X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il vient ce café ? [ Emma-Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Dim 12 Mai 2013 - 16:16

Puisque Samuel allait revoir Emma sous peu et qu'il comptait lui apporter son soutien dans le projet qu'elle menait, il estimait qu'ils allaient donc travailler plus ou moins ensemble. Et de ce fait, il ne tenta pas de cacher ses capacités de mutant. Mieux on se connaissait l'un l'autre, mieux l'on pouvait s'entraider et savoir à quoi s'attendre, non ? L'espagnol détailla donc l'étendue de son pouvoir, non sans une certaine fierté, à la femme d'affaires qui semblait curieuse. Il craignait quelque peu de passer pour un sado-maso mais il ne lui cacha rien cependant. Beaucoup de gens qui découvraient le pouvoir de Samuel s'attendaient à ce que ce dernier éprouve un malin plaisir à faire souffrir les autres mais également à s'auto-détruire pour gagner en puissance. Ce n'était pourtant pas tout à fait le cas. Il aurait pu tomber dans un engrenage infernal et se servir de lui-même pour augmenter sa puissance mais il ne le faisait qu'en cas d'urgence. Il n'était pas non plus spécialement des plus sadiques, sauf lorsqu'il se battait. Là, il devenait une véritable bête sauvage, gardant cependant le contrôle de la situation. En dehors de ça, il restait quelqu'un de doux et de tranquille.

Emma l'écoutait avec attention et s'étonnait de le savoir si serein avec une telle mutation. Elle n'avait pas tort lorsqu'elle disait que c'était addictif et qu'il aurait facilement pu en être l'esclave. Cela avait failli arriver mais il savait que s'il ne se contrôlait pas lui-même, il ne serait alors d'aucune utilité pour les mutants et qu'il ferait ainsi le jeu des humains. Ca, il n'en était pas question. A force d'entrainement et de volonté, il avait su brider ce besoin de faire mal aux autres et de se mettre en danger volontairement. Emma voulait justement en profiter pour voir si elle ne pouvait pas lui apporter quelque chose de plus par le biais d'expériences. Si cela pouvait l'aider à s'améliorer, il n'avait aucune raison de refuser. D'autant plus que comme le disait la mutante, elle l'appréciait, ce qui était réciproque.


"Je dois vous avouer qu'à une époque, lorsque j'ai découvert que j'étais un mutant, j'en voulais à la terre entière et il n'était pas rare que j'en vienne à devenir violent. Le fait de me sentir puissant et euphorique lorsque les gens autour de moi souffraient avant tendance à me rendre fou mais avec le temps, j'ai su me gérer. Je ne désire pas être un poids pour mes camarades mutants et j'ai fait en sorte d'être maitre de mon don et non l'inverse. Et puis si j'ai besoin de trouver du plaisir, je n'ai pas besoin de souffrir ou faire souffrir. Pour ça, j'ai bien d'autres solutions qui s'offrent à moi. Comme passer un peu de temps en votre compagnie. Et d'ailleurs, je ne dis pas non à ces expériences. Vous avez l'air de savoir de quoi vous parlez et puis ainsi, nous saurons à quoi nous en tenir à propos de mes capacités."

Il ne lui posa aucune question à propos des siennes, de capacités, estimant qu'il en aurait connaissance en temps voulu. Pour l'heure, maintenant que les dégâts causés étaient réparés, ils pouvaient passer un peu de bon temps ensemble. L'espagnol n'avait pas refusé l'invitation de la mutante à se joindre à elle dans la baignoire, en profitant pour la masser et la délasser. Samuel ne pouvait nier qu'elle était une belle femme et qu'elle était tout à fait à son goût. Il ne s'en cachait d'ailleurs pas, aventurant ses mains plus que de raison alors qu'ils discutaient encore. Emma avait donné un indice à propos de ce qu'elle était capable de faire mais l'espagnol n'avait pas poussé la curiosité plus loin. Non pas que cela ne l'intéressait pas mais il préférait la laisser venir à lui et non s'imposer et jouer les sans-gênes. Si elle désirait en dire plus, elle le ferait toute seule sans avoir besoin qu'on l'y pousse. Mais du peu qu'elle avait dit, tout ce que Samuel désirait actuellement était qu'elle lui laisse ses souvenirs intacts afin qu'il n'oublie pas leur rencontre et cette partie de la soirée. Pourquoi diable l'effacer ? Pensait-elle le regretter ? Avait-elle peur qu'il ne devienne ensuite collant ou qu'il ne la fasse chanter ? Comme si c'était son genre... Mais ça, elle ne pouvait le deviner.

"Mais avant d'en parler comme d'un souvenir, commençons déjà par le vivre..."

Sachant qu'il pouvait agir à sa guise sans craindre de tout oublier de ce moment, Samuel se laissa aller. Ils étaient adultes et savaient ce qu'ils voulaient. Pas besoin de leur poser la question, leurs corps se répondaient l'un à l'autre avec un désir non dissimulé. Migrant de la salle de bain à la chambre, ils poursuivirent leurs activités sans prendre en compte ni le temps qui passait ni l'appel téléphonique destiné à Emma. Même lorsque ce moment prit fin, l'espagnol ne comptait pas la chasser ou la renvoyer à ses occupations premières. Après tout, il n'était censé que l'occuper pendant l'absence de Magneto et ce dernier était sans doute rentré. Mais il était tard... et Samuel appréciait la compagnie de la jeune femme. Cette dernière semblait plutôt pressée de partir. En tout cas, c'était ce qu'elle disait et elle agissait dans ce sens... Mais elle ne se leva pourtant pas tout de suite du lit.

Samuel ne se précipita pas pour la retenir, elle était libre de faire ce qu'elle désirait et il ne voulait pas la faire fuir en s'imposant. Il ne l'avait pas fait jusqu'à présent et il ne comptait pas commencer. Mais pourquoi précipiter le départ ? Ils venaient à peine de reprendre leur souffle, rien ne pressait, surtout à cette heure là. Le mutant proposa donc, sous le couvert de leur petit jeu d'inventions, qu'elle reste au moins pour manger, chose qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de faire encore. Au moins, elle lui accorda son attention, semblant se tâter à accepter ou non, ne se levant pas pour affirmer qu'elle comptait partir malgré tout. Finalement, elle embarqua dans le jeu, pour le plus grand plaisir de l'espagnol.


"Je ne me souviens plus de ce que tu avais commandé cela dit... Je crois me souvenir que nous avons mangé la même chose. Un plat espagnol sans doute. Peut-être qu'en mangeant à nouveau, mes souvenirs vont me revenir. En tout cas, je me souviens très bien de la fin de la soirée." avoua t-il en souriant alors qu'il se redressait

La jeune femme quant à elle s'était penchée et l'observait. Elle demandait cependant de porter le peignoir plutôt qu'autre chose, désirant également l'accompagner en cuisine plutôt que de rester là. Samuel hocha la tête et se leva pour aller chercher le peignoir et venir le déposer sur les épaules de la mutante. Pour sa part, il enfila un simple boxer ainsi qu'un pantalon de survêtement propres. Direction la cuisine où il l'aménagea pour qu'Emma puisse s'installer à son aise. Sortant les ingrédients nécessaires au repas, il s'arrêta le temps de lui demander quelque chose.


"Tu veux boire un autre verre de vin en attendant que ce soit prêt ? Ou autre chose."

Il n'allait pas lui demander de l'aider à cuisiner. S'il l'aurait fait avec beaucoup de gens, il n'était pas convaincu qu'elle était du genre à apprécier de cuisiner. Sans doute avait-elle des gens qui le faisaient à sa place. Peu importait puisque l'espagnol adorait cuisiner et que cela ne le dérangeait donc pas de le faire seul. Mettant le riz et le calamar découpé en petites tranches cubiques à cuire, il prépara la sauce qui allait accompagner le tout. Un plat typiquement espagnol dans lequel il n'avait pas mis d'épices. Tout le monde n'aimait pas ça. Puisqu'il fallait un peu de temps pour que le repas soit prêt, Samuel désira en savoir un peu plus sur celle qui venait de partager ses draps sans pour autant se montrer trop intrusif.

"Cela fait combien de temps que tu t'occupes de l'Institut ?"
Revenir en haut Aller en bas
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Lun 13 Mai 2013 - 22:24

Samuel et Emma n'avaient à première vue rien en commun. Ils étaient de classes sociales différentes, d'ethnie différentes, de groupes différents. En bref, ils évoluaient dans deux mondes distinct. Pourtant, le hasard les avaient fait se rencontrer et après quelques heures passés ensembles, ils se trouvaient bien plus de ressemblance qu'on auraient cru. En effet, les deux mutants n'étaient pas foncièrement d'accord sur tout, mais dans l'ensembles, ils avaient des objectifs communs. Et c'est pour atteindre ses objectifs qu'ils décidèrent d'unir leurs forces.

Jugeant à présent qu'ils étaient plus alliés qu'autre chose, l'un et l'autre acceptèrent de se dévoiler un peu. Samuel était plus enclin à discuter de son pouvoir qu'Emma, mais, même elle, offrait quelques indices sur ses capacités. Cependant, pour l'heure, c'était celles de l'espagnol qui se trouvait au centre de la discussion.

La mutante avait proposée d'aider l'homme à accroître son talent à l'aide d’expériences et espérait bien qu'il accepterait. Pourtant, lorsque il le fit, elle se demanda si il avait bien compris ce que cela sous entendait.

" Je pense que nous avons tous ressentis ce genre d'animosité lorsque nous avons découvert notre différence. Après, il y a ceux qui la rejette, qui se détestent et haïssent le monde... et ceux qui comprennent à quel point ils sont chanceux et qui s'acceptent. Je suis heureuse que vous soyez de cela. Et plus heureuse encore de constater que vous avez une grande force mentale et une puissante volonté pour ne pas vous être laissé avaler par votre don. Cela aurait sans doute était plus simple, mais la facilité est rarement le meilleur choix. En ce qui concerne votre recherche de plaisir, si ma présence vous en apporte, sachez que je m'en trouve flattée. Cela dit, je doute pouvoir vous être utile si nos rencontres se limitent à ça. A moins que vous trouviez le moyen de puiser une autre source d'énergie, mais il est fort peu probable que ce soit possible. Par contre, comme je viens de vous le dire, je peux vous aider à accroître vos sources de souffrance. Mais... j'aimerai que les choses soient bien claire. Je souhaite être sûre que vous compreniez de quoi il en retourne. "

La mutante marqua une pause, appuyant son menton contre son poing, fixant le latino. Oui, elle avait le désir de lui faire comprendre son projet, afin qu'il ne se retrouve pas pris au dépourvu et ne mette pas fin à l’expérience après quelques maigres secondes. Cependant, elle avait peur que de lui dévoiler directement le fasse revenir sur sa décision d'y participer. Que faire ? Etait-il réellement si fort psychologiquement qu'elle le pensait ? Pour le savoir, elle allait devoir lui montrer l’intérêt de passer par la rude épreuve qu'elle comptait lui imposer.

" A vrai dire, puisque vous semblez persuadé de parvenir à maîtriser les souffrances mentales, je peux faire en sorte de les provoquer. Je pourrai pour cela choisir n'importe qui, mais je pense qu'il vous sera plus aisé d'y parvenir dans un premier temps avec les votre. Autrement dit, si vous acceptez de vous livrer à mon test, vous acceptez aussi de dévoiler les choses les plus douloureuse de votre esprit et de les laisser vous tourmenter. Remarquez que si vous parvenez ensuite à transformer cette souffrance en énergie, cela s’avérer fort pratique. Après, tout dépend de vos tourments, mais je pense que chaque personne en a de très grands. "

La femme d'affaire inclina un peu la tête, appuyant sa joue sur sa main, continuant de fixer l'homme, neutre.

