X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles [RP solo][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William McKellen
Modérateur
avatar

Messages : 1158
Date d'inscription : 06/10/2011
Age : 32
Localisation : Raccoon City

Fiche Tecnhique
Metier: Voyou
Age : 25 ans
Nationalité : Américain

MessageSujet: Retrouvailles [RP solo][terminé]   Sam 21 Jan 2012 - 19:11





William ouvrit les yeux. Il faisait encore sombre mais il remarqua à cause de la luminosité qui émanait des rideaux, qu’il faisait jour. Un sale temps probablement. Il ignorait quelle heure il était mais le sommeil l’avait quitté. Il tourna la tête pour constater qu’Amy dormait contre lui et ne put s’empêcher de sourire, effleurant sa joue du bout des doigts. Il avait envie de la voir sourire à son réveil et pour cela, il comptait bien lui faire plaisir. Se détachant lentement d’elle, il se glissa hors du lit doucement pour ne pas la réveiller et enfila ses vêtements. Il allait sortir de la chambre mais se stoppa. Comment réagirait-elle si elle se réveillait avant son retour ? Aux vues des derniers évènements, mieux valait lui laisser un mot. Il lui emprunta un morceau de papier ainsi qu'un stylo et griffonna quelques mots dessus, lui précisant qu'il sortait, espérait revenir avant son réveil et qu'il n'en avait pas pour longtemps. Il déposa le papier sur son oreiller, à côté de l'italienne puis sorti.

Même si maintenant ils avaient un toit et de quoi manger, ils n’avaient toujours pas d’argent. William songea à demander à Emma si elle n’avait pas un job à lui proposer. Il prit la direction de la cuisine, embarqua 1 croissant qu’il grignota puis sortit de l’institut. L’argent n’était pas tellement un problème, il avait fait sans pendant 8 ans. Mais maintenant qu’ils étaient à l’abri, ils n’avaient plus besoin de voler. Sauf pour certaines choses.

Will marcha un bon moment en centre-ville. Il y avait pas mal de monde même s’il était encore tôt. Il passa près des gens et dans la cohue, personne ne se rendit compte de la disparition de leurs portes-feuilles. Le rouquin compta son butin puis se rendit dans un tabac pour acheter 2 paquets de cigarettes qu’il rangea dans une des multiples poches de son pantalon. Il allait rentrer lorsqu’il aperçut un kiosque à journaux non loin. Il s’en rapprocha et parcouru rapidement les petites annonces. Rien pour lui. Il soupira et redressa la tête, prêt à rentrer lorsque son regard se posa sur un grand type non loin de lui en train de lire un journal, debout près du stand de journaux.


Spoiler:
 

Vêtu d’une veste mi longue sombre par-dessus une chemise blanche ainsi que d’un pantalon en toile noir, on aurait pu croire qu’il portait un costume. Les cheveux en désordre, le regard terne s’agitant au fur et à mesure de sa lecture, il fumait une cigarette à moitié consumée dont la cendre tombait petit à petit. Cet homme, il le connaissait et il aurait voulu ne jamais le revoir, ayant en quelque sorte peur de lui. Une chance, il était plongé dans sa lecture et ne remarqua pas William. Celui-ci envisagea fortement de changer de trottoir et de filer avant de se faire repérer mais ses pieds semblaient collés au sol. Il n’arrivait pas à bouger, fixant bêtement l’homme au journal.

*Allez, bouge, casses toi ! Il va finir par te voir !*

Il hésitait, se disant que s’il bougeait, il ne ferait qu’attirer son attention. Mais d’un autre côté, l’homme finirait forcément par le remarquer, que ce soit en se sentant observé ou parce qu’il avait fini sa lecture. Mais que faisait-il ici si loin de chez lui ? Le rouquin se fit violence et amorça un mouvement pour partir… pile au moment où l’homme reposa le journal. Leurs regards se croisèrent. Il observa Will un court instant avant de détourner les yeux mais ceux-ci se reposèrent vite sur lui, comme réalisant soudainement qui il était.

"William ?"
"Salut papa…"
"J’ai failli ne pas te reconnaitre. Tu as bien grandi depuis la dernière fois, tu me dépasses même. Qu’est-il arrivé à ton œil ?"

*Heiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ?*


Il était sérieux ? A lui parler comme si de rien n’était ? Ils ne s’étaient pas vu depuis 8 longues années, l’avait fait enfermer chez les dingues, ne lui avait même pas laissé le bénéfice du doute et voilà qu’il se comportait comme si il ne s’était jamais rien passé. Abasourdi, Will fut incapable de dire un mot de plus, le regardant les sourcils haussés, d’un air surpris.

