X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Mer 11 Avr 2012 - 16:13

William adorait taquiner Erïka, surtout parce qu'il savait qu'elle n'aimait pas trop ça. Ce n'était jamais méchant bien sûr et c'était une façon de lui prouver son affection. Au fil du temps, elle s'était détendue et appréciait plutôt bien ces petits mots d'esprit ou ces surnoms idiots dont il l'affublait. Elle ne se gênait pas non plus il faut dire. Cependant, jamais ils ne le faisaient devant les autres, à part Amy. Sachant qu'Erïka tenait à sa réputation de fille glaciale et malaimable, Will évitait de lui faire perdre sa crédibilité en la collant trop ou en lui donnant des surnoms gnangnans. Cela ne les empêchait pas de passer du temps ensemble aux yeux des autres mais jamais ils ne paraissaient aussi proches qu'ils l'étaient réellement. Ce n'était pas plus mal. Ainsi, ils conservaient une vraie complicité que personne ne leur soupçonnait. Néanmoins, si quelqu'un lui demandait quel genre de relation les unissait, Will répondrait sans aucun doute qu'il s'agissait de sa soeur, ni plus ni moins. Vu leurs origines et leur apparence, il était plus que probable que personne ne le croit mais pour lui c'était ainsi. Peu importe le lien de sang inexistant, la relation qu'ils entretenaient était plus forte que ça.

Malgré le fait qu'il traitait de la russe de l'animal le plus ridicule du monde -un croisement entre une moufette et un caniche ne donnait assurément rien de bon-, elle le prenait plutôt bien, répondant en imitant un aboiement ridicule qui amusa le rouquin. Il était on ne peut plus certain que son amie n'en resterait pas là et qu'elle chercherait d'une façon ou d'une autre à se venger. Ca avait toujours été ainsi après tout. La vengeance de la vengeance de la vengeance... Tout était bon pour ne jamais admettre sa défaite face à l'autre et relancer ainsi le "combat". C'était devenu un jeu entre eux et ce n'était pas prêt de s'arrêter. Amusé, le mutant se demandait ce que serait la prochaine "bataille". C'était certain, l'adolescente n'avait pas dit son dernier mot !

Puisque le rouquin désirait apprendre le russe afin de pouvoir parler cette langue avec Erïka et Anieta, il demanda à la jeune femme de lui expliquer comment prononcer une petite phrase toute simple pour saluer sa grand-mère. Ca n'avait pas l'air bien compliqué mais la prononciation n'était pas vraiment fameuse. Il n'avait que quelques courtes minutes pour s'entrainer avant l'arrivée d'Anieta et il n'était pas certain que cela suffise. Il cru d'ailleurs remarquer qu'Erïka avait volontairement raccourci la phrase demandée pour lui faciliter la tâche. A moins qu'en russe, quelques simples mots suffisent pour dire de longues phrases, mais il en doutait.

Quelques minutes plus tard, la voiture était déjà là, un peu en avance, laissant apparaitre Anieta qui vint les saluer en les serrant dans ses bras. Chose qui surpris un peu le rouquin, pas habitué à ce genre de démonstration de la part de personnes plus âgées que lui. A vrai dire, à part sa mère, il y a longtemps, personne ne l'avait étreint comme ça. C'était une drôle de sensation mais il devait reconnaitre que c'était chaleureux. C'était ça, avoir une famille ? Plutôt agréable. Puisque la vieille femme était devant lui, Will en profita pour lui dire la phrase qu'il avait appris presque par coeur. Anieta sourit puis lui répondit quelques mots en russe qu'il ne comprit pas. Mais peu importe, elle lui affirma qu'il ne se débrouillait pas si mal que ça, ce qui lui fit plaisir. Au moins c'était qu'elle avait réussi à saisir le charabia qui venait de franchir les lèvres du mutant
.

"J'compte bien harceler Rika pour qu'elle fasse de moi un parfait p'tit russe, héhé." répliqua t-il en souriant légèrement

Désormais tous installés dans la voiture, celle-ci quitta l'Institut pour rejoindre la route. S'éloigner ainsi d'un endroit qu'il n'avait pas quitté depuis des semaines laissait William songeur. On ne pouvait pas dire qu'il était très à l'aise, jetant des regards inquiets à travers la fenêtre. Cependant, il n'était pas seul, accompagné de personnes de confiance, et cette simple pensée le soulageait. Que pouvait-il bien lui arriver ? Ses ennemis potenciels étaient morts. Il ne restait plus que le hasard qui pouvait encore lui gâcher la journée.
Anieta demanda aux deux mutants si faire quelques courses ne les dérangeait pas. Ni Will ni Erïka ne refusèrent, n'étant pas contre faire une halte au centre commercial. La perspective de se retrouver au milieu aurait pu rassurer le rouquin mais c'était plutôt l'effet inverse. Il sentait que ça allait être une petite épreuve qu'il n'allait pas forcément apprécier. Mais il fallait bien qu'il prenne sur lui et qu'il se lance. Ce n'était pas en restant terré dans un coin que les choses allaient s'arranger. Anieta et Erïka l'accompagnaient après tout. Finalement non, seule la jeune femme resterait avec lui, sa grand-mère devant aller faire une autre course de son côté, leur laissant le loisir de faire les achats pendant ce temps. Faire les courses... Voilà une activité que le borgne n'avait pas faite depuis des années. Il avait bien accompagné Erïka faire quelques emplettes une fois ou deux, mais c'était juste pour le loisir. Là c'était encore différent
.

