus ou moins censée faire ? Russell ne voyait pas ça d'un très bon oeil mais il la laissait faire pour le moment. S'il commençait à douter de sa partenaire, la mission serait un échec.

Au moins pour le moment, tout se déroulait bien même si certaines personnes regardaient encore dans leur direction. Ou regardait Eleonnora plutôt. Qui pourrait s'intéresser au mari fortuné qu'il était alors qu'une superbe créature était à ses côtés ? Il était de trop. Mais au moins, il dissuadait plus ou moins les éventuels gêneurs. Si l'un d'eux avait tout de même l'affront de venir la voir, nulle doute que Russell le remettrait à sa place, quitte à se faire remarquer. Car il ne fallait pas que ce soit Eleonnora qui agisse et se défende. Si tel était le cas, leur couverture ne ferait pas long feu. Ce n'était que le premier soir, ils devaient rester dans leurs rôles. L'agent Volt craignait que la jeune femme les trahisse à cause de ça mais elle le rassura aussitôt.


"Je te fais confiance. Je le dois, sinon notre mission sera un échec. Mais je sais qu'effectuer une telle mission en binôme n'est pas des plus simples alors méfiance. De toute façon, je ne laisserais personne t'approcher, sois en sûre. Hormis éventuellement notre cible mais tout dépend de son attitude. Bref, patience, grâce à ton numéro nous sommes au moins remarqués."

Ils avaient été invités à se rendre dans l'autre salle, salle qu'ils visaient justement. Cela avait été plus rapide que prévu mais cela aurait été une erreur de se précipiter. Ils ignoraient ce qui les attendaient là-bas exactement mais ils savaient une chose : leur cible était là bas. Ils auraient pu décider de ne pas y aller dès le premier soir mais passer à côté d'une telle opportunité aurait été dommage. Les choses allaient sans doute aller plus vite que prévu... s'ils continuaient de bien se comporter. Russell n'était pas encore très à l'aise avec ce milieu mais il savait que les dealers étaient des gens paranos qui ne se laissaient pas approcher facilement. Distribuer leurs marchandises contre rémunération, ça, ça allait. Mais s'investir davantage, c'était plus difficile. Il fallait les mettre en confiance, les approcher doucement et surtout ne pas les brusquer.

Le couple prit donc son temps avant de se décider à y aller, tentant de paraitre le plus naturel possible aux yeux de ceux qui pouvaient les observer. Ils n'eurent aucune difficulté à passer le garde des lieux, après tout, ils avaient été invités. Russell ne manqua tout de même pas de se montrer généreux. Faire savoir que l'on a de l'argent ouvrait souvent bien des portes. De l'autre côté, rien d'exceptionnel. Une simple salle à l'ambiance bien plus tamisée et calme que de l'autre côté où les gens s'affolaient sur la piste de danse. C'était plus propice aux discussions... et donc aux affaires.

Leur commande arriva rapidement à la table qu'ils s'étaient trouvés et Russell but une gorgée de champagne tranquillement, jetant un oeil furtif aux autres personnes présentes dans la salle. Leur cible était là. Il ne restait plus qu'à attirer son attention d'une façon ou d'une autre, qu'il sache que le couple existait et que faire des affaires avec eux serait bon pour lui. C'était en tout cas ce qu'il devait croire. Vu la façon dont Eleonnora savait attirer les regards, Russell supposa qu'il valait mieux la laisser tâter le terrain en premier. Qui disait non à une jolie femme ? Il en avait d'ailleurs déjà une avec lui. L'agent reconnaissait celle qui s'était déhanché en compagnie d'Eleonnora sur la piste de danse. Cela allait-il créer des tensions ou au contraire ajouter une certaine proximité ? Russell n'en savait rien mais il laissait les rennes à la russe, se contentant d'attendre et d'observer.

