X-Men : Sentinel Project

Entrez dans un univers où l'homme est à l'aube de son évolution ! Image 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Frères oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Frères oubliés   Jeu 17 Nov 2011 - 3:41

Dans ma vie, j'ai rayé de ma façon d'être l'optimisme. Il faut dire que mon père ayant claqué la porte de la maison quand j'avais deux ans, juste parce qu'on était une famille de mutants - sauf lui -, ça ne m'a pas aidé à m’intégrer dans la société. Alors quand on a du se séparer, tous, je ne me suis pas vraiment dit " un jour, je les retrouverai c'est sûr", si vous voyez ce que je veux dire.
Tout cela pour dire que lorsque L'Intendant est venu me trouver en déclarant "On a retrouvé la trace de ton frère", je ne l'ai pas vraiment cru. ce n'est pas vraiment que je remettais en compte la fiabilité de ses informateurs - bien que l'idée de pouvoir lui rabattre son caquet me plaisait beaucoup -, c'est avant tout que pour moi, retrouver les membres de ma famille était une forme d'utopie, bien que je sois entré au Projet Soldier en partie pour cela - et surtout pour avoir droit à la liberté plutôt qu'à la prison-. Néanmoins, quand il m'a présenté les dites informations, j'étais bien forcé de reconnaitre qu'il n'y avait pas de faille dans son exposé, sauf que la simple idée que Travis soit ici, à New-York, a deux pas de moi m'a semblé si absurde que j'ai préféré ne pas y croire.

Portant, je suis là, devant la porte d'un appartement qui n'est pas le mien. Et, pour une fois, je ne vais pas crocheter la serrure pour entrée. Il faut bien comprendre que même persuadé qu'il ne s'agit pas de mon frère, je ne pouvais pas prendre le risque que le premier contact soit " salut frangin, ce que j'ai fais à ta serrure ? Rien je voulais être sûr que c'est bien toi. " avouez que la situation serait plutôt en ma défaveur. Aussi, pour une fois, je vais utiliser le dispositif de sonnerie.

J'ai donc sonné. Me préparant à voir apparaitre un inconnu à la porte. Pour une fois j'étais vêtu plus ou moins normalement, si on retire mon imperméable contenant mes nombreux couteaux - impossible de me séparer de mes armes aujourd'hui -. Au moins je n'aurais pas l'air d'un voleur. Et pour la première fois depuis quatre ans, mon collier n'est pas caché par le tissu que je porte, mais visible, en espérant que cela suffisent à nous identifier.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter


Dernière édition par Adam Diskent le Mar 29 Nov 2011 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Jeu 17 Nov 2011 - 4:27

J'entendis la sonnerie de la porte. J'étais encore couché dans mon lit, après avoir passé une excellente nuit avec une jolie fille. Son nom, je m'en rappelais plus. Et de toute façon, était-ce vraiment important? De toute façon, je n'allais probablement plus jamais la revoir après aujourd'hui. Je me tournai et la vis couchée à côté de moi. Il n'y avait pas à dire, j'avais fait le bon choix en l'invitant hier! Mais bon, hier c'était hier, et aujourd'hui c'est aujourd'hui. Je me levai. Je portais des caleçons et une camisole blanche. À mon cou se trouvait encore le collier que notre mère nous avait donné à moi, Adam et Ayou. Ça me faisait penser à eux chaque matin. J'avais récemment vu Ayou. Ça m'avait fait du bien de la revoir, mais je sentais encore de la rancœur à son égard. Je lui en veux encore au fond de moi d'avoir détruit notre famille. Mais bon, c'est pas pour autant que j'avais pas été content de la revoir. Mais elle n'avait pas de nouvelle d'Adam. Je me demandais bien ce qu'il était devenu, lui. J'espère qu'il a arrêté de voler.

Bon, j'avais pas besoin d'être super bien arrangé pour me présenter au type qui avait sonné. Je pris une paire de jeans qui trainaient et la mis. Je me regardais dans le miroir pour voir si c'était «raisonnable». J'étais pas habillé pour une soirée chic, mais ça ferait l'affaire. Je me retournai pour voir que la fille s'était réveillée. Elle me fixait avec tendresse. Je sais pas ce qu'elle avait en tête, mais si elle croyait que j'allais la marier, elle est folle! Non mais sérieusement. Moi, marié? Je lui répondis d'un regard sévère.

-Alors, mon cœur. On fait quoi aujourd'hui?

-Il y a pas de on qui tienne. Habille toi et fous le camps.

-Quoi? Mais...

-Si t'es pas partie d'ici une heure. J'appelle la police en déclarant une infraction. Et tu sais que je peux faire jouer les rouages de la justice en ma faveur.

Elle me regarda, bouche-bée. Elle n'arrivait toujours pas à croire que je sois aussi froid avec elle. Je la regardais avec froideur et sévérité. Ensuite, elle se leva et partie s'habiller dans la salle de bain reliée à ma chambre. Moi, pendant ce temps, je sortis de la pièce sans même la regarder une dernière fois. Je me dirigeais vers le frigo où je me pris une cannette de Red Bull. Ça avait beau être de la cochonnerie, ça réveillait mille fois mieux que du café! Je la pris et allais enfin répondre à cet idiot qui venait me réveiller à 8 heures du matin! J'ouvris la porte avec fracas, le type esquivant de justesse. Il fixait mon collier avec la larme de jade.

-Bon, écoutez! J'viens à peine de me lever, alors repassez dans une heure ou deux, ok ? Parce que sérieusement, je suis vraiment pas d'humeur à...

Je vis alors le collier qu'il portait. Une larme de jade dans un quartz. Ça se pouvait pas... Je m'attardais sur son visage. Cheveux roux, yeux bridés bleus. Tout correspondait.

-Adam? C'est bien toi?

