X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shopping au pays du soleil levant [Ange]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   Mer 14 Nov 2012 - 23:32

    La vie nous apprend toujours de nouvelles choses. De nouveaux amours, de nouveaux espoirs. De nouveaux rêves, de nouvelles passions... Et de nouvelles souffrances. Lâché dans ce monde inconnu et semblant être dépourvu de beauté, Yoshi découvrit avec joie la faim. Avant, il n'avait jamais connu cette souffrance réservée aux pauvres gens. Pas à au point où il en était en tout cas. Son ventre le faisait atrocement souffrir et hurlait à la mort matin et soir. Logé, nourri et blanchi par l'académie dès son enfance, il avait toujours vécu avec le minimum mais n'avait jamais eu à se priver. Certes, durant son entraînement, il avait été amené de nombreuses fois à jeuner, mais jamais cela n'avait été aussi ardu. C'était sans compter sur sa fatigue.

    Son arrivée ici l'avait vidé de toutes ses forces, et la course effrénée qu'il avait mené pour échapper aux hommes en bleu et leurs destriers de fer n'avait été qu'encore plus fatiguant pour lui. A bout de force, il errait désormais dans les ruelles lugubres de la grande ville qu'était devenu le petit village de Kamakura. Il ne pouvait se résoudre à voler, et pourtant il en avait eu maintes fois l'occasion. Mais c'était contre son éthique... Même dans cet étrange pays qui semblait pourtant être le sien, il ne pouvait le faire. Et pourtant, la faim le poussait inexorablement vers le moment où il devrait enfreindre son code d'honneur.

    Il avait repéré toutes sortes de petites échoppes disséminées un peu partout. Pour en gagner une assez proche, il allait devoir s'approcher de ces grands sentiers noirs où se mouvaient à une vitesse surnaturelle leurs véhicules de fer.

    D'un pas qui se voulait naturel - mais qui était tout sauf normal - il rejoignit donc un trottoir et marcha tout droit, fixant son regard droit devant lui en évitant soigneusement de croiser le regard des autres gens. Certains le regardaient étrangement, mais son habit ne semblait pas les déranger. Beaucoup n'étaient pas habillés comme lui, vêtus comme le petit homme qui l'avait agressé, mais il avait croisé d'autres personnes vêtues... de kimonos plutôt spéciaux, aux couleurs vives et brillantes, et aux cheveux flottant dans les airs dans d'étranges positions. Ils lui avaient fait des compliments, lui demandant si c'était un "causse plaïe". Il avait continué sa route après leur avoir souris poliment, craignant pour sa vie.


    Il s'arrêta devant la porte de l'échoppe, qui s'appelait... Market quelque chose. Impossible de savoir ce que cela signifiait, mais à travers les portes en verre il distinguait de la nourriture, c'est tout ce qui comptait. Il fit un pas en avant, levant son bras pour pousser la porte mais... elle lui fila des mains, s'ouvrant d'elle-même !


    - ...gh !

    Yoshi hésita un instant avant de pénétrer timidement dans le magasin.

    - Bonjour ! lui lança une femme derrière une étrange machine qui émettait un bruit atroce.

    Yoshi la fixa en marchant, ce qui fit sourire un instant la caissière avant qu'elle se demande de quel genre de malade mental il s’agissait. Un type en kimono avec un katana à la taille venait quand même de rentrer dans sa supérette.

    Yoshi flânait dans les rayons, observant avec une curiosité non dissimulée les paquets de céréales dont il ouvrit plusieurs sortes afin de les goûter, avec satisfaction. Ceux au miel semblait particulièrement lui plaire. Changeant de rayon pour gagner des étales présentant toute sorte de légume, Yoshi remarqua que les autres avaient des petits paniers rouges. Il se mit alors en quête d'un de ces paniers. Une fois fait il se mit à mettre tout ce qui lui passait par la tête, en sifflotant. Ce monde était plutôt amusant, en fait !

    Puis il se dirigea comme les autres clients vers ce qui était indiqué comme "La Caisse". Surement le nom de la jeune femme qui était près de cet écriteau. Il fit la queue et quand vint son tour posa lourdement son panier sur le comptoir. La caissière le fixa étrangement avant de soupirer et de sortir les articles, comprenant qu'elle n'en tirerait rien de plus. Après avoir tout scanné, elle retourna son attention sur lui.