" Etes vous prêt à me laisser faire ? Je vous promets de ne pas utiliser plus d'informations que nécessaire et de cesser si cela devient trop difficile pour vous. Je sais que je vous demande là une grande confiance, mais c'est pour vous aider à gagner en maîtrise que je le fais. Cependant, si cela ne vous intéresses plus, je n’insisterai pas. Je trouverai ça dommage, certes, mais je respecterai votre choix. "


Oui, Emma et Samuel s'étaient réellement trouvés des intérêts communs. Et très vite, ils remarquèrent qu'il n'y avait pas que leurs projets qu'ils souhaitaient partager. Il y avait leurs corps également. Et c'est exactement ce qu'ils firent. Désormais, il n'était plus question de souffrance, mais bel et bien de plaisir. Délaissant la salle de bain pour la chambre, ils s’affairèrent jusqu'à ne plus avoir la force de le faire.

Puis, là où un couple normal aurait pris le temps de reprendre leur souffle, enlacés, tendres, Emma préféra quant à elle mettre les voiles. Ce qu'elle aurait fait si l'homme n'avait pas trouvé les bons mots pour lui offrir une excuse afin de finalement rester un peu plus.


" Oui, j'ai certainement souhaitée connaitre une spécialité du pays de celui avec qui j'ai passé la soirée. Cela dit, je ne sais plus vraiment à quel point j'ai aimé ça. Sans doute moins que le dessert auquel j'ai eut droit une fois rentrés mais je ne sais plus vraiment. Aussi, je pense que tu as raison, il faudrait manger à nouveau afin que je puisse me rappeler. "

C'est ainsi qu'elle se retrouva installée dans la cuisine, aux cotés du mutant, vêtue du peignoir de celui ci. Croisant les jambes, posant ses mains sur ses cuisses, elle regarda son compagnon préparer leur repas à venir, profitant plus de la vision de son torse dénudé que de son art culinaire. Décidément, elle avait bien fait de rester.

Lorsqu'il lui demande si elle souhaitait un peu de vin, la blonde acquiesça. Après tout, le vin savouré en début de soirée était fort bon, bien qu'il eut mal terminé. Et les efforts qu'ils venaient de faire lui avait donné soif.


" Un verre de vin sera parfait. Et je te promets de ne pas le renverser celui ci. "

Tout en sirotant son verre, profitant toujours du spectacle qui s'offrait à elle, la jeune femme décida de répondre à la question du mutant. Restant pensive un instant, elle prit finalement la parole.

" Tu sais, je ne m'occupe pas vraiment de l'institut. C'est Charles Xavier qui en est le directeur. Mais... je pense que l'on peut dire que je suis en quelque sort sa co-directrice. Même si ce n'est réellement officiel. Je pense que de m'attribuer un tel statut ferait ouvrir une enquête sur mon ancienne école, et ni lui, ni moi, ne souhaitons cela. Sinon.. cela fait... hmmm.. je ne sais pas exactement. Quelques années. Mais cela ne fait que quelques mois que j'ai obtenue l'autorisation de former ceux qui le peuvent à la défense. Cela dit, ce n'est pas la première fois que le fais. C'est même la troisième mais... je ne préfère pas parler de ça. "

La jeune femme masqua une vague de tristesse envahissant son regard derrière le verre de vin qu'elle mina de regarder au travers la lumière. Elle aussi avait une question un peu personnelle pour l'homme avait qui elle venait de partager la nuit. Habituellement elle se moquait bien d'apprendre à les connaitre, mais cette fois, les choses étaient un peu différentes. Après tout, ils avaient prévus de se revoir, de faire des choses ensembles, peut-être même qu'un jour ils pourraient être amis, même si la blonde était à mille lieues de l'envisager. Quoi qu'il en fut, cette fois, elle était désireuse d'en apprendre d'avantage. Cependant, elle ne savait trop comment formuler sa question, craignant de taper dans un endroit douloureux et de gâcher ainsi la soirée qu'ils venaient de vivre. Pourtant, le bracelet féminin, voir enfantin au poignet de l'homme l'intriguait. Que faire ?

" Dis moi Samuel, j'ai remarquée que tu portais un bracelet assez... peu commun pour un homme. Tu accepterai de m'en conter l'histoire ? "

Rien ne l'obligeait à le faire, après tout il n'avait pas à assouvir sa curiosité. De plus, si Emma voyait que l’interrogation le mettait mal à l'aise, il lui suffirait de faire en sorte de changer de sujet pour revenir à quelque chose de plus plaisant. Cependant, elle espérait tout de même qu'il le fasse, sentant que la breloque avait un secret cher au cœur de l'espagnol. Intuition féminine ou interception involontaire de pensées ? Emma n'en savait rien, mais une chose était sûre, elle était certaine de ce qu'elle avançait...

_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Mar 14 Mai 2013 - 22:55

Le pouvoir rendait fou, c'était bien connu. Cela avait quelque chose d'addictif et lorsqu'on le possédait, on ne voulait l'abandonner pour rien au monde. Ce n'était pas pour rien que les hommes avaient soif de pouvoir et de conquête, toujours prêts à lorgner sur les plates-bandes du voisin. Les capacités des mutants était donc également quelque chose qui pouvait rendre mauvais. Lorsque l'on se sentait ainsi puissant, il n'était pas rare que l'on veuille asseoir sa supériorité. C'était d'ailleurs le cas pour la plupart des membres de la Confrérie, désireux de faire reconnaitre leur statut d'être supérieur, évolué. Samuel ne s'était pourtant jamais laissé prendre au piège de son propre don. Il avait conscience d'être plus fort qu'un humain et il ne s'en cachait pas, mais ce n'était pas pour autant qu'il en avait fait son leitmotiv. Il ne désirait pas devenir un esclave, que ce soit de la part des humains ou même de son propre pouvoir. Ainsi, il faisait preuve d'une volonté à toute épreuve qui lui était relativement utile même dans sa vie de tous les jours.

"Je ne vaudrais pas mieux que certains terroristes ou même dictateurs si je me laissais aveugler par le pouvoir. Je n'ai pas toujours eu la chance d'être entouré mais je crois que sans l'aide et le soutien de mes semblables, j'aurais peut-être perdu le nord. Je ne voudrais pas qu'un mutant subisse la même chose, pourtant je sais que c'est le genre de choses qui arrivent tous les jours. Plus on est seul, plus il est facile de sombrer mais là, je ne vous apprends rien de toute façon. Et puis quand bien même vous ne m'êtes pas "utile", simplement vous côtoyer me suffirait. Cela dit, ce n'était pas le but de cette conversation alors je vous écoute, éclairez moi."

Samuel avait pour habitude d'entrainer les autres, que ce soit des mutants et leurs pouvoirs ou bien des enfants pour la pratique du sport. Il supervisait, conseillait et guidait ceux qu'il côtoyait du mieux qu'il pouvait, appréciant de pouvoir se rendre utile. Mais cette fois, les rôles étaient comme qui diraient inversés. Emma, en découvrant les caractéristiques du pouvoir de l'espagnol, semblait très intéressée pour mettre quelques expériences de son crû en pratique. Il ignorait encore en quoi consistait le sien, de pouvoir, mais n'était jamais contre le fait de pouvoir faire progresser ses capacités. Le meilleur moyen de repousser ses limites n'était-il pas de prendre des risques ? Mais Samuel n'avait pas tout à fait saisi là où Emma voulait en venir. Elle dû le sentir car elle se mit alors à le mettre en garde.

Ainsi donc, il apprit qu'au lieu de se servir d'un cobaye, c'est lui qui ressentirait toute la douleur engendrée par ses propres souvenirs. Après tout, c'était tellement plus logique ainsi... Cela lui semblait même évident après mûre réflexion. Mais arriverait-il à supporter à nouveau ce qu'il avait ressenti par le passé ? Il se souvenait avoir perdu le contrôle de lui-même à ce moment là. Mais depuis, de l'eau était passée sous les ponts et il savait se maitriser et user de son pouvoir à sa guise. Mais que se passerait-il s'il devait à nouveau faire face au passé ? Le meilleur moyen de le savoir était encore d'essayer. Il s'était proposé et n'allait certainement pas revenir sur sa parole.

Maintenant qu'il analysait ce que lui disait Emma, il pensait deviner ses capacités. Elle était sans doute télépathe ou quelque chose dans ce goût là. Elle manipulait en tout cas l'esprit à sa guise, ce qui pouvait être relativement dangereux. Accepterait-il qu'elle joue avec sa tête ? Pesant le pour et le contre mentalement, il finit par acquiescer. Elle n'avait aucune raison de lui mettre l'esprit à l'envers et il avait de toute façon confiance en ses camarades mutants. Si quelqu'un devait prendre un risque, c'était bien lui et non une tierce personne.


"Ca ne change rien. Je suis prêt à faire le test. Ce n'est pas en faisant de simples suppositions que je saurais si oui ou on mon pouvoir peut évoluer en ce sens. Le progrès a besoin de sacrifices et je donnerais de moi-même dans ce cas. Même si le revoir le passé ne m'enchante pas, je garde en tête que c'est justement ce qui me rend plus fort et qui me motive chaque jour qui passe. Vous pourrez compter sur moi pour cette expérience et je compte sur vous pour ne pas trop rester à proximité de moi au cas où."

Mais pour l'heure, il n'était nullement question d'expérience ou de test. Emma pouvait donc rester à proximité de l'espagnol, ce qu'elle fit, se rapprochant même de lui. Les deux mutants avaient finalement plus de choses en commun qu'ils ne le pensaient, partageant à présent leurs corps respectifs. C'était le meilleur moyen de se réchauffer bien que ce n'était qu'un prétexte au final. Mais ce n'était pas eux qui s'en plaignaient. Toutefois, Emma semblait avoir besoin d'un prétexte pour rester plus longtemps. Comme si elle avait été piqué par une guêpe, elle s'était levée, prête à partir à tout moment. Mais Samuel espérait bien qu'elle le laisse profiter encore un peu de sa compagnie. Même s'il ne s'attachait que très rarement à celles qui partageaient ses draps, il n'était pas du genre à les jeter dehors, préférant partager un autre moment ensemble. Il était comme ça, avenant et galant. Par chance, la mutante semblait encline au repas.

"Parfait. Et puis, je ne vais pas te laisser partir sans te rendre les forces que je t'ai volées. C'est donnant, donnant."


Vêtu d'un simple pantalon, Samuel se dirigea vers la cuisine, accompagné d'Emma. Là, il commença à sortir tout ce dont il avait besoin pour préparer le repas mais ne comptait pas laisser son invitée sans rien entre les mains. Sans doute avait-elle soif, aussi il lui proposa un nouveau verre de vin. Emma n'était pas contre, affirmant non sans humour que cette fois, il resterait dans son verre. L'espagnol se mit à rire à cette remarque tout en retournant au salon pour récupérer la bouteille de vin. Prenant un verre propre, il le lui remplit avant de le déposer sur la table devant elle.