Il lui donna l'argent qu'elle demandait, ne regardant pas à la dépense. Il fallait ce qu'il fallait. N'étaient-ils pas riches après tout ? Eleonnora patienta cependant. Russell se demandait ce qu'elle attendait mais ne fit aucun commentaire, lui faisant confiance. Il comprit lorsqu'il vit l'autre jeune femme partir qu'elle n'attendait que ce moment là pour se lancer. Sirotant son verre, l'anglais suivait des yeux sa femme qui se dirigeait vers leur cible. Néanmoins, il ne devait pas paraitre focalisé dessus et observa donc les différentes personnes présentes dans la salle. C'était étrange de voir des gens à l'apparence soignée, semblant aisées mais également des personnes... semblant venir tout droit d'un gang. Peut-être que l'endroit leur appartenait.

La discussion entre Eleonnora et leur cible ne dura pas très longtemps mais Russell remarqua qu'elle avait donné l'argent à l'homme sans rien avoir en retour. Eleonnora revint à leur table peu après, réclamant une cigarette. Tiens donc, elle en voulait maintenant ? Sans discuter, l'anglais tira son paquet de sa poche et le donna à la jeune femme, attendant qu'elle se soit servie.


"Tu reviens les mains vides ? Rien d'intéressant à première vue ?"

Il fallait que la conversation paraisse naturelle au cas où on les écouterait. Cependant, ils n'eurent pas tellement l'occasion de discuter très longtemps car quelqu'un s'approchait de leur table. Leur cible. Ce dernier les salua vaguement d'un signe de la main avant d'aussitôt s'asseoir près d'Eleonnora. Après tout, c'était elle qui était entrée en contact avec lui. Mais mieux valait pour lui qu'il n'entre pas trop en contact avec elle.. physiquement. Russell posa les yeux sur lui tandis que lui les avait sur elle. Il déposa sur la table un petit sachet qu'il poussa doucement vers eux. Avant que la russe n'ait pu s'en emparer, l'anglais attrapa le sachet et l'observa un court instant. On aurait dit n'importe quelle drogue ordinaire. Russell ouvrit le sachet sur l'un des côté puis plongea son doigt à l'intérieur avant de le mettre dans sa bouche. Cela faisait de longues années qu'il ne se droguait plus, mais il savait encore différencier le sucre en poudre d'une bonne drogue. Et ce n'était pas une bonne drogue. D'un geste de la main, il balança le sachet vers l'homme.

"Tu nous as pris pour des idiots qui n'y connaissent rien ? Vu le nombre de billets dépensés, je m'attendais à mieux. Couper ainsi de la simple cocaïne... c'est une insulte. Si tu te moques encore de nous, tu perdras deux clients potentiels. Réfléchis bien. Ne reviens qu'avec de la vraie marchandise cette fois." lança t-il sans même lancer un regard à leur cible

Cette dernière récupéra son sachet et se leva avant de quitter la salle. Partait-il pour de bon ou allait-il revenir ? Difficile à dire. Russell avait joué la carte de la franchise, de l'homme qui ne se laissait pas faire et espérait que ce serait payant... et qu'il n'avait juste pas fait fuir leur cible.
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Jeu 31 Jan 2013 - 4:55

Eleonnora était une femme qui avait grande confiance en ses capacités. Elle savait ce qu’elle faisait, même si aux yeux des autres cela pouvait paraitre douteux. Pourtant, elle n’était pas conne, loin de là. Elle utilisait simplement des techniques peu communes pour arriver à ses fins. Devenir le centre d’attention en faisait partie. Peu importe ce que pensait Russell, elle s’en fichait. Elle venait de faire un pas de géant dans leur mission. Son petit numéro leur avait permis d’obtenir une invitation pour l’arrière salle du bar. Elle ne dissimulait pas le fait d’avoir fait une belle prestation. Et puis, qu’est-ce que son grognon de coéquipier y connaissait, aux clubs ? Rien du tout, elle en était persuadée. Malgré tout, elle n’avait pas le choix de faire attention à ne pas trop se la jouer solo. S’ils ne s’alliaient pas, leur mission allait lamentablement échouer. Elle ne pouvait se permettre une telle chose.