    - Vous payez par carte bancaire ? Chèque ?

    Shiro la fixa, la bouche entrouverte en émettant un "euuuuuh" particulièrement long, puis il hocha la tête négativement.

    - Liquide ?

    Shiro haussa les épaules et continua de la fixer. La caissière le regardait étrangement et il n'arrivait pas à décrypter le sentiment que trahissait son regard. Elle s'empara d'un objet étrange et l'amena à son oreille avant de commencer à parler dedans. Shiro regarda un peu autour de lui et fronça les sourcils en distinguant deux hommes en costumes noirs qui s'approchaient d'un pas vif, le montrant du doigt. Son instinct hurlait de nouveau. Il posa la main sur le manche de son sabre, et...


.
[ Désolé de l'attente, du post médiocre, de mon manque d'inspi, de tout... è_é ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   Jeu 15 Nov 2012 - 17:25

    Que dire si ce n'est que j'étais ravi de pouvoir enfin plier bagage & prendre un peu de bon temps...En effet, depuis que j'étais petit, je rêvais de voyager ! Mais je n'en avais jamais eu l'occasion. D'être donc à la fac -du coté des linguistes- me permettait enfin de le faire ! Profitez pour bouger dans divers pays pour apprendre, ne cessait de répéter l'un de mes profs : Bah oui, voyager pour apprendre ok, mais comment financer tout cela ? Prendre en pitié son cher oncle au téléphone ? Bingo !

    « Mon oncle, je stagne vraiment en japonais & pourtant je fais tout les efforts possible ! Mon prof me conseille de partir quelque temps au pays, mais comment ? Si je me mets à bosser les week end, je n'aurais plus une seconde à moi & je ne pourrais pas non plus continuer mes études avec la fatigue ! »

    Je n'aimais pas mentir : ce pourquoi ce que je lui disais était un mensonge, sans trop l'être. J'avais vraiment plus de mal avec le japonais qu'une autre langue, mais était-ce une bonne raison pour aller là bas directement ? Bref, pas besoin d'en dire plus cependant, c'est en moins d'une journée qu'il se faisait plaisir en m'offrant un billet pour le pays du soleil levant, tout en renflouant mon compte en banque. Prévenant ma fac, puis le professeur Xavier, c'est donc pour deux semaines que je quittais les États-Unis ! & c'est une fois arrivé à l'aéroport que tout commença...

    Alors ouiiii, les japonais ont l'habitude d'en voir de toute les couleurs, cosplays, lolita and co, mais c'est à croire qu'un mec aux cheveux blancs ça non...certes, les américains ne sont pas mieux lorsque les gens me croisent dans la rue, mais là tout de même...passant outre ce genre de détail, c'est une nuit plus une journée complète, que je me cloitrais dans mon hôtel pour dormir...12h d'affilées. Douze heures donc, mais qui me permit de repartir de bon pied plus tard, vu que je quittais la grande ville pour aller dans d'autre plus petite, voir trouver des villages histoire d'entrer vraiment dans le vif du sujet linguistique, mais également de profiter du pays tel les livres le décrive : mais je n'étais pas au bout de mes surprises quand au quota "vieux Japon" avec ce qui m'attendait au coin de la rue...

    Kamakura : Ville touristique, mon dernier gros point de repère avant de faire quelques villages jusque Kyoto même. Que pouvais-je y trouver ? Des touristes, des hôtels, des parcs...& surtout des temples. Ancienne capitale du Japon, quel n'était pas mon plaisir de me farcir les dépliants pour décrypter tout ce qui pouvait être dit en Kanji, Hiragana & Katakana. Mais à l'heure actuelle, alors que j'avais mon nez fourré dans les papiers, quelque chose d'autre attira mon attention. En effet, parmi la foule de touriste & d'habitant habitués aux gens de divers pays ici, je n'étais plus un phénomène de foire : cependant, quelqu'un d'autre l'était à ma place. Ce quelqu'un même qui avait manqué de me rentrer dedans avec son air complètement perdu, Katana au fourreau & tenue d'époque sur les épaules. Reconstitution ? A en juger par son comportement, je le trouvais ma foi très crédible. Spectacle de rue ? Ce mec m'intéressait ! Je voulais voir jusqu’où il jouerait le jeu, cela allait m'occuper un peu pour l'heure qui suivait.