"A vrai dire, ça ne me dérangerait pas vraiment que tu le renverses à nouveau. Et puis cette fois au moins, tes vêtements ne seraient pas salis. Ceci dit, il serait dommage de gâcher ce bon vin. Ce n'est plus comme si nous avions besoin d'un prétexte." avoua t-il en souriant

Poursuivant sa cuisine, le mutant veillait à en faire assez pour eux deux. Il ignorait si Emma mangeait beaucoup mais lui, il dévorait, surtout après l'effort. A le voir cuisiner, on aurait pu croire qu'il attendait du monde... Sans pour autant quitter des yeux ce qu'il faisait, Samuel s'intéressa à l'autre travail de la mutante qui consistait à s'occuper des élèves de l'Institut Xavier. Il fut surpris d'apprendre qu'elle était comme la co directrice de l'établissement. Mais ce qui l'étonna davantage fut d'apprendre qu'elle avait eu auparavant une école à elle. Elle ne désirait pas en parler mais vu la façon dont elle évoquait le sujet, nul besoin de lire les pensées pour se rendre compte que c'était un sujet plus que sensible. Cela s'était sans doute mal passé. Il était temps de changer de sujet malgré la curiosité naissante de l'espagnol.


"Au moins tu n'es pas une novice en la matière. Mais tu es vraiment seule pour t'occuper de ton petit groupe ? Même si les autres professeurs ne partagent pas forcément ton point de vue, ils pourraient t'aider malgré tout."


La préparation du repas avançait bien mais Samuel s'interrompit lorsque la mutante lui posa une question à propos du bracelet qu'il portait au poignet gauche. Ses yeux dorés se posèrent aussitôt sur le bijou qu'il ne quittait jamais. Il représentait tant à ses yeux qu'il n'avait jamais pu s'en séparer. Il lui rappelait le passé mais également sa détermination pour le présent. Mais devait-il en parler à Emma ? C'était le genre de souvenir qu'il ne souhaitait pas dévoiler de la sorte. Mais d'un autre côté, il estimait qu'elle pouvait tout à fait lire dans ses pensées si elle le désirait. A choisir, il préférait le lui dire lui-même. Il n'était pas obligé de tout dévoiler non plus.

"C'est l'histoire d'un jeune garçon qui rencontra une petite fille. Cette dernière n'avait rien à manger et elle volait pour subsister. Plutôt que de la chasser ou de la dénoncer, le garçon l'aida, lui donnant la nourriture dont elle avait besoin, puisant dans les réserves de l'endroit où il travaillait. En remerciement, elle lui donna ce bracelet. Renvoyé après avoir été découvert, il chercha un endroit où se réfugier. Il découvrit une grange où vivaient plusieurs enfants dont la petite fille qu'il avait aidée. Il découvrit alors qu'en plus d'être orphelins ou abandonnés, ils étaient particuliers. Ils étaient tous mutants. Le garçon n'était qu'un humain comme les autres mais il trouva leurs dons extraordinaires. Plus vieux qu'eux, il décida de rester parmi eux pour s'en occuper et veiller sur ceux que même leurs propres familles rejetaient. Le temps passa et un drame arriva. Seul le garçon survécu et il conserva ce bracelet pour se souvenir de cette période et de ceux qui ne sont plus à ses côtés."

Samuel continuait de préparer le repas tout en parlant, si bien que tout fut prêt en un rien de temps. Il attrapa une assiette, la remplit en la présentant convenablement puis la déposa devant Emma. C'était un plat coloré de riz et de morceaux de calamars accompagnés d'une sauce qui relevait le tout. Fin et agréable au palais. Prenant une autre assiette, il se servit puis vint prendre place face à la mutante.

"J'espère que cette histoire ne t'a pas coupé l'appétit au moins."
Revenir en haut Aller en bas
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Jeu 16 Mai 2013 - 21:31

Emma écoutait les propos de Samuel avec un air neutre mais nullement désintéressé. La vision qu'avait l'homme de la vie était assez intelligente, emplie d'échos d’expériences. Cependant, la jeune femme n'avait pas pour habitude de laisser voir ce que créer les idées des autres sur elle. Malgré tout, ça ne l’empêchait pas d'analyser chaque parole, ces dernières la renvoyant à son propre passé.

L'Espagnol affirmait que c'était grâce à son entourage mutant qu'il avait réussi à ne pas perdre les pédales. C'était en quelque sorte le cas de la blonde également. Mais pour son cas, c'était les jeunes mutants dont elle souhaitait s'occuper qui lui avait donné cette force. Les autres personnes touchées par le génome X qu'elle avait pu rencontrer, n'avait pas toujours était un bon support de stabilité. Aussi, lorsque le latino affirma que plus on été seul, plus il était facile de sombrer, la femme d'affaire nia doucement.


" Je ne suis pas totalement d'accord avec vous. Certains s'en sortent bien mieux dans la solitude. Ne dit on pas qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné ? S'entourer pour s'entourer est loin d'être une bonne solution et conduit bien souvent tout autant au désastre que de parcourir sa route sans personnes. Tout est question de caractère à mon avis. "

Et la mutante savait de quoi elle parlait. Bien qu'elle saisisse la moindre occasion pour obtenir de précieux alliés, il fallait tout de même reconnaître qu'elle ne créait pas facilement des liens. Elle avait un entourage oui, mais avait elle des amis ? Elle n'en était pas sûre. De plus, elle préférait se reposer sur elle même que sur les autres. Dans le fond, elle avait toujours été seule et ne trouvait pas que sa vie s'en portait plus mal, jugeant même qu'elle avait assez bien réussie.

Mais pour l'heure, il ne s'agissait pas de débattre sur la justesse de son choix de vie. De toute façon, elle doutait que Samuel tienne le débat bien longtemps, étant, d'après elle, le genre de personne à ne pas dicter leur conduite aux autres, à leur laisser libre de leur choix. Non, ce qui était pour l'instant au centre de leur discussion, c'était la proposition d'Emma d'aider l'homme à accroître la maîtrise de son don.

Pour ce faire, elle voulait être certaine que son comparse comprenne parfaitement les enjeux d'un tel exercice. Aussi, lui expliqua t elle en détail ce qu'elle comptait faire, lui soulignant que pour que cela fonctionne, il allait devoir la laisser pénétrer son esprit afin d'y rechercher les choses les plus douloureuse de sa vie.

Il était toujours délicat de laisser quelqu'un savoir ce genre de choses sur soi. Et généralement, les gens n'étaient pas enclin du tout à ce que cela arrive. Aussi, Emma n'était pas sûre que l'Espagnol ne se rétracte pas. Cela aurait été normal. Après tout, ils se connaissaient à peine, et accepter sa proposition c'était faire preuve d'une immense confiance que l'on accordait qu'aux personnes les plus proches de nous. Et là encore, ce n'était même pas toujours le cas.

Pourtant, non sans un instant de réflexion, l'homme ne changea pas d'avis. Ce fut au plus grand plaisir de la psionique. Non que remuer de pénibles souvenir chez lui l'amuse, mais elle avait envie d’expérimenter la porté du don du mutant. Plus encore, elle voulait voir jusqu’où pouvait aller sa confiance, sa volonté et sa force mentale. Ce genre de chose était importante aux yeux de la blonde et elle espérait que le latino ne la décevrait pas.

" Je me tiendrai à bonne distance si cela peut vous rassurer. L'essentiel est que je puisse sentir votre psyché mais je suis capable de le faire d'assez loin. De plus, si je sens que l’expérience va trop loin pour vous, j'y mettrai un terme immédiatement. De plus, tout ce que je pourrai apprendre restera entres nous. Nous n'en parlerons même pas si vous ne le souhaitez pas. Je sais que tout ceci requiert une grande confiance en l'autre, et je vous remercie d'ainsi me l'accorder. J'ai conscience que cela ne doit pas être facile de me l'offrir alors que nous nous connaissons à peine. Je vous promet un nouvelle fois, de respecter votre esprit et de ne pas non plus fouiller plus que nécessaire. J'espère que vous me croirez. "

Et puis, le soirée continua. Peu à peu, les deux mutants apprirent à faire plus ample connaissance. Lentement, la cordialité laissa place à quelque chose de plus cru, le désir. Car oui, Emma était attirée par l'homme qui lui avait tenu compagnie depuis qu'Erik l'avait laissé en plan. Aussi, n'étant pas du genre à tourner du pot, elle était allé droit au but afin de savoir si son envie était partagée. Comme ce fut le cas, ils jetèrent les barrières qui les tenaient loin l'un de l'autre et cessèrent tous bavardages des heures durant, laissent leur corps parler à la place de leur bouche.

Cependant, les divers élans fougueux qui les avaient habités se taisaient à présent. C'était autre chose qui grondait au sein du ventre de la blonde. La faim. Aussi, lorsque Samuel lui proposa de rester manger quelque chose en sa compagnie, elle accepta.

Alors que l'homme était occupé à préparer un plat traditionnel de son pays, Emma le regardait, assise dans la cuisine à ses cotés, enroulée du peignoir de l'espagnol. Lorsque ce dernier lui proposa un verre de vin, elle accepta, non sans placer une pointe d'humour dans sa réponse. Humour auquel l'homme s'empressa de répondre... du moins le pensait elle.

" Parce que tu crois que c'était un prétexte pour me dénuder et t'attirer dans les filets de mes charmes ? Que nenni c'était vraiment de la malad... hmm, attends, ne serait-il pas plus glorieux pour moi que d'utiliser cette justification la finalement ? "

La jeune femme aurait pu rester assise là, sans rien dire de plus$, habitée par diverses réflexions intérieures. C'était sans compter sur le savoir vivre de son hôte, qui tenta d'entretenir un dialogue en l’interrogeant sur sa vie. Mais étais ce là uniquement de la politesse ? N'était ce pas tout simplement de l’intérêt ? Emma n'en savait rien et cela lui importait peu, que ce fusse l'un ou l'autre, elle comptait y répondre de la même manière.

" Oui, je pense qu'ils pourraient effectivement m'épauler. Cela dit, je ne suis pas sûre d'en avoir envie. La dernière fois que j'ai monté un projet similaire et que je me suis appuyée sur d'autres personnes, les choses se sont réellement mal passées. Bien sûr, je ne suis pas contre un coup de main de temps en temps, preuve en est il que je t'ai demandé de me prêter tes talents, mais... je préfère garder les choses sous mon entier contrôle. Ça doit sembler prétentieux et très égoïste, mais c'est ainsi. J'ai mes raisons d'agir de la sorte et je suis persuadée que c'est ce qu'il y a de mieux pour mes élèves. "

Puis, ce fut à son tour de se montrer curieuse, demandant à l'homme de lui compter l'histoire du bracelet enroulant son poignet. Bien sûr, Emma se doutait que c'était un sujet délicat, mais puisque de toute façon elle allait bientôt farfouiller dans ses plus intimes douleurs, elle pensait qu'il ne lui cacherait pas l'origine du bijoux. Ce fut effectivement le cas, bien qu'elle sentit que le manque de détail de l'histoire, l'utilisation d'une narration externe voulait clairement dire qu'il ne souhaitait pas s'impliquer émotionnellement sur le sujet ce soir là et qu'il ne voulait pas s'éterniser là dessus. La blonde respectait ça, après tout, elle même venait de faire la même chose.

C'est pour cette raison qu'elle s'installa à table une fois la préparation achevée, sans insister d'avantage sur le douloureux pan de son passé que venait de lui confier l'Espagnol.


" Non ça va. Ne crois pas que ton histoire me laisse insensible, elle est triste, réellement, et j'en suis navrée pour toi mais hélas, j'en ai tant entendue de similaires que j'ai appris à me tenir recluse émotionnellement de ce genre de chose. Et puis, je m'en voudrais de ne pas faire honneur à ta cuisine, il est rare que j'ai l'occasion de dîner en compagnie du cuisinier alors je compte bien en profiter. "

Afin d'appuyer ses propos, la blonde saisit son couvert.

