X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 L'auberge Fujiwara [Atsuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Lun 2 Avr 2012 - 10:42

Encore trois kilomètres avant que notre mutant se débarrasse de cette fille, Lou, ils ne s’étaient pas rencontré dans de bonnes conditions si on peut dire… Mazato regarda d’un œil fin au loin, apercevant ce qui semblait être le guide de cette fille, la ramenant auprès de son guide avant de repartir dans un sens opposé, il avait couru dans tous les sens aujourd’hui. Mais il allait retrouver ses parents qui étaient à cinq kilomètres d’ici. Il marchait le long de la route en baillant à plusieurs reprise, il regardait les voitures passer en continuant sa marche en soupirant, il n’y avait pas d’endroit assez caché pour qu’il utilise ses pouvoirs… Tant pis. Tandis que l’heure était passée, le soleil était parti se coucher, il devait être vingt heures.

Normalement, Mazato aurait dû être chez ses parents à treize heure, il a sept heure de retard, ses rapports avec l’écologie se sont rudement dégradé à cause de Lou. Il avait faim, malgré qu’il ait grignoté, ça ne suffisait pas. Une fois la route finie, il tomba devant une auberge au style traditionnel, il y rentra en baillant à nouveau, il ne savait pas où il y avait l’accueil ou quelque chose qui s’y apparente. Il se contenta de faire le tour, c’était assez bizarre, c’était grand, une auberge avec à l’arrière un dojo, ça ne l’étonnait pas d’ailleurs…

Mais à la vue du dojo, il s’empressa d’entrer dans ce dojo, remarquant plein de personne s’exercer avec son père, un sourire se dessina sur son visage, il se mit à attendre en regardant tout le monde, personne n'avait remarqué qu’il était là ? Apparemment. A la fin quand tout le monde se mit à partir en direction du vestiaire, le jeune mutant s’avança vers son père et le regarda dans les yeux avant qu’il ne le regarde aussi, c’était assez bizarre, il ne pouvait s’empêcher de grimacer avant que son père se mette à grimacer aussi :


- Allons voir ta mère. Tu as sept heures de retard… On s’est fait du souci pour toi imbécile.
- Je t'expliquerais tout ça plus tard, j’ai faim…

Ils partirent voir la mère du mutant, à la vue de celui-ci, la vieille mère le prit dans ses bras, lui qui était plus petit qu’elle quand elle le laissa partir, était devenu un grand jeune homme, il ne put s’empêcher de la prendre dans ses bras à son tour en souriant avant d’ajouter :

- Il y a beaucoup de gens dans le dojo, elle marche bien cette auberge ?
- Oui, mon fils, grâce à la montagne que les touristes veulent voir, mais le dojo est une option on va dire, ton père donne des cours pendant le séjour des gens dans notre auberge, on a essayé de la rendre la plus familiale possible !
- Héhé… Et c’est quand qu’on mange dans cette auberge ?
- Dans trente minute donc tu as le temps d’aller te doucher, tu sens la transpiration et tes affaires ne sont plus très propres…

Le mutant ne put s’empêcher de relâcher sa mère, en grimaçant, avant de soupirer et de s’excuser en soupirant. Le père quant à lui ne put s’empêcher de pouffer de rire en silence. Mazato se laissa accompagner vers ce qui semblait être des sources chaudes, ses parents avaient vraiment un emplacement parfait ! Il n’y avait personne à cette heure-ci, c’était drôle, il se posa dans le bain chaud sans rien dire, pensant à la nourriture qu’il allait manger après, ça faisait très longtemps qu’il n’avait plus mangé de nourriture japonaise !