    C'est donc avec difficulté que je le suivais...jusqu'au Supermarché du coin. Cela faisait déjà bien vingt minutes que je le suivais & ce type avait l'air juste complètement déboussolé : pour de vrai. J'avais eu beau regarder autour de lui & de moi, tout le monde le jugeait du regard, ou le félicitait pour sa tenue, mais personne ne venait se rajouter à son "spectacle". En temps normal, j'aurais laissé couler, après tout, qu'en avais-je à faire ? Mais je n'avais aussi que ça à faire & les temples, j'allais en bouffer pendant encore une semaine entière. Je voulais du contact humain & il allait m'en donner -si j'avais su d'avance !-

    Entrant donc après lui, c'est saluant la dame à l'entrée à mon tour, que de loin, j'observais une fois de plus cet étrange personnage. Je ne croyais alors plus au spectacle quelconque. Cet homme était-il fou ? Prenant alors une canette histoire de ne pas sortir les mains vides, le voila que je le perdais de vu...jusqu'à ce qu'il y ai un souci en caisse. Non mais il était sérieux là ?

    « Par carte bancaire, avec ceci en plus » rajoutais-je en déposant ma boisson parmi ses affaires. « Excusez-le, il est en pleine révision pour sa pièce de théâtre, il en oublie parfois que tout le monde n'est pas au courant. Merci ! »

    Je souriais alors à la jeune femme, avant de regarder les deux baraqués s'arrêter devant moi, ma main posé sur celle de Yoshitoki pour lui dire de ne pas continuer son geste. Souriant toujours, sans être crispé, c'est donc enfilant "nos" achats dans un sac en plastique & tirant cet illuminé en dehors du magasin par la manche, que je nous stoppais devant un banc, y déposant la nourriture. Prenant une grande inspiration, c'est alors cherchant à nouveau mes mots que je fixais ce jeune homme.

    « Je peux savoir à quoi tu joues ? C'est dangereux d'avoir une arme & de ne pas avoir d'argent sur soi ! Tu es idiot, inconscient, ou...? Hey, tu comprends quand je te parle ? »

    A en voir sa tête, il devait comprendre quelques mots qui sortaient d'entre mes lèvres, mais pas tout. Jouait-il le jeu jusqu'à parler l'ancien japonais ? Non mais à un moment donné il allait falloir se réveiller là ! Me grattant alors la nuque de gêne, c'est perdant mes moyens que je me demandais ce qui m'avais prit d'aider ce type...Ah oui, son ventre qui cri famine me rappelle alors ce que je viens de faire dernièrement, c'est à dire le suivre & comprendre...

    « Mange d'abord, on parlera après. » finissais-je par dire, l'invitant à s'asseoir sur le banc & lui tendant le sac en plastique avec ce qu'il avait choisit dans le magasin.

    Prenant alors ma boisson, c'est l'observant attentivement que j'essayais de faire fonctionner mon cerveau au maximum. Je n'arrivais pas à le saisir, & mon intuition me disait que ce qu'il lui arrivait n'était pas un hasard. Mais pourquoi & comment ? Ça, c'était une autre affaire...

    « C'est bon ? »

    Je lui souriais alors, moi qui était friand de nourriture asiatique, même après avoir déjà mangé, il me donnait déjà faim. Mais non, ma chemise blanche & mon pantalon noir se devaient de rester à ma taille pour les années à venir : hors de question que je prenne du poids...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   Jeu 22 Nov 2012 - 23:18

    Une voix s'éleva derrière-lui et Shiro tourna vivement la tête vers l'individu qui venait de parler. Il du d'ailleurs légèrement redressé le menton pour ancrer son regard dans le sien. Sa chevelure l'intriguait fortement et tandis qu'il le dévisageait avec méfiance, il sentit une main se poser sur la sienne. Fronçant les sourcils, il posa son regard sur la main de l'inconnu qui l'intimait de stopper son geste alors qu'il avait porté sa main à son sabre un peu plus tôt. Demeurant silencieux, il dégagea sa main de celle de l'albinos et l'éloigna de son katana, décidant de ne pas faire de vague, ne comprenant pas bien l'échange qui se déroulait entre l'homme et la jeune femme. Du théâtre ? De quoi parlaient-ils ? Leurs mots paraissaient étrangement familier mais aussi terriblement singuliers et il avait peine à déchiffrer le sens de certaines phrases, comme si son esprit était celui d'un enfant à qui l'on apprend à parler, embrumé par le doute et la méconnaissance.