Une fois dans le salon privé du club, où se côtoyait gangsters et hommes peu recommandables, Eleonnora entreprit de parcourir la salle du regard. Il n’y avait qu’une seule personne qui l’intéressait et c’était leur cible. D’ailleurs, elle ne tarda pas à le repérer. Il ne restait plus qu’à l’aborder. Prenant tout son temps, la jeune femme buvait sa coupe de champagne. Elle ne devait pas être trop pressée, même si elle avait franchement envie de voir la fin de cette mission.
Lorsque le moment fut opportun, elle s’approcha de la cible et discuta un peu avec elle. Elle lui remit une petite somme pour qu’il lui trouve de la drogue de qualité. Ainsi, elle espérait pouvoir l’attirer à sa table. Elle devait en connaitre un maximum sur lui. Sa façon d’agir, de parler, ce genre d’éléments qui pourrait l’aider à prédire ses actions dans telle ou telle situation. Parfois, cela pouvait se révéler utile. En quittant la table, elle espérait que le mutant tiendrait sa parole et apporterait la drogue. Après tout, si cela pouvait lui rapporter davantage, pourquoi ne le ferait-il pas ?

De retour à la table, Russell lui demanda si elle avait trouvé quelque chose d’intéressant. Bien évidemment, il avait dû l’observer et voir qu’elle avait donné l’argent à l’homme. Il devait seulement se montrer patient, à présent. Leur cible viendra bientôt à eux. Pendant ce temps, elle demanda une cigarette à son « mari ». Ce dernier obtempéra, lui laissant le soin de prendre sa cigarette et de l’allumer. Ce qui était bien, dans ce type d’endroit, était que tout se fichait des lois et fumait à l’intérieur.


-« Il arrive avec la marchandise. On va avoir de quoi s’amuser un peu ce soir, tu vas voir. »

L’air de rien, elle balayait de nouveau la pièce du regard, tirant de temps à autre une bouffée de sa cigarette, goutant fréquemment son champagne. Elle conservait une certaine proximité avec Russell afin de faire croire à un réel couple, démontrant qu’elle aimait s’afficher auprès de lui. Elle dissuadait également les autres femmes de venir le draguer. Mais qui voudrait le draguer, sérieusement ? Probablement n’importe qu’elle femme qui était hétérosexuelle. Elle n’était pas très objective lorsqu’il s’agissait des hommes, il fallait dire. Parlant d’homme, leur cible ne tarda pas à venir les retrouver avec la drogue.

L’homme s’assit auprès d’elle, ne portant aucune attention à Russell. Après tout, c’était elle qui avait passé la commande… et elle était bien plus belle, sans parler de son décolleté assez attirant. Le mutant posa un sachet remplie de poudre blanche, sur la table, le faisant glisser jusqu’à elle. Avant qu’elle ne puisse y toucher, Russell s’en empara. Elle le laissa faire. Quelques secondes plus tard, elle découvrit que la drogue était terriblement mauvaise. Il avait déterminé cela si facilement ? Eh bien, on pouvait dire qu’il s’y connaissait, comme il lui avait dit un peu plus tôt dans la soirée. Sans un regard pour leur cible, il lui lança le paquet.
Portant sa main à ses lèvres, Eleonnora étouffait un bâillement démontrant que cette situation l’ennuyait et qu’elle n’avait certainement pas payé pour de la drogue de mauvaise qualité. Tirant une bouffée de sa cigarette, elle observa la cible avec un petit regard ennuyé et déçu. Faisant une petite moue qui accentuait le tout, elle ne quittait l’homme des yeux.

-« Si tu n’es pas foutu d’avoir de la bonne marchandise ce soir, autant revenir demain. J’espère que tu en obtiendras de la meilleure d’ici là. Je n’aime que les choses hautes gammes. Qu’en penses-tu, chéri ? »

Leur cible ne resta pas très longtemps. Il affirma qu’il aura quelque chose de meilleur, le lendemain. Ils n’avaient qu’à se rencontrer à la même heure, au même endroit. Lorsqu’il s’éloigna, Eleonnora se désintéressa de lui et termina sa coupe de champagne. Ensuite, elle se tourna vers Russell. Il n’y avait rien de plus intéressant pour la soirée. Il valait mieux rentrer se reposer et réfléchir à toute cette affaire. Eleonnora posa sa main sur celle de son partenaire, comme pour attirer son attention.