- Hmm… Ça va être délicieux !
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Mer 4 Avr 2012 - 19:55

    Le Japon. Pays de ses ancêtres mais de sa mère en premier lieu. Elle ouvrait de grands yeux devant chaque chose nouvelle. Il est vrai que lorsqu’on est jeune on s’étonne de tout et de rien. Ainsi regardait-elle les buildings d’une expression candide alors qu’il y avait exactement les mêmes à New York. Elle observait avec la même curiosité les plats que les touristes mangeaient sur les terrasses des restaurants. Combien de fois avait-elle commandé des sushi en compagnie de Nudge ? Non vraiment, cette enfant ne cessait de s’ébahir pour tout ce qu’elle croyait extraordinaire. Mettons donc cela sur le compte de l’insouciance. Mais ceci n’explique pas tout. Insouciante à son âge ? Assez de prises de tête ! Laissons-la telle qu’elle est, rien ni personne ne pourra jamais la changer.

    Elle alla d’un bon pas en direction de ce qui ressemblait à un quai, papier et stylo en main. Elle était venue ici dans le but de découvrir le Japon, de voir le pays dans lequel sa chère mère avait vécu mais après tout, pourquoi ne pas joindre travail et plaisir ? Encore faudrait-il considérer le travail de pigiste à sa juste valeur. Elle avait entendu parler d’écologistes se réunissant pour empêcher les pêcheurs de partir en mer et ainsi sauver le thon rouge. Qu’est-ce que c’était que ces conneries ? Elle froissa le journal qu’elle tenait dans l’autre main. Que pourrait-elle écrire là-dessus ? Après tout, elle pouvait toujours essayer de mener une micro enquête, elle jugerait ensuite si il est bon ou non d’utiliser les informations recueillies pour préparer l’ébauche d’un article ou bien délaisser ces sottises à d’autres.
    Elle se promena sur le quai, scrutant les environs. Il semblait que tout le monde était parti en catastrophe. C’était bien sa vaine ! Elle soupira d’agacement. Il faut croire que tout le monde était contre elle. Elle finit tout de même par dénicher un garçon aux cheveux longs fumant une cigarette… ou un joint. À vrai dire, Atsuko n’avait pas une grande connaissance en la matière. Elle s’approcha timidement de lui.

    - Excusez-moi mais j’avais entendu dire que des écologistes voulaient faire un blocus ici. Je me suis trompée ?

    Le jeune homme ouvrit alors de grands yeux. Il parut ne pas saisir de suite les propos de la demoiselle. Il cligna des paupières, hagard, encore sous l’effet de sa précieuse drogue. Il ouvrit la bouche, la japonaise se prépara à noter la moindre de ses paroles pour finalement le voir la refermer tel un poisson rouge. Avec ça, sûr qu’elle était bien avancée ! Il frotta ses yeux cernés avant de se pencher vers la mer et rendre ce qu’il avait dû mangé tantôt. « Chiotte. » songea-t-elle. L’une des seules personnes capables de la renseigner venait de gerber son repas ! Bonjour la classe.

    - La Terre est bleue comme une orange…

    Elle reconnut sans mal l’un des vers d’Eluard. Ce péquenot était-il réellement connaisseur de poésie, plus particulièrement du mouvement surréaliste ou avait-il juste prononcé cette phrase sous l’effet de la drogue ? Elle soupira à nouveau. Inutile de chercher une explication par ici. Mieux valait laisser tomber. De toute façon, qui cela aurait-il intéressé ? Elle écrivait aux Etats-Unis, son sujet se déroulait au Japon. Sans compter le temps s’écoulant entre la date prévue de son retour – qui n’était pas encore fixée – et le moment où tout ceci avait eu lieu. Elle rangea son carnet et son stylo dans son sac en bandoulière, le reste de ses bagages se trouvant déjà à l’auberge où elle allait dormir durant toute la durée de son séjour. Elle prit un taxi et arriva rapidement à l’auberge… Fujiwara. Un nom typiquement japonais. Quoi de plus normal alors qu’elle était au Japon !
    Elle se dirigea droit vers l’accueil et discuta quelques instants avec une femme âgée. Elle jeta alors un coup d’œil à la grande pendule fixée au mur qui lui faisait face : déjà vingt heures ! Elle avait le décalage horaire dans les yeux et ne rêvait que d’une chose : un bon bain chaud. La vieille femme lui indiqua alors le chemin à suivre pour arriver aux sources chaudes. De mieux en mieux ! Elle lui signala aussi l’heure à laquelle le souper serait servi mais elle était déjà partie en quête d’un peu de chaleur.