    La main frêle de l'homme aux cheveux blancs l'agripa à l'avant-bras, et d'un regard il comprit qu'il devait le suivre. Docilement, il lui emboîta le pas jusqu'à l'extérieur où il l'ammena jusqu'à un banc en bois où il déposa l'étrange linge blanc où étaient les achats.

    Shiro ne comprenait pas bien jusque là ce que lui voulait ce grand maigrichon qui le toisait du regard, perché dix centimètres plus haut que la tignasse brune du nippon. En tout cas, c'était un étranger. Ses yeux, bien qu'en amande, n'étaient pas autant bridés que ceux des congénères de Yoshi qui le dévisageait désormais. Il avait déjà croisé des étrangers par le passé, mais ils étaient très rares sur l'archipel. Du moins, sur l'archipel qu'il avait connu... Bien qu'ils ne semblaient pas très nombreux ici aussi. Mais il était difficile d'en juger, tant la foule était dense dans cette ville tentaculaire. Shiro se demandait même si elle avait une fin : elle semblait s'étendre jusqu'aux bords du monde.

    Sa bouche se mit à se mouvoir, et en sortit un flot de parole que Yoshi ne prit pas la peine de déchiffrer, ne comprenant que quelques brides, un jeu, une arme et une histoire d'argent. Shiro le fixait, sans rien dire avant que son ventre ne parla pour lui dans un hurlement d'agonie.

    Il comprit enfin un point essentiel : il allait manger, et ils aviseraient. Prenant place sur le banc, Shiro prit le sac qu'il palpa avec curiosité, découvrant avec surprise que ce n'était pas du tissu. Shiro en sortit son paquet de céréale et l'ouvrit en le déchirant tant bien que mal, affamé. Il déchira le petit pochon en plastique à l'aide de son couteau et commença à prendre à pleine mains des céréales, initialement dédiés au petit déjeuner. Finissant sa bouchée, il tourna la tête vers l'homme et lui adressant un grand sourire hocha la tête :


    - Merci.

    Après tout, c'était visiblement la première figure amicale qu'il rencontrait depuis qu'il errait ici. Sans qu'il ne puisse comprendre pourquoi, il l'avait tiré d'un mauvais pas et lui devait une grande reconnaissance.
    Lassé de ces petits carrés sucrés, il délaissa les céréales pour sortir du sac un rouleau de printemps, prenant un petit moment avant de parvenir à retirer le plastique qui le protégeait, avant de planter un grand coup ses dents dedans. Son entreprise fut interrompue par le jeune homme qui lui adressait de nouveau la parole, lui demandant si c'était bon.


    - Très bon.

    Prenant une dernière bouchée dans le rouleau de printemps déjà entamé de moitié, Yoshi le lui tendit en machant, l'incitant du regard à se servir.

    - Comment vous appelez-vous ? demanda-t-il alors.

    Se redressant et anticipant une réponse avant même que son "sauveur" ne lui réponde, il s'inclina un court instant et se redressa.

    - Yoshitoki Sugiura, hatamoto du shogun de Kamakura, pour vous servir !
    lança-t-il, bombant le torse fièrement. Sa posture et sa présentation avait par le passé impressionné maintes paysannes et il était toujours satisfait de l'effet qu'elle faisait, mais bizarrement, il misait beaucoup moins sur l'éclat qu'il produisait dans ce monde paradoxal. Je vous dois la vie, reprit-t-il. Sans vous, j'aurais certainement dû me battre contre ces Oniis dans le magasin, et je ne comprends pas... Tout ce qui se passe, dit-il en désignant d'un geste vague la ville qui les entourait.

    Il stoppa son geste et suivit du regard une voiture de police qui passait par là, regagnant subitement le banc et remettant une de ses mèches en place.

    - Je suis perdu, avoua-t-il simplement, en tournant la tête vers le grand blond... blanc... aux cheveux clairs.