" Ca semble délicieux. Bon appétit Samuel. "

Sur ces mots, la femme prit une fourchette de la préparation, la glissant dans sa bouche, savourant le mélange épicé. Elle avait craint que ce soit trop fort pour elle, mais l'homme avait parfaitement réussi à doser les assaisonnements. C'était délicieux. Si tel n'avait pas été le cas, Emma n'aurait pas mangé d'avantage, pas réellement du genre à se forcer, mais puisqu'elle appréciait le plat, elle mangea convenable. Bien sur elle n'avait rien d'une grosse mangeuse mais malgré tout il était impossible de douter qu'elle ait pu aimer.

" Un souvenir me revient de notre passage au restaurant. Je me rappelle avoir demandée à parler au chef afin de lui faire tout mes compliments. Son plat était une vraie merveille. "

Une nouvelle fois, le petit jeu d'invention dans lequel ils s'étaient lancés arrangeait Emma. Ainsi, elle pouvait remercier Samuel, le complimenter même, sans pour autant le faire directement. Elle n'aimait pas se sentir redevable et le subterfuge lui permettait de ne pas l'être, tout en exprimant cependant ses pensées. C'était parfait ainsi.

Une fois fait, la jeune femme se leva afin de rejoindre la salle de bain pour se laver les mains. Fatiguée par leurs activités physique et par l'heure avancée, la blonde revint dans la pièce principale en étouffant un bâillement. Bien au chaud dans l'appartement de l'homme, commençant doucement à digérer elle n'avait pas réellement envie de repartir. Pourtant, il commençait à être temps, ayant déjà bien assez traînée. Malgré tout, ce n'est pas vers ses affaires qu'elle se dirigea ensuite, mais vers l'espagnol, passant ses bras autour de ses hanches alors que celui ci était occupé à rincer la vaisselle. Le menton calé sur l'épaule du mutant, elle déposa un baiser dans son cou.


" Il est tard... " se contenta t elle de murmurer.

_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Sam 18 Mai 2013 - 10:16

Encore une fois, Emma et Samuel n'étaient pas tout à fait d'accord. Si cela aurait pu s'avérer pénible à la longue, l'espagnol ne trouvait pas que ce soit le cas. En parlant ainsi tout simplement, il pouvait avoir une autre vision des choses à laquelle il n'avait pas songé avant. Emma évoquait-elle un certain vécu ? C'était sans doute le cas. Du peu qu'il avait vu, elle devait sans doute être du genre solitaire. Etait-ce à cause d'expériences passées ? C'était décidément belle et bien la vie qui les modelait, forgeant leurs caractères en fonction des évènements qu'ils avaient pu vivre. Si certains n'apprenaient pas de leurs erreurs, ce n'était pas le cas des deux mutants.

"Vous n'avez pas tort, c'est sans doute au cas par cas. Du moment que chacun y trouve son compte... Mais la solitude ne permet pas de tout faire, malheureusement. Tout le monde n'a pas la puissance ou les fonds nécessaires pour réussir à tout accomplir seul. Les autres se révèlent parfois être un véritable trésor. Et parfois un cadeau empoisonné. C'est en prenant le risque de le découvrir que l'on évolue mais, là encore, je parle pour moi."

Pour preuve, sans l'aide d'Emma, il ne saurait sans doute jamais s'il était capable ou non d'absorber réellement la douleur psychique. Oh bien sûr, il aurait pu demander l'aide des membres de la Confrérie, il y avait bien des mutants aux pouvoirs mentaux, mais cela ne lui était encore jamais vraiment venu à l'esprit. Sans doute parce qu'il ne désirait pas que n'importe qui fouille dans sa tête bien qu'il avait confiance en les mutants. Mais puisque la femme d'affaires l'avait proposé, il ne refusa pas malgré le risque encouru. Bien qu'il n'était pas non plus suicidaire, il avait pesé le pour et le contre avant de répondre. Il était difficile de donner sa confiance au premier venu mais l'espagnol croyait facilement en les autres, surtout lorsqu'il s'agissait de mutants. Emma lui faisait bonne impression et elle lui confirmait à nouveau qu'elle respecterait le contenu de son crâne.

Cependant, elle risquait tout de même de tout voir, de fouiller dans sa mémoire, dans son vécu, à la recherche de moments pénibles de sa vie. Et le pire était qu'il allait les revivre. Et si tout cela ne servait à rien ? Tant pis, Samuel était prêt à prendre le risque. Ce n'était pas en fuyant le passé que l'on pouvait affronter le présent. Et dans le pire des cas, cela ne ferait que renforcer sa détermination à se débarrasser des humains. Malgré tout, il craignait que, si l'expérience fonctionnait, il perde le contrôle comme lorsqu'il avait découvert ses pouvoirs, tuant tous ceux qui avaient eu le malheur d'être présents. Emma n'était pas son ennemie et il ne désirait pas la blesser. Mais cette dernière lui assura qu'elle prendrait les mesures nécessaires. Il n'y avait donc plus à hésiter.


"Alors restez le plus à distance possible, on ne sait jamais. Même si je gère bien mon pouvoir, j'ignore ce qu'il pourrait se passer si j'étais replongé dans le passé et je ne veux pas que vous en soyez la victime. Je n'ai rien de spécial à cacher alors je peux vous faire confiance. Je préfère juste ne pas trop remuer le couteau dans la plaie en temps normal. Mais si vous pouvez me rendre plus fort, je ne vais pas faire demi tour par peur de ce qui pourrait arriver."

Qui aurait pu prévoir ce qui allait arriver par la suite ? Même Emma n'aurait pu le deviner. Mais après quelques maladresses, les deux mutants purent faire plus ample connaissance, se rapprochant davantage. Ils ne se connaissaient pas depuis très longtemps mais ils n'avaient pas besoin de plus pour partager le désir qu'ils entretenaient l'un pour l'autre. Ils étaient adultes, personne ne les attendait particulièrement, ils pouvaient donc bien passer la soirée comme ils l'entendaient. C'est l'un contre l'autre qu'ils restèrent plusieurs heures durant dans les draps de l'espagnol.

Ce dernier ne comptait pas se débarrasser de son invitée par la suite même après le moment qu'ils venaient de passer. Certains se seraient sans doute réjouit de voir la femme d'affaires pressée de partir, n'ayant ainsi plus à s'en occuper mais pas Samuel. Il n'était pas du genre à jeter les femmes avec qui il passait du temps sans pour autant s'y attacher. Il ne pouvait cependant nier qu'il appréciait la jeune femme et non seulement son corps. Ainsi, pour qu'elle reste plus longtemps en sa compagnie, il lui proposa de lui faire à manger, trouvant des prétextes et des excuses qui semblaient tout à fait convenir à la mutante.

Dans la cuisine, à demi vêtus alors que l'espagnol faisait la cuisine, les deux mutants plaisantaient. Emma avait fait référence à son geste qui les avait conduits à passer la nuit ensemble et Samuel ne pu s'empêcher de rebondir sur le sujet. Il ne craignait pas qu'elle le prenne mal, n'appuyant pas sur la maladresse en question mais plutôt sur le fait qu'il la trouvait désirable. Il ne sous-entendait pas non plus qu'elle l'avait fait volontairement mais le vin avait clairement aidé à leur rapprochement et il remerciait donc ce geste malheureux bien qu'il laissait sous-entendre à Emma que tout cela n'était qu'une tactique, qu'elle avait tout prévu. Là aussi, il plaisantait et il fut ravi de voir que la jeune femme embarqua dans son jeu. Bien qu'elle se défendait de l'avoir fait exprès, elle estimait que cette raison était sans doute la plus noble des deux. Comme quoi, elle n'aimait vraiment pas ne pas avoir le contrôle sur tout.


"Remarque, tu n'avais pas besoin de te dénuder pour dévoiler tes charmes. Mais quand je vois le résultat, je dois avouer que tu es fine tacticienne. Je me suis bien fait avoir... Mais pour une fois, je ne suis pas mécontent d'avoir été manipulé. Promis, je ne mettrais pas d'aphrodisiaque dans la nourriture. Enfin, peut-être pas..." fit-il remarquer avec un fin sourire

Ce n'était pas comme s'il en avait eu besoin jusqu'à présent et il ne comptait donc pas gâcher de la bonne nourriture avec un ajout inutile. Emma pouvait manger les yeux fermés. Mais le repas n'était pas encore prêt et Samuel l'interrogea donc au sujet de l'Institut et plus particulièrement au sujet du groupe qu'elle menait. Puisqu'il allait possiblement l'aider à atteindre son but, il désirait en savoir le maximum. Et puis ainsi, il apprendrait également à mieux la connaitre. Mieux valait en savoir un minimum sur les gens que l'on allait côtoyer. Car oui, l'espagnol ne comptait pas la voir seulement une fois. Emma dévoila alors qu'elle ne se reposait que sur elle-même pour ses projets, déjà trop déçue par les autres par le passé. Déléguer et faire confiance était parfois une erreur mais le seul moyen de le savoir était encore de prendre le risque. Sauf que lorsque cela concernait d'autres personnes, il valait mieux éviter de faire une erreur. Ca, Emma avait l'air de parfaitement bien le savoir. Dans ses propos résonnaient une expérience passée qui avait relativement mal tournée. Raison de plus pour ne pas choisir son entourage à la légère. Quelque part, l'espagnol était flatté qu'elle accepte son aide. Ce n'était pas la preuve qu'elle lui faisait confiance, loin de là, ils venaient de se rencontrer après tout, mais au moins, elle lui permettait de lui prouver sa valeur. Comme quoi elle n'était pas non plus tout à fait fermée à ce genre de choses.


"On est jamais mieux servi que par soi-même, il parait. Au moins, tu ne seras pas déçue par d'autres si tu gères tout seule. Mais il est parfois difficile de tout gérer tout seul justement. C'est en tout cas tout à ton honneur de prendre ainsi soin de tes élèves. Je ne trouve pas ça égoïste du tout, tu veilles sur eux de ton mieux, tu fais attention à ce que les erreurs passées ne se reproduisent pas. Du coup, tu prends tout sur toi, sur tes épaules, et c'est sans doute tout sauf simple. Ce n'est en rien égoïste, je trouve ça plutôt altruiste de ta part de faire autant d'efforts et de te priver d'une éventuelle aide qui pourrait s'avérer finalement être un désastre. Quoiqu'il en soit, même si tu ne peux me faire confiance, je t'aiderais à ma façon. Même si je ne peux pas intervenir directement sur ton projet, je pourrais toujours être là pour te soutenir toi. Un peu comme des fondations à une solide base, je veillerais à ce que rien ne t'ébranle. Je ne dis pas que tu as besoin d'aide, ne te méprends pas, mais un peu de soutien n'a jamais tué personne."

Du soutien, Samuel n'en avait jamais eu jusqu'à ce qu'il intègre la Confrérie. Resté seul pendant de longues années, il n'avait eu personne sur qui compter et qui aurait pu l'épauler pour l'aider à remonter la pente. Il n'avait pu compter que sur lui-même. Les choses auraient-elles été différentes s'il avait été entouré, soutenu ? Sa haine des humains ne seraient sans doute pas aussi forte qu'à présent, c'était presque certain. Mais ce qui était fait était fait et l'espagnol ne voyait donc pas le mal à révéler à Emma la provenance du bracelet qu'il portait. Il n'entra pas dans les détails, trouvant inutile de s'attarder sur des détails larmoyants, mais il prit la peine d'expliquer ce que le bijou signifiait pour lui. Il ne le portait pas pour l'esthétique mais pour le symbole qu'il représentait. C'était l'objet de sa détermination et jamais il ne le retirait. Ainsi, il avait toujours l'impression que sa petite famille de mutants continuait d'exister à travers lui. Emma ne fit aucun commentaire sur le sujet et Samuel lui servit le repas, espérant ne pas lui avoir coupé l'appétit. Emma le rassura sur le fait que malgré son histoire, elle ne comptait pas bouder le repas.