    Elle observa la structure des sources chaudes, d’un côté le coin réservé aux femmes et de l’autre celui pour les hommes. Le tout était séparé par des barrières de bambous. Il n’y avait pas un chat, du moins du côté où elle était. Elle se déshabilla et s’installa dans l’eau bouillante qui lui fit le plus grand bien. Elle se laissa aller quelques instants aux vapeurs avant de rouvrir les yeux et d’entendre du bruit juste derrière elle – elle était appuyée à la barrière de bambous – et comprit qu’en vérité elle n’était pas si seule que cela. L’eau clapota de l’autre côté. À moins que cela ne soit un fantôme jouant avec le liquide brûlant, il y avait bien quelqu’un.

    - Il y a quelqu’un ? demanda-t-elle timidement.

    Elle joua à son tour avec l’eau, attendant une quelconque réponse. Pour le moment, seul le vent lui répondit, caressant au passage ses épaules nues. Elle s’enfonça davantage dans l’eau pour éviter d’attraper froid.

.


Dernière édition par Atsuko Nelka le Lun 23 Avr 2012 - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Mar 17 Avr 2012 - 21:24

Le mutant était là, en état passif quand une voix le fit sortir de cet état, une voix féminine qui était prononcée depuis le bain des femmes, il leva sa tête en essayant de regarder derrière lui, posant son regard sur ce mur en bambou qui séparait les deux bains. Il aurait pu utiliser ses pouvoirs ou quoi que ce soit pour pouvoir savoir qui était son interlocuteur, mais si elle le voyait et qu’elle savait que c’était un mutant, elle s’enfuirait surement et ce n’est pas le but de Mazato de faire fuir les clients de ses parents. Il se contenta de répondre avec des mots aussi simples que possible :

- Normal non ? On est dans un bain public.

Il plongea alors sa tête sous l’eau avant de ressortir, il continua ce mouvement quelques fois avant d’arrêter, il savait qu’il n’allait certainement pas échanger beaucoup de mot avec cette fille, mais bon, la seule chose qui le fit sourire, c’est qu’il venait de se rendre compte qu’elle était anglaise, c’est vrai que maintenant, Mazato parle japonais avec un légère accent américain, il s’en rendait compte mais il n’arrivait pas vraiment à changer ça.

Elle sera simple à remarquer sur les repas, ce sera la seule qui a peu près l’âge de notre mutant et qui parle anglais avec le même accent. Il repensait à l’institut, ses études allaient bien, mais il se demandait encore combien de temps il lui fallait pour s’entraîner et enfin devenir un x-men, ces personnes qui sont tellement fortes, assez fortes pour s’opposer à Magneto, le chef de la confrérie des mutants. Si Xavier n’était pas allé chercher Mazato, Magneto l’aurait certainement fait, ou du moins, Mazato aurait fini par être intéressé par celui qui veut faire du monde celui des mutants…

Mais plus maintenant, car notre mutant n’est pas si insensible, il pense à ses parents humains, ceux qui l’ont élevé malgré ce qu’il est. Dans la tête du mutant, les humains normaux sont plutôt égarés, mais tout comme les mutants, il suit la route de Xavier, celle où mutants et humains arriveront à se comprendre et établir une certaine paix. Il fit un grand sourire et se leva avant de dire à la jeune fille de l’autre côté :


- Hmm, j’sais pas si t’as parlé, mais tout ce que j’sais, c’est qu’on mange bientôt et que j’dois encore m’habiller, toi aussi je suppose, donc… A tout de suite.