[Pas beaucoup d'inspi sorry si c'est un peu hésitant !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   Sam 24 Nov 2012 - 22:21


    A le voir manger de la sorte, je me disais vraiment qu'il n'avait pas du manger depuis un bon bout de temps. Combien ? Je l'ignorais, mais sa façon de manger rustique se rapprochait vraiment entre le glouton de base & le mendiant sans un sous. Bon après, cela pouvait être les deux à la fois, mais son cas m'avait quand même tout l'air d'être autre chose. Enfin passons, il me remerciait, c'était le principal qu'il ait compris plus ou moins la situation. Me tendant alors son rouleau de printemps, c'était gentiment que je refusais quoi que ce soit, préférant le laisser manger, & comme pensé plus haut, sans prendre de poids, ni grignoter entre les repas. Se présentant alors après m'avoir posé la question de mon patronyme, j'étais un léger sourire, amusé par sa...prestance. Décidément, il m'amusait ! Mais ce qu'il continua à me dire le fut un peu moins...

    Il me....devait la vie ? & ce battre contre ses Oniis...Il ne comprenait rien & moi non plus, même si malheureusement pour lui, j'avais une vague impression d'avoir un violent retour en arrière à cause d'une machine à la Forge. Seulement Forge n'était pas là & cet homme à l'entendre, était bel & bien d'époque. Bon, par ou commencer...

    « & moi je m’appelle Ange Shades, je suis Anglais de naissance, mais je vis au États-Unis. Je suis en voyage...& je ne saisis pas très bien ce qu'est un Shogun ? Enfin à l'époque si, mais cela n'existe plus dans nos années...ou pas à ma connaissance du moins. »

    Je le laissais alors finir de manger, tandis que je buvais encore un peu de ma canette, avant de le lui tendre amicalement : il n'avait pas pris à boire & je n'avais pas d'eau sur moi de toute façon. L'observant alors sous toutes les coutures, je ne pouvais nier que même si c'était du spectacle auquel il se donnait, c'était plus que réaliste. Le Katana n'était pas un que l'on trouvait dans les boutiques de réplique, sa démarche & sa façon de parler -sans oublier le fait qu'il ne comprenait pas tout le japonais d'aujourd'hui- allait bon train, à moins que mon japonais était si mauvais que ça. Mais vu que tout le monde le regardait de travers depuis le début, quelque chose me disait que mon raisonnement n'était pas si faux que je voulais l'admettre.

    « Dites moi, vous êtes né en qu'elle année ? & vous étiez où avant d'arriver ici ? »

    Je ne voulais pas le brusquer, après tout, si ce que je pensais était réel, alors le pauvre, il allait avoir un de ses chocs. Sortant alors mon téléphone portable de ma poche, c'est composant le numéro de l'institut, que je passais un coup de fil à Emma. Personne au bout du fil, tant pis. Avec la chaleur qu'il faisait ils avaient du tous faire un plongeons à la mer...Je raccrochais alors & lui tendais mon dis appareil portable.

    « Vous connaissez ? Vous savez comment ça marche ? &...est ce que vous connaissez quelqu'un dans le coin ? »

    Plus je posais de question, plus je voyais son visage changer du tout au tout. Bon, Forge mon vieux, il allait falloir que tu m'expliques comment & pourquoi je pouvais me retrouver avec un mec d'époque sur les bras en plein Japon !

    « Bon venez, on va se poser ailleurs & je vais surtout vous acheter d'autre habits. Ceux là sont un peu trop...voyant parmi les touristes... »

    & ni une, ni deux, voila que nous finissions dans une boutique de vêtement, chemise &...pantalon en essayage !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   Sam 1 Déc 2012 - 13:39

    Le nippon écoutait ne silence les paroles de l'occidental, les décryptant lentement dans son esprit. Il peinait à comprendre certaines expressions, "anglais de naissance", ou même certains termes, mais arrivait à comprendre le sens des phrases plus ou moins approximativement. C'est comme si la façon de parler des gens avaient mutés subitement, comme le monde tout entier en réalité. Mais petit à petit, il s'accrochait à de nouveaux repaires, et cet occidental allait en devenir un, du moins pour le moment. Il ne savait pas ce qu'était un shogun ? Comment ça "dans nos années" ? Shiro le regardait d'un air interrogateur.