Maintenant, je trouvais que j'avais l'air stupide devant mon petit frère. J'avais l'air de m'être levé depuis quelques secondes, ce qui était le cas d'ailleurs. Je lui fis signe d'entrer dans mon appartement, ce qu'il fit. Bordel, j'avais retrouvé Adam !
.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Sam 19 Nov 2011 - 3:19

La situation avait un coté bizarre. Alors que je restais planté devant la porte de l'appartement, me demandant si la personne qui allait en sortir serait mon frère ou un inconnu que ce soit l'un ou l'autre en tout les cas, je n'étais pas venu pour patienter comme un idiot et je m'acharnais donc sur le bouton. Et enfin, on finit par m'ouvrir.

La porte s'est ouverte et un type à débouler en trombe en manquant de me pousser. Je me suis reculé pour éviter la collision puis j'ai remarqué son collier. Le jumeau parfait de celui que je portais, mais malgré cela, l'homme en face de moi pouvait difficilement être Travis. Il y avait bien une ressemblance, c'était certain - surtout au niveau de la taille -, mais il n'avait pas la même couleur de cheveux, puis il avait la gueule en vrac avec tout ses restes de coups. Mais pour le coup, le caractère de merde qu'il semblait avoir risquait bien de me convaincre.

-Bon, écoutez! J'viens à peine de me lever, alors repassez dans une heure ou deux, ok ? Parce que sérieusement, je suis vraiment pas d'humeur à...

Je m’apprêtais déjà à lui rétorquer que je m'étais rendu compte qu'il venait de se lever en voyant sa gueule et que ses postillons me confirmaient l'humeur, mais il a ouvert la bouche une fois de plus.

-Adam? C'est bien toi?

Terminé le conflit verbal, il venait de faire la lumière. Pendant une seconde, je suis resté sans réagir et j'ai pensé : *Pourquoi je ne saute pas de joie ?*. Je pensais que retrouver mon frère me transcenderais, j'imaginai un truc comme dans les films, des cris, des pleurs, l'hilarité et puis des souvenirs déblatérés juste pour combler les blancs, comme si dire " tu te souviens comment on a massacré le chat de la vielle grand-mère du cinquième ! " pouvait recréer les liens fraternels brisés. Je ne pensais pas que quatre ans pourraient créer cela dans une famille, mais en regardant à nouveau son visage, et en pensant à mes couteaux, j'ai compris que plus que quatre ans, c'était deux vies qui créaient le fossé entre nous.

Il me fit entrer, et je le fis, sans un mot. Je réfléchissais à comment entamer la conversation, c'était mon frère et pourtant je ne savais pas comment lui parler alors que cela aurait du être naturel. Je m’apprêtais à sortir un truc bateau quand une fille est sortie d'une pièce, les cheveux encore mouillés. Elle avait l'air partagée entre la surprise et la colère et je me suis dit *Merde, j'arrive le lendemain d'un coup d'un soir*. J'avais réussi à tomber le mauvais jour. Puis j'ai trouvé de quoi démarrer la conversation.

- Vu la tronche que tu tires ma vieille tu dois pas être call girl. J'ai a parler avec le monsieur au sujet de sa dégaine d'écorché. Et comme c'est le matin et qu'il est pas d'humeur, et moi non plus, on aimerait bien être seuls... sauf si tu veux te retrouver avec la même tronche que lui, s'tu vois de quoi je parle.


Il y avait quelque chose d'assez hilarant à jouer une espèce de gangster à deux ronds. En tout cas c'est ce que je me suis dits quand les yeux de la fille sous devenus rond comme des soucoupes et qu'elle a décampé en deux-deux sans demander son reste ni dire au revoir. Je devais avoir quelque chose de convaincant, même sans montrer mes couteaux. Et maintenant j'étais seul avec mon fraternel.

- T'as beau avoir la gueule d'un gangster et les cheveux noirs, t'es toujours le plus p'tit frangin.
Je souriais, comme si cette fille avait été le pont entre lui et moi, je pouvais à nouveau causer, même si je débutais avec les choses simples afin d'éviter à avoir à parler du Projet Soldier pour le moment.
- Qu'est ce que tu as fais de ces quatre ans pour avoir cette tête, cet appartement, et cette fille dans ton pieu ? T'es devenu mafieux ?
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Sam 19 Nov 2011 - 6:22

Assis sur mon divan, je pouvais voir Adam qui dit à la fille de partir. Comme à son habitude, il utilisait bien plus de tact que moi. Même après autant d'années, je m'en rendais compte. De nous deux, il avait toujours été celui qui utilisait le plus la diplomatie. Enfin, ça veut pas dire grand chose, puisque je ne l'ai jamais utilisée. En l'observant, je réalisai à qu'elle point il n'avait pas changé depuis notre dernière rencontre. Bon, d'accord, il a prit quelques années en plus, mais c'est normal! En comparaison d'Ayou et d'Adam, j'avais beaucoup changé. Plus de blessures s'étaient ajoutées et j'avais teint mes cheveux. En me voyant lors de notre première rencontre depuis notre séparation, les deux avait éprouvé un doute pendant un instant quant à mon identité. En tout cas, ça faisait drôle de les revoir après tout ce temps passé en solo.

Je vis la fille partir sans même me porter un regard. On dirait que je ne lui ai pas fait plaisir avec mes menaces ce matin. De toute façon, je l'ai juste amenée ici pour la soirée. Elle aurait dû s'y attendre. Quand le son de l'ascenseur qui descend se fit entendre, j'eus comme l'impression que la tension s'était relâchée entre moi et Adam. Maintenant qu'elle était partie, je pouvais enfin parler à mon petit frère en paix. Adam s'assit sur le Divan adjacent au mien.

- Qu'est ce que tu as fais de ces quatre ans pour avoir cette tête, cet appartement, et cette fille dans ton pieu ? T'es devenu mafieux ?