Et sur ces mots, le mutant partit en direction des vestiaires pour se sécher de la tête aux pieds, essorant ses cheveux pour pouvoir s’habiller, il prit un t-shirt noir avec un pantalon de la même couleur, il ne prit la peine de mettre que des chaussettes blanches et sortit en direction de la salle à manger qui avait une taille assez impressionnante, il se demandait vraiment si sa mère arrivait à nettoyer tout ça toute seule à son âge…

Mais sans plus, il se plaça simplement à la table à côté de son père, apparemment, cet hôtel avait aussi des habitués, car le père du mutant ne prit pas longtemps avant de présenter son fils qui étudiait en Amérique dans une école de surdoués… A vrai, dire il était un peu gêné d’être sous l’attention de tout ce monde et se contenta de faire des signes positifs ou négatifs sur les questions qu’on lui posait.

L’heure du diner approchait à grand pas et le mutant se leva pour se placer sur l’autre table, qui était vide à cause du manque de client, tant mieux. En attendant que sa mère apporte le repas du soir, Mazato ne put s’empêcher de regarder à droite à gauche à la recherche d’un élément qui donnerait à la soirée une dose d’amusement.

.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Lun 23 Avr 2012 - 19:36

    Alors que des bruits de pas se firent entendre, signalant la sortie de scène de la voix masculine, Atsuko s’enfonça encore davantage dans l’eau. Elle n’était aucunement pressée. Elle laissa la brise s’engouffrer dans sa chevelure de jais et soupira lorsque la coche sonna sept heures du soir. Le garçon avait bien précisé que le repas serait bientôt servi. Peut-être devrait-elle suivre ses conseils et aller se rhabiller pour participer au souper ? Elle soupira et se cogna par la même occasion contre la barrière de bambous divisant les bains en deux. Ce n’était vraiment pas son jour, aujourd’hui.

    Elle observa longuement un hêtre dressé fier devant elle. Il semblait le roi de la forêt qui s’étendait à perte de vue. Ses branches étaient poussées doucement par le vent jouant avec les ramures, un peu comme un chat s’amusant avec une pelote de laine. D’autres branches étaient rabattues sur lui, un peu à la manière d’une mère choyant un enfant dans le creux de ses bras. Des mouches vrombissaient et tournaient autour de ce géant de la nature. Là, elles pondaient leurs œufs sur ce trésor tant charrié. Oh qu’il est beau le roi des hêtres, le bel arbre à morts ! Ici, aucune couleur chatoyante ne parsemaient sa robe. Ni pourpre, ni ocre, ni poussière d’or ne le mettait en valeur. La raison était simple : son habit de fête si magnifique avait été délaissé, attendant à nouveau cette saison froide qu’est l’automne pour que le bel arbre daigne à nouveau plaire aux autres végétaux de la forêt. Le vert recouvrait tout. Les racines fortes sortaient de terre et replongeaient aussitôt, drainant avec elles minéraux nécessaires à la survie de l’arbre ainsi qu’à sa croissance. Ainsi, il resterait le roi de ce domaine. Il était seul sur ce qui ressemblait à une scène, légèrement en suspension car poussant sur une petite colline. Les autres, sapins, ifs et cerisiers ne pouvaient que l’observer au loin, depuis leurs tribunes, plantés dans des montagnes ou parmi d’autres de leurs semblables. Là, le hêtre semblait s’exprimer à ses sujets d’une langue que très peu comprenaient. Un langage non pas basé sur les mots mais sur les sensations. Ainsi, lorsque Atsuko contempla cet arbre elle ne put s’empêcher de songer ces quelques mots « Bonjour le hêtre. ».
    Elle sortit de l’eau brûlante enfin et s’enroula dans sa serviette. Elle resta ainsi à observer la nature qui s’offrait à elle avant de se diriger vers l’endroit où elle avait laissé ses vêtements pour se rhabiller et aller manger.