"C’est… une longue histoire…"
"Ecoute, je sais qu’on n’a pas vraiment eu le temps de se parler depuis tout ce temps et j’aimerai rattraper le retard."
"Pourquoi faire ? M’renvoyer chez les fous ? M’envoyer en taule p’t’être ?"
"Non, j’ai fait de graves erreurs, je sais que ça n’effacera rien mais je souhaiterai qu’on en parle. Tu veux bien ?"


William regarda son père, ne sachant pas trop comment réagir. Toute cette haine qu’il avait ressenti toutes ces années était-elle infondée ? Regrettait-il vraiment ses actes ? Pourquoi maintenant ? Les questions défilèrent dans l’esprit du jeune homme à vitesse grand V, imaginant toutes sortes d’hypothèses. Voyant l’hésitation dans le regard de son fils, Kyle reprit la parole.

"S’il te plait William, laisses moi une chance de me faire pardonner."
"D’accord… parlons, si c’est c’que tu veux."
"Ne restons pas dans le froid, j’ai un appartement sur la 7ème que je loue quelques mois pour le boulot. Ce sera plus intime et puis je pourrai t’offrir un café, ça te va ?"
"Ok, j’suis partant. Mais on m’attend alors j’peux pas trop trainer. Ceci dit, puisqu’t’es dans le coin pour un petit moment, on pourra s’revoir."
"Très bien, aucun problème."


Will ne savait pas comment réagir. Il ignorait s’il devait être content de voir ses liens avec son père se reformer ou s’il devait faire comme si ça n’avait plus d’importance. Il laissa sa question de côté, préférant attendre de voir la suite. Kyle lui fit signe de le suivre et le rouquin lui emboita docilement le pas, marchand en silence tandis qu’ils remontaient la 6ème.

Ils arrivèrent devant un grand immeuble à l’allure moderne mais qui se fondait dans le décor aussi bien que le reste des habitations, le rendant difficilement repérable. William resta silencieux, se contentant de suivre son père tandis que celui-ci ouvrait la porte de son appartement après avoir grimpé 2 étages. Ils entrèrent, Will refermant derrière lui avant d’observer le nouvel endroit dans lequel il se trouvait.

L’appartement n’était pas très grand mais suffisait amplement pour une seule personne. Les rideaux étaient tirés, rendant la pièce sombre jusqu’à ce que Kyle allume la lumière. Un coin cuisine se trouvait à gauche de l’entrée, la salle de bain quant à elle se situait à côté de la chambre, proche du petit salon. Il n’y avait ni télé ni radio, juste des papiers qui trainaient sur une table que son hôte se dépêcha de ranger. Rien d’autre ne trainait, l’appartement était parfaitement rangé, presque immaculé. Un canapé et un fauteuil se faisaient face. Le père de l’américain l’invitant à prendre place sur l’un d’eux. Ce qu’il fit, non sans avec une certaine réticence. Installé sur le canapé, il jetait des regards inquiets en direction des différentes portes de l’habitation comme si quelqu’un allait soudainement débarquer pour le trainer de force à l’institut qu’il avait eu tant de mal à quitter.


"Un café donc ? A moins que tu ne préfères autre chose."
"Non un café c’est très bien."


William se sentait mal à l’aise, ne parvenant pas à trouver confiance en cet homme qui avait longtemps été un cauchemar pour lui. Appuyé contre le dossier du canapé, les mains dans les poches, il suivait l’homme du regard. Celui-ci ne montrait aucun signe d’animosité et se comportait comme il le faisait auparavant lorsque William était un humain comme les autres. Kyle lui apporta une tasse de café et s’installa dans le fauteuil face à lui.

"J’imagine que Zoey vous a raconté…"
"Que tu as occupé la maison pendant notre absence ? Oui elle nous l’a dit."
"Pas qu'ça, j’imagine."
"Que tu n’étais pas seul aussi. C’est bien que tu te sois trouvé quelqu’un, crois-moi, les femmes sont nos plus importantes alliées."
"Ouais j’sais. Non sans rire, elle a dit qu’ça ?"
"Non, pas vraiment mais je doute que tu désires l’entendre à nouveau."


William grimaça, se souvenant des paroles de sa sœur le traitant de monstre. Si son père était au courant, que voulait-il exactement ? Il n’avait pas l’air de vouloir l’enfoncer, préférant taire le venin de sa fille, mais le rouquin avait du mal à suivre la logique.