J'éclatai de rire. Mafieux, moi? C'est vrai que ça aurait pu être une super carrière, ça. Je me demande de quoi j'aurai l'air habillé en mafieux. Ça serait sûrement classe. Mais non, j'avais suivi une autre voix. Mais ça m'étonnait qu'Adam n'ait pas entendu parler du scandale à Londre. Ça à fait le tour de l'Europe et de l'Amérique, voir du monde entier! Mais non, mon petit frère ne savait pas. Altos autant ne pas lui en parler, histoire de ne pas ruiner l'estime qu'il avait pour moi.

-Mafieux ? Tu rigoles ou quoi? J'vais te montrer ce que je fais dans la vie!

Puis, je pris la télécommande et allumai la télévision géante. Aux nouvelles des sports. On parlait du combat que j'avais fait hier. Mon 5e je crois. On voyait une reprise de mon coup de poing qui avait mis mon adversaire à-terre. Je commençais à être doué pour ce sport. Ensuite, l'animateur se mit à commenter ma magnifique performance.

-Hier, Travis Diskent a gagné sa cinquième victoire consécutive depuis son entrée dans la UFC. Alors que pensez vous du combat d'hier, Fred?

-Eh bien, Jerry, je crois que Travis Diskkent à largement dominé le premier round. Ce fut un miracle que son adversaire ait pu tenir jusqu'au deuxième! Et en plus...

J’éteignais l'écran, lançant un regard à Adam lui indiquant de me suivre. Je pris deux cannettes de red bull. Une pour moi, et une que je déposai sur le comptoir de la cuisine au cas où Adam en voudrait. Puis, je m'en allai dans la salle d'entraînement où je commençais mon entraînement matinale. Tout en donnant des coups de poing sur le mannequin, je jetais des coups d’œil à Adam.

-Et, j'ai vu Ayou récemment. Tu devineras jamais ce qu'elle fait. Elle travaille dans un super marché! Non mais sérieusement, elle aurait pu se forcer! D'ailleurs, tu fais quoi de tes jours? Ne me dis pas que tu as continué à voler, sinon je t'utilise comme mannequin d'entraînement!
.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Sam 19 Nov 2011 - 20:54

Mon frère faisait dans le free fight. Étrangement, cela ne m'étonnait pas vraiment. Il avait toujours été le plus doué et le plus prompt de la famille quand il s'agissait de donner des coups, après m'man bien sûr. Je ne pensais pas que frapper des gens rapportait tant d'argent, il vivait dans un appartement grand luxe. Spacieux, avec ce qu'il faut de confort et encore plus.

Il s'entrainait tout en discutant avec moi, et la scène avait un petit quelque chose de normal qui était vraiment en opposition avec l'idée que c'était la première fois qu'on se parlait depuis un peu plus de quatre ans.

- Et, j'ai vu Ayou récemment. Tu devineras jamais ce qu'elle fait. Elle travaille dans un super marché! Non mais sérieusement, elle aurait pu se forcer! D'ailleurs, tu fais quoi de tes jours? Ne me dis pas que tu as continué à voler, sinon je t'utilise comme mannequin d'entraînement!

Ayou, bon sang, qu'est ce que je ne donnerai pas pour la revoir. Je n'aurai jamais pensé que Travis se doutait déjà d'où elle était, ou du moins de l'endroit où elle travaillait. Cela voulait dire que d'une certaine façon, le lien était reformé entre nous trois. Avant de répondre j'ai eu une pensée pour ma mère.
* Qu'est ce que tu dirais m'man en voyant qu'on s'est finalement retrouvés ? Tu nous disputerais d'avoir attendu quatre ans, ou au contraire tu serais en rage qu'on ait pas respecté ton dernier ordre ? *

- Je vole plus, ça fait pas longtemps que j'ai arrêté, mais c'est une longue histoire dont on pourra parler plus tard je pense. Je pensais pas que tu aurais déjà revu Ayou. Elle est dans quelle ville, Philadelphie, Chicago ?
Enfin pour le fait qu'elle travaille dans un super marché, elle a quoi, 18 ans aujourd'hui si je me goure pas, c'est un p'tit job d'étudiant. C'est toujours mieux que faire la manche ou se prostituer. Ou voler, dans l'absolu.


Je riais un peu, mais Travis venait de me donner la terrible envie de voir ma petite sœur. Quatre ans à survivre en solitaire, et en moins d'un jour, je redeviens un frère cadet, attaché à sa famille. Mais quelque part, je sentais que le Projet Soldier serait ravi que je recrute mon frère et ma sœur pour leur compte, mais il n'en était pas question. Le fait que Travis et Ayou étaient dans la légalité les protégeait, et si jamais L'Intendant tentait d'approcher l'un ou l'autre, je lui ferais ravaler ses années de vie en trop.

- C'est pas que c'est pas cool là, mais si je dois te causer de truc un peu plus important, je préférais que tu sois pas en train de frapper sur un mannequin de combat en même temps, même si c'est un belle hommage pour m'man.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Dim 20 Nov 2011 - 6:24

- Je vole plus, ça fait pas longtemps que j'ai arrêté, mais c'est une longue histoire dont on pourra parler plus tard je pense. Je pensais pas que tu aurais déjà revu Ayou. Elle est dans quelle ville, Philadelphie, Chicago ? Enfin pour le fait qu'elle travaille dans un super marché, elle a quoi, 18 ans aujourd'hui si je me goure pas, c'est un p'tit job d'étudiant. C'est toujours mieux que faire la manche ou se prostituer. Ou voler, dans l'absolu.

Je me mis à rire tout en frappant le mannequin d'entraînement. Il avait pas tort là-dessus! Le super marché, c'est déjà mieux que la prostitution. Si j'apprenais un jour que la petite dernière se prostituait, je crois que je serais entré dans la plus grosse colère de toute ma vie. J'aurais totalement démoli ses clients et son employeur, et au diable la cour pénale! Mais heureusement, elle ne faisait que travailler dans un super marché. Quant au fait qu'Adam ait arrêté de voler, ça faisait tomber une crainte que j'avais. Après tout, je suis l'ainé. Alors je peux pas les laisser quitter le droit chemin comme ça. Bon, je suis au courant que c'est plus des mômes comme à l'époque, mais quand même! Quand j'entendis Adam parler de la ville où Ayou restait, je ris de plus belle.