    La salle était vide, du moins n’était-elle pas énormément remplie. Les tables dressées étaient splendides, rien de bien extravagant, sobres mais toutefois suffisantes pour que la jeune fille trouve cela esthétique. Aucune orfèvrerie, des plats fumants posés sur les nappes, des couverts propres et rutilants, tout cela mettait l’eau à la bouche à la jeune fille.
    Elle s’interrogea aussi sur le curieux visiteur des sources chaudes. Elle n’avait aucun moyen de le reconnaître, si ce n’est par sa voix. Difficile d’imaginer de le retrouver ici, c’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais après tout, il existe bel et bien une méthode pour retrouver une aiguille dans une botte de foin : il suffit d’y mettre le feu et de passer ensuite un aimant par-dessus. Il lui suffisait juste de trouver la méthode adaptée. Mais trêve d’enfantillages. Pour le moment, son estomac ne cessait de produire d’effroyables borborygmes tous plus dérangeants les uns que les autres. Mieux valait se concentrer sur une seule chose : manger.

    Elle se dirigea alors vers une table vide à première vue. Maladroite comme elle était, elle bouscula une vieille femme – la politesse voudrait que l’on use du terme « femme d’un certain âge mais le narrateur n’a que faire des coutumes – et put voir le plat que celle-ci tenait en main se fracasser au sol. Belle boulette. La vieille femme parut confuse mais sans doute pas autant que Atsuko l’était.

    - Vraiment désolée ! Laissez-moi vous aider, madame !

    Elle se baissa et commença à ramasser les morceaux de verre avant de se couper un doigt. Une fine goutte de sang perlait son index. Super. Elle suça aussitôt sa chair meurtrie avant que la blessure ne cesse enfin de saigner.

.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Jeu 26 Avr 2012 - 12:40

Le mutant était assis à sa table, attendant quelques secondes pour se lever et aller chercher sa nourriture, malgré que la nuit vienne à peine de tomber, Mazato était au bord du sommeil et baillait à plusieurs reprises. Il était six heures du matin à New York, il entendit un bruit qui résonna légèrement, suivi par la voix féminine qu’il avait entendu dans les sources. Il se releva légèrement et alla vers l’endroit où le plat était en mille morceaux. Il fit un petit sourire en regardant la vieille femme et l’adolescente avant de s’accroupir pour dire aux deux femmes, en japonais bien qu’il ait peur que l’adolescente ne comprenne rien :

- Laissez-moi faire, c’est mon job, vous ne devriez pas faire ça, vous risquez de vous blesser.

Suite à ces mots, il prit simplement le relais et fit une pile avec la nourriture et l’assiette cassée, allant chercher un balai pour tout nettoyer. Après cinq bonnes minutes, le sol était propre, comme si rien ne s’était passé. Il fit un petit sourire et partit chercher le même plat pour la vieille dame. Dans un sens, tout ça lui avait coupé l’appétit pour quelques minutes, il partit s’assoir à sa place en regardant à nouveau le plafond. Si Mazato n’était pas un mutant, il serait sûrement un lycéen comme les autres qui aident leurs parents dans l’affaire familiale, c’est bien aussi, mais la quête pour devenir un X-men est tellement plus excitante et amusante.

Mazato avait un rêve, une obsession, un but dans la vie, comme beaucoup de gens d’ailleurs, il voulait à tout prix avoir ce rêve, il fera tout ce qui est nécessaire. Il pensait à ce qu’il allait faire après être de retour à l’institut, s’entraîner ? Certainement ! Mais à part ça ? Il ne sait toujours pas comment on devient un X-men après tout… Il posera la question au premier X-men qu’il rencontrera, ou à Xavier, la faim revenait petit à petit, passant d’une simple faim à un appétit phénoménal, peut-être que les ténèbres avaient remplacé son estomac ? Rien qu’à l’idée de cette image, il pensait à des nouvelles techniques… Notre mutant était vraiment obsédé par la puissance.