-« Et si on rentrait ? J’ai des idées bien plus intéressantes pour terminer cette soirée… »

Lorsqu’elle eut l’approbation de Russell et que celui-ci se leva, elle en fit de même. Elle s’accrocha à son bras, quittant le bar. Une fois à l’extérieur, elle jeta sa cigarette au sol, comme si elle n’en avait rien à faire de la propreté des rues. Le duo regagna la voiture et la jeune femme fut soulagée de se retrouver à l’intérieur. Enfin, elle allait pouvoir cesser de faire semblant. LE côté positif de cette petite visite au club fut leur rencontre avec leur cible. Elle se repassait en boucle les quelques minutes qu’elle avait passé auprès de lui afin de se souvenir du moindre détail, de la moindre petite information qui pourrait avoir son importance. Il ne fallait rien négliger.

Le voyagement jusqu’au motel fut plus rapide qu’elle ne l’aurait cru. Elle quitta le véhicule dès qu’il s’arrêta et alla rejoindre leur chambre. Une fois à l’intérieur, elle se déchaussa et se jeta sur le lit, bien heureuse de retrouver un peu de confort. Elle fixait le plafond, observa attentivement la couleur délavée de la peinture. Elle se fichait un peu de ce que faisait Russell. L’important était qu’elle pouvait souffler un peu.

-« Finalement, on n’en sait pas beaucoup plus sur lui. Au moins, on a pu lui parler, il sait qui nous sommes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Dim 3 Mar 2013 - 14:45

Les missions d'infiltration, ça, Russell gérait. Il n'était pas le dernier lorsqu'il s'agissait de pénétrer un milieu particulier et de jouer les agents double. Cette mission était donc largement à sa portée. Seul bémol, il n'était pas seul à devoir l'accomplir. Et il n'était pas simple de tomber sur le coéquipier idéal, celui qui comprendrait vite et qui saurait s'adapter au style de Russell. Il fallait que ce dernier fasse des concessions et s'adapte également à son partenaire afin qu'ils ne se fassent jamais prendre. Si jamais ils perdaient leur couverture, leur mission risquait fort de tomber à l'eau ou d'entrainer des morts involontaires... dont la leur. Par chance, Eleonnora était professionnelle et elle connaissait mieux le milieu que lui. En tout cas, celui des boites de nuit et autres clubs... En ce qui concernait la drogue, c'était plutôt le domaine de l'anglais. Néanmoins, il fallait reconnaitre que la russe se débrouillait bien, étant seule pour gérer la discussion avec leur cible. En tout cas, c'était ce que Russell pensait jusqu'à présent.

Il n'avait pu entendre leur conversation et s'était donc contenté de les observer. Rien dans leur attitude n'avait trahi de la nervosité ou une certaine appréhension. La jeune femme était bonne comédienne mais il valait mieux qu'ils restent sur leurs gardes tant qu'ils n'auraient pas rejoint le motel. Le petit entretien avec le dealer sembla bien se passer... bien qu'elle était revenue les mains vides et que l'argent que Russell avait donné à la jeune femme était à présent dans les mains du trafiquant. S'était-elle fait arnaquer ? Sans doute pas. De toute façon, ils étaient dans une salle privée, au calme, à l'abri. Si jamais les choses ne se présentaient pas comme prévu, l'agent Volt comptait bien jouer son rôle jusqu'au bout et faire comprendre à leur cible qu'il ne fallait pas le prendre pour un âne. C'était dangereux de se mettre ainsi en avant mais il n'y avait pas cinquante solutions.