-Philadelphie? Chicago? Non mais tu te fous de moi? Elle vit à New York, idiot! Comment j'aurais pu la croiser si non! Mais si tu veux un conseil, ne reste pas trop longtemps avec Ayou, elle va te porter malchance. Quand on s'est vu, elle m'a placé dans un beau petit merdier...

Je défonçais le mannequin d'entraînement de mon poing. Ouais, ça avait pas été la rencontre frère et sœur que j'avais espéré. D'abord, il y avait eu son amie qui s'était avérée être la fille du boxeur que j'avais accidentellement tué, et ensuite, on avait pensé que j'avais enlevé Ayou. Elle a toujours eu le don de me mettre dans des situation délicates... et ça m’énervait à chaque fois. Je serrai les dents pour tenter de cacher maladroitement ma colère de nouveau montante. Je changeai vite de mannequin et me remis à donner des coups de poing. Cela me fit oublier peu à peu ma rancœur contre Ayou. Adam m'observait en silence, impassible.

- C'est pas que c'est pas cool là, mais si je dois te causer de truc un peu plus important, je préférais que tu sois pas en train de frapper sur un mannequin de combat en même temps, même si c'est un belle hommage pour m'man.

-Je préfère que tu me le dises ici. Comme ça, si tu dis quelque chose qui m’énerve, je pourrai me défouler sur le mannequin d'entraînement plutôt que sur mon petit frère.

Adam savait que tout ce que je disais était pure vérité. Il m'avait déjà vu envoyé plusieurs de mes camarades de classe à l’hôpital pour une petite remarque moqueuse. Alors il n'insista pas.

-Bon, de quoi tu veux causer, frangin?

.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Lun 21 Nov 2011 - 2:02

Il venait de me rire au nez avant de me lancer en pleine figure que ma sœur vivait à New-York, là, sous mon nez. Quand on vit une part de son temps dans la rue, et l'autre partie à flâner d'un point à l'autre de la ville, on finit par se dire qu'on est un as de la cité, qu'on en connait la moitié des visages, les trois quarts des noms et qu'on sait tout ce qu'il faut savoir. Pourtant la chose la plus importante me restait inconnue... ma sœur.

J'en aurai presque oublié ce que je m'apprêtais à évoquer, mais Travis me le rappela rapidement, en précisant qu'il préférait rester ici à donner des coups, plutôt que d'aller s’asseoir, en précisant que c'était pour éviter de me frapper moi. Dans mes souvenirs, j'avais pris de sérieuses mandales de la part de Travis, mais il était pas encore devenu combattant dans une ligue de free fight. Par mesure de précaution, j'ai donc décidé qu'en effet, sa salle de sport était un bon endroit pour causer.

- Tu ne t'es pas demandé comment ton frère dont tu n'avais pas de nouvelles depuis quatre ans à fait pour se retrouver à sonner devant chez toi ? Tu dois bien te dire que c'est pas une coïncidence à ce niveau là.

Je marquais une pause, réfléchissant à la manière d'aborder la suite. Ne trouvant pas de formulation miracle, je me décidai à y aller franco, sans chercher de détour.

- La vérité c'est qu'on m'a donné les informations nécessaires pour te retrouver. Je t'ai dis que je volais plus, mais que c'était compliqué. Et bien pour tout te dire, j'ai été arrêté par la police, et on est venu me trouver en prison. On m'a proposé la liberté et un accès à des informations pour vous revoir toi, Ayou et m'man, mais en échange je devais travailler pour eux.
Ça fait peut être un peu théorie de complot, mais d'une certaine façon, ça explique pourquoi maman semblait craindre des trucs. Parce que l'organisation pour laquelle je bosse, c'est un truc qui surveille et qui attrape les mutants dangereux. Pourquoi ? Je sais pas trop, on me permet pas de tout savoir c'est clair. Et ils sont en collaboration, parfois, avec une organisation encore plus énorme, un truc international qui fait à peu prêt la même chose, mais de façon encore plus efficace, avec des dossiers sur tout et tout le monde ou presque...
Ça doit être un peu dur à digérer mais, je suis une espèce d'agent gouvernemental, et toi, t'es surveillé d'une certaine façon, parce que t'es un mutant...


Je ne savais plus vraiment quoi dire, j'avais parlé assez vite, sans chercher à savoir si il comprenait bien ce que je disais ou pas. Maintenant que je pensais avoir terminé, j'appréhendais sa réaction.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Lun 21 Nov 2011 - 3:23

J'analysai en silence ce que mon petit frère venait de me révéler. Alors il avait fini en prison. J'aurais dû le deviner. Adam ne se serait pas si facilement débarrassé de sa manie de voler. Le nombre de trucs volés que j'avais trouvé dans la maison, plus jeune, c'en était insensé. J'avais toujours crains qu'Adam se retrouve en taule. Et voilà, c'était arrivé. Si maman voyait ça, que dirait-elle? Personnellement, je préférais ne pas le savoir. C'était déjà assez compliqué comme ça...

Mais ce qui m'inquiétait, c'était cette histoire de fédéraux. Adam, travaillerait pour le gouvernement? Ça n'arrivait tout simplement pas à entrer comme il faut dans ma tête. En gros, il travaillait pour une organisation gouvernementale, un genre de complot, qui aurait pour but de surveiller les mutants potentiellement dangereux. Et en plus, il bosserait parfois avec une organisation encore meilleure que celle pour laquelle il travaille. Et moi, je serais sous surveillance de la part de l'organisation d'Adam, sinon des deux? J'avais presque envie de lui rire au nez. Mais connaissant Adam, ce qu'il disait devait probablement être vrai. Alors on me surveillait, hein? Des fédéraux me surveillaient! Je démolis complètement le mannequin de mes coups de poing. Adam recula de quelques pas, au cas où l'un de mes coups le frapperait par inadvertance. Le mannequin d'entraînement finit en charpie. Il n'en restait plus rien. Adam devait être content qu'on soit resté dans la salle d'entraînement.