Il était en train de rêvasser, limite en train de dormir sur la table. Il attendait que la faim revienne, cette adolescente qui parlait anglais, il leva la tête quelques secondes, oh et puis, si elle voulait lui parler, elle l’aurait fait ! Toute façon, en ce moment, il était ouvert à toute conversation, bien qu’elle aussi, elle devait être épuisée à cause du décalage horaire. Il se leva quelques secondes, s’étira légèrement avant d’aller chercher de la nourriture. Il repartit avec beaucoup de nourriture, des yakitoris, des sushis, des makis, bien qu’ils aient de la nourriture autre que japonaise, on va dire que Mazato en avait marre de la nourriture américaine. Il s’assit à sa place avant de regarder son plat, prenant le premier yakitori (brochette) pour en gober le premier morceau avant de le savourer.

.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1Ven 27 Avr 2012 - 17:08

    Atsuko se releva quand un jeune homme lui proposa son aide, lui disant que ramasser les bouts de verre était son « job ». Sur le coup, elle ne fit pas attention à la voix du rouquin. Mais après mûre réflexion, elle avait devant elle l’inconnu des sources chaudes ! Enfin au moins pouvait-elle mettre un visage sur cette voix, il ne restait plus qu’un nom et ce jeune homme n’aurait plus rien d’un inconnu.
    Pour ce qui est du fait qu’elle pouvait se blesser en ramassant ses bêtises, c’était déjà fait. Elle s’improvisa un pansement de fortune avec les moyens du bord : serviette en papier. Heureusement, la coupure n’était que superficielle. Le tissu changea bien vite de couleur : de blanc il vira au rouge pourpre.

    La jeune fille observa le garçon partir vers le buffet de hors d’œuvre : nourriture asiatique ainsi que des mets plus communs telles de la charcuterie ou des crudités étaient étalées sur la table. Elle observa les sushis et songea à Nudge. Elle, elle s’était sans doute faite livrer une pizza tôt dans la soirée et avait dû regarder la télé jusqu’à ce que le sommeil ne l’emporte ! Il faut croire que certaines choses ne changeront jamais. Mais inutile de perdre son temps à penser à ce que devait être la vie de Nudge à New-York actuellement ! Pour le moment, un somptueux repas l’attendait, son estomac ne cessait de réclamer de la nourriture alors autant l’écouter !
    Elle se servit une assiette de carottes râpées puis mit quelques sushis dans une autre : elle était au Japon, il aurait été dommage de ne pas goûter à la nourriture locale ! Elle chercha une table de libre mais malheureusement la plupart étaient prises et elle n’avait aucune envie d’aller s’asseoir près d’un parfait inconnu ! Manquerait plus qu’elle tombe sur une espèce de pervers ou de elle ne savait quel cinglé ! Finalement, elle opta pour la table où le rouquin mangeait. Au moins auraient-ils l’occasion de faire plus ample connaissance, du moins l’espérait-elle.

    - Est-ce que ça vous dérange si je m’assoie ici ?

    Le rouquin était occupé à manger, ainsi ne lui répondrait-il pas de suite vu sa bouche pleine. Toujours est-il qu’Atsuko s’assit tout de même, sans attendre une quelconque autorisation provenant de sa part. Peut-être souhaitait-il manger tranquillement ? Hé bien tant pis. Il allait devoir la supporter pendant au moins la durée du repas. Pour combler le silence, Atsuko ajouta :

    - Au fait, vous travaillez ici ? Et c’est bien vous qui étiez aux sources tout à l’heure, non ? Puis-je au moins savoir le nom de celui qui m’a parlé à travers ce portail de bambou ? rigola-t-elle.

    Elle goûta un sushi, franchement, rien que pour goûter un tel délice, cela valait le coup d’être venue au Japon ! Elle mangea encore quelques bouchées, but quelques gorgées d’eau avant de reprendre la parole.