"Je me doute bien que l'histoire des mutants est pavée de drames. Crois bien que mon intention n'était pas de t'offrir un discours larmoyant mais au moins, tu sauras à quoi t'en tenir lors de nos petites expériences. J'imagine qu'on a tous vécu certaines choses que l'on préférerait oublier, des fois je le souhaite... mais je me dis qu'au final, c'est ce qui m'a forgé et fait devenir l'homme que je suis maintenant."
avoua t-il en regardant le bracelet à son poignet une dernière fois

Il était temps de manger et chacun dégusta son assiette. Samuel avait veillé à ce que la jeune femme ait une assiette bien garnie mais ce n'était rien en comparaison de la sienne. Non pas qu'il gardait tout pour lui, il en restait encore dans le plat, mais il mangeait toujours beaucoup. Cependant, avant de goûter lui-même à son assiette, il attendit le verdict de son invitée. Par chance, elle appréciait le plat, ce qui soulagea le mutant. Il était un cuisinier plutôt doué mais tout le monde n'aimait pas le même type de nourriture après tout. Là encore, elle se prêta à leur petit jeu, ce qui amusa l'espagnol. Rassuré, il se mit à manger à son tour non sans remercier la jeune femme avant.


"De ce dont je me souviens, il en était très honoré et t'avait même invitée à revenir dès que tu le souhaitais, te réservant même une place VIP. Je crois que tu lui as fait bonne impression."


Le repas terminé, Samuel laissa Emma faire ce qu'elle désirait tandis qu'il débarrassait la table et nettoyait la vaisselle rapidement. Il ne désirait pas non plus faire attendre la jeune femme et la laisser poireauter. Elle revint plus vite que prévu, alors qu'il était penché vers l'évier. Sans se retourner, il sentit ses bras entourer sa taille ainsi qu'un baiser sur son coup. Tournant légèrement la tête, il lui sourit. N'était-elle pas pressée de partir tout à l'heure ? Pourtant là, elle lui disait simplement qu'il était tard. Etait-ce là une tactique pour lui dire indirectement qu'elle souhaitait rester ? Ou qu'elle était fatiguée ? De ce qu'il avait pu voir jusqu'à présent, Emma aimait faire des détours pour dire les choses et faire en sorte que les autres devinent ce qu'elle voulait dire. Mais Samuel ne comptait pas jouer aux devinettes pour cette fois, il avait déjà prévu de lui faire une autre proposition que celle de rester manger. Comme elle venait de le dire à l'instant, il était tard. Lâchant ce qu'il tenait et coupant l'eau, il se retourna pour lui faire face, un bras autour d'elle pour la maintenir contre lui.


"Oui, il est tard. La route serait sans doute longue et pénible... Ici, il y a un lit et tout le confort possible pour passer la nuit. Tu veux rester ? Je doute que quelqu'un ait besoin de toi avant demain matin et puis, si tu dois revoir Erik sous peu, au moins ici, tu es au plus près. Ca t'évitera des allers retours."
Revenir en haut Aller en bas
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Mar 21 Mai 2013 - 22:35

Discuter avec Samuel était vraiment quelque chose d'agréable. Il avait de la culture, une vision assez intéressante des choses, et surtout, surtout, il ne se buttait pas à son unique avis. Pourvoir penser par sois même sans rejeter les opinions divergentes en bloc était une qualité pas toujours facile à trouver. Pourtant, une nouvelle fois, l'espagnol prouvait à son interlocutrice qu'il en était doté. Non, ils n'étaient pas d'accord, et savaient tout deux que cela venait de leur vécu respectif, mais le latino accordait tout de même du crédit à la pensé d'Emma, et réciproquement.

" Je ne nie pas que d'une certaine façon, avoir des personnes sur qui se reposer est important. Dire que ça ne l'est pas serait hypocrite de ma part, puisque c'est souvent ce que je demande à mes élèves de faire avec moi. Mais comme vous le dite, la pomme offerte peut-être verseuse, surtout dans le monde des adultes et j'en ai hélas bien trop souvent fait l’expérience. Cela ne veut pas dire que je généralise, je pense qu'il existe des personnes de confiance, je suis juste prudente quant à leur réelles intentions. C'est peut-être un défaut de ma part, mais ça bien souvent préservée. "

Et question main tendue, Emma s'y connaissait. Elle fit d'ailleurs une nouvelle fois preuve de ce genre d'action en proposant à l'homme de l'aider à tester, et possiblement améliorer, sa mutation. Il ne fallait pas se leurrer, la proposition n'était pas totalement altruiste. La femme avait envie d'étudier les capacités de l'homme qui lui semblait fort intéressante. De plus, elle comptait bien s'en faire un allié, alors autant qu'il soit le plus puissant possible si cela arrivait.

Pourtant, il n'y avait pas que son désir personnel qui la motivait à formuler une telle offre. Non, Emma commençait à apprécier réellement l'Espagnol, aussi, si cela pouvait lui être utile, elle pouvait bien lui accorder un peu de son temps. Après tout, lui même venait de sacrifier son après midi pour lui tenir compagnie. C'était donc une façon de lui rendre la pareille, de le remercier.

Aussi, lorsque l'homme accepta son aide, elle fut satisfaite. Nul besoin de se sentir redevable envers lui après ça. Pourtant, l'homme semblait quelque peu inquiet par l’expérience à venir. N'importe aurait angoissé à l'idée de revivre ses pires souffrances psycologique, ou encore, de confier la clé de sa boite à secret à une inconnue. Ce n'était pas ce qui semblait titiller Samuel. En effet, l'Espagnol avait une tout autre inquiétude. Il craignait de blesser la blonde lors d'une perte de contrôle.

La jeune femme eut un petit sourire, il avait les mêmes inquiétude touchantes que ses protégés lorsqu'elle leur demandé de faire certaines chose, dans le but de les aider, qui pouvait la mettre elle en danger. C'était adorable, cependant, Emma avait l'habitude d'être confronté à de dangereux dons et elle avait toujours fait en sorte que les choses ne dégénèrent pas. Ce serait le cas cette fois encore.

" C'est courageux de votre part, j'aime ça. Et il ne m'arrivera rien, soyez en sûr. De toute façon, si vous perdez le contrôle, je risque de ne plus être capable de continuer à exercer mon don sur vous, donc vous retrouverez rapidement vos esprits. "

Le duo de mutants se lança ensuite dans un autre genre d’expérience. De la soirée qui dérive en ébat sexuel à la pause repas dans la cuisine au milieu de la nuit, le temps fila rapidement. Là, ils se livrèrent à nouveau à quelques échanges verbaux, plus intimes et plus décontractés, plaisantant même.

" Je me demande qui a réussi à manipuler qui, après tout, m'attirer ici et me proposer du vin était subtilement joué également. " taquina t elle.

Inclinant la tête, la femme fit mine de surveiller les épices que l'espagnol glissait dans le plat qu'il été entrain de préparer.  


" Je doute que cela soit nécessaire de toute façon. Et je te vois tellement mal en posséder, ton charme doit en être plus que suffisant. "

Puis, ils parlèrent du projet d'Emma, et l'homme s’interrogea sur le fait qu'elle tente de le mener à bien seule. La demoiselle lui expliqua donc que ce n'était pas par mauvaises volonté de la part de ses collègues, mais parce que elle avait du mal à faire confiance à quelqu'un d'autre pour l'y aider. Pourtant, quand le latino insista en lui rappelant que parfois, un peu d'aide facilitait les choses, elle opina.

" Oui, tu as raison. De plus, la diversité ne peut-être qu'une bonne chose pour mes étudiants. Mais... je n'aimerai pas que l'un d'eux se mette à suivre les traces de quelqu'un. Je veux dire, j'aimerai qu'ils se trouvent, qu'ils fassent leur propres choix, leur propres erreurs. Hors, plus ils auront de "mentors" plus il y aura de risque qu'ils décident d’emboîter le pas de l'un d'eux. Cela dit, quelques personnes en plus ne peuvent pas être un mal. Et puis, ne dis pas que je ne peux pas te faire confiance, je suis capable de ce genre de chose, je pense, il me faut juste du temps voilà tout... "

Par la suite, Samuel confia à Emma une douloureuse histoire de son passé. Il était surprenant de penser que l'homme face à elle ait pu perdre tout ceux qu'ils aimaient autre fois. Mais la mutante savait qu'il ne fallait pas se fier aux apparences et que certaines personnes avaient les épaules assez solide pour refermer les pires cicatrices de son âme. Elle était bien placé pour le savoir. Ne souhaitant pas trop s'éterniser sur le sujet, Emma ne posa pas trop de question sur ce qui venait de lui être conté. De plus, elle y répondit d'un ton assez neutre. Non que l'histoire de l'homme ne la touche pas, mais elle savait qu'un ton compatissant sonnait parfois comme de la pitié. Et puis, puisqu'il était assez fort pour en parler sans s'effondrer, c'est qu'il ne s’apitoyait pas sur ce qu'il avait vécu. Pourquoi le faire à sa place ? Ça aurait été ridicule.

Cela dit, lorsque l'espagnol lui répondit, la blonde se demanda si elle n'avait pas était un peu trop froide, voir maladroite dans ses propres propos. Secouant un peu la tête, elle s'empressa de chasser un éventuel mal entendu.


" Non, non je n'ai même pas envisagé un instant que cela fut ton intention. Et puis, c'est moi qui t'ai interrogé là dessus. C'est juste que je pense qu'il est inutile de souligner à quel point tout cela est triste et affreux, tu le sais mieux que personne. Je n'aime pas vraiment rabâcher des évidences c'est tout.  Et même lorsque tu m'en montrera un peu plus, je garderai cette position. Je veux bien être là si tu en as besoin, t'écouter, te conseiller, t'aider à endurer si c'est trop dur... mais jamais je n’appuierai sur la difficulté de ton expérience passé. Ce qui m’intéresse chez les gens, c'est ce qu'ils sont, ce qu'ils vont devenir. Cependant, tu as raison, les souffrances qu'on à endurés sont ce qui nous à moulé, mais pas que. Après tout, après un avoir vécu un drame, tout le monde ne se relève pas, tout le monde ne relativise pas. Malgré tout, il est important de ne pas oublier, ça nous rappelle pourquoi on vit, pourquoi on se bats et surtout... de ne pas refaire les mêmes erreurs. "

Un peu de franchise qui dévoltait le coté pragmatique de la grande blonde.

Cependant, il était inutile de débattre toute la nuit sur un sujet dont ils semblaient avoir la même vision. Si ils l'avaient fait, cela aurait été brasser de l'air pour rien et le repas aurait finit par refroidir. Cela aurait été trop dommage pour le risquer. Aussi, afin que cela n'arriva pas, Emma entama son plat. La femme le trouva si délicieux qu'elle se permit de complimenter le cuisinier, sous couvert d'un petit jeu d'imagination qu'ils avaient mis en place au cours de la soirée.


" J'adore être traitée en VIP. " chuchota t elle en se penchant un peu en avant sur la table, vers l'homme. " Je crois que dans de telles conditions, je vais me sentir obligé de retourner dans son établissement. "

Une fois le repas terminé, Emma se rendit dans la salle de bain afin de se laver les mains. Puis, elle retrouva une nouvelle fois l'espagnol occupé à rincer sa vaisselle, dans l'évier de la cuisine. La femme d'affaire avait de moins en moins l'envie de rentrer, la nuit étant déjà fort avancé. Aussi, plutôt que de demander directement à son hôte si elle pouvait passer la nuit en sa compagnie, elle se contenta de quelques mots afin de l'inciter à l'inviter de lui même. Fort heureusement, il compris sans mal le stratagème, s'y pliant à merveille.