-Alors c'est pour ça que maman était parano sur ces trucs là? J'arrive pas à croire qu'elle avait raison... J’arrive pas à croire tout ça bordel! On me surveille, hein? Alors quand tu verras ton patron, dis lui de ma part que toute sa surveillance et ses infos, il peut se les mettre où je pense! Sérieux, si il était là, je lui casserais la gueule solide! Et si tu crois retrouver maman, et bien bonne chance! Elle est probablement morte depuis des lustres ! Même chose pour papa!

En parlant de mon père, une chose me revint à l'esprit. Je me rappelais de cette lettre que Sophia m'avait envoyé il y a un peu plus d'un an. Elle m'annonçait l'existence de mon fils, Matthew Neil. J'avais été tellement désemparé à ce moment là. J'avais même décidé de ne pas prendre mes responsabilités et, comme mon père avant moi, d'abandonner ma famille qui avait besoin de moi. Je préférai continuer ma carrière de boxeur plutôt que de les rejoindre. Et même aujourd’hui, malgré le fait que j'en ai honte, je sais que j'aurais agi de la même façon. Ça m'avait fait réfléchir au fait que papa avait peut-être également eu une bonne raison de nous quitter. Mais il ne l'a même pas expliqué. Et cette colère contre mon père m'a rendu plus fort. Alors j'espère seulement que mon fils trouvera lui aussi de la force là-dedans. Et puisque Adam lâchait ses petits secrets, autant lâcher le mien.

-Écoute, Adam. Même si ça a aucun rapport, j'ai également un truc à te dire... T'es oncle, Adam. J'ai un fils, Matthew. Et comme papa nous a abandonné, je les ai abandonnés.
.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Mar 22 Nov 2011 - 2:07

Travis n'avait pas vraiment apprécié la nouvelle, et je pouvais le comprendre. Mais le voyant s'acharner sur son mannequin d'entrainement, je me suis mis à me poser des questions sur l'état émotionnel de mon frère. Je le savais colérique, violent même, mais quelque part au fond de moi, je pensais qu'il aurait évolué sur ce point pour devenir un peu plus calme et posé, et devant ce spectacle, j'avais l'impression que c'était l'inverse qui s'était produit. Vivre du combat n'avait pas fait de lui un calme guerrier comme l'était maman, ni un samouraï, si je puis dire, c'était un barbare, un berserker, et si je m'attachais au peu de chose que m'avait enseigné l'Intendant, c'était surtout une bombe à retardement. Au moins son pouvoir ne l'avait pas rendu mégalomane, mais avec un tempérament comme le sien, les risques qu'il s'en serve d'une mauvaise façon en perdant le contrôle n'était pas à exclure ( je ne me doutais pas à ce moment que par malheur, c'était déjà arrivé durant sa vie en Grande Bretagne ).

*Je vais devoir cacher ses travers aux autres membres du Projet Soldier, sinon ils risquent de le surveiller de plus prêt et là ça dégénèrera à coup sûr. Au moins, je ne devrai pas avoir ce genre de soucis moraux avec Ayou vu qu'elle n'a jamais développé de capacité particulière.* Une fois encore, je me trompais.

Je m’apprêtais à rétorquer, quand il parla de maman et du géniteur. La simple idée que ma mère puisse être morte me semblait absurde, ma vision des choses étaient peut-être faussée, mais même en la réduisant, elle restait l'une des personnes les plus fortes et les plus aptes à survivre que j'ai croisé. Mais avant que je ne puisse ouvrir la bouche, Travis me fit une annonce, qui allait me en colère à mon tour.

- Écoute, Adam. Même si ça a aucun rapport, j'ai également un truc à te dire... T'es oncle, Adam. J'ai un fils, Matthew. Et comme papa nous a abandonné, je les ai abandonnés.

* L'enfoiré...*

Cette pensée était dure et injuste, mais sur le coup, elle s'était imposée à moi. Je l'aurai bien frappé pour lui montrer à quel point cette idée me révulsait mais il était mon frère, pas mon géniteur, car c'était vers lui en vérité que j'aurai dressé les poings. Néanmoins, j'étais bien décidé à lui dire le fond de ma pensée.

- Imbécile ! Je t'interdis de te comparer à notre géniteur, et je t'interdis de dire que ce chien est mon père ! C'était une ordure qui a préféré croire que les mutants étaient des monstres au lieu de voir qu'on était sa famille. C'est à cause de ce genre de type que certains mutants doivent vivre cachés à cause de leur apparence ! Alors je doute que tu ais agi pour les mêmes raisons que l'autre salaud !
Mais je m'en cogne du pourquoi de ton acte ! T'es un foutu lâche de pas prendre tes responsabilités sur ce point. On a vécu, nous, sans père, alors tu pourras pas me faire croire que tu penses que ça à pas d'influence sur ce qu'on devient !
Et tu feras quoi si c'est un mutant comme nous hein ? Tu feras quoi quand sa mère t'appellera en pleurant en te disant qu'il a provoqué une catastrophe avec ses pouvoirs, ou qu'il s'est tué, ou pire qu'il est devenu véritablement un monstre parce que le pouvoir lui est monté à la tête ? Tu feras quoi toi hein ? Tu te diras que c'est pas ta faute ? Que t'avais pas à être là à lui parler de ce que c'est que d'être un mutant ?