"Pas d'problème, ce sera plus simple comme ça d'toute façon." répondit-il à la proposition d'Anieta

Peu après, la voiture se stoppa, garée sur un parking juste à côté des magasins. Cela marquait sans doute la fin de leur trajet pour le moment. La vieille femme confia de l'argent ainsi qu'une liste à sa petite fille qui rangea le tout avant de sortir, imitée aussitôt par William. Il claqua doucement la porte avant de regarder autour de lui. Il y avait pas mal de monde et personne ne semblait faire attention à eux. Au moins maintenant il était un peu plus discret sans sa barbe qui lui cachait les joues. Grâce au bandana qu'il portait, la majorité de ses cheveux étaient dissimulés sous le tissu, ce qui n'était pas plus mal à vrai dire. Si l'on oubliait le fait qu'il était très grand, il avait l'air d'un jeune homme tout à fait normal. Plus ou moins rassuré, il fit le tour du véhicule pour rejoindre son amie. Celle-ci attrapa un cadie qu'elle refila bien rapidement au rouquin. Ce dernier tendit la main vers le cadie, s'inclinant légèrement
.

"Si mad'moiselle veut bien s'donner la peine..." fit-il en désignant le cadie comme s'il s'agissait d'une calèche et qu'il l'invitait à prendre place à bord

Puis, aussitôt après, il s'appuya sur la longue barre qui servait de poignée, s'y accoudant. Au moins il avait un support pour toute la durée des courses, ce qui n'était pas plus mal. Erïka lui cita les divers objets inscrits sur la liste. Il n'y avait pas grand chose, les courses risquaient d'être assez rapides. La russe proposa de se rendre vers les fruits pour commencer. Will hocha la tête pour signifier son approbation puis dirigea le cadie vers les étalages. Une fois sur place, il avança lentement entre les rayons, regardant les divers fruits et légumes qui étaient proposés. Il s'arrêta devant des cerises et en attrapa deux paires qu'il colla sur les oreilles de son amie, regardant le résultat d'un air amusé
.

"Hé ça t'va pas mal les boucles d'oreilles ! Bon celles là donnent envie d'te bouffer... mais sinon ça t'va bien !"

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Jeu 12 Avr 2012 - 6:07

Professeur Davidoff. Ça sonnait étrange non ? Qui pourrait imaginer cette jeune fille froide et violente enseigner à des enfants ? Seulement ceux qui la connaissaient réellement. Ils étaient peu dans ce cas. Parmi ces personnes, aucune d'entre elles ne savaient réellement ce que l'adolescente désirait faire de sa vie future. Traductrice ? Cela était bien évident. Personne ne se doutait qu'elle désirait être un membre des X-Men, doux rêve qu'elle gardait secret. Depuis quelques temps, elle envisageait même d'enseigner à l'institut Xavier. Peu importe le cours de langue, elle serait en mesure de le donner, que ce soit devant une grande salle de classe ou bien avec de petits groupes d'élèves. Elle se montrera certainement dure et sévère, mais cela donnera une raison à ses étudiants de faire de leur mieux afin de réussir. Les résultats se verront parfaitement bien car son but sera de former des élèves parfaitement bilingues.
Will sera probablement l'un de seul à la voir donner les cours différemment. Après tout, ils étaient comme frère et soeur. Certes, les leçons seront sérieuses, mais il y aura toujours un moyen de plaisanter entre deux exercices. Elle fera en sorte que son ami puisse tenir de simples conversations en russe et, avec le temps, il sera en mesure de participer à des discussions plus élaborées. Erïka était prête à ne lui parler qu'en russe s'il le fallait. Et puis, il ne fallait pas oublier l'écrit... ce qui sera bien plus difficile...

Dans la voiture, les pensées d’Erïka furent multiples et diverses. Elle songea à son avenir, ses études, sa future profession. Puis, alors que les paysages défilaient, elle associait parfois certains souvenirs à ces rues, ces boutiques, ces parcs. Ils n’étaient pas toujours bien agréables et elle faisait en sorte de les chasser bien rapidement de son esprit. De temps à autre, l’adolescente relevait la tête afin d’observer son ami ou bien pour répondre à une question posée par sa grand-mère. Le voyage fut calme, elle n’avait besoin de rien de plus afin de se détendre. La présence de ceux qui lui étaient chers, une musique calme, un paysage défilant sous ses yeux alors qu’elle était protégée par une carcasse métallique; la balade aurait pu durer des heures qu’elle ne s’en serait pas plaint. Puis, finalement, comme toute bonne chose à une fin, l’automobile d’Anieta se stoppa devant le supermarché. C’était l’heure des courses. L’adolescente attrapa l’argent ainsi que la liste que lui tendait sa grand-mère avant de s’extirper du véhicule. Il n’y avait pas beaucoup d’achats à faire, ce sera très rapide.