" Puisque tu le proposes, oui, j'aimerai bien rester. Je t’avouerai que je suis lasse et je n'ai pas envie de prendre la route cette nuit. Et puis mes draps sont nettement plus inconfortable que les tiens, ils ont beau être en soie ils leurs manquent un petit quelque chose. Dit elle en embrassant l'épaule dénudé de l'espagnol. Et puis, Erik ira au diable. J'ai des choses à faire pour les jours à venir, il n'aura cas attendre que ce soit moi qui fixe le rendez vous la prochaine fois. C'est la moindre des choses pour m'avoir abandonnée de la sorte. Même si...quelque part... je lui en suis reconnaissante. Sans ça je ne t'aurais sans doute pas connu et ma soirée aurait été atrocement ennuyeuse.  "

Se hissant un peu sur la pointe des pieds, la blonde darda un regard séducteur dans celui de l'homme la serrant contre lui. Soufflant plus que parlant elle laissa échapper quelques mots.

" Et si nous allions au lit ? "

Oui, il n'y avait aucun doute, elle passerait une bien meilleure nuit chez le mutant qu'à l'institut ou dans l'une des nombreuses chambres de son propre manoir.

_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey


Dernière édition par Emma Frost le Mer 28 Mai 2014 - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Jeu 23 Mai 2013 - 21:44

Il était difficile d'accorder sa confiance. Rares étaient les personnes qui la méritaient réellement. Parfois, l'on plaçait juste trop d'attente en certaines personnes et l'on se retrouvait déçu, trahi, trompé. Mais comment savoir à coup sûr que l'on pouvait croire telle ou telle personne ? Le seul moyen de le savoir était de faire le test, malheureusement. Ou alors de posséder des pouvoirs qui permettraient de tout de suite savoir si la personne est sincère ou non. Mais tout le monde n'était pas mutant et tout le monde ne possédait pas de tels dons. Samuel était donc contraint d'accorder sa confiance en fonction de ses ressentis. Jusqu'à présent, il ne s'était jamais estimé trahi, ce qui le poussait à l'accorder d'autant plus facilement. Il fallait dire qu'il était difficile de le pousser à bout ou de le décevoir. Mais tout ça ne s'accordait qu'aux mutants. Si vous étiez humains, vous pouviez déjà faire une croix dessus, purement et simplement.

Emma quant à elle ne voyait pas les choses ainsi. Mais plutôt que de la pousser à adhérer à son idéal, l'espagnol se contentait d'acquiescer. Ils n'étaient pas là pour faire un concours ou pour savoir qui avait raison. Tout était histoire de ressenti de toute façon et leurs expériences avaient été bien différentes. Emma ne prenait en tout cas aucun risque quant à la façon dont elle gérait ses élèves. Aux yeux de Samuel, c'était une bonne chose.


"Trouver les bonnes personnes est souvent difficile. En tout cas, en ce qui concerne ceux sur qui l'on peut réellement s'appuyer. Les vrais amis, ceux qui restent quand tout s'effondre, ceux qui sont là quelque soit le problème, sont vraiment rares au final. La plupart des gens que nous fréquentons ne restent que des connaissances, des "potes", ce genre de choses. Mais il suffit de s'éloigner un peu et de toute façon, cela ne devient plus qu'un lointain souvenir sans réelle importance. Quoiqu'il en soit, vous faites bien de rester prudente, surtout parce que cela ne concerne pas que vous au final. L'idéal serait de pouvoir "lire" ces intentions, histoire de prévenir une éventuelle trahison ou de mauvaises intentions. Mais là encore, ce serait comme ne plus faire confiance à qui que ce soit."

Puisqu'ils allaient probablement travailler ensemble, Samuel désirait qu'elle sache qu'elle pouvait s'appuyer sur lui au besoin. Il ne lui demandait pas de lui accorder sa totale confiance, elle n'avait pas l'air d'être ce genre de personne vu son discours, mais il espérait qu'elle ne serait pas trop réticente à lui confier ses élèves un minimum. Mais chaque chose se ferait en son temps.

Pour le moment ils étaient chez lui et il n'était pas question d'élèves mais plutôt de lui et de ses capacités. Emma voulait jouer un peu avec le feu histoire de voir jusqu'où il pouvait aller. Si certains y auraient vu une expérience dangereuse et intrusive, Samuel, lui, y voyait une façon de développer ses dons et d'affronter à nouveau son passé. Il ne pouvait nier qu'il vivait toujours avec, il n'y avait qu'à voir le bracelet qu'il portait au poignet pour le confirmer, mais il savait faire la part des choses et s'en détacher suffisamment pour ne pas être abattu par cette période de sa vie. Au contraire, il était un battant et ne comptait baisser les bras sous aucun prétexte. Son but, ses idéaux, il comptait bien les voir se réaliser un jour et pour ça, il était prêt à tout.

Mais il avait cependant des limites. Jamais il ne voudrait qu'un autre mutant se sacrifie pour lui ou prenne des dommages à sa place. Il ne voulait donc pas voir Emma se faire blesser si jamais l'expérience dérapait. Mais cette dernière lui affirmait qu'il n'en serait rien, que l'expérience se stopperait d'elle-même si jamais les choses tournaient mal. Au moins, le mutant était rassuré sur ce point.


"Ce n'est pas plus mal. Je sais qu'il faut parfois faire des sacrifices pour avancer mais je ne souhaite en aucun cas que ce soit aux dépens d'un mutant."

Ce n'est pas du mal qu'ils se firent mais bel et bien du bien par la suite de la soirée. Il était un homme, elle était une femme, ils se plaisaient et s'attiraient alors pourquoi réfléchir davantage ? Si jusqu'à présent ils avaient beaucoup parlé, à présent c'était leurs corps et leurs désirs respectifs qui s'exprimaient. Mais tous ses efforts donnaient faim. Dans le but de retenir un peu plus longtemps Emma qui semblait pressée de partir, Samuel proposa donc un repas. C'est à la cuisine qu'ils passèrent ensuite, évoquant chacun une ruse de l'autre pour expliquer comment ils s'étaient retrouvés à froisser les mêmes draps. Comme s'ils avaient besoin d'excuses... Mais ce petit jeu les amusait autant l'un que l'autre.

"Qui me dit que ce n'est pas toi qui m'a poussé à agir de la sorte ? Ce n'est pas moi qui ait un pouvoir mental. Mais à moins que tu ne puisses gérer mes moindres désirs, je crois que je me suis piégé moi-même en m'isolant ainsi avec toi. Qui sait, peut-être que j'ai développé le don de voir l'avenir et que je savais comment les choses allaient se passer ? Non... impossible. Disons que nous sommes tous les deux fautifs. Enfin, si l'on peut appeler ça une faute." assura t-il avec un clin d'oeil

L'espagnol l'avait taquiné sur ce qu'il comptait incorporer ou non dans la nourriture et il était amusé de voir Emma vérifier qu'il ne faisait rien de louche. Mais là encore, elle ne le soupçonnait pas de le faire réellement. Elle avait raison, ce n'était pas son genre. De plus, son compliment le toucha. Il n'était pas du genre à se savoir irrésistible ou quelque chose du genre mais il aimait plaire. Rien ne lui plaisait plus que de sentir le regard d'une femme sur lui même s'il ne la toucherait pas. Vanité ? Loin de là, il appréciait juste la compagnie féminine. Peut-être parfois un peu trop. Mais il n'était pas ce que l'on pouvait appeler un coureur de jupons qui se jetait sur tout ce qui bougeait.


"Je ne pourrais même pas t'accuser d'avoir utilisé ce stratagème dans mon café pour m'avoir donné envie de toi. Vu la façon dont tu as fait tourner les têtes, je suppose que tu dois avoir l'habitude d'être admirée par la population masculine."

Mais l'espagnol pensait surtout qu'elle était admirée par ses élèves. Non pas en tant que femme désirable mais en tant que mentor sur qui l'on pouvait compter. Elle expliqua alors qu'elle ne se reposait sur personne d'autre, ne désirant pas que ses élèves soient divisés. C'était une question de logique que le mutant ne pouvait contester. Mais avoir plusieurs façons de voir les choses était parfois bénéfique. Malgré tout, Samuel ne voulait pas la faire dévier de son idéal ou même s'en mêler. S'il l'aidait, c'était pour suivre ce credo qu'elle avait donné à tous ses élèves et il comptait bien s'y tenir même s'il ne voyait pas tout à fait les choses de la même façon. Emma expliqua cependant que pour accorder un minimum de confiance, il lui fallait du temps. Ce n'était pas comme s'il était pressé de toute façon.

"Avoir un seul étendard, une vision globale et unique n'est pas plus mal. Cela évite les dispersements et ils seront d'autant plus unis. Quant à ta confiance, chaque chose en son temps. Je te prouverais en temps et en heure si j'en suis digne ou non, ne serait-ce qu'un minimum."

Mais lui, lui faisait-il assez confiance pour lui raconter l'histoire du bracelet qui ne le quittait jamais ? Il n'aimait pas la raconter parce que cela lui rappelait de douloureux souvenirs qu'il préféra rapidement effacer. Mais il savait aussi qu'ils lui reviendraient en pleine face lorsqu'ils feront leurs petites expériences. Alors autant qu'il s'y fasse et qu'il prépare la femme d'affaires à ce qui l'attendait. Il lui conta donc, sans grands détails, ce qui le poussait à conserver cette babiole sans valeur qui ne convenait pas tellement à un homme. Emma ne le plaignit pas mais elle comprenait bien l'épreuve que cela avait dû être. Elle lui proposa même son soutien s'il en avait besoin, ne jugeant ni le passé ni la façon dont il le gérait. Un sourire se dessina sur le visage du mutant. Elle paraissait peut-être froide et indifférente parfois mais elle savait se montrer attentionnée. Sans doute était-ce ses dons de professeurs qui faisaient surface.

"J'ai pour habitude de ne me reposer que sur moi-même pour ne pas dépendre des autres mais ta proposition me touche. J'ignore comment je vais vivre l'expérience mais savoir que tu seras là au besoin est une bonne chose. Ne t'inquiète pas, je ne viendrais pas pleurer dans tes jupons pour autant, c'est avec le présent et le futur que je vis à présent. Sache cependant que c'est réciproque. Mettre des mots sur les choses peut parfois soulager, ne serait-ce que pour évacuer un peu. Il est vrai que tout le monde ne se relève pas. Mais cela reste la cause du passé. Il nous brise ou il nous élève mais dans tous les cas, nous en sommes plus ou moins les esclaves. L'homme n'apprend jamais de ses erreurs. Peut-être que les mutants sauront se montrer plus forts que ça."

Mais pour l'heure, il était temps de se taire un peu et de manger. Samuel espérait que son plat soit au goût de son invitée. Il était plutôt doué en cuisine mais tout le monde ne possédait pas les mêmes goûts. Par chance, Emma trouvait le repas délicieux et le complimenta même indirectement, relançant leur petit jeu. Samuel ne se gêna pas pour embarquer à sa suite, plutôt content que ce qu'il avait préparé lui convienne. Mieux que ça, elle prévoyait même de revenir. Se penchant à son tour légèrement vers elle, il prit la parole.

"Je crois que ce détail n'a pas échappé au chef. Tu seras sans doute traitée comme une reine lors de ta prochaine visite de cet établissement. Il tient sans doute à conserver ses meilleurs clients."