"Et quoi alors ?"
"Alors je voulais m’excuser. Je ne t’ai pas écouté, je ne t’ai pas laissé t’expliquer et je le regrette. Je sais que rien ne pourra effacer ce que je t’ai fait subir mais je ferai tout pour me faire pardonner. Tu dois probablement nous haïr et je le comprendrai, mais sache aussi que c’est tout de même hallucinant. J’ai bien failli ne pas croire Zoey. Est-ce que tu veux bien me montrer ?"


Le rouquin le jaugea du regard un instant, silencieux, pesant le pour et le contre. Il s’était attendu à tout sauf à des excuses, surtout venant de lui. Il hésita quelques secondes puis un autre lui apparue à ses côtés pour prendre sa tasse maintenant vide avant de la ramener à l’évier puis de disparaitre.

"Incroyable… C’est tout bonnement hallucinant… Comment fais-tu ?"
"J’en sais foutre rien, ça m’est v’nu d’un coup un jour. Mais j'peux pas le faire plusieurs fois d'affilé, il m'faut un peu de temps."
"Tu es incroyable ! Imagine tout ce que tu pourrais faire grâce à ça ! On ne te mérite pas pour fils. Enfin, surtout moi…"
"J’peux comprendre. Enfin, j’crois…"
"C’est un don exceptionnel que tu as là et je m’en veux de ne pas t’avoir cru. Maintenant je sais et les choses vont changer. Rentre avec moi William."
"Mais Zoey…"
"Laisse la. Laisses lui le temps de s’habituer. Nous serons à nouveau tous les quatre, comme avant."


Will laissa son regard se perdre un instant, imaginant le résultat, mais peu importe à quoi il pensait, une seule et même chose lui revenait sans cesse en mémoire : Amy.

"Non, j’rentrerai pas avec toi. C’pas contre vous hein, j’ai rêvé d’ça pendant très longtemps, mais plus maint’nant. J’serai heureux d’pouvoir passer vous rendre visite mais maintenant ma vie, c’est avec Amy que j’la fais."
"Amy ? La jeune femme qui t’accompagnais ?"
"Oui. J’suis plus un gamin, j’ai fait ma vie d’mon côté et elle m’va très bien comme ça. Mais j’suis heureux qu’vous m’acceptiez comme j’suis, vraiment."


Sans s’en rendre compte, il souriait, ravi et soulagé de voir que finalement sa propre famille le prenait tel qu’il était. Il imagina un instant que le reste de la population ferait peut-être aussi preuve d’indulgence s’ils voyaient tout ça de leurs propres yeux et qu’il accepterait les mutants. Voir son pire cauchemar devenir soudainement un soutien lui réchauffait le cœur.

"Je comprends. Mais ce serait une chouette idée de faire une réunion de famille bientôt, tu ne penses pas ? Comme ça tu nous présenteras Amy."
"Avant que tu ne tombes des nues, Amy est comme moi."
"Comme toi ? Elle se dédouble aussi ?"
"Non, elle fait bien mieux qu’ça, elle vous montrera, c’est bien plus parlant !"
"Vous êtes beaucoup à être ainsi ?"
"J’l’ignore mais j’sais qu’on est un certain nombre. Après, difficile d’savoir combien exactement."
"Je vois. C’est bien, au moins vous n’êtes pas seuls."
"C’est pas plus mal ouais. T’as des chiottes dans cet appart ?"


Kyle haussa des sourcils perplexes, ne s’attendant pas à une telle demande au milieu de la conversation puis une fois la surprise passée, lui indiqua une porte proche de l’entrée.

"Merci." fit-il en se levant avant de se diriger vers les toilettes en question

Une poignée de secondes plus tard, William en sorti, se dirigeant vers la cuisine pour se laver les mains avant de constater que son père n’était plus assis dans son fauteuil. Il n’eut pas le temps de le chercher du regard qu’un violent choc l’envoya au sol, à demi conscient.
Kyle se tenait derrière lui, une bouteille en verre dont le bord était maintenant couvert de sang dans la main. Will, allongé sur le sol, avait l’impression que ça tête avait explosée. Incapable de bouger, il essayait de rester conscient mais il peinait à garder les yeux ouverts.


"Dommage que ça ne t’ai pas tué sur le coup, tu aurais moins souffert." fit Kyle en lâchant la bouteille qui alla rouler un peu plus loin avant d’être interceptée par le pied du fauteuil

L’homme attrapa son fils par l’épaule et le fit se retourner afin de lui faire face, sur le dos. Il se mit à califourchon sur lui pour qu’il ne bouge pas et referma ses mains autour de la gorge du rouquin. Sentant qu’il allait mourir s’il ne faisait rien, William attrapa les mains de son père pour essayer de les retirer, en vain, ne parvenant qu’à atténuer à peine l’étreinte autour de sa gorge.