Puisqu'Eleonnora était de retour à la table, c'était le moment ou jamais de lui demander discrètement comment s'étaient déroulées les choses. Il devait prendre gare à ce qu'il disait, ne désirant pas que leur conversation soit mise à nue. Il devait donc jouer son rôle tout comme elle. Au moins, elle savait à quoi s'en tenir et lui aussi. Elle lui affirmait que le dealer allait leur apporter ce qu'elle lui avait demandé. Pourvu qu'elle dise vrai et que le type ne soit pas simplement parti avec l'argent, riant bien de ces richards qu'il venait de déplumer. En attendant de voir un résultat plus parlant qu'une simple hypothèse, le duo d'agents feignait leur relation de couple, discutant et se comportant comme s'ils en étaient réellement un. Mais cette petite comédie n'eut pas besoin de durer car leur cible refit bientôt surface.

S'asseyant près d'eux, un peu trop près d'Eleonnora d'ailleurs, il leur fournit un petit sachet, supposément ce que la jeune femme lui avait demandé. Puisqu'elle n'y connaissait rien et que Russell devait jouer son rôle de mari dirigiste et connaisseur, il s'empara bien rapidement du sachet. Il n'avait pas besoin de prendre régulièrement de la drogue pour se souvenir de la différence entre une vraie et une factice, bonne pour les junkies de seconde zone. Déçu, c'était le terme. C'était en tout cas l'expression qu'il affichait, mêlée à un soupçon de colère de s'être ainsi fait prendre pour des idiots qui n'y connaissaient rien. Cela n'étonnait pas Russell mais il devait continuer de jouer son rôle et s'imposer aux yeux du dealer s'il voulait que ce dernier le prenne au sérieux. Il se fit donc menaçant, démontrant qu'il n'était pas un débutant dans le domaine, puis réclama son dû... ou le retour de son argent s'il n'était pas capable de faire mieux... quitte à utiliser les grands moyens. L'anglais n'avait pas vraiment la tête de quelqu'un de sympathique qui était prêt à laisser sa chance au premier venu. Cela tombait bien car c'était typiquement ce qu'il voulait que leur cible comprenne.

Eleonnora se mêla à la conversation, y allant de son petit commentaire. Cela pouvait passer pour un complément de phrase de celle de son mari mais Russell y voyait plus que ça. Elle lui faisait une proposition, aussi bien à lui qu'au dealer. Revenir le lendemain ? Oui, c'était sans doute mieux. Cela laisserait le temps au dealer de leur trouver ce qu'ils voulaient et ainsi, ils pourraient songer à l'élaboration d'un plan en fonction de ce qui les attendait pour la soirée prochaine.


"Demain soir. Sans faute. Ne t'avise pas de décevoir ma femme une seconde fois. A contrario, si ta marchandise est à la hauteur de nos espérances... nous pourrions faire affaire. Vraiment."

Le dealer semblait accepter la proposition et leur affirma qu'il aurait ce qu'ils cherchaient. Il valait mieux pour lui. Du coup, le couple n'avait plus rien à faire ici, aussi bien en ce qui concernait leur mission que pour simplement s'afficher ensemble ici. Russell jeta un oeil sur la salle, repérant les différentes personnes qui restaient. Peut-être y avait-il moyen d'en approcher certains, clients du dealer afin d'en savoir un peu plus sur lui autour d'une discussion sur ses qualités de vendeur. Mais la main d'Eleonnora le ramena à la réalité et il tourna la tête vers elle, se demandant ce qu'elle voulait. Rentrer. Elle avait sans doute raison, chaque chose en son temps. Il savait très bien ce qu'elle sous-entendait pour terminer la soirée mais tout ça n'était qu'une comédie qu'ils jouaient tous les deux.

"Tu as toujours de bonnes idées, Darling. Allons-y, je suis trop déçu pour apprécier la soirée ici à sa juste valeur de toute façon."