Entrant dans l’épicerie, la mutante attrapa un cadi et laissa Will le conduire. Elle préférait dicter les quelques items de la liste. Cela faisait partie de son caractère, elle aimait diriger. Erïka était connue pour être une tête forte qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. Elle apprenait rapidement et savait faire preuve de débrouillardise. Ne supportant pas les ordres d’autrui, elle préférait tout diriger, que cela fasse le bonheur des autres ou non. Le rouquin avait bien de la chance : il était une exception. Il avait la chance de bien connaitre Erïka et de comprendre son fonctionnement. Le type de lien qu’il entretenait avec elle lui permettait d’avoir certains privilèges comme éviter la personnalité glaciale de l’adolescente. Par la même occasion, il avait la chance de se voir prêter une certaine attention. Alors qu’elle n’avait aucun remords pour ses paroles ou bien ses gestes, elle serait bien capable de s’en vouloir si elle faisait du mal à celui qu’elle considérait comme un frère.
Quoi qu’il en soit, Will proposa à la mutante de prendre place dans le cadi. Cette dernière haussa un sourcil, pas certaine que cela soit une excellente idée. Gamine, elle se battait avec Alexïs afin d’avoir une place dans le panier à roulette, mais maintenant qu’elle était bien plus vieille, elle n’y trouvera jamais le même plaisir, elle en était certaine.


-« Tu me vois réellement monter dans ce truc ? »

Erïka se contenta de se placer sur le côté droit du cadi et de poser son pied sur l’une des barres métalliques reliant les roulettes entre elle. S’accrochant sur le bord du panier, elle attendait que son ami se mette en marche. C’était bien simple et, ainsi, elle pourra retrouver le sol très facilement. Elle doutait qu’il serait simple de s’extirper du cadi si elle décidait de s’y assoir. Valait mieux s’accrocher à l’un des côtés. Will se dirigea vers la section des fruits et légumes. La jeune fille attrapa un sac de pomme lorsque celui-ci fut à sa portée. Elle le déposa immédiatement dans le cadi. Il ne restait que deux sortes de fruits à prendre. Les listes que faisaient sa grand-mère n’étaient pas toujours cohérentes, écrivant des aliments par-ci, par-là, selon ce qu’elle désirait manger au cours de la semaine. Au vu du peu d’items inscrit, il devait s’agir d’acheter seulement ce qui lui manquait et non d’une épicerie complète. L’adolescente leva les yeux de sa feuille lorsqu’elle vit les mains de Will tendues en direction de ses oreilles.

-"Hé ça t'va pas mal les boucles d'oreilles ! Bon celles-là donnent envie d'te bouffer... mais sinon ça t'va bien !"


Souriante, Erïka attrapa l’une des paires de cerises afin de la manger. Puis, elle posa les pieds au sol, s’éloignant du cadi afin de prendre deux cassot de fraises qu’elle déposa aux côtés du sac de pomme. Subtilement, elle laissa tomber la queue des cerises au sol, faisant comme si rien n’était. Elle s’avança, suivit de près par Will, vers l’étage où reposait divers melon d’eau. La jeune fille leva la tête vers son ami. Bien qu’elle soit capable de soulever ce gros fruit, elle était pratiquement certaine de le laisser tomber sur les autres fruits qu’elle avait déjà posé dans le cadi. Will était bien plus grand et bien plus fort qu’elle. Ce ne sera pas un problème pour lui de s’occuper de cette tâche, elle en était persuadée.

-« Voici l’occasion de faire un homme de toi ! » Fit-elle sur le ton de la plaisanterie. « Celui-là me semble pas mal. » Elle pointa l’un des fruits du doigt.

Une fois cette étape terminée, l’adolescente s’accrocha de nouveau au panier et laissa son ami la conduire dans une autre section du supermarché afin qu’elle puisse y prendre du pain frais. Posant les différents emballages de pain dans le cadi, en prenant soin de faire en sorte qu’ils ne soient pas écrasés, l’adolescente jeta un nouveau coup d’œil à sa liste afin de connaitre la prochaine destination. Avant de parcourir les rayons de l’établissement, elle devait faire un tour dans la section des viandes, où l’air était bien plus frais. Cela laissa parfaitement indifférente Erïka, qui se contenta de s’emparer des items demandés par sa grand-mère. Alors qu’elle passa devant la poissonnerie, la jeune fille s’arrêta devant un grand aquarium dans lequel reposait de nombreux homards. Puis, son regard dériva et s’arrêta sur les quelques poissons exposés, reposant sur un étage de neige et de glace afin de les garder au frais.

-« Quand j’étais gamine, mon grand-père m’amenait parfois à la pêche avec lui. J’ai toujours aimé le poisson. » Puis, prise d’une soudaine idée, elle se tourna vivement vers Will. Son regard s’illumina et si cela était possible, des étoiles seraient apparues dans ses prunelles azurées. « Tu sais ce qui serait génial ? On se découpe un poisson et on en fait des sushis ! Ce serait délicieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Sam 14 Avr 2012 - 16:21