Le repas terminé, Samuel se chargea de la vaisselle, laissant son invitée faire ce qu'elle souhaitait. L'ayant perdue de vue pendant un instant, il ne s'attendait pas à la voir ensuite venir se coller contre son dos, l'enlaçant de ses bras. A la façon dont elle se comportait et vu ce qu'elle disait, nul doute qu'elle ne souhaitait plus partir tout de suite. L'espagnol lui proposa donc de passer la nuit chez lui plutôt que de devoir se revêtir et d'affronter la route de nuit. Ici, elle serait tranquille et n'aurait pas à s'ennuyer du moindre détail. De plus, il n'était pas mécontent de pouvoir passer un peu plus de temps que prévu avec elle. Dire qu'à l'origine, ils n'auraient dû se voir que quelques heures seulement...

"Alors fais comme chez toi, tu es la bienvenue. Cela me permettra de profiter un peu plus de ta présence alors je remercie également Erik de nous avoir faussé compagnie. Dire que sans cette bouteille de vin, tu serais sans doute déjà rentrée chez toi à l'heure qu'il est... Enfin quoiqu'il en soit, je ne compte pas t'abandonner cette nuit."

Alors qu'elle le fixait d'un air qui en disait long, Samuel lui dessina le contour du visage du bout du doigt. Difficile de résister à son invitation. Puisqu'elle était déjà contre lui, il se pencha pour la soulever dans ses bras.

"Par chance, je connais le chemin. Le trajet ne sera pas trop long, rassure toi." plaisanta t-il en lui volant un baiser

Dire qu'il allait passer une mauvaise nuit aurait été se moquer du monde. En agréable et séduisante compagnie, il avait même du mal à fermer l'oeil. Mais les multiples efforts physiques qu'il avait fait eurent cependant raison de lui. Il aurait pu dormir sur le canapé pour lui laisser tout le lit en tant qu'hôte galant. Mais après ce qu'ils avaient déjà partagés, ils pouvaient bien partager le même lit. Samuel n'était d'ailleurs pas mécontent de sentir son corps chaud contre le sien alors qu'il s'endormait.

Lorsqu'il s'éveilla, rien ou presque n'avait bougé. Remarquant qu'Emma dormait toujours, il se leva tout en douceur pour ne pas la réveiller. Il fit un rapide tour dans la salle de bain pour vérifier que les vêtements sales d'Emma qu'il avait mis à laver étaient bels et biens propres et secs. C'était le cas. Elle n'aurait donc pas à porter la tenue de rechange que lui avait proposé l'espagnol la veille. Les pliant, il vint les déposer sur une chaise de la chambre, non loin du lit. Il n'était cependant pas pressé qu'elle se rhabille. La voir simplement porter un peignoir ou même rien du tout lui allait très bien. Quittant la pièce, il se rendit à la cuisine pour préparer du café. Il ignorait si elle prendrait un repas matinal mais il prépara tout de même un peu de nourriture. Si elle ne mangeait pas, lui il comptait bien manger. Quelque part, il regrettait que le jour soit déjà levé. Car il indiquait que les minutes de la présence de la jeune femme étaient comptées.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Frost

avatar

Messages : 484
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 30
Localisation : Dans ta tête.

Fiche Tecnhique
Metier: Professeur
Age : 28 ans
Nationalité : Americaine

MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Dim 15 Sep 2013 - 0:00

La confiance...
Une notion si vaste, si flou, si volatile. A qui la donner ? Dans quelles conditions ? Pour combien de temps avant qu'elle ne soit brisée par une déception, une trahison ? Ces questions avaient longtemps travaillaient Emma, la poussant à faire quelques faux pas afin de trouver une réponse, qui ne vint jamais. La seule chose qu'elle réalisa c'est qu'il lui était de plus en plus impossible de l'offrir sans réserves. Elle avait donc, à l'époque, trouvait la solution pour s'offrir des assurances. Ce que suggérait le Latino, elle l'avait déjà fait. Elle avait déjà fouillée les esprits des gens afin d'en connaitre les plus sombres recoins et ainsi savoir à qui elle avait à faire. Hélas, cela n'avait permis qu'un peu plus de méfiance. Car quelque soit la personne qu'elle sondait, il y avait toujours un noir secret qu'elle aurait préférée ignorer. C'était ainsi le propre de l'homme, une part sombre que la plus part des gens préféraient oublier et qu'Emma allait dénicher. Même si elle même avait son lot d'histoires sordides enfouies au fond d'elle, elle ne parvenait pas à passer outre celles des autres. Aussi, préféra t elle arrêter son petit jeu avant de devenir plus amère qu'elle ne l'était en ce temps là et fermer totalement sa confiance envers autrui. C'était une solution radicale mais qu'elle jugeait être la meilleure même si parfois la solitude qu'une telle attitude amenait été difficilement supportable.


" Il est même impossible de trouver les bonnes personnes lorsqu'on les cherches. Quelle que soit la personne, on trouvera toujours à redire lorsque l'on creuse trop. La solution de "lire" les intentions n'est effectivement pas toujours la plus viable, pas tellement pour la raison que vous soulevez mais parce que ce que l'on trouve en agissant ainsi ne permet souvent aucune ouverture de confiance. Certaines choses sont faites pour rester dans les esprits, pour nous seul. D'autant que certaines pensées, certains souvenirs, perdent tout sens si on les isoles de l'histoire générale d'une personne."

Et en parlant de souvenirs, d'insertion dans l'esprit c'était justement l'offre qu'avait fait la grande blonde à son interlocuteur. Bien sûr, ça n'avait rien à voir avec un besoin de collecte d'informations avant de lui offrir sa confiance, elle n'avait aucune envie de soumettre l'Espagnol à ce genre de chose, commençant à l'apprécier et ne souhaitant pas être déçue trop vite. Non, sa proposition était formulée dans le but d'aider l'homme à développer ses dons et pour assouvir la curiosité de la mutante. En effet, cette dernière se demandait si les pouvoirs du latino pouvait se coupler à une douleur psychique. Car si tel était le cas, son don pouvait être dévastateur si ils venaient à former une alliance. Hors, ces derniers temps, Emma cherchait à trouver un maximum d'alliés fiables, craignant une potentielle guerre à venir entre mutants et non-mutants. Comme Samuel semblait du même avis, dans la même optique de protection de leur confrères qu'elle, il était un candidat idéal pour le poste.

Malgré tout, l'homme semblait quel peu inquiet vis à vis de l’expérience à venir. Pas pour lui, aussi étonnant que cela paraisse, il semblait tout à fait près à laisser la femme se balader dans sa tête et y découvrir ce qu'elle souhaitait. Non, ce qu'il l'effrayait c'était de perdre le contrôle de son don et de lui faire du mal, à elle. Cela conforta la femme d'affaire dans son idée de le vouloir à ses côtés si les venaient à mal tourner.


" Il est plaisant d'entendre que vous n'êtes prêt à sacrifier personne pour peaufiner votre potentiel. Du moins, aucuns d'entre nous. Cela ne me donne que plus envie de vous aider à vous améliorer car voilà une nouvelle preuve de votre engagement envers les mutants et je suis de plus en plus assurée de pouvoir compter sur votre soutiens si j'ai besoin de protéger mes élèves à l'avenir. "

Les heures qui suivirent n'étaient plus dans une optique d'avenir mais bel et bien de présent, un présent agréable qu'ils partageaient en tenue d'Adam et Eve dans les mêmes draps. Les choses avaient étés très vite et c'est sans plus de fioritures qu'ils avaient décidés de laisser parler leur désir mutuel. Après tout, c'était une chose naturelle et il n'y avait pas vraiment besoin de milles ronds de jambes et de trente six tour de pot quand on pouvaient aller droit au but. Et ça, les deux mutants l'avaient parfaitement compris. Pourtant, lorsqu'ils eurent terminés leurs ébats, ils ne purent s'empêcher de s'inventer des excuses, renvoyant la faute sur l'autre, le tout sous forme d'un petit jeu verbal plein d'humour et de fausse mauvaise foi.

" Quoi ? Tu oserais m'accuser de manipulation mentale ? Je suis outrée mon cher. Et puis, tu as raison, c'est toi qui a tissé la toile dans laquelle tu t'es pris. Mais par chance pour toi, j'ai déjà un repas de prévu ce soir, aussi ne te dévorai-je pas... tout de suite. *murmura t elle en parcourant le torse nu de l'homme du bout des ongles* Mais soit, le partage des fautes me convient. Et puis, je ne serai pas crédible si je venais à clamer mon innocence dans cette affaire. "  

Samuel évoqua alors l'effet que devait avoir la blonde sur les hommes. Cette dernière haussa alors les épaules avec un air détaché.


" Pardonne ma vanité, mais je ne peux pas le nier. Cependant, il est rare que je rende l'attention qu'on me porte. Manque d’intérêts, manque de temps, manque d'envies, la liste est longues des raisons pour lesquelles j'éconduits souvent ceux qui me tournent autour. Mais étrangement ce soir, aucune d'elles n'a fait surface."

Puis, la discussion se fit un peu plus sérieuse et une nouvelle fois la notion de confiance refit surface. Malgré ce qu'ils venaient de vivre, la femme n'était pas prête à l'accorder pleinement. Le latino était suffisamment intelligent pour le savoir et surtout le comprendre. Il ne s'offusqua lorsque la blonde la confia qu'elle avait besoin de temps affirmant même qu'il lui donnerait les preuves nécessaires qu'elle pouvait s'appuyer sur lui. C'était exactement ce qu'elle avait besoin d'entendre, attendant impatiemment de voir les mots devenir des actes.

" Je n'en doute pas Samuel. Et je dois reconnaître pour l'instant, les seules surprises qui s'imposent à moi venant de toi sont plutôt plaisantes. Continuons donc sur cette voie. "

Et question surprise, Emma en eut une nouvelle, moins agréable, lorsqu'elle interrogea l'homme, jugeant qu'ils avaient partagés assez d'intimité pour le faire, au sujet du bracelet féminin ornant son poignet. L'histoire était bien plus dramatique et triste qu'elle ne l'aurait pensée en évoquant le sujet. Pourtant, L'Espagnol la contenta, dans sa réalité, sans s’apitoyer, sans se plaindre. La femme d'affaire ne le fit pas non plus, ce n'était pas dans ses habitudes, mais elle lui proposa tout de même d'être un soutiens pour lui si jamais il venait en avoir besoin. Elle admirait les gens qui ne se laissaient pas abattre mais elle savait que parfois c'était réellement difficile de garder la tête droite quand l'on devait supporter l'insupportable tout seul. Visiblement, l'homme partageait son point de vue et lui retourna la proposition. Une nouvelle fois, elle constat avec un certain plaisir à quel point ils pouvaient être sur la même longueur d'onde.

" J'avais déjà compris que tu était une personne forte et indépendante, aussi ce que tu dis ne m'étonne pas, que tu a l'habitude de ne compter que sur toi je veux dire, et je ne peux qu'être d'accord avec cette façon d'agir puisque j'ai exactement la même. Cependant, si un jour je dois me tourner vers quelqu'un pour "évacuer" comme tu dis, je n’oublierai pas ta proposition, merci de l'avoir formulée. Quant au fait de savoir si les mutants seront capable d'être meilleurs que les non mutants, je n'en sais rien, mais je sais que je ferai tout pour que ce soit le cas de ceux que je forme. "  

Après tant de rebondissements, il fut enfin temps de goûter à la cuisine de L'Espagnol. Même si Emma n'avait pas un gros appétit, elle fit honneur à ce qui lui était servit, complimentant même le Latino sous couvert d'un nouveau jeu verbal. Plaisantant sur le fait qu'ils avaient finalement prit leur repas comme ils l'avaient prévus : au restaurant. Alors qu'Emma présentait ses félicitations à un chef imaginaire qui n'était autre que l'Espagnol, Samuel lui confia qu'elle serait royalement traitée si elle venait à revenir manger à l'avenir.