    - Le shogun est le seigneur local. Mon shogun fait autorité dans l'archipel entier, car l'influence de son clan est grande. Vous devriez le connaître.

    Quand Ange lui tendit sa cannette, il l'examina avec curiosité avant de la prendre, remerciant le jeune homme en portant la cannette a sa bouche, imitant le geste de l'anglais. La boisson avait été étrange et extrêmement sucré qui fit grimacer Yoshi sur le coup. Pourtant, ce n'était pas mauvais. Le pétillement du liquide emplit ses narines et il prit une longue gorgée avant de pousser un soupir de contentement et de reposer la cannette.


    Alors qu'il profitait enfin d'un léger moment de répit, prenant une grande de bouffée d'air, il se surprit même à admirer la grandeur des tours qui les environnait. Dommage que l'air soit si pesant ici, et qu'il vous irrite la gorge. Le ciel semblait souvent couvert d'une fine couche grise qui entachait la beauté du soleil et la nature était rare et parsemée, comme si on l'avait embrigadée, contenue dans de petits jardins au bas des tours. Yoshi s'inquiétait de ne pas revoir la tranquillité de son pays si chère à ses yeux. Le ruisseau bordé de roseaux et de bambous lui manquait. Le chemin couvert de fleurs de cerisiers menant à sa demeure lui manquait. Sa maison où l'attendait sa chétive femme lui manquait. Sa femme lui manquait terriblement. Il eut mal au coeur en songeant à elle et préféra l'éloigner de ses pensées. Il ne pouvait admettre cette peur qui s’immisçait en lui, cette peur de ne jamais la revoir. Il craignait d'avoir perdu tout à ce en quoi il croyait, tout à ce qu'il était attaché.

    - Je suis né durant l'été 1190, à Kamakura, j'y ai grandis et toujours vécu...

    Ca paraissait pourtant évident à Shiro. Il n'était ni un vagabond ni un samouraï sans maître et n'en avait guère l'allure. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi il lui demandait quand il était né, et même dans ses rêves les plus fous, il n'aurait jamais imaginé que cela puisse avoir un lien avec ce qui se passait autour de lui. Cela ne pouvait être le futur.

    Puis l'homme lui tendit un appareil étrange que Shiro examina, tâtonnant sur les touches chiffrées avant d'écarquiller les yeux devant les sons qu'émettaient l'engin téléphonique. L'occidental le lui retira rapidement des mains, comprenant que Yoshi n'avait jamais vu rien de semblable.

    - Non... Je suis seul ici.

    Puis Ange entreprit de le faire bouger. Chose difficile au départ puisqu'il ne comprenait pas ce qu'il était sensé faire, mais il parvint malgré tout à l'entraîner jusqu'à un magasin de prêt à porter. L'essayage fut plus que laborieux, et Ange dû à plusieurs reprises rentrer dans la cabine pour l'aider malgré les protestations du jeune samouraï. Ce dernier en ressortir affublé d'un pantalon en jean qui lui serrait étrangement les cuisses, et d'un t-shirt neutre. Il avait gardé ses affaires dans un sac et mourrait d'envie de les revêtir, mais suivit les réprimandes de l'étranger qui lui ordonnait de s'habiller de la même manière ridicule que lui. En plus d'être moche, cette tenue était désagréable : tout semblait l'étriquer et gênait ses mouvements. Il était bien plus à l'aise en kimono. On lui avait fais jeté ses sabots de bois pour des chaussures étranges en cuir, plutôt confortables à dire vrai.

    Par la suite, Ange le guida jusqu'à sa chambre d'hôtel pour être enfin au calme. Shiro examina l'endroit avec curiosité tandis qu'Ange refermait la porte derrière eux. Le samouraï s'assit sur le lit moelleux tout en trouvant enfin le moyen de fixer le fourreau de son sabre à sa ceinture de cuir. Quand l'étranger revint enfin vers lui, Shiro se leva et s'inclina.

    - Merci. Merci beaucoup de votre aide.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shopping au pays du soleil levant [Ange]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shopping au pays du soleil levant [Ange]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shopping au pays du soleil levant [Ange]
» Au pays du Soleil Levant
» Soleil levant [PV]
» Le pays du soleil levant (fini!)
» " Tableau de Claude Monet : "SOLEIL LEVANT"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: Autour du Monde :: L'Asie-