J'étais excédé, pas par la nouvelle en elle même, mais simplement par la simple idée que mon frère puisse agir comme mon géniteur. Assommé par la chute vertigineuse que Travis venait de faire dans l’estime que j'avais pour lui. Je n'avais plus rien à dire, et je ne savais pas si mes retrouvailles avec mon frère allaient se terminer sur ça. Cette embrouille et cette colère, l'idée me semblait triste, devant leur écran de cinéma j'en connais qui en auraient chialé. Mais c'est pas un film. Cette colère et cette tristesse qui filent un gout dégueulasse à la salive que je ravale, c'est ma chienne de vie.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Mar 22 Nov 2011 - 2:47

J''eus un petit sourire en entendant Adam parler de cet enculé de père comme ça. Après tout, c'est moi qui avait parlé de lui comme cela en premier. C'est moi qui ai tout rentré cela dans la petite tête d'enfant d'Adam. Mais au fond de moi, je savais parfaitement qu'il avait raison sur toute la ligne. Où je serai pour mon fils quand il aura besoin de moi? Qu'est ce que je pourrais dire Sophia si elle arrivait à ma porte demain en disant que notre fils est devenu un monstre parce que je n'ai pas pris mes responsabilités ? Qu'est-ce que je pourrais faire pour lui si on m'annonçait que Matthew était mort? Rien, je ne servirais à rien. Malgré toute ma force, je ne pouvais rien faire pour lui. J'aurai dû être à ses côtés. Mais non, j'ai préféré continuer ma carrière de boxeur. Et je sais que je le referai si on m'annonçait demain que j'avais un autre enfant. Adam avait raison, je ne suis pas comme notre père. Je suis pire que lui. Lui, il nous a abandonné parce qu'il avait peur de nous. Ça fait de lui un faible. Moi, j'ai abandonné Matthew parce que je préférais la boxe à lui. Ça fait de moi un égoïste, un pourri, un monstre, un hypocrite. Mais un lâche, jamais. Je ne suis pas un lâche. En un instant, je fis un uppercut à Adam, l'envoyant valser dans les air avant qu'il ne retombe au sol. Puis je m'avançais et lui donnai des coups de pieds tout en lui parlant.

-Je ne suis pas un lâche! Alors ferme la! Tu sais quoi? Oui, je l'ai abandonné! Et pour vivre une carrière de boxeur en plus! JE sais, c'est égoïste, mais j'ai choisi mon propre chemin, et j'allais pas laisser un môme m'en écarter ! Ma force est venue de ma haine contre notre père, qui nous a abandonnés! Alors peut-être que ça rendra mon fils plus fort! Tu me juges, mais toi, tu te penses mieux peut-être? Tu entres ici et tu me dit que tes patrons m'ont mis sous surveillance! Tu crois que c'est ce que j'aimerais entendre? Non!

Je réalisai alors ce que je faisais. J'étais en train de battre mon propre frère sur le sol de ma maison. Je frappais un membre de ma propre famille à coups de pied. Et je me disais moins colérique? Ça n'avait tout simplement pas de sens. La boxe et tout ces trucs ne m'avait pas aidé à gérer ma colère. Après tout, il fallait beaucoup d'agressivité pour ce genre de trucs. Je le laissai se relever avec difficulté. J’avais terriblement honte de ce que je venais de faire. Je m'avançai vers le seul meuble à tiroir de la salle d'entraînement. En fait, c'était le seul meuble de la salle. J'ouvris son unique tiroir et y pris le cadre qui se trouvait à l'intérieur. Je l'observais pendant un moment. Il contenait la seul photo que je possédais de Matthew. Il devait avoir à peine 4 mois dessus. Je la lançai à Adam, qui l'attrapa.

-Ça, c'est la seule photo que j'ai de Matthew. Je la chéris énormément. Je sais que j'ai fait une erreur en laissant ce gamin seul sans père... Il n'y a pas une journée où je n'y repense pas... J'ai rarement honte de quelque chose. Mais ça, j'en ai honte. Mais en même temps, quel genre de paternel j'aurai été, hein? Celui qui ne voit jamais son fils parce qu'il passe tout son temps à ce battre, et qui fini mort dans un quelconque combat, hein? Écoute, je sais que j'ai des probs... Ma colère... je vais m'en occuper, ok? Mais pour l'enfant, tu voulais que je fasse quoi, hein?
.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Mer 23 Nov 2011 - 2:51

On dit que la défaite a un goût amer, mais celui du sang est bien pire.
J'avais l'esprit brumeux. Difficile de se dire qu'on se fait tabasser par son frère pour... quoi ? Une dispute ? C'était difficile à dire, je m'étais emporté moi, mais lui avait tout de suite répondu avec son poing. Je ne l'avais pas vu venir, je n'étais pas sur mes gardes. Je ne me doutais pas que j'en viendrais aux mains avec mon frère. Et pendant que son pied continuait de s'abattre dans mes cotes, je me jurais que c'est dans ces moments qui me sembleront sécurisés que je redoublerais de vigilance.

Il déblatérait en même temps, comme s'il avait tellement de colère en lui que frapper ne suffisait pas à la libérer mais qu'il devait également le faire par la parole. Puis soudainement, il arrêta, s'écartant légèrement pour me laisser me relever seul. Une bonne idée de sa part, car le refus que j'aurais fait de son aide aurait surement envenimer les choses. Je crachais un caillot de sang dans mes mains, avant de l'essuyer sur un revers de manche. Je m'étais endurci au fil des ans, mais je devais avoir quelques contusions et mes cotes me faisaient un peu souffrir, mais en palpant, je jugeais que rien n'était cassé.

Il me lança un cadre que je rattrapais au vol des deux mains, essayant d'éviter des blessures supplémentaires plutôt que de faire le beau. C'était son fils, à peine en bambin sur cette photo, et il tentait de se justifier. Il pensait vraiment ce qu'il disait, mais cela n'excusait rien, mieux valait un père moyen voir mauvais, plutôt que pas de père du tout.