L'anglais se leva et tendit son bras à Eleonnora qui s'y accrocha. Ils sortirent ainsi du bar non sans avoir tapé un minimum dans la nourriture et l'alcool qu'ils avaient commandés. Il ne fallait pas gâcher. Une fois de retour à leur voiture, ils purent quitter leur rôle et redevenir complétement eux-même. Un vrai soulagement. Russell ne fit aucun commentaire sur le sujet, il n'était pas du genre à se plaindre. Il restait silencieux, réfléchissant à l'éventuelle suite des évènements. Il était difficile d'anticiper comment le dealer allait se comporter mais mieux valait prévoir un minimum de choses pour ne pas faire que de l'improvisation.

Arrivés au motel, Russell fit un tour à la salle de bain le temps de se changer, troquant ses vêtements contre un pantalon de survêtement et un t-shirt simple. Voilà qui serait plus agréable pour passer la nuit, surtout qu'il devait se contenter du canapé. Il fit d'ailleurs de la place sur ce dernier afin d'être le plus à l'aise possible. Eleonnora avait pris place sur le lit mais il ne s'en occupait pas. Tant qu'elle ne le dérangeait pas, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait. S'allongeant sur le canapé, il cala les coussins correctement avant de tourner la tête vers la russe. Etait-il nécessaire de parler de cette soirée ? Oui, il valait mieux afin de pouvoir organiser les autres et configurer davantage leurs rôles.


"A vrai dire, nous ne sommes pas là pour faire son arbre généalogique. L'approcher et se faire connaitre est tout ce qui compte pour la mission et c'est pour le moment bien parti mais mieux vaut ne pas laisser notre vigilance s'endormir. Les dealers ont tendance à être parano... Méfiant. Il nous testera peut-être s'il s'intéresse à nous." fit-il en passant sa main sur ce qu'il restait de sa barbe, d'un air songeur "S'il nous apporte ce que nous lui avons demandé cette fois, fais comme si tu étais très satisfaite. Ainsi, je pourrais amorcer une discussion plus poussée avec lui... pour lui parler d'un éventuel investissement. Si on parle affaires de façon sérieuse, il nous emmènera peut-être dans un endroit où nous ne serons que tous les trois... ou en tout cas, à un endroit où nous pourrons agir plus facilement. Qu'en dis-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Eleonnora S. Davidoff

avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 24

Fiche Tecnhique
Metier: Agente du SHIELD
Age : 28 Ans
Nationalité : Russe

MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   Lun 29 Juil 2013 - 18:42

Eleonnora était douée pour jouer son rôle de femme fatale. C’était dans sa nature, elle n’avait pas à se forcer, même avec les hommes. Bien qu’elle ne soit pas du tout attirer par la gente masculine, rien ne l’empêchait de s’en approcher, de les manipuler à sa guise et d’en faire ce qu’elle désirait. Elle aimait user de son charme sur eux, si nécessaire. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait bien souvent le rôle de l’appât, celui de la femme fatale, lorsqu’elle était en mission. Elle était toute désignée pour ce type de rôle avec son physique de mannequin.

La jeune femme possédait cette assurance qui n’était pas donné à tout le monde d’avoir. Elle savait ce qu’elle faisait et elle marchait toujours la tête haute. Si besoin était, elle pouvait facilement improviser et feindre n’importe quoi. Elle était très douée en tant qu’actrice. Elle aurait peut-être dû faire carrière dans le domaine plutôt que de devenir agent de terrain. Elle aurait probablement remporté un grand succès. Enfin, elle s’en persuadait assez facilement.

À quelque part, la jeune femme devait être douée pour ce qu’elle faisait. Elle arrivait à se faire passer pour la femme d’un homme qu’elle venait tout juste de rencontrer dans un jeu totalement crédible. Fière d’elle, Eleonnora cachait cependant ces émotions inopportunes au moment présent. Après une approche avec la cible qu’ils cherchaient à arrêter, la jeune femme avait bien hâte de retrouver sa chambre de motel et, ainsi, redevenir elle-même. Cela n’allait pas tarder. Une fois dans la voiture, après avoir quitté le club, elle put souffler un peu.