    ~~~

    Putain de bordel de merde. Qu’est-ce qu’on s’emmerde, par ici ! Depuis le temps qu’elle était ici-haut, la petite blonde avait l’habitude d’occuper ses journées à flâner à toutes sortes d’endroits mais aujourd’hui, le temps lui paraissait s’écouler plus lentement que d’ordinaire ! Elle n’y comprenait rien. En deux siècles d’errance ici, elle avait toujours su s’occuper. Au début, elle avait été enthousiasmée par l’idée être un 6 – désormais, elle avait horreur de cette appellation qu’elle considérait comme trop numérique – mais aujourd’hui, les aliments lui paraissaient insipides, la musique banale et la littérature ennuyeuse. Il arrivait un temps où on se lasse de tout, même des plus belles choses. Ici, il y en avait des belles choses ! Le sol nuageux faisait rêver plus d’un religieux, tous les bouquins parlaient de cet endroit. Et pourtant… Même cette fille qui arrivait à s’élever hors de son corps non par la méditation tibétaine ou autre mais grâce à ses dons l’ennuyait. Viendrait-elle un jour jusqu’ici en voulant communiquer avec les damnés, finirait-elle par découvrir l’existence d’un tel lieu ? Au moins y aurait-il un semblant d’animation si une telle chose se produisait !

    - Toujours à bailler aux corneilles, Lynn ?

    L’interpellée se retourna et observa le blondinet courir vers elle, sourires aux lèvres. Pourquoi diable était-il si heureux ? Une autre fille l’accompagnait, brune avec des nattes serrées, souriant et s’esclaffant à son tour. Pitié. Pas elle.

    - Toi qui t’ennuies, pourquoi ne pas faire comme les autres et observer un de ces mortels qui nous divertissent tant, ces mêmes mortels dont nous avons la charge à longueur de journée ! s’exclama la brune.

    En parlant des « protégés », peut-être devrait-elle jeter un œil au sien ? Son nom ? Atum ou Samum… Un nom de ce genre-là ! Cela faisait tout juste deux mois qu’on lui avait confié ce lézard – oui, un espèce d’hybride mi-homme, mi-lézard – Lynn n’arrivait toujours pas à retenir le nom de celui qu’elle devait veiller. Elle crut de prime qu’il était occupé à se goinfrer de pizzas dans les égouts – cela lui ressemblait tellement – mais non, il était avec un jeune blondinet. « Plutôt pas mal… Sans doute encore un homo de plus. » soupira la demoiselle. Son client aussi était-il homo ? Après tout, ce qu’il faisait de sa queue ne la regardait pas. Il était libre de faire ce que bon lui semblait. Elle soupira, encore un plaisir qu’elle ne connaîtrait plus, ici-haut. De toute façon, que son client soit gay ou non, seules les femmes connaissaient le véritable orgasme, mais cela les hommes l’ignoraient.
    Elle se tourna vers le Japon, elle avait toujours apprécié cette terre de mythes et d’arômes ! Oh comme elle aurait aimé visité ce pays lorsqu’elle était encore en vie ! Son attention se porta sur une demoiselle aux yeux rouges et à la chevelure noire. Lumen parut percevoir l’attention que lui portait Lynn.

    - Oh elle, c’est ma cliente, je l’appelle la « naine gobeuse de cerises ». Pas une mortelle inintéressante mais bon, ça ne vaut pas le rouquin borgne dont Poe a la charge !

    Elle l’observa quelques instants avant de finalement observer le rouquin dont Lumen parlait. Dommage qu’il ait une copine, elle aurait bien fait main basse dessus. Enfin, encore faudrait-il qu’il puisse la voir ! « Tu m’en diras tant… » songea la jeune blondinette.

    ~~~


    - Moi c’est Atsuko.

    Comment espérait-elle que ce garçon lui parle sans connaître l’identité de son interlocutrice ? C’était maintenant chose faite. Il ne restait plus qu »à attendre que les langues se délient enfin.

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'auberge Fujiwara [Atsuko] Empty
MessageSujet: Re: L'auberge Fujiwara [Atsuko]   L'auberge Fujiwara [Atsuko] Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

L'auberge Fujiwara [Atsuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'auberge du Joyeux luron (PV)
» L'Auberge du Dragon Vert [Lieu Public]
» Une nuit à l'auberge
» Auberge volume 2 - SWAG
» Fujiwara Airi ☆ Do u want a piece of me ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Hors Role Play :: Le dépot :: Les RP Abandonnés-