- Je ne sais pas moi. Tu pourras lui apprendre la boxe. Lui dire en partant que tu lui dédieras ta victoire et revenir avec des conneries prouvant ta victoire. Tu lui montres tes matchs et tu rigoleras avec lui de tes défaites. Tu lui apprendras ce qu'est la discipline dans un combat comme m'man l'avait fait pour nous. Tu pourras lui apprendre ce qu'être un mutant veut dire. Tu seras toujours un meilleur père en essayant d'en être un qu'en abandonnant la partie. Voilà mon avis sur la question.

Je lui renvoyais le cadre, en le faisant glisser sur le sol afin de ne pas risquer de l'abimer, puis je continuais.

- Et tu as beau trouver ça dégueulasse d'être surveillé parce que tu es un mutant, mais un jour ou l'autre il faudra que tu regardes le monde. Il y a des types qui se sentent des êtres suprêmes avec rien de moins qu'une bonne tchatche et des gens pour boire ses paroles, ou un flingue. Quand on sait que certains mutants sont capable de raser un quartier sur un coup de colère, je crois que surveiller que cela n'arrive pas n'est pas une si mauvaise idée.
Quand on sait ce que certains ont déjà fait... Un dixième des catastrophes dites naturelles doivent être causées par un mutant, et je ne te parle même pas des accidents dit mineurs qu'on fait passer pour une fuite de gaz ou une connerie de mauvais plan des bâtiments.
Un jour ou l'autre, les mutants ça sera plus un secret pour personne. Et ce jour là, si ça débouche pas sur une guerre génétique on aura de la chance. Alors je crois que l'idée d'une petite surveillance pas trop intrusive ça peut s'accepter.


Pour une fois, je me rendais compte du sérieux que je pouvais adopter. Et je comprenais que d'une certaine manière, j'étais acquis à la cause du Shield, si ce n'est celle du Projet Soldier, même si leurs méthodes ne me plaisaient pas forcement. Peut être parce que éviter que les mutants ne deviennent des monstres pour les humains étaient le plus sûr moyen de faire en sorte que les humains n'en deviennent pas pour les mutants.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Mer 23 Nov 2011 - 3:28

Je ne sais pas pourquoi, mais je me mis à rire au parole d'Adam. C'était plus fort que moi. J'ai toujours trouvé cela drôle de voir Adam sérieux. C'est tellement rare de le voir comme cela, que je n'ai jamais réussi à le prendre totalement au sérieux. Je savais parfaitement que ces paroles avait un fond de vérité, mais ça me faisait rire quand même. Ironiquement, ce moment de tension qu'Adam voulait imposer détendait l'atmosphère. Adam me regardait bizarrement, pensant probablement que je me moquais de lui. Mais non, je trouvais juste son sérieux hilarant. Je dus m'appuyer sur le meuble pour ne pas tomber, tellement je riais. Après une minute entière, je réussis à reprendre un peu de sérieux. Et malgré tout ce qui venait de se passer entre nous, je réussis à dire:

-Ça fait du bien de te revoir, frangin.

Je repris la photo de Matthew et la replaçai dans le tiroir.

-Tu crois vraiment que j'aurais pu faire un bon père? Vraiment? Si t'as raison, alors je me suis planté sur toute la ligne.

D'un pas léger, je quittais la salle d'entraînement partiellement en ruine. Je fis signe à Adam de me suivre. Je sais pas pourquoi, mais j'avais plus envie de causer sérieux. Je m'étais vidé de certains trucs que je gardais en moi depuis longtemps, et ça fait du bien. Peut-être que c'était pareil pour Adam. Je savais maintenant que j'étais plus bas que jamais dans son estime. Mais pour une raison quelconque, je m'en foutais. Comme si je savais qu'il resterait toujours un peu d'amour entre nous. On est frères, après tout! Je me mis devant la fenêtre de la cuisine, contemplant New York depuis la hauteur de mon appartement. Une nostalgie m'emplit peu à peu.

-Et, tu te rappelles quand Ayou venais d'avoir 6 ans, quand on a joué à sauver la planète? On l'avait convaincue de briser tous les miroirs de la maison en disant que les reflets allaient attaquer maman! Haha, ce qu'on a rit ! Elle est totalement tombée dans le panneau ! Je me rappelle aussi la fois où on avait fait un pari pour savoir celui qui aurait le plus gros cadeau à Noël d'entre nous deux. Au final, c'est Ayou qui a eu le plus gros! Ah, la bonne vieille époque. Ça me manque presque...

Je me rendis au frigo et pris deux canettes de red bull. J'en lançai une à Adam, même si il ne semblait pas prendre ce breuvage en affection. Je pris un papier et marquai quelque chose dessus. Adam me regarda avec étonnement en voyant qu'il s'agissait de l'adresse et du numéro de téléphone d'Ayou.

-Quoi? Tu veux pas la revoir? Comment j'ai eu ça? Disons juste que t'es pas le seul à avoir de bons amis qui peuvent te donner des infos...
.
Revenir en haut Aller en bas
Adam Diskent
Admin
avatar

Messages : 1313
Date d'inscription : 22/04/2011
Age : 27

Fiche Tecnhique
Metier: Agent Soldier
Age : 26 ans
Nationalité : Etats-Unien, Japonais

MessageSujet: Re: Frères oubliés   Sam 26 Nov 2011 - 20:28

Au départ, quand Travis s'est soudainement mis à rire, je l'ai plutôt mal pris. Je ne voyais pas ce que j'avais dis pour le pousser à avoir une crise de fou rire, et l'idée qu'il se foute de ma gueule m'a effleuré l'esprit, ce qui n'était pas pour améliorer mon humeur. Il passa je ne sais combien de temps à rire sans s'arrêter, et lorsqu'il pu enfin se calmer, c'était pour me dire que ça lui faisait du bien de me revoir.