Will n'était pas convaincu d'être un très bon élève et encore moins d'être assidu mais pourtant il avait envie d'apprendre. Apprendre l'italien avec Amy n'avait pas été facile mais il fallait dire qu'ils étaient partis sans aucune base l'un et l'autre. L'une ne parlant pas un mot d'anglais et l'autre pas un mot d'italien. Mais progressivement, ils avaient fini par se comprendre, même sans mots. Finalement Amy était parfaitement bilingue même si quelques mots lui échappaient parfois. Cependant, Will ne pouvait pas se vanter d'être un bon professeur. L'italienne n'avait pas eu le choix pour vivre et survivre dans ce pays, elle avait dû rapidement apprendre la langue. Et la pratiquer tous les jours était un bon moyen de rapidement progresser. De plus, même si elle était bilingue, on ne pouvait pas dire qu'elle parlait "correctement". Coupant ses mots, les rendant parfois grossiers, elle avait basé sa façon de parler sur celle de son meilleur ami. Fatalement, même si elle savait s'exprimer en anglais, elle parlait "mal", tout comme lui qui était pourtant originaire de ce pays. Le principal était qu'ils se comprennent, non ? Du coup, William avait également appris l'italien, sûrement un peu plus littéraire que ce qu'il lui avait appris en retour. Ainsi, il pouvait la comprendre tout le temps et même lui parler dans cette langue lorsqu'elle ne se sentait pas l'envie de parler anglais. Cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Cela leur offrait une certaine proximité et il avait ainsi l'impression de mieux connaitre Amy.

C'était aussi pour cette raison que le rouquin désirait apprendre le russe. Erïka maîtrisait parfaitement cette langue et l'anglais et cela donnait envie au mutant de faire de même. Cela lui offrirait une corde de plus à son arc et il avait hâte de pouvoir discuter avec elle et sa famille grâce à ça. Bien sûr, ils parlaient tous anglais comme lui et il n'y avait donc aucun réel besoin de changer de langue, mais Will avait envie. Envie de mieux connaitre cette partie de son amie, envie de créer un lien supplémentaire qui lui permettrait ainsi de la comprendre même lorsqu'elle baragouinait dans cette autre langue. Puisqu'elle s'était proposée de la lui apprendre sans qu'il l'ait réellement réclamé, il supposait que cela ne la dérangeait pas et qu'ainsi les cours seraient bien plus intéressants. Mais cela attendrait leur retour à l'Institut. Pour l'heure, ils accompagnaient Anieta pour faire quelques emplettes avant de retourner chez la vieille femme passer la nuit pour l'aider à déménager le lendemain.

La grand-mère d'Erïka s'était absentée pour aller à la pharmacie, laissant la tâche de faire les courses aux deux amis. Faire les courses n'avait rien de palpitant mais en y ajoutant une petite dose d'humour, tout pouvait changer. Bien sûr, ils avaient passé l'âge de faire les pitres, surtout au beau milieu d'un magasin et c'est avec ironie que Will proposa à la russe de grimper dans ce formidable moyen de locomotion qu'était un cadie. Elle le regarda de travers, comme s'il était soudainement devenu fou, rétorquant qu'elle ne comptait pas grimper là-dedans. Pourtant, comme pour lui faire plaisir, elle s'accrocha sur le côté du cadie en attendant qu'il le pousse. Ce n'avait été qu'une taquinerie et pourtant, elle ne chipota pas. Surpris, le rouquin finit par sourire et poussa le chariot sans faire de commentaire à ce sujet. Inutile de tout gâcher.

Tandis qu'ils longeaient les étalages de fruits et légumes, Will ralentit le cadie pour laisser le temps à Erïka d'attraper ce dont ils avaient besoin. La liste n'étant pas très longue, ils auraient vite fait le tour. Ainsi, il prolongea le plaisir en lui accrochant des cerises autour des oreilles. Lorsqu'il était plus jeune, il s'amusait souvent à ce genre de choses avec sa soeur. Erïka mangea ses boucles d'oreilles de fortune puis s'arrêta devant le rayon des melons d'eau. Se tournant alors vers lui, elle lui demanda d'une façon peu conventionnelle d'en prendre un pour le mettre dans le cadie. Jouant le jeu, Will fit semblant de s'échauffer, bandant les muscles comme l'aurait fait un haltérophile professionnel. Prenant la pose un instant, il posa les yeux sur le melon choisit par la jeune femme puis s'approcha. Il l'attrapa à deux mains et le souleva telle Excalibur, le gardant en main comme un trophée avant de le déposer avec soin dans le chariot
.

"Mission accomplie ! Grand chasseur a maîtrisé melon d'eau. Même pas peur. Facile !" répliqua t-il en se tapant le torse d'un air fier

Erïka reprit sa position sur le cadie et Will la poussa de nouveau, continuant leur route un peu au hasard, ne sachant pas quel rayon se trouvait où. La jeune femme attrapa du pain en passant, traversant différents rayons, attrapant différents produits. Puis ils arrivèrent au niveau de la poissonnerie, seul rayon dont on pouvait deviner l'emplacement de loin à cause de l'odeur. Arrivés là, Erïka descendit et s'arrêta devant un grand aquarium. Restant appuyé contre le cadie, Will attendait sagement. Soudainement, la russe se retourna tandis qu'elle parlait de pêche. Elle proposa de prendre du poisson pour faire des sushis. Si le rouquin savait ce qu'étaient des sushis, il n'avait jamais eu l'occasion d'en manger. Vu l'enthousiasme de la jeune femme aucun doute qu'elle adorait ça et cela donnerait l'occasion au mutant d'y goûter
.