Pendant le trajet, la jeune femme pensait à diverses choses en rapport avec la mission. Elle tentait d’élaborer une stratégie pour le lendemain, alors qu’ils allaient revoir leur cible. Ils devaient jouer leur rôle à la perfection afin de ne pas être démasqués. Après avoir étudié quelques idées dans son esprit, la jeune femme décida d’attendre d’être au motel pour parler avec son coéquipier.

Le trajet ne fut pas bien long. Une fois dans la chambre, Eleonnora retira ses chaussures et alla jouer les baleines échouées sur le lit. Étendue sur le dos, elle fixait le plafond. Au bout d’un moment, elle en profita pour enfiler une tenue de nuit. Russell était occupé à se changer dans la pièce d’à côté, autant en profiter. Elle se couvrit d’un peignoir et regagna le lit. Quelques instants plus tard, son coéquipier quittait la salle de bain. La tête posée sur un oreiller, elle lui faisait part du bon côté de cette nuit.

Ils avaient pu parler à leur cible. Maintenant, elle connaissait leurs visages. Eux, ils pouvaient avoir une meilleure idée de qui était cette personne qu’ils traquaient. Certes, ils n’avaient pas parlé très longtemps, mais Eleonnora avait bien vu comment il l’observait, au bar. Elle savait qu’il aimait les belles femmes et elle pouvait jouer de cet atout si besoin était. De toute façon, dans ce genre d’univers, que représentait la fidélité ? S’il souhaitait être plus intime avec elle, il allait lui faire savoir, qu’elle soit mariée ou non. Enfin, selon elle il n’était pas impossible que cela se produise.

Pendant que Russell parlait, la jeune femme l’écoutait. Elle se préoccupait également de se manucure, observant ses ongles sous tous leurs angles. Comme le disait Russell, il ne fallait pas qu’ils relâchent leur vigilance. Il n’y avait pas de problème avec cela. Le dealer allait peut-être les tester afin d’être certain qu’ils n’étaient pas des policiers ou quoi que ce soit du genre. Encore là, Eleonnora n’était pas embêtée par cela. Elle allait jouer son rôle à la perfection, comme elle savait si bien le faire. Le plan de Russell était parfait. Cependant, s’il ne fonctionnait pas, il fallait trouver autre chose. La jeune femme tourna la tête en sa direction, délaissant finalement ses ongles.

-« Et si ça ne fonctionne pas ? S’il est méfiant, comme tu le dis, il n’acceptera peut-être pas de rester seul avec nous. Je pourrais peut-être essayer de lui faire du charme. De toute façon, ce n’était pas comme si voir une femme être infidèle était quelque chose de rare. Je suis jolie, j’avais l’air de l’intéresser, autant en profiter si les choses ne se présentent pas comme on le souhaite. On ne peut pas exactement prévoir comment il va réagir, après tout. »

Il était tard et la jeune femme souhaitait dormir. Elle laissa Russell fermer les lumières. Pour sa part, Eleonnora allait faire un tour à la salle de bain avant de regagner son lit. Elle s’endormir pratiquement instantanément, épuisée par cette longue journée. Elle ne se réveilla que dans les environs de midi, le lendemain. La jeune femme s’enferma dans la salle de bain afin de prendre une longue douche chaude. Elle enfila, par la suite, un simple jean et un débardeur. Elle comptait se changer un peu plus tard. Fouillant dans un bottin téléphonique rangé dans le tiroir de la table de chevet, elle repéra le numéro d’un restaurant thaïlandais et passa commande. Elle avait faim. Bien évidemment, elle eut la décence d’en prendre également pour son coéquipier. D’ailleurs, avait-il des plans pour la journée, en attendant leur prochaine sortie ?

-« Tu as des plans, pour la journée ? » Demanda la jeune femme en changeant la chaine de la télévision. « Il faudrait se tenir tranquille jusqu’à ce soir, la nuit risque d’être longue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le courant ne passe pas toujours [Russell Blake]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: Washington D.C. :: Les Rues-