Je dois bien avouer que je n'avais absolument rien compris à ce qui lui était passé par la tête à ce moment, mais il fallait croire qu'on avait réussi à désamorcer la situation pour repartir sur un ton plus léger. Il quitta la salle d'entrainement en se demandant si encore une fois, il aurait pu être un bon père. Et je lui répondis sensiblement la même chose.

- Ça coute rien d'essayer comme on dit. Et puis, je suis sûr que vous serez plus heureux si tu le fais. Toi comme ton môme.

On se dirigeait vers sa cuisine quand il se mit à parler de vieux souvenirs. De bons souvenirs, ensevelis sous quatre ans de séparation, de solitude et de galère. Quelque part, ça faisait du bien de s'en rappeler, et de se rendre compte qu'il s'en souvenait lui aussi.

- Évidemment que je m'en souviens. Comme quand maman te disputait à chaque fois que tu me mettais une rouste parce que je disais que j'étais le grand frère à cause de ta taille. Je me mis à rire un peu. Ça faisait vraiment plaisir de se rappeler de ces choses là, des évènements insignifiants à l'échelle de ce qui nous arrive en ce moment, depuis quelques jours et qui risque de se poursuivre, mais c'était plus essentiel.

- J'espère que m'man n'est pas morte. Ça serait vraiment super d'être de nouveau tout les quatre autour de la même table... Mais faute de mieux, on pourra déjà le faire à trois...

Pris au dépourvu, je coupais ma phrase pour récupérer une canette de redbull en plein vol, manquant de me la prendre dans la figure. Je n'avais pas d'affection particulière pour cette boisson, mais ce n'était pas mauvais, et puis c'était un petit quelque chose - presque rien, mais tout de même - de partager un moment à boire une cochonnerie chimique avec mon frère, comme au bon vieux temps. Pendant que j'essayais d'ouvrir la canette sans m’éclabousser, Travis nota quelques trucs sur un papier avant de me le passer.

- Quoi? Tu veux pas la revoir? Comment j'ai eu ça? Disons juste que t'es pas le seul à avoir de bons amis qui peuvent te donner des infos...


C'était presque rien, mais c'était surement le plus beau cadeau qu'il m'ait jamais fait en 20 ans. Comme quoi, il en faut peu pour... enfin vous comprenez.

- Merci Travis. J'irais la voir dès que possible. Mais attends... Je découpais un morceau du papier, lui donnant mes propres coordonnées, adresse de l'appartement qui était - plus ou moins - le mien, et mon numéro de mobile.
- Si tu as des soucis ou que tu cherches un truc. Ou même si tu veux te faire un resto ou un ciné.

Je souriais. Quelque part, j'aurais aimé lui proposer de me rejoindre dans le Soldier, travailler avec mon frère. Mais tant que je n'apprendrais pas le véritable but de cette organisation, je refusais d'y mêler ma famille.

Je remettais mon manteau abandonné sur son canapé, prêt à prendre le large, pour une durée bien moins longue que quatre ans cette fois.

- Je crois que c'est le moment d'un au revoir. Finis les adieux maintenant.
.

_________________
Joshua Creed / Grifter
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frères oubliés   Mar 29 Nov 2011 - 3:27

Je vis Adam découper un morceau de papier et y écrire quelque chose, puis me le passer. Je me rendis rapidement compte qu'il s'agissait de son numéro de cellulaire. Ainsi, je possédais les numéros des autres Diskent. Espérons qu'ils ne m'utilisent pas comme messager entre eux! Mais j'étais content d'avoir leur numéro. Après tout, ça nous permettrait de nous contacter si besoin est. Adam me dit que si j'avais besoin d'un coup de main, ou encore si je voulais tout simplement le voir, j'avais qu'à appeler. Je lui rendis un sourire, content d'entendre cela. Mais bon, il pouvait également toujours compter sur moi! Et ça, il le savait depuis longtemps. C'était un lien entre frères. Le lien du sang, comme on dit. Puis, je le vis reprendre son manteau qui se trouvait sur le canapé. Il se retourna et me tendit la main.

- Je crois que c'est le moment d'un au revoir. Finis les adieux maintenant.

-Le prochain qui nous demande de nous dire adieu, je lui explose la gueule!

Je lui serrais la main vigoureusement. Il faut dire que j'aurais aimé qu'il reste plus longtemps, histoire de pouvoir continuer à parler du bon vieux temps. Mais je savais que de bonne retrouvailles se terminaient par un «au revoir» réussi. Alors autant le laisser partir. De plus, il est avec les fédéraux maintenant, alors il doit plus avoir beaucoup de temps libre. Adam n'était plus un enfant, alors il devait être capable de se débrouiller. Je le reconduisis jusqu'à la porte, où il sortit, sans un mot. Je devais dire que son départ m'attristait un peu. Mais le côté positif, c'est que maintenant, j'avais le reste de la journée à moi! Enfin, pas toute, car j'ai un combat ce soir...

J'allumai la télévision, puis m'assis confortablement dans mon sofa. Je pouvais enfin me détendre un peu. Prendre mon temps. À la télé, on parlait d'un étrange massacre au zoo. Plusieurs personnes y avaient été tuées sauvagement. Je me demandais quel genre d'attardé mental pouvait bien faire cela. Je réalisais alors que j'avais soif. Je me levai pour aller prendre du red bull et réalisai que je n'en avais plus. La dernière chose qu'Adam entendit avant que les portes de l’ascenseur ne se ferment fut le bruit d'un frigo qui se faisait démolir...
.
[Bon, je crois qu'on a fini. Dsl pour la petite taille...]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frères oubliés   

Revenir en haut Aller en bas
 

Frères oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Manoir Oublié
» Un anniversaire oublié [Privé]
» Mission de rang C : Le reliquaire oublié
» Un enfant oublié sur une aire d'autoroute...
» Les frères Scott

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men : Sentinel Project :: Le Monde :: New-York :: Les Quartiers-