"J'sais même pas quel goût ça a, j'en ai jamais mangé. Mais ce s'ra l'occasion, ça doit être marrant à faire en tout cas. J'te laisse prendre ce don on a besoin dans ce cas !" répondit-il en souriant

En attendant que son amie prenne le poisson et autres ingrédients pour réparer les sushis, Will en profita pour se rendre à un rayon juste à côté, histoire de ne pas rester sans rien faire, attrapant une boite de céréales dont avait besoin Anieta. Il l'avait lu lorsqu'Erïka avait débalé la liste. Alors qu'il allait faire demi tour pour poser l'objet dans le cadie avec le reste, son regard fut attiré par quelqu'un qui passa non loin de lui, dans un rayon perpendiculairement à lui. Difficile de la confondre avec quelqu'un d'autre. Ces cheveux... cette façon de marcher... ce visage... Si elle ne l'avait clairement pas vu, Will lui n'avait pas loupé Zoey. Sur le coup, il en lâcha la boite qu'il tenait, tombant mollement sur le sol. Que faisait-elle là ? A New York ? La dernière fois qu'il l'avait vu elle vivait encore à Philadelphie et ce n'était pas si vieux que ça. Et si elle voulait la même chose que leur père ? Et si elle le cherchait ?

Plein de questions se bousculaient dans l'esprit du rouquin qui, inconsciemment, recula de quelques pas, allant percuter le bord du rayon dans lequel il se trouvait, faisant tomber un bocal de conserve. Il n'y prêta même pas attention, focalisé sur sa soeur. Si quelques personnes se retournèrent vers lui à cause du bruit, Zoey elle n'en fit rien. Trop loin sans doute. Elle se dirigeait vers la sortie comme si de rien n'était. Quelque chose tomba de sa poche alors qu'elle passait les portes mais Will ne vit pas ce que c'était. A vrai dire, il était comme paralysé, fixant la porte qui venait de laisser partir Zoey, oubliant ce qui l'entourait et pourquoi il était là.



[Pardon pour le retard *s'auto flagèle* T.T]

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Sam 14 Avr 2012 - 22:51

Le but premier d’Erïka était de faire sourire Will, de le voir agir comme à son habitude, ajoutant une touche d’humour à n’importe quelle situation. Elle était satisfaite du résultat de ces dernières heures, mais était loin de s’attribuer le mérite. Si elle avait été là pour son ami, comme un animal de compagnie qui s’évertuait à rendre son maitre heureux par le simple fait de sa présence, c’était lui-même qui était arrivé à retrouver son humeur d’antan. Erïka avait bien vu son changement progressif de comportement suite à la bagarre dans la cuisine. Il avait eu besoin de se retrouver face à lui-même afin de voir bien plus clairement la situation, afin de réaliser qu’il n’était seul et qu’il y avait des gens qui l’aimaient et désiraient le voir heureux.

À la demande de l’adolescente, Will attrapa le melon d’eau qu’elle lui désignait afin de le poser dans le cadi, non sans une petite comédie qu’elle trouva amusant, lui arracha un bref rire légèrement retenu, au passage. Décidément, elle appréciait de plus en plus les âneries de son ami. Il était probablement l’une des seules personnes à arriver à lui arracher un sourire si facilement. Certaines de ses blagues étaient bien moins bonnes que d’autres, mais elle arrivait tout de même à saisir son humour. Elle ne lui en tenait pratiquement plus rigueur pour les blagues de mauvais goûts qu’il pouvait parfois faire, alors qu’elle n’était pas en état de rire, ni même de sourire. Il était si gentil avec elle, la jeune fille ne désirait pas se montrer méchante, ni même froide avec lui. Après tout, elle avait bien droit de se montrer telle qu’elle était réellement, non ?

La route à travers les divers départements du supermarché se poursuivit, passant du coin boulangerie à la poissonnerie où Erïka s’arrêta afin d’observer les crustacés toujours vivants qui reposaient dans un grand aquarium. Cela lui donnait envie de confectionner des sushis, comme elle aimait tant en faire auparavant en compagnie de sa grand-mère ainsi que de son jumeau. Elle était certaine que son nouveau grand frère apprécierait cette activité, sans parler du repas qui s’en suivrait. Certes, cela n’égalait pas les sushis des grands restaurant, mais en restait néanmoins un très bon repas. Ce fut avec l’espoir que l’idée plaise à Will qu’elle lui proposa. Dans le cas où il ne serait pas intéressé, elle tentera de le convaincre de tenter l’expérience, ce qu’elle n’aura probablement pas à faire en sachant que le rouquin adorait essayer de nouvelles choses.


-"J'sais même pas quel goût ça a, j'en ai jamais mangé. Mais ce s'ra l'occasion, ça doit être marrant à faire en tout cas. J'te laisse prendre ce don on a besoin dans ce cas !"