" Attention, je prend ça comme une invitation."  

Et question invitation, c'est une très alléchante que lui fit l'homme en lui proposant de rester dormir. Emma n'était en général pas du genre à s'attarder mais elle devait reconnaître que la compagnie de Samuel lui était agréable et qu'il aurait été idiot de s'en priver sans raisons. Et puis, cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eut la chaude sensation d'un corps contre le sien pendant qu'elle dormait. Aussi, après avoir acceptée de rester, elle se laissa conduire jusqu'au lit par les bras du mutant la soulevant du sol.

" Pas trop long ? Je serai presque tentée de trouver ça dommage. "  

- - - - - - - - - - -

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle mit quelques minutes à se remémorer où elle se trouvait. Puis, les souvenirs de la veille lui revinrent en mémoire, lui arrachant un petit sourire difficile à étouffer. Tournant la tête elle remarqua que l'homme était déjà levé. Des bruits provenant de la cuisine lui assurèrent cependant qu'il n'était bien loin. Se redressant doucement, elle s'étira longuement, prenant son temps pour une fois. Puis, elle s'extirpa du lit avant de remarquer la présence de ses vêtements sur une chaise. Durant la nuit, elle avait ôtée le peignoir que lui avait prêté l'Espagnol, ce dernier gisant au bas du lit. Elle préférait le contact de la peau de celui qui avait été son amant à celui du coton de l'habit. Après avoir ramassé le peignoir, elle le déposa sur le dossier de la chaise avant de se saisir de ses propres fringues, se glissant à l’intérieur avant de se diriger vers la sortie de la chambre. Tout en enroulant sa chevelure blonde dans un chignon improvisé elle se dirigea vers la source du bruit afin de saluer le propriétaire. Se faufilant derrière lui, elle attendit d'être à quelques centimètres de l'homme pour prendre la parole.

" Bonjour Samuel, tu as bien dormis ? "  

Pour sa part, la nuit avait été parfaite, bien qu'un peu trop courte. Pour une fois, elle avait pu se reposer pleinement et la mine radieuse qu'elle possédait à cet instant en était la preuve. Il ne lui manquait plus qu'un café et la journée n'aurait pas pu mieux commencer. Par chance, l'odeur bien caractéristique du breuvage s'élevait déjà dans l'air. Tant mieux, cela lui donnait une excuse pour rester encore quelques instants de plus. Même si elle savait que son départ n'allait pas tarder...

(♥)

_________________

" Le monde entier nous regarde à présent,
nous ne devons être rien de moins que fabuleux. "
Emma Frost - Amy Grimm - Honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    Mar 1 Oct 2013 - 15:56

Emma semblait avoir une idée bien arrêtée de la façon d’apprendre à connaître les gens. Si Samuel se fiait à ce qu’elle disait, elle avait déjà dû tester à maintes reprises de lire dans l’esprit des autres pour anticiper leurs actes mais également savoir s’ils étaient sincères ou non. Quoi de plus normal lorsque l’on possédait un tel pouvoir ? Mais cela s’avérait être à double tranchant. Parfois, mieux valait ignorer certaines choses. De plus, comme elle le disait, cela pouvait induire en erreur. Voir une bribe de souvenirs détachée du reste ne voulait clairement rien dire. Une personne était un ensemble, un tout. N’en voir qu’une partie était inutile. Cela devait tout de même être tentant de lire les pensées des autres. Au moins, la mutante contrôlait parfaitement son don, ce qui était une bonne chose pour elle. Mais son apprentissage n’avait pas dû être de tout repos non plus.

« En même temps, nous sommes tous différents, il est difficile d’apprécier tout le monde et bien peu de personnes cherchent à connaître réellement les autres. Il est plus facile de s’arrêter à la première impression et de ne pas chercher à comprendre l’autre. Je préfère apprendre à découvrir les gens à ma façon et je dois avouer trouver que, même si votre pouvoir est impressionnant, je le trouve tout de même un peu pénalisant à ce sujet. »

Cependant, Samuel avait accepté de laisser Emma entrer dans sa tête afin qu’il puisse éventuellement développer son pouvoir. L’espagnol cherchait toujours un moyen de s’améliorer. Bien qu’il s’entrainait depuis de nombreuses années, il n’avait pas encore exploré toutes les pistes et toute aide était la bienvenue. De plus, Emma n’était pas n’importe qui, elle était une puissante psionique et était donc sans doute en mesure de pouvoir l’aider. Bien qu’ouvrir ainsi son esprit ne l’enchantait pas tellement, Samuel avait accepté la proposition mais à la seule condition qu’Emma n’aille pas trop loin pour sa propre sécurité. Jamais il n’accepterait de la voir souffrir parce qu’elle avait voulu lui être utile. Les mutants étaient trop précieux à ses yeux et Emma semblait s’en rendre compte.

« Je suis prêt à tous les sacrifices pour les mutants, mais ils viendraient tous de moi et non pas de quelqu’un d’autre. Je sais que ce que vous verrez restera entre nous. Et puis de toute façon, je ne crains pas que mon passé soit dévoilé. Il fait parti de moi, ça n’a rien de secret même si je n’aime pas l’évoquer. »

Emma et Samuel avaient beaucoup parlé et échangé. Mais ils ne firent pas que ça, cédant à leurs envies respectives sans vraiment penser à la suite. Qu’est-ce qui pouvait mal tourner après tout ? Il était un homme, elle était une femme fort désirable et ils étaient des adultes consentants. Même une fois leurs pulsions assouvies, l’espagnol ne regrettait pas ce qu’il venait de se passer. Il ne craignait même pas que cela nuise à leurs relations futures. Ils avaient partagé un bon moment, voilà tout. Rien qui pourrait les pousser à se remettre en question ou à douter de l’autre. N’était-ce pas l’une des façons pour eux d’apprendre à mieux se connaître l’un et l’autre ? Même après leurs ébats, Samuel continuait le petit jeu verbal dans lequel ils s’étaient lancés. C’était assez amusant de les voir se chercher sans jamais dire les choses directement. Au final, leurs mots étaient le contraire de leurs gestes : si leurs paroles n’étaient que sous-entendus et habiles répliques, ils avaient agi sans hésitation aucune. Emma se défendait de l’avoir manipulé mais ne niait cependant pas être totalement innocente dans l’histoire.

« Je te serais gré de me prévenir à l’avance lorsque tu décideras de me dévorer tout cru dans ce cas. Ainsi, je pourrais léguer le peu d’affaires que je possède. Soit assurée que tu hériteras de mon peignoir… »

Difficile de résister à Emma. Elle était une belle femme et elle le savait, ce qui était encore pire car elle pouvait très bien en jouer. Samuel n’avait pas cherché non plus à lui résister, au contraire. Mais au moins, elle avait la tête sur les épaules et lui retournait plus ou moins le compliment à sa façon.

« Dire la vérité n’est pas de la vanité. Et je me considère donc comme un homme chanceux. »

Mais malgré ce qui venait de se passer entre eux, Emma ne pouvait lui accorder aveuglément sa confiance. Quoi de plus normal ? Samuel n’était pas offusqué d’une telle révélation. A vrai dire, le contraire l’aurait même plutôt surpris et il aurait ainsi cru qu’elle se moquait de lui. Il ne cherchait pas à la mettre dans sa poche ou à ce qu’elle lui fasse confiance en un claquement de doigt. La confiance se méritait, elle se gagnait. Ce n’était que le début.


« Le temps nous dira si tu seras toujours agréablement surprise par la suite. »

La discussion se fit un peu plus sérieuse mais l’espagnol ne cacha pas certains éléments de son passé à la grande blonde. Après tout, elle l’aurait su au moment où ils se seraient entrainés ensemble. Mieux valait qu’elle soit déjà au courant. De plus, il ne voulait pas qu’elle le prenne en pitié. Mais même si elle ne laissait rien paraître, l’espagnol supposait qu’Emma aussi avait un passé plutôt tumultueux. C’était après tout un passage obligé pour chaque mutant. Quelque part, Emma et lui se ressemblaient sur de nombreux points, plus qu’il n’aurait pu l’imaginer. Aussi, il lui proposa d’être une épaule, un soutien si elle en avait besoin. Il ne fut pas surpris qu’elle refuse mais elle ne rejeta pas complètement l’offre.

« Tu as mon numéro de toute façon, disposes-en comme tu le souhaites. »

Pour l’heure, elle disposait de la nourriture que lui avait préparé le mutant. Il était ravi de voir que cela lui plaisait et qu’elle lui faisait honneur. Continuant leur petit jeu, il lui proposa même de revenir pour un futur repas. Emma prenait ça comme une invitation mais semblait rester dans l’optique du jeu. Samuel voulait lui montrer que c’était pourtant bien sérieux.

« J’aime cuisiner mais encore plus lorsque c’est pour quelqu’un d’autre. Si un jour tu reviens, je te ferais découvrir une autre de mes spécialités. » fit-il avec un clin d’œil sans préciser si c’était de cuisine dont il était question

Mais puisque le repas était terminé, il ne leur restait plus qu’à aller dormir. Bien qu’elle eut hésité, Emma accepta de passer la nuit ici, avec lui. Il ne la forçait pas mais lorsqu’elle accepta, il l’attrapa dans ses bras pour l’emmener à la chambre… au cas où elle aurait oublié le chemin pour s’y rendre. Et puis, il aimait la sentir près de lui, goûter à la chaleur de son corps contre le sien. La jeune femme s’amusa même du fait que le trajet était trop court à son goût.


« J’ai un mauvais sens de l’orientation… Il est possible que le trajet soit plus long que prévu si je me perds en cours de route… »

Le lendemain matin, Samuel fut le premier debout. Bien qu’il traina un peu au lit, il ne tarda pas à se lever, profitant du fait qu’Emma dormait encore pour lui préparer un petit déjeuner. Il ignorait si elle comptait rester encore un peu mais il supposait qu’elle aurait peut-être faim. Un café, personne ne le refusait au moins. Il supposait également qu’elle ne s’attarderait pas malgré tout. Elle était une femme occupée et très demandée. Samuel l’avait déjà suffisamment monopolisée. Concentré sur l’élaboration du repas, il ne fit pas attention au fait qu’elle était levée et proche de lui. Ce n’est que lorsqu’elle lui adressa la parole qu’il se retourna, constatant qu’elle était juste là. Puisqu’elle était proche, il l’étreignit un cours instant pour lui dire bonjour puis la lâcha pour se retourner et faire volte face pour lui tendre une tasse de café.

« Bonjour Emma. Je dors toujours bien lorsque je suis épuisé. J’espère que tu as pu te reposer. Café ? »

Le petit déjeuner était prêt, elle pouvait donc manger si elle le désirait. Mais tous les bons moments avaient une fin et Emma ne tarda pas à se préparer pour partir. Avant qu’elle ne quitte les lieux, l’espagnol lui attrapa la main et déposa un baiser dessus comme l’aurait fait un gentleman. La libérant il lui offrit un sourire.

« Tu es la bienvenue ici quant tu le souhaites. On se recontactera pour reparler de nos projets communs. Prend soin de toi Emma. »



~~~~Terminé~~~~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il vient ce café ? [ Emma-Sam]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Il vient ce café ? [ Emma-Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ♣ Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Devine d'où vient cette image?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Repaire de la Confrérie :: Partie Supérieur :: Pièces à vivre-