"Ne complique pas les choses, William, laisses- toi faire. J’aurai préféré te tuer ailleurs mais tu ne me laisses pas le choix. J’ai eu un mal fou à te retrouver, mais tous ces détectives privés que j’ai engagés en valaient la peine. Finalement j’aurai dû t’écouter à l’époque… même si j’aurai préféré te croire fou. Tu es une erreur de la nature et je vais la corriger. Tu n’aurais jamais dû naitre. Tu n’es qu’un monstre, une abberation."

Malgré le fait qu’il était en train de tuer son fils, Kyle parlait calmement, froidement, comme essayant de se justifier. Il n’y avait nulle tristesse ou regret dans ses paroles, juste un certain dégout et une profonde déception. Will étouffait, l’air lui manquait et il sentait que ses forces allaient le lâcher sous peu. Malgré le coup reçu à la tête et le manque d’oxygène, il entendit tout ce que disait son père, lui faisant l’effet de coups de poignards en plein cœur. Maintenant plus que jamais il se sentit trahi et complétement rejeté sans possible retour en arrière. Il avait envie d’abandonner, ne se sentant plus la force de lutter.

"Une fois que tu seras mort, j’irai m’occuper de celle qui partage ta vie. Amy, c’est ça ? Je n’ai rien contre elle vois-tu, mais je préfère ne pas prendre le moindre risque. J’ignore depuis combien de temps vous vous fréquentez, mais s’il y a le moindre risque qu’elle soit enceinte, je ne passerai pas à côté. Il est hors de question que mon propre sang soit mêlé, sali, souillé par le vôtre. Vous allez disparaitre et personne n’en aura rien à faire."
"Nooooon !!!!"
réussit-il à crier, retrouvant un semblant de combativité lorsqu’il fut question d’Amy

Will ne voulait plus mourir car sa mort signifiait également celle d’Amy. Et elle était maintenant en danger à cause de lui, car même si son père se trompait, il ne l’aurait pas laissée en vie, dans le doute.
Sa volonté de s’en sortir suffit à elle seule à faire apparaitre son clone dans le dos de son père. Il n’était pas en état de le contrôler mais son second lui n’avait pas besoin de ça. Comme cela lui était déjà arrivé dans le passé, son simple désir était parfois tellement fort que son clone l’exécutait à sa place. Cette fois, son désir était de vivre.

Au moment même où il apparut, le clone attrapa le couteau à sa ceinture et égorgea d’un coup sec celui qui lui tournait le dos, occupé à étrangler l’original avant de disparaitre. Kyle ouvrit des yeux ronds de surprise et resta comme pétrifié quelques secondes avant de s’écrouler sur William, se vidant de son sang. Le rouquin perdit connaissance au même moment. Plus aucun bruit. Plus aucun mouvement. On aurait dit que les deux hommes s’étaient entretués.

De longues minutes s’écoulèrent avant que Will ne revienne à lui. Sa tête lui faisait un mal de chien et sa gorge le brûlait. Il regarda le plafond un moment, absent, se demandant ce qui lui compressait la cage thoracique. Il redressa la tête et vit son père, étalé sur lui dans une position étrange. Les évènements précédents lui revinrent soudainement en mémoire, telle une claque mentale. Son père essayant de le tuer, son clone l’égorgeant, puis plus rien. William tendit une main tremblante vers Kyle, la posant sur son poignet pour sentir son pouls… inexistant. Réalisant soudainement qu’il était mort, non, qu’il avait tué son père, le rouquin recula rapidement pour s’extraire de sous le corps. Celui-ci baignait dans une flaque de sang et Will s’aperçu en baissant la tête que son sweat était couvert de ce sang. Du sang de l’homme qu’il venait de tuer. Du sang de son père. Affolé, il retira son sweat d’un geste rapide, jetant le vêtement imbibé de sang le plus loin de lui possible. Sous le choc, il resta statufié un certain temps, incapable de savoir quoi faire. Finalement, il se releva d’un bond, contourna le corps de son père comme si celui-ci allait se relever à son approche et sorti de l’appartement en titubant plus qu’il ne courrait.



[Fin du rp solo. Suite ICI]

_________________

Tu touches, tu payes ! (avec les dents >_<)

"Monseigneur William le Borgne de Philadelphie, Roi des Aveugles et Chevalier Servant de la Demoiselle Amylia"


Joue également:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tumbleweed.forumactif.org/
 

Retrouvailles [RP solo][terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Coktails et retrouvailles [Livre 1 - Terminé]
» Un soupir vient souvent d'un souvenir ... [solo, terminé]
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» Série de meurtre en Mavreah [Rp solo terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Rues-