Heureuse, Erïka offrit un large sourire à son ami avant de demander certains types de poisson au poissonnier, travaillant un peu plus loin. Elle songea rapidement à ce qui lui manquait afin de compléter la recette et, alors que l’employer s’affairait à lui préparer sa petite commande, l’adolescente se tourna vers Will qui avait soudainement disparu, laissant le cadi sur place. Avait-il décidé de faire le tour de l’épicerie ? Le cherchant du regard, elle ne le vit pas. Il ne devait pas être bien loin, il suffisait de chercher un peu. La jeune fille, se disant qu’il serait bientôt de retour, s’éclipsa alors dans une rangée afin d’aller y chercher un paquet de riz, sans oublier les algues dans lesquels seront enroulé les ingrédients. Elle en profita pour chercher Will du regard, jusqu’à repérer une tête rousse. Chevelure longue, corps mince, il ne s’agissait pas de son ami. À moins que ce dernier se soit travesti en peu de temps ? Impossible. Erïka ne nota aucune ressemblance, sauf la chevelure de flamme, entre Will et la jeune femme, n’ayant vu cette dernière que de profil. Erïka poursuivit son chemin, ignorant cette pure inconnue comme bien d’autres. Après tout, pourquoi s’attarder sur une personne bien banale ? L’attitude de la russe n’aurait probablement pas été la même si elle savait quel lien cette femme partageait avec celui qui était un véritable frère à ses yeux.

Elle revint rapidement au comptoir du poissonnier, ses achats dans les bras, afin de prendre sa commande. Anieta ne lui en voudra probablement pas d’acheter quelques items en surplus afin de faire des sushis. Certes, elle était en période de déménagement, mais il était toujours possible de cuisiner ce soir afin que la nourriture soit prête pour le lendemain. L’adolescente était débrouillarde, elle saura trouver les différents items lui manquant dans les boites engorgeant la cuisine de sa grand-mère. Erïka déposa ses effets dans le cadi avant de lever la tête vers Will, complétement figé. Haussant un sourcil, l’adolescente ramassa silencieusement la boite de céréales au sol avant de la déposer avec le reste de ses achats, de quittant pas le mutant des yeux. Ce dernier recula, percutant une petite étagère sur laquelle étaient posés des bocaux. L’un d’eux tomba au sol, se brisant au moment de l’impact, attirant ainsi les brefs regards de quelques clients. Que se passait-il soudainement ? Pourquoi Will changeait si soudainement d’attitude. Erïka agrippa doucement son bras afin de l’attirer doucement vers elle, comme si elle craignait qu’il ne recule davantage et tombe.


-« Qu’est-ce qui ne va pas ? »


Elle chercha la source de ce soudain changement d’attitude, mais en vain. Elle n’arrivait pas à comprendre ce qui se passait. Préférant s’éloigner afin de se diriger vers les caisses, Erïka attrapa doucement la main de Will afin de le trainer avec elle, poussant le cadi de sa main valide. Cependant, elle s’arrêta au milieu d’une rangée, là où elle ne se sentait pas observée par quiconque faisant ses courses du soir. Elle n’avait qu’à plonger son regard dans l’œil émeraude de son ami pour comprendre qu’il avait vu quelque chose. La question était, à présent : qu’était-ce ? Ce ne pouvait être son père, ce dernier étant mort. Une mauvaise rencontre qu’il aperçut par hasard ? Elle n’y voyait que cette hypothèse. Qui est-ce qui pouvait causer une telle réaction chez Will ? Erïka ne demandait qu’à connaitre la réponse, bien que le moment soit mal choisi.

-« Hey. » Fit la russe d’un ton doux en posant doucement sa main sur la joue du rouquin, comme un contact rassurant. « Je suis là. Tu n’as rien à craindre. » Elle tourna la tête, l’espace de quelques secondes, afin de vérifié l’achalandage des caisses. « Allons-y, ma grand-mère doit nous attendre. »

Elle reprit la direction des caisses afin de payer les achats et quitter cet endroit rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Dim 15 Avr 2012 - 0:49

Au fil de la journée, Will était parvenu à se changer les idées et à se détendre. Tout ça grâce à Erïka qui, de par ses mots et ses gestes, était parvenue à lui faire voir les choses autrement. Passer au dessus d'une telle épreuve n'était pas chose aisée mais il ne devait pas rester sur un échec quelqu'il soit. Il avait toujours ses amis sur qui il pouvait compter, la russe venait de lui en donner la preuve tout au long de la journée. Même s'il se considérait lui-même comme un assassin, les autres n'avaient pas l'air de voir ça sous cet angle. En ce qui concernait l'adolescente, il en était désormais certain. Si elle n'en avait rien eu à faire de lui, elle ne serait pas venue le voir et n'aurait pas insisté pour essayer de lui faire retrouver le sourire. C'était désormais chose faite mais on ne pouvait pas dire que Will était redevenu tout à fait lui même. Il allait certes mieux, souriait, riait même, mais au fond, tout n'était pas encore résolu. Une zone d'ombre persistait. Difficile de dire si c'était définitif ou si cela allait s'améliorer avec le temps. Tout ça était encore trop frais.

Il n'y avait pas que ça de frais d'ailleurs. Arrivés devant la poissonnerie, le rouquin devait reconnaitre qu'il n'y faisait pas très chaud. Lui qui n'était pourtant pas frileux eu un petit frisson tandis qu'Erïka regardait les bestioles dans l'aquarium. Croisant les bras en attendant qu'elle finisse de regarder ce qui l'intéressait, il songea à ce dont elle avait parler. La pêche. Jamais il n'avait eu l'occasion d'en faire, ne quittant que peu Philadelphie au cours de son enfance. Et ce n'était pas dans les rues de New York qu'il était parvenu à trouver de quoi pêcher. Lancer une ligne dans une étendue d'eau et attendre qu'un poisson morde pouvait sembler une activité ennuyeuse et pourtant, le rouquin aurait bien aimé tenter l'expérience un jour. Il y avait tellement de choses qu'il rêvait de faire que la liste s'allongeait de jour en jour. D'ailleurs Erïka lui proposait d'en tenter une nouvelle dès le soir même : préparer et goûter des sushis. C'était une riche idée qu'il accepta avec joie.

La laissant s'occuper de ce qui concernait le plat du soir, le rouquin changea de rayon, abandonnant momentanément le cadie et son amie. Mais il eut à peine le temps de récupérer ce qu'il désirait qu'il eut une vision pour le moins troublante. Sa soeur était là, dans le même magasin que lui, dans la même ville que lui. S'il y avait bien une personne qu'il ne s'attendait pas à voir ici, c'était bien elle. Sa présence était pour le moins surprenante. Mais pire que ça, sa présence terrorisait le mutant. Un véritable défilé de questions se bouscula dans son esprit, le laissant comme un enfant appeuré devant un monstre. Il ne réalisa même pas qu'il venait de casser quelque chose, fixant toujours la direction qu'avait empruntée Zoey comme s'il avait peur qu'elle fasse demi tour pour se jeter sur lui. Pourtant, elle avait disparu de son champ de vision, sortie du magasin. Elle ne l'avait même pas vu.

Will sursauta lorsqu'il sentit quelque chose le toucher, posant aussitôt les yeux sur Erïka. Elle le tenait par le bras et le regardait d'un air mi interrogateur mi inquiet. En réalisant que la russe était là et que sa soeur non, Will cligna des yeux et bredouilla quelques mots avant de relever les yeux pour avoir la certitude que Zoey était partie. Avait-il rêvé ? Etait-ce son esprit qui lui jouait des tours ? Ou la rouquine était-elle vraiment là, quelques secondes plus tôt ? La légère pression sur son bras le fit sortir de ses pensées, attiré légèrement par Erïka pour qu'il évite de reculer
.

"Je... C'est rien..." fit-il à mi voix

La jeune femme l'attrapa par la main et l'entraina avec lui, poussant le cadie de l'autre. Will ne fit preuve d'aucune résistance, se laissant tirer sans rien dire. Quoi dire après tout ? Il avait dû paraitre profondement idiot sur le coup. Suivant docilement Erïka, il balaya les rayons qu'ils traversaient du regard, au cas où il apercevrait de nouveau Zoey. Mais fort heureusement, cela n'arriva pas. Arrivés dans un rayon désert, le rouquin posa les yeux sur celle qui l'accompagnait. Peut-être devait-il lui expliquer la raison de son comportement, elle avait droit à une explication après tout. Comme si elle avait lu dans ses pensées, elle s'approcha et posa la main sur sa joue, le rassurant par ses paroles. Will se sentit stupide d'avoir eu peur de la sorte, mais il n'y pouvait rien. Il posa sa main sur celle de la jeune femme qui était elle-même posée sur sa joue
.

"Je sais..." répondit-il en fermant les yeux l'espace d'un instant "C'est... J'ai vu ma soeur, c'est tout..." expliqua t-il briévement

Erïka se dirigea vers les caisses et il la suivit de nouveau docilement, jetant des coups d'oeils autour de lui. Il aida son amie à passer en caisse rapidement puis attrapa la totalité des sacs de courses pour qu'elle n'ait rien à porter. Alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie pour rejoindre Anieta, Will fit un léger crochet pour s'arrêter là où il avait vu sa soeur laisser tomber quelque chose. Il libéra une de ses mains et se saisit de l'objet. Un porte-feuille. Sans doute allait-elle le chercher partout. Sans doute reviendrait-elle ici. Mieux valait ne pas trainer. Même s'il aimait sa soeur, il n'était pas prêt pour l'affronter de nouveau, c'était trop tôt. Il fourra l'objet dans l'une de ses nombreuses poches de pantalon, ramassa les sacs de courses qu'il avait posé puis rejoignit Erïka. Il ne restait plus qu'à retrouver Anieta et quitter cet endroit afin de se diriger vers une place plus sûre : chez la vieille femme.

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
Erïka M. Davidoff
Codeuse - Modératrice
avatar

Messages : 2283
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 24
Localisation : Far Away From You ~

Fiche Tecnhique
Metier: Professeure / PDG des S.M.I.T.E Industries
Age : 21 ans
Nationalité : Russe / Américaine

MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   Dim 15 Avr 2012 - 8:26

Il y avait certaines règles à respecter afin de ne jamais vexer ou même mettre Erïka dans un état de frustration. La première règle se résumait à ne jamais lui mentir. La seconde, à ne jamais la prendre pour une idiote. Un mélange de ces deux affronts réunis pouvait mener à une réaction pas très amicale de la part de l’adolescente. Si cette dernière était persuadée que son ami ne la prenait pas pour une pure imbécile, il avait visiblement oublié que les mensonges c’était son truc. Pas besoin de son don pour voir qu’il ne lui disait pas la vérité. Ce n’était pas « rien » comme il l’affirmait. Il y avait quelque chose ou bien quelqu’un de suffisamment important pour troubler l’homme, ce qui ne représentait pas une broutille. Erïka était déçue de voir que son ami refusait de lui dire ce qui se passait. Cependant, sachant qu’il y avait présence de nombreuses personnes dans les alentours, elle comprit bien rapidement que s’il ne désirait pas être entendu, il attendra patiemment d’être dans un endroit beaucoup plus calme et discret afin d’expliquer ce qui se passait. Et puis, l’adolescente n’était pas obligée de tout savoir, non ? Ces derniers mois, elle avait appris tant de choses sur Will qu’elle avait pratiquement l’impression de le connaitre depuis des années. Pourtant, elle ne connaissait que les grandes lignes de son histoire, rien de plus. Son passé, elle ne s’en préoccupait pas autant que de son présent. Après tout, celui qu’elle appréciait tant était le Will du présent, celui qui faisait le pitre afin de lui arracher un sourire, celui qui était gentil et sympathique avec tout le monde, celui qui était toujours prêt à rendre un service, celui qu’elle ne pourra jamais abandonner.
Il était inutile d’argumenter. Elle n’allait pas forcer le rouquin à lui parler. Et puis, s’il désirait éviter un sujet, il lui dirait tout simplement, non ? Elle-même se refusait d’invoquer certains souvenirs bien trop douloureux, des souvenirs que personne ne put découvrir, pas même en lisant ses pensées. Pourquoi l’obliger à lui révéler quelque chose dont il ne souhaitait discuter ? Parce qu’elle était inquiète ? Car la curiosité était plus forte que tout ?

La mutante se contenta de prendre son ami par la main afin de l’entrainer en direction des caisses. Elle passa dans une rangée désertique dans laquelle elle cessa soudainement sa marche afin de se tourner vers l’homme qui la suivait docilement. D’un geste doux et affectueux, elle posa sa main sur la joue de ce dernier en lui affirmant que tout irait bien. Après avoir vécu de dure épreuves, elle savait que le pire était derrière elle, qu’il n’y avait plus rien pour l’effrayer, ni même la faire reculer. S’il y avait un problème, elle trouvera la solution, il y en avait toujours une. Il ne lui restait plus qu’à persuader le rouquin que le plus difficile était derrière lui, qu’il ne restait plus qu’à reprendre sa vie et en profiter à fond. Il le savait probablement, mais, parfois, il était bon de savoir qu’il y avait des gens pour encourager et voir les choses plus positivement.
La main de Will se posa sur celle d’Erïka. Il expliqua en de brefs mots qu’il avait aperçu sa sœur. N’habitait-elle pas à Philadelphie ? La jeune fille n’appréciait pas cette situation, mais pas du tout. Après tout, son ami venait d’avoir de graves problèmes, disons-le ainsi, avec son géniteur. Si, en plus de cela, sa sœur osait se mêler de cette histoire, les choses n’iront qu’en empirant. Étant donné qu’elle ne connaissait pas tous les détails, la russe ne pouvait savoir s’il était simple de remonter du meurtre jusqu’à Will, mais espérait fortement que ce ne soit pas le cas. Elle ne voulait pas le perdre, elle refusait qu’il soit condamné pour un geste qu’elle jugeait comme étant juste. Après tout, c’était de la légitime défense, non ? Elle voyait la situation ainsi, ne pouvant imaginer l’homme tué par pur plaisir ou sans motif valable. Tentant de poursuivre sur un ton doux, dissimulant ainsi son dégout face à une femme qu’elle ne connaissait pas, la jeune fille conclue rapidement cette discussion.


-« Ta sœur, c’est moi, et si cette garce tente de te faire du mal, je lui referais le portrait... jusqu’à ce qu’elle ait l’air d’un vulgaire mouniche. »

Affirmant qu’il était l’heure de payer les achats, Anieta étant probablement en train de les attendre, Erïka posa ses deux mains sur le cadi afin de le pousser jusqu’à une caisse libre. Là, elle y posa les différents items sur le court tapis qui les fit doucement rouler jusqu’à l’employée attendant patiemment devant sa caisse enregistreuse. L’adolescente laissa un autre employé s’occuper de l’emballage de la marchandise alors qu’elle réglait la facture avec l’argent que lui avait confié Anieta. Puis, elle tira le cadi jusqu’aux portes coulissantes, le laissant rouler jusqu’à ses semblables, un peu plus loin. Will, qui portait les divers sacs, se pencha afin de ramasser quelque chose au sol, ce que l’adolescente ne vit pas, trop occupée à observer la courte course du cadi.

La jeune fille trouva bien facilement la voiture de sa grand-mère. Ouvrant la valise de celle-ci afin de permettre à Will d’y déposer les sacs, elle s’installa à l’arrière du véhicule. Brièvement, elle expliqua qu’elle avait fait quelques achats supplémentaires et rendit la monnaie à la vieille femme, le temps que le rouquin monte à bord du véhicule. Puis, la voiture démarra, direction le domicile d’Anieta, là où personne ne pourra atteindre Will.



[Est-ce qu’on continue dans ce sujet-ci ou bien on démarre un autre sujet dans l’appartement d’Anieta ? Je te laisse le choix ~]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Car tu es mon frère [Erïka Miraslova Davidoff & William Cage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: L'Institut Xavier :: Partie Supérieure :: Les Chambres :: Chambre de William et Amy-